Vous êtes sur la page 1sur 11

Comment devient-on

une fille ou un garçon ?


La construction de l’identité sexuée

Mouvement Français pour le Planning familial - Dordogne


74 boulevard Ampère 24000 Périgueux
05 53 53 11 96 planningfamilial24@wanadoo.fr
Sommaire
I. La notion d’identité sexuée
2. Définition
3. L’idée de « construction »
4. Le choix du vocabulaire

II. La dimension biologique : le « sexe biologique »

III. L’influence de l’environnement social

IV. L’élaboration psychologique individuelle


I. Les différents stades de la construction
II. L’acquisition des connaissances sur les rôles sexués
III. Flexibilité et rigidité face au respect des rôles sexués

#
I. La notion « d’identité sexuée »
Elle est définie par Colette Chilland en 1995.

#
La “construction” de l’identité sexuée :
un processus long et par étapes

Construction

Echange et interaction dans


la durée

 Traces laissées en germe à


chaque interaction.

#
Le choix du vocabulaire :

 Identité « sexuée » plutôt que :
Identité « de genre »
renvoie uniquement à la dimension sociale et psychologique

Identité « de sexe »
renvoie le masculin et le féminin à des caractéristiques trop figées

Identité « sexuelle »
intègre la dimension du choix du partenaire sexuel et donc
de l’orientation sexuelle ce qui n’est pas pertinent quand on parle du
moment de la construction et donc de la petite enfance.

#
II. La dimension biologique
« le sexe biologique »

Il existe un certain nombre d’anomalies génétiques ou hormonales qui


conduisent à des contradictions entre les organes génitaux externes et le
sexe génétique.
Un exemple d’anomalie génétique : le syndrome de Turner  chez les filles, un seul x
présent, pas de fonctionnement des ovaires, pas de caractères sexuels secondaires mais
développement d’une identité psychologique de fille.
Un  exemple  d’anomalie  hormonale  :  le  « testicule  féminisant »  (sexe génétique
garçon XY mais organes génitaux féminins et identité psychologique de fille)
#
Les études sur le sexe biologique montrent :

 l’importance du niveau d’imprégnation hormonale mâle


dans le niveau d’activité moteur et le lien avec les
comportements d’agressivité.

L’importance de l’influence sociale : l’assignation « fille »


ou « garçon » à partir de la reconnaissance des organes
génitaux externes (même si le sexe génétique est différent) est
primordiale.
Etude Money (1957) : sur 105 enfants présentant des
organes génitaux ambigus, 100 développent une
identité sexuée conforme à celle assignée à la
naissance même si le sexe génétique est différent.

#
III. L’influence de
l’environnement social

#
IV. L’élaboration psychologique individuelle
Les trois stades de la construction de l’identité sexuée

L’identité de genre :
de 0 à 2 ans les enfants amassent des connaissances socio culturelles
qui leur permettent de distinguer des caractéristiques différentes Ces trois stades de
pour le sexe féminin et le sexe masculin. développement ont été
définis par
Kohlberg en 1966.

Ces trois stades ont été


La stabilité de genre :
confirmés dans leurs
de 2 à 4 ans, les enfants comprennent que le sexe d’un individu grandes lignes par les
est stable dans le temps (la petite fille reste de sexe féminin quand recherches ultérieures.
elle devient adulte) alors qu’auparavant, ils ne font pas
nécessairement le lien entre les quatre catégories (fille, garçon, Cependant, il a été observé
homme, femme) une grande variation dans
les âges selon les
individus.

La constance de genre : Surtout, les recherches


vers 5-7 ans, les enfants intègrent que le sexe est aussi lié au corps montrent que beaucoup de
(critère stable : les organes génitaux), qu’il ne varie ni avec l’âge ni choses se passent avant
les âges définis
selon les situations. par Kohlberg.
Ils comprennent alors que même en adoptant les caractéristiques
socio culturelles de l’autre sexe, l’individu ne change pas de sexe.
Ils font d’abord ce constat pour eux-mêmes, puis pour leur
entourage. La constance est atteinte lorsque le raisonnement est
établi #
pour des personnes inconnues
L’acquisition des connaissances sur les rôles sexués

#
Flexibilité et rigidité face au respect des rôles sexués

5-7 ans avant de parvenir au stade de constance de genre :

L’enfant impose un respect strict des rôles sexués, toute transgression semble
interdite, les rôles sont affirmés avec force.

7 à 12 ans :
L’enfant accepte des variabilités importantes dans la manière dont sont adoptés les
rôles sexués par les individus, les chevauchements dans les comportements et
les activités sont acceptés

À l’adolescence :
L’adolescent revient à une certaine rigidité dans le respect des rôles sexués