Vous êtes sur la page 1sur 194

Généralités

I) Définition d’une entreprise :

C’est un organisme qui combine des moyens humains, matériels et financiers « capital et
travail » pour produire des biens et services pour satisfaire les besoins des consommateurs et
dont le but est de réaliser un profit.
En général, on distingue :

1) L’entreprise commerciale : a pour but la revente des produits en l’état « sans


transformation ». Son activité est réalisée grâce à deux fonctions principales et des
sections auxiliaires.

- Fonctions principales : - achat ou approvisionnement


- vente ou distribution.
- Fonctions secondaires : administration financière, entretien, transport,
maintenance, personnel …

2) L’entreprise industrielle : a pour but la production des biens ou service. Son activité
est réalisée grâce à trois fonctions principales et des sections auxiliaires.

- Fonctions principales : - Achat ou approvisionnement


- Production ou fabrication
- Distribution ou vente

- Fonctions auxiliaires : Administration financière, personnel, emballage,


expédition …

Les fonctions secondaire ou auxiliaires coordonnent et travaillent au profit des sections


principales.

II) Comment créer une entreprise commerciale ?

- Dans un premier temps, apporter une somme d’argent laissée à la disposition de


l’entreprise : ressource, origine.
- Acquérir les moyens indispensables pour exercer cette activité : emploi, utilisation.
-Un local qui servira de domicile de l’entreprise.
-Un bureau, un fauteuil, des machines à écrire et à calculer, matériel …
-Un véhicule de livraison pour acheminer les marchandises vendues.
Des marchandises destinées à être vendues.
-Le reliquat est déposé : - En banque ou dans un centre de chèques postaux
(obligation de se faire ouvrir un compte)
- En caisse (argent laissé dans l’entreprise)

1
Situation de ……….. au …………

Emplois évalués en monnaie : Ressources évaluées en monnaie :

- Local - L’argent
- Bureau - Fonds apportés par l’entrepreneur
- Matériel
- Marchandise
- Banque
- Caisse

(utilisations des fonds) (origines des fonds)

Emploi = ressource

III) Définition de la comptabilité générale :

La comptabilité est une technique d’enregistrement des opérations réalisées par l’entreprise
suivant les normes et principes du plan comptable marocain, afin de donner une image fidèle
du patrimoine et de la situation de l’entreprise.
La tenue d’une comptabilité par l’entreprise vise trois objectifs :

- Un objectif légal.
- Un objectif de contrôle des éléments du patrimoine.
- Un objectif de gestion pour prendre des décisions et effectuer des prévisions.

C’est ainsi que toute entreprise doit tenir une comptabilité qui satisfasse aux conditions
suivantes :

- Tenir la comptabilité en monnaie nationale.


- Employer la technique de la partie double.
- S’appuyer sur des pièces justificatives datées et conservées.
- Respecter l’enregistrement chronologique des opérations.
- Tenir des livres et des supports permettant de générer des états de synthèses.

Le plan comptable a prévu deux modèles :

- Le modèle normal : réservé aux grandes entreprises et comprend 5 états de synthèse :


Bilan – CPC –Tableau de financement – ESG – ETIC (état des
informations complémentaire)

- Le modèle simplifié: réservé aux petites entreprises et comprend 4 états de synthèse :


Bilan – CPC – TF - ETIC

2
IV) Le rôle de la comptabilité :

Activité de l’entreprise

Informations à usage interne Informations à usage externe

Au service de la gestion Rend compte de la gestion

Ventes Administration fiscale

Achat Actionnaires

Système du
Traitement de
Production l’information Marché du travail
Comptable

Personnel Marché financier

-Calcul de coûts
-Budgets
-Gestion financière
-Tableau de bord
-Etc.…

3
Exercice 1 :

Mr Ali dispose des éléments suivants :


- Maison, domicile principal : 1.000.000 DH
- Mobilier : 180.000 DH
- Voiture : 80.000 DH
- Avoir en banque : 15.000 DH
- Crédit voiture : 50.000 DH
- Crédit logement, domicile principal : 650.000 DH
- Liquidité : 5.000 DH

T.A.F :

- Présenter le tableau permettant d’indiquer les ressources de Mr Ali et l’emploi de celle-ci.


- Déterminer le montant du patrimoine de Mr Ali.

Solution :

La situation de Mr Ali
Emplois Montants Ressources Montants

Maison 1.000.000 Capital 580.000


Mobilier 180.000 Crédit logement 650.000
Voiture 80.000 Crédit voiture 50.000
Banque 15.000
Caisse 5.000

Total 1.280.000 Total 1.280.000

Capital de Mr Ali = Emplois – Ressource exigibles


= 1.280.000 – 700.000
= 580.000

Exercice 2 :

Pour créer le 02/01/06 l’entreprise « Café Nejma » », Mr Najjari apporte 500.000 DH en


espèces. Il effectue pour le compte de son entreprise les opérations suivantes :

- 03/01 Acquisition d’un local 200.000 DH


- 10/01 Aménagement du local 50.000 DH
- 11/01 Achat du matériel 100.000 DH
- 20/01 Achat du mobilier 100.000 DH
- 25/01 Emprunt de la banque 50.000 DH
- 30/01 Constitution des stocks 5.000 DH
- 31/01 Dépôt en banque 90.000 DH
et le reste en caisse ?

T.A.F :

1) Déterminer le montant des ressources.

4
2) Comment ces montants sont employés ?
3) Déterminer le montant en caisse.

Solution :

1) Les ressources de Mr Najjari

→ Apports propres en espèces : 500.000 DH


→ Emprunts auprès de la banque : 50.000 DH

550.000 DH

2) Les emplois effectuées :

→ Local 200.000 DH
→ Aménagement local 50.000 DH
→ Matériel 100.000 DH
→ Mobilier 100.000 DH
→ Stocks 5.000 DH
→ Banque 90.000 DH
→ En caisse ?

545.000 DH

3) Caisse = Ressource – emploi = 550.000 – 545.000


= 5.000 DH

Emplois Montants Ressources Montants

Local 200.000 Fonds apportés 500.000


Aménagement 50.000 Fonds empruntés 50.000
Matériel 100.000
Mobilier 100.000
Stocks 5.000
Banques 90.000
Caisse 5.000

Total 550.000 Total 550.000

5
Chapitre 1 : Le Bilan

I) Définition :

Le Bilan est une représentation des ressources et des emplois dont dispose une entité
juridique. Cette représentation se fait sous la forme d’une égalité qui traduit l’équilibre des
emplois et des ressources et décrit le patrimoine de l’entreprise avec ses biens et ses dettes,
ses éléments d’actif et de passif.
Un Bilan :
- Concerne une entité juridique définie (entreprise LARRACH).
- Est établie à une date déterminée.
- Est un document d’ordre financier (valeur du patrimoine, information sur l’emploi des
ressources financières).

1) Le passif :

Indique l’ordre des diverses ressources de l’entreprise :

- Les capitaux propres : ils constituent les ressources engagées par les propriétaires dans
l’entreprise.
- Les dettes : elles constituent des ressources externes :

- Dettes financières : dettes contractées pour des durées assez longue afin de
fournir une source de financement durable.

- Passif circulant : dettes rapidement remboursées et qui se renouvellent avec


les opérations commerciales.

- Trésorerie passif : sommes dues à la banque et remboursables rapidement.

2) L’actif :

Indique l’emploi des ressources dont dispose l’entreprise. Le classement et basé sur le
processus de l’activité économique :

- Actif immobilisé : biens destinés à rester durablement dans l’entreprise (outil de


production). Moyens nécessaires à l’activité de l’entreprise.
- Les créances : biens transformables au cours du cycle d’exploitation :

- Actif circulant : biens et créances qui se renouvellent constamment au fur et à


mesure de l’activité de l’entreprise.

- Trésorerie actif : fonds déposés à la banque, espèces en caisse.

6
Les grandes rubriques du bilan sont :

Actif Bilan au 31/12/N Passif

Capitaux propres
Actif immobilisé
Dettes financières
Actif circulant
Passif circulant
Trésorerie actif
Trésorerie passif

II) Présentation du Bilan :

A partir des données de l’entreprise LARRACH au 31/12/N, le Bilan se présente ainsi :

Terrain 250.000 Crédit aux clients 130.000


Apport des actionnaires 650.000 Fonds commercial 300.000
Matériel et outillage 150.000 Construction 500.000
Matériel informatique 90.000 Matériel de transport 120.000
Emprunt B.M.C.I 900.000 Stock de marchandises 70.000
Crédit des fournisseurs 75.000 Dépôt en banque 15.000

Actif Bilan au 31/12/N Passif

Actif immobilisé : Capitaux propres :


- Terrain 250.000 - Capital 650.000
- Fonds commercial 300.000
- Construction 500.000 Dettes financières :
- Matériels et mobiliers 360.000 - Emprunt BMCI 900.000
Actif circulant :
- Stock 70.000 Passif circulant :
- Créances clients 130.000 - Fournisseurs 75.000
Trésorerie actif :
- Banque 15.000 Trésorerie passif

Total 1.625.000 Total 1.625.000

L’ensemble des ressources qui ont permis de financer l’ensemble des emplois.

7
Analyse des éléments du Bilan :

Actif (emplois) Passif (ressources)

Côté gauche du bilan Côté droit du bilan

Les éléments de l’actif du bilan sont classés Les éléments du passif du bilan sont classés
en fonction de leur destination : en fonction de l’origine des capitaux :
- Biens durables = actif immobilisé - Capitaux propres = apports financiers
- Biens circulants = - actif circulant des associés ou de l’exploitant
- trésorerie actif individuel (ressources internes)
- Dettes = - dettes financières
- passif circulant
- trésorerie passif
(ressources externes)

Total actif Total passif


=
Emplois des ressources de l’entreprise Origine des ressources de l’entreprise

III) Les types de Bilan :

Il y a deux types de Bilan :

- Bilan d’ouverture, de départ, initial, de début de période 01/01/N …


- Bilan de clôture, de fin d’exercice, final, de fin de période 31/12/N

La période qui sépare le bilan initial et le bilan final s’appelle : un exercice comptable.
Un exercice comptable s’étale sur une période de 12 mois à l’exception de la première année
d’exercice qui peut être inférieur à 12 mois.
En général, un exercice comptable coïncide avec l’année civile 01/01/N → 31/12/N

Remarque :

Chaque emplois est financé par une ressource et toute ressource est obligatoirement employé
d’où l’égalité fondamentale du bilan.
Emplois = Ressources
(Actif) = (Passif)

IV) Les exemples de Bilan :

1) Le 01/01/04 Mr Rachid décide de créer son affaire, il apporte 95.000 DH qu’il repartit
de la manière suivante :
Ouverture d’un compte bancaire : 80.000 DH et le reste est conservé à la disposition
de l’entreprise.

8
Actif Bilan de Mr Rachid au 01/01/04 Passif

Banque 80.000 Capital 95.000

Caisse 15.000

Total 95.000 Total 95.000

2) Le 3 janvier Mr Rachid achète un fond commercial pour un prix de 120.000 DH qu’il


paie de la façon suivante : - 20.000 DH par chèque
- 100.000 par prêt bancaire

Actif Bilan de Mr Rachid au 03/01/04 Passif

Fond commercial 120.000 Emprunt 100.000

Banque 20.000

Total 120.000 Total 120.000

3) Le 30 juin, une petite entreprise commerciale est créée par Mr Aziz, il possède :

- Un immeuble évalué à 800.000


- Du mobilier commercial évalué à 200.000
- Un matériel de transport évalué à 240.000
- Des marchandises en magasin évalué à 120.000
- Il dispose en caisse de 20.000
- Il dispose en banque de 50.000
- Il doit à ses fournisseurs 110.000

T.A.F : - Déterminer le montant de ses capitaux propres.


- Dresser le bilan de l’entreprise Aziz au 20 juin N.

Actif Bilan de Mr Aziz au 30/06/N Passif

Construction 800.000 Capital 1.320.000


Matériel de transport 240.000
Mobilier 200.000 Fournisseurs 110.000
Stocks 120.000
Banque 50.000
Caisse 20.000

Total 1.430.000 Total 1.430.000

9
Exercice 1 :

Mr Omar a économisé des fonds qu’il désirait investir dans la création d’un fonds de
commerce de parfumerie.
Voici les opérations qu’il a réalisé :

06/03 dépôt des économies en banque : 200.000 DH


11/03 Acquisition d’un fonds de commerce réglé par chèque : 300.000 DH
18/03 Acquisition d’un meuble pour la boutique : 180.000 DH, financé en partie par un crédit
de 140.000 DH et en partie par la remise d’un chèque de 40.000 DH.
19/03 Il achète une automobile par chèque 35.000 DH
20/03 Alimentation de la caisse par retrait de la banque 10.000 DH

T.A.F : - Présenter le bilan de la société « OMAR » au 20/03.

Société « OMAR » bilan au 20/03


Actif Montant Passif Montant

Actif immobilisé : Financement permanent :


- Fonds commercial 30.000 - Capital 200.000
- Matériel et outillage 180.000 Passif circulant :
- Matériel de transport 35.000 - Fournisseurs
Actif circulant : d’immobilisation 140.000
Trésorerie actif :
- Banque 85.000
- Caisse 10.000

Total 340.000 Total 340.000

Exercice 2 :

Mr AMIR exploite une petite industrie. Le 31 décembre N, il vous communique l’inventaire de


ses dettes.
Construction : 700.000 - Emprunts auprès des établissements de crédit : 500.000 – Stocks de
marchandises : 300.000 – Terrain : 400.000 – Dettes fiscales : 30.000 – Installations techniques
matériels et outillages industriel : 900.000 – Dettes sur immobilisations : 100.000 – Matériel de
bureau et d’informatique : 50.000 – Dettes sociales (CNSS) : 25.000 – Matériel de transport :
150.000.
Les factures non réglées à ses fournisseurs de marchandises s’élèvent à 139.370 DH, ses clients
lui doivent 104.420
Ses disponibilités en caisse 56.200 et en banque s’élèvent à 75.200 DH.

T.A.F :

1) Déterminer le montant des capitaux propres de l’entreprise AMIR au 31 décembre N.


2) Etablir son bilan à cette date.

10
Correction :

1) Les capitaux propres de l’entreprise « AMIR »

Actif – Passif exigible

Actif = 2.735.820
Passif exigible = 500.000 + 30.000 + 100.000 + 25.000 + 139.370 = 794.370

Capitaux propres = 2.735.820 – 794.370 = 1.941.450

2) Bilan de l’entreprise AMIR au 30/06/N :

Actif Bilan au 30/06/N Passif

Actif immobilisé : Financement permanent :


- Terrains 400.000 - Capital 1.941.450
- Constructions 700.000 - Emprunt
- Installations techniques 900.000 Passif circulant : 500.000
- Matériel de transport 150.000 - Fournisseurs
- Matériel de bureau et - Dettes fiscales 139.370
informatique 50.000 - Dettes sociales 30.000
Actif circulant : - Dettes sur 25.000
- Stocks 300.000 immobilisation
- Clients 104.420 Trésorerie passif : 100.000
Trésorerie actif :
- Caisse 56.200
- Banque 75.200

Total 2.735.820 Total 2.735.820

V) Comparaison de deux bilans :

Exemple : les éléments de l’entreprise « MAROUANE » au début et à la fin de l’année N se


présentent ainsi :

Début (N) Fin (N)

→ Argent en banque 88.000 90.000


→ Espèces en caisse 10.400 17.800
→ Stocks de marchandises 52.000 69.000
→ Matériels de transports 28.000 27.000
→ Emprunt auprès des
établissements de crédit 123.000 110.000
→ Constructions 205.000 201.000
→ Fournisseurs 90.000 99.000
→ Matériel de bureau 25.000 22.000
→ Créance sur les clients 22.300 27.800

11
T.A.F : - Présenter le bilan de l’entreprise MAROUANE au début et à la fin de l’année N
- Comparer les deux situations nettes. Que concluez-vous ?

Bilan de l’entreprise MAROUANE


Actif Début Fin Passif Début Fin

Actif immobilisé : Financement permanent :


- Construction 205.000 201.000 - Capital 217.700 245.000
- Matériels de - Emprunt auprès
transports 28.000 27.000 des établissements de
- Matériels, mobiliers crédit 123.000 110.000
de bureau 25.000 22.000 Passif circulant :
Actif circulant : - Fournisseurs et
- Stocks de compte rattachés 90.000 99.000
marchandises 52.000 69.000
- Clients 22.300 27.800
Trésorerie :
- Banque 88.000 90.000
- Caisse 10.400 17.800

Total 430.700 454.600 Total 430.700 454.600

Exercice :

Une situation se présente comme suit :


- Capital social : 1.950.000 Dh
- Client 700.000 Dh
- Fournisseurs 912.000 Dh
- Banque 255.000 Dh
- Caisse 45.000 Dh
- Matériels et outillages 1.800.000 Dh
- Matières premières 600.000 Dh
- Produit fabriqué 800.000 Dh
- Brevet 300.000 Dh
- E.A.E.C 2.000.000 Dh
- Installations techniques 200.000 Dh
- Terrain 150.000 Dh
- Constructions 280.000 Dh
- Etat 32.900 Dh
- Organisme sociaux 10.100 Dh
- Crédit d’escompte 70.000 Dh

T.A.F : Présenter le bilan au 31/12/N et indiquer la nature du résultat.

12
Actif Bilan de X au 31/12/N Passif

Actif immobilisé : Financement permanent :


- Brevet 300.000 - Capital social 1.950.000
- Terrain 150.000 - Résultat 155.000
- Construction 280.000 - E.A.E.C 2.000.000
- I.T 200.000 Passif circulant H.T :
- M.O 1.800.000 - Fournisseurs 912.000
Actif circulant H.T : - Organismes sociaux 10.100
- Matière première 600.000 - Etat 32.900
- Produit fabriqué 800.000 Trésorerie passif :
- Clients 700.000 - Crédits d’escompte 70.000
Trésorerie actif :
- Banque 255.000
- Caisse 45.000

Total 5.130.000 Total 5.130.000

VI) Les variations du bilan :

Le bilan, photographie du patrimoine de l’entreprise à un moment donné, varie en fonction de


l’évolution des activités de l’entreprise.
Autrement dit, la situation de l’entreprise n’est pas figée, mais elle change d’un moment à
l’autre.
En effet, l’entreprise effectue tous les jours des opérations : achats de marchandises, ventes de
produits finis, payements des dettes, acquisitions ou cessions d’immobilisations …
Ces opérations ont un impact sur la situation précédente et font, donc, varier le bilan.
Cependant, il faut distinguer entre deux types d’opérations :
- Celles qui n’ont pas d’impact sur les capitaux propres de l’entreprise.
- Et celles qui ont une influence sur les capitaux propres.

A) Opérations sans impact sur les capitaux propres :

Il y en a :
- Augmentation d’un élément d’actif et diminution d’un autre actif (du même montant).
Exemple : un client qui devait 5.000 Dh à l’entreprise a payé sa dette par chèque
bancaire. Le compte banque va ainsi augmenter de 5.000 Dh et le compte client va
baisser de 5.000 Dh.

- Augmentation d’un élément du passif et diminution d’un autre élément du passif (du
même montant).
Exemple : augmentation du capital par incorporation de réserves de 10.000 Dh. Le
compte capital social au passif augmente de 10.000 Dh et le compte réserve toujours au
passif va diminuer de 10.000 Dh.

- Augmentation d’un élément de l’actif et augmentation d’un élément du passif (du


même montant).
Exemple : l’entreprise achète à crédit 3.000 Dh de marchandises qu’elle met en stock.
Suite à cette opération, le stock de marchandises va augmenter de 3.000 Dh et le
compte fournisseurs au passif va augmenter de 3.000 Dh à son tour.

13
- Diminution d’un actif et diminution d’un passif (du même montant).
Exemple : l’entreprise a payé par chèque bancaire un fournisseur à qui elle doit 5.000
Dh. Le compte banque va donc diminuer de 5.000 Dh à l’actif et le compte fournisseur
va lui aussi diminuer de 5.000 Dh au passif.

B) Opérations ayant un impact sur les capitaux propres :

Il s’agit d’opérations qui modifient directement le capital social (augmentation ou diminution)


et d’opérations qui génèrent le résultat (+ ou -).

a) Opérations modifiant le capital social :

La modification du capital peut avoir lieu soit en l’augmentation par apports nouveaux (en
numéraire ou en nature), soit en diminuant par retrait de fonds.

- Augmentation du capital par apports nouveaux :


Exemple : une entreprise, dont le capital est de 300.000 Dh, a décidé d’opérer une
augmentation de capital en numéraire de 100.000 Dh. Ces 100.000 Dh seront
déposés en banque. Donc le compte capital de l’entreprise passe de 300.000
Dh à 400.000 Dh.

- Diminution du capital par retrait de fonds (Technique très rare dans la pratique) :
Exemple : l’entreprise Ali considère que son capital de 500.000 Dh est beaucoup plus
important que les besoins de son entreprise, il décide d’en retirer 100.000 Dh
qu’il va utiliser pour couvrir des besoins personnels, ainsi le capital de
l’entreprise de Ali va diminuer de 100.000 Dh.

b) Opérations dégageant un résultat :

Le résultat de l’entreprise peut être soit un bénéfice, et il constitue dans le cas une ressource
qui vient augmenter les capitaux propres, soit une perte, et il constitue un emploi qui diminue
au contraire les fonds propres de l’entreprise.

- Cas d’un bénéfice :


Exemple : l’entreprise revend à 15.000 Dh en espèces, des marchandises qui figuraient
dans son stock pour 10.000 Dh. Le stock diminue alors de 10.000 Dh et la
caisse augmente de 15.000 Dh. Elle réalise donc un bénéfice de 5.000 Dh
(15.000-10.000).

- Cas de perte :
Exemple : l’entreprise revend à 10.000 Dh en espèces des marchandises qui figurent
dans son stock pour 15.000 Dh. Le stock diminue de 15.000 Dh et la caisse
n’augmente que de 10.000 Dh, l’entreprise perd donc 5.000 Dh et ses capitaux
propres qui constituent sa richesse vont diminuer de 5.000 Dh.

14
Chapitre 2 : Le compte

I) Notion de compte :

Par convention, le compte est un tableau, le coté gauche du compte est réservé aux emplois et
le coté droit aux ressources.

- Le coté gauche, réservé aux emplois, est appelé : Débit, débiter un compte, c’est
enregistrer une somme à son débit.
- Le coté droit, réservé aux ressources est appelé : Crédit, créditer un compte, c’est
enregistrer une somme à son crédit.
- L’inscription d’un mouvement comptable (une somme) au débit ou au crédit d’un
compte est appelé : Imputation.
- Le solde d’un compte : Total débit – Total crédit
-Si le total du débit est supérieur au total crédit : le solde est débiteur (SD) ce solde doit
être inscrit au crédit du compte pour égaliser le compte.
-Si le total du débit est inférieur au total du crédit : le solde est créditeur (SC) il doit être
inscrit au débit du compte pour égaliser.

II) La tenue d’un compte :

Il existe plusieurs façons de tenir un compte mais quelque soit la présentation, le compte doit
contenir les informations suivantes :
- Les dates des opérations.
- Le libellé des opérations.
- Le montant imputé.
- Le solde.

Compte à colonnes regroupées ou mariées.


Dates Libellés Débit Crédit
--------------
--------------
- - - - - - - - - - - - - - Solde
Total

Compte à colonnes séparées


Dates Libellés Débit Dates Libellés Crédit
-------- --------
-------- --------
-------- --------
Total débit Total crédit

15
Compte schématique

Débit Nom du compte Crédit

Application :

Les opérations suivantes ont été réalisées en espèce :


01/10 Avoir en caisse 5.000 Dh
02/10 Achats de marchandises 2.000 Dh
08/10 Ventes de marchandises 1.000 Dh
09/10 Achats de fourniture de bureau 800 Dh
10/10 Ventes de marchandises 2.000 Dh
11/10 Règlement élecricité 200 Dh
20/10 Règlement des salaires du mois 500 Dh

T.A.F : Présenter le compte caisse selon les différents tracés.

a) Compte « caisse » à colonnes mariées ou dédoublées :

Dates Libellés Sommes


Débit Crédit

01/10 Solde à nouveau 5.000


02/10 Achats de marchandises 2.000
08/10 Ventes de marchandises 1.000
08/10 Achats de fournitures 800
10/10 Ventes de marchandises 2.000
11/10 Règlement électricité 200
20/10 Règlement salaire 500
Solde débiteur 4.500

Total 8.000 8.000

16
b) Compte « caisse » à colonnes séparées :

Dates Libellés Débit Dates Libellés Crédit

01/10 Solde à nouveau 5.000 02/10 Achats de marchandises 2.000


08/10 Ventes de marchandises 1.000 09/10 Achats de fournitures 800
10/10 Ventes de marchandises 2.000 11/10 Règlements d’électricité 200
20/10 Règlements salaire 500
Solde débiteur 4.500

Total 8.000 Total 8.000

c) Compte schématique : caisse

D Caisse C

5.000 2.000
1.000 800
2.000 200
500
SD : 4.500

8.0 8.000

III) Fonctionnement des comptes du bilan :

A) Les comptes de l’actif du bilan :

Ils augmentent à gauche, c'est-à-dire lorsqu’ils sont débités, et diminuent à droite lorsqu’ils
sont crédités.
Exemple : matériel de transport.
- Le 01/01/2000 le compte « Matériel de transport » présente un solde initial de 300.000
Dh
- Le 25/01/2000 achat d’un camion 110.000 Dh
- Le 30/03/2000 achat d’une voiture pour 80.000 Dh
- Le 25/04/2000 vente d’un véhicule pour 10.000 Dh

D 2340 M.T C

300.000 10.000
110.000
80.000 S.D : 480.000

490.000 490.000

17
B) Les comtes du passif :

Les comptes du passif augmentent à droite, c'est-à-dire lorsqu’ils sont crédités et diminuent à
gauche lorsqu’ils sont débités.
Exemple : Le compte fournisseur.
- Le 01/01/2000 la dette de l’entreprise envers le fournisseur est de 13.000 Dh
- Le 02/01/2000 l’entreprise achète à crédit chez le même fournisseur des marchandises
pour 12.000 Dh
- Le 05/01/2000 l’entreprise retourne sur le dernier achat des marchandises aux
fournisseurs : 500 Dh défectueuses.
- Le 14/01/2000 l’entreprise verse au fournisseur en espèce 4.000 Dh
- Le 20/01/2000 l’entreprise verse au fournisseur une somme par chèque de 10.000 Dh

D 4411 Fournisseurs C

500 13.000
4.000 12.000
10.000
S.C : 10.500

25.000 25.000

IV) Les comptes réciproques :

Sont réciproques deux comptes qui, dans deux comptabilités distinctes enregistrent les mêmes
mouvements de façon inversée : leurs soldes sont également inversés, c’est le cas des créances.
Dettes de deux agents économiques.
Exemple : une entreprise A effectue avec son client C les opérations suivantes :
- 01/01 : ventes de marchandises au client 2.600 Dh
- 02/01 : L’entreprise lui accorde un rabais de 5% pour marchandises défectueuses du
01/01.
- 03/01 : Ventes de marchandises au client 6.000 Dh.
- 04/01 : Le client paie 3.500 Dh.
- 05/01 : L’entreprise lui accorde une remise de 10% sur le paiement du 04/01.

T.A.F : Présenter :
- Le compte client chez l’entreprise.
- Le compte fournisseurs chez le client.

D 3421 Client C D 4411 Fournisseurs C

2.600 130 (2600 x 5%) 130 2.600


6.000 3.500 3.500 6.000
350 (3.500 x 10%) 350
S.D : 4.620 S.C : 4.620

8.600 8.600 8.600 8.600

18
V) Passage des comptes du bilan :

Un compte peut avoir :


Un solde débiteur, un solde créditeur ou un solde nul.
- Les comptes à solde débiteurs sont repris à gauche à l’actif du bilan.
- Les comptes à solde créditeurs sont repris à droite au passif du bilan.
- Les comptes à solde nul n’ont pas de place au bilan.

VI) Passage du bilan aux comptes :

- Les comptes figurant à l’actif du bilan, sont portés au débit des comptes
correspondants.
- Les comptes figurant au passif du bilan, sont portés au crédit des comptes
correspondants.

Exemple : soit le bilan d’une entreprise au 31/12/2000.

Entreprise X au 31/12/2000
Actif Montant Passif Montant

Mobilier 10.000 Capital 82.000


Marchandises 70.000 Fournisseurs 7.000
Caisse 9.000

Total 89.000 Total 89.000

Comptes d’actif :

D 2351 Mobilier C D 3111 Marchandises C D 5161 Caisse C

10.000 70.000 9.000

Comptes de passif :

D 1111 Capital C D 4411 Fournisseurs C

82.000 7.000

Exemple : les comptes schématiques d’une entreprise au 31/12/2002 sont les suivants :

Comptes d’actif :

D 2351 Mobilier C D 3111 Marchandises C D 5161 Caisse C

10.000 70.000 1.000 9.000 2.000


1.000 2.000 1.000 1.000
3.000 1.000

19
Comptes d’actif :

D 111 Capital C D 4411 Fournisseurs C

82.000 1.000 7.000


3.000

Entreprise X au 31/12/2002
Actif Montant Passif Montant

Mobilier 11.000 Capital 82.000


Marchandises 74.000 Fournisseurs 9.000
Caisse 6.000

Total 91.000 Total 91.000

Exercice :

1) Le compte « Matériel a enregistré au cours d’un exercice :


- Augmentation 8.000 puis 14.000
- Diminution 2.600 puis 1.900 puis 3400 Dh

Ce compte figurait au début dans le bilan début d’exercice 17.300 Dh

T.A.F : Présenter le compte « Matériel » à la fin d’exercice et déterminer son solde.

D 23321 Matériel C

17.300 2.600
8.000 1.900
14.000 3.400
S.D : 31.400

39.300 39.300

2) Le compte « Emprunt » d’une entreprise figurait dans son bilan début d’exercice pour un
montant de 130.000 Dh, durant l’année le compte a enregistré 3 augmentations : 10.000,
50.000 et 90.000 Dh et 2 diminutions : 44.000 et 6.000 Dh.

T.A.F : Présenter le compte « Emprunt » à la fin d’exercice.

D 1481 Emprunt C

44.000 130.000
6.000 10.000
50.000
S.C : 230.000 90.000

280.000 280.000

20
Le bilan de l’entreprise Mouna au début de l’exercice 2005 est le suivant :

Actif Montant Passif Montant

Actif immobilisé : Financement permanent :


- Matériel 195.000 - Capital 340.000
- Mobilier 96.000 - E.A.E.C 120.000
Actif circulant H.T : Passif circulant H.T :
- Stock M.P 140.000 - Fournisseurs 217.600
- Clients 299.300 - Etat 37.400
Trésorerie actif : Trésorerie passif :
- Caisse 17.000 - Banque 32.300

Total 747.300 Total 747.300

T.A.F : Présenter les comptes schématiques correspondant à ce bilan.

D 23321 Matériel C D 2351 Mobilier C D 3121 Stocks C D 3421 Clients C

195.000 96.000 140.000 299.300

D 5161 Caisse C D 1111 Capital C D 1481 EAEC C D 4411 Fournisseur C

17.000 340.000 120.000 217.600

D 4452 Etat C D 5541 Banque C

37.400 32.300

Exercice 2 :

L’entreprise AHMED dispose en banque de la somme de 682,25 Dh au 30 avril.


Au cours du mois de Mai, elle effectue les opérations suivantes :
03/05 Versement d’espèces en banque 1.000,00 Dh
10/05 Règlement par chèque aux fournisseurs 1.250,35 Dh
15/05 Remise en banque les chèques reçus de ses clients 1.870,80 Dh
25/05 Frais banque (timbres, télex…) 15,00 Dh

T.A.F : Etablir le compte banque au 31 Mai (présentation à colonnes mariées) :


- Dans la comptabilité de l’entreprise AHMED.
- Dans la comptabilité de la banque.

21
Entreprise AHMED
Dates Libellés Sommes

30/04 Solde initial 682,25


03/05 Versement d’espèces 1.000,00
10/05 Règlement par chèque 1.250,35
15/05 Remise en banque 1.870,80
25/05 Frais bancaires 15,00
Solde débiteur 2.287,70

Total 3.553,05 3.553,05

Banque
Dates Libellés Sommes

30/04 Solde initial 682,25


03/05 Entrer 1.000,00
10/05 Sortie 1.250,35
15/05 Entrer 1.870,80
25/05 Entrer 15,00
Solde créditeur 2.287,70

Total 3.553,05 3.553,05

VII) Principe de la partie double :

La comptabilité générale analyse les mouvements des valeurs au moyen des comptes,
l’inscription dans les comptes est soumise à des règles qui assure la coordination comptable ;
les entreprises adoptent une technique permettant d’observer les erreurs et de faire un contrôle :
c’est la partie double.

A) Principe :

Cette technique se traduit par le fait que toute inscription comptable se fait par 2 écritures du
même montant et de sens inverse dans des comptes différents, l’un est débité et l’autre est
crédité du même montant.
Exemple : Versement d’espèce en banque :
- Débit : banque 5.000 DH, entrer de valeur dans le compte.
- Crédit : caisse 5.000 DH, sortie de valeur.

B) Règles de la partie double :

La pratique de la partie double suppose les règles suivantes :


- Rechercher les comptes intéresser pas l’opération.
- Vérifier la place des comptes dans le bilan (actif/passif) pour connaître leur
fonctionnement.
- Enregistrer les sommes du côté choisi.
- Vérifier qu’un débit correspond à un crédit.
- Vérifier que la somme des comptes débités est égale à la somme des comptes crédités.

22
Exemples :

a) Opération mettant en jeux 2 comptes d’actif.


Versement de 8.000 DH par le client en espèce :
- Débit : caisse 8.000 DH
- Crédit : client 8.000 DH

b) Opération mettant en jeux 2 comptes de passif :


Augmentation du capital par incorporation des réserves 100.000 DH
- Débit : capital 100.000 DH
- Crédit : Réserves 100.000 DH

c) Opération mettant en jeux un compte d’actif et un compte de passif :


Achat d’un matériel pour 120.000 DH payable dans 4 Ans :
- Débit : matériel 120.000 DH
- Crédit : fournisseurs d’immobilisations 120.000 DH

C) La balance générale des comptes :

On appelle balance générale des comptes d’une entreprise à une date donnée la liste générale
de tous les comptes indiquant pour chacune d’eux :
- Totaux des sommes débit et crédit.
- Le solde débiteur au solde créditeur.

a) Balance à « 4 colonnes » :

Balance générale en fin d’exercice N


Intitulé du Sommes Soldes
compte Débit Crédit Débiteurs Créditeurs

Totaux
Débit = Crédit Débiteurs = Créditeurs

b) Balance à « 6 colonnes » :

Balance générale en fin d’exercice N


Compte Soldes début Mouvements Soldes fin
Débiteur Créditeur Débit Crédit Débiteur Créditeur

Totaux
Débiteur = Créditeur Débit = Crédit Débiteur = Créditeur

23
On observe 3 égalités :
- Celles des soldes de début de l’exercice.
- Celles des mouvements de l’exercice.
- Celles des soldes de fin d’exercice.

Remarques :

- Le total de la balance à 4 colonnes est égal à la sommes des soldes début et


mouvements de la balance à 6 colonnes.
- Total solde initiaux = total soldes finaux créditeurs.
- Total mouvement débit = total mouvement crédit.
- Total soldes finals débiteurs = total soldes finals créditeurs.

Application 1 :

- Je crée une entreprise en versant 800.000 DH en banque.


- Je retire 50.000 DH de la banque pour alimenter la caisse.
- J’achète du mobilier en espèce 6.000 DH.
- J’achète des marchandises à crédit pour 15.000 DH et en espèce pour 2.500 DH.
- Je vend des marchandises 12.000 DH réglés 1/3 en espèce, 1/3 par chèque et le reste à
crédit.
- Je paie 1.500 DH au fournisseur en espèce.

T.A.F :
- Passer ces opérations dans les comptes schématiques.
- Présenter la balance générale à 4 colonnes.

D Capital C D Banque C D Caisse C D Mobilier C

800.000 800.000 50.000 50.000 6.000 6.000


4.000 4.000 2.500
1.500

D Achat m/ses C D Fournisseurs C D Vente m/ses C D Client C

17.500 1.500 15.000 12.000 4.000

Intitulé du Sommes Soldes


compte Débit Crédit Débiteurs Créditeurs

Capital 800.000 800.000


Mobilier 6.000 6.000
Client 4.000 4.000
Fournisseurs 1.500 15.000 13.500
Banques 804.000 50.000 754.000
Caisses 54.000 10.000 44.000
Achats m/ses 17.500 17.500
Ventes m/ses 12.000 12.000

Totaux 887.000 887.000 825.500 825.500

24
Application 2 :

02/02 Achat à crédit à l’entreprise MOUSTAFA 4.500 DH.


03/02 Vente au comptant en espèce 2.350 DH.
10/02 Vente à crédit au client SAID 1.750 DH
19/02 Achat à crédit à l’entreprise LOUTFI 5.000 DH.
23/02 Retour de marchandises non conforme vendu à SAID 250 DH.
26/02 Envoi d’un acompte par chèque à l’entreprise MOUSTAFA 1.000 DH.

T.A.F :
- Passer ces opérations dans les comptes schématiques.
- Présenter la balance générale à 4 colonnes.

D Achat m/ses C D Fournisseurs C D Vente m/ses C D Caisse C

4.500 SD:9.500 1.000 4.500 250 2.350 2.350 SD:2.350


5.000 SC:8.500 5.000 SC:6.100 1.750
2.250

D Client C D Banque C

1.750 250 2.250 1.000


SD:1.500 SD:1.250

Intitulé du Sommes Soldes


compte Débit Crédit Débiteur Créditeur

Client 1.750 250 1.500


Fournisseurs 1.000 9.500 8.500
Caisse 2.350 2.350
Banque 2.250 1.000 1.250
Achat m/ses 9.500 9.500
Vente m/ses 250 6.350 6.100

Totaux 17.100 17.100 14.600 14.600

Application 3 :

- Achat de m/ses à crédit 8.000 DH


- Achat d’un Matériel et outillage payable dans 3 ans 50.000 DH
- E.A.E.C versé en banque 20.000 DH
- Vente au comptant de m/ses 5.200 DH
- Paiement d’un fournisseur en espèce 2.500 DH
- Vente à crédit de m/ses 4.700 DH
- Achat de m/ses payé par chèque 6.000 DH
- Versement en espèce par un client d’un acompte 2.000 DH

25
T.A.F :
- Passer ces opérations dans les comptes schématiques.
- Présenter la balance générale à 4 colonnes.

D Achat m/ses C D Fournisseurs C D M.O C D f/rs d’immob. C

8.000 2.500 8.000 50.000 SD:50.000 SC:50.000 50.000


6.000 SD:14.000 SC:5.500

D E.A.E.C C D Banque C D Vente m/ses C

SC:20.000 20.000 20.000 6.000 5.200


SD:14.000 SC:9.900 4.700

D Caisse C D Client C

5.200 2.500 4.700 2.000


2.000 SD:4.700 SD:2.700

Intitulé du Sommes Soldes


compte Débit Crédit Débiteur Créditeur

Achat m/ses 14.000 14.000


Vente m/ses 9.900 9.900
E.A.E.C 20.000 20.000
M.O 50.000 50.000
Clients 4.700 2.000 2.700
Fournisseurs
d’immobilisations 50.000 50.000
Fournisseurs 2.500 8.000 5.500
Caisse 7.200 2.500 4.700
Banque 20.000 6.000 14.000

Totaux 98.400 98.400 85.400 85.400

26
Chapitre 3 : Comptabilité de produits et de charges

I)Définition :

Le C.P.C est un état de synthèse comme le bilan qui décrit en terme de produits et de charges
les composantes du résultat final. Le C.P.C constitue en quelque sorte le film de l’activité de
l’entreprise pendant une période donnée (l’exercice comptable), c’est le second état de
synthèse prévu par le C.G.N.C.
Le C.P.C est divisé en 3 parties distinctes :
- Les opérations d’exploitations courantes.
- Les opérations financières courantes.
- Les opérations financières non courantes.

II) Les opérations d’exploitation :

Ce niveau constate des charges et des produits réalisés dans le cadre de l’objet social de
l’entreprise.

1) Les comptes de produits sont de 3 types :

- Produits d’exploitation : Ventes de marchandises, ventes de biens et services,


immobilisations produites par l’entreprise elle-même,
subventions d’exploitation reçues, autres produits
d’exploitation.

- Produits financiers : Produit des titres, gain de charge, escomptes obtenus, intérêts
reçus, autres produits financiers.

- Produits non courants : Produits de cession des immobilisations, dons reçus, autres
produits non courants.

2) Les comptes de charges sont de 3 types :

Correspond d’un ensemble des flux relatifs à l’exploitation normale de l’entreprise :

- Charges d’exploitations : Achats revendus de marchandises, achats consommés de matières


et fournitures, location et charges locatives, prime d’assurance, entretien et réparation, impôts
et taxes, charges de personnel, achat non stockés, transport et déplacement, frais postaux,
autres charges d’exploitation.

- Charges financières : Intérêts des emprunts, perte de change, escompte accordés, autres
charges financières.

- Charges non courantes : Subventions accordées par l’entreprise, dons accordés, pénalités et
infractions, autres charges non courantes.

27
Le C.P.C permet de dégagé une série de résultat intermédiaire : bénéfice ou perte réalisée
pendant un exercice.

- Résultat d’exploitation = produits d’exploitation – charges d’exploitation.


- Résultat financier = produits financiers – charges financiers.
- Résultat courant = résultat d’exploitation + résultat financier.
- Résultat non courant = produits non courant – charges non courants.
- Résultat avant impôt = résultat courant + résultat non courant.
- Résultat net = résultat avant impôt – impôt sur les bénéfices.

III) Présentation du C.P.C :

Le C.P.C est établi en liste à partir des comptes de gestion. Les produits et charges sont
présentés dans le compte de produits et charges sous forme de rubriques et postes selon leur
nature.
On peut présenter schématiquement le C.P.C de la manière suivante :

Montant
Exploitation :
I -Produits d’exploitation
II -Charges d’exploitation
III Résultat d’exploitation (I – II)
Financier :
IV -Produits financiers
V -Charges financières
VI Résultat financier (IV – V)
VII Résultat courant (III + VI)
Non courant :
VIII -Produits non courants
IX -Charges non courants
X Résultat non courant (VIII – IV)
XI Résultat avant impôt (VII + X)
XII Impôt sur les bénéfices
XIII Résultat net (XI – XII)

Application :

L’entreprise de négoce de BENSALIM a réalisé les opérations suivantes :


- Ventes de marchandises : 8.000
- Achats de marchandises : 6.200
- Charges de personnel : 400
- Impôts et taxes : 40
- Autres charges externes : 130
- Charges financières : 90
- Stocks de marchandises au début de l’exercice : 0
- Stocks de marchandises à la fin de l’exercice : 500
- Produits exceptionnels (cession d’un matériel) : 660
- Charges exceptionnelles : 300

T.A.F : Présenter le C.P.C :

28
Produits d’exploitation :
- Ventes de marchandises 8.000
Charges d’exploitation :
- Achats revendus de marchandises 5.700
- Charges de personnel 400
- Impôt et taxes 40
- Autres charges externes 130
Résultat d’exploitation 1.730
Produits financiers :
Charges financières : 90
Résultat financier -90
Résultat courant 1.640
Produit non courant :
- Produit exceptionnel 660
Charges non courantes :
- Charges exceptionnelles 300
Résultat non courant 360
Résultat avant impôts 2.000
Impôts sur le résultat 700
Résultat Net 1.300

Exercice :

De la comptabilité d’une entreprise, on dispose des informations suivantes au 31/12.


L’entreprise disposait en début d’exercice d’un stock de marchandise évalué à 85.000 DH, et
celui de fin d’exercice de 70.000 DH.
Les ventes de l’exercice sont chiffrées à 875.000 et le montant des achats de marchandises a
été de 415.000 DH.
Les charges de l’entreprise se présente ainsi :
- Rémunération du personnel 194.500
- Frais de transport 5.500
- Frais de poste 12.500
- Impôts et taxes 6.500
- Frais de réparation 1.500
- Frais d’électricité et d’eau 16.500
- Frais de fourniture de bureau 1.800
- Intérêts des emprunts et dettes 3.750
- Amandes et pénalités fiscales 450
Les autres produits se présentent ainsi :
- Autres produits d’exploitations 5.600
- Vente de produits accessoires 4.700
- Intérêts et produits assimilés 2.300
- Produits non courant 15.000
- Impôts sur le résultat 35%

T.A.F :
- Calculez le montant des achats revendus de l’exercice 02.
- Calculez le résultat d’exploitation, le résultat financier, le R.C, R.N.C, R avant impôt et R net
d’impôt.
- Etablir le C.P.C.

29
Réponse :

La variation de stock : 85.000 – 70.000 = 15.000


Achat revendu de marchandises = 415.000 + 15.000
= 430.000

I Produits d’exploitation :
- Vente de marchandises 875.000
- Vente de biens et services produits 4.700
- Autre produit d’exploitation 5.600
II Charges d’exploitation :
- Achats revendus de marchandises 430.000
- Impôt et taxe 6.500
- Charges de personnel 194.500
- Autres charge externe 37.800
III Résultat d’exploitation (I – II) 216.500
IV Produit financiers :
- Intérêts et autres produits financiers 2.300
V Charges financières :
- Charges d’intérêts 3.750
VI Résultat financier (IV – V) -1450
VII Résultat courant (III + VI) 215.050
VIII Produit non courant :
- Produits non courant 15.000
IX Charges non courantes :
- Autres charges non courantes 450
X Résultat non courant (VIII – IX) 14.550
XI Résultat avant impôts 229.600
XII Impôts sur résultat 80.360
XIII Résultat net 149.240

Exercice 2 :

On vous donne les éléments constitutifs du résultat et on vous demande d’établir le C.P.C et de
déterminer le résultat net :
- Achat de matière première : 289.350
- Achat non stocké de matière et fourniture : 7.285
- Entretien et réparation : 9.143
- Prime d’assurance : 57.852
- Rémunération d’intermédiaire : 17.380
- Frais postaux : 4.725
- Impôts et taxes : 5.322
- Services bancaires : 5.138
- Charges sociales : 18.785
- Intérêt des emprunts et dettes : 8.345
- Ventes de biens produits : 338.785
- Intérêts et produits assimilés : 6.835
- Pénalités et amendes fiscales : 8.725
- Subvention d’équilibre reçue : 38.135
- Frais de personnel : 108.425

30
En fin de période, le stock de matière première est évalué à 245.790 DH, celui des produits
finis à 230.590 DH. Les stocks initiaux étaient respectivement de 91.510 DH et 85.235 DH.

I Produits d’exploitation :
- Vente de biens produits 338.785
- Variation de stock P.F 145.355
II Charges d’exploitation :
- Achats consommés de M et F 142.3551
- Charges de personnel 127.210
- Impôt et taxe 5.322
- Autres charge externe 94.238
III Résultat d’exploitation (I – II) 115.015
IV Produit financiers :
- Intérêts et autres produits financiers 6.835
V Charges financières :
- Charges d’intérêts 8.345
VI Résultat financier (IV – V) -1.510
VII Résultat courant (III + VI) 113.505
VIII Produit non courant :
- Subvention d’équipement 38.135
IX Charges non courantes :
- Autres charges non courantes 8.725
X Résultat non courant (VIII – IX) 29.410
XI Résultat avant impôts 142.915
XII Impôts sur résultat 50.020,25
XIII Résultat net 92.894,75

Variation stock = SF – SI = 230.590 – 85.235


= 145.355
1
: 296.635 + (91.510 – 245.790) = 142.355

Application :

Au début de l’exercice « n », l’entreprise IMANE présente le bilan suivant :

Actif Montant Passif Montant

Matériel 372.000 Capital 800.000


Stock marchandises 419.000 Emprunt 250.000
Clients 651.000 Fournisseurs 378.000
Banque 51.000 Autres dettes 79.000
Caisse 14.000

Total 1.507.000 Total 1.507.000

Les opérations de l’exercice « n » ont été les suivantes :


- Achat de marchandises à crédit 1.592.000
- Vente de marchandises à crédit 1.241.000
- Vente de marchandises en espèce 1.677.000
- Versement d’espèces à la banque 991.000

31
- Service extérieur divers (documents) payé en espèce 211.000
- Charge de personnel payé en espèce 198.000 et par chèque 311.000
- Chèque reçu des clients 1.352.000
- Règlement des fournisseurs par chèque 1.366.000
- Achat d’un camion 284.000 dont 100.000 payé par chèque et le reste sous forme d’un
emprunt payable en 2 ans.
- Entrer d’un nouvel associer qui apporte 200.000 Dh représenté par des équipements 60.000
et le reste déposé à la banque.
- Intérêt annuel de l’emprunt figurant au bilan 14% du capital emprunté payé en espèce.
- Droit d’enregistrement et taxe local payé par chèque 42.000
- Frais d’intérêts retenu par la banque 12.000
- Loyer payé en espèce 194.000
- Commission reçue en espèce 84.000
- Retrait de fond de la banque 296.000
- Intérêt reçu sur le compte bancaire 7.000
- Facture d’électricité payée par chèque 13.000
- Achat de marchandises contre chèque 274.000
- Payer en espèce une amende fiscale 9.000

T.A.F :
- Présenter les comptes schématiques relatif aux opérations de l’exercice « n ».
- Présenter la balance générale.
- Présenter le bilan et CPC en précisant le résultat net de l’exercice.

D M.O C D Stock M/ses C D Clients C D Banque C

372.000 419.000 1.241.000 651.000 1.352.000 51.000 311.000


60.000 S.D:432.000 1.592.000 1.677.000 1.241.000 S.D:540.000 991.000 1.366.000
274.000 1.352.000 100.000
S.C:633.000 140.000 42.000
7.000 12.000
296.000
13.000
274.000
S.D:127.000

D Caisse C D Capital C D Emprunt C D Fournisseurs C

14.000 911.000 800.000 250.000 1.366.000 378.000


1.677.000 211.000 S.C:1.000.000 200.000 S.C:250.000 S.C:604.000 1.592.000
84.000 198.000
296.000 35.000
194.000
9.000
S.D:433.000

D Autres dettes C D étude recherche et document C D Charges de personnel C


79.000 211.000 509.000
S.C:79.000 S.D:211.000 S.D:509.000

32
D M.transport C D frs d’immob. C D Intérêt des emprunts et dettes C

284.000 184.000 35.000


S.D:284.000 S.C:184.000 S.D:35.000

D Impôt taxes et droits assimilés C D Frais et commission et service bancaire C

42.000 12.000
S.D:42.000 S.D:12.000

D Locations et charges locatives C D Commissions et courtage reçu C

194.000 84.000
S.D:194.000 S.C:84.000

D Intérêt et produits assimilé C D Achat fourniture non stockable C

7.000 13.000
S.C:7000 S.D:13.000

D Pénalités et amendes fiscal C

9.000
S.D:9.000

Libellé Sommes Soldes


Débit Crédit Débiteur Créditeur
Capital 1.000.000 1.000.000
Autre dette de financement 79.000 79.000
Emprunt 250.000 250.000
Fournisseur d’immob. 184.000 184.000
Matériel 432.000 432.000
M.transport 284.000 284.000
Stock M/ses 2.285.000 2.918.000 633.000
Clients 1.892.000 1.352.000 540.000
Fournisseurs 1.366.000 1.970.000 604.000
Banque 2.541.000 2.414.000 127.000
Caisse 2.071.000 1.638.000 433.000
Achat fourniture nn stockable 13.000 13.000
Location et charge locative 194.000 194.000
Etude recherche et doc. 211.000 211.000
Frais et commission 12.000 12.000
Impôts taxes et droit assimilé 42.000 42.000
Charge personnel 509.000 509.000
Intérêt des emprunts et dette 35.000 35.000
Pénalité et amende fiscale 9.000 9.000
Commission et courtage 84.000 84.000
Intérêt et produit assimilé 7.000 7.000
Totaux 11.896.000 11.896.000 2.841.000 2.841.000

33
Bilan de l’entreprise IMANE au 31/12/N
Actif Montant Passif Montant

Actif immobilisé : Financement permanent :


- M.O 432.000 - Capital 1.000.000
- M.Transport 284.000 - Résultat 118.000
Actif circulant H.T : - Autre dette de financement
- Stock M/ses 419.000 - Emprunt 790.000
- Client 540.000 - Fournisseurs d’immob. 250.000
Trésorerie actif : Passif circulant H.T : 184.000
- Banque 127.000 - Fournisseurs
- Caisse 433.000 Trésorerie passif : 604.000

Total Actif 2.235.000 Total passif 2.235.000

C.P.C
I) Produits d’exploitation :
- Vente de M/ses 2.918.000
- Ventes de biens et service produits 84.000
II) Charges d’exploitation :
- Achat revendu de M/ses 1.866.000
- Achat consommés de matériel et fourniture 13.000
- Autres charges externes 417.000
- Impôts et taxes 42.000
- Charge de personnel 509.000
III) Résultat d’exploitation 155.000
IV) Produits financiers :
- Intérêts et autres produits financiers 7.000
V) Charges financières :
- Charge d’intérêt 35.000
VI) Résultat financier -28.000
VII) Résultat courant 127.000
VIII) Produit non courant :
IX) Charges non courantes :
- Autres charges non courantes 9.000
X) Résultat non courant -9.000
XI) Résultat avant impôts 118.000
XII) Impôts sur le résultat 41.300
XIII) Résultat net 76.700

Chapitre 4 : Virement comptable

34
I)Définition :

Le virement est une opération comptable qui consiste à faire passer d’un compte à un autre.
Autrement, du débit d’un compte au crédit d’un autre compte ou du crédit d’un compte au
débit d’un autre compte.

Exemple :

L’entreprise vend des marchandises à crédit au client SAID, le comptable a débité par erreur le
client SAAD, montant 8.000 Dh.

- Opération passée par le comptable :

D Vente de M/ses C D Client SAAD C

8.000 8.000

- Rectification de l’erreur par virement comptable :

D Client SAID C D Client SAAD C

8.000 8.000 8.000

II) Utilité du virement comptable:

Le virement comptable présente plusieurs utilités:


- Il permet la rectification des erreurs.
- Il permet l’enregistrement d’un ordre de virement chez l’exécutant.
- Il permet la division d’un compte.
- Il permet le regroupement des comptes.

A) Rectification des erreurs :

Voir l’exemple illustré dans la définition.

B) Enregistrement d’un ordre de virement chez la banque :

Dans ce cas la banque reçoit l’ordre de son client de virer une somme de son compte au compte
d’une autre personne appelée créancier.

Exemple :

35
Ali doit 10.000 Dh à Ahmed, ils ont tous les deux un compte dans la même banque. Ali donne
l’ordre de virement à la banque de virer la somme de son compte au compte de Ahmed.
- Passer l’écriture de virement chez les clients de la banque :

D Compte Ali C D Compte Ahmed C

10.000 10.000

C) Division d’un compte :

Cette opération permet de scinder un compte en deux ou plusieurs comptes.

Exemple :

Le compte mobilier et matériel de bureau se présente ainsi :

D MMB C D Mobilier de bureau C D Mat. Bureau C

Bureau 10.000 10.000 3.000


Machine à écrire 3.000
Ordinateur 34.000
Imprimante 13.000 S.D:60.000 D Mat. Informatique C

47.000

D) Regroupement des comptes :

Cette opération permet de regrouper dans un seul compte les différents comptes.

Exemple :

Le matériel et mobilier de bureau présent les sous comptes suivants :

D Mobilier de bureau C D Mat. Informatique C

100.000 100.000 50.000 50.000

D Mobilier et Mat. Bureau C

100.000
50.000

Chapitre 6 : Le Plan Comptable


36
I)Définition :

Le plan comptable est un document qui donne la liste des comptes à utiliser par l’entreprise.
La comptabilité des entreprises est organisée conformément aux dispositions du code général
de la normalisation comptable (C.G.N.C) mis en place par le Dahir du 25/12/1992.
Le C.G.N.C. a prévu un ensemble de règles et de modalités permettant de tenir correctement la
comptabilité en respectant les principes comptables fondamentaux et les méthodes d’évaluation
et d’obtenir ainsi une image fidèle de la situation de l’entreprise.
La comptabilité doit respecter la nomenclature des comptes prévus par le plan comptable
général des entreprises. La liste des comptes à utiliser est organisée selon le cadre comptable
du modèle normal.

II) Principes comptables fondamentaux :

Les entreprises doivent établir des états de synthèses qui donnent une image fidèle de leur
patrimoine, de leur situation financière et de leur résultat, pour obtenir cette image fidèle
l’entreprise doit respecter un certain nombre de principes fondamentaux qui sont la base d’une
comptabilité normalisée et unifiée par l’ensemble des entreprises qui tiennent une comptabilité
régulière.
Ces principes fondamentaux sont au nombre de sept :
- continuité d’exploitation.
- Permanence des méthodes.
- Coût historique.
- Spécialisation des exercices.
- Prudence.
- Clarté.
- Importance significative.

III) Le cadre comptable :

Les comptes sont répartis en 10 classes :


- Les classes de 1 à 8 sont réservées à la comptabilité générale.
- La classe 9 est réservée à la comptabilité analytique.
- La classe 0 est réservée aux comptes spéciaux.

A) Les classes réservée à la comptabilité générale :

a) Classes réservées au bilan :

Classe 1 : Compte de financement permanent.


Classe 2 : Compte de l’actif immobilisé.
Classe 3 : Compte d’actif circulant H.T.
Classe 4 : Compte du passif circulant H.T.
Classe 5 : Compte trésorerie.
b) Classes réservées au C.P.C :

37
Classe 6 : Comptes de charges.
Classe 7 : Comptes de produits.

c) Classe réservée au résultat :

Classe 8 : Comptes de résultat.

B) La codification des comptes :

Un compte comporte au moins 4 chiffres.


Le numéro de code et l’intitulé du compte permettent d’identifier l’opération enregistrée en
comptabilité, la codification se présente comme suit :

Code d’identification Prescription de PCGE Exemple


er
1 chiffre Classe ou masse 3 : compte de l’actif circulant
Les 2 premiers chiffres Rubrique 34 : créance de l’actif circulant
Les 3 premiers chiffres Poste 342 : clients et comptes rattachés
Les 4 premiers chiffres Compte principal 3421 : clients
Les 5 premiers chiffres Sous comptes 34211 : clients – catégorie A
Les 6 premiers chiffres Compte divisionnaire 342110 : client X

C) Signification de certains chiffres :

Position Code Signification Exemple


Le 4 en 2éme position 4411 Comptes de créances ou - fournisseurs
(1 à 5) 3421 comptes dettes - clients
1486 - fournisseurs d’immob.
Le 8 en 3ème position 2481 Comptes issus d’un poste - titres immobilisées
3481 intitulé « autres » - créances immob.
4481 - Dettes acquisition
Le 8 en 4ème position 2588 -compte intitulé « autre … » - titres divers
3158 ou « divers… » - autres produits finis
6128 -compte intitulé « …sur - achats de mat. Et fourn.
exercices antérieurs » Des exercices antérieurs
Le 9 en 4ème position 6119 Compte utilisé en sens - R.R.R obtenus sur
contraire d’une ou d’autre achat/marchandises
7129 comptes de même niveau - R.R.R accordés par
l’entreprise
Le 0 en 3ème position 350 Poste dont le compte est issu - titres et valeurs de
porte le même intitulé que placement
370 sa rubrique - écart de conversion
d’actif
Le 0 en 4ème position 3420 Compte de regroupement ou - client et comptes rattachés
ou en terminaison global

D) Parallélisme de certaines codifications :

38
Des parallélismes ressortent au niveau de certains classements par des similitudes de
codification de comptes appartenant à des classes différents.
Les principaux en sont les suivants :

a) Créances de l’actif circulant et dettes de passif :

Un parallélisme de codification des postes de l’actif et du passif circulant existe au niveau du


2ème et 3ème chiffre.
Exemples :
343 : personnel – débiteur 443 : personnel - créditeur
348 : autres débiteurs 448 : autres créanciers
349 : compte de régularisation – actif 449 : compte de régularisation – passif

b) Charges, produits, résultats :

Un parallélisme horizontal au niveau de la séparation entre « exploitation » « financier » et


« non courant » existe dans les masses 6 – 7 et 8.

Exploitation : 1 en 2ème Financier : 3 en 2ème position Non courant : 5 en 2ème


position signifie signifie position signifie
« exploitation » « financier » « non courant »
61 : charges d’exploitation 63 : charges financières 65 : charges non courantes
71 : produits d’exploitation 73 : produits financiers 75 : produits non courants
81 : résultats d’exploitation 83 : résultats financiers 85 : résultats non courants

E) Principes comptables fondamentaux :

Le code général de la normalisation comptable « C.G.N.C » a retenu au nombre de sept les


principes comptables fondamentaux :

a) Le principe de continuité d’exploitation :

L’entreprise doit établir ses états de synthèse dans la perspective d’une poursuite normale de
ses activités. Dans le cas où les conditions d’une cession d’activité total ou partielle sont
réunies, l’hypothèse de continuité d’exploitation doit abandonnée au profit de l’hypothèse de
liquidation ou de cession.

b) Le principe de permanences des méthodes :

L’entreprise établit ses états de synthèse en appliquant les mêmes règles d’évaluation et de
présentation d’un exercice à l’autre.

c) Le principe du coût historique :

En vertu du principe du coût historique, la valeur d’entrée d’un élément inscrit en comptabilité
pour son montant exprimé en unités monétaires courantes à la date d’entrées reste intangible
quelle que soit l’évolution ultérieur du pouvoir d’achat de la monnaie ou de la valeur actuelle
de l’élément.
d) Le principe de spécialisation des exercices :

39
En raison du découpage de la vie de l’entreprise en exercices comptables, les charges et les
produits doivent être, en vertu du principe de spécialisation des exercices, rattachés à l’exercice
qui concerne effectivement et à celui-là seulement.

e) Le principe de prudence :

Les incertitudes présents susceptibles d’entraîner un accroissement des charges ou une


diminution des produits de l’exercice doivent être prises en considération dans le calcule du
résultat de cet exercice.
Les produits ne sont pris en compte que s’ils sont définitivement acquis à l’entreprise.
Les charges sont comptabilisées dés lors qu’elles sont probables.

f)Le principe de la clarté :

Les opérations et les informations doivent être inscrites dans les comptes sois la bonne
rubrique, avec la bonne dénomination et sans compensation entres elles.

g) Le principe d’importance significative :

Les états de synthèse doivent révéler tous les éléments dont l’importance peut affecter les
évaluations et les décisions et ne doivent faire apparaître que les informations d’importance
significative.
Est significative, toute information susceptible d’influencer l’opinion que les lecteurs des états
de synthèse peuvent avoir sur le patrimoine, la situation financière et les résultats de
l’entreprise.

Exercice 1 :

Regrouper dans les comptes à deux chiffres les intitulés du bilan suivant :
F.C ; prêts aux associés ; loyers d’avance ; titres de participation ; compte de l’exploitant ;
provisions pour reconstitution des gisements ; fournisseurs d’immob. ; fournisseurs de M/ses ;
banque solde débiteur ; diminution des dettes circulantes ; compte d’attente solde débiteur ;
acomptes et avances reçu sur commandes en cours ; bon de trésor ; chèques à encaisser ;
virements de fonds ; oppositions sur salaires ; patente due ; stock de combustibles ; rebuts en
stocks.

F.C 22
Prêts aux associés 24
Loyers d’avance 24
Titres de participation 25
Provisions pour reconstitution des gisements 13
Fournisseurs d’immob. 14
Patente due 44
Fournisseurs de M/ses 44
Acomptes et avances reçues sur commandes en cours 44
Opposition sur salaires 44
Banque solde débiteur 51
Chèques à encaisser 51
Virement de fonds 51
Diminution des dettes circulantes 47

40
Compte d’attente solde débiteur 34
Bon de trésor 35
Stock de combustibles 31
Rebuts en stocks 31
Compte de l’exploitant 11

Exercice 2 :

Regrouper dans les comptes à trois chiffres de la classe 6 et 7 les intitulés de gestion suivant :
Jetons de présence ; étude ; maintenance ; cotisations aux mutuelles ; location de terrain ;
honoraire du transitaire ; études et travaux ; dons ; foires et expositions ; redevances de crédit
bail ; transports ; frais de téléphones ; loyer ; taxe d’édilité ; commissions au personnel ;
prestations de service ; ventes de produits accessoires ; variations de stock de produits en
cours ; subvention d’équilibre reçu des exercices antérieurs.

Jetons de présence 618


Etude 712
Maintenance 613
Cotisations aux mutuelles 617
Location de terrain 613
Honoraires du transitaire 613
Etudes et travaux 712
Dons 658
Foires et expositions 614
Redevances de crédit bail 613
Transport 614
Frais de téléphones 614
Loyer 613
Taxe d’édilité 616
Commissions au personnel 617
Prestations de service 712
Ventes de produits accessoires 712
Variations de stock de produits en cours 713
Subvention d’équilibre reçu des exercices antérieurs 756

Exercice 3 :

1) Présentez dans un schéma en branche la classe 2, ces rubriques, les postes des
immobilisations corporelles et les comptes à 4 chiffres du poste « ITMO ».
2) Soit les numéros et les intitulés des comptes suivants :
- 1410 : emprunt obligataire
- 1481 : emprunt auprès des établissements de crédit
- 2415 : prêts aux associés
- 2418 : autres prêts
- 3431 : avances et acomptes aux personnels
- 4411 : fournisseurs
Que signifie le chiffre 4 en 2ème position pour les comptes situés ci-dessus

Réponse :

41
1) Classe 2
Compte de l’actif immobilisé

Immob. en Immob. Immob. Immob. Ecarts de Amort.des Prov. pr


non valeur incorporelles Corporelles financières conversion- immob. dépréci.
Actif des immob.

Terrains constructions ITMO M.T Mob. M. de bureau Autres Immob.


Et aménag. Divers immob. Corporelles
Corporelles En cours

Installation technique M.O Emballage récupérable autres


Identifiable ITMO

2) Le chiffre 4 en 2ème position pour les comptes signifie les comptes de créances ou de dettes.
Exemple « 3421 clients »

Exercice 4 :

Nom du compte Montant N° du Charges / produits


compte E F N
- transports du personnel 28240 61421 C
- revenus des immeubles non
affectés à l’exploitation
- achats de matières et 18200 7182 P
fournitures
- ventes de m/ses au Maroc 222310 61221 C
- location et charges locatives 2156057 7111 P
diverses
- foires et expositions 1243 6131 C
- cotisations aux caisses de 36520 61443 C
retraite
- intérêts bancaires et sur 25420 61742 C
opérations de financement
- redevances crédit bail
- assurances - M.T 8660 63115 C
- cotisations de sécurité sociale 35282 6132 C
- escomptes accordés 30250 61345 C
- frais de téléphone
- missions 68050 61741 C
- variation de stock de m/ses 1076 6386 C
- variation de stock de matières 25236 61455 C
et fournitures 28322 61435 C
- reprises sur provisions pour
investissement -92405 6114 C
- location de M.T
- autres impôts, taxes et droits +9995 6124 C
assimilés
- revenus des titres de 18240 75944 P

42
participation 16700 61316 C
- achats de m/ses
- appointements et salaires 35280 6167 C
- honoraires
- escomptes obtenus 13728 7321 P
- pénalités et amendes fiscales 1006007 6111 C
- indemnités de préavis et de 146098 61711 C
licenciement 22800 61365 C
- redevances pour brevet 12000 7386 P
- entretien et réparation des biens
mobiliers 2614 65831 C

21976 61765 C
11000 61371 C

82731 61332 C

E = Exploitation – F = Financier – N = Non courant

T.A.F :

- remplir le tableau ci-dessus en précisant pour chaque compte son numéro, et en plaçant dans
la case concernée (E, F et N) la lettre C pour les comptes de charges ou la lettre P pour les
comptes de produits.
- Réaliser le CPC à partir des comptes présentés.

C.P.C au 31 décembre N
Opérations Totaux exercice

43
1 PRODUITS D’EXPLOITATION
Ventes de marchandises (en l’état) 2 156 057 2 156 057
Ventes de biens et services produits
Variation de stocks de produit (+-)
Immob. produites par l’e/se elle-même
Subventions d’exploitation
E Autres produits d’exploitation 18 200 18 200
X Reprises d’exploitations : transfert de charges
P Total 1 2 174 257 2 174 257
L CHARGES D’EXPLOITATION
O Achats revendus de marchandises 1 098 412 1 098 412
I 2 Achats consommés de matières et de fournitures 212 315 212 315
T Autres charges externes
A Impôts et taxes 318 324 318 324
Charges de personnel 35 280 35 280
T Autres charges d’exploitation 261 544 261 544
I Dotations d’exploitation
O Total 2 1 925 875 1 925 875
N 3 RÉSULTAT D’EXPLOITATION (1-2) 248 382
4 PRODUITS FINANCIERS
F Produits des titres de participation et immob. 13 728 13 728
I Gains de change
Intérêts et autres pduits financiers 12 000 12 000
N Reprises financières : transfert et charges
A Total 4 25 728 25 728
N CHARGES FIANCIERES
C 5 Charges d’intérêts 8 660 8 660
I Pertes de change
Autres charges financières 1 076 1 076
E
Dotations financières
R Total5 9 736 9 736
6 RESULTAT FINANCIERS (4-5) 15 992
7 RESULTAT COURANT (3+6) 264 374
8 PRODUIT NON COURANT
Produits des cessions d’immob.
Subventions d’équilibre
Reprises sur subventions d’investissement
Autres produits non courants
Reprises non courantes : transferts et charges 18 240 18 240
Total 8 18 240 18 240
9 CHARGES NON COURANTES
Valeurs nettes d’amortissements des immob. cédées
Subventions accordées
Autres charges non courantes 2 614 2 615
Dotations non courantes aux amortissements et
provisions
Total 9 2 614 2 614
RESULTAT NON COURANT (8-9) 15 626
RESULTAT AVANT IMPOTS (7+9) 280 000

Chapitre 6 : Rappel

44
Ainsi que nous l’avons vu précédemment, la comptabilité est une technique qui permet
d’enregistrer toutes les opérations réalisées par une entreprise.

Cet enregistrement s’effectue dans les divers documents selon certaines règles qui sont
appliquées par les comptables.

I) les pièces justificatives

Le principe comptable veut que chaque écriture soit enregistrée en partant d’une pièce
justificative. C’est sur ce document que le raisonnement est le plus facile à réaliser.

II) le journal

A) les caractéristiques du journal

C’est un livre comptable obligatoire. Il permet d’enregistrer au jour le jour, toutes les écritures
réalisées par une entreprise. Il peut, en cas de contestation entre commerçants, être un moyen
de preuve dans le cas d’un litige tranché par un tribunal.
L’absence ou la tenue volontairement erronée d’un peut entraîner des sanctions pénales
contre le commerçant qui n’aura pas satisfait aux exigences du code de commerce.

Pour avoir une probante un journal doit remplir un certain nombre de conditions :
- il doit coté et paraphé :
• la cote ou numérotation ininterrompue et le paraphe (signature simplifiée) sont inscrits
sur chaque page du journal en haut par le juge du tribunal.
• par dérogation, les documents informatiques peuvent tenir lieu de livre journal, sans
cote ou paraphe.

Comme tous document commercial, le journal doit être conservé pendant dix ans par
l’entreprise et il doit être tenu sans blanc ni altération aucune.
En clair, cela veut dire que le journal ne pourra être corrigé que par des procédés qui excluent
les ratures et les collages.

B) la présentation du journal

Le journal se présente sous la forme d’un cahier dont les dimensions et le nombre de feuilles
varient selon les besoins de l’entreprise.
Puisque toute somme portée au débit d’un compte entraîne l’enregistrement au crédit d’un ou
plusieurs autres comptes d’une somme identique, il en résulte que les totaux débits et crédits
du journal sont égaux entre eux.
Il faut noter l’utilité du libellé explicatif qui permet de déterminer avec précision l’opération.

C) utilités du journal

45
Ce livre comptable n’est pratiquement jamais présenté à l’extérieur de l’entreprise. Il permet
surtout de connaître toutes les opérations qui ont été réalisées. D’autre part, ce document, tenu
selon des normes très strictes, permet d’avoir une preuve de l’enregistrement des opérations
dans l’ordre où elles ont été opérées. Mais sa tenue est trop globale pour que le journal soit
considéré comme un instrument de gestion.

III) le grand livre

Il s’est appelé ainsi parce qu’il est, le plus souvent, d’un format imposant. Il reprend
l’ensemble des comptes tenus dans une comptabilité.
Il se présente la plupart du temps sous la forme d’un classeur ou maintenant d’état
mécanographié dont chaque page ou fiche correspond à un compte ouvert par l’entreprise.
Dans un souci de simplification pour les recherches, le classement des comptes au grand livre
respecte le plus souvent l’ordre du plan comptable.

Pour l’ouverture des comptes, l’entreprise procède de la manière suivante :


- le comptable réfléchit afin de déterminer les comptes dont l’entreprise a besoin ;
- il bâtit son « plan des comptes » ;
- il ouvre au grand livre chaque compte qui devra être utilisé pendant l’exercice
comptable.
Le comptable portera dans les comptes de son grand livre toutes les opérations enregistrées
sur le journal.

IV) la balance de vérification

Il est indispensable de s’assurer que l’entreprise a bien reporté dans ses comptes toutes les
opérations enregistrées dans le journal et pour cela, à intervalles réguliers, le comptable établit
un document de vérification appelé « balance » ou « balance de vérification ».

A) présentation de la balance

La balance se présente le plus souvent sous la forme d’un tableau a six colonnes.
Elle permet de s’assurer que toutes les écritures du journal ont été reportées sur le grand livre.

B) utilité et limites de la balance de vérification

1) utilité de la balance

Puisque la balance reprend les sommes inscrites dans les comptes de l’entreprise et que ces
comptes enregistrent toutes les opérations tracées sur le journal, il en découle qu’à tout
moment :
- les totaux des sommes reportées dans une balance de vérification doivent être égaux
aux totaux des colonnes du journal arrêté à la date de la vérification.

Puisque dans le journal le total des sommes enregistrées en ressources est obligatoirement
égal au total des emplois à cette même date, il doit y avoir égalité entre les sommes
enregistrées dans les colonnes débitrices et créditrices de la balance.

2) les limites de la balance

46
Si les égalités précédemment ne sont pas réalisées, l’entreprise devra conclure :

- en cas de différence entre le total du journal et les sommes de la balance, mais avec
une égalité entre les colonnes débits et crédits du journal et du grand livre, que
certaines opérations n’ont pas été reportées, ou bien ont été reportées deux fois ;
- si la somme qui est en trop dans une colonne de la balance est en moins dans l’autre, et
qu’il a donc entre ces deux colonnes une différence du double de la somme, deux cas
peuvent se présenter :
• il y’a une erreur de colonne de la balance lors d’un report du journal dans le grand
livre, un ou plusieurs comptes ont été débités alors qu’ils aurait dû être crédités ou le
contraire ;
• il y’a une inversion lors du report des comptes dans la balance.
- enfin, il peut y avoir des erreurs d’addition ou de report dans un des deux livres ou
dans la balance.

Attention la balance ne permet pas de découvrir un enregistrement dans un mauvais


compte. Il faudra donc retrouver cette erreur par une autre vérification, c’est le rôle de
l’état de rapprochement, de l’inventaire ou d’autres techniques.

Exercice 1

Le 01/ 11 : chèque remis au FRS 5.000 DH chèque n° 001245 ;


Le 03/11 : vente de P.F, facture n° 4, 15.000 DH (5.000 DH en espèce et le reste à crédit) ;
Le 15/11 : achat de M.P à crédit, facture n° A12 ;
Le 26/11 : envoi d’un chèque par le client 10.000 DH, chèque n° 001230

TAF : passer les écritures au journal du mois de novembre, établir le grand livre et la
balance de vérification.

Le journal
Le 01/11

47
4411 Fournisseurs 5.000
5141 Banque 5.000
Chèque n° 00 1245
Le 03/11

5161 Caisse 5.000


3421 Client 10.000
71411 Vente de P.F 15.000
Facture n° 4

Le 15/11
6121 Achat de M.P 20.000
4411 Frs 20.000

Facture n° A12
Le 26/11
5141 Banque 10.000
3421 Client 10.000

Chèque n° 00 1230

Total 50.000 50.000

Le grand livre

D 4411 Frs C D 5141 Bque C D 3421 Client C

5.000 20.000 10.000 5.000 10.000 10.000


SC : 15.000 SD : 5.000

D 5161 Caisse C D 71211 Vente de P.F C D 6121 Achat de M.P C

5.000 SD : 5.000 5.000 20.000 10.000 5.000


SC : 15.000 SD : 5.000

La balance

48
Libellé Sommes Soldes
Débit Crédit Débiteur Créditeur
Clients 10.000 10.000 -- --
Fournisseurs 5.000 20.000 -- 15.000
Banque 10.000 5.000 5.000 --
Caisse 5.000 -- 5.000 --
P.F -- 15.000 -- 15.000
M.P 20.000 -- 20.000 --

TOTAL 50.000 50.000 30.000 30.000

Exercice 2 :

Mr Omar ouvrier boucher a crée son entreprise.


Le 2/01 : Mr Omar apporte 80.000 DH (75.000 DH en banque et le reste en caisse) ;
Le 3/01 : il rachète le fond commercial de son ancien employeur 130.000 DH (il règle 30.000
DH par chèque n° 00075, et empreinte 100.000DH auprès des E.C) ;
Le 4/01 : il achète un hachoir 3.000 DH. Son Frs lui adresse la facture n°H1 ;
Le 7/01 : le Frs du hachoir passe au magasin pour déposer la facture. Mr Omar le règle
immédiatement par chèque n° 00076 ;
Le 8/01 : il achète des marchandises à crédit pour 62.000 DH, facture n°A13 ;
: Il vend une partie de la marchandises pour 49.000 DH, PC°1 ;
Le 9/01 : il règle son Frs par un chèque n°00077, et achète de nouvelle marchandises à crédit
53.000 DH, facture n°A2 ;
: Il dépose à sa banque 49.000 DH qu’il avait reçus en espèce.

T.A.F : passer les écritures au journal, les reportés au grand livre et dresser la balance.

Le journal
Le 02/01

49
5141 Banque 75.000
5161 Caisse 5.000
1111 Capital social 80.000
Apport en numéraire
Le 03/01

2230 Fond commercial 130.000


5141 Banque 30.000
1481 E.A.C.E 100.000
Chèque n°00075
Le 04/01
23321 Matériel 3.000
4411 Frs 3.000

Facture n° H1
Le 07/01
4411 Frs 3.000
5141 Banque 3.000
Chèque n° 00076
Le 08/01
6111 Achat de marchandises 62.000
4411 Frs 62.000
Facture n°A13

5161 Caisse 49.000
7111 Vente de marchandises 49.000
Pièce de caisse n°1
Le 09/01
4411 Frs 62.000
5141 Banque 62.000
Chèque n°00077

6111 Achat de marchandises 53.000
4411 Frs 53.000
Facture n° A2

5141 Banque 49.000
5161 Caisse 49.000
Dépôt en banque

Total 491.000 491.000

Le grand livre

50
D 4411 Frs C D 5141 Bque C D 5161 Caisse C

62.000 53.000 75.000 30.000 5.000 49.000


62.000 49.000 3.000 49.000 SD: 5.000
SC: 53.000 62.000
SD: 29.000
D 1111 K. social C

80.000
SC : 80.000

D 7111 Vente de m/ses C D 6111 Achat de m/ses C D 2230 f.commercial C

49.000 62.000 130.000


SC: 49.000 53.000 SC: 115.000 SD : 130.000

D 23321 Matériel C D 1481 E.A.E.C C

3.000 100.000
SD : 3.000 SC : 100.000

La balance

N° Intitulé Sommes Soldes


Débit Crédit Débit Crédit
1111 Capital social -- 80.000 -- 80.000
1481 EAEC -- 100.000 -- 100.000
2230 F.d commercial 130.000 -- 130.000 --
23321 Matériel 3.000 -- 3.000 --
4411 Frs 62.000 115.000 -- 53.000
5141 Banque 124.000 95.000 29.000 --
5161 Caisse 54.000 49.000 5.000 --
6111 Achat de m/ses 115.000 -- 115.000 --
7111 Ventes de m/ses -- 49.000 -- 49.000
Total 491.000 491.000 282.000 282.000

Exercice 3

51
Le 02/01 : l’entreprise Masoudi a été créée avec un capital de 40.000 DH déposé à la banque ;
Le 05/01 : payé par chèque n°126, 3 mois de loyer à titre de garantie et un mois de loyer
normale du magasin, 10.000 DH ;
Le 10/01 : payé par chèque n°127, le rayonnage du magasin, 9830 DH ;
Le 15/01 : Masoudi emprunt à sa banque la somme de 20.000 DH, virée à son compte le
même jour ;
Le 20/01 : Masoudi achète :
- des marchandises à 21.300 DH payée par chèque n°128 ;
- un comptoir et une chaise pour 2.580 DH payés par chèque n°129 ;
Le 25/01 : Masoudi retire 5.000 DH de la banque pour alimenter la caisse, chèque n°130 ;
Le 26/01 : il paye divers fournitures de bureau non stockées pour la somme de 800 DH, PC
n°1 ;
Le 28/01 : il paye par chèque n°131, l’installation de vitrine pour 2410 DH ;
Le 30/01 : il vend en espèce PC n° pour 3.450 DH de marchandises.

TAF : enregistrer les diverses opérations dans le journal et présenter la balance de


vérification.

Le journal
Le 02/01
5141 Banque 40.000
1111 Capital social 40.000
Apport en numéraire
Le 05/01
6131 Locations et charges locatives 2.500
2486 Dépôts et cautionnement versés 7.500
5141 Banque 10.000
Chèque n°126
Le 10/01
2327 Agencement.A.C 9.830
5141 Banque 9.830
Chèque n°127
Le 15/01
5141 Banque 20.000
1481 E.A.E.C 20.000
Emprunt de Masoudi
Le 20/01
6111 Achat de marchandises 21.300
2358 Mob et mat de bureau 2.580
5141 Banque 23.880
Chèque bancaire n°128, 129
Le 22/01
5161 Caisse 5.000
5141 Banque 5.000
Chèque n° 130

Total a reporté 108.950 108.950

Report 108.950 108.950

52
Le 26/01
61254 Achat de fournitures de bureau 800
5161 Caisse 800
PC n°1
Le 28/01
2327 Agencement.A.C 2.410
5141 Banque 2.410
Chèque n°131
Le 30/01
5161 Caisse 3.450
7111 Vente de marchandises 3.450
PC n°2

Total 115.370 115.370

Le grand livre

D 2486 Dépôt et cautionnement V C D 5141 Bque C

7.500 SD : 7.500 40.000 10.000


20.000 9.830
23.880
5.000
2.410
SD : 8.880

D 5161 Caisse C D 1111 K. social C D 2358 Mob et mat de b C

5.000 800 40.000 2.580 SD : 2.580


3.450 SC : 40.000
SD : 7.650

D 7111 Vente de m/ses C D 6111 Achat de m/ses C D 6131 Location et… C

3.450 21.300 2.500


SC: 3.450 SD: 21.300 SD: 2.500

D 2327 A.A.C C D 1481 E.A.E.C C D 61254 Achat de… C

9.830 20.000 800 SD: 800


2.410 SD: 12.240 SC: 20.000

La balance

53
N° Intitulé Sommes Soldes
Débit Crédit Débit Crédit
1111 Capital social -- 40.000 -- 40.000
1481 EAEC -- 20.000 -- 20.000
2327 A.A.C 12.240 -- 12.240 --
2358 Mob et mat de b 2.580 -- 2.580 --
2488 Dépôt et C… 7.500 -- 7.500 --
5141 Banque 60.000 51.120 8.880 --
5161 Caisse 8.450 800 7.650 --
6111 Achat de m/ses 21.300 -- 21.300 --
61254 Achat de four… 800 -- 800 --
6131 Location et … 2.500 -- 2.500 --
7111 Ventes de m/ses -- 3.450 -- 3.450
Total 115.370 115.370 63.450 63.450

Exercice 4

La situation au 01/1/05 de l’entreprise Belghazi présente les éléments suivants :


- capital personnel : 97.104 ;
- immob. corporelles divers : 21.300 ;
- immob. financières : 8.400 ;
- dettes de financement : 30.000 ;
- Frs : 29.350 ;
- client : 25.240 ;
- banque : 18.265,3 0 ;
- état créditeur : 3.450 ;
- caisse : 6.125,30 ;
- marchandises : 80.573,40 ;
Au cours du mois de janvier Mr Belghazi a effectué les opérations suivantes :
Le 06/01 : vente au client Rafic 8.450 DH, fac n° 730 ;
Le 10/01 : payé par chèque n°217, 9.400 DH au Frs Rochdi ;
Le 13/01 : acheté pour 240 DH de timbre poste, PC n° 126 ;
Le 14/01 : payé le loyer du magasin commercial, 1.800 DH, chèque n°218 ;
Le 15/01 : encaissé sur Rafic 4.225 DH, PC n°127
Le 17/01 : acheté a Barodi 10.850 DH de marchandises, fac n°420 ;
Le 20/01 : acheté une machine à calculer 513 DH, PC n° 128 ;
Le 25/01 : reçus un avis de crédit n°666 virement du client Rafic, 4.225 DH ;
Le 30/01 : acheté 450 DH de fournitures de bureau, PC n°129 ;
Le 31/01 : - payé le salaire de l’employé 1.300 DH, PC n°130 ;
- vente de marchandises 32.640 DH.

Bilan d’ouverture

54
Bilan de l’entreprise Belghazi au 01/01/N
Actif Montant Passif Montant

Actif immobilisé : Financement permanent :


- immob. corporelles diverses 21.300 - Capital 97.104
- immob. financières - Dette de financement 30.000
Actif circulant H.T : 8.400 Passif circulant H.T :
- Stock M/ses - Fournisseurs 29.350
- Client 80.573,40 - Etat créditeur 3.450
Trésorerie actif : 25.240 Trésorerie passif :
- Banque
- Caisse 18.265,30
6.125,3
Total Actif 159.904 Total passif 159.904

Journal

Le 01/01
Immob. Corporelles diverses 21.300
Immob. Financières 8.400
3111 Stock de marchandises 80.573,40
3421 Client 25.240
5141 Banque 18.265,30
5161 Caisse 6.125,30
1111 Capital 97.104
Dette de financement 30.000
4411 Fournisseurs 29.350
Etat créditeur 3.450
Création de l’entreprise
Le 06/01
3421 Client 8.450
7111 Ventes de marchandises 8.450
Fac n°730
Le 10/01
4411 Fournisseurs 9.400
5141 Banque 9.400
Chèque n°217

Total a reporté 177.754 177.754

Le 13/01

55
61451 Frais postaux 240
5161 Caisse 240
PC n°126
Le 14/01
6131 Locations et charges locatives 1.800
5141 Banque 1.800
Chèque n°218
Le 15/01
5161 Caisse 4.225
3421 Client 4.225
Pc n°127
Le 17/01
6111 Achat de marchandises 10.850
4411 Fournisseurs 10.850
Fac n°420
Le 20/01
61254 Achat de fournitures de bureau 513
5161 Caisse 513
PC n°128
Le 25/01
5141 Banque 4.225
3421 Client 4.225
Avise de crédit n°666
Le 30/01
61254 Achat de fournitures de bureau 450
5161 Caisse 450
PC n°129
Le 31/01
6171 Rémunération du personnel 1.300
5161 Caisse 1.300

PC n°130

3421 Client 32.640
7111 Ventes de marchandises 32.640
………..

Total 233.997 233.997

Le grand livre

D 3111 stock de marchandises C D 5141 Bque C

80.573,40 SD : 80.573,40 18.265,30 9.400


4.225 1.800
SD : 11.290,30
D 5161 Caisse C D 1111 K. social C D immob. Corporelles C

56
6.125,30 240 97.104 21.300
4.225 513 SC : 97.104 SD : 21.300
450
1.300
SD : 7847,30

D7111 Vente de m/ses C D 6111 Achat de m/ses C D 4411 fournisseurs C

8.450 10.850 9.400 29.350


32.640 SD : 10.840 10.850
SC: 41.090 SC : 30.800

D 3421 Client C D 61451 Frais postaux C D Immob. Financières C

8.450 4.225 240 SD : 240 8.400 SD : 8.400


32.640 4.225
25.240 SD : 37.880

D 6131 Locations… C D 6171 Rém. du personnel C D 61254 Achat de f…. C

1.800 SD : 1.800 1.300 513


SD : 1300 450 SD : 963

D 445 Etat créditeur C D 1488 Dettes de fin C

3.450 30.000

SC: 3.450 SC : 30.000

La balance

57
N° Intitulé Sommes Soldes
Débit Crédit Débit Crédit
1111 Capital social -- 97.104 -- 97.104
1488 Dettes de fin -- 30.000 -- 30.000
2380 Autres immob. C 21.300 -- 21.300 --
-- Immob. fin 8.400 -- 8.400 --
3111 Stock de m/ses 80.573,40 -- 80.573,40 --
3421 Client 66.330 8.450 57.880 --
4411 Fournisseurs 9.400 40.200 -- 30.800
445 Etat créditeur -- 3.450 -- 3450
5141 Banque 22.490,30 11.200 11290,30 --
5161 Caisse 10.350,30 2503 7.847,30 --
6111 Achat de m/ses 10.850 -- 10.850 --
61254 Achat de four… 963 -- 963 --
6131 Location et … 1.800 -- 1.800 --
61451 Frais postaux 240 --- 240 --
6171 Rémunération... 1.300 -- 1.300 --
7111 Ventes de m/ses -- 41.090 -- 41.090
Total 233.997 233.997 161.354 161.354

Exercice 5

Le 02/01 : payé par chèque une insertion publicitaire dans un hebdomadaire, 10.200 DH ;
Le 03/01 : acheté en espèce 1.400 DH de timbre poste et 1.800 DH de droit d’enregistrement
et de timbre ;
Le 06/01 : payé par prélèvement sur notre compte banque la note de téléphone, 717.82 DH et
l’aquitance d’électricité 1.803,79 DH ;
Le 12/01 : payé par chèque l’abonnement annuel à une revue spécialisé, 600 DH ;
Le 16/01 : payé par chèque les honoraires d’un avocat, 12.400 DH ;
Le 18/01 : payé en espèce un pourboire pour des personnes qui ont déchargés un camion,
200DH ;
Le 20/01 : payé par chèque le plein carburant d’une voiture de livraison, 380,75 DH ;
Le 28/01 : payé en espèce divers médicaments non stockés pour porter les premiers soins au
éventuelles blessés dans l’entreprise, 132,50 DH ;
Le 31/01 :
- acheté en espèce un livre d’inventaire et un livre journal, 1.290 DH ;
- payé par chèque les salaires de janvier, 41.430,50 DH

Le journal

58
Le 02/01
61441 Annonces et insertions 10.200
5141 Banque 10.200
Chèque n°…
Le 03/01
61451 Frais postaux 1.400
61671 droits d’E et de timbre 1.800
5161 Caisse 3.200
P C n° …
Le 06/01
61455 Frais de téléphone 712,82
61251 Achat de FR non stockables 1.803,79
5141 Banque 2.521,61
Prélèvement…
Le 12/01
61416 Documents techniques 600
5141 Banque 600
Chèque n°…
Le 16/01
6136 R.I.H 12.400
5141 Banque 12.400
Chèque n°…
Le 18/01
6135 Rémunération du personnel
Extérieur à l’entreprise 200
5161 Caisse 200
PC n°….
Le 20/01
61223 Achat de combustibles 380,75
5141 Banque 380,75
Chèque n°…
Le 28/01
6125 Achat non stockés de matières et de F 132,50
5161 Caisse 132,50
PC n° …
Le 31/01
6125 Achat de matières et F 1.290
5161 Caisse 1.290
PC n°…

6171 Rémunération du personnel 41.430,5
5141 Banque 41.430,5
Chèque n° …

Total 72.355,36 72.355,36

Exercice 6

59
Enregistrez au journal de l’entreprise SBIHI les opérations suivantes :
Total du journal du 01/01 - débit = 3.426.870,17
- crédit = 3.426.870,17

Le 02/01 : ma facture V1068 au client SALHI, 12.425,10 DH ;


Le 03/01 : payé en espèce le plein de carburant 320 DH, bon n°9103 ;
Le 06/01 : reçu la facture A918 de FAHMI, marchandises 15.265,32 DH ;
Le 08/01 : adressé à FAHMI le chèque n°AE503602 en règlement de la facture A918 ;
Le 09/01 : reçu un avis de crédit n°59412 relatives au virement bancaire du client SALHI ;
Le 12/01 : payé par chèque n°503603 la note du téléphone, 1.635,98 DH ;
Le 15/01 : payé en espèce l’achat de produit d’entretient (non stockables), 424 DH,
PC n°8066 ;
Le 16/01 : vente de marchandises au client FARISSI, 18.665,36 DH, facture n° V1069 ;
Le 20/01 :
- vente au client HARTI 15.334,49 DH de marchandises, facture n° V1070 ;
- au client FIGUIGUI 11.665,51 DH de marchandises, facture n° V1071 ;
Le 24/01 : achat d’une caisse enregistreuse, facture n° A102, 25.400 DH payable dans 2
mois ;
Le 28/01 : payé par chèque n° AE 503604, la note d’électricité 2.615,42 DH ;
Le 31/01 : retiré par chèque n° AE503605 la somme de 17.615,70 DH et payé les salaires du
mois en espèce pour le même montant.

Le journal

Le 01/01
3426870,17
3426870,17
Création de l’entreprise
Le 02/01
7111 Vente de marchandises 12425,10
3421 Client 12425,10
Facture n° 1068
Le 03/01
21223 Achat de combustibles 320
5161 Caisse 320
Bon n° 9103
Le 06/01
6111 Achat de marchandises 15265,32
4411 Frs 15265,32
Facture n°A918
Le 08/01
4411 Frs 15265,32
5141 Banque 15265,32
Chèque n° AE503602

Total 3470145,91 3470145,91


Le 09/01
5141 Banque 12425,10

60
3421 Client 12425,10
Avis de crédit n° 59412
Le 12/01
61455 Frais de téléphone 1635,98
5141 Banque 1635,98
Chèque n° 503603
Le 15/01
61252 Achat de F d’entretient 424
5161 Caisse 424
PC n° 8066
Le 16/01
3421 Client 18665,36
7111 Vente de marchandises 18665,36
Facture n° V1069
Le 20/01
3421 Client 15334,49
7111 Vente de marchandises 15334,49
Facture n° V1070

3421 Client 11665,59
7111 Vente de marchandises 11665,59
Facture n° V1071
Le 24/01
2380 Autres immob. C 25400
4481 Dettes/ acquisition d’immob. 25400
Facture n° A102
Le 28/01
61251 Achat non stockés de mat et f 2615,42
5141 Banque 2615,42
Chèque n° AE503604
Le 31/01
6171 Rémunération du personnel 17615,70
5161 Caisse 17615,70

5161 Caisse 17615,70
5141 Banque 17615,70
Chèque n°AE503605

Total 3593543,17 3593543,17

Chapitre 7 : Le Compte de l’Exploitant

61
Il arrive souvent que l’exploitant fasse a l’entreprise des apport temporaires de fond
personnel pour pallier à des difficultés passagères de trésorerie, les sommes ainsi versées ne
sont pas considérés comme augmentant le capital, mais plutôt comme des prêts effectués a
titres privé par l’exploitant à son entreprise et remboursables à ce dernier quelques mois ou
quelques jour après qu’il effectue, pour des besoins personnels, des prélèvements sur les fonds
en caisse ou en banque ou sur les biens de l’actif de trésorerie. Ces prélèvements constituent
soit une récupération des apports temporaires, soit une prise par anticipation des bénéfices
qu’espère obtenir l’exploitant à la fin de l’exercice.

I) le fonctionnement du compte de l’exploitant

- les apports temporaires de capital sont notés au crédit du compte 11175.


- les prélèvements sont notés au débit du compte 11175.

Débit Crédit
Montant des fonds prélevés par l’exploitant Apports temporaires effectués par
pour ses besoins personnels ; l’exploitant en cous d’activité ;

Montant des marchandises ou autres Des paiements de dépense de l’entreprise


éléments d’actifs prélevés par lui pour ses avec des fonds personnel ou un compte
besoins personnels. bancaire familial.

Le compte de l’exploitant peut avoir un solde créditeur (lorsque les prélèvement sont
inférieurs aux apports temporaires), soit un solde débiteur (dans le cas contraire). A la fin de
l’exercice, le compte 11175 est intégré algébriquement au compte 11171. Autrement dit, si le
solde du compte 11175 est créditeur, il s’ajoute au crédit du compte 11171, si le solde du
compte 11175 est débiteur, il est retranché du solde créditeur du compte 11171.

N.B :
- la CGNC ne précise pas d’écriture de virement du solde du compte 11175 au compte
11171 ;
- le compte 11175 n’existe pas dans les sociétés.

Exemple :

Mr JAMALI exploite une entreprise dont le capital est de 30.000 DH au début de l’exercice
1994. Au cours de l’exercice 1994, il a effectué, entre autre, les opérations suivantes :
Le 10/02 : payé de ses fonds personnels à un fournisseurs de l’entreprise 140 DH ;
Le 15/03 : apport temporaires à l’entreprise par versement, en espèces, 5000DH ;
Le 30/05 : prélevé sur le compte bancaire de l’entreprise, 1800 DH pour son usage personnel ;
Le 30/06 : réglé par chèque (tiré sur la banque de l’entreprise) le loyer de son appartement
privé 3000 DH ;
Le 15/10 : prélevé en magasin diverses marchandises d’un coût d’achat de 750 DH ;
Le 30/10 : apporté provisoirement 1000 DH en espèce ;
Le 25/11 : prélevé pour ses besoins personnels 2500 DH dans la caisse de l’entreprise ;

62
Le 01/12 : payé par chèque bancaire (tiré sur la banque de l’entreprise) les frais de son
déplacement privé, 2000 DH ;
Le 20/12 : payé par la caisse de l’entreprise le loyer de son appartement privé, 3000 DH.

Le journal :

Le 10/02
4411 Frs 1400
11175 Compte de l’exploitant 1400
Le 15/03
5161 Caisse 5000
11175 Compte de l’exploitant 5000
Le 31/05
11175 Compte de l’exploitant 1800
5141 Banque 1800
Le 30/06
11175 Compte de l’exploitant 3000
5141 Banque 3000
Le 15/10
5161 Caisse 750
6111 Achat de marchandises 750
Le 30/10
5161 Caisse 1000
11175 Compte de l’exploitant 1000
Le 25/11
11175 Compte de l’exploitant 2500
5161 Caisse 2500
Le 01/12
11175 Compte de l’exploitant 2000
5141 Banque 2000
Le 20/12
11175 Compte de l’exploitant 3000
5161 Caisse 3000

Total 20450 20450

Extrait du grand livre

D 11175 compte de l’exploitant C

1800 1400
3000 5000
750 1000
2500
2000 SD : 5650
3000
Présentation du bilan

63
11175 Capital individuel : 30000
-
11171 Compte de l’exploitant : 5650

111 Capital social ou personnel : 24350

Extrait du passif au bilan du 31/12/1994

Passif Exercice Exercice précédent


Capitaux propres :
- capital social ou 24350 30000
personnel

Exercice 1

Au cours du premier semestre 95, l’entreprise RAHMANI a effectué les opérations suivante :

- l’exploitant a prélevé pour son usage domestique 27000 DH de marchandises ;


- retiré 10000 DH de la banque pour alimenté la caisse ;
- réglé pour le compte personnel de Mr RAHMANI toutes les notes de téléphones pour
3832.15 DH en espèce ;
- reçu les virements bancaires des clients 85000 DH ;
- l’entreprise a encaissée en espèce le loyer d’un appartement personnel de l’exploitant
15000 DH ;
- l’entreprise a réglée par chèque bancaire la facture du menuisier pour l’installation de
rayonnage 18200 DH ;
- l’entreprise a versée 16000 DH pour son usage personnel.

TAF : enregistrez ses opérations dans un journal et présentez le compte de l’exploitant.

Le journal :

64
11175 Compte de l’exploitant 2700
6111 Achat de marchandises 2700

5161 Caisse 10000


5141 Banque 10000

11175 Compte de l’exploitant 3832,15


5161 Caisse 3832,15

5141 Banque 85000


3421 Clients 85000

5161 Caisse 15000


11175 Compte de l’exploitant 15000

2327 A.A. des constructions 18200


5141 Banque 18200

11175 Compte de l’exploitant 16000


5161 Caisse 16000

Total 150732,15 150732,15

Le compte de l’exploitant

D 11175 compte de l’exploitant C


2700 15000
3832,15
16000 SD : 7532,15

Exercice 2

Présentez le compte de l’exploitant d’après les opérations suivantes :

- solde du compte du fin novembre sui te à des prélèvements antérieurs : 8400 DH ;


- le 01/12 : avance temporaire de l’exploitant 10000 DH ;
- le 15/12 : prélèvement par l’exploitant de la caisse 3000 DH ;
- le 20/12 : l’exploitant prélève l’équivalent en marchandises de 2150 DH ;
- le 28/12 : l’exploitant paye de sa poche la note de téléphone 810 DH ;
- le 29/12 : paiement du loyer de la villa personnel sur le compte banque de l’entreprise
pour 6000 DH ;
- le 31/12 : paiement par chèque sur le compta de l’entreprise la note du restaurant d’un
dîner familiale 2142,5 DH.
Sachant que le capital individuel et de 70000 DH quel sera le capital personnel au bilan du
31/12/N.

65
Le compte de l’exploitant

D 11175 compte de l’exploitant C


8400 10000
3000 810
2150
6000 SD : 10882,5
2142,5

Le journal :

Le 01/12
5161 Caisse 10000
11175 Compte de l’exploitant 10000
Le 15/12
11175 Compte de l’exploitant 3000
5161 Caisse 3000
Le 20/12
11175 Compte de l’exploitant 2150
6111 Achat de marchandises 2150
Le 28/12
61455 Frais de téléphone 810
11175 Compte de l’exploitant 810
Le 29/12
11175 Compte de l’exploitant 6000
5141 Banque 6000
Le 31/12
11175 Compte de l’exploitant 2142,5
5141 Banque 2142,5

Total 24102,5 24102,5

La balance

66
Date Intitulé Solde début Mouvement Solde fin
Débit Crédit Débit Crédit Débit Crédit
30/11 Solde initial 8400
01/12 Avance 10000 1600
15/12 Prélèvement 3000 1400
20/12 Prélèvement 810 3550
28/12 Paiement du 2150 2740
téléphone
29/12 Paiement du 6000 8740
loyer
30/12 Paiement du 2142,5 10882,5
restaurant

Le capital individuel = 70000 - 10882,5 = 59117,5

Chapitre 7 : Rectification des erreurs du journal :

67
Quel que soit l’attention portée pour le comptable à la réalisation du journal, des erreurs sont
toujours possibles, la correction de ces erreurs peut être faite par l’un des procédés suivants :

I) Méthode de contre passation des écritures :

Cette méthode consiste à :

- Annuler l’article erroné


- Passer ensuite l’écriture exacte

Exemple : Pour l’achat de 2 machines à écrire payable dans 3 mois, 800 DHS. Le comptable
a passé les écritures suivantes :

Le 16/01
2352 Matériel de bureau 800
4411 Fournisseurs 800

4411 Fournisseurs 800
2352 Matériel de bureau 800

Annulation de l’écriture
Erronée d°

11175 Matériel de bureau 800


4481 Dettes sur acquisition
D’immobilisation 800
Correction de
l’écriture

II) Méthode d’un article rectificatif :

Le 16/01 une entreprise a reçu de son client OMAR 100 DHS PC n°2.

68
Le comptable a passé les écritures suivantes :

Le 16/01
5141 Banques 100
3421 Clients 100
P.C n°2 d°

4411 Caisse 100


2352 Banques 100

Correction de l’écriture
Erronée

III) Méthode du complément à zéro :

Ce procédé consiste à annuler une somme en lui ajoutant son complément à zéro.
Exemple : pour annuler le chiffre 12 on doit lui ajouter -12, -12 peut s’écrire de cette façon :
-100+88 qui par convention peut s’écrire ( )88, seul le chiffre portant au dessus de lui le
signe ¯ (1 + le signe en dessus) est négatif, les autres sont positifs et s’ajoutent normalement.
Exemple : pour une vente de marchandises à crédit 327 DHS, facture n°F134 le comptable a
passé les écritures suivantes :

Le 16/01
5161 Caisses 327
7111 Vente de m/ses 327

P.C n°3 d°
5161 Caisses ( ) 673
7111 Vente de m/ses ( ) 673

Annulation de l’écriture
Erronée PC n°3 d°

11175 Clients 327


4481 Vente de m/ses 327
Correction de
l’écriture

327 => -327 = -1000+673


= ( ) 673

Application :

L’entreprise a effectué les opérations suivantes avec les clients KAMAL :

69
- Vente de marchandises au client KAMAL 1650 DHS facture F210, le comptable a
passé l’écriture suivante :

Le 16/01
5161 Caisses 1650
6125 Achats N Stockés De matières
Fac N°210 et Fournitures 1650

TAF : Corrigez à l’aide des méthodes de correction :

1) Méthode de contre passation des écritures :

Le 16/01
6125 Achats N Stockés De matières
et Fournitures 1650
5161 Caisses 1650
Annulation de l’écriture

3421 Clients 1650


7111 Vente de m/ses 1650
Correction de
l’écriture

2) Méthode du complément à zéro :

Le 16/01
5161 Caisses ( ) 8350

Achats non stockés de matière


6125 Et fournitures ( ) 8350
Facture F210

3421 Clients 1650


7111 Vente de m/ses 1650

Facture F210

Chapitre 7 : Les documents commerciaux :

70
I) Définition :

Se sont des écrits qui constatent des opérations commerciales passées.


Avec toute personne en relation avec l’entreprise : clients, fournisseurs, banques, . . . etc.

II) Utilité :

Les documents commerciaux sont utiles pour l’enregistrement des opérations comptables, ils
seront des preuves en cas de litige (ils peuvent être présentés à l’appréciation des tribunaux).
La loi impose aux entreprises de conserver les documents commerciaux pendant 10 ans.

III) Description :

Un document commercial peut se présenter sous la forme d’une lettre ou d’un écrit simple
mais de nos jours on assiste à une normalisation des documents, c à d pour chaque document
on adopte un format et une disposition de texte conforme, ce qui facilite leur classement et
leur manipulation.
Ainsi pour les documents commerciaux on distingue deux parties :

1) L’entête :

C’est la partie supérieure du document, elle donne les renseignements sur l’entreprise :

- Nom ou raison sociale


- Adresse ou siège social
- N° du téléphone
- N° du compte bancaire ou postal
- L’activité et le capital de l’entreprise
- N° d’inscription au registre de commerce

2) Le corps :

Le tracé et la représentation varient selon la nature du document.

IV) Les documents relatifs à la commande :

La commende est un ordre d’achat donné verbalement ou par téléphone, télex, Internet,…
Mais il doit être confirmé par un écrit appelé : « bon de commande »
L’entreprise passe la commande dans les cas suivants :

- Besoins à brève échéance d’un article


- Le stock atteint le minimum jugé indispensable
- Une occasion favorable se présente (liquidation de stock d’un fournisseur pour
cessation d’exploitation)
Pour passer une commande, le commerçant doit avoir une connaissance de son fournisseur.
Meilleurs prix, qualité et les meilleures conditions de paiement et de livraison.

71
1) Le bon de commande :

C’est un document établit à l’entête de l’acheteur et adressé au fournisseur dans lequel on


détaille les articles commandés et toute condition utile à la bonne exécution de l’ordre donné.

Le bon de commande comporte :

- Nom et adresse de l’acheteur


- Raison sociale
- Référence, désignation, quantités, prix unitaire
- N° et la date du bon de commande
- Adresse complète du fournisseur
- Condition du marché : paiement, transport, délai de livraison, réductions,. . .
- Signature de l’acheteur

En général la commande doit être rédigée avec précision et clarté.

Exemple normalisé de bon de commande :

…………………………
……………………….... ………………………

…………………………….
…………………………….

Suite à notre demande de prix n°………

Nous vous passons la commande concernant les articles ci-dessus aux conditions…………….
…………………………………………………………………………………………………..

A……….. Le …………….

Réf. Désignation Quantité Prix unitaire Observations


………. …………………………… ..... ……… ………………………...

Signé : Client

2) Le bulletin de commande :

72
C’est un document établi à l’entête du fournisseur, il peut être joint à un catalogue envoyé à la
clientèle pour faciliter la passation de la commande.

Le bulletin ou confirmation de commande comporte les éléments suivants :

- Nom, adresse et raison sociale du fournisseur


- Date et n° du document
- Désignation, quantité et prix
- Signature du fournisseur

3) Le bon de livraison :

A) Le bon de réception :

C’est un document établi par le fournisseur et remis au client au moment de la livraison de la


marchandise reçu (voir le bon de commande). En cas de désaccord le client doit mentionner
des «réserves » sur le bon de livraison pour préserver ses droits.

B) Le bon de livraison :

C’est la deuxième partie (double exemplaires ou deux parties) du bon de livraison qui
énumère la marchandise reçue par le client et que ce dernier remet signé au livreur au moment
de la livraison.

Application :

L’entreprise « Droguerie générale » 40, Avenue d’Agadir, Casablanca commande les


marchandises suivantes à l’établissement « MAJD », 12 Av. 11 Janvier, Casablanca :

- 4 rouleaux de papier d’emballage : Réf E34, P.U : 5DHS


- 10 bouteilles de teinte : Réf T02, P.U : 6DHS
- 30 boîtes de peinture : Réf S15, P.U : 20DHS
- 2 litres d’acide : Réf A44, P.U : 5DHS

TAF : Etablir le bon de livraison et de réception

Bon de livraison :

73
Bon de livraison n°………………..

MAJD
12, Avenue 11Janvier
Casablanca

Suite à la commande n° ………. nous vous livrons les articles suivants :

Client :

Droguerie Générale
40, Avenue d’Agadir
Casablanca

A Casablanca, le…………….

Réf. Désignation Unité Quantité Prix


Unitaire

E34 -Rouleaux de papier Rouleau 4 05.00


T02 -Bouteille de teinte Bouteille 10 06.00
S15 -Boîte de peinture Boîte 30 45.00
A44 -Acide Litre 02 05.00

Signé :

Bon de réception :

74
MAJD
12, Avenue 11Janvier
Casablanca

Suite à la commande n° ………. nous vous livrons les articles suivants :

Droguerie Générale
40, Avenue d’Agadir
Casablanca

Bon de réception n°…………………..

A Casablanca, le…………….

Réf. Désignation Unité Quantité Prix


Unitaire

E34 -Rouleaux de papier Rouleau 4 05.00


T02 -Bouteilles de teinte Bouteille 10 06.00
S15 -Boîtes de peinture Boîte 30 45.00
A44 -Acide Litre 02 05.00

Signé :

Application :

75
Mr KAMAL Mekouar, 3 Rue Oued Sebou Kenitra commande le 08/11/2001 à l’entreprise
« Tricotant. ZL » Hay ESSALAM, Casablanca les articles suivants :

- Réf 314 : 120 paquets de pelotes blanches à 25 DHS le paquet


- Réf 316 : 300 paquets de pelotes rouges à 30 DHS le paquet
- Réf 318 : 120 catalogues patrons à 40 DHS l’un

TAF : Etablir le bon de commande de Mr KAMAL sachant :

- Le numéro du bon est 215


- La livraison est à domicile
- Le paiement au comptant

La Facture

76
Document remis par le vendeur à l’acheteur précisant le détail de la marchandise livrée, le
prix et les conditions de paiement, de livraison, le lieu…
C’est un document juridique indispensable pour effectuer l’enregistrement comptable et servir
de preuve en cas de litige au tribunal. Elle est faite au minimum en deux exemplaires et qui
comprend :

CEGELEC
A Bd Fouarat
Casablanca

Namet
Tour Atlas
Casablanca

TEL :………………
B
60 jours fin de mois

Banque : Crédit du Maroc


Agence Liberté

Vos réf. Commande n° 27 Facture n° ……….


Du 8 février 2006
C
Nos réf : ……………. Casablanca, le ………….

Référence Désignation Unité Quantité Prix unitaire Montant

E Observation Signature et cachet

A : L’entête : I : nom du vendeur.


II : adresse.

77
III : numéro du registre de commerce.
IV : numéro de téléphone.
V : compte courant postal.

B : Le destinataire : I : nom de l’acheteur.


II : adresse.

C : La zone de référence : I : numéro et date de la facture.


II : mode et condition de transport.
III : condition de livraison.
IV : condition de paiement.

D : Le corps de la facture : I : références, désignations des marchandises, prix unitaire,


quantités, montant H.T, réductions, TVA, frais de port,
montant des emballages, net à payer.

I) Enregistrement des factures d’achats de marchandises / factures de ventes :

1) Facture Doit :

La facture est un document comptable justificatif obligatoire entre les commerçants.


La facture d’achat est appelée aussi Doit qui constate la créance du vendeur (fournisseur) sur
l’acheteur à la suite d’une opération de vente.

a) Achats à crédit :

L’achat de marchandises constitue une charge pour l’entreprise, le compte achat est débité et
le compte fournisseur est crédité.
Exemple : achat de marchandises à crédit 8.000 Dh facture n°28. Passez l’écriture.

6111 Achat de marchandises 8.000


4111 Fournisseurs 8.000
Facture n°28

b) Achat au comptant :

Il peut être réglé soit en espèce soit par chèque bancaire ou postal : on débite alors le compte
achat et on crédite soit la banque soit la caisse.
Exemple : achat de marchandises par chèque bancaire n°AAC6147 la facture n°02/06 de
6.000 Dh. Passez l’écriture.

6111 Achat de marchandises 6.000


5141 Banque 6.000
Facture n°02/06

2) Enregistrement des factures ventes :

78
La vente de marchandise constitue un produit pour l’entreprise. Elle implique donc
l’enregistrement au crédit du compte 7111 ventes de marchandises contre le débit du compte
client lors d’une vente à crédit ou le débit d’un compte de trésorerie pour la vente au
comptant.
Exemple : Samlali vend 7.800 Dh de marchandises à Aziz, facture n°F230.

Chez Samlali :

3421 Client Aziz 7.800


7111 Ventes de marchandises 7.800
Facture n°F230

Chez Aziz :

6111 Achats de marchandises 7.800


4411 Fournisseurs Samlali 7.800
Facture n°F230

Application :

Le 21 février 2006, l’entreprise FAMARCO adresse à ses clients les factures suivantes :
- facture n°162 relative à une livraison de marchandises au client Alami 25.000
Dh.
- Facture B16 concernant une vente au Maroc de biens produits 20.000 Dh
règlement moitié par chèque moitié en espèce à la société DINA.
- Facture n°164 relative à une commission encaissée par l’entreprise M&M
3.000 Dh par virement bancaire.

FAMARCO FAMARCO FAMARCO


Facture n°162 facture n°B16 facture n°164
Destinataire : ALAMI Destinataire : DINA Destinataire : M&M

Brut 25.000 Brut 20.000 Brut 3.000

Total 25.000 Total 20.000 Total 3.000

Arrêtée la présente Arrêtée la présente Arrêtée la présente


Facture à la somme de facture à la somme de facture à la somme de
vingt cinq mille dirham. vingt mille dirham. trois mille dirham.

21/02
3421 Client 25.000

79
7111 Ventes de marchandises 25.000
Facture n°162

5141 Banque 10.000
5161 Caisse 10.000
7121 Ventes de biens et services 20.000
Facture n°B16

61361 Commission et courtage 3.000
5141 Banque 3.000
Facture n°164

II) Les réductions sur facture :

Ce sont des montant qui s’insèrent dans la facture et diminuent le montant de cette dernière.
On relève les réductions sur le poids et réduction sur le prix.

1) Réduction sur le poids :

Relève :
- La tare : c’est le poids de l’emballage, elle doit être déduite du poids brut pour
obtenir le poids net.
Réelle : poids exact ;
D’usage : poids conventionnel fixé par les règlements.
Poids net = poids brut – tare.
- Sur tare : réduction pour emballage supplémentaire ou renforcé.
- Le Don : réduction pour altération accidentelle de la marchandise (avaries,
mouillure…)
- La freinte ou bon poids : réduction pour perte de poids causée par le transport
et la manipulation.
- Le coulage : pour perte de poids causée par l’évaporation ou dessiccation
(lorsque les marchandises perdent le liquide qu’elle contiennent :
sèches).
- Réfaction : pour avaries, corps étrangers, marchandises non conformes.

2) Réduction sur le prix :

On distingue celle à caractère commercial et celle à caractère financier :

- Réduction commerciale :

Elles sont accordées aux clients pour des raisons strictement liés à la vente, elles sont au
nombre de trois : rabais, remise, ristourne.

- Rabais : c’est une réduction accordée exceptionnellement au client pour tenir


compte d’un défaut de qualité de marchandises livrées ou de non respect de la
conformité du délai : temps, lieu, moyens,…

80
- Remise : c’est une réduction habituellement accordée à tous ceux qui
remplissent certaines conditions. Il en est ainsi une remise consentie au client
qui effectue des achats en grande quantité ou en raison de la qualité du client.
- Ristourne : accordée en fonction du volume du chiffre d’affaire réalisé avec
un client sur une période donnée (mois, trimestre, semestre, année,…)

Exemple : le 25/01/05 BRAHIM reçoit la facture n°az85/01 de chez la société AVON


concernant un achat de 4520 DHS et bénéficiant d’un rabais de 120 DHS et d’une remise de
10%. Le règlement se fera en crédit de 30/06/05.

AVON
Facture n°az85/01
Destinataire : BRAHIM

Brut 4.520
Rabais 120
Net commercial 4.400
Remise 10% 440
N.C 2 3.960

Arrêtée la présente
Facture à la somme de
Trois mille neuf cent
Soixante DHS.

Chez BRAHIM :

25/01/05
6111 Achat de m/se 3.960
4411 Fournisseur 3.960
Facture n°az85/01

Chez AVON :

25/01/05
3421 Client 3.960
7111 Vente de m/se 3.960
Facture n°az85/01

Règle comptable 1 :
Les réductions commerciales qui figurent sur la facture « doit » sont calculées et non
enregistrées dans le journal.
N.B : Seul le dernier net commercial est enregistré.

81
Application :

- Le 20/02/06 reçu de la facture n°320 adressée par l’e/se FAMARCO à son


client ALAMI, montant brut 40000 DHS, remise 10%.
- Le 21/02/06 facture n° B6 au client NIZAR, montant brut 15000 DHS, remise
2%, rabais 1%.

FAMARCO ALAMI
Facture n° 320 Facture n°B6
Destinataire : ALAMI Destinataire : NIZAR

Brut 40.000 Brut : 15.000


Remise 10 % 4.000 Remise 2 % 300
Net commercial 36.000 N.C 14.700
Rabais 1 % 147
N.C 14.553

Arrêtée la présente facture Arrêtée la présente facture


à la somme de trente à la somme de quatorze
six milles DHS mille cinq cent
cinquante DHS

Chez client ALAMI :

20/02/06
6111 Achat de m/se 36.000
4411 Fournisseur 36.000
Facture n°320

Chez client NIZAR :

21/02/06
6111 Achat de m/se 14.533
4411 Fournisseur 14.553
Facture n°B6

Chez FAMARCO :

25/01/05
3421 Client 36.000
7111 Vente de m/se 36.000
Facture n°320

3421 Client 14.553


7111 Vente de m/se 14.553
Facture n° B6

82
Règle comptable 2 :
Les réductions commerciales ne doivent jamais être additionnées ou groupées mais calculées
en cascade.

- Réductions financières :

Définition :

Ce sont des réductions accordées à un client pour des circonstances liées au paiement. C’es
une bonification accordée au client pour paiement anticipé (règlement avant échéance), il
s’agi de l’escompte de règlement.

Traitement comptable :

Règle comptable 3 :
Contrairement aux réductions commerciales, les réductions financières sont calculées dans la
facture et enregistrées au journal des comptes :
- 7386 : escomptes obtenus, chez le client
- 6386 : escomptes accordés, chez le fournisseur

Exemple : Le 10/02/06 la facture n°M6 a été adressée par Outil Maroc à son client Tours et
Fraisage et qui comporte les éléments suivants :
Brut 10000, escompte 2%

Le 15/02/06 la facture n°M17 adressée au même client comportant les conditions suivantes :
Brut 15000, remise 5%, escompte 2%.

Outil Maroc Outil Maroc


Facture n° M6 Facture n°M7
Destinataire : Tours Destinataire : Tours
et Fraisage et Fraisage

Brut 15.000
Brut 10.000 Remise 5 % 750
Escompte 2 % 200 N.C 14.250
Net financier 9.800 Escompte 2 % 285
N.F 13.965

Arrêtée la présente facture Arrêtée la présente facture


à la somme de neuf à la somme de treize mille
mille huit cents DHS neuf cent soixante cinq DHS

83
Chez Tours et Fraisage :

10/02/06
6111 Achat de m/se 10.000
4411 Fournisseur 9.800
7386 Escompte obtenu 200
Facture n°M6

6111 Achat de m/se 14.250
4411 Fournisseur 13.965
7386 Escompte obtenu 285
Facture n°M6

Chez Outil Maroc :

25/01/05
3421 Client 9.800
6386 Escompte accordé 200
7111 Vente de m/se 10.000
Facture n°M6

3421 Client 13.965


6386 Escompte accordé 285
7111 Vente de m/se 14.250
Facture n° M7

Application n°1 :

Le 30/03/05, la société HAJJ AZZOUZ et fils a acheté des m/ses de 26000DHS. Après
diverses négociations la Société METRO lui a accordé les réductions suivantes : remise 5%,
remise 10% et escompte 2%. Le règlement est par chèque postal n°456789.

TAF : -Etablissez la facture n°1130


-Passez les écritures

84
METRO
Facture n°………
Doit :AZZOUZ et Fils

Brut 26.000
Remise 5% 1.300
N.C1 24.700
Remise 10% 2.470
N.C 2 22.230
Escompte 2% 444,60
N.F 21.785,40

Arrêtée la présente Facture


à la somme de vingt et un mille
sept cent quatre vingt cinq DHS
et quarante Centimes.

Chez AZZOUZ :

30/03/05
6111 Achat de m/se 22.230
5146 Chèques postaux 21.785,40
7386 Escompte obtenu 444,60
Facture n°……

Chez METRO :

21/02/06
5146 Chèques postaux 21.785,40
6386 Escompte accordé 444,60
7111 Vente de m/se 22.230
Facture n°…..

85
Application n°2 :

Nous avons reçu la facture n°A11, brut 9000, rabais 1%, remise 3%, ristourne 2%, escompte
1%. Règlement à crédit.

Fournisseur
Facture n°A11
Doit : Client

Brut 9.000
Rabais 10% 90
N.C1 8.910
Remise 3% 267,30
N.C 2 8.642,70
Ristourne 2% 172,85
N.C3 8.469,85
Escompte 1% 84,70
N.F 8.385,15

Arrêtée la présente Facture


à la somme de huit mille
trois cent quatre vingt cinq DHS
et quinze Centimes.

Chez Client :

30/03/05
6111 Achat de m/se 8.469,85
4411 Fournisseur 8.385,15
7386 Escompte obtenu 84,70
Facture n°A11

Chez Fournisseur :

21/02/06
3421 Client 8.385,15
6386 Escompte accordé 84,70
7111 Vente de m/se 8.469.85
Facture n°…..

86
III) Facture d’avoir :

Des événements peuvent intervenir modifiant la situation prévue initialement par la facture
« doit ». Ces événements peuvent être des réductions de prix accordés par facturation, des
retours de m/ses livrées non conforme à la commande, le retour d’emballage consigné. Il
convient par conséquent, pour pouvoir effectuer les enregistrements comptables nécessaires,
d’établir une pièce justificative supplémentaire appelée facture « avoir » ou « note de crédit ».

1) Retour total de marchandise :

Le 22/02 Mr SEBTI retourne la totalité de la m/se relative à la facture n°170, brut 30000DHS
à son fournisseur SLAOUI.

SLAOUI
Avoir n°………
Sur Facture n°170
SEBTI

Brut 30.000
Net à votre crédit 30.000

Arrêtée le présent Avoir à


la somme de trente milles DHS

Chez SLAOUI :

22/02
7111 Vente de m/se 30.000

3421 Client 30.000


Avoir n°……

Chez SEBTI :

21/02/06
4411 Fournisseur 30.000

6111 Achat de m/se 30.000


Avoir n°…..

Concernant le retour de la m/se en totalité, l’opération est comptabilisée par contre passation
de l’écriture initiale.

87
Application :

La société VARIABI adresse à son client UNILEE l’avoir sur le retour de m/ses 7800 DHS.

VARIABI
Avoir n°………
Sur Facture n°……
UNILEE

Brut 7.800
Net à votre crédit 7.800

Arrêtée le présent Avoir à


la somme de sept mille huit
cent DHS

Chez fournisseur :

../..
7111 Vente de m/se 7.800

3421 Client 7.800


Avoir n°……

Chez client :

../..
4411 Fournisseur 7.800

6111 Achat de m/se 7.800


Avoir n°…..

2) Retour partiel de la marchandise :

Exemple : le 22/02/06 facture d’avoir n°V52 adressée par l’entreprise VARIABI à son client
COOLE relative au retour de ¼ des m/ses du 17/02/06 et faisant objet de la facture M342.

88
VARIABI VARIABI
Facture n° M342 Avoir n°V52
Destinataire : COOLE Sur facture n° M342

COOLE
Brut 10.000
Remise 2 % 200 Retour (9800*1/4) 2.450
N.C 9.800 Net à votre crédit 2.450
Arrêtée la présente facture
à la somme de neuf mille Arrêté le présent avoir à la
huit cent DHS somme de deux mille quatre
Cinquante DHS

Chez VARIABI :

22/02/06
7111 Vente de m/se 2.450

3421 Client 2.450


Avoir n°V52

Chez COOLE :

../..
4411 Fournisseur 2.450

6111 Achat de m/se 2.450


Avoir n°V52

3) Facture d’avoir avec réduction :

Ce sont des réductions accordées postérieurement à l’opération de vente, elles sont


généralement calculées et enregistrées.

Exemple 1 :

Le25/02/06 après réclamation de ALAMI, l’entreprise AIGLEMER lui accorde un rabais de


5% sur la facture n°33.

89
AIGLEMER AIGLEMER
Facture n° 33 Avoir n°…….
Destinataire : M.ALAMI Sur facture n° 33
M.ALAMI
Brut 38.000
Remise 2 % 760 Rabais (37240 x 5%) 1.862
N.C 37.240 Net à votre crédit 1.862

Arrêtée la présente facture Arrêté le présent avoir à la


à la somme de trente deux somme de mille huit soixante
mille deux cent quarante DHS deux DHS

Chez AIGLEMER :

22/02/06
7119 RRR accordés 1.862

3421 Client 1.862


Avoir n°V52

Chez ALAMI :

22/02/06
4411 Fournisseur 1.862

6119 RRR obtenus 1.862


Avoir n°……

Exemple 2 :

Le 30/10 Mr. Alami reçoit de son fournisseur Ben Amar la facture Doit n°2 d’un montant de
5.200 Dh.
Le 03/11 Alami reçoit de son fournisseur une facture d’Avoir n°20 comportant un rabais de
2% sur la facture n°2.

90
Facture Doit Facture Avoir
N°2 du 30/10 N°20 du 03/11
Destinataire : Mr Alami sur facture N°2

Brut 5.200 Rabais (5.200*2%) 104


Net à payer 5.200 Net à votre crédit 104

Arrêtée la présente facture Arrêtée la présente facture


à la somme de cinq mille à la somme de cent quatre
deux cent dirhams dirhams

Chez Mr. Alami :

30/10
6111 Achats de marchandises 5.200
4411 Fournisseurs 5.200
Facture n°2
03/11
4411 Fournisseurs 104
6119 RRR obtenu 104
Facture n°20

Chez Ben Amar :

30/10
3421 Clients 5.200
7111 Ventes de marchandises 5.200
Facture n°2
03/11
7119 RRR accordé 104
3421 Clients 104
Facture n°20

Remarques :

1) RRR constatés sur facture d’Avoir sont comptabilisé au crédit du


compte 6119 ou 6129.
2) Les comptes qui comportent le chiffre 9 en 4ème position fonctionnent
à l’inverse de leur classe.

91
Exemple :

Le 05/10 reçu la facture suivante :


- Brut 5.200
- remise 5% et 2%.
Le 10/11 retour 1.200 Dh de marchandises.

T.A.F :
- Etablir la facture Doit et Avoir.
- Comptabilisez.

Facture Doit Facture Avoir


N°……. N°……..
Destinataire : ………… Sur facture N°…….

Brut 5.200 Marchandises 1.200


Remise 5% - 260 Remise 5% - 60
N.C 1 4.940 N.C 1 1.140
Remise 2% - 98,8 Remise 2% - 22,8
N.C 2 4.841,2 N.C 2 1.117,2

Chez le client :

05/10
6111 Achats de marchandises 4.841,2
4411 Fournisseurs 4.841,2
Facture n°……
10/10
4411 Fournisseurs 1.117,2
6111 Achats de marchandises 1.117,2
Facture n°……

Exemple 2 :

Le 30/01 Ismael vend à Jamal les marchandises à crédit 36.000 Dh Facture n°X.
Le 12/02 Jamal constate la non-conformité des marchandises et Ismael lui envoi une facture
avec un Rabais de 6%.

Facture Doit Facture Avoir


N°X N°Y

Brut 36.000 Rabais (36.000*6%) 2.160


Net à payer 36.000 Net à votre crédit 2.160

92
Chez Jamal :

30/01
6111 Achats de marchandises 36.000
4411 Fournisseurs 36.000
Facture n°X
12/02
4411 Fournisseurs 2.160
6119 RRR obtenu 2.160
Facture n°Y

Chez Ismael :

30/01
3421 Clients 36.000
7111 Ventes de marchandises 36.000
Facture n°X
12/02
7119 RRR accordé 2.160
3421 Clients 2.160
Facture n°Y

Exemple 3 : Reçu de Mr CHAMI la facture n° 104 ainsi libellée :


- Poids brut 3400 Kg, Tare 6%, Sur-tare 4%, Freinte 2%, remise 10 et 8%,
rabais 5%, escompte 2% et TVA 20%.

-Sachant que le prix du Kg est de 120 DHS calculez le net à payer.

Poids brut 3400 Mr CHAMI


Tare 6% 204 Facture n°104
Doit : Client
3196
Sur-tare 4% 127,84 Montant brut
3068,16 (3006,80*120) 360816,00
Freinte 61,36 Remise 10% 36081,60
N.C1 324734,40
Poids net 3006,80 Remise 8% 25978,75
N.C2 298755,64
Rabais 5% 14937,78
N.C3 283817,86
Escompte 2% 5676,35
N.F 278141,51
TVA 20% +55628,30

Net à payer 333769,81

93
La Taxe sur la Valeur Ajoutée
(TVA):

Contrairement aux réductions, certains éléments viennent s’ajouter au montant net de la


facture tels que la TVA, les emballages et les frais de port qu’on appelle majorations sur
facture.

Section 1 : Traitement comptable :

I) Principe et taux de la TVA :

La TVA est un montant global, elle frappe les et les services vendus au Maroc quel que soit
leur (origine ou marocaine). En revanche, elle n’est pas perçue sur les produits exportés (elle
permet ainsi de réaliser la neutralité fiscale au niveau des transactions internationales).
C’est une taxe indirecte de consommation supportée en définitive par le consommateur final :
son montant doit être réservé au percepteur de la taxe que l’entreprise supporte elle-même à
travers les factures reçues des fournisseurs. Ainsi on dit que la TVA est récupérable et ne
constituent nullement une charge.
La TVA ne constitue ni une charge ni un produit pour l’entreprise, elle est collectée par cette
dernière qui la facture au client à l’occasion de chaque opération imposable.

A) Principe :

La TVA ne constitue ni une charge ni un produit pour l’entreprise assujettie.


Elle est collectée par l’entreprise qui la facture aux clients à l’occasion de chaque opération
imposable réalisée. Son montant doit être réservé au percepteur de la taxe que l’entreprise
supporte elle-même à travers les factures reçues des fournisseurs.

- Montant TVA = Montant HT x Taux TVA


- Montant TTC = Montant HT + Montant TVA
- Montant HT = Montant TTC / (1 + taux TVA)

94
B) Taux de la TVA :

Nature Pourcentage Opérations


Taux normal 20 % Rentrant dans le champ d’application de la TVA et non
soumises aux autres taux
Taux réduit 1 14% Opérations sur les travaux immobiliers, les prestations
des services, des professions libérales, opérations sur le
transport des marchandises, graisse alimentaire, café.
Taux réduit 2 10% Pour les prestations touristiques, opérations bancaires
Taux réduit 3 7% Sur les produits de 1ère nécessité, médicaments,
fournitures scolaires, eau de distribution publique.

II) Enregistrement comptable de la TVA :

Les principaux comptes utilisés pour enregistrer les opérations relatives à la TVA sont les
suivants :

34551 : Etat TVA récupérable sur les immobilisations


34552 : Etat TVA récupérable sur les charges
3456 : Etat crédit de TVA
4455 : Etat TVA facturée
4456 : Etat TVA due

A) Etat TVA récupérable sur les immobilisations :

Exemple : Achat de camion pour 75.000 Dhs hors taxe, 50% au comptant par chèque certifié,
le reste à crédit sur 8 mois. TVA taux normal (20%)

Chez le client

31/03
2334 Matériel de transport 75.000
34551 Etat TVA R/immob. 15.000
5141 Banques 45.000
4481 Dettes/acquis. immob. 45.000

B) Etat TVA récupérables sur les charges :

Exemple : Achat de la marchandise pour 25.000DHS payable à crédit avec remise de 3% de


chez la société TAJHIZAT AMAIZ, taux TVA 20%.

Réponse :

95
Sté TAJHIZAT
AMAIZ
Doit : Client

Brut 25.000
Remise 3% 750
N.C 24.250
TVA 20% 4850
Net à payer 29.100

31/03
2334 Achat de m/se 24.250
34552 Etat TVA R/charges 4.850
4411 Fournisseurs 29.100

C) Etat TVA facturée :

Exemple 1 :

Ventes de produits au client pour 125.000 DHS avec les réductions suivantes :
Remise 3% et 1%, escompte 0.5%, TVA 20%.

Fournisseur X
Doit : Client Y

Brut 125.000
Remise 3% 3.750
N.C1 121.250
Remise 1% 1212,50
N.C2 120.037,50
Escompte 0.5% 600,18
N.F 119.437,32
TVA 20% 23.887,46
Net à payer 143.324,78

Chez le Fournisseur X :

31/03
3421 Clients 143.324,78
6386 Escompte accordé 600,19
7111 Ventes de m/ses 120.037,50
4452 Etat TVA/Facturée 23.887,47

Chez le Client Y :

96
31/03
6111 Achats de m/ses 120.037,50
34552 Etat TVA R/ch. 23.887,47
7386 Escompte obtenus 600,19
4411 Fournisseurs 143.324,78

Exemple 2 :

Le 09/07/2004 l’entreprise SALAM a acquis un matériel de transport, 160.000 DHS/HT,


TVA 20% payable dans 4 mois
Le 12/07/2004, achat par chèque bancaire une machine outil pour une valeur de 27.000
DHS/HT TVA 20% et un matériel de bureau réglé en espèce pour un montant TTC de 15.000
DHS dont TVA 20%.
TAF : présentez les factures et enregistrez les opérations.

09/07/2004 12/07/2005 12/07/2005


Fournisseur X Fournisser X Fournisseur X
Doit : SALAM Doit : SALAM Doit : SALAM

Brut 160.000 Brut 27.000 Brut 12.500


TVA 20% 32.000 TVA 20% 5.400 TVA 20% 2.500
Net à payer 192.000 Net à payer 32.400 Net à payer 15.000

Chez SALAM :

19/07/04
2340 Matériel de transport 160.000
34551 Etat TVA R/immob. 32.000
4481 Dettes/acquis. D’immob. 192.000
12/07/04
4455 Matériel et outillage 27.000
34551 Etat TVA R/immob. 5.400
5141 Banques 32.400

2352 Matériel de bureau 12.500
34551 Etat TVA R/immob. 2.500
5161 Caisses 15.000

Exemple 3 :

97
Le 16/06/2005 L’entreprise NAHDA a acheté par chèque des m/ses pour un montant HT de
24.000 DHS, 20% de la TVA
Le 17/06/2005 achat à crédit de matières premières pour une valeur TTC de 16.800 DHS et à
régler en espèce les frais de transport pour un montant TTC de 1.140 DHS dont 140 DHS de
TVA.
TAF : présentez les factures et enregistrez les opérations.

16/06/2005 17/06/2005
Fournisseur X Fournisseur X
Doit : NAHDA Doit : NAHDA

Brut 24.000 Brut 14.000


TVA 20% 4.800 TVA 20% 2.800
Net à payer 28.800 16.800
Port 1.000
TVA 14% 140
Net à payer 17.940

Chez NAHDA :

16/06/05
6111 Achats de m/ses 24.000
34551 Etat TVA R/immob. 4.800
5141 Banques 28.800
17/06/05
6121 Achat de M.P 14.000
34552 Etat TVA R/ch. 2.940
5141 Transport/Achat 1.000
4411 Fournisseurs 16.800
5161 Caisses 1.140

Exemple 4 :

Le 09/11/2005 l’entreprise FILTEX a vendu des produits finis pour un montant HT 23.000
DHS TVA 20%. Le règlement a été fait comme suit 15.000DHS par chèque, 2.600DHS en
espèce et 10.000DHS à crédit.

TAF : présentez la facture et enregistrez l’opération.

98
FILTEX
Doit : Client

Brut 23.000
TVA 20% 4.600
Net à payer 27.600

Chez FILTEX :

31/03
5141 Banques 15.000
5161 Caisses 2.600
3421 Client 10.000
7111 Ventes de m/ses 23.000
4455 Etat TVA/facturée 4.600

Calcul de la TVA due

Exercice 1 :

L’entreprise FIL, assujettie à la TVA a réalisé pendant les mois d’octobre, novembre et
décembre :

Vente HT : Octobre : 2.500.000 ; novembre : 3.200.000 ; décembre : 4.000.000


Achat HT : Septembre 1.700.000 ; octobre : 2.900.000 ; novembre : 3.400.000 ; décembre :
2.600.000
TVA R/Immob. : Octobre : 60.000 ; novembre : 85.200 ; décembre : 82.500

Les dates de règlement de la TVA due des mois d’octobre, novembre et décembre ont eu lieu
respectivement le 30/11/2000, 30/12/2000 et 30/01/2001. Les règlements ont été faits par
chèque.

Réponse

Octobre :
TVA facturée : 2.500.000 x 20% = 500.000
TVA R/Immob. : 60.000
TVA R/Ch. : 1.700.000 x 20% = 340.000

TVA due : 500.000-60.000-340.000 = 100.000

99
30/10
4456 Etat TVA due 400.000
34551 Etat TVA R/immob. 60.000
34552 Etat TVA R/ch. 340.000

4455 Etat TVA facturée 500.000
4456 Etat TVA due 500.000
31/11
4456 Etat TVA due 100.000
5161 Banques 100.000

Novembre :
TVA facturée : 3.200.000 x 20% = 640.000
TVA R/Immob. : 85.200
TVA R/CH. : 2.900.000 x 20% = 580.000

TVA due : 640.000-85.200-580.000 = - 25.200 (crédit TVA)

30/11
4456 Etat TVA due 665.200
34551 Etat TVA R/immob. 85.200
34552 Etat TVA R/ch. 580.000

4455 Etat TVA facturée 640.000
4456 Etat TVA due 640.000

3456 Etat crédit TVA 25.200
4456 Etat TVA due 25.200

Décembre
TVA facturée : 4.000.000 x 20% = 800.000
TVA R/Immob. : 82.500
TVA R/Ch. : 3.400.000 x 20% = 680.000

TVA due : (800.000-82.500-680.000)-25.200 = 12.300

30/12

100
4456 Etat TVA due 762.500
34551 Etat TVA R/immob. 82.500
34552 Etat TVA R/ch. 680.000

4456 Etat TVA due 25.200
3456 Etat crédit TVA 25.200


4455 Etat TVA facturée 800.000
4456 Etat TVA due 800.000
31/01
3456 Etat TVA due 12.300
4456 Banques 12.300

Application :

Une entreprise vend des produits soumis sur taux de 7%. Elle a réalisé pendant le 2ème
trimestre 1994 les ventes suivantes :
Avril : 1.000.000
Mai : 2.000.000
Juin : 3.000.000
Pour réaliser ces ventes, elle a effectué ces achats de marchandises H.T :
Mars : 500.000
Avril : 3.000.000
Mai : 1.700.000
TVA déductible sur immobilisation :
Avril : 5.000
Mai : 10.000
Juin : 4.000

TAF :

Supposant que cette entreprise règle toujours la TVA due en espèce à la date limite de
paiement, établir les déclarations du mois de Avril, Mai et Juin et comptabiliser.

Réponse :

Avril :
TVA facturée : 1.000.000 x 7%= 70.000
TVA R/immob. : 5.000
TVA R/ch. : 500.000 x 7% = 35.000
TVA due : 70.000 – 5.000 – 35.000 = 30.000

101
30/04
4456 Etat TVA due 40.000
34551 Etat TVA R/immob. 5.000
34552 Etat TVA R/ch. 35.000

4455 Etat TVA facturée 70.000
4456 Etat TVA due 70.000
31/05
4456 Etat TVA due 30.000
5161 Caisse 30.000

Mai :
TVA facture: 2.000.000 x 7% = 140.000
TVA R/immob. : 10.000
TVA R/ch. : 3.000.000 x 7% = 210.000
TVA due : 140.000 – 10.000 – 210.000 = -80.000 (crédit TVA)

31/05
4456 Etat TVA due 220.000
34551 Etat TVA R/immob. 10.000
34552 Etat TVA R/ch. 210.000

4455 Etat TVA facturée 140.000
4456 Etat TVA due 140.000
31/05
3456 Etat crédit TVA 80.000
4456 Etat TVA due 80.000
Constatation du crédit TVA

Juin :
TVA facturée : 3.000.000 x 7% = 210.000
TVA R/immob. : 4.000
TVA R/ch. : 1.700.000 x 7% = 119.000
TVA due : 210.000 – 4.000 – 119.000 – 80.000 = 7.000

30/06
4456 Etat TVA due 203.000
34551 Etat TVA R/immob. 4.000
34552 Etat TVA R/ch. 119.000
3456 Etat crédit TVA 80.000

4455 Etat TVA facturée 210.000
4456 Etat TVA due 210.000
31/05
4456 Etat TVA due 7.000
5161 Caisse 7.000

Application :

102
On extrait de la comptabilité d’une entreprise imposée sous la déclaration trimestrielle les
informations suivantes relative à l’année 2004.
Les mois 12/2003 01/2004 02/2004 03/2004 04/2004 05/2004 06/2004
TVA facturée - 20.000 18.000 21.000 15.000 9.000 16.000
TVA R/immob. - 4.000 6.000 8.000 2.000 5.000 9.000
TVA R/ch 5.000 8.000 6.000 10.000 8.000 11.000 8.500

Réponse :

1er trimestre 2004 :


Etat TVA facturée : 20.000 + 18.000 + 21.000 = 59.000
Etat TVA R/immob : 4.000 + 6.000 + 8.000 = 18.000
Etat TVA R/ch : 5.000 + 8.000 + 6.000 = 19.000
Etat TVA due : 59.000 – 18.000 – 19.000 = 22.000

31/03
4456 Etat TVA due 37.000
34551 Etat TVA R/immob. 18.000
34552 Etat TVA R/ch. 19.000

4455 Etat TVA facturée 59.000
4456 Etat TVA due 59.000
30/06
4456 Etat TVA due 22.000
5141 Banque 22.000

2ème trimestre 2004 :


Etat TVA facturée : 15.000 + 9.000 + 16.000 = 40.000
Etat TVA R/immob : 2.000 + 5.000 + 9.000 = 16.000
Etat TVA R/ch : 10.000 + 8.000 + 11.000 = 29.000
Etat TVA due : 40.000 – 16.000 – 29.000 = -5.000

31/03
4456 Etat TVA due 45.000
34551 Etat TVA R/immob. 16.000
34552 Etat TVA R/ch. 29.000

4455 Etat TVA facturée 40.000
4456 Etat TVA due 40.000
30/06
3456 Etat crédit TVA 5.000
4456 Etat TVA due 5.000

103
Comptabilisation des frais de transport

En principe, les frais de transport sont des frais à la charge du client, mais avec l’évolution des
techniques commerciales de vente. Ces frais sont parfois assurés par le vendeur (service après
vente : SAV).
D’une manière générale on peut distinguer 2 situations :

I) Le transport est à la charge du vendeur :

Dans ce cadre le transport ne figure pas sur la facture de vente « facture doit »
Pour la comptabilisation :

Chez le client :

- Enregistrer seulement l’opération d’achat.


- Aucune écriture concernant les frais de transport.

Chez le fournisseur : 2 Cas :

• Transport assuré par ses propres moyens (véhicules).


-Enregistrer seulement à la vente.
• Transport assuré par un tiers professionnel « intermédiaire ».
-Débit : 61426 transport/vente.
34552 Etat TVA récupérable.
-Crédit : moyen de règlement.

II) Transport à la charge de l’acheteur :

Lorsqu’ils sont à la charge du client, ils figurent sur la facture « Doit » à titre de majoration.
Les frais de transport constituent dans ce cas pour le client une charge d’exploitation 61425 :
transport sur achat.
Plusieurs cas peuvent être envisagés :

Cas n°1 :

Un fournisseur expédie à son client la facture suivante :


- montant brut : 20.000 Dh
- Remise 5% - escompte 2% - TVA 20%
Le fournisseur paye un intermédiaire de transport et récupère le montant sur le client 1.000
Dh TVA 14%, la facture est réglée par chèque.

104
Chez le client :

6111 Achats de marchandises 19.000


61425 Transport sur achat 1.000
34552 Etat TVA R/ch 3.864
5141 Banque 23.484
7386 Escompte obtenu 380
Chèque n°…….

Chez le fournisseur :

5141 Banque 23.484


6386 Escompte accordé 380
7111 Ventes de marchandises 19.000
4455 Etat TVA facturée 3.724

L’opération de transport est facultative du moment qu’elle sera soldée.

Cas n°2 :

Transport assuré par le véhicule du fournisseur et à la charge du client.


Dans ce cas, le taux de la TVA appliquée sur le transport est le même que celui de la facture :
port forfaitaire.
Pour le fournisseur il s’agit d’un « produit accessoire 712 »

Application :

Reprenons le cas précédent en considérant le port forfaitaire.

Chez le client :

6111 Achats de marchandises 19.000


61425 Transport sur achat 1.000
34552 Etat TVA R/ch 3.864
5141 Banque 23.484
7386 Escompte obtenu 380
Chèque n°…….

105
Chez le fournisseur :

5141 Banque 23.544


6386 Escompte accordé 380
7111 Ventes de marchandises 19.000
71276 Port et frais accessoires 1.000
4455 Etat TVA facturée 3.724

Cas n°3 :

Transport assuré par un intermédiaire et réglé directement par le client.


Dans ce cas le port ne figure pas sur la facture :
Chez le client :
- Si le transport est assuré par ses propres moyens : aucune écriture ;
- Si le transport est assuré par un tiers professionnel :
Débit : 6142 transport sur achat
34552 Etat TVA récupérable
Crédit : moyen de règlement.
Et enregistrer ensuite l’opération d’achat.
Chez le fournisseur :
- Enregistrer seulement l’opération de vente.

Exercice :

L’entreprise « IMANE » a effectué les opérations suivantes :


- Le 5 mars l’entreprise a payé en espèce 798 Dh TTC, TVA 14% à un tiers
professionnel « TNR » pour expédition de la marchandise au client Mouline (port à sa
charge)
- Le 10 mars , facturé à Mr Mouline des marchandises 8.400 Dh, remise 10%, TVA
20%, port récupéré 798 Dh TTC.
- Le 15 mars, facturé à Ahmed des marchandises 10.000 Dh HT, remise 8%, transport
800 Dh HT, TVA 20%.
TAF :
1) Représenter le détail des factures.
2) Passer les écritures chez le client et chez le fournisseur.

TNR IMANE IMANE

Brut 700 Brut 8.400 Brut 10.000


TVA 14% 98 Remise 10% -840 Remise 8% -800
Net à payer 798 N.C 7.560 N.C 9.200
TVA 20% 1.512 Port 800
9.072 TVA 20% 2.000
Port 798
9.870 12.000

106
Chez le fournisseur :

05/03
61426 Transport sur vente 700
34552 Etat TVA R/ch. 98
5161 Caisse 798
10/03
3421 Client 9.870
7111 Ventes de marchandises 7.560
4455 Etat TVA facturée 1.512
61426 Transport sur vente 700
34552 Etat TVA R/ch 98
15/03
3421 Client 12.000
7111 Ventes de marchandises 9.200
71276 Port et frais accessoire 800
4455 Etat TVA facturée 2.000

Chez le client :

10/03
6111 Achats de marchandises 7.560
34552 Etat TVA R/Ch. 1.610
61425 Transport sur achat 700
4411 Fournisseurs 9.870
15/03
6111 Achats de marchandises 9.200
34552 Etat TVA R/Ch. 2.000
61425 Transport sur achat 800
4411 Fournisseurs 12.000

Exercice :

Le 16/06/05 le client HASSAN reçoit de son fournisseur BRAHIM la facture n° 114 relative à
la livraison des marchandises : Montant Brut 26.000 DHS (H.T), escompte 2%, remise 6%,
TVA 20%, port facturé 855 DHS (TTC) dont 14 % de la TVA.
Le 17/06/05 HASSAN réclame à BRAHIM un rabais de 5% pour la mauvaise qualité des
marchandises livrées.
Le 18/06/05 le fournisseur adresse au client une facture d’avoir n°18 relative au rabais
réclamé.

107
Réponse :

BRAHIM BRAHIM
Doit : HASSAN Avoir : HASSAN

MB 26.000 Rabais 1.222


Remise 6% 1.560 Escompte 2% 24,44
N.C1 24.440 1.197,56
Escompte 2% 488,80 TVA 20% 239,51
N.F 23.951,20 Net à déduire 1.437,07
TVA 20% 4.790,24
28.741,44
Port 750
TVA 14% 105
Net à payer 29.596,44

Chez le fournisseur BRAHIM :

16/06
61426 Transport sur vente 750
34552 Etat TVA R/ch. 105
4411 Fournisseur 855

3421 Client 29.596,44
6386 Escompte accordé 488,80
7111 Ventes de marchandises 24.440
4455 Etat TVA facturée 4.790,24
61426 Transport sur vente 750
34552 Etat TVA R/ch 105
18/06
7119 RRR accordé 1.222
4455 Etat TVA/Facturé 239,51
3421 Client 1.437,07
6386 Escompte accordé 24,44

Chez le client HASSAN :

16/06
6111 Achats de marchandises 24.440
34552 Etat TVA R/Ch. 4.895,24
61425 Transport sur achat 750
4411 Fournisseurs 29.596,44
7386 Escompte obtenu 488,80
17/06
4411 Fournisseur 1.437,07
7386 Escompte obtenu 24,44
6119 RRR obtenu 1.222
34552 Etat TVA R/Ch. 239,51

108
Exercice :

Reprenons l’exemple précédent et considérant que Mr HASSAN a retourné la quantité de


marchandises défectueuses, MB : 6.000 DHS et à payer en espèce des frais de port 912 DHS
dont 14% de la TVA.
Le 19/06 le client HASSAN reçoit de BRAHIM la facture d’avoir n°19 relative au retour de
marchandises du 17/06. Présentez le décompte de la facture d’avoir n°19 et enregistrez la
chez le client et chez le fournisseur.

Réponse :

BRAHIM
Avoir : HASSAN

MB 6.000
Remise 6% 360
N.C1 5.640
Escompte 2% 112,80
N.F 5.527,20
TVA 20% 1.105,44
6.632,44
Port 800
TVA 14% 112
Net à déduire 7.544,64

Chez le fournisseur BRAHIM :

19/06
7111 Ventes de marchandises 5.640
4455 Etat TVA facturée 1.105,44
6142 Transport 800
34552 Etat TVA R/Ch. 112
3421 Client 7.544,64
6386 Escompte accordé 112,80

Chez le client HASSAN :

19/06
6142 Transport 800
34552 Etat TVA R/Ch. 112
5161 Caisses 912

4411 Fournisseurs 7.544,64
7386 Escompte obtenu 112,80
6111 Achats de m/ses 5.640
34552 Etat TVA R/Ch. 1.217,44
6142 Transport 800

109
Exercice :

Mr AHMED expédie à Mr CHAMALI un lot de marchandise et paie en espèce à l’ONCF


342 DHS de transport dont 42DHS de TVA ; MB : 8.750 DHS, TVA : 20%.
Le même jour il adresse la facture n°172 relative aux marchandises expédiées.
TAF : Présentez les enregistrements chez le client et chez le fournisseur.

Réponse :

AHMED
Doit: CHAMALI

MB 8.750
TVA 20% 1.750
10.500
Port 300
TVA 14% 42

Net à payer 10.842

Chez le fournisseur AHMED :

N
6142 Transport 300
34552 Etat TVA R/ch. 42
5161 Caisses 342

3421 Client 10.842
7111 Ventes de marchandises 8.750
4455 Etat TVA facturée 1.750
6142 Transport 300
34552 Etat TVA R/ch 42

Chez le client CHAMALI :

N
6111 Achats de marchandises 8.750
34552 Etat TVA R/Ch. 1.792
61425 Transport sur achat 300
4411 Fournisseurs 10.842

110
Exercice :

Au 10/02 Mr HAMID reçoit de KARIM la facture n° 120 suivante :


MB : 2.000DHS ; TVA : 20%
Les m/ses ont été transportées par CTM pour 228 DHS dont 28 DHS de TVA payé en espèce
par HAMID à la réception des m/ses.

Réponse :

KARIM
Doit: HAMID

MB 2.000
TVA 20% 400
2.400
Port 200
TVA 14% 28

Net à payer 2.628

Chez le fournisseur KARIM :

10/02
6142 Transport 200
34552 Etat TVA R/ch. 28
5161 Caisses 228

3421 Client 2.628
7111 Ventes de marchandises 2.000
4455 Etat TVA facturée 400
6142 Transport 200
34552 Etat TVA R/Ch. 28

Chez le client HAMID :

10/02
6111 Achats de marchandises 2.000
34552 Etat TVA R/Ch. 428
61425 Transport sur achat 200
4411 Fournisseurs 2.628

111
Exercice :

Lee 15/02 MORAD reçoit de JOUAD la facture doit n°45 relative à l’expédition d’un lot de
m/ses, MB : 3.000DHS ; TVA : 20%
MORAD constate des avaries qu’ils déclarent à son fournisseur, celui-ci lui adresse le 20/02
une facture d’avoir n° A33 d’un montant de rabais de 400 DHS.

JOUAD JOUAD
Doit : MORAD Avoir : MORAD

MB 3.000 Rabais 400


TVA 20% 600 TVA 20% 80
Net à payer 3.600 Net à déduire 480

Chez le fournisseur JOUAD :

15/02
3421 Client 3.600
7111 Ventes de marchandises 3.000
4455 Etat TVA facturée 600
20/02
7119 RRR accordé 400
4455 Etat TVA/Facturé 80
3421 Client 480

Chez le client MORAD :

15/02
6111 Achats de marchandises 3.000
34552 Etat TVA R/Ch. 600
4411 Fournisseurs 3.600
20/02
4411 Fournisseur 480
6119 RRR obtenu 400
34552 Etat TVA R/Ch. 80

Exercice :

L’entreprise TEXNOR reçoit de son fournisseur FILROC la facture n°F712 suivante à régler
dans 90 jours. MB : 14.700 DHS, remise 10 et 5 %, TVA 20%. Le 10/03 TEXNOR prévient
le responsable de FILROC qu’elle entend régler la facture n°F712 à la fin du mois de mars à
condition de bénéficier d’un escompte de règlement. Le 12/03 TEXNOR reçoit la facture
avoir n° A27 lui accordant un escompte de 2%. Le 20/03 TEXNOR de son fournisseur des
matières premières facture n°F735, MB : 15.700DHS ; remise 5 et 10% ; TVA 20%. Le 25/03
TEXNOR retour à son fournisseur un lot de MP non conforme à la commande. Le 30/03
TEXNOR reçoit de FILROC la facture d’avoir n° A34 où le retour de 5.000DHS de m/ses.

112
01/03 12/03
FILROC FILROC
Doit : TEXNOR Avoir :TEXNOR

MB 14.700 Escompte 251,37


Remise 10% 1.470 TVA 20% 50,27
Net commercial (1) 13.230
Remise 5% 661,50 Net à déduire 301,64
Net commercial (2) 12.568,50
TVA 20% 2.513,70
Net à payer 15.082,20

01/03 12/03
FILROC FILROC
Doit : TEXNOR Avoir :TEXNOR

MB 15.700 Retour de m/se 5.000


Remise 5% 785 Remise 5% 250
Net commercial (1) 14.915 4.750
Remise 10% 1.491,50 Remise 10% 475
Net commercial (2) 13.423,50 4.275
TVA 20% 2.684,70 TVA 20% 855
Net à payer 16.108,20 Net à déduire 5.130

Chez le client TEXNOR :

01/03
6111 Achat de m/se 12.568,50
34552 Etat TVA R/ch. 2.513,70
4411 Fournisseur 15.082,20
12/03
4411 Fournisseur 301,64
7386 Escompte obtenu 251,37
34552 Etat TVA R/ch 50,27
20/03
6112 Achat de MP 13.423,50
34552 Etat TVA/R/ch 2.864,70
4411 Fournisseurs 16.108,20
30/03
4411 Fournisseur 5.130
6111 Achat de m/ses 4.275
34552 Etat TVA/R/ch 850

113
Chez le fournisseur FILROC :

01/03
3421 Client 15.082,20
7111 Ventes de m/ses 12.568,50
4455 Etat TVA facturée 2.513,70
12/03
7386 Escompte accordé 251,37
4455 TVA facturée 50,27
3421 Client 301,64
20/03
3421 Client 16.108,20
7111 Vente de m/se 13.423,50
4455 Etat Tva facturée 2.684,70
30/03
7111 Ventes de m/ses 4.275
4455 Etat TVA facturée 850
3421 Client 5.130

114
Comptabilité des emballages

I) Définition :

Les emballages désignent tous les objets ou matériaux qui permettent la conservation et le
conditionnement des marchandises, matières ou produits depuis le stade de fabrication
jusqu’au stade de consommation. Ex : les boîtes, caisses, bouteilles, citernes, fûts, sachets…
On peut classer les emballages en deux catégories :
- Le matériel d’emballage gardé pour les besoins internes de l’entreprise.
- Les emballages commerciaux livrés aux clients avec la marchandise ou le produit
vendu.

Matériel d’emballage

Emballages Emballages perdus

Emballages commerciaux
Identifiable
Emballages récupérables
Non identifiable

II) Matériel d’emballage :

Le matériel d’emballage est réservé au logement des matières, produits ou marchandises et il


reste à la disposition de l’entreprise pour ses besoins internes. Il n’est pas livré aux clients et il
est comptabilisé au moment de son achat comme acquisition d’immobilisation au coût
d’acquisition :
Coûts d’acquisition = Prix d’achat + les frais d’acquisition.

L’achat : Le plan comptable marocain réserve pour enregistrer l’acquisition d’un matériel
d’emballage le compte 2332 Matériel et outillage ou 2333 Emballages récupérables
identifiables.

La vente : Le matériel d’emballage est comptabilisé dans le compte spécial de produit non
courant : 7513 Produits de cessions des immobilisations corporelles.

Exemple :

Monsieur Bennis gérant d’une station d’essence fait installer une citerne pour Gaz-oil (Mazout)
le 09/03/00, la facture n°413 du fournisseur « Maroc Equipement » indique :
Prix de la citerne 200.000 Dh HT, frais d’installations et de pose 40.000 Dh HT, TVA 20%,
règlement 100.000 Dh par virement bancaire le reste dans 6mois.

115
Facture n°413

Citerne HT 200.000
Installation et de pose 40.000
Coût total HT 240.000
TVA 20% 48.000
Net à payer 288.000

09/03
2332 Matériel et outillage 240.000
34551 Etat TVA R/immob 48.000
5141 Banque 100.000
4481 Dette sur acquisition d’immob. 188.000
Facture n°413

III) Les emballages commerciaux :

Ce sont les objets destinés à contenir les produits, matières ou marchandises et ils sont livrés au
client en même temps que leurs contenus. Les emballages commerciaux comprennent :
- Les emballages perdus : destinés à être vendus aux clients ou dont la valeur est
incorporée au prix de vente du produit ou de la marchandise, ex : sachets, boites, bouteilles,
plastiques…
- Les emballages récupérables non identifiables : Ils sont destiné à être prêtés
provisoirement au client généralement contre une somme appelée « consigne garantie », c’est
pourquoi ce type d’emballage s’appelle emballage consigné. Ex : bouteilles, caisses, sacs,
fûts…

A) Les emballages perdus :

L’achat : constitue une charge d’exploitation pour l’entreprise, notée au débit du compte
principal 6123 achats d’emballages ou au débit du compte divisionnaire 61231 achats
d’emballages perdus.

Exemple :

Le 20/10/00 achat à crédit pour 8.000 Dh de papier d’emballage, remise 5%, facture n°56.

Facture n°56

Montant brut 8.000


Remise 5% 400
N.C 7.600
TVA 20% 1.520
Net à payer 9.120

116
20/10
61231 Achats d’emballages perdus 7.600
34552 Etat TVA R/ch 1.520
4411 Fournisseurs 9.120
Facture n°56

La vente : le plan comptable marocain n’a pas réservé un compte spécial pour les ventes des
emballages perdus mais il associe cette vente.
7111 ventes de marchandises.
71211 ventes de produits finis.
Car la valeur de l’emballage perdu est indissociable (ne peut être séparé) du prix de vente de la
marchandise ou du produit.

Exemple :

Le 25/10/00 adressé au client Mehdi la facture n°75 portant sur 30.000 Dh du produit fini,
5.000 Dh du carton d’emballage non récupérable, escompte 2%, TVA 20%.
Le règlement 20.000 Dh par chèque et le reste à 30 jours.

Facture n°75

Produit fini HT 30.000


Emballage HT 5.000
Montant brut 35.000
Escompte 2% 700
N.F 34.300
TVA 20% 6.860
Net à payer TTC 41.160

25/10
3421 Client 21.160
5141 Banque 20.000
6386 Escompte accordée 700
71211 Ventes de produits finis 35.000
4455 Etat TVA facturée 6.860
Facture n°75

Remarque :

Le stock d’emballage perdu non consommés et restant à la fin d’exercice sera enregistré au
débit du compte principal 3213 stock d’emballage ou du compte divisionnaire 31231 stock
d’emballages perdus.

117
B) Emballages récupérables :

a) Emballages récupérables non identifiables :

Exemple :

Le 30/10/00 reçu du fournisseur Radouane la facture n°124 relative à l’achat 600 caisses au
prix unitaire de 10 Dh, escompte 1%, règlement postal n°17229, TVA 20%.

Facture n°124

M.B d’emballage 6.000


Escompte 1% 60
N.F 5.940
TVA 20% 1.188
Net à payer 7.128

30/10
61232 Achats d’emballages récupérables
Non identifiables 6.000
34552 Etat TVA R/ch 1.188
5146 Chèques postaux 7.128
7386 Escompte obtenus 60
Facture n°124

b) Emballages récupérables identifiables :

Exemple :

Au cours du mois de septembre 2003 l’entreprise DOHA a réalisé l’opération suivante en


matière d’acquisition d’emballage :

Sud-conteneurs 05/09/03
Facture n°23
Doit DOHA

Conteneur BG 670 16.000


Remise 10% 1.600
Montant HT 14.400
TVA 20% 2.880
Net à payer 17.280

118
2333 Emballages récupérables
Identifiables 14.400
34551 Etat TVA R/immob. 2.880
4481 Dettes sur acquisition d’immob. 17.280
Facture n°23

IV) La consignation d’emballage récupérable :

Exemple :

Le 24/04/2000 Hatim adresse la facture n°123 à son client Ayoub :


Marchandises 9.000 Dh, remise 5%, TVA 20%
20 caisses comprises à 40 Dh l’une.
Les caisses suivantes doivent être restituées en bon état avant le 30/04/2000

A) La consignation :

Chez l’acheteur :

24/04
6111 Achats de marchandises 8.550
34552 Etat TVA R/ch 1.710
3413 Fournisseur-créance pour
emballage à rendre 800
4411 Fournisseurs 11.060
Facture n°123

Chez le vendeur :

24/04
3421 Clients 11.060
7111 Ventes de marchandises 8.550
4455 Etat TVA facturée 1.710
4425 Clients, dettes pour emballages
Et matériel consignés 800
Facture n°123

B) La restitution :

1er cas : le client retourne l’emballage en bon état avant le 30/04/N. Dans ce cas les comptes
3413 et 4425 seront soldés du montant de la consignation.
2ème cas : le client conserve la totalité des emballages, dans ce cas le contrat de consignation se
transforme en contrat achat-vente.
La comptabilité de la TVA doit avoir lieu puisque la consignation des emballages a été hors
taxe.

119
Chez l’acheteur :

../..
6123 Achat d’emballage 800
3413 Fournisseur-emballage à rendre 800

34552 Etat TVA R/ch 160


4411 Fournisseurs 160

Chez le vendeur :

../..
4425 Clients-dettes pour emballage
Et matériel consignés 800
7127 Ventes et produits accessoires 800

3421 Clients 160


4455 Etat TVA facturée 160

3ème cas : Dans ce cas, une partie des emballages est abîmée « détériorée ». Les emballages
sont repris à une valeur inférieure à la valeur de la consignation. Cette différence de valeur est
inscrite :
- Chez le vendeur : 7127 ventes de produits accessoires.
71275 Boni sur reprises d’emballages consignés.
- Chez l’acheteur : 6131 locations et charges locatives.
61317 Mali sur emballages rendus.

Application : Le client a vendu le 30/04/2000 :


- 10 caisses en bon état, 5 caisses abîmées reprises à 30Dhs, il conserve le reste dont 2
sont inutilisables.

Réponse :

10 x 40 = 400
5 x 30 = + 150
550
- Boni/mali = (5 x 40) - (5 x 30) = 200 – 150 = 50.
- Sur ce Boni/mali la TVA est exigée.

Pour le vendeur : l’emballage non rendu = vendu.

5 caisses x 40 = 200
TVA 20% = 40
240

120
Ecriture chez le vendeur Hatim :

../..
4425 Clients-dettes pour emballage
Et matériel consignés 800
3421 Clients 500
71278 Autre Ventes et produits
accessoires 200
71275 Bonis/reprises d’emb.consignés 50
4455 Etat TVA facturée 50

Pour l’acheteur : Les emballages non rendus sont considérés comme achetés au prix de
200Dhs/HT qu’ils soient conservés en l’état inutilisable, détruits ou égarés. C’est à l’nventaire
de fin de l’exercice qu’il constatera la quantité des emballages par différence des quantités
détruites ou égarées.
La TVA n’a pas été appliquée à la consignation, elle est exigée à la fois sur :

- Mali/ emballage rendu : 50 dhs/HT x 20% = 10Dhs de la TVA


- Les achats d’emballages : 200 dhs (HT) x 20% = 40 Dhs de la TVA

Le fournisseur Hatim établit une facture d’avoir comme suit :

Hatim ../..
Avoir : Ayoub Facture n°……

Retour d’emballage 10 caisses x 40dhs = 400


5 caisses x 30 dhs = 150
550
Mali sur emballage rendu 5 caisses x 10dhs = 50
TVA 50dhs x 20% = -10
Emballages conservés 5 caisses x 40 dhs = 200
TVA 200 dhs x 20% = -40
Net à votre crédit 500

121
Ecriture chez l’acheteur Ayoub :

../..
4411 Fournisseur (Hatim) 500
61317 Malis/emballages rendus 50
6123 Achats d’emballage 120
6580 Autres charges non courantes 80
4455 Etat TVA R/Ch 50
3413 Fournisseur-créances pour
Emb. Et matériel à rendre 800

Exercice :

Les opérations sur emballages effectuées par l’entreprise « Conserverie de Meknes » au cours
de l’année 2000 sont les suivantes :

- Le 01/02/00 achat à crédit de 5000 boîtes métalliques (destinées au conserves des


olives) de la Sté MOULINE à un prix unitaire de 0,70 dhs, TVA 20% facture n° 240
- Le 10/02/00 la Sté Conserverie de Mekenes a rendu 600 boîtes métalliques vide à la
conserverie d’AGOURAY à 1,20 dhs la boîte TVA 20%, règlement par espèce facture
n°710
- Le 11/03/00 achat de 5 contenaires immatriculés pour transportés les olives à 20.000
Dhs l’un TVA 20%, réglés par chèque bancaire facture n°730
- Le 06/04/00 l’entreprise a reçu de son fournisseur d’emballage 400 caisses à 20 dhs
l’unité TVA 20% facture n° 240
- Le 15/04/00 l’entreprise a vendu les marchandises à FADEL pour un montant de
3.500dhs, il lui a consigné 50 caisses à 15 dhs l’une, à retourner le 26/06/00 facture
n°740
- Le 11/05/00 l’entreprise a envoyé la facture n°800 au client SALAH montant brut de
2.400 dhs, 45 caisses consignées au prix de 17 dhs l’une TVA 20% paiement dans 1
mois
- Le 26/05/00 Mr FADEL prévient son fournisseur qu’il compte conserver 30 caisses, le
reste est repris à 10 dhs l’unité et l’entreprise lui envoie la facture d’avoir
correspondante

TAF : comptabilisez les opérations ci-dessous chez la société « Conserverie de Meknes »,


chez FADEL et chez SALAH.

122
01/02
6123 Achat d’emballage 3.500
34552 Etat TVA R/Ch. 700
4411 Fournisseur 4.200
10/02
5161 Caisses 864
7127 Ventes de produits
Accessoires 720
4455 Etat TVA facturée 144
11/03
2333 Emballages récupérables identifiables 100.000
34551 Etat TVA R/Immob. 20.000
5141 Banques 120.000
06/04
6123 Achat d’emballage 8.000
34552 Etat TVA R/Ch. 1.600
4411 Fournisseurs 9.600
15/04
3421 Clients 4.950
7111 Ventes de m/ses 3.500
4455 Etat TVA facturée 700
4425 Clients dettes/emb.et mat
Consignés 750
11/05
3421 Client (SALAH) 3.645
7111 Ventes de M/ses 2.400
4455 Etat TVA facturée 480
4425 Client-dettes /emb.et mat.
Consignés 765
26/05
4425 Client- dettes/ emb.et mat. Consignés 750
3421 Clients 90
71275 Bonis sur reprises d’emb.
consignés 100
7127 Ventes/produits accessoires 450
4455 Etat TVA facturée 110

123
Chez FADEL :

15/04
6111 Achat de m/ses 3.500
34552 Etat TVA R/Ch. 700
3413 Fournisseur créance/emb.
et mat à rendre 750
4411 Fournisseurs 4.950
26/05
4411 Fournisseur 90
61317 Malis sur emballage rendu 100
6123 Achats d’emballage 450
34552 Etat TVA R/Ch. 110
3413 Fournisseur créance/emb.
et mat à rendre 750

Chez SALAH :

26/05
6111 Achat de m/ses 2.400
34552 Etat TVA R/Ch. 765
3413 Fournisseur créance/emb.
et mat à rendre 480
4411 Fournisseur 3.645

Exercice :

Enregistrez au journal les opérations suivantes effectuées par la Sté SALIMA qui utilise les
emballages de type suivant :

- Des sacs vendus avec des produits : 9dhs / unité


- Des fûts qu’elle : Consigne à 10dhs /unité
Reprend à 8dhs /unité
Vend à 15dhs /unité
- Des caisses qu’elle : Consigne à 15dhs/unité
Reprend à 12dhs/unité
Vend 18dhs /unité

Les opérations du mois de novembre sont les suivants :

- Le 03/11 achat de 1000 sacs à 3,50dhs /unité HT, réglés par chèque
- Le 04/11 consignation à ALAOUI de 50 fûts et 100 caisses
- Le 05/11 vente par chèque n°258.974 des produits pour 5.380dhs ht + 12 sacs
- Le 07/11 achat de 500 caisses au P.U de 8dhs HT payable le 15/12
- Le 09/11 reçu du chèque de Mr ALAOUI en règlement de la consignation de 04/11
- Le 10/11 consignation à la Sté SODIM de 200 caisses et 100 fûts réglés en espèces

124
- Le 12/11 ALAOUI ramène les 50 fûts dont on lui resitue la consigne par caisse
- Le 16/11 KAMAL achète à crédit à la Sté SALIMA des produits pour 9.800dhs/HT +
5 sacs et 50 caisses sont consignées en plus
- Le 18/11 la Sté SODIM nous avise qu’elle garde les 100 fûts
- Le 20/11 ALAOUI ramène 50 caisses et garde les 50 autres
- Le 22/11 Mr KAMAL retourne les 50 caisses
Réponse :
03/11
6123 Achat d’emballage 3.500
34552 Etat TVA R/Ch. 700
5141 Banques 4.200
04/11
3421 Clients 2.000
4425 Clients dettes pr. emballages
Et matériel consigné 2.000
05/11
5141 Banques 6.585,60
71211 Ventes de produits finis 5.380
7127 Ventes de produits
Accessoires 108
4455 Etat TVA facturée 1.097,60
07/11
6123 Achats d’emballages 4.000
34552 Etat TVA R/Ch. 800
4411 Fournisseurs 4.800
09/11
5141 Banques 2.000
3421 Clients 2.000
10/11
5161 Caisses 4.000
4425 Client dettes pr. emballages
Et matériel Consignés 4.000
12/11
4425 Client dettes pr. emballages
Et matériel Consignés 500
5161 Caisses 500
16/11
3421 Client 12.564
71211 Ventes de produits finis 9.800
7127 Ventes/produits accessoires 45
4455 Etat TVA facturée 1.969
4425 Client dettes pr. emballages
Et matériel Consignés 750
18/11
4425 Client dettes pr. emballages
Et matériel Consignés 1.000
3421 Clients 800
71211 Ventes de produits finis 1.500
4455 Etat TVA facturée 300
Total à reporter 25.885,60 25.885,60

125
Report à nouveau 25.885,60 25.885,60
20/11
4455 Clients dettes pr. emballages
Et matériel consigné 750
71275 Bonis/reprises d’emballages
Consignés 150
3421 Clients 570
34552 Etat TVA R/Ch. 30

4425 Clients dettes pr. emballages
Et matériel consigné 750
3421 Clients 330
71278 Autres ventes et produits
Accessoires 900
4455 Etat TVA facturée 180
22/11
4455 Clients dettes pr. emballages
Et matériel consigné 750
71275 Bonis/reprises d’emballages
Consignés 150
3421 Clients 570
34552 Etat TVA R/Ch. 30

Exercice :

Une entreprise a effectuée les opérations suivantes :


Sachant que la TVA R/ch de février 2006 s’élève à 14.500 Dh, on vous demande d’établir
les factures et les enregistrer au journal de l’entreprise et de déterminer la TVA due pour
Mars et son règlement par chèque s’il y a lieu.
Les opérations sont les suivantes :
- Vente de marchandises contre chèque au client Amine dans les conditions suivantes :
montant TTC 55.860 Dh, transport en plus 600 Dh dont 20% de TVA, il a été tenu
compte d’un escompte de 2%, d’une remise de 5% TVA 20% de même que le
transport a été assurer par le camion de l’entreprise.
- Achat de marchandises au fournisseur Adil, montant brut 30.000 Dh, TVA 20%,
transport 400 TVA 14% et 10 caisses consigné pour 1.200 Dh.
- Le client Amine retourne un lot de marchandise non conforme, montant brut 10.000
Dh HT, transport à la charge de l’entreprise 684 dont 14% de TVA. Facture d’Avoir
réglé par chèque.
- Facture d’Avoir reçu du fournisseur Adil qui accorde à l’entreprise une remise de
10%.
- L’entreprise retourne un lot de marchandise à Adil, montant brut10.000 Dh, transport
payé en espèce par l’entreprise d’un intermédiaire et à la charge du fournisseur Adil,
montant brut 500 Dh TVA 14%, de même l’entreprise retourne 5 caisses reprises pour
leur prix de consignation et le reste est gardé définitivement par l’entreprise pour les
besoins du commerce.
- Acquisition contre chèque d’une machine à écrire pour 5.400 Dh TTC, TVA 20%.

126
- L’entreprise règle le fournisseur Adil par chèque contre un escompte de 2% sur le net
restant due sur les marchandises.

Destinataire : Amine Adil Destinataire : Amine


Doit Doit : E/se X Avoir

M.B 50.000 M.B 30.000 M.B 10.000


Remise 5% 2.500 TVA 20% 6.000 Remise 5% 500
N.C 47.500 36.000 9.500
Escompte 2% 950 Port 400 Escompte 2% 190
N.F 46.550 TVA 14% 56 9.310
TVA 20% 9.310 Mt TTC 36.456 TVA 20% 1.862
Total 55.860 Emb.cons. 11.172
Port 500 (120x10) 1.200 Port 600
TVA 20% 100 TVA14% 84
Net à payer 56.460 Net à payer 37.656 Net à déduire 11.856

Adil Adil Adil


Avoir : E/se X Avoir : E/se X Avoir :E/se X

Remise 10% M.B 10.000 (30.000-10.000)


(30.000x10%) 3.000 Remise 10% 1.000 =20.000
TVA 20% 600 9.000 20.000x0.1=2.000
TVA 20% 1. 800 20.000-2.000
Net à déduire 3.600 10.800 =18.000
Port 500 Escompte2%
TVA14% 70 (18.000x2%) 360
11.370 TVA 20% 72
Retour d’emb
Cons.(5x120) 600
Net à payer 11.970 Net à déduire 432

../..
5141 Banques 56.460
6386 Escompte accordé 950
7111 Ventes de m/ses 47.500
71276 Ports et frais accessoires 500
4455 Etat TVA facturée 9.410
../..
6111 Achat de m/ses 30.000
61425 Transport/achat 400
34552 Etat TVA R/Ch 6.056
3413 Fours. Créances pour emb.
Et matériel à rendre 1.200
4411 Fournisseurs 37.656

Total à reporter 95.066 95.066

127
Total à reporter 95.066 95.066
../..
7111 Ventes de m/ses 9.500
4455 Etat TVA facturée 1.862
6142 Transport 600
4455 Etat TVA R/Ch. 84
5141 Banques 11.856
6386 Escompte accordé 190
../..
4411 Fournisseurs 3.600
6119 RRR obtenus 3.000
34552 Etat TVA R/Ch. 600
../..
6142 Transport 500
34552 Etat TVA R/Ch. 70
5161 Caisses 570
../..
4411 Fournisseurs 11.970
6111 Achat de m/ses 9.000
6142 Transport 500
34552 Etat TVA R/Ch. 1.870
3413 Fours. Créances pour emb.
Et matériel à rendre 600
../..
6123 Achats d’emballages 600
34552 Etat TVA R/Ch. 120
3413 Fours. Créances pour emb.
Et matériel à rendre 600
4411 Fournisseurs 120
../..
2352 Matériel de bureau 4.500
34552 Etat TVA R/immob. 900
5141 Banques 5.400
../..
4411 Fournisseurs 22.086
5141 Banques 21.654
7386 Escomptes obtenus 360
4455 Etat TVA R/Ch. 72

TVA facturée: 9.410-1.862 = 7.548


TVA R/immob. : 900
TVA R/ch. : 14.500
TVA due : 7.548-900-14.500 = -7.852 (crédit TVA)

128
31/03
4456 Etat TVA due 15.400
34551 Etat TVA R/immob. 900
34552 Etat TVA R/ch. 14.500
31/03
4455 Etat TVA facturée 7.548
4456 Etat TVA due 7.548
31/03
3456 Etat crédit TVA 7.852
4456 Etat TVA due 7.852
Constatation du crédit TVA

Exercice :

- Le 02/03 Achat de marchandises contre chèque, 16.446 Dh, on précise que la facture a
tenu compte d’une TVA de 20%, escompte de 2%, remise de 10% et transport 570 Dh
dont 14% TVA.
- Le 05/03 acquisition d’un matériel de production dans les conditions suivantes : Prix
250.000 Dh, remise 10%, TVA 20%, installation + montage 30.000 Dh dont 20% de
TVA, assurance 11.400.
- Le 08/03 un client retourne à l’entreprise les emballages consignés dans les conditions
suivantes :
• Nombre de caisse : 25 unités à 200 Dh l’une.
• Nombre de caisses retournés : 15 unités reprisent à 150 Dh l’une.
• Le reste sera gardé par le client.
Facture d’Avoir réglée par le client
- Le 15/03 après l’installation du matériel acquis le 05/03, l’entreprise reçoit une 2ème
facture qui porte sur :
• Transport 11.400 Dh dont 14% de TVA
• Essayage 2.000 Dh HT, TVA 20%
• Mise au point 1.000 Dh HT, TVA 20%
L’entreprise règle alors la moitié par chèque et le reste à crédit payable sur 20 mois à
partir du 30/04.
- Le 20/03 retour d’un lot de marchandise acheté le 02/03, montant brut 3.000 Dh,
transport à la charge du fournisseur 300 Dh, TVA 20% assuré par le véhicule de
l’entreprise, facture d’Avoir réglé par chèque.

TAF : Passez les opérations au journal de l’entreprise.

129
Facture n°1 Facture n°2 Facture n°3
Doit 02/03 Doit 05/03 Avoir 08/03

M.B 15.000 M.B 250.000 Retour


Remise 10% 1.500 Remise 10% 25.000 d’emballage
N.C 13.500 N.C 225.000 3.000-(15x150) 750
Escompte 2% 270 ITMO 25.000 TVA 20% 150
N.F 13.230 TVA 20% 50.000 Total 900
TVA 20% 2.646 Assurance 11.400
Total 15.876
Port 500
TVA 14% 70 Net à déduire
Net à payer 16.446 Net à payer 311.400 (3000 – 900) 2.100

Facture n°4 Facture n°5 Facture n°6


Doit 08/03 Doit 15/03 Avoir 20/03

Caisses M.B 10.000 M.B 3.000


Consigné non TVA 14% 1.400 Remise 10% 300
Restitué Essayage 2.000 N.C 2.700
(10 x 200) 2.000 TVA 20% 400 Escompte 2% 54
TVA 20% 400 Mise au point 1.000 N.F 2.646
TVA 20% 200 TVA 20% 529,2
Total 3.175,2
Port 300
TVA 20% 60
Net à payer 2.400 Net à payer 311.400 Net à déduire 3.535,2

02/03
6111 Achats de marchandises 13.500
34552 Etat TVA R/ch 2.716
61425 Transport sur achat 500
5141 Banques 16.446
7386 Escompte obtenu 270
05/03
2332 Matériels 261.400
34551 Etat TVA R/immob 50.000
4481 Dette sur acquisition d’immob 311.400
08/03
4425 Client dette pour emballage 5.000
5141 Banque 1.700
71238 Bonis 750
7127 Vente de produit accessoire 2.000
4455 Etat TVA facturée 550

Total à reporter 333.116 333.116

130
Total reporter 333.116 333.116
15/03
2332 Matériel et outillage 10.000
6133 Entretien et réparation 3.000
34552 Etat TVA R/ch 2.000
1486 Fournisseurs d’immob 7.500
5141 Banques 7.500
20/03
5141 Banques 3.535,2
7386 Escompte obtenu 54
6111 Achats de marchandises 2.700
71276 Ports et frais accessoires 300
34552 Etat TVA R/ch 529,2
4455 Etat TVA facturée 60

Exercice :

Mr ALI fournisseur et OMAR client sont en relation d’affaire. Au cours du mois d’octobre
2003 ils ont réalisé les opérations suivantes :

- Le10/10 : ALI adresse à OMAR la facture doit n°11 comprenant les éléments
suivants : MB de m/ses 30.000Dhs/HT ; remises 5 et 10% ; escompte 1%
- Le 12/10 : OMAR retourne, pour 5.000Dhs/HT des m/ses non-conformes
- Le 16/10 : ALI adresse à OMAR une facture d’avoir n°1 relative au retour de m/ses
- Le 17/10 : ALI adresse à OMAR une facture d’avoir n°2 constatant un rabais de 5%
sur le montant net des m/ses conservées
- Le 18/10 : ALI adresse à OMAR la facture doit n°12, MB 15.000Dhs/HT ; remise
10%
- Le 19/10 ALI adresse à OMAR la facture d’avoir n°3 constant un escompte de 1%
oublié sur la facture doit n°12.

TAF : Reconstituez les factures correspondantes aux opérations ci-dessus et passez les dans le
journal de Mr OMAR et de Mr ALI.

ALI ALI ALI


Doit :OMAR 17/10 Avoir :OMAR 16/10 Avoir :OMAR 17/10

M.B 30.000 M.B 5.000 Rabais:(25.650-


Remise 5% 1.500 Remise 5% 250 4.275) x 5% 1.068,75
N.C1 28.500 4.750 Escompte 1% 10,6875
Remise 10% 2.850 Remise 10% 475 1.058,0625
N.C2 25.650 4.275 TVA 20% 211,6125
Escompte 1% 256,5 Escompte 1% 42,75
N.F 25.393,5 4.232,25
TVA 20% 5.078,7 TVA 20% 846,45

Net à payer 30.472,2 Net à déduire 5.078,7 Net à déduire 1.269,675

131
ALI ALI
Doit :OMAR 16/10 Avoir :OMAR 17/10

MB 15.000 Escompte
Remise 10% 1.500 (13.500x1%) 135
13.500 TVA 20% 27
TVA 20% 2.700

Net à payer 16.200 Net à déduire 162

Chez ALI :

10/10
3421 Clients 30.472,20
6386 Escomptes accordés 256,50
7111 Ventes de m/ses 25.650
4455 Etat TVA facturée 5.078,70
16/10
7111 Ventes de m/ses 4.275
4455 Etat TVA facturée 846,45
3421 Clients 5.078,70
6386 Escomptes accordés 42,75

17/10
7119 RRR accordés 1.068,75
4455 Etat TVA facturée 211,6125
3421 Clients 1.269,675
6386 Escomptes accordés 10,6875
18/10
3421 Clients 16.200
7111 Ventes de m/ses 13.500
4455 Etat TVA facturée 2.700
19/10
6386 Escomptes accordés 135
4455 Etat TVA facturée 27
3421 Clients 162

132
Chez ALI :

10/10
6111 Achats de m/ses 25.650
34552 Etat TVA R/Ch. 5.078,70
4411 Fournisseurs 30.472,20
7386 Escomptes obtenus 256,50
16/10
4411 Fournisseurs 5.078,70
7386 Escomptes obtenus 42,75
6111 Achats de m/ses 4.275
34552 Etat TVA R/Ch. 846,45
17/10
4411 Fournisseur 1.269,675
7386 Escomptes obtenus 10,68
6119 RRR obtenus 1.068,75
34552 Etat TVA R/Ch. 211,6125
18/10
6111 Achats de m/ses 13.500
34552 Etat TVA R/Ch. 2.700
4411 Fournisseurs 16.200
19/10
4411 Fournisseurs 162
7386 Escomptes obtenus 135
34552 Etat TVA R/Ch. 27

133
Les moyens de règlement

Introduction :

Nous avons étudié les deux premières opérations du contrat de vent :

- La conclusion du marché (la commande)


- La livraison de la marchandise (établissement de la facture) il reste à effectuer, la
dernière opération
- Le règlement de la facture

Le règlement peut être effectué, par l’acheteur lui-même, au moyen de la monnaie, par
l’intermédiaire de la poste ou d’une banque ou encore par des effets de commerce.

I) Règlement par la monnaie :

A) Définition :

On peut définir la monnaie comme un moyen de paiement susceptible d’être immédiatement


employé en vue d’effectuer des règlements.
La monnaie est aussi une marchandise adoptée pour servir d’intermédiaire dans les échanges
et le moyen de paiement.
Elle permet d’exprimer la valeur de tous les biens.

B) Les différentes formes de la monnaie :

On distingue trois principales sortes de monnaie : la monnaie métallique, la monnaie


fiduciaire et la monnaie scripturale.

1) La monnaie métallique ou réelle :

On entend par la monnaie métallique ou monnaie réelle, celle dont la valeur effective en métal
correspond à sa valeur nominale, on distingue :

- Le monométallisme argent : l’argent est le seul métal employé ;


- Le monométallisme or : l’or est le seul métal employé ;
- Le bimétallisme or argent : la monnaie se compose des deux métaux : comprenait
des pièces frappées à l’effigie de chaque état. N’existe plus actuellement (les
anciennes pièces d’or sont cotées sur le marché libre des métaux précieux, mais ne
sont plus en circulation).

2) La monnaie fiduciaire :

La monnaie fiduciaire est composée de billets de banque de monnaie divisionnaire.


La monnaie fiduciaire est une monnaie d’une valeur très inférieure à celle pour laquelle elle
circule (pièces d’aluminium, de nickel, billets de banque) basée sur la confiance du public.

134
i. Les billets de banque :

La valeur des billets de banque est nettement supérieure à celle des pièces, ils sont d’une
manipulation commode et facilitent les transactions les plus importantes.
Le billet de banque n’a pas de valeur propre, sa valeur nominale est celle de la monnaie
métallique représentée et qui est conservée à l’institut d’émission.
Le billet de la banque est émis par banque Al Maghreb et il a un pouvoir libératoire illimité.
Initialement convertible en or, les billets sont inconvertibles depuis 1996 tant en France qu’au
Maroc.

ii. La monnaie divisionnaire :

Elle se présente sous l’aspect de différentes pièces métalliques de valeurs plus ou moins
faibles qui servent à faciliter les petites transactions.
Généralement la valeur intrinsèque des pièces (valeur des métaux finis contenue ou valeur au
pair) est beaucoup plus faible que la valeur nominale (celle indiquée sur la pièce ou valeur
légale).
Par ailleurs, il convient de noter que le pouvoir libératoire des métalliques émises par la
banque du Maroc est limité au montant qui est fixé pour chaque type de monnaie.

iii. Les différents régimes du billets de la banque :

On distingue trois régimes de banque :

- Le régime du cours libre :

• On pouvait accepter en paiement des billets de banque, ou au contraire les


refuser et exiger un paiement en monnaie réelle.
• On pouvait à tout moment convertir le billet de banque en monnaie réelle :
c’est ce qu’on appelle la convertibilité des billets de banque.

- Le régime du cours légal :

Il a pour effet l’obligation d’accepter en paiement les billets de banque, mais les billets
restaient librement convertibles.
Ce régime n’a pas survécu aux secousses des événements provoquées par la première guerre
mondiale.
En effet, la mise en circulation de billets avait alors largement dépassé la contre valeur en
monnaie réelle.
En temps ordinaire, cette disparité est sans danger, car tous les porteurs de billets ne se
présentant jamais simultanément pour être remboursés.

- Le cours forcé :

C’est le régime en vigueur actuellement :

• Il faut obligatoirement accepter en paiement le billet de banque.


• Les billets ne sont plus convertibles en monnaie réelle.

135
3) La monnaie scripturale :

La monnaie scripturale est représentée par les fonds disponibles déposés dans les comptes
bancaires ou postaux.
Ces avoirs peuvent provenir de l’épargne ou de crédit bancaire.
Ainsi, la monnaie scripturale (de script, c'est-à-dire écrire) est relative aux règlements par
chèques, virement, traites,…

4) La monnaie de compte :

Unité monétaire employée dans les pays :


- Au Maroc : Dirham
- En France : Euro
- En Italie : Euro

C) Documents utilisés : Reçu et quittance :

Le reçu est un écrit qui constate une remise d’un objet, d’une somme d’argent, d’un chèque,
etc.…
Il est surtout utilisé pour constater la remise d’une somme.
Lorsque cette remise concerne le paiement d’une dette antérieure, le reçu qui la constaté prend
le nom de quittance.
La mention « pour acquit » portée sur une facture tient lieu de reçu.
Le reçu peut être établi sur une feuille de papier libre d’un format commercial. Il est souvent
tiré d’un carnet à souches ou d’un manifold.
Le reçu est simple lorsqu’il ne mentionne que la somme versée, il est motivé lorsqu’il précise
le motif du paiement (exemple : acompte sur commissions du mois de mars).

B.P : 5.000,00Dh B.P :5.000,00

Monsieur
TAZI Youssef Reçu de : Monsieur TAZI Youssef
46, Boulevard Idriss I Demeurant à : 46, Boulevard Idriss I, Tétouan
Tétouan La somme de : cinq milles dirhams
Date : 23 Mars 1997

N° 47 Tétouan le 23 Mars 1997

Bennani, 63 Av. Allal Ben


Abdallah
N° 47 Versement d’acompte Tétouan
Versement d’acompte
Timbre fiscal
13,75

La souche qui reste Le volant à TAZI Youssef, qui le conserve comme moyen
Attachée au carnet de preuve de son versement

136
1) Analyse :

- Lieu et date de paiement ;


- Nom de la partie versante, son adresse ;
- Sommes, en lettres et en chiffres ;
- Signature, nom et adresse de celui qui reçoit ;
- En général, numéro d’ordre et motif ;

2) Timbre :

- Droit :

Comme acquit d’une facture, pour les reçus d’espèce.


Les reçus constatant les paiements par chèque sont exemptés de droits de timbres, ainsi
que les reçus payés par virements.

- Paiement :

• Utilisation de feuilles de papier timbré ;


• Timbrage à l’avance au bureau de l’enregistrement ;
• Apposition de timbres fiscaux ;
• Règlements sur états, avec autorisation spéciale ;

- Sanction :

Amende pour absence ou insuffisance de timbrage.

3) Le bordereau de versement ou bulletin de versement :

C’est un document qui, dans une banque, mentionne le détail d’un versement en espèces d’un
client. Signé par la partie versante, il sert de pièce justificative d’encaissement.

II) Règlement par la poste :

A) Envois chargés et recommandés :

Nous avons envoyé sous enveloppe une somme d’argent, à la condition qu’elle soit constituée
par des billets de la banque à l’exclusion de toutes pièces métalliques et que la valeur en soit
déclarée.
La valeur déclarée doit être inscrite sur l’enveloppe en toutes lettres, sans ratures ni surcharge.
Les enveloppes à bords noirs ou coloris et les enveloppes transparentes ne sont pas admises.
Les timbres postes doivent être espacés et non reliés sur les deux faces de l’enveloppe.
L’enveloppe doit être cachetée à la cire fine de même couleur avec empreinte uniforme. Les
cachets doivent être en nombre suffisant (au moins deux) pour retenir les plis.

137
Valeur déclarée :
Somme en toutes lettres
Mr : Nom et adresse
Du destinataire

III) Mandat-carte :

Pour éviter cet envoi coûteux qui exige une préparation longue et minutieuse, nous pouvons
remettre la somme d’argent à la poste qui se chargera de la verser au destinataire.
Nous donnons mandat, c'est-à-dire, nous chargerons la poste d’effectuer ce versement en
notre nom. Il faut distinguer :

- Mandat ordinaire
- Mandat carte
- Mandat spéciaux

A) Le mandat ordinaire :

- Etablit par la poste d’après les indications fournies par l’expéditeur sur une demande
de mandat ordinaire
- Remise à l’expéditeur d’un récépissé, contre paiement du mandat majoré des frais
d’envoi.
- Envoyé au bénéficiaire par l’expéditeur qui conserve le récépissé (preuve de
remboursement en cas de perte).
- Payable dans le bureau de poste le plus voisin du domicile au destinataire sur
justification d’identité.
- Peut être versé au compte courant postal du bénéficiaire.

Demande + Montant + Frais

Expéditeur Récépissé Bureau de poste

Avis de mandat

Bénéficiaire Présentation de l’avis et de l’identité Bureau de poste

Versement du montant par l’intermédiaire


De la poste

138
B) Mandat carte :

Nous pouvons éviter au destinataire le déplacement au bureau de poste et la perte de temps


qui peut en résulter, en envoyant un mandat carte qui lui sera payé à domicile à concurrence
de 500,00Dhs, plus de 500,00Dhs le destinataire est avisé que le montant du mandat est à sa
disposition au guichet.
Le mandat carte est établi par l’expéditeur lui-même sur les formules qui sont mises à sa
disposition par l’administration.
Le bureau émetteur délivre à l’expéditeur un récépissé et transmet lui-même le mandat au
bureau payeur qui le fera présenter au destinataire qui l’acquittera au verso et recevra le
mandat ainsi le coupon-correspondance.

C) Modèles spéciaux :

- Mandat carte de versement : à un compte courant postal : le montant est versé au


compte postal du bénéficiaire.

- Mandat télégraphique : sur formule spéciale, pour envoi de fonds urgent, payable à
concurrence de 1.000,00Dhs à domicile.

- Envoi contre remboursement :


• l’expéditeur de l’objet établit un avis de remboursement
• la poste remet l’objet au destinataire, seulement contre paiement du prix
qu’il verse à l’expéditeur sans déduction des frais

- Mandat électronique : payable le plus vite possible maximum une demi-heure au


bénéficiaire.

IV)Règlement par banque :

A) Définition du chèque :

Le chèque est un écrit par lequel une personne, le tireur qui a des fonds déposés et
disponibles chez une autre personne donne à celle-ci le tiré, l’ordre de payer une certaine
somme, soit elle-même soit à un tiers le bénéficiaire.
Le tiré doit être un banquier ou assimilé (crédit agricole, chèques postaux,…).

Le chèque est un instrument de paiement il est payable à vue.

B) Ouverture du compte :

- Faire une demande, soit écrite ou verbale.


- Déposer dans une banque une certaine somme, contre reçu ou bordereau de versement.
- Remplir une feuille de renseignements (état civil, adresse, profession)
- Apposer sur une fiche de contrôle sa signature et celle de ses mandataires.

Le banquier notifie un numéro de compte et remet au disposant un carnet de chèque ou


chéquier. Périodiquement, il adresse à son client un relevé de compte.

139
C) Analyse du chèque :

- Le mot chèque
- L’ordre de payer et le montant de la somme à payer (en lettre et en chiffre, la somme
en lettre étant réputée exacte en cas de désaccord)
- Le nom du tiré et le lieu du paiement du chèque
- La date et le lieu de création du chèque
- La signature du tireur, son nom et son numéro de compte
- Le nom du bénéficiaire
- Le numéro du chèque

D) Les différentes formes du chèque :

Formes Formules Observation


Chèque de retrait « Contre ce chèque, payer à Le tireur est aussi bénéficiaire
moi-même »
Chèque au porteur Payer au porteur ou…payer… Se transmet de main en main
(bénéficiaire non désigné) sans endossement, gros risque
en cas de perte ou de vol
Chèque à ordre Payer à l’ordre de X Endossable, le plus utilisé
Chèque non endossable … non endossable} Ne peut être transmis par
… non à l’ordre à} payer à endossement
Mr X

E) La provision :

- Créance du tireur sur le tiré (fonds déposés)


- Doit être préalable et disponible au tirage du chèque

Les tireurs du chèque sans provision ou insuffisamment provisionnés sont punis d’amende et
de peines correctionnelles, pour escroquerie.

Le porteur peut s’assurer contre l’absence de provisions en exigeant :

- Un chèque visé : le visa atteste seulement l’existence de la provision


- Un chèque certifié : la provision est bloquée par la banque au profit du porteur
pendant les délais de présentation, moyennant une commission.

140
F) Endossement :

Formules Effet
Translatif de Payer à l’ordre de Mr X, date et Mr X cessionnaire ou
propriété signature du dernier porteur endossataire devient propriétaire
du chèque transmis par le cédant
ou endosseur
A titre de Payer à l’ordre de la B.M.C.E La B.M.C.E ne devient pas
procuration valeur à l’encaissement, date et propriétaire du chèque mais elle
signature est seulement mandataire de son
client
En balance Signature Vaut comme le chèque au
porteur est complété par la
banque lors des remises à
l’encaissement

Banque
Provision Encaissement

Tireur Endossataire

1er règlement 3ème règlement

1er bénéficiaire Endossataire


ème
2 règlement

G) Le paiement :

Le paiement se fait dans les délais d’encaissement.

1) Obligations du tiré :

- Vérifier : la régularité du document, la signature du tireur, la provision, la chaîne des


endossements, l’identité du porteur.
- Payer : à concurrence de la concurrence.

2) Acquit :

- Pour acquit ;
- Date et signature du dernier porteur (au verso du chèque)
- Entre banque : compensé
La compensation se fait dans la chambre de compensation qui se trouve dans la Banque mère,
c'est-à-dire « Banque du Maroc ».

141
Compense :

Chambre de compensation
Des banquiers de ………..
Le ……………..
Nom de la banque bénéficiaire

H) Nom paiement

1) Recours du porteur :

- Possible contre n’importe quel signataire (solidarité)


- Conditions :
• Faire dresser un protêt par huissier dans les 48h
• Donner avis à son endosseur et au tireur dans les 4 jours (avis d’endosseur à
endosseur, dans les 2 jours)
• Le porteur peut réclamer le principal, les frais et les intérêts de retard
• La mention « retour sans frais » ou « sans protêt » dispense de faire dresser un
protêt

2) Prescription :

- 6 mois : porteur contre endosseur et tireur et endosseurs entre eux


- 3 ans : porteur contre le tiré

I) Opposition au paiement :

- Défense à la banque de payer, faite par le tireur


- N’est autorisée que pour : chèques perdus ou volés, faillite du tireur
- Dans les autres cas, est considéré comme émission de chèque sans provision

J) Différentes sortes de chèques :

1) Chèque barré :

Limite les risques en cas de perte, de vol ou de falsification.

Barrement général Barrement spécial


N’est encaissable que par un banquier Seul la banque indiquée pourra l’encaisser

142
2) Chèque circulaire :

Chèque payable dans n’importe quelle agence de la banque qui tient le compte du tireur.

3) Chèque de la banque :

Chèque tiré sur la banque du Maroc par une banque au profit d’un de ses clients ou d’un tiers
désigné par son client.

4) Chèque de voyage :

- Emis en blanc pour un montant déterminé contre paiement au guichet ou prélèvement


en compte
- Payable dans toutes les agences de la banque émettrice
- Doit être complète, au moment de l’utilisation, par une contre signature du porteur

5) Chèque omnibus :

Utilisé dans les agences pour permettre aux clients ayant oublié leur chéquier de faire un
retrait, appelé aussi chèque de guichet.

K) Remise de chèque à l’encaissement :

- Le titulaire du compte
• Endosse les chèques à l’ordre de la banque ou en blanc après les avoir
barrés s’ils ne l’étaient déjà
• Etablit un bordereau de remise de chèques à encaisser (imprimés variables
selon les banques)
• Remet chèque et bordereau à la banque contre un reçu ou un duplicata du
bordereau, exempté de timbre
- La banque :
• Complète éventuellement l’endos
• Inscrit le montant en compte après les délais normaux d’encaissement

L) Le virement bancaire :

Le virement bancaire est une opération par laquelle un banquier par simple jeu d’écritures,
prélève une somme du compte d’un de ses clients, le donneur d’ordre, pour la porter au crédit
du compte d’un autre client le bénéficiaire.

1) L’ordre de virement :

- Peut être donné : par simple lettre, par mandat ou bon de virement, détaché d’un carnet
à souche
- Ne peut s’endosser
- N’est pas timbré

143
2) Avis de virement ou l’avis de crédit :

Envoyé par la banque au bénéficiaire pour information.

V) La lettre de crédit :

A) Définition :

C’est un document remis par une banque à son client et qui permet à celui-ci d’obtenir des
fonds jusqu’à concurrence d’un montant fixé pendant une période indiqué, chez les
correspondants de la banque.

1) Lettre de crédit simple :

Les fonds ne peuvent être obtenus que sur une place déterminée

2) Lettre de crédit circulaire :

- Valable dans toutes les agences de la banque


- Peut être confirmée (agences choisies d’avance)
Avantages :

- Evité d’emporter en voyage des sommes importantes


- Plus souple que le chèque de voyage (prélèvements au fur et à mesure des besoins, au
lieu des sommes rondes).

VI) Règlement par les chèques postaux :

Le service des chèques postaux a été institué par le dahir du 12 mai 1926, et l’arrêté viziriel
du 15 mai en a fixé la réglementation.

A) Ouverture du compte courant postal : C.C.P

- Remplir une formule spéciale, l’adresser au centre (Rabat)


- Fournir un dossier de pièces justificatives, s’il s’agit de personnes morales
- Le centre de chèques postaux notifie un numéro de compte et adresse des cartes à
revêtir de spécimens de signatures
Le compte doit être approvisionné et le C.C.P vous remettra un chéquier

1) Tenue du compte :

- Tous les imprimés sont fournis par le centre


- La correspondance est effectuée en franchise
- A la fin de chaque journée où une opération a eu lieu un extrait de compte est adressé
au titulaire avec les pièces justificatives
- Une taxe annuelle de tenue de compte et des taxes variables avec les opérations qui
sont prélevées
Les virements et les encaissements de chèques bancaires sont gratuits. Le compte ne produit
pas d’intérêts et ne consent pas des prêts.

144
2) Document : le chèque postal :

i. Analyse :

- La souche : conservée par le tireur


- Le corps : conservé par le bénéficiaire, il comprend :

• Numéro de compte
• Lieu, date
• Payer
• Somme en lettres et en chiffres
• Bénéficiaire
• C.C.P ou adresse du bénéficiaire
• Signature du tireur

ii. Avis de crédit :

• Numéro de compte
• Nom et adresse du tireur
• Somme
• Numéro de compte du bénéficiaire

B) Les différentes sortes de chèques :

1) Chèque de paiement :

1er cas : Le bénéficiaire n’a pas de C.C.P ni de compte en banque :

- Adressé au centre par le tireur ou le bénéficiaire


- Payé à domicile à concurrence de 500,00Dhs, plus de 500,00Dhs il doit se déplacer au
bureau de poste

2éme cas : le bénéficiaire a un compte en banque :

- Barré et remis par le bénéficiaire à sa banque


- Encaissé et porté au compte du bénéficiaire par sa banque

2) Chèque de virement : (le bénéficiaire a un C.C.P)

- Adressé au centre par le tireur ou le bénéficiaire


- Virement effectué par le centre

3) Chèque de retrait :

- Par chèque de paiement (le tireur est lui-même bénéficiaire) à domicile (fixé le délai)
- Par chèque de paiement au centre de chèques postaux à vue
- Par chèque de virement à l’ordre du receveur d’un bureau de poste préalablement
choisi à vue

145
4) Chèque multiple :

Possibilité (assez peu pratique) d’établir un chèque unique du montant total des opérations
(paiements ou virements) en joignant un bordereau descriptif et, selon le cas, autant de
mandats ou d’avis de virement qu’il y a de bénéficiaires.

146
Les effets de commerce :

Les opérations d’achats-ventes entre commerçants donnent lieu, généralement à des


règlements différés (30 jours à 90 jours). Afin de pouvoir mobiliser les créances sur les
clients, les entreprises utilisent souvent des effets de commerce.

I) Définition et rôle des effets de commerce :

A) Définition :

Un effet est un titre négociable représentant une créance payable à court-terme et mobilisable.
Les principaux effets de commerce sont :
- La lettre de change ou traite.
- Le billet à ordre.

a) La lettre de change :

C’est l’effet de commerce le plus utilisé en pratique, c’est un écrit par lequel un créancier
« tireur » demande à son débiteur « tiré » de payer la somme due à l’échéance soit à lui-même
soit à un tiers bénéficiaire.

Tireur Tiré
Fournisseur Client
Créancier Débiteur

Bénéficiaire

b) Le billet à ordre :

C’est un écrit par lequel le débiteur « souscripteur » s’engage à payer à son créancier
« bénéficiaire » la somme due à l’échéance fixée.

B) Rôle des effets de commerce :

Des effets de commerce constituent à la fois :


- Des moyens de paiement grâce à la technique de l’endossement.
- Des instruments de crédit grâce à la technique de l’escompte.

147
Modèle de la lettre de change :

Raison sociale Rabat le 16/04/1992


Et adresse B.P 1.700 Dh
Du tireur

Echéance ………….
Au 16/05/1992

Acceptation Veuillez payer contre cette lettre de change


Aval A l’ordre de nous même.
La somme de Mille sept cents dirhams

Signature de l’avaliste Signature du tireur

Tiré :
ALAOUI SAMIR RABAT

Domiciliation : Timbre
N° AW04 BCM RABAT Compte n°X

Model de billet à ordre :

Raison sociale

Lieu et date BP ………. Dh

Echéance

AVAL Je m’engage à payer contre le billet à ordre au bénéficiaire


La somme de ………………..

Domiciliation
Timbre Signé :
Souscripteur

II) Mentions obligatoires et facultatives :

A) Mentions obligatoires :

a) La lettre de change :

148
- Le mandat : c’est une phrase qui constate un ordre « mandat-ordre » payé contre cette
lettre de change. Le mandat est donné par le tireur.

- Date et lieu de création : c’est le jour et le lieu où la lettre de change a été tirée
« Rabat le 16/04/92 »

- La valeur nominale : c’est le montant qui se présente sur la lettre de change et qui est
inscrit en lettre et en chiffre.

- L’échéance : c’est la date de paiement ou règlement de la lettre de change, elle peut


être fixée : 21/05/92 ou bien 35 jours ou bien à vue.

- Nom et adresse du tireur : à l’entête de la lettre de change, on mentionne le nom et


l’adresse du tireur.

- La signature du tireur

- L’acceptation : une fois la lettre de change est tirée, elle est envoyée au tiré qui
mentionne son acceptation.

- L’aval : l’engagement pris par un tiers l’avaliste de payer la traite à l’échéance en cas
de défaillance du tiré.

- Numéro de la lettre de change : il est mentionné pour classer une référence pour la
lettre de change

- Domiciliation : un effet domicilié est un effet dont le paiement se fait soit dans une
banque, soit auprès d’un C.C.P ou un organisme financier quelconque.

- Le timbre : est une obligation, il s’agit de 0,05Dhs pour les effets domiciliés (auprès
de la banque), et pour les effets non domiciliés, il est de 0,05Dhs pour chaque tranche
de 10Dhs. En cas de nécessité, des timbres complémentaires peuvent être opposées au
verso (derrière) à la partie gauche de l’effet.

b) le billet à ordre :

Le billet à ordre doit contenir les mentions suivantes :


- promesse pure et simple de payer ;
- somme à payer en chiffre et en lettre ;
- l’échéance doit être fixée sinon le billet est payable à vue ;
- le lieu de payement : la domiciliation ;
- le nom du bénéficiaire ;
- la date et lieu de création ;
- signature du souscripteur ;
- clause à ordre sinon le billet n’est pas négociable.

149
B) Mentions Facultatives :

a) La lettre de change :

- Production d’intérêt : Sur la lettre de change la loi permet au tireur de stipuler la


somme à la productive d’intérêt. Parallèlement, le taux d’intérêt doit être indiqué sur
la lettre de change, intérêt à partir de la date de création de la lettre de change si une
autre date n’est pas indiquée.

- L’aval : Il a pour objet de garantir le paiement de la lettre de change Bon pour


AVAL signature de l’avaliste.

- Le recommandataire au besoin : Le recommandataire est un tiers désigné par le


tiré ( ou un endosseur ) chez qui le posteur doit présenter la traite en cas de
défaillance du tiré. Le recommandataire paye pour le compte du tireur. La
recommandation doit être mentionnée su l’effet. On écrit alors : « Au besoin chez
Mr X ».

- Retour sans frais, sans protêt : Comme pour le chèque, on peut stipuler sur la
traite les mentions suivantes : « sans frais » soit « sans protêt », c'est-à-dire que le
porteur peut faire le recourt sans faire de protêt.

- Les conditions de fonds : Il s’agit de la capacité du signataire, une capacité juridique


(+21 ans) qui est nécessaire pour tirer des lettres de change ou de s’engager dans
des actes de commerce.

- la circulation de la lettre de change : Parmi les caractéristiques de la lettre de


change, c’est un titre négociable. C’est à dire qu’elle se transmit par voie
d’endossement. On distingue 3 formes d’endossement :

• Endossement translatif :Ce type d’endossement transmet à


l’endossataire tous les droits résultant de la lettre de change notamment
la propriété de la provision . Quant l’effet est au porteur, la lettre de
change peut se transmettre d’une main à une autre sans aucun nouvel
endossement. On peut interdire l’endossement quand l’endosseur appose
la mention « non endossable ». L’endossement translatif se fait par la
signature de l’endosseur au dos de la lettre de change « ou sur une
allonge ».

Payer à l’ordre de Mr X Payer à l’ordre de Mr X


Valeur reçu en marchandises

Fait à …………..(Le lieu) Fait à ……………. (Le lieu) Fait à …………. (Le lieu)

Date …………... Date ………………… Date ………………


Signe Signe Signe
Endosseur Endosseur Endosseur

150
Endossement complet Endossement avec mention Endossement en blanc
De la valeur
• Endossement de procuration : C’est l’endossement complété par la
mention « valeur en recouvrement » ou « pour encaissement »ou
encore par « procuration ». La propriété de l’effet n’est pas transmise
et l’endossataire (généralement un banquier ou assimilé) est simplement
mandataire de l’endosseur pour encaisser l’effet à l’échéance.

Cet endossement peut se présenter comme suit :

Payer à l’ordre de la BMCE


Agence Rabat, compte N° ………
Valeur en recouvrement
Fait à ……………le…………….
Signé : HICHAM

• Endossement Pignoratif : C’est l’endossement complété par la


mention « valeur en garantie », l’endossataire a un droit de gage sur
l’effet sans devenir le propriétaire. Tout endossement ultérieur ne vaut
que comme endossement de procuration, il se présente comme suit :

Payer à l’ordre de Mr Anas


Valeur en garantie
Fait à ……………le…………….
Signé : HICHAM

Remarque :
Tous ceux qui ont signé ,accepté ,ou endossé une lettre de change sont tenus de la
garantie envers le porteur .

III) Paiement de la lettre de change :

L’effet doit être présenté au paiement par le porteur au lieu de paiement indiqué, le jours
de l’échéance (ou le jour ouvrable suivant si le jour de l’échéance est férié) .A défaut de
cette présentation, tout débiteur a la faculté de remettre le montant de la traite en dépôt au
secrétariat greffe du tribunal de1 er instance .
Le tiré ou (le domiciliataire) doit vérifier avant de payer la régularité des endossements,
afin de constater la légitimité du porteur.
Le porteur remet contre paiement l’effet acquitté. Si le porteur est une banque et si l’effet
est domicilié, l’effet est compensé. La banque domiciliataire fait parvenir l’effet au tiré
après y avoir apposé la mention « payer par le débit de votre compte ». L’effet peut
être payé par chèque qui portera alors la formule « en paiement de l’effet N° … éché le
jour ».
Le tiré n’est libéré qu’une fois le chèque est encaissé.

IV) Le non paiement de la lettre de change :

151
A) Le protêt :

Le porteur doit faire constater le refus de payer par un protêt faute paiement :
- Dresser par un huissier dans les deux jours ouvrables suivant l’échéance ;
- Etablir sur papier timbré ;
- Comprennent une copie de l’effet et le protêt proprement dit (mission de
l’huissier réponse faite et le coût de l’acte) ;
- Préviser le coût de l’acte, le droit d’enregistrement de l’effet ;
- L’huissier remet une copie du protêt au débiteur et une autre au greffe du
tribunal de 1 er instance et aviser le tireur dans 48 h qui suivent (2 jours).

B) Dispense de protêt :

Le porteur est dispensé de faire dresser un protêt dans le cas :


- faillite du tiré (inutile) ;
- un protêt - faute d’acceptation – a été déjà établi ;
- enfin lorsque l’effet comporte la mention « sans frais » « sans protêt ».

C) Recours du porteur impayé : - Avis de non paiement -

Le porteur doit aviser son endosseur (et l’avaliste de ce dernier s’il y’a lieu) dans
les 4 jours ouvrables qui suivent la date du protêt ou de la présentation lorsqu’ ’il y a la
mention « sans frais ».
Chaque endosseur doit transmettre l’avis à son propre endosseur dans les 2 jours de la
réception en remettant ainsi jusqu’au tireur.
En pratique le porteur retourne à son cédant l’effet impayé avec une fiche d’impayé
indiquant la somme réclamée c’est à dire :
- Le montant de l’effet
- Frais du protêt, des avis et des frais divers.
- Les intérêts du retard éventuel

L’effet remonte ainsi jusqu’au tireur qui pour suit alors directement le tiré.

D) Renouvellement de traite : retraite :

C’est une traite tirée à vue par le porteur d’un effet impayé pour se rembourser, elle est
accompagné de l’effet protesté (l’effet impayé) et compte de retour indiquant le détail du
montant du nouvel effet , il comprend le montant de l’effet impayé augmenté de tous les
frais et les commissions de banque.

Lieu…………………….. Date …………………….

A vue, veuillez payer par cette présente retraite…………………………..


A l’ordre …………………………………………………………………..
La somme …………………………………………………………………
Que passerez en remboursement de la lettre de change et du compte de retour ci-joints.
A Mr ………………………….
Signature du porteur

152
E) Le porteur négligeant :

Si le porteur ne respecte pas les délais fixés pour la présentation au paiement ou


l’établissement du protêt, il est déchu de ses droits contre tous les obliges sauf en cas
de force majeur.
• La perte d’une lettre de change : le porteur dépossédé doit faire immédiatement
opposition au paiement.
• La traite n’est pas acceptée : le paiement se poursuivi sur un duplicata qu’il faut
demander au tireur par l’intermédiaire des endosseurs.
• La traite est acceptée : le paiement par duplicata ne peut être exigé que sur
ordonnance du juge et en donnant caution.

V) Caractéristiques communes et différences du billet à ordre avec la lettre de


change :

A) Caractéristiques communes du B.O avec la lettre de change :

L’endossement Domiciliation
L’échéance Paiement
L’aval Le recours pour faute de paiement
Prescription

B) Différences du B.O avec la lettre de change :

La lettre de change est un ordre de payer, mettant en jeu 3 personnes : le tireur, le tiré
et le bénéficiaire. Alors que le billet à ordre présente une promesse de payer mettant en
jeu 2 personnes : souscripteur et bénéficiaire (en matière de billet à ordre il n’ya ni
acceptation, ni provision).
La lettre de change est toujours un acte de commerce. Le billet à ordre n’est
commercial que dans les cas où il est souscrit par un commerçant ou à l’occasion d’une
opération commerciale.

VI) Utilisation du billet à ordre :

- Le billet à ordre sert aux banquiers pour mobiliser le crédit ou les avances
qu’ils ont consentit (remis à l’escompte de billet souscrit par le bénéficiaire
du crédit).
- Il est peu employé dans le domaine commercial si ce n’est pour les
règlements des arriérés ou en garanti du paiement échelonné sur une longue
durée.

VII) Comptabilisation des effets de commerce :

Les effets de commerce facilitent la mobilisation des créances. La créance subsiste mais elle
change de support de la facture à l’effet.
Une fois créer les effets de commerce peuvent être :

153
- Endossés au profit des tiers ;
- Escomptés ;
- Encaissés.
A) Création des effets de commerce :

La création d’un effet de commerce peut se traduire soit par :


- L’émission d’une lettre de change ;
- Ou la souscription d’un billet à ordre.
Dans les deux cas, on utilise les comptes suivants :
- Chez le créancier, fournisseur :
Débit 3425 client - effets à recevoir.
Crédit 3421 clients.

- Chez le débiteur, client :


Débit 4411 fournisseurs.
Crédit 4415 fournisseurs - effet à payer.

Application 1 :

Le 12/02/05 l’entreprise AMAL STAR assujettie à la TVA envoi à son client MOUNIR la
facture Doit n°122 portant sur la vente à crédit de produit. M.B 25.000 TVA 20%.
L’entreprise AMAL STAR tire sur MOUNIR le 20/02/05 une lettre de change n°138 à
échéance le 20/05/05 en règlement de la facture n°122.

Chez le fournisseur :

12/02
3421 Clients 30.000
7121 Ventes de produit 25.000
4455 Etat TVA facturée 5.000
Facture n°122
20/02
3425 Clients – effets à recevoir 30.000
3421 Clients 30.000
L de C n°138

Chez le client :

12/02
6111 Achats de marchandises 25.000
34552 Etat TVA R/ch 5.000
4411 Fournisseurs 30.000
Facture n°122
20/02
4411 Fournisseurs 30.000
4415 Fournisseurs – effet à payer 30.000
L de C n°138

154
Application 2 :

Le 17/03 l’effet de 6.300 Dh au 25/04 est endossé par Omar au profit de son fournisseur
Salim.

Chez « Omar » endosseur il s’agit d’une sortie d’effets à recevoir :

17/03
4411 Fournisseurs 6.300
3425 Clients - effet à recevoir 6.300
Traite n° ………. Au 25/04

Chez « Salim » l’endossataire : il s’agit d’une entrée d’effets à recevoir :

17/03
3425 Client – effet à recevoir 6.300
3421 Clients 6.300
Traite n° ………. Au 25/04

Application 3 :

Le 09/07/01 ventes de marchandises, M.B 60.000 TVA 20%


Cette vente est réglée comme suit :
- Acceptation de la traite n°LC27 de 30.000 Dh au 15/08.
- Souscription d’un Billet à Ordre de 15.000 Dh au 15/08.
- Endossement à notre ordre une lettre de change n°LC32 pour solde de la facture.

Chez le fournisseur :

09/07
3421 Clients 72.000
7111 Ventes de marchandises 60.000
4455 Etat TVA facturée 12.000
15/08
3425 Clients -effets à recevoir 72.000
3421 Client 72.000
LC n°27
BO n°42
LC n°422

155
Chez le client :

09/07
6111 Achats de marchandises 60.000
34552 Etat TVA R/ch 12.000
4411 Fournisseurs 72.000
15/08
4411 Fournisseurs 72.000
4415 Fournisseurs - effets à payer 45.000
3425 Clients – effets à recevoir 27.000
LC n°27
BO n°42
LC n°422

B) Circulation des effets :

Les effets circulent par endossement.


L’endossement peut se faire par le bénéficiaire « possesseur de l’effet » :
- Soit au profit d’un tiers ;
- Soit au profit d’une banque : c’est la remise à l’escompte.

a) Endossement au profit d’un tiers :

Le 15/03 l’entreprise « Nejma » endosse à l’ordre de son fournisseur Mehdi la lettre de


change n°18 tirée sur Karim, en règlement d’une partie de sa dette envers lui. Montant 9.500
Dh.

Chez l’entreprise « Nejma » :

15/03
4411 Fournisseurs 9.300
3425 Clients - effet à recevoir 9.300
Traite n° ……….

Chez le fournisseur « Mehdi »:

15/03
3425 Client – effet à recevoir 9.300
3421 Clients 9.300
Traite n° ……….

b) Remise à l’escompte :

5520 crédit d’escompte.


L’effet est endossé à l’ordre de la banque qui verse en contrepartie des disponibilités
immédiates après retenue d’agios.

156
Agios = Escompte + Commissions + TVA

L’escompte est calculé à partir d’un taux annuel sur le montant nominal pour le nombre de
jours séparant la date de remise à l’escompte de la date d’échéance.
Le calcul se fait en jours sur la base d’une année de 360 jours avec mois de 30 jours.
Il est souvent ajouté par les banques 1 jours dit « jour de banque ».

Application :

On remet à l’escompte le 12/03 une traite de 25.000 Dh échéant le 30/04.


Agios retenus par la banque :
- Escompte 12% ;
- Commission 80 Dh ;
- TVA 10%.

Nombre de jours :
- Mars 30 – 12 + 1 = 19 49 jours
- Avril = 30

Escompte : 25.000 x 12% x 49/360 = 408,33


Commission : 80
TVA 10% : 48,83
Agio TTC : 537,16
Banque : 25.000 – 537,16 = 24.462,84

12/03
5141 Banques 24.462,84
6311 Intérêt des emprunts et dettes 408,33
6147 Services bancaires 80
34552 Etat TVA R/ch 48,83
5520 Crédit d’escompte 25.000
Bordereau d’escompte

Après l’encaissement de la banque :

15/03
5520 Crédit d’escompte 25.000
3425 Clients – effet à recevoir 25.000
Règlement par X de l’effet au 30/03

C) Encaissement des effets à leur échéance :

a) Encaissement direct :

Le 30/06 l’encaissement de la lettre de change n°150 en espèce. Montant 4.500 Dh

157
Chez le bénéficiaire :

30/06
5461 Caisse 4.500
3425 Clients – effet à recevoir 4.500

Chez le tiré :

30/06
4415 Fournisseur - effet à payer 4.500
5161 Caisse 4.500

b) Encaissement par l’intermédiaire de la banque :

5113 effet à encaisser.


Le 26/10 Mr « X » endosse à la BMCI pour encaissement d’un effet au 10/11 sur Mr « Y » de
8.000 Dh. Il est avisé de l’encaissement du 15/11, commission 30 Dh HT.

Chez le tiré :

- Le jour de la remise à l’encaissement : aucune écriture.


- Le jour de la réception de l’avis de débit :

15/11
4415 Fournisseurs – effet à payer 8.000
5141 Banque 8.000
Avis de débit n°………

Chez le bénéficiaire :

26/11
5113 Effet à l’encaissement 8.000
3425 Clients – effet à recevoir 8.000
Remise à l’encaissement effet n°…….
15/11
5141 Banques 7.967
61472 Frais / effet de commerce 30
4552 Etat TVA R/ch 3
5113 Effet à l’encaissement 8.000
Bordereau d’encaissement
Avis de crédit

158
Application :

Le 01/03 Khalid tire une traite de 9.000 Dh sur son client Tarik au 31/05.
Le 18/03 il endosse cette traite à l’ordre de son fournisseur Manssouri, lequel remet l’effet à
l’escompte à sa banque le 25/05.
Taux d’escompte 12% (+1 jour de banque), commission 20 Dh, TVA 10%.

TAF : Passé les écritures au journal de :


- Khalid ;
- Tarik ;
- Manssouri.

Chez Khalid :

01/03
3425 Client – effet à recevoir 9.000
3421 Clients 9.000
Traite n° ………. Au 31/05
18/03
4411 Fournisseurs 9.000
3425 Clients – effet à recevoir 9.000

Chez Tarik :

01/03
4411 Fournisseurs 9.000
4415 Fournisseurs - effet à payer 9.000
Traite n° ……….

Nombre de jours :
30 – 25 + 1 = 6 jours.
Escompte : (9.000 x 12 x 6) / 36.000 = 18
Commission : 20
TVA 10% : 3,8
Agio TTC : 41,8
Banque : 9.000 – 41,8 = 8.958,2

159
Chez Mensouri :

18/03
3425 Clients – effet à recevoir 9.000
3421 Clients 9.000
25/05
5141 Banques 8.958,2
6311 Intérêts des emprunts et dettes 18
6147 Service bancaire 20
34552 Etat TVA R/ch 3,8
5520 Crédit d’escompte 9.000

Exercice :

Situation des effets au 01/02/97 (déjà enregistrés)

- Les effets à recevoir en portefeuille :

• N°324 sur Majid, nominal : 75.000Dhs, échéance 25/02/97


• N°325 sur Hassan, nominal : 12.780Dhs, échéance 28/02/97
• N°330 sur Madih, nominal : 8.000Dhs, échéance 15/02/97
- Les effets remis à l’encaissement :

• N°328 sur Driss, nominal : 15.000Dhs, échéance 31/01/97

- Les effets escomptés auprès de la banque :

• N°326 sur Karim, nominal : 20.000Dhs, échéance 20/02/97


• N°327 sur Art Décoration, nominal : 34.500Dhs, échéance : 21/02/97

- Les effets à payer en circulation :

• N°475 à l’ordre de Fouzi, nominal : 50.000Dhs, échéance 10/02/97


• N°476 à l’ordre de Tazi, nominal : 75.200, échéance 28/02/97

Opérations effectuées en février 97 :

- Le 04/02 : reçu avis de crédit pour encaissement de l’effet n°328. Commission retenue
par la banque : 25Dhs HT, TVA 10%
- Le 07/02 : l’effet n°325 est endossé à l’ordre du fournisseur Alaoui en règlement d’un
achat de marchandises, TVA incluse 20%
- Le 14/02 : -reçu avis de débit relatif au règlement de l’effet n°475
-remise à l’encaissement de l’effet n°330
- Le 17/02 : tiré une lettre de change sur le client Omri pour une vente de marchandises
taxée à 20%, traite n°331, échéance 30/03, nominal TTC 27.120Dhs

160
- Le 20/02 : -Acceptation de la traite n°477 pour le 15/03 pour achat de m/ses, montant
19.250Dhs HT, TVA 20%
-Reçu avis de la banque pour non encaissement de la traite n°330, frais
retenus : 12.84 TTC, TVA 10%
- Le 22/02 : Vente de m/ses à Hamid, net à payer TTC 20.880Dhs dont 20% de TVA
- Le 25/02 : -reçu avis de la banque relatif aux effets n°326 et 327. Ces effets ont été
réglés à leur échéance
-le client Hamid accepte une traite pour fin Mars
- Le 26/02 : -le client Hassan (traite n°325) demande le report de l’échéance. On lui
envoie un chèque bancaire
-encaissement direct (en espèces) de l’effet n°324
- Le 27/02 : remise à l’escompte de l’effet n°331. Le bordereau d’escompte indique :
agios retenus 334Dhs HT dont commissions : 54Dhs et TVA en plus retenue 10%

TAF : A la lumière de ces opérations, on vous demande de passer au journal les écritures
nécessaires entre le 04/02/97 et le 27/02/97

04/02
5141 Banques 14.972,50
6147 Services bancaires 25
34552 Etat TVA R/Ch. 2,50
51132 Effet à l’encaissement 15.000
Effet n°328
07/02
6111 Achat de m/ses 10.650
34552 Etat TVA R/Ch. 2.130
3425 Clients-effet à recevoir 12.780
Endossement de l’effet
N°325
14/02
4415 Frs-effet à payer 50.000
5141 Banques 50.000
Avis de débit n°
Effet n°475

51132 Effet à l’encaissement 8.000
3425 Clients-effet à recevoir 8.000
Effet n°330
17/02
3425 Clients-effet à recevoir 27.120
7111 Ventes de m/ses 22.600
5161 Etat TVA/facturée 4.520
L.C n°331
20/02
6111 Achats de m/ses 19.250
34552 Etat TVA R/Ch. 3.850
4415 Frs-effet à payer 23.100
L.C n°477
Total à reporter 136.000 136.000

161
Report à nouveau 136.000 136.000

3421 Clients 8.012,84
5141 Banques 12,84
51132 Effet à l’encaissement 8.000
Avis n°……..
Non encaisse. De L.C n°330
22/02
3421 Clients 20.880
7111 Ventes de m/ses 17.400
4455 Etat TVA/Facturée 3.480

25/02
5520 Crédit d’escompte 54.500
3425 Clients-effet à recevoir 54.500
Avis de crédit n°…….
Effets n°326 et 327

3425 Clients-effet à recevoir 20.880
3421 Clients 20.880
Acceptation de la traire n°……
26/02
3421 Clients 12.780
5141 Banques 12.780
Ch. Bancaire n°……
Traite n°325

5161 Caisses 75.000
3425 Clients-effet à recevoir 75.000
P.C n°……..
Effet n°324
27/02
5141 Banques 26.806,60
6147 Services bancaires 54
6311 Intérêts des emprunts et dettes 280
34552 Etat TVA R/Ch. 33,40
5520 Crédit d’escompte 27.120
Effet n°331

162
Exercice :

Présenter l’enregistrement comptable des opérations suivantes (utiliser des comptes du


modèle normal) :

- 01/04/94 : tiré sur le client ROCHDI la lettre de change n°600/R au 31/05 d’une
valeur nominale de 14.410,75Dhs
- 05/04/94 : payé directement par chèque bancaire n°129604 au fournisseur ATIFI la
valeur du billet n°305/P que j’avais souscrit le 01/0294 d’un nominal de 10.000Dhs
- 08/04/94 : remis à la banque pour encaissement la traite n° 589/R qui échoit le
12/04/94, nominal : 17.542,25Dhs
- 15/04/94 : reçu avis de débit n°42500 relatif au règlement de la traite s/n° 280/P
arrivée à échéance le 10/04, nominal 24.682,49Dhs
- 17/04/94 : reçu de l’avis de crédit n°902421 relatif à l’encaissement de la traite 589/R,
agio TTC : 89,88Dhs, TVA 10%
- 25/04/94 : adressée la traite s/n° 510/p acceptée au fournisseur HOUMMANE. L’effet
arrivera à échéance le 15/06 et son nominal est de 25.663,07Dhs.

01/04
3425 Clients-effet à recevoir 14.410,75
3421 Clients 14.410,75
L.C n°600/R
05/04
4415 Frs-effet à payer 10.000
5141 Banques 10.000
Ch. Bancaire n°129604
Billet N°305/P
08/04
51132 Effet à l’encaissement 17.542,25
3425 Clients-effet à recevoir 17.542,25
Avis de crédit n°…….
Effets n°326 et 327
15/04
4415 Frs-effet à payer 24.682,49
5141 Banques 24.682,49
Traire s/n°280/P
Avis de débit n°42500
17/04
5141 Banques 17.452,37
6147 Services bancaires 81,71
34552 Etat TVA R/Ch. 8,17
51132 Effet à l’encaissement 17.542,25
Avis de crédit n°902421
Traite s/n°280/P
25/04
4411 Fournisseurs 25.663,07

163
4415 Frs-effet à payer 25.663,07
Traite s/n°510/P

Exercice :

En utilisant les comptes du modèle normal, présenter l’enregistrement comptable des


opérations suivantes :

- 02/06 : vente au client SERRIOUI des m/ses pour 19.400Dhs, TVA 20%, facture
n°459/V et traite n° 512/2 au 02/09/04 jointe pour acceptation.
- 04/06 : reçu de la traite n°512/R acceptée
- 10/06 : remis à l’encaissement les effets suivants tous au 15/06 : n°482/R 11.400Dhs,
n°485/R 15.900Dhs, n°4190/R 21.600Dhs.
- 12/06 : Reçu de la facture s/n°6092 du fournisseur HAROUCHI, net à payer :
49.295,75Dhs, TVA 20% remise 5% et la traite s/n°925/P au 15/08 pour acceptation.
Traite acceptée et retournée à HAROUCHI le même jour.
- 16/06 : reçu de l’avis de crédit n°6212 relatif à la remise du 10/06 Agios H.T :
128Dhs, TVA 10%.
- 27/06 : reçu de l’avis de débit n°68490 relatif à la traite s/n° 830/P échue, nominal :
13.840,58
- 30/06 : Encaissé directement la traite n° 498/sur le client FERHATI, nominal :
4.900Dhs, P.C n°9425.
02/06
3421 Clients 23.280
7111 Ventes de m/ses 19.400
4455 Etat TVA/facturée 3.880
Facture n°459/V
04/06
3425 Clients-effet à recevoir 23.280
3421 Clients 23.280
Traite n°512/R
10/06
51132 Effet à l’encaissement 48.900
3425 Clients-effet à recevoir 48.900
Effets n°482/R, 485/R
Et 490/R
12/06
6111 Achats de m/ses 46.830,9625
34552 Etat TVA R/Ch. 9.366,1925
4411 Fournisseurs 56.197,155
Traite s/n°925/P

4411 Fournisseurs 56.197,155
4415 Frs-effet à payer 56.197,155
Ch. Bancaire n°……
Traite n°325
16/06
5141 Banques 48.759,20
6147 Services bancaires 128

164
34552 Etat TVA R/Ch. 12,80
51132 Effet à l’encaissement 48.900
Avis de crédit n°6212
Total à reporter 256.754,31 256.754,31
Report à nouveau 256.754,31 256.754,31
27/06
4415 Frs-effet à payer 13.840,58
5141 Banques 13.840,58
Traite n°s/n°830P
Avis de débit n°68490
30/06
5161 Caisses 4.900
3425 Clients-effet à recevoir 4.900
Traite n°498/R
P.C n°9425

Exercice :
En utilisant les comptes du modèle normal, enregistrez les opérations suivants sur le journal
de Mr HACIDI :

- 16/03 : reçu du fournisseur KARIMI le relevé des factures du mois de février 94 :


49.425,50Dhs et la traite relevé s/n°925/P au 31/05 pour acceptation.
- 18/03 : reçu le billet à ordre souscrit par le client BADRAOUI au 20/04 et de
nominal : 11.941,07Dhs.
- 22/03 : remis à l’encaissement la traite n°1037/R échéant au 25/03 et de nominal :
9.892,86Dhs.
- 25/03 : je règle, en espèces, au porteur HARTI la traite s/n°875/P, nominal :
4.725,75Dhs, P.C n°7140.
- 28/03 : reçu avis de crédit bancaire n°926051 : encaissement de l’effet n°1037/R, Agio
TTC : 77,04Dhs.
- 30/03 : tiré sur le client OUSAMA la traite n°1061/R au 31/05 d’un nominal de
10.428,92Dhs.
16/03
4411 Fournisseurs 49.425,50
4415 Frs-effet à payer 49.425,50
Traite n°s/n 925/P
18/03
3425 Clients-effet à recevoir 11.941,07
3421 Clients 11.941,07
Billet à ordre n°………
22/03
51132 Effet à l’encaissement 9.892,86
3425 Clients-effet à recevoir 9.892,86
Traite n°1037/R
25/03
4415 Frs-effet à payer 4.725,75
5161 Caisses 4.725,75
Traite s/n°875/P
P.C n°7140

165
Total à reporter 75.985,18 75.985,18

Report à nouveau 75.985,18 75.985,18


28/03
5141 Banques 9.815,82
6147 Services bancaires 70,04
34552 Etat TVA R/Ch. 7
51132 Effet à l’encaissement 9.892,86
Avis de crédit n°926051
Traite n°1037/R
30/03
3425 Clients-effet à recevoir 10.482,92
3421 Client 10.482,92
Traite n°1061/R

Exercice :

Vous êtes employé (e) chez la maison BENCHRIF spécialisée dans la commercialisation de
tissus.
Au cours du mois de février 1994, cette entreprise a effectuée les opérations suivantes :
- 01/02 : Situation des effets au début du mois :
• les effets en portefeuille :
N°424 sur MORAJI au 25/02, valeur nominale : 7.500Dhs
N°425 sur HAIJAJI au 28/02, valeur nominale : 12.800Dhs
N°430 sur MOKHTARI au 15/02, valeur nominale : 8.000Dhs

• Les effets à l’encaissement :


N°428 sur DEMNATI au 31/05, valeur nominale : 15.000Dhs
• Les effets escomptés :
N°426 sur BRIJA au 20/02, valeur nominale : 20.000Dhs
N°427 sur MAROC-DECORATION au 20/02, valeur nominale : 34.500Dhs
• Les effets en circulation :
N°175 à l’ordre de FILROC au 10/02, valeur nominale : 50.000Dhs,
domiciliée à la CNCA
N°176 à l’ordre de TEXNORD au 28/02, valeur nominale : 75.200Dhs.

- 04/02 : reçu l’avis de crédit n° 4646 relatif à l’encaissement de l’effet n°428,


commissions retenues par la banque : 75,80Dhs (HT), TVA 10%.
- 07/02 : l’effet n°425 est endossé à l’ordre du fournisseur ALAOUI, en règlement de sa
facture s/n°A6008.
- 12/02 : reçu l’avis de débit n°8425 relatif au règlement de l’effet n°175 échu le 10/02
Remis à l’encaissement l’effet n°430, reçu n°1245
- 17/02 : reçu le billet à ordre s/n°431 du client OMARI, nominal : 22.610Dhs échéant
au 31/03.
- 20/02 : accepté la lettre de change s/n°177 di fournisseur HAFSSI de nominal
19.240,40Dhs et échéant au 15/03.
- 22/02 vendu des tissus TTC, TVA 20%

166
• Au client MOUTTAKI, facture n°V7026, net à payer : 17.469,20Dhs, traite
n°432, jointe pour acceptation et échéant au 31/03.
• Au client BERRAHO, facture n°V7027, net à payer : 21.484,26Dhs, traite
n°433 au 15/04 jointe pour acceptation.
Reçu avis de sort n°4241 des effets n°426 et 427. Ces effets ont été réglés à
leur échéance.
- 24/02 : remis à l’escompte l’effet n°431
- 26/02 : reçu le bordereau d’escompte n°4180 relatif à l’effet n°431, escompte :
280Dhs (H.T), commissions : 52,60Dhs (H.T), TVA 10%
Encaissé directement l’effet n°424 contre chèque n°761411.

04/02
5141 Banques 14.916,62
6147 Services bancaires 75,80
34552 Etat TVA R/Ch. 7,58
51132 Effet à l’encaissement 15.000
Effet n°428
Avis de crédit n°4646
07/02
4411 Fournisseur 12.800
3425 Clients-effet à recevoir 12.800
Effet n°425
12/02
4415 Frs-effet à payer 50.000
5141 Banques 50.000
Avis de débit n°8425
Effets n°175

51132 Effet à l’encaissement 8.000
3425 Clients-effet à recevoir 8.000
Traire n°430
17/02
3425 Clients-effet à recevoir 22.610
3421 Clients 22.610
Billet à ordre s/n°431
20/02
4411 Fournisseurs 19.240,40
4415 Frs-effet à payer 19.240,40
Traite s/n°177
22/02
3421 Clients 17.469,20
7111 Ventes de m/ses 14.557,67
4455 Etat TVA/facturée 2.911,53
Fac. N°V7026

3425 Clients-effet à recevoir 17.469,20
3421 Clients 17.469,20
Traite n°432

Total à reporter 162.588,80 162.588,80

167
Report à nouveau 162.588,80 162.588,80

3421 Clients 21.484,26
7111 Ventes de m/ses 17.903,55
4455 Etat TVA/facturée 3.580,71
Fac. N°V7027

3425 Clients-effet à recevoir 21.484,26
3421 Clients 21.484,26
Traite n°433
24/02
Aucune écriture
26/02
5141 Banques 22.244,14
6147 Services bancaires 52,60
34552 Etat TVA R/Ch. 33,26
6311 Intérêt des emprunts et
Dettes 280
5520 Crédit d’escompte 22.610
Effet n°431

5141 Banques 7.500
3425 Clients-effet à recevoir 7.500
Ch. bancaire n°761411

D) Les incidents relatifs aux effets de commerce :

A l’échéance, le tiré (ou souscripteur) peut être incapable d’honorer son engagement par le
règlement des effets de commerce.
Plusieurs solutions sont envisagées :
- L’effet est encore en possession du tireur (bénéficiaire initial) ;
- Endossé à l’ordre d’un tiers ;
- Négocié ou remis à l’encaissement.

a) Le renouvellement des effets de commerce :

1) L’effet est encore en possession de bénéficiaire ou tireur :

Exemple :

Le 25/05/05 CHAKIR prévient son fournisseur SEBTI qu’il ne pourra pas payer, à l’échéance
du 30/05/05, la traite n°25 de 7.000 Dh. Il demande un report d’échéance à fin juillet, SEBTI
accepte le 21/05/05 et lui adresse le 22/05/05 la nouvelle traite n°64 fin juillet pour
acceptation, compte tenu des intérêts de retard de 140Dh, de la récupération des timbres
fiscaux 5Dh et des frais divers de correspondance 4Dh.

168
Ancien effet 7.000
Intérêts de retard 140
Frais récupérés 9
Nouvel effet 7.149

L’opération du renouvellement de l’effet comprend trois phases :

1ère phase : Annulation de l’effet initial :

Chez SEBTI :

21/05
3421 Clients 7.000
3425 Clients-effets à recevoir 7.000
Annulation de la traite n°25

Chez CHAKIR :

21/05
4415 Fournisseurs-effets à payer 7.000
4411 Fournisseurs 7.000
Annulation de la traite n°25

2ème phase : Imputations des intérêts de retard et de frais au compte du tiré :

Chez SEBTI :

21/05
3421 Clients 149
7381 Intérêts et produits assimilés 140
61671 Droit d’enregistrement et de
timbre 5
6145 Frais postaux 4
Frais de renouvellement de l’effet

3ème phase : Création du nouvel effet :

Chez SEBTI :

22/05
3425 Client – effet à recevoir 7.149
3421 Clients 7.149
Traite n°64

169
Chez CHAKIR :

22/05
4411 Fournisseurs 7.149
4415 Fournisseurs-effets à payer 7.149
Traite n°64

2) L’effet n’est plus en possession du tireur (ou bénéficiaire initial) :

• Cas où l’effet endossé peut être récupéré :

Exemple :

Le 15/04/94, DAHBI prévient son fournisseur RAJI qu’il ne pourra pas payer à l’échéance de
fin avril 1994 la traite n°53 de 2.000 Dh. Il sollicite un report d’échéance à fin juin 1994,
RAJI donne son accord le 19/04/94 à DAHBI.
Le 21/04/94, RAJI adresse à DAHBI une nouvelle traite n°77 pour acceptation, compte tenu
des intérêts de retard de 25 Dh, de la récupération de timbre fiscal 5 Dh, des frais divers de
correspondance 5 Dh et des frais bancaires de retour de 3,21 Dh.

Cette opération comprend quatre phases :

1ère phase : Récupération de l’effet initial :

Chez RAJI (tireur) :

19/04
3425 Clients-effets à recevoir 2.000
51132 Effets à l’encaissement 2.000
Récupération de la traite n°53

6147 Services bancaires 3
34552 Etat TVA R/ch. 0,3
5141 Banques 3,3
Frais de retour de l’effet n°53

2ème phase : Annulation de l’effet initial :

Chez RAJI :

19/04
3421 Clients 2.000
3425 Clients-effets à recevoir 2.000
Annulation de la traite n°53

170
Chez CHAKIR :

19/04
4415 Fournisseurs-effets à payer 2.000
4411 Fournisseurs 2.000
Annulation de la traite n°53

3ème phase : Imputation des frais et des intérêts de retard au compte du tiré :

Chez RAJI :

19/04
3421 Clients 38,3
7381 Intérêts et produits assimilés 25
61671 Droit d’enregistrement et de
Timbre 5
6145 Frais postaux 5
6147 Services bancaires 3
34552 Etat TVA R/ch 0,3
Récupération des frais de renouvellement
De l’effet n°53

Chez RAJI :

21/04
3425 Clients-effets à recevoir 2.038,3
3421 Clients 2.038,3
Traite n°77 sur DAHBI à fin juin 94

Chez CHAKIR :

21/04
4411 Fournisseurs 2.000
7381 Intérêts et produits assimilés 25
61671 Droit d’enregistrement et de
timbre 5
6145 Frais postaux 5
6147 Services bancaires 3
34552 Etat TVA R/ch. 0,3
4415 Fournisseurs-effet à payer 2.038,3
Traite n°77

171
• Cas où l’effet endossé peut être récupéré : Avance de fonds au tiré :

Exemple :

Le 25/05/94, OMAR avise son fournisseur SAID qu’il ne pourra pas payer la traite n°91
domiciliée de 1.600 Dh au 31/05/94. Il demande une prorogation de l’échéance à fin juillet
1994. L’effet en circulation ne peut être réclamé. Le fournisseur SAID avance 1.600 Dh par
virement bancaire à son client le 27/05/94. Il tire sur lui une nouvelle traite n°125 à fin juillet
d’un nominal égal au principal majoré des frais de timbre de 5 Dh, des frais de
correspondance 6 Dh et des intérêts de retard sur 2 mois de 32 DH.
Le 29/05/94 l’effet n°105 est accepté par OMAR.

1ère phase : Avance de fonds au tiré :

Chez SAID (tireur) :

27/05
3421 Clients 1.600
5141 Banques 1.600
Virement à l’ordre du client OMAR

Chez SAID (tireur) :

27/05
5141 Banques 1.600
4411 fournisseurs 1.600
Virement du fournisseur SAID

2ème phase : Imputation des intérêts de retard et des frais au compte du tiré :

Chez SAID :

27/05
3421 Clients 43
7381 Intérêts et produits assimilés 32
61671 Droit d’enregistrement et de
timbre 5
6145 Frais postaux 6
Récupération des frais de renouvellement
De l’effet n°91

172
3ème phase : Création du nouvel effet :

Chez SAID :

29/05
3425 Clients-effets à recevoir 1.643
3421 Clients 1.643
Traite n°105

Chez OMAR

29/05
4415 Fournisseurs-effets à payer 1.600
5141 Banques 1.600
Traite n°91 domiciliée échue

4411 Fournisseurs 1.600
6311 Intérêts des emprunts et dettes 43
4415 Fournisseurs-effets à payer 1.643
Traite n°105

Application 1 :

Le 10/12, le client HASSAN informe son fournisseur HAMID qu’il ne pourra pas honorer la
traite n°20 de 11.500 Dh tiré sur lui au 15/12/N, il demande de reporter l’échéance de 45
jours.
Le 31/12/N le fournisseur HAMID accepte la demande du client HASSAN. Il annule la traite
et lui adresse une nouvelle n°25 augmenté des frais de prorogation : timbre fiscal 6 Dh, frais
de correspondance 10 Dh, intérêt de retard 8%, TVA 10%.
TAF : Enregistrez les écritures chez HASSAN et HAMID.

Chez le client HASSAN :

31/12
4415 Fournisseurs-effets à payer 11.500
4411 Fournisseurs 11.500
Annulation de la traite n°20

4411 Fournisseurs 11.642,5
4415 Fournisseurs-effet à payer 11.642,5
Traite n°25

173
Chez le fournisseur HAMID :

31/12
3421 Clients 11.500
3425 Clients-effets à recevoir 11.500
Annulation de la traite n°20

3421 Clients 142,5
7381 Intérêts et produits assimilés 115
61671 Droit d’enregistrement et de
timbre 6
6145 Frais postaux 10
4455 Etat TVA facturée 11,5
Frais de renouvellement de l’effet

3425 Clients-effets à recevoir 11.642,5
3421 Clients 11.642,5
Traite n°25

Application 2 :

Le 26/01 le client SAMIR prévient son fournisseur OMAR qu’il ne pourra pas payer la traite
n°16 de 16.700 Dh tiré sur lui le 30/01, il demande de reporter l’échéance.
Pour éviter le discrédit de son client, il lui remet un chèque du montant de la traite compte
tenu des frais : 200 dh des intérêts de retard, TVA 10%, 15 Dh des frais de correspondance et
10 Dh de timbre fiscal.

TAF : Enregistrez les écritures chez OMAR et SAMIR.

Chez le fournisseur OMAR :

26/01
3421 Clients 16.700
5141 Banques 16.700
Virement à l’ordre du client SAMIR

3421 Clients 245
7381 Intérêts et produits assimilés 200
61671 Droit d’enregistrement et de
timbre 10
6145 Frais postaux 15
4455 Etat TVA facturée 20
Récupération des frais

3425 Clients-effets à recevoir 16.945

174
3421 Clients 16.945
Traite n°……

Chez le client SAMIR :

26/01
5141 Banques 16.700
4411 Fournisseurs 16.700
Virement du fournisseur OMAR

4415 Fournisseurs-effets à payer 16.700
5141 Banques 16.700
Traite n°16 domiciliée échue

4411 Fournisseurs 16.700
6311 Intérêts des emprunts et dettes 225
34552 Etat TVA R/ch 20
4415 Fournisseurs-effets à payer 16.945
Traite n°…….

b) les effets impayés :

1) Cas où l’effet est présenté à l’encaissement par le tireur lui-même :

Exemple : Ahmed présente le 30/04/94, au tiré Jamal, la traite n°17 (non domiciliée),
2.000Dhs. Arrivée à échéance, Jamal refuse de payer. Ahmed adresse un protêt faute de
paiement dont le coût est de 40Dhs, payé en espèces.

Chez Ahmed (Bénéficiaire)

31/04
3421 Clients 2.040
3424 Clients-effet à recevoir 2.000
5161 Caisses 40
Effet n°17 impayé et
Frais de protêt

31/04
3424 Clients douteux ou litigieux 2.040
3421 Clients 2.040
Reclassement du client Jamal

2) Cas où l’effet est présenté à l’encaissement par un tiers bénéficiaire


(différent du tireur) :

175
Exemple : Le 01/04/94 Lahlou tire à l’ordre de Zakaria la traite n°36 sur Moussa de
1.000Dhs à fin Mai 94.
Le 31/05/94, Zakaria présente au tiré Moussa la traite n°36 arrivée à échéance. Ce dernier
refuse de payer Zakaria qui la retourne à Lahlou (frais de retour récupéré forfaitairement sur
Lahlou 5Dh).

Chez Lahlou : (tireur)

01/04
4411 Fournisseurs 1.000
3421 Clients 1.000
Traite n°36 création,
Endossement
31/05
3421 Clients 1.005
4411 Fournisseurs 1.005
Traite n°36 impayée

3424 Client douteux ou litigieux 1.005
3421 Clients 1.005
Reclassement du client

Chez Zakaria : (Bénéficiaire)

01/04
3425 Clients-effet à recevoir 1.000
3421 Clients 1.000
Traite n°36 de Lahlou
Sur Moussa
31/05
3421 Clients 1.005
3425 Clients-effet à recevoir 1.000
7127 Ventes et produits accessoires 5
Traite n°36

Chez Moussa : (Tiré)

01/04
4411 Fournisseurs 1.000
4415 Frs-effet à payer 1.000
Traite n°36 à l’ordre de
Zakaria

3) cas où l’effet est présenté à l’encaissement par un tiers endossataire :

Exemple 1 : - L’effet a été négocié.

176
- 28/06/94 Lamine a remis l’effet n°14 (3.000Dhs à fin juillet 94 sur Baraka) à
l’escompte.
- 30/06/94 Lamine reçoit l’avis de crédit n°231 à sa banque
Montant de l’effet 3.000
Escompte - 30
Commissions - 15
TVA 10% x 45 - 4,5

Net à votre crédit 2950,50

- 02/08/94 la banque retourne à Lamine la traite n°14 impayé avec avis de débit n°174.

Montant de l’effet 3.000


Frais de retour 4
TVA/frais 7% - 0,28

Net à votre crédit 3004,28

Chez Lamine : (tireur)

28/06
5141 Banques 2.950,50
61472 Frais sur effets de commerce 15
63115 Intérêts bancaires et sur opérations
De financement 30
34552 Etat TVA R/Ch. 4,50
5520 Crédit d’escompte 3.000
Effet n°14 négocié
30/06
5520 Crédit d’escompte 3.000
3425 Clients-effet à recevoir 3.000
Effet n°14 négocié échu
02/08
3421 Clients 3.004,28
5141 Banques 3.004,28
Effet n°14 négocié échu
Impayé

Exemple 2 : - L’effet a été remis à l’encaissement


- le 02/06/94 Salam a remis pour l’encaissement la traite n°30 de 5.000Dhs sur Brahimi
fin juin 94, à la SGMB « bordereau de remise n°89 ».
- le 02/07/94 la SGMB retourne à Salam l’effet n°30 impayé avec un avis de débit et
frais de retour (H.T) 5Dhs, TVA 0,5Dhs

177
Chez Zakaria : (Bénéficiaire)

02/06
51132 Effet à l’encaissement 5.000
3425 Clients-effet à recevoir 5.000
Remise de la traite n°30
A l’encaissement bordereau n°89
02/07
3421 Clients 5.005,50
51132 Effet à l’encaissement 5.000
5141 Banques 5,50
Traite n°30 retourné impayé
Avis de débit n°…….

Exercice :

Le 05/03 «La Victoire » tire une traite de 8.000 Dh sur son client Ali, à échéance du 31/05.
Le 17/03, elle endosse cette traite à l’ordre de son fournisseur Rachid lequel remet l’effet à
l’escompte à sa banque « Le Crédit du Maroc » le 25/03, taux d’escompte 12%, décompte
d’un jour de banque et commission HT de 20 Dh.
TAF : Présenter l’enregistrement de ces opérations chez « La Victoire », chez Ali et chez
Rachid, (tenir compte de la TVA en vigueur).

Le 05/06 « Crédit du Maroc » avise Rachid que l’effet est impayé, commission HT 30 Dh.
Enregistrer l’opération chez Rachid.

Chez « La Victoire » :

05/03
3425 Clients-effets à recevoir 8.000
3421 Clients 8.000
Traite n° …… au 31/05
17/03
4411 Fournisseurs 8.000
3425 Clients-effets à recevoir 8.000
Endossement de l’effet n° ………..

178
Chez Rachid :

17/03
3425 Clients-effets à recevoir 8.000
3421 Clients 8.000
25/03
5141 Banques 7.784,4
6311 Intérêts des emprunts et dettes 176
6147 Services bancaires 20
34552 Etat TVA R/ch 19,6
5520 Crédit d’escompte 8.000
31/05
5520 Crédit d’escompte 8.000
5141 Clients-effets à recevoir 8.000
05/06
6147 Service bancaire 30
34552 Etat TVA R/ch 3
5141 Banque 33

3421 Clients 8.033
5141 Banques 8.000
6147 Service bancaire 30
34552 Etat TVA R/ch 3

Chez Ali :

05/03
4411 Fournisseurs 8.000
4415 Fournisseurs-effets à payer 8.000
Traite n° …… au 31/05

179
L’état de rapprochement :

I) Définition :

La régularisation des comptes banque et CCP consiste à effectuer à la date de l’inventaire une
comparaison entre des comptes réciproques, compte « banque » chez l’entreprise et compte
« entreprise » chez la banque, compte « CCP » chez l’entreprise et le compte « entreprise »
chez le CCP. Cette comparaison fait ressortir des différences qui doivent être expliquées et
régularisées.

II) Principe de l’état de rapprochement :

Le rapprochement des comptes réciproques consiste :

- A comparer le solde du relevé et celui du compte « banque » ;


- A pointer les opérations qui figurent pour le même montant dans les deux
comptes ;
- Inscrire dans chacun des deux comptes les opérations qui le concerne mais qui n’y
sont pas encore enregistrées, alors qu’elles sont déjà inscrites dans l’autre compte
(seule les opérations non pointées figurent dans l’état de rapprochement) ;
- Calculer les soldes après rapprochement des deux comptes. Ces soldes doivent être
égaux mais opposés ;
- Enregistrer dans la comptabilité de l’entreprise les écritures correspondant aux
nouvelles inscriptions du compte « banque ».

III) Exercice d’application :

La société ATLAS est spécialisée dans la fabrication des pots de confiture.


La société ATLAS reçoit le 31/12/2001 de sa banque (C.I.H) le relevé de compte suivant :
C.I.H Rabat, le 31/12/2001
Agence Rabat Relevé de compte Destinataire
Ibn Sina Compte n°79426852 Société ATLAS

Dates Opérations Débit Crédit


30/11/200 Ancien solde - 31.000,00
1 Versement d’espèces - 2.000,00
01/12/200 Encaissement de l’effet n°70 - 10.000,00
1 Chèque n°7825943 8.000,00 -
06/12/200 Domiciliation de la quittance REDAL (1) 1.605,00 -
1 Domiciliation de la traite n° 60 3.000,00 -
07/12/200 Frais de tenue de compte (2) 107,00 -
1 Intérêts créditeurs - 276,40
27/12/200 Nouveau solde 30.564,40 -

180
1
29/12/200
1
30/12/200
1
30/12/200
1
31/12/200
1
(1)
TVA 7%
(2)
TVA 10%
Le compte C.I.H tenu chez la société ATLAS se présente ainsi, au 31/12/2001 :

Date Libellés Sommes Dates Libellés Sommes


30/11/2001 Solde à nouveau 31.000,00 07/12/2001 Chèque n°7825943 8.000,00
01/12/2001 Versement d’espèces 2.000,00 20/12/2001 Chèque n°5897326 11.200,00
06/12/2001 Encaissement de 31/12/2001 Solde débiteur 23.800,00
l’effet n°70 10.000,00

Total 154.298,7 Total 154.298,75


5

TAF : - complétez l’état de rapprochement au 31/12/2001 ci-dessous ;


- passez les écritures de régularisation nécessaires.

Etat de rapprochement au 31/12/2001

Compte banque chez Libellés Compte ATLAS chez la


ATLAS banque
Débit Crédit Débit Crédit
23.800,00 Solde au 31/12/2001 30.564,40
1.605,00 Domiciliation quittance REDAL
3.000,00 Domiciliation de la traite
107,00 Frais de tenue de compte
276,40 Intérêt créditeur
Chèque n°5897326 11.200,00

SD=19.364,40 Solde après rapprochement SC=19.364,40

24.076,40 24.076,40 Totaux 30.564,40 30.564,40

31/12
61251 Achats de fournitures non stock. 1.500
4415 Frs- effet à payer 3.000
6147 Services bancaires 100
34552 Etat TVA R/ch. 123
5141 Banques 4.723
D’après l’état de rapprochement
N°……………

181

5141 Banques 276,40
7381 Intérêts et produits assimilés 276,40
D’après l’état de rapprochement
N°……………

Exercice 1 :

La société ATLAS est spécialisée dans la commercialisation de cartables en cuire.


La société ATLAS reçoit le 15/06/2002 de sa banque (C.I.H) le relevé de compte suivant :

C.I.H Rabat, le 15/06/2002


Agence Rabat Relevé de compte Destinataire
Ibn Sina Compte n°79426852 Société ATLAS

Dates Opérations Sommes Soldes


Débit Crédit Débiteur Créditeur
01/06 Solde à nouveau - 2.474,58 - 2.474,58
02/06 Chèque n°1742 1.653,25 - - 821,33
03/06 Chèque n°1743 2.057,30 - 1.235,97 -
05/06 Versements d’espèces - 5.000,00 - 3.764,03
06/06 Chèque n°1746 4.802,42 - 1.038,39 -
06/06 Chèque n°1747 4840,05 - 5.878,44 -
06/06 Encaissement chèque - 4.376,35 1.502,09 -
07/06 Chèque n°1750 883,08 - 2.385,17 -
08/06 Commis./encaissement du 02/06
(TVA 10%) 140,00 - 2.525,17 -
10/06 Chèque n°1748 1.281,00 - 3.806,17 -
11/06 Versement d’espèces - 4.500,00 - 693,83
11/06 Chèque n°1744 3.100,00 - 2.406,17 -
12/06 Prélèvement P.T.T 2.645,00 - 5.051,17 -
13/06 Intérêts en votre faveur - 2.000,00 3.051,17 -
13/06 Domiciliations échues d’effets 3.127,00 - 6.178,17 -
13/06 Virement en votre faveur par ALI - 6.000,00 178,17 -
15/06 Commissions (TVA 10%) 221,00 - 399,17 -

182
Le compte C.I.H tenu chez la société ATLAS se présente ainsi, au 15/06/2002 :

5141 : Banques (C.I.H)

Dates Opérations Sommes Soldes


Débit Crédit Débiteur Créditeur
01/06 Solde à nouveau - 1.635,97 - 1.635,97
02/06 Domiciliations échues d’effets - 1.880,00 - 3.515,97
02/06 Virement bancaire du client
CHAHID 2.280,00 - - 1.235,97
03/06 Remise de chèques 4.376,35 - 3.140,38 -
05/06 Chèque n°1744 - 3.100,00 40,38 -
05/06 Chèque n°1745 - 2.531,26 - 2.490,88
05/06 Chèque n°1746 - 4.802,42 - 7.293,30
05/06 Versements d’espèces 5.000,00 - - 2.293,30
05/06 Chèque n°1747 - 4.840,05 - 7.133,35
05/06 Chèque n°1748 - 1.281,00 - 8.414,35
06/06 Chèque n°1749 - 3.174,38 - 11.588,73
06/06 Chèque n°1750 - 883,08 - 12.741,81
10/06 Versements d’espèces 4.500,00 - - 7.971,81
12/06 Chèque n°1751 - 2.474,50 - 10.446,31
15/06 Avis de virement d’ALI 6.500,00 - - 3.946,31

TAF : - complétez l’état de rapprochement au 15/06/2002 ci-dessous ;


- passez les écritures de régularisation nécessaires.

Etat de rapprochement au 15/06/2002

Compte banque chez Libellés Compte ATLAS chez la


ATLAS banque
Débit Crédit Débit Crédit
3.946,31 Solde au 15/06 399,17
140,00 Commission/encaissement
2.645,00 Prélèvement PTT
3.127,00 Domiciliations échues
221,00 Commissions TVA 10%
2000,00 Intérêt en votre faveur

183
Chèque n°1745 2.531,26
Chèque n°1749 3.174,38
Chèque n°1751 2.474,50
500,00 Virement en votre faveur
SD=8.579,31
SC=8.579,31 Solde après rapprochement

10.579,31 10.579,31 Totaux 8.579,31 8.579,31

15/06
61451 Frais postaux 2.645
4415 Frs- effet à payer 3.127
6147 Services bancaires 328,18
34552 Etat TVA R/ch. 32,82
3421 Clients 500
5141 Banques 4.723
D’après l’état de rapprochement
N°……………

5141 Banques 2.000
7381 Intérêts et produits assimilés 2.000
D’après l’état de rapprochement
N°……………

Exercice :

Soit le relevé de compte suivant :

BANQUE POPULAIRE
Agence : 245
Etablissement CINEPHOTO Compte n° : 1547000
24, Av. Med V Période : 01/07 au 31/07/2002
MARRAKECH

Monsieur,
Nous avons le plaisir de vous adresser le relevé ci-après, des opérations passées sur votre
compte au cours de la période référencée.

Date Libellé Débit Crédit


01/07 Solde à nouveaux 5.000
14/07 Chèque n°48 (règlement d’une dette) 785,80
15/07 Chèque n°47 (consommation d’essence) 1.246,00
18/07 Domiciliation échue 240,00
18/07 Encaissement d’effets 1.290,50
28/07 Encaissement d’un chèque n°12 360,00

184
31/07 Frais de tenue de compte 10,00
31/07 Domiciliation échue 137,50
31/07 Solde 4.231,20
Totaux 6.650,50 6.650,50

Les mouvements du compte « Banque » tenu par l’entreprise CINEPHOTO se présentent


comme suit :

Compte Banque Populaire :

Date Libellé Débit Crédit


01/07 Solde à nouveaux 5.000,00
10/07 Emission d’un chèque n°47 1.246,00
13/07 Emission d’un chèque n°48 785,80
20/07 Avis de crédit (bordereau n°2) 1.290,50
22/07 Remise à l’encaissement (chèque n°12) 360,00
27/07 Emission d’un chèque n°49 au fournisseur
ALAMI 246,00
28/07 Emission d’un chèque n°50 (fournitures adm) 718,40
29/07 Remise d’un chèque n°34 à l’encaissement 440,00
31/07 Retrait pour les besoins personnels (chèque n°51) 1.450,00
31/07 Solde 2.644,30
Totaux 7.090,50 7.090,50

TAF :
- Présenter l’état de rapprochement bancaire pour le mois de juillet.
- Enregistrer les opérations au journal de l’entreprise.

Etat de rapprochement :

Chez l’entreprise Chez la banque


CINEPHOTO Libellé
Débit Crédit Débit Crédit
2.644,30 Solde du 31/07 4.231,20
240,00 Domiciliation échue
Emission chèque n°49 246,00
Emission chèque n°50 718,40
Remise chèque n°34 440,00
Retrait chèque n°52 1.450,00
10,00 Frais tenu de compte
137,50 Domiciliation échue
2.256,80 Solde 2.256,80
2.644,30 2.644,30 Totaux 4.671,20 4.671,20

Chez CINEPHOTO :

185
31/07
4415 Fournisseurs-effets à payer 377,50
6147 Services bancaires 9,09
34552 Etat TVA R/ch 0,91
5141 Banques 387,50
D’après l’état de rapprochement

La régularisation des opérations en monnaie


étrangère :

A la fin de l’exercice, la conversion des créances et des dettes libellées en monnaie étrangère
sur la base du dernier cours de change a pour effet de modifier les montants des opérations
précédemment comptabilisés (les opérations d’importation et d’exportation des entreprises
marocaines). Les différences peuvent correspondre soit à un gain latent soit à une perte
latente.

1) Cas d’un gain latent :

Le gain latent apparaît dans le cas :


- D’une augmentation des créances due au fait que le cours de change au 31/12 est
supérieur au cours d’origine.
- Diminution des dettes due au fait que le cours de change au 31/12 est inférieur au
cours d’origine.
Dans ce cas, la différence doit être comptabilisée au crédit des comptes suivants :

a) Les créances immobilisées et dettes de financement :


- 1710 Augmentation des créances immobilisées ;
- 1720 Diminution des dettes de financement.

b) Pour les créances et dettes circulantes :


- 4701 Augmentation des créances circulantes ;
- 4702 Diminution des dettes circulantes.

Exemple :

Au 31/12/05 une entreprise marocaine constate que la valeur réelle d’une créance immobilisée
qu’elle possède sur une entreprise étrangère est supérieure de 4.000 Dh à sa valeur
comptabilisée au bilan en monnaie nationale. Par ailleurs, un emprunt à moyen terme auprès
d’une banque hollandaise exprimé en monnaie de ce pays fait apparaître un gain latent de
15.000 Dh par rapport à sa valeur comptabilisée au bilan.

186
TAF :
Enregistrer les opérations au journal de l’entreprise.

31/12
2487 Créances immobilisées 4.000
1710 Augmentation des créances
Immobilisées 4.000

1481 Emprunts auprès des
établissements de crédit 15.000
1720 Diminution des dettes
de financement 15.000
2) Cas d’une perte latente :

La perte latente apparaît dans le cas d’une :


- Diminution des créances dues au fait que le cours de change au 31/12 est inférieur au
cours d’’origine ;
- Augmentation des dettes dues au fait que le cours de change au 31/12 est supérieur au
cours d’origine.
Dans ce cas la différence doit être comptabilisée au débit des comptes suivants :

a) Pour les créances immobilisées et les dettes de financement :


- 2710 : Diminution des créances immobilisées ;
- 2720 : augmentation des dettes de financement.

b) Pour les créances et les dettes circulantes :


- 3701 : Diminution des créances circulantes ;
- 3702 : Augmentation des dettes circulantes.

N.B :
La constatation d’une perte latente relative à une créance immobilisée ou à une dette de
financement doit faire l’objet d’une provision (principe de prudence) pour perte de change
par :
- Le débit du compte 6393 : Dotations aux provisions pour risques et charges
financiers ;
- Le crédit du compte 1516 : provisions pour pertes de change.
Dans le cas d’une perte latente relative à une dette circulante de l’entreprise :
- Le débit du compte 6393 : Dotations aux provisions pour risques et charges
financiers ;
- Le crédit du compte 4506 : Provisions pour perte de change.

Exemple :

Le 15/07/2005 une société installée au Maroc prête à sa filiale américaine pour 5ans, 30.000 $
au cours de 9 Dhs le dollar, réglé par chèque. Au 31/12/2005 le cours du dollar est de 8,6 Dhs
le dollar.
TAF :
Enregistrer les opérations au journal de l’entreprise.

15/07/05

187
2487 Créances immobilisées 270.000
5141 Banques 270.000
31/12/05
2710 Diminution des créances
Immobilisées 12.000
2487 Créances immobilisées 12.000

6393 Dotations aux provisions pour
risques et charges financiers 12.000
1516 Provisions pour pertes de
change 12.000

Application :

Le 01/01/1998 une société a vendu à un client américain des marchandises pour 5.000 $. Lors
de la vente le cours du dollar était de 8,10 Dhs.
Le 01/06/1998 la société a encaissé 2.000 $ de ce client, cours à cette date 8,20 Dhs.
Le 31/12/1998 le cours est de :
- 1er cas : 8,50 Dhs ;
- 2ème cas : 7,50 Dhs.
TAF :
Enregistrer les opérations au journal de l’entreprise.

01/01/98
3421 Clients 40.500
7111 Ventes de marchandises 40.500
01/06/98
5161 Caisses 16.400
3421 Clients 16.200
7331 Gains de change 200

1er cas :

31/12/98
3421 Clients 1.200
1710 Augmentation des créances
circulant 1.200

2ème cas :

31/12/98
3701 Diminution des créances circulantes 1.800
3421 Clients 1.800

6393 Dotation aux provisions pour
risques et charges financiers 1.800
4506 Provisions pour perte de
change 1.800

188
Application :

La société GAMMA est une entreprise marocaine de dimension internationale. Ces relations
avec l’extérieur se résument aux opérations suivantes :
- Prêt à long terme à une entreprise américaine 8.000 $ à 8,5 Dhs le dollar ;
- Prêt à long terme à une entreprise belge 200.000 Fb à 27,50 Dhs/100Fb ;
- Emprunt à long terme à une entreprise hollandaise 10.000 Hf à 4,5 Dhs/Hf ;
- Emprunt auprès d’un organisme français 40.000 F à 2 Dhs/F ;
- Vente de marchandises à crédit à un client suisse 15.000 FS à 6 Dhs/FS ;
- Vente de biens produits à crédit à une société espagnole 1.500.000 Ps à 7,5
Dhs/100Ps ;
- Achat à crédit de matières premières à une société danoise 300.000 Cd à 145
Dhs/100Cd ;
- Achat à crédit de matières et fournitures à un fournisseur autrichien 40.000 Sh à
80 Dhs/100Sh.
Les cours de change des monnaies étrangères à la fin de l’exercice comptable de la société
GAMMA sont comme suit :
- 1$ pour 9 Dhs, 100 Fb pour 26 Dhs, 1 Hf pour 5 Dhs, 1 F pour 1,5 Dhs, 1 FS pour 6,5
Dhs, 100 Ps pour 7 Dhs, 100 Cd pour 147 Dhs, 100 Sh pour 75 Dhs.
TAF :
Enregistrer les opérations au journal de la société GAMMA et comptabiliser les écarts de
conversion pour chacune des opérations.

2487 Créances immobilisées 68.000


5141 Banques 68.000

2487 Créances immobilisées 55.000


5141 Banques 55.000

5141 Banques 45.000


1488 Dettes de financement diverses 45.000

5141 Banques 80.000


1481 EAEC 80.000

3421 Clients 90.000


7111 Ventes de marchandises 90.000

3421 Clients 112.500


7111 Ventes de biens produits au
Maroc 112.500

6121 Achats de matières premières 435.000


4411 Fournisseurs 435.000

6122 Achats de matières et fournitures


consommables 4.000

189
4411 Fournisseurs 4.000

31/12
2487 Créances immobilisées 4.000
1710 Augmentation des créances
immobilisées 4.000

2710 Diminution des créances
immobilisées 3.000
2487 Créances immobilisées 3.000

6393 Dotations aux provisions pour
risques et charges financiers 3.000
1516 Provisions pour pertes de change 3.000

2720 Augmentation des dettes de
financement 5.000
1481 EAEC 5.000

6393 Dotations aux provisions pour
risques et charges financiers 5.000
1516 Provisions pour pertes de change 5.000

1481 EAEC 20.000
1720 Diminution des dettes de
financement 20.000

3421 Clients 7.500
4701 Augmentation des créances
circulantes 7.500

3701 Diminution des créances circulantes 7.500
3421 Clients 7.500

6393 Dotations aux provisions pour
risques et charges financiers 7.500
4506 Provisions pour pertes de change 7.500

3702 Augmentation des dettes de
financement 6.000

190
4411 Fournisseurs 6.000

6393 Dotations aux provisions pour
risques et charges financiers 6.000
4506 Provisions pour pertes de change 6.000

4411 Fournisseurs 2.000
1720 Diminution des dettes de
financement 2.000

Exercice 1 :

De la comptabilité de l’entreprise « CHORFI », on extrait les renseignements suivants (les


sommes sont en Dhs) :

1. Chèque reçu du client CHAFIK en règlement de notre facture de ce jour comprenant:


marchandises, brut : 2.240, remise 10%, transport: 24.
2. Vente de 5.748,40 de marchandises à SABIH. Accordé sur ce montant une remise de
6% et un escompte de 2% pour paiement fin du mois.
3. Reçu facture du fournisseur SALHI pour achat de 5.345,45 d’emballages
commerciaux, escompte 2% pour règlement ce jour par chèque.
4. Reçu facture suivante du fournisseur SAADI : marchandises: 12.400, emballages
consignés : 600.
5. Achat à crédit à MEHDI des marchandises, brut: 9.347,30, remises: 5% et 2%.
6. Retourné au fournisseur MEHDI des marchandises défectueuses, brut: 347,30.
payé en espèces : 30 de frais de port à la charge du fournisseur.

TAF : Passer ces opérations au journal de CHORFI.

CHORFI CHORFI SALIHI


Doit : CHAFIK Doit : SABIH Doit : CHORFI

M.B 2.240 M.B 5.748,40 M.B 5.345,45


Remise 10% 224 Remise 6% 344,90 Escompte 2% 106,91
N.C 2.016 N.C 5.403,50 N.F 5.238,54
Transport 24 Escompte 2% 108,06 TVA 20% 1.047,71
TVA 20% 408 N.F 5.295,44 Net à payer 6.286,25
Net à payer 2.448 TVA 20% 1.059,09
Net à payer 6.354,53

SAADI MEHDI MEHDI


Doit : CHORFI Doit : CHORFI Avoir : CHORFI

M.B 12.400 M.B 9.347,30 M.B 347,30


TVA 20% 2.480 Remise 5% 467,36 Remise 5% 17,36
14.880 N.C 1 8.879,93 329,93

191
Emballage 600 Remise 2% 177,60 Remise 2% 6,60
N.C 2 8.702,33 323,33
Net à payer 15.480 TVA 20% 1.740,46 TVA 20% 64,67
Net à payer 10.442,80 Transport 30
TVA 14% 4,20
Net à payer 422.20

../..
5141 Banques 2.448
7111 Ventes de marchandises 2.016
71276 Port et frais accessoires 24
4455 Etat TVA facturée 408
Chèque n°…..
../..
3421 Clients 6.354,53
6386 Escompte accordé 108,06
7111 Ventes de marchandises 5.403,50
4455 Etat TVA facturée 1.059,09
Facture n°…..
../..
6123 Achat d’emballage 5.345,45
34552 Etat TVA R/ch 1.047,71
5141 Banques 6.286,25
7386 Escompte obtenu 106,91
Chèque n°…..
../..
6111 Achats de marchandises 12.400
34552 Etat TVA R/ch 2.480
3413 Frs-créances/emb. Et mat.
à rendre 600
4411 Fournisseurs 15.480
Facture n°…..
../..
6111 Achats de marchandises 8.702,33
34552 Etat TVA R/ch 1.740,46
4411 Fournisseurs 10.442,80
Facture n°…..
../..
4411 Fournisseurs 422,20
6111 Achats de marchandises 323,33
6142 Transport 30
34552 Etat TVA R/ch 68,87
Facture n°…..
../..
6142 Transport 30
34552 Etat TVA R/ch 4,20
5161 Caisses 34,20

192
P.C n°…..

Exercice 2 :

De la comptabilité de l’entreprise LAMARI, on relève les informations suivantes :


1. Le 5 mai, LAMARI expédie des marchandises à DAHBI pour 275 Dhs sous déduction
de 5% et 2% de remise et paie le transport à la charge du client : 8,50 Dhs.
2. Le 13 mai, DAHBI adresse à LAMARI un effet accepté au 31 juillet et un chèque pour
solde de compte, montant du chèque : 64,53 Dhs.
3. Le 16 mai, LAMARI remet à l’escompte la traite tirée sur DAHBI, agios : 6,45 Dhs.
4. Le 05 août, la banque retourne à LAMARI l’effet sur DAHBI, frais de retour de
l’impayé : 5,50 Dhs.
5. Le 18 août, LAMARI tire sur DAHBI en règlement de l’effet ci-dessus une nouvelle
traite au 31 octobre, majorée des intérêts de retard à 7% l’an.
TAF : Passer ces opérations au journal de LAMARI.

LAMARI
Doit : DAHBI

M.B 275
Remise 5% 13,75
N.C 1 261,25
Remise 2% 5,22
N.C 2 256,03
TVA 20% 51,20
Transport 8,50
TVA 14% 1,19
Net à payer 316,92

05/05
3421 Clients 316,92
7111 Ventes de marchandises 256,03
4455 Etat TVA facturée 51,20
61426 Transports sur ventes 8,50
34552 Etat TVA R/ch 1,19
Facture n°…..
13/05
3425 Client – effets à recevoir 252,39
5141 Banques 64,53
3421 Clients 316,92
Effet n°…..
16/05
5141 Banques 245,80
6174 Services bancaires 6,45
34552 Etat TVA R/ch 0,64
5520 Crédits d’escompte 252,39
Chèque n°…..
16/05
5520 Crédits d’escompte 252,39
3425 Clients – effets à recevoir 252,39

193
Effet n°…..
05/08
3421 Clients 257,89
5141 Banques 252,39
7381 Intérêts et produits assimilés 5,50
Chèque n°…..
18/08
3425 Clients – effets à recevoir 262,50
3421 Clients 257,89
7381 Intérêts et produits assimilés 4,61

194