Vous êtes sur la page 1sur 14

Salut chers étudiants !

Ce cours de langue du M14 est


destiné à tous les étudiants de la
filière SEG/S2 toutes sections
confondues.
La subordonnée complétive

Module : Langue et Terminologie (M14)


Matière: Langue
Semestre : 2
Préparé par : Pr. ISSAM et Pr. KADDOURI
4- La crainte que le prix de la matière première soit
élevé fait peur à la nouvelle petite entreprise.
(Complétive par que- CDN)
5- Son souhait est qu’il réussisse. (Complétive par
que- Attribut de sujet)
6- Le directeur des ressources humaines est certain
que l’intranet est efficace pour la communication
interne de la société. (Complétive par que-
Complément d’adjectif)
7- Il est évident que la réunion a été annulée.
(Complétive par que- Sujet réel)
La complétive interrogative indirecte

8- Le client demande au magasinier quand il va


recevoir la marchandise. (complétive interrogative
indirecte- COD)
9- Je veux savoir lequel de ces modèles les
consommateurs préfèrent. (complétive interrogative
indirecte- COD)
10- Je me demande si vous êtes intéressés par cette
formation. (complétive interrogative indirecte- COD)
11- Je ne sais pas qui a fait ce travail excellent.
(complétive interrogative indirecte- COD)
Synthèse

 Les propositions complétives sont des


propositions subordonnées qui se substituent,
selon des règles bien déterminées, à des groupes
nominaux. C’est pourquoi on les appelle parfois
des substantives étant donné qu’elles sont
assimilables à des noms qui peuvent être des
compléments du verbe (COD ou COI), sujet,
attribut, complément de nom et d’adjectif…
 En nous basant sur le mécanisme syntaxique mis
en jeu pour sa formation, la proposition
complétive peut avoir trois formes :
La complétive infinitive

12 - Le responsable entend les salariés discuter dans la


salle des réunions. (complétive infinitive-COD)
13- Ce fonctionnaire laisse toujours traîner ses affaires
dans le bureau. (complétive infinitive-COD)
14- J’entends souvent débiner des bêtises autour de moi.
(complétive infinitive-COD)
15- Le patron regarde les grévistes protester dans la cour.
(complétive infinitive-COD)
 La complétive infinitive assume toujours la fonction
de COD.
 Le sujet de la complétive infinitive peut être explicite
(12-13-15) ou implicite (14).
- Construction conjonctive (la complétive par que) : dans
ce cas, la subordonné complétive est reliée à la proposition
principale par la conjonction « que » (Exemples : 1→7)

- Construction interrogative : on peut établir une


subordination sous forme d’une complétive interrogative,
dite interrogative indirecte. (Exemples : 8→11)

- Construction infinitive : la subordonnée infinitive a pour


noyau un verbe à l’infinitif dont le sujet est toujours
différent de celui de la proposition principale. (Exemples :
12→15) (Les deux verbes ont 2 sujets différents)
 La subordonnée infinitive caractérise les verbes de
perception tels voir, apercevoir, écouter, entendre, sentir,
regarder… et les présentatifs : voici et voilà.
 - La subordonnée complétive peut avoir toutes les
fonctions du GN :
- COD (Exemple : P1)
- COI (Exemple : P3)
- Sujet de la proposition principale (Exemple : P2)
- Attribut du sujet (Exemple : P5)
- Complément de nom (Exemple : P4)
- Complément d’adjectif (Exemple : P6)
Sujet réel (Exemple : P7)
 La complétive interrogative indirecte occupe la fonction
de COD du verbe dont elle dépend.
 La complétive infinitive occupe toujours la fonction de
COD du verbe dont elle dépend.
 Le mode de la subordonnée complétive se détermine en
fonction de la classe sémantique à laquelle appartient le
verbe (et même le nom et l’adjectif) de la proposition
principale.
 On emploie le mode indicatif après les verbes qui
expriment dans une phrase affirmative :
- une déclaration (dire, annoncer, affirmer, déclarer, rapporter,
expliquer, etc.) ;
- un jugement (penser, croire, estimer, considérer, juger,
trouver, etc.) ;
- une connaissance (savoir, être au courant, être certain,
apprendre, etc.)
NB : Après de « de ce que », on emploie généralement le
mode indicatif.
- Exemple : Le licenciement de ce salarié vient de ce qu’il ne
respecte pas les ordres de son chef. (présent de l’indicatif)
 On emploie le mode subjonctif après les verbes qui
expriment :
- une volonté, un désir, une acceptation, un refus (ordonner,
vouloir, souhaiter, désirer, prescrire, interdire, prohiber,
accepter, recommander, etc.) ;
- un sentiment (craindre, avoir peur, redouter, regretter, etc.)
- un doute, en particulier avec les verbes de déclaration, de
jugement et de connaissance à la forme négative ou
interrogative (doute, ne pas croire, ne pas être certain, etc.)
NB : On emploie également le subjonctif dans la complétive
« par que » sujet ou COI ( P2 et P3).
 L’indicatif est le mode le plus fréquent dans la complétive
interrogative indirecte.
- Les étudiants se demandent où se tiendra le prochain
colloque. (complétive interrogative indirecte-COD)
Application
1- Identifie la subordonnée complétive et détermine son type
et sa fonction dans les phrases suivantes.

- Que le secteur économique exploite les énergies


renouvelables contribue efficacement à la sauvegarde de la
nature.
- Le chef du service commercial a annoncé que tout le stock a
été liquidé.
- Le jeune entrepreneur s’interroge si son projet sera accepté.
- Son souhait est que la paix règne au monde.
- Le jeune entrepreneur espère que son projet aura un impact
positif sur le tissu économique
- Que tu m’approuves ou pas ne changera rien à ma décision.
- Le fait que l’équipe de travail a terminé sa tache en temps
record est un indice de réussite du projet.
- Les salariés sont mécontents que leurs indemnités ne
soient pas versées à la fin du mois.
- Je vois que rien n’échappe à votre prévoyance
- Ma crainte était que le conseil administratif eût déjà pris
la décision.
- Les organisateurs insistent sur ce que tous les intervenants
respectent le temps imparti à chacun.
- L’ingénieur voit l’équipe travailler.
Le chef de l’entreprise veut bien que le conseil de la société
décide d’augmenter le capital .
- Que l’entreprise domine le marché est l’objectif ultime de
tous les associés.
2- Conjugue le verbe de la subordonnée complétive à
l’indicatif ou au subjonctif.

- Faut-il vraiment que nous (craindre) ……………le pire.


- Les clients s’attendent à ce que la nouvelle société
(satisfaire)………….leurs besoins réels.
- Qu’ils (être)………….. de couleur blanche, noire, jaune
ou rouge, les hommes sont égaux.
- Le vendeur a garanti que l’appareil (fonctionner)
…………….correctement pendant cinq ans.
- Les recruteurs doutent que les candidats (savoir)
………….répondre à toutes les questions.
- Les entrepreneurs craignent que la reprise annoncée ne
(être)…..……qu’un leurre.
- Les experts ne pensent pas que le prix du pétrole
(pouvoir)………….baisser davantage.
- Ses parents souhaitent vraiment qu’il (parvenir) …….. à
finir son travail.
- Le chef du service veut que vous (prendre)………….vos
responsabilités face à la situation.
- La diminution du prix vient de ce que l’offre (être)………
abondante au marché.
- Je refuse qu’il (être traité) d’une manière aussi
inhumaine.