Vous êtes sur la page 1sur 23

BAHI AYOUB

26 ans de KENITRA
Célibataire
QUARTIER CHAABI N°226 ATLASS II KENITRA
06 49 38 00 00
ayoub.bahi93@gmail.com

FORMATIONS/ DIPLOMES
 2018 – 2019 : 1ere année Master ingénierie de la valorisation des ressources naturelles et
management de qualité à la faculté des sciences Ibn Tofil Kenitra.

 2017 - 2018 : Licence professionnelle en métier de la délégation médical à la faculté des sciences
Hassan II Ain Chock Casablanca.

 2011 - 2014 : Diplôme IDE (d’infirmier diplômé d’état) de l’institut de la formation aux carrières
de santé Kenitra, section infirmier polyvalent.

 2010 - 2011 : BACCALAUREAT option science de la vie et de la terre.

EXPERIENCES PROFESSIONNELLES

 Janvier 2017 : Infirmier diplômé d’état au service Chirurgie Maxillo-faciale à l’hôpital des
spécialités CHU Ibn Sina Rabat.
 2014 - 2016 : Infirmier diplômé d’état au service des urgences viscérales, CHU Ibn Rochd
Casablanca.
 2011 – 2014 : Stage aux différents services de l’Hôpital El Idriss de Kenitra (Médecine interne,
pédiatrie, bloc opératoire, gynéco-obstétrique, urgences, chirurgie, ORL, dermatologie,
ophtalmologie, Réanimation …), et dans les centres de santé.
 Expérience Commercial : Vente et Achat

CONNAIS. INFORMATIQUE ET AUTRES


 Bureautique : Traitement de Texte Word ; Tableur Excel ; Power Point ;
 Sériosité dans le travail et sens de responsabilité ; Ponctualité et esprit d’équipe.

LANGUES
...  Langues : Arabe Lu, écrit, parlé

Français Lu, écrit, parlé
Permis B
Anglais Lu, écrit, parlé


DIVERS
 Permis de conduire (B)
 Bénévole, Sport, voyage, internet…


Introduction

Le livre Père Riche, Père Pauvre met en scène l’histoire de deux pères, l’un bardé de
diplômes, l’autre titulaire d’un Bac – 2. Croyant jouir de conditions idéales, le père
surdiplômé laissera à sa mort un héritage proche du néant avec même quelques factures
impayées par ci par là.

Le père titulaire d’un Bac – 2 trouvera le succès financier et deviendra l’un des hommes les
plus riches d’Hawaï et transmettra à son fils un véritable empire. Tout au long de sa vie, le
premier prononcera des phrases du type « Je ne peux me permettre de m’offrir ceci ou
cela » alors que le second dira : « Comment puis-je me l’offrir ? ».

C’est l’histoire d’enfance de Robert Kiyosaki, qui, grâce aux expériences vécues à cette
époque et au mentorat du guide que fut le Père Riche, est devenu un investisseur prospère,
un entrepreneur à succès et un auteur de renommé mondiale.

Le père qui a su accumuler des millions aide deux petits garçons en enseignant
d’inestimables leçons sur l’argent par le biais de leurs propres expériences. La plus
importante d’entre elles étant sans doute de comprendre comment utiliser au mieux son
esprit et son temps pour créer sa propre richesse.

Libérez-vous de la « rat race ». Apprenez à saisir les opportunités, trouvez des solutions,
occupez vous de vos affaires et surtout, apprenez à faire travailler l’argent pour vous, et non
plus à en être l’esclave !

NB : les expressions « pauvres » et « riches » sont utilisées par l’auteur dans le but d’expliquer
quel type de comportement est préférable pour devenir libre financièrement. Il ne s’agit pas
de vous juger sur l’état actuel de vos finances et de votre richesse.

« L’échec fait partie du processus de réussite. Les personnes qui évitent l’échec évitent
également le succès. » Robert Kiyosaki, Rich Dad, Poor Dad
Quelques perles de sagesse tirées du livre Père riche, Père pauvre

 Vous êtes à l’image de vos pensées,


 Etre salarié, c’est une solution à court terme à un problème de long terme,
 Un esclave même payé une fortune reste un esclave,
 A quoi cela sert-il de vouloir gravir les échelons de l’entreprise quand vous pouvez
posséder l’entreprise ?
2 chemins divergeaient à l’orée d’un bois, et moi,
J’ai choisi le moins emprunté, celui que personne ne prend,
Et c’est ce choix qui a fait toute la différence.
Robert Frost, the Road Not Taken

Avec son livre Père riche, Père pauvre, Robert Kiyosaki enseigne une méthode
qui a fait de lui un multi millionnaire
Leçon n°1 : Les riches ne travaillent pas pour l’argent :

Comment Robert Kiyosaki créa sa première entreprise à l’âge de 9 ans

A l’âge de 9 ans, Robert Kiyosaki et son meilleur ami Mike ont demandé au père de Mike
(Père Riche) de leur apprendre à gagner de l’argent. Après 3 semaines passées à faire le
ménage dans l’un des nombreux magasins du père de Mike pour un salaire de misère (10
cents la semaine !), l’auteur n’en peut plus et pense de plus en plus à démissionner.

C’est le moment que choisi son Père Riche pour lui donner sa première leçon sur l’argent
: certaines personnes quittent leur travail car elles ne sont pas assez bien payées. D’autres
y voient l’opportunité d’apprendre quelque chose de nouveau.

TRAVAILLEZ POUR APPRENDRE : UNE ASTUCE UTILISÉE PAR LES RICHES


Ensuite, Père Riche demande aux deux jeunes garçons de travailler pour lui gratuitement. En
agissant de la sorte, il veut les forcer à imaginer une façon de créer leur propre source de
revenus indépendamment de leur travail pour lui. L’inspiration leur vient quand ils
remarquent que certaines bandes dessinées sont délaissées dans le magasin.

Qu’à cela ne tienne, ils les récupèrent et ouvrent une bibliothèque pour leurs petits
camarades de classe et leur font payer un droit d’entrée : 10 cents les 2 heures de lecture. Ils
rémunèrent la sœur de Mike 1 dollar par semaine pour s’occuper de la gestion de leur petite
affaire.

Bientôt, ils touchent 9,5 dollars par semaine, sans avoir à se préoccuper de la gestion de leur
bibliothèque. Leur première entreprise vient de voir le jour !
Leçon n°2 : Pourquoi dispenser une « éducation financière » ?

On ne vous apprend pas à devenir riche à l’Ecole.

Le fossé qui se creuse actuellement entre les plus riches et les plus démunis n’est pas dû au
hasard. Le système éducatif, tel qu’il est construit aujourd’hui, ne permet pas de réduire
cet écart.

Son objectif premier est de vous apprendre à vous insérer dans le monde professionnel tel
qu’il est déjà donc à vous permettre de devenir de très bons employés. Pas de très bons
employeurs. Et cela fait toute la différence.

Le système éducatif actuel n’enseigne pas non plus les bases de la gestion des finances
personnelles qui ont permis aux riches de construire leur richesse. Il est de votre
responsabilité de vous former et d’utiliser cette connaissance pour acquérir les actifs qui
vous permettront de générer des revenus.

Le problème n’est pas de savoir combien vous gagnez mais bien plus combien vous
parvenez à mettre de côté.

La première étape pour sortir de la « rat race »* est de :

COMPRENDRE LA DIFFERENCE ENTRE UN ACTIF ET UN PASSIF

Un actif est un titre ou contrat qui permet de générer des revenus à son propriétaire.
Un passif, au contraire, génère des dépenses.

Quelques exemples :

ACTIFS PASSIFS
Immobilier Emprunt
Actions Prêt à la consommation
Obligations Cartes de crédit
Propriété intellectuelle
Les pauvres gèrent leur argent au jour le jour, les personnes appartenant à la classe
moyenne achètent des passifs alors qu’ils pensent acquérir des actifset les riches ou futurs
riches construisent une base solide d’actifs leur générant des revenus.

La classe moyenne se retrouve en permanence dans un état constant de lutte financière.


Leur première source de revenus est le salaire. Et les augmentations de salaire
s’accompagnent généralement de hausses d’impôts.

Leurs dépenses augmentent en même temps que leurs salaires. D’où l’expression « rat
race*» qui se traduit par une sorte de course effrénée à la consommation et au
remboursement concomitant des emprunts contractés pour consommer.

Enfin, ils considèrent leur maison comme leur actif le plus important au lieu d’investir dans
des actifs qui leur permettront de générer des revenus. Car non votre résidence principale
n’est pas un actif !

Les riches restent riches et le deviennent de plus en plus car ils acquièrent en permanence
des actifs et leurs investissements génèrent des revenus toujours plus conséquents, qui
dépassent de loin leur rythme de dépenses.

VOTRE RESIDENCE N’EST PAS UN ACTIF

Voici pourquoi votre résidence principale n’est PAS un actif :

1. Vous travaillerez toute votre vie pour rembourser l’emprunt que vous avez contracté,

2. Vos charges d’entretien représentent des frais importants,

3. Vous devez vous acquitter de la taxe foncière,

4. Votre résidence principale peut se déprécier si le marché de l’immobilier chute ou si


vous achetez en haut de cycle,

5. Plutôt que d’avoir investi dans un actif qui vous rapporte de l’argent régulièrement,
vous remboursez vos mensualités de crédit à la banque. Autrement dit, le véritable
propriétaire de votre maison : c’est la banque !
Si vous souhaitez réellement acquérir votre résidence principale, générez d’abord les
revenus qui permettront de financer vos mensualités de crédit.

Voici quelques exemples d’actifs véritables :

- Un appartement que vous louez et dont le loyer versé par le locataire vous permet de
rembourser la mensualité du crédit contracté pour acquérir le bien,

- Un business qui ne requière pas votre présence mais dont vous êtes le principal
actionnaire.

En résumé, les principales étapes pour sortir de la « rat race » sont :

1. Comprendre la différence entre un actif et un passif,

2. Concentrer ses efforts sur l’achat d’actifs générant des revenus réguliers,

3. Maintenir ses dépenses et ses dettes à un niveau minimal,

4. S’occuper de ses propres affaires !

Leçon n° 3 : Occupez-vous de vos propres affaires !

Gardez votre travail actuel mais commencez à réfléchir à votre propre Business.

L’auteur a débuté sa carrière professionnelle en vendant des photocopieurs chez Xerox.


Grâce à ses revenus, il a investi dans l’immobilier. En l’espace de 3 ans seulement, les
revenus générés par ses investissements dans l’immobilier ont excédé son salaire.

Il a ensuite décidé de quitter l’entreprise pour s’occuper à plein temps de son propre
business. Il savait que c’était la seule solution pour sortir de la « rat race ».

Ne dépensez pas tous vos revenus. Construisez-vous un portefeuille diversifié d’actifs et


vous dépenserez plus tard quand ces actifs vous rapporteront suffisamment.
Leçon n° 4 : L’histoire des taxes et le pouvoir des entreprises

L’impôt sur le revenu a vu le jour en Angleterre dès 1874. Aux Etats-Unis, il a été introduit en
1913. Ce qui était au départ un plan pour faire participer les riches à la croissance et au
développement de la Nation a ensuite été étendu à la classe moyenne et aux pauvres.

Les riches possèdent une arme secrète pour se protéger des taxes particulièrement lourdes.
Il s’agit tout simplement de leur entreprise. Cela leur offre nombre d’avantages en termes
de fiscalité.

Le mécanisme par lequel les riches minimisent leurs impôts est le suivant :

Les propriétaires d’entreprise Les salariés d’entreprise

1. Gagnent de l’argent 1. Gagnent de l’argent

2. Dépensent leur argent 2. Paient leurs impôts

3. Paient leurs impôts 3. Dépensent leur argent

Pour résumer : PAYEZ-VOUS EN PREMIER !

L’auteur nous invite ensuite à prendre en considération les principaux composants de ce


qu’il appelle le QI Financier :

1. La comptabilité. Vous n’avez pas le choix. Si vous souhaitez investir en bourse, il vous
faudra nécessairement avoir quelques notions de comptabilité pour savoir lire les rapports
annuels des entreprises dans lesquelles vous souhaiterez investir. Il en sera de même si vous
souhaitez créer votre propre business.

2. La stratégie d’investissement. Cette faculté s’affinera avec l’expérience. Echangez avec


des investisseurs et observez comment ils se comportent. Assistez à des séminaires sur le
sujet.
3. La loi du marché. Maîtrisez la loi de l’offre et de la demande. Aucun chef d’entreprise ne
peut réussir s’il ne maitrise pas un tant soi peu cette base. Sachez comprendre les besoins de
vos clients.

4. Le droit. Il faut un minimum de connaissances en droit pour faire croitre votre business
dans les bons clous. Perfectionnez-vous si besoin !

« Les employés travaillent dur de manière à ne pas se faire virer, et les propriétaires paient
juste assez pour qu’ils ne quittent pas leur emploi. » Robert Kiyosaki, Rich Dad, Poor Dad

Leçon n° 5 : Les riches créent leur propre richesse :

La confiance en vous associée à un QI financier élevé seront sans aucun doute vos alliés les
plus sûrs pour atteindre la liberté financière. Bien sûr, il vous faudra économiser chaque
mois avant d’investir. Mais cela, seul, ne suffira pas.

Utilisez votre temps à bon escient et trouvez les meilleures opportunités

Prenons un exemple. Au début des années 90, l’économie de Phoenix était au plus mal. Des
maisons achetées $100.000 se vendaient à $75.000. L’auteur fit alors son marché aux
enchères publiques de maisons saisies pour impayé et acquit le même type de maisons pour
$20.000. Il les revendit ensuite au prix de $60.000 réalisant au passage une plus value plutôt
confortable.

Après 6 mois passés à agir de la sorte, il dégagea un bénéfice net total de $190.000 pour 30
heures réellement travaillées !

Père Riche explique qu’il y a deux types d’investisseurs :

1. Ceux qui achètent des « packages d’investissement »

Vous êtes dans ce cas lorsque vous confiez votre argent à un promoteur immobilier, un
gérant de fonds. C’est une façon simple et claire de placer votre argent.
2. L’investisseur professionnel

Vous êtes dans ce cas lorsque vous vous occupez de vos propres investissements. Vous
saisissez vous-même les opportunités qui se présentent à vous. C’est ce type de
comportement qu’encourage Père riche. Pour cela, vous devez travailler 3 types
d’aptitudes :

 Savoir identifier une opportunité que personne d’autre n’a vue,

 Comment lever des fonds,

 Savoir faire travailler ensemble des gens intelligents.

Identifier une opportunité que personne d’autre n’a vue

Apprenez à identifier ce qui fait VRAIMENT la valeur ajoutée d’un business. Pensez-vous
réellement que ce qui fait le cœur du business de Mac Donald’s, ce sont les hamburgers ? En
réalité, le cœur du Business de la chaîne de fast-food, c’est l’immobilier et la recherche
d’emplacements stratégiques dans les quartiers les plus en vogue de chaque ville du monde.

Il y a une dernière chose qu’il vous faudra absolument maîtriser pour réussir dans vos
investissements : c’est l’acceptation du risque. Vous devez apprendre à maitriser vos
émotions et à faire fi des éventuels échecs que vous subirez. C’est votre capacité à rebondir
qui apportera la réussite, pas votre volonté de réussir tout de suite.
Leçon n° 6 : Travaillez pour apprendre, ne travaillez pas pour
l’argent :

La biographie de Robert Kiyosaki

Après ses études, l’auteur a rejoint le corps des Marines. Il a notamment appris à diriger des
troupes, une leçon essentielle pour apprendre à manager en entreprise.

Par la suite, il rejoignit Xerox où il apprit à vaincre sa peur du rejet en devenant l’un des 5
meilleurs commerciaux de l’entreprise. Ayant atteint son objectif, il quitta la compagnie et
commença à s’occuper de son propre business.

DEVENEZ UN EXPERT EN MARKETING, MANAGEMENT ET EN COMMUNICATION

Une éducation différente

Les Ecoles forment des professionnels. Des professionnels qui deviennent tellement
spécialisés dans un domaine qu’ils ne savent plus comment se débrouiller dans d’autres et
qu’ils ont ensuite besoin de se syndiquer pour protéger leur travail.

La spécialisation n’est pas nécessairement la panacée dans l’optique qui nous occupe mais
bien plus de retenir les leçons essentielles dans chaque domaine pour maitriser les 20% qui
apportent 80% de la valeur ajoutée de votre futur business !

C’est ce genre d’enseignement que Père Riche a transmis à l’auteur et son ami Mike. Mike a
par la suite repris l’empire que lui laissait son père alors que dans le même temps, l’auteur
créait le sien via l’immobilier, le lancement de nouveaux produits et des programmes
d’éducation.

3 aptitudes essentielles pour le management

1. La gestion de trésorerie

2. Le management de systèmes (inclus le temps en famille et pour les amis !)

3. Le management des hommes


5 obstacles qui peuvent vous nuire pour atteindre la liberté financière

1. La peur. N’agissez pas uniquement en fonction de ce que vous pensez être le plus « sûr ».
Si vous ne vous engagez pas et que vous ne voyez pas grand, vous ne réussirez jamais.

2. Le cynisme. N’écoutez pas les personnes de votre entourage qui ne se donnent pas les
moyens de réussir et se permettent de critiquer ce que vous êtes en train de réaliser.

3. La paresse. Ne cédez pas aux sirènes de la « rat race ». Si vous vous reposez sur vos
lauriers, vous ne vous sortirez jamais du quotidien qui ne vous satisfait pas. Soyez proactif et
persévérant !

4. Les mauvaises habitudes. Vos habituelles dépenses doivent se transformer en épargne et


en investissements. La liberté est à ce prix !

5. L’arrogance. Ne pensez pas que vous savez tout à propos de l’argent. Ecoutez ce que les
autres ont à vous dire. Formez-vous !

10 étapes pour réveiller votre génie financier

1. Trouvez quelque chose qui dépasse votre réalité, votre rêve le plus fou. Imaginez la
liberté, le mode de vie que vous auriez alors si vous pouviez maitriser votre temps. Pensez à
ce que vous ne souhaitez pas être et tirez un trait dessus !

2. Mettez à l’épreuve votre libre-arbitre, tous les jours. Vous pouvez choisir de regarder «
La roue de la fortune » ou « Capital ». Tout dépend de la façon dont vous souhaitez occuper
votre temps et votre énergie. Tout dépend de vous !

3. Choisissez vos amis avec précaution. Ne vous laissez pas polluer pas les avis tranchés de
certaines personnes qui ont un avis sur tout et ne font jamais rien. Entourez-vous de gens
créatifs et qui veulent vraiment prendre les commandes de leur vie.

4. Apprenez une leçon sur vos finances. Apprenez en une autre, et apprenez vite !
5. Payez-vous en premier. Auto-disciplinez-vous en maintenant au plus bas votre niveau de
dépenses. Vos locataires doivent vous servir à financer vos dépenses et vos économies à
investir et non à régler vos factures !

6. Rémunérez généreusement les gens qui travaillent pour vos finances. S’ils sont efficaces,
sachez être reconnaissant. Ils n’en seront que d’autant plus motivés !

7. Faites comme les capital risqueurs. C’est le concept qui est à l’origine du ROI (Return On
Investment ou encore Retour sur Investissement). Investissez et reprenez ensuite votre
argent une fois que l’investissement vous rapporte suffisamment sans votre apport initial.

8. Faites-vous plaisir. Une fois que vous générez des revenus suffisants via vos
investissements, n’hésitez plus à vous offrir la nouvelle Audi TT. Foncez !

9. Trouvez vous un mentor. Et agissez comme lui au quotidien. Plus vous aurez l’impression
d’agir de manière extraordinaire, plus vous le deviendrez. C’est aussi simple que cela.

10. Donnez et vous recevrez en retour. Si vous donnez de bon cœur sans attendre en retour,
vous recevrez l’équivalent au centuple. C’est la loi de l’attraction en action !

L’ACTION SERA TOUJOURS VOTRE MEILLEURE ALLIEE, L’AIDE PAR EXCELLENCE, PAS
L’ATTENTISME CHRONIQUE

Pour conclure, votre plan d’action pour atteindre la liberté financière :

1. Arrêtez ce que vous êtes en train de faire. Evaluez votre situation actuelle. Arrêtez ce qui
ne marche pas et envisagez toutes les options possibles,

2. Soyez toujours à la recherche de nouvelles idées,

3. Agissez ! Trouvez des gens qui ont déjà fait ce que vous souhaitez réaliser et rencontrez-
les, posez leur des questions et demandez leur des tuyaux. Invitez-les à déjeuner !

4. Formez-vous et achetez des podcasts et/ou des vidéos de formation,

5. Faites de nombreuses offres. Négociez, tâtez le terrain et interagissez avec vos futurs
clients si vous souhaitez créer votre business. Soyez proactif !
6. Allez faire un tour dans le voisinage et soyez attentif aux petites annonces immobilières.
Une super affaire est peut-être au coin de votre rue,

7. Voyez grand. Ne vous cantonnez pas à ce que vous estimez être déjà bien suffisant.

8. Apprenez de l’histoire. N’hésitez pas à vous inspirer des biographies des milliardaires du
monde entier pour comprendre quel a été leur parcours et leur façon de pensée. C’est une
véritable mine d’or en matière d’apprentissage !

« Les pauvres et la classe moyenne travaillent pour de l’argent. Les riches font travailler
l’argent. » Robert Kiyosaki, Rich Dad, Poor Dad

Leçon n°7 : Surmonter les obstacles :


La différence majeure entre une personne riche et une personne pauvre est la manière dont
elles gèrent leurs peurs.

Kiyosaki nous présente dans Père Riche Père Pauvre 5 raisons pour lesquelles une personne
ayant une bonne intelligence financière risque de ne pas réussir malgré tout :

La peur – Beaucoup de personnes jouent pour ne pas perdre quand elles devraient jouer
pour gagner. Personne n’aime perdre de l’argent. Mais les seules personnes qui n’ont jamais
perdu d’argent en investissant sont celles qui n’ont jamais investi.

Le scepticisme – Soyez de bons septiques, informez-vous, essayez et faites-vous votre propre


opinion.

La fainéantise – Une des formes de fainéantise la plus rependue est celle d’être trop occupé.
Trop occupé pour s’occuper de sa santé, du développement de sa richesse ou de ses
relations.

Les mauvaises habitudes – Prenez l’habitude de vous payer vous-même en premier.

L’arrogance – Père riche explique à Robert que chaque fois qu’il a été arrogant il a perdu de
l’argent car il pensait que ce qu’il ne savait pas n’était pas important. Beaucoup de
personnes utilisent l’arrogance pour cacher leur ignorance.
L’ignorance n’est pas une mauvaise chose si vous savez comment vous éduquer pour y
remédier ou vous faire aider de quelqu’un ayant les connaissances suffisantes.

Il y beaucoup de personnes dans le monde de la finance, du business et de l’investissement


qui n’ont absolument aucune idée de ce dont elles parlent.
Conclusion

Père Riche Père Pauvre est un ouvrage extraordinaire, au sens littéral. Je ne saurais exprimer
pleinement à quel point ce livre a transformé ma vision de l’argent et surtout
ma perception de la richesse.

Avant cette lecture, une partie de moi-même était persuadée que tous les « riches » étaient
nés comme ça, qu’il fallait déjà avoir de l’argent pour s’enrichir et que la seule solution était
de prendre part à la « rat race », que je ne nommais pas encore ainsi.

Désormais, je suis fermement convaincu que s’enrichir ça s’apprend et que la liberté


financière est un objectif réaliste si l’on s’y prend avec méthode et patience. Je suis devenu
un vrai investisseur au sens de Robert Kiyosaki et si mes actifs ne me rapportent pas encore
suffisamment pour vivre, j’ai bon espoir que cela soit le cas dans un horizon de 5 à 10 ans. En
tous les cas, je ferai tout pour !

Mon conseil, si vous devez commencer votre éducation financière par un livre, est de
débuter par celui-là, je vous assure que vous ne le regretterez pas. Mais ne vous y trompez
pas : l’objectif de l’auteur est de vous coacher et de vous motiver pour vous permettre de
prendre le chemin qui mène à la liberté financière.

Pas de vous apporter des réponses prêtes à l’emploi. Alors lisez-le, fixez-vous des objectifs et
lancez-vous ! Et ne perdez surtout jamais de vue que l’enrichissement, c’est avant tout une
expérience de vie hors du commun.Bonne route ! 🙂

Points forts :

 Idée originale des 2 Pères et présentation extrêmement efficace et pédagogique de


concepts financiers qui ne sont pas si simples,

 Livre incroyablement motivant et inspiré de l’expérience personnelle de l’auteur qui


est lui-même millionnaire,
 On ne compte plus les témoignages de gens sur la toile qui disent s’être lancés dans
le marketing de réseau, l’investissement immobilier, la création de Business après
avoir lu le livre,

 Ce ouvrage est un véritable guide pour investisseurs en devenir et propose un


cheminement pour devenir un investisseur chevronné,

 L’auteur fait l’éloge du style de vie des gens fortunés et de la prospérité en général.

Point faible :

 On regrettera un certain manque de précisions dans les domaines évoqués par


Robert Kiyosaki. Comme il le dit lui-même, ses livres sont des outils de motivation,
pas des livres d’expert financier.
Exemples de projets :

Situation actuel Situation à venir

Investisseur en secteur Agro-alimentaire (la


raison de faire un Master en Ingénierie de

Fonctionnaire d’état (infirmier diplôme valorisation des ressources Naturelles et

d’état au CHU Ibn Sina de Rabat depuis management de qualité

Décembre 2014)
Vendre des produits Marocaines en ligne

1- Secteur de L’Agroalimentaire :

Répartitions des investisseurs par secteur :


On remarque que l’industrie Agroalimentaire représente seulement 0.96% dans la totalité
des secteurs, donc une opportunité pour investir.

Présentation du secteur :

La filière agroalimentaire représente un des secteurs industriels moteurs de l’économie


marocaine. Il est le premier secteur industriel du pays bénéficiant d’une forte demande
intérieure et internationale.

La filière contribue à environ 35% au PIB industriel (8% du PIB national). Elle réalise une
production de plus de 80 milliards de DH, dont 25% destinés à l’export.

En termes d’investissements, le secteur a reçu près de 16 milliards de DH d’investissements


sur la période 2004-2008. Il rassemble aujourd’hui 29% des entreprises industrielles,
employant plus de 90.000 personnes.

Orientation :

Parmi mes idées dans ce secteur et de s’orienter vers des projets agricoles ambitieux, le but
est de louer des terres et d’investir dans la production de matières premières très
recherchées par l’industrie agroalimentaire : fruits secs, plantes aromatique et médicinales,
céréales, oléagineux, etc., la vente d’engins industriels destines a l’agriculture.

Dans la région :

Le secteur agro-alimentaire occupe une place importante dans l’économie de la région


Rabat-Salé-Kénitra, par la valorisation de la production agricole, par la participation au
développement des échanges (exportations) et la contribution à l’approvisionnement du
pays en produits alimentaires de base.

La Région de Rabat-Salé-Kénitra compte 212 établissements agro-industriels opérant dans


les différents secteurs de l’agro-industrie offrant plus de 10000 postes d’emplois avec une
valeur de la production estimée à 6 Milliards de dirhams. (Une opportunité pour un
investissement dans ce secteur grâce a ces chiffres qui reste moyenne)

Financement :
En plus des offres de financement classiques disponibles auprès de l’ensemble des banques
marocaines, trois banques partenaires du Pacte Emergence – Attijariwafa Bank, BMCE Bank,
et Banque Centrale Populaire – se sont engagées à mobiliser une enveloppe globale de 3
milliards de dirhams pour accompagner les investisseurs évoluant dans ces métiers. mais
également en termes de conseil et d’accompagnement.

En termes d’offre bancaire, l’approche privilégiée est une approche « clés en main » pour
faciliter l’installation et la montée en charge des opérateurs et permettre à ses derniers de
se focaliser sur leur business.

Formation :

Afin d’accompagner le développement du secteur agricole et de renforcer sa capacité


d’attraction des investissements, l’Etat a mis en place, en collaboration avec le secteur privé,
un programme de formation de 24.000 profils à horizon 2020, présentant ainsi des
qualifications adaptées aux besoins du marché :

500 lauréats en management

500 ingénieurs

8.500 techniciens

4.500 opérateurs

Lieu(x) d'implantation(s) : possibilité d’autres régions appart du Gharb :

Pour développer le secteur agroalimentaire marocain, l’Etat met en œuvre un programme


de développement de Plateformes Industrielles Agroalimentaires (Agropoles), se
caractérisant par des infrastructures et des services aux meilleurs standards internationaux.
Ces Agropoles sont au nombre de six :

L’Agropole de Meknès

L’Agropole de l’Oriental

L’Agropole du Sous

L’Agropole du Gharb

L’Agropole du Haouz

L’Agropole du Tadla
2- Secteur d’achat et vent des produits Marocaine en ligne :
- Idée a priori séduisante, si on est sur place, on peut acheter au meilleur prix, sélectionner
vous-même les bons artisans, profiter de la vague ethnique, du bio, de l’équitable, de la
tendance mode qui valorise l’huile d’argan et le safran.

- Avoir un site internet e-commerce ou vendre dans des sites tres connu à l’échelle mondiale
(eBay, Amazon, aliexpress…)

Chiffres incroyables durant ces trois dernières années :

Durant l’année 2015, les commerces et e-commerces confondus ont pu réaliser 32,8 millions
d’opérations de paiement par cartes bancaires pour un montant global de 22,9 milliards de
dirhams. Par rapport à l’année précédente, ces chiffres sont en progression de 17,1 % en
nombre et de 9,6 % en montant. Les sites de vente en ligne à eux seuls ont réalisé 2,5
millions d’opérations de paiement en ligne pour un montant global de 1,330 milliard de
dirhams. Comparées aux chiffres de l’année 2014, ces statistiques démontrent une hausse
inouïe de 22,5 % en nombre et 12,4 % en montant.

Clé de succès :
- Vendre vos produits et services sur le Web est un projet qui ne s’improvise pas à la légère.
Votre boutique en ligne se doit d’être performante et évolutive, tout en restant facile
d’utilisation.
- Avoir une équipes compétentes et spécialistes du e-commerce.
- Le savoir être et le savoir faire
- fournisseur de produit, qualifier expert…
- Avoir des produits de qualité et originale pour attiré la clientèle.
- Etude de marche.
- compagne de publicités sur Google.
- lieux pour stockage et avoir une équipes formés sur le packaging.

Les conditions pour que ça marche :

 acheter au Maroc, expédier en Europe et vendre avec une structure française.


 trouver des produits originaux, de qualité, quitte à fabriquer, pour pouvoir vendre
cher, sans comparaison directe, et absorber le coût des douanes.
 avoir un site vraiment professionnel et bien référencé, et passer du temps sur
internet pour vendre votre marque.
 travailler, réellement, en plusieurs langues, pour s’adresser à des marchés où
la concurrence est moindre qu’en français et en espagnol.
 surveiller ses fournisseurs de très près, c’est presque comme en Chine, chaque
livraison, chaque achat doit être vérifié.
 avoir le temps (et donc l’argent) pour attendre que les problématiques
d’infrastructures disparaissent, les choses s’améliorent rapidement