Vous êtes sur la page 1sur 23
Quotidien National D’Information lundi 26 Août 2013 n° 131 prix: 10 dA Adresse électronique:
Quotidien National D’Information lundi 26 Août 2013 n° 131 prix: 10 dA Adresse électronique:
Quotidien National D’Information lundi 26 Août 2013 n° 131 prix: 10 dA Adresse électronique:
Quotidien National D’Information lundi 26 Août 2013 n° 131 prix: 10 dA Adresse électronique:
Quotidien National D’Information lundi 26 Août 2013 n° 131 prix: 10 dA Adresse électronique:
Quotidien National D’Information lundi 26 Août 2013 n° 131 prix: 10 dA Adresse électronique:

Quotidien National D’Information

lundi 26 Août 2013

n° 131

prix: 10 dA

Adresse électronique: lanationquotidien@gmail.com

Les chômeurs annoncent le retour à la protestation

p 4

mAlgré le feu vert du gouvernement syrien

pour lenquete

sur les Armes chimiques

LLEESSEETTAATTSS--UUNNIISSSSUURRLLEEPPIIEEDDDDEEGGUUEERRRREE

Le président Barack Obama, procède à des préparatifs de guerre qui rappelle ce qu’avait fait
Le président Barack Obama, procède à des
préparatifs de guerre qui rappelle ce qu’avait fait
son prédécesseur George W.Bush qui avait utilisé
le prétexte fallacieux des armes de destruction
massive pour envahir l’Irak.
p3

educAtion nAtionAle

Les assises sur la réforme annulées p3

l’Algérie, AvAnt tout !

Les vacances au «bled», c’est sacré

Ambiance familiale, fêtes de mariages, le mois sacré, le beau et chaud soleil, la mer et les soi- rées musicales sont, entre autres, l’atmosphère globale qui répond à la nostalgie de passer les vacances dans son pays d’origine afin de s’attacher de plus en plus à ses racines.

p2

Accidents de lA route

La La mort mort

toujours toujours

présente présente

au au volant volant

p4

En Vrac Par Madjid Khelassi Par Concessionnaires proxénètes Il a fallu du temps pour que

En Vrac

Par Madjid Khelassi

Par

Concessionnaires proxénètes

Il a fallu du temps pour que les autorités mettent fin à une pratique plus que scandaleuse: la revente de véhicules neufs par des concessionnaires en 2ème main …Procédé unique au monde. Ils sont légion ces surdoués de la combine indolente : la caisse dernier cri disponible de suite moyennant, 20, 30, 40 briques de plus que chez le 1er concessionnaire. On est écrasé de fascination devant la profusion de modèles exposés. Cela va du 4X4 à un milliard de centimes à la Porsche à plusieurs chiffres à gauche! La toile arachnéenne fait valser un dinar humilié. C’est du proxénétisme en série. Une concussion grasse à vous faire dégouter la voiture et le concessionnaire pour la vie.

2266 AAOOÛÛTT 22001133

LLAA NNAATTIIOONN EEVVEENNEEMMEENNTT

22

mAlgré le feu vert du gouvernement syrien

pour lenquete

sur les Armes chimiques

LES ETATS-UNIS SUR LE PIED DE GUERRE

Comme il l’avait laissé entendre, le gouvernement syrien a approuvé le calendrier de visites par les experts onusiens d'endroits d'utilisation présumée d'armes chimiques, dont notamment celui de près de Damas, a annoncé dimanche un porte-parole des autorités dans un communiqué

"L ors des négociations entre le ministre sy- rien des Affaires

étrangères Walid Mouallem et l'émissaire de l'Onu Angela Kane, la Syrie a confirmé qu'elle était disposée à coopérer avec l'équipe des inspecteurs pour prouver que les allégations des groupes terro- ristes sur l'utilisation par les troupes syriennes d'armes dans la région de la Ghouta orientale étaient mensongères. A l'issue des négociations, un mémorandum a été signé autorisant les experts à visiter les endroits des attaques présumées à l'arme chimique", in- dique le communiqué. Samedi déjà, le ministre syrien des Affaires étrangères Walid al- Mouallem avait assuré, lors d’une conversation téléphonique, son homologue iranien Mohammad Javad Zarif, que la Syrie allait collaborer avec les inspecteurs de l'ONU actuellement dans le pays et leur permettre de visiter les en- droits où des attaques aux armes chimiques menées par des groupes terroristes ont eu lieu. L'armée syrienne n'a jamais re- couru à l'arme chimique, a encore déclaré samedi soir le ministre sy- rien de l'Information Omran la- Zoubi, selon la chaîne télévisée Arab television. "Nous n'avons jamais fait re- cours à l'arme chimique en Syrie, sous quelque forme que ce soit, qu'il s'agisse de gaz ou de li- quide", a indiqué le ministre, cité par la chaîne. Quant aux substances chi- miques découvertes samedi lors d'une opération de l'armée sy- rienne menée dans le quartier de Jobar, à Damaselles étaient desti- nées à fabriquer les gaz de com-

étaient desti- nées à fabriquer les gaz de com- bat, a annoncé dimanche le com- mandement

bat, a annoncé dimanche le com- mandement de l'armée gouverne- mentale dans un communiqué cité par l'agence SANA. La télévision syrienne avait dif- fusé les images de ce qui avait été saisi chez les terroristes à Jobar, s'agissant notamment de jerri- cans en plastique, de plusieurs sacs contenant de la poudre blanche, des bouteilles pour gaz naturel, des grenades démontées, des charges pour lance-grenades et des caisses remplies de masques à gaz. Deux tonneaux de couleur verte portaient une ins-

cription en arabe indiquant qu’ils venaient d’Arabie saoudite. En dépit des déclarations du gouver- nement syrien, le président Ba- rack Obama, procède à des préparatifs de guerre qui rappelle ce qu’avait fait son prédécesseur George W.Bush qui avait utilisé

le prétexte fallacieux des armes

de destruction massive pour en- vahir l’Irak. En effet, les forces armées des Etats-Unis sont prêtes à réaliser

un scénario militaire en Syrie, s'il

y a un ordre ad hoc du président

Barack Obama, a déclaré di-

manche le ministre américain de la Défense Chuck Hagel, actuel- lement en visite en Malaisie. Selon les médias occidentaux, un haut responsable iranien aurait menacé les Etsts-Unis de lourdes conséquences s’ils franchissaient la «ligne rouge» et intervenaient

militairement en Syrie. La position américaine a été critiquée par le président du Ve- nezuela Nicolas Maduro, qui es- time que les Etats-Unis voudraient déchaîner une nou-

velle guerre mondiale.

ssyynntthhèèssee AAmmaarraa kkhheelliiffii

L'Egypte

a rouvert

sa frontière

avec Gaza

L'Egypte a rouvert sa frontière avec Gaza L'Egypte a partiellement rouvert samedi sa frontière avec la

L'Egypte a partiellement rouvert samedi sa frontière avec la bande de Gaza, a annoncé à RIA Novosti une source du côté palestinien du passage de Rafah. "Les autorités égyp- tiennes nous ont annoncé qu'elles rouvraient partielle- ment le passage à des fins humanitaires. Cette démarche ne concerne que des catégories bien déterminées de per- sonnes : les malades qui vont se soigner à l'étranger et les titulaires de passe- ports étrangers", a déclaré l'interlocuteur de l'agence. Désormais, le poste-fron- tière de Rafah sera ouvert pendant quatre heures par jour. Unique point de pas- sage entre l'enclave palesti- nienne et l'Egypte, ce poste-frontière a été fermé lundi 19 août suite à une at- taque d'inconnus qui avaient abattu par balles 25 policiers égyptiens. Dans le contexte du blo- cus israélien de Gaza, le passage de Rafah constitue la seule porte vers le monde extérieur pour les 1,5 mil- lion d'habitants de l'enclave contrôlée par le mouvement islamiste Hamas.

moubArAk et les dirigeAnts des frères musulmAns

Procès reportés en Egypte

Deux procès très attendus en Egypte, celui des dirigeants des Frères musulmans et celui de Hosni Moubarek, ont été reportés. Le pro- cès des trois principaux chefs des Frères mu- sulmansaccusésd'"incitationaumeurtre"aété ajourné au 29 octobre. Le Guide suprême des Frères musulmans, Mohamed Badie, et ses adjoints, Khairat al-

Chater et Rachad Bayoumi, actuellement in- carcérés, n'ont pas été présentés au tribunal "pour des raisons de sécurité", et le président du Tribunal criminel du Caire a ajourné l'au- dience au 29 octobre. Les trois chefs des Frères musulmans sont accusés d'"incitation au meurtre" des anti-Morsi lorsque ces der- niers manifestaient en début de juin près du siège central des Frères musulmans. Lors des tentatives de prendre d'assaut le bâtiment du siège, huit manifestants ont été tués par des membres de l'organisation, qui ont fait usage d'armesàfeu.Lestroisdirigeantsencourentla peine de mort. D’autre part, une cour égyptienne a décidé dimanche de reporter au 14 septembre le pro- cès de l'ex-président Hosni Moubarak accusé

d'incitationàlaviolenceetaumassacredema-

nifestants, a rapporté une chaîne de télévision d'Etat. Considérant le nombre important de documents entourant le procès, la cour crimi-

important de documents entourant le procès, la cour crimi- nelle du Caire, présidée par le juge

nelle du Caire, présidée par le juge Mahmoud Kamel, a décidé d'ajourner le procès de M. Moubarak, de ses deux fils,Alaa et Gamal, de l'ancienministredel'IntérieurHabibel-Adliet de six adjoints de M. Moubarak. Le juge a or- donnélaformationd'unecommissiontripartite composée d'enquêteurs venant de la police, desforcesarméesetd'enquêtesmédico-légales

pour réviser les preuves concrètes du meurtre de manifestants.

nistre Hazem Beblawi a placé jeudi M. Mou- barak, blanchi pour corruption, en résidence surveillée en raison de l'état d'urgence d'un mois imposé en Egypte depuis le 14 août. M. Moubarak a choisi d'être placé à l'hôpital mi-

litaire de Maadi et sa résidence surveillée se terminera quand l'état d'urgence sera levé. Par ailleurs,le cabinet égyptien a décidé sa- medi soir de raccourcir le couvre-feu en vi- gueur de deux heures, a rapporté l'agence de presse officielle MENA. Le couvre-feu, imposé dans 14 gouverno- rats, notamment au Caire, la capitale du pays,

àGizehetàAlexandrie,commenceraà21h00

heure locale (19h00 GMT) au lieu de 19h00 heure locale (17h00 GMT), et durera jusqu'à

06h00heurelocale(04h00GMT).Cependant,

cettemesureneprendrapaseffetlesvendredis comme les Egyptiens organisent souvent des manifestationscejourdelasemaine,aprécisé MENA. Cette dernière décision vise à alléger le fardeau des civils et à répondre aux de- mandes du peuple, a déclaré le cabinet dans un communiqué. La décision est intervenue suite au discours du Premier ministre égyptien par intérim Hazem el-Beblawi annonçant que la priorité

de son gouvernement était maintenant de ré-

LedirigeantmilitaireadjointetPremiermi- tablir la sécurité dans le pays. Le cabinet avait

imposélecouvre-feule14août,peuaprèsl'an-

nonce de l'état d'urgence à l'échelle nationale pour une durée d'un mois par la présidence en

raisondestroublesprovoquésparladispersion des sit-in pro-Morsi.

33

LLAA NNAATTIIOONN EEVVEENNEEMMEENNTT

2266 AAOOÛÛTT 22001133

Education nationalE

Les assises sur la réforme annulées

Les assises sur l’évaluation de la réforme du système éducatif prévues en juillet n’ont pas eu lieu.

I l s’agit d’un important rendez-vous dans le secteur de l’Education natio- nale au cours duquel les spécialistes,

pédagogues et aux experts algériens et étrangers devaient évaluer le système éducatif en Algérie depuis que Aboubakr Benbouzid était ministre. Jusqu’au jour d’aujourd’hui, rien à signaler, ces assises sont-elles annulées ? A quelques jours seulement de la ren- trée scolaire 2013/2014, le ministère de l’Education nationale reste toujours si- lencieux, aucune déclaration sur ce sujet n’a été communiquée aux syndicats et as- sociations de parents d’élèves. Etonné, le coordinateur national du Snapest, Mé- ziane Mériane, ne trouve pas d’explica- tion : « on ne sait pas pourquoi les assises ne se sont pas tenues », a-t-il dit. « J’ai assisté d’ailleurs à la rencontre organisé par le ministre de l’Education nationale, Abdelatif Baba Ahmed, tenue en mai der- nier au lycée national de mathématiques de Kouba où il a déclaré que les assises auront lieu en début de juillet», a rappelé hier M. Mériane contacté par téléphone part La Nation. Pour lui, ces assises sont très importantes pour le secteur de l’Edu- cation, et elles sont le seule moyen « pour appliquer les recommandations du minis- tère ». Par ailleurs, l’évaluation des réformes du système éducatif lancées depuis 2003, par l’ex-ministre Benbouzid, a fait couler beaucoup d’encre. D’ailleurs, la commis- sion nationale de réforme du système éducatif, dite commission Benzaghou, du nom de son président, installée en mai 2000, n’a pas communiqué de rapport tangible sur les réformes. C’est d’ailleurs le même point de vue partagé par le président de la Fédé- ration des associations des parents d’élèves, Khaled Hmed, qui nous a indi- qué que « les réformes dans l’Education nationale sont nécessaires. Il s’agit de l’avenir de l’Algérie qui est en véritable danger. Nos enfants sont les cadres de de- main, ils vont participer dans la construc-

cadres de de- main, ils vont participer dans la construc- tion de leur pays ». Pour

tion de leur pays ». Pour lui, sa Fédéra- tion « s’est étonné du silence du minis- tère de l’Education sur la tenue des assises prévues en début de juillet. On ne sait pas pourquoi ». Il a, toutefois, qualifié les programmes scolaires « de bons », mais il a recom- mandé « de faire une évaluation sur le contenu des programmes ». M. Hmed de- mande, à cet effet, « d’évaluer le pro- gramme scolaire depuis l’indépendance de l’Algérie, c’est-à-dire, un constat gé- néral de cinquante année de secteur de l’Education nationale ». Dans ce cadre, le ministre actuel de l’Education nationale avait, lui-même, déclaré, en avril dernier, qu’il y aurait des assises en début de juillet. « Des assises

nationales seront organisées durant le mois de juillet, où la parole sera donnée aux pédagogues et aux experts algériens et étrangers afin de hisser le niveau et améliorer le rendement du système édu- catif », avait-il dit. L’évaluation va, a-t-il ajouté, toucher uniquement les deux étapes concernant l’enseignement obliga- toire (cycles primaire et moyen). A cet effet, plusieurs réunions régionales ont été programmées durant les mois de fé- vrier et mars, par les inspecteurs, ensei- gnants, et syndicats de l’Education nationale à travers les wilayas du pays. Le président de la Fédération des associa- tions des parents d’élèves affirme que « les syndicats attendent la tutelle pour qu’elle organise le débat et la réunion na-

tionale pour évaluer et établir un constat national sur les réformes ». En contre partie, le ministre avait déclaré que « les rapports de synthèse des wilayas et des conférences régionales sont parvenus au ministère et leur exploitation est en cours. Il s’agira maintenant d’élargir le champ de réflexion au niveau national et d’éla- borer un plan des actions à mener à court, moyen et long termes afin de faire évo- luer le système éducatif dans le sens sou- haité ». En fait, rien n’est encore accompli sur le terrain. La rentrée scolaire pointe à l’horizon, avec ses menaces de grèves qui viennent de la plupart des syndicats du secteur.

ddjjaammeell BBoouukkeerrmmaa

Education

Le cours sur « les assises » ne fait plus partie du programme

« Des assises nationales seront organisées durant le mois de juillet, où la parole sera donnée aux pédagogues et aux experts algériens et étrangers afin de hisser le niveau et améliorer le rendement du système éducatif. » Cette déclaration est du Ministre de l’éducation natio- nale, Abdelatif Baba Ahmed, extraite d’une interview ac- cordée au quotidien El-Moudjahid le 11 avril 2013. Textuellement cela voudrait dire que le nouveau respon- sable de ce secteur reconnaissait explicitement, quelques mois après son investiture, que l’enseignement était ma- lade et il devenait impératif d’appeler à son chevet les ac- teurs nationaux et étrangers. Ces derniers auront à diagnostiquer le mal qui ronge le secteur et élaboreront des recommandations pour élever le niveau et rendre progressivement le système éducatif performant. La teneur de cette déclaration se veut une critique à son prédécesseur, Benbouzid qui a dirigé plus d’une décennie ce portefeuille avec les résultats connus au point où l’école était considérée comme sinistrée. Beaucoup se demandent à quoi aurait servi ce remanie- ment si on est en train de reproduire le même schéma à

l’enseignement. L’annonce de tenue des assises par le nouveau ministre a été saluée par toute la famille de l’en- seignement qui a cru, bien qu’on fût à cette époque en avril, loin certes du premier de ce mois, à une rupture avec un système presque en ruines. La cotation de notre système d’enseignement au niveau international où nous figurons dans les toutes dernières loges et la non reconnaissance, hors de nos frontières, des diplômes algériens illustrent toute la misère d’un secteur à qui on consacre l’un des gros budgets, juste derrière la défense nationale. Nous sommes à la veille d’une nouvelle année scolaire, sans que Baba Ahmed ne tienne ses assises annoncées dans l’euphorie de sa nomination, ni ne donne les raisons d’avoir fait l’impasse de cette importante manifestation. Au fait nos ministres sont-ils comptables de ce qu’ils avancent. Certainement pas. La preuve. Plus encore, voilà un mi- nistre qui critique un système mais qui continue à le re- produire, apportant quelques replâtrages par ci, et quelques rafistolages par là et qui sont en fait autant de

cautères sur une jambe en bois. BB

BB

par ci, et quelques rafistolages par là et qui sont en fait autant de cautères sur

2266 AAOOÛÛTT 22001133

LLAA NNAATTIIOONN EEVVEENNEEMMEENNTT

44

accIdents de la route

La mort toujours présente au volant

Cent-six personnes ont trouvé la mort et 1470 autres ont été blessées dans 795 accidents de la circulation durant la semaine du 13 au 19 août courant.

la circulation durant la semaine du 13 au 19 août courant. L e nombre d’accidents a

L e nombre d’accidents a augmenté par rapport au mois précédent, avec plus

de 23 accidents au moment où le nombre de décès a baissé à moins de 19 morts ainsi que celui des blessés avec moins de 14 personnes blessées, selon les statistiques délivrées par les ser- vice de la Gendarmerie natio- nale. Pour cette même période citée, la wilaya de Sétif vient en tête avec 11 morts suivie de la wilaya de Bejaia avec 8 morts puis les wilayas de Chlef et Ain Defla avec 6 morts chacune. Les principales causes de ces accidents sont la vitesse exces- sive, le dépassement dangereux, le non respect de la distance de sécurité et la négligence des pié-

tons, affirme la même source. Le bilan de la Sûreté nationale a fait état, quant à lui, de 73 morts et 1845 blessés dans 1514 accidents de la circulation dans les régions urbaines durant le mois de juillet dernier, indique un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), dont La Nation détient une copie. Le nombre des accidents en- registrés durant cette période a baissé par rapport au mois pré- cédent (juin 2013) avec un écart de 72 accidents, précise cette même source, indiquant que le nombre de morts a baissé de 17 cas et celui des blessés de 33 cas. La principale cause de ces accidents reste le facteur hu-

main (96,30%), selon la même source. Dans ce cadre la DGSN a in- vité les usagers au respect du code de la route et aux règles de prudence et de vigilance qui s’imposent à tous les conduc- teurs. Sur le plan des activités opérationnelles, il a été relevé au cours du mois de juillet 3885 délits routiers, 920 infractions de coordination et 919 mises en fourrière. Aussi, 48277 amendes forfaitaires et 12369 retraits de permis de conduire ont égale- ment été enregistrés. Pour sa part, la protection ci- vile a dénombré la mort de 82 personnes avec 2.340 autres blessées dans 1810 accidents de la circulation enregistré à

l’échelle nationale du 11 au 17 août. Les pertes les plus lourdes ont été déplorées dans la wilaya de Chlef où neuf personnes sont décédées dans 66 accidents de la circulation, selon l’APS. Malgré les mesures répres- sives prises par les autorités de- puis quelques années afin de réduire cette calamité, les statis- tiques des accidents de la route se maintiennent à un niveau in- quiétant et angoissant à la fois, classant l’Algérie parmi les pays les plus dangereux dans le monde en matière de sécurité routière. La mise en place du permis à point début 2013 ne semble pas avoir stoppé cette tendance.

aammeell BBaaBBaa

Ils agIront dans plusIeurs wIlayas

155 millions de DA pour financer des projets pour jeunes

Un montant de 155 millions de DAa été alloué par le minis- tère de la Jeunesse et des sports pour le financement d’un total de 286 projets pour jeunes pro- posés par des associations na-

a indiqué

dimanche àAlger le ministre de la Jeunesse et des sports Moha- med Tahmi. Le secteur de la jeunesse et des sports "finance des projets

l’intérêt

effectifs

public et contribuent à la sensi-

bilisation des jeunes, a affirmé M. Tahmi au terme de la céré- monie de signature des accords de financement des projets sug- gérés par des associations acti-

vant au niveau de

10 wilayas

du centre du pays. Il a précisé à

ce propos, que le suivi de ces projets à travers des évaluations

périodiques

(3

sera

confié à des commissions spé-

cialisées composées de cadres

du

niveau

local que central.

a

en

outre, que son département mi- nistériel prenait en charge le fi-

nancement d’associations

qui

activent de manière effective et non celles créées pour "amasser de l’argent", faisant remarquer que l’évaluation effectuée par le ministère en la matière "a ré-

vélé que 50% des associations qui bénéficient d’une subven- tion de l’Etat sont absentes sur le terrain". Le ministère de la Jeunesse et des sports a pris en charge à raison de 80% le financement de ces projets étudiés et ficelés par des associations alors que

les 20% restants

sont assurés

par les associations. Ces projets proposés par 271 associations locales et 15 natio-

nales

principaux

concernent quatre axes

tionales

et locales,

qui

servent

mois)

au

ministère

M. Tahmi

tant

souligné

Les chômeurs annoncent le retour à la protestation

Le Comité national pour la défense des droits des chômeurs (CNDDC) a décidé d’organiser de nouvelles actions de protestation, dès la deuxième quinzaine du mois de septembre, devant les sièges des institutions publiques, instances officielles et entreprises publiques et privées, afin de dénoncer l’inertie des pouvoirs pu- blics qui tardent à concrétiser les promesses faites par le gouvernement. Lors d’une conférence de presse tenue, hier, à Alger le Coordinateur du mouvement,Tahar Belabès, a annoncé que de nouvelles actions de contestation seront tenues par les chômeurs. «Nous allons organiser des manifestations le même jour dans plusieurs wilayas dont Ouargla, Ghardaïa, La- ghouat, Tamanrasset, Adrar, Béchar et Saïda», a déclaré

M. Belabès, sans toutefois précisé la date exacte ; «la

date de l’organisation de ces manifestations sera annon-

cée prochainement», s’est-il contenté de dire. Selon

M. Belabès, les chômeurs qui sont représentés par le

CNDDC comptent également saisir l’occasion que pré- sente la campagne de l’élection présidentielle de 2014 pour présenter et rappeler leurs revendications. Il ex- plique ce retour à la contestation en disant qu’«il n’y a pas d’autre alternative pour faire réagir les autorités

concernées». Il a, en outre, souligné que les mesures annoncées en mai dernier par le Premier ministre sont toujours au stade des promesses. «Jusqu’à présent, rien n’a été concrétisé sur le terrain», a-t-il clamé. « La non- prise en charge effective du dossier des chômeurs, no- tamment ceux du Sud qui restent à la traîne, prouve encore une fois l’échec des pouvoirs publics de dés- amorcer la crise dont les victimes sont ces jeunes en détresse» a-t-il estimé. Il est à rappeler que le plus grand rassemblement organisé par les chômeurs était celui du 14 Mars dans la wilaya d’Ouargla. Des milliers de jeunes chômeurs venus de toutes les villes se sont rassemblés, ce jour-là, pour revendiquer leur droit au travail et réclamer la libération des chômeurs arrêtés. D’autres actions ont suivi dans d’autres wilaya notam- ment El Oued, pour arriver jusqu’aux villes du Nord- est dont Oum-El-Bouaghi mais cette dernière action a été vite annulée après une «intervention musclée de la part d’inconnus » a indiqué le CNDDC, qui a décidé par la suite d’organiser une marche plus au nord du pays à savoir dans la wilaya de Bejaia, dans le but d’élargir le mouvement et atteindre tout le territoire na- tional, en vue d’une meilleure prise en charge de la pro-

tional, en vue d’une meilleure prise en charge de la pro- blématique du chômage et de

blématique du chômage et de l’emploi précaire. Ils en ont fait d’ailleurs leur slogan : «nous ne sommes pas les chômeurs du Sud, mais les chômeurs de toute l'Al- gérie. »

nnaabbiillaa aa

5 5

LLAA NNAATTIIOONN EEVVEENNEEMMEENNTT

2266 AAOOÛÛTT 22001133

L’ALgérie, AvAnt tout !

Les vacances au «bled» chaque année, c’est sacré

Ambiance familiale, fêtes de mariages, le mois sacré, le beau et chaud soleil, la mer et les soirées musicales sont, entre autres, l’atmosphère globale qui répond à la nostalgie de passer les vacances dans son pays d’origine afin de s’attacher de plus en plus à ses racines.

Amel BABA

A l’approche des grandes vacances, les Algériens résidant à l’étranger, en France particulièrement, réser-

vent leur voyage pour passer leur congé an- nuel dans leur pays d’origine. Ils sont nombreux à vouloir rentrer enAlgérie, mal- gré l’encombrement que connaissent les lignes aériennes Algérie-France à chaque saison estivale, les ennuis des réservations et les longues listes d’attente pour ceux qui n’ont pas réservé tôt. La saison estivale permet aux Algériens résidant à l’étranger de retrouver leurs racines et de se reposer du stress et de la fatigue d’une année de tra- vail pour les parents et d’études pour les en- fants, quoique la nostalgie du pays et de la famille constitue le facteur principal qui in- cite les émigrés à se rendre massivement chez eux à chaque fois que l’occasion leur est offerte. Les émigrés sont nombreux à profiter de ce genre d’occasion, pour faire connaître à leurs enfants les traditions et coutumes de leur pays natal ; à chaque sai- son, les enfants qui sont nés et ont grandi dans le pays d’accueil, apprennent avec leurs parents et leurs proches quelques mots de plus en langue arabe. Beaucoup d’entre eux ont profité du mois de ramadhan pour commencer à pratiquer pour la première fois la prière dans les mosquées algé- riennes.

pour retrouver les racines

Les vacances au bled constituent un pont d’attachement à la famille et aux racines. Puisque l’émigration «casse» en quelque sorte les liens familiaux, la saison estivale est une occasion agréable qui permet de fortifier les relations familiales et d’amitié entre lesAlgériens autoch- tones et émigrés, et ce, à travers les visites familiales qui se multiplient à leur retour en Algérie et les différentes rencontres dans les fêtes de mariages et plusieurs autres occasions. «Rentrer en Algérie c’est ré- pondre à l’appel du cœur qui tient à son pays plus que ceux qui vivent sur son sol», nous confie Mme Karima, gouvernante à Monaco et ré- sidant à Nice, 40 ans, maman de deux enfants. Dans son témoignage, cette dame appuie sur le facteur socioculturel en disant que ce sont les émigrés quitiennentplus à faire apprendre à leurs enfants les traditions et les coutumes de leur pays natal, pour la simple raison que les condi- tions d’épanouissement de leurs enfants en dehors de l’Algérie sont une sorte de «menace» pour le mode de vie et les coutumes de notre société d’origine. «La culture de l’autre a plus d’influence sur le com- portement de nos enfants, on a du mal à leur expliquer des choses et à les gérer selon notre religion et nos principes ; moi personnellement, à chaque congé passé enAlgérie, je fais mon possible pour réunir toutes les conditions afin que mes enfants s’attachent spontané- ment (sans force) à leur cul- ture et leur religion; le fait qu’ils apprennent quelques mots de leur langue- mère ou qu’ils fassent davantage connaissance avec leur fa- mille, me donne toujours le sentiment que mon voyage estréussi»,a-t-elledéclaré.La particularité de cette saison estivale pour les émigrés qui sont venus passer leurs va- cances en Algérie c’est que les vacances coïncident avec les premiers jours du mois du ramadhan. Pour cette année, le ramadhan n’a pas éveillé le sentiment d’exil, au moins pour quelques jours, pour de nombreux émigrés qui ont jeûnéavecleursfamillesicienAlgérie.Leramadhanétantunetradition religieuse et culturelle des musulmans, a eu un goût spécial cet été, en présence des émigrés enAlgérie.

Et les Algériens du «bled», où vont-ils ? Cependant, les algériens du « bled »,
Et les Algériens du «bled»,
où vont-ils ?
Cependant, les algériens du « bled »,
eux aussi, ont droit aux vacances, cer-
tains les passent en Algérie, d’autres,
qui ont le portefeuille bien garni préfè-
rent traverser la mer pour se reposer,
ces derniers ont l’embarras du choix
devant les différentes destinations of-
fertes. Les côtes algériennes, la Tunisie,
Le Maroc, La Turquie… Les agences
de voyages commencent déjà à s’arra-
cher leurs futurs clients à coups de pro-
motions. Mais quelles sont les
destinations préférées des Algériens
d’ici? Au niveau d’Alger-Centre, l’une
des agences de voyages située au Bou-
levard Didouche Mourad, le personnel
se démène pour accueillir et expliquer
aux potentiels clients les offres maison.
Un choix de destinations est proposé.
Un séjour d’une semaine en demi-pension pourAgadir au Maroc est à plus de 50
000 DA alors qu’il ne dépasse pas 30 000 DA pour la Tunisie. Les prix pratiqués
seraient compétitifs, apprend-on. «Je fais des économies toute une année pour
pouvoir offrir une destination de repos à ma famille. C’est important de changer
d’air», confie Lotfi, ingénieur en informatique dans une banque privée, venu
s’enquérir des offres. La Tunisie sera sa destination privilégiée, comme celle de
beaucoup d’Algériens. «En plus des tarifs moins onéreux que sur les autres des-
tinations, c’est tout juste à côté de chez nous», explique-t-il. Son départ est déjà
scellé, il compte passer une à Hammamet avant la rentrée sociale. La plupart des
agences offrent des séjours variant entre 4 et 15 jours vers plusieurs pays comme
la Tunisie, le Maroc, la Turquie, l’Egypte, le Liban, la Grèce. Par ailleurs, ces
professionnels soutiennent que les touristes algériens partent en Tunisie souvent
en famille en raison de la proximité géographique, de la connaissance des cou-
tumes et, surtout, de l’absence de visa d’entrée. «Ce n’est pas comme les autres
pays où les procédures sont un peu plus compliquées», affirme un autre respon-
sable d’une agence de voyages. Consciente de ce marché florissant, la Tunisie
cherche toujours à améliorer les conditions d'accueil et de transit depuis les postes
frontières tuniso-algériens. Même si ces derniers temps, il est vrai que le facteur
«insécurité» en Tunisie revient parfois sur les lèvres. Les destinations Maroc et
Turquie font les choux gras des couples et des familles. Ces deux «évasions» of-
frent une palette de sites historiques. Même si le Maroc reste aussi une destination
de choix, la fermeture des frontières n’est pas pour faciliter le déplacement par
voie terrestre. Les vacances au bled demeurent une bonne occasion pour nos émi-
grés de mieux connaître leur pays d’origine. Pour les «autochtones» c’est aussi
l’occasion de faire connaissance avec une autre diaspora établie un peu partout
dans le monde dont une bonne partie va un jour rentrer définitivement enAlgérie.
autre diaspora établie un peu partout dans le monde dont une bonne partie va un jour

2266 AAOOUUTT 22001133

PP UU BB LL II CC II TT EE

66

Vous pouvez lire à la UNE d’aujourd’hui

ءاهتنا نلعت ةيروكلا ةكرصشلا مهطروتمدعتوبثدعب عاطقب ةصصاÿا
ءاهتنا نلعت ةيروكلا ةكرصشلا
مهطروتمدعتوبثدعب
عاطقب ةصصاÿا ةئيهتلا لاغصشأا
ةيمومعلا لاغصش’أ
او يرلا
سشيباÈلاعمقراوطلافلخ‘
ل˘˘˘˘˘˘˘ي˘˘˘˘˘˘˘ب˘˘˘˘˘˘˘شس ءÓ˘˘˘˘˘˘˘˘خإا
ل˘كا˘ششمو لا˘م˘˘ع˘˘لا ة˘˘ل˘˘ق
ر˘˘˘خاأ ˘˘˘˘ت ءارو ة˘˘˘˘ي˘˘˘˘ن˘˘˘˘ق˘˘˘˘ت
جÈب ا˘˘شصخ˘˘شش
32
هز˘˘˘˘˘˘ت˘˘˘˘˘˘ن˘˘˘˘˘˘م
مÓ˘˘˘˘˘˘˘ت˘˘˘˘˘˘˘شسا
راتfl يجاب
»تÓباشصلا«
02سص
WWW . EL - HOURRIA . COM
05¢U
Q u o t i d i e n e l h o u r r i a @ h o t m a i l . c o m :ÊوÎكل’إ ا ديÈلا جد 10 نمثلا
330 ددعلا
ةيناثلا ةــنصسلا ةدـيدج ةــعبط 1434 لاوصش 19 ـل قـــفاوــŸا 2013 تواأ 26 Úنث’إ
ا
»اي÷ا« ميظنت اياقب نم اهناأ حجر
اهل احرصسم نوكتصس ةرتوتم تاي’و
ددهي لاطبلا بون÷ا بابشش
ددهي لاطبلا بون÷ا بابشش
ددهي لاطبلا بون÷ا بابشش
ددهي لاطبلا بون÷ا بابشش
Èمتبشس ‘ بارشضاإ ب
Èمتبشس ‘ بارشضاإ ب
Èمتبشس ‘ بارشضاإ ب
Èمتبشس ‘ بارشضاإ ب
03¢U
ة˘عو˘م› ر˘شصا˘˘ح˘˘ي سشي÷ا
ةديلبلاب ةيباهراإ
كابتصشا دح’أ
ا ¤اإ تبصسلا ةليل عقو
يبعصشلا ينطولا سشي÷ا دارفاأ Úب
،ددعلا ةلوه› ةيباهراإ ةعوم›و
ةدعاقل ةرواÛا لاب÷ا ىوتصسم ىلع
زا‚اب ةفلكŸا ةيكÎلا نوقزواأ ةكرصش
برغ » رج يداو« ةيدلبل رواÛا قفنلا
ّ
.ةديلبلا ةي’و
03¢U
ماياأ ةعصست ماد بارصضاإ دعب
نو˘ف˘ناأ ˘ت˘شسي د˘˘يÈلا لا˘˘م˘˘ع
سسفنتي نطاوŸاو م˘ه˘ل˘م˘ع
ءادعشصلا
02¢U
ةعبطلا لم– اذام
ديدج نم 46 ـلا
اعوبصساأ رمتصست ةلمح نم لو’أ
ا مويلا
نا˘˘˘˘˘˘جر˘˘˘˘˘˘هŸا قÓ˘˘˘˘˘˘˘ط˘˘˘˘˘˘˘نا
ةا و˘˘ه˘˘لا حر˘˘شسŸ ي˘˘ن˘˘طو˘˘لا
سسيلف نب حصشرت معد ماماأ قيرطلا عطق ديرت تاهج
بز◊ا مصساب سشورمحو
ا
ّ
روتشسدلا ليدعتو تايشسائرلا Úب عيشضي نÓفلأ
ا
طاقشساإ « ـل نورهاظتي فللآ
سسنوت ‘ »ةموك◊ا
ÂاغتشسÃ
19¢U
ديد÷ا مصسوŸا حتتفي فيطصس قافو
نوركف Úع بابصش ىلع زوفب
مك◊ا ‘ ةقيلفتوب ءاقب نودعبتصسي ’ نويدايق
03¢U
اÒث˘ك ا˘ن˘مد˘خ زو˘ف˘لا :دو˘ل˘ي˘ف
د˘ع˘ب ة˘يو˘ن˘عŸا ة˘ي˘حا˘ن˘˘لا ن˘˘م
فاكلا ةشسكن
،لو’أ
ا سسماأ ،عراوصشلا ¤اإ Úيصسنوتلا ف’اآ لزن
اهمظنت اعوبصساأ رمتصست ةلمح نم لو’أ
ا مويلا ‘
اهدوقت يتلا »ةموك◊ا طاقصساإ« ـل ةصضراعŸا
ةموكح ليكصشتو ،ةيملصس’إ
ا ةصضهنلا ةكرح
عوبصساأ« راعصش ت– كلذو ،ةيبزح Òغ
ةحاصس ‘ نيرهاظتملل Èك’أ
.»ليحرلا
ا عمجتلا ناك
زوفلا يدهي لئابقلا ةبيبصش بردم
يصسيصساأ تلا ينطولا سسلÛا ماماأ »ودراب«
سسلÛا ‘ ءاصضعاأ مصصتعي ثيح ،)ناŸÈلا(
بئانلا لايتغا ديعب ،رهصش ذنم نورهاظتمو
ةلاقتصساب ةبلاطملل ،يمهاÈلا دمfi سضراعŸا
.سضيرعلا يلع اهصساأÎي يتلا ةموك◊ا
08¢U
راصصنلأ
ل ةملعلا ىلع
نو˘˘˘˘ك˘˘˘˘ن ن˘˘˘˘˘ل :يدو˘˘˘˘˘ج تياآ
ةلو÷ا لبق اما“ نيزهاج
!ةعباشسلا
راو◊ا تاونق قلغ ‘ ةيصصولا ةرازولا رارمتصسا لاح ‘
نخاشس ي˘عا˘م˘ت˘جا لو˘خد˘ب دد˘ه˘ت ة˘ي˘بÎلا تا˘با˘ق˘ن
11 ¢U
02¢U
تصصوير:ينوبراسس

7 7

LLAA NNAATTIIOONN EECCOONNOOMMIIEE

2266 AAOOÛÛTT 22001133

l’Avis du fmi

Les risques sur les pays émergents

La directrice générale du FMI Christine Lagarde a estimé vendredi que les mesures de soutien à l'économie des grandes banques centrales devraient un jour "prendre fin" tout en pointant les "risques" d'une telle échéance pour les pays émergents.

"Le jour viendra où ces poli-

tiques d'assouplissement moné-

taire exceptionnel (

prendre fin", a-t-elle déclaré lors d'un discours à Jackson Hole (Wyoming, ouest des Etats-Unis). Tout comme leur lancement, la fin (de ces mesures) nous amènera sur un territoire inconnu". Afin de lutter contre la crise, les grandes banques centrales (Europe, Japon, Etats-Unis) ont massivement soutenu leur éco- nomie en maintenant leurs taux

d'intérêts proches de zéro et en rachetant des actifs (créances

immobilières, bons du Trésor

pour desserrer le crédit. L'an- nonce par la Réserve fédérale américaine (Fed) d'un prochain ralentissement de ses achats d'actifs inquiète les marchés et a récemment alimenté des mou- vements de sortie de capitaux hors des pays émergents, no- tamment en Inde où le cours de la roupie a brutalement chuté. "Même si elle est bien menée, la fin des politiques monétaires accommodantes pourrait bien se traduire par une difficile course d'obstacles" pour les pays émergents, a précisé Mme Lagarde devant un parterre de banquiers centraux, selon le texte de son discours transmis à la presse. "Cela représente des risques sérieux" pour ces pays, a-t-elle ajouté. "Même avec les plus grands efforts, le barrage pourrait ne pas être étanche", a souligné la patronne du Fonds monétaire international (FMI). La livre turque, le réal brési-

)

devront

)

(FMI). La livre turque, le réal brési- ) devront ) lien et le rouble russe ont

lien et le rouble russe ont eux aussi vu leurs valeurs s'affaisser à mesure que les investisseurs rapatriaient leurs fonds aux Etats-Unis pour profiter de la remontée des taux d'intérêts. Le calendrier de la Fed reste toute- fois encore incertain, certains responsables de la Réserve fé- dérale estimant qu'un ralentis- sement des achats d'actifs est pour "bientôt" tandis que d'au- tres appellent à la "patience". "Nous devons nous préparer pour ce jour, notamment parce

que nous ne savons pas exacte- ment quand il arrivera", a noté Mme Lagarde. La directrice gé- nérale du Fonds a toutefois ajouté ne pas être favorable à une "fin précipitée" des ces po- litiques non-conventionnelles qui restent, selon elle, "néces- saires" notamment en Europe ou au Japon. Interrogée sur Bloomberg TV, Mme Lagarde est par ailleurs revenue sur la situation en Egypte où le FMI négociait l'octroi d'un plan d'aide de plusieurs milliards de

hydrocArbures

dollars jusqu'à le président Morsi ne soit renversé par les militaires. "Nous sommes tout à fait prêts à soutenir le peuple égyptien dans cette période de transition mais tous les ingré- dients ne sont pas réunis", a-t- elle dit, ajoutant qu'un certain niveau de "stabilité" politique était requis. "Ce n'est claire- ment pas le cas" à l'heure où des violences continuent dans le pays, a-t-elle ajouté, assurant que le FMI restait toutefois "disponible".

Le Québec se lance dans la production pétrolière

Le Québec devrait produire cet automne ses premiers barils d'or noir, après avoir im- posé un moratoire sur la production de gaz de schistes. Le territoire francophone, qui tire 40% de ses besoins énergétiques de barrages hydro-électriques, deviendrait la sixième pro- vince canadienne à produire des hydrocar- bures. Pétrolia possède "70 à 80%" des réserves d'hydrocarbures du Québec et a pour premier actionnaire le gouvernement provin- cial (10,4% du capital), indique à l'AFP son PDG André Proulx. Onze ans après sa création, la société de- vrait donc voir prochainement jaillir les pre- miers jets de pétrole au nord de la péninsule gaspésienne, au bord du golfe du Saint-Lau- rent, dans le projet "Haldimand". Avant le dé- marrage, l'Assemblée nationale québécoise doit adopter un nouveau règlement sur la pro- tection de l'eau. Pointant l'opposition publique, le ministre Blanchet confie ne pas être "du tout enthou- siaste à l'idée qu'Haldimand soit en exploita- tion", tout en semblant résigné à ce qu'il démarre. Autre projet en Gaspésie, le champ gazier Bourque recèle plus 28 milliards de

le champ gazier Bourque recèle plus 28 milliards de mètres cubes de gaz naturel. Bourque aurait

mètres cubes de gaz naturel. Bourque aurait même pu être lancé plus tôt, sans le "défaut de paiement" du fonds d'investissement suisse Pilatus, co-fondé par l'ex-PDG d'Elf- Aquitaine Loïk Le Floch-Prigent avec l'homme d'affaires émirati Abbas Ibrahim Al Youssef , remarque le PDG de Pétrolia. Pour pomper le pétrole, il faudra le libérer de la roche-mère par la fracturation par injec- tion de gaz naturel (et non d'eau comme c'est

le cas généralement), dit M. Proulx en visant un début de la production vers 2016. En dépit de l'opposition d'une partie de sa base électorale, le gouvernement indépen- dantiste est favorable à la fracturation: "Nous avons une position d'ouverture prudente", note le ministre Blanchet. Novice dans cette industrie, la province doit se doter d'un cadre législatif spécifique en 2014.

grèce

Vers un 3ème programme d’aide

Si un troisième programme d'aide à la Grèce se révèle néces-

saire en 2014, il serait d'environ

dix

milliards d'euros et ne serait

pas

corrélé à de nouvelles mesures

d'austérité, affirme dans un entre-

tien à la presse paru dimanche, le

ministre grec des Finances Yannis Stournaras. "S'il y a besoin d'un

nouveau soutien à la Grèce, il sera de l'ordre de 10 milliards d'euros,

c'est à dire beaucoup plus petit que

les précédents memorandum" a dé- claré M. Stournaras au journal do- minical Proto Thema. Deux programmes d'aide suc- cessifs ont placéAthènes sous per- fusion de ses partenaires de la zone

euro et du Fonds monétaire inter-

national. Le premier, en mai 2010,

a consisté en des prêts de 110 mil-

liards d'euros, tandis que le second, voté en février 2012 et qui s'étend jusqu'en juillet 2014, a permis au pays de toucher jusqu'ici environ

140

milliards. S'y est ajouté en

2012

un effacement de dette par les

créanciers privés pour environ 107 milliards d'euros. L'hypothèse d'un troisième programme d'aide n'a

cessé de se renforcer au fil de l'été jusqu'à ce que le ministre allemand

des Finances Wolfgang Schaüble

rompe cette semaine avec la pru- dence affichée par Berlin sur le sujet en confirmant cette perspec-

tive. Il a également souligné que ce soutien sera "plus réduit" que les précédents. A la différence des deux premiers plans, une troisième

aide ne sera pas synonyme de nou-

velles mesures d'austérité dras- tiques touchant les salaires et les impôts, a affirmé M. Stournaras à

Proto Thema. "Il n'est pas question

d'un troisième memorandum, mais

d'un soutien économique sans clause particulière. Nos engage-

ments sont déjà posés jusqu'en

2016 et il n'est pas possible de fixer

de nouvelles conditions", a voulu rassurer le ministre des Finances.

portugAl

Recettes fiscales en augmentation

Les recettes fiscales du Portugal

ont augmenté de 7,6% sur les sept

premiers mois de l'année, une pro- gression plus soutenue qu'attendu,

a annoncé vendredi le ministère

des Finances, ce qui permet à Lis-

bonne d'espérer pouvoir atteindre sans difficulté les objectifs prévus

par le plan de sauvetage internatio-

nal. Le déficit du secteur public a

été ramené à 5,520 milliards d'eu-

ros sur la période janvier-juillet, a précisé le ministère.

En excluant les recettes excep- tionnelles issues des fonds de pen-

sion des banques transférés à l'Etat

en 2012, ce déficit est en baisse de

8% sur un an. Le ministère attribue

cette amélioration à la hausse de 21,4% des impôts directs alors que le produit des impôts indirects, comme la TVA, a diminué de 1,9%.Les dépenses des administra- tions centrales ont augmenté de 3,5% en un an, notamment avec les dépenses de protection sociale.

2266 AAOOUUTT 22001133

LLAA NNAATTIIOONN RRÉÉGGIIOONNSS

88

ORAN

Sidi-Chahmi : un fort potentiel économique et peu de rentrées fiscales

La commune de Sidi Chahmi, située au sud de la daïra d’Es-Senia (Oran), souffre d’un manque de rentrées fiscales en dépit de son fort potentiel économique.

C ette collectivité locale dis- pose d’un potentiel marqué notamment par la zone

d’activités de Nedjma (ex- Chtéïbo) qui compte 142 opéra- teurs économiques, ainsi que par d’autres espaces au niveau de Hassi Labiodh et de Bouamama, où prolifèrent des activités allant de la brocante à la transformation des métaux, à la maintenance et récupération des déchets ferreux et non ferreux. "Ce sont au total quelque 400 entités économiques opération- nelles sur le territoire de la com- mune", souligne le président de l’Assemblée populaire commu- nale (APC) de de Sidi Chahmi, Hachemi Belhachemi. "Malgré ses atouts, le gisement fiscal reste peu exploité", déplore, le vice-président de l’APC, Ahmed Benheriga. Pour lui, beau- coup d’argent "dort" dans des es- paces économiques ou commerciaux, comme les diffé- rents dépôts, show-rooms des dif- férents concessionnaires. "Cet argent, une fois récupéré, pourrait répondre aux préoccupations ci- toyennes, nombreuses dans cette commune de près de 116.000 ha- bitants", a-t-il expliqué. "Pour venir à bout de cette image de commune budgétivore, il faut relever le niveau du recou- vrement fiscal car, en dehors des recettes budgétaires telles que la taxe à l’abattage, les droits des marchés et autres recettes doma- niales, notre commune a du mal à récolter ses avoir fiscaux" a ajouté l’élu. Selon le chef de service de comptabilité de l’APC, Mme Fa- tima Saber, les prévisions des re- cettes budgétaires d’origine fiscale de la commune pour l’année 2013, sont de l’ordre de 1,10 milliard de dinars, dont 1, 03 milliard de di- nars provenant de la taxe sur l’ac-

1, 03 milliard de di- nars provenant de la taxe sur l’ac- tivité professionnelle. La taxe

tivité professionnelle. La taxe fon- cière et d’assainissement ( TFTA) est de l’ordre de 3,28 millions de dinars, tandis que la taxe locative- IRG foncier est de 6,54 millions de dinars. Sidi Chahmi reste une com- mune pénalisée par le fait que les entités économiques, implantées dans la zone d’activité de Nedjma, ont, pour la plupart, leur siège so- cial en dehors de cette commune, lorsqu’ils ne sont pas domiciliés dans d’autres wilayas, fait-on re- marquer. Pour sa part, le président du co-

mité des investisseurs et indus- triels de la zone d’activités de Nedjma, M. Ahmed Nehari, ex- plique que 80 pc des opérateurs économiques installés dans la zone de Chteïbo sont des produc- teurs versés dans divers créneaux. Ils emploient près de 3000 per- sonnes. Les élus locaux estiment que la collecte fiscale aurait été meilleure si une loi obligerait les entreprises à disposer d’un registre de com- merce secondaire (annexe) au ni- veau de la commune d’implantation pour mobiliser les

TIZI-OUZOU :

ressources fiscales. Outre ce problème de collecte de la fiscalité, les gestionnaires locaux sont dans l’incapacité de régler un certain nombre de dos- siers en instance qui demandent parfois du temps et surtout une coordination entre les structures administratives de l’Etat. C’est le cas du problème des actes de pro- priété. "L’héritage est lourd car, les ventes de terrains passent parfois par plusieurs mains. Ils sont envi- ron 500 personnes à activer sans registre de commerce", souli-

gnent les élus locaux, en souli- gnant que la question du règle- ment des actes de propriété se pose depuis plusieurs années no- tamment à "Haï Nedjma". Toutefois, en dépit de cette si- tuation, les élus locaux affichent une détermination à promouvoir l’économie locale et à mobiliser les ressources financières de cette commune, aussi bien au profit de son chef lieu et que de ses agglo- mérations, à la faveur d’un ambi- tieux programme 2013-2017, comme l’a indiqué le premier ma- gistrat de cette collectivité locale.

Mûrissement tardif de la figue fraîche

La figue fraîche a-t-elle mûri chez-vous ? cette question revient souvent en ce mois d’août, période habituelle de la cueillette de ce fruit, dans les discussions des villageois des communes d’Assi Youcef, Mechtras et Bounouh, et même de Draa El Mizane, à la faveur de leurs rencontres au marché hebdo- madaire Boghni (Tizi-Ouzou) où ils vien- nent faire leurs emplettes. Venant habituellement à maturité au début du mois d’août, la figue fraîche a accusé, cette année, un grand retard quant à son mûrissement. Un retard que les agriculteurs locaux tentent d’expliquer par une multitude de facteurs, notamment le changement climatique, le vieillissement des figuiers, doublé par le manque d’entretien et, surtout, le délaisse- ment de la pratique de la caprification consistant en la fécondation des fruits imma- tures par des figues males, pour en accélérer le processus de leur mûrissement. En plus de ce retard, la récolte du Bakhissis (appellation

locale de la figue fraîche) a été sérieusement compromise par la canicule, qui a provoqué la chute d’une grande partie des fruits imma- tures, qui seront destinés à l’alimentation du bétail, se plaignent des fellahs de Mechtras, localité connue naguère pour ses opulentes figueraies, dont les arbres ployaient sous le poids des fruits à pareille époque. Les fruits qui ont résisté à la chaleur sont d’une forme ratatinée et à la peau desséchée, contrastant singulièrement avec les figues fraîches pul- peuses et appétissantes, méritant vraiment le nom de Lakhrif, signifiant littéralement régal de saison. Le net recul de la production de la figue fraîche, qui constituait par le passé, à côté de l’huile d’olive, une source de reve- nus de beaucoup de ménages n’étonne plus personne, tant il est évident que "seul le tra- vail de la terre est à même de réhabiliter cette culture ancestrale", soutient ammi Chabane d’Assi Youcef , un octogénaire qui ne cache pas sa déception de voir sa figueraie de

Taghzout mourir sous ses yeux, faute d’être entretenue par ses fils. C’est dire que rien ne s’obtient sans mérite, comme le dit si bien un proverbe kabyle signifiant que "la figue ne tombe pas dans la bouche". De "fruit du pauvre" qu’elle était, la figue fraîche, faute de relève dans le travail de la terre, coûte au- jourd’hui plus cher que la banane, et ce dans une région réputée pourtant pour cette cul- ture, confirmant ainsi la prédiction que lan- çaient les sages, sous forme de malédiction, à tout un chacun qui rechignerait à l’entre- tien de sa figueraie, en lui disant : "Tu finiras bien un jour par acheter du bakhissis au mar- ché… ". Dans la mémoire collective, lakhrif symbolise, en Kabylie, la double significa- tion de l’abondance des figues fraîches et de saison propice au régal, comme le fait si bien remarquer Mouloud Feraoun dans son roman "Jours de Kabylie" en y relevant à ce propos que "des quatre saisons que Dieu a créées , celle de l’automne est assurément la

plus préférée par les paysans(…)" , en ce sens qu’elle signifie abondance de figues fraîches et bombance garantie pour tout le monde , y compris pour ceux qui ne possè- dent pas de figuiers. En ces temps là, les gens s’en allaient dans les champs à une heure matinale cueillir les figues toutes per- lées de rosée et laissant échapper une coulée de miel stimulant l’appétit. Les fruits cueillis sont soigneusement entreposés dans des cor- beilles en osiers tressées par les mains ex- pertes de vanniers, avant de les ramener à la maison pour une cérémonie de dégustation. Il existe plusieurs variétés de figues, toutes aussi succulentes les unes que les autres. Une partie des récoltes, sélectionnée parmi les fruits les plus résistants, est séchée au so- leil sur des claies en roseaux, avant d’être conservée dans des amphores pour sa consommation en hiver, trempée dans de l’huile d’olive.

9 9

LLAA NNAATTIIOONN RREEGGIIOONNSS

2266 AAOOÛÛTT 22001133

TA M N A R A S S E T

B

o u i r a

Guichet unique décentralisé:

64 projets en 2013

Soixante quatre (64) dossiers d’investissement ont été enregistrés au premier semestre de l’année en cours au niveau du guichet unique décentralisé de Tamanrasset, relevant de l’Agence nationale de développement de l’investissement (ANDI), a-t-on indiqué dimanche au- près de cet organisme.

D’un volume d’investis- sement de plus de 5,2 mil- liards DA, ces projets proposés dans plusieurs sec- teurs, dont le bâtiment, les

travaux publics, le transport et le tourisme, devront géné- rer, une fois opérationnels,

677 nouveaux emplois dans

la région, a affirmé le res-

ponsable du guichet unique décentralisé. M. Bakhti Ahmed a ajouté que ces opé- rations vont consolider les

124 projets enregistrés de-

puis l’ouverture du guichet unique décentralisé de l’ANDI à Tamanrasset, en juin 2011. Parmi ces projets, le même responsable a cité

une laiterie d’une capacité de production de 5.000 li- tres/ heure, entrée en service en mars dernier. Implanté à l’entrée de Tamanrasset avec un investissement privé de

130 millions DA, le projet

emploie 18 personnes. Il a

de 130 millions DA, le projet emploie 18 personnes. Il a fait état aussi de l’entrée

fait état aussi de l’entrée en production d’une usine de jus, d’une capacité de 3.000 litres/ heure, réalisée au chef lieu de la wilaya, pour un

coût de plus de 170 millions DA et employant 20 travail- leurs. Le guichet unique dé- centralisé de l’ANDI s’emploie à accompagner les

S O U K - A H R A S

projets d’investissement dans leurs différentes phases jusqu’à leur entrée en phase de production, a assuré M.Bakhti.

Lancement prochain d’un programme de réhabilitation du réseau routier

Un nouveau programme de réhabili- tation et de modernisation du réseau rou- tier sera prochainement lancé dans la wilaya de Souk Ahras, a-t-on appris di- manche du directeur par intérim des tra- vaux publics (DTP). Il s’agit du renforcement de la RN 16, entre les wilayas de Souk Ahras et d’An- naba, sur une distance de 25 km, a pré- cisé M. Lakhdar Sid. Un autre tronçon de 21 km sur la même route, reliant les communes de Taoura et de M’daou- rouch, fera l’objet, dès le début de l’an-

née prochaine, de travaux de dédouble- ment de la voie, selon le même respon- sable, soulignant que ces opérations visent à rendre plus fluide la circulation sur ces axes fréquentés quotidiennement par de milliers de véhicules. La réhabilitation de 10 km de che- mins de wilaya (CW) et de 35 km de chemins communaux (CC), s’inscrit dans le cadre de ce programme qui vise à traiter des points noirs recensés sur le réseau local, a-t-il ajouté. D’autres pro- jets de rénovation sont en cours d’exécu-

tion, un tronçon de un (01) kilomètres entre la localité de Sadrata, la réalisation d’ouvrages d’art sur les RN 82 et 81, la mise à niveau de 7,5 km du chemin de wilaya entre le chef lieu de la commune d’Ouled Idriss et les mechtas de Zemour, Bit El Mel, Lekrid et El Karia. Un total de 485 km de routes natio- nales, de 268 km de chemins de wilayas et de 2022 km de routes communaux, a fait l’objet durant ces dernières années, de travaux similaires, a-t-on indiqué à la wilaya.

Trois morts et un blessé dans l'incendie d'une maison à Aghbalou

Trois personnes ont trouvé la mort et une autre a été blessée suite à un incendie domes- tique qui s’est déclaré samedi après midi, dans la commune d’Aghbalou (60 de km à l’Est de Bouira), a-t-on appris dimanche au- près de la protection civile et à l’hôpital de M’Chedallah. Provoqué par un court circuit électrique, "l’incendie s’est déclaré dans une maison dans le village de Takerboust, chef-lieu de la commune d’Aghbalou", a indiqué la même source. Le premier décédé dans cet incendie est un

enfant de 4 ans, alors qu’un autre âgé de 3 ans

et une fillette de 4 ans ont succombé à leurs

graves blessures au cours de leur évacuation

à l’hôpital d’Alger, a-t-on précisé à l’hôpital de M’Chedallah. Evacué à l’hôpital de Tizi-Ouzou, samedi, un homme âgé de 78 ans a été grièvement blessé dans cet incendie urbain. Une enquête

a été ouverte par la gendarmerie nationale

pour connaître les causes exactes du drame.

C h l e f

Des jeunes d’El-Oued séjournent dans la wilaya

Une trentaine de jeunes, en provenance de la wilaya d’El-Oued, séjournent depuis samedi dans la wilaya de Chlef, à l’invitation de l’asso- ciation locale des activités de jeunes, a-t-on ap- pris dimanche auprès de cette dernière. Durant

ce séjour, qui s’étalera sur dix jours, les hôtes de

la wilaya auront à visiter plusieurs sites et mo-

numents historiques et touristiques ainsi que les infrastructures portuaires de la région et des es- paces maritimes du littoral de Chlef. Parmi les sites historiques prévus, figurent notamment celui de "Bissa", un haut lieu de la révolution,

situé sur les monts du Dahra. Sur place, les in- vités de l’association locale des jeunes visiteront

le cimetière des chouhada où sont inhumés près

de 1000 chahid, tout comme ils auront à décou- vrir cette région au passé révolutionnaire avéré. Le phare de Ténès est l’autre site proposé aux jeunes d’El-Oued. Construit en 1869, ce monu- ment historique est l’un des premiers phares construits sur le littoral du pays. Des infrastruc- tures portuaires telles que les ports de pêche d’El- Marsa, de Sidi Abderrahmane et Ténès ainsi que des sites maritimes figurent également au programme de ce séjour qui s’inscrit dans le cadre des échanges entre les associations de jeunes.

A D R A R

Plus de 100.000 élèves attendus à la prochaine rentrée scolaire

Quelque 109.807 élèves sont attendus à la prochaine rentrée scolaire (2013-2014), dans la wilaya d’Adrar, a-t-on appris auprès de la direction locale de l’éducation. Tous les préparatifs ont été entrepris pour assurer une ren- trée scolaire dans de bonnes conditions d’organisation, à la satisfaction des élèves, dont 9.634 rejoindront pour la pre- mière fois les bancs de l’école, en plus de 5.830 inscrits en phase préparatoire, a indiqué le chef de service des études et des examens, M. Mohamed Har- rouz. Selon le responsable, la wilaya d’Adrar accueillera cette

saison 56.187 élèves dans le cycle primaire, 35.521 dans le moyen et 18.099 élèves dans le secondaire, soit un total de 3.972 groupes pédagogiques avec une moyenne de 28 élèves par groupe. Les structures pédagogiques seront portées cette saison à 451 établissements, avec la mise en exploitation de 4 nouveaux col- lèges et 9 écoles primaires, a fait savoir le responsable. S’agissant de l’encadrement pé- dagogique, M. Harrouz a révélé une couverture suffisante de l’encadrement des filières d’en- seignement, qui sera renforcé à l'issue des résultats du récent concours de recrutement.

des résultats du récent concours de recrutement. B I S K R A Opération Aep et

B I S K R A

Opération Aep et irrigation à Sidi Khaled

Deux opérations de renforce- ment de l’approvisionnement en eau potable et de l’irrigation agri- cole, viennent d’être retenues pour la commune de Sidi Khaled, wilaya de Biskra, a indiqué di- manche le président de l’APC. La première action porte sur l’exten- sion du réseau de distribution d’eau potable de 5.000 mètres li- néaires, pour alimenter les centres urbains de la commune non en- core desservis dont Hay Lem- ghra, indique l'élu. Cette opération s’inscrit dans le cadre des efforts d’amélioration du cadre de vie de la population, ajoute le président de l’APC qui souligne que la seconde action prévoit la réalisation de deux fo- rages dans les périmètres agri- coles, à la demande des

rages dans les périmètres agri- coles, à la demande des exploitants. Le lancement des tra- vaux

exploitants. Le lancement des tra- vaux des deux opérations aura lieu immédiatement après le pa- rachèvement des procédures ad- ministratives et techniques en cours, assure encore le responsa- ble.

11 11

LLAA NNAATTIIOONN SSPPOORRTTSS

2266 AAOOUUTT 22001133

ARSENAL Wenger ne souhaite pas lâcher Podolski
ARSENAL
Wenger ne souhaite pas lâcher
Podolski

Grand artisan du succès d'Arsenal sur la pelouse de Fulham (3-1) avec un doublé à la clé, samedi à l'occasion de la 2e journée de Premier League, Lukas Podolski retire une belle épine du pied des Gunners, qui ont su réagir après le revers contre Aston Villa.

M algré cette prestation, l'atta- quant allemand pourrait quit- ter le club londonien d'ici le

2 septembre. En effet, le footballeur de

28 ans serait susceptible de retourner en Bundesliga en acceptant une propo- sition de prêt de Schalke 04. Mais Ar- sène Wenger ne veut rien entendre à ce sujet et compte sur l'ancien joueur de Cologne cette saison. "Je suis heureux, parce qu'il joue avec un bon état d'es-

prit et peut marquer des buts, se félicite l'Alsacien auprès de Sky Sports. Tout le monde dans l'équipe aime Lukas et je tiens à le garder."

Les Gunners passent à l’action pour Di Maria D'après Marca, les Gunners sont prêts à débourser 30 millions d'euros pour attirer l'international argentin. Mais comme nous l'évoquions samedi, Ancelotti et le joueur lui-même pense

que rester à Madrid serait la meilleure solution, malgré l'arrivée de Gareth Bale.

Une offre pour Cabaye ? Les Gunners sont prêts à transmettre une proposition de 23 millions à New- castle, d'après le Daily Mirror. À noter que Yohan Cabaye n'a pas deisputé le match des Magpies face à West Ham, samedi (0-0).

REAL MADRID

Benzema n’ira pas à Arsenal

Dans les colonnes du JDD.fr Karim Djaziri agent de Karim Benzema a af-

)
)

firmé que son client n'irait pas à Ar- senal : "On ne peut pas lutter contre les rumeurs. Mais, je vous l’affirme :

Karim n’ira pas à Arsenal. Il n’en a même jamais été question et aucun

contact n’a été noué (

On travaille en effet sur une prolongation de contrat de trois ans, Les discussions se déroulent tranquillement, sans date butoir."

AS ROME

Accord pour Ljacic ?

Alors qu’Erik Lamela devrait rapidement signer à Tottenham, l’AS Rome a déjà trouvé son succes- seur. Selon le Corriere dello Sport, le club de Rudi Garcia a trouvé un accord avec la Fiorentina pour le transfert d’Adam Ljajic. Le montant de la trans- action s’élèverait à 12 millions d’euros. Joueur de la Viola depuis trois saisons, le milieu offensif serbe de 21 ans a été l’auteur de 16 buts en 87 matchs de Serie A.

NAPLES

Offre refusée pour Rami ?

en 87 matchs de Serie A. N APLES Offre refusée pour Rami ? Selon plusieurs médias

Selon plusieurs médias espagnols, le Napoli a formulé une offre de 9 millions d'euros pour recru- ter Adil Rami. Une avance refusée par le Valence FC. Comme nous l'évoquions samedi, le club ché ne serait plus disposé à vendre son défenseur, après avoir cédé Roberto Soldado à Tottenham.

CHELSEA

Willian rejoint les Blues

Annoncé tout proche de Tottenham mardi der- nier, Willian (25 ans) prend finalement la direc- tion de Chelsea. Le club londonien a annoncé hier un accord avec le milieu offensif et son club de l'Anzhi Makhachkala. Les Blues précisent toutefois que la signature définitive de l'interna- tional brésilien (2 sélections) est conditionnée à l'obtention d'un permis de travail, comme l'exige la loi en Grande-Bretagne pour les joueurs non-européens. Le club attend ce feu vert pour mercredi. Une dernière offre pour Rooney Chelsea devrait formuler une nouvelle (et der- nière) proposition de 46,5 millions d’euros pour l’attaquant international anglais Wayne Rooney (27 ans, Manchester United), dont le contrat ex- pire en juin 2015. Et ceci malgré les déclara- tions de David Moyes, le manager des Red Devils, qui assure que l’ancien joueur d’Everton ne bougera pas cet été. En parallèle, les Blues ont aussi ciblé le Ca- merounais Samuel Eto’o (Anzhi Makhachkala) ou encore le Colombien Jackson Martinez (FC Porto).

ou encore le Colombien Jackson Martinez (FC Porto). T T O O T T T T

TTOOTTTTEENNHHAAMM

Martinez (FC Porto). T T O O T T T T E E N N H

Chiriches arrive

Le Steaua Bucarest a confirmé samedi soir le transfert du défenseur roumain Vlad Chiriches à Tottenham, «Les deux clubs se sont enten- dus sur son transfert. Je me réjouis pour lui», a déclaré l'entraîneur du club de D1 roumaine, Laurentiu Reghecampf. Le manager général du Steaua, Mihai Stoica, a précisé que le club recevrait 9,5 ME pour l'in- ternational de 23 ans et 19 sélections, un record dans son histoire.

TENNIS - US OPEN

Djokovic-Murray, duo sous pression

Iron Man est rede- venu humain. En 2013, Novak Djoko- vic est toujours aussi bon, mais un peu plus fragile. Depuis son titre en Austra- lie, il a connu des défaites qui font mal et n'a plus gagné de titre depuis Monte- Carlo. Sa défaite en demies à Roland- Garros face à Rafael Nadal a élargi une brèche déjà apparue

à Indian Wells, Miami, Madrid ou Rome. La finale perdue à Wim-

bledon n'a rien arrangé, pas plus que le retour sur dur, sa meilleure surface : battu sur le fil par Nadal à Montréal puis en quarts à Cin-

cinnati, encore au 3e set, par John Isner, l'ancien Mister money time

a

A New York, il joue sa place de n°1 mondial. ''Nole'', qui a récem-

ment effectué des changements dans son équipe, sait que sa nervosité

coûte cher : «J'ai joué de manière décente, mais je n'ai pas trouvé la force dans les moments importants de rester calme pour jouer les bons coups. Mais ma confiance est toujours là, j'ai travaillé dur, l'US Open est un tournoi qui me réussit, le court convient à mon jeu et j'adore l'ambiance ici.» Il reconnaît sans souci la forme de son rival

: «Nadal joue peut-être le meilleur tennis de sa vie sur dur, n'y a pas perdu un match et y a gagné trois Masters 1000 avec la manière. Il joue de manière plus agressive. Jusque-là il est le meilleur, aucun doute.»

la manière. Il joue de manière plus agressive. Jusque-là il est le meilleur, aucun doute.» la

la raquette qui tremble.

2266 AAOOUUTT 22001133

LLAA NNAATTIIOONN SSPPOORRTTSS

1122

chAmpionnAt dAlgérie/ ligue 1 (1re journée) :

Les prétendants affichent leurs ambitions, les promus trébuchent

Aso chlef

Le bus du club caillassé après le match face au MCO

Les prétendants au titre de champion d’Algérie n’ont pas raté l’entame de saison en s’imposant tous samedi lors de la première journée du championnat de Ligue 1 de football, à leur tête le champion sortant, l’ES Sétif, qui est allé battre un des promus, le CRB Aïn Fekroun (1-0).

est allé battre un des promus, le CRB Aïn Fekroun (1-0). Au total, 20 buts ont

Au total, 20 buts ont été inscrits pour cette rentrée des classes, soit une moyenne de 2,5 buts par match, sachant que certaines rencon- tres se sont déroulées sous une forte chaleur, notamment celle ayant opposé la JS Saoura à l’USM El-Harrach à Béchar, disputée sous 40 degrés et où il y a eu quand même 4 réalisa- tions (3-1 pour les locaux). D’ailleurs le joueur de la JSS, Sid Ahmed Mebarki, a été le héros de son équipe en ins- crivant le premier doublé de la saison face au vice-champion d’Algérie et, par la même oc- casion, le premier but de la saison tout court

à la 15e minute de jeu. De son côté, l’ESS a bien entamé la dé- fense de son titre en allant s’imposer à Aïn M’lila contre le CRBAF qui, semble-t-il, ne s’est pas encore bien acclimaté avec l’élite. C’est le cas des deux autres promus, no- tamment le MO Béjaïa qui a sombré au stade Omar Hamadi de Bologhine face à l’USM Alger, auteur du doublé coupe d’Algérie- coupe arabe la saison dernière et candidat au titre (1-4). Les Usmistes se sont amusés face aux "Crabes" grâce notamment à un doublé du très remuant joueur malgache, Andréa, ainsi qu’à des buts de Djediat et Ziaya sur penalty. Du côté du MOB, Akrour peut se targuer d’avoir inscrit le premier but de l’histoire du club en Ligue 1. L’autre promu, le RC Arbaâ, s’est incliné

à Alger face au CR Belouizdad sur une réali- sation du revenant Ramzi Bourakba qui a of- fert le premier succès de la saison à

l’entraîneur argentin Angel Miguel Gamondi, de retour à la tête de la barre technique des "Rouge et Blanc" de la capitale (1-0). Le MC Alger, finaliste malheureux de la dernière coupe d’Algérie, a réalisé une excel- lente opération en allant damer le pion à la JSM Béjaïa grâce à un but de Mustapha Djalit à la 40e minute. Conforté par l’apport financier de son nou- vel actionnaire majoritaire, l’entreprise Sona- trach, le MCA, avec son nouvel entraîneur suisse Alain Geiger, a affiché d’emblée ses ambitions de jouer le titre, tandis que la

JSMB de Noureddine Saâdi doit revoir sa copie. Le festival offensif de la journée est venu tout droit du stade Messaoud Zougar d’El- Eulma, où la JS Kabylie est allée battre (au bout du suspense), le Mouloudia local sur le score de 4 buts à 3. Les "Canaris", qui veulent revenir au premier plan après plusieurs sai- sons sans relief, peuvent remercier l’attaquant Kamel Yesli, ex-pensionnaire du FC Paris, qui a inscrit un doublé dont une réalisation à la 84e minute alors que la rencontre se diri- geait vers un spectaculaire nul (3-3). A Oran, le MCO, sous la houlette de l’Ita- lien Gianni Solinas, s’est difficilement im- posé face à l’ASO Chlef dans le derby de l’Ouest (1-0) sur un but de Bouaïcha (1-0, 58e), tandis que dans le derby de l’Est, le CS Constantine n’a pu faire mieux qu’un triste

(0-0) à domicile contre le CA Bordj Bou Ar- rèridj. Un seul carton rouge a été brandi par les

arbitres lors de cette première journée, à l’en- contre du joueur du RC Arbaâ, Raït, et trois victoires à l’extérieur ont été enregistrées pour ce début de saison.

ont été enregistrées pour ce début de saison. Le porte-parole de l’ASO Chlef, Abdelkrim Medouar, s’est

Le porte-parole de l’ASO Chlef, Abdelkrim Medouar, s’est indigné contre le caillassage du bus de son équipe à l’issue de la défaite, samedi soir au stade Ahmed-Zabana d’Oran face au MCO (0-1) pour le compte de la 1ère journée du championnat d’Algérie de Ligue 1 de football. "C’est inadmissible que de telles choses se produisent en- core dans notre championnat. Le bus de notre équipe a été cail- lassé et le défenseur international béninois, Badarou Nana, a été blessé suite à cette attaque", a dé- claré Abdelkrim Medouar. Selon le responsable de la for- mation chélifienne, la police a in- terpellé "6 supporters du MCO" qui auraient une relation avec les faits. Les relations entre les deux clubs se sont envenimées à l’is- sue de la saison 2007-2008, lorsque le MCO avait été relégué pour la première fois de son his- toire après avoir échoué à s’im- poser à Chlef contre l’ASO (1-1) lors de l’ultime journée du cham- pionnat de l’ex-D1. Depuis, le derby de l’Ouest se joue sous "haute tension" et la réaction hostile des supporters est toujours présente lors des confrontations MCO-ASO et ASO-MCO. Samedi, c’est le MCO qui a eu le dernier mot sur le terrain grâce à une réalisation de Bouaï- cha à la 58e minute de jeu, of- frant aux "Hamraoua" leurs 3 premiers points de la saison.

résultAts

CRB

Aïn Fekroun - ES Sétif

0-1

JS Saoura - USM El-Harrach

 

3-1

 

JSM

Béjaïa - MC Alger

0-1

CR

Belouizdad - RC Arbaâ

1-0

MC

Oran - ASO Chlef

1-0

USM Alger - MO Béjaïa

 

4-1

 

MC

El-Eulma - JS Kabylie

3-4

CS Constantine - CABB Arrèridj

 

0-0

Classement :

Pts

J

1.

USM Alger

3

1

-. JS Saoura

3

1

-. JS Kabylie

3

1

-. MC Alger

3

1

-. ES Sétif

3

1

-. MC Oran

3

1

-. CR Belouizdad

3

1

8.

CABB Arrèridj

1

1

-. CS Constantine

1

1

10. MC El-Eulma

0

1

— -. CRB Aïn Fekroun

0

1

— -. JSM Béjaïa

0

1

— -. RC Arbaâ

0

1

— -. ASO Chlef

0

1

— -. USM El-Harrach

0

1

— -. MO Béjaïa

0

1

1133

LLAA NNAATTIIOONN SSPPOORRTTSS

2266 AAOOUUTT 22001133

AfrobAsket/groupe A - 5e j :

Défaite de l’Algérie face au Sénégal

La sélection algérienne de basket-ball a concédé sa deuxième défaite au championnat ’Afrique, Afrobasket 2013 (20-30 août), face à son homologue sénégalaise (57-62 temps : 28-29), en match comptant pour la 5e journée de la compétition, disputé samedi à Abidjan.

5e journée de la compétition, disputé samedi à Abidjan. A près cette défaite, l’Algérie oc- cupe

A près cette défaite, l’Algérie oc-

cupe provisoirement la 3e place

du groupe (A) en attendant le dé-

roulement du dernier match du groupe,

entre l’Egypte et la Côte d’ivoire, à l’is- sue duquel elle connaîtra son adversaire aux 1/8e de finale prévus ce lundi et mardi.

La Côte d’Ivoire bat l’Egypte et ter- mine en tête du groupe La sélection ivoirienne de basket-ball a décroché, samedi à Abidjan, sa troisième

victoire à l’Afrobasket-2013 (20-31 août) en battant l’Egypte (69-62), mi-temps :

(33-31) et termine le 1er tour de la com- pétition à la première place du groupe A. En 1/8e de finale, prévus lundi et mardi, les basketteurs algériens seront op- posés au deuxième du groupe (B), le Maroc où le Rwanda, alors que la Côte d’Ivoire est assurée de rencontrer la Bur- kina Faso dernier du groupe (B). Quatre matches sont au programme de la 6ème journée de compétition, prévue hier dimanche, qui verra le déroulement des dernières rencontres du premier tour de l’Afrobasket-2013, concernant les groupes (B) et (D). 16 sélections africaines prennent part à la 27e éditions de l’Afrobasket avec pour objectif d’arracher les trois tickets qualifi- catifs au Mondial-2014 prévu en Espagne (30 août-14 septembre 2014).

Afrobasket 2013 : le point du groupe A après la journée de samedi

Le point sur le groupe A après la cin- quième journée du championnat d’Afrique des nations de basket-ball, Afrobasket 2013, disputée samedi à Abidjan :

Sénégal - Algérie 62-57 Côte d’Ivoire - Egypte 69-62

Classement :

Pts

J

différence

1. Côte d’Ivoire

6

3

+52

2. Sénégal

5

3

-21

3. Algérie

4

3

-18

4. Egypte

3

3

-13

volleybAll/chAmpionnAt ArAbe des nAtions (cAdets) :

L’Algérie s’impose face

à l’Irak

La sélection algérienne de volley-ball (cadets) a réussi ses débuts au championnat arabe des nations en battant son homo- logue irakienne 3 sets à 1, sa- medi à Sidi Bou Saïd (nord-est de Tunis, Tunisie), lors de la 1ère journée du tournoi. Versée dans la poule A, l’Al-

gérie rencontrera le Koweït, le Yémen et Oman avant d’affron- ter le pays organisateur mer- credi. Au total, dix pays scindés en deux groupes de cinq prennent part à cette compétition qui s’étalera jusqu’au 31 août, jour de la finale. Les deux premiers

de chaque poule se qualifieront pour les demi-finales, prévues vendredi 30 août. Lors de la précédente édition en 2011 en Egypte, la sélection algérienne avait terminé à la quatrième place, alors que la Tu- nisie avait été sacrée du titre arabe.

cAmp de prépArAtion des jeunes Athlètes délite

180 jeunes sportifs attendus

à Sétif

180 jeunes sportifs de talent de différentes disciplines, ont pris part à partir de dimanche au pre- mier camp national de préparation des jeunes athlètes d’élite qu’abri- tera l’école nationale des sports olympiques de Sétif, indique le Comité olympique algérien (COA). Initié par le COAet le ministère de la Jeunesse et des sports (MJS), ce regroupement réunit de jeunes sportifs âgés de 14 à 17 ans de 14 fédérations sportives. Ils seront en-

cadrés par un staff technique et médical d’une cinquantaine de spécialistes. Cette première opéra- tion du genre, menée en étroite collaboration avec les fédérations olympiques, la Direction générale du développement sportif (MJS) et les autorités de la wilaya de Sétif, vise à constituer une présélection dans les différentes disciplines re- tenues (13) en vue de représenter l’Algérie pays lors des échéances à court, moyen et long termes tels les Jeux africains de la Jeunesse

(2014) au Botswana, les Jeux olympiques de la Jeunesse de Nanjing 2014 (Chine) et jusqu’à l’horizon 2020. La cérémonie officielle d’ou- verture a eu lieu hier, le 25 Août à 18h00 à l’Ecole nationale des sports olympiques, en présence des responsables du COA, du MJS et des Autorités de la wilaya de Sétif. Une conférence de presse est prévue au sein de l’école, le lende- main ce jour lundi 26 août 2013 à

9h30.

jeux déchecs pAr équipes

Championnat : Constantine et la Sureté Nationale campent sur leur position

et la Sureté Nationale campent sur leur position La sixième ronde de la 26ème édition du

La sixième ronde de la 26ème édition du championnat national par équipes de division 1, dispu- tée samedi au centre culturel Az- zedine-Medjoubi (Alger), a permis aux deux leaders à savoir le CE Constantine et l’AS Sûreté Nationale de consolider leur po- sition au classement général. La formation constantinoise n’a pas eu beaucoup de peine pour cartonner face à l’OMSE Bologhine sur le score sans appel de (4-0), alors que l’ASSN a eu du mal à battre la jeune équipe du NR Malki (Ben-Aknoun) par

(2,5-1,5), où le jeune Chafik Tabli a créé une belle surprise aux dépens de l’expérimenté Kamel Sebih. L’Akouas de Médéa et El Hil- lal de Sidi Belabbès sont revenus quelque peu à la charge en bat- tant respectivement l’USSM Hadjout (3-1) l’ES Tizi Ouzou par la plus petite des marges, alors que le BCE Béjaia s’est fait accrocher par la formation du CEA Constantine Enfin El Forsane de Bouira en nets progrès, signe leur deuxième victoire de cette com-

2266 AAOOÛÛTT 22001133

LLAA NNAATTIIOONN IInntteerrnnaattiioonnaall

1144

"I have a dream", 50 ans après
"I have a dream", 50 ans après

S ous un ciel bleu limpide, des dizaines de milliers de mani- festants, la plupart noirs

américains, étaient rassemblés samedi au cœur de Washington pour célébrer les 50 ans du dis- cours historique deMartin Luther King, "Je fais un rêve", sur les droits civiques. Une foule armée de pancartes était massée tout autour de la "Reflecting Pool", l'étroit et long bassin faisant face au mémorial de l'ancien prési- dent Abraham Lincoln, précisé- ment là où le 28 août 1963 le pas- teur Martin Luther King prononça sa fameuse allocution contre la ségrégation, qui devait profondé- ment marquer la société améri- caine. "Le travail n'est pas fini, le voyage n'est pas terminé", a lancé

dans une intervention enflammée le propre fils de "MLK", Martin Luther King III, à propos de la lutte pour la défense des droits civiques des Afro-Américains menée par son illustre père. "Quand les gens de couleur réus- sissent, l'Amérique réussit !", a déclaré la chef de la minorité démocrate à la Chambre des repré- sentants Nancy Pelosi, sous les applaudissements nourris du public également composé de Blancs, d'Hispaniques et d'Asiatiques. Aux yeux de la diri- geante démocrate, les écrits de Martin Luther King, assassiné en avril 1968 à Memphis (Tennessee, sud) par un Blanc, doivent "conti- nuer de nous inspirer". Le représentant John Lewis, un Noir américain, a raconté à la tri-

bune: "J'ai été arrêté 40 fois dans les années 1960. Battu, en sang et inconscient, mais je ne suis pas fatigué, je ne suis pas las, je ne suis pas prêt à renoncer et abandonner. Je suis prêt à me battre et continuer à me battre et vous devez vous bat- tre". Le discours de MLK, il y a 50 ans, avait rassemblé près de 250 000 personnes sur les marches du "Lincoln Memorial" et sa fameuse litanie "I have a dream" ("Je fais un rêve") exprimait son souhait de relations apaisées entre les communautés. Ces mots sont gravés sur les marches du monument à l'endroit précis où il avait prononcé ce dis- cours, à l'orée de la promulgation des lois sur les droits civiques par le président Lyndon Johnson en 1964 et 1965.

L'ombre de Gerhard Schröder plane sur la campagne de Peer Steinbrück

Gerhard Schröder plane sur la campagne de Peer Steinbrück Rares sont les specta- cles dans lesquels

Rares sont les specta- cles dans lesquels les artistes qui assurent la pre- mière partie occupent qua- siment toute l'affiche, à l'exception d'un petit espace, en bas à droite, laissé à la vedette suppo- sée. C'est pourtant la stra- tégie choisie ces derniers jours par le Parti social-

démocrate (SPD) pour annoncer les trois mee- tings tenus par l'ancien chancelier allemand Gerhard Schröder et celui qui aimerait tant lui succé- der, lors des élections législtives du 22 septem- bre, ailleurs que sur les estrades : Peer Steinbrück. Le phénomène s'est

ainsi produit, vendredi 23 août à Langenfeld, une petite ville située à une quarantaine de kilomètres au sud de Düsseldorf (Rhénanie-du-N ord- Westphalie). L'affiche mettait en valeur un Gerhard Schröder resplen- dissant. Pourtant, cette ville est située dans une

circonscription cruciale pour Peer Steinbrück, le candidat du SPD : la sienne ! Plus exactement celle où il a été largement battu en 2008 par une can- didate de la CDU (chré- t i e n n e - d é m o c r a t e ) , Michaella Noll, et où il se représente malgré des son- dages défavorables.

Chine : rebondissement au procès de Bo Xilai

"Wang Lijun a menti durant ce procès et son témoignage n'est absolument pas digne de confiance", a attaqué Bo Xilai dimanche en qualifiant de "vil personnage" son ancien bras droit, auquel il avait été confronté la veille. Bo Xilai est jugé depuis jeudi pour corruption, détournement de fonds et abus de pouvoir dans un tribunal de l'est du pays. La bru- tale disgrâce l'an dernier de ce sexagénaire charismatique, promis aux plus hautes fonc- tions dans l'équipe dirigeante de la deuxième puissance mondiale, avait créé une onde de choc dans l'appareil com- muniste et le pays.

Boxe chinoise Durant son témoignage, Wang Lijun a décrit la fureur de son ancien patron qu'il venait de prévenir des suspicions visant son épouse, Gu Kailai, dans le meurtre d'un Britannique longtemps proche du couple, Neil Heywood. Lors de cette scène extrêmement tendue, qui remonte au 29 janvier 2012, Bo a frappé son adjoint. Wang a précisé que ce coup l'avait fait saigner de la bouche et avait provo- qué un écoulement d'un tympan. Mais Bo a contesté dimanche cette version des faits. "Wang affirme que je ne l'ai pas giflé mais frappé d'un coup de poing. En vérité, je n'ai jamais appris la technique de la boxe chinoise, donc j'en serais bien incapable", a-t-il fait valoir. Vie dorée Les deux hommes ont pourtant longtemps travaillé en bonne entente, quand Bo Xilai dirigeait le Parti commu- niste de la métropole. En février 2012, brutalement tombé en disgrâce, le chef de la police avait révélé dans un consulat américain les graves méfaits survenus à Chongqing. Il a entraîné dans sa chute Bo Xilai et a lui-même été condamné à 15 ans de réclusion. L'audition-surprise de Wang Lijun face à Bo a permis aux Chinois de revoir ensemble ces deux person- nages-clés d'un scandale qui a jeté une lumière crue sur les mœurs d'une nomenklatura communiste profitant de luxueuses villas, de voyages en jet privé ou de safaris en Afrique. Bo Xilai avait démenti en bloc, jeudi et vendredi, avoir reçu l'équivalent de 2,67 millions d'euros en pots-de- vin, incluant une villa en France, de la part de deux hommes d'affaires.

Femme "folle" Puis, pour la première fois depuis le début de son procès, il avait admis samedi "assumer une certaine responsabi- lité" dans un détournement de cinq millions de yuans (612 000 euros) de fonds publics au profit de sa femme Gu Kailai. Il avait également reconnu des "erreurs" dans les suites dramatiques de l'assassinat par son épouse de Neil Heywood, empoisonné en novembre 2011 à Chongqing.

Dans

cette affaire, j'ai fait des erreurs qui ont terni la réputation

du Parti et du pays, j'en ai vraiment honte (

rien à voir avec le fait d'être coupable", avait confié Bo.

mais cela n'a

coupable", avait confié Bo. mais cela n'a "Je n'ai jamais eu l'intention de protéger Gu.

"Je n'ai jamais eu l'intention de protéger Gu. (

)

)

Chine : le typhon Trami fait un demi-million de sinistrés

Le typhon Trami qui depuis quatre jours fait rage dans la partie sud-est de la Chine, a fait 485.000 sinis- trés, provoquant l'évacuation de plusieurs dizaines de mil- liers de personnes, annonce dimanche l'agence Chine nouvelle. Selon la police, les fortes précipitations ont inondé plus de 2.000 ha de terres agricoles et ont détruit près de 150 habitations dans la province de Hunan. Les pertes économiques directes sont estimées à un milliard de yuans (163 mil- lions de dollars). Le typhon Trami s'est abattu dans la nuit de mer- credi à jeudi sur la côte de la province du Fujian (sud-est).

à jeudi sur la côte de la province du Fujian (sud-est). Le typhon a apporté de

Le typhon a apporté de fortes précipitations dans la région, atteignant plus de 100 mm dans 11 districts de la pro- vince et 338,2 mm dans l'île de Pingtan. Le typhon continue de se déplacer vers l'ouest de la Chine.

2266 AAOOÛÛTT 22001133

LLAA NNAATTIIOONN IINNTTEERRNNAATTIIOONNAALL

1155

I R A K

Quatorze personnes tuées dans des attaques dans le nord de Baghdad

personnes tuées dans des attaques dans le nord de Baghdad Quatorze personnes ont été tuées dimanche

Quatorze personnes ont été tuées dimanche dans des attaques qui ont frappé le nord de Baghdad en Irak, selon un nouveau bilan fourni par des sources médicales et militaires. Un précédent bilan a fait état de 11 morts. La plus violente d'entre elles s'est produite dans la province de Salaheddine, où une voiture piégée a explosé tuant cinq personnes --dont trois infirmières et un juge chevronné qui était apparemment la cible de l'attentat-- et en bles- sant 21 autres, ont rapporté un médecin et un policier. A Baqouba, au nord de Baghdad, deux bombes ont explosé dans une maison, tuant un enfant et blessant neuf personnes, selon des sources policières et médicales. Dans la province de Ninive, des hommes armés ont ouvert le feu sur un fourgon trans- portant des soldats de Baghdad à Mossoul, tuant cinq d'entre eux, selon un lieutenant de

l'armée et un médecin. Toujours à Ninive, trois attaques distinctes menées par des hommes armés ont tué un soldat et deux civils, dont un membre de la communauté Shabak, selon la police. Les Shabak, qui sont souvent la cible d'attaques, vivent majoritairement à la fron- tière avec la Turquie. Ils ont leur propre langue. Les violences qui ensanglantent l'Irak sont les plus meurtrières depuis 2008, avec plus de 3.600 personnes tuées depuis début 2013, selon un bilan fourni par des sources médicales et sécuritaires. Mais le Premier mi- nistre, Nouri al-Maliki, a promis de continuer la campagne des forces de sécurité pour arrê- ter les responsables de ces violences, se féli- citant des récentes arrestations de centaines d'insurgés et soulignant la mort de dizaines d'autres.

Un 4e round de négociations entre Palestiniens et Israé- liens "d’ici quelques jours"

et Israé- liens "d’ici quelques jours" Un quatrième round de négocia- tions directes entre

Un quatrième round de négocia- tions directes entre Palestiniens et Is- raéliens aura lieu "d’ici quelques jours", a affirmé samedi le ministre jordanien des Affaires étrangères, Nasser Jawdeh après s’être entretenu à Amman avec le chef des négocia- teurs palestinien, Saëb Erakat. Le représentant de la diplomatie jordanienne a par ailleurs assuré qu’il y avait "de la part de toutes les par- ties, et en particulier des Etats-Unis, des éléments sérieux et encoura- geants pour le succès des négocia- tions", selon des propos rapportés par l’agence officielle Petra. "La position du roi Abdallah II de Jordanie est que, quels que soient les

L I B Y E

autres événements dans la région, la cause palestinienne demeure cen- trale", a ajouté M. Jawdeh. Pour sa part, M.Erakat a affirmé apprécier le soutien de la Jordanie à "la création d’un Etat palestinien". La reprise des négociations de paix est le fruit d’intenses efforts du secrétaire d’Etat américain John Kerry, qui avait réuni les deux parties pour une première rencontre à Wash- ington le 30 juillet. Palestiniens et Israéliens se sont ensuite revus à deux reprises dans le courant du mois d’août à El-Qods oc- cupée.

B

I R M A I E

N

Des commerces et des habitations de musulmans incendiés

E N Des commerces et des habitations de musulmans incendiés Des affrontements tribaux dans l'ouest font

Des affrontements tribaux dans l'ouest font 4 morts

Des affrontements tribaux dans l'ouest font 4 morts Des commerces et des habitations de musulmans ont

Des commerces et des habitations de musulmans ont été incendiés en Birmanie à la suite de nouvelles violences intercom- munautaires, a-t-on indiqué dimanche de source policière. Quelque 38 maisons, neuf commerces et une usine de riz ont été in- cendiés au cours de nouvelles émeutes in- tercommunautaires qui ont éclaté samedi soir dans le village de Kanbalu, dans la ré- gion de Sagaing, sans faire de victimes, selon un responsable de la police locale. "Nous pensons que ces commerces appar- tiennent à des musulmans, mais nous ne

pouvons encore le confirmer. Les émeutiers sont apparemment des bouddhistes venant de deux villages" a déclaré la même source, citée par l'agence AFP. La Birmanie a connu plusieurs épisodes de violences com- munautaires -- principalement dirigées contre les musulmans--, dans ce pays ma- joritairement bouddhiste. Les organisations de défense des droits de l'Homme ont ac- cusé les autorités birmanes d'être incapa- bles de contenir la violence, voire de ne pas souhaiter intervenir dans ce sens. Les auto- rités ont rejeté ces accusations.

Des affrontements ont éclaté jeudi soir entre des membres de la tribu de Ouerche- fana et des habitants de la ville de Zaouiyah (ouest de Tripoli) faisant 4 morts et plusieurs blessés, a indiqué sa- medi soir le Premier ministre libyen Ali Zeidan. "Les affrontements entre la tribu Ouerchefana et la ville de Zaouiyah ont fait 4 morts et plusieurs blessés et les combats se poursuivent toujours", a indi- qué M. Zeidan lors d'une déclaration à la presse. Selon lui, "des contacts ont été éta- blis par le président du Congrès général

national (CGN), la plus haute autorité po- litique et législative du pays, Nouri Abou- sahmein, le ministre de la Défense et le

chef de l'état-major militaire avec les deux parties', ayant abouti à l'envoi de troupes de l'armée pour s'interposer entre les bel- ligérants. "Nous souhaitons que les deux parties cessent les combats afin que cette force d'interposition puisse se déployer sur le terrain", a indiqué Ali Zeidan qui a déploré "la facilité du recours par les ci-

quelles que soient

toyens aux armes( les raisons".

)

2266 AAOOÛÛTT 22001133

LLAA NNAATTIIOONN DDEEBBAATT

1166

A quel point la Russie sera impériale ?

par Fedor Loukianov
par Fedor Loukianov
par Fedor Loukianov

par Fedor Loukianov

par Fedor Loukianov
par Fedor Loukianov

Z bigniew Brzezinski disait au milieu des années

1990 que l'Empire russe ne pourrait survivre que si

l'Ukraine restait dans sa sphère d'influence. Cette

citation ressort souvent dans les débats, aussi bien en faveur de l'expansion russe que contre elle. Plus de deux décennies après l'effondrement de l'URSS la nature des rapports avec l'Ukraine reste floue. Tandis que le niveau d’"impérialité" de la Russie semble aujourd’hui dépendre d’une autre région du monde : l’Asie centrale. Lorsque les républiques fondatrices de l'Union soviétique (la Russie, l'Ukraine, la Biélorussie) ont décidé de la dissoudre dans la forêt de Bialowieza, les dirigeants

d'Asie centrale ont été mis devant le fait accompli. Le sort de ces Etats fut dramatique, fait de guerres civiles et de coups d'Etat au Tadjikistan ou au Kirghizstan, de

Toutefois, il

semblait aller de soi que ces pays faisaient partie de la sphère d'influence et d'intérêts de Moscou. Personne ne prétendait alors sérieusement à remplacer la Russie dans le rôle du patron géopolitique de la région. Bien sûr ces pays cherchaient à diversifier leurs contacts mais la Russie restait une constante - d'autres partenaires pouvaient aller et venir mais le Kremlin veillait toujours au grain. D'autant que le principal intérêt international pour la région était dû à ses ressources minières et le moyen de les faire transiter, noyau de la stratégie politique étrangère de Moscou. Cependant, en 2010 la Russie n'a pas saisi l'opportunité d'affirmer son rôle dominant en Asie centrale et s'est

despotisme oriental au Turkménistan

abstenue d'intervenir dans les émeutes au sud du Kirghizstan. Le projet de l'Union douanière, lancé en 2009 et appelé à se transformer en Union économique eurasiatique en 2015, vise avant tout l'Ukraine et non pas les grandes étendues de l'Eurasie, comme son nom le suggère. Enfin, en Russie et notamment dans les grandes villes, de plus en plus de voix s’élèvent en faveur de restrictions des migrations du travail par une baisse des quotas. Certains veulent même introduire un régime de

visas pour les voisins d'Asie centrale. Le thème de l'immigration, typique pour la majorité des pays européens, prend une importance politique en Russie également. Les ressortissants des ex-républiques soviétiques d'Asie centrale sont principalement visés. L'opposition nationaliste qui gagne en popularité depuis quelque temps n'est pas la seule à soulever ce sujet. Des hauts fonctionnaires comme le maire de Moscou Sergueï Sobianine et le vice-premier ministre Dmitri Rogozine en parlent également. D'ailleurs, ce thème est une priorité de campagne pour presque tous les candidats au poste de maire de Moscou, en prévision des élections le 8 septembre prochain. Au vu des vagues globales d'immigration, problème pour l'ensemble du monde développé, la recherche de l'identité non soviétique de la Russie prend un côté protectionniste voire xénophobe. L'incertitude d'une partie de la population concernant le lendemain est à l'origine des accusations des étrangers comme étant l'élément le plus notable de changement. Mais la cause extérieure est aussi compréhensible : les sentiments impériaux disparaissent progressivement et l'aspiration à reprendre ce qui a été perdu, propre à la première phase suivant l'effondrement d'un pays, cède la place au calcul : est-ce nécessaire et si oui, à quel prix ? La politique centrasiatique montrera comment la Russie conçoit son nouveau rôle sur la scène internationale. La région est au seuil de changements fondamentaux – les conséquences du changement imminent de générations dirigeantes en Ouzbékistan et au Tadjikistan sont imprévisibles - cela pourrait également concerner le Kazakhstan mais ce pays est plus stable. Le risque que l’instabilité se propage depuis l'Afghanistan après 2014 est élevé. La Russie devra déterminer si elle est prête, compte tenu de la situation nationale, à endosser la responsabilité de cette région de l'ex-URSS ou si ses intérêts vitaux se limitent au Kazakhstan.

Aucune réponse n’est meilleure que l’autre : les conséquences fatales et les dangers sont envisageables dans tous les cas. Si Moscou part d'Asie centrale cela ne signifie pas forcément l'arrivée d'une puissance concurrente mais plutôt la perte de son rôle de régulateur extérieur. Les pays quittés se retrouveraient livrés à eux- mêmes dans le contexte d'une instabilité intérieure et extérieure croissante. Il sera de toute façon impossible de construire un mur et d’oublier les anciens peuples frères tellement sont étroits les liens mutuels et les contacts humains : un grand nombre de ressortissants de ces pays vit en Russie. Une ingérence impériale à grande échelle est pourtant tout aussi impensable – la population ne la soutiendrait pas et comme le montre la pratique des interventions américaines : cela ne donne aucun résultat. Aussi extravagante que soit l'idée de Viktor Ivanov, chef du Service fédéral russe de contrôle des stupéfiants, de créer une entreprise publique pour l'Asie centrale afin d'assurer le développement sur place et réduire l'afflux d’immigrés en Russie, cette idée suit la bonne direction. La Russie doit trouver un moyen d'y améliorer la situation sans s’ingérer directement. Le règlement de ce problème serait un test de maturité pour la Russie comme puissance régionale de type post-impérial.

L’opinion de l’auteur ne coïncide pas forcément avec la position de la rédaction La Russie est-elle imprévisible? Peut-être, mais n'exagérons rien: il arrive souvent qu'un chaos apparent obéisse à une logique rigoureuse. D'ailleurs, le reste du monde est-t-il prévisible? Les deux dernières décennies ont montré qu'il n'en était rien. Elles nous ont appris à ne pas anticiper l'avenir et à être prêts à tout changement. Cette rubrique est consacrée aux défis auxquels les peuples et les Etats font face en ces temps d'incertitude mondiale.

Attaques chimiques en Syrie : "Attendons l'avis des experts avant d'intervenir"

Mario Bettati
Mario Bettati

Mario Bettati

Mario Bettati
Mario Bettati
Mario Bettati

Une fois de plus, le clientélisme qui gouverne le Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations unies (ONU) épargne les alliés des titulaires du droit de veto, fussent-ils des assassins, et laisse à la seule compassion des humanistes la souffrance de leurs victimes. L'emploi d'armes neurotoxiques par l'armée du président syrien Bachar Al-Assad dans la périphérie de Damas, quel que soit le nombre des victimes, constitue une violation grave du droit international humanitaire. En particulier de la Convention sur les armes chimiques de 1993, qui complète le Protocole de Genève de 1925 interdisant l'emploi à la guerre de gaz asphyxiants, toxiques ou similaires, ainsi que de tous moyens de guerre bactériologique. Ce texte de 1925 n'interdit toutefois pas la mise au point ni la possession de produits chimiques toxiques et d'armes, ni leur utilisation dans des situations autres que la guerre. Ce qui limite son application à la situation syrienne actuelle. Il ne prévoit aucun mécanisme international de vérification. En revanche, la convention de 1993 est plus large en ce qu'elle interdit la mise au point, la fabrication, le stockage et l'emploi des armes chimiques et prévoit leur destruction. Signée à Paris le 13 janvier 1993, elle est en vigueur depuis le 29 avril 1997. LA RESPONSABILITÉ DE PROTÉGER Mettre les individus à l'abri des armes chimiques s'inscrit dans l'obligation pour les Etats de protéger les populations contre tout ce qui constituerait des actes de génocide, des crimes de guerre, de nettoyage ethnique ou des crimes contre l'humanité. Cette responsabilité, héritière du droit "d'ingérence humanitaire" que nous avions élaboré et promu avec Bernard Kouchner, a solennellement et unanimement été proclamée par les chefs d'Etat et de gouvernement réunis en Assemblée générale de l'ONU le 16 septembre 2005. Dans sa résolution 1970 (février 2011) sur la situation en Libye, le Conseil de sécurité, "rappelant que les autorités libyennes ont la responsabilité de protéger le peuple

libyen et considérant que les attaques systématiques et

généralisées

pourraient constituer des crimes contre l'humanité", a décidé de saisir le procureur de la Cour pénale internationale de la situation en Libye depuis le 15 février 2011. Le Conseil avait décidé le 17 mars d'instaurer un régime d'exclusion aérienne pour protéger les populations civiles et faire cesser les hostilités. Une intervention militaire, sous l'égide de l'ONU, s'est déroulée entre le 19 mars 2011 et le 31 octobre 2011 pour garantir le respect de cette responsabilité et mettre en œuvre la résolution 1973 du Conseil de sécurité. LA SYRIE N'EST PAS LA LIBYE Divers facteurs limitent la transposition du modèle libyen à la situation actuelle de la Syrie. D'abord, une intervention armée pour assurer le respect de la responsabilité de protéger ne devrait s'effectuer que sous l'égide du Conseil de sécurité. Or ce dernier, qui n'avait pas été bloqué par le veto russe ou chinois (ils s'étaient abstenus lors du vote de la résolution 1973), le serait aujourd'hui. En deuxième lieu, même si les présomptions d'emploi des armes chimiques en Syrie sont fortes, il convient d'attendre les résultats des travaux conduits par la commission d'experts dirigée par le Suédois Ake Sellström, qui s'est forgé une expérience dans les années 1990 en démantelant le programme de charges chimiques et biologiques en Irak. Troisièmement, des éclaircissements sont nécessaires sur la qualité des victimes. Sont-elles civiles ou combattantes ? Ou les deux ? Le régime juridique de protection n'est pas le même dans les deux cas. De surcroît, la qualité des agents chimiques employés devra être précisée. Car le pouvoir de Damas est soupçonné de mélanger des gaz anti-émeute (de type gaz lacrymogènes) avec des agents toxiques afin de les masquer et de désorienter ainsi les analyses.

contre la population civile

(

)

SSoouurrccee LLee MMoonnddee

de désorienter ainsi les analyses. contre la population civile ( ) S S o o u

17 17

LLAA NNAATTIIOONN MMOOTTOORRSS

2266 AAOOÛÛTT 22001133

T O O R R S S 2 2 6 6 A A O O Û

En 2014, la Mini arrive en cinq portes

L a nouvelle Mini s’annonce. Cette troisième génération (1re en 2001, 2e en 2007)

de l’ère BMW va marquer une évolution par rapport à la précédente. Si les dimensions de l’auto resteront proches du modèle actuel, son style va se moderniser avec une face avant modifiée et l’intégration de projecteurs agrandis ceinturés d’un anneau lumineux servant de feu de jour. À l'arrière, on trouvera des feux hypertrophiés cernés de chrome et sur les flancs de larges protections plastiques encadrant les passages de roue et les bas de caisse… Dans l'habitacle, on aura droit à plus de modifications avec une console centrale flottante, de nouveaux sièges… Si le gros compteur en plein centre de la planche de bord est toujours là, il n’intégrera plus de tachymètre (replacé derrière le volant). Cette troisième génération au nom de code F56, devrait voir son poids diminuer grâce à l’apport de matériaux légers pour la structure et la carrosserie. Sous le capot, la petite anglaise adoptera de

nouveaux moteurs, dont un trois cylindres turbo inédit, décliné en plusieurs niveaux de puissance. Autre nouveauté, l'arrivée d'une boîte automatique à huit rapports. Présentée sous la forme d’un hologramme au Salon de Francfort, elle sera bien réelle quelques semaines plus tard lors de son apparition à Londres le 18 novembre. À l’occasion, la marque en profitera pour fêter l’anniversaire de la naissance (107 ans) du génial créateur de la petite auto Alec Issigonis (1906- 1988). Quelques heures plus tard, elle sera l’une des stars des Salon de Tokyo et de Los Angeles. Le constructeur devrait profiter de ces deux rendez-vous internationaux pour dévoiler une nouvelle variante qui intégrera la gamme de la Mini à la fin de 2014, une version à cinq portes. Aujourd’hui les mini-citadines ou citadines de luxe se conjuguent la plupart du temps en trois portes (Citroën DS3, Fiat 500, Mini…). Mais l’arrivée de l’Audi A1 en trois et cinq portes (Sportback) modifie la donne. Pour contrer la

petite des Anneaux, Mini va créer aussi une variante cinq portes. Un modèle qui complétera agréablement la gamme de la petite anglaise qui est déjà bien fournie avec : Cabriolet, Clubman, Coupé & Roadster, Countryman et Paceman. Cette version cinq portes devrait être légèrement plus grande que la Mini “normale“ et devrait disposer d’un coffre d’une contenance moins riquiqui (160 litres dans l’actuelle Mini). Malgré tout, la petite anglaise ne sera pas vraiment une familiale, la place devrait être limitée à l’arrière. Si grâce aux deux ouvrants supplémentaires l’accessibilité à la banquette arrière sera plus aisée, il n'est pas sûr que l’on peut se loger à trois derrière, la Mini restera une quatre places. Si la Mini (trois portes) est dévoilée en novembre et commercialisée au début 2014, la version cinq portes devrait attendre jusqu’à la fin de l’année prochaine pour arriver en concession.

la fin de l’année prochaine pour arriver en concession. O O p p e e l

OOppeell MMoonnzzaa

Concept : préfiguration

Opel

s'enorgueillit

le

premier

Karl-Thomas Neumann, le PDG d'Opel. Pourtant, nous n'avons pour le

moment pas grand-chose à nous mettre sous la dent pour apprécier ces nouvelles orientations. Une illustration d'Auto Bild, et trois photos officielles de face seront les seules sur lesquelles s'appuyer pour juger si oui ou non, le futur d'Opel vous intéressera. Peu d'indices également sur la technique, sinon que ce concept pourrait accueillir sous son capot un V6 de 325 ch, en provenance de la banque d'organe GM (Cadillac), mais dans le cadre d'un groupe motopropulseur à la solution "novatrice". Et que le deuxième maître mot sera "connectivité".

d'être

constructeur européen à

avoir présenté un concept-car, en l'occurrence au salon de Francfort, en 1965. C'est pour poursuivre avec cette tradition que cette année encore, le constructeur de Rüsselsheim va présenter le "Monza Concept". Un grand coupé donc, qui reprend à son compte le patronyme d'un ancien modèle du constructeur, le coupé Monza des années 1970/80. Surtout prévu pour présenter (et pour tester) les nouvelles orientations stylistiques de la marque, ce prototype est "la façon dont nous voyons Opel demain, dans sa forme la plus pure", a expliqué

Dacia Duster restylé

Le Duster est une success story : 155 000 exemplaires du 4x4 ont été écoulés à travers le monde depuis le début de l’année 2013. Le SUV de Dacia, filiale du groupe Renault, est le seul du marché à offrir un rapport prix/prestations hors normes. Un modèle à manipuler avec une extrême précaution. À l’occasion du salon de Francfort, les dirigeants de la marque présenteront son premier restylage. Extérieurement, le Roumain se rapprochera des derniers modèles de la gamme, Sandero et Logan en tête, alors que dans l'habitacle, un nouveau tableau de bord et un système multimédia/navigation feront leur apparition. Il s’agit de la tablette tactile Media Nav née sur le Lodgy. L’insonorisation, les équipements de sécurité et de nouveaux moteurs (2.0 essence) sont attendus. Renault envisage aussi de faire grimper la note du 4x4 aux crash-tests Euro NCAP. Pour rappel, le Duster ne bénéficie aujourd’hui que de 3 étoiles. Comme à son habitude Dacia devrait proposer des tarifs toujours agressifs, avec un prix d’attaque sous les 12 000 €.

agressifs, avec un prix d’attaque sous les 12 000 €. Une Peugeot 208 GTI R ou

Une Peugeot 208 GTI R ou T16 de 230 ch en préparation

Une Peugeot 208 GTI R ou T16 de 230 ch en préparation La Peugeot 208 est

La Peugeot 208 est en fin de compte très présente en compétition. Sa version de rallye la plus pointue et performante, la « R5 » ou T16, est en train de parfaire sa mise au point. Une déclinaison « prototypale » s’est aussi montrée victorieuse dès sa première et spectaculaire apparition dans la plus célèbre des courses de cote au monde, Pikes Peak, aux Etats-Unis. Peugeot semble donc avoir toutes les raisons de développer à nouveau une image sportive à partir de cette 208. Concrètement, cela pourrait déboucher sur une version de route proposant une trentaine de chevaux supplémentaires par rapport à la GTI qui en développe deux cents. Evidemment, une révision de plusieurs éléments mécaniques accompagnerait cette augmentation de puissance. Quant au petit nom de cette future 208, toutes les hypothèses sont encore ouvertes à ce stade : 208 R (comme le RCZ), 208 Peugeot Sport, 208 GTI T16 (comme la voiture de rallye et pour faire référence à la mythique 205 Turbo 16) ou encore 208 Pikes Peak, cette dernière possibilité semblant cependant trop peu évocatrice de performance pour l’amateur moyen.

La Corvette C7

Stingray est-elle une vraie burn machine ? Smoking Tire. Matt Farah a récemment eu l’opportunité
Stingray est-elle une vraie
burn machine ?
Smoking Tire. Matt Farah a récemment eu l’opportunité de
prendre le volant de la Corvette C7 Stingray à Monterey. Son
objectif lors de cette virée est simple. Il veut définir si oui ou non,
l'américaine est une machine à burner. L'homme a eu la bonne idée
d'immortaliser ses tests avec des caméras embarquées et d'en faire
un montage.
Pour rappel, la Corvette C7 Stingray se dote d'un V8 LT1
injection directe « cubant » 6.2L, développant 455 chevaux et 610
Nm de couple. Sa répartition des masses de 50/50 et son poids
maitrisé en font une sportive visiblement très amusante. Même si
les chiffres sont quasi-identiques à ceux de la C6, sa nouvelle
structure en aluminium lui permet de tenir en courbe à plus d'1G,
d'abattre le 0 à 100 km/h en moins de 4 secondes et de freiner de
100 km/h à l'arrêt comme une Corvette Z06. Une boîte manuelle à
sept vitesses lui permet d'affronter les circuits autant que les longs
trajets.

2266 AAOOÛÛTT 22001133

LLAA NNAATTIIOONN MMAAGGAAZZIINNEE

1188

Où en est la recherche des extraterrestres ?

L es petits hommes verts, ce n’est pas pour tout de suite. Les chercheurs n’ont encore trouvé

aucune preuve d’une vie extraterrestre. Pas une seule forme de vie intelligente, pas même une forme de vie microscopique, alors que "l'essentiel de la masse vivante sur Terre, ce sont des bactéries", soulignait en 2012, au micro de France Inter, Roland Lehoucq, astrophysicien au CEA de Saclay (Essonne) et professeur à l’Ecole polytechnique. "Il y a d’ailleurs un gouffre très sérieux entre la vie bactérienne et la vie intelligente", observe pour Louis d'Hendecourt, astrochimiste, directeur de recherches au CNRS, qui a participé au livre De l’inerte au vivant, une enquête scientifique et philosophique (éd. La Ville brûle). Il rappelle que sur Terre, il a fallu attendre des milliards d’années d’évolution pour voir émerger une forme de vie évoluée. Le chercheur remarque ainsi que notre planète est née il y a 4,5

milliards d’années ; que la vie cellulaire y est apparue il y a environ 3,8 milliards d’années ; que la vie multicellulaire a émergé il y a 2,1 milliards d’années et que l’homo sapiens a vu le jour il y a 200 000 ans. Une manière de souligner que la vie telle que nous la connaissons n’est que très récente. "Je pense que si des formes complexes d’organisation de la matière se sont mises en place sur d’autres planètes, elles ont dû produire des formes de vie très différentes d’une planète à l’autre. L’apparition d’une vie de type “animal” avec possibilité de vie consciente est à mon avis un phénomène très rare", estime dans le livre De l’inerte au vivant Patrick Forterre, chef d’équipe à l’Institut de génétique et microbiologie de l’université Paris-Sud.

génétique et microbiologie de l’université Paris-Sud. Très peu de planètes en zone habitable La découverte de

Très peu de planètes en zone habitable La découverte de nouveaux mondes ne fait que commencer. La première exoplanète a été découverte en 1995. Selon les dernières estimations, notre galaxie, la Voie lactée, compte 100 milliards d’exoplanètes. Parmi elles, 17 milliards seraient semblables à la Terre, et donc propices à l’émergence de la vie. Mais pour l’instant, nous n’avons repéré qu’un peu plus de 2 300 exoplanètes, et les chercheurs n’ont identifié qu’une poignée de planètes similaires à la Terre. Et encore moins en zone habitable, c’est- à-dire où il ne fait ni trop chaud, ni trop froid. En gros, où l’on a des chances de trouver de l’eau sous forme liquide. Cette zone correspond généralement à la distance moyenne Terre-Soleil, qui correspond à une unité astronomique,

soit 149 597 871 kilomètres. Dans le détail, cette température varie selon la chaleur de l’étoile, comme le montre cette vidéo :

Mais les découvertes sont de plus en plus prometteuses. Par exemple, en avril, des chercheurs ont découvert deux nouvelles exoplanètes semblables à la Terre. Il se peut d’ailleurs qu’elles regorgent d’eau et même qu’elles soient des planètes-océans. Est-ce la promesse d’y trouver des êtres vivants ? "Cette abondance d’eau ne signifie pas automatiquement la présence de la vie. Pour que les différents éléments chimiques nécessaires se rencontrent et que la vie puisse apparaître, il ne faut pas qu’ils baignent dans une masse d’eau trop importante. Il faut des espaces plus restreints d’où l’eau peut s’évaporer : des flaques, des mares. Et donc des terres

émergées", explique à francetv info Louis d'Hendecourt. Reste que ces deux exoplanètes sont, à l’heure actuelle, les astres découverts les plus similaires à la Terre. Mais nous ne disposons pas de la technologie nécessaire pour aller les observer directement à l’aide d’une sonde : elles sont trop lointaines puisqu’elles se situent à 1200 années-lumière de la Terre, sachant qu’une année-lumière correspond à la distance parcourue par la lumière en une année, soit 9461 milliards de kilomètres.

Les chercheurs doutent de plus en plus Malgré toutes les recherches infructueuses, les astrophysiciens affichent une certaine assurance. "Les probabilités de trouver une forme de vie extraterrestre sont gigantesques", résumait Jean-Loup Bertaux, directeur de recherche émérite au laboratoire Atmosphères, milieux, observations spatiales du CNRS, à francetv info, en 2012. "C’est une évidence", affirmait au quotidien Corse-Matin l'astrophysicien Jean-Pierre Sivan, directeur de recherches au CNRS, en 2009. Mais cet optimisme tranche totalement avec le scepticisme des biologistes et des chimistes. "Les astrophysiciens passent très rapidement sur la question des conditions chimiques favorables à l’apparition de la vie", souligne Louis d’Hendecourt, qui note que certains de ses confrères commencent à faire part de leurs doutes, en coulisses. En effet, difficile d’expliquer comment la vie n’a pu être observée ailleurs, alors que, comme l’observe le spécialiste, "les éléments les plus abondants et les plus disponibles dans l’univers sont justement les éléments constitutifs de la vie".

L’ÉTRANGE HÉLÉNE JÉGADO 1 Hélène Jégado est née dans un petit village proche de Rennes,

L’ÉTRANGE HÉLÉNE JÉGADO 1

Hélène Jégado est née dans un petit village proche de Rennes, Plouhinec, en 1801. Tout de suite, l’adversité s’abat sur l’enfant. A sept ans, elle est orpheline, c’est un modeste curé qui la recueille et l’élève jusqu’à ce qu’elle soit en âge de gagner sa vie, c’est-à-dire très tôt. On remarque que la jeune et robuste Hélène est une dure travailleuse, qui abat sa part de travaux sans rechigner, et pour cela on la considère. Mais on remarque aussi qu’Hélène est affublée d’un étrange caractère. Elle est renfrognée, peu bavarde, quelquefois violente, souvent boudeuse. Elle n’aime ni les bêtes qu’elle brutalise, ni les enfants qu’elle rudoie. Hélène ne va jamais avec les autres jeunes filles, elle n’aime pas danser, elle fuit les fêtes et se complaît dans la solitude. Ce n’est qu’à l’âge de vingt-neuf ans qu’on lui connaît une aventure, un flirt avec un jeune et vigoureux menuisier. Un soir de l’été, sans raison apparente, le fiancé menuisier est victime d’un terrible accident de voiture. Il est tué sur le coup. Mais, à l’étonnement de tous, Hélène ne manifeste pas de chagrin devant ce malheur. En vérité, elle reste parfaitement indifférente à cet accident qui a causé la mort de l’homme qu’elle aimait. La petite paroisse de Guern vit des jours bien paisibles, lorsqu’en 1833,

Hélène Jégado apparaît dans le pays. Elle a été engagée par le vicaire de la paroisse, l’abbé Le Drogo. Le saint homme vit dans le presbytère entouré de son père, de sa mère, de sa nièce et

de deux cousines. Six personnes en parfaite santé. Entre le 28 juin et le 7 octobre 1833, soit en un peu moins de trois mois et demi, ces six personnes moururent brutalement, les unes après les autres, après une courte agonie et d’horribles souffrances ! Six personnes, une famille entière, en parfaite santé, décimée en quelques mois par un mal inconnu, mystérieux, mais dont les effets sont très comparables à ceux d’un

empoisonnement

L’abbé fut le

dernier atteint. C’est en quittant la table que le mal le terrassa. Il devint pâle, porta la main à la poitrine et s’effondra sur un fauteuil en râlant. Compatissante, Hélène Jégado lui fit boire une tisane de sa composition. Presque immédiatement les douleurs redoublèrent. Et trente-six heures plus tard, l’abbé était mort. Tous ces détails figurent dans les rapports de l’époque. Ces détails, si troublants, n’ont surpris personne. Peut-être un voisin a-t-il un regard un peu interrogateur vers Hélène Jégado. Celle-ci se contente de murmurer : « Il devait y passer lui

aussi

Ou plus exactement

de six empoisonnements

Le malheur est sur cette

maison.» Quelques jours plus tard, la

propre soeur d’Hélène, Anna vient passer quelques jours auprès de celle qui vient de subir une si dure épreuve. Sans méfiance, la pauvre Anna s’installe auprès de sa sœur chérie, dans cette maison du malheur. Et trois jours plus tard, après avoir enduré de terribles souffrances, Anna Jégado est morte. Un homme se lamente dans le petit village de Bubry, un charmant et tranquille petit bourg breton. Cet homme, c’est le curé, le bon abbé Lorho. Il se lamente parce qu’il n’arrive

pas à trouver une servante. Il a accueilli dans sa modeste maison une sœur et une nièce d’Hélène Jégado, ainsi que la tutrice de cette dernière. Aussi est-il tout naturel, malgré ce qui vient de se passer, qu’il engage Hélène à son service. La tutrice, la sœur, la nièce

d’Hélène Jégado

Les trois femmes

meurent brutalement, en quatre mois. Dans d’indescriptibles souffrances. Dans le petit village, dans la région, on ne se pose aucune question. On ne s’étonne pas. On ne s’inquiète pas. La conspiration de l’indifférence continue. Des médecins examinent les corps empoisonnés, et ne font aucune remarque, ne font part d’aucun soupçon à la police. Dans le village, Hélène Jégado, sans doute elle aussi étonnée du manque de réactions des habitants, se répand en imprécations.

Hélène Jégado, sans doute elle aussi étonnée du manque de réactions des habitants, se répand en

19 19

LLAA NNAATTIIOONN MMAAGGAAZZIINNEE

2266 AAOOÛÛTT 22001133

Évaluationobjectivedudegrédeconscience

despersonnesdanslecoma

despersonnesdanslecoma C lassiquement, la conscience d’un individu est évaluée

C lassiquement, la conscience

d’un individu est évaluée en

fonction de sa capacité à

répondre à des stimuli ou à des demandes. On évalue par exemple l’état de conscience d’un blessé en lui demandant de serrer la main ou d’ouvrir les yeux. Néanmoins, on était jusqu’ici incapable de déterminer si des personnes ayant subi des lésions cérébrales et paralysées ou plongées dans le coma était ou non conscientes. Pour pallier à ce manque, des scientifiques ont cherché à évaluer la capacité du cerveau à intégrer une

information. Pour cela, ils ont utilisé les algorithmes informatiques qui servent habituellement à compresser des données. Ils sont parvenus à les appliquer au contenu de l’information de la réponse du cerveau à une perturbation magnétique. Pour interpréter les résultats obtenus, les chercheurs ont évalué "la complexité de la réponse en fonction de l’écho généré", explique Olivia Gosseries, neuropsychologue chargée de recherches à l’université de Liège et premier auteur de l’étude. Les mesures ont été réalisées dans diverses

conditions, chez des personnes éveillées, endormies, anesthésies, chez des personnes présentant des lésions cérébrales qu’elles soient dans le coma, dans un état végétatif ou autre (état de conscience minimale et locked-in syndrome). Grâce aux différents résultats obtenus, les scientifiques ont établi une échelle de mesure objective, la première du genre. Elle permet donc de détecter la conscience même chez des personnes qui ne répondent pas et qui semblent totalement déconnectées du monde extérieur.

HOROSCOPE

totalement déconnectées du monde extérieur. HOROSCOPE A A M M O O U U R R

AAMMOOUURR,, TTRRAAVVAAIILL,,SSAANNTTÉÉ

L'existence des célibataires peut devenir sensationnelle, après qu'un nouvel amour suscitera leur intérêt. Vous pourriez faire une rencontre dans une réunion mondaine, et l'amour va naître instantanément. Il sera pourtant prudent de ne pas vous avancer trop loin trop vite.R , , T T R R A A V V A A I I L

Bélier

Vie familiale sans histoire pour la plupart d'entre vous. Vos relations avec vos enfants et vos parents passeront par une phase harmonieuse et heureuse. Les uns et les autres mèneront leur vie sans difficulté particulière.prudent de ne pas vous avancer trop loin trop vite. Bélier Ta u re a u

Ta u re a u

Evitez les opérations financières trop risquées. Vous manquerez d'objectivité et vous aurez tendance à vouloir brûler les étapes. Autant d'éléments jouant en votre défaveur et qui pourraient vous valoir de sérieux déboires.leur vie sans difficulté particulière. Ta u re a u C Vous aurez de l'énergie à

C

Vous aurez de l'énergie à revendre. Mais méfiez-vous de vos tendances à vouloir toujours aller au bout de vos forces et de vos possibilités. Sachez vous ménager et vous arrêter avant de vous sentir épuisé. "Prenez un peu de repos, afin de finir plus vite"et qui pourraient vous valoir de sérieux déboires. C a n c e r Le sens

a n c e r

Le sens de la diplomatie vous sera bien utile pour résoudre certains problèmes qui se présenteront : relations avec les collègues,un peu de repos, afin de finir plus vite" a n c e r Vous pourrez

Vous pourrez

L

i o n

avec les voisins, avec les amis

compter sur l'aide de la planète Mercure.

Vi e r g e Après tous les déchaînements passionnels de ces derniers temps, vous prendrez enfin du recul pour Après tous les déchaînements passionnels de ces derniers temps, vous prendrez enfin du recul pour essayer de savoir ce que vous voulez vraiment. Fini les brèves aventures. Sans aucune demi-mesure, vous vous dirigerez peu à peu vers l'amour qui dure.

Des difficultés d'ordre familial pourraient résulter de cette lourde ambiance astrale. Si vos parents sont âgés, des tensions risquent d'exister entre vous et eux en raison de votre manque de tact ou de votre autoritarisme excessif.vous vous dirigerez peu à peu vers l'amour qui dure. B a l a n c

B

a l a n c e

S c o r p i o n

Cet environnement astral vous incitera à équilibrer votre budget, voire, pour certains d'entre vous, à améliorer vos revenus. Si vous avez des économies à placer, prenez le temps d'étudier attentivement toutes les possibilités qui s'offrent à vous avant de vous décider, et même demandez conseil à un professionnel.

S a g i t t a i re

La planète Mars bien aspectée vous donnera un dynamisme du tonnerre. Vous adopterez un rythme d'enfer. L'action sera votre drogue, et

vous entraînerez dans votre sillage votre entourage familial et professionnel, qui essaiera, tant bien que mal, de suivre.

C a p r i c o r n e

Sachez que pardonner n'est pas seulement une vertu bouddhique ou chrétienne. C'est aussi un bon moyen de préserver sa paix en face des injures. "Qui médite de se venger entretient

ses blessures"

Ve r s e a u

Vos relations avec vos proches pourront être un peu tendues. Pour la majorité d'entre vous, il s'agira simplement d'un phénomène passager : chacun sera un peu plus nerveux que d'habitude, et l'ambiance dans votre foyer sera par moments survoltée.

P o i s s o n

Vénus, une planète bénéfique, aura un impact sur vos proches aujourd'hui. Les membres de votre famille, des plus âgés aux plus jeunes, seront bien dans leur peau, active et optimiste.

Vos relations avec eux seront marquées par la tendresse et la compréhension.

G

é m e a u x

Un million de cafards s'échappent d'une ferme en Chine Au moins un million de blattes
Un million de cafards s'échappent
d'une ferme en Chine
Au moins un million de blattes se sont échappées d'un centre d'élevage
dans
l'est de
la Chine,
un expert sanitaire a demandé aux habitants
alentour de conserver leur calme, a rapporté la presse.
Ces cancrelats devaient servir à la fabrication
de
produits
de
la
médecine
traditionnelle
chinoise,
a
précisé
le
journal Xiandai
Kuaibao.
Les
cafards
se
sont
disséminés
après
qu'un
a
détruit la serre de reproduction de
"individu
non
identifié"
la
ferme d'élevage
où ils étaient
conservés,
dans
la
commune
de
Dafeng, a
ajouté
le
quotidien basé à
Nankin.
Les
autorités
sanitaires
de
la
province
du
Jiangsu ont dépêché cinq spécialistes chargés de
concevoir une vaste opération de désinfection
pour éliminer les insectes. Un expert a
demandé
à
la
population
de
"ne
pas
paniquer".
Le
propriétaire
de
la
ferme,
Wang
Pengsheng, avait investi plus tôt cette année
plus de 100.000 yuans (12.200 euros) pour
acquérir 102 kilos d'oeufs de periplaneta
americana, une espèce de blattes.
Les oeufs une fois éclos, M. Wang s'était
retrouvé
avec
plus
de
1,5
million
de
larves, qu'il avait nourries avec des fruits
et des biscuits.

2266 AAOOÛÛTT 22001133

LLAA NNAATTIIOONN CCUULLTTUURREE

2200

EXPOSITION DE PEINTURE AU BASTION 23

Couleurs chatoyantes et tracés raffinés

Le Palais des Raïs accueille, actuellement, une belle exposition de peinture collective intitulée « L’art à l’intuition ».

Ils sont en tout pas moins de quatre adolescents à exposer leurs œuvres picturales. En effet, Neil Malki, Nesrine Draa, Adel Cherfaoui et Lilia Babou sont des adolescents, at- teints par la maladie de la dys- phasie. Cette exposition, rappelons-le, est organisée par l’association avenir dysphonie de la wilaya d’Alger (ADWA). N’étant pas à leur premier coup de maître, les membres de cette performante association ont initié cette vente d’œuvres ar- tistiques. Le but de cette action est de sensibiliser le public sur les problèmes rencontrés au quotidien par ces enfants dys- phoniques et leurs parents. Comme nous l’explique si bien une mère et membre de l’asso- ciation, la dysphasie n'est pas l'expression d'un trouble ou d'un blocage physiologique, il s'agit d'une déviance de l'ap- prentissage du langage oral, un trouble structurel et durable différent d'un retard de déve- loppement de l'enfant; suppo- sée d'origine neurologique et ce, sans lésions apparentes. Ces quatre artistes ont eu juste un mois pour réaliser leurs œuvres. Ils ont com- mencé durant le ramadhan der- nier à s’adonner à cette commande. Le résultat est élo- quent. Cent œuvres aux styles et tendances différentes sont présentés au grand bonheur des parents et des responsables de l’association ADWA. Membre d’honneur de cette association, Lynda Draa, qui est la mère de la jeune artiste Nesrine, relève que l’ensemble des éléments de l’association fait un effort surhumain pour aider ces ado- lescents. « Nous bataillons au quotidien. L’aide

ces ado- lescents. « Nous bataillons au quotidien. L’aide de l’Etat ou son soutien est quasi

de l’Etat ou son soutien est quasi inexistant et les parents sont obligés de se débrouiller pour prendre en charge leurs enfants. Il faut reconnaître que l’association a sauvé nos en- fants. Aujourd’hui encore, on n’arrive pas à classer la dys- phasie dans une nomenclature précise », explique-t-elle. Les enfants inscrits dans cette asso- ciation sont au nombre de qua- rante. Au niveau de l’école sont enseignés les principes fonda- mentaux que sont le calcul, la lecture et l’écriture. Par la suite, aucun débouché pour ces enfants qui ne sont acceptés qu’au niveau d’un seul centre de formation professionnelle suite à une convention avec le secteur, en l’occurrence, le

centre de formation profession- nelle de Ain Allah. Les objec- tifs reposent sur trois axes d'effort : sensibiliser par tous les moyens de communications existants les parents, les forma- teurs et toutes structures en charge de la santé publique, de l'éducation, du travail et du secteur social que l'enfant dys- phasique n'est ni handicapé ni déficient mental, mais un en- fant normal qu'il y a lieu de prendre en charge dans des structures adaptées inexistantes à ce jour; lancer la première école spécialisée à Alger et prendre en charge une cinquan- taine d'élèves par des per- sonnes qualifiées et des spécialistes en orthophonie et en psychopédagogie; et enfin

créer des structures adaptées de formation professionnelle pour l'apprentissage d'un métier pour ces élèves à leur sortie de l’école. Les exposants se sont surpas- sés en génie créatif. Chacun d’eux a livré des travaux regor- geant de couleurs et de sens. Si Neil Melki s’en est donnée à cœur joie dans la peinture abs- traite, pour sa part Nesrine Drâa excelle dans les miroirs, la miniature, les services à thé et les plateaux. Adel Cherfaoui et Lilia Babou dévoilent leur univers. Un univers coloré à l’extrême et aux courbes pré- cises.

AAmmiinnaa BB

Clint Eastwood choisi pour American Sniper

Reprendre les projets abandonnés en cours de route par ses camarades de Hollywood semble devenir une ha- bitude pour Clint Eastwood.AprèsJer- sey Boys , attribué à l'origine à Jon Favreau, le cinéaste de renom aurait obtenu le feu vert de la Warner Bros pour réaliser American Sniper, rap- porte le site américain Twitch. Le long-métrage se base sur l'auto- biographie deChris Kyle, American Sniper: The Autobiography of the Most Lethal Sniper in U.S. Military History. Cet ancien Navy Seal améri- cain revendique avoir causé la mort de 255 personnes durant la guerre en Irak. Le Pentagone a confirmé offi- ciellement 160 tirs létaux. Il détient donc le record du plus grand nombre d'ennemis abattus dans toute l'histoire militaire des États-Unis. Dans ses Mé- moires, publiés en janvier 2012, il ex- prime son regret «de ne pas avoir tué davantage de personnes». Chris Kyle, qui a mis un terme à sa carrière mili- taire en 2009, a été tué le 2 février 2013, à bout portant, par un marine de 25 ans souffrant de stress post-trauma- tique. Il avait 38 ans. Ce projet d'adaptation a vu le jour en mai dernier, sous l'initiative de Bradley Cooper, producteur et star du long-métrage. Steven Spielberg a ré- cemment refusé d'en être le metteur en scène à la suite d'une divergence artis- tique et d'un budget trop mince ac- cordé par les studios Warner Bros. Ce n'est pas la première fois qu'Eastwood et Spielberg sont en quelque sorte liés à un même projet: Mémoires de nos pères (2006) et Lettres d'Iwo Jima (2007) avaient été financés par Spiel- berg. Les derniers films d'Eastwood, parmi lesquels Au-delà, J. Edgar et Une nouvelle chance, n'ont pas vrai- ment été encensés par la critique. American Sniper lui permettrait alors de revenir dans la course et de renouer avec son goût pour les histoires patrio- tiques. Par ailleurs, le casting de Jersey Boys, la comédie musicale qui retrace la carrière des Four Seasons, est en phase de bouclage avec, dans les rôles clés, Vincent Piazza, John Lloyd Young, Erich Bergen, Michael Lo- menda et Christopher Walken. Le tournage du film devrait commencer d'ici à la fin de l'année pour une sortie courant 2014.

FESTIVAL NATIONAL DU THÉÂTRE AMATEUR DE MOSTAGANEM

Coup d’envoi de la 46e édition

Le 46e Festival national du théâtre amateur de Mostaga- nem (Fnta), réunissant 12 troupes de huit régions du pays en compétition pour le premier prix, a débuté samedi soir à la maison de jeunes "Morsli Mo- hammed". Le coup d'envoi de cette ma- nifestation annuelle dédiée au 4e art a été donné par un des membres fondateurs du festival en 1967, Bensaïd Mekki, dit El Hadj Mekki, désigné président d'honneur de la 46e édition lors d'une cérémonie d'ouverture animée par la fanfare de la pro- tection civile et la troupe de la coopérative du théâtre de La- ghouat, en présence du commis- saire du festival, Rachid Djerrourou, des autorités lo-

cales et d'un public nombreux. Après la prestation de la troupe de la protection civile, une ving- taine de comédiens amateurs ont présenté le spectacle "Sariî el djanoub", composé par Ha- roun El Kilani, qui mêle théâtre, danses folkloriques et choré- graphie "hip hop" pour mettre en scène l'histoire de jeunes Al- gériens du Sud en partance pour le nord du pays et qui dé- clament des poèmes patrio- tiques durant leur périple. Cinq autres troupes des ré- gions sud du pays (El Bayadh, Tamanrasset, Adrar, Touggourt et Ouargla) sont invitées pour la première fois dans l'histoire du festival pour des représentations en hors compétition dans diffé- rentes communes de Mostaga-

nem, en plus de participer à des sessions de formation à la dra- maturgie. La compétition officielle dé- butera quant à elle dimanche après-midi avec la pièce "Al Icha merra" de la troupe mosta- ganémoise El Djilali Benabdel- halim, suivie de celle de "Dar fi Dar " de la troupe " Masrah El Harf " de Sidi Bel Abbès. Trois conférences sur le théâtre traditionnel " El Halka " et de son utilisation dans l'histoire du théâtre algérien seront par ail- leurs données après les specta- cles en plus de lectures poétiques. Habituellement organisé à la maison de la culture de la ville, le Fnta, qui se tient jusqu'au 31 août a été déplacé cette année

tient jusqu'au 31 août a été déplacé cette année sous un chapiteau dressé dans la maison

sous un chapiteau dressé dans la maison de jeunes du quartier de Salamandre, en raison des travaux de rénovation du théâtre de la maison de la culture, qui

n'ont pas pu être finalisés à temps pour le festival, a indiqué la directrice de la culture de Mostaganem, Halima Hankour.

((AAPPSS))

2211

LLAA NNAATTIIOONN CCUULLTTUURREE

2266 AAOOÛÛTT 22001133

5 ÉME FESTIVAL CULTUREL INTERNATIONAL DE MUSIQUE SYMPHONIQUE

La république Théque, invité d’honneur

La cinquième édition du festival Culturel International de Musique Symphonique aura lieu du 12 au 19 Septembre 2013 sur l’Esplanade du Palais de la Culture « Moufdi Zakaria .

l’Esplanade du Palais de la Culture « Moufdi Zakaria . A ux côtés de l’Orchestre Symphonique

A ux côtés de l’Orchestre

Symphonique National

et la république Tchèque

en tant que pays d’honneur par- ticipent, à cette édition, les for- mations de vingt- (20) pays, à savoir celles d’Afrique du Sud, d’Allemagne, d’Autriche, de Belgique, de Chine, d’Espagne, de Finlande, de France, , d’Italie, du Japon, du Mexique, de Po- logne, de la Russie, de Syrie, de Suède, de Suisse, de Tunisie, de Turquie et d’Ukraine. Dans la lettre du commissaire, M. Abdel- kader Bouazzara, diffusé sur le site du festival, ce dernier in- dique « qu’encore une fois, c’est avec un égal bonheur que

nous nous retrouvons au- jourd’hui pour célébrer la mu- sique savante et ce, à travers le 5è Festival Culturel International de la Musique Symphonique, un rendez-vous très attendu aussi bien par les musiciens de renom que par un public fidélisé dès la première édition.Ce festival, qui s’inscrit dans la continuité, verra la participation, aux côtés de l’Orchestre Symphonique Natio- nal, de plus d’une vingtaine de pays participants ». Et d’ajouter : « Cette manifestation musicale, qui se veut un espace d’échange et de convivialité, permettra de rendre hommage à de grands compositeurs de par le

monde.Chopin, Mozart, Ravel, Tchaïkovski, Bizet et Puccini sont quelques-uns des noms cé- lèbres dont certaines de leurs compositions seront jouées lors de cet événement artistique » . Pour le commissaire, cette cin- quième édition est également l’occasion au public d’apprécier les vocalises d’une dizaine de solistes mezzo-soprano, soprano, ténor et baryton de différents pays qui seront présents à ce fes- tival qui a gagné ses lettres de noblesse au fil des éditions et qui attire, chaque année un public toujours plus nombreux. La Syrie participera avec son orchestre national, dirigé par le

maestro Missak Baghboudarian. L’Espagne, sera présent pour sa part avec les artistes Irgina Blanco et Rodrigo Alvarez. La Finlande se caractérisera par le passage de l’orchestre de cham- bre Laponie, dirigée par le maes- tro John Storgards. Le Mexique enivrera l’assistance avec le quintette Metales M5 Mexican Brass. En marge des soirées qui se- ront données au quotidien , les organisateurs ont planifié d’au- tres rencontres axées sur des conférences débats ainsi que sur des masters class, destinées no- tamment aux étudiants.

AAmmiinnaaBB

FESTIVAL DE LA CHANSON LOCALE DE SIDI BEL-ABBÈS

Participation de soixante jeunes

Une promotion de 60 jeunes talents a été sélectionnée dans le cadre de la préparation de la 2ème édition du Festival de la chanson locale, prévue du 5 au 7 septembre prochain à Sidi Bel-Abbès, a-t-on appris samedi au- près des organisateurs.Ces jeunes chanteurs ont été retenus parmi 260 candidats audition- nés par un jury composé d'artistes et spécia- listes en la matière au niveau de l'ensemble des communes de la wilaya de Sidi Bel- Abbès, a précisé à l'APS le commissaire du Festival, M. Belhadj Belghoul. Cette mani- festation culturelle a pour objectif d'offrir aux participants "un cadre d'expression à même de favoriser leur émergence sur la scène artistique nationale", a-t-il souligné, mettant également l'accent sur "l'intérêt de promouvoir le patrimoine oral local qui puise le gros de sa substance dans le legs des grands chouyoukh de la région".La nou- veauté de cette nouvelle édition réside no- tamment dans le niveau de participation qui s'étend à toutes les communes de Sidi Bel- Abbès, contrairement à la première édition où les auditions avaient été cantonnées au chef-lieu de la wilaya, a fait savoir M. Bel- ghoul. es chanteurs retenus devront encore

savoir M. Bel- ghoul. es chanteurs retenus devront encore passer l'ultime phase des répétitions pro- grammées

passer l'ultime phase des répétitions pro- grammées le 28 août prochain à la Maison de la culture "Kateb Yacine" avant de se pro-

duire devant le public sur la scène du théâtre de verdure "Saim El-Hadj"

AAPPSS

LE FESTIVAL

DE CASABLANCA

LANCÉ

Rapprochement musico-artistique entre le Maghreb et le Machrek

Le rideau s’est levé vendredi soir sur le Festival de Casablanca qui marque ainsi sont retour après une éclipse de deux années. Inscrit sous le signe du rappro- chement et de la fusion musico- artistique entre le Maghreb et le Machrek, ce festival sera animé durant les trois jours et nuits de sa vie par une brochette d’artistes lo- caux et arabes. Au total, vingt- cinq artistes qui se relayeront sur les trois scènes aménagées à Ben M’sick, Sidi Bernoussi et El Hank et ce, à raison d’au moins trois concerts par scène. Parmi les stars de la chanson marocaine et arabes, on note la présence de la pétillante Elissa, Najwa Karam, Fares Karam, Melhem Zein, Najat Atabou, Saâd Lemjerad, Asmaa Lamna- war ou encore le rappeur Don Bigg. Et en guise de clôture, le festi- val programme un concert qui sera animé sur la scène El Hank par la star montante de la mu- sique arabe, le Palestinien Moha- mad Assaf, vainqueur du désormais célébrissime concours +Arab Idol+ ainsi que les fina- listes dudit concours qui ont choisi le Maroc comme une des trois étapes officielles de leur tournée, après celles de Dubaï et de l’Egypte. Une programmation éclectique pour répondre à tous les goûts du public comme l’on souligné les organisateurs, pour qui le retour de ce festival vient pour réaffir- mer l’identité d’une métropole en pleine mutation, un melting-pot qui cherche à reconquérir une identité culturelle. Pour les organisateurs, en l’oc- currence le Conseil de la ville de Casablanca qui tente ainsi de re- lever le défi de faire sortir ce fes- tival des oubliettes et encore mieux d’assurer sa pérennité, cette édition s’inscrit dans la dy- namique culturelle et artistique que connaît ces dernières années la ville des affaires et de la fi- nance qui tente de retrouver son âme.

Festival Culturel International l’EtéenMusiqueàRiadElFeth La salle Ibn Zeydoun, abritera, cesoir, àpartir,
Festival
Culturel
International
l’EtéenMusiqueàRiadElFeth
La salle Ibn Zeydoun, abritera,
cesoir, àpartir, de21h, unconcert
du tunisien Ziad El Kharssa
MuséeNationald’ArtModerneet
ContemporainleMama
Dans le cadre du 50 émé anni-
versaire de l’indépendance de
l’Algérie,leMamaet l’institutIta-
lien d’Alger présentent jusqu’au
30 août l’exposition « Les photo-
graphes de guerre ».
Bastion23
Exposition collective intitulée
« L’art par intuition»jusqu’au26
août de ce mois.
LibrairiedelarenaissancedeRiad
EFeth
Foire du livre jusqu’au 21 sep-
tembre2013tous les jours de9hà
20h

2266 AAOOÛÛTT 22001133

LLAA NNAATTIIOONN JJEEUUXX

2222

L L A A N N A A T T I I O O N N
noituloS
noituloS

,XUA,I,TEBOB,T,FEN,ENNI,ITEY,E,NOITANREBIH,LANIGIRO,L,ACD,ALAR,LUBNATSI,SA,OMADA,NOIVA,EGA,EER,ENIUR,R,SEIREMRADNEG,P,O,P,P,I,ID

,SIALAPEN,LET,SOPIP,SIP,ETRA,A,LIEIV,ELEU,SN,VGT,EGANEM,NEILORYT,AT,N,OIGA,ECNAR,IRC,NA,RAL,ERTERU,ETUORC,M,ULUOM

EUOS,ESSERGER,TA,ISNART,SEIH,SELOEG,CES,YA,IS,LRAS,SESOHC

2233

LLAA NNAATTIIOONN TTEELLEEVVIISSIIOONN

2266 AAOOÛÛTT 22001133

1 9 H 5 0

Les experts : Miami (Saison 9)

T 2 2 0 0 1 1 3 3 1 9 H 5 0 Les experts

1 9 H 4 5

L'attaque (Saison 1)

1 9 H 4 5 L'attaque (Saison 1)
Réalisation : Eric Mirich RÉSUMÉ Doug Govoli, chauffeur-livreur retrouvé assassiné est à l'arrière de
Réalisation
:
Eric
Mirich
RÉSUMÉ
Doug
Govoli,
chauffeur-livreur
retrouvé
assassiné est à
l'arrière de son camion
de livraison. Tous les
soupçons
se
tournent
d'abord
vers
Marcos
Trejo.
2 1 H 0 0
LAND OF THE LOST
Réalisation : Alexandre Pidoux
danseuse,
un retraité, un clandestin
africain
très
discret…
vont
vivre
RÉSUMÉ
directrice
d'une
ensemble quelques heures terribles
compagnie de quatre braqueurs.
en
La
banque,
ses
employés, un restaurateur, une jeune
Réalisation : Brad
Silberling
2 1 H 2 5
Spécial investigation
RÉSUMÉ
Dr
Rick
Marshall
est
un
paléontologiste
ringard. Il se retrouve sans armes ni habilité spéciale pour survivre dans cet univers où
ringard.
Il
se
retrouve
sans
armes
ni
habilité
spéciale
pour
survivre
dans
cet
univers
se
côtoient
dinosaures.
1 9 H 5 0
Le dernier nabab
Réalisation : Elia Kazan
RÉSUMÉ
Dans
les années
1930,
Monroe
Stahr
est
le
directeur
d'un
des
plus
Présentation : Stéphane Haumant
importants
studios
de
RÉSUMÉ
Hollywood.
Il
vit
pu suivre de l'intérieur le parcours de la
cocaïne, de son lieu de production
jusqu'à son lieu de consommation.
Pour la première fois, un journaliste a
exclusivement
pour
son
travail depuis
la mort
de
l'actrice Minna Davis.
1 9 H 4 0
Sale temps pour la planète !
1 9 H 4 5 Les fautes d'orthographe Réalisation : Jean-Jacques Zilbermann RÉSUMÉ Daniel Massu
1 9 H 4 5
Les fautes d'orthographe
Réalisation
:
Jean-Jacques
Zilbermann
RÉSUMÉ
Daniel
Massu
15 ans.
Son
père
et
sa
mère
sont
proviseur
et a a
directeur
des
études
de
l'internat.
Cette
année,
son
père
décidé
qu'il
devait
descendre
au
dortoir
avec
les
autres.
Réalisation : Morad Ait Habbouche RÉSUMÉ La Sicile attire chaque année des centaines de milliers
Réalisation : Morad Ait Habbouche
RÉSUMÉ
La Sicile attire chaque année des
centaines de milliers de touristes. La plus
l'un des
grande île de Méditerranée est
territoires les
plus surveillés au
monde.
Impression Distribution Pour toutes vos publicités contacter Quotidien National d’Information. Edité par
Impression
Distribution
Pour toutes vos publicités contacter
Quotidien National d’Information.
Edité par SPA GROUPE DE
PRESSE ACTUELLE 
Capital social de 2 000 000 Da
Président Directeur Général
Responsable de la publication
Omar ATTIA
Centre : SIA
Centre : La Nation
ANEP 1 rue Pasteur Alger Centre
EST : SIE
EST: La Nation
Tel : 021711664 - 021 73 71 28
Sud : SIA
Sud: La Nation
Fax : 021799919 - 021739559
Ouest : SIO
Ouest: La Nation
La Nation : 021 43 20 15
Siège de la rédaction
33 rue Larbi Ben M’hidi Alger-
Centre Alger
Tel : 021 43 20 15
Fax : 021 43 41 46
RIB : arab bank plc algeria
026 05302 0015854 500 63
Tous les manuscrits, lettres et tous documents remis à la Rédaction ne sont pas
rendus et ne peuvent faire l’objet d’une quelconque réclamation
Maduro accuse Washington de vouloir déclencher la guerre mondiale
Maduro accuse Washington de vouloir déclencher la guerre mondiale
Maduro accuse Washington de vouloir déclencher la guerre mondiale
Maduro accuse Washington de vouloir déclencher la guerre mondiale
Maduro accuse Washington de vouloir déclencher la guerre mondiale
Maduro accuse Washington de vouloir déclencher la guerre mondiale
Maduro accuse Washington de vouloir déclencher la guerre mondiale

Maduro accuse Washington de vouloir déclencher la guerre mondiale

Les Etats-Unis voudraient déchaîner une nouvelle guerre mondiale, a déclaré samedi le président du Venezuela Nicolas Maduro, cité par les médias lo-

 

A

S S U R A N C E S

 

caux. "Il semblerait que les Etats-Unis veulent dé- chaîner la grande guerre mondiale", a indiqué le chef de l'Etat vénézuélien. Selon lui, les autorités américaines font pression sur le monde arabe et la

Syrie. "Actuellement, les médias du monde entier se sont attaqués au gouvernement syrien, nous sommes au bord de la guerre ouverte contre la Syrie, mais nous ne lâcherons pas le peuple sy- rien", a déclaré M.Maduro. "La Syrie est la base de stabilité du monde arabe,elle résiste aux at- taques et l'expansion", a-t-il ajouté.

Le nombre d’agences a diminué

Contrairement au chiffre d’affaire dont les trois quarts sont

Coronavirus en Ara- bie saoudite: Trois cas enregistrés dont un mortel

Un nouveau décès dû au coronavirus a été enregis- tré en Arabie saoudite, alors que deux nouveaux

réalisés par les sociétés publiques, le réseau a tendance ’’ à être équitable entre les secteurs public (58%) et privé (42%).

cas ont été recensés dans le sud-ouest du royaume,

Numéro vert de la

En Australie, un homme happé par un crocodile sous les yeux de ses amis

La fête d'anniversaire a tourné au drame. Un homme de 24

a

annoncé dimanche le

Le nombre des agences

Le nombre des agences

ministère de la Santé, soulignant que le virus a ainsi fait 41 morts. Un Saoudien, âgée de 51 ans

gendarmerie natio- nale: 882 775 appels du 1er janvier à fin juillet 2013

Le centre des opérations de

la

gendarmerie nationale a

ans a été happé et emporté sa- medi par un crocodile, sous les yeux d'une quinzaine de per- sonnes en Australie, a annoncé dimanche 25 août la police. La victime fêtait un anniversaire avec des proches, lorsqu'il a décidé de plonger avec un ami dans une rivière. Située dans le