Vous êtes sur la page 1sur 2

L’augmentation de 20 % des

rémunérations dans les cabinets
ministériels prête à polémique
2 nov. 2017, PAR Pierre Laberrondo

 04
MIN
 0

WITT/SIPA

Si les effectifs des membres des cabinets ministériels ont été réduits de 47 % sous l’ère Macron, le
niveau des rémunérations a, lui, augmenté de plus de 20 % en moyenne. C’est le calcul qu’a effectué,
à partir du jaune budgétaire consacré aux cabinets, l’ex-député apparenté PS René Dosière, bon
connaisseur du sujet.

Des conseillers ministériels nettement moins nombreux, mais sensiblement mieux payés ? C’est
l’analyse – porteuse de polémique – développée par l’ex-député apparenté PS René Dosière,
spécialiste de l’argent public, qui a analysé le “jaune” budgétaire annexé au projet de loi de finances
pour 2018 consacré aux personnels affectés dans les cabinets ministériels et rendu public le
27 octobre. La publication de ce document fait chaque année le bonheur de la presse et livre souvent
son lot de polémiques, soit sur l’augmentation des effectifs, soit sur le niveau des rémunérations. Les
informations du jaune budgétaire, pesées au trébuchet, y sont souvent partielles et pas forcément
toujours très lisibles – malgré des progrès ces dernières années –, laissant aux commentateurs tout
loisir d’interpréter. Aux risques et périls du gouvernement.

La première année du quinquennat Macron marque une rupture en matière d’effectifs, avec la
limitation drastique du nombre des collaborateurs des cabinets décidée par Emmanuel Macron dès le
mois de mai dernier. Des cabinets réduits afin qu’ils soient privés de la faculté de doublonner
aisément le travail des administrations centrales. Une des critiques historiques du modèle français.
Désormais, un ministre a droit à 10 collaborateurs au maximum, un ministre placé auprès de lui à 8 et
un secrétaire d’État à 5.

Baisse des effectifs des fonctions supports

Les effectifs du 1er août 2017 s’élèvent à 300 agents, soit une baisse de 47 % par rapport aux effectifs
recensés au 1er août 2016 (563 agents), indique le jaune budgétaire qui, après une courte note de
présentation, enchaîne une succession de tableaux livrant des chiffres ministère par ministère. Le
document budgétaire permet aussi de connaître le nombre de personnes affectées aux fonctions
support des cabinets, c’est-à-dire les “petites mains” : officiers de sécurité, huissiers, gardiens,
secrétaires, maîtres d’hôtel et chauffeurs.

Travail (9 860 euros. plus de 80 membres de cabinet seraient mieux payés que leur ministre. Justice (10 549 euros. écrit sur son blog l’ancien député dans une note de 9 pages. note-il en relevant qu’en entre 2014 et 2016 la rémunération moyenne a diminué de 4. jugeant même qu’elle n’a pas de précédent. de 3.4 % au cabinet du Premier ministre et de 9. Selon ses calculs. Il se contente de faire apparaître des chiffres globaux et on le comprend. . affaires étrangères (10 042 euros. “Il apparaît que les rémunérations du cabinet du ministre des Affaires étrangères ont désormais « rattrapé » le niveau des autres ministres régaliens. + 71 %). “La rémunération moyenne brute (primes comprises) des 232 membres des cabinets ministériels s’élève à 9 186 euros mensuels soit + 20. Une réduction qui résulte là principalement de la diminution du nombre de ministres. Économie et Finances (10 276 euros. de sécurité des bâtiments et d’intendance. le jaune budgétaire donne la totalité des rémunérations (contre 73 % l’an dernier). selon le document budgétaire. à l’aune de ceux auxquels il s’était livré les années précédentes.3 % au cabinet du Premier ministre et surtout de 20.5 % par rapport au gouvernement Valls”. “Elle rompt avec l’évolution constatée au cours du gouvernement Valls où l’on assistait à une diminution progressive des rémunérations”. Il qualifie la hausse des rémunérations de “vertigineuse”. + 22.” Dans 12 ministères. car c’est à une explosion des rémunérations que l’on assiste”. note le document.5 % dans les cabinets des ministres. Sollicité par Acteurs publics pour apporter des précisions ou un commentaire à l’analyse du député. soit une baisse de près de 16 % par rapport à 2016. les effectifs s’élèvent à 2 040 agents. relève l’ex-parlementaire. qui baissent de plus de 20 %. qui ne dépendent pas directement du nombre de membres de cabinet. diminuent dans des proportions plus réduites”. note René Dosière. Explosion des rémunérations “Côté rémunération. Du coup. à propos du Quai d’Orsay. René Dosière a lui-même fait ses petits calculs. entre 2016 et 2017. les fonctions de protection du ministre. le document est discret. désormais dirigé par le puissant Jean-Yves Le Drian. les rémunérations ont augmenté. note René Dosière.7 % dans les cabinets ministériels. + 23 %). Mais l’ex-député est surtout chagriné par les rémunérations. “L’ampleur et la généralisation de ces hausses ne sont pas le fait du hasard et sont choquantes”. Matignon n’a pas répondu à nos demandes. De gros ministères très exposés. Jusqu’alors.5 %). Cette diminution est concentrée sur les effectifs d’assistance administrative et de logistique (notamment chauffeurs). commente-t-il. “À l’inverse. Au total. 30 au lieu de 38 sous l’ère Hollande (et donc de cabinets). j’avais relevé la faiblesse (relative) des rémunérations de ce ministère. + 39 %). poursuit-il en reconnaissant que cette année. Parmi les 10 cabinets qui payent le mieux : Santé et Solidarités (11 665 euros bruts mensuels en moyenne. + 70 %).En ce qui concerne ces fonctions support. conclut René Dosière. la rémunération des membres de cabinet est supérieure à 9 186 euros bruts mensuels. + 23 %) et Éducation nationale (9 703 euros.

Centres d'intérêt liés