Vous êtes sur la page 1sur 16

1

La transformée en Z inverse

La question posée............................................................................................... 2
Exercice 1............................................................................................................ 3
Recherche d'originaux par décomposition en éléments simples, cas concrets... 4
Situation no 1....................................................................................................... 5
Situation 1 Exemple 1.......................................................................................... 6
1) Transformation de l’égalité à l’aide de la transformée en Z............................. 7
2) X (z) est isolé.................................................................................................. 8
3) La décomposition en éléments simples........................................................... 9
4) Recherche de l’original.................................................................................. 10
5) Conclusion..................................................................................................... 12
Situation 1 Exemple 2........................................................................................ 13
Exercices d'application...................................................................................... 16
2

La question posée

Comme pour la Transformation de Laplace on se pose la question suivante:

X : z → X( z )
1 est une fonction de la variable complexe z; existe-il un signal causal discret
x : n → x(n )
1tel que la fonction X soit sa Transformée en Z?
Si un tel signal x existe il sera appelé original de X. Cet original est unique.

Utilisation
On sera amené à trouver l’original d’une fonction X : z → X( z ) lorsque l’on
voudra exprimer un signal causal discret qui vérifie une équation.
Exemple
On veut trouver le signal causal discret (ou tout simplement la suite numérique
définie pour tout entier positif) s qui vérifie
s(n + 2) + as(n + 1) + bs(n) = u(n) .
u(n ) est une suite donnée.

On oeuvrera comme pour la résolution des équations différentielles par la


Transformation de Laplace : on transformera l’équation à l’aide de la
Transformée en Z, on isolera la Transformée en Z du signal inconnu et on
trouvera son original qui sera la solution.
Pour trouver un original on utilise le tableau de la Transformée en Z qui se
trouve dans le Formulaire de Mathématiques dont on ne se sépare jamais.
3

Exercice 1

Exercice 1
Trouver les originaux des fonctions suivantes
Z:z →1
1 z
Z:z → pour k entier positif. Z : z →
zk z −1
z bz
Z:z → b est un réel non nul. Z : z →
z−b ( z − b) 2
1 z 1 1
Z:z → × = k est un entier supérieur à 1. Z : z →
z k z − 1 z k − 1 ( z − 1) z−1
Réponses
Original Fonction
Suite de Dirac. Z:z →1
d : n → d(n ). d(n ) = 0 si n ≠ 0 d(0) = 1
Suite de Dirac retarde de k. 1
d : n → d( n ) Z:z → pour k entier positif.
z k
d(n ) = 0 si n ≠ k d(k) = 1
Echelon unité discret causale. z
Z:z →
0 si n < 0 z −1
e : n → e(n ) = 
1 si n ≥ 0
0 si n < 0 z
x : n → b n × e(n ) =  Z:z → b est un réel non nul.
z−b
b n si n ≥ 0
0 si n ≤ 0 bz
x : n → b n × r (n ) =  Z:z →
b n × n si n > 0 ( z − b) 2
Echelon unité retardé de k 1
Z:z → k est un entier supérieur à 1
0 si n < k z k − 1 ( z − 1)
e : n → e(n − k ) = 
1 si n ≥ k
Echelon unité retardé de 1. 1
Z:z →
0 si n < 1 z −1
e : n → e(n − 1) = 
1 si n ≥ 1
Début
4

Recherche d'originaux par décomposition en éléments simples, cas


concrets.

Un élément simple est une fonction


S : z → S( z ) 1dont on connaît « simplement l’original ».
Cas no1
Original Elément simple
x : n → x(n ) = a n − k e(n − k ) 1 z
×
zk z − a
(Théorème du retard)

Si on veut connaître l’original d’une fonction qui n’est pas simple on peut parfois
la décomposer en une somme d’éléments simples est effectuer la somme de
leurs originaux.
Exemple 1
Trouvons l’original de la fonction :
1
X : z → X( z ) =
( z − 2)( z − 3)
1 1 z
Cette fonction n’est pas simple, par contre, z → = × 1est un élément
z−a z z−a
simple dont l’original est :
0 si n < 1
x : n → a n − 1e(n − 1) =  .
a n − 1 si n ≥ 1

Décomposons la fonction X en éléments simples : trouvons les réels A et B tels


que :
1 A B
X( z ) = = +
( z − 2)( z − 3) z − 2 z − 3
Une réduction au même dénominateur donne l’identification suivante :
A + B = 0

 3A + 2B = −1
A = −1; B = 1
Donc :
1 1
X( z ) = − +
z−2 z−3

L’original de la fonction X est donc :

0 si n < 1
x : n → −2 n − 1 e(n − 1) + 3 n − 1 e(n − 1) = 
 − 2 n − 1 + 3 n − 1 si n ≥ 1
5

Situation no 1

On veut trouver le signal inconnu s causal discret qui vérifie :


s(n + 2) + as(n + 1) + bs(n) = u(n)
Les valeurs de s (0) et s (1) sont fixées à l’avance (les conditions initiales).

Cas général (non étudié ici)

s(n + k) + a k − 1s(n + k − 1) + ... + a1s(n + k − (k − 1)) + a 0s(n) = u(n).


s(n + k) + a k − 1s(n + k − 1) + ... + a1s(n + 1) + a 0s(n) = u(n).
Ici : k = 2 : a1 = −5, a 0 = +6
Remarque : cette équation générale est plus lisible écrite en augmentant les
indices :
a 0 s(n) + a1s(n + 1) + ...... + a k − 2 s(n + k − 2) + a k − 1s(n + k − 1) + a k s(n + k ) = u(n )
avec en général : a k = 1

Méthode et résolution

1) Transformer l’égalité à l’aide de la Transformée en Z.

2) Isoler X (z).

3) Décomposer en éléments simples.

4) Retrouver l’original.

5) Conclure

Souvenons-nous

X est la Transformée en Z du signal s : n → x(n )e(n )


S k est la Transformée en Z du signal : n → x(n + k)e(n + k)
S k ( z ) = z k × X( z ) − z k × x(0) − z k − 1 × x(1) − ... − z k − 1 × x(k − 2) − z × x(k − 1)
6

Situation 1 Exemple 1

Exemple 1 : trouver le signal causal discret

s : n → s(n ) = x(n ) × e(n )


0 si n ≠ 0
tel que s(n + 2) − 5s(n + 1) + 6s(n ) = d(n ) = 
1 si n = 0.
avec : s(0) = 0, s(1) = 0. C' est à dire :
0 si n ≠ 0
x(n + 2) × e(n + 2) − 5x(n + 1) × e(n + 1)) + 6x(n ) × e(n ) = d(n ) = 
1 si n = 0.
avec x(0) = 0, x(1) = 0

Le signal d est connu (la suite de Dirac).


Le signal s : n → s(n ) = x(n ) × e(n ) est inconnu, à exprimer.

On va appliquer le programme
I.
1) Transformer l’égalité à l’aide de la Transformée en Z.

2) Isoler X (z).

3) Décomposer en éléments simples.

4) Retrouver l’original.

5) Conclure
7

1) Transformation de l’égalité à l’aide de la transformée en Z

0 si n ≠ 0
x(n + 2) × e(n + 2) − 5x(n + 1) × e(n + 1)) + 6x(n ) × e(n ) = d(n ) = 
1 si n = 0.
avec x(0) = 0, x(1) = 0

1) Transformons l’égalité à l’aide de la Transformée en Z.


X représente la transformée en Z du signal inconnu
s : n → s(n ) = x(n ) × e(n ) .

X est la Transformée en Z du signal s : n → x(n )e(n )


La Transformée en Z du signal : n → x(n + k)e(n + k)
est :
z → z k × X( z ) − z k × x(0) − z k − 1 × x(1) − ... − z k − 1 × x(k − 2) − z × x(k − 1)
On applique cette formule pour k = 1 et k = 2 avec x( 0) = 0 et x(1) = 0

La Transformée en Z du signal
n → x(n + 2) × e(n + 2) − 5x(n + 1) × e(n + 1)) + 6x(n ) × e(n ))
est :

z →  z 2 × X( z ) − z 2 × x(0) − z × x(1) − 5[ z × X( z ) − z × x(0)] + 6X( z ).


 

Compte tenu des conditions initiales x (0)=0, x (1)=0, on obtient :

z → z 2 × X( z ) − 5z × X( z ) + 6 X( z ).

La condition :
x(n + 2) × e(n + 2) − 5x(n + 1) × e(n + 1)) + 6x(n ) × e(n )) = d(n ) donne
z 2 × X( z ) − 5z × X( z ) + 6 X( z ) = 1

1la Transformée en Z de la suite de Dirac étant la fonction constante 1.


L'équation a été transformée
L’égalité a été transformée à l’aide de la Transformée en Z.
8

2) X (z) est isolé

Voici l'équation de départ:


0 si n ≠ 0
x(n + 2) × e(n + 2) − 5x(n + 1) × e(n + 1)) + 6x(n ) × e(n ) = d(n ) = 
1 si n = 0.
avec x(0) = 0, x(1) = 0

Cette équation a été transformée en:


z 2 × X( z ) − 5z × X( z ) + 6X( z ) = 1
où X : z → X(z) représente la transformée en Z du signal inconnu n → x(n) × e(n).

Factorisons:
 z 2 − 5z + 6  × X( z ) = 1
 

Isolons X (z)

1
X( z ) = .
z 2 − 5z + 6
Le polynôme z 2 − 5z + 6 admet 2 et 3 pour racines
Donc il peut être factorisé:
z 2 − 5z + 6 = ( z − 2 )( z − 3 )

1
X( z ) =
( z − 2)( z − 3)
X (z) a été isolé.
Remarque
Face à un polynôme je me demande souvent s'il possède une racine évidente.
Pour trouver les racines, j'ai d'abord cherché une racine évidente; j'ai trouvé 2
après avoir essayé 1, puis j'ai factorisé à vue le polynôme
: z 2 − 5z + 6 = ( z − 2)( ?+ ? ) .
9

3) La décomposition en éléments simples.


Nous recherchons le signal n → x(n ) × e(n ) tel que:
0 si n ≠ 0
x(n + 2) × e(n + 2) − 5x(n + 1) × e(n + 1)) + 6x(n ) × e(n ) = d(n ) = 
1 si n = 0.
avec x(0) = 0, x(1) = 0

Sa Transformée en Z est désignée par X : z → X( z ) .


On a trouvé:

1
X( z ) =
( z − 2 )( z − 3 )
Décomposons en éléments simples:
1 a b
trouvons les réels a et b tels que X( z ) = = + .
( z − 2)( z − 3) z−2 z−3

La réduction au même dénominateur donne:


1 (a + b )z − 3a − 2b
X( z ) = =
( z − 2)( z − 3) ( z − 2)( z − 3)
a + b = 0

 − 3a − 2b = 1
d' où : a = −1, b = 1
On obtient la décomposition en éléments simples:
1 1
X( z ) = − +
z−2 z−3

X (z) a été décomposé en éléments simples.

1 1
− , sont des éléments simples car on connaît l' original pour chacun
z−2 z−3
d' entre eux.
10

4) Recherche de l’original.

1
Original de
z−2

z
On sait que l'original de est 2 n e(n ) comme je l'ai trouvé dans mon
z−2
Formulaire de Mathématiques qui ne me quitte jamais:
Signal causal Transformation en Z
n → x(n ) pour n ∈ N z → ( Zx)( z )
Ligne f (n ) = a n , a ∈ R − { 0} ( Zf )( z ) = z
5 z−a

Dans le Formulaire on ne s'occupe que de signaux causaux, donc:


le signal n → x(n )e(n ) est désigné simplement par n → x(n ) .

n → 2n e(n ) est donc désigné par f (n ) = 2n .


Et il est rappelé : n ∈ N.

1 1 z
s' écrit : ×
z−2 z z−2
Formulaire de Mathématiques qui ne me quitte jamais:
Signal causal Transformation en Z
n → x(n ) pour n ∈ N z → ( Zx)( z )
y (n ) = x(n − n 0 ) , (n − n 0 ) ∈ N
( Zy )( z ) = z − n 0 ( Zx)( z )
Ligne
7 ou
y (n ) = x(n − n 0 )e(n − n 0 )

Ils sont bien obligés de l'écrire comme


moi

1 1 z z
= × = z −1 × = z − 1Z(f )( z ) avec f (n ) = 2 n
z−2 z z−2 z−2

1
L' original de est n → 2 n − 1 e(n − 1).
z−2

De même:
1
l' original de est n → 3 n − 1 e(n − 1).
z−3
11

On peut maintenant conclure.


12

5) Conclusion

La Transformée en Z du signal inconnu est


1 1
X : z → X( z ) = − +
z−2 z−3

1
L' original de est n → 2 n − 1 e(n − 1).
z−2
1
L' original de est n → 3n − 1 e(n − 1).
z−3
Le signal discret
1 1
L' original de X( z ) = − + est n → −2 n − 1 e(n − 1) + 3 n − 1 e(n − 1)
z−2 z−3

Le signal n → x(n ) × e(n ) qui vérifie


0 si n ≠ 0
x(n + 2) × e(n + 2) − 5x(n + 1) × e(n + 1)) + 6x(n ) × e(n ) = d(n ) = 
1 si n = 0.
avec x(0) = 0, x(1) = 0 est n → −2 n − 1 e(n − 1) + 3 n − 1 e(n − 1)


0 si n < 1
s : n → s(n ) = 
 n − 1 + 3 n − 1 si n ≥ 1
− 2
vérifie :
0 si n ≠ 0
s(n + 2) − 5s(n + 1) + 6s(n ) = 
1 si n = 0.

Vérification (non demandée en général)


On a bien
si n ≥ 1 :
s(n + 2) − 5s(n + 1) + 6s(n) =

− 2n +1 + 3n +1 − 5 − 2n + 3n  + 6 − 2n −1 + 3n −1  =
   
2n −1 ( − 4 + 10 − 6) + 3n −1 ( 9 − 15 + 6) = 0

si n = 0 :
s(n + 2) − 5s(n + 1) + 6s(n) =

− 2n +1 + 3n +1 − 5 − 2n + 3n  = −2 + 3 = 1
 
si n < 0 : s(n + 2) − 5s(n + 1) + 6s(n) = 0.
13

Situation 1 Exemple 2

Exemple 2 : trouver le signal causal discret


s : n → s(n ) = x(n ) × e(n )
1tel que :
0 si n < 0
s(n + 2) − 5s(n + 1) + 6s(n ) = e(n ) =  avec : s(0) = 0, s(1) = 0.
1 si n ≥ 0.
1 c'est à dire:
0 si n < 0
x(n + 2) × e(n + 2) − 5x(n + 1) × e(n + 1)) + 6x(n ) × e(n ) = e(n ) = 
1 si n ≥ 0.
avec x(0) = 0 x(1) = 0
1) Transformons l’égalité à l’aide de la Transformée en Z.
X représente la transformée en Z du signal inconnu
s : n → s(n ) = x(n ) × e(n ) .
La transformée en Z du signal
n → s(n + 2) − 5s(n + 1) + 6s(n ) est comme dans l' exemple 1 :
z → z 2 × X( z ) − 5z × X( z ) + 6 X( z ).
La condition :
s(n + 2) − 5s(n + 1) + 6s(n ) = e(n ) donne :
z
z 2 × X( z ) − 5z × X( z ) + 6 X( z ) =
z −1

1la Transformée en Z de la suite de l'échelon unité étant la fonction :


z
z→
z −1

L’égalité a été transformée à l’aide de la Transformée en Z.

2) Isolons X (z).

z  z 2 − 5z + 6  × X( z ) = z X( z ) = 1
z 2 × X( z ) − 5z × X( z ) + 6 X( z ) = .
z −1   z −1 z 2 − 5z + 6
Le polynôme z 2 − 5z + 6 admet 2 et 3 pour racines donc :
z 2 − 5z + 6 = ( z − 2 )( z − 3)
z
X( z ) =
( z − 1)( z − 2)( z − 3)
X (z) a été isolée.
14

3) Décomposons en éléments simples.


Trouvons les réels A, B et V tels que :
z A B C
X( z ) = = + +
( z − 1)( z − 2)( z − 3) z − 1 z − 2 z − 3
Une réduction au même dénominateur donne:
A( z − 2 )( z − 3) + B( z − 1)( z − 3 ) + C( z − 1)( z − 2 )
X( z ) =
( z − 1)( z − 2)( z − 3)
z
=
( A + B + C) z 2 − ( 5A + 4B + 3C) z + 6A + 3B + 2C
( z − 1)( z − 2)( z − 3) ( z − 1)( z − 2)( z − 3)
Pour identifier il suffit de résoudre le système :

A + B + C = 0

5 A + 4B + 3C = −1
6 A + 3B + 2C = 0

Choisissons C pour paramètre dans la première et dernière équation :
 A + B = −C

6 A + 3B = −2C
−C 1 1 −C
− 2C 3 − C C 6 − 2C 4C
A= = = , B= =−
1 1 −3 3 1 1 3
6 3 6 3
En remplaçant dans la deuxième équation :
5C − 16C + 9C
= −1
3
3 1
C = , B = − 2, A = Donc :
2 2
1 1 1 3 1
X( z ) = × − 2× + ×
2 z −1 z−2 2 z−3

X (z) a été décomposée en éléments simples.


15

4) Retrouvons l’original.
1 3
n→ e(n − 1) − 2 × 2 n − 1 e(n − 1) + × 3 n − 1 e(n − 1)
2 2

On peut maintenant conclure.

5) Conclusion.
Le signal discret

0 si n < 1

s : n → s( n ) =  1 n
− n + 3 si n ≥ 1
 2
2 2
vérifie :
0 si n < 0
s(n + 2) − 5s(n + 1) + 6s(n ) = 
1 si n ≥ 0.

Vérification (non demandée en général)


On a bien
si n ≥ 1 :
s(n + 2) − 5s(n + 1) + 6s(n)

1 n + 2 3n + 2 1
 n + 1 3n + 1   1 n 3 n 
= −2 + −5 −2 + +6 −2 +
2 2 2 2  2 2 
   
1 5 6  9 15 6 
= − + + 2 n ( − 4 + 10 − 6) + 3 n  − + =1
2 2 2  2 2 2
1 9 1 3
si n = 0 : s(n + 2) − 5s(n + 1) + 6s(n) = s( 2) − 5s(1) =
− 4 + − 6 − 2 + =1
2 2 2 2
1 3
si n = −1 : s(n + 2) − 5s(n + 1) + 6s(n) = s(1) = − 2 + = 0
2 2
si n < −1 : s(n + 2) − 5s(n + 1) + 6s(n) = 0.

Haut du document
16

Exercices d'application

1) trouver le signal causal discret

s : n → s(n ) = x(n ) × e(n )


0 si n ≠ 0
tel que s(n + 2) − 5s(n + 1) + 6s(n ) = d(n ) = 
1 si n = 0.
avec : s(0) = 0, s(1) = 1. C' est à dire :
0 si n ≠ 0
x(n + 2) × e(n + 2) − 5x(n + 1) × e(n + 1)) + 6x(n ) × e(n ) = d(n ) = 
1 si n = 0.
avec x(0) = 0, x(1) = 1

2) trouver le signal causal discret


s : n → s(n ) = x(n ) × e(n )
1tel que :
0 si n < 0
s(n + 2) − 5s(n + 1) + 6s(n ) = e(n ) =  avec : s(0) = 0, s(1) = 1.
1 si n ≥ 0.
1 c'est à dire:
0 si n < 0
x(n + 2) × e(n + 2) − 5x(n + 1) × e(n + 1)) + 6x(n ) × e(n ) = e(n ) = 
1 si n ≥ 0.
avec x(0) = 0, x(1) = 1
Haut du document