Vous êtes sur la page 1sur 37

Tosco

California 2001
Toulouse
2001
Généralités ATEX
Généralités ATEX

Qu’est-ce qu’une ATEX ?

Quand peut-on être en présence d’une ATEX ?

Comment une ATEX peut-elle exploser ?

Quelles sont les substances inflammables les plus dangereuses ?


Qu’est-ce qu’une ATEX ?

Une atmosphère explosive (ATEX) est un mélange avec l’air, dans


les conditions atmosphériques, de substances inflammables sous
forme de gaz, vapeurs ou poussières dans lequel, après
inflammation, la combustion se propage à l’ensemble du mélange
non brûlé.
Quand peut-on être en présence d’une ATEX ?

Condition 1 : Il faut la présence d’un comburant et d’un combustible

• Dans un mélange formant une ATEX, l’oxygène de l’air (O2) est le


comburant,

• les substances inflammables sous forme de gaz, de vapeurs ou


de poussières sont le combustible.
Substances inflammables

Voici quelques exemples de substances inflammables pouvant


former une ATEX dans un mélange avec l’air :
Quand peut-on être en présence d’une ATEX ?

Condition 2 : Le mélange doit être explosif

 Pour être explosif, le mélange ne doit être ni trop pauvre, ni


trop riche en combustible :

LSE = Limite Supérieure d’Explosivité d’un gaz ou d’une vapeur


dans l’air

LIE = Limite Inférieure d’Explosivité d’une substance inflammable

LIE < concentration de la substance inflammable < LSE


LIE < concentration substance inflammable < LSE

Selon les produits :


• la LIE est plus moins petite
• la LSE est plus ou moins grande
• la zone d ’explosivité est plus ou moins importante

0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 %

Zone explosivité

LIE LSE
Quelques limites d'explosivité (gaz et vapeurs)

LIE % LSE %
 acétone 2,6 13
 butane 1,8 8,4
 oxyde d'éthylène 3,5 100
 oxyde de propylène 2,8 37
 oxyde de carbone 2,5 74
 éthanol 3,3 19
 essence (io 100) 1,4 7,4
 éther éthylique 1,9 36
 hydrogène 4 75
 méthane 5 15
Quelques limites d'explosivité (poussières)

Concentration minimale d'explosion - nuage de poussières (g/m3)

 toner 60
 aluminium en poudre 40
 résine époxydique 20
 charbon de bois 140
 amidon de blé 25
 sucre 45
 vitamine C 70
 cacao 75
Cas particulier des liquides inflammables

Dans le cas des liquides, la température du liquide inflammable


doit être suffisante pour émettre assez de vapeurs :

• Point éclair d’un liquide inflammable = Température à


laquelle un liquide émet suffisamment de vapeurs pour
former avec l’air un mélange inflammable.

• Pour être dans son domaine d’explosivité, le mélange avec


l’air doit remplir la condition suivante :
T liquide > Point éclair
Quelques valeurs de points éclair (vapeurs)
 oxyde d'éthylène - 57°C
 éther éthylique - 45°C
 essence (io 100) - 37°C
 sulfure de carbone - 30°C
 acétone - 17°C
 éthanol à 100% 12°C
 gas-oil 55°C
Comment une ATEX peut-elle exploser ?

Par l’apport d’une source d’inflammation…

O2 + GAZ ou VAPEUR ou POUSSIERES INFLAMMABLES


+

=
Comment une ATEX peut-elle exploser ?

L’inflammation d’une ATEX peut être entraînée par l’apport d’une


source d’inflammation :

comburant

EXPLOSION
EXPLOSION

combustible
Source
d ’inflammatio
n
Par l’apport d’une source d’inflammation…

…suffisante

Une source d’inflammation pouvant engendrer une explosion peut


être une source d’énergie suffisamment importante ou une
température suffisamment élevée.

EMI, TAI ...


Par l’apport d’une source d’inflammation…

…suffisante

EMI : Énergie Minimale d’Inflammation


 Énergie minimale qui doit être fournie au mélange, sous forme
d’une flamme ou d’une étincelle, pour provoquer l’inflammation.

Énergie fournie par la source > EMI

OU

TAI : Température d’Auto Inflammation 


 Température à laquelle le mélange avec l’air s’enflamme
spontanément.

T mélange > TAI


Quelques valeurs d'EMI (gaz et vapeurs)

• méthane 300 µJ I
• butane 250 µJ IIA
• éthanol 140 µJ IIA
• éthylène 70 µJ IIB
• oxyde d'éthylène 60 µJ IIB
• hydrogène 17 µJ IIC
• sulfure de carbone 15 µJ IIC

 L'énergie dans l'étincelle d'une bougie automobile est d'environ 1J


 1 ampoule de 40 W allumée pendant 1 minute consomme 2400 J
Quelques valeurs d'EMI (poussières)

 toner <10 mJ
 aluminium en poudre 15 mJ
 résine époxydique 15 mJ
 charbon de bois 20 mJ
 amidon de blé 25 mJ
 sucre 30 mJ
 vitamine C 60 mJ
 cacao 100 mJ
Quelques exemples de valeurs d’énergies

Décharge
Décharge d'électricité statique
EMI d'électricité statique Choc grave
Hydrogène Choc juste ressenti

10 J

0,01 mJ 0,1 mJ 1 mJ 10 mJ 100 mJ 1J


Masse de 1 kg
tombant de 0,5 m
EMI EMI
Oxyde Ethanol
Choc électrique
d'éthylène mortel
Charge électrostatique
acquise en marchant
sur de la moquette
Quelques valeurs de TAI (gaz et vapeurs)

 hydrogène 560°C
 acétone 465°C
 essence (io 100) 460°C
 oxyde d'éthylène 430°C
 éthanol 363°C
 butane 287°C
 éther éthylique 160°C
 sulfure de carbone 102°C
Quelques valeurs de TAI (poussières)

MATIERE Températures d'inflammation


nuage couche
 Aluminium 520 410
 Amidon 350 345
 Céréales 520 300
 Charbon 600 250
 Farine de bois 490 340
 Lait en poudre 610 340
 Poudre époxy 510 Fusion
 polyéthylène 440 Fusion
 Sucre 490 490
Exemples de sources d’inflammation
 Étincelles d’origine électrique
 Étincelles d’origine mécanique

 Surfaces chaudes

 Décharges électrostatiques
 Flammes nues
 Foudre
 etc.…
Électricité statique

LES EFFETS DE L'ÉLECTRICITÉ STATIQUE :

 contact de deux corps : les charges électriques se


produisent à la séparation

 accumulation de charges électriques sur une partie


isolée : étincelle de décharge entre la partie
chargée et la terre
Comment une ATEX peut-elle exploser ?

Triangle de l’explosion :

atmosphère explosive

EXPLOSION
EXPLOSION

source
d'inflammation propagation
Propagations

Déflagration
 propagation de l'inflammation par conductibilité thermique
 vitesses de propagation l'ordre de 0,5 à 10 m/s
 surpression : quelques bars

Détonation
 propagation de l'inflammation par onde de choc
 vitesses de propagation supérieures à 1000 m/s
 surpression : quelques dizaines de bars
Quelles sont les substances inflammables les plus
dangereuses ?

La dangerosité d’un mélange avec l’air dépend de sa concentration


en substance inflammable mais également des caractéristiques
propres à cette substance. Il est donc nécessaire de classer ces
différents combustibles suivant leur niveau de dangerosité.

 Deux classements différents (gaz et vapeurs) :

– Groupes de gaz (ou subdivisions)


– Classes de température
1er classement : Groupe de gaz

EMI : Énergie Minimale d’Inflammation


• Énergie minimale qui doit être fournie au mélange, sous
forme d’une flamme ou d’une étincelle, pour provoquer
l’inflammation.

IEMS : L’Interstice Expérimental Maximal de Sécurité


• C’est l’épaisseur maximale de la couche d’air entre 2
parties d’une chambre interne d’un appareil d’essai qui,
lorsque le mélange interne est enflammé empêche
l’inflammation du même mélange gazeux externe à travers
un épaulement de 25 mm de longueur.
Quelques valeurs d'EMI (gaz et vapeurs)

• méthane 300 µJ I
• butane 250 µJ IIA
• éthanol 140 µJ IIA
• éthylène 70 µJ IIB
• oxyde d'éthylène 60 µJ IIB
• hydrogène 17 µJ IIC
• sulfure de carbone 15 µJ IIC
IEMS : Interstice Expérimental Maximal de Sécurité

Appareil pour la détermination de l'IEMS :


Quelques valeurs d’IEMS
 acétone 1,01 mm IIA
 méthane 1,14 mm I / IIA
 propane 0,92 mm IIA
 éthanol 0,91 mm IIA
 éther éthylique 0,87 mm IIB
 oxyde de propylène 0,70 mm IIB
 éthylène 0,65 mm IIB
 oxyde d'éthylène 0,59 mm IIB
 hydrogène 0,29 mm IIC
 acétylène 0,37 mm IIC
 sulfure de carbone 0,20 mm IIC
1er classement : Groupe de gaz

EMI et IEMS varient dans le même sens :

sens croissant
du risque
1er classement : Groupe de gaz

En conséquence, les matériels destinés à être utilisés dans une


atmosphère explosive portent un groupe ou subdivision :
I, II, IIA, IIB ou IIC
2ème classement : Classes de température

Les diverses substances peuvent s’enflammer à des températures


différentes. Plus la température d’inflammation est faible, plus
la substance est dangereuse.

 méthane 595°C
 hydrogène 560°C
 acétone 465°C
 propane 470°C
 oxyde d'éthylène 430°C
 butane 287°C sens croissant
 sulfure de carbone 102°C du risque
2ème classement : Classes de température

En conséquence, les matériels destinés à être utilisés dans une


atmosphère explosive sont classés de T1 à T6 en fonction de la
température maximale de surface qu’ils génèrent :

Par exemple, un appareil dont la température maximale de surface est de 105 °C sera classé T4.
Il appartient à l’utilisateur de vérifier que T4 (135°C) <TAI ATEX
2ème classement : Classes de température

Classe de température
ATEX poussières

Une atmosphère explosive poussiéreuse réagit


différemment d'une atmosphère explosive gazeuse.

• C ’est le nuage de poussière qui explose


• La ventilation n'a pas le même effet
• Le risque dépend également :
 de la granulométrie
 du taux d'humidité
• La détection d'une atmosphère explosive poussiéreuse n'est pas
facile