Vous êtes sur la page 1sur 21

Chapitre deux

Développement historique de la loi de la mer

1. introduction

L'adoption de la Convention LOS le 30 Avril 1982 marque une étape importante dans

le développement de la loi de la mer. Pour la première fois, il y avait un seul,

traité global régissant toutes les utilisations des mers et des océans. En outre, la

Convention représentait une révolution dans la manière dont le droit international est

fabriqué.

Ce chapitre vise à esquisser la façon dont le droit de la mer a mis au point

au cours du dernier siècle. Il met l'accent sur les techniques de prise de droit, plutôt que de fond

règles, retraçant l'évolution du droit international coutumier à la codification et

le développement progressif du droit international par les conférences internationales. Enfin, il

décrira les procédures et les procédés utilisés à la troisième conférence, identifiant le

caractéristiques importantes de la Conférence qui le distinguent de plus traditionnel

techniques d'élaboration des lois.

Les tendances de l'élaboration des lois dans le droit de la mer reflètent des changements plus larges dans la

système juridique international lui-même et se déplace vers une institutionnalisation croissante

des techniques de fabrication de la loi. Cependant, le sujet trouve son origine dans la pratique de

états individuels qui ont contribué à la formation progressive de coutume

le droit international à travers un processus de réclamation et reconventionnelle.

2. Les origines de la loi de la mer

De nombreux auteurs identifient les fondements de la loi moderne de la mer dans

L'Europe du XVIIe siècle. 26 Une première étape importante pour le sujet était sans aucun doute

la publication en 1609 de Mare Liberum, la thèse séminale sur le droit de la mer par

le juriste hollandais Hugo Grotius. Grotius célèbre a fait valoir que les mers ne sont pas

26 Brown, « droit de la mer, Histoire », en Encyclopédie de droit international public, ed. Bernhardt (North-Holland, 1989) à la p.
Anand 192. Cf, Origine et développement du droit international ( Martinus Nijhoff Publishers, 1983) à la p. 226. Voir aussi les sources
discutées par Jenks, La loi commune de l'humanité ( Stevens, 1958) aux pp. 74-76.

16
susceptible d'appropriation, établissant ainsi les bases du principe de la

la liberté des mers. Sa thèse a incité d'autres contributions scientifiques préconisant

des théories concurrentes sur les principes généraux du droit de la mer. 27 Bien que largement

écrite par des universitaires, ces textes souvent apporté son soutien à la position d'un

état particulier. 28 Néanmoins, bon nombre de ces savants du XVIIe siècle trouvé

une grande partie de leur inspiration dans les théories du droit naturel ou des principes du droit romain. 29

Dès le début du XVIIIe siècle et le début de l'illumination

période, le droit naturel a commencé à perdre la faveur parmi les savants européens. 30 En ce moment,

le positivisme est devenu la théorie dominante du droit international. Selon positiviste

la théorie, les Etats ne pouvait être lié sur la base de leur consentement. Une exposition classique

de cette théorie se trouve dans Le SS Lotus, où la Cour avait jugé que, « les règles du droit

liant les États ... émaner de leur propre volonté exprimée dans les conventions

ou par les usages généralement reconnus comme la loi « . 31

3. Le droit international coutumier de la mer

Tout au long de cette période, le droit international coutumier a été la principale source de

la loi de la mer. La conception traditionnelle du droit international coutumier est basé sur

tendances cohérentes de la pratique de l'État et il était à cette pratique que les tribunaux, les tribunaux et

autres décideurs ont dû se tourner afin de déterminer la substance de la loi.

A cette époque, quelques cours et tribunaux internationaux existent et affaires maritimes

ont été principalement traités par les tribunaux nationaux de l'amirauté. 32 Bien qu'ils étaient nationaux

institutions, la loi appliquée par ces tribunaux était en grande partie un caractère international.

Sir Charles Hedges, un juge du dix-septième siècle de la Haute Cour de

27 Par exemple, O'Connell trace la notion de terre kenning à l'avocat écossais, Craig; Le droit international de la mer ( Oxford
University Press, 1982) aux pp. 3-4. Sur les contributions des Welwood et Selden, voir Whitty, « loi sur l'eau Regimes », en L'histoire
du droit privé en Ecosse
ed. Zimmerman et Reid (Oxford University Press, 2005). Pour une discussion plus détaillée du débat qui a eu lieu entre Grotius et
Welwood, voir Van Ittersum, « Mare Liberum par rapport à la Bienséance des mers? » (2006) 10 Edinburgh Law Review 239.

28 Par exemple, O'Connell dit que « on croit que le traité Mare liberum de Grotius faisait partie d'un avis juridique qu'il a donné
professionnellement aux administrateurs de la Compagnie des Indes Néerlandaises au début du XVIIe siècle sur la question de leur
droit de l'accès au commerce des Indes »; O'Connell, Le droit international de la mer p. 9. Voir aussi Brown, Le droit international de
la mer
(Dartmouth Publishing Company, 1994) à la p. 7.
29 Voir par exemple Churchill et Lowe, Le droit de la mer ( Manchester University Press, 1999) à la p. 4.
30 Voir, par exemple Ibid., P. 5.
31 L'affaire du SS Lotus, ( 1927) Série A, n ° 10, CPJI à la p. 18,
32 Colombus, Le droit international de la mer ( Longmans, 1967) à la p. 7.

17
Amirauté, a dit clairement quand il a dit, « La Cour de l'Amirauté est une Cour de

La justice, et le juge qui est juré de l'administrer est le plus obligé d'observer la

les lois des nations que les juges des tribunaux de Westminster sont tenus de procéder

selon les statuts et la loi commune « . 33 Les tribunaux amirauté ont attiré un

variété de sources, y compris les codes anciens du droit maritime 34, aussi bien que

pratiques contemporaines des Etats 35 afin de déterminer le droit international coutumier.

Par exemple, dans Le Paquete Habana, la Cour suprême des États-Unis a retracé l'histoire de

la compétence des prix à partir de 1403 partir, l'examen de plusieurs traités internationaux, la

travail des chercheurs et des décisions judiciaires de prix de divers pays. 36

La tâche des tribunaux pour déterminer le contenu du droit international coutumier

de la mer était absolument pas simple. Les juges ont été confrontés à une masse de

preuve, souvent contradictoires, à ce que les coutumes en vigueur étaient. Inutile de

par exemple, la dépendance à l'égard des revendications et des contre-revendications des Etats laisse beaucoup à désirer

termes de la formulation précise des règles. La Habana Paquete fournit un nouveau

bon exemple. Dans ce cas, la Cour suprême des États-Unis a été confronté à la question

s'il y avait une règle de droit international interdisant les petits bateaux de pêche côtière

qui ont été battant pavillon d'un Etat ennemi d'être capturé comme prix. Bien que

les juges apparemment d'accord sur les sources matérielles qui contribuent à la

la formation du droit international coutumier, ils étaient en désaccord profondément sur leur

évaluations de la pratique de l'Etat qui prévaut. La majorité de la Cour a conclu que

les données disponibles a soutenu l'existence d'une exemption pour les petites côtes

les navires de pêche. Une minorité de la Cour, dirigée par le juge en chef Fuller, exprimé sa dissidence,

en faisant valoir que la pratique n'a pas été concluante et « En vérité, l'exemption des bateaux de pêche

est essentiellement un acte de grâce, et non une question de droit et il est ou refusé comme

On croit l'exigence de la demande « . 37 Une division similaire sur les conclusions à

tiré de la pratique de l'Etat peut être vu dans le SS Lotus. Dans une décision adoptée par le

voix prépondérante du Président 38, la majorité de la Cour a nié l'existence d'un

33 Cité par Ibid., P. 11. Dans Currie v M'Knight, la Chambre des Lords a jugé que la loi de l'amirauté Ecossais était la même que celle

appliquée par la Cour d'amirauté anglaise; Currie c. M'Knight, ( 1896) 4


SLT 161.
34 Par exemple, les lois maritimes Rhodien Il Consolato del Mare et les lois de Oleron.

35 Prentice, éd., Traité de la loi relative aux navires marchands et marins, 12 éd., (Shaw, 1881) préface.

36 La Habana Paquete, (1899) 175 États-Unis Rapports 677.


37 Ibid., P. 719.
38 Le juge Moore note, toutefois, qu'il est d'accord avec le raisonnement de la majorité sur cet aspect de la décision dans la réalité, il a été

adopté par 7 voix contre 5.

18
principe du droit international interdisant la Turquie de poursuivre le Maître d'un

navire français qui était entré en collision avec un navire turc en haute mer. La majorité

motivé, que les règles applicables du droit international coutumier "doit être

constatée par l'examen des précédents qui offrent une analogie proche de l'affaire sous

considération; car il est seulement de précédents de cette nature que l'existence d'un

principe général applicable au cas particulier peut apparaître « . 39 Pourtant, la preuve

de l'Etat pratique était elle-même ambiguë et il y avait des précédents pointant dans les deux

directions. Pour reprendre les mots du juge Weiss, le dossier de l'affaire démontre

« Doctrine controversée et les décisions judiciaires contradictoires ... invoquées par les deux

des soirées." 40 Le résultat réel de l'affaire s'en grande partie sur l'hypothèse faite par le

majorité que les États peuvent exercer la juridiction, sauf si il y a une règle positive

interdit une telle action. Alors que la France n'a pas été en mesure de présenter une preuve suffisante d'une telle

règle, ses arguments ont échoué.

Les techniques traditionnelles de déduisant droit international coutumier aussi

accorde un rôle important aux Etats maritimes puissants. Dans Scotia, décidée par le

Cour suprême des États-Unis en 1871, on a dit que « Beaucoup des usages qui prévalent, et

qui ont force de loi, sans doute son origine dans les prescriptions positives d'un

état unique, qui était d'abord un effet limité, mais qui, généralement acceptée,

sont devenues des obligations universelles. » 41 La Cour a décrit comment la marine marchande

Les règlements promulgués par le gouvernement britannique en Janvier 1863 est devenu

généralement acceptée et appliquée par tous les principaux Etats maritimes du monde et

donc fait partie de droit international de la mer. 42

On peut voir à partir de ces quelques illustrations que les conceptions traditionnelles de

le droit international coutumier, comme un moyen de réguler les activités d'un grand nombre

des États, souffre d'un certain nombre de faiblesses. Tout d'abord, les divergences dans la pratique de l'État

dire qu'il est souvent difficile d'identifier la loi applicable à un moment donné. Le plus

États, il existe, le processus plus difficile. Peut-être l'une des plus grandes faiblesses

de la coutume comme méthode de droit de décision est l'incertitude qui accompagne la

promulgation de nouvelles normes. Toute évolution dans une règle existante exige une violation de

39 L'affaire du SS Lotus, p. 21.


40 Ibid., Opinion dissidente de M. Weiss.
41 Scotia, ( 1871) 81 Rapports 170, à la p. 187.
42 La Cour a cité trente-trois pays qui avaient adopté des règlements suivant de près le décret 1863; Ibid., P. 186.

19
cette règle. Par conséquent, jusqu'à ce qu'un modèle stable de la pratique de l'Etat a vu le jour, il est

impossible de prédire la légalité des actions d'un État.

Il a également été suggéré que le droit international coutumier ne convient pas à la

promulgation de règles détaillées ou des règlements dans les domaines techniques. Ainsi, dit Oxman

cette « Parce qu'il est si difficile de prouver un niveau de la pratique étatique et opinio juris

au-delà des généralités parfois à peine distinguer de simples étiquettes, d'usage

le droit international est un instrument beaucoup plus émoussé que la loi écrite « . 43 cependant,

des cas tels que Scotia suggère que cette hypothèse est pas toujours valide.

Qu'est-ce que ce cas montre est la façon dont les textes peuvent inspirer et

influencer la formation du droit international coutumier. Ce fait a d'importantes

implications pour les techniques de fabrication droit moderne.

4. La Société des Nations: Les premières tentatives de codification

Dès le début du XXe siècle, il y avait un intérêt croissant

l'idée de codifier le droit international. Il a été largement cru à l'époque que la

codification du droit international sur des sujets majeurs contribuerait au maintien

de la paix et la sécurité internationales. 44 On pensait que la réduction des règles

l'écriture favoriserait la clarté et de certitude dans la loi applicable. La deuxième Haye

Conférence de la paix a adopté une résolution appelant à la codification des sujets

qui étaient " mûr pour mode de réalisation dans la réglementation internationale » 45, mais le déclenchement de

la Première Guerre mondiale avait empêché cette initiative d'être poursuivie.

, Rosenne suggère néanmoins « Que la recommandation est la graine qui était

en fin de compte à bourgeonner en avant, d'abord comme le Comité d'experts pour le Progressive

Codification du droit international, et plus tard comme la Commission du droit international de

les Nations Unies." 46

Parmi les premiers sujets jugés appropriés et nécessaires à la codification était la loi

de la mer. aspects spécifiques de la loi de la mer avaient déjà fait l'objet d'un traité

43 Oxman, « droit international coutumier en l'absence de ratification généralisée de la loi de la Convention sur la mer », en 1982 Loi

de la Convention sur la mer, ed. Oxman et Koers (loi de l'Institut de la mer,


1983) à la p. 677.
44 Rosenne, Comité d'experts pour la codification progressive du droit international (1925-1928)

(Oceana Publications, 1972) à la p. xxix.


45 Ibid., P. xxix.

46 Ibid., P. xxx.

20
négociations. La Déclaration de Paris de 1856 a cherché à établir des règles internationales sur

la guerre navale, la neutralité, le blocus et les corsaires. Cet aspect de la loi de la mer

a été développé par plusieurs traités adoptés lors des deux paix de La Haye

Conférences en 1899 et 1907, puis à la Marine internationale

Conférence tenue à Londres en 1909. Les aspects non militaires de la loi de la mer,

cependant, ont été négligés qu'après la Première Guerre mondiale.

Les années 1920 ont vu plusieurs codes sur la loi de la mer produite par des entreprises privées

les institutions et les individus, y compris l'Association du droit international, l'Institut

de droit international, l'Institut américain de droit international, l'allemand

Société pour le droit international, la Société japonaise de droit international, et

Harvard Law School. 47 Ces initiatives privées ont été rapidement suivies

les tentatives gouvernementales de codification. En 1924, le Conseil de la Société des Nations

lancé un processus pour la codification du droit international. Pour tenir compte de la

caractère international du projet, il devait être réalisé par « Représentant un corps

les principales formes de civilisation et des principaux systèmes juridiques du monde. » 48 le

Conseil dûment créé un Comité d'experts pour la codification progressive du

La loi internationale. La participation au Comité ne se limite pas aux personnes

des Etats membres de la Société des Nations. 49 Ce comité a été chargé

enquêtent sur les sujets ou domaines du droit se prêtaient à la codification. 50

La liste initiale des sujets de codification potentiels examinés par le Comité

inclus l'état des eaux territoriales, le statut des navires gouvernementaux engagés dans

le commerce, la répression de la piraterie, et l'exploitation des produits de la mer. 51

Après une série de débats, le Comité d'experts réduit la liste à

les sujets du droit international qu'elle considérait comme étaient « suffisamment mûrs » pour

codification d'une conférence internationale générale. Parmi les sujets ci-dessus, seuls les

sujet des eaux territoriales a été considérée comme répondant à ce critère. 52

47 Voir O'Connell, Le droit international de la mer pp 20-21. Churchill et Lowe, Le droit de la mer aux pp. 13-14.

48 Rosenne, Comité d'experts pour la codification progressive du droit international p. XXXV.


49 Les dix-sept membres du Comité ont été choisis par le Conseil de la Ligue après consultation des gouvernements. Composition
du Comité comprenait les Etats-Unis, bien que l'Union soviétique a choisi de ne pas participer.

50 Pour obtenir une copie de la résolution, voir Rosenne, Comité d'experts pour la codification progressive du droit international p. vii.

51 Ibid., P. LXI.
52 Ibid., P. LXX.

21
En réponse à cette recommandation, la Ligue a organisé la Haye de 1930

Conférence de codification, qui a réuni des délégués 40-7

les gouvernements, y compris les Etats non membres de la Ligue. L'issue de

les eaux territoriales a été examiné par la Deuxième Commission de la Conférence.

En dépit de longues discussions, les délégués ont échoué à convenir d'un traité sur les eaux territoriales,

bien qu'ils ont produit un ensemble de projets d'articles qui ont ensuite été distribué aux

Gouvernements. Ce texte lui-même n'a pas créé des obligations légales. Néanmoins, un

commentaire explique que « Plus tard exercé une influence dans la mesure où les gouvernements

acceptées comme une déclaration de droit international en vigueur « . 53 Les projets d'articles une fois

démontrer à nouveau l'influence qu'un texte écrit peut avoir sur la formation de

droit international coutumier.

La Conférence de 1930 devait être Codification la seule grande tentative multilatérale

de codifier le droit international au cours de la durée de vie de la Ligue, dont l'attention était

consumé par les crises politiques plus fondamentales au cours des années 1930. Bien que le

Conférence avait échoué à produire des résultats substantiels, de nombreuses leçons ont été apprises

qui par la suite influencer les futures tentatives de codification. 54

5. L'Organisation des Nations Unies: Une nouvelle ère de la codification

La codification du droit international devait devenir beaucoup plus important

et caractéristique permanente du système international après la Seconde Guerre mondiale.

La Commission du droit international a été créé par l'Assemblée générale de l'ONU

1947 aux fins de faire progresser le développement de la codification et progressive

la loi internationale. 55 La Conférence internationale du Travail se compose de trente-quatre experts indépendants

le droit international nommé par l'Assemblée générale.

Lors de sa première réunion en 1949, la Commission a établi une liste provisoire de

quatorze sujets comme prêtant à la codification. Cette liste comprenait le régime de haute mer

et le régime des mers territoriales. Il a décidé de donner la priorité à la codification du régime

de la haute mer et JPA François a été nommé rapporteur spécial sur la

53 Les Nations Unies, Le travail de la Commission du droit international ( Nations Unies, 1988), pp. 3-4. Voir aussi Churchill et Lowe, Le

droit de la mer pp 14-15..


54 Rosenne, ed., Ligue des Conférence des Nations pour la codification du droit international (1930),

(Oceana Publications, 1975), aux pp. Xliii-XLVI.


55Assemblée générale de la résolution 174 (II), 1947, auquel est annexé le Statut de la Commission du droit international. Les

premiers membres de la Commission du droit international ont été élus en 1948.

22
assujettir. Suite à une recommandation de l'Assemblée générale 56, la Commission

a commencé à travailler sur le régime de la mer territoriale à la troisième session de la Commission

en 1951 et François a été nommé rapporteur spécial sur ce sujet aussi bien.

La Commission a procédé à ces deux sujets en même temps, bien que

en continuant à les traiter comme des sujets séparés sur son programme de travail. dans la poursuite

de ses travaux sur la haute mer, la Commission a présenté les projets d'articles sur la

plateau continental et de la pêche à l'Assemblée générale en 1953. La Commission

recommandé à l'Assemblée générale d'adopter les articles sur le plateau continental

sous la forme d'une résolution. En outre, la Commission a proposé que les articles

les pêches devraient être transmises à la FAO pour adoption. L'Assemblée générale,

cependant, a refusé. Citant « Le physique, ainsi que le juridique, la liaison du

les problèmes liés à la haute mer, les eaux territoriales, des zones contiguës, la zone continentale

étagère et les eaux surjacentes », l'Assemblée générale a décidé que « Il ne serait pas

traiter tous les aspects du régime de la haute mer ou du régime des collectivités territoriales

les eaux jusqu'à ce que tous les problèmes en cause a été étudiée par la Commission et déclarée

par celle-ci à l'Assemblée générale « . 57 De cette façon, l'Assemblée générale a clairement indiqué

qu'il préférait une approche globale et cohérente pour codifier la loi du

mer. À la suite de cette recommandation, la CIT dûment présenté un ensemble unique de projet

articles sur le droit de la mer à l'Assemblée générale en 1956 ainsi qu'un détaillée

ensemble de commentaires.

Les projets d'articles ont constitué la base des discussions à l'UNCLOS I qui était

convoquée par l'Assemblée générale pour « Examiner le droit de la mer, en

compte non seulement du droit, mais aussi de la technique, biologique, économique et

aspects politiques du problème, et d'incarner les résultats de ses travaux dans un ou plusieurs

conventions internationales ou autres instruments que la conférence estimera

approprié." 58 Le mandat de la conférence est importante dans un certain nombre de points.

Tout d'abord, l'Assemblée générale a reconnu que la loi de la mer a soulevé des questions d'un

nature politique ou technique, ainsi que de pures questions de droit. En second lieu, le général

56 Assemblée générale de la résolution 374 (IV), 1949.


57 Assemblée générale de la résolution 798 (VIII), 1953, cité dans Sinclair, La Commission du droit international

(Grotius Publications, 1987), aux pp. 45-46. Cette position a été confirmée en 1954 lorsque neuf états encore une fois soulevé la
question devant l'Assemblée générale le demander de ne pas retarder l'examen de la question du plateau continental. Par la résolution
899 (IX), 1954, l'Assemblée générale a reporté à nouveau la question jusqu'à ce que la Commission du droit international a présenté ses
rapports finaux sur le droit de la mer; voir Nations Unies, Le travail de la Commission du droit international p. 40.

58 Assemblée générale dans sa résolution 1105 (XI), 1956.

23
Assemblée, dans un demi-tour significatif, a également abandonné sa volonté de traiter la loi de

la mer comme un tout cohérent. Le mandat prévoyait l'adoption de plus d'un

convention internationale sur le sujet. En effet, l'Assemblée générale a laissé ouverte la

question de savoir si l'issue de la Conférence serait juridiquement contraignante à tous par

indiquant que la Conférence pourrait adopter d'autres instruments tels que qu'il juge

approprié.

Je UNCLOS a eu lieu à Genève en 1958. Conformément à la Résolution 1105

(XI), une invitation a été envoyée à tous les Membres des Nations Unies. La liste finale des

les participants comprenaient quatre-vingt-six États 59 ainsi que des observateurs de sept spécialisés

organismes. 60 Comme la précédente tentative de codification par la Société des Nations,

il a été reconnu que devraient être mis au point les règles du droit de la mer avec la

l'implication du plus grand nombre possible d'États. ont été négociés quatre principaux traités,

face à la mer territoriale et la zone contiguë, le plateau continental, le haut

mers et la pêche. 61 La Conférence a également adopté un protocole facultatif sur le différend

règlement. Toutes les décisions de fond de la Conférence ont été soumis à un vote d'un

la majorité des deux tiers. 62

Bien que les projets d'articles ont été préparés par la Conférence internationale du Travail en une seule et

texte cohérent, les quatre traités de fond n'étaient pas liés de quelque façon, de sorte qu'un état

pourrait choisir les instruments qu'il accepterait. Ainsi, l'équilibre des droits et

obligations élaborées par la Commission a été affaibli à la CNUDM I. O'Connell

Remarques « Qui a ouvert la possibilité pour les États d'adhérer à des parties seulement de ce qui était

destiné à être un sur-tout système, et ainsi des distorsions et des exagérations sont devenus

inévitable." 63 Seuls les Etats liés par les quatre conventions sont soumises à la

l'emballage comme il était prévu d'appliquer. Même alors, les Etats pourraient faire des réserves à

un grand nombre des articles lors de la ratification. 64 Néanmoins, je UNCLOS avait pris

59 À l'époque, seuls quatre-vingt deux États étaient membres des Nations Unies.
60 Voir Documents officiels de la Conférence des Nations Unies sur le droit de la mer, vol. 2, p. xiii.
61 Voir O'Connell, Le droit international de la mer p. 22. Les travaux du cinquième comité sur le libre accès à la mer par les États enclavés
n'a pas abouti à la Convention sur la mer territoriale et de la Convention sur la haute mer une convention distincte, mais les aspects de
ses travaux sont contenus; Les Nations Unies, Le travail de la Commission du droit international p. 42. Le plateau continental Convention a
été adoptée par 57 voix contre 3, avec 8 abstentions; p. 57. La Convention sur la pêche a été adopté par 45 voix contre 1, avec 18
abstentions. La Convention sur la haute mer a été adopté par 65 voix contre zéro, avec 2 abstentions. La Convention sur la mer
territoriale a été adoptée par 61 voix contre zéro, avec 2 abstentions.

62 Article 35, Règlement intérieur, en Documents officiels de la Conférence des Nations Unies sur le droit de la mer, vol. 2, p. XXXIII.

63 O'Connell, Le droit international de la mer p. 22.


64 Voir Convention 1958 du plateau continental, l'article 12; 1958 Convention sur la pêche, l'article 19.

24
pas en avant. Là où il y avait eu auparavant que des règles coutumières, il

étaient maintenant quatre traités de fond sur le droit de la mer.

Le succès de l'UNCLOS I a été marquée par l'échec de résoudre certains petits, encore

des questions très importantes, en particulier la largeur de la mer territoriale et l'importance

question des droits de pêche. Une résolution a été adoptée demandant à l'Assemblée générale

d'étudier l'opportunité de convoquer une deuxième conférence internationale 65, laquelle il

a fait en 1960. 66

Le mandat de l'UNCLOS II était de combler les lacunes dans le cadre juridique gauche

par la première conférence. Il n'a pas été l'intention d'examiner de nouvelles questions ou revoir

questions qui ont été conclus à la CNUDM I. Cependant, les quatre-vingt-huit Etats qui

assisté UNCLOS II n'ont pas pu se mettre d'accord sur une formule acceptable. 67 le

Conférence n'a pu conclure que « Le développement du droit international

affectant la pêche peut conduire à des changements dans les pratiques et les exigences de nombreux Etats « . 68

Ainsi, les questions ont été laissées aux aléas et incertitudes du droit international coutumier

loi.

6. Succès ou échec? L'impact des Conventions de 1958

La réception générale des Conventions de 1958 a été décevante. 69 le haut

Convention des mers, avec 62 ratifications, a été la plus largement acceptée des quatre

traités. La Convention sur la pêche, d'autre part, a réussi à attirer 37 seulement

parties contractantes.

Cependant, il est certainement pas vrai qu'ils ont eu aucun impact normatif. Un grand nombre de

les règles des Conventions de 1958 seraient reproduites sous une forme en 1982

UNCLOS. En outre, certaines des propositions sur lesquelles les Etats ne pouvaient pas venir

un accord aurait un impact sur la formation du droit international coutumier.

En même temps, certaines des dispositions les plus controversées des Conventions de 1958

65 Actes de la Conférence des Nations Unies sur le droit de la mer, vol. 2 à p.145.
66 Assemblée générale de la résolution 1307 (XIII), 1958, par. 1.
67 UNCLOS II n'a pas par un vote à adopter une formule de compromis prévoyant une mer territoriale de six mile et une zone de pêche

de six mile; voir Churchill et Lowe, Le droit de la mer p. 15.


68 Résolution II adoptée à la 13 e réunion plénière le 26 Avril 1960.

69 Pour une liste des ratifications et adhésions, voir Churchill et Lowe, Le droit de la mer , Annexe 2, Tableau B.

25
serait le catalyseur d'une reformulation plus large de la loi de la mer

les décennies suivantes.

Au cours des années 1960, le processus de décolonisation a vu la création de plusieurs nouveaux

États 70, beaucoup à des niveaux inférieurs de développement. Certains de ces nouveaux indépendants

États demandaient des changements dans la loi pour tenir compte de leurs intérêts particuliers.

Comme le fait remarquer O'Connell, certains États, « Inspiré plus par l'émotion que l'analyse juridique,

prétendue trouver les mains liées par la Convention dans l'intérêt du grand

pouvoirs et étaient disposés à renverser l'ensemble du système de Genève comme ayant été

sans leur consentement ménagé et contre leurs intérêts. » 71 De cette façon, la loi de

la mer est devenu rattrapé la demande plus générale pour une nouvelle Internationale

Ordre économique qui a été promu par les pays en développement au sein de la

Nations Unies à ce moment-là.

Bien que les conventions de 1958 ne contiennent des clauses de modification, aucune tentative

ont été faits pour invoquer ces procédures afin d'apporter des modifications au régime juridique.

Le nombre relativement faible des parties contractantes à ces instruments peut avoir

contribué à l'échec de poursuivre cette option. En outre, de nombreux États avaient à l'esprit un

plus un changement révolutionnaire au régime juridique, plutôt que de bricoler avec ce qui était

déjà là.

Entre-temps, les faiblesses perçues largement du régime 1958 a conduit à une

retour à l'unilatéralisme comme moyen de faire valoir des prétentions juridiques. la pratique de l'Etat a continué

de développer dans la mesure où la CIJ a tenu dans la Cas de juridiction de pêche cette

États côtiers pourraient prétendre à une zone de pêche exclusive de douze mile, un « Tertium genus

entre la mer territoriale et la haute mer », ainsi que les droits de pêche préférentiels sur

en haute mer, en dépit du principe de la liberté de la pêche que l'on trouve dans le 1958 Haut

Convention des mers. 72

Au moment où le jugement a été rendu dans la Cas de juridiction de pêche,

négociations à l'UNCLOS III étaient déjà en cours. En effet, la Cour a pris note de

ces activités multilatérales. législatifs 73 La Cour a reconnu qu'il ne pouvait pas

70 Entre 1957 et 1973, l'adhésion à l'Organisation des Nations Unies a augmenté 82-135;

www.un.org/overview/growth.htm .
71 O'Connell, Le droit international de la mer p. 24. Par exemple, en 1971, le Sénégal a dénoncé unilatéralement la Convention sur la

mer territoriale et la Convention sur les pêches.


72 Compétence en matière de pêcheries (Royaume-Uni c. Islande), ( 1974), CIJ Recueil par. 54.
73 Ibid., Par. 53.

26
rendre un jugement sub specie legis ferendae et il a clairement reconnu les avantages

des résultats négociés au niveau international. 74

7. Politisation de la loi de la mer: UNCLOS III

En 1967, l'ambassadeur de Malte Arvid Pardo a abordé la Première Commission de

l'Assemblée générale, exigeant des mesures urgentes pour assurer le développement pacifique

de la loi de la mer et en particulier le régime juridique relatif aux grands fonds marins. Dans

réponse à ce discours, l'Assemblée générale a créé le Comité pacifiques

Utilisations des fonds marins 75 dont le mandat initial était de préparer une enquête sur les pratiques de l'État

sur la mer profonde-lit et le fond de l'océan, un compte rendu de la communauté scientifique, technique,

aspects économiques, juridiques et autres de la question, et une indication des moyens pratiques de

la promotion de la coopération internationale dans l'exploration, la conservation et l'exploitation

du fond de l'océan. 76

Le travail du Comité a conduit à l'adoption par l'Assemblée générale des

Déclaration de principes des grands fonds marins 1970. 77 Pour reprendre les mots d'un auteur, ces

des principes « De toute évidence rempli un vide créé par la révolution technologique galopante dans

cette zone endémique « . 78 La promulgation de la Déclaration diffère radicalement de

le processus de codification parce que le Comité a été confronté à toute nouvelle

les questions où il n'y avait pas de pratique étatique établie. 79 Formellement, la Déclaration était non

contraignants, bien que les principes qui y étaient d'avoir une influence significative sur la

future LOS Convention et le droit international en général. 80 En effet, la Déclaration

était pas une fin en soi et il prévoyait la mise en place d'un régime international

mettre en œuvre les principes sous une forme plus concrète.

74 Ibid.
75 Ci-après, « le Comité des fonds marins ».
76 Assemblée générale dans sa résolution 2340 (XXII), 1967, par. 2.
77 Assemblée générale de la résolution 2749 (XXV), 1970. Cette résolution a été adoptée par 108 voix pour et quatorze abstentions.
Il n'y a eu aucun vote négatif. Cf la soi-disant « résolution de moratoire », l'Assemblée générale dans sa résolution 2574D (XXIV),
1969, dont l'adoption ne pouvait être garanti par un vote à la majorité de soixante-deux voix à vingt-huit voix contre, avec vingt-huit
abstentions. Pour une explication, voir Churchill et Lowe, Le droit de la mer aux pp. 226-228.

78 Evensen, « Méthodes de travail et procédures relatives à la troisième Conférence des Nations Unies sur le droit de la mer », (1986) 199 Receuil

des Cours p. 436.


79 Dans cet aspect, la Déclaration de 1970 a beaucoup en commun avec les activités précédentes de l'Assemblée générale dans le domaine du

droit spatial, où les États ont de créer les principes juridiques applicables à partir de zéro; Assemblée générale de la résolution 1962 (XVIII),
1963; voir B. Cheng, « Résolutions des Nations Unies sur l'espace extra: instantané du droit international coutumier » dans Droit international:
L'enseignement et la pratique,
ed. B. Cheng (Stevens, 1982).
80 Voir le chapitre trois, à la p. 69.

27
En 1970, l'Assemblée générale a également décidé de convoquer une nouvelle conférence sur

la loi de la mer. Le mandat de la Conférence ne se limite pas à la profondeur

fond marin. UNCLOS III a été chargé de « Adopter une convention traitant de toutes les questions

relative à la loi de la mer « . 81 De ce fait, l'Assemblée générale a sanctionné la

réforme de toute la loi de la mer afin de répondre aux préoccupations des États sur la

1958 Conventions. Selon un auteur, « Rien était maintenant à prendre pour

accordé; tout devait être regardé de nouveau à la lumière des nouvelles politiques, économiques

et réalités technologiques. » 82

UNCLOS III a été décrit par l'un de ses participants comme "le plus

le travail politique et législatif complet entrepris par les Nations Unies dans sa

38 ans d'existence « . 83 Il est clair que pour tous les États concernés il y avait beaucoup en jeu et

UNCLOS III était « Autant une aventure audacieuse de la politique internationale et

les relations internationales comme un exercice de droit international « . 84 Le politiquement

atmosphère a également affecté les méthodes de l'élaboration des lois à adopter par la CNUDM III.

Dès le début, il était un processus radicalement différent des précédentes tentatives de

codifiant le droit de la mer.

La politisation de la loi de la mer se reflète en partie dans la préparation

Procédé de la Convention III. Contrairement à UNCLOS I, la tâche de préparer la

conférence n'a pas été déléguée à la Commission du droit international. On pensait

l'équilibre des intérêts de l'État en concurrence ne pouvait être entreprise par un organisme de

experts juridiques indépendants. Comme un commentateur dit, « Les Etats sont tout simplement pas disposés

de laisser la promotion de leurs intérêts vitaux à la Commission du droit international

parce qu'ils raisonnaient qui pourraient efficacement les seuls représentants gouvernementaux

formuler des solutions « . 85 En particulier, les pays en développement doutaient de la

représentativité de la Commission et ils avaient de sérieuses réserves au sujet de son

81 Assemblée générale dans sa résolution 3067 (XXVIII), 1973, par. 3. La Conférence ne traite pas des questions militaires. Notez
que par la résolution 2660 (XXV), 1970, l'Assemblée générale a adopté un traité sur l'interdiction de placer des armes nucléaires et
d'autres armes de destruction massive sur le fond des mers et des océans ainsi que dans le sous-sol de celui-ci.

82 Sanger, Commande des océans ( Zed Books, 1986) à la p. 40.


83 Evensen, « Méthodes de travail et procédures relatives à la troisième Conférence des Nations Unies sur le droit de la mer », à la p. 430.

84 Jens Evensen, "Adresse Keynote", en La loi de 1982 de la Convention sur la mer ( Droit de l'Institut de la mer,

1983) à la p. xxi.
85 Koh et Jayakumar, « Vue d'ensemble du processus de négociation de la Convention III », en Convention des Nations Unies sur le

droit de la mer 1982 - Un commentaire, ed. Rosenne et Sohn (Martinus Nijhoff Publishers, 1985) à la p. 50.

28
approche prudente de la codification. 86 Au lieu de cela, les travaux préparatoires pour la

Conférence a été confiée au Comité des fonds marins, dont la composition était

augmentation de la taille de quatre-vingt-un membres à cet effet. Assemblée générale

Résolution 2750 (XXV) a chargé le Comité d'élaborer des projets d'articles de traité

incarnant le régime international de la zone des fonds marins et des ressources du

fonds marins au-delà des limites de la juridiction nationale, ainsi qu'une liste complète des

des sujets et des questions relatives au droit de la mer à traiter par la Conférence,

y compris les projets d'articles sur ces sujets et questions. 87 Le Comité des fonds marins est réuni pour

six sessions entre 1971 et 1973. Son rapport final était composé de six volumes de

propositions et contre-propositions présentées par les États, ainsi qu'un certain nombre d'études

préparé par le Secrétariat de l'ONU à la demande du Comité. Fondamentalement, il n'a pas

un projet de texte de traité. 88

Un autre reflet du caractère politique de l'UNCLOS III était le fait que

la surveillance de la Conférence a été entreprise par la Première Commission (politique) de la

Assemblée générale de l'ONU, plutôt que la Sixième Commission (juridique). 89

De nombreux commentateurs ont souligné l'ampleur de la tâche avec laquelle

UNCLOS III a été chargé. 90 Il est vrai que la portée des questions avait augmenté depuis la

première tentative sérieuse de codification par la Commission du droit international. 91

exploitation des fonds marins, l'environnement marin et le transfert de technologie marine

étaient maintenant des questions clés dans les discussions. Plus important encore, peut-être, le nombre de

États impliqués dans les négociations ont considérablement augmenté. Alors que 86 États avaient

a assisté à la conférence de 1958, plus de 160 États ont participé à diverses étapes de

UNCLOS III. 92 Résolution 3067 (XXVIII) explicitement appelé à l'universalité de

participation à la Conférence et a chargé le Secrétaire général de l'ONU d'inviter tous les

États Membres de l'Organisation des Nations Unies ou de ses institutions spécialisées, les membres du

Agence internationale de l'énergie atomique, les parties contractantes au Statut de la CIJ, ainsi que

Guinée-Bissau et du Nord Viet-Nam, qui à l'époque ne sont pas encore membres du

86 ibid .; Sinclair, La Commission du droit international p. 28.


87 Assemblée générale de la résolution 2750 (XXV), 1970.
88 Voir Oxman et Stevenson, « Les préparatifs de la Loi de la Conférence de la mer », (1974) 68

American Journal of International Law 1.


Voir Churchill et Lowe, Le droit de la mer p. 17.
89

90 Voir par exemple Evensen, « Méthodes de travail et procédures relatives à la troisième Conférence des Nations Unies sur le droit de la mer », à la p.

452.
91 En particulier, voir Ibid., P. 427.
92 Pour une liste complète, voir l'Acte final de la Conférence; Le droit de la mer - Texte officiel de la Convention des Nations Unies sur

le droit de la mer avec annexes et Index, ( 1983) à la p. 158.

29
Les Nations Unies. 93 En outre, des invitations ont été envoyées à certains intergouvernementales et

les organisations non gouvernementales et le Conseil des Nations Unies pour la Namibie. 94 En d'autres termes,

ce devait être une tentative de légiférer par la communauté internationale

entier.

Les négociations à l'UNCLOS III ont été politisées. Traditionnel

groupements, comme le G77 ou les groupes géographiques héritées du système des Nations Unies,

ont joué un rôle dans les négociations. Plus important encore, plusieurs groupes d'intérêt

émergé spontanément du processus de négociation tels que les États côtiers, la

États détroit, les Etats archipels, et les pays sans littoral et géographiquement

États défavorisés.

Le conflit entre les pays en développement et les pays industrialisés a été l'un

de la dynamique les plus frappants de la Conférence. Le principal domaine de la controverse

entre ces deux factions est le sujet quelque peu inhabituelle de l'exploitation minière des fonds marins,

une question qui, finalement, faire un texte d'accord l'échec de la Conférence par

consensus. 95 Cependant, les alliances politiques et les divisions varient souvent en fonction de la

questions en discussion. Alors que les pays industrialisés ont été largement unifié sur la

question de l'exploitation minière des fonds marins, les divisions se pose sur les questions de pollution maritime

selon que l'État lui-même identifié comme un État côtier ou un État maritime.

Le défi de la Conférence était d'équilibrer tous ces intérêts divers.

8. Une révolution dans le droit de décision: décision par consensus

Les procédures de prise de décision serait clairement un élément vital dans la

la capacité de la Conférence de concilier les demandes contradictoires et reconventionnelles de

états à la troisième conférence. Pour reprendre les mots d'un participant, « Dès le départ, il était

a reconnu que ce serait un exercice futile d'élaborer un projet de convention

inacceptable pour un ou plusieurs des grands groupes au sein des Nations Unies « . 96

accord universel était le but et il a été le processus de négociation et les procédures

qui faciliterait sa réalisation.

93 Assemblée générale dans sa résolution 3067 (XXVIII), 1973, par. 7.


94 Ibid., Par. 8.
95 Voir ci-dessous, aux pp. 34-35.

96 Evensen, "Adresse Keynote", à la p. xxvi.

30
Il est donc pas surprenant que les questions de procédure ont dominé la première session

la Conférence en 1973 et ce ne fut qu'après des négociations intersessions intenses

la deuxième session a pu parvenir à un accord sur une formule acceptable. C'était

clair que le vote à la majorité ne serait pas une méthode appropriée de prise de décision

les pays en développement seraient en mesure de mettre en minorité les pays industrialisés en matière

de la substance. Même la majorité des deux tiers employés à UNCLOS je ne voudrais pas

sauvegarder l'intérêt de tous les Etats. Le compromis atteint lors de la deuxième session

la Conférence a été un processus de prise de décision consensuelle.

Selon Buzan, la formalisation du consensus la prise de décision

procédures a été l'une des innovations les plus importantes de la CNUDM III. 97 Les règles

de procédure eux-mêmes ne mentionnent pas consensus 98, plutôt ils ont besoin de procédure

décisions soient prises à la majorité simple alors que les décisions de fond nécessaires une

la majorité des deux tiers. 99 Cependant, le soi-disant accord de Messieurs, adopté comme

annexe au Règlement intérieur, médiatise l'utilisation des procédures de vote et

appelle explicitement à la prise de décision consensus: « La Conférence devrait faire tous les

effort pour parvenir à un accord sur les questions de fond par voie de consensus et il

ne devrait pas être voter sur des questions telles que tous les efforts ont été à un consensus

épuisé."

Le consensus est à distinguer de l'unanimité qui exige l'affirmative

vote de tous les Etats qui négocient. En revanche, le consensus exige simplement qu'il ya "une

une très forte convergence d'opinions et l'absence de délégations

fort désaccord « . 100 Evensen décrit le principe de consensus "la

pierre angulaire de la Conférence ... cela signifiait l'adoption d'articles - et le texte de la

Convention dans son ensemble - par accord général (ou compréhension) sans avoir recours

à un vote et, en effet, sans nécessiter une décision unanime « . 101 En d'autres termes,

97 Buzan, « négociation par consensus: L'évolution de la technique à la Conférence des Nations Unies sur le droit de la mer »,
(1981) 75 American Journal of International Law p. 328. Voir aussi l'usine, « La troisième Conférence des Nations Unies sur le droit
de la mer et la Commission préparatoire: Modèles des Nations Unies pour légiférer » (1987) 36 Droit international et comparé
trimestriel aux pp. 526-527.

98 Usine, « La troisième Conférence des Nations Unies sur le droit de la mer et la Commission préparatoire », p. 532-533.

99 Le règlement de procédure sont reproduites par Buzan, « négociation par consensus », p. 347-348.
100 Vignes, « Est-ce que la troisième Conférence sur le droit de la mer de travail Selon la règle de consensus? » (1975) 69 American

Journal of International Law p. 124.


101 Evensen, "Adresse Keynote", à la p. xxvi.

31
la procédure de prise de décision par consensus portait sur la réalisation d'un résultat

qui équilibre les intérêts de tous les États concernés.

Vignes observe que le consensus ne pas à lui seul une prise de décision

procédure, elle est plutôt liée à un vote à la majorité, « Comme une menace [ou] une incitation à

parvenir à un consensus « . 102 Toutefois, plusieurs garanties procédurales ont été convenues afin

de veiller à ce qu'un vote ne pouvait être prise avant que les efforts de consensus avaient été

épuisé. Ces garanties comprenaient le report du vote au cours de laquelle la

Président de la Conférence ferait tout son possible pour faciliter un accord. UNE

report pouvant aller jusqu'à dix jours pourrait être demandée par quinze délégués de la Conférence

et un report supplémentaire pourrait être accepté par un vote à la majorité de la plénière. 103 Cela devrait

noter que ces garanties ne sont pas applicables à l'adoption de la Convention comme

entier. Au contraire, les règles prévoient que « La Convention ne doit pas être mise aux voix

moins de quatre jours ouvrables après l'adoption de son dernier article « . 104 Cela donne une certaine

espace de respiration pour permettre une dernière tentative de mettre les Etats réticents à bord. Même

les garanties de procédure, il y a une tension évidente entre le vote

procédures et le principe du consensus. 105 En fin de compte, la mise en œuvre effective de

les procédures de consensus repose dans une certaine mesure sur la bonne foi des négociateurs

et une forte volonté politique de parvenir à un compromis.

L'accord de Messieurs ne constitue qu'un aspect du consensus de décision

faire procédure adoptée à la CNUDM III. Buzan identifie également ce qu'il appelle un

« Procédure de consensus actif » qui était destiné à faire avancer le processus de

la formation d'un consensus en supprimant le rôle de proposer des solutions de la

les participants eux-mêmes et cherchent à empêcher le durcissement des négociations

positions. 106 Ainsi, suite à une absence de progrès dans les négociations, la

Conférence a décidé à sa troisième session en 1975 pour mandater les présidents des trois principaux

comités pour produire ce qu'on appelait les textes de négociation unique informelles. 107

Comme son nom l'indique, le ISNT avait pas de statut officiel et il a simplement agi comme une priorité pour

les négociations. Pour reprendre les mots du Président de la CNUDM III, « Les textes ne serait pas

102 Vignes, « Est-ce que la troisième Conférence sur le droit de la mer de travail Selon la règle de consensus? », À

p. 120.
103 Règle 37.
104 L'article 39 (2).
105 Vignes, « Est-ce que la troisième Conférence sur le droit de la mer de travail Selon la règle de consensus? » à

p. 120.
106 Buzan, "négociation par consensus", aux pp 328-329.

107 Ci-après, « ISNTs ».

32
porter atteinte à la position d'une délégation, et ne représentent aucun texte négocié

ou un compromis accepté « . 108

Ainsi que le processus officiel de négociation, un certain nombre de négociations non officielles

groupes opérés en marge de la Conférence, ce qui contribue à son succès. 109

Ces groupes informels ont réuni les délégations importantes de spécial

groupes d'intérêt dans un forum privé qui était plus propice à des négociations fructueuses.

Le plus connu d'entre eux est le Groupe Evensen, qui portait sur une variété de questions

y compris la zone économique exclusive, l'environnement marin, la recherche scientifique marine et la

plate-forme continentale. Un grand nombre des compromis produits dans ce groupe devaient

une influence considérable sur les textes de négociation officiels. 110

L'interrelation de la loi de la mer était un facteur important au cours de la

négociations de la Conférence où la nécessité d'identifier des compromis entre concurrence

les intérêts de l'Etat était indispensable à son succès. L'interrelation a été expressément reconnu

dans les résolutions de l'Assemblée générale à partir de 1969 et, finalement, dans le préambule

à la Convention LOS elle-même qui dit: « Les problèmes de l'espace océanique sont étroitement

liés et doivent être considérés dans leur ensemble. »

Comment cette relation devait être atteint dans la pratique n'a pas été clair lorsque la

Conférence ouverte en 1973. CNUDM III a poursuivi la mise en place de l'organisation

adoptée par le Comité des fonds marins pour que le travail a été divisé en trois principaux

comités, couvrant le régime des fonds marins, la loi générale de la mer, et de la marine

environnement et de la recherche scientifique marine. Alors que le travail a été divisé sur thématique

motifs, les questions abordées dans les trois comités ont continué à être reliés entre eux. Comme

Paul Bamela Engo, président de la Première Commission, explique, « certaines questions sous

considération dans d'autres commissions a eu des répercussions importantes dans le premier

Comité" 111 et la même chose était clairement vrai pour les deux autres comités. 112 Donné

108 Troisième Conférence des Nations Unies sur le droit de la mer, Documents officiels, Vol. IV, p. 26, par. 92-93.

109 Voir Buzan "" nous restons ... United "- groupes de négociation informels à la CNUDM III", (1980) 4 Politique maritime 183.

110 Voir Koh et Jayakumar, « Un aperçu du processus de négociation de la Convention III », aux pp. 106-

107.
111 Engo, « Questions de la Première Commission », en La loi de 1982 de la Convention sur la mer, ed. Oxman et Koers (loi de l'Institut de la

mer, 1983) à la p. 40.


112 Yankov, « L'importance de la Convention de 1982 pour la protection de l'environnement marin de la Troisième Commission des questions

», en La loi de 1982 de la Convention sur la mer, ed. Oxman et Koers (loi de l'Institut de la mer, 1983) à la p. 72.

33
celles-ci de facto les liens, les États étaient disposés à faire des compromis dans un

contingent du comité sur l'issue des débats dans d'autres comités.

Alors que les liens entre les dispositions particulières d'un traité sont communs 113, il est

la mise en relation de la Convention dans son ensemble qui caractérise le concept de package deal

qui se pose à la troisième conférence. 114 Evensen, un participant clé à la Conférence,

décrit le package deal comme « L'idée que toutes les principales parties de la Convention

devrait être considéré comme une entité, comme un seul paquet négocié, où les lois de la

donner et prendre vraisemblablement avait un équilibre raisonnable entre la participation

Etats considérés dans son ensemble « . 115 Il était l'objectif de la Conférence pour résoudre le

les questions en suspens dans le droit de la mer, à la satisfaction du plus grand nombre possible d'États

et il est devenu clair que les compromis entre les principaux protagonistes seraient

cruciale pour le succès.

Dans une étape importante, les ISNTs qui avaient été produits par le comité

chaises ont été combinées en 1977 en un seul document, le soi-disant informelle

Texte de négociation composite. 116 Evensen explique l'importance du TNCO: "pour

la première fois, la Conférence a préparé un texte de traité où les différentes parties ont été co

coordonnées et, si des contradictions évidentes et les répétitions inutiles avaient été

remédié « . 117 Tout de même, TNCO reste un sujet de texte de négociation plus

faire des compromis. Ainsi, les délégués ont continué d'affiner les questions sur lesquelles il y avait

désaccords, formant sept groupes de négociation à sa septième session en 1978

se concentrer sur des sujets clés de division. Dans une autre étape importante, il a été convenu à la

même session « Toutes les modifications à apporter à l'devrait émerger [TNCO] de

les négociations elles-mêmes et ne devraient pas être mis en place à l'initiative de tout

seule personne, que ce soit le président ou un président d'un comité, à moins que

présenté à la plénière et a constaté, du large soutien et substantielle

en vigueur en plénière, afin d'offrir une perspective nettement améliorée d'un consensus ... la

révision du [TNCO] devrait être la responsabilité collective du Président et la

Présidents des commissions principales, agissant ensemble comme une équipe dirigée par le

113 Lee, « La loi des États Convention sur la mer et troisième », (1983) 77 American Journal of International Law p. 567.

114 Qu'est-ce que l'usine appelle le « grand-paquet » '; « La troisième Conférence des Nations Unies sur le droit de la mer et la Commission

préparatoire », à la p. 528.
115 Evensen, "Adresse Keynote", à la p. xxvii.
116 Ci-après, « TNCO ».
117 Evensen, « Méthodes de travail et procédures relatives à la troisième Conférence des Nations Unies sur le droit de la mer », à la p. 471.

34
Président." 118 Cette initiative a rendu beaucoup plus difficile de modifier le texte de négociation

et ce fut, selon un auteur, « Une reconnaissance qu'un lourd fardeau de la preuve

[Était] nécessaire pour toute proposition visant à modifier l'une de la grande majorité des articles

qui ont déjà [bénéficié] un large soutien et substantiel « . 119 A la fin de la

neuvième session en 1980, le titre du document a été modifié à un « projet de convention »,

bien que son statut de texte de négociation n'a pas été affectée jusqu'à son adoption finale

1982.

Toutefois, les négociations ont commencé à tourner à l'aigre avec l'élection de Ronald Reagan

en tant que président des États-Unis en 1980. Le président Reagan a immédiatement ordonné une

examen de la racine et la branche du projet de convention. Déterminé à opposer au traité,

Etats-Unis demandent un vote sur l'adoption du traité lors de la session finale du

Conférence le 30 Avril 1982. En conséquence, le texte final de la Convention LOS était

adopté par 130 voix pour, 4 contre et 17 abstentions. La liste des personnes

pays qui n'a pas voté en faveur de la Convention comprend les plus industrialisés

états et états soviétiques. 120

Comme il est indiqué ci-dessus, l'objection principale des pays industrialisés était à la

dispositions relatives à la zone internationale des fonds marins dans la partie XI de la Convention. 121 dans le

discours final à la Conférence, le délégué des États-Unis a souligné que si les parties traitant

avec les aspects traditionnels de la loi de la mer réfléchie en vigueur internationale

la pratique, le régime d'exploitation minière des fonds marins était largement inacceptable. 122 malgré la dernière

les efforts minute pour convaincre les Etats-Unis pour participer, il a refusé de signer la Convention et

beaucoup d'autres pays industrialisés résolus qu'ils ne consentir à être lié par

la Convention telle qu'elle était en 1982. 123

Turquie, Israël et le Venezuela ont également voté contre la Convention, mais pour

des raisons différentes. La Turquie et le Venezuela à la fois objecté aux méthodes décrites dans la

118 Cité par Buzan, "négociation par consensus", à la p. 337.


119 Oxman, "La troisième Conférence des Nations Unies sur le droit de la mer: La septième session (1978)", (1979) 73 American

Journal of International Law p. 5.


120 Les pays d'Europe de l'Est soviétique et ont changé leur position et ont signé la Convention lorsqu'elle a été ouverte à la signature en

Décembre de 1982.
121 Voir Larson, "Le rejet Reagan de la Convention des Nations Unies", (1985) 14 Développement des océans et du droit international 337.

122 Voir la déclaration des États-Unis, 192 Dakota du Nord réunion, Documents officiels de la troisième Conférence des Nations Unies sur
le droit de la mer, vol. 17, p. 116-117. Voir aussi la déclaration du Royaume-Uni, 189 e réunion, Ibid., p. 79-80.

123 Churchill et Lowe, Le droit de la mer p. 23.

35
Convention pour la délimitation du plateau continental et la zone économique exclusive. 124 Israël, de l'autre

Par contre, contrairement principalement les dispositions relatives à une situation contenues dans la partie III de la

Convention. 125

9. Conclusion

Le package deal, combiné avec le consensus des procédures de prise de décision

décrit ci-dessus, négociaient des outils qui visaient à parvenir à un texte de traité

qui était acceptable pour le plus grand nombre possible d'États. Ces procédures représentent un roman

méthode de prise de loi qui vise à permettre aux pays de dans un processus délibératif

afin de parvenir à un compromis dans tous les domaines.

Écrit avant la conclusion de la Conférence, Buzan soutient que "réel

recourir à [un vote] selon toute vraisemblance, ont indiqué une ventilation des

négociations ... [et] la seule conclusion raisonnable aux techniques de négociation

évolué à la CNUDM est d'adopter la révision finale par consensus « . 126 L'application de cette

l'analyse des événements réels de la Conférence, le recours à un vote à la finale

session de la CNUDM III indique l'incapacité d'accueillir un nombre important

intérêts. Si l'objectif de la Conférence était de conclure un traité couvrant tous les aspects

de la loi de la mer, qui a rencontré l'approbation générale de tous les Etats, les résultats

était décevant.

La Conférence a réussi à produire un ensemble clair et complet de règles

et les principes du droit de la mer. En effet, en dehors de la partie XI, la plupart des autres sections

de la Convention LOS obtenu le soutien d'une écrasante majorité des Etats.

a donc été la Conférence réussi à forger un consensus sur de nombreux aspects de

la loi de la mer, y compris de nombreuses questions qui avaient éludé le règlement depuis le premier

les tentatives de codification.

La Conférence a également réussi à introduire de nouvelles techniques de fabrication de la loi.

La rédaction d'un instrument par une conférence internationale a des avantages sur

la création du droit par la coutume, car il favorise la transparence et l'inclusion dans la activité législative

124 Déclaration de la Turquie, 189 e réunion, Documents officiels de la troisième Conférence des Nations Unies sur le droit de la mer, vol. 17,

pp 76-78. déclaration du Venezuela, 192 Dakota du Nord réunion, Ibid., p. 118-119.


125 Déclaration d'Israël, 190 e réunion, Ibid., p. 84-85.
126 Buzan, "négociation par consensus", à la p. 332.

36