Vous êtes sur la page 1sur 35

Simon Grondin

Sous la direction de
Comment peut-on composer avec
l’anxiété ou améliorer sa vie de
couple ? Quelles formes prennent
La psychologie
au quotidien
les troubles du sommeil ? L’atta-
chement parent-enfant est-il vraiment
crucial pour le développement harmonieux
de la personne ? À quels signes peut-on reconnaître que notre
passion pour les jeux de hasard est pathologique ? Quels sont les
symptômes comportementaux et psychologiques de la démence ?
Comment mieux vivre avec un diagnostic de cancer ? Où peut-on aller Sous la direction de
chercher de l’aide psychologique? C’est à ce genre de questions que
Simon Grondin
Couple
ce livre permet de répondre.

Ressources
Transporté de l’enfance au vieillissement, en passant par quelques-unes des
épreuves de la vie, le lecteur est invité à prendre conscience de différentes
problématiques psychologiques très fréquentes. Cet ouvrage définit les types Thérapie cognitive-
de troubles afin d’aider les gens à les identifier au quotidien. Il donne aussi des Science comportementale
pistes de solution concrètes pour aider le lecteur à composer avec ces diffi-
Tempérament

Psychothérapie
cultés. Ceci permet de mieux évaluer si une aide psychologique extérieure est Croyances

La psychologie au quotidien

Émotions
nécessaire et, le cas échéant, où aller la chercher.
Relation
L’ouvrage est le fruit d’une collaboration entre plusieurs professeurs de l’École Changement
Aide parent-enfant
de psychologie de l’Université Laval initiée dans le cadre de son 50e anniversaire.
Les chapitres du livre sont donc rédigés par des experts désireux de mettre la
recherche scientifique en psychologie au service de la population.
Acceptation

Phobie Recherche
AVEC LA COLLABORATION DE Démence
Célyne Bastien Annie Goulet Pensée Troubles du
Simon Beaulieu-Bonneau Simon Grondin
positive sommeil
Développement

Insomnie
Geneviève Belleville Christian Jacques
Jean-Marie Boisvert Philippe Landreville humain
Véronique Boudreault Simon Larose Anxiété
Communication Symptômes
Tijana Ceklic Charles M. Morin Stress
Alexandra Duchesne-Pérusse André Plamondon
Émilie Fortier-Brochu Josée Savard
Cancer
Conscience
Isabelle Giroux George M. Tarabulsy

Psychologie
Jeux de
Thérapie
hasard

Vieillissement
Illustration de couverture : iStockphoto Modification
Psychologie

Apnée
Panique Empathie
Sommeil Habitudes

Simon Grondin (La psycho).indd 1 12-11-21 14:03


LA PSYCHOLOGIE AU QUOTIDIEN
LA PSYCHOLOGIE AU QUOTIDIEN

Sous la direction de Simon Grondin


Les Presses de l’Université Laval reçoivent chaque année du Conseil des
Arts du Canada et de la Société de développement des entreprises cultu-
relles du Québec une aide financière pour l’ensemble de leur programme
de publication.
Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par
l’entremise du Fonds du livre du Canada pour nos activités d’édition.

Mise en page : Diane Trottier


Maquette de couverture : Laurie Patry

© Presses de l’Université Laval. Tous droits réservés.


Dépôt légal 4e trimestre 2012

ISBN : 978-2-7637-9845-5
PDF : 9782763798462

Les Presses de l’Université Laval


www.pulaval.com

Toute reproduction ou diffusion en tout ou en partie de ce livre par quelque


moyen que ce soit est interdite sans l’autorisation écrite des Presses de
l’Université Laval.
Au regretté professeur Aurèle Saint-Yves
Table des matières

Avant-propos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . XVII

CHAPITRE 1
Introduction : le savoir en psychologie 
au service des gens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
Simon Grondin
L’importance d’une psychologie éclairée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
L’intuition que ce n’est pas l’ordre des choses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
Le contenu de l’ouvrage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
Ressources et sites internet d’intérêt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9

CHAPITRE 2
L’attachement parent-enfant et le développement
humain : une vieille idée, un nouveau regard . . . . . . . . 11
George M. Tarabulsy, Simon Larose et André Plamondon
Quelques connaissances du développement il y a 40 ans . . . . . . . . . . . . . . 13
L’enfant comme agent social . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
Pertinence de la relation parent-enfant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
Continuité du développement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
Nouvelles perspectives sur une vieille idée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
La situation étrangère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
Validation et controverse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
Est-ce que nos observations mesurent vraiment la relation d’attachement ?
Est-ce important pour le développement ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
Tempérament et écologie développementale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
X LA PSYCHOLOGIE AU QUOTIDIEN

Recherches actuelles dans le domaine des relations d’attachement . . . . . . . 30


Attachement et intervention . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
Les relations conjugales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
La génétique et l’attachement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
Lectures suggérées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36

CHAPITRE 3
La thérapie de couple,
est-ce que ça peut aider ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
Jean-Marie Boisvert 
Les procédures thérapeutiques en thérapie
de couple comportementale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
L’accroissement des échanges positifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
L’entraînement à la communication et à la résolution de problèmes . . 40
Le contrat comportemental . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
La combinaison de l’accroissement des échanges positifs
et de l’entraînement à la communication . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
Les bénéfices indirects de la thérapie de couple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
Qui profite le plus d’une thérapie de couple ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
Les tentatives pour améliorer la thérapie de couple . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
L’approche cognitive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
Le changement versus l’acceptation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
La thérapie de couple comportementale intégrative . . . . . . . . . . . . . . .51
La thérapie de couple comportementale dialectique
et la pleine conscience . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
Les recherches sur l’efficacité de la TCCI et de la TCCD . . . . . . . . . . 55
Recherches sur l’efficacité de la relation thérapeutique . . . . . . . . . . . . . . . . 56
L’alliance thérapeutique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
L’empathie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
La collaboration et le consensus concernant
les buts de la psychothérapie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
Les éléments probablement efficaces . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
Appendice . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
Lectures suggérées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
Table des matières XI

CHAPITRE 4
Pile ou face ? Ou lorsque nos croyances
nous jouent des tours… . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
Isabelle Giroux, Annie Goulet et Christian Jacques
Jeux de hasard ou jeux d’adresse ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
Les habitudes de jeu des québécois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
Les caractéristiques des jeux de hasard et d’argent
et les mécanismes psychologiques impliqués . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
Le développement et les manifestations de problèmes de jeu . . . . . . . . . . . 80
Les ressources d’aide et les traitements psychologiques
des problèmes de jeu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
Lectures suggérées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
Ressources et sites internet d’intérêt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93

CHAPITRE 5
Stress, anxiété et panique :
des histoires de peur ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
Geneviève Belleville 
Stress, anxiété et panique : quelques définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96
Stress . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96
Anxiété . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96
Panique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
Les troubles anxieux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98
Le trouble panique avec ou sans agoraphobie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
La phobie spécifique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100
La phobie sociale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
Le trouble obsessionnel-compulsif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
L’état de stress aigu et l’état de stress post-traumatique . . . . . . . . . . . 104
Le trouble d’anxiété généralisée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107
Le cercle vicieux du maintien de l’anxiété . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108
Comment on pense . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
Comment on agit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111
Vulnérabilités et événements stressants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112
Style de vie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114
Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
Lectures suggérées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118
Ressources et sites internet d’intérêt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118
XII LA PSYCHOLOGIE AU QUOTIDIEN

CHAPITRE 6
Sommeil et insomnie : mythes et réalités . . . . . . . . . . . . 121
Charles M. Morin, Émilie Fortier-Brochu et Simon Beaulieu-Bonneau
Le sommeil normal : quelques notions de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122
Les cycles du sommeil au cours de la nuit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122
Mécanismes de régulation du sommeil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124
Sommeil et vieillissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125
Les besoins de sommeil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126
Les effets du manque de sommeil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127
Dort-on assez ?  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127
Quels sont les effets du manque de sommeil ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129
L’insomnie : nature, causes et conséquences . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135
Qu’est-ce que l’insomnie ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135
Les principales causes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138
L’apparition et le développement de l’insomnie . . . . . . . . . . . . . . . . . 140
Approches thérapeutiques de l’insomnie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142
Lectures suggérées  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149
Ressources et sites internet d’intérêt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149

CHAPITRE 7
Encore une mauvaise nuit de sommeil ?
Mais pourquoi ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151
Célyne H. Bastien, Alexandra Duchesne-Pérusse et Tijana Ceklic
L’apnée du sommeil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152
L’apnée en général . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153
L’apnée obstructive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155
L’apnée centrale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156
L’apnée mixte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156
Les traitements : guérir, mais aussi prévenir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157
Et pour les partenaires ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158
L’importance d’un bon diagnostic . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158
Myoclonies nocturnes ou mouvements
périodiques des jambes (MPJ) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158
Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159
Évaluation de la sévérité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160
Prévalence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160
Traitements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160
Table des matières XIII

Syndrome des jambes sans repos (SJSR)


ou syndrome des jambes agitées (SJA) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161
Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161
Prévalence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162
Traitements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162
Désordre comportemental en sommeil paradoxal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163
Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163
Évaluation de la sévérité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164
Prévalence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164
Traitements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165
Somnambulisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165
Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165
Évaluation de la sévérité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166
Prévalence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167
Traitements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167
Terreurs nocturnes et cauchemars . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168
Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168
Évaluation de la sévérité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170
Facteurs liés aux terreurs nocturnes et aux cauchemars . . . . . . . . . . . 170
Prévalence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171
Traitements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172
Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173
Lectures suggérées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 174
Ressources et sites internet d’intérêt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 174

CHAPITRE 8
L’optimisme réaliste et le cancer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175
Josée Savard
Le cancer, une maladie croissante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176
Cancer = mort ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176
« Pourquoi moi ? » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177
Le stress cause-t-il le cancer ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178
Le pouvoir de la pensée guérit-il le cancer ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182
Le modèle cognitif des émotions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 184
Modèle cognitif et adaptation au cancer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187
XIV LA PSYCHOLOGIE AU QUOTIDIEN

La tyrannie de la pensée positive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187


Lunettes noires, roses ou claires ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189
La pensée réaliste et le cancer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 192
La thérapie cognitive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193
Reconnaître les pensées négatives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 194
S’interroger sur la justesse de ses pensées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 196
Développer des pensées réalistes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197
Le rôle des comportements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 200
Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 201
Lectures suggérées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 202

CHAPITRE 9
Les comportements qui dérangent : une réalité
complexe pour la personne atteinte
d’une démence et ses proches . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 203
Philippe Landreville et Véronique Boudreault
La démence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 205
Symptômes comportementaux et psychologiques de la démence . . . . . . . 206
Importance des symptômes comportementaux
et psychologiques de la démence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 208
Les causes des symptômes comportementaux
et psychologiques de la démence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 210
L’aidant naturel : un joueur clé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 213
Évaluer la situation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 214
Première étape : reconnaître et mesurer
le symptôme qui pose problème . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 214
Deuxième étape : préciser pour qui
et pourquoi ce symptôme est un problème . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215
Troisième étape : repérer les facteurs associés au symptôme . . . . . . . 215
Quatrième étape : énoncer l’objectif à atteindre . . . . . . . . . . . . . . . . 216
Gérer les symptômes comportementaux
et psychologiques de la démence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 217
Symptômes dépressifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 218
Agitation verbale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 220
Comportements physiques non agressifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 222
Table des matières XV

Quand et où chercher de l’aide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 224


Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 225
Lectures suggérées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 225
Ressources et sites internet d’intérêt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 226

À propos des auteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 227


Avant-propos

E n 2011, l’École de psychologie de l’Université Laval célébrait le


50e anniversaire de sa fondation. Sous la direction de monsieur
Aurèle Saint-Yves, un comité formé notamment de mesdames Johanne
Ruest, Marielle Landry, Marguerite Lavallée et Célyne Bastien ainsi que
de monsieur Louis Laplante et moi-même a été chargé d’organiser des
célébrations afin de souligner cet anniversaire. Il y avait notamment
chez les membres du comité un souci de regrouper les anciens de l’École
mais aussi d’offrir quelque chose à la population en général. C’est en
réponse à ce dernier souci que les membres de ce comité ont mis sur
pied une série d’activités. En particulier, il a été convenu que soit
organisée une série de conférences auxquelles pouvaient assister gratui-
tement l’ensemble de la population.
Ces conférences ont eu lieu sur le campus de l’Université Laval en
2011 lors du dernier samedi après-midi de chaque mois, de janvier à
avril puis de septembre à novembre. Elles avaient pour but de renseigner
le public à propos de thèmes qui sont habituellement au cœur des
préoccupations quotidiennes des gens. Or, ces présentations ont été
offertes bénévolement par des professeurs de l’École, qu’ils soient encore
actifs ou à la retraite.
Devant l’enthousiasme suscité par ces conférences et le besoin
manifeste de certaines personnes de pouvoir se référer à une source
fiable, il a été convenu de faire le présent ouvrage. Ce dernier est en
quelque sorte un compte rendu de certaines de ces conférences. Il a pour
principale caractéristique d’offrir des synthèses à jour, écrites par des
XVIII LA PSYCHOLOGIE AU QUOTIDIEN

experts. Ces synthèses ont été rédigées avec le souci d’informer non
seulement de façon théorique mais aussi de manière à ce que le lecteur
puisse en tirer des bénéfices immédiats, notamment en étant dirigé vers
les sources de renseignements ou d’aide les plus appropriées.
Le lecteur peut aussi se rendre directement sur le site Web de l’École
de psychologie de l’Université Laval pour regarder 13 des 15 conférences
qui ont été offertes dans le cadre des célébrations du 50e anniversaire
de l’École (http ://www.psy.ulaval.ca/ ?pid=1394). Notamment, même
si elles ne font pas partie du présent ouvrage, le lecteur aura accès aux
deux conférences de Robert Ladouceur (jeu pathologique ; trouble
d’anxiété généralisée), et à celles de Michel Boivin (études de jumeaux),
de Louis Diguer (personnalité), de Martin Provencher (anxiété et
dépression), de Janel Gauthier (deuil) et de Richard Cloutier (famille).
Nous tenons à remercier ces conférenciers pour leur contribution essen-
tielle dans le cadre des célébrations du 50e anniversaire de l’École.
Enfin, pour son travail minutieux lors de la révision linguistique, les
auteurs du présent ouvrage désirent remercier Frédérick Gagné.
Simon Grondin, Professeur
École de psychologie
Université Laval
CHAPITRE 1

Introduction : le savoir
en psychologie au service des gens
Simon Grondin

I l existe depuis longtemps des médecins pour soulager les maux, les
maux physiques surtout. Les traitements et interventions d’autrefois
(les saignées, les potions, etc.) qui guérissaient ou soulageaient paraissent
maintenant archaïques, comme les interventions d’aujourd’hui pourront
un jour paraître elles-mêmes désuètes. Heureusement, les méthodes
d’interventions s’améliorent continuellement, grâce aux progrès de la
technologie en particulier. On peut ainsi localiser de plus en plus préci-
sément la source du mal et déterminer l’intervention la plus appropriée,
parfois même en prescrivant le bon médicament.
Quand on la compare à l’efficacité des interventions dans le domaine
de la santé physique, celle en santé mentale ou psychologique semble
bien plus modeste. Ceci s’explique notamment par la netteté avec laquelle
les gens arrivent, assez souvent, à décrire une douleur physique ; ils
arrivent même à pointer avec un doigt là où ils ont mal. Évidemment,
même la douleur physique paraît parfois diffuse. Cependant, cette
impression de ne pas saisir pleinement ce qui arrive, où se trouve le mal,
quel malaise nous afflige, est plus souvent liée à l’inconfort psycho­
logique.

L’importance d’une psychologie éclairée


Ainsi, les malaises liés à des causes psychologiques sont parfois très
difficiles à déterminer. En fait, les maladies psychologiques peuvent être
parfois graves et leur expression extrêmement étrange. Devant la maladie
2 LA PSYCHOLOGIE AU QUOTIDIEN

mentale, les humains ont de tout temps été passablement désemparés et


encore aujourd’hui, on ne sait pas toujours comment s’y prendre face
la souffrance psychologique d’un proche ou d’autrui en général.
Un retour sur l’histoire des traitements des problèmes psychologiques
graves nous rappelle le défi qui guette tout intervenant dans le domaine
de la santé mentale. Jusqu’à Hippocrate, environ quatre siècles avant
J.-C., on s’en remettait facilement à des explications surnaturelles pour
expliquer la maladie mentale. Ensuite, jusqu’au 5e siècle après J.-C., soit
avant la chute de l’Empire romain, les explications de type religieux ou
mystique avaient fait place à des traitements plus humains ou, du moins,
plus en lien avec une interprétation naturaliste du fonctionnement du
corps et de la maladie.
Ensuite, du 5e au 18e siècle, les interprétations surnaturelles étaient
de nouveau en vogue pour expliquer la maladie mentale. Ainsi, on
pouvait par exemple avoir recours à l’exorcisme pour tenter de chasser
les démons du corps d’une personne malade. On pouvait prendre des
femmes perturbées pour des sorcières. En fait, la science n’avait pas
encore trouvé toute sa place dans le traitement de la maladie en général
et en particulier dans le traitement de la maladie mentale. Il n’était pas
rare, encore à la fin du 18e siècle – donc il n’y a pas si longtemps –, que
des patients souffrant de troubles mentaux soient maltraités, notamment
en étant enchaînés. En fait, les efforts pour bien saisir et comprendre les
causes naturelles ou physiques des maladies ont beaucoup été embrouillés
par le recours à des explications surnaturelles. Le commun des mortels
à cette époque baignait dans une forme d’obscurantisme et se trouvait
ainsi vulnérable.
Maintenant que nous sommes passés à un mode d’intervention fondé
sur l’observation systématique, nous pourrions nous croire à l’abri de
situations où des personnes sont maltraitées. Il existe même un ouvrage
de référence, le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM :
Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders), qui permet de faire
de meilleurs diagnostics et de connaître la prévalence des nombreux
troubles mentaux observés. Ainsi, les différentes formes de troubles
mentaux ou psychologiques, leur prévalence et leurs caractéristiques
spécifiques sont plus connues. Aussi, les efforts pour bien les cerner se
poursuivent sans cesse. D’ailleurs, la version 5 du DSM devrait paraître
en mai 2013 ; la première version avait été publiée en 1952 et a depuis
1. Introduction : le savoir en psychologie au service des gens 3

subi de nombreux et profonds remaniements. Ces remaniements, en soi,


reflètent qu’il s’agit d’une démarche scientifique, les observations
nouvelles forçant la mise à jour des modèles utilisés. Bref, l’observation
systématique des facteurs qui peuvent causer divers troubles, ainsi que
l’observation systématique de l’effet des traitements, ont changé la
psychologie ; elle est devenue une science empirique.
Pourtant, même de nos jours, nous ne sommes toujours pas à l’abri
d’abus de tout genre dans le domaine des traitements psychologiques.
Il ne s’agit pas nécessairement d’abus physiques visant à maltraiter ou
à maîtriser physiquement des personnes présentant des troubles de
comportement. Ce qui a proliféré depuis quelques décennies, ce sont
les propositions de méthodes où des miracles sont promis. Les médias
d’information sont remplis de promotions de nouveaux régimes, de
nouvelles molécules soi-disant naturelles ou de nouveaux livres qui
ouvrent enfin la voie de la guérison de l’âme. Désespérées par un profond
mal de vivre, certaines personnes seront entraînées dans des sectes de
toute sorte et, sous l’emprise de gourous, y laisseront parfois tout leur
argent, parfois leur intégrité physique, parfois leur dignité et parfois
même leur vie. Il s’agit bien entendu de cas extrêmes plus rares, mais
qui sont pourtant actuels. Autrement dit, même de nos jours où on
pourrait croire les gens plus éduqués et mieux informés, certaines condi-
tions psychologiques continuent à générer un état de vulnérabilité que
d’aucuns sont susceptibles d’exploiter.
C’est vrai que des gens peuvent aller chercher un peu de réconfort
dans certains courants de croissance personnelle ou dans la psychologie
populaire (psycho pop). Reconnaître chez autrui un peu de sa propre
détresse peut avoir l’effet d’un baume et l’apaiser temporairement.
Cependant, certaines détresses sont trop profondes et requièrent une
intervention professionnelle.
Il importe de toujours garder à l’esprit, et c’est là le principal message
du présent ouvrage, qu’il existe des spécialistes des troubles psycholo-
giques qui peuvent aider à y voir plus clair. Les troubles psychologiques
peuvent être pris en charge par des spécialistes ayant reçu différentes
formations universitaires. Dans les différents chapitres de ce livre, les
conseils sont donnés par des personnes qui sont ou ont été longtemps
professeurs à l’École de psychologie de l’Université Laval. Ces personnes
ont la particularité d’être aussi des spécialistes dans le domaine de la
4 LA PSYCHOLOGIE AU QUOTIDIEN

recherche scientifique. En fait, il existe des milliers de professeurs de


psychologie dans les universités de partout au monde qui consacrent
leur carrière à l’avancement des connaissances scientifiques en psycho-
logie. Qu’elles se spécialisent dans différentes approches cliniques ou
dans les processus fondamentaux du comportement, de la cognition ou
du cerveau, ces personnes visent toutes à contribuer à la compréhension
de ce qui constitue le fonctionnement du cerveau et le bien-être de la
personne. En plus de ces professeurs et chercheurs en psychologie, il
existe d’autres chercheurs, notamment dans le domaine du travail social,
de l’éducation et de la psychiatrie, qui contribuent à l’effort de recherche
scientifique et ultimement au bien-être de la personne.
Il y a donc un vaste effort visant à permettre à tous de recevoir des
soins appropriés dans le domaine de la santé mentale et du bien-être
psychologique. Des personnes qualifiées, ayant reçu les enseignements
de pointe dans le domaine de l’intervention en psychologie, peuvent
aider des personnes souffrantes à jauger la gravité et la nature de leurs
difficultés. Ces spécialistes savent distinguer les différents troubles de la
personnalité, par exemple, et savent reconnaître les différents facteurs
psychosociaux qui causent l’inconfort psychologique et sur lesquels il
est possible d’agir, d’exercer un certain contrôle. Il faut savoir que, au
Québec (et dans une bonne partie de l’Amérique du Nord), après des
études universitaires de baccalauréat en psychologie, une personne ne
devient maintenant psychologue qu’au terme d’études doctorales ayant
nécessité quatre ou cinq années d’effort supplémentaire à temps plein.

L’intuition que ce n’est pas l’ordre des choses


Qu’il existe pour l’intervention psychologique des ressources
humaines de qualité, c’est-à-dire des personnes éclairées par une
approche scientifique, constitue en soi une excellente nouvelle. Une
difficulté majeure restante, cependant, consiste à savoir quand une aide
devient nécessaire. Chaque personne a son degré de tolérance face à la
douleur physique et sait généralement reconnaître un seuil à partir duquel
il faut agir, soit en prenant un analgésique, soit en allant consulter un
médecin. Le malaise physique est identifié, traité et soigné et la santé
physique est le plus souvent vite revenue.
1. Introduction : le savoir en psychologie au service des gens 5

Cette vitesse du soulagement est évidemment souhaitable mais toute


transformation ne saurait être aussi rapide. En cette époque où l’on assiste
à de nombreuses percées dans les domaines de la technologie, dont
l’internet, tout devient à la portée de la main et les délais pour accéder
à toutes sortes de choses sont le plus souvent très courts. Ceci donne
l’impression que tout peut se régler rapidement ou que, du moins, il y
aura bientôt des solutions instantanées à quelque problème que ce soit.
Au plan psychologique, les transformations sont parfois longues ; il
est parfois même difficile d’avoir la certitude de se sentir vraiment mal
ou anormalement mal. Il arrive que l’on vive bien, simplement, sur de
longues périodes, au-delà de toute l’agitation autour de soi. Mais on a
aussi parfois le sentiment de toujours être rattrapé, tôt ou tard, par une
forme de mal-être. En fait, à un moment ou l’autre, il peut arriver d’avoir
l’intuition profonde que la vie pourrait être différente, pourrait être
meilleure. Il incombe parfois à nos proches, nos conjoints, nos amis, de
pouvoir nous dire si nous n’allons pas bien, si nous devrions aller
chercher une aide plus spécialisée.
Lorsque perdure l’impression que quelque chose à l’intérieur de soi
ne tourne pas rond, cela se traduit éventuellement par un manque d’effi-
cacité dans ce que l’on a à accomplir. Cette impression peut avoir
différentes formes. On peut s’inquiéter davantage qu’on ne le devrait,
parfois pour un rien ; on peut avoir beaucoup de mal à s’endormir ou à
compléter une nuit de sommeil ; on peut être porté à vérifier continuel-
lement quelque chose qui n’a plus besoin de vérification ; on peut être
incapable de s’empêcher de penser toujours à la même chose, peut-être
parce qu’on a peur que quelqu’un nous en veuille ou interprète mal le
sens de ce que l’on a dit ou que l’on a fait.
On peut avoir la juste impression que la vie pourrait être plus douce,
qu’il pourrait y avoir moins de conflits dans la famille ou au travail, que
le conjoint pourrait avoir plus d’égards, que l’on pourrait être plus
apprécié parmi les gens que l’on côtoie, notamment si l’on doit venir
en aide à une personne malade sur une base quotidienne. De même, on
peut assister à la déchéance d’un proche, pris avec des problèmes inavoués
de consommation d’alcool ou de drogues, ou de jeu pathologique mettant
en péril la sécurité financière de l’entourage. En fait, il s’agit ici de
quelques exemples parmi des centaines qui constituent un signal qu’il
6 LA PSYCHOLOGIE AU QUOTIDIEN

est temps d’obtenir de l’aide d’un spécialiste, ou de faire en sorte que


quelqu’un reçoive de l’aide de l’extérieur.
C’est dans ces moments qu’un psychologue peut devenir très utile.
Dans ce contexte, un psychologue a trois immenses qualités : il est formé
pour reconnaître et identifier précisément la nature de ce qui ne va pas,
il peut regarder les problèmes à tête reposée, en toute objectivité, en
offrant une neutralité thérapeutique et, enfin, il peut identifier quel
traitement psychologique est le plus efficace, le plus approprié. Un
psychologue pourra déterminer si la gravité et l’urgence de l’état nécessite
une prise de médicaments et dans un tel cas, il vous dirigera vers un
médecin qui veillera peut-être à s’assurer qu’un collègue spécialisé en
psychiatrie assure la suite du traitement. De très nombreux cas,
cependant, ne nécessiteront pas un suivi médical et le trouble pourra
être traité par le psychologue lui-même.
Déterminer quel psychologue exactement sera le plus en mesure
d’aider n’est pas une mince question. Il existe de nombreuses approches
et elles n’ont pas toutes la même efficacité pour traiter les différents
troubles. Il existe des psychologues spécialisés pour des troubles spéci-
fiques et mieux vaut consulter un tel spécialiste. Il est possible de
s’adresser, par exemple, à l’Ordre des psychologues du Québec (voir
ci-dessous, à la fin de ce chapitre) pour obtenir des conseils.
Recevoir de l’aide psychologique, c’est reconnaître ce que de
nombreuses personnes savent : tôt ou tard dans sa vie, l’être humain a
besoin de recevoir l’aide de quelques-unes des personnes qui l’entourent.
C’est aussi reconnaître que le fait de cheminer, de progresser, de se
développer se fait rarement sans embûches et qu’à quelque moment, il
est important de chercher conseil pour composer avec les événements.
C’est l’affirmation d’un désir, en quelque sorte, de repartir à neuf, une
occasion de jeter un éclairage plus juste sur les événements de sa vie et
peut-être même la chance d’établir de nouvelles balises sur sa route.
Recevoir de l’aide permet de départager ce qui doit être oublié et ce qui
doit être résolu, permet de ne plus répéter les erreurs, permet de ne plus
gaspiller inutilement de l’énergie pour des choses pour lesquelles on ne
peut rien ou permet de mieux s’y prendre au moment où des choses
doivent être dites ou des gestes posés.
1. Introduction : le savoir en psychologie au service des gens 7

Le contenu de l’ouvrage
L’existence de nombreuses personnes est marquée, par exemple, par
la nécessité de faire des ajustements dans la vie de couple, ou par le
besoin de composer avec une grande anxiété ou des troubles de sommeil,
tous des thèmes abordés dans les prochains chapitres. Ces chapitres
transportent le lecteur de l’enfance jusqu’au vieillissement, en passant
par différentes épreuves de la vie, et donnent dans la plupart des cas des
coordonnées précises permettant d’aller chercher de l’aide.
Dans le prochain chapitre, rédigé par George Tarabulsy, Simon
Larose et André Plamondon, le lecteur est invité à prendre pleinement
conscience de l’importance et de la grandeur de l’attachement entre un
parent et son enfant. Il pourra découvrir comment ont évolué la recherche
et les idées sur l’attachement au cours des 40 dernières années. Le lecteur
constatera que cet attachement, qui est un processus dynamique auquel
participe l’enfant, se développe dès le plus jeune âge et est déterminant
dans le comportement humain, et ce, pour le reste de la vie.
Le troisième chapitre, par Jean-Marie Boisvert, porte spécifiquement
sur la thérapie de couple. Vivre en couple est une aspiration humaine
profonde. Pourtant, l’usure du temps y étant le plus souvent pour quelque
chose, il arrive chez de nombreux couples que des mises au point soient
nécessaires afin de favoriser le bonheur de chacun. Dans ce chapitre, il
est possible d’apprendre comment on peut améliorer les relations dans
un couple et surtout, quelle est l’efficacité des différentes thérapies
offertes aux couples en difficulté.
Au chapitre 4, il sera question de la psychologie des jeux de hasard
et d’argent. Bien que la majorité des gens jouent et espèrent faire de
l’argent, il n’y a pas moyen, à long terme, d’être gagnant à ces jeux.
C’est ce que démontrent Isabelle Giroux, Annie Goulet et Christian
Jacques. En plus de révéler les erreurs de perception les plus courantes
en ce qui a trait aux jeux de hasard et d’argent, le chapitre permet au
lecteur d’apprendre à reconnaître les signes d’un problème de jeu.
Le chapitre 5, que signe Geneviève Belleville, porte principalement
sur deux phénomènes extrêmement importants : l’anxiété et la panique.
En plus de distinguer l’anxiété normale du trouble anxieux, le chapitre
offre une description de chacun des sept troubles anxieux répertoriés
chez l’adulte. Les mécanismes psychologiques causant le maintien de
8 LA PSYCHOLOGIE AU QUOTIDIEN

l’anxiété chez la personne, comme les comportements, les façons de


penser et le style de vie, sont par la suite expliqués.
Les chapitres 6 et 7 sont consacrés à la compréhension du sommeil
et de plusieurs troubles du sommeil, dont l’insomnie. Dans le premier
de ces deux chapitres, cosigné par Charles Morin, Simon Beaulieu-
Bonneau et Émilie Fortier-Brochu, l’exposé permet de bien départager
ce que révèlent les données scientifiques à propos du sommeil et ce que
sont les croyances populaires. Ainsi, après avoir établi quelles sont les
fonctions du sommeil et ses transformations au cours de la vie, les
principales conséquences du manque de sommeil sont rapportées. Enfin,
la nature et les principales causes de l’insomnie sont décrites, de même
que les méthodes pharmacologiques et psychologiques pour prévenir
les difficultés de sommeil.
Le second chapitre sur le sommeil et les troubles du sommeil, rédigé
par Célyne Bastien, Alexandra Duchesne-Pérusse et Tijana Ceklic,
permet de bien comprendre quelques-unes des principales raisons qui
empêchent d’avoir une bonne nuit de sommeil. Ainsi sont répertoriés
et expliqués des phénomènes courants comme l’apnée du sommeil, le
syndrome des jambes agitées, le somnambulisme et les terreurs nocturnes,
tous des problèmes qui ne sont pas spécifiquement abordés dans le
chapitre précédent. Le lecteur en connaîtra la prévalence et apprendra
quel traitement convient à ces problèmes.
Le huitième chapitre, signé par Josée Savard, est consacré à l’étude
du lien entre les dispositions psychiques et le cancer. Par exemple, on
entend souvent dire que l’on peut exercer une forme de contrôle sur
l’évolution de son cancer en adoptant une attitude et des pensées
positives. La réalité n’est hélas pas aussi simple. Le chapitre permet de
faire le point sur ce thème en rapportant quelles sont les causes du cancer
et en décrivant comment la psychologie peut être aidante pour composer
avec les émotions dérangeantes qui surviennent lorsqu’on est atteint du
cancer.
Enfin, souvent liée à la maladie d’Alzheimer, la démence est le thème
du neuvième chapitre. Philippe Landreville et Véronique Boudreault
visent à faire connaître les symptômes comportementaux et psycholo-
giques de la démence. Une attention spéciale est portée au rôle que
peuvent jouer les aidants naturels pour gérer ces symptômes.
1. Introduction : le savoir en psychologie au service des gens 9

Ressources et sites internet d’intérêt


à Si vous cherchez à savoir comment obtenir de l’aide pour recevoir
des soins en psychologie, vous pouvez avoir recours à l’Ordre des
psychologues du Québec (OPQ ). Comme cela est indiqué sur le site
de l’OPQ (http://www.ordrepsy.qc.ca/) :
« Si vous n’avez aucune ressource et que vous ignorez par où commencer vos
recherches pour trouver un psychologue ou un psychothérapeute en bureau
privé, notre service de référence en ligne ou téléphonique (514 738-1223
ou le 1 800 561-1223) pourra vous aider. »

Adresse :
Ordre des psychologues du Québec
1100, avenue Beaumont, bureau 510
Mont-Royal (Québec) H3P 3H5
Téléphone : 514 738-1881 ou 1 800 363-2644
Télécopieur : 514 738-8838
Adresse courriel (pour toute question ou commentaire) :
info@ordrepsy.qc.ca
à Si vous cherchez de l’aide pour recevoir des soins dans quelque
secteur de la santé mentale, vous pouvez visiter le site web de l’Asso-
ciation canadienne pour la santé mentale :
http://www.cmha.ca/fr/sante-mentale/
Ce site permet d’identifier les différentes divisions canadiennes de
l’Association, dont les 11 québécoises, réparties dans toute la province.
Chacune de ces divisions contient un répertoire des ressources locales.
à Si vous êtes spécifiquement de la région de Québec, vous pouvez
aussi prendre connaissance des nombreux services offerts dans la région
en passant par le site de l’Alliance des Groupes d’Intervention pour le
Rétablissement en Santé Mentale (AGIR) :
http://www.agirensantementale.ca/
CHAPITRE 2

L’attachement parent-enfant
et le développement humain :
une vieille idée, un nouveau regard
George M. Tarabulsy, Simon Larose et André Plamondon

« La partie la plus importante de l’éducation de l’enfant est ce


qu’il apprend à la pouponnière. »
Platon

« Mon fils, garde les commandements de ton père et n’abandonne


pas les enseignements de ta mère. »
Proverbes 6 :20

A u cours des 40 dernières années, peu de domaines de recherche


portant sur le développement de l’enfant ont attiré l’attention et
l’imagination des chercheurs et des intervenants autant que ne l’a fait
la théorie de l’attachement. En effet, il est rare aujourd’hui de consulter
les revues spécialisées dans le domaine de la psychologie de l’enfant
sans lire des travaux de pointe sur cette thématique. De plus, la plupart
des modèles scientifiques du développement humain, tant chez l’enfant
que chez l’adolescent et l’adulte, font référence à cette théorie. La façon
dont nous concevons le développement des émotions, de la compétence
sociale, des relations d’amitié et des relations conjugales, de même que
certaines psychopathologies est, d’une manière ou d’une autre, influencée
par les connaissances dans le domaine de l’attachement.
12 LA PSYCHOLOGIE AU QUOTIDIEN

Les relations parent-enfant1 ont fait l’objet de nombreuses recherches.


En dépit de l’apparente simplicité de ce contexte relationnel, il n’est pas
facile de bien cerner sa nature, ses déterminants et ses effets sur l’enfant.
Pourquoi les premières relations d’attachement parent-enfant sont-elles
si importantes ? De quelle manière se développent-elles ? Quelles en
sont les caractéristiques fondamentales ? Bien que nos réponses à de
telles questions restent imparfaites, elles sont importantes dans une
perspective de prévention ou d’intervention afin de soutenir l’élaboration
de relations positives en début de vie.
On peut y voir un parallèle intéressant avec la marche. Comprendre
les mécanismes de la marche peut sembler quelque chose de simple.
Tous ceux qui n’ont pas de déficience motrice peuvent généralement
marcher. C’est une compétence maîtrisée par la grande majorité des
humains. Mais si quelqu’un subit une blessure grave qui l’oblige à devoir
réapprendre à marcher, on saisit alors toute la complexité des appren-
tissages impliqués. La personne doit porter attention à un ensemble de
tâches et maîtriser chacune d’entre elles. Elle doit raffermir ses muscles,
réapprendre les transferts de poids, apprivoiser le déséquilibre, porter
attention à certains signaux neuronaux, bref, un ensemble de tâches qui
requièrent d’être explicitement enseignées et maîtrisées sans quoi la
réhabilitation ne peut être efficace. Dans ce chapitre, nous verrons qu’il
en est de même pour la relation parent-enfant et pour les interventions
visant à promouvoir la qualité de ce contexte relationnel.
Le but de ce chapitre est double. Dans un premier temps, nous
décrirons les changements théoriques qui ont caractérisé l’évolution de
la théorie de l’attachement et des méthodes d’observation du lien parent-
enfant. Dans un deuxième temps, nous examinerons quelques questions
d’ordre clinique et scientifique qui découlent des développements dans
ce domaine. Il serait ambitieux, dans les quelques pages qui suivent, de
vouloir faire l’historique de cette perspective de recherche de manière
exhaustive. Le lecteur est invité à lire les travaux de différents auteurs
qui documentent l’évolution de l’attachement en tant que discipline

1. Le terme « parent » désigne la principale personne responsable de donner les soins à l’enfant.
Il peut s’agir du parent biologique ou adoptif, à moins d’indication contraire. Il faut également
noter que la majorité des travaux dans ce domaine porte sur les relations mère-enfant.
2. L’attachement parent-enfant et le développement humain 13

scientifique2 3 4. Notre objectif ici est de présenter les bases de la théorie


de l’attachement qui ont été confirmées par des études au cours des
quatre dernières décennies et de tracer l’horizon de la recherche et de
l’intervention tel que nous le connaissons. Certaines bases concernent
la conceptualisation et la définition de l’attachement et de ses fonctions
dans le développement alors que d’autres portent sur les méthodes ayant
servi à décrire l’attachement d’un enfant envers son parent. À cet égard,
nous porterons d’abord une attention particulière à l’élaboration et à la
validation de la « situation étrangère », qui est la procédure de laboratoire
qui sert de standard pour l’évaluation du lien d’attachement parent-
enfant. Puis, nous aborderons trois pistes de recherche prometteuses
dans ce domaine, révélant l’importance des premiers liens entre parents
et enfants.

Quelques connaissances du développement il y a 40 ans


Les premières formulations de la théorie de l’attachement trouvent
leur origine dans les observations et les écrits de John Bowlby. Trois
idées importantes guidaient la recherche et l’intervention concernant le
rôle de la relation parent-enfant dans le développement des enfants à
l’époque où Bowlby écrivait le premier volume de son importante trilogie
sur l’attachement5 6 7. Bien que peu d’intervenants ou de chercheurs
adhèrent aujourd’hui à ces trois idées, il est nécessaire de les décrire afin
de saisir l’esprit qui animait les réflexions scientifiques et cliniques il y
a 40 ans.

2. M.D.S. Ainsworth, M.C. Blehar, E. Waters et S. Wall (1978). Patterns of attachment : A psycholo-
gical study of the strange situation. Hillsdale (NJ) : Erlbaum.
3. M.E. Lamb, R.A. Thompson, W. Gardner et E.L. Charnov (1985). Infant-Mother attachment : The
origins and developmental significance of individual differences in Strange Situation behavior. Hillsdale
(NJ) : Erlbaum.
4. J. Cassidy et P.R. Shaver (2008). Handbook of Attachment : Theory, research and clinical applications.
New York : Guilford.
5. J. Bowlby (1969). Attachment and loss, Vol. 1 : Attachment. New York : Basic Books.
6. J. Bowlby (1973). Attachment and loss, Vol. 2 : Separation. New York : Basic Books.
7. J. Bowlby (1980). Attachment and loss, Vol. 2 : Loss, sadness and depression. New York : Basic Books.
14 LA PSYCHOLOGIE AU QUOTIDIEN

L’enfant comme agent social


La première idée concerne la façon dont on imaginait l’enfance et
le développement. On percevait l’enfant comme étant peu impliqué dans
son développement. La vision populaire et même scientifique des années
1960 était que le nouveau-né a besoin d’atteindre une certaine
maturation biologique et cérébrale avant de pouvoir accomplir des
apprentissages élémentaires et interagir avec le monde extérieur8. Selon
ce point de vue, les comportements du nourrisson ont peu de signifi-
cation et surtout pas de lien avec son développement ultérieur. Les
regards, les pleurs, les cris, les sourires et les autres comportements
émotionnels ou sociaux manifestés en début de vie sont, somme toute,
perçus comme étant peu pertinents pour comprendre la suite du dévelop-
pement.

Pertinence de la relation parent-enfant


La seconde idée concerne la manière dont se développent les inter­
actions de nature affective entre le parent et l’enfant. Les tenants des
approches behavioristes et psychodynamiques stipulent que l’atta-
chement parent-enfant dépend essentiellement de l’action de processus
psychologiques primaires.
Les behavioristes avancent que la qualité du lien affectif entre
l’enfant et son parent découle du fait que la mère nourrit efficacement
l’enfant et lui prodigue les soins élémentaires. Selon cette perspective,
la relation qui se développe ne serait que le résultat d’un conditionnement
classique associant les situations agréables et nécessaires (alimentation
et autres soins) à la personne qui en est responsable. Par exemple, si un
nourrisson a faim et que sa mère lui donne à boire, l’enfant associe à la
présence de la mère la diminution du sentiment désagréable causé par
la faim. Dans ce contexte, la relation est perçue comme étant un effet
secondaire de l’alimentation. Elle n’aurait donc pas de valeur en
elle-même.

8. G.M. Tarabulsy, R. Tessier et A. Kappas (1996). Contingency detection and the contingent
organization of behavior in interactions : Implications for socioemotional development in
infancy. Psychological Bulletin, 120, 25-41.
2. L’attachement parent-enfant et le développement humain 15

Les psychanalystes, quant à eux, ont largement été inspirés des idées
de Freud et, de fait, même à ce jour, les approches en psychanalyse font
souvent référence à la théorie de l’attachement9. Freud proposait une
approche dans laquelle l’enfant doit passer à travers les stades de dévelop-
pement psychosexuels. Dans cette optique, les soins maternels peuvent
faciliter ou rendre plus difficile la manière de traverser ces divers stades.
Au fil des consultations dans son cabinet, Freud a élaboré l’idée que
cette première relation parent-enfant (Freud dirait « mère-enfant ») est
très importante. Cependant, dans sa théorie du développement psycho-
sexuel, Freud concevait que la première relation mère-enfant s’élaborait
vers l’âge de 8 ans. Plus tard, il s’est ravisé et a suggéré que c’est vers
l’âge de 5 ans que cette relation se concrétise de manière à influencer
le développement10. Or, il s’agissait de spéculations de la part de Freud,
qui n’a jamais travaillé directement avec de jeunes enfants ou des
nourrissons dans sa pratique professionnelle.
D’autres théoriciens psychanalytiques ont été principalement inspirés
par les idées de Melanie Klein pendant les années 1930 et 1940. Klein
reconnaissait que la relation parent-nourrisson est pertinente dans le
développement de l’enfant, mais attribuait l’importance de son rôle aux
représentations que se fait l’enfant des événements et des objets autour
de lui. Dans cette optique, les représentations que les enfants forment
sont plus importantes que les objets ou les événements eux-mêmes.
L’enfant, à travers l’alimentation et des autres soins qu’il reçoit de sa
mère, se forme d’abord une représentation du monde fondée sur ces
événements et sur les objets impliqués, par exemple le sein maternel.
Tout comme pour les behavioristes, le fait saillant est que l’enfant est
d’abord en lien avec les objets, avant d’être en relation avec les personnes.
Ainsi, la relation n’est qu’un développement secondaire, attribuable au
fait d’être alimenté ou de recevoir des soins de sa mère. Il aura fallu les
propos de Bowlby pour insister sur le fait que la relation parent-enfant
pouvait non seulement être d’une importance primaire, mais aussi être
à la base des autres soins que les enfants reçoivent11. En décrivant

9. A.F. Lieberman (2007). Ghosts and angels : Intergenerational patterns in the transmission and
treatment of the traumatic sequelae of domestic violence. Infant Mental Health Journal, 28,
422-439.
10. S. Freud (1940). An outline of psycho-analysis. International Journal of Psychoanalysis, 21, 27-84.
11. Lamb et autres (1985), op. cit. (note 3).
16 LA PSYCHOLOGIE AU QUOTIDIEN

l­ ’attachement comme étant prioritaire pour la survie et le développement


de l’enfant, Bowlby allait être contesté de tout côté car il allait à
l’encontre des approches classiques de son époque, qu’elles soient
behavioriste ou psychanalytique.

Continuité du développement
La troisième idée qui prédominait pendant les années 1960 et 1970
concerne la croyance en une continuité de l’attachement et de ses effets
entre la période où l’enfant est un nourrisson et les autres périodes de
l’enfance. Les psychanalystes croyaient que l’attachement est stable au
fil du temps et que la qualité de la relation d’attachement était associée
à la qualité du développement ultérieur. Cependant, cette croyance était
surtout appuyée par des observations faites auprès d’adultes (souvent
de façon rétrospective) se trouvant dans des conditions problématiques
plutôt que par des observations directes réalisées auprès d’enfants.
L’absence d’observations directes du comportement des enfants était
une des limites de la psychanalyse qui poussèrent Bowlby à réviser les
fondements des connaissances sur les relations parent-enfant. Même
Freud reconnaissait cette lacune de la psychanalyse en notant qu’il était
plus facile pour un clinicien d’inférer le passé d’un adulte que de prédire
l’avenir d’un enfant12. En fait, sans le savoir, Freud établissait le standard
par lequel les futures propositions théoriques de Bowlby (et d’autres
théoriciens du développement de l’enfant) allaient être jugées. La validité
prédictive des mesures de l’attachement parent-enfant, fondées sur les
propos théoriques, a largement contribué à établir la pertinence de la
théorie de l’attachement sur le plan scientifique.
Hormis les tenants d’une approche psychanalytique qui imaginaient
une certaine cohérence entre les expériences précoces et le dévelop-
pement adulte, peu de chercheurs travaillant auprès de nourrissons
pensaient sérieusement qu’il y avait de la stabilité dans les différences
individuelles observées chez l’enfant avant l’âge de 24 ou 36 mois.
Puisque les observations empiriques de l’époque n’appuyaient pas la
présence d’une stabilité dans les mesures sociales, cognitives et émotion-
nelles entre la période où l’enfant est nourrisson et la suite du

12. S. Freud (1920). A general introduction to psychoanalysis. New York : Horace Liveright.
2. L’attachement parent-enfant et le développement humain 17

développement, les chercheurs de l’époque ont posé le problème


autrement. Ils ont postulé qu’il existe des structures cognitives différentes
à l’œuvre chez le nourrisson et ont proposé des modèles évolutionnistes
pour expliquer l’absence de continuité dans le développement. Dans
certains cas, on peut comprendre l’absence de continuité. Par exemple,
les chercheurs du domaine du tempérament démontrent bien comment
la réactivité précoce chez le nourrisson (p. ex. : pleurer et manifester de
la détresse face à la nouveauté) peut être un prédicteur important du
retrait social et de l’anxiété vécue à l’école13. Les comportements ne sont
pas précisément les mêmes, mais il est raisonnable de présumer qu’il
existe un lien entre le comportement de réactivité du nourrisson et le
développement de l’anxiété plus tard durant l’enfance. Or, à l’époque
où Bowlby proposait ses idées sur l’attachement, on ne percevait pas
cette continuité dans le développement humain.

Nouvelles perspectives sur une vieille idée


En somme, il y a 40 ans, on avait la nette impression que les enfants
étaient peu sensibles à leur environnement et aux soins qu’ils recevaient.
On proposait à l’époque que l’attachement parent-enfant n’était pas
vraiment prioritaire dans le développement, qu’il constituait plutôt un
effet secondaire des autres soins que l’enfant pouvait recevoir et que,
surtout dans une perspective behavioriste, les événements qui pouvaient
avoir eu lieu tôt dans la vie n’avaient que peu d’incidence sur la suite
du développement.
C’est dans ce contexte scientifique que John Bowlby, un psycha-
nalyste de l’école des relations objectales, énonce ses principes
théoriques concernant le lien d’attachement parent-enfant. Ses idées
proviennent principalement de deux sources : ses études auprès
d’orphelins de la Seconde Guerre mondiale et sa recension des travaux
dans le domaine de l’éthologie. D’une part, Bowlby constate clairement
que les enfants séparés de leurs parents risquent fort d’avoir de
nombreuses difficultés d’adaptation et de développement. Ces difficultés
peuvent se traduire par de graves problèmes de santé mentale, de

13. J. Kagan, N. Snidman, V. Kahn et S. Towsley (2007). The preservation of two infant tempe-
raments into adolescence. Monographs of the Society for Research in Child Development, 72, 1-76.