Vous êtes sur la page 1sur 4

ZAD AL MUSTAQNI' - Imam Al Hajjawy

Commentaire par Salih ibn Fawzan al Fawzan

CHAPITRE – SECTION – RASSEMBLEMENT DES PRIERES :

Hajjawy : Il est permis de rassembler les deux prières de l’après-midi et les deux prières
nocturnes au moment où l'une est dû en plus du raccourcissement dans le voyage.
La personne malade, qui fera face à des difficultés sans combiner les prières, peut le faire
aussi.

Fawzan : Rassembler les prières au moment où l’une est dû fait partie des concessions de la loi
Islamique.

Il y a une règle (qa’ida) à mentionner ici : Celui qui a le droit de raccourcir sa prière a le droit de
combiner sa prière aussi, l’inverse n’est pas vrai. C'est-à-dire que tous ceux qui ont le droit de
combiner les prières n'ont pas le droit de les raccourcir. Ceci car, la concession, facilité de
combiner les prières est plus grande que la facilité de les raccourcir.

Quelqu’un a le droit de prier les deux prières durant le temps de l’une d’entre elles. Le Dhur peut
être accompli avec l’Asr dans le temps du Dhur (jama’ al-taqdim) ou dans le temps de l’Asr (jama’
al-t’akhir ». La prière du Maghrib peut être accompli avec l’Isha dans le temps du Maghrib (jama’
al-taqdimà ou elles peuvent être accomplies dans le temps de l’Isha (jama’ al-t’akhir).

Il a la liberté de choisir ce qui est le plus pratique pour lui dans trois situations :

1) Durant un voyage.

2) Celui qui est affecté par une maladie qui lui rende difficile pour lui de prier les prières
obligatoires dans leurs temps.

3) Pendant les périodes de fortes averses ou dans des conditions boueuses (par exemple, que les
conditions boueuses sont des bourbiers épais dans lesquels les bovins sont piégés). Il est permis
pour lui de combiner les deux prières de la nuit lorsqu’il pleut fortement ou quand le sol est
boueux.

La différence entre les règles de combiner les prières ou de les raccourcir est que raccourcir la
prière est recommandé (mustahabb) alors que combiner les prières est permis (mubah).
Celui qui a le droit de raccourcir sa prière peut combiner aussi ses prières. Il fera ce qui lui est le
plus avantageux et pourra choisir de les combiner en jama’ al-taqdim ou jama’ al-t’akhir.
Le Prophète (‘Alayhi salat wa salam) avait l’habitude de combiner les prières quand la première
des prières était dû mais aussi lorsque la deuxième prière était dû.

Si quelqu’un est affligé par une maladie qui rend difficile pour lui d’observer les prières
obligatoires à l’heure, alors il peut combiner les prières. Toutefois, ce n’est pas applicable pour
celui qui a une maladie ordinaire qui n’a pas de difficulté particulière pour accomplir les prières à
l’heure, il ne pourra pas les combiner.

Hajjawy : Et combinez les deux prières de la nuit à cause de la pluie qui trempe les
vêtements, les conditions boueuses, les vents forts qui sont froids.

Fawzan: 1) Une forte pluie rend permis de combiner les prières, en revanche une pluie fine qui ne
trempe pas les vêtements n’est pas concerné par la faciliter de rassembler les prières car il n’y a pas
de mal causé par une telle pluie.

2) « Conditions boueuses » Qui est le résultat des chutes de pluie, puisque ces conditions
défavorables sont une barrière pour quelqu’un qui souhaite aller à la mosquée, il peut combiner
les prières.

3) « Vents forts qui sont froids » S’il y a un vent froid et que les gens ont peur de sortir de chez eux
pour prier à la mosquée, ils peuvent combiner les prières de la nuit (Maghrib et Isha). La condition
est que le vent doit être à la fois froid et fort, la nuit.

Hajjawy : Même s'il devait prier à la maison ou à la mosquée où il peut se rendre par une
passerelle couverte, il peut choisir d’accomplir en jama’ al-taqdim ou al-t’akhir, celui qui
lui convient.

Fawzan : « Même s’il devait prier à la maison… » C’est-à-dire, il peut combiner Maghrib et l’Isha
dans cette situation. Une personne ne fait face à aucun mal en priant à la maison ou si son chemin
vers la mosquée est protégé, malgré tout, il peut combiner les prières avec cette concession qui est
pour tout le monde en général sans exception. (Des cas cités précédemment, par exemple par temps
de forte pluie dans sa ville où les gens ont la permission de rassembler leur prière mais qu’une
personne lui pour aller à la mosquée n’a pas de contrainte à cause de ces fortes averses, il peut toute
de même regrouper ses prières.)

Hajjawi : Si une personne regroupe les prières dans le temps de la première prière, les
conditions sont : Avoir l’intention de regrouper les prières lorsqu’il dit le takbiratul
ihram, ne pas laisser de temps entre les deux prières excepté le temps nécessaire pour
dire l’iqama ou d’accomplir un bref wudu. Cela est annulé si quelqu’un accompli une
prière Sunna (rawatib) entre les deux prières obligatoires et l’excuse pour cette
concession doit être présente au début des prières et au premier taslim.

Fawzan : Quand quelqu’un regroupe les prières dans le temps de la première prière (ex :
quelqu’un regroupe Dhur et l’Asr dans le temps du Dhur), ce qui s’appelle jama’ al-taqdim, il y a
trois conditions :

1) La personne devra avoir l’intention de regrouper les deux prières au début de la première prière.

2) Les deux prières devront être accomplies dans une succession rapide. Elles sont appelées jama’
(regrouper) pour cette raison. Si quelqu’un laisse un vide entre les deux prières ou s’il prie une
prière surérogatoire (nawafil) entre les deux prières, la concession de regrouper les prières est
perdue.

Le Prophète (SallaAllahu ‘alayhi wa salm) et ses Compagnons priaient le Maghrib à Muzdalifa, ils
ont sécurisé leurs animaux puis ils ont prié l’Isha quand ils regroupaient les prières. [Hadith
rapporté par Al Bukhary (1/41-56) (2/200) et Muslim (4/70-73)]
Ceci est la preuve qu’un court vide entre les deux prières est permis.

3) L’excuse qui permet à quelqu’un d’accomplir cette concession de regrouper les prières doit être
présente durant le début des deux prières et dans le premier taslim de la première prière. Si
l’excuse n’est pas présente quand une personne regroupe les prières, cela est invalide.

Hajjawi : Si une personne regroupe les prières dans le temps de la deuxième prière, alors
les conditions sont : Qu’il ait l’intention de regrouper les prières lors du temps de la
première prière, qu’il n'ait pas de contraintes de temps pour l'exécuter et les excuses qui
valident la concession sont présentes jusqu'à la seconde prière.

Fawzan : Si une personne regroupe les prières dans le temps de la seconde prière (ex : la personne
regroupe Maghrib et l’Isha dans le temps de l’Isha), qui s’appelle jama’ al-t’akhir, il y a trois
conditions :

1) D’avoir l’intention dans le temps de la première prière de regrouper les deux prières dans le
temps de la seconde prière (ex : la personne a l’intention de regrouper Maghrib et l’Isha dans le
temps de l’Isha, il devra déjà avoir l’intention dans le temps du Maghrib de regrouper les deux prières
dans le temps de l’Isha.) Si la personne n’a pas cette intention à ce moment, alors combiner les
prières devient invalide.

2) Il ne devra pas être pressé par le temps d’accomplir les prières en regroupement lorsque la
première prière est dû. Dans le cas où le temps est une contrainte, il sera obligé d’accomplir la
première prière seule dans son temps.
3) Si l’excuse pour regrouper les prières est parti avant que la seconde prière soit dû, alors
regrouper les prières n’est pas valide. La personne devra accomplir les prières comme
normalement, c’est-à-dire la première prière est accomplie dans son temps et normalement.