Vous êtes sur la page 1sur 10

Rev. Ivoir. Odonto-Stomatol., vol. 8, n° 2, 2006, pp.

39-48
© EDUCI 2006

REHABILITATION FACIALE PAR LES PROTHESES MAXILLO-FACIALES


AU COURS DES TUMEURS BENIGNES DE LA MANDIBULE

RESUME
Pour montrer la nécessité de développer les techni-
Auteurs ques de prothèse maxillo-faciales pour réhabiliter les pa-
tients tant au plan morpho-fonctionnel que social dans
AKA G.K nos pays en voie de développement, nous rapportons
KOUAKOU. R. K des cas de PSIM . Elle concernait l’exérèse tumorale
DJEMO B.R suivit d’une reconstitution par une prothèse maxillo-
OUATTARA B. faciale.
GADEBGEKU S.A. Les tumeurs bénignes répertoriées ayant occasionné
une exérèse tumorale avec PSIM sont dominées par
l’améloblastome avec une proportion de plus de 74 %. Les
PSIM obtenues sont du type I (51, 85%), III (37.03%), II
(7.45 %) et IV (3.71 %). Les techniques de réhabilitation
maxillo-faciales utilisées ont été dans plus de 56 % des cas
des endoprothèses.
Service
Mots-clés : Tumeur bénigne - PSIM -
Service de Stomatologie et de Réhabilitation faciale - Prothèse maxillo-faciale -
Chirurgie maxillo-faciale Endoprothèse.
CHU Cocody-Abidjan
Côte d’Ivoire. SUMMARY
We retrieve these cases of Loss to show the necessity to
develop the techniques of prosthesis maxillofacial to
rehabilitate the patients so to the plan morpho-fonctionnel
that social in our country in the process of development. It
concerned all the files of patients that had a tumorous
exenteration with a substance loss break of the mandible subs-
tance follow by a reconstruction by a prosthesis break.
Correspondance The benign indexed tumours having caused a tumorous
exenteration with Loss are dominated by the ameloblastom
with a proportion of more one than 74%. The obtained Loss
Pr. AKA GBLANH KASSY F. Ph.
of the type I’S (51, 85%), III (37.03%), II (7.45%) and IV (3.71%),
Service de Stomatologie et de The techniques of rehabilitation rehabilitation used were in
Chirurgie maxillo-faciale, more than 56% cases of the rehabilitation.
CHU Cocody, Abidjan,
Key words : Benign tumor - MBLS - Facial rehabilitation -
E-mail :
Prosthesis maxillo-facial - Endoprosthesis.
pr_aka_gblanh@yahoo.fr
40 G.K. AKA & al. : Bulles buccales hémorragiques révélatrice d’une leucémie ...

INTRODUCTION 2- Méthode
Les pertes de substances mandibulaires 2.1- Type d’étude.
se définissent comme une destruction
Il s’agit d’une étude rétrospective et
osseuse acquise aboutissant à une
descriptive portant sur la place qu’occupe la
solution de continuité permanente des
prothèse maxillofaciale dans la réhabilitation
tissus osseux de la mandibule8
faciale au cours des Perte de Substance
Pour être satisfaisante dans ses résultats,
Interruptrice de la Mandibule (PSIM*) dans
la chirurgie de la mandibule, pour tumeur
le service de Stomatologie et chirurgie
bénigne a été large, donc mutilante. La
maxillo-faciale du CHU de COCODY.
perte occasionnée pose alors au praticien
le problème dans un but fonctionnel mais
aussi esthétique. 2.2- Le Recrutement
Les moyens à notre disposition pour la 2.2.1- Les critères d’inclusion
prise en charge de ces mutilations
Au cours de cette période, nous avons
mandibulaires sont variés et peuvent aller
retenu pour chaque patient les critères
d’une absence de réhabilitation totale
suivants :
après exérèse de la tumeur aux moyens
. tout patient sans distinction de sexe
de réhabilitation ou de reconstruction
ou d’âge, atteint d’une tumeur bénigne de
récents telles la reconstruction par les
la mandibule dont le diagnostic a été établi
lambeaux micro-anastomosés (CARIOU,
cliniquement et par l’imagerie médicale
BRETON, REYCHLER) .
(Radiographie panoramique, et TDM
Ces moyens sont en perpétuelle
maxillo-faciale ) et par l’histologie,
évolution, ainsi la palette des procédés mis
· le siège et le type de perte de substance
à notre disposition s’est considérablement
mandibulaire
élargie et l’on pourra un jour remplacer non
· Ces patients ont eu une résection
seulement l’os mais aussi les dents (PERI –
interruptrice de la mandibule avec une
Rev. Stomatol Chir. maxillofac 1989).
reconstruction par endoprothèses en
En raison des problèmes occasionnés non
première intention et greffe osseuse
seulement au plan fonctionnel, mais
autologue en deuxième intention pour
également au plan esthétique, nous
parfaire la réhabilitation maxillofaciale ou
rapportons notre expérience (école
les deux méthodes associées.
Abidjanaise) en matière de prise en charge
· Tout patient ayant eu une résection
de ces PSIM en insistant sur la place
mandibulaire avec réhabilitation par
qu’occupe les endoprothèses utilisées en
endoprothèses mandibulaire, greffe
prothèses maxillofaciales pour assurer cette
osseuse et par les deux méthodes.
réhabilitation faciale.
· Evolution Clinique et radiologique.
· Les cas retenus sont ceux dont le
I- MATERIEL ET METHODE diagnostic histologique a été confirmé.
1- Cadre et population d’étude
2.2.2- Les critères d’exclusion
Ne font pas partie de cette étude les
Notre étude a été réalisée dans le service
patients dont le diagnostic tumeur bénigne
de Stomatologie, Chirurgie Maxillo-Faciale
n’a pas été établi et qui n’ont pas eu
du CHU de COCODY, sur une période allant
d’intervention chirurgicale dans la période de
de 1970 à 2004 soit 34 ans.
recueil des données.
Au cours de cette période nous avons
recruté 137 dossiers de patients admis
pour tumeur bénigne de la mandibule.
Rev. Ivoir. Odonto-Stomatol., Vol. 8, n° 2, 2006, pp. 39-48 41

2.3- Le recueil des données Tableau II : Répartion des PSIM en


Nous avons recueilli les données sur fonction de l’âge et du sexe
des fiches d’enquête comprenant plusieurs
Sexe Total
rubriques : %
 ge
· Numéro de dossier Homme femme
· Etat civil 11 - 20 17 12 29
· Motif de consultation & histoire de la 21 - 30 20 17 37 75,2 %
maladie 18 19
31 - 40 37
· Histoire de la maladie tumorale
41 - 50 13 08 21
· Examen clinique stomatologique (exo 24,8 %
51 - 60 08 05 13
et endobuccal)
· Diagnostic clinique retenu Total 76 (55,5 %) 61 (44,5 %) 137 100 %

· Examens Complémentaires
Tableau III : Répartition des PSIM en
- Imagerie médicale (radiographie
fonction de la profession
panoramique des maxillaire, tomodensi-
tométrie maxillofaciale)
- Histologie G roupe
E ffectif %
P rofessionnel
· Traitement
· Evolution et pronostic Mé nagè re s 50 36,5

Pe tits mé tie rs 35 25,5


2.4- Analyse des données
Les fiches d’enquêtes ont été codées et Se cte urs agricole 27 19,7
informatisées. La saisie et l’analyse des Scolaire 15 11,00
données ont été faites sur un ordinateur
avec les logiciels suivants : Fonctionnaire s 10 07,3
- Epi Info version 6, Total 137 100
- Microsoft Excel 2000,
- Microsoft Word 2000.
L’analyse des données a été faite par la Tableau IV : Répartition des PSIM en
méthode statistique d’analyse descriptive. fonction du type de PSIM
Elle a consisté à décrire à l’aide des
tableaux et de graphiques simples. Type de P SIM E ffectif %

Type I 75 54,8
II. RESULTATS
Tableau I: Répartition des PSIM en Type II 17 12,4
fonction de l’étiologie Type III 35 25,5

Type IV 10 7,3
P athologie
E ffectif P ourcentage
tumorale
Total 137 100
A méloblastome 127 92,7

Fibrome s
06 04,3
ossifiants

Tume ur à
04 03
myé loplaxe s

Total 137 100%


42 G.K. AKA & al. : Bulles buccales hémorragiques révélatrice d’une leucémie ...

Tableau VI : Résultats des réhabilitations


mandibulaires par prothèses
maxillofaciales (endoprothèses de
reconstruction)
M atériel de
S uccès E chec Total
réhabilitation
PSIM I

PSIM II
En doproth è se
35 (87.5 %) 05 (12,5 %) 40
mé tallique

En doproth è se
20 (42,6 %) 27 (57,4 %) 47
mé talloplastique

PSIM III Total 55 (63,2 %) 32 ( 36,8 %) 87

Tableau VII : Résultats des réhabilitations


mandibulaires pa GAOLNV selon le temps
PSIM IV

M atériel de
Succès E chec P ourcentage
réhabilitation
Figure 1 : Différents types de pertes de
substances interruptrices de la mandibule G O AL N V
14 (58.3%) 10 (41.7%) 24 (100%)
(PSIM) Immé diate

G O AL N V
Tableau V : Répartition des PSIM en 34 (83.3%) 02 (16.7 %) 36 (100%)
Se condaire
fonction de méthode de construction
ou réhabilitation Total 48 12 60

M éthode de
M atériau de Tableau VIII : Résultats de réhabilitations
réhabilitation ou Effectif P ourcentage
reconstruction
Reconstruction mandibulaires par GAOLNV
Mé tallique (atte lle 29,2 M atériel de
40 S u ccès E chec P ou rcentage
de PERI) 63,5 réhabilitation
Endoprothè se s
Me tallo-plastique 47 34,3 G O AL N V
26 (52 %) 24 (48%) 50
Costale
Gre ffe Osse use
Costale 20 14,6
Autologue Libre
Non Vascularisé G O AL N V
10 (100 %) 00 10
Iliaque
immé diate =
Iliaque 03 03,0
GOALNVI

Endoprothè se s + Costale 30 21,9 Total 36 24 60


G O AL N V
se condaire Iliaque 06 04,3

Totale 137 100


Rev. Ivoir. Odonto-Stomatol., Vol. 8, n° 2, 2006, pp. 39-48 43

III- COMMENTAIRES Tous les types de PSIM ont été rencontrés


dans notre série et sont dominés
respectivement les type I et III dans les
1- Aspects cliniques
proportion de 54,8 % et 25,5 %.
Les tumeurs bénignes répertoriées dans Les méthodes de reconstruction ou
notre travail sont dominées par les réhabilitation mandibulaire ont utilisé
amélobastomes de siège mandibulaire (92.7 %) dans 87 cas les endoprothèses.
qui sont caractérisés par leur longue 3- Evolution et Pronostic
évolution clinique qui dans notre étude est
de 36 mois. Elles sont traduites au plan Les suites post-opératoires ont été à court
radiologique par deux type d’image mono et et moyen terme non compliquées (simples).
polygéodique avec 38 cas de ruptures Sur l’ensemble de nos taux de succès sont
corticales. Cette observation ne présente de 67,8 % contre 32,1 % d’échec avec un
aucune particularité radiologique. Ces allant de 1 à 18 ans .
tumeurs améloblastiques représentent Les cause d’échec observées dans notre
selon BILE et coll. 2 la tumeur la plus travail sont représentés par :
fréquente des tumeur mandibulaires. - le lâchage muqueux avec suppuration
Cette prédominance de l’améloblastome et un hygiène bucco-dentaire,
a été rapporté par VILASCO (41 %), -l’application d’eau chaude et l’application
BERTRAND (52 %). de décoction après la sortie des patients avec
Ces tumeurs bénignes sont marquées lésion cutanée,
par leur longue évolution et silencieuse ; - rejet de l’endoprothèse coulée dans de
ce qui a eu pour résultats une consultation la résine
tardive à l’hôpital avec observation de - la fragilité des montages: nos montages
tumeurs monstrueuses. de greffons osseux autologues costaux et
Cette situation tardive est due au fait iliaques ont été fixés par des fils
que les patients séjournent longtemps d’ostéosynthèse qui ne garantissent une
chez les tradipraticiens qui leur appliquent solidité maximale. Cette situation observée
des décoctions ou des massage d’eau dans notre travail a été noté et développé
chaude sur la tumeur jusqu’à transformer par certains auteurs de l’école française,
celle-ci en tumeur pseudo-maligne. comme PERI (1968), GUILBERT(1970),
L’âge moyen de nos patients est estimé à VAILLANT (1974), et BENOIST (1978), qui ont
41 ans avec une prédominance masculine. préconisé l’utilisation de montage ayant
et la durée moyenne d’évolution de la d’une solidité irréprochable associant attelles
maladie est de 36 mois. métalliques vissées préformées et prothèses
Cette tumeur touchent en côte d’Ivoire guides qui non seulement répondent à un
les sujets ayant bas niveau socio- besoin de reconstruction provisoire mais
économique (cf. tableau II) pallient aussi la latéro-déviation.
Dans notre expérience nous avons opté
2- Aspects thérapeutiques
pour le développement de la réhabilitation
Les procédés thérapeutiques chirurgicaux faciale en particulier mandibulaire par la
utilisés pour assurer la réhabilitation greffe osseuse autologue différée due au
maxillofaciale sont de deux types : les caractère très volumineux des tumeurs, tardif
endoprothèses maxillo-faciales et les greffes à la consultation, à l’aspect pseudo voire
osseuses libres non vascularisés autologues inflammatoire des tissus de recouvrement,
dont le but principal a été de réhabiliter la manque hygiène buccodentaire des patients.
fonction manducatrice et l’esthétique après Notre école (Abidjan) à opté pour un
exérèse tumorale. protocole à deux temps.
44 G.K. AKA & al. : Bulles buccales hémorragiques révélatrice d’une leucémie ...

Le premier temps a consisté en la La réparation mandibulaire s’est fait


résection mandibulaire suivie de la mise en par transfert libre de greffons osseux libres
place d’une endoprothèse métallique par voie soit costal, soit iliaque, et par la pose
soit endobuccale, soit exobuccale, qui est d’endoprothèse.
fonction du volume et la nature de la tumeur * La reconstruction mandibulaire par
(Améloblastome : 92,8 %). Nous avons utilisé transfert libre osseux a concerné deux
fréquemment la voie d’abord cutanée qui types de greffons osseux.
rend aisée la résection extrapériostée. - Le Greffon costal a été utilisé chez
La préparation du site receveur est étape trois patients porteurs d’améloblastome et
importante ;elle évitera une effraction de la ayant eu une résection de l’hémi-
muqueuse pour ne pas entraîner une mandibule (PSIM type III).
communication du champ opératoire et le Après la résection mandibulaire, l’écart
milieu buccal qui est septique. osseux a été maintenu pendant 6 mois à 1
L’attelle est maintenue par des vis mono an par une attelle de Péri. Secondairement,
ou bicorticales et associée à un blocage maxillo- ces patients ont été repris pour une
mandibulaire de quatre à six semaines. reconstruction mandibulaire par greffon
Le deuxième temps est mise en œuvre costal libre.
six mois plus tard et consiste a déposer Le site de prélèvement était la 7ème côte.
l’endoprothèse par voie cutanée suivie Les greffons ont été prélevés par voie
immédiatement de la restauration de la antéro-externe. Leur fixation s’est fait par
PSIM par un greffon osseux autologue libre une plaque vissée pour un des greffons,
non vascularisé. Dans notre expérience la pour les 2 autres malades, la fixation a été
préférence au plan du greffon se porte sur assurée par du fil d’acier.
l’os costal et l’os iliaque. Le greffon iliaque : il a été placé chez le
Cette reconstruction provisoire utilisant patient traumatisé maxillo-facial par arme
des endoprothèses métallique et à feu. Le greffon, fixé par du fil d’acier, a
métalloplastique fait apparaître dans notre été prélevé par voie antérieure (crête ilia-
étude un taux d’ échec de 36,8 % en que antérieure).
comparaison avec les réhabilitations Pour éviter le rejet de ces greffons des
immédiates par GOALNV* qui montrent un précautions ont été mises en œuvre dans
taux d’échec de 41,7 %. la préparation du site receveur. Dans la
Nos patients étaient âgés en moyenne mesure du possible il fallait éviter toute
de 40,5 ans avec des extrêmes de 30 et 46 effraction de la muqueuse buccale au
ans. 3 patients étaient de sexe masculin risque de faire communiquer le champ
et les 3 autres de sexe féminin. opératoire et la cavité buccale qui est un
Trois patients porteurs respectivement milieu septique.
une volumineuse tumeur bénigne de la * Reconstruction par endoprothèses
mandibule (améloblastome), ont eu une Elle a concerné deux patients porteurs
résection de l’hémi-mandibule (PSIM type III). d’une ankylose temporo-mandibulaire. Ils
Deux malades portant une ankylose ont eu arthroplastie (pose de condyle en
temporo-mandibulaire unilatérale, ont eu acryl) après condylectomie. L’intervention
une résection de leur condyle mandibulaire a été effectuée en un seul temps.
(PSIM type III). Un des patients ayant des - L’évolution
lésions mandibulaires (branche horizontale * L’évolution postopératoire
gauche) avec perte de substance osseuse immédiate a été simple sans complication.
(PSIM type IV) par arme à feu, Les patients sont sortis au 12 ème jour
d’hospitalisation.
Rev. Ivoir. Odonto-Stomatol., Vol. 8, n° 2, 2006, pp. 39-48 45

Les patients porteurs de condyle en acryl jeune femme où l’incision s’est fait par la voie
ont effectué une mécanothérapie par antérieure; ce qui a permis de dissimuler la
appareil de Benoist-Herzott. cicatrice par la glande mammaire1,2.
* L’évolution à long terme, a été Le risque principal de cette voie d’abord
appréciée au plan clinique et radiologique, est le pneumothorax par brèche de la plèvre
à 3 mois, à 6 mois et 1 an après l’intervention. pariétale. Ce risque est minimisé par
Au plan clinique, l’aspect morphologique l’utilisation d’un matériel composé d’une rugine
a été satisfaisant. L’alimentation et costale et d’un costotome. Chez nos patients,
l’élocution étaient correctes permettant aux aucun incident de ce type n’a été observé.
malades d’avoir une bonne qualité de vie. Pour certains auteurs, il faut également
Au plan radiologique, on a constaté une craindre une mauvaise ostéintégration du
bonne ostéintégration du greffon jugée sur transplant en raison de sa faible teneur
des clichés panoramique, face basse et/ en os spongieux1. Nos patients ont eu une
ou maxillaire défilé. bonne consolidation de leurs greffons.
A l’exception des patients porteurs de Le greffon costal apparaît bien indiqué
condyles en acryl, tous nos patients ont dans les pertes de substance osseuse
bénéficié d’une réhabilitation prothétique interruptrices mandibulaires étendues.
dentaire. Le deuxième site de prélèvement de
Aucune plainte fonctionnelle n’a été greffon libre a été l’os iliaque en ce qui
enregistrée au niveau des sites de concerne notre étude. Classiquement, c’est
prélèvement des greffons. le site donneur le plus utilisé en raison de
la qualité de l’os 8, en effet, il s’agit d’un os
IV- DISCUSSION ayant un fort contingent spongieux, d’où les
chances d’une meilleure ostéintégration.
Les patients étaient tous des adultes Cependant, dans les grandes pertes
avec une moyenne d’âge de 40,5 ans. osseuses, le recours au greffon iliaque
Chez FERRI et collaborateurs, il impose souvent un prélèvement bilatéral. Ce
s’agissait également d’adultes avec une greffon est donc indiqué dans les pertes de
moyenne d’âge de 38 ans2. substance osseuse de moindre importance.
Ceci permet d’insister sur la nécessité Dans tous les cas, il est indispensable
d’une reconstruction mandibulaire car il pour le chirurgien maxillo-facial de choisir
s’agit d’une tranche active de la population des moyens permettant une restauration
avec des besoins esthétiques et fonctionnels aussi proche que possible de la normale
qui se retrouve fortement handicapée. sans pour autant entraîner des séquelles
Les reconstructions par lambeaux libres importantes au niveau du site donneur.
osseux ont été effectuées chez 4 de nos Dans notre étude, 2 endoprothèses de
patients. Chez 3 d’entre eux, le prélèvement condyles en acryl. ont été placées chez des
a été costal. patients présentant une ankylose temporo-
BILÉ, dans sa thèse, a privilégié la greffe mandibulaire. Ces endoprothèses ont
costale dans 22,23% des cas2. BEZIAT et permis d’obtenir une bonne restauration de
THOMASSIN ont respectivement utilisé la hauteur mandibulaire, et une occlusion
dans leur travaux ce greffon 1,.10 avec un engrènement dentaire correct et
Notre choix du greffon costal s’est fait une fonction articulaire satisfaisante
pour les raisons suivantes : limitée en post-opératoire immédiat. Elles
•sa bonne adaptabilité au site receveur, maintiennent un écart entre les surfaces
•la similitude de son rayon de courbure osseuses temporale et mandibulaire et
rappelant celle de la mandibule. diminuent les risques de récidive, ce
• Par ailleurs le site de prélèvement sous d’autant plus que le patient bénéficie d’une
mammaire est esthétique surtout chez la mécanothérapie préconisée par BENOIST.
46 G.K. AKA & al. : Bulles buccales hémorragiques révélatrice d’une leucémie ...

L’évolution, à long terme surtout, est 6- PAYEMENT G, CARIOU J-L,


primordiale pour juger de l’efficacité de la Cantaloube D, Bellavoir A. Pertes de substance
reconstruction. Avec un recul allant de 6 des maxillaires.
mois à 9 ans, les aspects morphologiques Editions techniques-Encycl Med Chir (Paris,
France) Stomatologie-Odontologie I, 22-087-
et fonctionnels de nos patients ont été jugé
E-10 : 1-20. 1995.
satisfaisants; aucune plainte n’a été
formulée par eux. 7- PERI G., LEBLANC J.L., MONDIE J.M.,
CHEYNET F., LEPOUTRE F.
CONCLUSION La reconstruction des pertes de substan-
Le choix des méthodes de reconstruction ces de la mandibule. Rapport du XXXI ème
mandibulaire est fonction de la perte de congrès de Stomatologie et de Chirurgie
Maxillo-Faciale. Marseille 19 au 22 septem-
substance, de son étiologie, de sa taille, de
bre 1989.
sa localisation. Ainsi, le greffon costal est Rev. Stomatol. Chir. Maxillofac., 90, 3 : 143-229, 1989.
adapté aux grandes pertes de substance
osseuse tandis que le greffon iliaque 8- REYCHLER H.
convient aux pertes de substance limitée. En pratique. Indications différentielles de
Ces méthodes sont à privilégier en la reconstruction mandibulaire carcinologie
raison de leur simplicité, de leur fiabilité maxillo-faciale.
et de leur faible morbidité. Ann. Chir. Plast. Esth., 37, 3 : 309-320, 1992.

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES 9- THOMASSIN JM.


La reconstruction mandibulaire. Rapport du
1- BEZIAT JL, FRIEDEL M. Congrès de l’académie de chirurgie faciale
Greffe costale et reconstruction plastique et reconstructive, Glaucston mars
mandibulaire. 1988.
Ann. Chir Plast Esth., 28, n°1, 67-70. 1983. Maladies et médicaments, 5, 1S : 1-10, 1989.

2- BILÉ AJ-L, GADEGBEKU S, ASSA A, ANNEXES


CREZOIT E, AKA GF.
Reconstruction des pertes de substance
interruptrices de la mandibule.
Congrès de Stomatologie et chirurgie maxillo-
faciale, 26-27 juin 1992.

3- CARIOU J.L., BELLAVIOR A.


Les lambeaux libres composites avec péroné
et leur adaptation à la chirurgie reconstructrice
mandibulaire. A propos de 9 cas. Photo 1 : Pattient en décubitus dorsale
Ann. Chir. Plast. Esth. 37, 3 : 269 - 284, 1992. montrant une volumineuse tumeur
4- DIVARIS M., GOUDOT P., PRINC G., LALO mandibulaire gauche.
J., VAILLANT J.M.
Reconstruction mandibulaire par lambeaux
libres osseux micro-anastomosés : nos in-
dications.
Ann. Chir. Plast. Esth., 37, 3 : 297 - 308, 1992.

5- FERRI J, PIOT B, FARAH A, GAILLARD A,


MERCIER J.
Notre expérience des lambeaux libres vas-
cularisés osseux dans les reconstructions
mandibulaires Photo 2 : TDM Maxillofacial : reconstruction
Rev. Stomatol. Chir. Maxillofac., 94, 2: 74-81. 1993. 3 D montrant la prolifération et la destruction
osseuse de la mandibule à gauche.
Rev. Ivoir. Odonto-Stomatol., Vol. 8, n° 2, 2006, pp. 39-48 47

Photos 8 : Pièce opératoire en monobloc


Photo 3 : TDM Maxillofacial : reconstruction et la radiographie de la pièce opératoire.
2D montrant la prolifération et la destruction
osseuse de la mandibule à gauche.

Photo 4 : Radiographie Panoramique :


Reconstruction mandibulaire par une
endoprothèse métallique de PERI.

Photo 9 : Mise en place de


l’endoprothèse de face.

Photo 5 : Mise en évidence de la tumeur


mandibulaire.

Photo 10 : Mise en place de


l’endoprothèse de profil.

Photo 6: Vue endobuccale de la tumeur


mandibulaire a gauche.

Photo 7 : Début de la désarticulation


de la tumeur en monobloc.
48 G.K. AKA & al. : Bulles buccales hémorragiques révélatrice d’une leucémie ...

Photo 11 : Post-opératoire immédiat de face Photo 12 : Post-opératoire immédiat de face

Photo 13 : Fermeture de la plaie opératoire