Vous êtes sur la page 1sur 17

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Chapitre 15.

La gestion de la trésorerie

CORRIGÉ 15-01

1. Les modes de financement


L’insuffisance de trésorerie peut être couverte par les modes de financement sui-
vants :
– recours à l’escompte : remise d’une lettre de change ou d’un billet à ordre sous
e
forme papier ou magnétique ; x
– recours à l’affacturage : le factor se charge de l’encaissement des créances clients
– recours à des crédits de trésorerie non affectés : découvert, facilité de caisse.
o
s
2. Garanties du banquier
– escompte d’une LCR papier : en cas de défaillance du tiré (client de Désir), la banque
dispose d’un recours cambiaire contre tous les signataires (notamment l’endosseur
Désir) ;
– escompte d’une LCR magnétique : pas de garantie sauf adossement à une autre
forme de crédit.
– affacturage : le factor assume seul le risque de non-recouvrement ;
– crédits de trésorerie non affectés : garanties exigées par le banquier par exemple
caution du dirigeant.a

La t r é sor e r ie

1
5
La trésorerie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

CORRIGÉ 15-02

Le crédit de campagne sert à financer les stocks nés du caractère saisonnier de l’acti-
vité ainsi que le besoin d’exploitation. Il revêt la forme soit de billets mobilisables (war-
e rants), soit d’un crédit par caisse.
Le crédit est garanti par le stock qui peut être déposé dans des entrepôts agréés par
x l’État, les magasins généraux.
o
s

2
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Chapitre 15. La gestion de la trésorerie

CORRIGÉ 15-03

1. Définitions
– Date de valeur : date retenue par la banque pour déterminer le début de la période
de calcul des intérêts ;
– Jour de banque : jour supplémentaire ajouté par la banque pour calculer les intérêts.
e
x
2. Nombre de jours o
En juillet : du 13 (date de crédit du compte) inclus au 31 soit 19 jours.
En août : du 1er au 31 soit 31 jours.
s
En septembre : du 1er au 14 soit 14 jours.
+ 1 jour de banque
Nombre de jours = 19 + 31 + 14 + 1 = 65 jours
3. Calcul des intérêts
1 000 × 13 × 65
l= = 23,47 €
36 000

3
5
La trésorerie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

CORRIGÉ 15-04

1. Montant
5 000 × 0,60 % = 30 €.
e 2. Taux
x La commission étant calculée sur la même base et de façon identique (prorata tempo-
ris), elle peut être intégrée au taux d’intérêt soit 14%+0,6%=14,60%. De plus, sa situa-
o tion fiscale est identique à celle des intérêts.
s Agios = 5 000 × 14,60 % = 730 €.

4
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Chapitre 15. La gestion de la trésorerie

CORRIGÉ 15-05
1. Nombre de jours
Le découvert court du 10 mai inclus au 10 juin inclus.
Le nombre de jours est donc : 22 jours en mai + 10 jours en juin soit 32 jours.
2. Commission du plus fort découvert
e
En mai, le plus fort découvert est de 5 000 €. En juin, il est de 5 000 €. x
⇒ (5000 + 5000) × 0,05 % = 5 €. o
s

5
5
La trésorerie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

CORRIGÉ 15-06
1. Tableau comparatif
Selon la documentation collectée par les étudiants.
e 2. Négociation

x La négociation sera d’autant plus facile que l’entreprise est bien connue du banquier.
Les points à négocier sont les suivants :
o – taux d’intérêt des divers crédits ;
– jours de valeur et jours de banque ;
s – plafond de crédit ;
– garanties.

6
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Chapitre 15. La gestion de la trésorerie

CORRIGÉ 15-07

1. Échelle d’intérêts
Banque X Période du 1 janvier au 31 mars N

Guichet 02119
e
Compte n° 2584027 x
o
Date de
valeur
Mouvements
débiteurs
Mouvements
créditeurs
Soldes
débiteurs
Soldes
créditeurs
Jours Nombres
débiteurs
Nombres
créditeurs
s
31/12/N–1 2 000 1 20
1/1/N 500 1 500 3 45
4/1/N 1 600 100 55 880
28/2/N 200 100 30 30
30/3/N 200 100 1 1

TOTAL 3 600 90 946 30

2. Intérêts et agios
I = Nombres débiteurs × taux d'intérêts/360 = 946 × 14/360 = 36,79 €
Commission du plus fort découvert = (1500 + 100 + 100) × 0,05 % = 0,85 €.
Agios = 36,79 + 0,85 = 37,64 €.

7
5
La trésorerie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

CORRIGÉ 15-08

1. Intérêts du placement sur 30 jours


4
100 000 × 30 × = 333,33 €.
e 36 000

x 2. Durée plus courte


Le placement sur un dépôt à terme ne peut être inférieur à un mois.
o 3. Conséquence
s Les fonds sont immobilisés pendant un mois. Si le trésorier avait besoin de ses fonds,
il devrait recourir au découvert. En conséquence, le produit du placement serait dimi-
nué du coût du découvert.

8
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Chapitre 15. La gestion de la trésorerie

CORRIGÉ 15-09

1. Produit du placement
3,5
500 000 × 18 × = 875 €
36 000 e
2. Risque
Sur une courte période, le placement en SICAV monétaires ne comporte pratiquement
x
aucun risque. o
s

9
5
La trésorerie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

CORRIGÉ 15-10

1. Produits
5,5
500 000 × 90 × = 6 875 €
e 36 000

x 2. Risque
Le risque de défaillance de l’émetteur du billet de trésorerie n’est pas nul. Afin de limiter
o ce risque, il est possible de sélectionner des billets de trésorerie dont les émetteurs ont
s obtenu une bonne notation par une agence spécialisée.

10
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Chapitre 15. La gestion de la trésorerie

CORRIGÉ 15-11

1. Taux d’un règlement au comptant


60
Économie réalisée = 150 000 × 2 × = 500 €
36 000 e
Le paiement au comptant s’élève à 150 000 – 500 = 149 500 €.
60
x
Taux réel du placement ⇒ 149 500 × i ×
36 500
= 500 ⇒ i = 2,03 %
o
2. Choix
Il faut comparer le taux réel du placement calculé ci-dessus aux rendements de place-
s
ments alternatifs tels que les SICAV monétaires.

11
5
La trésorerie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

CORRIGÉ 15-12

1. Montant des agios


• Nombre de jours :
e juin : 30 – 2 =28 ; juillet : 15 ; jour de banque : ⇒ 28 + 15 + 1 = 44 jours

x • Calcul de l’escompte :
2 000 × (12 + 0,6) × 44
o 36 000
= 30,8 €

s Agios =30,8+3,10=33,9€.
2. Coût réel de l’escompte
• Durée réelle du crédit de l’effet :
la durée du crédit court du 3 juin (date de crédit du compte) au 19 juillet (4 jours de
valeur lors d’une remise à l’encaissement) : soit 28 jours en juin et 19 jours en juillet =
47 jours.
• Montant des agios : 33,9
Montant net de l’effet : 2 000 – 33,9 = 1 966,10 €.

Remarque : il n’est pas tenu compte de la TVA sur commission fixe dans le calcul du coût réel
de l’escompte. Cette TVA récupérable par l’entreprise, ne constitue pas un coût pour cette
dernière.

• Taux réel
i
33,9 = 1 966,10 × 47 × ⇒ i = 13,39 %
36 500

12
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Chapitre 15. La gestion de la trésorerie

CORRIGÉ 15-13

1. Montant des agios


• Calcul du nombre de jours

Dates Découvert Nombre de jours


e
du 25 avril au 3 mai 5 000 9
x
du 4 mai au 12 mai 2 000 9
o
du 15 juin au 20 juin 1 000 6
s
• Calcul des intérêts
13
(5 000 × 9 + 2 000 × 9 + 1 000 × 6) × = 24,92 €
36 000
• Commission du plus fort découvert
en avril : 5 000 × 0,05 % = 2,5 €
en mai : 5 000 × 0,05 % = 2,5 €
en juin : 1 000 × 0,05 % = 0,5 €
• Commission de dépassement
Néant (le plafond de 5 000 € a été atteint mais non dépassé).
• Total des agios
24,92 + 2,5 + 2,5 + 0,5 = 30,42 €
2. Taux réel du découvert
i
30,42 = (5 000 × 9 + 2 000 × 9 + 1 000 × 6) × ⇒ i = 16,09 %
36 500

13
5
La trésorerie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

3. Rapport

Nom de l’auteur du rapport


Date
e
x Monsieur X, Trésorier

o Rapport

s sur le choix d’un financement par escompte ou découvert


Les prévisions de trésorerie du 2e trimestre N+1 font apparaître un déficit sur
trois périodes successives. Ces déficits doivent être résorbés soit en escomptant
des effets en portefeuille, soit recourant à un découvert bancaire. Les critères de
choix sont le taux et la souplesse.
1. Taux
Malgré un taux nominal élevé,le coût global du découvert est souvent inférieur
à celui de l’escompte. Les taux nominaux sont en effet supérieurs aux taux réels
en raison des commissions fixes qui s’y ajoutent et des jours de valeur et jours de
banque. L’écart est particulièrement important dans le cas de l’escompte des
effets à échéance courte et de faible montant.
2. Souplesse
• La durée et le montant facturés pour le découvert sont ajustés à la durée et au
montant du financement nécessaire, contrairement à l’escompte dont la durée et
le montant manquent de souplesse.
3. Produits financiers éventuels
• L’excès de financement résultant de manque de souplesse de l’escompte peut
conduire à des excédents temporaires de trésorerie. La comparaison doit tenir
compte des revenus financiers liés au placement de ces excédents.
4. Conclusions
Le découvert convient pour des financements à échéance courte.

Signature de l’auteur du rapport

14
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Chapitre 15. La gestion de la trésorerie

CORRIGÉ 15-14

1. Intérêts et agios sur découvert

Dates de valeur Soldes Nombre de jours Nombres débiteurs e


1 –155 2 –310
x
3 –120 4 –480
o
7 –88 2 –176
s
9 –27 1 – 27

10 –64 1 –64

11 –112 4 –448

15 –130 2 –260

17 –187 4 –748

21 –145 2 –290

23 –93 1 –93

24 –24 1 –24

25 –65 3 –1 95

28 –40 1 –40

29 –95 1 –95

30 –87 1 –87

30 –3 337

Nombres débiteurs = 3 337 k€


Diviseur : 36 000/13 = 2 769,23
⇒ Intérêts = 3 337/2 769,23 = 1,250028 k€ soit 1 205 €.
Commission du plus fort découvert = 187 × 0,05 % = 0,0935 k€ soit 93,5 €.
⇒ Agios = 1 205 + 93,5 = 1 298,5 €
2. Montant net du billet de trésorerie
30
Montant net = 100 000 – 100 000 × 6,50 × = 149 187,5 €
36 000

15
5
La trésorerie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

3. Coût du financement combiné


Le montant net du billet de trésorerie de 149 187,5 € diminue d’autant les soldes suc-
cessifs. On calcule donc les nouveaux soldes.

e Dates de valeur Anciens soldes Nouveaux soldes Nombre de


jours
Nombres débiteurs

x 1 –155 –5,8125 2 –11,625


o 3 –120 29,1875 4 0
s 7 –88 61,1875 2 0

9 –27 122,1875 1 0

10 –64 85,1875 1 0

11 –112 37,1875 4 0

15 –130 19,1875 2 0

17 –187 –37,8125 4 –151,25

21 –145 4,1875 2 0

23 –93 56,1875 1 0

24 –24 125,1875 1 0

25 –65 84,1875 3 0

28 –40 109,1875 1 0

29 –95 54,1875 1 0

30 –87 62,1875 1 0

30 –162,875

• Agios sur le découvert


Nombres débiteurs = 162,875 k€
Diviseur : 36 000/13 = 2 769,23
⇒ Intérêts = 162,875/2 769,23 = 0,058159 k€ soit 58,16 €.
Commission du plus fort découvert = 37,8125 × 0,05 % = 0,018906 k€ soit 18,91 €.
30
• Agios sur le billet de trésorerie : 150 000 × 6,50 × = 812,5 €
36 000
⇒ Total des agios = 58,81 + 18,91 + 812,5 = 890,22 €
4. Conclusion
Le financement combiné par découvert et billet de trésorerie de 150 000 € est moins
coûteux que le découvert seul. Le billet de trésorerie permet à l’entreprise de disposer
sur 30 jours d’une avance de trésorerie permanente de 150 000 € générant des
excédents de trésorerie.
Il faudrait tenir compte du revenu des placements de ces excédents de trésorerie.

16
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Chapitre 15. La gestion de la trésorerie

CORRIGÉ 15-15

1. Budget de trésorerie
Budget de trésorerie

Total des encaissements


Janvier

3 500
Février

6 500
Mars

9 800
Avril

12 600
Mai

7 600
Juin

6 500
e
Total des décaissements 3 000 5 000 18 000 9 800 5 100 4 500 x
Encaissements - Décaissements
Trésorerie début de mois
500
500
1 500
1 000
–8 200
2 500
2 800
–5 700
2 500
–2 900
2 000
–400
o
Trésorerie fin de mois 1 000 2 500 –5 700 –2 900 –400 1 600 s
2. Ajustement du budget
Le budget montre qu’il est possible de réaliser des placements en janvier, février et juin.
Par contre, il sera nécessaire de trouver des financements en mars, avril et mai.
Le montant cumulé des placements (5 100) sera très inférieur à celui des besoins
(9 000). Il faudrait intégrer dans le budget l’incidence des coûts de financement pour
équilibrer réellement le budget.
3. Rapport

Nom de l’auteur du rapport

Date
Note
sur le budget de trésorerie prévisionnel du premier semestre N
L’examen du budget de trésorerie conduit aux remarques suivantes :
1. Il est nécessaire de trouver des crédits à court terme. On pourrait envisager
d’escompter des effets à recevoir tirés sur nos clients. Le découvert bancaire est éga-
lement une possibilité. Il faudrait faire une étude plus précise en tenant compte des
conditions bancaires ainsi que de la durée précise du financement nécessaire au jour près.
2. Les excédents temporaires de trésorerie pourraient également être placés en
dépôts à terme (à condition que la durée soit au minimum d’un mois) ou en
SICAV. Là aussi, une étude des produits attendus de ces placements doit être
réalisée avec une précision au jour près. Il faut également tenir compte des risques
encourus et donner la préférence aux placements les moins risqués.
Signature de l’auteur du rapport

17