Vous êtes sur la page 1sur 8

MINISTERE DES FINANCES

Notre nouveau
site web
Bulletin d’information de la Direction Générale des Impôts N° 42 www.mfdgi.gov.dz

La fiscalité salariale
un instrument de la protection
sociale

assurances classiques : vieillesse et ma- sur les bas revenus, la stabilisation de


ladie, et l’institution de diverses indem- celle supportée par les revenus moyens et
nités complémentaires de revenus des- supérieurs et, enfin, l’harmonisation des
tinées à soutenir le pouvoir d’achat des niveaux d’imposition des revenus des per-
plus démunis, à l’exemple de l’Indemnité sonnes physiques et des sociétés.
pour salaire unique (IPSU) et l’Indemnité
Cette réforme a engendré, comme il était
complémentaire pour pensions et rentes
prévisible, un manque à gagner non né-
Éditorial (ICPR).
gligeable pour le budget de l’Etat, mais il

L
La fiscalité salariale adoptée jusque-là demeure certain que la fiscalité salariale
’impact de la crise économique
s’inscrit dans cette logique hautement continue, grâce à un système de prélè-
mondiale sur l’économie nationale
sociale, comme l’attestent les exemp- vement aisé et efficace : la retenue à la
: baisse des prix des hydrocarbu-
tions de l’IRG, édictées par le code des source, à représenter l’une des ressources
res, incite aujourd’hui plus que jamais
impôts directs et taxes assimilées (cf. art. les plus stables et les plus sûres pour l’Etat,
les pouvoirs publics à adopter, à titre
68), des revenus, subventions et indemni- estimées, durant le premier semestre de
de précaution, des mesures d’urgence
tés consentis par l’Etat dans le cadre de la l’année 2009, à près de 30% du total des
tendant à promouvoir les entreprises et
protection sociale. contributions directes.
encourager le travail indépendant.
Les rémunérations issues du travail sala- Le présent numéro de La Lettre de la DGI
La stratégie industrielle lancée au début
rié demeurent, quant à elles, au nom du reprend sommairement des dispositions
des années 1970, conjuguée à la mise en
principe constitutionnel d’égalité devant relatives à la fiscalité salariale, en mettant
place d’un vaste secteur public constitué,
l’impôt, normalement imposables suivant en exergue le traitement fiscal différencié
essentiellement, d’entreprises publiques
un régime universel qui tient compte de la des rémunérations suivant leur nature et
nationales, ont favorisé l’essor d’une forme
différence des salaires servis, des situations leur destination.
de travail dite le salariat, bénéficiant d’une
personnelles et des charges familiales des
large couverture sociale et devenant, au fil Il donne également un aperçu global sur
contribuables.
du temps, prédominant dans son rapport les avantages fiscaux consentis, en matière
avec le travail indépendant. Cela dit, compte tenu de l’évolution éco- d’IRG-salaires, pour booster l’emploi.
nomique et celle affectant particulièrement
Cependant, force est de constater A. RAOUYA
la répartition et les niveaux de salaires,
qu’aujourd’hui à travers le monde, sous DGI
l’IRG-catégorie salaires a connu durant
les coups de boutoir de la mondialisation,
cette décennie deux principales réformes
les systèmes de protection sociale tradi-
en 2003 et 2008.
Au sommaire
tionnels semblent vaciller, imposant à bon
 Editorial Page 2
nombre d’Etats leur révision, voire leur re- La plus importante, celle de 2008, a pro-
mise en cause pure et simple. fondément modifié le barème de l’impôt  Eléments constitutifs Page 2
sur le revenu global en lui apportant trois de la fiscalité salariale
En Algérie, il est patent que les réformes
principaux aménagements à savoir :  Modalités d’imposition
actuelles soient orientées vers la réalisa-
de la catégorie des traitements
tion d’objectifs clés tels que la promotion - le relèvement du seuil de non-imposition
et salaires. Page 2
des PME, PMI, le soutien de l’emploi et de 60 000 DA à 120 000 DA par an ;
l’encouragement de l’investissement et du  Les exonérations de l’IRG/
- la réduction du taux marginal supérieur salaires : Protection socialeet
travail indépendant. de 40% à 35% ; encouragement de l’emploi Page 3
Parallèlement, et dans le souci d’amor- - la réduction du nombre des tranches 4
 Bon à savoir Page
tir les coûts sociaux des mutations en d’imposition de cinq (05) à trois (03).
cours, les pouvoirs publics ont renforcé le  FAQ Page 5
système de protection sociale par l’intro- Les objectifs recherchés à travers la refonte  Chiffre express Page 5
duction, pour la première fois, de l’as- du barème de l’IRG étant, à l’évidence,  Activités du M. Directeur Page 6
surance chômage, la consolidation des la réduction de la charge fiscale pesant Général
Direction Générale des Impôts

I- Eléments constitutifs de la fiscalité salariale

Les traitements, indemnités, émoluments, - Le terme «indemnité» désigne un élé- L’expression «rente viagère» désigne
salaires, pensions et rentes viagères ment d’une rémunération ou d’un salaire toute allocation périodique qu’une per-
concourent à la formation du revenu destiné à compenser une augmentation sonne, appelée débirentier, s’engage
global servant de base à l’impôt sur le du coût de la vie ou à rembourser une à servir à une autre personne, appelée
revenu global. dépense imputable à l’exercice de la pro- crédirentier, durant la vie de celle-ci.
fession (prime). L’expression «avantage en nature»
1- Définition de la notion de Il désigne également des sommes désigne, entre autres, la nourriture, le
salaire et des autres notions allouées pour le dédommagement d’un logement, l’habillement, le chauffage et
voisines préjudice (indemnité de licenciement) l’éclairage.
Il n’existe pas de définition légale propre- ou des rémunérations liées à certaines
ment dite de la notion de salaire. La loi fonctions (indemnités allouées à des 2- Revenus assimilés à des
relative aux relations de travail (loi 90.11 personnes élues). salaires au sens du code des
du 11.04.1990) y fait cependant men- impôts directs (cf. art.67, CID)
tion en définissant plutôt le contrat du Le terme «prime» désigne toute somme Le code des impôts directs assimile, aux
travail salarié. d’argent payée à un salarié en plus de fins d’imposition, certains revenus à des
En l’absence d’une définition légale, la son salaire, en vue de lui rembourser salaires. Il s’agit :
doctrine va apporter des éclaircissements certains frais (indemnité) ou de l’inté- • Des rémunérations allouées aux
permettant de distinguer la notion de resser à la production, au rendement associés minoritaires des sociétés à res-
salaire des autres notions qui lui sont (gratification). ponsabilité limitée.
voisines. • Des sommes perçues en rémunération
Le terme «rémunération» désigne le de leur travail par des personnes exerçant
Le terme «salaire» désigne toute rémuné- prix d’un travail ou d’un service rendu. à domicile, et à titre individuel, pour le
ration constituant la contrepartie de pres- On distingue : compte de tiers.
tations de travail fournies par une répon- • Rémunération principale : Il y a lieu • Des primes de rendement, gratifica-
se (travailleur ou ouvrier) pour le compte d’entendre le traitement ou le salaire tions ou autres d’une périodicité autre
d’une autre personne (employeur), en selon le cas. que mensuelle, habituellement servies
vertu d’un contrat de travail ou d’une • Rémunération accessoire : Il est en- par les employeurs.
convention collective de travail. tendu les indemnités, primes, gratification • Des sommes versées à des personnes
et autres qui sont attribuées en plus de la exerçant en sus de leur activité principale
- Le terme «traitement» désigne la ré- rémunération principale, même si la per- de salariés une activité d’enseignement,
munération versée aux travailleurs des sonne qui les verse est distincte de celle de recherche, de surveillance ou d’assis-
administrations et institutions publiques qui paye la rémunération principale. tanat à titre vacataire, ainsi que les rému-
(fonctionnaire). nérations provenant de toutes activités
- Le terme «émolument» désigne un en- Le terme «pension» désigne toute pres- occasionnelles à caractère intellectuel.
semble de traitements ou salaires versés tation en argent versée périodiquement à • Des indemnités, remboursements ou
à une même personne (généralement une personne déterminée. allocations forfaitaires pour frais versés
ceux d’une année). aux dirigeants des sociétés.

II- Modalités d’imposition de la catégorie des traitements


et salaires
1-Dans le cadre du régime B- Exclusions et déductions
général du revenu imposable
1- Les avantages en nature correspon-
A- Eléments du revenu imposable dant exclusivement à la nourriture et au
L’assiette de l’impôt sur le revenu glo- logement consentis aux employés tra-
bal-salaire tient compte du montant des vaillant dans les zones à promouvoir tel-
pensions, des rentes viagères et des rému- les que définies par la réglementation en
nérations principales, augmentées des ré- vigueur sont exclus de l’assiette de l’IRG
munérations accessoires versées aux béné- (cf. art. 72 du CID).
ficiaires, ainsi que des avantages en nature
qui leur sont éventuellement accordés.

N° 42 Page 2
www.mfdgi.gov.dz

C-2. Application des abattements autres d’une périodicité autre que men-
Conformément aux dispositions de l’ar- suelle, habituellement servies par des
ticle 104 du CIDTA, un abattement employeurs ;
proportionnel sur l’impôt sur le revenu • les sommes versées à des personnes
global égal à 40% est accordé au pro- exerçant, en sus de leur activité principale
fit des salariés. Toutefois, cet abattement de salarié, une activité d’enseignement,
ne peut être inférieur à 12 000 DA/an ni de recherche, de surveillance ou d’assis-
supérieur à 18 000 DA/an (soit entre tanat à titre vacataire, ainsi que les ré-
2- Le montant de la cotisation des tra- 1 000 DA et 1 500 DA/mois). munérations provenant de toutes activités
vailleurs aux assurances sociales ainsi occasionnelles à caractère intellectuel ;
que les retenues opérées par l’employeur En outre, les rémunérations versées au • les rappels y afférents.
au titre de la cotisation de pension ou de titre d’un contrat d’expertise ou de for- Cette retenue est libératoire, sauf dans le
retraite sont déduits du revenu imposable mation donnent lieu à l’application d’un cas de rémunérations provenant des ac-
(cf. art.73 du CID). abattement de 20%. tivités occasionnelles à caractère intellec-
tuel lorsque leur montant global annuel
C- Barème IRG : Progressivité et char- 2-Dans le cadre du régime excède 500 000 DA.
ges fiscales allégées pour les salaires dérogatoire
modérés Le régime dérogatoire constitue l’appli- B- Les salaires du personnel techni-
C-1. Calcul de la retenue IRG suivant cation de retenues à la source exception- que et d’encadrement de nationalité
un barème mensualisé nelles. Ce régime concerne : étrangère
Le code des impôts directs prévoit en son
L’Impôt sur le revenu global-salaires est A- Les rémunérations autres que article 104 l’application d’une retenue à
calculé suivant le barème de l’IRG men- mensuelles et celles versées aux sala- la source de l’Impôt sur le revenu global,
sualisé ci-après, élaboré en conformité riés exerçant une activité d’enseigne- au taux de 20%, sans application d’abat-
avec les dispositions de l’article 104 du ment ou à caractère intellectuel : tements sur :
code des impôts directs. Le code des impôts directs prévoit en son
article 104 l’ap- • les salaires des personnels techniques
Fraction du revenu mensuel Taux d’imposition plication d’une et d’encadrement de nationalité étran-
imposable (DA) (%) retenue à la sour- gère employés en Algérie par des socié-
ce de l’Impôt sur tés étrangères exerçant des activités dans
N’excédant pas 10 000 0 le revenu global, des secteurs qui sont définis par l’arrêté
au taux de 15%, interministériel du 4 juillet 1993.
de 10 001 DA à 30 000 20 sans application Les personnels techniques et d’enca-
d’abattements drement de nationalité étrangère sont
de 30 001 DA à 120 000 30 sur : des personnes qui disposent à ce titre
• les primes de d’un permis de travail et qui perçoivent
Supérieur à 120 000 35 rendements, un revenu mensuel brut minimum
gratifications ou de 80 000 DA.

III- Les exonérations de l’IRG/salaires : protection sociale


et encouragement de l’emploi
Les exonérations, en matière d’IRG-sa- • Les travailleurs handicapés moteurs, • Les allocations de chômage, indemni-
laire, répondent à des motivations aussi mentaux, non voyants ou sourds-muets tés et prestations servies sous quelque for-
diverses que le soutien des revenus servis dont les salaires ou les pensions sont in- me que ce soit par l’Etat, les collectivités
dans le cadre de la protection sociale ou férieurs à vingt mille dinars (20 000 DA),
l’encouragement de l’emploi. ainsi que les travailleurs retraités dont les
pensions de retraite du régime général
1-Exonération et protection sont inférieures à ce montant.
sociale • Les indemnités à caractère familial pré-
Dans le souci de soutenir les revenus des vues par la législation sociale telles que
catégories sociales les plus vulnérables, et notamment : salaire unique, allocation fa-
ceux versés dans le cadre de la protec- miliale, allocation maternité.• Les indem-
tion sociale, le code des impôts directs a nités temporaires, prestations et rentes via-
édicté les exonérations suivantes (cf. art. gères servies aux victimes d’accidents de
68 CID) : travail ou leurs ayant droits.

N° 42 Page 3
Direction Générale des Impôts

et les établissements publics en appli- • la réduction de l’IRG ou de l’IBS, selon le 5 employés pour une durée indéterminée
cation des lois et décrets d’assistance et cas, en faveur des entreprises qui créent et (cf. art. 02 LFC 2009).
d’assurance. maintiennent des emplois nouveaux. Cette • Prorogation de la période d’exonération
• Les rentes viagères servies en repré- réduction d’impôt est fixée à 50% du mon- de trois (03) à cinq (05) ans en matière
sentation de dommages-intérêts en vertu tant des salaires versés au titre des emplois d’IBS, instituée par l’ordonnance n° 01-
d’une condamnation prononcée judiciai- créés et dans la limite de 5% du bénéfice 03 du 20 août 2001, relative au dévelop-
rement pour la réparation d’un préjudice imposable sans que cette réduction excède pement de l’investissement, au profit des
corporel ayant entraîné, pour la victime, 1 000 000 DA par exercice fiscal. entreprises créant plus de 100 emplois au
une incapacité permanente totale, l’obli- Elle est accordée sur une période de qua- démarrage de l’activité.
geant à avoir recours à l’assistance d’une tre (04) ans à compter du 1er janvier 2007
tierce personne pour effectuer les actes (art. 59. LF 2007). 3- Autres exonérations
ordinaires de la vie. D’autres exonérations entrant dans le
• Les pensions des moudjahidine, des cadre de l’exercice de l’activité profes-
veuves et des ascendants de chahid pour sionnelle ou concernant des salariés de
faits de guerre de libération nationale. nationalité étrangère sont également
• Les pensions versées à titre obligatoire prévues par la loi fiscale.
à la suite d’une décision de justice. Il s’agit :
• L’indemnité de licenciement. • des indemnités allouées pour frais de
déplacement ou de mission ;
2- Exonérations et encouragement • des indemnités de zone géographique ;
de l’emploi • des personnes de nationalité étrangère
Pour stimuler les entreprises à créer des em- exerçant en Algérie dans le cadre d’une
plois et à les maintenir, la loi fiscale a insti- La prorogation de deux (02) années assistance bénévole prévue dans un
tué des mesures incitatives consistant en : de la période d’exonération en ma- accord étatique ;
• l’exonération de l’IRG des salaires et tière d’IRG, fixée initialement à trois • des personnes de nationalité étrangère
autres rémunérations servis dans le cadre (03) années, au profit des promoteurs d’in- employées dans les magasins centraux
des programmes destinés à l’emploi des vestissements éligibles à l’aide du Fonds d’approvisionnement dont le régime
jeunes dans les conditions fixées par voie National de Soutien à l’Emploi des Jeunes, douanier a été créé par la législation
réglementaire ; lorsqu’ils s’engagent à recruter au moins douanière.

Bon à savoir : Obligation des employeurs et des salariés

Des formalités relatives aux impositions des salaires et des pensions incombant aux employeurs et débirentiers doivent être
accomplies :

I- Obligations des employeurs et debirentiers


1- Opérer la retenue IRG-salaires
Les employeurs et débirentiers sont tenus d’opérer les retenues au titre de l’IRG à l’occasion de chaque paiement des sommes
imposables (cf. art. 75-1 du CID).

2- Enregistrer les retenues :


Les employeurs et débirentiers doivent tenir un livre de paie mentionnant notamment :
• les salaires mensuels versés imposables ou non ;
• les retenues d’impôt effectuées, le montant des avantages en nature octroyés ;
• la situation familiale des bénéficiaires.
Ce document doit être conservé jusqu’à l’expiration de la quatrième année qui suit celle au titre de laquelle les retenues sont
effectués (cf. art.75-2 du CID).

3- Déclarer et verser périodiquement l’impôt :


Les retenues IRG sur les sommes imposables payées aux salariés et aux pensionnés doivent être déclarées et versées spontanément
(déclaration série G n° 50) dans les 20 premiers jours du mois suivant à la caisse du receveur des impôts (art. 129 du CID). Les
sanctions applicables en cas de manquement à cette obligation sont celles prévues aux articles 130 et 134 du CID.
Outre cette obligation, les employeurs et débirentiers sont tenus de remettre à l’inspecteur des impôts du lieu du domicile ou du
siège ou du bureau qui a effectué le paiement, avant le 1er avril de chaque année, un état indiquant, notamment, pour chacun

N° 42 Page 4
‫‪www.mfdgi.gov.dz‬‬

‫الجمايل‪ /‬أ�جور‪ :‬حماية اجتماعية وت�شجيع الت�شغيل‬


‫العفاءات من ال�ضريبة على الدخل إ‬
‫إ‬

‫وال�صول من التخفي�ض ملدة أ�ربع (‪� )04‬سنوات اعتبا ًرا من‬‫والرامل أ‬‫‪ -‬معا�شات املجاهدين أ‬ ‫العفاءات املمنوحة يف جمال‬ ‫ت�ستجيب إ‬
‫أ�ول جانفي ‪( 2007‬املادة ‪ 59‬من ق‪.‬م ل�سنة‬ ‫جراء وقائع حرب التحرير الوطنية‪.‬‬ ‫الجمايل ‪ /‬أ�جور ملربرات‬‫ال�رضيبة على الدخل إ‬
‫‪)2007‬؛‬ ‫خمتلفة مثل دعم املداخيل املمنوحة يف �إطار‬
‫‪ -‬املعا�شات املدفوعة ب�صفة �إلزامية على‬
‫احلماية االجتماعية أ�و ت�شجيع الت�شغيل‪.‬‬
‫العفاء يف جمال ال�رضيبة على‬ ‫‪ -‬متديد فرتة إ‬ ‫�إثر حكم ق�ضائي‪.‬‬
‫الجمايل‪ ،‬املحددة �سل ًفا بثالت (‪)03‬‬ ‫الدخل إ‬ ‫‪� -1‬إعفاء و حماية اجتماعية‪:‬‬
‫‪ -‬تعوي�ضة الت�رسيح‪.‬‬
‫�سنوات‪ ،‬ب�سنتني (‪ ،)02‬ل�صالح امل�ستثمرين‬
‫بغية دعم مداخيل الفئات االجتماعية‬
‫امل�ستفيدين من �إعانة ال�صندوق الوطني‬ ‫‪� -2‬إعفاءات ت�شغيل الت�شجيع‪:‬‬
‫ال�ضعيفة وكذا تلك املدفوعة يف �إطار‬
‫لدعم ت�شغيل ال�شباب‪ ،‬عندما يتعهدون بت�شغيل‬
‫ق�صد حث امل ؤ��س�سات على خلق منا�صب �شغل‬ ‫احلماية االجتماعية‪ ،‬ن�ص قانون ال�رضائب‬
‫خم�سة (‪ )05‬م�ستخدمني ملدة غري حمددة‪.‬‬
‫واحلفاظ عليها‪ ،‬ن�ص القانون اجلبائي على‬ ‫العفاءات التالية (املادة ‪68‬‬
‫املبا�رشة على إ‬
‫(املادة ‪ 25‬من ق‪.‬م‪.‬ت ل�سنة ‪)2009‬؛‬
‫جمموعة من التدابري التحفيزية تتمثل يف‪:‬‬ ‫من ق‪�.‬ض‪.‬م)‪:‬‬
‫العفاء من ثالث (‪� )03‬سنوات‬ ‫‪ -‬متديد فرتة إ‬ ‫الجور و املكاف�آت أ‬‫‪� -‬إعفاء أ‬
‫الخرى املمنوحة‬ ‫‪ -‬العمال املعوقون حرك ًيا أ�و عقل ًيا أ�و ب�رص ًيا‬
‫�إىل خم�س (‪� )05‬سنوات يف جمال‬
‫أ�و �سمع ًيا الذين يقـل أ�جرهـم‬
‫ال�رضيبة على أ�رباح ال�رشكات‪،‬‬
‫وامل ؤ��س�سة مبقت�ضى أ‬ ‫أ�و معا�شاتهم عن ع�رشين أ�لف‬
‫المر رقم‬
‫دينار جزائري (‪ 20.000‬دج)‬
‫‪ ،01-03‬امل ؤ�رخ يف ‪ 20‬أ�وت ‪،2001‬‬
‫وكذا العمال املتقاعدون الذين‬
‫واملتعلق بتطوير اال�ستثمار‪،‬‬
‫تقل منح معا�شاتهم التابعة‬
‫ل�صالح امل ؤ��س�سات املحدثة‬
‫للنظام العام عن هذا املبلغ‪.‬‬
‫ملائة (‪ )100‬من�صب �شغل‪ ،‬عند‬
‫انطالق ن�شاطها‪.‬‬ ‫‪ -‬املنح العائلية املن�صو�ص‬
‫عليها يف الت�رشيع االجتماعي‬
‫‪� -3‬إعفـاءات أ�خـرى‪:‬‬
‫مثل‪ ،‬على وجه اخل�صو�ص‪،‬‬
‫كما ن�ص القانون اجلبائي أ� ً‬
‫ي�ضا‪،‬‬ ‫الجرة الوحيدة‪ ،‬املنحة‬ ‫أ‬
‫عل �إعفاءات أ�خرى تدخل يف‬ ‫العائلية ومنحة أ‬
‫المومة‪.‬‬
‫�إطار ممار�سة الن�شاط املهني أ�و‬
‫‪ -‬التعوي�ضات امل ؤ�قتة واملنح‬
‫تتعلق ب أ�جراء ذوي جن�سية أ�جنبية‬
‫يف �إطار الربامج الرامية �إىل ت�شغيل ال�شباب و يتعلق أ‬
‫المر بـ‪:‬‬
‫والريوع العمرية املدفوعة ل�ضحايا حوادث‬
‫�ضمن ال�رشوط املحددة عن طريق التنظيم‪،‬‬ ‫العمل أ�و لذوي حقوقهم‪.‬‬
‫‪ -‬تعوي�ضات ممنوحة كم�صاريف التنقل‬ ‫الجمايل؛‬
‫من ال�رضيبة على الدخل إ‬
‫‪ -‬منح البطالة و التعوي�ضات واملنح املدفوعة‪،‬‬
‫أ�و املهمة؛‬ ‫حتت أ�ي �شكل من أ‬
‫‪ -‬تخفي�ض يف ن�سبة ال�رضيبة على الدخل‬ ‫ال�شكال من طرف الدولة‬
‫الجمايل أ�و ال�رضيبة على أ�رباح ال�رشكات‪ - ،‬تعوي�ضات املنطقة اجلغرافية؛‬ ‫إ‬ ‫أ�و اجلماعات املحلية أ�وامل ؤ��س�سات العمومية‪،‬‬
‫ؤ‬
‫ال�شخا�ص من جن�سية أ�جنبية ميار�سون‬ ‫تب ًعا للحالة‪ ،‬ل�صالح امل��س�سات التي تقوم بخلق ‪ -‬أ‬ ‫وهذا تطبيقا للقوانني ومرا�سيم امل�ساعدة‬
‫منا�صب �شغل جديدة وحتافظ عليها‪ .‬حتدد‬ ‫والت أ�مني‪.‬‬
‫باجلزائر يف �إطار م�ساعدة تطوعية من�صو�ص‬
‫ن�سبة هذا التخفي�ض يف ال�رضيبة بـ ‪ ،%50‬من‬
‫عليها يف اتفاقية بني دول؛‬ ‫مبلغ أ‬ ‫ً‬
‫تعوي�ضا عن‬ ‫‪ -‬الريوع العمرية املدفوعة‬
‫الجور املدفوعة بعنوان منا�صب ال�شغل‬ ‫أ‬
‫الرباح اخلا�ضعة ‪ -‬أ‬‫املحدثة ويف حدود ‪ %5‬من أ‬ ‫ال�رضار‪ ،‬مبقت�ضى حكم ق�ضائي من أ�جل‬
‫ال�شخا�ص من جن�سية أ�جنبية يعملون يف‬
‫تعوي�ض �رضر ج�سماين‪ ،‬نتج عنه بالن�سبة‬
‫لل�رضيبة من دون أ�ن يتجاوز هذا التخفي�ض املخازن املركزية للتموين التي أ�حدث نظامها‬
‫لل�ضحية‪ ،‬عجز دائم كلي أ�لزمه اللجوء �إىل‬
‫‪1000.000‬دج‪ ،‬يف ال�سنة اجلبائية؛ مينح هذا اجلمركي مبقت�ضى الت�رشيع اجلمركي‪.‬‬ ‫م�ساعدة الغري للقيام أ‬
‫بالفعال العادية للحياة‪.‬‬

‫عدد ‪42‬‬ ‫رسالة املديرية العامة للضرائب‬


‫وزارة املـــالية‬
‫موقعنا لألنترنيت‬
‫اجلديد‬
‫رسالة املديرية العامة للضرائب‬
‫‪www.mfdgi.gov.dz‬‬ ‫عدد ‪42‬‬ ‫نشــرة شهــرية للمديريــة العامــة للضــرائب‬

‫اجلباية األجرية‬
‫أداة للحماية االجتماعية‬

‫والعانات والتعوي�ضات التي متنحها‬ ‫(املادة ‪ )68‬والتي مت�س املداخيل إ‬


‫الدولة يف �إطار احلماية االجتماعية‪.‬‬
‫الجور الناجتة عن العمل امل أ�جور تبقى با�سم املبد أ� الد�ستوري‬ ‫�إن أ‬
‫املتعلق بامل�ساواة أ�مام ال�رضيبة‪ ،‬خا�ضعة لل�رضيبة تب ًعا للنظام‬
‫الجور املمنوحة واحلاالت‬ ‫العاملي الذي ي أ�خذ يف احل�سبان الفارق يف أ‬
‫والعباء العائلية للمكلفني بال�رضيبة‪.‬‬ ‫ال�شخ�صية أ‬
‫لذلك‪ ،‬ونظ ًرا للتطور االقت�صادي و ذلك املتعلق على وجه اخل�صو�ص‬
‫الجمايل‬ ‫الجور وم�ستوياتها‪ ،‬عرفت ال�رضيبة على الدخل إ‬ ‫بتوزيع أ‬
‫خالل هذه الع�رشية عمليتي �إ�صالح يف �سنة ‪ 2003‬و ‪.2008‬‬
‫الهم هو الذي جرى يف �سنة ‪ ،2008‬عدل ب�صفة جذرية‬ ‫فال�صالح أ‬ ‫إ‬
‫ا إل فتتــا حيـــة‬
‫الجمايل من خالل �إجراء ثالث تعديالت‬ ‫إ‬ ‫الدخل‬ ‫على‬ ‫ال�رضيبة‬ ‫جدول‬ ‫الزمة االقت�صادية العاملية على االقت�صاد الوطني من‬ ‫يدفع ت أ�ثري أ‬
‫رئي�سية‪ ،‬و هي‪:‬‬ ‫خالل انخفا�ض أ��سعار املحروقات‪ ،‬اليوم أ�كرث من أ�ي وقت م�ضى‪،‬‬
‫الخ�ضاع لل�رضيبة من ‪ 60000‬دج �إىل‬ ‫الدنى لعدم إ‬ ‫‪ -‬الزيادة يف احلد أ‬
‫ال�سلطات العمومية �إىل اعتماد‪ ،‬ب�صفة احتياطية‪ ،‬تدابري ا�ستعجالية‬
‫‪ 120000‬دج‪.‬‬ ‫ترمي �إىل ترقية امل ؤ��س�سات و ت�شجيع العمل امل�ستقل‪.‬‬
‫العلى من ‪� %40‬إىل ‪.%35‬‬ ‫‪ -‬التخفي�ض يف املعدل الهام�شي أ‬
‫ال�سرتاتيجية ال�صناعية التي انطلقت يف بداية ال�سبعينيات‪,‬‬‫لقد �شجعت إ‬
‫الق�ساط ال�رضيبية من خم�سة (‪� )05‬إىل ثالث‬ ‫‪ -‬التخفي�ض يف عدد أ‬
‫ي�ضاف �إليها خلق قطاع عمومي وا�سع ي�شكل أ� ً‬
‫�سا�سا من امل ؤ��س�سات‬
‫(‪.)03‬‬ ‫الجرية‪ ،‬ي�ستفيد من تغطية‬ ‫العمومية‪ ،‬بروز �شكل من العمل ي�سمى أ‬
‫الهداف املق�صودة من خالل تعديل جدول ال�رضيبة على الدخل‬ ‫�إن أ‬
‫اجتماعية وا�سعة و أ��صبح مع مرور الوقت طاغيا يف عالقته بالعمل‬
‫الجور‬ ‫الجمايل يف التخفي�ض يف العبء اجلبائي الذي تتحمله أ‬ ‫إ‬ ‫امل�ستقل‪.‬‬
‫الجور املتو�سطة واملرتفعة‪،‬‬ ‫ال�ضعيفة و تثبيت العبء الذي تتحمله أ‬
‫غري أ�نه‪ ،‬ميكننا أ�ن نالحظ اليوم عرب العامل‪ ،‬أ�ن أ�نظمة احلماية‬
‫الخ�ضاع ال�رضيبي املطبق على‬ ‫ريا �إحداث ان�سجام بني م�ستويات إ‬ ‫و أ�خ ً‬ ‫االجتماعية التقليدية أ��صبحت تتهاوى أ�مام �رضبات العوملة‪ ،‬فار�ضة‬
‫ال�شخا�ص الطبيعيني وال�رشكات‪.‬‬ ‫مداخيل أ‬
‫على عدد كبري من الدول ر ؤ�يتها‪ ،‬ومبعنى �آخر‪ ،‬الطعن يف م�صداقيتها‪.‬‬
‫ال�صالح‪ ،‬كما كان متوق ًعا‪ ،‬ناق�ص قيمة ال ي�ستهان به يف‬ ‫نتج عن هذا إ‬ ‫ال�صالحات احلالية نحو حتقيق‬ ‫ففي اجلزائر‪ ،‬كان من الالزم أ�ن تتوجه إ‬
‫ميزانية الدولة‪ .‬غري أ�نه يبقى نظام اقتطاع �سهل و فعال و هو االقتطاع‬ ‫ال�سا�سية مثل‪ :‬ترقية امل ؤ��س�سات ال�صغرية واملتو�سطة‪،‬‬ ‫الهداف أ‬ ‫أ‬
‫الكرث ا�ستقرا ًرا و أ‬
‫الكرث أ�ما ًنا بالن�سبة‬ ‫من امل�صدر‪ ،‬متثل �إحدى املوارد أ‬
‫وال�صناعات ال�صغرية واملتو�سطة ودعم الت�شغيل وكذا ت�شجيع اال�ستثمار‬
‫الول من �سنة ‪ ،2009‬قرابة ‪%30‬‬ ‫للدولة‪ ،‬والتي تقدر‪ ،‬خالل ال�سدا�سي أ‬
‫والعمل امل�ستقل‪.‬‬
‫من جمموع امل�ساهمات املبا�رشة‪.‬‬ ‫موازا ًة مع ذلك‪ ،‬وبغية التقليل من التكلفة االجتماعية للتحوالت‬
‫الجرية‬ ‫الحكام املتعلقة باجلباية أ‬ ‫ذكر هذا العدد ب�صفة خمت�رصة أ‬
‫اجلارية‪ ،‬دعمت ال�سلطات العمومية نظام احلماية االجتماعية‬
‫للجور‪ ،‬وهذا تب ًعا‬ ‫من خالل الت أ�كيد على املعاجلة اجلبائية املتنوعة أ‬
‫من خالل �إدراج ألول مرة‪ ،‬الت أ�مني على البطالة وتدعيم الت أ�مينات‬
‫لطبيعتها و مق�صدها‪.‬‬ ‫التقليدية‪ ،‬كال�شيخوخة واملر�ض وت أ��سي�س تعوي�ضات تكميلية خمتلفة‬
‫كما يعطي هذا العدد نظرة عامة حول املزايا اجلبائية املتنوعة‬ ‫للكرث حرما ًنا مثل التعوي�ض عن‬ ‫للمداخيل توجه لدعم قدرة ال�رشاء أ‬
‫الجمايل‪ /‬أ�جور وهذا بغية ت�شجيع‬ ‫يف جمال ال�رضيبة على الدخل إ‬ ‫الجرة الوحيدة و التعوي�ض التكميلي اخلا�ص باملعا�شات ‪.‬‬ ‫أ‬
‫الت�شغيل‪.‬‬ ‫الن تندرج يف هذا املفهوم االجتماعي‬ ‫الجرية املتبعة حلد آ‬ ‫�إن اجلباية أ‬
‫ع ‪ .‬راوية‬ ‫الجمايل‬ ‫العفاءات من ال�رضيبة على الدخل إ‬ ‫مثلما ت�شهد عليه إ‬
‫م‪.‬ع‪�.‬ض‬ ‫املن�صو�ص عليها يف قانون ال�رضائب املبا�رشة والر�سوم املماثلة‬
www.mfdgi.gov.dz

des bénéficiaires le montant annuel des rémunérations versées au cours de l’année précédente (n-1).
Des délais spéciaux de versement de ces retenues sont prévus dans les cas suivants :
- en cas de transfert du domicile hors du ressort de la circonscription de la recette, la cession ou la cessation d’activité, toutes les
sommes non versées doivent l’être immédiatement ;
- en cas de décès de l’employeur ou du débirentier, le versement doit être effectué dans les 20 premiers jours du mois suivant
le décès.
Par ailleurs, la cessation de versement de l’impôt doit donner lieu à une déclaration motivant cette cessation que l’employeur ou
le débirentier fait parvenir à l’inspecteur qui l’exerce.

II- Obligations des salaries et pensionnes


Les salariés et pensionnés n’ont pas à souscrire de déclaration annuelle de revenus.
Toutefois, les salariés ou pensionnés domiciliés en Algérie rémunérés par un employeur ou débirentier domicilié ou établi hors
d’Algérie sont tenus de calculer et de verser eux-mêmes les retenues afférentes à leurs propres rémunérations dans les mêmes
conditions et délais que ceux fixés pour les employeurs et débirentiers.

FAQ (Questions Fréquemment Posées)

Q1- Quel est le seuil d’exonération en matière d’IRG salaire de pensions des travailleurs retraités
et des rémunérations des travailleurs handicapés ?
R1 : Les pensions de retraite des travailleurs retraités, ainsi que les salaires ou les pensions des travailleurs handicapés
moteurs, mentaux, non voyants ou sourds-muets dont le montant est inférieur à vingt mille dinars (20 000 DA) sont
exonérés et affranchis de l’impôt, tandis que tout montant qui dépasse ce seuil fait partie de la base imposable et est
soumis à l’IRG salaire (cf. art. 68 CID).

Q2- Quel est le régime fiscal des rémunérations des dirigeants minoritaires de SARL ?
R2 : Les rémunérations allouées aux associés minoritaires des sociétés à responsabilité limitée (SARL) sont considérées,
aux fins d’imposition, comme salaires et sont soumises au barème IRG salaire mensuel (cf. art. 67 CID).

Q3- Quel est le régime fiscal des indemnités de départ volontaire ?


R3 : Les indemnités de départ volontaire sont considérées comme une mensualité distincte et sont soumises à la re-
tenue à la source de l’impôt sur le revenu global au taux de 15%, sans application d’abattement. Cette retenue est
libératoire de l’IRG.

Chiffres express

Contribution de la fiscalité
salariale au budget de l’Etat

IRG/salaire L’IRG/salaire qui est de 87 milliards de dinars


IRG/autre représente ainsi 30,23% de la contribution di-
IBS recte au budget de l’Etat.
La contribution de l’IRG salaire dans la fiscalité
Les recouvrements de la contribution directe ordinaire est estimée à 13,44%.
arrêtés au premier semestre 2009 s’élèvent
à 287 milliards de dinars dont :
IRG/salaire
- IRG/salaires : 87 milliards de dinars ;
Le reste de la fiscalité
- IRG/autres : 32 milliards de dinars ; ordinaire
- IBS : 167 milliards de dinars.

N° 42 Page 5
Direction Générale des Impôts

Activités du Ministre
• Le 4 juillet 2009 : une audience accordée aux experts du Département des Finances Publiques du FMI dans le cadre de l’appui
à la modernisation de l’Administration fiscale en vue de présenter les conclusions de la mission qui s’est déroulée du 20 juin au 6
juillet 2009.

Activités du Directeur général

Dans le cadre de la coopération internationale

• 16 juin 2009 : Réunion avec les experts du bureau d’assistance technique (OTA) du Département américain du Trésor pour la
présentation du rapport d’étape.
• 6 juillet 2009 : Séance de restitution des experts du Département des Finances publiques du FMI dans le cadre de l’appui à la
modernisation de l’Administration fiscale (mission du 20 juin au 6 juillet 2009).
• 14 juillet 2009 : Entretien avec Son Excellence l’ambassadeur de Croatie à Alger.

Autres activités
• 8 et 9 juin 2009 : Participation aux journées parlementaires sur «le système fiscal et la performance de l’entreprise économique»
organisées par la Commission des finances et du budget de l’Assemblée populaire nationale (APN) avec la participation d’experts
financiers et d’opérateurs économiques et des responsables de l’Administration fiscale et des douanes.
• 13 juin 2009 : Réunion de coordination hebdomadaire consacrée à l’examen du projet de loi de finances complémentaire pour
2009.
• 16 juin 2009 : Entretien avec le Bureau d’études chargé par la Direction des Ressources humaines du ministère des Finances
d’une étude sur la gestion des ressources humaines du ministère des Finances.
• 18 juin 2009 : Réunion de coordination consacrée à l’état d’avancement des opérations d’immatriculation des contribuables et
à la garantie des métaux précieux.
• 20 juin 2009 : Participation à la conférence-débat du ministre français du Budget, des Comptes publics et de la Fonction
publique.
• 12 et 19 juillet 2009 : Participation aux travaux du Comité interministériel sur les finances locales consacrés à l’examen des ré-
sultats des différents groupes de travail.

Condoléances
Très affectés par le décès du père de M. Arezki GHANEMI, Directeur central à la DGI, et de la grand-mère de Mlle ABBOU
KERTSOUMA, secrétaire de M. le Directeur Général, le Directeur Général des Impôts, l’Inspecteur Général des Services
Fiscaux, les Directeurs Centraux ainsi que l’ensemble du personnel de l’Administration fiscale présentent aux familles des
défunts leurs condoléances les plus attristées et les assurent en cette douloureuse circonstance de leur profonde compassion.
Puisse Dieu le Tout-Puissant accorder aux défunts Sa Sainte Miséricorde et les accueillir en Son Vaste Paradis.

Ministère des Finances


Direction Générale des Impôts
Direction des Relations Publiques et de la Communication
Immeuble Ahmed-Francis, cité Malki, Ben Aknoun, Alger
Tél.: 021 59 53 53 Postes : 21 93 - 21 67 - 21 70
Fax: 021 59 53 47

www.mfdgi.gov.dz

N° 42 Page 6