Vous êtes sur la page 1sur 6

Publication du Département de Philosophie, UFR Civilisation

et Humanités. Directeurs littéraires : Alonso TORDESILLAS et Paule-Moni-


que VERNES.

Directeur de la Publication : Jacques MORIZOT

Numéro 9/10 — 2008/2011

Edité par Jean-Maurice MONNOYER.


Assistant : Bruno LANGLET

Aix en Provence, Université de Provence, décembre 2010/juin 2011.


Conception et coordination de l’équipe du SEMa : G. Bucchio-
ni, D. Covu, L. Gaudemard, L. Iglesias, B. Langlet.
ETUDES DE PHILOSOPHIE N°9/10 – 2008/2011

SOMMAIRE
Présentation

Jean-Maurice MONNOYER : Pourquoi un séminaire de métaphysique ? ….. 5

Cahier central : Lois de la nature et exceptions

Stephen MUMFORD : La référence et le nouvel essentialisme ……………. 28


Stephen MUMFORD : Les lois de la nature et leurs exceptions …………… 47
Alexander BIRD : Capacité et modalité ……………………………… 66
Alexander BIRD : Antidotes : pas moyen d’y échapper ? ………………… 86

Articles de référence

Kevin MULLIGAN, Peter SIMONS, Barry SMITH : Vérifacteurs (1984)… 104


Erwin TEGTMEIER : Meinong et sa théorie des complexes (2000)………… 139
Kit FINE : La non-identité d’une chose et de sa matière (2003) …………… 152

Varia

Jean-Pascal ANFRAY : Liberté des passions et maîtrise de la volonté chez


Descartes …………………………………………………………… 198
Françoise DELAHAYE : La plasticité « gestaltique » de la forme …………. 232
Lynda GAUDEMARD : De la figure à l'idée : note sur l'usage d’« idea » dans!
les Regulae ad directionem ingenii de Descartes .......………………… 254
Olivier MASSIN : Résistance et existence ……………………………… 275
Jean-Maurice MONNOYER : Lequel est le quale ? (Pour une relecture de
Goodman)… ………………………………………………………... 311
—————

Recensions

I. AGOSTINI, 2008, L’infinità di Dio, ………………………………… 333


D. ARMSTRONG, 1989, 2010, Les universaux : une introduction partisane…… 340
G. ARRIGHETTI, 2006, Poesia, poetiche e storia nella riflessione dei Greci …… 346
J. BOLLACK, 2006, Parménide, de l’étant au monde .………………………. 351
G. BELGIOIOSO (éd.), 2004, René Descartes, Tutte le Lettere, 1619-1650 .… 364
M. BONAZZI (éd.), 2007, I Sofisti ..…………………………………… 367
V. CARRAUD, 2007, Pascal, des connaissances naturelles à l’étude de l’homme … 369
R. DESCARTES, 2009, Œuvres complètes III ……………………………. 377
B. ELLIS, 2001, Scientific Essentialism .…………………………………. 382
M. FERRARIS, 2009, Documentalità ……………………………………. 390
G. GENETTE, 2009, Bardabrac ………………………………………… 402
P. GUENANCIA, 2010, Descartes, chemin faisant …………………………. 404
D. KAMBOUCHNER, 2008, Descartes et la philosophie morale ……………… 416
D. KAMBOUCHNER, 2005, Les méditations métaphysiques de Descartes ……… 428
MI-Kyoung LEE, 2007, Epistemology after Protagoras : Responses to relativism
in Plato, Aristotle and Democritus ………………………………………… 432
P. LIVET & F. NEF, 2009, Les êtres sociaux ……………………………… 438
F. NEF ; 2009, Traité d’ontologie à l’usage des non-philosophes
(et des philosophes) ………………………………………………………. 446
R. POUIVET, 2010, Philosophie du rock …………………………………. 461
F. RECANATI , 2008, Philosophie du langage (et de l'esprit)………………….. 473
E. RENAN, 2008, Scritti Filosofici ……………………………………… 480
E. RENAN, 1872, 2011, La réforme intellectuelle et morale …………………. 484
A. RIEGL, 2008, Le portrait de groupe hollandais …………………………. 487
A. SIERSZULSKA, 2005, Meinong on Meaning and Truth ...………………… 492
K. WALTON, 2008, Marvelous Images : On Values and the Arts …………… 498
!
Ce numéro est dédié à la mémoire de Paul GOCHET (1938-2011), logicien
émérite, traducteur de Quine et de Austin, homme de fidélité entière, ancien
président d’honneur de la SOPHA.
I sofisti, prefazione di Franco TRABATTONI, introduzione, traduzione e
note di Mauro BONAZZI. Testo greco a fronte, Milano, BUR, « Classici
greci e latini », 2007, 458 p., 13 #.

La collection des « Classici greci e latini » de la Biblioteca Universale


Rizzoli (BUR) s’enrichit d’une nouvelle traduction italienne annotée, avec
texte grec en regard, des fragments et des témoignages concernant les
sophistes. L’éditeur, Mauro Bonazzi, donne le texte grec sans apparat
critique et la traduction des fragments et témoignages compris dans la
section « Antike Sophistik » de la sixième édition des Vorsokratiker
d’Hermann Diels et Walther Kranz (1951-1952) : « Name und Begriff »,
Protagoras, Xéniade, Gorgias, Lycophron, Prodicos, Thrasymaque,
Hippias, Antiphon, Critias, les Doubles dits. En revanche, l’éditeur ne
retient pas l’Anonyme de Jamblique ; c’est que les recherches les plus
récentes datent ce texte plutôt du IVe siècle, le plaçant de ce fait dans un
contexte historique et culturel différent de celui des sophistes. La
collection des « Classici greci e latini » a du reste publié séparément une
traduction commentée de l’Anonyme de Jamblique au bon soin de
Domenico Musti (Anonimo di Giamblico. La pace e il benessere, Milano,
BUR, Classici greci e latini », 2003). Pour Antiphon, Mauro Bonazzi
s’écarte de l’édition Diels-Kranz et choisit de publier le texte du fragment
44 d’Antiphon dans la reconstruction qu’en donnent Guido Bastianini et
Fernanda Decleva Caizzi dans le Corpus dei papiri filosofici greci e latini (n° 17,
I.1*, Firenze, Olschki, 1989, pp. 176-222). Il ajoute également, par rapport
à l’édition Diels-Kranz, le fragment de Prodicos cité dans le Commentaire
aux psaumes de Didyme l’Aveugle, conservé par un papyrus de Toura (III
16,9-18), selon l’édition de Fernanda Decleva Caizzi du Corpus dei papiri
filosofici greci e latini (n° 87, I.1***, Firenze, Olschki, 1999, pp. 656-662).

Le volume comporte une préface (pp. 5-14) de la main de Franco


Trabattoni dans laquelle celui-ci analyse la différence d’approche des
sophistes de Platon et d’Aristote. Si Aristote développe sa critique des
sophistes selon une perspective surtout logico-épistémologique, Platon le
fait, quant à lui, selon une perspective éthico-philosophique. Il n’en reste
pas moins que, du point de vue des contenus, leur stratégie est commune :
au multiforme et au particulier des sophistes, ils opposent l’universel des
idées ou de l’ordre téléologique de la nature. Le déclin dans la pensée
contemporaine de certains éléments fondamentaux de la philosophie de
Platon et d’Aristote qui ont gouverné jusqu’à récemment la tradition
Etudes de Philosophie, Aix-en-Provence

occidentale - par exemple la primauté de l’universel sur le particulier, la


double stabilité de l’objet et du sujet, la normativité scientifique de
l’éthique et de la politique - rend aujourd’hui, selon Trabattoni, parti-
culièrement intéressante l’étude des sophistes. Le volume contient, à la
suite de cette préface de Trabattoni, une ample introduction de Mauro
Bonazzi (pp. 15-56). Après avoir analysé les jugements qu’une longue
tradition qui va d’Aristophane à Karl Popper a porté sur les sophistes,
l’introduction propose une reconstruction de la gnoséologie et de l’onto-
logie des sophistes, qui repose principalement sur l’analyse du principe de
l’ « homme-mesure » de Protagoras et du traité Sur le non-être ou sur la nature
de Gorgias. Bonazzi considère la rupture de la convergence archaïque de
la pensée, de la parole et de la réalité comme relevant d’une intuition
fondamentale de la réflexion des sophistes. La section suivante concerne la
réflexion sur la langue qui ressort comme un trait essentiel, commun à
tous les sophistes. La quatrième section, relative au rapport des sophistes
avec la polis, introduite par des considérations sur l’importance de leur
paideia est divisée en deux parties : la première est consacrée au débat sur
nomos et phusis, la deuxième à la pensée politique des sophistes. On
découvre un cadre complexe qui s’étend de la pleine adhésion de
Protagoras au projet politique démocratique de Périclès aux positions
oligarchiques et anti-démocratiques de Critias, Thrasymaque et Antiphon.
L’introduction se termine par un appendice concernant le problème tant
débattu de l’identité d’Antiphon le sophiste. Une « nota al testo », qui
justifie les critères éditoriaux adoptés par l’éditeur, précède une
bibliographie non exhaustive mais, comme le souligne l’éditeur lui-même,
consacrée essentiellement à la littérature critique la plus récente laquelle, de
ce fait, est absente des répertoires bibliographiques les plus importants
(pp. 57-73). On trouve enfin, selon un usage bien établi dans la collection
« Classici greci e latini », une section consacrée à des jugements
critiques fameux : à côté des traditionnelles réflexions sur les sophistes de
Hegel, Nietzsche, Jaeger et Popper, Mauro Bonazzi propose des obser-
vations de Simon Goldhill et de Barbara Cassin. Le texte et les traductions
des fragments et des témoignages sont précédés dans toutes les sections
par une notice qui offre des renseignements sur la vie et la pensée de
chaque auteur. On trouve, de même, tant pour le texte que pour la
traduction, des informations et des annotations exégétiques qui, pour la
plupart, consistent surtout en des renvois à des passages parallèles et à la
littérature secondaire.

Michele CORRADI

368