Vous êtes sur la page 1sur 2

SYSTEMES SANITAIRES DE REFERENCE ET DE CONTRE-REFERENCE AU BENIN

INTRODUCTION

70 à 90 %des décès enregistrés dans les formations hospitalières proviennent des patients évacués
des formations sanitaires périphériques. Ce phénomène est lié :
- à l’organisation du système sanitaire
- à la qualité d’exécution de la référence et la contre-référence.
I-DEFINITION DE QUELQUES CONCEPTS.

-REFERENCE : Mécanisme par lequel une formation sanitaire oriente un cas qui dépasse ses
compétences vers une structure plus spécialisée et mieux équipée.
-SYSTEME DE REFERENCE : Ensemble de dispositions prises pour permettre d’adresser un
malade d’un échelon inférieur à un échelon supérieur ayant plus de compétence pour lui
assurer une meilleure prise en charge.
-CONTRE REFERENCE : Démarche inverse pour assurer la suite de la prise en charge et le
suivi post-hospitalier.
-RETRO INFORMATION : Réponse de la structure de référence à la formation sanitaire qui
lui a adressé la patiente.
INTERET
Il permet :
-de confirmer ou d’infirmer un diagnostic de présomption,
-de faire bénéficier une meilleure prise en charge aux patients et de lui accroitre ses chances
de guérison.
Le système de santé du Bénin a une structure pyramidale inspirée du découpage
territorial. Il comporte trois différents niveaux :
-le niveau central ou national est administré par le Ministre de la Santé qui assure la mise en
œuvre de la Politique Sanitaire définie par le gouvernement. Dans cette optique, il initie
l’action sanitaire, en planifie l’organisation, coordonne et contrôle la mise en œuvre des
projets et programmes de santé. A ce niveau, correspondent des structures de soins de
références que sont :

-le Centre National Hospitalier et Universitaire (CNHU) Hubert Koutoukou MAGA,

-le Centre National Hospitalier de Pneumo-phtisiologie (CNHPP),

- le Centre National Hospitalier de Psychiatrie (CNHP),

-le Centre National de Gérontologie (CNG) et l’Hôpital de la Mère et de l’Enfant Lagune


(HOMEL),

-le Laboratoire Central du Service National des laboratoires de santé publique.

le niveau intermédiaire ou départemental est administré par le Directeur Départemental de


la Santé. La direction départementale est chargée de la mise en œuvre de la politique
sanitaire définie par le gouvernement, de la planification et de la coordination de toutes les
activités des services de santé en périphérie. Elle organise aussi la surveillance
épidémiologique dans le département.

Le CHD « Centre Hospitalier Départemental » constitue le centre de référence pour les cas


provenant des hôpitaux de zone.

Le niveau périphérique ou opérationnel : est constitué des zones sanitaires qui sont au
nombre de 34 et réparties sur toute l’étendue du territoire national. La zone sanitaire
représente l’entité opérationnelle la plus décentralisée du système de santé. Elle est
constituée d’un réseau de services publics de premier contact (UVS, maternités et
SYSTEMES SANITAIRES DE REFERENCE ET DE CONTRE-REFERENCE AU BENIN

dispensaires seuls, Centres de Santé) et des formations privées, le tout appuyé par un
hôpital de première référence public ou privé (hôpital de zone), et destiné à desservir une
aire qui abrite entre 100.000 et 200.000 habitants.

II-ELEMENTS DE LA REFERENCE.

1-PREPARATION DE L’URGENCE PAR LE CENTRE QUI REFERE :

-la prise de voie veineuse et stabilisation des constantes telles que : le pouls, la tension
artérielle, la température etc…
-l’administration de soins d’urgence
-l’établissement d’un bulletin d’évacuation ou d’une fiche de référence
-l’appel du centre de référence
2-MODE D’ACHEMINEMENT DES PATIENTS REFERES

-Idéalement, le transport est médicalisé en ambulance avec l’oxygène et la trousse


d’urgence avec son lot de médicament vérifié quotidiennement avec accompagnement par
un personnel de santé, sinon véhicule automobile permettant la position allongée.

-Assurer la disponibilité du chauffeur ou du carburant et même du véhicule.

3- ACCUEIL DE L’URGENCE AU CENTRE DE REFERENCE.

- Le centre d’accueil doit être averti


- L’accueil du patient est préparé.
- Le personnel qualifié est mobilisé « médecin réanimateur ou infirmier anesthésiste pour
une détresse vitale par exemple 
- Les médicaments d’urgence sont disponibles.

LES CONDITIONS D’UNE BONNE REFERENCE

Ces conditions sont remplies par :


-L’utilisation d’une fiche de référence standardisée
-le transport médicalisée
-la mise en œuvre de protocoles de service/ordinogrammes
-la communication entre les structures sanitaires

CONCLUSION

L’organisation du système de référence et de contre -référence est l’une des pièces


maitresses de la lutte contre la mortalité dans le cadre de la stratégie de mise en œuvre des
soins d’urgence au niveau de nos différentes structures sanitaires d’où l’interaction et la
coordination entre les différentes formations constituant l’élément clé du système.