Vous êtes sur la page 1sur 2

QU'EST-CE QUE LA TÉNOSYNOVITE DE QUERVAIN ?

Il s'agit d'une inflammation des tendons long abducteur et court extenseur du pouce au niveau du
bord radial du poignet.

Les micros traumatismes répétés au niveau de ces tendons, maintenus dans une coulisse étroite au
niveau du poignet, créent cette inflammation tendineuse.

Cette affection atteint le plus souvent la femme aux alentours de la cinquantaine, sur un terrain
souvent arthrosique.

Les mouvements fréquents et répétés du pouce, et en particulier de la pince pouce-index, comme il


est classique de les constater chez les couturières, blanchisseuses, mécaniciens, secrétaires,
représentent une cause favorisante de cette tendinite.

SYMPTÔMES ET DIAGNOSTIC

Une douleur très précise est signalée par le patient au bord externe du poignet.

Cette douleur est apparue le plus souvent progressivement en quelques semaines, mais parfois
brutalement et gêne considérablement les mouvements du pouce.

Cette douleur peut devenir très vive et très invalidante avec des irradiations douloureuses vers
l'avant-bras.

Il existe très fréquemment une tuméfaction allongée engainant ces tendons au bord externe du
poignet.

La mobilisation du pouce vers l'annulaire avec une flexion palmaire et inclinaison cubitale du poignet
met en tension ces tendons et réveille la douleur : c'est un test caractéristique de cette tendinite.

La radiographie standard du poignet est le plus souvent normale.Une échographie peut confirmer
l'inflammation tendineuse englobant les tendons court extenseur et long abducteur du pouce.

LES TRAITEMENTS DE LA TÉNOSYNOVITE DE QUERVAIN

Il existe parfois, des guérisons spontanées, mais le plus souvent dans un délai de 6 à 18 mois la
douleur devient permanente empêchant toute activité professionnelle.

Le traitement est d'abord médical, car bien mené, il entraîne une guérison dans 80 % des cas. Il doit
associer :
Une mise au repos du pouce (arrêt des circonstances favorisantes), des anti-inflammatoires par voie
orale et locale, un appareillage de repos la nuit. Pour les cas résistants, une ou deux infiltrations
locales de corticoïdes peuvent soulager encore le patient.

La reprise du travail sera de toute façon aménagée et l'appareillage la nuit conservé pendant 3 mois
au total.

Traitement chirurgical

Dans les formes rebelles au traitement médical, hyperalgiques et très invalidantes, le traitement
chirurgical est une excellente méthode. Il peut être proposé d'emblée dans les formes majeures avec
une tuméfaction ou douleur importante. Il s'agit d'une intervention simple pratiquée sous anesthésie
du membre supérieur et nécessitant une demi-journée d'hospitalisation. L'incision cutanée au bord
externe du poignet de 3 à 4 cm permet d'exposer et de traiter les lésions. Les branches nerveuses
sensitives du nerf radial responsables de la sensibilité de la face dorsale du pouce sont libérées et
protégées. La coulisse ostéofibreuse dans laquelle cheminent les tendons est ouverte et
l'inflammation synoviale enlevée afin de décomprimer ces tendons et de leur permettre de coulisser
parfaitement.

La guérison définitive n'est obtenue qu'en 3 mois.

La reprise du travail sera progressive et au mieux à un poste aménagé.

DES RÉPONSES À VOS QUESTIONS

Qu’est-ce que la ténosynovite de De Quervain ?

La tenosynovite (ou tendinite) de De Quervain est une inflammation de la gaine des tendons du
pouce au bord externe du poignet. Le tendons du pouce passant dans cette gaine sont inflammés,
donc augmentés de volume et rentrent en conflit avec la poulie styloidienne qui les entoure,
provoquant les douleurs.

Quel traitement ? Quand doit-on opérer ?

Les infiltrations locales de cortisone, la rééducation avec massages, les anti-inflammatoires et les
attelles d'immobilisation (orthèses) ont souvent un effet favorable mais parfois passager. En cas de
persistance des douleurs et d'aggravation de la gêne fonctionnelle, il est raisonnable d'opérer.
L'opération consiste, par une petite incision, à ouvrir, et éventuellement agrandir, la poulie
styloïdienne, ce qui redonne de la place aux tendons et supprime les frottements. La gaine synoviale
qui est malade est retirée.