Vous êtes sur la page 1sur 3

Devoir 3 — Page 1/3

Devoir 3
I. Compréhension de l’écrit (15 points)
Lis attentivement le texte ci-dessous extrait des Métamorphoses d’Ovide puis réponds aux
questions en rédigeant des phrases.

Achéloüs est un dieu fleuve qui n’a plus qu’une seule corne sur la tête. Thésée lui demande
la cause de ce manque. Achéloüs lui raconte qu’il s’est trouvé en rivalité avec le demi-dieu
Hercule pour la main de la belle Déjanire.
Tandis que je parlais, Hercule me regardait d’un œil enflammé ; et maîtrisant à peine
la fureur qui l’anime, il répond :
– Je sais me battre, et non discourir. Tu peux me vaincre par ta langue, je triompherai
de toi par mon bras !
5 Et soudain, il s’apprête au combat. Après mes superbes discours, pouvais-je reculer ?
Je rejette ma robe verdoyante ; déjà mes muscles sont tendus, mes poings arrondis ; et
j’attends mon ennemi posté comme un lutteur intrépide.
À pleines mains de poussière il me couvre. Je jette en même temps sur lui un sable
léger. Soudain il me presse de toutes parts ; tantôt à la tête, tantôt aux flancs, il me saisit,
10 ou semble me saisir. Défendu par mon poids, je résiste et rends ses efforts inutiles. Je
suis comme un rocher qui, battu par les flots en colère, reste immobile, affermi par sa
masse. Nous nous éloignons pour reprendre haleine ; nous nous rapprochons avec une
nouvelle ardeur. Résolus de ne plus reculer, nous tenons ferme sur l’arène. Mes pieds
touchent ses pieds, mes doigts ses doigts ; mon front heurte son front. Tels deux taureaux
15 fougueux qui s’entrechoquent dans la plaine. [...]
Trois fois, mais sans succès, Hercule veut délivrer sa poitrine, que sur la mienne je
tiens fortement pressée. Par un quatrième effort, il me repousse, dégage ses bras ; et
soudain, il me surprend, me retourne, s’élance sur mon dos, et j’ai cru sentir sur tout
mon corps le poids d’une montagne. Inondé de sueur, j’arrache enfin mes bras des
20 nœuds que ses bras nerveux formaient autour de moi. Il me presse sans relâche ; épuisé
de lassitude, je ne puis reprendre haleine. Il me saisit à la gorge : je chancèle, je touche
du genou la terre, et je mords la poussière.
J’allais succomber dans cette lutte inégale. J’appelle la ruse à mon secours, et, sous
les traits d’un énorme serpent, je veux tromper et vaincre mon rival. En longs anneaux
25 mon corps roule et s’élance. Ma langue brille armée d’un triple dard, et fait entendre
d’horribles sifflements.
Le héros sourit, et se moquant de mon artifice :
– Achéloüs, dit-il, cela a été un des jeux de mon berceau d’étouffer des serpents.
Quand tu les surpasserais tous en grandeur, pourrais-tu te comparer à l’hydre1 que j’ai
30 domptée dans les marais de Lerne ? Elle tirait de nouvelles forces des coups que je lui
portais. Dragon aux cent têtes, quand j’en abattais une, elle était sur-le-champ rempla-
cée par deux autres plus terribles encore. J’ai dompté ce monstre, qui, toujours entier, se
multipliait sous le fer, devenait plus terrible par ses défaites, et il a expiré sous l’effort de
mon bras.

© Cned — Devoirs, Français FR51 — 15


Devoir 3 — Page 2/3

Devoir 3 – suite
35 Ses doigts saisissent alors mon cou, le meurtrissent, et je me sens pressé comme par
des tenailles. Je fais de vains efforts pour m’échapper. Une seconde fois vaincu sous cette
forme, il m’en restait une troisième à prendre : c’était celle d’un taureau puissant ; je la
revêts, et je recommence le combat. Hercule se porte sur mes flancs, jette autour de mon
cou ses bras nerveux : je l’entraîne, et, sans lâcher prise, il me suit, saisit de mon front la
40 corne menaçante, me courbe, me renverse à ses pieds, me roule sur l’arène. Ce n’était
pas assez : tandis qu’il me tient par les cornes, il en rompt une, et l’arrache de mon front.
Ovide (43 av. J-C. - 17 ou 18 ap. J-C.), Les Métamorphoses,
d’après la traduction de G. T. Villenave, Paris, 1806
Notes :
1. L’hydre de Lerne vaincue par Hercule était un monstre doté de plusieurs têtes qui repoussaient après avoir
été coupées.

1. Qui est le narrateur ? À qui parle-t-il ? Que lui raconte-t-il ? Justifie ta réponse en
citant le texte entre guillemets. (1,5 point)
2. a. Le dieu Achéloüs apparait d’abord comme un homme. Quelles sont les autres
formes que revêt ensuite Achéloüs ? Justifie ta réponse en citant le texte entre
guillemets. (2 points)
b. Comment appelle-t-on ce genre de transformation ? (0,5 point)
3. Quels sont les deux sentiments éprouvés par Hercule dans cet extrait ? Justifie ta
réponse en citant le texte entre guillemets. (2 points)
4. Recopie entre guillemets deux comparaisons qui mettent en avant la force des
combattants. (2 points)
5. Observe cette citation : « j’ai cru sentir sur tout mon corps le poids d’une montagne »
(l. 18-19). De quelle figure de style caractéristique de l’écriture épique s’agit-il ?
(0,5 point)
6. Relis attentivement le passage suivant :
« J’allais succomber dans cette lutte inégale. J’appelle la ruse à mon secours, et,
sous les traits d’un énorme serpent, je veux tromper et vaincre mon rival. En longs
anneaux mon corps roule et s’élance. Ma langue brille armée d’un triple dard, et fait
entendre d’horribles sifflements » (l. 23 à 26).
Comment le serpent est-il décrit ? Justifie ta réponse à l’aide d’adjectifs qualificatifs
(ou participes passés employés comme adjectifs) tirés du texte. (2 points)
7. Lis attentivement le passage suivant : « Dragon aux cent têtes, quand j’en abattais
une, elle était sur-le-champ remplacée par deux autres plus terribles encore. J’ai
dompté ce monstre, qui, toujours entier, se multipliait sous le fer, devenait plus
terrible par ses défaites, et il a expiré sous l’effort de mon bras » (l. 30 à 34).
a. Quel adjectif qualificatif est répété deux fois dans cet extrait ? (0,5 point)
b. À quel degré de comparaison est-il employé ? (0,5 point)
c. Quel effet cela produit dans le déroulement des actions ? (0,5 point)
8. D’après ce texte, Hercule est-il un héros ? Développe ta réponse en t’appuyant sur
tes connaissances et tes réponses aux questions précédentes. (3 points)

16 — © Cned — Devoirs, Français FR51


Devoir 3 — Page 3/3

Devoir 3 – suite
II. Maitrise de la langue (10 points)
1. Réécris le passage suivant en transposant à l’imparfait de l’indicatif tous les verbes
conjugués. Attention aux erreurs de copie qui seront comptabilisées.
(5 points pour les verbes conjugués à l’imparfait et 0,5 point pour un texte recopié sans
erreur.)
« Il me presse de toutes parts ; tantôt à la tête, tantôt aux flancs, il me saisit, ou
semble me saisir. Défendu par mon poids, je résiste et rends ses efforts inutiles. Je
suis comme un rocher qui, battu par les flots en colère, reste immobile, affermi par
sa masse. Nous nous éloignons pour reprendre haleine ; nous nous rapprochons
avec une nouvelle ardeur. […] Mes pieds touchent ses pieds, mes doigts ses doigts. »
2. Recopie le passage ci-dessous et enrichis les noms soulignés d’un adjectif
qualificatif que tu veilleras à bien accorder. Attention aux erreurs de copie qui seront
comptabilisées.
« Ses doigts saisissent alors mon cou, le meurtrissent, et je me sens pressé comme
par des tenailles. […] Hercule se porte sur mes flancs, jette autour de mon cou ses
bras nerveux : je l’entraîne, et, sans lâcher prise, il me suit, saisit de mon front la
corne menaçante, me courbe, me renverse à ses pieds, me roule sur l’arène. »
(2 points pour les adjectifs qualificatifs trouvés, 2 points pour les accords et 0,5 point pour
un texte recopié sans erreur.)

III. Expression écrite (15 points)


Pour conclure ce devoir, effectue un travail d’expression écrite.
Voici le sujet :
Imagine la suite et fin de ce combat entre Achéloüs et Hercule.
Ton récit devra faire vingt lignes minimum.
Voici les consignes à respecter :
1. Reprends la dernière phrase du texte que tu as étudié comme point de départ de ton
récit : « Ce n’était pas assez : tandis qu’il me tient par les cornes, il en rompt une, et
l’arrache de mon front. » et réécris-la entre guillemets. Respecte, ainsi, l’identité des
combattants et la première personne dans la narration.
2. Pour raconter ton récit, emploie l’imparfait et le présent de narration.
3. Le récit du combat devra être bien construit : chaque étape devra être marquée par
un nouveau paragraphe et racontée de façon détaillée.
4. Utilise des adjectifs qualificatifs pour décrire notamment les sentiments du
narrateur.
5. Emploie au moins une hyperbole et intègre deux comparaisons en utilisant des outils
différents.
6. Soigne ton orthographe et la correction de la langue (toutes les phrases comportent
au moins un sujet et un verbe ; les groupes nominaux sont bien accordés ; les verbes
sont bien conjugués et accordés ; les phrases sont bien ponctuées).
7. Pense à te relire en suivant la méthode proposée dans la dernière séance, cela te
permettra de corriger tes erreurs.
Rédige d’abord ton texte au brouillon. Avant de le recopier au propre, relis-toi et vérifie que tu as
bien respecté les consignes. Vérifie également que ton orthographe est correcte.

© Cned — Devoirs, Français FR51 — 17