Vous êtes sur la page 1sur 8

La Chine actuelle

Sommaire:

1.La chine d’un point de vue politique.

2.Un pays en pleine expansion


économique.

3.Des problèmes non négligeables


INTRODUCTION

La chine, immense pays de 1.3 milliard d’habitants et d’une superficie de


9.5 million de km², a connu ses 20 dernières années de nombreuses mutations
sur tous les plans.

Mao Zedong meurt en 1976, Deng XIAOPING prend le pouvoir en 1978

1.La Chine d’un point de vue politique


A/ présentation
Bien que des controverses existent, et que ce pays est en pleine mutation,
il s’agit d’un État communiste. Le régime est souvent décrit comme autoritaire,
communiste, socialiste. Cependant, beaucoup préfèrent associer les termes
« communiste » et « capitaliste » pour décrire la chine. Deng Xiao Ping avait
proposé la locution « socialisme de marché » pour qualifier l’évolution de la
RPC. Le gouvernement de la République populaire de Chine est contrôlé par le
Parti communiste chinois. Le parti garde le contrôle effectif sur les décisions
gouvernementales.
La censure est une routine assimilée dans toute l’infrastructure médiatique et le
PCC réagit promptement à toutes les organisations qu’il considère comme une
menace pour le régime, comme ce fut le cas lors des événements de
Tian’anmen.

B/ Un exemple, les évènement de Tian An Men

En mai 1989, 10 000 étudiants se regroupent sur la place de Tiananmen.


Ils crient des slogans favorables à la démocratie et dénoncent la corruption du
pouvoir politique.
Cette première manifestation intervient à un moment où la population
hésite de moins en moins à réclamer des réformes.
Le choix du lieu est symbolique car la place est proche de tous les lieux
importants du pouvoir communiste.

Dans les jours qui suivent, des milliers de personnes rejoignent les
étudiants. L’atmosphère est à la fête. Danses et chants se mêlent aux discussions
politiques passionnées.

Quelques étudiants entament parallèlement une grève de la faim pour


défendre leurs idées.

Des mouvements similaires sont organisés dans d’autres villes comme Shanghai
ou Canton.
Le gouvernement décide alors de réagir.IMAGE 1
Dans la nuit du 2 juin 1989, l’armée attaque en force. Il y a des victimes
mais la place n’est toujours pas évacuée.
Entre le 4 et le 7 juin, les étudiants, armés de cocktails Molotov,
affrontent l’armée. La ville est en état de siège.
Juchés sur des chars et des véhicules blindés, équipés de fusils automatiques et
de grenades offensives, les militaires se sont avancés vers les manifestants qui, à
mains nues ou à l’aide de simples bâtons, ont tenté de riposter.

Bilan : près de 3 000 morts.


IMAGE 2

C/ CENSURE
Il existe un ministère de la propagande qui applique la censure sur les
moyens d’expression, notamment sur internet. Le Bureau du film garde le
contrôle sur la diffusion des films. La télévision n’échappe pas à la censure
puisque le gouvernement a décrété que les dessins animés (en grande partie
japonais et américain) seront interdits entre 17h et 20h à partir du 1er septembre
2006. Internet est également contrôlé (toutes les connexions sont filtrées), et
beaucoup de sites web sont donc inaccessibles, comme par exemple
www.freetibet.org (libération du Tibet).

CONCLUSION : Depuis la mort de Mao, le régime politique chinois


demeure officiellement communiste, mais la Chine est sortie de l’autarcie.
La Chine, d’un point de vue économique
A/ Le boom économique :

L’économie Chinoise, depuis la mort de Mao Zedong, a connu une


triple mutation. D’une part, elle est passée de l’autarcie à l’ouverture sur
l’extérieur, d’une économie entièrement contrôlée par l’Etat à une économie de
marché, puis d’une économie rurale à une économie industrielle.

En juillet 2007, la Chine est la quatrième puissance économique


mondiale derrière les États-Unis, le Japon et l'Allemagne.

Deng XiaoPing, depuis son arrivé au pouvoir à la fin des années 70, a
entreprit d’ouvrir la Chine sur l’extérieur. Pour ce faire, il mit en place 5 ZES
(zones industrielles spéciales), l’agriculture a été décollectivisée, les prix et le
commerce libéralisé IMAGE 3

Le but est d’attirer les investissements étrangers. Les coûts


d’investissement, de financement et d’exploitation sont réduits par rapport à un
environnement économique « classique ». De plus, les entreprises s’implantant
dans ces ZES bénéficient de réductions fiscales (sans taxes ni droits de douane),
mais aussi des aides directes à l'installation.

 Joint- venture, création d’entreprises sino-étrangères, ce qui permet


aux étrangers de bénéficier de la main d’œuvre chinoises, et aux
chinois du savoir – faire étranger.

Désormais, toute la côte s’est enrichit, d’où des inégalités très fortes (voir
partie 3).

Le pays reste communiste mais s’ouvre progressivement.


Au départ, la Chine est un acteur majeur dans l’industrie du textile,
conservant des prix très bas grâce à une main d’œuvre nombreuse et bon
marché, lui valant le surnom d’« atelier du monde ».
Aujourd’hui, elle est de plus en plus présente dans les marchés de la HI
TECH, signe de développement économique.
Le taux de croissance annuel du pays frôle les 10% IMAGE 4-5

Part de la Chine dans le PIB mondial

% PIB mondial
Pays
2005 2006
Union européenne 30,30 29,89
États-Unis 28,06 27,36
Japon 10,15 9,00
Chine 5,02 5,53
Brésil 1,79 2,21
Inde 1,77 1,88
Russie 1,72 2,04

B/ Dépendance énergétique :
Les besoins énergétiques chinois dépassent actuellement les ressources
énergétiques disponibles : des coupures fréquentes ont lieu dans des villes
moyennes, et certaines usines doivent cesser leur activité plusieurs heures durant
la période de pointe, notamment dans les zones industrielles du littoral.

Cet approvisionnement, dans un contexte de hausse des prix du pétrole, rend la


Chine potentiellement vulnérable économiquement, et justifie sa bienveillance
envers des "États-voyous". Par ailleurs, les conditions d'exploitation du charbon
sont désastreuses et occasionnent régulièrement des morts dans les mines (partie
3)

C/ L’intérêt pour l’Afrique :


La République populaire de Chine s'intéresse depuis quelques années au
potentiel économique du continent africain : en 2005, on comptait officiellement
820 entreprises chinoises installées en Afrique
Surtout, l'Afrique constitue une source d'approvisionnement en minerais
et surtout en pétrole pour Pékin : 1/4 de ses besoins sont importés du continent
noir.

3. Les différents problèmes en


Chine :

A/ Des inégalités qui s’accroissent :

La Chine est parvenue à extirper 250 millions de personnes de la pauvreté


au cours des 25 dernières années. Toutefois, durant cette même période,
l’inégalité des revenus a doublé. Le revenu individuel des citadins est d’une
moyenne de 1 000 dollars par an alors qu’il dépasse légèrement 300 dollars par
an en milieu rural
L’écart entre les riches et les pauvres, qui a commencé à se marquer de
plus en plus à partir de la fin des années 70 a atteint un niveau record. Selon une
étude récente de la Commission chinoise du développement national, les 10% de
la population urbaine les plus riches du pays possèdent le 45% des biens, alors
que les 10% les plus pauvres n’en ont que le 1,4%.
L’espérance de vie des habitants des villes est également supérieure de 5
ans à celle des habitants des campagnes. Au Tibet, seule la moitié de la
population sait lire et écrire alors que le taux d’alphabétisation des habitants de
Beijing, Shanghai ou Tianjin dépasse 97 %. Image 6 image 7 image 8 image 9
image 10

 Des conflits ethniques, cas du Tibet « envahit par les Hans »


(salaires plus élevés, train reliant Pékin à Lhassa).

Image 11

B/Conditions de travail des ouvriers :


Pour confectionner une paire de Timberland, vendues en Europe 150
euros, un garçon de 14 ans gagne 45 centimes d’euro. Il travaille 16 heures par
jour, il dort à l’usine, il n’a ni congé annuel ni assurance maladie, il risque
l’intoxication et vit sous l’oppression de patrons bourreaux. Pour fabriquer une
paire de jogging Puma, un Chinois reçoit 90 centimes d’euro : le prix en Europe
est de 178.

Les ouvriers chinois qui fournissent nos magasins - l’armée prolétaire


qui fait marcher la "fabrique du monde" - commencent à parler.

La fabrique du "scandale Timberland" se trouve dans la riche région méridionale


du Guangdong, le cœur de la puissance industrielle chinoise, la zone d’où
démarra il y a un quart de siècle la conversion accélérée de la Chine au
capitalisme.

Les preuves sont écrasantes. Face à ces révélations, le quartier général de la


multinationale a du faire son mea culpa. Mais la direction admet maintenant
explicitement, à travers une déclaration officielle signée par le directeur des
relations extérieures de Timberland : "Nous sommes conscients que cette
fabrique a eu des problèmes concernant les conditions de travail. Nous sommes
engagés actuellement à aider les propriétaires de la fabrique à s’améliorer".

Mais les "problèmes concernant les conditions de travail" n’ont pas émergé
pendant les inspections régulières dans ses usines chinoises que Timberland
effectue (deux fois par an), ni ne se dégagent des rapports de son représentant
permanent dans l’entreprise. Il a fallu les témoignages désespérés que les
ouvriers ont confiés aux activistes humanitaires, en risquant le licenciement et la
perte de leur salaire si leurs identités sont découvertes. "Dans chaque rayon il y a
des garçons de 14 à 16 ans qui travaillent", disent les témoignages internes : une
exploitation de mineurs qu’en théorie la Chine a mis hors la loi. La journée de
travail commence a 7h30 et s’achève à 21h avec deux pauses pour les repas du
midi et du soir, mais au-delà de l’horaire officiel les heures supplémentaires sont
obligatoires.

Les mois de pointe d’avril et de mai, quand Timberland augmente les


commandes, "le roulement normal devient de 7 à 23h, avec seulement un
dimanche de repos toutes les deux semaines ; les heures supplémentaires
augmentent davantage et les travailleurs passent jusqu’à 105 heures par semaine
dans l’usine". Les informateurs à l’intérieur de l’usine ont fourni 4 exemplaires
de fiches de paie à China Labour Watch. La paie mensuelle est de 757 yuan (75
euros) "mais 44% sont déduits pour couvrir les frais du gîte et du couvert". Le
gîte et le couvert signifient des chambrées où s’entassent 16 travailleurs sur des
lits de camp métalliques et une cantine où "50 travailleurs ont été empoisonnés
par des germes de bambou pourris". Dans l’usine, les patrons entretiennent un
climat d’intimidation "y compris les violences physiques ; une ouvrière de 29
ans, battue par son contremaître, a été hospitalisée, mais l’entreprise ne lui paie
pas les frais médicaux
Vidéo

C/ Pollution

Ce mode de croissance entraîne inéluctablement de graves dommages


environnementaux. Le tiers des sols est souillé par des pluies acides ; un quart
de la population boit et utilise une eau non potable ; cinq des villes les plus
polluées au monde se trouvent en Chine…

Plus de 400 000 personnes meurent prématurément chaque année en


Chine en raison de la pollution de l’air, affirmait encore la semaine dernière un
expert d’un centre de recherches gouvernemental. « C’est un chiffre prudent. Le
vrai chiffre pourrait être plus élevé »
80 000 à 120 000 naissances de bébés malformés par année
Nuage de pollution quasi permanent au dessus de Pékin et Shanghai.

Image 12

Réactions :

Ces dernières années, le gouvernement a fait fermer plus de 84 000


petites entreprises gravement polluantes.
Circulation alternée
Les véhicules trop polluants sont interdits à la circulation.