Vous êtes sur la page 1sur 1

CHAPITRE 8

Comique et comédie au XVII e siècle: Molière
Comique et comédie
au XVII e siècle: Molière

OBJECTIFS

analyser l’écriture de la comédie classique

étudier la comédie d’intrigue, la comédie de caractère et la comédie de mœurs

distinguer comique et comédie

Repères historiquesla comédie de mœurs • distinguer comique et comédie 1610 1643 1661 1715 Règne Régence Prise

1610

1643

1661

1715

comique et comédie Repères historiques 1610 1643 1661 1715 Règne Régence Prise de pouvoir et règne

Règne

Régence

Prise de pouvoir et règne de Louis XIV Instauration d’une autorité absolue

de

d’Anne

Louis XIII

d’Autriche

Autorité

Fronde matée

de Richelieu

par Mazarin

Autorité Fronde matée de Richelieu par Mazarin Molière (1622-1673) Repères biographiques • 1622.

Molière (1622-1673)

matée de Richelieu par Mazarin Molière (1622-1673) Repères biographiques • 1622. Naissance de

Repères biographiquesmatée de Richelieu par Mazarin Molière (1622-1673) • 1622. Naissance de Jean-Baptiste Poquelin, à Paris,

1622. Naissance de Jean-Baptiste Poquelin, à Paris, dans une famille bourgeoise. Son père est tapissier du roi et voit bien son fils prendre sa succession. Il le place dans un collège de Jésuites puis l’envoie faire de sages études de droit à Orléans.

1643-1644. Le jeune Poquelin se donne le pseudonyme de Molière, se prend de passion pour le théâtre, rompt avec sa famille. Avec des amis et sa maîtresse Madeleine Béjart, il fonde l’Illustre Théâtre. Cette troupe joue de manière itinérante, en province, des pièces proches de la farce qui ont une audience limitée.

1658-1659. L’arrivée à Paris et l’accueil favorable du roi Louis XIV portent soudain Molière et sa troupe vers le succès. Avec Les Précieuses ridicules en 1659, Molière inaugure une grande carrière d’auteur et d’interprète. Directeur de troupe et acteur, il réussit à concilier l’ancien héritage de la farce et la forme plus noble de la grande comédie (en cinq actes et en vers).

© Hachette-Livre.
© Hachette-Livre.

1664. Molière prend des risques en s’attaquant à des sujets plus graves dans sa comédie : l’hy- pocrisie des hommes et même des religieux (Tartuffe) en 1664. Molière présente aussi un grand seigneur méchant homme, Dom Juan (1665), un personnage intransigeant et ridicule qui refuse le mensonge, Le Misanthrope (1666), et obtient enfin la représentation de son Tartuffe qui s’at- taque aux faux dévôts (1669).

164 • CHAPITRE 8/COMIQUE ET COMÉDIE AU XVII e SIÈCLE : MOLIÈRE

1668-1669 : Molière revient, plus prudemment, à des comédies qui ridiculisent des bourgeois (avides d’argent, de reconnaissance sociale, d’un savoir usurpé, en proie à des lubies médicales). Il fait scandale en épousant la jeune sœur de Madeleine Béjart (qui passe pour être sa fille et le fait souffrir de jalousie). Sa rivalité avec Lully perturbe la mise en scène de ses derniers divertis- sements royaux, comédies-ballets jouées pour la cour. Épuisé, il meurt en scène en 1673. Sept ans après sa mort, la fusion de sa troupe (Hôtel Guénégaud) et de celle de l’Hôtel de Bourgogne donne lieu à la naissance de la Comédie-Française.

L’œuvre œuvre

On peut donc distinguer plusieurs périodes dans l’œuvre de Molière.

Les comédies d’intrigue (fondées sur les rebondissements d’une action enlevée, avec des res- sorts proches de la farce et de son comique grossier) : Le Dépit amoureux (1656), Les Précieuses ridicules (1659), Sganarelle ou le cocu imaginaire (1660), L’École des maris (1661), Les Fâcheux (1661), L’École des femmes (1662), suivi de La Critique de L’École des femmes (1663), Le Mariage forcé (1664), Le Médecin malgré lui (1666), Les Fourberies de Scapin (1671).

Les comédies de caractère, plus graves, montrant un personnage complexe, affecté d’un vice dangereux et destructeur : Le Tartuffe (1664-1669), Dom Juan (1665), Le Misanthrope (1666).

Les comédies de mœurs, où Molière stigmatise les défauts d’une petite société ridicule, d’une mode, d’une corporation : Les Précieuses ridicules en 1659, son premier grand succès, George Dandin en 1668 (la manie du mariage avec la noblesse), L’Avare en 1668 (l’attachement maniaque à l’argent), Les Femmes savantes en 1672 (la prétention des femmes au savoir). Certaines de ces comédies de mœurs sont souvent accompagnées de musique et de danse :

Amphitryon en 1668 (sur un thème antique), Le Bourgeois gentilhomme en 1670, Le Malade imaginaire, sa dernière pièce (sur l’angoisse de la maladie et l’aliénation aux médecins), en 1673.

Bandeau page 164 :

Tartuffe,

© Hachette-Livre.

Quelques mots clésen 1673. Bandeau page 164 : T artuffe , © Hachette-Livre. • Corriger. Molière entend apprendre

Corriger. Molière entend apprendre aux hommes à se corriger en leur montrant leurs défauts et le risque qu’ils courent à se laisser gagner par leur « vice ».

Instruire. La comédie doit non seulement divertir, mais proposer une leçon. Molière entend par là élever ce genre à la hauteur de la tragédie.

Naturel. La comédie du théâtre permet de montrer aux gens qu’il ne faut pas jouer la comédie dans la vie mais rester vraiment soi-même, selon le principe de l’esthétique dite « classique » et qu’il faut parler le langage des « honnêtes gens ». Molière brocarde ainsi toutes les affectations des précieux, des faux religieux, des femmes savantes, des cuistres, des médecins.

Plaire. C’est le critère de la réussite d’une pièce. Les auteurs font appel en dernier ressort au public, car il sait démêler ce qui est bon et ce qui ne l’est pas, contre l’avis spécialisé et tendan- cieux de coteries, de spécialistes, de gens de parti pris.

Rire. C’est l’arme principale de la satire moliéresque, c’est-à-dire la critique par le rire. Molière l’explique dans sa préface du Tartuffe : « C’est une grande atteinte aux vices que de les exposer à la risée de tout le monde […]. On veut bien être méchant ; mais on ne veut point être ridicule. »

Vice. Ce que Molière nomme vice est cette passion unique qui dégrade celui qui en souffre, fait souffrir son entourage, empêche les gens d’être eux-mêmes et d’être heureux.

CHAPITRE 8/COMIQUE ET COMÉDIE AU XVII e SIÈCLE : MOLIÈRE • 165