Vous êtes sur la page 1sur 225

LITTÉRATURES MOD ER NE S

Le conte
populaire

MICHÈLE SIMONSEN

PRESSES UNIVERSITAIRES DE FRANCE


UBN J I 3 038478 I

Dépit légal — i" édition : 1984, août


© Presses Universitaires de- France, 1984 108,
boulevard Saint-Germain, 75006 Paru
SOMMAIRE

INTRODUCTION .......................................... 9

PREMIÈRE PARTIE L'ÉTUDE


DU CONTE POPULAIRE

CHAPITRE PREMIER. — Conte populaire et folklore ............ 13


1. Conte populaire et genres narratifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
2. Classification des contes populaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15

CHAPITRE II. — Tradition orale et littérature écrite ............. 19


1. Dans l'Antiquité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
2. Au Moyen Age. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
3. A la Renaissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
4. Les contes de fées au xvn< et au xvm< siècle . . . . . . . . . . . . 25
5. Au XIX- siècle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
6. Au XX- siècle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27

CHAPITRE III. — La collecte des contes populaires . . . . . . . . . . . . . . 29


1. Les frères Grimm. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
2. Avant la première guerre mondiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
3. Entre les deux guerres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
4. Après la deuxième guerre mondiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
5. Les collectes contemporaines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33

CHAPITRE IV. — La pratique du contage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34


1. Les institutions de transfert . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
6 LE CONTE POPULAIRE

2. Les conteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
3. L'art de conter .... .... .... .... .... .... .... .... .... . 40
CHAPITRE V. — La diffusion des contes populaires.. . . . . . . . . . . . . 41
1. Conte type, archétype et variantes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
2. Diffusion et transmission des contes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
CHAPITRE VI. — L'origine des contes populaires. . . . . . . . . . . . . . . . 44
1. La théorie indo-européenne ou mythique . . . . . . . . . . . . . . . 44
2. La théorie indianiste . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
3. La théorie ethnographique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
4. La théorie ritualiste . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
5. La théorie marxiste . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
CHAPITRE VII. — L'analyse morphologique du conte populaire .... 51
1. Le modèle de Propp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
2. Le modèle d'Alan Dundes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
3. Le modèle de Bremond . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
4. Le modèle actantiel de Greimas . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
CHAPITRE VIII. — Conte populaire et psychanalyse . . . . . . . . . . . . . 59
1. Freud et les freudiens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
2. Jung et les jungiens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
CHAPITRE IX. — L'étude sémantique du conte populaire ......... 72
1. L'organisation sémantique des contes populaires . . . . . . . . . 72
2. Le héros et le contrat social . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
3. L'axiologie et la genèse du conte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80

DEUXIÈME PARTIE
ANTHOLOGIE
CHAPITRE PREMIER. — Contes merveilleux .. . . .. . . . . . . .. . . .. . . . 85
T. 303 Le roi des poissons ou La Bête à sept têtes. . . . . . . . . 85
1. La Bête à sept têtes (Brière) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
T. 312 Barbe-Bleue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
1. Barbe-Bleue (Haute-Bretagne) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
T. 313 La fille du Diable . . .. . . .. . . .. . . .. . . .. . . .. . . .. . . 98
1. La belle Eulalie (Nivernais). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98
2. La Montagne Verte (Brière). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

102
T. 314 Jean le Teigneux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111
1. Le Prince et son cheval (Lorraine) . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111
SOMMAIRE 7

T. 327 Les enfants égarés dans la forêt. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116


1. Les enfants perdus (Auvergne) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
2. Le conte du Diable (Poitou) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122
T. 333 Le Petit Chaperon rouge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126
1. Conte de la mère grand (Nivernais) . . . . . . . . . . . . . . . . . 126
2. Conte de la mère grand (Nivernais) . . . . . . . . . . . . . . . . . 128
3. Le loup et l'enfant (Gascogne) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130
T. 403 La fiancée (l'épouse) substituée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132
1. La marâtre (Gascogne) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132
T. 425 La recherche de l'époux disparu / Psyché. . . . . . . . . . . 135
1. Le roi-cochon (Dauphiné) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135
2. Le loup gris (Basse-Bretagne) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146
T. 480 Les fées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152
1. Etoile d'or et Oreille d'âne (Gascogne). . . . . . . . . . . . . . . 152
2. La veillée dans le puits (Nivernais).. . . . . . . . . . . . . . . . . 156
T. 510 A Cendrillon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

1581
1. La Cendreuse (Poitou) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158
T. 510 B Peau-d'Ane . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161
1. Cughjulina (Corse) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161
T.511 Un-Œil, Double-Œil, Triple-Œil . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167
1. La chèvre (Pyrénées) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167
T. 533 Le bateau qui va sur terre comme sur mer ou Les doués 170
1. La voiture qui marche toute seule (Creuse). . . . . . . . . . . 170
T. 531 La Belle aux cheveux d'or . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175
1. La princesse de Tronkolaine (Basse-Bretagne). . . . . . . . . 175
2. La Belle aux cheveux d'or (Lorraine). . . . . . . . . . . . . . . . 181
T. 720 Ma mère m'a tué, mon père m'a mangé . . . . . . . . . . . 186
1. Le petit geault (Berry) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186

CHAPITRE II. — Contes facétieux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190


T. 1535 Le riche et le pauvre paysan / Unibos . . . . . . . . . . . . 190
1. René et son seigneur (Lorraine) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190
T. 1696 Jean le Sot . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193
1. Sel Maraud (Auvergne) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193
2. Jean le Sot (Poitou) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195
8 LE CONTE POPULAIRE

T. 1290 + 1287 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 199


1. Le voyage des Jaguens à Paris (Haute-Bretagne) . .. .. . . . . 199
Menterie (Haute-Bretagne). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 199

CHAPITRE III. — Randonnées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 202


Le rat et la rate (Gascogne) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 202

CHAPITRE IV. — Contes d'animaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 204


Chaîne du loup et du renard . .. .. .. . .. .. .. .. .. . .. .. .. .. . 204
1. Le renard de Bassieu et le loup d'Hotonnes (Bresse) ... 204
T. 123 Le loup, la chèvre et les chevreaux. . . . . . . . . . . . . . . . 207
1. La Courbille et les petits courbillons (Angoumois)..... 207

BIBLIOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 211
Introduction

Le mot conte, attesté dès 1080, dérive de conter, du latin compu-


tare, « énumérer », puis « énumérer les épisodes d'un récit », d'où «
raconter ». Conformément à son origine populaire, conte, comme
conter et conteur, a toujours fait partie du langage courant, d'où son
emploi souvent imprécis. Historiquement, le sens du mot a beau-
coup varié. Au sens de « récit de choses vraies », il est attesté
jusqu'à Malherbe. A la Renaissance, il est encore à double sens : «
récit de choses vraies », mais aussi « récit de choses inventées ». Le
Dictionnaire de l'Académie de 1794 définit le conte comme « narration,
récit de quelque aventure, soit vraie, soit fabuleuse, soit sérieuse,
soit plaisante », et ajoute : « il est plus ordinaire pour les fabuleuses
et les plaisantes », indiquant par là une transition vers le sens
moderne : « récit de faits, d'événements imaginaires, destiné à
distraire » (Dictionnaire Robert). L'accent s'est donc progressivement
déplacé, et le mot conte, qui désignait d'abord un récit fait dans
une situation de communication concrète, orale au départ, en est venu
à désigner le récit d'un certain type d'événements. Diverses
expressions courantes : « conte de bonne femme », « conte à
dormir debout », etc., soulignent bien l'élément mensonger, fictif,
qui entre dans l'acception du mot à l'époque moderne.
En tant que pratique du récit, le conte appartient à la fois à la
tradition orale populaire et à la littérature écrite. Les points
communs entre ces deux domaines sont d'ailleurs innombrables,
tout au moins au niveau des motifs, sans qu'il soit possible, le plus
10 LE CONTE POPULAIRE

souvent, d'établir s'il s'agit d'influence génétique directe ou de simple


appartenance à un fonds thématique commun qui n'est d'ailleurs
pas spécifique au conte. Toutefois, la tradition orale définit le
conte selon des critères légèrement différents, et bien plus précis.
En littérature, l'emploi de ce mot n'a jamais obéi à un usage fixe,
et le conte n'a pas constitué pour la conscience critique un genre
précis, dont on analyse les éléments constitutifs à défaut d'en codifier
la production. Tout au plus peut-on déceler une certaine vision
implicite du conte dans l'histoire de la distribution des termes «
conte » et « nouvelle », qui semble reposer de plus en plus, à partir
du xvn< siècle, sur l'opposition vraisemblable / non vraisemblable, et
de moins en moins sur la notion de contage1.
Cependant, cette définition implicite du conte littéraire est beau-
coup trop restreinte, et n'en épuise pas les caractéristiques. Plutôt
que par opposition à la nouvelle, genre mal défini lui aussi, c'est par
référence au conte populaire de la tradition orale que le conte
littéraire aura quelque chance d'être cerné avec précision. Il est
d'autant plus spécifique qu'il se rapproche du conte populaire oral,
qui est caractérisé par la conjonction de plusieurs facteurs hétéro-
gènes : oralité, fictivité avouée, structure archétypale particulière-
ment contraignante, fonction sociale au sein d'une communauté
donnée, principalement rurale.

1. Voir René Godenne, La nouvelle française, coll. « Littératures modernes », Pari»,


PUF, 1974.
PREMIÈRE PARTIE

L'étude du conte populaire


CHAPITRE PREMIER

Conte populaire et folklore

1. CONTE POPULAIRE ET GENRES NARRATIFS

Au sens strict du mot, un conte populaire est un conte qui se dit


et se transmet oralement. Cette définition des folkloristes modernes ne
dit rien sur l'origine des contes, contrairement à celle des
Romantiques, qui voyaient dans la poésie populaire une création
du peuple.
Le conte populaire, ainsi défini par sa transmission orale, fait
donc partie du folklore verbal. C'est de plus un récit, à la différence
des proverbes, des devinettes, des mots d'esprit, de la plupart des
chansons.
Mais qu'est-ce qu'un conte populaire ? La langue courante
emploie les termes « conte », « récit », « légende », « histoire », sans
rigueur aucune. Les folkloristes, cherchant à définir plus rigoureu-
sement les différents genres narratifs populaires, ont utilisé diverses
méthodes d'approche : thématique, structurale, archétypale,
fonctionnelle1.
Or il semble bien que, comme l'affirme Dan Ben-Amos, chaque
genre soit caractérisé par un ensemble de rapports entre ses
caractères formels, ses registres thématiques et ses usages sociaux
possibles. La définition populaire d'un genre peut comprendre des

1. Dan Ben-Amos, Catégories analytiques et genres populaires, Poétique, n° 19,


Paris, 1974.
14 L'ÉTUDE DU CONTE POPULAIRE
distinctions se rapportant à l'un quelconque de ces niveaux, ou à
chacun d'eux.
Pour les principaux genres narratifs populaires représentés en
Europe, le mythe, la geste ou saga, le conte, la légende, l'anecdote, les
traits distinctifs essentiels semblent être les suivants :
Fonction
Attitude Forme Protagonistes sociale
Mythe vérité poésie divinités, héros rite

Geste vérité poésie humains, clan, lignée politique /


divertissement
Légende vérité prose
divinités, leçon
êtres surnaturels, morale
saints, humains ou sapientielle
Conte fiction prose / humains, divertissement
formules rimées êtres surnaturels,
animaux
Anecdote vérité prose humains information /
divertissement
— Le conte est donc un récit en prose d'événements fictifs et
donnés pour tels, fait dans un but de divertissement.
— Le mythe, lié à un rituel, a un contenu cosmogonique ou reli-
gieux. Il symbolise les croyances d'une communauté, et les événe-
ments fabuleux qu'il narre sont tenus pour véridiques.
— La geste ou saga, récit en vers d'événements tenus pour véri-
diques, a pour sujet les exploits d'un clan ou d'une lignée.
— La légende, récit d'événements tenus pour véridiques par le
locuteur et son auditoire, est localisée : les précisions de temps et
de lieu sont liées de façon intégrante au récit. La légende désigne
d'ailleurs un contenu très hétérogène. En France, les principales
légendes concernent des êtres surnaturels liés aux éléments (fées,
sirènes, ondins, lutins, follets, etc.) ; des personnages ou des évé-
nements locaux (par exemple, la légende de Mélusine, liée à la
famille poitevine des Lusignan ; les histoires de Diable liées à la
construction de ponts) ; l'origine de sites géographiques : sources,
CONTE POPULAIRE ET FOLKLORE

15

collines, gouffres, etc. (par exemple, les nombreux lieux-dits dont le


nom est attaché aux exploits de Gargantua) : la vie et les miracles
des saints de l'Eglise catholique (par exemple la légende de sainte
Odile en Alsace), et dont l'ensemble constitue la Légende dorée.
— L''anecdote raconte des événements véridiques de portée res-
treinte, individuelle le plus souvent. Les « histoires de peur » —
récits de loups-garous, de revenants —, qui semblent avoir joué un
grand rôle dans les veillées paysannes2, entrent dans cette
catégorie.

Le système populaire des genres en France ne recoupe que par-


tiellement celui des folkloristes. En effet, la légende, qui, on l'a vu,
recouvre des réalités très différentes, est un mot savant. Les infor-
mateurs populaires, eux, ont plusieurs mots pour la désigner ; et
« à la collecte, les légendes sont comme immergées dans le reste du
discours de l'informateur »3. Au contraire, le mot conte, de nos
jours encore, a un sens très clair. Il est lié d'emblée à l'acte de
conter, donc à Moralité, et à la fictivité : c'est un récit qui n'est pas «
vrai ». Il évoque de plus un monde traditionnel, « la relative stabilité
d'un monde plus clos »4. Les informateurs actuels distinguent
ainsi soigneusement le conte des anecdotes et des bons mots, qui
constituent de nos jours la forme privilégiée de l'acte de conter.

2. CLASSIFICATION DES CONTES POPULAIRES

L'étude des contes populaires présente certaines difficultés d'ordre


terminologique. Les folkloristes ont tenté de classer les contes selon
des critères souvent hétérogènes, ou bien multiplié à l'excès les
sous-divisions. Les termes consacrés par la tradition sont parfois
impropres, et ne se recoupent pas toujours d'une langue à

2. F.-M. Luzel, Veillées bretonnes, Morlaix, 1879.


3. Marie-Louise Tenèze, Introduction à l'étude de la littérature orale : le conte,
Annales, Economies, Sociétés, Civilisations, sept.-oct. 1979.
4. Ibid.
16 L'ÉTUDE DU CONTE POPULAIRE

l'autre. Cependant, le catalogue français Delarue-Tenèze5, suivant


l'usage établi par le catalogue international Aarne-Thompson 6,
adopte la classification suivante :

A / Contes proprement dits

a / Contes merveilleux, souvent désignés en français sous l'ap-


pellation de « contes de fées », impropre car trop restreinte,
puisqu'il y est rarement question de fées. Les contes merveilleux, de
structure complexe, comportent des éléments surnaturels, non
chrétiens à l'origine (enchanteurs, métamorphoses, objets magiques,
etc.). Les contes merveilleux, auxquels on a parfois tendance à assi-
miler tous les contes populaires, ne constituent en fait qu'une petite
partie du répertoire.
b / Contes réalistes ou nouvelles. Là encore, le terme est impropre
et n'est pas accepté par tous les folkloristes. Les contes réalistes, de
structure semblable à celle des contes merveilleux, s'en distinguent
par l'absence de surnaturel. Ils n'en sont pas réalistes pour autant, et
abondent en coïncidences, déguisements, coups de théâtre,
dénouements improbables. Beaucoup de contes des Mille et une Nuits
relèvent de ce genre.
c / Contes religieux. Ces contes se distinguent des légendes, avec
lesquelles ils partagent un contenu chrétien, par le fait qu'il s'agit
de fictions données pour telles.
d / Histoires d'ogres stupides, qui en France prennent souvent la
forme d'histoires du Diable trompé.

B / Contes d'animaux

Cette catégorie est difficile à justifier en théorie, puisque les ani-


maux jouent souvent un rôle très important dans les contes mer-
veilleux, et que certains contes facétieux existent sous plusieurs

5. Paul Delarue et M.-L. Tenèze, Le conte populaire français. Catalogue raisonné


des versions de France et des pays de langue française d'outremer, 3 vol., Paris,
Maisonneuve-Larose, 1957, 1963, 1976.
6. Antti Aarne et Stith Thompson, The types of thé Folktale, Helsinki, 1961.
CONTE POPULAIRE ET FOLKLORE

17

formes, les uns avec des humains, les autres avec des ogres ou des
animaux pour protagonistes. Mais il est d'usage de réserver ce
terme aux récits dans lesquels les rôles principaux, héros et oppo-
sant, sont joués par des bêtes en tant que telles. La structure très
simple du conte d'animaux fait de celui-ci l'affaire de tout un chacun.
Chaque membre de la communauté peut relayer les autres pour
ajouter un récit à celui qui vient d'être fait. La scission entre
émetteur — le conteur — et récepteur — l'auditoire —, qui carac-
térise le contage du conte merveilleux, disparaît en partie avec le
conte d'animaux.

C / Contes facétieux

Ce type de contes, le plus abondant, regroupe des récits bien


différents :
— récits qui se moquent des riches, des puissants et des institu-
tions établies. Ils ont souvent pour héros des humbles qui
conquièrent une place au soleil grâce à leur débrouillardise ;
— récits qui se moquent des faibles, des infirmes, des sots, comme le
cycle très populaire en France de Jean le Sot (T. 1696) ;
— « beotiana », c'est-à-dire récits qui se moquent des habitants
d'une région considérés traditionnellement comme stupides7 ;
— récits qui se moquent des valeurs officielles : honnêteté, piété,
chasteté, ardeur au travail, et mettent en scène prêtres débau-
chés, maris cocus, femmes infidèles ;
— récits scatologiques ;
— « contes de menterie » ou « hâbleries », qui décrivent des
exploits de pêche ou de chasse, des pays de cocagne manifeste-
ment mensongers ;
— « randonnées » ou contes énumératifs. Ce sont des contes du
type : le valet appelle le boucher pour tuer le veau qui ne veut
pas boire à la rivière qui ne veut pas éteindre le feu qui ne veut
pas brûler le bâton qui ne veut pas battre le chien, etc.

7. Les Jaguens, habitants de Saint-Jacut, en Bretagne, ceux de Villedieu-les-Poêles en


Normandie, etc.
18 L'ÉTUDE DU CONTE POPULAIRE

La typologie du conte de la tradition orale, qui peut sembler à


première vue très hétégorène, reflète l'importance de la fictivité
comme caractère distinctif. Le conte est avant tout un récit non thé-
tique, qui ne pose pas la réalité de ce qu'il représente mais au
contraire cherche plus ou moins délibérément à détruire « l'illusion
réaliste ».
Cette distance par rapport au réel, que le merveilleux installe
d'emblée, le conte facétieux la réalise par le rire, et le conte d'ani-
maux, paradoxalement, par le refus du surnaturel ; dans la mesure
où ces bétcs ont des caractéristiques humaines uniquement (contrai-
rement aux unimiuix des contes merveilleux, souvent doués de pou-
voirs magiques), la fictivité des récits apparaît d'emblée. Quant aux
hflbleries et aux randonnées, leur aspect ludique prononcé en fait
des récits non thétiques par excellence : le jeu langagier l'emporte
de loin tur l'intérêt narratif d'un récit réduit à son ossature
minimale.
CHAPITRE II

Tradition orale et littérature écrite

La présence dans des textes écrits de récits ou bribes de récits


attestés par ailleurs dans la tradition orale soulève des problèmes
très délicats. Le plus souvent, il s'agit de simples motifs isolés, qui
appartiennent à un fonds thématique commun, et ne présupposent
pas de rapports génétiques directs entre littérature et tradition orale.
Parfois un motif populaire a pu être utilisé dans un genre littéraire,
mais avec un sens tout différent. On retrouve ainsi des éléments
merveilleux populaires dans la littérature hagiographique du Moyen
Age, ou bien dans les contes fantastiques des romantiques. Lorsque
des récits littéraires tout entiers semblent être des adaptations de
contes populaires, ce qui est fréquent jusqu'au xvi< siècle, le
passage à l'écrit, et donc le changement ainsi effectué dans la fonction
sociale de ces récits, implique forcément une altération de leur sens
initial. De plus, les interférences entre tradition littéraire et
tradition orale peuvent être très nombreuses, et il est difficile de
déterminer dans quel sens l'influence s'est effectuée, linfm, un
conte peut avoir vécu très longtemps dans la tradition orale, avant de
laisser, tout à fait par hasard, des traces dans un texte écrit, qui
constitue alors pour le folkloriste la plus ancienne version attestét,
mais pas nécessairement la forme la plus ancienne du conte.
20 L'ÉTUDE DU CONTE POPULAIRE

1. DANS L'ANTIQUITÉ

C'est que les contes populaires sont souvent très anciens, et, dès
l'Antiquité, la littérature en a conservé des traces.
Le conte égyptien des Deux frères (xin- siècle av. J.-C.) semble
bien apparenté au conte si répandu en France Le Roi des poissons, T.
303. Il contient déjà le motif du « signe de vie », objet magique
par lequel le frère resté à la maison est averti du danger que court
son frère, et peut ainsi partir à sa recherche et le sauver.
Le roman d'Apulée, L'Ane d'or, (n« siècle de notre ère), con-
tient le récit d'Amour et Psyché, dans lequel on reconnaît un des
contes les plus répandus en Europe, La recherche de l'époux disparu, T.
425, dont La Belle et la Bête est une forme littéraire abrégée, due
à Mme Leprince de Beaumont au XVIH- siècle.

2. AU MOYEN AGE

A / Lais, romans d'aventures et contes merveilleux

La littérature médiévale est très imprégnée de merveilleux, d'ori-


gine diverse ; mais il n'est pas toujours facile de faire la part du
Surnaturel — christianisme ou survivances païennes —, objet de
croyance, du merveilleux proprement dit, qui est entièrement sous le
signe de h fiction. Donc, paradoxalement, il est difficile de parler de
contes merveilleux dans la littérature de l'époque. Les Lais de
Marie de France, cependant, forme versifiée, lettrée, de contes
armoricains, tout imprégnés de merveilleux celtique, sont bien des
contes, de purs récits dans lesquels dialogues et descriptions sont
presque inexistants. Ayant pour sujet principal les amours de mortels
et de fées venues de l'autre monde, ils transposent des données
traditionnelles dans le cadre de la société courtoise. On peut ainsi
rapprocher le lai de Laiwal et le conte de La recherche de l'époux
disparu T. 400, le lai de Yonec et L'Oiseau bleu T. 432, le lai d'Eli-
duc et Les feuilles qui ressuscitent T. 612.
TRADITION ORALE ET LITTÉRATURE ÉCRITE 21

Des romans de chevalerie s'inspirent aussi de contes populaires.


Berthe au grand pied, consacré à la mère de Charlemagne, rappelle le
conte de La fiancée substituée T. 403. Robert le Diable, qui fut
longtemps immensément populaire, transpose dans un contexte
chrétien le conte de Jean le teigneux T. 314.

B / Fables, « Roman de Renan » et contes d'animaux

La cellule de base du conte d'animaux traditionnel est de type


ouvert ; le conte part d'une disjonction pour aboutir très vite à une
autre disjonction. Le conte, statique, est alors susceptible de rebon-
dissements infinis. On pe- *. donc parler d'une chaîne de contes
d'animaux, composée d'éléments structurellement équivalents.
Alors que le conte merveilleux aboutit généralement à une
union, le conte d'animaux est de part en part le récit d'une com-
pétition. Son organisation sémantique est régie par deux grands
principes de division binaire : 1 / l'infériorité physique alliée à la
supériorité intellectuelle s'oppose à la supériorité physique alliée à
l'infériorité intellectuelle ; 2 / les êtres domestiques s'opposent aux
êtres sauvages.
Le conte du Loup, la chèvre et les chevreaux T. 123 a été adapté
dans un ysopet médiéval. Toutefois, le genre littéraire de la Fable,
représenté en France par les ysopets, recueils de fables inspirées
de Phèdre et d'Esope, puis par les Fables de Marie de France, s'op-
pose en fait presque totalement au conte d'animaux populaire, dont il
reprend pourtant bien des motifs. Comme le souligne Marie-
Louise Tenèze1, « l'anthropomorphisme de la fable est purement
conventionnel, celui du conte est convaincu et naïf. La fable, d'ins-
piration cléricale à l'origine, a une fonction pédagogique évidente :
elle privilégie le cas. Le conte, fait pour le plaisir, est un appel au
prolongement narratif, à la chaîne ». Le couple favori de la tradi-
tion orale française est celui du loup et du renard. Le Roman de
Renan, dont les antécédents littéraires sont bien assurés2, reprend
bien des épisodes traditionnels et conserve de nombreux traits

1. Voir M.-L. Tenèze, Le conte populaire français. Catalogue, III, p. 92.


2. Voir Léopold Sudre, Les sources du « Roman de Renan », Paris, 1853.
22 L'ÉTUDE DU CONTE POPULAIRE

oraux, surtout dans les premières branches. « Sans être l'émanation


directe d'une œuvre collective populaire, il se rattache étroitement à
un t croit » (J.-C. Payen)3. Cependant Léopold Sudre, limitant son
point de vue au niveau de l'aventure isolée, avait beau jeu de
souligner les sources orales du Roman de Renan*. Lucien Poulet a
montré que l'unité de base de ce vaste cycle n'est pas l'épisode,
mais la branche. Or, « ce qui fait la branche, c'est l'intégration de
ses éléments en une œuvre »5. Ceci distingue nettement la branche
du Renan littéraire, de la chaîne du conte populaire. Chaque branche
du Roman de Renan constitue ainsi un ensemble de récits individuel
et cr nscient. Certes, les dix premières comprennent des récits
qui sont parmi les plus populaires de la tradition orale : la pêche à
la queue, le loup dans le puits, Renart fait le mort pour voler des
poissons, etc. Mais les branches suivantes modifient sensiblement
l'esprit des contes, en y mêlant épopée burlesque, parodie biblique,
etc. Le Roman de Renan, œuvre parfois violemment satirique,
utilise le rire comme seule forme de subversion possible à l'époque.
Le conte d'animaux populaire, lui, n'a rien de subversif. Il semble au
contraire caractérisé par « la conviction profonde que tout un
chacun en ce bas monde est lié de toute éternité à sa place, parce
que lié à sa nature » (Marie-Louise Tenèze)5.

C / Fabliaux et contes facétieux

Depuis Joseph Bédier7, il est admis que les contes facétieux,


qu'auparavant les tenants de la fameuse théorie indianiste* (Gaston
Paris, Emmanuel Cosquin) faisaient remonter à des apologues
bouddhiques indiens venus en Europe grâce aux Arabes, sont en
fait des adaptations de contes populaires facétieux. Toutefois,

3. J.-C. Payen, Histoire littéraire de ta France, I, Paris, Editions Sociales, 1971, p.


282.
4. Léopold Sudre, op. cit.
5. Lucien Poulet, Le Roman de Renan, Paris, 1914.
6. M.-L. Tenèze, op. cit., p. 81.
7. Joseph Bédier, Les fabliaux, Paris, Champion (1894), 1964.
8. Voir Em. Cosquin, Les contes indiens et l'Occident, Paris, Champion, 1922 ;
Etudes folkloriques, Paris, 1922. Cf. p. 46.
TRADITION ORALE ET LITTÉRATURE ÉCRITE 23

cette vue doit être nuancée. Certes, les Fabliaux, genre qui connut
son apogée entre 1175 et 1400, sont bien de véritables contes à rire
: ce sont de purs récits, à structure actantielle et fonctionnelle assez
rigide. Un petit nombre d'entre eux correspondent au scénario
complet de contes populaires, et certains contiennent des motifs de
contes merveilleux oraux. Toutefois, ils diffèrent sensiblement des
contes facétieux de la tradition orale, par le choix des sujets et les
attributs des acteurs, comme par le public auquel ils s'adressent et,
partant, par l'idéologie qui s'en dégage. Contrairement à Bédier,
pour qui les fabliaux étaient un genre bourgeois, Per Nykrog9 voit
dans ceux-ci un genre aristocratique, goûté surtout par la noblesse et
la haute bourgeoisie, qui reprend sur le mode burlesque, parodique,
les techniques de la courtoisie : les vilains y sont ridiculisés,
surtout lorsqu'ils se piquent de courtoisie, les clercs et les
chevaliers valorisés, les prêtres et les moines honnis. Qui plus est, le
mariage y est entièrement dévalorisé. La très grande majorité des
sujets est à contenu érotique et parmi ceux-ci les histoires d'adultère
se taillent la part du lion. Il en va tout autrement pour les contes
facétieux populaires. Certes, il est difficile de se faire une idée
exacte de la place que jouent les histoires grasses dans la tradition
orale : à la pudeur des conteurs s'est ajoutée celle des collecteurs,
qui les ont reléguées dans la revue confidentielle Kryptadia10.
Cependant, la tradition orale semble préférer les histoires de
séduction de jeunes filles niaises aux histoires d'adultère. Les contes
facétieux populaires sont surtout centrés autour de deux grands
réseaux de thèmes : stigmatisation de la sottise, et mouvait tours, que
ceux-ci soient dus à l'esprit de facétie ou au désir de vengeance, avec
un élément carnavalesque certain, au sens que Bakhtine11 donne à
ce mot ; ainsi les contes si répandus du l-'m voleur T. 1525 et du
Riche et paume paysan (Unibos) T. 15ÎS, dani lesquels un actant
socialement inférieur joue des mauvai» tour» I un autre
socialement supérieur.

9. Per Nykrog, Les fabliaux, Copenhague, 1957.


10. Kryptadia. Recueil de documents secrets pour servir à l'rluJt Jti traditions popu-
laires, Heilbronn, 1883-1889, Paris, 1897-1905. Revue è ln»K<- leduil
11. Mihail Bakhtine, L'oeuvre de François Kabelan tl la (ttliurt populaire <iu Moyen
Age ci sous la Renaissance, Paris, 1970.
24 L'ÉTUDE DU CONTE POPULAIRE

3. A LA RENAISSANCE

Ce décalage thématique entre fabliaux et tradition orale va s'ac-


centuant dans ces véritables contes que sont les recueils de nou-
velles « à rire » de la Renaissance, généralement inspirés par Boc-
cace et les autres novellistes italiens. Les Cent Nouvelles nouvelles
présentent une écrasante majorité de récits d'adultère, dont les pro-
tagonistes sont pour la plupart des nobles, des chevaliers et des pro-
cureurs. Quant aux Récréations et joyeux devis, attribués à Bonaven-
ture des Périers (1558), ils présentent certes un éventail de sujets
plus large : les bons tours y jouent un rôle important ; mais bien
des récits ne sont compréhensibles que pour un public humaniste.
Le cas de Rabelais est exceptionnel : on sait que Pantagruel et
Gargantua s'inspirent d'un livre de colportage vendu dans les foires,
Les grandes et inestimables chroniques de l'énorme géant Gargantua, qui
développaient des traditions orales déjà anciennes. Toute l'œuvre de
Rabelais est imprégnée de culture populaire, et les récits qu'il
incorpore puisent directement à la tradition orale : ainsi, l'épisode du
« Diable de Papefiguières » appartient au cycle très populaire de
l'Ogre dupé12.
A cette époque, l'Italie voit naître deux recueils de contes lit-
téraires, mais très largement inspirés par la tradition populaire : Les
nuits facétieuses de Straparole, (1550, 1553) et le Pentamerone de
Basile (1634-1636). Ces deux recueils, précieux pour le folkloriste,
constituent pour beaucoup de contes populaires la version la plus
anciennement attestée.

4. LES CONTES DE FÉES AU XVIIe ET AU XVIII' SIÈCLE

Les contes de fées, qui deviennent tant à la mode dans les salons
mondains à la fin du xvii« siècle, sont surtout des histoires galantes
entièrement coupées de la tradition populaire. Aussi les Histoires
ou Contes du temps passé (1697), qui deviendront les célèbres
TRADITION ORALE ET LITTÉRATURE ÉCRITE 25

« contes de Perrault », tranchent nettement sur la production de


l'époque. Ce recueil, signé de P. Darmancour, est généralement
attribué à son père Charles Perrault, sans que la paternité de ces
huit contes en prose ait jamais été établie de façon certaine 13. La
Belle au bois dormant est emprunté à Basile, qui s'est peut-être inspiré
du roman médiéval de Perceforest. Riquet à la houppe doit tout à
l'invention de Perrault... ou à celle de Mlle de La Force. Mais les
six autres contes, Le Petit Chaperon rouge, La Barbe bleue, Le
Maître chat ou le chat botté, Les Fées, Cendrillon ou la petite pantouf-fle
de verre, Le Petit Poucet, sont tous empruntés à la tradition orale
populaire. Mais il s'agit d'adaptations très littéraires, et Perrault a
remanié profondément les récits dont il s'est inspiré, transformant
parfois des épisodes entiers, pour les adapter au public mondain
auquel il les destinait. D'une façon générale, Perrault a supprimé
tout ce qui pouvait choquer le sens de la bienséance, mais aussi
celui de la vraisemblance de ses lecteurs, fléchi l'intrigue dans un
sens plus réaliste, atténué le merveilleux et l'absurde chaque fois
que cela était possible. Les moralités en vers, les clins d'œil au
public manifestent aussi un paternalisme certain à l'égard du mer-
veilleux populaire, tenu à tort pour une marque de crédulité. Ainsi
remaniés, les « Contes de Perrault », dont le succès fut considérable,
sont retournés par les livres de colportage à la tradition populaire
dont ils étaient issus, l'influençant à leur tour. Les quelques contes
encore connus de tous en France le sont dans la version et sous le
titre fournis par Perrault, même lorsque ceux-ci sont très éloignés
des versions recueillies directement dans la tradition orale par les
folkloristes.
Les contes de Mme d'Aulnoy, Contes nouveaux ou les Fées à la
mode (1698), s'éloignent davantage de la tradition orale. Si La
Chatte blanche, La Biche au bois, Finette-Cendron rappellent des contes
populaires, d'autres ont des thèmes plus romanesques — dégui-
sements, équivoques sexuelles, inceste — et le féerique s'y double
de longues analyses psychologiques tout à fait étrangères à la tra-

13. Voir Marc Soriano, Les contes de Perrault. Culture savante et culture popu-
laire, Paris, Gallimard (1968), 1977.
26 L'ÉTUDE DU CONTE POPULAIRE

dition populaire14. Désormais, pour le public lettré, les contes


populaires seront réservés aux enfants.

5. AU xix- SIÈCLE

A / Les romantiques et la création populaire

Le Romantisme a eu le culte de la « création populaire »,


comme en témoigne le succès des supercheries littéraires de «
Ossian » / Mac Pherson et de « La Guzla » / Mérimée. Nerval,
Nodier, Georges Sand se sont inspirés de contes et de légendes
populaires, mais en en transformant complètement le sens. Si les
Contes de Nodier contiennent bien aussi des légendes et des « dia-
bleries » traditionnelles, ils affectionnent surtout ces personnages
inadaptés qui passent pour des fous ou des lunatiques parce qu'ils
préfèrent aux insuffisances du réel les révélations de la vie imagi-
naire. Nodier utilise un genre populaire, donc communautaire,
pour exprimer le divorce le plus total entre l'individu et la société.
Souvent aussi, comme dans Le monstre vert de Nerval, ou dans Trésor
des fèves et Fleur des Pois, de Nodier, le thème populaire initial est
détourné au profit de l'ironie et de la parodie.

B / Le conte fantastique

Le conte fantastique, qui naît au xvm« siècle avec Le Diable


amoureux de Cazotte, et voit son apogée au xix< siècle avec les
récits de Mérimée, Gautier, Maupassant, utilise fréquemment des
motifs narratifs ou des personnages et situations populaires, tels que
les contes et les légendes nous les ont transmis. Ainsi, le héros mi-
ours mi-homme du Lokis de Mérimée, rappelle Jean de l'Ours
T. 301, et La main de Maupassant est une variation sur le thème
de Rends-moi ma jambe T. 366. Toutefois, en tant que récit — et

14. Voir Jacques Barchilon, Le conte merveilleux français de 1690 à 1790, Paris,
Champion, 1975.
TRADITION ORALE ET LITTÉRATURE ÉCRITE 27

Todorov a bien montré que le conte fantastique n'existe qu'en tant


que récit15 — il se distingue radicalement du conte merveilleux tra-
ditionnel. Ce dernier, entièrement et explicitement sous le signe
de la fiction, se meut sans étonnement dans l'univers du Surnaturel.
Au contraire, le fantastique naît, comme l'a montré Irène
Bessière16, de la juxtaposition dans le texte de deux ordres, le
Naturel et le Surnaturel, et donc de leur récusation mutuelle et
explicite. Le conte fantastique s'inscrit donc à un moment précis, où
s'affrontent deux discours culturels : celui de la Transcendance à
laquelle on ne croit plus, celui de la Rationalité, impuissante à
rendre compte de toute la réalité.

6. AU XX' SIÈCLE

Cette antinomie s'est fortement atténuée depuis l'élargissement


du concept de réalité opéré par les révolutions de la psychanalyse et
du surréalisme. Ainsi, les contes de Marcel Aymé17 adoptent la
tactique inverse de la naïveté apparente : des événements invrai-
semblables sont racontés comme si de rien n'était. L'irruption de
l'invraisemblable dans le quotidien n'étonne pas plus, de nos jours,
que jadis son agissement dans le domaine du merveilleux.
Certains conteurs contemporains brodent délibérément sur des
contes populaires traditionnels pour en détourner ou même inverser
les a priori idéologiques. Le Petit Poucet de Perrault a ainsi inspiré,
en plus d'une paraphrase de François Ruy-Vidal18, La fugue du Petit
Poucet, de Michel Tournier19 ; la Fée du robinet, de Pierre Gripari20,
prend délibérément le contre-pied du conte Les Fées

15. Tzvetan Todorov, Introduction à la littérature fantastique, Paris, Seuil, 1976.


16. Irène Bessière, Le récit fantastique. La poétique de l'incertain, Paris, Larousse,
1974.
17. Voir les recueils de nouvelles Les jumeaux du diable (1928), Les contes du chat
perché, Le Nain (1934), Derrière chez Martin (1938), Le passe-muraille (1943).
18. F. Ruy-Vidal et C. Perrault, Le Petit Poucet, Grasset, 1975.
19. M. Tournier, La fugue du Petit Poucet, Grasset, 1979.
20. Voir Pierre Gripari, Contes de la rue Broca, Paris, 1967.
28 L'ÉTUDE DU CONTE POPULAIRE

T. 480, et les Contes à l'envers de Philippe Dumas21 exploitent


cette veine systématiquement.
Mais plus généralement, à une époque où les écrivains prennent
communément leur inspiration dans le mythique et l'onirique, et
où l'écriture refuse de plus en plus les procédés illusionnistes du
romanesque traditionnel, le conte littéraire semble bien être en train
de perdre sa spécificité, pour se dissoudre, avec les autres genres,
dans une catégorie unique, le récit.

2l. P. Dumas, Contes à l'envers, L'Ecole des Loisirs, 1979.


CHAPITRE III

La collecte des contes populaires

Le souci de recueillir par écrit et de publier des contes popu-


laires, transmis oralement dans le peuple depuis des générations,
est par la force des choses une entreprise récente, qui suppose à la
fois un intérêt des lettrés pour le peuple, et la conscience qu'une
tradition est en train de disparaître. C'est donc une entreprise fon-
cièrement paradoxale, qui, même réalisée dans des conditions opti-
males, ne peut jamais rendre tout à fait justice à son objet d'étude. A
la difficulté inhérente au fait même de fixer par écrit une tradition
orale, s'ajoute le fait que les collecteurs de contes ont eu des motifs
différents pour établir leurs collectes, et par conséquent ont été
fidèles à leurs sources à des degrés très divers. On peut dire en gros
que plus les collectes sont anciennes, plus les contes conservés sont
complets et achevés, mais moins les transcriptions sont fidèles à
leurs sources orales, et inversement.

1. LES FRÈRES GRIMM

De 1812 à 1815, les frères Wilhelm et Jacob Grimm, savants


philologues au centre du mouvement romantique allemand,
publient les Contes de l'Enfance et du Foyer, recueillis en grande partie
auprès de sources orales, et destinés à illustrer leurs théories sur la
poésie « naturelle », opposée à la poésie « littéraire ». L'attitude
des Grimm face à la masse des documents recueillis est en
30 L'ÉTUDE DU CONTE POPULAIRE

principe celle de la fidélité, bien que celle-ci varie d'une édition à


l'autre1. En 1812, ils ont noté les contes tels qu'ils les ont entendus.
En 1819, ils ont combiné plusieurs versions, transformé le style,
épuré les récits pour les adapter aux enfants. Mais le recueil des
Grimm inaugure néanmoins la collecte scientifique des contes
populaires.
A l'exemple des frères Grimm, on se mit dans toute l'Europe à
recueillir méthodiquement les contes populaires.

2. AVANT LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE

L'année 1870, date de la publication du premier volume de


Luzel, Contes bretons, marque l'essor des collectes de contes français
faites dans un esprit scientifique. L'intérêt pour les contes a
d'abord été le fait de spécialistes d'autres disciplines, auxquels la
littérature orale apportait des renseignements précieux : romanistes,
linguistes, celtisants, ethnographes. C'est à ce titre que de nouvelles
revues, la Revue celtique, la Revue des langues romanes, Roma-nia, ont
ouvert leurs colonnes à des folkloristes qui ont pu publier une partie
de leurs collectes. A peu près à la même époque, le folklore se
constitue comme discipline à part entière, d'abord sous le nom de «
traditionalisme », et des revues se fondent qui lui sont entièrement
consacrées : Mélusine, fondée et dirigée par le celtisant Gaidoz
(1877 ; 1886-1901), la Revue des traditions populaires, fondée et
dirigée par Paul Sébillot (1888-1919), La Tradition, dirigée par
Henry Carnoy (1887-1907), la Revue du traditionalisme français et
étranger (1898-1914). A la même époque deux grandes collections
d'ouvrages de folklore sont fondées : Les littératures populaires de
toutes les nations chez Maisonneuve-Larose (47 volumes de 1883 à
1903), et Contes et chansons populaires chez Leroux (44 volumes de
1881 à 1930), qui publient des collectes faites dans les provinces de
France comme à l'étranger.
Les collectes les plus importantes, par le nombre et la qualité
des récits rassemblés comme par le sérieux des folkloristes, sont

1. Voir Ernest Tonnelat, Les frères Grimm, Paris, 1912.


LA COLLECTE DES CONTES POPULAIRES 31

celles d'Emmanuel Cosquin en Lorraine, de François-Marie Luzel


en Basse-Bretagne, de Paul Sébillot en Haute-Bretagne, de Jean-
François Bladé en Gascogne, d'Achille Millien en Nivernais et de
Victor Smith dans le Velay. (Ces deux dernières, malheureusement,
n'ont été que très partiellement publiées.) Mais bien d'autres col-
lecteurs ont laissé des recueils excellents, bien que de moindre
envergure : Félix Arnaudin dans la Grande-Lande, Antonin Per-
bosc dans le Rouergue, Léon Pineau dans le Poitou, etc.
Tous ces folkloristes ont eu le souci de noter fidèlement le
contenu des contes recueillis, sans rien ajouter ni transformer2'3.
Cependant ils ont arrangé la forme des contes, qu'ils ont dû préa-
lablement traduire, et les ont transcrits dans une langue écrite. Une
exception : les Contes populaires du Poitou, recueillis par Pineau et
transcrits à peu près tels quels constituent le seul recueil de cette
époque qui permette une étude de l'art du contage (langue, procédés
stylistiques, marques de renonciation orale).
Toutes ces collectes ont eu lieu avant l'établissement de la clas-
sification internationale de Aarne-Thompson4, et chaque folklo-
riste a tenté de classer les contes de sa collecte selon des critères
thématiques approximatifs qui lui sont propres.

3. ENTRE LES DEUX GUERRES

Les morts de Sébillot et de Cosquin ont marqué le début d'une


période d'éclipsé dans les recherches françaises sur le conte. Le seul
folkloriste français d'importance à cette époque, Arnold Van
Gennep5, s'intéressait davantage aux autres formes de folklore.
En revanche, à la même époque, des ouvrages capitaux pour
l'étude des contes voyaient le jour à l'étranger. En 1910, Antti
Aarne, principal animateur de l'école finnoise6, publiait un

2. et 3. Toutefois, chez Bladé, la version retenue pour la publication combine


parfois plusieurs sources orales.
4. Voir p. 32.
5. Voir Arnold Van Gennep, Manuel de folklore français contemporain, Paris,
Auguste Picard, 1938-1958.
6. Voir p. 41.
32 L'ÉTUDE DU CONTE POPULAIRE

premier essai de catalogue systématique du conte populaire7. De


1913 à 1932, Boite et Polivka publiaient cinq volumes de Commen-
taires aux contes de Grimm*, qui fournissent pour chacun d'eux
toutes les versions parallèles recensées à l'époque dans le monde
entier. En 1928, le folkloriste américain Stith Thompson complétait
le catalogue de Aarne, qui est devenu le célèbre Aarne-
Thompson9. C'est, dans son principe tout au moins, un catalogue
systématique de tous les contes populaires du monde, qu'adopteront
la plupart des archives et des catalogues nationaux, y compris le
catalogue du conte français Delarue-Tenèze. Une nouvelle édition,
considérablement augmentée, a vu le jour en 1961. Ce catalogue
classe les contes répertoriés en contes types, affectés d'un numéro,
les décompose en motifs, note pour chaque type la version de
Grimm et les principales études monographiques qui lui sont
consacrées.

4. APRÈS LA DEUXIÈME GUERRE MONDIALE

On a assisté à un renouveau des travaux sur le conte, orientés


davantage vers l'ethnologie.
En 1946 était fondée la Société d'Ethnographie française, qui
publia, à partir de 1953, la revue Arts et Traditions populaires, devenue
depuis Ethnologie française. Au sein de cette société se forma
bientôt un groupe de chercheurs, autour de Paul Delarue, qui se
spécialisèrent dans l'étude du conte. Pour recueillir les contes qui
subsistaient encore, des enquêtes méthodiques furent entreprises.
Les résultats en ont été partiellement publiés, dans A TP, dans des
revues régionales, dans la collection Contes merveilleux des provinces
de France, aujourd'hui épuisée. Mais beaucoup sont restés à l'état
de manuscrits. Ces chercheurs n'étaient plus des « amateurs éclairés
» de belles histoires, comme les folkloristes du xiX' siècle,

7. Verzeichnis des Mârchentypen, Helsinki, 1910.


8. Anmerkungen zu der Kinder-und Hausmârchen der Brader Grimm, Berlin,
1913-1932.
9. Antti Aarne et Stith Thompson, The types of thé Folktale, Helsinki (1928),
1961 ; les numéros utilisés ici renvoient à ce catalogue.
LA COLLECTE DES CONTES POPULAIRES 33

mais des spécialistes, rompus aux disciplines scientifiques : linguis-


tique pour Geneviève Massignon, stylistique pour Ariane de Félice,
ethnologie pour Charles Joisten, et animés par un souci de fidélité
absolue aux récits traditionnels qu'ils recueillaient. Au centre de
cette équipe, Paul Delarue coordonnait les recherches, et ras-
semblait une documentation minutieuse, qui allait fournir la base de
son catalogue national du conte populaire français, continué après
sa mort par sa collaboratrice Marie-Louise Tenèze10.

5. LES COLLECTES CONTEMPORAINES

L'essor spectaculaire de l'ethnologie au cours des quinze der-


nières années a suscité un renouveau des collectes, faites systéma-
tiquement, à l'aide du magnétophone et du magnétoscope, souvent
par des équipes entières. Désormais, l'accent est mis d'une part sur la
pratique du contage, l'art traditionnel de la parole en action, et
tend donc à restituer la voix et le geste, la mélodie et le jeu du
conteur ; d'autre part, sur le contexte social des contes et du contage.
L'exploration se fait en profondeur, sur un terroir plus réduit, et
recueille avec autant d'attention que les contes les facéties, les sou-
venirs, les simples anecdotes, les chansonnettes et les dictons, qui
d'ailleurs tendent de plus en plus à les remplacer dans la tradition
orale. Charles Joisten en Savoie et en Dauphiné", Daniel Fabre et
Jacques Lacroix en Languedoc12, Michel Valière dans le Poitou13
ont recueilli ainsi une moisson impressionnante. Ce travail de
collecteur va souvent de pair avec une action culturelle de défense
du patrimoine ; on assiste à une certaine collaboration entre
universités, écomusées, organismes d'aménagement du territoire,
et centres d'action culturelle locaux14.

10. Paul Delarue et Marie-Louis Tenèze, Le conte populaire français. Catalogue


raisonné, 3 vol., Paris, Maisonneuve-Larose, 1957, 1963, 1976.
11. Voir Contes populaires du Dauphiné, Grenoble, Musée Dauphinois, 1976.
12. Voir Daniel Fabre et Jacques Lacroix, La tradition orale du conte occitan, Paris,
PUF, 1974, 1975, 2 vol.
13. Depuis une quinzaine d'années, Michel Valière effectue des recherches dans le
Centre-Ouest et en Occitanie. L'ensemble de ses collectes, plus de 1 000 bandes
magnétiques, constitue le Fonds Valière à la Bibliothèque universitaire de Poitiers.
14. Ainsi, Michel Valière a fondé l'Union Poitou-Charente pour la culture popu-
laire, et le Centre culturel la Marchoise à Gençay (Vienne).
CONTE 2
CHAPITRE IV

La pratique du contage

1. LES INSTITUTIONS DE TRANSFERT

La littérature orale n'est pas, comme semblaient le croire les


romantiques, une émanation spontanée du Peuple, considéré
comme un vaste corps indifférencié. Elle est fortement ancrée dans un
contexte social et culturel précis, et n'existe et ne se diffuse que dans
un système d'institutions de transfert plus ou moins complexes.
Certes, ce système, qui peut être extrêmement rigide, comme le
montrent les travaux des ethnologues sur certaines sociétés africaines1,
est relativement lâche dans les communautés européennes. De plus,
ces institutions de transfert ne sont pas toutes directement
observables de nos jours, où la littérature orale est en perte de
vitesse dans les sociétés industrielles. La Grande Guerre semble
avoir constitué une coupure ; avant 1914, on connaît encore un peu
partout des réunions, autres que strictement familiales, dans lesquelles
la narration de contes entre adultes joue un rôle important ; après
1918, c'est plutôt l'exception. De nos jours la pratique du contage
n'existe plus guère que pour les jeunes enfants, dans la famille ou
à l'école. Encore la lecture à haute voix tend-elle, de plus en plus, là
aussi, à remplacer la narration orale. Afin de se faire une idée du rôle,
souvent considérable, qu'ont joué les contes dans

1. Voir Geneviève Calame-Griaule, Pour une étude ethno-linguistique des lit-


tératures orales africaines, Langages, 5, 18, p. 22-47.
LA PRATIQUE DU CONTAGE 35

la vie des sociétés rurales, on en est réduit à reconstituer le système


des institutions de transfert à l'aide de témoignages, de souvenirs,
de bribes de documents.
Il est difficile, cependant, de donner une vue d'ensemble valable
pour toute la France. Les documents sur la pratique du contage sont
trop épars. On dispose soit d'études contemporaines — celles de
Marie-Louise Tenèze dans l'Aubrac2, de Daniel Fabre et Jacques
Lacroix dans le Bas-Languedoc3 — qui étudient de façon
systématique, et sur un terroir précis, des institutions de transfert
moribondes ; soit de collectes des années 40, qui donnent des ren-
seignements moins détaillés sur des institutions encore vivaces mais
cependant bien atténuées, et évoquent les souvenirs de jeunesse de
leurs informateurs (Geneviève Massignon en Corse, en Vendée4 ;
Ariane de Félice en Bretagne, dans le Berry5) ; soit de bribes de
renseignements tout à fait épars fournies par les collecteurs du
XIX' siècle, entre 1860 et 1890, qui évoquent à l'occasion les sou-
venirs de leurs informateurs, lesquels remontent donc environ au
milieu du xix> siècle. On ne peut que rêver à cette enquête impos-
sible : une description systématique des institutions de transfert des
contes, bien vivantes, du siècle dernier, réalisée dans l'optique et
avec les méthodes d'analyse des ethnologues contemporains ! De
plus, il est très rare que l'on ait des renseignements à la fois sur
l'ancien temps et de nos jours dans la même région, rendant ainsi
toute étude diachronique des institutions de transfert assez aléatoire.
De cet ensemble très disparate de données, émergent quelques faits
dont la valeur semble être générale.
Les institutions de transfert de la littérature orale ont pour
modèle général une réunion où un récitant prend la parole. Dans
les sociétés dites traditionnelles, elles sont généralisées et intégra-
lement collectives : tous les membres de la communauté sont

2. Voir Marie-Louise Tenèze, Littérature orale narrative, L'Aubrac, t. V, Paris,


1975.
3. Voir Les institutions de transfert de la littérature occitane, Montpellier, 1972.
4. Voir G. Massignon, Contes de l'Ouest, coll. « Contes merveilleux des provinces de
France », Paris, Erasme, 1953 ; Contes corses, Aix-en-Provence, Ophrys, 1963.
5. Ariane de Félice, Contes de Haute-Bretagne, Paris, Erasme, 1955 ; Enquête sur
quelques traditions orales, thèse dactylographiée de l'Ecole du Louvre, 1945 ; Enquête
dans le Haut-Berry, manuscrit du Musée des Arts et Traditions populaires, 1943.
36 L'ÉTUDE DU CONTE POPULAIRE

consommateurs. De plus, ces institutions diffèrent des médias


modernes en ce que les actes de communication du texte sont sous le
contrôle direct de la communauté. Ceci ne veut pas dire que
n'importe quoi est conté à n'importe qui n'importe quand, bien au
contraire. Le contage se pratique selon un système à trois paramètres
principaux : le cadre des réunions (lieu, saison, heure, occasion), la
sélection des participants (elle-même opérée selon trois critères
principaux : sexe, classe d'âge, métier), le répertoire (il y a une cer-
taine correspondance entre le type d'institution de transfert et les
genres narratifs qui y sont pratiqués). Les rapports entre ces trois
paramètres peuvent varier grandement d'une communauté à une
autre.

A / Les veillées collectives

Bien qu'il soit courant d'évoquer les « contes de veillée », quand


on parle de folklore, la veillée n'est ni une condition nécessaire ni
une condition suffisante de la transmission des contes. Les veillées
bretonnes décrites par Luzel6 comprennent toujours un conte,
merveilleux ou facétieux, mais commencent par plusieurs histoires
de revenants, présentées comme véridiques, et se terminent par deux
chants : un gwerz épique, un sône lyrique. Ailleurs, il y est
question de devinettes, chansons, dictons, facéties.
En Aubrac, dès 1900, les contes avaient surtout la faveur des
enfants. Les jeunes, eux, préféraient les jeux, les chansons, et surtout
la danse7. Les veillées peuvent être régulières — veillées de travail, de
repos — ou exceptionnelles : vigiles des veilles de Noël ou de
mariage, fêtes votives, grandes veillées de travail comme celles du
chanvre ou de la fête du cochon en Bas-Languedoc8. Les veillées ont
surtout lieu l'hiver, de la Toussaint à mardi gras environ. Les
enfants de moins de quatorze ans y sont parfois admis, mais
souvent ils en sont exclus parce qu'on les couche tôt.

6. F.-M. Luzel, Veillées bretonnes, Morlay, 1879.


7. Voir Marie-Louise Tenèze, op. cit.
8. Voir D. Fabre et J. Lacroix, Les Institutions, op. cit.
LA PRATIQUE DU CONTAGE 37

B / Les assemblées masculines

En Bas-Languedoc, il s'agit de veillées de travail, l'hiver, dont le


répertoire est le même que celui des veillées d'hiver collectives ;
l'été, il s'agit de veillées assez brèves, réparties par classes d'âge
assez tranchées. Les assemblées d'hommes, au cercle ou au café,
échangent plutôt des anecdotes personnelles et des histoires
licencieuses9. Au Coudray (Vendée) en 1943, l'un des informateurs
de Ariane de Fêlice participe à des soirées de célibataires où l'on dit
des histoires, et auxquelles l'enquêtrice n'a pas accès10.

C / Les assemblées féminines

Au lavoir et à la fontaine, en Bas-Languedoc, on échangeait des


rumeurs. L'été, avaient lieu des veillées de femmes, de repos, par
quartier, devant la façade des maisons, où, parmi les rumeurs, se
disaient éventuellement des facéties ou des contes traditionnels. Les
célèbres « couarails » de Lorraine, réunions de repos, par quartier,
devant les maisons, étaient avant tout des réunions féminines, bien
que des hommes y soient acceptés". A Mayun (Vendée), les van-
niers ne participaient pas aux veillées des femmes qui filaient, la
lumière des simples chandelles de résine, qui suffisaient à filer,
étant insuffisantes aux travaux de vannerie12.

D / Les assemblées d'enfants

Les réunions de contage réservées aux enfants semblent avoir


été plus ou moins institutionnalisées selon les régions. En Lorraine, à
en croire Louis Marin, elles avaient une fonction ëducatrice précise,
qui l'emportait de loin sur leur fonction récréative13.

9. ibid.
10. Ariane de Fêlice, Enquête..., op. cit.
11. Louis Marin, Les contes traditionnels en Lorraine, Paris, Jouve, 1964.
12. A. de Fêlice, Contes de Haute-Bretagne, op. cit.
13. Louis Marin, op. cit.
38 L'ÉTUDE DU CONTE POPULAIRE

— Les réunions de bambins rassemblaient plusieurs fois par


semaine, en dehors des heures de classe, jusqu'à trente enfants
autour d'une conteuse douée. Aucun jeu ni jouet n'était admis à
ces réunions, où l'on attendait des enfants respect et attention. La
conteuse, assistée d'une jeune fille qui surveillait les réactions des
enfants, veillait à ce que chacun comprît ce qu'elle contait. Elle
avait conscience de leur transmettre, avec les histoires traditionnelles
et les chants populaires, le respect des adultes et les bonnes
manières.
— Les réunions de fillettes et de garçonnets réunissaient autour de
quelque ménagère, de quelque cultivateur ou artisan, des préado-
lescents auxquels il s'agissait d'inculquer une sorte de culture tech-
nique générale. La transmission du savoir alliait leçon de choses
directe et anecdotes, récits ou légendes concernant un corps de
métier et ses traditions.
Depuis la première guerre mondiale cependant, ces réunions
d'enfants à l'échelle du hameau sont l'exception.

2. LES CONTEURS

Le contage n'est pas l'affaire de tous, mais de quelques-uns ;


tous les témoignages concordent sur ce point. Certes, pour les anec-
dotes, les bons mots, les devinettes, et les contes d'animaux dans
une certaine mesure, chacun peut prendre la parole tour à tour.
Mais les contes facétieux et merveilleux, plus complexes, sont l'af-
faire de ceux, peu nombreux, dont les goûts, la mémoire, le talent et
les hasards de l'existence ont fait des conteurs. Ce ne sont pas des
professionnels, encore que certains métiers y prédisposent14. Mais
ce sont des spécialistes.
Les conteurs ne peuvent pas toujours dire d'où ils tiennent leurs
contes. Ils les ont appris « des anciens », d'un parent ou grand-

14. Métiers itinérants : colporteurs en Bretagne, tailleurs et couturières en chambre


dans l'Aubrac, ou, au contraire, sédentaires : vanniers en Vendée, bergers en Corse,
bûcherons au Canada. Marguerite Philippe et Barba Tassel, les principales
informatrices de Luzel, étaient respectivement pèlerine par procuration et porteuse de
dépêches télégraphiques.
LA PRATIQUE DU CONTAGE 39

parent, si celui-ci était lui-même conteur, mais aussi à la veillée ou


en gardant les bêtes. Si beaucoup disent avoir appris leurs contes
dans leur enfance, « âge où l'on retient mieux », les vanniers de
Vendée15, les bûcherons de l'Ontario16 ont appris les leurs à l'âge
adulte, avec la pratique de leur métier, et ont continué à apprendre
de nouveaux récits toute leur vie. La méthode de mémorisation des
contes est individuelle. Dans le même village, Pierre Leliè-vre s'était
donné la peine d'apprendre ses contes morceau par morceau, mais
Gustin Michaud avait retenu les siens sans effort, après une seule
audition17.
Les conteurs sont fiers de leur art et conscients de leur pres-
tige. La « Phraisie » était convoquée aux mariages et aux veillées à
plusieurs lieues à la ronde18. Ils ont souvent un grand respect pour
la tradition.
Chaque conteur a son répertoire propre. Pierre Lelièvre ne
s'était jamais donné la peine de retenir les « contes de farce », et,
sur les huit récits de son répertoire, sept étaient des contes mer-
veilleux. La « Phraisie », elle, avait une prédilection pour les contes
facétieux, voire grivois. Maria Girbal a entièrement éliminé, incons-
ciemment semble-t-il, les contes venus de l'imprimé dont elle avait
eu connaissance19. Que faut-il pour être conteur ? Certes, il faut «
avoir le temps de rêver les contes », c'est-à-dire de les ruminer
intérieurement, mais il faut aussi avoir l'occasion de les pratiquer,
sinon on les oublie.
Le contage est sous le contrôle direct de l'auditoire, qui proteste
si le conteur se trompe ou oublie quelques paroles traditionnelles.
Le conteur interpelle ses auditeurs, qui entrent dans le jeu et répon-
dent. Les formules bretonnes : « cric !-crac !, qui montrent que l'au-
ditoire ne s'est pas endormi et donc que le conteur peut continuer, se
retrouvent presque identiques de nos jours, à la Réunion et à l'île
Maurice : « Krikê, Kraké », chaque fois que le conteur fait

15. Voir A. de Félice, Contes de Haute-Bretagne, op. cit.


16. Voir Germain Lemieux, Les jongleurs du billochet, Paris-Montréal, 1972.
17. Voir Contes de Haute-Bretagne, op. cit.
18. Suir Euphrasie Pichon, dite « La Phraisie », voir A. de Félice, Enquête dans le
Haut-Berry, op. cit.
19. Voir M.-L. Tenèze, Aubrac, op. cit., chap. 3.
40 L'ÉTUDE DU CONTE POPULAIRE

intervenir un commentaire personnel dans son récit. Chaque


conteur a non seulement son répertoire, mais sa manière propre de
conter.

3. L'ART DE CONTER

II semble que l'art de conter soit à mi-chemin entre création et


reproduction. Le conte, comme tout genre transmis oralement,
comprend des éléments rigides, stables, et des éléments fluides, plus
mobiles. Ces derniers peuvent varier d'une narration à l'autre, chez le
même conteur, qui improvise chaque fois un peu, à partir de
divers procédés mnémotechniques : formules traditionnelles, énu-
mération, chaînes verbales, et de techniques de construction stables
: développement à partir de thèmes et motifs, tout prêts ou «
passe-partout », que chaque conteur arrange à sa manière, répète tels
quels ou modifie ; structures énumératives : répétitions binaires,
ternaires, par séries ; renversement20.
Les formules traditionnelles, qui peuvent appartenir en propre
soit au conte, soit à une région, soit à un conteur, jouent un rôle
essentiel. Souvent rimées, ou du moins allitérées, elles sont scan-
dées ou déclamées sur un autre ton, et même chantées dans L'os
qui chante T. 780 ou dans Ma mère m'a tué, mon père m'a mangé
T. 720. Les formules finales et initiales ont pour fonction principale
de souligner l'aspect fictif du récit, de rompre l'illusion réaliste et
de ramener l'auditoire à la réalité quotidienne.

20. Voir Ariane de Félice, Essai sur quelques techniques de l'art verbal traditionnel,
thèse de doctorat, Paris, Sorbonne, 1957.
CHAPITRE V

La diffusion des contes populaires

1. CONTE TYPE, ARCHÉTYPE ET VARIANTES

Contrairement à la littérature, qui propose pour chaque écrit


une leçon unique et fixe, la tradition orale fournit un grand nombre
de récits apparentés, qui présentent des ressemblances évidentes et des
différences plus ou moins grandes. Celles-ci peuvent d'ailleurs
relever de la compétence d'une communauté, et être relativement
stables, ou de la performance du conteur, et varier ainsi d'une séance
à l'autre.
Ceci a amené les folkloristes de l'Ecole finnoise, Kaarle Krohn et
Annti Aarne, à distinguer les notions de conte type, de version et
de variante. Les récits dont les ressemblances l'emportent sur les
différences appartiennent au même conte type. Chaque écrit
attesté concrètement constitue une version particulière, et les motifs
dont il est constitué présentent des variantes par rapport aux autres
versions du même conte type.
Ces concepts se sont révélés opératoires, et ont été d'une grande
utilité pour la classification et l'étude comparative des contes.
Dans la plupart des cas, un repérage empirique des contes types se
fait spontanément et sans problème. Parfois cependant, les dif-
férences sont aussi importantes que les ressemblances, et il est dif-
ficile de décider si l'on doit établir un seul conte type avec des sous-
types nombreux, ou bien plusieurs contes très proches les uns des
autres. C'est que la notion de conte type, si pratique, soulève le
42 L'ÉTUDE DU CONTE POPULAIRE

problème théorique de la hiérarchisation des éléments constitutifs,


fondamentale pour l'analyse morphologique, et donc pour une clas-
sification logique, et pas seulement pragmatique, des contes.
Par ailleurs, les folkloristes de l'école finnoise postulaient l'exis-
tence pour chaque conte type d'un archétype, d'une forme originelle
du conte d'où dériveraient toutes les versions attestées, et aussi sans
doute certaines perdues en cours de route. Un des buts essentiels de
leur programme de travail consistait à reconstituer cet archétype,
auquel ils assignaient une existence historique1. Mais les folkloristes
contemporains n'acceptent plus ce point de vue, et, dans la
mesure où ils utilisent encore la notion d'archétype, ils le conçoivent
plutôt comme un modèle abstrait, fabriqué par l'analyste. Ce
modèle, qui regroupe des éléments disséminés dans différentes ver-
sions, et d'autres qui ne sont que conjecturés, est déterminé par
les goûts subjectifs de l'analyste, en tout cas par la perspective
adoptée. L'archétype d'un conte type variera probablement, selon
qu'on l'étudié d'un point de vue sociologique, psychanalytique ou
stylistique.

2. DIFFUSION ET TRANSMISSION DES CONTES

Ces conceptions divergentes de l'archétype sont liées à un autre


problème théorique, celui de la genèse et de la diffusion des contes.
Les tenants de l'école finnoise étaient partisans convaincus de la
monogenèse des contes ; pour eux, chaque conte type était né dans
un endroit unique, à partir duquel il s'était diffusé. Ils estimaient
que les contes peuvent se transmettre de façon stable, sans trans-
formations importantes, pendant des durées même très longues,
tant qu'ils passent de génération en génération dans la même région.
Dès qu'ils émigrent vers d'autres régions, ils se tranforment pour
s'adapter au nouveau contexte culturel. Krohn pensait de plus que le
folklore se répand comme un courant, et que, pour chaque conte, par
une étude minutieuse des variantes géographiques et histo-

1. Voir Annti Aarne, Leitfaden der vergleichenden Mârchenforschung, Helsinki,


1913, et Kaarle Krohn, Die folkloristische Arbeitsmetode, Helsinki, 1926.
LA DIFFUSION DES CONTES POPULAIRES 43

tiques, on doit pouvoir remonter au lieu d'origine unique à partir


duquel il s'est diffusé, « comme des cercles dans l'eau », de façon
harmonieuse et régulière, en se transformant constamment.
Ce point de vue a été critiqué par Carl-Wilhelm von Sydow,
pour qui le folklore se transmet beaucoup moins librement, et plutôt
par bonds irréguliers2. Il distingue nettement entre les trans-
metteurs actifs, ceux qui racontent et changent, et transmetteurs
passifs, ceux qui écoutent. C'est uniquement sur les transmetteurs
actifs, qui constituent dans chaque communauté une petite minorité,
que repose la transmission du folklore. De nos jours, les folklo-ristes,
moins ambitieux, semblent avoir renoncé à déterminer l'origine
géographique d'un conte et l'ensemble de sa diffusion. Ils utilisent
plutôt la méthode finnoise pour déterminer les détails de la
diffusion d'un conte sur une échelle réduite 3. Ainsi Marie-Louise
Tenèze, mettant en relation motifs stylistiques et aires culturelles,
pour les contes de Barbe-Bleue T. 312, Le loup et les chevreaux T.
123, Les enfants abandonnés dans la forêt T. 327 et Le Petit Chaperon
rouge T. 333, a pu délimiter dans le centre de la France une zone
qui semble suivre le bassin de la Loire. Cette zone, qui se
caractérise à la fois par une certaine christianisation et par une
grande archaïcité, constitue une étape intermédiaire importante
entre le T. 312 et le T. 333 d'une part, entre les T. 327 et T. 328
de l'autre4.

2. Voir C.-W. von Sydow, Selected papers on folklore, Copenhague, 1948.


3. Voir Charles Joisten, Un cas de migration de contes populaires : du Languedoc au
Dauphinê, Ans et Traditions populaires, 17, Paris, 1969.
4. Voir Motifs stylistiques de contes et aires culturelles, Mélanges en l'honneur d'Elisée
Legros, Liège, 1976.
CHAPITRE VI

L'origine des contes populaires

De nos jours, l'étude des contes s'intéresse surtout à leur sens,


leur forme artistique, et au rôle qu'ils jouent ou ont joué dans une
communauté donnée. Les folkloristes du xrx< siècle, eux, étaient
préoccupés avant tout par la question de leur origine. L'existence,
en plusieurs points du globe, de récits semblables, aussi « absurdes
», constituait une énigme qu'il fallait à tout prix résoudre. Avides de
commencements absolus, les folkloristes du siècle dernier ont émis
plusieurs théories concurrentes, toutes périmées aujourd'hui, sur la
question de l'origine des contes. Certaines font naître les contes en
un endroit unique, à partir duquel ils se seraient diffusés
progressivement ; d'autres les font naître en plusieurs points du
globe indépendamment les uns des autres. Certaines voient dans
les motifs des contes des symboles, d'autres les interprètent
littéralement, comme le souvenir de pratiques et d'institutions
réelles.

1. LA THÉORIE INDO-EUROPÉENNE OU MYTHIQUE

Cette théorie, qui était déjà celle des frères Grimm, a été déve-
loppée par Max Mûller1, spécialiste de sanscrit, et représentée en

1. Voir R. Dorson, The éclipse ofSolar Mythology ; A. Dundes, The study of folklore,
NJ, 1965.
L'ORIGINE DES CONTES POPULAIRES 45

France par Charles Ploix et surtout Hyacinthe Husson, qui l'a


appliquée systématiquement à l'étude des contes de Perrault2.
Selon cette théorie, les contes dériveraient de mythes cosmolo-
giques aryens, nés à l'ère préhistorique en Inde, berceau supposé
du peuple indo-européen. Les Aryens auraient conçu leurs dieux
autour de phénomènes météorologiques, le Ciel, la Nuit, le Soleil,
l'Aurore, à un stade culturel où le langage était incapable d'exprimer
des notions abstraites. Après la dispersion des Indo-Européens à
travers l'Europe, le sens originel des dieux védiques aurait été
oublié, et n'aurait plus survécu que dans des expressions ou des
proverbes obscurs. De là seraient nés les mythes, histoires inventées
pour expliquer expressions et proverbes. Ayant établi l'identité
philologique de Zeus et du Dyaus védique, Mûller pensait pouvoir
expliquer ainsi le caractère barbare de tant de mythes grecs : par
exemple l'histoire de Kronos dévorant, puis dégorgeant ses
enfants, serait une allégorie du ciel, dévorant puis recrachant les
nuages.
A sa suite, Hyacinthe Husson voit dans les contes de Perrault
des « mythes solaires ». Le Petit Chaperon rouge au front couronné de
rouge, dévoré par le loup, c'est l'aurore avalée par le soleil dévo-
rateur, ou par l'obscurité. Sa grand-mère, vieille décrépite, repré-
sente l'une des aurores qui l'ont précédée. Dans La Belle au bois
dormant, équivalent du mythe de Perséphone, l'héroïne endormie
représente à la fois la nuit calme et sereine à laquelle succède le
jour, et la lumière céleste envahie par l'hiver. Le prince qui l'éveille
personnifie le soleil du matin et celui du printemps. Le petit Poucet
et ses bottes de sept lieues est le génie de la lumière, l'ogre qui
cherche à le manger est le soleil dévorateur. Les cailloux semés en
chemin sont les étoiles, et les oiseaux qui viennent manger les miettes
sont les nuages qui les cachent.

2. Voir Hyacinthe Husson, La chaîne traditionnelle. Contes et légendes au point de


vue mythique, Paris, Franck, 1874.
46 L'ÉTUDE DU CONTE POPULAIRE

2. LA THÉORIE INDIANISTE

Lancée par Theodor Benfey en 1859, la théorie indianiste fut


reprise en France par le grand folkloriste Emmanuel Cosquin qui
lui resta fidèle toute sa vie 3. Elle a été élaborée parallèlement aux
recherches philologiques concernant les recueils de contes médié-
vaux venus d'Orient, par des traductions successives qui les enri-
chissaient en route d'apports nouveaux, et dont l'origine semblait
indienne : ainsi Le Roman des sept sages de Rome, la Discipline de
Clergie, de Pierre Alphonse, venus du Panchatantra et d'autres
recueils indiens.
D'après les indianistes, si toutes les fables ou contes d'animaux
du Panchatantra sont d'origine occidentale, grecque avant tout, les
contes merveilleux proviennent tous d'un centre commun, l'Inde,
où ils auraient servi de paraboles dans l'enseignement des moines
bouddhistes. Ils auraient essaimé à la période historique, en petit
nombre avant le x> siècle, en raison des difficultés dues à la trans-
mission orale, plus nombreux à partir des incursions musulmanes, la
transmission orale s'effaçant alors devant la transmission littéraire,
dont les principaux centres étaient Byzance, l'Italie et l'Espagne.

3. LA THÉORIE ETHNOGRAPHIQUE

Surtout représentée par Andrew Lang, en Angleterre, la théorie


ethnographique s'oppose doublement à la théorie mythique de Max
Millier4. Loin d'être un détritus de mythe, le conte en est-une
forme antérieure, plus primitive et rudimentaire. Le conte ne naît
pas en un endroit unique, mais dans plusieurs endroits à la fois,
dans des cultures souvent très éloignées géographiquement, mais
présentant toutes le même niveau de développement culturel : le stade
de l'animisme et du totémisme. Les motifs des contes ne

3. Voir Em. Cosquin, Les contes indiens et l'Occident, op. cit..


4. Voir Andrew Lang, La mythologie, Paris, Franck, 1974.
L'ORIGINE DES CONTES POPULAIRES 47

sont pas des symboles, mais des vestiges de croyances et de prati-


ques archaïques réelles : cannibalisme, chamanisme, magie, rela-
tions de famille avec des animaux, transformations animales, etc.
Arnold van Gennep, dans La formation des légendes*, adopte un point
de vue ethnographique proche de celui de Lang, et explique
notamment le grand nombre de contes d'animaux par l'importance
qu'ont pour les primitifs les rites totémiques. Mais sa conception de
la chronologie des différents types de récits oraux est à l'opposé de
celle de Lang. Van Gennep estime en effet que l'évolution s'est faite
à partir des genres les plus utilitaires, le mythe, qui commente un
rite, et la légende, qui impose un devoir, au plus « gratuit », le
conte merveilleux, en passant par les contes d'animaux et les fables,
qui enseignent une leçon.

4. LA THÉORIE RITUALISTE

Paul Saintyves, dont les théories ont longtemps joui d'un grand
prestige en France, reprend et systématise le point de vue des
ethnographes6. Il interprète les personnages des contes littérale-
ment, comme le souvenir de personnages cérémoniels dans divers rites
populaires plus ou moins effacés. Ainsi, le conte des « Fées » illus-
trerait les traitements que s'attirent les mortels selon le comporte-
ment, bon ou mauvais, qu'ils adoptent envers les fées, protectrices
du foyer, lors des rites du premier janvier. La « Belle au bois
dormant » représenterait la nouvelle année, et la vieille au rouet,
doublée de la fée Carabosse, rappellerait le personnage de vieille
décrépite et sorcière qui représentait l'année écoulée dans les drames
liturgiques de la fin décembre : ceux-ci mettaient en scène la lutte
nécessaire entre une vieille et une jeune femme, qui doit
reprendre le fuseau des mains de la vieille. Le « Petit Chaperon
rouge » rappellerait la coutume de l'élection de la reine de mai, elle-
même survivance d'un culte de printemps apparenté à celui de
Maia chez les Romains. « Cendrillon » et « Peau d'Ane » seraient

5. La formation des légendes, Paris, Flammarion (1906), 1922.


6. Voir Les contes de Perrault et les récits parallèles, Paris, Nourry, 1923.
48 L'ÉTUDE DU CONTE POPULAIRE

des « reines de Carnaval », l'une présidant à la domesticité inté-


rieure, l'âtre, l'autre à la domesticité extérieure, la basse-cour, dans
un rituel de carnaval, magico-saisonnier, destiné à favoriser les
unions et la fertilité. Le motif de la chambre interdite, dans Barbe-
Bleue, rappellerait la « maison des hommes » des sociétés primitives,
interdites aux femmes et aux non-initiés. La forêt dans laquelle se
perd le « petit poucet » et ses frères serait l'enclos sacré des rites
d'initiation primitifs, dans lequel s'opère la transformation de l'ado-
lescent en homme.

5. LA THÉORIE MARXISTE

Le folkloriste russe Vladimir Propp, célèbre par son ouvrage


Morphologie du conte, qui inaugure les recherches structurales sur le
conte merveilleux, est aussi l'auteur d'un livre moins connu, Les
racines historiques des contes merveilleux, qui n'est pas encore tra-
duit en français7. Cet ouvrage, marxiste dans sa démarche, consi-
dère le conte merveilleux comme une superstructure, et se propose
de retrouver dans le passé les systèmes de production anciens, ou
plutôt les régimes sociaux correspondants, qui ont rendu sa créa-
tion possible. Les contes merveilleux contiennent des vestiges de
croyances et de rituels primitifs, ceux des sociétés de clan des régimes
de cueillette et de chasse, mais déformés par les sociétés du début
de l'ère agricole, qui, ne comprenant plus ces rites, les expliquent par
leurs propres schémas culturels. Certes, il est impossible de
confronter globalement conte merveilleux et société « patriarcale »
(expression qui reste assez vague chez Propp), mais on peut ramener
certains motifs de ceux-là à certaines institutions primitives. La
démarche de Propp est donc double : il établit des correspondances
entre éléments des contes merveilleux et rites et croyances des
sociétés de clans, puis retrace dans ses grandes lignes l'histoire des
transformations de ces éléments : certains correspondent à des rites
primitifs tels que l'ethnographie permet de les recons-

7. Une traduction en italien a paru sous le titre Le radia storiche dei racconti di
fau, Turin, Boringhieri (1972), 1976.
L'ORIGINE DES CONTES POPULAIRES 49

tituer, d'autres à des rites qui n'ont jamais existé en tant que tels,
mais qui ont été faussement imaginés ou reconstitués, donc défor-
més et rationalisés, par des cultures plus tardives. C'est ainsi que
Propp relie le motif de l'interdiction de sortir et de l'incarcération de
l'héroïne à deux anciens tabous : ceux qui concernent les rois
primitifs et leurs enfants (interdiction de sortir, d'être vu, de toucher
terre, etc.) ; ceux qui concernent les filles lors de la purification
menstruelle. Plus tard, les incarcérations ont été rationalisées en
faisant intervenir soit une faute de la part du héros ou de l'héroïne,
éventuellement de ses parents, comme dans le cas de Persi-nette T.
310, soit les dangers qui la menacent, comme dans celui de La
Belle au bois dormant T. 410. Mais la forme la plus ancienne du
conte serait celle où les interdictions ne sont pas motivées.
Propp rattache aussi de nombreux motifs de contes à l'une des
trois étapes qui constituent la structure de base des rites de pas-
sage initiatiques : 1 / arrachement brutal du novice à son environ-
nement et son transport dans un enclos sacré ; 2 / mise à mort
symbolique : enfermement dans une tombe, voyage vers l'au-delà,
lutte contre le monstre ou tortures physiques ; 3 / renaissance
symbolique, souvent brutale. A la première étape correspondraient
les motifs du rapt ou de l'abandon du héros, celui du départ du
héros pour les terres lointaines, de l'enfant promis à un être sur-
naturel, de la forêt mystérieuse et celui de la « maison dans la
forêt ». A la deuxième étape correspondraient les motifs de la lutte
contre le dragon, du dépeçage du héros ou de l'héroïne suivi de sa
résurrection, de la mort temporaire (Blanche-Neige T. 709, La Belle
au bois dormant). A la troisième étape correspondraient les motifs
du retour ici-bas du héros et de la poursuite magique, de son arrivée
incognito, de l'amnésie feinte, etc.
Dans un long développement sur le personnage de la sorcière
— apparemment très fréquent dans les contes russes — Propp met
en lumière la méconnaissance progressive des religions sylvestres
avec l'avènement du régime agricole. A l'origine, la sorcière, dont le
domaine est la forêt mystérieuse, est à la fois la maîtresse des
animaux et la gardienne du royaume des morts. C'est un person-
nage ambivalent, qui menace le héros et le met à l'épreuve, mais
lui fournit ensuite l'auxiliaire magique ou le renseignement qui
50 L'ÉTUDE DU CONTE POPULAIRE

l'aidera dans ses aventures. Avec l'avènement du régime agricole et


l'importance décroissante de la chasse, les épreuves infligées par la
sorcière au héros, nécessaires pour initier le novice aux dures réalités
de la vie en société de chasse, cessent d'être comprises, et semblent
inutilement cruelles. La sorcière devient un personnage uniquement
négatif, et les religions sylvestres se transforment en « diableries
».
Chacune de ces théories sur l'origine des contes a connu son
heure de gloire, suscité des polémiques violentes et trouvé des adeptes
et des détracteurs passionnés. Toutes sont caractérisées par un
totalitarisme extrême, qui veut expliquer entièrement l'origine de
tous les contes par un phénomène unique. Ceci explique en partie
le point de vue violemment sceptique adopté par contrecoup par
Joseph Bédier qui, dans son livre sur Les fabliaux8, prend à partie la
théorie indianiste et estime que les fabliaux ont probablement pour
origine des contes facétieux français, mais que d'une façon
générale il est impossible de prouver quoi que ce soit sur l'origine
des contes, et que somme toute la question ne présente pas
d'intérêt !
Les années cinquante ont vu naître un point de vue plus éclec-
tique, représenté en France notamment par Paul Delarue, qui fait la
part de vérité contenue dans chacune de ces théories, tout en
insistant avec bon sens sur le fait « qu'il n'y a pas de théorie ou
de méthode qui dispense de connaître à fond la matière populaire ».
De nos jours, l'opinion la plus répandue semble être que, selon le
mot de Claude Bremond et Jean Verrier, les « racines historiques des
contes sont en fait un foisonnement de radicelles, et que l'univers du
conte s'éparpille en une multitude de traditions hétérogènes9.

8. Voir J. Bédier, op. cit.


9. Voir Littérature, n° 45, février 1982, « Afanassiev et Propp ».
CHAPITRE VII

L'analyse morphologique du conte populaire

Le conte est aussi un récit dont la structure, particulièrement


contraignante, peut être considérée comme archétypale : d'où cette
double impression, à la lecture de contes, de quelque chose de
toujours très différent mais aussi de très familier. Les réflexions de
Paul Sébillot, le premier essai de classification de Aarne, le livre de
Bédier sur les fabliaux constituaient déjà, chacun à sa manière, une
ébauche d'analyse de structure, mais c'est le folkloriste russe
Vladimir Propp qui inaugure vraiment l'analyse morphologique du
conte en 1928, avec son Morphologie du conte, ouvrage qui ne sera
connu en Occident que dans les années soixante, mais exercera
alors une influence considérable dans le domaine de la
narratologie1.

1. LE MODÈLE DE PROPP

Estimant que toute étude génétique et sémantique du conte


nécessite préalablement son étude morphologique, Propp a analysé
une centaine de contes merveilleux russes traditionnels, espérant
pouvoir les classer, non d'après leur sujet, mais d'après leur struc-
ture. Il voit dans les motifs des contes merveilleux des éléments

1. Morphologie du conte, Paris, Seuil (1965), 1970.


52 L'ÉTUDE DU CONTE POPULAIRE
décomposables, le jeu de variables, les noms et les attributs des per-
sonnages, et de constantes, les actions qu'ils accomplissent. Seule
importe, pour la structure du conte, la fonction des personnages par
rapport au déroulement du récit, quels que soient les personnages et
quelle que soit la manière dont ils remplissent leur fonction. Au
terme de son analyse, Propp arrive à la conclusion que les contes
merveilleux russes sont constitués d'une suite syntagmatique de
31 fonctions, liées les unes aux autres par un rapport d'implication.
Ces 31 fonctions, sans être forcément présentes dans chaque conte
attesté concrètement, s'enchaînent toutefois, selon Propp, dans un
ordre identique. Cette dernière assertion, sera très vite infirmée par
les successeurs de Propp2.
Définissant une séquence comme tout développement qui va
d'un méfait ou d'un manque à sa réparation, Propp voit dans la liste
complète de ces 31 fonctions mises à jour le schéma canonique, à
deux séquences, du conte merveilleux russe.

a Situation initiale (prologue qui n'est pas encore


une fonction). P Absence (un des
membres d'une famille est
absent du foyer). Y Interdiction (une
interdiction ou un ordre est
adressé au héros).
ô Transgression (l'interdiction est violée, l'ordre
Section n'est pas suivi),
préparatoire e Demande de renseignement (l'agresseur cherche à
se renseigner sur sa future victime). I;
Obtention de renseignement (l'agresseur obtient le
renseignement cherché). H Tentative de
tromperie (l'agresseur cherche à
tromper sa future victime). 9 Complicité
involontaire (la future victime tombe
dans le panneau).

2. Voir Claude Bremond, Logique du récit, Paris, Seuil, 1973 (1 : L'héritage de


Propp).
L'ANALYSE MORPHOLOGIQUE DU CONTE POPULAIRE 53
A, a Méfait, manque.
B Envoi au secours (on apprend le méfait accom
pli ou le manque ressenti ; on demande ou
commande au héros de le réparer).
C Entreprise réparatrice (le héros accepte),
î Départ (le héros quitte la maison).
D Mise à l'épreuve par le Donateur (le héros est
soumis à une épreuve préparatoire à la
réception d'un auxiliaire).
Première ( E Réaction du héros (le héros réagit),
séquence F Transmission (en récompense, le héros reçoit un
auxiliaire). G Transfert (le héros arrive
aux abords de l'objet
de sa quête).
H Combat (le héros et l'agresseur s'affrontent). I
Marque (le héros reçoit une marque ou un signe
distinctif).
J Victoire.
K Réparation (du méfait ou du manque). i
Retour du héros. Pr Poursuite (le héros est
poursuivi par l'agresseur
ou un allié).
Rs Secours (le héros est secouru). O Arrivée
incognito (dans une autre contrée ou chez
lui). L Imposture (un faux héros
prétend être l'auteur
de l'exploit).
Deuxième \ M Tâche difficile (une tâche difficile est proposée au
séquence J héros).
J Accomplissement.
\ Reconnaissance (le héros est reconnu pour tel).
ix Découverte (l'imposteur est démasqué).
Châtiment (l'imposteur est puni). V Récompense
(le héros se marie et/ou monte sur le trône).
Propp définit aussi le conte merveilleux comme un récit à sept
personnages, ayant chacun sa sphère d'action : le Héros, la Prin-
cesse, objet de la quête du héros, l'Agresseur, le Mandateur, qui
envoie le héros en mission, le Donateur, qui soumet le héros à une
première épreuve et le récompense en lui donnant un Auxiliaire,
l'Imposteur au Faux Héros. Toutefois, la liste des fonctions et celle
des personnages de Propp s'arrête à mi-chemin entre la manifes-
tation de surface, concrète, du conte-occurrence, et la structure
54 L'ÉTUDE DU CONTE POPULAIRE

profonde, abstraite, du récit archétypal. Il n'est pas toujours fidèle à


ses principes structuralistes.
Ceci se manifeste déjà dans la nomenclature des fonctions. Par
exemple W, que Propp intitule Mariage, est en fait, bien plus lar-
gement, une Récompense. Il est clair que, même dans le corpus de
contes qui servit de point de départ à l'analyse de Propp, la récom-
pense finale du héros ne prend pas toujours la forme d'un mariage
ou d'une montée sur le trône. De même, l'objet de la quête du
héros n'est pas toujours une princesse, et l'auxiliaire n'est pas tou-
jours un « objet magique » : il peut être parfois un simple rensei-
gnement. De plus, comme Bremond le fait remarquer, Propp
revient subrepticement à des critères sémantiques pour continuer
son analyse, puisque il établit un classement, à l'intérieur de chaque
fonction, fondé sur la nature des éléments qui la remplissent. Les
chiffres indiciels qui suivent la lettre désignant les fonctions
constituent à l'intérieur de celles-ci un classement fondé sur leur
nature. Le méfait Al = enlèvement d'un être humain, A3 = vol ou
destruction de semence, etc.
Mais surtout, il apparaît clairement à la lecture de la liste des
31 fonctions, que certaines d'entre elles constituent en fait diverses
formes d'un même phénomène plus abstrait. Ainsi les fonctions Pr ou
L constituent des formes particulières de méfait : il serait tout aussi
logique de les noter par A.
Comme le font remarquer Claude Bremond et Jean Verrier,
réhabilitant Aarne-Thompson aux dépens de Propp, il semble que
Propp ait été étonnamment aveugle aux résistances de son corpus à
sa grille d'explication. Tout se passe comme si Propp faisait
entrer de force tout conte merveilleux dans le modèle du conte La
Bête à sept têtes T. 300. Pour Aarne, le T. 300 est une espèce parmi
plus de 400 à l'intérieur du genre du conte merveilleux. Pour
Propp, les quelque 400 contes types de Aarne sont de simples
variantes d'un genre sans espèces, le T. 300. « Le mérite de Propp
est d'avoir mis en lumière le caractère fonctionnel du motif, son
tort est d'avoir cru pouvoir se passer du motif pour caractériser le
récit (sauf à s'appuyer en sous-main sur les classements de
Aarne) »3.

3. Claude Bremond et Jean Verrier, art. cit., p. 77.


L'ANALYSE MORPHOLOGIQUE DU CONTE POPULAIRE 55

2. LE MODÈLE D'ALAN DUNDES

Le folkloriste américain Alan Dundes, étudiant la morphologie


des contes des Indiens d'Amérique du Nord4, confirme les principes
fondamentaux de la démarche de Propp, mais radicalise celle-ci sur
deux points. Plus précis dans sa terminologie, il distingue
soigneusement entre la fonction proppienne, terme selon lui mal
choisi, qu'il préfère appeler motifème, et les diverses formes sous
lesquelles elle se manifeste, qu'il appelle allomotifs. Le motifème
est une unité morphologique, l'allomotif est une unité thématique.
De plus, Dundes décèle parmi les 31 motifèmes analysés par Propp,
certains motifèmes plus généraux, qui permettent de regrouper tous
les autres. Ces huit motifèmes constituent quatre couples, dont les
membres s'impliquent l'un l'autre :
1. Manque et suppression du Manque.
2. Interdiction et Transgression.
3. Assignation de Tâche et Accomplissement.
4. Manœuvre de tromperie et Victime dupée.
Ces quatre couples de motifèmes permettent d'appliquer
l'analyse morphologique à n'importe quel conte, fût-il très différent
du conte merveilleux russe. Les motifèmes Manque et Suppression du
Manque constituent le couple fondamental des contes indiens, peut-
être parce qu'ils se rapprochent davantage des mythes. Il arrive qu'un
conte se réduise à ces deux fonctions, mais dans la plupart des cas,
un autre couple de motifèmes vient s'intercaler entre ces deux
termes. Dundes dégage ainsi trois types principaux de séquence à
quatre motifèmes :
1. Manque + Interdiction + Transgression + Suppression du Manque.
2. Manque+Assignation de tâche+Accomplissement + Suppression du
Manque.
3. Manque+Manœuvre de tromperie + Victime dupée+Suppression du
Manque.

4. Voir Alan Dundes, The morphology of North American Indian Folk-Taies, Hel-
sinki, 1964.
56 L'ÉTUDE DU CONTE POPULAIRE

Le couple Interdiction - Transgression peut aussi entraîner le couple


Conséquence de la transgression - Tentative, réussie ou non, pour
échapper à la conséquence. Cette séquence, accolée à la cellule fon-
damentale Manque + Suppression du Manque, peut donner lieu à
une séquence à six motifèmes.
Selon Dundes, ces huit motifèmes fondamentaux constituent à
eux seuls toutes les combinaisons des contes indiens les plus
complexes.

3. LE MODÈLE DE BREMOND

Faisant un pas de plus dans le degré d'abstraction, Claude


Bremond5, cherchant à ne pas privilégier indûment, comme le fait
Dundes, le point de vue du héros, a élaboré un modèle d'analyse
purement formelle qui peut s'appliquer, en principe, « à tout récit
régi par une intention moralisatrice forte ».
Bremond opère à partir d'une matrice initiale de trois séquences :
Dégradation-Amélioration ; Mérite-Récompense ; Démérite-Châtiment
; associés selon le groupement canonique suivant : /
/
Dégradation de A -» Amélioration de A /
grâce au prestateur
méritant C ———————» Récompense du
prestateur C V

— à cause du Dêgradateur
déméritant B ————————————————» Châtiment du
dégradateur B
Cette matrice, hiérarchisée, n'est pas toujours réalisée intégra-
lement dans chaque conte. La séquence Dégradation-Amélioration
est nécessaire, les autres sont facultatives. Un premier classement
distingue donc quatre types de contes, le type intégral, et trois types
lacunaires.
La matrice initiale peut être liée à une autre matrice par des

5. Dans « Les bons récompenses et les méchants punis », m Claude Chabrol,


Sémionque narrative et textuelle, Paris, Larousse, 1973.
L'ANALYSE MORPHOLOGIQUE DU CONTE POPULAIRE 57

liens syntaxiques synchroniques ou diachroniques. Dans le premier


cas, les deux matrices liées ont leurs séquences simultanées, au
moins partiellement ; dans le deuxième cas, les séquences s'enchaînent
dans la succession des événements rapportés.

4. LE MODÈLE ACTANTIEL DE GRE1MAS

Enfin Greimas6, révisant le schéma des sept personnages de


Propp, établit son modèle actantiel qui vaut en principe pour tous
les types de récits :
Destinateur ————————— Objet —————————* Destinataire
î Adjuvant —————————> Sujet
«————————— Opposant
II a ainsi supprimé l'Auxiliaire de Propp, qui logiquement est
une spécification du Donateur, le Faux héros qui est un redouble-
ment de l1'Adversaire, et ajouté le rôle de Destinataire, pendant logique
du Mandateur de Propp, pour inclure dans ce schéma actantiel
universel la modalité essentielle du Contrat. Les termes qui
désignent les actants, légèrement différents de ceux utilisés par
Propp, et plus rigoureux, recouvrent bien leur fonction générale, et
non pas simplement une de leurs manifestations parmi d'autres.
Les relations qu'entretiennent entre eux ces six actants corres-
pondent pour Greimas aux modalités fondamentales de l'activité
humaine, Vouloir (le Sujet désire l'Objet), Savoir (le Destinateur des-
tine l'Objet au Destinataire), Pouvoir (le Sujet, contrarié par l'Op-
posant, est aidé par l'Adjuvant). Elles établissent de plus un schéma
narratif général, celui de la Quête, et trois types d'éléments narratifs
fondamentaux : des éléments performantiels, les épreuves ;
contractuels (établissement d'un pacte, accomplissement ou rupture
de ce pacte, récompense ou châtiment) ; enfin disjonctionnels
(départs, séparations) et conjonctionnels (retours, réunions).
Plus la « forme figurative » du récit ressemble à la structure

6. Voir « Réflexions sur les modèles actantiels », et « A la recherche des modèles


de transformation », in Sémantique structurale, Paris, Larousse, 1966, p. 174-185 et
192-212.
58 L'ÉTUDE DU CONTE POPULAIRE

profonde des modèles de Greimas et de Bremond, et plus on a


affaire à une forme pure du conte. Inversement, plus elle s'en éloi-
gne, et plus le récit tend vers la nouvelle en littérature, l'anecdote
ou la facétie dans la tradition orale : chaque rôle actantiel est alors
partagé entre un grand nombre de personnages, et les motifèmes
du récit se diluent en une infinité de menus événements engagés
dans une durée.

5. CONCLUSION

Cette structure archétypale du conte contribue sans doute à sa


fictivité. L'auditeur, le lecteur comprend d'emblée que le récit qu'il
entend ne cherche pas à reproduire fidèlement une expérience, mais à
se conformer à une classe de récits. La conscience de ce fait, plus ou
moins nette selon les époques, semble particulièrement aiguë de
nos jours. Peut-être est-ce là une des causes de la régression
actuelle du conte, au profit de l'anecdote ou du bon mot, dans la
tradition orale. Et en littérature, les Contes à l'envers de Philippe
Dumas7, les Contes de la rue Broca de Pierre Gripari8 parodient,
non seulement le contenu des contes merveilleux traditionnels, mais
encore leurs structures, ressenties sans doute comme des clichés dont
l'élaboration narrative reste rudimentaire.

7. Paris, L'Ecole des Loisirs, 1979.


8. Paris, 1967.
CHAPITRE VIII

Conte populaire et psychanalyse

1. FREUD ET LES FREUDIENS

Au début du xx> siècle, la psychanalyse est venue donner un


essor nouveau à la question de l'origine des contes populaires.
Freud, qui voit dans les contes une forme atténuée des mythes,
estime que ceux-ci sont « les reliquats déformés de fantasmes de
désir de nations entières, les rêves séculaires de la jeune humanité ».
Son disciple Karl Abraham précise que les mythes sont des rémi-
niscences de pratiques effectuées dans les sociétés primitives, mais
ensuite interdites, et progressivement refoulées, sous forme de désirs
inavoués, dans l'inconscient de la race ; il concilie ainsi en quelque
sorte conceptions ethnographique et symboliste de l'origine des
mythes.
Effectivement, les contes, qui procèdent synthétiquement, par
images, semblent souvent très proches des fantasmes mis à jour par la
psychanalyse. C'est que le travail du texte y est moins élaboré que
dans les récits littéraires. Aussi la mythologie et le folklore ont-ils
constitué un matériel privilégié pour les psychanalystes. Certains
traitent de ce matériel de manière approfondie, d'autres n'y font
que des allusions rapides. De plus, leur visée fondamentale varie
beaucoup. L'approche clinique, centrée sur le diagnostic et sur la
cure, traite des contes dans la mesure où ils ont joué un rôle dans
60 L'ÉTUDE DU CONTE POPULAIRE

le développement de la maladie ou de la guérison1 ; elle ne nous


concerne pas ici. L'approche théorique, centrée sur l'étude du
psychisme humain, puise dans le folklore, comme dans l'art et dans
les rêves, pour illustrer ses théories.2 L'approche théorique a permis
de relier les motifs récurrents des contes populaires aux fantasmes
qui hantent l'humanité. L'approche textanalytique, centrée sur
l'étude de contes en tant que tels, cherche d'une part à élucider leur
sens à l'aide de concepts psychanalytiques, d'autre part à mettre à
jour le cheminement minutieux du travail du texte, analogue à celui
du travail du rêve. L'approche textanalytique est surtout représentée
par Otto Rank et Karl Abraham pour les mythes, par Géza Rôheim
et Bruno Bettelheim pour les contes.

A / Conte populaire et processus de socialisation

Abraham, Rank, Rôheim insistent surtout sur la genèse du conte,


dans lequel ils voient le produit d'une activité psychique ; Bettel-
heim insiste surtout sur la fonction, qui déclenche chez l'auditeur
enfant un processus psychique. Mais ce sont là deux aspects d'un
même tableau. Tous les trois partagent les vues de Freud sur le pro-
cessus de socialisation : celui-ci est lié à l'acquisition du Surmoi,
instance morale intériorisée, qui représente avant tout l'idéologie
familiale avec ses contraintes et ses interdits, et procède à l'origine de
l'identification de l'enfant à ses parents idéalisés. Ainsi Bettelheim
décrit l'enfance comme un long effort, souvent douloureux. Il faut
maîtriser progressivement les déceptions narcissiques de la toute
petite enfance, les fixations orales qui suivent le traumatisme du
sevrage, les liens de dépendance enfantine et les imagos parentales
qui leur sont liées, les conflits œdipiens et les angoisses qu'ils
entraînent ; acquérir ce faisant une personnalité autonome et équi-
librée, c'est-à-dire qui intègre les exigences du Ça et du Surmoi en
un Moi harmonieux.

1. Celle de Freud dans l'Homme aux loups, par exemple. Voir Cinq psychanalyses
(1918), PUF, 1970.
2. C'est le cas de l'essai de Freud, Le motif des trois coffrets, in Essais de psycha-
nalyse appliquée (1913), NRE, 1971, qui étudie le choix que fait un homme entre trois
femmes dans Le roi Lear, le jugement de Paris, dans Psyché et dans Cendril-lon.
Selon Freud, ces trois femmes représentent la Mère, la Compagne, et la Mon.
CONTE POPULAIRE ET PSYCHANALYSE 61

— Conte et mythe
En tant que processus de socialisation, le conte, fiction donnée
pour telle, fonctionne bien différemment du mythe, fantasme qui
exige d'être cru, et est donc lié à un rituel.
Le héros du conte, anonyme le plus souvent, pourrait être tout
un chacun. C'est presque toujours un être humain, bien qu'il puisse
avoir à l'occasion des pouvoirs exceptionnels. Ce sont surtout ses
auxiliaires et ses adversaires qui appartiennent au Surnaturel. C'est
un être jeune, et les épreuves qu'il subit doivent lui permettre de
devenir adulte (se marier et hériter du royaume, donc gouverner au
lieu d'être gouverné). Pour ce faire, il doit se libérer des images
parentales, sorcières, ogres, dragons, ces précurseurs du Sur-moi.
Et cette mise en scène d'un conflit avec les parents au niveau
infantile trouve un dénouement heureux. Le héros réintègre notre
monde. Le conte a une vision optimiste de l'existence, (mais n'ou-
blions pas qu'il se présente explicitement comme une fiction !), et
affirme le triomphe d'Eros, le principe de vie : une synthèse har-
monieuse entre le Ça et le Surmoi est possible ici-bas, et pour tous.
Au contraire, le héros mythique, unique, toujours nommé, et
d'essence partiellement divine, est un personnage idéal qui sert à
consolider le Surmoi de la communauté. Mais le dénouement voit
sa mort et sa transfiguration dans l'Au-delà. C'est que les exigences
des dieux (=du Surmoi), sont trop fortes pour les hommes ( = le
Moi), et que seule la mort peut mettre un terme à l'ambivalence
tragique de l'existence.

B / Conte populaire et fantasme

Le fantasme, « scénario imaginaire où le sujet est présent, et qui


figure, de façon plus ou moins déformée, l'accomplissement d'un
désir »3, joue un rôle prédominant dans les récits fictifs. Mais le
folklore, de nature communautaire, privilégie les fantasmes com-
muns à tous au dépens de ceux déterminés par une histoire indi-

3. Laplanche et Pontalis, Vocabulaire de la psychanalyse, p. 152.


62 L'ÉTUDE DU CONTE POPULAIRE

viduelle ; et dans les contes, les fantasmes sont plus transparents,


car soumis à un degré d'élaboration moindre que dans les récits lit-
téraires. L'ensemble des motifs merveilleux des contes populaires
constitue une configuration thématique et fantasmatique bien dif-
férente de celle des contes fantastiques littéraires, par exemple. Les
fantasmes les plus répandus dans la tradition orale semblent être
les plus archaïques, ceux qui remontent à la toute petite enfance.

1 I Le fantasme du retour au sein maternel. — Selon Géza


Rôhéim, ce serait là l'origine du « rêve fondamental », le fait de
rêver qu'on s'endort et qu'on rêve, lui-même symbolisé par la des-
cente/tombée dans un puits, où l'on perd connaissance, pour se
réveiller dans un autre monde, plus gratifiant4. D'une façon générale,
ce fantasme semble avoir engendré un motif très répandu, non
seulement dans les contes, mais aussi dans les pratiques rituelles
initiatiques, celui du séjour momentané dans une fosse, une grotte ou
une caverne, en état de léthargie ou de mort symbolique. Le
motif de l'enfant caché par la femme de l'ogre dans un poêle est
une forme particulière de ce fantasme.

2 / Fantasme de destruction du corps. — Lié au stade sadique-oral


de la toute petite enfance, il apparaît directement dans le conte de
Grimm Dame Holle5. Le fait de sortir les pains du four et de cueillir
les pommes de l'arbre symbolisent, entre autres choses, une
agression à l'égard du corps de la mère et de la petite sœur, mais
déguisée en bonnes actions par la censure. D'une façon générale, la
tradition orale française a une prédilection évidente pour le motif de
Ravalement) de la dévoration. Le fait de manger des humains n'est
pas seulement l'apanage des bêtes sauvages, des dragons et autres
montres, ce qui est conforme à leur nature. Le Diable lui-même,
dans les récits apparemment christianisés, ne menace en rien le salut
spirituel des héros : il menace simplement de les manger, et ne se
distingue de l'Ogre que par le nom. D'ailleurs la fréquence

4. Voir Rôhéim (Géza), Dame Halle : rêve et conte populaire, analyse du conte
Les Fées T. 480.
5. lUd.
CONTE POPULAIRE ET PSYCHANALYSE 63

des ogres dans les contes français donne à réfléchir : c'est une figure
entièrement anthropomorphe, explicitement parentale le plus sou-
vent, dont la seule caractéristique anormale est de manger les
enfants et les jeunes gens. La menace s'étend jusqu'aux humains,
comme le montrent les motifs de la belle-mère ogresse, et de la
mère qui tue son fils pour le donner à manger au père6. La tradition
orale manifeste ainsi une obsession du manger / être mangé, sans
doute surdéterminée en partie par le spectre de la faim qui fut la
hantise des communautés rurales. Sans doute aussi la dévo-ration a-
t-elle un sens métaphorique. Mais le substrat fantasmatique de ce
thème n'en est pas moins évident.

3 / Fantasme de sevrage. — Le traumatisme que constitue le


sevrage, entraînant l'imago de la mauvaise mère qui rejette l'enfant et
le prive de nourriture, est à l'origine du conte Les enfants aban-
donnés dans la forêt T. 327. Le risque de régression au stade oral
qu'il entraîne apparaît plus clairement dans la version de Grimm,
Hansel et Gretel, avec le motif de la maison en pain d'épices, entiè-
rement comestible.

4 / Fantasme de naissance. — Les théories sexuelles infantiles


apparaissent dans les contes avec le motif de la conception par
absorption7.

5 / Fantasme de la « scène primitive ». — II pourrait être à l'ori-


gine des motifs de la chambre interdite 8, de l'entrée dans un lit ou
dans une maison momentanément abandonnée9, de la lumière servant
à découvrir des secrets sexuels10, de l'enfant qui écoute aux
portes11, de l'énigme à résoudre12.

6. Voir Ma mère m'a tué, mon père m'a mangé, T. 720.


7. Consommation de chair animale dans Le Roi des poissons T. 303, de persil
dans Persineite T. 310.
8. Voir les contes de Barbe-Bleue T. 311-312, et Jean le Teigneux T. 314.
9. Voir les contes de Boucle d'or et les trois ours et Blanche-Neige T. 709.
10. Voir les contes de La recherche de l'époux disparu T. 425.
11. Voir les contes Le garçon qui vole les trésors de l'ogre T. 328, Les trois poils du
Diable T. 461.
12. Voir les contes Les trois poils du Diable T. 461, Le nom du Diable T. 500, Le
fidèle serviteur T. 516.
64 L'ÉTUDE DU CONTE POPULAIRE

La période œdipienne donne lieu à des fantasmes plus élaborés,


qui ont pu donner naissance à des scénarios de contes presque
complets. Ainsi, le fantasme du « roman familial », dans lequel Otto
Rank voit l'origine des nombreux * mythes de la naissance du
héros »13, semble bien avoir contribué à la formation des Trois
poils du Diable. Le fantasme de séduction est manifeste dans Peau-
d'Ane, mais c'est la rivalité entre mère et fille tout entière qui est
mise en scène dans Blanche-Neige et dans La fiancée substituée.
Notons enfin que les freudiens voient des manifestations de fan-
tasme de castration dans les motifs de la mutilation du pied14, de la
source tarie15, et surtout de la décapitation du dragon16.
Toutefois, la vision étroitement œdipienne que Bettelheim, à la
suite de Freud, se fait de la normalité adulte peut paraître suspecte, et
l'on peut douter, avec Pierre Péju17, que la résolution de l'Œdipe ait
à ce point primé les autres facteurs de socialisation pour les jeunes
des communautés pré-industrielles qui furent longtemps le cadre
vivant au sein duquel se développèrent les contes, et dont la
structure sociale, économique et familiale était très différente. De
plus, le point de vue de Bettelheim est extrêmement normatif. Il
insiste davantage sur l'acceptation du principe de réalité, l'inté-
gration du Surmoi que constitue le dénouement du conte (allant
jusqu'à juger de la qualité d'un récit selon la leçon morale qu'il
peut en retirer, et beaucoup moins sur la jouissance fantasmatique
qu'il procure). De plus, il est souvent aveugle aux nombreuses
connotations du récit qui échappent à la constellation familiale et à
la problématique de l'Œdipe. Le conte de la tradition orale, en
effet, s'organise aussi autour d'un deuxième réseau thématique,
celui de la métamorphose, principalement celle des animaux en hom-
mes et réciproquement ; thématique qui témoigne d'une fascination
pour la sauvagerie, la vie animale et végétale, et qui constitue une
exploration des limites du culturel et de ses rapports avec le naturel.

13. Voir Le mythe de la naissance du héros (1909).


14. Voir le conte de Cendrillon T. 510 A.
15. Voir Les trois poils du Diable T. 461.
16. Voir La Bête à sept têtes T. 300 et Le Roi des poissons T. 303.
17. Voir La petite fille dans la forêt des contes, Paris, Laffont, 1981.
CONTE POPULAIRE ET PSYCHANALYSE 65

Cette dialectique entre la sauvagerie et la civilisation n'est pas


entièrement étrangère au conte littéraire, comme le montre le Lokis
de Mérimée, peut-être inspiré lointainement par le conte populaire
de Jean de /'Ours18. Cependant, le conte littéraire fantastique, plus
individualiste, s'organise surtout autour de deux réseaux thémati-
ques, celui de la perception intellectuelle, celui de la folie et du
rêve. Les fantasmes mis en scène relèvent du narcissisme, ou de la
schizophrénie, et leurs motifs privilégiés, ceux du double, du
miroir et de l'ombre, du voyage dans le temps, sont presque tota-
lement inconnus de la tradition orale. C'est que le conte fantastique
littéraire constitue surtout une exploration des limites de la
rationalité, et des rapports entre l'individu et le social.

C / Le « travail » du conte

Les pulsions engendrent les contes populaires par une série de


transformations analogues à celles du travail du rêve étudié par
Freud. Ces procédés de transformation sont les suivants :

— La dramatisation, qui remplace un souhait par une image


réalisée, et le transforme en situation.
— La condensation, qui peut faire converger sur un élément uni-
que mais composite du récit plusieurs éléments de la réalité, et son
phénomène inverse, la dissociation.
— Le déplacement, qui représente l'essentiel du désir latent par
un détail accessoire du récit final, ou même par son contraire, et
inversement, les deux éléments étant liés entre eux par une impor-
tante chaîne d'associations.
— La symbolisation, qui représente l'objet du désir, trop trans-
parent, par un objet analogique, susceptible de remplir partielle-
ment la même fonction. Notons que la représentation par symboles
n'est qu'un élément parmi d'autres du travail du texte, et que
l'interprétation ne saurait en aucun cas se réduire à un déchif-

18. La nouvelle de Mérimée a toutefois un dénouement tragique qui, contrai-


rement à la tradition orale, ne voit pas de synthèse possible entre ces deux extrêmes.
66 L'ÉTUDE DU CONTE POPULAIRE

frement des symboles. Par ailleurs, un objet, souvent symbolique,


peut aussi apparaître dans un récit avec son sens propre. Ainsi,
l'épée est souvent un symbole phallique, mais dans Le Roi des pois-
sons l'épée que le héros met entre sa belle-sœur et lui est au
contraire, comme dans Tristan et Yseut, un signe conventionnel de
chasteté. Enfin, une motivation individuelle Ou locale peut s'ajouter
à la règle générale dans le choix des symboles opéré par le
conteur. Seul le contexte — ensemble du récit, mais aussi contexte
ethnologique — peut donner une compréhension exacte des
symboles.

Le conte de La marâtre19 nous servira d'exemple pour


l'analyse du travail du texte. Supposons avec Bettelheim que ce
conte a été élaboré à partir du fantasme œdipien de la petite fille
qui, en rivalité sexuelle avec sa mère et cherchant à se débarrasser
d'elle, projette sur elle son agressivité et imagine que c'est elle qui a
usurpé la place légitime de l'enfant auprès du père.

1 / Le sujet s'identifie d'abord à l'héroïne du conte, et identifie


sa mère à l'usurpatrice.

— Il y a dramatisation : le désir est présenté comme une situation


actualisée. La petite fille, plus belle et plus désirable, est légi-
timement destinée au roi. La mère, plus laide, est une usurpatrice
qui n'est que tolérée.
— Il y a symbolisation : le père adoré est représenté par le roi,
prestigieux et tout-puissant.
— Il y a dissociation de la mère en deux figures : la fille laide,
qui prend en charge sa fonction conjugale, et la marâtre, qui prend
en charge son âge et sa fonction parentale. Notons que si la pre-
mière prend directement la place de l'héroïne dans le lit du roi, la
seconde est bien plus cruellement punie.
— Il y a symbolisation : l'héroïne produit blé et froment en se
peignant, or et argent au contact de l'eau ; elle est fertile. La fiancée
substituée ne produit que crasse, poux et gale ; elle est stérile.

19. Version gasconne du type Les Fées T. 480, voir p. 132.


CONTE POPULAIRE ET PSYCHANALYSE 67

De plus, par deux fois privée de son œil (de son sexe), par la mère,
elle se fabrique à partir de son propre corps un fuseau puis une que-
nouille en or (substituts phalliques), grâce auxquels, par deux fois,
elle récupérera son œil.
Toutes ces opérations permettent dans un premier temps la
jouissance fantasmatique d'un désir inconscient, celui de se débar-
rasser en toute innocence de sa mère et de prendre sa place auprès
du père.

2 / Mais, simultanément, le sujet s'identifie à l'usurpatrice, et


identifie sa mère à l'héroïne. La punition finale, qui, grâce à la dis-
sociation de la figure maternelle, reste bénigne (« de sa fille on fit
une laveuse de vaisselle »), détourne l'enfant de la tentation de prendre
la place légitime de la mère auprès du père. Le désir est surmonté,
la loi est satisfaite. Il y a donc condensation, de la petite fille et de sa
mère, à la fois dans la figure de l'héroïne et dans celle de
l'usurpatrice. Par cette double identification, le conte remplit une
double fonction : satisfaire en imagination un désir refoulé, et
consolider le Surmoi du sujet.

2. JUNG ET LES JUNGIENS

A / Jung et la psychologie des profondeurs

Les psychanalystes freudiens s'étaient surtout préoccupés de


mettre en lumière le matériel inconscient refoulé qui constitue le
substrat des contes merveilleux, et leurs rapports avec les rêves et
les fantasmes. Pour Jung et ses disciples, les personnages et les évé-
nements ainsi mis en lumière représentent de plus des phénomènes
archétypaux, et suggèrent symboliquement la nécessité d'une
maturation, d'un renouvellement intérieur, obtenu par l'intégration
de l'inconscient personnel et de l'inconscient collectif à la person-
nalité de l'individu.
On sait que pour Jung l'Inconscient collectif est structuré par
des archétypes, dynamismes inconscients qui peuvent être
postulés à partir de leurs manifestations, des images primordiales
68 L'ÉTUDE DU CONTE POPULAIRE

ou symboles communs à toute l'humanité, et qui sont le fondement


des religions, des mythes, des contes merveilleux, et de la plupart
des attitudes devant la vie.
L'inflation est la possession d'un individu par ces archétypes qui
risquent de le détruire et de le submerger :
— la Persona, masque social de l'individu ;
— l'Ombre, son double négatif, fait de toutes ses pulsions asociales,
incompatibles avec la société et le Moi idéalisé ;
— l'Anima, image inconsciente qu'a un homme de la féminité, et
qui résulte à la fois de l'image féminine collective transmise par la
communauté, de l'élément féminin latent en lui, et de l'ex-
périence concrète qu'il a des femmes, avant tout de sa mère ;
— l'Animus, qui est pour les femmes l'équivalent de l'Anima pour
les hommes ;
— le Vieux Sage, archétype de la science et de la sagesse absolues ;
— la Grande Mère, archétype de la fertilité et de la maternité uni-
verselle, infiniment protectrice et nourrissante.
L'individuation est le phénomène inverse de l'inflation, c'est-à-dire
l'acquisition du Soi, nouveau centre de la personnalité, résultat d'un
nouvel équilibre psychique, qui consiste à prendre conscience des
archétypes inconscients, à les assumer et à les intégrer au Moi
conscient.

B / Les contes merveilleux d'un point de vue jungien

Ainsi, pour les jungiens, tous les contes entreprennent de


décrire un même processus psychique, l'individuation. Le héros,
l'héroïne représentent le complexe du Moi idéal, engagé dans une
aventure, l'acquisition du Soi.
Selon Marie-Louise von Franz, ancienne collaboratrice de Jung,
dont l'œuvre, partiellement traduite en français, est consacrée à
l'étude des contes de fées20, chaque conte souligne un aspect par-
ticulier du Soi, généralement celui qui fait défaut dans la situation

20. Voir L'interprétation des contes de fées, La femme dam les contes de fées, L'ombre et
le mal dans les contes de fées, etc., Paris, La Fontaine de Pierre.
CONTE POPULAIRE ET PSYCHANALYSE 69

collective de la communauté au moment de la création du conte.


Certains contes s'attardent au début du processus d'individuation, et
concernent l'intégration de l'Ombre. D'autres s'étendent sur l'ex-
pression de YAnimus ou de l'Anima, et sur les figures du père et
de la mère qui en constituent l'arrière-plan. D'autres encore s'at-
tachent au thème de la quête, du trésor inaccessible, symbole du Soi.

I / Contes consacrés à l'intégration de l'Ombre. — L'ombre du


héros est parfois symbolisée par l'intendant fourbe, qui suggère au
roi les tâches impossibles que le héros, son double, devra accomplir,
comme dans La princesse aux cheveux d'or T. 531. Plus souvent
encore, ce rôle est joué par les deux frères du héros, comme dans
L'enfant qui vole les trésors de l'ogre T. 328. Ce personnage de fourbe
est un aspect destructeur de l'ombre du héros, qui, parce que
celui-ci est trop passif, trop naïf ou trop bon, doit incarner ses
pulsions et ses émotions sombres et encore mal assimilées, telles
que jalousie, haine, agression meurtrière. Mais c'est aussi lui qui
incite le héros à des actions héroïques. L'ombre est donc aussi une
force stimulante pour l'inconscient, et n'est mauvaise qu'aussi long-
temps qu'elle est incomprise.
Pour réaliser les tâches impossibles qui lui sont imposées, le
héros a souvent recours à l'aide d'animaux secourables, qui symbo-
lisent l'aspect positif de son ombre, la force de ses instincts, béné-
fique cette fois, et avec qui il entretient une relation de solidarité
qui lui assure le sens de la réalité dont il manquait. Marie-Louise
von Franz a-t-elle raison de penser que les contes de fées qui met-
tent en scène une héroïne avec son ombre sont peu nombreux. «
parce que les femmes ne sont en général pas éloignées de leur
ombre » ?
II semble bien pourtant que dans le conte des Fées T. 480, si
répandu dans toute l'Europe, l'héroïne maltraitée qui se conduit
charitablement exprime la Persona du Sujet, alors que la mauvaise
sœur qui se conduit égoïstement est une expression transparente de
l'Ombre.

2 / Contes consacrés à l'intégration de l'Anima. — La recherche


de l'époux disparu, comme le mythe d'Eros et Psyché qui est une
70 L'ÉTUDE DU CONTE POPULAIRE

version du même conte-type T. 425, peut être considéré comme


métaphore de l'intégration de Y Animas, si on lit ces récits du point
de vue de la femme, comme Erich Neumann21, ou de l'Anima, si on
les lit du point de vue de l'homme, comme Marie-Louise von
Franz22.
Celle-ci voit dans Vénus, mère d'Eros, et dans Psyché deux formes
de l'Anima. La première est l'Anima « per se », divine, entièrement
inconsciente ; la seconde, incarnation humaine de la première,
correspond déjà à la rencontre de l'homme avec une femme
concrète. Dans le mythe, c'est l'oracle de Delphes qui décide du
destin de Psyché, être livrée au Monstre par un « mariage funeste ».
Dans le conte, c'est l'héroïne qui, contrairement à ses sœurs, sou-
haite de son père qu'il lui rapporte un objet aberrant, scellant elle-
même son destin par une sorte de souhait fantasmatique.
La descente de Psyché dans l'inconscient est d'abord un paradis
illusoire de béatitude. Eros, jeune homme au complexe-mère
positif, engagé dans une liaison incestueuse avec sa mère, est l'ar-
chétype du puer aterneus, éternel adolescent qui refuse la vie active, la
vie adulte. Il est invisible et n'existe d'abord pour Psyché que par
ses embrassements nocturnes. Les premiers temps de sa vie
idyllique avec Psyché constituent un essai de relation positive avec
une femme, mais trop naïve et idéaliste. C'est ce qui nécessite l'in-
tervention des sœurs jalouses, qui, incarnant l'ombre de Psyché oux
les aspects négatifs de l'Anima du héros, détruisent leur relation
amoureuse. Poussant leur sœur à regarder son époux endormi pour la
convaincre que c'est un monstre, elles illustrent le point de vue
conscient, prêt à ne voir de l'amour que l'aspect animal.
Avec le début de la quête de l'héroïne, commence le lent
apprentissage d'une relation personnelle entre l'homme et la
femme, et le renoncement à l'Eros, état nirvanesque, purement col-
lectif et inconscient. La victoire finale de Psyché sur Vénus, de l'hé-
roïne du conte sur la sorcière, c'est l'intégration définitive de
l'Anima au Moi.

21. Voir Amor und Psyché, Zurich, Rascher, 1952.


22. Voir L'âne d'or. Interprétation d'un conte (1970), Paris, La Fontaine de Pierre,
1970.
CONTE POPULAIRE ET PSYCHANALYSE 71

Malgré les aperçus judicieux qu'apportant souvent les commen-


taires jungiens, leur manque de rigueur rend l'application de cette
méthode très difficile. S'il est indéniable que les contes mettent en
scène des images récurrentes, il semble difficile d'accepter le sens
symbolique que les jungiens assignent à ces images archétypales ».
Ce serait là revenir à l'ère préstructuraliste — préfreudienne — et
vouloir analyser des symboles selon leur nature, et non pas selon
leur fonction, bref, analyser le contenu d'un texte sans tenir compte
de son organisation.
CHAPITRE IX

L'étude sémantique
du conte populaire

1. L'ORGANISATION SÉMANTIQUE DES CONTES POPULAIRES

Comme l'indiquent les recherches de Meletinski et de son


école1, on peut opérer une première classification thématique des
contes populaires à partir de quelques oppositions fondamentales
qui toutefois, n'étant pas hiérarchisées, ne font pas système. Ainsi,
l'Adversaire peut être mythique ou non, le Héros semi-divin ou
humain, quêteur ou victime, sa quête peut être altruiste ou égoïste,
porter sur un objet magique, donc des valeurs cosmiques ou cul-
turelles, ou sur un partenaire sexuel, auquel cas le mariage est une
fin en soi ; enfin, le conflit qui noue l'intrigue peut être extra-
familial ou familial. Il semble bien que le conte, souvent issu d'un
mythe, se soit développé historiquement à partir du premier terme
vers le deuxième terme de chacune de ces oppositions.

A / Le héros

Dans le conte populaire classique, celui de la tradition française


tout au moins, le héros est très souvent « marqué », par le surna-
turel parfois, par un côté socialement marginal le plus souvent.

1. Voir Claude Bremond, Postérité soviétique de Propp, Cahiers de littérature


orale, 2, 1977.
L'ÉTUDE SÉMANTIQUE DU CONTE POPULAIRE 73

1 / Le héros surnaturel. — Le héros peut avoir une naissance


merveilleuse ; être fils d'un ours et d'une femme, avoir été conçu
par absorption, être né d'un haricot, ou simplement à la suite d'un
vœu inconsidéré de ses parents. Exceptionnellement, le héros peut
avoir des dons extraordinaires : force surhumaine, fertilité magique,
etc. Mais le plus souvent, quand la naissance du héros participe
du surnaturel, c'est qu'il a été promis à une fée ou au Diable.

2 / Héros marginal. — Très souvent, le héros est simplement le


cadet de la famille, parfois contrefait, chétif, ou considéré comme
simplet. Il peut aussi être anormalement paresseux ou être au
contraire si fort que le surplus de ses forces, qu'il ne peut convertir
en travail productif, le rend violent.
Sa marginalité peut prendre la forme d'une régression infantile
extrême : il reste trois ans dans le ventre de sa mère, la tète pendant
quatorze ans, ou, comme Cendrillon, préfère rester au coin du feu
plutôt que d'aller à la messe, se montrer, et entrer ainsi dans le jeu
des relations sociales qui permet d'établir des alliances
matrimoniales.
Le cas curieux du héros qui ne connaît pas la peur montre bien
que ce n'est pas là un exploit, mais un « manque », une forme de
marginalité : il ne pourra se marier que lorsqu'il aura connu la
peur2. Souvent aussi, la marginalité est celle de tout un groupe
social : le héros est simplement un jeune homme pauvre ou un soldat
licencié, qui n'a donc pas d'état dans la société.

B / Le conflit

Le conflit qui noue l'intrigue peut être familial ou extérieur à la


famille.

1 / Conflit extérieur à la famille. — II peut opposer le héros à


un être surnaturel maléfique, soit que celui-ci fasse irruption dans le
monde immanent pour avoir, d'une manière contractuelle,

2. Voir le conte Jean-sans-peur T. 326.


74 L'ÉTUDE DU CONTE POPULAIRE

obtenu pouvoir sur le héros, soit que ce dernier, transgressant les


limites du monde immanent, empiète sur le domaine du Monstre.
Le conflit peut aussi opposer un valet à son maître, ce qui est
exceptionnel dans les contes merveilleux, mais très courant dans
les contes facétieux.
Le conflit peut opposer simplement le héros à un rival jaloux
de ses succès et peut être intérieur à une classe d'âge.
Enfin le conflit peut être d'ordre sexuel, et opposer l'héroïne à
un époux, comme dans Barbe-Bleue, ou du moins à une figure
mâle, comme dans Le Petit Chaperon rouge.
2 I Conflit familial. — Le conflit initial peut opposer parents et
enfants, comme dans Les enfants abandonnés dans la forêt, où le
motif économique de la famine semble toutefois plus ancien et plus
authentique, dans la tradition orale, que celui de l'animosité paren-
tale. Il peut, exceptionnellement, opposer la mère au reste de la
famille3 ; ou bien la mère à son fils4. Mais, souvent, le conflit initial
a lieu dans la fratrie, et oppose le cadet ou la cadette à ses
aîné(e)s. Plus souvent encore, c'est un conflit entre femmes, qui
oppose la mère à sa fille, ou l'héroïne à sa marâtre et à la fille de
celle-ci. Enfin il se double parfois d'un conflit entre l'héroïne et
sa belle-mère.
Il est notable que dans la tradition orale française le conflit n'op-
pose qu'exceptionnellement le fils au père sous une forme directe
— mais peut-être sous la forme symbolique de l'ogre.
Il serait intéressant d'étudier l'articulation de cette opposition
entre conflit familial et extra-familial avec les oppositions héros /
héroïne et héros quêteur / héros victime.

G / L'adversaire
L'adversaire peut être naturel (cf. précédemment à propos du
conflit) ou surnaturel, auquel cas c'est une figure tantôt anthropo-
morphe, tantôt monstrueuse.

3. Voir le conte Ma mère m'a tué, mon père m'a mangé T. 720, où l'hostilité de la
mère n'est généralement pas motivée. Dans une version, toutefois, c'est pour se
venger de son mari qui ne lui a pas fait d'enfant qu'elle lui fait manger l'enfant du
premier lit.
4. Voir le conte Le ruband qui rend fort T. 590.
L'ÉTUDE SÉMANTIQUE DU CONTE POPULAIRE 75

1 / Adversaire naturel. — Nous renvoyons au paragraphe B sur


le conflit.

2 / Adversaire surnaturel.
a / Adversaire anthropomorphe. — Dans la tradition orale fran-
çaise, ils dominent absolument.
— Le Diable est très fréquent, mais seul son nom témoigne
d'une christianisation toute superficielle dans les contes merveil-
leux, où ses attributs sont identiques à ceux de l'Ogre.
— ISOgre, qui peut exceptionnellement être un géant, a pour
caractéristique principale de se nourrir de chair humaine. Souvent
marié, et même père de famille, c'est une figure paternelle.
— Les Géants peuvent avoir femme et fille, comme les ogres,
mais ils vivent souvent à trois, en célibataires.
La menace que font peser ces adversaires sur le héros est celle,
omniprésente, de la dévoration.
— L'Ogresse et la Diablesse. Quand le Diable ou l'Ogre est
marié, sa femme est le plus souvent bonne pour le héros et le pro-
tège. Dans ce cas, elle ne partage pas ses pouvoirs magiques s'il
en a. Elle peut toutefois l'emporter sur lui, par la ruse ou
l'intelligence.
Quand elle est aussi méchante que son mari, elle partage ses
goûts pour la chair humaine, ou ses pouvoirs magiques, tout en
étant souvent plus rusée que lui.
La fille de l'Ogre ou du Diable, qui partage ses pouvoirs magi-
ques, mais pas sa méchanceté, n'est pas un adversaire, mais un
auxiliaire et un partenaire sexuel.
— La Sorcière, qui ne porte pas toujours ce nom, est une figure
maternelle : c'est souvent une vieille, et elle est parfois la marâtre
de l'héroïne, parfois la fille de celle-ci qui se substitue à elle auprès
du prince ; exceptionnellement, c'est une servante rivale. La sor-
cière, toujours maléfique, a des pouvoirs magiques, avant tout de
métamorphose : elle transforme les héros en animal, éventuellement
les pétrifie ou les met en léthargie.
76 L'ÉTUDE DU CONTE POPULAIRE

— Les Fées, bien moins fréquentes dans la tradition orale que


l'expression « conte de fées » ne pourrait le faire croire, sont des
figures plus ambiguës que les sorcières. Elles ont des pouvoirs
magiques, mais peuvent être selon les cas maléfiques ou bénéfiques,
auquel cas elles ne sont pas des « adversaires ». Elles peuvent être
vieilles comme les sorcières, ou jeunes, et ont alors des relations
conjugales avec le héros. En accord avec les croyances populaires,
qui voient en elles des génies des éléments, les fées sont parfois des
ondines ou des sirènes. Enfin, elles habitent parfois dans un pays «
lointain », et sont surtout fréquentes dans les contes bretons, où la
distance entre l'Autre Monde et le nôtre est plus accentuée.
L'adversaire peut aussi prendre une forme régionale : le Tar-
taro, au pays basque, géant tout couvert de poils qui, comme le
Cyclope antique, n'a qu'un œil au milieu du front ; le Drac de Gas-
cogne, monstre animal qui entraîne les humains au fond des eaux ;
les Korrigans bretons, qui sont des petits nains, bienveillants ou
malveillants selon le cas.
— Les Magiciens et Sorciers, doués de pouvoirs de métamor-
phose avant tout, sont bien moins fréquents que les sorcières dans la
tradition française. Celle-ci semble avoir une prédilection pour la
distribution suivante : les adversaires mâles, ogres et diables, qui
menacent de dévorer ; les adversaires femelles, fées et sorcières, qui
menacent de métamorphoser*

b / Adversaires monstrueux. — La tradition française est assez


pauvre dans ce domaine. Le héros a surtout affaire à la « Bête à
sept têtes », c'est-à-dire à un dragon. Le loup du Petit Chaperon
rouge est parfois un bzou, donc un loup-garou, ce qui souligne son
aspect de parabole du mâle, alors que le « loup-brou » qui menace la
petite fille en quête de ses frères est à la fois un vampire et un
magicien. L'héroïne de La fiancée substituée a parfois affaire à un
monstre marin : sirène en Bretagne, drac en Gascogne.

D I La quête

Elle peut être altruiste ou égoïste, selon qu'elle a pour but


premier un objet destiné à la communauté, ou uniquement à la
L'ÉTUDE SÉMANTIQUE DU CONTE POPULAIRE 77

jouissance du héros. Notons que la quête est altruiste même si elle


entraîne en prime une récompense pour le héros, qui peut être l'objet
même de la quête. D'ailleurs, la quête altruiste peut être volontaire
ou forcée, selon que le héros en prend librement l'initiative ou y
est obligé sous peine de châtiment ; elle peut même avoir lieu par
hasard, si le héros entre en possession de l'objet désiré ou perdu sans
le faire exprès.
1 / Quête altruiste. — II s'agit souvent de délivrer, désensorceler
ou guérir une princesse tombée au pouvoir du malfaiteur ; de
découvrir le secret qui fera couler une source tarie, ou rendre ses
fruits à un pommier devenu stérile ; de conquérir un objet magi-
que, merle blanc qui rajeunit, eau « véronique » qui rend la vue,
oiseau de vérité, etc.
2 / Quête égoïste. — La quête peut avoir pour objet l'époux ou
l'épouse disparu(e), souvent par la faute du héros ou de l'héroïne ;
celle d'un partenaire sexuel, qui se double d'une ascension sociale
quand il s'agit d'épouser la princesse ; de la « fortune » ou d'une
place au soleil, d'un objet précieux synonyme de richesses ; de com-
pensation pour de l'argent prêté ou pour une récolte perdue.
Curieusement, la quête peut être celle de la peur, symbole d'hu-
manité et de maturité, puisque condition indispensable au mariage.
Comme le fait remarquer Mihail Pop5, alors que dans le mythe la
quête de l'objet magique — bien cosmique, rituel ou culturel — est le
but, et le mariage n'en est que le moyen, dans le conte classique,
l'objet magique n'est qu'un moyen pour obtenir le but final de la
quête, le partenaire sexuel.

2. LE HÉROS ET LE CONTRAT SOCIAL

A la suite de Greimas6, Viggo R^der7 et Marcel Drulhe8


voient dans les catégories sémiques fondamentales du conte popu-

5. Voir La poétique du conte populaire, Semiotica, 2, 1970.


6. Voir Réflexions sur les modèles actantiels, Sémantique structurale, Paris,
Larousse, 1966.
7. Voir Sémiotique du conte, Poetics, 6, 1972.
8. Voir L'espace imaginaire dans le conte, Ethnologie française, 9, 4, 1979.
78 L'ÉTUDE DU CONTE POPULAIRE

laire l'opposition entre deux couples homologues : la jouissance des


valeurs est liée au respect du contrat social, de même que la rupture
de ce contrat, nécessitée par l'exigence de liberté individuelle,
entraîne la perte des valeurs.
Les transformations intermédiaires, qui font de cette structure
sémantique fondamentale un récit, font intervenir le temps, donc
établissent une distinction entre un avant et un après ; au début
du récit, le contrat social est rompu, entraînant la perte des valeurs
dont on jouissait jusque là. A la fin du récit, les valeurs perdues
sont récupérées, ce qui rétablit le contrat social, donc la réglemen-
tation de la circulation et de l'échange.

A / Rupture du contrat social


Viggo R$der, qui définit la pratique des valeurs comme une
consommation réglementée, voit deux formes fondamentales de
rupture du contrat social : la priorité donnée aux besoins subjectifs,
donc à une consommation sans scrupules, anarchique ; et la
transgression de la réglementation sociale de l'échange des valeurs,
qui consiste à faire entrer dans la circulation socio-collective des
objets qui ne peuvent y être placés.
Dans le corpus des contes merveilleux français la rupture du
contrat social semble prendre les formes suivantes :

— Jouissance non réglementée, qui peut être d'ordre alimentaire,


ou ludique ; la mère de l'héroïne doit promettre sa fille à une fée
pour avoir eu une envie immodérée de persil, tel prince tombe au
pouvoir du Diable pour avoir chassé avec trop d'acharnement et
s'être égaré dans le domaine du monstre, tel autre, ayant joué à la
balle sans égard pour le petit pot d'une vieille qui passait, est soumis
au désir lancinant de rencontrer l'amour des trois oranges, etc.
— Pacte avec le diable.
— Surestimation des rapports de parenté, par exemple la tenta-
tive d'inceste du père de Peau-d'Ane ; mais surtout leur sous-
estimation, dont les contes offrent d'innombrables exemples : fra-
tricide, infanticide et abandon des enfants, animosité de la mère à
l'égard de sa fille.
L'ÉTUDE SÉMANTIQUE DU CONTE POPULAIRE 79

— Sous-estimation des alliances matrimoniales, lorsque le conjoint


met son épouse à mort lors de la nuit de noces ou peu après.
— Démission devant des tâches culturelles ; par exemple, la sœur
qui a laissé éteindre le feu est par là obligée de se soumettre au pouvoir
du loup-brou9.

Qu'il s'agisse d'un pacte directement établi avec le Diable, pour


échapper aux lois de la réglementation sociale, ou d'une contravention
plus inconsciente, la rupture du contrat social entraîne plus ou
moins directement la soumission au Monstrueux, que celui-ci fasse
irruption dans le champ du Social ou que les humains, transgressant
la limite qui sépare le Social culturel du Naturel, empiètent sur son
domaine. Cette soumission au Monstrueux, entraîne le méfait, ou le
manque, c'est-à-dire la perte des valeurs ou de l'objet qui les
symbolise, pouvant aller jusqu'à menacer la pratique économique et
même la société tout entière.

B I La médiation du héros

C'est par l'épreuve principale, ce « noyau irréductible du récit »,


que le héros, confronté victorieusement au monstrueux, pourra ren-
verser la situation. En affrontant l'adversaire, sujet naturel, dans
son domaine propre, le héros, sujet culturel, maîtrise la destruc-
tion, produit des objets de valeur, dont il rétablit la circulation
réglementée.
Certes, le héros du conte, contrairement à celui du mythe, n'agit
pas seul. Il a besoin d'auxiliaires, et ce sont eux le plus souvent qui
sont doués de pouvoirs surnaturels. Toutefois, le héros doit se
montrer digne de leur aide. Il lui faut d'abord sortir vainqueur
d'une épreuve qualifiante, première condition d'un rétablissement
de l'ordre culturel. Cette épreuve préparatoire est le plus souvent
une renonciation aux besoins individuels anarchiques, et le héros,
contrairement à ses prédécesseurs moins chanceux, agit contre ses
intérêts immédiats. Le pacte qu'il scelle ainsi avec l'auxiliaire, qui

9. Conte type T. 451.


80 L'ÉTUDE DU CONTE POPULAIRE

lui procure en retour l'adjuvant dont il aura besoin pour l'épreuve


principale, montre le caractère social du système de valeurs qu'il se
prépare à rétablir.

3. L'AXIOLOGIE ET LA GENÈSE DU CONTE

Les performances du héros, qui transforment ainsi la situation


initiale en situation finale, relèvent du niveau narratif, donc du
niveau de surface du conte. Les contenus sémantiques mis en
œuvre à ce niveau sont déjà organisés en récit, c'est-à-dire en une
suite dynamique, temporellement orientée, et anthropomorphisés,
sous forme d'actants, munis de qualifications et remplissant des
fonctions. Les lexèmes, personnages et événements, eux-mêmes
analysables en sémèmes, sont organisés en énoncés narratifs, selon
des relations syntaxiques qu'une analyse morphologique peut
préciser.
A un niveau plus profond, le niveau sémantique, celui des con-
cepts, statique, achronique, et antérieur à la mise en récit, organise
les contenus et constitue Vaxiologie, le système de valeurs du conte.
Cette axiologie, susceptible d'une analyse sémique, est organisée
en couples de termes opposés, corrélés selon le modèle du « carré
sêmiotique » de Greimas. Ainsi, tout un univers sémantique peut
être défini comme une relation de contradictions homologues.
Le conte du Loup et des sept chevreaux10 pourra nous servir
d'exemple pour cette analyse sémique.

A / Repérage des isotopies

La décomposition en sèmes distinctifs des principaux acteurs, le


loup, la chèvre, les six premiers chevreaux, le septième chevreau,
permet de mettre à jour les oppositions suivantes, redondantes dans le
récit :

10. Conte type T. 123. Voir p. 207


L'ÉTUDE SÉMANTIQUE DU CONTE POPULAIRE 81

Culture vs Sauvagerie
Maturité vs Enfance
Force (intégrité) physique vs Faiblesse (mutilation) physique
Ruse vs Naïveté
L'opposition Culture vs Sauvagerie, prise en charge respecti-
vement par la chèvre et par le loup, se manifeste selon de multiples
codes :
— code de l'habitat (maison vs forêt) ;
— code alimentaire (herbivore vs carnivore, cru vs cuit) ;
— code technique (ustensiles vs absence d'ustensiles) ;
— code vestimentaire (galoches vs peau naturelle) ;
— code sapientiel (pratique médicale vs absence de pratique médi-
cale : la chèvre va à Saint-Jacques se faire remettre sa patte
cassée) ;
— code religieux (dans les versions où Saint-Jacques est un lieu de
pèlerinage) ;
— code social (échanges marchands : la chèvre va à la foire) ;
— code linguistique (la chèvre et les chevreaux riment, faisant du
langage un emploi ludique, poétique ; le loup ne fait qu'imiter la
chèvre, de sa voix rauque et de sa langue empâtée).

L'opposition Ruse vs Naïveté joue plus précisément sur la dis-


tinction et la confusion entre la réalité et l'apparence ; les chevreaux
finissent par croire que le loup est leur mère, le loup croit que le
dernier chevreau, caché dans une galoche, n'est pas là, la chèvre
fait croire au loup qu'il sera en sécurité chez elle, c'est-à-dire que,
contre toute vraisemblance, elle se solidarise avec un animal sau-
vage contre les hommes.

B / Les transformations

— Situation initiale. — Au tout début du conte, avant le départ


de la chèvre, la situation initiale met en œuvre les oppositions
homologues suivantes :
82 L'ÉTUDE DU CONTE POPULAIRE

Culture Faiblesse Ruse


————————-—_ tas ————.—..,,,-. ggs ^—^—^^—^—
Sauvagerie Force Naïveté

Plus précisément, la chèvre croit que la Culture l'emporte tou-


jours sur la Sauvagerie, et qu'il suffit de prévenir les chevreaux de ne
pas ouvrir au loup pour les protéger. Mais elle oublie le paramètre
Maturité vs Enfance, qui va venir brouiller les pistes. Car par
ailleurs :
Maturité Ruse
Enfance Naïveté

Que se passe-t-il lorsqu'un civilisé enfant a affaire à un sauvage


adulte ?
L'histoire montre que, dans un premier temps, la Sauvagerie
l'emporte sur la Culture.

— Situation médiane. — Pour les six premiers chevreaux, on a


alors les oppositions homologues suivantes :
Sauvagerie + Maturité — Ruse ^ Force
Culture + Enfance Naïveté Faiblesse

Le dernier chevreau, sorte de héros médiateur qui va permettre


de renverser la situation, est à la fois enfant et rusé : il se cache dans
une galoche. Grâce à lui, la chèvre, apprenant ce qui s'est passé, va
pouvoir punir le loup par où il a péché.
Pour le dernier chevreau, la situation médiane se présente donc
ainsi :
Sauvagerie + Maturité œ Naïveté
Culture + Enfance Ruse

— Situation finale. — A la fin du conte, la chèvre, aidée du der-


nier chevreau, rétablit la situation initiale, mais c'est elle qui est
forte, puisque sa jambe est réparée, et le loup qui est mutilé, car sa
belle fourrure est échaudée, pelée.
Culture Ruse Force
Sauvagerie Naïveté Faiblesse
DEUXIÈME PARTIE

Anthologie
CHAPITRE PREMIER

Contes merveilleux

T. 303 LE ROI DES POISSONS OU LA BÊTE À SEPT TÊTES

1. La Bête à sept têtes

Un jour, il y avait un pêcheur : le voilà qui pêche un gros poisson.


Oh ! le gros poisson lui dit :
— Bon pêcheur, tu m'as péché, mais ne me mange pas : jette-
moi à l'eau, et tu en pécheras, du poisson ! tout ce que tu voudras : je
vais tous te les ramener dans tes filets.
Il jette le poisson à l'eau. Alors, tout d'un coup, il jette ses
filets : voilà ses filets pleins !
— Oh ! ben, qu'il dit, ça va. Maintenant, ma fortune est faite !
Je pêche du poisson en quantité.
Il avait pas d'enfants, il était seul avec sa femme. Il dit :
— Maintenant, nous pourrons vivre. Alors, je veux plus faire le
commerce de la pêche.
Mais un beau jour (il était curieux), il dit :
— Je vas aller faire un tour de pêche au bord de la mer, pour
mon plaisir.
Il pêche le poisson ; le poisson lui dit :
— Bon pêcheur, tu m'as encore péché, jette-moi à l'eau !
— Non, qu'il dit, je veux te manger.
— Ben, il dit, puisque tu veux me manger, je vais te dire qu'est-ce
que tu auras à faire. Tu n'as pas d'enfants ?
86 ANTHOLOGIE

— Non.
— Eh bien ! il dit, toi tu mangeras ma chair. Tu donneras mon
cœur à manger à ta femme, et alors, qu'il dit, tu donneras mon sang à
boire à ta jument, et tu donneras mes os à manger à ta chienne.
Bon ! Alors, qu'il dit, tu mettras mon fiel dans trois bouteilles ; et tu
mettras l'épine dorsale dans ton jardin : il poussera trois orangers,
et tu auras trois enfants, ta chienne aura trois petits, ta jument aura
trois poulains. Ils se ressembleront tous les trois. Mais, qu'il dit, tes
enfants connaîtront chacun leur oranger dans le jardin, et leur
bouteille. Quand vous verrez la bouteille qui bouillera, et
l'oranger, dans son jardin, que ses feuilles tomberont, l'un d'eux
sera en bataille : un des enfants sera en train de se battre.
Alors, un beau jour, quand ils ont été grands, y en a un qui dit à
son père :
— Moi, je vas faire mon tour de France.
Et celui-là s'appelait Va comme le Vent ; l'autre s'appelait Brise-
Barrière, et l'autre Passe-Partout.
Alors, voilà Va comme le Vent parti, il arrive à Paris, là-bas, dans la
grande ville. Qu'est-ce qu'il voit ? Il voit tout un mouvement de
cavaliers, de soldats, et le Roi en tête : sa fille devait être mangée
par la Bête à sept têtes. Il devait la conduire dans la forêt, pour la
faire manger, avec sa troupe : autrement la Bête passerait dans la
ville, et elle hachait tout.
Le voilà, lui, Va comme le Vent, qui arrive là-dedans, il arrive
dans la foule, et basculait d'un côté et basculait de l'autre ; et le
Roi dit :
— Qu'est-ce que c'est que cet homme-là ? Qui êtes-vous ?
— Mais c'est plutôt vous, qu'il dit, qu'est-ce que vous faites là, à
me barrer le passage ? Je ne peux pas passer !
— Eh bien ! c'est ma fille qui doit être mangée par la Bête à
sept têtes !
— Oh ! Oh ! qu'il dit, toute une troupe comme ça pour la Bête à
sept têtes ; moi j'irai bien seul !
— Vous voulez aller seul ?
— Oui!
Va comme le Vent dit à la fille du Roi :
— Monte derrière moi.
CONTES MERVEILLEUX 87

La jeune fille monte derrière lui, le voilà parti, il arrive à la


forêt, il voit une Bête, là, qu'avait sept têtes.
— Ah ! Ah ! qu'a dit, je croyais en manger qu'une, mais je vais
en manger quatre.
— Quatre ?
— Oui, deux personnes, le cheval, et encore le chien. (Il avait
un chien avec lui, le chien qui s'appelait comme lui.)
— Alors, on va voir.
La voilà qui se lance pour le prendre : il lui coupe une tête.
— Oh ! Oh ! qu'a dit, t'es adroit !
Les voilà encore en train de se battre de retour, alors il lui en
coupe une autre : finalement qu'il lui en abat cinq comme ça.
Oh ! oh ! qu'a dit, ben ! qu'a dit, quartier ! à demain ! qu'a lui
dit, quartier !
— Bien, à demain ! qu'il lui dit.
Alors la Bête fait demi-tour, et lui aussi.
Il arrive en ville : on le voyait venir...
— Oh ! Oh ! dit le Roi : il a tué la Bête à sept têtes ! En
arrivant :
— Tu l'as tuée ?
— Mais non, mais non, dit Va comme le Vent, il lui reste encore
deux têtes.
— Oh!
— J'y retourne demain.
Le lendemain, il retourne ; il dit à la jeune fille :
— Monte derrière moi !
— Ah ! te voilà encore ! a dit la Bête.
En arrivant là, la Bête avait encore ses sept têtes : tandis qu'elle
était vivante, elle reprenait ses têtes et donc elle avait ses sept têtes !
— Ah ! dame, qu'il se dit, ça c'est trop fort !
La voilà encore qui se lance : il lui en abat deux du premier
coup, et les voilà en train de se battre, et à se biffe : il lui en reste
encore une. Oh !...
Elle dit :
— Quartier ! A demain encore.
— Si tu veux ! qu'il lui dit.
— Oh ! la jeune fille dit, mais tue-la donc !
88 ANTHOLOGIE

— Oh ! qu'il dit, je suis fatigué, moi, j'en peux plus.


Alors, demi-tour : le voilà parti encore. Alors il fallut retourner le
troisième jour ; c'était encore la même chose, la Bête avait encore ses
sept têtes. Oh ! ben ! dame, cette fois-là, voilà que... il travaille et
puis et deux et deux, allez, allez et vas-y ; il lui en reste encore
une !
— Quartier !
Il dit :
— Non, y a pas de quartier aujourd'hui. Allez, il lui coupe la
dernière tête, et puis voilà la Bête morte. Eh bien ! dans chacune des
sept têtes, il prend le bout des langues, et il dit à son chien :
— Tu vas les porter dans un endroit où tu sauras les prendre
dans un an et un jour.
Alors le chien s'en va, et cache le bout des langues.
Et puis, les voilà partis. Comme ils ont été sur la grand-route,
Va comme le Vent dit :
— Maintenant, je suis parti pour faire mon tour de France, qu'il
dit, je l'ai pas fini, faut que je voyage. Tu vas t'en retourner/ seule,
qu'il dit' à la fille du Roi, t'as pas loin.
Alors, la voilà partie toute seule pour s'en retourner, et lui le
voilà parti de son côté, avec le cheval, toujours. Il se trouve un
voleur dans la route, un trimardeur, si vous voulez mieux, alors ^~ il
dit (il voit une jeune fille bien habillée comme ça), il dit :
— La bourse ou la vie !
— Mais qu'elle dit, j'ai pas de sous. Je viens, qu'a dit, de pou-
voir être mangée par la Bête à sept têtes, alors je n'ai pas de sous
sur moi.
— Pas possible, vous dites que...
— Mais, c'est un jeune homme, qui est de passage, qui se pro-
mène, qui fait son tour de France... qui l'a tuée...
— Tu vas venir me faire voir, qu'il dit, où elle est, cette Bête !
Si tu veux dire que c'est moi qui l'a tuée, à ton père, ben ! je t'as-
sassine pas : autrement, je t'assassine !
Alors, le voilà parti, elle lui fait voir ; lui, il prend les têtes, il
les attache, et il emporte les têtes.
Alors, ils vont se montrer bien fiers, au papa.
CONTES MERVEILLEUX 89

— Voilà, c'est moi qui a sauvé votre fille, voyez, voilà les têtes !
dit le trimardeur.
— Alors, c'est très bien, c'est très bien.
La jeune fille avait promis de ne pas dire que ce n'était pas lui.
Alors le voilà à la maison, très bien, il se comportait assez bien, il
était très bien ; mais toujours il disait :
— Mais, nous allons nous marier.
— Oh ! nous avons le temps.
Elle attendait toujours un an et un jour : l'autre lui avait dit :
un an et un jour.
Alors, au bout d'un an, elle dit :
— Ben ! nous allons nous marier quand même, demain.
Le lendemain, c'était le jour ; alors, voilà tout ça prêt, le repas,
tout ça bien prêt ; rien ne manquait : les dindons et tout ce qui
s'ensuit ! Oui mais... Va comme le Vent, le voilà qui arrive : un an
et un jour. C'était le jour, il arrive le matin ! Plutôt que d'aller au
château, il voit une petite buvette à côté, un petit restaurant, il se
dit:
— Faut que je rentre là !
Alors, il dit :
— Bonjour !
— Bonjour !
Alors il dit :
— Je voudrais mettre mon cheval à l'écurie. • —
Eh ! dit la patronne, ben oui ! Elle met le cheval à
l'écurie. Il dit :
— Vous pouvez nous servir à manger ?
— Un petit peu, qu'a dit, mais pas grand-chose. Y a du beurre,
du pain, du vin blanc.
— Servez, qu'il dit.
Alors, le v'ia en train de regarder ça.
— Oh ! vous voyagez ? dit la patronne.
— Oui, qu'il dit, j'ai fait mon tour de France.
— Oh ! vous auriez encore de la chance, qu'a dit, comme y en a
un là...
— Qu'est-ce donc qu'il a fait ?
— Il a tué la Bête à sept têtes, qu'a dit, puis il va se marier
90 ANTHOLOGIE

aujourd'hui avec la fille du Roi : de ce moment, ils sont en train de


faire un festin avant d'aller se marier.
— Ah ! Ah ! qu'il dit, ils doivent se marier aujourd'hui ? Il dit
à son chien :
— C'est pas la peine que nous mangions ça, qu'il dit ; va donc
voir là-bas, qu'il dit, il doit y avoir quelque chose de bon, là-
dedans !
Le chien part, saute sur la table du Roi ; il empoigne tout un
dindon entier, il l'apporte, il le met sur la table de son maître.
— Très bien, qu'il dit, c'est très bien travaillé. Mais, qu'il dit, il
nous faudrait du bon pain blanc aussi ! Le chien partit.
— Au voleur ! Au voleur ! (on criait après le chien) : au voleur !
au voleur !
Mais la mariée regarde le chien, elle croyait le reconnaître : elle
n'était pas sûre.
Et le v'ià parti, le chien saute sur la table, emporte un pain, il
apporte le pain à son maître :
— C'est très bien, qu'il dit, tu travailles bien, qu'a dit, mais il
nous faudrait du bon vin aussi.
Le Roi avait mis des factionnaires à la porte, des gens avec des
fusils.
Il dit :
— Vous allez tuer le chien quand il va arriver.
La jeune fille, la mariée, dit :
— Non ! ce chien-là, vous allez surveiller où il va, je veux savoir
où il va ! Je veux pas que vous le tuiez.
Via le chien arrivé, puis ils essayaient de le prendre, mais y
avait rien à faire ; il empoigne une bouteille de bon vin bouché, et
le voilà parti.
— Alors ?
— Il a rentré dans telle maison.
Alors, voilà le Roi parti ; il dit :
— Cet homme-là, je le mets en prison. La
jeune fille dit :
— Non, non, moi je veux lui causer, à ce garçon !
Les v'ià partis ; arrivés devant lui :
CONTES MERVEILLEUX 91

— Malheureux, dit le Roi, voleur que vous êtes : voilà mon din-
don, voilà mon vin, voilà mon pain...
— Je ne suis pas un voleur ! dit Va comme le Vent.
— Mais votre chien est un voleur !
— Mon chien, il dit, il l'a gagné, moi aussi ! La
jeune fille le regardait : elle le reconnaissait !
— Oh ! dit le Roi, je vous emmène en prison.
La voilà qui dit :
— Non, non, papa ! Retournez-vous-en-donc. Mais je vas rester
avec ce petit gars. Va comme le Vent dit :
— Tu me reconnais ?
— Oui.
— Ben ! qu'il dit, va donc annoncer ça à ton père qui arrive,
de retour, il demande :
— Ben !• qu'est-ce que vous voulez ?
— Je veux savoir, qu'il dit, votre fille, avec qui elle se marie...
— Mais avec celui qui a tué la Bête à sept têtes...
— Celui qui a tué la Bête à sept têtes, dit Va comme le Vent,
c'est moi qui l'a tuée !
— Comment donc ? Vous ?
— Oui, qu'il dit.
— Mais nous avons les têtes chez nous, dit le Roi, les têtes qu'il
nous a apportées !...
— Allez donc voir dans les têtes : vous ne trouverez pas de lan-
gues, dit Va comme le Vent.
Le Roi va voir : par le fait, les langues étaient coupées. Il revient
et dit :
— Vous pouvez produire les langues ?
— Oui.
Et il dit à son chien :
— Va donc à l'endroit où tu les as mises, il y a un an et un jour.
Via le chien parti, il rapporte les langues.
— Oh ! dit la fille du Roi, ben ! c'est bien vous, bien sûr.
— Ben oui, qu'il dit, c'est bien moi.
Alors, il dit à la jeune fille :
— Comment ça se fait que tu voulais te marier avec l'autre ?
92 ANTHOLOGIE

— Je lui avait promis de ne rien dire : autrement il voulait


m'assassiner !
— Ah ! c'est ça !
— Eh bien ! il dit, nous allons voir !
Ils s'en vont, ils attachent quatre bœufs, un à chaque bras, et
les deux autres à chaque jambe ; ils disent : « Vas-y ! » et ils l'ont
mis en quatre morceaux.
Et puis Va comme le Vent s'est marié ; mais c'était pas tout ! le
soir de leurs noces, il monte en haut dans la chambre ; alors (il était
un peu curieux), il n'avait pas tout vu, quoiqu'il avait fait son tour de
France, qu'il avait voyagé partout : qu'est-ce qu'il voit ? un gros feu.
— Qu'est-ce que c'est que ce feu-là ?
— Oh ! lui dit sa femme, c'est un feu pour tuer les curieux :
tous les curieux qui vont par là, ils ne reviennent plus.
— Oh ! qu'il dit, j'ai pas vu ça moi ! je vas y aller ! Le
voilà parti.
— Oh ! qu'a dit, c'est malheureux, la première nuit, tu décou-
ches ! Ah ! qu'a dit, c'est pas ça !
Alors, le v'ià parti. Avant d'arriver au feu, il trouve une vieille.
— Oh ! Oh ! qu'a dit, où vas-tu, Va comme le Vent ?
— Qu'est-ce que ça peut te faire ? qu'il dit.
— Oh ! qu'a dit, malhonnête !
Il fait seulement pas dix mètres : devant, c'était un château qui
était illuminé, y avait une planche à bascule à la porte ; alors il marche
à cheval sur la planche, son chien suit derrière lui : pouf ! dans le
trou ! Tout celui qui tombait dans le trou, il était en morceaux,
n'est-ce pas ! Il était sans connaissance. Le voilà là.
Le lendemain matin, le père et ses frères regardent la bouteille,
qui était pendue au plancher, toute droite ; l'un dit :
— Notre frère est en danger...
Il va dans le jardin : l'oranger, toutes les feuilles tombaient...
— Notre frère est en danger... Ah ! comme c'est malheureux !
qu'il dit.
Brise-Barrière dit :
— Mais je vas partir, moi, allez voir si je peux le trouver. Le
voilà parti. Il passait justement devant la porte du château
CONTES MERVEILLEUX 93

où son frère s'était marié. La femme, qui était à la croisée,


regardait :
— Eh là-bas ! Où vas-tu ? Où vas-tu ? qu'a dit.
Ils se ressemblaient tous.
— Je passe, qu'il dit. Il
se dit :
— C'est là que mon frère doit avoir été. Je vas arrêter. Qu'est-
ce que tu veux ? qu'il dit.
— C'est malheureux ! qu'a dit : tu as parti hier au soir, tu arrives
ce matin, puis tu passes encore directement : tu n'arrêtes pas !
Il a arrêté toute la journée à la maison. Le soir, il regarde pas
la croisée, lui aussi.
— Qu'est-ce que c'est donc que ce feu-là ?
— Oh ! qu'a dit, mais tu as été le voir hier soir !
— Oui, il dit, je ne suis pas rendu, je vas y aller ce soir ! Le
voilà parti, arrive au feu, il voyait le feu ; il trouve encore la
vieille.
— Où vas-tu ? qu'a dit, Brise-Barrière.
— Ça ne te regarde pas.
Il fait comme l'autre : tombe là-dedans, dans le trou !
Le troisième, le lendemain matin, regarde :
— Mes deux frères, qu'il dit, sont tous les deux dans le même
endroit, ils sont tous les deux en danger, qu'il dit : faut que j'aille
les secourir !
Le voilà parti ; il passe encore devant la porte du château ; voilà
encore la fille du Roi qui crie dessus :
— Mais arrête donc ! Mais arrête donc ! Il
arrête encore.
— Comme ça se passe ici, ça ? qu'il dit. A
dit:
— C'est pas la peine de se marier, qu'a dit, avec un homme
comme ça, qu'est tous les soirs parti ! Il se dit :
— Mon frère s'est marié, je le savais pas. Comment faire ? Alors,
voilà que le soir il regarde par la croisée, lui aussi : il voit encore ce
feu.
94 ANTHOLOGIE

— Mais te voilà encore, ce soir, à regarder ce feu ! qu'a dit ;


ça fait la troisième fois, qu'a dit.
— Oh ! qu'il dit, ce soir, y a pas, faut que je voie ce feu ! Le v'ià
parti : Passe-Partout, lui rien ne l'empêchait : ni barrière, ni rien !
Alors, le voilà qui arrive ; il voit encore cette vieille-là.
— Où vas-tu, a dit Passe-Partout ?
— Ah ! il dit, je ne sais pas, je suis à la recherche de mes frères.
— Ah ! qu'a dit, t'es plus honnête que tes frères. Eh bien ! je vas
te dire où ils sont. Alors, qu'a dit, attache ton cheval là ! Il
attache son cheval et son chien. A dit :
— Tu vois, tu vas descendre tranquillement là, y a des esca-
liers : parce que, si tu tombes, tu seras comme eux. Descends dou-
cement par les escaliers. Tiens, voilà une petite bouteille, qu'a dit, tu
les frotteras sur le front, et ils vont revenir : ils sont
enmorphosés1.
Le voilà qui descend doucement ; en arrivant en bas, il regarde : y
en avait plusieurs là-dedans, des curieux ! Alors, il reconnaît ses
frères, qui étaient encore à cheval, il les frotte et les voilà qui se
réveillent.
Alors, ils se disent :
— Qu'est-ce que t'es venu faire ici ? Il
dit :
— Je suis venu à votre recherche ; et vous autres, qu'est-ce que
vous êtes venus faire ?
— On était curieux, qu'ils disent, nous, on voulait voir le feu,
mais on l'a pas vu !
— Ben ! moi, je l'ai vu, qu'il dit, je le vois encore, qu'il dit,
mais il faut monter doucement (il était prévenu, lui).
Ils montent doucement les escaliers, tous les trois, et puis les
voilà partis.
Ils arrivent là-bas, à Paris, devant le château : les voilà tous les
trois en train de tourner et de virer, là, sur la place. La jeune
femme qui était par la croisée, qui regardait, dit :

1. Enmorphosés : métamorphosés.
CONTES MERVEILLEUX 95

— Qu'est-ce que c'est que ça ? Mais, j'ai trois hommes


maintenant !
La voilà qui descend et regarde....
Passe-Partout dit :
— Ben ! tu es mariée avec un de nous : lequel ?
— Je ne sais pas !... Tiens ! qu'a dit, c'est celui-là ; c'est Va
comme le Vent.
Et Passe-Partout dit à son frère :
— Ben ! reste là, maintenant, avec ta femme, et puis nous on
s'en va !
Et ils sont partis. Je ne sais pas,
je les ai pas revus
depuis.
Conté en 1952 par M. Pierre Vaillant, 85 ans, Ile de Fedrun, Saint-
Joachim (Brière).
(Geneviève Massignon, Contes de l'Ouest, 1953.)

PARALLÈLES LITTÉRAIRES :
Mythe de Persée et Andromède.

BIBLIOGRAPHIE :
Hartland, The Legend oj Perseus, London, 1894-1896.
Ranke (Kurt), Die Zzuei Brader, Helsinki, 1934.
Rôheim (Géza), The Dragon and thé Hero, American Imago, I, 2, et
I, 3, 1940.
Rubow (Mette), Un essai d'interprétation du conte « Le Roi des poissons »,
Fabula, 1984, 1-2

T. 312 A BARBE-BLEUE

1. Barbe-Bleue (Haute-Bretagne)

Un riche seigneur, nommé Barbe-Bleue, avait successivement


tué les sept femmes qu'il avait épousées. Les têtes de ces malheu-
reuses étaient suspendues par les cheveux au plafond d'un cabinet
96 ANTHOLOGIE

soigneusement fermé à clef et au-dessous se trouvait un bassin rempli


du sang qui en tombait goutte à goutte.
Barbe-Bleue se remaria pour la huitième fois et quelque temps
après partit en voyage en laissant les clefs de ses somptueux appar-
tements à sa jeune femme.
— Voici, lui dit-il, sept clefs ; tu es libre de te servir des sept
appartements qu'elles ouvrent, à l'exception du cabinet dont voici la
petite clef et où je te défends absolument d'entrer. A peine le mari
fut-il parti que la femme, tourmentée par la curiosité, alla ouvrir
ce cabinet. A la vue de l'horrible spectacle, elle se troubla et laissa
tomber la clef dans le bassin de sang. Elle la retira aussitôt et voulut
l'essuyer, mais ce lui fut impossible ; plus elle frottait plus la clef
devenait rouge. Elle attendit le mari avec une grande anxiété ;
mais quand il revint elle composa son visage et se jetant à son cou :
— Tiens, mon petit mari, voici les clefs : une, deux, trois, quatre,
cinq, six et sept, voilà bien le compte. (Elle avait caché la clef
sanglante dans son armoire.)
— Voyons, dit Barbe-Bleue ; une, deux, trois, quatre, cinq, six.
Mais il n'y en a que six !
— Mais mon petit mari, tu te trompes ; recomptons si tu le
veux : une, deux, trois, quatre, cinq, six et celle-ci, cela fait bien
sept.
— Une, deux, trois, quatre, cinq, et six. Où est la septième ?
Je veux le savoir.
Force fut à la femme d'aller chercher la maudite clef.
— Ah ! dit Barbe-Bleue, je comprends ; eh ! bien, comme tu as
vu, tu seras ! Monte dans ta chambre, tu revêtiras tes habits de noce
et redescendras recevoir le châtiment de ta désobéissance.
La jeune femme courut aussitôt trouver son chien et son coq
favoris. Au premier elle commanda d'aller en toute diligence avertir
ses parents qui demeuraient bien loin. L'intelligente bête pencha la
tête un peu de côté, et reçut dans son oreille la lettre de sa maîtresse
et partit comme un trait. Au second elle demanda d'aller se percher
sur le faite de la maison et de l'avertir quand il verrait arriver du
monde. Puis elle monta dans sa chambre et commença de
s'habiller, mais le plus lentement possible, pour gagner du temps.
CONTES MERVEILLEUX 97

— Vas-tu bientôt descendre ?


— Tout de suite, je mets ma jupe.
— Vas-tu bientôt descendre ?
— Tout de suite, je mets ma robe.
— Vas-tu bientôt descendre ?
— Tout de suite, je mets mes gants.
Et elle trouvait maints prétextes pour ne pas descendre. D'un
autre côté le dialogue suivant s'établissait entre elle et le coq :
— Coqueliquet ! coqueliquet ! chantait le coq.
— Oh ! dis-moi, ne vois-tu rien venir ?
- Oh ! si ! oh ! si ! A cent
lieues les voici.
— Coqueliquet ! Coqueliquet !
— Oh ! dis-moi, ne vois-tu rien venir ?
- Oh ! si ! oh ! si ! A vingt
lieues les voici.
— Coqueliquet ! coqueliquet !
— Oh ! dis-moi, ne vois-tu rien venir ?
- Oh ! si ! oh ! si ! A une
lieue les voici.
— Coqueliquet ! coqueliquet !
— Oh ! dis-moi, ne vois-tu rien venir ?
- Oh ! si ! oh ! si ! Au
portail les voici !
Les parents arrivent à temps pour empêcher Barbe-Bleue de
trancher la tête de sa femme. Ils la mettent sur un char et l'em-
mènent, mais Barbe-Bleue, mugissant comme un taureau, court
derrière :
— Rends-moi la bague que je t'ai donnée.
— Tiens, la voilà.
— Rends-moi les diamants que je t'ai donnés.
— Tiens, les voilà.
— Rends-moi les riches vêtements que je t'ai donnés.
98 ANTHOLOGIE

Et la jeune femme est obligée de se dépouiller presque entièrement


pour se débarrasser de son mari.
(E. Rolland, Mélusine, III, 1886-87.)

PARALLÈLES LITTÉRAIRES :
Perrault (Ch.), La Barbe bleue.

BIBLIOGRAPHIE :
Sébillot (Paul), Le folklore de France, IV, p. 354-355 (sur les légendes locales
concernant Gilles de Rais).

T. 313 LA FILLE DU DIABLE

1. La belle Eulalie (abrégée) (Nivernais)

Un soldat nommé Jean revient du service son temps fini. Le /


soir, il arrive à une petite maison couverte de paille et demande / à y
passer la nuit. Mais la belle jeune fille qui est venue lui ouvrir ' la porte
lui signale que son père « mange le monde » et qu'il ne \ peut rester
sans danger. Le soldat, très fatigué, est incapable d'aller plus loin et
insiste, et la jeune fille le cache. Bientôt, arrive « le Vieux » qui est le
Diable. « Je sens la chair fraîche, dit-il, il y a ici un chrétien ! », et il
découvre le militaire qu'il déclare vouloir manger le lendemain. Mais le
lendemain matin, la fille prie son père de l'épargner pour l'instant et
de lui donner plutôt du travail.
— Eh ! bien, dit-il au soldat, je veux qu'avant ce soir et sans
autre outil que tes mains, les chenets, la barre du feu et la crémaillère
soient devenus brillants comme l'argent, sinon tu seras mangé
demain.
Et il s'en va. Mais les objets sont couverts d'une épaisse couche
de rouille, de suie et de fumée, et le soldat se désespère.
— Si vous voulez me promettre de m'emmener et de m'épouser,
je ferai le travail pour vous, lui dit la fille.
CONTES MERVEILLEUX 99

Le soldat accepte, et, le soir, elle n'a qu'à dire : « Par la vertu
de ma baguette, que le travail soit fait !» et la crémaillère, les che-
nets et la barre sont brillants comme argent.
Le Vieux arrive et trouve le travail fait. Mais, le lendemain
matin, il donne une nouvelle tâche au soldat.
— Il faut qu'avant ce soir tous mes harnais reluisent comme or,
ou tu sera mangé.
Cette fois encore, la fille fait le travail comme la veille par la
vertu de sa baguette. Le Vieux qui trouve ses harnais brillants
comme l'or déclare au soldat qu'il lui donnera une autre tâche le
lendemain. Mais la belle Eulalie, sa fille, déclare au soldat qu'il est
prudent de s'enfuir le plus vite possible et ils décident de partir
dans la nuit.
La belle Eulalie fait deux pâtés enchantés qui parlent et doivent
répondre à la place des fugitifs, l'un pour elle, l'autre pour le soldat,
et elle les place dans leurs chambres, sur leurs lits. Et les deux
jeunes gens se tiennent prêts à partir.
Dans la nuit la femme du Vieux, qui est plus fine et plus dan-
gereuse que lui, se prend à dire :
— Je rêve, je rêve.
— De quoi rêves-tu ? demande le Vieux.
— Je rêve que le chrétien va emmener ma fille.
— Belle Eulalie ! appelle le père.
— Plaît-il ? mon père.
— Mauvais chrétien !
— Plaît-il ? maître.
— Tu vois qu'ils sont couchés, dit-il à sa femme.
Mais un moment après, sa femme lui dit encore : « Je rêve, je
rêve ! », et elle dit rêver que le chrétien est parti avec sa fille. Même
dialogue entre le Vieux et sa femme, mêmes appels aux deux jeunes
gens, même réponses ; mais cette fois, ce sont les pâtés qui
répondent à la place des fugitifs. Une troisième fois, la vieille dit
rêver que le chrétien est déjà loin avec sa fille (même dialogue,
mêmes appels) et les pâtés répondent faiblement, car leurs voix
diminuent à mesure que s'éloignent les fugitifs, mais le Vieux pense
qu'ils s'endorment. Enfin, quand la femme s'éveille encore et
100

ANTHOLOGIE

demande au Vieux d'appeler, aucune voix ne répond, ils constatent


que les chambres sont vides.
Le Vieux part à cheval, à la poursuite des fugitifs. La belle Eula-
lie, fuyant en toute hâte avec son compagnon, lui dit :
— Mon ami Jean, mon tendre ami, Ne
vois-tu rien venir ?
— Je vois venir un cavalier qui galope, qui galope...
— C'est mon père. Par la vertu de ma baguette, que tu te changes
en poire sur un poirier, moi en vieille femme qui veut abattre la
poire.
Le Vieux arrive et demande à la vieille femme si elle n'a pas
vu passer un jeune homme et une demoiselle.
— Ah ! Monsieur, j'ai bien de la peine à l'abattre cette poire.
Le Vieux n'en pouvant rien tirer, retourne chez lui, et déclare à
sa femme qui l'interroge, n'avoir vu qu'une vieille femme sous un
poirier.
— C'étaient eux ! lui dit-elle. Et il repart.
Même question de la belle Eulalie à son ami Jean : « Mon ami
Jean, etc. », même réponse, et par la vertu de sa baguette elle
change le garçon en jardinier dans son jardin et se change elle-
même en rosé sur un rosier. Et le jardinier répond à la question
du Vieux :
— Je ne vends pas de graine d'oignon, je vends de la graine de
carotte.
Il revient et, renseigné par sa femme, repart de nouveau, rejoint
les fugitifs, la belle Eulalie transformée en chapelle et le garçon en
curé, qui, à sa question, répond : « Dominus vobiscum. » Quand le
Diable est revenu une troisième fois, sa femme, furieuse, décide de
partir à sa place. A la question : « Mon ami Jean, etc. », le garçon
répond :
— Je vois une voiture qui vient, qui vole, qui vient, qui vole.
Et la belle Eulalie devine que cette fois c'est sa mère. Elle
change le soldat en étang et elle se change elle-même en canette
nageant. La Diablesse arrive au bord de l'étang, émiette du pain
sur l'eau en appelant : « Canette ! jolie canette. » Et la canette
s'approche, prend le pain, tandis que la vieille se penche pour la
CONTES MERVEILLEUX 101

toucher de sa baguette. Mais, brusquement, la cane saisit la


baguette dans son bec et plonge en l'emportant. La Diablesse sup-
plie en vain sa fille de la lui rendre et elle doit repartir en gémis-
sant, ayant perdu son pouvoir.
Maintenant, les fugitifs sont hors de danger. Belle Eulalie
recommande au jeune homme de ne pas se laisser embrasser
lorsqu'ils arriveront chez ses parents, sinon il l'oublierait. Ils y arri-
vent, le soldat est accueilli avec joie par sa mère qui veut l'embrasser,
mais il se dérobe ; il se met au lit pour se reposer, elle l'embrasse
dès qu'il est endormi et à son réveil il a tout oublié. Il ne
reconnaît pas belle Eulalie qui se retire et se bâtit dans la région
un beau château par la vertu de sa baguette.
Trois jeunes gens d'un domaine voisin remarquent la belle jeune
fille à la fenêtre du château et décident de lui faire la cour à tour
de rôle. L'aîné se présente le premier et il est si bien reçu qu'il
demande à passer la nuit au château. La belle y consent, mais elle
lui demande de vouloir bien enterrer (couvrir) le feu avant de se
coucher. Et dès qu'il est à la besogne, elle prend la baguette et dit :
— Je veux que tu l'enterres
Et le déterres Et que le
jour t'y prenne.
Et à peine a-t-il couvert les braises que les cendres s'écartent à
nouveau, et toute la nuit le garçon doit couvrir les charbons
ardents et il se trouve au jour, les doigts à demi grillés.
Ses compagnons lui demandent s'il est satisfait, il répond affir-
mativement et le cadet va à son tour tenter sa chance le deuxième
soir. Il est reçu de la même façon, mais au moment de se coucher, la
belle Eulalie l'envoie fermer les volets, et toute la nuit ils se rouvrent,
il doit les refermer sous une pluie battante et au matin il s'en va
transpercé et transi. Le troisième vient à son tour, va pousser le
verrou, doit le manœuvrer jusqu'au jour et repart le poignet demi
brisé. Les trois galants se font alors part de leur déconvenue et se
concertent pour en tirer vengeance.
Quelques jours après, on annonce le mariage de Jean le soldat
avec une jeune fille du pays. Les trois garçons éconduits qui doi-
vent être des noces conseillent au futur d'inviter la belle demoiselle
102 ANTHOLOGIE

du château dont ils espèrent bien se moquer. Elle arrive au repas,


belle comme le jour, et prend une place restée libre à côté du marié.
Elle avait préparé deux pâtés parlants comme elle savait les faire.
Elle les met sur la table, et lui seul avec elle peuvent les entendre.
L'un évoque les souvenirs du passé, l'arrivée à la maison du Vieux,
les travaux imposés et l'aide de la belle Eulalie, la fuite et les dan-
gers courus, et chaque fois il demande à l'autre s'il se souvient, et
l'autre répond non ; mais quand le premier pâté évoque la promesse
de ne pas se laisser embrasser, puis de ne pas oublier, le second
répond qu'il se souvient.
Alors le soldat quitte la table et va trouver sa mère.
— Mère, j'avais perdu la clef de mon buffet, j'en ai commandé
une neuve, mais je retrouve l'ancienne, laquelle dois-je prendre ?
— La première, puisque tu la connais.
— Eh ! bien, mère, j'avais promis le mariage à cette demoiselle
qui m'a sauvé la vie. Je l'avais perdue, je la retrouve. C'est donc
elle que je prends.
Et il épouse la belle Eulalie. La noce dure toute une semaine,
tant qu'on trouve des vivres dans le pays. Il y a six vielles et six
musettes.
Tout 1' mond' dansa, grands et petits
Jusqu'à la mère Bardichon '
Qui sautait comme un cabri
Avec ses quatre-vingt-cinq ans.
Conté à Achille Millien vers 1883 par Marie Moreau, femme Balet, dite
la mère Balette, née à Prémery (Nièvre) en 1817 et résidant à Beaumont-la-
Ferrière. Publié sans indication d'origine dans le journal Paris-Centre,
numéro du 22 mars 1909. Reproduit avec quelques retouches dans : Paul
Delarue, L'amour des trois oranges et autres contes folkloriques, Paris, 1947, p.
48-58.
(Version abrégée, reproduite d'après Paul Delarue, Catalogue, I, 1957.)

2. La Montagne Verte (Brière)

Une fois il y avait un homme et une femme, ils n'avaient qu'un


enfant : un garçon puis la mère est morte, il ne restait plus que le
père et le fils ; ils tenaient un magasin d'étoffes.
CONTES MERVEILLEUX 103

Le père dit :
— Je vais chercher de la marchandise, je serai peut-être huit
jours parti, mais, qu'il dit à son fils, tu vendras le restant comme
tu pourras.
Tant que le bonhomme fut parti, le gars faisait la noce et jouait
aux cartes, à telle fin qu'il mangea toute sa fortune pendant l'ab-
sence de son père.
Quand son père arriva, tout était joué, mangé.
Le gars se dit :
— Que faire de moi-même ? Je m'en vas me jeter dans la rivière et
me noyer.
Le voilà parti pour aller sur le bord de la rivière, il regarda sur
l'eau et aperçut un homme qui marchait sur l'eau.
— Tiens ! qu'il dit, je m'en vais attendre de le voir de plus près,
avant de me jeter à l'eau.
Voilà l'homme qui arrive à lui :
— Qu'est-ce que tu fais, mon gars ?
— Je veux me jeter à la rivière.
— Pourquoi ?
— J'ai tout mangé ma fortune.
— Eh bien ! mon gars, je m'en vas t'en donner le double, de
ce que tu as mangé, si tu me promets de venir me trouver au bout
de jour et an à la Montagne Verte.
Voilà le temps d'arriver et de partir. Le jeune homme se met
en route, il demande à tout le monde le chemin de la Montagne
Verte ; tout le monde lui dit :
— Tu n'en reviendras jamais : autant comme il en a été, il n'en
est jamais revenu un.
— Ça fait rien : j'ai mangé la fortune de mon père, j'ai promis
de me rendre là, je me rendrai.
Le voilà d'arrivé à la Montagne Verte, il dit :
— Bonjour, monsieur.
— Bonjour, mon enfant, lui dit le Diable. Voilà : tu vas boire et
manger tout ce que tu voudras, tu seras bien. Le lendemain, le
Diable lui dit :
— Voilà une hache de bois, je m'en vais te montrer l'ouvrage
que tu vas faire aujourd'hui.
104

ANTHOLOGIE

II le mène dans un bois et lui dit :


— Mon gars, tu vas l'abattre et le fagoter, que toute la forêt soit
en fagots ce soir.
Dame ! quand il va regarder ça, le jeune homme se dit :
— J'ai pas besoin de commencer ; j'arriverai jamais !
Voici l'heure de midi d'arrivée pour lui porter à dîner.
Le Diable avait trois filles, il dit à la plus vieille :
— Tu vas porter à dîner à cet homme-là.
— Non, a dit.
Il dit à la seconde :
— C'est toi qui vas y aller.
— Non.
Alors le Diable s'adresse à la plus jeune :
— C'est toi la blonde, qui vas lui porter à manger.
— Je veux bien lui porter à manger.
La voilà qui part. Quand elle arrive au bois, le jeune homme
était couché ; elle lui dit :
— C'est comme ça que tu travailles ? Tu n'as rien fait encore !
— Comment veux-tu que j'abatte une forêt avec une hache de
bois ?
Elle lui dit :
— Tiens ! bois et mange, et si tu veux me croire bien, dans
deux heures d'ici, toute la forêt sera en fagots. \
Quand il eut bu et mangé, elle lui dit :
— Je m'en vas te donner une petite baguette et tu vas taper trois
coups dans le gros tas avec ta petite baguette, et tu vas te coucher
après, là. Ça va faire un bruit terrible, que la peur te prendra, mais ne
t'effraie pas : t'auras pas de mal ; il ne faut pas te réveiller, et
surtout ne pas lever la tête ni regarder. Et ce soir, quand tu vas
arriver chez mon père, il va te demander : « Eh bien ! mon gars,
as-tu bien travaillé ?» Tu lui répondras : « Allez voir, vous verrez. » A
c't'heure, couche-toi là, tranquille, après avoir donné tes trois
coups de baguette, et puis dors et ne te réveille pas ; dans deux heures
la forêt sera fagotée.
Tout se passe comme la fille du Diable avait dit : et le soir,
quand le Diable demande au jeune homme :
— As-tu bien travaillé ?
CONTES MERVEILLEUX 105

Le jeune homme lui répond :


— Allez voir, vous verrez.
— Mon gars, tu as bien travaillé, tu vas boire et manger.
Demain matin, t'as encore une rude corvée à faire. Le
lendemain, le Diable lui dit :
— Bois et mange.
Puis il lui donna une roquille et le mena sur le bord d'un étang.
— Tiens, mon gars, t'as cet étang-là à vider aujourd'hui : faut
que la poussière vole dans cet étang ce soir.
Quand le jeune homme vit ça, il fit comme il avait fait la veille
dans la forêt, il se coucha :
— J'arriverai jamais à le vider !
Il se couche sur le bord de l'étang avec sa roquille à côté de lui.
Voici l'heure du dîner, le Diable dit à la blonde :
— Tu vas aller encore aujourd'hui lui porter à dîner.
— Ah ! qu'elle dit, c'est toujours à mon tour.
Elle va lui porter à manger. Quand elle arrive au bord de
l'étang, elle aperçoit le jeune homme couché à terre, les pieds dans
l'eau.
Elle lui dit :
— C'est tout ce que tu as fait ?
— Je n'arriverai jamais à vider cet étang avec la roquille que ton
père m'a donnée !
— Tiens, qu'elle dit, si tu veux me croire, mange et bois, tu
ne seras point fatigué. J'ai apporté une autre roquille ; tu vas te
coucher, avec les pieds hors de l'eau, au sec. Et puis ça va faire
un grand bruit comme ça a fait dans la forêt, mais ne t'éveille pas,
ne bouge pas au bruit ; quand tu n'entendras plus rien, tu
lèveras la tête et tu regarderas : tu verras la poussière voler dans
l'étang.
Le voilà couché au bord de l'étang ; un tonnerre éclate, tout
tremblait, mais il ne leva pas la tête, il resta tranquille. Quant tout
fut apaisé, il leva la tête : la poussière volait dans l'étang.
— Mon père te demandera encore : « As-tu bien travaillé ? » Tu
lui diras : « Allez voir, vous verrez. »
Le voilà qui arrive le soir à la maison, et le Diable lui posa la
même question et reçut la même réponse que la veille.
106

ANTHOLOGIE

— Tu vas boire et manger : demain matin, tu as une rude corvée


à faire encore.
Le lendemain matin, le Diable éveilla le jeune homme, lui
donna à boire et à manger et lui dit :
— Je m'en vais te conduire à la Montagne Verte.
Il le conduit jusqu'au pied : il y avait deux cents pieds à monter,
c'était glissant, on voit tout de suite qu'il y avait pas moyen d'y
monter.
Le Diable dit :
— Il y a trois œufs de tourterelle sur le haut de la Montagne
Verte, et je veux que tu me les apportes ce soir sans les casser. Le
jeune homme fit comme les deux autres fois, il se dit :
— J'arriverai jamais.
Et il se couche au pied de la Montagne Verte.
Voici l'heure de lui porter le dîner.
Le Diable dit à la blonde :
— Vas-y encore.
La voilà donc qui va au pied de la montagne. Elle trouve le
jeune homme assis sur le bord, il regardait en haut de temps en
temps. J
Elle lui demande :
— As-tu essayé de monter à la Montagne Verte ?
— Je n'y monterai jamais !
— Ecoute : je vas te conter une affaire qui est bien difficile.
Voilà une marmite que j'ai apportée, tu vas la remplir d'eau, faire
un bon feu dessous et me mettre morceau par morceau à bouillir ; tu
prendras tous mes os, tu décolleras la chair, et tu enfonceras un os
dans le côté de la Montagne Verte pour te servir d'échelle : avec tous
mes os, tu arriveras en haut.
Le jeune homme fit bouillir la blonde, décolle ses os et les met
dans une serviette qu'elle lui avait apportée avec la marmite, à
Pinsu de son père. Puis il prend les os et monte d'os en os jusqu'en
haut de la Montagne Verte ; il y trouve les trois œufs :
— Faut pas que je les casse !
Il les mit dans un sac sur son épaule.
La blonde lui avait dit aussi :
— Quand tu descendras, tu ramasseras tous mes os, tu les
CONTES MERVEILLEUX 107

mettras dans la serviette ; puis tu les mettras à bouillir dans la mar-


mite, quand tu seras redescendu au bas de la Montagne Verte :
alors je reviendrai à moi.
Voilà donc le jeune homme à ramasser tous les os, il redescend, et
quand les os ont bien bouilli dans la marmite, la blonde est revenue ;
elle lui a dit :
— Tu as laissé l'ongle du petit doigt de ma main gauche sur le
haut de la Montagne Verte. Il se dit :
— Peut-être bien !
Elle lui dit :
— Cela va nous servir. Demain, comme mon père verra que tu
as réussi tes trois ouvrages, il va te bander les yeux, puis il te don-
nera à choisir entre ses trois filles, et personne ne s'apercevra que
mon ongle manque ; tâte bien les mains de mes deux sœurs, parce
qu'elles passeront avant moi.
Le lendemain, le Diable dit au jeune homme :
— Puisque tu as bien travaillé, tu vas choisir entre mes trois
filles !
Il lui bande les yeux et lui présente d'abord l'aînée ; le jeune
homme dit :
— Non, pas celle-là ! La
seconde :
— Non, pas celle-là !
Il arrive à la plus jeune et lui prend la main gauche : l'ongle
du petit doigt manquait :
— La voilà, celle que je veux.
Ça fait que le Diable lui donna la blonde pour femme, mais la
blonde savait quel dessein son père avait. Quand ils furent mariés, le
Diable leur dit ;
— Allez dans la chambre, allez vous coucher.
Quand ils furent couchés, elle dit à son mari :
— Ecoute : mon père veut te tuer cette nuit ; mais dit-elle,
pique-moi donc une veine, qu'il me tombe trois gouttes de sang
dans la chambre. Puis va à l'écurie, tu verras que mon père a trois
chevaux : Grand-Vent, Petit-Vent et Moyen-Vent. Prends Grand-
Vent.
108 ANTHOLOGIE

Mais le jeune s'est trompé ; il a pris Petit-Vent. Voilà qu'il va


trouver la blonde, elle dit :
— Partons. Mon père va venir à la porte de ma chambre, nous
avons le temps de faire du chemin avant qu'il s'avise que nous som-
mes partis. Mon père ira à la porte de la chambre et dira : «
Dormez-vous, mes enfants ? » Nous serons partis, mais mes trois
gouttes de sang répondront : « Non, pas encore, papa. »
En effet, quand le diable vint à la porte de la chambre, les trois
gouttes de sang (de la blonde) répondirent à sa question :
— Dormez-vous, mes enfants ?
— Pas encore, papa.
Pendant ce temps, les deux jeunes mariés faisaient du chemin
sur Petit-Vent.
Le Diable retourne à la porte et demande une deuxième puis
une troisième fois :
— Dormez-vous ?
— Non, pas encore.
Il dit à sa femme :
— Ils ne s'endorment point.
— Tu n'es guère fin ! Tu ne sais pas ce qui répond là ? C'est
les gouttes de sang à ta blonde qui répondent, mais la blonde est
partie depuis longtemps avec son mari.
Quand il vit ça, le Diable, dans sa colère, dit :
x

— Je m'en vas à leur poursuite.


Mais la blonde disait toujours à son mari :
— Tu as pris Petit-Vent, mon père va venir moitié plus vite
avec Grand-Vent.
Il regardait de temps en temps en arrière. Quand ils furent bien
loin :
— Vois-tu Grand-Vent ? dit la blonde.
— Je vois là-bas Grand-Vent qui vient, en grande furie.
— Bouge pas, je vais tourner en cerise, Petit-Vent en cerisier et
toi tu vas monter dedans à me cueillir. Il va te demander si ru n'as
point vu un homme et une femme : tu lui répondras : « Les
cerises sont pas mûres. »
Ce qui fut fait.
Le Diable revient chez lui en disant qu'il n'a rien trouvé.
CONTES MERVEILLEUX 109

— Il reviendra à notre poursuite, dit la blonde : ma mère va lui


dire que c'est nous.
En effet, le Diable raconte à sa femme sa rencontre. Elle lui
explique :
— Petit-Vent était le cerisier, elle la cerise, et lui la cueillait.
Voilà le Diable reparti, encore plus en colère. Pendant ce
temps, la blonde disait à son mari :
— Regarde en arrière.
— Le voici qui vient, là-bas.
— Ne dis rien : que Petit-Vent tourne en chien, moi en fusil, et
toi en chasseur. Mon père te demandera si tu as vu un homme et
une femme passer ; tu lui répondras : « Je n'en vois guère de
gibier. »
Ça fait que voilà le Diable arrivé : mais ils étaient tous
transformés.
— Dites-donc, monsieur, avez-vous pas vu un homme et une
femme à cheval ?
— Je ne prends pas de gibier.
— C'est pas ça que je vous demande !
— Que voulez-vous prendre comme gibier ? Il n'y en a pas. Le
Diable s'en retourna, se disant qu'il a eu affaire à un imbécile.
Pendant ce temps, la blonde dit à son mari :
— Si c'est que je pouvais arriver sur la terre sainte avant qu'il y
soit.
Cependant, le Diable les harcelait de nouveau ; il n'y avait plus
que cinq ou six mètres à faire encore, le Diable les voit, mais la
blonde crie :
— Nous serons passés !
Et Petit-vent saute par-dessus la barrière de la terre sainte.
Le Diable s'en retourne raconter ça à sa femme.
La blonde et son mari étaient entrés en terre sainte, non loin
de la ville où le jeune homme avait habité avant de partir pour la
Montagne Verte.
La blonde lui dit :
— Nous pouvons demeurer sur le bord de la ville où tu habitais
autrefois, mais prends garde de ne pas être reconnu.
110

ANTHOLOGIE

Ils se firent bâtir un château sur le bord de la ville. Un


jour, le mari dit à la blonde :
— Je vas me promener.
— Tu vas reconnaître des gens : n'embrasse personne ; si tu
embrasses quelqu'un, tu ne sauras plus que tu es mon mari.
Le voilà parti, il donne des poignées de main, mais n'embrasse
personne. Mais il rencontra sa marraine, elle lui saute au cou, et il
l'embrasse ! Il ne savait plus qu'il était marié. Il se remit à demeurer
chez son père comme avant de partir à la Montagne Verte, et
retrouva d'anciens camarades. Un de ces camarades lui dit :
— Il y a une belle demoiselle qui vit dans un château sur le bord
de la ville, tu devrais aller la voir. Un autre ajoute :
— Pourquoi n'essaierais-tu pas de passer la nuit avec elle ? Un
des deux camarades se rendit au château présenter sa demande à
la demoiselle, elle acquiesça :
— Venez ce soir avec moi.
Le voilà donc parti pour aller passer la nuit dans sa chambre ;
mais, pendant toute la nuit, il n'a fait qu'aller et venir pour fermer
la croisée, qui était toujours ouverte : il n'a pas même pu monter dans
le lit. Mais il ne s'en est pas vanté. Lorsqu'il a revu ses camarades,
le lendemain :
— As-tu eu du plaisir ? demande l'autre camarade du mari.
— Oh ! j'ai passé une belle nuit. Vas-y donc : elle ne te refusera
pas.
L'autre camarade s'y rend : quand il fut pour se coucher, le pot
de chambre était toujours plein ; il a passé toute la nuit à vider ça, il
n'a pas pu mettre le pied dans le lit.
Le mari demande :
— C'était bien, cette nuit avec elle ?
— Vas-y donc ! lui dirent ses deux camarades. Puis entre
eux, ils se racontèrent leurs nuits. Pendant ce temps, le
mari s'était présenté au château :
— Mademoiselle, je voudrais passer la nuit avec vous.
Elle se dit :
— Je ne vais pas le prendre comme les autres.
Elle l'embrasse et lui dit :
CONTES MERVEILLEUX 111

— Qu'est-ce que je t'avais dit ? Tu ne me reconnais plus ? Je


t'avais dit de n'embrasser personne, tu ne me reconnaissais plus !
Tes deux camarades t'ont-ils raconté comment ils avaient passé
leurs nuits, l'un en chemise à fermer la croisée, l'autre à vider le
pot ?
Le mari a dit :
— Nous voilà heureux.
— Faut nous marier en terre sainte, dit la blonde, alors tu
reconnaîtras tes parents et tu me reconnaîtras aussi.
Ça fait qu'ils se marièrent en terre sainte. Le père était heureux
de revoir son fils ; et puis les voilà tous dans le beau château
qu'avait fait bâtir la blonde.
Conté en 1950, par M. Belliot, dit Pierre Thureau, 88 ans, Mayun,
La Chapelle-des-Marais, Brière.
(Geneviève Massignon, Contes de l'Ouest, 1953.)

PARALLÈLES LITTÉRAIRES :
Mythe de Jason et Midée.

BIBLIOGRAPHIE :
Cosquin (E.), Contes de Lorraine, II, p. 12-28.
Aarne (A.), Die Magische Flucht. Eine Màrchenstudie, Helsinki, 1930.
Propp (V.), Le Radia storiche dei racconte di fate, p. 547-564.

T. 314 LE PETIT JARDINIER AUX CHEVEUX D'OR OU


JEAN LE TEIGNEUX

1. Le prince et son cheval (Lorraine)

II était une fois un roi qui avait un fils. Un jour, il lui dit : «
Mon fils, je pars en voyage pour une quinzaine. Voici toutes les
clefs du château, mais vous n'entrerez pas dans telle chambre.
— Non, mon père », répondit le prince. Dès que son père eut le
112

ANTHOLOGIE

dos tourné, il courut droit à la chambre et y trouva une belle fon-


taine d'or ; il y trempa le doigt ; aussitôt son doigt fut tout doré. Il
essaya d'enlever l'or, mais il eu beau frotter, rien n'y fit ; il se mit
un linge au doigt.
Le soir même le roi revint. « Eh bien ! mon fils, avez-vous été
dans la chambre ? — Non, mon père. — Qu'avez-vous donc au
doigt ? — Rien, mon père. — Mon fils, vous avez quelque chose.
— C'est que je me suis coupé le doigt en taillant la soupe à nos
domestiques. — Montrez-moi votre doigt. » II fallut bien obéir. « A
qui me fierai-je, dit le roi, si je ne puis me fier à mon fils ? » Puis il
lui dit : « Je vais repartir en voyage pour quinze jours. Tenez,
voici toutes mes clefs, mais n'entrez pas dans la chambre où je vous ai
déjà défendu d'entrer. — Non, mon père ; soyez tranquille. »
A peine son père fut-il parti que le prince courut à la fontaine
d'or ; il y plongea ses habits et sa tête ; aussitôt ses habits furent
dorés et ses cheveux aussi. Puis il entra dans l'écurie, où il y avait
deux chevaux, Moreau et Bayard. « Moreau, dit le prince, combien
fais-tu de lieues d'un pas ? — Dix-huit. — Et toi, Bayard ? — Moi,
je n'en fais que quinze, mais j'ai plus d'esprit que Moreau. Vous
ferez bien de me prendre. » Le prince monta sur Bayard et partit
en toute hâte.
Le soir même, le roi revint au château. Ne voyant pas son fils, il
courut à l'écurie. « Où est Bayard ? dit-il à Moreau. — II est parti
avec votre fils. » Le roi prit Moreau et se mit à la poursuite du
prince.
Au bout de quelque temps, Bayard dit au jeune homme : « Ah !
prince, nous sommes perdus ! je sens derrière nous le souffle de
Moreau. Tenez, voici une éponge ; jetez-la derrière vous le plus
haut et le plus loin que vous pourrez. » Le prince fit ce que lui
disait son cheval, et, à l'endroit où tomba l'éponge, il s'éleva aussitôt
une grande forêt. Le roi franchit la forêt avec Moreau. « Ah ! prince,
dit Bayard, nous sommes perdus ! je sens derrière moi le souffle de
Moreau. Tenez, voici une étrille ; jetez-la derrière vous le plus haut
et le plus loin que vous pourrez. » Le prince jeta l'étrille, et
aussitôt il se trouva une grande rivière entre eux et le roi. Le roi
passa la rivière avec Moreau. « Ah ! prince, dit Bayard, nous
sommes perdus ! je sens derrière nous le souffle de Moreau.
CONTES MERVEILLEUX 113

Tenez, voici une pierre ; jetez-la derrière vous le plus haut et le


plus loin que vous pourrez. » Le prince jeta la pierre, et il se dressa
derrière eux une grande montagne de rasoirs. Le roi voulut la fran-
chir, mais Moreau se coupait les pieds ; quand ils furent à moitié
de la montagne, il leur fallut rebrousser chemin.
Cependant le prince rencontra un jeune garçon, qui venait de
quitter son maître et retournait au pays. « Mon ami, lui dit-il, veux-tu
échanger tes habits contre les miens ? — Oh ! répondit le jeune
garçon, vous voulez vous moquer de moi. » II lui donna pourtant
ses habits ; le prince les mit ; puis il acheta une vessie et s'en couvrit
la tête. Ainsi équipé, il se rendit au château du roi du pays et
demanda si l'on avait besoin d'un marmiton : on lui répondit que
oui. Comme il gardait toujours la vessie sur la tête et ne laissait
jamais voir ses cheveux, tout le monde au château le nommait le
Petit Teigneux.
Or, le roi avait trois filles qu'il voulait marier : chacune des prin-
cesses devait désigner celui qu'elle choisirait en lui jetant une
pomme d'or. Les seigneurs de la cour vinrent donc à la file se pré-
venter devant elles, et les deux aînées jetèrent leurs pommes d'or,
l'une à un bossu, l'autre à un tortu. Le Petit Teigneux s'était glissé
au milieu des seigneurs ; ce fut à lui que la plus jeune des prin-
cesses jeta sa pomme : elle l'avait vu démêler sa chevelure d'or, et
elle savait à quoi s'en tenir sur son compte. Le roi fut bien fâché du
choix de ses filles : « Un tortu, un bossu, un teigneux, s'écria-t-il,
voilà de beaux gendres !»
Quelque temps après, il tomba malade. Pour le guérir, il fallait
trois pots d'eau de la reine d'Hongrie : le tortu et le bossu se mirent
en route pour aller les chercher. Le prince dit à sa femme : « Va
demander à ton père si je puis aussi me mettre en campagne. »
« Bonjour, mon cher père. — Bonjour, madame la Teigneuse.
— Le Teigneux demande s'il peut se mettre en campagne. — A son
aise. Qu'il prenne le cheval à trois jambes, qu'il parte et qu'il ne
revienne plus. »
Elle retourna trouver son mari. « Eh bien ! qu'est-ce qu'a dit
ton père ? — Mon ami, il vous dit de prendre le cheval à trois jambes
et de partir. » Elle n'ajouta pas que le roi souhaitait de ne pas k
voir revenir. Le prince monta donc sur le vieux cheval et se
114 ANTHOLOGH

rendit au bois où il avait laissé Bayard. Il trouva auprès de Bavard


les trois pots d'eau de la reine d'Hongrie ; il les prit et remonta
sur le cheval à trois jambes. En passant près d'une auberge, il y
aperçut ses deux beaux-frères qui étaient à rire et à boire. « Eh
bien !, leur dit-il, « vous n'êtes pas allés chercher l'eau de la reine
d'Hongrie ? — Oh ! répondirent-ils, à quoi bon ? Est-ce que tu l'aurais
trouvée ? — Oui. — Veux-tu nous vendre les trois pots ? — Vous
les aurez, si vous voulez que je vous donne cent coups d'alêne dans le
derrière. — Bien volontiers. »
Le tortu et le bossu allèrent porter au roi les trois pots d'eau
de la reine d'Hongrie. « Vous n'avez pas vu le Teigneux ? » leur
demanda le roi. — « Non vraiment, sire », répondirent-ils. « En
voilà un beau que votre Teigneux ! »
Quelque temps après, il y eut une guerre. Le prince dit a «
femme : « Va demander à ton père si je puis me mettre en
campagne. »
« Bonjour, mon cher père. — Bonjour, madame la Teigneuse.
— Le Teigneux demande s'il peut se mettre en campagne. — A son
aise. Qu'il prenne le cheval à trois jambes, qu'il parte et qu'il ne
revienne plus. »
Elle retourna trouver son mari. « Eh bien ! qu'est-ce qu'a dit
ton père ? — Mon ami, il vous a dit de prendre le cheval à trois
jambes et de partir. » Elle n'ajouta pas que le roi souhaitait de ne
pas le voir revenir. Le prince se rendit au bois sur le cheval à tioi$s
jambes. Arrivé là, il mit ses habits dorés, monta sur Bayard et s'en fut
combattre les ennemis. Il remporta la victoire. Or, c'était contre le roi
son père qu'il avait livré bataille.
Le tortu et le bossu, qui avaient regardé de loin le combat,
retournèrent auprès du roi et lui dirent : « Ah ! sire, si vous aviez
vu le vaillant homme qui a gagné la bataille ! — Hélas ! dit le roi, si
j'avais encore ma plus jeune fille, je la lui donnerais bien volon-
tiers !... Mais avez-vous vu le Teigneux ? — Non vraiment, Sire »,
répondirent-ils. « En voilà un beau que votre Teigneux ! »
Survint une nouvelle guerre. Le prince envoya sa femme
demander pour lui au roi la permission de se mettre en campagne.
Puis, s'étant rendu au bois sur le cheval à trois jambes, il mit ses
habits dorés, monta sur Bayard, et partit pour la bataille, et le torru
CONTES MERVEILLEUX 115

« le bossu, qui regardaient de loin, disaient : « Ah ! le bel homme ! le


vaillant homme ! — Ah ! sire, dirent-ils au roi, si vous aviez vu k
vaillant homme qui a gagné la bataille ! — Hélas ! dit le roi, que
n'ai-je encore ma plus jeune fille ! je la lui donnerais bien volon-
tiers... Mais avez-vous vu le Teigneux ? — Non vraiment, sire. En
voilà un beau que votre Teigneux ! »
II fallait encore deux pots d'eau de la reine d'Hongrie pour achever
la guérison du roi. Le prince fit demander au roi la permission de se
mettre en campagne, et s'en alla au bois sur le cheval à trois
jambes. Il trouva les deux pots près de Bayard ; il les prit, puis il
repartit. En passant devant une auberge, il y vit ses deux beaux-
frères qui étaient à rire et à boire. « Eh bien ! leur dit-il, « vous n'allez
pas chercher l'eau de la reine d'Hongrie ? — Non, répondirent-ils ; à
quoi bon ? En aurais-tu par hasard ? — Oui, j'en rapporte deux
pots. — Veux-tu nous les vendre ? — Je veux bien vous les céder, si
vous me donnez vos pommes d'or. — Qu'à cela ne tienne ! les voilà. »
Le prince prit les pommes d'or, et ses beaux-frères allèrent porter
au roi l'eau de la reine d'Hongrie. « Avez-vous vu le Teigneux ?
» leur demanda le roi. — « Non vraiment, sire », répondirent-ils. «
En voilà un beau que votre Teigneux ! »
Bientôt après, le roi eut de nouveau à soutenir une guerre. Le
prince se rendit au bois, comme les fois précédentes, sur le cheval a
trois jambes. Arrivé là, il mit ses habits dorés, avec lesquels il
avait encore meilleur air qu'auparavant, monta sur Bayard et partit.
Il gagna encore la bataille. Comme il s'en retournait au galop, le
roi, qui cette fois assistait au combat, lui cassa sa lance dans la
cuisse afin de pouvoir le reconnaître plus tard.
De retour dans le bois, Bayard dit à son maître : « Prince, je
suis prince aussi bien que vous : je devais rendre cinq services à
un prince. Voulez-vous partir avec moi ? Mais maintenant où est
mon royaume, où est tout ce que je possédais ?» Le prince le laissa
partir seul, et revint au château sur le cheval à trois jambes.
Le roi fit publier partout que celui qui avait gagné la bataille
recevrait une grande récompense. Beaucoup de gens se présentè-
rent au château après s'être cassé une lance dans la cuisse ; mais
116 ANTHOUXat

on n'avait pas de peine à reconnaître que ce n'était pas la lance dn


roi.
Cependant le prince était arrivé chez lui, et sa femme anà
envoyé chercher un médecin ; le roi vit entrer le médecin ; comme
celui-ci restait longtemps, il entra lui-même et reconnut sa lance ; il
ne savait comment expliquer la chose. Le prince lui dit : « C'ea moi
qui ai tout fait. La première fois, j'ai trouvé les trois pots d'ean de la
reine d'Hongrie près de mon cheval ; je les ai cédés à met beaux-
frères moyennant cent coups d'alêne que je leur ai donnes dans le
derrière. La seconde fois, ils m'ont donné leurs pomma d'or pour
avoir les deux autres pots. »
Le roi fit alors venir le tortu et le bossu : « Eh bien ! leur dit-il,
« où sont vos pommes d'or ? — Nous ne les avons plus. » On leur
donna à chacun un coup de pied et on les mit à la porte. On fit la
paix avec le père du prince, et tout le monde fut heureux.
(Emmanuel Cosquin, Contes populaires de Lorraine, 1887.J

PARALLÈLES LITTÉRAIRES :
Robert le Diable (roman médiéval et littérature de colportage). >
i
BIBLIOGRAPHIE :
Cosquin (E.), Contes de Lorraine, I, 138-154.
Propp (V.), voir p. 111. Aarne (A.), voir p. 111.

T. 327 LES ENFANTS ÉGARÉS DANS LA FORÊT

1. Les enfants perdus (Auvergne)

Au temps jadis il y avait au village de Gargeac un homme et


une femme qui étaient mariés ; le mari s'appelait Jacques et U
femme Toinon. Tous deux étaient fort avares ; mais surtout 1*
femme ; elle était si avare, si avare qu'elle aurait tondu un oeuf.
Ils avaient deux enfants, un garçon et une fille, qui avaient
OOKTES MERVEILLEUX 117

beaucoup à souffrir à cause de l'avarice de leurs parents ; mais ils


étaient si sages et s'aimaient tant, que jamais on ne les entendait
*e plaindre.
Le garçon avait douze ans ; il s'appelait Jean et la petite fille,
un peu plus jeune que lui, se nommait Jeannette.
Jacques et Toinon trouvaient que leurs enfants leur causaient
de la dépense, et ils résolurent de les perdre dans la forêt. La mère
disait à son mari : « Je les conduirai au milieu des bois en leur com-
mandant de ramasser des branches mortes, quand ils seront bien
occupés, je les laisserai tout seuls, et nous en serons débarrassés,
car le loup les mangera quand il fera nuit. »
Le lendemain, dès qu'il fit jour, la femme dit à Jean et à Jean-
nette de se lever : elle les emmena dans la forêt, et elle leur dit de
ramasser des branches sèches ; quand elle les vit bien occupés, elle
se sauva. Quand Jean et Jeannette se virent seuls, ils se mirent à
appeler maman ! mais quand ils s'aperçurent qu'elle ne leur répondait
pas, ils se mirent à pleurer, puis ils essayèrent de retrouver leur
chemin, mais ils ne purent parvenir à sortir de la forêt.
Jeannette dit à son frère :
— Jean, monte au haut d'un arbre, tu verras peut-être une
maison.
Jean grimpa dans un arbre, et lorsqu'il fut arrivé au milieu, sa
saur lui cria :
— Ne vois-tu rien, petit frère ?
— Non, petite sœur, je ne vois que les branches de la forêt.
— Monte encore plus haut ; tu verras peut-être une maison.
Jean grimpa encore quelques branches :
— Ne vois-tu rien, petit frère ?
— Non, petite sœur, je ne vois que les branches vertes de la
forêt.
— Monte un peu plus haut, tu verras peut-être une maison.
Jean monta encore et il ne s'arrêta que sur la dernière branche.
— Ne vois-tu rien, petit frère ?
— Si, petite sœur, je vois tout au loin deux maisons, l'une blanche
et l'autre rouge. A laquelle irons-nous ?
— A la maison rouge, répondit Jeannette, car c'est la plus belle.
Jean descendit de son arbre et les deux enfants se dirigèrent du
118 . ANTHOLOGIE

côté de la maison rouge. Ils frappèrent à la porte, et une femme,


grande et forte comme un homme, vint leur ouvrir.
— Qui êtes-vous ? leur dit-elle.
— Des petits enfants égarés dans la forêt, et nous avons bien
peur du loup.
— Entrez, leur dit-elle ; je vais vous cacher ; surtout ne faite»
pas de bruit, parce que mon mari est méchant, et il vous mangerait.
Elle les cacha de son mieux ; mais le Diable, qui était le mari
de la femme, sentit l'odeur de chrétien, et il les découvrit. Il battit
même sa femme, parce qu'elle ne lui avait pas raconté qu'elk avait
recueilli les enfants. Il prit Jean dans sa main, et, voyant qu'il était
maigre, il décida qu'on le mettrait à s'engraisser, et que quand il
serait assez gras on le tuerait.
Il l'enferma dans une petite étable, et Jeannette, devenue la
petite servante de la maison, apportait à manger à son petit frère.
Le Diable était trop gros pour entrer dans l'étable où Jean étaâ
enfermé ; au bout de quelques jours, il commanda à Jeannette de
couper le bout du petit doigt à son frère et de le lui apporter, pour
voir s'il était assez gras pour être mangé. Jeannette prit un rat, lui
coupa la queue et en apporta un bout au Diable en lui disant que
c'était le doigt de son frère.
— Ah ! dit le Diable, il est encore trop maigre.
Quelque temps après, il commanda de couper un morceau du
petit doigt pour savoir si Jean avait engraissé. Jeannette lui présenta
une autre queue de rat et cette fois il trouva encore l'enfant trop
maigre.
Une troisième fois, le Diable demanda un morceau du doigt ;
Jeannette lui donna encore la queue du rat ; mais le Diable s'aperçut
qu'on le trompait. Il mit la main dans l'étable et en attira Jean, qu'il
trouva assez gras pour être mangé. Il prépara le chevalet sur lequel
il voulait le saigner, et il alla faire une promenade, après avoir
recommandé à sa femme de veiller sur Jean, et surtout sur
Jeannette, dont il se méfiait.
La femme du Diable se saoula et se mit à dormir ; Jeannette alla
ouvrir la porte de l'étable aux petits cochons ; elle en fit sortir Jean, et
fit mine de ne pas savoir comment il fallait le lier sur le chevalet.
— Es-tu bête ? lui dit la femme du Diable. Voici comment on
CONTES MERVEILLEUX ; 119

fait. Et elle se mit sur le chevalet. Jean sortit, l'attacha dessus et


lui coupa le cou. Ensuite, ils prirent l'or et l'argent du Diable, et
s'enfuirent avec ses chevaux et sa voiture.
Quand le Diable revint, il trouva sa femme attachée sur le che-
valet, et sa tête coupée était à côté d'elle. Il alla à l'étable aux petits
cochons et ne retrouva ni Jean, ni Jeannette, ni ses chevaux, ni sa
voiture.
Il se mit à la recherche des deux enfants, et il rencontra au bout
de quelques temps un laboureur auquel il dit :
Vous n'avez pas vu Jean, Jeannette,
Ma charrette.
Mon cheval rouge et mon cheval blanc,
Couvert d'or et d'argent2 ?
— Que dites-vous, monsieur ? que je ne laboure pas bien ? !
— Mais non, bigre de bête :
Tu n'as pas vu passer Jean, Jeannette,
Ma charrette, Mon cheval rouge, et mon
cheval blanc,
Couvert d'or et d'argent ?
— Non, monsieur.
Un peu plus loin, le Diable rencontra un berger qui gardait ses
moutons :
Vous n'avez pas vu Jean, Jeannette,
Ma charrette, Mon cheval rouge et mon
cheval blanc,
Couvert d'or et d'argent ?
— Vous dites que mon chien n'aboie pas bien ! Dzapo, Labri,
dzappe (Labri, aboie).

2. En patois :
N'avez-vous pas vi passa Dzan, Dzannette,
Ma carrette,
- Ma cabale roudze et ma cabale blanque,
Cata d'or et d'argent ?
120

ANTHOLOGIE

Le chien se mit à aboyer après le Diable, comme s'il voulait le


mordre.
— Bigre de bête, s'écria le Diable, je ne parle pas de ton chien !
N'as-tu pas vu Jean, Jeannette,
Ma charrette, Mon cheval rouge et
mon cheval blanc,
Couvert d'or et d'argent ?
— Non, monsieur.
Le Diable entra dans un village, au moment où le bedeau venait
de sonner l'angélus.
Vous n'avez pas vu Jean, Jeannette,
Ma charrette, Mon cheval rouge et
mon cheval blanc,
Couvert d'or et d'argent ?
— Que dites-vous, monsieur, est-ce que je n'ai pas bien sonné
les cloches ?
Le bedeau rentra dans l'église et se mit à sonner à toute volée.
— Imbécile, lui dit le Diable ! qui te parle de tes cloches ! -,
N'as-tu pas vu Jean, Jeannette, i
Ma charrette, v
Mon cheval rouge et mon cheval blanc,
Couvert d'or et d'argent ?
— Non, monsieur.
Le Diable alla encore plus loin, et il arriva au bord d'une rivière
où les femmes lavaient.
Vous n'avez pas vu Jean, Jeannette,
Ma charrette, Mon cheval rouge et
mon cheval blanc,
Couvert d'or et d'argent ?
— Que dites-vous, demanda une des lavandières, que je ne bats
pas le linge comme il faut3 ?

3. < Dizez que masseura pas bèn. »


CONTES MERVEILLEUX ' 121

Et elle se mit à frapper sur sa pierre de toute force.


— Non, sotte lavandière, je te demande
Si tu n'as pas vu Jean, Jeannette ?
Ma charrette, Mon cheval rouge et
mon cheval blanc,
Couvert d'or et d'argent ?
— Si monsieur, dit une des femmes, nous avons vu passer un
beau monsieur et une belle demoiselle avec un beau carrosse à deux
chevaux.
— De quel côté ?
— Vers la rivière.
Mais il n'y avait pas de pont, et le Diable se désolait de ne pouvoir
la traverser. Une des lavandières dit aux autres : « Nous avons affaire
au Diable ; il faut lui jouer un tour. »
Elle lui proposa de se laisser couper les cheveux et de faire avec
un pont pour passer la rivière. Le Diable se laissa faire et les che-
veux s'allongèrent de manière à faire un pont. Mais quand il fut
au milieu de la rivière, elles laissèrent les cheveux tomber, le Diable
fit « klouk » dans l'eau, et il se noya. Ce qui est bien vrai, car on
voit encore ses cornes dans la rivière, et l'on dit aux enfants qui
veulent s'approcher : Prenez garde aux cornes du Diable !
Jean et Jeannette étaient retournés chez leurs parents qui les
reçurent bien parce qu'ils avaient l'argent du Diable.
Il faut être bon pour ses père et mère, même quand ils ont été
méchants pour les enfants :
La nuit venait
Le coq chantait
Et le conte s'achevait4.
(Antoinette Bon, Revue des Traditions populaires, II, 1886.)
122

ANTHOLOGIE

2. Le conte du Diable (Poitou)

II y avait une fois un homme qui eut le malheur de perdre sa


première femme, et il restait veuf avec deux enfants : un petit et
une petite ; et il eut le malheur de se remarier ; et seulement il prit
une mauvaise femme, qui pouvait aucunement souffrir ces pauvres
enfants !
Voilà, un jour, qu'elle dit à son homme :
— Et ainsi, écoute ! Il faut que tu emmènes ces deux enfants
tant loin tant loin ! Tâcher de les faire perdre, que je ne les voie
plus !
Voilà ces deux pauvres petits bien désespérés, bonnes gens !
Pour marquer leur chemin, ils prirent leurs pleines poches de cendre.
Et les voilà partis ! Tout le long du chemin, ils marquaient avec
la cendre. Et le malheureux père les enfonce dans le milieu du
bois et leur dit :
— Restez-la ! Je m'en vais aller couper du bois, faire mes fagots,
plus loin ; quand j'aurai fini, je vous appellerai.
Voilà les pauvres petits enfants qui restent un bon moment ;
mais le père ne les appelait point. Ils se mettent en chemin pour
s'en retourner par le même chemin qu'ils connaissaient pour avoir
jeté les cendres ; et ils arrivèrent, il commençait à être tard, à la
porte, que leur père et la mauvaise tante avaient soupe. Ils avaient
quelque chose de reste (je ne peux pas dire ce que c'est, je ne m'en
souviens pas).
— Ah ! que dit la mauvaise femme, si nos petits étaient là, ils
mangeraient bien ce qui est de reste ! Ah ! voilà les petits qui
répondent :
— Hé ! n'sons (nous sommes) ben ,là, ma tante !
Voilà la mauvaise tante qui se lève en colère :
— Ah ! tu les as menés bien loin, tes enfants ! Vois-tu comme
tu les as menés bien loin ! Ils sont retournés !
Et ils les firent entrer pour passer la nuit quand même à la
maison.
Et le lendemain matin, elle dit :
CONTES MERVEILLEUX ' 123

— Tu t'en vas les emmener si loin, si loin ! Tâche de ne pas


faire comme hier, qu'ils retournent encore !
Voilà les pauvres enfants qui emplissent leurs poches de mil,
et puis ils le sèment tout le long de la route ; mais les petits oiseaux
qui sont venus par derrière, ont mangé le mil.
Voilà leur papa qui les enfonce bien loin dans le bois, et puis
leur dit : •
— Restez-la ! D'au tandis qu'i irai faire mon fagot ; et tant que
vous m'entendrez cogner, vous ne bougerez pas !
Voilà qu'il attache un bot (sabot) encontre un pied de chêne,
et le vent faisait aller ce bot, et il faisait toujours pif paf ! pif paf !
Ces pauvres petits enfants restèrent là jusqu'à temps qu'il fit
bien nuit. Voilà ces pauvres petits bien désolés d'être dans ce bois à
la nuit. Voilà le petit qui monte sur un chêne, tout à fait à la cime
d'un chêne, pour voir s'il apercevrait des lumières. Et il en aperçut
une.
— Ah ! ma petite sœur ! J'en vois une bien loin, bien loin !
— Hé bien ! faut tâcher d'aller à l'adroit (dans la direction),
jusqu'à temps que nous l'aurons trouvée.
Et ils arrivèrent bien par la lumière à la maison.
Précisément, c'était la maison du Diable.
Voilà ces petits enfants qui arrivent à la porte ; ils demandant à
loger. La femme au Diable dit :
— Ah ! mes pauvres petits enfants ! I n'peux pas vous loger,
parce que c'est la maison du Diable, et puis, quand il arrivera, il
vous mangerait.
Ces pauvres petits ne savaient point là où aller ; ils prièrent
beaucoup la femme de les retirer (donner l'hospitalité). La femme
les fait entrer ; elle les fait bien souper avec les siens, parce que la
femme en avait deux, elle aussi. Et ses enfants avaient des bagues
d'or, et les autres petits, bonnes gens ! avaient fait des bagues de
balai (genêt) qu'ils avaient mises à leurs doigts.
— Allons ben ! que dit la femme, vous allez coucher avec les
nôtres dans le même lit ; vous vous mettrez au pied. Voilà les
enfants, dans la nuit, que se mettent à dire :
— Changeons de bagues et de places ! Changeons de bagues et
de places !
124 ANTHOLOGIE

Et comme bien entendu, ils changèrent de bagues et de place».


Le Diable arriva. Sitôt entré, il se mit à sentir :
— Hum ! Hum ! Ça sent bien le frais chien là !
— Ah ! mon pauvre homme ! Ol (c') est la vache qui est avc-
lée (a mis bas) !
— C'est point ça. Ah ! ça sent bien le frais chien !
— Ol est la treue (truie) qui est azoronnée (a mis bas) !
— Hum ! Hum ! c'est point ça !
— Hé ben, mon pauvre homme ! Ol est deux petits qui étaient
écartés, et qui m'ont priée de les retirer pour la nuit.
— Bon, bon, bon ! Ce sera bon bon pour mon petit déjeuner.
Voilà dans la nuit qu'il se met à manger ses enfants.
— Hé, mon p'pa ! Tu me manges ! Hé, mon p'pa ! tu me
manges !
— N'seus point ton père, moi ! n'seus (je ne suis) point ton
père, moi !
Le matin, les deux autres petits se lèvent bien vite, et puis se
sauvent. Ils arrivent à une rivière pour passer la rivière. Et la bonne
Vierge, qui était la marraine de la petite, se trouvait à laver. Et cet
pauvres petits lui dirent que le Diable les courait. Voilà la bonne
Vierge qui étend bien vite son linceul (drap) sur la rivière, et elle
fit passer les deux enfants.
Un moment après, le Diable arrive. Il l'appela bien par un nom,
un drôle de nom même, mais je l'ai oublié. Il demande à la bonne
Vierge :
— N'as-tu pas vu passer un petit et une petite, là ?
— Ah ! qu'elle dit, oui, je les ai vus. Je les ai fait passer la
rivière ; j'ai étendu mon linceul, et puis ils ont passé par-dessus.
— Hé ben ! Etends-le donc pour me faire passer moi tou (aussi).
Elle étend son linceul ; elle fait monter le Diable dessus pour
passer. Voilà qu'elle tire son linceul ; elle le fait tomber dans l'eau.
Et puis, elle le fait barboter dans l'eau, oui, il y fut longtemps dam
l'eau, à boire !
Et les enfants se sauvaient toujours. Voilà qu'ils passèrent
encontre un laboureur qui semait de l'avoine ; que dirent let
enfants :
— Mon bonhomme, faudra que vous venez demain ; amenez
t
COXTES MERVEILLEUX 125

des métiveurs (moissonneurs) ; apporter des faucilles, pour métiver


votre avoine.
— Mais, mes enfants, i sème mon avoine aujourd'hui ; elle restera
peut-être bien cinq ou six mois dans la terre ; i ne peux pas la
métiver demain.
— Mais si ! Et venez demain ! Et ne manquez pas ! Votre
avoine sera bel et bien mûre !
L'homme ne manqua point. Il vint le lendemain avec du monde
métiver son avoine. Voilà que le Diable passe, demande à ces méti-
veurs s'ils avaient pas vu passer deux petits, un petit et une petite.
— Ah ! que dit le laboureur, oui ; i les ai vus passer ; mais il y
a longtemps. Ils ont passé le jour qu'i semais mon avoine.
— Ah ben ! que dit le Diable, ce n'est pas la peine que je coure
après eux ; je ne les attraperai jamais.
Et puis, les petits enfants étaients sauvés !
Recueilli à Lussac-les-Châteaux, 1887.
(Léon Pineau, Revue des Traditions populaires, III, 1888.)

PARALLÈLES LITTÉRAIRES :
Perrault (Ch.), Le Petit Poucet. Ruy-Vidal
et Perrault, Le Petit Poucet. Tournier (M.),
La fugue du Petit Poucet.

BIBLIOGRAPHIE :
Paris (Gaston), Le Petit Poucet et la grande ourse, Paris, 1875.
Cosquin (E.), Le conte de la chaudière bouillante et de la feinte maladresse,
Etudes folkloriques, Paris, 1922.
126

ANTHOLOGIE

T. 333 LE PETIT CHAPERON ROUGE

1. Conte de la mère grand (Nivernais)

C'était une femme qui avait fait du pain. Elle dit à sa fille :
— Tu vas porter une époigne5 toute chaude et une bouteille de
lait à ta grand.
Voilà la petite fille partie. A la croisée de deux chemins, elle
rencontra le bzou6 qui lui dit :
— Où vas-tu ?
— Je porte une époigne toute chaude et une bouteille de lais à
ma grand.
— Quel chemin prends-tu ? dit le bzou, celui des Aiguilles on
celui des Epingles ?
— Celui des Aiguilles, dit la petite fille.
— Eh bien ! Moi je prends celui des Epingles.
La petite fille s'amusa à ramasser des aiguilles ; et le bzou arrirj
chez la Mère grand, la tua, mit de sa viande dans l'arche et une
bouteille de sang sur la bassie. La petite fille arriva, frappa à la
porte.
— Pousse la porte, dit le bzou. Elle est barrée avec une paille
mouillée.
— Bonjour, ma grand, je vous apporte une époigne toute
chaude et une bouteille de lait.
— Mets-les dans l'arche mon enfant. Prends de la viande qui
est dedans et une bouteille de vin qui est sur la bassie.
Suivant qu'elle mangeait, il y avait une petite chatte qui disait :
— Pue !... Salope !... qui mange la chair, qui boit le sang de a
grand.

5. Epoigne : petit pain que l'on faisait, le plus souvent pour les enfants, me la
rognures de la pâte lors de la cuisson du pain.
6. Bzou : j'ai demandé au conteur : « Qu'appelez-vous le bzou ?» — « C'tsi, mV t-il
dit, comme le brou ou le garou ; on dit aussi en Nivernais loup-brou ou loup-garm,
mais je n'ai jamais entendu dire que dans ce conte le bzou * (Achille Millieu).
CONTES MERVEILLEUX 127

— Dhabille-toi, mon enfant, dit le bzou, et viens te coucher vers


moi.
— Où faut-il mettre mon tablier ?
— Jette-le au feu, mon enfant, tu n'en as plus besoin.
Et pour tous les habits, le corset, la robe, le cotillon, les chaus-
ses, elle lui demandait où les mettre. Et le loup répondait : « Jette-
les au feu, mon enfant, tu n'en as plus besoin »7.
Quand elle fut couchée, la petite fille dit :
— Oh ! ma grand, que vous êtes poilouse !
— C'est pour mieux me réchauffer, mon enfant !
— Oh ! ma grand, ces grands ongles que vous avez !
— C'est pour mieux me gratter, mon enfant !
— Oh ! Ma grand, ces grandes épaules que vous avez !
— C'est pour mieux porter mon fagot de bois, mon enfant !
— Oh ! ma grand, ces grandes oreilles que vous avez !
— C'est pour mieux entendre, mon enfant !
— Oh ! ma grand, ces grands trous de nez que vous avez !
— C'est pour mieux priser mon tabac, mon enfant !
— Oh ! ma grand, cette grande bouche que vous avez !
— C'est pour mieux te manger, mon enfant !
— Oh ! ma grand, que j'ai faim d'aller dehors8 !
— Fais au lit, mon enfant !
— Oh ! non, ma grand, je veux aller dehors.
— Bon, mais pas pour longtemps.
Le bzou lui attacha un fil de laine au pied et la laissa aller.
Quand la petite fut dehors, elle fixa le bout du fil à un prunier de
la cour. Le bzou s'impatientait et disait : «-Tu fais 9 donc des
cordes ? Tu fais donc des cordes ? »
Quand il se rendit compte que personne ne lui répondait, il se

7. Pour chaque vêtement, le conteur répète la question de la fillette et la réponse Ai


loup.
8. Euphémisme employé en Nivernais pour dire que l'on est pressé par la néces-cté
de satisfaire un besoin naturel.
9. Le conteur emploie le mot grossier au lieu de « fais ».
128

ANTHOLOGIE

jeta à bas du lit et vit que la petite fille était sauvée. Il la poursuivit,
mais il arriva à sa maison juste au moment où elle entrait.
Conté par Louis et François Briffault, de Montigny-aux-Amognes, Kiè-
vre, vers 1885. Recueilli par Achille Millien.
(Publié dans Delarue, Catalogue, I, 1957.)

2. Conte de la mère-grand (Nivernais)

II était une fois une femme qui n'avait qu'un enfant, une petite
fille bien sage et bien résolue. Chaque semaine, le jour où elle cuisait
son pain, elle faisait une êpoigne et disait à l'enfant :
— Ma petite fille, tu vas porter l'époigne à ta grand-mère.
— Oui, maman, répondait la petite, et elle s'en allait chez 1s
grand-mère qui demeurait dans un village voisin.
Un jour qu'elle cheminait avec l'époigne dans son panier, elle
rencontra, à la bifurcation de deux sentiers, un loup qui lui dh :
— Où vas-tu, petite ?
Elle fut d'abord saisie à la vue du loup, mais elle se rassura, car
elle entendait les bûcherons qui travaillaient dans le bois et elk
répondit gentiment :
— Je vas porter l'époigne à ma grand-mère qui demeure dant
la première maison du village, là-bas.
— Par quel chemin veux-tu passer, celui des Aiguilles ou cehà
des Epingles ?
— Par le chemin des Epingles, que j'ai l'habitude de suivre.
— Eh bien ! bon voyage, petite !
Et tandis que l'enfant prenait le chemin des Epingles, le loup
partit à fond de train par celui des Aiguilles, arriva chez la grand-
mère, la surprit et la tua. Puis il versa le sang de la pauvre femme
dans les bouteilles du dressoir et mit sa chair dans un grand p«
devant le feu. Après quoi, il se coucha dans le lit. Il venait de tirer
les courtines et de s'envelopper dans la couverture, quand il entea-
dit frapper à la porte : c'était la petite fille qui arrivait. Elle entra :
—- Bonjour, grand-mère.
— Bonjour, mon enfant.
CONTES MERVEILLEUX 129

— Etes-vous donc malade, que vous restez au lit ?


— Je suis un peu fatiguée, mon enfant.
— J'apporte votre époigne ; où faut-il la mettre ?
— Mets-la dans l'arche, mon enfant. Chauffe-toi, prends de la
viande dans le pot, du vin dans une bouteille du dressoir, mange et
bois, et tu viendras te coucher dans mon lit.
La petite fille mangea et but de bon appétit.
Le chat de la maison, passant la tête par la chatière, disait :
— Tu manges la chair, tu bois le sang de ta grand, mon enfant !
— Entendez-vous, grand-mère, ce que dit le chat ?
— Prends un bâton et chasse-le !
Mais à peine avait-il disparu que le jau10 vint dire à son tour :
— Tu manges la chair, tu bois le sang de ta grand, mon enfant !
— Grand-mère, entendez-vous le jau ?
— Prends un bâton et chasse-le... Et maintenant que tu as bu et
mangé, viens te coucher.
L'enfant commença à se déshabiller. Elle quitta son devantier11.
— Où mettre mon devantier, grand-mère ?
— Jette-le au feu ; demain nous en achèterons un neuf.
— Où mettre mon mouchoir ?
— Jette-le au feu ; demain nous en achèterons un autre.
— Où mettre ma robe ?
— Jette-la au feu... et viens vite te coucher. La
petite fille s'approcha du lit et s'y glissa.
— Ah ! grand-mère, comme vous êtes couverte de poils !
— C'est pour avoir plus chaud, mon enfant !
— Ces grandes pattes que vous avez !
— C'est pour mieux marcher, mon enfant.
— Ces grandes oreilles !
— C'est pour mieux entendre.
— Ces grands yeux !
— C'est pour mieux voir.
— Cette grande bouche !

10. Le coq.
M. Tablier.
130

ANTHOLOGIE

— C'est pour mieux t'avaler !


Et, en même temps, le loup se jeta sur la pauvre petite fille et la
dévora.
Conté par Marie Rougelot, femme Chariot, à Martin, canton de La
Charité, Nièvre.
Achille Millien, Mélusine, III, 1886-1887.)

3. Le loup et l'enfant (Gascogne)

II y avait, une fois, un homme et une femme, qui n'avaient


qu'un enfant de cinq ans. Un jour cet enfant dit à sa mère :
— Mère, laissez-moi aller tout seulet chez ma tante.
— Non, mon ami. Tu es encore trop petit, pour y aller tout
seulet. Il faut traverser un grand bois, et le Loup te mangerait.
Alors, l'enfant se mit à pleurer.
— Mère, je vous dis que je veux y aller. Je connais tous les che-
mins du grand bois, et le Loup ne me mangera pas.
— Eh bien ! mon ami, puisque tu le veux, pars, et que le Bon
Dieu te garde de tout mal.
L'enfant partit donc tout seulet. Arrivé au milieu du grand bois, il
trouva le Loup, qui s'était vêtu en curé, et qui faisait semblant de
lire son bréviaire.
— Bonjour, monsieur le Curé.
— Bonjour, mon ami. Où vas-tu ainsi ?
— Monsieur le Curé, je vais voir ma tante.
— Et où demeure ta tante, mon ami ?
— Monsieur le Curé, elle demeure là-bas, là-bas, dans une
petite métairie, qu'on trouve après avoir passé le grand bois.
— Oh ! la brave femme. Je la connais bien. C'est une de mes
paroissiennes. Deux fois par an, elle m'apporte en présent une paire
de chapons gras. Souhaite-lui bien le bonjour de ma part.
— Je n'y manquerai pas, monsieur le Curé. L'enfant suivit son
chemin, et le Loup se remit à faire semblant de lire son bréviaire.
— Bon ! pensa-t-il. Je vais manger la tante et le neveu.
CONTES MERVEILLEUX 131

Aussitôt, il jeta ses habits de curé, et partit au grand galop pour la


petite métairie.
— Pan ! pan !
— Qui frappe ?
— C'est votre neveu, ma tante.
— Tire la cordelette, et le loquet se lèvera.
Le loup tira donc la cordelette, sauta sur la pauvre vieille, et
la dévora, sans en rien réserver qu'un verre de sang. Cela fait, il
prit la coiffe de la morte, et se mit au lit. A peine était-il couché,
que l'enfant frappait à la porte.
— Pan ! Pan !
— Qui frappe ?
— C'est votre neveu, ma tante.
— Tire la cordelette, et le loquet se lèvera.
L'enfant entra dans la chambre.
— Bonjour, ma tante.
— Bonjour, mon ami. Tu dois être las. Bois ce verre de vin qui
est sur la table. C'est du vin nouveau. Je l'ai tiré tout à l'heure.
Maintenant, viens te mettre au lit avec moi.
L'enfant se déshabilla donc, et se mit au lit.
— Ah ! mon Dieu ! Que vos jambes sont velues, ma tante !
— La vieillesse, mon ami.
— Ah ! mon Dieu ! Que vos yeux brillent, ma tante !
— C'est pour mieux te voir, mon ami.
— Ah ! mon Dieu ! Que vous avez de grands dents, ma tante !
— C'est pour mieux te briser, mon ami. Alors, le
Loup étrangla l'enfant et le mangea12.
(Jean-François Bladé, Contes populaires de la Gascogne, 1886.)

PARALLÈLES LITTÉRAIRES :
Perrault (Charles), Le Petit Chaperon rouge.
Dumas (Ph.), Le Petit Chaperon bleu marine, in Contes à l'envers.

12. Ce conte est fort répandu en Gascogne et en Agenais. La présente leçon m'a
été fournie par Louis Lacoste, du Pergain-Taillac (Gers).
132

ANTHOLOGIE

BIBLIOGRAPHIE :
Delarue (P.), Les contes merveilleux de Perrault et la tradition populaire,
Bulletin folklorique d'Ile-de-France, 1951 et 1953. Fromm (E.), Le
langage oublié (1952), 1980. Flahaut (Fr.), Histoires de loups, Topique,
11-12, 1974. Verdier (Y.), Grand-mères, si vous saviez... Le Petit
Chaperon rouge
dans la tradition orale, Cahiers de littérature orale, 4, 1980.

T. 403 LA FIANCÉE (L'ÉPOUSE) SUBSTITUÉE

1. La marâtre (Gascogne)

II y avait, une fois, un homme qui était veuf ; il avait neuf gar-
çons et une fille bien jolie.
Il se remaria avec une femme veuve qui avait une fille bien
laide.
Les fils de cet homme s'en allaient chaque jour à la chass*
autour du château du roi.
Un jour, ils dirent au roi qu'ils avaient une sœur qui, en se
lavant les mains, laissait tomber or et argent et, en se peignant, blé et
froment.
Le roi leur dit :
— Amenez-la moi et, si c'est vrai, je me marierai avec elle, mais, si
ce n'est pas vrai, je vous pendrai tous les neuf aux plus hautes
fenêtres de mon château.
Le lendemain, ils la prirent dans leur voiture, avec la marâtre et
sa fille.
Tout le long du chemin, les garçons disaient à la marâtre :
— Prenez garde à ma sœur.
— Que dit mon frère, tante ?
— Il dit que tu t'enlèves un œil et que tu le donnes à ma fille.
Un peu plus loin, ils dirent à nouveau :
— Prenez garde à ma sœur.
— Que dit mon frère, tante ?
— Il dit que tu t'enlèves un œil et que tu le donnes à ma fille.
Un peu plus loin, ils passèrent autour d'un bourbier. La marâtre
y jeta la sœur de ces garçons. Quand ils arrivèrent chez le roi, le»
OOKTES MERVEILLEUX 133

neuf jeunes hommes furent bien étonnés de ne pas trouver leur


wmr sur la voiture, mais seulement la fille de la marâtre.
Ils dirent au roi que ce n'était pas leur sœur.
Le roi lui fit laver les mains ; il n'en tomba que crasse. Il la fit
peigner, il n'en tomba que poux et gale.
Alors le roi fit pendre les neuf garçons aux plus hautes fenê-
ots de son château, et il épousa la fille de la marâtre.
La sœur de ces garçons, qui était dans le bourbier pleurait.
Un pauvre homme passa, trouva cette jeune fille et l'amena chez
înL
II lui demanda comment elle se trouvait là. Elle lui dit que ses
frères la portaient chez le roi, et que sa tante l'avait jetée dans le
bourbier. Elle lui demanda un plat pour se laver les mains, et, en se
lavant, il en tomba or et argent ; ensuite, elle lui demanda un peigne
et, en se peignant, il tomba blé et froment. Ces gens étaient &ès
pauvres et ils furent très heureux d'avoir trouvé cette jeune Elle.
Quelques jours après, la jeune fille fit un fuseau en or ; elle le
donna à la femme pour qu'elle allât le vendre devant la porte de
Téglise.
— La femme du roi vous demandera combien vous en voulez :
TOUS direz que vous en voulez un œil, et elle vous le donnera.
La femme en arrivant, donna l'œil à la fille, qui le mit, et elle rit
d'un œil.
Dans la semaine, elle fit une quenouille en or. Le dimanche, b
femme alla la vendre devant la porte de l'église. La femme du roi la
lui marchanda. Elle lui dit qu'elle en voulait un œil. Sa mère fcii dit :
— Donne-lui l'autre œil que tu as à la poche.
La femme le porta à la fille, qui le mit, et elle y vit des deux
TCUX.
Le lendemain, elle prit avec elle une petite chienne qu'elle avait «
elle partit sur la mer. En se lavant les mains au-dessus de la mer, dk
fit une chaîne en or, et elle disait à la petite chienne :
— Petite chienne, la mienne mie ?
— Plaît-il, madame la maîtresse ?
— Où sont mes neuf frères ?
— Pendus aux plus hautes fenêtres du Louvre du roi.
134 ANTHOtXXffl

— Ma belle sœur ?
— Endormie dans les bras du roi.
— Ma belle tante ?
— Dans la salle du roi qui goûte.
— Tire, tire ma chaîne,
Que la mer m'emmène.
Le roi entendit cela. Il envoya ses troupes briser cette chaîne ;
elles ne purent pas la briser. Et toujours elle disait :
— Petite chienne, la mienne mie ?
— Plaît-il, madame la maîtresse ?
— Où sont mes neuf frères ?
— Pendus aux plus hautes fenêtres du Louvre du roi.
— Ma belle sœur ?
— Endormie dans les bras du roi.
— Ma belle tante ?
— Dans la salle du roi qui goûte.
— Tire, tire ma chaîne.
— Que la mer m'emmène.
Alors les gardes du roi lui demandèrent ce qu'elle voulait. EOe
leur dit qu'elle était la sœur des neuf jeunes hommes qui étakan
pendus aux plus hautes fenêtres de son Louvre. Le roi lui fit laver
les mains : il en tomba or et argent ; il la fit peigner : il en tombi
blé et froment.
Alors, le roi fut désolé d'avoir fait pendre ces neuf jeunes bon-
mes. Il alla trouver la tante et lui dit :
— Que mériterait, tante, une femme qui aurait fait mourir neuf
jeunes hommes et une fille ? La tante lui répondit :
— Elle mériterait d'être bouillie dans le sel et l'huile. On fit
bouillir la marâtre dans le sel et l'huile, et de sa filk on fit une
laveuse de vaisselle.
Et le roi se maria avec l'autre jeune fille.
Moi, j'allai,à la noce avec mes sabots, et on ne me voulut pat.
Et trie et trac, mon conte est achevé.
Ms Perbosc-Cézerac, n° 42. Recueilli par Marie Nagrace, à Combe-
rouger (Tarn-et-Garonne), en 1902.
(Delarue-Tenêze, Catalogue, II, 196îj)
CONTES MERVEILLEUX 135

PARALLÈLES LITTÉRAIRES :

Bmlu au grand pied (roman médiéval et littérature de colportage).

BIBLIOGRAPHIE :
Alfen (P.), Das Motif von der unterschobenen Braut in der Internationakn
EnaUunglitteratur, Schwerin, 1897.

T. 425 LA RECHERCHE DE L'ÉPOUX DISPARU / PSYCHÉ

I. Le roi cochon (Dauphiné)

Le roi se marie et il est resté quatre ans sans avoir pu avoir un


«nfant qui reste sur le trône après lui. Un jour, il va promener sur
cae route et il rencontre un monsieur très bien mis que le roi ne
connaissait pas. Et ce monsieur demande au roi :
— Majesté, vous avez l'air d'avoir du chagrin ?
Le roi lui répond :
— Vous avez deviné mes peines.
Le monsieur demande :
— Dites-moi un peu ce que vous avez.
— Il y a quatre ans que je suis marié et je désirerais de tout
taon cœur qu'un enfant prenne le trône après ma mort. Je demande
pu grand-chose, mais je voudrais un garçon, même qu'il aurait la
tfec d'un cochon !
Le monsieur répond au roi :
— Vous pouvez vous en aller tranquille, au bout de neuf mois
rotre femme aura un bébé avec une tête de cochon.
Ce monsieur, c'était le Diable.
Au bout de neuf mois, l'enfant est né comme avait dit le
mon-«ur. L'enfant grandissait. En arrivant à vingt ans, il faisait
des «cènes à la maison, qu'il voulait se marier.
Le roi fait publier dans son royaume que la fille qui désirerait i
*e marier avec son fils à tête de cochon pouvait se présenter au
Aiteau. Dans la première partie de son royaume, il y avait un
136

bûcheron qui avait trois filles. En voyant cette annonce sur le journal,
l'aînée dit à son père :
— Je veux me marier avec le fils du roi.
— Mais, malheureuse, tu vois pas qu'il a la tête de cochon «r
que tu ne l'aimeras jamais ?
— N'importe, je le veux. Porte mon consentement au roi.
Le roi a fait venir la famille des bûcherons et le mariage < été
célébré. La première nuit de noces, le mari voulait coucher mt elle.
Il essayait de l'embrasser, il essayait de la bloquer, mais rira à faire.
Sa femme ne voulait rien savoir de lui. Lui, de colère, «or. en bas du
lit, prend un couteau et ouvre le ventre à sa femme. S* femme
meurt. Le lendemain, ses parents ont remarqué que leur fîk n'était
pas content. Son père lui demande :
— Qu'est-ce que tu as ?
— J'ai tué ma femme, elle ne voulait pas être à mon plaisir.
Après les obsèques, le fils du roi reste encore deux moi» <a
recommence à vouloir se marier. Le roi fait de nouveau appel sur
les journaux, que le bûcheron reconnaît de nouveau pour Ib
deuxième fois le Fils du Roi Cochon. La deuxième fille dit à m
père :
— Papa, je le veux.
— Non, tu ne te marieras pas avec lui, tu vois bien qu'il a tné ta
sœur et il te tuera toi aussi.
— Papa, je saurai faire.
Le père a cédé. Le deuxième mariage s'est célébré. Le prenàor
soir de noces, ça a été comme pour la première sœur. Elle ne von-
lait rien savoir de son mari. Lui, de colère, prend le couteau « loi
ouvre le ventre. De nouveau, le lendemain matin, sa mère le tro-jot
triste et lui demande :
— Qu'as-tu donc ?
— J'ai tué ma femme.
Sa mère lui dit :
— Mais tu es fou !
— Elle ne voulait pas se laisser faire ! Il reste encore cinq mois
et recommence une vie âpre» 10 parents pour se remarier. Le
père lui dit :
OOXTES MERVEILLEUX 137

— Puisque tu veux les tuer, ce n'est plus la peine que je te cher-


<fce une troisième femme.
Le fils, de colère, brisait tout ce qu'il y avait dans la maison.
L» reine dit à son mari :
— Cherchons-lui encore une femme, ce sera la dernière !
Après les publications du journal, le bûcheron reconnaît les gaffes
qu'avait faites le fils du roi après avoir tué ses deux filles. Il
ooonte l'affaire à sa femme et à sa fille. La dernière fait à son père :
— C'est moi qui vais être la reine, que tu le veuilles ou pas,
je k veux ; et moi, il me tuera pas !
Le mariage fut célébré à grand cœur. Le soir de noces, les deux
époux vont se coucher. Une fois^dans le plumard13, la femme s'ap-
proche de son mari en le couvrant de caresses ; n'importe quel pelo-
3egt que faisait le mari, elle l'acceptait toujours.
Le lendemain matin, elle se lève la première et elle va dire bon-
psr à ses beaux-parents. La reine mère lui fait :
— Tu es là, ma fille ?
— Eh oui, maman, pourquoi me dis-tu ça ?
— Jamais je l'aurais cru que tu sois encore en vie !
— C'est parce que j'aime mon mari.
Les affaires ont toujours très bien marché. Ça avait duré dix
ancas. Une nuit, elle se réveille, elle n'entendait plus le ronflement ât
cochon de son mari. Elle éclaire la bougie, elle regarde, et qu'est-ce
qu'elle voit ? Qu'il avait plus la tête de cochon ! Tellement qu'il fesa
joli, elle voulait le réveiller et l'embrasser. La tentation l'a oblige à
réveiller son mari. '
— Oh ! mon chéri, comme tu es beau ! II lui
dit :
— Oui, ma chérie, mais ne dis ça à personne, ni à mon père m
i ma mère ; parce que, si tu me dévoiles le secret, je retournera
venir en tête de cochon pendant un an et un jour.
Le lendemain, elle arrive la première à la maison de ses beaux-
jarents. Elle embrasse son beau-père, sa belle-mère, toute gracieuse «
souriante. Sa belle-mère lui dit :
— Qu'as-tu donc, que tu es bien contente ?

!5. Plumard : lit (argot).


138 ANTHOLOGIE

Sa belle-fille lui répond :


— Mais rien, maman, comme toujours.
Passe une semaine. Le jour, il restait garder sa tête de cochon et
la nuit [il se changeait] en personne. La belle-mère avait un doute sur
sa belle-fille. Elle lui dit :
— Tu me caches quelque chose. En voyant que tu es si
contente de ton mari, il faut que tu dises à moi à tout prix ton
secret.
Elle a insisté plusieurs jours. La belle-fille, un jour, se laisse tenter.
Elle lui dit :
— Si tu vuvais. ypgrrar!- connue sien sari ÎST ;oli la nuit, cuand i
inr: : i i -îns 's. -ss. is. rxhcn. C se '.e -vus ~ei zcr-re que

— Je vous le jure, raam.sn.


La reine raconte l'affaire au roi, et ils se sont tous très rejoua.
Mais malheureusement, le soir, quand le fils du roi avec sa femme
vont se coucher, il lui fait :
— Grosse malheureuse, tu m'as trahi ! Je t'avais bien dit de ne
pas dévoiler mon secret, pas plus à mes parents qu'à d'autres. Je
vais te quitter. Je pars demain pour la troisième partie de mcœ
royaume. Et si tu veux venir me trouver, tu useras sept paire» de
sabots de bois et sept paires de sabots de fer.
Sa femme elle devient inconsolable. Son mari il part le lende-
main pour ne plus jamais la revoir. Elle va chez le marchand de
sabots, achète les sept paires de bois et de fer, et dit à ses bean-
parents :
— Je vais partir à la recherche de mon mari. Ses beaux-parents
avaient une grande pitié pour elle parce qu'elle était très
gentille.
— Oui, va, ma fille, et ramène-le.
Voilà qu'elle marche pendant trois mois nuit et jour. EDt
use deux paires de sabots de bois et deux paires de sabots de fer
pour faire la traversée du premier royaume. Elle arrive accablée,
un soir, dans une forêt où elle trouve une maison. Elle demande
asile pour une nuit, tape à la porte et une femme vient ouvrir. EDe
lui dit :
CONTES MERVEILLEUX ' 139

— Bonsoir, madame, je vous demande l'asile et le manger pour


cette nuit, en payant naturellement.
— Je veux bien, ma bonne dame, mais mon mari il mange les
personnes !
La femme du roi lui répond :
— Vous avez entendu parler du Fils du Roi Cochon ?
— Mais oui, madame.
— Eh ben, moi, je suis sa femme.
— Oh ! par exemple ! Ben, mon mari, peut-être qu'il vous fera
rien ?
Au bout d'une heure, l'ogre rentre à la maison. La dame de
l'ogre avait caché la femme du roi dans un placard. Il dit à sa
fermée :
— II y a quelqu'un de caché ici, ça sent la chair humaine ; dis-
moi la vérité ou bien il va t'arriver un malheur.
— Je veux bien te présenter la personne, mais ne lui fais pas
du mal parce que c'est la femme du Roi Cochon.
Comme le mari connaissait le fils du roi par les journaux, il ne
lui a rien fait. Il lui a demandé où elle allait.
— Je vais à la recherche de mon mari.
L'ogre lui-fait :
— Ma pauvre dame, vous avez encore au moins quatre mois à
«archer pour trouver mon frère qui se trouve comme moi un ogre
qui mange les personnes ; mais il ne vous mangera pas parce que
tous êtes la femme du roi.
Il lui donne une noix de verre et lui dit :
— Un jour que tu seras près de ton mari et sans le voir, tu
cas-«tïs cette noix de verre et tu t'habilleras avec ce qu'il y aura
dedans. Je ne t'en dis pas plus. Fais bon voyage et ramène ton mari.
Le lendemain, elle part. Elle marche pendant quatre mois sans
«rrêt en usant quatre paires de sabots de fer et quatre paires de
«bots de bois. Elle se trouve, un soir, dans une forêt où il y avait
nx maison ressemblant à la première. Elle s'approche de la mai-
•oo, tape à la porte et une dame vient lui ouvrir. La femme du roi
demande asile. La femme de l'ogre lui dit :
— Ça m'est impossible parce que mon mari vous mange.
— Il me fera rien parce que je suis la femme du Fils du Roi
140

ANTHOLOGIE

Cochon. J'ai passé dans le premier royaume où il y a votre belle-


sœur et votre beau-frère et il m'a rien fait parce que je lui ai dit
qui j'étais.
L'ogre rentre à l'improviste et dit à sa femme :
— J'aurai un bon souper ce soir.
Sa femme lui répond :
— Malheureux ! laisse cette femme tranquille, c'est la femme
du prince à tête de cochon.
L'ogre a reçu la même réponse que son frère du premier
royaume. Il donne à manger à la femme du roi et la fait coucher.
Le lendemain, il lui donne aussi une noix de verre en lui disant :
— Ça te rendra un grand service.
Elle part pour le troisième royaume ; mais le voyage a été très
court. Pendant un mois de marche, elle a fini d'user les sept paires
de sabots de bois et les sept paires de sabots de fer. Elle arrive à la
tombée de la nuit à la lisière d'un bois où elle aperçoit une ferme.
Elle demande de nouveau à se faire loger. Le patron était le
troisième frère des ogres, le plus criminel des trois. La femme de
l'ogre lui dit :
— C'est impossible, tu ne résisteras pas à mon mari. La
femme du roi lui répond :
— Vous ne savez pas que je suis la femme du Roi Cochon ?
— Je vais aller vous cacher à la cave et, à l'arrivée de mon mari,
je lui raconterai votre histoire.
Son mari en arrivant, sentait une odeur de chair humaine :
— Tu as quelqu'un de caché par ici. Dis-moi la vérité, ou bien il
va t'arriver un malheur.
— Oui, c'est une femme qui est à la cave. Elle nous a demandé
l'asile parce qu'elle est à la recherche de son mari qui est le roi à
tête de cochon.
L'ogre fait à sa femme :
— Va me la chercher, mais je ne lui ferai pas de mal. La femme,
en arrivant devant l'ogre, elle tremblait de peur. L'ogre lui dit :
— Dis-moi qui tu es et d'où tu viens.
Elle lui raconte alors toute sa vie avant que son mari la quitte.
— Malheureuse que je suis, je l'ai trahi et maintenant j'en porte
CONTES MERVEILLEUX 141

les conséquences. Mon mari, je ne sais pas où il est. Je désire le


trouver le plus tôt possible.
— Ma bonne dame, je vous annonce une triste nouvelle : votre
mari se marie demain matin.
La bonne femme tombe évanouie en entendant la réponse de
l'ogre. Quand elle revient à elle, l'ogre lui dit :
— Si tu veux voir ton mari, il y a encore mille kilomètres à faire et
tu n'arriveras pas à temps. Je te donnerai mon domestique et mon
cheval. Je vais aussi te donner une noix en verre ; c'est la plus
précieuse dont tu te serviras. Il y a dedans la plus belle robe, la
dernière que tu donneras pour avoir ton mari.
Ils font seller le cheval et montent tous les deux dessus, elle et le
domestique. Le cheval à ventre à terre a eu avalé les mille kilo-
mètres à dix heures du matin. Ils arrivent devant un grand château ;
ils mettent pied à terre. Le domestique lui dit :
— Et maintenant, débrouillez-vous !
Elle va taper à la porte du château, sans dire qu'elle était la
femme du Roi Cochon. Elle a demandé s'il n'y avait pas du travail.
— Oui, justement on cherchait quelqu'un pour laver la vaisselle.
Pas pouvoir voir son mari dans la sainte journée ! Le soir de la
noce, elle a été obligée d'aller soigner la basse-cour. Là, elle
attrape la première noix que lui avait donnée l'ogre du premier
royaume. Elle casse la noix en verre et en sort une robe de soie.
La volaille, en voyant cette femme si bien, s'est mise à crier :
Coua, coua, coua, Elle est pu belle la poulaillère que la
patrouna dé la ça14 !
Les gens de la noce, en entendant ces cris de volaille, sortent
tous dehors. Il n'y a eu que le roi qui est resté dedans. La nou-
velle épouse dit à la « bonne » :
— Vendez-moi votre robe.
Elle fait :
— Je veux bien, je ne demande pas d'argent, mais je veux que
vous me laissiez passer la nuit avec votre mari.

14. Ci : maison (dialecte piémontais).


142 ANTHOLOGIE

Elle ne voulait pas, elle hésitait... Elle finit par se décider.


Elle lui a donné la robe de soie. Puis elle demande la chambre
où devait aller coucher le roi. La femme va la lui faire voir.
Et comme la bonne femme lavait la vaisselle, elle ne pouvait pas
aller se coucher bien bonne heure. En arrivant, à minuit, elle va à
la chambre où dormait le roi. Elle le trouve avec la même figure
qu'auparavant, il n'avait plus la tête de cochon. Elle le secoue pour le
réveiller. Impossible ! D'où ça vient ? Il avait pris le café avant
d'aller se coucher, et tout en bavardant avec sa femme, celle qui
s'était mariée dans la journée, la mère de la jeune femme versa du
chloroforme dans son café. La nuit se passa. La pauvre laveuse de
vaisselle n'a pu réveiller son mari. Comme la noce devait durer trois
jours, elle a été obligée de se rendre bien matin à son travail. La
journée se passa comme la première, et impossible de voir le roi 1
Le soir, elle retourne au poulailler pour aller soigner la volaille.
Elle casse la deuxième noix de verre et elle en sort une robe en
argent. Les poules se mettent encore à crier :
Coua, coua, coua, Elle est pu belle la poulaillêre que la
patrouna dé la ça !
De nouveau, les gens de la noce sortent du château. La jeune
femme avec sa mère veulent lui acheter la robe. Elle a dit :
— Non, je ne veux pas d'argent ; mais il faut que vous me lais-v
siez passer la nuit avec votre mari.
Elle ne voulait pas. La mère de la jeune fille dit à sa fille :
— Laisse-la donc aller encore cette fois.
Elle lui a donné la robe d'argent. Elle connaissait déjà la cham-
bre. Le roi, avant d'aller se coucher, prend du thé. La belle-mère
lui glisse dans son thé une dose de chloroforme comme le premier
soir. Il arrive des amis au château et ils demandent à coucher. Il
se trouve qu'on les loge juste à côté de la chambre du roi.
De nouveau, l'ancienne femme trouve son mari endormi et fait la
même vie que la nuit d'avant. Elle n'a pas cessé de lui parler de
toute la nuit. Le voisin de chambre entendit les discours de cette
femme. Il s'est dit :
— Je tâcherai de voir le mari dans la journée et de lui expli-
quer le cas.
CONTES MERVEILLEUX 143

Le lendemain, le novi15 se trouve à promener dans le jardin. Il


rencontre le monsieur qui avait couché à la chambre mitoyenne et
qui lui demande :
— Qu'est-ce qui se passe dans votre chambre ? Toute la nuit,
j'ai entendu une femme qui parlait.
— Et qu'est-ce qu'elle disait ?
— Elle disait : « Oh ! Jean, réveille-toi ! Tu me connais plus,
tu veux plus me connaître ; j'ai toujours été gentille pour toi ; je
t'ai trahi malheureusement, et maintenant, pour venir te voir, pour
venir te chercher, j'ai usé sept paires de sabots de bois et sept paires
de sabots de fer, parce que je t'aime beaucoup ! Dans toutes les
forêts où j'ai passé, j'ai manqué me faire manger par des ogres.
Réveille-toi et parle-moi ! »
Le mari se tape la tête et dit :
— Je fais le pari que c'est ma femme qui est venue me voir.
Le monsieur lui demande :
— Mais, vous êtes marié ?
— Oui, j'étais marié. J'ai été marié trois fois. Les deux premières
je les ai tuées parce qu'elles ne voulaient pas subir mes caprices,
parce que j'avais la tête de cochon. La troisième, elle m'aimait plus
que jamais, mais seulement elle m'a vendu. Il m'a fallu partir dans
le troisième royaume de mon père pour arriver à faire souffrir ma
femme de sa trahison. Je lui avais dit : « Tu viendras me chercher
au bout d'un an et un jour et tu useras sept paires de sabots de
bois et sept paires de sabots de fer pour venir me trouver. » Donc,
je suis obligé de m'occuper d'elle.
En arrivant le soir, il demande à sa femme et à sa belle-mère
s'il n'y avait pas une dame qui se trouvait à la maison. Elles lui
répondirent que non. Le soir, la bonne femme, avec un chagrin
infini, retourne à la basse-cour, casse la troisième noix en verre et
en retire une robe qui éclairait la nuit, tout en diamant ! Alors toutes
les bêtes de la basse-cour se mettent à crier :
Coua, coua, coua Elle est pu belle la poulaillère que la
patrouna dé la ça !

15. .Wvr : jeune marié.


144 ANTHOLOGIE

La belle-mère et sa fille ressortent et restent éblouies de voir une


robe pareille. La jeune femme dit à sa mère :
— Ce n'est pas possible, c'est une sorcière !
Elles voulaient de nouveau acheter la robe. Elle leur demanda,
pour la dernière fois, de la laisser passer la nuit avec le roi. Elles
se sont entendues et la poulaillère remet la troisième robe de dia-
mant à la jeune femme, qui lui dit :
— Entendu, ce sera le dernier soir où vous coucherez avec mon
mari.
La jeune femme s'essaye la robe en diamant. Elle rentre au salon
où il y avait son mari et les invités. Les lustres qui éclairaient don-
naient des éclats de soleil sur cette robe, que c'était merveilleux.
C'était le vrai paradis. Le mari enchanté lui demande :
— Mais où as-tu pris cette robe ?
— Je te le dirai que dans deux jours.
La soirée terminée, le roi prend le thé. Mais comme il y voyait
clair, il a donné un cri terrible en disant qu'il y avait quelqu'un
de l'autre côté. La jeune femme et sa mère se retournent. A ce
moment-là, le monsieur qui s'appelait le Roi Cochon vide sa tasse
sous la table et dit à sa femme et à sa belle-mère :
— J'ai beaucoup sommeil, ja vais aller me coucher. 1
Sa jeune femme lui dit : y
— Tu as pris au moins ton thé ?
— Mais oui, je l'ai pris.
Il part et il va se coucher. Mais il ne dormait pas ; il se dit :
— Il faut que je voie cette femme qui parle toute la nuit. Une fois
finie sa vaisselle, à minuit, la bonne femme rentre dans sa chambre.
Le Roi Cochon, voyant arriver sa femme, lui fait :
— Bé, c'est toi qui es là ?
— Oui, mon Jean, il y a longtemps que je souffre pour toi. Je
t'ai trahi, oui, mais pardonne-moi.
— Oui, je te pardonne ; viens m'embrasser. Tu me raconteras
maintenant tout ce que tu as passé pendant mon absence. Le récit
terminé, son mari lui dit :
— Maintenant viens te coucher à côté de moi, et demain matin
nous partons.
CONTES MERVEILLEUX 145

Le lendemain matin, le mari va voir la jeune femme et la belle-


mère. Il lui dit :
— Ce n'est plus toi ma femme. Ma vraie femme est venue me
rejoindre. Vous l'aviez mise pour laver la vaisselle et pour soigner
les poules. Grâce à ces trois robes qu'elle a pu obtenir et à un entretien
que j'ai eu avec un monsieur dans le jardin, je l'ai trouvée.
Le Roi Cochon lui demande de bien vouloir rendre ces trois
robes. Elle ne voulait pas. Il appelle sa femme qui était dans la
chambre ; il la présente ; il dit :
— Voici ma femme. Pourquoi vous me l'aviez pas dit avant, que
cette femme était à votre service ?
— On ignorait que c'était ta femme.
Après avoir reçu les robes, il va chercher une voiture avec un
cheval et un cocher pour les ramener à la maison paternelle où son
père tient le royaume. Ils marchèrent en voiture pendant six mois et
ils arrivèrent au palais royal. La femme descend la première, rentre et
va embrasser le roi et la reine.
— Tu es revenue ! lui font tous les deux. Mais tu n'as pas
ramené ton mari ?
— Mais si, il est là, il est derrière la porte !
D'un coup, sa mère se lève, voit son fils, un bel homme qui avait
perdu sa tête de cochon. Ils s'embrassèrent, très contents. Ils orga-
nisèrent une grande noce à tout casser. Et moi, le conteur de
contes, qui étais derrière Vus16, ils m'ont pas seulement donné la
moitié d'une p'rus11. Et ils m'ont dit : « Voyage par le monde, va
raconter l'histoire du Fils du Roi Cochon ! »
Conté en février 1954 par M. Pierre Vial, 67 ans, sans profession,
Abriès, Hautes-Alpes.
(Charles Joisten, Contes du Dauphiné, 1971.)

16. Us : porte (dialecte piémontais).


17. P'rus : contraction de pénis : poire (dialecte piémontais).
146

ANTHOLOGIE

2. Le Loup gris (Basse-Bretagne)

Kement-man on d'ann amzer Ma bo


devoa dennt ar ier.
Tout ceci se passait du temps Où
les poules avaient des dents.
Il y avait une fois un vieux paysan, resté veuf avec trois filles.
Un jour qu'il allait conduire ses vaches au pâturage, il rencontra
un grand loup gris (de vieillesse sans doute), qui vint tout droit à
lui et lui demanda une de ses filles en mariage. Le bonhomme eut
peur, et répondit :
— Je le veux bien, pourvu qu'une d'elles consente à vous
épouser.
— Il le faut bien, sinon, préparez-vous à mourir.
Il revint à la maison, tout effrayé, et fit part à ses filles de la
rencontre qu'il avait faite, et leur dit qu'il fallait qu'une d'elles
épousât le loup gris, si elles désiraient le voir vivre.
— Epouser un loup ! s'écrièrent les deux aînées ; fi donc ! vous
avez sans doute perdu la tête !
La plus jeune, qui aimait son père plus que les deux autres, dit
alors :
— Eh bien ! mon père, je l'épouserai, moi !
Le jour du mariage fut fixé, et, à l'heure convenue, le loup se
trouva pour conduire sa jeune fiancée à l'église. Elle était belle et
rougissante, comme le jour naissant, et tout le monde s'étonnait de la
voir marcher à l'église à côté d'un loup.
Le prêtre monta à l'autel et commença la messe ; et, à mesure
qu'il avançait, les assistants remarquaient avec étonnement que la
peau du loup se fendait sur son dos ; et quand elle fut terminée, à
la place du loup, on vit un prince magnifique.
La cérémonie terminée, on retourna à la ferme du vieux paysan,
un peu plus gai qu'on n'en était parti, et on célébra les noces par
des festins et des jeux de toute sorte.
Les deux sœurs aînées étaient déjà jalouses de leur cadette.
Celle-ci vivait enfermée et heureuse avec son époux, et au bout de
CONTES MERVEILLEUX 147

neuf à dix mois, elle eut un fils. On chercha parrain et marraine,


et on se rendit au bourg, en grande cérémonie, pour baptiser l'en-
fant. Mais, avant de partir, le père fit ses recommandations à sa
femme, qui restait au lit. Il mit sa peau de loup dans un coffret et
le ferma avec soin ; puis, il lui en remit la clef en lui défendant de
l'ouvrir ou de le laisser ouvrir à personne, avant son retour. Il
recommanda encore de veiller à ce qu'il n'arrivât à la peau aucun
mal, ni par l'eau, ni par le feu ; car, autrement, elle ne le reverrait
plus, avant d'avoir usé trois paires de chaussures d'acier à le
chercher !
La jeune mère promit de veiller soigneusement sur le coffret
où se trouvait la peau de loup de son mari, et celui-ci partit
alors.
Les deux sœurs, cachées dans un cabinet, à côté, avaient tout
entendu. Aussitôt que le prince-loup fut sorti de la maison, elles
entrèrent dans la chambre de l'accouchée, lui enlevèrent la clef de
force, ouvrirent le coffret et jetèrent la peau du loup dans le feu.
Le prince, au moment d'entrer dans l'église, sentit l'odeur de sa
peau qui brûlait. Il poussa un cri, et revint aussitôt à la maison en
courant.
— Ah ! malheureuse ! s'écria-t-il, en entrant dans la chambre
de sa femme : tu as laissé tes sœurs brûler ma peau de loup ! Je
vais partir, à présent, comme je te l'avais dit, et tu ne me retrou-
veras pas avant d'avoir usé trois paires de chaussures d'acier à me
chercher ! Mais, voici trois noix que je te donne et qui pourront
t'être utiles, à la condition pourtant de ne les casser que successi-
vement et en cas de grand besoin seulement.
Et il partit aussitôt, sans même l'embrasser.
Elle se leva pour le retenir ; ne le pouvant pas, elle courut après
lui.
— Ne me suis pas ! lui cria-t-il.
Mais elle ne l'écoutait pas, et courait toujours.
— Ne me suis pas, te dis-je !
Elle était sur ses talons, elle allait l'atteindre ; il se détourna
alors et lui donna un coup de poing en pleine figure. Le sang jaillit
jusque sur sa chemise, et y fit trois taches.
— Puissent ces taches, s'écria la jeune femme, ne pouvoir
148

ANTHOLOGIE

jamais être effacées, jusqu'à ce que j'arrive pour les enlever moi-
même !
Quand elle put quitter son lit, elle se fit fabriquer trois paires
de chaussures d'acier, et se mit à la recherche de son mari, allant
au hasard, à la grâce de Dieu. Elle avait beau marcher, la pauvre
femme, et demander partout des nouvelles du prince, personne ne
pouvait lui en donner. Elle ne se décourageait pourtant pas pour
cela ; elle allait toujours, plus loin, plus loin encore, et déjà elle
avait presque usé sa deuxième paire de chaussures d'acier, quand
elle se trouva un jour au pied d'une montagne si haute, si haute,
qu'il lui était impossible de la gravir. Au pied de la montagne, elle
vit un étang et trois femmes lavant du linge, au bord de l'eau. Elle
s'approcha. Une des laveuses tenait une chemise, qui avait trois
taches de sang, qu'elle essayait d'effacer, mais inutilement. Et elle se
disait : — Je ne sais vraiment comment faire pour enlever ces
taches ; j'ai beau les frotter avec du savon, les battre avec mon battoir,
elles n'en paraissent que plus rouges !
La jeune femme, entendant cela, alla vers la lavandière et lui
dit:
— Confiez-moi un instant cette chemise, je vous prie, et j'en-
lèverai les taches de sang.
On lui donna la chemise ; elle cracha sur les trois taches, trempa la
chemise dans l'eau, frotta un peu, et aussitôt les taches disparurent
complètement.
Elle avait reconnu la chemise de son mari.
Elle interrogea alors les lavandières, et celles-ci lui apprirent
qu'elles étaient les servantes du château voisin, et que le seigneur
devait se marier, le lendemain même, à une princesse d'une beauté
merveilleuse. Comme la nuit approchait, les lavandières, pour
reconnaître le service qu'elle leur avait rendu, lui proposèrent de
loger au château, — ce qu'elle se garda bien de refuser. Mais, la
pauvre femme ne dormit pas de toute la nuit, en songeant que son
mari allait se remarier. En cherchant ce qu'elle devait faire, dans
cette occurrence, elle se rappela que, avant de partir, il lui avait
donné trois noix, en lui disant d'en casser une, chaque fois qu'elle se
trouverait embarrassée ou en grand danger. — Certainement, se
disait-elle, je ne saurais être plus embarrassée qu'en ce moment.
CONTES MERVEILLEUX 149

Et elle cassa une de ses noix. Et aussitôt il en sortit une foule d'objets
précieux de toute nature.
Le lendemain matin, elle se leva de bonne heure, sous prétexte
de se remettre en route, et elle rangea en ordre tous ses objets pré-
cieux sur une petite table, au bord du chemin par où devait passer
le cortège, en se rendant à l'église. Il y avait là des coqs qui
chantaient, des poules qui gloussaient, des vaches qui beuglaient,
des chevaux qui hennissaient, le tout en or ; et puis, des pierres
précieuses et des diamants. Le cortège commença à défiler, à dix
heures. Les deux fiancés étaient en tête, magnifiquement vêtus.
Quand ils vinrent à passer près de l'étalage de la voyageuse, les coqs se
mirent à chanter, les poules à glousser, les vaches à beugler et les
chevaux à hennir. La princesse, émerveillée, s'arrêta pour les
écouter et les admirer. Puis, elle alla seule vers la jeune femme, et
lui dit :
— Combien demandez-vous pour toutes ces merveilles ?
— Vous n'avez pas assez d'or ni d'argent pour les acheter, prin-
cesse, car je ne les donnerai ni pour de l'or ni pour de l'argent.
— Contre quoi les échangerez-vous donc ?
— Contre votre première nuit de noce à passer avec votre mari.
— Osez-vous bien parler ainsi ? Demandez tout ce que vous
voudrez, autre que cela, et je vous l'accorderai.
— Je ne les donnerai pour rien autre chose au monde.
— Eh bien ! portez le tout au château, dans ma chambre, et
puis nous verrons après.
La princesse revint vers son fiancé, qui l'attendait, et le cortège se
remit en marche. La cérémonie religieuse terminée, il y eut au
château un grand festin, qui dura jusqu'à la nuit. La princesse versa
un soporifique dans la coupe de son mari, à son insu, et, en se
levant de table, il fut pris d'un tel besoin de dormir, qu'il lui fallut
aller se coucher. Les jeux et les danses n'en continuèrent pas
moins. A minuit, on introduisit l'étrangère dans sa chambre, et elle se
coucha à ses côtés. Mais, hélas ! il dormait d'un sommeil si profond,
qu'on l'aurait dit mort, n'était sa respiration. La pauvre femme eut
beau l'embrasser, l'appeler par les noms les plus tendres, rien n'y
faisait ; il dormait toujours. Elle se mit alors à pleurer et à exhaler
des plaintes touchantes : — Ah ! que je suis donc
150

ANTHOLOGIE

malheureuse ! que j'ai souffert de maux et de privations pour toi !


J'ai usé trois paires de chaussures d'acier à te chercher ; et main-
tenant que je t'ai retrouvé, ru dors à côté de moi, et tu ne sens pas
mes baisers, et tu n'entends pas ma voix ! Ah ! que je suis
malheureuse !
Le jour la surprit exhalant ainsi ses plaintes, et on vint la faire
se lever, afin de quitter le château au plus vite.
Les festins et les réjouissances continuèrent ce jour-là comme la
veille. Après dîner, on alla se promener dans le bois qui entourait le
château.
L'étrangère, renvoyée de chez son époux, avait cassé sa seconde
noix, et il en était sorti des objets plus précieux et plus merveil-
leux encore que de la première. Elle les étala aussi sur une petite
table, dans la grande avenue du bois, et quand la princesse vint a
passer, elle s'arrêta, comme la veille, pour les admirer et désira
encore les posséder.
— Que demandez-vous, dit-elle, de tous ces objets ?
— Coucher une seconde nuit avec votre mari.
— Demandez-moi autre chose, de l'or et de l'argent, autant qu'il
vous plaira.
— Non, je ne les donnerai pour rien autre chose au monde.
— Eh bien ! portez-les dans ma chambre, et puis nous verrons.
Elle continua ensuite sa promenade.
Le soir, à souper, elle versa encore un soporifique dans le verre
de son mari, de sorte qu'en se levant de table, il fut pris d'un som-
meil invincible et obligé d'aller se coucher, comme la veille.
A minuit, on introduisit encore l'étrangère dans sa chambre.
— Hélas ! il dort encore ! s'écria-t-elle. Et elle passa toute la
nuit à verser des larmes, à gémir et à se plaindre, comme la nuit
précédente, 'sans pouvoir le réveiller. Au point du jour, il lui fallut
encore se lever et sortir du château.
Elle cassa sa troisième noix, et il en sortit des objets plus pré-
cieux que les deux premières fois. — C'est mon dernier espoir ! dit-
elle avec tristesse. Et elle alla encore étaler ses objets précieux dans la
grande avenue du château. Les gens de la noce y vinrent encore
jouer et se promener, et la princesse acheta de nouveau les objets
de l'étrangère, pour une troisième nuit à passer avec son mari.
CONTES MERVEILLEUX 151

Cependant un valet, qui avait entendu les plaintes de l'étran-


gère, en passant près de la porte de la chambre où elle couchait
depuis deux nuits avec le seigneur, avertit son maître de ce qui se
passait.
— La princesse, lui dit-il, vous verse un soporifique dans votre
verre, quand vous êtes à table, et c'est ce qui fait que vous êtes pris
d'un sommeil invincible et n'entendez pas les plaintes si touchantes
de cette pauvre femme.
— Cela n'arrivera pas, ce soir, répondit-il, car je me tiendrai
sur mes gardes et j'y veillerai bien.
Pendant le repas du soir, la princesse versa encore du vin sopo-
rifique dans le verre de son mari. Celui-ci ne fit pas semblant de
s'en apercevoir ; mais, profitant d'un moment où elle causait avec
son voisin de droite, il substitua son verre au sien, de telle sorte
que ce fut elle qui but le narcotique et qui dut aller se coucher, en
se levant de table.
Le nouveau marié prit part, ce soir-là, aux jeux et aux danses,
et il ne se retira dans sa chambre que fort tard, après avoir, toute-
fois, visité la princesse, qui dormait d'un sommeil de plomb. Il se
mit au lit, et attendit avec impatience ; à minuit l'étrangère entra
encore dans sa chambre et recommença ses plaintes, car il faisait
semblant de dormir.
— Ah ! s'écria-t-il, je ne dors pas, cette fois !
Et ils se jetèrent dans les bras l'un de l'autre, en pleurant de joie.
Ils passèrent la nuit à se raconter leurs peines et leurs voyages, et
à comploter leur fuite de ce château.
Les solennités et les festins des noces duraient toujours, et la
nouvelle mariée n'avait pas encore dormi avec son mari.
Le prince fit habiller sa femme en princesse, la présenta à la
société comme une parente à lui, et, à l'heure du repas, il la plaça à
sa droite, à table. Au dessert, tout le monde était un peu gai, et l'on
riait et l'on plaisantait. Le prince se leva alors et dit :
— Mon beau-père, je veux connaître votre avis sur un cas
embarrassant.
— Qu'est-ce que c'est ? Parlez, dit le vieillard.
— J'avais un gentil petit coffret, qui faisait mon bonheur, et qui
152

ANTHOLOGIE

fermait avec une clef d'or. Un jour, je perdis la clef, et j'en fis faire
une nouvelle. Mais, quelque temps après, je retrouvai ma première
clef, de sorte que j'en ai deux, à présent, presque aussi gentilles
l'une que l'autre. A laquelle des deux dois-je donner la préférence, à
l'ancienne ou à la nouvelle ?
— Respectons toujours les anciens et les anciennes choses,
répondit le vieillard.
— C'est aussi mon avis, reprit le prince ; voici mon ancienne
clef — et il montrait sa première femme — et voilà la nouvelle — a il
désignait l'autre. Je reprends l'ancienne et vous laisse la nouvelle.
Et aussitôt ils se levèrent de table tous les deux et partirent, au
milieu du silence et de l'étonnement général. Ils revinrent à leur
ancien château, où ils retrouvèrent leur enfant, et vécurent heureux, je
présume, car depuis, je n'ai pas entendu parler d'eux.
Conté par Marguerite Philippe, novembre 1869.
(F.-M. Luzel, Contes populaires de Basse-Bretagne, 1887.)

PARALLÈLES LITTÉRAIRES :
Apulée, L'Ane d'or (il- siècle ap. J.-C.). Leprince de
Beaumont (Mme), La Belle et la bête.

BIBLIOGRAPHIE :
Cosquin (E.), Contes de Lorraine, II, 217-230.
Swahn (Jan-0jvind), The Taie of Cupid and Psyché, Lund, 1955.
Neumann (E.), Amor und Psyché, 1952.
Barchilon (J.), Beauty and thé Beast, From Myth to Fairy Taie, Psychoa-
nalysis and Psychoanalytical Review, 1959. Franz (M.-L. von), L'âne
d'or : interprétation d'un conte (1970), 1978.

T. 480 LES FÉES

1. Etoile d'or et Oreille d'âne (Gascogne)

II y avait une fois un homme et une femme qui avaient une fille.
Voilà que la femme mourut. Alors, l'homme se remaria avec une
veuve qui avait, elle aussi, une fille.
CONTES MERVEILLEUX 153

C'était une méchante femme et elle détestait la fille de son mari.


Elle la grondait sans cesse, lui faisait faire tout le travail de la maison
et lui plaignait jusqu'au pain qu'elle mangeait.
Un matin, elle lui dit :
— Va porter les balayures au ruisseau.
La jeune fille mit les balayures dans un crible et les porta au
ruisseau. Voilà qu'en jetant les balayures, le crible lui échappa des
mains et tomba dans le ruisseau où l'eau l'emporta.
Elle se mit à courir sur la berge du ruisseau et cria à des
laveuses :
— De la rive d'en deçà, de la rive d'en delà, n'avez-vous pas
vu un crible passer ?
— Si, nous l'avons vu passer, mais nous n'avons pas pu
l'attraper.
Elle alla plus loin et vit une autre laveuse. Elle lui cria de
nouveau :
— De la rive d'en deçà, de la rive d'en delà, n'avez-vous pas
vu un crible passer ?
— Si, je l'ai vu passer et je te l'ai arrêté : le voici, petite.
— Grand merci.
— Maintenant, regarde ce que j'ai derrière l'oreille.
— J'y vois or et argent.
— Eh bien, or et argent te suivent. As-tu déjeuné, petite ?
— Non, pas encore.
— Eh bien, viens avec moi, je te ferai déjeuner. Quand la jeune
fille fut à table, elle prit seulement une pomme de terre. Alors la
Sainte Vierge lui dit :
— Ce n'est pas ce qu'il te faut, petite. Et elle lui
donna une cuisse de poulet. Puis, elle la conduisit
dans la chambre des robes.
— Choisis, dit-elle.
La jeune fille s'en choisit une toute fanée et toute déchirée.
Alors, la Sainte Vierge lui dit :
— Ce n'est pas celle-là qu'il te faut, petite. Et elle lui en donna
une toute garnie de broderies et de dentelles.
Puis elle la conduisit à l'étable des chevaux.
154

ANTHOLOGIE

— Choisis, lui dit-elle.


La jeune fille s'en choisit un qui était maigre comme une arête,
vieux comme un chemin et qui n'avait que trois jambes. Alors, la
Sainte Vierge lui dit :
— Ce n'est pas celui-là qu'il te faut, petite. Et elle lui en donna
un bien fringant et bien beau. Puis, elle attacha le crible à la
queue du cheval, sellé et bridé et elle lui dit :
— Monte sur le chevalet et va-t-'en sans jamais te retourner.
Quand tu seras là-haut, au bout de la côte, tu lèveras la tête.
La jeune fille partit, après avoir bien remercié et salué la Sainte
Vierge. Quand elle fut au bout de la côte, elle leva la tête et voilà
qu'une belle étoile d'or descendit sur son front.
Quand ceux de la maison la virent venir de loin, la femme dit :
— Hé ! quelle est cette belle demoiselle, là-bas, à cheval et si
bien habillée, avec une étoile sur le front ?
— Hé ! c'est ma fille, dit l'homme.
— Oh ! c'est bien ta fille, va !
— Oui, oui, c'est elle.
Ils lui demandèrent d'où elle avait tiré tout cela et elle leur
raconta tout. Alors, la femme dit à sa fille :
— Toi, tu iras demain.
Le lendemain, celle-ci alla porter les balayures au ruisseau. En
jetant les balayures, elle jeta le crible. Elle cria aux laveuses :
— De la rive d'en deçà, de la rive d'en delà, n'avez-vous pas
vu un crible passer ?
— Si, nous l'avons vu passer, mais nous n'avons pas pu
l'attraper.
Elle alla plus loin et vit une autre laveuse. Elle lui cria de
nouveau :
— De la rive d'en deçà, de la rive d'en delà, n'avez-vous pa*
vu un crible passer ?
— Si, je l'ai vu passer et je te l'ai arrêté : le voici, petite. La
jeune fille prit le crible, sans rien dire.
— Maintenant, lui dit la Sainte Vierge, regarde ce que j'ai der-
rière l'oreille.
— Il y a lentes et poux.
CONTES MERVEILLEUX 155

— Eh bien, lentes et poux te suivent. As-tu déjeuné, petite ?


— Non, pas encore.
— Eh bien, viens avec moi, je te ferai déjeuner. Quand la jeune
fille fut à table, elle prit une cuisse de poulet. Alors la Sainte
Vierge lui dit :
— Ce n'est pas cela qu'il te faut, à toi, petite.
Et elle lui donna une pomme de terre.
Puis, elle la conduisit dans la chambre des robes.
— Choisis.
La jeune fille s'en choisit une très belle, toute ornée de brode-
ries. Alors la Sainte Vierge lui dit :
— Ce n'est pas celle-là qu'il te faut à toi, petite.
Et elle lui en donna une toute fanée et toute déchirée.
Puis elle la conduisit à Pétable des chevaux.
— Choisis.
La jeune fille s'en choisit un bien fringant et bien beau. Alors la
Sainte Vierge lui dit :
— Ce n'est pas celui-là qu'il te faut, à toi, petite.
Et elle lui donna celui qui n'avait que trois jambes.
Puis, elle lui attacha le crible à la queue du cheval et lui dit :
— Monte sur le chevalet et va-t'en sans te retourner. Quand tu
seras là-haut, au bout de la côte, tu lèveras la tête.
La jeune fille partit, sans dire merci ni saluer.
Quand elle fut au bout de la côte, elle leva la tête, et qu'est-ce
qui y tomba ? Deux grandes oreilles d'âne !
Quand ceux de la maison la virent venir de loin, la femme dit :
— Hé ! quelle est cette souillon, là-bas, sur cette rosse à trois
jambes, avec cette tête d'ânesse ?
— Hé ! c'est ta fille, dit l'homme.
— Comment ! ma fille !
— Oui, oui, c'est elle.
On essaya de lui arracher ces horribles oreilles, mais on eut beau
tirer : il aurait fallu lui arracher la tête ! Il fallut qu'elle les gardât.
A partir de là, on appela la première « Etoile d'or », et la
seconde « Oreille d'âne ».
Etoile d'or se maria avec un beau jeune homme. Oreille d'âne
n'osait pas se montrer : pensez si elle trouva à se marier !
156

ANTHOLOGIE

Recueilli en 1902 à Comberouger par Germaine et Marie Nagrace, toutes


deux nées à Beaumont-de-Lomagne, en 1893 et 1887, toutes deux vivant à
Bouillac, en 1914, la première couturière, la seconde ménagère. Germaine est
actuellement employée des contributions directes à Bourg-sur-Gironde, et
Marie réside à Beaumont-de-Lomagne.
(Antonin Perbosc et Suzanne Cézerac, Contes de Gascogne, 1954.)

2. La veillée dans le puits (Nivernais)

II y avait une fois une femme restée veuve avec une petite fille.
Elle épousa en secondes noces un homme veuf ayant aussi une fille
de son premier mariage. Elle ne pouvait souffrir cette enfant dont
elle était jalouse, car elle la voyait aussi douce, aussi bonne que la
sienne était acariâtre et méchante. Elle l'éloignait de la maison
autant qu'elle le pouvait.
Un soir, elle lui dit : « Vilaine que tu es, pourquoi ne vas-tu pas
veiller hors d'ici ? »
La petite prit sa quenouille et son fuseau et sortit toute désolée,
ne sachant où aller. En passant près du puits, elle se pencha
instinctivement sur la margelle et fut bien surprise de voir au fond
une grande clarté et des demoiselles, si surprise que son fuseau lui
échappa et tomba dans le puits.
— A la garde de Dieu, dit-elle, je vais te suivre. Elle se jeta par-
dessus le bord et se trouva tout-à-coup près des demoiselles dont
l'une se prit à dire :
— Maman, maman, voici une petite fille qui vient veiller avec
nous, qu'allons-nous lui donner ?
— Que désires-tu d'elle ? répondit la mère qui était une belle
dame.
— Qu'elle me pouille.
Et la petite fille se mit de bonne grâce à fouiller dans la cheve-
lure de la demoiselle.
— Que trouves-tu, ma mie ? demanda la mère.
Ni pou ni lente
La tête bien blanche
CONTES MERVEILLEUX 157

— Que ni pou ni lente ne t'arrive, ma mie. La veillée finie, au


moment où l'enfant allait quitter le puits, la demoiselle dit à sa
mère :
— Que lui souhaitez-vous ?
— Je souhaite qu'à toute parole qu'elle prononcera, il lui sorte
un écu de la bouche.
La petite fille rentra et la belle-mère lui cria, de mauvaise
humeur :
— Où as-tu veillé, vilaine ?
— Dans le puits.
Et à chaque mot un écu tombait de ses lèvres.
— Ah ! dit la belle-mère enchantée, tu n'y retourneras pas ;
c'est toi, ma fille qui iras demain.
Et le lendemain soir, elle conduisit au bord du puits la méchante
enfant, qui vit aussi la clarté dans le fond, et jeta son fuseau en
disant :
— A la garde du Diable, je vais te suivre.
— Maman, s'écria la demoiselle, voici une petite fille qui vient
veiller ; que lui donnerons-nous ?
— Que désires-tu d'elle ? dit la mère.
— Qu'elle me pouille.
Mais ce fut en rechignant que l'autre se mit à toucher du bout
des doigts les cheveux de la demoiselle.
— Que trouves-tu ma mie ? demanda la mère.
— Pou et gale, madame.
— Que pou et gale t'arrivent, ma mie. Et elle eut aussitôt la tête
couverte de vermine.
Après la veillée, la demoiselle dit :
— Que lui souhaitez-vous, maman ?
— Je souhaite qu'à chaque parole qu'elle prononcera, elle fasse
un pet.
Lorsqu'elle revint à la maison, sa mère lui demanda bien vite
des nouvelles de sa veillée. Mais comme le souhait s'accomplissait,
elle entra dans une si grande colère qu'elle en mourut, et sa fille
ne tarda pas à faire de même, de rage et de honte, si bien que les
autres vécurent tranquilles jusqu'à la fin de leurs jours.
158

ANTHOLOGIE

Conté par la Veuve Sourdeau, née à Rigny, canton de Fougues.


(Achille Million, Revue des Traditions populaires, 1, 1886.)

PARALLÈLES LITTÉRAIRES :
Lhéritier (Jeanne), Les enchantements de l'éloquence.
Perrault (Ch.), Les fées.
Gripari (P.), La fée du robinet, Contes de la rue Broca.

BIBLIOGRAPHIE :
Cosquin (E.), Contes de Lorraine, II, 119-123.
Rôheim (G.), Dame Holle : Dream and Folk-Taie, Essays in honour of Tfiep-
dor Reik, 1953. Roberts (Warren), The Taie of thé kind and thé unkind
girl, Berlin, 19S8.

T. 510 A CENDRILLON

La Cendreuse (Poitou)

II y avait une fois des gens riches, des seigneurs, et qui avaient
trois filles. Il y en avait deux qui étaient fières, fières ! Et puis, 1»
troisième, bonnes gens, était méprisée, elle ne s'émouvait pas (ne
s'amusait pas) comme les autres, et elle restait toujours une partie
dans le coin du feu, et on l'avait baptisée « la Cendreuse ». Quand
les deux aînées allaient se promener, elles demandaient à U
Cendreuse :
— Allons, Cendrouse, tu ne veux pas venir avec nous autres te
promener ?
— Ah non ! Je ne veux pas y aller de fait (bien sûr) !
— Ah, Cendrouse ! Tu ne seras toujours qu'une Cendreuse,
va ! Toujours gratter les cendres ! Toujours rester dans le coin du
feu!
Le papa s'en va dans une foire, bien loin. Il demande à ses
filles :
— Allons, mes filles ! Que voulez-vous que je vous apporte ?
Voilà l'aînée qui dit :
CONTES MERVEILLEUX 159

— Ah ! Papa ! vous m'apporterez une belle robe, ce que vous


pourrez trouver de plus beau, d'une telle couleur. Et l'autre de
même.
— Hé bien ! Et toi, Cendreuse, qu'est-ce que je t'apporterai ?
— Ah ! Papa ! une noisette, si vous voulez !
— Ah ! frugale (gourmande) ! Tu aimes bien mieux avoir quelque
chose pour manger que d'avoir une belle robe, pas vrai, toi ? Que
tu as de malheur ! Ah ! pauvre Cendrouse !
Voilà que le papa leur apporte bien ce qu'elles lui avaient
demandé. Il apporte deux jolies robes à ses deux filles, qui étaient
fières, tout à fait ce qu'il y avait de plus beau ; et il apporta une
noisette pour la Cendrouse.
Le dimanche vint. Voilà les deux filles qui s'habillent dans leurs
beaux habits en disant à la Cendrouse :
— Tu ne veux pas venir, toi, à la messe, hein ? Ah !
Cendrouse !
Et elles partirent à la messe.
Voilà bien vite ma Cendrouse qui ouvre sa noisette. Elle trouva
une belle voiture, bien attelée, deux fameux chevaux, un cocher, et
des habits là qui étaient quatre fois plus beaux que ceux de ses
sœurs. Et la voilà bien vite qui s'habille, qui monte dans sa voi-
ture, et elle arrive encore aussi tôt à la messe que ses sœurs. Et,
quand ils virent arriver cette voiture, tout le monde était occupé
de regarder.
— A qui qu'ol est cette voiture ? A qui qu'ol est cette voiture ?
Ah!
Elle entre à la messe.
Quand la messe fut finie, elle monte dans sa voiture, et « touche
cocher !» Ah ! elle fut tantôt (bien vite) rendue ! Et personne ne
pouvait s'imaginer qui était cette belle demoiselle.
Quand ses sœurs furent rendues, elles dirent à la Cendrouse, qui
était dans le coin de son feu.
— Ah ! ma pauvre Cendrouse ! Si tu étais venue à la messe, tu
aurais vu la plus belle demoiselle, que personne ne connaît, que
personne en a vu une plus belle dans le monde ! Un cocher, deux
chevaux, ah !
160

ANTHOLOGIE

— Oh ! Qu'elle soit tant belle qu'elle voudra, elle n'est pas plu»
belle que moi !
— Hein ! Cendrouse, qu'est-ce que tu dis là ? Elle n'est pas plut
belle que toi ? Ah, mon Dieu ! Qu'est-ce que tu dis là ?
Allons, l'autre dimanche vint. Il fallut encore aller à la mess*.
— Allons ! qu'elles dirent encore à la Cendrouse avant de partir,
allons, Cendrouse ! Tu ne veux pas venir à la messe, anni
(aujourd'hui), voir cette demoiselle ? Elle y sera peut-être encore.
Une si jolie voiture !
— Ah ! je ne veux pas y aller, non ! qu'elle dit.
— Ah ! Tu aimes mieux gratter tes cendres, pardié !
Et d'abord qu'elles furent parties, elle ouvre sa noisette et s'ha-
bille. Elle monte en voiture ; elle fut encore si tôt rendue comme
ses sœurs.
Et voilà encore tout le monde à regarder, et à dire :
— Qui q'a peut être ? Qui q'a peut être ? Une si jolie voiture, si
jolie et que personne la connaît !
Quand la messe fut dite, elle sort et elle monte dans sa voiture.
En montant dans sa voiture, elle laissa tomber une de ses pantou-
fles. Et précisément, c'est le fils du roi qui la ramassa, sans que
personne s'en aperçut. Et le voilà, après, qui dit :
— Ah ! voilà une jolie pantoufle ! Celle-là, à qui elle ira, qu'elle
chaussera bien, ça sera ma femme ! Je l'épouserai.
Ah, mon Dieu ! Si vous aviez vu toutes ces princesses, toutes
sortes d'espèces de demoiselles, à se rendre là et essayer la pantoufle,
et essayer ! La pantoufle ne chaussait point aucun pied, rien du
tout, elle n'allait pas à aucune.
— Ah, Cendrouse ! Quand elles furent rendues. Elle y était
encore, cette belle demoiselle ; va, si t'avais (tu étais) venu(e), ru
l'aurais vue ; va, je t'assure que c'est une belle demoiselle !
— Qu'elle soit tant belle qu'elle voudra ! Elle n'est pas plus
belle que moi.
Allons, ce fut remis au dimanche d'après pour essayer encore
cette pantoufle. Toutes les princesses de tous pays, elles venaient
pour essayer cette pantoufle. Et la Cendrouse s'y rend aussi tout
chapetit (doucement), point montée dans sa voiture, cette fois, toute
Cendrouse, pardié !
CONTES MERVEILLEUX 161

Voilà toutes les princesses après avoir essayé cette pantoufle, elle
n'allait point à aucun pied. Ma Cendreuse s'approche, essaie cette
pantoufle, enfin, elle était comme moulée à son pied ! Elle lui
allait ! Et puis, comme il avait dit que celle-là à qui elle irait, ça
serait son épouse, les voilà toutes à se regarder, ces princesses et le
tout :
— Ah ! mon Dieu ! Le fils du roi se mariera avec la Cendrouse !
Le fils du roi se mariera avec la Cendrouse !
Voilà ma Cendrouse qui ouvre sa noisette, et elle présenta cette
belle voiture ! Elle s'habilla, qu'il n'y avait point de princesse si
belle comme elle était, bien sûr ! Et puis, elle monta dans sa voiture
avec le fils du roi, et les voilà partis ! Ainsi la Cendrouse était
beaucoup plus belle que ses sœurs, après !
(Léon Pineau, Contes populaires du Poitou, 1891.)

PARALLÈLES LITTÉRAIRES :
Des Périers (Bonaventure), D'une jeune fille nommée Peau d'Ane, Nou-
velles Récréations et joyeux devis, 1558. Perrault (Ch.), Cendrillon, 1697.
D'Aulnoy (Mme), Finette-Cendron, Les Contes de fées, 1696 ou 1697.

BIBLIOGRAPHIE :
Cox (Marian Roalfe), Cinderella, London, 1893. Cosquin (E.), Les contes
indiens et l'Occident, p. 30-57. Rooth (Anna-Birgitta), The Cinderella Cycle,
Lund, 1951. Courtes (Joseph), Une lecture sémiotique de Cendrillon, in
Introduction à la sémiotique narrative et discursive, Paris, 1976.

T. 510 B PEAU D'ÂNE

Cughjulina (Corse)

Una volta era... une fois, il y avait un monsieur marié avec


une femme qui avait une étoile d'or au milieu du front. Quand
elle est venue à mourir, elle a fait promettre à son mari de ne pas
162

ANTHOLOGIE

en épouser une autre, si ce n'est une qui ait aussi une étoile d'or
au front.
Le monsieur a eu beau chercher dans tous les pays, il a vu des
filles de roi, et des demoiselles, mais il n'a pas trouvé de femme
pareille à la sienne. Seule, leur fille avait aussi une étoile d'or au
front.
Alors, un beau jour, il lui a dit :
— C'est toi que je vais épouser !
Mais la jeune fille ne voulait pas !
Elle va sur la tombe de sa mère, et lui dit :
— Maman, si tu savais comme je suis malheureuse. Papa veut
m'épouser, parce que je suis pareille à toi, et moi je ne veux pas !
Que dois-je faire ?
Sa mire lui répond :
— Retourne à la maison. Tu prendras le chapelet, et tu le mettras
sur la table de nuit. Prends aussi la pelle du foyer, et un peigne, et
monte-les dans la chambre. Quand ton père t'appellera pour la nuit,
le chapelet répondra, à ta place : « Non, je ne peux pas venir : je
fais ma prière. » Ton père t'appellera une seconde fois ; alors la
pelle répondra : « Non, je ne peux pas venir : je ramasse le feu. »
Et il t'appellera encore une troisième fois ; alors, le peigne
répondra : « Non, je ne peux pas venir : je me coiffe. »
Et toi, pendant ce temps-là, tu t'échapperas de la maison, et tu
iras dehors tuer la vache. Quand tu l'auras tuée, dans son bassin, tu
trouveras una palla d'oru, une petite boule d'or18. Avec cette petite
boule d'or, tu seras aussi belle que tu voudras, et tu auras tout ce
que tu désires. Enfin, tu prendras la peau de la vache, tu la mettras
sur ton dos, pour te couvrir ; et puis tu t'en iras, comme ça gagner ta
vie ailleurs.
I.a jeune fille a fait ce que sa mère lui avait dit. Elle est montée
dans M chambre, elle a mis le chapelet sur la table de nuit ; elle a pris
aussi la pelle du foyer, et un peigne, et les a posés à côté du
chapelet. Puis, elle a quitté la maison pour aller tuer la vache.
Pendant ce temps, son père l'a appelée :
— C'est l'heure de venir te coucher !

18. A palla désigne «usai bien une bille qu'une boule.


CONTES MERVEILLEUX 163

Le chapelet a répondu :
— Non, je ne peux pas venir : je fais ma prière. Au bout d'un
moment, son père l'appelle une seconde fois. Mais elle était partie.
Alors, la pelle a répondu :
— Non, je ne peux pas venir : je ramasse le feu. Quelques instants
plus tard, son père appelle sa fille pour la troisième fois 5 et cette
fois, le peigne a répondu :
— Non, je ne peux pas venir : je me coiffe.
Ainsi, le père n'a pas pu trouver sa fille pendant cette nuit-là.
La jeune fille, elle, avait eu le temps de tuer la vache. En ramas-
sant la petite boule d'or trouvée dans son bassin, elle l'a un peu
frottée...
— Comanda ! (Commande) ! a dit la petite boule d'or.
Il lui suffisait de dire « Je commande », et elle avait tout ce
qu'elle voulait, se transformait en ce qu'elle voulait, par la palla
d'oru.
Enfin, elle a pris la peau de vache, et l'a mise sur son dos ; et
puis elle est partie comme ça, pour chercher à gagner sa vie. Depuis
ce temps-là, on l'a appelée Cughjulina19, à cause de la peau dont
elle se couvrait.
Elle a beaucoup marché, et elle est arrivée auprès de la maison
du roi. Là elle s'est adressée à des serviteurs, qui lui ont dit :
— Le fils du roi cherche quelqu'un pour garder les oies ! Va
donc garder les oies !

." Enrrzi-r. E: r.—J :ÎT_". " .";r~:; îui chir:r< CL."";.- .'î* o:«. A
ce — cr:er:-"l. Qiîhr-^â se serrai: ds sa penrc boule d'or pour les
garder : et elle se menait à peigner ses cheveux. Quand elle se
peignait ainsi, d'un côté de sa tête tombait du blé, de l'autre du
riz. Les oies étaient bien nourries !
Le fils du roi était très étonné de les voir grasses. Il a dit à la
gardeuse d'oies :
— Fais attention ! où mènes-tu les oies ? peut-être dans le jardin
du magu (ogre) ?

19. De coghja, qui signifie « peau ».


164

ANTHOLOGIE

— Non, non, je les garde en leur disant comme ça : Clo clo !


Av' un' bon' padrone (Vous avez un bon maître) !
Quelque temps après, le roi donne un bal pour son fils. Beau-
coup de jeunes gens et de jeunes filles arrivaient pour danser. Le
fils du roi, en passant devant l'écurie, dit à la gardeuse d'oies :
— Viens-tu, toi aussi ?
— Non, je ne suis pas assez jolie.
Mais dès qu'il s'est éloigné, elle a pris sa petite boule d'or, et
l'a frottée :
— Comanda ! dit la boule.
— Je commande d'être habillée en bronze, à l'instant, ainsi que
mon cheval et mon écuyer.
Aussitôt, elle se trouve habillée d'une robe couleur de bronze ;
un beau cheval l'attendait, tenu par un écuyer, vêtu de la même
couleur. Personne ne pouvait reconnaître Cughjulina sous cette
parure de bronze. Elle arrive ainsi sur la place, devant la maison
du roi, où le bal avait lieu. Son écuyer l'aide à descendre de cheval,
et elle entre dans la maison. Dès que le fils du roi la voit, il est
ébloui par sa beauté. Il l'invite au bal, et ne veut plus danser
qu'avec elle. A la fin, il lui offre une bague, et lui demande :
— De quel pays êtes-vous ?
— Je suis du pays â'A Sella (de la Selle) !
— Quel drôle de nom pour un pays !
Quand le bal va finir, Cughjulina sort et monte sur son cheval,
que son écuyer tenait par la bride. Vivement, elle monte en selle, et
s'en va.
Le fils du roi, qui voulait suivre la belle jeune fille vêtue de
bronze, se rend aux écuries, et appelle la gardeuse d'oies.
Cughjulina — qui avait déjà eu le temps de remettre sa peau
de vache — était là.
— Va vite me chercher ma selle ! lui dit-il.
Et il enfourche son cheval. Mais c'était trop tard ! Il n'a pas pu
rattraper la jeune fille vêtue de bronze...
Peu de temps après, le roi donne un second bal. Cette fois, Cug-
hujlina a commandé, à sa petite boule d'or, d'être habillée en
argent. Et la voilà encore qui arrive au milieu de la place, accom-
pagnée par son écuycr, qui l'aide à descendre de cheval.
CONTES MERVEILLEUX 165

Cette fois-là aussi, le fils du roi était bien décidé à savoir qui
elle était. Il l'invite encore au bal, et la fait danser tout le temps. A
la fin, il lui offre un collier, et lui demande :
— De quel pays êtes-vous ?
— Je suis du pays d'A Briglia (de la Bride) !
— Quel drôle de nom pour un pays !
Quand le bal va finir, la jeune fille s'esquive encore, avec son
cheval et son écuyer.
De son côté, le fils du roi court vite à l'écurie, où il dit à la gar-
deuse d'oies :
— Oh ! Cuhjulina ! j'ai vu une jolie fille au bal...
— Ça m'est égal !
— Va vite chercher ma bride !
Mais quand son cheval a été bridé, il était sans doute trop tard :
la belle jeune fille habillée en argent avait disparu !
Quelques temps après, le roi fait donner un troisième bal. Cette
fois, le fils du roi avait donné l'ordre de surveiller la belle jeune
fille :
— Quand elle partira, regardez où elle va.
Cette fois, Cughjulina est arrivée habillée tout en or. La lune
et le soleil ne brillent pas comme elle brillait. Il a encore dansé tout le
temps avec elle ; puis, il lui offre une broche et lui demande :
— De quel pays êtes-vous ?
— Du pays d'U Spronu (de l'Eperon) !
— Quel drôle de nom pour un pays !
Mais le bal va se terminer. Cughjulina réussit encore à se sauver.
Elle est montée sur son cheval, et cette fois elle s'est mise à lancer
des sous autour d'elle. Alors, les serviteurs du roi se pressent autour
d'elle pour en ramasser ; elle, pique son cheval, et s'en va au galop ;
et ils l'ont perdue de vue.
Le fils du roi court aux écuries, y trouve la pondeuse d'oies, et
lui dit :
— Va vite chercher mon éperon ! Je vais moi-même à sa
poursuite.
Et il part à la poursuite de la jeune fille habillée tout en or, mais
ne la trouve pas davantage que les autres fois.
Après cela, qu'est-ce qu'il est arrivé ? l.c fils du roi est tombé
166

ANTHOLOGIE

malade d'amour pour elle. Ses parents ont tout essayé pour l'en dis-
traire, mais il ne voulait rien pour guérir. Un beau jour, il lui
vient une idée :
— Je voudrais que Cughjulina me fasse quelque chose a
manger.
— Comment ? lui dit-on, Cughjulina qui est si sale ?
— Je veux qu'elle me fasse à manger ! La g deuse d'oies a reçu
l'ordre de lui préparer quelque chose à manger. Elle a seulement
demandé :
— Donnez-moi une chambre, fermée à clé : je préparerai tout.
Alors, quand elle a été seule dans la chambre, elle a retiré la clé,
et l'a posée sur la table. Puis, elle enlève sa peau de vache, et prend sa
petite boule d'or.
Le fils du roi, lui, regardait par le trou de la serrure : il a été
ébloui par la lumière. Comme Cughjulina était belle, avec l'étoile
d'or qui brillait au milieu de son front !
La jeune fille n'avait pas grand-chose à préparer, puisqu'il lui
suffisait de commander à sa petite boule d'or ce qu'il fallait pour
offrir à manger au fils du roi. Alors, dans sa tasse, elle mit la bague
qu'il lui avait offerte au premier bal, quand elle s'était habillée en
bronze ; elle n'a pas oublié, non plus, le collier, ni la broche, qu'il
lui avait offerts quand elle s'était habillée en argent, et puis en or.
Après cela, Cughjulina a servi le repas préparé de ses mains,
au fils du roi. Dès qu'il a vu seulement la bague dans la tasse, il
l'a reconnue pour la belle jeune fille qui l'avait charmé au bal. Il a
dit à ses parents :
— Je veux me marier avec Cughjulina !
Les parents ne comprenaient pas comment leur fils avait pu
s'éprendre d'elle. Mais Cughjulina a enlevé sa peau de vache, et le
roi et la reine ont été éblouis.
Et le fils du roi s'est marié avec Cughjulina.
Conté en français en octobre 1955 par Mme Vve Scampucci, 72 ans,
propriétaire, à I.oriani, hameau de la commune de Cambia, canton de Saint-
Laurent, dans la Castagniccia.
(Geneviève Massignon, Contes corses, 1963.)
CONTES MERVEILLEUX 167

PARALLÈLES LITTÉRAIRES :
Perrault (Ch.), Peau d'âne, 1694.

BIBLIOGRAPHIE :
Voir p. 161.

T. 511 UN-ŒIL, DOUBLE-ŒIL, TRIPLE-ŒIL

La Chèvre (Pyrénées)

Vivaient une fois une mère et ses trois filles. L'une d'elles
n'avait qu'un œil, la cadette en avait deux, et l'autre trois. La fillette
aux deux yeux était comme vous et moi, mais sa mère ne l'aimait pas.
Les deux autres étaient chéries et choyées, cependant que la
malheureuse enfant, en haillons, gardait à longueur de journée la
chèvre par la montagne.
Elle ne rentrait qu'à la nuit et partageait le repas du chien. Quel-
quefois le chien lappait toute la soupe... C'était tant pis pour elle.
Pour ne point mourir de faim, elle trayait, en cachette, quelques
gorgées de lait à sa chèvre, bien peu tout de même.
Une fois donc la fillette aux deux yeux n'avait rien mangé
depuis deux ou trois jours. Elle pleurait sur la montagne. Elle pleurait
tant qu'enfin une femme lui apparut. C'était la Sainte Vierge.
— Pourquoi pleures-tu, mon enfant ?
La fillette fut effrayée de tant de lumière, mais la Sainte Vierge
la rassura et reçut ses doléances.
— A partir de ce jour, tu seras heureuse, mon enfant.
— Comment donc ?
— Lorsque tu garderas ta chèvre par la forêt, il te suffira de dire
:
« Chevrette bêle,
Tablette dresse. »
168

ANTHOLOGIE

Tu auras de la nourriture à satiété. Ensuite tu diras :


« Chevrette bêle,
Tablette dessers. »
La Vierge avait disparu. Mais la fillette hésitait à suivre son
conseil. Toutefois, la faim l'exigeant, elle fit bêler sa jolie chevrene.
« Chevrette bêle,
Tablette dresse. »
Elle fut servie comme dans un palais royal. Chaque jour donc,
elle déjeunait avec délices dans sa forêt.
Evidemment, elle dédaignait l'écuelle réservée au chien. Elle
repoussait cette nourriture, mais elle ne pleurait plus. C'était anor-
mal. La mère donc la voulut suivre au pâturage.
— Demain j'irai avec toi, rusée coquine.
Mais la méchante femme fut bientôt lasse de cheminer parmi
les rochers. Elle s'arrêta pour dormir derrière un buisson. L'enfant
put donc prendre son repas à loisir.
Le jour suivant, la fillette cyclope voulut suivre sa cadette.
— Viens donc, ma sœur, le temps passera plus vite.
La fillette aux deux yeux fit cheminer longuement l'espionne. A
tel point qu'elle cria grâce : « Faisons halte ici. » C'était au pied
d'un gros arbre. Aussitôt elle s'endormit.
— Tu dors, la fille d'un œil ?
— Je dors.
Aussitôt, l'enfant appela la chèvre :
« Chevrette bêle,
Tablette dresse. »
Quelques jours passèrent. Finalement, la fillette aux trois yeux
voulut suivre la bergère par les monts.
— Puisque tu veux m'accompagner, viens donc. Mais la chèvre
nous mènera bien loin.
— Bien ou mal, je te suivrai, chevrière. Elles rôdèrent loin par la
montagne. Finalement, l'espionne céda à la fatigue :
— Asseyons-nous, de grâce !
CONTES MERVEILLEUX 169

Peu après, la bergère dit à sa sœur :


— Dors-tu, la fillette aux deux yeux ?
Elle commit une erreur, car elle dit « fillette aux deux yeux »
au lieu de « fillette aux trois yeux » !
— Je dors !
En fait, sa compagne ne dormait que de deux yeux, l'autre œil
suivait le miracle de la tablette. Il va sans dire qu'à la nuit la
méchante fillette fit tout le récit à la mère. Celle-ci tua la chèvre
pendant le sommeil des enfants et enterra le cadavre dans l'aire.
Le lendemain matin, les deux favorites se faisaient belles en vue
d'une fête ; elles se penchèrent à la fenêtre.
— Fillette aux deux yeux, viens donc voir !
— C'est merveilleux !
Un grand pommier avait poussé dans la nuit, couvert de pom-
mes bien rouges. Les branches touchaient terre. Ces deux fillettes
descendirent dans la cour et voulurent cueillir des fruits merveil-
leux. Les branches se relevèrent. La fillette aux deux yeux vint à
son tour et cueillit tout ce qu'elle voulut. Elle offrit des fruits à
ses sœurs. Toutefois, lorsqu'on la rudoyait, elle refusait d'en cueillir.
Chose extraordinaire, lorsqu'elle détachait une pomme, dix nouvelles
apparaissaient sur l'arbre.
Le bruit courut un jour que le fils du roi traversait ce village.
Pensez si les deux filles se firent belles pour le voir passer ! L'autre
faisait honte avec ses haillons. On la cacha sous une comporte. Son
tablier était plein de pommes, elle en plaça une sur le bord de la
comporte. Le fils du roi arriva bientôt devant le pommier
merveilleux.
— Je n'ai jamais vu de fruits aussi beaux. Voyons filles, cueillez-
m'en donc.
— Avec plaisir.
Mais ce fut en vain, car les branches se relevèrent.
— Vous êtes maladroites !
Tous les assistants se moquèrent d'elles. Tout à coup, on aperçut
une pomme qui roulait depuis la comporte, suivie d'une
deuxième, puis d'une autre, enfin une rivière de pommes.
— Qu'y a-t-il donc sous la comporte ?
— Ce n'est qu'un chien méchant.
170

ANTHOLOGIE

La comporte enlevée, une jeune fille apparut dans des vêtements


crasseux. Le prince la fit aussitôt habiller richement de pied en cap.
Puis elle lui conta tout.
C'était la plus jolie fille du pays. Le prince l'épousa. La mère
fut pendue. Quant aux deux sœurs, on les donna en mariage à deux
brutes de soldats.
Je passe par mon pré,
Mon conte est terminé.
Manuscrit Gaston Maugard, Contes recueillis dans l'Aude
pyrinéennt, entre 1938 et 1950 — Musée des Arts et Tradi-
tions populaires.)

BIBLIOGRAPHIE \
Voir p. 161.

T. 513 LE BATEAU QUI VA SUR TERRE COMME SUR MER OU


LES DOUÉS

La voiture qui marche toute seule (Creuse)

II y avait une fois, il y a bien longtemps de cela — c'était du


temps des seigneurs — une pauvre femme qui s'appelait Margue-
rite ; elle demeurait au Monteil-au-Vicomte. Elle avait trois fils, les
deux plus âgés étaient deux grands gaillards solides et délurés, mais il
n'en était pas de même pour le plus jeune. Non pas qu'il fut
moins intelligent que les autres ni qu'il fut infirme, mais quand il
marchait il regardait toujours à terre ou de côté et d'autre et il n'aurait
pas voulu écraser même une fourmi.
Dans ce temps là, le roi fit annoncer qu'il donnerait sa fille en
mariage à celui qui ferait une voiture qui marcherait toute seule.
L'aîné, quand il sut cela, dit à sa mère : « Demain tu me pré-
pareras mon panier ; j'irai au bois de la Garenne essayer de faire
cette voiture. » Le matin il se leva de très bonne heure et le voilà
parti. En passant à la fontaine de la Collation, il trouva une petite
CONTES MERVEILLEUX 171

vieille qui trempait une croûte de pain bien sèche dans l'eau, afin
de pouvoir la manger : « Eh ! bonjour ma bonne vieille, dit-il,
qu'est-ce donc que vous faites là si matin ? — Ah, mon brave gar-
çon, je trempe ma croûte de pain dans la fontaine, elle descendra
mieux ; et vous où allez-vous donc ? — Je vais à la Garenne faire
quelques fourches et quelques râteaux. — Faites donc fourches, faites
donc râteaux ! »
Quand il fut dans le bois tous les coups de serpe qu'il donnait
faisaient soit une fourche soit un râteau. Le soir il en avait sa charge
quand il revint, mais de voiture : point.
Le cadet dit : « Je vais y aller à mon tour, je réussirai peut-être
mieux. » Le lendemain il prit son panier et partit pour le bois de la
Garenne. Il trouva également la petite vieille qui trempait son
pain dans la fontaine ; il lui souhaita le bonjour ; elle lui demanda
où il allait ; il lui répondit qu'il allait à la Garenne faire des gaules à
aiguillons et des bâtons. La vieille dit : « Faites gaules à aiguillons,
faites bâtons ! » Tous les coups de serpe qu'il donnait faisaient une
gaule à aiguillon ou un bâton. Le soir il en avait sa charge, mais
toujours pas de voiture.
Quand le plus jeune vit cela il dit : « Vous y êtes allés tous les
deux, je veux y aller à mon tour ; j'aurai peut-être plus de chance. »
Marguerite et ses deux autres fils répondirent : « Où veux-tu aller ?
Tu es bien trop nigaud ! Tu ne saurais seulement pas couper un
bâton ! » II répondit : « Vous me préparerez mon panier, il n'en
coûte pas beaucoup, je veux essayer. » Le matin, il partit également de
bonne heure. Il vit également la bonne vieille qui trempait sa
croûte dans l'eau. Dès qu'il l'eut vue il lui dit : « Oh ! ma bonne
vieille ! tenez, prenez donc mon pain blanc et mon fromage. Prenez
aussi ma petite bouteille de vin pour vous réchauffer l'estomac. Moi je
suis jeune, je mangerai bien votre pain sec. — Merci bien, mon
brave garçon, lui répondit-elle, vous êtes bien bon pour les
pauvres gens. Et où allez-vous donc ? — Ma bonne vieille, le roi a
fait dire au son de la trompe qu'il donnerait sa fille en mariage à
celui qui ferait une voiture qui marcherait toute seule ; mes deux
frères ont essayé, mais n'ont pas réussi. Je vais essayer à mon tour. —
Eh bien ! faites voiture, mon brave garçon. Que la voiture qui
marche toute seule soit faite ! *
172

ANTHOLOGIE

Quand il fut dans le bois, tous les coups de hachette qu'il donnait
faisaient une partie de la voiture et le soir elle fut terminée : pour
remonter la côte elle courait comme le diable ; il rencontra encore
la vieille qui lui dit : « Eh bien ! mon mignon, vous avez donc
réussi. Vous vous marierez avec la fille du roi, mais pour cela il
faudra prendre en louage tous ceux que vous trouverez sur votre
chemin en conduisant la voiture au roi et il faut vous mettre en
route tout de suite, sans rentrer chez vous. » II se mit donc en route
immédiatement avec sa voiture qui marchait toute seule et il avait
fait déjà pas mal de chemin quand il rencontra un pauvre diable
qui léchait la gueule d'un vieux four où l'on n'avait pas cuit de pain
depuis cent ans au moins. « Eh ! l'ami, que fais-tu donc là ?»
demanda-t-il. « Ah ! je lèche la gueule de ce four. J'aime tant le pain
qu'il me semble que j'en mange. — Eh bien ! viens avec moi, tu
en mangeras tout à ton aise. Veux-tu te louer ? — Je ne demande
pas mieux. — Combien veux-tu gagner ? — Cent francs par an. —
Cent francs. C'est entendu, monte dans ma voiture. »
Un peu plus loin il en rencontra un autre qui léchait une douve
de barrique ; il le loua encore pour cent francs. Plus loin il vit un
homme qui courait avec des grosses pierres attachées aux pieds ; il
lui demanda pourquoi il se mettait cela aux pieds. L'autre répondit : «
Ce que vous voyez là, ce sont des roues de moulin ; je cours si vite
que si je n'ai rien aux pieds et que je veuille attraper les lièvres je
passe par-dessus. » II fut encore loué pour cent francs. Plus loin il en
trouva un autre qui s'amusait à lancer des pierres en l'air. Il lui dit : «
Qu'est-ce donc que tu fais, en lançant ainsi des pierres en l'air. Tu
n'as donc pas peur de crever les yeux des gens ? » L'homme
répondit : « N'ayez pas peur, je les lance si loin que j'ai déjà tué une
demi-douzaine de perdreaux de l'autre côté de la mer Rouge. » II
monta encore dans la voiture moyennant cent francs de gages.
La voiture marchait toujours ; plus loin notre garçon vit un
autre homme qui était à moitié penché vers la terre et qui semblait
écouter quelque chose : « Qu'est-ce donc que tu écoutes ? » lui
demanda-t-il. « J'entends carder la laine au milieu de la terre », lui
répondit l'autre. Pour encore cent francs il monta dans la voiture.
Apres avoir dépassé Orléans il vit un autre grand gaillard qui
CONTES MERVEILLEUX 173

avait les jambes écartées, les pieds sur deux petites montagnes, en
face l'un de l'autre, le corps plié en deux et le derrière en l'air. Il lui
dit : « Qu'est-ce que tu fais donc dans cette belle position ? » L'autre
se redressa et répondit : « Tu ne vois donc pas qu'avec le vent de
mon derrière je fais tourner trente-six moulins dans cette petite
vallée et je pourrais bien en faire tourner le double, si je voulais ! »
Après avoir marchandé il se loua pour cent francs et monta dans la
voiture. Enfin on arriva à Paris.
Le roi, qui avait été prévenu que la voiture qui marchait toute
seule arrivait, se tenait au milieu de toute sa cour sur le balcon de
son palais. Quand il vit tous ces associés qui étaient en braies et en
vestes toutes percées, cela ne lui plut pas beaucoup et il regretta son
engagement. Il dit : « Tu as la voiture qui marche toute seule, c'est
vrai, mais pour gagner ma fille il faut quelque chose de plus. Parmi
tes associés, en as-tu un qui serait capable de manger cent tourtes de
pain d'affilée ?» Le fils de Marguerite se tourna du côté de l'homme
qui léchait la gueule du four et lui demanda : « Toi qui aimes tant le
pain, peux-tu faire cela ? » L'homme répondit : « Amenez, amenez !
j'en mangerai le double s'il le faut ! » En effet, les cent tourtes de pain
y passèrent comme si de rien n'était. Le roi le regardait manger, tout
étonné ; il dit : « En effet tu as un compagnon qui a un bel appétit ;
il coûtera cher à nourrir, mais en aurais-tu un qui pourrait boire cent
barriques de vin ? » Pour lors, le garçon se tourna du côté de
l'homme qui léchait une douve de barrique : « Pourrais-tu faire
cela ? » dit-il. L'autre répondit : « Boire cent barriques de vin, ce
n'est rien, après j'aurai encore soif. » Les cent barriques passèrent
comme les cent tourtes avaient passé. Le roi de plus en plus étonné dit
: « Pour le boire et le manger, il n'y a rien à dire, mais en aurais-tu un
qui ferait l'aller et le retour de Paris à Bordeaux aussi vite que la
malle poste ? — Toi, demande le jeune garçon à l'homme qui avait
deux meules aux pieds, pourrais-tu faire cette course ? — Pour sûr
que je la ferai et même je n'ôterai qu'une roue et encore j'arriverai
bien en avance. » En effet, l'homme laissa partir la malle poste puis il
enleva une roue de ses pieds et le voilà parti comme si le diable
l'eût emporté. Il eut bien vite rattrapé puis dépassé la malle et il
arriva a Bordeaux bien avant clic. Comme il riait en avance il se
dit : • J'ai bien le
174

ANTHOLOGIE

temps de repartir ; j'ai soif et faim, je vais aller casser une croûte et
boire un coup. » II cassa une croûte mais au lieu de boire un
coup il en but deux, puis trois et il fit si bien qu'il s'endormit à
table. La malle poste était arrivée et repartie que l'homme dormait
toujours ; elle n'était plus qu'à cinq lieues de Paris quand le fils
de Marguerite, inquiet, dit à l'homme qui entendait carder la laine : «
Pourrais-tu me dire ce que fait mon associé, s'il est avant la malle
poste et s'il est encore loin ? » L'homme écouta un moment et
répondit : « Notre associé ronfle dans une auberge à Bordeaux et la
malle n'est plus qu'à cinq lieues de Paris. — Jamais il n'arrivera, dit
le garçon ; mais toi qui lances si bien les pierres, si tu pouvais le
réveiller ! — Bien sûr que je le puis », dit l'autre et il choisit dans sa
poche une pierre plate, prit son élan et la lança. La pierre passa par
un carreau de l'auberge où le coureur s'était endormi et lui
tomba sur l'épaule. Il se réveilla en se frottant les yeux et regarda
l'heure ; il dit : « Je suis joliment en retard, mais il n'y a encore
rien de perdu, seulement il faut que j'enlève l'autre meule. » Quand la
meule fut enlevée il partit à une allure si rapide qu'il arriva un
quart d'heure en avance sur la malle poste.
Le roi en resta coi et sa fille, qui était à côté de la voiture, riait
sous cape. Le garçon, qui avait peur d'autres exigences, la prit i
bras le corps, la mit dans sa voiture et partit avec tous ses associés.
Le roi en colère fit braquer des canons sur la voiture et les artil-
leurs allaient faire tonner les pièces, lorsque l'homme qui faisait
tourner les moulins s'appuya sur le devant de la voiture et lâcha
une telle ventée que les canons et les canonniers en sautèrent en
l'air, si haut qu'ils ne sont pas encore retombés sur terre ; peut-
être sont-ils allés dans la Lune.
Le roi fut obligé de donner sa fille en mariage au fils de Mar-
guerite et ce fut la première fois que la voiture qui marche toute
seule servit à faire un mariage.
(Louis Queyrat, Contribution à l'étude du parler de la Creuse, 1924.)

PARALLÈLES LITTÉRAIRES :
D'Aulnoy (Mme), Belle-Belle et le chevalier Fortuné, in Contes nouveaux ou
les fées à la mode, 1698.
CONTES MERVEILLEUX 175

BIBLIOGRAPHIE :
Cosquin (E.), Les contes indiens et l'Occident, 1922, p. 427-482 et 529-612.
Delarue (P.), Commentaire au conte 11 de A. de Félice, Contes de Haute-
Bretagne, p. 259-262.

T. 531 LA BELLE AUX CHEVEUX D'OR

1. La Princesse de Tronkolaine (Basse-Bretagne)


Ceci se passait du temps
Où les poules avaient des dents.
Il y avait une fois un pauvre charbonnier qui avait déjà fait bap-
tiser vingt-cinq enfants. Dieu lui en envoya un vingt-sixième, et il se
mit en route pour lui chercher parrain et marraine. Il vit passer le
roi dans son carrosse et se mit à genoux, dans la boue, pour le
saluer. Le roi lui jeta une pièce d'or.
— Ce n'est pas ce que je cherche pour le moment, bien que j'en
aie grand besoin, dit le charbonnier ; c'est un parrain qu'il me faut
pour un vingt-sixième enfant que ma femme vient de me donner.
— Vingt-six enfants, mon pauvre homme ! s'exclama le roi ; eh
bien, trouvez-vous demain à l'église avec l'enfant et une marraine, et
je serai le parrain, moi.
Le charbonnier fut fidèle au rendez-vous ; il emmena une mar-
raine et le roi arriva aussi à l'heure convenue. L'enfant fut baptisé et
nommé Louis. Le parrain donna au père une bourse pleine d'or et
lui dit d'envoyer son filleul à l'école, quand il aurait dix ans. Il lui
donna encore la moitié d'une platine, dont il garda l'autre moitié, en
lui recommandant de la donner à son filleul, quand il aurait atteint
l'âge de dix-huit ans, pour qu'il la lui rapportât à sa cour, à Paris.
Il le reconnaîtrait à ce signe. Il partit ensuite.
L'enfant fut mis à l'école, à dix ans, et, comme il était intelli-
gent, il fit des progrès rapides. Qand il eut dix-huit ans, son père
lui remit la demi-platine et lui dit d'aller la porter à son parrain, le
roi de France, dans son palais, à Paris. Jusque-là, il lui avait
caché qui était son parrain. Il lui donna aussi un de ses chevaux à
porter le charbon, une rosse, et le jeune homme partit.
176 ANTHOLOGIE

Comme il passait dans un chemin étroit et profond, il y ren-


contra une petite vieille femme, courbée sur son bâton, et qui lui
dit:
— Bonjour, Louis, filleul du roi de France.
— Bonjour, grand-mère, répondit Louis, étonné d'être reconnu
de la vieille.
— Tout à l'heure, mon enfant, reprit celle-ci, tu arriveras à une
fontaine, au bord de la route, et tu y verras quelqu'un qui t'invitera
à descendre de cheval et à te désaltérer ; mais ne l'écoute pas, et
continue ton chemin.
— Merci, grand-mère, répondit le jeune homme. Et il passa. Il
arriva en effet, tôt après, à une fontaine, près de laquelle se tenait
un personnage de mauvaise mine qui lui cria :
— Eh ! Louis, arrête-toi un peu et descends de cheval.
— Je n'ai pas le temps, répondit Louis, je suis pressé.
— Viens, te dis-je, te désaltérer à cette fontaine dont l'eau est
délicieuse, et causer un peu ; tu ne me reconnais donc pas, un
camarade d'école ?
Louis, en entendant ces derniers mots, descendit de son cheval ;
mais il ne reconnut pas le prétendu camarade d'école. Il voulut
boire néanmoins à la fontaine, et, comme il se penchait sur l'eau
pour boire dans le creux de sa main, l'autre, d'un coup d'épaule, le
jeta dedans, puis il lui enleva sa demi-platine, monta sur son cheval et
partit. Le pauvre Louis sortit de l'eau comme il put et se mit à
courir après le voleur. Le cheval était vieux et fourbu, de sorte
qu'il finit par l'atteindre, et ils entrèrent ensemble dans la cour du
palais du roi. Celui-ci, à la vue de la demi-platine, ne douta pas que
celui qui en était porteur ne fût son filleul, et l'accueillit très bien,
quoiqu'il lui trouvât mauvaise mine. Il lui demanda aussi ce qu'était
le jeune homme qui l'accompagnait.
— C'est, répondit-il, parrain, un jeune homme de mon pays qui
m'a suivi, dans l'espoir de trouver un emploi à votre cour.
— C'est bien, répondit le roi, on trouvera à l'occuper.
Il fut, en effet, employé comme valet d'écurie, tandis que
l'autre suivait partout le roi, habillé comme un prince, et n'avait
rien d'autre A faire, tous les jours, que manger, boire et se
promener.
CONTES MERVEILLEUX 177

Tôt après, le faux filleul, voulant se débarrasser de Louis, dont


la vue l'importunait, dit un jour au roi :
— Si vous saviez, parrain, ce dont s'est vanté le valet d'écurie,
mon pays ?
— De quoi s'est-il vanté ? demanda le roi.
— D'aller demander au Soleil pourquoi il est si rouge, quand il
se lève le matin.
— Vraiment ? Eh bien, il faut alors qu'il y aille, car je suis, en
effet, bien curieux de savoir cela.
Et le pauvre Louis dut se mettre en route pour aller trouver le
Soleil, bien qu'il protestât qu'il n'avait jamais dit rien de semblable.
Comme il se dirigeait, tout triste, du côté de la mer, il rencontra
un vieillard vénérable qui lui demanda :
— Où allez-vous ainsi, mon fils ?
— Ma foi, grand-père, répondit-il, je n'en sais trop rien. On m'a
dit que, sous peine de mort, il me faut savoir du Soleil pourquoi il
est si rouge, quand il se lève, le matin, et je ne sais où aller trouver le
Soleil.
— Eh bien ! mon fils, je vous aiderai à le trouver, moi. Et lui
montrant un cheval de bois : — Montez sur ce cheval de bois, qui
s'élèvera en l'air à votre commandement, et vous portera au pied
d'une montagne sur le sommet de laquelle est le château du Soleil.
Vous laisserez le cheval au bas de la montagne, où vous le retrou-
verez, au retour, et vous irez seul jusqu'au château.
Louis monta sur le cheval de bois, qui s'éleva aussitôt en l'air

— Monseigneur le Soleil est-il à la maison ? lui demanda-t-il.


— Non, mon enfant, mais il arrivera sans tarder, répondit la
vieille.
— Je l'attendrai alors.
— Mais, mon pauvre enfant, mon fils aura grand-faim, quand il
arrivera, il pourrait bien te muiigcr.
— Je vous en prie, madame» faites qu'il ne me mange pas, car il
faut que je lui parle.
178

ANTHOLOGIE

— Eh bien ! entre toujours, mon garçon, et je tâcherai d'arranger


cela.
Et il entra. Le Soleil arriva peu après en criant :
— J'ai faim ! j'ai grand-faim, mère ! Puis, ayant flairé l'air :
— Je sens odeur de chrétien ! Il y a un chrétien ici, et je veux le
manger !
— Oui, comptez là-dessus, lui dit sa mère, que je vais vous le
donner à manger, ce pauvre enfant qui est si gentil ! Voilà votre
souper qui est prêt, mangez-le vite, et faites silence ou gare à mon
bâton !
Le Soleil courba la tête, à cette menace, comme un enfant craintif,
et se mit à manger en silence. Quand il eut fini, Louis, enhardi en le
voyant si doux, lui adressa sa question.
— Je voudrais bien savoir, monseigneur le Soleil, pourquoi vous
êtes si rouge, si beau, quand vous vous levez le matin ?
— Je veux bien te le dire, répondit le Soleil ; c'est que le châ-
teau de la princesse de Tronkolaine est ici près, et elle est si belle
qu'il faut que je me montre aussi dans tout mon éclat, pour n'être
pas éclipsé par elle.
— Merci bien, monseigneur le Soleil, répondit Louis.
El il salua profondément et partit alors. Il redescendit la mon-
tagne, remonta sur son cheval de bois, qui l'attendait, et il fut bien
vite rendu à la cour du roi.
— Eh bien ! lui demanda celui-ci, as-tu été jusqu'au Soleil, et
peux-tu me dire, à présent, pourquoi il est si rouge, quand il se
lève, le matin ?
— Oui, Sire, je peux vous le dire.
— Voyons donc cela.
— C'est afin de n'être pas éclipsé par la princesse de Tronko-
lainc, dont le château est voisin du sien, et qui est la plus merveil-
leuse beauté qui existe nulle part.
Le roi parut satisfait de l'explication.
Mais, à quelque temps de là, le faux filleul lui dit encore :
— Si voua saviez, parrain, ce dont s'est encore vanté le valet
d'écurie ?
— De quoi s'est-il donc vanté ? demanda le roi.
CONTES MERVEILLEUX 179

— D'être capable de vous amener à votre cour la princesse de


Tronkolaine elle-même, pour que vous l'épousiez !
— Vraiment, il s'est vanté de cela ? Eh bien ! il faut qu'il le
fasse, ou il n'y a que la mort pour lui.
Et le pauvre Louis dut encore tenter cette aventure, malgré ses
protestations de n'avoir jamais dit rien de semblable. Heureusement
pour lui il rencontra encore sur son chemin, le vieillard inconnu,
qui lui dit :
— Retournez auprès du roi et dites-lui que, pour accomplir
votre entreprise, il vous faut un bâtiment chargé de blé, de lard et de
viande de bœuf, pour distribuer ces provisions aux rois des fourmis,
des éperviers et des lions, que vous rencontrerez sur votre route,
et qui, si vous les régalez bien, vous seront utiles plus tard.
Il obtint le bâtiment chargé de ces provisions. Alors le vieillard
lui donna encore une baguette blanche, pour obtenir un vent favo-
rable du côté où il la tournerait. Il s'embarqua, passa par les royaumes
des fourmis, des éperviers et des lions, il régala tous ces animaux de
son mieux, et tous lui promirent de lui venir en aide, sitôt qu'il les
appellerait.
Il aborda alors dans une île, il y avait un château magnifique.
C'est là que demeurait la princesse de Tronkolaine. Il la vit, au
bord d'une fontaine, peignant ses cheveux blonds avec un peigne
d'or et un démêloir d'ivoire. Il cueillit une orange à un oranger qui
était là près et la jeta dans la fontaine. La princesse se détourna,
l'aperçut, lui sourit et lui dit d'avancer. Puis elle le conduisit à son
château, le régala de mets exquis et de fruits délicieux, et l'invita à
rester avec elle.
Au bout de quinze jours de séjour dans le château, Louis
demanda à la princesse si elle consentirait à le suivre à la cour de
France.
— Volontiers, répondit-elle, quand vous aurez fait tout le travail
qu'il y a à faire ici.
— Dites, princesse, ce que vous désirez de moi, et si c'est pos-
sible je le ferai.
Le lendemain matin, la princesse le conduisit dans le grenier
du château, et lui montrant un grand tas de grains mélangés :
— Voilà, dit-elle un tas de grains mélangés, froment, seigle et
180

ANTHOLOGIE

orge. Il faut mettre chaque sorte de grain dans un tas à part, sans
vous tromper d'un seul grain, et que ce soit fini pour le coucher
du soleil ! Puis elle s'en alla.
Louis appela à son secours les fourmis, et le triage fut fait on
ne peut mieux, pour l'heure dite. Aussi, quand la princesse vint,
au coucher du soleil, fut-elle bien étonnée. Elle examina de près, et
ne trouvant pas un seul grain d'une espèce différente dans chacun
des trois tas :
— C'est fort bien ! dit-elle.
— Viendrez-vous avec moi, à présent, princesse ? lui demanda
encore Louis.
— Pas encore ; j'ai autre chose à vous demander auparavant.
En effet, le lendemain matin, elle lui donna une cognée de bois,
et, l'ayant conduit dans la grande avenue du château, elle lui dit,
en lui montrant les grands chênes :
— Il faut m'abattre tous ces arbres, avant le coucher du soleil,
avec votre cognée de bois. Puis elle s'en alla. Dès que la princesse
fut partie, Louis appela les lions à son secours, et, quand elle revint,
au coucher du soleil, il n'y avait plus un seul arbre debout dans
l'avenue. Son étonnement ne fit qu'augmenter.
— Me suivrez-vous, à présent, princesse ? lui demanda Louis.
— J'ai encore un autre travail, une dernière épreuve à vous donner,
répondit-elle, et si vous vous en tirez aussi heureusement que des
deux autres, rien ne s'opposera plus à ce que je vous suive.
Le lendemain matin, la princesse le conduisit au pied d'une
grande montagne et lui dit :
— Voici une montagne qui offusque mon palais et m'empêche
de voir au loin, et je désire qu'elle ait disparu pour le coucher du
soleil. Et elle s'en alla encore.
Louis appela, cette fois, les éperviers à son secours, et avec leurs
becs et leurs griffes, ils eurent bientôt, tant ils étaient nombreux,
fait disparaître la montagne et aplani le terrain. Quand la princesse
revint, au coucher du soleil :
— Eh bien ! princesse, êtes-vous satisfaite ? lui demanda Louis.
— Oui, répondit-elle, vous n'avez pas votre pareil au monde,
et, a présent, je vous suivrai, quand vous voudrez.
Et clic lui donna alors un baiser. Ils se dirigèrent ensuite vers
CONTES MERVEILLEUX 181

la mer. Le bâtiment sur lequel Louis était venu dans l'île était tou-
jours là, l'attendant. Ils montèrent dessus et abordèrent sans encombre
au continent.
Le vieillard les attendait de l'autre côté de l'eau.
— Eh bien ! mon fils, demanda-t-il à Louis, avez-vous réussi ?
— Oui, grand-père, grâce à vous, et que Dieu vous bénisse. Quand
la princesse arriva à la cour, le vieux roi fut tellement charmé de sa
beauté qu'il voulut l'épouser sur-le-champ.
— Holà ! dit-elle alors, je ne suis pas venue ici pour un vieux
barbon comme vous, ni pour cet autre — et elle montrait le faux
filleul — que vous croyez être votre filleul, et qui n'est qu'un
démon ! Votre vrai filleul, le voici, et c'est lui qui sera mon époux.
Et elle montrait Louis.
— A présent, faites chauffer un four, et qu'on y jette ce diable !
Ce qui fut dit fut fait. Et comme le démon, autrement le faux
filleul, poussait des cris affreux et essayait de sortir du feu, on fit
venir une jeune femme portant son premier enfant, et, avec son
anneau de mariage, qu'elle lui présentait, à l'ouverture du four,
quand il voulait sortir, elle le força d'y rester. Alors il s'écria :
— Si j'étais resté à la cour, un an seulement, j'aurais réduit le
royaume à un état désespéré !
Mais il lui fallut crever là.
Alors Louis fut marié à la princesse de Tronkolaine. Le vieux
charbonnier, sa femme et tous ses enfants furent aussi de la noce.
— C'est là qu'il y eut un festin, alors ! Et un tintamarre et un
vacarme et des bombances éternelles ! Les cloches sonnant à toutes
volées, la grande bannière sur pied, et les violons devant !
Conté par Marguerite Philippe, de Pluzunet, Côtes-du-Nord.
(Luzel, Contes populaires de Basse-Bretagne, 1887.)

2. La belle aux cheveux d'or (Lorraine)

II était une fois des gens qui avaient autant d'enfants qu'il y a de
trous dans un tamis. Il leur vint encore un petit garçon. Comme
personne dans le village ne voulait î-trc parrain, le père s'en alla
182

ANTHOLOGIE

sur la grande route pour tâcher d'en trouver un. A quelques pas
de chez lui, il rencontra un homme qui lui demanda où il allait.
C'était le bon Dieu. « Je cherche un parrain pour mon enfant »,
répondit-il. — « Si tu veux, dit l'homme, je serai le parrain. Je
reviendrai dans sept ans et je prendrai l'enfant avec moi. » Le père
accepta la proposition, et l'homme donna tout l'argent qu'il fallait
pour le baptême ; puis, la cérémonie faite, il se mit en route.
Le petit garçon grandit, et les parents l'aimaient encore mieux
que leurs autres enfants. Aussi, quand au bout des sept ans le parrain
vint pour prendre son filleul, ils ne voulaient pas s'en séparer. « II
n'y a pas encore sept ans », disait le père. — « Si fait, dit le
parrain, il y a sept ans. » Et il prit l'enfant, qu'il emporta sur son
dos.
Chemin faisant, l'enfant vit par terre une belle plume. « Hé !
ma mule, hé ! ma mule !, dit-il, laisse-moi ramasser cette plume20 ! —
Non, dit le parrain. Si tu la ramasses, elle te fera bien du mal. » Mais
le petit garçon ne voulait rien entendre, et force fut au parrain de
lui laisser ramasser la plume. Ils continuèrent leur route et
arrivèrent chez un roi. Ce roi avait de belles écuries et de laides
écuries ; il avait de beaux chevaux et de laids chevaux. L'enfant
passa sa plume sur les laides écuries du roi, et elles devinrent aussi
belles que les belles écuries du roi ; puis il la passa sur les laids
chevaux du roi, et ils devinrent aussi beaux que.les beaux chevaux du
roi. Le roi prit l'enfant en amitié et le garda près de lui.
Les serviteurs du palais devinrent bientôt jaloux de l'affection
que le roi témoignait au jeune garçon. Ils allèrent un jour dire à
leur maître qu'il s'était vanté d'aller chercher l'oiseau de la plume.
Le roi le fit appeler. « Mon ami, on m'a dit que tu t'es vanté d'aller
chercher l'oiseau de la plume. — Non, sire, je ne m'en suis pas
vanté. — Que tu t'en sois vanté ou non, mon ami, si je ne l'ai pas
demain pour les neuf heures du matin, tu seras pendu. »

20. Bien que le récit ne le dise pas expressément, le parrain, que nous venom de
voir emporter l'enfant sur son dos, a pris la forme d'une mule. — La jeune fille dont
nous tenons ce conte interprétait dans un sens figuré ces mots : « Hé ! ma mule, hé ! ma
mule ! » II est évident qu'il faut les prendre à la lettre. Dans la plupart des contes de
ce type, le héros est aidé dans ses entreprises par un cheval merveilleux, et nous
ajouterons que, dans un de ces contes, recueilli en Basse-Bretagne, la Sainte Vierge est
envoyée par Dieu au jeune homme sous la forme d'une jument blanche.
CONTES MERVEILLEUX 183

Le jeune garçon sortit bien triste. « Hé ! ma mule, hé ! ma mule


! — Elle te fera bien du mal, cette plume ! » dit le parrain. « Je
t'avais bien dit de ne pas la ramasser. Allons, viens avec moi dans
les champs, et le premier oiseau que nous trouverons, dans une
roie21, ce sera l'oiseau de la plume. » Ils s'en allèrent donc dans les
champs, et le premier oiseau qu'ils trouvèrent dans une roie, ce fut
l'oiseau de la plume.
Le jeune garçon s'empressa de porter l'oiseau au roi ; mais, au
bout de deux ou trois jours, l'oiseau mourut. Alors les serviteurs
dirent au roi que le jeune garçon s'était vanté de ressusciter l'oi-
seau. Le roi le fit appeler. « Mon ami, on m'a dit que tu t'es vanté de
ressusciter l'oiseau. — Non, sire, je ne m'en suis pas vanté. — Que
tu t'en sois vanté ou non, mon ami, si l'oiseau n'est pas ressuscité
demain pour les neuf heures du matin, tu seras pendu. »
« Hé ! ma mule, hé ! ma mule ! — Elle te fera bien du mal,
cette plume ! Je t'avais bien dit de ne pas la ramasser. Allons,
coupe-moi la tête. Tu y trouveras de l'eau, que tu donneras à boire à
l'oiseau, et aussitôt il reviendra à la vie. Puis tu me rajusteras la
tête sur les épaules, et il n'y paraîtra plus. » Le jeune garçon fit ce
que son parrain lui conseillait, et, dès qu'il eut versé l'eau dans le
bec de l'oiseau, celui-ci fut ressuscité. Puis il remit la tête sur les
épaules du parrain, et il n'y parut plus.
Les serviteurs, de plus en plus jaloux, dirent au roi que le jeune
garçon s'était vanté d'aller chercher la Belle aux cheveux d'or, qui
demeure de l'autre côté de la mer. — Non, sire, je ne m'en suis pas
vanté. Je n'ai jamais entendu parler de la Belle aux cheveux d'or, et
je ne sais pas même où est la mer. — Que tu t'en sois vanté ou non,
mon ami, si la Belle aux cheveux d'or n'est pas ici demain pour les
neuf heures du matin, tu seras pendu. »
— Hé ! ma mule, hé ! ma mule ! — Elle te fera bien du mal,
cette plume ! Je t'avais bien dit de ne pas la ramasser. Allons, viens
avec moi. Nous emporterons un tambour, et, quand nous aurons
passé la mer, nous battrons la caisse dans le premier village où nous
entrerons, et la première jeune fille qui se montrera, ce sera la Belle
aux cheveux d'or. Je la rapporterai sur mon dos. » Ils traversèrent

2l. Roie, raie, tracé par la charrue entre deux champs.


184 ANTHOLOGIE

donc la mer. Dans le premier village où ils entrèrent, ils battirent la


caisse, et la première jeune fille qui se montra, ce fut la Belle aux
cheveux d'or. Ils la prirent avec eux et se remirent en route pour
revenir chez le roi. Quand ils furent sur la mer, la jeune fille jeta
dedans son anneau et sa clef.
Dès que le roi vit la Belle aux cheveux d'or, il voulut l'épou-
ser ; mais elle déclara qu'elle ne voulait pas se marier, si son père et
sa mère n'étaient de la noce. Les serviteurs dirent alors au roi que
le jeune garçon s'était vanté d'aller chercher les parents de la Belle
aux cheveux d'or. Le roi fit appeler le jeune garçon. « Mon ami, on
m'a dit que tu t'es vanté d'aller chercher le père et la mère de la
Belle aux cheveux d'or. — Non, sire, je ne m'en suis pas vanté.
— Que tu t'en sois vanté ou non, mon ami, s'ils ne sont pas ici
demain pour neuf heures du matin, tu seras pendu. »
« Hé ! ma mule, hé ! ma mule ! — Elle te fera bien du mal,
cette plume ! Je t'avais bien dit de ne pas la ramasser. Allons, viens
avec moi. Nous emporterons encore un tambour ; et, quand nous
aurons passé la mer, nous battrons la caisse dans le premier village
où nous entrerons, et le premier et la première qui se montreront
seront les parents de la Belle aux cheveux d'or. » Ils traversèrent
donc la mer. Dans le premier village où ils entrèrent, ils battirent la
caisse, et le premier et la première qui se montrèrent, ce furent les
parents de la Belle aux cheveux d'or.
Quand ses parents furent arrivés, la Belle aux cheveux d'or dit
qu'elle avait laissé tomber son anneau et sa clef dans la mer, et.
qu'elle voulait les ravoir avant de se marier. Les serviteurs dirent au
roi que le jeune garçon s'était vanté de retirer du fond de la mer
l'anneau et la clef de la Belle aux cheveux d'or. Le roi le fit appeler, t
Mon ami, on m'a dit que tu t'es vanté de retirer du fond de la mer
l'anneau et la clef de la Belle aux cheveux d'or. — Non, sire, je ne
m'en suis pas vanté. — Que tu t'en sois vanté ou non, mon ami, si
tu ne les as pas rapportés ici demain pour les neuf heures du matin, tu
seras pendu. »
« Hé, ma mule, hé ! ma mule ! — Elle te fera bien du mal, cette
plume ! Je t'avais bien dit de ne pas la ramasser. Allons, viens avec
moi sur le bord de la mer. Le premier pêcheur que nous verrons,
nous lui demanderons son poisson, et, quand on ouvrira le poisson,
CONTES MERVEILLEUX 185

on trouvera dedans l'anneau et la clef. » Tout arriva comme le parrain


l'avait dit.
Alors la Belle aux cheveux d'or déclara qu'elle ne voulait pas se
marier avant que le jeune garçon ne fut pendu. Le roi dit à celui-ci : «
Tu m'as rendu bien des services ; je suis désolé de te faire du mal ;
mais il faut qu'aujourd'hui tu sois pendu. »
Le jeune garçon sortit en pleurant. « Hé ! ma mule, hé ! ma
mule ! — Elle le fait bien du mal, cette plume ! Je t'avais bien dit
de ne pas la ramasser. Ecoute : quand tu seras sur l'échafaud, au
pied de la potence, il y aura sur la place quantité de curieux.
Demande au roi une prise de tabac : il ne te la refusera pas. Puis
jette le tabac sur les assistants, et tous tomberont morts. »
Etant donc au pied de la potence, le jeune garçon demanda au
roi une prise de tabac. « Volontiers, mon ami, dit le roi ; tu m'as
rendu bien des services ; je ne puis te refuser ce que tu me deman-
des. » Alors le jeune garçon jeta le tabac sur les gens qui se trou-
vaient là, à l'exception de la Belle aux cheveux d'or, et tous tom-
bèrent morts. Puis il descendit de l'échafaud et se maria avec la
Belle aux cheveux d'or.
Moi, j'étais à la cuisine avec un beau tablier blanc ; mais j'ai
laissé tout brûler, et l'on m'a mise à la porte.
(Emmanuel Cosquin, Contes populaires de Lorraine, 1887.)

PARALLÈLES LITTÉRAIRES :
D'Aulnoy (Mme), La Belle aux cheveux d'or, in Les contes de fées, 1697.
Littérature de colportage : Histoire de la Belle Hélène.

BIBLIOGRAPHIE : Cosquin (E.), Les contes indiens et l'Occident,


1922, p. 351-371.
186

ANTHOLOGIE

T. 720 MA MÈRE M'A TUÉ, MON PÈRE M'A MANGÉ

I . Le petit geault22 (Berry)

II y avait une fois au hameau des Brennes, tout près de la forêt


de Châteauroux, un bûcheron père d'un petit garçon d'un premier
lit, et d'une fillette d'un second mariage, car il s'était remarié avec
une femme bien méchante qui n'aimait pas le gars de son homme.
Un jour elle envoya les enfants dans les taillis ramasser le bois
mort et leur dit :
— Celui qui travaillera le plus vite et reviendra le premier, trou-
vera dans l'arche23 deux belles galettes au fromage que je vais faire et
prendra la plus grande.
Lorsque les enfants furent dans la forêt, le petit gars, quoique le
plus fort, voyant que sa sœur était plus leste que lui à l'ouvrage, se
jeta sur elle et, à l'aide d'une corde, la lia au tronc d'un arbre pour
la retarder, ramassa son fagot et s'en retourna au logis.
Sa belle-mère le voyant revenir seul, lui demanda ce qujil avait
fait de sa sœur :
— Ma foi, répondit-il, elle n'a pas fini son ouvrage et je n'ai
pas voulu attendre.
— Puisque tu es le premier, regarde donc dans l'arche, dit alors la
marâtre, tu y prendras la plus grande des galettes.
Elle ouvrit l'arche et l'enfant de passer la tôtc dans le coffre
entrebaillé. Alors cette méchante femme laissa retomber le couvercle
et la tête du pauvre petit roula au fond du coffre parmi les
assiettes vides. Elle prit cette tête et avec le reste du corps qu'elle
coupa en morceaux après avoir recueilli le sang qu'elle mit dans
un pichet, elle jeta cette viande dans la marmite qui bouillait dans
l'âirr <Jl/:i/J<! lu jX 'l ll r till e / r v / l l l cl i|i-|niinilll M I / I llC'lc '.
.Siiim doiilr, ilii lu m r i e t (jif'il cM niioir un boih. l'irniK une

/J li'illlll i i\r Ifilllllt «\<\


't.1! /In/if : i h ] it i i - '|i /ii||/i u\\iili\it, uvi'i iiiiivrn |r II il i u / m f / i 1 , oïl l'un («II If
jiuill ri i/O l'un ml/i/c In |//nv|i>l'//l« ilil infliufir,
CONTES MERVEILLEUX 187

fourchette et pique dans la casse 24. J'y ai mis notre vieux geault, tu
verras s'il est cuit. L'enfant obéit.
— Holà ! mauvaise sœur, dit une voix, tu me piques !
— Mère ! s'écria la fillette effrayée, ça parle dans la casse !
— Non, non, répondit la mégère, tu rêves, donne-moi la fourchette
et va-t-en dehors. Puis elle piqua à son tour.
— Holà ! méchante mère, tu me tues ! Mais la mère versa le
contenu de la marmite dans un plat, découpa la tête et rappelant la
petite fille ;
— Va porter le vieux geault à ton père, il doit avoir faim.
— Avant que d'y aller, dit la fillette, donnez-moi à boire, ma
mère, car j'ai grand soif.
— Prends le vin qui est dans le pichet et bois un coup. L'enfant
versa le contenu dans un verre et le sang en coulant disait :
— Oh ! vilaine Nannette ! ne bois pas le sang de ton frère.
La fillette ne but pas et prenant le goûter de son père, s'en fut
le lui porter.
En son chemin, elle rencontra la vierge de la forêt, la bonne
fade25, celle qui protège les vieux chênes26, laquelle lui demanda où
elle allait.
— Je porte à manger à mon père.
— Que lui portes-tu donc là ?
— Notre vieux geault, bonne dame.
— Fais voir.
Et quand l'enfant lui eut montré ce qu'elle portait.
— Eh bien, reprit la fade, écoute-moi bien. Tous les os que ton
père jettera, tu les ramasseras et les porteras sous cette petite aubépine
( j i i f tu vois là prPh du sniiirr n m diiiis : l ' i n n i h , fl i - i i i i s j mon

>\ (.intr : iiiii/inllr.


^V finir : ttr.
.'li I .u liumir ,!,IIIM ilu , lidii, iliui* l,i I nid ,|, ( ,|ii||i mnnn* I In l ui i i l l i l l i i i i - II ilnii ilr
l iil i r «In, mil ni IM il , ', 1,1 ,ni \i< u .1. |,Hnliiii|;i n A i i u l i r i i vl n 11 l|i l u . nui iliini. ili
1.1,1111,111-1 li-t Huit,. M M , ni,,,, ,|, |,, ),„(.,_ I , Y I , I , ( ,rm ,, l i i i i l l l i , , n il , Ti. I i | i i <
iliulilmiii- ilniil |r n i l i r » t\l H i iim i i if ( m i li i I n l M u n i ' . i i K i l u M i i y r n A|;r
188

ANTHOLOGIE

petit épinat de bon pin. Puis tous les jours tu passeras à cet endroit et
tu regarderas.
La fillette continua sa route, elle trouva son père auquel elle
remit le hideux repas. Il se mit à manger et à mesure qu'il jetait
les os loin de lui, la petite les allait chercher, et les ramassait jusque
dans les fossés pleins d'eau qui ne la mouillaient pas. Puis, ainsi
que le lui avait commandé la grand-Fade, elle les porta sous
l'aubépine.
Et tout le temps que dura cette affreuse pâture, pendant plu-
sieurs jours, Nannette portait les os sous l'épinat et regardait. Elle
vit bientôt sortir de terre un bras, une main, une jambe ; tous les
membres de son frère repoussaient à mesure que la fillette rapportait
les os. Lorsque le corps fut complet, un soir que tout le monde était
couché, il se métamorphosa en petit geault et chanta à la lune levante
:
« Cott'co li jô !
Ma mère m'a tué !
Mon père m'a mangé ! /
Ma sœur m'a sauvé ! »
— Qui donc chante à pareille heure ? observa la belle-mère. Va
donc voir, mon homme.
Son homme sortit et reçut sur la tête un chapeau de poils de
loup, ce qui ne laissa pas que de le surprendre, mais il rentra se
coucher en pensant qu'il se promenait dans le sommeil, c'est-à-dire
qu'il était somnambule (cornambuse, comme on dit en Berry).
Le petit geault chanta de nouveau :
« Cott'co li jô ! Ma
mère m'a tué ! Mon
père m'a mangé ! Ma
sœur m'a sauvé ! »
— Sors donc, toi, petite, dit le père.
La fillette obéit, et sur le pas de la porte, tomba une bourse
pleine d'or à ses pieds.
Pour la troisième fois le petit coq chanta.
CONTES MERVEILLEUX 189

« Cott'co li jô ! Ma
mère m'a tué ! Mon
père m'a mangé ! Ma
sœur m'a sauvé ! »
— Sors donc, femme, dit le bûcheron, tu attraperas peut-être
aussi quelque chose ?
La méchante femelle sortit à son tour et reçut sur la tête une
grosse pierre qui la tua roide morte.
Ainsi finit le conte.
Extrait des Nouveaux contes du Berry, recueil inédit de Mlle Aurore
Sand.
(Maurice Sand, Revue des Traditions populaires, III, 1888.)

BIBLIOGRAPHIE
Geninasca (Jacques), Conte populaire et identité du cannibalisme, Nouvelle
Revue de psychanalyse, 6, 1972.
CHAPITRE II

Contes facétieux

T. 1535 LE RICHE ET LE PAUVRE PAYSAN (UNIBOS)

1. René et son seigneur (Lorraine)

II était une fois un homme appelé René, qui demeurait avec sa


femme dans une pauvre cabane et n'avait pour tout bien qu'une
vache. Cette vache étant morte, René voulut tirer quelque argent de
la peau en l'allant vendre à la ville voisine. Après avoir dépouillé la
vache, il jeta la peau sur ses épaules et se mit en route. Comme il
n'avait pas détaché la tête de la bête, elle lui faisait une sorte de
capuchon, au dessus duquel se dressaient deux grandes cornes.
Pour arriver à la ville, il y avait à traverser une forêt. Au
moment où René passait, des voleurs, assis sur le bord du chemin,
étaient en train de compter leur argent. Voyant de loin venir
l'homme aux cornes, ils crurent que c'était le grand diable, et
décampèrent au plus vite, laissant là tout leur argent : il y en avait
un tas qui était bien haut de six pieds. René remplit de pièces d'or sa
peau de vache et continua sa route. Arrivé à la ville, il acheta un
âne et lui donna à manger du son dans lequel il avait jeté quelques
louis d'or, puis il retourna chez lui. Il n'était guère rassuré en
repassant par la forêt. « Ce matin, pensait-il, j'ai fait peur aux
gens ; ce sera peut-être mon tour ce soir d'avoir peur. » Mais per-
sonne ne se montra, et il rentra à la nuit dans sa chaumière.
CONTES FACÉTIEUX 191

Le lendemain matin, on trouva des pièces d'or sur la litière de


l'âne. La nouvelle s'en répandit dans tout le village et arriva aux
oreilles du seigneur, qui vint aussitôt trouver René et lui dit : « On
raconte que tu as un âne qui fait de l'or. — Monseigneur, c'est la
vérité. — Combien veux-tu me le vendre ? — Deux mille écus,
Monseigneur. — C'est bien cher. — Oh ! Monseigneur, un âne qui
vous donnera chaque jour un tas d'or ! » Bref, le seigneur, qui était
un peu timbré, lui compta deux mille écus et emmena l'âne. En
rentrant chez lui, il fut querellé par sa femme à cause du sot marché
qu'il avait fait. Le premier jour, l'âne donna encore quelque peu
d'or, mais les jours suivants il n'y en eut plus.
Le seigneur, furieux, sortit pour aller faire des reproches à
René. Celui-ci, l'ayant aperçu de loin, dit à sa femme : « Je gage
que le seigneur vient pour me chercher noise au sujet de notre marché.
Qu'allons-nous faire ?» En disant ces mots, il jeta les yeux sur la
marmite qui était sur le feu et bouillait à gros bouillons. Il éteignit le
feu en toute hâte, prit la marmite et la porta toute bouillante sur le
toit de sa cabane ; puis il descendit et se mit à tailler la soupe. A ce
moment arriva le seigneur. « Es-tu fou, dit-il à' René, de tailler la
soupe sans avoir mis le pot au feu ? — Monseigneur, répondit
René, le pot est sur le toit. — Comment, sur le toit ? par le froid
qu'il fait ! » (En effet, il gelait à pierre fendre.) — « Monseigneur, dit
René, j'ai un moyen de faire cuire ma soupe en un instant et sans
feu. Voulez-vous voir ? — Volontiers. » Le seigneur suivit René et
monta non sans peine avec lui sur le toit ; alors René donna au pot
de grands coups de fouet et le découvrit ensuite. « Voyez, dit-il au
seigneur, il bout à gros bouillons. Quand je veux faire cuire ma
soupe, je n'ai qu'à mettre ce pot sur le toit et à lui donner des coups
de fouet : il bout aussitôt. — Combien veux-tu me vendre ce pot ? »
demanda le seigneur. — « Deux mille écus, Monseigneur. — C'est
bien cher. — Oh ! Monseigneur, vous qui usez pour mille ou douze
cent écus de bois par an, sortez quelle économie cela vous ferait. » Le
seigneur donna les deux mille écus et retourna avec le pot au
château, où il fut encore fort mal reçu par sa femme. « Attendez,
madame, dit le seigneur, et vous verrez merveilles. » II ordonna à
quatre de ses valets de mettre le pot sur le toit et de le frapper à
grands coups de fouet, ce qu'ils
192

ANTHOLOGIE

firent avec tant de conscience, que bientôt la chaleur les obligea


d'ôter leur habit ; mais le pot ne bouillait toujours pas.
Le seigneur, encore plus furieux que la première fois, courut
chez René qui, le voyant venir, remplit de sang une vessie et dit à
sa femme : « Mets cette vessie sous ta ceinture : tout à l'heure je
donnerai un coup de couteau dedans, et tu tomberas par terre
comme si je t'avais tuée. Je sifflerai, et tu te relèveras aussitôt. »
Quand le seigneur entra, il trouva René qui sautait et gambadait
dans sa cabane. « Es-tu fou, René, lui dit-il, de danser ainsi ? —
Monseigneur, dit René, ma femme va danser avec moi. — Nenni,
vraiment », répondit la femme. Alors René prit un grand couteau et
lui en donna un coup. Elle tomba comme morte, et tout le sang qui
était dans la vessie se répandit par terre. « Malheureux ! qu'as-tu fait
?, cria le seigneur ; voilà ta femme tuée. Tu seras pendu. — Oh !,
dit René, je ne serai pas pendu pour si peu. » II donna un coup de
sifflet, et à l'instant sa femme fut sur pied et dansa avec lui. «
Voilà, dit le seigneur, un merveilleux sifflet ! Combien en veux-tu
? — Deux mille écus, Monseigneur. — Voilà deux mille écus. » Et
le seigneur s'empressa d'aller montrer son emplette à sa femme, qui
le querella encore plus aigrement qu'auparavant.
Un jour, le seigneur était avec sa femme au coin du feu et
s'amusait à siffloter. « Que tu es ennuyeux !, lui dit sa femme ;
finiras-tu bientôt ?» Le seigneur se leva, prit un couteau, et, le plus
tranquillement du monde, le lui enfonça dans le corps ; la pauvre
femme tomba raide sur le plancher. Alors il tira son sifflet de sa
poche, mais il eut beau siffler, sa femme était morte et resta morte.
Aussitôt le seigneur fit mettre les chevaux à son carosse, et,
accompagné de deux laquais, se rendit en toute hâte chez René. Il
s'empara de lui et le fit porter dans le carosse, pieds et poings liés,
pour aller le jeter dans un grand trou rempli d'eau. Mais, en che-
min, le seigneur et ses gens étant descendus un moment, un pâtre
vint a passer avec ses vaches ; il vit René qui était seul, garrotté
dans le carrosse. « Que fais-tu là ?» lui demanda-t-il. — « Ah !,
répondit l'autre, on m'emmène de force pour être curé, et je ne sais
ni lire ni écrire. — Ma foi, fit le pâtre, cela ferait joliment mon
affaire à moi qui sais lire et écrire couramment. — Mets-toi donc à
ma place », dit René. Le pâtre accepta la proposition ; il délivra
CONTES FACÉTIEUX 193

René et se laissa mettre dans le carrosse, pieds et poings liés. Cela


fait, René partit avec le troupeau. Quand le carosse fut arrivé près
du trou, les laquais prirent le pâtre et le jetèrent dans l'eau.
Quelque temps après, le seigneur, étant rentré au château, vit
arriver René conduisant ses vaches. « Pourriez-vous, Monseigneur,
dit René, me recevoir pour la nuit avec mes bêtes ? — Comment ?,
s'écria le seigneur, te voilà revenu ! — Oui, Monseigneur. Je serais
encore là-bas, si vous m'aviez fait jeter un peu plus loin ; mais à
l'endroit où je suis tombé, j'ai trouvé un beau carosse à six che-
vaux, et de l'or et de l'argent en quantité. »
Le seigneur demanda à René de le conduire à cet endroit avec
ses deux laquais. Quand ils furent au bord du trou, René dit au
seigneur : « Mettez-vous ici ; — et vous, dit-il aux laquais, mettez-
vous là. » Puis il les poussa tous les trois dans le trou, où ils se
noyèrent.
Après cette aventure, René se trouva le plus riche du village et
en devint le seigneur.
(Emmanuel Cosquin, Contes populaires de Lorraine, 1887.)

PARALLÈLES LITTÉRAIRES :
Versus de Unibove, poème latin du Moyen Age.
Andersen (Hans-Christian), Lille Claus og Store Claus (Le petit Claus et le
grand Claus), Contes, 1835.

BIBLIOGRAPHIE :
Muller (Joseph), Das Màrchen von Unibos, léna, 1937.

T. 1695-6 JEAN LE SOT

1. Sel Maraud (Auvergne)

II était une fois un petit garçon qui n'était pas trop fin. Sa mère
lui dit : « Je vais aller au marché ; tu vas chasser les mouches pour
qu'elles n'ennuient pas ton frère et tu leur donneras des coups de
marteau pour les tuer. »
194 ANTHOLOGIE

Une fois sa mère partie, les mouches ne faisaient qu'aller sur la


figure de son frère : alors il prend le marteau, en donne un coup sur
la figure de son frère et il l'assomme.
Quand sa mère revint, elle le gronda bien fort et lui dit : « Tu vas
aller me chercher du sel à Maraud. »
Pour se rappeler, le petit garçon répéta « Sel à Maraud ! » tout le
long du chemin ; il rencontra un mariage, et comme les gens
comprenaient autre chose, ils se mirent à taper sur le petit garçon
qui s'en alla en pleurant le raconter à sa mère. Elle lui dit : « Tu
aurais dû dire « que tout le monde fasse de même ! ». »
II s'en alla et répéta tout le long du chemin : « Que tout le monde
fasse de même, que tout le monde fasse de même ! » Bientôt il
rencontra un enterrement et il se mit à dire : « Que tout le monde
fasse de même ! » Alors les personnes de l'enterrement le battirent
et il s'en alla chez sa mère et lui raconta son histoire. Elle lui dit : «
Tu aurais dû faire ta prière et faire le signe de la croix. »
II s'en alla ; un peu plus loin il rencontra des moissonneurs ;
comme il faisait sa prière et le signe de la croix, ils crurent qu'il
voulait attirer la malédiction sur leur moisson, alors ils le tapèrent et
il s'en alla chez lui. Sa mère lui dit : « Tu aurais dû dire « que toutes
soient de même ! ». »
II répéta : « Que toutes soient de même. » II rencontra une maison
où il y avait le feu, il répéta : « Que toutes soient de même », et les
#cns le Iwiiirenl ; il rHourna <•)]«•/ lui. Sa mèff lui <lil : » Tu aurai»
dû jclci de l'eau sur le feu. »
II partit et vit une vieille femme qui allumait son feu ; alors il va
chercher de l'eau et la jette sur le feu ; la vieille se mit en colère et le
battit ; il s'en retourna chez lui. Sa mère lui dit : « Tu aurais dû y
mettre du bois. »
II s'en alla et rencontra une femme qui faisait du beurre ; il va
chercher du bois et le met dans le beurre. Cette fois la femme le
battit fort, et il revint chez lui.
Sa mère lui dit qu'il n'était pas assez fin pour aller faire les com-
missions ; clic lui dit qu'il fallait faire du feu pour chauffer sa
grand-mère. Il fit du feu, tellement, que sa grand-mère s'endormit. Il
dit : « Grand-mère n'a pas assez chaud ! » II prit sa grand-mère et la
jeta dans le feu ; comme clic faisait des grimaces, il cria d'un
CONTES FACÉTIEUX 195

air joyeux : « Venez regarder comme grand-mère est contente et rit


de joie d'avoir chaud ! »
(Revue des Traditions populaires, XV, 1900.)

2. Jean le Sot (Poitou), extraits

(C'était une pauvre femme veuve qui avait un pauvre gars qui
n'était pas trop dégourdi.)
... Une fois, Jean le Sot était enrhumé. Voilà que sa mère lui
dit:
— Dis donc, Jean le Sot, t'es bien enrhumé, mon fils. Si t'al-
lais à la foire, tu m'achèterais bien un pot, pour te faire chauffer
du vin, le soir ? Tu sais ben comme il le faut ? Il faut un pot en
terre, un trois-pied.
Et voilà mon Jean parti à la foire, et il achète un pot. En reve-
nant, le voilà d'un coup qui s'arrête, regarde son pot :
— Fils de garce, qu'il dit, toi qu'as trois jambes, moi qui n'en ai
que deux, tu devrais ben marcher mieux que moi ! Voilà que
Jean pose son pot sur la route :
— Voyons, tu peux si ben marcher comme moi ; i ne veux plus te
porter ; i seus las ! Allons, voyons ! Marcheras-tu ?
Voilà qne Jean prend un liâion pour laper dessus, pour le faire
m;i/i lii-i, ri (oui en |c iiijiiiiii, mu (ni, il |'n i util/ |{| voilli jrun | MI/||
pour se rendre chcx. lui. lin arrivant sa mère lui demande :
— Tu n'as donc pas acheté un pot ?
— Et si !
— Eh' ben, où que tu l'as mis donc ?
— Ah ! qu'il dit, i l'ai porté ben loin ; mais lui avait trois jam-
bes, moi i n'en ai que deux : il pouvait si ben marcher comme moi ! I
l'ai mis sur la route, pour voir s'il marcherait ; i n'voulait pas marcher,
i ai pris un bâton, i ai tapé dessus, l'a mieux aimer se casser que de
marcher.
— Ah ! mon Dieu, faut donc qu'i sois bien malheureuse ! Il m'a
acheté un pot, et puis il me l'a cassé ! Faut qu'i aie bien du mal-
heur, donc !
196 ANTHOLOGIE

... Allons, une autre fois, sa mère lui donne encore une com-
mission ; elle lui dit :
— Voyons Jean. Si tu allais à la foire, tu m'achèterais un pot
de graisse.
Et voilà Jean le Sot parti à la foire. Il achète un pot de graisse.
Et, en se rendant, il trouve la terre qui était fendue, qui était sèche !
— Ah ! pauvre terre, qu'il dit, va, t'as bien besoin d'être grais-
sée, toi !
Et le voilà qui s'arrête, qui se met à graisser les fentes de la terre
avec sa graisse ; et plus il en mettait, plus il en entrait. Jean le Sot
mit toute sa graisse comme ça.
En arrivant, sa mère lui demande :
— Tu n'as donc pas acheté de graisse ?
— Oh ! M'man ! Ah ! si fait ben, i t'en ai acheté ! Mais i ai
trouvé quelqu'un en route qui en avait plus de besoin que toi, va !
Ah ! si t'avais vu, M'man ! Il y avait des grandes fentes dans la
terre ; si ai mis de la graisse, et plus i en mettais, plus elle en
mangeait !
— Ah ! mon Dieu, faut qu'i aie ben du malheur, donc ! Hé
ben ! Il m'a acheté de la graisse, et puis il me l'a toute laissée en
route. Oh ! Faut-il qu'i seie une femme ben malheureuse !
... Et Jean le Sot vieillissait. Un jour sa mère lui dit :
— Eh ben, Jean le Sot, si tu allais voir les femmes, toi tou ? 0
l'est ben temps, à cette heure ! T'es ben assez vieux ; allons,
voyons ! Vas-y donc !
— Et qu'i que tu veux qu'i aille faire, M'man ?
— Eh ! ben, on s'y en va pour s'y amuser, comme les autres, et
en s'en allant, on se dégourdit un p'tit bout, on chante... On
regarde les filles, comme ça, on leur lance de bonnes œillades !
Voilà que Jean le Sot, le lendemain, va dans le toit à ses ouailles
(ses brebis), arrache tous les yeux à ses ouailles ; il en avait toutes ses
pleines poches ; et le soir, il s'en retourne voir les filles. En arrivant
auprès de ces filles, la première qui passe :
— Ta, te voilà une œillade, toi !
Une autre passe :
— T'en v'ià deux, toi, parce qu'i t'aime mieux ! La
Jeannette arrive :
CONTES FACÉTIEUX 197

— Ah ! Jeannette ! I t'aime ben mieux que toutes les autres,


toi ! Ta, t'en voilà toute une poignée d'oeillades, toi !
Vous pensez si les autres riaient, et si Jean était mieux vu pour
ça ! Il s'est rentourné avec sa maman, tout triste.
— Eh ! ben ! Air de diable ! Les as-tu bijées, ces filles ?
— Ah ! oui, i avais ben toutes mes pleines poches d'oeillades. I
leur en ai ben donné ; mais elles n'ont seulement pas voulu me
regarder !
La mère, le lendemain matin, va dans le toit à ses ouailles ; elle
trouve tous les yeux de ses ouailles arrachés.
— Eh ! mon Dieu ! I ai donc ben du malheur ! Il a arraché tous les
yeux de mes ouailles ! Faut-il qu'i seie ben malheureuse !... (Jean
le Sot réussit toutefois à se fiancer avec la Jeannette.) ... Quelques
jours avant la noce, sa mère lui a fait la leçon ; elle lui a indiqué la
façon de s'y prendre pour coucher avec sa femme. Elle lui dit :
— Eh ! ben, Jean. Tu sais, mon ami, i faudra coucher avec ta
femme.
— Ah ! Eh ! ben, faudra-t-il coucher dessous le lit ?
— Eh non, grand sot ! ben sûr que non, que ne faudra pas cou-
cher dessous. Faut coucher dessus, et puis, quand tu seras ben las,
tu te laisseras tomber à côté.
En effet, quand ils furent pour aller se coucher, mon Jean le
Sot dit :
— Attends voir ! I ne va toujours pas être en retard, ce soir, va,
ne bouge pas !
Il entre dans la chambre, bien avant la mariée, et monte sur le
ciel-de-lit. Quand il a été sur le ciel de lit, voilà la mariée qui arrive,
qui regarde partout : pas de Jean ! Ça l'embêtait bien, pardié !
Enfin, elle se couche. Une heure après, mon Jean le Sot avait froid, et
puis il était mal à son aise. Ça fait qu'il se dit :
— Attends ! M'man m'a dit, quand i serai las, de me laisser
choir à côté, mais i n'va pas me laisser choir chapctit (doucement),
n'aie pas peur !
Le voilà qui se laisse tomber du haut du cicl-de-lit, il se casse
une épaule...
... Après qu'il a été marié, Jean le Sot allait garder les pirons
198

ANTHOLOGIE

(oies) de sa Jeannette. Un jour qu'il les gardait dans un endroit,


qui était élevé, il y avait un grand mur, et la rivière passait au pied.
Voilà que tout d'un coup ses pirons prennent leur volée, volent par-
dessus le mur et s'en vont dans l'eau. Pour aller les chercher, Jean
le Sot a fait un grand détour :
— Ah ! qu'il dit, saloperie de pirons ! Si je pouvais faire comme
eux, i serais ben plus vite rendu !
Il va chercher ses pirons, il les ramène en haut. En montant, il
dit :
— Une idée ! I volerais p't être ben, moi itou, si j'avais des
ailes !
Il attrape ses pirons et leur coupe les ailes ; et il s'en attache
tout autour de lui, et puis il en a pris deux, une chaque main ; il
monte sur le mur et crie :
— Cancan ! I m'envole !
Ah ! oui, il ne s'est pas envolé ben loin, par exemple ! Il est
tombé là, comme un crapaud qui tombe du ciel, dans la rivière, et
puis il s'y est noyé.
(Léon Pineau, Contes populaires du Poitou, 1891.)

BIBLIOGRAPHIE : Haavio (Martti), Kettenmarchen-Studien,


Helsinki, 1929-1932.

CONTE DE MENTBRIE

Les mentirics ou jeux de mensonges sont une sorte d'amuse-


ment qui consiste à raconter des histoires sans queue ni tête, ou
des aventures invraisemblables : ceux qui ont le plus de succès sont
ceux qui forgent le» chose» les plus impossibles. C'est, comme le
disait un de mes conteurs, « A qui mentira le plus ».

Michel Morin envoya ses trois fils A la chasse : l'un n'avait pas
d'yeux ; l'autre était sans bras ; le troisième n'avait pas de jambes, et
le quatrième n'avait pas d'habits.
CONTES FACÉTIEUX 199

Celui qui n'avait pas d'yeux aperçut un lièvre à cinq cent pas ;
celui qui n'avait pas de bras tira dessus et le tua ; celui qui n'avait
pas de jambes courut le ramasser, et celui qui n'avait pas d'habit le
mit dans sa poche.
Ils étaient sur le bas du sommet d'une montagne, et ils montè-
rent dans le fond d'un vallon : arrivés là, ils aperçurent une maison
qui n'avait ni portes ni fenêtres. Celui qui n'avait pas de bras frappa
un coup de poing dans la porte, et demanda avec quoi faire cuire un
lièvre qui n'était pas pris. Un grand homme, qui n'était pas là,
leur a répondu :
— Nous avons tout ce qu'il faut pour cela : nous avons trois
marmites dont deux sont défoncées, la troisième n'a que les côtés, et
quand on met quelque chose dedans, la graisse monte par dessus
les bords.
Devinez s'il y a là-dedans un mot de vrai.
Récité par Jean Bouchery, de Dourdain, 1878.
(Paul Sébillot, Littérature orale de la Haute-Bretagne, 1881.)

T. 1290 LE CHAMP PRIS POUR LA MER T.


1287 LES HOMMES QUI SE COMPTENT

Le voyage des Jaguem à Paris (Haute-Bretagne)

Au temps jadis où les poules pissaient par la patte, les habitants


de Saint-Jacut-de-la-Mer résolurent de faire un voyage à Paris.
— Dieu me damne, mon fu1, disaient-ils, je voulons va si la
ville du roué de France est aussi belle et aussi grande que n'en dit.
Et les voilà qui attellent un âne à une charrette ; au milieu ils
plantèrent un mât de navire, en partant ils hissèrent une voile, et
n'oublièrent même pas d'attacher un grappin à la bride de l'âne.
Ils se mirent en route après avoir hissé la voile, et ils allaient
d'abord rondement parce qu'ils avaient vent arrière, mais bientôt,
ils durent amener la voile parce que le chemin était en zig-zag.

1. Mon fu : mon fils.


200

ANTHOLOGIE

Ils cheminaient depuis quelque temps, lorsqu'ils vinrent à passer


près d'un grand champ de lin : il était si bien fleuri qu'il paraissait
tout bleu, et une petite brise qui soufflait faisait onduler les fleurs
comme les vagues de la mer.
— Dieu me damne, mon ru, s'écria l'un des Jaguens, v'ia la
gran me salée ! si je prenions un bain ?
— Vère, vère, disent les autres.
— Mouille ! commanda celui qui conduisait la charrette, et aus-
sitôt on jeta le grappin.
Les Jaguens descendirent de leur charrette, entrèrent dans le
champ, et se mirent à nager à travers le lin bleu qu'ils traversèrent,
puis revinrent à l'endroit où ils s'étaient déshabillés.
— Asteure, dit l'un d'eux, j'allons nous compter pour sava si n'y
en avait point-z-eu queuqu'un à se naye. Et le voilà qui
commence à compter :
— Ta et ma, ça fait iun, et li qu'est auprès ça fait deux, en
continuant ainsi jusqu'au dernier. Alors il s'aperçut qu'il y avait
un des Jaguens qui manquait à l'appel.
Ils étaient bien embarrassés ; et se préparaient à retourner dans la
« gran me salée », lorsque l'un d'eux eut une idée :
— Je nous sommes vantiez trompés dans not'compte, v'ia eune
taupinéc fraîchement boutée, mettons chacun un daigt dedans, et
n'en verra cambien qu'i n'y a de trous.
Les trous des doigts bien comptés, il ne manquait personne et
les Jagucns résolurent de continuer leur route.
Ils remontent dans la charrette et se dirigent, à ce qu'ils
croyaient, vers Paris. Mais pendant qu'ils prenaient leur bain, l'âne
avait senti des chardons derrière lui et s'était retourné bout pour
bout, culminant le grappin ; si bien que les Jaguens croyant aller a
Paris, revenaient simplement à Saint-Jacut. Ils étaient loin de s'en
douter : toutefois, ils ne pouvaient s'empêcher de remarquer com-
bien, a mesure qu'ils approchaient de Paris, l'aspect du pays devenait
semblable aux environ!) de Saint-Jacut.
Ils finirent par arriver en vue de leur village, et croyant toujours
approcher de Paris, ils se disaient l'un à l'autre :
— Dieu me damne, mon fu, Paris n'est point si biau que le
monde disent ; mais l'Ia n'est vantiez qu'un faubourg.
CONTES FACÉTIEUX 201

Cependant les femmes de Saint-Jacut, qui de loin avaient


reconnu la charrette et l'âne, étaient sorties pour venir au-devant
de leurs hommes, et les Jaguens en les voyant disaient :
— Par ma fa, mon fu, n'en dit bien que toutes les femmes s'en-
tersembellent ; celles d'ici sont tout drait pareilles à celles de Saint-
Jégu.
Quand les Jaguines furent arrivées près de leurs hommes, elles
se jetaient à leur cou et les embrassaient, bien aises de les revoir, et
les Jaguens disaient :
— Dieu me damne, mon fu, je sommes asteure à Paris : on nous
avait ben dit vra en contant que les femmes de Paris étai d's effrontées
qui se jettent sus le monde sans les connaître.
(Paul Sébillot, Contes populaires de la Haute-Bretagne, 1885.)

BIBLIOGRAPHIE : Gaidoz et Sébillot, Blason populaire de la France,


Paris, Cerf, 1895.
CHAPITRE III

Randonnées

1. Le rat et la rate (Gascogne)

II y avait, une fois, un rat et une rate.


Un jour, le Rat dit à la Rate :
— Rate, fais de la bouillie de maïs. Je m'en vais dehors.
Quand la bouillie sera cuite, tu m'appelleras.
Le Rat s'en va dehors. Il attend longtemps, bien longtemps.
Mais la Rate ne l'appelle pas.
— Mon Dieu ! Que fait-donc la Rate ? La Rate achève-t-elle de
faire la bouillie ? La Rate est-elle tombée dans le chaudron ? Allons
voir. Le Rat rentre à la maison. Il cherche, il cherche partout.
— Mon Dieu ! Où est la rate ? La
Rate n'est nulle part.
Il cherche, il cherche partout. Enfin, il trouve la Rate dans le
chaudron, où elle était tombée en faisant la bouillie. Alors, le Rat
se met à pleurer.
— Qu'as-tu, Rat ? dit la quenouille.
— Je pleure parce que la Rate est morte.
— Rat, puisque la Rate est morte, je puis bien quenouiller1.
— Qu'as-tu, Rat ? dit la crémaillère.
— Je pleure parce que la Rate est morte.

1. Je suit forci de forger Ici verbct, imprimé» en italique, pour traduire leurs
corrcipondanu en fticon.
RANDONNÉES 203

— Rat, puisque la Rate est morte, je puis bien crémaillérer


— Qu'as-tu, Rat ? dit la marmite.
— Je pleure parce que la Rate est morte.
— Rat, puisque la Rate est morte, je puis bien marmiter.
— Qu'as-tu, Rat ? dit le banc.
— Je pleure parce que la Rate est morte.
— Rat, puisque la Rate est morte, je puis bien banquer.
— Qu'as-tu, Rat ? dit la porte.
— Je pleure parce que la Rate est morte.
— Rat, puisque la Rate est morte, je puis bien porter.
— Qu'as-tu, Rat ? dit la fenêtre.
— Je pleure parce que la Rate est morte.
— Rat, puisque la Rate est morte, je puis bien fenêtrer.
— Qu'as-tu, Rat ? dit le chat.
— Je pleure parce que la Rate est morte.
— Rat, puisque la Rate est morte, je puis bien miauler. Quand le
chat miaula, la Rate, qui n'était pas morte, sauta hors du chaudron.
— Si la Rate n'est pas morte, je ne puis plus miauler, dit le
chat.
— Ni moi fenêtrer, dit la fenêtre.
— Ni moi porter, dit la porte.
— Ni moi banquer, dit le banc.
— Ni moi marmiter, dit la marmite.
— Ni moi crémaillérer, dit la crémaillère.
— Ni moi quenouiller, dit la quenouille.
Le Rat et la Rate mangèrent la bouillie de bon appétit.
Dicté par Catherine Sustrac, de Sainte-Eulalie, commune de Cauzac,
Lot-et-Garonne.
(J.-F. Blade, Contes populaires de la Gascogne, 1887.)
CHAPITRE IV

Contes d'animaux

T. 15 LE RENARD-PARRAIN,
T. 41 LE LOUP PUNI DE SA GOURMANDISE,
T. 1 LE LOUP FAIT LE MORT, T. 2 LA PÊCHE A LA QUEUE,
T. 2 D LA QUEUE SOUDÉE

1. Le renard de Bassieu et le loup d'Hotonnes (Bresse)

Le renard de Bassieu était le plus fin de tous les renards.


Quand il avait trop de puces, il allait vers la rivière du Seran ; il
se mettait un tortillon de mousse au museau ; il se trempait le
derrière dans l'eau ; les puces montaient aux reins ; il s'enfonçait
davantage ; elles allaient à la tête, alors, il la mouillait. Elles se sau-
vaient à la mousse qu'il laissait aller dans le Seran par le courant et
toutes les puces se noyaient.
Le gourmand mangeait toutes les poules de Bassieu. Les fem-
mes les gardaient fermées au poulailler. Un jour qu'il avait bien
faim, il se promena par le village en criant aux femmes : « Lâchez
donc vos poules ! Elles vont avoir faim ! »
Mais comme il parlait pour lui, les commères ne l'êcoutèrent
pas.
Ne sachant que faire pour vivre, il s'associa avec le loup d'Ho-
tonnes et ils allèrent voler un grand pot de beurre.
Ils le cachèrent dans une haie et ils se mirent après à se bâtir
CONTES D'ANIMAUX 205

une petite cabane, disant qu'ils ne mangeraient le beurre que quand la


cabane serait faite.
Aussitôt qu'ils eurent commencé à travailler, le renard leva la
tête en criant : « Plaît-il ?» Il partit. Un moment après, il revint.
Le loup lui demanda d'où il venait ? Il dit qu'on l'avait appelé pour
faire un baptême et qu'il avait donné à son filleul le nom de :
ENTAMÉ.
Il repartit pour faire un second baptême ; il dit, en revenant,
qu'il avait donné à l'enfant le nom de MOITIÉ.
Un grand moment après, il leva encora la tête et répondit : «
Plaît-il ? » II partit et, en revenant, il dit que, pour son troisième
baptême, il avait donné le nom de : FIN.
Quand la cabane fut faite, mes deux compères allèrent vers la
haie pour manger le beurre, mais le pot fut trouvé vide.
Le loup disait au renard que c'était lui qui l'avait mangé en
allant faire son baptême. Le renard soutenait que ce n'était pas lui, et
il dit qu'il fallait faire un somme et quand ils se réveilleraient,
celui qui aurait la cuisse mouillée serait celui qui avait mangé le
beurre.
Pendant que le loup dormait, le renard lui pissa sur la cuisse
et quand ils se réveillèrent, le loup n'accusa plus son compère.
Le renard dit qu'on faisait une noce le lendemain à Songieu ;
que tout le fricot était à la cave, qu'on pouvait y aller en passant
par un petit trou et qu'ils y prendraient une bonne pansée, plein
sur leur ventre. Ils se fourrèrent par ce petit trou et se mirent à
dévorer. Le renard allait essayer, de temps en temps, s'il pouvait
repasser par le petit trou, et aussitôt qu'il fut juste avec l'ouver-
ture, il se sauva. Mais le loup, ayant dévoré comme un glouton,
ne put pas ressortir.
Il resta enfermé jusqu'au lendemain que l'épousée, venant
ouvrir la cave, il se sauva en lui passant entre les jambes et en la
renversant.
Un jour après, il retrouva le renard qui lui raconta qu'il s'était
couché sur la route, faisant le mort, et qu'un marchand de beurre
l'avait mis sur son char, disant qu'il vendrait sa peau à Nantua ;
mais qu'il avait bien mangé du beurre et s'était sauvé. Le loup courut
sur la route, se coucha et fit le mort. Mais le marchand, qui avait
vu la farce que le renard lui avait faite, donna de grands
206

ANTHOLOGIE

coups de fouet au loup, en disant : « Tu voudrais faire comme le


renard qui vient de manger mon beurre. »
Le loup se sauva tout moulu de coups, en colère contre son
compère le renard, et il menaçait de l'étrangler.
Celui-ci lui dit pour l'apaiser, qu'ils iraient prendre du poisson
dans le Seran. La rivière était gelée. Le renard fit un trou dans la
glace et dit au loup de s'asseoir et de fourrer sa queue dans le trou.
Un moment après, le renard cria : « II y a un, deux, trois pois-
sons qui tiennent ta queue. Quand il y en aura douze, tu tireras. »
Le compère ayant fait signe au loup de tirer sa queue, celui-ci
donna une grande secousse. L'eau ayant regelé, sa queue se cassa et
resta dans la rivière, sous la glace. Notre pauvre loup était bien
ennuyé d'être sans queue ; il était en colère contre son compère le
renard et il le menaçait.
Mais, pour le consoler, il lui fit voir des bergers de moutons
qui allaient du chanvre et faisaient du feu et qui se sauvèrent en
voyant nos deux compères. Le renard prit le chanvre des bergers, et
en fit une belle queue au loup ; il lui dit ensuite que pour se
réchauffer il fallait franchir le feu. Mais le feu brûla la queue du
loup et lui roussit tout le derrière.
Etant bien en colère, il voulait étrangler le renard ; mais celui-ci
lui promit que s'il ne lui faisait point de mal il lui ferait voir de
belles demoiselles.
Il le mena au bord d'un grand puits ; il lui dit de bien regarder.
Le renard cracha dans l'eau pour la faire bouger, en disant que
les demoiselles allaient sortir de l'eau.
Le loup s'étant bien approché, le renard le poussa dedans et ce
pauvre loup se noya.
Ce conte a été recueilli par M. A., Vintrinier.
(P. Sébillot, Contes des provinces de France, 1884.)

PARALLÈLES LITTÉRAIRES :
T. 41 (LE LOUP PUNI DE SA GOURMANDISE) :
Escope, Vulpes ventre tumefacto, Fable 12.
Bozon (Nicole), Contes moralises, n° 145.
CONTES D'ANIMAUX 207

La Fontaine, La belette entrée dans un grenier, Fables III, 17.


Roman de Renan, branche XIV, vers 203-586.

BIBLIOGRAPHIE :
Sudre (Léopold), Les sources du « Roman de Renan », Paris, 1932. Carnoy
(Henry) Les contes d'animaux dans le « Roman de Renan », Paris, 1889.

T. 123 LE LOUP, LA CHÈVRE ET LES CHEVREAUX

1. La Courbilk et les petits courbillons (Angoumois)

C'était La Courbille, une cueille1, qui s'en allait à la foire ; elle


avait une patte cassée, alors elle a dit à ses petits ignâs2 :
Courbillon, courbijette
Je vas à Saint-Jacques
Faire arranger ma gigue-jaque.
Et quand je reviendrai, je vous dirai :
Courbillon, courbillaine Ouvrez la
porte à votre mère Qui vient de
Saint-Jacques De faire arranger sa
gique-jaque Mique, mique, mique
Ouvrez la porte à votre mère.
Et surtout, n'ouvrez pas, à personne : le loup est là, dans les
environs, qui vous guette, il vous mangerait !
Et puis, elle ne se trompait pas, il était derrière la porte, contre
la muraille, qui l'écoutait...
Elle est partie. Le loup n'a pas attendu longtemps, quand elle a
eu tourné le coin de la forêt, le loup est arrive à la porte, il a dit :

1. Outille : brcbi».
2. Ignâs : agneaux.
208

ANTHOLOGIE

Courbillon, courbillaine Ouvrez la


porte à votre mère Qui vient de
Saint-Jacques De faire arranger sa
gique-jaque Mique, mique, mique
Ouvrez la porte à votre mère
Ouvrez la porte, mes petits Ouvrez
la porte.
Mais il avait une grosse voix. Les petits ignâs ont dit :
— Oh ! non, c'est pas la voix de notre mère, faut pas ouvrir la
porte.
Mais le loup est revenu une autre fois, puis une autre, en radou-
cissant sa voix, si bien que les petits furent étourdis, ne sachant
que penser.
Y en a un qui a dit :
— Mais si c'était notre mère, pourtant ? Et
un autre a répondu :
— Entrebâillons donc la porte un peu, nous verrons si c'est
notre mère, et, si ce ne l'est pas, nous la fermerons.
Ce qui fut fait. Mais le loup entendait tout, il avait l'épaule
contre la porte, vous pensez !
Alors, comme ils allaient tirer la cheville tout doucement, le
loup qui les guettait, avant qu'ils aient tiré la cheville du trou, il a
donné un grand coup d'épaule contre la porte qui s'est ouverte
toute grande ; et puis, quand il a été rentré, il les a tous mangés,
moins un, le plus jeune, qui s'était serré dans une galoche...
Quand la mère est revenue, elle a eu beau dire :
Courbillon, courbillaine Ouvrez la
porte à votre mère Qui vient de
Saint-Jacques De faire arranger sa
gique-jaque Mique, mique, mique,
Ouvrez la porte, mes petits Ouvrez
la porte.
Le petit ignfl avait tellement peur qu'il n'osait pas sortir de la
galoche ; enfin, après un bon moment, il s'est dit :
CONTES D'ANIMAUX 209

— Ça a l'air d'être ma mère.


Il a été ouvrir, et elle a dit :
— Où sont-ils, tes frères ? Et
puis il a répondu :
— Le loup est venu plusieurs fois, tellement que nous avons
cru que c'était toi, et nous avons entrouvert la porte pour voir que
c'était toi... Et puis le loup est sauté dans le toit3, et il les a mangés
tous, et puis il y a que moi qu'il n'a pas mangé parce que je me
suis serré dans une galoche !
— Eh bien ! dit la mère, attends, tu vas voir !
Et puis, elle a mis un chaudron à la crémaillière, qu'elle a rempli
d'eau, elle a allumé un bon feu dessous, et puis elle a dit au petit
ignâ :
— Tu vas rester là, et puis tu attiseras le feu, puis quand l'eau
bouillera, tu verras ce qui arrivera.
Alors, le petit Courbillon chantait en attisant le feu :
Bouille, bouille, mon chaudron Pour
échauder Compère le loup ! Bouille,
bouille, mon chaudron Pour
échauder Compère le loup !
Puis, La Courbille s'est mise sur le seuil de sa porte, et puis
elle a aperçu le loup qui gambadait ; et elle a dit :
— Ayeu, Compère le loup !
— Ayeu, Commère La Courbille !
— Tu sais pas que je reviens de la foire, et tu sais pas ce qu'ils
disent là-bas ? Ils disent qu'ils vont venir faire une battue dans les
bois autour de chez nous, parce qu'il y a des loups : tu feras bien
de te cacher ! Mais, si tu faisais un bon coup, tu viendrais te cacher
chez nous, ils viendraient pas te chercher, tiens ! dans la maison
de La Courbille !
Alors, le loup, faisant le brave, il a été se cacher dans la maison
de La Courbille, et puis le petit ignâ disait :

3. Le toit aux outilles : la bergerie.


210

ANTHOLOGIE

Bouille, bouille, mon chaudron Pour


échauder Compère le loup ! Bouille,
bouille, mon chaudron Pour
échauder Compère le loup !
— Eh ! que dit-il, ton petit, là ?
— Et vas-tu faire attention à ce que dit ce petit Courbillon ?
Tu vois ben qu'il s'amuse !
Oui, mais quand le chaudron a bouilli, la Commère La Cour-
bille a-t-attrapé la beurrière4 du chaudron, et puis, de toutes ses
forces, elle lançait l'eau sur le loup ; il a fait un bond jusqu'à la
charpente, et puis il a pas musé5, il a attrapé la porte et s'est
enfui.
Alors, La Courbille s'est mis sur le seuil de sa porte, et puis
elle a crié de toutes ses forces :
Bergères de ci, bergères de là !
Guettez le grand loup pela !
La Commère La Courbille l'a-t-échauda !
Conté en 1950 par Mme Roy, 83 ans, Bréville (Angoumois).
(Geneviève Massignon, Contes de l'Ouest, 1953.)

PARALLÈLES LITTÉRAIRES :
Marie de France, De la chèvre et ses chevriax, Fable 40.

BIBLIOGRAPHIE :
Rôheim (Géra), The Wolf and thé seven kids, Psychoanalytical
Quarterly, XXII, 1953. Flahaut (François), Histoires de loups,
Topique, 11-12, 1974.

4. Beurrière : anse.
5. Musé : tardé.
BIBLIOGRAPHIE

BIBLIOGRAPHIES

Gennep (Arnold Van), Manuel de folklore français contemporain, Paris,


Auguste Picard, 1938, t. IV, p. 634-715, n05 3720-4279. Thompson
(Stith), The Folktale, New York, Holt, Rinehart and Winston,
1946, p. 463-479. Delarue (Paul), Le conte populaire français. Catalogue
raisonné des versions
de France et des pays de langue française d'outremer, Erasme, 1957, vol. 1,
p. 57-66. Delarue (P.) et Tenèze (Marie-Louise), ibid., vol. 2,
Maisonneuve-Larose,
1963, p. 2-6.
Tenèze (M.-L.), ibid., vol. 3, Maisonneuve-Larose 1976, p. ix-xi, 495-504.
Demers (J.), Gauvin (L.) et Cambron (M.), Quand le conte se constitue
en objet(s), Littérature, 45, Paris, février 1982. Dorson (R. M.), Current
Folklore Théories, Current Anthropology, IV, 1,
Chicago, 1963.

OUVRAGES DE RÉFÉRENCE, CATALOGUES

Boite (Johannes) et Polivka (Georg), Anmerkungen zu den Kinder-und Haus-


màrchen der Bruder Grimm, Leipzig, 1913-1922, 5 vol.
Aarne (Antti) et Thompson (Stith), The Types of thé Folktale, Helsinki,
1961.
Thomson (Stith), Motif-Index of Folk Literature. A classification of narrative
éléments in folktales, ballads, myths, fables, médiéval romances, exem-pla,
fabliaux, jest-books and local legends, Helsinki, 19)2-1936.
Delarue (Paul), Le conte populaire français. Catalogue raisonné des versions
françaises et des pays de langue française d'ouirrmer, Paris, Hrasmc, 1957,
vol. 1 : Contes merveilleux.
212 LE CONTE POPULAIRE

Delarue (Paul) et Tenêze (Marie-Louise), ibid,, Maisonneuve-Larose, 1963,


vol. 2 : Contes merveilleux. Tenêze (Marie-Louise)j ibid., Maisonneuve-
Larose, 1976, vol. 3 : Contes
d'animaux.

ÉTUDES GÉNÉRALES

Thompson (Stith), The Folktale, Los Angeles, London, Univ. of Califor-


nia Press (1946), 1977.
Pinon (Roger), Le conte merveilleux comme sujet d'étude, Liège, 1955.
Jason (Heda), A Multidimensional Approach to Oral Littérature, Current
Anthropology, 10, 4, Chicago, 1969. Tenêze (M.-L.), Introduction à
l'étude de la littérature orale : le conte,
Annales, Economie, Société, Civilisations, 24, 1969. Erny (P.), Panorama
des recherches sur les contes populaires, Revue det
Sciences sociales de la France de l'Est, 8, 1979. Simonsen (Michèle), Le
conte populaire français, Presses Universitaires de
France, coll. « Que sais-je ? », n° 1906, 1981.

REVUES CONSACRÉES PARTIELLEMENT AU CONTE POPULAIRE

Mélusine, 1877, 1886-1901, XI volumes.


Remania, fondée en 1872. Publie jusqu'en 1887 des documents de litté-
rature orale.
Revue des Traditions populaires, 1886-1919. Nouvelle Revue
des Traditions populaires, 1949-1950. Arts et Traditions
populaires, 1953-1970. Ethnologie française, 1971 ss., Paris,
trimestrielle. Bulletin folklorique d'Ile-de-France, 1938 ss.
Cahiers de littérature orale, 1977 ss., Paris, bi-annuelle.
Fabula, 1957 ss., Berlin, 3 numéros par an.

COLLECTIONS DE RECUEILS DE CONTES ET DE TRAVAUX SUR LE CONTE

Littératures populaires de toutes les nations, Paris, Maisonneuve, Première


série : 1883-1903, 47 volumes. Certains ont été réédités chez
Maisonneuve-Larose.
Contes et chansons populaires, Paris, Leroux, 1881-1930, 44 volumes.
Memoirs of thé American Folk Lore Society, 1894 ss.
Kryptadia. Recueils de documents secrets pour servir à l'étude des tradi-
tions populaires, Heilbronn, 1883-1889, Paris, 1897-1905. Tirage réduit.
BIBLIOGRAPHIE 213

Folklore Fellows Communications, Helsinki, 1910 ss.


Die Màrchen der Wehliteratur, lena, 1915-1939.
Contes merveilleux des provinces de France, Paris, Erasme, 1953-1956,
7 volumes. Récits et contes populaires, Paris,
Gallimard, 1978 ss.

NUMÉROS SPÉCIAUX DE REVUE CONSACRÉS AU CONTE

Etudes françaises : « Conte oral, conte écrit », vol. 12, n° 1-2, Montréal,
1976.
Nord : « Contes et Légendes », n° 7, 1977.
Bref, n° 14, Paris, 1978.
Le Français aujourd'hui : « Les contes », n° 43, Paris, 1978.
Fabula, 20 Band, Heft 1/3, Berlin, 1979.
Magazine littéraire : « Contes et mémoire du peuple », n° 150, Paris, 1979.
Critique, n° 394, Paris, 1980. Degrés : « Le conte populaire », n° 23, 1980.
Littérature : « Les contes », n° 45, février 1982.

PRINCIPAUX RECUEILS DE CONTES ÉTRANGERS

Grimm (Jakob und Wilhelm), Kinder- und Hausmârchen, gesammelt durch


die Briider (Berlin, 1812, 1815), rééd. Friedrich Panzer, Hamburg,
1948. Traduction française intégrale, Armel Guerne, Paris, Flamma-
rion 1967.
Asbjornsen (P.-C.) et Moe Q.), Norske folkeeventyr (1842), Oslo, Gylden-
dal, 1953.
Afanassiev ( ), Contes russes (1840), Maisonneuve-Larose, 1978.
Campbell (F. J.), Popular taies of thé West Highlands, Edimbourg, 1860.
Grundtvig (Sven), Danske Folkeeventyr, Copenhague (1876), Haase, 1939.
Basset (René), 1 001 contes, Récits et légendes arabes, Paris, Maisonneuve,
1926.
O'Duilearga (Seamus) (Delargy James), Irish Folktales, Dublin, 1943.

RECUEILS DE CONTES FRANÇAIS

Luzel (F.-M.), Contes bretons, Quimperlé, 1970.


Webster (Wentworth Rev.), Basque Legends, Londres, 1877.
Luzel (F.-M.), Veillées bretonnes, Paris, 1879.
Carnoy (E. Henry), Littérature orale de la Picardie, Paris, 1883.
Ortoli (Frédéric), Contes populaires de l'île de Corse, Paris, 1883.
Vinson (Julien), Le folklore du pays basque, Paris, 1883.
214 LE CONTE POPULAIRE

Carnoy (E. Henry), Contes français, Paris, 1885.


Blade (Jean-François), Contes populaires de la Gascogne (1886), Paris,
Maisonneuve-Larose, 1967.
Luzel (François-Marie), Contes populaires de la Basse-Bretagne (1887), Paris,
Maisonneuve-Larose, 1967.
Arnaudin (Félix), Contes populaires recueillis dans la Grande-Lande, Bor-
deaux (1887), 1977.
Cosquin (Emmanuel), Contes populaires de Lorraine, comparés avec les contes
des autres provinces de France et des pays étrangers, Paris, Wieweg, 1887.
Sébillot (Paul), Contes populaires de la Haute-Bretagne, Paris, 1980-1982,
3vol.
Sébillot (Paul), Littérature orale de la Haute-Bretagne, Paris, 1881.
Sébillot (Paul), Contes des provinces de France, Paris, 1884.
Pineau (Léon), Les contes populaires du Poitou, Paris, 1891.
Andrews (James Bruyn) Contes ligures, Paris, 1892.
Sébillot (Paul), Contes des landes et des grèves, Rennes, 1900.
Barbeau (Marius), Contes populaires canadiens, I-III, JAFL XXIX, XXX,
XXXII, 1916, 1917, 1919.
Cadic (François) Contes et légendes de Bretagne avec commentaires expli-
catifs, Paris, 1914-1925, 5 vol.
Carrière (Joseph), Taies of thé French Folklore of Missouri, Northwestern
University Evanston and Chicago, 1937.
Seignolle Claude, Contes populaires de Guyenne, Paris, 1946.
Millien (Achille) et Delarue (Paul), Contes du Nivernais et du Morvan, Paris,
Erasme, 1953.
Massignon (Geneviève), Contes de l'Ouest : Vendée, Brière, Angoumois, Paris,
Erasme, 1953.
Perbosc (Antonin) et Cézerac (Suzanne), Contes de Gascogne, Paris, Erasme,
1954.
Félice (Ariane de), Contes de Haute-Bretagne, Paris, Erasme, 1954.
Maugard (Gaston), Contes des Pyrénées, Paris, Erasme, 1955.
Cadic (François), Contes de Basse-Bretagne, Paris, Erasme, 1955.
Roy (Carmen), La littérature orale en Gaspésie, Ottawa, 1955.
Méraville (Marie-Aimée), Contes d'Auvergne, Paris, Erasme, 1956.
Massignon (Geneviève), Contes corses, Aix-en-Provence, Ophrys, 1963.
Joisten (Charles), Contes populaires de l'Ariège, Paris, Maisonneuve-Larose,
1965.
Joisten (Charles), Contes populaires du Dauphiné, Grenoble, Musée Dau-
phinois, 1971.
Fabre (Daniel) et Lacroix (Jacques), La tradition orale du conte occitan, vol.
2, Paris, PUF, 1975.
Tenèze (Marie-Louise), Récits et contes populaires d'Auvergne, Paris, Gal-
limard, 1978.
Laurent (Donatien), Récits et contes populaires de Bretagne, 1, Paris, Galli-
mard, 1978.
BIBLIOGRAPHIE 215

Lacroix (Jacques), Récits et contes populaires du Languedoc, 2, Paris, Galli-


mard, 1978.
Millien (Achille) et Delarue (Georges), Récits et contes populaires du Niver-
nais, Paris, Gallimard, 1978.
Déblais (Geneviève) et Valière (Michel), Récits et contes populaires du Berry,
Paris, Gallimard, 1980.
Lemieux (Germain), Les vieux m'ont conté, Paris, Maisonneuve-Larose, et
Montréal, Bellarmin, 1975, vol. 1-5 : Contes, 6 : Légendes.
Delarue (P.) et Tenèze (M.-L.), Contes de France, Paris, Hatier, 1980.
Markale (Jean), Contes populaires de toute la France, t. 1 : Domaines fran-
çais, Paris, Stock, 1980.

CONTE POPULAIRE ET GENRES NARRATIFS

Thompson (Stith), The Folktale, Los Angeles (1946), 1977, p. 3-12 : «


Nature and form of thé folktale » et « The folktale from Ireland to
India ».
Sydow (C.-W. von), Kategorien der Prosa-Volksdichtung, p. 60-88, et
Popular Prose Tradition and their classification, p. 127-145, Selected
Papers on Folklore, Copenhague, Rosenkielde und Bagger, 1948.
Eliade (Mircéa), Les mythes et les contes de fées, Aspects du mythe, Paris,
Gallimard, 1963.
De Vries (Jan), Les contes populaires, Diogène, n° 22, 1958.
Tenèze (Marie-Louise), Du conte merveilleux comme genre, Arts et Tra-
ditions populaires, 1970.
Ben-Amos (Dan), Toward a définition of Folklore in Context, Journal of
American Folklore, vol. 84, 1971.
Jolies (André), Formes simples, Paris, Seuil, 1972.
Ben-Amos (Dan), Catégories analytiques et genres populaires, Poétique, n°
19, 1974.
Lajarte (Philippe de), Du conte facétieux considéré comme genre, Ethnologie
française, IV, 4, 1974.

TRADITION ORALE ET LITTÉRATURE

Straparola (G. F.), Le piacevoli notte, Venise, 1550, 1553. Tr. fr, : Les facé-
tieuses nuits de Straparole (1560, 1572), 1857.
Basile (G.), Lo cunto de li cunti, dit « il pentamerone », Naples, 1634, 1636,
partiellement traduit en français par Charles Deulin dans Les contes de
ma mère Loye avant Perrault, Paris, Dentu, 1878.
Lhéritier de Villandon (Jeanne), Œuvres meslées, 1694.
Perrault (Charles), Histoires ou contes du temps passé (1697), Paris, Garnier,
1967.
216 LE CONTE POPULAIRE

Carnoy (H.)> Les contes d'animaux dans les romans de Renan, Paris, 1889.
D'Aulnoy (comtesse). Contes nouveaux ou les fées à la mode, 1698. Les contes
de fées. Contes choisis, Paris, 1882.
Leprince de Beaumont (Mme), Contes de fées, réimpr., Paris, 1865.
Sébillot (Paul), Gargantua et les traditions populaires (1883), Paris,
Maisonneuve-Larose, 1967.
Bédier (Joseph), Les fabliaux (1894), Paris, Champion, 1964.
Castex (P.-G.), Le conte fantastique en France, Paris, Corti, 1951.
Barchilon (Jacques), Le conte merveilleux français de 1690 à 1790, Paris,
Champion, 1975.
Michel (M.), A propos du conte fantastique, Nouvelle Revue française, n°
19, 1962.
Dubuis (R.), La genèse de la nouvelle en France au Moyen Age, CA1EF, n°
18, 1966.
Kasprzyk (K.), Nicolas de Troyes et le genre narratif en France, Paris, Klinck-
sieck, 1963.
Sozzi (L.), Les contes de Bonaventure des Périers, contribution à l'élude de la
nouvelle française de la Renaissance, Turin, 1965.
Belaval (Y.), Le conte philosophique, The Age of Enltghtment, London,
Edimburgh, 1967.
Delarue (Paul), Les contes merveilleux de Perrault, Arts et Traditions popu-
laires, 1954.
Brochon (Pierre), Le livre de colportage en France depuis le XVI- siècle, Paris,
1954.
Soriano (Marc), Les contes de Perrault. Culture savante et culture populaire,
Paris, Gallimard, 1968.
Gueunier (Nicole), Pour une définition du conte, Roman et Lumières au
xvui-siècle, Paris, Editions Sociales, 1970.
Daemrich (H. S.), The infernal fairy taie : inversion of archetypal motifs in
european littérature, Mosaic, V, 3, 1972.
Di Scanno (T.), Les contes de fées à l'époque classique, Naples, 1973.
Demers (J.), L'art du conte écrit ou le lecteur complice, Etudes françaises,
IX, 1, 1972.
Lajarte (Philippe de), Du conte facétieux considéré comme genre : esquisse
d'une analyse structurale, Ethnologie française, IV, 4, 1974.
Bessière (Irène), Le récit fantastique : la poétique de l'incertain, Paris,
Larousse, 1974.
Todorov (T.), Introduction à la littérature fantastique, Seuil, 1976.
Demers (J.) et Gauvin (L.), Le conte écrit : une forme savante, Etudes fran-
çaises, XII, 1-2, 1976.
Bozoky (E.), Roman arthurien et conte populaire : les règles de conduite et
le héros élu, Cahiers de civilisation médiévale, 21, 1978.
BIBLIOGRAPHIE 217

LA COLLECTE DES CONTES ET LA PRATIQUE DU CONTAGE

Tonnelat (Ernest), Les contes des frères Grimm, Paris, 1912.


Sébillot (Paul), Préface à Littérature orale de la Haute-Bretagne, Paris, 1881.
Luzel (F.-M.), Préface à Légendes chrétiennes de la Basse-Bretagne, Paris,
1881.
Le Braz (Anatole), Journal de route de Luzel, Annales de Bretagne, nov.
1910, janv. 1911.
Millien (Achille), Etrennes nivernaises, Nevers, 1896, p. 87-98.
Sébillot (Paul), Sur l'art de recueillir, Revue pédagogique, 15 mars 1886.
Bladé (J.-F.) Préface à Contes populaires de la Gascogne, Paris, 1886.
Gérin (Marius), Anthologie du poète nivernais Achille Millien, Nevers-Paris,
1924.
Delarue (Paul), Achille Millien et la collecte des contes du Nivernais et du
Morvan, in Millien et Delarue, Contes du Nivernais et du Morvan,
Paris, Erasme, 1953.
Félice (Ariane de), Introduction aux Contes de Haute-Bretagne, Paris,
Erasme, 1954.
Soûla (Camille), Introduction à Perbosc (A.) et Cézerac (S.), Contes de Gas-
cogne, Paris, Erasme, 1954.
Félice (Ariane de), Enquête sur quelques traditions orales recueillies dans la
région de Monsireigne, Vendée, thèse dactylographiée de l'Ecole du Lou-
vre, Musée des Arts et traditions populaires.
Massignon (G.), Contes de Vendée et d'Angoumois, Arts et Traditions popu-
laires, avril-juin 1953.
Massignon (G.), Contes corses, Aix-en-Provence, Ophrys, 1963.
Lemieux (Germain), Les jongleurs du billochet, Paris-Montréal, Bellarmin-
Maisonneuve-Larose, 1972.
Tenèze (Marie-Louise), Littérature orale narrative, in L'Aubrac, t. V, Paris,
1975.
Fabre (Daniel) et Lacroix (Jacques), La tradition orale du conte occitan, t. 1,
Paris, PUF, 1974.
Fabre (Daniel) et Lacroix (Jacques), Les institutions de transfert de la litté-
rature orale occitane, Montpellier, 1972.
Marin (Louis), Les contes traditionnels en Lorraine : institutions de transfert
des valeurs morales et spirituelles, Paris, Jouve, 1964.
Alvarez-Pereyre, Règles du contage et stratégie de la parole, Ethnologie fran-
çaise, numéro unique, 1975.

LES CONTEURS

Azadowski (Marc), Eine sibirische Marchenerzahlerin, Helsinki, FFC, 1926.


Delargy (James), The Gaelic story-teller, Londres, 1945.
218 LE CONTE POPULAIRE

Fêlice (Ariane de), Compte rendu d'une mission en Haut-Berry, 1943-1946,


manuscrit du musée des Arts et Traditions populaires. Fêlice (Ariane de),
Introduction aux Contes de Haute-Bretagne, Paris,
Erasme, 1954. Fabre (D.) et Lacroix (J.), Una contairina populara
audença, Montpellier,
1970. Fabre (D.) et Lacroix (J.), Récit, discours, texte : une conteuse en
action,
Via Domitia, XXII, Annales de l'Université de Toulouse-Lé Mirail,
1979.

STYLISTIQUE DU CONTE

Luzel (F.-M.), Formules initiales et finales des conteurs en Basse-Bretagne»


Revue celtique, vol. 3, Paris, 1876-1878.
Sébillot (Paul), Formules initiales, intercalaires et finales des conteurs de
Haute-Bretagne, Revue celtique, vol. 6, 1883-1885.
Basset (René), Les formules dans les contes, Revue des traditions populai-
res, XVII, 5, 1902.
Olrik (Axel), Epie laws of folk narratives, (1909), in Dundes (A.), The study of
folklore, Englewood Clifls, NJ, Prenticc Hall, 1965.
Delarue (Paul), Les caractères propres du conte populaire français, Le mou
d'ethnographie française, 1951, n° 5.
Fêlice (A. de), Essai sur quelques techniques de l'art verbal traditionnel,
Arts et Traditions populaires, VI, 1-2, 1958.
Fêlice (A. de), Etude comparative d'un motif stylistique international inter-
venant dans des contes populaires de types différents, International Kon-
gress der Volkserzâhlungsfoncher in Kiel und Kopenhagen, Berlin, Gruyter
and Co., 1961.
Calame-Griaule (Geneviève), Ethnologie et langage : la parole chez les Dogons,
Paris, Gallimard, 1965.
Luthi (Max), Aspects of thé Mârchen and thé Legend, Genre, 2, 1969.
Vrabie (G.), Sur la technique de la narration dans le conte roumain, Inter-
national Congress for Folk-Narrative Research in Athens, IV, p. 606-615.
Fabre (D.) et Lacroix (J.), Récit, discours, texte : une conteuse en action,
Via Domitia, Annales Université Toulouse-Lé Mirail, 1979.

DIFFUSION ET TRANSMISSION DES CONTES

Aarne (Antti), Leitfaden den vergleichenden Aiarchenforschung, Helsinki,


FFC, 1913.
Krohn (Kaarle), Die folkloristische Arbejtsmethode, Helsinki, FFC, 1926.
Aarne (Antti), Die magische Flucht, Helsinki, FFC, 1930. Ranke (Kurt),
Die Zwei Brûder, Helsinki, FFC, 1934.
BIBLIOGRAPHIE 219

Sydow (C.-W.), Selected papers on Folklore, Copenhagen, Rosenkilde and


Bagger, 1948.
Joisten (Charles), Un cas de migration de contes populaires : du Languedoc
au Dauphiné, Arts et Traditions populaires, 17, Paris, 1969.
Tenêze (M.-L.), Motifs stylistiques de contes et aires culturelles, Mélanges en
l'honneur d'Elisée Legros, Liège, 1976.

L'ORIGINE DES CONTES POPULAIRES

Lang (Andrew), Mythology, Encyclopedia Britannica, London, 1873.


Husson (Hyacinthe), La chaîne traditionnelle. Contes et Légendes au point
de vue mythique, Paris, Franck, 1874.
Lang (Andrew), Perrault's popular taies, Oxford, 1888.
Bédier (Joseph), Les fabliaux, Paris, (1894), 1964.
Gennep (Arnold van), La formation des légendes, Paris, 1910.
Cosquin (Emmanuel), Les contes indiens et l'Occident, Paris, Champion,
1922.
Cosquin (Emmanuel), Etudes folkloriques, Paris, Champion, 1922.
Saintyves (Paul), Les contes de Perrault et les récits parallèles. Coutumes pri-
mitives et liturgies populaires, Paris, Nourry, 1923.
Propp (Vladimir), Le radice storiche dei racconti difate (1946), Turin, Borig-
hieri, 1976.
Dorson (R.), The éclipse of solar mythology, in Dundes (A.), The Study of
Folklore, Englewood ClifTs, NJ, Prentice Hall, 1955.

L'ANALYSE MORPHOLOGIQUE DU CONTE

Propp (Vladimir), Morphologie du conte (1928), Paris, Seuil, 1970. Lévi-


Strauss (Claude), L'analyse morphologique des contes russes, Slavic
Linguistics and Poetics, n° 3, 1960. Dundes (A.), From Etic to Emic
Units in thé Structural Study of Folkta-
les, Journal of American Folklore, 75, 1962. Dundes (A.), The
Morphology of North American Indian Folktalet, Helsinki,
FFC, 1964. Dundes (A.), Texture, Text and Context, Southern Folklore
Quarterly, 28,
1964.
Greimas (A.-J.), A la recherche des modèles de transformation, Sémantique
structurale, Paris, Larousse, 1966. Pop (Mihail), Aspects actuels des
recherches sur la structure de» conicl,
Fabula, 9, 1967. Tenêze (M.-L.), Introduction à l'étude de la
littérature orale : le conte,
Annales, Economies, Sociétés, Civilisations, 24, 1969. Pop (M.), La
poétique du conte populaire, Sémiotica, 2, 1970. Bremond (Claude),
Morphology of thé French Folkule, Semiottca, 2, 1970.
220 LE CONTE POPULAIRE

Meletinski (E.), L'étude structurale et typologique du conte, m Propp, Mor-


phologie du conte, Paris, Seuil, 1970.
Meletinski (E.), Problème de la morphologie historique du conte populaire,
Semiotica, 2, 1970.
Richard (Ph.), Lévy (Ph.) et Virville (M. de), Essai de description des contes
merveilleux, Ethnologie française, 1, 3-4, 1971.
Paulme (Denise), Morphologie du conte africain, Cahiers d'études africaines,
45, 1972.
Bremond (C.), Les bons récompensés et les méchants punis : morphologie du
conte merveilleux français, Sémantique narrative et textuelle, Paris,
Larousse, 1973.
Hendricks (W. O.), The Structural Study of Narration : Sample Analyses,
Essays on Semiolinguistics and Verbal Art, The Hague-Paris, 1973.
Larivaille (Paul), L'analyse (morpho)logique du récit, Poétique, 19, 1974.
Paulme (D.), La mère dévorante. Essai sur la morphologie des contes africains,
Paris, Gallimard, 1976.
Bremond (G.), Postérité soviétique de Propp, Cahiers de littérature orale, 2,
1977.
Bremond (G.), Le meccano du conte, Magazine littéraire. Contes et mémoire
du peuple, 150, 1979.

PSYCHANALYSE ET CONTE POPULAIRE

Freud (Sigmund), L'interprétation des rêves (1900), Paris, PUF, 1971.


Abraham (Karl), Rêve et mythe (1909), Œuvres complètes, I, Paris, Petite
Bibliothèque Payot, 1977.
Ricklin (Franz), Wishfullfilment and Symbolism in Fairy Taies (1909), New
York, Journal of Nervous and Mental Diseases Publishing Company,
1970.
Rank (Otto), Le mythe de la naissance du héros (1909).
Rank (Otto), Dos Inzestmotiv in Dichtung und Sage, Vienne, 1912.
Freud (S.), Le thème des trois coffrets (1913), Essais de psychanalyse appli-
quée, Paris, Gallimard, 1971.
Freud (S.), La création littéraire et le rêve éveillé (1907), Essais de psycha-
nalyse appliquée, Paris, Gallimard, 1971.
Reik (Theodor), Oedipus und die Sphinx, Imago, 6, Vienne, 1920.
Reik (Theodor), Mythologie und Mà'rchenkunde, Berlin, Fortsch. Psycha-
nal, 1921.
Winterstein (Alfred), Die pubertâtsriten der Mâdchen und ihre Spuren im
Mârchen, Imago, 14, 1928.
Rôheim (Geza), Psycho-analysis and thé Folktale, Intern. Journal of
Psychoanalysis, III, 1922.
Rôheim (G.), The Dragon and thé Hero, American Imago, I, 2 et I, 3, 1940.
BIBLIOGRAPHIE 221

Rôheim (G.), Magie and Theft in European Folk-Lore, Journal Crimino-


log. Psychopathol., II, 1940.
Rôheim (G.), Myth and Folktale, American Imago, II, 3, 1941.
Reik (Th.), Man thé myth-maker, New York, 1921.
Fromm (Erich), Le langage oublié, (1952), Paris, Payot, 1980.
Rôheim (Geza), Dame Holle : Dream and Folk-taie, Essays in Honour of
Theodor Reik, New York, Julian Press, 1953.
Rôheim (G.), The Woolf and thé Seven Kids, Psycho-analytical Quarterly,
XXII, 1953.
Beit (Hedwig von), Symbolik des Màrchens, Berne, Francke, 1952.
Reik (Th.), Myth and Guilt, Londres, 1953.
Barchilon (J.), Beauty and thé Beast, from Myth to Fairy Taie, Psychoa-
nalysis and Psychoanalytical Review, 46, 4, 1959.
Neumann (Erich), Amor und Psyché, Zurich, Rascher, 1952.
Dieckmann (Hans), Màrchen und Traume aïs Hilfe des Menschen, Stuttgart,
1966.
Laiblin (W.), Màrchenforschung und Tiefenpsychologie, Darmstad, 1969.
Anzieu (Didier), Freud et la mythologie, Nouvelle Revue de Psychologie, I,
1970.
Destins du cannibalisme, Nouvelle Revue de Psychanalyse, 6, 1972.
Franz (Marie-Louise von), L'interprétation des contes de fées (1970), Paris, La
Fontaine de Pierre, 1978.
Franz (M.-L.), Interprétation d'un conte : L'âne d'or (1970), Paris, La Fon-
taine de Pierre, 1978.
Franz (M. L. von), La femme dans les contes- de fées (1972), Paris, La Fon-
taine de Pierre, 1979.
Bettelheim (Bruno), Psychanalyse des contes de fées (1975), Paris, Lafïbnt,
1976.
Cambon (Fernand), La {lieuse dans quelques poèmes et contes allemands,
Littérature, 23, 1976.
Birkhauser (Sibyl), Die Mutter im Màrchen, Stuttgart, 1977.
Birkhauser (Sibyl), Le personnage de la fileuse dans les contes de fées, C. g.
Jung et la voie des profondeurs, revue Présence, Genève-Paris, 1977.
Dieckmann (Hans), Màrchen und Symbol, Stuttgart, 1977.
Fedida (Pierre), Le conte et la zone d'endormissement, Psychanalyse à l'Uni-
versité, I (1), 1975.
Péju (Pierre), La petite fille dans la forêt des contes, Paris, Lafïbnt, 1980.

SÉMIOTIQUE DU CONTE
Lévi-Strauss (Claude), La structure des mythes, Anthropologie structurale,
Paris, Pion, 1958.
Greimas (A.-J.), Le jeu des contraintes sémiotiques, La mythologie com-
parée, La quête de la peur, La structure des actants, Du Sens, Paris,
Seuil, 1970.
222 LE CONTE POPULAIRE

Maranda (E. K.) et Maranda (Pierre), Structural models in folklore, Mid-


west Folklore, XII, 3, 1962.
Greimas (A.-J.), Réflexions sur les modèles actantiels, Sémantique structu-
rale, Paris, Larousse, 1966.
Richard (Ph.), Lévy (Fr.) et Virville (M. de), Essai de description des contes
merveilleux, Ethnologie française, 1, 1971.
Courtes (Joseph), De la description à la spécificité du conte populaire mer-
veilleux français, Ethnologie française, 2, 1972.
R<£der (Viggo), Sémiotique du conte, Poetics, n° 6, 1972.
Hendricks (W. O.), The Structural Study of Narration : Samples Analyses,
Essays on Semio-linguistics and Verbal Art, The Hague-Paris, Mouton,
1973.
Meletinski (E. M.), Principes sémantiques d'un nouvel index des motifs et
des sujets, Cahiers de littérature orale, n° 2, 1977.
Mesnil (Marianne), Quatre contes sur l'ours, Semiotica, 20, 1977.
Courtes (J.), Une lecture sémiotique de Cendrillon, Introduction à la sémio-
tique narrative et discursive, Paris, Larousse, 1976.
Courtes (J.), La séquence du mariage dans le conte populaire merveilleux
français, Ethnologie française, 7, 1977.
Drulhe (Marcel), L'espace imaginaire dans le conte, Ethnologie française, 9,
4, 1979.
Flahaut (François), Histoires de loups, Topique, 14, 1974.
Geninasca (Jacques), Le cannibalisme dans le conte populaire français, Nouvelle
Revue de Psychanalyse, 6, 1972.
Imprimé en France
Imprimerie des Presses Universitaires de France
73, avenue Ronsard, 41100 Vendôme
Août 1984 — N° 29 883