Vous êtes sur la page 1sur 9

Mme Chahia DASSOULI, KINESITHERAPEUTE

PHYSIOTHERAPEUTE

Spécialiste de la Rééducation
Massages Amincissants
Courant Analgesiques et Stimulateurs
Proctologie (Stimulation Anale)
Rééducation Respiratoire
Gymnastique Corrective – Rééducation Perineale

La Physiothérapie
La physiothérapie est une thérapie ayant pour but de maximiser la fonction
physique et la motricité des êtres vivants en utilisant des moyens physiques,
tels que la thérapie manuelle, la chaleur, la cryothérapie (froid),
l'électrothérapie (stimulation musculaire/sensorielle, ultrasons, laser, etc.),
l'hydrothérapie (l'eau), les exercices, les massages, et la fonctionnalité. Le
sujet de telle rééducation inclut les problèmes neuro-muscolosquelettiques,
c'est-à-dire les problèmes neurologiques, articulaires, musculaires, les
troubles d'équilibre, la coordination, la sensibilité, la force, l'endurance, la
douleur et la proprioception. Le but du physiothérapeute est d'amener le
patient vers une forme physique normale/optimale.

La thérapie
La thérapie manuelle est une spécialisation de la kinésithérapie. Elle
s'appuie sur des concepts scientifiques de biomécanique et de neuro-
physiologie.
La chaleur / Transfert thermique

Le transfert thermique, c’est un transfert d'énergie microscopique


désordonnée. Cela correspond en réalité à un transfert d'agitation
thermique entre particules, au gré des chocs aléatoires qui se produisent à
l'échelle microscopique.

L'exemple le plus courant de situation mettant en jeu un transfert


thermique est le système constitué de deux corps en contact et ayant des
températures différentes. Le corps le plus chaud cède de l'énergie sous
forme de chaleur au corps le plus froid. Il y a transfert thermique entre les
deux corps. Il peut se produire des transferts thermiques vers un système
dont la température reste constante, par exemple dans le cas d'un
changement d'état physique (exemple : la fusion de la glace à 0°C sous la
pression atmosphérique).

L'étude de ces transferts s'effectue dans le cadre de la discipline


thermodynamique en s'appuyant sur les deux premiers principes.

À la différence de la thermodynamique, la thermocinétique fournit des


informations sur le mode de transfert en situation de non équilibre ainsi que
sur les valeurs de flux de chaleur.

La cryothérapie est le traitement par le froid.


La cryothérapie en chambre est utilisée pour traiter différent maux : stress,
insomnie, rhumatismes, douleurs aux muscles et articulations,
démangeaisons, psoriasis.

Applications :
Elle est utilisée pour calmer les douleurs telles que les entorses, tendinites,
claquages musculaires. Le froid a pour effet de réduire le calibre des
vaisseaux (vasoconstriction), de soulager la douleur et d'aider à résorber les
hématomes. On pense immédiatement à la bombe de froid utilisée sur les
terrains de sport pour calmer la douleur suite à un choc.

La cryothérapie permet également de traiter les verrues par l'application


d'azote liquide à -190°C, directement sur la peau à l'aide d'un coton tige.
Chambre de thérapie
La cryothérapie en chambre est un traitement médical par le froid qui
consiste à placer le corps du patient dans une pièce dont la température est
d'environ -110°C pendant une durée très courte (moins de 3 minutes).
L'objectif est de stimuler le corps humain de façon à déclencher les réflexes
de lutte contre le froid du corps humain et ceci sans blessures.

Lors d'une séance de traitement dans une chambre cryothérapique, le


patient est équipé de manchons aux pieds et aux mains ainsi que de
protection pour les oreilles et la bouche (les parties du corps humain les
plus sensibles au froid). Au cours d'une séance, la température extérieure
de la peau baisse d'environ une dizaine de degrés mais ne doit pas être en-
dessous de 5°C. La température du corps humain reste quant à elle stable
durant la séance.

Au cours de la séance et en réponse au froid, le corps humain secrète des


endorphines ce qui a pour effet de provoquer une analgésie.

Électrothérapie
L' Électrothérapie est l'emploi thérapeutique de l'électricité de faible
puissance.

Il existe des différences dans les propriétés de l'excitation des fibres


musculaires existent entre courant continu et alternatif. Le courant continu
(excitation « galvanique ») nécessite d'ouvrir ou de fermer le circuit
électrique pour obtenir chaque contraction ; la force des contractions
obtenues dépend de l'état de relaxation préalable du muscle. Le courant
alternatif permet au contraire de produire de fortes contractions quel que
soit l'état du muscle. Depuis ces découvertes les techniques de rééducation
fonctionnelle basées sur les contraction musculaire se sont développées en
utilisant des ondes biphasiques symétriques. Ces entraînements galvaniques
utilisent une forme d'onde monophasique appelée « courant continu
électrochimique ». La thérapie électrochmique (en anglais electrochemical
therapy, ECT ou EChT) a connu un certain succès comme méthode
d'électrothérapie en raison de ses bons résultats en clinique.
La T.E.N.S ou Transcutaneous Electrical Nerve
Stimulation
C'est la Neurostimulation Électrique Transcutanée ou NSTC, c’est-à-dire la
stimulation électrique des nerfs avec des électrodes de surface (posées sur la
peau). Le terme T.E.N.S est utilisé en français.

Utilisée dans beaucoup de traitement mais principalement dans celui du


soulagement de la douleur, en bloquant les terminaisons nerveuses. Utilise
la théorie des «pain gate» (portail de douleur) . On peut l’utiliser à domicile
en longue durée avec des appareils portables à prix réduits. Les fréquences
habituelles sont à moyenne fréquence (60 - 200 Hz) ou basse fréquence ou
(<10 Hz).

La stimulation à haute fréquence appelée conventionnelle peut être utilisée


sur une période mais le soulagement de douleur dure pendant une période
plus courte. La stimulation de basse fréquence, parfois similaire à
l’électropuncture est plus inconfortable et tolérable pendant seulement 20-
30 minutes, mais le soulagement dure plus longtemps. Les utilisateurs de
T.E.N.S devraient expérimenter avec de divers endroits de placements
d'électrode. Des électrodes peuvent être placées au-dessus du secteur
douloureux, entourant le secteur douloureux, au-dessus du nerf assurant le
secteur douloureux, ou même du côté opposé du corps. Les utilisateurs de
T.E.N.S doivent essayer l'unité pendant plusieurs jours avec plusieurs
placements d'électrode avant de décider s'il sera utile. Une épreuve à la
maison pendant plusieurs jours aux semaines est préférable.

Ultrason
L'ultrason est un son, c'est-à-dire une onde mécanique et élastique, diffusée
par les gaz, les liquides, les tissus mous (chair, organes) ou les solides (partie
métallique comme la sonotrode), dont la fréquence est supérieure à 20 000
Hz.

Le nom vient du fait que leur fréquence est trop élevée pour être audible
pour l'oreille humaine (le son est trop aigu), de la même façon que les
infrasons désignent les sons dont la fréquence est trop faible pour être
perceptible par l'oreille humaine.

Le triplet de Langevin
Le principe de ce convertisseur est l'association de deux (ou quatre ou six)
céramiques piézoélectriques serrées et mises en précontrainte entre deux
masses métalliques pour éviter leur destruction. Les deux masses
métalliques servent également à étalonner cet ensemble acoustique à une
fréquence prédéfinie qui peut être comprise habituellement entre de 20.000
Hz et 70.000 Hz.
Sous l'excitation d'un signal sinusoïdal appliqué aux céramiques (de
quelques centaines de volts à quelques milliers de volts), celles-ci se
déforment en se contractant. L'accord en fréquence du triplet ou de
l'ensemble acoustique (triplet de Langevin qui peut s'appeler
communément convertisseur ou émetteur) est obtenu quand la
consommation électrique est minimale avec un déplacement maximal des
masses mises en mouvement. Pour cela, la fréquence électrique du signal
appliqué au triplet doit être en concordance avec sa fréquence de résonance
mécanique. Un exemple simple est celui d'une cloche d'église de plusieurs
tonnes qui peut être mise en mouvement par un seul homme. Cette
vibration ainsi créée dans les céramiques est transmise aux deux masses
métalliques. L'amplitude du déplacement des masses métalliques peut être
de quelques microns à plus de 20 microns crête/crête. Le déplacement peut
être augmenté en rajoutant un booster (amplificateur mécanique accélérant
la propagation de l'onde de vibration ainsi créée) et une sonotrode, qui est
en fait l'outil où sera utilisée cette vibration. L'amplitude du déplacement
obtenu peut atteindre facilement 100 microns, le rendement électrique est
exceptionnel, pouvant atteindre 95 à 98 %. Sans cette invention l'industrie
n'exploiterait pas cette technologie. Leur comportement est dû à leurs
interactions avec le milieu où elles se propagent.
Champs de pratique
Il existe plusieurs champs de pratique en physiothérapie :

• Cardio-pulmonaire
• Orthopédie/musculosquelettique/rhumatologie/sportive
• Grands brûlés
• Neurologie
• Pédiatrie/troubles de développement
• Gériatrie
• rééducation uro-gynécologique

La rééducation périnéale et pelvienne est une branche de la


physiothérapie qui traite des problèmes de santé dont on parle bien peu, qui
sont même souvent méconnus, mais qui affectent tout de même la vie de
maints hommes et femmes.

Nous aidons donc des gens avec des problèmes de :

• Vessie; tels que pertes d'urine (légères ou importantes), uriner


fréquemment, avoir de la difficulté à uriner ou des envies toujours
urgentes.
• Rectum et/ou anus; tels que pertes de selles, difficulté à évacuer,
douleur au repos ou durant la défécation.
• Vulve et/ou vagin; tels que pénétration difficile ou impossible,
douleurs au toucher et aux relations sexuelles, douleurs à la vulve au
repos.

Ces problèmes ont tours un point important en commun : une


dysfonction des muscles du plancher pelvien. Ces muscles forment la base
interne du bassin et supporte certains organes tels que la vessie, l'urètre,
etc. Dans le cas de l'incontinence, il peut y avoir une diminution de contrôle
de ces muscles ou ils peuvent même être affaiblis et moins endurants. Il est
aussi possible qu'ils soient trop tendus, comme dans les cas de maladies
vulvo-vaginales (vulvodynie, vestibulite, vaginisme) ou même dans certains
problèmes dermatologique (lichen scléreux, eczéma).
Malheureusement, les maladies vulvo-vaginales sont souvent mal
comprises ou mal connues de la part du corps médical. Il n'est pas rare que
certaines femmes doivent rencontrer pas un, pas deux, pas trois, mais de
quatre à cinq médecins avant de recevoir un diagnostic précis. Mais
heureusement, l'éducation sur ce sujet prend de plus en plus d'ampleur et
les diagnostic sont plus rapides.

Voici une petite introduction aux termes et aux maladies les plus
couramment entendus :

• Vulvodynie : signifie douleur dans la région vulvaire. Les causes ne


sont toujours pas établie et les symptômes sont très variables, allant
d'une sensation de brûlure continue et diffuse à des picotements
périodiques et localisés, pouvant affecter plusieurs aspects de la vie
courante, notamment les relations sexuelles.

• Dyspareunie : signifie douleur lors de la pénétration. Ce type de


douleur fait aussi partie de la catégorie vulvodynie, mais le terme
précise davantage le type de douleur ressenti.

• Vestibilite vulvaire : douleur très localisée à l'entrée du vagin (le


vestibule) où il y a une grande concentration de terminaisons
nerveuses. La douleur vient habituellement lors d'un toucher ou
d'une pénétration. Encore une fois, il y a différentes présentations;
présence ou non de rougeurs, présence de cette douleur dès la
première relation sexuelle ou plus tard après de nombreuses relations
indolore. L'origine de ce problème est un sujet encore très débattu, il
faudra être patient avant de comprendre les causes exactes de cette
maladie.

• Fissures : petite fente ou craquement dans la peau du vestibule lors


de la pénétration, créant une sensation de brûlure à l'entrée du vagin.
Le frottement et la pénétration sur la peau trop tendue ou trop
asséchée peuvent être en cause.

Si vous vous reconnaissez dans les problèmes énumérés ci-dessous,


consultez votre médecin ou gynécologue pour être bien évalué et
diagnostique avant d'entreprendre les traitements en physiothérapie. Le
premier objectif des traitements est de retrouver un fonctionnement
adéquat du plancher pelvien afin d'aider le système urinaire, ano-rectal et
périnéal à travailler de façon plus normale.

Une évaluation complète du bassin avec examen vaginal et/ou anal est
nécessaire afin de bien établir un plan de traitement adéquat pour votre
situation.

Ensuite, les interventions les plus fréquemment utilisées sont :

• Les exercices
• La thérapie manuelle (pour stimuler, étirer, renforcer, assouplir, etc)
• Le calendrier mictionnel (pour comprendre les habitudes de miction)
• La rétroaction biologique (biofeedback : pour visualiser les actions du
plancher pelvien)
• L'électrostimulation (pour stimuler, désensibiliser le vestibule)
• Les techniques d'insertion et de dilatation

Malgré toutes ces interventions, la participation active du patient à la


maison est absolument nécessaire pour pouvoir progresser de façon
constante.

L'ergothérapie utilise des exercices et des activités afin d'évaluer et


d'améliorer la capacité d'un individu à accomplir ses activités journalières
telles que les tâches du travail, les activités domestiques, les sports et les
loisirs.

Les interventions en ergothérapie :


• Exercices thérapeutiques :
o Assouplissements
o Mobilité articulaire
o Renforcement musculaire
o Endurance musculaire et cardiovasculaire

• Mise en situation :
o Simulation des tâches de travail
o Simulation des activités domestiques

• Enseignement :
o Principe d'hygiène posturale
o Techniques de compensation/simplification des tâches
o Prévention des blessures

• évaluations spécifiques :
o Demande pour vignette de stationnement
o Demande pour transport adapté

Musculo-squelettique

• Pré et post opératoire


• Entorse, fracture, étirement
• Arthrose, arthrite
• Bursite, tendinite, capsulite
• Affection neurologique (ACV, Parkinson, etc.)
• Blessure sportive
• Douleur chronique

Consultation pour entreprises

• Conférences de prévention
• Consultation sur les lieux de travail
• Évaluation des capacités fonctionnelles
• Analyse de poste de travail
• Reconditionnement à l'emploi
• Réentrainement à l'effort