Vous êtes sur la page 1sur 5

Argentine.

Cri de guerre mapuche contre Benetton | Courrier international 10/04/2018 07:32

Avez-vous essayé le Réveil Courrier ?

Argentine. Cri de guerre mapuche


contre Benetton

La disparition en août dernier d’un jeune manifestant remet en


lumière le conflit qui oppose la communauté mapuche au groupe
Benetton, propriétaire de vastes terres. Emmenés par un chef
charismatique, les Mapuche ont relancé leurs revendications sur
ce territoire.

RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

L’emblème de la bataille pour le Paradis [terres des Indiens mapuches] est un homme

https://www.courrierinternational.com/article/argentine-cri-de-guerre-mapuche-contre-benetton Page 1 sur 5


Argentine. Cri de guerre mapuche contre Benetton | Courrier international 10/04/2018 07:32

de 30 ans au regard fier, aux yeux noirs et profonds, le visage et la bouche encadrés
d’un flot de barbe. Il s’appelle Facundo Jones Huala. Il est derrière les barreaux [depuis
le 27 juin, après avoir été arrêté il y a un an puis relâché]. Pour l’Argentine et le Chili,
c’est un terroriste. Santiago demande son extradition, Buenos Aires refuse.

Lui se définit comme un combattant de la liberté. Il est le chef coutumier des


Mapuches, le dernier représentant d’une lignée indigène qui, du début du XVIIe siècle
jusqu’à la fin du XIXe, dominait la Patagonie avant d’en être expulsée par les Argentins
[lors de la tristement célèbre Conquête du désert, campagne militaire sanglante
lancée entre 1878 et 1885]. La terre mapuche s’étirait de la côte atlantique aux confins
du Pacifique en un long sillon ininterrompu.

Depuis deux ans, avec une communauté réduite à quelques milliers d’individus, ce
jeune guerrier mène une lutte qui semblait impossible, archaïque, déconnectée des
dynamiques politiques et économiques qui régissent les équilibres dans les États
modernes. Mais la présence du groupe Benetton sur un territoire de 900 000 hectares
où paissent quelque 100 000 brebis fournissant 10 % de la précieuse laine avec
laquelle sont fabriqués les vêtements de la célèbre marque de prêt-à-porter de Trévise
[en Italie] a mis le feu aux poudres et provoqué un affrontement qui couvait depuis au
moins un siècle.

Un peuple de la terre en colère

La lutte des Mapuches, commencée il y a trois ans, presque en sourdine, par de


petites revendications aussitôt rejetées par d’éphémères concessions et des décrets
judiciaires, s’est très rapidement transformée en guérilla. Deux cents indigènes ont
occupé une parcelle de la propriété des Benetton, acquise en 1991, et s’y sont
installés en créant des campements.

Ainsi renaissait de ses cendres une civilisation qui avait été expulsée manu militari,
reléguée dans quelques réserves que le gouvernement argentin avait destinées aux
descendants des Mapuches, dont le nom signifie “le peuple de la terre”.

L’occupation a ravivé des espoirs jamais éteints et ranimé des sentiments que l’on
croyait disparus. Des dizaines de familles, avec leurs anciens et leurs enfants, ont fini
par essaimer, comme une tache de léopard, dans d’autres parties du

https://www.courrierinternational.com/article/argentine-cri-de-guerre-mapuche-contre-benetton Page 2 sur 5


Argentine. Cri de guerre mapuche contre Benetton | Courrier international 10/04/2018 07:32

domaine Benetton.

Carlo, le benjamin de la famille d’industriels textiles, prend alors l’affaire en main. C’est
lui qui s’occupe de cette branche de l’exploitation. Il se rend en Patagonie plusieurs
fois par an. Dans un premier temps, il tente de régler le litige par la conciliation. Il
trouve un médiateur en la personne de Ronald McDonald, un Écossais coriace arrivé
enfant en Patagonie. C’est un type dur, qui n’est pas du genre à prendre des gants. Il
connaît cette terre, sait faire face aux imprévus. Il gère l’immense propriété et
commente :

Ils me semblent totalement irréalistes. C’est comme si aujourd’hui


j’allais à Inverness, en Écosse, revendiquer la terre de mes ancêtres.
C’est ridicule.”

Les Mapuches résistent. Il commettent de petits attentats, allument quelques


incendies, dispersent les troupeaux, préparent des défenses artisanales. Armés de
lances et de fusils, montés à cru sur leurs chevaux, ils patrouillent les
terres reconquises.

Les errements des autorités argentines

Benetton cherche alors des recours légaux et se tourne vers la justice argentine. Il
affirme, carte en main, que ces indigènes sont arrivés du Chili et que c’est donc au
Chili de s’en occuper. L’Argentine lui donne raison, car elle ne veut pas d’autres
problèmes. Mais elle joue la montre. Elle est en effet contrainte par un article de sa
Constitution nationale qui reconnaît aux Mapuches la propriété de cette terre qu’ils
occupaient traditionnellement. Elle envoie des détachements de police, traitant
l’affaire comme un problème d’ordre public. Mais elle se heurte à une
résistance inattendue.

Pour ne rien arranger, l’affaire prend un retentissement national. Les ONG et


associations de défense des indigènes se sont mobilisées. La question est en effet
très sensible en Amérique latine. Les sabotages se poursuivent et Benetton est dans
l’œil du cyclone. Les affrontements redoublent d’intensité. Dans les villes de Bariloche,
Esquel et El Bolsón [provinces de Río Negro et de Chubut], de féroces batailles

https://www.courrierinternational.com/article/argentine-cri-de-guerre-mapuche-contre-benetton Page 3 sur 5


Argentine. Cri de guerre mapuche contre Benetton | Courrier international 10/04/2018 07:32

opposent les militants aux forces de l’ordre. Il y a des arrestations et on compte


plusieurs blessés.

Puis un sympathisant, [supposément] embarqué par les gendarmes, disparaît. Il


s’appelle Santiago Maldonado et il a 28 ans. Il vivait à El Bolsón, avec une
communauté d’indigènes. Sa disparition est dénoncée haut et fort, faisant ressurgir le
spectre des méthodes brutales de la dictature argentine [1976-1983]. Le cas des
Mapuches acquiert une dimension internationale.

Pour éteindre l’incendie, il ne reste plus qu’à frapper le mouvement à sa tête [estiment
les autorités argentines]. Privé de son leader, il ne tiendra pas longtemps. Fin juin
2017, le chef Huala, passé dans la clandestinité, est capturé et incarcéré à la prison
d’Esquel, à 1 800 kilomètres au sud de Buenos Aires, dans l’attente de son extradition
au Chili. Les militants accentuent la pression en multipliant les manifestations et le
mouvement prend de l’ampleur. Une vingtaine d’hommes, le visage dissimulé sous
des écharpes et des passe-montagnes, saccagent la maison de la province de Chubut
[à Buenos Aires], laissant derrière eux des paquets de tracts signés de la Résistance
ancestrale mapuche (RAM).

Depuis sa cellule, Facundo Jones Huala donne des interviews à la presse. “Nous en
avons assez de l’oppression, du vol de nos terres, déclare-t-il. Nous en avons assez de
nous faire massacrer et arrêter quand bon leur semble. Mon cri de résistance a fait
naître un nouvel espoir chez les gens qui ont commencé à récupérer ce qui a appartenu
à nos ancêtres.”

Et devant la prison, une pancarte bien en vue clame : “Le Paradis perdu ne peut
plus attendre.”
Daniele Mastrogiacomo

. .
Un gênant mystère
“Où est Santiago Maldonado ?” s’interroge encore et toujours, à l’instar de toute la
presse, le quotidien Página12. Le jeune artisan au look baba cool a disparu le 1er août
après une intervention musclée de la police dans le campement mapuche de plein air,

https://www.courrierinternational.com/article/argentine-cri-de-guerre-mapuche-contre-benetton Page 4 sur 5


Argentine. Cri de guerre mapuche contre Benetton | Courrier international 10/04/2018 07:32

baptisé Pu Lof .

Ce jour-là, l’incursion des gendarmes sur le campement disperse les militants et des
témoins assurent qu’ils ont vu Santiago Maldonado se diriger vers la rivière avant
d’être supposément rattrapé par les forces de l’ordre et introduit de force
dans une camionnette.

Après être d’abord resté “silencieux, avant d’évoquer des hypothèses inconsistantes et
de soulever des doutes” à l’encontre des Mapuches eux-mêmes, souligne le journal
Perfil, le gouvernement prend finalement la mesure de l’opprobre qu’il allait s’attirer, et
fait diligenter une enquête plus poussée sur la gendarmerie. Le 12 septembre, le
quotidien Clarín rapporte la confession d’un gendarme admettant pour la première
fois depuis un mois et demi “qu’il avait agressé un manifestant en capuche” avec une
pierre. L’Argentine est suspendue au douloureux mystère de cette disparition qui fait
ressurgir les souvenirs du temps des dictatures (1976-1983).

https://www.courrierinternational.com/article/argentine-cri-de-guerre-mapuche-contre-benetton Page 5 sur 5