Vous êtes sur la page 1sur 5

SUPPLÉMENT À « PSYCHANALYSE ET PÉDAGOGIE »

Sándor Ferenczi

Érès | « Le Coq-héron »

2009/4 n° 199 | pages 11 à 14


ISSN 0335-7899
ISBN 9782749211770
Article disponible en ligne à l'adresse :
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
https://www.cairn.info/revue-le-coq-heron-2009-4-page-11.htm
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution électronique Cairn.info pour Érès.


© Érès. Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les
limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la
licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie,
sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de
l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage
dans une base de données est également interdit.
© Érès | Téléchargé le 27/08/2021 sur www.cairn.info (IP: 157.100.174.169)

© Érès | Téléchargé le 27/08/2021 sur www.cairn.info (IP: 157.100.174.169)

Powered by TCPDF (www.tcpdf.org)


Sándor Ferenczi

Supplément à
« Psychanalyse et pédagogie 1 »

Ce texte, extrait de l’article de Ferenczi « Psychanalyse et pédagogie »


publié en anglais dans l’International Journal of Psychoanalysis en 1949 dans
le numéro spécial qui lui était consacré, demeurait à ce jour inédit en français.
D’après nos recherches, la version hongroise publiée en 1908 dans l’hebdoma-
daire médical Gyógyászat (thérapeutique) est identique à la version française
publiée en 1994 dans le premier volume des œuvres complètes. Nous avons
donc traduit cet inédit à partir de la version anglaise. Selon Michaël Balint qui
a découvert une version manuscrite et plus étendue de l’article, Ferenczi, après
avoir lu sa conférence au premier congrès des psychanalystes à Salzburg, y
© Érès | Téléchargé le 27/08/2021 sur www.cairn.info (IP: 157.100.174.169)

© Érès | Téléchargé le 27/08/2021 sur www.cairn.info (IP: 157.100.174.169)


aurait ajouté quelques idées après coup 2.

Dans ses excellentes conférences consacrées aux devoirs pédagogiques des


médecins, le docteur Czerny, professeur en pédiatrie 3, reproche aux parents leur
incapacité à éduquer leurs enfants parce que leur propre enfance s’est complè-
tement effacée de leur mémoire, ou ce qui en reste est peu fiable ou illusoire. 1. Dans S. Ferenczi, Psycha-
nalyse I, Paris, Payot, 1968,
En accord avec cette idée, nous pourrions, à l’aide de l’enseignement de Freud, p. 51.
lui apprendre beaucoup sur ce remarquable mécanisme mental, responsable 2. NDLR. Traduction de Eva
de l’amnésie infantile. C’est aussi la raison pour laquelle, depuis la nuit des Brabant en collaboration avec
Emmanuel Danjoy.
temps, l’éducation n’a marqué aucun progrès significatif. Il s’agit là d’un cercle 3. Adalbert Czerny (1863-
vicieux. Les parents, sous l’emprise de contraintes inconscientes, éduquent 1941), professeur de pédia-
leurs enfants de manière erronée, et cette éducation mal conduite aggrave à trie successivement aux fa-
cultés de Breslau, Strasbourg
son tour leurs complexes inconscients. Ce cercle vicieux doit être brisé un jour et Berlin, créateur de l’École
d’une manière ou d’une autre. S’y attaquer d’abord par des réformes radicales internationale de Pédiatrie,
de l’éducation ne conduira à rien. Il serait plus judicieux de tenter de surmonter considéré comme le fonda-
teur de la pédiatrie moderne.
l’amnésie infantile et apporter des éclaircissements aux adultes. Je crois que Son ouvrage Das Arzt als Er-
le premier et le plus important des pas vers un avenir plus clément réside dans zieher (« Le médecin comme
la diffusion des connaissances sur la véritable psychologie de l’enfant, appor- éducateur ») est publié en
1908 (réédité à Leipzig en
tées par Freud. Ces éclaircissements prendront le sens d’une véritable thérapie 1928).

11

XP Coq 199 .indd 11 17/11/09 14:49:53


Le Coq-Héron 199 destinée à l’humanité entière tourmentée par des refoulements inutiles. Chacun
de nous a sans doute éprouvé cette révolution intérieure lorsqu’il s’est appro-
prié l’enseignement freudien. La révolution par la libération des compulsions
inutiles serait la première à apporter un vrai soulagement à l’humanité, car les
révolutions politiques, modifiant le mode de coercition, augmentant ou dimi-
nuant le nombre d’opprimés, n’ont agi que sur le pouvoir extérieur. Seuls les
êtres libérés dans ce sens véritable pourront apporter un changement radical à
l’éducation et empêcher à jamais le retour des conditions précédentes.
Il conviendrait, en plus de cette tentative de préparer l’avenir, d’être
attentif à la jeune génération pour en tirer une meilleure connaissance qui nous
permettra de changer dès maintenant nos façons d’élever les enfants.
Cependant, dans un premier temps, nous devons aborder les arguments
des adeptes de l’inné qui estiment que l’éducation est condamnée à rester sans
effet puisque tout le développement mental est biologiquement inscrit. Freud
a pourtant montré qu’une même disposition sexuelle aura des issues diverses
selon l’élaboration ultérieure des influences affectives et que les expériences
infantiles ont une grande importance pour la suite du développement. Ces idées
plaident en faveur de l’efficacité des mesures éducatives. Alors ce ne sont pas
seulement des forces contraignantes, mais aussi des influences avisées et béné-
fiques – autrement dit l’éducation véritable – qui pourront solliciter les capa-
cités de concentration et d’apprentissage de l’enfant. Quant aux réformes de
l’éducation, à mon avis il est vivement souhaitable d’obtenir la coopération des
pédiatres, en raison de leur grande influence sur le public. D’autant plus que par
l’observation directe de l’enfant, ils pourront vérifier les conclusions de Freud
concernant le fonctionnement des sujets sains et le fonctionnement psychique
infantile, auxquelles il est parvenu à partir des rêves des sujets en bonne santé et
des symptômes des névrosés. Ces observations seront évidemment utiles pour
le champ de la psychologie des névroses aussi.
Toutefois jusqu’à présent, il semble que ces idées nouvelles n’ont guère
été comprises par les pédiatres ni éveillé leur intérêt. Ce fait paraît d’autant
© Érès | Téléchargé le 27/08/2021 sur www.cairn.info (IP: 157.100.174.169)

© Érès | Téléchargé le 27/08/2021 sur www.cairn.info (IP: 157.100.174.169)


plus étonnant qu’il existe de nombreux points de convergence entre la psycho-
logie de Freud et les observations des pédiatres, sans que celles-ci révèlent son
influence.
En prenant pour exemple le livre du professeur Czerny auquel j’ai fait
référence, nous constatons avec satisfaction qu’il attribue un effet de longue
durée au maniement adapté 4 du bébé pendant la première année de sa vie.
Selon les termes de Freud nous formulerons le problème ainsi : faut-il éduquer
le nourrisson ? Et en cas de réponse positive, comment s’y prendre durant la
période de l’hégémonie quasi exclusive de l’inconscient ?
Conformément à nos connaissances du rôle ultérieur des poussées instinc-
tuelles inconscientes, on devrait inhiber le moins possible les décharges motrices
de l’enfant. Ainsi l’actuelle coutume de langer le nourrisson, de l’empaqueter
me paraît hautement critiquable. L’enfant devrait disposer d’une grande liberté
de mouvement et la seule mesure qui mérite le nom d’« éducation » serait de
limiter la quantité des stimuli extérieurs qui lui parviennent. Czerny condamne
à juste titre la fixation précoce de l’attention du tout petit enfant par des forts
stimuli visuels ou auditifs.
4. Handling dans le texte an- Comme mode de réassurance, Czerny recommande un nourrissage selon
glais. un rythme sain et régulier. Par ailleurs il considère que bercer, balancer, sucer

12

XP Coq 199 .indd 12 17/11/09 14:49:53


le pouce, habitudes condamnées par la plupart des médecins, sont tout à fait Psychanalyse et éducation
inoffensives. Toutefois, si ce dernier avait eu connaissance des conséquences
possibles de la stimulation excessive des sens érotiques, des effets sexuels
accompagnant le balancement rythmique, il aurait conseillé de prendre quel-
ques précautions. Il est certain que les enfants en ont besoin, ainsi que d’autres
sensations similaires pour atteindre leur plein développement sexuel, mais
seulement en quantité limitée. Une éducation avisée doit veiller à ce que ces
stimuli soient bien dosés car accordés à l’excès, ils peuvent s’avérer nocifs.
On peut noter avec intérêt que Czerny préconise l’allaitement, estimant
qu’il apporte ce contact émotionnel entre mère et enfant permettant aux rela-
tions « si valorisées, lorsqu’elles existent entre parents et enfants » de se déve-
lopper. Cette observation, tout à fait juste, est néanmoins une allusion discrète
à la nature, assurément sexuelle, de ces relations.
Le sujet de la sexualité est traité superficiellement dans ce livre, tout
comme dans d’autres ouvrages de ce genre ; seules quelques remarques sur la
masturbation infantile sont proposées au lecteur. Si les pédiatres possédaient ne
serait-ce qu’une connaissance minime des découvertes de Freud, ils ne condam-
neraient pas le fait d’embrasser un enfant sur la bouche pour éviter les risques
d’infection, ou Escherich ne considérerait pas que le problème posé par le suço-
tement du pouce est réglé par la tétine en acide borique de son invention.
L’unique source de connaissances dans ce domaine demeure, jusqu’à
présent, l’ouvrage Les trois essais sur la théorie de la sexualité, de Freud. Il
faudrait évaluer les données qui y sont présentées du point de vue de l’édu-
cation, réfléchir s’il existe les moyens pour empêcher la prédominance de
certaines zones érogènes, des pulsions partielles ou des tendances à la perver-
sion, examiner s’il est possible d’exercer un contrôle sur les formations réac-
tionnelles excessives. Les personnes en charge de l’éducation ont à garder à
l’esprit que ces composantes, indispensables au développement d’une sexualité
normale, ne doivent pas être étouffées, mais aussi veiller à ce que par une trop
grande indulgence sensuelle, elles ne deviennent envahissantes. Une éduca-
© Érès | Téléchargé le 27/08/2021 sur www.cairn.info (IP: 157.100.174.169)

© Érès | Téléchargé le 27/08/2021 sur www.cairn.info (IP: 157.100.174.169)


tion conçue de manière intelligente pourra créer les conditions dans lesquelles
la transformation des émotions liées à la sexualité et les refoulements, etc.,
n’auront pas d’effets pathogènes. Il est tout à fait cruel d’abandonner les
enfants à eux-mêmes sans soutien ni éclaircissements durant les crises les plus
violentes de leur développement sexuel comme c’est pratiqué de nos jours.
L’enfant devrait pouvoir obtenir les explications qui conviennent à chaque
étape de son développement intellectuel.
Une fois disparues les mystifications hypocrites autour des sujets sexuels,
et quand chacun sera familier des processus de son corps et de son esprit, qu’il
en prendra conscience, on parviendra à maîtriser et sublimer les émotions liées
à la sexualité. Tant que ces émotions, refoulées dans l’inconscient, échapperont
à notre contrôle, elles exerceront – tel un corps étranger – un effet perturbateur 5. En allemand : « connais-
sur l’équilibre de notre vie mentale. Le double sens du mot selbstbewusst 5 sance de soi », en hongrois :
öntudat, « être conscient de sa
révèle que la langue a quelques idées sur les connexions entre connaissance de valeur ».
soi et caractère 6. Existe-t-il des moyens pour prévenir l’éventuel effondrement 6. L’anglais selfconscious si-
de la période de latence sexuelle, la fixation des mécanismes auto-érotiques et gnifiant « timide, embarrassé,
gêné » va à l’encontre de cette
des fantasmes incestueux, la séduction par les adultes, hélas si fréquente ? Pour théorie de Ferenczi (note de
le moment, je crains de ne pouvoir même pas les imaginer. M. Balint).

13

XP Coq 199 .indd 13 17/11/09 14:49:53


Le Coq-Héron 199 Les méthodes éducatives telles que louanges, ordres et réprimandes, puni-
tions corporelles nécessitent une profonde révision. C’est en raison du mal
infligé dans ce domaine que sont souvent plantées les graines des névroses
ultérieures. Par ailleurs, gâter et cajoler les enfants outre mesure, peser sur eux
à travers les modes d’expression de l’amour des adultes peut aussi avoir des
effets néfastes par la suite, comme cela est bien connu de ceux qui ont pratiqué
des psychanalyses.
Mais lorsque les parents auront saisi l’importance de ces implications,
l’amour pour leur enfant leur permettra d’éviter tout excès de cette sorte.
À présent, comme avant, le développement des symboles du langage et
des processus mentaux supérieurs doit rester au centre de nos préoccupations.
Jusqu’ici, ceux-ci ont été les objectifs quasi exclusifs de la pédagogie. Sachant
que la pensée exprimée en paroles constitue un nouvel investissement pour la
vie instinctuelle, les enseignants comprendront pourquoi la capacité de l’enfant
de se contrôler s’accroît parallèlement à ses connaissances. L’insuffisance de
contrôle chez les enfants sourds-muets peut avoir pour source le manque de ce
surinvestissement de la parole. Il faudra veiller à ce que l’enseignant ne traite
pas les enfants en despote intransigeant, mais comme un père dont il est le
représentant.
À la question de savoir si nous parviendrons un jour à modeler et à former
le caractère humain par des influences judicieuses et ciblées au cours de la
première enfance, seule pourra répondre une future pédagogie expérimentale.
Après ce que nous avons appris de l’article « Caractère et érotisme anal », de
Freud, cette possibilité n’est pas tout à fait exclue.
Mais avant de mettre ces idées en pratique, il nous reste encore beaucoup
à apprendre.
Toutefois, même si cette science nouvelle ne voit pas le jour, l’éducation
bénéficiera du succès des idées de Freud. Une éducation rationnelle fondée
sur ses concepts pourra ôter une grande part du fardeau écrasant. Et même
si l’individu – du fait de ne pas avoir à surmonter de si grands obstacles –
© Érès | Téléchargé le 27/08/2021 sur www.cairn.info (IP: 157.100.174.169)

© Érès | Téléchargé le 27/08/2021 sur www.cairn.info (IP: 157.100.174.169)


connaîtra des gratifications moins intenses, son existence sereine et joyeuse
sera libérée des tourments et des angoisses superflus du jour comme des
cauchemars de la nuit.

14

XP Coq 199 .indd 14 17/11/09 14:49:53