Vous êtes sur la page 1sur 3

Terminale S MATHEMATIQUES Contrôle du 25 septembre 2006

x −1
Exercice I 1. lim 3x − 1 − = +∞ car lim 3x − 1 = +∞ et
( x + 1)
x →+∞ 2 x →+∞

x −1 x 1 x −1
lim − = lim − 2 = lim − = 0 . De même lim 3x − 1 − = −∞ .
( x + 1) ( x + 1)
x →+∞ 2 x →+∞ x →+∞ x →−∞ 2
x x
x −1
lim x − 1 = −2 et lim ( x + 1) = 0 + d’où : lim −
2
= +∞
( x + 1)
x →−1 x →−1 x →−1 2

x −1 x −1
lim 3x − 1 − = +∞ car lim 3x − 1 = −4 et lim − = +∞ .
( x + 1) ( x + 1)
x →−1 2 x →−1 x →−1 2

1( x + 1) − ( x − 1) 2( x + 1)
2
3− x 3 ( x 3 + 3x 2 + 3x + 1) − 3 + x x ( 3x 2 + 9x + 10)
2. g′( x) = 3 − = 3− = = Le ∆
( x + 1) ( x + 1) ( x + 1) ( x + 1)
4 3 3 3

x
de 3x 2 + 9x + 10 étant négatif ( 81 − 120 = −39 ), il reste toujours positif et g′( x) est du signe de , lui-
( x + 1)
3

même du signe de x ( x + 1) c’est-à-dire positif sauf entre -1 et 0.


x −∞ -1 0 +∞
signe de g ′ + − 0 +
+∞ +∞ +∞
g
-∞ 0
3. La courbe C g représentative de g a une asymptote oblique d d’équation y = 3x − 1.
x −1 x −1
En effet : g( x) − ( 3x − 1) = − et lim − = 0.
( x + 1) ( x + 1)
2 x →±∞ 2

1− x
g( x) − ( 3x − 1) = sera négatif pour x > 1 ; C g passera en dessous de d pour x > 1 .
( x + 1)
2

4) (Voir en dernière page)


5) Sur l’intervalle ] − ∞ ; − 1 [ , g est continue et strictement croissante. lim g( x) = −∞ et lim g( x) = +∞ .
x →−∞ x →−1−

D’après le théorème des valeurs intermédiaires appliqué aux fonctions strictement monotones (th. de la
bijection), l’équation g ( x ) = 3 admet une solution unique α dans cet intervalle.
Il y a de même une deuxième solution β dans ] −1; 0 [ et une troisième γ dans ] 0; + ∞ [ .
Par la méthode de balayage :
x -1,6 -1,5 -0,5 -0,4 1,3 1,4
g( x) 1,4 4,5 3,5 1,7 2,8 3,1

On en déduit : −1,6 < α < −1,5 , −0,5 < β < −0,4 et 1,3 < γ < 1,4 .

Exercice II
1. a) La fonction f est définie sur ℝ et f ′( x) = 2 + sin x . Puisque sin x ≥ −1 pour tout x réel, on a
f ′( x) = 2 + sin x ≥ 1 . La dérivée de f est strictement positive sur ℝ et f est une fonction strictement
croissante sur ℝ .
Pour tout x, cos x ≤ 1 , d’où : 2 x − cos x ≥ 2 x − 1 . lim 2 x − 1 = +∞ et par comparaison : lim f ( x) = +∞ .
x →+∞ x →+∞

Pour tout x, cos x ≥ −1 , d’où : 2 x − cos x ≤ 2 x + 1 . lim 2 x + 1 = −∞ et par comparaison : lim f ( x) = −∞ .


x →−∞ x →−∞

0∈] − ∞ ; + ∞ [.

1
La fonction f est continue et strictement croissante sur ℝ . D’après le th. de la bijection, l’équation
f ( x) = 0 admet une solution unique α dans ℝ .
b) Par balayage : f (0, 45) ≈ −0,0004 et f (0, 46) ≈ 0,02 , d’où 0, 45 < α < 0, 46 .
2. a) Il s’agit d’une inéquation du second degré : 2 x 2 ≥ x 2 + 2 x + 1 , soit x 2 − 2 x − 1 ≥ 0 .
2± 8
∆ = 8 . Les racines sont : , soit 1 ± 2 . S =  − ∞ ; 1 − 2  ∪ 1 + 2 ; + ∞  .
2
b) Démontrons-le par récurrence.
1e étape. Pour n = 4 , 2n = 24 = 16 et n 2 = 42 = 16 , donc l’inégalité 2n ≥ n 2 est vérifiée.
2e étape. Supposons que, pour un certain entier n ( ≥ 4 ), l’inégalité 2n ≥ n 2 soit vérifiée.
En multipliant les deux membres par 2, on obtient 2n +1 ≥ 2n 2 . D’après la question a), on sait que l’inégalité
2n 2 ≥ ( n + 1) est vraie car si n ≥ 4 , n ∈  − ∞ ;1 − 2  ∪ 1 + 2 ; + ∞  .
2

On a donc 2n +1 ≥ ( n + 1) : l’inégalité est vraie pour l’entier n + 1 .


2

D’après le principe de récurrence, l’inégalité est donc vraie pour tout entier n ( ≥ 4 ).
2n 2n
Pour tout entier n ( ≥ 4 ), on a donc : ≥ n et puisque lim n = +∞ , on a : lim = +∞ , par comparaison.
n n →+∞ n →+∞ n

3. a) f ( x) est défini si x 2 + 4 x ≥ 0 . Le trinôme du second degré x 2 + 4 x = x ( x + 4 ) est positif sauf entre


ses racines -4 et 0. D f = ] − ∞ ; − 4] ∪ [ 0 ; + ∞ [ .
b)

lim x 2
+ 4 x − x = lim
( x2 + 4 x − x )( x2 + 4x + x ) = lim 2
x2 + 4 x − x2
x →+∞ x →+∞
x2 + 4 x + x x →+∞
x2 + 4 x + x
4x 4x 4
= lim = lim = lim = 2 (Supp. x > 0)
x →+∞
x + 4 x + x x → +∞ 
2
4  x →+∞ 4
x  1 + + 1 1+ +1
 x  x
4 4
d’après le th. de la limite d’une fonction composée. En effet lim = 0 et lim = 2 . De même :
x →+∞ x X →0 1 + X + 1

lim x 2
+ 4 x + x = lim
( x2 + 4x + x )( x2 + 4 x − x ) = lim 4x
x →−∞ x →−∞
x + 4x − x2
x + 4x − x
x →−∞ 2

4x 4
= lim = lim = −2 (Supp. x < 0 : x 2 = x = − x)
x →−∞ x →+∞
 4 4
− 1 + −1
x 2 1 +  − x
 x x
On en déduit que lim f ( x) − ( x + 2) = 0 et lim f ( x) − ( − x − 2) = 0 , autrement que les droites d’équations
x →+∞ x →−∞

respectives y = x + 2 et y = − x − 2 sont asymptotes à C f en +∞ et en −∞ .


4. a) Pour tout entier n : −1 ≤ sin n ≤ 1 , −10 ≤ −10sin n ≤ 10 , 16 ≤ 26 − 10sin n ≤ 36 , 4 ≤ 26 − 10sin n ≤ 6 ,
1 1 1 2 4
≤ ≤ et enfin : ≤ ≤ 1.
6 26 − 10sin n 4 3 26 − 10sin n
2
La suite est donc bien bornée (par et 1).
3
2 4n 2
b) On en déduit, pour tout n : n ≤ et puisque lim n = +∞ , on a :
3 26 − 10sin n n →+∞ 3
4n
lim = +∞ , par comparaison.
n →+∞ 26 − 10sin n

2
2 4 1
On en déduit aussi, pour tout n : ≤ ≤ . D’après le th. des gendarmes,
3(n + 1) ( n + 1) 26 − 10sin n n + 1
4 2 1
lim = 0 , puisque lim = lim = 0.
n →+∞ ( n + 1) 26 − 10sin n n →+∞ 3( n + 1) n →+∞ n + 1

5. a) a 3 − b3 = ( a − b ) ( a 2 + ab + b 2 ) et cos ( 2 x ) = 1 − 2sin 2 x ; on en déduit


cos3 (2 x) − 1 = ( cos(2 x) − 1) ( cos 2 (2 x) + cos(2 x) + 1) = −2sin 2 x ( cos 2 (2 x) + cos(2 x) + 1) .
cos3 (2 x) − 1
2
 sin x 
b) lim f ( x) = lim
x→0− x →0 − x 2
= lim − 2 
x →0−
 x 
 ( cos 2 (2 x) + cos(2 x) + 1) = −6 car lim
x→0−
sin x
x
= 1 et

lim ( cos 2 (2 x ) + cos(2 x) + 1) = cos 2 (0) + cos(0) + 1 = 3 .


x→0−

D’autre part : lim f ( x) = lim x + m cos x = m cos 0 = m et f (0) = m .


x→0+ x →0 +

f étant continue en toute valeur différente de 0, elle sera continue sur ℝ si et seulement si elle est
continue en 0, c’est-à-dire si lim f ( x) = lim f ( x) = f (0) , soit pour m = −6 .
x→0− x →0 +

Graphique de l’exercice 1
y
4

-4 -3 -2 -1 0 1 2 3 4 x

-1

-2