Vous êtes sur la page 1sur 3

Université Badji Mokhtar Annaba Promotion : 2eme année LMD

Département d'informatique Année 2020/2021

Solution série 2 du TD logique mathématique


Exer i e 1 Solution :
1- Le système formel qui produit les théorèmes kst, kstst, kststst,........... à partir de
l'axiome k est le suivant :

 L'ensemble de l'alphabet Σ = {k, s, t}.


 L'ensemble W qui représente tous les mots générés par e système formel ainsi que
les axiomes utilisés. Tel que W = {k, kst, kstst, kststst, kstststst, ....}.
 L'ensemble d'axiomes A = {k}.
 L'ensemble des règles de dédu tion ou d'inféren e R qui ontient une seule règle r1
tel que R = {r1 : x −→ xst|x ∈ W}.

2- Le système formel qui produit les théorèmes a, aba, ababa, abababa, ..... à
partir de l'axiome est le suivant :

 L'ensemble de l'alphabet Σ = {a, b, c}.


 L'ensemble W {c, ca, caba, cababa, cabababa, ....}.
 L'ensemble d'axiomes A = {c}.
 L'ensemble des règles de dédu tion ou d'inféren e R qui ontient deux règles r1 et r1
tel que R = {r1 : c −→ ca, r2 : cx −→ cxba} tel que x est une séquen e quel onque
∈ {a, b, c} et x 6= ǫ.

3- Le système formel qui produit les théorèmes b, ba, baa, baaa, baaaa,..... à partir
de l'axiome b est le suivant :

 L'ensemble de l'alphabet Σ = {a, b}.


 L'ensemble W {b, ba, baa, baaa, baaaa, ....}.
 L'ensemble d'axiomes A = {b}.
 L'ensemble des règles de dédu tion R = {r1 : bx −→ bxa}

Exer i e 2 Solution :
1- Pour prouver que MUIUI est un théorème, on va utiliser l'arbre de dérivation don
pour arriver à MUIUI qui est la feuille de l'arbre qu'on her he il sut de faire ( om-
mençant par l'axiome) :
R2 R2 R3 R2
MI −→ MII −→ MIIII −→ MUI −→ MUIUI vrai.

2- UM n'est pas un théorème ar à partir de l'axiome MI on ne peut pas atteindre UM


'est à dire :
L'axiome MI ontient un M au début et toutes les règles permettent de générer un M
au début selon l'axiome 'est à dire au une règle ne permet de réé rire le M (ex : qui a
la forme M −→ ...).

3- MU n'est pas un théorème et on peut prouver ça en utilisant un autre système de


produ tion de théorèmes bien onnu sous le nom d'arithmétique.
La haine MU ontient zéro (I) qui est un multiple de 3 et l'axiome du début MI ontient

1 M.Mendjel
Université Badji Mokhtar Annaba Promotion : 2eme année LMD
Département d'informatique Année 2020/2021

un seul (I) don un nombre de (I) non multiple de 3. Don il faut her her un moyen pour
éliminer les I en se basant sur les règles d'inféren e.
On remarque que les règles R1 et R4 ne hangent pas le nombre de I. La règle R3 dimi-
nue le nombre de I de 3, don elle ne le hange pas sauf s'il est divisible par 3. La règle
R2 double le nombre de I. Comme 2n ne peut être divisé par 3 que si n est divisible par 3
et la règle R2 ne produit pas de multiple de 3, don au une règle ne produit de multiple
de 3.
Con lusion : MU n'est pas démontrable dans le système formel MIU.
Remarque : Ave l'arbre de dérivation, le système MIU n'est pas dé idable pour MU.

Exer i e 3 Solution :
1- Pour la haine //p/q/// oui on peut.
Preuve :
a a b
en utilisant l'arbre de dérivation, on peut avoir : pq −
→ /pq/ −
→ //pq// −
→ //p/q///.

2- On ne peut dériver /p//q/, ar selon les règles du système p-q on a toujours des théo-
rèmes qui ont la forme suivante : r(///...//)p s(//.../)q r+s(///...///).

Pour la haine //////p///q///////// oui on peut.


Preuve :
a a a a a a
→ /pq/ −
pq − → //pq// −
→ ///pq/// −
→ ////pq//// −
→ /////pq///// −→ //////pq//////
b b a
→ //////p/q/////// −
− → //////p//q//////// −
→ //////p///q/////////.

Exer i e 4 Solution :
a
1- D −
→ DC oui.
a a a
2- D −
→ DC −
→ DCC −
→ DCCC oui.
b b b
3- D −
→ ADA −
→ AADAA −
→ AAADAAA oui.
a a a b a a b
4- D −
→ DC −
→ DCC −
→ DCCC −
→ ADCCCA −
→ ADCCCAC −
→ ADCCCACC −
→ AADCC-
c c
CACCA − → AADCCCABCA −→ AADCCCABBA oui.

Exer i e 5 Solution :
Q1 -
1- a4 bc4 est un théorème.
Preuve :
A partir de l'ensemble A des axiomes on peut générer l'axiome A1 = a3 bc en remplaçant
dans l'ensemble A le i par 1.
En appliquant la règle R1 en utilisant l'axiome A1 'est à dire on rempla e le premier
élément de la règle par A1 et le deuxième aussi (R1 = (A1 ,A1 )) on aura :

2 M.Mendjel
Université Badji Mokhtar Annaba Promotion : 2eme année LMD
Département d'informatique Année 2020/2021
R
(a3 bc, a3 bc)−→
1
a4 bc4 . Don a4 bc4 est ee tivement un théorème.

2- a6 bc6 est un théorème.


Preuve :
- Premièrement, on réé le premier axiom A1 = a5 bc3 en remplaçant dans la forme générale
des axiomes le i par 2.
-On réé aussi un deuxième axiome A2 = a3 bc en remplaçant dans la forme générale des
axiomes le i par 1.
R1
En appliquant la règle R1 = (a5 bc3 , a3 bc)−→ a6 bc6 . Don a6 bc6 est un théorème.

3- a5 bc5 n'est pas un théorème.


Preuve :
Car si on additionne deux axiomes selon la règle R1 , on trouve toujours un nombre pair
de i (nombre de a = au nombre de ) et si on additionne un théorème généré ave un
nombre pair de i et un axiome, on ne trouvera jamais l'égalité entre les a et les .
Q2 -
Pour trouver les diérentes formes possibles des théorèmes, il faut essayer d'appliquer la
règle d'inféren e en hangeant les éléments de ette règles (les données entrantes).
1- La première forme validée est la forme des axiomes 'est à dire f orme1 ={a2i+1 bc2i−1 |i ≥
1}.
A partir des axiomes, on peut appliquer la règle R1 'est à dire :
R1
(a2i+1 bc2i−1 |i ≥ 1, a2s+1 bc2s−1 |s ≥ 1)−→ (a2(i+s) bc2(i+s) )−→ {a2k bc2k |k ≥ 2}.
On peut aussi avoir :
R1
(a2k bc2k |k ≥ 2, a2i+1 bc2i−1 |i ≥ 1)−→ (a2(k+i)−1 bc2(k+i)+1 )−→ {a2p−1 bc2p+1 |p ≥ 3}.
Ou bien :
R1
(a2i+1 bc2i−1 |i ≥ 1, a2k bc2k |k ≥ 2)−→ (a2(i+k)+1 bc2(i+k)−1 )−→ {a2p+1 bc2p−1 |p ≥ 3} ⊂ {a2i+1 bc2i−1 |i ≥
1}.
Ou bien :
R1
(a2k bc2k |k ≥ 2, a2p−1bc2p+1 |p ≥ 3)−→ (a2g+1 bc2g−1 )⊂ {a2i+1 bc2i−1 }.
Et ainsi de suite.
Don après plusieurs essais, on on lu que la forme générale des théorèmes est omme
suit : {a2i+1 bc2i−1 |i ≥ 1} ∪ {a2k bc2k |k ≥ 2} ∪ {a2p−1 bc2p+1 |p ≥ 3} ∪ {a2r+2 bc2r−2 |p ≥ 4}
∪ {a2r−2 bc2r+2 |p ≥ 4}.

3 M.Mendjel