Vous êtes sur la page 1sur 7

Initiation à la conformité commerciale

Objectifs du chapitre
À la fin du chapitre, vous :
 Comprendrez l’importance de la conformité commerciale.
La mondialisation et la croissance des échanges commerciaux forcent les exportateurs et les
importateurs à accorder davantage d’importance à la conformité commerciale. Selon l’étude du
Aberdeen Group intitulée Global Trade Compliance Priorities in 20081, la conformité commerciale se
transforme d’une fonction de soutien à des initiatives stratégiques d’envergure organisationnelle.
Elle précise également que les pressions principales qui incitent les entreprises à les prendre compte
sont :
␣ la mondialisation croissante des activités (52 % des répondants), et

␣ la complexité croissante des règlements en matière de sécurité du commerce


international.
Lorsqu’il a parlé de l’approche canado-américaine à la sécurité du périmètre, l’ancien diplomate
canadien, Colin Robertson, a écrit en mars March 20112 :
« Plus de 200 règlements différents, et un peu plus au Canada, portent sur le commerce
transfrontalier. Tous les ans, les organismes de réglementation canadiens et américains apportent
quelque 5 000 modifications qui sèment la confusion et compliquent la tâche des exportateurs. »
(Traduction)
Tous les règlements sont vraiment accablants pour les entreprises, surtout les petites entreprises.
Selon la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), les règles frontalières et
commerciales sont accablantes pour 21 % des petites entreprises, et les dépenses de conformité par
employé leur coûtent proportionnellement plus cher.3 (FITT, 01/2013)

KPMG a également déterminé que la conformité représente le cinquième plus grand défi dans le
domaine du commerce international et que 34 % des entreprises estiment que la conformité
commerciale est difficile4.
Les experts du commerce extérieur ont commencé à parler de l’application de la conformité à tous
les aspects du commerce international et non uniquement à la conformité douanière :
␣ « Lorsqu’on a une vision commune, il est beaucoup plus facile d’assurer la conformité de
toute la chaîne d’approvisionnement, ce qui contribue à protéger la marque et à réduire les
interruptions d’approvisionnement. »
␣ « La tendance future pourrait fort bien porter sur la fusion de la conformité commerciale et
de la conformité des fournisseurs dans des domaines tels que la sécurité des produits et la
responsabilité sociale. »
␣ « Il faut d’abord bien cerner les enjeux de conformité liés aux produits, classer ensuite les
produits et enfin appliquer ce processus aux fournisseurs par l’entremise d’un portail de
fournisseurs. On assure ainsi la gestion de la conformité de bout en bout. »
␣ « Il est logique que ces activités de conformité soient groupées...parce de nombreux
élémentsdedonnéescommunspeuventêtrepartagés.5 »
Cet atelier couvre les quatorze plus importants domaines de conformité touchant les exportateurs
canadiens dans toute la chaîne d’approvisionnement et aux frontières.
La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) a publié les résultats d’une enquête
menée auprès de ses membres sur leur expérience de la frontière canado- américaine6. Le présent
atelier reflète certaines des recommandations de la FCEI.
␣ Un guichet commercial unique : les entreprises souhaitent un guichet unique où elles
peuvent se procurer toute l’information nécessaire à l’importation ou à l’exportation, de la part de
certains ministères gouvernementaux et non seulement de l’Agence des services frontaliers du
Canada. « Il n’est pas réaliste de s’attendre à ce que les propriétaires d’entreprise sachent quels
ministères ont des exigences et quelles sont ces exigences. »
␣ Le présent atelier va au-delà de la conformité douanière. Il aborde de nombreux aspects de
la réglementation du commerce international.
␣ Du langage simple : La lisibilité et la clarté sont un des aspects les moins bien cotés. » ␣
L’atelier donne un aperçu des règlements et des liens vers tous les « guides de
règlements » qu’ont rédigés divers organismes gouvernementaux. (FITT, 01/2013)

L’accessibilité : « Il existe de nombreuses sources d’information sur les programmes


frontaliers et commerciaux destinés aux petites et moyennes entreprises du Canada, mais souvent,
les chefs d’entreprise ne s’en servent pas parce qu’ils ne savent pas où les trouver. »
␣ L’atelier réunit les principales ressources de chaque domaine de conformité identifié, pour
que le Manuel du participant puisse devenir un outil de référence. (FITT, 01/2013)
Les avantages de la conformité commerciale
Objectifs du chapitre
À la fin du chapitre, vous :  Décrirez ce que sont les avantages de la conformité commerciale pour
une entreprise.
LES COÛTS DE LA CONFORMITÉ
Selon un sondage réalisé par Aberdeen Group auprès de 340 exportateurs et importateurs, dont les
résultats ont été publiés dans le document intitulé Global Trade Compliance Priorities in 2008, les
dépenses moyennes de conformité commerciale, y compris la main-d’œuvre, les logiciels, les
amendes, les frais de courtage, etc., représentent environ 13 % du total des coûts commerciaux,
moins les coûts des biens mêmes – les coûts autres que la conformité visant la logistique/services de
transitaires, le transport, l’entreposage, etc.7
C’est ce qu’il faut dépenser pour se conformer aux nombreux règlements et règles en matière
d’exportation et d’importation. Ne pas s’y conformer peut occasionner des retards importants dans
la chaîne d’approvisionnement, des amendes, voire la perte de privilèges commerciaux.
L’Enquête sur le coût de la mise en conformité à la réglementation de Statistique Canada8, réalisée
en 2008, a noté l’incidence disproportionnée du coût de la conformité à la réglementation sur les
petites entreprises. Ainsi, les entreprises comptant de 1 à 4 employés ont dépensé deux fois plus par
employé pour la conformité que celles comptant de 5 à 19 employés (657 $ contre 313 $,
respectivement). De même, les entreprises comptant de 5 à 19 employés ont dépensé deux fois plus
par employé pour la conformité que celles comptant de 20 à 99 employés (155 $) et quatre fois plus
que celles comptant de 100 à 499 employés (74 $). (L’enquête portrait sur 12 « exigences
réglementaires », qui ne touchaient pas les domaines de la conformité commerciale.)

LES AVANTAGES DE LA CONFORMITÉ


Il est plus difficile de quantifier les avantages de la conformité.
La sécurité s’étant resserrée aux frontières canado-américaines depuis 2001, plusieurs organisations
des deux côtés de la frontière ont étudié l’incidence de ce resserrement sur les entreprises
canadiennes et américaines.
Comme le mentionnait une étude d’Industrie Canada9, la conformité frontalière suscitera non
seulement une réduction de coûts, mais aussi une amélioration du service à la clientèle. Les trois
grands avantages soulevés dans l’étude de 2004 étaient le temps / l’efficacité, la diminution des
coûts et la crédibilité. « ...Le plus important avantage de la certification au processus des flux
frontaliers réside dans le caractère prévisible des délais de livraison et dans l’efficacité que celui-ci
confère à toute la chaîne d’approvisionnement. »
Ce sondage s’est penché sur la certification aux termes de divers programmes de sécurité (voir le
chapitre 6), mais les avantages de la conformité qui s’y rattachent sont de nature générale :
␣ assurer la sécurité de la chaîne d’approvisionnement ␣ réduire le nombre
d’inspections à la frontière ␣ minimiser le temps des formalités à la frontière ␣ protéger le
nom et la réputation de l’entreprise
␣ réduire le coût de la conformité aux prescriptions douanières ␣ maintenir un
partenariat solide et permanent avec les douanes canadiennes et
américaines ␣ repérer d’autres partenaires certifiés avec lesquels on peut faire des affaires.
Pour les fournisseurs de services tels que les fournisseurs logistiques de tierce partie (3PL), la
conformité sécuritaire est importante pour attirer des fabricants et des détaillants qui souhaitent
que leurs fournisseurs de services fassent partie d’une chaîne d’approvisionnement conforme.
En 2007, la Service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis (CBP) a effectué un
important sondage auprès des 690 participants inscrits à l’époque au programme de sécurité
Partenariat douanes-commerce contre le terrorisme (C-TPAT) (se reporter au chapitre 6), pour
déterminer quels en étaient l’avantage.10 Le C-TPAT est un programme américain volontaire portant
sur la sécurité de la chaîne d’approvisionnement (FITT, 01/2013)

Certaines compagnies canadiennes y participent et le programme canadien Partenaires en


protection (PEP) s’harmonise avec le C-TPAT.
L’enquête du CBP soulève l’importance de certains avantages intangibles de la participation au
programme ainsi que de la diminution des coûts :
␣ diminution du temps et des coûts liés au dédouanement des marchandises par le CBP ␣
réduire le temps des lignes d’inspection du fret supplémentaire du CBP ␣ améliorer la
prévisibilité dans le mouvement transfrontalier des biens et services ␣réduire les pénalités
␣ créer d’importantes possibilités de réduction de coûts ␣ améliorer la sécurité du
personnel ␣ réduire le vol et le chapardage de marchandises ␣ accéder au programme
EXPRES (une voie prioritaire pour traverser la frontière) ␣ améliorer l’utilisation des actifs
␣ réduire les primes d’assurance. Le temps est un des avantages quantifiables le plus souvent
relevé dans l’évaluation de
certains programmes.
Le programme Importer Security Filing (ISF) est un programme obligatoire du CBP, portant sur
l’information qui doit être fournie au CBP avant que les marchandises n’arrivent à la frontière. (On le
connaît aussi sous l’appellation de 10+2, parce que l’importateur doit produire 10 éléments de
données « additionnels » et le transporteur, deux.) L’Agence des services frontaliers du Canada
(ASFC) offre un programme similaire au Canada, à savoir le Manifeste électronique.
Le magazine American Shipper a publié un sondage de référence sur l’ISF, avant que le programme
ne soit entré en vigueur en janvier 2010, et comparé les « gagnants » (environ 10 %) aux répondants
moyens.11
␣ Durant cette période d’apprentissage, la moitié des gagnants (48 %) n’ont pas eu à apporter
de modification, comparativement au tiers (34 %) en moyenne.
␣ Cela justifie en partie le temps réduit que les compagnies conformes ont ajouté à leur cycle
d’affaires par suite de nouvelles procédures.
␣ Le répondant moyen a signalé que l’ISF ajoutait un peu plus de deux jours à leur cycle de
chaîne d’approvisionnement (remise de la commande, emballage, réservation, soumission,
chargement à bord du navire et départ du navire). Les gagnants ont réussi à le faire en une demi-
journée de moins.

␣ Tous les gagnants ont dépensé moins de 25 $ par présentation (70 % entre 11 $ et 25 $),
comparativement à la moyenne des répondants (40 %) dont les coûts se sont élevés à plus de 26 $.
Il existe maintenant au Canada et en Europe des programmes de rapports préalables similaires à
l’ISF, puisque ces rapports permettent aux autorités douanières de se concentrer sur les expéditions
« plus risquées. »
En plus d’épargner du temps, la réduction des coûts est souvent mentionnée dans ce genre de
sondages. Dans son sondage annuel Global Trade Compliance Priorities in 2008, Aberdeen Group a
signalé que :
␣ La moitié des participants ont déclaré que leur fonction de conformité commerciale
mondiale était plus efficace que l’année précédente, et que l’avantage principal était une
atténuation du risque de la chaîne d’approvisionnement mondiale.
␣ Les compagnies « exemplaires » de l’étude étaient deux plus aptes que la moyenne
industrielle à avoir réduit le nombre d’interruptions de la chaîne d’approvisionnement occasionnées
par des erreurs de conformité commerciale, par rapport à l’année précédente.12
« La conformité ne se limite pas uniquement à éviter le risque. Elle porte aussi sur le rendement de
l’investissement. » C’est là en fait le titre d’un article13 qui décrit certains domaines où les
importateurs et les exportateurs américains peuvent faire travailler les règlements pour eux, y
compris réaliser des économies par l’entremise des accords de libre-échange, des gains d’efficacité
par la mise en place de mesures de sécurité telles que le C-TPAT, ainsi que la « visibilité et le contrôle
» découlant de la collecte de données ISF dès le départ.
Une étude canadienne des activités environnementales14, un autre aspect de la conformité
commercial qui sera mis de l’avant dans le présent atelier (au chapitre 7.2), précise que les
avantages d’activités de « gestion de la chaîne d’approvisionnement verte » portent surtout sur
l’efficacité énergétique ainsi que le recyclage / la réutilisation des produits et de l’emballage :
« Ainsi, 80 p. 100 des fabricants les plus performants ont observé une réduction de leurs coûts de
distribution ainsi qu’une amélioration de la fidélisation et de l’efficacité de la distribution, et 90 p.
100 ont fait état d’une amélioration des processus de conformité. ... Parmi les autres avantages
commerciaux, mentionnons l’amélioration de la gestion des risques, un plus grand accès aux
marchés étrangers, une augmentation des ventes et une plus grande différenciation dans les
services de distribution. »
Les avantages commerciaux diffèrent selon l’industrie manufacturière; par exemple, les avantages
les plus courants pour de l’électronique industrielle étaient la fidélisation de la clientèle. Pour les
fabricants de produits de consommation, il s’agissait des processus de conformité. Des rapports
similaires du même sondage de 2008 s’adressent aux chaînes de détail et aux biens de
consommation courante, ainsi qu’aux services de logistique et de transport.
LES COÛTS DE LA NON-CONFORMITÉ
Mêmes les entreprises expérimentées commettent des erreurs lorsqu’elles se conforment à la
réglementation commerciale, surtout aux règlements douaniers. Le sondage international du
Aberdeen Group auprès de 340 exportateurs et importateurs (pour la plupart de grande taille), a
révélé que même les entreprises les plus performantes font des
erreursetqueleursexpéditionssontdétenuesauxdouanes15 :
Les compagnies ayant pris part au sondage prévoyaient, l’année suivante, mettre l’accent sur la
conformité aux règlements de sécurité tels que les contrôles d’exportation (59 %), la conformité aux
règlements d’exportation et d’importation de pays multiples (54 %) et le classement de produits (50
%).
La non-conformité, même si elle est involontaire, peut entraîner des pénalités. Le Régime de
sanctions administratives pécuniaires (RSAP) de l’ASFC encourage la conformité « volontaire » à ses
règlements par l’imposition de sanctions en cas d’inobservation. Les pénalités sont proportionnelles
aux types d’infractions, à leur gravité et à la leur fréquence.
Les pénalités mentionnées dans l’analyse de l’ASFC précisent des pénalités d’une valeur moyenne de
100 à 300 $ pour des infractions mineures mais fréquentes, des pénalités supérieures à 9 000 $ pour
de fausses représentations et jusqu’à près de 2 500 $ pour ne pas avoir obtenu de permis
d’exportation.16
Certains coûts liés à l’inobservation sont moins immédiats. Si, après avoir exporté des marchandises
en franchise de droits dans le cadre de l’ALENA, l’exportateur fait échec à une vérification de l’ASFC
et que les marchandises sont ultérieurement privées de la franchise de droits, l’exportateur doit
informer les clients canadiens ou étrangers que les marchandises n’ont pas été admises. Les clients
qui ont acheté et importé les marchandises en franchise de droits doivent ensuite signaler l’erreur
de déclaration à leurs propres représentants des douanes et rembourser les droits et taxes plus
l’intérêt pouvant aller jusqu’à quatre ans. Les dommages qu’en subissent la réputation et les
relations avec les clients peuvent être catastrophiques17.
Les chapitres suivants de l’atelier se pencheront sur les domaines où les pénalités sont élevées et où
l’inobservation est monnaie courante.
PRINCIPAUX ORGANISMES GOUVERNEMENTAUX
Plusieurs organismes gouvernementaux canadiens sont responsables de réglementer les
exportations, notamment :
␣␣␣␣
l’Agence des services frontaliers du Canada l’Agence canadienne d’inspection des aliments
Environnement Canada Santé Canada
Les participants découvriront leurs exigences respectives en matière de conformité dans les
chapitres qui suivent.
PRINCIPAUX ENJEUX EN MATIÈRE DE CONFORMITÉ D’IMPORTATION
Les quatre chapitres qui suivent porteront sur les 14 enjeux de conformité les plus importants pour
les importateurs canadiens.

␣ Enjeux liés aux produits ␣ Propriété intellectuelle ␣ Salubrité des aliments ␣


Sécurité des produits de consommation ␣ Contrôles à l’importation ␣ Contrôles à
l’exportation ␣ Normes industrielles
␣ Enjeux en matière de conformité douanière ␣ Classement
␣ Évaluation ␣ Règles d’origine
␣ Enjeux logistiques ␣ Programmes de sécurité ␣ Matières dangereuses
␣ Enjeux financiers et autres ␣ Fiscalité
␣ Environnement ␣ Conservation de documents
Il existe de nombreuses autres questions de conformité commerciale, telles que la conformité
relative à la fermeture et au marquage des conteneurs d’expédition, l’utilisation des bons taux de
change, etc. Ce sont cependant les fournisseurs de services, dont les transitaires et les courtiers en
douane, qui les règlent au nom de l’importateur ou de l’exportateur.
D’autres questions sont plus rares, les règlements en matière de lutte contre la corruption par
exemple, ou ne sont importantes que lorsqu’on importe des marchandises de certains pays.
Ces questions additionnelles ne font pas partie du présent atelier, mais l’importateur doit en être
conscient car c’est à lui que revient la responsabilité d’assurer la conformité plutôt qu’au fournisseur
de services.
Toutes les compagnies doivent bien sûr observer de nombreuses questions de conformité non
reliées au commerce international, dont la fiscalité, la santé et la sécurité des employés, les rapports
statistiques.
Ce cours se penche sur les principaux enjeux que les importateurs canadiens devront régler. Pour
chacun des 14 grands enjeux, nous aborderons :
␣ Où se produit l’application dans la chaîne d’approvisionnement, quel participant de la chaîne
d’approvisionnement peut garantir la conformité et qui est responsable de la conformité de l’enjeu
en question. Ces représentations seront forcément simplifiées, mais elles sont fournies pour que le
participant puisse comprendre que la conformité est répartie dans l’ensemble de la chaîne
d’approvisionnement.
␣ Un exemple de chaque grand enjeu. ␣ Des sources de réglementation américaines et
européennes, puisque la majorité des
échanges canadiens sont à destination de ces deux régions.
␣ L’exportateur n’est pas seul pour garantir la conformité; de nombreux organismes de
réglementation offrent des guides aux petites entreprises et un grand nombre de fournisseurs de
services peuvent prêter main forte. C’est en fait la raison d’être de certains fournisseurs de services,
y compris le FITT et d’autres organisations qui fournissent une formation additionnelle. (FITT,
01/2013)

FITT. (01/2013). Destination: Marches Internationaux - Initiation aux enjeux de conformite


commerciale pour les exportateurs, 3rd Edition [VitalSource Bookshelf version]. Retrieved from
vbk://9781894566834

Always check citation for accuracy before use.