Vous êtes sur la page 1sur 27

Le Romantisme

un mouvement littéraire et culturel du XIXe siècle


Un mouvement étroitement lié
aux événements historiques
L’arrivée au pouvoir de Napoléon Bonaparte
1799 : la Première République est moribonde. L’homme fort est
le Général Bonaparte. Il a repoussé les armées venues de toute
l’Europe, mieux encore, il a conquis de nouveaux territoires

 Coup d’état du 18 brumaire an VIII


(9 novembre 1799).
Napoléon Bonaparte prend le pouvoir
sous le titre de Premier Consul. Le régime,
toujours officiellement république, est
nommé « consulat » car le pouvoir est
partagé entre 3 consuls . En fait, tout ceci
est factice : Napoléon premier consul
concentre peu à peu tous les pouvoirs et
finit par changer tout à fait de régime :

en 1804 il institue
le Premier Empire
et devient Napoléon Ier
Le Premier Empire :
une période d’ascension sociale pour certains
La grande bourgeoisie accède enfin aux honneurs qui
lui étaient interdits sous l’Ancien Régime

 on leur donne des titres (noblesse d’empire).

Des hommes sans richesse peuvent aussi gagner


des titres en particulier celui de général
grâce à leur talent

C’est l’idée que le mérite est plus important que la


naissance et que par son mérite on peut occuper des
places de premier plan (méritocratie).

= mobilité des individus dans la société


et dans l’échelle sociale.
« Un seul L’influence du Premier Empire sur les Romantiques
homme était en Les futurs romantiques sont pour la plupart lycéens ou
vie alors en jeunes hommes pendant cette période. Napoléon exerce
Europe ; le alors une fascination forte : c’est ce qu’on a appelé
reste des êtres « la légende napoléonienne ».
tâchait de se
remplir les Le père de Victor
Hugo est un
Les pères de Victor Hugo
poumons de héros des et d’Alexandre Dumas
l’air qu’il avait conquêtes furent eux-mêmes
respiré. » napoléoniennes,
des héros des guerres
Alfred de Musset il est fait général
Confession d’un Enfant par l’empereur napoléoniennes
du siècle

Thomas-Alexandre-Davy de la Pailleterie, dit


Dumas (1762-1807) . Né à Saint Domingue (de
nos jours Haïti), des amours du marquis
Alexandre Davy de la Pailleterie, et d’une femme
de couleur, Marie Cessèle. Il se distingua sur les
champs de bataille de la Révolution, par son
courage et son audace, et franchit rapidement les
grades jusqu’à celui de général. II est mis à la
réforme en 1802 par Bonaparte, qui jugea que la
gloire de ce héros lui faisait de l’ombre ; il meurt
dans la misère et l’oubli en février 1807 à Villers-
Cotterêts. Il n’est pas d’exemple plus fort de
l’ingratitude et de la haine raciste dont Bonaparte
était capable. Son fils Alexandre Dumas lui voue
une admiration sans borne.
La Restauration : la revanche des exilés
Waterloo 1814 : Chute du Premier empire  Restauration de la monarchie
C’est le retour des Bourbons au pouvoir mais la Restauration n’est
pas tout à fait le retour à la monarchie absolue d’avant 1789.
La monarchie est constitutionnelle c’est-à-dire que les conditions
d’exercice du pouvoir royal sont définies par un texte la charte de 1814.
La charte fait une synthèse entre des avancées sociales gagnées avec 1789,
certaines institutions de l’empire (par exemple le système scolaire).

En 1814 c’est Louis XVIII En 1824 c’est Charles X 3ème frère cadet
qui monte sur le trône. C’est le de Louis XVI qui monte sur le trône à la mort
frère cadet de Louis XVI. Il est de Louis XVIII. Il est conservateur « ultra » et
modéré et parvient à concilier extrémiste : il braque contre lui les opinions en
les opinions. refusant toute liberté et provoque la
Révolution de 1830.
La Restauration : une période réactionnaire
La Restauration est vécue par beaucoup comme un
retour en arrière ou du moins comme une période
à contre-courant de toutes les aspirations que la
Révolution Française avait initiées :

Plus d’espoir de mobilité sociale

Avec le retour des aristocrates exilés il y a la volonté


de prendre une revanche politique et sociale

 Retour à des valeurs d’ordre et à des conceptions


esthétiques figées de l’Ancien Régime

Peur du nouveau, des sentiments, de l’exaltation bref


de tout ce qui semble un peu trop proche de 1789
et de l’agitation révolutionnaire
La constitution du mouvement romantique
Pendant toute la période de la restauration, les jeunes
auteurs, peintres, musiciens, qui constituent la
« génération romantique », se rencontrent, échangent
et se retrouvent dans des salons.

Liszt vers 1840,


jouant pour
Beethoven et
entouré par,
Hugo, Paganini,
Rossini, Dumas
(assis), Sand et
Marie d'Agoult
(assise de dos sur
le plancher).
Peinture de
Josef Danhauser.
Le Cénacle : haut lieu du romantisme
A partir de 1827, Victor Hugo réunit autour de lui dans
sa maison de la rue Notre-Dame des Champs
l’ensemble des jeunes artistes de la « génération
Fréderic Chopin
dont les Nocturnes au romantique ». Ce salon prend le nom de « Cénacle » :
piano incarne le
Romantisme en musique
les jeunes gens y débattent, lisent leurs œuvres. Le
Victor Hugo
qui s’impose comme
principal mot d’ordre du Cénacle est « liberté ». Les
chef de file discussions sont animées et, dans une certaine
George Sand mesure, théorisent la littérature romantique.
seule femme dans ce
monde très masculin, La camaraderie littéraire qui caractérise le Cénacle
auteure notamment revêt parfois un caractère inattendu voire pittoresque.
d’Indiana
Hugo propose ainsi des escapades nocturnes
dans les tours de Notre-Dame.
Lamartine
le poète des
Méditations Théophile Gautier
Alexandre Dumas,
poétiques l’auteur de La Morte
l’auteur des Trois
amoureuse
Mousquetaires

Eugène Delacroix
le peintre
notamment de Alfred de Musset
La Liberté guidant le poète des
le Peuple Nuits et le Théodore Géricault, le
dramaturge de peintre du Radeau de la
On ne badine pas méduse et de La mort
avec l’amour de Sardanapale
La bataille du théâtre : la préface de Cromwell
Au XIXe siècle, c’est au théâtre que les écrivains obtiennent
gloire, reconnaissance et…argent. C’est aussi une tribune
publique importante. C’est pourquoi les Romantiques cherchent à
imposer leurs idées et leurs conceptions esthétiques par des
pièces d’un goût nouveau (« le drame romantique »)

En 1827, Victor Hugo publie L'abandon des unités


sa pièce Cromwell. Les unités de temps, de lieu et
Dans la préface, il y expose d’action sont contraires à la
vraisemblance.
l’ensemble des théories
romantiques sur le théâtre. La couleur locale
Le décor doit donner l'impression
de la vie ; la couleur historique et
C’est le manifeste du géographique doit imprégner le
fonds du drame.
Romantisme
Le mélange des genres
Séparer les genres, c'est isoler
arbitrairement tel ou tel aspect, les
unir, c'est exprimer l'homme tout
entier. Le drame doit mêler le
grotesque au sublime.
« La brèche
est ouverte, La bataille du théâtre : la montée des tensions
nous
passerons », En 1829 la pièce d’Hugo Marion de Lorme est censurée. L’affaire
avait dit Hugo fait grand bruit mais le pouvoir ne cède pas. Hugo écrit alors
après le rapidement une autre pièce, Hernani, qui est acceptée.
succès du Les répétions se passent mal entre les comédiens et Victor Hugo,
Henri III de la presse s’en fait l’écho et dénigre les nouveautés de la pièce.
Dumas. Prévoyant une machination pour « faire tomber sa pièce », Hugo
recrute une « claque » parmi ses amis. Elle s'effectue dans les
ateliers de peinture et de sculpture, auprès de leurs étudiants,
auxquels s'associèrent de jeunes littérateurs et musiciens.
Ce sont eux qui, avec leurs costumes excentriques,
leurs chevelures hirsutes et leurs plaisanteries macabres,
feraient sensation au milieu du public policé du Théâtre-Français.
Caricature de
« l’armée
romantique »
L’acte de 25 février 1830 : La bataille d’Hernani
naissance Lors de la première
représentation d’Hernani,

du le public se partage entre


les partisans de Victor
Hugo, ses adversaires, et
Romantisme les curieux. Des
échauffourées éclatent
(Balzac reçut un trognon de chou
en pleine figure), les jeunes
romantiques aimant la
provocation.

Ce jour-là, ce sont les


amis qui triomphent.

« 25 février 1830 ! Cette date reste écrite dans le fond de notre passé
en caractères flamboyants : la toute première représentation
d'Hernani ! Cette soirée décida de notre vie ! Là nous reçûmes
l'impulsion qui nous pousse encore après tant d'années
et qui nous fera marcher jusqu'au bout de notre carrière. »
Théophile Gautier
Ces trois
journées sont
27, 28, 29 juillet 1830 : monarchie de juillet
appelées La bataille d’Hernani révèle les crispations engendrées par
« les trois l’attitude conservatrice de Charles X. La frustration sociale,
glorieuses » l’agitation des ouvriers et l’incertitude politique conduisent alors à
trois journées révolutionnaires.

Fin de la Restauration,
institution de la Monarchie de Juillet avec Louis Philippe
(descendant du cousin du roi qui avait voté la mort du Louis XVI)

Louis Philippe est appelé


le « roi bourgeois » parce qu’il
incarne les valeurs et les
aspirations de la grande
bourgeoisie qui triomphe
économiquement.

Il accepte de nouvelles libertés


mais il les limite néanmoins.
1830 à 1848 : l’idée de république s’impose lentement
De 1830 à 1848, le climat social et politique ne s’apaise pas.
Le « parti républicain » impose peu à peu l’idée que la
république est le seul régime politique à concilier les valeurs
bourgeoises et la défense du peuple bref à garantir l’idéal de
la devise de 89 « liberté, égalité, fraternité »

Plusieurs romantiques sont gagnés par les idées républicaines :

George Sand est la plus engagée et revendique une


république sociale, à l’écoute et au secours des plus
misérables.

Lamartine est lui aussi très impliqué dans le mouvement,


il fera partie du gouvernement provisoire de 48.

L’évolution de Hugo est plus lente : alors qu’il est au


début un partisan farouche de la monarchie, il est au fur et
à mesure écœuré de l’autoritarisme des aristocrates et
ému de la misère du peuple et des injustices qu’il subit.
1848 : la Seconde République
Février 1848 : Révolution  Seconde République
La révolution de Février 1848 marque les esprits par son caractère proche
de 1789. C’est le peuple qui renverse la monarchie avec violence et
brutalité. Cependant, le régime reste encore très conservateur et réprime
dans le sang une nouvelle agitation révolutionnaire qui a lieu en juin 1848.
Les ouvriers ne descendront plus dans la rue jusqu’en 1870.

Lamartine refusant le drapeau rouge des ouvriers


et défendant le drapeau tricolore, symbole de continuité avec 1789
1852 : le Second empire Napoléon III
Le 2 décembre 1852 : Louis Napoléon Bonaparte, le
neveu du « grand » Napoléon, élu Président de la République
fait un coup d’état : il institue alors
le Second Empire et devient Napoléon III
Victor Hugo, qui s’était rangé du côté de
Louis Napoléon Bonaparte pendant les élections,
refuse la situation et s’exile d’abord en Belgique
puis il se réfugie sur l’île anglo-normande de
Guernesey. Il y restera 20 ans, refusant tout
compromis avec celui qu’il appelle
« Napoléon le Petit »
J'accepte l'âpre exil, n'eût-il ni fin ni terme,
Sans chercher à savoir et sans considérer
Si quelqu'un a plié qu'on aurait cru plus ferme,
Et si plusieurs s'en vont qui devraient demeurer.

Si l'on n'est plus que mille, eh bien, j'en suis ! Si même


Ils ne sont plus que cent, je brave encor Sylla ;
S'il en demeure dix, je serai le dixième ;
Et s'il n'en reste qu'un, je serai celui-là !

Victor Hugo Les Châtiments - Livre septième


Le Mal du Siècle
Une thématique essentielle du Romantisme
Qu’est que le « mal du siècle » ?

C’est un
•Sentiment d’incompréhension
malaise et d’inaptitude face au monde
existentiel que
partagent
l’ensemble des •Décalage entre les espoirs des
romantiques
face à individus et la réalité
l’instabilité
politique et
sociale de • Vague à l’âme et mélancolie
l’époque
« Un sentiment de malaise
inexprimable… »

« Un sentiment de malaise inexprimable commença


alors à fermenter dans tous les cœurs jeunes.
Condamnés au repos par les souverains du monde,
livrés aux cuistres de toute espèce, à l'oisiveté et à l'ennui,
les jeunes gens voyaient se retirer d'eux les vagues écumantes
contre lesquelles ils avaient préparé leurs bras.
Tous ces gladiateurs frottés d'huile se sentaient
au fond de l'âme une misère insupportable.
Les plus riches se firent libertins ; ceux d'une fortune médiocre
prirent un état et se résignèrent soit à la robe, soit à l'épée ;
les plus pauvres se jetèrent dans l'enthousiasme à froid, dans les
grands mots, dans l'affreuse mer de l'action sans but. »
Alfred de Musset Confession d’un enfant du siècle
Le héros du « mal du siècle »

Le héros romantique sera en


proie à ce Mal du siècle :
tout à tour mélancolique,
révolté, exalté il se sent
condamné au malheur et
perpétuellement incompris par
la société qui l’entoure.

Autoportrait par Géricault


Voyageur au-dessus
de la mer de nuages (1818)
Cette œuvre du peintre allemand
Caspar David Friedrich illustre
de manière exemplaire la
thématique du Mal du Siècle.

Le personnage représenté ici reste à


l'extérieur du monde qu'il contemple.
Il regarde du dehors le monde
dont il est exclu, ce qui donne
un sentiment d'abandon propre
au personnage romantique.
Pour échapper au
malaise qui les étreint,
La nature apparait
les romantiques
cherchent à fuir et se comme un refuge
refugient dans la nature.
protecteur
Caspar David Frierich
Couple regardant la lune

« Pars courageusement, laisse toutes les villes ;


Ne ternis plus tes pieds aux poudres du chemin
Du haut de nos pensées vois les cités serviles
Comme les rocs fatals de l'esclavage humain.
Les grands bois et les champs sont de vastes asiles,
Libres comme la mer autour des sombres îles.
Marche à travers les champs une fleur à la main. »

Alfred de Vigny La Maison du Berger


L’autre moyen d’échapper au malaise
produit par le spectacle de la société
environnant est de fuir dans des époques
L’intérêt pour les
encore mal connues et donc mystérieuses
comme le Moyen Age ou la renaissance. époques mystérieuses
Des époques où les passions sont vives
au contraire de l’époque
du « mal du siècle » Dans La Reine
Margot, Dumas même
l’horreur de la nuit de
la Saint Barthélémy
à la passion de
la reine Margot et
son amant, dans le
Paris du XVIe siècle

Notre-Dame de Paris
met en scène le bossu
difforme Quasimodo
amoureux de la belle
Esméralda dans le
Paris médiéval
La fuite se fait aussi
par l’imaginaire, Le goût du fantastique
le rêve,
l’étrange .
UN REVE
Dans ce poème J'ai rêvé tant et plus, mais je n'y entends note. Pantagruel, Livre III
d’Aloysius Bertrand, le narrateur Il était nuit . Ce furent d’abord , - ainsi j’ai vu , ainsi je raconte , - une abbaye
mêle trois moments successifs aux murailles lézardées par la lune , - une forêt percée de sentiers tortueux , -
(ici distingués par des couleurs et le Morimont* grouillant de capes et de chapeaux .
différentes) de la même histoire
Ce furent ensuite , - ainsi j’ai entendu , ainsi je raconte , - le glas funèbre d’une
confondus dans le rêve
cloche auquel répondaient les sanglots funèbres d’une cellule , - des cris
plaintifs et des rires féroces dont frissonnait chaque feuille le long d’une ramée
, et les prières bourdonnantes des pénitents noirs qui accompagnaient un
criminel au supplice .
Ce furent enfin , - ainsi s’acheva le rêve , ainsi je raconte , un moine qui
expirait , couché dans la cendre des agonisants, - une jeune fille qui se
débattait pendue aux branches d’un chêne , - et moi que le bourreau liait
échevelé sur les rayons de la roue .
Dom Augustin , le prieur défunt , aura , en habit de cordelier , les honneurs de
la chapelle ardente ; et Marguerite , que son amant a tuée , sera ensevelie
dans sa blanche robe d’innocence , entre quatre cierges de cire .
Mais moi , la barre du bourreau s’était , au premier coup , brisée comme un
verre , les torches des pénitents noirs s’étaient éteintes sous les torrents de
pluie , la foule s’était écoulée avec les ruisseaux débordés et rapides , - et je
poursuivais d’autres songes vers le réveil .
* C'est à Dijon, de temps immémorial, la place aux exécutions (Note du poète)
Le cauchemar de Fussi (1791)
Le mal du siècle implique aussi
un sentiment de révolte qui se La révolte et
traduit par un engagement
politique et social l’engagement (1)
George Sand fait partie des Romantiques
les plus engagés politiquement.
Dès 1830, elle écrit des articles pour défendre
l’égalité des sexes. Puis, se rangeant du côté des
républicains, elle se lie avec les milieux ouvriers et
encourage les mouvements d’éducation populaire.
Au moment de l’écrasement des révoltes ouvrières
de juin 48 , elle écrit : « je ne crois plus à
l’existence d’une république qui commence par
tuer ses prolétaires. Voilà une étrange solution
donnée au problème de la misère. »
George Sand à Charlotte Marliani, juillet 1848

En outre, du fait de son anti-cléricalisme, en décembre


1863, la totalité de l’œuvre de George Sand sera inscrite
à l’Index en 1863 (œuvres censurées par l’Eglise)
Hugo porté en
triomphe à
son retour
d’exil en 1870
La révolte et
l’engagement (2)
Le premier de tous les combats de Victor Hugo – le
plus long, le plus constant, le plus fervent - est sans
Victor Hugo, le chef de
doute celui qu’il mène contre la peine de mort.
file du mouvement

« La peine de mort
romantique, est sans
doute celui qui aura
porté l’engagement au
plus haut degré : il
incarne l’opposition
est le signe spécial
radicale à l’Empire. En
rentrant d’un exil qui
et éternel de la
aura duré plus de 20
ans, il devient député barbarie. »
de la république, siège Discours à l’Assemblée
constituante, 15 septembre 1848
à l’extrême gauche et
défend sans relâche le
petit peuple et les
communards.
Les Misérables,
roman écrit de 1844 à 1862, est une La révolte et
grande fresque retraçant l’itinéraire
de Jean Valjean, condamné au
bagne pour un vol de pain.
l’engagement (2)
« Tant qu’il existera, par le fait des lois et des
mœurs, une damnation sociale créant
artificiellement, en pleine civilisation, des
enfers, et compliquant d’une fatalité humaine la
destinée qui est divine ; tant que les trois
problèmes du siècle, la dégradation de l’homme
par le prolétariat, la déchéance de la femme par
la faim, l’atrophie de l’enfant par la nuit, ne
seront pas résolus ; tant que, dans de certaines
régions, l’asphyxie sociale sera possible ; en
d’autres termes, et à un point de vue plus
étendu encore, tant qu’il y aura sur la terre
ignorance et misère, des livres de la nature de
celui-ci pourront ne pas être inutiles. » La rencontre
Exergue des Misérables entre Jean Valjean et Cosette