Vous êtes sur la page 1sur 66
NANOTECHN@EOGI Cap vers Hintinimentes inquiétamts af ENERGIE LIBRE IT ehiaeiiit-ie bToLoE St la recherche DE LA SCIENCE. om SLL et Sokar racontent ETUDE Comment ja pensée influe iim Er tla) 4SALENDRIER aN ee i clé de l'univers = SEPTEMBRE-OCTOBR Pe ee dition francaise 1P40- SEPTENBRE-OCTOBRE 2005 pint aa ations CHANTEGREL- 20380 FLeurar- France "el Fax: 0583-0345.09 matt magazine@rens.tt Sitemed : Rips wwe. DIRECTEUR De PUBLICATION + David Dennery INFOGRAPHIE "Marie Delon ‘TRapuctioN : Catherine Selet-uily ‘Chrissie Guinot ‘Sabrina Grier Dufournier SECRETARIAT OE REDACTION - CORRECTION = Sylvie Gojard ILLUSTRATIONS DE COWVERTURE ET DOSSIER: taudator| ew lnadator com ‘CONSEILLER sceNTIQUE ‘lain Herou s.usreaions oes neRnEUR linpeimerte RICOBONO 195, Chomin des Valet = 8490 Leciy COMMUSSION PaRITARE N° o4i7as00 gr egal aun 199 OISTRIUTION FRANCE NOLPR ‘ureau ceneat PO Box 30, Mapleton, ld 480, Ausralle ‘16! (07) Seed 9240” Fax 7) 5402 9381 Teall: edtoranexusmagszine-com Sie ww enumepazine con _-_suresu evronten Fox fe s8ih ears, Sass hot femal pexusoukotfice unet.con 5 BUREAU DES EraTs UM PO Bow I. Merton, 1 60946-0177 Ta) Sika as) my oe ermal ink net IMPRIME SUR PAPIER RECYCLE 100 % BLANCHI SANS CHLORE = an A Vrheure de boucler ce numéro, fin aod, les jours raccourcissent et la nature prend de fagon rassurante ses quartiers d’automne. Coté activité humaine, le rythme semble s"accélérer. Malgré le retour de Zizou en équipe de France, le trouillométre de la grande manip rmédiatique bas des records depuis que Londres s'est mise & ressembler a Manbattan, Les concepts tels que celui des libertés individuelles, finissent {nsidieusement par sonner comme d’un autre age & nos oreilles. Le scénario de la « puce d’identité » sous-cutanée imposée semble de ‘moins en moins fictif, et 'instauration d'une société ultra surveillée n'est plus une hypothése. C’est encore moins le eas e6té technique. La miniaturisation de la technologie atteint aujourd’ hui des proportions incroyables, puisque la production des produits de pointe s’effectue aujourd’hui & I’échelle des atomes et des molécules. Cette tendance, si elle permet des progrés certains dans de nombreux domaines comme celui de la chirurgie, présente aujourd’bui des risques que le sacro-saint «principe de précaution » semble une fois de plus voué a étre évité soigneusement, Alliant intelligence et vie biologique, ces particule invisibles se glissent dans tous les secteurs, depuis Vagriculture, Palimentation, la santé jusqu’aux applications militaires de surveillance, pour remplir leur mission d’agents chimiques, génétiques, de renseignement, sans qu’aucune « nanobamrigre » aux risques de « nanopollution » n’ait 68 envisagée. Au-dela des prouesses technologiques, le dossier de NEXUS sur ce sujet éclaire sur toutes les implications de cette révolution dont les acteurs resteront& jamais invisibles & ceil nu Envolée du prix du brut, fonte aceélérée des glaces polaires, sécheresse 8 répetition... un des sujets privilégiés de NEXUS, I’énergie libre, profite de la sensibilisation croissante aux questions d’environnement et fait objet dune émulation certaine depuis quelques mois sur Intemet. Nul doute que cet outil de communication, permettant le partage dune banque de données géante, constitue une véritable révolution dont I’énergie libre profite depuis dix ans. Nouveau signe plus qu’encourageant, Ia création dun nouvel institut itemational de recherche indépendant dont l’antenne frangaise, dirigée par Jean-Louis Naudin, fut récompensée en juin demnier parla visite du seorétaire ‘général des Nations unies, Khofi Annan. La dynamique lancée par le Gift, au-delé d'une recherche spectaculaire affichant des rendements allant jusqu’ 2100 %, posséde I’Enorme mérite d’avoir congu une stratégie innovante destinée a s’allier les acteurs du marché actuel de énergie. A lire sans modération, ainsi que l'article de la rubrique Nouvelles de la science dressant Iétat des lieux des demigres évotutions de P’énergie du point zéro Vous lirez aussi avec intérét, je Vespére, l'histoire d'un autre chercheur prolifique dans le domaine de la santé mais persécuté, Andrew Sokar, ‘qui fait €eho a la saga du fameux Lote Le Ribault. Autre signe d’ ouverture, P'intérét inhabituel chez nos confféres de VSD et Sclence & Avenir, pout des sujets hautement exotiques comme Pufologic et autres anomalies phénoménologiques propres a susciter de salutaires remises en cause, Ainsi, les prises de conscience se multiplient dans tous les domaines, n’en déplaise aux euistots de la « soupe au chagrin » qui fait office information dans les grands médias, et c’est tant mieux.... C'est qu'on a un monde a refaire, nous ! David Dennery Eee REGARD SURLE MONDE QOS + Défense : Le Pentagone livre son plan de domination mondiale “+ Micropuces : Ils les ont dé dans le peau “ Brevet : Des films 8 sentir et & toucher ? ‘+ Décret : Oubliez le rapport pariementaire sur les sectes de 1996 «Lutte anti-terroriste : Et si on mettait toute Europe sur écoute ? Invention : Dingle, sa Toyota roule & eeu ‘= Canada : Des banques comparaissent pour avoir... prété de V'argent | 10 DOSSIER Nanotechnologies CAP VERS L’INFINIMENT... INQUIETANT ? Bienvenue dans un monde nanotechnolegique annoncé par certains chercheurs pour 2010 1 Autant gire demain. Alors, il est plus que temps d'aller voir devriére les fantasmes médiatisés ot les promesses des gouvernements les dossous de cette « révolution » lune menace directo de la souverainoté alimentaire partout dans lo monde, un redoutable util de surveliiance, une technologie guerre biologique, beaucoup a'inconnues en matiére dde santé publique et c'environnement... Autant 4e points qul questionnent : & qul protiieront les nanotechnologies ? P. 12 Main basse sur lagricutture P. 15 Un monde sous nanosurveillance P.17 De intelligence dans lair P. 18 Nanoguérisons a I'horizon CHERCHEURS HERETIQUES Loic Le Ribault LA SUITE DU THRILLER Dans notre précédent numéro, vous avez pu lire incroyable récit de la carrigre de Loic Le Ribault, docteur &s Sciences persécuts aprds Ia création de on silicium organique, Ie fameux GS. an n, prison, procés, exil jalonnent la suite de 0 véritable thriller scientifique... | ¢ Météo + Le course au contre de ionosphere «Informatique : Un rapport en charabia leurre un eongrésscentngue | © Microbiologie : Les nanobactéries sont-elles vhartes iat weuwes | © Cancer : Les ondes FM favoriseraient les mélanomes | $ éotogie : Lexpension dela Tere frigine du, ‘Sonar? | ‘Arenéologle: Dranciens papyrus enfin Isles grace aux infrarouges CHERCHEURS HERETIQUES| Biologie GILGAMESH OU : L'IMMORTALITE CONFISQUEE __ Lnistoira d'Andrew Sokar n'est pas sans | peler celle de Lote Le Ribault. Voici le parcours atypique e'un chereneur américain qui s'e 5 regues sur la mort ot laiseent entrevoir de fabuleuses perepactives 2 de rajounizsement et de longevité, Iui ont valu les foudres de la communauté acientitique ea Gifmet ENERGIE LIBRE net LE CHAINON MANQUANT Eniro chercheurs de l'éneraie libre et dirigeants économiques ¢t politiques, manquait un actour susceptible de jeter des ponte tt favariser communication, conceptions et applications. Le Giinet (Glob Institute For New Energy Technologies) met t pulase 160, en juln dernier, {gonéral do !'ONU, Khoti Annan, tendail visita A Vannaxe frangaise du Git 4 Fontainebleau, apportant une soudaine reconnaissance A un domaine jusque-Ia ignore Zoom sur los missions de ce laboratolre at ses techerches en cours. NOUVELLES DE LA SCIENCE 42 ELECTRON LIBRE 58 Energie libre saison 2005 Spéléalogie LA COURSE CONTINUE LE FANTOME DE BREITENWINNER Décidément, 'énargle libre fait parler a'ello. De plus en plus de chercheu Se penchent sur o@ det majeur 3 prochaines aécennies... en aépit des resistances officielies Dans cette course Gnthousiaste, se détachent de nouveaux concepts do plorre, at sontent la préconce hortlle ol systémes expérimentev Beptiaés ZPE, MEG, un « lantomo ».S'aglsealt-l d'un oure ou dune REMAT. ‘cbature ? Ces plonnlers de la speléologte ne ron pas Biologie MUSIQUE QUANTIQUE COMME ENG Palgontologie Certains partont & leurs plantes po Fe eee eG BARIERA’ PLUS: {aire pousser, Joel Sternheimer et ipe vont beaucoup plus loin en Glaborant une musique qui tracult les vibrations quantiques de la pl note correepondant & un acide aming, stimulant ou Inhibant & volonté la production des protéines.. 11 s'appelait Homo floresionsis ot Ii nous wurait sane doute appris bion choses sur notre propre éyolution, ‘ce cousin indonésien n’étalt mort une fecande fois, des mains memes de paléontologues. 47 &2 sauce TAS TRONOMIE 4 Maths antiques Etude PSYCHOPHYSIQUE LA THEORIE DE LA BASE 13, NOS PENSEES CREENT LE MONDE CLE DU CALENDRIER MAYA (On savait que te chitire 13 joualt un role predominant dans le eysteme cosmologique at oalendaire des Mi mais on n’avait encore jam ‘comment ces astronomes éelairéa en étalont arrives a utiliser cette base numérique. - UFOLOGIE Témoigni DIALOGUE DANS UN VAISSEAU 308 dbcouvertes perspectives eur le pouvoir de humaine, 6 ~ COURRIER DES LECTEURS Une nult de décembre 1999, deux chauttoure routios c fngin spatial origina inconnue Une communication teepathiqe NOUVEAUTES LIVRES BOUTIQUE : LIVRES, DVD... | REGARD SUR LE MONDE Défense LE PENTAGONE LIVRE SON PLAN L: Pentugone ‘a autorisé la publication d'un document Interne top secret qul trace les grandes lignes du plan visant A s- Surer une domination mondidle& Amérique. A Texception du Wall Siect Journal di, 11 ats 2005, aucun média amércain nen a fat Selon le quotidin, le programme, tel quil appara dans ke document, conse «aout influence des Bras Unis dans le monde enter» en intensifant ls déploements de woupes ten augmentant masvement a production farmements de points Fidalement conforme ala doctrine de « guerre preventive» du Pentagone, le document va largemene au-deld en fxane les contours du programme militalre de ‘Washington. 1 appelle& une manite plus « anticipatrice> denvisager la fuerre. On ne e contene plus de la notion plas modéxée lant actions « préventives» et defeneves, consistant 4 dé- clencher les actions miltires contre un «ennemi dédaeé» dans a perspective de « prserver la pai» ct de «défendre TAmésique» Le document reconnattexpictement le mandat militaire mondial que #arcogent les Etats-Unis, bien au-deli des théltres de confit locaux. Ce mandat send également aux opérations miltaies conte des pays amis, mais con- Sidénls comme stratgiques du point de vue des intérés américains. Dans la perspective des ielations internationales et mili tates au sens large, ce document du Pentagoneafiche un dlescin imperial au service des entreprises améticaines dans le monde enit. Le Wall Stet Journal rapporte: «Au fond, ce document est motivé parla croyance que ls Eat-Unis sont engagés dans une lutte mondiale inimerrompue qui sérend bien aude des zones daffiontements particalitres tels que Trak er PAfghanistan, Son approche est favorable 3 une armée beaucoup plus agressive servant les velléés ames caine & modifier le monde en intervenant méme dans des pays qui ne sont pas en confi avec les USA (au lieu de Seulement réair aux situation locales tells que celle des deux Corées). Le document suggire que Tobjecif vite & des operations “offensives” plutde qu’ une gestion ‘préven- tive’ des affiescourantes. [Le document présente) quatre sujers cruciaur, dont aucun simplique taditionnellement de confrontation militaire. On demande 4 Taumée de produire des force capables de créer des partenarats avec des rats defulans & évincer le tertorsme 4 Vintérieur de leurs fronites; de défendee la patric, y compris par des DE DOMINATION MONDIALE raids offensifs contre des groupes terroristes qui projettent des attentats; de peser sur les choix des pays diimportance stratégique, comme la Chine ou la Russie ; et d'empécher Vacquisition d’armes de destruction massive par les Exats hhostles aux Bats-Unis et par les groupes terrorists. » I mentionne, dautre part, la nécessité d'un recrutement et un entzainement massifs de woupes qui comprendraient de nouveaux contingents de forces de renseignements et autre personnel militate spécialsé, ec seraient impliquées dans des actions de police militaire dans le monde entier « Ladémarche de Mr Rumsfeld provoquera vraisemblable- ment des changements déterminants dans les équipements_militaires acheté par le Pentagone, cet des changements plus fondamentaux encore dans Penuainement ct le déploiement de trou- quent les fonction: de la Défense qui ont joué un réle dans ['la- oration du document Les Etats-Unis enten- draient déployer ces troupes dans un con- flit imminent bien plus 16e quils ne le faisaient auparavant. Selon cer- tains responsables, le plan envisage qu'un grand nombre d'équi- pes spécialisées opérent partout dans le monde. engagement militaire desBiat-Unleneseliale tepas au Moyen-Orient. (On réfléchit 8 Penvoi de forces spéciales dans des ‘opérations de police mi- litaire ~ sous couvert de pacification ec dentrat- nement — dans toutes Micropuces ee ILS LES ONT DEJA DANS LA PEAU L: combinés ofléphoniques tele quel ‘nous les connaissons auront dis- pas dans ings ans Le techie beau tclcrane des iaplanes da icapuca pour communiquer et réaliser des tran- factions. Bien que oe scenario rappelle beaucoup un épisode de Star Trek, le physicien nucléaite, biologiste marin et faturologue londonien Wolfgang Grul- ke annonce la nouvelle: cest déja en tran Cartver! Deux scientifiques de Warwick Univer- sity, en Grande-Bretagne, portent dgja, implantées sous la peau, des micro- puces qui leur permettront denvoyer des emails simplement par la pensée. Le processus est encore pesant, selon Woligiog Geake nai engtfooane ‘mentalement de déplacer un curseur sur tn davierafché sur un écran ondine- eur, ces chercheurs parviennent déja & écrire et & envoyer des emails. « Ce sont vraiment les premicrs pas de Finterfa- cage une miopace aes le systéme perreurs, laud Source: The Age, 14 ail 2005. wornaheage. septzmbre-cctobre 2005, les ségions importantes du monde. Une grande partie de ces activités, routefois, sera crés probablement assurée par des entreprises privées de mercenaires sous contrat avec le Pentagone, POran ou les Nations unies Source: Miche Chossudosy 17 mars 2005 ; hp/igobalesearch.ca Brevet — DES FILMS A SENTIR ET A TOUCHER ? ‘maginez des films er des jeux vidéo qui ‘ous permettent de humer, godter, ce peurétre méme de toucher ce que ‘yous voyer. Crest la perspective séduisante quvouvre un Brever déposé par Sony pour tn ap- ppareil capable de transmettre des in- formations sensoriclles directement dans le cerveau humain, Le technique suggérée dans le bre- ‘yet nlest aucunement invasive. Ce- fui-ci écrit un apparil qui projerre vers la téte des pulsations d'ultra- sons pour modifier des schémas excitation dans certaines zones sdu cerveau bien ciblées,cxéant ainsi des «expériences sensorielles » qui wont de la perception d'images en mouvement jusqu celle de sons et de gods. Ceci pourrait donner aux axcuigles et aux soueds Poceasion de ‘weir ou d’entendre, ace que prétend fe brevet. Tandis que les implants cérébraux deviennent de plus en plus sophis- fiqués, ce seul moyen non invasif de manipuler le cerveau demeure sudimentaite. Une autre technique appeléc stimulation magnétique sranscrinienne permet de stimuler des nerfs en utilisant des champs magnétique & changement rapide pour induire des courants dans le xissu eérébral. Toutefois, les champs smagnétiques ne peuvent étre foca- lisésfinement sur de petits groupes de cellules cérébrales, alors que des tlerasons pourraient l'ére, Sila méthode que décrit Sony fonc- sionne vraiment, elle pourrait con- raltre toutes sortes dapplications dans la recherche et en médecine, méme si elle rest pas capable de faire surgir des expériences senso- fielles assez dénaillées pour les ob- jectfs de diverissement envisagés dans le brever Source: New Scots, 7 ail 200. Décret OUBLIEZ LE RAPPORT PARLEMENTAIRE SUR LES SECTES DE 1996 Jans une circulaire du 27 mai 2005, Jean-Pierre Raffin, alors Premier inistre, a invité les ministres, secétaires Etat ot prefets & ne plus faire référence au Rapport parlementaite sur les sectes de 1996. CAP LC (Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience) se rdjouie de cette décision et de Pappré- ation du Premier ministre selon laquelle qualifier de « secte » tel ou tel groupement ne repose sur aucun fondement légal Elle constate également avec satisfaction que le décret du Premier ministre de- mande d'éviter «le recours 4 des listes de groupements « Grice & ce décret, la France Saligne enfin sur la position de la Cour européenne des droits deThomme qui, le 6 novembre 2001, avait statué sur le fait qu’un document [rapport parlementairel ne peut servir de fonde- ‘ment juridique & wi pénale ou une déci « Di, la Suéde avait banni de son langage administatifle terme de “sect, ugé porteur «une connotation négative incompatible avec Ia nécessaire neutralié des agents de VEtat. La SUR ECOUTE ? liste “noire” du Rapport patlementaire sur les sectes de 1996 a dé largement utilisée par des associations militantes luttant con- tre les minorités de conviction, avec des conséquences souvent dramatiques : perte d'emploi, taches sous-qualifiges, pertes de la garde d’enfants, pertes de clientéle, et. CAP LC veillera a ce que ces associations se plient au nouveau décret en cessant de faire référence A toute «liste de groupements » CAP LC invite notamment toutes les ad- rministraions A ne plus financer les as- sociations militantes qui ignoreraient les décisions ministérieles ‘Au Québec, le ministéze de la Santé et des Services sociaux avait refusé un finance- ment & T'association Info secte invoquant qu’ il nest pas dans le mandat du minis- rire de la Santé et des Services sociaux de simpliquer dans un secteur oit fa liberté religieuse et ses différentes pratiques sont Avec la nouvelle orientation apportée par le nouveau décret, CAP LC invite toutes les administrations frangaises & suivre l'exem- ple de Padministration québécoise. Soure: hps/wvzcnoia.comy/prepol9.him \B Lutte anti-terroriste ET SION METTAIT TOUTE L’EUROPE € ministre britannique de Vntérieur, Charles Clarke, propose a ses homologues de Union européenne un plan pour améliorer la coopéra- tion européenne dans la lutte antiteroriste, incluant de placer toute I Europe sur écoute », a indiqué Phebdomadaire Sunday Espress du dimanche 3 jullet. La mesure la plus radicale serait Varchivage, pendant six & douze mois, de toutes les conver sations téléphoniques et des courriers électroniques de tous les citoyens européens, afin de facilter d'éventuelles enquetes Charles Clarke va également suggéter un accts accru pour les forces de Fordre de PUE aux différentes bases de données contenant des informations confidentieles, afin de faciliter les recoupements Tl va aussi proposer d'améliorerlefonetionnement des lstes 'armes et 'explo- sifs volés, des faux papiers, t des systémes de lutte contre ke financement du tertorisme. Iva également demander la mise en place de critéres communs pour létablissement de pidees 'identité de nouvelle génération et Forganisation d'exercices de secours& échelle européenne. « Le terrorisme est par nature international et mieux vous pouvee. survelle la fagon dont ces gens operent, mieux cest», a confié le ministre & Phebdomadaite londonien, Source: AFF, Londres, 9 jill 2005. Nexus n240 BER septembre-cetibre 2005 = mca REGARD SUR LE MONDE emeOn SA TOYOTA ROULE A L’EAU | existe au moins deux raisons d'en- vier les habitants de Manille, Tour abord, bien si, pour le soleil, mais également parce quil existe li-bas des voitures qui fonetionnent uniquement eau du robinet, et non avec de essence ou du gail Une vidéo est disponible sur Internet it 'on voit monsieur Dingle (photo ci- dessus), Vinventeur,arriver au volant de sa Toyota. Ila mis uniquement quelques litres d'eau et peut ainsi rouler environ 400 4.500 km. Quand 'étais jeune, explique-til, je voulais devenir préte, mais je nai pas trouvé Paide nécessaire. Alors, j'ai pensé quiaider les auures, Cétait aussi tune maniére de servir Dieu. » D'oit son invention. Dingle explique ainsi le fonctionnement de son véhicule: « Il cst équipé dune sorte de mini-réacteus A Taide d’ane simple batterie, Peau est dissociée en oxygene et en hydrogéne. Il n'y a done rien d'autres qu'une simple batterie ec de l'eau. En suite, quand hy- drogéne et oxygéne ainsi obtenus se ren- ‘ontrent, cela provoque une explosion ‘qui met en mouvement les pistons. Et, voili, nous sommes prét pour 500 km et sans aucun hydrocarbure. Peutétre que vyous ne me croinez pas, mais je ne fais absolument pas cela pour ma famille, mais pour l'avenir de Phumanité... nic [a pollution. » Bien six, cette approche rest pas nouvelle, mais Dingle, qui 1a jamais fait de hautes érudes, semble avoir trouvé une méthode particuligre- ‘ment économique pour dissocier Yeau cet lui permettre de faire fonctionner une voiture aussi bien qulavee de Fessence. Source + hrp/ipesosvanalo lqsachomme suivante wm Canada DES BANQUES COMPARAISSENT POUR J= Ruiz Dempsey BSCs, LLB, criminologue et spécialiste de procédure légale a intenté un pro- cs en recours collectif au nom du Peuple du Canada au motif que des institutions financiéres sont impli- ‘quees dans des actes de création de monnai illégale. La plainte déposée vendredi 15 avril 2005 devant la Cour Supréme de Colombie britan- nique New Westminster, allégue ‘que toutes les institutions financigres qui font commerce de crédits ar- ‘gent sont engagées dans un plan mi- rement réfléchi visant 4 escroquer les ‘emprunteurs en prétant de Pargent inexistant, lequel est créé illégale- ment par les institutions financiéres 2 partie de rien, « d'un claquemeat de doigts ». Dempsey soutient que a création argent partir de rien est ultra vires (dépasse le) du seatut de ces défen- ‘deus ou des pouvoirs qui leur sont accordés en tant que sociétés, donc juridiquement nul, ex que préver des liquidités sous de faussesallégations contrevient au Code pénal La requéte, qui est la premitre du genre jamais intentée au Canada, et ‘qui pourrait concerner des millers de Canadiens, soutient que les contrats par lesquels le Peuple («les emprun- ‘teurs ») et les institutions financiéres se sont liés étaient nuls ou passibles de alont ni force ni effet iques pour cause de rupture an- ticipée et pour non communication de fits matétiels. Dempsey affirme ‘que ces transactions constituent de la fabrication de fausse monnaic et du Dlanchiment d'argent carla source de argent prété (si de Vargent a bien écé avancé par les défendeurs et déposé sur les comptes des emprunteuts) ne pouvait ue identifige, et par ce due les défendeurs ne pouvaient pas davantage expliquer cette source ni en rendre compte. Envision Credit Union, la Lauren- tian Bank of Canada, la Royal Bank Nexus nao af septembre-ectebre 2005 of Canada, la Canadian Imperial Bank of Commerce, la Banque de ‘Montreal, le TD Canada Trust et la Canadian Payment Association sont cités 4 comparaitre pour entent ill gale et délinquance en col blane. Le demandeur, dans cette instance, re- ‘quiert la restitution de Vargene et des propriétés perdus par confiscation et stisic & Poceasion d'une « dette» ilegale En tout état de cause, ces banques défenderesses — et toutes sont con- ccemnées = rlavaient aucun statut Ié- gal les autorisant 4 préter quelque argent que ce soit aux empruntcurs pour les raisons suivantes : premi- rement, ces banques et -mutuelles mlavaient pas Targent du pret, et done elles ravaient absolument pas la capacité de former un contrat qui Tes engagerait; deuxiémement, les défendeurs ne possédaient pas les réserves dl espéces correspondantes et, «autre part, la loi ne leur permet pas de préter Vargent de leurs déposants fou de leurs membres sans autorisa- tion écrte expresse de ces personnes troisiémement, les défendeurs n'ont pas dactfs matérils en propre & pré= ter tous leurs + actifs » sont des ac- tif de papier », principalement sous la forme de « eréances recouvrables » créées par cux «d'un claquement de doigts», & partir de préts dans Tesquels les liquidicés mises 4 dispo- sition avaient également éé créées dun claquement de doigts. A part des registres comprables et des entrées informatiques, aucun bien ‘monétaire ou substance d'une va- leur quelconque sa été prété par les défendeurs au plaignant. Quant & ensemble des transactions de prét conclues entre le plaignant et les dé- fendeurs, les institutions financiéres ont pas apporté le moindre fonds propre dans aucune de ces transac- tions. Tous les fonds propres ont &é fournis par les emprunteuts. Les pratiques des institutions financigres défenderesses décrites dans la plainte contrastent fortement avec les pratiques de préteurs d'argent responsables et hon- rnétes qui prétent vraiment de la monnaie tangible, ayant une véritable existence Legale. La plainte affirme que ces tran- sactions de prét sont frauduleuses dans J mesure ob aucun bien de valeur n'a jamais été transmis par les défendeurs au plaignant ; ces défendeurs ne risquaient tien, ne perdaient rien, et nlauraient jamais rien pu perdre en aucune cir- constance, et donc aucune mesure de protection n'a jamais été congue (comme Te voudrait le principe déquite) en faveur des contractants d'une opération com- merciale de crédit, Ls procédures de saisie qui résultene du défaut de paiement de Yemprunteur dans ces préts de nature frauduleuse ont &€ exécutées de mauvaise foi par les banques ct les mutuelles et, comme telles, ces sui- sies constituaient en tous points des actes illegaux de dérournement et de saisie de propriété illicites, sans procédure légale en bonne et due forme, ces actes ayant toujours pour résultar Fenrichissement injuste des défendcurs. - Météo LA COURSE AU CONTROLE DE L’IONOSPHERE A COMMENCE i est possible de commander les événements méxtorologl- La requéte reproche aux défendeurs user de praviques bancaires frauduleu- ses par Iesquelles ils induisent les clients en erreur, leur faisant croire quils re- soivent réellement du «erédit» ou de argent alors qu’en fait aucune monnaie coneréte ne leur est prétée. En tout état de cause, la plainte décrit une pratique au cours de laquelle il nly a concréte- ment pas d'autre argent que des écritures comprables ou des entrées informatiques qui sie prét aux emprunteus. Au lieu de ‘monnaie réelle, les emprunteurs regoivent de Pargent « électronique» ou « digital », cxéé partir de ren, sans aucun cotie pour les institutions financézes, que ces dernigres sont faicquenter en tant que « prét» dans les comptes de leurs clients. On exige en- suite des emprunteurs quis paient des taux intértscriminels pour la monnaie quis ont jamais regu. La requeéte allague que les défendeuts trans forment de fit leurs clients en esclaves de dectes vireuelles, ls forcant d payer quelque chose quils fone jamais rou, et sasisant ensuite leurs biens sls ne peuvent plus payer les banques avec de argent récl Source: Naina Ps, 15 al 205, ques dans un lieu précis de la planéce en manipulant Pio- Soleil, en provenance soit dun énorme trou noir dloigné, soit d'un amas d’éeoiles provoqué par la chute de millers et de millicts e’étoiles dans un petit espace. Lionosphére agit comme un filtre du rayonnement solaire qui atteine la Terre. Manipuler et contréler ce filtre est une source possible d’énormes modifications mé- ‘éorologiques. Dominer Tionosphére permet potentiellement de contrdler la météo. Tl existe de nombreuses manitres de contrler ionosphere. Le processus consiste & manipuler artificiellement la densité des ions qui la eom- posent, par exemple au moyen d'un émetteur de grande puissance ec dune batterie dantennes ‘qui fonctionnent dans la gamme des hautesfré- quences. On trouve une abondante litérature sur le sujet sur Internet et dans les comptes- rendus de recherches scientifiques entrés dans Te domaine public. Nombre de pays se hitent maintenant de mettre au point des mesures préventives pour garder la maitrise de Vionosphire qui influe sur leur météo nationale, Ces mesures pré- ventives comprennent Tionisation inverse et observation par des méthodes avancées de surveillance satellite. Les anomalies par rap- port aux modéles de prévisions météorolo- gigues indiquent, elles aussi, précocement, si nosphére et les ceintures de radiations qui entourent la Terre. ‘Aussi de nombreux pays sontils en train de mettre au point des mesures défensives pour neutraliser d'éventuelles manipulations techniques météorologiques de cette nature, d'aprés un éditorial du journal India Datly « Les méthodes modernes de modification artificelle de la mééo nécessitent une ionisation artficelle de Vatmosphére de la Terre entre 5 000 et 10 000 metres d’sltitude et aurdessus Manipuler Tionosphire et utiliser des interactions Soleil: Terre maitrisées peut avoir des eonséquences & bien plus grande échelle Le rayonnement électromagnétique naturel du Soleil atteignant la Terre détermine la météorologie terreste, Les rayonnements sola- res ct ultraviolets doivent traverse Pionospheére avant d'atteindre la ‘Terre. Le rayonnement et les facules solaires sont la cause directe de changements météorologiques & Féchelle dela plandte. Is sont eux-mémes dus & un bombardement de rayons cosmiques sur le Nexus sepeombre-ectobre 2005 quelqu'un cente dagie sur les événemenes mé- téorologiques locaux. En ce moment, l'Indian Space Research Organization (ISRO) se hate d'installer des stations de surveillance météorologique partout en Inde Selon les observateurs internationaux, les grandes puissances mondiales courenc & une guerre fioide pour la domination de Tionosphire. Les méthodes actives aussi bien que préventives nécessitent une immense quancité énergie électrique. Le matériel est maintenant tléguidé pares algorithmes des logiciels dansle but, abord de détecter ce type de manipulations méxéorologiques, puis de les contrer pour neutaliser les tentatives des adversaires. Une nouvelle génération de satellites prendra bientot les commandes de ionosphere ‘Une silencicuse guerre froide pour la domination de Fionosphire est en marche! Source: Inca Day 10 ai 2005. up/Aewwindiabiljomledoid/ 2258p neo REGARD SUR LE MONDE Informatique UN RAPPORT EN CHARABIA LEURRE UN CONGRES SCIENTIFIQUE four un bouquet de pa ges en charabia concu par ordinateur dans les for- ‘mes d'un rapport scientifique a écé accepté pour un congrés au Massachusetts Institute of Technology : belle victoi- re pour les farceurs! Jeremy Stribling et deux de ses con- disciples diplomés du MIT avaient procédé A une étude critique des modéles d'un cer- tain nombre de conférences universitaires. Cela leur a per- mis ensuite décrire un pro- ‘gramme informatique destiné 2 créer des comptes-rendus de recherches entiers comprenant un texte, des tableaux et des dliagrammes parfaitement dé- pourvus de sens Les trois jeunes gens ont soumis deus de ees rap- ports, dont les pages avaient &€ rassemblées au hasard, aw Malticongrés Mondial de Systémique, de Cybernétique et d'Informa- tique (WMSCI) programmé du 10 au 13 juiller 2005 Orlando, en Floride. Aleur grande surprise, Pun de ‘ces rapports ~ Rooter : mé- thodologie «unification ty- pique des points d’accés et de redondance — a éé désigné pour ére présenté au public scientifique. Figurent dans Rooter des per- les hallucinantes du genre: «Le modéle de notre heutist ‘que comprend quatre compo- sants indépendant: émaillage (eo ——_—_—______———Microbiologie | LES NANOBACTERIES SONT-ELLES | VIVANTES... ET TUEUSES ? | lors quil tentait simplement ide comprendre pourquoi, dans son laboratoire, certaines cultures de cellules mammaire mouraient, en dépit des soins apportés& leur prépa- ration, Olav Kajander n'imaginait pas découvrir de mystérieuses particules qulifiges @organismes les plus primi- tifs de la Terre et qui pourraient étre A Torigine de maladies doulourcuses et mortelles Ce biochimiste finlandais et ses coll gues glissaient donc, un jour de 1988, les cultures qui les intriguaient sous tun microscope électronique lorsqu'ls | virent ces particules semblables & des | Dactéres, mais, & leur grande surprise, | cent fois plus petites et en pleine | forme au milieu des cellules en train | de mourit. Pensant avoir afaire & une nouvelle forme de vie, Kajander bap- tisa ces particules « nanobactéries », simulé, réseaux actif’, mo- En fait, le tio visa le Massa- a agence Reuters lors d'une dalités flexibles et étude de chusets Institute, car celuicei interview téléphonique, ajou- Vapprentisage renforcé», ou est bien connu dans le mi- tant que ui er son équipe avai encore : «Nous avons implé- lieu de la science informati- oul ainsi mettre a épreuve menté notre serveur disperser? que pour envoyer des emails les normes du processus de rassembler 1/10 en Simula- _prolixes sollcitane des inscrip-_dépouillement des rapports 67, complété par des exten- tions 2 leur congrés. «Nous scientifiques du congees sions opportunistiquement en avions assez de ce spam », Sour: Rese, 14 ai 2005 routées. » a expliqué Jeremy Steibling Nexus nea ee ‘septembre-octobre 2005 publia un article exposant les grandes Tignes de sa découverte, et attisa Tune des plus grandes controverses de a microbiologie moderne. ‘Au eceur de ce débat, se pose la ques- tion de savoir si les nanobactéries représentent viaiment une nouvelle forme de vie. A ce jour, ceux qui er tiquent cette hypothése soutiennent ‘qu'une particule de 20 4 200 nano- rmétres seulement de diamétre ne peut hhdberger les composants nécessaires 2 entretenir la vie. Ces particules sone également erés résistantes la chaleur et & autres conditions qui, normalement, sont fatales aux bactéries. Si bien que cer- tains scientifiques se demandent sil ne Sagirat pas de formes inhabituelles de cristaux plate que d'organismes Le débat a éé alimenté par un nom- bre croissant d'études mettant en &vi- dence un lien entre les nanobactéries ct des problémes de santé graves, dont les caleuls rénaux, les anévrismes et le cancer des ovaires, et démontrant que les nanobactéries peuvent container des étres humains. Du coup, on presse les scientifiques de résoudre la controverse et d'expo- ser comment agissent les nanobacté- Fies, quelle que soit leur nature, Source: Wired News, 14 mas 2006. Cancer —— LES ONDES FM FAVORISERAIENT LES MELANOMES ne étude récente sur Pincidence des eas de méla- Etats-Unis a mis en évidence une forte coreéation entre les débuts de la diffusion des ondes radio FM (dont les fréquences correspondent a des effets de «caisse de réso- nance») et augmentation des cas de mélanome. Le but de cette étude était de revise les données sur la mor- talicé et Vncidence du mélanome malin de la peau en Suede, en particulier de précis la relation temporelle de ce cancer avec le développement des « vacances aut soleil», ce avec Fintroduetion des réseaux de diffusion des ondes de la radio FM et de a télévision. ‘On a découvert une bonne cortélation dans le temps pour Pextension des réseaux d'émission d'ondes radio FM et de wévision, tandis que Vaceroissement du nombre des « voyages vers le soleil» par voie aérienne (charters) na déburé que sept ans aprés Ia grande perase du mélanome en 1955. Les comtés dont le réseau de diffusion FM nia éé Gendu que plusieurs années aprés 1955 one continué, dans Vintervalle, & présenter une incidence sable de I2 morale par le mélanome. Laccroissement de Fincidence et de la mortalité du mélanome de la peau ne peut sexpliquer uniquement par Taugmentation de Pexposition aux rayons solaites ultraviolers. Nous en concluons que la. perturbation continuelle des mécanismes de réparation cellulaire par des champs magnétiques a effet de * caisse de rés0- nance * semble amplifier les conséquences cancérigénes des dommages causés aux cellule, par des radiations UY par exemple, ‘Source: Medical Science Monitor, 1” ull 2004, Archéologie D’ANCIENS PAPYRUS LISIBLES GRACE AUX INFRAROUGES ne collection considérable de manuscrits de la Gréce et de la Rome anciennes, jusquici indéchffrables, some désormais lisiblesgrce & a lumiére infa- rouge ! Une pereée qui pourrait augmenter d'un cinguitme le nombre de manuscrits anciens exploitables et méme perme we la révélation chiétiens perdus. Une éq Cimmondices. Puniversicé d'Oxfond uclise dja cere technologie sur des mil- licts de rouleaux de papyrus r& cupérés au XIX sgcle sur un as Le « processus imagerie multispectral» uti- lise la lumire infiarouge pour sepunmore-ectobre 2005, —Géologie _L'EXPANSION DE LA TERRE A LORIGINE DU TSUNAMI ? U 1 éminent géologue Australie occidentale, dont les eravaus sont reconnus a niveau international, est convaineu que Fex- plication fourie sur le sunami dévasateur di Jendemain de Nodl se fase. Le Dr James Maxlow atribue la esponsabiicé du tsunami a « Texe pansion continue de la crotte terteste, laquelle provoque des mou- vvements des filles sous-marines», selon ses propres termes. Il éarte ainsi comme relevant de la mythologieFautte point de vue, largcment ‘épandu, selon lequel la catastrophe serait due la compression etka subduction des plaques tectoniques. Maxlow explique que la connaissance conventionnelle se fonde sur Thypothése que la Terre a conservé une taille constante durant son olution géologique. Mais ses recherches démonstent, a contrite, que la taille de la Tere ily a 1 600 millions d'années Gai d'un peu plus d'un cinquiéme de ses dimensions présentes, er que la plane continue de crttre de 22 millimétres par an en moyenne «Une erossance de cet ordre sur des millions d'années a afabli la rote terrestre, provoquant des fractures qui entrainent des caratro- pes naturelles du genre du tsunami asiatique ct autres événements sismiques»,explique le Dr Maslow. Source communiqué de pres du 26s 2005 de Teel Conner coniapeanavea/ Landy 6520/ faire apparattre des encres invi- siblesTeeil nu, Récupeée de la ville €gyptienne d' Oxyrhynchus aujourdhui disparue, cette col- lection, la plus importante au monde, avait &€ conservée a a bibliothéque Sackler, 2 Oxford. Lamatiére qui couvre la période du VIF au II sitele avant JC, comprend les ceuvres auteurs classiques tels que Sophode, Euripide et Hésiode. A ce jour, cont été déchiffés une partie des Epigones, une tragédie depuis longremps perdue de Sophode, ct une partie d'un roman de Lucian, écrivain grec du IF siécle av. J-C. Iy a aussi un podme apique d Archiloque, successeur f'Homére au VIF sigcleav.J-C., qui décrt les événemenss ayant conduic la guerre de Toi. Le Dr Dirck Obbink, qui dirige le cavail dimagerie, cexplique que «la collection f Onythynchusestdimportance inggalée. ‘Toute cette matiére apportera un jour nouveau sur presque tous les aspects de a vie «en Egypte hellénique et romaine et, par conséquent, sur le monde classique en général. » D’autant plus que, comme le précse CChuistopher Pelling, professeur de grec & Puniversé d'Oxford, ces ouvrages sont « des textes fondamentaux sur lesquels les savants se perdencen conjectures depuis des sdeles» Sour: Sieh Today 19 ae 2005, NEXUS n°40 aries NERDS a0 0 Rae os eM Nanotechnologies CAP VERS L'INFINIMENT. (premiére partie) Des poussigres intelligentes qui informent a distance “dune préselite »ennemie, des vétements qui se transforment avec le temps qu'il fall, odes médicaments mieux diffusés, un dépistage trés précoce des cancers... Bienvenue. dans un monde nanotechnologique annoncé par certains chercheurs pour 2010! Autant dire demain. Alors, il est plus que temps d’envisager, derridre les fantasmes médiatisés et les promesses des gouvernements, les dessous de cette « révolution » : menace directe sur la souveraineté alimentaire partout dans le monde, redoutable outil potentiel de surveillan- ce, une technologie taillée pour la guerre biologique, beaucoup d’inconnues en ma- tigre de santé publique et d’environnement... Autant de points qui questionnent: 3 qui profiteront les nanotechnologies ? ETC Group © 2004 ee se passe quelque part dans l'infiniment petit, au milliardiéme de métre, au milliéme de micron : au nanometre. A échelle nanomécrique, la matiére quitte Je domaine de la chimie et de la physique conventionnelles pour pénéteer celui de la « mécanique quantique » ~ conférant des caractéristiques nouvelles aux matériaux traditionnels et présentane des risques nouveaux en matiére de santé. Car en intervenant simplement i une échelle réduite (4 moins de 100 nm) sans pour aurant modifier Ia substance, on peut considérablement changer les propriétés d'un matériau. Les caractéristiques ~ telles que conductivité électrique, réactivieé, solidité, couleur et, surtout toxicité — sont susceptibles de se modifier de facon imprévisible. Par exemple, une substance qui est rouge quand elle mesure un métre de large peut étre verte quand elle ne fait plus que quelques nanométres ; sous forme de graphite, le carbone est souple et malléable, mais s'avére plus solide que l'acier A l'échelle nanomérrique. Un seul gramme de matériau catalyseur composé de particules de dix nanométees est environ cent fois plus réactif qu'un gramme de ce méme p11 1: MAIN BASSE matériau composé de particules d’un micromécre SUR AGRICULTURE Depuis quelques années, le domaine des nanotechnologies, 16 IL- UN MONDE Telit eldceaaleclle, converge EMCEE es Ove NaNcsUnYELTANCE ceux des biotechnologies et des technologies de l'information 18 Iil- DE LINTELLIGENCE pour modifier radicalement les fondements de nos syscemes DANS L'AIR alimentaire et agricole Au cours des deux prochaines décennies, limpact de cette p19 IV-NANOGUERISONS convergence sur agriculture et Palimentation dépassera celui ALHORIZON’ de la mécanisation agricole ou de la Révolution verte, avec pour conséquence une redynamisation des industries meurtries de Pagrochimie et de l'agrobiotechnologie, et soulevant un débat nouveau et intense sur les aliments « atomiquement modifiés ». Du sol 3 Vassiette, les nanotechnologies vont on seulement modifier le fonctionnement de chaque étape de Ia chaine alimentaire, mais elles vont aussi en affecter rous les acteurs. Ee I'agriculcure pourrait bien servir de terrain d’essai a des technologies destinées & Ia surveillance, au contréle social, voire & la guerre biologique Un gros retard d'information Comme les nanotechnologies concernent l'ensemble de la mati’re, les nanobrevets peuvent avoir de profonds impacts non sculement pour le secteur de Palimenration mais pour ensemble de l'économie. La fusion des nanotechnologies et des biotechnologies teansformera radicalement les besoins industriels en ‘matitres premitres agricoles, mais on ignore encore ses conséquences sur la santé, la biodiversité et Venviconnement. Aucun gouvernement n'a encore développé de réglementacion concernant I'échelle nanométrique ou érudié les impacts de Vinvisiblement petit sur notre société. Quelques aliments et produits nuttitionnels contenant des additifs nanomécriques invisibles, non indiqués par l’ériquetage cat ne relevant aucune réglementation, sont déja disponibles dans le commerce. De méme, bon nombre de pesticides élaborés 4 V’échelle nanométrique sont déji. sur le marché ec ont été répandus dans l'environnement, Aux Etats-Unis, le débac sur les aliments transgéniques (génétiquement modifiés) a2 non seulement omis d'aborder les questions de santé et d’environnement, mais il a désastreusement ignoré les enjeux politiques de la propriété incelleccuelle et du contrale sous-jacent aux situations monopolistiques. Questions cruciales quelles vont en étre les consequences sur la société ? Et qui va en bénéficier ? La communication gouvernementale affiche huit & dix ans de retard sur le besoin d'information de la société, le débat public et les politiques menées. I - MAIN BASSE SUR L’AGRICULTURE a Unitormisée, automatisée, agriculture version nanométrique promet des lendemains qui chantent a industie agroaimentare. On commence @ libérer dans le nature des plantes atomiquement modifges, des nanopestcdes, nanofibres et autres nanocapsules sans en connatre impact sur les sols et les organismes vivants, animaux ou humains. utilisation de nanoparticules dans Vagriculture souléve des inguidtudes environnementales et sanitaics puisque ces demires semblent afficher une toxicté diférence de calle des versions plus grosses du méme composé. En 2003, Je Dr Vywyan Howard, éditeur fondatcur du Journal of Nanotoxicolegy, enceeprie d'érudier la lieéracure scientifique sur la toxicité des nanoparticules pour ETC Group et conclut quiele semblaic plus dlevée, leur taille occasionnant une pénétration plus importante des membranes protectrices de Nexus ne4o Irigy septernbre-cetobre 2005 a organisme, quil sagisse de la peau, de la barrgre hémato eneéphalique ou du placenta, Une érude publiée en juillet 2004 par le Dr Eva Oberdérster a révélé quel exposition de perches (poissons) Ade petites quantivés de buckyballs (nanopartcules de 60 atoms de carbone) avait rapidement entrainé des Késions cérébrales et le décés de la rmoitié des puces d'eau vivant dans le méme milicu que les poisons. D'autres études montrent que les nanoparticules peuvent pénétrer dans le sol de Fagon inattendue, drainant peut- tre daucres substances dans leur sillage. Face aux lacunes sur le sujet, de nombreux spécialistesrecommandent de rire ou pourle anspor marine pouraient vi pus vie lgjou. | Sous l'impulsion des Nations unies —____ ‘Cest durant certe période qui rencontre le secrétaire géné- ral des Nations unies & plusieurs reprises et lui exprime son point de vue sur 'urgente nécessté d'une initiative massive ce mondiale en faveur du développement de technologies de production énergétique propres et décentralisées. On lui demande alors de formaliser par écrit ses idées sur la question cc il produit un document débouchant sur le projet de la Lavénement d’un nouvel équilibre géopolitique basé sur la mise i disposition de l’humanité d’une énergie abondante et décentralisée permettrail d’établir une civilisation respectueuse de I’environnement et en paix. création d'un Institut des Nations unies pour les nouvelles éncrgies. La réponse teconnait explicitement la nécessité une tlle initiative mais transpire malheureusement le man- rs) NEXUS n°40 septembre-ectobre 2005 aque de volonté politique au sein de la communauté interna- tional. Ainsi naquit lidée de créer malgré tout un organisme international : le Gifnet. Ala question de sa motivation premiére, Nicholas Moller répond : « Cst simplement la prise de conscience que quel ‘quun devait le faire et que jas plutét bien placé pour cela, alors qu’ la méme Epoque, je me sentais redevable 3 Végard de lenvironnement. » [Aprés avoir consacré une annés et demi consolider le réseau ct les projets du Ginet, Moller annonce sur Internet le dé- marrage de ses activités En cc 205 ERE cone de rouen a l'équipe de Gifnes, qui répond par une invitation a vsiter son antenne francaise & Fontainebleau. La visive a done liew en juin denier. Bien que relativement informelle (méme si Ia visite Seffzcrue avec tous les moyens officiels de sécu con remarque absence de eravates chez les protagonistes), cette visite marque wn tournant décisif dans la course menée par tous ceux qui sont conscient de Purgence de la situation pour sauver équilibre éeologique de la planéte. Elle symbo- lise une reconnaissance claire qui va permettre 4 la prise en compte de existence de nouvelles solutions énergétiques, de faite un bond important en avant. Un objectif éminemment stratégique ___ Lopportunité @'avoir pu communiquer et montrer un lea- der politique mondial fa réalité et la fasabilité de nouveaux systémes producteurs d'une énergie propre et abondante, 'méme si on ne sait pas encore mettre en équation son ori- gine, revéc une importance considérable dans le processus de son assimilation au sein de la communauté international. « Lobjectifaffché par Gifner est de voir Pusage du pétrole, du gaz, du charbon, du mucléaire remplacé par celui de ces nouvelles technologies sur une période de dix ans, déclare Moller. Il faut bien ere conscient que Favénement d'un nouvel équilibre géopolisique basé sur la mise 3 disposition de Phumanité dune énergie abondante et décentralisée permetant d'éablir une civilisation respectucuse de Ten- vironnement e en paix. souchera Pactivité économique ‘mondiale avec un impact estimé 3 10 000 milliards de dollars par an.» ‘On peut imaginer sans effort quil Sagit li de la révotution technique, industrielle, géopolitique et culrurelle la. plus importante de Phistoire humaine. Aucun aspect de la vie sur “Terre rescera ne serait épargné, raison esseniele pour laquelle ces technologies restent encore indisponibles. Les intéess liés & Pénergie et qui préfrene voir continuer le stats quo actuel, méme au prix de la dépradation de Yenvizonnement, des conflits armés et des déstablisations géopolitiques, sont tués puissants, Lidée selon laquelle un inventeus, ou une société pourrait simplement et librement sort une de ees nouvelles echno- logies illimitées est, selon Molle, absurde, Il serait blogué & lun moment ou un autre par le manque de fonds, de moyens sratégiques, une infrastructure insuffisante... Rentablliser les dernidres réserves a travers l'industrie du plastique Anjourd’hui, 10% de la production pétroligre est consacrée A d'autres utilisatons que Pénergie et il suffirait alors de multiplier par 10 le prix du brut pour que le marché reste viable, une fois le pétrole remplacé par de nouvelles sources énergie. Comme les matérianx isus de la pétrochimie sont partiellement ou totalement recyclables, le pouvoir achat des consommateurs libéré par le moindre coi de Ténergie supportera sans difficulé cerce augmentation. Ceste hausse Une fois le pétrole remplacé par de nouvelles sources d’énergie, il suffirait alors de multiplier par 10 Je prix du brut pour que le marché reste viable. Fort de son expérience, Moller a compris la nécessité d'une approche seratégique originale qui permettra 3 ces technolo- gies de passer les obstacles les empéchant de voir le jour Loriginaité de approche de Moller est de contourner FPobstacle géant en prenant en considération les incérés les 4 Tactuel aystéme de production d’énergie, dont les plus importants sont lis au péttole, afin que ces puisances €:o- hnomiques et politiques de cherchent pas a évincer la percée de ces nouvelles technologies. Comme en tao, conduire les adversaires & devenir des partenaires — Digne du tao, son objectf et de permettre & ces adversaires potentiels de devenir des partenaires. Comment parvenir & faire en sorte que ces empires économiques, ces pays dont les revenus dépendent presque entiérement du pétrole, survivent une tlle revolution ? «En sensbilisan les grandes compagnies ec les pays produc- teurs et en négociant Pintégration de leurs interés dans La dissémination de ces technologies afin den coure-circuiter impact négatf su leurs conomies. Lidée de base est dinvi- ter lestablishment de l'industrie de "énergie a Sengager dans le processus de développement, de production et de vente de ces nouvelles technologies. » Le pic de production maximale du pétrole venant d'étre dépassé, les nombreux besoins de nos sociéeés en matériaux plastiques issus de la pétrochimie peuvent garantir un bel avenir aux eéserves testantes dont le prix ne peut que conc ‘huer A grimper. Ainsi la plus grosse part du manque a gagner sera compensée par Vélévation du prix du brat. Le point est essence NEXUS nao. = ‘sepemore-actobre 2005 iad préviendra également Pépuisement rapide des réserves de ppéole.Un tel projet exige une orchestration délicae de l'en- semble des composanis stratégiques ct des fonds conséquents pour étre ateint. Son scatut organisme & bur non lucratif, qui nest done pas de faire du commerce de nouvelles technologies, Lut Evite de comber dans Vécueil d'une tentabilité nécessaire & son fonctionnement qui aurait pour conséquence dentier en conflit avec intéréts politiques et éeonomiques. Le fait qu'un organisme & but non-lucratf sinvestisse de la mission de rendre accessible & la connaissance publique ces techno- logies garantit, su-deld de Fexploitation d'un contréle de la proprictéintellecuelle de ces technologies par un nouveau ‘Bill Gates», un vaste champ dlapplications pour tous ceux qui voudraient tier profit de cete mutation. échéancier auquel PFhumanité est confrontée est imposé pat le pitoyable écat de la biosphere. Il Savére si court que nous avons besoin d'une initiative massive alimentée par un déve- loppement commercial mondial auguel il est souhaitable que le plus possible de personnes participent. Plus de temps a perdre en dépéts de brevets En fait, rout chef d'entreprise devrait comprendre son inté- st dinvestt d'une figon ou d'une autre dans le domaine. Procédcr de fagon conventionnelle en protégeant la propriété intelectuelle de ces technologies par des depots de brevets intemnationaux, cola demanderait des années et dimportants capitaux avant de pouvoir méme démarrer alors qulles teste raient facile répliquer et contourner, tant elles sont simples cen essence et peu onéreuses & metre cn cue. Essayer d'en obtenir le monopole reviendrait & placer un mets délcieux sous le ner d'un affamé en lui interdisant dy toucher Les pays en voie de développement comme la Ch y ES ERGIE LIBRE Les chercheurs du Gifnet | VelimirAbramovie- Ph, Philosophy of Science, Belgrade | chard Creasey Teen Tato Entonert Chatman htpsignet.chestibrany/tn.ve or Diana Noronha -Faimmont Shipping Li. Director | Panaytatis Pappas - Pro. Physic & Mathematics bps. papi gr | Nicos Rett - Cambridge University Ph, Creatvty in New Product Develooment - item eng.cam 2c. Ruggero Maria Santi - Phd. Physics hit:avew magneges com | Marja Sesc- Nikola Testa Museum, Belgrade Director hitpgtnetchtesibrarytawnteslasmuseum og Cardinal », 10 passage Ronsin, 77300 Fontainebleau, | Contact Gifne-France : Jean-Louis Naudin, « Le point lz et le continent africsin sont probablement des prior dans ce processus dont Fapport est encore plus évident dans Jes zones isolées puisque quil privilégie des technologies destinées & équiper chaque foyer de fagon décentralisée. Le choix des politiques énergétiques dans ces seules régions est décerminant pour Fensemble de la planéte. Une implanta- tion rapide des nouvelles technologies énergétiques (NTE) dans ces pays, engagerat la planéte sue la bonne voie & coup si Raison supplémentaire pour que ces technologies soient relativement simples et permettent facilement réparations ee maintenance, De la modélisation a I'expérimentation _ Dans les structures traditionnelles, cout phénomene observé ne peut déboucher sur une application que sil est compris ct décrit par une modélisation confirmant les lois et les principes connus de la physique. Dans le cas des systemes surelficaces de I'énergie libre, comme on ne comprend pas la provenance du surplus d'énergie mesuré en sortie, on préfere estimer qu'un paramétre est passé inapergu et que le résultat est dia une erreur. Tant pis sion passe & cbté de ce qui sau- verait la planéte. Pourtant, divers systémes contredisene ce principe, et vous en urilisez certains quotidiennement sans peut-éxe le savoir ; comme le principe de pompe & chaleur (qui enime vorre réfigérateut, ou votte climatisation. En ef fer, le différentiel de température obrenu par le principe de la pompe qui récupére de I'énergie grice i son compresseur petmer dlarteindre un coefficient de 4. En cai, ce systéime produit 4 fois plus d’énergie quil nen consomme. D'oit Vintéxée croissant pour la climatisaton réversble qui permet de chauffer en consommant trois fois moins que le systems basés sur Féchauffement de résitances lectriques. Imagincz que fon obtienne suffisamment d’énergi en sorcie, ue ce soit sous forme calorique, mécanique ou électrique, pour en rfinjecter une partie en alimentation du systeme et boucler ainsi le circuit, et on obtient un générateur qui produic de Pénergie sans rien consommer, de facon propre et toralement illimitée. Lurgence de Is situation écologique motive les scientifiques du Gifner & adopter une philosophic radicalement différente que permet son starut d'organisme 2 but non lueratif indé- pendant de tout pouvoir public ou privé : partic de lexpé- rimentation pour aboutir rapidement au développement de technologies, sins arrécer parla case académique tadition- nelle de la modélisation théorique Appel a toutes les bonnes volontés _ De sa création en octobre 2003 3 annonce publique par une ‘campagne de mails en mars 2005, une année et demic a & consacrée 3 la recherche pour fa mise en cevre d'expérimen- tations ayant réclle valeur de démonstration scientifique. institut propose aus interautes de devenir membre par un simple click ec peser ainsi, en Sajourane aux millions @autres, un peu plus de poids dans le processus. Tout membre qui Sengagere dans faventure de l production ou de la commer- ‘Oleg demeura immobile dans la porte d’entrée : “Comme je parcourais la salle du regard, des questions me venaient a Tesprit et les réponses apparaisaient aussitée sur Méeran devant moi. Mais je me sus rendu compte que ces réponses ‘me yenaient aussi a esprit avant méme que je les lise sur Técran, Plusicus réponses ont &é accompagnées de démons- trations pratiques sur le fonctionnement de Pappareillage 4que javais sous les yeux. Ainsi, on ma monteé la fonction des renfoncements sombres dans la paroi sur ma gauche. IlSagissat d'un écran d'information en 3D sur lequel on ma fait voir Tintérieur d'un “sister-ship” [vaisseau identiquel, et cde “masses” identiques sy déplagant (pendant cee démons- ‘tration, les “masses” de notre vasseau étaient immobile). Is Des questions me venaient 4 l’esprit et les réponses apparaissaient aussitét sur l’écran devant moi. aucune influence extérieure, tout sest passé naurellement, sponcanément. Javais une certaine appréhension... quand écran me montra un message expliquant que je nlavais rien & craindre et que je pouvais encrer. En avanganc dans Je couloir j'ai regardé les parois ct j'ai vu quill n'y avait aucune porte. Le couloir était nettement plus large que Trentrée, le sol était plat, mais les cétés et le plafond for- imaicat un ovale. J'ai avancé vers la brillante lumiére sur tun sol métallique plat. Javais le sentiment que les parois cnvironnantes nétaient pas qu'un revétement décoratif, mais quelles avaient une fonction structurelle et que leurs surfaces externes étaient connectées & quelque chose. Pour moi il est évidene quielles éaient reliées A un disposif de raidissement. Je ne peux pas en dire plus, car je n'ai pas eu envie de toucher ces paris...” Démonstration sur écran 3D. Oleg parcourutun couloir d’environ 648 mau boutduquelil pénétra dans une salle circulate d'environ 18 m de diamétre Sur la pétiphére, il y avait cing autres entrées, similaires A calle par laquelle il était venu. Le plafond était un dome doit émanait une lumiére bleue, douce et diffuse. Le long des murs, entre les autres entrées, s éendaient des panneaux couverts de lumiéres clignotantes. Chague panneau semblait consttué de cing ou sx éléments veticaux. Versa gauche de endroit oi se tenait Oleg, deux sections de la patoi étaient dépourvues de panneaurx ; leur place, ily avait des enfon- cements de couleur sombre. A gauche également, il observa deux vagues taches sombres qui ressemblaient & des sacs et ui, tout d’abord immobiles, se mirent en mouvement vers Ii. Ces “masses” étaient identiques & celle qu'il avait vu précédemment pris du feu NEXUS n°40 septembre-cetobre 2005 rfont montré alors un vaisscau dans espace, parmi les é0i- Tes, ec en fin de programme, ils ont affiché le présentateur un programme soviétique de télévision appelé Vremya ‘Vers ma droite, un panneau ou pupieze de contrdle de forme ‘ovale, couvert de commandes et de lampes, ait posé & en- viron 1,50 m de la pari. Tous les boutons lumineux étaient plats et carrés, certains 3 fleur de panneau, d'autres en sili La surface supéricure des lampes était marquée de symboles gtométriques : des cercles, des triangles, des quadriltéres, des lignes, etc. ou des combinaisons de ceux-ci. Les inter rupteurs noirs avaient la forme de manettes. Je ne vis aucun, cadran & aiguile ni échelle graduée.” Venu de notre galaxie = (Oleg. décrivit aussi un long sige droit situé en face du ppanneau etn joint circulate danse sol qui fuisait tout le tour de la pice A quelque distance de la paroi. Oleg pensa que ce joint permetraic a la partie centrale de pivorer de manigre & ce que le pupitre de conte puisse venir se placer en face de oa simporte lequel des panneaux muraus, Sur ces panneau verticaux, Oleg remarqua les mémes types de lampes que sat le pupitre. De nombreuses lampes clignotaient. Tour Fintérieur de la chambre éaic de couleur blanche, y compris le sol, et seul le déme supérieur rayonaait de douce lurire bleue. Levant les yeux, Oleg tenta de percevoit la source de cette lumigre rout en se posant la question de sa nacue. Tl ne ‘esut pas de réponse & cette question. Mais ila question sui- vante : “Qui étes-vous 2” et “doit venez-vous ?” a lumire baissa et le dome se transforma en planétarium, affichant ‘une carte du ciel Il était temps que je parte “Tandis qu'Oleg tentait de reconnattre une ou Fate constel- lation familie, une étoile se mit 3 pulser et & se rapprocher lentement. Le ciel .oilé, sur fond noie, eombin€ avec les la- ritresscintillances des panneaux de contrdle donnaient suf fisamment de lumire dans l pitce pour quil pusse en voir routes les parties. En un instant, Pétile pulsante soigna eve déme redevint la source de la lumiére bleuc. Oleg newt pas le remps d'examiner & Pais fa carte du ciel, alors il de- ‘manda oi se trouvait cette vile. La réponse fat : “Elle ext dans vorre galaxe” “Je posais questions sur questions et je ecevais les réponses dans ma éeeavant dees oie su l'&ran, Pai demande : ‘Dans ‘quel gente de vasseau suis je? Quel est son mode de propul- sion ?, On mia répondu que céaait un vaisseau éclaireur ec ‘ull se deplagaitgrice & des champs leecromagnétiques. Pai appris ausi quis étadiaient note planéte, car is en avaient besoin comme tremplin vers le fuur. A ma question ‘Aver- vous quelque chose & voir avec Bigfoot ” [NDT : grand et énigmatique primate comparable au Yeti et au Yowie), ils cont répondu que oui ex quils observaient Bigfoot en perma- nence. Tandis que je continuais & poser des questions, une troisiéme ‘masse avait fai son apparition, puis une quatritme. En observant une conversation entre eux, ji compris quil eit temps que je parte. Songeant alors & leur haisser un souvenis, fai 6e€ ma monere du poignet et j'ai fait le geste de la poser 3 tere, mais ils nfont fat aussit6t savoir quils connaissaient partitement la Tere et quils favaient besoin de ricm. Pour be premiére fois, est eux qui mont post une question = ‘Pourquoi utlisc-vous une montre fix briquée dans un autre pays 2. Ensuite, 2i demandé ‘pour- rai-je vous rewir ® Ils ont s€pondu : Sil vous arrive dere en danger, nous wous sourerons dans les quinze secondes.” Un décollage en tumiére “Reculane de quelques pas fi fit demi-tour et je suis parc dans le couloir versie soesi= Ale porte, fai sisi le ube de la main droite me sais sent instantanément debout au sol Sans me retournes: fis eames le fossé er je suis remonté sur le chemin 3 Fendsoi o& fe mféeais teau précédemment. En re retournant. jis ws.que le tube ct a porte avaient disparu. ‘Aprés quelques seconde, la coque périphérique du vaisseau a commence & toumer dans le sens des aiguilles d'une mon- tue, Environ tsente sccondes plus tard, le déme sest mis & tourner dans fe sens inverse et une luminescence a enveloppé Je vaisseau spatial La luminescence augmentaic & mesure {que les rotations faceéléraient et le vaisseau est deventi une boule de lumidee™ ‘Oleg remarqua que ces rotations et l'émission de lumitre Aux questions « qui étes-vous ? » et « d’ou yenez-vous ? » la lumiér baissa et le déme se transforma en planétarium, affichant une carte du ciel —_— ase sepuemore-actobre 2008 a E> se produisaient dans le plus grand silence. Il vit alors que par Vexpétience, Oleg était crop ému pour réaliser ce quill deux autres véhicules, phares allamés, étaient présents sur la vvenait de vivre et pour en parler, ses mains et ses jambes piste. Ceci dérourna un moment son attention, jusqu’a tremblaient. De retour au camion, La luminescence augmentait 4 mesure que les rotations s’accéléraient et le vaisseau est devenu une boule de lumiére. ce quiwn eraquement dans les arbres attire & nouveau son trop bouleversé pour conduit, il céda le volant & son com- regard vers le vaisseau. La boule de lumigre se déplaca pagnon. Reprenant ses esprits, Oleg regarda sa mone qu'il Jégrement puis commenga 3 monterlentement. Accélérant avait toujours dans la main, Depuis Parrét du camion, vinge bbrusquement, le vaisseau slanea hors de vue, vers le nord- minutes sézaient écouléss. Il leur restat un jour et demi ‘st, Nikolai, qui était resté tout ce temps dans le camion, pour rallier Moscou, leur destination Sapprocha dOleg avec les occupants dautres véhicules et ils commencérent a Fassallir de questions. Impressionné Traduction : André Dufour Valery Mikhailovich Uva Tov est directeur du dé partement dela rechercho nologie nationale de la sécurite de Russie. I a consacré plus de quatorze années 4 Fufologie ainsi qu’d l'étude des legs des civilisations anciennes. IVest auteur de nombreux essais sur le paléotachnologie | stles paléosciences ainsi que sur uotog ppublida dans la prose russe et étrangére. connaissances anciennes. Il participe réguliérement & des fenconlces internationales dufologie st donne des conté ices el das séminaires en Russie, au Royaur iats-Unis, en Allemagne et en Scandinavie. Ile pris le aux conférences NEXUS d'Amsterdam en 2004 et 2006. ge TAcndtmie natonle de sou erabourg, Russie. a Tél 47 (012) 297 1841, Esnal: nan@homeveer.v et Be. aren ween VOUS APPORTE UNE SOLUTION departoment’9@ mail, : _ - GLOBALE ET ECONOMIQUE, POUR VOUS PREPARER ALVAVENIR DU WEB. (QUE VOUS SOYEZ COMMERCANT, INDUSTRIEL, WEBMASTER, oe ane feiss Nexus n°40 seprembre-actobre 2005 z SPELEOLOGIE ___ Le fantéme de Breitenwinner FRSA LE Un matin de Pan 1535, en Baviére, une vingtaine d’hommes sapprétent & explorer la grotte de Breitenwinner. Passant de la frayeur a P’émerveillement, ils y découvrent des ossements “de géant”, des sculptures de pierre, et sentent la présence hostile d’un “fantéme”. S’agissait-il d’un ours ou d'une autre créature ? Ces pionniers de la spéléologie ne le sauront pas... Plongée au XVIF siécle, avec le récit d’un membre de Pexpédition. cs ignorants ne croiront pas cette histoire, les plus savants nc lestimeront pas possible ; mais ‘nous sommes témoins oculaires des fats ex Cest la vérié ‘Au soir de la Saint Pictre et Paul, Vingtcing hommes et moi-méme quitcimes Amberg avec une char- rete chargée de marériaux pour Te feu, outils de cantonnies, de cordes, de vin, de pain et d'autres ustensiles nécesaires 3 Pexpédition Nous passimes la nuit sur la place du marché de Hohenburg, Parts arts tét le Jendemain, nous atte gnimes rapidement la montagne et devant entrée de la caverne, nous tinmes conse Deus d'entre nous furent désignés comme chefs & quiles autres pro rent obéissance. Nous nous prépa- rimes alors 4 pénétrer dans le cou, ‘qui était assez large pour y faire tourner un chariot de foin ‘Chacun devait porter quelque cho- se une gléne de corde, une rorche, une lanceme, une pioche, du vin, ddu pain, etc. Et nous chantimes gaiement : “Nous voyageons au rnom de Dieu” Un des chefs entra en. premier, autre ferma la marche. Le guide attacha une corde & Fentrée et la rmarqua d'un signe pour conjures le danger, car si nous perdions le repére des cordes, il nous eu impossible de retrouver la sorte. Aprés avoir assuré les cordes 3 un Entrée de ls grote de Bretenw au Xvlisieoe rocher, nous descendimes 950 = Quelques hommes costauds farsar désignés pour monter la g Ventrée de la caverne, Des ossements partout Nous atteignimes assez vite une faille éroite. Un de nos comp: gnons, un orftvre qui, avanc le d part, avait manifesté son desir dé le premier dans la cavern, fur ane effrayé par ce quil vit ul pri la faite, Nous rampimes sur le ventze Nexus neao ‘septembre-octobre 2005 sor coviron 95 m dans cette fille. Us passage plus large gouveait 3 See mas il rit sans issue, Nous zeae wut dabord dans un eopace grand comme une salle de exe Au moment dy pénétrer, sess ouvdmes un tel amoncel Kemeax dos que les premiers du- scat kes expiler sur les cdcés pour permemre aux autres dlentrer. Les es Gem Pune celle ule quis peieat G3 appartenir& des géants, ‘Nous ancignimes alors un passage Get 08 il nous fallut 4 nou- seas camper sur le ventre. Nous Beatie, 380 m plus loin, a ce = semblaie 2 un beau et spa Se palais oft 'on aurait pu ras- sexbler une centaine de chevaux. Sex plafond éuait garni de belles “pices ayant pousse” [stalactites Heit ou dix piliers “ayant poussé” [elagmites} et de bons sigges lon- sesicat les c6tés. Nous trouvimes eax crines qui, & notre surprise, Gasict si bien enveloppés de roche == nous eiimes grand peine & les en extraire avee nos outils. Chacun em prit quelque morceau, Fun un our de boite exinienne, autre des dents, ex De nombreuses ci Souveaient i partir diici et par- rout dans la montagne ; nous en cexplorimes certaines, routes étaient remplies d'ossements Pendant une heute, nous en cher- chimes une qui menait plus loi finalement notre guide en trouva une et nous le suivimes. D’autres galeries 'y raccordaient de temps en temps et nous étions scupéfaits de découvrir ce palais Soudain, un mugissement 285 m plus loin, nous trouvames tun passage trés 6croit oti nous nous glissimes avec diffculeé. Nous en- tendimes alors un inquiétant mu gissement, ct plus d'un parmi nous regretta de ne pas étre resté cher lui auprts de sa ferme! Soudain, la grocte sélargit et nous pimes marcher cote i cote. Aprés avoir tenu conseil, nous décidémes de poursuivre pour découvrir ce au’ étaiene ces bruits. Notre chef prit A nouveau la téte. Ayant atteine un autre large espace, nous examinames soigncusement. Cela ressemblait & une salle capitu- Jaire avec des banes d’un cOté et une galerie supérieure. Celle-ci ai d bs difficile et je demeurai en bas. Partout, il y avait des os ; nous at- teignimes une votite étroite oft se trouvait un etine plus grand encore de la cende. Par un passage étroit nous descendimes encore 380 m. Le rugissement augmenta jusqu’’ ce que nous découvrisions une ouvercure assez lage oit une grosse chute d’eau se précipitait entre deux rochers avec tune force suffisante pour actionner deux roues de moulins Le courant descendait dans Fouver ture. Nous nous demandions dot provenait ce torrent, oit était sa sour- ce, car il Gait‘glacé, mais nous pouvions le suivre. La, notre guide fur coineé dans une cavité et nous dimes Ven recites, sans quoi il serac I ariva la méme chose et apres je ime sentis urs faible et apothicaire smvadminisera un fortifiant Une couronne de paille noire Jouxtane cette large caverne, nous vimes une belle voite triangulare Nous y trouvimes une sculpture de pierre qui ressemblait & une déité sur un trdne avec une couronne de paille sur la téte. La pale ait noire ex wis cassante, quelques uns en cemportérent. Nous trouvimes une autre seulpeure de picrre qui pendait d'une paroiéle ‘ye 5 nous laissimes une lampe & ses pieds. A 380 m, nous trouvimes de couriimes encore 475 m, toujours avec la corde pour atteindre un mer- veilleux palais et un tabernacle, Du cbeé opposé, entre le sud et louest, coulait une fontaine entourée de quatre pilirs de pierre et ce qui sem- blaic avoir & des sigges. La fontaine Gait tr’s fraiche ; nous y plagimes 1nos boutelles de vin. Tandis que nous nous restaurions prés de la source, un grand bruit se fi entendre prés de la falaise of Une stalagnite de Breitenwinner disparaissaic le torrent. Notre guide eut Paudace dy aller voir de plus prés, mais il rsta coineé Dans une paroi de cette roche, l'und'entre nous trouva un poil gris, bouclé et résistant qu'il pensait issu d'une barbe. que tous ceux que nous avions vu jusquicl. En essayane dele fate pas- ser par ouverture, il sffrita comme la tere meuble jonchée d’une grande quantité d'ossements Marchant et rampant, nous par- on NEXUS n240 sopeamore-octobre 2005 = Ee ec fut uempé, Tandis qu’avec des lancernes, nous allions 8 son secouts, Pun dentre nous, Burckstaller,regut Nous y trouvémes une sculpture de pierre qui ressemblait & une déité sur un tréne avec une couronne de paille sur la téte. un coup sur la téte. Nous avions impression qu'un objet avaitélancé par un personage fem nin, Burckstaler était és superstitieux ec prétendit que Céeait un fantéme ; nous ne vimes rien autre Un “’fantéme” barbu ? I nous parut ts étrange que Peau quis & soixante endroits, dégoulinait ‘gourte A gourte dans eette montagne, se figedten une roche dure e ransli- cide. De ceraines caviés, égouttait tune substance blanche comme du sel s cela ressemblait A du verre et nous pensions que cétait du salpé- tre. Dans une paroi de cette roche, Yun d’entre nous trouva un poil PALEONTOLOGIE gris, bouclé et résistant quil pensaie issu d'une barbe. Nous aurions tous youll en savoir plus concernant le “fantdme" et étions préts pour cela A vivre d'aueres aventures et & affton- ter dautres dangers, mais nous ne plimes retrouver le chemin vers cet endroit. Nous dimes remonter 2 la surface avec la corde et nous nous retrouvames bientét 4 la lumigre du jour A ce moment précis, un ceuirasier passa, avec deux chevaux, pris de Pentrée de la grotte et nous lui fimes signe q'approcher. Mais lorsqu'il nous apercut, il séloigna rapidement. Nous étions tous pales et effrayés de constater nos aspects respects: nous ressemblions 3 des ceadavres et les gardes 3 Fenusée a furent ees surpris. Mais, Diew merci, personne ne fut blessé. Dieu soit loug, maintenant er toujours. Amen. (Ceci fae écri par Berthold Buckner, membre de expédition Source = huplimgst-net cm/s! vars 1535eaes hel Note de jaction | SS ee Si quelgulua possde Pavires informa sla graite de Brottenwinner, marci de nous le faire savalr. Ge reel gure le livre History of Cave Science Exploration and. Study of Line Caves, 0 1900 Je ia Societe spdlctogique 1992. On notara que vate grote est pratquement en Stone Ine rete" date unferain ont siitsre. api nw ibleio commu anphenom him Le Hobbit ne parlera plus Ils appelait Homo floresiensis et il nous aurait sans doute appris bien des choses sur notre propre évolution, si ce cousin indonésien n’était mort une seconde fois, des mains mémes de palgontologues... ‘automne demier, on avait sppris la découverte, sur une ile indonésienne, des restes d'un hominidé jusqu’alorsinconnu, sur- nommé “hobbit” par les paléonto- logues en raison de sa petit taille Aujourd’hui, ces vestiges, consi- déxés comme les plus importants de ces cinquante demnigres années dans le domaine des origines de homme, ont subi des dommages imréparables entre les mains de... paléontologues ! Selon les membres une équipe du Centre indonésien archéologie, les os de ce petic xr, baptist Homo floresiensis,ont été ce point abimés que cela entravera toute recherche savante sur espce. NEXUS n°40 sepuamire octobre 2005 Pour Tim White, paléontologue de université de Berkeley, en Califor nic, “est comme si, dans le monde de Fare, quelgu'un avait alladé la Joconde, puis tenté de recoler les ‘morceau avec du chewing- gum.” Iya du maquignonnage scientifi- gue li-lessous. LHomo floresiensis, qui aurait vvéeu sur Tile de Flores [Indonésie} entre 94 000 et 13 000 ans a. surat donc éé le seul & part le néan- derthalen, § avoir cbtoyé I'Homo sa- piens modeme. On sait notamment que son cervenu était de a tlle de celui d’un chimpanaé, que sa starure ait denviron 90 em, ec quil chas- sit les Aéphants nains et les varans du Komodo avec des lames de pierre complexes et des haches comparables & celles des hommes modernes. Petit, mais encombrant Selon les chercheurs interrogés par Te magezine Nature octobre 2004, Ja découverte de ! Homo floresiensis aurait “perturbé” certains paléonto- logues. Crest sans doute pourquoi, dés no- vembre, Faffure a pris une curiew- se tournure, Teuku Jacob, 75 ans, considéré comme le plus éminent paléontologue d'Indonésie, et non Ta publicits subliminale, ~ - Aetiviste arborant un T-shirt militant dénongant i Nexus ‘A gayeta cre de Hore resins "hte cli un Homo sapiens affilié 4 Véquipe de découverte, a ransporé les 5 partellement fos- silisés de Jakarta, oft ils étaient con- servés, 3 son propre laboratoire de Yogyakarta, 44 km plus loin, Mach es brisées Tl gen est suivi une véricble zizanie ‘opposant les palgontologues indo- riésiens et australiens de 'ancienne ‘génération et les jouncs scientifiques de Péquipe du Centre indon archéologie, dont le travail est rancé par le Conseil australien de la recherche. Finalement, les fossiles ‘ont écé rapatrés le 23 févries,& Pex- ception de quatre os de jambesrestés en possession de Jacob. Léquipe de jeunes chercheurs déclare que les estes ont été endommagés (michoi- res brisées) par des moulages en caoutchoue effectuds aut laboratoire de Jacob. Richard Roberts, de luni versié australienne de Wollongong, membre de léquipe, affieme que “le rerour des os au centre de Jakarta est nimbé de mystére...” Léquipe cst convaincue quil y a eu interven- tion gouvernementale, Crest le pa- Ikoanthropologue Harry Widianto, de Agence d'archéologic de Yogya- kara, qui avaie éé chargé de récupé- rer les ossements (Source: Sci‘Tech’Tony 22 mars 2005 Inpho ec-odaycomt sor onid~31628) (publicté ) Journal dinformation bimestiel, Morpheus veut promou- ‘voir asp ectique humain dans la tldrance, le respect de Thomme et de son environnement, et a clairvoyance es enjoux cruciaux de notte Epoque. Son étude ci- ‘ique serv toutes les formes de religions, toutes los formes de sciences, totes les philosophies, toutes los formas idéologlco-potiques, toutes les formas de tech- nologies, toutes les formes corgenizafons humaines fot on général tos les paradigmes humains, vore non humains, dappreche de la réalté qui nous entoure, De ce fal Morphéus est on lien avec tute forme pos- sible organisation humaine el n'apparont & aucune ~Abonnement : 4 an /6n*=19€ “Exemplaire gratult d'essal sur domande Morphéus Sar, 67 rue du Maréchal Maunoury, 78700 Conflans Sainte Honorine. wwa.morpheus fr septambre-octoore 2005, _PSCHOPHYSIQUE ETUDE Nos pensées créent le monde Cristaux de glace oxposés& » merc » on trangals, Photo: M. Emoto La pensée est une énergie, « créatrice » au sens od elle agit sur la matiére, comme I’ont montré les expériences de la biochimiste ukrainienne Tamila Rechetnikova. A la croisée de la science et de la spiritualité, ses découvertes ouvrent de belles perspectives sur le pouvoir de guérison et de paix de la pensée humaine. Bien plus tard, les cristaux photographiés par le Japonais Masaru Emoto illustrent magnifiquement ces théories. [pie ees Ba erie 1 Monin oi iologie vegétale de Kiev, quand elle découveit le réle de la pensée sur les plantes : «Je mv occupais de problémes par- faicement terrestres: [étude du blé résstant au froid. Mes investigations portaient essentiellement sur les semences. ‘Chaque fois quelle éraient soumises & faction de métapsy- chistes, dits psy-opérateurs (qui agissaientau moyen de passes smagnétiques, par le regard ou la pensé), les indications du sésonateur magnétique nucléaire se modifaienc & vue del, Une tendance n'a pas manqué de retenir mon attentior fa diminurion de Vamplitude du résonateur entravait la croissance du blé, randis que son augmentation stimulait Ia croissance. Ainsi, des plantules provennt de semences exposées & Faction de Piotr Ourvenko — guérisseur bien connu en Ukraine ~ ont réagi i ses commandes de facon adéquate. Les plances les plus hautes servaient de témoins. CClles dont le développement avait éré » commandé » ne se cessus se déroulant as mines de Fatome entraine nécessai- rement des aberrations au niveau de Forganisme cout enter Ces expériences ont Geslement revel les diférences quant a Taptitude des opérateuss 3 manier leur champ biologique erleur énergic psy Lestans ne faisaient quentraver la lames, Fnstes la stimulaiene (méme sans le sesssticat dans les deux sens. Nous ssseat que les opérateurs qui empéchent la croissance des planes parvicanent 3 dominer les processus cancérologiques. Qeant'sceax quisont doues du pouvoirsti- ‘mulateus, ils f2vorisene Facivation du systéme immunitaite. DDes preuves ont éx€ appertées& une conception ts répan- due en parapsychologs selon laquelle le champ collectif amplife effec recherche Aus cours d'une expérience, nous avons spéci fois des semences vcilles de cing ans ex qui avaient une mauwaise capacicé de germination. Une partie dente elles ont é lnissées comme témoins. Dautres croissance des pl vouloit), dautres La colére, méme si elle est juste, détruit tout sur son parcours sont révélées que de 20 % moins longues et moins product ves que les sujerstémoins. Quant aux semences auxquellsi avait ordonné « de ne pas crite», elles ont donné des semis deux fois plus petits que les premitres. Bref, le développe- -ment des plantes sest opéré sous Faction de la pensée — st rmulante ou répressive ~ qui leur avait été communiquée Le champ collectif plus efficace __ Des expériences analogues fates par d'autres opératcurs ont confirmé Ihypothése selon laquelle la modification des pro- Nexus ne4o — septermbre-cctobre 2005 la nature, le psychisme, la santé des gens. cont écé irradiées au moyen de passes magnétiques par un ‘opérateur qui leur 2 mentalement donné lordre d'accélérer eur développement. D'autees encore ont &é soumises & Faction exercée selon le méme programme par quatre opé- rateuts dont celui que nous venons de citer. La difference quant & effec produit par unc scule et par plusieurs person- nes est remarquable. ese devenu clair que la pensée scctle de énergie. Elle agit sur les gens selon le programme qui la commande. Ainsi, tune pensée positive exerce une action favorable sur Ie sujet auquel elle Sapplique et sur tour e= ui entoure ce sujet + tune pensée négative fui cause du tort. Voili pourquoi il est element imporsant de comprendee les particularcés de léncrgie engendrée par Pexpression de la volonté popu- lair. Je pense aux meetings, aux manifestations, aux gréves Ce phénoméne, & la fois social et physique, est & Forigine un flux puissant d’énergie qui sélance dans Espace, en é&happant au contrble. La colére, méme si elle ext juste détruit tout sur son parcours : la narure, le psychisme, la santé des gens. Elle est également en mesure de décra- quer le matériel vechnique, de provoquer des incendics, voire de déclencher des séismes ou d’en accroitre fa force L’effet boomerang de la pensée —______ En revanche, les priétes et Jes manifestations de bonté donnent un effet favorable. La spiritualité ete un po- tentiel d'énergie postive, énergie qui exerce une action bénéfique sur Phomme et son entourage et quis en s€ pro- pageant dans Yespace, contribue 4 purifier la noosphére. énergie psychique @ ceci de particulier qu’en suivant tune tajectoire décerminée, elle finit par revenir & sa source. Cerre faculté de faire boomerang est inhérente la pensée humaine. Voila pourquoi le mal engendre le imal et la vengeance rventraine que des malheurs. Seuls L’homme qui fait parler ’eau Comments gens pewentis vine heueux ten bone sant? Pore dotour Masaru Emotolardonse et snoop Feau cul const 70% dene comps. Gonvainc, cue pat. prles ses beneverstssurla mémoke d eau, etfesint, dae pat aries formes uniques des focons de neg, Masaru Emon af abrd chet comment ridge ce cra ami au por ave n chorchour in ep ‘Si pametant ds prises de wes uterapies et st per ueles mois de ces rita valent an fonction des pends | (ou muscu) sectioues cigs ers eu | Aisi les échantilons d'eau exposes & des mots bienvellants révélent des structures harmonieuses, complexes et colorées, endant que eaux contonts & des penbasnégetes ou -violentes sont temes, incomplets, asymétriques. Ses photographies | quent dans son bstsalr Les Messages cach de eau |_(¢a Teenie, i s | ques. La modificazion de leur balance dans Porganisme influe immédiatement sur les réactions de fermentation, en déclenchane des processus alternatifs dans le méabolisme Ici, ily a liew d’évoquer les travaux du physicien Francais Louis Kervran consicrés 2 la transmutation spontanée, Cest--dire a la transformation de comps chimiques dans la Il y a liew de croire que la guérison de I’homme commence également au niveau de l’atome. amour et la bonté, le pardon et le repentir sot capables de neutraliser Tinterminable flux d'énergie négative ou, 2 la sigueut, de la cransformer. Le temps quill faut 4 une pensée pour regagner sa source varie d'un instant a des centaines dannées. Si le boomerang est revenu, mais que Thomme avait quitté ce monde, le bien ou le mal agit sur ses descendants jusqui la uoisitme ou la quatritme ge nération a cause de laffinité qui caractérse leurs champs biognergétiques. Mieux, selon les religions et les doctrines qui reconnaissene la reincarnation, énergie mentale peut rerourner 4 Phomme dans si nouvelle incarnation. Quese-ce qui se produit dans Vorganisme vivant aprés que ses atomes aient absorbé énergie du psy-champ ? lest clair que le processus ne sarréte pas li. Puisque les changements qui surviennent au niveau atomique se manic festent par une accélération de la croissance des plantes, il y a lieu de croire que la guérison de Phomme commence ég2- ement au niveau de Patome. Selon toute apparence il se pro- nature, Les expériences quil a faites au cous de nombreuses années ont évélé Papticude des organismes vivants & ral ‘Taide de ferments, un échange de protons a intérieur des noyaux daromes différents. En autres termes, ils parvien- nent & opérer une conversion de corps chimiques. Jusquici, les physiciens avaient tendance & mente cette hypothése en doute, en croyant que ce processus — qui se déroule dans les séacteurs nucléaires et qui demande une quantité énorme énergie ~ est inconcevable dans un organisme vivant. Or, 1a supposition, récemment formulée & propos de la possibi- lité de symthése nucléaire a fioid, a quelque peu ébranlé leur scepticisme. Micux, une série déudes cffeccuées ces derniers temps ‘ont confirmé la thése selon laquelle les transformations nnucléaies pourraient sopé- rer par fermentation & Taide de neutrinos et de Z bo- sons. Ce processus inten sifie particuligrement dans les organismes vivants au moment du stress et de la tension physiologique duet duit une transmutation de corps LVeau d'um lac avent et aprés une piace de quérison bouddhist mae NEXUS ne40 — scphembre-octobre 2005 c3 \ ea we / PSYCHOPHYSIQUE absence de nourricure,& la germination, etc. Les recher- ches réalisées dans des laboratoires prestigieux de France, due A absence de nourriture, 3 la germination, etc. Les te- cherches réalisées dans des laboratoires prestigieux de France, clu Japon ce Allemagne ont moneré que les transformations fermentatives nucléaires se déroulent avec la participation de divers corps chimiques : calcium, chlore, cuivre, uo, hydrogéne, fe, lithium, magnésiurm, manganése, azote, oxy- ne, phosphor, pocassium, silcium, sodium, mercure. De cedlabres chercheurs de divers pays considérent les travaux de Louis Kervran comme une vétitable révolution en physique. ‘Sur des plantes et du sang humain. Tai décidé de verifier la thése selon laquelle la ransmuca- tion de Fénergie chimique peut sexercer sous action de énergie psychique de homme. Une partic des semences passes magnéciques, la quancté de fer dans le sang sours & Vécude a considérablement diminué, alors que celle de magnésium gest accrue, La méme expétience réalsée avec la participation d'un autre opé- rateur a donné des eésultats diamérralement opposts ‘Sous controle médical est facile d'imagines les conséquences de ces transforma- tionssurtour pour les personnes artintes de maladie du sang. Test peu probable quien sedusant la quantité de fer dans le sang d'un malade, un opérateur parvienne 3 le guéris. On en vient logiquement 3 conclure qu'un mécapaychiste nest pas ‘A méme de taiter toutes les maladies & lui seul. Il est rour a fac évident que lorsqufeles sont renues en présence d'un ‘grand nombre de personnes ou 2 la télévision, les séances action psycho-énergésigue (ont Phypnose et la psycho- J'ai décidé de vérifier la thése selon laquelle la transmutation ‘ont écéirradiées par un groupe de psy-opératcurs, autres font été lassées 2 titre de témoins. Les analyses ont révélé ‘que les semencesirradiées diféraienc sensiblement par leur ‘composition chimique de celles qui ne Pétaient pas. Ox, ‘comme les possbilcés techniques de apparel usilisé étaient fort limitées, la seule chose que nous avons réussi faire éaait de constater la transmutation de huie corps chimiques cc d’établir quiun opérateur avait réduit de 30% la teneur des grains en calcium et de 26% en zinc, un aucre avait augmenté de 4% et de 40.% respectivement leur teneur en calcium et en manganése, et un autee encore avait fait croltre de 53% la teneur des semences en magnésium. Des résultats analogues ont été enregistrés au cours de tests portant sur le sang humain et celui animaux. Cela dit, & Ja suite de Vaction exercée par un opérateur au moyen de Cristaux exposes & la phrase «Tu me dégottes, je vais te uer | «en japonais de I’énergie chimique peut s’exercer sous l’action de I’énergie psychique de l’homme. thérapie) ne donment pas seulement des résultats positif, mais entrainent aust des consequences fichcuses, parfois meme une issue Stale Vai pourquoi toutes experiences et manipulations aveclle champ énergérique et la conscience de homme doivens xe placées sous le contrle des médecins. Dans le livre d'HEléne Roerich Echique vivance, 2i lu pour Ja premitre fois que Tenens psychique serait plus force ‘que Vénergie aromique. Je me suis immédiatement rappelée Vaversssement de Pacadémicien Vernadski : « Une force capable de modifier fe cours de la désineégration radioac- tive finirait par décraize le spatéme solaire». C'est précisé- ment pour cela que fai resenti le besoin de bénédiction avant de procéder 3 des sechezches aussi extraordinaires, Avec la bénédiction de reliques Vexpétience a eu lies en mars 1984 au monastére de Zagorsk (aux environs de Moscou), devant les reliques de Saint-Serge de Radone). Em appliquant des sachets remplis de grains de bIé contre la chisse du saint, je lui al demandé de nous aider & trouver le moyen de protéger 'humanité ‘contre la radiation en cas de guerre nuclézire. Je recon- ‘que ma demande érait naive, mais elle érait sinctre. Ces semences ont donné des plantes dont la croissan- ce était ralentic. Décue, j'ai pensé que la bénédiction ilavait && refusée, car en parcils cas, la germination se déroule généralement plus vite. Or, tout en com- pfenant que méme une expérience manquée doit étre Nexus n°40 septembre-actobre 2005 — rmenge & terme, jai jradié une partie de semences & aide dune bombe & cobale et je les ai plantées de nouveau, Les résultats mont surpris. Les grains qui étaient entrés en contact avec la chasse et qui, parla suite, avaientéxé exposés une dose léale de radiation ont donne des semis. Les grains témoins sont restés stiles. Pai également compris pourquoi les reliques produisent un effec répressif. Le fai est que les protecteuts radiochimiques (substances assurant la protec- tion radiologique) entravent généralement la croissance. Les expériences fates plus tard auprés des reliques conservées 2 [a Laure Pétchorskaia, 2 Kiev, ont donné des résultats analogues. Nous avons constaté que pour obtenir Peffet de protection, un opérateur out une personne faisant sa pritre doit formuler mentalement un programme de radiation Le signe de croix condense l'aura Dans le cas présent, nous pouvons supposer que Teffec pro ‘ecteur soit le résultat non seulement des transmutations qui Sopérent au niveau nucléire, mais aussi d'un phénoméne théoriquement impossible en physique : Isolation d'un type dénergic par un autre. Cependant, ce phénoméne se révile possible quand il sagit de l'énergic psychique. I suffic de se rappeler les écrans que les gens élévent mene talement pour se protéger contre les émanations nocives. Ces écrans — et surtout le signe de la etoix ~ ont la Faculté de condenser Faura, Cet effet entegisré aussi bien par des méthodes objectives: (effet Kirlian) que par le repérage Cristaux exposes a « sagesse » en allemans. is plus intenses que celles des plances temoins exposées 4 la méme dose de radiation. Une question se pose logiquement : les saintes reliques ne sontelles pas des re-transmetteuss d'Energies Suprémes ? Il est coutefois 4 noter que pendant les expériences entreprises avec le concours de méapsychistes, Le réablissement des plan tes jiradiées @ réussi dans une mesure moins grande Neutraliser la radioactivité ? Certes, les gens ne sont pas encore en mesure de neutra- liser la radioactivité, dans la région de Tchernobyl par cxemple, mas ils sone parfaitement capables d’en affaiblir Feffet. On sait que le moyen de protection le plus efficace fur donné 4 Phumanité, il y a prés de 2000 ans. Rap- Une conclusion s’‘impose : l’énergie de la foi est plus forte que elle de la pensée. biologique, est constaté visuellement par le psy-opérateur Non seulement énergie engendrée par les nobles actions ct pensées est en mesure de protéger contre la radiation, mais elle est également capable dien réparer les consé- quences. Nous avons constaté en oetobre 1986, pendant tune expérience qui a cu licu a la Laure Pétchorskaia de Kiex. Nous nous sommes rendus auprés des reliques de Sain-Nikon et nous lui avons demandé de neutrali- ser Pellet de ta dose de 13 000 rentgen adminisrée la yeille au laboratoire & un certain nombre de semences Ta germination et la végétation se sont révélées deux ‘Apropos de autour En 1956, Tamia achainkova a achové sos dudes a Facute chim de isu pgegique de Volgograd een 1965, lk feculé do ilogia do Univer de Kev. Pysloque, biochi ist ds penis lea souter,en 1877, une tes de docoat ‘onsaede a Techange denargebochimique da obs dive, ‘Atheute actuelle die groupe féudes boénergitcues aus de As: Nexus neao septernore-cctobre 2005, pelons-nous les paroles adressées par Jésus-Christ & une femme quil venait de guérr: « C'est ta foi qui ta sauvée » Une conclusion simpose : énergie de Ia fi est plus force que cele de la pensée, Mais si cette demire est en mesure de tansinuter les noyaux datomes, énergie de la foi niestelle pas capable cde mattriser les radionuclides, de transformer les éléments radioactifs en éléments non radioactifs? Espérons quil en soit ainsi! (Sour AURAZ a? 1, mats 1993 sve we quaothomme oof)