Vous êtes sur la page 1sur 48

revue internationale des auditeurs et des contrôleurs internes

« Plus l’audit interne


est performant, plus
ses travaux sont utiles
à l’auditeur externe »
Didier Migaud
Premier président de la Cour des Comptes

DOSSIER
L’audit interne dans le secteur public
Des avancées notables dans les ministères ;
un léger frémissement dans les collectivités territoriales

N°006
2e trimestre 2016
SOMMAIRE

05 EDITO
L’audit interne dans le secteur public
Des avancées notables dans les ministères ; un léger
frémissement dans les collectivités territoriales?

06 CHRONIQUE
Conformité
4 observations sur les affaires récentes

08 VOIX DE LA FRANCOPHONIE
La voix de la francophonie « voyage bien »

11 OUVERTURE SUR LE MONDE


« Unaoil, the company that bribed the world »

13 RENCONTRE AVEC ...


Didier Migaud, Premier président de la Cour des
comptes

17 DOSSIER
18 Point sur la mise en place de l’audit interne dans
les ministères
L’apport du Comité d’harmonisation de l’audit interne
(CHAI)
20 Le développement de l’audit interne
au Conseil général de l'environnement et
du développement durable (CGEDD)
23 La fonction d’audit interne de l’inspection générale
des affaires sociales (IGAS)
De la naissance à l’âge de raison
26 Audit interne et audit externe des comptes de l’État
Quelle complémentarité ?
29 Ce que les enquêtes concernant l’audit interne et
la gestion des risques nous révèlent sur les pratiques
dans les collectivités territoriales
32 L’audit interne dans les collectivités
Des initiatives à concrétiser
35 De la qualité vers la certification des comptes
des collectivités locales
où en sommes-nous aujourd’hui ?

38 À LA DÉCOUVERTE DE ... 17 DOSSIER


L’audit interne dans le secteur public
38 L’audit interne à la Commission européenne
Un dispositif conforme aux normes internationales,
confronté aux spécificités du contexte européen
40 Québec : regard d’une vérificatrice générale sur l’audit interne
Une collaboration en vue de l’amélioration
des organismes publics
42 La cellule d’audit interne et l’inspection dans
les Administrations des Etats de l’UEMOA
Guerre fratricide pour la notoriété et le prestige
ou « fausses jumelles » au destin commun ?

37 ACTUALITÉ

n° 006 — audit, risques & contrôle — 2e trimestre 2016 03


EDITO
L’audit interne dans
le secteur public
Des avancées notables dans les ministères ;
un léger frémissement dans les collectivités
territoriales

C
’est à la fin des années 2000 que, timidement, l’audit interne voit le jour
dans les administrations centrales de l’Etat. Mais c’est à la suite du décret
du 28 juin 2011, complété par une circulaire du premier ministre du 30
juin, que cette fonction s’est peu à peu déployée dans l’ensemble des
audit, risques & contrôle ministères. En quelques années, grâce au dynamisme des missions ministérielles
La revue internationale des auditeurs et des contrôleurs internes d’audit interne, à la forte implication des comités ministériels d’audit et à l’action
n°006 - 2e trimestre 2016 déterminante du Comité d’Harmonisation de l’Audit Interne (le CHAI), des progrès
EDITEUR considérables ont été accomplis, gommant grandement les différences qu’il
Union Francophone de l’Audit Interne (UFAI) pouvait y avoir avec le secteur privé. Les deux exemples présentés ici, celui des
Association Loi 1901 ministères de l’écologie et du logement et celui des ministères chargés des
98 bis, boulevard Haussmann - 75008 Paris (France) affaires sociales en sont une parfaite illustration.
Tél. : 01 40 08 48 00 - Mel : institut@ifaci.com
Internet : www.ufai.org
Il faut associer à cette réussite la Cour des comptes qui a porté un regard attentif
à l’implantation des services d’audit interne dans les administrations centrales
DIRECTEUR DE PUBLICATION de l’Etat. Au fil du temps, elle s’est assurée de leur indépendance et de leur profes-
Mireille Harnois sionnalisme, et a conclu des protocoles d’échanges avec certains d’entre eux, la
RESPONSABLE DE LA RÉDACTION Cour les considérant dès lors comme des interlocuteurs privilégiés au sein des
Philippe Mocquard ministères. Je vous recommande donc de lire avec la plus grande attention l’in-
terview que Didier Migaud, son premier président a bien voulu nous accorder.
RÉDACTEUR EN CHEF
Louis Vaurs Pour les collectivités territoriales, la fonction maîtrise des risques a plus de mal à
COMITÉ RÉDACTIONNEL
s’implanter comme le constate la Chambre régionale des comptes d’Aquitaine,
Louis Vaurs - Mireille Harnois - Eric Blanc - Limousin, Poitou-Charentes. Des démarches, trop peu nombreuses il est vrai,
Antoine de Boissieu - Christian Lesné témoignent toutefois de la volonté de certains exécutifs locaux de se doter de
moyens nécessaires à la maîtrise des risques pour une utilisation efficiente des
SECRÉTARIAT GÉNÉRAL deniers publics. C’est le cas notamment du département de la Seine Saint Denis
Eric Blanc - Tél. : 06 15 04 56 32 - Mel : eblanc@ifaci.com
dont l’expérience – réussie – d’une direction de l’audit, du contrôle interne et de
CORRESPONDANTS la gestion des risques nous est présentée ici.
Amérique : Farid Al Mahsani
Maghreb : Nourdine Khatal Que se passe-t-il à l’extérieur de la France ? En Europe, la Commission a créé, en
Afrique subsaharienne : Fassery Doumbia 2000, un service d’audit interne qui mène ses travaux conformément aux normes
professionnelles de l’IIA. Au Québec, il y a bien longtemps que l’audit interne s’est
RÉALISATION développé dans le secteur public, entretenant avec le vérificateur général une
EBZONE Communication collaboration fructueuse. En Afrique francophone subsaharienne, l’inspection
22, rue Rambuteau - 75003 Paris
générale des services occupe toujours
Tél. : 01 40 09 24 32 - Mel : ebzone@ebzone.fr
une place prépondérante, l’audit
IMPRESSION interne qui bénéficie d’un certain
Imprimerie de Champagne phénomène de mode tend toutefois
Rue de l’Etoile de Langres - ZI Les Franchises à se développer. L’auteur se demande
52200 Langres s’il ne serait pas opportun de combi-
ABONNEMENT ner les spécificités propres à chacune
Michèle Azulay - Tél. : 01 40 08 48 15 de ces deux activités pour aboutir à ce
Mel : mazulay@ifaci.com qu’il appelle l’audit intégré. A regarder
de plus près !
Revue trimestrielle (4 numéros par an)
ISSN : 2427-3260 Avant de vous plonger dans l’univers
Dépôt légal : juin 2016 de l’audit public, lisez les deux articles
Crédit photo couverture : © ELombard / Cour des comptes consacrés aux affaires : Panama Papers
et Unaoil. Edifiant !
Prix de vente au numéro : 25 € TTC
Et n’oubliez pas la Voix de la
Les articles sont présentés sous la responsabilité Francophonie où la présidente de
de leurs auteurs. l’UFAI « persiste et signe : oui tout est
connecté ». Réconfortant !
Bonne lecture. 
Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle,
faite sans le consentement de l’auteur, ou de ses ayants droits,
ou ayants cause, est illicite (loi du 11 mars 1957, alinéa 1er de
l’article 40). Cette représentation ou reproduction, par quelque
procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon sanction- Louis Vaurs - Rédacteur en chef
née par les articles 425 et suivants du Code Pénal.

Cette revue est imprimée


avec des encres végétales.
n° 006 — audit, risques & contrôle — 2e trimestre 2016 05
Conformité
4 observations sur les affaires récentes

L
'affaire des Panama de ne pas faire correctement leur impacts indirects en termes peuvent aussi coûter très cher.
Papers a impliqué plu- travail, comme l'a fait le Conseil d'image de marque, de réputa- Outre ces risques à 10 milliards, il
sieurs grandes banques, de DNB. Mais à l'inverse, s'ils les tion commerciale, de perte y a eu sur la même période plus
accusées d'avoir facilité couvrent de façon intensive, ils d'opportunité, de motivation de 150 d'affaires qui ont eu des
l'évasion ou la fraude fiscale de risquent d'être vus comme une des collaborateurs... impacts supérieurs au milliard
leurs clients. Parmi les banques fonction pointilleuse, qui n'a pas d'euros pour les sociétés concer-
mises en cause figurait la le sens du business et qui Si l'on se base sur les seuls nées.
première banque norvégienne complique le travail des opéra- impacts financiers visibles, on
(DNB). Le Conseil d'administra- tionnels. Pour trouver le juste peut cependant faire 4 observa- 2- Les risques sont
tion de la banque a rapidement milieu, il faudrait pouvoir évaluer tions sur l'évolution des risques essentiellement aux Etats-
réagi par un communiqué où il les risques de conformité, pour de conformité. Unis
expliquait que tout cela était la pouvoir justifier l'action de l'audit Les Etats-Unis concentrent
faute de... l'audit interne ! Ce et du contrôle interne. 1- L'émergence de risques à toujours le gros du risque. Dans
dernier n'ayant pas identifié ou 10 milliards beaucoup de cas, les Etats-Unis
fait remonter les pratiques de la Une probabilité et un Le premier fait marquant est que sont quasiment le seul pays a
filiale luxembourgeoise, respon- impact difficiles à l'on assiste à la multiplication des avoir sanctionné de façon signifi-
sable des cas révélés par les évaluer très gros risques, avec des cative des irrégularités : on
Panama Papers. impacts de l'ordre de la dizaine de constate ainsi que les affaires de
Il est difficile de mesurer les milliards ou plus (Cf. tableau 1). corruption n'ont eu des impacts
Quel positionnement risques de conformité avec préci- supérieurs à un milliard de dollars
face aux risques de sion, pour deux raisons : Depuis 10 ans, 10 sociétés ont qu'aux Etats-Unis ; il en est de
conformité ?  Tout d'abord, il est toujours ainsi eu à payer des sommes même des affaires touchant à la
délicat d'estimer la probabilité approchant ou dépassant les 10 sécurité des produits, à l'environ-
Cette affaire illustre bien le d'occurrence des risques juri- milliards de dollars. Si les nement, aux pratiques commer-
problème posé par la montée diques. pratiques commerciales liées aux ciales, au reporting financier...
des risques de conformité à l'au-  Ensuite, leurs impacts ne sont subprimes représentent 4 cas à Il est plus rapide de recenser les
dit et au contrôle internes : s'ils ne pas faciles à chiffrer, car au delà elles seules, on peut noter que les risques de conformité qui se
couvrent pas assez les risques de des impacts visibles (amendes, risques liés à la conformité des situent ailleurs qu'aux Etats-Unis.
conformité, on leur reprochera dommages et intérêts), il y a les produits et à l'environnement Sur ces dernières années, on

06 2e trimestre 2016 — audit, risques & contrôle - n° 006


CHRONIQUE

Tableau 2 : Affaires significatives hors OCDE, 2015-2016

Pays Sociétés impactées Affaires Impacts

Chine Qualcomm Concurrence : 1 mrd $ 1 mrd $

Nigéria MTN Pratiques commerciales : 3,4 mrd $ 3,4 mrd $

Brésil Vale + BHP Environnement : minimum 6 mrd $ 6 mrd $

Chine Glaxo Pratiques commerciales : 0,5 mrd $ 0,5 mrd $

nées dépassant les 30 milliards sanctionnent dans 80 % des cas Rien qu'entre 2005 et 2007, la
d'euros1. des sociétés européennes, et très justice américaine avait
peu de sociétés américaines. Les condamné 6 sociétés à des
En dehors de cela, on ne recense autorités américaines font la amendes supérieures à un
que des cas isolés, sans que l'on même chose : en 2014-2015, milliard, pour des faits antérieurs
puisse vraiment parler de poli- dans 80 % des cas, elles ont sanc- à l'entrée en vigueur de la loi
tique systématique de la part de tionné des sociétés européennes SOX. Il semble donc que la loi a
l'Etat concerné. ou asiatiques, les sociétés améri- bien permis de limiter les cas de
© Leo Lintang - Fotolia.com

caines n'étant concernées que grosses fraudes comptables, à la


3- Les Européens gèrent mal dans moins de 20 % des cas. Enron ou Worldcom, ce qui était
certains risques Enfin, le risque lié à la violation son objectif.
La troisième observation que l'on d'embargos concerne presque
peut faire est que les entreprises exclusivement des sociétés euro- Des augmentations
américaines gèrent mieux péennes, sanctionnées aux Etats- récentes ailleurs
certains risques de conformité Unis (BNP Paribas, mais aussi
que leurs consoeurs Européen- Commerzbank, HSBC, Lloyds, Enfin, même s'il est trop tôt pour
remarque ainsi que : nes. C'est le cas notamment des ABN Amro...). parler d'une tendance, on note
 les Européens ont été très risques liés à l'éthique des affaires plusieurs cas isolés de risques
actifs en matière de concur- (la corruption) : toutes les affaires 4- SOX semble efficace significatifs en dehors des pays
rence, avec des dizaines significatives ont été sanction- La dernière observation est que OCDE.
d'amendes supérieures à 100 nées aux Etats-Unis, mais les la loi SOX semble avoir bien fonc-
millions d'euros, mais toutes sociétés américaines n'étaient tionné. Depuis 2004, il n'y a eu L'attitude du Brésil dans la
inférieures au milliard d'euros ; concernées que dans 20 % des que deux sanctions supérieures à récente affaire concernant l'envi-
 le Royaume-Uni a sanctionné cas, contre 70 % pour les Euro- un milliard de dollars pour ronnement est d'ailleurs significa-
très durement des pratiques péennes. communication financière tive : après avoir négocié une
commerciales interdites dans On peut faire la même remarque mensongère (HSBC et BofA, pour première fois avec les action-
le domaine bancaire, avec un en matière de droit de la concur- leur communication financière à naires de la société concernée,
coût pour les banques concer- rence : les autorités européennes la suite de la crise des subprimes). pour 6 mrd $, les autorités brési-
liennes ont déclaré que cet
Tableau 1 : Affaires de conformité à 10 mlr $ et plus accord n'était qu'une première
étape, et qu'ils comptaient suivre
Sociétés Faits Années Impacts désormais la méthode utilisée
par les Etats-Unis pour calculer
Wyeth Ayeth Responsabilité produit 1999-2006 22 mlr $
l'amende infligée à BP.
Bank of America Subprime 2008-2014 55 mlr $
Cette affaire illustre bien la
JP Morgan Chase Subprime 2008-2014 30 mlr $ tendance à la hausse des risques
de conformité, qu'il s'agisse de
Citigroup Subprime 2008-2014 12 mlr $ leur impact (pouvant atteindre
les 10 milliards) ou de leur proba-
Wells Fargo Subprime 2008-2014 10 mlr $ bilité (qui concerne désormais
aussi les pays hors OCDE). 
BNP Paribas Embargo 2014 9 mlr $
Antoine de Boissieu
BP Marée noire 2010-2015 60 mlr $ Associé, OSC Solutions
Takeda/Lilly Responsabilité produit 2014 9 mlr $

Volkswagen Responsabilité produit 2016-... 20 - ? mlr $


1 Dans l'affaire des Payment Protection Insurance
(PPI), ou de vente abusive d'assurance sur des
Samarco (Vale + BHP) Environnement 2016-... 6 - ? mlr $ crédits immobiliers.

n° 006 — audit, risques & contrôle — 2e trimestre 2016 07


VOIX DE LA FRANCOPHONIE

© madpixblue - Fotolia.com
La voix de la francophonie
« voyage bien »
I
l y a quelques années déjà, j’ai cement des capacités. Je persiste francophones, voilà une belle tés à joindre ce Conseil. Notre
eu le privilège de rencontrer et je signe : oui, tout est occasion à saisir et la Franco- participation permet, au nom des
le Dr. David Suzuki1 , un scien- connecté ! phonie la saisit pleinement ! pays francophones, de bien
tifique de réputation mon- mettre en avant les enjeux et les
diale, qui m’a offert cette Ces mots se déclinent aussi dans Un premier atelier a eu lieu l’été opportunités, de faire connaître
dédicace : « Everything is connec- le quotidien de l’UFAI, qui dernier à Cape Town, regroupant les besoins des instituts, les
ted ». Il faisait alors référence, sans rassemble, réunit, permet le les leaders des instituts africains enjeux de ressources (financières
doute, au climat, à l’économie, à partage et la création de liens pour discuter, identifier les défis, et technologiques), les défis et les
la nature, à la viabilité des com- plus forts. Effectivement, en nous les obstacles, les ressources forces. Ceci doit permettre de
munautés, bref, à tous les sujets connectant via ce réseau, on nécessaires et établir un plan s’arrimer aux objectifs, exigences
relatifs à l’environnement. Mais peut progresser et se développer pour les cinq prochaines années. et attentes de l’IIA, afin de mettre
ces simples mots sont devenus plus rapidement. D’ailleurs, en place des solutions permet-
mon mantra et ont depuis guidé plusieurs souhaitent de plus en Pour y donner suite et maximiser tant de faire évoluer la profession
chacune de mes actions. Oui, plus s’y joindre et s’intégrer à les chances de succès, en décem- et d’assurer une diversification
effectivement, tout dans la vie est cette grande toile francophone. bre dernier, l’IIA a créé le « African tant au niveau géographique
connecté !

Notre vocation : le
progrès par le partage
« Il est essentiel que chaque auditeur, peu importe
l’endroit où il vit, puisse avoir accès à un ensemble
Lorsque l’on saisit la puissance de
ces mots, notre imagination n’a
plus de limites. Chacun peut faire
de services
»
Actuellement, il y a beaucoup
Initiatives Advisory Council », afin
de bénéficier de la sagesse
que des secteurs. Il est essentiel
que chaque auditeur, peu
cet exercice et rapidement être d’initiatives en cours, de projets collective des différentes entités importe l’endroit où il vit, puisse
en mesure de tisser une grande de développement et de liens et de s’assurer de bien cibler les avoir accès à un ensemble de
toile. Ma toile personnelle, je la qui se créent, particulièrement actions à entreprendre. De l’UFAI, services : documentation, enca-
tisse en faisant les liens entre les sur le continent africain où l’IIA a Mounim Zaghloul, vice-président drement, activités de réseautage
communautés, l’audit interne, la mis en œuvre des initiatives pour l'Afrique du Nord et le et de formation.
Francophonie, le « Progrès par le spécifiques. Comme le continent Moyen-Orient, ainsi que moi- Nous amorçons donc une série
partage », sans oublier le renfor- Africain regroupe plusieurs pays même, présidente, avons été invi- d’actions par la tenue à Nairobi,

08 2e trimestre 2016 — audit, risques & contrôle - n° 006


VOIX DE LA FRANCOPHONIE
les 9 et 10 mai, du premier
« African Leadership Academy ». Il African Leadership Academy
s’agit d’un concept qui n’existait
qu’en Amérique du Nord où, L’African Leadership Academy a eu lieu au Kenya
annuellement, l’IIA invite des les 9 et 10 mai dernier. Cette rencontre interac-
leaders d’instituts afin de leur tive et animée était destinée exclusivement au
offrir une occasion de réseau- personnel, aux bénévoles et aux gestionnaires
tage, leur permettre de partager d’instituts Africains. L’objectif était de présenter
les meilleures pratiques de l’IIA et ses services et renforcer les liens. Cela est
gestion d’Instituts avec d’autres une occasion unique pour le partage d'idées,
leaders, et de découvrir les meil- d'expériences et de sagesse.
leures habiletés et « recettes » Le programme offrait deux journées
consacrées devant leur permet- d’échanges, débutant par une présentation du
tre d’amener leur institut vers président et chef de la direction de l'Institute of
plus de professionnalisme et de Internal Auditors (IIA), Richard Chambers, suivi
reconnaissance légitime par de plusieurs thèmes dont l’évolution de l’initia-
toutes les parties prenantes. Ce tive de développement de l’audit interne sur le
« Leadership Academy » a donc continent Africain.
frayé son chemin jusqu’au Kenya, Des panels de discussion sur le leadership d’ins-
précisément à Nairobi. tituts étaient prévus ainsi que des ateliers
portant sur l’organisation d’événements, la
En mai nous aurons ainsi bien promotion de la profession, des conseils pour le
souligné et fait vivre le « mois succès des instituts, des outils, les ressources
international de la sensibilisation nécessaires et bien sûr des périodes conviviales
à l'audit interne ». d’échanges.
L’inscription s’est complétée avec 41 participants provenant d’instituts Africains membres de l’IIA, ainsi
Il sera intéressant, d’ici quelques que la présence de 9 représentants de l’IIA. Le nombre de participants a dépassé les attentes et se
années, de constater le résultat situe bien au-delà des différents types d’ateliers de l’IIA organisé en sol africain jusqu’à maintenant.
de ces initiatives par la progres-
sion en termes du nombre de
membres francophones en parti-
culier sur le continent africain. le cas d’une association à avec ces nouveaux instituts ont informer des initiatives de déve-
Madagascar et c’est le cas aussi été multipliées si bien que je me loppement et les sensibiliser à
L’émergence de au Gabon. suis rendue au Gabon pour tout ce que le réseau de l’UFAI
nouvelles associations rencontrer le Conseil de peut apporter. D’ailleurs, dans le
Les opportunités l’Association Gabonaise des cadre du 32ème Festival internatio-
Avec toute cette activité dans le d’échanges et de Auditeurs et Contrôleurs Internes nal de cinéma Vues d'Afrique où
réseau et tout le potentiel, il n’est rencontres (AGACI). Au programme, une le Gabon était à l’honneur, j’ai eu
pas surprenant de voir de journée dédiée au Conseil de le privilège d’un entretien en
nouveaux groupes se former et Depuis plusieurs mois, les occa- l’AGACI suivie d’une journée pour coulisses avec S.E.M. Sosthène
nous en sommes ravis. Le terrain sions de partage et d’échanges rencontrer les professionnels, les Ngokila, ambassadeur du Gabon
de jeu devient encore plus grand
pour réunir la francophonie !

Des instituts déjà membres de


l’UFAI font désormais partie de
l’IIA, c’est le cas de IIA Togo et de
IIA Niger. Plus récemment, de
nouvelles associations franco-
phones ont manifesté également
leur intérêt à se joindre à l’UFAI et
à créer de nouveaux liens. Ces
liens de solidarité et d’entraide
entre francophones permettent
d’offrir aux instituts un encadre-
ment de développement pour se
préparer à joindre l’IIA, et ainsi
être en mesure de promouvoir la
profession dans leur pays et bien
servir la communauté, ce qui leur
permettra de multiplier les liens
avec les professionnels, les auto-
rités et les parties prenantes. C’est De g. à d. : Mireille Harnois , présidente de l’UFAI, Valérie Assélé, Conseiller Chargé des Affaires Consulaires du Gabon au Canada,
et S.E.M. Sosthène Ngokila, Ambassadeur du Gabon au Canada

n° 006 — audit, risques & contrôle — 2e trimestre 2016 09


VOIX DE LA FRANCOPHONIE

au Canada ainsi que Madame aussi que la Conférence AFIIA a Conférence maghrébine de l’au- le déploiement de services d’au-
Valérie Assélé, Conseiller Chargé lieu, avec plusieurs conférenciers dit interne les 22-23 mai 2016 à dit interne.
aux Affaires Consulaires. Ce fut un francophones inscrits au pro- Alger.
échange très intéressant où le gramme. La distance n’a maintenant plus
développement et l’avenir de la Dans tous les cas, la commu- d’importance, c’est la langue fran-
profession ont été mis au premier Pendant ce temps, plusieurs nauté francophone provenant de çaise, la passion pour notre
plan. De nouveaux liens ont été autres activités sont déjà en cours différents continents, se mobilise profession et le sentiment de soli-
créés, si bien qu’au retour du d’élaboration, notamment la 5ème pour accompagner, s’entraider, darité qui nous gardent bien
Gabon et dans un prochain édition de la Semaine de l’audit évoluer et faire de grands pas. connectés. 
voyage à Ottawa, je saisirai l’occa- interne en Haiti2 et le Forum Cette progression ouvre la voie à
sion pour promouvoir les efforts national au Togo sous le thème des chantiers pour des projets
et le travail accomplis par l’AGACI. « Pratique de l'audit et du contrôle d’accompagnement auprès de Mireille Harnois, Présidente de
interne » et bien entendu l’incon- partenaires et bailleurs de fonds l’Union Francophone de l’Audit
Voilà une autre démonstration tournable 12ème Conférence inter- pour la promotion, la création et Interne
que « tout est connecté » ! nationale de l’UFAI & 4ème
Conférence annuelle de l’IFACI les
C’est ainsi que je me rends en 14-15 novembre à Paris. 1 Le docteur David Takayoshi Suzuki est un généticien célèbre pour sa promotion des sciences et son

militantisme écologiste. Il a reçu le Prix Nobel alternatif en 2009. Il est cofondateur de la Fondation David
Afrique pour une visite à Suzuki, scientifique, environnementaliste, récipiendaire de nombreux prix, possède une renommée
Libreville au Gabon, pour enchai- D’autres événements ont été internationale pour ses 30 années de travail à titre de communicateur et de vulgarisateur scientifique. Il a reçu
20 doctorats honorifiques d'universités canadiennes, quatre américaines et deux australiennes. Il a eu
ner ensuite vers Nairobi au Kenya réalisés avec succès, notamment l'honneur de recevoir six noms de Premières Nations, a été formellement adopté par deux tribus, et est membre
pour le « African Leadership le Forum annuel des chefs d'audit honoraire des Premières Nations Dehcho
Academy ». C’est à cet endroit interne (IIA Liban) et la 3ème 2 https://drive.google.com/open?id=0B6nSXhAv5854amdsMHI2LTFTNTA

10 2e trimestre 2016 — audit, risques & contrôle - n° 006


OUVERTURE SUR LE MONDE

« Unaoil, the company


© Tomasz Zajda - Fotolia.com

that bribed the world »


L
'affaire des Panama leaks a largement gazières, mais des marchés attribués aux sous- projet off-shore (Kashagan). Vue sa taille, ce
occulté une autre affaire, sans doute traitants, qu'il s'agisse de marchés d'ingénie- projet est géré par un consortium réunissant
toute aussi significative pour le monde rie, de construction, de services... la compagnie pétrolière nationale et plusieurs
des entreprises : il s'agit de l'affaire Si l'on se fie au dossier publié, la liste des majors. La gestion du projet a été confiée à
Unaoil, du nom d'une petite compagnie clients d'Unaoil est impressionnante. Le l'une de ces majors, en l'occurrence la compa-
spécialisée dans les services aux industries du Huffington Post cite pèle mêle Samsung, gnie pétrolière italienne, ENI. C'est donc ENI
secteur pétrolier. Hyundai, Rolls-Royce, Halliburton, Honeywell, qui était chargée d'organiser les appels d'of-
Technip, Tecnidas Reunidas, et bien d'autres. fres pour les investissements, qui se chiffrent
Des fuites au Huffington Post Les techniques utilisées sont intéressantes en dizaines de milliards de dollars. On aurait
pour trois raisons. pu penser qu'Unaoil n'oserait pas viser ces
Tout est parti d'une enquête du Huffington appels d'offres, puisqu'ils étaient organisés et
Post, menée à partir de milliers de documents Des agents permanents gérés par une grande société internationale,
internes à Unaoil, apparemment surtout des bien placés et non par la compagnie kazakhe. Qu'à cela
échanges de mail. Ces documents auraient ne tienne. Unaoil a identifié quelques cadres
mystérieusement « fuité ». Vu le secteur d'ac- Le premier enseignement est que Unaoil clefs au sein d'ENI et, d'après le Huffington
tivité et les implications possibles, la fuite a n'avait pas une approche contrat par contrat, Post, aurait réussi à les acheter. Outre le
peut-être été organisée par un acteur qui y mais fonctionnait plutôt en corrompant de Kazakhstan, ces cadres auraient truqué des
avait intérêt, et qui aurait eu les moyens de façon permanente des fonctionnaires ou appels d'offres dans plusieurs autres pays, au
rentrer dans les systèmes de Unaoil, de copier agents bien placés dans leurs pays respectifs. bénéfice des sous-traitants « clients » d'Unaoil,
les répertoires et d'envoyer le tout à des jour- Unaoil utilisait ensuite ces intermédiaires au et moyennant pots-de-vin.
nalistes, en attendant que ces derniers fassent coup par coup, pour obtenir des informations
leur travail. Comme on ne prête qu'aux riches, ou influencer des appels d'offres. Autrement Les raffineries algériennes :
certains ont déjà désigné la CIA, l'affaire dit, Unaoil avait réussi à mettre en place un comment truquer un appel
Unaoil mettant en cause surtout (mais pas réseau d'agents de corruption, rémunérés d'offres
que) des sociétés européennes ou asiatiques. avec une part fixe et une part variable dépen-
Quoiqu'il en soit, le Huffington Post a étudié dant de l'aboutissement des dossiers qu'ils Un troisième exemple intéressant de l'effica-
les documents en sa possession, et en a tiré géraient. Il est à noter que ces agents étaient cité d'Unaoil est fourni par l'appel d'offres
une étude fort intéressante sur les pratiques rarement à la tête de la hiérarchie, mais plutôt pour les raffineries algériennes. En 2008,
d'Unaoil. dans des postes intermédiaires. l'Algérie, via sa société pétrolière Sonatrach
(par ailleurs impliquée dans diverses affaires
Des clients prestigieux L'exemple ENI : des cibles a priori de corruption) a décidé d'organiser un appel
intouchables d'offres pour un gros projet de construction
De quoi s'agit-il ? D'après l'étude du de raffineries. Trois candidats se sont présen-
Huffington Post, l'activité d'Unaoil consistait à Le deuxième enseignement intéressant est tés : les Espagnols de Tecnidas Reunidas, les
acheter des marchés dans les pays d'Afrique qu'il n'y avait pas de cible a priori inattaqua- Coréens de Hyundai et ceux de Samsung.
et du Moyen-Orient. Il ne s'agissait pas de ble. Le Huffington Post donne l'exemple du Apparemment, Unaoil travaillait sur ce dossier
marchés de concessions pétrolières ou Kazakhstan. Ce pays héberge un gigantesque pour Samsung. Unaoil semble avoir vite

n° 006 — audit, risques & contrôle — 2e trimestre 2016 11


OUVERTURE SUR LE MONDE

compris qu'une bonne entente valait mieux Une vraie menace pour place à la suite de la première condamnation
qu'une saine concurrence, et aurait alors les sociétés déjà condamnées n'étaient pas vraiment destinés à être effi-
exécuté un plan en trois étapes. La première caces.
étape aurait consisté à acheter des membres L'affaire Unaoil semble prouver qu'il n'y avait
de l'équipe technique espagnole, pour qu'ils pas de citadelles imprenables. Il suffisait de Une société certifiée pour
communiquent les détails de leur offre à leur trouver la bonne stratégie, les bonnes la prévention de la corruption...
concurrent et qu'ils sabotent leur propre offre. personnes et d'y mettre le prix. On remarque
Les Espagnols étant hors-jeu, Unaoil a alors d'ailleurs dans la liste des clients qui auraient L'ironie de toute cette affaire est que Unaoil
approché Hyundai pour leur proposer une bénéficié des prestations d'Unaoil un certain était certifiée par une ONG américaine, leader
entente avec Samsung, visant à se partager le nombre de sociétés qui ont déjà été condam- sur le créneau des certifications anti-corrup-
marché tout en remettant une offre chère. La nées pour des affaires de corruption, notam- tion. C'est en partie grâce à ce certificat d'ho-
troisième étape consistait enfin à convaincre ment aux Etats-Unis en vertu du FCPA. C'est norabilité qu'elle pouvait travailler avec de
les bonnes personnes au sein de l'administra- notamment le cas de Halliburton, Technip, nombreuses sociétés qui ont des
tion et de la direction de la Sonatrach pour Saipem, Rolls-Royce, Siemens, même si ce ne programmes de conformité stricts. Cela fait
que la procédure d'appel d'offre soit bien sont pas forcément les mêmes divisions qui réfléchir sur la valeur de ces certifications anti-
exécutée jusqu'au bout, ce qui aboutit à un étaient concernées par les condamnations du corruption, et permet de mettre en perspec-
contrat profitable, de près de 2 milliards de FCPA. Si les faits rapportés par le Huffington tive la prochaine certification ISO 37001 sur le
dollars, pour le plus grand bénéfice de l'heu- Post s'avèrent exacts, ces sociétés risquent sujet. 
reux client d'Unaoil et des différents intermé- d'avoir de gros soucis avec la justice améri-
diaires concernés (un peu moins des caine, à qui ils vont devoir expliquer que non Antoine de Boissieu
contribuables algériens). seulement ils ont récidivé, mais que les Associé, OSC Solutions
programmes de conformité qu'ils ont mis en

12 2e trimestre 2016 — audit, risques & contrôle - n° 006


RENCONTRE AVEC ...

La Cour porte un regard attentif


sur la démarche consistant à mettre
© ELombard / Cour des comptes

en place l’audit interne dans les


différentes administrations de l’Etat
Didier Migaud, Premier président de la Cour des comptes

de cette gestion. Certificateur des consistant à mettre en place l’au-


Après le rappel des missions de la Cour des comptes qui, au-delà comptes de l’État et de la sécurité dit interne dans les différentes
de la certification des comptes de l’État et de la Sécurité sociale, sociale, il s’assure que leurs états administrations de l’État. Elle
veille à l’efficience de la gestion des organismes publics, Didier financiers sont sincères et fidèles constate que son développe-
Migaud son Premier président souligne que la sensibilité crois- à la réalité comptable. Depuis la ment n’est pas achevé. Mais, si
sante des administrations, et des ministres qui les dirigent, à la révision constitutionnelle de l’on compare la situation actuelle
2008, le magistrat des comptes à celle qui prévalait en 2006,
notion de risque, sous toutes ses formes, est un puissant facteur
contribue aussi à l’évaluation des année de mise en œuvre de la loi
de développement des démarches d’audit. Des protocoles politiques publiques. organique relative aux lois de
d’échanges sont mis en place avec les services d’audit et les béné- Dans toutes ces missions, la juri- finances, et première année de
fices associés pour la Cour sont substantiels, en particulier en diction financière a à cœur de certification des comptes de
matière de programmation de missions, d’évaluation du garantir l’effectivité des disposi- l’État, le chemin parcouru est
contrôle interne et de partage de bonnes pratiques. tions de l’article 15 de la positif.
Déclaration des droits de La vocation d’un décret n’est pas
l’homme et du citoyen : « la de convaincre, mais plutôt de
Société a le droit de demander donner aux agents publics un
Les missions de la Cour gies au cours des siècles parallè- compte à tout agent public de son cadre précis, c’est d’ailleurs le
lement au développement de administration ». mode de fonctionnement
Louis Vaurs : Pourriez-vous nous notre régime démocratique et normal de l’administration. À cet
rappeler en quelques mots, républicain. Juge des comptes L. V. : Quel regard la Cour porte- égard, on peut considérer que les
Monsieur le Premier président, les des comptables publics, le t-elle sur le développement de textes règlementaires eux-
différents rôles exercés par la magistrat contrôle la régularité l’audit interne dans l’administra- mêmes, y compris le décret sur
Cour (du juge des comptes au des opérations réalisées par ces tion de l’Etat ? Etait-il nécessaire l’audit interne de 2011, consti-
certificateur des comptes de fonctionnaires du ministère des de recourir à un décret pour tuent un aspect important du
l’Etat) ? finances. Contrôleur de la gestion convaincre ? contrôle interne dans l’adminis-
des organismes publics, il veille à tration. Cela étant, il faut, bien sûr,
Didier Migaud : Les missions de l’intégrité et à la probité, mais D. M. : La Cour porte bien sûr un plus que des textes pour
la Cour des comptes ont été élar- aussi à l’efficacité et à l’efficience regard attentif sur la démarche convaincre de la nécessité de

n° 006 — audit, risques & contrôle — 2e trimestre 2016 13


RENCONTRE AVEC ...

développer l’audit interne : la


sensibilité croissante des admi-
nistrations, et des ministres qui
les dirigent, à la notion de risque,
sous toutes ses formes, est un
puissant facteur de développe-
ment des démarches d’audit.

Quelle attention porte


la Cour sur les
inspections générales,
les missions
ministérielles d’audit
interne et les comités
ministériels d’audit
interne
L. V. : En tant que Premier prési-
dent de la Cour des comptes,
vous êtes responsable de l’audit
externe des comptes de l’Etat.
Quelle est votre conception du
lien de la Cour avec les inspec-
tions générales et services d’audit
interne des ministères et opéra-
teurs de l’Etat ?
 Quelles sont les modalités
opérationnelles de ce lien ?
 Qu’attendez-vous plus particu-
lièrement des missions minis-

© ELombard / Cour des comptes


térielles d’audit interne ?
 Que souhaitez-vous apporter
aux services d’inspection et
d’audit des ministères et que
vous apportent-ils ?

D. M. : Dès 2006, la Cour s’est


efforcée de formaliser et de déve-
lopper ses relations avec les
inspections générales, puis avec identifier les services d’audit des bénéfices pour la Cour et les processus qualifiés de
les missions ministérielles d’audit interne comme des interlocu- pour les auditeurs internes en « comptables », puis de « budgé-
interne, qui en sont le plus teurs privilégiés de la Cour au matière de programmation des taires » ou de « financiers ». Il
souvent l’émanation, avec un sein des ministères mais aussi des audits, d’évaluation du contrôle nous paraît important de travail-
objectif partagé : ne pas faire directions des ministères elles- interne de certains processus de ler à une bonne articulation de
deux fois les mêmes contrôles à mêmes, et donc, ce faisant, à gestion de l’État, de partage des ces différentes démarches.
des intervalles trop courts. soutenir le développement de bonnes pratiques. Ils laissent
Même si le rôle et les missions cette fonction. également apparaître, ce qui n’est L. V. : Quel regard la Cour porte-
des auditeurs interne et externe pas à négliger, une bien meilleure t-elle sur la composition des
ne se confondent pas, plus l’audit L. V. : Que retire la Cour de la connaissance mutuelle des comités ministériels d’audit
interne est performant, plus ses mise en place de conventions modes de fonctionnement de interne, la façon dont ils exercent
travaux sont utiles à l’auditeur avec les services d’audit interne chacun : les équipes de la Cour et leur rôle et sur la relation qu’elle
externe, dans le respect de la ministériels ou infra ministériels ? des services d’audit interne se pourrait avoir avec eux ? Certains
norme ISA 610. La Cour a, jusqu’à Que pensez-vous de l'absence de connaissent et se rencontrent ministères se sont aussi dotés
présent, conclu huit protocoles prise en compte des risques régulièrement, ce qui facilite la d’un comité ministériel des
d’échanges avec des services « métiers » dans les conventions relation. risques, voire d’un comité minis-
d’audit interne, et d’autres sont actuelles dont le cadre est exclu- Nos protocoles portent sur la tériel d’audit interne et des
actuellement en préparation, qui sivement financier (rôle de certi- certification des comptes de risques. Qu’en pensez-vous ?
nous permettent d’échanger sur ficateur des comptes de l'Etat l’État, et donc notamment sur le
la programmation de nos exercé par la Cour) ? risque que des erreurs significa- D. M. : Les ministères ont mis en
travaux, sur les résultats des tives affectent ces derniers. Nous place deux types de comités,
audits, et sur le suivi parfois D. M. : Il n’a pas encore été réalisé observons que les ministères conformément au décret du 28
conjoint des recommandations de bilan de la mise en place de développent désormais une juin 2011 et à la circulaire du
formulées par les uns et les nos protocoles d’échanges avec approche des risques « métier », Premier ministre qui l’accom-
autres. Nous pensons que ces les services d’audit interne, mais après s’être concentrés dans une pagne.
échanges ont pu contribuer à nos travaux mettent en exergue première phase sur les risques et D’une part, il existe désormais

14 2e trimestre 2016 — audit, risques & contrôle - n° 006


RENCONTRE AVEC ...

dans tous les ministères des de ne pas précipiter les choses : comptes des comptables publics, dit en continu serait susceptible
comités ministériels de maîtrise la démarche de maîtrise des elle peut aussi être amenée à d’améliorer fondamentalement
des risques, qui constituent la risques est encore trop récente, utiliser des éléments de contrôle la tenue des comptes et de facili-
structure de gouvernance du et pas suffisamment stabilisée au interne. Je pense notamment au ter par ailleurs les opérations de
contrôle interne, généralement sein de tous les ministères, pour résultat des contrôles effectués contrôle de la Cour ? N’est-ce pas
présidée par le secrétaire général ajouter dès maintenant un éche- par le comptable, à l’organi- déjà un peu le cas ? La DGFiP ne
du ministère. Les membres de lon interministériel qui pourrait, gramme fonctionnel de tel ou tel vous donne-t-elle pas un accès à
ces comités sont, le plus souvent, en imposant ses propres objec- service, ou au référentiel de certaines applications ?
les directeurs d’administration tifs, contrarier les efforts des contrôle interne sur certains
centrale, c’est-à-dire les responsa- ministères. La maîtrise des risques processus, les guides de procé- D. M. : Nous avons accès au
bles des activités opérationnelles doit d’abord bénéficier aux dure, etc.). progiciel de tenue des comptes
de l’État. gestionnaires des politiques L’auditeur externe ne peut que de l’État, ainsi qu’à une applica-
D’autre part, ont été mis en place publiques et les aider. C’est la bénéficier de ces outils. tion de « reporting » du contrôle
des comités ministériels d’audit condition première du succès de interne développée par la DGFiP.
interne, habituellement présidés cette démarche, que la Cour L. V. : Etes-vous satisfait de la En ce qui concerne les comptes
par les ministres ou leurs repré- appelle de ses vœux. tenue des comptes publics et de l’État, la certification est un
sentants, dans lesquels les des outils de contrôle mis en processus continu, réparti sur
personnalités extérieures et les L. V. : Au cours des trois à cinq place ? Quelles évolutions vous l’année entière, compte tenu des
personnes n’exerçant pas de dernières années, le champ d’in- paraîtraient souhaitables ? masses financières en jeu (1 000
responsabilités opérationnelles tervention de la Cour semble Md€ d’actifs, 2 000 Md€ de
au sein du ministère concerné avoir considérablement évolué, D. M. : S’agissant des comptes de passifs, 350 Md€ de charges
doivent être majoritaires. par exemple en élaborant anté- l’État, je peux conseiller à vos nettes et 3 500 Md€ d’engage-
Quand tel n’est pas le cas, et rieurement une note d’évaluation lecteurs de se référer à deux ments hors bilan) et du nombre
lorsque les directeurs ou leurs comptable et maintenant une publications de la Cour. D’une d’écritures comptables (125
représentants constituent la note d’évaluation du contrôle part, un bilan de dix années de millions de lignes d’écritures).
majorité des membres du interne ? Au-delà de la séman- comptabilité générale de l’État1,
comité, il existe un risque que l’in- tique, faut-il y voir un change- que la Cour vient de publier et L. V. : La Cour envisage-t-elle de
dépendance de l’audit interne ment de posture ? dans lequel elle constate à la fois se doter d’une capacité humaine
par rapport aux directions opéra- les apports et les limites de la et technique d’exploitation de
tionnelles soit insuffisante.
En général, le secrétariat des
comités ministériels d’audit
interne est exercé par les « La Cour porte une attention accrue, pour évaluer les
effets d’une politique publique, à l’analyse des risques
»
missions d’audit interne, avec
lesquelles nous établissons des
relations. effectuée par l’administration qui en a la responsabilité
L. V. : Que pensez-vous de l'ab-
sence de consolidation et d’une D. M. : Il n’y a aucun changement réforme comptable mise en données en masse ? A quel hori-
hiérarchisation des risques à un de posture de la part de la Cour œuvre à la demande du zon ?
niveau interministériel sachant dans le cadre de la certification Parlement, en 2001, au moment
qu'une partie des risques y des comptes de l’État. Nous nous de l’adoption de la LOLF. D’autre D. M. : La Cour des comptes a
compris non comptables et sommes simplement adaptés à part, son acte de certification des très tôt compris l’importance de
financiers est commune à tous l’environnement de contrôle des comptes de l’État2 dans lequel, se doter de capacités de collecte
les départements ministériels ? comptes que nous sommes char- chaque année depuis 2006, la et de traitement de données en
gés d’auditer, comme nous y invi- Cour évoque la question du masse. Il faut garder à l’esprit que
D. M. : Les textes réglementaires tent nos propres normes contrôle interne et de l’audit la donnée constitue au XXIe siècle
font du secrétaire général de professionnelles. Le contrôle interne. la matière première de tous nos
chaque ministère le responsable interne et la maîtrise des risques Si je devais résumer les constats travaux. Au sein de la Cour, les
de l’ensemble de la démarche de sont aujourd’hui plus efficaces de la Cour en une phrase, je dirais personnels de contrôle peuvent
maîtrise des risques au sein de qu’ils ne l’étaient avant le décret qu’il faut encore renforcer et d’ores et déjà s’appuyer sur un
l’administration dont il est de 2011 sur l’audit interne. Il est étendre la démarche de maîtrise pôle d’expertise consacré aux
responsable. Le ministère des logique que nous nous intéres- des risques, au bénéfice de la données, constitué de plusieurs
finances a, par construction, une sions à la manière dont la gestion publique dans son analystes des données ou
vision interministérielle des démarche est pilotée par chaque ensemble. « datascientists ». Ce pôle d’exper-
comptes et du budget de l’État. ministère. tise dispose d’outils permettant
Cela dit, il n’existe pas, actuelle- En dehors de la certification des Quels outils pour traiter d’exploiter les bases de données
ment, de vision consolidée et comptes, la Cour porte une 125 millions de lignes des organismes contrôlés, mais
hiérarchisée des risques (autres attention accrue, pour évaluer les d’écritures aussi celles constituées par les
que simplement « comptables » effets d’une politique publique, à équipes de contrôle.
et « financiers ») pour l’ensemble l’analyse des risques effectuée L. V. : Quelles sont, selon vous les
des administrations de l’État, qui par l’administration qui en a la opportunités et les limites d’utili- L. V. : Quelles sont les meilleures
permettrait de faire apparaître des responsabilité. sation des outils d’audit en pratiques que la Cour a observées
risques communs ou partagés. Dans le cadre du contrôle juridic- continu ? Notamment, pensez- dans les autres pays de l’OCDE en
Il me paraît important, toutefois, tionnel qu’elle exerce sur les vous que l’utilisation d’outils d’au- matière de maîtrise des risques

n° 006 — audit, risques & contrôle — 2e trimestre 2016 15


RENCONTRE AVEC ...

dans le secteur public ? Quelles L. V. : Quel type de liens la Cour


conclusions en tirez-vous ? peut-elle développer avec des
instituts tels que l’IFACI ?
D. M. : La maîtrise des risques
dans le secteur public s’est D. M. : La Cour a une politique de
souvent développée dans les formation de ses personnels de
pays qui ont opéré des réformes contrôle dynamique et individua-
comptables du même type que lisée. Elle privilégie également les
celle que nous connaissons en formations diplômantes. Nous
France. La certification des envoyons chaque année des
comptes par un auditeur externe stagiaires dans les formations
a même parfois été l’aiguillon de organisées par l’IFACI et étudions
ces développements. Ce n’est les perspectives offertes en
d’ailleurs pas étonnant car les termes de diplômes et certificats.
normes professionnelles applica-
bles aux auditeurs externes L. V. : L’IFACI a créé en 1988
imposent d’examiner les disposi- l’Union Francophone de l’Audit

© ELombard / Cour des comptes


tifs de maîtrise des risques. Interne (UFAI) dont l’un des
objectifs est de favoriser le déve-
L. V. : Les chambres régionales et loppement du contrôle et de
territoriales des comptes assurent l’audit internes dans les pays fran-
l’audit externe des comptes des cophones d’Afrique. Pourrait-on
collectivités territoriales (CT) et envisager entre la Cour et l’UFAI
de leurs établissements. Les plus des opérations de coopération ?
importantes se sont dotées d’un
service d’audit interne. Or, le D. M. : La Cour des comptes
niveau territorial est aussi celui où suites à donner à telle ou telle L. V. : Les modalités de la comp- assure le secrétariat général de
l’affrontement entre majorité et recommandation formulée par tabilité en général, de la compta- l'AISCCUF, association qui
opposition est le plus souvent l’auditeur externe. La question se bilité publique en particulier, sont regroupe les institutions supé-
permanent et frontal. Dans ces pose en des termes différents en évolution constante. Quels rieures de contrôle (ISC) des
conditions, comment peut-on pour l’auditeur interne. sont pour la Cour, d'une part, et finances publiques qui ont en
préserver l’indépendance et la pour les services d'audit de l'Etat, commun l'usage du français et
qualité des travaux de l’audit L’impérieuse nécessité d'autre part, les défis majeurs que les valeurs de la francophonie.
interne afin qu’il puisse réelle- des normes ces évolutions posent ? Com- Créée en 1994, l'AISCCUF est un
ment mener et rendre librement professionnelles ment s'y préparer ? lieu d'échanges sur les pratiques
compte de ses missions ? professionnelles du contrôle des
L. V. : En décembre 2014, la Cour D. M. : Les référentiels compta- finances publiques : elle facilite
D. M. : L’indépendance est un se dotait d’un recueil de normes bles du secteur public ne les rencontres entre ses membres
sujet essentiel pour les auditeurs professionnelles. Qu’en attend- peuvent rester à l’écart des et organise leur coopération,
internes comme pour les audi- elle dans sa relation avec les débats conceptuels internatio- encourage la diffusion des
teurs externes, même si la ques- « audités » des ministères et des naux, européens ou français. À normes internationales et des
tion ne se pose pas tout à fait opérateurs ? titre d’illustration, un enjeu bonnes pratiques, concourt au
dans les mêmes termes. Pour important est actuellement lié au renforcement des capacités par
l’auditeur externe que sont les D. M. : Les normes profession- projet de normes comptables la formation et l'assistance tech-
juridictions financières, son indé- nelles de la Cour sont accessibles européennes pour le secteur nique.
pendance est doublement sur son site internet. Ce point est public (EPSAS) engagé par la
garantie par le fondement juri- rappelé aux organismes contrô- Commission européenne. Nous On pourrait tout à fait envisager
dique de ses missions – la lés dès la notification du contrôle. suivons ces travaux, de même des échanges entre les deux
Constitution, la LOLF, le code des C’est pour eux un moyen de que nous participons, au niveau associations francophones
juridictions financières – et par le comprendre les modes de travail, national, à ceux du Conseil de (AISCCUF et UFAI). Il faudrait iden-
statut de ses membres, qui sont les processus et les principes des normalisation des comptes tifier ensemble les sujets d’intérêt
des magistrats. Pour l’audit juridictions financières. Il y a donc publics, qui rédige et soumet aux commun et soumettre le projet
interne, il est important – j’y un aspect pédagogique impor- ministres compétents les référen- au bureau de l’association. La
faisais allusion précédemment – tant dans ces normes, qui sont tiels comptables de l’Etat, des Cour des comptes française est
que des personnalités extérieures rédigées pour être facilement collectivités territoriales et de la tout à fait prête à porter ce sujet
à l’entité concernée participent compréhensibles, sans docu- sécurité sociale. Toutefois, dans à l’attention des autres membres
aux organes de gouvernance, mentation supplémentaire. son récent rapport sur « la comp- du bureau. 
pour s’assurer notamment que la Cela leur permet aussi, bien tabilité générale de l’Etat, dix ans
programmation des audits n’est entendu, d’opposer à la Cour les après », la Cour recommande
pas davantage influencée par des dispositions de ces normes si par notamment de veiller au carac-
considérations d’opportunité hasard ils estimaient que les tère stable et réaliste du cadre 1
La comptabilité générale de l’État, dix ans après :
que par un examen raisonné des rapporteurs ne les avaient pas comptable, de manière à éviter une nouvelle étape à engager, Cour des comptes,
enjeux et des risques. Le débat respectées. C’est donc également des évolutions trop fréquentes La documentation française, février 2016.
Disponible sur le site de la Cour : www.ccomptes.fr
démocratique est bien sûr tout à pour eux une garantie de respect ou trop brusques. 2 Également disponible sur le site de la Cour :
fait légitime pour décider des de leurs droits. www.ccomptes.fr

16 2e trimestre 2016 — audit, risques & contrôle - n° 006


DOSSIER

L’AUDIT INTERNE
DANS LE SECTEUR PUBLIC
Des avancées notables dans les ministères ;
un léger frémissement dans les collectivités territoriales

Point sur la mise en place de l’audit interne

18 dans les ministères


L’apport du Comité d’harmonisation de l’audit interne
(CHAI)

Le développement de l’audit interne


20 au Conseil général de l'environnement et
du développement durable (CGEDD)

La fonction d’audit interne de l’inspection


23 générale des affaires sociales (IGAS)
De la naissance à l’âge de raison

Audit interne et audit externe des comptes


26 de l’État
Quelle complémentarité ?

Ce que les enquêtes concernant l’audit interne


29 et la gestion des risques nous révèlent sur les
pratiques dans les collectivités territoriales

32 L’audit interne dans les collectivités


Des initiatives à concrétiser

De la qualité vers la certification des comptes


35 des collectivités locales
Où en sommes-nous aujourd’hui ?
© blvdone - Fotolia.com

n° 006 — audit, risques & contrôle — 2e trimestre 2016 17


L’AUDIT INTERNE DANS LE SECTEUR PUBLIC

Point sur la mise en place


de l’audit interne dans

© monamis - Fotolia.com
les ministères
L’apport du Comité d’harmonisation
de l’audit interne (CHAI)
Jean-Pierre Jochum, Vice-président du CHAI
(Comité d’Harmonisation de l’Audit Interne)

Toutes les structures ministérielles d’audit interne


sont désormais en place

Suite au déploiement récent de l’ensemble des entités d’audit Les textes créant les structures ministérielles ont été publiés pour la
interne dans les ministères, l’auteur précise ici le rôle du Comité totalité des départements ou regroupements de départements minis-
d’Harmonisation de l’Audit Interne (CHAI) dont les objectifs prio- tériels, le dernier datant de mai 2015. La mise en place effective se
ritaires sont la professionnalisation des auditeurs, la démarche poursuit par l’affectation de ressources en personnel complémentaires.
vers un programme d’assurance et de qualité de la fonction et Les missions ministérielles d’audit interne (MMAI) ont été constituées
la mise en place d’un examen annuel de la politique d’audit des au sein des corps de contrôle ministériels, inspections générales ou
départements ministériels. conseils généraux, lorsqu’ils existaient, à une exception près, les minis-
tères économiques et financiers où la MMAI est une structure à part1.

18 2e trimestre 2016 — audit, risques & contrôle - n° 006


L’AUDIT INTERNE DANS LE SECTEUR PUBLIC

La professionnalisation tion à leur comité ministériel d’audit interne de personnel. S’agissant de l’audit de
des auditeurs demeure (CMAI). Après avoir effectué l’exercice à blanc programme, le groupe de travail du CHAI a
un objectif majeur sur la base de la grille de l’IFACI, une MMAI est réalisé une mini-enquête préalable pour
en cours de procédure de certification par connaître plus précisément les besoins des
Les départements ministériels ont pour un l’Institut. La MMAI des ministères sociaux (cf. différentes parties intéressées. Il est rappelé
grand nombre d’entre eux mis en place des l’article de Vincent Marsala et d’Isabelle Pavis) que le CHAI a décidé de ne publier ses guides
circuits de formation interne, qui accueillent envisage une démarche similaire. La question sur son site internet qu’après une période
pour certains des auditeurs d’autres minis- du référentiel susceptible d’être utilisé est d’expérimentation.
tères. Ils recourent également à des forma- importante, mais le sont au moins autant un
tions externes, y compris universitaires. Le suivi et une résolution des écarts constatés Le CHAI s’attache à mettre
CHAI a pour sa part reconduit sa formation de pour l’efficacité de la démarche. en place l’examen annuel
deux jours aux fondamentaux de l’audit de la politique d’audit
interne, dont le succès perdure. Un nouveau La question de l’évaluation externe pério- des départements ministériels
cycle est ouvert à compter de la mi-septem- dique, telle que prévue par les normes2, reste
bre 2016. A ce jour 234 auditeurs, des services ouverte, notamment celle du référentiel à Le CHAI est chargé de procéder à l’examen
d’audit ministériels mais aussi d’opérateurs utiliser mais aussi des qualifications requises annuel de la politique d’audit des départe-
publics, ont suivi cette formation. de la part de l’évaluateur. Périodicité et quali- ments ministériels. Cet examen – et non
fications requises doivent être convenues, évaluation – est distinct de l’évaluation de la
Le CHAI informe par ailleurs régulièrement les selon le cadre de référence de l’audit interne fonction d’audit interne pour laquelle le CHAI
responsables de MMAI des formations dont il de l’Etat (CRAIE), avec le comité ministériel a établi une grille comportant les axes indi-
a connaissance. d’audit interne (CMAI). Le CHAI s’interroge qués ci-dessus. En effet une stratégie ou poli-
toutefois sur le rôle qu’il pourrait jouer en la tique d’audit, qui n’est définie ni par les textes
Une question est souvent posée : les services matière et accompagnera la réflexion des instituant l’audit interne de l’Etat ni par le
d’audit interne des ministères doivent-ils être départements ministériels les plus avancés sur cadre de référence, mais, à notre connais-
composés en totalité ou en partie d’auditeurs
certifiés, est-il préférable de recourir à la certi-
fication individuelle ou à la certification de
service, qui est une spécificité française offerte « La certification individuelle ou de service
d’audit constitue une référence interne
»
par l’IFACI ? Une conclusion partagée s’est
dégagée : outre le fait qu’elle contribue à
l’image de professionnalisme du service, la
facteur de progrès
certification, individuelle ou de service, consti-
tue une référence interne facteur de progrès. ce sujet. Il paraît en tout cas déjà évident que, sance, pas plus ailleurs, recouvre un ensemble
L’idée que la certification n’est pas une fin en pour garantir la parfaite objectivité et le carac- plus vaste où l’activité d’audit doit être déci-
soi mais doit être vécue comme un projet de tère totalement externe de l’évaluation, la dée en fonction du périmètre retenu et des
service fait l’unanimité. solution ne peut pas être l’intervention d’un risques qui y sont recensés, doit être dotée
comité des pairs et qu’il pourrait y avoir un des moyens adéquats et doit voir son effica-
Plus largement, une réflexion intérêt à associer à l’équipe d’évaluation des cité analysée au regard de sa contribution à
est engagée sur l’assurance personnes extérieures au secteur public. une meilleure maîtrise des risques.
et l’amélioration de la qualité
Le CHAI poursuit ses travaux La définition de la politique d’audit du minis-
Le programme d’assurance et d’amélioration méthodologiques tère relève aux termes de la circulaire du
qualité est une exigence essentielle ; il doit Premier ministre du 30 juin 2011 du CMAI. Le
comporter des évaluations tant internes Aux guides de l’audit comptable (septembre CHAI s’attache à préciser ce qu’est une straté-
qu’externes. 2013), des systèmes d‘information (juin 2014) gie ou politique d’audit et à établir la grille
et de la fonction Achat (juin 2014) sont venus d’analyse qui sera utilisée pour l’examen
Le CHAI a établi au sein d’un groupe de travail s’ajouter les guides de l’audit budgétaire (en annuel. Il lui restera ensuite à définir le modus
une grille d’auto-évaluation de la fonction juillet 2015), des ressources humaines (vade- operandi de l’examen annuel. 
d’audit interne. Certaines missions ministé- mecum, processus « affectation et mutation »
rielles d’audit interne ont d’ores et déjà utilisé et « formation continue », en juillet 2015
cette grille qui comporte cinq axes : le posi- également) ainsi qu’une nouvelle version du
tionnement de l’audit interne, le plan d’audit, guide d’audit d’un marché public (en janvier
la mise en œuvre du plan d’audit, le suivi des 2016). Des travaux sont en cours ou sur le 1 En l’absence de corps de contrôle, une structure ad hoc a été créée
recommandations d’audit, la valeur ajoutée point d’être lancés sur l’audit de programme pour les services du Premier ministre.
2Il est rappelé que la certification de service, offre spécifique de l’IFACI,
de l’audit interne. Certaines ont ou vont et une déclinaison de l’audit budgétaire sur le n’est pas l’évaluation externe effectuée au moins tous les cinq ans par
présenter les résultats de cette auto-évalua- sujet particulier des effectifs et des dépenses un évaluateur ou une équipe qualifié, indépendant et extérieur à
l’organisation.

n° 006 — audit, risques & contrôle — 2e trimestre 2016 19


L’AUDIT INTERNE DANS LE SECTEUR PUBLIC

Le développement
de l’audit interne
au Conseil général de
l'environnement et du
développement durable
(CGEDD)
Hervé Toro, Inspecteur général de l’administration du développement
durable, Chef de la mission ministérielle d’audit interne pour le
ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie
(MEDDE), et le ministère de l’égalité des territoires et du logement
(METL)

La mise en place de la fonction audit interne au sein du CGEDD s’est matérialisée à


partir de 2008. L’auteur met en évidence la montée en puissance de la fonction, avec
les étapes franchies depuis lors, sous la houlette du comité ministériel d’audit interne
(CMAI) et de la mission ministérielle d’audit interne (MMAI). Il apporte une clarification
vraiment bienvenue sur les rôles respectifs de ces instances et sur les interactions avec
la Cour des comptes.
Parmi les réalisations et progrès les plus marquants, il souligne la programmation
pluriannuelle des missions, la professionnalisation constante des auditeurs et la recon-
naissance par les audités de la valeur ajoutée de l’audit interne.

Le Conseil général de Dans ce cadre, il mène les missions d’exper-


l'environnement et du tise, d’audit, d’étude, d’évaluation, d’appui
développement durable et de coopération internationale que lui
confie le Gouvernement.
Le Conseil général de l'environnement et du Il est également chargé d’une mission d’ins-
développement durable (CGEDD) est présidé pection générale portant sur la régularité, la
par la ministre de l’environnement de l’énergie qualité et l’efficacité de l’action des services de
et de la mer. l’État placés sous l’autorité de la ministre de
Sa vice-présidente est madame Anne-Marie l’Écologie, du Développement durable et de
Levraut ingénieur général des ponts, des eaux l’Énergie et de la ministre de l’Égalité des
et des forêts. Territoires et du Logement, ainsi que des
Il est chargé de conseiller le Gouvernement établissements publics placés sous leur tutelle.
dans les domaines de l’environnement, des En matière d'audit interne les commanditaires
transports, du bâtiment et des travaux publics, des prestations1 sont les ministres, le secré-
de la mer, de l’aménagement et du dévelop- taire général, ou les directeurs généraux.
pement durables des territoires, du logement, Le CGEDD est la seule inspection générale minis-
de l’urbanisme, de la politique de la ville et du térielle à disposer de missions d'inspections terri-
changement climatique. toriales2 couvrant la métropole et l'outre-mer.

20 2e trimestre 2016 — audit, risques & contrôle - n° 006


L’AUDIT INTERNE DANS LE SECTEUR PUBLIC

La mise en place de l'audit d'audit métier6 comme ceux d'audit de gentés par le Comité d'harmonisation de l'au-
interne au CGEDD a été programme, de la mise en œuvre de la poli- dit interne (CHAI). En particulier ceux qui ont
matérialisée au sein du Conseil tique de prévention des risques naturels et conçu le cadre de référence de l'audit interne
dès l'année 2008 technologiques, des parcs nationaux, de la de l'Etat, ainsi que tous les référentiels d'audit
mise en œuvre de la politique du logement, concernant les risques transverses (compta-
Depuis 2006, la montée en puissance de l'au- ou encore d'audit des organismes sous tutelle bles, budgétaires, ressources humaines, achats,
dit a été facilitée par les exigences de la Loi des ministères. marchés publics, et systèmes d'information).
organique relative aux finances publiques En second lieu, des actions très importantes
(LOLF), par l'implication du collège gestion ont été menées en vue d'améliorer la forma- La Mission ministérielle d'audit interne
administrative, financière, régularité du tion et par conséquent la professionnalisation (MMAI)
CGEDD3, et par le rôle dévolu à la Cour des des auditeurs y compris dans le champ des Concernant la Mission ministérielle d'audit
comptes en tant que certificateur des audits métier. Ces actions ont été réalisées ou interne, ses attributions consistent à préparer
comptes de l'Etat. sont assurées soit en interne, soit en externe le programme d'audit et à le soumettre au
Elle s'est traduite à partir de 2008 par : par un autre ministère7, voire en interministé- Comité ministériel, à organiser et réaliser ou
 la création d'une mission « audits- inspec- riel8. Les actions externes peuvent aller dans faire réaliser les audits internes, à s'assurer du
tions » ; certains cas jusqu'à l'obtention par les audi- professionnalisme des auditeurs, à veiller à la
 l'élaboration de deux référentiels d'audit teurs de certifications internationales (CIA) ou diffusion des bonnes pratiques. Elle rend
interne en conformité avec les normes diplômes universitaires dédiés à l'audit des compte au Comité des suites données à ses
internationales4 pour le seul champ des organisations publiques (DUAP). décisions ainsi que de la mise en œuvre des
audits comptables et financiers ; recommandations principales et des plans
 la mise en place d'actions de formations y Le Comité et la Mission d'actions correspondant.
compris universitaires visant à contribuer à ministériels d'audit interne, Ces travaux sont menés en étroite collaboration
la professionnalisation des auditeurs du ont fortement contribué à avec les membres du collège audits inspec-
Conseil ; la montée en puissance de tions du CGEDD. Ce collège regroupe tous les
 la signature au cours de l'année 2010 d'un l'audit interne au CGEDD auditeurs membres du CGEDD, quelle que soit
protocole d'accord entre la Cour des leur section ou leur mission d'inspection terri-
comptes, auditeur externe dédié dans le Le Comité ministériel d'audit interne toriale de rattachement. Son rôle est de parta-
champ comptable du fait de son rôle de (CMAI) ger toutes les informations relatives à l'audit,
certificateur des comptes de l'Etat, et le Le rôle du Comité ministériel est de définir la qu’elles soient interministérielles ou ministé-
CGEDD. politique d'audit des ministères, de s'assurer rielles. Le collège contribue à l’élaboration de
de la qualité du dispositif de contrôle interne doctrines, de références et de méthodes pour
Le 30 juin 2010, le Comité de modernisation et de maîtrise des risques mis en œuvre au les trois grandes catégories de missions du
des politiques publiques a prévu de mettre en sein des directions générales et directions CGEDD, l'audit, le contrôle et le conseil.
place des structures formelles d'audit interne sous la responsabilité du secrétaire général, et Il apporte également un soutien méthodolo-
au sein des départements ministériels et de au sein de ses opérateurs. Sa mission princi- gique et opérationnel à la mise en œuvre des
développer l'audit interne au sein des dépar- pale est d'approuver le programme des audits activités d’inspection générale, que coor-
tements ministériels et de favoriser le déploie- ministériels et d'assurer le suivi des actions donne le président de la section audits,
ment de l'audit et du contrôle interne dans décidées à l'issue des audits. inspections et vie des services.
l'administration. Cette décision a donné lieu à Parmi les faits saillants à mettre à son actif, on La Mission ministérielle d'audit interne est
un décret en date du 30 juin 2011 précisé par peut citer les décisions prises en vue de disposer également pour le CGEDD, l'interlocuteur de
une circulaire du premier ministre du 30 juin d'une cartographie des risques qui ne couvre la Cour des comptes pour l'évaluation
2011. Chacun des périmètres ministériels5 a pas que le seul champ financier, mais bien l'en- annuelle des structures ministérielles d'audit
dû structurer sa politique d'audit interne semble des principaux risques ministériels, y interne qu'elle réalise dans le cadre de la certi-
autour de deux nouvelles instances : un compris opérationnels. C'est chose faite depuis fication des comptes de l'Etat mentionnée
Comité ministériel d'audit interne (CMAI) le mois d'octobre 2015, et pour la première fois supra9, des enquêtes10 éventuelles qu'elle
présidé par les ministres, et une Mission minis- cette cartographie de 52 risques majeurs a servi effectue dans le périmètre du contrôle interne
térielle d'audit interne (MMAI). Ces deux de fondement à la programmation 2016. Il et de l'audit interne. Enfin, dans le cadre du
instances ont été créées le 6 janvier 2012 par convient de noter qu'à cet égard deux expéri- protocole d'accord précité signé entre la
arrêté de la ministre de l'Ecologie, du dévelop- mentations préalables ont été menées à la Cour11 et le CGEDD, afin de coordonner in fine
pement durable, des transports et du loge- demande du Comité ministériel d'audit en leurs programmations respectives.
ment. La mission ministérielle est logée au 2014, la première concernait la cartographie des Les audits programmés pour l'exercice 2016
sein de la section audits inspections et vie des risques pénaux à la direction générale de la sur proposition de la MMAI, sont pour un tiers
services du CGEDD. prévention des risques, la seconde dans le des audits financiers comptables ou budgé-
champ du secrétariat général, a concerné l'éla- taires, et le reste, soit la part prépondérante
Depuis 2008, des progrès boration de la cartographie des risques relatifs des audits, sont des audits métiers. Il convient
considérables ont été réalisés au processus des achats informatiques. de préciser que :
par le Conseil général, en Parmi les décisions prises par le CMAI, nous  certains audits sont programmés de
matière de respect des normes pouvons également citer le fait de demander manière pluriannuelle et qu'ils peuvent
et de professionnalisation de ses à la mission ministérielle d'audit de faire en dans tous les cas comporter une part finan-
auditeurs sorte que ses membres ou des membres cière et une ou plusieurs parts métier ;
compétents des sections ou missions d'ins-  outre les audits programmés, des audits
En premier lieu, on peut citer l'élaboration pections territoriales du CGEDD participent à non programmés sont diligentés en cours
entre 2010 et 2015 de nombreux référentiels tous les groupes de travail interministériels dili- d'exercice ;

n° 006 — audit, risques & contrôle — 2e trimestre 2016 21


L’AUDIT INTERNE DANS LE SECTEUR PUBLIC

 de nombreux audits sont menés, comme l'appréciation portée au statut ou la gouver- le CGEDD sont considérés par les services
pour toutes les autres missions du CGEDD, en nance de l'audit interne, l'étendue de la fonc- comme « l’occasion de contacts particulièrement
partenariat avec d'autres services d'audit tion, les compétences techniques14 et enfin enrichissants entre auditeurs et audités : ils permet-
ministériels12, voire directionnel concernant la les conditions de mise en œuvre des dili- tent une nécessaire interrogation sur nos pratiques,
mission risque et audit (MRA13) de la Direction gences professionnelles15. débouchant sur des remises à plat de processus
générale des finances publiques (DGFIP) ; L'application de ce protocole a eu depuis sa plus efficients et novateurs. Certains pensent
 la ministre de l'environnement a demandé signature deux apports fondamentaux pour souvent qu’il s’agit d’une sorte de mise en examen
fin 2015 que le CGEDD s'autosaisisse pour le CGEDD : et le redoutent. En fait, c’est un examen objectif
certaines missions, d'où la proposition rete-  le premier est d'avoir contribué à l'améliora- d’une situation existante, comme une photogra-
nue pour le programme 2016 d'auditer la tion très substantielle de la professionnalisa- phie autorisant qu’on s’y arrête, marquant une
concession du viaduc de Millau. L'audit de tion du CGEDD en matière d'audit interne, pause avec les urgences quotidiennes qui peuvent
cet ouvrage a été proposé par le CGEDD qu'il s'agisse de la préparation, de la conduite nous faire perdre de vue l’essentiel16 ».
pour trois raisons, la première parce qu'il n'a ou de la supervision des missions d'audit, ou
jamais fait l'objet d'audit ni de la part du encore de la documentation des constats et La poursuite du développement
CGEDD, ni de la part de la Cour des du suivi des recommandations ; de l’audit interne au CGEDD
comptes, la seconde parce que cet ouvrage  le second est d'avoir permis une coordina-
est de création récente (7 années), la tion des programmations respectives L’effort de formation a été maintenu au sein du
dernière parce que la durée atypique de la laquelle évite aux services d'être sollicités Conseil, afin de maintenir un vivier de profes-
concession qui au surplus comprend une par la Cour et par le CGEDD pour des sujets sionnels de l’audit expérimenté en adéquation
partie d'autoroute, est de 78 années. Enfin d'audits identiques ou connexes. avec la charge prévisible des missions à
l'évaluation des risques et contrôles internes conduire pour les prochaines années.
associés même si elle n'est pas complète- Concernant la coordination formelle des Le dispositif dans son ensemble mais égale-
ment arrêtée, concernerait au minimum programmations respectives, le champ du ment les outils à la disposition des auditeurs
l'organisation, la gouvernance générale, la protocole est limité aux audits comptables. Or, ainsi que la qualité des diligences seront
définition et le rôle des acteurs, la régularité trois ou quatre audits métiers ou d'établisse- encore améliorés d’ici la fin de cette année
juridique, l'efficacité économique, le respect ments publics ont été programmés pour avec trois actions d’ores et déjà planifiées :
du cahier des charges ainsi que la bonne l'exercice 2016 par la Cour et par le CGEDD  la restitution au CMAI de l’état des lieux rela-
gestion financière et comptable. pour les mêmes entités, même si le calendrier tif à l’effectivité de la mise en œuvre des
n'est pas nécessairement identique. Afin de recommandations de niveau 1, dont le
L’organisation du travail entre renforcer la coordination de nos programma- principe et les modalités lui ont été présen-
les équipes de certification de la tions respectives, la Cour a accepté à la tés l’an dernier ;
Cour des comptes et le CGEDD. demande du CGEDD d'avancer de deux mois  la certification externe de l’audit interne du
Les apports pour le Conseil notre réunion de fin d'année, ce qui nécessi- Conseil général d’ici le mois de juin, proces-
général tera également pour le Conseil de disposer sus qui avait déjà fait l’objet d’une certifica-
d'un projet de programmation fin octobre, tion « à blanc » fin 2012 ;
Indépendamment de l'évaluation annuelle même s'il n'est pas encore formellement  l’harmonisation, la simplification, et la mise
réalisée par la Cour relative au contrôle et à approuvé par le Comité ministériel d'audit. à jour des nombreux référentiels d’audit du
l'audit internes au sein des tous les départe- Conseil, d’ici la fin de l’année 2016. 
ments ministériels, la Cour a proposé au Les rapports entre audités
CGEDD, en novembre 2010, un protocole et auditeurs
d'accord que le Conseil a accepté. 1
Rapports, avis ou appui.
21
Ce protocole conclu entre l'auditeur externe, L’audit apporte une valeur ajoutée incontesta- Au nombre de 7.
3 Remplacé en 2015 par le collège audits inspections, afin de contribuer
et le CGEDD auditeur interne, concerne le ble aux audités, généralement très appréciée. à améliorer la lisibilité de la gouvernance de l'audit interne au sein du
partage : A titre d’exemple, nous pouvons citer un audit CGEDD.

 des définitions ;
4
Normes édictées par l'IIA (The Institute of Internal Auditors).
réalisé en 2012 concernant le patrimoine
 de la planification des relations de travail ;
5
Plus précisément qu'il s'agisse des secrétaires généraux pour le
routier non concédé réalisé en partenariat avec
 de l'échange des informations réciproques
contrôle interne ou des inspections générales et conseils généraux pour
l'audit interne, dix structures ministérielles couvrent l'intégralité des
la mission risques audits de la DGFIP. L’enjeu ministères, une inspection générale ou un conseil pouvant couvrir deux,
trois, voire cinq ministères.
sur l'exécution des missions ; était très important puisque ce patrimoine
 de la communication des rapports, le cas
6 Par convention il y a les audits comptables et financiers et les autres.

représentait la part prépondérante des actifs Les audits non financiers peuvent concerner par exemple des objectifs
et risques communs à tous les ministères (Ressources humaines,
échéant provisoires, résultant des missions immobiliers de l’État et sa valorisation avait fait systèmes d'informations, achats et marchés publics, etc.), communs à
deux ou trois ministères, voire spécifiques à un seul.
d'audit interne comptable ; l’objet d’une réserve de la part de la Cour des
 les informations transmises à l'auditeur
7
Une semaine organisée par le centre d'audit des armées ou encore par
comptes en 2006 dans son rapport de certifi- la DGFiP (Direction générale des finances publiques).
interne ministériel par le certificateur ; cation. Il était donc indispensable d’apprécier 8 Deux jours d'initiation organisés par le Comité d'harmonisation de

 le respect des règles de confidentialité.


l'audit interne (CHAI).
la façon dont chacun des acteurs de la chaîne 9 7ème chambre.

mettait en œuvre les procédures rénovées et 10 Formation interchambres.

La finalité est l'application de la norme inter- sécurisées destinées à lever cette réserve. 11 Formation interchambre et 7ème chambre.

12 Par exemple 9 audits métiers sont programmés en 2016 en


nationale ISA 610 qui permet à l'auditeur L’audit a permis de disposer d’un constat très partenariat avec des auditeurs du conseil général de l'agriculture de
externe d'exploiter les audits internes moyen- positif sur la qualité des documents et leur l'alimentation et des espaces ruraux (CGAAER) et du conseil général de
l'économie (CGE anciennement CGIET).
nant l'évaluation des travaux de l'audit compréhension par les premiers acteurs de la 13 Un à deux audits par an.

interne. Cette évaluation annuelle, dont le qualité des comptes, à savoir les services 14 Formation et expérience.

15
résultat subordonne la reconduction du routiers. Les améliorations apportées ont Planification, supervision, revue et documentation des travaux,
existence de manuels d'audits, programme de travail et dossiers de travail.
protocole signé en 2010, repose, outre l'auto- permis de lever la réserve formulée par la Cour. 16
Interview du sous-directeur du budget et des contrôles au secrétariat
général du ministère de l'écologie, du développent durable et de
nomie, l'objectivité ou l'indépendance, sur Sur un plan plus général, les audits réalisés par l'énergie - Les Echos du CGEDD n°70.

22 2e trimestre 2016 — audit, risques & contrôle - n° 006


L’AUDIT INTERNE DANS LE SECTEUR PUBLIC

La fonction d’audit interne


© Photocreo Bednarek - Fotolia.com

de l’inspection générale
des affaires sociales (IGAS)
De la naissance à l’âge de raison
en place.
Vincent Marsala, Chef de la mission permanente d’audit interne de l’IGAS
Ainsi, la création officielle de la mission d’audit
Isabelle Pavis, Adjointe au chef de la mission permanente d’audit interne de l’IGAS interne et des instances ministérielles a
précédé de peu la publication en juin 2011 des
textes interministériels organisant la fonction
d’audit interne dans l’administration de l’État3.
Comment, en quelques années, la fonction audit interne a-t-elle émergé et grandi au Son positionnement privilégiait un rattache-
sein de l’IGAS en parvenant à une indépendance institutionnelle, reconnue pour son ment direct aux ministres tout en établissant
un lien fonctionnel bicéphale avec le secrétaire
soutien méthodologique dans l’élaboration des cartographies des risques des direc- général et l’IGAS. Ce choix présentait l’avan-
tions ministérielles et la mise en place d’un plan d’audit pluriannuel fondé sur les tage d’articuler son champ de compétence
risques ? avec celui du secrétaire général sur l’ensemble
du périmètre des ministères du champ social
Les auteurs de cet article nous font découvrir ce parcours et annoncent les perspectives et de donner à la mission les moyens néces-
futures avec la démarche d’évaluation externe de la fonction et le développement des saires à son fonctionnement en mobilisant les
compétences des auditeurs. inspecteurs de l’IGAS et de l’inspection géné-
rale de la jeunesse et des sports (IGJS). Il corres-
pondait aussi à la volonté de faire du secrétaire
définir et structurer la comitologie ministé- général, coordonnateur des dispositifs de
L’évolution du positionnement rielle (Comité des risques et Comité d’audit maîtrise des risques, le principal porteur de ces
de la mission d’audit interne : interne) et enfin à lancer les premières différents dispositifs. Toutefois, même si dans
d’une indépendance missions d’audit, le cas échéant en partenariat les faits, la mission d’audit interne n’a pas eu à
fonctionnelle vers une avec les structures d’audit des ministères souffrir d’ingérence ou de conflits d’intérêts, ce
indépendance institutionnelle financiers. En 2011, une mission d’audit positionnement présentait l’inconvénient de
interne a été officiellement créée2, placée ne pas donner la garantie institutionnelle de
La fonction d’audit interne a été initiée au sein sous l’autorité directe des ministres et ratta- l’indépendance de l’audit, le secrétaire général
des ministères chargés des affaires sociales1 chée à l’Inspection générale des affaires étant responsable à la fois de la cartographie
dès 2009 par une mission de préfiguration. sociales (IGAS). En pratique cette mission était des risques, du contrôle interne et de l’audit
Les deux premières années ont été consa- placée près du secrétaire général des minis- interne. Aussi, en mars 2014, le positionne-
crées à mettre en place les premières bases tères des affaires sociales. Un Comité straté- ment de la mission d’audit interne a été
d’organisation de cette fonction, à la doter de gique ministériel des risques et un Comité profondément revu et la fonction d’audit
ressources avec le recrutement d’auditeurs, à d’audit interne ont été concomitamment mis interne totalement internalisée au sein des

n° 006 — audit, risques & contrôle — 2e trimestre 2016 23


L’AUDIT INTERNE DANS LE SECTEUR PUBLIC
A compter de 2014, lors de l’élaboration du
plan pluriannuel d’audit interne 2014-2016,
un important travail de réflexion et de mise
en forme a été réalisé afin d’asseoir de
manière très lisible la programmation
pluriannuelle sur une analyse des risques.
A cette fin, la MPAI a d’abord formalisé l’uni-
vers d’audit en identifiant l’ensemble des
domaines et activités relevant de son champ
de compétences. Face à chacun de ces
domaines ou activités, sont associés les
risques susceptibles de remettre en cause l’at-
teinte des objectifs. Pour ce faire, la MPAI s’est
appuyée sur les travaux de cartographie,
même incomplets et inachevés, conduits
depuis 2013 par les directions. L’analyse des
risques conduite par la MPAI tient aussi
compte d’autres sources, comme les travaux
Vincent Marsala et Isabelle Pavis du service du contrôle budgétaire et comp-
table ministériel, les rapports d’audit ou de
deux inspections générales des ministères encore peu développé sur les champs métier. contrôle menés par l’IGAS, les missions de la
chargés des affaires sociales. Deux missions Il était, ainsi, nécessaire que, dans un premier Cour des comptes… A la suite des éléments
permanentes d’audit interne (MPAI) ont été temps, la mission d’audit interne donne l’im- sur les risques, l’univers d’audit reprend les
créées. La première couvre les ministères char- pulsion nécessaire et l’appui méthodologique audits déjà réalisés pour chacun des
gés de l’action sociale, de la sécurité sociale, indispensable aux directions opérationnelles domaines ou activités, les audits programmés
de la santé, du travail, de l’emploi, de la forma- pour organiser en leur sein la réflexion sur dans le plan en cours et permet d’identifier les
tion professionnelle et relève de l’IGAS. La leurs propres risques, tout en évitant de se audits à programmer dans le plan à venir.
seconde couvre les ministères chargés des substituer à elles. Lors de la préparation du plan pluriannuel
sports, de la jeunesse, de l’éducation populaire En 2014, du fait de la montée en maturité de d’audit interne, la MPAI rencontre chacune
et de la vie associative et est placée au sein de la réflexion sur les risques chez les opération- des directions de son champ d’intervention,
l’IGJS. Le Comité stratégique ministériel des nels et en totale cohérence avec le change- soit une vingtaine de réunions d’échanges sur
risques et le Comité d’audit interne continuent ment de positionnement de la fonction la base de l’univers d’audit. Prendre en
de couvrir l’ensemble du périmètre des minis- d’audit interne, le processus de management compte les travaux de cartographie des
tères chargés des affaires sociales. des risques est passé d’un pilotage par la risques des directions, quel que soit leur état
La charte d’audit interne et le code de déon- mission d’audit interne à un pilotage par le d’avancement, a eu un effet pédagogique et
tologie qui ont défini, dès 2013, le cadre d’in- secrétaire général, clairement identifié dynamisant vis-à-vis de celles-ci. En effet, les
tervention de la mission d’audit interne ont comme responsable de la maîtrise des directions ont rapidement perçu l’utilité
été actualisés en conséquence. risques4. Aujourd’hui la MPAI de l’IGAS n’exerce partagée de leurs travaux de cartographie des
Après une période nécessaire pour acclima- plus de rôle direct dans le pilotage du proces- risques et leur lien avec la programmation des
ter l’audit interne au sein des ministères et sus de management des risques. En revanche, missions d’audit.
faire fortement progresser la culture d’audit dans un objectif de coordination des diffé- Le caractère très opérationnel de l’univers
dans les inspections générales, le position- rentes fonctions associées à la maîtrise du d’audit qui donne une vision pluriannuelle
nement actuel de la MPAI de l’IGAS lui risque, la MPAI articule ses travaux avec ceux et multidimensionnelle couvrant à la fois
confère une garantie d’indépendance du secrétaire général responsable de ce pilo- l’analyse des risques, le périmètre de l’audit
reconnue par la Cour des comptes. tage pour obtenir l’ensemble des informa- et son niveau de priorité a rendu plus lisible
tions utiles sur les risques identifiés et l’analyse les éléments de programmation pour les
Un positionnement évolutif qui en est faite. directions. Ainsi, elles ont mieux appréhendé
de l’audit interne dans la place et le rôle de l’audit interne dans le
le processus de management D’un plan annuel d’audit interne processus de management des risques et
des risques à un plan pluriannuel assis sur aujourd’hui, n’hésitent plus, pour plusieurs
les risques d’entre elles, à formuler des besoins d’audits.
En 2013, à la demande expresse du Comité Cet outil est actualisé chaque année préala-
d’audit interne, des travaux de cartographie La MPAI a très tôt inscrit son action dans un blement aux travaux relatifs au plan plurian-
des risques ont été lancés au niveau de cadre pluriannuel : d’un plan d’audit annuel nuel d’audit interne et a vocation à évoluer
chaque direction des ministères chargés des en 2011, on est passé à un plan sur deux ans dès 2016 pour tenir compte des progrès réali-
affaires sociales en vue d’aboutir à une carto- (2012-2013) puis à un plan triennal glissant sés dans l’élaboration de cartographies minis-
graphie ministérielle des risques. A la (2013-2015, 2014-2016 et suivants). La plani- térielles des risques.
demande du secrétaire général, ces travaux fication n’a d’abord été que partiellement
ont été pilotés par la mission d’audit interne assise sur les risques, les outils disponibles D’une démarche qualité
qui a apporté son soutien méthodologique d’identification des risques concernant dispersée vers un plan
aux directions. En effet, comme souvent à d’abord essentiellement les champs financiers d’assurance et d’amélioration
l’époque, les outils d’identification et d’analyse et comptables. Toutefois même sans outils qualité structuré
des risques étaient bien connus et utilisés sur finalisés, la planification a toujours été fondée
le champ financier et comptable du fait des sur une volonté d’adéquation de la program- Dès son installation, la MPAI a souhaité se
travaux antérieurs menés dans le cadre de la mation avec les objectifs stratégiques des doter d’outils méthodologiques susceptibles
certification des comptes de l’État, mais le directions et sur l’identification de risques de répondre à des exigences de qualité de ses
processus de management des risques était associés, même parcellaire et incomplète. travaux. Les premiers outils ont permis de

24 2e trimestre 2016 — audit, risques & contrôle - n° 006


L’AUDIT INTERNE DANS LE SECTEUR PUBLIC
Les trois composante de l’univers d’audit de la MPAI

Périmètre de Ensemble de Entités /


Domaines Sous-domaines
la fonction d’audit domaines Périmètre

Source de l'identification
Périmètre de du risque Niveau du Suites données Niveau de priorité dans
Risques
la fonction d’audit Sources Sources IGAS / risque inhérent aux audits la programmation
ministère Cour des comptes

Thèmes audit Année de


Audit du PPAI 2015 – 2017 programmation
Audit en cours ou réalisé

Périmètre de PPAI 2016 - 2018 PPAI 2016 - 2018


la fonction d’audit Programmation 2016 Programmation 2017 - 2018
en vert : nouvel audit en vert : nouvel audit
Effectif

Effectif
Durée Durée
en noir : années 2016 et 2017 en noir : années 2016 et 2017
du PPAI 2015 - 2017 (mois) du PPAI 2015 - 2017 (mois)

formaliser les différentes étapes d’une mission Comité d’harmonisation de l’audit interne formation pour 2015 et 2016 intégré au plan
d’audit ainsi que certains process internes. (CHAI). Cette grille est construite autour de de formation de l’IGAS. Elle établit un bilan
Pour être en mesure d’apprécier son utilité, cinq axes : la position de l’audit interne, le plan des actions de formation relatives à l’audit
mais aussi ses axes de progrès, la MPAI a mis d’audit, la mise en œuvre du plan d’audit, le interne. Outre les formations proposées par
en place un processus d’évaluation après suivi des recommandations d’audit, la valeur l’IGAS, la formation sur les fondamentaux à
chaque mission d’audit via des questionnaires ajoutée de l’audit interne. Les résultats de l’audit interne du CHAI est très prisée des
adressés aux auditeurs, au superviseur et aux cette auto-évaluation montrent que les 29 inspecteurs. La MPAI organise aussi un accom-
audités. L’ensemble de ces actions concourent objectifs définis dans le questionnaire sont pagnement spécifique à l’attention des
à une démarche qualité, mais cette dernière, identifiés et partiellement ou totalement inspecteurs débutant sur une mission d’audit :
jusqu’en 2015, était encore assez peu structu- atteints. Les quatre dispositifs les moins un référent est désigné au sein de la MPAI
rée. matures ne posent pas de difficulté pour deux pour aider les auditeurs, à leur demande, à
En 2015, la MPAI a établi un plan d’assu- d’entre eux. trouver les outils ou référentiels utiles. Enfin,
rance et d’amélioration qualité (PAAQ) L’étape suivante sera une auto-évaluation la MPAI prévoit de mettre en place une forma-
construit autour de trois axes : la gouver- fondée sur la grille établie par l’IFACI à partir tion flash qui sera systématiquement propo-
nance de la fonction d’audit interne, les du Référentiel professionnel d’audit interne. sée aux auditeurs débutants et n’ayant jamais
pratiques professionnelles, ainsi que la Le responsable de la MPAI a en effet suivi la reçu de formation à l’audit interne.
communication vers les parties formation appropriée auprès de l’IFACI dans
prenantes et l’évaluation de la fonction cette perspective d’amélioration continue des Perspectives
d’audit interne. Ce document reprend l’en- travaux. Cette auto-évaluation sera menée en
semble de l’activité de la MPAI et identifie, à 2016 suivie d’une validation par un membre La fonction d’audit interne de l’IGAS est
partir des normes, les objectifs à atteindre, de l’IGAS externe à la MPAI ; les résultats en encore jeune, mais elle a rapidement
évalue le degré d’atteinte de chaque objectif seront présentés au comité d’audit interne progressé. Pour autant les chantiers qui
et définit si nécessaire un plan d’action. Dans consacré à la qualité en 2016. restent à conduire sont nombreux : en parti-
le cadre de ce premier PAAQ, 33 objectifs et A ce jour la réflexion sur les modalités de réali- culier la poursuite des travaux de planification
78 actions ont été définis. On compte 33 sation d’une évaluation externe est encore en assis sur les risques, la consolidation et l’enri-
actions, soit 42 % du total, pour lesquels l’ob- cours. chissement de la démarche qualité, les rela-
jectif attendu était atteint au moment de l’éla- tions avec les organismes et opérateurs
boration du PAAQ. Ce plan a été présenté au Vers le développement des relevant du champ des ministères chargés
Comité d’audit interne qui l’a reçu très favora- compétences des auditeurs des affaires sociales. Tous les éléments de la
blement. Son actualisation est en cours et fera stratégie de la fonction d’audit interne de
l’objet d’une présentation lors du Comité Les trois auditeurs de la MPAI poursuivent un l’IGAS sont identifiés. La prochaine étape
d’audit consacré à la qualité en 2016, une des effort continu de professionnalisation via l’ac- structurante sera sans aucun doute la forma-
réunions du Comité étant depuis 2015 spéci- quisition de certification ou de diplôme lisation de cette stratégie. 
fiquement consacrée à ces questions. universitaire, le responsable de la MPAI étant
déjà détenteur du CIA.
Vers une démarche d’évaluation Outre les membres de la MPAI, les inspecteurs 1 Ministères chargés de l’action sociale, de la sécurité sociale, de la

de la fonction d’audit interne de l’IGAS sont appelés à réaliser des missions santé, du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle, des sports,
de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative.
d’audit au même titre que les autres travaux 2
Décret n° 2011-497 du 5 mai 2011 modifié relatif à la maîtrise des
Dans le cadre de cette démarche qualité, la relevant de l’inspection générale. Un accom- risques et à l'audit interne au sein des ministères chargés des affaires
sociales.
MPAI a défini les différentes étapes en vue pagnement spécifique est mis en place à leur
3 Décret n° 2011 – 775 du 28 juin 2011 relatif à l’audit interne dans
d’une évaluation externe. Elle a choisi de attention. l’administration et circulaire du Premier ministre du 30 juin 2011 sur la
procéder dans un premier temps à une auto- Tout d’abord la MPAI a formalisé en lien avec mise en œuvre de l’audit interne dans l’administration.
évaluation fondée sur la grille établie par le les fonctions support de l’IGAS un plan de 4
Décret n° 2014 – 834 du 24 juillet 2014 relatif aux secrétaires généraux.

n° 006 — audit, risques & contrôle — 2e trimestre 2016 25


L’AUDIT INTERNE DANS LE SECTEUR PUBLIC

Audit interne
et audit externe

© emerge - Fotolia.com
des comptes de l’État
Quelle complémentarité ?

L
Emmanuel Belluteau, Conseiller maître à a Constitution dispose que « les comptes des administrations
la Cour des comptes publiques sont réguliers, sincères et donnent une image fidèle de
leur gestion, de leur patrimoine et de leur situation financière » (art.
47-2). En application de la loi organique relative aux lois de
finances (5° de l’article 58), la Cour des comptes certifie les comptes
de l’Etat depuis l’exercice 20061.

Pour s’assurer de la fiabilité des comptes des administrations


publiques, la Cour examine la conformité des états financiers (compte
de résultat, bilan, tableau des flux de trésorerie et annexe) aux normes
Au-delà de l’impératif de la sincérité des états financiers, la Cour comptables applicables. A ce titre, comme les commissaires aux
des comptes a désormais un « regard » sur l’efficacité des comptes2, elle collecte les éléments probants relatifs à l’ensemble des
assertions d’audit3, s’agissant des flux d’opérations et des événements
dépenses publiques. L’auteur apporte un éclairage particulière-
survenus au cours de l’exercice, des soldes des comptes en fin de
ment pertinent sur l’évolution du contrôle interne, à l’origine période et de la présentation des comptes et des informations fournies
purement comptable et financier, vers une maîtrise de l’ensem- dans l’annexe.
ble des risques. L’appui sur les rapports émis par les entités d’au-
dit interne des ministères est essentiel dans un souci de A la régularité, la sincérité et l’image fidèle des comptes s’attachent en
complémentarité pour éviter les redondances. Sans oublier les effet, au-delà de l’impératif de conformité au référentiel comptable,
principes, l’efficacité de la démarche repose sur trois conditions : une double perspective au regard de l’efficacité des politiques
simplicité, bon sens et pragmatisme. publiques : d’une part, un souci de performance de l’action adminis-
trative et de bonne gestion des deniers publics ; d’autre part, un enjeu

26 2e trimestre 2016 — audit, risques & contrôle - n° 006


L’AUDIT INTERNE DANS LE SECTEUR PUBLIC

démocratique de lisibilité de la situation finan- exemple la séparation des tâches ou la traça- jectif « interne » – l’idée d’une supervision,
cière de l’Etat. bilité des contrôles. voire d’une intrusion plus ou moins subie
(avec un risque associé de critique, de mise en
Ainsi, il n’est pas indifférent pour le Parlement, Sans se limiter à la sphère comptable, les cause de sa responsabilité ou de sanction).
lorsqu’il vote la loi de finances, de connaître, administrations publiques ont pratiqué le
depuis que l’Etat tient une comptabilité géné- contrôle interne de longue date. Elles l’ont fait C’est avant tout un « auto-contrôle », qui vise
rale, l’ampleur de ses engagements financiers quand elles ont mis en place des contrôles la meilleure maîtrise possible par le gestion-
à moyen et long terme tels qu’ils sont désor- pour s’assurer, sous la responsabilité des naire lui-même, en fonction de la probabilité
mais retracés dans le bilan (par exemple les intendants du Roi, du bon recouvrement et de leur survenue et des enjeux qui s’y atta-
provisions pour charges en matière de de l’usage correct des fonds collectés par les chent, des risques inhérents aux opérations
pensions d’invalidité) ou dans son annexe (par « officiers de finances » ; pour inventorier, qui relèvent de sa compétence. En matière
exemple au titre des pensions de retraite des protéger et restaurer le mobilier conservé par financière, le contrôle interne s’applique à
agents publics). le Garde meuble et le service de la Maison du toutes celles de ces opérations qui, aux diffé-
Roi ; pour assurer le recensement et la conser- rentes phases de la procédure de dépense ou
Dès lors, il incombe à chacune des adminis- vation des biens constituant le Domaine ; ou de recette (du fait générateur ou de la forma-
trations de l’Etat de porter une attention parti- encore en exigeant un double comptage des lisation du besoin par le gestionnaire jusqu’à
culière à l’efficacité des procédures mises en sommes reçues en liquide et la conservation l’inscription dans les états financiers par le
œuvre afin de s’assurer que les risques qui s’at- systématique d’une trace – dans des liasses- comptable), sont susceptibles d’avoir une
tachent à la réalisation des opérations de papier puis sous forme dématérialisée – des incidence sur les comptes.
dépenses et de recettes et à la production des titres de créance, des pièces justificatives du
états financiers font l’objet de mesures appro- service fait ou des interventions successives Evaluer l’efficacité
priées pour prévenir ou maîtriser leur surve- dans une procédure de dépenses. du contrôle interne
nue. C’est l’objet du contrôle interne et de
l’audit interne4. Et il revient à la Cour, auditeur De fait, si la description documentée des Le contrôle interne repose pour l’essentiel sur
externe, de vérifier, au delà des comptes processus de gestion, l’identification des une démarche en vertu de laquelle le gestion-
proprement dits, que c’est bien le cas. risques et la formalisation des contrôles sont naire (ou le comptable pour ce qui le
des points d’intérêt prioritaire pour l’auditeur concerne) décrit lui-même les procédures
qu’il utilise, identifie les risques (financiers ou

« Un moyen de sécuriser les procédures, de gagner


en efficacité et de garantir une utilisation
non) qui s’y attachent, met en place les
contrôles propres à les limiter au maximum et
endosse, directement ou indirectement, la

»
responsabilité de leur mise en œuvre. Dès lors,
il est indispensable que les modalités rete-
optimale des fonds publics nues par lui (description des processus, carte
des risques, plans d’action, outils de compte-
rendu, etc.) puissent faire l’objet d’une évalua-
La Cour a rappelé, dans son rapport public des comptes, elles constituent surtout, pour tion de « second niveau ».
annuel de février 2016, qu’une part significa- les administrations elles-mêmes, un moyen
tive des constats qu’elle effectue dans le cadre de sécuriser les procédures, de gagner en effi- Cette évaluation est réalisée, comme dans la
de sa mission de certification des comptes de cacité et de garantir une utilisation optimale plupart des pays qui tiennent une comptabi-
l’Etat se concentre sur l’évaluation du contrôle des fonds publics, a fortiori dans un contexte lité générale, sous la double forme d’un audit
interne, d’une part, et sur l’audit interne, qui a de tension budgétaire forte. interne et d’un audit externe indépendant.
pour objet d’en vérifier l’effectivité et l’effica-
cité, d’autre part. A cet égard, il est symptomatique – et très Le développement de l’audit interne est le
positif – que les services de l’Etat aient prolongement nécessaire de la mise en place
Du contrôle interne commencé de développer une pratique du de dispositifs de contrôle interne. Il consiste
à la maîtrise des risques contrôle interne qui, s’appuyant sur les possi- en la vérification, toujours interne au ministère
bilités offertes par le contrôle interne dit ou à l’organisme considéré mais par une
Si la démarche a été rendue plus systéma- « comptable » (le premier à avoir été mis en entité distincte de celle qui est chargée de la
tique avec la LOLF et si elle constitue désor- place) et les outils dont il permet de disposer, gestion, que le dispositif de contrôle interne
mais un objectif en lien direct avec la élargit la démarche à une appréhension plus est, dans son organisation générale et sa
performance de la gestion publique, le complète des enjeux, selon une véritable pratique effective par les services, suffisam-
contrôle interne n’est pas une préoccupation logique de maîtrise des risques, y compris ment performant pour assurer, selon le cas, la
nouvelle pour l’administration. La séparation budgétaires et opérationnels. régularité, l’efficacité ou la fiabilité de la procé-
de l’ordonnateur (l’agent public qui ordonne dure considérée.
la dépense ou la recette) et du comptable En effet, si l’appellation « contrôle interne »
(l’agent public qui paie la dépense ou recou- s’est imposée, par référence au self control Les missions ministérielles d’audit interne, qui
vre la recette) est un principe fondamental et anglo saxon, il serait plus pertinent de parler remplissent cette fonction, sont le plus
ancien (1822) de la comptabilité publique. de « maîtrise des risques ». Car le contrôle souvent issues des inspections ministérielles
Plus largement, celle-ci a comporté dès l’ori- interne n’est pas un « contrôle » au sens strict ou interministérielles ; elles assurent le secré-
gine des éléments structurants de ce qu’on du terme, concept qui évoque souvent pour tariat des comités ministériels d’audit interne,
appelle aujourd’hui le contrôle interne, par le gestionnaire – même si on l’assortit de l’ad- qui sont composés en partie de personnalités

n° 006 — audit, risques & contrôle — 2e trimestre 2016 27


L’AUDIT INTERNE DANS LE SECTEUR PUBLIC

extérieures aux ministères concernés, de tout ou partie, sur des constats issus de administrations, lourdes à gérer pour les
manière à assurer une indépendance suffi- rapports rédigés par d’autres instances habi- services concernés, et, à l’issue des contrôles,
sante par rapport aux responsables opération- litées à réaliser des missions d’audit. d’un suivi partagé des recommandations
nels ; en effet, lorsqu’un membre de l’instance formulées par les uns et par les autres.
chargée de l’audit interne dans un ministère Ainsi, les articles L. 111-3-1A et L. 132-6 du
est en même temps gestionnaire dans ce code des juridictions financières, introduits Dès lors qu’elle a pu s’assurer que le dispositif
ministère, voire responsable du contrôle par la loi de finances rectificative du 29 juillet d’audit interne ministériel répond bien aux
interne, il en résulte pour lui la difficulté de 2011, disposent que la Cour des comptes s’ac- exigences de rigueur et d’efficacité fixées par
n’être pas, en toute bonne foi, simultanément quitte de sa mission de certification des les normes en vigueur, la Cour des comptes
« juge et partie ». comptes des administrations publiques soit peut décider de s’appuyer sur les constats faits
en certifiant elle même les comptes, soit – par l’auditeur interne comme s’ils résultaient
L’audit externe des services de l’Etat est, en c’est l’élément nouveau – en rendant compte de ses propres diligences. La seule condition
France, assuré par la Cour des comptes, en sa au Parlement de la qualité des comptes des préalable est que la Cour, pour avoir l’assu-
qualité d’institution supérieure de contrôle. administrations publiques – au sens de leur rance raisonnable que l’ensemble des princi-
Dans sa mission de certification des comptes fiabilité – dont elle n’assure pas la certification. paux risques financiers sont couverts, puisse
de l’Etat, elle porte une appréciation, en appli- Dans ce cas, par exemple pour les établisse- consulter la carte des risques, prendre
cation de la norme ISA 3155, sur les modalités ments publics dont les comptes sont certifiés connaissance de la programmation des audits
et l’exercice du contrôle interne dans les par des commissaires aux comptes, la Cour et avoir communication de leur résultat. Cette
administrations concernées. Pour ce faire, elle est rendue destinataire des rapports de ces manière de procéder, plus simple et plus
vérifie que celles-ci – en particulier les minis- derniers et elle en établit une synthèse, assor- économe en moyens, a vocation à être de
tères – se sont dotées de l’organisation et des tie d’un avis sur la qualité des comptes de ces plus en plus utilisée au fur et à mesure que les
moyens propres à la mise en œuvre d’un administrations publiques qui est transmis au administrations s’engageront dans un tel
audit interne qui permette de vérifier que le Premier ministre, au ministre du budget et aux partenariat.
contrôle interne est exercé de manière à présidents des assemblées parlementaires.
maîtriser les risques que les comptes puissent * *
comporter des erreurs significatives. La démarche de la Cour des comptes est *
comparable en ce qui concerne l’appréciation
Au-delà du soin porté aux principes, aux

« Au-delà de l’attention portée aux principes,


aux concepts et aux outils, l’efficacité de la
concepts et aux outils – qui sont nécessaires
mais secondaires par rapport aux objectifs
poursuivis – l’efficacité de la démarche de
maîtrise des risques dépend de trois condi-
tions : le souci des gestionnaires de confronter
démarche de maîtrise des risques dépend de leurs pratiques aux risques éventuels, notam-
ment financiers, qui s’y attachent ; quelques
trois conditions : simplicité, bon sens et
pragmatisme
»
A cet effet, la Cour s’inscrit dans une du contrôle interne. Sur le fondement de la
précautions de bon sens propres à limiter les
risques ; et, surtout, une articulation simple et
pragmatique entre la gestion opérationnelle,
le contrôle interne et l’audit interne. 

démarche d’audit fondée sur une approche norme ISA 610 (Utilisation des travaux des
« par les risques », qui consiste à distinguer les auditeurs internes), elle s’appuie, chaque fois 1 La Cour certifie aussi les comptes du régime général de sécurité
points qui doivent faire l’objet d’un contrôle que possible, sur les vérifications réalisées par sociale, également depuis l’exercice 2006.
2La Cour applique les normes internationales d’audit (ISA), sur
approfondi (car présentant des risques élevés les structures ministérielles d’audit interne lesquelles sont fondées les normes d’exercice professionnel des
en termes de fiabilité des comptes) et ceux pour former sa position sur les dispositifs de commissaires aux comptes en France.
qui n’appellent que des vérifications allégées. maîtrise des risques mis en œuvre dans les 3
Réalité, exhaustivité, exactitude, séparation des périodes,
classification, existence, droits et obligations, évaluation, imputation,
administrations dont elle certifie les comptes, présentation et intelligibilité (norme ISA 315).
Une complémentarité nécessaire dispensant ainsi les services intéressés d’un 4 Prévus par le décret du 7 novembre 2012 relatif à la gestion
avec les auditeurs internes audit spécifique de la Cour. budgétaire et comptable publique (art. 215 et 216).
5 La norme ISA 315 fixe « les obligations de l’auditeur concernant

l’identification et l’évaluation des risques d’anomalies significatives


Si elle exerce généralement ses missions de Huit conventions ont d’ores et déjà été contenues dans les états financiers, par la connaissance de l’entité et de
son environnement, y compris de son contrôle interne ».
contrôle et d’évaluation, de manière directe, signées avec des missions ou des inspections
en mobilisant les magistrats, rapporteurs, véri- ministérielles chargées de l’audit interne et
ficateurs et experts qui constituent ses effec- plusieurs sont en préparation. Ces accords ELÉMEnTS BIoGrAPHIQuES
tifs, pour procéder aux diligences propres à lui prévoient des échanges réguliers et la  Conseiller maître à la Cour des
permettre de porter une appréciation sur la communication réciproque du résultat des comptes, rapporteur général de la
qualité et l’efficacité du contrôle interne, la travaux conduits respectivement par les audi- certification des comptes de l’Etat
Cour des comptes s’inscrit, chaque fois que teurs internes et la Cour, auditeur externe. En  Responsabilités antérieures au minis-
possible, dans une démarche de subsidiarité. pratique, cette complémentarité prend la tère de la coopération, en ambassade,
En vertu de celle-ci, l’efficacité des contrôles forme, dès la phase de programmation des à la direction du budget du ministère
est privilégiée à leur dimension organique, et audits, d’une concertation visant à éviter des des finances et au secrétariat général
la Cour peut très bien fonder sa position, en interventions redondantes dans les mêmes du ministère de la culture

28 2e trimestre 2016 — audit, risques & contrôle - n° 006


L’AUDIT INTERNE DANS LE SECTEUR PUBLIC

Ce que les enquêtes concernant


l’audit interne et la gestion des
risques nous révèlent sur les
pratiques dans les collectivités
© stockpics - Fotolia.com

territoriales
Channez Krim, chef de projet en audit et De quoi parle-t-on ?
contrôle interne au Département de la
Gironde
La complexité croissante de la gestion publique a multiplié les risques
auxquels les élus, mais également les administrations, sont désormais
exposés.
Le contrôle interne et l’audit interne – qui l’évalue – se sont ainsi déve-
loppés dans les organisations publiques pour garantir à leurs respon-
sables une meilleure maîtrise de leurs opérations.

Dans les collectivités territoriales, la fonction audit interne s’est consti-


tuée au gré des initiatives et des besoins. Certaines grandes collectivi-
tés disposaient depuis longtemps d’une inspection générale. D’autres
« Les collectivités locales agissent sans obligation réglemen- ont mis en place des entités spécifiques, couplées ou non à l’évaluation
des politiques publiques, de la gestion des risques ou du contrôle de
taire » en matière de contrôle et d’audit internes. Dans ce
gestion. L’émergence et la variété de ces pratiques attestent de la capa-
contexte, un questionnaire a été envoyé à 269 entités publiques
cité d’adaptation des responsables locaux au contexte évolutif de leur
de la Gironde pour apprécier leurs pratiques dans ce domaine. gestion et de leur pragmatisme.
L’état des lieux dressé par l’auteur à partir d’un faible taux de
réponse (18 %), met en évidence une quasi-absence de la Si le décret n° 2011-775 du 28 juin 2011 impose dans chaque ministère
culture de contrôle et la nécessité d’une « longue marche » vers un dispositif de contrôle et d'audit internes, les collectivités locales
la mise en place d’un dispositif de maitrise structuré de leurs agissent quant à elles sans obligation réglementaire. De la même
activités. manière, elles n’attendent pas que l’obligation de certification des
comptes s’impose à elles pour se lancer dans la mise en œuvre de

n° 006 — audit, risques & contrôle — 2e trimestre 2016 29


L’AUDIT INTERNE DANS LE SECTEUR PUBLIC

dispositifs spécifiques. Enfin, l’articulation nismes intermédiaires dans le cadre du Fonds également d’enrichir les problématiques
entre l’audit externe et l’audit interne existe Social Européen (FSE), ont l’obligation de réali- existantes au niveau stratégique (projets de
bien puisque les observations des chambres ser une cartographie des risques liés aux direction, contrats de performance et
régionales des comptes (CRC) sont suscepti- opérations financées par ce fonds. objectifs, tableaux de bord) en vue d’un
bles d’être suivies par l’audit interne : c’est pilotage global basé sur les risques majeurs.
d’ailleurs un des dispositifs de la loi NOTRe – S’il n’existe pas de structure identifiée de elle doit être portée par le management
actuellement en discussion au Parlement – gestion des risques, la cartographie des opérationnel ;
qui pourrait rendre ce suivi obligatoire. risques est souvent réalisée par l’audit interne.  les élus sont peu informés et peu impliqués
C’est aussi un outil de dialogue interne mais dans les exemples cités par les répondants ;
Pour mieux connaitre comment l’audit également externe puisque les CRC  les principaux freins résident dans :
interne s’est développé dans les collectivités, (Chambres régionales des comptes) peuvent - une culture du risque hétérogène ;
le département de la Gironde a élaboré un la demander aux collectivités dans le cadre de - un nombre important de métiers exercés
questionnaire des pratiques d'audit interne leurs contrôles. par les collectivités locales, ce qui
dans les collectivités locales afin d'identifier complexifie l’identification des risques et
les principaux domaines concernés, les prin- Les risques majeurs qui reviennent le plus leur priorisation ;
cipaux types d'audits menés et les grands souvent sont les risques : - un contexte de réforme territoriale.
traits communs des plans d'audit.  budgétaire et financier (garanties d'em-
prunt, risques immobiliers, augmentation Ce qui ressort des pratiques
Ce travail de recensement, élaboré avec le des dépenses sociales, financement fonds d’audit interne
soutien de la Conférence des Inspecteurs et européens, aides d'État, régies) ;
Auditeurs Territoriaux (CIAT) et enrichi par  juridiques (liés aux élus ou à l’administra- Dans les résultats du questionnaire envoyé
l’enquête réalisée par le Conseil régional du tion) ; par le département de la Gironde, on observe
Nord-Pas-de-Calais sur la cartographie des  humains (accidents de travail, risques également que le plan d’audit est loin d’être
risques, a permis de réaliser un état des lieux psycho-sociaux, absentéisme, santé et généralisé au sein des collectivités (Oui à
correspondant aux réponses reçues. prévention, sécurité, climat social, réorgani- 32 %) et qu’il ne s’appuie qu’en partie sur les
sations, adéquation besoins / compétences risques majeurs identifiés précédemment. Ce
L’objectif de cet article est de rendre compte RH) ; constat témoigne que la pratique doit forte-
des pratiques concernant principalement  liés aux marchés publics. ment évoluer.
l'audit interne dans les collectivités territo-
riales. Viennent ensuite les risques : Le classement des principaux éléments pris
 liés à la sécurité informatique ; en compte dans l’élaboration du plan d’audit
Les destinataires du questionnaire : 269  liés au pilotage (qualité du service rendu, dans les collectivités fait apparaître :
collectivités et établissements publics de optimisation des ressources, maitrise des
coopération intercommunales (communau- coûts, rupture d'engagements pris,
tés de commune, communautés urbaines, surcoûts, retard des projets) ;
 liés aux satellites (relation au monde asso-
Demande spécifique de
communautés d’agglomération).
la direction générale
Les répondants :
 collectivités de taille importante (entre
ciatif, subventions) ;
 naturels et techniques ;
 associés aux réformes institutionnelles.
1
1 000 et 5 000 agents), avec une surrepré-
Déficiences constatées
sentation des départements ; La Région Nord-Pas-de-Calais a lancé en 2015
 taux de participation moyen : 18 % des une démarche de cartographie et de mana- 2
destinataires du questionnaire ont répondu gement des risques. A ce titre, une enquête a
à l’enquête (environ 60 réponses) ; été réalisée auprès d’une centaine de collec-
 les fonctions des répondants relèvent prin- tivités (principalement départements et Maîtrise des procédures
cipalement du contrôle de gestion et de
l’inspection générale. Cela peut s’expliquer
par le fait que le contrôle de gestion a
régions) afin d’identifier les démarches simi-
laires.
Il en ressort les principales conclusions
3
souvent hébergé l’audit interne. Pour suivantes :
autant, l’évolution rapide des collectivités  la mise en place de démarches de gestion
locales laisse à penser que les structures les des risques est assez récente et est motivée Viennent ensuite :
plus matures développent des services par des réflexions globales de la DG sur les  la vérification des actions correctives issues
dédiés à l’audit interne. risques majeurs et les mesures à prendre, des audits précédents ;
même si la culture des risques au niveau  les changements organisationnels ;
Ce qui ressort des pratiques des DG est embryonnaire ;  la réalisation de benchmarks ;
de cartographie des risques  cette démarche nécessite beaucoup de  les processus en rapport avec les recettes
pédagogie car la culture du risque génère budgétaires ;
Dans les collectivités locales où l’audit interne des craintes et des a priori. Elle permet de  le niveau des risques liés à l'activité ;
est structuré, l’exercice de cartographie des formaliser un plan d’audit, qui objective les  le contrôle de gestion auprès des parte-
risques a souvent été un préalable. Depuis risques et qui apporte une valeur ajoutée naires externes ;
peu, les régions et les départements, qui sont sur le partage des pratiques et l’intégration  le déclenchement externe (détection de
respectivement autorités de gestion et orga- de contrôles dans les processus. Elle permet fraude, plainte).

30 2e trimestre 2016 — audit, risques & contrôle - n° 006


L’AUDIT INTERNE DANS LE SECTEUR PUBLIC

1 2 3
Solidarité - Aide sociale Finance Satellites
(Protection de l’enfance, insertion, (Régies d’avances et de recettes, (Bénéficiaires de subventions :
établissements médicaux-sociaux, tarification) associations, partenaires extérieurs)
PCH, SAAD)

Ne pouvant pas toujours s’appuyer sur une de sujets sensibles, quand l’indisponibilité des locales, il existe des dispositifs intégrés dans
cartographie des risques et étant peu outillée, ressources en interne se fait sentir, pour béné- les directions opérationnelles. En revanche,
le plan d’audit est élaboré en s’appuyant sur ficier de la plus-value d’un regard extérieur, ou l’étude ne fait pas ressortir l’existence de
des risques identifiés mais non encore forma- enfin selon la complexité du domaine audité. dispositifs unifiés et transverses sous la
lisés. Il parait donc nécessaire d’outiller davan- responsabilité des directions de support.
tage l’administration pour que le plan d’audit Derniers constats :
réponde à des critères objectifs.  les principaux types d’audit réalisés sont Ces dispositifs sont peu structurés et peu
principalement des audits financiers et formalisés (guide, référentiel, charte), même si
Les principaux domaines audités organisationnels. Les audits de perfor- la majorité des répondants déclarent qu’il
mance, du système d’information et de la existe une direction en charge de l'accultura-
Face à la diversité des métiers exercés dans les fonction achat sont plutôt minoritaires tion au contrôle interne dans leurs structures.
collectivités locales, les auditeurs se consa- dans les réponses ;

«
crent principalement aux 3 domaines ci-
dessus qui correspondent plutôt aux
domaines d’actions des collectivités ayant La cartographie des risques est souvent réalisée par
principalement répondu (c'est-à-dire les l’audit interne. C’est aussi un outil de dialogue en
départements et les EPCI).
interne mais également en externe avec les chambres
Les autres domaines audités reflètent cette
diversité :
 délibérations ;
 marchés publics ;
régionales des comptes
»
 le calendrier des audits et le suivi d’activité Le niveau de maturité du contrôle interne des
 transports ; des auditeurs semblent peu fréquents ; collectivités est jugé moyen, même si peu
 gestion des fonds européens ;  le suivi des recommandations n’est pas d'agents sont affectés à l'inspection ou l'audit.
 voirie (centres techniques routiers) ; systématique (en général annuel) mais les Le contrôle interne, parce qu’il existe dans
 qualité (accueil, services certifiés, services recommandations sont globalement plutôt toutes les directions et parce qu’il est soutenu
labellisés) ; mises en œuvre (degré de mise en œuvre par de nombreuses obligations réglemen-
 ressources humaines (frais de missions des des recommandations des audits majoritai- taires, est plutôt mieux implanté que l’audit
agents, prévention des agressions) ; rement entre 50 % et 75 %). Ce suivi n’ap- interne.
 organisation des services ; paraît pas être de la responsabilité des
 techniques (protection contre les crues, auditeurs mais relève plutôt des directions * *
aménagement des zones industrielles, opérationnelles concernées ; *
patrimoine et travaux, gestion portuaire) ;  un grand nombre de collectivités locales de
 culture, éducation ; taille petite ou moyenne ne peuvent pas Loin d’être une vision représentative de l’en-
 aides aux entreprises ; monter une structure d’audit interne mais semble des collectivités territoriales, cette
 audit préalable dématérialisation. certains centres de gestion commencent à première enquête a cependant mis en
proposer de tels services en mutualisant lumière des pratiques qui reflètent principa-
Il ne semble pas exister de corrélation entre la des auditeurs. lement une acculturation et une structuration
diversité des métiers à auditer dans les collec- grandissante autour des thématiques de
tivités locales et l’absence de reconnaissance Ce qui ressort des pratiques gestion des risques, contrôle interne et audit
du métier d’auditeur. Cela conduit pour partie de contrôle interne interne. 
à expliquer le recours fréquent à un presta-
taire externe (¼ des audits environ). Ce Au vu de la diversité des métiers et de l’ab-
recours est principalement utilisé pour l’audit sence d’un référentiel pour les collectivités

n° 006 — audit, risques & contrôle — 2e trimestre 2016 31


L’AUDIT INTERNE DANS LE SECTEUR PUBLIC

L’audit interne
dans les
collectivités
Des initiatives
à concrétiser

L
Yannis Wendling, Directeur de l’audit et e législateur a depuis les premières lois de décentralisation,
du contrôle internes, et de la gestion des confié aux collectivités territoriales des responsabilités de plus
risques, Conseil départemental de en plus nombreuses et portant sur des sujets sensibles
Seine Saint Denis comme l’aide sociale à l’enfance et la gestion de certaines
allocations de solidarité nationale (prestation de compensation du
handicap, allocation d’autonomie par exemple), la formation profes-
sionnelle, la gestion des établissements d’enseignement primaires
et secondaires. En 2014, le volume budgétaire des différents niveaux
de collectivités s’élevait à 233 milliards d’euros1 tandis que les collec-
tivités employaient en 2013 près de 2 millions d’agents.

Les collectivités sont donc des acteurs majeurs, s’il est encore utile
de le souligner, de la vie politique, administrative et économique du
pays. La mutualisation des moyens entre les établissements publics
de coopération intercommunale et leurs communes membres (dans
Les collectivités territoriales deviennent des acteurs majeurs le cadre de la loi NOTRe – Nouvelle Organisation Territoriale de la
de la vie politique, administrative et économique du pays avec République – du 7 août 2015) et de la réorganisation des services
près de 2 millions d’agents, et font l’objet d’un contrôle accru régionaux (dans le cadre de la nouvelle carte régionale adoptée en
des Cours régionales des comptes. Cette évolution renforce les janvier 2015) ou au sein des métropoles (renforcement du mouve-
obligations de transparence et de bonne gestion des deniers ment de métropolisation dans le cadre de la loi MAPTAM du 27
publics et doit s’accompagner de la mise en place d’un dispo- janvier 2014) bouleversent leurs organisations qui franchissent des
effets de taille significatifs.
sitif efficient de maîtrise des risques.
Dans cet article, l’auteur met en lumière les principales avan- Les évolutions récentes portent aussi sur les contrôles auxquels sont
cées du département de la Seine Saint Denis avec la mise en soumises les collectivités. Un nouveau principe est inscrit dans l’arti-
place d’une direction audit, contrôle interne et gestion des cle 110 de la loi NOTRe, celui de l’expérimentation de la certification
risques dont la démarche s’appuie strictement sur les normes des comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements.
de la profession, l’élaboration d’une cartographie des risques Même si les conditions de mise en œuvre de cette expérimentation
et la création d’un comité d’audit interne. nous projettent à un horizon de court à moyen terme, ce principe
aura un impact majeur sur l’organisation du contrôle interne des

32 2e trimestre 2016 — audit, risques & contrôle - n° 006


L’AUDIT INTERNE DANS LE SECTEUR PUBLIC
collectivités sur le plan comptable mais aussi de contrôle et d'audit internes, les collectivités seul angle de la mise sous contrôle. Tel a été
sur le plan opérationnel. La direction générale locales agissent quant à elles sans obligation le cas du Département de la Seine Saint Denis
des finances publiques encourage par ailleurs réglementaire en ce domaine. Toutefois, l’ar- où a été mise en place une telle fonction dans
la signature de conventions entre ses services ticulation entre l’audit externe et l’audit un contexte de changement d’exécutif et
déconcentrés et les collectivités pour organi- interne (et donc la présence de celui-ci) existe d’évolution du projet de la collectivité. Cette
ser un contrôle allégé de l’ordonnateur par le parfois puisque les observations des cham- initiative s’inscrivait dans un contexte marqué
comptable public dès lors qu’il est avéré, après bres régionales des comptes (CRC) sont par le non aboutissement d’une précédente
examen par ce dernier, que le système de susceptibles d’être suivies par l’audit interne démarche, menée plusieurs années aupara-
contrôle interne comptable est suffisamment quand il existe et peuvent porter sur la vant, de déploiement d’une approche du
robuste. présence ou non de cet audit interne. contrôle interne centrée avant tout sur la
conformité.
La Loi NOTRe a également introduit un nouvel La récente enquête menée par la conférence
article dans le code des juridictions finan- des inspecteurs et auditeurs territoriaux (CIAT) L’acteur clé : la direction de
cières. Cet article L. 243-7.-I. prévoit que dans et le groupe professionnel Collectivités terri- l’audit & du contrôle internes
un délai d'un an à compter de la présentation toriales de l’IFACI révèle que si les démarches et de la gestion des risques
du rapport d'observations définitives à l'as- sont encore isolées et bien trop peu
semblée délibérante, l'exécutif de la collecti- nombreuses, elles n’en demeurent pas moins La direction de l’audit interne, aujourd’hui
vité territoriale ou le président de réelles et témoignent de la volonté de devenue direction de l’audit, du contrôle
l'établissement public de coopération inter- certains exécutifs locaux de se doter des interne et de la gestion des risques (DACIGR)
communale à fiscalité propre présente, dans moyens nécessaires à la maîtrise des risques répondait au souhait de doter la direction
un rapport devant cette même assemblée, les qui peuvent compromettre la mise en œuvre générale d’un outil de mesure de la maîtrise
actions qu'il a entreprises à la suite des obser- de leurs projets de territoire. des activités par l’administration départemen-
vations formulées lors du précédent contrôle. tale mais aussi de disposer d’un instrument
Ce rapport est communiqué à la chambre Les mutations en cours vont amener de qui viendrait soutenir les projets de moderni-
régionale des comptes, qui fait une synthèse nombreuses collectivités à réinterroger non sation et d’innovation. L’approche par les
annuelle des rapports qui lui sont communi- seulement leurs interventions au bénéfice de risques s’est imposée tout naturellement pour
qués. Cette synthèse est présentée par le la population mais aussi les conditions de dépasser la vision restrictive de la conformité
président de la chambre régionale des mobilisation des moyens dont elles disposent. juridique et ne pas se fondre dans une
comptes devant la conférence territoriale de
l'action publique. Chaque chambre régionale
des comptes transmet cette synthèse à la
Cour des comptes en vue de la présentation « L’expérimentation de la certification des comptes
des collectivités territoriales, aura un impact
»
prescrite à l'article L. 143-10-1.

Cap vers la maîtrise des risques majeur sur l’organisation du contrôle interne
Toutes ces évolutions renforcent les obliga-
tions de transparence et de bonne gestion La contrainte financière et la contribution approche formelle du contrôle interne,
des deniers publics mais s’appuient avant tout attendue des collectivités aux objectifs de approche parfois trop présente dans les
sur des contrôles externes (contrôle du comp- maîtrise des dépenses publiques remettent collectivités.
table public, chambre régionale des comptes) en cause les organisations et les moyens de
ou sur l’initiative éventuelle des instances déli- conduire les projets locaux. Les fusions et Pour réussir une telle entreprise et gagner la
bérantes. Alors que l’ensemble des organisa- mutualisations de moyens entre collectivités confiance des différentes parties prenantes, et
tions publiques et privées sont soumises vont se traduire par des transformations des en particulier celle de l’encadrement, il conve-
progressivement à davantage de contraintes systèmes d’information, des dispositifs de nait d’asseoir la démarche dans une approche
en matière de maîtrise des risques et d’audit pilotage, des organisations opérationnelles. très professionnelle et rigoureuse. D’ailleurs
interne, les collectivités territoriales semblent Les effets d’échelle avec la constitution de les représentants du personnel ont très tôt
rester à l’écart de cette tendance. L’article 72 grandes intercommunalités vont aussi réinter- exigé qu’une charte de l’audit interne soit
de la constitution prévoit que les collectivités roger la gouvernance et les conditions dans adoptée afin de poser un cadre protecteur
territoriales ont vocation à prendre les déci- lesquelles les instances de gouvernance pour les agents et la fonction d’audit interne.
sions pour l'ensemble des compétences qui auront l’assurance que les objectifs pris par les
peuvent le mieux être mises en œuvre à leur exécutifs seront fidèlement et efficacement L’adoption, comme cadre de référence, de
échelon et que, dans les conditions prévues atteints. celui des normes professionnelles est interve-
par la loi, ces collectivités s'administrent libre- nue immédiatement. Dès la première année
ment par des conseils élus et disposent d'un La maîtrise des risques est sans doute l’une une cartographie des risques a été construite
pouvoir réglementaire pour l'exercice de leurs des questions les plus cruciales que devront en associant les cadres de direction et la direc-
compétences. Il appartient ainsi à chaque se poser les collectivités pour réussir leurs tion générale. Cette étape a permis d’associer
collectivité de décider d’organiser ses services transformations, leur entrée dans l’ère de la les différents acteurs à l’établissement des
et de se doter le cas échéant d’une fonction digitalisation et leur adaptation à leur nouvel priorités autour desquelles la direction de l’au-
d’audit interne. environnement. dit interne a pu proposer son premier plan
d’audit au directeur général des services. Ce
Si le décret n° 2011-775 du 28 juin 2011 L’audit interne est un puissant levier pour y faisant, un signal était envoyé pour démontrer
impose dans chaque ministère un dispositif parvenir et ne peut être envisagé que sous le que l’audit interne ne serait pas une instance

n° 006 — audit, risques & contrôle — 2e trimestre 2016 33


L’AUDIT INTERNE DANS LE SECTEUR PUBLIC
inquisitoriale au service d’enjeux très conjonc- l’État au profit des Départements. Les audits En 2015, un Comité d’audit interne a été mis
turels mais le rouage essentiel d’une réalisés en 2014 et 2015 sur l’instruction et la en place alors que le Conseil départemental
démarche de progrès au service des projets mise en paiement des prestations versées aux obtenait le certificat délivré par IFACI
et du service rendu au public. personnes âgées ou aux personnes handica- Certification, devenant la première collectivité
pées ont certes permis de déceler des méca- territoriale à être ainsi reconnue. Ce comité est
Cet exercice de cartographie des risques est nismes de fraude interne mais surtout de composé de personnalités exerçant ou ayant
renouvelé chaque année et s’est déployé avec mobiliser autour des enjeux d’amélioration du exercé une responsabilité de management
un niveau d’exigence progressif. Il est systé- contrôle interne pour partie défaillant. L’un d’un service d’audit interne et reconnues par
matique et concerne l’ensemble des services des apports majeurs de ces audits a été de leurs pairs. Il apporte conseil mais aussi assu-
couvrant ainsi l’ensemble des champs de convaincre que la maîtrise des activités se rance à l’exécutif et à la direction générale sur
compétences de la collectivité. L’accent fut conjugue parfaitement avec l’amélioration du la robustesse du dispositif de maîtrise des
porté dans un premier temps sur l’identifica- service rendu à l’usager et la sécurisation des risques. Un rapport annuel d’activité sera
tion des risques inhérents aux activités et aux paiements. présenté dès cette année à l’exécutif non pas
projets puis seulement l’année suivante à leur sous la forme d’un rapport d’activité tradition-
évaluation. Lors de la troisième année, il fut La séparation des rôles d’ordonnateur des nel mais sous celle d’un véritable état annuel
demandé de caractériser les dispositifs de dépenses et de comptable des deniers de la maîtrise des risques présentant les audits
maîtrise mis en place et ainsi d’évaluer les publics a pu favoriser l’idée que le garant du de l’année, les risques priorisés et l’état d’avan-
risques nets. Aujourd’hui, chaque direction dispositif de contrôle du processus de mise cement des plans d’action suivis par la
indique les actions à venir ou en cours et en paiement était le comptable public et non DACIGR.
permet ainsi à cet exercice annuel d’actuali- la chaîne hiérarchique interne à la collectivité.
sation de devenir un outil de pilotage des Par ailleurs, l’accent est trop souvent mis sur Les axes d’action pour demain
plans de maîtrise. le respect des procédures formelles et la
production de pièces et de visas alors que Au-delà de l’appui à la gouvernance, ce dispo-
sitif est un instrument au service de l’organi-

« La maîtrise des risques est l’une des questions les


plus cruciales que devront se poser les collectivités
sation et de ses managers pour mieux
maîtriser leurs activités, renforcer la perfor-
mance de l’administration au service des poli-
tiques portées par les élus.
pour réussir leurs transformations et leur entrée
dans l’ère de la digitalisation
» La priorité de l’année 2016 et de l’année 2017
sera d’être plus encore en appui des cadres.
Un outil intégré informatique de gestion des
risques sera acquis afin de disposer d’un inter-
Des thèmes peuvent être privilégiés comme l’enjeu est avant tout la sécurisation du face entre les responsables d’activités et la
la sécurisation des paiements aux tiers, le contrôle effectif du service fait au niveau DACIGR. Ce projet doit permettre de renou-
respect des engagements pris en matière de opérationnel. veler les interactions entre les acteurs du
diversité, la lutte contre la fraude, la sécurisa- contrôle interne et la direction en charge
tion des accès aux données des systèmes d’in- Le choix de mener des audits en s’appuyant d’animer la gestion des risques. L’objectif est
formation. Cependant, l’objectif est bien de sur une approche centrée sur les risques a le de donner aux cadres des outils de pilotage
couvrir l’ensemble des types de risque. mérite d’être didactique et d’être en appui des des plans d’action, un dispositif de documen-
préoccupations des responsables opération- tation des incidents et d’évaluation des
La montée en puissance nels et de la gouvernance. Il y a alors une risques autour duquel peut s’engager un
de la fonction audit totale convergence entre cette démarche dialogue entre les lignes métiers et la direc-
d’audit et la démarche de cartographie des tion générale, entre les différentes lignes de
Cette démarche pragmatique et méthodique risques. Chaque constat d’audit et chaque maîtrise mais aussi entre porteurs de risques
a accompagné la montée en puissance de la recommandation d’audit sont reliés à un semblables.
fonction d’audit et permis de bien faire risque.
comprendre le sens de l’audit interne. Le Ce défi dépasse le simple abandon des outils
bénéfice de cette approche est de faire Le suivi de la mise en œuvre du traitement Excel et se veut avant tout managérial. La
évoluer la culture de la collectivité. Si sur le des recommandations est lui-même construit DACIGR en lien avec le pôle personnel et rela-
plan de la stratégie, les risques de ne pas autour de cette approche par les risques. Il tions sociales va ainsi par ailleurs développer
mener à bien les projets ou de ne pas assurer repose sur un suivi trimestriel systématique son offre de formation envers les cadres
les prestations attendues sont présents à tout des plans d’action et un reporting vers la direc- autour des approches de maîtrise des risques.
niveau de l’organisation, il n’est pas acquis que tion générale à la même fréquence. Un
les principaux risques associés à la mise en comité de suivi de cette mise en œuvre se Cette démarche souhaitée par l’exécutif et
œuvre opérationnelle sont quant à eux tous réunit trois fois par an en présence à chaque portée par la direction générale du
bien appréhendés et maîtrisés. Tel était le cas fois de 5 directions et de l’équipe de direction Département de la Seine Saint Denis est l’il-
notamment des risques de sécurisation des générale. lustration des initiatives qui émergent dans les
accès aux applications critiques ou de la collectivités territoriales en dehors de toute
chaîne comptable sur certaines prestations Ce dispositif souligne que l’objectif n’est pas obligation mais aussi du chemin qui reste à
pour lesquelles la mise en place de l’organisa- de produire des rapports ou des constats mais parcourir. 
tion est intervenue dans un contexte d’ur- bel et bien d’appuyer la gouvernance de l’ad-
gence suite au transfert de la compétence par ministration départementale.
1 Source Direction générale des finances publiques.

34 2e trimestre 2016 — audit, risques & contrôle - n° 006


L’AUDIT INTERNE DANS LE SECTEUR PUBLIC

De la qualité vers
la certification
des comptes des
© Pink Badger - Fotolia.com

collectivités locales
où en sommes-nous aujourd’hui ?

L
a constitution a érigé en son article 47-2, introduit par la révi-
richard William, Président de section, sion constitutionnelle du 23 juillet 2008, la règle selon laquelle
Chambre Régionale des Comptes « [...] Les comptes des administrations publiques sont réguliers et
d’Aquitaine, Limousin, Poitou-Charentes sincères. Ils donnent une image fidèle du résultat de leur gestion,
de leur patrimoine et de leur situation financière ».

Le fondement de l’organisation financière


des administrations publiques locales

L’organisation des procédures budgétaires et comptables des collec-


tivités territoriales est fondée sur le principe de séparation des fonc-
L’auteur nous propose un témoignage sans concession sur l’état tions d’ordonnateur et de comptable. Ce principe de séparation, inscrit
à l’origine dans une ordonnance du 14 septembre 1822, a été
des dispositifs de maîtrise des activités et des comptes au sein
constamment réaffirmé par tous les règlements généraux sur la comp-
des collectivités locales. Il souligne notamment les nombreuses
tabilité publique, notamment les décrets des 29 décembre 1962 et 7
carences de contrôle relevées par les chambres régionales des novembre 2012. Les ordonnateurs constatent les droits des orga-
comptes (CRC) et le manque de sensibilisation des élus tournés nismes qu’ils dirigent ou représentent, en liquident et prescrivent l’exé-
en priorité vers les aspects politiques. Vingt ans après l’initiation cution des recettes ; ils engagent, liquident et ordonnancent les
de la démarche de fiabilisation des comptes, le chemin à dépenses dans les limites budgétaires votées par les assemblées déli-
parcourir reste considérable dans un contexte où l’argent public bérantes. Les comptables mettent en œuvre des contrôles a poste-
est désormais une ressource limitée. riori en vue du paiement des dépenses ordonnancées et des recettes
résultant des droits constatés.

n° 006 — audit, risques & contrôle — 2e trimestre 2016 35


L’AUDIT INTERNE DANS LE SECTEUR PUBLIC

La justification de ce principe de séparation En effet le comptable public, qui n’exerce


s’explique par trois raisons visant à présenter qu’un contrôle externe dans les collectivités
au citoyen des comptes fiables et exhaustifs territoriales, intervient non pas au moment de
traduisant en termes financiers le résultat de l’engagement des dépenses mais a posteriori,
l’action publique. une fois le service fait, ce qui pose des difficul-
 Le contrôle mutuel entre l’ordonnateur, tés relationnelles entre la collectivité et ses
décidant des recettes et dépenses, et le fournisseurs en cas de blocages liés à des
comptable assurant les paiements et anomalies qui auraient pu être détectées
encaissements liés à ces décisions tout en avant l’engagement.
vérifiant la régularité formelle des opéra-
tions, ce dernier pouvant voir sa responsa- Dès 1998 la direction générale des finances
bilité personnelle et pécuniaire engagée publiques et l’association des maires de
par le juge des comptes en cas de non- France élaborent une charte de partenariat en
respect de la règle. En 1960 René Arnould vue d’offrir « des prestations rénovées, un service
expliquait simplement ce principe selon plus complet et plus réactif aux élus… », l’en-
lequel « toute opération qui requiert le semble visant à « améliorer la qualité et l’effica-
concours de deux personnes indépendantes cité de la gestion financière et comptable des
l’une de l’autre présente plus de garantie de communes ».
régularité que si elle est exécutée par une
seule »1. En 2003 sont créées des conventions de
 Le principe de la division du travail selon services comptables et financiers (CSCF),
lequel, à l’instar des organisations comprenant une convention-type et des
marchandes et non marchandes de droit fiches-actions ainsi qu’un tableau de suivi,
privé, l’agent qui engage les dépenses ou pour les communes et communautés de

«
de paiement, la mise en place d’un contrôle
hiérarchisé de la dépense (CHD). Ce CHD est
Les collectivités semblent ne pas avoir pris la mesure l’aboutissement d’un constat de bonne
des conséquences liées aux dysfonctionnements
»
pratique des procédures internes chez l’or-
donnateur permettant au comptable de
éventuels de leur organisation interne concentrer ses obligations de vérifications sur
des thèmes prédéfinis et à enjeu. En clair, le
CHD constate que le processus de contrôle
constate les recettes ne procède pas aux communes de plus de 100 000 habitants. interne existant (conformité des actes aux lois
mouvements de trésorerie afférents, et ne et règlements, applications des décisions de
participe pas directement à la mise en Parallèlement, une loi du 28 décembre 2001 l’assemblée délibérante, bon fonctionnement
œuvre ni du compte de résultat ni du bilan a créé le Conseil de normalisation des des processus internes de la collectivité
patrimonial de l’organisme concerné. comptes publics chargé d’émettre un avis notamment en termes de préservation des
 Une volonté de l’Etat de maintenir sur l’en- préalable sur les règles applicables à la comp- actifs, fiabilité des informations financières) est
semble du territoire une unité et une cohé- tabilité générale de l’Etat et toute personne suffisant pour optimiser le contrôle externe
rence dans l’acte budgétaire et financier publique ou privée financée majoritairement réalisé par le comptable public.
en dépit de la diversité des acteurs et par des ressources publiques. Il propose les
missions engagées ; ce qui lui confère le mesures relatives à la présentation et à l’ex- Le décret 2012-1246 du 7 novembre 2012
pouvoir de nommer et d’organiser la ploitation des comptes visant à donner une relatif à la gestion budgétaire et comptable
carrière des comptables publics. image sincère et fidèle de la situation patri- publique fixe les objectifs en matière de CHD :
moniale et financière des organismes publics, en fonction des caractéristiques des opéra-
Une démarche de fiabilisation à faciliter l’analyse des coûts des politiques tions relevant de la compétence des ordon-
et qualité des comptes engagée publiques et à assurer la cohérence des règles nateurs et de son appréciation des risques
depuis près de 20 ans comptables applicables aux administrations afférents à celles-ci, le comptable adapte l'in-
publiques. tensité, la périodicité et le périmètre de ses
Face à la multitude et complexité des règles contrôles en se conformant à un plan de
afférentes aux missions des collectivités En 2010 le président de l’association des contrôle établi contractuellement au préala-
locales, et pour répondre à une attente forte maires de France et le ministre du budget et ble.
du citoyen au plan de la gouvernance impli- des comptes publics de l’époque ont mis en
quant une traçabilité des actes dans les œuvre un engagement partenarial-type entre La loi 2015-991 du 7 août 2015 portant
comptes, les élus locaux ont pris conscience collectivités et directions départementales nouvelle organisation territoriale de la
de la nécessité d’améliorer leur relation avec des finances publiques (DDFiP), dans la ligne République engage la Cour et les chambres
les comptables publics, celle-ci ne pouvant des CSCF créées en 2003. Parmi les éléments régionales des comptes dans une démarche
plus se baser uniquement sur le principe de notables de ces engagements figurent l’accé- expérimentale de certification des comptes
séparation des fonctions même si celui-ci lération de la dématérialisation des échanges, des collectivités locales volontaires. Cette
procède d’une norme internationale en l’amélioration des procédures budgétaires et démarche qui s’organise en 3 phases (sélec-
matière d’organisation. comptables en vue d’une maîtrise des délais tion des collectivités, diagnostic et bilan inter-

36 2e trimestre 2016 — audit, risques & contrôle - n° 006


L’AUDIT INTERNE DANS LE SECTEUR PUBLIC

nécessitant un renforcement du contrôle


interne
Le contrôle interne, regroupe l’ensemble des
procédures et moyens adaptés aux spécifici-
tés de chaque collectivité lui permettant de
contribuer à la maîtrise de ses politiques, à l’ef-
ficacité de ses opérations et à l’utilisation effi-
ciente de ses ressources. Il doit permettre de
prendre en compte de manière appropriée
les risques significatifs, qu’ils soient opération-
nels, financiers ou de non-conformité aux lois
et règlements. Là encore les CRC observent
régulièrement l’absence de contrôle interne
ou, lorsqu’il existe, son mauvais positionne-
ment institutionnel ; tout comme l’absence
de plan d’action propre aux priorités définies
et de suivi faute de détermination d’indica-

© Pink Badger - Fotolia.com


teurs mesurables.

Mais qui en est encore


qu’à ses prémices
Les élus locaux, soucieux de la perception
externe du résultat de leurs décisions, sont
parfois plus sensibles à leur communication
médiaire, audits « à blanc » en condition réelle … et des moyens disponibles. En l’état ce et ne consacrent pas toujours leur priorité au
de certification) prendra fin… en 2022 ! projet s’avère de longue haleine nécessitant fonctionnement interne de leur collectivité, se
une démarche volontaire, un management et reposant pour cela sur leur technostructure.
Mais qui doit encore s’affirmer une communication adaptés. Selon les rapports publiés par les CRC, toutes
les collectivités semblent ne pas avoir pris la
La nécessité d’élaborer puis de maintenir une Qui nécessitera un diagnostic mesure des conséquences liées aux dysfonc-
comptabilité parfaitement fiable n’est naturel- préalable tionnements éventuels de leur organisation
lement pas la première préoccupation d’un interne. Plus souvent, seule la procédure
ordonnateur : en particulier les collectivités Basé sur des constats « achats » fait l’objet d’une attention, les élus
territoriales et leurs élus se consacrent priori- Nombreux sont les rapports de chambres cherchant en premier lieu à se protéger du
tairement à la satisfaction des besoins publics, régionales des comptes (CRC) déplorant l’ab- risque de sanction pénale en cas de désorga-
et conduisent dans ce but les divers projets sence de connaissance du patrimoine des nisation de leur système.
qu’elles estiment devoir mettre en œuvre. collectivités : incohérence entre inventaire L’intérêt de l’appréciation de la qualité des
Concentrées sur ces objectifs politiques elles physique et état de l’actif au bilan comptable, comptes et des procédures internes n’est pas
doivent cependant prendre conscience que incohérence entre état de la dette présenté toujours évident, même si ceux-ci se tradui-
le processus de fiabilisation des comptes, par l’ordonnateur et celui inscrit au bilan sent, in fine, en espèces sonnantes et trébu-
dans une période où l’argent public est désor- comptable, pas de contrôle des stocks, pas de chantes. A titre d’exemple, un schéma de
mais une ressource limitée, est devenu néces- contrôle des régies, méconnaissance des cohérence territorial (SCOT) annulé par le
saire. En effet l'information donnée aux engagements externes de la collectivité (par tribunal administratif en 2015 pour défaut de
citoyens sur l'usage qui est fait des deniers exemple dans les participations des collecti- procédure a coûté plus de 660 k€ à une
publics participe directement de l'exercice vités dans les sociétés d’économie mixte communauté de communes de 18 000 habi-
démocratique dans sa forme d'ailleurs la plus [SEM]). Ces constats ne peuvent découler que tants. De même, sont régulièrement dénon-
ancienne. La base de cet exercice, base sans d’un audit externe, et indépendant, afin d’as- cées avec la plupart du temps une sanction
laquelle absolument rien n'est possible, c'est surer à la collectivité un état des lieux objectif (limitée) des comptables publics par les CRC,
la fiabilité des comptes et l’on peut sans hési- avec une première évaluation des coûts de les conditions de manque de transparence
ter considérer que cette fiabilité comptable mise en œuvre. des subventions, d’octroi des primes et avan-
participe de la qualité démocratique d'un tages des agents publics, des désordres
système politique. Débouchant sur un plan d’actions comptables liés à un manque de documen-
Chaque collectivité devra fixer ses priorités : tation, à des défauts de recouvrement liés à
La démarche actuellement engagée nécessi- agir sur la parfaite connaissance de sa dette, de mauvaises procédures.
tera des ajustements de l’organisation de son patrimoine immobilier, améliorer ses
interne : sécurisation de la gestion du patri- procédures achats, mettre en œuvre une Le chantier est immense, il ne pourra aboutir
moine et de la gestion de la dette, des procé- gestion prévisionnelle des emplois et compé- que par étapes successives. 
dures achats, de la gestion des ressources tences limitant la création d’emplois par une
humaines… Des arbitrages devront être faits organisation utilisant un plan de formation et
en fonction des priorités identifiées, des solu- de promotion professionnelle adaptés. 1 « Quelques réflexions sur les règles de la comptabilité publique »
tions retenues, des risques et coûts assumés bulletin de l’économie et des finances n° 5, 1960.

n° 006 — audit, risques & contrôle — 2e trimestre 2016 37


À LA DÉCOUVERTE DE ...

L’audit interne
à la Commission européenne
Un dispositif conforme aux normes internationales,
confronté aux spécificités du contexte européen
Danièle Lamarque, Membre de la Cour des comptes européenne « normes internationales pertinentes ». Ces
textes précisent la nature des fonctions de l’au-
diteur interne, son accès (« complet et illimité »)
à toute information requise pour l’exercice de
ses tâches et les règles qui garantissent son
indépendance. L’article 208.3 du règlement
financier détermine le rôle du service d’audit
interne vis-à-vis des agences et organes de

L
a fonction d’audit interne de l’Union, extérieure. Jusqu’en 2015, la fonction d’audit l’Union.
mise en place en 2000 dans le cadre de interne était partagée entre le service et les
la réforme administrative de la Commis- structures d’audit interne intégrées dans La « charte de mission » du service d’audit
sion, repose sur un service d’audit chaque direction générale ; l’IAS avait réalisé en interne, dans sa dernière version d’avril 2015,
interne, devenu indépendant en juillet 2001, et 2006 un contrôle de qualité de ces structures. expose la mission et les objectifs du service, et
un Comité de suivi des audits, placé sous l’au- Au 1er mars 2015, la fonction d’audit interne a précise ses obligations et la nature des travaux
torité du premier vice-président de la été centralisée, les structures d’audit interne et des rapports dont il a la charge.
Commission. des directions supprimées et la charte de
service mise à jour. L’IAS est dirigé par un directeur général, placé
Un dispositif conforme sous l’autorité du premier vice-président de la
aux normes internationales, L’IAS exerce ses fonctions sur l’ensemble des Commission. Il est chargé de l’amélioration de
dans sa structure et ses pouvoirs activités et des services des entités de son la réglementation, des relations interinstitution-
champ de compétence. Son rôle est défini de nelles, de l’état de droit et de la charte des
Le service d’audit interne (ou IAS, son acro- manière assez large par les articles 98 à 100 et droits fondamentaux, soit le commissaire néer-
nyme anglais) a compétence sur les services de 208.3 du règlement financier de l’Union, et par landais Frans Timmermans. Il rend compte au
la Commission, les agences et les organes de les articles 114 à 116 des règles d’application Comité de suivi des audits de la Commission,
l’Union et, depuis 2011, sur le Service d’action du règlement financier, en référence aux créé en octobre 2000. Ce comité, dont le rôle

38 2e trimestre 2016 — audit, risques & contrôle - n° 006


À LA DÉCOUVERTE DE ...
et le fonctionnement sont précisés par une gestion des achats publics du Centre commun pourquoi les audits de l’IAS ne portent pas sur
charte renouvelée en mai 2015, est composé de recherche, les dispositifs de contrôle ou les les systèmes de contrôle des Etats membres,
de 9 membres : sept commissaires et deux processus administratifs mis en œuvre par la qui relèvent des services d’audit interne des
auditeurs professionnels, extérieurs à la Commission à l’appui du semestre européen. Etats membres, des autorités d’audit natio-
Commission. Le président et trois membres nales, des directions de la Commission et de la
sont nommés pour la durée de leur mandat L’IAS rend compte de ses activités au Comité Cour des comptes européenne. En revanche
(cinq ans). Six autres commissaires sont de suivi des audits. Il analyse la situation du l’IAS audite les mesures prises par les services
nommés pour une moitié de mandat, afin d’as- contrôle interne dans chaque direction géné- de la Commission pour superviser et contrôler
surer la rotation à mi-mandat. rale en s’appuyant sur les travaux d’audit effec- les entités qui se trouvent dans les Etats
tués au cours des trois dernières années, à titre membres. Il peut également mener des
Le Comité de suivi des audits est un acteur de contribution au rapport annuel d’activité de missions sur place, y compris dans les Etats
majeur de la gestion des risques au sein de la chaque ordonnateur. membres et dans les pays tiers.
Commission. Il supervise les questions d’audit
et présente un rapport annuel aux commis- Si les rapports d’audit particuliers ne sont pas Les caractéristiques de la gestion des fonds
saires. Il joue un rôle préventif en attirant l’at- publics, en revanche le rapport annuel adressé européens comportent toutefois des risques
tention sur des problèmes qui risqueraient au Parlement et au Conseil est en ligne sur le spécifiques attachés à la fiabilité des travaux de
d’entacher gravement la réputation de la site de la Commission, à la rubrique du service. contrôle réalisés dans les Etats membres et à
Commission. Il veille à la mise en œuvre des leur utilisation par les différentes directions de
recommandations formulées à la suite des L’IAS met également en ligne la documenta- la Commission. Ainsi que le rapport annuel de
audits. Il s’assure que la fonction d’audit interne tion relative aux conférences annuelles organi- la Cour des comptes européenne sur l’exécu-
fasse l’objet d’un examen externe d’assurance- sées avec ses partenaires professionnels sur les tion du budget de l’Union a pu le relever, les
qualité au moins tous les cinq ans et que ses thématiques de l’audit interne : Internal audit: informations fournies par les Etats membres sur
résultats fassent l’objet d’un suivi. a lifetime career? (2015) ; La valeur ajoutée par les erreurs détectées ou sur les corrections
l’audit interne (2014) ; Les services d’assurance et financières peuvent manquer de fiabilité, ce
Le service d’audit interne mène ses travaux de consultation (2013). qui conduit la Commission à sous estimer le
conformément aux normes professionnelles risque résiduel cumulé. De même, un travail
internationales de l’IIA : il s’engage à respecter Les spécificités des risques d’harmonisation demeure nécessaire au sein
ces normes, en particulier la définition de l’au- dans le contexte européen de la Commission elle-même, pour garantir
dit interne de l’IIA, son code de déontologie et l’homogénéité des méthodes d’identification
ses Normes internationales pour la pratique La fonction d’audit interne de la Commission des irrégularités et de calcul du taux résiduel
professionnelle de l’audit interne. Un contrôle s’intègre dans le dispositif institutionnel de d’erreur par chacune des directions générales.
externe de qualité a permis de certifier la l’Union. Conformément à l’article 99 du règle-
conformité du service aux normes et au code ment financier, la Commission rend compte au Ces problématiques font l’objet d’un examen
de conduite de l'Institut des auditeurs internes. Parlement et au Conseil de l’activité et des attentif de la commission spécialisée du
résultats de l’audit interne, par un rapport Parlement européen dans le contrôle budgé-
Les activités du service annuel contenant un résumé du nombre et du taire, dans le cadre de la décharge accordée
d’audit interne type d’audits internes effectués, des recom- annuellement par le Parlement à la
mandations formulées et des suites données à Commission. La fonction d’audit interne joue
L’auditeur interne mène des activités d’assu- ces recommandations. donc un rôle essentiel dans le dispositif de
rance, visant à fournir une évaluation indépen- maîtrise des risques de la gestion des fonds de
dante de la gestion des risques, du contrôle et Le programme d’audit interne de la l’Union, et dans la production d’une informa-
de la gouvernance, ainsi que des services de Commission est présenté chaque année à la tion exacte sur leur utilisation, tenant compte
conseil, menés à titre consultatif et à la Cour des comptes européenne et le chef de du rôle joué, à tous les niveaux, par les diffé-
demande de l’encadrement. Il suit un plan de l’IAS est chargé d’assurer, le cas échéant, la rents acteurs. 
travail triennal, actualisé chaque année, établi coordination des audits avec la Cour des
selon une méthodologie fondée sur l’analyse comptes. Le Comité de suivi examine les
des risques potentiels identifiés par la rapports de la Cour et, si nécessaire, invite le
Commission. membre de la Cour concerné à débattre en
son sein d’un rapport d’audit donné. Il vérifie
Membre française de la Cour des
Chaque année, il réalise une centaine d’audits. les suites données par la Commission aux
comptes européenne depuis 2014,
Ainsi en 2014, l’IAS a rendu 105 rapports dont recommandations de l’auditeur externe. Danièle Lamarque a consacré sa
31 rapports d’audit, 67 rapports de suivi, 5 carrière professionnelle aux métiers du
examens limités, une évaluation des risques L’IAS peut transmettre directement ses consta- contrôle et de l’évaluation de politiques
informatiques et une lettre de recommanda- tations à l’OLAF, l’Office européen de lutte anti- publiques, à la Cour des comptes où elle
tions. Il a émis 127 nouvelles recommandations fraude. est entrée comme auditrice en 1984 et
et considéré que les plans d’action élaborés dans les deux chambres régionales des
pour faire suite à toutes les recommandations La définition de la fonction d’audit interne de comptes qu’elle a présidées à Rouen
acceptées étaient satisfaisants. Au total, 640 l’Union n’a pas vocation à couvrir la totalité des (1997-2005) et Marseille (2011-2013).
recommandations ont été émises et acceptées risques attachés à ses activités, dont une Elle participe aux travaux de l’IFACI et
entre 2010 et 2014. grande partie est exécutée en gestion parta- publie régulièrement sur les probléma-
gée avec les Etats membres ou, dans l’activité tiques de l’audit et du management
Les audits effectués en 2014 portaient sur des internationale, en partenariat avec des pays publics.
sujets comme les systèmes informatiques, la tiers et des organisations internationales. C’est

n° 006 — audit, risques & contrôle — 2e trimestre 2016 39


À LA DÉCOUVERTE DE ...
Québec : regard
d’une vérificatrice
générale sur
l’audit interne
Une collaboration
en vue de l’amélioration
des organismes publics
Guylaine Leclerc, Vérificatrice générale du
Québec

Observatrice et actrice privilégiée de l’administration publique


québécoise, Guylaine Leclerc pose un regard sur l’audit interne
dans le secteur public. À titre de vérificateur législatif qui relève
directement de l’Assemblée nationale, elle considère que sa
fonction la place à l’extérieur des lignes de maîtrise de contrôle.
La vérificatrice générale reconnaît d’emblée l’auditeur interne
comme un contributeur important de la gouvernance
publique. Elle souhaite pouvoir travailler en collaboration avec
cette instance avec qui elle partage une préoccupation
commune quant à la qualité de la gestion des organisations
et à leur performance.

Indépendance et mission du vérificateur général


L’indépendance
Le vérificateur général agit comme auditeur externe du gouverne-
ment du Québec au bénéfice des parlementaires et des citoyennes
et citoyens du Québec. Il appuie l’Assemblée nationale et les commis-
sions parlementaires, particulièrement la commission de l’adminis-
tration publique dans l’exercice du contrôle parlementaire sur les
fonds et autres biens publics. Selon le modèle des trois lignes de
maîtrise de l’Institute of Internal Auditors, le vérificateur général se
place à l’extérieur des lignes de maîtrise.1 Il ne vise d’ailleurs pas à se
substituer au rôle que joue l’auditeur interne. Les travaux que le véri-
ficateur général mène tant en audit financier qu’en audit de perfor-
mance concourent activement à la saine gestion d’une organisation.
Cette contribution s’inscrit dans une perspective plus globale de la
gouvernance d’une entité.
Le vérificateur général est un acteur privilégié de l’amélioration de la
gestion de l’administration publique. Pour ce faire, il dispose de toute
© merrvas - Fotolia.com

l’indépendance nécessaire, comme en font foi l’ensemble de ces


dispositions. Ainsi, sa loi constitutive prévoit qu’il est nommé pour
une période dix ans sans possibilité de renouvellement et que cette
nomination doit être appuyée par au moins les deux tiers des

40 2e trimestre 2016 — audit, risques & contrôle - n° 006


À LA DÉCOUVERTE DE ...
Bref rappel du modèle des trois lignes audités respectent les lois et règlements ainsi Regard de la vérificatrice générale
de maîtrise : que les directives qui encadrent les pratiques sur l’audit interne
de gestion des ministères et organismes. Ce De façon générale, le vérificateur général vise
1. Le management opérationnel type d’audit est réalisé lors de l’audit financier par ses travaux à l’amélioration de la gestion
2. Les fonctions de surveillance (tels que (lorsqu’il y a une incidence financière impor- et de la gouvernance des entités du secteur
contrôle interne, enquêtes de confor- tante sur les états financiers) ou lors de l’audit public québécois. En ce sens, je considère
mité, contrôle de la qualité, etc.) de performance. qu’une fonction d’audit interne performante
3. L’audit interne qui possède une connaissance approfondie
L’audit interne dans de l’organisation concourt activement à l’at-
Les lignes de maîtrise extérieures le secteur public québécois teinte de cet objectif. Cette contribution peut
prendre différentes formes comme l’évalua-
4. L’auditeur externe L’audit interne a amorcé son développement tion des systèmes de contrôles et de gestion
5. Le régulateur dans le secteur public québécois il y a une des risques ou encore la validation du
trentaine d’années. Il a suivi des rythmes d’im- contenu du rapport annuel de gestion.
plantation variés, et son objectif était de Un des rôles que les auditeurs internes sont
membres de l’Assemblée nationale. Par fonder et d’asseoir une 3e ligne de maîtrise du appelés à jouer est le soutien à notre organi-
ailleurs, il ne reçoit aucuns honoraires de l’en- contrôle interne crédible dans une variété sation dans le cadre de la réalisation de nos
tité qu’il audite ; le financement de ses activi- d’organismes publics. Ainsi, si la recherche de audits. En ce sens, leur connaissance de l’or-
tés provenant des crédits accordés par lacunes, puis l’examen des contrôles, ont pu ganisation contribue à cibler certains des
l’Assemblée nationale. Enfin, alors qu’en audit orienter les auditeurs internes dans le passé, intervenants qui peuvent répondre le plus
financier, il est désigné comme auditeur par leurs stratégies sont maintenant davantage adéquatement à nos besoins. De plus, ils
les lois des entités ou la loi sur le vérificateur établies en fonction des risques majeurs. Ils peuvent aussi accompagner leur entité à
général, en audit de la performance, il effec- jouent donc de plus en plus un rôle conseil l’étape de la validation de nos constats et de
tue lui-même le choix de ses missions sans ou de partenaires de la haute direction. nos recommandations, puisqu’ils connaissent
avoir à obtenir l’accord préalable de l’entité Le niveau variable de maturité des fonctions à la fois leur réalité organisationnelle et les
visée. d’audit interne rend compte d’un secteur rouages du travail de l’auditeur externe. Ils
public vaste et décentralisé. D’ailleurs, dans le interviennent aussi dans le processus de suivi
La nature des travaux cadre de nos travaux d’audit, nous nous de nos recommandations. D’ailleurs, l’évolu-
Le mandat du vérificateur général comporte sommes déjà intéressés par le passé au sujet tion récente de nos pratiques en matière de
différents types de travaux. Il s’agit de l’audit de l’audit interne au gouvernement du suivi des recommandations misera sur une
de performance (AP), de l’audit de conformité Québec et nous venons d’ailleurs de publier collaboration encore plus active de leur part.
(AC) et de l’audit financier (AF). Ce dernier un portrait en cette matière. Il va sans dire que pour le vérificateur général,
secteur comprend l’audit d’états financiers et une fonction d’audit performante est gage
d’autres informations financières. En 2014- Les relations entre le vérificateur d’une saine gouvernance. La présence de
2015, le vérificateur général a mené près de général et l’audit interne certaines conditions crée un environnement
250 interventions de nature financière. Parmi propice à cette performance.
celles-ci, on retrouve l’audit des états finan- Usage des travaux de l’audit interne Ainsi, l’existence d’un cadre de gestion, qui
ciers consolidés du gouvernement du Les échanges avec les auditeurs internes se précise notamment son rôle et son mandat,
Québec (au 31 mars 2015, dépenses font dans un esprit de respect et de collabo- favorise une vision cohérente et partagée de
annuelles de 96 milliards de dollars canadiens ration. Le vérificateur général reconnaît l’allé- la fonction auprès des différents intervenants
– 64 milliards d’euros – et actifs de 135 geance de l’auditeur interne à la gouvernance de l’organisation. Par ailleurs, afin de pouvoir
milliards de dollars canadiens – 90 milliards de son organisation. Dans le cadre des exercer son rôle avec toute l’indépendance
d’euros). On compte aussi l’audit des états missions qu’il mène en audit financier ou nécessaire, il importe que l’unité d’audit
financiers d’autres organisations importantes audit de performance, le vérificateur général, interne relève directement de la plus haute
telles que Retraite-Québec ou la Régie de l’as- s’informe si les auditeurs internes ont exécuté autorité. Il importe également que la fonction
surance-maladie du Québec. des travaux dans les secteurs qu’il vérifie en d’audit interne dispose de ressources néces-
L’audit de performance concerne la gestion vue d’acquérir une compréhension de l'entité saires et possédant les compétences appro-
des ministères, de même que celle des orga- et de son environnement. Il évalue alors s’il priées pour que les divers champs
nismes publics et du gouvernement. Le véri- peut utiliser ces travaux dans ses propres d’intervention dévolus à cette fonction soient
ficateur général se préoccupe alors missions. Le cas échéant, il se réfère aux abordés de façon adéquate. Enfin, une plani-
d’économie, d’efficience d’efficacité, et vise normes professionnelles applicables2. Celles- fication des activités établie de façon organi-
par ses recommandations l’amélioration de la ci requièrent entre autres de considérer l’ob- sée et pluriannuelle qui tient compte des
gestion de l’administration publique. Comme jectivité et le niveau de compétence des risques de l’organisation constitue une base
pour l’audit financier, le vérificateur général auditeurs internes, et de s’assurer que ces pour que l’utilité de ces activités soit maximi-
peut exercer des travaux à sa discrétion derniers mettent en œuvre une approche sée.
auprès des réseaux de l’éducation ainsi que de rigoureuse assortie d’un contrôle qualité. Le vérificateur général et l’auditeur interne
la santé et des services sociaux, lesquels De façon plus particulière en audit financier, le sont deux intervenants du contrôle sur les
comptent pour plus de 60 % des dépenses vérificateur général doit valider la fiabilité des fonds et autres biens publics. Ces deux profes-
publiques de 2014-2015. Un volet de l’audit contrôles internes pour déterminer sa stratégie sionnels gagnent à collaborer de façon
de performance vise à examiner si l’adminis- d’audit qui est axée sur les contrôles ou sur la respectueuse, chacun selon leur champ de
tration publique inscrit ses opérations dans la corroboration. À titre d’illustration à cet égard, compétence en vue de l’amélioration de la
recherche d’un développement durable et le vérificateur général examine si les auditeurs gestion des organisations publiques. 
applique les seize principes inscrits à la Loi sur internes ont effectué des contrôles sur les
le développement durable. accès informatiques et sur les modifications
1
L’audit de conformité consiste à vérifier si les apportées aux programmes informatiques. Prise de position de l’Institute of Internal Auditors intitulée « Les trois
lignes de maîtrise pour une gestion des risques et un contrôle
efficaces », Janvier 2013, p.6.
2 NCA 610 et NCMC 3001.

n° 006 — audit, risques & contrôle — 2e trimestre 2016 41


À LA DÉCOUVERTE DE ...

La cellule d’audit interne


et l’inspection dans
les Administrations des Etats

© picattos - Fotolia.com
de l’UEMOA
Guerre fratricide pour la notoriété et le prestige
ou « fausses jumelles » au destin commun ?
Fassery Doumbia, Auditeur diplômé, Projet Aujourd’hui, plus que par le passé, la problématique du développe-
de Renforcement des Corps de Contrôle en ment durable accorde une place de choix à la bonne gouvernance.
Guinée (RECOR II) Clés de voûte pour l’administration publiques, ces deux fonctions le
sont également pour le secteur privé. L’une et l’autre ne se privent d’ail-
leurs pas de structures, de décisions, de réflexions pour améliorer la
qualité de la gestion ou tout au moins instaurer des mesures dissua-
sives au regard des forces théoriques qu’elles représentent ou selon
les bonnes pratiques de par le monde en matière de gouvernance.
Ainsi, comme un retour à la source, on assiste de plus en plus à un
Au sein des administrations des Etats de l’UEMOA, la cohabita- regain de l’audit dans les administrations publiques où demeurent
tion entre l’inspection et l’audit interne n’est pas toujours depuis fort longtemps les inspections. Considérée par beaucoup de
professionnels comme un ancêtre, certains diront une grand-mère des
évidente. Dans cet article, l’auteur propose une analyse perti-
structures de contrôle, l’Inspection a-t-elle connu une mue en syner-
nente des similitudes et des différences entre ces deux fonctions. gie/cohérence avec la dynamique des organisations ? A-t-elle déve-
Certes, toutes deux ont pour mission de s’assurer de la confor- loppé à cet effet, de nouveaux outils et méthodes de gestion ?
mité aux lois et règlements, mais l’audit interne qui évolue dans Parvient-elle seulement à résister à la concurrence sur le terrain des
un cadre normé va plus loin que sa rivale en développant une autres métiers de contrôle dans un monde où la question de la
approche fondée sur les risques avec un objectif de création de gouvernance, répétons-le, est devenue le leitmotiv de tous les pays ?
L’inspection peut-elle, doit-elle concurrencer l’audit interne quand il
valeur pour l’organisation.
apparait que cette fonction connait comme un phénomène de
Cependant, rien n’est encore gagné pour l’audit interne qui, mode ?
certes, bénéficie d’un effet de mode sans pour autant être perçu Des éléments de réponses seront fournis à travers cet article. En
partant de l’évolution de l’inspection, nous ferons des arrêts sur les
par les organisations comme une fonction porteuse de valeur
questions de méthodologie et de normalisation au niveau de chacune
ajoutée. des deux fonctions de contrôle. Par la suite, nous nous interrogerons
sur la qualité et l’impact des rapports de l’audit interne ainsi que ceux
de l’inspection. Enfin, il conviendra de poser la problématique de la

D
ans un contexte de raréfaction des ressources, d’exigences structure de gestion de l’audit et de l’inspection : quelle cohabitation
du citoyen quant à la bonne utilisation des deniers entre les deux métiers ?
publics, les yeux sont constamment tournés vers les struc-
tures de contrôle des finances publiques. Si de nouvelles Evolution de l’inspection
structures ont apporté une innovation sur le terrain de la gestion
et du contrôle des finances publiques, il nous paraît nécessaire de D’une structure ministérielle ou interministérielle à interventions multi
jeter un regard rétrospectif sur deux fonctions qui cohabitent de dimensionnelles ou sectorielles à un département ministériel en
longue date : l’inspection et l’audit interne. passant par une structure rattachée tantôt à la Présidence tantôt à la

42 2e trimestre 2016 — audit, risques & contrôle - n° 006


À LA DÉCOUVERTE DE ...
Primature, l’inspection jouit d’une ancienneté pratiques montre que la démarche générale- caines, et qui est en train de faire tache
considérable, une longue expérience en ment suivie commence par une information d’huile : la voie des recrutements des inspec-
disproportion avec les résultats atteints ou du département concerné sur la période de teurs sur concours. Cette pratique mérite
son impact dans la gestion administrative, la mission, l’identification des membres de d’autant plus un encouragement qu’elle favo-
comptable et financière. l’équipe et la déclinaison des objectifs géné- risera une réelle motivation et une améliora-
Fonction d’assistance au management pour raux de la mission. Et sur le terrain, après les tion de la qualité intrinsèque des inspecteurs.
fournir l’assurance quant au respect des premiers entretiens sur fond parfois de Si le concours peut améliorer à moyen ou
textes, procédures et règles en vigueur, l’ins- méfiance (surtout des inspectés), il est long terme la qualité des ressources
pection a d’abord eu fondamentalement procédé à l’exploitation de la documentation. humaines, qu’en est-il des rapports de
comme objectif d’attirer l’attention des admi- C’est en fin de mission que les principales contrôle qui touchent directement les hôtes
nistrateurs sur les cas de non-conformité aux conclusions pourraient être communiquées et les bénéficiaires des missions ?
règles adoptées. « La Loi est dure mais la Loi est aux responsables. En cas de découverte de
la Loi » : la question n’est point ni l’adéquation cas de fraude, de détournement ou de situa- Les rapports d’audit interne et
ni l’efficacité des règles et procédures. Il ne tions assimilables à première vue à ces cas, les rapports des inspections :
s’agit pas d’apprécier l’opportunité ou la perti- des mesures conservatoires peuvent être quelle qualité pour quel impact ?
nence : on est à la vérification de l’application demandées à sa hiérarchie par l’inspecteur
stricte sans remise en cause. chef de mission. Tel peut être par exemple le Les auditeurs internes se sont imposé des
Pour les inspecteurs, les lois et règlements ont cas lorsqu’un manquement est constaté lors standards en matière de qualité du personnel
donc une valeur sacrée. de la vérification de la trésorerie. en charge de la mission ainsi que les voies à
Ramener l’inspection à cette stricte vérifica- L’absence ou la quasi absence d’une métho- emprunter, les règles de travail à respecter. Ils
tion de conformité pourrait correspondre à dologie propre à l’inspection est l’une des ne sont pas laissés en reste quant aux direc-
ses pratiques traditionnelles dans nos admi- conséquences de la non normalisation de tives pour la restitution des résultats des
nistrations et est sans doute réducteur du cette profession et pourrait expliquer en travaux, d’où des dispositifs règlementaires
champ de compétences de plus en plus attri- partie les difficultés à l’ériger en un véritable pour assurer la qualité des rapports.
buées aux inspecteurs. Plus que jamais, nous corps de métier. Tout le contraire de l’audit Sur un tout autre plan, les rapports d’audit
sommes tous conscients que le seul respect interne dont l’activité est normée (le cadre de interne ne sont-ils pas moins informatifs que
de la régularité administrative, comptable, référence international des pratiques profes- les rapports des inspecteurs ? Là où l’auditeur
financière ou technique n’est pas synonyme sionnelles de l’audit interne doit être va parler de risques ou d’insuffisance avec un
de bonne gestion et d’atteinte des objectifs : respecté). ou deux cas à titre d’illustration, l’inspecteur
les opérations et le solde de la petite caisse pourrait relever de façon exhaustive les cas
peuvent être exacts et réguliers mais la De la normalisation décelés de dysfonctionnement ou de sous
gestion de la petite caisse inadéquate. Les performance dus au non respect des règles et
achats de matières premières ou les acquisi- Si l’audit est régi par des normes qui se reflè- procédures.
tions d’investissements peuvent respecter les tent dans la méthodologie générale d’audit Fort justement, Gaoussou Marico, premier CIA
procédures en vigueur et être soutenues par (peu importe le secteur d’intervention ou la au Mali, relevait que le contenu des rapports
des pièces justificatives probantes tant du nature de l’audit), l’inspection reste tributaire respectifs est logiquement le reflet de leur
point de vue des contrôles formels que des du code de déontologie et de différents différence d’objectifs opérationnels (l’objectif
contrôles substantifs. Pour autant, ce respect règlements intérieurs. En audit interne, on s’at- global étant le même à savoir la bonne
ne garantit pas la bonne gestion par le mana- tachera à une règlementation de la personne gestion), de leur méthode de travail et de l’ob-
gement. Il ya donc lieu aujourd’hui pour l’ins- de l’auditeur avec ses qualités. De même, les jet ou l’information à communiquer par
pecteur, de prendre en compte l’évaluation voies sont tracées pour exécuter ses travaux chacune des fonctions. En effet, quand l’audi-
de la qualité de la gestion en terme de perfor- selon qu’il s’agisse de missions d’assurance ou teur s’intéresse à la cause de la manifestation
mance. de conseil. Enfin, les auditeurs internes dispo- du risque, l’inspection se focalise sur la mani-
Certains décrets portant attributions et fonc- sent de normes pour la communication des festation du risque (ex. violation des textes),
tionnement d’inspections précisent de nos résultats de leurs travaux. Le respect des quand l’auditeur procède par sondage, l’ins-
jours les missions d’évaluation des politiques, normes est un élément cardinal dans le pecteur privilégie l’exhaustivité, quand l’audi-
d’audit de service et même d’appui conseil. professionnalisme des auditeurs internes. teur formule des recommandations dans son
D’autres textes parleront de rendre compte L’inspection ne dispose donc pas de normes rapport pour que le dysfonctionnement ne se
de la gouvernance de l’audit et du contrôle pour piloter et diriger l’activité de son person- reproduise plus, l’inspecteur cherche à donner
interne, des facteurs de succès et de contre nel, le choix de ce dernier ayant été long- l’étendue la plus exhaustive possible du
performance de la gouvernance publique. On temps fondé sur des critères d’ancienneté et dysfonctionnement et éventuellement à
en est aujourd’hui à demander à une inspec- de niveau de responsabilité pour les uns et sur situer les responsabilisés.
tion de « créer les conditions d’une bonne les intentions de punir, de mettre hors du L’inspecteur qui donne libre cours à son inspi-
exécution de missions à haute valeur ajoutée circuit de la gestion opérationnelle pour les ration du moment en rédigeant son rapport
axées sur l’évaluation des politiques publiques autres. Cette situation explique d’ailleurs l’idée tend à être le plus exhaustif possible sur les
et l’audit interne supérieur ». répandue de « l’inspection-garage », un cas de non conformité. L’auditeur procède par
Si les missions des inspections connaissent de garage des hauts cadres « mal aimés » ou bien illustration de ces cas et focalise son rapport
plus en plus une certaine mue se traduisant la case de ces hauts cadres qui ont roulé leur sur les risques et les dispositifs de contrôle
par une greffe à ces missions traditionnelles bosse partout dans la « boîte » ou encore la interne. Ainsi, serait-on tenté d’affirmer que si
de vérification de la conformité et de la régu- porte de sortie c’est-à-dire la position de la valeur ajoutée des auditeurs internes est
larité, qu’en est-il de leur méthodologie de préretraite. Dès lors, quelle motivation pour certainement plus grande que celle des
travail ? ceux là qui doivent veiller au respect de la inspecteurs dans le domaine de la prévention,
règlementation ? Que devrions-nous attendre l’affirmation s’inverserait quand on est sur le
Question de méthodologie de ces hommes et de ces femmes qui ont terrain de la détection et de la communica-
roulé leur bosse dans la plupart des directions tion s’y rapportant. L’obligation de moyens
En général, les inspecteurs n’ont pas, à propre- de l’organisation ? On peut s’attendre à un applicable à la fois à l’audit interne et à l’ins-
ment parler, une méthodologie générale lendemain meilleur en matière de qualité des pection constitue alors une fausse bonne
formellement adoptée par la famille des ressources humaines avec un nouveau mode raison pour ne pas exiger de résultats, d’amé-
inspecteurs et qui constitue un référentiel de de recrutement des inspecteurs, déjà en lioration implicitement induite par les
base. Néanmoins, une esquisse de certaines vigueur dans certaines administrations afri- rapports de contrôle.

n° 006 — audit, risques & contrôle — 2e trimestre 2016 43


À LA DÉCOUVERTE DE ...
Si l’on combinait les spécificités propres à trations avec des propositions de solutions. des pistes fort intéressantes pour la mise en
chacune de ces deux activités de manière : Restent des actions concrètes ; en paraphra- place des cellules d’audit interne dans nos
 à ce que l’audit interne effectue un peu sant Karl Marx, « les hommes du contrôle n’ont administrations :
plus d’audits de conformité et de contrôle fait qu’interpréter les maux de la gestion des  Elaboration d’un cadre de référence appli-
du respect des lois, règlements,… finances publiques de diverses manières alors cable en matière d’audit interne de l’Etat.
 et que l’inspection soit habilitée à réaliser qu’il s’agit de transformer les méthodes de cette  Contribution à la professionnalisation des
des audits de performance ou tout au gestion ». auditeurs.
moins une appréciation de la qualité de la La problématique reste donc entière eu égard  Examen chaque année sur la base de
gestion sous l’angle par exemple des cinq aux nombreux paramètres qui clouent au sol critères préalablement convenus de la poli-
« E » : efficacité, efficience, économie, l’efficacité de l’Administration publique : la tique d’audit des départements ministé-
éthique, environnement. non ou très faible prise en compte de l’exi- riels.
gence de performance et d’efficacité des
Dans ce contexte, on se retrouverait alors sur services publics avec notamment des effectifs Il y a lieu de s’inspirer de cette bonne pratique
le terrain unique de l’audit intégré. Ce qui mal formés, peu motivés et souvent mal afin de ne pas réinventer la roue sans non plus
pose la problématique de la structure appro- répartis, l’absence de plan de carrière, l’ineffi- plonger dans un mimétisme aveugle.
priée pour faire assurer le contrôle sous toutes cacité du système d‘évaluation quand un tel
ses dimensions. système existe, la quasi absence de sanction. * *
Comment instaurer dans ces conditions une *
Quelle structure de gestion culture de maîtrise ? Il y a très souvent un
de l’audit et de l’inspection ? déphasage entre les intentions, les textes et En conclusion, l’audit bénéficie d’un certain
les pratiques ou en tout cas une imprécision phénomène de mode et d’un réseau formel
La question mérite d’être posée, non seule- qui laisse la place à beaucoup d’interpréta- plus important de par le monde (IIA, IFACI,
ment à l’Administration publique qui est entre tions. Même la circulaire de la commission ACIAM, IIA pays africains…). Son profession-
doutes et versatilité pour plus d’audit mais bancaire relative à l’organisation du système nalisme s’affirme au fil du temps avec une
également aux entreprises publiques et para de contrôle interne des établissements de méthodologie éprouvée dans le temps et
publiques. crédit de l’UMOA (Union Monétaire Ouest- dans l’espace ainsi que des normes profes-
Si la question du rattachement de la cellule Africaine) tombe quelque peu dans ce péché sionnelles dont le respect est l’un des critères
d’audit a fait du chemin avec la quasi unani- quand elle n’évoque pas de façon spécifique du professionnalisme des praticiens. Même si
mité qu’il faut la positionner au plus haut l’objectif de performance, se cantonnant en certaines inspections disposent aujourd’hui
niveau possible, on assiste toujours dans les son article 2 aux objectifs de conformité, de de référentiels, sur le terrain, des inspecteurs
entreprises où elle existe, à la cohabitation de gestion des risques et de qualité des informa- ont encore des attitudes plutôt familières ou
la cellule d’audit interne et de celle de l’ins- tions. à l’opposé cavalières. Enfin, la préférence
pection et assez souvent en trinôme avec le L’évolution de l’audit – avec une typologie qui accordée à l’audit pourrait être la consé-
contrôle de gestion. Si des raisons budgé- en dit long sur les résultats recherchés (audit quence de la problématique du contrôle de
taires combinées à une certaine méconnais- à objectif étendu, audit intégré ou single régularité évincé par le contrôle de perfor-
sance de la portée de l’audit interne justifient audit, audit continu…) – recommande une mance étant entendu d’ailleurs que les
la plupart du temps ce regroupement au sein plus grande prise en compte de l’évaluation missions d’investigations, assimilables à une
d’une même et unique direction, force est de de la performance. Les enjeux de la gouver- mission d’inspection, peuvent être menées au
reconnaitre que, sur le terrain, les cellules d’au- nance et les contrats de performances besoin par un auditeur pour autant qu’il
dit n’ont pas atteint de résultats probants, publiques nous l’imposent. dispose des compétences nécessaires.
survivant entre tiraillements avec les audités Tout converge alors d’une part vers des struc- En tout état de cause, il ne faut pas brûler nos
et le spectre du contrôle, démesurément tures d’audit interne à la dimension des Inspections au risque de perdre des pistes de
exigeants sur les dispositifs du contrôle attentes de l’Administration publique avec contrôles, toute une batterie d’indices pour
interne au mépris souvent de la dimension des objectifs en phase avec la redevabilité, l’audit ! La cohabitation et la complémentarité
culturelle de ce dernier. Combien d’organisa- pour tout dire avec la gouvernance et d’autre sont d’autant plus évidentes et nécessaires
tions, d’entreprises publiques ou para part une refondation des inspections. que la performance ne saurait se passer de la
publiques ont-elles pris l’initiative de recourir Ce qui passe par une opérationnalisation et conformité aux règles et aux textes : des préa-
à l’expertise de leur cellule d’audit interne un soutien fort à des cellules d’audit interne lables à la mise en place du dispositif de
pour leur venir en appui-conseil ? La réponse pilotes. En effet, afin de promouvoir la culture contrôle interne d’une activité suivant le
est un indicateur du degré de reconnaissance du contrôle interne dans l’Administration modèle COSO 1 (Référentiel intégré de
de la contribution de l’audit à la performance. publique, des cellules d’audit interne doivent contrôle interne, version 2013). Toute fusion
Loin de nous, évidemment, la non reconnais- être mises en place et soutenues pour leur des deux missions pourrait être source de
sance de la valeur ajoutée que peut avoir l’au- efficacité. Les résultats probants des cellules lourdeur, d’inefficacité, d’incompréhensions…
dit interne. Il faut juste souligner avec pilotes constitueront le meilleur argument à Les résultats des entreprises qui ont par le
Dramane Sidibé, CIA, ancien président de leur généralisation. En France, le décret du 28 passé regroupé les deux fonctions sous la
l’ACIAM (Association des Contrôleurs, juin 2011 et la circulaire du premier ministre même direction ne militent pas en faveur de
Inspecteurs et Auditeurs du Mali, IIA Mali) « la du 30 juin 2011, relatifs à l’audit interne dans cette approche de double casquette que l’on
corrélation négative entre la percée de la forma- l’administration, ont généralisé la démarche tente de confier à l’inspection.
tion en audit et ses résultats sur le terrain au d’audit interne dans les ministères en Souvent incomprises et alors mal aimées,
Mali ». prévoyant que chacun d’entre eux se dotera éjectées ou ignorées tant qu’on peut, muse-
Au regard de diverses expériences en Afrique d’une Mission ministérielle d’audit interne lées au besoin, ces deux fonctions partagent
subsaharienne, la problématique reste entière (MMAI) et d’un Comité ministériel d’audit chacune avec son approche, une finalité
quant à la mise en place de l’audit interne interne (CMAI) et en créant, auprès du minis- commune : la survie et le développement des
dans les administrations en tant que « véritable tre chargé de la réforme de l’Etat, le Comité organisations.
fonction indépendante d’audit au sens strict de d’harmonisation de l’audit interne (CHAI). La Audit interne et inspection : disons qu’il s’agit
l’évaluation et de l’amélioration des méthodes de démarche entreprise par le CHAI et déclinée d’une vraie fausse guerre, du reste déséquili-
gestion et des contrôles internes ». par son vice-président M. Jean-Pierre Jochum brée sinon inéquitable. 
Rationnaliser, moderniser, améliorer : que de lors d’une interview accordée à notre revue,
mots pour couvrir les maux de nos adminis- « l’AR&C » (n°002- 2ème trimestre 2015) donne

44 2e trimestre 2016 — audit, risques & contrôle - n° 006


ACTUALITÉ

EN BREF
Reporting extra-financier : une opportunité commise par son comptable. L’enquête parlementaire en cours
à saisir pour les auditeurs internes montre qu’au moins 4 défaillances majeures ont permis cette
fraude :
La directive européenne sur le reporting extra-financier, en facilitant  le fraudeur occupait simultanément la fonction de trésorier et de
le dialogue sur les sujets extra-financier, permettra aux actionnaires comptable ;
d’obtenir une vision plus précise de leur organisation. Au cours  le système informatique comptable était obsolète ;
d’une conférence européenne sur le sujet, Farid Aractingi, président  le contrôle permanent était insuffisant ;
de l’IFACI et vice-président de l’ECIIA, a rappelé que les auditeurs  les recommandations d’audit externe n’ont pas été suivies.
internes ont un rôle majeur à jouer dans la mise en place de cette
directive, vis-à-vis de leur organisation, comme des parties Deux évolutions règlementaires devraient aider à prévenir la fraude
prenantes externes. dans les organismes publics de Wallonie : à compter du 1er janvier
2017, il ne sera plus possible de cumuler les fonctions de paiement
Pour plus d’informations :
 Les temps forts de la conférence européenne co-organisée par l'ECIIA,
et de comptabilité ; en 2020, la Cour des Comptes de Wallonie sera
chargée de certifier les comptes de l’Etat fédéral, des Régions et des
ECODA, ACCA et FEE (www.eciia.eu)
 Directive européenne sur le reporting extra-financier et consultation
communautés.
Pour plus d’informations :
 LeVif.be, « Fraude à l’OWD : voici comment le comptable a procédé
publique (ec.europa.eu)

(et comment il a pu s’enfuir) », le 01/03/15


Reporting intégré : le secteur public n’est pas  Cahier de la Recherche : Maîtriser la fraude interne dans les collectivi-
en reste tés territoriales (www.ifaci.com)
Les organisations publiques britanniques sont fortement encoura-
gées à incorporer les principes de l’Integrated Reporting (<IR>) dans Loi Sapin 2 : La France renforce son dispositif
leur communication et leur processus de prise de décision. anti-corruption
Pour plus d’informations : Le ministère de Finances a présenté son projet de loi de révision de
 Recommandations du département britannique du trésor la loi anti-corruption de 1993 qui était centrée sur le territoire natio-
(www.ifaci.com) nal.
 IIA – Améliorer le Reporting intégré (www.ifaci.com) Entre autres mesures, il propose la création d’une Agence nationale
de lutte contre la corruption (en remplacement du Service central
de prévention de la corruption), un renforcement des moyens de
Gestion du risque climatique : bientôt aux AG l’AMF, ainsi qu’une meilleure protection du lanceur d’alerte.
des groupes français ?
Pour plus d’informations :
Sous l’impulsion des investisseurs institutionnels, les risques clima-  La Figaro.fr, « Corruption, lobbies, lanceur d’alerte … : ce que prévoit
tiques sont déjà à l’ordre du jour des assemblées générales au (ou pas) Sapin », le 30/03/2016
Royaume-Uni et aux Etats-Unis. La tendance arrive en France. Par  Légifrance : Projet de loi relatif à la transparence, à la lutte contre la
exemple, Total a évité le dépôt d’une résolution externe sur le sujet corruption et à la modernisation de la vie économique
en s’engageant à publier un rapport complet sur la gestion des (www.legifrance.gouv.fr)
risques climatiques. Notons qu’à partir des exercices clos au 31  Loi n° 93-122 du 29 janvier 1993 relative à la prévention de la corrup-
décembre 2016, en application de l’article 173 de la loi sur la transi- tion et à la transparence de la vie économique et des procédures
tion énergétique, le rapport annuel devra prendre en compte les publiques (www.legifrance.gouv.fr)
conséquences du changement climatique.  Cahier de la Recherche : Maîtriser la fraude interne dans les collectivi-
tés territoriales (www.ifaci.com)
Pour plus d’informations :
 LesEchos.fr, « Le risque climatique fera bientôt son entrée aux AG des
groupes français », 3/04/2016
 Loi du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la crois-
sance verte (www.legifrance.gouv.fr)

Fraude à l’OWD : des défaillances significatives


de contrôle interne
La presse belge a révélé que l’OWD (Office Wallon des Déchets) a
été victime d’une fraude interne s’élevant à 2 millions d’euros

n° 006 — audit, risques & contrôle — 2e trimestre 2016 45


ACTUALITÉ

Control Risks publie son rapport 2016  une politique de réponse aux commentaires négatifs et aux
avis ;
 un code de conduite des salariés ;
sur les risques mondiaux
Pour plus d’informations :  un audit pour s’assurer de l’alignement marque / réseaux
 Riskmap Report 2016 (www.controlrisks.com) sociaux.
 Audit and Risk, Mars-Avril 2016 – « Reportage » (page 10)
Pour plus d’informations :
 Brand audits, « Identifying your brand reputation risks and
Transposition de la réforme européenne opportunities – With a focus on social media », 10/03/2016
(brandaudits.wordpress.com)
 COSO : Référentiel intégré de contrôle interne – Principes de mise
de l’audit dans le droit français
Pour plus d’informations :
 Ordonnance n°2016-315 du 17 mars 2016 relative au commissa-
en œuvre et de pilotage / Principe 7 (www.ifaci.com)

riat aux comptes (cdn.cncc.fr)


 Le Monde.fr, « Ce que l’économie demande aujourd’hui à « la
Evaluer l’interconnexion des risques
profession réglementée du chiffre » », 21/03/2016 Publié à l’occasion du forum économique mondial 2016, la 11ème
édition du « Global Risks Report » met en lumière l’interconnexion
Gérer les enjeux de réputation liés des risques économiques, géopolitiques, climatiques et naturels.
aux réseaux sociaux Ce constat rappelle qu’il est nécessaire pour les auditeurs internes
de penser de nouveaux cadres d’analyse et de sortir de leur zone
Les réseaux sociaux ont simultanément accru les opportunités de confort.
de communication et les risques de réputation. Quatre idées clés
Pour plus d’informations :
 Global Risks Report 2016 (www3.weforum.org)
pour les gérer :
 un réseau social en ligne avec la marque ;
 Perspectives internationales : Risques géopolitiques (www.ifaci.com)

PUBLICATIONS
INTEGRATED THINKING PRESSION POLITIQUE
Du mythe à la réalité SUR L’AUDIT INTERNE
Malgré son attrait, l’integrated Comment rester
thinking constitue un défi efficace ?
managérial qu’il faut savoir
surmonter pour bénéficier plei- Apprenez à détecter les signes
nement de l’objectif de création de pressions politiques et à y
de valeur. faire face efficacement pour
Par son ambition stratégique et accomplir votre mission et
holistique, l’<IR> permet théo- apporter une valeur ajoutée à
riquement de répondre aux l’organisation.
limites des systèmes classiques Toute organisation est, par défi-
de pilotage de la performance. nition, politique. Elle réunit des
Néanmoins, l’examen de ces individus différents par leurs
pratiques de management ambitions et leurs objectifs
donne des points de repères personnels, leurs systèmes de
qui restent incontournables pour une mise en oeuvre efficace de valeurs, les moyens qu’ils déploient pour atteindre leurs objectifs
l’integrated thinking. A partir d’une revue de la littérature et d’en- et les systèmes de rétribution qui les motivent. Même si la
tretiens, cette publication explore des circonstances où l’integra- mission de l’audit interne n’était pas aussi étendue, il existerait
ted thinking est déjà une réalité. des pressions politiques. Toutefois, compte tenu du périmètre
Les responsables de l’audit interne et leurs parties prenantes y quasi illimité de l’audit interne et du fait que ses résultats peuvent
 Comment l’integrated thinking répond à l’enjeu d’une gouver-
trouveront des éléments de réponse aux questions suivantes : nuire à la réputation de certaines personnes – ou attirer l’atten-
tion sur des problématiques que d’aucuns préféreraient dissimu-
 Quelles sont les difficultés couramment rencontrées dans la
nance de la création de valeur au fil du temps ? ler – tous les ingrédients sont réunis pour que les responsables
de l’audit interne soient exposés aux pressions politiques.
mise en œuvre des systèmes classiques de pilotage de la
performance ? Comment le cadre de référence de l’IIRC en Cette publication recense auprès de plus de 500 responsables de
l’audit interne (RAI) les pressions subies. À travers 13 études de
 Quels sont les points de vigilance pour réussir une gestion inté-
tient-il-compte ?
cas emblématiques, les auteurs proposent également une
analyse de l’efficacité des mesures prises par les RAI pour se
 Comment l’audit interne peut contribuer à cette métamor-
grée ?
prémunir et maîtriser ce type de pression.
phose ?
Retrouvez cette publication sur le site de l’IFACI (www.ifaci.com) Retrouvez cette publication sur le site de l’IFACI (www.ifaci.com)

46 2e trimestre 2016 — audit, risques & contrôle - n° 006


Calendrier 2016
Tarifs Tarifs non
SESSIONS Durée janv. févr. mars avril mai juin juillet sept. oct. nov. déc.
adhérents adhérents
SE FORMER À LA MAÎTRISE DES RISQUES ET AU CONTRÔLE INTERNE
S’initier à la maîtrise des risques et 30/06-
2j 970 € 1 150 € 13-14 8-9 10-11 7-8 11-12 1-2 6-7 3-4 9-10 1-2
au contrôle interne 01/07
Réaliser une cartographie des risques 3j 1 675 € 1 875 € 18-20 10-12 16-18 11-13 17-19 8-10 4-6 12-14 5-7 14-16 5-7
Élaborer le référentiel de maitrise des risques 2j 1 200 € 1 350 € 21-22 15-16 22-23 14-15 24-25 14-15 7-8 15-16 10-11 17-18 8-9
Piloter et faite vivre le dispositif de maîtrise des 2 j 1 200 € 1 350 € 25-26 17-18 24-25 18-19 30-31 16-17 12-13 22-23 12-13 22-23 14-15
risques et de contrôle interne
ATELIER - Mise en œuvre du COSO NOUVEAU 1j 700 € 785 € 19 20 11 19 24
Le contrôle interne des systèmes d’information 2j 1 200 € 1 350 € 27-28 29-30 22-23 20-21
Maîtrise des activités, contrôle interne 2j 1 200 € 1 350 € 24-25 26-27 18-19 12-13
et communication
Utiliser les outils du contrôle interne NOUVEAU 2j 1 200 € 1 350 € 21-22 20-21 20-21 28-29
SE FORMER À L’AUDIT INTERNE
Les fondamentaux de l’audit interne
30/06-
S’initier à l’audit interne 2j 970 € 1 150 € 11-12 2-3 3-4 4-5 9-10 2-3 5-6 3-4 3-4 1-2
- 20% pour un participant inscrit

01/07
simultanément à 4 formations

Conduire une mission d’audit interne : 3j 1 710 € 1 850 € 13-15 8-10 8-10 6-8 11-13 7-9 4-6 7-9 5-7 8-10 5-7
la méthodologie
Maîtriser les outils et les techniques de l’audit 3j 1 660 € 1 810 € 18-20 15-17 14-16 11-13 17-19 13-15 11-13 12-14 10-12 14-16 12-14
Maîtriser les situations de communication orale 2 j 1 120 € 1 230 € 21-22 18-19 17-18 19-20 23-24 16-17 11-12 15-16 13-14 17-18 8-9
de l’auditeur
Réussir les écrits de la mission d’audit 2j 1 120 € 1 230 € 25-26 11-12 21-22 21-22 30-31 20-21 7-8 19-20 17-18 21-22 15-16
Exploiter les états financiers pour préparer 3 j 1 550 € 1 710 € 27-29 23-25 25-27 21-23 23-25
une mission d’audit
Désacraliser les systèmes d’information 3j 1 550 € 1 710 € 29-31 27-29 26-28 5-7
Détecter et prévenir les fraudes 2j 1 120 € 1 230 € 22-23 14-15 22-23 29-30 19-20 1-2
Written Deliverables of the Audit Process NOUVEAU 2j 1 120 € 1 230 € 26-27 4-5 17-18
Le management
Piloter un service d’audit interne 2j 1 325 € 1 450 € 15-16 6-7 10-11
Manager une équipe d’auditeurs au cours 1 j 700 € 770 € 14 6 21
d’une mission
Balanced Scorecard du service d’audit interne 1j 700 € 770 € 11 30
Le suivi des recommandations 1j 700 € 770 € 20 13 4 14
Préparer l’évaluation externe du service 2j 1 325 € 1 450 € 8-9 9-10 15-16
d’audit interne
L’audit interne, acteur de la gouvernance 1j 700 € 770 € 1 3
Acteurs de l’assurance et du contrôle NOUVEAU 1j 700 € 770 € 29 13 19
Audit de la gouvernance NOUVEAU 1 j 700 € 770 € 30 20 10
du système d’information
Audit interne, contrôle interne et qualité : 1j 700 € 770 € 25 10
les synergies
Les audits spécifiques
Audit du Management de la Continuité d’Activités 2j 1 325 € 1 480 € 4-5 20-21 13-14
Audit de performance de la fonction
NOUVEAU 2 j 1 325 € 1 480 € 26-27 29-30
Ressources Humaines
Audit de la fonction Achats 2j 1 325 € 1 480 € 18-19 19-20
Audit des Contrats 1j 700 € 785 € 23 25
Audit de la fonction Contrôle de Gestion 2j 1 325 € 1 480 € 17-18 24-25
Audit de la Sécurité des Systèmes d’Information 2j 1 325 € 1 480 € 7-8 28-29
Audit des Processus Informatisés 2j 1 325 € 1 480 € 4-5 28-29
Audit de la Conformité à la Législation Sociale 2j 1 325 € 1 480 € 18-19 5-6
Audit du Développement Durable 2j 1 325 € 1 480 € 25-26 11-12
Audit des Projets et Investissements 2j 1 325 € 1 480 € 21-22 7-8
Connaître et utiliser ISO 9001-2015 NOUVEAU 1j 700 € 785 € 21 1 9
Connaître et utiliser ISO 31000 NOUVEAU 1j 700 € 785 € 10 13 21
Évaluer le reporting financier NOUVEAU 2j 1 325 € 1 480 € 26-27 15-16
Évaluer le reporting non financier NOUVEAU 2j 1 325 € 1 480 € 29-30 23-24
Se préparer à un contrôle fiscal NOUVEAU 1 j 700 € 785 € 13 28 16
informatisé
SE FORMER DANS LE SECTEUR PUBLIC
Audit et contrôle des marchés publics NOUVEAU 2j 1 325 € 1 480 € 14-15 6-7 7-8
La gestion des risques dans le secteur NOUVEAU 2 j 1 325 € 1 480 € 23-24 6-7 11-12
public
SE FORMER DANS LE SECTEUR BANCAIRE ET FINANCIER
S’approprier l’arrêté du 3/11/2014 NOUVEAU 1j 700 € 785 € 18 10 14
relatif au contrôle interne bancaire
Maîtriser la comptabilité et le contrôle NOUVEAU 2j 1 325 € 1 480 € 4-5 14-15 3-4
de gestion bancaires pour auditer
Auditer un dispositif LCB-FT NOUVEAU 2j 1 325 € 1 480 € 19-20 21-22 26-27
Auditer la conformité en banque NOUVEAU 2j 1 325 € 1 480 € 21-22 17-18 17-18
SE FORMER DANS LE SECTEUR DES ASSURANCES
Adapter le contrôle interne à Solvabilité II NOUVEAU 2j 1 325 € 1 480 € 25-26 12-13 20-21 9-10
Auditer les délégations de gestion NOUVEAU 2 j 1 325 € 1 480 € 8-9 5-6 6-7
en assurances
Audit des prestations liées
NOUVEAU 1j 700 € 785 € 12 30 28
aux contrats d’assurance
SE FORMER DANS LES SECTEURS INDUSTRIE ET COMMERCE
Audit de la gestion des stocks et de la logistique 2j 1 325 € 1 480 € 1-2 4-5
Audit du processus de ventes 2j 1 325 € 1 480 € 18-19 17-18
ACQUÉRIR UNE CERTIFICATION
Préparation au CIA - Partie 1 2j 970 € 1 150 € 9-10 8-9 8-9 5-6
Préparation au CIA - Partie 2 2j 970 € 1 150 € 15-16 14-15 13-14 7-8
Préparation au CIA - Partie 3-1 NOUVEAU 2j 970 € 1 150 € 22-23 22-23 22-23 12-13
Préparation au CIA - Partie 3-2 NOUVEAU 2j 970 € 1 150 € 30-31 27-28 26-27 15-16
Préparation au CRMA 2j 970 € 1 150 € Dates sur notre site internet : www.ifaci.com

IFACI Formation - Tél. : 01 40 08 48 08 - Mel : formation@ifaci.com - Retrouvez également le programme complet sur le site internet www.ifaci.com