Vous êtes sur la page 1sur 577

Biomécanique

fonctionnelle
Membres - Tête - Tronc
CHEZ LE MtME ÉDITEUR

0. _ _ _ :

lm. DE L'Al'PARI!IL LOalM011!IlR, 'nlNE 1 : _RE~, 2001, 480 pages.


l m . DE L'Al'PARI!IL LOCOM011!UR, 'nlNE 2 : MI!MIIRE sUPâuEuR. 2002. 448 pages.
:rœE DE L' Al'PARI!IL LOCOM011!UR, 'nlNE 3 : Ttn! ET nONe. 2002, 372 pages.
UDQvE DE NONI!IICIA11JIU! AllATOMJQUB DE L'Al'PARI!IL LOCOMOTEUR. 2001, 64 pages.

Du mime auteur, chez d'autres éditeurs :

~ ET MASSOI1ŒRAPœ. EFFETs, T8CIINIQllI!S ET APPLICA11ON. Maloine, Paris, 1999.


~ 4romes en c:oIIabondioa. l'Iammarion, Médecine-Sciences, Paris, 1987.

Collection • Le point en tééduation • :

GâIa LE MAL DE DOS. Otnœ n.wSTRt, par J. OuVER. Traduction française d'É. VIEL. Préface de X. l'IŒLIP. 1997, 176 pages.
~ IoIUSCUUJRE ET ISOCINtnsME EXCI!N11UQIJES. EN PRATIQUE SPORTIVE ET EN RttoUCATION, par M. ALBERT. Tradu c tion
m.ç.ue d'É. Viel. Préface de F. Goubel. 1997, 232 pages.
U DIMlNOSJ1C ImŒsrnŒRAPlQUE. CoNCBPl10N, IŒAuSATION ET nANSCRlPTION EN PRATIQUE LIBéRALE ET HOSPITALIÈRE, par É. VIEL. 1998,
l44paaa.
lA 1IfâlucA11ON PDINtALE, par D . GROSSE et J. SENGLER. 1998, 144 pages.

~11ON DES ŒDàŒs DES MEMBRES INFéRIEURS, par J.-C. FERRANOEZ, S. THEYS et J.-Y. BOUCHET. 1999, 176 pages.
lA MAICHE IIUMAINE, LA COURSE, LE SAUT. BIOMécANIQUE, EXPLORATIONS, NORMES ET DYSFONCTIONNEMENTS, coordonné par É. VIEL. 2000,
280 paees.
Acr1VrJ1. PHYSIQUE ET sANTé. APPORTS DES SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES. ÉDUCATION À LA SANTé PAR L'ACTIVITé PHYSIQUE, par M .-J.
MA.'IIDI et 1. DAFFLON-ARVANITOU. 2000, 248 pages.
L'EXEIIOCE 11IéJw>EtmQUE COGNITIF POUR LE PATIENT HéMIPLÉGIQUE, par C. PERFETTI. 2001 , 144 pages.

lEs 5CXlUOSES. TRAITEMENT KJNÉSITHÉRAPIQUE ET ORTHOPÉDIQUE, par Ph. SOUCHARD el M . OLLIER. 2002, 204 pages.
tou:ATI9H VElITÉBRALE. V ÉRROUILLAGE, DÉVERROUILLAGE: PÉDAGOGIE ET TECHNIQUES, par O. TROIS1ER, A. D ORA RD el M .-J. R EDONT.
2002. 144 poses.
U -..ao LYlofPHAl1QUE. THéoRIE ET PRATIQUE, par A. LEDUC el O . L EOUC. 2004, 3' éditi on, 80 pages.
CowoiŒlCllWE LA Jœo'ÉSmfÉRAPlE RESPIRATOIRE. D u DIAGNOSTIC AU PROJET THÉRAPEUTIQUE, par M . ANTONELLO et D . DELPLANQUE. 2005.
l' idiIJon, 328 pages.
Présentation de l'ouvrage Précontrainte .......... _......... . _. _.•.... - .. 2S
Fatigue . ............................ _.. ... .. . 2S

PARTIE 1
Chapitre 2. Domaines d'étude ............ _.. .. 29
BASES FONDAMENTALES 29
Mobilités
Type de déplacement 29
Chapitre 1 • Biomécanique 30
Type de mouvement
fonctionnelle . ..... ...... .. .... ...... ....... . 7
Mobilités analytiques .......... - ... . .... •.. . .. .. 31
Introduction . . .... . ............ . ..... . . ... . . .. .. . 7 Mobilités annexes . . .. . .. ... ..... ... - ........ - .. 32
Appareil musculo-squelettique ... _.... . .. .. . .... . 7 Notions complémentaires . . ..... .• . - ... . ........ . 34
Caractéristiques humaines .......... . . . ........ . 7 Stabilité ..................................... . .. 39
Éléments intetférents . . .......... . . .. .. ... . . •... 7 Données du problème . ; ... .. •. .. ... ..... . ..... . . 39
Données fondamentales . .. ... ..... . .. .... ... .. .. .. 8 Données structurales 41
Solide . . . ...... . .......... . . . ... .......... . . . 8 Données pathologiques ...............•......... 43
Force .......... ..... ... ... ...... ............ 9
Contraintes . ... ... .. ... . ... .. ... . ............... 43
Travail, puissance. énergie . . ... . .... .. . .. . . .. .. . 14 44
Contraintes simples
Centre de gravité (ou de masse) ................ . . 15 46
Contrainte composée: flexion
Leviers . .. .... .. ... ........ ... ............... 15 Conséquences biomécaniques . .. .. ....... .. .. •... 48
Poulies . ...... . .... • . . .. . . .. . . . . ... . .. • ... .. . 17 49
Éléments intetférents ... . .. . . .. . . ....... . . - .... .
Courses .. ....... .. .. ..... ... . ...... ... .. .... 18
Adaptations aux contraintes . . .. . ... . ... .... .. ... . 51
Chaînes ... . .... .. .. ... ... . .... . ... . .... ... . . 19 Recherche d 'économie . .... .. .. . .•. . ... .. .. ..... 53
22
Notions complémentaires .... .. ............... . . Abord fonctionnel ..... . ... . ... . ... . .. . . ... . . .... . 53
Références mécaniques ..... . ........ . . ........... . 22 Notion d'appareil . ... . .... _. . .............•.... 53
Déformation . .... . ... . ...... .... .... ..... .... . 22 Fonction(s) ... . .... . .. . ........... . .... _.. . • . . 54
Isotropie . . . ....... _ .. . ...... . .. . ... . ... . ... . . 22 54
Qualificatif « fonctionnel » ... .. .. .. .. . . . ..... . . .
Loi de Hooke .............. . ... . ... . ........ . . 22 54
Mouvement et Geste ........ . .. . ... . ...... . .... .
Rigidité ou module de Youllg (E) .... .. ......... .. . 23
Relaxatioll ... . ................... .. ...... . ... 23
Chapitre 3 • Caractéristiques physiques
Hy.'térésis . ........ . ... .. ... . . . . . . ..• . ..... . .. 23 des tissus vivants . . .. . ... . ... . .............. . 57
Rémanence. 24
Os .. . .. . .... . ...... . ......... . ..... .. ...... . . . 57
Coefficient de Poisson . .... .. ....... . .... .... . , , 24
Caractéristiques mécaniques . ...... . .. ... . . .... . . 57
Module de Coulomb. 24
Lois . . .......... · ········ · ··· · · · · ······· · · · · . 58
Poutre composite . . 24
Influellces . . .. .. . . ...... . . .. . ..... .. ... .... . . . 60
Co-colllraction . 25
Muscle .. . .. . ...... . . ........ . . . . .. _....... . .. . . 60
Ferme . .. 25
Man:he . .. ...... ........... . . . . ... . ........... . 94
60 95
Approche objective ..... . ..... .. .. ..... ... .. .. .
61 97
..... . . .. . . .. .. . ..... ... ....•. . . . . 61 Approche Sllbjective . . ...... ... . ... ...... ... .. .
Variobi/ill M 14 IfftI«he .. ... . . ..... . .... . .. .. . . 100
sn..c-.s • .YOjibrilks • .. . ..... • ...... . .. •. .. 61
Coune, saut et J6:cpIioD . . ....... . ..... ....... .. . . 101
T)pn • jilH-rs MMSOIIaires . . . • . • . . . . . . . . . . . . . . . . 62
Couru .. ...... · .. · · .. · .... ··· .. · ···· ·· ·· ·· · . 102
~ .yoIofiqw . . . .. .. .. . .. . . . .. . . •. , . . 62
Saur (impubion et rkeption) . . . .. ... .. . . .. .. . .. . 102
CIIIDCfhùtiqws pltysiologiqws .. ..... .. ... . . . ,.. 63
Circulation de retour .... . .. . . . . .. .. .... . ... .. . .. . 102
ClIIOdIristiqws mlcaniqws . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
Le système Ms dlfilis d'accélération . . .. . . , . . . . .. . 104
T............... . .. . . .. .. .... . ... . ... . . . ... .. . . . 64
Les r.ones M trITbuIence .. .... .. . . .. .. . . . .. . ... . 104
ClUDCfiristiqws tlIIIIIOmiqws . ...... . .. • . . • . . . . . . 64
Le phitlOlllèM Venturi ... .. .. .. .... . . .... . . . . . . 104
ClUDCfiristiquumlcaniqws . ............ . . ... . . . 66
La semelle veineuse plantaire (profonde) . ..... . . .. . 104
AnicuIIlioD . .. ........• . . .. ....... .. • ... .•.. . . . . 67
Les réseaux intra- et intermusculaires ... . .. . .. . . . . 105
T;tpn aniaJoires . . .. .. .. .. . • . . . . . . . . . . . . • . . . . . 67
Les réSeDru profontb et superficiels . . . . .. . .. .. . .. . 105
ClIIOdIl'i#iqws . • . .. . . . . . .. .. . . . . . . • . . . . . . • . . . 68
Les réseaux c~icants et perforants . . . .. . .. . . . 105
c.tîIa&e . . .... . . . .. .... .. . ... . . . .. . .. .. . ... . . .. 69
L'activité musculaire (la morche) .. ..... ..... .. . . 105
ÛUDcfll'i#iqws tlIIIIIOmiques .... . .. .. . . . .. . . . . . . 69
Les ro/es annexes ... . .. ..... . .. .. .. .. ........ . 105
ÛUDcflristiqws mktllliques . . . . . . . . . . . . . . . . • . . . . 69
Préhension . .. . ... .. . ... . .. . ... . ...... .. .. ... .. . 106
tiquide syDOvW .... .. .... .. .. . ... .......... . ... . 70
Niveoru opérationnels . .. . ... . . . .. ... .. ... .. .. . 106
SInM:tJur . .. .. .. . . . . . . . . . . . . . . . . . • . • . . • . • . 70
Notion d 'e.pace de captage . .. ... ... ... .. . .... . . 106
ÛIIrIdIl'i#iqws mktllliques . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . 70
Arunal stratégique . .. ... ... ........ . . .. ... ... . 106
CapIuJe. syDOviale . .. . . . . . . . . . . .. . . . .. . . . . • . . . . . . . 71
Pathologies de la préhension ... .. , .... . , . . . - . .. . 106
ÛlpSIIk ....... .... ... . . .. . .... . ... .. ... .. . ... 71
Éléments importants ... . ........ .. .. .... ...... . 106
SY'fOVÏiJk ..... . . ... . .. .. ... . .. ... . ... . ...... . 72
1Îpœ* .. . .. . .. . ............ ..... . ..... . ... . .. 72 Chaînes fonctionnelles ... .......... ... ... , .. .. .. . . 107

Voauion OIIIlIOmOfonctionnelle . .. . . . • . . . . . . . . . . . . 72 n~ft~ ........ ... . .. ................. . .. . 107

ÛIIrIdIl'i#iqws miconiques . . . . . . . • . . . . . . . . • . . . . 72 Tronc .. . . ............ . . .. . . . .. . .. . . . . .•..... 108


Peau . ... .. ...... .. . . . .......................... 73 Membre supérieur . ........ _ ......... . . . .... . . . 108
Coractéristiques anatomiques . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 Membre inférieur . . . ... ....... .... . .. . . . ... . . . 109
Ûllrldlristiques physiologiques .. .•... . •. . ....... 73 Comparaison mécanique des membres ...... .. ... . .. . 110
Coractéristiques miconiques . . . . . . . . . . . . . • . . . . . . . 73 Points communs . .... ............... . .•. . .. . .• 110
Points de différence ... .. ...... . . .. ........... . 110
Chapitre 4 • Grandes fonctions . . . . . .. . . .. . .. ... 79
0Ipaisari0n corporelle . . . . . . . . . . . . . . . • . . . . . . . . . . . . 79 PARTIE Il
L'hrr humain . . . . . . . . . . . . . . • . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79 lE MEMBRE INFÉRIEUR
jf~res~rieur ..........•...........•...... 79
jf~re inférieur . ...... . . . .. . . . .. .... .. .. . .. . . 80 Chapitre 5 • Hanche ..... ..... . ........ . . 11 7
Trr»r .......... . . .. . . .• . .. . •. . .. . .•......... 80 Base de réflexion ... . ......... . .... . .... . .. . . .. . . 117
TilL ..............•.............. .. ..•....... 80 Situation . . .. .. . ............ .... . ...• . ...•.... 11 7
. . . . . CRCIUS . . . . . . . . . . . . . . . . ... . .. . . ... . ..... . . 80 Caractéristiques essentielles . .... . •... . .. • .... .. 11 7
80 Vocation jonc/ionnelle ... ... ........ ...... .. ... 11 7
84 Fréquences pathologiques ... .. .. . . .. . ......... . 11 8
85 Rappels anatomiques ... 11 8
85 Sur Je plan oSléoarlicula;re .... . ....•..... 11 8
85 Sur le plan capsula- ligamentaire . .. 121
93 Sur le plan musculaire .... 122
93 Sur le plan vasculaire . ....... . .• . ... 127
94 Mobilités ............. 127
94 Sag ittales. 127
....~hotoRjque .......... ...... . . . 94 Frontales 130
• VII

Transversales . . .. .................. .. ...... . . 132 Surie plan morphologique. . . . . • . .. . . .. . . . . • . . . .. 208


Mobilités spécifiques et fonctionnelles . ..... . ...•.. 134 Sur le plan osseux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 208
Stabilité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .• . . . . .. 135 Surie plan aniculaire . . ..... ... .... . ........ . .. 210
Stabilité passive. . . . • . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 135 Sur le plan capJulo-ligamentaire ... . ..•.•.•.•... " 210
Stabilité actil'e . . . . . . . . . . . . . . . • . . . . • . . . . • . . . . .. 135 Surie plan mwculai re . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 21 3
Variations physiologiques . ...•... . .......• . .. . o . 137 Mobili~s .. .. . ......... . .....•.•. . . . ............ 215
Variations pathologiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137 Mobilités analytiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . • . . . . . . . . 215
Contraintes ............ . . . ....•. . ..•. . . .. ....... 141 Mobilités spécifiques .. .. . . . . . . . . •. . ... . ........ 219
Évaluation des contraintes . . ........ . . ... . . . . ... 141 Mobilitls fonctionnelles . . . . . . • . . . . . . . . • . . . . . . . .. 221
Variations physiologiques. . . . . . . • . . . . • . . . . . . . . .. 144 Mobilités pathologiques. . . . . . . . . . . . .. . .. . . . .. ... 221
Variations pathologiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . • . . . .. 144 Slabili~ . ............. ... .... .... .. .. ....... .. .. 223
Adaptations .......... . . . . . . . ....... . . . . . ..... 145 Stabilité panive .. . ...... . . .... .. . .. . .. . .. . .. o. 223
Stabilité active ... . . . .. . ...... . . ... .. . ... . ..... 224
Chapitre 6 • Genou ........... ... ........ .... . .. 149 Position fonctionnelle . . . . . .. . . . . .. .. . .. • . . . .. ... 226
Variations fonctionnelles . . ..... . . .. .. . . . . .. . .. .. 227
Base de réflexion ...... . . .. . ... ......•.. .. • ... .. . 149
Pathologie. de la stabilité . ... . ..... .. .... . ...... 227
Situation . ..... . . . . . . . . . ......... . .... .. . . ... . 149
Contraintes ..... .. ..... ...... .... . ............ . . 228
Caractéristiques essentielles . . . . . . . . . . . •....• . . . . 149
Zones de contrainte. ........... ...... ...... .. .. 228
Vocation f onctionnelle . . ........ . ..•... . . . . . .... 150
Contraintes statiques .. . ...... . ... . ... . . . . . . . . . . 229
Fréquences pathologiques . . . . . .. . .. . ..•....•.. .. 150
Contraintes dynamiques. . . . .. • . . . . .. . . . . . . .. . . .. 229
Rappels anatomiques . . .. . . ......... . . ... . ... .•... 151
Évaluation .. . .. . .............•.. . . .. . . ....... 230
Sur le plan morphologique . . . .. . . . . . . . . .. . . .. .. . 151
Adaptations ..... .. . ........... .... .......... . 231
Sur le plan ostéoaniculaire ...... . . . . . . . . . • . ..... 152
Sur le plan capsulo-ligamentaire ......... . •... . . . 157
Chapitre 8 • Pied ...... . ....... . . . . .. ..... . ...... 237
Sur le plan musculaire . . .. ... ... . . . ... . .. . ... . . . 164
Parties molles ... . ... . . . . . .... . . . . ...... ..... . Base de réflexion . . . . . . . . . • . . . . . . . . • . . . . . . . . • . • . . . 237
169
Situation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . • . . . . . . • . . . . . . . . .. 237
Sur le plan vasculo-nerveux . ...•...... . .. ... .. . . . 170
Umites . .. .. .. .. . .. ... ... .. • ...... ..• . .. ... . . 237
Mobilités ·. . . . . . . . . ... . ... ....... .. ..•. .... ..•... 171
Caractéristiques essentielles ........ . .•. . ........ 237
Articulationfémoro-patellaire . .. . .. . . . . . ..•.... . . 171
Vocation fonctirmnelle . . . . . . . . • . . . . . . . . . . . . . . . .. 238
Articulation fémoro-tibiale ............... . . . . . . . 173
Fréquences pathologiques . . . . . . . . . . . . • . . . . . . . . .. 238
Mobilités spécifiques et f onctionnelles ...... . ..... . 18 1
Rappels anatomiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . • . . . . . .. 240
Variations pathologiques. 182
Sur le plan morphofonctionnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 240
Stabilité ......... . 183
Sur le plan osseux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . • . . . . . . . . .. 24 1
Seloll les plans. 183
Sur le plan capsulo-ligamentaire . . . . . . . • . • . . . . . . .. 248
Selon les loclIlismiofl s .............. . . . ....• .. . . 187
Sur le plall musculaire . . . . . . . . . . . . . . . • . . . . . . . . . . 250
Variations physiologiques . ......... . ........... . 187
Pa nies molles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . • . . . . . . . . . . . .. 253
Variatiolls pathologiques. 188
Sur le plall vasculaire. . . . . . . . . . . • . . . . . . • . . . . . . .. 254
Conlraintcs ..... . . . 19 1
Mo bilités .......... .. . .. .. . .•........... . ....... 255
Con 1ra i fi tes fém oro-patella ires 19 1
Mobilités locales 255
C0 f11ra inte,\'/ém orO-libiales 193
Mobilités fonctionllelles . . . .. . . . . .. .. . . . . . • .. . ... 26 1
Retombées pathologiques 200 Variatiolls des mobilités. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . • . . .. 262
Stati q ue ..... . .. .. ............ . . .. .. . •...... . ... 263
Chapitre 7 • Cheville ... . . ... . .. . .. . .. . .. . ..... . 207
263
Stabilité ell décharge
Base de rénexion .. 207 Stabilité ell charge 263
Silllation 207 COl/lraimes . 270
CaraCléri,\'f;ques , ..... . .. . 207 Dynamique . ............. .. .... . ....... . ...... .. . 276
Vocmiol/ fou('riol/n elle 207 A mortissemell t 276
Fréquence des pal" olog ie~ 208 PivOlemelll 277
Rappels an a to mique ~ . 208 Propulsion 278

281 Sur le plan articulaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . .. . .. 341
\lri,.... "')'SÎOI08iqws ... .. ...•.. ... .• . •.•... 281 Sur le plan capsulo./iganoentaire . . . . . . . . • . • . . . . .. 342
\ ' - w - ptUItoIogiqws . . . . . • . . . . . . . . • . . . . . . . .. 283 Surie plan musculaire ......................... 344
Mobililés .. . ..... . .... . ... . .. . ...... .. ......... 345
Mobilités analytiques ... .. . .. . .. .. .. . .. .. . .. ... 345
PARTIE III Mobilités spécifiques .... . ..... .. ......... . .... 346
lE MEMBRE SUPÉRIEUR Mobilités fonctionnelles .. . . . . . . . . . . . . . • . . . . . . . . 346
Mobilités pathologiques . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . .. 349
ChIpitn! 9 • ~paule ............... ........... ... 291 Stabilité . .... ........ .......... ...... ....... ... 349
a-de~ .. ... ...... .. ...... .... ... ... .... 291 Stabilité passive .... ......... . .. . ... .. ........ 349
Stabilité active .......... . .. .. ............... . 351
~ .. . . .. ... ...............• ... .. . . . . . .. 291
Position fonctionnelle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . • . • . . .. 352
c.n.nrristiques . . . . . . . . . . . . . . • . . . . . . . . . . . . . . . . 291
Variations . . . . . . . . . . . . . . . • . . . . . . . . . . . . . . • . • .. 352
VoœlÏolJ~1h . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 292
Contraintes . . . . . . . . . . . . . . . • . . . . . . • . . . . . . . . . . . . .. 352
Fm,..ma des poiltoiogies. . . . . . . . . . . . . . . . • . . . . .. 292
Contraintes statiques . ... . .. . ....•..... ... ..... 352
ltaAds .......,;ques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 293
Contraintes dynamiques . . . . . . . . . .. . . . .. .. .. . .. . 353
s.u Il ,.,. _tpIIofonctionnel . . . . . • . . . . . . . . • . . . .. 293
Adaptationface aux contraintes. . . . . . . . . . . . . . . . . . 354
s.u Il ,.,. osseux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . • . . . . . . . . . 29S
Pathologies des contraintes 354
s.u Il ,.,. tuticIIJoire .. . ... .. ... . •... .......... 298
s.u Il ,.,. copsuJo.ügamemaire . . . . . . . . . . . • . . . . . . 300
Chapitre 11 • Poignet .......................... 357
s.u Il ,.,. IfIlIScuJaire ... . . . . . . . . . . . . . . • . . . . . . . . 302
s.u Il ,.,. vasc:uJo.IU!TWIlX . . . . • . . . . . . . . . . . . . . . ..
307 Base de réflexion commune au poignet
MoIJiIiI& .................. .. ...•.• . .. . . . • . • . . .. 307 et à la main. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 357
~ prilÎlflÙ/Qjres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 307 Préhension et symbole ......................... 357
AnicrI/œion srenro-c/ovicuJaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 309 Place de la main au sein du membre supérieur. . . . .. 357
AniaIIDtion acromio-clavicuJaire ... . ...•......... 309 Différents types de mains .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 358
AnicrI/œion scopuJo.thoracique . ..... •.... ... . ... 309 Introduction propre au poignet . . .. ... ......... . . . . . 361
AnicrI/œion scopuJo.luurrirak . . . . . . . . . . . . . • . . . . .. 310 Situation ...... . .. . ........ . .. . .•.... . ... . ... 36 1
SaIIiIiIé . . .. ...... .... ....... .... . . . . . . . . . . • .. .. 324 Caractéristiques ... . . . . . . . . . • . . . . . . . . . . . . . . . . . 361
AnicrI/œion scapuJo-thoracique ...•.............. 324 Vocation fonctionnelle ... .. ........ .. ......... . 361
AnicrI/œion stenro-claviculaire . . . . . . . . . . . . . • . . . .. 324 Fréquence des pathologies. . . . . . . . .. . . . . . . . . . . .. 361
AniaIIDtion acromio-claviculaire . .... . . • . • . • . . . . . 324 Rappels anatomiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 362
AniaIIDtion scapulo-humérak . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 325 Sur le plan mo rphologique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 362
C-"" .... . ..... ... ... .... ... .... .... ...... 329 Sur le plan osseux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 362
~ de cOlflraintes ... . ....•. . ... .. .•.... .. . .. 329 Sur le plan articulaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 363
~s suuiques .. . ............ . . . .. .. .. . .. 329 Sur le plan capsula-ligamentaire. . . . . . . . . . . • . . . .. 364
331 Sur le plan musculaire ... . ... . ..... . . .. ...... . . 365
Mobilités ........... . .... . ..... . ..... . ......• . . 365
331
......IÏ" .................... . ........ .. ... . 332 Articulation radio-ulnaire inférieure (R UI) .. . ..... . 365
Articulatiolls radio- et média-carpiennes . ...... . .. . 369
337 Stabililé ........ . .... . ............ . .......... . . 373
Stabilité passive . . ... . .•.... . .•... • . ...•... 373
••....•.......... . .. .... ......... 337
Stabilité active . . ... . .... . .... • ....•....•.... 374
337 Stabilité fonctionnelle . .................. . . ... . 375
337 Variations de la stabilité . .. . ....• . ...... , 375
337 Contraintes . . ... . ........ . .. . . . . 376
....................... 339 En compression . .. 376
339 En traction 377
339 Enj1exioll ............. . . . ... . 378
339 En torsiOIl 378
• IX

À la Jatigue ....... . 378 PARTIE IV


Adaptation Jace auX COll traintes ........•..... . ... 378 RACHIS ET T~TE
Pathologies des contraintes. . . . . . . . . . . . . . . . . • . . .. 379

Chapitre 13 • Rachis . .. .. . . .. .. . .. .. .. . .. . .. . .... 429


Chapitre 12 • Main ... . . . .... .. .................. 383
Base de réflexion. . . . . . . . . . • . • . . . . . . . . . .. . .. . . .. .. 429
Introduction propre à la main .... . ......... .... .. . .. 383 Situation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . • . .. 429
Situatioll . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . • . . . . . . . . . . .. 383 Caractéristiques essentielles .... . •.• ............. 429
Caractéristiques anatomiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 383 VocationJonctionnelle .... .. ..•..... ... ..•.•.. " 429
Caractéristiques morphoJonctionnelles . . . . . . . . . . . .. 383 Fréquence des pathologies . . . .......• . ......... " 430
Vocation Jonctionnelle . . . . . . . . . . . . . . . . . • . . . . . . . . 384 Rappels anatomiques . . . . . . . . . . . . . . . . • . . . . . . . . . . . .. 432
Fréquence des pathologies .. . . ...... ........•... 386 Sur le plan morphoJonctionnel ........•......... " 432
Rappels anatomiques ....................... . ..... 387 Surie plan os/éoaniculaire . .. . .................. 433
Sur le plan morphoJonctionnel . . . . ....•....•..... 387 Sur le plan capsulo-ligamen/aire . . • . . . . . . . . . . . . . .. 437
Sur le plan osseux .. . . . . . .........•.. . . . .... ... 388 Surie plan musculaire . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . .. .. .. 438
Sur le plan articulaire ................•......... 389 Éléments annexes . . . . . . . . . . . . . • . . . . . . . . . . . . . . .. 440
Sur le plan capsulo-ligamentaire ... ...... . •...... 389 Mobilités .......................•........•...... 441
Mobili/és alUJly/iques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . • . . .. 441
Surie plan musculaire . .. .. . . . . . . . . .. .. .. . . ..... 391
Mobili/és spécifiques e/ Jonc/ionnelles . . . . . . . . . . . . .. 445
Sur le plan du squelelle fibreux . . . . . . . . . . . . . . . • . .. 393
Varia/ions des mobili/é! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 448
Surie plan vasculo-nerveux. . . . . . . . . . . . . . . . . . • . .. 396
Stabilités .. . .. . .. .. .. . ... .. ..•...... . . ... .•.. . . . 448
Sur le plan des tégumellts. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 397
En décharge ... .. .. .. .. .. .. . .. .. .. .. .. .. . .. ... 448
Mobilité analytique des doigts longs . . . . . . . . • . . . . . . . .. 399
En charge . . . . . . . . . . . . . . . . . • . . . . . . . . . . • . . . . . .. 449
Flexion des doigts . . . . .. ......... . . ....•.... . .. 399
Contraintes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . • . • . . . . . .. 458
Extension des doigts ........... ... .....• . .. . .. . 402
Écartement des doigts . . . .. . . . • . . . . . . . • . . . . . . . .. 405 Chapitre 14. Régions du rachis .. ..... .......... 469
Rotation des doigts ..................... .. . . . .. 406
Rachis cervical inférieur .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 469
Mouvements indépendants des doigts 406
Base de réflexion .............................. 469
Mobilité analytique de la colonne
Rappels alUJ/omiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . • . .. 470
du pouce .. . . . ........... . . . ..... . . . ......• . . . .. 407
Mobili/és. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 47 1
RéJérences . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . • . .. 407
Stabili/é ........•. . .......... . •....... . •..... 474
Mouvements de chaque articulation . .. .. .. ... . . . .. 408 Contraintes .. .. ..... .. •.... ... .•........•.•.. , 476
Mouvements globaux décomposés. . . . . . . . . . . . . . . .. 410 Rachis thoracique .... .. ... . ....... . . . • . .....• . ... 478
Mouvements globaux composés. . . . . . . . . . . . . . . . . .. 411 Base de réflexion . .. . ... . ....... . ....•. .. ...... 478
Muscles moteurs du pouce. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 411 Rappels analOmiques ... . . . . . . . . . . . . . . . . • . . . . . .. 478
Mobi lités non analyt iques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 412 Mobili/és . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . • . . . . . . . . . . . . . . .. 481
Mobilités spécifiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 412 Stabili/é . ........ . .... ..... .. .... • ... ... . .... 485
Mobilités JOllctiollnelles . . . . . . . . . . . • . . . . . . . . . . . .. 412 Contraintes. . . . • . . . . • . . . . . . • . . . . . . . . • . . . . . . . .. 486
Positions patl/Ologiques . . . . . . . . . . . • . . . . . . . . . . . .. 416 Rachis lombal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . • . . . . . . .. 487
Stabilité ............. ....... . . .. ........... .. . .. 417 Base de réflexion ..... . ................. . ...... 487
Main hors prise .. . ....... . . .... . .... .... ...... 417 Rappels anatomiques .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 488
Mai!1 a.\'suranl tlne prise 418 Mobilités. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 491
Pathologies de la stabilité 4 19 Variatiolls des mobilités. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 493
419 Stabilité . ...................... ... ........... 494
Contrai ntes
419 COlltraillles ........... , .... . ......... . .. • ... .. 499
DOl/née,\' dtl problème
É\laltwt;rJl! chiffrée 420
Chapitre 15 • Charnières du rachis ............ . 507
Pat llO lo~ i e.f des contraintes 42 1
421 Charn ière crani o-cervica le 507
Solutiol/s proposées.
.tij/uitM ...... . .... .. .. ....... . .... .. . 507 Chapitre 16. Tête (crâne et face) . . ............ 543
~ i .. t.r • ••• • •• • •••••• • • •• • ••• ••• •• 507 Base de réflexion . ....... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 543
~ ................ ...... ... .. ... ..... . . 510

~ .................... ... ... ...... .. .. . 512


Situalion ............... . ......... . ....... .. . 543
C_si.IrS ...... ..... . ..... .... ... . . .... ..... 514 Caractéristiques ... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 543
~ œrvico-Iboncique ....................... 515 Vocation fonctionnelle .... .. .•... . .. .. .. . .. . . .. 543
.... Tt/fuio#t .............................. 515 Fréquence des pathologies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 543
~~ques .. . . .. . ... . . . .• • .. . . ...• ... 515
Rappels anatomiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 544
1IMitb .... .................. .. .. .... . ... ... 515
5MbiIiIIs . . • . . . . . . . . . • • • . . • . . . . . . • . . . . . . . . • • .. 518 Surie plan morphologique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 544
c-nDnlt!. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 519 Surie plan osseux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 544
CIIanIm ~Iombale ...........•.•.......... 520 Surie plan articulaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 546
. . dllTjIuion ..... .... . .. .•.• ......... .. ... 520
Surie plan musculaire ..... .. . ...•. .. .. .. ...... 548
llItppt!Is l1IIIlIDmjques • • • • • • • . . . . • . . . . . . • • • • • . . . • 520
/IIobiJith . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .• 521 Tissus fibreux .. .... ..... .... . ... . .... .. .. . ... 549
SIabiIitis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . • . . . . . . .. 523 Sur le plan tégumentaire . . . . . . . . . . . . . . . . • . . . . . . . 549
c-nDnlt!. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 523 Mobilités .......... ....... ... . .. ..... . ...... ... 550
CIIanIm lombo-sacraIe • .. . . . . . . • . • • . . • • • . • . • . . . .. 525
Articulation temporo·mandibulaire ... .. ... ...... . 551
. . dl rifIexion ... .. ... ... ..... .............. 525
Stabilité ..... ... .............. . . . ... . .......... 553
llItppt!Is t1ItIllOmiques . . . . . . . • . . . . . . . . . . . . . • . . . . . 525
lIobilili. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 526 Au niveau du crâne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 553
SIDbiJité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . • . . . . . . • . • . .. 527 Au niveau de l'articulation temporo·mandibulaire ... 554
~•...........................•....... 528
Contraintes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 555
Joocdon~ue . .. . ... ..... ..... ....•....... 529
Au niveau crânial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 555
. . dllTjIuion ... . .......... ........ .. .•.. .. 529
llItppt!Is lI1IIlIomiques . . • • • • . • . • . . . . . . . • . . • . . . . . . 530 Au niveau temporo-mandibulo·dentaire . . . . . . . . . . .. 558
II~•..................................... 532
SttIbiIité .............. ......... . . .. . .... .. ... 533 Annexes........................................ 561
c-rw.te. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 533
iJoIrItén complémentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 536 Index 565
Préface

En lisant cet ouvrage extrêmement complet, deux réactions se font jour : admiration pour un travaill!norme, puis gratitude parce que
quelqu' un d' autre s'est chargé de la rl!daction d' un ouvrage aussi impottanl, difficile à réaliser sur un sujet ardu. Les auteurs ont assimill!
l' adage « qui veut être compris doit s' informer de ce qu' attend le lecteur », ils ont parfaitement répondu à trois attentes :
- L'étudiant qui lira ce texte de bout en bout pour être parfaitement documenté ;
- Le professionnel averti qui sélectionnera un chapitre en fonction de ses besoins;
- L'enseignant qui assignera des portions pour lecture attentive en fonction de ses cours.
La connaissance accumulée dans l'ouvrage est chaque fois structurée de manière abordable, et elle est simultanément exbaustive et à jour,
illustrant l'adage que « si l'on a le courage d' enseigner, on se doit d'actualiser ses connaissances ~ . Les auteurs, Michel Dufour et Michel
Pillu, sont tous deux enseignants, ils ont le souci d'être compris, et ont réussi à rendre le texte attirant.
La biomécanique fournit le substrat de la kinésithérapie et de la rééducation-réadaptation, par une compréhension du mouvement idéal et
de sa perturbation. Dans ce texte, rien ne manque. Chacun des chapitres démarre par une « base de réflexion » qui peut asseoir un Enseignement
par Résolutions de Problèmes (ERP) dont l' usage se généralise. Le texte fournit aux « apprenants », quel que soit leur âge, l'essentiel de ce
qu ' ils doivent connaître, qu' il s' agisse de l'usure de la hanche chez le vieillard ou de la désaxation rotulienne de la jeune fille. De plus, si le
formateur a démarré un « blog » sur Internet, il peut demander des commentaires rédigés par ses élèves, réalisant l'idéal souvent évoqué de
la « classe sans murs ».
Le manuel sert de base à de nombreuses réflexions, présentant la biomécanique en corollaire du sens clinique. La structure même de
l'ouvrage facilite l' accession à la connaissance, grâce à des exemples variés et simples, rapidement compris, qui permettent d' appréhender
le fonctionnement de l'humain normal et pathologique. Il peut s'agir de l' équilibre du corps ou de l'utilisation de la main, les détails sont
présents ainsi que les références bibliographiques.
Le chapitre « colonne vertébrale et tête » est trop important pour être escamoté. Les auteurs ont fait ici un remarquable travail d'explication
de structures souve nt complexes, gardant un œil sans cesse fixé sur les problèmes de statique, mais faisant la différence entre stabilité statique
et stabilité dynamique, en les séparant tous deu x des problèmes de mobilité rencontrés quotidiennement en rééducation. L' intérêt réside là
précisément : le clinicien y trou vera de précieuses indications et une base pour asseoir ses interventions thérapeutiques. Caractéristique peu
fréq uente, dans cet ouvrage la théorie et l' application pratique fi gurent au côte à côte.
Deux extrémités ve rtébrales sont souvent oubliées lors des cours de kinésithérapie : la tête et le bassin. On doit savoir gré aux auteurs de
l'ouvrage, qui fou rn issent d' abondantes précisions sur ces deux régions. Ils n' ont pas oublié la jonction crânio-rachidienne, siège de bien des
douleurs pou r nos patients, et de bien des phantasmes non vérifiés pour de nombreux collègues.
Grâce à l'i ndex très détaillé, il sera possible de se repérer rapidement, pour trouver au premier coup d' œil le « rétinaculum patellaire » ou
« l'angle Q fémoro-tibial ». Pour les étudiants, il s' agira sans doute de « tout ce que vous voulez savoir, et que vous n'avez jamais osé
demander ». y compri s de redoutables form ules comme celle du module de Coulomb.
Les ill ustrat ions sont lisibles et utiles, grâce au talent de dessi nateur de Michel Dufo ur. Lorsqu ' elles sont réduites à l'état de croquis. elles
restent vivantes et parlantes, soulignant l'action . C'est bien l' objecti f de la kinésithérapie : favoriser l' action et rendre possible de nouveau
un mouve ment perturbé.

Éric Vie l
Secréta ire Général cie l'A FR EK
ORIENTATION STRUCTURE

Il ne s'agit ni d'une étude exhaustive sur telle ou telle partie Après une présentation des généralités fondamentales de la
du corps, ni d'une somme des connaissances en matière de mécanique humaine, ce livre aborde les différentes régions du
mécanique humaine. Ce livre a une prétention pédagogique ; il corps humain, divisé en zones correspondant à des unités fonc-
est plus préoccupé par la compréhension fonctionnelle de tionnelles : épa ule, genou, rachis cervical, etc. Pour chacune
l'organisation des structures, que par la thésaurisation de d'elles, le point est fait sur les caractéristiques anatomiques
connaissances fondamenta les. Il s'agit plus d'être juste que pré- essentielles, c'est-à-dire celles ayant des incidences pratiques;
cis. Cela inclut des schématisations, des simplifications, mais viennent ensuite des considérations mécaniques concernant la
aussi des hypothèses et des exemples. Le but est de retenir mobilité, la stabilité, puis les contraintes. Un certain nombre
l'essentiel et d'en déduire une optique fonctionnelle et théra- d'idées clés sont proposées en conclusion.
peutique. L'étude ne doit pas nier le pragmatisme, mais au
contra ire y coller au plus près'. L'orientation privilégiée est
essentiellement (ré)éducative.

1. Un ancien dirigeant politique, dans un discours aux paysans de son


pays, disait.' ft Paysans, faites pousser vos pommes de terre, dans 20 ans
il y aura des scientifiques pour vous expliquer pourquoi elles poussent •.
Bases fondamentales
Le biologique a envahi les connaissances du monde actuel. à une carrosserie de voiture qui ne se régénère pas .. . Un orga-
Le « bio • est devenu une valeur sûre, garante de naturel et de nisme vivant développe sa puissance en fonction de l'entraîne-
bon, face à un monde mécan isé, informatisé et pollué. Or le ment à l'effort demandé, contrairement à un moteur, figé dans
« bio » n'est pas forcément bon: les microbes et les armes bio- ses capacités. Enfin, il se prolonge car, comme le remarque
logiques sont là pour nous le rappeler. Le « bio • est simplement Kapandji (1986) « deux animaux se prolongent vite par un troi-
l'existence du vivant face à l' inerte. La mécanique du « bio • sième, alors que deux voitures restent irrémédiablement céli-
est donc différente de celle des machines, même si , par com- bataires' '.
modité, on tente des comparaisons. Ficat (1987) disait : « Une L'examen du malade prend en compte les défauts mécani-
conception abstraite et purement mathématique de la bioméca- ques et rarement ceu x du comportement initiateur. De même,
nique ne peut avoir qu'une valeur approximative et indicative, un traitement diffère du travail d'un garagiste, qui corrige des
car elle reste trop éloignée de la réalité biologique •. défauts, car le soignant doit induire des gestes qui poussent
Le comportement d' un matériau fait appel à des qualités phy- l'organ isme, et donc le patient, à opérer lui-même l'évolution
siques ; le comportement de l' homme, ou de l'anima l, y ajoute réparatrice. Le soignant soigne, le malade se guérit.. . et parfois
deux notions fondamenta les, au sens fort du mot: celle de créer malgré le soignant (Neumann, 2002).
et celle de contrôler ses actes (contrôle psychoneuroendocri-
nien).
La mécan ique ne connaît que la dégradation (une voiture
neuve est toujours en meilleu r état qu' une d'occasion), alors
que l'être humain se répare et se prolonge: la peau abîmée se
1. Toutefois, un ordinateur peut se cl oner - mais sans le pouvoir fonda·
cicatrise, l'os aussi, les cellules se reproduisent, contrairement
mental du hasard génétique.
INTRODUCTION CARACTÉRISTIQUES HUMAINES

Il faut situer l'être humain dans son environnement spatial et


ApPAREIL MUSCULO-SQUELETIIQUE temporel. On connaît le règne animal et ses diverses fortunes :
quelles sont les caractéristiques de l'être humain?
La biomécanique fonctionnelle est un assemblage de consi-
• Un premier point réside dans la position de l'homme au som-
dérations recoupant les domaines de l'anatomie, de la physio-
met de la pyramide de l'évolution animale. Il en représente la
logie articula ire, de la physiologie musculaire, de la méca nique
forme connue la plus performante, la plus sophistiquée. Certains
et de la cinésiologie (Nordin et Frankel, 2001). Elle a comme
estiment que l'évolution biologique a cessé ses grandes muta-
finalité d'être le support des gestes et postures de l'homme sain,
tions et qu'elle va dorénavant marquer le pas, laissant la place
de faire comprendre les dysfonctionnements et pathologies à une évolution avant tout socioculturelle (Allard et Blanchi,
usuelles, pour déduire les attitudes thérapeutiques adaptées qui 2000). Même s'il ne s'agit que d'une opinion, cela souligne que
en découlent. tout, en l'homme, est au service de la commu nication sociale,
La biomécanique, dans laquelle les principes et lois mécani- de son psychisme et de sa vocation de (co)créateur.
ques sont app liqués au vivant, regroupe de nombreux aspects :
mécanique des os et des muscles, mais aussi mécanique des • Un second point se résume à une affirmation paradoxale :
liquides (sa ng, lymphe, liqu ide cérébro-spinal, etc.) et des gaz l'être humain est le spécialiste de la non-spécialisation. En effet,
(méca nique ventilatoire). En cela elle diffère d'avec la mécani- chaque chose accomplie par un être humain peut l'être mieux
que industrielle; l'oublier réduit l'être humain à un robot per- par un animal: un zèbre court plus vite, un poisson nage mieux,
fectionné (Kapandji, 1986 ; Ficat, 1990). un oiseau vole, un kangourou saute mieux, etc. En revanche,
Notre étude se limite à l'appareil musculo-squelettique. Les l' homme est le seul à pouvoir tout faire, et même s'il ne peut
applications touchent la chirurgie (biomatériaux), l'appareillage, voler par lui-même, il utilise ses capacités intellectuelles pour
la pratique sportive, l'ergonomie et la kinésithérapie (Hami ll et fabriquer des avions. Sa spécia lité est de tout faire, grâce à un
Khutzen, 1995 ; Hall, 1998). C'est cette dernière qui oriente nos cervea u évolué accédant à la créativité.
préoccupations.
L'analyse mathématique permet d'élaborer des modèles ÉLÉMENTS INTERFÉRENTS
mécaniques afin d'évaluer partiellement les conditions de fonc- Chaque région corporelle doit être intégrée dans le complexe
tionnement. Cela donne une idée du comportement d'une d' un membre ou du tronc, puis dans celu i du comportement
région du corps dans un schéma postural, comportemen tal ou globa l de l' individu. Mais d' autres aspects interfèrent; on donne
gestuel, dont on peut déduire les aspects fonctionnels. L'analyse ici les principaux.
mathématique fournit une approche éloignée de la réa lité.
L'observation clinique reste un élément indispensable de la • Le psychisme
compréhension de la mécanique humaine. La diffi culté réside
dans le dosa ge de ces différents aspects. Chaque considération, Le fait qu'un individu de grande taille se tienne voûté ne
développée en marge des autres, risque d'éca rter la réflexion de requiert pas seu lement des solutions mécaniques, mais
son contex te et donc de déform er l'ensemble. On ne peut être demande de prendre éga lement en compte son psychisme face
ex haustif en la mati ère et le lecteur trouvera donc, ici, un sujet à ses congénères ' .
de réfl ex ion pour alimenter ses proc hes axes de recherche.
1. Les exercices en ex tension et le développement des muscles érecteurs
du rachi s c hez un timide sc tenant en position cyphosée en feront peul-
être un timide musclé, mais pa s un indi vidu se tenant en position érigée
normal e.

locales et, parfois même, les interventions pure ment humaines
• Les données ethnoculturelles (déformations rituelles).
l~ choi positionnels sont aussi élaborés en fonction de
-dlén_ culturels. Ainsi, parler en regardant son interlocuteur
. . dans les yeux est considéré comme de la franchise et de DONN'ES FONDAMENTALES
bo ilesse chez les sens du Nord, mais comme de l'arrogance
les gens du Sud. In\/ef5elYlent, le fait de baisser les yeux en
~ est considéré comme de la modestie dans le Sud, et L'être humain vit dans un milieu physique régi par des lois'
convne de l'hypocrisie dans le Nord (Lorenz, 1963). Les civili- (Low et Rred, 1996). Celles-ci interviennent de façon perma-
sations. cultures ou ethnies apportent aussi leur lot d'habitudes nente dans son évolution et ses conditions de vie. En kinésithé-
et de capacités à les assumer. La thérapie humaine prend doré- rapie, la biomécanique met souvent en parallè le l'étude de la
I\;l~ant en compIe ce que l'on nomme l'ethllomédecine. sflItique et de la dynamique, avec leur corollaire de sta bilité
pour la première, ou d' instabilité pour la seconde (fig. 1-1). Or
• Le milieu socioprofessionnel ces relations ne sont pas correctes ; un cycliste a, pa r exemple,
Cest une variante culturelle qui se conjugue sur le mode plus d'équilibre en roulant qu'à l'arrê t. No tre tra vail est do nc
social. Dans une même culture régionale, les notables et les une tentative de simplification, tout en cherchant à fournir des
couches démunies n'ont pas les mêmes attitudes. Des erreurs axes de réflexion. Les connaissances mécaniques fondame nta les
cQnportementales, dans le cadre des soins physiques, peuvent (Borgi, 1981; Buhot et Thuillier, 1981 ; Chavane l, 1982) sont
expliquer des échecs thérapeutiques. une aide, mais leur complexité mathématique et leur écart par
rapport aux processus humains nous amè ne nt à développer nos
• Le sexe propos différemment (Giraudet, 1976 ; Be ll, 1998).
Indépendamment des variables culturelles, il existe des atti-
lUdes plus typiquement féminines ou masculines. Sans chercher SOUDE
à faire la part de l'acquis ou de l'inné, il est nécessaire de tenir
compte des différences afin de mieux répondre à la demande, • Définition
consciente ou non, d 'un patient donné: un homme et une Un solide est un corps caracté risé par une forme et des
flemme n'ont pas la même démarche, ni les mêmes gestes, ni la dimensions. JI e n existe de ux types.
même posture (l'état de grossesse est un exemple évident) (Plas
el coll., 1989). Le solide indéformable
C'est une abstractio n théorique, a ppelée solide d' Eucl ide .
• Les données morphologiques Dans ce cas, la distance entre de ux po ints quelconques reste
Elles dériv~t, pour une part, des données sexuelles, mais, constante, que lles que soie nt les contra intes a uxq ue lles il est
dans une même population sexuelle, il existe des gabarits extrê- soumis.
mement variés, que ce soit pour des raisons gé nétiques, hormo-
nales ou alimentaires. Ces données modifient non seuleme nt la Le solide déformable
catégorie de l' individu (bréviligne, longiligne, asthé nique), mais C'est le solide courant pui sque, e n réa lité, tout corps est défor-
aussi ses aptitudes physiques e t son sens de l'effort. So nt à pren- ma ble, de faço n a ussi minime que ce soit'. O n le nomme aussi
dre en compte égale me nt les va riations propres à un individu solide de Hooke. JI est d it viscoélastiq ue o u é lastop lastique.
donné : amaigrissement, régime, é tat de grossesse, po ussée de
croissance, développeme nt pa rtic ulier d' une partie du corps, • Caractéristiques
Mltécédents pathologiques (e.g. amputation, paralysie).
L'approche d ' un solide déformable vivant nécessite des sim-
• L'âge plificatio ns pour plusieurs ra isons:
• L'hétérogénéité est constante, a lors que les études théo riques
est présent à toutes les phases de la vie : la statique d' un
se fo nt sur des matéria ux réputés homogènes, afi n d 'avoi r des
jBJ1te enfant diffère d' avec celle de l'adolescence, l'âge ad ulte,
comporte me nts clairement identifiab les et re productibles.
ou la ~Jeillesse. Entre la péd iatrie et la gériatrie, il ex iste une
· • d'intermédia ires qui ne tiennent pas seu le me nt compte • Les co nditions expéri menta les so nt aléatoires, a lo rs qu 'elles
de l'~ civil, mais de l'âge biologique, menta l, et mê me de demanderaie nt à ê tre invari ables. Les pa ra mètres de te mpé ra-
l'~ rue ri ndividu c herche à paraître . ture, d' hygrométrie, de nature des é pro uve ttes' (prises sur cada-

• Les données ethnogéographiques


3. Cr. unités de mesures, A nnexe n° 1.
r "" d' analyse dé licat, tant e n ra iso n des idées
dr>lTlallle 4. Macroscopiqu ement, le caoutchouc est déformab le, l'acier non. En
é'!:U'~o.M. qu'f:Il raIson de la plura lité des modifications po u- réa li té, l'acier, les métaux, le so nt a ussi : si la coque des pét rolie rs super-
ta nkers n'était pas déformable, elle céderait très vite sous l'action des
4' w.' r nd,vldu' le climat, les habitudes alime ntaires mouvements de la mer (penser à la fable de l a Fontai ne. Le chêne et /e
roseau).
5. ,On appelle ~prouvelte un prélèvement dans un ma tériau, quel qu' il
~, , KdtJf"J'Oi n'utilisant pas la chaise pour s'asseoir. SOIt. Pl USieurs eprouvettcs forment un échan tillon.
BIOMtCANIQU E FONCTIO NNELLE • 9

vre frais, embaumé ou congelé), les modifications apportées par


l'expérimentation (mise en place d' une jauge d'extensométrie
modifiant l'équilibre des forces en présence) sont autant d'élé-
ments qui relativisent les études (Cordey et Gautier, 1999).
• La multiplicité des données, au sein de l'étude, oblige à
n'envisager qu'un seul paramètre pour éviter une trop grande
complexité.
• Les références sont difficiles à établir. L'établissement d'une
norme est influencé par les difficultés à déterminer l'état. zéro.
(précontraintes existantes). Même sortis d'un ordinateur, les cal-
culs sont le résultat d'une abstraction, d'un appauvrissement de
phénomènes beaucoup plus riches et complexes.

FORCE a
• Définition
Est appelée force, toute cause capable de modifier la vitesse
d'un corps ou de provoquer sa déformation (Bray et coll., 1990).
Un corps est soumis à des forces externes (par exemple la pesan-
teur, l'action des muscles, la résistance du milieu ambiant,
aérien ou liquide) et à des forces internes, en réaction aux pré-
cédentes, et qui caractérisent la résistance du matériau. Dans
l'état d'équilibre, ces deux types de forces s' annu lent.

• Caractéristiques
Une force est représentée par un vecteur" lié qui, dans cer-
tains cas, peut être considéré comme un vecteur glissant, dont
l' unité est le newton (Nf . Une force se définit par la donnée des
caractéristiques suivantes (fig. 1-2).

Ligne d 'action
C'est la ligne droite qui supporte le vecteur force (appelée
souvent « droite porteuse »). Sur le plan locomoteur, cette ligne
correspond à la fibre moyenne du muscle, c'est-à-dire à la direc-
tion résultante de l'ensemble des fibres musculaires. Le plus sou- Fig. 1-1 - Le statique est souvent synonyme de stabilité (a) et le dynamique
vent, cette ligne joint les deux insertions du muscle. Cette d'instabilité lb), mais cela n'est pas toujours vrai.
simplifi cation permet de définir la notion de muscle équ ivalent.
Cette ligne sert de base aux raisonn ements mécaniques, sauf
excepti on'.

Sens
Il donne l' orientation dans laquelle la force se dirige. Pour
un muscle, l'orienta tion de la force se fait de l' inserti on mobile
vers l' inserti on fixe. Selon le type de mouvement, ou avec
l' inversion des inserti ons mobile et fixe, l'ori entation de la force

6. Par souç i de simplificat ion, nous n'util iserons pas (sa uf exception) la
notation r . -La normali sa tion veut qu'une lettre écrite en carac tère gras
désigne un vecteur, el que la même lettre écrite en ca rac tère norma l
désigne l' intensi té de ce vecteu r.
7. Dans le système internat iona l (SO l'un ité de force est le newton, dont
la définition es t : l' intensité F d'une force F qui commu nique à une
Fig. '-2 - La force F, son point d'application P, son support s, Sd
masse de 1 kg une Jn. élération de 1 mètre par seconde par seconde
( 1 m.s ') (OMS. 19751 direction (+ ou -) et sa valeur, représentée par la longueur 1du vecteur.
8. l 'exception est quand un mu scle est suffisilmrnent en éventail pour
qlle l'on (herthe j disti nguer trois faisceaux (ou plus), ce qui revient à
défin ir Irai') ligne') cI '':1Cti on différentes.

• Sources
On distingue deux sources possibles.

Forces externes
, - ....., ... _ .......II:Ii.;.;~t..
6,.---' - -- Cest, en premier lieu, la (orce gravita ire ou pesanteur. Elle
s'exerce verticalement de haut en bas sur tout corps dans notre
103 - LI tf!fIaion d'un IOn<bI/ui perm« de conserver ... longueur utile environnement habituel. Ses variations sont (onction de l' alti-
,w-' fW ,."""" à l'ibsenœ de n!IIexion (fI«:he pointillée). tude (plus (orte au niveau de la mer qu'en montagne). En cas
d'immersion dans un liquide, elle se trouve diminuée du (ait de
la poussée d'Archimède. Une situation parti culière est l'état
• d'apesanteur, en milieu artificiel ou dans l'espace. En second
lieu ce sont les forces appliquées au corps, soit par contact direct
(y compris les systèmes mécaniques), soit par action indirecte
(inertie, force centrifuge).
F Forces internes
On peut en distinguer deux types.
• les forces actives sont produites par les muscles, directement
(action sur un levier osseux), ou indirectement (pressions des
liquides internes, notamment du sang sous l'i mpulsion du mus-
cle cardiaque).
• les forces passives sont liées à la mise en tension des stru c-
tures passives (frottements, plaquages aponévrotiques ou des
fascias, rétractions, etc.).

• Notion d'efficacité d'une force

r.
~ 1-4 - Une fon:e F a une eRicacité Fe qui est (onction du cosinus de
a qu'elle fvnne avec l'axe de 500 adion (a).

peut donc changer pour un même muscle. Il ne (aut pas


Orientation d'une force
Une force est d'autant plus efficace (Fe) qu'elle agit da ns le
sens de l'action désirée. Sinon, son efficac ité se réd ui t à celle
de sa projection orth ogonale sur l'axe méca nique considéré;
elle est éga le au produit de sa va leur F par le cosi nus (cos) de
l'angle a (fig. 1-4), soit: Fe = F x cos a (A llard et Blanchi, 2000).
confondre la direction de la (orce, qui est l'orientation de la droite
porteuse, avec le sens de la (orce, à laquelle on doit donner une
orientation, soit arbitraire (positi( ou négatif), soit imposée. ~""'1Ique
Lonque l'on tI,. un wagonnet sur des rails, il est préférable
Point d'application d'~lr dans le sens des rails. SI l'on 51! place de cOté, l'efficacité
de la force se ti'CIINe diminuée, étant proportionnelle au cosinus
Cest le point d'origine du vecteur (orce, à partir duquel celui- de l'angle formt _ les rails. Elle devient nulle si l'on tire
ci exerce son action. Su r le pla n locomoteur, il correspond, perpendiculairement • eux (cos 90' = OJ, hormis la bascule
~Iemen~ à l'insertion du tendon sur un os. S'i l existe une
possible du wagonnet.
rériexion (osseuse ou (ibreuse), celle-ci devient un point d'appli-
œ.on intermédiaire.
Bras de levier
l e bras de levier d'une (orce F est la distance d entre sa ligne
f 5' d'action et le pivot P autour duquel la (orce tend à agir. Il est
La .... cr... poulie est de changer la direction de la force sans représenté pa r la perpendiculaire abaissée sur la ligne d' action
.. dwIgw rlfltensitt. Les coulisses fibreuses des doigts de cette (orce à pa rtir du point pivot considéré «(ig. 1-5 a).
......... " de comerwr une longueur constante au tendon,
__ a,e". ce qui 51! ~ait s'jJ prenait la corde (fig. 1-3).
Exemples
Dans la conception d'un pont-levis, on ne place pas les chaines
'I~ltefJr ou intensité près de la charnière, mais, au contraire, à la partie la plus
éloignée possible, quitte à redresser l'obliquité des chaines afin
, ... ~r vectorielle de la (orce qui exprim e son d'avoir le meilleur axe de traction (fig. ' -5 aJ.
~ ~'- '''if "SI algébrique et la représentation graphi- Dans le cas du corps humain, le problème est t rait é
;;: !;/'~.r. F,',,- .. il u:II,,-(, différemment (f ig. ' -5 bJ.
BIOMlCANIQUE FONCTIONNElLE • 11

Moment d'une force


On appelle moment d'une force F par rapport à un point 0,
le produit de l'intensité de la force F par le bras de levier dsépa-
rant le point a de la droite porteuse de F. Par rapport à une
action donnée, le vecteur représentant la force et le bras de
levier associé sont inversement proportionnels (fig. 1-6 al.
L'intérêt d' une force est qu'elle soit suffisamment agissante par
rapport à une résistance à vaincre: on choisit le bras de levier
le plus favorable et l'on en déduit la force utile. Celle-ci est
,,
d'autant plus faible que le bras de levier est important; ce rap-
'.,
port s'écrit' : MF= F x d.
---,, ,
'-

EumpIII humII..
IAlmusctes meuvent les articulations par l'I~. brai
de levier. lis 01 posMdent souvent des cols, des proœIIUS. dont
l'utliti est d'offrir des bras de levier suffisants aux muscles a ,
(PochoIIe, 1997). d~1
, ~ ,,,
: 1 ,
.. La trocIwIters du Nnu, ou les proceIIUS vert6IInuK .... sont . . ;.c.
_ _ _ Le col ftrncnl a pour fonction de permettre MIll lIIIIICMs cM b o 3t-:
l'MtlcuIatIon coxo-Nmorale cM travailler dans cM bonnes CDlIdIIIoo.
grIœ au br.. de JavIer crt6 (Le....nd6 et _.fOrada~ 1991). Il ait prtft-
rable cM PMIer cM moment de forat plut6t que de forat, _ Fig. 1-5 - Pour un pont·levis (a), les chaînes sont placées le plus loin possible
devant une sItuII1Ion d'Insuffisance. Il peul en effet s'~une Insuffi- des charnières. La distance d entre les deux représente le bras de levier de la
sance r6e1Ie, par perte de forat musculalra (donc • ren , ou d'une (orce déployée par les chaînes. Pour le corps humain (b), l'insertion des tendons
Insuffisance relative, par br.. de levier Insuffisant. Cette demltra atu.- est, au contraire, souvent proche de l'axe articulaire (d < D).
tlon pautlmposer une chirurgie de restauration du bras de JavIer. C"est
par exemple le ClIS lorsqu'une Mnche prtsente une malformation en
COKa valga.

9. Dans le système international l'unité de moment est le N.m et non le


Nm co mme on l'écrit souvent, par erreur.

d d'
«- ---'> 0('- - - - - - - - - - - - - - '>
F' Fig. 1-6 - (a) Le moment d'une (orce est
représenté par le produit Fx d. Dans cet
exemple, les deux moments sont égaux
(Fx d =F' X d'). (b) Le grand plateau (P)
du pédalier est moins efficace que le
petit (p) pour monter une côte.

a b
• _~ TAlES

• Rapports entre plusieurs forces


Dénomination de certaines forces
o Connhlres : forces ayant même support. c'est-à-dire même
direction, mais pas forcément même sens (fig. 1-7 a). Elles
s'additionnent algébriquement: F = F, + F,.
o Coplanaires: forces situées dans un même plan (fig. 1-7 b).
o Concourantes: forces ayant même point d'application
(fig. 1-7 cl.

L •• --
~.-.~_ .,.~
x
~/ d
. o tquipollentes: forces dont les diagonales des vecteurs ont
même milieu (fig. 1-7 dl.
Forces parallèles
lorsque deux forces F, et F, sont parallèles. l'intensité de leur
résultante R est égale à la somme algébrique de ces deux forces,
fis. 1-7 - FoIœs culilWiIes (~. coplanaires lb). COtICOUfiII/e5 (c). avec comme corollaire que R a le sens de la plus grande de ces
~. . . . . /tA
forces. le point d'application de R est celui qui sépare les deux vec-
teurs de façon inversement proportionnelle à leur valeur (fig. 1-8).
Couple de forces
C'est un système de deux forces. parallèles et de sens
contraires, appliquées à un même corps. Elles peuvent engen-
F~' R
drer soit un mouvement linéaire. de type cisaillement

<:\... (fig. 1-9 a). soit rotatoire, autour d'un axe (fig. 1-9 b). Ce dernier
est situé de telle façon que les moments des forces soient égaux

""-r-~
........::................ \ et si les forces sont égales, l'axe de rotation est équidistant des
.... ...
, points d'application de celles-ci. On appelle moment d'un cou-
fis. 1.. - forr:e5 p;I,./IèIes. F et ple le produit de la distance d séparant les droites porteuses des
p. et leur résultante 1. ..... V"F: forces de ce couple par leur intensité F. Cette distance d est la
plus courte possible entre les deux droites porteuses (perpendi-
culaire), elle est appelée le bras de levier du couple.
Dècomposition d'une force
Une force peut être remplacée par deux autres (ou dava n-
tage). concourantes et ayant une action commu ne équ iva lente
(fig. 1-10 a). Pour une force F donnée. une première force de
fis. 1-' - forr:e5 p;,rallèles décomposition F'. quelconque. est choisie (avec comme seule
cf. sms CDn/raires. F et p.
contra inte qu'elle ait le même point d'application que F); F'
...... en glissemenr.
permet ensuite de construire un parallélogramme ayant F
f1IC1'IOlIWIIl un
~(.). comme diagonale et F' comme côté. Le deuxième côté du paral-
OU en tOtItiotJ, lélogramme représente alors la deuxième force de décomposi-
ptr1IIOtpiIIIt un roupie (b). tion (FU)" (Blanchi. 2000).
Remarques. D' une part. une force de décomposition peut être
supérieure à la force F initiale. ou dirigée en sens opposé
(fig. 1-10 b). D'autre part. il est rare qu'un muscle ait une action
pure. Pour analyser les différentes actions. il est utile de les
décomposer selon les composantes. ou les axes. qui présentent
un intérêt. On peut:

.., • soit choisir la pesanteur (axe vertica l) comme centre d'intérêt


(e.g. l'action du tendon court fibulaire sur la malléo le latéra le
, explique le rôle antigravitaire de ce muscle) (fig. 1-11 a).

r. _II - CJécomposI/JOn d'une a --------~·<f/ • soit choisir l'axe de rotation de l'articu lation concernée en
raison des actions le concernant (e.g. l' action du muscle biceps
"" 1,... P et P . agmanl dans le / ,,
,..:.-, ~ ~ ou non Ib,_
, brachial . sur le coude. permet de comprendre sa composante
radiale coaptatrice et sa composante motrice tangentielle au
mouvement) (fig. 1-1 1 b).
Sur le plan pédagogique. on peut proposer une démarche én
dix points. détai ll és dans le tabl eau 1- t .

10. Dans le cas d'u ne ac tion musculaire trid imensionnelle, l'exem ple
est ptus complexe, il faut procéder pl an par plan.
BIOM~CANIQUE FONCTIONNELLE • 13

,. Choisir le muscle à étudier. le biceps brachial.


(fig. 1-12 a)

2. Choisir l'articulation mobile. le coude (et non 1'6paule).


(Pointer son emplacement.) (fig. 1-12 b)

3. Choisir le plan étudié (un seul plan il la fols). le sagittal, celui de la flexion
- S'assurer qu'il est dans le plan de la feuille de papier (c'est-à-dire (et non celui de la supination).
qu'il est vu perpendiculairement). (fig. 1-12 c)

4. Tracer la ligne d'action du muscle. De : en avanl de la t6te hu,",rale.


- Elle relie les deux insertions ou les points de réflexion (selon le À : la tub6ros1t6 radiale.
cas) ; (fig. 1-12 d)
- Cette ligne représente le muscle équivalent (celle qui illustre
l'action musculaire à ce niveau).

5. Choisir le point d'insertion mobile et celui considéré comme fixe le radius est choisi comme mobile.
(cf. Chaine ouverte et Chaine fennée, p. 21) Le segment brachial est considéré comme fixe.
(fig. 1-12 e)

6. Tracer le vecteur représentant la force déployée par le muscle, il Ce vecteur est appelé forea Fm (forea musculaire).
partir du point mobile. (fig. 1-12 f)
(La longueur du vecteur est arbitrairement choisie, faute d'en
connaître la valeur exacte.)

7. Déterminer la position du centre de rotation: Il est marqué en regard des épicondyles de l'hu,",rus.
- confondu avec le centre articulaire de l'articulation mobile; (fig. 1-12 g)
- représenté par un point ou une croix (l'axe de rotation est
perpendiculaire à la feuille de papier).

8. Mener une droite qui relie le centre de rotation et le point mobile : L'axe radiai est grossièrement dans le prolongement
- c'est le premier axe de décomposition de la force Fm; de la diaphyse du radius.
- il est nommé axe radial (rayon qui pivote autour du centre de (fig. 1-12 h)
rotation durant le mouvement).

9. Porter une perpendiculaire à l'axe radial, passant par le point L'axe tangentiel est grossièrement perpendiculaire à
mobile: la diaphyse radiale.
- cette droite détermine l'axe tangentiel (tangent au cercle décrit (fig . 1-12 i)
par le point mobile autour de l'axe de rotation) ;
- c'est le deuxième axe de décomposition du muscle.

10. À partir de l'extrémité du vecteur Fm, abaisser les La force Fr varie en fonction du sinus de l'angle a
perpendiculaires aux axes de décomposition (radial et tangentiel). entre la ligne d'action du muscle et l'axe du segment
Le point d' intersection de ces perpendiculaires avec les axes de mobile (Fr peut être coaptatrlce ou décoaptatrlce).
décompositions détermine l'extrémité des vecteurs de La force Ft varie en fonction du cosinus de l'angle a.
décomposition . (fig. 1-12)
L'un des vecteurs est appelé force radiale : Fr. L'ensemble forme un quadrilatère (dont la forme
L'autre est appelé force tangentielle : Ft. varie au cours du mouvement).
Au total, quelles que soient les variations de position des segments
osseu x, on a toujours la relation:
Fm = Ft + Fr.
• 8~ IMMlNTAlES

Composition d'une force


Deux forces peuvent être remplacées par une seule: ayant un
effet équivalent et nommée résultante (fig. 1-13). AinSI, deux
forces F et F' permettent de construire un parallélogramme, dont
elles forment les deux côtés adjacents". La diagonale ayant
même point d'origine que les deux forces est leur résultante. Elle
répond à la relation trigonométrique :
R= JF' + F"- 2 F x F' x cos a
Dans le cas de plusieurs forces, il existe deux méthodes pour
déduire leur résultante :
• Soit on construit d'abord la résultante R, des deux premières
(F, et F.), puis on construit la résultante R. à partir de R, et F3'
~ 1-11 - ù dicotrpo$iIion d'une fotœ F peut choisir 1. refétr!nœ .lI. et ainsi de suite (fig. 1-14 a).
" . . - . /Y«Iica1e : h , horizontale: IIJ), ou à un axe de roution (Fr) el à • Soit on peut, plus simplement, faire glisser chaque vecteur
rt!iliacR dew ~1e(FV.
parallèlement à lui-même en plaçant son point d'application sur
la pointe du vecteur précédent. La résultante générale (Rg) est
représentée par le vecteur ayant pour point d'application celui
de la première force et pour extrémité celle de la dernière force
(fig. 1-14 b).

TRAVAIL, PUISSANCE, ÉNERGIE


• Travail
Cette notion de physique associe la force et le déplacement.
Le travail est défini comme le produit d'une force par la distance
parcourue par le point d'application de cette force le long de sa
ligne d'action. L'unité de travail est le joule (J), lequel représente
le travail d'une force de 1 N dont le point d'application se
déplace de 1 m dans la direction de la force: 1 joule représente
donc un travail de 1 N.m. En matière de travail musculaire, la
contraction statique pose un problème du fait de l'absence de
déplacement. Celui-ci existe quand même, non au niveau des
i segments osseux, mais à celui des myofibrilles. De ce fait le ca l-
~ 1-12 - Dém.lrche en dix points. Choix: du muscle (a), de l'articulation (b), cul n'est plus possible de la même façon et l'on recourt à des
dl plm (CI, de la ligne d'action (d), du segment mobile (e), du vecteur (Fm), de
extrapolations : soit à partir de la surface de section du muscl e,
r_ de roulion (g), de ('axe radial (h), de ('axe tangentiel (i), et déduction des à laquelle on attribue une valeur unitaire estimée, soit en ca l-
bres radiale (Fr) el tangentielle (Ft).
cu lant le couple actif exercé par rapport à une articu lation. Bièn
souvent, on exprime le résultat en pourcentage d'action par rap-
port à la force maximale théorique de ce muscle (FMT, oU MVC
en anglais), ou par rapport à un autre muscle ou groupe mus-
--- R culaire.
--- • Énergie
fic. J -13 - Ilé5ultante 1/ de deux (orces Fet P.
--. La notion de travai l peut être reliée à l'énergie potentielle due
à la position ou à la configurat ion d' un objet : l'énergie poten-
tielle gravitationnelle d'un objet de masse m, situé à une dis-
tance h au-dessus d'un niveau de référence est E, = m x g x h,
où g est l'accélération due à la gravité. L'énergi e potentiell e
d'un ressort de raideur k déformé d'u ne longueur c est
E, = k x e'/2. L'énergie cinétique est une autre poss ibilité, ell e
b peut être linéaire et/ou rotationn elle. L'énergie cinétique totale,
mesurée au centre de masse, d'un corps cie masse m animé
~h dr- m mposltJ()(l de (orces (pointillés) par construction de
'f., po~n 'iJJ, ou par gltssement de chacun de leur
11 . Dans le cas particulier de deux forces parallèles: cf fig. 1-8.
BIOMtCAN'QUE FONCTIONNELLE • 15

d'une vitesse linéaire v et d'une vitesse angulaire {J) est:


E, = m x v' /2 + 1 x m'12, dans lequel 1 représente le moment
d' inertie en kg.m'. L' unité de mesure de l'énergie est le joule .

• Puissance
Elle représente la quantité de travail ou d'énergie dépensée
par unité de temps. La puissance fournie par une force est le
produit scalaire de cette force avec la vitesse du point d'appli- Fig. 1-15 - Centre de Braviré (0) d'un objer homogène, régulier er symétrique (a
cation de cette force: P, = N x m x v. La puissance fournie par er b), d'un objer asymérrique : marleau (c) ou équerre (d).
un moment est le produit sca laire de ce moment avec la vitesse
angulaire : Pm= N x m x 00. L'unité de mesure de la puissance
est le watt (W ) représentant le travail effectué ou l'énergie
dépensée au rythme de 1 joule par seconde (1 W = 1 J.5"').

CENTRE DE GRAVITÉ (OU DE MASSE)

Sur un corps de masse m donnée, des forces s'exercent,


notamment celle due à l'attraction terrestre. On appelle centre
de gravité (CG)", le point fictif qui permet de regrouper toutes
les forces auxquelles est soumis ce corps en un seul point. On
emploie aussi le terme de résultante du centre de gravité (RCG).
Ce dernier subit l'accélération gravitaire, dirigée verticalement
de haut en bas (c'est-à-dire vers le centre de la Terre). 5a for-
mulation est: P = m x g.
Dans cette formule, P est le poids (en newtons), m la masse
(en kilogrammes) et g l' accélération due à la gravité terrestre
(soit 9,81 mètres par seconde au carré: m.s-'). Ainsi, une per-
sonne ayant une masse éga le à 100 kg (environ 981 N) a un
poids de 100 x 9,81 = 981 NI].
Dans le cas particulier d' un solide parfaitement homogène,
régu lier et symétrique (fig. 1-15 ab), ce point correspond à
Fig. 1-16 - Centres de Braviré (CG) selon
l' intersection des différents axes de symétrie (pa r exemple le
Dempser (à Bauche: CG segmenraires ;
centre d' une boule de pétanque ou le centre d'un cube). à droire : CG des membres).
Cependant, généralement, le centre de gravité ne correspond
pas au centre géométrique du solide (pa r exemple pour un
martea u, fig. 1-15 cl . Il peut même être si tué ca rrément à
l'extéri eur du solide (par exemple dans le cas d'une équerre,
fig. 1-15 dl.
En ce qui concern e le corps humai n, le centre de grav ité en jeu d'un moment favorab le". Il fait intervenir la force F, la
général est si tué légèrement en avant de 52 (deux ième vertèbre résistance R et un axe de rotation 0 , permettant d'étudier le
sacrale)"'. Chaque segment corporel possède son centre de gra- moment M. Il ex iste trois types de leviers, selon la position res-
vité, ce qu i fait l'objet de tables norm at ives de référence pective des trois données F, R et O.
(fig. 1-16) (D empster, 1955, 1959 ; Winter, 1994) (voir An nexe
III, p. 562 ). • Levier inter-appui (premier genre)
C'est un lev ier dans lequel l'axe de rotation (l' appui) est situé
LEVIERS entre la résistance et la force (fig. 1-17 a). Il est favorable à
l'éq uilibre, pour peu que les bras de levier ne soient pas trop
Un levier est un système mécanique dest iné à augmenter différents. C'est la raison pour laquelle on l'appell e parfois levier
l'effet d' une force, par rappo rt à une résistance, grâce à la mise d'équilibre. Celui-ci est réalisé lorsque: Mf = M" autrement
dit: R x dR = F x dF, sinon, le mouvement se produit dans l' un
12. Ou ce ntre de milsse, o u baryce ntre. Le terme « centre de gra vité » ou l'autre sens selon que M, > M, ou inversement.
(CG) est l'appellation cou rante ct intcrnati o n.,lc. Elle désigne le centre
de lllilSSC p.l r référence J la no ti on de griw ité terrestre.
11. Danc; les nombreux cal culs qu i suivent, no us prendro ns
g = 10 N.s } par soue 1 de simp lifi cat ion .
14 . Il peul ['Ire détermin é cl iniquement par 1.1 balance de Lowell (rap-
port de· mornc'nt ('nl re Ir suj et, debout, pui s cou ché. ct la ba lJncc qui 15. « Donncz· moi un levier suffi sa nl et je soulèverai le monde •. Archi·
enrC'gi" tr(' son pOids). mède (287-2t2 av. J-C).

P,

~
~
~ 1-1; - L_ _
..
,.."""i
c
R F
(a), ex""fIIe de la balance A deux plateaux (b) el
• Levier inter-résistant (deuxième genre)
C'est un levier dans lequel la résistance est située entre l' axe
......... ........ /c) (II =réisunce, F =fotce). de rotation (l'appui) et la force. On le nomme parfois levier de
force puisque, par définition, celle-ci possède un bras de levier
F F toujours supérieur (fig. 1-18 a). L'équil ibre est toujours tradUit
par la relation : R x dR = F x dF.

R
.. F

b R

c
R

fit!. 1-18 - Levier inlf!r-résiJ/ilnt (a), exemple de-id brouetre lb) el exemple du
~ IC), k sujet éIa"'iillis.

F
• Levier inter-force '6 (t roisième genre)
C'est un levier dans lequel la force est située entre la résis-

L tance et l'axe de rotation (l'appui ) (fi g. 1-1 9 a). C'est un levier


défavorable puisque, par définition, le bras de levier de la force
est toujours inférieur à celui de la résistance.
Cette disposition est valable lorsque l'effort est minime, et non
dans les efforts importants. Sur le plan humain, c'est pourtant le
type de levier le plus fréquent (fig. 1-1 9 b). Ce choi x est motivé
R
il b par trois avantages (fi g. 1-2 0 et cf. fi g. 1-5) :
• Un gain de place maxi mal par rapport à l'encombrement des
~ 1-19 - Levier inter-force (a), coûteux, el S<Jn exemple humain (b). structures musculaires. Un bras de levier plus long représenterai t
une aberrati on morphologique.
• Une course musculaire assez réduite pour un dép lacement
di stal important. En effet, la pa rti e moyenne de cette course
représente la longueur d'équ ili bre du muscle (inféri eure de 15 %
à sa course totale). Elle correspond au secteur de fo rce, c'es t-à- 1
dire que c'est elle qui offre le max imum d'ancrages, au niveau
sarcomériqu e, entre les têtes de myosi ne et les ponts c1'actine.
• Un ava ntage en ce qui concern e la vitesse du déplacement
segmentaire: à un fa ible déplacement au nivea u de l' insertion
musculaire correspond un dép lacemen t plus importa nt de
l'ext rémité segmen taire, da ns le même laps de temps.

16. On dit aussi inter-moteur ou inter-puissa nt.

-------- -
BIOMtCAN IQUE FONCTIONNELLE • 17

• Effet came
C'est une expression, issue de l' industrie" (le corps humain
ne possède pas de moteur rotatif, excepté le flagelle du sperma-
tozoïde), employée en mécanique humaine pour désigner
l'action d'une force sur un bras de levier changeant de longueur
au cours du mouvement (fig. 1-21 ). La came se compose de
deux éléments :
• Un piston (mouvement linéaire) couplé à une roue (mouve-
ment angulaire) par l' intermédiaire d' une bielle. Il provoque la Fig. 1-21 - Effet came dO à la rotation d'une surface à axe excenrré.
rotation de la roue, comme dans le cas des locomotives à vapeur
(cf fig. 2-22).
• Une came placée sur la roue, ou bien l'excentrage de cette
dernière.

POULIES

• Définition
Une poulie est une machine simple destinée à modifier le
sens d' une force, sans en changer l' intensité ' • (fig. 1-22).

• Composition
Fig. 1-22 - Poulie: modification de la direction d'une force sans changer
Une poulie est composée d'un axe, où les frottements sont sa valeur.
négligeables (roulement à billes), et d'une roue (réa) dont le bord
périphérique, épais, est creusé d'une gorge afin de donner pas-
sage au filin du système.

17. En industri e automobile, l'explosion des gaz comprimés provoque


le mouvement des pistons qui, agissant par des bielles réparties sur un
vi lebrequin, ali mentent une rotat ion continue de l'arbre, dit « à cames ~I
permettant de régler le jeu des soupapes.
18. Il est admis que l'on néglige les forces d'appui et de frottement liées
au montage.

Fig. 1-23 - Utilisation d'un système de


poulies: pour un téléski (a), pour les
coulisses fibreuses des doigts (b), pour une
a réflexion osseuse ou sur un rétinaculum (cl.
ou pour une réflexion de type sésamoïde (dl.
• • ~. FONDMOENTAlES

• UtIlisation
c La poulie fixe
Seul le filin est mobile. De ce fait, les deux extrémités du filin
subissent le même effort (F, et F,), et la poulie l' équilibre par
une réaction R telle que R = F, + F, = 2 F (dans le cas de forces
F' P' parallèles, sinon il faut faire intervenir le cosinus de l'angle
formé) (fig. 1-24 a, b).

La poulie mobile
p
Elle fait partie d'un système où une extrémité du filin est fixée
et l'autre actionnée par la force, la poulie supportant la charge
(fig. 1-24 cl. Si les vecteurs sont parallèles, cela permet de divi-
ser l'effort par deux puisqu' il est partagé entre le point fi xe et
l'action de traction sur le filin (en cas de non-parallélisme, il
faut tenir compte du cosinus de l' angle formé par le vecteur et
Re- 1·24 - 1'r1uI~ fiJœ, ~ fili". p;ua11éle5 (a) ou IlO/l (/J). Poulie mobile (c). Le la verticale en jeu). le corollaire est que le déplacement de la
poitIJ , .., équiIbP par" fotr:e , - ou deux ~ Pel'" deux lois moindres.
charge est deux fois plus faible que celui de la force. l 'adjonc-
tion d'une deuxième poulie divise l'effort par quatre, d'une troi-
sième poulie le divise par huit, etc.

La moufle
C'est un assemblage de plusieurs poulies, ce qui permet de
diminuer considérablement l'effort pour vaincre une charge
lourde (fig. 1-25). le système moufle est utilisé dans l' industrie
du levage : l'addition de ces poulies constitue un appareil
nommé palan dans lequel les poulies sont généralement placées
côte à côte. l 'inconvénient est que, le déplacement de la charge
étant fortement diminué, il faut bea ucoup tirer sur le fil in (avec
un treuil) pour soulever suffisamment la charge.

Re- 1·25 - Système palan. COURSES


u forœ Fest divisée par le
notri>re de brins sur les On appelle course le débattement parcouru au cours du mou-
poulies mobiles (ici quatre). vement, soit par une articu lation, soit pa r un muscle.

• Course articulaire
l es mouvements engendrés par les articulations humai nes
sont essentiellement de type angulaire (rotation autour d' un
axe). l es composa ntes li néai res, quand elles existent, sont négli-

/:;1~' \~
~:_'-)'-')
geabl es quantitativement pa rl ant. Selon que les deux segments
osseux d' une art icu lation sont en position rapprochée, interm é-
diaire ou écartée, on pa rl e de cou rse interne, intermédia ire ou
extern e. l 'ensemble de ces trois courses se nomme course tota le
(fig. ' ·26). Il ne faut pas confondre le secteur d'une course arti .

~
'
culaire avec le mouvement qui s' y opère. Ainsi lorsque, aya nt
le bras ini tia lement en élévation antéri eure, on le ramène verti -
fis. 1·2,\ - Courses angu/aores articu/aires (exemple /
~ (fAll'J1- "Pme ln moyenne (m), exteme (e) "
ca lement vers le bas, on effectue une extension (mouvement
vers l' arrière) en étant dans le secteur de fl ex ion (secteur anté.
ri eur au pl an front al de l'épaule) (fi g. ' ·27) .

• Course musculaire
Le muscle étant une structure pouvan t être éti rée ou ra cCour.
cie, sa va ri ation de course est li néaire (fig. '·28).
BIOM(CANIQUE FONCTIONNELLE • 19

Muscle monoarticulaire
l'activité d'un muscle monoarticulaire est liée au débatte-
ment articulaire. Sa course est donc équivalente à celle de l'arti-
culation. la course moyenne est le secteur de force du muscle,
pour deux raisons: d'une part, elle correspond à la position pour
laquelle il existe un maximum d'ancrages, au niveau sarcomé-
ri que, entre les têtes de myosine et les ponts d'actine ; d'autre
part c'est souvent dans cette situation que l'angle d'attaque du
tendon sur l'os est le plus proche de 90°. la force est alors inté-
gralement mobilisatrice puisque sin 0: = 1. D'où les positions
préparatrices à l'action, de type « en garde », qui privilégient Fig. 1-27 - Mouvement d'extension (e) du membre
toutes les courses moyennes, propices à la détente (pour bondir) supérieur en secteur de fle.ion (F). Le secteur
ou à l'amortissement (réception d'un poids) (fig. 1-29). d'extension (f) est en arrière du plan de l'épaule.

Muscle polyarticulaire
la course totale d'un muscle polyarticulaire est toujours infé-
rieure à la somme des courses totales des articulations croisées
par ce muscle". l'étirement musculaire est souvent réalisé en
épuisant la course articulaire d'une articulation et en dosant
l'étirement restant avec la seconde (ou les autres) (fig. 1-30). m

• Association courses linéaire et angulaire


L._••••••••-~ e Fig. 1-28 - Course linéaire
le rouet, la machine à vapeur à balancier et le muscle avec r musculaire : interne (i),
l'articulation sont des exemples d'association des deux types de moyenne (m), externe (e).
course. la course musculaire, linéaire, et les déplacements,
angulaires, forment une association typiquement fonctionnelle.

(HAiNES

• ChaÎne cinétique
le terme de chaîne évoq ue l' idée de succession, que ce soit
une chaîne de montagnes ou une chaîne composée de plusieurs
maillons. l es différents segments articulés du corps humai n sont
mus par des muscles associés à des articulations au sein d' une
chaîne cinétique. la plus grande résistance d' une chaîne est
cell e de son maillon le plus faib le.

Exemples
Sur le ptan musculaire, lorsque l'on tire un levier, il impo'1e peu
que les extenseurs d'épaule soient surpuissants, si les
fléchisseurs du coude sont défaillants (exemple d'un tireur à
l'arc). Il en est de même sur le plan articulaire.
Fig. 1-29 - Position . en
garde . privilégiant les courses
moyennes afin de mieux
• ChaÎne articulée préparer j /'aclÎon.
Elle est composée d' un certain nombre d'articulations, addi-
tionnant leurs mobilités au cours d' un mouvement donné. Cela
permet de di viser la parti cipation de cha cune d'elle: plus la
chaîne arti c ul ée est longue, mo ins la parti cipati on de chacune
sera importa nte.

19. D 'ln'. I,l prdtlqU(', 1(· muc,(\e rcc;le .1insi en course moyenn e.
fis. l-lO - c...... _ d'un trMde biatticulaire: on pI.œ rune
des deux
MIiaJIJtions Iœ/Ie au diba_ le plus faible) en a/UtSe _11), et on
~ le u"'flIé""w d'étirement avec œ/Ie dont le dibatternent est le plus
1lÛlle12l.

~ 1-31 - L '~utomatisme ocu/océphalogyre entraÎne un suivi rotatoire (a) sollicitant les yeux (b), le cou (e), le tronc (d), puis les membres inFérieurs (e). Comparez
~ la fig. 13-36.

• ChaÎne musculaire série


Elle est composée de muscles alignés en succession tout au
long d'une chaîne articulée, et situés du même côté que les axes
de mobilité (fig. 1-32) (Cochet et Lassalle, 1992). Il s sont ainsi
placés en séri e et permettent une activation rapide et ample du
point distal, ce qui privi légie la vitesse et l'ampli tude, c'est-à-
dire l'accélération . L'action s'oriente généra lement en une
trajectoire cu rviligne, centrée sur un r>ivot proximal (souvent
les articu lations scapulo-humérale ou coxo-fémorale).

Exemple
Dans un coup droit au tennis, le poids de la raquette étant
négligé, le coup est violent et permet un déplacement
important lors de la frappe. Un geste identique ne pourrait
avoir lieu avec une masse de 20 kg (une charge de 200 N) en
résistance distale. C'est le muscle (ou groupe de muscles) le plus
proximal qui est le plus sollicité (il a le bras de levier le moins
fi ' ...!1 - Û UlilifltF: sér~ iJ55Urant le coup droit au tennÎs lui confère une favorable par rapport à la résistance distale). En cas de
,-,n-ILAH,.."", dtSIJk difficulté, on observe d'ailleurs une compensation sous la forme
du recrutement d'un segment supplémentaire en proximal (par
exemple au niveau du tronc).
BIOM~CAN1QUE FONCTIONNELLE • 21

• Chaîne musculaire parallèle


les muscles s'associent en parallèle, se situant de part et
d'autre des axes de mobilité des différents segments. Cela donne
à chacun un bras de levier relativement constant qui s'addi-
tionne avec celui des autres muscles, privilégiant ainsi la puis-
sance et l'exécution en force, au détriment de la vitesse. la
conséquence est que la trajectoire s'oriente généralement vers
une résultante rectiligne, chaque segment étant également sol-
licité, sans compensation possible. Un cas particulier est repré-
senté par les muscles biarticulaires en parallèle, qui agissent
simultanément pour réaliser une extension des segments
concernés, ce qui peut sembler paradoxal et porte le nom de
paradoxe de Lombard'o (fig. 1-33) (lombard et Abbot, 1907,
Kuo, 2001).

Fig. 1-33 - La chaine parallèle est relrouvée dans le paradoxe de Lombard.


Couple droit fémoral / ischio-jambier> de la grenouille montrant la conservation
de la COU"" moyenne des muscles (a), el l'équivalent chez l'homme montrant
le rapport des bras de levier respectifs (b).

• ChaÎlle musculaire ouverte


Une chaîne est dite ouverte lorsque l'une de ses extrémités,
au moins, est libre ou suffisamment peu résistante pour que le
Fig. 1·34 - La chaine fermée tend à aligner des segments dont les extrémités
mouvement s'opère sans difficu Ité. le mouvement peut être
sont résistantes. Ici : l'appareil extenseur postérieur du genou en position assise.
disto-proximal (cas le plus fréquent) ou proximo-distal, sans que Ischio-jambiers (F,), gastrocnémien (F), résultante d'extension du genou (RI.
cela interfère avec cette définition".

Exemple
Lorsque l'on fait un salut avec la main, 1'6paule est un point fixe
et la main se d6place dans l'espace. • ChaÎne musculaire fermée
Une chaîne est dite fermée lorsque ses deux extrémités sont
fixées ou suffisamment résistantes pour que le mouvement
s'opère entre celles-ci. Cette notion a été définie par Scherrer
(198 1)".

20. Ce paradoxe a été défini par Lombard en 1907. En étudiant la pane


des grenouilles, Lombard a pu montrer qu'« un muscle peut faire une Exemple
extension d' une articu lation alors qu'il est un fléchisseur de celte arti- Lonque l'on tente d'emptcher une charge de reculer sur un
culation ». Lombard donnait trois conditions pour réa liser une telle plan incliM en s'intercalant entre elle et un point d'appui (par
action: (1) il faut que le bras de levier le plus grand soit à l'extrémité exemple un mur), le mouvanent est faible et affecte le genou
où le muscle est extenseu r ; (2) il faut deux muscles antagonistes biarti- qui tend Il se mettre en rectitude (fig. 1-34). Dans une chaIne
cu laires; (3) chaque muscle doit avoir une force suffisan te pour va incre musculaire fermée, soit le travail est proche du statique, soit
les forces passives résistantes de l'a utre muscle. Lombard a aussi étudié c'est l'articulation interm6diaire qui se mobilise (dans le cas
le passage de la position assise à la position debout ; il a bien montré évoqué: c'est le genou qui bouge, entre un pied et une hanche
que la plupart des muscles du membre inférieur participaient à l'exlen· fixes) .
sion (G regor et co ll., 1985; Andrews, 1987; Zajac et co ll. , 2003).
21. Dans la vic cou rante, la plupart des mouvements des membres supé·
ri eurs sont effectu és de façon disto·proximale. Le sens opposé (proximo-
distal) est souvent le fd lt d'une résistance dure à va incre, ce qui fait par·
1er de chaîne fermée . Cette identité ne correspon d pas à la définition 22. Scherrer (1981) estime qu'on peut parler de chaîne fermée à partir
donnée par Stcmdlcr 11955), mais on peut légitimer son emploi du fait du moment où la résistance de l'extrémité mobile est supéri eure à 15 U'o
de l'usage. de la force max imale de la chaîne musculaire, ce qui est théorique.
• ft.\s[<;

• Chaine musculaire dite semi-fennéf! IUARENCES M~CANIQUES


On peut paraphraser Alfred de Musset et dire q~'iI faut q.u'.une
ine soit ouverte ou fermée. " existe des cas Intermédiaires, DtFORMATION
ma' leur classification est délicate: parler de chaîne semi-fer-
mée n'a guère d' utilité pratique. La simplification l'emporte et Elle résulte de l'action d'une force sur une poutre. lorsqu'il
rOll assimile la notion de chaîne fermée à celle de mouvement n'y a pas déplacement, il ya modification de la forme ~ous l'effet
pro>.imo-distal. ou dès qu'il Y a résistance. de la force agissante (Van der Bogert, 1994). la deformatlon
(strain, en anglais) est le rapport entre la dimension initiale (par
exemple une longueur 1) de la poutre et la longueur obtenue
sous l'effet de la contrainte (1 + dl), ce qui, dans le cas d' une
traction, définit un pourcentage d'allongement (fig. 1-35). Soit
la formule:
%=~x100
1

NoTIONS COMIUMENTAlRES
• Notion de triade cinétique
Elle met l'accent sur l'unité fonctionnelle os-muscle-articula-
lion.

• Notion d'ajustement postural


Elle fait référence à deux notions physiologiques :
• Le tonus: c'est une manière d'être. Cet état contractile per-
manent du muscle strié, en dehors de toute activité, est non ISOTROPIE
compétitif, économique et sujet à de faibles variations, fonction
du contexte. le tonus répond à un état de tension adapté (euto- Un matériau est isotrope lorsqu'i l est homogène et que la
nie"), qui ne tolère ni hypertonie, ni hypotonie. réponse donnée à une même sollicitation est identique, quelle
• La force musculaire: c'est une manière de faire. C'est une que soit la direction de la sollicitation.
notion de puissance, compétitive, coûteuse.

• Notion d'ajustement cinétique


" est le fruit de deux types d'adaptation : le feed-back, ou
rétroaction (d fig. 2-22), et le feed-forward, ou rétroaction
~ (d Stabilité ttynamique).
lMmpIe lIurnMI
L'os n'est pas homogène et réagit bien surtout aux pressions
exerdes dans le sens de ses travées osseuses.
• Notion de pattern
le terme anglais pattern désigne un modèle, ou un patron,
au sens où l'entendent les couturiers. Il s'agit donc ici d' un LOI DE HOOKE
lIIOdèIe préétlbli concernant un programme moteur. Cela
<anceme les actions basiques, les schémas moteurs é lémentai - Elle définit le rapport entre contrainte et déformation . Pour
res (le déroulement de la marche en est l'exemple le plus évi- un solide, ce rappo rt est trad uit par une cou rbe, présentant trois
dent. /Viel, 2(00). parties (fig. 1-36) :

• Notion de squelette fibreux • Une partie initiale, assez courte, appelée portion viscoélasti-
que, qui exprime la mise en contrainte progressive du ma téria u.
Le terme est utilisé pour nommer l'ensemb le des structures • Une partie moyenne, plus longue et grossièreme nt linéa ire,
,..~ qui constituent la masse importante des zones d'inser-
dite élastique, qui retient l'attention car elle traduit la phase de
r. œ plaquage, de régulation des tensions des loges muscu- proportionnalité de la déformation sous l'effet de la contra inte.
""\ ;r-; --.: les fascias et aponévroses.
Dans toute l'éte ndue de cette portion, la déform a tion est réputée
réversible.
~ l ~~ ,j,-~, • honne ~. et tonus, c tension .) est un terme uti - • Une troisième partie, qui s' incurve vers le bas, appelée plas-
t:.I ;. ( ..hl> tiu t/ dvitd psoyc.hocorJX)rel. notamment dans la tech- tique. Ell e traduit l'appa ritio n d' une défo rmatio n p lastique irré-
(;-~ ,-" ,.,,0!1H
versible.
BIOMtCANIQUE FONCTIONNELLE • 23

la courbe a une pente plus ou moins ascendante selon que


le matériau est plus ri gide ou plus souple. Elle se termine par la
rupture du matériau, qui peut se faire brutalement (comme dans Fig. 1-35 - Lorsqu'un solide de
le cas du verre), ou par paliers (comme dans le cas d'un arbre longueur 1est étiré, il s'allonge
que l'on abat), ce qui traduit les microfractures successives d'une valeur "" . Le rappo<r J1lA
annonçant la séparation finale. définit le pourcentage
d'allongement.
la loi de Hooke s'écrit (cf. module de Young) : (} = E.E

RIGIDITÉ OU MODULE DE YOUNG (E)


Appelé module d'élasticité longitudinale, il est propre à c
un matériau donné et caractérise sa capacité d'a l longement
suite à un essai de traction sur une barre cy lindrique. Dans
le système international (SI), l'unité du module de Young est
le pasca l (noté Pa, 1 Pa étant égal à 1 N/ m'ou 1 N .m-'). le
module est symbolisé par la lettre E. Cela se traduit par la
formule:
(}
E
M
T
dans laquelle (} représente la contrainte et ~ (noté le plus sou-
vent E, epsilon) l' allongement relatif de la barre sous la
contra inte de traction (}. o
Fig. 1-36 - Courbe contrainte le, en 0 donnée)1défonnation ID, en abscisse).
La portion initiale traduit la mise en contrainte. La portion linéaire est dite
RElAXATION élastique (E, déformation réversible), sa pente détermine la raideur du matériau.
La portion terminale, curviligne, est dite plastique IP, déformation irrévmible);
Il s'agit du retour à l'état d' équilibre initial après cessation
elle se termine par la rupture IR).
d'une contrainte sur un solide. Ce terme est valable d'une
manière générale: après compression d'une éponge (solide faci-
lement déformable), celle-ci reprend sa forme initiale, il y a
relaxation. De même, après chauffage d'un corps, celui-ci se
refroidit et l' on parle alors de relaxation thermique. Dans le
contexte de l'a ppareil locomoteur, ce term e concerne les con-
c
traintes méca niques. Un os comme la côte, très déformable du
fait de sa triple courbure, a un grand pouvoir de relaxation (ce
qui est favorable à l'économie respiratoire). ,
,
HVSTÉRÉSIS 1
,,
1
Ce terme, du grec husterêsis24 signifiant le manque ou le
retard, caractérise le 'décalage entre la courbe de mi se en 1
l
contrai nte et la courbe de retour après cessa tion de celle-ci. Il
ya hystérésis lorsqu'i l ya un retard de la courbe de retour, c'est-
, ,1
à-di re que pour une même va leur F de la force contraignante,
o o
la va leur de la déformation est plus grande pour la courbe de
d ', d',
retour que pour la courbe aller" (fig. 1-37 a).
Fig. 1·37 - Courbe contrainte-déformation. la) Le décalage de la courbe retour
définit l'hystérésis (pour une même valeur de contrainte, la déformation est plus
importante : d, > d,). lb) Le décalage à l'arrivée définit la rémanence, quantité
de déformation irréversible Id'} > d',).

24. Le mot grec désigne la matrÎce (utérus) et, par extension, un com-
portement dit « hys tériqu e» (l' hystérie était attribuée anciennement au
sexe, plu s spécia lemen t féminin) est un comportement un peu décalé,
ce qui est le cas de Céli e courbe de relour.
25. La surface déli mitée par la courbe aller el la courbe relour reprêsenle
la dépcrchllon de chaleur, responsable d' un rendement toujours large-
ment inténeur à 1.

• Deux poutres A accolées (mais non solida ires) ont une épais-
ENCE
seur 2E et une résistance 2R.
É -moIosiquemenl, cela COiiespOilCU • ce qui reste ' . Il s'agit • Une poutre B d'épaisseur 2E a une résistance R'.
donc œ la quantité de"'w da • laid"', après cessation
• Deux poutres A accolées et solidaires ont une épa isseur 2E
d'unt" cootrainte. l e llOUIII!I4tat d'~ilibre est différent de l'étar
• • 1. Par exemple, en matière de traction, on parle d'allonge- et une résistance R'.
ment rémanent (frg. ' -37 bl. Conclusion
Lorsque deux éléments sont solidaires, la résistance est élevée
COEFAOENT DE PotSSON au carré et non simplement doublée.

Ce coeffICient met en rapport la déformation transversale et


2R R' R'
la déformation kqJitudinale d'un matériau soumis à un essai
de traction. t.onque le matériau s'allonge, son allongement
s'ac~ d'un ~issement dans les directions perpen-
diculùes à celle œl'allongement (pour une déformation Ion·
gitudinale positive, la déformation transverse est négative) :
d'----:.....,,2EI....-:....jl 1
c
1 [---:---1
v = Iltransverse Fig. 1·38 - Une poutre A a une épaisseur Eet une résistance R. Deux poutres A
Il longitudinale et 8, similaires, fotment un ensemble d'épaisseur 2E et de résistance 2R. Une
poutre C d'épaisseur 2Ea une résistance de R'. Si les poutres A et 8 sont collées,
Ce coefticient est désigné par la lettre grecque v (nu). la let-
leur résistance est aussi R'.
tre Il exprime la déformation. Le coefficient de Poisson, étant un
rapport œ
deux longueurs, est un nombre sans unité'6.

MODULE DE COULOMB • Intérêt de la différence de nature


des matériaux
Le module de Coulomb est défini dans le domaine élastique
d'un matériau par un essai de torsion d' une barre cylindrique. De ux ma té riaux ide ntiques répondent de la mê me ma niè re à
Dans le système SI, l' unité du module de Coulomb est le pascal la même soll icita tio n. De ux ma té ri a ux de modu les de Yo ung
lPa, équiva lant à des newtons par mètre carré : Nlm2 ou N.m-'). diffé re nts réagissent c hac un à sa ma nière (Hewitt et coll., 1999).
le module de Coulomb, noté par la lettre G, est défini par la Conclusion
relation :
Quand un maté ria u, comme l'os, est spécia lisé da ns la com-
G =..L pression, e t qu' un a utre, comme le muscle, est spécia li sé da ns
91 0
la tractio n, le ur actio n conjoi nte associe le urs capaci tés de
dans laquelle C représente le couple de torsion imposé à la réponse, comme l'explique le poi nt suivant".
barre, 9 le rapport entre l'angle de torsion dû a u couple C et la
longueur initiale de la barre, et 10 le moment pola ire de la section • Constat dans le cas d'une compression
droite de la barrel' . décentrée
Le déséquil ibre d' une c ha rge te nd à provoquer une flex ion
POUTRE COMPOSITE la té ra le, laquelle est contreba la ncée par un systè me de hauban .
Ce ha uba n peut être intégré à la poutre sous forme d' a ll ianc e
la. définition, tirée de celle de Rabischong et Av ril (1965), est
entre un muscle (prenan t à sa charge la partie tracta nte de la
la survante : « une poutre composite est une association de deux
contrai nte e n flexion) e t un os (conse rva nt la se u le contra inte
matériaux différents, unis solidai re me nt et q ui partagent les
e n compression).
contraintes auxquelles ils sont soum is e n fo nctio n de leu r
module d'é lasticité et leur mome nt d' inertie" •.
On peut exprimer les choses en me ntion na nt les points suiva nts.
Exemple ....nlque
• Intérêt de la cohésion des matériaux le bras d'une grue tendrait à fléchir sous la charge distale. Pour
éviter cela un dble est tendu à sa partie supérieure pour
• L ne poutre A d'épaisseur E a une résistance R (fig. 1-38). s'opposer à la traction, le bras de la grue recevant la
compression (fig. 1-39 a).
Exemple humain
li>'.tII.." ltld.ullf, ce coelf,cient est de 0,3 pour les métau x, de 0,45 Sur I~ plan humain, ce système est typique de l'organisation
c0,1'0 ~..JU( t os, et de 0,5 ~r Je caoutchouc, donc assez voisin .
fonctIonnelle musculo-squelettique, il remplit les différents
r l .....t"'~.JI'l mathématique du moment polaire est la suiva nte : rOles évoqués ci-dessus (fig. 1-39 b).
s
ID,.
' -:1' rl..".1aquM1e D est le diamètre initial de la barre.

##' J"..... "'~ne veut pas (orcément d ire accolés: on trouve


29: D~ n s la, const~~ct ion: on~ trouve un exemple da ns le béto n précon.
~~ ~ U JfptJ humain de structures solidairement unies
traml ° le ?eton r;Slste ~I en a la compression, ta ndis que l' acier inséré
'" ~ 6u,,-r,; r I" ,j". ,odufre, .'
dans le beton precontraint est fa it pour résister à la tractio n.
BIOM(CANIQUE FO NCTIONNELLE • 2S

Fig. 1-39 - (a) Les bras d'une grue auraient tendance à


fléchir SOUS la charge et le contrepoids. L'adjonction de
cibles de trac/ion, à la partie supérieure, équilibre l'effet
pervers de la flexion. (b) L'os, seul, se brise à la flexion .
Avec un muscle solidaire, l'os prend la c0mpte55ion a
sa charge, le muscle réagit à la traction. Le pointillé
figure la ligne moyenne. (c) La co<ontraaion de deux
muscles anldgonistes enchâsse ros dans une gaine
contraaile agissant en étau, et le protège.

POUR CONCLURE
Les rôles de la poutre composite sont:
PRÉCONTRAINTE
• Augmenter la section globale de la poutre.
• Dissocier les modules de Young des structures qui associent
La déformation d'une poutre, sous l' effet de contraintes, peut
leurs efforts.
• Déplacer la fibre neutre hors de l'os. engendrer des conséquences néfastes (rupture). En consé-
• Diminuer la valeur totale des contraintes. quence, on conçoit qu'une précontrainte initiale, en sens
• Annuler les effets dangereux de certaines contraintes. inverse, constitue un avantage pour la résistance de la poutre.

CO-CONTRACTION

Parfois assimilée à la notion de poutre composite, elle s'en


distingue. Elle s' inscrit dans un double rapport: celui d'un
groupe musculaire avec l'os dont il est solidaire (poutre compo-
site) et celui de ce groupe musculaire avec le groupe antago-
niste, ce qui réalige un « effet d'étau >. Ce derni er aspect est
intéressa nt ca r il « manchonne , le segment osseux de toute Exemple hulMln
part, accro issant ainsi le diamètre général (protectio n) et la rigi- Une ve~ de forme grossi6rement c:y\indriqutt. aUrlh ·
dité de l'ensemble (fi g. 1-39 cl. Sur le plan physio logique, cela tendance' subir la pression axiale en diminuant sa hauteur et
en augmentant ses dlamttre5 ~UlL Sa drconftrellce est
correspond au fonctionnement en chaîne parallèle. En cas de préalablement r6trtde en son milieu. ce qui lutte contre
fracture, i l assure l' impactio n des fragments, favorable à la cica- l'affaissl:ment (cf. fig. 15-58)_
trisation (Huijing, 1999).

FERME FATIGUE

Le terme de fe rme est un terme d'a rchitecture. Il concern e La fatigue est la diminution de rési stance d'un matéria u du
l'assemb lage de tro is éléments de charpente, destinés à soutenir fait de la répétition de contra intes, inféri eures à la valeur de
un toit. De part ct d'a utre, on trouve deux arba létriers (obliques) rupture mais qui , ajoutées les unes au x autres, provoquent des
et, ent re eux, un entrait (tra nsversa l), empêchant l'éca rt ement mi croruptures (Coblentz et coll., 1978). La rés istance à la fa tigue
de leu r base (cf. fig. 8-18). Celle image concern e spécia lement est à peu près deux fo is mo ins grande que celle de la résistance
le maintien de la voû te plantaire. à la rupture (Chava nel, 1982).


Fig. 1-40 - Précontrainte. la, a') le poids d'un individu
(ait fléchir une passerelle. lb) Si elle est précontrainte en
flexion avec une clé de voûte lou par un système de
sustentation par chaines ou câbles b'), cela neutralise la
b' contrainte du poids.

d'appui au sol lors du lancer de poids. Cah Anthropo . Paris,


1978, 1 :
19-54.
COCHET H, LASSAllE T. Kinésithé rapie active: que sont les
chaines
musculaires 7 Kiné Scien. 1992; 312 : 23-31.
CORDEY J, GAUTIER E. Strain gauges used in the mechanic al
testing of
bones. Part 1: Theoretic al and tochnical aspects. lnjury. 1999,
30(1): 7-
13.
DEMPSTER WT, GABEl Wc. FElTS WJl. The anthropo metry
of manual
work space for the seated .ubjects. Ara J Phys Anthrop. 1959,
17 : 289-
317.
DEMSPTER WT Space requirem ents for the seated operator .
WADC-TR,
Wright Patterson Air Force Base. 1955 : 55-159.
FICAT Ch. l'homme articulé. Pour une philosoph ie de l'articula
tion.
Ann Kinésithé r. 1990, 17(3) : 73-77.
FICAT JJ. Biomécan ique Orthopéd ique. Masson, Paris, 1987.
GIRAUDET G. Biomécan ique humaine appliqué e à la rééducat
ion. Mas-
son, Paris, 1976.
GREGOR RJ, CAVANAGH PR, LAFORTUNE M . Knee flexor
~~ft~ moment .
• during propulsion in cycling - A creative solution to Lombard
's para ·
.. ....... . 1Iion des permet dox. J Biomech. 1985, 18 : 307-316 .
_ ........1Mion _ ~ . . juglnai lS sont cIogrnRI- HAll SJ. Basic Biomechanies. Mosby, St louis (USA), 1998.
.,es ft resI81t 8oign6s des ___ cliniques.
HAM III J, KHUT2EN KM . Biomecha nical analy.i. of human moyeme
nt.
Williams and Wilkins, Baltimore (USA), 1995.
HEWITT J, GUILAK F, GliSSON R, VAll TP. Regional material
propertie s
of the human hip joint capsule ligament s. J Orthop Res. 2001,
19(3) :
359-364.
AUARD P, BlANCHI JP. Analyse du mouveme nt humain par la
biomé- HUIJING P. Muscular force transmission : a unified, dual or
anôque. VlgOt-Oécarie, Québec. 2000: 30-43. multiple sys·
tem ? A review and sorne explorative experime ntal results
AHOIŒWS JG_ The functionn al rOles of the hamstrin g. and quadricep . Arch Physiol
Biochem. 1999, 107(4) : 292-311 .
during cyding : Lombard '. paradox r..i.ited. J Biomech. 1987, 20(6) s
: KAPAND JIIA. la biomécan ique « patate •. J Réa d Méd. 1986,
565-575. 6(2) : 43-
45.
!a.t. F. Pr'Ïooples of mechanics and biomechanics. Stanley Thornes
~ KAPANDJI lA. Physiologie articulair e. Tronc (fascicule 3).
Cheltenh am, Grande-8 retagne, 1998. 5' édition.
Maloine, Paris, 1980.
!U.NO!I JP. 8iomécan ique du mouveme nt et PAS. Vigot. Pari.,
2000. KUO AD . The action of two-joint muscles : the legacy of WP
&OJ'..Gt a.. La notion de « fluage ]t. Notion mécanique et application l o mbard .
aux in Classics of Movemen t Sciences. latash ML and Zatsiorsk
........ booIog,ques. Ann Kinésithér. 1981, 8 : 195-200. y VM eds .
Human Kineties, Champai gn (Illinois, USA), 2001,10 : 289-316
v~ (' ,,_ I!AI!8ATO G, lEVI R. Theory and Practice of force mea.ure-
LAMANDÉ F, PRAT-PRADAL D. Étude physiolog ique des mu.cles
.
e"": .A.udemK Press Harcourt Brace Jovanovich Publishers du
London, hamac gémello- obturateu r. Ann Kine.ithé r. 199B, 25(3) : 108-114.
~
1..-A31' G, lOMBAR D WP, ABBOTT FM. The mechanical effects produced
WER P. Cours de mécanique, 2 : ré.istance des maté- by the
- ~ IUo'AY., Pa"., 1981. contraction of individual muscles of the thigh of the frog .
Am J Physio l.
1907,20 : 1-60.
,. ~ ,1- P eases mé<.aniqu es et élémentaires de la biomécanique.
('.......,-:r...._ Sr...enttfoque. 1982, 203 : 7-92. LORENZ K. L'agression . Une histoire natrurell e du mal.
Flammari on,
Paris, 1963 : 91 -92.
"'A-cDr .z" fiE ,. 10U P, IGNA21 G, MOLLARD R, PINEAU J-c. Biomé-
1. "'..,IA " .... ~ o/Jf'tIf Méthode de mesures et LOW J, RRED A. Basic bi omechan ics explained . Bu tterworth
analyse des efforts · Heine -
mann, New-York (USA), 1996.
BIOMtCAN IQUE FONCTIONNELLE
• 27

MILGROM C, FINESTONE A. SHARKEY N, HAMEL A, MANDES V, RABISCHONG P, AVRIL J. ROle biomécanique des poutres composi-
BURR D, ARNDT A, EKENMAN 1. Metatarsal strains are sufficient to tes os-muscles. Rev Chir Orthop. 1965, 51(5) : 437-458.
cause fatigue fracture du ring cydie overloading. Foot Ankle Int. SCHERRER J. Précis de physiologie du travail. Masson, Paris, 1981 .
2002, 23(3) : 230-235. STEINDLER A. Klnesiology of the human body. Charles C Thomas
NEUMANN DA. Kinesiology of the Musculoskeletal System. Foun- Ed, Springfield (Illinois, USA), 1955.
dations fot Physical Rehabilitation. Mosby Inc, St Louis (USA), 2002.
VAN DER BOGERT Al. Analysis and simulation of mechanicalloads
NORDIN M, FRAI)IKEL V H. Basie Biomecanies of the Musculoskeletal on the human musculoskeletal system : a methodologieal ove-
System (3" edition), Lippincott Williams and Wilkins, Baltimore rwiew. Exerc Sport Sei Rev. 1994,22 : 23-51 .
(USA), 2001 .
VIEL E. La marche humaine, le course, le saut. Masson, Paris, 2000.
Organisation Mondiale de la Santé. Guide International de recom-
mandations sur les Noms et Symboles des quantités et sur les Unités WINTER DA~ Biomechanics and motor control of human movement.
de mesure. Genève (Suisse), 1975. J Wiley and Sons, New York (USA), 1994.
PLAS F, VIEL E, BLANC Y. La marche humaine. Kinésiologie dynamique, ZAJAC FE. NEPTUNE RR, KAUNT2 SA. Biomechanics and muscle coor-
biomécanique et pathomécanique, 4' édition. Masson, Paris, 19B9. dination of human walking - Part Il : Lessons from dynamlcal simula-
tions and dinical implications. Gait and Posture. 2003, 17(1) : 1-17.
POCHOLLE M. Rééducation après réparation de la coiffe des rota-
teurs de l'épaule. Ann Kinésithér. 1997,24(8) : 353-361.
Schématiquement, notre propos aborde le domaine de la sta-
tique et celui de la ci nétique.

• Statique
Il s'agit d'observer les conditions d'équi li bre d'une zone pour
étab lir son ca hier des charges: équilibre entre forces externes
et internes. Pour des raisons de simplification, les différentes
régions arti cu lai res sont considérées plan par plan, c'est-à-di re
en les projetant sur une surface plane, et en négligeant le pla-
cement généra lement tridimensionnel des différents éléments.
Fig. 2-1 - Le mouvement est souvent analysé comme une succession d'images
Le calcu l des forces en présence est tantôt fa it graph iquement,
fixes, ce qui est une commodité, bien qu'inexacte.
bien que le seul jeu des bras de levier ne suffise pas à rendre
compte de l'adaptation fonctionnelle, tantôt fait sur pièces ana-
tomiques, tantôt en se basa nt su r la section des muscles . Toutes
ces données permettent plus une approche qu'une quantifica-
tion réelle. Pour simplifier, on se borne souvent à considérer que le dyna-
mique est une succession de phases statiques, un peu comme
• Cinétique le mouvement d'un film est rendu à partir d'une succession
d'images fixes' (fig. 2-1). C'est pratique, il suffit de savoir que
Ell e comprend trois parties: la dynamique des so lides (ci né-
c'est inexact et que le mouvement joue tant dans le sens aggra-
tique et balistique), celle des gaz (aérodynamique), et celle des
vant, du fait de l'énergie cinétique ajoutée, que dans le sens
fluides (hydrodynamique). Nous aborderons uniquement ce qui
soulageant, en fonction des caractéristiques du moment.
concerne les solides. Il s'agit d'étab lir les paramètres intervenant
dans le calcul des forces en présence au sein d'un système. Or
il est impossible, autrement que par des procédés détournés, de
chiffrer exactement ce qui se passe au niveau d'une articu lation, MOBILlT~S
la moindre jauge d'extensométrie modifiant la mesure - outre
la difficulté d' insérer ce genre d' instrument in vivo. Encore plus
que dan s le domaine statique, l'éva luation est approx imative: TYPE DE DÉPLACEMENT
• La ci nétique dispense de l'obtention d'un équilibre véritable, • Linéaire
puisqu'il s'agit d' une succession de déséquilibres entretenus de
façon ca lcu lée. Les forces équ ilibratrices s'en trouvent dimi- Il s'agit d'un déplacement rectiligne : chemin le plus court
nuées et le bilan s'en trouve allégé. pour aller d'un point A à un point B. 11 s'agit d'un glissement ou
translation. Ce type de déplacement peut être le fruit d'une force
• La cinétique fait intervenir sa propre force dynamique dont
tractante, ou poussante, d' inertie ou conduite (fig. 2-2 a). Dans
le ca lcul est quasi impossible en situation courante, fonction-
le corps humain, les forces en jeu opèrent rarement de façon
nelle. Les va riabl es sont considérables selon que le mouvement
pure. Elles agissent selon un certain angle dont le sommet est le
est conduit, lancé, démarré, entretenu ou freiné, qu'il est exé-
point d' insertion du tendon sur l'os. Cet angle varie au cours du
cuté avec légèreté ou au contraire avec une certaine lourdeur,
comme on peutie constater dans le simp le fait de marcher (Viel
et Blanc, 1978). Le bilan peut s'en trouver considérablement 1. Au point de vue du travail musculaire, le dynamique lent, inférieur
alourdi. ou égal au hertz, peut être assimi lé à du statique (péninou et coll.. 199-1 ).
b

e
C
Fig. 2-2 _ Différents types de déplacement : linéaire, en glissement (a); ang~/~ire, en rotation !b~; associé en translation circonlérentielle ~c);
mixte, en roulement-glissement (d); en pivotement (e). Le déplacement Imea,re (1) est plus generateur de Irottement que de roulement (/ J.

déplacement, et l'intensité de la force développée dépend du Le roulement-glissement


cosinus de l'angle formé avec le segment osseux (cf. fig. 1-4). Il s'agit d'un roulement dont le déplacement sur le support
est neutralisé par un glissement en sens contrai re: c'est le phé-
• Angulaire nomène de patinage d'une roue de voiture sur de la neige. C'est
Il s'agit d'une rotation (pivotement ou roulement), avec un le cas des condyles fémoraux sur ceux du tibia (fig. 2-2 dl .
trajet de type circulaire ou ellipsoïde (fig. 2-2 b). Le segment
déplacé reste plus ou moins équidistant d'un point fixe. Il per-
Le pivotement
met. au moins schématiquement, de dégager la notion de centre Il s'agit du déplacement rotatoire d' un solide sur lui-même,
tir rotation_Dans le corps humain, la plupart des déplacements au contact d'un support. Le mouvement est celui de la rotation
articulaires sont de type angulaire'. Il est à noter que les dépla- d'une toupie sur sa pointe (fig. 2-2 el. L'axe du mouvement
cements linéaires sont plus éprouvants (frottements), pour les passe simultanément par la toupie et son support, elle vrille sur
surfaces en contact, que les déplacements angulaires. son point d'appui. Lorsque le support emboîte plus ou moins la
surface qui pivote, il s'ensuit, un glissement rotatoire des surfaces
• Mixte en contact, ce qui ne doit pas fai re confondre ce mouvement
avec un roulement-glissement. C'est le cas du pivotement de la
Les déplacements ne sont pas toujours purs, ils associent par-
tête fémorale dans l'acétabu lum.
fois un déplacement linéai re et une composante angulaire - cas
fréquent en physiologie articu laire (Rasch et Burke, 1978). On
peut distinguer les suiva nts. TYPE DE MOUVEMENT
La translation circonférentielle • Mouvement conduit
Dans ce mouvement (fig. 2-2 cl, le déplacement angulaire est C'est le mouvement habituellement utili sé en rééd ucat ion,
cnnsécutif à un déplacement linéaire incurvé. C'est le cas de ca r il s'effectue à vitesse lente et, de son point de départ à son
'extrémité inférieure du radius sur le pourtour de la tête ulnaire. poi nt d'arrivée, il peut être modifié voire interrompu (fig. 2-3 a).
Li position du centre articulaire varie en fonction du déroule- Ces caractéri stiques le font qualifier de non dangereux, puisqu' il
men( du mouvement, et l'on parle alors de centres instantanés
peut être adapté tout au long de son parcours, en fon cti on de
tir rotWon ou ClR (lieu géométrique des centres de rotation suc- la tolérance du patient.
~;...

• Mouvement balistique ou lancé


Tout se joue lors de l'impulsion de départ , ca r il ne peut plus
être modifi é dans son parcou rs (fi g. 2-3 b). C'est ce qui le fait
considérer comme potentiell ement dangereux, puisqu 'une
erreu r d'apprécia tion initi ale ne peut plus être corri gée. Lorsqu 'il
s'agit d'un objet, le parcours se compose de cieux parties
o MAINES D'tTUDE • 31

(fig. 2-4) : la première, dite de ti r tendu, est la portion du trajet


qui ga rde une trajectoire pratiq uement rectiligne ; c'est la pa rti e
effi cace, celle qui permet une visée directe. La seconde pa rti e
correspond à la perte d' inerti e et se traduit pa r la chute de
l'objet. C'est une trajectoi re curviligne qu i s' infléchit de plus en
plus ava nt le poi nt de chute'. Lorsqu ' il s'agit du corps humai n,
le mouvement ba listi que fa it référence à un objet lancé (pour
l'entraînement de la préc ision, ou de la force dépl oyée), ou à
un geste violent; cela fa it intervenir les capac ités du jeu arti cu-
lai re. Le mouvement lancé est conditionné par la li berté de l'a rti - a
culation, et se di vise, à son niveau, en quatre phases (fi g. 2-5) :
• Phase d' armé, où les muscles sont étirés, comme on bande
la corde d'un arc, afin d'a mplifier la puissance de déclenche-
ment.
• Phase d'accélération, où la puissa nce muscul aire propulse le
segment osseux, avec le max imum d'énergie.
• Phase de lâchage ou de frappe (selon le cas), où, sa ns que le
mouvement s' interrompe, l'obj et tenu est libéré et continue sa
course pour son propre compte - ou, s' il s'agit d' une frappe, b
moment où le segment considéré frappe un objet (par exemple
Fig. 2-3 - Mouvement conduit, modifiable (a) ; mouvement lancé, non
un ballon) pour lui communiquer l'énergie balistique libérée.
modifiable (b).
• Phase de freinage, au cours de laquelle le segment osseux
ra lentit sa course ava nt de l' interrompre. Cela doit se faire au
plus j uste de l'économi e et du respect de la limitation physio-
logique du mouvement.
Le sport uti li se beaucoup les gestes bali stiques, et l'on sa it
qu ' ils sont pourvoyeurs de surmenages et de malmenages arti -
cu laires. Dans la vie quotidienne, les enjeux sont plus faibles et
l'optimisation fonctionnelle comb ine souvent mouvements
conduits et ba listiques dans une optique d'économie.

MOBILITÉS ANALYTIQUES

Elles correspondent à l'étude, plan par p lan, des degrés de


:i( T )I !":: C '>,
mobi lité propres à un type art icul aire donné. Dans le cas des
Fig. 2-4 - Le mouvement balistique comprend une première p<1rtie de tir
arti culati ons à synoviale, l'étude de la mobil ité utilise un énoncé tendu (T) et une deuxième de chute (C).
systémat ique, qui est le sui va nt.

• Définition
Elle énonce, de façon aussi simple et préc ise que possib le, le
dép lacement segmen tai re visib le engendré par le mouvement
-.~
en question.

• Plan
C'est le plan anatomique dans lequel, pa r défi nition, le mou-
vement se situe (flexion et extension se situent da ns le p lan sagit-
ta l, abduction et adduction sont dans le plan fronta l et les
rotations dans le plan transversa l)".

J. Celle panic du lir peut aussi êt re c.1Jc uléc, ct donc être utilisée,
notamment pour fra nchir indirec tement un obstacle: lob d'un gardien
de but <lU rootball , ou utilisation d'un mortier .1lHlcssus de fortificat ions. Fig. 2-5 - Le lancé comprend une phase d'armé, une phase d'accélération, Un<'
4 . AUt'l1Ilon cl ne pas con fo ndre les m{)tJV('f7lentç cl leur Sec/( 'Uf.
phase de '.ich.1ge (ou de frappe) et une phase de freinage.
(c{ fi g. 1-271.
• Il

à établir un constat d'éventuelle raideur po ur une arti culation


pathologique (Pocho lle et Codine, 1996).

• Moteurs
Ce sont les muscles sans lesquels le mouvement ne peut être
effectué. Ils sont aidés par des muscles agonistes d'intérêt secon-
daire, concernant l'ajustement directionnel.

b • Éléments limitants
Ce sont, d'une part, les éléments qui limitent physio logique-
rot. Z-4 _ P;u liIpPOff à un mou_t situé dans un plan, le centre articulaire
rhéorrqœ 1'; est à l'intersection des deux autres plans. Les ClR réels représentent ment le déroulement du mouvement (comme les muscl es anta-
lM> ..-nbIe de points (b). gonistes, les ligaments, les butées, etc.), et d'autre part ceux qui
peuvent intervenir pathologiquement (rétractions ou butées, par
exemple).

• Remarques
Certains éléments peuvent être mentionnés, comme le sec-
teur utile' (fig. 2-7), ou les suppléa nces courantes. M ême si le
secteur utile occupe, en toute logique, le secteur moyen des
amplitudes, il n' est pas forcément confondu avec la notion de
position de confort".

MOBILITÉS ANNEXES

• Mobilités spécif iques


Définition
rog. Z-7 - Le secteur utile de la flexion Ce terme désigne des composa ntes physiologiques de mobi -
d'épeule permet de porter la main au lités analytiques (gli ssement ou bâi llement), ou un déplacement
--.sage. annexe autorisé par la laxité capsulo-ligamentaire (décoapta-
tion). .

Caractéristiques
Ces mobilités ne sont pas toujours fac iles à produire (néces-
• Axe
sité de prises confortabl es et d'appuis très spéci fiques). Le sujet
C'est. par définition, l' intersection des deux autres plans ne peut les produ ire iso lément acti vement'.
anatomiques, passant par le centre de l'articulation (fig. 2-6 a).
En réalité, l'axe n'est jamais absolument fixe, il passe par un Amplitudes
ensemble de centres instantanés de rotation (ClR) (fig. 2-6 b). Ce sont des dépl acements minimes, passifs. Leur ex istence
dépend de l'âge et de la laxité des sujets (celle dern ière étant
• Mouvement et amplitude une contre-indication relative à la recherche de ces mouve-
ments).
"s'agit de préciser le type de mobilité (roul ement-gli ssement,
pn.otement) et de donner une fourchette d'amplitude angulaire.
C8!e amplitude représente le maximum atteignable par l' arti cu- 5. l 'i ncl inaison latérale globale du cou est d'environ 70°, mais, cli ni·
1aIion, en mobilité passive (l'acti f est toujours plus limité). Les quement, on indique: • menton·acromion = x centimètres •. Contraire-
ment aux degrés, ce chiffrage centimétrique n'a au cune va leur en soi:
-.usc1Es poIyarticulaires sont placés en situation de relâchement 7 cm chez un sujet ne correspondent pas forcément à la même valeur
eau des autres articu lations qu 'ils croisent. angu laire chez un autre sujet (par exemple en tre un enfant et un adulte).
L'Alnpl.l!Jde est généralement exprimée en degrés 6. En pathologie, cette mobilité peut être réduite à 80 °.41, 50 % ou 20 0.4.
(chiffres toujours arrondis) .
... ~ .1'.>... du coude = 150°). Cela se disti ngue de l'examen
7. C'est la portion de course articulaire utilisée le plus fréquemment
'~ A lCulaire OÙ, dans certai ns cas, on utili se des valeurs dan s la vie courante.
,,1-.4 '<s', rA) E:OC.Ofe un pourcentage par rapport au côté sa in 8. Le secteur uti le se rapporte à un degré de libert é donné, la position
(~, ~ ~"mé par exemple, une articulation fémo ro-patellaire de confort tient compte de tous les degrés. De plus, il peut y avoir une
dissociation entre les deux .
,.. ". V~ 100 % de mobilité"). Ce derni er cas ne donne 9. À l'inverse des mou ve ments analytiqu es, ils ne possèdent ni axe pro-
"/. ;r.of! ,. " tf .mplotude, mais simplement une norme servant pre, ni amplitude franche, ni muscle moteur.
DOMAINES O'tTUOE • 33

Remarques
## .... - .........

Il est à noter que l'assoc iation de ces mobilités est limitée : "
une capsule ne se lai sse pas distendre à son maximum dans tous
les plans à la fois. Il existe donc des combinaisons préféren-
tielles. Parmi elles: les mouvements de divergence ou de
convergence'o.
Fig. 2·8 - La posilion en
(ermelure (a) se
• Mobilités fonctionnelles rapproche de (a posilion
Elles se caractérisent par l'association de différentes compo- (œla/e ; l'ouverture crée
santes spatiales et de différentes régions au sein d'un mouve-
une extension 8énérale
du Irone (b).
ment plus complexe, mais d'envergure. Ces mobi lités,
a b
typiquement en jeu dans le cadre rééducatif, méritent des remar-
ques propres au complexe concerné.

• Mobilités fondamenta les


Le mouvement, que l'on identifie à la vie, trouve son fonde-
ment dans des capacités élémentaires.

Ouverture-fermeture
Qu'il s'agisse d'une fleur, d'une huître, de la main ou des
bras, voire de tout le corps (entre position foetale et extension
Fig. 2·9 - le grandissemenl
du corps), le mouvement s'effectue de façon élémentaire vers
associe délordose cervicale el
l'ouverture ou la fermeture (fig. 2-8). Cette dernière fonction, anléversion du bassin (a), le
liée à la protection, possède toujours des moteurs plus puissants tassement associe extension
que l'ouverture. Au niveau du tronc, le couplage entre la flexion cervicale et rétroversion du
de la tête et la rétroversion du bassin engendre la fermeture bassin (b).
(posit ion de quelqu'un qui s'endort assis), l'extension avec anté- a b
version engendre l'ouverture (geste de quelqu' un qui s'étire).

Grandissement-tassement
C'est un dualisme différent: la flexion de la tête coup lée à
une antéversion du bassin engendre un grandi ssement (geste
lorsqu'elles sont importantes, car l'utilisation quotidienne ne
d'a utograndissement ou attitude de s'imposer à autrui), l'exten-
sollicite qu'un faible degré d'amplitude articulaire.
sion de la tête couplée à une rétroversion engendre un tasse-
ment (att itude de s'écraser, au propre ou au figuré) (fig. 2-9). • Les hypermobilités. Elles sont plus gênantes que les raideurs
du fait qu'elles placent l'articulation dans des secteurs habituel-
• M obilités pathologiques lement moins protégés par les structures anatomiques. Il s'ensuit
une tendance à l'instabi lité.
La pathologi e des mobilités est alimentée par différents fac-
teurs. Le réapprentissage est une nécessité thérapeutique, bien Défauts qualitatifs
ciblée par Dolto (1976) qui disait: « La kinésithérapie n'est pas Ils sont plus difficiles à analyser, au point qu'ils sont parfois
le traitement par le mouvement, mais le traitement du mouve- ignorés, sauf de la part du patient qui, lui, a parfois conscience
ment ». d'avoir fait un faux mouvement (cf p. 36). C'est sans doute
moins vrai dans le monde sportif, où ce regard est devenu la
Défauts quantitatifs
base de l'entraînement. Cela rejoint les problèmes fonctionnels.
Ce sont les plus visibles, et, en conséquence, souvent les seuls La difficulté réside dans l'a nalyse des facteurs en cause.
qui sont notés, ce qui est insuffisant :
• La douleur. C'est souvent le seul indice pris en compte, au
• Les hypomobi lités ou raideurs. C'est la conséquence la plus point que lorsqu'elle est absente, le patient refuse habituelle-
courant e des atteintes arti culaires, qu'elles soient consécutives ment d'admettre la notion de faux mouvement. Il faut reconnaî-
à l'âge, aux séq uell es trauma tiques, aux atteintes rhumatismales. tre que, contrairement à une maladie que l'on contrac te, le faux
Elles ne dev iennent invalidantes pour la fonction que mouvement met en avant la seule responsabilité de son auteur,
ce qui est perçu comme vexatoire. Les patients cherchent alors
à mettre en cause une fatalité qui les déchargerait de leur faute:
10. La di vergence met en tension les éléments péri Jrl icu laires monoa r·
ti cula ires (li gaments). La con vergen ce comprime les éléments inlra-arti -
c'est l'âge, le temps, l'hérédité familiale. Lorsque la douleur
CUliIlrC" (ménisques, r('plls synoviaux, cartilage). Cette distincti on est apparaît, il est trop tard : ce n'est pas un indice initial, c'est une
ut ile da ns l'<,xamcn (Jl nlque d'une arll culatlo n. conséquence.
• MENTALES

• les ~ M st.... tégie. C'est le fond du problème. Elles les axes dynamiques sont en double et en diagonale. léonard
ftlt concerner une mauvaise appréciation du but, une de Vinci a représenté le canon de Vitruve (fig. 2-10), qui sert de
aISe t'\aluation de l'effort, une mauvaise sommation des, modèle. la prise de conscience de ces axes est relativement
>b'uCtUres effectrices, la participation de compensations, une facile pour les membres", mais quasiment inexistante pour le
que œvit'e, un mauvais synchronisme durant l'exécution, tronc. le rachis étant impair et médian, dans l' axe statique, et
e(c. l 'analyse est difficile, d'autant plus qu'elle se réfère à des l'éducation reçue ayant privilégié la notion d'axe vertical , cela
hoimas corporels et à des comportements variables selon les bloque généralement le réflexe physiologique. Il suffit de
patients, et, une fois les phénomènes pathologiques enclencht's, demander une rou lade arrière (fig. 2-11) : même les sujets jeu-
il est parfois malaisé d'évaluer les stratt'gies propres à l'indi- nes hésitent et prétextent qu'ils ne savent pas, se font mal au
, idu l1 • cou, ne sont pas doués, ou la font « de travers '. Or « faire de
travers> est justement la seule solution physiologique". Mais
Au total, cela se traduit par une non-fonctionnalité: insuffi-
les gens ne s'autorisent pas à le croire, puisqu'on leur a dit qu'il
sance d'efficacité, d'économie, d'esthétique (cf. la • règle des
trois E >, p. 54). les défauts qualitatifs s'inscrivent dans une faut rester dans l'axe du corps" . lorsqu'on se donne le temps
chûIe logique (ou chaîne It'sionnelle) qui aboutit à un cercle de décomposer le mouvement, en aidant le patient, celui-ci est
vicieux entretenant, puis aggravant, les phénomènes patho- étonné de sa réussite. Cela a pour corollaire de rendre un peu
logiques: mauvaise programmation gestuelle -+ désorgani- de confiance en soi à des gens normaux qui ont vite fait de
sation d'exécution -+ malmenage des structures -+ hypertonies démissionner, tellement les exemples socia lement corrects sont
musculaires et frottements tendineux -+ réactions inflam- le sport, les performances, le body-building. et non le quotidien
matoires -+ tuméfaction -+ augmentation de pression -+ isché- bien fait.
mie -+ remaniement tissulaire et douleur / aggravation de la
désorganisation gestuelle -+ cercle vicieux allant jusqu'aux rup- • Prolongements des mouvements
tures dt'génératives. Cette notion renvoie à celle de chaînes articulées et muscu-
laires, mais aussi à la pénétration du mouvement dans l'espace.
NOTIONS COMPLÉMENTAIRES lorsqu'on lance un objet vers une cible, on ne regarde pas
l'objet pendant qu'on le lance: on regarde la cible (fig. 2-12 ).
• Notion de charnière ou jonction On aligne ainsi l'action sur une trajectoire qui ne doit rencontrer
Le terme de charnière est controversé (Trudelle, 2002), et cer- aucune angulation ni aucun détour sur sa route, contrairement
tains préconisent celui de jonction". la polémique n'a pas à un objet téléguidé ou autoguidé. la vision (ou imagination)
d' intérêt, car il convient de ne pas prendre le mot charnière au de ce prolongement du mouvement dans l'espace est le fil
sens de pivot à un seul degré de liberté, comme le gond d'une conducteur de notre action " . Ainsi, à bicyclette, il est impossi-
charnière de porte, mais au sens figuré, habituel, évoquant une ble de prendre correctement un virage à droite en tournant la
transition entre deux éléments. Cela renvoie utilement à l' idée tête à gauche: le corps s'oriente et équilibre ses actions en un
d'une jonction aux limites plus ou moins précises: ainsi, la tout cohérent dirigé vers un même but ; une simple fausse note
charnière thoraco-Iombale n'inclut pas seulement T12 et ll, peut être à l'origine d'un échec. les jeux qui cherchent à dis-
mais bien souvent les deux ou trois dernières vertèbres thoraci- socier les actions amusent toujours à cause de la performance
ques et les deux premières lombales. de contrôle qu' ils exigent" .

• Axes de mobilité du corps • Notion d'infini du mouvement


La notion d'axe vertica l du corps est connue, mais celle Ce qui précède est valable dans les deux sens: au démarrage
~'axes de mobilité ne l'est pas. l'axe vertical est purement sta- d'un mouvement, il faut aller le chercher très loin. Une simpl e
tJque et ne permet aucun déplacement. Dès que l'on marche, ?bservatlon : les premi ères fois où un tout jeune enfant apprend
on engage des mouvements diagonaux alternés (Williams et lis- a • lancer > un petit ballon, il le place au-dessus de sa tête et
sner, 1962). Dès qu'on lance un objet, on arme le mouvement en arrière, tellement en arrière parfois que soit le ballon tombe
;nec un bras et on soulève l' autre jambe. Tout cela traduit la en arrière, soit l'enfant tombe à la renverse, assis par terre. C'est
nécessité de s'équilibrer autour du centre de gravité du corps.

13. ~n core ne fa ut- ~I pas demander aux gens de réfl échir, ca r les auto-
J ~ Exemple ' dans l'exercice de poussée de la main vers l'avant, contre m~ tlsm:s se controlent mal par la vo lonté: lorsqu'on demande de
.....unc~ . chez un sujet debout coude fléchi . Il s'agit d'obtenir un allon- veiller a bal ancer les bras en marchant, le réfl exe est souvent neutralisé
Mi.cxe du membre grâce à une extension du coude. Or l'ava n- par une réfl exion hésitante.
,~ dP r~"ant·bras, réaction général ement spontanée, est initi~lement 14 . Il faut regarder la réception d' un judoka au sol.
rA.: rve puisque l'articulati on est fl échie face à une résistance 15. C' est ce qu'arri ve à fa ire un tout jeune enfant (ou un acrobate). Ma is
~,-" f f .......t..><1 de faiblesse. la seule réponse adaptée est le recul d~ ce la supp~se une prédisposit ion, un entraînement, une pri se de ri sq ues,
jiiw: NAll: du suJf1:t et non ~ne ava ncée de l'ava nt -bras. Cel exercice et de s,avoIr q~ e ce la n'a ura qu' un temps, l'âge faisa nt mauva is ménage
... fDJ'nJH d un patient, .lIustre tout à la (o is ce qu'est un faux mou: avec 1 acroballe.
10 Jf\ m.tuvals partage des rôles entre bras.
16. À rapproc her de l'expression te avoi r des yeux perçan ts ' .
~,.... ~ tiF- • jr-,,~ .; par SImilitude. ~v.ec l 'a~gl a i s; est mal adapté 17. Pa r exemple, ~e ~a pot er la tête avec une main ct fa Îre tourner l'autre
..n'",..-.s, r~, r*'U ,....,ocateur de mobllne : un joint de ciment entre s u ~ son ventre, pUI S Inverser les actions, ou tou rn er les yeux à droite en
~ 4'MU''''' dU UJOtralre, la fixné .
p .,
meme temps que la tête à gauche.
D OMAINES O'(TUO( • 35

Fig. 2-10 - Les axes dynamiques du corps sont deux diagonales passant par le Fig. 2-12 - La trajectoire du mouvement suit l'orientation du regard.
centre de gravité (d'après le canon de Vitruve, dessÎné par Léonard de Vinci).

~.-- ........ -............

Fig. 2-11 - La roulade arrière s'effectue en diagonale, passant sur la Fig. 2-13 - Dans le 1.1ncer de marteau, ce dernier emprunte le segment
hanche et l'épaule controlatérale. IAB}, fini, d'une droite xy, inlinie.

le principe qui se rode. Cet arm é du mouvement se double, par- inverse: on apprend à un enfant à partir d' une position donnée,
fois, d' une prise d'accélération: le sportif qui lance le marteau devant un jury, à exécuter son mouvement et à le terminer dans
tourne plusieurs fois su r lui-même avant de lâcher l'ob jet. Ainsi, un semblant de garde-à-vous, sa ns avoir le moindre geste de
un mOl/vement se situe sur une trajectoire cu rviligne infinie xy, déséquilibre qui serait la preuve d' un manque de maîtrise dans
dont il n'empruntp qu' un court segment IABI grossièrement rec- l'a rrêt du geste. Le mouvement est appris . fini » (c'est-à-dire
til igne (fig. 2- t 3). Cet aspec t des choses est à souligner, sur le avec un début et une fin), alors qu'il doit être conçu sans début,
plan réédu ta tif, car l' apprentissage gymn iqu e est souvent ni fin.
• Il >{> ID OMIE"TAtES

• Relations privilégiées
Il est bon d'envisager les relations privilégiées entre une zone
corporelle et ses voisines. On se rend compte ainsi que, par
exemple, la pronation de l'avant-bras est liée à l'abduction
d'épaule, qu'en position couchées l'extension du cou est liée à
la rétroversion du bassin (fig. 2-14) (sa uf directive inverse), que
la flexion des doigts est liée à l'extension du poignet, etc. C'est
une façon, lorsqu' une zone est momentanément en difficulté,
d'aller chercher des renforts ailleurs, sur une zone qui fonc-
~ ~-14 - En décubitus dooal, une poussée isolée des pieds dans le sol
tionne bien, afin de réanimer peu à peu le secteur malade. Cela
(JIf1"fX1Jt' /'ilSCenSion réactionnelle du pubis et du nez.
L'ensemble réagit
condamne les rééducations limitées à la seule région atteinte.
corm1It' des roues crantées: les paires tournent dans un sens, les impaires dans
r~.
• Inversion du mouvement
Un mouvement bien intégré permet un certain jeu'·, notam-
ment en inversion de sens (fig. 2-15). Ainsi, la marche, très auto-
matisée vers l'avant, est plus facile à décomposer en marche
arrière. D 'autres exemples sont possibles: le mouvement
consistant à tenir, debout, un objet dans une main en supination
et à le faire pivoter de 360· grâce à un mouvement rotatoire
------,'*;2
___ ....:-::;:"/,1
mêlant rotation d'épaule et prono-supination, est déjà d' une
maîtrise incertaine. Mais, quand on demande au sujet de tenir
a --- sa main dans le même axe et de faire pivoter son corps de 360·
par rapport à elle, on frôle l'incompréhension totale. Faites-en
l'expérience .

• Contre-mouvement
,,,,,-- -------
b
,
1
1 On peut comprendre cela de façon mécanique: c'est la réac-
tion résultant de l'action d'une force, ou la rétroaction émanant
' ,,---------~---- d' un mouvement. Ce dernier aspect est bien connu des person-
~ 2-15 - Un mouvement (flexion du coude) peut s'effectuer de (açon dista- nes faisant du mime : l'objet virtuel est rendu perceptible grâce
proximak (a) ou proximo-distale (b). au contre-mouvement de l'acteur. Ainsi, lorsqu ' un indi vidu
s'appuie sur une table réell e, cela se voit: il a un certa in place-
ment des membres inférieurs, une abduction du membre supé-
rieur en appui ainsi qu' une extension du poignet; la réacti on
de la table provoque une élévation du moignon de l'épaule
(fig. 2-16 a). Si, en situation virtuelle, le mime reproduit simple-
ment son propre mouvement, la compréhensi on est modifiée:
on peut croire qu' il indique une hauteur à quelqu' un
(fig. 2-16 b). S'il veut mimer la situation d'appui, il faut qu' il
prenne à sa charge la réaction de la tabl e virtuelle, autrement
dit qu' il opère un c contre-mouvement, rendant la signifi ca tion
évidente (fi g. 2-16 cl. Un entraînement en ce sens est parfois
utile à la rééducation.
a
• Le cc faux mouvement"
C'est une notion courante dans le langage popu laire. Elle traduit
la conviction d'une anoma lie du déroulement gestuel qui a
entraîné une douleur, ou une impotence quelconque, à un niveau
précis. C'est un constat indiscutable, même si l'a nalyse diagnosti-
que en est difficile (d'où la fac ilité, pour le patient, à accepter des
Fig. 2-16 - (a) Attitude d'un ,ujet
termes fa ntasmatiques com me " vertèbre déplacée », « nerf
,'appuyant ,ur une table. (b) Sans table,
l'abdudion d'épaule n'évoque rien. démis » ou « muscle froi ssé »). La réal ité est qu' il y a eu mauva ise
(c) Si l'élévation scapulaire (réaction de
la table) ,'ajoute à l'abduction, le ,ujet
, mime e{fjcacement un individu
1 ~. Le term,e. ~e jeu est doublemen t intéressant pui squ' il exprime j la
fOIS, la mobtllte, comme dans le jeu d'une pi èce mécan ique, et l'aspect
s'appuyant sur une table. ludique, que l'on retrouve en rééduca tion.
D OMAINES O'nUOE • 37

gestion d'un mouvement, la douleur est un problème annexe, ce


que ne comprend pas bien le malade. Ainsi, lorsqu'une perte de
contrôle au volant provoque une embardée sur un trottoir, et
entraîne de la mort d'un piéton, la maladresse est patente et irré-
futable. La même maladresse peut passer inaperçue s'il n'y a pas a
de piéton sur le trottoir, et le conducteur pourra toujours prétendre
qu'il «contrôlait la situation " pour sauvegarder son amour-pro-
pre. Pourtant, dans les deux cas, la ma ladresse a été la même et
seule la conséquence a changé la qualité du jugement. Le patient
supporte a priori mal qu'on lui dise qu' il a fait un faux mouvement,
s'il n'en a ressenti aucun inconvénient immédiat: il ressent cette
opinion comme vexatoire, et, même si elle reçoit son aval, il ne
saura pas l'intégrer à son fonctionnement. C'est tout le problème
de la prophylaxie. Il est indispensable de faire toucher du doigt,
concrètement, ce qu'est un faux mouvement, c'est-à-dire une
erreur gestique".
La douleur n'est qu'un risque, finalement assez rare, de peu
d'intérêt diagnostique: un mouvement dou loureux peut éven-
tuellement être un faux mouvement, mais un faux mouvement
n'est que rarement dou loureux (il est souvent indolore pendant
des années avant de le devenir) ; cela ne change rien à sa nature
erronée.
b
. ,-
,,
,'- "
,

Un constat en « flagrant délit » met le patient au pied du mur,


c'est la seule chance d'obtenir sa motivat ion. Les conseil s, les
ordres, les encouragements divers ne servent à peu près à rien
e
(sinon à satisfaire intellectuellement le patient et à donner faus-
sement bonne conscience au thérapeute). Bernard Shaw disait:
« Si vous voulez apprendre quelque chose à quelqu'un, il ne le
saura jamais ». Dolto (1976) précisait: « Si vous ne prenez pas Fig. 2-17 - (a) La biotypologie répartit la population en laxes (d'un côté) et
les patients aux tripes, vous n'arriverez à rien '. Autrement dit, raides (de l'autre). Le sommet de la courbe corresponaà la moyenne, qui
la notion d'adresse o u non se travai lle grâce à la technique des représente ta majorité des cas. Au-delà des nonnes, une zone floue sépare les
essais-erreurs. Dire ne vouloi r « jamais mettre le patient en laxes des hyperlaxes et les raides des hyperraides. (b) Les qualités
situation d'échec » est un leurre, il faut calculer le risque : trop psychomotrices répartissent, de part et d'autre de la moyenne majoritaire, les
gens adroits (+) et les maladroits (-).
est démotivant, pas assez éga lement.

• Laxité et raideur 20
Ces notions du langage courant (fig. 2-17) manquent de rigu-
eur, ce qui indu it des comportements préjudiciables à la sa nté.
Il faut distinguer deux domaines différents: le domaine biomor-
photypologique, et celui des aptitudes gestuelles.

Le domaine biomorphotypologique
C'est l'aspect quantitatif. Un coude présente une extension de
0° : ce chiffre est une moyenne. Les personn es va riant de 5° en
deçà ou au-delà sont dans la norme. Celles chez lesquelles t 9. Exemple: on demande à un patient, couché sur le dos et jambes en
crochet, d'amener cinq fois de suite ses genoux à la poitrine en rythmant
l'extension excède cette va leur moyenne (deux écarts types) sont clairement sa respiration : neuf fois sur di x, le sujet inspire en montant
dites laxes. À l'inverse, les sujets chez qui l'extensio n est restreinte ses genoux et souffle en les reposant. Motif invoqué: quand on fail un
de plus de deux écarts types sont dits raides. Laxi té et raideur ne effort, il faut inspirer. Lui dire le contraire le surprend, cela ne le renvoie
sont pas des jugements de va leur, ce sont des données biomor- pas à une image connue: pour lui, dans la vie, quand on fait un effort,
on « gonfle • . En revanche, si on lui demande de fendre une bûche de
photypologiques, comme grand ou petit, brun ou blond, longili-
bois (en mimant) avec un violent coup de hache, sponta nément il inspire
gne ou bréviligne: il n'y a aucune appréciation de qualité ou ava nt l' . effort . et souffle fortement pendant l' . effort • . Il prétend :
défaut. Les personnes qui dépassent ces va leurs approximati ves « oui, mais là ce n'est pa s pareil », tout comme il dirait : « je n'aime pas
(la fronti ère est délicate à situer) sont dans l'a norm alité statistique, le fromage, mais celui-là ce n'est pas pareil » . Tout réside dans le « pas
et potentiellement pdtho logique. Les performan ces quantitatives pareil . : c'esl le but de la (ré)éduca lion que de faire que le patient sente
par lui-même, sponta nément, ce qui est bon et ce qui est mauvais.
des contorsionnistes font parler de « souplesse » comme syno- 20. Sur le plan mécanique pur, seul le terme de raideur existe, il qualifie
nyme cie lax ité. Para llèlement, la raideur a une connotation un un matériau (plus ou moins rai de). Dans le domaine humain, le terme
peu péjora tive, te qui n'est pas conforme à la définition du mot. est différent, qualifiant la résistance à la mobilité, et s'oppose à la xité.
• Ih.'C' fO',OAMf TAlES

remarquer que les extrémités sont servies par de multiples peti -


tes articulations, spécialisées dans la précision , .Ia fin~sse, alors
que les racines sont servies par des grosses articulations et de
gros muscles, spécialisés dans la force, la puissance (fig. 2~ 18).
Cette intégration n'est pas aussi évi~ente qu'elle pourrait le
paraÎtre21,et c'est un objectif, intermedlalfe mais Incont?ur~a­
ble, de la kinésithérapie. Les patients ont souvent du mal. a ger~r
ce partage des rôles au niveau d'un membre (mleu~ cort~call~e),
le résultat est pire au niveau du rachiS (moins cortlcallse). C est
une pédagogie à mettre en place et non ce qu~ Dolto appelai.t
« un dressage de chiens savants " avec une liste
de choses a
faire ou à ne pas faire .

• Émergence du mouve ment


Cette notion met l'accent sur la capacité du corps à réagir
correctement à une sollicita tion donnée (Massion et Viallet,
1990). Cela met en évidenc e les capacités psychomotrices de
l'individ u, capacités sans lesquelles toute rééducation est
vaine. Quand on tend un petit objet à quelqu' un, c' est spon-
tanément la main, dominan te ou non selon le côté visé, qui se
présente pour saisir ou recevoir. Dès que l' on s' adresse au
,
tronc, l'intégra tion est moins bon ne et les reponses d·Ispersee
. 22
s
(fig. 2-19).

POUR CONCLURE
~ 2.18 - La finesse sollicite les petites structures de l'extrémité distale
d'un Tout ce qui vient d'être dit est fonctionnellement lié. Les mobi-
membre la). La fotœ sollicite les grosses structures de la racine lb).
lités sont délicates à apprécier dans la mesure où elles diffèren t
toujours des modèles mécaniques élémentaires, et elles néces·
sitent une analyse à la fois physique et psychomotrice.

Le domaine des aptitudes gestuelles


C'est l'aspect qualitatif. On distingue très bien l'aisance, 21. Exemple : le patient est couché sur le dos, en appu i sur ses cou·
l'habileté, la fluidité gestuelle, l'agilité, l'adresse (les synonymes des pour mieux voir ses membres inféri eurs . On le prévient
qu'on va
exercer une pression à la face médiale de la tête d' un premi
ne manquent pas), et l'on ajoute souvent la « souplesse • . On er méta·
tarsien: une premi ère foi s faibl ement, une seconde fo is en
peut, là aussi, admettre ce mot. force. Il
doit s'oppose r à la poussée avec une réponse dosée. l a plupart
du
En revanche, ce que l'on ne peut pas admettre, c'est qu' un temps, dès l'appui faible, le patient opère une rotati on médiale de
même mot (souplesse) soit synonyme de deux choses sans rap- hanche (au lieu d' une inversi on du pied). La seconde foi s est géné-
ralement identique, parfois même il ajoute l'in version du pi
port. Si un petit rat de l'opéra est une fillette laxe et ayant de ed. Cela
montre qu'au ni veau d'un segment, mieux co rti ca li sé que
l'aisance gestuelle, il existe aussi des personnes raides qui sont le tronc,
il est déjà capabl e de faire des faux mouve ments (non-différenciati
on
habiles, de même que de grands laxes parfaitement maladroits. entre force et finesse).
lA confusion est lourde de conséquences: les patients, fragilisés 22 . Par exemple, si l'on appuie doucement sur l'épau le droite d'
un
par une difficulté quelconque, sont en admiration devant le individu debout, il se laisse surprendre, ca r il réfl échit. l a
seconde
fois est générale ment bonne: il anticipe légèreme nt en voya
spectacu la ire des performances quantitatives, dangereuses, et nt arri ve r
la main vers son épaule et ava nce celte derni ère. Si l'on
rgnorent celles qui sont qualitatives, dont ils auraient le plus recom-
mence, toujours lentement, mais en demanda nt au suje t
de fe rmer
grand besoin. Ils s'entraînent en surmenage articulaire (assou- les ye ux, il échoue à nouvea u. Si l'on pousse lent ement
sur son
plMeme nts), en malmenage, et aggravent leur problème. Les épaule droite après avoir fait un peu de brui t près de son
orei lle
~ quantitatifs, articulaires ou musculaires, pour ga uche: il avance cette derni ère et proteste que c' était
une vie un pi ège.
Cela montre à quel point nous fonctionn ons fa cil ement avec
VAlCI>oOneI Ie, sont minimes, en revanche le qualitatif doit être récept eurs et plu s difficilement avec nos ca pt eurs cutanés et
nos télé-
_' ''" "....geoce, car c'est la promesse de vivre mieux plus long- nos pro-
priocept eurs. Si l'on reprend l'expérie nce, len tement, le suje
t tente
_-~ P/as et coll., 1989). d'accélé rer sa vit esse de réponse, mai s générale men t après
avoi r
laissé son épaule reculer, donc en position de faibl esse. Il faut
expli -
quer qu'une réa cti on effi cac e ne peu t se faire qu 'en
• Partage des rôles l'épaule droit e. Or, n'a yant pa s l'initiative du choix de l 'é
ava nça nt
p ~lUl e, le
sujet ne peu t que reculer l'épau le ga uche, ce qlJi revient ,
- ~ dko(~ue un ité fonctio nnelle, les zones arti culaires spati ;:J le-
ment , au même. Il faut ensui te roder la réacti on, avan t d'être
~ ~ ~ mi-rrv.. roles. Au niveau des membres, on peut sûr que
le processus soit bien intégré.
DOMAINES D' tTUDE • 39

Fig. 2-19 - L'axialitéentre le point de poussée


et la réaction du sol est une condition
d'efficacité et d'économie du mouvement. La
mise en évidence en est facile avec les
mains (a), l'épaule (b) ou la tête (c); elle l'est
beaucoup moins avec le sternum (d), ledos (e)
ou les fesses m. Dans ce dernier cas, si la
résistance est' le fait du praticien (et non d'un
objet quelconque), l'échec est assuré : la
présentation des fesses étant un Beste
/' socialement incorrect.

STABILlT~

DONNÉES DU PROBLÈME a a'


La stabilité est à la foi s antinomique et compl émentaire de la

/
mobilité. Antinomique, ca r généralement les situations stati ques
sont réputées plus stab les que les dynamiques (cf. fig. '- '). C'est
oublier que lo rsqu ' un système est instab le, seule la mobilité per-
met de contrôler le déséquili bre et d'adapter le comportement
sta bil isa nt.

Exemple mécanique
Le maintien en vélo est d'autant plus difficile que la vitesse est
lente, et tenir sur deux roues à l'arrêt relève de la prouesse
(encore faut-il mobiliser sans cesse le guidon et jouer des épau-
les).

Exemples humains
Le maintien en station debout n'est jamais complètement sta- Fig. 2-20 - Stabilité (a) et instabilité (a') passives, stabilité (b) et instabilité (b')
tique, il nécessite de perpétuelles petites oscillations qui contrO- actives.
lent l'équilibre, ce qui disparaît avec la marche. Sur le plan
articulaire, la scapulo-humérale ne conserve une bonne stabilité
que dans la mesure où la scapula bouge et adapte en perma-
nence sa position à celle de l'humérus.

• La stabilité passive
Elle est le fait de l'os et des ligaments (fig. 2-20 a, a') . Dans
Il (aut ve ill er au sens que l'on donne au mot stabilité. Ce un cas comme dans l'autre, elle est du ressort du chirurgien, le
term e est fréq uemmen t utili sé sa ns en préc iser la nature, ce qui kinés ithérapeute ne pouvant modifier ces structures. Toutefo is,
amène des confusions de compréhensio n et de déducti o n. Il faut il faut mentionner que l'immobilisation joue un rôle enraidi ssa nt
distin guer sta bilité passive ct active. et que la kin és ithérapi e, pa r le biais du travail musculaire, peut
• B.'-<CS FONDAMENTAlES

La stabilité statique
Elle ne nécessite aucun mouvement (fig. 2-21 a) et fait inter-
venir la notion de balance musculaire: y a-t-il équilibre, ou non,
entre muscles forts et muscles faibles ?

La stabilité dynamique
Elle fait intervenir l'ajustement continu des éléments en jeu
(fig. 2-21 b) au cours d'un mouvement. Deux types d'action pré-
sident à cet équilibre dynamique.
le feed-back, ou rétroaction
Il s'agit d'un mode de contrôle permanent (fig. 2-22) assurant
l'autocorrection automatique déclenchée par l'apparition d'une
~ 2-21 - SUbilités erreur". l'avanta ge est la sûreté du système, l'inconv énient est
sIaIique (ai el dynamique (b).
sa relative lenteur" par rapport à des agressions rapides (Pro-
a
chazka et coll., 1997).
le feed-forward, ou rétroaction mémorisée
Avec l'entraînement dans des conditions similaires, le feed-
back est mémorisé". l'avanta ge est la possibilité d'anticip ation,
en l'occurre nce de la stabilité. l 'i nconvénient est que toute
modification conduit à un feed-back tardif après échec.

Aspect statico -dynam ique


la stabilité active conjugue souvent des aspects mixtes, sta-
F~ 2-22 - Système cybernétique: tico-dynamiques. Sa rééducation requiert l'utilisat ion de plans
rautonigulation fait que la vapeur
produite entraîne un piston qui instables, de sollicitations aléatoires, avec privation du contrôle
actionne une roue, laquelle de la vue. On peut faire quelques remarques.
provoque la _tion d'un pignon o Il faut évoluer d' une situation plus stable vers
potteur de deux masse/Oltes qui une moins sta-
ble (par exemple réduire le polygone de sustentation).
s'écartent sous l'action de la force
œntrifuge, ce qui élève le clapet o Il faut jouer sur l'i ntensité des déstabilisations (bras de levi er)
qui ob/urait la chaudière. De ce en allant du faible vers le fort.
fart, la vapeur s'échappe,
caJentissant le mécanisme, les o Il ne faut pas agir par surprise . Il faut, au contraire
, entraîne r
rnassefOItes redescendent alors et le la sensibilité en partant d'un appui statique (qui permet au
dJpet se referme, ce qui accélère patient de localiser, de sentir la directio n et d'apprécier l' inten-
le pistoo, etc. sité). En revanch e, le lâchage de la sollicitation doit se faire,
d'abord lentement, mais dès que possible de façon soudaine,
de façon à entraîner la chrono-réponse: « vite et bien
d'emblée > .
o Ce n'est qu'en fin de progression que l'on peut
jouer sur tout
(en fonction de l'âge et des compétences du patient), sans hésiter
masquer un déficit passif, ce qui est souvent suffisant chez des
à le mettre en situation de vie quotidie nne: le faire réagir aux
patients sédentaires, ou d'un certain âge.
tentatives de mouvements luxants, le faire réagir en situation de
bousculade, voire de lutte.
1 La stabili té active
Elle est le fait des organes musculo-tendineux (fig. 2-20 b, b')
23. le réglage automatiq\Je d'une machine utilise ce mode, que
d est donc du ressort du kinésithérapeute . la chirurgie peut ce soi t
pour une machine à vapeur ou un réfrigérat eur. les co nstantes
~,~ nécessaire en cas de lésion structurelle de ces élément s, biologi-
ques (tel que le pH sanguin) sont, de même, des sinusoïdales
sc tradui-
-"'S ressentiel de la récupération est fonction de la qualité, sant schématiquement par une moyenne constante.
, ,"l aoe de la quantité, du travail musculaire. 24. C'est le cas d' une personne marchant dans le noir, en
Cela veut dire terrain
inconnu.
_'" - ~bilitk active est plus fonction de la proprioc eption 25. C'est le cas d'une personne rentrant chez elle, dans le noir,
;; doo- a V,.Œ brute. Il faut dissocier stabilité statique et dyna- allon-
geant le bras exactement de la façon nécessaire pour actionner
le com-
.. par aill~" considé rer la combinaison de ces deux mutateur allumant la lumière, ca r les paramètres du geste sont
intégrés
(Enoka, 1994). Ce qui ne peut être le cas en en trant, de la même
façon ,
dans une chambre d'hôlel, inco nnue.
D OMAINES o'rruo[ • 41

DONN ÉES STRUCTURALES

• Sur le plan osseux


La stabilité osseuse est fon ction de plusi eurs éléments.

La concordance a b
Cela concerne la comparaison des rayons de courbure des
surfaces concern ées. Si ces rayons sont identiques, le jeu de glis-
sement est unique (sauf laxité capsulo-ligamentaire supplémen-
taire); si les rayons sont différents, cela rend possibles des
translation s (fig. 2-23 a).

La congruence
Cela correspond à l'emboîtement des surfaces. Scapulo- c
humérale et coxo-fémorale sont des sphéroïdes, mais la pre-
mière est non congruente, donc moins stable, la seconde est Fig. 2-23 - (a) Concordance sans congruence. (b) Ni concordance, ni
congruente, donc stable (fig. 2-23 b, cl . De même, l'articulation congruence. (c) Congruence et concordance. La congruence implique la
huméro-ulnaire et la fémoro-patellaire sont toutes deux des gin- concordance, du moins macroscopiquement car il peut exister de légères
glymes, mais la première est stable, la seconde non. Il faut noter différences de rayons de courbure (cf. hanche. page /4/ ).
qu'il peut y avoir une absence de congruence osseuse et pour-
tant une congruence articulaire, du fait d' un fibrocartilage de
contention (cas de l' articulation radio-u lnaire supérieure).

Les rapports angulaires


Une articulation est d'autant plus stab le que la transmission
des forces se fait le long d'un seu l et même axe (fig. 2-24 et
cf. fig. 2-19). Cette stabilité axia le est parfois nommée, impro-
prement, verroui llage'·. Lorsqu' une angulation existe, cela
nécessite des forces compensatrices pour s'opposer à la ferme-
ture de l'angle ainsi constitué.

L'irrégularité de l'interligne
Un interligne s' inscrivant dans un plan unique est, par nature,
moins stable qu ' un autre s' insc rivant dans une ligne brisée
(e.g. la subtalaire ou les tarso-métatarsiens) (fig. 2-25 a) ou selon
une surface non réguli ère (cas de la sacro-iliaque).
Fig. 2-24 - le verrouillage assure le
maintien passif en rectitude des
26. On précise parfoi s verrouillage passif, ou actif, notamment à propos
segments (économie).
du genou ou de la région lombale. Critiqué, ce vocable traduit une sta-
bilité autour de la position neutre, axi ale.

1 ,,

~,, '.• 1

a b ( d

ri g. 1· 1.') 1t1 stabilité osseuse peut être le fait d'un interligne? en ligne brisée (a, subtalaÎre), de l'action coaptatrice de lel pesanteur (b, talo-
(rufa/d, d'tille Situa/ion Cil clé de voûte (c, larso-métatarsien), d'une sÎtuation en arc-boutant rd, clavicule).
• S>.s

Leur localisation
leur localisation permet de savoir dans quel plan, donc dans
quel sens, ils peuvent assurer une protection.

Leur rdle
, Il se déduit de ce qui précède. Grossièrement, on peut en
évoquer trois.
Le plaquage
C'est le fait de muscles ou de tendons se réfléchissant sur une
articulation et neutralisant la poussée de celle-ci (e.g. l' ilio-
psoas à la hanche) (fig. 2-26 aJ.
Le haubanage
Ce terme doit être pris au sens général et non en identité avec
les haubans de marine. le terme, même s'il est critiqué par cer-
~ 2-26 - (a) Phénomène de plaquage: exemple du psoas. (b) Phénomène de
hauban, à gauche, et d'étai, à droite. tains (Viel, 2001), est une dénomination courante pour désigner
une structure empêcha nt un élément de s'abattre du côté
opposé. la comparaison remonte au moins à léonard de Vinci
Les rapports avec la pesanteur (cf. fig. 7-44), premier à avoir étudié l'être humain debout, pieds
lorsque la pesanteur a un rôle coaptateur, elle exerce un effet au sol, et non étendu sur une table de dissection.
stabilisateur. C'est le cas des articulations portantes, surtout si
elles répondent aux conditions décrites précédemment
(fig. 2-25 b). ~m6œnIq...
Lanqu'un poteau menace de tomber vers la droite, on le
La dé de voûte, l'arc-boutant . . . . . . . . . . SIl gauche (fig. 2-26 b) ou on l'étaie sur sa droite_
Ce sont des cas particuliers pour lesquels la comparaison
avec l'architecture s'impose, au sens fonctionnel. Une clé de !-.le ...........
voûte es~ par exemple, formée par le deuxième rayon du pied A iii Nnc:he. le moyen fessier permft de tenir l'appui monopo-
dal SIIII5 chute du bassin du cOt~ op~.
au niveau tarso-métatarsien (fig. 2-25 cl. l'os arc-boutant type
est la clavicule, entre scapula et sternum (fig. 2-25 dJ.

Le tirant
• Sur le plan capsulo-ligamentaire - --
C'est l'inverse du cas précédent: la traction se fait vers le
La localisation
dedans et non plus vers l'extérieur.
Elle révèle le risque potentiel: la capsu le est renforcée par
des ligaments là où l'os peut se luxer. Ainsi, à la scapulo-humé-
raie et à la hanche, la partie antérieu re, plus découverte que la Exemple m6canlque
postérieure, est stabilisée par des ligaments.
lorsque les murs d'une maison ont tendance à s'écarter sous
La densité de l'appareil fibreux l'effet du poids de la toiture, on fait passer un axe
métallique de part en part et. à l'extérieur, on y fixe des
l'épaisseur de la capsule et des ligaments (parfois l'existence tiges aoi~, appliquées sur la surface des murs.
de deux plans superposés), la direction de leurs fibres témoi- l'ensemble est serré de façon à interdire l'écartement des
extr~mités (cf. fig . 5-48).
gnent de l'importance stratégique d'un secteur.
Le secteur articulaire Exemple humain
Les muscles obturateurs et jumeaux tractent l'épiphyse supé-
" intervient dans la mesure où la tension des ligaments est rieure des fémurs vers le dedans, empêchant l'écartement de
motHiée_Ainsi, les ligaments de la coxo-fémorale la sécurisent ces os sous le poids du bassin (Lamandé et Prat-Pradal, 1998).
~ en extension (plaquage), mais pas en flexion , où ils sont
,j.:.t:ndus les luxations se font dans ce secteur).
Leur structure
• Sur le plan musculo-tendineux
l es muscles ont un ca ractère d'a utant plus stabili sateur qu ' il s
cI-'S r"~I":5, il travers leur masse, leurs traj ets tendine ux, et sont fortement composés de ti ssu collagène - pa r exempl e l'apo-
:;..t' -' rnd (e viscoélastique, leur tonus et la force qu' ils névrose du grand dorsa l sur la régio n lomba le, ce lle du trapèze
y>flt des garants irremplaçables de la stabilité a rti cu- sur la joncti on cervico-thorac ique, le très de nse tendo n du
supra-épi neux au ni vea u de l'épaul e.
D OMAINES D'tTUDE • 43

Leur intimité capsulo-Iigamentaire DONNÉES PATHOLOGIQUES


L' intimité entre un mu scle et une arti culation révèle leu r
Si l'on considère que les excès de stabilité sont synonymes
intrication fon cti o nnell e. Cela se traduit de mu lt ip les ma niè-
de ra ideur', on peut si mplifier en réduisant la pathologie de la
res : insertion sur la capsu le (brachial au coude), expansions
stabi lité aux insuffisances, c'est-à-dire aux instabil ités. il faut dis-
su r la capsule (long abducteu r du pouce sur la capsule tra -
tinguer instabi lités subjecti ves et objecti ves.
pézo-métacarpienne) ou ses l iga ments (tendon récurrent du
droit fémora l à la hanche), trajet intracapsulaire (cas du lo ng
bi ceps à l'épaule), communication de sa bo urse sy nov iale
• Les instabilités subjectives
avec la poche articulai re (subscapul aire, semimembraneux Ce sont des sensati ons de dérobement, ou de manque de
au geno u). séc urité, ressenties par le pati ent. Elles ne correspondent à
aucune donnée anatomique et, par conséquent, ne sont pas
• Sur le plan tégumentaire du ressort de la chirurgie, mais de celui de la ki nés ithérapie.
Les téguments ne sont concern és que très indirectement. Il s'agit d' une défai llance propriocepti ve, d' une mauva ise pro-
Cependa nt, il faut noter qu' il y a to ujours une corrélation entre grammati o n gestuelle, parfois d' une insuffisa nce musculaire.
Elles n' aboutissent jamais à des épi sodes de luxa tion ou
les capacités méca niques articulaires et muscul ai res, et celles
subluxa tion.
des tissus d'enveloppe. Ainsi, les zones à fo rte stabi lité sont
généralement recouvertes, en superficie, d' un pa nn icule adi-
peux assez développé ; elles sont denses, épaisses, fo rtement • Les instabilités objectives
adhérentes aux plans sous-jacents - par exemple la peau plan- Elles mènent à des troubles objecti fs (luxa ti ons ou subluxa-
tai re du pied, ou la pea u de la région lombale. tions) et reposent généralement sur des insuffisances des struc-
tures passives. La morpho logie osseuse peut être en cause
(dysplas ies), ou la dysharmonie des rapports segmentaires, ainsi
que l' insuffisance liga mentaire (acqui se ou non). Le traitement
est généralement chirurgica l, ava nt d'être poursuivi sous l'a ngle

a
( rééduca tif.

POUR CONCLURE

La stabilité est primordiale surtout sur un ensemble polyarti-


culé. Elle est le fruit d' un concours important entre les éléments
passifs, actifs, et la mise en tension des caissons viscéraux (pour
le rachis).

CONTRAINTES
b

Lorsqu ' une fo rce agi t sur un solide, elle peut provoquer son
dép lacement ou, si elle est pour cela insuffisa nte ou que le
dép lacement est impossible, agir sur sa structure même: c'est
la contrai nte (stress, en anglais).
La contrai nte est symbolisée par la lettre grecque cr (sigma) et
Fig. 2·27 - La prcssion pneumatique assure une rigidité de maintien (a) DU une
s'exprime en N par m' (Pa ), unité trop fa ible à laquelle on pré-
résist"nce ,; l'''ppui lb).
fère son multipl e: le daN par mm' (MPa). Elle est proportion-
nelle à la force F et inversem ent proportionnell e à la surfa ce 5
(fi g. 2-28). Soit la fo rmu le:
F
• Caissons viscéra ux cr
5
Leur présence est indi spensa ble à la stabilité du tronc. Celle-
ci dépend de l'ada ptati on morp ho logique du contenu, moulé
27. Un exemple en eSllorsquc, dans une liga mentopl asIÎ;, un ch i ru ~gien
sur le rachi s, ct d0 l'adaptation de sa ri gidi té (pression in tern e)
donne une tension un peu plus forte au transpl ant prothesé et qu~ 1a rt ~ ·
(fig. 2-27) . L'en semb le fon ction ne comme un coussin hydrop- culation est di te . serrée J , Cela équiva ut à lui do nner une certaine rai·
neumatique offrant un maintien étendu et solidaire de l'axe ver- deu r (qui tend tou jours à légèrement régresser avec le temps), afin de
tébra l (cf. les 70nes thoracique et lomba le, p. 478, 487 ct 520) . protéger l'art iculation contre une insu ffi sance induisa nt une rechute.
~ • 6 FO DAA<ENT..... E5

CONTRAINTES SIMPLES

• Compression 28
Est appelée compression, ou pression, la contrainte q~i tend
à raccourcir une poutre" lorsque celle-cI est soumIse a deux
forces opposées (fig. 2-29 a). À noter que, simultanément, les
diamètres transversaux augmentent, provoquant un renflement
pouvant conduire à un éclatement. C'est ainsi ~ue les poutres
soumises à un effort de compression sont renforcees par des cer-
clages (fig. 2-29 cl. . '
La compression pure concerne les solides relatIvement courts
et à condition qu'elle soit bien centrée, sinon il y a ri sque de
flambage ou de flexion latérale (cf. infra). • .
Il faut noter qu'en cas de matériaux différents, chacun reaglt
a b c avec son module de Young propre (fig. 2-29 dl, et qu'en cas de
décentrage de la charge, ou d' inclinaison, cela renvoi e à une
f"~. 2-28 - La contrainte engendrée par une force (a) est proportionnelle à cell... contrainte en flexion (fig. 2-29 el.
ci (b' fi inversement proportionnelle à la ,utface (c), avec un coefficient propre
~ rrliJtiriau appelé le module de Young (Cf. p. 23).

26. Officiellement . poussage . selon les normes officielles (Buhot et


Thuillier, 1961 ; Seyres et Huchon, 2000).
29. Une portion de solide est appelée poutre.

c
b

d
e
d'

(j~~.IfJ r{partle en un secteur donné (a) d'un solide. Action sur une éponge: diminution du diamètre vertical el augmentation des transversaux (b).
~ ff'z !r"lll{'ltil',dU t'opposant aux poussées transversales (c). Lorsque deux matériaux sont en présence, chacun réagit .1Vec son module de Young propre (d),

t!:I..... '31'- tJ..m JP (liS rX"S enrlouages après fracture (cl'). Une pression décentrée engendre une flexion (e).
D OMAINES O'trUDE
• 45

Exemple mécanique
Lorsque l'on appuie sur une éponge posée sur une ta ble,
l'~ponge s'aplatit et s'élargit en tous sens (fig. 2-29 b).

Exemple humain
L'effet de la gravit~ terrestre est la contrainte à laquelle l'orga-
nisme est ie plus exposé, bien que ce ne soit pas la plus impor-
tante .

• Traction 30
Il s'agit du mécanisme inverse de la compression: elle
concerne la contrainte qui, appliquée à une poutre sous forme a c
de deux forces opposées, tend à l'a llonger (fig. 2-30 a). Le corol-
laire en est que les diamètres transversaux diminuent Fig. 2-31 - la torsion est d'autant plus importante que la distance entre le
(fig. 2-30 b), réa lisa nt ce que l'on appelle une striction, qui peut couple et le pointlixe est grande (cf. module de Coulomb, p. 24) la). les
aboutir à une ruptu re par étirement. contraintes sont d'autant plus importantes qu'elles sont éloignées de l'axe de
torsion (b) et d'autant plus négligeables qu'elles s'en rapprochent. la section
d'une diaphyse osseuse montre celle adaptation: l'os cortical, rigide, est à la
périphérie, et le spongieux, tendre, est au centre le). la Iracture provoquée par
Exemple mécanique une torsion est spiroïde (plan de section proche de 45°), exemple d'une torsion
Lorsque l'on étire un bout de pâte à modeler, celllKi s'allonge appliqué à un morceau de craie Id).
tout en se rétrécissant en son milieu, jusqu'à ce que la section
soit trop petite pour supporter l'effort et se rompe.

Exemple humain
Les matériaux les mieux adaptés à répondre aux contraintes en • Torsion 3 !
traction sont soit de type actif, soit de type passif:
• Du c6té actif on trouve le muscle puisque, par sa contractilité, Elle résulte de l'action de deux coup les opposés, dont les
il module sa force de raccourcissement pour la doser en fonction plans sont perpendicu laires à l'axe géométrique de la poutre
de la contrainte qui lui est appliquée. La résultante est nulle
dans un travail statique, et dirigée dans un sens ou dans l'autre (généralement un cylindre, creux ou plein) (fig. 2-3 1 al. Le dia-
dans le cas d'un travail concentrique ou excentrique. gramme montre que les forces sont d'autant plus importantes
• Du c6té passif. donc économique, on trouve les ligaments, qu'elles sont éloignées de l'axe et qu'inversement la partie cen-
inextensibles et généralement assujettis à la protection d'un trale du solide subit des contraintes négligeables (fig. 2-3 1 bl.
interligne articulaire. Il faut ajouter des structures passives plus
superficielles : aponévroses et fascias, qui assurent un rOle équi-
valent sur des distances plus grandes (e.g. tractus ilio-tibial, apo-
névrose plantaire). Exemple rMcanlque
La propriété décrite préc~mment a pour cOnHquence que la
résistance d'un tube, autrement dit d'un cylindre creux, est pres-
que équivalente à celle d' un cylindre plein, ce qui, à résistance
proche, permet d'alléger consid~rablement la structure.

Exemple humain
La conformation des diaphyses exprime la réponse physio logi-
que la mieux adaptée à ce type de contrainte (fig. 2-31 c) : l'os
est creux intérieurement (canal médullaire) et la section est cir-
culaire' . Cela permet, par rapport à une structure pleine, un
allégement appréciable pour une perte de résistance minime.
Le dépassement de la résistance osseuse se traduit par des frac-
tures spiroïdes (fig. 2-31 dl.
a. lorsque des contraintes en flexion coexistent. la section se rapproche
du triangle (ligne âpre du fémur ou arête palmaire des métacarpiens).

Fig. 2-]() TraC/Ion répartie Cil un secteur donné (a) d'un solide. Action sur une 30. O ffi cie llement c tirage ,. .
épollRC: augmenta/ion du diami'ire vertica l ct diminution des transversaux (b). 31. Officie llement te tordage ,. .
• 8~ _ FO'<llMIENTAlES

serie (fig. 2-32 b). Dans l'exemple de la paire de ciseaux, il s'agi-

t
rait, ici, de ciseaux qui. coupent mal ».
mmm

• Pliage. Il correspond au cas où les deux forces sont séparées


par une distance d suffisamment importante pour q~e .Ieur action
engendre une flexion (cf. infra) du solide concerne (f'g. 2-32 cl.
Ce type de contrainte est dangereux P?ur les stru:tures et
donc toujours équilibré par les forces en presence. On 1observe
b en revanche dans nombre de situations pathologiques, par
exemple dans les spondylolisthésis entre L5 et Sl (cf. La c;har-
nière lombo-sacrale, p. 525), ou dans les fractures du col femo-
rai non opérées .

c • Fluage
C'est une déformation engendrée par la seule action du
temps, indépendamment des forces auxquelles la poutre est sou-
mise (fig. 2-33) (Borgi, 1981 ; Pioletti et Rakotomanana, 2000).

fis. 2·32 - Deux Forces agissant linéairement en sens contraires peuvent


engendrer une section (a) si leur distance est nulle (cas de la paire de ci5eilux),
un emboutissage si la distance est modérée (b) (cas de la paire de ciseaux qui
• du jeu), une flexion si la distance est plus grande (c).

bImpI. humains
L'QI n'est pa ou peu influenct par ce type de contrainte. Le
..,.. locomoteur dans son ensemble n'y est sensible qu'en
..... dt ~ rn6Dbolique de ses composants. Cela se
tIwtuIt. par . . . . . . par la camptocormle du vieillard, ou l'aug-
•••1II1Ion dis caurbures osseuses dans certaines maladies du
mtIIIboIlsme 0IIeUX.

CONTRAINTE COMPOS~E : FLEXION

Il n'existe qu'une contrainte composée: la flexion", sous plu-


sieurs aspects. On appelle flexion la contrainte qui soumet une
poutre à des forces coplanaires normales aux génératrices, et
fi&. 2-33 - Le fluage d'une pâte molle résulte de la seule
action de la durée du maintien. provoque une déformation appelée flèche (fig. 2-34). La flexion
est une contrainte composée, car elle associe compression et
traction de part et d'autre de la fibre moyenne (ou neutre). On
trouve trois situations .

• Cisaillement • Compression décentrée


Ce terme définit un type de contrainte résultant de deux forces Il s'agit d'un cas particulier de la compression. Ce cas est fré-
égales et parallèles agissant en sens contraires et tendant à sépa- quent, car il est rare d'avoir une charge parfaitement centrée.
rer une poutre en deux tronçons glissant parallèlement l'un par Nous avons dès lors affaire à deux actions qui s'additionnent
rapport à l'autre. C'est un cas de figure précis parmi trois autres, algébriquement: d'une part la charge pure, axia le, et d'a utre
en fonction de la distance séparant les deux forces, et que l'on part l'action du bras de levier, qui se traduit par un coupl e de
retro.n.e dans le domaine industriel. forces contraires: les unes agissent en compression d'un côté,
les autres en traction de l'a utre. Au total, la charge s'ajoute à la
• Sft:tion, ou cisaillement proprement dit. Cette contrainte sur- compression et se soustrait à la traction, ce qui a pour effet de
, - lo<!<jtJe la distance d entre les forces est nulle et que leur déplacer la fibre neu tre (fig. 2-35). Il est à noter que, lorsque le
;,cv" des fOfœs produit une section (fig. 2-32 a). On en trouve décentrage augmente, la va leur de charge pure ne varie pas,
..rt'- ~W «Illon dans une paire de cisea ux coupant bien. alors que celle du couple augmen te de façon importan te; or
• EmhoutM;.ge_ 1I existe dans le cas où la distance dest minime c'est elle qui est dangereuse pour les st ru ctures (cf. fig. 2-45).
. . . . --- dOC ..", Imprime une form e, comme c'est le cas dans
~, - .... ,·r,..,..,Jb,le pour la fabrication des pièces de ca rros- 32. Officiellement . flexage ».
DOMAINES D'trUDE
• 47

F,

" .......... ~"",


/

..... _--------'

F,
------- F,
a b

Fig. 2-34 - La flexion d'une poutre est produite par le jeu de trois forces agissant en cintrage (F, F, F,J. Elles provoquent un
rapprochement de la partie supérieure (compression) et un étirement de la partie inférieure (traction) (a). Entre les deux se situe
la ligne moyenne, ou fibre neutre (x, y), qui ne subit aucune contrainte. C'est ainsi que sont conçues les poutrelles métalliques
dans la construction (b) .' la partie centrale est mince, seules les parties supérieure et inférieure sont larges.

a b c
Fig. 2-35 - Mécanismes de la flexion. Flexion par compression décentrée, créant un appui avec apparition d'une flèche latérale (a). Flexion
par cintrage, obtenue par action d'une pression perpendiculaire (les extrémités sont résistantes) (b). Flexion par flambage.' la pression est
centrée sur une poutre allongée et de faible diamètre (c) .

• Cintrage Il fa ut noter trois variantes. Remplaçons la can ne par une tige


métall ique coincée entre les deux mâchoi res d' un étau :
Il s'agit d' une force compressive exercée entre deux contre-
appui s (fi g. 2-34 et 2-35 b). • Si les deux bouts cie la ti ge sont libres (donc mobi les), lors du
serra ge de l'étau, il se produit une monocourbu re, chaque bout
• Flambage aya nt subi une petite rotati on par rapport à la mâchoire d'appui.

Il s'agit d'un au tre cas parti cu li er cie la compression, lorsque


la secti on est au moins quatre à cinq fo is plus petite que la lon-
Exemple
gueur cie la pou tre concernée (fig. 2-35 cl.
La diaphyse fémorale dans le plan sagittal. Hanche et genou
présentent une liberté sagittale, la conséquence est une conve-
xité antérieure de l'ensemble du fût osseux (fig. 2-36 a).
Exemple
La canne de Charlot en est un exemple clai r : la pression
n'engendre pas de tassement avec augmentation des diamètres • Si l' un cles deux bouts est rendu so lidaire de la mâchoire, par
transversa ux, ma is une incurvatio n de la canne. soudure ou encastrement, et que l'a utre reste li bre: lors du ser-
• Il SlS f'O'.DM<ENTAlES

Fig. 2-36 - La conforma/ion des diaphyses osseuses


corresfX1nd aux contraintes supportées par les os en
a b c deux extrémités, mobiles ou non dans un plan don

rage la tige s' incurve dans les 2/3 de sa longueur situés du côté tromyographique (Péninou et coll., 1994). Il suffit de procéder
libre, et reste rectiligne dans le 1/3 situé dans le prolongement à partir du calque d' un document photographique et d'y porter
de l'extrémité fixée. les centres de masse segmentaires - selon les tables définies par
Dempster (1955, 1959) ou Duval-Beaupère et coll. (1992)
(cf. Annexe nO2 et fig. 1-16). Ces repères permettent de situer
le centre de gravité général de l' individu par rapport à son poly-
gone de sustentation. La charge appliquée et les forces qu'elle
engendre sont établies. Localement, la charge en jeu et son
moment par rapport au centre de rotation concerné permettent
de défi nir le muscle équivalent (c'est-à-dire le muscle imaginaire
dont l'action est la résultante de toutes les actions musculaires
combinées). L'analyse vectorielle permet alors de définir
• Si les deux bouts de la tige sont solidarisés aux mâchoires: l'importance des contraintes en jeu et d'établir la réponse idéale
lors du serrage, le 1/3 moyen de la tige s' incurve, tandis que les compatible avec la physiologie (Frain, 1985).
deux 1/3 extrêmes restent rectilignes.
• Incidences pathologiques
Les contraintes sont un élément incontournable de notre envi-
ronnement. Sans elles, aucune organisation segmentaire n'est
possible: une plante poussant en situation d'apesa nteur se déve-
loppe normalement sur le plan biologique, mais de façon anar-
chique sur le plan architectural. De façon plus imagée, il suffit
de comparer la paradoxale lourdeur et le manque d'a isa nce
d'un cosmonaute en état d'apesanteur, et la légèreté d' une dan-
seuse en situation de pesanteur. La mac hine humaine est
C ONSÉQUENCES BIOMÉCANIQUES influencée par la gravitation terrestre, tant sur le plan de sa sta-
tique et de sa dynamique que sur l'organisation intéri eure de
• Incidence f onctionnelle ses structures (e.g. travées osseuses). Les contraintes peuvent
LI flexion est omniprésente dans l'édifice musculo-squeletti- aussi avoir une influence néfaste en fo nction de certaines don-
que. Or elle est dangereuse pour l'intégrité osseuse, l'exposant nées physiques ou en l'absence de réaction équilibratri ce.
a des risques de fracture transversale. Cest la justification de L'étude des pathologies permet de mettre en évidence les
aisteoce du phénomène de poutre composite (cf. p. 24), qui situations sui va ntes.
préserve l'intégrité osseuse par création d' une flexion opposée,
L'ex cès de charge
~née il neutraliser les effets dangereux de la première.
L'excès de charge, com me dans la su rcharge pondérale, est
• Analyse vectorielle le seul cas où il est possible, et raisonnabl e, de diminuer le poids
afin d'a moindrir les effets néfastes.
" ..,g pas facile d'analyser les forces en présence au ni veau
- '/"'r~-'" du corps : la position segmentaire, et l'activité mus- Le dècentrage de charge
,,-< '~'!' en déu:lule, déterminent des con trai ntes dont il faut Il semble préférable de fra ctionner un poids bilatéralement,
"' '' v.>nt gérk-s économiquement ou non. Une relat ion plutôt que de le porter d'un seu l cô té. Cela se conçoit, mai s
, ;,.'.. .:... ,,1,. ,'" te l'analyse positionnelle et l'activité élec- n'est pas toujours possible. On peut l' illustrer par la vue cles
DOMAINES D'nuoE • 49

femmes africaines portant des charges importantes sur la tête. Il


est un fait que le décentrage doit être contrôlé par:
• La minoration de ce décentrage. En effet, plus le bras de levier
de la charge est important, plus son moment est pourvoyeur de
contraintes (cf. fig.14-57) .
• La création d'un contrepoids ou hauban musculaire adapté
(cf. fig. 2-26 b). Ainsi, l'existence d'une flexion engendrée par
une charge décentrée est coûteuse tant qu'un hauban ne la
contreba lance pas par la création d'une flexion inverse.
• L'uti lisation d'un arc-boutant (cf. fig. 2-25 dl, ou d' un vérin
(ligne âpre du fémur lfig. 2-371) jouant le rô le d'un éta i
(cf. fig. 2-26 b).
• La minoration de la résultante des moments en jeu. Ai nsi, le
genu varum, même équilibré par une force musculaire suffi-
sante, se traduit toujours par une résultante anorma lement éle-
vée. Ô
a b
Le surmenage
Fig. 2·37 - Le vérin permet un calage empêchant le rapprochement de deux
Le surmenage, c'est-à-d ire le dépassement des capacités éléments (a). La ligne âpre du fémur offre ceNe conformation, dans la concavité
d'absorption des structures, en durée ou en répétition (fatigue), diaphysaire (b).
en intensité, en vitesse d' application, en mauvaise répartition
(so it loca lement, directement sur une surface, soi t au sei n de la
chaîne cinétique, via une dispersion sur les zones voisines).
qu'elle exercerait sur une surface deux fo is plus grande. Plus un
La défaillance de poutre composite
os portant doit transmettre de charge, plus son diamètre est impor-
Il s'agit d' un manque de convergence fonctionnelle entre des tant" (une vertèbre lombale est plus large qu'une cervica le).
stru ctures destinées à se partager les efforts (cf. p.24). Cela peut
mettre en cause l' insuffisance de contractio n musculaire asso- Dans le domaine de la cinétique
ciée, un déca lage dans la synchronisation de la réponse, une La surface augmente les frottements (mais le coefficient de
insuffisance de résista nce osseuse. frottement est propre à un matéri au, sa va leur est indépendante
de la surface, cf. Le liquide synovial, p. 70) (fig. 2-38 a). Il est
ÉLÉMENTS INTERFÉRENTS plus fac ile de fa ire pivoter un cône sur sa pointe que sur sa base.

• Intensité • Contact sedhumide


C'est l'élément le plus évident à prendre en considération. Selon que la surface de contact interpose, ou no n, ne serait-
Les conséquences d'une contrainte sont proportionnelles à son ce qu'un film moléculaire de liqu ide, les répercussions sur
inten sité (cf. fig. 2-28). l'adhérence/frottement se trouvent modifiées (fig. 2-3 8 b).

Exemple mécanique Exemples


Un support a d'autant plus tendance à s'enfoncer que l'on y Certains liquides sont connus pour ttre tr~ favorables aux glis-
pose des charges plus lourdes (une caisse vide ou une caisse sements (huiles). Sur le plan humain, le liquide synovial est un
pleine posée sur un lit). liquide particulièrement lubrifiant, une mince quantité de
liquide enduit les surfaces cartilagineuses pour améliorer
Exemple humain encore leurs qualit~ de glissement.
Les risques d'usure (arthrose) augmentent avec la surcharge
pondérale de l'individu concerné.
• Contact lisselrugueux
Le caractère lisse du revêtement est important: si le support
• Surface est homogène et dur, la mo indre irrégu larité engendre une
Deux remarques s' imposent à ce sujet. concen tration des contraintes à ce nivea u. Un matériau sans
irrégu larités est un gage de meilleur contact des surfaces, et est
Dans le domaine de la statique
ainsi propice au glissement.
L'effet d'une contrainte est inversement proportionnel à la sur-
face d'appl ic.a tl on (cf. fig. 2-28). Une charge posée sur une sur-
face donnée y exerce ainsi une pression éga le au double de celle 33. Ou 5.1 section. si cell e-ci est triangulaire.
1 &'-<[s fONOM\ENTAlES

Exempla m6c.Inlques
Un ski a une _Ile lisse afin de faciliter le glissement
(fig. 2-39). InWfWlMftt une rMllMtte • neige possède de fortes
stries afin d'emptclwr le glissement-

EDmpIe .........n
Le cartilage est 1.... pour faciliter le glissement.
L SiS att.s mIcrœcopIq.... offNnt une ....IIIeu.. plastklté, sans .ffecter
1'8I!*t HIle cie l'_Ille.

• Type de matériau
Chaque matériau possède son propre coefficient de frotte-
ment. On glisse mieux sur du carrelage que sur de la
moquette et l' industrie fabrique des alliages permettant de
modifier la qualité du contact dans le sens de moindres
frottements (fig. 2-40).

-
bis _-_ m6cInIque
ft le tringles' rideaux en bols glissent moins bien
que œux en matItre plastique (coefficients: métaVmétal • 0,3
• 0,9: nytonlacler. 0,3 : plastlquelplastlque = 0,1 à 0,3 ; roule-
ment • bille. 0,01).
Eumpli humIIIn
Le artIlage humain offre des qualit6s de glissement inégalées
f'og. 2-38 - La surface augmente les frottements (a). Le risquede dérapage sur dans rlndustrle actuelle (coefficient liquide synovial = 0,0001 à
une route mouillée est un exemple de glissement dû au revêtement humide (b). 0.0032) (Borgl et l'las, 1982).

• Vitesse d'application
Selon qu' une force est appliquée lentement ou non, les
conséquences sont diffé rentes.
Cl,e
a
Exemple m6canlque
Pour casser un bout de bois, il faut un certain élan et agir d'un
~ 2-39 - La semelle d'un ski est lisse pour faciliter le glissement (a), celle coup sec (fig. 2-41).
d'une raquette à neige est au contraire jrrégulière (b).
Exemple humain
Hormis le contexte sportif (coup porté par un karatéka) ou
des situations spécifiques, les considérations biomécaniques
portent généralement sur l'étude des contraintes lentes,
c'est-à-dire en négligeant l'énergie cinétique qui pourrait
être liée .

• Temps d'application
La durée d'application d'une contra inte joue un rôle sur cer-
tains matéri aux : c'est le fluage (cf. fig. 2-33).
a b
Iiq. - ErM d'U()I> SI'1TJelle aoutchoutée striée sur un sol antidérapant (a)
II'! If z; ~ ".. rlr ru,r sur une peau de banane (b).
D OMAINES O'(TUDE
• 51

Exemple m6canique
Une boule de mastic s'affaisse d'autant plus qu'on la laisse long-
temPS en appui ; un chewing-gum s'allonge d'autant plus qu'on
le maintient suspendu.

Exemple humain
Certaines manipulations visent à un étirement par la seule
action du temps. Des postures de cette sorte sont utilisées pour a
étirer une structure rétractée. L'étirement peut étre recherché
pour une autre raison, ainsi d'une distension locale de la peau, Fig. 2-41 - Elfet d'une contrainte statique (a) et d'une contrainte dynamique (b)
• l'aide d'un ballonnet sous-cutané, avant de faire un pr6l6ve- par une masse équivalente.
ment cutané.

• Répétition
Lorsqu'un effort est répété un grand nombre de fois sur un
matériau, sa résistance décroît progressivement (écrouissage).
• Température
Certains corps ont des comportements mécaniques différents
selon la température à laquelle ils sont portés. C'est ainsi qu' un
Exemple m6canlque
forgeron peut travailler les métaux. Ce facteur intervient relati-
On fait céder une tige métallique en la pliant et la dépliant plu-
sieurs fois jusqu'à ce qu'elle se rompe. vement peu en matière d' anatomie fonctionnelle.

Exemple humain • Bras de levier


Les sollicitations trop nombreuses engendrent des fractures de
fatigue (par exemple celle de la base du deuxième métatarsien Il ne modifie pas la force, mais son moment d'action. Pour
au cours de marches très longues) (d. page 25). les forces parallèles et en sens contraires, cela peut changer le
type de déformation engendrée (cf. Force, p. 9, Cisaillement et
Flexion, p. 46).
• Résistance au déplacement
C'est un frei n qui peut être important ou négligeable, mais ADAPTATIONS AUX CONTRAINTES
jamais être nul (sauf en état d'apesanteur). Il peut s'agir de l'air,
de l'eau, pour les segments corporels, ou des éléments au • Recherche d'un équilibre
contact d' une articu lation . La résistance au mouvement d' un
Tout ensemble tend à se stabiliser dans une situation où la
corps au contact d' un autre est définie par le coefficient de frot-
somme des moments et des forces, auxquels il est soumis,
tement (propre au rapport de deux matériaux donnés"). Sur le
s' an nul e.
plan arti culai re, elle dépend de la direction de la force appli-
quée (perpendi culaire ou non ), de la vitesse relative des deux
corps (fri ction plus forte à vitesse faible qu'à vitesse élevée), du
pH . Sa va leur est de l'ordre de 0,005 à 0,02 ". Exemple m6canlque
L'équilibre obtenu par le jeu des bras de levier permet • une
balance romaine de chiffrer le poids d'un objet (fig. 2-42 .).

Exemples mécaniques Exemple humain


On utilise des matériaux antidérapants pour empêcher une On compare les moments des forces (gravita ire et musculaires)
pièce de glisser sur une autre. Inversement, on glisse des patins pour définir s'il y a équilibre ou non, et déduire les conditions
anti-frottement pour faire glisser des meubles lourds lors d'un de cet équilibre (par exemple lorsqu'une hanche est en appui
déménagement. monopodal et qu'elle réalise l'équilibre entre la force gravltaire
et l'action stabilisatrice latérale du moyen fessier) (fig. 2-42 b).
Exemple humain
A chaque fois qu'une structure molle risque de frotter sur une
autre plus dure (tendon contre un os, ou un rétinaculum), une
bourse ou une gaine synoviale est intercalée afin de faciliter le • Éléments de l'équilibre
glissement .
On dit parfois, pour simplifier, que l'on cherche à supprimer
des contraintes. À moins d'enlever purement et simplement la
34. Cc cœffi L ÎCllt est inclépend;tn t de la surface cie co ntilCI. ou les forces génératri ces (apesanteur, arrêt d' un port de charge),
35 . Un coeffi cient de 0, 1 signifie qu' un corps glisserJ si on lui applique il ne peut être questi on d'éliminer des contraintes, mais seule-
u~: forcc narm il le du 1/ 10 de son poi d s. Ain si un glaço n sur une to ile ment d'en annu ler les effets pervers ou tout au moins d'en limi-
cl,rc c gli <;sc il la moi ndre prc<;c; ion du doigt. ChJrn lcy ( 1960) di t qu' au
IlI VCJU J rli (u l ~lIr('!c. cot.... fficie nt eSllro is fo is meilleur que cel ui d'un gla- tcr l'étenduc (M cDonagh ct Davies, 1984). Deux possibilités
Çon Sur un Jul r(' gl,H,on . s'offrent : la répartition, et la créa ti on de contrai ntes opposées.
• S.sl FONOAMfN TAlES

Répartition
On ne diminue pas la force, mais on augmente sa surface
d'application (fig. 2-43).

~
~::=~::ct.cie'"
ui surfeca
10ft poids
'- ... un sol mou. elle
d'appui soit suf-
soit 6qullilrie par

~. 2-42 _ L'équilibre est obtenu, avec la balance dire romaine, par le jeu des
bras de levier (a), comme pour l'équilibre frontal de la hanche (b).

Création de contraintes opposé es


L'élément pris en compte étant la somme algébrique des
moments, il ressort que deux moments égaux et opposés s'annu-
lent, soit que leur bras de levier et leur valeur soient identiques
a b c et en sens contraires, soit que leur valeur varie inversement à
leur bras de levier (fig. 2-44). En revanche, cette somme peut
Fiz. 2-43 - La boule (a) s'enfonce dans le sol jusqu'à ce que la surface porta nie faire apparaître une résultante agissant sur le système en cause.
permette d'équilibrer son poids (b). Cest le rôle des ménisques (c) qui
Même si cette dernière est bien supportée, elle peut être géné-
augmentent la surface de conrad de l'articulation.
ratrice d'usure au-delà d' une certaine valeur de tolérance.

a (

_ Vs !'f'rpU nUISibles (al sont neutralisés par l'adjondion d'une nouvefle contrainte,
égale et en sens contraire, que ce sail par
f/;/. ~ rA) (Jd' UIJP t:lmgue sur un étai (cJ. II est à noter que ces deux
possibilités majorent la compression sur fa poutre.
D OMAINES O'ËTUOE
• 53

Exemple mécanique
L,onqu'une potence murale supporte une enseigne, avec un cer-
uln bras de levier, il faut ajouter une force Opposft pour sou-
lager l'effort (on peut aussi raccourcir le bras de levier par
l'adjonction d'une tquerre, ce qui est une façon diff6rente de
'*-11er le probltme).

Exemple humain
L'application pratique est reprtsent" par l'tquillbre de la
balance de Pauwels au niveau de la hanche (fig. 2-42 b). Pour
qu'il y ait tquilibre, il faut que les moments P x a et F x b soient
de valeur tgale. On sait que, pour que la valeur de la rtsultante
R soit physiologique, il faut garder un rapport approximatif de
3 • 1 entre les deux bras de levier, sinon la rt5ultante peut aug-
menter considérablement et etre Il l'origine d'une coxarthrose. a b

RECHERCHE D'ÉCONOMIE

• Transformation des contraintes


Lorsqu'une contrainte est da ngereuse, l'organisme évite la dif-
ficulté en choisissant de modifier la situation au profit d'autres
contrai ntes mi eux acceptées. Ainsi, la flexion d'un os étant dan-
gereuse, l'adaptation naturell e est la création d'une poutre com-
posite, ou celle d'un hauban, qui permettent de ne laisser
transiter par l'os que la compression, pour laq uelle il est pré-
desti né, la traction passant par la composante muscu lai re (Rabis-
hong et Avril, 1965) (fig. 2-45).
e 9
• Transfert des contraintes
Fig. 2-45 - Transformation des contraintes.
Les mêmes situations de dangerosité peuvent donner lieu à
(a) Une masse m, centrée, exerce une compression c sur une poutre.
deux adaptations: la répartition de l'effort (solliciter un ensem-
(b) Si elle est décentrée, une flexion f s'ajoute à c.
ble d' articu lations, voi re l'aide d' une tierce personne), ou le
(c) Si le décentrage augmente, c reste constante, mais la flexion devient F.
transfert (faire faire par autrui , ou par un apparei l, ce qu'on ne
(d) L'association des deux contraintes décale la ligne moyenne et la part de
peut faire soi-même) (Mendel son et coll., 1998).
compression C devient considérable.
(e) Une masse m', placée inversemen~ produit les effets inverses: F'.
m Si deux masses sont placées de part et d'autre, leur compression, de même
Exemple sens, double (2 cl, mais les flexions F et F', opposées, s'annulent.
Un poids supporté par un doigt peut solliciter le poignet. puis (g) La masse m' peut être remplacée par un tendeur, un hauban. La poutre subit
tout le membre (répartition). Une charge port.. Il bout de bras une simple compression C (= 2 cl.
peut être transfér" au port sur l'épaule, voire transform" en
charge roulée sur un chariot.

cutané, en passant par toutes les couches de parties molles et


ABORD FONCTIONNEL les associations musculaires.

Ce terme di stin gue le fonctionnement méca nique et invaria- Exemple mécanique


ble d' une machine de celui , ri che en adaptati ons, d' un être Un appareil élévateur comprend un moteur, une machinerie de
humain . Il est souvent compris de façon incomplète. transmission (câbles et poulies), un n6cessaire Il lubrification et
un plateau de chargement - pour ne parler que de l'ex~ution .

NOTION D'APPAREIL Exemples humains


Sur le plan humain, on parle de l'appareil extenseur du genou,
Le term e cI'appareil revê t une signifi ca ti on foncti o nnelle inté- ce qui inclut des surfaces articulaires, une poulie de glissement
gra nt un cert ain nombre cie structures anatomiques concourant et d'accroissement du bras de levier (patella), un ensemble cap-
au même but. Dans le cacl re rééduca ti l, il fa ut donc veiller à ne sulo-ligamentaire, un ensemble musculaire effecteur avec des
éléments de stabilisation (fig. 2-46). On parle, de même, de
rien laisser cie côté ci e ce qui part icipe à la finali té fo ncti onnelle:
l'appareil sésamoldien du pouce.
depuis l'élément osseux ju squ 'à la plastic ité du revêtement
,

• Ii" 'OAM(NTAlES

relative : la marche d' un opéré devant respecter un app~i partiel


la
ne peut être comparée qu'à ,ce que, l'on est en drOit d atte~dre
d' une personne de même age, memes condltlo~s, au meme
stade pathologique, et non à la march~ ne serait-ce que du
même patient, trois mois après la consolidation.

• Économie
l'idée est de dépenser le moins possible d'énergie. Si, pour
être efficace, un mouvement doit être coûteux, cela en limite
7
considérablement l'exploitation fonctionnelle. Il faut donc trou-
ver le meilleur rapport « qualité/prix . entre ,:e que I:o.n fait et
fi&. 246 - L'appareil extenseur du ce que cela coûte. Plusieurs critères peuvent etre ChOISIS, selon
gmoo comprend : fémur (1), capsule (2), le type d'activité: sur le plan cardiaque, pulmonaire, muscu-
r€tmaculums (J), tibia (4), bourse laire, etc.
....,.,...,/e
infrapatellaire (5), tendon
pRllaire (61, axps adipeux (7), • Esthétique
pZ/id (81, quadriceps (9) el cul-de-sac
sous-qwdricipital (10). Cette notion est souvent mal perçue, fort de l'adage que l'on
ne discute ni les goûts, ni les couleurs. Il ne s'agit pas de choisir
des indicateurs personnels, fonction de modes ou d'options fan-
taisistes. le choix doit refléter ce que l'on appelle aisance, flui-
FONCTlON(S) dité, adresse, habileté ou agilité, tous termes traduisant
l'élégance du geste réussi . Cette appréciation, non mesurable,
le terme désigne la capacité à exécuter une tâche ou partie est subjective. On peut cependant l'évaluer, à l' aide d' une
de tâche. Cela peut concerner aussi bien une machine qu'un échelle analogique. Des paramètres informatisables existent, qui
homme. la fonction d'une machine à écrire est, comme son permettent de déterminer la trajectoire idéale d' un service de
nom l' indique, de fabriquer un graphisme particulier qui dis- tennis, le meilleur rapport des segments corporels, les séquences
pense l'auteur de toute application calligraphique. la fonction et la chronologie de chaque phase. Il n'en reste pas moins que,
du cou est de tenir la tête et d'en assurer la mobilité. Au vu de sans calcul, l'élégance d' un skieur se perçoit immédiatement et
la capacité, ou non, d'accomplir la tâche programmée, on peut permet de savoir, sans risque d'erreur, si l'on a affaire à un débu-
dire que la fonction est atteinte ou non. Il s'agit donc d' une sim- tant ou à un « pro • . la marche « fonctionnelle . d' un hémiplé-
ple enquête, qui peut être étendue à tout l'individu: le moyen gique, pour peu esthétique qu'elle paraisse à un bien portant,
fessier tient-il l'équilibre monopodal ? le patient mange-t-il tout peut être d' un niveau fonctionnel meilleur que ce qu 'elle était
seul? le patient est-il autonome? Toutes ces questions, facile- un mois auparavant.
ment informatisables, se traduisent par des réponses binaires de
style oui/non. Au mieux, on peut ajouter des nuances pour affi-
ner l'appréciation des capacités. Par exemple: peut-il faire telle POUR CONCLURE
ou telle chose: normalement, avec difficulté, pas du tout? Il
Quand on parle de fonctionnel, il faut se garder d'une attitude
s'agit donc de batteries de tests, que l'on peut classer en tests
globale. D'une part, il faut connaître le but: la ou les fonctions
de mobilité fonctionnelle (secteurs), tests de stabilité (en chaîne concernées. D'autre part, voir comment on l'atteint : si l'un des
ouverte ou fermée, statiques ou dynamiques), tests de contrain- trois critères fonctionnels vient à manquer, il n'est plus possible
tes (port de charge). On peut ainsi avoir une vue assez détaillée d'attribuer le qualificatif de fonctionnel ou, tout au moins, cela
des fonctions accomplies, mais non de la façon dont elles sont en diminue la portée.
assurées. Il s' agit d' un registre quantitatif, quel que soit son
degré de précision (Mesure, 2000).
MOUVEMENT ET GESTE

QUAUFlCATIF (( FONCTIONNEL» • Définitions


Cela souligne l'aspect qualitatif de ce qui est accompli. Si Si le mouvement est omniprésent dans la natu re, le geste est
J'on met à part le fait que l'indolence soit un prérequis sans typiquement humain .
~ tout est modifié, on peut énoncer la « règle des trois E » : • Mouvement (du latin movere) signifi e « mobilité ", au sens
eif'UCité, économie, esthétique.
de bouger. Cest un acte physique pur. Un balan cier est en mou-
vement, les pi stons d' un moteur de voiture sont en mouvemen t,
• Efficacité une abduction du bras est un mouvement (W oestyn, 1977).
~ " l'V.JU\Iement inefficace ne peut être qualifié de fonction- • Ceste (du latin gestum) signifie « expression, manifestation ' .
u marche » suppose une va lidat ion correspon-
fr,rv:tll"lO • Un geste est un mouvement, mais l'i nverse n'est pas fo rcément
..~ .. , ph' rr>f:Ire de marche acceptable pour un patient vrai. Ainsi, le clin d'œi l est un II: mouvement » si une poussière
)'".; .... _ " .uri<- donné de sa pathologie. Cette efficac ité est m'agresse l'œil , mais si je l'adresse à quelqu' un pour lui faire
D OMAINES O'truOE
• 55

signe, cela devient un « geste ' . U ne abducti on du bras peut ment des mouvements, et seulement cela . C'est une erreur de
être un geste pour di re au revoir. La di stin cti on est importante stratégie: on rate le but. La rééducation du mouvement est une
en rééduca tion, ca r, en cas de diffi cultés, les patients sont sou- phase analytique indispensable, mais s'y arrêter est une faute.
vent obnubilés par le mal, et leur seule volonté les place parfois
La réédu cation des gestes est une exigence fonctionnell e com-
en situation d' incapacité (raidi ssement, appréhension). Or, il
plémentaire. Sont à prendre en compte ce qui nuance les ges-
arrive que le même mouvement, lorsqu ' il est programmé ins-
tes: l'âge, la culture, le sexe, l'expressivité. Il s'agit toujours de
tinctivem ent au cours d' un geste, retrouve une performance
démédicaliser le patient, le rendre acteur de sa rééducation,
meilleure. Le thérapeute doit donc se réserver cette double
comme on aime à le dire.
entrée, pour obtenir le meilleur effet.
Les mouvements traduisant une communication sont soit • Amélioration des capacités
génétiquement codés au départ (danse des abeilles, mouve-
ments des oreilles ou de la queue d' un chien, élévation des sour- • Elle passe par l' intégration d'un acte. Le cerveau pense en
finalité et non en muscles.
cils chez l' homme étonné"), soit progressivement élaborés par
la vie sociale, telles les mimiques du visage ou de certaines par- • L' apprentissage est le fruit d'une amélioration constante: il
. ties du corps (comme chez le singe). L' être humain est le seul s'agit de refaire des exercices et non de les répéter. Les étapes
à atteindre un niveau de communication très élaboré: le geste. successives forment un apprentissage de type vicariant.
C'est la base de la communication non verbale, et elle intéresse Il s' agit de faire découvrir le mode d'emploi de sa mécanique
non seulement le visage, mais les mains et même la posture tout et non d' inculquer. L' aspect (ré)éducatif de la kinésithérapie
entière. amène souvent des praticiens à enseigner aux patients les mou-
vements corrects, par opposition à ceux qui sont jugés incor-
• Incidence kinésithérapique rects. Or, il ne s'agit ni de faire un recensement des attitudes ou
Dans l'échelle animale, on observe une évolution, depuis les gestes inappropriés (ce qui serait impossible), ni d'imposer un
mouvements élémentaires (ouverture et fermeture d' une huître), mouvement jugé bon, souvent hors contexte. Le ressenti des ten-
vers de plus élaborés (activités diverses des mammifères), voire tatives, des échecs, des comparaisons, doit responsabiliser le
hautement performants (course du guépard, saut du kangourou). patient. Comme dans l' industrie: « le non-respect du mode
L'être humain y ajoute une innombrable quantité de gestes. d'emploi entraÎne la suppression de la garantie > .
Qu'en fait-on en rééducation? On rééduque consciencieuse-

36. Quelles que soient l'ethnie et la culture, une surprise déclenche tou-
jours une élévation des sourcils, même très brièvement ; il faut une l'abord rééducatif fait intervenir une double trilogie: les mobi-
caméra à défilement rapide pour repérer ce geste, dont la durée est de lités, stabilités et contraintes doivent orienter vers un abord
l'ordre de 1/6 de seconde (Eibl-Eibesfeldt, 1976). fonctionnel regroupant efficacité, économie et esthétique.

BORGI R, PLAS F. Traumatologie et rééducation, biomécanique, FRAIN P. Ëvolution du vecteur gravitaire au cours de la marche nor-
principes thérapeutiques (préface du Pr Judet), tt. 1 et 2. Masson, male. Corrélations musculaires et cinétiques. Revue Chir Orthopéd.
Paris, 1982. 1985, 7 : 537-47.
BORGI R. La notion de « fluage ». Notion mécanique et application LAMANDÉ F, PRAT-PRADAL D. Étude physiologique des muscles
aux tissus biologiques. Ann Kinésithér. 1981,8 : 195-200. du hamac gémello-obturateur. Ann Kinesithér. 1998, 25(3): 108-
BUHOT G, THUILLIER P. Cours de mécanique, 2: résistance des 114.
matériaux. Masson, Paris, 1981. MASSION J, VIALLET F. Posture, Coordination et Mouvement. Rev
CHARNLEY J. The lubrification of animal joints in relation to surgi- Neural. 1990, 146(10) : 536-542.
cal reconstruction by arthroplasty. Ann Rheum Dis. 1960, 19 : 10-19. McDONAGH MJN, DAVIES CTM. Adaptive response of mammalian
DEATHE AB, HAYES KC, WINTER DA. The biomechanics of canes, skeletal muscle ta exercise with high loads. Eur J Appl Physiol. 1984,
crutches and walkers. Phys and Rehabil Med . 1993, S(1) : 15-29. 52 : 139-155.
DEMPSTER WT, GA8EL WC, FELTS WJL. The anthropometry of MENDELSON S, MILGROM C, FINESTONE A, LEWIS J, RONEN B, BURR
manual work space for the seated subjects. Am J Phys Anthrop. D, FYHRIE D, HOSHAW S, SIMKIN A, SOU DRY M. Effect of cane use
19S9, 17 : 289-317. on tibial strain and strain rates. Am J Phys Med Rehabil. 1998, 77(4) :
DEMSPTER WT Space requirements for the seated operator. WADC- 33-338.
TR. Wright Patterson Air Force Base, 1955 : 55-159. MESURE S. Posture, Equilibre et locomotion : Bases neurophysiolo-
DOLTO B. le co rps entre les mains. Hermann, Paris, 1976. giques. ln : la Marche Humaine, la course, le saut. Viel E ed . Mas-
DUVAL-BEAUPERE G, SCHMIDT C, COSSON P. A barycentremetric son, Paris. 2000.
stud y o f th e sa gittal shape o f spi ne and pelvis: the conditions requi - PÉNINOU G, MONOD H, KAPITANIAK B. Prévention et Ergonomie.
red f or an economic st anding position. Ann Biomed Eng. 1992, Dossier de Kinésithérapie (13). Masson, Paris, 1994.
20(4) : 451-462. PIOLETII DP, RAKOTOMANANA LR. On the independance of time
EIBl-EB ESFElD 1. l ' homme programmé. Flammarion, Paris, 1976. and strain effects in the stress relaxation of ligaments and tendons.
J Biomech . 2000, 33(12) : 1729-1732.
ENOKA RM, Neu romecha nica l basis o f kinesio log y (2 nd edit). Human
Kin eti cs, Leeds (GB), 1994.

PlAS F. VIEl r. BlANC Y. la marche humaine. Kinésiologie dynami - TRUDEllE P. Charnière. vous avez dit charnière? Kinésithérapie les
~ bion1«anique et pathomécanique. 4' édition. Masson, Paris. Annales. 2002, 2-3 : 78-80.
19&9- VIEL E, BLANC Y. Examen systématique des causes de douleur et de
POOlOlLE M. CODINE Ph. Mécanismes et traitements des raideurs limitation autour d'une articulation. Ann Kinésithér. 1978, 5 : 251 -
.mculilires. Ann Kinés~r. 1996. 23(2) : 81-90. 265.
PROCHAlKA A. GIUARD D. BENNm DJ. Positive force feedback VIEL E. la colonne vertébrale « en mât de bateau ~ voile », un
control of muscles. J Neurophysiol. 1997. 77(6) : 3226-3236. mythe indestructible. Kinésithérapie - les cahiers, 2001, 79-80.
RAlISCHONG p. AVRIL J. ROle biomécanique des poutres composi- WILLIAMS M, LlSSNER H. Biomechanies of human motion. Saunders,
tes os-muscles. Rev Chir Orthop. 1965. 51(5) : 437-458. Londres, 1962.
RASCH PJ. BURKE RK. Kinesiology and applied anatomy (6'" ed). Lea WOESTYN J. ttude du mouvement: la mécanique, t . " 2' édition.
and Febiger. Philadelphia. USA. 1978. Maloine, Paris, 1977.
SEVRES Ph. HUCHON R. la loi d'Euler rapportée aux courbures
rachidiennes: un exemple d'appropriation et d'emploi abusif vieux
de plus d'un siécle. Ann Kinésithér. 2000, 27(3) : 119-124.

/
des tissus vivants

Os

L'os constitue la charpente rigide du corps. De ce fait, c'est


une structure spécialement prédisposée à réagir face aux
contraintes de pression et endurant bien la fatigue. 2

~ -- --

CARACTÉRISTIQUES MÉCANIQUES .........:t _ _J

• 11 est non homogène. Contrairement à des solides pouvant


présenter la même structure en tous points, se prêtant facilement 3
aux calculs, l'os est composé d'os cortical (lamellaire) en sur-
Co
face, et d'os spongieux en profondeur, ce qui relativise les ca l-
cu ls.
• 11 présente une structure trabéculaire : sa stru cture met en évi-
dence des travées d'os cortical dans l'axe des lignes de force,
correspondant à la transmission des contraintes. Entre ces gerbes /, 2
de travées apparaissent des zones de faiblesse, zones de prédi- Fig. 3· 1 - Une éprouvene osseuse
lection des fractures. La pose d' une ostéosynthèse, après frac- / .- 3 axiale, dans le sens des travées (1).
, " réagit très bien à la compression: Co
ture, modifie les travées, ce qui induit une période de fragilité
après l'ablation du matériel (Borgi, 1981 ; Meyrueis et coll.,
/
, ," " (trait plein) ; une oblique (2) réagit un
peu moins bien (trait-pointJ, et une
2004).
l,"~
transversale (3) encore moins bien
'/ '
• Son module de Young (E) est de l'ordre de 1 500 à 1 900 daN/ a'~ ______ ~ 0 (pointillé). Déformation : D.

mm'. Cette valeur moyenne associe l'os spongieux, tendre, et


l'os cortical, qui est envi ron 20 fois plus raide'.
• Sa dureté est faible: on peut noter que le degré de dureté (645 daN/mm'). Une éprouvette ob lique présente une résistance
Vickers de l'os cortica l (pareil à celui de l'ongle) est de 30, celle intermédiaire.
du polystyrène est de 70, aluminiun-magnési um : 80-90, acier: • 11 a une absence d'hys térésis et de rémanence, ainsi qu'une
120 à 800, diamant: 2 600 (Frade, 1990). relaxation parfaite. Sa faible déformation est intégralement récu-
• 11 est anisotrope : il ne présente pas les mêmes caractéristi- pérée lors de la cessa tion de la contrainte.
ques méca niques selon les différentes directions considérées. La • Il est peu fatigable : il supporte les répétitions de façon satis-
plus grande résistance correspond à la sollicita tion dans le sens faisante, sa ns modifica tion de sa rés istance. Il existe cependant
axial (fig. 3-1 ). Son module de Young varie: E longitud inal une limite, au-delà de laquell e peuvent se produire des fractures
(1 295 daN/m m' ) est deux fois plus important que E transversal dites de fatigue.
• Il a une bonne résis tance à la rupture: selon le type d'os et
1. À titre indicatif, voici 1.1 valeu r de E (en daN/mm!) pour quelques
le protocole expérim en tal, on trouve des va leurs du seuil de rup-
mal('riil ux: nylon : 1 10 il 280, plomb: 1 400, aluminium : 7 300, ture de l'ordre de 10 à 20 daN/mm'. Cette résistance dépend de
"ci"" : 20 000. la section de l'os (accrue après une fra cture, du fait du ca l), de
• 8",.

afin d'a lléger l'ensemble (fig. 3-2). En cas de réparation ossfeuse


( 1 . t " 1) n minimum de contrainte est utile pour avo-
ca cl: ca nc~e t'. u de ces travées garantes de la rés istance ulté-
nser organisa Ion , ( 1 par
rieure. Ainsi, une ostéosynthèse trop puiss~nte par exemp e . 1
plaque vissée) favorise la résistance immedlate par le matén,e ,
mais retarde la résistance future de l'os. À l' Inverse une o~teo­
synthèse moins stable (par exemple par agrafe) fait la p~rt dune
stabilité relative du matériel, mais favorise une reSistance
osseuse future plus rapide.

• Loi sur le flambage des courbures (Euler)


~ 3-2 _ Gu/ingue d'avion (jambes de (o«:es, résistantes, et parlies de Les travaux d' Euler (XVIII' siècle) sur le flambage des courbures
mrpIissdge, faibles). ont été repris et formalisés par Sappey (1876), qui en tira la for-
mule dite formule d' Euler (Sappey, 1876). Celle-ci établit la
résistance R d'un matériau donné en fonction du nombre N de
courbures. Elle s'énonce comme suit: R = N' + 1. Cela voudrait
dire qu'une poutre à deux courbures serait cinq fois plus r.ésis-
tante que si elle était droite, et une à trois courbures (rachIS) le
serait dix fois plus. C'est la formulation qu 'ont reprise tous les
auteurs depuis un siècle (Kapandji, 1980). Déjà Testut et Lata'let
(1928) avaient trouvé cette formule . très discutable », et des
auteurs plus récents (Seyrès et Huchon, 2000) ont montré la
mauvaise interprétation faite des travaux d' Euler, en qualifiant
cette formule de • fausse et sans valeur scientifique dans ce
cadre >. En effet, dans le cas du rachis, pour lequel on fait géné-
ralement référence à cette loi, et contrairement aux données fon-
damentales d'Euler: les courbures ne sont pas réguli ères, le
a b matériau n'est pas unique mais composé de plusieurs pièces,
celles-ci ne sont pas homogènes, et de plus le type de résistan ce
Fôz. 3-3 - La compression en charge nécessite un soutien en rectitude de la pari n'est pas plus précisé que le type de contrainte. Il nous paraît
de r%nnes (a). Une compression dynamique est absorbée par une ,tructure
donc utile de considérer la fausseté de la formule ci- dessus, tout
avec des courbes (b); plus il y a de spires, plu, la charge est amortie.
en tentant de comprendre pourquoi ce dogme a séduit si faci-
lement. Deux exemples simples peuvent être pris : celui des
colonnes d'un temple grec (exemple pris par Seyrès et Huchon
12000]) et celui d' un ressort à boudin (fig. 3-3).
l'épaisseur de la corticale, de son architecture interne (travées), • Dans le premier cas, la question est de résister à une charge
de sa configuration externe (notamment ses courbures), de sa statique (la toiture de l'édifice) en y opposant une réaction
teneur en sels minéraux (en particulier en calcium). axiale égale, ce qui suggère une co lonne bien rectiligne. Une
• Il ne présente pas de fluage, il est donc à l'abri de l' influence colonne curviligne présenterait un risque de flambage accru .
des contraintes longues. • Dans le second cas, la question est de rés ister à des sollici-
tations dynamiques qui demandent à être amorties par la stru c-
loiS ture concernée. C'est toute la différence entre un ressort et une
tige rectiligne, pour prendre une version technique de la fable
On en recense un certain nombre (raturet, 1951 ). du Chêne et du roseau de La Fontaine.
Cette loi d' Euler est donc à cons idérer, sa ns sa formul e, dans
• Loi sur le rapport qualité de résistance / un contexte lié aux contrai ntes dynamiques et non dans un
quantité de matière contexte statique. U n os ou un ensembl e d'os (comme le rachis)
Roux 1895) et Kock (1917) ont établi la règle du maxi mum rectiligne résisterait mal à ces contraintes, alors qu'un os ou un
de résistance pour un minimum de matière : l'a rchitecture ensemble d'os à courbure les absorbe beaucoup mi eux.
r..w;use doit être telle que le maximum de résistance aux efforts
VJ<' ,:Ji'~ par un minimum de tissu osseux. Cela veut dire que • Loi sur /a croissance des cartilages (De/pech)
'4',~ ~ses (orientation des cellules ostéoniques) doi- Elle concerne les ca rtilages cie croissance et établit le rapport
s"ur>f:fll.er 'ielon la direction de la résultante des contrai ntes entre leur croissa nce et les compress ions au xquell es ils peuvent
s" "',~(~ ef'. chaque point d' un os donné. On trouve cette être soum is, qui limitent cette croissance (Paturet , 195 1 ; Bonnel
cr ' / -..'lJr>f" dans l'a rmature métallique des avions où seules et coll. , 1980) (fig. 3-4). L'ostéogenèse, au contra ire, est stimul ée
r.c~ li<- {,,rCI; f'>Ilt l'objet d' un arceau, le reste éta nt ajouré par la pression. Pauwels (1979) cite Delpech: « If existe une
CARAC1!RISTIQU ES PHYSIQUES DES TISSUS VIVANTS
• 59

,1pparen/e con /radie/ion entre les effe/s d'une contrainte en com-


pression axiale sur un car/ilage de croissa nce, qui dim inuent sa
vi/esse de croissance, e/ ceux d'une contrainte en (lexion qui
entraÎnent une vi /esse plus importa nte du côté de la compres-
sion que de la /rac/ion » .

• Lois sur la conformation osseuse


(Serres, 1819)
Loi de la symétrie
• Tout os méd ian est primitivement doubl e (sa uf les vertèbres)
(fi g. 3-5 a).
a
Fig. 3-4 - Loi de Delpech : une épiphysiodèse ralen/it la croissance dans la
Loi des éminences partie comprimée (a) ; une croissance diaphysaire se fait, au contraire,
• Toute éminence se développe aux dépens d' un po int d'ossi- davantage du côté concavitaire (comprimé) (b).
fi ca ti on spéc ial : le poi nt complémentaire (fi g. 3-5 b).

Loi des cavités

Yi
• To ute cav ité osseuse est constituée par la juxtaposition de
plusieurs pièces osseuses (au moins deux) . Ain si l' acétabulum .'.
"..-, ..
-....
est constitué par la joncti on de l' ilium, de l' ischion et du pubi s; ,
l'orbite est form ée de davantage d'os encore (fi g. 3-5 cl.

• Loi sur le développement des épiphyses a b


(Sappey, 1876)
t
Les po ints épiphysa ires apparaissent d'autant plus tôt que
l'épiphyse est appelée à acquérir un développement plus Fig. 3-5 - Lois de Serres: un os impair, primitivement double, a deux points
considérabl e. d'ossifica tion (a). La formation d'une tubérosité donne lieu à un point
d'ossification complémentaire (b). Une cavité osseuse est toujours composée de
plusieurs os constitutifs (c).
• Lois sur la croissance osseuse (Godin de la
Flèche, 1903)
Loi de la puberté • Règle des orifices
Ava nt la pubert é: ce sont les membres qui croi ssent le plus On peut ajouter, sinon une loi, tout au moins une remarque,
(le tronc après), la croi ssa nce se fait surtout en hauteur (en épais- en disant que tout orifi ce correspondant au passage d' une stru c-
seur après), la cro issa nce concern e surtout les os (les muscles ture anatomique (surtout tendineuse, parfois vasculo-nerveuse)
après) . est form é d'une parti e rigide, osseuse, et d'une partie souple,
fibreuse' . L'ensemble forme un tunnel ostéofibreux (TOF). Il
Loi des alternances ex iste des exceptions (trous de la base du crâne, foramens trans-
L'os s' all onge et gross it alternati vement, avec des péri odes de versa ires des vertèbres cervi ca les) .
repos alternées. L' intensité est inéga le selo n les segments et cer-
tai ns contextes (po ussées après des malad ies infecti euses et des • Âge osseux
fi èvres). L'ossifi cation du squelette s'opère progressivement de la nais-
sa nce jusqu'à la fin de la puberté, c' est-à-dire entre 20 et 25 ans,
Loi des proportions selo n les sujets. La maturité osseuse a été défi nie par Risser, qui
Si la taille de na issance est N (so it environ 50 cm), à 5 ans la a mi s au po int un test radio logique basé sur l'ossifica tion de la
ta ill e alteint 2N, à 14 ans elle alteint 3N, la tai lle défini tive étant crête ili aque (fi g. 3-6) :
alteinte à l' âge adu lte. • stade a : pas de trace
Loi des asymétries • stade 1 : appariti on d'un point d'oss ification
El le est va labl e pour les membres, pour lesquels il existe une • stade 2 : appa ri tion d' une ba rrette d'ossi fi ca tion
asymétri e de dévc:1 oppement en fo nctio n de l'hyperfon ctionne-
ment du membre. Ce fa it, on le sa it, ava it contribué à faire inter- 2. l e tunnel ostéofibre ux du ca rpe (do nnant passage a ux tendons flé-
dire le t," va il fo rcé des enfants au XIX'· siècle, en ra ison des chisseurs e l au nerf média n) es t formé du ca na l ca rpi en et du rétina u-
dysmorphisll1cs engendrés. lum des fléchisseurs.

• 11.\.'l. ro [)AM( TALES

H - \1.J/unk' OSSEUSe de la crête iliaque


: >tades 0 H (cf. texte).
o 2 3 4 5

• stade 3 : la barrette est complète • L'âge


• stade 4 : début de soudure de la barrette le sujet jeune a un système osseux de meilleure qualité que
• stade 5 : soudure complète le sujet âgé, ce qui est compréhensible.

• Le sexe
INFLUENCES
Il ne joue pas directement sur l'os, mais indirectement, par le
l'os subit des influences en rapport avec les facteurs suivants. biais de l'i mprégnation hormonale, laquelle connaît de grosses
modifications chez la femme à l'occasion de la ménopause, qui
• Sa forme sont à l'origi ne de décalcifications .

Il Y a interaction entre la forme de l'os et sa fonction. l ' his-


• L'ethnie
toire d'un humérus se lit à travers l'existence de ses éminences,
la saillie de ses crêtes (en fonction de la force des muscles), et Aucun facteur ethnique n'a jamais été mis en évidence.
de ses tubercules (en fonction des insertions ligamentaires), la
forme des surfaces articulaires (en fonction des mouvements
programmés), et d'une manière générale à travers tout ce qui MUSCLE
détermine sa fonction (Chao et coll., 1994).
C'est un organe contractile, se caractérisant par une tension
• Sa teneur en eau
de repos, le tonus, ou manière d'être, et une capacité à se
l 'eau représente 54 % du poids du corps et 73 % de son contracter en force, ou manière de faire (Elftman, 1966).
volume. l'os sec du squelette est beaucoup plus léger et fragile
que l'os humide. l'élément liquide est principalement repré- CLASSIFICATION
senté par la masse sanguine.
le tissu musculaire représente la moitié de la masse corpo-
• Sa vascularisation relle (Miller, 2000). Il comprend trois types de structures.
1.4 nutrition de l'os étant directement en rapport avec ses qua- • Les muscles striés
lités mécaniques, la partie spongieuse possède un fort gradient
de pression vasculaire qu'il faut chercher à préserver. C'est ainsi Les muscles striés, dits volontaires, sont en rapport avec la
qu'en traumatologie, malgré les avantages indéniables des solu- vie de relation (musculo-squelettique). Ce sont ceux qui nous
tions chirurgicales, on préfère parfois un choix orthopédique, intéressent dans l'orientation de cet ouvrage. Mis à part leur acti-
afin de ne pas vider l'hématome périfracturaire qui représente vité tonique, ils fonctionnent de façon discontinue, car le dépla-
le premier pas vers la consolidation osseuse (Borgi et Plas, cement des leviers osseux nécessite parfois une force
1982/. considérable, ils sont donc exposés à la fatigue.
Le fonctionnement d' un moteur produit de l'énergie ainsi
• L'immobilisation qu'une déperdition sous forme de chaleur (moins un moteur est
performant, plus il en dégage). Da ns le cas du muscle, rien n'est
Ble se traduit par une absence de mouvement, qui induit une perdu: le dégagement de chaleur est nécessaire à la the rmoré-
déniÏioé,a1is.ation osseuse (décalcification). En ce sens elle est un gulation' et à la bonne qualité des réactions biochimiques de
<:r'oemi de la consolidation postfracturaire et amène à choisir l'organisme.
~ 't:mpS d'im mobilisation aussi courts que possible. C'est par-
~ _n d ilemme : pour la c icatrisation il faut immobiliser afin
e -". - ~ déplacements secondaires et éviter un surcroît de
..,,.,rAl sur une absence de consolidation, mais d'autre part
~~" 'f nuit. les pra tiques c hirurgicales permette nt, dans
~ )f'.fJ~ dl: GiS, de raccourci r ces dé lais et d'autoriser des
3. l es pe rsonnes âgées et les gens inactifs so nl plus sensibles au fro id
.... ,..,. ""WIO"- rv:J'spensahles à la revitali sation du malade. que les autres.
CARACT(RISTIQUES PHYSIQUES DES TISSUS VIVANTS
• 61

• Les musc/es lisses


STRUCTURE DES MYOFIBRILLES
Les muscl es lisses, dits involontaires, sont en rapport avec la
vie végétative. Il s sont situés dans les parois des viscères (esto- • Fibres musculaires entre el/es
mac, vessie, bronc hes, etc.). Ils assurent le déplacement des Les fibres musculai res entre elles sont grossièrement dispo-
substances (matières digestives, urine, etc.) et fonctionnent donc sées en parallèle, agencées en faisceaux (pouvant être légère-
de façon continue, selon un rythme lent, avec des périodicités ment divergents ou convergents) (fig. 3-7 a).
d'activité variables selon le cycle horaire.
• Par rapport au tendon
• Cas particuliers
Les fibres musculaires par rapport au tendon sont schémati-
Le cœur quement placées en série. Cependant, d'une part l'angle d'atta-
que des fibres est variable, et d'autre part les fibres peuvent être
C'est un muscle strié non volontaire, sous la dépendance de disposées (fig. 3-7 a, b) :
deux commandes nerveuses (propre et végétative). Sa contrac-
• À la suite du tendon auquel elles se rattachent : la traction
tion spontanée et périodique est à la base de la fonction de
est alors dans l'axe du tendon.
pompe sanguine qu'assure le cœur. Son activité, appa remment
incessante, est un bon exemp le pour réaliser qu'en fait le travail • Latéralement par rapport au tendon : on dit alors que le mus-
cle est semi-penné ou semi-pennifonne'. La traction se fa it sous
musculaire (les systoles, qui tota li sent 4/ 10 de seconde) est équi-
un angle a variable, et la force F' exercée par une fibre est égale
libré par un temps de repos égal (la diastole, qui dure 4/10 de
à F' = F x cos a. Cette disposition anatomique permet d'insérer
seconde). Un homme vivant 80 ans a totalisé 40 ans de repos un grand nombre de fibres musculaires sur un même tendon, la
cardiaque. C'est la condition de la longévité. conséquence est une puissance accrue, ce qui donne un avan-
tage à la force, au détriment du raccourcissement du muscle.
L'utérus
• Bilatéralement par rapport au tendon: on dit alors que le
L' utérus est un muscle li sse sa ns activité, hormis la période
muscle est penné ou penniforme' (fig. 3-7 cl. La traction s'effec-
de grossesse (statique) et le moment de l'accouchement (dyna- tue alors de part et d'autre du tendon selon une résultante R telle
mique). que R = 2F x cos a. Celles-ci sont deux fois plus nombreuses
que dans le cas précédent, ce qui apparente ce système à un
CARACTÉRISTIQUES ANATOMIQUES montage moufté (cf. Poulies, p. 17), privilégiant ainsi largement
la force, au détriment du raccourcissement. La puissance est
Le muscle strié est l'organe de la force. C'est lui qui, grâce à encore accrue.
sa structure contractile, répond le mieux aux contraintes en trac-
tion . Il comprend une partie contractile, composée de myofi-
4. Pour les Anglo-Saxons, le terme est • penné . , d'où une ambiguïté
brilles et formant le volume charnu, et des points d'ancrage par rapport à notre langage.
tendineux, peu ou pas extensibles (Pou lain et Pertuzon, 1998). 5. Pour les Anglo-Saxons, le terme est « bipenné '.
L'analyse mécanique fait généralement intervenir plusieurs
muscles simu ltanément. Lorsque ceux-ci ont une position pro-
che, il suffit de choisir la direction moyenne des fibres (fibre
moyenne). Lorsque les muscles ont des positions dissemblables, a
il faut alors rai son ner sur un muscle imaginaire, dit « muscle
équivalent », dont la fibre moyenne représente la résultante
d'action de tou s les muscles concernés. (cf. Force, p.9 et
Décomposition d' une force, p. 12 ) (Bouisset, 2002).
b

COMPOSANTS

Le muscle est form é de myofibrill es, enveloppées d' un sarco-


lemme et regroupécs en fai scea ux, eux-mêmes recouverts par
un périmysium ou aponévrose. Cela veut dire que le muscle est
composé de parties contractiles (les sa rcomères) et de parti es c
non con tracti les (le conj onctif et les enveloppes fibreuses) . Ces
deux types de stru ctures sont en proporti o ns va ri abl es selon les
muscles: certain s sont riches en tissu fibreux et do nc peu étira-
bles (commc les i>ehio-jamb iers), d'autres sont plus riches en Fig. ).7 - Les myofibrilles sont parallèles entre elles; leur liaison avec le tendon
myofibrilles (comme le sartoriu s) ct plus ex tensibles (Portero, sc fail soit en convergence (al. soit en parallèle ct obliquement (selon un
2001). angle ai sur le tendon lb et ci.
TYPES DE FIBRES MUSCULAIRES
On distingue trois types de fibres constituant les muscles
(Poulain et Pertuzon, 1998). Selon la richesse en tel ou tel type
de fibres, le muscle présente des caractères différents.

• Type 1
Ce sont des fibres de force et de vitesse, de contraction faible
(Brooke et Kaiser, 1970). On les appelle également fibres sa,
pour slow-oxydative (Peter et coll., 1972).

• Type lib
a Ce sont des fibres de force et de vitesse, de contraction forte,
dites fibres blanches (Brooke et Kaiser, 1970). On les appelle
2 .up aussi fibres FC - pour fast-glycolitic (Peter et coll., 1972). Leur

Lant résistance à la fatigue est faible. Le métabolisme dominant est


glycolytique anaérobie.

• Type lia
Ces fibres sont d'un type intermédiaire entre les deux précé-
C-_ __ 3
dents, dites fibres rouges (Brooke et Kaiser, 1970). On les
appelle aussi fibres FOC - pour fast-oxydative-glycolitic (Peter
-\--- -4 et coll., 1972). Leur résistance à la fatigue est moyenne. Le méta-
bolisme dominant est mixte: glycolytique anaérobie et oxydatif.

5 ORGANISATION MYOLOGIQUE

• Les directions divergentes des fibres des muscles larges obli-


gent à analyser leur comportement en fonction des directions
des fibres et non en fonction de l'unité musculaire anatomique.
L'exemple est celui des muscles larges de l' abdomen (fig. 3-8 a).
• L'étalement des insertions osseuses représente une combinai-
son dans les actions du muscle. Au voisinage d'une articulation,
cette organisation confère notamment au muscle un rôle stabi-
lisateur (comme pour l'insertion haute du droit fémoral , avec
ses trois tendons) (fig. 3-8 b).
• Les expansions musculaires sont parfois plus vastes que leurs
seules insertions osseuses (Huijing, 1999) (fig. 3-8 cl. Elles se
font sur les membranes interosseuses, septums intermusculaires,
fascias, aponévroses des muscles voisins - d'où l' intérêt anato-
mique essentiel des rapports. Cela leur permet:
- Une richesse fonctionnelle tridimensionnelle.
- Une meilleure économie par répartiti on de leur action
mécanique (ce qui complique les choses sur le plan de la
représentation vectorielle).
- Un engainement des loges qui solidarise les structures en
~ U - Organisa1Jon musculo-lendineuse. (a) Les muscles de l'abdomen sonl répartissant la tensio n interne et en valori sa nt l'effet de la
...~ de '" pose en considéralion des directions des fibres, par rapport
contraction. On peut comparer ce derni er rôl e à celui du
1iL-I ~ eux-mémes (trait plein : oblique externe, traÎI pointillé: oblique
tr-.po.nt> /fans>erse, trait évidé : droits). (b) Le triple tendon du droit
gonflage d' un pneumatique: la press ion intern e offre une
-rh,! ~ ei{,ucement la tête fémorale (tendon récurrent /1 L tendon tension d' autant plus importante que la paroi est uniformé-
'J ~"yA! dlfec1 (J}, ligament ilio-fémoral 141, ligament pubo- ment résistante. S'il ex iste une fa ibl esse loca lisée
Out" 'r.JfI tendon prinCipal, le semimembraneux (6) possède (e.g. mo indre résistance, déchirure), la press ion y provoque
~ ..-hl ,tf1f.t-:hJ li, une expansion sur la coque condylienne latérale une herni e qui amoindrit la tensio n générale.
h/r ._;; H une expansion 19J à l'aponévrose du muscle - De fondre de faço n uniforme l'action des corps charnu s des
p.Q.JP. L -9f'ft..iiF- (lff(~ un avantage t"dlmensionnel de bonne qualité. muscles de la chaîne ci nétique.
CARACTtRISTIQUES PHYSIQUES DES TISSUS VIVANTS • 63

• Les annexes musculaires sont représentées par les aponévro- contraction. La courbe tension-longueur exprime ces deux
ses d' insertion (plages élargissant l'implantation du muscle) et caractères (fig. 3-9). Si la force connaît son maximum de puis-
les bourses synoviales (rôle de gli ssement). sance en course moyenne pour décroître dans les extrêmes,
la tension passive, elle, croît régulièrem ent au fur et à mesure
de l'étirement musculaire. La superposition des deux courbes
CARACTÉRISTIQUES PHYSIOLOGIQUES
en donne une troisième, globale, qui exprime la réalité com-
Le muscle strié se distingue par son tonus, sa contractilité et plète. Cette courbe est d'a utant plus ascendante que l'on a
sa vigilance. affaire à des muscles raides, comme les ischio-jambiers,
compte tenu de la forte proportion de tissu fibreux dans leur
• Tonus musculaire structure, autrement dit, chaque muscle a sa propre courbe
Le tonus musculaire est un état de tétanos partiel du muscle tension- longueur.
dû à la décharge asynchrone d' influx au niveau des nerfs
moteurs innervant ce muscle. Le tonus est d'origine réflexe et • Viscoélasticité
correspond donc à un état permanent de contraction (Wright, Elle se traduit par un léger retard à l'étirement ; elle est due
1973). aux fibres conjonctives et à la circulation intramusculaire
(Conteduca et coll., 2003).
• Contractilité
La contractilité est la caractéristique essentielle et « noble . • Absence de fluage
du muscle: sous l'influence d' un stimulus nerveux, le muscle a
Compte tenu de la qualité contractile du muscle, ce dernier
la capacité de se raccourcir. Cette contraction peut être isomé-
ajuste toujours sa course en fonction du travail demandé: sta-
triqu e, sans travail mécanique extérieur (Duchateau et Hainaut,
tique, concentrique ou excentrique (Pousson, 1999). Dès lors,
1984). Cependant, les myofibrilles se raccourcissent quand
la notion de fluage est absente, tout au moins pour ce qui est
même et étirent les éléments élastiques en série, situés dans les
de la partie contractile du muscle. Il n'en est pas de même
tendons. Cette contraction peut être isotonique, avec un travail
pour la partie élastique qui, elle, peut subir une déformation
méca nique extérieur. Le muscle se contracte en se raccour-
en fonction du temps. C'est ainsi que devant des rétractions
cissant, déplaçant le point d'application de sa force (travail
importantes i l faut se garder de posturer excessivement car on
concentrique) ou en s'allongeant (travail excentrique) (Styf et
risque de distendre définitivement l'appareil muscu laire et
coll., 1995 ; Coubel, 1999).
donc d'aboutir à une perte d'efficacité (Coubel et Van Hoecke,
1982).
• Vigilance musculaire
La vigilance musculaire est fonction de la richesse en récep-
teurs et en fuseaux neuromusculaires. Cette qualité propriocep-
• Force
ti ve prédispose le muscle à réagir automatiquement face aux La contraction produit une force permettant d'agir sur les seg-
dangers menaça nt l' intégrité d' une articulation ou d' un os. Tou- ments osseux d' insertion (cf. p. 63). L'éva luation de la force est
tefois, le temps nécessai re à la réaction musculaire est de l' ordre
du 1/ 100 de seconde. Dans les circonstances où la vitesse du
mécanisme vulnérant est supérieure, il ne peut plus être ques-
tion d'un feed-ba ck, trop lent; la solution réside donc dans
l'anticipati on (feed-forward).
.i
CARACTÉRISTIQUES MÉCANIQUES -
.~~-_./
,/
/" 1 ......
• Extensibilité . ~
~~., l
l
,
,
Le muscle est extensible de façon variable en fonction de sa /.' 1 1 \
'-' l ,
teneur en fibres de coll agène. Ainsi les ischio-jambiers, à fort
pourcentage de ti ssu tendineux, comme l'i ndiquent leurs noms
"
,'
/," ,1
(semitendineux, semimembraneux), sont peu extensibles, alors
que des mu scles comme le sartorius, faibles en structures .,h
con jonctives, sont facilement éti rables. l'
"1
l
• Élasticité ci cm ce
Le m uscle est élastiqu e: il reprend sa lo ngueur après étire-
ment ". Cett e notion est à différencier du raccourcissement par
Fig. 3-9 - Courbe tension-longueur : la courbe active (pointillé) a son maximum
en CQurse moyenne (cm) du muscle (ci/ce : course interne/externe). La courbe
6. Toutefoio:;, la re lat ion tension-lo ngueur passive n'esl pas l inéaire. le
passive (trait plein) croit j partir de la course moyenne. La courbe totale (traits-
mu sc. le n'obéit pa s â la loi de Hooke. points) additionne les deux.

Puissance • Travail musculaire
En physique, cette notion correspon,d au pr~duit de !a force
déployée par le déplacement engendre, ce qUi re~,.e nt a la for-
mule: W = F x 1. En biologie, cette notion est critiquable, car
inadaptée. Cela reviendrait à dire qu'un muscle qui fait un effort
de 50 daN sur 5 cm a un travail identique à un muscle qui pro-
duirait un effort de 100 daN sur 2,5 cm, ce qui est faux, et cela
F deviendrait absurde dans le cas d'une contraction statique, puis-
b que le travail deviendrait nul, du fait d'un déplacement nul. la
formule de puissance musculaire est, de ce fait, entachée de la
~ 3-10 - La courbe forr:e-vitesse est hyperbolique (a). La courbe (orce- même erreur. On préfère calculer autrement la force d'un mus-
puissanœ (b) est parabolique. cle, tout arbitraire que ce soit.
Une bonne approche de la capacité d'un muscle à fournir un
trava il est la notion de PCA (physio/ogieal cross-section area),
en cm', dont la formu le est:
m
dXi
difficile car elle dépend de variables et de protocoles expéri- dans laquelle m représente la masse du muscle, d sa densité (en
mentaux très différents. On ne peut en donner qu'une estima- moyenne 1,056 g.cm- J ) et lia longueur de ses fibres. Pour les
tion. Pour Reckhinhausen et Steindler (1955), la force est muscles pennés, la masse doit être multipliée par le cosinus de
proportionnelle à la section du muscle et ils lui attribuent une l'angle de pennation. À titre d'exemple, on montre ainsi que la
valeur de 3,65 daN par cm' de coupe. Fick reprend la même PCA du soléaire représente 41 % des muscles croisant la che-
approche, en situant la valeur à 10 daN par cm'. l 'écart entre vi lle (Winter, 1994).
ces chiffres réside dans les conditions expérimentales différen-
tes et dans les extrapolations, qui sont faites à partir des cada-
vres'. les auteurs actuels hésitent à donner des va leurs: ils
prélerent donner des pourcentages entre tel et tel groupe mus-
culaire, et parlent d'action du couple par rapport à une articu- TENDON
lation.
la force varie en fonction de certai ns paramètres:
• En fonction de l'angle articulaire et de l'angle du tendon sur CARACTÉRISTIQUES ANATOMIQUES
son insertion, ce qui fait interveni r le cosinus de l'angle a
(ci fig. 1-4). Si l'angle est de 90· le cosinus est égal à 1 et • St ructure
l'action musculaire est maximale. Au contraire plus le tendon Partie intermédiaire du complexe ostéomusculaire, le ten-
tend à devenir parallèle au segment osseux mobi le, c'est-à-dire don se situe entre la partie contracti le et la pièce osseuse sur
plus l'angle a est petit, et plus le cosinus se rapproche de 0 et laquelle elle agit. Il résulte d' une réorga nisation parti culière
l'action mobilisatrice disparaît.
des fibres du plan conjonctif auxquelles s'a marrent les fibres
• En fonction de l'angle d'attaque des fibres muscu lai res sur contractiles. Comme ces mêmes fibres du pl an conjonctif, il
le tendon. Ainsi les fibres situées dans l'axe du tendon ont une est d' un blan c nacré et doté d'une grande résistance à la ten-
effkacité maximale, quand celles situées perpendiculairement sion. Il perm et à la force produite par la contraction de tout
à cet axe ont une efficacité nulle. Entre ces deux extrêmes, on un volume musculaire de se concentrer en un seul point:
trouve la variable de la majorité des cas (Bouisset et Maton, celui de son insertion . La fixation d' un tendon ne se fa it pas
1995). à la manière d'un e vis fixée dans une chev il le, dans un mur.
• En fonction de la vi tesse du mouvement. Cela se traduit par Pu isque l'os est un tissu conjonctif, il est de même orig ine
uœ courbe hyperbolique (fig. 3-10 a) exprimant le fait que la embryologique qu e les plans conjo nctifs et que le tendon. On
Itesse a laquelle un muscle se raccourcit dépend de la force observe ainsi une transformation progressive des cellules ten-
001 lUI est opposée (De Koning et coll., 1982) lorsque la dineuses qui, à mesure que l'on se rapproche de l'os, devien-
• ~ de raccourcissement augmente, la force exercée par le nent téno-péri ostées, puis périostées et enfin osseuses
cJW:le décroît. (fig. 3-11 ). Seyrès (1991) rappell e les quatre zones de transi-
tions. Son trajet, présente parfoi s un aspect plus ou mo in s sp i-
• E- '....nction de la puissance développée: courbe force-puis-
".-....., 'go 3-10 b , (Coubel et lensel-Corbeil, 1998). ralé de ses fibres; leur alignement joue un rôle amort isseur
au cours des mises en tension (e.g. le tendon calcanéen, qui
réalise une, fice ll e » quasi parfaite).
· ' #"d J ,j,. dj~tion, donc généralement fait sur des per-
.'Y. • 4! '. P'"lI développée, ca r âgées.
CARACTrR ISTIQUES PHYSIQUES OES TISSU S VIVANTS
• 65

pt

11

+,
"
l '-
l ,

l '- \

Fig. 3-11 - la jonction ostéotendineuse fait apparaître quatre zones: ZI


(purement tendineuse), Z2 (fibrocartilagineuse, mais absente dans les jonctions
diaphyso-périostées, comme celle du grand pectoral sur l'humérus), Z3 (fibres
de collagène avec cristaux de plus en plus denses), Z4 (peu individualisée, sa i , 1
1

densité en cristaux se rapproche de celle de l'os). le péritendon (pt) est en


continuité avec le périoste (po). (D'après Seyrès, 1991.) '~
1
l
' '
~
,
1 •

1 58' "
a ,
1
b

Fig. 3-12 - le long fibulaire forme un angle de réflexion sur la malléole


latérale (os) de 58' en position de référence (a), qui diminue à 23' en flexion
• Réflexion fréquente plantaire (b) (Viel et Desmarets, 1985).

Le tendon transmet la force muscu laire à distance en passant


dans des tunnels ostéofibreux pour fran chir des interlignes avant
d'a ller s' insérer sur le levier osseux à mobiliser (Fukunaga et
co ll., 1996) (cf fig. 1-3). Cette réflexion, à la manière d'un câble
sur une poulie, appelle une remarqu e: qui dit réflexion dit appui
de la structure réfléchie sur le sommet de l'a ngle de réflexion.
Lors de sollicitations dynamiques, cela engendre un frottement
qui pourrait être à l'origine d'une souffrance mécanique et, à
terme, d'une destruction du tendon. Il ex iste des parades: soit
la réflexion se fait sur un élément dur (tubercule) et, dans ce cas,
ell e diminue au cours de la contraction concentrique (Viel et
Desmarets, 1985) (fig. 3-12), soit la réflexion augmente au cours
de la contraction concentrique, et elle s'opère sur un tissu plus
soupl e: un rétinac ulum (fig. 3-13). Dans les deux cas, le tendon a b
est protégé par une gaine synoviale dont la double paroi faci lite
le gli ssement".
Fig. 3-13 - les releveurs du pied (a) augmentent leur réflexion au cours du
mouvement, elle se fait sous un rélinaculum (structure souple) (b).
• Innervation
Le tendon n'est pas une simp le cou rro ie de transm issio n
de la force musculaire, il possède des capteurs permettant de
fourn ir au x centres nerveux les informations indi spensab les
pour vi sualiser et gérer le mouvement et la posture (Seyrès,
1992).
• Vascularisation
Souvent sous-estimée, elle est le fruit de petits vaisseaux propres
(y compris un réseau lymphatique dense), complétée par l'ultrafil-
tration de liquide synovial, à la manière du carti lage articulaire.

o. À no ter que grâce à ces différentes réfl ex ions, un muscl e garde une
• Annexes tendineuses
lo ngueur plus ou mo ins constante proc he cie la co urse moyenne. Ainsi ,
la longueur du ga sl rocnémien (muscl e bi art Îculairc) augmente de 4 % Un tendon possède un certain nombre d'annexes comprises
cn flexion dor'ia lc de chevil le el d iminue de 8,5 % en fl exion pl antaire;
c lic dinllllll(, cn Outre de 3 % lorsque Ic genou est en fl ex ion, et aug· dans le term e général d'appareil de glissement, très important
men te' cie 6 ,1) !J,'II Jorc,qu ' !l l'si c n extension (A lexa nder, '1 975). sur le plan mécanique (Huijing, 1999) (fig. 3-14).
Para tendons
Ce sont de petites expansions d'amarrage situées générale-
ment prés de l' insertion du tendon. les fléchisseurs des doigts
en offrent un exemple.
3 Mésotendons
Ce sont également de petits éléments de jonction entre un
tendon et l'os, mais ils diffèrent des précédents par leur rôle de
nutrition, car ils véhiculent de petits vaisseaux.

Sésamoïdes
Ils constituent à la fois un accroissement du bras de levier
permettant au tendon à la fois d'avoir un meilleur couple par
rapport à un centre articulaire, et d'intégrer un revêtement de
glissemenl cartilagineux plus résistant qu'une simple bourse
synoviale, sujette à irritation'.

CARACTÉRISTIQUES MÉCANIQUES

• Inextensibilité
~ 3-14 - Tendon (1) avec ses artérioles (mésotendon), sa gaine synoviale (2), le tendon est considéré comme peu ou pas extensible. Son
~ coo/iS5e fibreuse de maintien (3). allongement physiologique est de l'ordre de 4 % de sa longueur
initiale. De 4 % à 8 %, il subit une déformation plastique (élon-
gation) et se rompt au-delà de 8 % à 10 %'0 (Seyrés, 1991 ; Pio-
letti et Rakotomanana, 2000).
Gaines synoviales
les deux feuillets de ces gaines sont rendus mobiles entre eux par • Résistance
la présence d'un film lubrificateur intermédiaire, qui assure le coulis-
le collagène tendineux confère au tendon une forte résis-
!ftIIftII du lendon avec un minimum de résistance. Elles sont situées
tance" : 400 à 1 800 fois supérieure à la force que peut déve-
aux passages critiques: zones de réflexion ou de resserrement.
lopper la partie contractile (Seyrès, 1991). l'utilisation
le tendon étant destiné à transmettre longitudinalement la
habituelle sollicite les tendons de façon nettement inférie ure à
force développée par la partie contractile, il risque de perdre
leurs capacités mécaniques" . lorsqu'on parle de la résistance
une partie de cette force mobilisatrice, sur son trajet, par frotte-
des tendons, on pense souvent au problème posé en chirurgie
ment sur les structures avoisinantes. Pour optimiser cette trans-
réparatrice. Il faut faire référence aux quatre phases (pocholle,
mission il est fréquemment séparé des structures environnantes,
1997) qui permettent à la suture de terminer sa cicatrisation:
osseuses, myo-tendineuses ou ligamentaires, par une gaine
synoviale, et ce surtout en situation distale (régions du poignet • 1'" semaine: la résistance est celle de la seule sulure, les
et de la cheville, par exemple). fibroblastes se développant sans s'être encore transformés en
lorsqu'il est naturellement exposé à des contraintes transver- myofibroblastes (Allard et Blanchi , 2000). la tendance actuelle,
sales qui sont préjudiciables à son intégrité anatomique comme notamment au niveau des tendons fléchisseurs des doigts, est à
à sa fonction de transmetteur, il est doté d'un sésamoïde. Cette la mobilisation postopératoire immédiate (Thomas et co ll.,
structure ossifiée reste insensible aux contraintes perpendiculai- 2000).
res et permet la transmission optimale de la force mobilisatrice • De la 2" à 3e semaine: la formation de collagè ne de type III
au-delà de la zone de compression. . permet des sollicitations précoces mais minimes, destinées à
Bourses synoviales accélérer l'orientation des fibres dans le sens habituel de tra c-
tion. la résistance est donc moye nne.
Ce sont des espaces de glissement fermés, formant une cavilé
rirtuelle et disposés entre un tendon et une zone d'a ppui, que
œ'iOfl n autre tendon ou un bord osseux. Cela garantit un glis- 9. !,ins,i, sans êt re un sésamoïde, la patella en offre les ca ractéri stiques
~ de bonne qualité. Cet appareil est parfois étendu au mus- mecanlques.
, O. l a cou rbe co ntrainte-déformation présente troi s zones ca ractéri sti4
, ... - ,'l'SI le cas de la bourse synoviale sous-deltoïdienne.
ques: de a % à 2 % d'a llongement : déformation viscoélastique; de
2 % à 5 % d'a llongement: déformati on éla st ique. À part ir de 5 'X, la
P'JrlkJns de synoviale articulaire déformation devient plastique (déformation permanente et début de dcs4
~4..yAS c.rtr-- '!Jructure forme une invagination en continuité tru ction).
,~ ,""h'" e artIculai re, dans laque lle le tendon glisse tout 11 . Elle est si tuée aux alentours de 100 N.cm l , avec un début de rurturc
pour 5 % d'a llongement (Dumoul;n et co ll ., 199 11.
~'''~ rt.ns l'f-S(>ace capsulaire. De ce fait , il reste isolé 12. Les acci dents, notamment sportifs, mettent en cause une conjonc4
, 4 .....;.(U'dl r,. tion d'éléments dans des condit ions sortant de l'ordinairc.
C ARACT(RISTIQUES PHYSIQUES DES TISSUS VIVANTS • 67

o 4" sema me : la maturation en collagène de type 1 permet un


travail en résistance progressivement cro issa nte.
o De la 6" semaine au 6' mois: la résistance progresse jusqu'à
ce term e, à partir duquel on considère qu'elle est optimale.

• Module de Young
Il est de 2 000 à 4000 daN/ mm' (Voigt et coll., 1995).

• Viscoélasticité a b
C'est une particularité du tendon qui lui permet d'absorber
les oscillations en cas d'allongement et de ra ccourcissement (à
la manière d' un amortisseur). Celte viscoélaslicité se fait par un
échange d'eau à l' intérieur du tendon (Wright, 1973).

d
ARTICULATION

Une articulation est une entité anatomique comprenant au Fig. 3-15 - Articulations fibreuses : syndesmose (a ), suture (b), schyndilèse (c),
gomphose (d).
moins deux os, plus ou moins mobiles l' un par rapport à l'autre,
et une interface permeltant le glissement (sauf exception) sous
forme de tissu fibreux, fibrocartilage, cartilage hyalin, voire plan
de gl issement.

TYPES ARTICULAIRES

Il existe trois grands types articulaires, comprenant des sous-


groupes, ainsi que quelques modèles particuliers.

• Articulations fibreuses
Leur mobilité est faible ou absente. Elles comprennent :
o Syndesmoses : surfaces reliées par un ligament interosseux
(comme pour la tibio-fibulaire inférieure) (fig. 3-15 a).
a
o Sutures : surfaces à tissu fibreux intercalé puis plus ou moins
ossifié (comme à la voûte crânienne). La schyndilèse est un cas
parti culier correspondant à la jonction vomer-sphénoïde, où les
os sont directement au contact (fig. 3-15 b, cl.
o Gomphoses : type réservé à l' implantation des dents (non

mobi le) (fi g. 3-15 dl.

• Articulations à cartilage
Leur mobilité est modérée. Elles comprennent :
o Synchondroses : surfaces uni es par un ca rtil age (comme à la b
base du crâne) (fi g. 3- 16 a, évo luant vers l'oss ifica ti on).
o Symphyses : surfaces uni es par un fibroca rtil age (comme
entre les co rps vertébraux ou le pubi s) (fi g. 3- 16 b).

• Articulations à synoviale Fig. 3-16 - Articulations à cartilage: synchondrose (a), symphyse (bl.
Leur mobilité est grande. C'est le type le plus répandu dans
le corps hu main. Elles comprennent :
o Trochoïdes : cy lindre plein to urnant da ns un cylindre creux
(un degré de liberl '<) (fig. 3- 17 a).
o Ginglymcs : pouli e pl eine tournant dan s une pou li e creuse,
avec un gorge ct deux JOLies (un degré de liberté) (fig. 3- 17 bl.
• Il

e f

Fig. 3-17 - Articulations à synoviale: trochoïde (a), ginglyme (b),


ellipsoïde (c), bicondylaire (d), articulation en selle (e), sphéroide
articulation plane Ig).
m,

o BIipsoïdes : mobilité d'un ovoïde plein dans un


creux (deux
degrés de liberté) (fig. 3-17 cl.
o Bicondylaires : association de deux ellipsoïd
es solidaires
mécaniq uement (deux degrés de liberté) (fig. 3-17 dl.
o En selle : une surface est convexe dans un sens
et concave
dans l'autre, l'autre surface est inversement conformée (deux
degrés de liberté) (fig. 3-17 el.
o Sphéroïdes : sphère pleine tournant dans une
sphère creuse
trois degrés de liberté} (fig. 3-17 1). a
o SurQces planes : surface planes, ou pouvant être
considérées
comme telles en raison de leur petite tai lle (ci nq degrés de
liberté! (fig. 3-17 g).

• La syssarcose
1 faut rajouter le type syssarco se (étymolo giqueme nt: à cha ir
rutposée" à part, qui correspo nd à l'articulation scapulo-tho-
,~-

U.PJ.C"ÉRISTIQU ES

J Selon la dassif ication Fig. 3-18 - Une articulation à synoviale est peu sensible à la fatigue (a), mais
ne supporte pas d'être déviée de son axe programm é sous peine
M .,.. " ....~ ~synoviale ont comme avantage d'être peu de luxation (a').
_~ ~ " i.rt~,
Une symphyse permet au cont,.,;re des mouvements en IOU5 sens (bJ, mais elle
mai. comme inconvénient d'être conditio n- est fatigable (b').
CARACTtRISTIQUES PHYSIQUES DES TISSUS VIVANTS • 69

A A
Fig. 3-19 - Morphologie articulaire. les bâtons Aet
- 8 sont enduits de matériau friable à feur jonction ;
deux cordes sont placées, avec des bras de levier
"..i.. courts pour A et longs pour 8 (a). l es cordes
mobilisent le montage en va-et-vient (b). À terme,
les surfaces Iriables sont usées de laçon concavitaire
e e du côté des petits bras de levier, et convexitaire du
côté des longs (c). Si l'on inverse les bras de levier
j et que l'on recommence le va-et-vient (d), la
concavité apparaÎt encore du côté des petits bras de
~ a \ ( d e
levier, et la convexité du côté des longs (e).

nées par la morphologie osseuse (fig. 3- 18 a). Les arti culations • Épaisseur
à cartilage ont les caractéri stiques inverses : sujettes à la fatigue,
mais pouvant bouger dans tous les sens (fi g. 3- 18 b). Elle est va ri able, entre 2 et 4 mm " , le maximum d'épaisseur
correspondant aux zones d' appui maximum . Ainsi le cartilage
• Selon le rapport des bras de levier musculaires est plus épais sur le sommet de la tête fémorale que sur ses bords
(Adam et coll., 1998).
Ce rapport détermin e la form e des surfaces arti culaires - la
concav ité se forgea nt au niveau des bras les plus courts, et la
convexi té du côté des bras les plus longs " (fig. 3- 19).
• Porosité
Le cartilage est poreux, c'est-à-dire qu' il laisse passer, de
façon sélecti ve, les petites molécules du liquide synovial, ce qui
C ARTILAGE est utile pour sa nutrition.

• Structure
CARACTÉRISTIQUES ANATOMIQUES Elle montre des couches superposées de cell ules de plus en
plus hori zonta les au fur et à mesure que l'on se rapproche de
Il ex iste di fférents types de cartil age: le cartilage hyalin (des
la surface (W ang et coll., 2001 ). Sa composition montre une
surfaces arti culai res), les fibrocartilages (ménisques D U disques
transition en fondu enchaîné entre les cellules osseuses, celles
interca lés entre deux éléments osseux). et les cartilages élasti-
de l'os sous-chondral et, en surface, les cellules dites hyalines
ques (pav illon de l'oreille, ou parti e de la clo ison nasa le). Notre
(fig. 3-20). Le relief est macroscopiquement lisse, mais, micros-
intérêt se portera sur le ca rt ilage hya lin et les fibroca rt ilages
copiquement, il présente de petites irrégul arités ondulées (1 à
(Treppo et coll., 2000; Hunziker et co ll., 2002).
5 Il de profondeur) qui auraient un rôle dans le jeu de la lubri-
fication .
CARACTÉRISTIQUES MÉCANIQUES

• Nutrition • Dureté
Elle est variable selon la topographie, la concentration du
Le ca rti lage ne possède pas de vascularisation propre. Il est
liquide synovial, et selon la profondeur à laquelle on l'observe.
nourri par imbibi tion à partir du liquide synovial. Le mouvement
Le cartilage est plus souple en surface, et plus dur au fur et à
arti culaire perm et de réparti r ce liquide sur l'ensemble de l'éten-
mesure qu'on se rapproche de l'os sous-chondral. La relative
due ca rtil agineuse. Les altern ances de compression-décompres-
soup lesse du ca rtil age lui permet un meilleur amortissement des
sion perm ettent cie nourrir le ca rtila ge et d'évacuer les déchets,
con trai ntes que l'os. Cependant, quand on parl e de contraintes,
à la manière d'une éponge.
il faut préciser qu' il s' agi t de contrai ntes lentes. En effet les
contrain tes rapi des, comme da ns les chocs, ont vi te fa it de
dépasser le seu il de tolérance et risquent d'about ir à des lésions
(Ca rter, 1984).

13. [xpénmenlaltOn de Roud (19 13). 14. Le ca rtil age le plus épais du corps est au ni vea u palellai re (5 mm).
• ..... fO \\t "T LES

phénomène fait comprendre que le cartilage supporte bien les


contraintes à condition d'alterner fréquemment appui et repos
(Riener et Edrich, 1999).

• Vieillissement
la fréquence des phénomènes d'usure, c'est-.à-dire d'arth-
rose, notamment au niveau des surfaces articulaires portantes,
donne de l' importance à cette notion. Toute surface matérielle
subissant des pressions, statiques ou dynamiques, évolue vers
une altération progressive. C'est ainsi que certains estiment que
l'ostéophytose représenterait une adaptation de l'organisme
pour tenter d'augmenter la surface de contact, et diminuer ainsi
1«. J.20 - Structure du artilage hyalin, la contrainte unitaire (Rotter et coll., 2002) (fig. 3-21). Deux cas
.n~ ses cellules devmJnt parallèles sont à évoquer:
m " superlicie.
• les altérations dues à l'âge se traduisent par une hydratation
moins bonne, engendrant une moindre résistance. la consé-
quence est le remodelage de la surface avec prolifération ostéo-
phytique à la périphérie.
• Les altérations plus importantes donnent à l'arthrose son
aspect le plus invalidant. Il s'agit d'un développement multifac-
toriel, où le vieillissement du cartilage s'accompagne d'une
condensation de l'os sous-chondral, traduisant un durcissement
qui nuit secondairement à l'amortissement du cartilage (Reis et
coll., 1999). les causes favorisantes peuvent être les surcharges,
les incongruences et instabilités, les ischémies, notamment post-
traumatiques, et certaines maladies osseuses (Pagel) ou articu-
laires (goutte) (Laoussadi, 1997).

LIQUIDE SYNOVIAL

STRUCTURE

Il se dispose en film entre les surfaces articu laires. Il existe en


~ J.21 - L'usure de la surface recevant les contraintes s'écrase et déborde sur
faible quantité", sauf quand une inflammation vient accélérer
les CÔIéJ : pieu la) et tête fémor.lle la') à l'état normal, et avec usure (b, b'). sa fabrication par la membrane synoviale, qui tapisse la face
profonde de la capsule (il s'ensuit une hydarthrose, c'est-à-di re
un épanchement de liquide qui gonfle la poche articulaire). Il
contient des protéines et des substances dissoutes (acide hyalu-
ronique'·). Son pH est de l'ordre de 7,3 à 7,4 .
• Module de Young
CARACTÉRISTIQUES MÉCANIQUES
es! environ 1 000 fois moindre que celui de l'os (aux envi-
'ons de 1,57 da /mm' en compression, 0,35 daN/mm' en trac- • Lubrification
e! 0,24 da mm' en torsion). Cela explique la relative
- du cartilage, qui peut se fissurer dans certains trauma- Il facilite le glissement articulaire, grâce aux fractions protéi -
, L'lIssant apparaître un os intact radiologiquement, ou se ques du complexe protéino-hyaluronate. Il améliore les qualités
lOfer suite à des contraintes excessives, comme le montrent de glissement propres au cartilage'-, un peu comme le bain
~ d'arthroscopie. d'huile dans un carter de voiture, réparti grâce au mouvement.

1 fluage
15. le vol ume de liquide synovial de l'arti cul ation du genou est de 1 ml
(Ropes et Bauer, 1953).
16. ~~ c~mplexe protéi ne-acide hya luron ique es t déterminant dans la
lubrifIcatIon articulaire.
17. 11 ne semble pas efficace pour les su rfaces en matériau inerte (pro-
thèses) (Murakami et coll., 1998).
C;\RACT(RI~T1QUES PHYSIQUES DES TISSUS VIVANTS
• 71

Plusieurs élément, ("ncou rent au brassage du liquide syno-


vial : cc son t les éléments déformables au cou rs des mouve-
ments, tels que les labrums, les ménisques, les replis synovia ux,
et parfois des ligaments intracapsulaires. Le problème de la a
lubrifi cation est très complexe, plusieurs théori es ex istent, entre
lesquelles le débat est tou jours ouvert (Bayourthe et coll., 1972 ;
Hl avacek, 1993a, 1993b, 1995a, 1995b). La membrane syno-
1//1//111/II//;
viale sécrète du liquide en quantité infime", le ca rtilage en fil-

loJ~
trerait les petites molécules et les restituerait parti ellement
(fig. 3-22). Deux théori es dominent, avec des variantes pour
chacune. Il est au demeurant probable que les méca nismes
invoqués par l' une et par l'a utre coex istent en réalité, en parts b
va ri ab les selon les modes de fonctionnement, voire selon les
arti cul ations. Il s'agit de la théorie limite, et de la théorie hydro-
dynamique. Fig. 3-22 - Lubrification articulaire : théorie hydrodynamique (a) et théorie
limite (b).
Théorie limite, ou en film mince"
Le film synovial est représenté par un simple tapis de molé-
cules, un peu comme un tapis roulant, constitué de cylindres
mob iles sur lesq uels on fait roul er les bagages (fig. 3-22 a). Cela • Thixotropie
semblerait davantage concern er le fonctionnement articulaire
en décharge (landon et coll., 1994). Le liquide synovial est thixotropique, c'est-à-dire que sa vis-
cosité varie avec la vitesse, la durée, le taux de cisaillement",
Théorie hydrodynamique, ou en film épais2° la température, le pH" (Hlavacek, 2001 , 2002).
Elle considère qu'au repos, les surfaces sont au contact et que
le mouvement intercale un film de liquide. Son épaisseur • Nutrition et protection du cartilage
dépend de la viscosité du lubrifiant, de la vitesse, des dimen- Le liquide synovial nourrit le cartilage par imbibition, lui gar-
sions de la surface de contact (rayon de courbure des surfaces). dant son humidité. Il le protège contre l'abrasion et réduit le
Ainsi, une voiture à l'arrêt sur une flaque d'eau a ses pneus au coefficient de friction dans l'articulation (il est de l'ordre de
contact du sol; lorsqu'elle roul e dessus il ya un risque d'aqua- 0,002 à 0,004") (Bayourthe et coll., 1972 ; Hlavacek, 1999).
pl aning, et cela d'autant plus qu'il s'agit d' une flaque grasse,
que la voiture rou le vite et que ses pneus sont larges. Cette théo-
ri e semblerait davantage s'appliquer au fonctionnement articu- CAPSULE. SYNOVIALE
laire en charge (fig. 3-22 b). Les flaqu es seraient constituées par
des molécules formant un gel, prisonnier des mi crodéformations
du ca rtil age en charge" (Kobayashi et coll., 2001). CAPSULE

• Résistance La capsule est une poche fibreuse, inextensib le, plus ou


Le liquide synovial est résistant" , mais cela dépend de la moins épaisse, renforcée aux zones les plus sollicitées par des
concentration du liquide et de l'âge du suj et. En reva nche, il n'a épaississements ligamentai res et par des tendons proches. Elle
pas de rôle amorti sseur (son élasti cité est négl igeab le). a donc un rôle mécanique. Par ai lleurs, elle a aussi un rôle sen-
soriel : ses capteurs articulaires renseignent le système nerveux
central sur la position spatia le de l'articulation et donc du seg-
ment osseux concerné. La loi de Hilton dit que les nerfs croisant
une articulation abandonnent des filets nerveux à la capsule qui
leur est voisine. Il faut ajouter que cette disposition correspond
aussi à celle des muscles qui croisent cette portion, sa uf excep-
18. l 'épaisseu r du film liquidien est de l'ordre du 11100 de mi llimètre.
19. Celle théorie co nnaît des dérivées: la weeping lubrification (expres-
tion (Esnault et Viel, 1974). Ainsi , la ca psule antérieure du coude
sion de liquide du ca rtilage lors de la pression, comme des larmes. C'est est innervée par le nerf musculo-cutané (comme le brachial et
ce qui se produit lorsqu'on marche sur une peau de banane fraÎChe), la
boosted lubrification (renforcement de la lubrifica tion par des fl aques
de liquide synovia l à l'étal de gel disposées dans les microdépressions 23. Contrairement à un liquide newtonien, comme l'eau .
du ( Mlilage). 24. Il esl d'autant plus visqueux que le taux de cisaillement est bas, la
20. Celle théorie co nna ît des dérivées: théo ri e élastohydrodynamique, vitesse faible, et que la température et le pH diminuent. (l 'unité de
de co nt ac t, hydrostal ique, du squeeze-film. mesure de la viscosité est la poise : 1 centipoise = viscos ité de l'eau à
2'1. La non-conco rdan ce articu lai re (même pour la hanche) joue un rôle la pression atmosphérique et à 20 OC)
majeur pour le pa ssitge du liquide synovial de la phase liquide à la phase 25. À litre indica tif, le coeffic ient de friction d'un pneu sur route sèche
gel (Kell y, el coll. , t996; Eckslcin et coll., t997 ; Hlavacek et Vokoum, est de l'ordre de 1 ; ce lui du nylo n sur l'acier de 0,3 ; ce lui du métal
t998). sur du méta l de 0, 1 ; celui de certains roulements à billes de l'ordre de
12 . 11 résiste cl des ( harges de 10 j 100 daN pa r cm l . 0,001.
LIGAMENT
B ant
Lmed VOCAT ION ANATOMOFONCTIONNELLE

Les ligaments ont un double rôle, proporti onné de façon


lit variable selon les ligaments (Yoganandan et coll., 2000): •
• Un rôle mécaniq ue, de maintien (cf. infra). Cela s~ ref!ete
dans l'aspect même des ligaments, certains étant partlcull ere-
LERe ment épais, voire répartis sur deux plans. , .,
• Un rôle proprioc eptif, formant un réseau d'ecoute. Indispen
-
sable à la boucle sensori-motrice'6 assurant la protectio n artlcu-
laire'9.

Tr
fi&. 1-23 - L'innervation est identique pour les zones de capsules et les muscles CARACTÉRISTIQUES MÉCANIQUES
qui les croiserrI. Exemple du coude. En avanl : le nerf musculo-cutané (capsule
gnsie, muscle brachial [B[J ; en de/KHS el en arrière: le nerf radial (capsule Elles sont proches de celles du tendon (Costic et coll., 2003).
poIIIIiIlér, brachicrradial (BR[, long el court extenseurs du carpe [LERC ~ On donne ici les points les plus importants.
ŒRCL illConé [AI, triceps [TrIJ ; en dedans : le nerf ulnaire (capsule striee,
flédIisseur ulnaire du carpe [FUC}), autres épicondyliens médiaux (EJ. • Inextensibilité
Le ligament est peu extensible'"' À titre d'exemp le, les liga-
ments coraco-c lavicu laires ont une raideur linéaire de 70 à 80
N
pour 1 mm d'élonga tion, une charge à la rupture d'enviro
n
300 N pour une élongati on d'enviro n 5 à 6 mm, pour une lon-
le biceps), l'antéromédiale par le nerf médian (comme le FSD,
gueur de 9,6 mm (trapézoïde) et 11 ,2 mm (conoïde) (Costic
le rond pronateur), la postérieure par le nerf radial (comme le et
triceps et l'anconé), la médiale par le nerf ulnaire (comme le coll., 2003).
fléchisseur ulnaire du carpe) (fig. 3-23). Les capsules et le man-
chon synovial qui les tapissent sont particulièrement sensibles • Module de Young
à l'immobilisation (fibrose, perte d'élasticité due aux modifica - Celui des ligaments est voisin de celui des tendons : 760 à
tions histologiques et biochimi ques du collagène, baisse de la 2 850 daN/mm-' pour les ligaments ischio- et ilio-fémo
ral
teneur en eau) (Pocholle et Codine, 1996). Une capsule peut (Hewitt et coll., 2001) .
présenter des caractéristiques propres: zones de déhiscence
(faiblesse), de renforts en fin d'étirement (freins), des replis • Relation avec les musc/es stabilisateurs
d'aisance en rapport avec un secteur de mouvement.
Il s'agit d' une intimité entre un muscl e et un liga ment, selon
trois cas de figure:
SYNOVIALE
• Le ligamen t représente la continu ité des fibres tendineuses,
La synoviale est une membrane graisseuse'" qui sécrète le au point qu'i l est parfois difficile d'isoler la limite avec les fibres
liquide synovial. C'est un organe de glissement. À ce titre, la musculaires" .
synoviale forme un manchon isolant et accompagnant les éven-
tuelles structures intra-capsulaires qui, de ce fait, restent néan-
28. Il faut rappeler que les neurones, contraÎrement aux au tres
moins extra-articulaires (exemple du tendon du long biceps ce llules,
ne se reproduis ent pas, ce qui est la condition indispens able à la stabilité
br.Khial et des ligaments croisés du genou). Une particula rité des ci rcuits neuronau x et à l' apprentissage.
concerne la présence de replis (plicas), franges synoviales, ou 29. la démonst ration en est la violente douleur d' un e e ntorse, par rap-
iadusions méniscoïdes bordant certa ins interlignes non con cor- port à ce lle d' une fracture (sauf lorsque le ligament est tota lement
rompu
et que le message douleur est ainsi amputé).
da.'1IS et les moulan t Ces replis subissent le jeu du plissement- 30. Sur les croquis anatomiques, on représente un ligament
sous la
déplMem ent de la capsule au cours des mouvements", ou sim- forme d' une petite bande tendue entre ses deux insertion s.
En réa lité,
plemE:nlle contrecoup de celui-c i ; il s'ensuit un balayage favo- sa tension n'existe qu'au terme du mouvem ent qu'il freine, sinon
il est
r~ a la mobilité et à la répartition du liquide synovial moi ns tendu, voi re comp lètem en t détendu, mais ce fait nuirait
. à la clarté
des croquis.
3 1. Deux exemples. À la fesse, la ligne de force des tendons
ischio-
jambiers se prolonge crân ialement par le puissant ligament sacro·tub
li.
",0--
ri
..
• .., .... de< synoviales fibreuses larticulation temporo-mandibu-
"'f~ n type particulier.
~A ~. r...ertams y VOient une formation méniscoïde amél
iorant
raI. À l'épaul e, le lendon du petil pectoral est prolongé par le
coraco· huméral , et parfois même il n'y a pas d'a rrêt entre les
ligamenl
é·

deux ct
le muscle vient se terminer sur les tubercu les majeur et mineur
oC ro/~",~ d'innIes y VOient une formation propice aux de
patholo- l'extrémit é supérieure de l'huméru s. Il s'agit d'une variante anatomiq
• ~ V~k (~ les deux options existent, avec une frontière dans laquelle le petit pectoral fait réflexion sur un processus
ue
~ ~""'... / .
coracoïde
encroûté de ca rtil age.
CARACT(RISTIQUES PHYSIQUES DES TISSUS VIVANTS • 73

• Le muscle vient s'insérer directement sur le ligament, ce qui, dit avec l' individu et se régénère en cas de lésion (cicatrisation) ;
d' une part, donne un meilleur étalement à ses fibres et augmente c'est aussi une frontière poreuse, qui laisse passer dans les deux
sa surface d'ancrage, et d'a utre part constitue un renfort impor- sens: excrétion du sébum et de la transpiration, pénétration de
tant pour le ligament, qui voit son action protégée par un élé- certains produits et respiration .
ment plus important (cas du muscle coccygien et du ligament
sacro-épineux ou du grand fessier et du ligament sacro-tubéral). • Situation
• Le ligament représente la fibrose de fibres primitivement mus- La peau est répartie en deux zones (fig. 3-24).
cula ires ; c'est par exemple le cas du ligament ilio-Iombaire,
apparaissant au cours de l'enfance, issu des fibres les plus basses Peau dynamique
du muscle carré des lombes" (Hewitt et coll., 2001).
Elle est située dans le plan des mouvements et en subit les
variations de tension. Ainsi la peau antérieure du coude est éti-
• Sur le plan neurovasculaire rée en extension et très relâchée en flexion, et vice-versa pour
Les ligaments sont richement innervés (cf. supra) et vascula- la peau postérieure.
risés. On peut noter l'importance des troubles trophiques
consécutifs à une entorse simple (tuméfaction, hématome, etc.). Peau statique
Elle est située dans le plan perpendiculaire à celui des mou-
vements et, donc, ne subit aucune modification de sa tension
P EAU au cours de ces mouvements. Ainsi, la peau latérale ou médiale
du coude ne change pas de tension au cours des mouvements
de flexion-extension.
CARACTÉRISTIQUES ANATOMIQUES
La peau est l' interface entre le milieu intérieur et l'extérieur.
C'est une barrière qui s'étend sur 1,5 à 2 m', pesant 3 à 3,5 kg,
d'une épaisseur variant de 1 mm pour les parties les plus fines
(paupières) à 3 mm pour les plus épaisses (p lante des pieds). Elle
est constituée de l'épiderme, lui-même composé de plusieurs
couches, et du derme, composé du derme papillaire et du derme
réticulaire (le plus épais). L' hypoderme représente la couche
graisseuse sous-cutanée, riche en vaisseaux. À la peau, on rat-
tache les phanères (ongles, poils, cheveux).

Fig. 3-24 - La peau située aux parties antérieure et fXJ5térieure du coude est de
CARACTÉRISTIQUES PHYSIOLOGIQUES type dynamique (flèches), celle située sur les côtés est de type statique
(hachures).
À titre de rappel, il faut noter plusieurs rôles: imperméabilité
(couche cornée), protection physique du milieu intérieur face
au milieu extéri eur, protection immunitaire, renouvellement des
cellules (17 fois par an), protection solaire (mélanine), synthèse
• Structure
des vitamines 0 (couche granuleuse), régulation thermique (vas- Toutes les zones de peau n'offrent pas la même orientation.
cu lari sation et transpiration), réservoir d'eau (1/5 de la totalité Il faut observer les lignes de tension de la peau décrites par
du corps), sensibilité (tact, chaleur, pression, douleur), respira- Inman (fig. 3-25). Elles sont induites à la fois par la croissance
tion (la respiration transcutanée est faible, mais non négligeable) et par la fonction. Ainsi , on trouve des lignes de peau transver-
(Sc hmidt, 1995). sales au niveau des plis de flexion, et des lignes longitudinales
au niveau des segments corporels. En ce qui concerne le tronc,
les lignes sont transversales, ressemblant quelque peu à la dis-
CARACTÉRISTIQUES MÉCANIQUES
position métamérique. L' incidence est surtout chirurgicale, pour
le choix du sens des incisions, afin d'avoir les meilleures chan-
• Rôle protecteur ces de cicatrisation harmonieuse et esthétique: dans le sens des
La peau représente la frontière entre le mili eu extérieur et le lignes, elles peuvent aller jusqu'à passer inaperçues; perpendi-
milieu intéri eur. Cette protection est d'ordre méca nique, ther- culairement à elles, elles peuvent aboutir à des cicatrices ché-
mique, chimique. De plu s, c'est une fronti ère vivante, qui gra n- loïdes disgracieuses et gênantes .

32. C'est aUSS I le ca s des fibres qui doublent postérieurement la m em ~


• Laxité
branc interosseuse df' l'ava nt-bra s, et qui ne co nstituent pas une vérita- La peau est laxe, elle peut êt re étirée de 1,5 fois sa surface.
ble membrane postéri eure, mais simplement la fibrose de fibres D 'autre part, sa tension de repos est 1 000 fois moindre que sa
profondes des muscles long abducteu r du 1, court extenseur du l, long
exten seur du 1cl extenseur du Il , dont el lcs gardent la direction oblique tension de rupture, ce qui montre la marge disponible, la rge-
en bas ('1 (' n dehors. ment utilisée dans les plasties c utanées, quand il s'agit d'aug-
menter le volume d'une région (p lasti es mammaires chez la
femme, gain de peau après des brûlures, etc.).

• Extensibilité
C'est le corollaire de sa lax ité: sa souplesse permet de dis-
tendre la peau sans grand effort. Lorsque, avec l'âge, sa tonicité
décroît, elle peut se distendre sous l'effet de son propre poids
par le phénomène de fluage. L'extensibilité permet des récupé-
rations après rétraction traumatique; elle peut cependan t di spa-
raître dans des maladies comme la sclérod ermi e (Courto is,
1986).

• Élasticité
La peau est élastique (fibres d'élastin e du derme), c'est-à-di re
qu'elle reprend sa tension initiale après contrainte (étirement).
Cependant, si la peau d' un sujet jeune reprend complètement
sa place, ce n'est plus le cas du sujet âgé, qui voit cette élastic ité
diminuer. Ainsi, lorsque l'on regarde la face antérieure du cou
d' un vieillard: la peau pend, et cela d'autant plus que la masse
graisseuse a diminué.

• Vascularisation
L' irrigation de la peau est riche, elle correspond à sa nutriti on,
~ 3-25 - Lignes de tension de la peau Id'après Inman). ainsi qu'à celle des phanères. Elle est à l'origine des phénomè-
nes cicatriciels rapides qui permettent de retirer les fils d'une
incision huit jours après la section. Par opposition, on comprim e
la peau après brûlure, pour diminuer la vascu larisation et la pro-
lifération cutanée. En revanche, la raréfaction vascu lai re, notam-
ment par compression, est très dangereuse et peut conduire à
l'escarre au-delà de deux heures d'appui non modifié. C'est ce
qui incite à modifier régulièrement les appuis des alités (matelas
a alternating), tout en les répartissant au mieux sur des matelas
épousant tous les contours avec douceur (matelas à eau). Dans
la lutte contre les escarres, se pose le problème des contours
des appuis: pour éviter la compression sur une zone à risque,
on est tenté de supprimer l'appui. Or, cela le reporte, de façon
accru e, sur la zone voisi ne"- La solution est soit d'augmenter
l'appui de la zone limitrophe", soit d'arrondir les bords de la
zone évidée (fig. 3-26).

• Cicatrisation
La peau cicatrise différemment au niveau du derme et de
l'épiderme; le processus s'opère en deux phases : inflammatoire
b pui s d'épithélialisation (détersion de la plaie, puis bourgeonne-
ment, contracti on des berges et reformation de l' épiderme). Cela
assoc ie des phénomènes vascu laires et cellulaires, se fai sant de
la profondeur vers la superficie. Une fermeture cutanée se fait
en 8 jours, mais la cicatrisation compl ète s'échelonne sur un
remaniement de 6 mois - plus dans les cas de ci catrices hyper-
trophiques. Le processus ne s'ac hève jamais pour les c ica tri ces
chéloïdes (c icatrices immatures) (fi g. 3-27).

fi ,..24 - L l--,tIJF-mfflt cfun support nécessite d'arrondir les angles afin 33. L'év idemmen t d'un plâtre en reg~Hd de l'o lécrâ ne peut favor iser une
esca rre circula ire pério léc râni enne.
'" .~ .4 f1W,1I'ilt~AI des contrdmtes : contrasntes avec bords nets (a) et 34 . Par exemple en bourrant un pl âtre de colon sur les zones voisi nes
~ ..,/!J5 ~"'hW-S b
à cell e présen tant un risque.
CARACTtRISTIQUES PHYSIQUES DES TISSUS VIVANTS
• 75

• Résistance à la traction 1 Compression 1


La marge de sécurité est bonne. Cela concern e essentielle-
ment le derme réticulaire (fibres de réticuline, formant le
• cuir .) et la peau sai ne, non incisée. En effet, dès qu'une brè-
che est créée, il devient plus facile de l'étendre, la peau ayant
perdu une partie de sa résistance à la traction . Cependa nt, si la
U
;;:; "'
~crasement
des parties molles

traction maintient les comm issures de l'ouverture, il est possible Œdème Compression
d'écarter fortement sans rupture, c'est ce que réalise un ch irur- des capillaires
gien en plaçant des éca rteurs da ns l'i nci sion qu'il vient de créer.

• Résistance à la compression Blocage


sanguin
Cette résistance est bonne. La compression agit plus par phé-
nomène de blocage vascu laire, immédiatement générateur du
blanchiment des téguments, que par le dépassement mécanique IIKhémie 1

d'une valeur de rupture (d'a utant plus que le tissu sous-cutané, Fig. 3-28 - Cercle vicieux engendré par l'ischémie (auto-aggravation).
la graisse, puis les muscles, forment un matelassage-tampon effi-
cace). Elle dépend de la surface (fig. 3-28) .

• Résistance au cisaillement
La peau ne se défend que faiblement contre les cisai llements.
Des lésions de ce type surviennent facilement dans certa ins cas
(fi g. 3-29) :
• En raison d'une résistance amoindr ie (pea u fine et fragile des
viei llard s).
• Parce que l' intensité (fig. 3-30) dépasse ses capac ités exten-
sibles, comme dans les accidents où ce mécanisme se double
souvent d' un frottement abrasif produisant une brûlure.
• Parce que le cisai llement est le fruit d'une compression obli-
que, d'intensité plus faible mais de plus longue durée, comme
c'est le cas chez un alité en position sem i-ass ise dans un lit
a ~---'::~
d'hôpital" (fig. 3-3 1). Si l'on ajoute à cela l'élévation thermiqu e
et l' hum idité ambiante, on arri ve vite à une fragilisation et des
ruptures de peau, souvent associées à des débuts d'escarres. Fig. 3-29 - Contraintes en rapport avec la surface de contact: la peau supporte
mal leur focalisation la) et bien leur répartition lb).

35. Ou bien su, un fauteuil ,oulant (Pavec, 1999; Li el coll., 2000).

prolifération Fig. 3-30 - Relation ent,e


cicatricielle l'intensité (/) et la durée (ou
répétition) des contraintes. La
Chel
zone claire est la zone de confort,
---------------------- celle hachurée est la zone de
danger: une intensité
importante li! supporte un petit
nombre de répétitions (n), une
.......... _ Hype,
intensité faible li') en supporte
" ',,- davantage (n').

'"
NI '"

o 2 années

fig. ] ·17 Cj(dlri~<lljOIl de fa peatl : cicatrisation normale (NI), hypertrophique


(/ "1'",). ,lIdO/d,. (Ch,./), o n n' durée ou
répétit ions
FO' \(!'I;TAlES
• 8.

L'abord des tissus biologiques met l' accent s.ur leurs caractéris·
tiques anatomophysiologiques. Leur mécanique est vIte com ·
plexe, mais leurs données essentielles sont homogènes: les
secteurs mobiles le sont à tous les niveaux. les secteurs stables
~alement. La recherche fonctionnelle doit alors perme~re de
d~ager des gestes adaptés à chaque tissu, à chaque régIon, à
chaque insuffisance.

fis. 3-31 - D.J"8'" des cisaillements, notamment chez le vieillard alité, avec la
c:IaIttx cil lit et parfois l'humidité: poids du tronc (PI, appui sur le dossier (AI,
gflSSt!J'flMt sur le support (GI, composante de pression de G (pl, composante de
osaJ/lement (c).

ADAM C, ECKSTEIN F, MILZ S, PUTZ R. The distribution of cartilage DUCHATEAU J, HAINAULT K. Isometric or dynamic training : dille-
thickness within the joints of the lower limb of elderly individuals. rential effects on mechanical properties of a human muscle. J Appl
JAna!. 1998, 193(2) : 203·214. Physiol. 1984 : 56(2) : 296-301.
AlEXANDER RM. The dimensions of knee and ankle muscles and DUMOULIN J, de BISSCHOP G, PETIT B, RIJM Ch. Kinésiologie et bio-
the forces they exert. J Hum Mov Studies. 1975, 1 : IIS-123. mécanique. Dossiers de kinésithérapie. Masson, Paris, 1991.
AUARD P, BLANCHI JP. Analyse du mouvement humain par la bio- ECKSTEIN F, VON EISENHART-ROTHE R, LANDGRAF J, ADAM C,
mécanique. Vogot-Décarie, Québec, 2000 : 3~3. LOEHE F, MULLER-GERBL M, PUTZ R. Quantitative analysis of incon-
BAYOURTHE L. VIN EL P, ANKLEWla J. La lubrification articulaire, gruity, contact areas and cartilage thickness in the human hip joint.
IBases thèoriques. Rhumatologie. 1972 : 273-2B6. Acta Anat (Basel). 1997, 158(2) : 192-204.
BORGI R. PLAS F. Traumatologie et rééducation, biomécanique, ELFTMAN H. Biomechanics of muscle. J Bone Joint Surg (Am). 1966,
principes thér~peutiques t . 1 et 2. Masson, Paris, 19B2. 48A : 363-377.
BORGI R. La notion de « fluage ». Notion mécanique et application ESNAULT M, VIEL E. Systématisation des innervations capsulaires de
aux tissus biologiques. Ann Kinésithér. 19B1, 8 : 195-200. l'articulation du coude. Ann Kinésithér. 1974, 4 : 377-381.
BOUISSET S, MATON B. Muscles, posture et mouvement. Bases et FRADE G. Metallographie : Essais mécaniques. ln : Encyclopédie
applications de la méthode électromyographique. Hermann, Paris, Universalis. Encyclpoaadia Universalis. Paris, 1990.
1995. FUKUNAGA T, ITO M, ICHINOSE Y, KUNO S, KAWAKAMI Y,
BOUISSET S. Biomécanique et physiologie du mouvement. Masson FUKASHIRO S. Tend inous movement of a human muscle during
(collection Abrégés), Paris, 2002. voluntary contractions determined by real -time ultrasonography. J
BROOKE MH, KAISER KK. Muscle fiber types: how many and what Appl Physiol. 1996, 81(3) : 1430-1433.
kind? Arch Neurol. 1970, 23(4) : 369-379. GOUBEL F, LENSEL-CORBEIL G. Biomécan ique: Eléments de méca-
CARTER H. L'arthrose et le cartilage. Méd Os et Articul. (QM). 1984, nique musculaire. Masso n, Paris, 1998.
1 : 8-14. GOUBEL F, VAN HOECKE J. Biomécanique et geste sportif. Incidence
CHAO EV, NELUHENI EV, HSU RW, PALEY D. Biomechanics of mala- des propriétés mécaniques du muscle sur la réali sation de la per-
lignment. Orthop Clin North Am. 1994, 25(3) : 379-386. formance . Cinésiologie. 1982, 21 : 41 -51 .
COHTEDUCA F, MORELLI F, FERRETTI A. Viscoelastic properties of GOUBEL F. Adaptation des propriétés mécaniques du mu scle à la
the semrtendinosus and graciljs muscles in reconstruction of the demande fonctionnelle. Profession Kiné Plus. 1999.74 : 7-9.
J.Cl. ' an in vivo evaluation. Clin Organi Mov. 2003, 88(1) : 75-82. HEWITT J, GUILAK F, GLiSSON R, VAIL TP. Regional material pro.
cosne RS, VANGURA Alr, FENWICK JA, RODOSKY MW, DEBSKI RE . perties of the human hip joint capsule ligaments. J Orthop Res.
r~ properties of the coracoclavicular ligaments. Scand J 2001, 19(3): 359-364.
lA<!<! Sei Sports. 2003, 13(5) : 305-310. HLAVACEK M, VOKOUM D. The influence of articular surface incon-
CO) OIS J-C. Mesure de "allongement de la peau au 1/3 supérieur gruity on lubrication and contact pressure distribution of loaded
""' Id w~ Ann Kinésithér. 1986, 13(7-8) : 331 -338. sy novial joints. Proc Inst M ech Eng (HI . 1998, 212(1) : 11 -22.
U ~DI' . 'tG RA, BINKHORST RA, VISSERS ACA, VOS JA. Influence of HLAVACEK M . The role of synovial fluid filtration by cartilage in
flr .' stlength training on the force-velocity relationship of the arm lubrication of synovial joints - 1. Mixture model of synovial fluid . J
'""",/, ~ J Spou Med. 1982.3 : 25-28. Biomech . 1993a, 26(10) : 1145-1150.
CARACTt RISTIQUES PIIYSIQUES 0[$ TISSUS VIVANTS
• 77

HLAVACEK M. Th e role of synovia l fl uid f iltration by cartilage in POCHOLLE M, CODINE P. Mécanismes et traitements des raid eurs
lubrication of synovi al joints - II. Squeeze-film lubrication: homo- artieulaires. Am. Kinésithér. 19996 ; 23(2) : 81 -90.
geneous f iltration. J Biomech. 1993b, 26(10) : 1151 -1160.
PORTERO P. Approche posologique pour l'optimisation du renfor-
HLAVACEK M. The role of synovial fluid filtration by cartilage in cement musculaire. Ann Kinésithér. 2001, 28(6) : 243-245.
lubrication of synovial joints - III. Squeeze-film lubrication: axial
symmetry under low loading conditions. J Biomech. 1995a, 2B(10) : POULAIN Ph, PERTUZON E. ~tude comparative des eftets de trois
1193-119B. méthodes de musculation sur les propriétés contractiles et élasti-
ques du muscle. Ann Kinésithér. 1998, 15(4) : 167-177.
HLAVACEK M . The role of synovial fluid filtration by cartilage in
lubrication of synovial joints -IV . Squeeze-film lubrication: the cen - POUSSON M . Pliométrie et travail excentrique. Profession Kiné Plus.
1999,74: 10-13.
trai film thickness for normal and inflammatory synovial fluids for
axial symmetry under high loading conditions. J Biomech . 1995b, REIS P, NAHAL-SAID R, RAVAUD P, DOUGADOS M, AMOR B. Are
28(10) : 1199-1205. radiologieal joint space widths of normal hips asymmetrical1 Ann
Rheum Dis. 1999, 58(4) : 246-249.
HLAVACEK M . Lubrication of the human ankle joint in walking with
the synovial fluid filtrated by the cartilage with the surface zone RIENER R, EDRICH T. Identifieation of passive elastic joint moments
worn out: steady pure sliding motion. J Biomech. 1999, 32(10) : in the lower extremities. J Biomech . 1999, 32(5) : 539-544.
1059-1069. ROPES M-W, BAUER W. Synovial fluid changes in joint diseases. Har-
HLAVACEK M . The thixotropic eftect of the synovial fluid in vard University Press, Cambridge (Mass), 1953.
squeeze-film lubrication of the human hip joint. Biorheology. 2001 , ROTIER N, BONASSAR U, TOBIAS G, LEBL M, ROY AK, VACANTI CA.
38(4) : 319-334. Age dependance of biochemical and biomechanieal properties of
HLAVACEK M. The influence of the acetabular labrum seal, intact tissue-engineered human septal cartilage. Biomaterials. 2002,
articular superficial zone and synovial fluid thixotropy on squeeze- 23(15) : 3087-3094.
film lubrication of a spherieal synovial joint. J 8iomech. 2002, SAPPEY PHC. Traité d' anatomie descriptive (3' édition). Delahaye
35(10) : 1325-1335. et Lecrosnier, Paris, 1876 : 304-305.
HUIJING P. Muscular force transmission : a unified, dual or multiple SCHMIDT D. Biologie de la peau. Editions INSERM, Paris, 1995.
system? A review and some explorative experimental results . Arch
SEVRES Ph, HUCHON R. La loi d'Euler rapportée aux courbures
Physiol Biochem, 1999, 107 (4) : 292-311 .
rachidiennes: un exemple d'appropriation et d'emploi abusif vieux
HUNZIKER EB, QUINN TM, HAUSELMANN HJ. Quantitative structu - de plus d'un siècle. Ann Kinésithér. 2000, 27(3) : 119-124.
rai organization of normal adult human articular cartilage. SEYRE5 Ph. Le système tendineux : constitution, organisation et
Osteoarthritis Carti lage. 2002, 10(7) : 564-572.
capacités mécaniques. Ann Kinésithér. 1991, 18(4) : 185-196.
KAPANDJI lA. Physiologie articulaire, Tronc (fascicule 3), 5 édition. 5TEINDLER A. Kinesiology of the human body. Charles C Thomas,
Maloine, Paris, 1980. Springfield (Illinois, U5A), 1955.
KELLY PA, O'CONNOR JJ. Transmission of rapidly applied loads 5TYF J, BALLARD R, ARATOW M, CRENSHAW A, WATENPAUGH D,
through articular cartilage. Part 1 : Uncracked cartilage. Proc Inst HARGENS AR. Intramuscular pressure and torque during isometric,
Mech Eng [H] . 1996,210(1) : 27-37. concentric and eccentric muscular activity. Scand J Med Sei Sports.
KOBAYASHI M, TOGUCHIDA J, OKA M. Study on the lubrieation 1995, 5(5) : 291 -296.
mechanism of natural joints by confocallaser scanning microscopy. TANDON PN, BONG NH, KU5HAHA K. A new model for synovial
J Biomed Mater Res. 2001, 55(4) : 645 -651. joint lubrieation. Int J Biomed Comput. 1994, 35(2) : 125-140.
LAOUSSADI S. L'arthrose. Ellipses, Montpellier, 1997. TE5TUT L, LATARJET A. Traité d'anatomie humaine (8" édition).
LI Y, AISSAOUI R, BRIENZA DM, DANSERAU J. The eftect of body Paris, Doin et Cie, 1928 : 92.
mass index on seat interface shape patterns. Arch Physiol and Bio- THOMAS D, MOUTET F, GUINARD D, CORCELLA D. Mobilisation
chem. 2000, 108 (1 /2) : 75-80. postopératoire immédiate des tendons fléchisseurs. Ann Kinésithér.
MILLER K. 8iomechanies of soft tissues. Med Sei Monit. 2000, 6(1) : 2000,27(8) : 338-347.
158-167. TREPPO 5, KOEPP H, QUAN EC, COLE AA, KUETINER KE, GROD-
MURAKAMI T, HIGAKI H, SAWAE Y, OHTSUKI N, MORIYAMA S, ZINSKY AJ . Comparison of biomechanieal and biochemieal proper-
NAKANISHI Y. Adaptive multimode lubrieation in natural synovial ties of cartilage from human knee and ankle pairs. J Orthop Res.
joints and artificial joints. Proc Inst Mech Eng [H] . 1998, 212(1) : 23- 2000, 18(5) : 739-748.
35. VIEL E, DESMARETS J-J. Mechanical Pull of the Peroneal Tendons
PATURET G. Traité d'anatomie humaine. Masson, Paris, 1951 . on the Fifth Ray of the foot . J Orthop et Sports Phys Ther. 19B5,
PAUWELS F. Biomécanique de l' appareil moteur. Springer-Verlag, 7(3) : 102-106.
8erlin, 1979. VOIGT M, BOJSEN-MOLLER F, SIMON5EN EB, DYHRE-POULSEN P.
PAVEC D, PARENT F, AUBIN CE, AISSAOUI R, DANSERAU J. Kinema- The influence of tendon Youngs modulus, dimensions and instan-
tic model for the simulation of lateral st ability of the users provided taneous moment arms on the efficiency of human movement. J Bio-
by w heelchai r users. Biomedical Aspects of Manual Wheel chair Pro- mech. 1995, 28(3) : 281 -291.
pulsion . Th e Stat e of th e Art II. Van der Wo ude LHV, Hopman MTE, WANG CC, HUNG CT, MOW Vc. An analysis of the efteru of depth-
va n Kemade CH eds. 105 Press Ohm sa, Amsterdam, 1999. dependent aggregate modulus on articular cartilage stress-relaxa-
PETER JB, BARNA RD RJ, EDGERTON VR, GILLESPIE CA, STEMPEL KE. tion behavior in compression. J Biomech. 2001 , 34(1) : 75-84.
Metabolic profiles of three fiber ty pes of skeletal muscl e in gu inea WINTER DA. Biomechanics and motor control of human movement.
pi gs and rabbi t s. Biochemistry. 1972, 11(14) : 2627 -2633. J Wiley and Sons, New York (USA), 1994.
PIOLETII DP, RAKOTOMA NANA LR. On th e independance of t ime WRIGHT S. Physiologie appliquée à la médecine. Flammarion Méde-
and stra in eHects in the stress relaxat ion of ligaments and tend ons. cine- Sciences, Paris, 1973.
J Biomech . 2000, 33( 12) : 1729-1732 . YOGANANDAN N, KUMARESAN S, PINTAR FA. Geometrie and
POCHOllE M . Rééduca tion après réparation de la coi He des rot a- mechanical properti es of human cerv ical spine ligaments. J Biomech
teurs de l'épaule. Ann Kinésithé r. 1997, 24(8) : 353-361. Eng . 2000, 122(6) : 623-629.
ORGANISATION CORPORELLE fonction de protection et de commun ication ressort bien dans
le phonème du « tout nu • qui, dans le cadre social, est lourd
de connotations diverses et hors de notre propos, sous peine
L'~TRE HUMAIN d'engager un débat culturel sur les origines et les rôles du vêtement.
L'évolution montre des êtres vivants sans squelette (l'hydre
ou le ver), des êtres à squelette externe (le crabe), mixte (la tor- MEMBRE SUPÉRIEUR
tue), enfi n à squelette interne (les mammifères, dont l'homme)
(Dufour, 2003). L'homme se distingue par quelques caractères On a souvent distingué le membre supérieur comme carac-
(Paturet, 1951) : téristique de l'être humain, bipède ayant li béré un train porteur
pour en faire un membre à vocation relationnelle et instrumen-
• Une organisation centralisée autour d'un axe « tronc . aux
tale.
quatre coins duquel on trouve deux paires de membres: une
côté caudal, vouée à la locomotion, et une côté crânial, vouée
au captage spatia l (Hainaut 1979). Le tronc est à la fois le grand
• Fonction relationnelle
caisson renfermant les organes volumineux (viscères), c'est-à- Dans le cadre relationnel, le membre supérieur joue un rôle
dire, d'une mani ère générale, tous ceux qui ne sont pas liés soit de sémaphore' grâce aux qualités expressives de sa gestique',
au fonctionnement relationnel, comme les muscles, soit à la soit directes comme dans les contacts (tapotements, poignée de
sphère céphalique, et la liaison entre les cei ntures et le centre mai n, coup de coude, main caressante, etc.), soit indirectes
géométrique de l' individu (Winter et coll., 1998). comme dans la production de signes (généralement avec la
• Le tronc est surplombé par la tête, qui est en position haute. main).
C'est le « grand ordinateur central », qui supporte un ensemble
de télérécepteurs, des organes vestibu laires (équilibre), ainsi que • Fonction instrumentale
la bouche et les centres nerveux supérieurs (Cromwell et coll.,
La vocation instrumental e est due à son aptitude à fabriquer
2001b).
et à utiliser des outils, ce qui en multiplie considérablement les
• Une absence de queue, que plus rien ne justifie ; elle n'est, capacités. Cela sous-entend une structure locomotrice finalisée
chez l'homme, ni le contrepoids de la masse corporell e, ni le
en ce sens, avec trois sous-ensembles régionaux :
balan cier propre à certains déplacements, ni l'appui ou parfois
la préhension, ni l'ut ilitaire plumeau de certains animaux, ni un • À la racine: une base dont la nécessité d'orientation spatiale
élément d'expression, même plus la protection sexuell e des maximale oblige à un complexe articulaire hautement perfor-
femel les puisque le sexe féminin a migré vers l'a vant, laissa nt mant, en l'occurrence à double étage: scapulai re et huméra l.
ce rôle protecteur aux muscles adducteurs. • À la partie moyenne: le coude, articulation ambivalente
• Deux paires de membres, dont chacune présente: une racine ayant perdu les parti cularités simiesques de stabilité ou d'appui,
(dispositif de base lui donnant sa ca ractéristique essentielle), une et qui n'est plus que le débordement de l'épaule ou de la main
partie moyenne (gestion de la distance entre les deux extrémi- selon les modes fon ctionnels en jeu .
tés), une partie distale (ensembl e associan t des qualités d'adap-
tation fines et des capaci tés il assumer la finalité du membre).
t . Du grcc sém" (le signe) el phare (porler) : qui porle un signa l.
• La nudité dc l'enscmble : le titre de « singe nu » décern é par 2. Du lati n gestum : manifestati on, expression. Les gestes et la gesllque
Morris (1991 ) à l'homme, même s' il est di scuté, traduit la rel a- se rapportent donc à des mouvements ayant une signification, à la dlf·
tive vu lnérabilité de l'homme face il son environnement. (ércnce du mouvement « si mpl e » (movere), qui ne traduit que 1 '~lSp<.'C1
l 'ab,ence de loison, écaille ou autre syslème aya nt à la fois mécanique d'un déplacement.

• ci. r .. ,trffiljté distale: un organe polymorphe et sensible, La mécanique doit à la fois assurer la stabilité en rapport a.v.ec;
oIplbIe de tout ce qui régit la vie sensorielle de préhension et le soutènement axial de la charge sus-jacente, et la moblhte
œntact : la main (lgnazi et coll., 1979). nécessaire au déplacement corporel. l'armature osseuse posté-
rieure (rachis) est complétée en avant par la cage thoraCIque.
Celle-ci combine protection, mobilité respir~toire et syst~me
E BRE INFÉRIEUR • restituteur • d'énergie permettant une actlvlte ventdatolre eco-
Ces! un rnenbn! porteur. Par rapport au fonctionnement nomique.
quadrupède, la portance a vu sa demande s'accroître en inten-
·té répartie sur deux membres au lieu de quatre) et le membre HTE
-- 'eur se spécialiser en ce rôle (abandon des rôles annexes
de foulage du sol, de grattage du corps, de griffure voire de ser- La tête est un petit volume, mobile, présentant deux compo-
rage ou de préhension). La portance s'est traduite par un rôle santes: le crâne et la face'. le premier est un caisson non mobile
locomoteur de type bipédique. De plus, le fonctionnement plan- protégeant la commande centrale du système nerveux, ainsi
tigrade a provoqué l'alignement fémoro-crural et la moindre qu'une zone d'appui (port de charges). La seconde est un
importance des orteils. le régime de fonctionnement en alter- ensemble de cavités logeant les organes sensoriels - avec, en
nana des deux seuls membres porteurs a considérablement plus, le seul os mobile de la tête' : la mâchoire, acteur de la
augmenté la demande mécanique face aux contraintes impo- nutrition (mastication et déglutition) et la phonation.
sées: dIacun doit assurer la réception de l'édifice corporel, le
contrôle de l'appui chargé et la propulsion (Deloison, 2(04). Ce POUR CONCLURE
cahier des charges s'est traduit par une organisation tripartite: À travers les schémas d'organisation, il convient de noter deux
• À la racine: un bloc beaucoup plus massif où la stabilité choses :
l'emporte sur la mobilité. • Il Y a une certaine similitude entre toutes ces structures qui
font toujours appel à de l'os, du cartilage, des éléments capsulo-
• À la partie moyenne: une zone à nouveau ambivalente, mais ligamentaires et des muscles.
dont les exigences sont très sévères, compte tenu des enjeux en • La singularité de chacune est suffisante pour interdire des
présence: l'équilibre du corps au-dessus, la stabilité sur le ter- conclusions fonctionnelles floues: • il n'y a qu'à assouplir, mus-
rain en dessous. cler et faire du fonctionnel ». Il faut dégager le raisonnement
et les conclusions qui s'imposent, à chaque fois.
• À l'extrémité: un organe à la fois souple (donc adaptable)
pour satisfaire les particularités du terrain, et résistant, pour
absorlJer et transmettre des contraintes répétées (lto, 1996). la
locomotion bipède révèle, encore plus que la main, la spécifi- HOMO ERECTUS
cité humaine (Ficat, 1990).

la bipédie humaine est datée par les ethnologues: son inven-


TRONC teur serait' l'australopithèque (3 millions d'années), qui s'est dis-
le tronc se présente comme un double système: celui d'élé- tingué de ses ancêtres par sa station debout, laquelle a trouvé
ment de liaison entre la tête et les deux ceintures, et celui d'une sa forme moderne avec l' Homo sapiens (i l y a 600000 ans).
caisse contenant des structures propres: les viscères, répartis en Cette érection du corps reflète un abandon de la fonction loco-
deux caissons. motrice du train avant, au profit d' une vocation spatiale. Ell e
s'est accompagnée de la mise en position haute de la tête et de
ses télérécepteurs, et d' une transformation des membres et du
tronc.

CARAaÉRISTIQUES ESSENTIEllES

• La libération des membres thoraciques


C'est un évènement qui a eu lieu dans d'a utres conditi ons (les
petites pattes antéri eures des tyrannosaures, ou des iguanodo ns),
maIS sans que la patte se voit conférer un rô le préhenseur, cette
fonction restant dévolue à la gueule (fig. 4-1). Chez l' homme,
le membre supérieur est ent ièrement voué à la finalité de la

3. l e premier a augmenté son vo lume au cours de l'évol ution, la


seconde l'a diminué.
4. Si l'on ,m:t à part les osselets de l'oreil le moyenne.
5. l es, theo~les ~nt. encore incertaines et quelques auteurs pensent à
~~ d.. ~r~f)()l)lSaUIe (8Iand carfk1SSler, de 15 m de long.
une ~ol u tlon distincte entre l'austra lopithèque et l' Homo sapiens
""9; (Delolson, 2004).
main, organe de préhension et de relation par excellence, sym-
bole de sa puissance.

• La verticalisation du rachis
Elle découle de celle de l' individu. Le singe, qui a encore des
membres antérieurs longs, permettant l'appui au sol, a un rachis
globalement oblique, duquel la cambrure lombaire est absente
(fig. 4-2 a). Chez l'homme, l'axe vertical s' inscrit dans une triple
courbure mobile et il s' associe au maintien antigravitaire dyna-
mique (Berger et coll., 1992) (fig. 4-2 b). Sur le plan strictement
statique, certains rares animaux, comme les suricates" (fig. 4-3),
ont une érection rachidienne remarquable, mais ils ne la
conjuguent pas avec la locomotion (Hartikainen et coll., 1995).

• Le contrôle oculo-vestibulaire a b
Toute la vie terrestre est soumise aux effets de la pesanteur. Fig. 4-2 - Rapporl5 de membres du singe (a) et de l'homme (b).
En ce qui concerne le bipède humain, le rapprochement d'avec
la verticale économise les forces de maintien antigravitaire. Elle
induit la réaction adaptée de l'organisme pour réagir économi-
quement et nuance les variations strictement mécaniques de la
projection de la ligne gravitaire dans le polygone de sustentation
(Laude, 1990). La pression des organes de contrôle est telle
qu'une modification à ce niveau (via le port de lunettes à pris-
mes' , par exemple) perturbe momentanément les adaptations.
De même, l'agitation des canaux semi-circulaires (mouvements
tournants) rend la stabi lisation impossible. Lorsqu'on regarde le
dessin ci-contre, on perçoit l'anomalie de l'inclinaison des sujets
(fig. 4-4). En fait, il s'agit d'un dessin issu d'une photo prise après
le tremblement de terre de San Francisco de 1906, le photogra-
phe ayant incliné son appareil en le plaçant parallèlement au sol.

• L'axe tragien
Chez l'homme, la référence verticale est tellement omnipré- Fig. 4-3 - Suricate en position . sentinelle •.
sente dans l'idée qu'on se fait de la bipédie, que l'on pense sou-
vent que le fil à plomb représente l'alignement statique idéal du
maintien du corps. Il n'en est rien. L'axialité de la statique cor-
porelle, désignée sous le terme d'axe tragien, a été mesurée par
Péninou (1982). Des sujets ont été mesurés en station debout
dite de repos, c'est-à-dire non corrigée par le garde-à-vous ou
une position rigide (fig. 4-5). Il en ressort que la station debout
statistiquement normale n'est pas une verticale allant du tragus
aux malléoles (ce qui représente une position corrigée non natu-
relle), mais une ligne brisée. Celle-c i place la tête légèrement
en avant, l' acromion un peu en arrière, le grand trochanter à
nouveau un peu en avant, l'épicondyle fémoral légèrement en
arrière et la malléol e latérale en position neutre (point de départ
de la verti cale de référence pour l'étude). Le tableau 4-1 indique
les résultats obtenu s par Péninou, c'est-à-dire, pour chacun des
éléments précédemment cités, la distance séparant sa projection
vertica le de la référence mall éolaire.

6. Sorte de mangouste d'Afrique du Sud.


7. Sauf entralnement. Le port de lunett es à pri smes, modifi ant les réfé-
rences hori zon tal el\<ertica le, rend la démarche hésitante et incli née.
Fig. 4-4 - Ca /que de photographie, prise lors du tremblement de terre de San
jusqu'à hab itua tion par correction cie l'organisme. Inversement, en reti· Francisco (1906). L'opérateur a placé son appareil parallèlement au terrain.
ranI les lunettes, le sujet se trouve à nouveau hésitant et incl iné, dans qui a basculé en bloc, et non horizontalement (voir les nuages). 1/ s'ensUIt
l'autre sens celle iais, jusqu'à réhabituation. une absurdité apparente.

3 -t--fjlt'J

···,
··
·
!,
,
5 :·
·,
'i
fi&. 4-5 - L'axe trilgien représente une ligne brisée et non un alignement strict; tragus (1), acromion (2), grand trochanter (3), épicondyle latéral du fémur (4), malléole
WéraJe (5).

meilleur équi libre en suspension postérieure avec contrôle du


pied, qui est un segment uniquement antérieur (projection de la
ligne gravitaire au niveau du tarse antérieur).
• L'écart type montre des variables individuelles importantes
(u n écart type de 2 signifie qu'environ 95 % de la population
mesurée présente une variable, vers l'avant ou l'a rrière, de
± 4 cm par rapport à la moyenne).
• Les femmes ont moins d' inclinaison antérieure que les hommes.
Grand 7,20 2,22 6,26 1,73
trochanter • L'autograndissement
Épicondyle 3,79 1,81 3,58 1,59 L'idée est connue sous le terme d' . autograndissement axial
latéral du fémur
actif . (AAA). Il s'agit de renforcer le maintien corrigé, et ce chez
o o o o le sujet en position assise pour limiter le travail au tronc. Sous
une toise, on observe le léger grandissement du sujet. Cepen-
dant les effets ne sont que très faiblement imputabl es au redres-
sement des courbures rachidiennes (Craf et co ll., 2001). L'AAA
T,_ observations se dégagent de ces chiffres:
fait surtout intervenir la globulisat ion des muscles (essiers,
•m su)I!U sont globalement penchés en avant; cette inclinai- l'a ntéversi on du bassin et la fl exion cervica le haute (cf. fig. 2-9).
r. ," >pHe essentiellement autour des chevilles' . Elle incline le
~~ ", mb.c-r d'environ 5° vers l'avant. Cela traduit le • L'équilibre postural
Il fait intervenir l'ensemble des méca nismes neuromu sculai -
~.r. # 'r~""'.r" M ~ suJets, elle peut se réa liser ai lleurs (niveau res. La posturologie (Cagey, 1993a, 1993b) utili se des enregis-
~~r'/-4 ~' #O'/~~ , trements (statokinésimètre).
GRAN DES FONCTIONS • 83

• Cas particulier de la verticalisation


chez le paraplégique
Dans ces cas parti culiers, la verticalisation ne peut se faire
qu'au moyen d'un maintien passif, par un appareil appelé
« stand de verticalisation » ; celui-ci comporte généralement un
plan de travail (fig. 4-6). l 'objectif est de rétablir quotidienne-
ment, durant un certain temps, les conditions indispensables au
métabolisme de l'orthostatisme. la tenue est assurée par un sup-
port sous-ischiatique, un maintien thoracique, ainsi que des
maintiens inférieurs, afin de reproduire artificiellement les
conditions de la verti calité rachidienne.
Fig. 4-6 - Stand de verricalisation pour
• L'ouverture de l'angle coxo-fémoral paraplégique.
l 'inclinaison pelvienne ne s'est que peu redressée chez
l' homme (cf. fig. 4-2 ), ce qui amène les segments voisins à y
suppléer: la colonne lombale se redresse en cambrure sur un
plateau sacral incliné, le fémur a quitté sa position oblique pour
se verticaliser, provoquant ainsi une ouverture de l'angle coxo-
fémoral. la hanche est tendue en avant' , détendue en arrière,
ce qui explique sa tendance au flexum réactionnel à l'occasion
des pathologies.

• La latéralisation des épaules


le déplacement des épaules vers l'arrière a latéralisé les mou-
vements du membre devenu supérieur. Ce dernier présente ainsi
un cône de révolution antéro-Iatéral, là où le singe a encore un
débattement essentiellement sagittal en rapport avec la locomo-
Fig. 4-7 - Débattement saginal du membre supérieur du singe, lié à la
tion (fig. 4-7 a, b). marche (a), et espace de capture latéralisé de l'homme (b).

• La préhension du pouce
le singe possède un pouce court, ne permettant pas une réelle
opposition . Celle-ci est sommaire, et constitue plutôt une sorte
de pince, qui certes lui permet de saisir les objets, mais avec
une finesse bien moindre que celle permise à l' homme (fig. 4-8).

• La taille des doigts


l 'extrémité du membre supérieur se différencie de celle du Fig. 4-8 - La main-pince du gibbon (a)
membre inféri eur par la longueur des appendices digitaux. Cette a et la main d'opposition de l'homme (b)
longueur permet un enveloppement correct des objets, non seu-
lement pour les sai sir, mais aussi pour en frôler la surface, appré-
hender leur form e.

• La rectitude du genou a
Elle est produite par la verti cali sa tion des segments fémoral
et jambi er, là où l' animal possède une forte angulation, propi ce
à la détente et au sa ut (fi g. 4-9). Le genou s' inscrit dans une ges-
tio n du verro uill age (statique)-déverrouillage (dynamique) .

• La perpendicularité jambe-pied
C'est le coro ll aire de ce qui précède: la verti ca li sation jam-
Fig. 4-9 - Angulation
bi ère est accompagnée d'une horizontali sati on du pi ed. Cepen- rémora-jambière du
singe (a) et alignement
du membre inÎérteur de
9. CC' q UI p('rmcl une économi e posturale en pos it ion dc bollt, par sus-
peno;ion dl/X IIg<lrl)('nt 'i ant éri eu rs.
l'hommerbl.

dant, con trairement à l'ours, l'homme a un pied long et fin,
possédant une voûte plantaire étalée à sa partie antérieure. Cela
lui confère un pouvoir de plasticité dans ses formes, ce qui enri-
chit l'adaptabilité du pied au sol (équilibre statique), y compris
à l'occasion des réceptions et propulsions (équilibre dynam ique) .

• Le parallélisme de l'hallux
,, avec les autres rayons
\
, La perte de toute préhension à ce nivea u s'est accompagnée
1 \ d'un placement plus parallèle et sa ns pronation de la part du
a ~\
• b premier rayon du pied (fig. 4-10). En reva nche, sa situatio n
médiale, sa taille et son extrémité avancée lui permettent de
fig. 4-10 - Opposilion de l'hallux chez le chimpanzé (a) contrôler la phase de décollement du pied du sol, lors de la
et parallélisme chez l'homme (b). marche, et l'équilibre antéro-médi al en stat ion débout.

lE VËTEMENT
Conjointement aux ca ractéri stiques qui viennent d'être évo-
quées, l'être humain a perdu le revêtement pileux de ses ancê-
tres et de la lignée des grands singes. Cette nudité, qui fa it parler
de « singe nu • à propos de l'homme (M orri s, 1991), a provoqué
une vu lnérabilité du corps face au monde environnant. Le vê te-
ment représente l'adaptation aux contraintes extéri eures, en
même temps que l' individu y trouve une occasion de se distin-
guer de façon décorative.
Mentionner ces aspects, dans un ouvrage traitant de mécani-
que fonctionnelle, c'est observer que le port des vêtements a
souvent amené, ou traduit, une adaptation posturale, ou com-
portementale, en rapport avec les éléments extéri eurs (Bed het,
1999). Les vêtements revêtent plusieurs rôles.

• Protection mécanique
Les armures du Moyen Âge en offrent un bel exemple. Des
adaptations plus loca li sées et plus légères sont cou rantes
(e.g. tablier de protection, gilet pa re-balles). Leur poids et leur
enveloppement peuvent, selon l' importance, limiter les mouve-
ments et alourdir le maintien.

• Protection thermique ou contre les gaz


Contre le froid, ce sont les vêtements chauds, plus ou moins
encombrants et gênant les mouvements. Contre la cha leur et les
gaz, ce son t les capes de matière iso lante et ignifugée, dont le
port ne peut être que momentané vu leur encombrement et le
manque d'aération.
fog. 4-11 - Louis XIV en lenue d'apparat.

• Protections extérieures diverses


Elles concern ent le mi lieu aquatique (sca phandri er) ou spatial
(cosmonaute) . Dans un cas comme dans l' autre, les mouve-
ments sont limités, peu ai sés'o, vite fatigants.

1,0: Malgré l '~ pesa nl ~ur du milieu intersidéral Ou JCjllJt iq uc : comp;ucl


1~lISa nce aérrenne d un danseur, soum is à la pesa nteur, et la lou rdeur
des déplacements d'un cosmonaute.
GRANDES FONCTIO S • 85

• Rang social active, sur un cheva l n'aya nt aucun rapport avec celle, passive,
que l'on subit en voiture.
Cela peut aller du simple choix d'une coupe ou de cou leurs,
jusqu'à des vêtements royaux dont le poids interdi sait presque O bservons un être humain qui s'assoit : il le fait avec plus ou
moins de délica tesse - il se laisse choir ou s'assoit du bout des
tout mouvement. D'ailleurs, plus le rang dignitai re est élevé,
fesses, mais ri en de commun avec la circonspection avec
plus il s'accommode ma l, sur le plan protocolaire, de mouve-
laquelle un chat renifle l'endro it où il va s'asseoir, tourne sur
ments inconsidérés (fig. 4-11).
lu i-même, se pose, se ca le, range ses pattes, et, réfl exion faite,
estime que « c'est bien ' . Pour l'homme, il s'ensuit de fréquents
• Sport changements de position, dus à la recherche d'une « bonne .
Des vêtemen ts de sport sont spéc ifiques d'une activité et une positi on.
seu le. Leur port est donc un ava ntage dans la di scipline concer- Qu'est-ce qu'une bonne position ? On peut affirmer
née et un handi cap total dans les autres . Les mauva ises adapta- qu'aucune position, fût-elle bonne, ne peut être maintenue
tions peuvent se tradui re, outre les baisses de performances, par longtemps (Pa illex et Plaix, 1996) - que l'on soit debout,
des souffra nces diverses (poids excessif, rigid ité trop importante, accroupi , assis, ou même couché. Cela dit, certaines positions
manque de tenue, etc.) . D es exemp les perm ettent d'observer les sont plus adaptées que d' autres . Encore faut-il repérer les impé-
différences entre la tenue de football améri cain et cell e d' un ratifs et envisager les réalisations les plus fréquentes (Ba et coll.,
cycl iste, d' un judoka ou d'un nageur, etc. 2001 ).
En marge de la position assise, le passage de celle-ci à la sta-
• Décoration tion debout, et l' inverse, do ivent fai re prendre en compte les
paramètres que sont le type de mouvement réali sé, et la vitesse
Ce sont des vêtements que l'on peut classer, très ca ri ca tura- avec laquell e il l'est (Carr et coll., 2002).
lement, en deux catégories à caractéristiques comportementales
opposées : vêtements" rigides» et vêtements" mous ».
IMPÉRATIFS
• Les vêtements rigides sont à la mode dans les époques ou
civilisatio ns à comportement " ri gide ». Ce sont par exempl e les Face à la transmission de tout ou parti e du po ids sus-jacent,
vêtements mil itaires de parade (comme les ga rdes républica ins l'essentiel du problème réside dans le respect du maintien des
actuels), ou ceux de l'époque o ù les hommes de la haute société courbures physiologiques, c'est-à-dire dans ce que l'on nomme
portaient des cols durs et des hauts-de-forme, et les femmes des rectitude, ou axialité (la verti ca lité n'étant qu' un cas parti culi er).
corsets et des chemi siers à col mo ntant. Cette situation perm et de gérer au mieux la répartition des
contraintes, et évite l'apparition d:U n moment fl échissant en rap-
• Les vêtements mous tradu isent généralement des attitudes
port avec une in fl ex ion active dans un ou plusieurs plans, ou
compo rtementales analogues, en oppos iti on avec les précéden-
avec une distensio n excessive (Stranden, 2000).
tes. O n trou ve cela dans les modes" jeunes », en rupture avec
Des études montrent que les impératifs, notamment en ce qu i
toute tenue guindée jugée into lérable.
concern e les enfants (tant sur le plan de l'acqu isition des bonnes
L'expression, o u l'aspect extravert i que cela peut supposer, postures, que du fait de leur cro issance), sont l'util isation d'un
s'accompagne d'un refl et postural en rapport, parfo is limité à la siège réglable en hauteur, à inclination variable, adaptable à/
durée du port du vêtement. A in si, on peut voir un individu , de par l' individu (Ma ndai, 1990 ; Peyranne et d' Ivern ois, 1998).
type habitu s asthéniq ue, se teni r inhabi tuell ement droit lo rsqu ' il
porte une tenue va lori sa nte, et inversement. To ut cela représente
R ÉALISATIONS
un aspect accessoi re, mais no n négl igea bl e, qui doi t entrer en
ligne de compte à l'occas ion des rééduca tions. Il ex iste schématiquement trois cas de figure: les positions
ass ises hautes, avec ou sa ns appu i comp lémentaire, et les posi-
• Sous-vêtements tio ns assises à terre.

Les sous-vêtements représentent un aspect p lus inti me, parfois


• Positions assises hautes avec app ui
plus évoca teur, du comportement d'un sujet. Leur aspect est un
complémentaire
indicateur de l' état de la personne, de son évo lu tion. Ils ont été
étudiés et classés en fonction de leurs ca ractéristiques (sport if, Le su jet est assis sur un siège et la charge rachidienne est pa r-
érotique, utilitaire) (Bedhet, 1999). tagée entre plusieu rs points, ce qui dim inue d'a utant la
contrai nte des arthrons. En effet, le mai nti en de source muscu-
lai re est di minué, puisqu'un support complémentaire est
P OSITI ON ASSISE apporté; ce la réduit la résultante à répartir sur chaq ue arthron.
O n peut env isager deux types de solut ion : un appu i postérieur
ou un appui an térieur (fi g. 4-12 ).
L'homme modern e pa sse de longs momen ts en position
ass is:l: ' 11 vo iture, à un burea u, deva nt la télévi sion, voi re, en Avec un appui postérieur
fin de vic: « au fa uteuil ». O n peut considérer que c'est un élé- 1\ s'agit de l'uti lisation d'un dossier. Celui-ci doit respecter les
ment no n négligea ble de son évo lution, la pos ition assise, courbu res physiologiques, c'est-à-dire être sai llant au niveau de
• B"-Iils FO'OAWNTAlES

Fig. 4-12 - Les trois positions assises: avec appui


postérieur (a), orthogonale ou pharaonique (b), avec
appui antérieur (c).

la taille, légèrement creusé au niveau thoracique et à nouveau


saillant au niveau cervical, offrant ainsi un repose-nuque. Les dos-
siers trop mous offrent un maintien trompeur puisque, courbure
ou pas, ils s'effondrent sous la pression du tronc (c'est le cas de
certains fauteuils vastes, bas et très moelleux, qui donnent une
première impression de confort). Il s'ensuit vite une réelle sensa-
tion d'inconfort, obligeant le sujet à tenter de s'extraire du siège.
Cela fait que les personnes âgées, plus fragiles, préfèrent souvent
une chaise à un fauteuil. Les premiers sièges éjectables des avions
à réaction étaient inclinés mais rectilignes, ce qui se traduisait par
un traumatisme lombaire lors de l'éjection. Le respect des cour-
~ ~ 13 - Positions assises en voiture: cyphosée (a), et avec respect bures est d'autant plus nécessaire que la position des pieds est
des courbures (b), avec excentrique modulable (1). souvent antérieure, comme dans le cas d'un automobiliste
(fig. 4-13) (Mandai, 1990). Cette posture étire les ischio-jambiers,
ce qui entraîne une rétroversion du bassin et donc un effacement
de la courbure lombaire ; l'axialité est ainsi détruite. Il faut donc
contrebalancer la position des pieds par un contrefort lombaire
suffisamment efficace. Certains sièges de véhicules possèdent, à
~ ~ 14 - Position assise la base du dossier, un excentrique qui permet au conducteur de
cyphosée dans un siège modeler la rotondité du siège sur sa cambrure physiologique
œrepos. (Dupuis et coll., 1993), et donc de donner une orientation ax iale
au rachis, même en l'absence de prolongement haut du dossier.
L'appui postérieur peut, modérément et momentanément, sup-
porter l'arrondi du rachis, à condition que la position exclue les
contraintes dynamiques (fig. 4-14).
Dans le cas de sollicitations dynamiques, on revient à la
nécessité du respect des courbures: si le dossier n'offre pas le
maintien axial suffisant, il risque d'y avoir des mobilités parasi -
tes, du fait d'un divorce entre l'assise pelvienne et le rachis, ce
qui nécessite un contrôle musculaire, lui-même facteur de
contrai ntes ajoutées. Ainsi:
• Dans le cas de la conduite automobile, la voiture et le siège
penchent vers l'extérieur du virage, alors que le conducteur
s'équi libre en se penchant vers l' intéri eur (fig. 4-1 5 a) .
• À l'inverse, dans le cas de la conduite d'une moto ou d'un che-
val, le pilote ou le cavalier fait un avec sa monture et penche simul-
tanément et axialement vers l'intérieur du virage " (fi g. 4-15 b).
f.c.- "" J; -l~'" ~.r~ d/wJtCldtlOO pilote-véhicule dans un véhicule à quatre
-fJ,Jf}p rlPs d7/1S sur un deux-roues (b).
11. Hori zontalité du regard mi se à part (j eu de Icl colonne cerv ica le).
GRANDES FONCTIONS • 87

Avec un appui antérieur du tronc et des cuisses, ayant un peu la forme des socles util isés
C'est le cas de beaucoup de positions où le plan de trava il par les chausseurs dans les magasins de chaussures, rapprochant
l'appui ventral d'une position couchée (fig. 4-1 8). Cela libérait
offre un appui parti el (cf. fig. 4-1 2 cl. Celui-ci est généra lement
les membres supérieurs d'une éventuelle nécessité d'appu i, et
représenté par l'appu i des poignets, comme sur une moto, ou
perm ettait de rester ainsi des heures, avec une fati gue moindre.
celu i des ava nt-bras, posés par exemple sur un burea u
Les couteliers de Thiers utili sa ient éga lement cette position -
(fi g. 4- 16), posi tion pour laquelle la hauteur et l'i nclinaison, tant
avec, en plus, un appui frontal pour ne pas fatiguer les muscles
celles du siège que du burea u, sont détermin antes. L'a ppui est
de la nuque (et il s plaçaient leur chien en travers de leur région
encore poss ible sur les cui sses, ou sur les coudes avec contre-
lombaire pour les protéger de l'humidité) .
appui des mains sous le menton. Il existe des solutions originales
où l'appui est stern al, réa lisé par un véritable « dossier anté- • Pour le remoulage des lames, l'inclinaison antérieure et la néces-
rieur », comme le proposent certains sièges ergonomiques. Il sité de force sont telles que l'appui antérieur était devenu une posi-
existe auss i des tro uva illes ind ividuelles, le bon sens étant l'ergo- tion ventrale, inclinée, afin de surplomber la meule (fi g. 4-19).
nomie du pauvre; no us pouvons présenter tro is exemples dans • Dans nombre de contrées, les gens âgés s'assoient à califour-
lesquels la pos ition assise avec appui antéri eur a été totalement chon sur une chai se. Il a d'ailleurs existé des fauteuils spéciaux
aménagée: la notion d'appui antéri eur a pri s le pas sur celle de pour fum eurs de pipe: l' assise en était inclinée vers l'avant, par-
position assise, et l' individu s'est « ventralisé " comme dans la tie plus étroite que l' arrière, et le dossier antérieur était en réa lité
pos itio n de conduite d' une moto de vitesse (fi g. 4-1 7) . un repose-avant-bras, à la manière de la partie haute d' un prie-
• Pour le lavage des pi erres précieuses, à même un courant dieu (fi g. 4-2 0).
d'eau, des arti sa ns trava illaient autrefo is avec un poste de travail Les positions assises sont souvent conditionnées par le choix
rudimenta ire consistant en un socle placé à la face antéri eure du siège, qu'elles ont également adapté. De ce rapport sélec-

Fig. 4-18 - Appui ventral marqué, pour une activité statique en position basse.

Fig. 4-16 - Position assise avec appui antérieur: fa cyphose s'atténue avec
l'inclinaison du plan de travail, son élévation et l'obliquité du siège
(d'après Mandai, 1990).

Fig. 4- 17 - Position assise sur une moto de vitesse (la flèche indique l'appui
antérieur du lrcnlc l. Fig. 4·19 - L'appui totalement ventral rapproche de la position couchée.
• 8~'l5 FOM)MIENTAlES

tion-adaptation sont nés un grand nombre de support~


(fig. 4-21): le siège à un seul pied, transportable,. comm~ celuI
des promeneurs, à deux pieds, comme celuI JadIs ut~lose po~,
la t,aite des animaux (permettant l'oscollatlon antero-poste-
rieure), à trois pieds, à quatre pieds, avec dossi~~, pliant,. en
chaise longue, pouf, fauteuil et même certaons sieges design,
~ -1-20 - L'dSSis a""" sans forme, particulièrement inconfortables. Une m~ntlon par-
.",u ilM'rieu, est '" ticulière est à faire pour les • repose-fesses ., hentlers des
GlRdf'ristjque des • miséricordes» des monastères, qui permettent de s'asseoir
tJons .i caliiourchon tout en paraissant debout " (fig. 4-22).
sur """ chaise. Ici: siège
spécial poo' frmeur • Positions assises hautes, sans autre appui
œp<pe.
que la base
l 'individu est posé sur son séant en appui sur un siège, le
rachis soutenu verticalement par sa seule base pelvienne (Scan-
nell et McGill, 2003). On peut faire quatre remarques.

Le respect de la verticale stricte


C'est une position non fonctionnelle, que l'on pourrait qua-
lifier de pharaonique (cf. fig. 4-12 b). Elle est à la position assise
ce que le garde-à-vous est à la station debout, une attitude hié-
ratique et figée, difficilement tenable dans la durée.

Le phénomène de la roue ischiatique


On entend par là le fait que le sujet rétroverse son bassin, se
ca lant sur la face postérieure des ischions (fig. 4-23 ) puis l'anté-
verse. la bourse synoviale ischiatique est un élément mécanique
important des variations positionnelles du bassin sur un support
(le Floch, 1980). Le maintien vertébral est suspendu à une vous-
sure générale qui assure une tenue passive, mais momentanée. En
effet, la fatigue de l'étirement postérieur et du tassement antérieur
oblige le sujet, au bout d'un certain temps, à rouler sur ses ischions
et à se placer en antéversion, plaçant ses branches ischio-pubien-
nes au contact du siège. Cela se complète volontiers par un léger
~ 4-21 - Différents types de siège: à un pied (cann".siège), deux pieds (pou, contact stabilisateur des avant-bras sur un support, même sa ns
'" Irilite des vaches), tabouret à trois pieds, à quatre pieds, à roulenes, chaise appui véritable: c'est le cas de quelqu'u n se tenant à une table
/ongIJe, chaise, plian~ sans forme, fauteuil, pouf. (cela peut conduire à la situation avec appui antérieur).

Le maintien légèrement incliné


,,1
" , 1 C'est un cas intermédiaire entre les deux précédents. L'exem-
1 , "Il ple type est celui de la secrétaire tapant à la machine : elle n'est
,1 ~..

,,
,,
1 que légèrement inclinée vers l'ava nt, car elle ne peut s'accou-
1
der, son bassin est en légère antéversion, pieds sous le siège,
1 ,\ ra chis rectilign e. l a qualité du maintien est fonction du bon rap-

\,, port entre la hauteur de la machine et cell e du siège. Il existe


des sièges parti culiers avec appui tibial (d fig. 4-12 cl, qui sont
\ extrêmement efficaces à condition d'être bien réglés; on peut
", leur adjoindre un dossier lombaire, su r lame de ressort, qui per-
met l'appui postérieur lors d'un redressement.
,,
1
\
Les erreurs ergonomiques existent cependant:
1 • L'utilisation de repose-pieds, norm alement réservés à la position
,1
t
« fauteuil de bureau " (cf. fig. 4-12 a), est contre-indiquée pour la
1 position dactylo - la surélévation des jambes entraîne une rétro-
) ~,,-,
' ... ____ 1
'.J 12 . Ce système est adopté dans des statio ns du métro pari sien, sous
forme d'une double barre permettant à trois Ou qu atre personnes de
s'a ppuyer : une barre sou s les ischions, l'a utre derri ère les fesses.
G RAND ES FONCTIONS • 89

version du bassin défavorahle; il serait plutôt recommandé d'avoir nière plus tolérable. Cest le cas du mai ntien à cheva l (fig. 4-25
les pieds posés sur le; tê tes métata rsiennes et de fréq uemment et cf. fig. 4-30), ou sur une moto. Le sujet ne démissionne pas de
baisser et relever les talons pour activer la ci rculation de retour. son maintien au profi t d'un dossier, mais l'assume pleinement.
• L'adjonction d' un support deva nt le plan de trava il. Il ex iste S'i l ya problème, c'est son maintien qu i est en ca use, pas le siège .
de tels supports, vendus da ns le commerce spéc iali sé et qui tra-
duisent une curieuse analyse positionnelle. Un exemple repris • Positions assises à terre
sur une pub licité (fig. 4-24) montre que l'o n mélange parfois
Cest le lot d'une bonne parti e de l'humanité, soit dans les civi-
l' intérêt hypot hétique d' un support d'avant-bras avec des élé-
lisations non industrialisées (comme en Afrique), soit dans celles
ments totalemen t étrangers (pl acement de l'écran, mobilier,
qui ont conservé, cultu rellement, l'assise au sol ou près du sol
p lante vert e, etc.). O n se demande d'a illeurs pourquoi la per-
(comme au Japon). Hors d'un siège, ou de son équivalent (tronc
sonne qui a recours à un tel support n'a pas plutôt pensé à
d'arbre, rocher, etc.), l'homme se rapproche de la terre et s'y
repousser le clavier sur lequel elle tape: da ns les années 50, il
repose sous des formes diverses (nattes, coussins).
existai t un clown (Grock) qui rapprochait ainsi son pi ano de son
tabouret, et non l' inverse, pour faire rire le publi c. Assis en tailleur
Le maintien actif Cette position " , proche du lotus des Orientaux, tend à cypho-
Il est différent du maintien verti ca l strict, en ce sens que le ser la co lonne vertébrale, par bascule pelvienne. Pour enrayer
maintien est axial, et rarement verti ca l. De plus, la position avec
maintien actif est liée à une activité dynamique qu i assure une 13. C'est aussi la posi tion du c scri be accroupi ». La sculpture, au musée
certa ine vari ation des participations musculaires, et par là même du Louvre, est curieuse ca r le rachis est vert ical, ce qui n'a utorise ni
un déplacement régulier du siège de la fatigue, rendant cette der- l'éc riture, ni même la lecture.

Fi g. 4-23 - La • roue ischiatique » se traduit par l'alternance


d'une position assise en antéversion et en rétroversion du bassin,
La rétroversion, avec dossier haut, met en tension les structures
postérieures la); l'antéversion, avec dossier bas, les détend lb)
et est moins fatigante. ID'après Kottke.)

a b ( d

rig. 4 -24 - Assis bureau . (.I} .- une publicité errollée fait croÎre que 1'.1djonction d'une tablette d'appui rb) modifie la statique vertébrale (on peut noter que bmucoup
d'éléments rapporUis n'ont rien j voir cwcc li/ ti/blettel. Le bon choix cst cf'éviter le repose-pieds (aclapté.ll'assis • fcluteuil J et non cl l'assis. dactylo J) et de prelerfY
h' <'Ié!.W ,J con/rt'-appui tIbIal rd, ph'otant, réglable, sur roulettes (cl).
• ~ ID 0 'i.E!\' TAlES

cette ten dance, '1


1
fa ut un entraînement assurant • une bonne
" 1
mobilité des hanches en abduction, fl exion et rotation latera e,
ainsi qu'un bon maintien rachidien.

Accroupi
C'est une posture largement utili sée dans le m ~ nde arabe et
en Inde. Le sujet repose au sol soit pa~ ses seu~s ,pieds, le corps
étant en équilibre au-dessus, soit le seant po:e a terre. Elle est
également très cyphosante et s'adresse plutot aux pers~ nn es
minces et laxes. Les enfants utilisent beaucoup ces positions
dans les jeux à terre. Elle a été utilisée comme position de momi-
fication chez les Incas (fig. 4-26).

A genoux à la japonaise
Cette position est assez typiquement extrême-ori entale" . Elle
facilite une bonne tenue du rachis, et est extrêm ement stable
f"~ '1-25 - L'assis actif met en jeu le maintien de l'individu et non celui du (fig. 4-27). Elle suppose cependant un entraînement et, proba-
siège Id fig. 4-30). blement de ce fait, une accoutumance de placement des vais-
seaux poplités. En effet, la compression poplitée engendrée est
préjudiciable chez les sujets non entraînés ou présentant des
troubles circulatoires".

Adossé contre un plan dur


C'est une position très répandue. Toute personne se reposant
dans la nature et ne cherchant pas la position couchée opte sou-
vent pour cette solution semi-allongée, contre un arbre, un
rocher ou un sac. Elle est propice au repos, voire au som meil
(fig. 4-28). Elle tend naturellement à cyphoser le rachis, ce qui
peut être mal supporté par certa ins. On peut intercaler un
contrefort lombai re pour minimiser l'enroulement.

• Positions particulières
L'appui fortement projeté en avant
C'est un substitut à la position assise inclinée vers l'avant
fis, '1-26 - La position accroupie,
genoux reIe.... et fesses aux talons, (cf. fig. 4-1 7, 4-18 et 4-19). Cela peut conduire à utiliser une
itaJI aussi celle des momies incas. suspension stern o-axi llaire permettant au sujet de surplomber
plus ou mo ins complètement un plan sur lequel il ne peut
s'appuyer.

La position de défécation
Dans les pays industria lisés, la position assise sur une cuvette
de W-C (dite de toilettes) est courante. La position la plus phy-
siologique est celle accroupie (W-C dits « à la tu rqu e »), qui per-
met une meilleure compression viscérale : sous l'effet de la
fl ex ion des hanches et du tronc, elle dirige la poussée diaphrag-
matique vers le bas, tout en ouvrant la zone périnéale du fait
de la fl exion et de la rotation médiale des hanches. Lorsque la
position se vertica li se, la pression intra-abdominal e se perd au
niveau des parois, amoindrissant l'exonération des matières.
Cela est aggravé avec un « surélévateur » de cuvette, pour les
sujets porteurs de prothèse de hanche, généralement âgés (do nc

14 . Les prothèses pour amputés du membre inférieur commerciali sées


,iM': ~ Id J41YA'JiJISf:
(accroupi, genoux au sol et fesses aux talons) au Japon prévoient un degré de liberté supplémen taire, afin d'au tori ser
,. ~~""'.tHISfi "errébrale. L'inconvénient de la compression
:;-1 j,A,#> ... •,; {Mr l'USd~ d'un tabouret bas (tabouret dit de prière).
le pl acement adéquat du pied.
15. Certa ins utili sent donc un peti t banc, bas, au socle incliné, permet-
tan t de passer les ja mbes entre les montant s (fi g. 4 -2 7).
GRANOES FONCTIONS • 91

déjà sujets à la constipa tion). Le pire est la position alitée, avec


un bassin sous les fesses (rétrovers ion du bassin) et les membres
inférieurs plus ou moins en rotation latérale'· (Fielding et coll.,
1998).

L'assis en tant qu'expression


Tout geste et toute attitude sont, chez l' homme, associes a
des expressions qui traduisent aussi une évolution de l'espèce
par rapport à l'animal. La position assise n'échappe pas à cette
règl e. L' interprétation est complexe, parfois ambiguë, compor-
Fig. 4-28 - L'assis au sol, adossé
tant même en certains cas des oppositions, ce qui est typique- à un mu', est cyphosant et
ment humain . Prenons deux exemples: propice au relâchement.
• S'asseoir est un signe de tranquillité d'esprit, donc de puis-
sance. Alors que les sujets restent debout, le roi est assis. Le
renfort de cette dignité consiste en la majesté du siège, ses
dimensions, parfois le fait qu'il soit placé plus haut, afin que le
roi soit dominant.
• S'asseoir peut tout aussi bien être une attitude de non-tran-
qui lité et d' impuissance : le suspect que la police interroge est
assis, inquiet, alors que les enquêteurs sont debout (éventuelle-
ment, ils marchent, affirmant ainsi leur liberté par rapport à celui
qui n'a pas le droit de bouger). Si , d'aventure, l'enquêteur
s'assoit, il le fait en hauteur, sur l'angle de son bureau, ou de
façon délibérément majestueuse, renversé dans un fauteuil (le
suspect est sur une vulgaire chaise).

• Problème des ceintures


L'existence de chocs, trépidations, vibrations Fig. 4-29 - L'assis sur des sièges vibrants déstabilise les récepteurs musculo-
C'est le cas des conducteurs de tracteurs et de véhicules tout- squelettiques. Le problème est résolu 5ur les gros engins de plaine, horizontaux,
terrain (4 x 4), et des adeptes du motocross . Dans le cas des suspendus, climatisés, etc. la), mais pas sur les petits de montagne lb).
gros tracteurs de plaine, le matériel , coûteux mais rentabilisé,
est généralement suréquipé su r le plan ergonomique et le sol
est horizontal. Il en va différemment des petits tracteurs en pays
de montagne: le budget est moindre, les équipements plus spar-
tiates. De plus, l' inclinaison du sol oblige le conducteu r à cor-
riger l'obliquité du siège, donc de son ass ise pelvienne (un sillon
se fait dans un sens et le su ivant dans l'a utre) ; la suspension est
éga lement moindre (fig. 4-29). La pratique du 4 x 4 est différente
selon qu ' il s'agit d'une jeep de la Seconde Guerre mondiale, ou
d'un volumineux véhicule moderne suréquipé (notamment sur
le pl an du siège, du dossier et du harnais), mais le terrain reste
générateur de chocs et de secousses diverses. Le motocross
(fig. 4-30 et cf. fig. 4-25) exclut la présence de dossier, et parfois
même celui de siège (pilote debout su r les ca le-pi eds dans les
situations diffi ciles), mais fai t face aux mêmes difficultés. Dans
tous ces cas, outre l'aptitude physique du conducteur, un dos-
sier portatif peut s'avérer nécessai re: c'est le-rôle de la ceinture
de maintien (cf. infra).

Les types de ceintures d~ l'I

Il en existe schématiquement trois: la ceinture de mai nti en, Fig. 4-30 - Les situations difficiles, où l'assis est aléatoire, peuvent nécessiter
la ce inture thermogène et la ceinture ort hèse muscu lai re. une ceinture, tant pour le m<1;ntien que contre les vibrations.

16. D an s ce cas, tou t doi t être m is en œuvre pour éviter la constipatio n :


dlélt·tiqu e, bo i'ison 'illffisantc, massage abdo minal viscéral , respect des
heures de défé( Jtion .
POUR CONCLURE

La position assise ne répond pas qu'à des objectifs physiques,


mais participe de choix humains : une femme ~e. s assoit. pas
comme un homme, ni un enfant comme un vieillard, . ni u~
vaincu comme un vainqueur, etc. Le kinésithérapeut: dOit tenir
compte de l'ensemble de ces aspects pour que le patIent recou -
vre la liberté de ses choix.

fig. 4·31 - Les c ceintures de (orce ,


ne doivent être utilisées qu'à titre • Cas du fauteuil roulant
exceptionnel, sous peine de nuire aux C'est une situation ressorti ssa nt au domaine pathologique.
qualités de force et de vigilance de la L'utilisation d'un fauteuil roul ant permet les déplacements à un
musculature de corsetage abdominal. individu handicapé des membres inférieurs, voire du. tronc
(para- ou tétraplégique). Dans ce dernier ca:, ,en fo nctIon du
niveau de l'atteinte nerveuse, le maintIen genera l est plus ou
moins important.
On peut distinguer quatre types de fauteuils.

Fauteuil à roulettes
C'est une version ancienne, qui consistait à placer des rou-
lettes sous un fauteuil, afi n qu' une tierce personne puisse le
pousser. Ce type de fauteuil, peu coûteux, est ;n;ore utilisé lors-
Fig. 4-32 - le fauteuil roulant classique que le malade, généralement une personne agee, ne peut plus
est un compromis entre la robustesse et la utiliser ses membres supérieurs.
légèreté. Ses aménagements varient selon
sa vocation (sportive ou d'assistance totale). Fauteuil roulant type
C'est le plus couramment utili sé (fig. 4-32 ). Il est souvent plia-
ble, afin de pouvoir être transporté lors des transferts en voiture.
Il doit allier légèreté et robustesse, critères antinomiques qui font
la ceinture de maintien
pencher en faveur de tel ou tel modèle en fonction du poids du
Elle doit être baleinée, c'est-à-dire moulée et résistante, bien sujet, de son niveau d'atteinte (dossier plus ou moins haut) et
adaptée morphologiquement. Elle est plus ou moins imposante de l'utilisati on prévue.
selon qu'elle se rapproche du lombostat, dans les cas pathologi-
ques, ou de la ceinture sportive (motocross). Dans ce style, Fauteuil roulant de sport
l'ancienne ceinture de flanelle, enroulée de plusieurs tours autour Il est réservé aux paraplégiques sportifs, passés maîtres dans
de la taille, et largement utilisée par les paysans, avait tout à la le maniement de leur fauteuil , et qui exigent des performances
fois un rôle de maintien, d'absorbeur de transpiration et de pro- de maniabilité en rapport avec la pratique d' un sport des mem-
tection thermique contre les courants d'a ir. Dans les travaux de bres supérieurs (basket, escrime, tir à l'arc, etc.) . Le fauteu il doit
force, on trouve des ceintures de ce type (fig. 4-31). Le port d' une être extrêmement léger, très stable (roues divergentes en direc-
telle ceinture doit être exclusivement réservé aux moments appro- tion du sol), les accoudoirs surbaissés, le dossier court, voire
priés (le conducteur de motocross doit la retirer en même temps dégagé sur les côtés afin d'autoriser le passage des scapulas lors
que son casque), faute de quoi la muscu lature n'a plus son rôle des mouvements d'épaules.
a remplir et êvoluera vers la baisse de tonus et de vigilance.
lA teinture thermogène
Fauteuil roulant à commande électrique
Ce type de fauteuil est destiné à pouvoir, éventuellement, cir-
Son but n'a rien à voir avec le maintien, seule la chaleur
culer en milieu extérieu r (trottoir, traverser une ru e) . Il concerne
locale est recherchée, sa texture retenant celle produite par le
des handicapés graves (tétraplégiques), il est lourd, car porteur
corps- Certaines femmes âgées tricotaient ainsi des ceintures de
la.ne contre les douleurs rhumatismales. d' un moteur, et est conçu comme un véhicu le tout-terrain (gros
pneus permettant de monter des trottoirs).
u uinture orthèse musculaire Dans tou s ces cas de fi gure, la position est grossièrement
Ces! celle utilisée pour pallier la carence des abdomina ux, identique, c'est-à-dire un maintien orth ogona l passif, donc
(>Of I!".œmpIe chez certains paraplégiques. Son rôle est d'offrir con ten u par un siège adapté (ca le-pieds, ass ise ant iescarres,
c;ry-lo<o"!>ff~ antagoniste au diaphragme. À l'inverse des précé- accoudoirs, dossier).
'H'b-<., "r.. es! de port permanent.
'k: ' f"S légeres et élastiques, vendues cou ram ment en • Cas de l'assis dynamique
• ..r.r.... .--, " '- offrent aucun maintien sérieux, elles favorisent On ne peut comparer un roi siégeant sur son lrône, immobil e,
• ;/Hr. .....dr..mlnale et ne peuvent avoir qu'un rôle psycho- et un kinésithérapeute travaill ant, occasionnell ement, ass is. Ce
derni er, horm is un tra vaillrès locali sé sur une partie de segment
GRANDES FONCTIONS
• 93

de membre, a besoin de conserver toute la disponibilité spatiale


de la position debout. Il s'ensuit qu'il n'est pas assis « dans. un
fauteuil , ni même « sur . un siège, mais qu' il est en situation
« repose-fesses » contre un tabouret réglab le en hau teur, tour-
nant, et pouvant être incliné de 10° à 20° (fig. 4-33). Cela réa lise
un tripode dynamique, dont il peut s'affranchir autant de foi s
que nécessai re, sa ns avoir à s'extraire d'un siège. Cela suppose
un p lan de travail situé à la même hauteur, car il faut compter
avec l'épa isseur du patient: c'est tout l' intérêt des tables basses
ou réglables " (Papa et CappozZQ, 2000). Par ailleurs, beaucoup
de situations sportives uti lisent l'assis dynamique, que ce soit en
moto de cross ou à cheva l (cf. fig. 4-25 et fig. 4-30).

POSITION COUCH~E

La position couchée (ou semi-couchée) correspond à l'arrêt Fig. 4-33 - Le kinésithérapeute assis . contre. un tabouret est en situation
des activités locomotrices. Cela se rencontre dans deux cas de dynamique, sou, faible inclinaison du ,iège. Cela permet la gestion ' pilaale
figure différents : des membres supérieurs et une position dominante sur un plan de travail bas.

• L'a rrêt momentané et alterné, qui correspond à des phases de


mise au repos, obligatoires pour tout système ayant travaillé.
• L'arrêt prolongé, qui correspond à une interruption obligée,
consécutive à la maladie ou à l'âge très ava ncé; l' individu
• Sur le plan musculaire
dev ient alors grabataire. Il s'accompagne d' un ra lentissement
général des systèmes et entame une involution qui mène parfois La non-activité entraîne la perte de volume (amyotrophie), la
à la mort. Dans ce dernier cas, les effets ne sont plus réparateurs, baisse de vigilance et de contrôle proprioceptif, l'hypotonie et
ma is, au contraire, générateurs de complications d'a utant pl us la perte de force. La conservation de l' immobi li té, ou d'une
graves qu'elles se prolongent ou s'ajoutent aux involutions de mobilité trop rédu ite, entraîne des rétractions muscu lo-tendi-
la vieillesse. On peut ainsi répertorier une douzaine de groupes neuses (de type triple retrait), qui peuvent obliger à une chirurgie
de complica tions, répartis au sein des différents grands systèmes . de sauvetage, dite de « dépliage " à moins de se résoudre à
On les présente ici. l'aggravation des déformations qui leur sont consécutives.
L'entretien d'un minimum d'activité est indispensable et peut,
selon la conscience du sujet, favoriser la conservation du
SYSTÈME MUSCULO-SQUELETIlQUE
schéma corporel et du contact relationnel.
• Sur le plan cutané
• Sur le plan osseux
La pea u, déjà de moindre qualité du fait de l'âge, subit par
surcroît une baisse trophique liée à l'i mmobilité. Elle se trouve La baisse du métabolisme osseux et la quasi-abolition des sol-
souvent dans un contexte défavorable: amoindrissement ou perte licitations musculaires entraînent une déminéralisation osseuse
du matelas cellulo-graisseux sous-cutané, contact permanent (déca lcificat ion), souvent aggravée par la préexistence d'une
avec un support plus ou moins écrasé par la durée de la charge ostéoporose sénile.
et recouvert de souillures ou d'i rrégul arités (miettes), ambiance
thermiqu e souvent plus élevée, avec parfois une humidité • Sur le plan articulaire
ambia nte (transpirat ion, urines, sonde). Avec tout cela, elle se
La non-mobilité entraîne une diminution du sens kinesthési-
trouve confrontée à deux contraintes permanentes: compression
que par perte proprioceptive au nivea u capsulo-ligamentaire.
et cisai llemen t (cf. fig. 3-3 1). Sa résistance amoindrie et l'a noxie
Elle entraîne éga lement des raideurs, voire des ankyloses et des
due à la raréfaction vascu laire (blanchi ssement) entraînent une
déformations orthopéd iques. Leur apparition éventuelle traduit
nécrose cutanée se traduisant par des escarres. La prévent ion est
une aggravation de l'état du malade, d'une part du fait des com-
la seule att itude efficace'" (répartition des points d'appui, matelas
plications immédiates, d'a utre part en ce qu'elle peut sign ifier
spéc iaux, retournements, massages et mobilisa tion, etc.).
qu'un point de non-retour a été franchi dans l'évolution patho-
logique, compromettant l'éventuelle récupérati on à un stade
17. Bi en souvent, Ics prati cie ns mal expérimen tés règlent leur table en moins invalide (retour au fauteuil , par exemple). L'entretien des
posi tion haute, pour moins sc pencher ct res tent debout (voire se pen - amplitudes physiologiques (en rapport avec l'âge) est indispen-
chent quand même et élèven t leurs épaul es, souffrant ainsi, en plus, de
sa ble, tan t dans l'a bsolu, pour réduire ces conséquences néfas-
contractures des trapèzes),
18. Rappel cI 'une phrase con nue; • On peut tout mf.,' ttre sur une' tes, que pour préserver l'accès corporel en rapport avec les soins
(' ')(drre .. S.lUt /(' malade !J. d' hygiène du corps (toilette).

YSrt E CARDIO-VASCULAIRE • Système réno-vésical ., . .. .
La diminution de l'apport liquidien, souvent Il'''; a Ilmpo~sl­
• Sur le plan pulmonaire bilité du patient à boire par lui-même, aggrave 1." ~es h ydratatlon
habituellement rencontrée chez les personnes agees, surtout en
la baisse d'activité entraîne un ralentissement de l'activité
saison chaude. Cette diminution liquidienne et le ralentlsse~ent
monaire, favorise les stases et donc l'encombrement bron-
géné ral des fonctions favorisent la rétention d'urine. Cela neces-
JqU('. Ce phénomène est déjà parfois latent du fait du vieillis-
site parfois la mise en place de sondes, ce qUi augmente les
sement et du moins bon entraînement des structures; Il peut
risques infectieux et leurs conséquences urinaires.
coïncider avec une pathologie pulmonaire chronique (bron-
chite), ou une pathologie des capacités respiratoires (raideur
thoracique, mauvais état des muscles respirateurs, antécédents SUR LE PLAN NEUROPSYCHOLOGIQUE
de tabac, etc). la position allongée ne facilite pas les expecto-
• Système nerveux
rations et contribue à alimenter un cercle vicieux.
Le système nerveux peut être qualifié de système dormant,
• Sur le plan cardio-artériel tant il est tributaire des sollicitations qu' il reçoit Un arrêt de
celles-ci hypothèque lo urde me nt la préservation ou la récupé-
la pompe cardiaque tend à se désamorcer du fait de la dimi- ration ultérieure de la vigilance et de la capacité de réponse aux
nution de la demande périphérique. Il s'ensuit un décondilion- informations. Là aussi, la mei lleure politique est la prévention,
_ t (diminution de la tension artérielle, du pouls, perte de en l'occurrence par le maintien d'un niveau de sollicitations tant
l'entraînement à l'effort) qui hypothèque une éventuelle réadap- intellectuelles que sensorielles et sensitives.
tation à un état meilleur.
• Sur le plan psychologique
• Système veineux
la personne alitée peut être encore en parfait état de raisonner
les stases veineuses sont la conséquence de l'arrêt des méca- ou, au contraire, être en état de coma. Entre les deux, toutes les
nismes dynamiques: diminution des activités artérielle, cardia- nuances sont possibles. Selon les circonstances, les conséquences
que, respiratoire et viscérale, des chasses veineuses en rapport sont la révolte, la sinistrose, l'abandon. Il faut mentionner la perte
avec la déambulation, et de celles en rapport avec l'activité mus- des repères spatiotemporels qui contribue à la désorientation des
culaire. Il s'ensuit des risques de formation de thrombus et de alités. Celle-ci est aggravée par la perte des repères sociofamiliaux
phlébites. la prévention réside dans les étirements musculo-arti- qui confine l' indi vidu dans un isolement où il peut s'enfermer de
culaires, celui des fascias, et dans l'activation générale de l'ali té". façon irrémédiable. Partant de là, des troubles divers du caractère
et du comportement sont possibles. Ils doivent être pris en compte
dans le contexte, et non isolés en pathologie indépendante.
SUR LE PLAN MÉTABOLIQUE

• Métabolisme général
MARCHE
la diminution des apports nutritifs et le ralentissement des
échanges entraînent une involution du métabolisme, déjà amo r-
cée par l'avancée en âge du patient La marche est le mode de déplaceme nt naturel de l' huma in
(Vaughan, 2003 ; Wang et coll., 2003). Alors qu' un poisson nage,
• Système digestif un oiseau vole, un kangourou saute, un homme marche: c'est
même, pour Cillot (1995), la caractéristique essentielle de l' Homo
le manque d' activité entraîne vite une perte d'appétit, ce qui
erectus (cf. infra: La circ ulation de retour) (Wate lain et coll., 2000).
se traduit par un amoindrissement de la masse alimentaire et de
L'apprentissage de cet équilibre est plus long que pour n'importe
son apport énergétique. Cela est souvent aggravé par un moin- quel autre animal: le petit humain part d'une situation grabata ire,
dre choix de nourriture, entraînant un dégoût alimentai re, par passe à celle d'un rampé laborieux, puis a pprivoise la station assise
des difficultés techniques à se nourrir ou se faire nourrir, par un avec bien des difficultés, commence à se mouvoir en glissant, puis
moi ns bon système dentaire. Cela peut aller jusqu' à la nourriture à quatre pattes, s'arc-boute sur des a ppuis manuels pour s'arracher
PM perfusion. Le ralentissement du transit intestinal consécutif au sol, passer ensuite d' un appui à l'autre et vacille r un certain
:?dt; ~ une tendance à la constipation . Cela est, à son tour, te mps avant de se lancer (Stolze et coll., 1998). Tout cela demande
~ é par la position allo ngée e n rectitude avec un bassin sous e ntre un an et un a n et de mi . Encore n'a-t-i l pas atteint alors sa
.~. En effet, la position fonctionnelle est la position station é rigée définitive: l'attitude infantile, avec le ventre e n ava nt
4oU.J".A:JP<-E' ci. la position de défécation, p. 90). La pe rsonne a li- et les lombes creusées, do it atte ndre la fi n de la pre miè re e nfance
Ho ..., ~ contradiction avec ces do nnées physiologiques et se pour se rapprocher de l'axia lité vertica le.
"'.,., de ce fait, en état d'i mproducti vité méca nique. Les La marc he a fa it l'obj et de no mbre uses a na lyses, surto ut
u'~;--rU::\ VAlI auta nt psycho logiques q ue métabo liques. de puis l'a ppariti o n des e nregistreme nts c inétiques, qu' il s soient
cinématogra phiques ou optoé lectroni ques (Perruc hon, 1994 ),
couplés avec une étude des forces e n p résence grâ ce au x pl ates-
fo rmes de ma rc he . L'électro myograph ie ambu latoire a a uss i fa it
GRANDES fONCTIONS • 95

progresser les connaissances. Il est utile de distinguer l'approche 1993). Cela détermine deux phases : une d'appui (60 %) (Hunt et
objective de l'approche subjective. coll ., 2001) et une oscillante, de non-appui (40 %) (Mills et Barrett,
2001). Chacune de ces phases est elle-même sous-divisée'0 (Perry,
ApPROCHE OBJECTIVE 1992). Les points forts de cette analyse sont donnés ici (Pelissier et
Brun, 1994).
La marche a été définie par Plas et coll. (1983) comme un
mode de locomoti on bipède avec activité alternée des membres Les différents pourcentages du cycle
inférieurs et maintien de l'équilibre dynamique. Elle a été envi-
Ils montrent le roul ement du pied au sol, puis la phase de
sagée de deux façons différentes.
passage du pas hors appui. Il faut préciser qu' il s'agit de la mar-
che anonyme et moyenne d' un individu (cf. infra: L'approche
• Les deux demi-pas
subjective). En effet, le port de hauts talons, la montée ou la
La décomposition en demi-pas antérieur et demi-pas postérieur descente d' un esca lier, la marche dans l'obscurité, et bien
a été proposée par Ducrocquet et Ducrocquet (1965) (fig. 4-34). d'autres variables encore modifient ce schéma type (Riener et
Un pas étant la distance séparant deux placements identiques du coll., 2002) (fig. 4-35).
même pied au sol, cela s'exprime par une moitié de pas durant
laquelle le membre inférieur se porte en avant, puis, avec l'avancée
du corps, par une seconde moitié dans laquelle le membre est alors 20. La phase d'appui est notamment divisée en une phase taligrade (0 %
à 15 %1, une phase plantigrade (15 % à 40 %1 et une phase digitigrade
postérieur. Cette division met l'accent sur le déplacement du mem- (40 % à 60 %1.
bre, mais différencie mal les phases portante et non portante cons-
tituant le pas; elle est plus clinique que propice à l'ana lyse fine des
différentes séquences (Grossiord et Piéra, 1981).
Pas
• Le cycle de marche :C
1
~:
1

La décomposition en pourcentages du cycle de marche a été


proposée par Eberhart (1968) et Inman (1981). Cette ana lyse se
:
1
f//IJIJ ~i1 Sens de la )IImarche
prête à l'enregistrement des activités myoélectriques séquentielles
(Winter et col l., 1974). El le comprend un cycle de marche (passage
kb
1
FJ::)
1
~
1

de la pose d'un talon au sol jusqu'à la pose du même talon au sol), lE 112 pas post.
;,.jE
1/2 pas ant.
~:
qui est lui-même composé de deux pas (passage de la pose d'un
talon au sol, à la pose du talon controlatéral au sol) (Oberg et coll., Fig. 4-34 - La marche est décomposée en pas et demi-pas.

,,
1

• 1
• 1
,• 1 1
t 1
'i~ ;..I..;J
~
/
,"
,,' , 1
, 1

Fig. -'· li - Les 0 des de marche permettcnt une <1nJ/yse déraillée de chaque phase et des actions s'y rapporlant.

DeO à 15 ~
Dans le plan sagittal
l l' talon attaque" le sol (Gefen et coll., 2001 ). À ce stade, la l e déplacement va rie en fon ction de la distance G-soi : celle-
nœ verticale hanche-sol est minimale, ce qui se tradUit par ci est min imale à 0 % et maximale entre 15 % et 40 %.
pœition basse de la tête lors de la progression sinusoïdale de Dans le lan frontal
Cl' point de repère lors de la marche. la hanche est en légère
la translation latérale est en rapport avec l'éca rtement des
, ,-ion el rotation latérale (giration pelvienne), le genou est en jonctions coxo-fémorales, ce qui impliquerait un mouvement
Iegère flexion, la cheville reste grossièrement perpendiculaire au important s'il n'était pas réduit par le va lgus des genoux, qUi
segment jambier. diminue la largeur du débattement (fi g. 4-37)" . l a marche
humaine se distingue ainsi de la déambul ation simiesque
De 15 '" HO '"
le pied entre en plein contact avec le sol. C'est le moment (fig. 4-38). Jadis, lorsque les amputés fémoraux portaient une
le plus complet de la phase d'appui. la hauteur du membre est jambe de bois, la section laissait intacts les abducteurs de han-
maximale: la hanche se rapproche de la rectitude et le genou che, contrairement aux adducteurs. " en résultait un déséquili -
garde une légère flexion afin de limiter le déplacement ascen- bre musculaire en faveur des premiers, autrement dit un
sionnel du centre de gravité. la cheville est en position neutre.
De40 ~ à50'"
23. Viel (2000) propose la ca rica ture des o iseaux échassiers, porteurs
d' un valgus, qui marc hent sa ns oscillati on, celle des mo inea ux, sans
l e talon décolle du sol, l'appui passant sur l'avant-pied, vers valgus, qui n'ont d'autre ressource que de sautiller, et enfi n celle des
/es têtes métatarsiennes. Hanche et genou sont en légère flexion, ca nards, qui n'ont pas de va lgus ma is ma rche nt qua nd mê me, a u pri x
la cheville est en position neutre. d'un dandinement ca ri catural.

De50 "' à6O ~


le décollement des orteils s'opère du cinquième vers le pre-
mier, lequel est particulièrement important pour l'équilibre
dynamique de la marche". Un amputé du gros ortei l est handi-
capé dans ce contrôle et tend à raccourcir cette phase, généra- G'
lement diminuée par le chaussage. la hanche est en rectitude
ou légère extension (bassin en légère antéversion), le genou en
flexion, la cheville en position neutre ou légère flexion plantaire
(Hunt el coll ., 2(01 ).
De 60 '" à 75 '"
l 'avancée du membre oscillant nécessite un raccourcisse- fig. 4-36 - La progression du
ment maximal du membre, afin de passer le pas. C'est la dis- centre de gravité du corps IC-. C')
tance hanche-pied qui est en cause, par rapport à la distance se rapproche de la ligne droite,
hanche-sol. l es articulations sont le siège d'une triple fl exion. mais oscille légèrement d'un côté
Une impossibilité quelconque (pied tombant, spasticité du tri- à l'autre et verticalement.
ceps sural, genou raide) entraîne une compensation coûteuse
(steppage, fauchage, surélévation par le membre opposé
rd Variations pathologiques, p. 101 J).
De 75 '" à 100 %
le genou se porte en extension (incomplète) afin d'a llonger
le pas. la hanche est en fl exion (avec légère rétroversion du bas-
sim, selon la taille du pas, et amorce sa rotation latérale (giration
pelvienne). la cheville reste en position neutre.
Les déplacements du centre de gravité
Ils §Ont gérés de façon à être aussi lim ités que possible, pour
des raisons énergétiques (Bia nchi et coll ., 1998; Siegel et coll .,
2004 , Le plus court chemin éta nt la ligne droite, c'est vers celle-
a ~ tend la dou ble sinusoïda le de progression du centre de
7;'" : G Detrembleur et coll ., 2000) (fig . 4-36).

Fig. 4·37 - Le genu valgum permet de diminuer le déplacement transversal


de la ligne gravitaire (d), son absence le majore (0 ). Le déplacement de centre
de gravité est référencé .1 L5.
GRANOES FONCTIONS • 97

De 0 % à 15 %

Les muscles concernés sont, de haut en bas: les abducteurs


de hanche (fessiers et tenseur du fascia lata \TFLI), les extenseurs
du genou (quatre chefs du quadriceps et ischio-jambiers), le
tibial postérieur et les muscl es releveurs du pied.
De 15 % à 40 %
Les muscles concernés sont, de haut en bas: les abducteurs
de hanche (fessiers et TFL), les trois vastes du quadriceps, les
muscles fléchisseurs plantaires et les muscles fibulaires.
De40%à50%
Les muscles concernés sont, de haut en bas: les abducteurs
de hanche (fessiers et TFL), les fléchisseurs plantaires (triceps
sural et muscles rétromalléolaires médiaux et latéraux).
De50%à60%
Les muscles concernés sont, de haut en bas: l'i liaque, les
adducteurs et les pelvi-trochantériens, le soléaire et les muscles
Fig. 4-38 - En situation érigée, le singe a un fort déjel/ement latéral et alterné rétromalléolaires médiaux et latéraux (il n'y a pas d'activité au
du tronc (a). l 'être humain a un déjel/ement réduit du fait de son genu niveau du genou).
valgum (b).
De 60 % à 75 %
Les muscles concernés sont, de haut en bas: les fléchisseurs
de hanche (iliaque, sartorius, TFL), le graci le et le court biceps,
abductum de hanche avec absence de valgus de genou. Les et les releveurs du pied.
amputés étaient ainsi des boiteux, avec fort déjettement latéral
du corps du côté appareillé. De 75 % à 100 %
Les muscles concernés sont, de haut en bas: les adducteurs
Dans le plan transversal
de hanche, les ischio-jambiers et les releveurs du pied.
La giration pelvienne équilibre le mouvement droite-gauche
Un tableau, inspiré de PI as et coll. (1983), permet de repré-
grâce au contre-mouvement de la ceinture scapulaire", avec senter l'ensemble du cycle de marche, avec les principales
transmission plus ou moins importante aux membres supérieurs. actions musculaires (cf. fig. 4-35 ).
Il est à noter que la notion de polygone de sustentation est
absente de la marche: le moment de double contact avec le sol
est fugace, et serait incapable d'assurer une stabilité de type sta- ApPROCHE SUBJECTIVE
tiqu e (Vi el, 2003). Toutefois, la projection de la ligne gravi taire
subit un balancement sagitta l et frontal. La façon de marcher est encore plus révélatrice que la posi-
tion assise, qui fait la part de la passivité et donc de l'abandon
Les activités musculaires à la force de pesanteur. La marche traduit une décision, vou lue
La marche normale est un déséquilibre vers l'ava nt, savam- ou subie, elle s'inscrit dans la poursuite d' un objectif extérieur
ment entreten u. L'acti vité musculaire est donc minime" : on (endroit à atteindre) ou d'une recherche intérieure (besoi n de
marèhe avec une faible dépense énergét ique; il en va tout autre- marcher). Ell e ca ractéri se un individu (Narcy, 1982 ; Peyranne
ment lors des accélérat io ns, freinages, montées ou descentes de et coll. , 1986) au point que des ordinateurs sont capables de
plans incli nés. Globa lement, l'activité musculaire est freinatrice, prendre . l'empreinte du pas . pour identifier quelqu'un à son
c'es t-à-dire de mocle excentrique et clans des secteurs articu lai- approche.
res à faib le variation cI'amp litude (Didier et Casillas, 1986). Cela
expli que la relative faci li té à tricher lors cI'atteintes paralytiques • La finalité
ou articulaires. Cependant, toute déviation vis-à-vis de la nor- • Dans une première approche, il s'agit d'a ller chercher son
male se traduit inévitablement par une dépense d'énergie com- pain, d'a ller à son travai l, d'a ll er voi r quelqu'un, etc. A priori ,
pensa tri ce supp lémentaire. on ne fait rien pour rien (Crépin et Thumerelle, 1995). Traverser
la ru e pour la retraverser auss itôt paraîtrait stupide. Cette
24. Tous ces facteurs <ion! nommés les li' déterminants de la marche Il , absence de but est une cause d'échec th érapeutique, quand on
ch,lCu n dieux minore les dép lacements du ce ntre cie gravité, pour ren dre demande à une personne âgée de marcher, dans la journée.
la marche plu~ économi que et es th étique. Pour quoi faire? Pour voir qui? L'absence de finalité est perçue
25. Même pour le," plus sollicités (triceps sura l ct LFH en fin de phase
comme une absence d'intérêt par le patient, qui de ce fait ne
d'appui), la force déployée ne dépJsse jamais 60 u!c, du ma ximum thée·
riqu(', Cpc., deu x Illu,;;clco; 'ion! d'a illeurs les seu ls vrais moteurs de la mar- pratiquera que peu, ou pas du tout, l'exercice. D'où la nécessité
che !Perry, t992 ). de trou ver des occupation s qui impliquent des déplacements.
• 0.. une seconde approche, il s'agit de « marc he r pour (fig. 4-40 b). JI ressort de cela que, si l'on demande à une patiente
he< J.Pour le plaisir, tout d 'abord: notion non médicale, de bien marquer ce type de mouvement, l'exagération lui paraît
suspecte (on n'est jamais censé rien faire pour rien ). Ce culturellement inacceptable (<< je ne su is pas une prostituée .) ; si
pla" r est interdit aux paraplégiques et aux vieillards. Cest une l'on demande la même chose à un patient, c'est pire: il ne peut
dimension qui n(' ~it ,pas être négligée sur le plan rééducatif. accepter de perdre sa vi rilité. l eur solution est alors de décréter
l ' enfant assis sur"un siège et qui ba lance ses jambes énerve « ne pas savoir faire », ou, assez souvent, de faire le mouvement
\Ite l'entourage: 'd,tte activité est jugée inutile, donc parasite inverse (c'est-à-dire une é lévation du côté non portant). l e mouve-
et insupportable. Il n'est pas habituel de penser que le mou- ment pelvien s'atténue avec la ma rche rapide, mais il est repérable
\'ement renferme en lui-même sa propre gratification : bouger en mode lent. Tout l'art du thérapeute est de savoir choisir ses ima-
est un plaisir. Demandez à ceux qui ne le peuvent p lus, il n'y ges. 5i un patient ne parvie nt pas à effectuer ce balancement des
a qu'eux pour s'en rendre vraiment compte. la rééducation de hanches, apparemment trop évocateur d'un déhanchement fémi-
la marche doit être revue sous cet angle, absolument indisso- nin, on peut lui dema nde r d'imiter l'acte ur de westerns John
ciable et complémentaire de l'analyse technique. Wayne, entra nt lenteme nt dans un sa loon, les mai ns près de ses
revolvers (fig. 4-41 ) et balançant les ha nc hes: le résultat est géné-
• L'expressivité ralement excellent, car l' image est perçue comme valorisante.
" suffit de s'asseoir sur un banc et de regarder les gens mar-
cher pour observer des styles très différents (Narcy, 1982).
l'acteur de mime le sait parfaitement. Cette expressivité se
manifeste par l'amplitude du pas, sa rapidité, sa symétrie, sa
cadence, régulière ou non, la participation de telle ou telle par-
tie du corps (comme les bras chez les mi litaires) (Riley et coll.,
2(01). les formes sont tellement variées que leur étude dépas-
serait le cadre de notre propos.
Nous pouvons toutefois nous attacher à une région, le bassin,
en raison de son importance « d ictatoriale •. le bassin com-
mande à l'édifice sus-jacent (rachis, tête, membres supérieurs),
ce qui paraît évident. " commande aussi à ce qui est en dessous,
ce qui l'est moins. Ainsi, on chante que « la meilleure façon de Fig. 4-39 - La course en descente
marcher, c'est de mettre un pied devant l'a utre, puis de recom- est difficile à arrêter: le coureur
mencer •. Cest faux: quand on met un pied devant l'autre, on doit d'abord retrouver l'équilibre
tombe en arrière. En revanche, quand quelqu' un vous pousse de la projection de sa ligne
gravitaire.
dans le dos, c'est-à-dire chasse votre centre de gravité vers
l'avan~ la seule solution pour ne pas tomber en avant est d'ava n-
cer d' un pas, voi re de deux si la poussée a été violente. le bas-
sin, renfermant le centre de gravité (en face de 52), est la pièce
maîtresse de l'équilibre dynamique. Cest son déplaceme nt qui
conditionne l'activité des membres inférieurs, et non l' inve rse.
Ainsi, en descendant une forte déclivité en courant, il est impos-
sible de s'arrêter ta nt que le centre de gravité n'a pas été rame né
en situation d'équilibre (fig. 4-39).
Or, une forte subjectivité est liée aux mou veme nts du bassin
IIOIamment dans la marche (Dujardin, 1994). Il fa ut observer se~
déplacements dans les trois plans.

Plan frontal
Cest le plan dans lequel le mouvement est le mieux perçu. Pour
œsraisons d'équilibre, il existe un léger mouvement d'abaissement
00 ~ non portant, associé à une très légère translation du côté
'Klan!. du moi ns en marche lente. lorsqu'on demande de l'exé-
~, cela embarrasse la personne et fait rire les spectateurs. Ces
~..ns /lOI une raison. la démarche mascu line est relativement
'r,.~, et l'individu bascule globalement son tronc du côté a
~r'oid. (Jb<.ervez une procession masculine: les têtes oscillent de
7' ~UÙiE: L1 de ga uche à droite (fig. 4-40 a). la démarc he
~ig . .4.~O - La démarche masculine a tendance à être monolithique, une
pMI v_blement différente: une fe mme garde la tête dans
mcl/~alson glo/:a/~ ~/u corps accompagnant les varia tions du centre de gravité (a}.
"'" ,.". V'''4MWAl et loc<llise la bascule a u nivea u du seul bassin La demarche femlllllle a tendancc ci garder "axialité de la ligne de marche et ,1
,. - - 1r"'''''''''' ressorti r les ha nches, alte rnati vemen; ne translater que le bassin, faisant ainsi sajflir les flanches alternativement (hl.
I j G~~, ~~ • "

Plan transversal Institut Régional de Forma~on aux


Ce mouvement est souvent le deuxième perçu (Kerrigan et
Mé~ers de laRé6ducation et de laRéadapta~
coll. , 2001 ). 11 est surtout visible avec l'accélération de la marche.
En mode lent, on peut marcher les mains dans les poches, mais des Pays de laLoire
pas en courant. Comme pour tout acte automatique exécuté 54 rue de laBaugerie44230 St Sèbasti
volontairement, il y a un moment d'hésitation, voire d'inversion.
Cependant, il n'est pas très difficile d'aider à la prise de cons- Tél. : 0251 790979· Siret : 788 071678
cience du mouvement inverse des ceintures pelvienne et scapu-
laire. Dans le pas de parade militaire prussien, ou « pas de l'oie »
(gooses/epping) (fig. 4-42), le mouvement des ceintures est volon-
tairement figé et le balancement des membres est accru.

Plan sagittal Fig. 4-41 - Une démarche virile,


La mobilité dans ce plan est moins évidente. Avec des pas de comme on en voit dans les westerns,
60 cm, le mouvement pelvien de rétroversion (lors de l'avancée se caradér;se par un déhanchement
marqué, justifié par la mise
d'un membre inférieur) et d'antéversion (lorsqu'i l passe en arrière)
en valeur des revolvers.
n'est pas très visible. De plus, chez un certain nombre de person-
nes, le bassin est abandonné à l'antéversion, ventre en avant, lais-
santles cuisses opérer la mobi lité. Chez les hommes, la caricature
est la démarche « ventripotente », ventre en avant (fig. 4-43 a).
Chez les femmes, la caricature est plutôt une démarche à petits
pas rapides, fesses en arrière (fig. 4-43 b). Il s'agit là de clichés et
d'exagérations, mais, comme les exagérations des bandes dessi-
nées, ils sont un assez fidè le refl et de la réalité. Ce ba lancement
sagitta l du bassin induit une mod ification de la courbure lom-
baire. Beaucoup de personnes se plaignent de douleurs « en Fig. 4-42 -La marcheau pas de l'oie
barre, dans le bas du dos » lors de marches longues et à l'occasion est une caricature de marche,
marquée par l'amplification
de stations debout prolongées. C'est le fait de la fixité du bassin
de chaque phase, symbole
en antéversion, avec pincement postérieur au niveau lombosa- de volontarisme, de discipline,
cré. Il est uti le de marquer ce double temps, même avec des pas de conquête.
réduits, en plaçant les mains dans le plan sagitta l, une sur le pubis,
une sur le sacrum. L'exagération de cette démarche donne une
allure altière, parfois amplifiée par le port de tête, laquelle peut
osciller vers l'arrière lors de l'antéversion, et vers l'avant en rétro-
version. L' oscillation est bien perçue lorsqu 'on se tient à cheva l,
au pas. Elle est encore visible lorsque l'on pousse quelque chose
lentement et régulièrement devant soi: lorsqu'une femme pousse
une voiture d'enfant, on perçoit l'avancée légèrement saccadée
de la voiture, à la différence de ce que ferait une voiture électri -
que: cela traduit le balancement pelvien. Le temps antérieur de
ce balancement correspond au mouvement de propulsion, par
exemple lorsqu' il s'agit de pousser un objet lourd devant soi (un
meubl e par exemple) (fig. 4-44).

Mobilité globale du bassin lors de la marche


La mobilité tridimensionnelle ne doit pas laisser supposer
qu 'ell e se répartit à raison de 1/3 dans chaque plan" . Tout
dépend du contexte et du comportement. Ainsi:
o Quand o n marche presque sur place (progression lente dans
une fil e d' attente), le mouvement le plus visibl e est le hanché
du bassi n traduisa nt une reprise d' appui à chaque pas.
o Q uand on marche vite, à grandes enjambées, le mouvement le
plus visible est la giration pelvienne (avec balancement des bras).
Fig. 4-43 - La tendance masculine est l'a nléversion pelvienne avec le ventre en
aV(lnl (a) ; la tendance féminine est l'antéversion pelvienne avec les fesses en
Mrièrc, souvent majorée paf les talons hauts (b). Dans les deux cas, cela € \ pose
26. Les chiffres moyens de la liUérl1!ure sont 7° dans le plan frontal (pel.
u'e drop), 10 (b ne; le pla n transversa l (t ransverse rotc1lÎon), cl 4° da ns aux souffrances par lordose lombaire basse.
le pl.ln s,lgi tt ,,1 (an (C'nor tiltl (Bocca rd i et co ll., 198 1).
• S" FO OAME"''TAlES

o Quand on marche lentement et régulièrement (personne fai -


sant les cent pas en lisant un journa!): le mouvement le plus
visible est le mouvement antéro-posteroeur du bassm (qUi dans
le cas proposé se traduit par un mouvement d' élévation-aba is-
sement du journal).

POUR CONCLURE

La fonction « marche» est régie par des impératifs techniques, et


elle est gérée par des données comportementales. La rééducat ion
doit intégrer ces deux dimensions, sous peine d'échec partiel.

VARIABIlITÉ DE LA MARCHE
Deux types de variations sont à signaler: celles ressortissant
de la physiologie et celles relevant de la pathologie.

• Variations physiologiques
L'adage dit que l' homme marche d'abord à quatre pattes
(jeune enfa nt), puis à deux (adulte), puis à trois (vieillard et sa
canne). C'est dire que la marche suit l'évolution ontogénétique"
de l'homme et son expressivité.

L'enfant
L'enfant apprend les déplacements à partir d'un glissement
au sol, pu is d'un appui à quatre pattes. Les premiers pas n'ont
pas la régularité de ceux de l'adulte: l'enfant progresse par à-
~ 4-44 - La poussée d'un objet lourd s'effectue en deux temps, se répétant coups, au prix de reprises d'appui séquentielles ; une fois lancé,
.Jtmwtivement: la prise d'appui avec rétroversion pelvienne (a), puis la phase il ne contrôle que peu sa direction et son arrêt. Sa marche reste
de poussée avec antéversion (b), et ainsi de suite. marquée par la triple flexion des membres, et l'a ppui au sol est
vif, sans déroulement harmonieux. Les membres supérieurs sont
plus ou moins en « chandelier " prêts à se raccrocher au pas-
sage des obstacles, voire à s'en aider (fig. 4-45). Les chutes sont
fréquentes au début: à vitesse rapide, elles se font vers l'ava nt,
amorties par le contact des mains; à vitesse plus lente, elles sont
amorties par une flexion brutale des hanches, qui entraîne une
chute sur le derrière. L'acquisition de la marche de type
« adulte » se fait vers 6 ou 7 ans (PIas et coll., 1983).

Le vieillard
Le vieillard déambule (Sadeghi et co ll., 2004), c'est-à-dire
qu' il utilise l'appui complémentaire d' une ca nne, parfois de
deux (Blanke et Hageman, 1989). Il en existe divers modèles
(Berthe et Dotte, 1987). La ca nne a plusieurs rôl es (Opi la et coll. ,
1987 ; Bhambhani et coll., 1990) :
o Un rôle d'appui complémentaire. Selon qu'elle est placée
controlatéralement ou homolatéralement au handicap, elle sup-
porte une part plus ou moi ns importante du poids du corps. Elle
modifie le rythme de la marche, selon qu'elle est déplacée
fi.&. 4-43 - L'apprentissage de la marche est long; conjointement au membre malade ou avant lui .
f enbnt utilise longtemps l'équilibrage de ses o Un rôl e de stabilité, chez les gens en difficulté, notamment les
17>'rnbre. supérieurs. gens âgés. Il s'agit parfois d'une sécu rité subjective, qui rassure
son porteur, ou d'un réel comp lément qui neutrali se les osc ill a-
tions et rattrape les pertes d'équilibre. La stabi lité est variable

~? ~'~voluti~n, on togénétique (c'est -à- dire liée au développement de


l ,nd,v,du), d,ffere de la phylogenèse, qui est l'évolution des espèces.
G RANDES FONCTIONS • 101

selon le type de canne (si mple, anglaise" , ca nadienne, tripode) ;


celle d' une béquille axillai re est plus grande encore (fig. 4-46).
On retrouve ce rôl e dans les cannes-piolets des marcheurs de ren-
donnée en montagne.
• Un rô le de guidage, lorsq u' elle pro longe le tact de la mai n
vers le so l, comme c'est le cas pour les aveugles ou les mal-
voya nts. Elle a aussi, da ns ce cas comme parfois dans le précé-
dent, un rôle d'avertisseur à l'égard des tiers en signalant la
présence d' une personne à hand icap (ca nne bl anche-Ou canne
simpl e chez un suj et apparemment sa in).
• U n rôle de propulsion, comme dans la marche pendulai re
(Berthe et Dotte, 1987).
• Enfi n, il faut signaler qu' elle a eu un rôle d'arme (bâton de a t
combat o u ca nne-épée) o u un rô le décoratif, de prestance ou
de grade: que ce soit la crosse d' un évêque, le bâton de maré- fig. 4-46 - Exemples de cannes d'aide à la marche : canne tripode (al, canne
chal (rédu it à un si mple segment), ou encore la ca nne des dan- anglaise (bl, canne en T (cl, canne à appui antébrachial (dl.
dys du XIX' siècle, ou des années 1925.

La prise en compte du vasculaire


L'accélérati on nécessa ire du flu x vasculaire nuance le rythme Les troubles de la commande
de marche et peut aller jusqu' à l' interrompre (claudi ca ti o n inter-
mittente de l'a rtéritiqu e). Les va ri ati ons de vitesse sont nombreu- Ils se tradu isent :
ses, mais il en ex iste une préférenti elle qui conditionne • Soit par une incapacité d'action . On peut mentionner la
l'écono mi e (Frain, 1985). Gillot (1995) pense que ce rythme démarche pendulaire du paraplégique appareillé (neurologie
optimal est en rapport avec celui des différentes chasses veineu- centrale), ou le pied tombant de l'atteinte du nerf fibu laire com-
ses propres à un individu" . mun ou profond (neurologie périphériqu e), entraînant un step-
page'O (Baubry et Ku o, 2000).
Variantes comportementales
• Soit par une fi xati o n en altitude vicieuse (due au déséquilibre
Les vari antes comportementa les sont no mbreuses (cf. supra, musculaire et aux rétractions qu i s'ensuivent). On peut indiquer
L'expressivi té). Ell es o nt trait essentiellement à trois données: le pied varu s équ in de l' hémiplégique, dû à une spastici té des
• Le caractère sexué : démarche plus ondul ante de la femme, extenseurs du membre inférieur (dont le triceps sural), entraînant
plus mono lithi que de l' homme (Kerri gan et coll. , 1998; Smith un fa uchage" .
et co ll., 2002).
Les troubles de l'exécution
• L' expressivi té : elle nuance la marche et offre des exercices
variés . La démarche agress ive met en ava nt l'avancée alternée Ce sont :
des épines ili aques antéro-supéri eures, la marche avec ava ncée • Soit la conséquence de troubles orthopédiques (déformati ons
sagittale du ventre évoque une démarche altière, la marche dans acquises ou non), tel un genu va lgum ou genu varum graves,
le no ir inverse les mo uvements : l'ava ncée des membres infé- des rétracti o ns muscul o-tendineuses (Bern ardi et co ll., 1999) .
rieurs précédant ce lle du bassin .
• Soit des modifications posttraumatiques ou rhumati smales,
• Les vari antes physiques : la vitesse et la péni bi lité (port de qui peuvent donner lieu à une déformati on apparente (amputa-
charge, terrain acc identé) sont des éléments qui influencent la tion) ou en être exempte (ra ideur, instabilité) mais, en tout état
démarche (Terrier et co ll., 200 1). Leur entraînement est indis- de cause, perturbent le déroulement norm al du pas (Cromwell,
pensable en rééduca tion . 2003 ).

• Variations pathologiques
La marche peut être modifiée par toute atteinte des membres COURSE, SAUT ET RÉCEPTION
inféri eurs (o rth opédique, neurologique, rhum ato logique, trau-
matique), ma is aussi par les répercuss ions d'a tteintes du tronc
et des membres supérieurs (Perrin et Lesti enne, 1994). On peut Ce sont des activités annexées à la marc he ; ell es y ajoutent
disti nguer les troubles de la commande et ceux de l'exéc utio n. la vitesse, ou la progression par bond.

28. Q ui es t en fait frança ise, cl brevetée depu is 19 15 (QllJtremere et J O. Steppage: passage du pas nécessitant une é lévation anorm alement
coll. , 2003). fort e du genou pour compenser un pied tombant, qui accrocherai t le sol.
29. Chacu n peut remarquer la pénibilit é qu' il y il à ralenti r son ryth me, 31. Fauchage : passage du pas grâce à une abdu cti on de hanche, ~fin
pour accompagner un vieillard, ou à l'accélérer, pour suivre une per· de compenser la posit ion du pi ed, fi gé po inte en bas et en dedans, aln 1
sonne prc.:,sc'c. que la spasticité du genou en ex tension.
, . gétique relatif des deux modes de propulsion (Brisswalter et
Mottet, 1996) et de la vitesse (Diedrich et Warren, 1995 ; Beau-
pied et coll., 2003). Concernant la vitesse de la course et la
dépense énergétique, le problème est complexe du fait de
l'i mportance de la technique de course; autrement dit, la cor-
rélation n'est pas parfaitement linéaire entre vitesse et coût éner-
gétique (Kyrolainen et coll., 2001 ; Bus, 2003). Compte tenu de
la puissance des impacts du pied sur le sol, celui-ci est parti-
cu lièrement soll icité dans la course; les contraintes peuvent
donc être fortes et la configuration des chaussures est essentielle
(Milgrom et coll., 1996, 1998 ; O 'Connor et Hamill, 2004).
Nilsson et Thorstensson (1989) ont montré que la contrainte
))J verticale du pied sur le sol augmente lors du passage de la
marche à la course, et en fonction de la vitesse. Elle représente
ai nsi de 1 à 1,5 fois le poids du corps à la marche, et entre
fig. 4-4:' - U course est un déséquilibre accéléré. 2 à 2,9 fois plus pour la course. La course met l'a rrière-pied à
forte contribution au moment de l' impact sur le sol, tandis que
l'avant-pied est moins concerné.

SAUT (IMPULSION ET RÉCEPTION)

• Principe
• Le saut se traduit par une prise d'appui, généralement dyna-
mique, en situation ramassée, à partir de laquelle l'énergie de
la détente produit le saut, c'est-à-dire une élévation du centre
de gravité's.
• La réception est le phénomène inverse. Elle s' opère sur une
surface minime: la masse corporelle et son accélération sont
fig. 4-48 - Dans le saut en hauteur, il s'agit d'élever le centre de gravité du
alors amorties sur d'autant plus de segments corporels (y com-
rorps a>'fC le minimum d'énergie. Le saut en ciseau (a) est dépassé pilr la
lfdrniqJe du Fosbury (b) qui permet d'ajuster la position du centre de gravité
pris les supérieurs) que l'énergie à absorber est plus importante
pointillé) el la hauteur à franchir (trait plein). (Milgrom et coll., 1998) (cf. fig. 8-91).

• Types
On distingue:
COURSE
• Le but du saut: en hauteur ou en longueur.
~Ie se caractérise par une impulsion initiale et par une accélé-
• La teehnique utilisée: par exemple le saut en ciseau, le roule-
ration entretenue. Dans la course, et par opposition à la marche,
ment ve~tral et le fosbury (fig. 4-48). L'objectif est d'obtenir le plus
on remarque ries phases pendant lesquelles il n'y a aucun contact
-= Ir soI" : la course est une succession de phases d'appuis uni-
grand deplacement (en hauteur ou longueur) avec un minimum
d'énergie - d'où l'avantage de la prise d'élan et celui des techni-
podaux et cie vols (fig. 4-47). Les phases d'appui durent de 20 % à
ques plaçant les segments corporels en situation basse (fosbury).
40 :- du temps total. La vitesse est fonction de la position de la
prüjeCbOO du centre de gravité du corps par rapport à l'aplomb du
caps", cie la taille ries enjambées et de la rapidité de leur succes- CIRCULATION DE RETOUR
SIOIl,. et cie l'équilibrage cinétique de la ceinture scapulaire (Belli et
~:' 2?W1". Il n'y a pas de stabilisation, le sujet entretenant son
dÉsé<pilibre dans un but propulsif (Viel, 2000). Cillot (1995) dit que la notion d' Homo ereetus est trompeuse:
Li IIJtesse atteinte lors du passage de la marche à la course l' homme n'est pas fait pour la station debout, mais pour marcher,
~ une constante de chaque individu, dépendant du coût éner- bouger. En effet, la pression veineuse en position couchée est de
l'ordre de 10 cm d'eau, elle passe à 100 cm d'ea u en station
debout, mais redescend à 30 cm après le septième pas. Cela veut
n v. f;, .. Pt;' bJen vu par les rédacteurs du règlement concernant la d:re que si la circulation sa nguine, qui est un circuit fermé, dépend
- -,. do- U..mpélrtlOO.
.. '! k r:-""" p.tf rapport au polygone d~ sustentation, qui n'existe pas en d une part des forces ca rdlo-artérielles situées en amont ell e
(f~nœ Plus le CG se proJette en avant du sujet, pJus ceJui- dépend également, d'autre part, de forces propres au systèm~ vei-
.U../:.~~ •
~ . ..., rA ""méd'.lIr("'S entre la marche et la course; les sports de
"", ' .-:1 do- b..,,,, """"'PJes IRenstrom et lohnson, 1989) ou 35. U n~ v~ ri a~ t~ du saut est la marche à cloche-pied qui serI souvent
tJ.-'rf/ '" .,~ M fooS. frJU I~ d'un 100 m (Harland et Steele, ' 997). de test a t équilibre (Austin et coll., 2002 ).
GRANOES FONCTIONS • 103

neux. L'analyse de ce système, sur le plan locomoteur, est surtout


intéressante au niveau du membre inférieur, tant en raison de son
usage, déclive et permanent, qu'en raison de sa position basse par
rapport à l'ensemble de la statique humaine (Franceschi, 1980).
L'anatomie y développe des astuces plus riches qu'au membre
supérieur. On peut en répertorier certains aspects (Dufour, 1998).

LES FIBRES MUSCULAIRES DES VEINES


Les veines possèdent des fibres musculaires lisses et des fibres
collagènes et élastiques. Elles sont d'autant plus riches en ces
tissus, qu'elles sont distales (fig. 4-49). Ce fait est en rapport avec
le poids de la colonne liquidienne à supporter. Les veines super-
ficielles ont des parois particulièrement épaisses, ce qui explique
les prises de greffons à leur niveau pour des greffes artérielles.

LE RÔLE DES BATIEMENTS ARTÉRIELS


Les vaisseaux sont pris dans des gaines vasculaires inexten-
sibles (fig. 4-50). Cela fait que les battements artériels sont trans-
mis aux parois veineuses voisines et, compte tenu du sens
unique du flux, accentuent la circulation veineuse.

LES ZONES DE CHASSE VEINEUSE


Ce sont les zones qui sont le siège de phénomènes de pla-
quages rythmiques. Elles sont plus importantes au membre infé-
rieur; c'est notamment le cas :
• Des veines profondes de la voûte plantaire (lors de l'extension
des orteils et de la flexion dorsale du pied, lors de la marche)
(fig. 4-51). Fig. 4-49 - Le pourcentage de fibres musculaires dans la tunique veineuse
• Des veines postérieures de la jambe (par rapport aux plans est plus important dans les vaisseaux de la partie caudale du corps.
musculaires et aux fascias).
• De la veine poplitée (entre le condyle latéral du fémur et le
nerf tibial lors de l'extension du genou'·) (fig. 4-52).

36. D'où le {ait que le maintien du genou en rectitude totale, même


avec une déclive du membre, {ait obstacle à la circulation veineuse. En
enregistrement d'écho-doppler, le silence est obtenu dans cette position
et le praticien place toujours le genou avec au moins 5° de flexion afin
d'avoir un débit normal.

,------3
~--2

Fi g. 4-50 - Les gaines vasculaires (1 J,


inextellsibles, permet/ent aux veines (2) Fig. 4-51 - Le déroulement plantaire du pied, au cours de la marche, comprime
de bénéficier des battements essentielfement le réseau veineux profond et provoque une chasse sanguine, à
artériels (3) pour provoquer la manière de la pression sur une éponge pleine d'eau (complété par le plaquage
la progression du sang. dû à la dorsillexion du pied).
1 • 8" F()O;DAMENTAlES

ant .up

Lmed Lpost

o
2
~ 01-52 - La veine poplitée (7), placée entre le nerf tibial (2)
tt ~ rondyle latéral fémoral, est le siège d'une chasse sanguine
f)1Irmée fors des mouvemenl5
de ffexion.extension du genou dans la marche.

LE SYSTÈME DES DÉFILÉS D'ACCÉLÉRATION


Il est représenté par les zones de rétrécissement, telles que le
hiatus de l'adducteur ou la lacune vasculaire inguinale au membre
a inférieur (fig. 4-53). À ces niveaux, le sang est accéléré, un peu à
la manière d'un cours d'eau: plus lent dans les zones d'étalement
du lit, en plaine, plus rapide dans les zones de rétrécissement que
constituent les torrents, en montagne (cf. chap. 6 : Le genou).

LES ZONES DE TURBULENCE


Ce sont des zones de confluence veineuse où le sang est
4 l'objet de flux divers et convergents (fig. 4-54). Ce sont des
,,/-1--- 3 zones d'accélération hémodynamique favorables à la progres-
~ 4-53 - Les défilés vasculaires sont des sion centripète (Comolet, 1984).
zones cl'accéfération hémodynamique (a),
cornmt! le sont les défilés montagneux par
r.pport aux eaux étales de la plaine (b). Canal LE PHÉNOMÈNE VENTURI
_ I I}, arcade du soléaire (2), hiatus de 1\'M+-- - 2
r Mlduaeut Oi, canal fémoral (Hunter) (4), C'est un effet controversé. Il ne sembl erai t jouer que sur les
~ vascuLûre (Si. gros segments. Souvent invoqué, mais difficile à généraliser, ce
phénomène concerne l'aspiration d'un flux collatéral s'abou-
chant à peu près perpendiculairement à un courant principal
plus rapide. Il fonctionne sur le principe de la pompe à eau,
b utilisé en maintes circonstances (fig. 4-55). Cependant, il est
aussi noté que des flu x antérogrades provoquent une régurgita-
tion dans une collatérale en cas de valvu le incontinente. C ill ot
(1995) pense que la vitesse sangu ine provenant de vei nes intra-
muscul aires, lors de la contraction musculaire, n'est pas forcé.
ment tout le temps suffisan te pour provoquer l'effet Ventu ri . La
réa lité semble donc être à nuancer, car elle prend en compte
des situations méca niques probablement différentes.

LA SEMELLE VEINEUSE PLANTAIRE (PROFONDE)


Longtemps conn ue sous le term e de • semel le veineuse de
Lej ars " cette notion a été corrigée et reformul ée par Lassa u
GRANDES FONCTIONS • 105

(1991 ) et Cillot (199 5). Ce que l'on peut qualifier d' . effet
Lejars » existe, cet auteur ayant eu le mérite de mettre l'accent,
pour la première fois, sur l' importance du plaquage veineux
plantaire lors de la marche (cf. fig. 4-51). En revanche, avec les
moyens techniques du XIX' siècle, il avait attribué ce rôle aux
veines superficie lles, qui sont, en fait, de moindre importance
qu'ailleurs et ne peuvent assurer cette chasse. Celle-ci est le fait
du réseau profond (cf. chap. : Le pied).

LES RÉSEAUX INTRA- ET INTERMUSCULAIRES


C'est un double réseau, mis en mouvement par la contraction
musculaire, pour le premier, et par le plaquage des couches
musculaires l'une sur l'a utre, pour le second (Aubert et coll. ,
2000) (fig. 4-56). L'activité alternée des muscles antagonistes du
membre inférieur, lors de la marche, permet une vidange vei-
neuse complète, de bonne qualité et régulière (Aubert et coll.,
2001). Le réseau musculaire forme un véritable réservoir san-
guin, d' importance très variable selon les muscles (ainsi le gas-
trocnémien médial draine sept fois plus de sang que son
homologue latéral)".

LES RÉSEAUX PROFONDS ET SUPERFICIELS


Il s fonctionnent en parallèle, assurant 90 % du flux pour le
premier et 10 % pour le second (sauf au pied, cf. chap. 8).
Fig. 4-54 - 1/ existe des zones de turbulence
hémodynamique, où les plaquages provoquent une
LES RÉSEAUX COMMUNICANTS ET PERFORANTS forte accélération du flux veineux. Ici le carrefour
condylien de Cillot (1995).
Chacun des deux réseaux précédents possède des veines de
dérivation, dites communicantes, qui permettent des suppléan-
ces ou dérivations locales au sein d' un même réseau. Entre les
deux réseaux, il existe des veines perforantes, qui assurent le Pulvérisation
drainage sanguin du flux superficiel vers le flux profond' · (Van
Cleef et coll ., 1990).
Air

L'ACTIVITÉ MUSCULAIRE (LA MARCHE)


Cillot (1995) pense qu ' il ex iste un rythme idéal et personna-
lisé de la marche humaine, variable selon les individus mais
situé autour de 4 à 5 km/ ho En deçà ou au-delà de ce rythme,
les conséquences de la marche pourraient ne pas être aussi
bénéfiques (Van der 5tricht et 5taelens, 1988).

LES RÔLES ANNEXES


On peut mentionner deux éléments .

• La respiration
Ell e intervient de façon faible et variable (Franceschi, 1980;
Dufour, 1998). Ell e est plus influente en position couchée et à
la raci ne du membre inféri eur : l'apnée bloque le flu x sa nguin, liquide - - - -...

17. Cela explique les mouvements rythmiques du membre inféri eur, en


position assise, de certaines personnes, souvent dus aux probl èmes de
rel our ve ineux cngr'ndrés p.l r l' immobilité. Le langage populaire les
appelle des . Impatiences If . Fig. 4·55 - Le principe de l'effet Venturi est celui de la pompe à eau . un courant
~ 8. Sauf au n lv('J U pl antaire, où ('esl le réseau profond qui sc draine, fort clspire un courant modéré qui lui est perpendicul<lire.
partiellement, d.m s 1e5 V('In('S supe rfi c ie ll es (margina les).
• &., D!\.\-\( "TALES

rement riche et multiforme. De ce fait, elle requiert un appren-


tissage: ce n'est que peu à peu que I.'enfant salt manier sa
cuillère (fig. 4-57) (Thoumie et Pradat-Dlelh, 2000).

. NIVEAUX OPÉRATIONNELS
la fonction de préhension suppose trois types d'outils
concernant:
• l 'orientation spatiale, située à la racine du membre.
• le réglage de longueur. entre la racine et la prise.
• la saisie de l'objet, à l'extrémité.

NOTION D'ESPACE DE CAPTAGE


Chez l'homme, cet espace est un cône de révolution antéro-
~ 4-56 - Les veines musculaires subissent la chasse sanguine des latéral (lgnazi et coll., 1979). " est ainsi extrêmement étendu,
svnchronismes musculaires durant la marche. puisque supérieur au champ visuel, pourtant très conséquent:
on peut se gratter le dos, alors qu'on ne peut le regarder.

ARSENAL STRATÉGIQUE
• Un système de détection de l'objet (fig. 4-58).
• Un système d'élaboration du choix le mieux adapté.
• Un système effecteur de réalisation neuromusculaire.
• Un système de contrôle en feed-back, avec mémorisation
éventuelle.

PATHOlOGIES DE LA PRÉHENSION
~ 4-57 - La préhension de l'enfant Elles peuvent consister en :
demande un apprentissage.
• Une atteinte de la commande ou du contrôle par défaillance
centrale ou périphérique (perte de la détection visuelle ou pal-
l'inspiration diminue la vitesse du flux et l'expiration l'aug- patoire, défaillance motrice cérébrale, paralysie périphérique,
mente. En revanche, en station debout, c'est l'inverse: l'expira- perte du tact ou de la proprioception).
tion diminue la vitesse du flux et l'inspiration l'augmente • Une atteinte de la réalisation, par pathologie ostéo-arthro-
légèrement musculaire d'un secteur anatomique: racine, extrémité ou zone
intermédiaire (lésion osseuse, instabilité articulaire, raideur,
• La pesanteur insuffisance musculaire).
Elle joue, par définition, un rôle défavorable au niveau des
membres inférieurs. D'où l'i ntérêt de compenser ce désavantage ÉLÉMENTS IMPORTANTS
par ractivation des chasses veineuses (activités de plaquage fas-
• Rôle des sensibilités tactile et proprioceptive.
cio-aponévrotique) et par l'activité musculaire.
• Importance de l'équilibre entre main intrinsèque et main
extrinsèque (cf. chap. 12 : la main).
PRétENSION • Rôle de la stabilité du poignet. C'est la condition sine qua
non de la fonctionnalité de la préhension.
• Rôle de la colonne d'opposition du pouce (da ns la plupart
L; préhension n'est pas le propre de l'homme. Tout animal
des prises).
4 __ solution mécanique qui lui est adaptée. Bonnel explique
"""" fonction est commune à tout le règne animal (et même • Importance des capacités d'ouverture (préalabl e à la prise et
~)ft ~ t'gétah. l 'éléphant utilise remarquablement bien sa lâché de la prise) et de fermeture (prise) des doigts.
"'~, _ ch"", sa gueule, le singe ses pieds voire sa queue, • Différents types de prises : unguéale, pulpaire, su bterm ino-
' ''''' VAl ~ et ses serres, la pieuvre ses tentacu les, le crabe latérale, digito-palmaire, à pleine main, interdigitale, sphérique
""" t1'"f\ ....méli-on sa langue, etc. (d. fig. 11-1 ). Il est donc (cf. chap. 12 : la main).
, cl., d ,~ qUf' l'organe de la préhension est la main ; l 'évolution des techniques permet, maintenant, de parler de pré-
. ..." .... .. ~ n ..cl d'observer que celle-ci est particuliè- hension artificielle grâ ce à la création de prothèses myoélectri-
GRANDES FONCTIONS • 107

ques"'. Le sauvetage peut consister en un appareillage limité à un


doigt (ou pouce), ou étendu à toute la main. Cependant, qu' il

«---~
s'agisse d'un simple gantelet de préhension, commandé par des
lanières mises en tension à partir d' un mouvement proximal, ou
d'une miniaturisation électronique sophistiquée, commandant une
articulation motorisée, le résultat ne sera toujours qu'un système
plus ou moins complexe de pince élémentaire, et surtout sans élé-
ment de contrôle sensible (si non la vue) (Lamandé, 2000). C'est 2
dire la portée des mutilations punitives par amputation d'une, ou
des deux mains, telles qu'elles ont pu être pratiquées sous des régi-
mes oppressifs, dans l'intention d'asservir par la terreur (Zamandi,
2000).
3

CHAINES FONCTIONNELLES

La posture humaine relève un défi : celui de l'empilement de 4


structures allongées en hauteur, capab les de se mouvoir dans
un espace tridimensionnel. Les surfaces de contact d'os à os sont
minimes, les muscles sont de relativement faible encombrement
et se prolongent sous forme de tendons étroits en regard des
5
articulations. Le tout est le siège d'une activité économique,
capable de fonctionner efficacement tous les jours, des heures
durant, sans fatigue ma rquée, même avec des efforts surajoutés .
Les liaisons squelettiques, engagées dans cet équilibre, sont Fig. 4-58 -la préhension nécessite un système de détection de la forme ( 1), un
assurées par des muscles fonctionnant à la manière de maillons système de choix de prise adaptée (2), un système musculo-squelettique
de chaînes, elles-mêmes travaillant en synergie. C'est ainsi que d'exécution (3). un système d'évaluation du poids (feed-back) (4) et un retour
l'on peut replacer chaque muscle au sein de chaî nes muscu- de mémorisation (feed-forward) (5).
laires'o (Hooper et coll., 2002). On distingue les associations
suivantes:
longs, qu'ils privilégient ou non l'amplitude ou l'accélération,
• Chaînes directes ou croisées. Elles associent des agonistes ali- etc. Si l'on ajoute la dimension comportementale, qui modifie
gnés axia lement, ou croisés (généralement spiroïda ux). sensiblement le même geste chez deux personnes différentes,
• Chaînes séries ou parallèles. Elles comprennent des muscles on comprend les grandes variables possibles (King et ZalSiorsky,
situés à la suite les uns des autres, ou en parallèle (Cochet et 2002).
Lassalle, 1992). Les conditions initiales sont un préalable qui influence direc-
• Chaînes axiales-périphériques ou périphériques-axiales-péri- tement le mouvement. Les « faux mouvements . sont dus soit à
phériques. Elles partent du tronc et se poursuivent jusqu'aux une mauvaise stratégie gestuelle (e.g. un mauvais bras de
membres, ou inversement. levier), soit à un démarrage dans de mauvaises conditi ons pos-
Beaucoup d'a uteurs ont décrit ces chaînes, privilégiant telle turales (e.g. une position bloquée du bassin pour un effort met-
ou telle d'entre elles, ce qui leur a permis d'ériger des méthodes, tant en cause le rachis, ou un mouvement du bras sur une épaule
systèmes clos où les connaissances sont ca nalisées dans un fixée en enroulement) (Morrissey et coll., 2000).
concept, au départ intéressant, mais figé sur le mode dogmati- Notre propos n'est pas de nous livrer à un recensement
que. En réalité, ces assemb lages sont versatiles, ca r « fonction- exhaustif. mais de mentionner quelques idées, en fonction des
nellement opportuni stes " : les muscles négocient leurs activités régions, à partir de quoi le travail créateur du praticien doit pou-
entre eux au gré des enchaînements articu laires et de la fonction voir s'exercer en fonction d'un patient donné et de la pathologie
visée (Augustsson et Thomee, 2000). Ainsi, les activités s'élabo- qu'il porte.
rent différemment selon qu 'elles s'orientent vers la précision ou
la force, que les muscl es agissent sur des segments cou rt s ou
TÊTE ET COU

39. Les proth èses à ca rac tè re esthé tiqu e so nt un autre problème, plus
Ces deux zones s' inscrivent dans le port du grand ordinateur
(aLile à régler. qui vise la réhab ilitation socia le, mais ne répond pas à central que représente la tête, y compri s de ses circuits priori-
l' utilisation fonctionn elle. taires: les télérécepteurs et les organes vestibulaires. Cette
40. On trOu ve de rr ·marquablcs exemp les de toul es ces notions dans le région, la plus haute de l' édifice humain, joue un rôle de séma-
cinéma co mique muet. Les acteurs étaient des mimes ayant une notion
Irès nclte du place me nt du corps dans l'espace autour d'un sol mou- phore ca pable d'exprimer des gestes à la base de la commun i-
v~l n t : Chapli n (La ruée \I('r5 l'or) o u Keat on ( L~l croisière du Navigator). ca tion socia le, ce qui est étranger à la gent anima le. Port de tête
, • 8" _ fO OM'ENTAlES

iqoes \tête et face) sont deux pôles indispensables à tra- En action synergique
en rééducation. les chaînes antérieure et postérieure composent leur action
l anisation ostéomusculaire de la tête et du cou ne reflète pour amorcer deux tendances antagonistes, diffé,,: ntes des
pas la puissance, coûteuse, mais au contraire la précision et précédentes, s' inscrivant dans un regIstre de grandlssement-
t economie conditionnées par une activité incessante, de type rapetissement (ou tassement). Il s'agit d'aptitudes fondamentales
~ique (Cromwell et coll., 2001 a). (cf. fig. 2-8 et 2-9).

• Les chaÎnes latérales


TRONC
Elles comprennent toutes les fibres verticales et latérales des
Le tronc est composé, comme tout ensemble fonctionnel, muscles du tronc. Ce découpage est fonctionnel et non anato-
donc cohéren~ d'une partie spécialisée dans la finesse et d'une mique, le cerveau pensant en termes de mouvement ou de geste
autre spécialisée dans la force. La première répond au rachis, et non de muscle. leur activation résulte:
la seconde au bassin. la liaison entre les deux eXIste dans les
trois plans de l'espace. le tronc est caractérisé par la présence • De résistances appliquées aux parties latérales du tronc.
de deux caissons viscéraux (thoracique et abdomonal). • De sollicitations statiques ou dynamiques. Ce peut être la
réponse à un risque de déséquilibre latéral, à une force centrifuge.
• Les chaÎnes antérieure et postérieure • De sollicitations latérales, telles qu'une fermeture pour répon-
Elles peuvent fonctionner séparément ou en synergie. dre à une agression latérale (pour éviter un projectile passant
sur le côté, près de soi) ou pour provoquer une ouverture du
En action isolée côté opposé (fig. 4-59).
Elles s'inscrivent dans un registre antagoniste de fermeture-
ouwrture. Il s'agit de mouvements fondamentaux, inscrits au • Les chaÎnes croisées ou spiroïdes
plus profond des capacités instinctives et présents à la base de
Elles associent les muscles, faisceaux ou fibres qui s' inscrivent
la pyramide de l'évolution (une huître fait de l'ouverture-ferme-
dans une diagonale enroulant le tronc de haut en bas. On peut
\ure)_Chez l'homme, on trouve cet antagonisme présent à tous
ainsi trouver une liaison incluant, par exemple: le splénius de la
les niveaux corporels.
tête droit, le rhomboïde et le dentelé postéro-supérieur gauches,
Chaîne antérieure le dentelé antérieur et l'oblique externe gauches, et l' oblique
la chaîne antérieure est sollicitée par les mouvements de fer- interne droit (cf. fig. 13-33). Ces chaînes peuvent être centrées sur
meture. le maximum est atteint avec la position fœtale. On une zone ou sur une autre. Elles sont sollicitées par des recher-
trouve cette aptitude à fermer à tous les niveaux: yeux, bouche, ches de mobilité rotatoire étendue, par des résistances appliquées
mains, bras, etc. En ce qui concerne le tronc, cette chaîne intè- aux extrémités de la chaîne concernée (Lacour, 1999).
gre les fibres ou faisceaux verticaux des muscles antérieurs du
cou, du thorax et de l'abdomen. la gestion de cet ensemble POUR CONCLURE
dépend : Il faut mesurer la complexité des schémas proposés, complexité
• Soit d'efforts sollicitant cette chaîne: résistance appliquée au accrue par le fa it que ces réponses sont rarement pures, souvent
combinées. Cela montre la grande richesse des solutions que
niveau antérieur des extrémités céphalique ou pelvienne (lutter
l'on peut proposer, et doit attirer l'attention sur le fait qu'il est
contre une poussée axiale antérieure), ou au niveau des mem- nécessaire de rechercher plusieurs types de sollicitations diffé-
bres lorsqu'ils sont disposés dans le plan sagittal. rents, à la fois pour soutenir l'intérêt du patient, pour déceler
• Soit d' une pulsion induisant cette réponse musculaire. Cela ce qui correspond le mieux à ses possibilités, pour travailler
peul être une réaction de défense, contre une agression physi- davantage ce qui est déficient, et pour trouver des solutions là
où une autre technique a échoué ou donné un résultat médio-
~ fface à un geste d'attaque) ou thermique (se blottir pour se cre. Il n'est pas raisonnable de se cantonner à une méthode,
procéger du froid). Cela peut répondre aussi, simplement, à un sous prétexte qu'on la maitrise bien. Le recueil des données pal-
schéma de fermeture lors de la cessation de 1utte contre la patoires et de celles fournies par les tests, à l'occasion de l'exa-
pESanteUr lorsqu' on est assis (le dos s'arrondit, la tête s' incline, men clinique, doit permettre d'envisager ces dispositions et
le ~n se rétroverse) (cf. fig. 2-8). d'aller chercher, tout au long de ces chaînes, les éventuelles
résonances pathologiques, avant d'en analyser la cause initiale .
Chaine postérieure
LJ chaine postérieure est sollicitée par les mouvements
t:r_erture. le maximum est atteint dans l'ouverture globale MEMBRE SUPÉRIEUR
~ u"J'S et des membres, où le tronc se place en extension
rr~MF: ÛUe aplitude il sollici ter la chaîne d'extension dépend : Comme chaque entité foncti onnelle, le membre th orac ique
comporte une racine (épaule) assumant la puissa nce et une
• 'Y. d'efforts Inverses il ceux du ca s précédent (les résistances
extrémité (main) pour la précision. Les ra pport s sont partagés au
/n ~~ il la face postérieure, au lieu de l'antéri eure).
niveau du coude, le tout étant mû par des c haînes axia les (pa ral-
• "f. d' "pulsion d'expansion du corps, que l'on retrouve dans lèles ou séri es) ou croi sées. Le fonction nement de ces chaînes
-~"'I.~ sans retenue, ou dans tout autre schéma met en ava nt quelques princ ipes, se recoupant pl us ou mo ins,
hV" Jf"I.... œ
w:toore, par exemple) fEsca milla, 2(01). qui sont exposés ici.
G RANOES FONCTIONS • 109

• Ensemble fonctionnel
Il met en jeu une racine, prépondérante dans la force (grosse
articulation, gros muscles), une extrémité, prépondérante dans
la finesse (nombreuses petites articul ations et nombreux petits
muscles), ainsi qu'une zone intermédiaire.

• Le paradoxe de Lombard
Il est d'applica tion très étendue (cf. Chaînes musculaires
parallèles) . Au niveau brachial, il met en jeu les chaînes paral-
lèles du biceps" et du lo ng triceps". Cette relation va lori se le
fonctionnement en secteur de fo rce (course moyenne) de ces
deux mu scles, dans les mouvements de triple extension et triple
flex ion de l'épaule et du coude.
Fig. 4-59 - Exemple de chaîne Icontro-)Iatérale, sous l'influence d'une
• Le coude de force et le coude de finesse déstabilisation extérieure (a), ou d'un mouvement volontaire (b).
Il s sont sous la dépendance de chaîn es fonctionnelles
(cf. supra et chap. 10 : Le coude) regroupant les chaînes mus-
culaires suiva ntes:
• Po ur la fo rce: fl échisseurs-supinateurs et extenseurs-prona- ,,
teurs. Ce sont, princi palement, le biceps brachial et le triceps. \
\
1
• Po ur la fin esse : fl échisseurs-pronateurs et extenseurs-supina- 1
teurs. Ce sont, princ ipalement, le rond pronateur, prolo ngé par 1
1

--_...<~
1
les muscles thénari ens43 (la poussée pulpaire du pouce acheva nt
la pronation), et les épi condyliens latéraux (dont l'a nconé), pro- ~

longés par les mu scles extenseurs du pouce (le long extenseur


du pouce acheva nt la supinati on du po uce).

• La chaîne de captage
Ell e intègre la préhension (cf. supra) et le rapprochement de
la bouche. Le captage par la main s'opère dans les trois plans de
l'espace, le po ignet se comportant comme une sphéroïde (du fait
de la prono-supination). Ce derni er po int est à soul igner, car il Fig. 4-60 - Des mouvements comme les coups droits et revers, au tennis,
différencie la rotation de l'avant-bras de celle de la jambe. exploitent le système . lemniscatique • correspondant à des diagonales
L'avant-bras n'a pas à soutenir la charge du po ids du corps, il ou spirales ayant, en l'occurrence, l'épaule comme pivot.
peut se perm ettre une ampli tude plus grande avec une transmi s-
sio n compressive moi ns pui ssante. Les torsions osseuses sont
mo indres qu'au membre infé ri eur et les chaîn es rotatoi res fo nt
interven ir des muscles plu s spéci fiqu es, à déroul ement important.
• Les chaînes en lemniscate
Cette vision des choses reproduit le schéma en chaînes cro i-
• La chaîne de propulsion (et réception) sées, proche des diagonales de Kabat. Cela représente un
ensembl e de mouvements, dans un sens ou dans l'autre, ai nsi
Ell e évoque l'élo ignement de l'extrémi té d istale, soit da ns le
qu 'on les trouve en enchaîn ant des coups dro its et des revers,
cadre de la préparation au captage, soit da ns celu i du lancer . Le
au tennis (fig. 4-60), ou, inversement, des smashes.
faible volume des structures ostéomuscul aires permet une ci néti-
que plus large et plus véloce, avec des lancers (javelot, disque,
poids, etc) et non pas seulement des « frappes" (e.g. tennis au MEMBRE INFÉRIEUR
membre supéri eur). La réception procède de la même mécani- Comme au membre su périeur, on trouve des chaîn es paral-
que, dans le sens inverse, avec freinage. lèles et séries, directes ou cro isées.

41 . O n mentionn e le long, mai s le courl est éga lement concern é par la


• Ensemble fonctionnel
scapul o- huméraJe. Il met en jeu une racine, prépondérante dans la force (grosse
42. Cela d'aulant plus qu' il est cn con tinuité fo ncti onnelle avec Je grand articulat ion, gros muscles). une extrémité, prépondérante dans
dorsa l, el parfois même en liaison anatomique, puisqu' il peut ex ister
une languette in tcrt endineusc entre les deux tendons.
la fin esse (nombreuses petites articu lations et nombreux petits
43 . Il existe, parfois, quelques fibres de li aiso n ent re le ro nd pronateur muscles), ainsi qu'une zone intermédiaire (8rindl e et coll .,
ct le long fléchisseur du pouce. 2002).
• Chaine série d'extension antérieure POINTS COMMUNS

t'5t la chaîne musculaire la plus connue du membre infé- On peut énumérer quelques ressemblances :
rwur. relie qui met en jeu le quadriceps, les releveurs du pied • Segments ayant une disposition générale semblable.
et ..,œnseors des orteils (5tensdotter et coll., 2003). • Os en nombre grossièrement équivalent.
• Chaîne série d'extension postérieure • Muscles en nombre grossièrement équiva lent.
Elle existe en situation de chaîne fermée ; elle est formée par • Articulations ayant des types répartis de façon proche aux
la S)-nergie entre ischio-jambiers et gastrocnémien, aidée par le trois niveaux (racine, extrémité, niveau intermédiaire).
éaire sous-jacent. la résultante de ces deux unités est dirigée • Ligaments de conceptions assez proches dans leur ensemb le
en arrière et réalise une extension du genou" non contraignante (en zigzag antérieur à la raci ne, collatéraux ensuite et rétinacu-
pour l'articulation fémoro-patellaire (Pincivero et coll., 2000). laire au niveau tout à fait distal).

• Chaîne de triple extension ou triple retrait


POINTS DE DIFFÉRENCE
Elle se différencie de la chaîne d'extension antérieure par le
fait qu'elle associe l'appareil extenseur (antérieur) du genou aux
muscles fléchisseurs plantaires et des orteils. C'est la chaîne de
la réaption (en activité freinatrice, excentrique) et de la pro-
"...,... (en activité concentrique) (Milgrom et coll., 2000).

• Chaîne série latérale


Elle comprend le hauban latéral actif formé essentiellement
par le moyen fessier, le deltoïde fessier de Farabeuf, le tractus
ilio-tibial et les muscles fibulaires (rétromalléolaires latéraux).

• Chaîne série médiale


Elle comprend le hauban médial actif formé essentiellement
par les adducteurs, les muscles de la patte d'oie et les rétromal -
Iéolaires médiaux. l 'élément central de cette chaîne contrôle le
valgus physiologique du genou.

• Chaîne parallèle rotatoire


Elle met principalement en jeu les ischio-jambiers médiaux
et latéraux. Compte tenu de la position fléchie du genou, e lle
intègre les muscles inverseurs du pied, pour la rotation média le,
et tes éverseurs pour la rotation latérale.

• Chaînes d'inversion-éversion
Elles trouvent leur aboutissement au niveau du pied. Elles font
inlervenir une direction oblique et se retrouvent dans les diago-
nales de facilitation de Kabat. Deux membres à activité en
alternance symétrique
a. les poids relatifs des 05 de chacun des autopodes (extrémités) ont été calculés :
CoMPARAISON M~CANIQUE DES MEMBRES carpe ,21 % contre tarse 67 %, métacarpe 41 % contre métatarse 24 %, phalanges de
la main 38 % contre 9 % au pied.
~. Bien que la totale indépendance des deux membres superieurs suppose un appren-
tissage entretenu (dactylographie. piano. violon. batteur de jazz. etc).
Le tram avant et le train arrière des mammifères sont souvent
proches sur le plan fonctionnel, si l'on isole les gros écarts
cr.cnme chez le kangourou. Même chez le singe, les fonctions
...-DmOtt1Ce et préhensive sont très partagées. Chez l' homme,
- -nembre thoracique et le membre pelvien conservent un sou-
. - , tr.'lbryologlque et des ressemblances, mais les différences
,..., • d' Mre relevées.
les grandes fonctions sont, par définition. couramment mises
en jeu dans la vie quotidienne, avec des nuances d'âge et de
contexte. Cela laisse une large part d'adaptatlon comportemen-
tale et culturelle que la rééducation doit prendre en compte,
Indépend.amment des analyses mécaniques, cinésiologiques, ou
ergonomiques.
GRANDES FONCTIONS
• 111

AUB ERT JT, BASSEZ S, LOUISY F, RIBREAU Ch. Accé lérations dans le CROMWELL Rl. M ovement strategies for head stabilization during
rése au ve in eux du membre inférieur au cours de la marche station· incline walking. Gait and Posture. 2003, 17(3) : 246-253 .
naire. xV- Congrès Français de M écaniqu e, Nancy, 2001 . DELOISON Y. Préhistoire du piéton. Plon, Paris, 2004.
AUBERT JT, MATON B, CHAUVEAU M, RIBREAU Ch. Posture, Mou- DETREMBLEUR C, VAN DEN HECKE A, DIERICK F. Motion of the
vem ent. Reto ur veineux. un point commun : le Muscle. xive Congrès body centre of gravity as a summary indicator of the mechanics of
Fran çais de M écanique, Ermenonville. 2000. human pathologlcal gait. Gait and Posture. 2000, 12(3) : 243-250.
AUGUSTSSON J, THOMEE R. Ability of closed and open kinetic chain DIDIER JP, CA51LLAS JM. Bioénergétique dela marche. Ann Réadapt
tests of muscular strength to assess functional performance. Stand et Méd Phys. 1986, 29 : 169-187.
J Med Sd Sports. 2000, 10(3) : 164-1 6B.
DIEDRICH FJ, WARREN WH Jr. Why change gaits? Dynamies of the
AUSTIN GP, GARRETI GE, TIBERIO D. Effect of added mass on walk-run transition. J Exp Psychol Hum Percept Perform. 1995,
human unipedal hopping. Percept Mot Ski Ils. 2002, 94(3) : 834-B40. 21(1) : 183-202.
BAUBRY CE, KUO AD. Active control of lateral balance in human DUCROQUET RJ, DUCROQUET P. La marche et les boiteries : Etude
walking. J Biomech . 2000 ; 33 : 1433-1440. des marches normales et pathologiques. Masson, Paris, 1965.
BEAU PIED H, MULTON F, DELAMARCHE P. Does training have DUFOUR M . Bases anatomiques du retour veineux. Mémoire de DU
consequences for the walk-run transition speed 7 Hum Mov Sei. d'anatomie clinique et organogénèse. Paris, 1998.
2003,22(1) : 1- 12.
DUFOUR M . Anatomie de l' appareil locomoteur. Tome 1 : membre
BEDHET P. L'inspection des sous-vêtements et sa valeur cl inique. inférieur. Masson, Paris, 2001 .
Paris, Journée de Rééducation, 1999 : 204-210.
DUJARDIN F. Dynamique pelvienne durant la marche habituelle. in
BELLI A, KYROLAINEN H, KOMI PV. Moment and power of lower limb La Marche Humaine et sa pathologie. Pélissier J et 8run V éds. Mas-
joints in running . Int J Sports Med. 2002, 23(2) : 136-141. son, Paris, 1994.
BERGER W, TRIPPEL M, DISCHER M, DIETZ V. Influence of subject's DUPUIS H, HARTUNG E, 5TEEGER D. Système Pneumatique Intégré
height on the stabilization of posture. Acta Otolaryngol. 1992, cc IPS » de Isringhausen. Essais et expérimentation d'un siège de con-
112(1) : 22-30. duite automobile. Ann Kinésither. 1993, 20(2) : 61-68.
BERNARDI M, MACALUSO A, SPROVIERO E, CASTELLANO V, CORA- EBERHART HO, INMAN VT, BRESSLER B. The prindple elements in
TELLA D, FELICI F, RODIO A, PIACENTINI MF, MARCHETII M, human locomotion. in Klopsteg PE, Wilson PD Eds : Human Limbs
DITUNNO JF Jr. Cost of walking and locomotoer impairment. J Elec- and their substitutes. Hafner Publishing Company, New York, 1968.
tromyogr Kinesiol. 1999, 9(2) : 149-157.
E5CAMILLA RF. Knee biomechanies of the dynamie squat exerdse.
BERTHE A, DOTIE P. Les ambulations et les aides de marche en trau- Med Sd Sports Exerc. 2001, 33(1) : 127-141.
matologie. Monographies Bois-Larris 20. Masson, Paris, 1987.
FICAT e. L'homme articulé. Pour une philosophie de l'articulation.
8HAMBHANI YN, CLARKSON HM, GOMES PS. Axillary crutch walk- Ann. Kinésithér. 1990; 17(3) : 73-77.
ing : Effects of three training programs. Arch Phys Med Rehabll .
FIELDING JR, GRIFFITH5 DJ, VERSI E, MULKERN RV, LEE ML, JOLESZ
1990, 71 : 4B4-489.
FA. MR imaging of pelvie floor continence mechanisms in the
BIANCHI L, ANGELINI D, ORANI GP, LACQUANTI F. Kinematic coor- supine and sitting positions. Am J Roentgenol. 1998, 171(6) : 1607-
dination in human gait : relation to mechanical energy cost. J Neu- 1610.
rophysiol. 1998,79(4) : 2155-2170. FRAIN P. Ëvolution du vecteur gravitaire au cours de la marche nor-
BLANKE DJ, HAGEMAN PA. Comparison of gait of young men and male. Corrélations musculaires et cinétiques. Revue Chir Orthopéd.
elderly men. Phys Ther. 1989, 69(2): 144-148. 1985,7 : 537-47.
BO K, LlLLEAS F, TALSETH T, HEDLAND H. Dynamie MRI ofthe pelvic FRANCESCHI C. L'investigation vasculaire par ultrasonographie
floor muscles in an upright sitting position. Neurourol Urodyn . doppler. Masson, Paris, 1980: 16-17.
2001,20(2) : 167-74. GAGEY P-M. Le système postural fin . Définition clinique. Ann Kiné-
BOCCARDI S, PEDOTII A, RODANO R, SANTAMBROGIO Ge. Evalua - sither. 1993a, 20(6) : 289-294.
tion of muscular moments at the lower limb joints by an on-Ii ne GAGEY P-M. Posturologie. De l'homme debout à l'homme qui se
processing of kinem at ic data and ground reaction . J Biomec. 1981 , penche. Ann Kinésither. 1993b, 20(6) : 285-288.
14 : 35 -45.
GEFEN A MEGIDO-RAVID M, ITZCHAK Y. In vivo biomechanical
BRINDLE TJ, NYLAND J, FORD K, COPPOLA A, SHAPIRO R. Electro- behavior'of the human heel pad duting stance phase of gait. J Bio-
myographie comparison of standard and modified closed -chain iso- mech . 2001,34(12) : 1661 -1665.
metric knee extension exerdses. J Strength Cond Res. 2002, 16(1) :
129-134. GILLOT V. Veines plantaires et pompe veineuse. Phlébologie. 1995,
48 : 49-70.
BRISSWALTER J, MOTIET D. En ergy cost and stride duration varia-
bility at preferred transi ti on gait speed between wa lking and run- GRAF S, NISAND M, CALLENS Ch, JESEL M. L'auto-grandissement
ning. Can J Appl Ph ysio l. 1996,2 1(6) : 471 -480. rach idien existe-t -il ? Ëtude biométrique portant sur 19 cas. Ann
Kinésithér. 2001 , 28 : 38-46.
BU S SA. Ground reaction forces and kine mati cs in distan ce running
in o lder-aged men. M ed Sci Sports Exe rc. 2003, 35(7) : 1167-1175. GROSSIORD A, PIERA JB. Physiologie de la marche humaine. ln :
Médedne de Réédu cation. Grossiord A, Held JP éds. Flammarion
CARR JH, OW JEG, SHEPHERD RB . So me bi omechanical characteris-
t ics of st and ing up at three different speeds : impl ication for func- Médecine Sciences, Paris, 1981.
t iona l t raining. Ph ysiot herapy th eory and practice. 2002, 18 : 47-53 . HAINAUT K. Introduction à la Biomécanique. Maloine, Paris, 1979.
COCHET H, LASSALLE T. Ki nési th érapie Act ive : Qu e sont les chai nes HARLAND MJ, STEELE JR. Biomechanies of the sprint start. Sports
musculaires? Kiné Scien. 1992 , 3 12 : 23-3 " Med. 1997, 23(1) : 11 -20.
COMOLET R. Biomécanique ci rcu latoi re . M asson, Paris, 1984. HARTIKAINEN J, VANNINEN E, LANSIMIES E. EHect of posture on
CREPI N G, THUMERE LLE M. La marche, un pas vers les autres. Ann barorefl ex sensit ivity in healthy subjects. Clin Physiol. 1995, 15(6) :
Konésither. 1995, 22(6) : 286-287. 571 -579.
CROMWELL RL, AADLA ND-M ON AHA N TK, NELSON AT, STERN -SYL- HOOPER DM HILL H, DRECHSLER WI, MORISSEY Me. Range of
VESTRE SM, SEDER B. Sagittal plane analysis of hea d, neck, and moti on spec ifici ty resulting from d osed and open kinetic c~ai n
trunk kinematics and electromyographic activity during loco mo- resistan ce traz ining after anteri or cruci ate ligament recon struct ion .
tion . J Orthop Sports Phys Med . 200 1a, 31(5): 255-262. J Streng t h Co nd Res. 2002, 16(3) : 409-415.
CROMWELL RL, NEWTON RA. FORREST G. Head stability in o lder HUNT AE, SMITH SM, TORODE M. En rinsie muscl e act ivit y, foot
adults during walking with and wit hout visua l input. J Vestib Res. motion and joi nt motions du ring the stance ph ase of wa lki ng. Foot
2001b, 11(2) : 105-114. and Ankle Int. 200 1, 22 : 31 -42.
U_ 1 6-

IGNAZI Ci. MOllARD R. PINEAU, J-CI, COBLENTZ A. Reconstitution PAILLEX R, PLAIX P-Y. Analyse du comportement du rachis lombaire
@ft trois di~ des aires d'atteintes du membre supérieur â lors de la position assise prolongée sur deux types de Sièges. Ann
PMb< œ quelques données biométriques cI .... iques. Cahiers Kinésither. 1996, 23(6): 264-269.
d'Anthropologie. Paris. 1979, 3: 93-117. PAPA E, CAPP0220 A . Sit-to-stand motor strategies investigated in
MAN VT, RALSTON HJ, TODD F. Human walking . Baltimore, MD, able-bodied young and elderly subjects. J Biomech. 2000, 33 : 1113-
Wdli<oms.xl Wilkins Company, 1981. 1122.
ITO J_ Motphological analysis of the human lower extremity based PATURET G. Traité d 'anatomie humaine. Masson, Paris, 1951.
on lM relative muscle weight. Okajimas Folia Ant Jpn. 1996, 73(5) : PELLISIER J, BRUN V. La marche humaine et sa pathologie : Explo-
247-251 . rations et Rééducation. Masson, Paris, 1994.
KERRIGAN oc.
RILEY PO, LELAS JI.. DELLA CROCE U. Quantifieation P~NINOU G. Examen de la posture érigée. Position relative de la
of peIvic rotation as a determinant of gait. Arch Ph'f' Med Rehabil. ligne de graYité et de l'axe tragien . Ann Kinésither. 1982, 9 : 389-
2001, Bl(l) : 217-220. 402.
KERRIGAN oc.
TODD MI<. DELLA CROCE U. Gender differences in PERRIN Ph, LESTIENNE F. Mécanismes de l'équilibration humaine.
joint biomechanics during walking: normative study in young Monographie Bois-larris. Masson, Paris, 1994.
.civils. Am J Ph'f' Med Rehabil. 1998, 77(1): 2-7. PERRUCHON E. Anal'f'e de la marche par capteurs plantaires : Etat
lONG Dl, ZAT5IOR5KY VM. Periods of extrerne ankle displaœment de ,'art. In : la Marche Humaine et sa pathologie. Pélissier J et Brun
during one-Iegged standing. Gait and Posture. -15: 172-179. V éds. Masson, Paris, 1994.
a
KOTTKE -référence yenir sur épreuves-. PERRY J. Gait Anal'f'is, Normal and Pathologieal Function. Slack
KYROlAINEN H, BEW A. KOMI PlI. Biomechanical factors attecting Incorporated. Thorofare, NJ, 1992.
running economy. Me<! Sei Sports Exerc. 2001, 33(8) : 1330-1337. PEYRANNE J, D'IVERNOIS JF, Pratiques corporelles et éyolution du
LACOUR M . Posture et équilibre. Sauramps Médical. Montpellier, mobilier scolaire du XIX- siècle à nos jours. Ann Kinésither. 1998,
1999. 13(5) : 235-238.
LAMANDE F. Pédagogie par objectifs et rééducation de l'amputé PEYRANNE J, LAUDE M, BRIANT A. VIEL E. Etude de l'accélération
de membre supérieur appareillé avec prothèse myoélectronique. et des couples de rotation pied-sol au cours de la marche. Ann Kiné-
Ann Kinésithér. 2000, 27 : 49-53. sither. 1986, 20(6) : 289-294.
LA55AU N. La semelle veineuse plantaire de Lejars. Thèse de méde- PINCIVERO DM, ALDWORTH C. DICKERSON T, PETRY C, SHULTZ T.
dne Lariboisière, Paris VII, 1991. Quadriceps-hamstring EMG activity during functional, closed kine-
LE FlOCH P. Position assise, ischion et bourse séreuse ischiatique. J tic chain exercise to fatigue. Eur J Appl Physiol. 2000, 81 (6) : 504-
Bioph'f' et Méd Nucl. 1980,4(3): 155-158. 509.
MANDAL AC. L'influence de la hauteur du mobilier sur la lombal- PLAS F, VIEL E, BLANC Y. La marche humaine. Kinésiologie dynami-
gie. Ann Kinésither. 1990, 17(4): 151-156. que, biomécanique et pathomécanique. Monographies de Bois-la r-
MILGROM C. 8URR D, FYHRIE D, FORWOOD M, FINESTONE A. ris, n' 5 (3' éd.). Masson, Paris, 1983.
NYSKA M, GILADI M, LlE8ERGALL M, SIMKIN A . The effect of shoe QUATREMERE J, PETITDANT B, GOUILLY P. La canne anglaise est ...
gear on human tibial strains recorded during dynamic loading: a française. Kinésithérapie, Les cahiers. 2003, 23-24 : 79-BO.
pilot study. Foot Ankle Int. 1996, 17(11): 667-671. RENSTROM P, JOHNSON RJ . Cross-country skiing injuries and bio-
MILGROM C. BURR D, FYHRIE D, HOSHAW S, FINESTONE A. NYSKA mechanics. Sports Med. 1989, 8(6) : 346-370.
M, DAVIDSON R. MENDELSON S, GILADI M, LlEBERGALL M, LEH- RIENER R, RABUFFETTI M, FRIGO C. Stair aseent and deseent at dif-
NERT 8, VOLOSHIN A. SIMKIN A. A comparison of the effect of ferent inclinations. Gait and Posture. 2002, 15 : 32-44.
shoes on human tibial axial strains recorded during dynamic loa -
ding. Foot Ankle Int. 1998, 19(2) : 85-90. RILEY PO, DELLA CROCE U, KERRIGAN Oc. Propulsiye adaptation to
changing gait speed. J Biomech. 2001, 34 : 197-202.
MILGROM C. FINESTONE A. LEVI Y, SIMKIN A. EKENMAN l, MEN-
DELSON S, MILLGRAM M, NYSKA M, 8ENJUYA N, BURR D. Do high SADEGHI H, PRINCE F, ZABJECK KF, LABELLE H. Simultaneous, bila-
impact exercises produce higher tibial strains than running ? Br J teral,. and three-dimensional gait analysis of elderly people without
Sports Med. 2000, 34(3) : 195-199. Impaorments. Am J Phys Med Rehabil. 2004, 83(2) : 112-123.
MILLS PM, BARRETT RS . Swing phase mechanics of healthy young SCANNELL JP, McGILL SM. Lumbar posture - should it, and can il.
and elderly men. Hum Moy Sei. 2001 , 20(4-5) : 427-446. be modlfled ? A study of passive tissue stiffness and lumbar position
during activities of daily living . Phys Ther. 2003, 83(10) : 907-917 .
MORISSEY MC. HUDSON ZI.. DRECHSLER WI, COUTIS FJ, KNIGHT
PR. KING .J8. ,Effects of open versus closed kinetic chain training on SIEGEL KL, KEPPLE TM, STANHOPE SJ. Joint moment control of
knee laxrty. In the early period after anterior cruciate ligament mechanical energy flow during normal gait. Gait and Posture. 2004
19(1) : 69-75. '
reconstructIon. Knee Surg Sports Traulatol Arthrose. 2000 8(6) '
343-348. ' . SMITH LK, LELAS JL, KERRIGAN Oc. Gender differences in pelvie
MORRIS D. Le singe nu. Grasset. Paris, 1991 . motions and center of mass displacement during walking : steroty-
pes quantified. J Womens Health Gend Based Med . 2002 11(5) :
NARCY Je. Existe·t -i l une seule façon de marcher? Recherche d 'une 453-458. '
constante dans trois paramètres de la marche. Ann Kinésither.
1982,9 : 177-186. STENSDOTIER AK, HODGES PW, MELBOR R, SUNDELIN G. HAGER-
NIlSSON J, THORSTENSSON A. Ground reaction forces at different ROSS C. Quadriceps activation in closed and in open kinetic chain
speeds of human walking and running. Acta Ph~iol Seand 19B9 exereise. Med Sei Sports Exerc. 2003, 35(12) : 2043 -2047.
136 : 217-222. ,- " STOLlE H, KUHTZ-BUSCHBECK JP, MONDWURF C, JOHNK K FRIEGE
O'CONNOR KM, HAMILL J. The rôle of selected extrinsie foot mus- l. Retest reliability of spatiotemporal gait parameters in ~hild ren
~ during running. Clin Biomech (Bristol, Avon) . 2004, 19(1) : 71 - and adults. Gait and Posture. 1998 : 7(2) : 125-13 0.
STRANDEN E. ~yn~mi( I~g volume changes when sitting in a locked
œEP.G T, KAR5ZNIA A, OBERG K. Basic gait paramete" : reference and free floatong tilt offICe chair. Ergonomies. 2000, 43(3) : 421 -433 .
dJ'~ f ", normal subJect5, 10-79 years of age. J Rehabil Res Dev TERRIER P, LADETIO Q, MERMINOD B, SCHUTZ Y. Measurement o f
'fil, 30(2) 210-223. . the mechanical power of walking by sate llite posi tioning system
(Pu. v., l iCOL AC, PAUL JP. Forces and impulses during aided (GPS). Med Sci Sports Exe". 2001, 33(11): 191 2- 1918.
...... )..L<j- Phys Med Rehabil. 1987, 68 : 715-722. THOUMIE Ph, PRADAT-DIEHL A . La préhension. Springer Pari s
2000. ' ,
G RANDES FONCTIONS
• 113

VAN CLEEF JF, GRITON Ph, CLOAREC M, MOPPERT M, RIBREAU e. humans with implications for the evolution of bipedalism. J Hum
Modèle dynamique de la pompe musculaire du mollet. Phlébologie. Evol. 2003, 44(5) : 563-579.
1990, 43(2) : 217 -222 . WATELAIN E, BARBIER F, ALLARD P, THEVE NON A, ANGUE Je. Gait
VAN DER 5TRICHT J, 5TAELEN5 1. Phlébographie sélective dynami- pattern classification of healthy elderly men based on biomechani -
que des veines du mollet. Phlébologie. 1988, 41(4) : 740-745. cal data. Arch Phys Med Rehabil. 2000, 81(5) : 579-586.
VAUGHAM CL. Theories of bipedal walking : an odissey. J Biomech. WINTER DA, PATLA AE, PRINCE F, ISHAC M, GIELO-PERC2AK K. Stif-
2003, 36(4) : 513-523. fness control of balance in quiet standing. J Neurophysiol. 1998,
VIEL E. La Marche humaine, la course, le saut. Masson, Paris, 2000. 80(3) : 1211-1221.
VIEL E. Un mythe coriace: le polygone de sustentation au cours de WINTER DA, QUAN8URY AO, H08S0N DA, SIDWALL HG, REINER
la marche. Kinésithérapie, Les cahiers. 2003, 17-1B : 79-BO. G, TRENHOLM BG, STEINKE T, SLOSSER H. Kinematics of normal
locomotion - a statistical study ba,ed on TV data. J Biomech. 1974,
WANG WJ, CROMPTON RH, LI Y, GUNTHER MM. Energy transfor-
7(6) : 479-486.
mation during erect and «bent-hip, bent-knee» walking by
---------- ---------~ -
Le membre inférieur
BASE DE R~FLEXION

La hanche, ou articu lation coxo-fémora le, la seu le abordée


dans ce chapitre, fait partie d'un plus large comp lexe fonction-
nel: le complexe lombo-pelvi-fémoral (LPF) (fig. 5-1)
(cf. Rachis).

SITUATION

La hanche, située à la racine du membre inférieur, s'étend de


la crête iliaque de l'os coxa l à l'extrémité supérieure du fémur'.

CARACTÉRISTIQUES ESSENTIELLES

• L'angle coxo-fémoral, très ouvert chez l'hom me, est plus


fermé chez l'a nimal du fait d'une incl inaison coxa le' légèrement
plus marquée et surtout de l'obliqu ité fémorale (fig. 5-2). Cette
situation en extension explique que la hanche humaine, disten- Fig. 5·1 - Le complexe lombo-pelvi·fémoral fait intervenir une pièce mobile
due à sa partie antérieure, se place vite en Ilexum réactionnel intermédiaire entre la flexibilité lombaire et le fût fémoral: le bassin.
en cas de souffrance.
• Elle est de type sphéroïde, congruente (stabi li té) et concor-
dante.
• C'est une articulation portante.
• Elle est profonde. L'avantage est doub le : d'une part une
bonne protection, d'autre part cela loge un bras de levier abduc-
teur plus important qu 'à l' épaule. L'inconvénient est un mauvais
abord palpatoire (fi g. 5-3).

VOCATION FONCTIONNELLE

• La qualité essenti ell e de la hanche est la stabi lité. Une hanche


très mobil e, mais instable, est inutili sa ble et non fo nctionnelle.

1. Les muscles monoart iculaires de la hanche sont situés en rega rd


d'ellc, les addu cteurs font exception et s'éten dent sur toute la hauteur
du fémur (d fi g. 5·22).
2. Le bJssin humain a peu suivi l'évolutio n bipédique et garde une bas- Fig. 5-2 - L'angle coxo-fémoral s'ouvre peu à peu au cours de J'évolution : Il
( ulc an térieure mMqU{·c. en résulte, chez l'homme, une hanche en extension et un membre en rectitude.
Une hanche raide, mais stable, remplit assez bien son rôle (une
arthrodèse de hanche est relativement bien supportée').
• La mobilité permet l'orientation spatiale du membre ou du
tronc, notamment dans le plan sagillal (fig. 5-4).
• En dynamique, la hanche a un fonctionnement de type uni-
laléral alterné (marche), et, en statique de type bilal éral non
symélrique (la station symétrique est rare).
. • La fonction est intégrée au complexe lombo-pelvi-fémoral.

··•
· FRÉQUENCES PATHOLOGIQUES

--,-
~-'
• En rhumatologie
~tant portante, la hanche est très exposée à l'usure'. La
coxarlhrose est fréquente.

• En traumatologie
Compte tenu de la situation protégée, seuls les gros trauma-
tismes sont en cause, parfois associés à des lésions coxales. Le
long col du fémur expose à des fraclures du col . Les luxations
fi&. 5-3 -La hanche est située en profondeur, ce qui donne un meilleur bras de hanche nécessitent des traumatismes importants (souvent
dt kvier à cerrains muscles, mais enfouir l'articularion hors d'aneinre palparoire. avec fracture de la partie postérieure de l'acétabulum).

• En orthopédie infantile
Les dysplasies sont fréquentes (coxa valga, coxa vara, acéta-
bulum couvrant mal la tête fémorale ... ) et justifient un contrôle
radiologique après la naissance.

• En neurologie
Il ya peu d'atteintes. La faible représentation corticale expose
peu aux troubles d'origine centrale. La neurologie périphérique
est peu représentée (nerfs bien protégés).

RAPPELS ANATOMIQUES

a b c SUR LE PLAN OSTÉOARTICULAIRE


fi&. >4 -La mobiliré coxo-fémorale gère surtour les déplacements assis-
~ ,~, et l'inclinaison à partir de la srarion debour (b-c). Le type articulaire sphéroïde congruenle est évocateur de
robustesse et de stabilité. Toutefois, celle congruence n'est pas
harmonieuse : l'acétabulum regarde en dehors, en bas et en
avant, tout comme la tête fémorale. Il apparaît donc une décou-
verture antérieure de la tête, qui doit être contrebalancée par la
présence d'éléments fibreux solides, en avant: les ligaments
(f'g. 5-5) .

3. Réalisée en légère flex ion, l'arthrodèsc util ise la suppléance du reste


du comp lexe l PF, c'est-à-dire la mobitité lombo-pelvienne. La consé-
quence est le surmenage des articulati ons sus- ct so us-jace ntes (colonne
lombale et genoux).
s,..s L "'JI'~1.mrJP, PSI plus ouverte vers "avant que vers l'arrière, ce qui 4: L~ diff~re.n ce entre les bras de levier musculai res ct de la ligne gra-
..., :yv~..~ "... ~f1J("."tJ .Jntérleurs. vltJlre, aln~1 que la relative petite tai lle des surfa ces de co ntact ex pli-
quen t la frequence des pathologies d' usure (cf. fig. 5-60).
H ANCHE • 119

• Côté coxal
Obliquité de l'acétabulum
L'acétabulum a la fo rme d'une cavité grossièrement hémis-
phérique (180°). Sa triple ori entation le place dans le plan fron-
tal à 35 ° de la verti ca le, dans le plan transversa l à 20° de l'axe
antéro-postéri eur, et dans le plan sagittal à 40° de la vertica le
(fi g. 5-6) (Marti nez, 1983).

Surface semi-Iunaire
La surface semi -Iunaire occupe un croi ssant d'environ
12 cm' . Sa corn e postérieure est plus large et plus saillante (sur-
plombant le sillon de l'obturateur extern e).

Couverture de la tête
La couverture de la tête est en rapport avec la surface d'appui.
L' insuffisa nce fait peser un pronostic d'usure précoce, s' il n'y
est pas porté remède chirurgical ement. Les angles radiologiques
sont les suivants.
A~e VCE 1
L'angle VCE, de face, relie la verti cale (V) passant par le cen- •
tre de la tête (C) à la droite passant par celle-ci et le rebord laté-
ral de l'acétabulum (E, pour extern e). C'est la couverture latéral e 1o
de la tête, et il doit être éga l ou supéri eur à 25° (fi g. 5-7 a).
1
o
An le HTE
L'a ngle HTE, de fa ce, relie l' hori zontale (H) passant par la 1o
parti e la plus médi ale du toit acétabul aire (T) et la ligne joignant
ce derni er à la porti on la plus latérale de l'acétabulum (E, pour 1
o

~
extern e) ; cet angle ne doit pas excéder 10° (fi g. 5-7 a).
An le VCA
L'angle VCA, sur " faux profil de Lequesne' " relie la verti - 1 b
ca le (V) passant par le centre de la tête (C) et la droite joi gnant
cell e-ci au point le plus antéri eur (A) de l' acétabulum . Cet angle
traduit la couverture antéri eure de la tête et doit être éga l ou
supéri eur à 20° (fi g. 5-7 b).

Cartilage
Le ca rtil age mesure 1 mm à 2,5 mm d'épai sseur. Le max i-
mum est antéro-supéri eur (Kurrat et O berl ander, 1978), ce qui
correspond à la parti e la plus contrainte.

La conformation ogivale
La surface semi -Iuna ire n'est pas une portion de sphère creuse
parfa ite. Bien que macroscop iquement concordante, la surface
coxa le est très légèrement ogiva le (Frain, 1981 ; Christel et coll.,
1979a ) (fig. 5-8). Ce fait est important pour la répartiti on des
contraintes sur le carti lage, en foncti on de la charge (cf Con-
traintes).

Fig. 5·6 - Orientation de l'acétabulum dans les plans: fron tal (a) de 35',
transversal (b) de 20', et sagittal (c) de 40'.

5. Il s'agit d'un faux profi l, ca r le sujet est placé un peu obliquement


par rdpport à la pl.lqUC cil' ra d io, de rêlçon à an nuler l'antéversion du
(01 ('n le pl(l<r~lnt clan r, l'ax(' des rayons.
• 1 lE ' ' ... E 1, ,,tRIEUR

F;t. ~~ -Angles radiologiquesVCE


Of HTf (. ' e<primantla couverture
lMnle de la 1ère, l'angle VCA (b)
ronespondant à sa couverture
~ (en cartouche: la
posiIJon de faux profil pour la
_op
rd>gropillel. b

Travées osseuses
l es travées osseuses traduisent la transmission des contrain-
tes. l eur étude au moyen de la tomodensitométrie de la structure
trabécu lai re (fig. 5-9) montre une caractéristique de l'espèce
humai ne par rapport aux singes (Dargaud et Galichon, 1997 ;
Galichon et Thackeray, 1999). Chez l'homme, un faisceau pos-
térieur et un antérieur se croisent au-dessus de l'acétabulum et
fi&. 5-8 - Mo<phoIogie forment le chiasma trabéculaire supra-acétabulaire·. C'est une
légè-ement ogivale de
r~/um (caricaturée caractéristique de la mécanique portante et bipédique, qui
id par le trait et des apparaît chez l'enfant avec la marche. les singes, utilisant pré-
~), face à une tête férentiellement leurs quatre membres pou r se déplacer, offrent
iémor.lle sphérique (trait un système trabéculaire parallèle et non croi sé.
pointillé). Cela permet à la
soo.p/es5e du cartilage de • Côté fémoral
mieux répartir les
aJt1tnjntes d'appui. La tête
Sa petite taille' , moindre que celle de la tête humérale au
membre supérieur, explique sa congru ence. En revanche sa sur-
face est plus grande, environ 8 cm' ; elle couvre les 2/3 d'une
sphère (contre 1/3 à la tête humérale), soit 240°. l 'existence de
la fovéa explique la présence du ligament de la tête, qui subit des
modifications de tension au cours de l'adduction (cf. Mobilité).

Le cartilage
Il est d'épaisseur variable, de 0,5 mm à plus de 3,5 mm.
l 'épaisseur maxi male se situe à la partie antéro-supérieu re, ce
qui correspond à la partie la plus contrainte (Kurrat et Oberlan-
der, 1978).

Le col
Il est long. en raison du bras de levier nécessa ire à l'appui
monopoda l. Il est intracapsulai re' (fig. 5- 10).

6. Ce chiasma supra-a cétabulaire est apparu chez l'australopithèque,


soil il y a enviro n 3 milli ons d'années,
7. Ell e mesure 4 à 5 cm de diamètre. Ce (ail surprend souvent au premier
abord, mais c'est en rail très logique: elle permet une meilleure péné-
tration et permet de diminuer les contraintes (cf. Contraintes). la taill e
~ ~ (J'.tr• •~ au <Inge fal, qui n'est pas bipède et a des travées est encore plus petite dans les proth èses totales de hanche.
~~ w'...... {Nf_ * ...
l'homme lb}, bipède, possède un système
i"#.. ~ f/"~"" '.J(f cha.Hmd supra-acétabulaire.
8. Sauf à la partie latéra le de sa fa ce postéri eure. le fait est important
dans les fractures du co l, qui sont donc intra-arli culaircs - cc fait aggrave
le pronostic.
H ANCHE • 121

L'angulation du col
Le col est ob lique en haut, en dedans et en avant.
• Dans le plan transversal. il est antéversé9 de 12" à 15° chez
l'adulte (fig. 5-11). L'a ngle diminue dans les premières années
de la vie: de 40· à la naissance, il n'est plus que de 15· à l'ado-
lescence (Caton et coll. , 1997) (fig. 5-12).
• Dans le plan frontal, il montre un angle ouvert en bas et en
dedans, appelé cervico-diaphysaire, d'une valeur moyenne de
130· (cf. fi g. 5-7 a). De faibles variations sont possibles, au-delà Fig. 5-10 - Le colfémoral,
desquelles on parle de coxa valga (angle trop ouvert), ou de long (1). assure un bras de
coxa vara (angle trop fermé). Cet angl e évolue: il est de 150· lev;er musculaire (2) en même
lemps qu'il esl en grande part;e
chez le nourrisson, de 145· à 3 ans, et de 120· chez le vieillard.
;nlra-art;cula;re. La capsule (J)
Les travées osseuses esl formée de plus;eurs types
de fibres, dont des fibres
La réaction du so l chemine par la corti ca le fémorale qui circulaires qui rétrécissent sa
rayonne vers le col sous forme de gerbes composées de quatre part;e moyenne.
faisceaux (deux principaux et deux accessoires) (fig. 5-13).
Les deux principaux sont représentés par :
• Un faisceau arciforme, d'origine latérale sur le fémur, le plus
puissant, se dirigeant en éventail vers la partie inférieure de la
tête.
• Un éventail de sustentation, d'origine médiale sur le fémur,
se dirigeant en éventail vers la partie supérieure de la tête.
Les deux accesso ires sont représentés par:
• Un faiscea u trochantérien, d'origine médiale sur le fémur, se
dirigeant en éventail vers le grand trochanter.
• Un petit faisceau tangentiel à la corticale du grand trochanter.

SUR LE PLAN CAPSULO-LIGAMENTAIRE

• Capsule
• Elle est épaisse et résistante.
• Elle est ti ssée de différentes fibres: axiales (de l'os coxa l au Fig. 5-11 - Anlévers;on du col fémoral : env;ron 15' chez l'adulle.
fémur, assurant la jonction), circulaires et rétréci es à la partie
cervica le (réa li sa nt une retenue de la tête), et arci formes (stabi -
li sa nt obliquement les fibres axiales) (cf. fi g. 5-10).
• Elle englobe l' inserti o n du tendon réfl échi du muscle droit
fémoral.
degrés
• Elle s' insère à distance sur le col fémoral (les fractures cervi-
cales sont articu lai res).
• Sa partie inférieure est renforcée par des frei ns.
• So n innervation se fait par trois nerfs : fémoral en avant. scia-
tique en arrière et obturateur en bas et en dedans.
• Pour une hanche normale, la pression intracapsulaire est nor-
malement in fé ri eure à la pression atmosphériqu e. Cela crée une
petite succ ion fournissa nt un élément additionnel de stab ilité.
Cette press io n intraca psulaire est minimale de 30· à 80· de
fl exion, ce qui suppose un volume cavitaire augmenté dans ce
'ecteur de mouvements. C'est d'a ill eurs la pos ition de confort
infradou loureux (Wingstrand et coll. , 1990). a S la lS 20 années

9. O n parl e' d '.l llléversion, o u d'an télorsion du co l, ou encore d'clnglc Fig. 5-12 - L'antéversion VMic durant l'enfance, de 40· cl la naisSt.lnce rl lSo\'f'ni
d" dé( II n.lÎson. l'âge d'une quinzaine d'années.
l_ • li ""'1BRf l ,tRlfUR

• Synoviale
Outre le fait qu'elle tapisse la capsule et ses freins, il faut men-
tionner son repli '·, qui engaine le ligament de la tête (fig. 5-14).

• Labrum
Ce fibrocartilage a deux rôles:
• 1/ améliore encore la congruence, du fait qu'il prolonge un
peu le limbus acétabulaire".
• C'est une zone semi-rigide, intermédiaire entre un secteu r
rigide (os) et un autre souple (capsu le) (Seides et coll ., 2001).

• Ligaments
Les trois principaux, issus de chaq ue os primitif de l'os coxal,
sont enroulés vers l'ava nt (fig. 5-15), partie découverte de l'arti-
culation (protection antérieure). Les ligaments ilio-fémoral
(deux faisceaux) et pubo-fémoral, situés en avant, délimitent un
zigzag (. N couché de Welcker .). Le premier est le plus puis-
sant: près de 1 cm d'épaisseur. Le seu l ligament postérieur,
ischio-fémoral, se dirige principalement en dehors, en haut et
~ 5-13 - Les tra ...... osseuses fémorales répondent à celles de l'os coxal. en avant, ce qu i lui donne un rôle presque équivalent aux anté-
a, y trouve plusieu15 faisceaux: un arciforme (1), un tangentiel au grand rieurs dans la limitation de l'extension (fig. 5-15) (Hewitt et coll.,
troclldnte< (2), un trochantérien (3), un éventail de sustentation (4), entre ces 2002).
derniers : un point faible cervical (croix). La transmission des contraintes d'appui
"""'" <il rachis sont transmises par les sacro-iliaques (5), la ligne arquée (6), les Le ligament de la tête est une stru cture synovialisée intracap-
traI'ées fémooIJes el celles se dirigeant veI5 le pubis (coaptation de l'interfigne). sulaire. 1/ est creux et donne passage à l'artère de même nom.
Venant de la partie basse de l'acétabulum, il limite surtout
l'adduction " (fig. 5-16).

SUR LE PLAN MUSCULAIRE

Les muscles peuvent être divisés très schématiquement en


'up
deux groupes (fig. 5-17).
Lmed
• Muscles superficiels
I/s a;surent un rôle davantage volitionnel (fig. 5-18) et sont à
leur tour répartis en deux groupes: muscles courts et muscles
longs.

Musc/es courts
Les muscles courts sont les trois fessiers et le tenseur du fascia
lata (TFL) qui y est rattaché. La notion de deltoïde fessier de
Farabeuf intègre le TFL, le fascia lata et le grand fessier superfi-
ciel. --- "

10. Ce repli est appelé la tente du ligament de la tête.


~ ;. 4 - ù """", ..le coxo-fémorale et la gaine du ligament de la tête 11 . Sans labrum, la surface de l'ensemble de l'acétabulum est de
l
0<-.,.. fi'!1JIeS CIOIX, el os : pointillé). 28,8 cm ; elle est de ?6,8 cml avec labrum. Celui-ci a une largeur
moyenne de 5,3 mm et Il est plus large en avant et en haut qu'en arri ère
(Tan et coll., 2001 1.
12. On peut s' interroger sur les rai sons de l'ex istence, au membre infé-
rieur, de ce système de ligaments . pi vots l , situés au milieu d'u ne arti -
cul atio~ (é~al e ment les liga ments cro isés du genou, le ligament tala-
c~ lca n~n m~erosseux à l'arr ière-pied et, pl us ou moi ns, le ligament
blfu~que au ~l vea u de .Ia tran sverse du tarse) : rôles mécanique, proprio-
ceptif, parfo IS vasc ulaire, probablement les troi s à la {o is (cf. fi g. 7-43 ).
H ANCHE
• 123

Muscles longs .up


Les muscles longs vont de l' os coxa l au segment fémo ral, L ont
comme les puissants adducteurs, ou vers le segment jambier,
comme les ischio-jambiers (1)) ou le droit fémoral (OF).
tschio-jambiers
Les isch io-jambiers sont essentiellement moteurs au nivea u
du genou (fl exion, rotat ions) . À la hanche, ils ont surtout un rô le
d'antifléchi sseurs (W aters et coll., 1974), lorsque le tronc
s' incl ine en ava nt. Leur raideur, en rapport avec leur orga ni sa-
tion pennée et leur forte propo rti on de ti ssu conjonctif
(fig. 5- 19), se tradui t par une faible extensibilité, qui permet de
s' y suspendre économiquement lors des mai ntiens inclinés. Ce
rôle est nommé effet sangle (Butel et coll., 1980).
Droit fémoral
Le droi t fémora l est représenté par un bouquet de trois ten-
Fig. 5-15 - Les trois ligaments principaux de la hanche
dons étalés à la face antéri eure de la coxo-fémoral e (fi g. 5-20).
sont issus des trois os constitutifs de l'os coxal. Ils sont
Son bras de levier est négligeable et son rôle de fl échisseur est tous trois tendus lors de l'extension (flèche).
nul à côté de son grand voisin, l' ili o-psoas. En reva nche, il
exerce un pl aquage au contact de la tête fémorale, accentué lors
de l'extensio n de hanche associée à une fl ex io n du genou (demi-
pas postéri eur, dans la marche). C'est encore un effet sangle
(Ba nkoff et coll., 2000).
De plu s, les ischio-jambi ers et le dro it fémoral, bi arti culaires
et antagonistes, sont synergiques dans l'extension couplée entre
la hanche et le genou (fi g. 5-2 1). Ce paradoxe a été décrit par
Lombard ; chacun de ces muscles a un bras de levier plus fort a
sur une arti cul atio n et plus faible sur l'autre: les 1) à la hanche
(6,7 cm contre 3,9 cm pour le OF, hanche en rectitude) et le OF
au genou (4,4 cm contre 3, 4 cm pour les 1), hanche en recti-
tude).

• Musc/es profonds
O n peut aussi les décomposer en deux groupes " .
b
Les pelvi-trochantériens
Pet its mu scles profonds à voca ti on prin cipalement cybern é-
t ique", il s sont responsabl es de l'ajustemen t pos itionnel du bas-
sin sur les têtes fémora les (Samuel, 1989). Parmi eux, les
obturateurs on t un rô le parti culier :
• Pour B. Dol to (1976), ils auraient un rô le de sustentation du
bassin : notion de hamac gémello-obturateur.
c
• Pour Lamandé et Prat-Prada l (1998), ils o nt un rô le de tirant
architectural.
• Pou r Q uesnel et co ll . (1999), il s sont des haubans contreba-
lança nt les tensio ns mécan iques du co l fémora l.

Fig. 5-16 - le ligament de la tête est étiré en adduction (a), détendu en position
neutre (b) et complètement détendu en abduction (c).

13. Les mu scl es c râniaux vo isins (abdominaux, carré des lo mbes, grand
dorsa l) intéressent l'équilibre pelvien en raiso n des réperc ussions de la
modi fica ti on de SI J'ique du tronc qu' ils entraînent.
14. 1a cybern étique est la science des sys tèmes à au torégu lati on . L'auto·
gUIdage s'oppose au téléguidage. qui nécessite une intervention exlé·
rtC'Llre .
• I I \1E\\8RE 1 FtRIEUR

~ --
-----~-

~ >.17 - Les muscles de la


~ sont divisés en courts
~ ., grisl et en /oogs
ft1UBf!sJ. Muscles courts :
....... ( IJ, pelvi- 5 6
~ (2). Muscles e<---
longs : ...,. le haut:
.bdominaux (3), OOtsaux (4);
.... le bas : ischio-jambiers (5),
<toit fémoral (6). Le psoas (en
_ ....---
----~ ~

pomtillés) occupe une situation a Il b


(1M1icvlière, puisque sans
~he pelvienne.
Fig. 5-1 9 -le squelene fibreux des musc/es ischio-jambiers :
ici le semitendineux la) et le semimembraneux (b).

su p

Lmed

~ ~U -{,.. muscles /oogs et polyarticulaires ont une


Fig. 5-20 - Musc/es sangles antérieurs : Fig. 5·21 - Musc/es du paradoxe de
.-/--,,,,/. l'!,ç~~ 'tIf"AltK)(Jnelle, et en rapport avec la
tendon récurrent du droit fémoral lOF) (1 ), Lombard : ischio-jambiers (1) et droit
:r'- '/ 4i 1f"'N W'1" fémoral Il J, tractus ilio-tibial tendon réfléchi du OF (2 ), tendon direct du
'lr'~ " - ~I<~ H TF1 ) (2 ), psoas (3), effOrt fémoral (2). la longueur de leurs bras de
OF (3), iliaque (4), psoas (5), obturateur
, 4 ....-y, A >, lIf"rife '6 .. externe (6).
levier est inverse à la hanche et au genou.
H ANCHE • 125

L'ilio-psoas
Le puissant tendon de l'ilio-psoas, qui forme une sangle anté-
rieure très efficace, passe exactement devant la tête et est séparé
d'elle par une bourse synoviale" (cf. fig. 5-20). L' iliaque est pro-
pre à la hanche'·, le psoas n'a aucune insertion pelvienne, si
l'on excepte le petit psoas " .

• Cas particuliers des adducteurs


Leur situation
Par rapport aux autres muscles
Ce sont les seuls qui sont loca lisés au niveau de la cuisse",
cette région étant plutôt occupée par les muscles destinés au
genou (appareil extenseur et ischio-jambiers) (fig. 5-22).
Dans le plan sagittal Fig. 5·22 - Les muscles
Dans le plan sagittal, ils sont situés de part et d'autre du plan moteuIS de la hanche sont en
regard de celle-ci (1), sauf les
frontal. Il s'ensuit un rôle de rappel en position intermédiaire.
adducteulS, qui sont situés à la
Cet aspect ambivalent en fait des fléchisseurs, lorsque la hanche cuisse (2).
est en secteur d'extension (c'est-à-dire antéverseurs, lorsque le
fémur est fixe), et des extenseurs lorsqu'elle est en flexion.
Dans le plan frontal
Dans le plan frontal, ils interviennent modérément dans la
tra nslation du bassin au cours d'un effort en direction homola- Leur masse étendue
téra le. Lorsque l'on tracte d'un côté, les muscles abducteurs de Elle est importante, alors que la fonction d'adduction n'est
hanche controlatéra le sont soll icités, éventuellement renforcés pas capitale et qu'elle ne requiert pas une force extraordinaire,
par les adducteurs de la hanche homolatérale au sens de trac- par exemple pour croiser les jambes en position assise. On peut
tion. présenter quelques éléments de réponse à ce paradoxe.
Par rapport à l'axe de rotation de la hanche • Leur étendue est justifiée par le bras de levier qui valorise
Ils sont situés de part et d'autre de cet axe, ce qui signifie leur moment d'action, contrairement à ce qui se passerait s'ils
que les fibres postérieures ont un rôle de rotation latérale et les étaient confinés à la hanche (cf. fig. 5-22).
antérieures de rotation médiale, les intermédiaires étant neutres. • Ce sont des muscles de la fermeture, donc de la protection.
Les variations étant incessantes et les bras de levier faibles, on Les forces de fermeture sont toujours prépondérantes, chez le
peut considérer que le rôle rotatoire est quantitativement négli- mammifère. La position fcetale en est l'extrême, elle représente
geable. En reva nche, sur le plan qualitatif, ils exercent leur un repli protecteur (fig. 5-24).
contrôle rotatoire sur le bassin de 0 à 60 % du cycle de marche
(appui) et sur le fémur de 60 à 100 % (non-appui). • Chez le quadrupède, la protection sexuelle est dévolue à la
queue, dont l'abaissement interdit l'intromission du pénis mâle.
Par rapport aux vaisseaux du segment fémoral Dans l'espèce humaine, la position plus antérieure du sexe fémi-
Les adducteurs sont situés entre les coura nts antérieur (fémo- nin, le face-à-face relationnel qui en découle, l'absence de
raux superficiels) et postérieur (système cru ciforme, formé par queue, font que la seule fonction de protection sexuelle ne peut
les anastomoses glutéa les inférieures et perforantes rejoignant venir que d'un puissant serrement des cuisses" . Les Anciens sur-
les vaisseaux poplités). Entre ces deux courants, les perforantes nommaient les adducteurs les custodes virginitatis (gardiens de
passent à tra vers les adducteu rs. Cela leur donne un rôle de la virginité).
chasse veineuse du secteur fémoral (fig. 5-23).
• La fonction califourchon, tombée en désuétude dans le
monde citadi n et sédentaire, est cependant une fonction vitale
15. La souffra nce de cette bourse se traduit souvent par des douleurs chaque fois que l' homme se sécurise avec ses cuisses, que ce
apparaissant dans le pli de l'aine, lors de la fl exion de hanche. soit sur un cheval, une branche d'arbre, la poutre d'un échafau-
, 6. Il exi ste aussi un petit iliaque que d'aucuns appellent muscl e Hia-
dage, ou dans des situations comp lexes comme les arts mart iaux
capsu lai re (Ward et co ll. , 2000).
17. Cc muscle est inconstant, mais pa s rare (50 % des cas). Tendu de (Smidt et coll., 1995). L'adduction avait une fonction de captage
la pa rti e la plus haute de l'inserti on rachidienne à la partie antéri eure
de la ligne arquée, il a un rôle de rétroverseur du bassi n, donc antago-
ni ste de l' iliiJ quc. 19. Cette pui ssance mu sculaire est telle qu'en médeci ne léga le la recon-
18. Parmi eux, le gracil e franchit le genou et le ligament co llatéral naissa nce d'u n vio l est l iée au {ait que la victime ail été attachée ou
médi iJ l es t un vestige d'expansion du troi sième faisceau du grand adduc- étourdie ou que les agresseurs aient été au mo ins deux, sinon on en
teu r. déduit qu' elle a été co nsentante.
,_ • lE ,or 18 E 1 FtRIEUR

,up
Lpost

fig. 5-25 - Le captage par les membres inférieurs a de tout temps


été une activité des adelucteut>. Le rodéo en est un exemple.

ant
Lmed
fis. 5-23 - Coupe sagittale du réseau veineux de la cuisse, pris au sein de la
""" des adducteut>. Ces muscles participent à la chasse veineuse 100 de leur
veine férnor.lle superficielle (1), veine fémorale profonde (1),
CJJnIriICtjon :
-... periorantes (J), veine glutéale inférieure (4), réseau veineux
~ (5), vaste médial (6), pectiné (7), long adelucteur (8), court
adducteur (9), gr.Jnd adducteur (ta), ischio-jambiet> (1/).

fig. 5-26 - L'effet poutre de la musculature de la cuisse autour du fémur :


fémur isolé sans les muscles (a), gaine musculaire périlémorale (b).

b (

~ 5-1.4 - Les posnions de repli sont des positions de protection maximale :


n;" him<on lai, le chat lb), l'homme lposition fcetale) (c).

Fig. 5·27 - La ligne


âpre se comporte
comme un vérin,
renforçant la
concavité diaphYSJlfe
du fémur.
H ANCHE • 127

dans l'assa ut sur un animal et le mainti en de celle prise • Flexion


(fig. 5-25).
Définition
• La poutre composite fémorale repose sur leur masse muscu-
laire étendue tout le long du fémur, en co-contraction avec les C'est un mouvement dans lequel la face antérieure de la
autres gros muscles de la cuisse : en avant le volume du qua- cuisse se rapproche de l'abdomen. Lorsque le point fixe est
driceps, en arrière celui des ischio-jambiers, en dedans celui des inversé, il s'agit d'une antéversion du bassin.
adducteurs, et en dehors la tension du tractus i1io-tibial.
Plan
L'ensemble représente un engainage rigidifiant qui protège la
diaphyse fémorale (fig. 5-26). Il faut noter que celle poutre com- Le mouvement s'effectue dans un plan sagittal passant par le
posite est essentiellement située en avant et sur les côtés; en centre de la tête fémorale.
arrière, c' est l'os lui-même qui est renforcé par la ligne âpre, qui
Axe
joue le rôle d'un vérin entre les deux extrémités de l'os
(fig. 5-27). C'est l' intersection des plans frontal et transversal passant par
le centre de la tête" (fig. 5-29).
• La protection postérieure du canal fémoral, qu 'ils limitent en
arrière, est un élément de leur topographie (le vaste médial étant Mouvement
en avant) (fig. 5-26). Fémur mobile
C'est le cas le plus fréquent. La tête pivote dans l'acétabulum
SUR LE PLAN VASCULAIRE (sans association complexe de roulement-glissement comme

La richesse de l' irrigation vasculaire de la hanche représente


un facteur biologique important sur le plan mécanique (Ficat et 21 . En goniométrie, on peut assimiler la projection latérale de cet axe
Ficat, 1987). Elle est représentée par des anastomoses péri- et au bord supérieur du grand trochanter, ou, mieux, à son angle antéro-
supérieur.
intra-osseuses en rapport avec la circu lation musculaire, réali-
sant des cercles épiphyso-diaphysaires.
fig. 5-28
• Sur le plan artériel La vascularisation
Quatre sources participent à la vascularisation de la hanche: artérielle de l'épiphyse
supérieure du fémur ;
l'artère fémorale (circonflexes médiale et latérale), l'artère glu-
artère circonflexe
téale supérieure, l'artère glutéa le inférieure et l'artère obturatrice
médiale (1), artère
(artère du ligament de la tête'o) (fig. 5-28). Dans des conditions fémorale profonde (2),
physiologiques, la tête est donc bien vascularisée. artère circonflexe
latérale (J ), artères
4
• Sur le plan veineux récurrentes (4), artère
glutéale supérieure (5),
Il faut noter que la capacité veineuse est six à huit fois plus artère glutéale
importante que celle des artères (Ficat et Ficat, 1987), ce qui inférieure (6), artère du
explique l'importance de la microcirculation. La richesse capil- ligament de la tête (7),
laire (capillaires dormants de Doan) favorise les échanges méta- artère obturatrice (8).
boliques, mais est très vulnérable fa ce aux variations de pression
intra-osseuse.

MOBILlT~S

Ell es sont simpl es: bien loca lisées au nivea u de la cavité acé-
tabul aire. Le type sphéroïde confère trois degrés de liberté, que
ce so it activement ou passivement (Castaing, 1960).

SAGITIALES

Cc sont les plus visibl es et les plus amples, plu s ori entées vers
le dép lacement antérieur que postérieur du membre.
Fig. 5-29 - La flexion-extension s'effectue
autour d'un axe très proche du bord
20 . Cette artè re ('51 surtou t effi cace de la premi ère enfance à la fi n de
1,1 (roi<;<;ancc.
supérieur du grand trochanter.
Amplitude
Elle est d'environ 100· à 110· . Au-delà, cela suppose la par-
ticipation lombo-pelvienne (Péninou et coll., 1984). Contraire-
ment à l'extension, cette amplitude diminue peu avec l'âge''-

Moteurs
C'est, principalement, l'i1io-psoas (Simon et coll ., 2001), et
plus spécifiquement l'iliaque, le psoas étant plus lié au rachi s
(Penning, 2000, 2002 ). l ui sont adjoints le petit fes~ier, la parti.e
antéri eure du moyen fessier, le TFt et le sarton us. Le drOIt
fémoral est classiquement concerné, bien qu' il ait un très faible
bras de levier et qu' il ait plutôt un rôle de muscle sangle. l 'obtu-
rateur externe, connu comme antéverseur du bassin, est donc
un fléchisseu r accessoire (Robinson et coll., 2003) . les adduc-
teurs ont une action fléchissante lorsque la cuisse est en secteur
d'extension (fig. 5-31 ), ils fon ctionnent à la man ière d'un ressort
~ 5-30 - La /Iex~ion correspond à un pivotement autour d'un axe de rappel, qui ramène le segment en position neutre (cf. Exten-
....que. sion).

Facteurs limitants
C'est, chez les sujets laxes, la rencontre de la masse abdomi-
nale"- lorsque celle-ci est trop imposante, la flexion nécessite
une composante d'abduction, comme on le voit chez une
femme en fin de grossesse. Chez les personnes raides, c'est la
tension des éléments postéri eurs (Kippers et Parker, 1987)" . En
position d' extension du genou, c'est la tension des muscles poly-
articulaires ischio-jambiers, voire la mise en tension du nerf
sciatique, lorsque celui-ci est irrité'" (fi g. 5-32) (Fleming et coll.,
2003).

Remarques
le secteur de fl exion représente l'essentiel de la mobilité de
la hanche, et le plus courant (notamment en position assise).
Cela rend difficil e la lutte contre le flexum propre à toutes les
pathologies de la hanche. Un léger fl exum passe faci lement ina-
perçu et ne gêne que peu la fonction. l es va leurs du secteur
utile dans le cadre de diverses activ ités courantes sont données
dans le tableau 5- 1.

~ 5-31 -/.es adducteurs sont fléchisseurs lorsque la hanche est en extension


t t _ lorsqu'elle est en flexion. Ce sont des rappels en position neutre.

22. Va ri ation de 3 % de l'arc balayé entre 25 et 74 an s (Roach et Mi les,


1991 ; Nonaka et coll., 2002).
V.IIJI les articulations non congruentes) (fig. 5-30). Ce mouve-
23. À condition que le complexe lombo-pelvi-/émoral soit soll icité,
!end à entrainer une rétroversion du bassi n. Sinon la flex ion est limitée à 100Q . 110 0 •
Os CDxaI mobile 24. l e test « distance doigt-sol » ne mesure pas le degré de flexion de
la hanche, mais l'extensibilité des ischio-jambiers (non co ntractés dans
C ~ ": mouvement d'antéversion du bassi n. Il faut différen- cette position). Ils transmettent ainsi des contraintes de co mpression très
fort es sur l' interl igne coxo.fémoral.
"""".f':fnetlt,
cl..... u- qui isolément produ it une légère fl ex ion de
25. C'est ce qui co nstitue le « signe de Pi erre M arie et Foy ,. (fl exion de
-..... -... .wf-~ a une exagération de la cambrure lombaire), hanche, extensi on du genou, fl ex ion dorsa le du pi ed). Le signe de Lasè.
~- -'~_,--rr",", efU;ctué à pa rtir du fémur, qui entraîne une gue provoque la rétroversion du bassi n qui, en cas de confli t disco.rad i.
- 'Nt:rWJn du ~'" 'cf. supra,. culai re, décl enche la radicu lalgie par pla quage de la raci ne contre la
protru sion discale (cf chapi tre: Le rachis).
H ANCHE • 129

Montée d'escalier 60· à 90·

S'asseoir (chaise) 60· à 90·

Pédaler à bicyclette 80·

Conduire une voiture 90· à 110·

Course 100·

S'accroupir 110·

• Extension
Définition
C'est un mouvement dans lequel la cuisse se déplace en
arrière du plan frontal de référence. Lorsque le point fixe est
inversé, il s'agit d' une rétroversion du bassin.

Plan et axe
Il s sont identiques à ceux de la flexion.

Mouvement
b
Fémur mobile
La tête pivote de la même manière que pour la flexion.
05 coxal mobile
C'est le mouvement de rétroversion du bassin. Il ouvre
l'a ngle pelvi-fémoral vers l'ava nt. Comme pour la flexion il faut
distinguer ce fait, isolé, du mouvement effectué par le fémur et
qui entraîne une antéversion du bassin. Fig. 5-32 - a. Les ischio-jambiers limitent la lIexion coxo-fémorale si le genou
est en extension, du fait de leur étirement Id}. b. Le nerf sciatique limite
Amplitude
également la flexion s'il est irrité et que le genou est tendu la fortiori si la chevil/e
L'amplitude articulaire oscille entre O· et 20· selon les sujets est relevée}.
(Péninou et coll., 1984). C'est un mouvement de faible ampli -
tude, surtout chez les gens raides. Contrairement à la flexion,
elle varie avec l'âge, passant de 40° jusqu'à 2 ans, à 10°-20°
chez l'adulte jeune et à moins de 5° ou 10° chez le viei llard
(Noujarret, 1979 ; Roach et Mil es, 1991; Kerrigan et coll .,
2001).

Fig. 5·33 - Durant la marche, l'amplitude de flexion atteint JO' et cel/e


d'extension 10·,
l • Lr \ IE\IBR' ,,,tRIEUR

Facteurs limitants
C'est la tension des éléments antérieurs qui arrête le mouve-
ment : capsule et tous les liga ments" , ainsi que l'ilio-psoas (Tatu
et coll ., 2001). Lorsque le genou est en flexion, le mouvement
est arrêté bien ava nt sa limite articulaire en raison de la tension
du droit fémoral (fig. 5-35).

Remarques
Fig. 5-34 - La position du Le secteur utile est faible: 5° à 10° (fig. 5-33). La synchroni -
tronc penchée en avant est
sation avec l'antéversion du bassin est très rapide (Smidt et c?". ,
retenue quasi passivement
par la tension des ischio- 1999).
jambiers, peu extensibles.
FRONTALES

• Abduction
Définition
C'est un mouvement dans lequel la cuisse s'éca rte de l'axe
du corps. Lorsque le poi nt fixe est inversé, il s' agit d'une éléva-
tion du bassin du côté opposé.

Plan
Le mouvement s'effectue dans le plan frontal passa nt pa r le
centre de la tête fémorale.

/
"--""....
• l ,-"'- Axe
Il est à l' intersection des plans sagitta l et transversal passa nt
par le centre de la tête.
~ 5-35 - L'extension de hanche est limitée par la tension du droit fémoral,
~ le genou est fléchi simultanément. Mouvement
Fémur mobile
La tête pivote dans l'acétabulum, sa ns autre composa nte (la
fovéa glisse vers le bas et le dedans). C'est un mouvement
d'écartement de la cu isse, nettement visible, mais rarement en
Moteurs
amplitude. Il tend à entraîner une élévation homolatérale du
C'est principalement le grand fessier ". On ajoute les ischio- bassi n.
jambiers (semitendineux, semimembraneux, long biceps), bien 05 coxal mobile
que ces muscles soient dava ntage actifs en tant que fl échisseurs
C'est un mouvement assez fa ible, que l'on fait pour élever la
du genou. Au nivea u de la hanche, ils se comportent davantage
hanche du côté opposé.
comme des antifléchisseurs auxquels on se suspend lorsqu'on
incline le tronc vers l'avant, à partir d'une position debout. Leur Amplitude
faible extensibilité leur permet de jouer un rôle économique car Elle est d'environ 45 ° (35° à 50°, selon l'âge) (fig. 5-3 6).
presque passif (fig. 5-34). Certains pelvi-trochantériens partici-
pent au mouvement : l'obtura teur interne et ses jumeaux, le Moteurs
cané fémoral. Le piriforme, éta nt placé sur l'axe, n'a aucun rôle Le muscle essentiel est le moyen fessier . Cependa nt, le petit
en Cl! sens (Samuel, 1989). fessier a une position très proche et participe efficacement au
Les adducteurs ont un rôle d'extenseurs lorsque la cuisse est mouvement (Beck et coll. , 2000). On adj oint le deltoïde fess ier
en _ion. On remarque ainsi que ces muscles ont un rôle régu- (fascia lata tracté par le TFl et le grand fessier superfi ciel), le
sartoriu s, et, plus modestement, le piriforme.
~, ramenant toujours en position sagitta le intermédiaire
d '-:;. >-31 , Facteurs limitants
Physiologiquement, c'est le rapprochement du co l fémo ral de
Cl! muscle s'est considérableme nt déve loppé dans l'ensemb le labrum-li mbus acétabul aire. Les pathologies font
~.c,H"~ "- :.rIa Of" par rapport aux quadrupèdes. Chez ces derni ers, ce intervenir la limitation par ré tracti on des mu scles adducteurs.
.,. ~ rv-...,.,-,..,..mbtf'o1i qUi dominent par leur masse (un chien qui
(lJ )
,......... r?ij extc--nslon de hanche grâce à ses 1». L'hyper.
Url(-
? Ii ~ ~ ... .-..-! ~,., kau histoflquement nommée " fesse de mon. 27 . M ême le postérieur, cc qui est inhabitu el : en général, un élément
-~ . postérieu r est tendu en flex ion ct détendu cn extension.
H ANCHE • 131

Remarques • En situation cuisses croisées en fl ex ion, il faut noter la retenue


• Le sectcur utile est de l'ord re de 20°. Il ne faut pas omettre éventuelle des pelvi-trochantériens.
les amplitudes plus importantes, liées aux nécessités de Remarques
l'hygiène, à l'activité sexuelle et nota mment celles liées à
l'accouchement. • Le secteur utile est de 5° pour la marche, et passe à 30° pour
croiser les jambes.
• Si la hanche est fléchie, ce n'est plus le moyen fessier qui
abducte, mais l' ensemble des pelvi-trochantériens (fig. 5-37).
Ce fait est importa nt à noter, puisque cela permet, chez des per-
sonnes qui n'ont pas encore le droit à l'appui du poids du corps,
de déjà prendre le so l comme point fixe grâce à la position
assise: il leur suffit de gérer l'écartement des cui sses, par exem-
ple en tournant sur un tabouret pivotant.
---f------- -
• Adduction
-----_____t._
Définition
C'est un mouvement dans lequel la cuisse se rapproche de
l'axe du corps, ou le croise. Lorsque le po int fixe est inversé, il
s'agit d'un abaissement du bassin du côté opposé.

Plan et axe
Ce sont les mêmes que pour l'abduction . \
\

Mouvement
\
,,
Fémur mobile
La tête pivote dans l'acétabulum . Ce mouvement tend à
entraîner un abaissement homolatéral du bassin.
05 coxal mobile Fig. 5-36 - l 'amplitude d'abduction est d'environ 45' ; au-delà, l'ascension de
C'est un mouvement discret d'aba issement de l'hémibassin l'hémibassin homolatéral majore le mouvement apparent. l 'amplitude
opposé. Ce type de mobilité est visib le dans la marche lente. d'adduction est d'environ 30',
Dans ce cas, l'équilibrage des bras du levier inter-appui (centre
de gravité / muscles stabili sateurs latéraux) nécessite une légère
translat ion latérale du bassin vers le côté non portant.

Amplitude
Elle est d'environ 30°, c'est-à-di re les 2/3 de l'abduction. Si
l' adduct ion est combinée à une flexion, l'a mplitude atteint 40° ;
si elle l' est à une extension, elle diminue à 20° (fig. 5-36).

Mot eurs
C'est le puissant groupe musculaire des adducteurs, repré-
senté par le pectiné, les long, court et grand adducteurs, le gra-
cile. On peut y ajouter le carré fémora l, qui n' intervienl ic i que
faib lement.

Facteurs limitants
En positio n de référence, on observe:
• La rencontre avec le membre inféri eur controlatéral.
• L'éliminatio n de cc t obstacle par fl ex ion du membre contro-
latéral perm et d'a ugmenter l'a mp li tude, laquell e est alors limitée
par les abducteurs, la parti e supéri eure de la capsul e et le liga-
ment ischia-fémora l, qui s' étend à la facc supéri eure de la ca p-
sule.
Fig. 5·37 - Le moyen fessier est un important abducteur de h.lnche (.1 1. En
• La tensio n du ligament de la tête . Ce derni er, inséré en bas, flexion à angle droit, ce sont les pelvi·troch.1nléricns, ici le piriforme (b l, qui
e't étiré par l'as( ens ion de la fovéa au co urs de l'adducti on. provoquent l'alx/llcrion horizontale.
• LE \ lIlRE 1"tRIEUR

• De fait l'adduction est souvent liée à la flexion de hanche


dans la p~sition assise, jambes croisées. Cette pos~tion associe
une rotation latérale ce qui rend la hanche partlcullerement vul-
nérable aux chocs 'antérieurs : risque de luxation postérieure
avec fracture de la partie postérieure du limbus acétabulaire" .

TRANSVERSALES

• Rotation latérale
Définition
C'est un mouvement dans lequel la fa ce antérieure de la
cuisse se porte en dehors". Si le point fixe est inversé, il s'agit
d'une giration pelvienne, par recul de l' hémibassin contro-
latéral.

Plan
Fig. 5-38 - La giration pelvienne provoque une C'est le plan transversa l passant par le centre de la tête fémo-
rotation latérale de la hanche antérieure et une rale.
rotation médiale de la postérieure.
Axe
Il est situé à l' intersection des plans frontal et sagittal passa nt
par le centre de la tête.

Mouvement
Fémur mobile
La tête pivote dans l'acétabulum. Elle se découvre davantage
en avant.
05 coxal mobile
C'est un mouvement nommé giration pelvienne. Soit le fémur
a est fixe et l'hémibassin controlatéral recule, soit l'on considère
l'activité de la marche: dans le déplacement vers l'ava nt, le pied
reste parallèle à lui-même et c'est l' hémibassin homo latéral qui
avance et ouvre l'angle de rotation latéra le (fig. 5-38).

Amplitude
Elle varie selon la position sagitta le de la hanche. Les liga-
ments se détendent en flexion, et se tendent en extension - cela
explique une moindre amp litude dans cette position (Kapa ndji,
1980; Samuel et coll., 1985 ). Il existe de fo rtes variations inte-
rindividuelles, mais pas de différence significative homme-
femme, contrai rement à la rotation médiale. L'amplitude de
rotation latérale varie peu avec l'âge (la tendance naturelle étant
plutôt une attitude en ce sens) .
• En rectitude (posi tion de référence) : 40°-45 °. L'amplitude
b
tombe à 28° en extension (fig. 5-39 a).
• En flexion (détente ligamentaire) : 50°-60°, chiffres supéri eurs
à la rectitude (fig. 5-39 b). La mesure clinique do it donc s' effec-
tuer en flexion, puisque c'est la positi on qui perm et de balayer
le mieux le secteur rotatoire propre il l'a rti culati on.

28. En vo iture, en l'absence de ceinture de sécurité, ce ty pe de choc,


~. . ~~ - ~ f~.Jf1J t:Jp hdnche sont moins importantes en rectitude (40· en plu s spécifique au passager à côté du conducteur, étaÎt connu sous le
terme de . sy ndrome du tableau de bord
"" '" ~v ~ q</ffllkx,on 150- en RL et 40' en RMI (bi, du fait de la lt .

29. En position assise, le pied se porle en dedans dans la rota tion latérale
~... V-y.t.f 1" d."ns r Hf~ prAtt/on.
de la hanche (et l' inverse pour la rotation médiale),
H ANCHE • 133

Moteurs
Ce sont les pelvi-trochantériens (pi riforme, obtu rateurs
interne et externe, jumea ux supérieur et inféri eur, carré fémora l),
le sartorius, la pa rtie postérieure du deltoïde fessier et les fibres
postérieures du petit fessier (elles longent le piriforme]o). Le rôle
des add ucteurs est nuancé (Travell et Si mons, 1993) : seule la
partie la plus postérieure des adducteurs (grand adducteur) a un
rôle rotateur latéral ; la partie moyenne a un rôle indi fférent, la
pa rtie antéri eure a un rôle légèrement rotateur médi al"
(fi g. 5-40). Cette remarque est encore plus vraie lorsque la han- ,,
che est en flexion (notamment en fi n de phase pendul aire, au
cours de la marche), situation pendant laquelle les adducteurs
frei nent la rotati on latérale. L' ilio-psoas, légèrement rotateur
latéral pour certains, légèrement rotateur médi al pour d'autres,
V a v , b

Fig. 5-40 - Les adducteurs se situent dans un plan (rontal. Les fibres les plus
ambi va lent selon la position arti culaire pour d'autres encore, antérieures ont un Faible rôle de rotation médiale et les postérieures sont
mérite la concl usion de Basmadjian : «après é/ectromyogra- rotatrices latérales, avec quelques variables d'intensité selon que la hanche est
phie, le problème du rôle rotateur du psoas ne mérite pas d'être déjà en rotation latérale (a) ou médiale (b). .
posé ». Ce point de vue est partagé par di fférents auteurs (Sohier,
1979; Travell et Simons, 1993) .

Facteurs /imitants
O. coxal mobile
Ce sont les éléments antéri eurs (capsule et liga ments), de
C'est la giration pelvienne en sens opposé: lors du demi-pas
même que les muscles rotateurs médi aux (fibres antéri eures du postéri eur, le pied restant grossièrement parallèle à lui -même,
petit fessier). En fin de mouvement, celui -ci est arrêté par la ren- le pivotement du bassin (il avance du côté controlatéral) provo-
contre du col fémoral sur le labrum et le limbus postérieur de que une rotation médiale du côté concerné (fi g. 5-38).
l' acétabul um.
Amplitude
Remarques
Pour les mêmes rai sons que pour la rotation latérale, l'ampli -
Le secteur utile est d'environ 15°, utili sés lors du pas antéri eur tude est différente selon la position sagittale de la cuisse (Kapan-
au cours de la marche (girati on pelvienne équ iva lente à une dji, 1980 ; Sa muel et coll., 1985) : en rectitude, l'amplitude est
rotation latéra le) (fig. 5-38) . d'environ 20° à 30° (fi g. 5-39 a), en fl exion, elle est d' environ
30° à 45', c'est-à-dire légèrement supérieure à la rectitude
• Rotation médiale (fi g. 5-39 b). Cette amplitude est plus importante chez les fem-
mes que chez les hommes, alors que les rotation s latéral es sont
Défini tion
semblables" .
C'est un mouvement da ns lequel la face antérieure de la
cui sse se porte vers l' axe du corps. Lorsque le point fi xe est Moteurs
inversé, il s'agit d' une giration pelvienne par ava ncée de l'hémi - Ce sont le tenseur du fascia lata (TFL), la parti e antérieure du
bassi n controlatéral. deltoïde fessier. La porti on tout antérieure des adducteurs (pec-
tiné, long adducteur) a un léger rôle rotateur médial (Travell et
Plan et axe Simons, 1993) .
Ce sont les mêmes plan et axe que ceux de la rotation latérale. Lorsque la hanche est en fl ex ion, le moyen fess ier n'est plus
abducteu r mais rotateur médial. Ce fait est important à noter,
Mouvement pui sque cela permet, chez des personnes qui n'ont pas encore
Fému r mobile le droit à l'appui du poids du corps, de déjà prendre le sol
La tête pi vote dans l'acétabulum. Son col s'oriente dava ntage comme point fi xe grâce à la position ass ise, sur un tabouret tour-
dans l'axe acétabulaire". nant : il suffit de leur demander, à partir de ce seul pied au sol,
de faire tourner le tabouret vers le côté opposé au membre
concerné (vers la gauche, s' il s' agit du membre droit).
JO. L'ac tion de ce muscle est souvent donnée comme seulement rota - Pa r ailleurs, les moments exercés par les muscles moteurs des
trice méd ia le. Cela est dû au fa it que son élccfromyographi e a été uni- rotations va ri ent selon le degré de fl ex ion de la hanche. Quand
quement faite su r ses fibres antéri eures, qui sont plus superficielles
(Trave l l et Si mons, 1993 ).
celle-c i augmente, les rotateurs médi aux augmentent leur
J I . Il faut relier la projec ti on cie leurs insert ions à celle de l'axe art icu- moment, tandis que celui des rotateurs latéraux di minue et que
laire pour observer ces di fféren ces.
32. Dolto ( 197 6) préconisait de rechercher une légère rotation média le,
dans l c~ pOSI tion s debout prolongées, afin cie mieux centrer les surfaces 33. Pea rcy et Cheng (2 000) ont constaté que ces amplitudes dim inuent
carti la gl llC'ur,es. en cas de dépl acement bi latéral.
• lE \1f\\8RE ''-FtR'WR

Remarques
Le secteur utile est d'environ 10·, au cours de la marche
(cf. fig. 5-38).

MOBILITÉS SPÉCIFIQUES ET FONalONNELLES

• Mobilités spécifiques
Congruence et concorda nce ne permettent pas de mobilités
spécifiques. Toutefois, on a montré radiologiquement (Hignet,
1993) que des manœuvres manuelles pouvaient décoapter ' la
ha nche. Cela a été confirmé (Bucciali et coll., 2000) en précisant
qu'il faut une force d'environ 20 daN en traction. Cela plaide
en faveur des techniques décompressives utilisées en kinésithé-
rapie, sous relaxation musculaire, dans l'axe du fémur ou dans
celui du col fémoral. Cela doit aussi encourager à la sollicitation
des muscles ayant une composante sustentatrice, comme les
obturateurs externes (notion de « hamac obturateur .).

• Mobilités fonctionnelles
L'emboîtement de la tête fémorale, favorable à la stabilité, ne
'OS- 5-41 - La circumduction décrit un cercle irrégulier, plus étendu en avan~ facilite pas la mobilité comme pourraient le faire croire les acro-
al peu moins en dehors, encore moins en dedans et fort peu en amère. baties de sujets prédisposés et entraînés. Quatre points sont à
noter.
• La circumduction, moins grande qu'à l'épaule, est gênée par
la présence du membre controlatéral qu' il faut esquiver pour
obtenir un cône de révolution irrégulier (fig. 5-41). Elle est
notamment utilisée dans les enjambements (exemple : monter à
bicyclette").
• Pour obtenir des amplitudes apparentes plus importantes, il
est possible d'associer des mouvements entre eux: le grand
écart latéral nécessite d' adjoindre une flexion (a ntéversion du
bassin) et une rotation latérale à l'a bduction, afin d'esquiver le
contact du grand trochanter (fig. 5-42).
• La mobilité coxo-fémorale retentit vite sur le ra chis lombal
(risque d'erreur d'appréciation, si l'on n'exerce pas une contre-
prise efficace dans les mobilisations). La notion de complexe
lombo-pelvi-fémoral correspond à l'utilisation fonctionnelle de
la hanche.

~ 5-42 - Le grand éGlrtlatéral associe une abduction bilatérale, avec rotation • Les abduction et adduction hori zontales (c'est-à-dire en
~ et ~ du bassin. flexion de hanche) forment l'équivalent du paradoxe de Cod-
man à l'épaule (cf. p. 320). Les personnes présentant une posi-
tion vicieuse en rotation latéral e de hanc he ne peuvent réaliser
d'adduction horizontale ..
certains muscles deviennent rotateurs médiaux" (Delp et col l.,
1999,_ De ce fait, il existe une relative égalité entre les moments
des muscles rotateurs médiaux et latéraux, dans cette position. POUR CONCLURE
La mobilité n'est pas la caractéristique la plus importante de la
Facteurs limitants hanche, ses déficits sont assez facilement camouflés. Il n'empê-
Ce sont essentiellement les muscles rotateurs latéraux. Les che que l'hygiène et les fonctions élémentaires exigent un mini-
mum .
éI.lnt majorita irement antéri eurs, ils ne limitent pas le
'J_#~

35. O u bi en pendant la bo iterie dite en fau chage.


H ANCHE • 135

STABILITÉ nue sa ns effort grâce à la tension des éléments capsulo-ligamen-


taires et à l'effet sangle du plaquage tendineux (cf. fig. 5-20),
majoré par le recul de l'épiphyse inférieure du fémur (flexion
Nous avons évoqué plusi eurs points qui concourent à la du genou pour descendre une marche) (cf. fig. 5-35). La tension
bonne stabilité de la hanche. À chaque fois que l' on emploie
du muscle iliaque est permanente et équilibre la légère tendance
ce term e, il faut toutefois distinguer la stabilité anatomique, pas-
à la rétroversion pelvienne (du fait que la ligne gravitaire passe
sive, de la stabilité fonctionnelle, active.
légèrement en arrière des coxo-fémorales). Son tendon' · est for-
tement plaqué contre la face antérieure de l'articulation, en rai -
STABILITÉ PASSIVE son de sa réflexion à ce niveau (fig. 5-43), ce qui est d'autant
plus marqué que la hanche humaine est physiologiquement en
Elle découle de la profondeur, de la forme, de la congruence
osseuse, des ligaments antérieurs, ainsi que de phénomènes distension antérieure (Neumann, 2002 ).
physiques". La pression intra-articulaire est plus faible que la Sujet incliné vers l'avant
pression atmosphérique, il s'ensuit un accolement des surfaces
Lorsque le sujet est incliné vers l' avant, ce sont les extenseurs
suffisant pour conserver leur contact malgré la distraction due
qui suspendent le tronc, à commencer par les ischio-jambiers
au poids du membre (Wingstrand et coll., 1990). En revanche,
dont la raideur économise l'activité musculaire, et cela d'autant
une perforation de la capsule détruit cet équilibre (expérience
plus que le sujet se rapproche de leur course externe maximale.
des frères Weber). Dans la vie quotidienne, pour perturber la
stabilité passive, il faut des chocs violents ou répétés. En cas de Sujet incliné vers l'arrière
pathologie, la correction est chirurgicale. Lorsque le sujet est incliné vers l' arrière, c'est le mécanisme
inverse : il se suspend aux éléments antérieurs, ce qui limite
STABILITÉ ACTIVE rapidement l' amplitude permise. Ce point est à noter car nombre
d'individus à faible amplitude d'extension transfèrent cette rétro-
La stabilité active appelle trois remarques.
version du bassin au niveau lombal, ce qui fatigue cette région,
o Les muscles profonds (pelvi-trochantériens) dessinent un se traduisant vite par une douleur « en barre » dans le bas du
volant périarticulaire stabilisateur, à voca tion cybernétique rachis" .
(autocontrôle du placement coxo-fémoral ). Ils ont un rôle de
haubanage du col.
38. Le psoas (muscle du rachis) a un rôl e complémentaire, mais moins
o L'innervation des muscles péri articulaires est en relation avec important.
celle des secteurs de capsule croisés (Esnault et Viel, 1978). Il 39. Le fl exum de hanche est bien toléré au niveau de celle-ci, mais pas
est indispensable de solliciter ces muscles, notamment sous au niveau du rachis.
l'angle proprioceptif" , et ce d'autant plus que ce sont parfois
les mêmes qui ont souffert du fait d' une voie d' abord chirurgi-
cale les concernant (secteur postéro-Iatéral, le plus souvent).
o Il faut envisager une stabilité dans chacun des trois plans de
l'espace .

• Stabilité dans le plan sagittal


L'équilibre fon ctionnel est en rapport avec l'aplomb gravi-
taire et l' équilibre des tensions musculaires antéro-postérieures.

Statiquement
Stat iquement, en station verti ca le, les cal cul s n'ont pas permi s
de défini r de norme concernant les vari ations de placement des
segments osseux par rapport à la ligne grav itaire.
Position érigée naturelle
La posit ion érigée nat urell e suspend la hanche à la tension
passive de ses éléments antéri eurs: la position est ainsi mainte-

36. Chri stel c t co ll. ( 1979b) mentionnent que les zo nes artic ulai res en
.1 ppu i fa ible Ou nu l sont le siège d'un effet de « succion ... (fosse acéta-
bu laire c t cornes df' 1.1 surface semÎ-lunaire). Cel effet serai , majoré lors-
que ,'usu re déforme 1' 05 sous-chan cirai e l que la tête s'ova lise.
37. Dans cc même SOUC I, lors de la pose de prothèses de hanche, ccr- Fig. 5-43 - La réflexion Jntérieure du psoas assure un pl.lquage protégeant 1.1
1;);nS (hlrurglens klÎsscnt des l am b e~Hl x de ca psule, espérant ainsi con· tête du fémur et exerçant aussi une poussée dans le sens cie la rétropuls/on
::,crvcr un InJXimUfll de propr ioccp tc urs ;, rt ic u klircs. pelvienne.
• lr ' lE' IIl r " rtRIEUR

Dynamiquement
Dynamiquement, le problème concern~ l'équilibre pelvien
antéro-postérieur. Différents muscles interVIennent, en fon~tlon
de leur bras de levier (fig. 5-44) et de leur vocatIon plus statIque
ou dynamique.
Pelvi-trochantériens
Les pelvi-trochantériens jouent un rôle de régulateurs auto-
matisés. Ils se partagent des rôles antéverseurs (obturateur
externe), rétroverseurs (obturateur interne et ses jumeaux), ou
ambivalent (piriforme, dont la ligne d'action passe par le centre
articulaire coxo-fémoral: il semble avoir un rôle de c ressort de
rappel » ramenant le bassin en rétroversion lorsqu' il est anté-
versé, et réciproquement) (fig. 5-45).
Ischio-'ambiers et grand fessier
Les ischio-jambiers et le grand fessier forment un puissant
ensemble postérieur, d'autant plus sollicité que le tronc est
incliné vers l'avant.
Abdominaux
Les abdominaux interviennent de façon indirecte. Lorsque le
fi&. ~ - L'équilibre antéro-poslérieur du bassin dépend du moment des rachis et la cage thoracique sont stabilisés, ils interviennent dans
muscles lI!!rdos entre le pelvis et le membre inférieur: grand fessier (1), la bascule postérieure du bassin. C'est ainsi que l'exercice de
oIJturzur interne et jumeaux (2), piriforme (3), moyen fessier (4), c serrer les fesses et rentrer le ventre » a longtemps été considéré
~ (51, gracile (6), petit fessier (7), droit fémoral (8), TH (9). comme le couple spécifique de l'équilibre pelvien sagittal. Or,
il s'agit de muscles de puissance, peu automatisés, et donc non
susceptibles d'assurer un maintien durable'o.
Adducteurs
Les adducteurs jouent un rôle régulateur dans le plan sagittal,
en assurant un retour de la flexion ou de l'extension vers la posi-
sup
tion neutre (cf. fig. 5-31).
Lan!
• Stabilité dans le plan transversal
Le contrôle rotatoire du bassin met en jeu des forces muscu -
laires relativement faibles. L'équilibre statique est en rappo rt
avec les défauts de placement rotatoire du membre inféri eur ou
les anomalies de conformation osseuse. L'aspect dy namique est
en rapport avec ce que l'on appelle la giration pelvienne . La
stabilité rotatoire de la hanche est sous contrôle régulateur des
muscles adducteurs (Arnold et Delp, 2001 ) et des pelvi-troc han-
tériens, notamment au cours de la marche .

• Stabilité dans le plan frontal


Quelques notions sont à dégager.

Le hauban latéral actif


C'est le plus connu à ca use de son retentissement sur la mar-
che (Kumagai et coll ., 1997). En stati on bipodale, le probl ème
~.>4, - Us pe/vHrochantériens ont un rôle d'équilibrage ..gillal : n'existe pas, mais en monopodale, la ca pacité de maintenir
t. ~ ~ ~nléverse f I ), l'obturateur interne et ses jumeaux l' hori zontalité pelvienne est en rapport avec la retenue latérale
'1 le pm/orme ramène en position neutre (J). (Carré fémoral non pour équilibrer le décentrage du po ids corporel en charge

40. Leur sollicitation est néa nmoins intéressante clans le cadre d' une
prise de conscience cie la bascule pelvienne. Toul l'entraînement
consiste alors à remplacer, peu à peu, leur rôle par ce lui des pcl vi-lro-
cha ntéri ens (c'est-à -dire conserver le placement pelvien, avec un rcl<î-
chement des abdominaux et des fessiers).
H ANCHE • 137

(fig. 5-46). Ce « hauban latéral" » s'oppose à la chute con tro-


latérale du bassin et agit grâce à son moment (force et bras de
levier). Il est principalement représenté par le muscle moyen fes-
sier, dans le cadre de la balance de Pauwels (1976). On peut y
adjoindre les fibres postérieures du petit fessier et l'ensemble du
« deltoïde fessie r de Farabeuf » (grand fessier superficiel et ten -
seur du fascia lata).

Le hauban latéral passif


Il concern e le tractus ilio-tibi al (fig. 5-46) et se traduit par le
confort économique de la position hanchée. Cette structure,
passive et sous tension, est séparée du grand trochanter par une
bourse synoviale (pfirrmann et co ll., 2001). Dans certains cas
de trop forte tension, ou de défaut d'amarrage, elle ripe sur
celui-ci et crée un ressa ut avec claquement, désagréablement a a'
ressenti (Dotte, 1969).
b
Le haubanage du col Fig. 5-46 - Le haubanage laléral la') s'oppose à la force gravilaire (a). Il mel en
jeu des éléments mono- el biarticulaires (b).
Il assure un effet de poutre composite postérieure grâce au
tendon de l'obturateur externe (Quesnel, 2000).

Le hamac gémello-obturateur
Décrit par Dolto (1976), le hamac gémello-obturateur est une
notion controversée. Elle peut être conservée pour les obtura-
teurs externes et la résultante ascensionnelle de leurs lignes
d'action (fig. 5-47).

Le tirant médial
C'est une conception (Lamandé et Prat-Pradal, 1998) qui
montre l'action de traction vers le deda ns des muscles obtura-
teurs et jumeaux . C'est une comparaison avec les tirants qui,
en architecture, empêchent les murs d' un bâtiment de s'écarter
sous l'effet du poids de la toiture (fig. 5-48). Ici, le bassin tend
à écarter les têtes fémora les, les pelvi-trochantériens s'opposent
à cette poussée (Deniskina et Levik, 2001). Fig. 5-47 - Le hamac gémello-obluraleur assure une légère suslentalion du
pelvis.

VARIATIONS PHYSIOLOGIQUES
• Douleurs d'àppui
Elles résultent de changements positionnels :
La souffrance d' une articulation portante, quelle qu'en soit la
o La position de repos : flexion à 45 °, abduction à 15°, rotation
cause, amène toujours le malade à limiter la durée d'appui,
latérale à 30°.
donc à ra ccourcir le pas du côté pathologique, et à limiter la
o La position de couverture maximale de la tête fémorale: quantité d'appui en s'aidant d' une élévation rapide des mem-
flexion à 45 °, abducti on à 15°, rotation médiale à 10°. bres supérieurs (ou d' un seul, lorsqu ' il s'aide d' une canne) afin
o La pos ition de stabilité maximale (coïncidence des axes) : d'a mortir au mieux la charge.
flexion à 90°, abduction à 15°, rotation latérale à 10°. C'est la
positi on quadrupédique. • Luxations congénitales
o La posi ti on d'instabilité maximale: flexion à 90°, add ucti on Lorsque les rapports osseux tête-acétabulum ne sont plus nor-
à 25 °, rotation latéra le à 15° (position ass ise, jambes croisées). maux, il s'ensuit un déséquilibre tant statique que dynamique. À
C'est la position des luxations de hanche. chaque pas, la tête fémorale remonte au-dessus de la cavi té coxa le,
ce qui donne une démarche plongeante homolatéralemenr".
VARIATIONS PATHOLOGIQUES
42. On trouvait ce phénomène dans les résections chi rurgicales . tête
Ell es résultent des perturbation s ostéomusculaires. Ces trou-
ct col », après ablation d'une prothèse totale de hanche ; dans ce ca
bl es sont tous générateurs de boiteries. l' épiphyse supérieu re du fémur se logeait dans l'épaisseur fessi ère pour
former une néo-articulation en glissem ent. Malgré la boiterie. c'était p.ol r-
ticulièrcmcnt bien tol éré sur le plan de la fonction. Historiquement, chez
4 1. Pour ((' (('rme : (1 . B;lSCS fo nd amCnI J Il's. les peupl es qui langeai ent les bébés membres inféri eurs en rec titud e
, • LE" El FtRIEUR

b ___
~--------------- v~-----------------'
c

Fig. 5-48 - Le rôle d'un tirant est d'empêcher l'écartement


des murs d'une maison sous l'effet du poids de la toiture.
On en voit sous forme de fers plaqués sur les murs
extérieurs (a, b, cl. Les pelvi-trochantériens assurent ce
même rôle par rapport au bassin (a', b', c').

• Insuffisances du moyen fessier


Elles sont de deux types: les insuffisances vraies et les insuf-
fisances rel atives.

Insuffisances vraies
JI s'agit d'une diminution du moment d'action du muscle, par
perte de force musculaire, généralement concomitante à une
amyotrophie (i mmobi lisation, paralysie). Les éléments anatomiques
1
1
n'étant pas concernés, la solution consiste en un renforcement
muscu laire. Le trouble se traduit par deux types de boiteries lors de

a
l l'appui monopodal sur le membre en insuffisance (fig. 5-49) :
• Soit le sujet voit son bassin basculer du côté opposé au moyen
fessier atteint : c'est ce que l'on nomme boiterie de Trede-
lenburg ou boiterie de hanche.
• Soit le sujet anti cipe le déséquilibre et penche l'épa ule du
~- - o4jlpR monopoddl : avec moyen fessier normal (a), avec moyen côté atteint, de fa çon à surplomber la hanche et à se suspendre
...or.>......et entrai,..nt un abaissement controlatérallTredelenburgl Ibl,
~ f'~ ~ IMUfiISdm et entrainant un abaissement de l'épaule
r. ~_ DAirf.ooe de Boulogne) (c).
42 (su ite). (c'est-à-dire sa ns respecter la position en flexion-abdu ction
propre aux nouveau-nés), la malformation osseuse bilatérale consécu-
tive entraîna it une démarche caractéri stiqu e. En France, c' était le cas en
Bretagne: ju squ 'au siècl e dernier, il était fréqu ent de voir des femmes
marcher en plongeant un coup à droite, un coup à gauche, au rythme
des pas (luxation bilatérale).
HANCHE • 139

aux muscl es control atérau x du tronc (carré des lombes, par de mouvements pelviens plus faciles à augmenter chez elle
exemple). C'est ce que l' on nomme boiterie de Duchenne de Oudge et coll., 1996).
Boulogne ou boiterie d'épaule. Le f1exum de hanche est parfois lié à une atteinte dite . en Z _,
Il est possible de voir un même malade opter tantôt pour une qui associe f1exum des genoux et des hanches, cyphose thoraco-
de ces boiteries, tantôt pour l' autre, en fonction de sa fatigue. lombale et extension cervica le (fig. 5-53). Cette attitude caracté-
ristique était celle des malades atteints de pelvi-spondylite, avant
Insuffisances relatives que les traitements actuels ne permettent de juguler en partie les
Il s'agit d'une diminution du moment d'action du muscle, par troubles" .
insuffisance orthopédique de son bras de levier (muscle par
Dans le plan frontal
ailleurs normal) (cf. fig. 5-61 a). Le renforcement musculaire est
donc sans objet, la solution est chirurgicale. Il s'agit, souvent, C'est le cas de l'abductum ou de l'adductum'' (fig. 5-54).
d' un col fémoral en coxa valga, et la technique choisie consiste L'abductum étant un écartement, le sujet se rééquilibre en pen-
en une ostéotomie de varisation (fig. 5-50), qui redonne une chant son bassin du côté pathologique, ce qui a un double effet:
valeur normale au bras de levier musculaire. Toutefois, ce n'est donner une . fausse jambe longue _ du côté atteint (provoquant
pas forcément l'angle cervico-diaphysaire qui est en cause. On une position de cheville en équin compensateur du côté opposé),
peut avoir cet angle qui varie, indépendamment du bras de et, d'autre part, de fatiguer le genou du côté atteint, en le forçant
levier du moyen fessier (fig. 5-51). Inversement, on pourrait ima- en varus. Inversement l'adductum suscite une bascule du bassin
giner une variation de l'angle cervico-diaphysaire qui ne modi- côté sain, provoquant par là une. fausse jambe courte. du côté
fierait pas le bras de levier en question - cette situation ne atteint (avec équin compensateur de ce côté).
s'observe cependant pas dans la réa lité.
Dans le plan transversal
• Positions vicieuses La déviation, généralement en rotation latérale, se traduit par
une rotation permanente de tout le membre, plus rarement par
Elles sont le fruit de rétractions musculo-aponévrotiques et!
un placement oblique du bassin .
ou d'enraidissements articulaires. On peut évoquer quelques cas
de figures.
POUR CONCLURE
Dans le plan sagittal
La stabilité est le mot-clé de la hanche. Une hanche stable et
C'est le cas du flexum (fig. 5-52) : lors du demi-pas antérieur non mobile est plus fonctionnelle qu'une hanche mobile, mais
de la marche, le sujet rétroverse son bassin. Lors du demi-pas instable.
postérieur, il l'antéverse, avec deux options possibles: soit il
cambre fortement pour garder le tronc vertical, soit, si la cam-
brure est mal supportée, il plonge le tronc vers l'avant, ce qui 43. Historiquement, dans l'ignorance de leur aspect pathologique, ces
donne ce que l'on nomme une . démarche salutante • . Un déformations étaient interprétées comme des signes de fourberie, voire
de sorcellerie (les contes pour enfants mentionnent souvent des sorcières
même sujet peut passer de l'une à l'autre, en fonction de sa fati-
ayant cette si lhouette).
gue. Lorsque le flexum est faible, ces mouvements de compen- 44. C'est-à-dire une position de hanche fixée en abduction ou en adduc-
sation sont difficiles à détecter, surtout chez une femme, du fait tion.

fig. 5-50 - Caxa va lga (a) corrigée par une ostéotomie de va risation (bl,
qui améliore le bras de levÎer du moyen fessier.
a b
T

a b c d e

~ >51 - LocaliSdtion des points 1(insertion de la fibre moyenne du moyen fessier), T (grand trochanter) et C (centre de la tête) sur une
luncIre nonnale (a). Le bru de levier du moyen fessier ne change pas, alors que l'angle cervico-diaphy..ire change : normal (b), coxa valga
iI'ieC fI!TIU varum (c), coxa vara a..." genu valgum (d). On voit aussi que, en théorie pure, le grand trochanter étant à une distance constante
<il crntre de la têIe (cercle), le bras de levier du moyen fessier (en T) pouffait diminuer (en T'ou TU) de façon importante, tant pour une
~ que pour une diminution de l'angle CefVico-diaphy..ire (e).