Vous êtes sur la page 1sur 17

LE MAGHREB

LE MAGHREB Le Quotidien de l’Économie

Le Quotidien de l’Économie

JEAN PIERRE RAFFARIN

"IILYYAAUUNNNOUVEAUCCLIMAT ENTREPRENEURIALEENAALGÉRIE"" "I LYA un nouveau climat entrepreneurial
"IILYYAAUUNNNOUVEAUCCLIMAT
ENTREPRENEURIALEENAALGÉRIE""
"I LYA un nouveau climat
entrepreneurial propice aux
affaires et au développement
des investissements en Algérie ", a
déclaré, hier, M. Jean Pierre
Raffarin, secrétaire général de
l'Elysée,
lors de l'ouverture des tra-
vaux du premier forum économique
algéro-français, à l'hôtel Hilton
d'Alger,
en présence de M. Pierre
Lelouche, ministre français délé-
gué au Commerce extérieur et de
MM
Mohamed Benmeradi,
Mustapha Benbada et Rachid
Benaïssa, respectivement ministre,
de l'Industrie de la PME et de la
Promotion de l'investissement, du
Commerce et de l'Agriculture et du
Développement rural, ainsi que de
plus de 700 représentants d’entre-
prises françaises et algériennes.
C'est ainsi que l'ex-Premier minis-
tre français, qui a coprésidé les tra-
vaux avec M Benmeradi, a tenu à
s'exprimer pour caractériser le cli-
mat des affaires en Algérie et la
coopération algéro-française, qui a
nettement évolué ces dernières
années en termes d'échanges com-
merciaux et d'investissements des
entreprises françaises dans le sec-
teur hors hydrocarbures en tant que
premières firmes étrangères.M.
Raffarin s'est également attardé
dans son allocution sur les aspira-
tions politiques des deux peuples.
Meziane Atmani
(Lire en page 3)

SIDI-SAÏD TENTE DE RASSURER LE MONDE DU TRAVAIL

Les ddossiers dde l'UGTA ppour lla tripartite dde septembre

(Page 4)

FOIRE INTERNATIONALE D'ALGER (FIA)

Pour uun partenariat algéro-ppolonais "gagnant-ggagnant"

(Page 4)

CRIMINALISATION DU PAIEMENT DES RANÇONS

La pproposition de ll'Algérie adoptée

(Page 5)

EXPLORATION DES HYDROCARBURES

L'Afrique pprise d'assaut ppar lles multinationales

(Page 8)

SELON LA BANQUE MONDIALE

Situation financière externe confortable pour l'Algérie

(Page 9)

EDITION N°3731 DU MARDI 31 MAI 2011- PRIX : 10 DA - ETRANGER : 0,8 EURO - SITE INTERNET : WWW.LEMAGHREBDZ.COM

2

- LE MAGHREB du 31 mai 2011

TÉLÉGRAMME

RÉUNION DE TRAVAILLE

M. Ould Kablia convoque les walis

RÉUNION DE TRAVAILLE M. Ould Kablia convoque les walis LE MINISTRE de l'Intérieur et des Collectivités

LE MINISTRE de l'Intérieur et des Collectivités locales, M. Daho Ould

Kablia, a convoqué tous les walis à une réunion qui s'étalera durant deux

jours, mercredi 1er et jeudi 2 juin

cipaux

des relations de l'administration locale avec le citoyen. La gestion des vil- les. L'allègement des procédures administratives. Le développement des régions situées dans le Sud du pays, et enfin, l'évaluation de la coordina- tion intersectorielle au niveau local en relation avec le développement et l'investissement économiques.

au Palais des Nations à Alger. Les

prin-

thèmes qui seront débattus dans cinq ateliers sont : l'amélioration

FMI

Christine Lagarde fait le tour des pays émergents

FMI Christine Lagarde fait le tour des pays émergents " J'AI CHOISI de visiter l'ensemble des

" J'AI CHOISI de visiter l'ensemble des pays émergents ", a déclaré la ministre française de l'Economie, Christine Lagarde, qui est attendue aujourd'hui à Brasilia, première étape d'une tournée des grands pays émer- gents, pour défendre sa candidature à la tête du Fonds monétaire interna- tional. La française aura un entretien suivi d'un déjeuner de travail avec son homologue brésilien, Guido Mantega, puis rencontrera le président de la Banque centrale brésilienne, Alexandre Tombini. Elle a souligné qu'après le Brésil elle se rendrait en Chine, en Inde, dans des pays d'Afrique et probablement aussi au Moyen-Orient. La candidature de la ministre française est sortie renforcée du Sommet du G8 de Deauville, en France.

RELATIONS ALGÉRO-FRANÇAISES

Ouverture, hier, du premier Forum de partenariat

LE MINISTRE de l'Industrie, de la PME et de la Promotion de l'investis- sement, M. Mohamed Benmeradi, et le vice-président du Sénat français,

M. Jean-Pierre Raffarin, ont inauguré, hier, le Forum de partenariat algéro-

français. Le secrétaire d'Etat

Lellouche, et le ministre du Commerce, M. Mustapha Benbada, ont été pré- sents à la cérémonie d'ouverture. Organisée par l'Agence française pour le développement international des entreprises Ubifrance, cette rencontre verra la participation de plus de 400 entreprises dont 160 algériennes.

français au Commerce d'extérieur, M. Pierre

HABITAT ET URBANISME

M. Nouredine Moussa à Souk Ahras

HABITAT ET URBANISME M. Nouredine Moussa à Souk Ahras LE MINISTRE de l'Habitat et de l'Urbanisme,

LE MINISTRE de l'Habitat et de l'Urbanisme, Monsieur Nouredine Moussa, effectuera aujourd'hui une visite de travail et d'inspection à la wilaya de Souk Ahras. Cette visite lui permettra de s'enquérir de l'état d'avancement de l'ensemble des programmes relevant de son secteur dans cette wilaya.

RESSOURCES EN EAU

Coopération Algéro-Turque

cette wilaya. RESSOURCES EN EAU Coopération Algéro-Turque MONSIEUR Abdel Malek Sellal, ministre des Ressources en eau

MONSIEUR Abdel Malek Sellal, ministre des Ressources en eau a reçu, dimanche dernier au siège de son département ministériel, son excellence M. Ahmet Necati Bigalai, ambassadeur de la Turquie à Alger. L'entretien à porté sur l'évaluation de la coopération bilatérale dans le domaine des res- sources en eau, sur les voies et moyens à mettre en œuvre pour les déve- lopper davantage. Les deux ministres ont estimé qu'il était utile de rappro- cher davantage les entreprises des deux pays dans le cadre du partenariat pour la participation à la réalisation des grands projets du secteur. Il est à noter que plusieurs entreprises turques participent actuellement à la réali- sation de projets infrastructurels.

CONFÉRENCE

Lutte contre le tabagisme

UNE CONFÉRENCE-DÉBAT se tiendra aujourd'hui à 10 heures, au Centre de presse d' " El Moudjahid ", sis au 20, rue de la liberté, Alger, et qui verra l'inter- vention de M. Abidate Abdelkrim, président de l'Association pour la Sauvegarde de la Jeunesse, sur la lutte contre le tabagisme.

ENVOI DE MERCENAIRES PAR L'ALGÉRIE EN LIBYE

Un éminent juriste américain dément

UN ÉMINENT juriste américain, Gare Smith, a dénoncé, dans un article publié par un journal américain, les fausses accusations d'envoi de merce- naires par l'Algérie en Libye pour lutter aux côtés des forces du guide libyen, le colonel Maammar El-Gueddafi.

NATION

LE MAGHREB du 31 mai 2011- 3

JEAN PIERRE RAFFARIN

" Il y a un nouveau climat entrepreneurial en Algérie "

" IL Y A un nouveau cli- mat entrepreneurial propice aux affaires et au dévelop- pement des investissements

en Algérie ", a déclaré, hier, M. Jean Pierre Raffarin,

secrétaire général de l'Elysée, lors de l'ouverture

des travaux du premier

forum économique algéro-

français, à l'hôtel Hilton d'Alger, en présence de M. Pierre Lelouche, ministre français délégué au Commerce extérieur et de

MM Mohamed Benmeradi,

Mustapha Benbada et Rachid Benaïssa, respecti- vement ministre de

l'Industrie de la PME et de

la Promotion de l'investisse-

ment, du Commerce et de l'Agriculture et du Développement rural, ainsi que de plus de 700 représen-

tants d’entreprises françai-

ses et algériennes. C'est

ainsi que l'ex-Premier ministre français, qui a

coprésidé les travaux avec

M Benmeradi, a tenu à s'ex-

primer pour caractériser le climat des affaires en

Algérie et la coopération

algéro-française qui a nette- ment évolué ces dernières années en termes d'échanges commerciaux et d'investis- sements des entreprises françaises dans le secteur

hors hydrocarbures en tant

que premières firmes étran-

gères. M. Raffarin s'est égale-

ment attardé dans son allo-

cution sur les aspirations

politiques des deux peuples.

" Ces aspirations sont fon-

damentales sociales et d'où l'intérêt de la création des emplois dans le cadre des investissements productifs

et des relations de partena-

riat gagnant-gagnant ", a-t-

Commerce extérieur,

affirme que "La France est

à vos côtés" dans le sens du

soutien du gouvernement

français aux réformes entre- prises en Algérie. Il s'agit, ainsi, de ne plus regarder en arrière mais vers l'avenir, en s'adressant aux hommes d'affaires des

deux pays. Pour la France, l'Algérie est, poursuit-il, un partenaire respecté. "Nous avons tout à gagner avec une Algérie forte", a-t-il ajouté, mettant en évidence le geste symbolique mais fort en terme de solidarité avec le peuple tunisien en lui octroyant un don de 100

millions de dollars. M. Benmeradi a mis l'accent sur l'importance de construire un partenariat économique entre les hom- mes d'affaires des deux pays qui ont réuni 160 firmes françaises et 380 entreprises algériennes englobant tous les secteurs d'activité. La

44e édition de la Foire internationale d'Alger (FIA) est aussi un autre espace qui pourrait regrouper les hom- mes d'affaires français et algériens pour développer des relations de partenariat et d'investissements mutuel- lement bénéfiques. Le suivi des principaux dossiers de partenariat par MM. Benmeradi et Raffarin est jugé "bon" en termes de préparation et de sensibili- sation de toutes les parties concernées par l'organisa-

tion de ce forum, mettant en

évidence les projets structu- rants qui dépassent une cen- taine. "Mais nous sommes tenus de créer encore d'au- tres conditions idoines pour

atteindre les objectifs du forum.

il

économiques français n'est

souligné.

Il

s'agit dans ce cas de

La vision des opérateurs

mettre à plat toutes les questions qui se posent aux

pas,

dit-il, à court terme

opérateurs économiques", a-

mais

à long terme dans le

t-il ajouté, mettant en exer-

sens

de la construction d'un

gue les rencontres B to B

partenariat voulu et soutenu

prévues hier dans l'après-

au plus haut niveau par les autorités algériennes et françaises. Pas moins de 12 dossiers

lourds d'investissements dans les secteurs, notam-

ment de l'automobile, de la

pharmacie et de la pétrochi- mie sont à l'ordre du jour de

cette rencontre unique dans

son genre du fait du nombre

des opérateurs et d'investis-

seurs potentiels. " Nous ne

voulons pas seulement une

intégration entre entreprises

mais aussi une intégration

économique entre l'Algérie

et la France", explique-t-il.

Les lignes bougent en

Algérie, selon le secrétaire

général de l'Elysée pour qui

" la complexité et les pro-

blèmes existent partout ".

C'est ainsi qu'il a souligné à

la fin que " les autorités

françaises et algériennes vont suivre de près les

résultats auxquels abouti-

ront les hommes d'affaires

français et algériens ". M. Pierre Lelouche, secrétaire d'Etat français chargé du

midi et aujourd'hui entre les

opérateurs économiques. Il s'agit en fait, dit-il, de met- tre en place " une nouvelle dynamique pour la promo- tion du partenariat économi- que entre l'Algérie et la France ".

M Mustapha Benbada a

insisté, quant à lui, sur l'in- térêt de l'Algérie de voir développer ses exportations vers les marchés français et européens, dans un cadre de partenariat " mutuellement bénéfique ". Il a rappelé dans ce sens que la France

est le premier fournisseur de l'Algérie en Afrique avec des parts de marché qui oscillent entre 15 et 20 %.

C'est ainsi que les impor- tations algériennes à partir de la France sont passées de 3 milliards de dollars en 2003 à 6 milliards de dollars

à la fin de 2010, alors que

les exportations algériennes n'ont pas dépassé le seuil des 3 millions de dollars. M. Benbada a souligné aussi le souci de voir se réaliser

dans le cadre de ce forum le transfert de savoir-faire

français et la maîtrise des nouvelles technologies de pointe utilisées dans divers secteurs économiques. M. Christophe Le Courtois, directeur général d'Ubifrance, organisateur de l'événement en collabora- tion avec la Chambre algé- rienne de commerce et d'in- dustrie (Caci) soutient aussi les enjeux d'un tel événe- ment en termes de coopéra- tion, de partenariat et des échanges algéro-français qui sont appelés à se déve- lopper, a-t-il ajouté. " Nous avons enregistré le double du nombre d'entreprises que nous avons prévues dans ce

forum, soit 160 sociétés

françaises et 500 entreprises algériennes. Nous avons au programme plus de 4000 rendez-vous d'affaires B to

B entre aujourd'hui et

demain", a-t-il ajouté. Il n'a

pas manqué en outre de met-

tre l'accent sur les enjeux du forum qui se veut comme devise, dit-il, "Jamais aujourd'hui comme hier ". Plus de 450 entreprises françaises activent actuelle- ment en Algérie avec plus de 2 milliards d'euros comme investissements. Ce

qui place la France comme

un premier investisseur hors

hydrocarbures. "L'Algérie a tous les atouts pour devenir

le premier marché en

Afrique du Nord", a-t-il ajouté. M. Le Courtois a souligné aussi que la France est disposée à accompagner l'Algérie dans son pro-

gramme de développement national. Les travaux reprendront aujourd'hui avec de nouvelles mises en relations d'affaires et contacts entre les opérateurs économiques algériens et les investisseurs français. En fin de journée, le forum sera clôturé par la tenue d'une conférence de presse qui sera conjointe- ment animée par MM. Jean Pierre Raffarin et Mohamed Benmeradi.

Meziane Atmani

SIGNATURE D'UN ACCORD DE PARTENARIAT ENTRE SAINT-GOBAIN ET ENAVA

Un investissement de 10 millions d'euros

IL A été procédé, hier dans l'après-midi, à la signature d'un accord de partenariat algéro-fran- çais, en marge du forum, entre la firme française Saint-Gobain et l'Entreprise algérienne Enava (Entreprise nationale de verres et d'abrasifs). Il porte sur la production de différents produits en verre. Le montant d'investissements est d'une valeur de 10 millions d'euros. L'usine sera réalisée à Oran. La cérémonie de signature s'est déroulée en présence de MM. Jean Pierre Raffarin et Mohamed Benmeradi.

M.A.

LA CCONJONCTURE

de Nabil Benbachir

Un climat pour faire de bonnes affaires ?

LE FAIT que l'on ne sache rien de ce qui est projeté pour l'Algérie à des horizons plus lointains que les échéances électorales, peut nous placer dans la situation où la tendance serait grande,

très grande même, de dire que les pouvoirs publics cèdent au péché facile de la pratique de la méthode de la navigation à vue. Qu'en est-il de l'écoute ou plutôt des suites à donner aux signaux lancés par des institutions internationales et par des entreprises étrangères portant sur l'inexistence d'un climat d'affaires favorables à l'investissement ? Même les représentants du secteur privé national ne manquent pas de procéder à de telles remarques, bien entendu pour ce qui concerne la consolidation des entreprises algériennes. Il serait tentant de le soutenir, de croire que les pouvoirs publics ont investi dans une recherche par tâtonnements de solutions à une équation qui paraît insoluble, en tout cas pas facile à résoudre pour un pays comme le nôtre qui dépend du pétrole et rien que du pétrole, qui finance la croissance par des dépenses publi- ques. L'avènement de l'économie de marché capable de financer par elle-même le développe- ment du pays en substitution à l'endettement et à la dépense publique ne semble pas pour demain. Alors, quoi faire? Les entrepreneurs étrangers parlent d'un mauvais climat d'affaires, et on sait que pour nous le concept “affaires” signifie commerce et non pas production. Peut-on en conséquence soutenir un seul instant que les pouvoirs publics, ou plutôt ceux qui décident de ce qui se fera, ont involontairement mis à mal le climat d'affaires pour que les étrangers ne nous

considèrent pas uniquement comme des commerçants évalués à notre capacité à être de bons clients ? Il faudrait que les pouvoirs publics nous disent pourquoi ils ne se sont pas démenés à créer un climat bon pour les affaires à moins que cela ne relève d'une stratégie qui ne nous a pas été révélée ? Nous ne disposons pas de projections sur le futur dans le domaine de l'économie et du social, mais le fait que les institutions ne communiquent pas trop sur leurs anticipations ne veut pas dire que n'existent pas de telles projections. Mais, si elles existent, il faudrait que cela ne constitue pas un secret. Pourrions-nous dire que sur le plan de l'économie les orientations changent en fonction de ce qui se présente sur le terrain, car les pouvoirs publics ont trop compté sur les IDE et la coopération par le partenariat, du moins si on se rapporte à leurs discours ? Ne rien faire jusqu'à ce que se précise le mouvement des privatisations ? On se pose souvent la question de savoir pourquoi, malgré bien des audits dits menés sérieusement, les thérapies iden- tifiées et mises en œuvre n'aboutissent pas aux résultats attendus. Où est le vrai problème ? Inefficacité dans la mise en œuvre des politiques ? Inefficacité des instruments de suivi de la mise en œuvre des politiques d'action ? Ouyahia, lors du congrès de son parti, avait fait siennes pratiquement toutes les conclusions tirées du séminaire organisé par le Sénat sur la " défense économique ". Oui, le futur alimentaire est en péril. L'agriculture est en déficit. Les terres agri- coles se sont raréfiées. Il continue à demeurer une grave dépendance du pétrole comme source de financement du pays, et plus particulièrement des importations alimentaires. Il y a surtout des

avancées à faire dans les exportations hors hydrocarbures, mais quoi faire pour y parvenir, c'est- à-dire exporter en hors hydrocarbures et produire en substitution aux importations. Pourrions- nous alors en déduire que nous nous sommes fait avoir et qu'en conséquence il nous faudrait procéder à un changement de trajectoires et pas à des retouches ?

N.B.

4

- LE MAGHREB du 31 mai 2011

NATION

SIDI-SAÏD TENTE DE RASSURER LE MONDE DU TRAVAIL

Les dossiers de l'UGTA pour la tripartite de septembre

Après la première tripartie consacrée aux questions économiques et jugée positive en termes de résultats, la Centrale syndicale s'attelle à présent à préparer le rendez-vous de septembre qui réunira le gouvernement, l'UGTA et le patronat autour des sujets sociaux notamment.

ABDELMADJID Sidi-Saïd a souligné que la prochaine tri- partite se penchera sur des dossiers " importants qui concernent le monde du tra- vail avec à la clé les questions sur la retraite ". Le secrétaire général de l'UGTA, invité hier de la Chaîne III de la Radio nationale a affirmé, à ce pro-

la Chaîne III de la Radio nationale a affirmé, à ce pro- pos que le monde

pos que le monde du travail " n'a, pas à s'angoisser ". Les assurances du SG de l'UGTA viennent en fait après que des voix se sont élevées quand aux retards dans la finalisa- tion de certains dossiers comme le statut particulier ou

encore le régime indemni- taire. Pour Abdelmadjid Sidi- Saïd les choses " avancent bien et les dossiers, notam- ment les statuts particuliers en suspens, dont trois qui de la santé et des collectivités locales sur soixante-dix sont

en voie de finalisation ". En expliquant les retards dans l'achèvement de ces dossiers, Sidi-Saïd a précisé qu'ils sont dus à des " problèmes techni- ques, des négociations et contestations mais ajoute qu'il n'y a jamais eu une volonté

de blocage ". Invité à donner son avis sur les résultats de la tripartite du 28 mai dernier, il

a mis en avant les proposi-

tions de son syndicat qui porte essentiellement sur la protection de l'entreprise algérienne publique et pri- vée. Sidi-Saïd a déclaré qu'il est temps de " lever les équi- voques entre le secteur public et privé " et s'interroge au passage " pourquoi le protec- tionnisme appliqué de par le monde aujourd'hui serait interdit pour nous ". Il s'agit pour lui d'un moyen pour " protéger l'outil de production national en vue de créer de la richesse et préserver les pos- tes d'emploi ". A ce propos, il ne manque pas de fustiger le recours à l'importation " anar- chique qui met en difficulté des entreprises nationales comme c'est le cas du secteur du textile ". D'où son soutien au gouvernement qui a déjà

mis une enveloppe de "300 milliards de dinars pour sau- vegarder les entreprises de divers secteurs ". Cette volonté de réhabilitation des entreprises, dit-il, permettra par exemple de sauver " 500 entreprises de textiles et 500000 emplois dans le sec- teur public ". L'analyse du patron de l'UGTA sur les

récentes augmentations sala- riales fait montre de soutien à la démarche mais qui demande aussi un suivi, car, " les augmentations sont un soutien au pouvoir d'achat mais elles sont diluées dans la consommation alimentaire ou vestimentaire". La raison pour laquelle, il propose de mettre en place un " observa- toire des activités commercia- les ", annonçant par là une prochaine rencontre avec le ministère du Commerce. Sidi- Saïd qui a défendu également le crédit à la consommation mais " uniquement pour la production nationale " a pré- cisé que c'est une " question de bon sens, car il permet d'encourager la production nationale et préserver des

emplois ". Abdelghani M.

FOIRE INTERNATIONALE D'ALGER (FIA)

Pour un partenariat algéro-polonais "gagnant-gagnant"

DANS un communiqué de presse parvenu à notre rédac- tion, le responsable conseiller du Service de la promotion du commerce et des investisse- ments à l'ambassade de Pologne à Alger assure que la Pologne aura son stand à la Foire Internationale d'Alger, qui aura lieu du 1 er au 7 juin, à la Safex, au pavillon B. Il ajoute que la promotion des échanges commerciaux entre la Pologne et l'Algérie déve- loppe la coopération entre les entrepreneurs, met au profit du marché algérien les tech- nologies les plus modernes et le savoir-faire des entreprises polonaises, ainsi que leur rap- port qualité-prix très avanta- geux. Le rôle du Service de la promotion du commerce et des investissements est de promouvoir un partenariat algéro-polonais "gagnant - gagnant". "Nous nous effor- çons de faciliter le contact et la connaissance mutuelle entre les représentants des entreprises de nos deux pays, nous les informons sur les

URGENT

Cherche pour cours intensifs professeur de français Bac français (lycée international).

Tél : 0770 24 90 17

opportunités qui existent et sur celles qu'on peut créer ensemble dans l'avenir, nous travaillons avec les adminis- trations pour faciliter les par- tenariats économiques et les échanges mutuels", a-t-il ainsi souligné. L'Algérie reste le plus important partenaire économique de la Pologne en Afrique du Nord et au Maghreb. De par ses richesses naturel- les, son potentiel économique et les champs de coopération, en partie non aménagés, l'Algérie et la Pologne sont amenées à développer des échanges et des partenariats mutuellement bénéfiques, a-t- il indiqué. Il faut souligner, cependant, que la valeur des échanges bilatéraux en 2010 était de 337,681 millions $ US comparée avec 383,034 millions $ US en 2009. La valeur des exportations polo- naises vers l'Algérie en 2010 était de 324,325 millions $ US, soit une augmentation de 47,55%. La valeur des expor- tations algériennes vers la Pologne en 2010 était de 13,356 millions $ US, soit une diminution de 91,82 %. Pour l'année 2010 en termes de produits les plus impor- tants, de valeur et de pour- centage, les exportations polonaises vers l'Algérie se présentent comme suit : les cokes et semi-cokes de houille: 76,298 millions $ US, soit 23,53% des exporta- tions polonaises sur le mar- ché algérien ; lait et crème de

lait, en poudre et autres pro- duits laitiers: 67,720 millions $ US, 20,88% ; barres de fer:

47,675 millions $ US, 14,70% ; Tabac: 20,211 mil- lions $ US, 6,23% ; Pièces pour l'industrie aéronautique:

12,184 millions $ US, tj. 3,76%. Les exportations algé- riennes vers la Pologne en 2010 ont chuté de 91,82% et ont atteint une valeur totale de 13,355 millions $ US. En 2010 la balance commer- ciale des échanges algéro- polonais était largement défi- citaire pour l'Algérie. Le solde négatif pour l'Algérie était de -310,970 millions $ US, contre seulement -56,593 millions $ US pour l'année 2009. Pour ce qui est du pre- mier trimestre de l'année 2011, l'Algérie a importé des produits et services de Pologne pour une valeur de 102,76 millions $ US, ce qui constitue une augmentation de plus de 56,50% en compa- raison avec la même période de l'année 2010. Des augmentations significa- tives des importations en pro- venance de Pologne sont à noter dans certaines catégo- ries à l'image des biens d'équipements agricoles, de l'alimentation, des huiles ali- mentaires, ou encore les pro- duits laitiers, le blé, la farine, les viandes etc… Pour bref rappel, le dévelop- pement continu et significatif des différents secteurs d'acti- vités fait de la Pologne un pays à fort potentiel.

Les investisseurs de tous les pays sont attirés par la Pologne du fait de son socle macroéconomique stable, ses perspectives de développe- ment économique, ainsi que

sa sécurité garantie par son adhésion à l'OMC, à l'Union européenne, à l'Otan et à l'OCDE.

Synthèse Leila S.

APN

Le ministre de l'Habitat présente un exposé sur le projet de la LFC 2011

LORS d'une réunion de la commission des finances et du budget de l'Assemblée populaire nationale (APN), présidée par M. Mohamed Kenaï, le ministre de l'Habitat et de l'Urbanisme, M. Nourredine Moussa, a présenté, avant-hier, un exposé sur le projet de loi de finances complémentaire 2011, selon un communiqué de l'Assemblée. Le ministre a montré les grandes lignes du programme de développement (2010-2014 ) qui vise l'achèvement de deux millions de loge- ments (en comptabilisant 800 000 programmés auparavant)

et dont 40% seront affectés au logement public-locatif, 25 %

au logement promotionnel aidé (LPA) et 35% s'inscrivent dans le cadre du logement rural, ajoute le communiqué. "Un

intérêt particulier sera accordé au volet urbanistique", a sou- ligné le ministre, indiquant que des études seront élaborées en tenant compte des aspects urbains géotechniques et sismi- ques des sites. "Des programmes d'amélioration urbanistique

et d'aménagement structurel seront lancés pour éviter les dys-

fonctionnements du passé". Evoquant les crédits financiers attribués à son secteur dans le cadre de la LFC 2011, le

ministre a appuyé qu'en complément de ce qui a été accompli

et dans le cadre de l'objectif du prochain plan de développe-

ment, une autorisation de programme de l'ordre de 322 mil- liards de dinars sera destinée à la réalisation de plusieurs pro- grammes, dont 100 000 logements publics-locatifs et plu- sieurs unités, outre les crédits alloués au titre de la Caisse nationale du logement (CNL). A l'issue de l'exposé, les mem- bres de la commission ont débattu de plusieurs questions liées, notamment aux moyens d'éradiquer les constructions anarchiques et l'habitat précaire.

L.S.

NATION

LE MAGHREB du 31 mai 2011 - 5

LE MINISTRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES DÉCLARE

" La question du financement des groupes terroristes, une des priorités de la communauté internationale "

une des priorités de la communauté internationale " L'ALGÉRIE considère que "la question du

L'ALGÉRIE considère que "la question du financement des groupes terroristes doit continuer à figurer parmi les priorités de la communauté internationale, à travers l'adoption par les Nations unies d'un instrument juridi- que contraignant, criminali- sant la pratique du verse- ment de rançons aux terro- ristes en échange de la libé- ration des otages", a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci, dans une allocution pronon- cée à l'occasion de la célé-

bration de la Journée de l'Afrique. Concernant la lutte contre le terrorisme et ses connexions, il a rappelé qu'elle demeure un "défi majeur qui appelle une réelle mobilisation de tous et notamment de la commu- nauté internationale". Par ailleurs , M. Medelci a rappelé que l'Algérie a investi "beaucoup d'efforts aux plan international, conti- nental et sahélo-saharien pour créer des cadres et des mécanismes de concertation visant à prévenir et à com-

battre le fléau du terro- risme". Il a affirmé que la réunion ministérielle tenue à Bamako le 20 mai dernier et qui a débouché sur d'impor- tantes résolutions, notam- ment en matière de renforce- ment de la stratégie com- mune et des instruments de lutte contre le terrorisme dans la région du Sahel, aura été une "nouvelle étape qua- litative" dans ce processus qui demeure l'une des priori- tés de la communauté inter- nationale. Amel D.

CRIMINALISATION DU PAIEMENT DES RANÇONS

La proposition de l'Algérie adoptée

LA PROPOSITION de l'Algérie por- tant élaboration d'une convention internationale criminalisant le paie- ment de rançons a été adoptée, diman- che dernier, par le bureau exécutif du Conseil des ministres arabes de la Justice à l'issue des travaux de sa 47e session auxquels a pris part le minis- tre de la Justice , garde des Sceaux, M. Tayeb Belaiz. Ainsi, le bureau exécutif a réaffirmé son rejet de toute forme de chantage de la part des groupes terroristes, qu'il s'agisse de menaces, d'assassinat d'otages ou de demande de rançons pour financer leurs crimes, mettant l'accent sur l'impérative continuité de la coopération arabe en matière de

lutte antiterroriste à travers la conven- tion arabe et les mécanismes de sa mise en œuvre. D'ailleurs, le projet de protocole sur la lutte contre la pirate- rie maritime est en cours d'élabora- tion, précise une source participant aux travaux. Les ministres ont également passé en revue les projets de lois et de conven- tion élaborés par le Secrétariat techni- que du Conseil des ministres arabes de la Justice sur la lutte contre la pirate- rie maritime et le projet de stratégie arabe de lutte contre la traite des per- sonnes. D'autre part, les ministres ara- bes de la Justice ont souligné la néces- sité de mettre en œuvre la décision du Conseil de la Ligue arabe au niveau

OFFICE PUBLIC NOTARIALE DE MAÎTRE GRIB NOUZHA NOTAIRE À LA CITÉ 8 MAI 45 (UV5),

BT 31/A N°01

SORÉCAL, BAB EZZOUAR, ALGER.

CODE : 4243

Constitution d'une société à responsabilité limitée "Green SAT Algérie", villa n°51 Bois des Cars, Dély Brahim, Alger. Durée : 99 ans

Aux termes d'un acte reçu en l'étude le 25/05/2011 et enregistré, il a été créé ladite société entre :

1 /la société Yellowsat, représentée par son prési- dent Monsieur Grenier Pierre Vincent, 2/Monsieur Belaa Lyas et 3/Madame Djabi Radia. Au capital de : 1 000 000 DA. Objet : Entreprise des réseaux de télécommunica- tion (610004), installation de réseaux et traitement de données (607002), et par ledit acte a été nommé:

Monsieur Kateb Ahmed comme gérant pour une durée illimitée. Deux expéditions ont été déposées auprès de l'an- tenne locale du Cnrc de la wilaya d'Alger.

LE MAGHREB du 31 mai 2011

Pour avis, le notaire

ministériel en appelant les pays arabes et les Conseils ministériels spécialisés à apporter leur soutien au Programme régional des Nations unies de la lutte contre les stupéfiants et la criminalité. Il est utile de préciser que lors de son intervention, M. Belaiz a souligné la nécessité d'adapter les conventions arabes et les lois directrices selon les normes internationales en vigueur dans le respect du fond et de la forme. Il a également souligné la nécessité de respecter les normes internationales lors de la promulgation des protocoles annexes, notamment le protocole arabe de lutte contre la piraterie. Le ministre a, en outre, appelé les pays arabes à élaborer les législations

nécessaires à l'interdiction de l'utilisa- tion des sites créés à des fins terroris- tes tous en incitant les pays arabes n'ayant pas encore adopté la conven- tion arabe de lutte antiterroriste à parachever les procédures de ratifica- tion de l'amendement de l'article 1. De son côté, le ministre égyptien de la Justice a souligné dans une déclara- tion à la presse l'importance de la coo- pération arabe en cette période consa- crée à la lutte des fléaux dont souf- frent les pays arabes notamment le terrorisme, les stupéfiants, la piraterie maritime et la criminalité.

S. Ben

RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE

WILAYA D'ADRAR DAIRA DE TSABIT COMMUNE DE SBAA

AVIS D'APPEL D'OFFRES NATIONAL RESTREINT N° 02/2011

Le président de l'Assemblée populaire com- munale de SBAA lance un avis d'appel d'offres national restreint pour la :

" REALISATION DE SIEGE DE LA COMMUNE (DEUXIEME TRANCHE)" Les entreprises intéressées peuvent retirer le cahier des charges auprès de bureau d'ac- tivité économique, contre le paiement de 2.500,00 DA. Les offres technique et financière seront séparées et identifiées chacune dans une enveloppe fermée et devront parvenir sous pli fermé et anonyme et portant seulement la mention (avis d'appel d'offres national ouvert n° 02/2011) et l'objet de l'opération (à ne pas ouvrir) et déposé auprès de secré- tariat du P/APC.

1. L'offre technique est composée de :

01-Modèle de déclaration à souscrire dûment signée et remplie 02-Registre du commerce (copie légalisée) 03-Certificat de qualification et classifica- tion professionnelles activité principale tra- vaux de bâtiment catégorie (II) ou plus en cours de validité 04- Copie légalisée de la carte fiscale 05- Caution soumission 1% du montant de l'offre 06- Attestation de mise à jour CNAS 07- Attestation de mise à jour CASNOS 08- Attestation de mise à jour CACO- BATPH 09- Casier judiciaire du signataire de la soumission 10- Références professionnelles 11- Extrait de rôle à jour (impôt) 12- Planning de délai d'exécution 13- Liste de matériel justifié par les cartes

LE MAGHREB du 31 mai 2011

grises + assurances 14- Liste des moyens humains justifiés (déclaration des salaires auprès de la CNA- SAT) 15- Quittance de paiement du cahier des charges 16- Le présent cahier des charges rempli par l'entreprise coté et paraphé 17- Statut de la société s'il y a lieu 18- Attestation de procédure déposition juridique à des comptes sociaux aux agen- ces du registre de la société 19 Déclaration de probité

2. L'offre financière est composée de :

01- Modèle de soumission dûment signée et remplie 02- Bordereau des prix unitaires 03- Devis quantitatif et estimatif

La période de préparation des offres est fixée de douze (12) jours à compter de la première parution du présent avis au Bulletin officiel des marchés de l'opérateur public (BOMOP) ou dans les quotidiens nationaux. La date de dépôt des offres est fixée le der- nier jour de la période de préparation des offres prorogée de 24H par jour férié à midi

(12h00).

L'ouverture des plis des offres technique et financière sera tenue le même jour en séance publique au siège de la commune à quatorze heures trente minutes (14h30). Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pendant une période de 120 jours à compter de la date limite de dépôt des offres.

ANEP N° 857 929

6- LE MAGHREB du 31 mai 2011

RÉGIONS

BRÈVES DE MÉDÉA

316 candidats à la formation à distance

PAS MOINS de 316 candidats à Médéa ont passé les épreuves du test de niveau en vue de l'ensei- gnement et de la formation à dis-

tance (Oref), dans les filières let- tres (279) et sciences (19), qui se sont déroulées au lycée "Noureddine-Zerrouak". Comme il reste à rappeler que

32 détenus du centre de rééduca-

tion à Berrouaghia ont pris part à

ces épreuves.

Recrudescence des vols du cheptel

UN BILAN divulgué par les services de la Gendarmerie

nationale à Médéa, révèle que

25 réseaux impliquant 81 indivi-

dus spécialisés dans le vol de moutons ont été démantelés, dont 59 sous mandat de dépôt. Les mêmes sources font état de

1 644 têtes d'ovins volées. A.M.

BRÈVES DE LAGHOUAT

16 affaires au rôle de la session criminelle

LA SESSION criminelle de

l'année 2011, s'est ouverte le 29 mai dernier, avec au menu 16 affaires enrôlées. Elle concerne

46 accusés impliqués dans des

affaires de drogue, homicide volontaire avec préméditation, kidnapping et falsification de documents officiels.

AFLOU

500 familles rurales menacent

LES HABITANTS des villages Aïn Mansour, Oued Medsous, Aïn-Toudera, El Haoudh, soit 500 foyers, menacent d'investir le siège de l'APC d'Aflou pour dénoncer une énième fois la situation du projet de réalisation de 29km de route, à l'arrêt depuis 2 ans, les problèmes lan- cinants de l'AEP, l'électrification et l'habitat.

Rencontre nationale sur l'envenimation scorpionique

DANS le cadre de la sensibilisa-

tion et de l'information sur l'en- venimation scorpionique, une rencontre nationale s'est dérou- lée en fin de semaine, à l'École paramédicale de Laghouat, regroupant spécialistes et inter- venants du secteur sanitaire. On apprendra que pas moins de

47 800 cas ont été recensés, en

2010, au niveau de 37 wilayas du pays, ayant causé 69 décès, dont 75% d'enfants dans 15

wilayas classées en zone rouge. Concernant la région de Laghouat, il a été enregistré

1 510 cas, et un décès.

3 arrestations et du cannabis saisi

LES SERVICES de sûreté à Laghouat, ont saisi récemment une quantité de cannabis lors d'une perquisition effectuée au domicile de 3 dealers notoire- ment connus. Les mis en cause ont été placés sous mandat de dépôt.

A.M.

49 MILLIONS DE DINARS POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL

Plus de 50 projets retenus à Illizi

économiques en milieu rural dans 12 localités, ciblant une population de 6 265 habi- tants. Ces opérations portent sur l'alimentation en énergie solaire, la réalisation de mar- chés locaux, la promotion de l'élevage et l'arboriculture, l'aménagement de sources d'eau et d'autres activités bénéfiques aux populations nomades de ces contrées éloi- gnées, a-t-on fait savoir. Des projets similaires, pour un montant de 99 millions de dinars, inscrits au titre du Fonds de lutte contre la désertification et le dévelop- pement du pastoralisme et de la steppe (FLDDPS- 2011),

PLUS DE 49 millions de dinars, est l'enveloppe allouée au secteur des forêts par le Fonds de développe- ment rural et la mise en

valeur des terres par la concession (FDRMVTC) pour financer plus de cin- quante projets de développe- ment rural de proximité rete- nus en faveur de la wilaya

d'Illizi, au titre de l'exercice

de

Conservation des forêts de cette wilaya. 360 postes d'emploi vont être générés

la

2011,

selon

visant à l'amélioration des conditions de vie des popula- tions locales, ainsi que la diversification des activités

porteront sur la réalisation et la réhabilitation de puits de parcours, des abreuvoirs pour les cheptels camelin et caprin, l'acquisition de kits solaires pour les foyers, la promotion de l'artisanat et la plantation d'arbres fruitiers sur 70 hectares dans les com- munes frontalières de Djanet et Debdeb. Selon la Conservation des forêts, la wilaya d'Illizi a bénéficié de 100 hectares de plantation d'oliviers répartis à travers les six communes de la wilaya, et 40 hectares de bande verte pour les commu- nes de Debdeb et Djanet. A. Kehila

ALORS QUE LA PREMIÈRE A ÉTÉ DÉCRIÉE PAR LA POPULATION

La 2 e liste des bénéficiaires de l'habitat rural se fait attendre à Chorfa

ne pas figurer sur cette liste chez de nombreux citoyens. Les personnes rencontrées n'ont pas caché leurs colère quant aux noms affichés sur la première liste. Bon nombre de spécula- tions et de soupçons ont circulé quant à la " transparence " dans laquelle a été élaborée cette pre- mière liste, avec comme souci principal, le respect des dates de dépôt de ces dossiers auprès des services concernés. A ce propos,

BISKRA

Une importante récolte de céréales attendue

cette récolte, mobilise 200 moissonneuses-batteuses et cinq points de collecte implantés dans les communes de Sidi Okba et de Zeribet El Oued, selon la même source. La céréaliculture est concen- trée, dans la wilaya de Biskra, dans les communes de M'ziraa, Zeribet El Oued, Ain

KHENCHELA

Plan d'aménagement des forêts et de revalorisation de la production de bois

aliment pour bétail. Shahra B.

à la production de l'avoine,

dont 1 000 ha sont consacrés

s'étend sur 25 000 hectares

à partir de puits artésiens

vée, irriguée, pour l'essentiel,

Naga, Sidi Okba, Faydh, Doucen, Lioua, Laghrous et Loutaya. La surface embla-

IL FAUT encore beaucoup d'at- tente et de patience pour les citoyens de la commune de Chorfa wilaya de Bouira, qui ont déposé des dossiers de demande de logement, afin d'en bénéficier

dans le programme de l'habitat rural. En effet, les postulants attendent depuis plus d'un mois, l'affi- chage de la deuxième liste des bénéficiaires. Cette attente n'a pas été sans susciter la crainte de

les autorités communales nous ont informés que " l'ensemble des dossiers seront pris en consi- dération ", mais n'ont avancé aucune date précise pour l'affi- chage de la liste attendue. Toutefois, las d'attendre, les citoyens se posent plusieurs questions et espèrent que la forte demande de logements sera satisfaite dans cette localité à vocation agricole. Ryma K.

LA PRODUCTION de céréa- les prévue cette saison dans la wilaya de Biskra devrait atteindre environ 900 000 quintaux, selon les prévisions de la direction des services agricoles. La campagne mois- son-battage, entamée de manière progressive à travers les régions concernées par

LA CONSERVATION des forêts dans la wilaya de Khenchela, a indiqué, qu'un plan " d'aménagement des forêts et de revalorisation de la production de bois ", vient d'être élaboré avec le concours de la Société de

génie rural. Ce plan, auquel cette dernière structure a également participé, doit être mis en œuvre en 2011 et porte sur la réhabilita- tion des peuplements forestiers, notamment les plus anciens, exploités depuis plus de 120 ans,

et sur l'augmentation de la pro- duction de bois qui sera portée de 16 000 à 30 000 m 3 ,précise-t-

on. Il s'agira également du reboi- sement des aires forestières exploitées ainsi que des cédraies couvrant 11 000 hectares dans la wilaya, sachant que le patri- moine forestier de cette wilaya s'étend sur 187 000 hectares. Il est notamment composé de peu- plement de pins, de pins d'Alep, de cèdres, de genévriers et de chênes. La production de bois à Khenchela couvre 60% des besoins du marché national. Outre l'ouverture de pistes et l'exécution de travaux sylvicoles et de prévention contre les divers parasites affectant les forêts, il

sera aussi procédé à l'aménage- ment de points d'eau et à des lâchers d'animaux sauvages, notamment des oiseaux ramenés du centre cynégétique de Zeralda, dans les massifs d'Ouled Yakoub, de Béni Oudjana et de Béni Melloul. Le bois des forêts de Khenchela est exploité par la Société régionale des travaux d'aménagement syl- vicole et agricole (Safa Aurès), qui exploite deux unités de pro- duction et de commercialisation à Bouhmama et à Khenchela.

Wahab K.

BRÈVES DE DJELFA

Un homme chute dans un puits

LES HABITANTS du village "Dhaya " dans la commune de Djelfa, étaient en émoi en début de semaine après l'annonce du drame qui a endeuillé une famille de 7 personnes, dont le père âgé de 45 ans est mort par noyade après avoir chuté acci- dentellement dans un puits.

Un homme fauché par un camion

UN HOMME a été percuté mortellement par un tracteur agricole, avant-hier, sur le tron- çon routier reliant la ville de Hassi Bahbah à Hassi Achr. La victime décéda sur les lieux sous l'effet du choc. Le corps a été évacué à la morgue de l'hôpi- tal de Hassi Bahbah.

Sit-in des étudiants

POUR réclamer une prise en charge qualitative de l'héberge- ment et de la restauration, les étudiants de la cité universitaire " Chagra-Bensalah " à Djelfa, ont observé dans la nuit de samedi à dimanche, un sit-in devant le siège de la wilaya et exigé la présence du wali.

12 000 logements en chantier

LE SECTEUR de l'habitat a lancé récemment un projet de réalisation de 12 000 logements sociaux locatifs répartis entre les communes de Djelfa (3 180 uni- tés), Messaâd (800), Aïn- Oussera (1 100), Hassi Bahbah (700), El Idrissia et Birine (350), Dar Chioukh et Charef (240).

A.M.

ZOUBAÏRIA

Deux blessés graves dans une

collision

DEUX personnes ont été griève- ment blessées suite à la collision entre deux véhicules, survenue, avant-hier, dans la commune de Zoubaïria, 26 km au sud de Médéa. Les secouristes de la Protection civile ont immédiate- ment pris en charge les victimes, qui ont été évacuées au service des urgences de l'hôpital de Berrouaghia.

OUZERA

8 personnes asphyxiées

HUIT personnes ont été asphyxiées, hier, par le monoxyde de carbone dans un logement situé à Ouzera. Par ail- leurs, un incendie s'est déclaré dans un bâtiment jouxtant le siège de la daïra de Médéa. Trois personnes dont un enfant ont été asphyxiées. A.M.

PPrréévviissiioonnss mmééttééoo O ran Alger Annaba Jour: Légère pluie Max : 23°C Min : 18°C
PPrréévviissiioonnss mmééttééoo
O ran
Alger
Annaba
Jour: Légère pluie
Max : 23°C
Min : 18°C
Humidité relative: 70%
Jour:Très nuageux
Jour: Très nuageux
Max : 21°C
Min : 18°C
Humidité relative: 73 %
Max : 22°C
Min : 19°C
Humidité relative: 65 %

CONTRIBUTION

LE MAGHREB du 31 mai 2011- 7

LES CONDITIONS DE LA RÉUSSITE POUR L'ÉPANOUISSEMENT DE L'ENTREPRISE EN ALGÉRIE

Bonne gouvernance et valorisation du savoir

Professeur Dr Abderrahmane MEBTOUL Expert international en management stratégique

Certains journalistes de la presse publique et indépendante m'ont demandé mon avis sur les résultats de la tripartie du 28 mai 2O11 et son impact sur l'entreprisse algérienne. Ma réponse et que certaines décisions prises sont certes louables, mais n'auront un effet positif sur économie algérienne qu'à cinq conditions dialectiquement liées.

qu'à cinq conditions dialectiquement liées. IL FAUT ÊTRE réaliste, les pratiques sociales

IL FAUT ÊTRE réaliste, les pratiques sociales contredisant à la fois la phraséo- logie politique pompeuse et les discours démagogiques qui ne portent plus, les Algériens exigeant, surtout après certai- nes récentes révélations internationales d'accusation sorties de capitaux et de cor- ruption, au plus haut niveau, de leurs diri- geants. Intox ou vérité, un démenti s'im- pose en urgence si l'on veut attirer les investissements porteurs. La bonne gou- vernance (la moralité des dirigeants) et la valorisation des compétences condition- nant la mobilisation de la population et notamment de la jeunesse sont les condi- tions sine qua non du développement durable en cette ère de mondialisation.

1. Première condition, la prise en compte du cadre concurrentiel mondial n'oubliant jamais que l'Algérie évolue au sein d'une économie ouverte (coût et qualité) et que les entreprises algériennes publiques et privées sont caractérisées par la faiblesse de leur management stratégique. Celle-ci est plus importante au niveau du secteur privé dominé par les entreprises familia- les à plus de 8O%, et dans les entreprises publiques avec des interférences du politi- que sans contrat précis en matière d'efficience pourtant prévu par la loi sur l'autonomie des entreprises publiques.

2.Deuxième condition, la levée des contraintes de l'environnement interne, la bureaucratie qui freine tout investisse-

ment porteur à plus de 5O%, la léthargie du système financier, expliquant que les réformes souvent annoncées sont diffé- rées, le foncier non résolu à ce jour devant être accompagné de toutes les utilités (VRD) et du système socio-éducatif sou- vent inadapté.

3. Troisième condition, le problème de la sphère informelle, produit de la bureau- cratie, contrôlant 4O% de la masse monétaire en circulation, 65% des seg- ments utiles, dont les filières fruits et légumes, viandes rouges et blanches, poisson et à travers l'importation de texti- les et chaussures. Il existe des relations dialectiques entre la logique rentière (98% des exportations provenant des hydrocarbures et important 75% des besoins des entreprises et des ménages) et la sphère informelle , une concurrence déloyale vis-à-vis des pro- ducteurs de richesses entretenant des relations diffuses avec certains importa- teurs extérieurs, expliquant la faiblesse des entrepreneurs tant étrangers que natio- naux investissant à long terme et ce, mal- gré une dévaluation du dinar qui aurait dû dynamiser les exportations hors hydro- carbures. Cette situation explique également la dominance du cash et la corruption qui se socialise. Aussi, les indicateurs offi- ciels du taux de croissance et du taux de chômage sont largement biaisés, tout étant irrigués par les hydrocarbures avec

la dominance des emplois temporaires rentes fictifs, sans compter les sureffectifs dans les administrations et les entreprises publi- ques.

4. Quatrième condition, les mesures annoncées comme la préférence nationale de 25%, la bonification des taux d'intérêts autant que les subventions (compression

artificielle de l'inflation) ne peuvent être que transitoires, une nation ne distribuant que ce qu'elle a préalablement produit si elle veut éviter la dérive, pouvant assister

à une redistribution de rente à l'ensemble

des couches de la société sans contrepar- ties productives, et que voilent transitoi- rement les réserves de change non pas dues au génie et à la gouvernance interne- mais aux hydrocarbures qui vont à l'épui- sement entre 16-25 ans en termes de ren- tabilité financière et compte tenu des nouvelles mutations énergétiques mon- diales. L'important déficit budgétaire prévu par la loi de finances complémen- taire 2011, plus de 33% du PIB (plus de 55 milliards de dollars) correspondant

à un cours du pétrole de 12O dollars

minimum est insoutenable à moyen terme. Avec 2OO milliards de dépenses

publiques entre 2OO4/2OO9 (aucun

bilan à ce jour) et 286 programmés, dont

136 de restes à réaliser des programmes

de 2OO4/2OO9, le taux de croissance officiel a été en moyenne de 3%, alors qu'il aurait dû dépasser les 10% montrant une mauvaise allocation des ressources

financières. A cette tendance lourde, il y

a le risque de l'épuisement du fonds de

régulation (évalué à 4 800 milliards de dinars au 1er janvier 2O11- un dollar équivalant à environ 75 dinars au cours officiel) et d'une spirale inflationniste conduisant à fois à la concentration du revenu national au profit d'une minorité rentière et à la détérioration du pouvoir d'achat de la majorité avec des tensions sociales de plus en plus aiguës.

5.La cinquième condition qui constitue la synthèse à avoir l'urgence d'une cohé- rence et visibilité dans la marche de la

réforme globale liant Etat de droit, démo- cratie et réformes économiques, en fait

la refondation de l'Etat algérien pour une

société plus participative et citoyenne qui permettra l'épanouissement de l'entre- prise algérienne et préparer le défi de demain l'après-hydrocarbures pour une population qui passera de 36,3 millions en 2O11 à plus de 5O millions dans 2O/25 ans sans hydrocarbures.

A.M.

plus de 5O millions dans 2O/25 ans sans hydrocarbures. A.M. E T U D E NOTARIALE

ETUDE NOTARIALE DE MAÎTRE ABDENNEBI MOHAMED IQBEL, CITÉ EL HAYATE, RUE 04 N°06 KOUBA -

W. A LGER- CODE : (3267)

Dissolution de la société à responsabilité limitée dénommée:

“SARL Travaux de bâtiment et TCE Hamadache”

Aux termes d'un acte établi en étude le: 18/05/2011, il a été décidé la dissolution anticipée de la société ci-dénommée, siège sociale, cité 50 logements n°34 rez-de-chaussée Khmiss El Khachena w. Boumerdès, capital : (100.000,00 DA), durée (99 ans) Mr Hamadache Hamid Ben El Ounnès, a été nommé comme liquidateur.

Pour avis, le notaire

LE MAGHREB du 31 mai 2011

8-LE MAGHREB du 31 mai 2011

ENERGIE

EXPLORATION DES HYDROCARBURES

L'Afrique prise d'assaut par les multinationales

Une nouvelle ruée sur le pétrole du continent africain est à l'œuvre On sait qu'il y existe des réserves fascinantes. Après l'Asie centrale, l'Afrique reste le dernier continent à ne pas avoir été pleinement exploré et exploité. Il est d'ailleurs probable que les majors y signeront leur dernier " contrat du siècle ". Début mai s'est tenue la Conférence pétrolière d'Afrique de l'est (East Africa Oil Conference).

IL EST RARE de voir l'ensem- ble des métiers du pétrole se réu- nir pour un même événement. Il est encore plus rare de les voir réunis en Afrique. La conférence

a rassemblé pêle-mêle produc-

teurs, raffineurs, indépendants, géologues. Tous étaient là pour

indépendants, géologues. Tous étaient là pour souligner l'importance de la côte est-africaine pour

souligner l'importance de la côte est-africaine pour l'exploration.

Total, Anadarko, Sasol, Tullow, Apache, Cairn et même International SOS, une compa-

gnie chargée d'assurer la sécurité des étrangers dans les pays ris- qués (le nombre d'expatriés dans ces pays devrait exploser dans les années à venir), étaient pré-

sentes. L'Etat kenyan a déjà loué 36 blocks, où 32 puits exploratoires ont été forés. 75 000 km2 de don- nées sismiques ont été récoltées. Depuis quelques temps, le Kenya est devenu un nouvel eldo- rado pétrolier - moins pour ses réserves que pour sa position stratégique en Afrique de l'Est. Les ports kenyans pourraient bientôt voir se diriger vers eux le pétrole ougandais. Disposant d'un seul pipe- line pour l'instant, les parapétroliers fourmillent d'idées pour développer l'exportation du pétrole à travers le Kenya. Les richesses en jeu sont telles que la baisse du baril en 2008-2009 n'a jamais dis- suadé les pétroliers de res- ter dans le pays. On com- prend la persévérance de ces acteurs : les réserves du continent pourraient être gigantesques. Les réserves de l'Afrique pour- raient être du même ordre de grandeur que celles de la Russie qui, en 2010, a extrait 10,145 millions de barils par jour. L'Afrique a en outre des quantités impressionnantes du très controversé gaz de schiste. Les gisements africains ont un

autre avantage : la géologie. Oubliez l'Arctique, la Sibérie et les chapkas, le sous-sol africain est bien plus facile d'accès que le sous-sol russe. La demande en pétrole ne cesse d'augmenter. Pour un baril découvert, quatre sont consommés. Les prix sont donc en hausse et le baril semble fermement installé au-dessus des 100. L'Afrique est donc réappa- rue sur les écrans radars de pro- fessionnels du pétrole. Deux compagnies se sont en particu- lier distinguées : Anadarko sur la côte ouest et Tullow sur la côte est. C'est la découverte en 2006 de gisements d'hydrocarbures exploitables dans l'Albertine Rift qui a alerté le secteur du poten- tiel pétrolier de l'Afrique. Total a été une des premières majors à sentir le potentiel de ces régions. En mars 2011, Total a enfin conclu son association avec Tullow et son collaborateur chi- nois CNOOC. Les trois compa- gnies vont partir à l'assaut d'un gisement extrêmement promet- teur en Ouganda. Selon les pre- mières estimations, le gisement contiendrait plus d'un milliard de barils. Total estime qu'un autre milliard reste à découvrir. Ces pétroliers et parapétroliers ver- ront leurs profits décoller au fur et à mesure que le continent révèlera son potentiel. Mourad A.

RESSOURCES ÉNERGÉTIQUES

Le G8 s'engage pour la sécurité des centrales nucléaires

LES MEMBRES du G8, dont les ressources en énergie reposent notam- ment sur l'atome, se sont engagés jeudi à renforcer

la sûreté de leurs centra-

les et exprimé leur soli- darité au Japon qui a annoncé l'organisation

fin 2012 d'un sommet sur

la sécurité. "Le Japon

voudrait organiser un sommet international sur la sûreté nucléaire en coopération avec l'AIEA à la fin de l'année pro- chaine au Japon", a déclaré le Premier minis- tre japonais Naoto Kan à ses homologues améri- cain, russe, français, bri- tannique, allemand, ita- lien et canadien, cité par un haut responsable. Il a dressé un état des lieux après la catastrophe de la centrale de Fukushima.

Le séisme et le tsunami géant du 11 mars ont fait quelque 25.000 morts et disparus dans le Nord-Est du Japon. Selon la chancelière allemande Angela Merkel, les pays du G8 (Etats- Unis, Russie, Canada, Japon, France, Grande-Bretagne, Italie

et Allemagne) sont tombés d'ac-

cord jeudi pour procéder à des tests sur la sûreté de leurs centra-

les nucléaires. "Nous sommes tous d'accord pour des tests de sécurité périodiques et intensifs de toutes les centrales nucléai- res", a déclaré à la presse la chancelière qui s'est dite "très

à la presse la chancelière qui s'est dite " très satisfaite " par ce " progrès

satisfaite" par ce "progrès incon- testable" qui figurera dans la déclaration finale du G8. Les cri- tères retenus par l'Union euro- péenne pour tester ses centrales "doivent devenir des critères internationaux", a-t-elle aussi

estimé à la fin de la première journée du G8 de Deauville (nord-ouest). Les Européens sont parvenus péniblement mardi à un accord sur les modalités des tests à mener pour vérifier la résistance des centrales nucléaires de l'UE à des catastrophes naturelles et à

des événements d'origine humaine. Semblant sur la même longueur d'onde que l'Allemagne, la Russie estime "qu'il n'y a pas d'alternative" à un renforcement de la sécu- rité, a déclaré Nikolai Spassky, vice-président de l'organisme nucléaire étatique Rosatom. Selon une source russe, le prési- dent russe Dmitri Medvedev devait propo- ser à ses partenaires du G8 d'adopter une nou- velle convention sur la sécurité nucléaire, pour empêcher en cas de nou- vel incident des "consé- quences catastrophiques au niveau mondial". A Paris, le Premier ministre français François Fillon a indiqué que la France proposerait pour sa part au G8 la création d'une "force d'intervention rapide" des grands pays indus- trialisés qui puisse répondre à des accidents nucléaires comme celui de Fukushima. Les Etats- Unis, très présents dans l'aide apportée au Japon après la catas- trophe, ont récemment réitéré de leur côté leur "soutien résolu" aux Japonais pour les aider à se relever de la catastrophe. Selon un projet de déclaration obtenu par l'AFP et qui devait être adopté par le G8, les dirigeants des pays les plus industrialisés vont assurer être "pleinement confiants" dans la capacité japo-

naise à surmonter sa catastrophe. "Nous sommes déterminés à tirer toutes les leçons nécessaires de cette calamité" de Fukushima,

"incluant la nécessité de pro- mouvoir les plus hauts niveaux de sûreté nucléaire dans le monde", ajoute le texte.

RENONÇANT À L'INSTALLATION DE NOUVEAUX RÉACTEURS

La Suisse quittera définitivement le nucléaire en 2034

LE GOUVERNEMENT suisse s'est prononcé en faveur d'un retrait progressif du nucléaire. Alors que le pays produit 40% de son énergie grâce au nucléaire, le Conseil fédéral souhaite fermer une à une les cinq centrales que compte le pays, et ce à partir de 2019. Suite à la catastrophe de Fukushima, la Suisse a décidé de revoir sa politique énergétique. Comme le rapporte le site de 20

minutes, le pays a renoncé à la construction de nouveaux réacteurs,

et le gouvernement s'est prononcé en faveur d'une sortie progres-

sive du nucléaire. Alors que le week-end dernier, 20.000 personnes ont manifesté contre le nucléaire en Suisse, le Conseil fédéral recommande de ne pas remplacer les cinq centrales du pays lorsqu'elles arriveront en fin de vie. La décision définitive sera prise par les députés au début du mois juin. Si le Parlement suit l'avis des sept membres du gouvernement fédéral, les cinq sites devraient tous être arrêtés d'ici à 2034. La première, la centrale de

Beznau I, devrait être fermée en 2019, tandis que les sites Beznau

II et Mühleberg seront arrêtés en 2022. La fermeture de la centrale

de Gesgen est prévue en 2029, et celle de Leibstadt en 2034. "Il était important pour le gouvernement de dire que nous mesurons le potentiel et de manifester clairement à l'économie, à la population, aux investisseurs potentiels que nous souhaitons ce changement et qu'il est possible", a déclaré la ministre de l'Energie, Doris Leuthard, lors d'une conférence de presse. Aujourd'hui le nucléaire assure 39% de la consommation énergétique de la Suisse. Si le pays met en oeuvre cette sortie progressive, il misera sur le déve- loppement de l'hydraulique et des autres énergies renouvelables, tout en instaurant une politique d'économie d'énergie. La Suisse pourrait également miser sur les importations d'électricité, mais aussi sur la production à base de combustible fossile, a indiqué la ministre. Selon les premières estimations du gouvernement, le coût de cette nouvelle politique énergétique pourrait atteindre entre 0,4% et 0,7% du produit intérieur brut.

FINANCES

LE MAGHREB du 31 mai 2011-9

SELON LA BANQUE MONDIALE

Situation financière externe confortable pour l'Algérie

La Banque mondiale prévoit pour l'Algérie une croissance de 3,7% en 2011 avec une situation financière extérieure "confortable" mais un solde budgétaire négatif. Dans son rapport, publié mercredi, intitulé "la région MENA face aux défis et aux opportunités", la BM souligne que le taux de croissance de l'Algérie devra être de 3,7% en 2011 et de 3,6% en 2012 contre 3,3% en 2010.

CES CHIFFRES dépassent légèrement les prévisions faites par le FMI en avril dernier, qui tablaient sur une croissance de 3,6% en 2011 et de 3,2% en 2012. L'institution de Bretton Woods note, cependant, que le solde budgétaire sera négatif de -3,3% en 2011 avant de baisser à -1,1% en 2012 contre -3,9% en 2010, ''en raison des dépen- ses publiques élevées''. Quant à la balance des comptes courants, la BM pré- voit une bonne performance, en la situant à 17,8% du PIB en

voit une bonne performance, en la situant à 17,8% du PIB en 2011 et à 17,4%

2011 et à 17,4% en 2012 contre

9,4% en 2010, soit les mêmes prévisions du FMI d'avril der- nier. Il est constaté que la balance des comptes courants de l'Algérie dépasse largement la moyenne de celle des pays exportateurs de pétrole de la région MENA (hors Libye en

raison de la crise actuelle) qui devrait se situer à 14,3% en

2011 et à 13,4% en 2012, soit

une révision à la baisse par rap- port aux prévisions du FMI qui pronostiquait, en avril dernier,

un taux de 16,9% en 2011 et de 15% en 2012 pour l'ensemble de cette catégorie de pays. En fonction de ce critère, l'Algérie est classée en 3e posi- tion après le Qatar et le Koweit, devançant une dizaine de pays pétroliers de la région dont notamment l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et l'Iran. Pour l'institution de Bretton Woods, la situation financière extérieure de l'Algérie "reste confortable en raison notam- ment des prix élevés du

pétrole". Abordant la question de la hausse des prix internatio- naux des produits alimentaires et ses effets sur la région MENA, la BM souligne qu'en Algérie, "la flambée des cours mondiaux a eu peu d'effets sur les prix intérieurs grâce à la politique du gouvernement reposant sur la subvention des prix qui a permis de protéger efficacement les consomma- teurs contre les chocs des prix alimentaires". Concernant la région MENA en général, la BM note que les perturbations économiques actuelles dans de nombreux pays de cette région se sont traduites par une prévi- sion à la baisse de la croissance à 3,6% en 2011 contre des pré- visions précédentes de 5%. Aux yeux de la vice-présidente de la BM pour la région MENA, Mme. Shamshad Akhtar, "la riche expérience des pays qui ont connu des changements politiques similaires suggère que les perturbations à court terme de la croissance écono- mique et les tensions sociales sont inévitables". Néanmoins, a-t-elle ajouté, "la transition est l'occasion pour les pays de rom- pre avec le passé et aller vers de nouvelles orientations". Pour elle, la priorité est de "trans- mettre les bons signaux pour restaurer la confiance des investisseurs publics et privés qui, dans la région MENA, appelle à assurer le respect et la dignité des citoyens grâce à des

politiques sociales, un change- ment fondamental des cadres de gouvernance et a un rétablisse- ment rapide de la stabilité macroéconomique". Pour la BM, alors que les pays de la région MENA avaient largement enregistré une nette reprise économi- que à la fin de l'année 2010, "les événements (politiques) qui ont commencé en début 2011 et engendré un change- ment de régime rapide en Tunisie et en Egypte, et des défis en cours à Bahreïn, en Libye, en Syrie et au Yémen, ont affecté les perspectives macroéconomiques à court terme et le rythme des réformes économiques dans la région". Sur ce point, l'économiste en chef pour la région MENA, Mme. Caroline Freund, a avancé que "les effets de ces réformes tendent à suivre une courbe sous forme de J où les choses empirent avant de s'améliorer", en citant l'expé- rience de pays d'autres régions qui avaient fait une transition réussie après avoir vu leur croissance baisser la première année avant de se redresser rapidement. Pour elle, l'amélio- ration de l'Etat de droit permet- tra de "promouvoir la concur- rence, assurer la stabilité politi- que et attirer les investisse- ments, facilitant une croissance plus rapide et d'une manière durable". Samia A.

POUR FAIRE FACE À LA CONCURRENCE

Trois banques américaines se mettent à l'e-paiement

TROIS GRANDES banques américaines, Bank of America, JPMorgan Chase et Wells Fargo, ont annoncé qu'elles allaient proposer ensemble un service de paiements électroni- ques simplifiés, qui de fait concurrencera le système PayPal (eBay). "Les clients des trois banques pourront transférer des fonds directement de leur compte chèques en utilisant une adresse e-mail ou un numéro de téléphone portable - au lieu de donner des numéros de compte et numéros de routage", ont

expliqué les banques dans un communiqué commun. Le ser- vice, baptisé clearXchange et basé à Charlotte (Caroline du Nord, sud-est), siège de Bank of America, "va être lancé au plan national et nous pré- voyons à terme de le dévelop- per pour englober d'autres ins- titutions financières et d'autres points de vente". "Nous vou- lons que nos clients puissent facilement envoyer de l'argent à tout le monde sans avoir à créer un autre compte en dehors de leur banque princi- pale", a expliqué dans le com-

FMI

Le Portugal reçoit une première tranche de 6,1 milliards d'euros

milliards accordée à ce pays dans le cadre du plan d'aide négocié en collaboration avec l'Union européenne (UE). L'UE de son côté, qui assurera les deux tiers de ce finance- ment, a annoncé avoir levé 4,75 milliards d'euros pour aider l'Irlande et le Portugal qui en recevra 1,75 milliard. Selon les

muniqué Mike Kennedy, res- ponsable de la "stratégie de paiements" chez Wells Fargo. "Tout ce que nos clients ont à savoir, c'est l'adresse e-mail ou le numéro de portable d'un ami ou d'un membre de leur famille, et nous nous occupe- rons du reste en utilisant clearXchange". L'activité moyens de paiement d'eBay, qui représente essen- tiellement PayPal et ses près de 95 millions de comptes, a enre- gistré en 2010 un chiffre d'af- faires de 3,44 milliards de dol- lars, en hausse de 23% sur un

LE PORTUGAL a reçu une première tranche de 6,1 mil- liards d'euros du Fonds moné- taire international (FMI), a indiqué une source du ministère des Finances à Lisbonne. Le FMI avait validé un prêt de 26 milliards d'euros au Portugal sur trois ans, représentant un tiers de l'aide globale de 78

informations de la presse éco- nomique portugaise, cette aide européenne doit être versée à Lisbonne d'ici la fin du mois. Ces prêts devraient permettre au Portugal de rembourser quelque 7 milliards d'euros de dette et intérêts arrivant à échéance à la mi-juin. R.F.

an, avec un volume de paie- ments total de 91,96 milliards de dollars, en hausse de 28%. L'annonce des trois banques, qui comptent le plus d'agences aux Etats-Unis et revendiquent quelque 35% de la clientèle particulière de comptes chè- ques dans le pays, intervient alors que les systèmes de paie- ment sur internet et ou sur télé-

phone portable sont en pleine expansion. Le groupe internet Google devrait annoncer jeudi le lancement d'un téléphone permettant les paiements sans contact via la technologie NFC, un système qui selon la presse américaine bénéficie du sou- tien de Citigroup et de Mastercard.

R. F.

CANADA

Le gouvernement présentera un nouveau projet de budget le 6 juin

UN PROJET de budget du Canada pour 2011-2012 sera présenté le 6 juin, a annoncé le ministre des Finances, Jim Flaherty, ajou- tant qu'il serait semblable à celui que les partis d'opposition

avaient rejeté il y deux mois. L'adoption de ce projet, pour l'exer- cice débuté le 1er avril, est maintenant assurée, les conservateurs au pouvoir à Ottawa ayant remporté une majorité confortable aux législatives anticipées du 2 mai. Le document contiendra "les mêmes engagements qu'il y a deux mois" et incorporera "certains engagements de la plate-forme" électorale des conservateurs, ainsi que des "ajustements mineurs". Le budget initial avait été rejeté en mars par les trois partis d'opposition, qui détenaient alors une majorité à la Chambre des Communes d'Ottawa. Le projet de budget de mars était fondé sur une prévision de crois- sance de 2,9% en 2011. Dans son nouveau projet, le gouvernement compte éliminer progressivement le système de financement public des partis politiques et accorder une compensation de plus de deux milliards de dollars à la province de Québec pour avoir harmonisé sa taxe à la consommation avec celle du gouver-

nement fédéral.

S. A.

10-LE MAGHREB du 31 mai 2011

AGRICULTURE

LE COMMERCE HALAL EN PLEINE EXPANSION

Un marché de 5 milliards d'euros convoité

10 % de croissance

annuelle, 5 milliards d'euros de chiffre d'affaires potentiel. Le marché du halal français a de quoi aiguiser tous les appétits. Producteurs

et abattoirs l'ont bien compris et le halal devient même une solution pour donner un nouveau souffle à un secteur en crise. La consommation de viande a baissé de

10 % en 2010 en

France. Le phénomène n'est pas isolé : dans toute l'Europe, les industries agro- alimentaires constatent ce ralentissement.

DANS CE CONTEXTE et sur fond de crise des éleveurs, dont certains se retrouvent dans des situations financières de plus en plus dramatiques, le marché de la viande halal apparait comme un moteur de croissance, d'au-

halal apparait comme un moteur de croissance, d'au- tant plus que les musulmans sont souvent considérés

tant plus que les musulmans sont souvent considérés comme d'im- portants consommateurs de viande par rapport à la moyenne française. L'abattoir Gauthier à Choue, dans le Loir et Cher, était en proie à de grosses difficultés économiques. Malgré le rachat de la société en 2010 par la CAFO (Coopérative agricole des fermiers de l'Orléanais), l'acti- vité de l'abattoir, spécialisé dans la volaille, ne decolle pas. Mis en vente au mois de février 2011,

l'abattoir Gauthier ne va trouver qu'un seul candidat à la reprise :

l'entreprise Atlas Distrib, spécia- lisée dans la viande halal et basée à Bagnolet en Seine-Saint- Denis. " 77 emplois étaient en jeu depuis le placement en redressement judiciaire de l'en- treprise ", explique Jean-Luc Ferrière, président de la commu- nauté de communes locales. Ainsi, Atlas Distrib entend conserver près de la moitié des emplois alors que les 40 salariés licenciés devraient bénéficier

d'un plan de sauvegarde de l'em- ploi. Un compromis intéressant pour le tissu local de cette com- mune et une bonne affaire pour Atlas Distrib : l'entreprise dis- pose, avec le rachat de l'abattoir, d'une filière complète halal, du producteur au consommateur. Il est désormais question de dépla- cer le laboratoire de fabrication des charcuteries de Bagnolet à Choue : une perspective de recrutement pour les salariés de la région. Pour certains abattoirs, le halal est déjà intégré dans leur

processus de production, une stratégie porteuse. La société Gourault à Blois (41) abat toutes les semaines 350 bovins ; près de

la moitié sont halal, certifiés par l'entreprise AVS. Un secteur d'activité qui représente 70 % des parts de marché de la société comme le révélé en juillet der- nier. Si ces abattoirs montrent la dynamique du secteur halal sur les volailles ou la viande de bœuf, il est un autre secteur où les attentes du consommateur musulman sont une préoccupa- tion croissante : la filière ovine. Longtemps sinistré et grand oublié de la PAC (Politique Agricole Commune), l'agneau a désormais le vent en poupe. Serge Préverau, président de la Fédération française Ovine, affirme qu'" il y a un véritable travail à faire pour nous impré- gner plus efficacement des besoins et des habitudes du consommateur musulman ". Un exemple, un abattoir de Poitou- Charentes sort habituellement

1800 ovins par jour, un chiffre

qui grimpe à 5 000 agneaux au moment de l'Aïd. Ces perspecti- ves pour la filière ovine ainsi qu'une revalorisation des aides

dans le cadre de la PAC, ont per- mis d'augmenter le prix de vente de la viande. Un éleveur vend 6,4€ le kilogramme de viande ovine au mois de mai 2011. En

2010 à la même période le kilo-

gramme se monnayait à 5,8

euros.

Rachid H.

PROTECTION DES VÉGÉTAUX ET LUTTE CONTRE LES RAVAGEURS

Mobilisation contre la morelle jaune et les criquets

UNE MAUVAISE herbe redoutable est en train de détruire les cultures des pays du Proche-Orient. Il s'agit de la morelle jaune. Cette dernière suce l'eau et les nutriments du sol, et détruit les cultures dans ces pays, exclusivement en Iraq et en Syrie. De plus les baies de cette dernières présentent un véritable poison pour le bétail. Face à cette situation, l'Organisation des nations unies pour l'ali- mentation et l'agriculture a souhaité apporter son soutien au deux pays, en vue d'éradiquer le problème. La FAO lance aussi une alerte pour le Liban, et propose une méthode pour lutter contre ce phéno- mène. Ce parasite est une espèce végétale de la famille des Solanaceae. Cette plante herbacée pérenne à fleurs violettes ou mauves est originaire du continent nord- américain, mais elle a colonisé tous les continents. Elle fait l'objet de campagnes de surveillance et d'éradication aussi bien en Europe, en Afrique du Nord, en Australie et en Afrique du Sud, où elle est une adventice dans le sens botanique du terme et invasive, que dans certaines régions des États-Unis, où elle est une adventice dans le sens agronomique du terme et envahissante. Cette plante est de plus toxique, piquante et constitue un réservoir à organisme ravageur. Elle sem- ble cependant présenter quelque intérêt dans le domaine pharmaceutique ; elle a notamment été utilisée par les Amérindiens du sud-ouest des États-Unis. Cette mauvaise herbe est probablement arrivée au Proche-Orient à la faveur de la

probablement arrivée au Proche-Orient à la faveur de la mondialisation des échanges commer- ciaux, quelques

mondialisation des échanges commer- ciaux, quelques semences ayant pu se trouver par hasard dans un conteneur ou dans des sacs de produits agricoles. En Syrie, plus de 60% des terres cultivées et plantées principalement de blé et de cotonniers sont aujourd'hui infestées. La morelle jaune infeste aussi les oliveraies et risque de s'étendre prochainement à d'autres terres. Dans le nord-ouest de l'Iraq, on signale une infestation massive similaire tandis qu'au Liban et en Jordanie, la morelle jaune, apparue en plusieurs endroits, pourrait se répandre si rien n'est entrepris dans de brefs délais, note la FAO. Pour Gualbert Gbèhounou,

expert en mauvaises herbes de la FAO : " Ce type parti- culier de mauvaise herbe livre aux cultures une concurrence farouche en accaparant les nutriments tandis que ses racines pro- fondes ôtent au sol toute son humidité ". Autre inconvé- nient de cette plante inva- sive, la réduction de la bio- diversité dans les zones infestées. Alors que dans son habitat natif d'Amérique subtropicale, cette mauvaise herbe a de nombreux enne- mis naturels, il n'en va pas de même dans les régions qu'elle a envahies au Proche-Orient. Dans ce cadre, et à la demande des gouvernements concernés, la FAO met en œuvre un projet qui aide les agriculteurs à gérer la situation afin d'empêcher la morelle jaune de se répandre davantage dans les quatre pays précités. " Nous vou- lons introduire une approche de gestion intégrée, c'est-à-dire une méthode qui ne se focalise pas sur les herbicides bien que nous puissions y avoir recours le cas échéant; nous testons plutôt des moyens de gestion alternative durable (…) les agriculteurs sont encouragés à effectuer des rotations de cultures en plantant notamment une culture de fourrage, l'al- falfa. Celle-ci couvre bien le sol et fait concurrence à la morelle jaune. Cette

méthode de lutte empêche la mauvaise herbe de produire de nouvelles semences tout en réduisant les concentrations de ses semences déjà présentes dans le sol ", précise M. Gbèhounou. Par ailleurs, l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a décidé d'aider les pays d'Asie centrale et du Caucase à lutter contre les criquets (ou acridiens) qui détruisent des hectares de terres agricoles de ces pays. "Les acri- diens sont une grave menace pour l'agri- culture, la sécurité alimentaire et les moyens d'existence des deux régions, y compris des zones adjacentes du nord de l'Afghanistan et du sud de la Fédération de Russie " et menacent " la sécurité ali- mentaire de 20 millions de personnes " environ. Les pays principalement touchés par ce phénomène sont : Afghanistan, Arménie, Azerbaïdjan, Fédération de Russie, Géorgie, Kazakhstan, Kirghizstan, Ouzbékistan, Tadjikistan et Turkménistan. Pour lutter contre les acri- diens, la FAO a mis en place un pro- gramme quinquennal sur proposition des Pays du Caucase et d'Asie centrale. Ce programme repose sur " les concepts fon- damentaux de lutte préventive et fait par- tie de la composante criquet acridien du Programme EMPRES lancé en 1994 de la FAO. Il encourage la préparation, l'alerte précoce et l'intervention rapide, et s'ef- force d'introduire de nouvelles techniques de lutte antiacridienne utilisant moins de pesticides dangereux pour l'environne- ment, y compris les bio-pesticides ".

ENTREPRISES

LE MAGHREB du 31 mai 2011-11

RENAULT

Le véhicule électrique sera mis en vente

Comme toujours Renault a pour ambition d'être le premier constructeur généraliste à proposer des véhicules zéro émission accessibles au plus grand nombre.

ET POUR l'année 2011 Renault propose le véhicule électrique qui ne génère aucune émission de CO2 lors de son utilisation. L'alliance Renault-Nissan déve- loppe une gamme complète de groupes motopropulseurs 100 % électriques dont la puissance oscillera entre 15 kW et 100 kW. Ce véhicule électrique constitue à terme la vraie réponse aux pro- blématiques actuelles liées à l'environnement et aux nuisan- ces sonores vu que ces innova- tions techniques permettront désormais de rendre possible une

offre électrique de masse à des coûts raisonnables. " Toutes les pièces du puzzle sont aujourd'hui réunies pour faire du véhicule électrique un véhicule de masse à brève échéance : autonomie de la batterie, optimisation de la consommation énergétique, per- formance et plaisir de conduire "a déclare Carlos Ghosn, prési- dent de Renault, a ce sujet. En outre, l'évolution des usages fait du véhicule électrique le véhi- cule idéal pour la majorité des trajets.

le véhi- cule idéal pour la majorité des trajets. KANGOO EXPRESS ET LA BERLINE FAMILIALE, UNE

KANGOO EXPRESS ET LA BERLINE FAMILIALE, UNE PRIORITÉ

Renault proposera dans un pre- mier temps la Kangoo Express Z.E. qui est un utilitaire léger dédié aux professionnels et aux flottes et sera vendu à partir de 20 000 € en Europe. Quand a La berline familiale Fluence Z.E. elle sera commer-

cialisée dans un premier temps en Israël avant de s'étendre à d'autres marchés. Son prix en Europe débutera à partir de 26 000 € TTC. Au début du 2ème semestre 2011 sera commercia- lisé un nouveau type de véhicule urbain recevant deux occupants en tandem. Puis à la mi-2012 apparaîtra une voiture urbaine 100 % électrique proche de ZOE Preview, faisant

moins de 4 mètres et dotée de 5 sièges, idéale pour les allers et retours domicile - travail. En conclusion avec les enjeux publics actuels, le véhicule élec- trique est silencieux. En plus, il constitue une solution respec- tueuse de l'environnement puisqu'il ne rejette pas de CO2, n'émet ni NOx, ni particules.

Amel D

LUFTHANSA SIMPLIFIE SA POLITIQUE FRANCHISE BAGAGES

Des règles plus simples pour plus de clarté

LUFTHANSA simplifie sa politi- que de franchise bagages et adopte le " concept pièce " sur tous ses vols. Les nouvelles règles s'appliquent à tous les billets achetés à partir du 1er Juin 2011 inclus. Ce concept a été appliqué avec succès il y a quelques temps sur un grand nombre de vols long-courriers de la compagnie aérienne sur les liaisons de l'Atlantique Nord spécifiquement. Selon le concept de pièces, les passa- gers sont en droit d'enregistrer un nombre spécifié de pièces de bagages sans frais, en fonction de leur classe de voyage. Des restrictions de poids s'appliquent également et sont modu- lées en fonction de la classe économi- que, Business et première classe. Selon leur statut, les membres de Miles & More peuvent enregistrer des pièces supplémentaires sans frais. Dans certains cas, les passagers auront une franchise bagages signifi- cativement plus élevée qu'auparavant. La franchise bagages pour les passa- gers voyageant en classe économique vers l'Europe, par exemple, a été aug- mentée, passant de 20 kg à 23 kg. En Business Class, les passagers peuvent enregistrer deux pièces de bagages - trois en première classe - chacune pesant jusqu'à 32 kg. A l'avenir, selon les nouvelles règles de bagages, la franchise bagages par passager (en comparaison avec l'ancien concept de poids) sera comme suit:

Classe Economique: 1 pièce de

bagage pesant jusqu'à 23 kg (aupa- ravant: tout nombre de bagages pour un poids total de 20 kg). Classe Affaires: 2 pièces de bagage pesant jusqu'à 32 kg cha- cune, soit un maximum de 64 kg (auparavant: tout nombre de bagages pour un poids total de 30 kg). Première Classe: 3 pièces de bagage pesant jusqu'à 32 kg cha- cune, soit un maximum de 96 kg (auparavant: tout nombre de bagages pour un poids total de 40 kg). Pour les nourrissons de moins de deux ans sans siège individuel, la franchise bagages reste inchangée: une poussette plia- ble, plus un bagage d'un poids maxi- mum de 23 kg. Les clients qui souhai- teront enregistrer des pièces de bagage supplémentaires à l'avenir bénéficient d'un système de tarifica- tion aux prix attractifs pour le bagage supplémentaire. Il n'y aura que deux catégories de vols: européens et inter- continentaux. Selon ses dimensions et son poids, chaque élément d'excédent de bagages sera facturé à un tarif for- faitaire, et non plus par Kg comme par le passé. En classe économique, un tarif forfaitaire mondial de 50 euros sera appliqué pour toute seconde pièce pesant jusqu'à 23 Kg et d'une dimension globale maximale de 158 cm. Tout sac supplémentaire excédant le poids et les dimensions maximum induira une charge de 50 euros sur les liaisons européennes et de 150 euros sur les liaisons intercontinentales.

L'ancien concept de poids donnait lieu parfois à des frais d'excédent de baga- ges beaucoup plus élevés. En plus de leurs bagages enregis- trés, les passagers de Lufthansa voya- geant en première classe ou en classe Business peuvent prendre deux pièces de bagages à main en cabine; en classe économique la franchise baga- ges en cabine est d'un bagage à main, comme auparavant. Chaque pièce ne doit pas peser plus de huit Kg et les

SOS

Père de famille de 4 enfants, au chômage et sans ressources, lance un appel pour une aide financière. Mon épouse a un cancer, ma fille de 7 ans est atteinte d'une grave anémie et ne pèse que 16 kg et ma mère a perdu la vue et nécessite une opération. J'ai frappé à toutes les portes, en vain. Je m'adresse aux autorités concernées pour m'aider à trouver des solutions à mes nombreux problèmes et à toute âme charitable de m'aider de quelque manière que ce soit. Tel : 0775 87 17 34 Lahaoula wala kouata ila bi Allah.

LE MAGHREB du 31 mai 2011

dimensions linéaires ne doivent pas dépasser 55 x 40 x 20 cm. La taille maximale d'un sac pliable pour vête- ment est de 57 x 54 x 15 cm. Les clients peuvent obtenir de plus amples renseignements sur les règles bagages auprès du Lufthansa Service Centre au 05 20 421210 ou 05 22 31 24 02. Un aperçu complet des nouvelles règles simplifiées est publié sur le site Web de Lufthansa .

ETUDE NOTARIALE DE MAÎTRE ABDENNEBI MOHAMED IQBEL, CITÉ EL HAYATE, RUE 04 N° 06 K OUBA - W. A LGER -

CODE : (3267)

DISSOLUTION DE LA SOCIÉTÉ À RESPONSABILITÉ LIMITÉE DÉNOMMÉE :

SARL TRAVAUX DE BÂTIMENT ET TCE HAMADACHE

Aux termes d'un acte établi en l'étude le : 18/05/2011, il a été décidé la dis- solution anticipée de la société ci- dénommée, siège social : cité 50 logements n° 34, rez-de-chaussée Khemis El Khachena, W. Boumerdès, capital : (100.000,00 DA), durée : (99 ans). Mr. Hamadache Hamid Ben El Ounnès a été nommé comme liquida- teur.

Pour avis, le notaire

LE MAGHREB du 31 mai 2011

EMPLOI

LE MAGHREB du 31 mai 2011-17

RUBRIQUE EMPLOI

 

DEMANDES D'EMPLOI :

 

OFFRES D'EMPLOI :

Homme 59 ans, retraité, 34 ans d'ex- périence gestion technico-commerciale, études des prix et marchés, recouvre- ment, approvisionnement etc… cherche emploi. Accepte toutes propositions. Tel : 0560 12 06 51

---------------------------------------

EDOCOM recrute des enseignants dans toutes les matières, niveau 3e AS. Lieu : Zéralda. Tel : 021 74 95 68 / 0559 62 78 57

 
 

---------------------------------------

Ecole privée à Boumerdès cherche profs infographie, Autocad, SAP2000, SolidWorks, informatique, langues. Tel : 0772 02 65 36

JH 35 ans, cherche emploi peintre grande expérience en travaux. Tel : 0552 06 40 49

 

---------------------------------------

---------------------------------------

JH 30 ans superviseur HSE cherche emploi dans Sté nationale, privée ou étrangère. Tel : 0795 74 67 71

Clinique à Sétif cherche 1 gynécolo-

+ 1 sage-femme à plein temps. Tel : 036 84 16 09

gue

 
 

---------------------------------------

---------------------------------------

STE informatique cherche 1 assis- tante commerciale exp. 2 ans. Envoyez CV au : 021 63 07 88

---------------------------------------

JH architecte prend tt.dossier de régularisation conception 2D 3D, cher- che emploi avec BET ou ETP. Tel : 0791 78 25 68

---------------------------------------

Société recrute technicien chaud et froid avec diplôme résidant à Oran. Tel : 0770 11 33 06

---------------------------------------

JH 24 ans niveau scolaire moyen cherche emploi comme agent de sécu- rité. Tel : 0558 38 55 08

Institut cherche prof d'anglais,

français, espagnol.

 

---------------------------------------

Inspectrice principale finance maî- trise comptabilité générale analytique 25 ans d'exp. Cherche emploi. Tel : 0662 00 32 96

Tel : 021 31 10 23

---------------------------------------

 

Cherche agent de recouvrement, secrétaire, domaine hôtellerie.

 

Tel : 0550 97 95 06

- 0661 66 26 42

---------------------------------------

 

Homme 54 ans habitant Kouba exp. Chauffeur démarcheur PCB. Tel : 0773 10 52 98

 

---------------------------------------

 

Bureau d'études en technologie de l'information à Alger cherche :

---------------------------------------

JH, marié, TS en GRH, permis de conduire 1999, cherche emploi dans la GRH ou comme chauffeur. Tel : 0771 07 12 75

---------------------------------------

Assistante de direction. - JF âgée de 23-45 ans, dynamique, motivée et maî- trisant l'outil informatique, Envoyez

CV

à : dgligsoft@yahoo.fr

 

Tel : 021 68 86 37. Les entrevues se dérouleront entre le 20 et 31 mai.

---------------------------------------

JH. 33 ans, cherche emploi comme chargé des moyens, acheteur, démar- cheur et agent adminis. Maîtrise l'outil informatique + permis de conduire.

Tel : 0770 20 43 62

Crèche à Baba Hassen cherche édu- catrice expérimentée et femme de ménage. Tel : 021 35 17 67

---------------------------------------

---------------------------------------

JH. 29 ans, ingénieur en électroni- que, expérience plus de 2 ans en main- tenance industrielle et médicale, rési- dant à Alger, cherche emploi. Tel : 0770 61 40 26

---------------------------------------

Société recrute agent de saisie habi-

tant

axe Chéraga Alger niveau Bac +

 
   

Dame licence en commerce, comp- tabilité avec expérience en fiscalité et gestion, cherche emploi axe El Harrach-Réghaïa. Tel : 0664 53 32 03

---------------------------------------

maîtrise français. Envoyer CV à :

Recrut16000@gmail.com

 
 

---------------------------------------

Entreprise récente de jus implantée à El Hamiz cherche associé ou partenaire sérieux. Tel : 0550 53 43 57

---------------------------------------

Caissier principal cherche emploi dans le domaine ou équivalent. Tel : 0662 74 55 14

---------------------------------------

Centre d'appel recrute télévendeurs 100% francophones résidant à Alger âgés entre 18 et 40 ans, salaire moti- vant, transport assuré à 19h. Tel : 021 36 98 12

---------------------------------------

 

JF. 35 ans, licenciée en anglais, 8 ans d'exp. comme assistante de direc- tion, prof d'anglais, maîtrise 4 langues + l'outil informatique, cherche emploi sur le territoire national dans sté étati- que, privée ou étrangère. Tel : 0550 82 66 28 entre 8h et 18h.

Restaurant pizzeria cherche serveurs pizzaïolo expérience exigée

Tel : 0796 07 83 43

 

---------------------------------------

 

JH. 25 ans, ing. en voies et ouvrage d'art, cherche emploi BET, sté privée, étatique dégagé du S.N. Tel : 0794 22 38 51

 

---------------------------------------

 

Pharmacie cherche vendeuse à Alger, exp. Souhaitée. Tel : 0558 24 32 82

Vous avez un emploi à proposer?

 

Vous cherchez un emploi ?

Envoyez-nous votre texte,c’est gratuit

 

Adresse:

Le Maghreb Quotidien de l’Economie, Maison de la presse Abdelkader Safir. Kouba. Rubrique Emploi Fax: (021) 29.71.86 - E-mail : maghrebjournal@yahoo.fr

ANNONCE 1 : REFERENCE : EMPLOIPARTNER-1121 POSTE : EMPLOI PARTNER RECRUTE POUR KRIZALID COMMUNICATION TROIS

ANNONCE 1 :

REFERENCE : EMPLOIPARTNER-1121 POSTE : EMPLOI PARTNER RECRUTE POUR KRIZALID COMMUNICATION TROIS

INFORMATICIENS POLYVALENTS

DESCRIPTION DE LA MISSION:

Installer des équipements informatiques et assurer la formation des utilisateurs,

*

*

Configurer les réseaux Pc et imprimante et autres

appareils multimédias,

*

Diagnostiquer et résoudre le dysfonctionnement d'un

équipement Informatique,

Récolter des informations sur divers types de sup- ports.

*

PROFIL:

* JH- 25-35 ans

* De formation universitaire (diplômé en informati-

que)

*

Possédant une très bonne maîtrise de l'arabe et du

français avec facilité d'élocution

*

Grande maitrise de l'informatique, internet et les

outils Multimédias

* Très bon conducteur, connaissances en mécanique

* Très bonne présentation et très grande aptitude à se

déplacer à l'intérieur du pays.

LIEU DU TRAVAIL:

*

Alger

--------------------------------------- ANNONCE 2 :

REFERENCE : P&P MAI 02/11-1127 POSTE : EMPLOI PARTNER RECRUTE POUR P&P ECOLE UN RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES

DESCRIPTION DE LA MISSION:

Définit selon les orientations stratégiques la politique administrative de l'entreprise.

*

*

Assure, en collaboration avec la Direction Générale

et les responsables de structures, la mise à disposition

et suivi des ressources matérielles, humaines et imma- térielles, nécessaires au bon fonctionnement de la société.

PROFIL:

*

Bac +3

LIEU DU TRAVAIL:

*

27 Rue Ahcene OUTALEB Ben-Aknoun, Alger

---------------------------------------

CONTACT POUR LES ANNONCES Si une de ces offres retient votre attention, faites-nous connaître vos motivations en nous adressant un CV avec photo + lettre de motivation en précisant votre réel intérêt pour ce projet par mail en vous rendant sur notre site

www.emploipartner.com Tel : 021 680 296 FAX : 021 298 595

18-LE MAGHREB du 31 mai 2011

INTERNATIONAL

RUSSIE

Taux directeur inchangé

E R N A T I O N A L RUSSIE Taux directeur inchangé LA BANQUE

LA BANQUE centrale de Russie a laissés son taux directeur inchangé hier, après l'avoir rehaussé le mois dernier. Le taux de refinancement du pays reste donc à 8,25%. Le taux de dépôts est en revan- che relevé d'un quart de point à 3,5% sur des craintes d'inflation élevée et de ris- ques pesant sur la croissance du pays. Sur l'ensemble de l'année, les autorités russes tablent sur une inflation comprise entre 6,5% et

7,5%.

GRÈCE

Une sortie de la zone euro devient un scénario possible

QUELLE forme prendra la sortie de route annoncée de la Grèce ? Alors que des rumeurs relayées par l'heb- domadaire allemand Der Spiegel estimaient que la mission d'inspection interna- tionale actuellement en Grèce conclurait qu'Athènes n'a respecté aucun des objec- tifs budgétaires attachés au plan de sauvetage financier, le Financial Times évoque un plan de restructuration sans précédent en négocia- tions qui impliquerait que les détenteurs privés de dette grecque acceptent "volontai- rement" d'étaler le paiement des intérêts. Une solution qui, couplée à une accélération des privati- sations (de 50 milliards d'eu- ros), à des progrès beaucoup plus significatifs dans la col- lecte des impôts et dans la réduction des dépenses, per- mettrait que la moitié des 60 à 70 milliards dont a besoin Athènes d'ici fin 2013 soient levés sans nouveau prêt. Et la BCE campe sur ses posi- tions. Dans un entretien publié aujourd'hui par le Financial Times, Lorenzo Bini Smaghi, membre du direc- toire de la BCE, estime que l'idée qu'une restructuration de la dette grecque pourrait se faire sans heurts relève du "conte de fées". Il a ainsi rappelé qu'un "reprofilage" de la dette, avec allongement de la durée des remboursements, consti- tuait un événement de crédit qui pourrait provoquer l'ef- fondrement du système ban- caire du pays.

BANQUE

La Chine renforce sa présence bancaire à l'étranger

Les deux géants “Industrial and Commercial Bank of China (ICBC) et Bank of China” dépassent les frontières chinoises et visent à développer leurs performances; la concurrence, s'avère, cependant, très difficile.

D'APRÈS des informations relayées dans Le Nouvel obser- vateur, la banque ICBC a obtenu l'autorisation d'ouvrir une succursale à Bombay; elle devient ainsi la première ban- que de Chine populaire à percer le marché indien, après le rachat, en janvier, de 80% des activités de Bank of East Asia aux Etats-Unis, et un autre en 2008 de 20% de Standard Bank Group, la plus grande banque d'Afrique, pour 5,6 milliards de dollars. Elle a en outre, ouvert cinq agences en Europe depuis

Elle a en outre, ouvert cinq agences en Europe depuis le début de l'année et projette

le début de l'année et projette aussi d'ouvrir une au Pérou. Bank of China, détient par contre 711 agences à l'étranger, dont la plus récente a été ouverte au Cambodge ce mois- ci. Le Nouvel observateur a aussi cité, que les banques chi- noises cherchent avant tout, à répondre aux besoins de leurs

clients partout dans le monde. Charles-Everard de T'Serclaes, de J.P. Morgan estime qu'elles ( les banques chinoises ) peuvent continuer à créer de la valeur pour leurs actionnaires, sans effort particulier. Cependant, ces dernières font face à la rude concurrence des banques amé- ricaines et européennes, qui

sont solidement ancrées, et ren- contrent des d'obstacles politi- ques et de réglementation, d'après May Yan, analyste chez Barclays Capital, d'après laquelle le retour sur investisse- ment d'ICBC en Chine est d'en- viron 22%, contre 14% dans ses opérations extérieures. M.G.

FMI

L'Egypte approuve le principe d'un prêt de 3 milliards de dollars

L'EGYPTE a donné au Fonds monétaire international (FMI) son accord de prin- cipe pour un prêt de trois milliards de dol- lars [environ 2,1 milliards d'euros] étalé sur douze mois, a annoncé, hier, le minis-

tre des Finances Samir Radouane. Le Caire espère signer d'ici dimanche pro- chain l'accord définitif sur cette aide, selon le ministre. "La signature peut avoir lieu à tout instant d'ici à dimanche", a-t-il

déclaré. Le prêt doit permettre au pays de combler son déficit budgétaire pour l'an- née fiscale s'achevant en juin 2012. Samir Radouane a estimé ce déficit à 11,3% du produit intérieur brut.

MARCHÉS DES CHANGES

Recul de l'euro face au dollar

MARCHÉS DES CHANGES Recul de l'euro face au dollar que la Réserve fédérale américaine pour- rait

que la Réserve fédérale américaine pour- rait repousser le moment d'abandonner sa politique monétaire très accommodante", a-t-il par ailleurs expliqué. Le billet vert devrait rester pendant encore un certain temps moins attractif pour les investisseurs, face notamment à la monnaie unique aidée depuis avril par un premier resserrement monétaire en zone euro, et alors que la Banque centrale européenne (BCE) pourrait procéder sous peu à de nouvelles hausses de son taux d'intérêt directeur pour tenter d'endiguer l'inflation. Néanmoins, le problème de la

dette grecque, continue de susciter des inquiétudes en zone euro, le commissaire européen aux affaires économiques Olli Rehn aurait averti que l'UE pourrait blo- quer la prochaine tranche d'aide due à la Grèce pour la sauver de la banqueroute, selon un article de l'hebdomadaire alle- mand Spiegel. Le Fonds monétaire inter- national (FMI) a par ailleurs prévenu jeudi qu'il n'allait continuer à verser son aide à la Grèce que s'il obtenait des "assu- rances" que le pays est en mesure de lui rembourser cet argent.

L'EURO s'échangeait en baisse face au dollar, hier, alors que la crise de la dette en zone euro revient mettant fin au recul du billet vert entamé la semaine passée, après la publication de mauvais indica- teurs américains. La monnaie européenne valait 1,4265 dollar hier matin contre 1,4317 dollar vendredi soir. Le marché devrait être calme ce lundi puisque que les places new-yorkaise et londonienne sont fermées, soulignaient les cambistes. "Les investisseurs ont décidé de prendre leurs bénéfices après la hausse de l'euro la semaine passée", a indiqué un analyste. "Le dollar a reculé ces derniers jours après des indicateurs macroéconomiques américains décevants qui laissent penser

SOMMET DE L'UEMOA

Le président du Burkina faso à Lomé

LE PRÉSIDENT Du Burkina faso, Blaise Compaoré, est arrivé avant-hier soir à Lomé, la capitale togolaise pour prendre part au sommet extraordinaire de l'Union économi- que et monétaire ouest-africaine (Uemoa-huit pays) qui s'est ouvert hier. Le sommet de Lomé va débattre des questions économique, sociale, financière et ban- caire au sein de l'Uemoa, surtout des conséquences de la crise ivoirienne sur l'écono- mie de l'Union. Il examinera des questions de sécurité et énergétique devenues communes à l'ensemble des pays membres de cette Union, outre les problèmes de développement, de crise ali- mentaire, de changement climatique et de crise financière internationale. A l'issue de ces assises, un nouveau président de la présidence de la Commission de l'Uemoa sera connu aussi bien que le nouveau gouverneur de la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'ouest (Bceao). L'Union économique et monétaire ouest-africaine regroupe le Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Guinée Bissau, Mali, Niger, Sénégal et Togo.

INTERNATIONAL

LE MAGHREB du 31 mai 2011-19

LIBYE

Visite du président sud-africain

du 31 mai 2011- 19 LIBYE Visite du président sud-africain Le président, Jacob Zuma, en mission

Le président, Jacob Zuma, en mission de paix, est arrivé, hier, a Tripoli, pour discuter avec le colonel Mouammar Kadhafi d'une stratégie qui lui permettrait de quitter le pouvoir.

M.

JACOB

Zuma

a

été

accueilli

par

un

groupe de

dignitaires

libyens.

Mouammar Kadhafi a refusé lors de la dernière tentative du président sud-africain, de céder le pouvoir. D'après des informations citées dans le quotidien l'express, la Grande- Bretagne accentue sa pression sur le régime libyen et a déclaré avant-hier, son inten- tion d'utiliser des bombes capables de percer des encein- tes fortifiées, le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, a déclaré hier, en Bulgarie, "notre opération en Libye parvient à ses objectifs, nous avons sérieusement dété- rioré la capacité de Kadhafi à massacrer son propre peuple", ajoutant, "le règne de la ter- reur de Kadhafi touche à sa fin. Il est de plus en plus isolé chez lui et à l'étranger. Même

ceux qui sont les plus proches de lui s'éloignent, font défec- tion ou désertent". L'OTAN, accusé d'avoir tué onze civils lors de bombardements menés à 150 km de Tripoli, a été appelé à cesser ses frappes intensifiées, quant à la rébel- lion libyenne elle a célébré ses 100 jours avant-hier, et a pro- fité de l'occasion, pour récla- mer le départ immédiat de Mouammar Kadhafi qui est d'après eux la condition préa- lable à toute sortie de crise. D'après les médias français, Le président du Conseil natio- nal de transition (CNT), Moustapha Abdeljalil, a réaf- firmé, qu'aucune négociation n'est acceptée avant le départ de Kedhafi. Hiba B.

La conférence des Non Alignés de Bali pour un cessez-le-feu "immédiat"

LES MINISTRES des Affaires étrangères du Mouvement des Non-Alignés (MNA) ont exprimé récem- ment à Bali leur "profonde préoccupation" quant à la "grave" situation qui prévaut en Libye et demandé l'institu- tion "immédiate" d'un cessez- le-feu et un arrêt complet de la violence. Ils ont demandé, dans une déclaration adoptée à l'issue de leur XVIème conférence, l'institution "immédiate", conformément au paragraphe 1 de la résolu- tion 1973 du Conseil de sécu- rité, "d'un cessez-le-feu et un arrêt complet de la violence" en vue "d'engager une solu- tion de paix durable à travers

le dialogue et les négociations qui reflètent la volonté du peuple libyen". Cette démar- che doit prendre en considéra- tion les décisions et recom- mandations de l'Union afri- caine (UA), de la Ligue des États arabes et de l'Organisation de la confé- rence islamique. Les ministres ont exprimé, dans ce cadre, "leur plein engagement pour le respect de la souveraineté, l'unité, l'indé- pendance et l'intégrité territo- riale de la Libye". La confé- rence ministérielle a demandé à toutes les parties concernées de "faire preuve de plus de retenue et de respecter leurs obligations dans le cadre du

droit international, du droit international humanitaire et du droit international régis- sant les droits de l'Homme, notamment les droits des réfugies, des personnes dépla- cées et des travailleurs migrants déplacés". Ils ont appelé la conférence sur le désarmement à convenir, par consensus et sans retard, d'un programme de travail équili- bré et global. Ils ont estimé que la création de zones exemptes d'armes nucléaires constituait "des pas positifs et des mesures impor- tantes vers le renforcement du désarmement et de la non pro- lifération nucléaire à l'éche- lon mondiale.

YÉMEN

Frappes aériennes sur des positions proches d'une ville du Sud

L'AVIATION yéménite a mené, hier, des frappes aériennes sur des positions proches de la localité de Zinjibar (sud), tombée ce week-end aux mains de plusieurs centaines de militants islamistes extrémistes, selon des témoins, alors que la crise provoquée par le mouvement de contestation contre le président Saleh a donné lieu à de nouvelles violences meurtrières. Le chef d'Etat, qui s'accroche au pouvoir en dépit de plusieurs mois de manifestations, de la défec- tion d'alliés stratégiques et des pressions internationales visant à obtenir son départ, a averti à plu- sieurs reprises que les islamistes radicaux et Al-Qaïda prendraient le contrôle du pays s'il démis- sionnait. Dans le même temps, le président Ali Abdallah Saleh a intensifié la répression contre ses opposants. Parmi les dernières violences en date, les forces de sécurité ont attaqué dans la nuit de dimanche à lundi un campement de manifestants à Taez (sud), foyer de la contestation, et ouvert le feu indistinctement, faisant au moins 20 morts, selon des médecins et témoins sur place. Les opposants au dirigeant yéménite, dont certains membres de l'armée, ont accusé Saleh d'autori- ser la prise par les islamistes de la localité de Zinjibar afin de montrer qu'il représente, comme il le prétend, un rempart contre Al-Qaïda et gagner le soutien de pays tels que les Etats-Unis.

AFGHANISTAN

L'Isaf présente ses excuses pour la mort de civils

PAR LA VOIX du porte-parole de l'Isaf, les forces étrangères déployées en Afghanistan ont présenté leurs excuses, hier, pour les victimes civiles tuées ce week-end, lors d'un raid dans la province de Helmand, au sud du pays. Des excuses portant sur la mort de neuf personnes, femmes et enfants, tandis que les autorités afghanes déplorent, elles, la mort de quatorze personnes. Ces excuses inter- viennent au lendemain d'une réaction très forte du président Karzaï. Des excuses de ce type, les forces étrangères en formulent malheu- reusement régulièrement. Le commandement américain sait à quel point ces mortelles " erreurs " sont contre-productives. L'objectif étant -dans le jargon militaire- de gagner les cœurs et les esprits de la population afghane, chaque victime civile est un pas en arrière. Même si les insurgés causent eux-mêmes de lourdes pertes au sein de la population, les Afghans ne tolèrent plus les opérations frappant de façon indiscriminée civils et insurgés. C'est ce que reflètent les propos de plus en plus durs du président Karzaï à l'encontre de la coalition. Il ne peut faire autrement que critiquer avec véhémence ces défaillances de forces armées disposant pourtant d'importants moyens en homme et en matériel. Les soldats étrangers étant beau- coup mieux équipés et beaucoup mieux rémunérés que sa propre armée.

SYRIE

L'ONU dénonce la brutalité de la répression

NAVI Pillay, haut-commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, a dénoncé, hier, la "brutalité" de la répression des soulèvements populaires en Syrie et Libye, la jugeant "choquante". Elle s'expri- mait à l'ouverture de la 17e session du Conseil des droits de l'homme. "La brutalité et l'ampleur des mesures prises par les gou- vernements en Libye et maintenant en Syrie ont été particulièrement choquantes dans leur absolu mépris des droits humains fondamen- taux", a déclaré Mme Pillay devant les quarante-sept Etats membres du Conseil. "Le recours à la force létale ou excessive contre des manifestants pacifiques viole non seulement les droits fondamen- taux, dont le droit à la vie, mais contribue à exacerber les tensions et tend à engendrer une culture de violence", a-t-elle déclaré.

PUBLICITE

VOUS PROPOSE Des équipements Industriels pour Limonaderies- Unités de Jus de Fruit- Biscuiteries - Conserveries
VOUS PROPOSE
Des équipements Industriels pour Limonaderies-
Unités de Jus de Fruit- Biscuiteries - Conserveries
& Tous types de machines Industrielles
002 GR

PourPour vosvos projetprojetss ANSEJ-CNAC-ANDIANSEJ-CNAC-ANDI

Contactez-nous en FRANÇAIS- ANGLAIS- ARABE- CHINOIS +86 132 6282 9996 e-mail:eacg.sourcing@hotmail.com Room 610,
Contactez-nous en FRANÇAIS- ANGLAIS- ARABE- CHINOIS
+86 132 6282 9996
e-mail:eacg.sourcing@hotmail.com
Room 610, Building 5, Lane 617 Panyu Rd. Shangai. China

CHINACHINA GLOBALGLOBAL SOURCINGSOURCING

Room 610, Building 5, Lane 617 Panyu Rd. Shangai. China CHINA CHINA GLOBAL GLOBAL SOURCING SOURCING

20-LE MAGHREB du 31 mai 2011

IMMOBILIER

20- LE MAGHREB du 31 mai 2011 IMMOBILIER V V illas illas - - T T

VVillasillas -- TTerrainserrains AppAppartementartementss

Locations-Achats-Ventes

Terrain

Location terrain, Alger, Birtouta terrain clôturé bord de la route d'une superficie de 7500 M² . Eau électricité disponible Prix : 80 Millions de Centimes Fixe

Location terrain, Alger, Ouled Fayet loue un terrain de 1200M² clôture a Ouled Fayet endroit sécurisé , avec plusieurs accès . Prix : 15 0000 DA/ Négociable.

Location terrain, Alger, Birtouta L'agence carrefour de L'immobilier loue à zone industrielle de baba ali un terrain de 7 000 M² entièrement clôturé, idéal pour pour parc sous- douane, auto/camions/engins, entrepôt, base de vie, show-room. Contacter nous au : (0661) 52 51 12 / (0552) 05 02 10. Prix : 65 Millions de Centimes Négociable.

Location terrain, Alger, Staoueli L'agence carrefour de L'immobilier loue à Staoueli un terrain clôturé de 3500 M². bord de route, idéal pour pour parc auto/camions/engins, etc, show-room, endroit stratégique. Contacter nous au : (0661) 52 51 12 / (0552) 05 02 10. Prix : 30 Millions de Centimes Négociable.

Location terrain, Alger, Birtouta

L'agence carrefour de L'immobilier loue à Oued El Kerma (bord d'autoroute) un terrain de

10 000 M² entièrement clôturé, avec une belle

façade, idéal pour parc sous douane, auto/camions/engins, show-room. Contacter nous au : (0661) 52 51 12 / (0552) 05 02 10. Prix : 100 Millions de Centimes Négociable

Location terrain, Alger, Birtouta

L'agence carrefour de L'immobilier loue à la zone industrielle de Baba Ali un terrain de

15 000 M² clôturé, idéal pour parc sous douane,

auto/camions/engins. Contacter nous au : (0661) 52 51 12 /

(0552) 05 02 10. le prix est de :110 Unités/mois.

Vente terrain Boumerdes, Ouled moussa

3000 m² . (kwadria) côté chebacheb

d'une plaque de 3000m2 possibilité de morcel- lement. Prix : 16 000 DA / m2 Négociable

vente

Vente terrain Alger, Dar El Beïda

Ben Choubane : vend un

avec acte dans l'indivision, Prix : 3.5u/m² (35 000 DA / m2 Fixe)

terrain, sup.170m²,

Vente terrain Tipaza, Khemisti 2 000 m² . Bousmail;lotissement Khemisti:Vend un terrain sup 2 000m² avec façade de 40m, acte.

Prix:1.8u/m²

Vente terrain Alger, Bouzaréah

288 m² . vend un beau lot de terrain a Bouzaréah

pas loin de " air de France " légèrement incliné,

clôturé 021461921/021461923/0771516847

Vente terrain Alger, Birkhadem

500 m² . Agence immobilière

LE PAVILLON vend un lot de terrain commer- cial a Tixeraine en face Soficléf 3 façades avec acte et permis R+3. tel 0661 53 99 10

Vente terrain Alger, Khraissia

150

m² . Labelimmo vend à Khraicia

dans un nouveau lotis (sur axe autoroute), des terrain de 150, 180, 200m2 avec deux façades (Eau,Gaz, électricité assuré) dans un site très ensoleillé, avec des actes dans l'indivision . Prix:4 U/m2

Vente terrain Alger, Ouled Fayet

184

m² . Labelimmo vent à Ouled Fayet

(centre-ville) des lots de terrain d'une super-

ficie de 300, 200, 180 m2 toutes commodité avec acte. Prix:100 000 DA/m2.

Vente terrain Alger, Baba Hassen

200

m² . Labelimmo vend à Baba

Hassen lotis Sidi Lahsen 2 (-) un lot de terrain de 200 m2 avec une façade de 12m toute commodité. papier:décision adminis-

trative. Prix:1 Milliard 250 U.

Vente terrain Alger, Draria terrain 337m² 1 façade toute commodité avec tous les papiers à Draria centre-ville prix 120 mille m² NG

Vente terrain Alger, Hussein Dey

340

m² Brossette : terrain, 340 m² avec

villa coloniale a démolir, avec acte. prix: 11u/m²/nég 110 000 DA / m2 Négociable

Vente terrain Alger, Baba Hassen terrain 1 470m² +villa R+1 avec acte entre

baba Hassen et Ouled Fayet bon prix 7 milliard NG.

Vente terrain Alger, Mohamadia

100

m² . Tamaris : terrain, sup : 100 m²,

avec deux façades,toutes commodités, avec acte. prix: offert:1 350u demandé:1500u/ferme

Vente terrain alger birtouta

315

m² Ouled Chebel avec acte et livret

foncier sup 315 m2 viabilisé très calme TTC 25000 da le m2 tel 021 83 65 56/ 021 83 66 51 0662 14 99 90 /0550 86 60 91

Usine

Location usine, Alger, Baba Hassen Agence immobilière Djafar loue une usine

à

Baba Hassen, pour un usage industriel ,

d'une superficie de terrain de 8000 M 2,

batie R+1 2300 M2 Prix : 150 million /mois Négociable.

Location usine, Alger, Baraki

Agence immobilier Hossam loue une usine

Baraki de 5000 m² avec 4000 m² couvert toutes commodités Prix : 1300000 / le mois Négociable

à

Location usine, Alger, Alger Centre Location d'une usine, située à BABA ALI,

zone industrielle à 300 m de l'autoroute, et

à

15 minutes de l'aéroport HOUARI- BOU-

MEDIENNE. Accès jours et nuits.

Usine possédant :

*Deux grandes entrées principales pour les semis remorques. *Superficie 12 000 m2 dont :

000 m2 construit en hangars et bâti- ments dures.

8

000 m2 comme parc de stockage " air libre ". *Possédant toutes les commodités.

4

Hangar

Vente Hangar, Alger, Sidi Moussa Vend un hangar, sup.2468m², avec un bloc R+1 de 98m², à usage d'habitation, un hangar en charpente métallique avec soupente de 422m², 05 chambres froides de 479m², 02 bureaux de 34m² et un poste de transfo, toutes commodités. Prix : 10000U/Négociable.

Location Hangar, Boumerdess, Khemiss El Kechna Zone d'activité de Khemis Khechna :

loue un Hangar, sup.1300/2500m², avec toutes commodités, 5 bureaux, hauteur de 7,5m. Prix 60U/négociable.

Location Hangar, Tipaza, Fouka Kolea :bureau d'affaires la frégate loue un terrain de 300 m² (100 m² partie cou- vert) clôturer avec portail convient pour dépôt ou une entreprise . Prix : 3 Millions Centimes Fixe

Location Hangar, Alger, Birkhadem Chemin Romain : loue un dépôt, sup.80m², prix : 1,5U, Tél: 0770 400 400 Prix : 15 000 DA Négociable

Location Hangar, Blida, Guerrouaou L'agence carrefour de L'immobilier loue à Guerouaou (boufarik) un Hangar Industriel de 1400 M² couvert + parc sur 2100 M², toutes commodités. Prix : 50 Unités/mois Ferme. Possibilité de location pour longue durée. Contacter au : (0661) 52 51 12/(0552) 05 02 10.

Location Hangar, Alger, Dar el Beida Loue hangar situé à la zone industrielle de Ben Amar, située juste après Dar El Beida, accès facile par autoroute aussi bien côté ouest que le côté est. A proxi- mité de l'aéroport international. Trafic

des semi-remorques jour et nuit. Route

goudronnée. Superficie totale 4000 m2, hangar cou- vert de 1800 m2 avec hauteur de 10 m, toutes commodités, eau, gaz, électricité, avec un bloc administratif indépendant R+2 superficie 100 m2. et le reste ter-

rain nu de 2200 m2. Prix : 1500000 DA Négociable

Location Hangar, Alger, Gue de Canstantine Agence ilys loue un hangar de 250M²et

5m,50 de hauteur plus 4 bureaux usage pour dépôt ou bien showroom axe auto- route facile bien situé à Gué de Constantine. Pour plus d'information :

Contactez nous au : 021838381 / 0661542019 / 0551413684

Prix : 110000 Millions Centimes Négociable

Locaux

Location local Alger, Ain Naadja

36 m² . Ain Naadja Safsafa pour

dépôt. tel : 0778 19 03 89 Prix : 20 000 DA Négociable

Location local Alger, Birtouta

16 m² . Agence immokame met en

location un local de 16m² a Birtouta sur route commerciale en face du lycée, prix demandé 25 000 DA/mois neg pour d'autres produits consulter notre site : www.immokame.com

Location local Alger, Alger-Centre Loue local 30m² + souspente à côté de la rue Didouche Mourad Prix : 25 000 DA Négociable

Location local Alger, Dar El Beida

400 m2

industrielle Prix : 90 000 DA Négociable

route de la zone

Location local Alger, Bachdjerrah

32 m² . Très beau local au centre

commercial HAMZA avec mezzanine local numéro 52 , avec parking + ascenseur + mosquée. Pour plus d'informations téléphoner au 0551200404 Prix : 55 000 DA

Location local Alger, Hydra Loue local 180m² Sidi Yahia bien aménagé idéal pour toutes les activités 42 nég

Location local Alger, Gué de Constantine Loue un local sup 20 m² sur artère secondaire Prix : 10 000 DA

Location local Alger, Staoueli Staoueli:Loue un local commercial sup 40 m² avec sanitai- res, bien situé en bord de route. Prix: 3.5u

Vente local Alger, Gué de Constantine vend local de 38 m² à Aïn Naâdja "el karass" avec décision (porte). Prix : 250U négociable

Vente local Alger, Alger-centre Local de 64 m2 r+1 au boulevards Krim Belkacem Télémly très bien situé. Prix : 2milliards 0556058297

0799281980

CULTURE

LE MAGHREB du 31 mai 2011- 21

DEUXIÈME FESTIVAL NATIONAL HIZIA DES PATRIMOINES ET ARTS POPULAIRES

Une idylle algérienne

Le deuxième festival national Hizia des patrimoines et arts populaires, s'ouvre aujourd'hui à Sétif, pas loin du lieu mythique où s'est déroulé, des siècles auparavant, la passion profonde mais aussi contrariée, du couple Hizia, Seyid. Les mythes certes font rêver avant de devenir populaires.

LA PREUVE, c'est que le poéte Benguitoun en fait de cette pas- sion un chef-d'œuvre de la poésie populaire algérienne. Hizia est

une jeune femme de la tribu

nomade des Dhouaouda, qui transhumait régulièrement à Bazer-Sakra (El Eulma, dans la

wilaya de Sétif). Son nom est définitivement lié à une passion amoureuse, contrariée toute comme le fut celle de " Roméo et Juliette ", " Tristan et Iseult", "

Kais wa Leila " etc….les organi-

sateurs misent beaucoup sur ce

deuxième festival, au point d'ail-

leurs de vouloir en faire, une ren-

contre qui égalerait celle de Djemila, qui se déroule tous les ans dans cette contrée. Hizia a-t- elle oui ou non existé et où ?. En tout cas, Benguitoun, le premier à l'avoir célébrée dans un long

le premier à l'avoir célébrée dans un long poème épique mentionne, le nom de Bazer comme

poème épique mentionne, le nom de Bazer comme lieu de l'idylle entre Hizia et Seyid. C'est en rentrant d'un séjour à Bazer, par où transhumait sa tribu nomade, que Hizia fut ravie à la vie d'une manière mysté- rieuse. Elle n'avait que 23 ans. L'on rapporte que Hizia Bouakkaz, fille d'Ahmed Ben El Bey, de la tribu de Dhouaouda, et son cousin, Seyid, élevé par son père dans la même famille et sous le même toit, se sont épris l'un de l'autre dès leur jeune âge, pour voir leur amour grandir. A l'âge adulte, l'amour qui liait ces deux cousins issus d'une tribu de Sidi Khaled, dans la wilaya de Biskra, commençait à se heurter aux lois implacables de la tradi- tion qui interdisait toute liaison en dehors du mariage. Les deux

tourtereaux étaient forcés de se voir en cachette, se contentant de voler des moments furtifs pour se rencontrer lors des placements des caravanes, pendant la période de transhumance entre le sud et les hauts plateaux, notamment dans la région de Bazer-Sakra où ils avaient pour habitude de mar- quer de longues haltes. Le pro- gramme du deuxième festival Hizia des patrimoines et arts populaires comporte une grande opérette intitulée "Matar Edhakira" (Pluie de la mémoire), écrite et mise en scène par Abdelouahab Tamhencht, avec la participation du groupe Bila Houdoud. Une grande palette d'artistes participera au spectacle qui aura lieu en plein air, sur le terrain de l'hippodrome qui se trouve-belle coïncidence - à l'en-

FESTIVAL DU COURT MÉTRAGE À BÉCHAR

"La Corde" d'Omar Zemoum rafle le premier prix

"LA CORDE" du jeune réalisateur Omar Zemoum,

vient de rafler le 1er prix des

premières journées du court

métrage clôturées de Béchar. Le jury de cette manifestation a attribué le deuxième prix à Amine Sidi Boumediène pour son oeu- vre "Demain Alger", alors que le 3e prix est revenu à Ahmed Najib Larabi pour son film "Le Labyrinthe".

Dix sept courts-métrages

ont été en compétition à l'occasion de cette manifes- tation cinématographique, qui a été marquée notam-

ment par l'innovation et le

respect des critères profession-

nels dans la plupart des œuvres projetées durant ces premières journées du court métrage, ini- tiées conjointement par la Maison de la culture de Béchar et l'association Ciné-Grouz. La

la culture de Béchar et l'association Ciné-Grouz. La majorité des productions présen- tées à cette occasion

majorité des productions présen- tées à cette occasion qui traitent des thèmes liés aux réalités de la société algérienne ont été quali- fiées de "bonne qualité artistique et professionnelle", selon Meriem Nadji, une des deux jeu-

nes femmes réalisatrices ayant pris part à cette manifestation. "La meilleure promotion à faire aux jeunes réalisateurs est la diffusion de leurs œuvres par la télévision algérienne ce qui constituera à coup sûr, un moyen efficace pour encoura- ger et promouvoir le cinéma national", a-t-elle souligné. Par ailleurs, les professionnels du cinéma ont déploré, toute- fois, l'absence d'une salle de projection adaptée à ce genre de manifestation, même si la salle de répertoire de Béchar, en rénovation depuis 2002, est toute indiquée pour la réussite de ce rendez-vous culturel. Cette structure qui relève de la cinémathèque nationale n'a pas été livrée à ce jour, une situation qui a mis à mal les activités ciné- matographiques dans la région de Béchar, ont-ils relevé. R.C.

droit même où la tribu des Dhouaouda avait pour habitude de dresser son campement, lors de sa transhumance par cette région. Des comédiens d'El Eulma, à l'instar de Abbas Chouar, Mourad Kamel, Said Harabi, ainsi que la star de la chanson sétifienne Cheb Arrès qui s'essaie pour la première fois au théâtre, Kamel Nemri et Ibtissem Riahi, une lauréate de l'école Alhan oua Chabab, figu- rent parmi les participants et ani- mateurs de ce spectacle qui sera agrémenté, annonce-t-on, d'une fantasia. Des troupes folklori- ques représentant diverses régions du pays, des courses de chevaux et des fantasias, sont également au programme de cette manifestation qui aspire à devenir un rendez-vous incon- tournable pour les arts et patri- moines populaires. Une Kheïma (tente) des poètes, des shows de troupes folklori- ques et des expositions mettant en exergue les traditions et artisa- nats locaux ainsi que des confé- rences sur le patrimoine et la lit- térature populaires, sont égale- ment au menu de la manifesta- tion. La 1ère édition du festival Hizia, organisée à El Eulma en 1995, avait connu un franc suc- cès.

HIZIA, PATRIMOINE NATIONAL Alors que la Maison de la culture de la wilaya d'Adrar, avait décidé en 2009, la création d'une phono- thèque pour le stockage du patri- moine immatériel cantonal, de leur côté les services culturels de la wilaya de Biskra comptaient immortaliser l'histoire épique de Hizia, en la classant patrimoine national. Figure du 19e siècle, Hizia célébrée par le patrimoine populaire oral, est en voie d'être classée patrimoine national immatériel par la direction de la culture de Biskra.Les efforts sont actuellement dirigés vers "la constitution d'un dossier rassem- blant tous les documents et infor- mations" relatifs à Hizia qui vécut entre 1855 et 1878 pour inscrire l'histoire de la vie de cette figure, sur la liste du patri- moine national immatériel, affirme la direction. Une banque de données a été constituée sur le personnage de Hizia, selon la direction de la culture qui soute- nait que cette démarche repré- sente une étape fondamentale

dans le processus de classifica- tion qui devra aboutir avant la fin de l'année en cours. Hizia a tou- jours focalisé artistes et hommes de lettres. Plusieurs versions de ce poème épique ont été chantées et les premiers à l'avoir exécuté s'appellent, Abdelhamid Ababssa, Rabah Deriassa et Khélifi Ahmed. Hizia est une his- toire d'amour nomade. Hizia, est le nom d'une jeune femme issue de la famille dominante des Bouakkaz de la puissante tribu des Dhouaouda (descendants, selon certains dires, des tribus des Beni Hilal qui avaient envahi le Maghreb vers le XIe siècle ap. J. C. venant d'Arabie) qui régnaient en ce 19eme siècle sur toute la région du Zab et dont les terres de parcours et de transhu- mance s'étendaient des riches plaines de Sétif au Nord jusqu'à l'oasis de Ouled Djellal au Sud, et bien plus loin encore si l'on jugeait par l'influence de son Cheikh el Arab (titre donné à son chef qui signifie littéralement :

Chef des Arabes) à l'époque. Hizia, fille d'Ahmed ben el Bey, était amoureuse de son cousin Saïyed, orphelin recueilli dès sa tendre enfance par son oncle, puissant notable de la tribu et père de Hizia.Benguitoun, dans son poème, fixe la date de la mort de Hizia à 1295 de l'Hégire, soit 1878 de l'ère chrétienne. Elle avait alors 23 ans, nous dit-il. Hizia serait donc née en 1855.La cause de son décès fut et reste encore une énigme. Le poème ne nous révèle rien sinon qu'elle fut subite : un mal soudain entre deux haltes, à Oued Tell (une localité à 50 km au sud de Sidi Khaled) au retour de la tribu de son séjour saisonnier dans le Nord. Mythe ou réalité ? Saïyed eut recours, trois jours après la mort de Hizia, aux services du poète Benguitoun pour écrire un poème à la mémoire de sa bien- aimée. Plus tard, d'après certains dires, le malheureux cousin s'exi- lera loin de sa tribu et vivra en solitaire dans l'immensité du désert des Zibans jusqu'à sa mort. Quoiqu'il en soit, le poème est là pour témoigner de cet amour fou qu'avait porté un jeune homme à une jeune femme qui valait, à ses yeux, tout ce qu'il y avait de pré- cieux en ce monde, et que le poète a chantée, avec les paroles du bédouin, langue pure du vécu, langue vivante de tous les jours. Rebouh H.

Prix Kaki d'or de Mosta

PAS MOINS de 70 textes théâtraux, dont trois en langue amazi- ghe, sont en lice pour le 4e prix Kaki d'or prévu du 4 au 10 juin prochain à Mostaganem à l'initiative du commissariat du Festival national du théâtre amateur, a annoncé samedi son responsable. Des écrivains et romanciers, parmi lesquels des jeunes issus de coopératives théâtrales du pays, se disputent les quatre prix du concours qui sont le Kaki d'or, le Kaki d'argent, le Kaki de bronze et le Prix du jury dont la valeur varie entre 100.000 et 300.000 DA. Selon le commissaire du Festival, Djamel Bensaber, le commissariat dispose d'environ 170 textes traitant de diffé- rents sujets, notamment sociaux et culturels. Il a invité les direc- teurs des théâtres régionaux, le Théâtre national algérien (TNA) et les coopératives spécialisées dans le 4e art, à se rapprocher du commissariat pour choisir des textes et les mettre en scène. Le texte théâtral Leilat Ro’b (Nuit de terreur), de Merouane Mansouri de Skikda, a décroché le Kaki d'or de la 3e édition. L'argent et le bronze sont revenus respectivement à Benherazem Abdelkrim de Tlemcen pour Akhir Guendouz, et à la jeune écri- vaine Souad Harat de Mostaganem pour son texte Roaya. Le Prix du jury a été décerné à Hassani Mohamed de la wilaya de Béjaïa pour son texte écrit en langue amazighe Menzel ntich.

LE CHIFFRE

DU JOUR

50

LE MAGHREB

Le Quotidien de l’Économie

LES COMPTES de la Grèce sont dans un état particulièrement inquiétant. Le pays a promis, sous la pression de ses bailleurs de fonds, de réaliser des privatisations susceptibles de rapporter 50 milliards d'euros, mais aucun plan détaillé n'est prêt. La Grèce avait été le premier pays de la zone euro à bénéficier d'un plan d'aide à hauteur de 110 milliards d'euros. Depuis, l'Irlande puis le Portugal ont éga- lement fait appel à ce mécanisme, et les marchés financiers craignent que l'Espagne ne suive bientôt.

SAHARA OCCIDENTAL

L'Algérie plaide pour le droit à l'autodétermination

Le chef de la diplomatie algérienne, M. Mourad Medelci, a laissé entendre que le processus de négociations entre le Maroc et le Front Polisario aboutisse rapidement à une solution politique juste, qui permettrait au peuple sahraoui d'exercer librement son droit à l'autodétermination.

librement son droit à l'autodétermination. LORS D'UNE allocution pro- noncée à l'occasion de

LORS D'UNE allocution pro- noncée à l'occasion de la célé- bration de la journée de l'Afrique, le ministre a indi- qué que l'Algérie restait pro- fondément attaché, à un règle- ment de ce dossier de décolo- nisation dans le cadre du res-

pect de la légalité internatio- nale, et que le processus de négociations aboutisse rapi- dement à une solution politi- que juste, durable et mutuel- lement acceptable, à même de permettre au peuple sahraoui d'exercer librement sont droit

à l'autodétermination conformément aux résolutions pertinentes du Conseil de sécu- rité. Le ministre des Affaires étrangères a, cependant, déploré que le conflit du Sahara occidental tarde à connaître son épilogue. Il a, en outre, noté que les efforts entrepris par l'envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies, M. Christopher Ross, en l'occurrence, ont per- mis de relancer le pro- cessus de négociations dans un cadre infor- mel, entre le Royaume du Maroc et le Front Polisario. Il faut noter, à ce titre, que la septième réunion informelle entre le Maroc et le Front Polisario est prévue les 6 et 7 juin prochain à New York. Ce sera le pre- mier round à se tenir suite au rapport sur le Sahara occi-

dental du secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, rendu public en avril, et à la résolution 1979 du Conseil de sécurité qui s'en est sui- vie, renouvelant le mandat de la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (MINURSO) jusqu'en avril 2012. Suite au rapport du secrétaire général de l'ONU le Conseil de sécu- rité a adopté à l'unanimité une résolution dans laquelle il a réaffirmé son engage- ment à aider les deux parties au conflit à parvenir à une solution juste, durable et mutuellement acceptable qui permette l'autodétermination du peuple du Sahara occi- dental. Il faut souligner enfin que le Sahara occiden- tal est considéré comme ter- ritoire non-autonome par l'ONU depuis 1966, et qu'il demeurait la dernière colo- nie en Afrique.

Lyna D.

Post

scriptum

Par B. Chellali

ALGÉRIE-FRANCE

Est-ce une nouvelle sérénité dans les relations ?

L a réponse aux contradictions qui se développement depuis long- temps dans les relations algéro-

françaises tient à deux phrases : dynami- ser les échanges et nouer des relations gagnant-gagnant, en attendant peut-être mieux dans les autres domaines. Les ten- dances défavorables enregistrées, peu- vent-elles aujourd'hui se transformer en une thérapeutique et diversifier les débouchés ? La redynamisation des par- tenariats interentreprises devrait peut- être mettre fin à un certain nombre de questions litigieuses entre les deux pays. En effet, selon un observateur de ces relations, la détérioration des rapports

franco-algériens dans les dernières années est d'une certaine façon, révéla- trice de la crise profonde des relations euro-méditerranéennes. A côté de pro- blèmes directement bilatéraux qui conti- nuent d'entraver le processus de normali- sation engagé sous la présidence du cou- ple Chirac-Boutèflika, force est d'admet- tre que les turbulences quasi permanentes qui semblent affecter la relation algéro- française ne font qu'ajouter aux difficul- tés de l'Europe à assumer son rapport aux sociétés d'outre-Méditerranée. Du processus de Barcelone à l'Union pour la Méditerranée (UMP), les divergences, les malentendus et les conflits entre les deux rives montrent que d'une part, l'Europe, et plus spécifiquement la France, n'arrivent toujours pas à définir une relation de coopération stable et pérenne avec leurs voisins du Sud et que, d'autre part, les pays sud-méditerranéens ne parviennent pas à obtenir de leurs interlocuteurs européens le statut privilé- gié qui siérait au rôle qu'ils aspirent à jouer en Méditerranée . Avec les événe- ments en cours en Libye et l'instabilité institutionnelle en Tunisie, les choses ne sont pas aujourd'hui au beau fixe. Quoi qu'il en soit, un certain optimisme se

dégage tant, indique-t-on, l'atmosphère entre Alger et Paris s'est un peu déten- due, même s'il reste un chemin assez long à parcourir pour une meilleure nor- malisation. En effet, si sur le plan du par- tenariat économique les choses avancent dans la bonne direction, ce qui semble évident, c'est qu'il reste à rétablir un autre climat de confiance entre les deux parties sur d'autres questions d'actualité. Il s'agit de déblayer plus le terrain et d'optimiser minutieusement ces rela- tions qui devraient être dépourvues de toute illusion…En tout cas, les autorités algériennes semblent disponibles à assu- rer aux rapports avec l'autre partie une nouvelle stratégie. Il appartient donc aux autorités françaises de s'y impliquer et surtout d'écarter les questions de malen- tendus politiques bilatéraux et internatio- naux. A ce propos, il convient de souli- gner qu'un climat porteur de tension s'est révélé évident entre l'Algérie et la France. C'est dire que la tenue du Forum algéro-français intervient dans une conjoncture très difficile tant sur le plan régional qu'international. Quelles pers- pectives pour les relations algéro-fran- çaises ? dans le cadre de quel partenariat euro-méditerranéen ? Une question qui

s'adresse à cet avenir des relations algéro-françaises, en particulier dans un contexte où de nombreux contentieux continuent à les affecter et où des déra- pages sont constatés. " En France, comme en Europe, on a vu que le repli identitaire reprend les thèmes de l'ex- trême droite pour exacerber le discours xénophobe et stigmatiser les immigrés d'origine maghrébine… ". Toutefois, ces tendances qui cherchent à influer négati- vement sur le destin des rapports algéro- français restent minoritaires. Il existe entre les deux pays un espace humain commun qui a résisté et qui résistera sans doute à toutes les turbulences que peut connaître la coopération bilatérale entre les deux pays. " Malgré le malen- tendu colonial, écrit Jean-Robert Henry, le tissu humain des rapports franco-algé- riens reste exceptionnellement dense et riche et le faisceau des liens personnels arrime étroitement les deux sociétés " constituées d'une grande diversité immi- grés ", " binationaux ", mais aussi parfois de " rapatriés ", qui est devenue le prin- cipal trait d'union dans la relation entre l'Algérie et la France.

B.C.