Vous êtes sur la page 1sur 16
Dossier: Pacte pour equi­nox.net , parHagel "L'enfer même a donc ses lois? C'est fort bien

Dossier: Pacte

pourequi­nox.net,parHagel

"L'enfer même a donc ses lois? C'est fort bien ; ainsi, un pacte fait avec vous, messieurs, serait

DÉFINITIONS:

Définition de pacte:

fidèlement observé"

Faust, de Goethe, traduit par Gérard De Nerval, 1828

Du latin pactum (« pacte », « convention », « accord », « contrat », « parole », « promesse », «

arrangement », « traité »).

Le mot est étymologiquement lié à la paix, pactus étant le participe passé de paciscor (faire la

paix).
paix).

(Par extension) Alliance.

Définition d’alliance:

Du latin alligare (« attacher »).

alliance /a.ljɑ̃s/ féminin

Union entre personnes, qui est le résultat d’une entente ou d’un pacte.

(Religion) Union entre Dieu et les hommes.

Définition d’union

:

De unus (« un »).

Liaison établie entre deux ou plusieurs choses de manière qu’elles ne forment qu’un seul tout.

Dans ce post:

engagement, consensus, union, rétribution mutuelle

Eliphas Levi, le Grand Arcane

PACTE TACITE

Du latin tacitus - sens identique ; du verbe tacere (« taire »)

.

Qui n’est pas formellement exprimé, mais qui est sous-entendu, ou qui peut se sous-entendre.

Le pacte tacite est celui qu’on ne conclue pas dans le cadre d’un travail rituellique spécifique de

magie évocatoire, où la personne s’engage clairement (par écrit par exemple). Ce n’est pas le

fameux pacte qu’évoque Faust, ou bien celui qui fait fantasmer aussi bien les cinéastes que ceux

qui s’intéressent à l’ésotérisme.

Nous sommes ici dans des systèmes d’échange, d’accord, d’union, qui n’entrent pas dans le cadre

de l’image idéalisée du pacte, mais qui pourtant : par la définition (union et accord entre deux

parties) et les effets (possible et implication) en font un pacte au sens strict.

Et comme vous allez le comprendre, les pactes tacites sont nettement plus courants que ce

qu’envisagent la plupart des personnes. Si le terme de pacte n’est pas clairement prononcé (il est

tu, d’où l’expression tacite), les conséquences peuvent être aussi importantes.

Il convient donc de comprendre que tout accord énergétique doit être réfléchi.

L’un des exemples de pacte tacite les plus clairs, c’est la vénération d’un Tengu (esprit puissant)

en échange de pouvoir. Vous le vénérez en proposant des offrandes, il vous apporte son soutien

et sa force durant un temps déterminé.

Dans le Sōzan Chomon Kishū (想山著聞奇集?), écrit en 1849, l'auteur décrit les coutumes des

bûcherons de la Province de Mino, qui utilisaient un gâteau de riz appelé kuhin mochi pour apaiser

les tengu, qui autrement perpétreraient toutes sortes de méfaits. Dans d'autres provinces, une

sorte spéciale de poisson appelé okoze était offerte aux tengu par les bûcherons et les

chasseurs, en échange d'une journée de travail fructueuse.

Cette pratique a deux pendants : la protection par rapport à un environnement précis, ou bien

l’acquisition de pouvoir personnel (par la relation d’interdépendance du Tengu avec la personne

qui s’engage à ses cotés). Par ailleurs, dans le cas de l’acquisition de pouvoir, le Tengu est celui

qui véhicule les pouvoirs vers la personne, et si la personne rompt le pacte, elle perd ses pouvoirs

: là, on peut utiliser le terme de “don” et non plus de capacités. (Mais comme expliqué dans le

sujet don vs capacité, un “don” peut s’acquérir en capacité si l’on parvient à faire évoluer ses

propres énergies).

Ces pactes n’ont pas pour but de “vendre son âme” comme l’on a communément l’habitude de le

penser. Ils ont pour objectif d’obtenir un avantage ou une clémence de puissances supérieures

(qu’elles soient divines, naturelles, ou supranaturelles), le plus souvent par le biais de l’offrande

(cf dossier du même nom). Il faut distinguer l’acte désintéressé de l’offrande, avec l’acte de

remerciement, ou bien l’acte d’attente. Nous ne sommes pas, la plupart du temps, dans un

système évocatoire, mais invocatoire, comme dans le principe de la prière (cf post). Ainsi, dans une

relation d’interaction énergétique, le demandeur favorise l’arrivée des énergies demandées à lui,

tout en renvoyant au travers de l’offrande. Un échange à double sens donc.

Le pacte correspondant le plus souvent à une forme de respect du sacré, une attitude d’humilité

face à des forces dites supérieures. Et d’un point de vue anthropologique, un rappel des limites de

l’humain dans un environnement qu’il ne peut pas maîtriser, la Nature étant toujours plus forte

que lui. (Ce qui ne l’empêche pas de tenter de l’amadouer).

parHagel,pourequi­nox.net,

Droitsréservés:aucuneutilisationcommerciale,copieavecauteuretsourcespécifiée,sansmodificationdutexte.

On comprend ainsi que la complexité d’un pacte va bien au delà d’une signature apposée au bas

d’un contrat. La parole peut avoir autant de valeur que l’écrit, en tant qu’acte de concrétisation

des énergies, et selon les contextes.

Il ne faut pas négliger le fait que pour les grandes religions monothéiste, la Parole est l’acte

suprême du divin. Dans le rapport à la sociologie, la langue étant la première des normes, elle

permet à deux parties de se comprendre et de définir les termes d’un échange. Parler, c’est ainsi

échanger et aussi entretenir une relation énergétique, en plus de l’acte de concrétisation.

Savoir se taire, ou retourner sept fois la langue dans sa bouche ne sont ainsi pas que des

expressions du quotidien, elles s’appliquent à l’ésotérisme. Tout particulièrement quand vous êtes

en contact régulier avec des énergies, des entités.

La frontière sociale (contrat social) et religieuse

:

Le contrat social:

Théorie qui pense l'origine de la société et de l'État comme un contrat originaire entre les hommes,

par lequel ceux-ci acceptent une limitation de leur liberté en échange de lois garantissant la

perpétuation du corps social.

pour approfondir: Synthèse du contrat

Avec l'exemple du taoïsme :

Le mouvement des Maîtres Célestes proclame une nouvelle alliance, révélée en l'an

142 de notre ère par le Seigneur Lao, le sage Laozi divinisé. Cette alliance nommée

"Serment un et orthodoxe avec les Puissances" constitue un pacte entre "le peuple du

Tao" et les dieux légitimes d'un nouveau panthéon de Trois cieux. [

]

Stipulant les

droits et obligations contractuels des deux parties, l'alliance établit un nouvel ordre qui

règle le système sacrificiel, le sacerdoce, ainsi que le rôle des laïques. En échange, les

dieux s'engagent à déployer leurs pouvoirs au profit des croyants.

Guérison et rédemption dans le rituel taoïste ancien, Verellen, Franciscus

On est encore dans ce rapport typiquement asiatique du pacte consenti entre un peuple et un

groupe de déitéset la religion n'est ni plus, ni moins que le pacte qui les lie. L'affiliation à la foi, à

un groupe de dieux, ou un dieu unique, au travers d'une religion, dans le respect d'un dogme est

ainsi un pacte.On rejoint en plus la théorie du contrat social, au sens politique du terme. La

religion est un pacte à la fois spirituel et terrestre. Car il permet l'usage du livre de la destinée

chez les taoïstes, qui sert autant à demander les faveurs aux dieux, qu'à l'usage de l'état civil et

de l’administration et l’impôt est "payé" aux dieux, incarnés par l'empire, il est aussi à la fois

spirituel et matériel.

On comprend ainsi qu’un pacte ne se limite pas qu’aux frontières de l’individu. Il peut concerner

des groupes, vous plaçant de facto sous une relation énergétique spécifique en intégrant ce

groupe. Avec les éventuelles conséquences que cela peut entraîner.

Dans le cadre de la médiumnité

:

parHagel,pourequi­nox.net,

Droitsréservés:aucuneutilisationcommerciale,copieavecauteuretsourcespécifiée,sansmodificationdutexte.

Il n’est pas rare qu’un médium puisse être confronté à une entité, ou un groupe d’entité (voir une

hiérarchie) l’incitant à travailler à ses cotés. Demande d’engagement, demande de choix, demande

de positionnement…Peu importe la nuance, peu importe que l’entité soit “positive” ou “négative”

(comprendre angélique ou démoniaque, ou de toute autre nature). Ce type d’incitation reste une

forme de recherche de pacte, d’union entre deux parties.

Ainsi, généralement, plus un médium a du potentiel (surtout en communication et/ou

concrétisation), ou correspond à une forme “d’harmonie” (au sens où ses énergies peuvent être

ce que recherche une entité ou une hiérarchie spécifique à un instant T), plus il aura tendance à

être sollicité. Une façon délicate d’illustrer le fait que cela peut confiner au harcèlement, voire à

l’affrontement entre deux parties, pour que le médium se positionne.

Si vous n’êtes pas dans une dynamique spirituelle réfléchie, approfondie, bien avant ce type de

sollicitation, je ne saurais que trop vous recommander l’indépendance. Et de l’imposer, ce qui n’est

pas forcément évident, là non plus, selon les enjeux.

Mais aussi dans des cas magiques spécifiques, comme des exorcismes taoïstes, dans lequel le

pratiquant (moine) donne des années de sa vie en échange du départ du démon qui tourmente:

"Ils ont voué leur vie à la conjuration des esprits du mal. [

]

Mais pour chaque

énergumène libéré grâce à eux de sa terrible possession, un certain nombre d'années

leur est retenu sur leurs existences terrestres. [

]

Plus le moine a d'exorcismes

réussis à son crédit, plus sa vie sera abrégée."

Le monastère de la montagne de Jade, Peter Goullart

PACTE CONSENTI

Consenti : Admettre comme vrai.

Goullart PACTE CONSENTI Consenti : Admettre comme vrai. Accepter la réalisation d'une chose ; concéder,

Accepter la réalisation d'une chose ; concéder, accorder.

La magie des pactes :

Je parle de “magie des pactes” au sens où cela répond à une codification rituellique spécifique, en

particulier pour la tradition occidentale. On peut ainsi développer tout un aspect commun au pacte

consenti dans sa façon de faire:

- Appel de l'entité

- signature du pacte,

- récupération de son dû.

C’est une façon brève de résumer le fait que cela implique de maîtriser la magie évocatoire, de

savoir ce qu’on signe et de perdre ensuite “son âme”.

parHagel,pourequi­nox.net,

Droitsréservés:aucuneutilisationcommerciale,copieavecauteuretsourcespécifiée,sansmodificationdutexte.

Traditionnellement, on lie ça à la magie noire, mais un pacte est amoral, c'est le pourquoi du pacte

qui répond à une morale.

Pierre-Louis Augereau, les mauges mystérieuses a écrit:Le carrefour était aussi le lieu

maléfique du rendez-vous des sorcières qui y tenaient sabbat. [

]

Pour conclure un

pacte avec le Diable, une vieille recette assure qu’il suffit de l’invoquer la nuit à un

carrefour, tout en lui offrant une poule noire fraîchement saignée.

C’est un exemple de sorcellerie des campagnes, qui est resté.

Il existe d’autres formes d’évocation, comme dans des cadres précis : cercle de protection, triangle

d’évocation et usage de sceau de l’entité pour la Goétie.

parHagel,pourequi­nox.net,

Droitsréservés:aucuneutilisationcommerciale,copieavecauteuretsourcespécifiée,sansmodificationdutexte.

Tiré des clavicules de Salomon parHagel,pour equi­nox.net ,

Tiré des clavicules de Salomon

parHagel,pourequi­nox.net,

Droitsréservés:aucuneutilisationcommerciale,copieavecauteuretsourcespécifiée,sansmodificationdutexte.

Les actes les plus communs sont l’usage du support écrit (une façon de concrétiser spécifiquement

l’engagement). L’ajout du sang comme encre pour l’écriture et/ou la signature entre dans le cadre

de l’usage du condensateur fluidique (le sang étant l’un des meilleurs supports) avec l’apport de

ses propres énergies, plus la dimension psychologique et sacré : un melting pot explosif.

Pour autant, évoquer une entité ne se fait pas au petit bonheur la chance, ou l’entité ne répondra

pas forcément à votre demande. Elle n’a pas d’obligation à effectuer le pacte (ou sinon vous êtes

dans un rapport de soumission qui n’a rien à voir avec un pacte).

Qu’elle soit “positive” ou “négative”, si vous n’apportez rien d’intéressant, ou manquant de valeur,

d’intérêt, vous pouvez n’avoir jamais de réponse.

Ainsi, ce n’est pas parce que vous avez signé en bas de la page que vous êtes lié. Si l’autre parti

ne “signe” pas, c’est juste un monologue.

Exemple de pacte :

Voici un pacte avec le diable écrit vers 1700 par un caporal norvégien, Jeremias Jeremiasson :

« Je t'adore, mon seigneur et dieu Satan, et je veux t'être dévoué et fidèle, et je te

donne mon âme et mon corps si tu veux me donner trois cents thalers, et la huitième

année, lorsqu'elle sera accomplie, tu pourras m'emmener. je désire donc que tu

m'écrives et répondes d'ici demain et je me remettrai en ton pouvoir. »

Certains, comme Bardon, vont proposer des techniques précises de gestion du pacte:

Le texte du pacte est écrit avec une encre ordinaire.

[ ]

Le contrat stipule clairement quels sont les services attendus par le Sorcier et

que l'entité doit rendre, quels sont les pouvoirs qui sont octroyés au sorcier et

beaucoup d'autres clauses que l'entité peut remplir elle-même au nom de l'autre partie.

Sur une autre page du contrat sont écrits les devoirs que chaque partie a envers

l'autre (sorcier/entité). Enfin, est précisé le moyen occulte par lequel l'entité sera

appelée et si elle se manifestera de façon visible ou invisible; est spécifié aussi le

nombre de démons-servant mis à la disposition du sorcier, etc

[

]

Toutes ces

clauses sont soumises à l'agrément des deux parties; l'archidémon généralement y

dépose son sceau en utilisant la main du sorcier comme médium; ce dernier signe

aussi. Il arrive que l'archidémon demande, voire insiste pour que le sorcier signe de son

propre sang mais des contrats ont été faits dans le passé et sont toujours faits sans

que cette condition y prévalût ou prévale. [

]

En général, le deuxième exemplaire est

plié puis brûlé par le sorcier. Le fait de brûler en Magie un papier signifie en réalité que

tout ce qui y est écrit est transmis à la Sphère subtile concernée.

Franz Bardon, La pratique de la magie évocatoire.

parHagel,pourequi­nox.net,

Droitsréservés:aucuneutilisationcommerciale,copieavecauteuretsourcespécifiée,sansmodificationdutexte.

Pourquoi passer un pacte?

Engagement religieux, (certaines dédications peuvent s'apparenter à un pacte), protection,

recherche de pouvoir, recherche de connaissance, souhait d'arpenter une voie spécifique

(énergétique, spirituelle, physique l'ensemble étant lié), envoûter ou torturer autrui…

Par delà les considérations morales, mystiques, personnelles, c’est avant tout un acte d’échange,

dans une volonté de protection, d’amélioration, ou d’engagement.

La position morale et religieuse

:

Pourquoi le pacte est-il interdit dans les grandes religions monothéistes? parce qu’il rompt le lien

divin entre le croyant qui fait acte d’apostasie (en se liant à l’ennemi même du divin, et par

extension donc sa propre nature divine reniée, qui lui a été accordée au travers du dogme et par

l’alliance contractée entre lui et le dieu). Ainsi, l’usage du pacte (consenti) revient à vous déplacer

d’une énergie, vers une autre, antinomique généralement, ne pouvant vous permettre de

bénéficier des avantages des deux éléments différents, surtout quand le “prix” à payer ne peut

être divisé.

Par delà ça, c’est aussi une frontière sociale. Faire un pacte revient à tricher dans un ensemble de

normes et de gestion d’une société, c’est s’octroyer un droit supérieur face à autrui, une façon de

contourner les règles que chacun s’impose pour le bien commun et personnel. Un équilibre entre

l’égoïsme et la collectivité. C’est privilégier la liberté à la sécurité.

En terme ésotérique, cette alliance est la perte d’une liberté personnelle au contraire, car elle

engage la personne, l’âme, à différents niveaux. De façon ultime, elle représente la perte totale de

la nature même de l’humain. Du point de vue des énergies.

L’exemple de la religion chrétienne : si on considère dieu comme le père fondateur de notre

propre nature, se tourner vers son ennemi est un acte d'apostasie ultime. On renie son propre

père, et donc le reniement social de sa propre construction familiale aussi. Surtout si on considère

que la famille était le premier vecteur de solidarité et socialisation durant quasiment 4 millénaires.

On refuse ainsi son origine, sa nature, et ça rejoint donc la transformation "bi polaire" comme le

dit Bardon, alors que l'âme est censée être "quadripolaire" (4 axes énergétiques). C’est ainsi

l’acte de renoncement de l’essence même de l’humain et de la nature humaine, une forme de

bannissement du point de vue sacré.

« Un démon nommé Shamdon vint avec Noé afin de planter les vignes et fit un

pacte avec lui de ne jamais interférer de quelque manière que ce soit dans son

travail, ou il lui infligerait des blessures »

– Genèse Rabba 36

parHagel,pourequi­nox.net,

Droitsréservés:aucuneutilisationcommerciale,copieavecauteuretsourcespécifiée,sansmodificationdutexte.

Vous dites : Nous avons fait une alliance avec la mort, Nous avons fait un pacte avec

le séjour des morts ; Quand le fléau débordé passera, il ne nous atteindra pas, Car

nous avons la fausseté pour refuge et le mensonge pour abri.

– Isaïe, chapitre 28, verset 15

Même au sein de la mystique ésotérique chrétienne, le pacte est l'expression même de la

sorcellerie, du manque de connaissance, de compréhension, la tricherie ultime. Tandis que le mage

(par opposition au sorcier selon E. Levi) est celui qui acquiert par lui-même et travaille à la

maitrise.
maitrise.

Et pourtant, la religion est un pacte tacite:

L’alliance, dans l’exemple des 3 grandes religions monothéistes:

Le concept d'Alliance garde tout le long de la Bible quelques caractéristiques permanentes :

- Elle est conclue à l'initiative de Dieu qui demande aux hommes de croire en lui et en certaines

propositions religieuses.

- Elle engage l'homme à respecter des pratiques rituelles et sociétales particulières ; ce sont dans

la Bible des commandements.

- Selon le respect de sa lettre par l'homme, l'Alliance s'assortit de sanctions ou récompenses,

rétributives ou salutaires.

- Si l'homme a la foi en Dieu et observe ses commandements, il est selon la Bible récompensé ; la

rétribution couvre les récompenses durant sa vie alors que le salut est la récompense après la

mort.
mort.

Nous retrouvons les caractéristiques : engagement, consensus, union, rétribution, qui font le

pacte.
pacte.
consensus, union, rétribution, qui font le pacte. Quel(s) intérêt(s) pour une entité de passer un pacte

Quel(s) intérêt(s) pour une entité de passer un pacte (consenti)?

Parce que vous lui délèguez votre libre arbitre à son profit, dans deux objectifs:

le premier : travailler durant votre vie physique à concrétiser ses énergies (de l'entité) pour

le premier : travailler durant votre vie physique à concrétiser ses énergies (de l'entité) pour son

profit (toujours à lui)

le second : intégrer sa sphère après sa mort, pour un temps plus ou moins

le second : intégrer sa sphère après sa mort, pour un temps plus ou moins long (long) et entrer

à son service. Ca fait toujours plus de main d'oeuvre, d’énergies (et aussi de puissance au profit

d'une sphère/hiérarchique spécifique ou d’un égrégore).

-> indirectement, la religion en tant que pacte tacite, peut amener l’âme d’une personne, post

mort, à rejoindre une sphère spécifique. Ainsi, un engagement religieux extrême (prêtrise,

dédication poussés à leurs paroxysmes) peuvent équivaloir à des pactes consentis dans leurs

impacts.
impacts.

parHagel,pourequi­nox.net,

Droitsréservés:aucuneutilisationcommerciale,copieavecauteuretsourcespécifiée,sansmodificationdutexte.

Les engagements réciproques étaient,pour le démon, de servir le sorcier pendant un

certain nombre d'années, et, pour le sorcier, d'appartenir au démon après un temps

déterminé.

Eliphas Levi, le sabbat des sorcières

Les conséquences post-mortem d'un pacte:

Franz Bardon, Pratique de la magie évocatoire a écrit:L'archidémon, avec qui le pacte a

été signé, utilise généralement un sorcier décédé en tant que messager sur les plans

mental, astral ou physique pour que ce dernier accomplisse, en son nom, quelque

mission correspondant à la nature de sa propre sphère démoniaque.

Dans le cadre d’un rapport tacite:

- Tout va dépendre des conditions:

offrande, avantage spécifique sur un temps déterminé, apport d’énergies, prières, don de la part

de l’humain, relais pour son propre égrégore…

- Tout va dépendre de l’implication:

Si la foi est modeste, sociale, politique, les implications énergétiques ne seront pas les mêmes et

les effets dans les deux sens non plus.

Pour prendre exemple :

On considère qu’une personne non chrétienne ne peut pas effectuer un exorcisme chrétien, si elle

n’est pas non plus ordonnée, et désignée comme spécifiquement prêtre exorciste.

Dans les faits, cela n’empêchera pas la personne non chrétienne d’invoquer (ou d’évoquer) les

énergies adéquates, mais avec plus de difficultés, et probablement moins de maitrise, du fait du

manque de relations énergétiques spécifiques entre égrégore & entités. Et du fait de ne pas être

engagé (donc ramener vers les entités ou hiérarchie des éléments intéressants).

les entités ou hiérarchie des éléments intéressants). Que faut-il pour que ce soit "vraiment" un pacte?

Que faut-il pour que ce soit "vraiment" un pacte?

Un accord, tacite, ou consenti.

Accord implique que les deux parties acceptent ledit pacte. Vouloir et pouvoir sont ainsi deux

choses différentes.

Oui, mais dans le cadre d’un pacte tacite ?

Il est difficile de démêler les imbrications énergétiques qui forment notre quotidien. Un pacte tacite

a tout de même besoin d’un minimum d’entretien (prière, actes) pour le faire vivre et qu’il soit de

plus en plus abouti.

parHagel,pourequi­nox.net,

Droitsréservés:aucuneutilisationcommerciale,copieavecauteuretsourcespécifiée,sansmodificationdutexte.

Ainsi, le simple fait de faire une offrande à Isis un soir d’hiver pour obtenir lucidité sur vos actes

n’aura qu’un effet temporaire. Alors que l’action répétée, année après année de vous engager

auprès d’Athéna, accompagné d’acte, de dédication, va entraîner peu à peu une modification

structurelle de vos énergies, remontant jusqu’aux corps impérissables et laissant ainsi des

“marques” (qui entrent dans le cadre de la perception de pactes passés dans les vies antérieures

Avec qui peut-il être passé?

Toute forme d’entités.

Que ce soit de la dynastie démoniaque, angélique, avec des créatures plus féériques, ou encore

une entité propre aux éléments (ondine

),

djinn ou bien entités spécifiques comme mamywata

Un pacte ne s’embarrasse pas de la question morale ou culturelle de savoir avec qui, quoi,

comment, c’est une union sans distinction religieuse, ou spirituelle.

Je vous recommande la lecture de cet article de Frater Luxaour:

Nuance par contre :

Quand vous évoquez Satan dans votre occultum pour passer un pacte, ce n’est pas à lui

directement que vous avez à faire:

Et une entité peut être reliée à un égrégore, auquelle elle relayera une partie de vos énergies

dans le cadre de ce pacte.

De même, le pacte peut être réalisé dans une dynamique d’invocation, comme d’évocation.

L’attachement peut se faire par rapport à un type d’énergie et non pas une entité.

Il faut bien comprendre que la notion de pacte ne se passe pas forcément avec une entité :

j’utilise la nuance invocation et évocation à des fins précises.

- Evoquer : appeler une entité à soi

- Invoquer : appeler une énergie à soi

Et le pacte peut être engagé avec un égrégore, ou une énergie.

Une entité reste déjà représentative d’un égrégore (ou plusieurs) ainsi que de courant d’énergies

spécifiques, mais on peut parfaitement s’engager par rapport à un égrégore ou une énergie. Ainsi,

la question spirituelle (de la légitimité ou non de l’existence d’une entité) ne se pose pas en tant

que possibilité de rendre caduque un pacte.

pas en tant que possibilité de rendre caduque un pacte. La nécessité d'avoir une idée claire

La nécessité d'avoir une idée claire dans ce type de démarche:

Les pièges de la médiumnité, de l’illusion, de la recherche de pouvoir (connaissance, psychique,

physique) :

Une entité peut parvenir à se faire passer pour une autre et vous duper.

parHagel,pourequi­nox.net,

Droitsréservés:aucuneutilisationcommerciale,copieavecauteuretsourcespécifiée,sansmodificationdutexte.

Une entité peut aussi profiter de l’opportunité que vous présentez pour faire pression sur vous et

vous inciter (voir vous manipuler, vous contraindre) à passer le pacte.

Cette démarche nécessite donc un bon niveau de médiumnité (précision et puissance). Il ne suffit

pas d’être capable de gérer la rituellie, il faut avoir l’expérience adéquate de la perception, des

enjeux et de la gestion de celle-ci.

Il est évident que si les attributs de l’entité (ou des énergies) vous intéressent pour votre propre

profit, il faut aussi que ce soit le cas de la partie adverse. Que ce soit dans une démarche de

relation avec une entité positive ou négative, plus vous maîtriserez vos énergies, plus vous

pourrez être potentiellement intéressant.

Les pièges de l'engagement

:

L'axe énergétique de votre action s'inscrit dans les corps impérissables, vos choix ont des

conséquences sur ce que vous êtes. Plus laconiquement “votre âme” et aussi sur ce que vous

deviendrez post-mort par extension. Ce type d’engagement ne se limitant pas à la sphère

physique, il peut s’étendre de vies en vies, selon les contextes et situations.

Le jésuite Delrio, au livre II de ses Disquisitiones magicae (Enquêtes sur la magie), en 1599-1600,

soutient que toutes les opérations magiques relèvent d'un pacte avec le Diable qui imprime sa

marque sur le corps du sorcier ou de la sorcière. C'est la stigma diabolicum.

Si dans les faits, cela requiert une capacité à concrétiser sur soi (télétouché et/ou médiumnité à

effet physique), c'est avant tout une marque psychique-énergétique qu'il faut comprendre.

Perceptible par la clairvoyance par exemple, elle est une excellente façon de voir si une personne

a passé un pacte ou pas durant sa vie, si tant est que l'on sache chercher et où chercher.

On comprend ainsi que la réalisation d'un pacte peut vous attacher à une entité ou une dynastie

pour des temps qui dépassent l'entendement humain, voire aller jusqu'à la perte de votre

humanité, si vous finissez par vous fondre totalement dans les énergies spécifiques. Cela se

caractérise par un élément essentiel : la perte de votre libre arbitre et liberté d'agir (en particulier

post-mortem).

Peut-on échapper à un pacte?

Pour un pacte formel

:

Eliphas Levi a écrit:Exercer une grande puissance sans être parfaitement libre, c'est se

vouer à une grande fatalité. C'est pour cela qu'un sorcier, ne peut guère se repentir et

qu'il est nécessairement damné.

Tôt ou tard, il faut satisfaire au pacte soit formel, soit tacite. Il faut payer l'amende

imposé à tout ravisseur du fruit de l'arbre de la science. Il faut se libérer de l'impôt que

parHagel,pourequi­nox.net,

Droitsréservés:aucuneutilisationcommerciale,copieavecauteuretsourcespécifiée,sansmodificationdutexte.

la nature a mis sur les miracles. Il faut avoir une lutte finale avec le diable lorsqu'on

s'est permis d'être dieu.

Eliphas Levi, le secret terrible.

On peut néanmoins mettre en exergue deux axes:

L'intercession:

Ignace de Loyola, à qui l'on prête le fait d'avoir intercéder auprès d'un homme qui aurait passé un

pacte avec le diable, que la cigogne lui rapporte après son intervention, le délivrant.

Un peu trop influencés, un ensemble de collégiens (jésuites) avoueront le même "crime" espérant

la rédemption et se faisant, entraîneront l'un des procès en sorcellerie française les plus connus

du 17ème siècle à Molsheim.

Techniquement, il s'agit ici de demander une forme de Grâce, en étant soi-même au sein de

l’égrégore appelé pour rompre le pacte.

L’intercession est littéralement la demande de faveur pour autrui. Une personne appartenant à un

égrégore suffisamment puissant et étant suffisamment investi de la force de ledit égrégore (ou

hiérarchie, ou entité, tout restant niveau d’énergie) peut ainsi tenter de faire jouer les forces en

faveur d’une personne en difficulté.

L’absolution en tant que telle a néanmoins ses limites. Si la personne ayant passé le pacte rompt

juste après son engagement auprès de la nouvelle force, il n’est pas dit que la nouvelle force ne

lui fasse pas payer justement

L'exorcisme:

Après la Miséricorde, la Rigueur,

Extrait d'un exorcisme d'Eliphas Levi (Rituel de haute magie):

Car si tu as pris auparavant quelque lien l'adoration, quelque parfum, quelque fin et

affection maligne que ce soit, soit en herbes, soit en paroles, soit en pierres, soit en

éléments, soit qu'elles soient naturelles, soit qu'elles soient simples, ou mixtes, ou

temporelles, ou spirituelles, ou sacramentelles, ou dans les noms du grand Dieu et des

anges, soit qu'elles soient en caractères d'heures, de minutes, de jours, d'an, de mois,

observé superstitieusement avec pacte exprimé, ou tacite, même fortifié par

jurement. Je casse toutes ces choses, je les annule et les détruis par la puissance

du Père qui a créé tout le monde, par la sagesse du Fils rédempteur, par la bonté du

Saint-Esprit, par celui qui a accompli toute la loi, qui est, qui était, qui doit venir

L'exorcisme agit par domination énergétique. Je le redis, tout reste niveau d'énergie : par l'apport

d'un niveau d'énergie supérieur à celui engagé par le pacte (l'entité et la personne) le pacte peut

être rompu.

parHagel,pourequi­nox.net,

Droitsréservés:aucuneutilisationcommerciale,copieavecauteuretsourcespécifiée,sansmodificationdutexte.

Cela demande une précision, une capacité à comprendre et gérer des énergies qui ne sont

clairement pas à la portée du pratiquant lambda.

Que ce soit intercession ou exorcisme : la personne qui rompt son contrat se place de facto sous

l’égide d’une puissance supérieure à celle du contrat préalablement passé.

Ainsi, c’est un système d’échange énergétique, pour lequel les parties peuvent avoir des intérêts.

Il n’est pas aussi évident qu’il y parait sur le papier. Et il ne suffit pas de le vouloir pour que cela

se produise.

Tout comme le passage du pacte consenti, la magie évocatoire s’avère nécessaire pour évoquer

les forces adéquates à la rupture. Mais sans la certitude qu’elles seront intéressées ou

accepteront.

Cas particulier:

Attaque par une entité qui prétend un pacte et une appartenance sur autrui:

Les caractères et signatures diaboliques qui se produisent à l'insu des médium ne sont

évidemment pas les preuves d'un pacte tacite ou formel entre ces malades et les

intelligences de l'abîme

Les fantômes fluidiques et leurs mystères, Eliphas Levi

Pour être effectif, un pacte doit être réalisé de façon libre. Prenons le cas particulier de la

possession, où l’entité signe à votre place, si cela peut avoir des conséquences énergétiques,

n’engage pas pour autant ce que vous êtes quand vous reviendrez.

Néanmoins, la prudence incite à une purification de grande ampleur bien entendu.

Pacte tacite :

- Contexte de groupe (peuple, religion) : se détacher de l’égrégore (renier sa patrie,

excommunication…)

- Contexte personnel : détachement des énergies, par le désintérêt, la cessation de la pratique.

Tout va dépendre des niveaux d’interpénétration des énergies dans les corps subtils.

Le jeu subtil des énergies va imposer de prendre en considération la situation et l'implication. Que

ce soit une aide temporaire demandée par une entité à un médium avec contrepartie, ou bien une

offrande bien appuyée, cela va aussi dépendre de la façon dont vous prenez les énergies.

Je m'explique : certaines personnes ont plus de sensibilités que d'autres et d'autres plus de

capacités à mobiliser les énergies pour évoquer, sans avoir besoin de passer par la phase

rituellique. Ajoutons la possibilité d'intérêt (que ce soit manipulation, ou constructif) de la part

transformera trop bien les énergies de l'accord, les faisant remonter aux corps impérissables. Un

effet caméléon, souvent induit par le manque de définition de ce qu'il est, le manque de

compréhension de ce qu'il est (vive l'introspection) et l'incapacité à poser des frontières, à

maîtriser ses énergies.

Faut-il passer un pacte?

Qu'est-ce qu'un péché mortel ? C'est une apostasie de notre liberté; c'est un abandon

de nous-même aux lois matérielles de la pesanteur; un acte injuste est un pacte avec

l'injustice : or, toute injustice est une abdication de l'intelligence. Nous tombons alors

sous l'empire de la force, dont les réactions écrasent toujours tout ce qui s'écarte de

l'équilibre.

Eliphas Levi, mystère magique (chapitre mystère de la perversité)

Si je suis bien d’accord avec E. Levi sur la nécessité de l’indépendance et de la liberté, comme

vous l’aurez compris après la lecture de ce dossier : la pleine liberté est une utopie.

Dans les faits néanmoins, passer un pacte consenti est plus ou moins une forme de suicide

personnel sur tous les plans.

Je n’ai pas à juger de vos choix et de vos actes, je vous rappellerais simplement de les assumer.

Le pacte est l’exemple même de la complexité des rapports énergétiques dans notre quotidien et

dans tous les choix de nos vies. A divers degrés, il nous engage, peut nous emmener sur des

voies spécifiques, ou bien nous détruire par les extrêmes qu’il pose.

Il nous rappelle le subtil équilibre entre la liberté et l’engagement. Ainsi que les prix à payer pour

chaque voie.

Bien à vous, Hagel

parHagel,pourequi­nox.net,

Droitsréservés:aucuneutilisationcommerciale,copieavecauteuretsourcespécifiée,sansmodificationdutexte.

A lire aussi:

Les sources:

Faust, de Goethe, traduit par Gérard De Nerval, 1828

Franz Bardon, Pratique de la magie évocatoire

Eliphas Levi, le Grand Arcane, Rituel de Haute magie, mystère magique, le secret terrible, Les

fantômes fluidiques et leurs mystères

Frater Luxaour, la magie des pactes sur ezooccult :

la Bible,
la Bible,

Pierre-Louis Augereau, les mauges mystérieuses

Guérison et rédemption dans le rituel taoïste ancien, Verellen, Franciscus

Les clavicules de Salomon

Disquisitiones magicae, Delrio

Le monastère de la montagne de Jade, Peter Goullart

d'illustration)

parHagel,pourequi­nox.net,

Droitsréservés:aucuneutilisationcommerciale,copieavecauteuretsourcespécifiée,sansmodificationdutexte.