Vous êtes sur la page 1sur 51

LES ASPECTS THÉORIQUES ET PRATIQUES DE LA TRADUCTION JURIDIQUE

--------------------------------------------------------------------------------

LES ASPECTS THÉORIQUES ET PRATIQUES DE LA TRADUCTION JURIDIQUE


Table des matières

2.1 Introduction
2.2 L’approche pragmatique en traduction juridique
2.3 Le fondement épistémologique de la traduction juridique
2.3.1 Le caractère normatif ou contraignant du texte juridique
2.3.2 La langue du droit
2.3.3 La diversité des systèmes juridiques
2.3.4 La documentation d’appui à la traduction
2.3.5 L’approche pluridisciplinaire de la traduction juridique
2.4 La culture juridique et son importance en traduction
2.5 Typologie des textes juridiques et responsabilité du traducteur
2.6 La formation du traducteur juridique
2.7 Le sens par l’interprétation du texte
2.7.1 L’analyse sémantique
2.7.2 L’analyse syntaxique
2.7.3 L’analyse grammaticale
2.7.4 L’analyse lexicale
2.7.5 L’analyse stylistique
2.8 L’ambiguïté dans les textes juridiques
2.9 Les procédés de traduction
2.9.1 L’emprunt
2.9.2 Le calque
2.9.3 La traduction littérale
2.9.4 La transposition
2.9.5 La modulation
2.9.6 L’adaptation
2.1 Introduction
La traduction juridique pose des problèmes qui lui sont propres. On peut certainement
affirmer la même chose d’autres domaines de traduction. Toutefois, la traduction dans le
domaine du droit présente des caractéristiques qu’aucun autre domaine de spécialité ne
présente, et ce, en raison des éléments sociaux, linguistiques, culturels, méthodologiques et
notionnels qui interviennent dans ce domaine.

Le droit étant un phénomène social, le produit d’une culture, comme l’énonce Gémar, il
acquiert dans chaque société un caractère unique. Comme nous le verrons plus tard, chaque
société organise son droit ou son système juridique selon la conception qu’elle en a et selon la
structure qu’elle veut se donner. De ce fait, le discours du droit est porteur d’une dimension
culturelle qui se reflète non seulement dans les mots ou les termes propres à un système
juridique, mais aussi dans la façon de les exprimer[112].

Le droit a comme caractéristique d’avoir un lien très étroit avec la langue qui le véhicule.
Cette caractéristique distingue la traduction juridique de la traduction dans d’autres domaines
de spécialité. Certes, chaque domaine de spécialité a un vocabulaire qui lui est propre.
Toutefois, le droit a comme particularité de se servir de la langue comme véhicule et
voie[113] d’expression; les textes constituent son principal outil et son principal objet.
D'ailleurs, il serait juste de dire que le droit ne saurait exister sans ce véhicule d’expression.
La citation qui suit, empruntée au juriste anglais Yon Maley, illustre bien l’interrelation qui
existe entre le droit et la langue du droit :

In all societies, law is formulated, interpreted and enforced : there are codes, courts and
constables. And the greater part of these legal processes is realized primarily through
language. Language is medium, process and product in the various arenas of the law where
legal texts, spoken or written, are generated in the service of regulating social behaviour.
Particularly in literate cultures, once norms and proceedings are recorded, standardised and
institutionalised, a special language develops, representing predictable process and pattern of
functional specialisation[114].

Le droit est si étroitement lié à la langue qui le véhicule que celle-ci constitue l’un des critères
de classement des diverses familles du droit. Ainsi, la traduction de l’anglais au français, ou
de l’anglais à l’espagnol, signifie traduire dans le cadre des deux familles juridiques que sont
la tradition[115] civiliste et le droit anglo-américain. En fait la langue et la culture constituent
les éléments les plus importants qui déterminent le fond et la forme de ces deux familles de
droit.

En effet, les caractéristiques linguistiques et culturelles du droit font en sorte que le discours
juridique ne puisse s’exercer que dans un cadre institutionnel bien délimité. Ce cadre
institutionnel, comme le précisent Groffier et Reed, comporte les traditions, c’est-à-dire les
idées qui délimitent la légalité du droit. Comme le droit est un fait de langue, bien des gens
appuient leur cause sur des principes purement linguistiques. Groffier et Reed donnent deux
exemples de cet emploi. Le premier concerne les pays totalitaires qui prônent l’égalité et la
liberté et les tyrannies qui se proclament « démocratiques ». Le deuxième est celui des
batailles juridiques et des décisions judiciaires qui s’articulent autour des mots plus qu’autour
des faits[116].

La langue du droit présente également le paradoxe d’avoir été soigneusement façonnée, mais
d’être hermétique et ambiguë. Comme le signale Gémar, « les juristes pratiquent un discours
souvent obscur et tortueux à souhait, et cela dans la plupart des langues véhiculaires, en
Occident tout au moins » [117].

Les caractéristiques citées plus haut constituent des pièges qui jonchent le parcours du
traducteur. Aussi le traducteur de textes juridiques doit-il posséder une formation lui
permettant d’éviter ces pièges et de livrer un produit qui puisse satisfaire aux attentes de son
donneur d’ouvrage. Cette formation doit être d’autant plus intégrale que le droit intervient
dans presque tous les aspects de la vie en société.

Remarquons également que parler de discours signifie parler d’intention. Le droit ayant une
ou des missions particulières, le discours du droit a une intention ou des intentions tout aussi
particulières. En raison de ces caractéristiques particulières de la langue juridique, le
traducteur, tout comme les autres usagers du droit, doit se livrer à un processus
d’interprétation du sens et de l’intention du texte de droit.

La pragmatique, la science du langage qui étudie les éléments qui interviennent dans le
discours - l’émetteur, le récepteur, le canal, la circonstance ou le contexte, etc. - s’avère très
utile en traduction juridique. Elle apporte un éclairage que la linguistique n’apportait pas, à
savoir qu’il ne suffit pas de connaître le code ou d’avoir une compétence linguistique pour
interpréter un message. En incluant l’usager de la langue, la pragmatique réussit à analyser
des rapports et des éléments linguistiques et extra-linguistiques qui entrent en ligne de compte
dans un message.

Ce chapitre est structuré en deux parties. La première – à partir de la section 2.2 jusqu’à la
section 2.5 -, porte sur les éléments qui se trouvent à l’origine de la complexité de la
traduction juridique. Elle comporte une brève description de la démarche pragmatique
d’analyse du sens et une analyse du fondement épistémologique de la traduction juridique. Il
faut entendre par là l’analyse des éléments structuraux, linguistiques, sociopolitiques et
méthodologiques qui interviennent dans le discours juridique et qui font de la traduction dans
ce domaine l’une des traductions les plus complexes qui soit. Ce fondement épistémologique
s’appuie sur la typologie des difficultés de la traduction juridique proposée par Gémar. Elle
comporte également l’analyse de la notion de culture juridique et de son importance en
traduction juridique. Elle se termine par une analyse des différents textes à caractère juridique
et ce que leur traduction exige du traducteur,

La deuxième partie - soit les sections 2.6, 2.7 et 2.8 - est consacrée à l’analyse des principaux
moyens pour faire face à la problématique inhérente à la traduction juridique. Ainsi, la section
aborde la question de la formation idéale du traducteur juridique. La section 2.7 décrit des
approches pour interpréter le sens du texte de départ. La section 2.8 porte sur l’ambiguïté des
textes juridiques et propose des réflexions sur la façon de la traiter. Enfin, la section 2.9
comporte une description des procédés techniques de traduction.

2.2 L’approche pragmatique en traduction juridique


Comme il a été exposé au chapitre précédent, la linguistique a constitué pendant longtemps la
science qui étudiait les phénomènes intervenant dans le domaine de la traduction. Elle était,
de ce fait, la source des prescriptions que l’on devait suivre pour arriver à une « bonne
traduction ». La traductologie surgit comme une réaction contre ces prescriptions considérées
comme monolithiques et insuffisantes. Cette nouvelle science et cet art de la traduction
s’appuient sur plusieurs disciplines afin d’élargir, entre autres, les possibilités d’analyse dans
le processus de traduction.

La pragmatique contribue à analyser la communication dans la perspective du code


linguistique mais aussi, et surtout, dans la perspective de l’usager de la langue et de l’usage
qu’il en fait. L’analyse pragmatique repose sur le principe voulant que les usagers de la
langue n’agissent pas dans le vide, mais plutôt dans une situation ou un contexte particulier.
Celui qui écrit un texte, par exemple, écrit avec une intention, mais cette intention peut bien
être différente de celle qui se dégagera du texte. Les choses que l’on dit, écrit ou suggère sont
déterminées non seulement par le contexte, mais également par la culture dans laquelle on
vit[118]. Un mot peut être porteur de connotations diverses selon le contexte culturel dans
lequel il est prononcé ou écrit.

Proposée par House[119], l’analyse de la situation s’appuie sur le principe selon lequel
certains éléments non linguistiques se reflètent dans les formes linguistiques. Cette analyse,
comme il a été indiqué plus haut, tient compte de deux dimensions, à savoir : la dimension qui
tient compte de l’usager de la langue et celle qui tient compte de l’usage de la langue comme
tel.
La première dimension, soit l’analyse de l’usager, prend en considération des éléments tels
que l’origine géographique des mots, la classe sociale de l’émetteur ainsi que l’époque à
laquelle le texte a été écrit. L’analyse de l’origine géographique permet de déceler les
variations des mots à l’intérieur d’une langue. L’analyse de la classe sociale, pour sa part,
jette la lumière sur la place de l’usager de la langue dans la société et, par conséquent, sur le
registre utilisé. L’analyse de la dimension temporelle du texte permet d’en identifier la
provenance temporelle.

L’analyse relative à l’usage de la langue, quant à elle, porte sur les notions de médium, de
participation et de rôle social ou attitude dans l’usage de la langue. Le médium, dans ce cas
précis, se rapporte au discours oral ou écrit; le terme participation est utilisé pour distinguer le
dialogue du monologue. La dimension du rôle social ou de l’attitude est utilisée pour
déterminer le type de rapport visé; par exemple, une communication d’égal à égal ou une
communication entre chefs et subordonnés.

L’approche pragmatique trouve une grande place en traduction juridique, car les éléments
faisant l’objet d’étude de la pragmatique ont un effet considérable dans le milieu juridique.
Les pages qui suivent contiennent une description et une analyse des éléments les plus
importants qui entrent en ligne de compte en traduction juridique. Comme il a été signalé dans
l’introduction générale, la diversité des droits, la langue du droit, la dimension culturelle du
droit ainsi que le cadre dans lequel le droit est pratiqué constituent chacun des éléments qui
font de la traduction juridique l’une des traductions de spécialité les plus complexes. Enfin, ils
constituent également les éléments d’analyse par excellence de la pragmatique, d’où
l’importance des apports de cette discipline à la traduction en général et à la traduction
juridique en particulier.

2.3 Le fondement épistémologique de la traduction juridique


Nombreux sont les théoriciens qui ont contribué à élaborer le dispositif théorique et pratique
de la traduction juridique en abordant divers problèmes ou aspects de celle-ci. Parmi eux, on
trouve des juristes, des traducteurs, des linguistes et des jurilinguistes. Les problèmes qu’ils
abordent, ainsi que leur approche, reflètent le plus souvent une préoccupation ayant un lien
direct avec leur formation ou leur domaine d’expertise. Leurs travaux sont mis à profit dans
ce chapitre pour décrire les éléments les plus importants qui interviennent en traduction
juridique.

L’élaboration de ce dispositif théorique et pratique de la traduction juridique a bénéficié des


travaux de recherche effectués en Europe et au Canada, entre autres. Parmi les théoriciens
européens dont les travaux sont utilisés ici, il importe de mentionner Gérard-René de Groot,
juriste comparatiste de l’Université de Limburg, Maastricht (Pays-Bas), qui soutient le point
de vue du droit comparé et fait une mise en garde contre les difficultés et les défis posés par la
traduction de documents issus de traditions juridiques différentes; Rodolfo Sacco, professeur
à l’Université de Turin (Italie), qui signale la coprésence de deux langues juridiques dans une
seule langue ainsi que la présence de figures rhétoriques dans le discours juridique; Gérard
Cornu, professeur à l’Université de Droit, d’Économie et de Sciences Sociales de Paris (Paris
II) ainsi que Jean-Louis Sourioux, professeur à l’Université d’Orléans (France), qui se
penchent sur la linguistique juridique; et Pierre Lerat, agrégé de grammaire à l’Université de
Paris XIII qui s’intéresse à divers aspects des langues de spécialité.

Au Canada, entre autres, Emmanuel Didier, avocat des barreaux du Québec et de New York
qui s’intéresse aux modes d’expression de la common law et du droit civil, en français et en
anglais; Michel Sparer, qui se penche notamment sur la dimension culturelle de la traduction
juridique et de l’enseignement de celle-ci; et, bien sûr, Jean-Claude Gémar, qui, pour avoir
dédié sa vie à l’enseignement et à la recherche dans le domaine de la traduction juridique au
Canada, a réussi à analyser la traduction juridique dans ses aspects les plus divers. Les travaux
de Gémar, notamment sa typologie sur les problèmes de la traduction juridique, guident cette
étude.

La typologie que Gémar a élaborée en 1979, ainsi que la majorité des articles qu’il a écrits
tout au long de sa carrière, ont été repris et publiés en 1995 dans un ouvrage en deux tomes
intitulé Traduire ou l’art d’interpréter . Le souci d’utiliser des références récentes aurait
suggéré le choix de ce dernier ouvrage. Toutefois, c’est la typologie publiée en 1979 qui a été
retenue. Dans une correspondance personnelle, Gémar précise que son ouvrage de 1995
s’adresse aux juristes et aux jurilinguistes plutôt qu’aux traducteurs. Par ailleurs, sa nouvelle
typologie inclut un point ayant trait aux conséquences juridiques de l’équivalence qui, d’après
lui, concernent plus les juristes que les traducteurs. Il faut préciser également que la typologie
de 1979 est beaucoup plus détaillée que celle de 1995, ce qui explique pourquoi elle a été
retenue pour la présente analyse.

Les difficultés de la traduction juridique, selon Gémar, procèdent fondamentalement du


caractère contraignant du texte juridique. Ce caractère lui est attribué par la norme de droit. La
vie en société est régie par des normes juridiques qui imposent des obligations, c’est-à-dire
des contraintes, et par conséquent, des sanctions. Traduire des textes juridiques signifie
reconnaître les éléments juridiques et linguistiques qui ont façonné la norme de droit et les
transposer dans une autre langue et dans une autre culture[120]. Voilà une tâche qui laisse au
traducteur une marge de manœuvre très restreinte quant aux choix des ressources
linguistiques.

Les éléments d’analyse de la typologie de Gémar sont : le caractère normatif ou contraignant


du texte juridique, le discours (ou langage) du droit, la diversité sociopolitique des systèmes
juridiques, le problème de la documentation juridique et l’approche pluridisciplinaire de la
traduction juridique.

Les pages qui suivent contiennent l’analyse de ces cinq éléments. Le premier se rapporte à la
nature même du droit et à son caractère limitatif. Le deuxième porte sur les caractéristiques
particulières et générales de la langue des juristes. Le troisième élément concerne la diversité
des systèmes juridiques. L’analyse de ce point comprend une description des deux familles de
droit retenues dans cette recherche, soit le droit romaniste et la common law. Le quatrième
élément, quant à lui, porte sur les problèmes inhérents aux sources bibliographiques d’aide à
la traduction et sur l’usage et le degré de fiabilité de ces sources. Le cinquième élément, enfin,
concerne le caractère pluridisciplinaire du droit et son effet sur les compétences du traducteur.

2.3.1 Le caractère normatif ou contraignant du texte juridique


Gémar est l’un des rares théoriciens à donner une appellation à cet aspect de la traduction qui
limite en grande partie le choix des ressources linguistiques dont le traducteur dispose pour
s’acquitter de sa tâche. Il souligne la brève référence qu’en font Vinay et Darbelnet[121] sous
la rubrique servitude et option . Mais ces deux théoriciens font allusion aux servitudes que la
langue impose au traducteur; par exemple, le genre des mots, la conjugaison des verbes, etc.
Le caractère contraignant du texte juridique dont parle Gémar se rapporte plutôt à une
décision rendue par le législateur qui se reflète dans la règle établie par la loi, la constitution,
etc. Le traducteur ne peut, par exemple, substituer un terme à un autre, même s’il juge un
terme plus approprié qu’un autre, sans risquer de contrevenir à ce qui a été établi par le droit.
Voici comment Gémar décrit ce trait particulier de la langue juridique.

Le caractère normatif du droit découle essentiellement de la législation et de la jurisprudence


qui confèrent à la règle de droit sa validité, donc son efficacité et sa nature impérative,
conditions sans lesquelles on ne pourrait pas parler de norme juridique[122].

Sur ce point, Michel Sparer rappelle que « le texte juridique est conçu avant tout pour
contraindre ou pour provoquer des comportements. La loi, par exemple, signale-t-il, a
principalement pour objet de donner des droits ou des obligations »[123].

Prenons par exemple les termes convention, accord et traité. La Convention de Vienne sur la
Loi des traités (signée à Vienne le 23 mai 1969 et entrée en vigueur le 27 janvier 1987)
prévoit, à l’article 2(1)(a), que l’« expression " traité " s’entend d’un accord international
conclu par écrit entre États et régi par le droit international, qu’il soit consigné dans un
instrument unique ou dans deux ou plusieurs instruments connexes, et quelle que soit sa
dénomination particulière ».[124] L’article 2(1)(a), en langue anglaise, se lit comme suit: « '
treaty ' means an international agreement concluded between States in written form and
governed by international law, whether embodied in a single instrument or in two or more
related instruments and whatever its particular designation »[125].

On remarquera que dans le cas de l’ALENA, on parle d’« accord » en français, de « tratado »
en espagnol et d’« agreement » en anglais. Alonso Gómez-Robledo Verduzco, juriste
mexicain, précise que le choix du terme aux États-Unis et au Mexique dépend du processus
juridique de ces pays pour ce qui est de la conclusion de ce type de négociations. Aux États-
Unis, d’après lui, la Constitution fédérale de 1787, prévoit, à l’article II, section 2, paragraphe
2, que le président a le pouvoir de conclure des traités à condition d’avoir l’avis et le
consentement des deux tiers des membres du Sénat. Avec le temps, ajoute-il, le pouvoir
exécutif, par la personne du président, a acquis des droits plus importants que ceux que la
Constitution lui conférait. Les accords conclus par le président sont actuellement appelés
Executive Agreements . Gómez-Robledo Verduzco distingue trois types d’accords : les
accords conclus sur la base d’un accord déjà existant; les Congressional Executive agreements
dont la conclusion doit être approuvée par le Congrès; et les Sole Executive Agreements
conclus par le président en s’appuyant sur les droits que la Constitution lui confère.
L’ALENA est un Congressional Executive Agreement . Au Mexique, le terme tratado se
trouve défini par l’article 133 de la Constitution de ce pays. Les tratados internacionales
occupent dans ce pays la troisième place pour ce qui est des lois pouvant régir ce pays, ou
leyes supremas de la Federación .[126]

Comme nous le verrons dans les paragraphes qui suivent, la langue du droit est soumise à
certaines conditions afin d’atteindre le but escompté par la norme du droit.

2.3.2 La langue du droit


Afin d’éviter un débat qui déborderait du cadre de la présente étude, précisons tout d’abord
que le terme langue du droit est utilisé ici au sens que lui donnent Sourioux et Lerat[127], soit
au sens de langage ou façon particulière de s’exprimer . Nous reconnaissons qu’il n’existe pas
à proprement parler de langue du droit, du moins au même titre qu’il existe une langue
courante. Cependant, les juristes, aussi bien que d’autres spécialistes, comme les physiciens
ou les mathématiciens, partagent un langage souvent qualifié de discours, de dialecte social,
voire de « technolecte[128] ».
Définir la langue du droit comme une façon particulière de s’exprimer implique qu’elle
comporte des éléments de la langue courante et des éléments qui lui sont étrangers. Cette
combinaison d’éléments est ce que Sourioux et Lerat appellent le caractère composite du
langage juridique. Et comme ils l’indiquent « c’est précisément ce caractère composite qui
explique en partie ce paradoxe : le droit est un phénomène aussi largement social que la
langue elle-même, mais qui suscite un sentiment d’étrangeté chez la majorité » [129].

La langue est le véhicule par lequel le droit exprime la norme juridique. Pour exprimer la
norme de façon à ce qu’elle soit respectée et suivie, le droit soumet son véhicule d’expression
à une série de mesures, tant sur le plan interne (la syntaxe, la stylistique, la sémantique et le
lexique) que sur le plan externe (l’organisation et la structure de son langage).

2.3.2.1 Caractéristiques générales


Dans cette étude, le terme langue du droit est préféré aux termes dialecte social et technolecte
, car la langue du droit constitue bien plus qu’une batterie de termes techniques utilisés pour
décrire des objets ou des notions. Le droit emploie un discours qui comporte des éléments
syntaxiques, lexicaux, stylistiques et sémantiques qui lui sont propres et qui doivent être
employés dans des circonstances bien précises. Ce sont là des éléments de la langue qui
constituent des unités difficiles à fractionner, mais que la science linguistique sépare aux
seules fins de l’analyse.

Précisons également que le terme langue du droit est utilisé ici comme un terme générique,
car différents sous-domaines ou branches du droit possèdent des caractéristiques syntaxiques,
lexicales, stylistiques et sémantiques qui leur sont propres. Un article de loi, par exemple,
présente des caractéristiques linguistiques différentes de celles d’un contrat ou d’un traité
international. Toutefois, le texte juridique possède des caractéristiques qui le distinguent des
textes appartenant à d’autres disciplines ou branches du savoir.

L’une des caractéristiques saillantes de la traduction juridique provient de la relation étroite


que le droit entretient avec le langage qui le véhicule. Plusieurs théoriciens du langage du
droit reconnaissent à ce rapport un caractère assez particulier. Gémar, par exemple, qualifie ce
rapport d’ambigu et de chaotique[130]. L’adjectif chaotique ne qualifie pas la langue du droit,
mais plutôt la nature ambivalente du rapport qui existe entre le droit et son véhicule
d’expression. Il se rapporte au fait que le droit façonne soigneusement son discours pour
exprimer la norme, et à la difficulté que représente souvent le fait d’interpréter le sens
véhiculé par celle-ci.

David Mellinkoff, juriste américain, analyse vingt-deux caractéristiques de la langue du droit


en anglais, qu’il perçoit comme une langue regorgeant d’imprécisions. Mellinkoff qualifie la
langue du droit de wordy , unclear , pompous et dull [131] . Le résultat, signale-t-il, est une
langue dont le sens est difficile à saisir, non seulement pour le profane mais aussi pour l’initié.

Si la langue juridique, telle qu’elle vient d’être décrite, a ses tenants, elle a aussi des
réfractaires qui proposent sa simplification. Les tenants de la simplification du droit,
particulièrement en langue anglaise, ont initié le mouvement connu sous le nom de Plain
Language ou Plain English[132] .

2.3.2.2 Caractéristiques lexicales


Le plan lexical de la langue du droit pose un haut degré de difficulté au traducteur. La
nomenclature du droit se distingue par son caractère incertain qui découle, selon Gémar[133],
du caractère flou de ses concepts. Prenons l’exemple du terme droit . Gémar a vérifié la
définition donnée par différents dictionnaires. Il a constaté que les définitions variaient d’un
dictionnaire à l’autre. Pourtant, il s’agit bien du terme-clé du domaine juridique.

La terminologie juridique se caractérise aussi par une grande polysémie. Cette caractéristique
du langage du droit obéit à des raisons historiques, c’est-à-dire au développement du droit
dans le temps, aux institutions et aux personnes qui ont contribué à le modeler. Le droit reflète
les besoins d’une société dans le temps; par conséquent, le sens des termes peut varier selon le
contexte et les époques.

L’étude diachronique du langage juridique montre que sa richesse et sa diversité reflètent les
besoins d’une époque et les nombreuses sources utilisées pour répondre à ces besoins. La
langue du droit étant un phénomène social, elle est marquée par les événements qui ont
influencé la société à un moment précis de son histoire.

La langue du droit est une langue très ancienne et elle porte encore l’héritage terminologique
de langues comme le latin et le grec. Les expressions et les termes latins, par exemple, font
partie intégrante du droit. La langue juridique en français doit au latin des termes comme
constitution , législateur , régime , acte , adjudication , hypothèque , cession , clause , etc.

Dans des temps plus modernes, d’autres langues ont contribué à enrichir la terminologie du
droit en français. Ainsi, l’anglais a légué des termes comme budget , chèque , comité ;
l’italien a également apporté sa contribution par des termes financiers et commerciaux comme
aval , banque , banqueroute , bilan , douane ; enfin, le grec a légué des termes ayant trait aux
institutions, par exemple démocratie , monarchie , oligarchie , politique , théocratie [134] .

Il est important de noter, toutefois, que les mots évoluent dans leur nouveau contexte et que
cette évolution peut entraîner des changements de sens par rapport à la langue d’origine.
Ainsi, le terme latin statum a évolué en anglais sous la forme de status , tant dans sa forme
simple que dans l’expression status quo ; tandis qu’en français, ce même terme est devenu
statut dans sa forme simple et statu (sans « t ») dans l’expression statu quo. Au sujet de
l’évolution des mots, Didier précise que « [l]orsque les mots ont été déracinés et transplantés
d’une langue à une autre, d’un terroir à un autre, ils se trouvent placés dans une structure
linguistique et sociale nouvelle, qui les rend autonomes par rapport aux langues-mères
desquelles ils proviennent » [135].

Le droit puise abondamment dans la langue générale. Et cela constitue l’une des grandes
difficultés de cette langue de spécialité : ces termes de la langue de tous les jours peuvent être
dotés d’un sens différent, dans un contexte précis. Cette diversité présente la grande difficulté
de ne pas être répertoriée dans son ensemble dans les divers lexiques et dictionnaires
spécialisés. Ces ouvrages n’incluent souvent que la nomenclature du droit, soit les termes du
domaine proprement dit, et excluent les termes de la langue courante qui, ayant acquis un sens
particulier, échappent à la compréhension du néophyte.

Darbelnet distingue la nomenclature du droit et le vocabulaire de soutien du droit. La


nomenclature comprend les termes appartenant à un sujet. C’est ce que Sourioux et Lerat
appellent mots-bases . Le vocabulaire de soutien inclut les mots d’une technicité moindre ou
nulle qui servent à actualiser les mots spécialisés et à donner au texte une organisation. Bref,
ce sont des mots usuels ou de la langue courante ayant un sens technique et que Darbelnet
appelle aussi vocabulaire para-technique . Il déplore le fait que ces termes ne soient
généralement pas inclus dans les lexiques juridiques. Voici la remarque qu’il fait à ce sujet :

S’il convient d’insister sur l’existence du vocabulaire de soutien, c’est parce que son
importance est éclipsée, dans les répertoires spécialisés, par les termes techniques. On
constate, en feuilletant des répertoires de la langue juridique, par exemple le Lexique de
termes juridiques , qui pourtant s’adresse à des étudiants, que nombre de termes utilisés dans
la rédaction de textes juridiques et administratifs [...] n’ont pas été retenus. C’est vrai qu’en
général les répertoires visent plutôt à la compréhension qu’à la rédaction. C’est pourquoi on y
trouve des mots comme syndic , réclusion , parafiscalité , ou encore défendeur , inculpé,
prévenu , et accusé , mais sans que, soit dit en passant, le LTJ montre le lien entre ces quatre
derniers termes. Le sens de tous ces mots est facile à cerner et le relief que cela leur donne
explique sans doute leur inclusion. En revanche on risque de ne pas rencontrer dans les
mêmes répertoires des mots de soutien, tels que intenter , entendre (un témoin, le Conseil
d’État entendu), exorbiter , dépérir , supporter (au sens fiscal) [136].

Darbelnet suggère que le vocabulaire de soutien du droit devrait être recensé dans les lexiques
et les dictionnaires spécialisés au même titre que les termes techniques. Ce qu’il appelle
vocabulaire de soutien est analysé par d’autres théoriciens comme des cooccurrents du
langage juridique, soit l’agencement du texte juridique. Ces cooccurrents posent comme
problème le fait de ne pas être recensés dans quelque ouvrage que ce soit. Darbelnet montre
également que la difficulté du langage juridique n’est pas seulement une question de
terminologie, mais aussi d’agencement des mots selon un schéma préétabli. La terminologie
et l’agencement des mots constituent donc deux éléments du discours d’importance égale
pour la signification du message. Le sens que véhiculent les mots du texte, si bien choisis
soient-ils, ne passera pas si ces mots ne sont pas agencés d’une certaine manière.

2.3.2.3 Caractéristiques stylistiques


Le style ou la façon d’énoncer un discours a également un objectif ou une raison d’être.
L’émetteur du discours privilégie une façon de dire plutôt qu’une autre selon le type de
message à transmettre ou selon l’effet qu’il cherche à produire chez son interlocuteur.
L’objectif est, bien entendu, de transmettre un message, mais ce message aura un effet plus ou
moins important selon que le style s’adapte plus ou moins bien au type de message à
transmettre.

Les textes normatifs, par exemple, ont un ton solennel. Dans ce type de texte, c’est l’État qui
parle, et l’objectif est de faire respecter la norme qui organise la vie en société. Bien entendu,
sous-jacents à la norme, se trouvent des principes de légitimation qui justifient le système
juridique établi et qui font en sorte qu’il soit approprié de lui obéir. C’est ce que
Friedman[137] appelle trait culturel , c’est-à-dire l’attitude et l’opinion des individus envers le
système juridique en vigueur.

2.3.2.4 Caractéristiques syntaxiques


La langue du droit présente des caractéristiques syntaxiques qui la distinguent facilement de la
langue d’autres domaines. Elle recourt aux mêmes règles syntaxiques[138] que la langue
courante. Il n’existe pas une syntaxe ou une grammaire propres à la langue du droit.
Cependant, la langue du droit, à l’instar de la poésie, présente des structures syntaxiques qui
permettent de la distinguer facilement de la langue courante et des autres langues de
spécialité. Les caractéristiques qui suivent[139] s’appliquent surtout aux textes normatifs
comme les articles de loi, les règlements, les actes, les jugements.

2.3.2.5 La place du verbe


Le verbe peut être soit antéposé, - comme dans l’exemple : est décrété bien public [...], soit
postposé, - comme dans l’exemple : le conseil, statuant à l’unanimité, sur proposition [...]
adopte...

2.3.2.6 L’ordre des propositions


Dans les jugements, par exemple, il est fréquent de trouver des phrases commençant par des
locutions conjonctives telles que Vu que , entendu que , et suivies d’une phrase relative qui
précède la phrase principale.

2.3.2.7 La longueur des phrases


Dans la majorité des langues, les phrases des textes de lois et de contrats sont très longues.
Comme le précise Gémar, il ne s’agit pas d’un trait stylistique propre au rédacteur, mais
parfois du résultat d’une énumération. La longueur des phrases contribue en grande partie à la
redondance qui caractérise la langue du droit. Encore une fois, il ne s’agit pas d’un procédé de
style, mais bien du résultat d’un souci d’exhaustivité.

2.3.2.8 L’emploi des phrases au passif


La voix passive est abondamment employée, tant en anglais qu’en français et en espagnol.
L’utilisation de tournures passives dans des textes juridiques tels que les règlements, les actes
et les jugements, donne à ces derniers un ton neutre, objectif et formel, voire solennel. Le but
visé, comme le précise Gémar, est celui de la dignité du texte normatif, où l’on évite
soigneusement d’employer une langue triviale ou des tournures familières. Ainsi, le pronom il
est préféré au pronom personnel indéfini on . Par conséquent, la phrase il est convenu / décidé
sera préférée à la phrase on a convenu / décidé .

2.3.2.9 Caractéristiques sémantiques


Chaque élément qui compose la langue du droit a été soigneusement analysé avant que son
usage, voire sa signification, ait été fixé dans un domaine ou sous-domaine du droit et associé
à un cas particulier.

En effet, un terme peut être employé par tous les usagers du droit dans un sens que tous
comprennent ou croient comprendre. Toutefois, la signification d’un terme est actualisée par
les juges qui fixent la signification des termes dans un contexte donné et par rapport à un cas
précis. Comme il a été indiqué précédemment, c’est ce que Gémar appelle le caractère
normatif de la langue du droit. Le passage suivant illustre comment la signification d’un terme
s’impose au contexte dans lequel oeuvre le traducteur et aux considérations linguistiques de
celui-ci.

La loi est au-dessus du contexte et des considérations linguistiques [du traducteur]. On peut
contester l’emploi du terme « corporation » et lui préférer celui de « société commerciale ». Il
reste que le terme défini dans la loi est celui que le juge, soucieux de respecter l’unité et la
stabilité sémantiques nécessaires au bon fonctionnement de la machine judiciaire, retiendra en
fin de compte[140].

Dans la citation précédente, il est question de l’équivalence française du terme business


corporation . L’équivalence retenue au Québec et en Ontario est compagnie , dans la
législation fédérale, l’équivalence est société par actions, et au Nouveau-Brunswick,
l’équivalence est corporation commerciale [141].

Le fait de donner à un mot un sens particulier, dans un cas ou dans un contexte particulier,
donne lieu à une polysémie qui peut conduire à une mauvaise utilisation ou interprétation des
termes. Le problème de la polysémie de la langue juridique est l’une des difficultés les plus
difficiles à surmonter. Elle est d’autant plus difficile à résoudre que la source de droit ne peut
être interrogée, comme dit Gémar, pour connaître le sens précis du texte juridique en question.
Dans le cadre de l’ALENA par exemple, il est difficile d’interroger les rédacteurs des textes
juridiques, la révision et solution des différends ayant un caractère confidentiel. Par ailleurs,
le recours au dictionnaire ne constitue pas toujours la solution au problème, car les
dictionnaires ne recensent pas tous les cas ni tous les contextes où un terme de droit peut
apparaître et, par conséquent, tous les sens que ce terme peut avoir.

La langue du droit possède, en tant que langue de spécialité, des traits qui en font une langue
unique et très complexe. Son vocabulaire comprend un grand nombre de termes qui
proviennent de la langue courante et de termes qui ne sauraient exister en dehors du cadre
juridique, de même qu’un grand nombre de termes qui ont été empruntés à d’autres langues
ou hérités d’autres langues, comme le latin. La langue du droit peut organiser les composantes
des phrases de son discours d’une façon distincte (un verbe placé en début ou en fin de
phrase, des phrases introduites par des locutions prépositives suivies de propositions
subordonnées). Elle emploie également un ton solennel qui évite toute tournure familière.
Enfin, la langue du droit est l’une des langues les plus polysémiques, puisque la signification
des termes de son discours a été fixée dans un contexte particulier, par rapport à un cas
particulier. Sa terminologie a donc un caractère spécifique mais imprécis.

Gémar reconnaît au droit un caractère ésotérique et solennel en raison d’éléments tels que «
naissance en assemblée législative; sanction publique, par la justice, de l’infraction commise;
célébration du Droit par les ministres du culte que sont avocats et notaires » [142]. Par
ailleurs, il attribue à la langue du droit un caractère initiatique. Les profanes ne comprennent
un texte juridique que s’ils ont été initiés à ce culte qu’est le droit, à sa langue, à ses
institutions, à ses mécanismes et à ses modes de fonctionnement. La polysémie qui caractérise
la langue juridique contribue, d’après Gémar à accentuer le mystère qui entoure le droit.

2.3.3 La diversité des systèmes juridiques


La diversité des systèmes juridiques en présence constitue pour Gémar « la seule vraie grande
difficulté[143] » de la traduction juridique. Le droit est élaboré par une société spécifique,
pour cette société, et il répond aux besoins mêmes de cette société. Par ailleurs, chaque
société définit son droit selon la perception qu’elle en a et selon le type d’organisation qu’elle
veut se donner. Voilà, d’après Gémar, qui explique l’existence de différents systèmes de droit.

Tel qu’indiqué dans l’introduction générale, les systèmes juridiques qui intéressent ici sont la
common law et le droit civil. Les paragraphes qui suivent présentent une description de ces
deux systèmes juridiques qui ont une incidence directe sur l’opération traduisante. De ce fait,
le traducteur doit agir en tant que comparatiste du droit.

Gérard-René de Groot précise que le droit comparé constitue la base de la traduction


juridique; de même, Gémar affirme que la difficulté première de la traduction n’est pas
déterminée par des différences linguistiques, mais plutôt par l’affinité des systèmes ou des
traditions juridiques en présence[144].
En effet, le droit comparé analyse les différents systèmes de droit et les regroupe en familles.
En général, le regroupement ou classement des droits par familles se fait selon des critères de
finalité et de ressemblance quant au fond et à la forme de ces corps de droit. Comme il a été
signalé auparavant, la langue constitue un critère important de classement des droits par
familles. Ainsi, de Groot[145], à l’instar de Gémar et d’autres théoriciens, affirme que la
traduction juridique est une activité relativement facile si les systèmes juridiques et les
langues concernées par la traduction sont rapprochés. Ce serait le cas pour des pays comme le
Danemark et la Norvège, ou encore la France et l’Espagne, qui ont adopté le droit civil
comme système juridique.

Par ailleurs, la traduction de textes appartenant à un pays dans la langue d’un autre pays dont
le système juridique est semblable à celui du premier ne devrait pas poser de graves
problèmes, même si les langues en question se ressemblent peu. Ce serait le cas de la
traduction de documents du français vers le néerlandais. La traduction de termes appartenant à
des systèmes juridiques similaires, précise de Groot, ne pose pas vraiment de problème, car
les connotations sont parallèles. Ce serait le cas des pays ayant plus d’une langue officielle,
comme le Canada, la Belgique, la Suisse ou la Finlande. Les difficultés de traduction sont
plus grandes lorsque l’on traduit des textes issus de systèmes très différents vers des langues
qui sont également très différentes de la langue de départ.

Enfin, la traduction est également difficile lorsqu’elle se fait entre des systèmes juridiques
divergents, même si les langues sont rapprochées. La traduction de textes de l’allemand vers
le néerlandais serait un exemple de ce type de difficulté. Le piège qui guette le traducteur,
dans ce cas, est l’existence des faux-amis juridiques. On peut donc conclure que plus il y a de
systèmes juridiques différents en cause, plus les difficultés de traduction augmentent. Le
niveau de difficulté de la traduction dans les organismes multinationaux, ou dans des pays
ayant plusieurs langues officielles, serait donc très élevé.

La common law et le droit civil présentent des différences quant au fond et à la forme. Le
fond est lié à ce que l’on ne perçoit pas; c’est-à-dire aux aspects culturels du droit, aux
circonstances dans lesquelles celui-ci a été forgé, aux individus et aux événements qui ont
contribué à son développement. Ce sont tous des éléments qui font l’unicité du droit et qui
sont à l’origine de la complexité de la traduction juridique.

La description des principales caractéristiques des systèmes juridiques ne serait pas possible
sans l’apport du droit comparé, une science qui contribue notamment à la connaissance de
l’aspect historique et philosophique des divers droits, à la compréhension des peuples
étrangers et à l’amélioration des relations internationales[146].

Le droit est défini ici comme « l’ensemble des règles écrites, coutumières ou
jurisprudentielles qui organisent la vie en société » [147]. Cela veut dire que le droit cherche à
établir un cadre limitant les rapports et les comportements des membres de la société. La
diversité de ces rapports fait en sorte que le droit a plusieurs manifestations. Comme le
signale le juriste québécois Georges A. Legault, ces rapports entre les individus peuvent être «
vis-à-vis des objets : achat, vente, location; vis-à-vis des personnes : mariage, filiation; ou vis-
à-vis des institutions judiciaires, législatives ou tout ce que ces institutions regroupent »[148].

Ces diverses manifestations du droit ont une organisation et une structure qui leur sont
propres. Toutefois, elles forment un ensemble ayant lui aussi ses propres traits identitaires. Le
juriste comparatiste René David précise que chaque droit constitue un système qui emploie un
certain vocabulaire, qui correspond à certains concepts, qui regroupe les règles dans certaines
catégories, qui comporte l’emploi de certaines techniques pour formuler les règles et de
certaines méthodes pour les interpréter et qui est lié à une certaine conception de l’ordre
social, lequel détermine le mode d’application et la fonction même du droit. Aussi la
correspondance entre les notions constitue-t-elle l’une des grandes difficultés que pose la
comparaison entre les divers droits.

David précise également que les règles du droit constituent une réponse à un besoin ressenti à
un moment donné dans l’histoire d’une société et que, par conséquent, elles changent à
mesure que la société se transforme ou se développe. Aussi, le droit a-t-il besoin d’un cadre
pour le contenir et pour lui assurer une continuité. Le cadre de ces composantes constitue les
traits identitaires du droit et du système autour duquel celui-ci est articulé. C’est grâce à ces
traits, que David appelle les éléments constants du droit, que ce dernier peut être divisé en
familles. Le classement des droits par familles a l’avantage d’en réduire le nombre et d’en
faciliter la compréhension. Le nombre de droits, précise David, serait infini si l’on en
considère la teneur et le contenu. Ce nombre devient par contre plus restreint si l’on envisage
plutôt les techniques employées pour les énoncer, la manière de les classer, les modes de
raisonnement utilisés pour les interpréter, etc.

Les critères employés pour regrouper les droits par familles ne font pas toujours l’unanimité
parmi les comparatistes. Toutefois, tous s’accordent pour reconnaître comme appartenant à
des familles différentes les droits romano-germaniques, qui ont donné naissance au système
civiliste ou droit civil, et le droit anglais, qui a donné naissance à la common law.

2.3.3.1 Le droit civil


Le droit civil fait partie de la famille romano-germanique qui regroupe les droits issus de
l’amalgame du droit romain, du droit germanique, du droit canonique et du droit
commercial[149]. Le droit des Romains étant le droit prédominant dans cet amalgame, le droit
civil est connu sous le nom de droit romaniste.

Les Romains sont considérés comme les grands juristes de l’Antiquité. D’après Gilissen, les
jurisconsultes[150] romains seraient « les premiers dans l’histoire de l’humanité à parvenir à
élaborer une technique juridique et une science du droit, grâce à l’analyse approfondie des
institutions et à la formulation précise des règles juridiques» [151]. Le droit romain est non
seulement un droit très ancien[152], beaucoup plus ancien que la common law - comme nous
le verrons plus loin -, mais aussi un droit imprégné d’une technicité qui le caractérise encore
de nos jours.

Le droit romain, tel qu’on le connaît aujourd’hui, est le résultat d’une série de transformations
dans lesquelles la traduction a joué un rôle considérable. Des comparatistes comme Gillisen et
Merryman indiquent que le droit des États romanistes contemporains n’est pas celui de
l’Empire romain, mais plutôt celui qui était étudié et enseigné dans les universités médiévales.
Avec l’effondrement de l’Empire romain en Occident au Ve siècle, le Corpus Juris Civilis est
tombé en désuétude, mais il est devenu un sujet d’intérêt pour les intellectuels et les
professeurs des jeunes universités européennes à la fin du XIe siècle. Dans un premier temps,
la reconstitution et l’explication de ces textes ont amené l’insertion des gloses dans les textes
rédigés en langue vernaculaire. Par la suite, le Corpus Juris Civilis fut adapté aux problèmes
de l’époque. Les étudiants ramenaient chez eux non seulement le droit du Corpus Juris Civilis
, mais aussi les méthodes et les idées de leurs professeurs. Le droit romain, et l’énorme
volume de littérature issu des gloses et de l’adaptation du droit aux problèmes de l’époque, est
devenu le Jus Commune , soit le droit commun d’une grande partie de l’Europe
continentale[153].

2.3.3.1.1 Les divisions et les concepts


Les règles du droit romaniste forment deux grandes catégories : le droit public et le droit
privé. Cette distinction part du principe selon lequel les rapports entre gouvernants et
gouvernés posent des problèmes qui leur sont propres et appellent une réglementation
différente de celle qui régit les rapports entre des individus.

René David précise qu’à l’intérieur de ces deux grandes catégories de règles, on trouve, dans
tous les pays de droit romaniste, les mêmes branches, soit le droit constitutionnel, le droit
administratif, le droit international public, le droit de la procédure, le droit civil, le droit
commercial, le droit du travail, etc. Cet état de fait expliquerait, selon René David, qu’«
aucune difficulté majeure, en règle générale, n’est éprouvée pour traduire du français vers
l’allemand, l’espagnol, l’italien, le hollandais, le grec ou le portugais, les mots du vocabulaire
juridique » [154]. D’après lui, cela tient également du fait que, pendant des siècles, la science
du droit ayant été enseignée sur la base du droit romain et du droit canonique, le vocabulaire
employé a été le même et a exprimé les mêmes idées, et ce, en dépit des différentes méthodes
employées pour faire connaître cette science.

2.3.3.1.2 La notion de règle de droit


Un autre élément qui fait l’unité des droits de tradition romaniste est la façon dont la règle de
droit est conçue. Par ailleurs, cette conception de la règle de droit distingue nettement les
droits romanistes de la common law. Les droits romanistes, comme nous le verrons plus loin,
accordent une grande importance à la doctrine[155], ce qui justifie, d’après David, que la
règle de droit ne soit pas considérée comme une simple règle établie pour résoudre des
problèmes; elle est plutôt perçue comme une règle de conduite ayant un caractère général qui
se situe au-dessus des applications que les tribunaux ou les praticiens peuvent en faire. Le
passage qui suit illustre la façon dont la règle de droit est perçue dans la tradition romaniste.

La règle de droit décante et purifie la pratique, en rejetant les éléments discordants ou


superflus. Elle simplifie la connaissance du droit en réduisant la masse des éléments qui
doivent être pris en considération. Elle donne un sens à ces éléments en montrant comment ils
concourent à assurer une meilleure justice sociale, un ordre économique ou moral plus sûr.
Elle permet à l’opinion publique, au législateur, d’intervenir plus efficacement pour corriger
certains comportements, ou même orienter la société vers des fins données[156].

Cette citation révèle également que le droit dans la tradition romaniste est considéré comme
un modèle d’organisation sociale. Il contient les préceptes de conduite et de morale que les
membres d’une société doivent suivre.

Dans la tradition romaniste, le rôle du code n’est pas de trouver une solution à tous les
problèmes, mais plutôt de prescrire des règles générales à partir desquelles les juges et les
citoyens peuvent déduire facilement la manière de résoudre un problème donné. La difficulté,
tel qu’il a été signalé précédemment, provient de l’interprétation qu’il faut faire de la règle de
droit, laquelle est véhiculée dans une langue bien précise.

2.3.3.1.3 Les sources de droit


Bien qu’il soit difficile d’établir une liste homogène des sources des droits romanistes et
d’organiser ces sources selon un ordre précis, on reconnaît généralement la loi, la coutume, la
jurisprudence, la doctrine et les principes supérieurs comme les principales sources de ces
droits. Parmi ces sources du droit, la place et le rôle accordés à la loi et à la jurisprudence
constituent les deux principaux éléments qui permettent de distinguer le droit romaniste de la
common law.

La loi, comme il a été signalé précédemment, apparaît comme la source par excellence du
droit romaniste. David précise que dans les pays de la famille romano-germanique, le recours
aux dispositions de la loi est perçu comme la meilleure façon de rendre justice. Cette
perception aurait amené, au XIXe siècle, la majorité des États membres de la famille romano-
germanique à codifier les lois et à se doter de constitutions écrites.

La loi, qui comporte un style, une syntaxe et une terminologie rigoureusement prédéterminés,
apparaît comme la meilleure technique pour énoncer des règles claires menant à une solution
juste. David précise que le souci de clarté constitue l’un des paradoxes des droits de tradition
romaniste : le souci « de s’exprimer de manière aussi compréhensible que possible pour le
vulgaire et, à l’inverse, une tendance à exprimer les règles de droit en utilisant une technique
aussi précise que possible, au risque de faire du droit une science quelque peu ésotérique »
[157]. Ce paradoxe contribue en grande partie au fait que la langue juridique soit l’une des
langues spécialisées les plus complexes.

Cette première source du droit inclut également les traités, les codes, les règlements et les
décrets, ainsi que les circulaires administratives.

La coutume, précise David, vue sous l’angle sociologique du droit, joue un rôle très
important. Elle constituerait l’infrastructure sur laquelle le droit est édifié. Elle guiderait les
principes relatifs à l’application et au développement du droit. D’après David, c’est la
coutume qui permettrait, par exemple, de cerner des notions comme conduite fautive , délais
raisonnables , impossibilité morale , etc.

La troisième source du droit de la famille romano-germanique, qui est de nos jours plus
importante que par le passé, est la jurisprudence; c’est-à-dire les décisions des tribunaux.
David signale qu’il existe en droit romano-germanique des recueils ou répertoires de
jurisprudence et que ces recueils ont été développés à l’intention des juristes de la pratique. Il
n’explique le rôle de la jurisprudence dans cette famille de droit que par rapport à la loi. Dans
les pays régis par un droit de tradition romano-germanique, précise-t-il, les juristes renoncent
difficilement au recours à la loi. L’importance relative accordée aux règles jurisprudentielles
dans les pays de droit romano-germanique et dans les pays de common law constitue l’une
des grandes différences entre ces deux familles. La portée du droit jurisprudentiel est
restreinte dans les premiers, alors que c’est exactement le contraire dans les seconds.

La doctrine, quant à elle, est une source qui a contribué de façon considérable par le passé au
développement du droit; notamment dans les universités d’Europe des XIIIe au XIXe siècles.
David précise que ce n’est que récemment que la loi prime sur la doctrine. D’après David,
c’est la doctrine qui forge les termes et les notions du droit que le législateur emploie. Ce
serait également la doctrine qui établirait les méthodes d’interprétation des lois. Il ne sous-
estime pas non plus l’influence que la doctrine peut avoir sur le législateur dans la création
des lois. D’après lui, le législateur consigne dans une loi des tendances ayant été préparées et
développées par la doctrine.
La dernière source de développement et de renouveau du droit que nous analyserons ici reçoit
l’appellation de principes généraux. Pour simplifier ce que ces principes constituent, disons
que ce sont des avenues que les juristes empruntent lorsque les limites de la loi sont atteintes.
Ces principes généraux peuvent être dégagés de la loi même ou être suggérés par le législateur
dans des cas où la loi s’avère insuffisante. David précise à ce sujet que « nul système législatif
ne peut se passer de ces correctifs ou de ces échappatoires, sans lesquels un divorce
inadmissible risquerait de se produire entre le droit et la justice » [158].

2.3.3.2 La common law


Si la tradition romaniste témoigne de la pertinence du postulat de Didier selon lequel le
vocabulaire juridique a la même histoire que les institutions et les individus qui le créent et
l’emploient, la common law le confirme. Par ailleurs, David abonde dans ce sens lorsqu’il
précise que « la common law est un système très marqué par son histoire, et cette histoire est
de façon exclusive, jusqu’au XVIIIe siècle, l’histoire du droit anglais »[159]. Cela justifie le
fait que les grandes divisions, les institutions, la structure et surtout la terminologie de la
common law soient si différentes de celles de la tradition romaniste.

Les origines de la common law remontent à 1066, année de la conquête de l’Angleterre par
Guillaume, duc de Normandie, dit Guillaume le Conquérant. Les Normands règnent en
successeurs et non en conquérants, et ils préservent le droit anglo-saxon déjà en vigueur en
Angleterre, un droit local et coutumier non écrit. Guillaume, duc de Normandie, a établi à
Westminster les cours royales qui ne traitaient que des questions liées au pouvoir royal.
Guillaume 1er a créé un système qui cherchait principalement à assurer le pouvoir royal et à
développer une structure permettant de régler les différends liés à la collecte des taxes[160].
Les questions concernant les intérêts des particuliers devaient être portées aux cours locales
appelées County Court ou Hundred Court . Seules les questions d’importance exceptionnelle
étaient portées à l’attention du roi, qui assurait le rôle de chef justicier.

Ce droit anglo-saxon est peu à peu remplacé par la common law que les Normands appellent
comune ley , et qui devient le droit commun dans toute l’Angleterre. La langue parlée du droit
est le français et la langue écrite, le latin. Le latin comme langue du droit a donc été transmis
en Angleterre par les Normands et non pas par les Romains.

Pour saisir les cours royales, ce qui n’était pas un droit mais un privilège, il fallait suivre une
procédure précise. Cette procédure consistait à demander un writ - ou bref[161] - au
chancelier. Le writ était donné par le roi à ses agents pour que ceux-ci ordonnent au défendeur
d’agir conformément au droit, et de satisfaire ainsi la prétention du demandeur. René David
précise que selon cette procédure, le demandeur devait présenter un acte introductif d’instance
( declaration ) dans lequel il exposait les faits d’espèce ( case ) et demandait aux juges royaux
de bien vouloir connaître le litige. Les nouvelles actions dans lesquelles les juges
reconnaissaient leur compétence ont été appelées actions super casum ( actions on the case ).
Avec le temps, ajoute David, ces actions se sont diversifiées et on leur a attribué des noms qui
étaient choisis en fonction du fait qui motivait leur octroi. C’est ainsi que sont nées des
actions portant des noms tels que assumpsit , deceit , trover ; des termes sans équivalent dans
d’autres systèmes juridiques.

David précise également qu’à chaque writ correspond une procédure qui détermine la suite
des actes à poser. Par exemple, les possibilités de représentation des parties, les conditions
sous lesquelles les preuves doivent être présentées, les moyens de faire exécuter la décision et,
surtout, la terminologie à employer. C’est cette procédure qui aurait fait de la common law un
droit procédurier basé sur le stare decisis , principe selon lequel des cas similaires doivent être
réglés de façon similaire. Une autre caractéristique du droit anglais est l’institution d’un jury
devant lequel les juristes doivent soumettre les litiges et faire des plaidoyers[162].

Les circonstances dans lesquelles la common law s’est développée ont donné au droit anglais
un caractère dont il porte toujours la marque. Cela explique, d’après David, la primauté de la
procédure, l’existence d’un grand nombre de concepts propres à cette tradition de droit, la
non-distinction entre droit public et droit privé et la non-réception, en Angleterre, du droit
romain.

Les anciennes procédures employées pour saisir les cours royales ont façonné la terminologie
de la common law et ont déterminé les catégories de cas face auxquelles la cour reconnaît sa
compétence. David donne, à titre d’exemple, le domaine de la responsabilité délictuelle ( law
of torts ), dans lequel la common law « ne connaît que des cas spéciaux de délits civils
nommés : deceit, nuisance, trespass, conversion, libel and slander ». Certains de ces délits,
précise-t-il, correspondent à des anciens writs [163].

Quant à la non-distinction nette entre droit privé et droit public, cela s’explique, d’après
David, par le fait que les cours royales servaient avant tout les intérêts royaux. Toutefois,
David reconnaît que la technique du writ par laquelle les cours royales étaient saisies apparaît
comme un aspect du droit public.

La non-réception du droit romain, d’après David, s’explique par la complexité et la technicité


de la procédure du droit anglais. Contrairement aux juristes d’Europe continentale qui
étudiaient le droit romain dans les universités médiévales, les common lawyers n’étaient
formés que par la pratique, et il en a été ainsi jusqu’au XIXe siècle.

2.3.3.2.1 La structure de la common law


Bien qu’il n’existe pas en droit anglais de distinction nette entre droit public et droit privé, il
existe une différence entre common law et equity . La common law est le droit élaboré dans
les cours royales de Westminster. L’ equity est le droit élaboré par la cour de la Chancellerie.

2.3.3.2.2 L’Equity
L’ equity , précise René David, est un ensemble de remèdes[164] qui se substituaient à la
common law lorsque cette dernière ne suffisait pas à la résolution d’un problème. La
disparition des juridictions locales au profit de la common law a entraîné le développement,
dans l’Angleterre du XIVe siècle, d’un système parallèle d’administration de la justice : l’
equity. Les juridictions locales disparues, les individus ne pouvaient recourir à un correctif
lorsque la common law des cours royales ne pouvait rendre justice ou le faisait mal. Le seul
recours qui existait était la prérogative royale. Le roi déléguait son pouvoir à son chancelier,
qui rendait justice en son nom. Ce recours s’est institutionnalisé et le chancelier a développé
son propre système de règles juridiques. Il appliquait des doctrines équitables inspirées du
droit canonique[165] et du droit romain.

2.3.3.2.3 Les sources de droit


Le développement de la common law ayant été fort différent de celui du droit civil, les
sources dans lesquelles elle puise pour se développer ou se renouveler ne jouent pas le même
rôle que dans les droits romano-germaniques.
En raison du caractère jurisprudentiel de la common law, David considère la
jurisprudence[166] comme la première source de droit, suivie par la loi, la coutume, la
doctrine et la raison.

La jurisprudence, comme il a été précisé dans les lignes précédentes, se rapporte aux
décisions des cours de justice. Dans les pays régis par la common law, le rôle de la
jurisprudence est d’appliquer et de dégager les règles du droit. Elle a donc une autorité de
premier ordre dans ce système de droit.

Le principe qui guide l’élaboration des règles de droit à partir des décisions rendues par les
juges est la règle du précédent. C’est-à-dire que des cas similaires doivent être résolus de
façon similaire. Comme le dit David, la logique qui sous-tend un système de droit
jurisprudentiel impose l’obligation de s’en tenir aux règles qui ont été établies par les juges (
stare decisis ) et de respecter le principe du précédent judiciaire. La common law est donc un
droit qui impose des règles pour résoudre des cas selon leur ressemblance, d’où son nom,
case law . Le droit civil, quant à lui, impose des règles qui se veulent des principes de
conduite et de morale.

La common law a comme deuxième source la loi, connue sous le nom de législation déléguée
ou législation subsidiaire . David précise que dans la common law, la loi ne comporte pas de
principes de droit; elle est plutôt employée comme correctif aux principes établis par la
jurisprudence.

Les autres sources, c’est-à-dire la coutume, la doctrine et la raison, ne joueraient qu’un rôle
secondaire dans le développement proprement dit de la common law. Tout comme dans les
pays de droit romano-germanique, la coutume régit certaines manières de se comporter en
société que personne ne remet en question. La doctrine et la raison seraient des recours pour
combler les lacunes des règles de la jurisprudence.

En résumé, c’est la structure qui marquerait la principale différence entre la common law et le
droit civil. C’est également la structure qui serait à l’origine de la non-correspondance entre
certaines notions d’un système à un autre. David précise à ce sujet que « ne correspondant à
aucune notion connue de nous, les termes du droit anglais sont intraduisibles dans nos
langues, comme le sont les termes de la flore et de la faune d’un autre climat. On dénature le
sens, le plus souvent, quand on veut coûte que coûte les traduire » [167].

Voici un texte qui contient des termes de la common law qui n’ont pas d’équivalent dans la
langue française du Canada.

Lorsque la coutume n’apportait pas de solution, ou qu’elle devenait injuste à force de décider
deux affaires de la même manière par le seul critérium des traits analogues, le Souverain,
source de toute justice, chargeait son chancelier, depuis la fin du XVe siècle, de statuer si les
conclusions, tout en étant conformes à la law , répondaient à l’ equity , fonction qui fut
confiée par la suite à la Court of Chancery ou Court of Equity , laquelle est devenue une
division de la High Court lorsque la réorganisation de 1873 a aboli cette dualité judiciaire.
C’est pourquoi la High Court actuelle applique la law et l’ equity; si elles viennent en conflit,
l’ equity prévaut[168].

Ce passage témoigne de la nature du droit romaniste et de la common law, tant sur le plan
historique que notionnel. Sur le plan historique, il établit le rôle que la royauté anglaise a joué
dans la définition de la structure de la common law; sur le plan notionnel, il montre qu’au
Canada, malgré la longue cohabitation de ces deux traditions, on n’a pas trouvé d’équivalents
français à nombre de notions du droit anglais.

Ce bref historique des droits nous apprend que la common law diffère du droit romaniste par
ses origines, par les sources de son droit, par ses divisions et par les concepts qu’elle admet.
Les divisions de la common law, ainsi que le rôle que la procédure joue dans cette tradition de
droit, sont à l’origine d’un grand nombre de concepts méconnus en droit civil, et qui
constituent, encore de nos jours, même au Canada où ces deux systèmes cohabitent depuis
plus de deux siècles, l’une des grandes difficultés de la traduction. Par exemple, au Canada,
on a renoncé à traduire des termes comme common law. Au Québec, ce terme ne s’écrit plus
en italique et l’usage veut qu’il porte la marque du féminin[169].

Pour ce qui est des problèmes de forme, il faut savoir que chaque langue possède son propre
schéma d’expression écrite. Le droit civil en langue française, par exemple, est le fruit des
études qui ont été faites dans les universités européennes au Siècle des lumières. Il faut donc
que le traducteur connaisse les styles et les procédés de rédaction des différents systèmes
juridiques.

En guise de conclusion, il y a lieu de préciser que, malgré leurs différences, les deux traditions
partagent une même conception du droit, soit la recherche de la justice.

2.3.4 La documentation d’appui à la traduction


Comme le droit est une science sociale, les phénomènes qu’il décrit sont difficilement
transposables d’une langue à une autre ou d’un système à un autre. De plus, la présence de
systèmes juridiques différents pose le problème de la non-correspondance des notions ou des
termes. Dans un cadre où la traduction doit surmonter les contraintes linguistiques et
juridiques causées par la présence de systèmes juridiques différents, le traducteur a recours à
des outils ou à des moyens lui permettant de s’acquitter de sa tâche. Le problème est de savoir
où trouver ces moyens, et par où commencer la recherche documentaire.

Gémar suggère un cheminement de recherche documentaire en trois étapes. La première étape


est la lecture et l’analyse du texte, la deuxième est le relevé des termes et notions inconnus, et
la troisième est la recherche des équivalents. Le problème que signale Gémar dans le
processus de recherche des équivalents est la tendance à recourir au dictionnaire de traduction
en premier lieu alors que, pour lui, ce dictionnaire devrait servir en dernier recours. Le
problème, précise Gémar, est d’ordre méthodologique, car « il s’agit de choisir une solution
dans un domaine qui se caractérise par une grande abondance de termes, une polysémie
chronique et une synonymie non moins importante. Quand, en outre, cette terminologie est
difficilement " exportable " puisque la réalité juridique d’un pays ne peut être impunément
calquée sur celle du voisin en raison des différences socioculturelles et socio-économiques qui
se reflètent dans les institutions[170]. »

Un autre problème que les dictionnaires posent, signale Gémar, vient d’une part du fait qu’ils
suggèrent des solutions du type « recettes de cuisine » et, d’autre part, du fait que les
exemples qu’ils fournissent sont souvent des traductions et non des textes originaux. Par
ailleurs, les dictionnaires, encore pour des raisons méthodologiques, ne peuvent fournir tous
les contextes dans lesquels un terme peut être utilisé. De Groot, à l’instar de Gémar, déplore le
fait que les dictionnaires ne fournissent pas le contexte dans lequel les termes qu’ils suggèrent
peuvent apparaître, tant dans la langue de départ que dans la langue d’arrivée : « «Ideally,
dictionaries should also give the context of the concepts that have to be translated as well as
the context of the suggestions for translations. [...] most dictionaries give some suggestions
for translating a concept and usually only one of these suggestions is correct, depending on
context» [171]. » De Groot croit également que les dictionnaires ne devraient contenir que des
suggestions de traduction des termes d’un système juridique vers un seul autre système
juridique, chaque traduction ne concernant que deux systèmes à la fois.

En raison du faible degré de fiabilité des dictionnaires, notamment des dictionnaires


multilingues, Gémar recommande l’utilisation, en premier lieu, de dictionnaires ou
d’encyclopédies juridiques unilingues, tant en langue de départ qu’en langue d’arrivée. Un
bon dictionnaire devrait répondre à des critères d’exhaustivité, de fiabilité et d’utilité. Par
exhaustivité, Gémar entend le sérieux des auteurs dans les recherches effectuées ainsi que
dans l’utilisation de la terminologie du domaine proprement dit. La fiabilité est déterminée
par la qualité linguistique des entrées, par les définitions, par les équivalents proposés et par le
degré d’obsolescence de la terminologie. N’oublions pas que le droit est une science sociale et
que, par conséquent, il suit l’évolution de la société. La fiabilité dépend également du souci de
présentation, de la clarté des énoncés, de la concision et de la pertinence des définitions.
Enfin, l’utilité d’un dictionnaire dépend, dans une large mesure, des critères d’exhaustivité et
de fiabilité. Le Vocabulaire systématique de la terminologie de Rachel Boutin-Quesnel et al.
indique qu’un dictionnaire terminologique qui traite d’un seul domaine du droit comporte
généralement un haut degré d’exhaustivité.

La préoccupation de Gémar concernant la documentation juridique se justifie par le peu de


confiance qu’il accorde aux dictionnaires de traduction, mais surtout par le fait que, dans le
choix de dictionnaires, le traducteur doit être fidèle aux systèmes concernés dans sa
traduction. Gémar recommande que le traducteur colle à la réalité des systèmes juridiques du
texte à traduire. Cette méfiance peut également être éprouvée envers les dictionnaires de
traduction en langue espagnole dans le contexte latino-américain. Les bons dictionnaires y
sont rares. Par ailleurs, il ne semble pas y avoir d’efforts concertés en vue de la production
éventuelle d’ouvrages lexicographiques en droit comparé.

Le traducteur ne doit pas se contenter de faire des recherches dans plusieurs dictionnaires, il
doit aussi savoir puiser dans des sources fiables. La recherche de telles sources exige que le
traducteur connaisse les droits en présence, quant au fond et à la forme.

Gémar établit trois catégories de sources : les sources dites normatives, les sources
secondaires et les sources variées. Les sources normatives comprennent les textes provenant
de la législation - source de droit par excellence tant en common law qu’en droit civil (les
lois, les règlements, les décrets, etc.). Elles incluent aussi les textes de jurisprudence - source
principale de droit en common law - qui constituent une source fiable de documentation pour
le traducteur. Parmi les sources secondaires, c’est-à-dire les sources de droit moins
contraignantes, Gémar mentionne les documents provenant de la coutume et de la doctrine,
les répertoires, les lexiques, les vocabulaires unilingues, bilingues ou multilingues, les
contrats types, etc. Le traducteur doit également consulter des sources variées telles que des
actes notariés, des contrats, des formulaires types, des procès-verbaux d’audience, etc.

La diversité et la quantité des sujets juridiques constituent un autre problème de la recherche


documentaire. Comme le droit touche à tous les domaines de l’activité humaine, il est difficile
de distinguer les frontières entre les différentes branches du droit. La prolifération des
banques de données informatisées permet l’accès à une masse d’information; or, le problème
tient du repérage des branches du droit et des termes qui leur sont rattachés, et du coût élevé
lié à l’interrogation de ces banques.

2.3.5 L’approche pluridisciplinaire de la traduction juridique


L’exposition des quatre points de la typologie de Gémar fait ressortir la diversité des
compétences que le traducteur juridique doit posséder pour s’acquitter convenablement de sa
tâche et de son rôle de médiateur de la communication. Le droit touche à presque tous les
domaines de l’activité humaine. Traduire des textes du droit commercial international, par
exemple, signifie traduire des termes et des expressions de domaines aussi divers que
l’économie de l’entreprise, la fiscalité, et bien sûr, l’économie politique.

Il ne fait pas de doute que cette typologie peut inclure d’autres éléments. Comme il a été
indiqué précédemment, elle n’est pas exhaustive; elle établit des catégories d’écueils qui font
de la traduction juridique une opération des plus complexes. On pourrait, par exemple, inclure
dans le deuxième point de cette typologie, les difficultés de traduction relevées par Sacco. Cet
auteur[172] signale la coprésence de deux langages juridiques dans une seule langue, ainsi
que la présence de figures de rhétorique. Dans le premier cas, il s’agit des langues communes
à plusieurs pays; par exemple, le français qui est la langue parlée en France, en Belgique, au
Québec, en Suisse, etc. Il y aurait donc un langage juridique en français pour chacun de ces
pays pourtant francophones. Le même principe s’appliquerait dans le cas de la langue
espagnole; il y aurait un langage juridique pour l’Espagne comme pour chaque pays
hispanophone de l’Amérique latine. Quant à la présence de figures de rhétorique, Sacco fait
remarquer qu’elle peut causer un problème de décalage entre l’énoncé verbal du locuteur et la
règle appliquée. Cet écart, selon Sacco, existe dans tous les systèmes juridiques. Le droit
comparé est la discipline susceptible de fournir au traducteur les instruments techniques qui
lui sont nécessaires pour surmonter ces difficultés.

Précisons, pour conclure cette section, que la typologie de Gémar ne s’applique pas
exclusivement à la traduction juridique de l’anglais au français, mais à la traduction juridique
occidentale en général. La traduction vers l’espagnol d’un ouvrage sur le droit américain en
matière de commerce et d’investissements[173] atteste la problématique de la traduction
juridique soulevée par Gémar.

Dans leur Nota a la versión en español , les éditeurs mexicains signalent comme première
difficulté la différence entre les systèmes juridiques des deux pays, soit les différences entre la
tradition civiliste et la common law. Ils précisent que pour surmonter cette difficulté il ne
suffit pas de faire une simple traduction; il est nécessaire de posséder de vastes connaissances
des deux systèmes juridiques afin d’identifier les équivalences qui se rapprochent le plus.
Cette différence de traditions juridiques, précisent-ils, engendre comme difficulté l’existence
de concepts pour lesquels il n’y a pas de traduction en espagnol, simplement parce que
l’institution de droit américain n’existe pas dans la tradition « romano-canónica[174] ». Les
termes subpoena et discovery en constituent des exemples.

Ils signalent également des problèmes d’ordre linguistique. Par exemple, des termes qui, en
apparence, sont des équivalents en espagnol mais qui, après analyse, ne sont que des
équivalents partiels. L’utilisation de ces équivalents aurait comme conséquence, signalent-ils,
de donner une vision partielle qui pourrait facilement semer la confusion. Quelques-uns de
ces termes sont municipality , statute , tort , dont la traduction par municipio , ley , ou
responsabilidad a comme défaut, entre autres, d’être incomplète. D’autres problèmes relevés
sont les termes en langue anglaise dont les différentes nuances ne peuvent être rendues en
espagnol. Par exemple, les termes property-ownership rendu par propiedad, et procedure /
proceeding rendu par procedimiento . Il s’agit ici d’un cas de perte de contenu par rapport à
l’original. Les éditeurs signalent également les problèmes causés par les termes anglais qui
auraient plusieurs acceptions en espagnol, selon le contexte. Par exemple, le terme
enforcement , qui peut être rendu par aplicación , ejecución ou cumplimiento de la ley, et
authority qui peut être traduit par autoridad ou fuente . Un dernier problème qui a été soulevé
par les éditeurs est la fidélité au style de la version originale tout en respectant les us et
coutumes de la langue espagnole. S’agissant d’un texte de la doctrine, dont la traduction,
d’après Gémar, est comparable à la traduction d’un texte littéraire, les éditeurs se soucient du
style de l’original, tout en rendant le texte conforme au génie de la langue espagnole.

Les équivalences adoptées sont celles que le comité éditorial a jugé les plus convenables. Par
exemple, dans certains cas, le terme a été conservé dans la langue de départ; dans d’autres cas,
il a été rendu par un équivalent en espagnol, et le terme anglais a été mis entre parenthèses.
On pourrait conclure que l’important, dans ce cas particulier, était de rendre le contenu, c’est-
à-dire le droit sur le commerce et les investissements aux États-Unis, accessible au lecteur
hispanophone qui aurait quelques connaissances en anglais.

Voilà un exemple qui illustre bien la notion d’équivalence telle que nous l’avons définie au
chapitre précédent : l’équivalence est établie en fonction de ce qui est négocié entre le
traducteur et le client. Le client étant, dans ce cas particulier, le comité éditorial. Dans
l’avenir, si le contexte changeait, les solutions adoptées par le comité éditorial risqueraient de
changer. Par exemple, avec le temps, les équivalences proposées dans la version espagnole de
l’ouvrage en question pourraient se passer des termes de la langue de départ qui ont été mis
entre parenthèses. Autrement dit, cela dépendrait de la lexicalisation, dans le temps, des
équivalences proposées.

2.4 La culture juridique et son importance en traduction


Si nous continuons de tisser la trame qui constitue le discours juridique, il faudra y inclure la
notion de culture inhérente à tout système de droit.

L’anthropologue Sally Engle Merry définit la culture comme les valeurs, les institutions et les
interactions sociales partagées par un groupe d’individus[175]. Elle précise également que le
droit fait partie des institutions ou des systèmes normatifs qui ont contribué à maintenir
l’ordre au sein des sociétés, et que la structure du droit est intimement liée à celle du groupe.
Par conséquent, l’étude du droit ne peut être séparée de l’étude de la culture du groupe qui a
façonné le droit en question.

Le droit, tout comme la culture générale, est un processus herméneutique qui a sa propre
langue et ses propres connaissances. Le droit est donc à la fois générateur de culture et produit
d’une culture : il contribue à façonner une culture, mais il possède aussi une culture qui lui est
propre, la culture juridique.

Les études portant sur la notion de culture juridique sont peu nombreuses, et encore moins
nombreuses sont celles qui comparent les diverses cultures juridiques. Par ailleurs, les
définitions données de cette notion sont souvent contestées, car la culture juridique est
considérée comme une notion passe-partout utilisée pour expliquer plusieurs processus du
droit et des systèmes juridiques. Lawrence M. Friedman, professeur et chercheur à la Stanford
University, est l’un des juristes qui se sont beaucoup intéressés à cette notion.
Friedman définit la culture juridique comme l’ensemble des idées, des valeurs, des attitudes
que les membres d’une société entretiennent envers le droit et envers le système juridique. Il
précise également que ces individus, en tant que partie d’une communauté, d’une entité
sociale, prennent part aux idées et aux habitudes du groupe. De ce fait, la culture juridique
serait l’ensemble des idées, des valeurs, des attitudes entretenues par les individus d’une
collectivité envers le droit et envers le système de droit qui règle leur vie en société[176].
Selon Friedman, la culture juridique d’une société serait à l’origine du droit : ses normes
dicteraient les normes juridiques. C’est également la culture juridique qui déterminerait l’effet
des normes juridiques sur la société. Pensons par exemple à la peine de mort dans le monde
occidental. La sanction d’une telle peine est généralement confrontée à l’opposition de la
majeure partie des individus, même dans des pays où elle est appliquée.

Au paragraphe précédent, il est question de culture juridique externe; c’est-à-dire la culture


des membres d’une société. La culture juridique[177] qui nous intéresse dans la présente
recherche est celle qui est portée par les juristes, celle que Friedman appelle culture juridique
interne .

Avant de poursuivre notre analyse de la notion de culture juridique, il convient de faire une
autre distinction : celle entre la tradition juridique et le système juridique. Ces deux termes,
souvent utilisés comme des synonymes, désignent des notions fort différentes.

Les travaux de Merryman sont mis à profit ici pour définir le système juridique comme
l’ensemble des institutions, des procédures et des règles autour desquelles s’articulent un
système de droit. Voici sa définition :

... a set of deeply rooted, historically conditioned attitudes about the nature of law, about the
role of law in the society and the polity, about the proper organization and operation of a legal
system, and about the way law is or should be made, applied, studied, perfected and taught.
The legal tradition relates the legal system to the culture of which it is a partial expression. It
puts legal system into cultural perspective[178].

Chaque État ou chaque province possède son propre système juridique, même s’ils s’appuient
tous sur la même tradition de droit. La tradition juridique, comme le précise Merryman, est le
lien qui unit le système juridique à la culture dont il est partiellement l’expression. Soulignons
que le terme tradition juridique se rapporte au système juridique dans son ensemble, alors que
la culture juridique - la culture juridique interne - se rapporte aux individus oeuvrant au sein
d’un système de droit. La tradition juridique se rapporte plus précisément à ce que les
systèmes juridiques issus d’une même famille de droit ont en commun.

La notion de culture juridique est analysée plus en détail dans la présente recherche car elle
affecte la communication et, par conséquent, la traduction dans le domaine du droit.

Fix Fierro et López Ayllón ont réalisé une étude sur la communication interculturelle au sein
des groupes spéciaux binationaux[179] qui démontre que la culture juridique a des effets sur
le fonctionnement de ces groupes. L’étude portait plus particulièrement sur la culture
juridique d’arbitres américains et mexicains, soit des juristes formés respectivement selon la
tradition de la common law et de la tradition romaniste. Les différences de culture juridique
relevées par les auteurs sont de natures diverses et ont des effets, entre autres, sur la
communication[180] entre les intervenants.
Parmi les problèmes de communication liés à la différence entre les cultures juridiques, les
auteurs ont noté des différences ayant trait aux systèmes juridiques et des différences ayant
trait aux individus eux-mêmes. Ainsi, dans la première catégorie, ils ont relevé des différences
quant à la façon d’aborder les problèmes juridiques : les juristes mexicains s’attardent sur les
aspects formels des procès, alors que les juristes américains s’attardent sur les aspects
pratiques. C’est un trait de culture que les auteurs ont appelé formalisme mexicain et
pragmatisme américain [181]. Fix Fierro et López Ayllón considèrent qu’en raison de leur
formation, de leur mentalité et de leur pratique du droit, les juristes mexicains accordent à la
procédure une grande importance. Au Mexique, nombre de procès seraient reportés voire
annulés pour des raisons purement formelles. Ce trait de culture se traduit dans le
raisonnement et le style d’analyse des juristes. Les juristes mexicains auraient une tendance à
privilégier les concepts et les principes généraux alors que leurs homologues américains se
concentreraient sur des questions spécifiques et concrètes.

Une autre difficulté relevée par les auteurs est le recours aux audiencias públicas pour
présenter et clarifier les arguments des parties en conflit avec la participation active des
membres d’un groupe spécial binational. Les audiencias en droit mexicain ne sont pas, en
principe, des événements publics visant les échanges verbaux, mais plutôt une étape de la
procédure judiciaire servant à la présentation des pièces d’un dossier. Cette procédure
d’échange verbal a été introduite dans le système juridique mexicain en 1993 par la Ley de
Comercio Exterior . Le manque de familiarité avec cette procédure aurait pour effet de
multiplier les stratégies discursives des parties pour obtenir l’effet désiré. Le résultat,
signalent les auteurs de l’étude, est un discours redondant, confus et maladroit, et à la fin
personne n’a une idée claire du résultat de l’ audiencia pública .

Quant à la deuxième catégorie de différences, soit celles liées à l’individu lui-même, Fix
Fierro et López Ayllón signalent notamment la barrière de la langue et le degré de
connaissance des systèmes juridiques en présence. Ces deux éléments posent des problèmes
de communication tout à fait circonstanciels, c’est-à-dire qu’ils varient selon la composition
du groupe spécial binational et la provenance de ses membres. L’ALENA ne prévoit pas de
règle quant à la langue de travail d’un groupe spécial binational. Les juristes peuvent
s’exprimer dans la langue de leur choix, selon leur maîtrise des différentes langues.

Bien que les études sur la culture juridique ne soient pas très nombreuses, il est des
théoriciens qui se préoccupent d’établir des mesures cherchant à contrer les difficultés posées
par la diversité des cultures juridiques. Gloria M. Sánchez, professeure à la Western State
University College of Law, propose que les écoles de droit des universités américaines
incluent dans leur programme l’enseignement des systèmes et des cultures juridiques des
principaux partenaires commerciaux des États-Unis, et ce, dans les langues nationales
respectives. À son avis, cela éviterait la dissonance, la confusion et l’ambiguïté dans le
discours juridique dans un contexte où coexistent différents systèmes juridiques. Elle postule
également que le système juridique, la culture liée à un système de droit ainsi que la langue
véhiculant le droit en question façonnent la pensée du juriste. À ce sujet, elle précise que

[L]inguistic thought will not correspond in the minds of individuals of different cultural and
linguistic backgrounds because different methods of legal reasoning and different values
underlie the different legal systems in which they operate. Unless the parties become aware of
the differences in their linguistic and cultural assumptions, the likelihood of
misunderstandings and miscommunications in legal discourse between parties of different
legal systems and cultures is great[182].
Sans faire de commentaires sur la viabilité et les conséquences d’une telle proposition, il faut
reconnaître qu’elle constitue une mise en garde convaincante contre les effets que la
différence de culture juridique peut avoir sur le discours du droit. Cette mise en garde est
valable tant pour les juristes que pour les traducteurs. En effet, le traducteur juridique doit être
conscient de l’effet que ces différences peuvent avoir non seulement sur le discours juridique,
mais également sur l’opération traduisante elle-même.

2.5 Typologie des textes juridiques et responsabilité du traducteur


Comme il est indiqué au point 2.3.3, le droit est le moyen que les sociétés adoptent pour
régler les rapports entre les individus. Le règlement de ces rapports produit des textes tels que
des lois, des jugements, des accords, des contrats, des testaments et autres. Bien que tous ces
textes appartiennent au domaine juridique, ils possèdent des caractéristiques parfois fort
différentes, quant à leur forme et à leur contenu.

Les caractéristiques propres à chaque type de texte posent au traducteur des contraintes
d’importance diverses. Ces contraintes se rapportent à l’interprétation du sens de l’original et
aux choix des ressources linguistiques pour la réexpression de ce sens. Sous-jacente à cette
contrainte se trouve la notion de responsabilité du traducteur.

Nous ne parlons pas ici de la responsabilité du traducteur envers des principes prescriptifs qui
dictent ce qu’il doit faire et ne pas faire. Comme le signale Anthony Pym, « si le traducteur ne
fait que suivre des recettes, il ne sera responsable de rien qui soit proprement à lui » [183]. La
responsabilité dont il est question ici se rapporte aux décisions que le traducteur doit prendre
pendant le processus de traduction, ainsi qu’à l’emploi des ressources linguistiques,
conceptuelles et notionnelles de son domaine de spécialité et, par conséquent, à la fiabilité du
texte qu’il doit livrer à son client.

Gémar regroupe les divers textes juridiques en trois catégories, à savoir : 1) les actes d’intérêt
public tels que les lois et les règlements, les jugements et les actes de procédure, 2) les actes
d’intérêt privé tels que les contrats, les formules administratives ou commerciales, les
testaments et les conventions collectives et 3) les textes de la doctrine. Il reconnaît également
trois types de responsabilité au traducteur, à savoir, l’obligation des moyens , l’ obligation de
résultat et l’ obligation de garantie [184]. Dans le premier cas, il entend le devoir que le
traducteur a d’utiliser au maximum, et non en partie seulement, les ressources presque
illimitées de la langue. Dans le deuxième cas, il fait référence à la réexpression du contenu
juridique du texte de départ, alors que dans le troisième cas, il est question du plus haut degré
de fiabilité[185] d’une traduction. Gémar attribue au traducteur un niveau différent de
responsabilité selon que ce dernier traduit un document du premier, du deuxième ou du
troisième groupe ci-dessus. Ainsi, la responsabilité du traducteur d’actes d’intérêt public ne se
situerait pas au même niveau (sur les plans professionnel, social, politique et éthique) que
celle du traducteur de documents à usage interne ou privé, tels que des testaments ou des
conventions collectives.

Les conséquences de l’erreur étant imprévisibles, Gémar attribue la triple obligation - de


moyens, de résultat et de garantie - au traducteur des textes du premier et du troisième
groupes[186]. Gémar propose que la traduction se fasse conformément aux règles qui en
régissent la rédaction. Les textes de la doctrine du droit, quant à eux, sont perçus par Gémar
comme des textes littéraires, dont la traduction exige des compétences particulières[187].
Dans la traduction des documents du deuxième groupe, soit les documents d’intérêt privé,
l’obligation du traducteur par rapport aux moyens, aux résultats et à la garantie est moindre
que dans le cas du premier groupe. Gémar signale, à juste titre, que le client s’attend rarement
à ce que le traducteur rende tout le contenu juridique de l’original. En effet, le client non initié
au droit ignore très souvent la portée juridique du document et la mesure dans laquelle cette
dimension doit être rendue dans la traduction. L’obligation de moyens, dans ce cas, passe au
deuxième plan, ce qui, d’après Gémar, ne saurait pas être sans conséquence. Voici, selon
Gémar, quelles conséquences peuvent avoir des textes qui relèguent l’obligation de moyens
au deuxième plan :

Cette exigence (ou lacune, selon les points de vue [...]) est en grande partie responsable de la
piètre qualité des textes juridiques courants que le commun des mortels a eu ou aura
l’occasion de lire un jour ou l’autre chez son homme de loi, son assureur, vendeur
d’automobiles ou de machines à laver. D’où l’impression souvent justifiée que les textes
juridiques sont mal rédigés, bourrés d’impropriétés et de fautes en tous genres, pour ne rien
dire du style. Ce faisant, en négligeant la question des moyens au profit du seul résultat, ce
groupe contribue à déconsidérer le langage du droit aux yeux du public[188].

Il arrive souvent que le client qui connaît mal le contenu juridique d’un document original en
confie la traduction à une personne qui n’a pas la formation adéquate pour s’acquitter
convenablement de cette tâche. Cette situation de double méconnaissance du domaine
juridique se reproduit plus souvent qu’on ne le pense, donnant lieu à la situation décrite dans
la citation de la page précédente. Traduire des textes juridiques est donc une question de
savoir faire et ce, sur plusieurs plans.

Les paragraphes qui suivent décrivent les éléments qui doivent faire partie de la boite d’outils
du traducteur.

2.6 La formation du traducteur juridique


L’étude des éléments formant la base notionnelle du traducteur ou de ses compétences
essentielles donne lieu aux conclusions les plus variées. Les spécialistes de la question
invoquent bien entendu très souvent les compétences qui ont trait à la maîtrise des langues et
à la connaissance des divers domaines de spécialisation. Au pôle opposé, on retrouve, même
parmi les gens du métier, ceux qui prétendent que les compétences linguistiques et la
connaissance des aspects théoriques du domaine n’aident en rien le traducteur dans l’exercice
quotidien de son métier. Les tenants d’un tel postulat prétendent que pour traduire, il suffit de
posséder quelques connaissances des langues étrangères et d’avoir quelques bons
dictionnaires sous la main. D’autres suggèrent par ailleurs que la traduction est un processus
intuitif qui s’appuie sur la capacité créatrice du traducteur, comme si l’intuition pouvait être
transmise aux futurs traducteurs. À l’opposé, il y a ceux qui prétendent que seules les
personnes qui ont une formation en droit peuvent traduire des documents juridiques[189].

L’analyse de la formation ou des compétences du traducteur juridique exige l’établissement


d’une base axiomatique préliminaire. Ainsi, nous tenons pour un fait qu’il est possible
d’enseigner la traduction juridique. Nous postulons également que parler de la formation ou
des compétences du traducteur juridique sous-entend un rejet des principes voulant que seuls
les juristes peuvent traduire, que pour traduire, il suffit de posséder quelques connaissances et
d’avoir recours à des dictionnaires ou que la traduction est un processus intuitif guidé par la
capacité créatrice du traducteur. Le rejet de tels principes suggère à son tour que le traducteur
doit avoir une base notionnelle diversifiée. Nous postulons également que l’enseignement de
cette base notionnelle exige une certaine généralisation, c’est-à-dire la formulation de
principes pouvant être appliqués à plusieurs situations. Enfin, le droit étant plus étroitement
lié à la langue que d’autres disciplines, l’étude de la langue juridique doit avoir une place
importante dans la formation du traducteur juridique.

Il faut noter que la réflexion qui suit ne se veut pas une proposition de principes ou de
procédés normatifs que le traducteur doit mettre en application afin d’arriver à de bons
résultats dans l’exercice de sa profession. L’objectif ici n’est pas non plus de suggérer un
contenu pour les cours de formation; cela dépasserait le cadre de la présente recherche.
L’objectif poursuivi est de suggérer des compétences qui guideraient l’apprenti traducteur et
le traducteur professionnel dans l’interprétation du sens du texte de départ et dans la
réexpression de ce sens dans la langue d’arrivée.

L’analyse des compétences du traducteur exige également l’établissement au préalable de ce


que l’on entend par traduction. Dans la présente recherche, nous adhérons à la théorie
interprétative, qui divise le processus de traduction en deux étapes : l’appréhension du sens
par l’interprétation du texte de départ et la réexpression de ce sens dans le texte d’arrivée.
Nous adhérons également à la théorie fonctionnaliste selon laquelle la traduction peut avoir un
but différent de celui du texte de départ. Nous considérons la traduction comme un processus
au cours duquel le traducteur doit prendre une série de décisions, tant dans l’interprétation du
texte que pour les ressources et les procédés à utiliser dans la réexpression du sens en langue
d’arrivée.

Traduire est donc un processus de résolution de problèmes qui exige que le traducteur
connaisse les principes théoriques et pratiques de la traduction. Le chapitre précédent contient
des réflexions sur l’apport des différentes théories de la traduction générale, qui touchent à
des sujets aussi divers que la pragmatique, la sémantique, la linguistique contrastive, la
lexicographie, les stratégies de communication, la jurilinguistique, le droit comparé et d'autres
disciplines. L’apport de ces diverses théories constitue en fait les principes sur lesquels le
traducteur s’appuie au cours de la prise de décisions. La traduction est un art et une science
qui évolue et le traducteur se doit de suivre cette évolution.

Comme le signale Kussmaul, ceux qui prônent que, pour traduire, il suffit de posséder une
certaine connaissance du domaine du texte à traduire, ainsi que les langues concernées par la
traduction, ne font pas de distinction entre connaissance factuelle et connaissance techniques.
Il entend par là la connaissance des langues et de la terminologie spécialisée, et la
connaissance des procédés, des méthodes et des techniques de traduction[190].

Le texte juridique étant le produit d’une culture, rédigé dans un objectif précis, dans un
contexte temporel et spatial précis, sa traduction ne saurait être l’application de principes
préétablis et universellement définis. Le droit, disons-le encore une fois, est à la fois le produit
d’une culture et le reflet de celle-ci. Les étudiants en droit ne sont pas obligés d’apprendre,
par exemple, toutes les lois de la législation de leur pays. Ils sont plutôt initiés aux méthodes
et aux procédures d’interprétation juridique leur permettant d’appliquer les mêmes principes à
des cas similaires. Pour apprendre à traduire, l’apprenti ne doit pas, lui non plus, connaître
tous les problèmes inhérents à son domaine, la traduction; il doit plutôt apprendre à
reconnaître les problèmes généraux de son domaine de spécialisation et à utiliser les
ressources dont il dispose pour faire un choix éclairé dans le processus de prise de décisions
qu’est la traduction.
Les éléments qui entrent dans la composition de la compétence du traducteur, ou compétence
traductionnelle , ont fait et font toujours l’objet de débats animés. Au Canada, Roda Roberts,
professeure de traduction à l’Université d’Ottawa, qui adhère à la théorie interprétative,
propose cinq habiletés qui constituent la base fondamentale de compétence traductionnelle
des apprentis traducteurs. Ces habiletés sont : 1) la compétence linguistique, soit la capacité
de comprendre les langues concernées par la traduction, 2) la compétence traductionnelle, soit
la capacité de saisir l’articulation du sens du texte de départ et de la rendre en langue d’arrivée
sans déformer ce sens et en évitant les interférences, 3) la compétence méthodologique, soit la
capacité de se documenter sur un sujet particulier et d’en maîtriser la terminologie, 4) la
compétence disciplinaire, soit la capacité de traduire des textes appartenant à un domaine de
spécialisation et 5) la compétence technique, soit la capacité d’utiliser les outils d’aide à la
traduction tels que le traitement de texte[191].

Jean Vienne, professeur à l’Université de Turku (Finlande), considère que le modèle de


Roberts réduit la compétence traductionnelle aux aspects purement linguistiques, exception
faite, à notre sens, du point cinq. Vienne préfère l’approche fonctionnaliste de Reiss et
Vermeer et emprunte plusieurs de leurs éléments pour compléter la proposition de Roberts.

Aux cinq compétences proposées par Roberts, Vienne en ajoute quatre, qu’il appelle le «
noyau dur » de la compétence traductionnelle. S’appuyant sur le principe qui sous-tend la
théorie du Skopos [192], Vienne propose comme compétences de base : 1) la capacité
d’analyser diverses situations de traduction, soit la capacité de décider quelles sont les
mesures qui répondent le mieux aux exigences et aux attentes du client, 2) la capacité de gérer
et de traiter l’information - qui correspond à la capacité méthodologique de Roberts, 3) la
capacité d’argumenter avec son donneur d’ouvrage sur les solutions adoptées dans la
traduction et 4) la capacité de coopérer avec des spécialistes du domaine sur lequel porte la
traduction[193].

Vienne précise, à juste titre, que le traducteur, sauf en de rares exceptions, ne reçoit pas du
donneur d’ouvrage suffisamment d’information sur le texte de départ. La théorie du Skopos
sous-tend le principe selon lequel la traduction peut avoir un but différent de celui du texte de
départ. Le traducteur doit donc déterminer avec son client la nouvelle situation de traduction.
Il doit poser des questions relativement aux destinataires (pour qui?), aux contextes
d’utilisation (quel est objectif?) et à la forme de la traduction (quelle forme?). Dans la plupart
des cas, ce dialogue entre traducteur et client n’a pas lieu. Nous considérons que ce dialogue
aide non seulement à la prise de décisions sur les stratégies de traduction à adopter, mais
permet aussi au traducteur de gagner de la crédibilité aux yeux de son client.

La deuxième compétence proposée par Vienne porte sur la connaissance et l’utilisation des
ressources les plus appropriées. Au Canada, la traduction est dotée des ressources et des outils
lui permettant de bien jouer le rôle qui lui a été assigné. Parmi ces ressources, mentionnons
les programmes universitaires, les centres de recherches en droit comparé comme celui de
l’Université de Moncton, les programmes gouvernementaux tels que le Programme de
l’administration de la justice dans les deux langues officielles (PAJLO), le Bureau de la
traduction du gouvernement fédéral et les banques terminologiques. Le Canada s’est doté
d’une common law en français (CLEF) et d’un droit civil en anglais. Voilà qui donne un
grand avantage aux traducteurs francophones. À l’ère des télécommunications et d’Internet,
un grand nombre de lois et d’arrêts de tribunaux sont accessibles et peuvent être téléchargés
sans frais. Depuis quelques années, la revue Meta publie des articles fort intéressants qui sont
généralement reproduits sur Internet.
Une ressource d’aide à la traduction remarquable est Termium , la banque de terminologie du
Bureau de la traduction du gouvernement fédéral, qui certainement est l’une des plus
imposantes bases de données linguistiques au monde. Elle contient actuellement quelque trois
millions de termes anglais et français, tous domaines confondus[194]. Une composante en
langue espagnole a été ajoutée il y a quelques années, mais elle ne comporte que cent mille
termes, les termes juridiques n’y constituant qu’un petit pourcentage. Termium est une base
de données payantes, mais les ressources qu’elle offre à ceux qui oeuvrent dans le contexte
des industries de la langue en valent bien l’abonnement.

Rappelons qu’en raison de sa situation géopolitique et linguistique, le Mexique n’a pas


ressenti le besoin d’affecter des ressources considérables à la traduction et à la formation des
traducteurs; et on n’y retrouve, en matière d’enseignement de la traduction juridique que les
ateliers de traduction, offerts une fois l’an par le juriste Javier J. Becerra. Dans un message
électronique du 24 juillet 2002, Becerra signale qu’il n’existe pas beaucoup de ressources
bibliographiques pour enseigner son cours. Aussi, doit-il utiliser le matériel qu’il a lui-même
élaboré. Son atelier accorde une attention particulière à l’étude de la terminologie du droit
mexicain et du droit américain, mais ne semble pas aborder les questions techniques de la
traduction.

Quant à l’utilisation des ressources appropriées, il est recommandé que le traducteur juridique
utilise des ressources rédigées dans sa langue maternelle. Ainsi, par exemple, lors de la
traduction d’un texte de loi, il est recommandé que le traducteur se livre au préalable à une
lecture des lois du système juridique de la culture réceptrice. Gémar insiste sur l’importance
d’utiliser les dictionnaires unilingues et de ne consulter les dictionnaires bilingues qu’en
dernier recours. Comme le signale si bien Vienne, la lecture « de textes rédigés par des natifs
dans la langue / culture cible, est [...] la seule véritable réponse au risque d’interférence [...],
pierre d’achoppement redoutée par tout traducteur, tant professionnel qu’apprenti » [195].

La troisième compétence de Vienne est justifiée par le souci d’éclaircissement ou


d’explication des choix, surtout terminologiques, faits pendant la traduction. Enfin, la
quatrième compétence est proposée en raison du degré croissant de spécialisation des textes
produits dans les divers domaines. Le traducteur doit avoir la capacité d’interagir avec des
spécialistes afin de se faire expliquer, en langue de départ, non pas des mots mais des
concepts, des notions ou des mécanismes devant être rendus en langue d’arrivée. Le
traducteur doit comprendre pour pouvoir traduire.

Les compétences proposées aux paragraphes précédents constituent une base notionnelle et
technique assez solide. Toutefois, à ces compétences devrait s’ajouter la maîtrise des outils
qui, en moins de deux décennies, ont changé à tout jamais notre façon de travailler, et ce, dans
presque tous les domaines. En effet, le traducteur contemporain doit posséder des
connaissances théoriques et pratiques en matière de technologies de l’information. Le recours
aux spécialistes, bien que souhaitable, n’est pas toujours possible, ces derniers étant rarement
intéressés ou disponibles. Les technologies de l’information, notamment Internet, mettent à la
portée de tous des ressources inimaginables. Il faut toutefois savoir comment utiliser ces
ressources, et faire la différence entre les ressources fiables et celles qui ne le sont pas.

Les ressources linguistiques sur Internet telles que les banques terminologiques, les glossaires
spécialisés, les lexiques et les articles de journaux spécialisés ne manquent pas. Toutefois, il
manque toujours, dans la plupart des ressources terminologiques, la reproduction du contexte
et l’indication du domaine auquel les termes traités appartiennent[196]. À notre avis, l’une des
ressources les plus révolutionnaires qu’offre Internet sont les groupes de discussions, où les
gens peuvent échanger des informations et poser des questions. Ce nouveau lieu d’échange
brise l’isolement du traducteur, où qu’il se trouve[197]. En raison de leur nombre croissant et
de leur nature de plus en plus variée, ces ressources mériteraient d’être analysées dans les
cours de formation du traducteur.

Une autre compétence que l’apprenti traducteur gagnerait à acquérir avant de conclure un
programme de formation en traduction est l’utilisation des logiciels d’aide à la traduction.
Bien que notre proposition puisse s’insérer dans le cadre de la cinquième compétence de Roda
Roberts, nous l’abordons ici car elle concerne les technologies récentes dont Roberts n’a pas
parlé.

Il convient de remarquer que de nos jours, la connaissance et la capacité d’utiliser un outil


d’aide à la traduction comme Trados ou SDLX sont des compétences de plus en plus exigées
lors de l’embauche des traducteurs. Les programmes de traduction, sauf rares exceptions,
n’offrent pas ce type de formation. Les traducteurs doivent suivre l’évolution des technologies
de l’information car leur compétitivité est conditionnée, en grande mesure, par la
connaissance des outils électroniques d’appui à la traduction.

Ajoutons, enfin, l’importance pour le traducteur professionnel et pour l’apprenti traducteur de


connaître le fondement historique, philosophique et sociologique de la traduction générale et
de la traduction juridique en particulier. Dans la présente recherche, par exemple, nous avons
commencé notre réflexion par un historique de la traduction générale[198]. Nous avons
considéré important de montrer l’évolution de cette discipline, car nous considérons important
de connaître le passé pour comprendre le présent et avoir une idée assez précise des tendances
de l’avenir.

2.7 Le sens par l’interprétation du texte


La réflexion sur l’appréhension du sens du texte juridique vise à compléter notre analyse des
compétences du traducteur. En raison des caractéristiques linguistiques des textes à teneur
juridique, et notamment des textes de loi, il est souvent difficile de saisir le sens de ces textes.
Cela peut expliquer que nombre de traducteurs collent au texte de départ, ce qui donne
comme résultat un texte dont l'expression est plutôt limitée, les ressources de la langue
d’arrivée n’y étant pas pleinement utilisées. Le souci de fidélité au texte de départ est souvent
invoqué pour justifier des traductions qui restent fidèles aux mots.

En adoptant l’équivalence comme définition de traduction, nous postulons que le traducteur


doit chercher à produire un texte qui reflète le sens de l’original en utilisant au maximum les
ressources de la langue et de la culture de réception. Autrement dit, l’opération traduisante est
perçue ici comme un processus dans lequel il faut tenir compte du sens de l’original tout en
visant à produire un texte qui remplisse une fonction donnée dans la culture réceptrice, cette
fonction pouvant par ailleurs être différente de celle du texte de départ.

En ce qui concerne l’analyse du sens du texte de départ et de la réexpression de celui-ci en


langue d’arrivée, cette recherche mettra à profit les travaux de Danica Seleskovitch et
Marianne Lederer ainsi que ceux de Gémar. Seleskovitch et Lederer postulent que traduire
n’est pas transcoder, mais comprendre et exprimer le sens, ce qu’elles appellent aussi le
vouloir dire de l’auteur . Gémar, quant à lui, suggère que le texte traduit doit refléter
fidèlement la lettre, c’est-à-dire le contenu (le droit) et l’esprit du texte de départ, c’est-à-dire
le contenant (la langue qui l’exprime).

Il faut noter également que la notion de fidélité de Gémar est tout à fait détachée de l’ancienne
notion de fidélité qui concernait le texte de départ et qui amenait le traducteur à s'y coller à un
point tel que le texte d’arrivée en portait la marque. Seleskovitch et Lederer expliquent ce
qu’elles entendent par fidélité et font une mise au point sur ce qui compte en traduction, et sur
la démarche à suivre pour y parvenir.

Pour traduire, comprendre soi-même ne suffit pas. Il faut faire comprendre . L’opération
traduisante se scinde par définition en deux parties, celle de l’appréhension du sens, et celle de
son expression. Dans cette deuxième phase le traducteur s’exprime, il parle comme l’auteur
avant lui et comme tous ceux qui s’expriment dans leur langue. Mais s’exprimer ne veut pas
toujours dire se faire comprendre . Traduire honnêtement, traduire fidèlement, par contre,
c’est chercher à se faire comprendre, et se faire comprendre suppose trouver l’expression
juste[199].

En résumé, selon ces auteurs, traduire signifie reproduire le sens ou le vouloir dire de l’auteur,
et pour ce faire, il faut d’abord comprendre et ensuite chercher le moyen de se faire
comprendre. Mais saisir le sens est un processus complexe, car le traducteur, sauf en de rares
exceptions, n’a aucun contact avec l’auteur du texte. Il lui faut donc saisir le sens à partir du
texte même, c’est-à-dire qu’il lui faut interpréter le texte. Dans le domaine juridique, Georges
A. Legault précise que « puisque la source de droit ne peut être interrogée directement pour
savoir quel est le sens précis de tel article ou de telle clause, l’art de l’interprétation juridique
consistera à cerner le sens de la loi, et l’intention supposée du législateur par l’analyse de la
forme écrite [200] ».

Retrouver le vouloir dire de l’auteur est un exercice qui fait appel aux compétences du
traducteur sur les plans linguistique, juridique et extra-linguistique. À l’instar des étudiants en
droit, qui apprennent à interpréter les textes juridiques dès les premières années de leur
formation, l’apprenti traducteur devrait aussi avoir une formation en interprétation de textes.
Le souci du traducteur est de trouver le sens du texte de départ afin de lui attribuer, lors de sa
formulation en langue d’arrivée, l’équivalent linguistique le plus juste. Le juriste, quant à lui,
interprète le texte pour en saisir le sens et la portée juridiques qui lui ont été attribués au
départ. Bien que les objectifs visés par l’un et l’autre soient différents, tous deux ont comme
préoccupation commune de trouver le sens véritable attribué au texte.

Dans cette réflexion sur l’interprétation du texte comme processus menant à la saisie du sens,
nous nous servirons des propos de Seleskovitch et de Lederer ainsi que de la démarche
proposée par Gémar. Il faut cependant faire une mise au point méthodologique sur leur vision.
Seleskovitch et Lederer, comme il fut indiqué précédemment, soulignent que la traduction est
une démarche en deux étapes : l’appréhension du sens du texte de départ et sa réexpression
dans la langue d’arrivée. Gémar, quant à lui, partage la vision de Seleskovitch et de Lederer
quant aux deux phases de la traduction, mais fait une distinction entre sens et signification.
Pour lui, le sens est saisi lors de la première phase par l’interprétation du texte.
L’appréhension de la signification se fait également par l’interprétation[201] du texte, mais
elle se trouve à un degré plus élevé que le sens, et n’est dégagée qu’à la fin du processus.

Précisons que l’approche proposée par Gémar se veut un moyen d’interprétation générale du
texte, mais aussi un moyen d’auto-apprentissage et d’auto-perfectionnement. Cette approche a
comme objectif de donner au texte d’arrivée le sens et la signification du texte de départ de
manière satisfaisante et de le doter d’un certain esthétisme. Il faut noter que, contrairement au
domaine littéraire où l’esthétique du texte est reliée à l’ambiguïté que le traducteur se doit de
reproduire[202], l’esthétique du texte juridique est plutôt reflétée par sa clarté et sa simplicité.
Gémar, par exemple, est partisan de la simplicité et du naturel qui découlent des textes bien
pensés et bien rédigés[203].

Comme il a été indiqué précédemment, l’analyse de Seleskovitch et Lederer a comme point


d’ancrage le fait que l’on ne traduit pas une langue mais bien un discours[204]. Elles
considèrent que, de la même façon qu’on ne parle pas sans intention de communiquer, on ne
peut pas entendre ou lire sans comprendre quelque chose, c’est-à-dire sans interpréter. Elles
perçoivent donc la traduction comme étant à l’intersection du vouloir dire de l’auteur et de
l’interprétation qu’en fait le lecteur, en l’occurrence le traducteur. Mais il faut que le vouloir
dire de l’auteur et l’interprétation que le traducteur en fait à la lecture du texte soient
sensiblement les mêmes. Pour que le traducteur puisse parvenir à une interprétation juste du
sens du texte, Seleskovitch et Lederer proposent une approche qui s’appuie sur les
connaissances essentielles que celui-ci doit posséder, soit la connaissance du sujet, la
connaissance de la langue et les connaissances extra-linguistiques.

Cette approche de l’appréhension du sens comprend un processus inconscient, soit la


perception du texte, et un processus conscient, c’est-à-dire l’effort fait pour comprendre le
sens du texte. Il n’est donc pas surprenant que les deux auteures définissent le sens comme «
la rencontre dans l’esprit de la formulation linguistique qu’on voit sur le papier, et des
connaissances dont on dispose à la lecture[205] ». Seleskovitch et Lederer perçoivent le
dictionnaire comme un recours valable mais, à l’instar de Gémar, elles se méfient des
suggestions qui y sont proposées.

Elles proposent donc l’approche interprétative, laquelle s’inspire du principe voulant qu’il n’y
ait pas de traduction en dehors du sens, et que celui-ci ne puisse être dégagé qu’à partir de la
connaissance de la langue, et de la connaissance du domaine, ainsi que des éléments
intervenant dans la transformation de la langue en discours, c'est-à-dire la situation[206] et le
contexte, ce dernier se divisant en contexte verbal et en contexte cognitif. Cette deuxième
partie de la méthode interprétative de Seleskovitch et Lederer ne sera pas exposée ici, car elle
semble s’appliquer davantage à d’autres types de traductions, y compris l’interprétation
simultanée. Il en est fait mention ici, car il a été considéré utile d’exposer une démarche
d’interprétation du sens par le texte qui partage quelques éléments avec celle que Gémar
propose pour la traduction juridique.

L’approche interprétative du texte proposée par Gémar repose sur le principe selon lequel le
traducteur doit réexprimer, dans la langue et le système juridique d’arrivée, le sens qu’il aura
dégagé de la langue et du système juridique de départ. Pour que le traducteur réussisse à
dégager le sens le plus justement possible, Gémar suggère une analyse du texte sur les cinq
plans suivants : sémantique, syntaxique, grammatical, lexical et stylistique.

2.7.1 L’analyse sémantique


L’analyse sémantique proposée par Gémar est une démarche en trois étapes. La première est
celle de la mise en oeuvre des connaissances universelles, soit les connaissances que toute
personne possède. La deuxième étape fait appel aux connaissances préalables du lecteur, soit
son bagage cognitif. La troisième étape est celle du sens contenu dans les dictionnaires, que
Gémar appelle sens de prédicat libre (soit le sens que toutes les langues ont en équivalents
plus ou moins rapprochés), et le sens de prédicat lié, qui est celui que le contexte
attribue[207]. Remarquons que seule la deuxième de ces trois étapes est linguistique; les deux
autres étapes font appel à des mécanismes extra-linguistiques.

Gémar propose que pour dégager tant le sens superficiel que le sens profond d’un texte, il faut
s’éloigner du contexte linguistique des mots et aller vers les choses, vers ce qu’elles
représentent. Il faut que le lecteur utilise d’abord ses cinq sens pour discerner des sens qui
sont universels, comme le fait de savoir que si les feuilles d’un arbre bougent, c’est parce
qu’il vente. Dans la démarche de Gémar, ce niveau de sens se place au niveau de
l’information. Vient ensuite le niveau du savoir. À ce niveau, le sens est dégagé par des
connaissances plus approfondies à l’aide d’analyses systématiques ou d’instruments comme
l’ordinateur, le dictionnaire, etc.

L’interprétation du sens est une démarche qui va de l’universel vers le particulier. Plus le
processus d’interprétation avance vers la signification, plus on tend vers le spécifique, soit le
domaine du spécialiste. Gémar compare la progression de l’appréhension du sens vers
l’appréhension de la signification à un angle qui serait plat au début (le sens) et aigu à la fin
(la signification).

En résumé, le niveau de signification dégagé d’un texte est conditionné par le degré d’aptitude
ou de connaissance du lecteur; il varie donc d’un lecteur à l’autre. L’appréhension du sens et
de la signification est donc une question de lecture et de capacité à comprendre ce qu’on lit
pour ainsi interpréter ce qui a été dit et le réexprimer en langue d’arrivée.

2.7.2 L’analyse syntaxique


À l’instar de de Groot, Gémar affirme que dans l’interprétation du sens du texte, le traducteur
agit en comparatiste[208]. Dans l’appréhension du sens du texte, le traducteur doit comparer
tant les aspects syntaxiques, soit la macrostructure du texte, que les aspects grammaticaux,
c’est-à-dire la microstructure du texte. En analysant les relations entre les mots ou les groupes
de mots (la syntaxe), et les structures des phrases ou des groupes de phrases (la grammaire) de
la langue de départ et de la langue d’arrivée, le traducteur parvient à comparer l’organisation
générale de chacune des deux langues concernées par la traduction.

Dans cette analyse, les ouvrages comme celui de J.-P. Vinay et J. Darbelnet[209] s’avèrent
fort utiles pour l’apprenti traducteur. Gémar suggère que le traducteur devrait aussi connaître
les procédés d’analyse que propose la linguistique, tels que l’analyse du discours. La pratique
de ce type d’analyse, bien qu’elle prenne du temps, aide le traducteur à trouver plus
facilement le sens général du texte; à la longue, selon Gémar, le traducteur gagne en certitude
et en efficacité.

2.7.3 L’analyse grammaticale


Gémar rappelle que la grammaire fournit de l’information sur les diverses fonctions des
composantes de la phrase telles que les verbes, les substantifs, les articles, etc., et que cette
information permet au traducteur de saisir les moindres détails du texte. Lorsque le traducteur
aura compris le texte, il pourra en réexprimer le sens en sachant qu’il doit parfois se plier, et
ce, dans presque toutes les langues, aux règles que la grammaire impose. En français, selon
les circonstances, il pourra par exemple utiliser le présent de narration au lieu du passé simple
ou du passé composé, mais il devra également savoir que la forme simple du passé dans une
langue ne correspond pas nécessairement à la forme simple du passé dans une autre langue
(comme pour ce qui est du français et de l’espagnol).
2.7.4 L’analyse lexicale
Avant de traduire le texte qui lui est soumis, le traducteur doit procéder à une analyse lexicale.
Cette analyse, qui a priori peut sembler aller de soi, demande beaucoup de réflexion. Il faut se
rappeler que chaque langue a sa propre façon de décrire les objets, les réalités ou les notions.
Les moyens utilisés pour le faire sont aussi, bien entendu, souvent différents d’une langue à
l’autre. En fait, l’analyse lexicale est à la base de la recherche d’équivalents linguistiques.

2.7.5 L’analyse stylistique


On touche ici à un point important du processus de traduction, qu’il est essentiel de saisir en
traduction juridique.

En s’inspirant de la définition donnée dans Le bon usage de Grevisse, Gémar signale que la
stylistique traite de la manière d’utiliser les différents moyens d’expression, c’est-à-dire les
ressources de la langue. Lorsqu’on analyse les divers éléments d’un texte, la stylistique
permet de mieux saisir les nuances connotatives des mots, des phrases, voire d’un livre.

Ce que l’on cherche à faire en utilisant des procédés stylistiques, c’est de produire un effet.
Rappelons que le texte juridique, comme il a été signalé par Sparer, est conçu pour
contraindre ou pour provoquer des comportements. Afin d'atteindre cet objectif, le droit fait
appel à des procédés stylistiques. Si le texte a été doté d’un style précis pour atteindre un but
précis, on peut conclure que le style est porteur de sens et qu’il importe de le cerner.

L’analyse stylistique permet au traducteur de cerner les différents registres d’expression et de


dégager le ton employé par l’auteur du texte de départ, après quoi il pourra les reproduire
conformément aux usages de la langue d’arrivée et du domaine en question.

2.8 L’ambiguïté dans les textes juridiques


La langue du droit est pleine d’ambiguïtés, cela ne fait pas de doute. Citons pour preuve les
rencontres que des groupes multidisciplinaires ont tenues pour traiter de ce sujet.
Mentionnons notamment celle tenue au printemps 1995, à Evanstons, dans l’État de
Washington, aux États-Unis, où des linguistes et des juristes se sont rencontrés pour établir un
dialogue sur le thème du sens dans les textes juridiques[210]. En 1985, une autre importante
réunion, réunissant des anthropologues, des politologues, des professeurs d’anglais, des
psychologues, des sociolinguistes, des linguistes et des juristes, aurait eu lieu à Georgetown
University pour discuter du seul thème de la langue dans le contexte juridique[211]. Ces
rencontres ont donné naissance au mouvement de simplification ou de désambiguïsation de la
langue de droit, connu en anglais comme le plain meaning movement .

Cette même nature ambiguë des textes juridiques a mené Lawrence M. Solan à analyser des
décisions de la Cour suprême des États-Unis. Ses recherches, qui portaient sur la qualité de
l’analyse linguistique des textes de loi faite par les juges pour émettre leur décision
relativement aux cas leur ayant été soumis, ont révélé des faits frappants.

Solan fait remarquer que les juges utilisent souvent des arguments linguistiques pour justifier
leurs décisions, et que ces arguments ne sont en rien logiques, ils sont plutôt incohérents et
idiosyncrasiques. Ses analyses révèlent également que les juges ou les avocats appliquent ou
évitent d’appliquer des principes de droit selon que ces derniers risquent de mener à une
injustice ou à un gain de cause[212]. Il serait donc légitime de croire que le sort du justiciable
dépend souvent de la discrétion ou de l’éthique des juristes.
Dans les systèmes juridiques de tradition romaniste, la loi - principale source de droit - ne
peut pas établir des prévisions pour tous les cas possibles d’infraction du droit. Dans ces
systèmes, la justice est rendue par déduction, c’est-à-dire en cherchant à couvrir le plus grand
nombre de situations possible à partir d’un corps spécifique de lois. L’application de ces lois
peut mener à des résultats différents selon les stratégies d’interprétation utilisées. Les
systèmes juridiques de tradition britannique n’échappent pas à ce principe. Bien que
l’application du droit se fasse principalement par induction, c’est-à-dire en ayant recours à des
jugements similaires préalables ou à la jurisprudence, l’appréhension du sens de ces textes est
régie par des principes d’interprétation.

David G. Reed fait remarquer que les traductions juridiques sont pleines d’imprécisions.
Toutefois, il fait remarquer que ces imprécisions, qui contribuent à l’ambiguïté des textes,
constituent souvent des erreurs de perspective par rapport au texte de départ, plus
particulièrement à une lecture en dehors du sens global de l’original[213]. Nida affirme que
l’ambiguïté des textes est souvent liée à la méconnaissance du contexte culturel et historique
de ceux-ci. Bien que les considérations de Nida portent sur la traduction biblique, elles
trouvent leur pleine application en milieu juridique. La langue juridique, disons-le encore une
fois, a comme caractéristique principale d’avoir une terminologie soigneusement définie. Et
c’est justement là son grand paradoxe : dans un souci de précision, elle est soigneusement
définie par rapport à un besoin et une situation précis, mais cela lui vaut d’une part une
abondante polysémie et d’autre part l’impression que les termes employés peuvent signifier
autre chose que ce qu’ils semblent exprimer. De là les erreurs de perspective auxquelles Reed
fait allusion.

Reed signale également que les traductions de textes juridiques ne sont généralement pas
faites par des juristes, et que lorsque c’est le cas, ces derniers manquent souvent de
connaissances techniques du domaine de la traduction. Le juriste apprend dès les premières
années de sa formation les règles régissant l’interprétation des textes juridiques, d’abord par
rapport au sens et ensuite par rapport aux effets de droit dont ils sont porteurs[214]. Ces règles
régissent, par exemple : la façon de cerner une énumération, c’est-à-dire ce qu’elle inclut ou
exclut, le sens d’un mot par rapport aux autres mots du contexte immédiat ou encore
l’exclusivité du moyen d’exécution de quelque chose[215]. Si ces règles sont utiles au juriste,
elles devraient l’être également au traducteur.

Précisons toutefois qu’un texte peut être ambigu de façon volontaire, et ce, pour de multiples
raisons. L’ambiguïté peut être lexicale ou syntaxique. L’ambiguïté lexicale est généralement
introduite par l’utilisation de termes dont le sens varie; c’est-à-dire par l’utilisation de termes
polysémiques. Didier fait une analyse fort intéressante de l’ambiguïté attribuable à la
polysémie. Il reconnaît trois types de termes qu’il regroupe en deux catégories, à savoir : A)
les termes dont le sens juridique varie et B) les termes comportant un sens juridique et un sens
courant.

Dans le groupe A, Didier distingue deux catégories de termes : 1) les termes à sens unique et
2) les termes à sens multiples. Dans la catégorie 1), il relève : a) les termes ayant un sens
juridique unique qui sont propres à une juridiction, b) les termes qui sont communs à
plusieurs juridictions, - soit les synonymes - que ce soit dans une même famille de droit ou
dans plusieurs. Dans la catégorie 2) il relève : a) les termes ayant un sens propre dans la même
juridiction, b) les termes ayant un sens propre dans plusieurs juridictions et dans plusieurs
familles de droit et c) les termes ayant un sens relatif dans une ou plusieurs juridictions; dans
ce dernier cas, il s’agit en fait des hyperonymes et des hyponymes.

Dans le groupe B, soit les termes ayant un sens juridique et un sens courant, Didier distingue
deux catégories de termes : 1) les termes ayant un sens dans la langue courante et 2) les
termes pouvant changer de sens selon qu’ils sont porteurs ou non d’une dimension juridique.
Dans la catégorie 2) il relève : a) les termes de la langue courante ayant un sens juridique
universel, c’est-à-dire dans une juridiction ou une famille de droit donnée, b) les termes ayant
un sens courant universel ou un sens juridique restreint, que ce soit dans une juridiction ou
dans une famille de droit, et c) les termes ayant un sens relatif. Il peut s’agir d’un terme ayant
un sens juridique qui se rapproche du sens commun (par exemple le terme « aliments ») ou un
terme courant se rapprochant du sens juridique (par exemple le terme « amélioration »)[216].

Le classement de Didier témoigne de la diversité des sources de l’ambiguïté lexicale de la


langue du droit. Il faut noter que parvenir à faire un classement qui inclue des nuances aussi
subtiles exige la connaissance que seule une vie dédiée à l’étude de la langue du droit peut
fournir.

Quant à l’ambiguïté syntaxique, c’est-à-dire celle qui résulte de la structure de la phrase ou du


paragraphe - et non de l’ouvrage dans son ensemble comme l’entend Jolicoeur[217] -, le
traducteur ne peut compter que sur ses propres compétences. Pour la rendre dans le texte
d’arrivée, il peut, bien entendu, demander l’aide de ses pairs, mais lui seul peut la repérer ou
l’imaginer, car, comme l’indiquait Reed, les traductions sont pleines d’imprécisions qui sont
souvent introduites par une fausse perception du traducteur.

Mais, que faire de l’ambiguïté? La tendance actuelle, contrairement à celle du passé[218], est
de rendre cette ambiguïté dans le texte d’arrivée. Pour ce faire, il faut d’abord pouvoir la
repérer. Leo Hickey, par exemple, soutient que le traducteur ne devrait pas être incompétent
au point de ne pas la repérer, ou négligent au point de ne pas la transférer. Pour rendre
l’ambiguïté en traduisant un texte de l’anglais vers l’espagnol, Hickey suggère de traduire la
phrase en commençant par la fin. Ainsi, la phrase charitable associations and schools... devrait
être rendue par : escuelas o instituciones de caridad...[219] . Voilà une phrase qui rend compte
de l’ambiguïté du texte de départ. Dans ce cas particulier, l’ambiguïté dans la version
espagnole est rendue par la conjonction « o », qui peut marquer la restriction et l’inclusion en
même temps. Alors, de caridad peut se rapporter à l’une ou à l’autre des deux institutions, ou
aux deux institutions à la fois.

La solution proposée par Hickey n’en est qu’une parmi tant d’autres; elle n’est donc pas prise
de façon prescriptive ou normative. L’une des solutions que les lexicographes empruntent de
plus en plus sont des dictionnaires dont les entrées sont extraites de textes rédigés en langue
de départ plutôt que de textes traduits. Les glossaires juridiques de la Communauté
européenne, par exemple, incluent souvent la phrase complète du texte où apparaît le terme
répertorié. Cela permet d’observer les cooccurrences - ou unité de signification - du terme en
question, ce qui a pour effet d’accroître le niveau de fiabilité de l’emploi du terme tel que
proposé par le glossaire ou le dictionnaire.

Les rencontres de groupes cherchant à simplifier la langue du droit continueront peut-être


d'avoir lieu pour atteindre leur but. Y parviendront-ils? Difficile à prédire car les traditions et
les coutumes sont chez l’humain ce qu’il y a de plus enraciné et, par conséquent, de plus
difficile à changer. En attendant, la langue juridique continue d’être utilisée avec toutes les
caractéristiques dont son évolution millénaire l’a pourvue. Seule une formation rigoureuse
permet à tous ses usagers d’en faire la meilleure utilisation possible.

2.9 Les procédés de traduction


Les procédés de traduction présentent un intérêt fondamental selon le point de vue présenté
ici. Suivant l’approche interprétative du sens des textes juridiques, nous postulons que les
procédés de traduction constituent un des outils pour l’appréhension du sens du texte de
départ et le moyen par lequel le traducteur réexprime ce sens dans la langue d’arrivée en
tenant compte du destinataire et de la fonction que ce texte aura dans la culture réceptrice. La
connaissance et la maîtrise des procédés de traduction permettent au traducteur d’utiliser au
maximum les ressources de la langue d’arrivée et de garantir à son client des résultats
conformes aux attentes de celui-ci. La proposition précédente sous-entend que certains
procédés de traduction conviennent mieux que d’autres à une traduction.

Les procédés de traduction[220] sont généralement classés en deux groupes : les procédés de
traduction directe (littérale) et les procédés de traduction oblique (non littérale). Les procédés
de traduction directe sont utilisés dans des passages où la langue de départ et la langue
d’arrivée partagent des catégories parallèles sur le plan de la structure ou sur le plan
conceptuel. De ce fait, le message de départ se transpose facilement dans la langue d’arrivée.
Les procédés de traduction oblique, quant à eux, sont nécessaires lorsque la langue de départ
et la langue d’arrivée ne partagent pas d’élément sur le plan structural ou sur le plan
conceptuel - ce que Vinay et Darbelnet appellent parallélisme structural et parallélisme
métalinguistique . Comme l’indique Didier, les procédés de ce deuxième groupe servent à
remplacer, à divers degrés, des parties du discours[221].

Ce classement marque l’orientation que le traducteur peut donner à sa traduction. Les


procédés de traduction directe, à l’exception de la traduction littérale dite idiomatique,
engendrent des textes orientés vers la langue et la culture de départ, alors que les procédés de
traduction oblique permettent de produire des textes orientés vers la langue et la culture
d’arrivée.

Vinay et Darbelnet proposent sept procédés de traduction pour la traduction générale. Vieillis
et souvent contestés, ces procédés constituent, même de nos jours, une sorte de cadre
méthodologique convenant, quant au fond, à presque n’importe quelle combinaison de
langues - les langues principales du monde occidental du moins. Dans un ordre de difficulté
croissant, ces procédés sont : l’emprunt, le calque, la traduction littérale, la transposition
(incluant le chassé-croisé), la modulation, l’équivalence et l’adaptation. L’ordre de difficulté
est établi selon qu’il s’agit de procédés de traduction directe ou oblique.

Quelques-uns de ces procédés sont repris par les théoriciens de la traduction juridique, avec
des nuances quant à leur appellation et parfois quant à leur nature. Mentionnons parmi eux
Gémar, Didier, Pigeon et Šarčević. Cela sous-entend que les procédures techniques de la
traduction générale sont valables aussi pour la traduction juridique.

Sur ce point, Gémar soutient que les principes qui régissent la traduction juridique sont les
mêmes que ceux qui régissent la traduction générale, que les mécanismes y jouent le même
rôle et que, quel que soit le type de texte à traduire, l’objectif est toujours de faire passer un
message de manière à ce qu’il soit compris par le destinataire. Il rappelle toutefois que, sur le
plan du fond, la traduction juridique s’écarte des méthodes techniques et des préoccupations
des autres formes de traduction et constitue « une discipline à part entière, originale par son
objet, très complexe par la diversité des données et la grande variété des domaines qu’elle
regroupe »[222].

Dans son ouvrage Traduire ou l’art d’interpréter , Gémar se penche sur quatre procédés : la
traduction littérale (ou équivalence formelle), la traduction non littérale (ou équivalence
fonctionnelle), l’emprunt et le néologisme. Didier s’inspire des réflexions de Vinay et
Darbelnet tout en apportant des précisions intéressantes sur les qualités et les caractéristiques
des procédés de traduction. Il analyse les procédés de traduction directe, soit l’emprunt, le
calque et la traduction littérale, et les procédés de traduction oblique, soit la modulation,
l’équivalence et l’adaptation[223]. Pigeon se penche surtout sur l’équivalence fonctionnelle.
Šarčević, quant à elle, reconnaît les mêmes procédés de traduction mais elle inclut parmi les
procédés de traduction directe, la transcription et la traduction phonologique et graphique, qui
sont en fait des sortes d’emprunts utilisés généralement entre guillemets ou en italiques. Elle
précise que les termes ainsi introduits dans la langue et la culture réceptrice sont acceptables,
à condition qu’ils y soient déjà naturalisé s [224] .

L’équivalence proposée par Vinay et Darbelnet diffère de celle qui est analysée par Gémar ou
par le juge Pigeon[225]. L’équivalence qu’ils proposent correspond à celle que la langue
d’arrivée possède en tant qu’expression figée par l’usage. Il s’agit en fait du choix de
proverbes, d’idiotismes, de clichés et d’autres expressions de nature similaire qui exercent,
dans la langue d’arrivée, la même fonction que l’expression du texte de départ. Gémar, quant
à lui, perçoit l’équivalence, notamment l’équivalence fonctionnelle, comme le procédé de
traduction oblique par excellence; le procédé qui permet, à la suite d’un exercice
d’interprétation du sens des mots, d’obtenir la signification de ceux-ci.

Vinay et Darbelnet se bornent à définir les sept procédés de traduction qu’ils analysent, à
l’exception, comme nous le verrons plus bas, de la modulation dont ils louent les vertus.
Gémar, lui, fait état des limitations des textes produits à l’aide des procédés de traduction
directe. Dans l’ouvrage cité en note de bas de page, Gémar compare la traduction d’un
paragraphe faite par des procédés de traduction directe et la traduction du même paragraphe
faite à l’aide des procédés de traduction oblique. Il signale que les traductions littérales sont
souvent « inacceptables, même de la part d’une machine[226]», car elles sont limitées à tous
points de vue. Pour Gémar, l’équivalence fonctionnelle est le procédé de traduction qui rend
la lettre et l’esprit du texte de départ. Pour Vinay et Darbelnet, c’est plutôt la modulation qui
permet d’y parvenir.

2.9.1 L’emprunt
L’emprunt est considéré comme le plus simple de tous les procédés de traduction. Il peut être
lexical, syntaxique ou sémantique. L’emprunt lexical est le plus facile à reconnaître. Comme
son nom l’indique, il consiste à emprunter ou à utiliser, dans la langue d’arrivée, un terme qui
est étranger à celle-ci. L’emprunt syntaxique est aussi facile à reconnaître. Il s’agit en fait
d’une forme syntaxique propre à une langue étrangère. Didier donne un exemple d’expression
parfois utilisée au Québec : la personne que je sors avec, au lieu de la personne avec laquelle
je sors . L’emprunt sémantique, quant à lui, consiste à attribuer un nouveau sens à un mot
existant déjà dans une langue. Dans le contexte des groupes spéciaux binationaux de
l’ALENA, le terme espagnol panel , qui désigne un panneau de bois, ou autres matériaux, a
reçu le sens du mot anglais panel qui désigne un groupe d’individus réunis à une fin précise.

2.9.2 Le calque
Le calque est un cas d’emprunt qui consiste à calquer la langue étrangère sur le plan lexical ou
syntaxique. Dans le premier cas, on garde le syntagme de la langue de départ tout en
traduisant chaque mot littéralement. Le résultat est la création d’une nouvelle expression, soit
un calque d’expression. Vinay et Darbelnet fournissent à titre d’exemple la proposition
Compliments de la saison de l’anglais Season’s Greetings.

Au plan syntaxique, le calque forge et introduit une nouvelle construction. L’exemple donné
par Vinay et Darbelnet est science-fiction de l’anglais science fiction . Tout comme
l’emprunt, le calque réussit souvent à s’introduire dans la langue d’arrivée. C’est le cas du
terme thérapie occupationnelle, de l’anglais occupational therapy . Ce terme est souvent
utilisé à la place des termes ergothérapie et réadaptation par le travail, qui sont les équivalents
adoptés par le Comité de normalisation de la terminologie des services sociaux . Le calque est
un des moyens de création lexicale; une tâche qui relève des lexicographes et non des
traducteurs.

2.9.3 La traduction littérale


La traduction littérale, que Gémar appelle équivalence formelle, est la réexpression mot à mot
du texte de départ dans la langue d’arrivée. Par ce procédé, le traducteur ne doit se soucier que
des servitudes linguistiques. Les versions obtenues littéralement peuvent être acceptables ou
inacceptables. Vinay et Darbelnet précisent que la traduction littérale est acceptable
lorsqu’elle permet de produire un texte correct et idiomatique. Ils la qualifient d’inacceptable
lorsque son utilisation produit un texte qui n’a pas de sens ou qui en modifie le sens, qui a une
structure étrangère à celle de la langue d’arrivée, qui ne correspond à rien dans la langue
d’arrivée ou qui correspond à quelque chose ayant un autre niveau de langue.

Seleskovitch et Lederer précisent que la traduction mot à mot, ou transcodage, peut se faire
seulement dans le cas où les termes ont la même signification, que ce soit sur le plan de la
langue ou sur le plan du discours. Les termes pouvant être transcodés sont des termes qui ont
des équivalences permanentes, telles les chiffres, lorsqu’ils désignent des quantités, les noms
propres et les termes techniques. Lorsque le transcodage n’est pas possible, il faut chercher
d’autres moyens. Nous l’avons vu précédemment, Seleskovitch et Lederer adhèrent à la
démarche interprétative du sens du texte. Cela veut dire qu’elles perçoivent la traduction
comme une démarche par laquelle le traducteur cherche à rendre l’esprit plutôt que la lettre du
texte de départ. En fait, elles rappellent que faire du mot à mot est une expression péjorative
de nos jours[227].

Tout comme Seleskovitch et Lederer, Gémar admet que la traduction littérale est possible
lorsqu’il y a correspondance mot à mot dans les deux langues en présence. Mais il signale
aussi que la traduction littérale peut donner des résultats qui sont acceptables, quoi que
limités. Le problème de la traduction littérale, ajoute-il, est qu’elle réunit « à la fois les défauts
du mot à mot, ceux du calque et de l’emprunt, et cela à plusieurs niveaux : syntaxique
(structure de la phrase), stylistique (agencement des mots), lexical (calque des mots) » [228].
Il rappelle une grande vérité, soit la tentation permanente chez le traducteur de traduire
littéralement; une tendance à laquelle il faut résister en raison des défauts précités.

2.9.4 La transposition
La transposition consiste à remplacer une partie du discours par une autre en ayant soin de ne
pas en changer le sens. Ce remplacement affecte généralement les espèces grammaticales du
discours. Elle est utilisée tant en traduction qu’à l’intérieur d’une même langue. Vinay et
Darbelnet donnent en exemple la proposition Il a annoncé qu’il reviendrait qui peut être
réexprimé par Il a annoncé son retour . Ces deux phrases ont le même sens, bien qu’elles
soient différentes sur le plan syntaxique et stylistique. La transposition peut être facultative ou
obligatoire. Le caractère obligatoire est imposé par la structure de la langue d’arrivée ou par la
façon de dire dans cette langue. Comme le montrent ces deux théoriciens, le traducteur ne
peut rendre « as soon as he gets up » que par l’expression « dès son lever ». Certes, on
pourrait dire dès qu’il se lève , mais cela ne serait pas une façon spontanée et courante de le
dire en français.

Ces deux auteurs accordent à la transposition la caractéristique d’être un procédé qui s’opère
sur les espèces grammaticales. Ceci la distingue de la modulation, qui s’opère sur le plan de la
pensée. Pour montrer le rôle que jouent certaines espèces grammaticales en français, Vinay et
Darbelnet proposent la transposition inversée. Par ce procédé, il est possible de rendre, par un
verbe, ce qui dans le texte de départ, est rendu par un nom exprimant, en général, une action
et non pas un état. Voici un des exemples de traduction à l’aide de la transposition inversée :
"Canada has publicly demonstrated its inevitable involvement in the problem of Asia by
accepting membership on the Indochine truce commission" . Voici maintenant la version
française par transposition inversée : "Le Canada a démontré publiquement, en acceptant de
faire partie de la commission d’armistice en Indochine, qu’il ne pouvait rester en dehors des
affaires d’Asie" [229].

La transposition partage certaines caractéristiques avec la modulation. Par conséquent, il est


parfois difficile de distinguer l’une de l’autre.

2.9.5 La modulation
La modulation consiste à introduire dans le message une variation dans le point de vue. Cette
variation est introduite en remplaçant une partie du discours par une autre. La modulation est
utilisée afin que le message traduit soit conforme au génie - aux usages - de la langue
d’arrivée.

Tout comme la transposition, elle peut être facultative ou obligatoire. La différence entre ces
deux types de modulation, précisent les auteurs, est une question de degré. La notion
d’obligation est déterminée par la fréquence dans l’emploi, par le degré d’acceptation de
l’usage, et la lexicalisation - soit l’inclusion du terme dans les dictionnaires. Ce sont là des
éléments que toute personne qui maîtrise bien ses deux langues de travail reconnaît. Vinay et
Darbelnet précisent, par l’exemple suivant, que la proposition the time when ne peut être
rendue en français que par la proposition le moment où . Dans le cas de la modulation
facultative, le manque de fixation des catégories de la pensée ou des espèces grammaticales
permet de décider quand recourir à ce procédé.

D’après les auteurs, la modulation a pour principale fonction d’agir sur les catégories de la
pensée. Toutefois, ils reconnaissent qu’un changement dans les catégories de la pensée peut
entraîner un changement dans les espèces grammaticales. De ce fait, il s’avère souvent
difficile de distinguer la modulation de la transposition.

Vinay et Darbelnet relèvent les onze types de modulations décrits dans le tableau qui suit. Le
nom des divers types de modulation explique par lui-même la variation produite. Les
exemples fournis dans les deux colonnes illustrent la variation en question.
Tableau no 1 TYPES DE MODULATION

Type de modulation
Texte de départ
Texte d’arrivée

1.
L’abstrait pour le concret (ou du général au particulier)
... and I don’t mean maybe
... et je ne plaisante pas

2.
La modulation explicative (qui peut être de type la cause pour l’effet, le moyen pour le
résultat ou la substance pour l’objet).
This baffles analysis
Ceci échappe à l’analyse

3.
La partie pour le tout
The Islands had been the scene of several attacks
Ces îles avaient été le théâtre de plusieurs attaques

4.
Une partie pour une autre
He cleared his throat
il s’éclaircit la voix

5.
Le renversement des termes
His clothes hung loosely around him
il flottait dans ces vêtements

6.
Le contraire négativé
Don’t make me laugh
Laissez-moi rire

7.
Passage de la voix active à la voix passive (ou vice-versa)
Only a miracle saved the world
Le monde n’a été sauvé que par un miracle;

8.
L’espace pour le temps
When my generation was writing poetry ... these youngsters are studying radio scripts
Alors que ma génération faisait des vers ... les jeunes d’aujourd’hui travaillent des textes pour
la radio

9.
Les intervalles et les limites (dans le temps ou dans l’espace)
a) Dans le temps :

For the period under review

b) dans l’espace :

No parking between signs

Depuis notre dernier numéro

Limite de stationnement

10.
Changement de symbole
He earns an honest dollar
Il gagne honnêtement sa vie

11.
La modulation figée par l’usage. Il s’agit en fait de l’équivalence, soit les expressions que
l’usage a figées pour rendre des expressions idiomatiques, des clichés ou des idiotismes. Ce
procédé est analysé dans les paragraphes qui suivent.

Il est important de remarquer que l’emploi de la modulation, notamment la modulation


explicative, exige souvent le recours à l’ajout et à l’étoffement. Comme leur nom le suggère,
ces deux stratégies de traduction consistent à ajouter des éléments qui contribuent à rendre un
texte plus clair ou plus précis.

2.9.6 L’adaptation
L’adaptation est le procédé qui consiste à adapter une situation à une autre lorsque celle qui
est décrite dans le texte de départ n’existe pas dans la langue d’arrivée, ou lorsqu’elle ne
correspond pas aux us et coutumes des destinataires de la traduction. C’est le cas de l’exemple
He kissed his daughter on the mouth , geste correspondant à une habitude dénuée de toute
arrière-pensée. Si ce geste est mal perçu dans la culture réceptrice, la phrase peut être rendue
par Il serra sa fille tendrement dans ses bras . L’adaptation est utilisée lorsque la possibilité de
traduire touche à ses limites.

Le domaine juridique est un domaine où la traduction atteint souvent la limite de son


actualisation. Le caractère socioculturel du droit, entre autres, fait souvent en sorte que les
situations décrites ne soient pas équivalentes ou encore qu’elles n’existent pas dans la culture
réceptrice. L’équivalence, notamment l’équivalence fonctionnelle, est l’un des moyens
utilisés pour rendre des notions ou des réalités qui ne se correspondent pas d’une langue à
l’autre (voir l’analyse de l’équivalence au point 1.5).

La connaissance des divers procédés de traduction constitue la base de la compétence


technique du traducteur. En traduction juridique, cette compétence comporte une double,
voire même une triple dimension. Le droit est une discipline indissociablement liée à la
langue, une langue qui est soumise à des normes qui en régissent la forme et le fond. Chaque
système juridique possède une organisation interne et une langue qui lui sont propres. Le
traducteur doit donc connaître les procédés qui lui permettent d’abord de saisir la portée
juridique du texte, de saisir le sens de ce texte et, enfin, de réexprimer cette portée et ce sens
dans le texte d’arrivée, selon les normes et les usages de la langue et du système juridique de
la culture réceptrice.

--------------------------------------------------------------------------------

[112] Voir Jean-Claude Gémar, « La traduction juridique et son enseignement », Meta ,


1979, pp. 37-45.

[113] Les écriteaux et les panneaux d’affichage font, bien entendu, exception.

[114] Yon Maley, « The Language of the Law , Language and the Law », edited by John
Gibbons, London, Longman 1994, p. 11.

[115] Les termes tradition juridique et système juridique sont souvent utilisés comme
synonymes, alors qu’ils désignent deux notions fort différentes. La différence entre les deux
est analysée à la section 2.3.

[116] Ethel Groffier, et David Reed, La lexicographie juridique , Cowansville (Québec), Les
éditions Yvon Blais, p. 3.

[117] Jean-Claude Gémar, « Les fondements du langage du droit comme langue de spécialité
», Revue générale du droit, Université d'Ottawa, Faculté de Droit, vol. 21, no 4, 1990, p. 719.
Remarquons que dans sa publication de 1995, Gémar reconnaît que ce phénomène peut se
retrouver dans d’autres régions. Voir Jean-Claude Gémar, Traduire ou l’art d’interpréter :
langue, droit et société : éléments de jurilinguistique, Tome 2 : Application. Québec, Les
Presse de l’Université du Québec, 1995b, p. 84.

[118] Des théoriciens comme Leo Hickey et Paul Kussmaul reconnaissent l’apport de la
pragmatique au processus d’interprétation ou de compréhension des textes devant être
traduits. Paul Kussmaul fait une description claire et concise de ces apports. La description de
l’approche pragmatique que je présente ici est tirée entièrement de son ouvrage Training the
Translator , Amsterdam, John Benjamins, 1995, pp. 55-60.

[119] Cf. Juliane House, A Model for Translation Quality Assessment , Tübingen, Narr, 1977,
cité par Kussmaul dans Training the Translator , 1995, p. 56.

[120] Voir Jean-Claude Gémar, « La traduction juridique et son enseignement », Meta , 1979,
p. 38.

[121] Cf. J. P. Vinay, et J. Darbelnet, Stylistique comparée du français et de l’anglais , 1958,


p. 31.

[122] Jean-Claude Gémar, « Le traducteur et la documentation juridique », », Meta, vol. 25,


no 1, mars 1980, p. 137.
[123] Communication (sans titre) portant sur les caractéristiques et les enjeux de la traduction
juridique et sur les moyens de l’enseigner de façon idéale. Cette communication a été
prononcée par Sparer en mars 1999 auprès du Département de Langues, linguistique et
traduction de l’Université Laval, p. 7. Reçue par courriel le 25 mai 1999.

[124] Confederatio Helvetica, La Convention de Vienne du 23 mai 1960 sur la loi des Traités
(consulté le 28 mai 2002). Sur Internet : <http://www.admin.ch/ch/f/rs/c0_111.html >.

[125] Treaties and International Law, Internet Law Library, The Vienna Convention on the
Law of Treaties , (consulté le 20 mars 2002). Sur Internet :
<gopher://gopher.law.cornell.edu/00/foreign /fletcher/treaties.txt >.

[126] Alonso Gómez-Robledo Verduzco , « Aproximaciones al marco jurídico internacional


del Tratado de Libre Comercio », El Tratado de Libre Comercio de América del Norte.
Análisis, Diagnóstico y propuestas jurídicos bajo la responsabilidad de Jorge Witker, vol. 1,
México, Universidad Autónoma de México, 1993, pp. 55-78.

[127] J.-L. Sourioux et Pierre Lerat, Le langage du droit , Paris, P.U.F., 1975, Introduction.

[128] Claude Hagège, L’homme de parole , 1985, p. 191, cité par Gémar dans Traduire ou
l’art d’interpréter , 1995b, p. 84.

[129] J-L Sourioux et Pierre Lerat, Le langage du droit , 1975, Introduction.

[130] Jean-Claude Gémar, Traduire ou l’art d’interpréter , 1995, p. 10. L’adjectif chaotique
semble suggérer le désordre, ce qui n’est nullement le cas dans le domaine juridique.

[131] Voir David Mellinkoff, The Language of the Law , Boston, Little, Brown and Company
1963, pp. 3-29.

[132] Voir Lawrence M. Solan, The Language of Judges , Chicago, University of Chicago
Press, 1993, 218 p.; Clark D. Cunningham, Judith N. Levi et al, « Plain Meaning and Hard
Cases », The Yale Law Journal , vol. 103, no 1533, 1994, pp. 1561-1625; et Judith N. Levi
and Anne Graffam Walker (ed.), Language in the Judicial Process , New York, Plenum Press,
1990, 373 p. . Le Conseil canadien de la documentation juridique a établi en 1990 le Plain
Language Center dont la mission est justement de se pencher sur la question du Plain English
. Un mouvement similaire a été initié au Québec avec le but de simplifier la langue du droit en
français en limitant le nombre d’expressions d’origine latine, entre autres. La banque
terminologique Termium recense le terme langage clair comme équivalent du terme plain
language .

[133] Les caractéristiques lexicales, stylistiques et syntaxiques présentées ici ont été tirées,
pour la plupart, de l’ouvrage de Gémar Traduire ou l’art d’interpréter , 1995b, pp. 95-115.

[134] Voir J.-L Sourioux, et Pierre Lerat, Le langage du droit , 1975, p.15.

[135] Emmanuel Didier, Langues et langages du droit , Montréal, Wilson et Lafleur, 1990, p.
3.
[136] Jean Darbelnet, « Réflexions sur le discours juridique », Meta, vol. 24, no 1, mars 1979,
p. 27.

[137] Cf. Lawrence Friedman, « Is there a Modern Legal Culture? » , Ratio Juris, vol. 7, no.
2, July, 1994, p. 123.

[138] À l’instar de Gémar, les termes grammaire et syntaxe sont considérés ici comme ce qui
est obligatoire dans la communication orale ou écrite, et nous considérons que l’un contient
l’autre. Cela explique que seules les caractéristiques syntaxiques du droit sont analysées.

[139] Comme il est indiqué précédemment, les caractéristiques spécifiques de la langue du


droit exposées ici ont été empruntées à Gémar. Les exemples qui apparaissent dans les quatre
paragraphes qui suivent se trouvent aux pages 112-114 de son ouvrage Traduire ou l’art
d’interpréter , 1995b.

[140] Jean-Claude Gémar, « Le traducteur et la documentation juridique », Meta, vol. 25, no


1, mars 1980, p. 137.

[141] Ethel Groffier et David Reed, La lexicographie juridique , 1990, p. 79.

[142] Jean-Claude Gémar, « Les fondements du droit comme langue de spécialité : Du sens et
de la forme du texte juridique »,dans Revue générale du droit , 1990, p. 737.

[143] Id., « La traduction juridique et son enseignement : aspects », Meta , 1979, p. 44.

[144] Gérard-René de Groot, « La traduction juridique : The Point of View of a Comparative


Lawyer », Les Cahiers de Droit , vol. 28, no 4, décembre 1987, p. 798.

[145] Ibid., pp. 798-800.

[146] Le droit comparé n’est pas une simple méthode comparative appliquée à la science
juridique; c’est une science qui a un objet, une nature et un intérêt qui lui sont propres. Il ne
faut pas non plus la confondre avec l’histoire comparative du droit, la théorie générale du
droit ou la sociologie juridique. Voir, à ce sujet, René David, Les grands systèmes de droit
contemporains , 10e édition, Paris, Dalloz 1996, pp. 1-3.

[147] Cette définition du droit est tirée de la préface du collectif Langage du droit et
traduction , dirigé par Jean-Claude Gémar. La définition du droit pouvant varier d’un
dictionnaire à un autre, il a été jugé préférable de faire appel aux ouvrages de la doctrine du
droit pour trouver une définition qui soit fiable. Il est à remarquer que la définition donnée ici
correspond à la définition du droit des sociétés étatiques.

[148] Georges A. Legault, « Fonctions et structure du langage juridique », Meta , vol. 24, no1,
mars 1979, p. 19.

[149] Voir John Henry Merryman, The Civil Law Tradition , Stanford (California), Stanford
University Press, 1969, p. 7.

[150] Les jurisconsultes sont considérés comme les premiers avocats professionnels.
[151] John Gilissen, Introduction historique du droit, Bruxelles, Bruyland, 1979, p. 16.

[152] La production des Romains s’étendrait de 450 av. J.-C. jusqu’aux compilations de
Justinien 1er - ou Corpus Juris Civilis - publiées entre 529 et 534. Voir Glendon et al.,
Comparative Legal Traditions , Saint Paul (Minnesota.), West Publishing Co., 1985, p. 40.

[153] Ibid., pp. 44-45.

[154] René David, Les grands systèmes du droit contemporain, 1996, p. 64.

[155] La doctrine est constituée des réflexions des théoriciens du droit. Elle est une source
importante des principes qui guident et développent le droit. David fait remarquer que la
doctrine a été pendant longtemps la principale source des droits romanistes.

[156] René David, op. cit., p, 73.

[157] Ibid., p 91.

[158] Ibid., p. 119.

[159] Ibid., p. 251

[160] Voir Mary Ann Glendon et al., Comparative Legal Traditions , 1985, p 270.

[161] Selon Gémar et Vo Ho-Thuy, le terme bref est à proscrire. Ces auteurs préfèrent les
termes assignation , citation , convocation ou encore, ordonnance , selon le contexte. Voir
Jean-Claude Gémar et Vo Ho-Thuy, Difficultés du langage du droit au Canada , Montréal,
Les Éditions Yvon Blais inc. 1990, p.41.

[162] Cette procédure propre au droit anglais a été introduite dans le droit mexicain par le
droit commercial. Par ailleurs, elle constitue aussi l’un des éléments du mécanisme utilisé
pour le règlement des différends au sens du chapitre dix-neuf de l’ALENA, nouveauté pour
les juristes mexicains. Dans le contexte du chapitre XIX de l’ALENA, les plaidoyers devant
un jury posent de grandes difficultés dans la communication entre les parties. Ces difficultés
seront analysées dans les pages qui suivent.

[163] René David, Les grands systèmes du droit contemporain , 1996, p. 263.

[164] René David précise que le terme remède, utilisé comme équivalent français du terme
anglais remedies, n’est pas une traduction satisfaisante, bien que ce soit le terme utilisé.

[165] Les juridictions ecclésiastiques sont instituées en Angleterre après la conquête


normande, et le droit canonique est le droit commun à toute la chrétienté. L’Église statuait en
matière de moralité des croyants et de discipline du clergé. Elle intervenait également dans
des questions civiles liées à la famille telles que le mariage et les successions. L’Église a
préservé cette juridiction jusqu’à la première moitié du XIXe siècle. Voir à ce sujet Glendon
et al., Comparative Legal Traditions , 1985, p. 272.
[166] Le terme jurisprudence , en français se rapporte aux décisions judiciaires, ce qui
correspond en anglais à decision of the courts . Le terme anglais jurisprudence correspondrait
en français à la théorie générale et à la philosophie du droit.

[167] René David, Les grands systèmes du droit contemporain , 1996, p. 273.

[168] Jean-Claude Gémar et Vo Ho Thuy, Difficultés du langage du droit au Canada ,


Cowansville (Québec.), Les éditions Yvon Blais, 1990, pp. 81-82.

[169] Le masculin est utilisé, mais il est recommandé d’employer le féminin.

[170] Jean-Claude Gémar, « La traduction juridique et son enseignement : aspects théoriques


et pratiques », Meta , 1979, p. 49.

[171] De Groot, « La traduction juridique : The Point of View of a Comparative Lawyer »,


Les Cahiers de Droit , 1987, p. 806.

[172] Voir Rodolfo Sacco, « La traduction juridique : Un point de vue italien », Les Cahiers
de Droit , vol. 28, no 4, décembre 1987, pp. 845-859.

[173] El derecho de Estados Unidos en torno al comercio y a la inversión , vol. 1, National


Law Center for Inter-American Free-Trade et Universidad Nacional Autónoma de México,
1999. La traduction vers l’espagnol a été réalisée par une équipe de traducteurs et de juristes
de l’Universidad Nacional Autónoma de México.

[174] Ibid., LXIV.

[175] Sally Engle Merry, « Law, Culture, and Cultural Appropriation », Yale Journal of Law
and Humanities, vol. 10, no 575, 1998, pp. 575-588.

[176] Lawrence Friedman, « Is There a Modern Legal Culture? », Ratio Juris, 1994, p. 118.

[177] Pour des réflexions supplémentaires sur la notion de culture juridique, voir Volkmar
Gessner, « Global Legal Interaction and Legal Cultures », 1994, Ratio Juris, vol. 7, no 2,
juillet, pp. 132 -145, ainsi que la revue Social & Legal Studies , vol. 4, no 4, décembre 1995,
qui contient quatre articles sur ce sujet.

[178] John Henry Merryman, The Civil Law Tradition , 1969, p. 2.

[179] Cf. Héctor Fix Fierro et Sergio López Ayllón, « Comunicación entre culturas jurídicas :
los paneles binacionales del Capítulo XIX del TLCAN » , 1997, pp. 19-57.

[180] Les auteurs précisent que leur étude présente des conclusions préliminaires. L’objectif
de leur étude était d’analyser l’effet du mécanisme de solution des conflits du chapitre XIX de
l’ALENA sur le droit mexicain. Quant aux éléments de culture juridique ayant des effets sur
la communication entre les membres d’un groupe spécial binational, ils n’en mentionnent que
quelques-uns.

[181] Héctor Fix Fierro et Sergio López Ayllón, op. cit., p. 34.
[182] Gloria M. A. Sánchez, « Paradigm Shift in Legal Education : Preparing Law Students
for the Twenty-First Century : Teaching Foreign Law, Culture, and Legal Language of the
Major U.S. American Trading Partners », San Diego Law Review , vol. 34, no 635, 1997, p.
668.

[183] Voir Anthony Pym, Pour une éthique du traducteur , 1997, p. 68.

[184] Jean-Claude Gémar, « La traduction juridique : art ou technique d’interprétation », Meta


, vol. 33, no 2, juin 1998, p. 308.

[185] Dans cette troisième catégorie de responsabilité ou d’obligation, Gémar inclut la qualité
que le traducteur doit assurer à son donneur d’ouvrage.

[186] Jean-Claude Gémar, loc. cit.

[187] L’erreur en traduction juridique peut être des plus variées, et les conséquences de
l’erreur peuvent varier selon le type de document et le contexte. Mohammed Didaoui offre
une description intéressante sur l’erreur en traduction dans le contexte particulier des Nations
Unies. Voir « Les conséquences politiques, juridiques et commerciales de l’erreur en
traduction », Parallèles , no 19, 1997, pp. 45-62. Héctor Fix Fierro signalait lors d’une
rencontre avec lui au Mexique en 1997 que la version espagnole des Règles des groupes
spéciaux a été refaite les semaines qui ont suivi l’entrée en vigueur de l’ALENA. Suite à une
révision approfondie elle a été jugée insatisfaisante. Une nouvelle version a été faite et a dû
être publiée dans El Diario Oficial de la Federación , le journal officiel du gouvernement
mexicain. Les conséquences politiques, juridiques, commerciales ou d’autres natures ne sont
pas connues.

[188] Jean-Claude Gémar, op. cit., p. 309.

[189] Voir Paul Kussmaul, Training the Translator , 1995, pp. 1-3.

[190] Cf . factual knowledge and procedural knowledge .

[191] Roda P. Roberts, « Compétences du nouveau diplômé en traduction », cité par Jean
Vienne dans « Vous avez dit compétence traductionnelle? », Meta électronique, vol. XLIII, no
2, 1998, (consulté le 10 octobre 2002). Sur Internet :
<http://www.erudit.org/revue/meta/1998/v43/n2/004563ar.pdf>, 6 p. 1998, p. 2.

[192] Les théories fonctionnalistes sont décrites aux points 1.3.1 et 1.3.2.

[193] Jean Vienne, « Vous avez dit compétence traductionnelle? », Meta électronique, vol.
XLIII, no 2, 1998, (consulté le 10 octobre 2002). Sur Internet :

<http://www.erudit.org/revue/meta/1998/v43/n2/004563ar.pdf>, 6 p. 1998, pp. 2-6.

[194] Termium , (consulté le 22 novembre 2002).

[195] Ibid., p. 4.
[196] Eurodicautom , la banque terminologique de la Commission européenne, le Grand
dictionnaire terminologique de l’Office de la langue française du Québec et Termium , la
banque de données linguistiques du gouvernement du Canada sont des banques
terminologiques dont les entrées comprennent des informations sur le contexte et sur le
domaine d’utilisation des entrées qu’elles recensent. Il faut toutefois faire preuve de prudence
quant à leur usage dans la culture réceptrice de la traduction.

[197] Le lien http://groups.yahoo.com/group/jobs-translators/ correspond à un groupe de


discussion de traducteurs spécialisés dans la traduction espagnol/anglais. Les membres de ce
groupe échangent des informations de toutes sortes, affichent des possibilités d’emploi et
surtout demandent de l’aide à leurs collègues. Les réponses à ces questions font souvent
l'objet de débats des plus enrichissants. Sur Internet .

[198] Voir premier chapitre.

[199] Danica Seleskovitch et Marianne Lederer, Interpréter pour traduire , Paris, Didier
Erudition, 1986, p. 31.

[200] Georges A. Legault, « Fonctions et structure du langage juridique », Meta , 1979, p.19.

[201] Lorsque Seleskovitch et Lederer parlent de signification , elles parlent plutôt de


signification linguistique , qui correspond au sens des mots en dehors de l’usage qui en est fait
dans la parole ou le discours. Pour ces auteurs, le terme sens , tel qu’entendu dans cette
recherche, soit le sens qu’on retrouve dans la parole, s’appuie sur la signification linguistique
mais dépasse les frontières de celle-ci; c’est l’ensemble du texte qui révèle le plein sens du
texte.

[202] Voir Louis Jolicoeur, La sirène et le pendule, 1995 , pp. 24-27.

[203] Par textes bien pensés et bien rédigés , Gémar fait allusion au texte juridique idéal ou à
la traduction qui déborde les limites de l’acceptabilité. Il parle en fait de la traduction
dépourvue de toute trace de la langue de départ. À l’annexe F du tome deux de son ouvrage
Traduire ou l’art d’interpréter , Gémar inclut un texte de départ, la version française de celui-
ci et la version révisée de cette dernière. La version révisée, plus courte que la traduction,
ressemble plutôt à un exercice de réécriture. Gémar semble montrer la différence entre le sens
et la signification.

[204] Seleskovitch et Lederer entendent par discours ou parole « la mise en rapport des
phrases isolées, l’une avec la situation dans laquelle elle a été prononcée, et l’autre au courant
du texte dont elle était extraite », op. cit., p. 16.

[205] Ibid., p. 22.

[206] L’élément situation , par exemple, se rapporte aux éléments de perception sensorielle
non linguistiques qui interviennent en même temps que le discours (les gestes de l’orateur...);
il se rapporte également à l’espace physique où le discours a lieu.

[207] Voir Jean-Claude Gémar, Traduire ou l’art d’interpréter , 1995, pp. 188-190.
[208] Voir point 2.3.3.

[209] Cf. Stylistique comparée du français et de l’anglais , 1958.

[210] Voir, Judith N. Levi, « What is Meaning in a Legal Text? : A First Dialogue for Law
and Linguistics », Washington University Law Quarterly , 1995. Cette publication recueille
les travaux exposés à cette réunion.

[211] Voir, Judith N. Levi and Anne Graffan Walker (ed.), Language in the Judicial Process ,
1990.

[212] Voir Lawrence M. Solan, The Language of Judges , 1993.

[213] Voir David Reed, « Problèmes de la traduction juridique au Québec », Meta, vol. 24, no
1, mars 1979, p. 95.

[214] L’anglais distingue les verbes to construe et to interpret . Dans le premier cas, il s’agit
de l’analyse du sens linguistique et dans le deuxième cas, de l’analyse des effets ou des
conséquences juridiques.

[215] Cf. Règles Ejusdem generi, concernant le rang des termes. Voir Leo Hickey, «
Equivalence, Certainly. But is it Legal? », Turjuman, vol. 2, no 2, October 1993, pp. 69-73.

[216] Voir Emmanuel Didier, Langues et langages du droit , 1990, pp. 113-114.

[217] Cf. Louis Jolicoeur, La sirène et le pendule , 1995, pp. 51-55.

[218] Nida et Waard, par exemple, s’opposent à la reproduction de l’ambiguïté dans le texte
d’arrivée. Ils suggèrent que le traducteur doit faire la meilleure interprétation du texte de
départ et indiquer en bas de page les différentes possibilités. Voir Eugene A. Nida et Jean de
Waard , From One Language to Another , 1986, p. 39.

[219] Leo Hickey, « Aproximación didáctica a la traducción jurídica », La enseñanza de la


traducción , sous la responsabilité d’Amparo Hurtado Albir, Publicacions de la Universitat
Jaume I (Castellón, España), Campus de la Penyeta Roja, 1996, pp. 127-139, col·lecció «
Estudis sobre la traducció », no 3

[220] Les procédés de traduction analysés ici sont ceux que J.P. Vinay et J. Darbelnet
analysent dans leur ouvrage Stylistique comparée du français et de l’anglais, bien que d’autres
théoriciens soient mentionnés aussi . Les exemples empruntés à ces deux théoriciens se
trouvent aux pages 46-54, 88-90 et 235-240. Les italiques sont ajoutés pour mettre ces
exemples en exergue.

[221] Emmanuel Didier, Langues et langages du droit , 1990, p. 250.

[222] Jean-Claude Gémar, « La traduction juridique et son enseignement : aspects théoriques


et pratiques », 1979, p. 37.

[223] Emmanuel Didier, op. cit., pp. 248-251.


[224] Susan Šarčević, «Translation of Culture-Bond Terms in Laws », Multilingua , vol 4, no
3, 1985, pp. 127-133.

[225] Cf. Louis-Philippe Pigeon, avocat et professeur de droit constitutionnel, Université


Laval (Québec), artisan du projet d’amélioration de la qualité du français juridique au Québec.

[226] Jean-Claude Gémar, Traduire ou l’art d’interpréter , 1995b, p. 164.

[227] Danica Seleskovitch et Marianne Lederer, Interpréter pour traduire , 1986, p. 28.

[228] Jean-Claude Gémar, Traduire ou l’art d’interpréter , 1995b, p. 164.

[229] J.P. Vinay et J. Darbelnet, Stylistique comparée du français et de l’anglais , 1958, pp.
107-108.

--------------------------------------------------------------------------------

CHAPITRE 2 LES ASPECTS THÉORIQUES ET PRATIQUES DE LA TRADUCTION


JURIDIQUE CHAPITRE 3 LA TRADUCTION AU SEIN DE L’ACCORD DE LIBRE-
ÉCHANGE NORD-AMÉRICAIN