Vous êtes sur la page 1sur 14

fiche

techno
logique
CHAUDIÈRE À VAPORISATION
INSTANTANÉE
Production d’énergie décentralisée

FICHE TECHNOLOGIQUE
REMERCIEMENTS
L’ADEME remercie GRDF pour la contribution à la réalisation
de ce document.

CITATION DE CE RAPPORT

Ce document a été réalisé par l’ADEME, en collaboration avec GRDF,


à partir d’une étude réalisée par ENEA Consulting et le CETIAT.
2017, Production d’énergie décentralisée - Fiche technologique
Chaudière à vaporisation instantanée, 14 pages.
www.ademe.fr/mediatheque

Ce document est édité par l’ADEME

ADEME
20, avenue du Grésillé
BP 90406 | 49004 Angers Cedex 01
Coordination technique : Léo Playoust, ADEME, Service Entreprises
et Dynamiques Industrielles

Rédacteurs : Enea Consulting & CETIAT (intervenants multiples)

Crédits photo et schémas : CLAYTON

Création graphique : Dialectica Communication

Brochure réf. 8860


ISBN : 979-1-02970-919-7 - Septembre 2017
Dépôt légal : ©ADEME Éditions, septembre 2017

Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement


de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite selon le Code de la propriété
intellectuelle (Art L 122-4) et constitue une contrefaçon réprimée par le Code pénal.
Seules sont autorisées (Art L 122-5) les copies ou reproductions strictement réservées
à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective, ainsi que les analyses
et courtes citations justifiées par le caractère critique, pédagogique ou d’information de
l’œuvre à laquelle elles sont incorporées, sous réserve, toutefois, du respect des dispositions
des articles L 122-10 à L 122-12 du même Code, relatives à la reproduction par reprographie.

PAGE 2 PRODUCTION D’ÉNERGIE DÉCENTRALISÉE - CHAUDIÈRE À VAPORISATION INSTANTANÉE


TABLE DES MATIÈRES
1 • Introduction............................................................................................................................................................. 4
2 • Description de la technologie............................................................................................................................. 4
2.1 - Caractéristiques techniques........................................................................................................................ 4
2.1.1 Description du fonctionnement ......................................................................................................... 4
2.1.2 Descriptifs techniques ............................................................................................................................. 5
2.2 - Les énergies entrantes et vecteurs énergétiques..................................................................................... 7
2.3 - Caractéristiques indicatives......................................................................................................................... 8
2.4 - Maturité de la technologie........................................................................................................................... 8
2.5 - Avantages et inconvénients......................................................................................................................... 9
3 • Applications sectorielles....................................................................................................................................10
4 • Exemple de réalisation.......................................................................................................................................11

TABLE DES FIGURES


Figure 1 : Illustration de la configuration en contre-courant ............................................................................ 4
Figure 2 : Exemple de configuration de tubes d’eau ;
Technologie Clayton (Flamme vers le haut)........................................................................................ 5
Figure 3 : Illustration d’une technologie produisant de la vapeur via un séparateur.................................. 6

TABLE DES TABLEAUX


Tableau 1 : Configurations proposées par les fournisseurs............................................................................... 7

PRODUCTION D’ÉNERGIE DÉCENTRALISÉE - CHAUDIÈRE À VAPORISATION INSTANTANÉE PAGE 3


1 Introduction
Cette technologie consiste à transférer la chaleur des produits de combustion vers l’eau circulant dans un
serpentin (tube) pour produire de la vapeur.
L’échange thermique dans le corps de chauffe se fait généralement à contre-courant de façon à optimiser le
transfert thermique : l’eau circule dans le sens opposé aux gaz de combustion. L’eau récupère progressivement
l’énergie calorifique cédée par les produits de combustion sur toute la longueur du serpentin (la température
de sortie des fumées restant supérieure à la température de l’eau d’entrée, de sorte à utiliser toute la longueur
du serpentin comme échangeur). Dans le cas d’un échange en co-courant, au contraire, le pincement (écart
minimum de température entre les fumées et l’eau) au sein de l’échangeur induit une efficacité moindre.

Figure 1 : Illustration de la configuration en contre-courant

Combustion
Mélange
liquide/vapeur
Diminution progressive
de la température
des gaz de combustion

Eau d’alimentation Augmentation progressive


de la température de l’eau
circulant dans les tubes

Echappement des fumées

2 Description de la technologie
2.1 • CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

2.1.1 Description du fonctionnement


Les chaudières à vaporisation instantanée permettent de produire rapidement de la vapeur d’eau à partir de la
chaleur de fumées issues de la combustion du gaz ou du fioul. Pour ce faire, l’eau circule dans un tube tandis que
les produits de combustion circulent dans le corps de chauffe.
Cette configuration est inverse de celle des chaudières à tubes de fumée, plus répandues, pour lesquelles l’eau à
vaporiser est contenue dans un réservoir statique parcouru de tubes dans lesquels circulent les fumées.
En vaporisation instantanée, la circulation de l’eau dans un tube concerne des volumes d’eau relativement faibles
comparés au volume d’eau des réservoirs des chaudières à tubes de fumée. L’inertie est donc comparativement
réduite, ce qui permet une vaporisation rapide, d’où l’appellation « vaporisation instantanée ».

PAGE 4 PRODUCTION D’ÉNERGIE DÉCENTRALISÉE - CHAUDIÈRE À VAPORISATION INSTANTANÉE


2.1.2 Descriptifs techniques
Une chaudière à vaporisation instantanée de type circulation forcée est principalement constituée :
• d’un corps de chauffe positionné verticalement ou horizontalement,
• d’un brûleur à air soufflé fonctionnant généralement soit en régime à 2 allures, soit à puissance modulante,
• d’un tube d’eau en serpentin dans lequel circule l’eau à vaporiser,
• d’une pompe de circulation d’eau.
Le transfert thermique se fait de deux manières dans le corps de chauffe :
• transfert par rayonnement direct, essentiellement au niveau de la chambre de combustion,
• t ransfert par convection entre les produits de combustion et les tubes d’eau, essentiellement dans le reste du
corps de chauffe.
La configuration du tube d’eau est généralement de forme spiralée dans la partie amont du corps de chauffe où
le transfert se fait par convection. L’eau circule dans la superposition des plans spiralés jusqu’à arriver au niveau
de la chambre de combustion située dans la partie avale du corps de chauffe. Au niveau de cette chambre de
combustion, les tubes forment un enroulement cylindrique entourant la flamme.
Variantes
1. Disposition du corps de chauffe
L’orientation des corps de chauffe varie en fonction des fabricants. Ainsi, certains fournisseurs proposent une
disposition horizontale ou verticale, selon le choix du client, et d’autres fournisseurs ne les proposent qu’en
disposition verticale. La disposition du corps de chauffe n’impacte en rien les caractéristiques de la chaudière,
mais permet d’agir sur le volume de la chaudière.
2. Direction de la flamme
Il existe aussi une technologie avec un corps de chauffe de disposition verticale et une flamme dirigée vers le haut.
Cette conception ne modifie pas les caractéristiques de la chaudière. L’extraction des fumées se fait directement
au niveau supérieur du corps de chauffe, alors que pour une technologie ayant une flamme de combustion
dirigée vers le bas, les fumées sont projetées sur le fond du corps de chauffe et doivent donc remonter pour
s’extraire du corps de chauffe par la partie supérieure.

Figure 2 : Exemple de configuration de tubes d’eau ;


Technologie Clayton (Flamme vers le haut)

Source : Clayton

PRODUCTION D’ÉNERGIE DÉCENTRALISÉE - CHAUDIÈRE À VAPORISATION INSTANTANÉE PAGE 5


3. Mode de production de la vapeur
La vaporisation de l’eau se faisant très rapidement (5 à 10 mn de mise en pression), la vapeur produite se compose
d’un mélange de vapeur d’eau et de fines gouttelettes, qu’il y a lieu de séparer afin de disposer d’une qualité de
vapeur « sèche » comparable aux chaudières « traditionnelles ». Il existe deux variantes en termes de séparateur
vapeur sèche/eau :
• un séparateur peut être proposé à l’installation en sortie de chaudière, de manière à améliorer la qualité de la
vapeur. De la sorte, il est courant d’obtenir une vapeur sèche à 95 % sans séparateur, et à 98 % avec séparateur,
• un séparateur est intégré dans la chaudière en sortie de chambre de combustion, permettant ainsi d’obtenir
une vapeur sèche à 99,5 % en moyenne.

Figure 3 : Illustration d’une technologie produisant de la vapeur via un séparateur

3 6

1 • Entrée d’eau
2•P
 ompe à eau
3 • Corps de chauffe
4 • Chambre de 2 5
combustion
5 • Séparateur
eau/vapeur
6 • Sortie vapeur sèche

4
1
Source : Clayton

4. Equipements additionnels
Comme pour les autres types de chaudières de production de vapeur, les fabricants de chaudière proposent
en fonction de la technologie de chaudière et du procédé industriel d’inclure éventuellement des équipements
additionnels :
• un préchauffeur d’air de combustion permettant une amélioration du rendement jusqu’à 3 points,
• un économiseur permettant une récupération d’énergie sur les fumées pouvant générer un gain de 4 à 5
points,
• un condenseur, dans le cas de chaudière fonctionnant essentiellement en eau perdue, afin de récupérer la
chaleur latente des fumées pour gagner 6 à 9 points supplémentaires,
• un surchauffeur, généralement intégré au corps de chauffe, si le procédé visé requiert de la vapeur surchauffée.
Il est à noter que l’intégration d’un économiseur ou d’un condenseur est généralement plus adaptée aux
chaudières de grande capacité et aux usages continus.
Les configurations proposées par les principaux fournisseurs sont résumées dans le Tableau 1.

PAGE 6 PRODUCTION D’ÉNERGIE DÉCENTRALISÉE - CHAUDIÈRE À VAPORISATION INSTANTANÉE


Tableau 1 : Configurations proposées par les fournisseurs

N Cas 1 Cas 2 Cas 3 Cas 4


Disposition du corps Verticale Verticale
Verticale Verticale
de chauffe ou horizontale ou horizontale
Sens de la flamme Vers le bas (si vertical) Vers le bas (si vertical) Vers le bas Vers le haut
Présence d’une zone
Non Oui Oui Oui
spiralée de convection
Lieu de production Serpentins, Serpentins, Serpentins,
Séparateur
de la vapeur séparateur en option séparateur en option séparateur en option

Remarque sur l’impact du traitement de l’eau


Les principaux éléments de la chaudière à vaporisation instantanée (corps de chauffe et pompe) ont une durée de
vie annoncée qui varie en fonction des fabricants et qui peut être supérieure à 25 ans. La durée de vie du serpentin,
quant à elle, varie aussi en fonction des fabricants, mais s’avère généralement nettement inférieure à 25 ans.
La durée de vie des serpentins varie selon les technologies et selon le traitement de l’eau effectué en amont de
la pompe. Ainsi, pour certains fabricants, sous réserve que l’eau subisse un traitement adapté, la durée de vie du
serpentin est estimée à 250 000 heures, soit la durée de vie de la chaudière, alors que d’autres annoncent, dans
les mêmes conditions, une durée de vie de 15 à 20 ans maximum, et aussi une durée de vie de 8 à 10 ans dans les
cas extrêmes où le traitement d’eau est mal maîtrisé et où la chaudière est trop souvent soumise à des phases
d’arrêts et de redémarrages.

2.2 • LES ÉNERGIES ENTRANTES ET LES VECTEURS ÉNERGÉTIQUES

Le vecteur énergétique de cette technologie est la vapeur d’eau qui peut être à différents niveaux de température
et de pression suivant les technologies et les besoins des procédés abordés :
• vapeur saturée,
• vapeur surchauffée.
Les énergies entrantes utilisées au niveau du brûleur pour la combustion peuvent être :
• gaz naturel, GPL, ou encore le biogaz pour certaines technologies,
• fioul : lourd ou domestique.
De plus, de l’électricité est nécessaire pour les auxiliaires tels que la pompe de circulation, le ventilateur de gaz
situé au niveau du brûleur, ou encore le système de contrôle-commande.

PRODUCTION D’ÉNERGIE DÉCENTRALISÉE - CHAUDIÈRE À VAPORISATION INSTANTANÉE PAGE 7


2.3 • CARACTÉRISTIQUES INDICATIVES

Caractéristiques Valeurs types

Débit vapeur Débit de vapeur compris entre 100 kg/h et 20 t/h


Pression de vapeur de sortie généralement comprise entre 5 et 30 bar abs, soit de la
Pression et température vapeur entre 150 et 240 °C. Certains modèles peuvent permettre l’obtention d’une
vapeur allant jusqu’à plus d’une centaine de bar abs, soit 500 °C (vapeur surchauffée)
• 70 kW à 15 MW thermiques
Gamme de puissance • Puissance électrique de ventilation du brûleur estimée entre 1,5 kW et 80 kW.
• Puissance électrique pour la pompe à eau estimée entre 0,4 kW et 80 kW.
• De l’ordre de 90 % sur PCI, 95 % sur PCI avec économiseur, 100 % sur PCI avec
Rendement
condenseur.
Temps de démarrage Compris entre 4 et 10 min
• Le volume d’une chaudière de 100 kW est estimé à environ 3 m3
Volume dimensionnel • Le volume d’une chaudière de 1 200 kW est estimé à environ 15 m3
Le volume d’une chaudière de 10 MW est estimé à environ 90 m3
Les émissions d’oxydes d’azote (NOx) sont du même ordre que pour les autres types
de chaudières de production de vapeur. Elles varient selon les fabricants, mais sont
Emissions
généralement inférieures à 100 mg/m3, respectant ainsi la réglementation en vigueur
dans le neuf

2.4 • MATURITÉ DE LA TECHNOLOGIE

Niveau de maturité Justification


• Ces générateurs de vapeur sont proposés aux industriels depuis environ 4 décennies.
• Il y a une dizaine d’années, les séparateurs vapeur/liquide en sortie de chaudière
n’existaient pas. La réticence était donc liée à la mauvaise qualité de la vapeur
produite par la technologie qui alimentait l’application industrielle.
Mature et moyennement • CAPEX (capital expenditure, ou coût d’investissement initial) assez comparable aux
diffusée chaudières classiques à tubes de fumée (typiquement de l’ordre de -15 % pour les
chaudières de moins de 4 t/h). Les industriels ont tendance à se focaliser plus sur les
coûts d’investissement que sur les coûts sur la durée de vie de l’installation.
• Relativement faible pénétration dans le marché français par rapport aux chaudières
classiques.

Ce descriptif de maturité repose sur les informations transmises par les fournisseurs et distributeurs. A titre
indicatif, les échelles qualitatives suivantes sont utilisées :
• Pour la maturité d’une technologie décentralisée :
- Mature : technologie déjà implémentée à plusieurs reprises, depuis plusieurs années
- Faiblement mature : technologie implémentée que récemment, ou à une unique reprise
- Non mature : pas de référence industrielle pour cette technologie
• Pour les taux de pénétration :
- Bien diffusée : technologie prédominante, en regard des solutions centralisées, dans au moins un secteur
industriel, ou bénéficiant de parts de marché significatives dans plusieurs secteurs industriels
- Moyennement diffusée : technologie bénéficiant d’une part de marché importante dans un secteur industriel,
ou de parts de marché non négligeables dans plusieurs secteurs industriels
- Faiblement diffusée : part de marché nulle ou anecdotique, tous secteurs confondus
PAGE 8 PRODUCTION D’ÉNERGIE DÉCENTRALISÉE - CHAUDIÈRE À VAPORISATION INSTANTANÉE
2.5 • AVANTAGES ET INCONVÉNIENTS

Avantages

•S
 uppression des pertes réseaux.
•R
 endement PCI généralement compris entre 90 % et 100 % en fonction des
Efficacité énergétique systèmes récupérateurs d’énergie mis en place. Cette technologie peut consommer
jusqu’à 30 % de moins qu’une chaudière traditionnelle lors de fortes et fréquentes
variations de la demande.
Le temps de démarrage à froid est rapide : compris entre 5 et 10 min (contre
au moins une heure pour une chaudière à tubes de fumées non maintenue
« en bouillote »). De ce fait, cette technologie est appropriée à un mode de
Flexibilité et réactivité
fonctionnement par intermittence (arrêts/redémarrages fréquents). La
chaudière n’a pas besoin d’être maintenue « en bouillote » (faibles volumes d’eau),
contrairement aux chaudières à tubes de fumées, d’où des économies d’énergie.
• Technologie classée Catégorie 3 dans la réglementation des appareils sous pression :
implantation dans les ateliers, au plus près des postes consommateurs de vapeur. La
construction d’une chaufferie dédiée peut ainsi être évitée.
• Encombrement et poids réduits. Ces unités, qui peuvent généralement être montées
Facilité de mise en œuvre en skid, s’incorporent facilement sur des procédés existants en remplacement
et de maintenance d’anciennes chaudières. De plus, l’installation et le déplacement de ce type d’unité
sont facilités, ce qui permet de réduire les coûts d’installation.
• Maintenance simplifiée : compte tenu du faible volume d’eau sous pression, certaines
chaudières échappent aux exigences les plus contraignantes, en termes d’installation
et de maintenance, de la DESP (Directive des Equipements Sous Pression).

Inconvénients et points de vigilance

Risque d’encrassage du serpentin en cas de mauvais traitement d’eau. Il faut


Fiabilité alors changer les serpentins. La durée de vie ainsi que le prix des serpentins varient
en fonction des fabricants.
 echnologie moins réactive lors des variations de charge que les chaudières à tubes
T
Performance de fumées maintenues « en bouillote » lors des variations de charge d’un procédé, ou
lors de microcoupures électriques.
• Cette technologie affiche des risques de primage ayant pour conséquence une
baisse de la qualité de la vapeur, notamment en cas de variation de charge.
Toutefois, la fiabilité des séparateurs actuels permet l’utilisation de vapeur sèche.
Qualité de vapeur
• Dans le cas de tonnage importants de vapeur, un accumulateur peut être nécessaire
pour pallier les variations de charge contrairement aux chaudières classiques (la
quantité d’eau dans la chaudière étant limitée).
Cette technologie peut présenter des niveaux de puissance acoustique légèrement
supérieurs à ceux des chaudières à tubes de fumées en raison des technologies de
Nuisance sonore
pompes à eau mises en oeuvre. Toutefois, la pression acoustique ne dépasse pas les
80 dB(a).

PRODUCTION D’ÉNERGIE DÉCENTRALISÉE - CHAUDIÈRE À VAPORISATION INSTANTANÉE PAGE 9


3 Applications sectorielles
Les principaux usages et secteurs industriels sont :

Secteur Usage

Agroalimentaire Cuisson, pasteurisation, stérilisation


Pharmaceutique Stérilisation
Chimie Chauffage de réacteur
Blanchisserie Tunnels de finition
Textile Séchage, blanchiment, autoclave
Papeterie Humidification de l’air, encollage, séchage
Mécanique Chauffage de bains

PAGE 10 PRODUCTION D’ÉNERGIE DÉCENTRALISÉE - CHAUDIÈRE À VAPORISATION INSTANTANÉE


4 Exemple de réalisation
Industrie agroalimentaire : panification de biscottes.

Contexte Description

Procédé d’application : panification de biscottes.


Une nouvelle ligne de fabrication de biscottes a été installée avec l’installation d’un
Nature de l’opération four de panification utilisant de la vapeur. Le four est distant du réseau de vapeur
existant et, de plus, les besoins en vapeur sont variables et surtout avec des périodes de
fonctionnement intermittentes. La consommation de vapeur du four est de 900 kg/h.
L’entreprise fonctionne en 2 x 8 durant 5 jours par semaine, soit 4 000 h par an.
La chaudière est arrêtée le soir et remise en service le lendemain matin. Elle est à
l’arrêt durant tout le week-end. Le cycle de panification impose des fluctuations de la
demande de vapeur.
Solution thermique antérieure
Les activités de panification sont alimentées par une chaudière à production centralisée
de vapeur, à tubes de fumées. La construction de cette nouvelle ligne de production de
biscottes dans un bâtiment annexe a donné lieu à l’étude de 2 solutions :
• étendre le réseau vapeur de la chaudière à production centralisée vers ce nouveau
bâtiment,
Contexte et objectif de l’opération • mettre en place une chaudière à vaporisation instantanée spécifique pour cette ligne
de production.
L’installation actuelle, mise en place il y a 20 ans, présente un rendement de production
de vapeur centralisée de 80 % sur PCI, en raison des pertes en réseau, mais surtout
parce que les fluctuations de régime entraînent des pertes thermiques préjudiciables
au rendement. La chaudière à vaporisation instantanée adaptée aux arrêts répétés
et équipée d’un économiseur présente un rendement de 95 % sur PCI. De plus, elle
présente une compacité relative permettant son installation dans le bâtiment.
Le choix s’est porté sur la chaudière à vaporisation instantanée en raison de son
rendement plus élevé que la solution centralisée et de son adaptabilité au besoin en
vapeur.
• L’achat de la chaudière à vaporisation instantanée de 650 kW est estimé à 75 k€
Comparaison des solutions
en termes d’investissement • L’extension du réseau de vapeur est ici négligeable au regard des coûts d’installation
de la chaudière à vaporisation instantanée
Les consommations énergétiques seraient les suivantes :
• chaudière à production de vapeur centralisée : 2 750 MWh (PCS),
Gains énergétiques et financiers
• chaudière à production instantanée : 2 315 MWh (PCS).
Le gain énergétique est de 435 MWh (PCS), soit 15,2 k€.

Comparaison des coûts • Coût de maintenance annuelle de la chaudière à vaporisation instantanée : 1,8 k€.
de maintenance • Coûts de maintenance du réseau centralisé négligeable.
TRI (Temps de Retour sur Par rapport à l’extension du réseau de vapeur centralisé, la mise en place d’une chaudière
Investissement) estimé à vaporisation instantanée présente un TRI de 5 ans et demi.
Les gains énergétiques et économiques ainsi que le temps de retour sur investissement
associé sont ici essentiellement basés sur la différence de rendement entre le système
centralisé et la technologie de chaudière à vaporisation instantanée. L’utilisation de
Autres apports / et points cette technologie améliore le rendement de la production d’énergie thermique, en
de vigilance de la solution raison de sa faible inertie lors de procédés ayant des demandes fluctuantes, mais peut
décentralisée mise en place également induire des avantages tels que : possibilité d’arrêter la chaudière de manière
plus fréquente, des temps de démarrage plus courts.
Ces avantages ne doivent pas faire oublier que la qualité de l’eau est un élément
essentiel pour la longévité du serpentin de la chaudière.

PRODUCTION D’ÉNERGIE DÉCENTRALISÉE - CHAUDIÈRE À VAPORISATION INSTANTANÉE PAGE 11


Les hypothèses utilisées dans les calculs économiques précédents sont les suivantes :
Besoins usine
•C
 onsommation maximum : 900 kg/h de vapeur
•F
 onctionnement annuel de 4 000 h/an
•C
 onsommation thermique annuelle 2 000 MWh

Caractéristiques de la chaudière à vaporisation instantanée


•P
 rix d’une chaudière à vaporisation instantanée de 900 kg/h : 75 k€
•C
 oût annuel de la maintenance, incluant pièces et MO : 1,8 k€
•R
 endement de la chaudière : 95 % (PCI)

Caractéristiques chaufferie
•R
 endement global de l’installation : 80 %

Prix des énergies


•G
 az naturel : environ 35€/MWh (PCS), sans inflation

PAGE 12 PRODUCTION D’ÉNERGIE DÉCENTRALISÉE - CHAUDIÈRE À VAPORISATION INSTANTANÉE


LES COLLECTIONS
DE L’ADEME
L’ADEME EN BREF
ILS L’ONT FAIT
L’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) L’ADEME catalyseur : Les acteurs
participe à la mise en œuvre des politiques publiques dans les témoignent de leurs expériences et
partagent leur savoir-faire.
domaines de l’environnement, de l’énergie et du développement
durable. Elle met ses capacités d’expertise et de conseil à EXPERTISES
L’ADEME expert : Elle rend compte
disposition des entreprises, des collectivités locales, des pouvoirs des résultats de recherches, études
et réalisations collectives menées
publics et du grand public, afin de leur permettre de progresser sous son regard.
dans leur démarche environnementale. L’Agence aide en outre au
financement de projets, de la recherche à la mise en œuvre et ce, FAITS ET CHIFFRES
L’ADEME référent : Elle fournit
dans les domaines suivants : la gestion des déchets, la préservation des analyses objectives à partir
d’indicateurs chiffrés régulièrement
des sols, l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables, les mis à jour.
économies de matières premières, la qualité de l’air, la lutte contre
le bruit, la transition vers l’économie circulaire et la lutte contre le CLÉS POUR AGIR
L’ADEME facilitateur : Elle élabore
gaspillage alimentaire. des guides pratiques pour aider
les acteurs à mettre en œuvre
L’ADEME est un établissement public sous la tutelle conjointe du leurs projets de façon méthodique
et/ou en conformité avec la
ministère de la Transition Ecologique et Solidaire et du ministère réglementation.
de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.
HORIZONS
L’ADEME tournée vers l’avenir : Elle
www.ademe.fr propose une vision prospective et
réaliste des enjeux de la transition
@ademe énergétique et écologique, pour
un futur désirable à construire
ensemble.

PRODUCTION D’ÉNERGIE DÉCENTRALISÉE - CHAUDIÈRE À VAPORISATION INSTANTANÉE PAGE 13


PRODUCTION D’ÉNERGIE
DÉCENTRALISÉE
CHAUDIÈRE À VAPORISATION
INSTANTANÉE
Les fiches « Production d’énergie
La question d’utiliser une production centralisée d’énergie décentralisée » présentent
pour desservir plusieurs process ou de décentraliser cette 10 solutions technologiques
production auprès de chaque usage mérite d’être posée. et 10 secteurs industriels dans
lesquels ces solutions peuvent
Elle le mérite d’autant plus lors de la mise en service d’un
nouveau process ou de l’extension d’un site industriel. répondre efficacement à
un besoin en process.
Souvent moins connues que la production centralisée Elles apporteront aux industriels
d’énergie associée à un réseau de distribution, les solutions
et aux bureaux d’études
décentralisées peuvent pourtant générer des économies
d’énergie substantielles dans certaines configurations. des éléments théoriques
et pratiques permettant de
Centralisé ou décentralisé ? En fonction des sites industriels, cerner en première approche
des process, des besoins, l’une ou l’autre de ces solutions la pertinence de mettre en place
sera plus pertinente, en termes de performance énergétique
notamment. Le choix devra être étudié au cas par cas, site
des solutions décentralisées sur
par site. un site industriel.

www.ademe.fr

ISBN : 979-1-02970-919-7

8660

9 7 9 1 0 2 9709197