Vous êtes sur la page 1sur 1

66 Résumé / Nutrition clinique et métabolisme 34 (2020) 11–92

naissance de ces troubles par ces sujets jeunes, ou une mauvaise Ingesta postop.
J0 J1 J2 S1 S2 S3 S4
adaptation des ces questionnaires. La fréquence des complications Troubles digestifs 7 12 18 11 9 6 4
somatiques liées à l’anorexie mentale était similaire à celle de la lit- (n patients)
EVA (min-max) 0(0–8) 3(0–6) 3,5(0–8) 5,5 (0–10) 6 (0–10) 6(0–3) 6(0–10)
térature mais avec un faible taux de complications métaboliques. Kcal/kg/jour % 0 (0–5) 67 (0–23) 55(0–32) 28(0–39) 23(0–37) 21(16–49) 18(0–48)
La puberté ne semble pas modifier de manière significative le degré preop (min–
max en kcal/kg)
de gravité de la psychopathologie ni des complications associées. Apport protéique 0(0–0,35) 76(0–0,93) 63(0–1,28) 25(0–1,77) 22(0–2,22) 10(0,37–1,92) 26(0–1,90)
Déclaration de liens d’intérêts Les auteurs déclarent ne pas avoir % preop (min–
max en g/kg)
de liens d’intérêts. Perte poids 0 NR 0,55(0–4,88) 1,47(0–4,69) 1,63(0–4,27) 1,63(0–1,4) 1,69(0–5,45)
Pour en savoir plus postop % (min–
max en %)
[1] Godart N, Perdereau F, Jeammet P. Données épidémiolo-
giques: anorexie chez l’adolescent. J Pédiatrie Puériculture
2004;17(6):327–30.
[2] Personality characteristics predict outcome of eating disorders 13 % (n = 4) des patients ont une perte de poids postop à 1 mois > 5 %;
in adolescents: A 4-year prospective study SpringerLink [Inter- 3 patients avaient été opérés pour un cancer.
net]. [cité 13 mars 2019]. Disponible sur: https://link.springer. Conclusion Les apports nutritionnels postopératoires après chi-
com/article/10.1007 %2Fs007870050051. rurgie colorectale avec protocole RAC sont faibles pour la majorité
des patients. À 1 mois, les patients n’ont pas retrouvé une alimen-
https://doi.org/10.1016/j.nupar.2020.02.383 tation normale en quantité et qualité mais la perte de poids est
inférieure à 5 % chez 87 % des patients. Il faut être vigilant chez les
P144 patients cancéreux.
Reprise alimentaire après chirurgie Déclaration de liens d’intérêts Les auteurs déclarent ne pas avoir
de liens d’intérêts.
colorectale avec protocole de
réhabilitation améliorée après https://doi.org/10.1016/j.nupar.2020.02.384
chirurgie : étude observationnelle
M. Le Roy 1,∗ , E. Cotte 2 , C. Henry 1 , M. Bourdaud’hui 1 , P145
S. Katherine 1 , J. Blethon 1 , C. Chambrier 3 Les régimes protégés en Auvergne
1 Diététique
2 Chirurgie digestive
Rhône-Alpes, si on en parlait ?
A. Bertrand 1,∗ , C. Paraschiv 2
3 Nutrition Clinique Intensive, Centre Hospitalier Lyon Sud, 1 Hospitalisation à domicile
Pierre-Benite, France 2 IHOPe, Lyon, France
∗ Auteur correspondant. ∗ Auteur correspondant.
Adresse e-mail : mathildemlr@gmail.com (M. Le Roy) Adresse e-mail : amandine.bertrand@ihope.fr (A. Bertrand)
Introduction et but de l’étude En chirurgie colorectale, la reprise Introduction et but de l’étude Dans un domaine où la littérature
alimentaire peut être difficile en raison de l’anorexie et des pertur- est extrêmement limitée, ce travail est né d’une volonté de mettre
bations postopératoires des fonctions gastro-intestinales. Il y a peu en perspective les régimes protégés en onco-hématologie pédia-
de données sur les ingesta et les problèmes alimentaires le premier trique tels qu’ils sont pratiqués dans 4 centres hospitaliers de la
mois postopératoire lors d’un programme de réhabilitation amé- région Auvergne Rhône-Alpes. Pendant le traitement contre le can-
liorée après chirurgie (RAC) en particulier en chirurgie digestive. cer, l’enfant traverse des périodes durant lesquelles il est essentiel
L’objectif de l’étude était d’observer les prises alimentaires sponta- de limiter l’exposition aux bactéries, virus et autres germes, et
nées periopératoires de patients opérés d’une chirurgie colorectale en particulier ceux apportés de l’extérieur par l’alimentation. Or,
avec un protocole RAC. le traitement médical est de longue durée et le régime protégé,
Matériel et méthodes Étude observationnelle, prospective, mono- tel qu’il est appliqué, apporte une multitude de contraintes qui
centrique de janvier à juin 2019, consentement écrit obtenu. vont devoir être gérées au sein de la cellule familiale. À ce jour,
Critères inclusion: résection colorectale, protocole RAC. Exclusion: ce régime est appliqué de manière plus ou moins stricte selon les
MICI, cytoreduction et CHIP. Recueil ingesta, troubles digestifs, établissements, engendrant ainsi des disparités importantes dans
évaluation appétit (EVA) et données anthropométriques en préopé- l’accompagnement, le suivi, voire même l’adhérence au régime
ratoire, pendant hospitalisation et une fois par semaine le premier par les enfants et la famille. La disparité des pratiques pose donc
mois. Résultats en médiane (minimum-maximum) ou pourcentage. plusieurs questions : Qu’est ce qui relève de la science ou de la
Résultats et analyse statistique Trent trois patients inclus croyance ? Existe-t-il un moyen d’homogénéiser les initiatives
(21 hommes), âge 61 ans (22–86), chirurgie carcinologique 70 % prises dans ces 4 établissements ? Peut-on optimiser le couple
(n = 23). Durée séjour: 5 jours (2–39); 3 réhospitalisations; 36 % contrainte/bénéfice pour qu’il soit plus cohérent avec les fonda-
patients avec complications. Tous les patients ayant une colectomie mentaux de l’alimentation protégée ainsi qu’avec le vécu de l’enfant
totale ou une amputation abdomino-périnéale ont eu des difficul- et de sa famille ? L’objectif de notre étude était de décrire les
tés à se réalimenter et ont présenté une complication. 42 % (n = 14) différents régimes protégés mis en place en onco-hématologie
des patients suivent un régime sans résidus en préopératoire sur pédiatrique dans la région Rhône Alpes Auvergne, ainsi que leur
prescription médicale. En préopératoire: apports en kg/j: 29 kcals impact sur la vie familiale.
dont 1,39 g protéines et EVA à 5,5/10. 4 patients ont été à jeun la Matériel et méthodes Nous avons recueilli les caractéristiques des
semaine 1 et ont reçu une nutrition parentérale. 60 % des patients régimes protégés des 4 centres de la région (aliments proscrits,
ne s’alimentent pas le soir de la chirurgie malgré l’autorisation. admis, non formalisés et règles d’hygiène). La comparaison de ces
L’alimentation postop proposée est limitée en fibres. À J1, 88 % différentes pratiques nous a permis d’élaborer un questionnaire
des patients sont capables de manger; choix des patients: plateau destiné aux familles pour évaluer l’impact des régimes protégés
servi 47 %, sans résidus 25 %, potage yaourt compote 10 % (potage sur le quotidien au sein de la famille (contraintes et ressenti émo-
yaourt dessert sur prescription 6 %, rien 9 %, à jeun 3 %). À J2, tionnel).
51 % consomment le plateau proposé. À 1 mois 39 % des patients Résultats et analyse statistique Les caractéristiques des régimes
conservent une alimentation limitée en fibres. protégés mis en place diffèrent selon les centres, tant par les règles
établies que par les populations cibles. Les 41 questionnaires ren-
seignés dans un second temps provenaient de familles dont l’enfant
était suivi pour une pathologie cancéreuse quelle qu’elle soit. Lors