Vous êtes sur la page 1sur 13

Chapitre 1 : Généralités

1. Chaine de mesure
Une chaine de mesure (ou une chaine d’acquisition) représente tous les éléments servant à
recueillir des grandeurs physiques ou chimiques correspondantes à un système, puis délivrer
ces informations sous une forme appropriée à leur exploitation.
1.1 Les éléments d’une chaine de mesure
Afin de mesurer une grandeur physique la chaine de mesure doit être constituée des
éléments suivants :
- Grandeur à mesurer : appelée le mesurande (grandeurs physiques ou chimiques).
- Capteur : Un capteur est un dispositif qui transforme une grandeur physique d'entrée,
appelée le mesurande [m], en un signal électrique (en général) appelée la réponse [s].
- Conditionneur : Le signal de la réponse est généralement un signal électrique sous forme
d'un signal basse tension qui peut se mettre sous différentes formes (tension, courant, etc.)
et qui n’est pas directement exploitable. Le conditionnement du signal consiste à transformer
et adapter le signal de départ afin de lui donner la forme la plus appropriée pour son
traitement. Plusieurs fonctions contribuent ce conditionnement tels que l’amplification, le
filtrage, etc
- Carte d’acquisition : elle permet une mise en forme qui consiste la modification de la
nature du signal électrique. Exemple, la mise en forme du signal électrique peut être une
transformation :
d’un courant en une tension et inversement ;
d’un signal analogique en un signal logique ou numérique ;
- Unité de traitement des données : elle permet d’enregistrer, tracer, traiter
mathématiquement et la transmission des données issues du capteur.

Mémorisation et
Grandeur physique Grandeur Affichage des points
Données numériques
à mesurer électrique De mesure

Capteur Carte d’acquisition Unité de traitement


+
(CAN) Informatique (μO)
Conditionneur
2. Capteurs
Comme nous l’avons défini au paragraphe précédent un capteur est un organe de prélèvement
d'information qui élabore à partir d'une grandeur physique, une autre grandeur physique de
nature différente (très souvent électrique) désignée par "s" et qui est fonction du mesurande
"m".
𝑆 = 𝐹(𝑚)

"S" : grandeur de sortie ou réponse du capteur, "m" : mesurande ou excitation et "F" : fonction
caractéristique propre du capteur.
La mesure de S doit permettre la connaissance de la valeur de m.

Grandeur Signal de
A mesurer sortie
(m) (S)
Capteur
- Pression - Courant
-Température -Tension…
-Force
1
-Déplacement 0
TOR
-…
Analogique

Numérique

2.1 Constitution d’un capteur


Un détecteur est constitué principalement de 3 parties : un corps d’épreuve, un élément de
transduction et d’un boitier. Selon les cas, il peut être complété par un module électronique de
conditionnement.

Grandeur
Mesurable Module
Grandeur Signal de
Corps Transducteur Electronique de
Physique Mesure
D’épreuve Conditionnement
A mesurer Transmissible

Signal de
Boîtier
Sortie

- Corps d'épreuve : a pour fonction de transformer la grandeur à mesurer (mesurande) en une


grandeur physique secondaire (mesurande secondaire) plus facile à mesurer.
- Elément de transduction : élément sensible lié au corps d'épreuve. Il traduit les réactions du
corps d'épreuve en une grandeur électrique.
- Boîtier : élément mécanique de protection et de fixation du capteur.
- Module électronique de fonctionnement : il a, selon les cas, les fonctions suivantes :
• alimentation électrique du capteur
• mise en forme et amplification du signal de sortie
• filtrage
• conversion du signal (CAN,...)
2.2 Grandeur d’influence
Les grandeurs d'influence sont des grandeurs étrangères qui, selon leur nature et leur
importance, peuvent provoquer des perturbations sur les capteurs. C'est donc une cause
d'erreurs agissant sur le signal de sortie.
Exemple :
- la température - l'alimentation électrique du capteur
- les vibrations mécaniques ou - la position du capteur et sa fixation
acoustiques - les rayonnements nucléaires…
- l'humidité
- les perturbations électromagnétiques
2.3 Caractéristiques d’un capteur
 Etendue de mesure : Elle est la plage de valeurs du mesurande pour lesquelles le capteur
répond aux spécifications du constructeur. E.M=mmax-mmin
 Sensibilité : C’est le rapport entre la variation ∆V du signal électrique de sortie pour une
variation donnée ∆m de la grandeur physique d’entrée.
𝑆 = ∆𝑉⁄∆𝑚
Tension en sortie
du capteur

∆V

Grandeur physique
à mesurer
∆m
 fidélité : Un capteur est dit fidèle si le signal qu’il délivre en sortie ne varie pas dans le
temps pour une série de mesures concernant la même valeur de la grandeur physique
d’entrée. Il caractérise l’Influence du vieillissement.
 Justesse : la valeur moyenne des résultats coïncide avec la valeur vraie (les erreurs
systématique sont réduites).
Précision =Fidélité + Justesse
La précision Pr d’un capteur est caractérisée par l’incertitude absolue ∆E sur l’étendue de la
grandeur physique mesurée EM. La précision et donnes par :

𝑃𝑟 = ∆𝐸⁄𝐸𝑀

Tension en sortie Points de mesure


du capteur ∆E

Grandeur physique
à mesurer
Etendue de mesure EM

 Temps de réponse : c'est le temps de réaction d'un capteur entre la variation de la grandeur
physique qu'il mesure et l'instant où l'information est prise en compte par la partie
commande.
 Fonction de transfert : C'est la relation fonctionnelle qui relie le mesurande en entrée et
la grandeur électrique en sortie du capteur. Elle est définie soit par un graphe, soit par une
relation formelle (linéaire, exponentielle, logarithmique…).
2.3 Classification des capteurs
La classification se fait par :
 1er de leur principe de fonctionnement :
 2ème la mesurande qu'ils traduisent (capteur de température, de pression, ...)
 3ème du signal qu’ils fournissent (capteur analogique, capteur logique, capteurs digitaux)
2.3.1 Première Classification
On classifie les capteurs en deux grandes familles en fonction de la caractéristique électrique
de la grandeur de sortie. On distingue
 Capteurs actifs
Fonctionnant en générateur, un capteur actif est généralement fondé dans son principe sur un
effet physique qui assure la conversion en énergie électrique de la forme d'énergie propre à la
grandeur physique à prélever, énergie thermique, mécanique ou de rayonnement.
Les effets physiques les plus classiques sont :
_ Effet thermoélectrique : Un circuit formé de deux conducteurs de nature chimique
différente, dont les jonctions sont à des températures T 1 et T2, est le siège d'une force
électromotrice d'origine thermique (T1, T2).
_ Effet piézo-électrique : L'application d'une contrainte mécanique à certains matériaux dits
piézo-électriques (le quartz par exemple) entraîne l'apparition d'une déformation et d'une même
charge électrique de signe différent sur les faces opposées.
_ Effet d'induction électromagnétique : La variation du flux d'induction magnétique dans un
circuit électrique induit une tension électrique (détection de passage d'un objet métallique).
_ Effet photo-électrique : La libération de charges électriques dans la matière sous l'influence
d'un rayonnement lumineux ou plus généralement d'une onde électromagnétique.
_ Effet Hall : Un champ magnétique B et un courant électrique I créent dans le matériau une
différence de potentiel Uh.
_ Effet photovoltaïque : Des électrons et des trous sont libérés au voisinage d'une jonction PN
illuminée, leur déplacement modifie la tension à ses bornes.
 Capteurs passifs
Il s'agit généralement d'impédance dont l'un des paramètres déterminants est sensible à la
grandeur mesurée. La variation d'impédance résulte :
- Soit d'une variation de dimension du capteur, c'est le principe de fonctionnement d'un grand
nombre de capteur de position, potentiomètre, inductance à noyaux mobile, condensateur à
armature mobile.
- Soit d'une déformation résultant de force ou de grandeur s'y ramenant, pression accélération
(armature de condensateur soumise à une différence de pression, jauge d'extensomètre liée à
une structure déformable).
2.3.2 Deuxième Classification
Classement en fonction du type de grandeurs physiques à mesurer (mesurande) :
Capteurs Capteurs Capteurs Capteurs Capteurs Capteurs
mécaniques thermiques électriques magnétiques radiatifs chimiques

Déplacement, Température, Courant, Champ Lumière Humidité,


Force, masse, Capacité Tension, magnétique, Visible, Gaz,
Début etc… thermique, Charge, perméabilité, Micro- Sucre,
Flux Impédance, Moment Ondes, hormone
thermique, Etc…
Diélectrique, magnétique, Etc…
Etc… Etc… Etc…

2.3.3 Troisièmes classification


Classement en fonction du type du signal de sortie du capteur

Capteur Capteur Capteur Capteur


analogique logique numérique digital

2.4 Circuits conditionneurs des capteurs


Il existe deux types de circuits conditionneurs des capteurs répartis selon le principe de base de
fonctionnement des capteurs : capteurs actifs et capteurs passifs.
2.4.1 Conditionneurs des capteurs passifs
La mesure de l'impédance du capteur ZC permet d’en déduire la valeur du mesurande. Cette
mesure n’est pas possible seulement si en associant au capteur une source de tension es (ou une
source de courant is) avec d’autre impédances constituant alors le conditionneur du capteur. On
peut regrouper les circuits conditionneurs des capteurs passifs selon les paramètres étudiés du
signal conditionné.
 Soit sur l'amplitude du signal de mesure, c'est le cas des montages potentiométriques et des
ponts.
 Soit sur la fréquence du signal de mesure, il s'agit alors d'oscillateurs.
2.4.1.1 Montage potentiométrique (montage diviseur)
- Cas des résistances :
On utilise un simple pont diviseur alimenté par une source de tension continue.

Rg R1

Instrument de mesure
Rf

Rc Ri Vm
eg

Rf

Ri : résistance interne de l’appareil de mesure


eg : générateur de tension
Rg : résistance interne du générateur
Rc : résistance du capteur (sensible au mesurande)
R1 : résistance permettant de former le pont diviseur
Rf : Résistance des fils de connexions
𝑅𝑐 //(𝑅𝑖 + 2𝑅𝑓 )
𝑉𝑚 = 𝑒𝑔 .
(𝑅𝑔 + 𝑅1 ) + 𝑅𝑐 //(𝑅𝑖 + 2𝑅𝑓 )
Il faut que la résistance de l’instrument de mesure ne perturbe pas la mesure et la résistance du
capteur :
Rf << Ri et Rc << Ri

L’équation précédente se simplifie :

𝑅𝑐
𝑉𝑚 = 𝑒𝑔 .
(𝑅𝑔 + 𝑅1 ) + 𝑅𝑐
Dans certain cas la résistance interne du générateur Rg peut être négligée

𝑅𝑐
𝑉𝑚 = 𝑒𝑔 .
𝑅1 +𝑅𝑐
- Cas des impédances complexes (Z) :
On utilise une source d’alimentation sinusoïdale associée à un pont diviseur
Rg R1 Zc : impédance d’un capteur capacitif ou
d’une inductif.
Rappel :
Zc Vm - Capacité C : zc=1/jCw
eg
- Inductance L : zc=jLw
On prendra Rg→0
Dans ce cas eg est une tension sinusoidale 𝑍𝐶
𝑉𝑚 = 𝑒𝑔
𝑅1 + 𝑍𝐶

2.4.1.2 Montage en pont :


L’utilisation des montages précédents présente le défaut d’avoir en sortie la présence d’une
tension continue, et ceci en l’absence de variations du mesurande.
L’emploi d’un montage en pont présente l’avantage de s’affranchir de cette tension continue et
d’avoir une mesure différentielle.
Pont de Wheatstone
Dans ce cas eg est une tension continue et Rc un capteur passif de type résistif (on néglige la
résistance interne du générateur).

R1 R2
𝑉𝑚 = 𝑉𝐴 − 𝑉𝐵
Vm
eg A B
𝑅𝑐 𝑅3
𝑉𝑚 = 𝑒𝑔 . ( − )
Rc R3 𝑅1 +𝑅𝑐 𝑅3 + 𝑅2
𝑅𝑐 𝑅2− 𝑅3 𝑅1
𝑉𝑚 = 𝑒𝑔 .
D (𝑅1 +𝑅𝑐 )(𝑅3 +𝑅2 )

2.4.2 Conditionneurs des capteurs actifs


Il existe 3 types de capteurs actifs :
 Capteur générateur de f.é.m : il s’agit d’une amplification et une adaptation d’impédance.
 Capteur générateur de courant : le circuit de conditionnement consiste à produire une
transformation du courant en tension.
 Capteur générateur de charge : le circuit conditionneur consiste à produire une
transformation de la charge en tension.
2.4.3 Conditionnement des signaux mesurés
2.4.3.1 Adaptation d'impédance :
Le capteur, associé à son conditionneur, équivaut à un générateur constitué d'une source et d'une
impédance interne délivrant le signal au circuit qui le charge. Afin que le signal soit obtenu
dans les meilleures conditions de sensibilité et de stabilité vis-à-vis des variations éventuelles
de l'impédance interne, le générateur équivalent doit être chargé par une impédance appropriée.
a. Cas d'un capteur source de tension :
Lorsqu'un capteur délivre une tension e c(m), sous l'influence de mesurande, cette tension est en
série avec une impédance Zc du capteur. Pour minimiser l'influence de cette dernière, Le
dispositif de mesure doit avoir une impédance d'entrée, Zi, très grande

Zc 𝑍𝑖
Zi 𝑉𝑚 = 𝑒𝑐 (𝑚) .
Vm 𝑍𝑖 +𝑍𝑐
Si Zi >> Zc on a alors :
ec
𝑉𝑚 = 𝑒𝑐 (𝑚)

Les dispositifs à grande impédance d'entrée utilisable pour réaliser l'adaptation d'impédance
sont à base d'amplificateur opérationnel en montage suiveur simple ou suiveur/amplificateur,
amplificateur différentiel sous forme d'amplificateur d'instrumentation ou d'amplificateur
d'isolement.
b. Cas d'un capteur source de courant :
Le capteur peut aussi se présenter sous une forme équivalente à une source de courant (ic) en
parallèle avec une impédance Zc.
Pour que le courant im généré par le capteur soit peu différent de ic, il faut que l'impédance du
capteur soit très importance devant celle du dispositif de mesure :
Im
𝑉𝑚 = 𝑍𝑖 . 𝑖𝑚
𝑍𝑐
𝑖𝑚 = 𝑖𝑐 .
Zc Zi 𝑍𝑖 + 𝑍𝑐
ic Vm
Si Zi << Zc on aura : im=ic

2.4.3.2 Utilisation des amplificateurs opérationnels


Les amplificateurs opérationnels, en plus de l'adaptation d'impédance qu'ils peuvent garantir,
ils permettent aussi en plus de l'amplification du signal, de convertir les signaux de sorties,
quand ils sont un courant ou une charge, à un signal de sortie tension. On rappelle ici les trois
montages fondamentaux, correspondant aux trois types des capteurs actifs.
 Cas d'un capteur source de tension :
Le capteur est équivalent à une source de tension e c en série avec une impédance Zc.

R2

R1
-

+
Zc
Vs
ec

L'utilisation d'un amplificateur opérationnel avec le montage ci-dessus permet, avec


l’approximation de l’amplificateur opérationnel idéal, d'écrire :
𝑅2
𝑉𝑠 = (1 + )𝑒
𝑅1 𝑐
On remarque donc :
 Que le capteur ne débite pas (i+=i-=0 dans l’amplificateur idéal) ou encore qu'il débite sur
une impédance infinie. La condition de non influence de l’impédance interne Zc du capteur
sur la mesure est réalisée.
 Qu’en sortie, Vs est indépendant du courant débité dans la charge RL. La tension Vs débitée
par l'amplificateur se comporte comme une source de tension d'impédance interne nulle.
 Que le choix de R1et R2 permet de régler le gain G désiré. Ce montage permet, donc,
d'adapter l'impédance au signal du capteur et d'amplifier la sortie de ce dernier.
 Cas d'un capteur source de courant :
Le capteur, cette fois, est équivalent à une source de courant placée en parallèle sur une
résistance Rc, on peut alors utiliser le montage de la figure suivante :
ic R

-
ic Rc Ve
Vs

Puisque l'entrée de l'amplificateur idéal ne débite aucun courant, et que la tension d’entrée
différentielle est nulle, la différence de potentiel entre E et la masse est nulle et il n'y a aucun
courant qui circule dans la résistance Rc du capteur. Le courant ic se retrouve intégralement dans
R et on peut écrire :
𝑉𝑠 = −𝑅. 𝑖𝑐
Comme pour l’amplificateur de tension ce montage élémentaire appelle quelques remarques
fondamentales :
- la valeur choisie pour la résistance R de contre-réaction n'influence pas le capteur
équivalent à une source de courant.
- La résistance d'entrée est nulle puisque les bornes de la source sont maintenues au même
potentiel à l'entrée de l'amplificateur idéal.
- En sortie, on obtient une source de tension dont la résistance est nulle (V s est indépendant
de la résistance de charge qui peut être placée en sortie).
 Cas d'un capteur source de charge :
Enfin dans le cas du capteur équivalent à un générateur de charge, il est souvent souhaitable
d’utiliser un convertisseur charge-tension qui réalise pratiquement la mise en court-circuit des
électrodes. Le montage le plus élémentaire est celui de la figure qui suit.
Puisque aucun courant ne traverse les entrées de l’amplificateur, toute variation de charge aux
bornes du capteur se retrouve aux bornes de C.
C

-
ic Rc
Ve
Vs

On a donc :
𝑄
𝑉𝑠 = −
𝐶

Avec :
Q : la charge délivrée par le capteur.
C : la valeur de la capacité.
2.4.3.3 Utilisation des amplificateurs d’instrumentation :
 Amplificateur d’instrumentation à deux AOP

R2 R4

R1 R3
- -
A1 A2
+ +

V1 V2 Vs

Amplificateur d’instrumentation à 2 AOP


La tension de sortie Vs est calculée en considérant les AOP parfait. V1 et V2 sont remplacés par
les relations :
𝑉𝑑 𝑉𝑑
𝑉1 = 𝑉𝑚𝑐 − et 𝑉2 = 𝑉𝑚𝑐 +
2 2

1 𝑅4 𝑅2 𝑅4 𝑅2 𝑅4
𝑉𝑠 = 𝑉𝑑 (1 + 2 + ) + 𝑉𝑚𝑐 (1 − )
2 𝑅3 𝑅1 𝑅3 𝑅1 𝑅3
Les gains en mode communs et en mode différentiel sont donc :

1 𝑅 𝑅 𝑅 𝑅 𝑅
𝐴𝑑 = 2 (1 + 2 𝑅4 + 𝑅2 𝑅4 ) et 𝐴𝑚𝑐 = 1 − 𝑅2 𝑅4
3 1 3 1 3

L’annulation de Amc exige d’avoir ce qui peut être obtenue par R1 = R4 et R3=R2. Cette condition
est rarement vérifiée car les résistances sont toujours données avec une certaine précision.
 Amplificateur d’instrumentation à trois AOP

L’amplificateur d’instrumentation est constitué par un amplificateur différentiel A3. A1 et A2


n’amplifient pas la tension de mode commun mais amplifient le mode différentiel
R2

+ R1
A1 -
V2 - V’2 A3
i +

R’
R R’ R1 Vs

-
R2
A2
V’1
+

V1

La tension Vs est donc donnée par :

𝑅2 𝑅′
𝑉𝑠 = (− )(1 + 2 )(𝑉2 − 𝑉1 )
𝑅1 𝑅