Vous êtes sur la page 1sur 25

Rédigé par Moussa Issa Djafarou

INTRODUCTION

25
Rédigé par Moussa Issa Djafarou

INTRODUCTION
L’institut universitaire de technologie de Maradi est un établissement public à caractère
professionnel et technique qui a vu le jour en octobre deux mille huit (2008). Il a ouvert ses
portes dans les filières de Génie civil et Génie électrique et un an plus tard, la filière de Génie
mécanique a vu jour.

Les étudiants de la première année sont envoyés en stage pratique dans les bureaux d’études
et les entreprises afin d’acquérir des connaissances pratiques et d’être en contact avec la vie
professionnelle.

C’est dans cette optique que j’ai effectué un stage d’un mois pendant la période allant du 25
juillet au 25 août 2018 dans l’Entreprise Hassan Amadou Ado (EHAA) dans le cadre d’une
construction de deux blocs de trois salles de classe séparées.
Le présent rapport est divisé en deux grandes parties :
Première partie : présentation de la structure d’accueil et du projet
Deuxième partie : les différents matériels, matériaux et les tâches exécutées

25
Rédigé par Moussa Issa Djafarou

PREMIERE PARTIE : GENERALITES

25
Rédigé par Moussa Issa Djafarou

CHAPITRE I : PRESENTATION DE LA STRUCTURE D’ACCUEIL

1.1 Situation géographique Et Historique 

Dotée d’une telle expérience, l’entreprise Hassan Amadou Ado (EHAA) a été créée le 23
Aout 2012 à Agadez et est située non loin de sapeur-pompier. Elle a réalisé des grands projets
notamment celui du salon d’honneur de sultan d’Agadez dans le cadre d’Agadez sokni dont
elle a reçu l’ordre du mérite décerné par le président de la république. Cette entreprise a
également effectué d’autres travaux comme celui de maison d’arrêt d’Iferouāne, hôpital de
bilma et d’autre petit projet à savoir :
Salle de classe, mûr de clôture, maternité etc.

1.2 DOMAINE D’ACTIVITE


Débutée, d’un capital de 3.000.000 franc CFA dont le directeur général est Hassan Amadou
Ado, l’entreprise a évolué au fil de temps et intervient dans diverses activités à savoir :

 BTP/Hydraulique

 Commerce General

 Vente et location du terrain.

1.3 ORGANISATION DE L’ENTREPRISE


L’entreprise Hassan Amadou Ado est composée :

 un Directeur technique

 Trois techniciens supérieurs

 Huit chefs de chantier

 Un secrétaire et un comptable

25
Rédigé par Moussa Issa Djafarou

CHAPITRE II : Présentation du projet


I. Présentation
I.1 Présentation du projet
Le projet consiste à construire deux (2) blocs de trois (3) salles de classes séparées.
I.2 Présentation du chantier
Le chantier est situé dans le département d’Arlit plus précisément à Akokan dans un
collège d’enseignement secondaire (CEG/AZOUROU/AKOKAN).

Photo: Image satellitaire

25
Rédigé par Moussa Issa Djafarou

I.3 Présentation de l’équipe du chantier


Sur le plan organisationnel, on peut dire que c’est une équipe qui s’organise sur une
législation professionnelle. Cela s’explique par le respect que nous avons constaté entre les
différentes parties du chantier : le maître d’ouvrage, le technicien, le maître maçon, les aides
maçons et les manœuvres.
 Le maître d’ouvrage : Il est la personne (physique ou moral) qui fait construire et qui
paye.
 Le technicien : Il est la personne qui étudie les projets de l’architecture (plan
d’exécution). Il veille et surveille l’avancement des travaux et il donne l’ordre de passer
d’un niveau- fini à un niveau qu’on va débuter.
Exemple : Passage de Chainage bas à la maçonnerie en agglos creux de 15.
 Le maitre maçon : Il est un ouvrier hautement qualifié possédant des compétences et une
parfaite maitrise de son métier. Il effectue les travaux les plus difficiles.
 Les aides maçons : Personnels effectuant des travaux simples ne nécessitant pas une
spécialisation d’adaptation préalable sans initiative particulière ou formation
professionnelle.
Ils sont classés en échelon selon leur degré de travail. Ils s’occupent de fabrication
manuelle de béton ou de mortier assemblage d’éléments simples et d’armature.
 Les manœuvres : personnels de simple exécution sans responsabilité, effectuant des
manutentions ou des tâches auxiliaires ne nécessitant pas des spécialisations d’adaptation
préalable. Ils effectuent des travaux comme : nettoyage ordinaire, déblais et remblais…

II. Installation du chantier

Installer un chantier, c’est mettre en place sur le terrain choisi pour la construction les
moyens nécessaires au commencement des travaux.
Les installations sont plus ou moins importantes, en fonction de la taille du chantier. De
plus, la mise en place de certaines installations ne se fera qu’au fur et à mesure des besoins du
chantier. Mais il faut prévoir l’emplacement sur le plan d’installation du chantier.

25
Rédigé par Moussa Issa Djafarou

II.1 Approvisionnement
L’aménagement des différentes voies en vue de faciliter l’accès au chantier pour
l’approvisionnement du chantier en matériaux (liants, aciers, sable, gravier…) a été effectué.
Une alimentation en eau est programmée, en cas de rupture une citerne est disponible.
Enfin plusieurs espaces ont été aménagés notamment :
 Une aire de stockage des matériaux de base tels que granulats.
 Une aire de fabrication des bétons, et mortiers.
 Une aire de préfabrication des agglos.
 un poste de façonnage des aciers.
 un poste de confection des gabaries de coffrage et un hangar de stockage de ciment.

II.2 Implantation
L’implantation est l’ensemble des procédures permettant de :
 Repérer le bâtiment à construire (Bornage-piquetage)
 Projeter les axes, dimension et épaisseurs des bâtiments en plan, sur le terrain.
Elle peut être réalisée de deux manières :
- Sans plan de masse et plan d’implantation ; donc implantation directe des chaises par le
plan du bâtiment et les indications du maitre d’œuvre.
- Avec plan de masse et plan d’implantation.
Plan de masse : il permet de situer le bâtiment à l’aide de détails déjà existant sur le terrain.
Plan d’implantation : il donne les dimensions du bâtiment et leur épaisseur.

25
Rédigé par Moussa Issa Djafarou

DEUXIEME PARTIE : MATERIELS, MATERIAUX ET LES TACHES EXECUTEES

25
Rédigé par Moussa Issa Djafarou

Chapitre. I : Les différents moyens personnels, matériels et matériaux


utilisés
1.1 Moyens personnels
Au moment de cette construction plusieurs personnes ont fait preuve d’aptitude à savoir :

 Le Directeur Général ;
 Le Directeur technique ;
 Le Directeur financier qui est le comptable ;
 Un conducteur de travaux ;
 Un chef de chantier ;
 Des maçons ;
 Des ferrailleurs ;
 Des menuisiers ;
 Des manœuvres

1.2 Moyens matériels


Pour faire une construction plusieurs matériels sont à usage, c’est comme :
 La brouette
En effet ce matériel permet de transporter des matériaux sur le chantier dans la mesure du
dosage.
 La pelle
Généralement constitué du bois et du métal, elle est utilisée le déplacement d’un matériau et
pour le malaxage en cas de manque d’une machine d’un béton.

 Aiguille vibrante
Utilisée pour vibrer le béton lors du coulage afin d’éviter moins de vide et d’avoir une bonne
adhérence.
 La bétonnière
Matériels moderne, la bétonnière est une machine utilisée pour bien fabriquer un béton.
 La pioche
Objet utilisé pour la fondation.
 Fil à plomb
Ce matériel est utilisé pour mesurer l’horizontalité du mur.

25
Rédigé par Moussa Issa Djafarou

 Niveau à eau
Matériel servant à la mesure de la verticalité du mur.
II.3 Matériaux utilisés :
Après avoir fait différente étude, les matériaux utilisés sur ce chantier sont :
 La brique
Objet utilisé pour la construction d’un ouvrage.
 Le ciment
Liant hydraulique car il s’hydrate en présence d’eau, caractérisé par leur résistance en 28 jours
le ciment se classe en trois catégories. Le ciment utilisé sur ce chantier est du type CPJ 35
SNC de malbaza.
 Le sable
Le sable qui doit être utilisé sur le chantier devrait être propre bref exalté de toute matière
terreuse et organique.
 Le gravier
Ce matériau doit être roulé ou concassé et préalablement tamisé avant l’utilisation.
 L’acier
L’acier utilisé sur le chantier est de type haute adhérence (HA). C’est un acier qui a subi
un traitement de ses caractéristiques ; ce qui lui confère une résistance élastique élevée.
Les diamètres utilisés sont 12, 10, 6,8 mm.
 Le béton
Il est un mélange intime de granulats (graviers, sable) liés entre eux par une pâte de
ciment (ciment + eau). Le mélange de ces différents constituants doit être fait après avoir
étudié tous les constituants ainsi que leur dosage.
Pour un dosage de 350 Kg/m3
- Ciment : 7 sacs de 50 kg
- Sable : 400 litres
- Gravier : 800 litres
- Eau : 175 litres environ
- Classe granulaire : 8/40
Le granulat contient de l’argile et d’impureté, pouvant nuire au béton donc il faut le laver
avant utilisation. Le granulat une fois lavé, contient évidemment une quantité d’eau. Au
mélange, on doit tenir compte de cette quantité d’eau, pour éviter l’excès d’eau dans le béton,
qui joue sur la résistance en la diminuant.

25
Rédigé par Moussa Issa Djafarou

Cependant, il existe deux types de méthode de préparation de béton :


1ère méthode moderne : utilisée pour le béton de grande qualité. Cette méthode consiste à
utiliser une bétonnière. Aussi, s’il s’agit d’un très grand chantier la préparation est réalisée
dans une centrale à béton.
2ème Méthode artisanale : utilisée pour le béton de petite quantité. La préparation s’effectue
normalement sur une plateforme de surface plane et propre. Mais de nos jours, ça se fait au
sol, rendu propre. Elle est celle utilisée sur notre chantier.
Mode opératoire

N° Phases Points clés


1 Cherché 1 sac de ciment
1 brouettes de sable en vrac
2 brouette de gravier en vrac
2 Verser Le sable, le ciment puis le gravier sur la plateforme
3 Mélanger Sable + ciment et gravier en faisant des petits tas surtout
mélangé dans la brouette et l’eau.

Chap. II : Les travaux effectués


1.La fondation
En général on a trois (3) grandes catégories de fondation :
-Fondation superficielle
-Fondation Semi- profonde
-Fondation profonde
On appelle fondation, la partie base de l’ouvrage se trouvant en contacte directe avec le
terrain naturel. Elle reprend les charges et surcharges du bâtiment, la transmette au sol et la
repartie uniformément pour une meilleure stabilité de l’ensemble de l’ouvrage.
Avant de procéder à la fondation, il est nécessaire de connaitre la nature et les
caractéristiques physique et mécanique du sol d’assise.

I. La fouille

25
Rédigé par Moussa Issa Djafarou

Consiste à creuser le sol, pour atteindre la partie du sol la plus résistante et capable de
supporter l’ouvrage en entier.

PHOTO : fouille en rigole

I.1. Emplacement de semelles filantes et poteaux Amorces :


Après avoir fini les fouilles on a enchainé avec l’exécution de béton de propreté. En effet cette
opération consiste de couler le béton dans la fouille afin de faire disparaitre toute la saleté.

25
Rédigé par Moussa Issa Djafarou

PHOTO : Béton de propriété

a) Ferraillage :
a.1. Semelle filante
- Filante 4 HA 8 normalisé
- Cadre HA 8 normalisé espacé de 20 cm
a.2. Poteaux amorces
Ils ont une longueur de 1,2 m avec une attente. Ils sont en :
4HA12 pour les filantes et des Cadres de 15 x 15 en HA8 espacé de 15 cm.

25
Rédigé par Moussa Issa Djafarou

PHOTO : Semelles filantes


b) Le béton armé (BA) :
C’est un béton de 20 cm d’épaisseur et il est coulé pendant 2 jours pour toutes les semelles.
Il a un dosage de :
- 350 kg de ciment
- 400 l de sable
- 800 l de gravier
Mais ce dosage est traduit sur le chantier par :
1 Sac de ciment pour
1 brouette de sable
2 brouettes de gravier
Eau 25 l environs
N.B : Le BA a un béton de propriété de 5 cm d’épaisseur dosé à 150 kg de ciment ; 400 l de
sable et 800 l de gravier.

25
Rédigé par Moussa Issa Djafarou

PHOTO : Coulage de Béton Armé


I.2. Remblais des fouilles
Trois (3) jours après le coulage de la semelle c’est-à-dire 3 jours d’arrosage de BA de la
semelle en même temps des poteaux amorce, nous avons fait les remblais :
Les remblais consistent à prélever des terres (emprunts) les transportés et remplir
(combler) les vides (laissés dans les fouilles) ou rattraper un niveau de terrain naturel (T. N).
Les terres utilisées pour les remblais peuvent être seules constituées à partir de déblais du
même terrain ou autre.
Ils sont exécutés par couches successives de 10 cm arrosées et compactées pendant (2)
jours.

25
Rédigé par Moussa Issa Djafarou

2. Le dosage
Doser correctement, en génie civil, c’est choisir les bonnes qualités de graviers, sables
ciment et eau ; qui doivent être propre et les mélanger dans des proportions définies, afin
d’obtenir un béton ou mortier de qualité, facile à mettre, en place, nécessaire à la bonne
tenue de l’ouvrage.
A°) Béton de propriété :
Dosé à 150 kg de ciment par m 3 ; il a pour rôle de rendre le fond de fouille propre et
surtout horizontalement uniforme.
Il a pour épaisseur 5 cm et dosé comme suit :
150 kg de ciment
1 m3 obtient 400 l de sable et 800 l de gravier

B°) Béton armé :


Le béton armé diffère du béton simple d’abord par :
- Son dosage
- Et la présence des armatures d’où son nom du « BA ».

Le béton armé est utilisé pour la confection des poutres, poteaux, dalles de
compression, chainages (bas, haut ; linteau) longrines qui est notre sujet pour cette
partie.
Notre béton armé d’ici est coulé à une épaisseur de 20 cm est dosé par :

1 sac de ciment de 50 kg
1 brouette de sable
2 brouettes de gravier
25 d’eau à peu près

25
Rédigé par Moussa Issa Djafarou

3. Les murs
On entend par murs des ouvrages verticaux en béton ou en maçonnerie. Ils peuvent en effet
être préfabriqués ou réalisés directement à leur emplacement définitif dans la construction.
On classe les murs en deux (2) grandes catégories (les murs porteurs et les murs non
porteurs).
 Les murs porteurs : Ils reçoivent le poids des planchers, de la charpente et de la
couverture, ainsi que les charges qui s’appliquent sur ces dernières. On distingue : les
murs de fondation, les murs en élévation, murs de façade…
 Les murs non porteurs : comprennent ; les murs de clôture et les murs à conduit de fumée.
a) Mur de façade ou en élévation
Il délimite la construction dans sa partie hors caves, et prend appui sur le mur de fondation
avec un retrait de 0.05 à 0.10 m son épaisseur varie suivant la hauteur du bâtiment et les
charges à supporter.
II.1. Mur de fondation
Il prend appui sur les fondations. Il est aussi appelé mur de cave lorsque le sol est excavé ;
dans ce cas, il est adossé aux terres et se trouve soumis à deux poussées, l’une verticale, due à
la charge du bâtiment, l’autre horizontale due à la pression des terres. Son épaisseur varie de
0,2 à 0,80 m.

25
Rédigé par Moussa Issa Djafarou

PHOTO : Mur de fondation

II.2 Coffrage
Un coffrage est un dispositif indéformable à sa finition. Un coffrage n’a pas une forme
précise dans une construction, il prend la forme qu’on voulait lui donner. Il est exécuté avec
plusieurs types des objets comme : le bois, le contre-plaqué, la plastique, métallique…

Le type de coffrage utilisé est une planche de 30 cm d’épaisseur et 4 m de long qui sert à
coffrer les deux côtés (faces) des éléments en BA selon toutes leurs longueurs.
II.3.les chainages
On appelle chainage toute liaison mécanique permettant d’augmenter la résistance d’un mur
d’appareillage quelconque et notamment, lui conférer la capacité de résister à des efforts en
flexion ou en cisaillement.
On distingue deux types de chainage :
 Chainage horizontal : Réalisé horizontalement, c’est un élément de renfort intégré
dans les murs. Le chainage horizontal est réalisé en béton armé, c’est-à-dire qu’il est
constitué d’aciers longitudinaux enrobés dans le béton.
 Chainage vertical : Il est réalisé verticalement aussi en béton armé.

25
Rédigé par Moussa Issa Djafarou

II .4 Les poteaux


Les poteaux sont des éléments verticaux construits en béton armé et sont destinés à
supporter des charges concentrées verticales, permanente et d’exploitation.
Ces charges sont transmises en général par les appuis des poutres en tête de poteau.
Chaque poteau peut avoir une section quelconque selon le lieu qu’il se trouve ou pour une
raison esthétique : ce sont des sections carré, rectangulaire, circulaire ou polygonale.
Ainsi pour les murs nous avons de poteaux à section rectangulaire de 20 x 20 cm, 15x20cm
et de hauteur 4.80 m à partir du chainage bas.
a-1) ferraillage
- Cadres-en HA6 espacé de 15 cm
- HA12 de hauteur 4.80 chacun
b-2 le béton armé
C’est un béton dosé à :
350 Kg/m3 avec 1 brouette de sable
2 brouettes de gravier
175 l d’eau environ

II.5. Murs en élévation ou maçonnerie


La maçonnerie en élévation est assemblage d’éléments (briques, pierres…) liés entre
eux par le mortier en général : l’ensemble constituent le mur.
1°) Les constituants
 Les granulats : ce sont en générale, des sables dont les dimensions des grains sont
comprises entre 0,2 à 6 mm. On utilise, soit des sables fins (de 0,1 à 2 mm) soient de
grossières (jusqu’à 6 mm) pour des utilisations particulières.
 Le liant : Il peut être comme de la chaux. Mais à plus forte majorité c’est le ciment qui est
utilisé.
 L’eau : elle doit être propre. De préférence utiliser l’eau de robinet ou de puits, de pluies.
L’eau du fleuve et de mer sont à éviter à cause de leur impureté et surtout à cause des sels
pour la mer.

─ Dosage : mortier normal


Ciment : 1 volume

25
Rédigé par Moussa Issa Djafarou

Sable : 3 volumes
Eau : ½ volumes
N.B: Un mortier est : « Maigre ou moyen ou gras en fonction de son dosage ».
─ Gâchage : il existe 2 méthodes de gâchage :
 La méthode moderne : ou gâchage par bétonnière, utilisée sur les grands chantiers.
 La méthode artisanale : Elle est celle utilisée sur mon lieu de stage. Celle consiste à
mélanger « liant granulat », sur une surface plane et propre, donnant, en ajoutant de l’eau,
une pâte homogène et brillante. On la rencontre généralement sur les petits chantiers.

Mode opératoire

N° Phases Points clés


1 Le dosage 3 brouettes de sable
1 sac de ciment
2 2 brouettes de sable Sur une plate-forme ou sur T N
nettoyé à sec, l’aide des pelles
3 Mettre Le liant (ciment)
4 Verser La 3ème brouette de sable
5 Mélanger L’ensemble
6 Mettre De l’eau propre Quantité déterminée
7 Mélanger L’ensemble, sans laisser s’écouler
l’eau, jusqu’à obtenir une patte
homogène

3°) Le linteau
Elément horizontal en béton armé, en bois ou en acier qui limite la hauteur d’une baie. Il
supporte la charge de la maçonnerie située au-dessus de l’ouverture. Le linteau est souvent
confondu au chainage (ceinture en béton armé) du bâtiment d’où l’expression du « chainage
linteau ».
▪ Ferraillage
- cadre en HA6 espacé de 20 cm
- 4 HA 10 selon toute la longueur du mur.
- le béton armé
C’est un béton dosé à :
2 350 kg /m3 avec

25
Rédigé par Moussa Issa Djafarou

400 l de sable
800 l de gravier
175 l d’eau environs

PHOTO : Mur élevé

4. La toiture

Notre toiture est faite avec de la tôle et des traverses.

25
Rédigé par Moussa Issa Djafarou

 La tôle : Qui est une fine feuille de métal obtenue par laminage. Elle constitue un
matériau parfait pour réaliser la toiture de certains types de bâtiment.
 Les traverses : Ces sont des éléments horizontaux, elle prend différents noms selon la
nature de l’ouvrage ; c’est pourquoi on parle de traverse haut, bas, milieu ...

PHOTO : Traverses

25
Rédigé par Moussa Issa Djafarou

ANNEXE

25
Rédigé par Moussa Issa Djafarou

Chaînage linteau Poteau amorce Poteau élévation

PLAN DE FERAILLAGE DE POTEAUX ET Chainage linteau

25
Rédigé par Moussa Issa Djafarou

25