Vous êtes sur la page 1sur 4

13 J u i n 2004

Fédération des Centres de Gestion Agréés • Banque Populaire 1er trimestre 2004
ETUDE RÉALISÉE AUPRÈS DES PETITES ENTREPRISES ADHÉRENTES DES CENTRES DE GESTION AGRÉÉS, MEMBRES DE LA FCGA

Bon démarrage pour les TPE Ni optimistes, ni pessimistes !


Sur l’ensemble du premier trimestre 2004, Pour les six prochains mois, plus de la moitié des entrepreneurs
les dépenses de consommation interrogés expriment une réelle indécision. Ils se disent ni
en produits manufacturés optimistes, ni pessimistes. Cette situation n’influence toutefois pas
augmentent de 2 %* (après
+ 0.7 %* au quatrième
trimestre 2003).
2,7%
1er trimestre 2004 / 1er trimestre 2003
les intentions d’investissement : elles sont même supérieures à
celles de notre dernier baromètre. Sur la question du recrutement,
il faut noter que la part d’entrepreneurs ayant des intentions de
Rappelons qu'elles n’ont licenciement est légèrement plus importante que celle des
cessé de diminuer de
1,4 %
entrepreneurs ayant des intentions d’embauche.
mois en mois, passant
de 3.3 %* en janvier
1,4%
avril 2003 - mars 2004 / avril 2002 - mars 2003 Pour les six prochains mois :
à - 1.4 %* en mars. Cette
tendance n’aura pas
d’incidence particulière 14,33% DE CHEFS D’ENTREPRISE OPTIMISTES
s
re

i
sur les TPE : alors que l’indice af
fa
d'
de la TPE pour l’année 2003
s’élevait péniblement à 0.2 %, ces dernières É v o l u t i o n
des ch
iffr
e s
60,06% DE CHEFS D’ENTREPRISE INDÉCIS
gardent la tête hors de l'eau avec une croissance de 2.7 % au premier
trimestre 2004.
 27,06% D’INTENTION D’INVESTISSEMENT
(* Source : Insee) ➝ P.2
 15,10 % D’INTENTION DE RECRUTEMENT

Les métiers de la santé au top !


Après une année 2003 déjà trés porteuse, avec 5.6 % de croissance, le secteur de la santé
démarre l’année 2004 sous de bons auspices. En effet, fort d’une évolution de + 6.3 % au
premier trimestre (par rapport à la même période en 2003), il figure en tête des secteurs
étudiés. L’optique-lunetterie, première profession du secteur avec une croissance de 6.4 %,
confirme la place de "locomotive" qu’elle occupe depuis le trimestre dernier (+ 7.7 %).
Vient ensuite la pharmacie avec 6.3 % (contre 7.1 % au trimestre précédent). A noter là encore,
un léger ralentissement de l'activité. Enfin, les prothésistes dentaires, avec 5.7 %
d’augmentation de chiffre d’affaires, progressent par rapport au quatrième trimestre 2003
(+ 3.5 %).


Taux d’accroissement du chiffre d’affaires
Les services et

En
er er
(1 trimestre 2004 / 1 trimestre 2003)

ple
l'esthétique décollent !

ine

En

En
for
for

rec
me
me

ul
Automobile - moto dont : Le bilan de ce premier trimestre 2004 est plutôt
Carrosserie automobile 9,6% 
5,2% Auto, vente et réparation 2,0% 
positif. En effet, 8 secteurs sur les 11 étudiés
indiquent une progression de leur chiffre
Café - Hôtellerie - Restauration dont : d’affaires, comparativement au premier
Hôtel - Restaurant 1,3% 
2,1% Restauration 2,5% 
trimestre 2003. L’automobile, qui affichait une
tendance négative sur l’ensemble de l’année
Café 2,2%  2003, repart sur les chapeaux de roue en ce
Bâtiment dont : début d’année 2004 avec 5.2 % de croissance.
Couverture 5,2% 
4,3% Maçonnerie 6,7% 
Après un bilan proche de zéro en 2003, le secteur
cafés, hôtels, restaurants (CHR) démarre
Electricité 5,4%  l’année avec 2.1 % de hausse. Belle performance
Plomberie-Chauffage-Sanitaire 3,4%  également pour la restauration qui passe de
Plâtrerie-Staff-Décoration 2,7%  - 0.6 % au trimestre dernier à 2.5 % ce trimestre-
Menuiserie 1,8%  ci. De son côté, le bâtiment poursuit sur sa
Carrelage, faïence -9,8%  lancée : il atteint 4.3 % d’augmentation de
Peinture bâtiment 0,1%  chiffre d’affaires. La beauté-esthétique reprend
Terrassements-Travaux publics 27,9%  des couleurs après une année 2003 morose et
Beauté - Esthétique dont : enregistre une hausse de 2.2 % sur le premier
Parfumerie 2,3%  trimestre. L’esthétique réalise une progression
2,2% Coiffure 2,0%  spectaculaire de 6.7 % de son chiffre d’affaires.
Esthétique 6,7%  Le commerce de détail alimentaire reste
Commerce de détail alimentaire dont : sensiblement au même niveau sur l’ensemble du
Charcuterie -0,3%  secteur. Certains métiers de bouche connaissent
0,6% Boulangerie - Pâtisserie 2,8%  un certain frémissement : poissonnerie-
Pâtisserie 2,9%  primeurs (5.4 % contre - 1.6 %), boulangerie-
Alimentation générale -0,6%  pâtisserie (2.8 % contre 1.2 %) et charcuterie
Fruits et Légumes -4,8%  (- 0.3 % contre - 2.5 %). Enfin, les services
Boucherie - Charcuterie -0,4%  enregistrent la meilleure progression, tous
Poissonnerie - Primeurs 5,4%  secteurs confondus avec 9 % d’augmentation.
Crèmerie -1,0% 
Culture & loisirs dont :
Librairie, papeterie, presse 2,1% 
0,3% Articles de sport, pêche et chasse -1,8% 
Tabac, journaux, jeux 1,2% 
Studio photographique -4,8% 
Equipement de la maison dont :
-0,9% Electroménager - TV - HIFI -0,7%  L'équipement de la
Magasins de bricolage 2,4% 
Meuble 0,4%  personne s'essouffle
Fleuriste -2,1% 
Vaisselle, verrerie, faïence, -1,3%  Trois secteurs sur huit enregistrent une baisse
Equipement de la personne dont : d’activité par rapport au premier trimestre 2004.
Mercerie - Lingerie - Laine 2,3%  L’équipement de la personne est particulièrement
-2,4% Vêtements enfants -0,3%  atteint avec une diminution de 2.4 % de son chiffre
Prêt-à-porter -3,6%  d’affaires. Pourtant, les magasins de chaussures
Chaussures 5,3%  n’avaient pas réalisé d’aussi bons résultats au cours
Horlogerie - Bijouterie 2,9%  de toute l’année 2003. Le prêt-à-porter ne remonte
Santé dont : pas la pente et stagne autour de - 3 %. Le secteur de
Pharmacie 6,3%  la mercerie-lingerie-laine tire son épingle du jeu
6,3% Optique - Lunetterie 6,4%  avec 2.3 % de hausse. Enfin, le secteur des
Prothésiste dentaire 5,7%  transports réduit de moitié l’augmentation de son
Services dont : chiffre d’affaires (6.4 % au premier trimestre 2003
Laverie pressing -1,1%  contre 3.5 % ce trimestre-ci) avec d'un côté une
9,0% Entreprise de nettoyage 5,3%  belle progression des taxis-ambulances (+ 11.6 %)
Transports dont : et d'un autre côté une chute des marchandises
Taxis - Ambulances 11,6%  de 6.4 % en 2003 à 0.9 % en 2004.
3,5% Transport de marchandises 0,9% 

2
En septembre 2003, 27.38 % des entrepreneurs interrogés ne
Artisans du bâtiment : toujours les comptaient aucun salarié. 58.29 % employaient entre 1 et 5
personnes. En mars 2004, la part des entreprises sans salariés a
plus confiants augmenté (28.66 %). Celles des entreprises comptant de 1 à 5 salariés
2ème trimestre 2003 3ème trimestre 2003 4ème trimestre 2003 1er trimestre 2004 a diminué (56.56 %). Le secteur qui recrute le plus est celui du
( en % ) bâtiment, avec près de 30 % d’intentions de recrutement. Il est suivi
80
68,9 69,1 du secteur CHR (cafés, hôtels, restaurants) avec un peu plus de 20 %
68,4
60,0 d’intentions d’embauche et du secteur du commerce de détail
60
alimentaire avec un peu moins de 20 %.
40
Dans le secteur de la santé, prés d’un entrepreneur sur trois envisage
25,9 27,0 de licencier entre 1 et 5 employés dans les six prochains mois alors
24,8 24,1
20 qu'un dirigeant sur dix prévoit d'embaucher.
14,3
5,7 6,3 3,9
1,4
0
Optimistes Indécis Pessimistes NSP
Plus d’ 1 entrepreneur sur 4 envisage
Le moral des TPE d'investir
Le moral oscille entre optimisme et pessimisme. Les pessimistes sont
moins nombreux ce semestre (24.1 %) qu’ils ne l’étaient au quatrième Ce semestre, les intentions d’investissement sont en progrès par
trimestre 2003 (27 %). Seulement 14.3 % des entrepreneurs ont rapport aux résultats du premier trimestre 2004. 27.06 % des entrepre-
confiance en l’avenir. Cette fois, c'est la part importante des "indécis" neurs interrogés, soit plus d’un sur quatre, envisagent d'investir dans
qui caractérise l’indicateur de moral des TPE. En effet, près de les prochains mois. Le secteur du bâtiment se distingue une fois de
6 entrepreneurs sur 10 ne se rangent ni parmi les optimistes, ni parmi plus très nettement avec 23.75 % d’intentions d’investissement.
les pessimistes. Une tendance qui avait déjà été observée lors du
Avec 15.91 %, le secteur CHR (cafés, hôtels, restaurants) se place en
premier trimestre 2004 et qui se confirme donc une nouvelle fois.
Au palmarès des secteurs les plus "optimistes", les entrepreneurs du deuxième position des secteurs qui prévoient un investissement dans
bâtiment occupent toujours la première marche du podium avec 23.91 %. les six prochains mois. La troisième place est occupée par celui de la
En deuxième et troisième position, se trouvent les secteurs du beauté-esthétique (10.93 %), au coude à coude avec le secteur
commerce de détail alimentaire et des cafés, hôtels, restaurants (CHR). commerce de détail alimentaire. Les projets d’investissement se
concentrent essentiellement sur les postes suivants :
Ndlr : pour la première fois le questionnaire administré auprès des
chefs d‘entreprise proposait une rubrique “indécis” afin de mieux - Travaux d'aménagement et rénovation (47.50 %)
apprécier l’état d’esprit de la majorité des répondants : “ne sait pas”. - Matériel, mobilier et informatique (42.75 %).
La construction ne motive qu’un entrepreneur sur dix alors que d’autres
types d’investissements comme l’achat de locaux, de comptoirs ou de
véhicules concernent un peu moins d’un entrepreneur sur cinq.

Automobile 3,8 %

Léger frémissement des intentions Café Hôtel


Restaurant
15,9 %

d'embauche Bâtiment 23,7 %


Beauté 10,9 %
Esthétique

Le moral des dirigeants semble agir sur les intentions de recrutement. Culture et
Loisirs
2,6 %
66.52 % des entrepreneurs déclarent ne pas avoir de projet d'embauche Commerce de
détail alimentaire 10,2 %
ou de licenciement au cours des six prochains mois. Une proportion Equipement de 5,9 %
la maison
sensiblement équivalente à celle des entrepreneurs au "moral indécis ". Equipement 4,2 %
de la personne
15.10 % souhaitent embaucher, soit une progression par rapport au
Santé 12,1 %
premier trimestre 2004 (13.9 %). Parmi les futures embauches, il y aurait
Services 4,2 %
10.54 % de CDI, 3.21 % de CDD, 0.70 % d’intérimaires, 3.34 % d’apprentis
Transports 5,9 %
et 2.43 % d’emplois saisonniers. 9.70 % des patrons évoquent des
Divers 0,2 %
difficultés liées au recrutement, alors que 19.99 % semblent ne pas
rencontrer de problème particulier de ce côté-là. Investissement par secteur

3
Entretien avec Guy Laporte, Président du Conseil du Commerce de France.
Créé en 1945, le CdCF, a toujours eu pour maître mot pluralisme et convivialité. Il représente plus de
650 000 entreprises de commerce aux activités, structures et tailles les plus diverses.
Point sur son association et les dossiers en cours...

L’Observatoire de la G.L. : Le CdCF est une confédération de plus de ad hoc qui en discute, la réforme de la forma-
Petite Entreprise 120 fédérations du commerce dont il assure, au tion professionnelle où nous faisons valoir les
(OPE) : Quels sont plus haut niveau, la représentation et la spécificités du commerce, l’implication du
les liens entre la défense. Il est particulièrement concerné par CdCF dans les élections dans les Chambres de
FCGA et le Conseil les grands dossiers transversaux du commerce : Commerce et d’Industrie, la réforme des ven-
du Commerce de France ? réglementation nationale et européenne, tes en liquidation et bien d’autres dossiers sur
Guy Laporte : La FCGA est une association image et promotion, formation…Parmi les lesquels nous sommes en veille permanente…
membre du CdCF depuis de nombreuses 120 fédérations membres, de nombreuses et que nous fournit l’actualité gouvernemen-
années. Le représentant permanent de la fédérations regroupent des commerçants tale et parlementaire…
FCGA au CdCF, Monsieur Pierre Morançais, indépendants ou associés qui sont des PME OPE : Etes-vous impliqué dans les discus-
vice-président de la Fédération, assiste régu- voire des TPE. Ils sont majoritaires en points de sions sur les moyens de paiement ?
lièrement à nos commissions et participe vente et représentent environ 50 % du chiffre G.L. : Les relations banques/commerce
à nos Assemblées mensuelles. Nous nous en d’affaires de l’ensemble du commerce. deviennent un dossier clé de notre organisa-
réjouissons et nous souhaitons renforcer la OPE : Sur quels dossiers avez vous particu- tion qui souhaite s’impliquer effectivement à
collaboration avec la FCGA compte tenu des lièrement travaillé cette année ? la fois dans l’émergence et la conception des
spécificités de la Fédération qui représente G.L. : Nos dossiers clés ont été : la réforme nouveaux moyens de paiement, type porte-
un réseau de 400 000 TPE. envisagée des baux commerciaux, la remise en monnaie électronique, et également dans la
OPE : Quelle est la vocation du Conseil du cause, contre laquelle nous luttons, des fon- sécurisation et l’internationalisation des
Commerce de France et quelle place damentaux de la propriété commerciale, la moyens existants, cartes bancaires ou chèques,
accordez-vous à la petite entreprise réforme de la taxe professionnelle où nous ou enfin dans ce qui intéresse tous les com-
dans votre association ? sommes partie prenante dans la Commission merçants, leur coût d’accès et de traitement.

Méthodologie Partenariat

>
Tous les mois, près de 70 et des services. L’évolution
Centres de Gestion des activités est pondérée
La Fédération des Centres de Gestion Agréés (FCGA), créée en 1978, regroupe 114 Centres de Gestion
Agréés (CGA), répartis par le nombre
Agréés (CGA) répartis sur tout le territoire national. Au total, 400 000 petites entreprises sont
sur l’ensemble du d’entreprises recensées
adhérentes à l’un de ces Centres.
territoire national, par l’Insee dans chaque
Le Groupe Banque Populaire, fondé il y a plus d’un siècle par et pour des entrepreneurs, est la
transmettent les chiffres secteur considéré.
banque de référence de la petite entreprise, avec un artisan sur trois, un commerçant sur quatre
d’affaires, rendus Un questionnaire est aujourd’hui clients des Banques Populaires et 570 000 clients professionnels.
anonymes, de leurs parallèlement adressé La FCGA et le Groupe Banque Populaire s’associent pour publier chaque trimestre l’évolution des
adhérents à la chaque semestre à plus chiffres d’affaires des principaux métiers de l’artisanat, du commerce et des services.
Fédération. Les indices de 1 000 petites Les chiffres publiés proviennent de l’exploitation, par la FCGA, de données communiquées
d’activité sont calculés entreprises volontairement par les adhérents des CGA répartis sur l’ensemble du territoire. L’Observatoire
chaque trimestre, à représentatives, de la Petite Entreprise FCGA-Banque Populaire est réalisé avec la participation de la Direction
partir des chiffres permettant d’établir le des Entreprises commerciales, artisanales et de services (DECAS).
d’affaires d’un Baromètre du moral des
échantillon constant dirigeants et de leurs
de 20 000 petites intentions
Pour toute demande d'information sur les indicateurs,contactez à la FCGA : Elise VOILQUIN
entreprises de d’investissement et de tél. : 01.42.67.80.62 - E-mail : evoilquin@fcga.fr
l’artisanat, du commerce recrutement.

Co-éditeurs : FCGA - 2, rue Meissonier 75017 PARIS - www.fcga.fr et Banque Fédérale des Banques Populaires - Le Ponant de Paris - 5, rue Leblanc 75015 PARIS - www.banquepopulaire.fr
• Directeur de la publication : Georges RYVOL • Directeur de rédaction : Claude FORGET • Rédaction : Élise VOILQUIN et Sandra MONGRAND • Conception : OCREA communication • Infographie : VE design
• Crédit photos : Photothèque FCGA / DR • Tirage 30 325 exemplaires • Périodicité trimestrielle • Cible : acteurs économiques, organisations professionnelles et consulaires, collectivités territoriales,
presse professionnelle, économique et financière, nationale et régionale • N° ISSN : 1632.1014