Vous êtes sur la page 1sur 1

PARLEMENT-RECHERCHE-FINANCE-BUDGET-ASSEMBLÉE-PARTIS-PS

Recherche: "Contre-projet" des députés PS face à la "supercherie" du gouvernement


22/09/2020 15:03:16 GMT+02:00
#396013 DGTE 946 PSU34 (4) AFP (387)

PARIS, 22 sept 2020 (AFP) - Les députés socialistes ont mis en cause mardi la "supercherie
budgétaire" du projet de loi sur la recherche en cours d'examen à l'Assemblée, et présenté un "contre-
projet" pour atteindre "d'ici 2027" l'objectif de 1% du PIB en faveur de la recherche publique.

La trajectoire budgétaire présentée par le gouvernement jusqu'en 2030 "ne repose sur rien" et ne
"permettra absolument pas" d'atteindre cet objectif affiché de 1% du PIB pour la recherche publique, a
estimé la cheffe du groupe parlementaire PS Valérie Rabault.

"Les hausses budgétaires (du texte) sont concentrées sur les années 2028, 2029 et 2030. (La ministre
de la Recherche) Frédérique Vidal ne sera plus là pour l'assumer politiquement. Ce sont des chèques en
blanc", a abondé le député apparenté PS Régis Juanico.

Les socialistes défendent donc une trajectoire plus courte, jusqu'en 2027, et une hausse globale du
budget de la Recherche de 9,2 milliards d'euros de plus qu'en 2020, quand le gouvernement se fixe
l'objectif d'augmenter le budget global de 5 milliards d'euros entre 2020 et 2030.

Ils plaident pour "pérenniser les crédits de base" des laboratoires ("pas moins de 65%"), plutôt que
d'augmenter les crédits alloués par appels à projets. Et réclament un tableau de bord des crédits par
discipline pour rendre plus lisible leur attribution.

Sur l'ouverture prévue de nouvelles voies de recrutement, comme la création de "chaires de professeurs
juniors", Valérie Rabault juge que c'est un "pis-aller, pas à la hauteur de l'enjeu".

"La vraie question, c'est le nombre de postes qu'on a. Il n'y en a pas assez", souligne-t-elle, en
réclamant l'embauche de "2.000 postes de maîtres de conférences et 1.000 postes de professeurs,
chaque année, de 2021 à 2025", pour un coût annuel de 170 millions d'euros.

Les socialistes veulent aussi "rendre du temps de recherche" aux chercheurs en diminuant de "25%"
leur nombre annuel d'heures d'enseignement.

Lundi soir dans l'hémicycle, Valérie Rabault avait déjà reproché au gouvernement un "mensonge
budgétaire" sur son texte. "Que n'avez-vous choisi d'investir lorsque c'est vous qui faisiez la
construction des budgets", avait répliqué la ministre de la Recherche, en visant le quinquennat de
François Hollande.

"On ne fait pas abstraction du fait que tous les efforts n'ont pas été fournis sous le précédent
quinquennat. Mais la majorité est là pour fournir un exercice sérieux à un instant T", a souligné Valérie
Rabault mardi.

adc/reb/pab/pb