Vous êtes sur la page 1sur 11

Bulletin de Liaison

http://acff.assopass.com/
acfffootball@orange.fr

20/05/2008
Editorial
Numéro 1 André Menaut
Président de l’ACFF
Sommaire :
En ce début de siècle, les Ainsi ce premier bulletin de liaison doit
• Editorial p. 1 intellectuels les plus farouchement être l'occasion de rendre compte de la
André Menaut. critiques reconnaissent que le sport, le multiplicité des recherches sur le Football
 Génèse de l’ACFF p.2 Football tout particulièrement, n'est plus et de leur nécessaire interdisciplinarité,
Hugues Jullien seulement un jeu mais constitue un " fait de faciliter les relations entre les
social total". Ne pouvant plus l'ignorer disciplines ,les chercheurs et les
• Les objectifs p. 3 une grande partie du monde techniciens et de partager des
Alain Lemoine.
universitaire a su élaborer un discours connaissances scientifiques et des
•Influence de la date de
trop souvent convenu et surtout expériences de terrain à propos non
naissance sur la carrière politiquement correct. seulement de la pratique du jeu mais
professionnelle des joueurs Si, en effet, la reconnaissance de aussi de son environnement.
de football français p. 4
Hugues Jullien & al ce phénomène sociétal comme un objet Ce bulletin doit aussi ,parce qu'il s'agit
d'étude susceptible d' être analysé dans d'un moyen de propagation des idées
toutes ses composantes : ludique, être l'occasion en agissant sur les esprits
sociale, économique, politique, de rappeler que le Football peut
culturelle, technologique permet de contribuer à l'épanouissement de
mieux déchiffrer nos sociétés l'individu, à condition de considérer sa
contemporaines, de mieux identifier les pratique comme un lieu de culture
contradictions qui façonnent notre authentique c'est à dire profondément
monde et de mieux les comprendre ,en humaniste et objectivement critique.
revanche certaines problématiques font
apparaître que la voie de l'objectivité est
parfois barrée par d'autres obstacles que André Menaut
ceux de la démarche scientifique. Président de l'AC2F
Ainsi les éléments à prendre en compte
pour appréhender toute la complexité du
Football dans sa pratique à quelque
ACFF niveau que ce soit et dans ses relations
avec un environnement hautement
Faculté des Sciences sensible et fluctuant, sont d'une telle
du Sport ampleur que le défi à relever par
Allée P. Grousset l'Association des Chercheurs
Université Jules Verne Francophones en Football (A C 2F) est
80025 AMIENS considérable.
Notre association a pour vocation
d'organiser des lieux et des temps
d'échanges et d'enrichissement mutuels
entre praticiens et chercheurs.

1
LA GENESE DE LA CREATION DE L’ASSOCIATION
« FOOTBALL ET RECHERCHES »
Hugues JULLIEN Maitre de Conférence Faculté des sciences du Sport Amiens
Membre fondateur de l’AC2F

Le football est le sport le La nature des équipements, la passion est le football. Ce


plus populaire dans le la biomécanique du dribble, troisième congrès organisé
monde, pratiqué dans la violence dans les stades, avec rigueur et engagement
toutes les nations sans le stress pré-match, la par Bachir ZOUDJI est une
exception. Depuis les physiologie de invitation à tous les
dernières années, on l’entrainement, l’évolution réticents de venir traiter le
constate une remarquable historique du règlement, football dans tous ces
expansion des sciences du des mentalités dans le aspects et de questionner
‘un phénomène mondial sport. Ce domaine football sont autant de les meilleurs spécialistes
qui nous réunit tous : le scientifique est maintenant thèmes traités. La variété, la mondiaux de ce merveilleux
football." reconnu par les disciplines diversité l’hétérogénéité de sport.
académiques. Le football ces différents aspects
est apparu rapidement un montrent bien l’étude du C’est pourquoi, c’est avec
thème privilégié prisé par domaine de recherche à grand plaisir que j’espère
les sciences, qui, d’ailleurs explorer. Comme on peut le vous retrouver nombreux
l’ont inscrit dans les constater, de nombreux durant ces deux jours : les
programmes universitaires aspects de la science du 19 et 20 mai 2008 à
des facultés des sciences du football allant de la Valenciennes, et que je suis
sport. Le premier congrès médecine aux sciences très heureux de faire parti
mondial de « Science and sociales sont traités dans des initiateurs de ce projet.
‘il nous faut encore Football » qui eu lieu à ces colloques. A mon tour, je compte sur
convaincre notre propre Liverpool en 1987, fut un vous pour être les relais et
famille, celle du monde événement considérable Lorsqu’en 2005, Amiens a les courroies de
fédéral football." dans l’application des organisé le premier transmission d’un
sciences du football. colloque « Football et phénomène mondial qui
Le congrès embrassa tous Recherches » dans le stade nous réunit tous : le
les aspects du football, mais de la Licorne : la symbolique football.
une tentative était faite de était née. En effet, on ne
proposer un fil conducteur peut dissocier la recherche H JULLIEN
commun qui les relie entre du lieu où le sujet d’étude Maître de Conférences,
eux. L’objectif principal était se réalise, se développe, Amiens
d’unir des scientifiques qui pose problème …à savoir le
travaillent sur le sujet et des stade. Maintenant, il nous
pratiquants du football faut encore convaincre
aidés de connaissances sur notre propre famille, celle
les différents domaines de du monde fédéral. C’est
ce sport. Parmi, les pourquoi la création de
pratiquants, on trouvait des l’Association des
joueurs, de entraîneurs, des Chercheurs Francophones
éducateurs, des managers, en Football (AC2F) est une
des administratifs et des porte grande ouverte à tous
supporters. ceux et à toutes celles dont

2
Les objectifs de l’AC2F
Alain LEMOINE Docteur en Staps, Entraineur DEF
Secrétaire de l’AC2F

L’association est née et bien née. Nous organiserons cette année à Valenciennes
notre 3ème Congrès. Au-delà des ces moments nationaux importants qui permettent à
l’AC2F de mobiliser les chercheurs et les praticiens, de donner une tribune et un écho
aux recherches en cours, il faut s’atteler à la rude tâche du quotidien. Comment
mobiliser et réunir ceux qui ont comme objet de recherche le football et ceux pour qui
c’est le métier ou la passion.
Cette année 2008 doit servir à avancer dans deux directions. D’abord, en
établissant une « carte de France » et francophone (Afrique, Belgique, Canada, Suisse)
des laboratoires où se déroulent des recherches. Ensuite en nouant enfin des relations
avec notre fédération et son nouveau directeur technique national : Gérard Houiller.
Connaissant sa passion pour le football anglais et les rencontres qu’il a pu faire à
Liverpool, haut lieu de recherche scientifique outre-manche, nul doute qu’il sera attentif
aux propositions de notre association.
A plus long terme, nous aimerions que ce bulletin soit le coup d’essai d’une
publication plus ambitieuse et bi-annuelle.
En attendant vous pourrez trouvez sur le blog de l’association des informations
pratiques et les conférences données au cours des deux premiers colloques.

ACFF : OBJECTIFS
�Créer des liens entre les praticiens et les chercheurs.

"Toute expérience a � Promouvoir les recherches dans le domaine du football au sein de la communauté
une valeur, il faut la francophone et internationale.
faire connaitre."
�Mettre en relation les chercheurs pour développer la recherche inter disciplinaire.

� Développer les techniques, les méthodes et les moyens de l’apprentissage et de la


performance en football quelque soit l’âge et/ou le niveau de pratique
Influence de la date de naissance sur la carrière
professionnelle des joueurs de football français

Hugues Jullien, Bernard Turpin, Christopher Carling


Membres de l’ACFF

Introduction

Zinédine Zidane, Marcel Desailly, Thierry Henry, Djibril Cissé, Philippe Mexès en France, David Beckam,
Ronaldo à l’étranger, les stars du football sont adulées et copiées, beaucoup de jeunes s’identifient à eux et rêvent de
s’engager dans une carrière professionnelle.
Quand on interroge ces stars, qu’elles soient du football ou d’autres sports ou qu’elles exercent dans d’autres
domaines d’activité, sur leur réussite, elles donnent invariablement la même recette : un potentiel (on peut également
parler de talent, d’aptitudes), beaucoup de travail (de longues années d’exercices quotidiens) et un peu de chance.
Le potentiel est le patrimoine du sportif; il se caractérise par ses aspects morphologiques, physiologiques et bien sûr
mentaux. Pour le footballeur, l’aspect identitaire se caractérise aussi par sa date de naissance.
L’étude « naître à Noël …. drôle de cadeau pour un sportif » de Noury-Devaux B. et al. [1] révélait que la majorité des
athlètes appartenant aux équipes professionnelles ou amateurs de niveau national et international de la région des
Pays de Loire était né au 1er semestre. En effet, on peut être “surpris” que deux enfants nés à un jour d’intervalle ne
bénéficient pas des mêmes avantages lors de sélection sportive réalisée dans les mêmes conditions [2].

De nombreuses études abondent dans ce sens. Grondin S. et al. et Shearer L.B. et al. [3,4], ont montré que les
jeunes nés dans la 1ère partie de la saison réussissaient mieux (en Hockey sur glace au Canada) que les autres. Verhulst
J. *5+ reprenant une étude de Cowgill U.M. *6+ a montré qu’à cette époque (alors que la saison sportive débute au 1 er
août pour se terminer au 31 juillet) il y avait en France, en Belgique et au Pays Bas un nombre plus important de
naissances au 2nd semestre de l’année civile, ce qui induirait un plus grand nombre de licenciés dans la première partie
de la saison sportive (août/décembre). Helsen W.F. et al. [7] a étudié ce phénomène en Belgique en prenant en
compte les joueurs professionnels de football, les jeunes joueurs en sélection nationale et les jeunes joueurs qui
changeaient de club (recrutement) à l’adolescence et a constaté que la plupart étaient nés au 1er semestre de l’année.
Dudink A. [8] montre que statistiquement les jeunes nés en début d’année sportive sont plus nombreux à atteindre le
haut niveau que les autres.
En revanche, une étude sur les jeunes algériens évoluant en équipe nationale ne montrait pas de véritable
effet de l’âge relatif. La maturité biologique du joueur semblait être un facteur plus important dans le choix de
l’entraîneur (Chibane S. et al. *9+. Ce travail peut être confirmé par une recherche portant sur l’élite des jeunes
footballeurs du Centre National d’Entraînement de Clairefontaine [10], qui montre que 12% avaient une maturité
tardive, 63,5% une maturité normale et 24,5%, une maturité précoce. Ceci indique que les entraîneurs ont tout de
même une tendance à sélectionner les joueurs de haut niveau qui ont une maturité constatée voire précoce.

A partir de ces différentes lectures sur l’influence de la date de naissance sur la carrière des joueurs de football
français, nous avons voulu vérifier si ces propositions se retrouvaient au niveau de l’élite du football français.

1. Matériel et méthode
.
L’objectif de notre travail est de comparer les dates de naissance des jeunes français qui composent l’élite du
football à l’ensemble des dates de naissance d’une catégorie d’âge, sachant qu’année civile et année sportive
coïncident.
Puis de comparer les données trouvées avec les dates de naissance des professionnels français nés avant 1982,
évoluant actuellement en France mais formés dans les centres de formation français.

4
C’est à partir du recensement des dates de naissance de 152 joueurs professionnels nés avant 1982, de 478
joueurs nés en 1984-85-86-87 issus de 8 centres de formation, de 352 joueurs nés en 1991-92-93-95 répertoriés lors
de la Coupe Nationale des moins de 14 ans à Clairefontaine et de 63 joueurs issus de la sélection régionale de
Bourgogne que le travail de recherche a pu se réaliser.
Au niveau du football français nous ne pouvons pas parler de haut niveau, mais d’élite. Le terme « haut
niveau » ne peut être employé que pour des sportifs figurant sur les listes du même nom, établies par chaque
fédération et validées par le Ministère des Sports. Ces listes concernent les athlètes qui participent aux Jeux
Olympiques, aux Championnats d’Europe ou du Monde. Très peu de footballeurs sont considérés comme sportifs de
haut niveau. Un joueur professionnel français ayant disputé plus de 250 matchs en L1 et qui a participé à des matchs
de Coupe d’Europe n’est pas recensé forcément comme sportif de haut niveau. C’est pourquoi nous préférons
employer le terme élite.

2. Statistiques

Toutes les variables sont exprimées en moyenne et écart-type. Les variables âge et année de naissance étaient testées
par une analyse de variance (ANOVA).Quand F-ANOVA était significatif, la différence était calculée par un χ2 . Le niveau
de significativité était de p <0,001.

3. Résultats

3.1 .Etudes sur les jeunes


L’étude des dates de naissance des jeunes footballeurs français appelés à représenter la France durant la saison
2002/2003 dans les compétitions internationales organisées par l’UEFA ou la FIFA dans leurs catégories d’âge fait
apparaître que 77,3 % d’entre eux sont nés au 1er semestre pour 22,7 % au 2ème semestre (χ2=49, p <0,001). (tableau 1)

Année de naissance Effectif Nés au 1er semestre Nés au 2nd semestre


en % en %
84 26 73,07 26,93
85 63* 76,19 23,81
86 32* 75,00 25,00
87 42* 83,33 16,66
163 77,30 22,70
* nous avons comptabilisé les sélectionnés et les joueurs qui ont participé aux pré-sélections
Tableau 1 : Répartition au 1er et 2ème semestre des jeunes joueurs internationaux français nés en 1984,85,86 et 87
(données U.E.F.A., F.I.F.A.)

Ces jeunes qui sont appelés à devenir les professionnels de demain sont tous issus des centres de formation des clubs
professionnels français. Nous avons donc étudié les effectifs de 8 centres de formation : 7 d’entre eux sont en
catégorie 1 (la plus élevée) Auxerre, Lens, Le Havre, Rennes, Paris, Nantes, Nancy, le 8ème est en catégorie 2 (Sochaux).
Il faut rappeler que pour leur recrutement les centres de formation se basent, pour une large part, sur les détections
organisées par la Fédération Française de Football et ses organes décentralisés que sont les ligues (structure régionale)
et les districts (structure départementale). Passage incontournable au niveau de la détection, la Coupe Nationale des
14 ans rassemble aux vacances de printemps, les ligues métropolitaines et celles d’Outre Mer. L’étude des âges des
participants nés en 1988 à la Coupe Nationale 2003 fait apparaître que 76 % d’entre eux sont nés au 1 er semestre
pour 23,86 % au 2ème semestre (χ2=92, p <0,001). ( tableau 2)
Mois 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
Nbre 71 50 45 37 42 23 16 25 10 16 11 6
% 20,2 14,2 12,8 10 ,5 11,9 6,5 4,5 7,1 2,8 4,5 3,1 1,7
47,% 28,9% 14,4% 9,38%
76% 23,86%
Document F.F.F. paru dans l’Entraîneur Français , août 2003, n°351

Tableau 2 : Répartition par mois des joueurs nés en 1988 participant à la Coupe Nationale des 14 ans en 2003

Les clubs n’attendent pas cette compétition pour recruter mais le font en amont, c'est-à-dire durant toutes les étapes
qui mènent aux sélections de ligue. Ces garçons qui représentent les régions sont issus des compétitions « inter
districts » (inter-départements) qui se sont déroulées aux vacances de Toussaint ou à celles de Noël de l’année
précédente. En effet, pour le football français, le schéma de la détection/sélection mise en place par la Direction
Technique Nationale est le suivant (tableau 3) :
Age/ niveau District (départemental) Ligue (régional) F.F.F (national)
12 ans (Prédator) Détection par secteurs Stage(s) ------------------------
Intersecteurs, stage(s)
13 ans Détection par secteurs Stage(s) Stages interligues
Intersecteurs, stage(s) Prédator
14 ans Détection-sélection Inter districts Coupe Nationale
Brassage repêchage et stage(s)
15 ans ------------------------ --------------------- brassage
Document F.F.F. paru dans l’Entraîneur Français , août 2003
Tableau 3 : Schéma de détection proposé par la F.F.F.

Nous avons étudié sur une région (la Bourgogne) l’âge des participants à cette compétition inter districts. La
Bourgogne est composée de 4 départements : la Côte d’Or, la Nièvre, la Saône et Loire et l’Yonne. 74,6% des jeunes
bourguignons ayant participé aux inter districts sont nés au 1er semestre pour 25,4 % au 2ème semestre (χ2=6,67,
p <0,001). ( tableau 4).

Départements Effectif nés au 1er semestre nés au 2nd semestre


Côte d’Or 16 62,50 27,50
Nièvre 16 81,25 08,75
Saône et Loire 16 75,00 25,00
Yonne 15 80,00 20,00
Total 63 74,60 25,40
Tableau 4 : Répartition en Bourgogne des joueurs nés en 1988 participants aux inter-districts selon le semestre de
naissance

Or dans la région Bourgogne on dénombrait pour l’année 1988 : 19831 naissances dont 10141 garçons soit 51,08 %
et 9715 filles soit 48,92 %. Chez les garçons 5150 sont nés au 1er semestre soit 50,75% % et 4924 nés au 2nd
semestre soit 49,25 %. ( tableau 5)

Total des naissances en 1988 Filles Filles en% Garçons Garçons en %


19861 9715 48,92 10141 51,08
er
Naissances au 1 semestre 4879 24,56 5150 50,75
ème
Naissances au 2 semestre 4836 24,34 4924 49,25
Tableau 5 : Répartition des naissances selon le sexe dans la Région de Bourgogne

6
On constate donc qu’il y a une répartition harmonieuse des naissances « garçons » sur l’ensemble de l’année civile
(χ2=16, p <0,001).

Il en est de même pour la Ligue de Bourgogne de Football qui gère les compétitions et qui compte pour la saison
2002/2003, 1862 licenciés nés en 1988 dont la répartition est la suivante : 998 soit 53,59 % sont nés au 1er semestre et
864 soit 46,41 % sont nés au 2nd semestre. (tableau 6)

Licenciés garçons nés en 1988 Nés au 1er semestre Nés au 2ème semestre
1862 998 864
% 53,59 46,41
Tableau 6 : Répartition des naissances au 1er et 2ème semestre des licenciés nés en 1988 de la Ligue de
Bourgogne de Football
On remarque donc une légère prédominance de jeunes licenciés nés au 1er semestre de l’année.
En conclusion, on peut constater que le pourcentage élevé des sélectionnés nés au 1 er semestre de l’année sportive
n’est pas le reflet de la répartition semestrielle des naissances ni de la répartition semestrielle des licenciés.

3.2. Etude comparative avec les professionnels français

L’étude de l’annuaire « Le guide du football 2002/2003 » de Troch D. *11+ fait apparaître que sur l’ensemble des
joueurs professionnels recensés dans les effectifs de L1 et L2 au début de la saison 2002/2003, 752 joueurs formés en
France sont nés avant 1982.
Nous n’avons comptabilisé que les joueurs nés avant 1982 et formés en France car :
pour eux, au moment de la détection/sélection, c'est-à-dire quand ils avaient 14 ans , les licences n’étaient pas
établies par année civile mais par saison sportive ; ainsi jusqu’en 1996 la saison débutait le 1er août pour se terminer le
31 juillet de l’année suivante,
seuls les joueurs français ou étrangers présents en France à cette époque ont bénéficié de cette détection et
de la formation.

Compte tenu du début (1er août) et de la fin (31 juillet) de la saison sportive, les semestres auxquels nous ferons
référence vont pour le premier du 1er août au 31 janvier et pour le second du 1er février au 31 juillet.
Les 752 joueurs nés avant 1982 et formés en France se répartissent de la manière suivante :
(tableau 7)

Professionnels nés avant 1982 Nés au 1er semestre de la saison Nés au 2nd semestre de la saison
sportive sportive
752 431 321
% 57,31 42,69
Tableau 7 : Répartition au 1er et au 2ème semestre des joueurs professionnels nés avant 1982
On constate ici encore une prédominance (presque 15%) des joueurs nés dans le 1er semestre de l’année sportive.
Une grande partie de ces joueurs sont issus des opérations de détection/sélection menées au début des années 1990.
Nous avons donc étudié, sur un panel de ligues régionales, la répartition des mois de naissance des joueurs qui ont
participé aux Coupes Nationales de 1991, 1992, 1993, 1995 alors qu’ils avaient 14 ans
Coupe Nationale 91 : joueurs nés entre le 1eraoût 76 et le 31 juillet 77 .
Pour la coupe nationale 91 : 85,15% des joueurs sont nés au 1er semestre de l’année sportive
Coupe Nationale 92 : joueurs nés entre le 1er août 77 et le 31 juillet 78
Pour la coupe nationale 92 : 73,43% des joueurs sont nés au 1er semestre de l’année sportive
Coupe Nationale 9 3 : joueurs nés entre le 1er août 78 et le 31 juillet 79.
Pour la coupe nationale 93 : 79,74% des joueurs sont nés au 1er semestre de l’année sportive
Coupe Nationale 95 : joueurs nés entre le 1er août 80 et le 31 juillet 81
Pour la coupe nationale 95 : 83,59% des joueurs sont nés au 1er semestre de l’année sportive
Une fois encore on constate que 80,4% des joueurs ayant participé aux coupes nationales de 1991, 1992, 1993 ou 1995
sont nés au 1er semestre de l’année sportive (χ2=53, p <0,001).

4. Discussion

A partir de nos résultats, nous constatons que quelque soit le positionnement de l’année sportive par rapport à
l’année civile, ce sont toujours les joueurs nés au 1 er semestre de l’année sportive qui forment le plus important
contingent des joueurs professionnels. Notre travail montre comme celui de Simmons C. *12+ sur l’élite des joueurs
anglais que la distribution des mois de naissance dans la population générale n’est pas la cause du parti pris de l’âge
en football.

Un grand nombre d’explications possibles relatives à l’effet de l’âge apparaît. Les différences physiques
évidentes (poids, taille, force) et les conséquences qu’elles entraînent sont probablement le facteur le plus important.
Le retard de maturation des joueurs peut être également un désavantage en termes de maturation
psychologique. De ce fait, il est vraisemblable que les joueurs les plus expérimentés réussissent plus rapidement que
les jeunes joueurs en raison des avantages physiques et psychologiques. Ces facteurs ont pour conséquence
d’accroître de façon significative leur engagement et leur engouement à la pratique sportive.
Au contraire, ceux nés plus tard dans l’année de la sélection peuvent avoir quelques difficultés pour atteindre très
rapidement un certain degré de réussite par insuffisance de potentialité physique, ce qui diminue leur motivation ,et
qui peut fréquemment engendrer un grand nombre d’abandons chez ces joueurs.
Un autre facteur important concerne les naissances précoces dans l’année de sélection qui ont plus
l’opportunité d’être retenues que celles de fin d’année. Les joueurs nés précocement dans la même année civile de
sélection peuvent accumuler presque plus de 700 heures de pratique que ceux nés plus tard dans l’année. La précocité
d’une pratique régulière et la participation au match fournissent aux joueurs un avantage significatif dans la maîtrise
technique et dans l’intelligence de jeu. (Ward P. et Williams A. *13+. De même, Vaeyens R. et al. *14+ trouve que des
joueurs semi-professionnels nés en début d’année ont plus souvent l’opportunité de jouer les matches. Les joueurs
nés plus tard dans l’année accusent donc un retard de temps de jeu préjudiciable, donc une expérience réduite.

Les études de Bisanz J. Morrison F. et Dunn M.,de Morrison F.J., Smith L. et Dow Ehrensberger M. et de Sharp
et al. [15, 16, 17], sur la cognition chez les scolaires arrivent aux mêmes conclusions : mieux vaut être nés en début
d’année. Musch J. et Grondin S. *18+ font, à juste titre, remarquer « qu’il est difficile de faire une comparaison entre
études et sport car les études sont obligatoires alors que le sport n’est que volontariat ». Russel R.J.H. et Startup M.J.
*19+ ont montré qu’en classe, les plus jeunes se donnaient plus de mal pour combler leurs lacunes et par la même
réussissaient finalement à atteindre un meilleur niveau que les autres, chose que l’on ne retrouve pas en sport. Le
potentiel physique est un élément incontournable à prendre en considération. En effet, à l’âge de la maturation, les
modifications morpho-anthropométriques que subit le jeune ont des conséquences sur le niveau de performance. De
ce fait, un joueur dont la maturité physique est retardée, ne devrait pas être éliminé sur les données exclusives de son
potentiel physique.

En France les opérations de détection/sélection qui amènent le joueur de 13-14 ans au niveau professionnel sont le
fruit de deux démarches distinctes :
la première est menée par les cadres techniques de la Fédération Française de Football (les Conseillers
Techniques Départementaux, les Conseillers Techniques Régionaux et les Entraîneurs Nationaux)
la seconde est organisée par les responsables du recrutement des clubs professionnels.

Sélection ou détection ?

La première partie de notre étude qui porte sur les jeunes nés en 1988 montre que les cadres techniques fédéraux
sont plutôt dans une logique de sélection puisque dès le départ (sélections départementales qui participent aux inter-
districts), ils composent leurs équipes avec une majorité (près de 75%) de jeunes nés au 1 er semestre de l’année

8
sportive. Ces jeunes ont des capacités physiques plus élevées et sont plus matures que ceux nés au 2nd semestre. Les
cadres techniques sélectionnent donc les meilleurs du moment.
Il n’y a là rien de choquant dans la mesure où les cadres techniques sont, en partie, jugés sur les résultats obtenus.
D’autre part les entraîneurs nationaux doivent présenter dans les compétitions de jeunes organisées par l’UEFA ou la
FIFA, des équipes nationales compétitives capables de gagner des titres.

La même étude montre, à l’inverse, que les recruteurs des clubs professionnels sont dans une logique de
détection. En effet pour choisir les jeunes qui intègrent un centre de formation, ils se basent sur les
sélections/détections départementales, régionales puis nationales. On leur présente des équipes composées à 75% de
joueurs nés au 1er semestre de l’année sportive et 25% de joueurs nés au 2nd semestre et on retrouve à quelques pour
cents près la même proportion dans les centres de formation (77,4% et 22,6%). En intégrant aux centres de formation,
proportionnellement, autant de joueurs nés au 1er ou au 2nd semestre, les recruteurs professionnels montrent qu’ils
prennent en compte certes les meilleurs du moment mais aussi qu’ils décèlent chez les plus jeunes les potentiels qui
leur permettront de devenir professionnels.
Ici encore il n’y a rien de choquant car les recruteurs des clubs professionnels ne prennent pas beaucoup de risques en
retenant des jeunes nés au 2nd semestre de l’année sportive dans la mesure où plus que les résultats immédiats dans
les championnats de jeunes, c’est le nombre de professionnels formés dans les 5 ou 6 années suivantes (quand les
« jeunes » auront rattrapé leurs retards physiques et de maturation) qui déterminera leur taux de réussite.
Ce constat est conforté par une étude récente [20] portant sur l’Athletico Bilbao dans le football espagnol. Ce travail
montre l’existence d’un avantage des joueurs nés dans le 1er quart de l’année de sélection, que ce soit aux différents
niveaux des écoles de football et dans les centres de formation. Avantage d’autant plus significatif que les joueurs ont
un haut-niveau de pratique. Les auteurs trouvent que les processus d’identification et de sélection du club aggravent
d’autant le constat tant au centre de formation qu’au niveau professionnel, on trouve une grande majorité de joueurs
nés dans le1er quart de l’année.
Sélectionné à un « âge » augmente la probabilité de sélection dans les années futures par le processus de
reconnaissance, de la pratique d’un entraînement soutenu et de l’expérience du haut niveau *8+. Les footballeurs de
haut niveau nés dans la tranche d’âge du 1 er quart de l’année ont une opportunité de jouer plus importante que ceux
nés plus tard dans l’année *14+.
Plusieurs méthodes sont apparues pour contourner cet effet « âge » dans les sélections.
Mush J. et Hay R., [21] ont montré que le changement des dates de la saison sportive en Australie avait entraîné un
changement dans la distribution des dates de naissance des joueurs professionnels 10 ans plus tard. En revanche,
Helsen W.F. et al. [22] montre qu’il n’y a pas de différence de distribution des dates de naissance des footballeurs de
16-18 ans avant et après le changement de date-butoir d’Août à Janvier.
Brewer J. et al. *23+ suggère donc d’effectuer le tri de sélection par tranche de six mois. L’identification des joueurs de
10 à 14 ans fut réalisée dans des compétitions régionales et des sélections nationales. Les deux groupes contenaient
respectivement les joueurs les plus âgés et les plus jeunes dans le groupe de l’année. La session régionale se composait
de pratiques techniques et collectives, ce qui a permis aux coaches/sélectionneurs d’identifier les aptitudes et les
capacités physiques. Cependant, l’effet de l’âge relatif dans le choix était toujours présent. Paull G. et Simmons C. *24]
suggèrent que l’influence d’une plus grande maîtrise et d’une meilleure confiance en soi donnent un avantage certains
aux joueurs les plus anciens par rapport aux plus jeunes tout au long de leur carrière.
L’Ecole Nationale de Football Association de la Fédération Anglaise de Football a essayé la procédure de détection par
tranche d’âge biologique dans les processus de sélection de 1992 à 1997 contrairement à l’âge chronologique *25+.
Cette procédure recherche à diviser en groupes pour faire jouer ensemble les joueurs selon leurs capacités physiques.
Ceci doit enlever l’influence de la dominante physique chez les joueurs les plus forts (ie, probablement ceux-ci sont
plus âgés dans cette tranche d’âge), et permettre à des facteurs tels que la technique et les prises de décision d’être
mieux considérées. Cette stratégie semble avoir porté ses fruits car plusieurs joueurs anglais qui sont nés plus tard
dans l’année et qui étaient plus « petits » que les autres, sont devenus professionnels.
Helsen W.F. et al. [26] suggère que les entraîneurs devraient être plus attentifs aux conduites techniques et tactiques
lors de la sélection d’un joueur plutôt que d’accorder la seule confiance aux caractéristiques physiques, comme la taille
par exemple. Le développement du joueur devrait être observé à partir d’un processus à plus long terme sur une
dizaine d’années plutôt qu’au regard d’une réussite à court terme. Le soutien et la patience dont les jeunes joueurs ont
si souvent besoin et leur retard de développement (en particulier à l’âge des compétitions) sont malheureusement
rarement pris en compte.

Conclusion

On peut donc remarquer que pour être repéré, puis formé dans les centres de formation et ainsi devenir joueur
professionnel de football, il vaut mieux être né au 1er semestre de l’année sportive.

Il n’en reste pas moins, statistiquement, vrai que les jeunes nés au 2nd semestre de l’année sportive, parce que moins
exposés aux regards des recruteurs, ont moins de chance de devenir professionnels que ceux nés au 1er semestre. Dès
lors deux solutions peuvent êtres envisagées pour corriger cette faille du système.

La Fédération Française de Football et ses organes décentralisés organisent, six mois après les
sélections/détections actuelles, une deuxième phase de détection réservée exclusivement aux jeunes nés au 2nd
semestre de l’année sportive.

Les recruteurs des clubs professionnels intègrent d’avantage cette notion de naissance au 1er ou au 2nd
semestre dans les jugements qu’ils portent sur des matchs qu’ils sont amenés à observer que ces matchs soient des
matchs de sélection ou de championnat de jeunes.

Références

[1]Noury Devaux B, Barboteau F, Girardeau S, Bickert S. Naître à Noël … un drôle de cadeau pour un sportif. in
Cinésiologie.2002 : n°206.
[2] Simmons, C. Can family planning increase your selection chances? The Football Association Experience. Insight: The
FA Coaches Association Journal. 2001; Vol 4:61-64.
[3] Grondin S, Deshaies P, Nault L.P. (). Trimestres de naissance et participation au hockey et au volleyball. La Revue
Québecoise de l’Activité Physique. 1984; 2 : 97-103.
[4] Sherar LB, Baxter-Jones AD, Faulkner RA, Russell KW. (2007). Do physical maturity and birth date predict talent in
male youth ice hockey players ? Journal of Sports Science. 25, 879-86.
[5] Verhulst J. Seasonal birth distribution of West European soccer players : A possible explanation. Medical
Hypothèses. 1992 ;38 : 346-348.
[6] Cowgill U.M. Season of birth in man. Contemporary situation with special reference to Europe and the Southern
Hemisphere. Ecology. 1996; 47: 614-623.
[7] Helsen W.F, Starkes J.L, Van Winckel J. The influence of relative age on success and dropout in male soccer players.
American Journal of Human Biology. 1998; 10 : 791-798.
[8] Dudink A. Birth date and sporting success, Nature. 1994: 368, 592.
[9] Chibane S, Hautier C, Gaudino C, Massarelli R and Mimouni N. Influence of age, maturity and body dimensions on
selection of under-17 Algerian soccer players. Journal of Sports Science and Medicine. 2007; Suppl. 10: 62 – 65.
[10] Le Gall F, Carling C, Reilly T. Biological maturity and injury in elite youth football. Scandinavian Journal of Medicine
& Science in Sports. Sous Presse 2006.
[11] Troch D. Le guide du football 2002/2003. Editions DT Sport International. 2003.
[12] Simmons, C, Paull, G.C. (). Season-of-birth bias in association football. Journal of Sports Sciences, 2001;19 :677 –
686.
[13] Ward P, Williams A. M. Perceptual and cognitive skill development in soccer: The multidimensional nature of
expert performance. Journal of Sport and Exercise Psychology. 2003 ; 25: 93–111.
[14] Vaeyens, R, Philippaerts, RM, Malina, RM The relative age effect in soccer: A match-related perspective Journal of
Sports Sciences, 2005; 23(7): 747 – 756.
[15 ]Bisanz J, Morrison F, Dunn M. Effects of age and schooling on the acquisition of elementary quantitative skills.
Developmental Psychology, 1995; 31: 221-236.

10
[16] Morrison F.J, Smith L, Dow-Ehrensberger M.. Education and cognitive development : A natural experiment.
Developmental Psychology. 1995; 31: 789-799.

[17] Sharp, C. (1995) What's age got to do with it ? - A study of pattern of school entry and the impact of season of
birth on school attainment. Educational Research. 36 , pp. 251-265.
[18] Musch J, Grondin S. Unequal Competition as an Impediment to Personal Development : A review of the Relative
Age, Effect in Sport. Developmental Review. 2001; 21: 147-167.
[19] Russel R.J.H, Sartup M.J. Month of birth and academic achievement. Personality and Individual Differences,
1986;7: 839-846.
[20] Mujika I, Padilla S, Angulo P, Santisteban J. Journal of Sports Science and Medicine. 2007; Suppl. 10 : 62 – 65.
[21] Musch J, Hay R. The relative age effect in soccer : Cross-cultural evidence for a systematic discrimination against
children born late in the competition year. Sociology of Sport Journal. 1999; 16 : 54-64.
[22] Helsen WF, Starkes JL, Van Winckel J. Effect of a change in selection year on success in male soccer players.
American Journal of Human Biology. 2000; 12: 729-735.
[23] Brewer J, Balsom P, Davis, J. Seasonal birth distribution amongst European soccer players. Sports, Exercise and
Injury, 1995; 1: 154 – 157.
[24] Paull G, Simmons C. Season of Birth Bias in Sport: The Football Association Experience. Insight: The FA Coaches
Association Journal. 1999; 2: 28-30.
[25] Simmons, C. Strategies for Scouting and Talent Identification of Potential Young. Football Players, The Football
Association Experience. Insight: The FA Coaches Association Journal. 1999; 3: 50-54.
[26] Helsen WF, Winckel, JV, Williams, A.M. The relative age effect in youth soccer across Europe. Journal of Sports
Sciences, 2005; 23(6): 629 – 636