Vous êtes sur la page 1sur 7

CORPS ET POLITIQUE : FOUCAULT ET AGAMBEN

Saïd Chebili
John Libbey Eurotext | L'information psychiatrique
2009/1 - Volume 85
pages 63 à 68

ISSN 0020-0204

Article disponible en ligne à l'adresse:

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 190.163.236.151 - 24/03/2015 13h37. © John Libbey Eurotext

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour citer cet article :

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Chebili Saïd,« Corps et politique : Foucault et Agamben »,
L'information psychiatrique, 2009/1 Volume 85, p. 63-68. DOI : 10.3917/inpsy.8501.0063

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution électronique Cairn.info pour John Libbey Eurotext.
© John Libbey Eurotext. Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des
conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre
établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que
ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en
France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 190.163.236.151 - 24/03/2015 13h37. © John Libbey Eurotext

http://www.cairn.info/revue-l-information-psychiatrique-2009-1-page-63.htm

Agamben prolonga la teorización de Foucault y reintroduce el poder soberano que sigue ejerciéndose sobre la « vida desnuda ». fondées jusque-là sur la souveraineté. 93300 Aubervilliers <s. l’individu. souveraineté.fr> Tirés à part : S.24/03/2015 13h37. quand elles investissent les corps individuels.151 . he refers to the experience of concentration camps where the individual dispossessed of his naked life loses all humanity to become what we would call a “Muslim”. inscrite dans la compétence du champ de l’État.163. © John Libbey Eurotext ABSTRACT Body and politics : Foucault and Agamben. dehumanisation RESUMEN Cuerpo y política Foucault y Agamben. encontramos la principal preocupación de Agamben : la interrogación sobre las fronteras de lo humano.1684/ipe. Agamben broadens the theorisation of Foucault by reintroducing the sovereign power that continues to be practised on “naked life”. dentro del ámbito del Estado.eps-ville-evrard. Agamben. cuando éstas se apoderan de los cuerpos individuales. rue Charles-Tillon. où.2009. soberanía.. are transformed and first instruct the discipline – by which the body is supervised and made to behave – and then the biopower of the body as applied to groups of people. included in the competency of the State’s arena. inscrita dentro de las competencias. Agamben. Foucault. convirtiéndose en lo que llamaban un « musulmán ».24/03/2015 13h37. Based on body analysis. Foucault. Mots clés : discipline.cairn. se transforment et donnent d’abord la discipline – où le corps et surveillé et dressé – puis le bio-pouvoir qui prend en compte le corps à l’échelle des masses humaines.. A partir del análisis del cuerpo. à l’inverse de la vie naturelle. Dichas técnicas.163. nous retrouvons la préoccupation fondamentale d’Agamben : l’interrogation sur les frontières de l’humain. pierde toda humanidad.L’Information psychiatrique 2009 . en el siglo 18.info . normalement exclue de la sphère du politique. Agamben prolonge la théorisation de Foucault en réintroduisant le pouvoir souverain qui continue de s’exercer sur la « vie nue ».236. Agamben. Foucault. Agamben est proche de nos interrogations. que ce soit à partir de la problématique de l’animalité ou au travers de l’expérience concentrationnaire. Key words: discipline. Chebili L’INFORMATION PSYCHIATRIQUE VOL.236. contrariamente a la vida natural.chebili@ns.. il invoque l’expérience des camps de concentration. 85 : 63-8 LE CORPS RETROUVÉ (1) Corps et politique : Foucault et Agamben Saïd Chebili doi: 10. 17.JANVIER 2009 63 Document téléchargé depuis www. normally excluded from the area of politics. bio-poder. perd toute humanité. 85. ya sea a partir de la problemática de la animalidad o bien a través de la experiencia concentracionaria. Foucault se fija como objetivo el estudio de las tecnologías del poder.151 . To support his theory. Para ilustrar su demostración toma como ejemplo la experiencia de los campos de concentración. deshumanización Centre Henri-Duchêne.. © John Libbey Eurotext RÉSUMÉ Foucault prend pour objectif les technologies du pouvoir. as opposed to natural life. Palabras clave : disciplina. N° 1 . These technologies. sovereignty. normalmente excluida de la esfera política. Las interrogaciones de Agamben son cercanas de las nuestras. Celles-ci.info . déshumanisation .cairn. À l’appui de sa démonstration. basadas hasta entonces en la soberanía.190. au XVIIIe siècle. until then based on sovereignty. totalement dépossédé de sa vie nue. biopower. completamente desposeído de su vida desnuda. we are confronted with Agamben’s basic concern : questions on human boundaries. pour devenir ce que l’on appelait un « musulman ». se transforman y originan primero la disciplina – donde se vigila y doma el cuerpo – y después el biopoder que considera el cuerpo a la escala de masas humanas.190. Agamben comes close to our questions. en los que el individuo.0430 Document téléchargé depuis www. bio-pouvoir. Foucault’s objective was the 18th century technologies of power as applied to individuals’ bodies. whether broached from the issue of animality or through the concentration camp experience. À partir de l’analyse du corps.

85. Réfléchissant aux modalités d’expression de cette violence.151 . dans la 64 société féodale. a été écartelé en place de Grève dans un supplice particulièrement horrible. Rien n’échappe à ce pouvoir perfectionné. selon son libre désir. Foucault l’est assurément quand il analyse les dispositifs par lesquels le pouvoir investit les corps des sujets.163. Sa démarche ignore le hasard pour obéir à des objectifs précis : « Comment surveiller quelqu’un. Partout le pouvoir est le même […] Le pouvoir est domination : tout ce qu’il peut faire. » Le corps est la cible par excellence du pouvoir souverain. La condition essentielle de son exercice est simple : le souverain doit se sentir directement menacé dans son existence même. dont s’émeuvent les philosophes – Beccaria avec son livre Des délits et des peines [8] proposait une proportionnalité de la punition en fonction de la nature de l’infraction – pour promouvoir des techniques de contrôle et de quadrillage du temps. toujours soucieux de reprendre les questions les plus évidentes. il ne marque son pouvoir sur la vie que par la mort qu’il est en mesure d’exiger » [14]. cette forme primitive du droit de tuer.S. la plus classique. avec sa conception du pouvoir. Laissons-lui la parole : « Mon problème est la rationalisation de la gestion de l’individu. Chebili Du pouvoir de souveraineté au bio-pouvoir chez Foucault Foucault expose tout d’abord la violence exercée sur les corps. l’Âge classique voit la mutation de cette forme de pouvoir en deux configurations.190. ses aptitudes. Agamben se situera dans le sillage de la réflexion foucaldienne. il a ouvert un champ nouveau de recherches. dès l’Antiquité le corps a stimulé la réflexion des philosophes. L’auteur du Léviathan ainsi que les philosophes de la tradition contractualiste – Locke et Rousseau – comprenaient le corps comme métaphore de l’État. celui du pouvoir. son comportement.24/03/2015 13h37. multiplier ses capacités. de la vie de ses enfants et de ses esclaves.info . avec toutefois une problématisation différente. peut-être. et sa survie propre [14]. ils s’emparaient de l’expression « corps politique ». ainsi que chacun peut le constater actuellement. perdait de sa vigueur pour ne plus s’exercer que conditionnellement. et la loi exige qu’on s’y soumette » [11]. de l’espace et du mouvement des individus. Dans cette dernière. la discipline. Le pouvoir souverain n’y exerce son droit sur la vie qu’en faisant jouer son droit de tuer. en une forme plus pernicieuse. comment le mettre à la 1 Damiens. Est-il l’accaparement exclusif par le prince des prérogatives que chacun s’octroyait. Foucault n’a pas ajouté un poncif supplémentaire au vocabulaire philosophique. selon lequel le pater familias disposait. © John Libbey Eurotext Document téléchargé depuis www. « Ainsi entendu le droit de vie et de mort n’est plus un privilège absolu : il est conditionné par la défense du souverain. correspond-il à un droit spécifique lié à l’émergence d’une individualité nouvelle. qui.190. des techniques disciplinaires et du bio-pouvoir. L’INFORMATION PSYCHIATRIQUE VOL.info . corps et politique ont tissé des liens très forts. Dès lors. Cet écartèlement particulièrement atroce exprime les derniers feux d’un pouvoir de souveraineté moribond.151 . que le discours juridique vient ensuite limiter et circonscrire. Foucault. afin d’en tirer le meilleur rendement. . celle du souverain ? Il ne tranche pas mais souligne que ce droit de vie et de mort est un « droit dissymétrique. La discipline renoncera à la disjonction des corps. le supplice de Damiens1 ouvre la geste de Surveiller et punir. à l’état de nature. la répression c’est l’imposition de la loi . constitutif de l’identité de l’individu. le corps a rapidement été investi par la politique En effet. Il définit une première forme de pouvoir. Changement radical riche de perspectives proches de nos interrogations en psychiatrie. On a ainsi vu le corps comme miroir de l’âme. de tuer l’autre pour sauvegarder sa vie ? Ou bien. c’est l’obéissance. Cette conception du pouvoir est selon Foucault juridicodiscursive. à l’inverse. a fait florès. Le pouvoir en dernier ressort. comment intensifier sa performance. Enfin.236. En effet. dans une tradition plus phénoménologique. Tous les segments de son corps. ses attitudes. Au contraire. © John Libbey Eurotext Il n’y a pas eu d’oubli du corps dans la tradition philosophique. En philosophie. se situe sur un tout autre terrain.cairn. analysés et évalués en référence à une norme.. et tout ce qu’il peut commander. Puis. Qu’entend-il par cette formule absconse ? Foucault précise que le pouvoir « énonce la loi. puisqu’il a fallu créer une discipline spéciale – la psychosomatique – pour penser les relations du corps en lien avec le psychisme.. Mon travail n’a pas pour but une histoire des institutions.24/03/2015 13h37. comment contrôler sa conduite. Qualifié d’archiviste du pouvoir [10] par Deleuze.163. dès Hobbes. véritablement heuristique de lier corps et pouvoir. ses gestes seront jaugés.. non exclusives l’une de l’autre : la discipline et le bio-pouvoir. c’est la répression . privilège qui dérive du droit romain. Forme extrême du pouvoir de souveraineté. on a parlé de corps propre. Novateur. Trois étapes ont rythmé la réflexion de Foucault sur le corps et la politique : l’analyse du pouvoir souverain.. c’est interdire.236. le corps n’est pas pris en compte pour soi. Ce dernier se transforme à l’Âge classique. ou en le retenant . Le souverain détient le privilège d’un pouvoir de vie et de mort sur les individus. il parviendra à distinguer des formes bien spécifiques de pouvoir. de la discipline et enfin du bio-pouvoir.JANVIER 2009 Document téléchargé depuis www. de ce que l’on peut constater en psychiatrie. opposé au corps lieu de toutes les opérations physiologiques. par son idée. » Foucault invoque deux hypothèses explicatives de ce pouvoir souverain. La souveraineté s’inscrit dans une filiation dans laquelle le pouvoir est conçu comme essentiellement coercitif. mais l’histoire de la rationalité telle qu’elle opère dans les institutions et dans la conduite des gens [16]. N° 1 .cairn. le pouvoir souverain. Nous détaillerons en premier lieu les travaux de Foucault. Toutefois. qui a osé porter la main sur Louis XV.

dans son extension institutionnelle.190. Donc. elle relève de la discipline. en tant que pouvoir qui. de mortalité et de longévité deviennent les cibles privilégiées du contrôle biopolitique. Ainsi. masquée derrière elle et investir de nouveaux domaines du savoir par la création de nouvelles sciences. sur les phénomènes de population. Jamais définitif. il s’agit maintenant de la population. pour avancer. il s’étend à l’hôpital et à l’école. où des catégories d’individus sont stigmatisées et soumises à toutes sortes de contraintes pouvant aller jusqu’à la mort.. Quoi qu’il en soit. rappelons qu’Aristote distinguait la zoe. Et en outre. la psychiatrie – la plupart du temps stigmatisée – instrumentalise la psychologie.info . © John Libbey Eurotext Corps et politique : Foucault et Agamben . la débauche sexuelle joue au niveau de la population. Bien au contraire. non pas considérés comme des corps. « sur l’homme en tant qu’être vivant. le pouvoir sur le corps se perfectionne sans cesse. Né en 1942 en Italie. Pourquoi personne ne se révolte contre cette domestication du corps ? Car. Dès lors. Le bio-pouvoir s’adresse à l’homme comme espèce. il reste à se demander comme s’exerce le droit de faire mourir. la maladie et la mort. Ce dernier est paramétré de manière de plus en plus sophistiquée : les empreintes génétiques en sont le dernier avatar. au contraire de ce que décrivait Foucault dans l’Histoire de la folie à l’âge classique [12]. En effet.24/03/2015 13h37. ainsi que le suppose la théorie de la dégénérescence. les camps. ils sont complémentaires.cairn. où il s’est imposé comme l’éditeur des œuvres de Walter Benjamin.190. il s’immisce dans tous les segments de la vie quotidienne et ne néglige aucun aspect du corps.cairn. dont Foucault situe précisément l’avènement. mais agissent en totale complémentarité. La psychologie intervient à ce niveau.Document téléchargé depuis www. Mesurons l’importance du changement décrit par Foucault. selon l’excellente expression de Foucault. qui ne vise plus seulement la croissance de ses habiletés. sur laquelle s’exercent de nouvelles techniques : prévisions. la discipline. enseignant à l’Université de Venise. » Cette forme de pouvoir hante notre société. « La sexualité. Le pouvoir de souveraineté. « À la fin du XVIIIe siècle intervient une seconde accommodation. encore en déficit de notoriété au sein de l’université française. la discipline considère le corps comme machine. elle impliquait des organes complexes de coordination et de centralisation [15]. Il s’étonne que Foucault n’ait pas porté intérêt aux lieux paradigmatiques du bio-pouvoir : les états totalitaires. par des effets néfastes sur la descendance. bien entendu. qui est le pouvoir de “faire vivre” » [15]. au sens où ce n’est plus le corps individuel qui retient l’attention.236. « l’introduction de la zoe dans la sphère de la polis. savant. mais à l’instar d’une masse globale soumise à des processus comme la vie. les accidents. mais aussi celle de la souveraineté. il consacre des travaux à des thèmes aussi variés que la théologie. La rationalisation des capacités du corps se porte à son maximum d’efficacité. ni non plus l’alourdissement de sa sujétion.151 . dont le rôle consistait à faire mourir. 85.. opérations statistiques et mesures globales. Accommodation beaucoup plus difficile car. Le droit de faire mourir s’exerce à travers le racisme. qu’il s’agit de contrôler et de dresser. mais inclut. domaine de l’anatomopolitique du corps humain. » Il ne faudrait pas céder à la facilité de penser que le bio-pouvoir signe la disparition de la discipline. c’est le moment où naît un art du corps humain. non seulement la question du bio-pouvoir. Foucault a perçu la complexité des mécanismes disciplinaires.info .163. En effet. l’animalité ou encore la philosophie politique. elle est exactement au carrefour du corps et de la population. Soulignons un point essentiel : le bio-pouvoir et la discipline ne s’excluent pas. constitue l’événement décisif de la modernité et marque une transformation radicale des catégories politicophilosophiques de la pensée classique » [3]. quant à lui.. commun à tous les êtres vivants du bios qui est la manière de vivre propre à un L’INFORMATION PSYCHIATRIQUE VOL. mais elle relève aussi de la régulation [14]. Pour bien saisir cette terminologie. ou simple fait de vivre.JANVIER 2009 65 Document téléchargé depuis www. à la multiplicité des hommes. dans nos sociétés modernes soumises au règne du bio-pouvoir. L’objectif essentiel revient à tenir le corps dans les rets du dressage dont l’efficace ne sera pas contestée. N° 1 . © John Libbey Eurotext place où il sera le plus utile [17]. Il nous met en garde contre une conception simpliste qui cantonnerait à la prison le champ d’action des disciplines.163. En effet.. Elle ouvre la voie au bio-pouvoir. s’étend au-delà du corps et plus spécifiquement vers la vie qu’il s’agit maintenant de prendre en compte. se transforme en un pouvoir sur la population. le langage. Il apparaît ainsi que le bio-pouvoir met en évidence un nouveau corps différent de celui de la discipline. mais aussi les services de médecine.236. n’exclut plus. La reprise de la question de la souveraineté par Agamben Donnons quelques détails biographiques sur Giorgio Agamben. Au contraire. Le bio-pouvoir s’exerce donc conjointement sur l’individu et sur la population. ainsi que cela se montre avec netteté dans la sexualité. avec les processus biologiques ou bio-sociologiques des masses humaines.24/03/2015 13h37. « le moment historique des disciplines. champ de la bio-politique de la population.151 . les phénomènes de natalité. cette dernière réglemente des domaines aussi variés que l’hygiène publique. Le bio-pouvoir. mais la formation d’un rapport qui dans le même mécanisme le rend d’autant plus obéissant qu’il est plus utile et inversement » [13]. C’est dans ce domaine qu’il reprend et réoriente le travail de Foucault. » Les corps indisciplinés génèrent toutes sortes de maladies. à partir de son expérience de militant au sein du GIP (Groupe d’Information sur les Prisons). Désormais. les infirmités et enfin les relations entre l’espèce humaine et son milieu naturel. Ainsi. Cela étant précisé. n’est que la première accommodation des technologies du pouvoir sur le corps individuel. la politisation de la vie nue comme telle. un pouvoir continu.

qui a pour fonction de définir l’humain. Selon le philosophe vénitien. On peut dire que nous avons affaire à un camp lorsque deux conditions sont satisfaites. une limite entre la vie et la mort . Ce pouvoir sur leur zoe dépend uniquement des prérogatives du pouvoir souverain. on risque d’exclure de proche en proche. Le monde antique veillait avec soin à l’exclusion de la zoe de la sphère de la polis et la confinait à la sphère de l’économie domestique. Celui-ci « trans- L’INFORMATION PSYCHIATRIQUE VOL. soumission à des températures extrêmes.JANVIER 2009 Document téléchargé depuis www.cairn. selon Agamben. le “musulman” d’Auschwitz semble avoir perdu toute volonté et toute conscience » [4].. la vie qui a été capturée dans cette sphère [3].236. c’est-à-dire exposée au meurtre et insacrifiable. quand la politique se transforme en bio-politique. bios et zoe. des morts vivants dénués de conscience et de volonté. Dès lors. Désormais. situation qui lui octroie le privilège de proclamer l’État d’exception. Ils sont tellement dénutris qu’ils ressemblent à des squelettes. Puis viennent l’immigré. Il est exposé à la violence. ne soit pas mis en lumière » [2]. où autrefois seul le souverain pouvait pénétrer [3]. de plus en plus de personnes. hors d’atteinte du droit humain et du droit divin.24/03/2015 13h37. Document téléchargé depuis www. au meurtre que chacun peut commettre à son encontre. Dès lors. Cette interrogation est fondamentale pour la psychiatrie. Agamben déclare sa définition du camp valide. Celui-ci est régi par un paradoxe. Premièrement. la limite entre l’homme et l’animal est abolie au détriment du premier. les mécanismes de pouvoir commencent à s’intéresser à la vie naturelle. les musulmans. la vie nue et la norme sont brouillées par des seuils d’indistinction. le corps des internés subit des expériences inhumaines – tests de substances délétères. il marque le seuil entre l’homme et le non-homme [4]. dans le jargon du camp. il n’a pas de protection stable contre le pouvoir souverain.info . Après avoir considéré l’animal comme un objet auquel il a fait subir de multiples sévices. On peut les tuer sans commettre d’homicide. entrent dans une zone d’indifférenciation irréductible » [3]. non seulement ne cesse de réduire à un inférieur. signifiant celui qui se soumet sans réserve à la volonté divine. le malade mental. l’exception est la structure de la souveraineté. La salle de réanimation est un lieu d’exception. non seulement n’est plus protégé par la loi. Deuxièmement. « la souveraineté est le gardien qui veille à ce que le seuil indécidable entre violence et droit. zones d’indistinction entre public et privé. L’intérêt extrême du pouvoir pour la vie est sous-tendu par l’action de la « machine anthropologique ». les psychiatres ne feront que pérenniser l’État d’exception qui régnera au sein de ces enceintes hermétiquement closes. Ainsi. Il existe même une catégorie d’individus aux corps décharnés. Dès lors. ingurgitation d’eau de mer – qui peuvent soit leur ôter la vie ou la leur rendre. où exclusion et inclusion. Dans l’État d’exception.. voilà que le piège se referme sur l’homme lui-même. située à l’origine en marge de l’organisation politique. d’expression de la vie nue entièrement contrôlée par la technologie qui maintient la vie ou donne la mort. il doit régner un État d’exception. L’Homo Sacer possède un statut d’exception.151 . Il étend le même raisonnement à la médecine. injection de drogues variées. non seulement pour les États totalitaires mais aussi pour les États modernes. Ils se distinguent des cadavres uniquement par leur aptitude à la mobilité. © John Libbey Eurotext Deux caractères définissent l’Homo Sacer : il y a impunité pour celui qui le tue et il est interdit de la sacrifier.. nature et langage. « Le musulman n’est pas seulement. où les individus sont réduits à la vie nue. N° 1 . finit progressivement par coïncider avec l’espace politique. avec pour conséquence que l’individu. En effet.cairn. En effet. On assiste alors à une animalisation progressive de l’homme.24/03/2015 13h37. Il n’a pas saisi tout le danger de son exclusion qui de proche en proche l’a pris dans ses rets.190. 85. Mais définir le moment de la fin doit revenir au législateur. Toutefois. Dans le camp. tandis que la volonté d’Allah est à l’œuvre à chaque instant dans le moindre événement. droit et fait. En effet.151 . Tout d’abord l’animal. corps biologique et corps politique. « les organismes appartiennent à la puissance publique : on nationalise les corps » [9]. « l’explication la plus probable renvoie au sens littéral du terme arabe muslim. Les opinions divergent sur l’origine de ce terme. Le concept de corps est toujours pris dans un dispositif. Il est toujours déjà corps biopolitique . et sacrée.163. ou pas tant. et d’où proviennent les légendes sur le prétendu fatalisme islamique. sous couvert de prise en charge thérapeutique. bios et zoe. et le délinquant. © John Libbey Eurotext S. nous entrons dans l’État d’exception. l’inclusion de la zoe dans la polis date déjà de plusieurs siècles.. On les surnomme.236. mais encore de réduire à la vie nue [5]. après avoir abusé de lui au-delà des nécessités vitales. et sa vie est exposé. Le camp est un espace d’exception où le droit est suspendu.info .163. extérieur et intérieur. Dans les camps. considéré comme un animal dans le règne du pouvoir souverain. la personne handicapée. le piège dans lequel elle risque de s’enfermer. Chebili . entre la vie et la mort et méprisés de tous. » Ils sont considérés et traités comme des hommesmomies. assez répandues en Europe depuis le Moyen Âge […] Mais. La nouveauté réside dans le fait que « l’espace de la vie nue.190. le souverain y règne à la fois en dedans et en dehors de l’ordre juridique. mais abandonné par elle. qui reformule le propos de Foucault. Toutefois. l’individu est littéralement mis au ban. « On dira souveraine la sphère dans laquelle on peut tuer sans commettre d’homicide et sans célébrer un sacrifice . il est toujours déjà vie nue . 66 Au-delà de cette appellation infamante. » Les individus Homo Sacer se rencontrent. le médecin et le scientifique se meuvent dans ce no man’s land. se définit simplement : à force de tracer des frontières avec l’autre. dans deux lieux de prédilection. les personnes internées sont des Homo Sacer. que l’homme. Il devient Homo Sacer.individu particulier.

cette remarque porte à faux si l’on se souvient que l’auteur d’Homo Sacer envisageait des stratégies de lutte contre le pouvoir souverain. théorie de la singularité quelconque. c’est qu’elle ne sera plus une lutte pour la conquête ou le contrôle de l’État. 1997. La communauté qui vient. Agamben en fait le vecteur essentiel de la généralisation du pouvoir souverain. l’agriculture. Agamben a étendu de manière exhaustive les prérogatives de la souveraineté. La biopolitique agit par un double processus. n’est pas le sujet de droit. Ainsi. mais la vie nue.190. Agamben A. Récemment. on fait resurgir toutes les peurs imaginaires archaïques liées à ce dernier ? Gare à l’instrumentalisation effrénée de nos patients ! Références 1. Ici Agamben rejoint nos préoccupations. En effet. les gestes et les opinions des vivants.151 . des empreintes génétiques. Ils forment. la confession. mais aussi. où la frontière humain-inhumain est largement remise en question. Les malades mentaux perdent leur identité pour se fondre dans la masse indistincte des « singularités quelconques » [1]. Nous en voulons pour preuve la loi de rétention du 31 janvier 2008. nous donnerons notre caution au pouvoir de souveraineté dans son désir de faire des personnes incarcérées des corps dociles et des âmes asservies. l’écriture. mais disjonction irrémédiable des singularités quelconques et de l’organisation étatique [1]. à l’identifier à un animal. contrôlent la sexualité. 1995.. s’il n’est pas concevable. ne perd-il pas de sa pertinence ? Mais si « l’État d’exception tend toujours plus à se présenter comme le paradigme de gouvernement dans la politique contemporaine » [6]. elle se centrait sur les mécanismes de domination. » Peut-être qu’à trop vouloir déshumaniser le malade mental. « pas seulement les prisons donc. celle d’une multitude de personnes. dans nos sociétés modernes. la bio-politique s’immisce de plus en plus dans le biologique voire dans le moléculaire. la cigarette. mal définies par le législateur. la dangerosité. les usines. 2002. les écoles. la philosophie. qui ont pour caractéristique d’être à la marge. Homo Sacer I. Ils sont singuliers. individus sans identité définie. comment développer alors des stratégies de lutte pour lui échapper ? C’est le sens de la critique formulée par Negri. mais une lutte entre l’État et le nonÉtat (l’humanité).163. qui surveillent. avec la constitution du fichier Edvige. Tout se passe alors.24/03/2015 13h37. la navigation. la récidive. le panoptikon. N° 1 . mais sans identité. les ordinateurs. La psychiatrie plonge. en donnant une extension très importante à la notion foucaldienne de dispositif. Elle fonctionne comme une machine désubjectivante qui désubjective les individus et rend troubles les identités. L’INFORMATION PSYCHIATRIQUE VOL.info . et jamais ne tombent sous un concept qui leur serve d’identité. offrant ainsi une assise nouvelle et plus terrible au pouvoir souverain dont ils voudraient s’affranchir » [3]. le pouvoir souverain et la vie nue. © John Libbey Eurotext forme un corps essentiellement politique en un corps essentiellement biologique. peut-être le plus ancien dispositif » [7].JANVIER 2009 67 Document téléchargé depuis www. À trop étendre le pouvoir de souveraineté. « comme si. les délinquants. Paris : Éditions Payot et Rivages. Celle-ci prévoit l’enfermement des criminels dangereux récidivistes dans des centres médico-socio-judiciaires. Agamben G.151 . On s’intéresse de près au patrimoine génétique de l’homme dont on constitue des fichiers : des empreintes digitales. La décision sur la vie se transformera en pouvoir sur la mort.Corps et politique : Foucault et Agamben Document téléchargé depuis www. « Car la nouveauté de la politique qui vient. Toutes les discussions actuelles sur la délinquance.190. les dérives du programme bio-politique sont apparues au grand jour. Toutefois. tout événement politique décisif était toujours à double face : en gagnant des espaces. Paris : Éditions du Seuil. au contraire.cairn. de concevoir les hôpitaux psychiatriques comme des camps. au moment où « la bio-politique peut ainsi se renverser en thanatopolitique » [3]. actuellement. Conclusion La vie nue est devenue la préoccupation essentielle des États. Si nous n’y prenons garde. dont il s’agit de contrôler et de réguler la natalité et la mortalité » [4]. 2.. étendent la surveillance des marqueurs biologiques : empreintes génétiques. pourquoi pas. Agamben A. le stylo. Chez Foucault. notes sur la politique.info .cairn. des libertés et des droits dans leurs conflits avec les pouvoirs centraux. Le dispositif est tout ce qui peut contrôler les conduites. bien malgré elle. ne sontelles pas des stratégies utilisées par le bio-pouvoir pour affermir sa puissance et son insatiable désir de maîtrise de la vie nue ? Pour Agamben. © John Libbey Eurotext Ce mécanisme peut se poursuivre à l’infini : l’État désubjective les individus qui le mettent en danger – les marginaux et les déviants – et dans le même mouvement les resubjective sous forme de catégories qui lui sont assujetties – les malades mentaux. établissent des fichiers. les téléphones portables et. il ne faudrait pas prendre les malades parqués dans ces hôpitaux psychiatriques modernes déshumanisés qui forment la cohorte de ces singularités quelconques.236. la littérature. . comme une masse inerte.. Moyens sans fins.163. Paris : Éditions du Seuil.236. [18]. les individus préparent à chaque fois simultanément une inscription tacite mais toujours plus profonde de leur vie dans l’ordre étatique. l’objet de la souveraineté. les mesures juridiques. En effet. les disciplines. 3. les ferments de la révolte. le langage lui-même. 1990. les asiles. 1995. 85. il est toutefois permis de les appréhender comme des lieux de déshumanisation.24/03/2015 13h37.. au cœur de ce problème. Ces structures. dont l’articulation avec le pouvoir est en sens évidente. incarnent avec une netteté saisissante le pouvoir souverain dans toute sa violence. Mais elle agit aussi comme une machine subjectivante qui crée des identités nouvelles totalement assujetties à l’État. à partir d’un certain moment.

Paris : Hautes Études. Dagognet F. 1977. tome I : La volonté de savoir. Paris : Gallimard. 11. 15. Foucault M. Beccaria C.24/03/2015 13h37. Paris : Éditions Payot et Rivages. 8. IV. In : Dits et Écrits. 2006. Michel Foucault étudie la raison d’état. 9. 2002. Michel Foucault : un parcours philosophique. 1972. Foucault M. 1986. 2002. 7. © John Libbey Eurotext 68 13. Paris : Éditions Payot et Rivages.163. Les Éditions de Minuit. 14.190.S. Foucault M. Il faut défendre la société. 1765. © John Libbey Eurotext Agamben G. Surveiller et punir. 1980. 1984.. N° 1 . 1980-1988. La revue internationale des livres et des idées. État d’exception. 1994. 1991. 1980-1988.151 . Ce divin ministère des affaires de la vie sur terre. Histoire de la folie à l’âge classique. 2003. L’INFORMATION PSYCHIATRIQUE VOL. IV. Foucault.236. Histoire de la sexualité. Les mailles du pouvoir.190. Paris : Gallimard. Negri A.163. Foucault M. Cours au Collège de France. Paris : Éditions du Seuil. Qu’est-ce qu’un dispositif ? 2006. 1.cairn. 1998. 2003.151 . Agamben G. Paris : Tel Gallimard.. Paris : Gallimard. 5.. 1975. N° 297. 1976. Agamben A.info . 12. Paris : Hachette littératures. N° 280. Homo Sacer III. Homo Sacer II. 1994. Agamben A. Foucault M. Gallimard.. Paris : Gallimard.236. 2003. Paris : GF. La maîtrise du vivant.JANVIER 2009 Document téléchargé depuis www. Des délits et des peines. Ce qui reste d’Auschwitz.24/03/2015 13h37. 1981. 1976. Deleuze G.cairn. In : Dits et Écrits. 18. 4. Rabinow P.info . Foucault M. 10. Paris : Éditions Payot et Rivage. 17. 85. 6. 1975. L’Ouvert. 1998. Paris : Folio Essais. . 16. Dreyfus H. Chebili Document téléchargé depuis www. Seuil. janvier-février 2008. De l’homme à l’animal. 1961.