Vous êtes sur la page 1sur 16

I N T E R V I E W

L uis Inacio Lula da Silva :

«La politique, cest lart de limpossible»

2016 à 20:11

— 12 juillet 2016 à 20:11 L'ancien président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva

L'ancien président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva dans son bureau de l'institut de son nom, à Sao Paulo, le 5 juillet. Photo Felipe Redondo pour Libération

L’ex­présidentbrésilien,lepluspopulaire del’histoirecontemporainedupays,revient surlamenacededestitutiondeDilma Rousseff,l’affairePetrobrasouencoreles

Jeuxd’août.Aujourd’huiâgéde70ans,il

pourraitêtrecandidaten2018.

«Jevaischaussermeslunettespourmedonnerunairde sociologueoudepolitologue.»Lula,l’enfantpauvrequin’apas terminésascolarité,alesensdel’autodérision,l’autrefacettede

l’assurance.Affable,détendu,l’ex­présidentduBrésil(2003­

2011)areçuLibérationausiègedel’institutquiportesonnom,

àSãoPaulo.Alorsquesonpartiestaucreuxdelavague,quesa

protégéeDilmaRousseffestmenacéededestitutionetquesa

propreimageestmalmenée,Lulas’estlivréàuneopération

séduction.Entretienexclusif.

Nous sommes à un mois de l’ouverture des Jeux olympiques. Quelles sont vos attentes ?

JesuissûrqueRioetleBrésilvontunefoisdeplusenchanterles

milliersd’étrangersquiviendront,grâceàl’accueildenotre

peupleetlaqualitédecequiaétéconstruitpourlacompétition.

Nosathlètessonttrèsmotivésaussi.Jecroiselesdoigtstousles

jourspourqu’iln’yaitpasd’incident.

Quel genre d’incident ?

Desécurité.JenecroispasàlamenaceterroristeauBrésil.C’est

unpaysfraterneletpacifique.Maisjesuissûrquetoutesles

précautionssontprises.

En deux ans - et grâce à votre gouvernement -, le Brésil aura reçu les deux principales compétitions sportives,

le Mondial de foot en 2014 et les JO. Quel a été votre calcul diplomatique ?

LeBrésildoitagircommeungrandpays,capabled’organiserde telsévénements.Carpourautantqu’onleurtrouvedesdéfauts, cescompétitionssontl’occasiondefairelapublicitédupays, mêmesiellesouvrentaussilesyeuxsurnosproblèmes.Celane doitpasnousfairepeur,ilnefautpasessayerdecachernos pauvres,delesretirerdelaruecommelefontcertains[allusion àlamairiedeRioquiadélogédesfavelas,officiellementpour faireplaceauxtravauxolympiques,ndlr].Legouvernementn’a paseudeparticipationdécisivepourramenerlaCoupedu mondeauBrésil.LaFifaetlaConfédérationbrésiliennede footballsesontentendueslà­dessus.C’étaitautourde l’Amériquelatinedel’organiser[selonlesystèmederotationde laFifa].IlétaitimportantqueleMondialreviennecheznous, quil’avonsremportécinqfoisetnel’avionsplusorganisé

depuis1950.

Pour les JO, en revanche, le gouvernement a fait campagne…

Oui.LeBrésilavaitdéjàperdutroisfois[Brasíliaavaitdéjà

postulépourlesJOde2000etRiopourceuxde2004et2012].

Cettefois,ilfallaitgagner.Chaquefoisqu’ilvoyaitses homologues,CelsoAmorim[ministredesAffairesétrangèresde Lulaetéminencegrisedesapolitiqueétrangère]leurenparlait. J’aimoi­mêmetenuàparlerpersonnellementàdenombreux dirigeantsétrangers,surtoutlatino­américains,asiatiqueset africainspourleurdemanderdevoterRio.LeBrésilvivaitalors

en2009unephaseexceptionnelle,historique.C’étaitunesorte

decoqueluche.Notreéconomieétaitenpleinecroissance,nous

rêvionsd’enfairelasixièmemondiale.Lemondes’estmisà

croireennous.Malgrétout,l’emporterfaceàdesvillescomme

Chicago,MadridetTokyon’apasétéfacile.Certainsdisaient

mêmequeceseraitimpossible.LavictoiredeRioaété

émouvante,inédite.Cefutl’undesjourslesplusimportantsde

mavie.J’aivulascèneàCopacabana,lepeuplequipleuraitde

joie.C’étaitextraordinaire.

Mais n’y avait-il pas d’autres priorités pour un pays encore en développement ?

CelareviendraitàdirequelesJOetleMondialnepeuventêtre

réalisésqu’auxEtats­Unis,enFranceouenAllemagne!Orleur

tenuenepeutpasêtrel’exclusivitédespaysriches,quidevraient

d’ailleursaiderfinancièrementlespayspauvresàrecevoirces

grandsévénements.Ceux­cisontl’occasiondedévelopperun

pays,derecevoirdesinvestissements,demettreenroutede

nouveauxprojets.ConquérirlesJOaétéextraordinairepourle

Brésil,justementparcequ’ilrestebeaucoupàfaire.Nousavons

puenclencherdesinvestissementsquin’auraientpasétéréalisés

autrement.

Quel héritage laisseront les JO ?

IlsvontlaisserunlegsextraordinairepourRio,unlegssportifet

eninfrastructuresdetransports.Ilestimportantqu’unefoisla

compétitionterminée,lesgouvernantsfassentensortequele

patrimoineédifiéprofiteàtoutelapopulation.Legouvernement

fédéralamisbeaucoupd’argentdanslesJO.Ilyadoncune

grandeingratitudedelapartdumairedeRio,EduardoPaes,à

l’égarddelaprésidenteDilmaRousseff,dontildéfendla

destitution.

Le Brésil vit aujourd’hui une profonde crise, économique, sociale, politique et morale. En quoi votre parti, au pouvoir lors des treize dernières années, en endosse-t-il la responsabilité ?

C’estlacrisepartout,leBrésilnepouvaitêtreépargné.Les Etats­Unisn’ontpaseuletauxdecroissanceéconomique escompté.LaChineralentit.L’Europeestencriseàcausedu Brexitetdesréfugiés.Personneneveutrecevoirlespauvres. Pourtant,cesontlespaysrichesquifomententlesguerreset fabriquentlesbombes.Cesmêmespays,quionttoujours

défendulelibre­échange,furentlespremiers,en2009,àmettre

desbarrièresprotectionnistesquandilaétéquestionde

libéraliserlecommercepourluttercontreleseffetsdelacrise

financière.Lacrisedanslemondeestdoncaussidenature

morale,etpasseulementéconomiqueoupolitique.AuBrésil,ily

aunprocessusdeluttecontrelacorruption[l’enquêtedite

«LavaJato»,soit«lavageexpress»,surlesdétournementschez

legéantpétrolierPetrobras,auprofitdespartispolitiques]que

notregouvernementafavorisé.Carc’estnousquiavonsinvesti

leplusdanslaformationdelapolicefédéraleetdansl’instance

decontrôleCGU[Contrôlegénéraldel’Union];nousquiavons

concédélapluslargeautonomieauministèrepublic,au­delà

mêmedecequeprévoitlaConstitution.Maseulecritique,c’est

quelajusticesembleparfoispluspréoccupéedefairelaunedes

journauxqued’enquêtercorrectement.Mêmesilapersonneest

blanchie,infine,parlestribunaux,elleauraétécondamnéepar

l’opinionpublique.

Sur le plan économique, quelles erreurs avez-vous commises ?

AutermedupremiermandatdeDilmaRousseff[réélue

fin2014],lechômageétaitencoretrèsbas[6,5%àl’époque,

contre11,2%finavril].Elleavaitréussiàmaintenirl’emploien

mêmetempsquelespolitiquessociales.Maisilfallaitcontinuer àinvestir.Or,lescaissess’étaientvidées.Dilmareconnaîtquesa politiqued’exonérationsfiscalesauxentreprises,quiaréduitles

rentréesfiscalesdel’Etat,aététroploin.Entre2011et2015,

l’Etatarenoncéàquelque500milliardsdereaisderecettes

(138milliardsd’euros).Et,faitextrêmementgrave,sansrien

exigerenéchangedupatronat.Lesinvestissementsnécessaires

pourcréerdel’emploin’ontpasétéréalisés.Dèslaréélectionde

Dilma,ilyaeuunefortecrisepolitiquequiaparalysé

l’économie.Lespatronsontperduconfiance,lesbanquesne

prêtaientplus.Dilman’apasréussiàfaireapprouverparle

Parlementlesmesuresqu’ellecroyaitnécessaires.Pour

rééquilibrerlescomptes,elleatentéderéduirelesdépenses,

maisleParlementaétéensensinverse,approuvantdeslois

pouraugmentercelles­ci!LeParlementasemblémisersurla

crise,jusqu’àcequesurgissel’idéedugolpe[«putsch»ou

«arnaque»enportugaisduBrésil]

Michel Temer, désormais président par intérim, est-il un putschiste ?

C’estleParlementquiafranchilepremierpasdugolpeen jugeantrecevablelaplaintecontreDilma[elleestaccusée

d’avoiraugmentélesdépensesdel’année2015sansl’avaldu

Congrès,etd’avoirdifférédespaiementsauxbanques

publiquespourmasquerl’ampleurdudéficitbudgétaire].Ilest

alorsclairementapparuqu’ils’agissaitd’unjugementpurement

politiquecarlavictimen’apascommisde«crimede

responsabilité»,nécessairepourdéclencheruneprocédurede

destitution.

Dansunrégimeparlementaire,retirerlaconfianceau

gouvernementseraitacceptable.Maisdanslerégime

présidentielquiestlenôtre,cen’estpaspossible.Cefutensuite

autourduSénatdefranchirlasecondeétapedugolpe,en

acceptantdejugerquelqu’unquin’apascommisdecrimede

responsabilité.Apartirdelà,Dilmaaétésuspenduedans

l’attentedesonjugement.C’estalorsqu’estintervenulegolpede

MichelTemer.Ilestconstitutionnaliste,ilsaitqu’iln’yapas

crimederesponsabilité.Entantqueprésidentparintérim,il

auraitdûréunirlesministresdeDilmaetsecontenterde

coordonnerlespolitiquesquiétaientdéjàenplace.Orilagit

commesilaprocédured’impeachmentétaitdéjàachevée,

limogeantdepuisleministredesFinancesjusqu’augarçonqui

servaitlecafé.C’estcommesivousmeprêtiezvotremaisonpour

lesvacancesetqu’àvotreretour,jel’avaisvendue.Commesi

Dilman’existaitplus.CommesiTemern’avaitjamaisfaitpartie

desongouvernementalorsqu’ilaétésonvice­présidentpendant

cinqans.Ilparticipaitauxréunions,ildiscutaitavecla

Présidente,aveclesministres.Etaujourd’hui,ondirait

quelqu’undel’extérieur,venupourtoutdéfaire.Ils’estmontré

troppressé,ilauraitdûêtreplusprudent.Beaucoupdechoses

peuventencorearriver…

Vous croyez donc au retour de Dilma ?

Sijen’ycroyaispas,jeneferaispasdelapolitique.Laprocédure

permetsonretour[le12mai,leSénatasuspendulaPrésidente

pourunepériodemaximaledesixmois,maisellepeut

reprendresesfonctionssielleestblanchie].Dilmadépendde

seulementsixvoix[pouréchapperàl’impeachment].Iln’estpas

difficiledelestrouver.

Mais si elle revient au pouvoir, ses adversaires la laisseront-ils gouverner ?

Lapolitiqueestl’artdel’impossible.Jecroisenladémocratie, enlacapacitédepersuasion.PourqueleBrésilretrouvesa crédibilitédanslemonde,ilfautrétablirlemandatdecellequia

étééluedémocratiquementpar54millionsdeBrésiliens.

Regrettez-vous de l’avoir désignée à votre succession, comme l’affirme l’ancien président José Sarney sur une écoute téléphonique ?

Sarneym’aappelépourdémentir.Nonseulementj’aidésigné

Dilma,maisjel’aidésignéeànouveaupourqu’ellepuisseêtre

réélueetjeneleregrettepas.C’estunecamaradedegrande

valeur,degrandequalité.J’aicontribuéàlafaireélireetréélire.

J’aiconfianceenelle.Quandongouverne,lesdécisionsqu’on

prendn’atteignentpastoujoursleurobjectif.Dèsledépart,j’ai

ditquesaréussiteseraitlamienneetquesonéchecseraitaussi

lemien.

Et comme elle a échoué, vous avez donc échoué aussi…

Onnepeutpasdirequ’elleaéchoué,carellen’apasputerminer sonmandat.Ilmanquaitencoretroisans,elleauraitpufaire beaucoupdechoses.Depuismestempsdesyndicaliste,jedis

quejeveuxêtrejugéaudernierjourdemonmandat.En2006,à

lafindemonpremiermandat,certainsdisaientquejeneserais

pasréélu.Or,j’aieu62%desvoix.Monsecondmandataété

infinimentmeilleurquelepremier.Jel’aiachevéavec87%

d’opinionsfavorableset3%seulementd’opinionsdéfavorables,

dujamais­vudansl’histoiredupays.Mêmemesadversairesle

reconnaissent.

Autermedesonpremiermandat,Dilmaaétéjugéeparles

électeursquil’ontréélue,malgrélesattaquesdelapresseetdes

élitespolitiquesetéconomiques.Elleétaitentraind’essayerde

relancerl’économie.Silesmesuresd’austéritéenvisagéesétaient

bonnesoupas,c’estuneautrepairedemanches.Elleaessayé.

Maislespartisquisontaugouvernementaujourd’huisesont

comportésdemanièreirresponsable,ilsnel’ontpaslaissée

gouverner.Ilsonttiréprofitdelamauvaisesituationpolitiqueet

delarécessionéconomique,ilsl’ontrenverséeparcequ’ilsont

eupeurdesonsuccès.Elleauraitpuréussir,elleauraitpufaire

élirequelqu’unàsapropresuccession.

Serez-vous candidat en 2018 ?

Onverra.J’ai70ans.L’âgeestimplacable.Jedoisvoirdansquel

étatjeserai.D’icilà,j’espèrequedesjeunesespoirsdela

politiqueémergeront.J’aidéjàétéprésident.Maiss’ilexisteun

risquederemiseencausedenospolitiquessociales,jeme

représenterai.

Et ce risque existe ?

Oui.LeBrésildoitcomprendrequelespauvressontlasolutionà

nosproblèmeséconomiques.Sivousdonnez100dollarsàun

pauvre,ilnevapaslesdéposeràlabanque,ilnevapasinvestir

danslesbonsduTrésor.Ilvacourirausupermarchéacheterde

quoimanger.C’estcequenousavonsfaitavecla«Bolsa

família»,lecréditàl’agriculturefamilialeetleprogramme

micro­entrepreneurindividuel[pourpermettreauxtravailleurs

autonomesderégulariserleuractivité].Quandonmetunpeu

d’argententrelesmainsduplusgrandnombre,onrelancele

commerce,quirelancel’industrie,quirelanceledéveloppement.

Pasbesoind’êtreéconomistepoursavoirceschoses.D’ailleurs,

c’estcequeleséconomistessaventlemoins.Ilspréfèrent

s’intéresseràcequepensentleFMIoulaBanquemondiale.La

crisenevaserésorberquelorsqu’oncomprendraqu’une

microéconomieforteestàlabased’unemacroéconomieen

bonnesanté.Maissioncoupedanslesdépensespubliques,

notammentsociales,sionréduitlessalaires,lepayss’affaiblit.

Lesgensquiavaientgravideuxmarchesreviendrontàlacase

départ.Jenecroispasàcemodèleéconomique.

C’est celui de Temer, l’actuel président en intérim ?

Ilestàl’œuvrepartoutdanslemonde.

Pourquoi la gauche ne parvient-elle pas à mobiliser suffisamment pour résister à ce qu’elle taxe de «putsch» ?

Leproblèmen’estpasdemobiliser.Verslafindeladictature,

en1983,onamisunmilliondepersonnesdanslaruepour

réclamerleretourausuffrageuniversel,etonaperdu.Iln’ya

pasdemiracle.Ilmanquesixvoixpouréchapperà

l’impeachment.Ilfautparleràcessénateurs,voiràquelles

conditionsilsvoteraientpourleretourdeDilma.Elleseulepeut

leurparler.Elledoitlesregarderdanslesyeuxetleurdirece

qu’elleentendfairesiellerevientaupouvoir.

Les principaux partis, dont votre formation, le Parti des travailleurs, sont impliqués dans l’affaire des détournements d’argent à Petrobras, destinés à financer les campagnes électorales. Pourquoi votre parti, censé faire de la politique autrement, a-t-il fini par adhérer aux méthodes de la droite ?

Laissez­moivousdireunechosesurLavaJato.La«délation récompensée»,quipermetuneremisedepeineenéchange d’unecollaborationaveclajustice,aétéintroduitepourqueles accusésavouentleursdélits.Ortoutlemondeprétend maintenantavoirfinancédescampagnesélectoralesavecdes pots­de­vin[pourbénéficierd’uneréductiondepeine].Acroire qu’iln’yapasd’argentpropredanslescampagnes.Orles entreprisesquifinancentlescampagnesn’ontcertainementpas prévenulespartisqu’ellesleurdonnaientdespots­de­vin.Aucun patronn’estallévoiruntrésorierdepartipourluidire:«Cet argentestpropre,jeneteledonnepas,maiscespots­de­vin,je teleslaisse.»Nousallonsassisterenoctobre,àl’occasiondes municipales,àlapremièreélectionsanslesdonsdesentreprises, quinepeuventpluscontribueraufinancementélectoral.C’est unemesureimposéerécemmentparlaCoursuprêmeet défenduedepuislongtempsparlePT.Lepartivarevenirà l’expériencedesesdébuts:ilvadevoirvendredestee­shirts,des drapeauxetdespetitesétoiles[sonsymbole],commeillefaisait

danslesannées80.

Les caisses du PT sont pourtant bien remplies, dit-on, grâce au réseau Petrobras…

Silescaissessontpleines,ilserafacilepourlefiscdelesavoir.

Pourleverdesfonds,lespartisfonttouspareil.Ilsnevontpas

voirleschômeurs,ilsnevontpasdanslesfavelas.Ilsdemandent

del’argentàceuxquienont,c’est­à­direleschefsd’entreprise.

C’estpourquoilePTdéfendlefinancementpublicdes

campagnes.Uneréformepolitiqueprofondes’impose.

Pourquoi ne pas avoir mis votre prestige au service de cette réforme quand vous étiez au pouvoir ?

Entreizeans,nousavonslancéplusieursprojetsderéforme[au Parlement].Maislaclassepolitique,quicraintpoursasurvie,ne veutpaschangerlesrèglesdujeu.C’estpourquoij’aidit,

en2004ou2005,qu’ilfallaituneassembléeconstituantepour

menerexclusivementcetteréforme.Personnen’enavoulu.Jele

martèledansmesdébatsaveclesjeunesBrésiliens:laseule

façondechangerlapolitique,c’estencored’entrerenpolitique.

Riennesertdeseplaindredel’extérieur.

Le 4 mars, vous avez été interpellé pour vous expliquer sur de supposés avantages indus que vous auriez reçus des entreprises impliquées dans l’affaire Petrobras. La justice est-elle indépendante ou agit-elle au service d’intérêts politiques ?

Entantquecitoyenetdémocrate,jecroisenlajustice.Maison

assisteàunedérivedanslecomportementdecertainsmembres

dupouvoirjudiciairequisontdeconnivenceavecunepartiede

lapresse.Ilssemblentcroirequesiuneaccusationestmarteléeà

latélé,condamnerquelqu’undevientfacile.Lesfuitessont

sélectives,lesinterpellationsressemblentàunspectaclede

pyrotechnie.Onn’estplusenquêtedevérité,depreuves,mais

d’unemanchettedejournal.Seloncettelogique,lajustice,la

chaîneGlobooul’entrepriseOAS[unprestatairedePetrobras

quiluiauraitoffertuntriplexdontildémentêtrele

propriétaire]vontdevoirm’offrircetappartementpuisqu’ils

affirmentqu’ilm’appartient!

Pourriez-vous être arrêté ?

Jen’ensaisrien.

Quel est l’avenir du PT, qui traverse la pire crise de son histoire ?

LasituationduPTestvraimenttrèsmauvaise.Maisvous remarquerezqu’aucunautrepartineprofitedesachute.Quand

nousétionsauzénith,en2010­2011,32%del’électoratdéclarait

unepréférencepourlePT.Aujourd’hui,lepartiestretombéà12

%,commeen2002.MaislePartidumouvementdémocratique

brésilien[lePMDBduprésidentparintérim,MichelTemer]et lePartidelasocial­démocratiebrésilienne[del’ancienprésident

FernandoHenriqueCardoso],eux,stationnentdepuisà5%ou

6%.JecroisàlacapacitéderebondduPT.Lahaineetles

comportementsfascistesdesconservateurscontrelepartivont

luipermettredeserelancer.

Peut-être, le PT doit-il aussi faire quelque chose…

Lepartivadevoirs’expliquertouslesjours,débattre,allerdans

larue.Ilnedoitpassecacher.

Pendant votre présidence, le Brésil affichait des ambitions géopolitiques et s’est montré très actif sur la scène internationale. Aujourd’hui, le ministre des Affaires étrangères par intérim, José Serra, affirme qu’obtenir un siège permanent au Conseil de sécurité de l’ONU, une ambition ancienne du Brésil que vous aviez défendue, n’est pas une priorité…

Pourmoi,l’ordregéopolitiqued’après­guerrenepeutplus

perdurer,lesinstitutionsdeBrettonWoods,leFMI,laBanque

mondialesontdépassés.Iln’yapasd’explicationgéopolitique

pourquel’Amériquelatine,l’Afrique,l’Inde,maisaussileJapon

etl’AllemagnenesiègentpasauConseildesécurité.Sicelui­ci

étaitplusreprésentatif,onn’auraitpaseulaguerreenIrakouen

Libye,onauraitdéjàcrééunEtatpalestinien.LaFrance,la

Russieetl’Angleterresesontdéclaréesfavorablesàl’octroid’un

siègepermanentpourleBrésil.MaislesEtats­UnisetlaChine

étaientcontre.LeConseildesécuritéestunclubd’amisquine

veutinviterpersonneàlafête.Sionl’acceptetelqu’ilest,avec

seulementcinqmembrespermanents,sionacceptedefairece

queveulentlesEtats­Unis,d’obéir…Celamefaitdelapeinede

voirleBrésilreveniraujourd’huiàsoncomplexed’infériorité,se

demandercequepensentl’Europe,lesEtats­Unis,laChine.Je

veuxsavoircequ’ilspensent,maisjeveuxaussiqu’ilssachentce

quejepense.Jeveuxêtretraitéd’égalàégal.LeBrésildoitavoir

sonmotàdiresurlesaffairesdumonde.Ilaunpotentielqui

mérited’êtrerespectéparlespaysriches.

La diplomatie a été un point fort de votre présidence. Qu’en retenez-vous ?

JesuisfierqueleBrésilaitjouéalorsunrôleaussiimportant.

OnacréélesBrics[forumréunissantBrésil,Russie,Inde,Chine

etAfriqueduSud],laBanquedesBrics[banquede

développementalternative],l’Ibas[ForumdedialogueInde,

Brésil,AfriqueduSud],l’Unasur[Uniondesnationssud­

américaines],laCelac[CommunautédesEtatslatino­

américainsetcaribéens].Onacongédiél’Alca[lazonedelibre­

échangedesAmériques],discutéavecleMoyen­Orientet

rapprochél’Afriqueetl’AmériqueduSud…

Mais les négociations pour un accord de libre-échange entre le Mercosur (union douanière du Cône sud) et l’UE

n’ont pas avancé… Pourquoi ?

Parcequeleseulbutdel’Europeétaitd’écoulersesproduits industrialisés.Nousn’allionsjamaisnousindustrialisernous­ mêmes.Nousallionsresterd’éternelsexportateursdematières premières.Ilsnousvendraientdesvoituresetnous,seulement dusoja.Or,onveutexporteraussidelatechnologie,des

connaissances…AuG8etauG20,lespaysrichesd’Europe

envisageaientdéjàunmécanismepourcontrôlerleprixdes denréesdebase,laseulechosequevendentlespaysen

développement!Siaulieudedépenser3000milliardspour

sauverlesystèmefinancier,lespaysrichesavaientinvesticet

argentpouraiderlespayspauvresàsedoterd’unparc

industriel,lacriseauraitétérésolue.

Et les négociations sur le changement climatique ?

Là­dessus,leBrésilauneautoritémoraleetpolitique.Nous avonsletauxleplusélevéaumonded’énergiepropre

(l’hydroélectricitéreprésente80%duparcélectrique),12%des

réservesd’eaudoucedelaplanèteetlaplusgranderéserve

forestièretropicaleaumonde.Lespaysriches,eux,ontdétruit

leursforêtsetveulentcontinueràpolluer.Alorsilsparlentd’un

fondspourquelespayspauvresnecoupentpluslesarbres.Nous

voulonsunepolitiquedepréservationsérieuse,maisjuste,qui

prenneencomptelefaitquelespaysdéveloppés,quipolluent

depuispluslongtemps,ontunedetteplusgrandeenvers

l’humanité.Orlespaysindustrialisésneveulentpasdecedébat.

Poureux,toutserésoutaveclacréationd’unfonds.Quandil

entendlemot«fonds»,lepayspauvrepenseaupeud’argent

qu’ilpeutrécupérer,ettoutlemondecroitqu’untelmécanisme

varésoudreleproblème.Maisçanevapasrésoudrele

problème.

Quel est le défi actuel de la planète ?

Depermettreauxcontinentsquinesesontpasencore développésd’yparvenirenceXXI siècle.Jerêved’avancées technologiquesquipermettraientdeproduiredavantage d’alimentsenexploitantmoinsdeterres,qu’onsoitcapable d’émettremoinsdegazàeffetdeserre,dediminuerlapollution del’eauetdesocéans,maissansempêcherlacroissancedes payspauvres.Danslesdiscussions,lespaysrichescroient parfoisquenoussommesradicaux.Orils’agitjustedepermettre quetousviventdignement.

e

En quoi votre parcours hors du commun a-t-il contribué au succès du Brésil sur la scène internationale ?

Jedoiscesuccèsàbeaucoupdegens.AChiracetSarkozy,à BlairetBrown,àBushetObama,àPoutineetMedvedev,àHu JintaoouSingh,àtousleschefsd’Etatafricainsetlatino­ américains.GordonBrownparlaitenbiendemoiàtoutle monde,ildisaitauFMIetàlaBanquemondialedemefaire confiance,unpeucommes’ilétaitundemesministres!Ilaété legarantdemongouvernement.Jel’aimebeaucoup.Etjesuis trèsreconnaissantàJacquesChiracetNicolasSarkozyquim’ont traitéd’égalàégal.J’aiétélepremierprésidentduBrésilinvitéà

touteslesréunionsduG8.

Pourquoi, à votre avis ?

Parcequejereprésentaisquelquechosedenouveauenpolitique

internationale:j’étaisleseulouvrierarrivéàlatêted’ungrand

pays.Toutlemondedoutaitdemacapacitéàgouverner

Enpoursuivantvotrenavigationsurcesite,vousacceptezl'utilisationdecookiespourvousproposerdesservicesetoffres

(sourire).Celam’apermisdebénéficierd’unegrandesolidarité

adaptésàvoscentresd'intérêt.Ensavoirplus (/cgvu/#donnees­personnelles)

delapartdesdirigeantsdelaplanète.D’autantquej’aivitefait

d’expliqueràBushquemonennemiàmoi,cen’étaitpas

SaddamHussein,maislafaimdansmonpays,etquec’estcet

ennemi­làquejevoulaisvaincre.Aprèsça,beaucoupde

dirigeantsontvoulum’aider.Personnen’aimelesgensquinese

respectentpaseux­mêmes,leslèche­bottes.

dirigeantsontvoulum’aider.Personnen’aimelesgensquinese respectentpaseux­mêmes,leslèche­bottes.

Un souvenir précis ?

MonpremierG8,àEvian,en2003.C’étaitinédit,unmétallo

invitéauG8…J’étaisprésidentdepuisseulementsixmois.A

Evian,l’hôtelétaitprotégéparlapoliceetcerclédebarbelés.Je

mesuisdit:«Cesgens,cesdirigeantsduG8,nedoiventpas

êtredesenfantsdechœur,sinon,ilsn’auraientpaseutellement

peur,ilneleurauraitpasfalluautantdemilitairesetde

barbeléspourseréunir.»Maispassons.J’aiétédetableentable

poursaluertoutlemonde.Puisonestalléss’asseoir,Celso

Amorim,monministredesAffairesétrangères,KofiAnnan,

alorspatrondel’ONU,etmoi­même.Toutd’uncoup,ilyaeuun

sursautettoutlemondes’estlevé.J’aicruqueDieuarrivait…

Maisc’étaitBush.J’aiditàCelsoAmorim:«Personnenes’est

levéquandjesuisarrivé.Alors,nous,onneselèverapasnon

plus.Bushviendranoussaluerquandmême.»Etques’est­il

passé?Bushestvenunoussaluer.

Enpoursuivantvotrenavigationsurcesite,vousacceptezl'utilisationdecookiespourvousproposerdesservicesetoffres adaptésàvoscentresd'intérêt.Ensavoirplus (/cgvu/#donnees­personnelles)

adaptésàvoscentresd'intérêt. Ensavoirplus (/cgvu/#donnees­personnelles)