Vous êtes sur la page 1sur 2

Revue de presse

Dix menaces à la santé mondiale en 2019


L’OMS vient de désigner les dix menaces sanitaires qu’elle estime les plus prégnantes. Depuis les épidémies
de maladies vaccinables et les agents pathogènes pharmacorésistants jusqu’à la pandémie croissante
d’obésité/sédentarité et la pollution et le changement climatique. 

Son nouveau plan quinquennal, le dans leur système anti-grippe d’ur- rifampicine, dont 82 % avec tubercu-
13e Programme général de travail [1],gence. Pour l’OMS 153 institutions lose multirésistante (BMR). En cause
vise à assurer à 1 milliard de per- dans 114 pays [dont la France] par- la surutilisation d’antimicrobiens en
sonnes de plus une couverture mala- ticipent à la surveillance pour détec- santé humaine et… animale. D’où un
die universelle, à 1 milliard de pluster des virus grippaux à risque pan- plan mondial OMS anti-BMR et l’utili-
d’être protégées contre les urgences démique. Si une nouvelle souche sation prudente des antibiotiques.
sanitaires, à 1 milliard de plus de s’avère pandémique, l’OMS a
bénéficier d’une meilleure mis en place un partenariat ◗ Ebola, pathogènes à haut risque
santé et d’un meilleur unique avec les acteurs En 2018, la République Démocratique
bien-être. mondiaux de la santé du Congo a subi deux épidémies de
pour assurer l’accès maladie à virus Ebola qui ont touché
◗ Pollution, climat 2019 marque le général au diagnos- les villes. Or, note l’OMS, ce qui s’est
Dans le monde début du nouveau tic, au vaccin et aux passé lors les précédentes épidémies
neuf personnes sur antiviraux. en zones rurales ne s’applique pas
dix respirent un air plan stratégique toujours aux zones urbaines à forte
pollué. La pollution quinquennal de ◗ Pays vulnérables densité de population ou a priori aux
est le plus grand Au moins 22 % de zones touchées par des conflits qui
risque sanitaire, en rai-
l’OMS la population mon- empêchent la délivrance de soins et
son de ses cibles : pou- diale (plus de 1,6 mil- mettent en danger les professionnels
mons, cœur, cerveau. Bilan : liard de personnes) vivent de santé.
sept millions de décès prématu- dans des régions où problèmes Il existe à l’OMS un plan de surveil-
rés annuels, par cancer, AVC, cardio- de santé et crises prolongées (séche- lance de maladies et pathogènes
pathies, pneumopathies, 90 % environ resse, famine, conflits, déplacements futurs, susceptibles de déclencher
dans les pays à revenu faible ou inter- de population) les privent de soins une urgence mondiale par manque de
médiaire. C’est un facteur de change- de base. Des environnements fra- traitements et/ou de vaccins. Le virus
ment climatique : entre 2030 et 2050 il giles existent partout, la moitié des Ebola, d’autres fièvres hémorragiques,
devrait causer 250 000 décès annuels objectifs du développement sanitaire Zika, Nipah, le coronavirus du syn-
de plus. L’OMS pointe aussi les modes durable, notamment santé mater- drome respiratoire du Moyen-Orient
artisanaux de cuisson et de chauffage. nelle et infantile, ne sont pas encore (MERS-CoV) et le syndrome respi-
atteints. Essentiel pour l’OMS : soute- ratoire aigu sévère (SRAS) montrent
◗ NCD, facteurs de risque nir les systèmes de santé pour détec- qu’il faut se préparer à un patho-
Maladies non transmissibles (NCD/ ter les flambées épidémiques, y faire gène encore inconnu à haut potentiel
non communicable diseases) : diabète, face, soigner, vacciner… épidémique.
cancers, cardiopathies ; plus de 70 %
des décès dans le monde, 41 millions ◗ Résistance antimicrobienne ◗ Santé primaire : mieux faire
de morts, dont 15 millions prématurés Avec les antibiotiques, antiviraux, anti- Les soins de santé primaires sont sou-
entre 30 et 69 ans, plus de 85 % dans paludiques la médecine a avancé. Mais vent le premier contact des patients
des pays à revenu faible ou intermé- certains ont atteint leurs limites : avec le système de santé, ancrés dans
diaire. Leur augmentation est due aux la résistance aux antimicrobiens la communauté, ils sont censés fournir
facteurs de risque : tabagisme, sédenta- « menace de nous renvoyer à une époque des soins de qualité complets, financiè-
rité, alcool, alimentation déséquilibrée, où nous étions incapables de traiter rement abordables, peuvent répondre
pollution atmosphérique. Objectif pneumonie, tuberculose, gonorrhée, sal- à la majorité des besoins de santé tout
OMS, réduire l’inactivité physique de monellose », dit l’OMS. La pharmaco- au long de la vie. Ils sont la voie vers la
15 % d’ici à 2030 en incitant à la pra- résistance menace directement des couverture sanitaire universelle, objec-
tique d’activités quotidiennes. procédures : chirurgies, chimiothéra- tif ambitieux de l’OMS.
pie. Exemple : l’antibiorésistance de
◗ Grippe pandémique la tuberculose, 10 millions de per- Nombre de pays ne disposent pas
Il y aura une autre pandémie de grippe, sonnes et 1,6 million de décès chaque des infrastructures qui leurs sont
mais quand ? Quelle gravité ? Certains année. En 2017, environ 600 000 cas nécessaires, soit par manque de
pays ont encore des maillons faibles de tuberculose étaient résistants à la ressources, soit peut-être aussi en

20 REVUE FRANCOPHONE DES LABORATOIRES • N °511 • AVRIL 2019


Revue de presse

raison d’une focalisation sur des pro- viennent pendant la saison des pluies 35 millions sont décédés. Aujourd’hui,
grammes consommateurs des res- dans des pays tels le Bangladesh et environ 37 millions de sujets dans le
sources contre une seule maladie ! En l’Inde. Or cette saison dans ces pays monde vivent avec le VIH. L’OMS rap-
octobre 2018, dans une conférence de est en train de s’allonger considéra- pelle la nécessité d’entrer en contact
l’OMS à Astana (Kazakhstan), tous les blement (en 2018, le Bangladesh a avec les sujets des groupes à risque :
pays-membres ont repris l’engagement enregistré le plus grand nombre de travailleurs du sexe, sujets incarcérés,
en faveur des soins de santé primaires, décès en près de deux décennies) et hommes ayant des rapports sexuels
datant de la déclaration d’Alma-Ata en la maladie se propage désormais dans avec des hommes (HSH), personnes
1978. des pays moins/non tropicaux et plus transgenres. Or ces groupes sont sou-
tempérés, comme le Népal, où l’on ne vent exclus des services de santé. Un
◗ Vaccins, la défiance l’avait jamais signalée. Jusqu’à 40 % de groupe de population est de plus en
La réticence à l’égard des vaccins, la population mondiale y sont exposés plus touché par le VIH, les jeunes filles
voire le refus de (se) vacciner [adultes, à la dengue : 390 millions de cas sont et femmes de 15 à 24 ans, représentant
enfants] met en danger la lutte contre déclarés chaque année. Objectif OMS : une infection sur quatre en Afrique
les maladies évitables par la vaccina- réduire de 50 % les décès d’ici 2020. subsaharienne bien que ne représen-
tion. « La vaccination est l’un des moyens tant que 10 % de la population.
les plus rentables d’éviter la maladie, ◗ VIH/sida : PrEP, autodépistage L’OMS va promouvoir mondialement
selon l’OMS, elle préviendrait annuelle- Des progrès considérables ont été l’autodépistage afin que plus de VIH-posi-
ment 2 à 3 millions de décès, 1,5 mil- enregistrés dans le dépistage du VIH/ tifs connaissent leur statut et puissent
lion de plus si la couverture mondiale sida, la disponibilité d’antirétrovi- recevoir un traitement ou des mesures
s’améliore ». raux (22 millions de patients sous préventives en cas de résultat néga-
La rougeole, par exemple, a connu une traitement) et l’accès aux mesures tif. Comme annoncé en décembre 2018
augmentation de 30 % du nombre de préventives, telle la prophylaxie l’OMS aidera les entreprises et les ONG
cas dans le monde. Les raisons de pré-exposition/PrEP. à proposer des autotests du VIH sur le
cette augmentation sont complexes La pandémie se maintient, avertit lieu de travail. QQ
et tous ces cas ne sont pas dus à l’hé- l’OMS, prés d’un million de per- J.-M. M.
sitation à vacciner. Cependant, sonnes en meurent chaque
certains pays qui étaient sur année. Depuis le début,
le point d’éliminer la mala- Objectif : plus de 70 millions Référence
[1] https://www.who.int/about/what-we-do/gpw-thirteen-
die ont subi sa recrudes- de personnes ont
consultation/en/
cence (Europe, USA). 1 milliard de contracté l’infec- https://www.who.int/emergencies/ten-threats-to-global-
Les raisons de cette personnes de plus tion et environ health-in-2019
défiance sont com-
plexes et sont loin bénéficiant d’une
d’être les mêmes selon meilleure santé et
les pays développés et
les pays en développe- d’un meilleur
ment… L’OMS n’a pas bien-être
d’avis [cela viendra?] et
compte sur les professionnels
de santé pour donner des informa-
tions fiables et crédibles.
En 2019, l’OMS fédérera les efforts
pour éliminer le cancer du col de
l’utérus en élargissant la couver-
ture du vaccin HPV, 2019 pourrait
aussi être l’année où la transmission
du poliovirus sauvage sera stoppée
en Afghanistan et au Pakistan où l›an
dernier moins de 30 cas ont été signa-
© everythingpossible/stock.adobe.com

lés. L’éradication serait proche.

◗ La menace Dengue
La dengue, transmise par un mous-
tique, débute par des symptômes
pseudo-grippaux, son risque létal est
de 20 %, c’est une menace crois-
sante. Un grand nombre de cas sur-

REVUE FRANCOPHONE DES LABORATOIRES • N °511 • AVRIL 2019 21