Vous êtes sur la page 1sur 23

31/08/2019 Formulation des détergents - PDF

 Entrer (/login/) Enregistrement (/register/)

Recherche... Chercher

Formulation des détergents


Annonce fermée par
Bloquer l'annonce Pourquoi cette annonce ?
Contact Angle/Tensiometer
CleanoSpector-SurfaceCleaning
Auto Contact Angle Meters Bubble Tensiometer, Auto Pendant Drop Tensiometers.

fdsc.com OPEN

Contact
Angle/
Tensiometer
fdsc.com

CleanoSpector-
SurfaceCleaning
Auto Contact Angle
Meters Bubble
Tensiometer, Auto
Pendant Drop
Tensiometers.

OPEN

 SHARE  HTML  DOWNLOAD

Save this PDF as:

docplayer.fr/8546325-Formulation-des-detergents.html 1/23
31/08/2019 Formulation des détergents - PDF

 WORD (http://pdftoword-converter.online/enter/?url=https://docplayer.fr/8546325-Formulation-des-detergents.html)

 PNG (http://pdftopng-converter.online/enter/?url=https://docplayer.fr/8546325-Formulation-des-detergents.html)

 TXT (http://pdftotext-converter.online/enter/?url=https://docplayer.fr/8546325-Formulation-des-detergents.html)

 JPG (http://pdftojpg-converter.online/enter/?url=https://docplayer.fr/8546325-Formulation-des-detergents.html)

 Raoul Bordeleau (/user/8902858/)  il y a 3 ans  Total a chages : 1242

 Transcription
RECHERCHES 1 Formulation des détergents Produits d entretien des articles textiles par Véronique ARDELL-RATAJ Ingénieur ESM Maître de
onférences à l Université de Lille I et Louis H TA TAÏ Ingénieur consultant Ex Unilever Ancien responsable R&D de Lever France 1.
A film production Produits de lavage... J Dé nitions Tensioactifs Tensions super cielles Tensions interfaciales Micelles oncentration Micellaire ritique (M)
Salissures des articles textiles Principales théories de la détergence Enlèvement des salissures grasses Enlèvement des salissures
A+++ lave linge
particulaires Principaux ingrédients Tensioactifs Agents anticalcaires ou «builders» Agents de blanchiment Enzymes Polymères Agents
alcalins Agents antimousses Azurants optiques Parfums Formes de produits Poudres Liquides onditionneurs Théorie de la rêcheur
Matières premières Tensioactifs cationiques Tendances Formes de produits Liquides traditionnels Liquides concentrés Voiles assouplisseurs Tendances Références
bibliographiques L e processus d élaboration d une formule de produit d entretien pour articles textiles commence par identi er ce que le consommateur considère
comme du linge sale. Le formulateur doit ensuite dé nir l origine et la nature des salissures qui souillent le linge et recenser les processus chimiques, physico-chimiques,
physiques et biochimiques susceptibles d être mis en œuvre pour éliminer chaque type de salissures. À partir de là seulement, il pourra choisir l ensemble des ingrédients
qui constitueront la formule et qui lui permettront d assurer un Techniques de l Ingénieur J

2 FRMULATI DES DÉTERGETS nettoyage complet du textile et/ou de lui conférer un aspect, un toucher et une odeur agréables. La détergence, au sens large, implique
plusieurs mécanismes plus ou moins interdépendants. es mécanismes sont basés sur des phénomènes de mouillabilité, d adsorption aux interfaces liquide/solide, d
émulsi cation, de solubilisation et de dispersion dans le liquide lessiviel. La détergence est donc un processus complexe et la fonction particulière de chacun des
ingrédients de la formulation est souvent di cile à cerner. éanmoins, chaque ingrédient de la formule remplit soit une fonction d usage principale (nettoyer le linge dans
le cas d une lessive) soit une fonction secondaire (conserver la souplesse du linge, restaurer l éclat des couleurs, empêcher le transfert des couleurs...) ou tertiaire (odeur
de frais après le lavage, respect de l environnement...). Tous ces critères techniques, associés à des critères réglementaires environnementaux et économiques constituent
le cahier des charges, nécessaire à l élaboration d une formule. Quand on parle de détergence, il est important de di érencier les pays en voie de développement et les
pays développés où les besoins sont di érents. Dans les pays en voie de développement, la formule est plus simple et souvent utilisée pour plusieurs types de nettoyage.
Au contraire, dans les pays développés, la variété de produits est beaucoup plus large, chacun d eux répondant aux besoins spéci ques du consommateur. Les attentes et
les habitudes des consommateurs étant très di érentes d un pays à l autre, il n existe donc pas de formules «universelles». 1. Produits de lavage Un peu d histoire est en
1907 que l Allemand Fritz Henkel et ses ls lancèrent sur le marché le premier détergent dit «autoactif», Persil, qui mit n à plusieurs siècles de corvée à la planche à laver.
e produit phare, devenu synonyme de détergent en Allemagne, marque le début d une course à l innovation comme le montre l encadré 1. es innovations sont le résultat
d un souci d amélioration non seulement des performances de lavage des produits ou de leur praticité d utilisation, mais aussi de développement, pour en réduire leur
impact sur l environnement. Dans ce domaine, les quatre moments forts qu ont marqué les lessiviers sont : 1975 : introduction dans les lessives du TAED, un activateur de
blanchiment qui a permis de délivrer le même niveau de performance à plus basses températures, donc en consommant moins d énergie : lancement des poudres
concentrées proposant une performance analogue à celle des poudres conventionnelles, mais avec moins de produits chimiques et moins d emballage : lancement des
recharges permettant une réduction supplémentaire de 40 % de matériau d emballage. es deux dernières innovations, hélas, n ont pas connu le succès espéré sur le
marché français. n peut même parler d échec! Pourquoi? Sans doute parce que le consommateur les a perçus comme plus «béné ques» pour le lessivier que pour lui et
avec un coût au lavage qui lui est apparu plus élevé. En 1996, à l initiative de l AISE (Association Internationale de la Savonnerie et des produits d Entretien), un programme
européen, auquel 180 sociétés de 18 pays ont participé, a été mis en place. Les objectifs, xés par le GEP («ode of Good Environmental Practice») étaient pour les sociétés
de poursuivre leurs e orts du respect de l environnement en proposant une réduction e ective sur 5 ans et «per capita» de : 10 % de la quantité des rejets chimiques dus
aux détergents ; 10 % de la quantité de matériaux d emballage rejetés ; 10 % de la proportion des matières peu biodégradables utilisés dans les détergents ; 5 % de la
consommation énergétique utilisée dans le processus de lavage et ce, en dépit d une croissance en valeur du marché non négligeable. L objectif a été largement atteint en
France puisque les résultats obtenus à n 2001 étaient de 15,6 %, 16,2 %, 14,9 % et 6 % respectivement. Le plus grand contributeur de ces succès a été sans nul doute l
arrivée sur ce marché vieillissant de toutes nouvelles formes de produits : les doses unitaires ou produits prédosés en tablettes (vs poudres) ou en capsules (vs liquides). J
Techniques de l Ingénieur

3 FRMULATI DES DÉTERGETS Encadré 1 Principales innovations technologiques dans les détergents et adoucissants textiles [1] [7] Encadré 1 Principales innovations
technologiques dans les détergents et adoucissants textiles [1] [7] Dates Innovations Marques Perborate et Silicate de sodium mélangés à du savon en poudre 1 ers
détergents synthétiques : les sulfates d alcools gras Détergents synthétiques aux USA : les alkylbenzènesulfonates (ABS) Adoucissants textiles à base de tensioactifs
cationiques PERSIL (Henkel) FEWA (Henkel) TIDE (Procter&Gamble) P ITERATIAL 1988 Lessives à base de lipases Tensioactifs entièrement biodégradables : les
alkylpolyglycosides (APG) Inhibiteur du transfert de couleurs : la polyvinylpyrrolidone (PVP) Lessives contenant un catalyseur de blanchiment au manganèse (MnTA) HI TP
(Lion) PERSIL (Henkel) PERSIL LR (Henkel) SKIP Power (Unilever) Agents complexants hydrosolubles ou «builders» : les tripolyphosphates de sodium (STPP) Lessive en
poudre non moussante à base de savon Remplacement des ABS par les LAS (Linear Alkylbenzene Sulfonate) en Allemagne puis en France, en Italie et au Japon M (Lever)
SKIP (Lever) toutes les marques 1998 Lessive en pastilles 2001 Doses liquides hydrosolubles 2002 Lessives liquides avec silicone cationique ( brelex) 2004 Lessives à base
de pectase-lyase SKIP Tablets (Lever) Ariel Liquidtabs (Procter&Gamble) ARIEL STYLE (Procter&Gamble) ARIEL (Procter&Gamble) 1968 Lessives biologiques en poudre
contenant des enzymes : les protéases ALA (Lever) et ARIEL (Procter&Gamble) 1.1 Dé nitions er activateur de blanchiment du perborate : le tétra-acétylglycolurile (TAGU)
Introduction d un nouveau type d enzymes : les amylases ouvel activateur du perborate de sodium : le tétraacétyléthylène diamine (TAED) Lessives à base de zéolites A
pour éviter l eutrophisation des rivières provoquée par les phosphates Adoucissants textiles à base de tensioactifs cationiques biodégradables : les esterquats Lessives
liquides isotropes à dissolution rapide dans l eau Lessives liquides structurées concentrées à base de liposomes, pour tous lavages Lessives avec adoucissant incorporé
(argile douce) Lessives en poudre compacte (haute densité) (10 fois plus concentrée) contenant des cellulases ID (Henkel) MUSTAG (Henkel) SKIP (Lever) SASIL (Henkel)
MIIDU (Lesieur otelle) VIZIR (Procter&Gamble) WISK (Lever) DASH 2 en 1 (Procter&Gamble) ATTAK (Kao) Le lecteur se reportera aux références [4], [K 342] réf. [8], [9], [J 2
140] réf. [10], [11] et [12] Tensioactifs Les tensioactifs sont des molécules amphiphiles constituées d une partie hydrophobe ou lipophile (chaîne grasse présentant de l
a nité pour l huile) et d une partie hydrophile (groupement polaire ayant de l a nité pour l eau). ette structure chimique leur confère une grande activité aux interfaces
air/eau ou huile/eau où ils ont tendance à s adsorber. n les nomme aussi agents de surface, agents tensioactifs, surfactants, surfactifs ou simplement actifs, amphiphiles,
détergents... n distingue généralement quatre grandes classes de tensioactifs. Les anioniques : le groupe polaire lié de façon covalente à la partie hydrophobe du
tensioactif porte une charge négative comme dans le cas des carboxylates ou savons ( ), des alkylbenzène sulfonates ( S 3 ) ou encore des sulfates d alcool gras ( S 4 ). Les
cationiques : le groupe polaire porte une charge positive ( + ( H 3 ) 3 ). En général, ce sont des dérivés d ammonium quaternaires tels que le chlorure de diméthyl distéaryl
ammonium. Les non ioniques : ils possèdent des groupes polaires non ionisables en solution aqueuse (alcool, amine, éther, ester...) contenant des hétéroatomes ( ou ). La
solubilité dans l eau est assurée par la formation de liaisons hydrogène entre les molécules d eau et certaines fonctions de la partie hydrophile. Il s agit du phénomène de

docplayer.fr/8546325-Formulation-des-detergents.html 2/23
31/08/2019 Formulation des détergents - PDF
solvatation ou d hydratation qui permet, par exemple, la solubilité des alcools gras polyoxyéthylénés. Les amphotères : ce sont des composés dont la charge dépend du
ph. En milieu acide, ils se comportent comme des tensioactifs cationiques tandis qu en milieu basique, ils sont chargés négativement. Pour des ph intermédiaires,
notamment le ph isoélectri- Techniques de l Ingénieur J

4 FRMULATI DES DÉTERGETS que, ils peuvent présenter une structure bipolaire et se comporter alors comme un tensioactif non ionique. ertains tensioactifs sont dits
zwittérioniques ; dans ce cas, ils présentent une structure bipolaire quelle que soit la valeur du ph. De par leur structure chimique, les tensioactifs se caractérisent par
deux propriétés fondamentales : l adsorption aux interfaces et l association en solution Tensions super cielles Tensions interfaciales Des forces attractives, appelées
forces de Van der Waals, s exercent entre molécules. Dans un liquide donné, une molécule particulière se trouve à chaque instant au centre d un champ de forces
attractives de symétrie sphérique créé par les molécules voisines. La résultante des forces de Van Der Waals est nulle. ependant, les molécules localisées à la surface du
liquide sont soumises à un champ de forces asymétrique. Du côté de la phase gazeuse, la force attractive, due aux molécules fortement dispersées, est presque
négligeable. Du côté de la phase liquide, la force attractive, émanant des autres molécules similaires, est aussi intense qu au sein même du liquide. Ainsi, les molécules de
la surface sont soumises à une force résultante tendant à les déplacer vers l intérieur. À l échelle macroscopique, cette force agit de façon à minimiser la surface libre en
contact avec l air. Le champ de forces non équilibré à la surface peut être représenté par une quantité d énergie libre super cielle. L énergie libre super cielle par unité de
surface est appelée tension super cielle. Dans le cas de deux liquides non miscibles ou d un solide et d un liquide, la frontière qui les sépare, appelée interface, a des
points communs avec la surface de séparation entre un liquide et un gaz. À chaque unité d aire, est associée une énergie libre. ette énergie libre par unité de surface est
appelée tension interfaciale. Dans le système international, tension super cielle et tension interfaciale s expriment en /m mais en pratique, on utilisera plus couramment
«m/m» (on trouve encore parfois comme unité le dyne/cm). En fait, la tension super cielle n est qu un cas particulier de la tension interfaciale Micelles oncentration
Micellaire ritique (M) Les tensioactifs se distinguent des autres corps dissous par certaines particularités dans leur comportement en solution aqueuse. La propriété la plus
intéressante des tensioactifs dans l eau est leur capacité à former des agrégats ordonnés dès que leur concentration dépasse un certain seuil. En e et, les molécules de
tensioactifs, comportant une partie hydrophile et une partie hydrophobe, sont fortement adsorbées aux interfaces. eci est dû au fait qu à l interface eau/air, la partie
hydrophobe se trouve dans un environnement plus favorable que dans la solution où elle est entourée de molécules d eau. À partir d une certaine concentration, l
interface est saturée et les molécules, au sein même du liquide, vont s associer pour former des micelles car dans cet état, les parties hydrophobes sont dans une situation
énergétique plus favorable et le système est plus stable ( gure 1). La formation des micelles ou micellisation apparaît à partir d une concentration donnée appelée
concentration micellaire critique (M). e phénomène entraîne des «anomalies» dans les propriétés physiques et électriques des solutions détergentes. Ainsi, lorsque l on
augmente la concentration des tensioactifs, certaines propriétés changent brusquement. es changements sont attribués à la formation soudaine des micelles. La M, qui
caractérise tous les tensioactifs, se détermine en traçant la variation d une propriété Tension super cielle (m/m) Air Eau Tensioactif en surface Saturation de la surface M
oncentration en tensioactif (M) Figure 1 Micellisation et détermination de la concentration micellaire critique (M) physique donnée (tension super cielle, conductivité
électrolytique pour les tensioactifs ioniques, abaissement cryoscopique, solubilisation de colorant, di usion de la lumière...) en fonction de la concentration en tensioactif
( gure 1) Salissures des articles textiles Formation des micelles Les salissures rencontrées lors du lavage du linge peuvent avoir di érentes origines. Elles proviennent : du
corps lui-même avec lequel bon nombre d articles textiles sont en contact (sébum, sueur, sang...) ; de l environnement (suie, poussière, végétaux...) ; de la nourriture :
certainement la source la plus importante et la plus variée de souillures et de taches ; de l environnement professionnel : les salissures et taches rencontrées par exemple
sur les vêtements de travail d un boucher seront de nature tout à fait di érente de celles que l on trouve sur une combinaison de mécanicien. D un point de vue de la
détergence, on distinguera généralement : les salissures grasses (ex : graisses, cosmétiques, hydrocarbures...) ; les salissures maigres (ex : thé, vin, herbe, encre...) ; les
salissures particulaires (ex : terre, poussière, sable...) ; les salissures corporelles (ex : sébum, sueur, sang...). hacune de ces salissures est constituée à la fois d éléments
solubles (sel, sucre...) et d éléments insolubles dans l eau (graisses, particules...). Bien que ces di érents types de salissures puissent être rencontrés séparément, les
salissures naturelles présentes sur le linge sont la plupart du temps des combinaisons (ex : salissures grasses associées aux salissures particulaires), plus di ciles à
éliminer. es salissures se xent sur les textiles selon di érents processus : physiques dus aux forces d attraction ; physico-chimiques (sécrétions grasses qui agglutinent la
poussière) ; chimiques (matières colorantes qui pénètrent en profondeur dans les textiles). Les salissures particulaires peuvent se xer en surface grâce aux forces de Van
der Waals et aux forces électrostatiques qui apparaissent lorsque le substrat et la salissure sont de polarité di érente. Elles peuvent également se xer à l intérieur de la
bre lorsque la J Techniques de l Ingénieur

5 FRMULATI DES DÉTERGETS surface est poreuse (cas des bres creuses de laine). Les salissures grasses ont plutôt tendance à former un lm continu sur la surface de la
bre en l imprégnant plus ou moins selon leur nature. 1.2 Principales théories de la détergence Le lecteur se reportera aux références bibliographiques [1] [2] [3] [4] [5] [6]
[18] [19] [20] [21] [22] [23] [24] [25] [26]. La détergence est dé nie comme «le nettoyage de la surface d un objet solide, au moyen d un bain où se trouve un agent spécial,
le détergent, suivant un processus impliquant une action physico-chimique autre que la simple dissolution» [17]. La détergence consiste donc à enlever les salissures des
articles textiles et à les maintenir en suspension pour éviter leur redéposition sur les articles présents dans le bain. Sur les articles textiles ménagers, on trouve
principalement des salissures grasses (graisse ou huile) et des salissures particulaires (particules nement divisées). ous traiterons l un après l autre les mécanismes de la
détergence sur ces deux modèles de salissure Enlèvement des salissures grasses Théorie thermodynamique L ensalissement d une surface solide F ( bre) par une matière
grasse H (huile) peut être représenté par le schéma de la gure 2. Les salissures grasses mouillent la plupart des textiles très e cacement et ont tendance à s étaler sur la
surface. L étalement se poursuit jusqu à atteindre un état d équilibre dé ni par un angle de contact θ, formé par la surface de la bre et la tangente de l interface huile/air.
À ce moment, l ensemble des forces s exerçant au niveau du cercle de contact s annule et conduit à l équation (1) obtenue en projetant les forces sur le plan de la bre. La
composante verticale est équilibrée par la force élastique liée à la déformation du solide dont l amplitude est microscopique. avec γ FA = γ FH + γ HA cosθ (1) γ FA (m/m)
tension de surface de la bre, γ FH (m/m) tension interfaciale bre/goutte d huile, γ HA (m/m) tension super cielle de la goutte d huile. Il s agit de la relation d Young qui
permet de décrire grossièrement le mouillage d une bre textile (F) par une salissure grasse (H). ette équation montre que l ensalissement est d autant plus facile (θ faible)
que la tension super cielle de la goutte d huile γ HA et la tension interfaciale entre la bre et l huile γ FH sont faibles. Huile (H) (H) Air Figure 2 Représentation schématique
du mouillage d une bre textile (F) par une goutte d huile (H) (H) Fibre textile (F) γ FA État d'équilibre γ HA θ (H) γ FH Une surface telle que le polyester (non polaire) possède
une forte a nité (γ FH faible) pour les matières grasses non polaires qui adhèrent très fortement. En revanche, le coton, polaire, présente une tension interfaciale γ FH
plus élevée et se salit donc plus di cilement avec de l huile Mécanisme du «rolling-up» Le lecteur se reportera aux références bibliographiques [19] [20] [21]. Les salissures
grasses sont en général liquides à des températures de lavage supérieures à 40 et mouillent e cacement la plupart des textiles. Leur élimination est donc principalement
gouvernée par le phénomène du mouillage [10] du textile par la solution détergente et la salissure, et par la tension interfaciale γ HE entre la solution détergente et la
salissure. Dans le cas d une salissure grasse (H) xée sur une bre textile (F) et plongée dans un bain lessiviel (E), l angle de contact θ s exprime par la relation (2) : cos θ = (
γ FE γ FH ) γ HE avec γ FE (m/m) tension interfaciale bre/eau, γ FH (m/m) tension interfaciale bre/goutte d huile, γ HE (m/m) tension super cielle goutte d huile/eau. L
enlèvement des salissures grasses s explique par la théorie du «rolling-up», décrite par Stevenson en 1953 [14]. Le rolling-up peut être dé ni comme le détachement d une
salissure (gouttelette d huile par exemple) d un substrat sous l e et conjoint d une augmentation de l angle de contact θ et d une force mécanique (poussée d Archimède
ou agitation). Dès lors qu un composé tensioactif est additionné à l eau, celui-ci s adsorbe aux interfaces et en modi e les propriétés. En e et, les tensions interfaciales
entre l eau et la bre textile γ FE d une part, et entre l eau et la salissure grasse (gouttelette d huile) γ HE d autre part, deviennent extrêmement faibles. En revanche, la
tension interfaciale entre la salissure et la bre γ FH ne change quasiment pas. Par conséquent, sous l in uence de ces forces, l angle de contact θ augmente pour
atteindre une nouvelle valeur θ ( gure 3). Dans le cas où θ < 90 ( gure 3 a), sous l in uence des forces hydrodynamiques (agitation, poussée d Archimède), la salissure
grasse a tendance à s étirer d autant plus facilement que γ HE est faible. ependant, θ doit rester constant au cours du processus et le haut de la gouttelette d huile doit
adopter une forme hémisphérique. Il y a donc un con it entre ces deux tendances ce qui a pour conséquence la formation d un goulot d étranglement. elui-ci s amenuise
au fur et à mesure, ce qui conduit au détachement partiel de la salissure grasse dans le bain lessiviel et à un résidu sur la bre encore plus di cile à éliminer. Dans le cas
où θ > 90 ( gure 3 b), les mêmes forces hydrodynamiques entraînent l allongement de la salissure grasse qui peu à peu réduit la surface de contact jusqu au détachement
de la totalité de la gouttelette d huile tout en maintenant θ > Solubilisation Le mécanisme du «rolling-up» ne concerne que les salissures grasses liquides et repose
essentiellement sur l abaissement des tensions interfaciales par les tensioactifs. ependant, au-delà de la concentration critique micellaire, il n y a plus d abaissement
signi catif de la tension interfaciale et donc «l e et» du rolling-up n est plus augmenté à partir de cette concentration. r, au-delà de la M, on observe toujours une
augmentation du pouvoir détergent. Il faut alors faire intervenir un autre mécanisme : la solubilisation. ette théorie a d abord été proposée par Mc Bain [15] en 1942, puis
a été reprise par Ginn, Brown et Harris en 1961 [16]. Au-delà de la M, les molécules de tensioactifs s associent en solutions aqueuses pour former des micelles à l intérieur
desquelles vont pouvoir se solubiliser une grande variété de composés insolubles dans l eau tels que les acides gras, les alcools gras, les triglycérides et les hydrocarbures.
Si les molécules solubilisées possèdent (2) Techniques de l Ingénieur J

6 FRMULATI DES DÉTERGETS Solution détergente Agitation θ' θ' θ' θ' Air θ (H) Fibre textile (F) 0 < θ < 90 (a) (b) θ' Agitation θ' (a) tensioactif peu e cace (θ' < 90,
détachement partiel) (b) en présence de tensioactif (θ' > 90, détachement complet) Figure 3 Enlèvement de salissures grasses (H) par le mécanisme du «rolling-up» des
groupements polaires (par exemple hydroxyles ou carboxyles), celles-ci sont en général localisées dans la partie hydrophile de la micelle. La solubilisation peut impliquer l
absorption directe de la salissure dans les micelles mais aussi à l intérieur de structures plus complexes telles que des microémulsions ou des cristaux liquides lyotropes,
notamment des phases lamellaires. En résumé, pour obtenir une bonne détergence, il est nécessaire non seulement d abaisser les tensions interfaciales (mécanisme du
«rolling-up»), mais il faut aussi augmenter la concentration des tensioactifs pour former des micelles en nombre su sant pour solubiliser les salissures grasses présentes

docplayer.fr/8546325-Formulation-des-detergents.html 3/23
31/08/2019 Formulation des détergents - PDF
dans le bain de lavage Enlèvement des salissures particulaires Théories thermodynamique et électrique Les phénomènes d adhésion et de décollement des salissures
particulaires sont basés non seulement sur la théorie d adsorption, comme pour les salissures grasses, mais aussi sur la théorie électrique de Derjaguin Landau Verwey et
verbeek (DLV) [11] [12]. À faible distance, une surface plane (F) et une particule (P) sont soumises à des forces d attraction de type Van der Waals et des forces de répulsion,
de nature électrostatique. Si l on reporte l énergie potentielle du système en fonction de la distance, on constate qu il y a un maximum correspondant à la barrière de
potentiel à franchir pour séparer la particule de la bre textile et un minimum correspondant à la distance minimale d approche entre la particule et la bre textile. Ainsi,
les salissures particulaires seront plus facilement éliminées si la barrière de potentiel est faible et à l inverse, une particule dispersée dans le bain lessiviel sera moins
susceptible de se redéposer sur la bre si la barrière de potentiel est élevée Mécanisme Dans le bain lessiviel, la surface des textiles est chargée négativement en raison de
l adsorption des ions H et des tensioactifs anioniques. n peut considérer qu il en est de même pour les salissures particulaires. La présence de ces charges engendre une
répulsion électrostatique ( gure 4). est une des raisons pour laquelle notamment la simple introduction d agent alcalin permet d augmenter les performances de lavage.
ependant, les seules forces répulsives entre la salissure et la bre ne su sent pas pour obtenir une détergence e cace à ph élevé. L e et de la charge électrique est donc
essentiellement dû à la présence des tensioactifs anioniques. À cet e et électrostatique, s ajoute une pression de disjonction dans la couche adsorbée qui supporte le
processus de décollement de la particule. (Air) (Air) (D) (P) (P) δ (P) Fibre textile (F) Fibre textile (F) Fibre textile (F) Figure 4 Mécanisme de décollement des salissures
particulaires J Techniques de l Ingénieur

7 FRMULATI DES DÉTERGETS 1.3 Principaux ingrédients Les détergents sont des formulations complexes pouvant contenir plus de 25 ingrédients di érents. eux-ci
peuvent se répartir selon quatre catégories principales : les tensioactifs, les agents anticalcaires ou «builders», les agents de blanchiment et les auxiliaires ou additifs
Tensioactifs Le lecteur se reportera aux références bibliographiques [1] [4] et [13]. Le processus de lavage commence par une étape de mouillage et de pénétration du
tissu sali par la solution détergente. L eau a une tension de surface très élevée (72 m/m) et le mouillage a lieu rapidement et e cacement si la tension de surface est
réduite d environ 30 m/m. Les tensioactifs sont donc des composants clés des détergents. Ils assurent le décollement des salissures et leur maintien en suspension dans le
bain lessiviel. Pour qu un tensioactif soit considéré comme un bon détergent, il doit : être un bon agent mouillant ; être capable de déplacer les salissures dans le bain
lessiviel ; avoir une bonne solubilité ; être un bon agent solubilisant ; jouer le rôle d agent anti-redéposition ; être peu ou pas sensible à la dureté de l eau ; avoir de bonnes
propriétés dispersantes. Le choix du tensioactif en détergence dépend également d un grand nombre de facteurs externes tels que la température de lavage, le type de
textile ou encore la forme du produit. ependant, les deux paramètres essentiels pour obtenir une détergence optimale sont la solubilité du tensioactif et sa concentration
micellaire critique. éanmoins, il n existe pas de tensioactif universel capable d éliminer n importe quel type de salissure sur n importe quel tissu. est la raison pour laquelle,
en Europe par exemple, on utilise généralement des combinaisons de tensioactifs anioniques et de tensioactifs non ioniques Tensioactifs anioniques Les tensioactifs
anioniques constituent un des principaux ingrédients d un détergent. Les carboxylates de sodium d acides gras ( ), ou savons, sont les plus «anciens» tensioactifs
anioniques utilisés en détergence. Ils sont le plus souvent d origine naturelle et sont obtenus soit par hydrolyse pour obtenir des acides gras que l on neutralise ensuite,
soit par saponi cation directe des graisses animales ou végétales. e sont d excellents détergents mais, en raison de leur sensibilité à la dureté de l eau, ils ont été
progressivement remplacés par des tensioactifs «synthétiques». Les premiers véritables substituts des savons furent les sulfates d alcools gras, découverts en 1928 par
Bertsch et al. [1]. Aujourd hui, les savons ne sont plus utilisés en Europe que comme agents antimousses. éanmoins, ils restent le «détergent» de choix dans les pays en
voie de développement. Les tensioactifs anioniques utilisés en détergence sont, pour une large part, des alkylbenzène sulfonates de sodium linéaires (LAS) comportant
une chaîne carbonée en d origine pétrochimique (dodécylbenzène sulfonate de sodium). En terme de volume, ce sont les tensioactifs les plus importants dans les
détergents en poudre. Les LAS présentent d excellents pouvoirs détergents, mouillants et moussants. En raison de leur solubilité élevée, ils sont fréquemment introduits
dans les détergents liquides et sont particulièrement e caces vis-à-vis des salissures polaires et particulaires Tensioactifs non ioniques Les tensioactifs non ioniques les
plus couramment rencontrés dans les détergents sont des alcools gras éthoxylés AGE comportant des chaînes grasses d origine pétrolière ou végétale ( ) et un nombre de
motifs oxydes d éthylène variant de 5 à 9. Selon le nombre d oxydes d éthylène, ces tensioactifs présentent d excellentes propriétés détergentes et de bons pouvoirs
mouillant ou émulsi ant. Les alcools gras éthoxylés sont particulièrement bien adaptés à l élimination des salissures grasses dès lors que la température de lavage est
supérieure à leur point de trouble [8]. Tandis que les tensioactifs anioniques jouent un rôle dans le décollement de la salissure de la bre textile, les tensioactifs non
ioniques vont plutôt aider à stabiliser les micelles et réduire la redéposition de la salissure sur le tissu. Les phénomènes d adsorption des tensioactifs non ioniques s
expliquent sur la base des interactions hydrophobes, parfois associées à des e ets stériques Tendances La production mondiale des alkylbenzène sulfonates de sodium
linéaires est en légère augmentation même si, en Europe, on observe une légère baisse de leur consommation. Par ailleurs, les sulfates d alcool gras naturels (PAS),
biodégradables et renouvelables, gagnent peu à peu du terrain malgré un prix encore relativement élevé. Il est à noter que les fabricants de tensioactifs orientent
également leurs investigations vers de nouvelles sources de matières premières telles que le charbon ou le gaz naturel pour la production d alcools gras (Ficher Tropsch).
D autres molécules, telles que les α-sulfo méthyl esters ou méthyl ester sulfonates de sodium (MES), commencent à concurrencer les LAS. es tensioactifs sont
biodégradables et obtenus à partir de triglycérides exclusivement d origine animale ou végétale. Les meilleures performances en détergence sont obtenues pour des
chaînes grasses comportant atomes de carbones. Les MES présentent toutefois une certaine fragilité chimique en milieu agressif. Plus chers que les LAS, ils sont
cependant très utilisés en Asie, notamment au Japon, à la fois dans les détergents liquides et les détergents en poudre. En ce qui concerne les tensioactifs non ioniques, les
plus utilisés restent encore les alcools gras éthoxylés même si, en Europe, la tendance est à la stagnation. À terme, les performances en détergence de ces tensioactifs
pourront être améliorées par l utilisation d alcools éthoxylés présentant une distribution beaucoup plus étroite du nombre d oxydes éthylène (narrow range). Les
recherches se poursuivent également vers des molécules entièrement biodégradables telles que les alkyl polyglycosides (APG) qui, combinés à des tensioactifs anioniques
adéquats, permettent d obtenir une bonne détergence des taches huileuses. Sur la gure 5 sont donnés les principaux tensioactifs utilisés en détergence Agents
anticalcaires ou «builders» Le lecteur se reportera aux références bibliographiques [28] et [29]. Les agents anticalcaires ou «builders» jouent un rôle important au cours du
processus de lavage. En e et, les ions a 2+ et Mg 2+, provenant des eaux dures, forment des sels de calcium insolubles avec le carbonate et avec certains ingrédients
présents dans le détergent. Ils se combinent notamment avec les tensioactifs anioniques et réduisent les répulsions électrostatiques entre les salissures en suspension et
la surface des bres. Par ailleurs, un taux élevé de calcium dans l eau empêche l élimination des salissures particulaires. En n, les traces d autres ions (Fe 2+, u 2+, Mn 2+ )
dans l eau catalysent la décomposition des agents de blanchiment pendant le processus de lavage. En conséquence, les précipités de calcium constituent l une des causes
de la rêcheur des textiles après lavage Techniques de l Ingénieur J

8 FRMULATI DES DÉTERGETS (H 2 ) x H 3 a 3 S H (H (H 2 ) y H 3 2 ) x (H 2 H 2 3 ) y H x + y = 6 à 10 x = 9 à 15, y = 5 à 9 alkyl benzène sulfonate de sodium (LAS) alcools gras
éthoxylés (AGE) H 3 (H 2 ) x H H 3 S 3 a H 2 H H H n R x = 11 à 15 méthyl ester sulfonates de sodium (MES) n = 1 à 2 R = 12 à 18 alkyl polyglycosides (APG) Figure 5
Principaux tensioactifs utilisés en détergence tandis que la «co-précipitation» des sels de calcium et des salissures provoque le grisaillement. Il est donc nécessaire d
introduire dans les formulations des agents anticalcaires qui vont adoucir l eau soit en complexant ces ions, c est le rôle des phosphates, soit en échangeant ces ions avec
les ions a +, c est le rôle des zéolites. Dans les formulations de lessives pour le linge, leur taux peut varier entre 10 à 30 % Polyphosphates ertaines formules détergentes
contiennent des polyphosphates de sodium, principalement du tripolyphosphate P (TPP), depuis la commercialisation, en 1952, de la lessive M (Lever). e sont des agents
complexants ou séquestrants qui adoucissent les eaux dures en formant avec les ions a 2+ et Mg 2+, des complexes stables et solubles dans le bain lessiviel, évitant ainsi
les dépôts de calcaire sur le linge et dans les machines. Ils constituent également une réserve d alcalinité en permettant de maintenir le ph vers 9,5-10, valeur optimale
pour une détergence e cace évitant la détérioration des bres et permettant la sali cation des acides gras libres. En n, grâce à leur structure polyanionique, ils jouent le
rôle d agent antiredéposition en maintenant en dispersion les salissures dans le bain lessiviel par un processus de répulsion électrostatique. Ainsi, les polyphosphates
cumulent plusieurs fonctions importantes dans le mécanisme de détergence en intervenant en synergie avec les tensioactifs. ependant, en dépit de nombreux avantages,
les polyphosphates sont l objet, depuis plusieurs années, de controverses entre les industriels et les autorités, notamment en Europe, aux États-Unis et au Japon. Ils
contribueraient en e et au phénomène d eutrophisation des eaux de rivière conduisant à une prolifération d algues qui conduit à une «asphyxie» des eaux (diminution de
la concentration en oxygène) et a ecte les organismes marins. Dans certains pays comme l Allemagne, ils ont été interdits et des produits de substitution ont dû leur être
trouvés. Aujourd hui, le citrate de sodium, par exemple, qui est un «builder» biodégradable, est utilisé dans certaines formules détergentes Zéolites Le lecteur se reportera
aux références bibliographiques [30] [31] [32] [33] [34] [35]. Les zéolites sont des alumino-silicates de sodium de formule générale x a 2 Al 2 3 y Si 2 z H 2 (zéolite de type A
commercialisée sous le nom de «Sasil» pour sodium aluminum silicate). L utilisation de ces échangeurs d ions dans certains produits détergents, et notamment dans les
lessives pour le linge, s est considérablement accrue pour des raisons environnementales. La première lessive à base de zéolites en remplacement des phosphates a été
commercialisée en 1989 par la société Henkel (lessive «Le hat»). Les zéolites sont précisément des échangeurs de cations, principalement des ions a 2+ présents dans l eau
de lavage. ontrairement aux phosphates, les zéolites sont insolubles, quel que soit le ph. De plus, seules, elles n atteignent pas la même e cacité que les phosphates et
doivent être associées à des agents dispersants et alcalins. La capacité d échange des ions a + contenus dans la zéolite est fonction de la dimension des ions à échanger et
de leur état d hydratation, de leur concentration, de la température, du ph et de la durée de contact. Les ions a 2+, par exemple, sont échangés très rapidement tandis que
les ions Mg 2+ le sont un peu moins vite. Mais ce qui conditionne surtout la vitesse d échange, ce sont la dimension des cavités et la morphologie des cristaux. Aujourd hui,
l Europe se divise entre pays «TPP» et pays «zéolite». En Espagne, par exemple, les formules de détergents contiennent exclusivement des polyphosphates tandis qu en
Hollande ou en Allemagne, ceux-ci sont interdits et remplacés par les zéolites. Dans certains pays comme la France, les deux coexistent. L inconvénient majeur des zéolites
est que, étant insolubles, elles s accumulent dans les rivières et les lacs et accroissent le volume des boues à traiter dans les stations d épuration. Dans les détergents
modernes, les zéolites sont combinées à des agents complexants hydrosolubles ou à des polycarboxylates qui permettent la dispersion des particules insolubles. La gure
6 montre qu à partir des années 1970, la proportion de brevets relative aux phosphates dans les détergents a commencé à diminuer régulièrement tandis que le nombre

docplayer.fr/8546325-Formulation-des-detergents.html 4/23
31/08/2019 Formulation des détergents - PDF
de brevets concernant les zéolites a augmenté brutalement jusqu aux années 1985, subissant ensuite eux-mêmes une légère baisse. Un autre substitut plus acceptable
sur le plan écologique, le citrate de a, continue à voir sa part progresser régulièrement, ainsi que, dans une moindre mesure, le nitrilotriacétate de sodium (TA) Tendances
Dans les pays en voie de développement, les phosphates seront encore utilisés pendant plusieurs décennies en raison de leurs performances élevées (multifonctionnalité)
et leur faible coût. Pour les zéolites, on peut prévoir une quasi stabilité, voire même une régression de leur utilisation car il subsiste encore aujourd hui de nombreuses
questions sur leurs réels avantages en tant que substitut du phosphate. J Techniques de l Ingénieur

9 FRMULATI DES DÉTERGETS % de Brevets Phosphates Zeolithes Figure 6 Évolution du nombre de brevets sur les anticalcaires dans les détergents Le nitrilotriacétate de
sodium (TA) est un excellent agent complexant susceptible de remplacer les phosphates. De même, de nombreux acides organiques constitués de plusieurs fonctions
carboxyles et hydroxyles sont des substituts possibles aux phosphates. ependant, leur utilisation reste encore limitée en raison de leur coût et de leur e cacité réduite
due au manque de stabilité des complexes de calcium et de magnésium formés. Le plus courant de ces composés est le citrate de sodium. Par ailleurs, des silicates
lamellaires, composés déjà utilisés dans certains produits, devraient se développer de manière importante dans les prochaines années. omme les phosphates, ils sont
solubles et apportent de l alcalinité. En n, la société Henkel a mis récemment sur le marché un système anticalcaire composé d un mélange de carbonate et de
polyacrylate de sodium de faible masse moléculaire. es derniers empêchent la croissance et la déposition des précipités colloïdaux de carbonates de calcium et de
magnésium qui sont alors maintenus en suspension dans le bain. Sur la gure 7 sont donnés les principaux «builders» utilisés en détergence Agents de blanchiment Le
lecteur se reportera aux références bibliographiques [1], [4] et [27] Précurseurs d eau oxygénée itrate de a TA Date de Parution ertaines taches colorées ou salissures
maigres ne peuvent être enlevées du tissu par des mécanismes physiques (rolling-up, solubilisation micellaire...). Il faut alors recourir à un processus chimique faisant
intervenir des agents de blanchiment capables de décolorer irréversiblement les systèmes colorés par une réaction chimique, le plus souvent une oxydation. e processus
implique donc la destruction ou la modi cation des groupements chromophores responsables de l absorption dans le visible. Aujourd hui, les agents de blanchiment les
plus utilisés sont des composés capables de libérer in situ des formes activées de l oxygène, notamment l eau oxygénée, H 2 2. ette molécule est un acide faible dont le pk
a est égal à 11,6. on dissociée, l eau oxygénée est relativement stable. Par contre, la réaction de dissociation conduit à la formation de l anion perhydroxyle, H, espèce
reconnue comme étant l oxydant e cace responsable du blanchiment. Pour des raisons de stabilité, l eau oxygénée ne peut être introduite directement dans les
formulations de détergents. n a donc recours à des précurseurs d eau oxygénée qui sont classiquement des peroxydes inorganiques ou des peroxohydrates. Le plus
courant est le perborate de sodium (ou peroxoborate tétrahydraté ab 3 4 H 2 ) qui, sous sa forme cristalline, contient l anion peroxodiborate [B 2 ( 2 ) 2 (H) 4 ] 2. e composé
a été incorporé dans les lessives en poudre, en Europe, en 1907 et depuis, son utilisation n a cessé de croître. H H B H B H Le perborate de sodium est un persel vrai
(constitué de groupements peroxydes reliant deux atomes de bore et non de molécules d eau oxygénée de cristallisation) qui se présente sous deux formes :
tétrahydratée ab 3 4 H 2 ou monohydratée ab 3 H 2. ontrairement à ce que son nom indique, le perborate de sodium monohydrate ne contient pas d eau de cristallisation.
Il présente par ailleurs une plus grande stabilité au stockage. Par dissolution dans l eau, ces composés s hydrolysent en eau oxygénée et en métaborate de sodium
[équation (3)]. L anion perhydroxyle H est ensuite généré dans le milieu par déprotonation de H 2 2 en milieu alcalin [équation (4)] : Le percarbonate de sodium, 2 a H 2 2,
qui lui est un vrai peroxohydrate, est également utilisé comme précurseur d eau oxygénée notamment dans les poudres concentrées. Il présente quelques avantages :
bonne dissolution, taux d oxygène actif élevé, source d alcalinité et sans risque pour l environnement. Il a gagné de l importance dans les pays où l utilisation du bore est
soit interdite, soit restreinte pour des raisons environnementales et remplace donc peu à peu le perborate. Il présente cependant une faible stabilité dans une poudre
conventionnelle contenant des zéolites, problème aujourd hui contourné par un traitement de surface du percarbonate Activateurs d eau oxygénée ab 3. 4 H 2 eau H H Le
perborate de sodium, précurseur d eau oxygénée, est un bon agent de blanchiment mais il n est e cace qu à des températures supérieures à 60. r, la tendance actuelle
est à la réduction de la consommation d énergie, ce qui se traduit par des lavages à plus basse température. Pour contourner ce problème, le perborate de sodium est
utilisé en combinaison avec un activateur c est-à-dire un composé capable de réagir avec les ions perhydroxyles H conduisant, in situ, par perhydrolyse, à la formation d un
peracide, agent de blanchiment plus e cace à basse température. L activateur le plus connu et le plus utilisé (dans plus de 50 % des détergents d Europe de l uest) est le
tétraacétyléthylènediamine ou TAED, introduit pour la première fois par Lever France en a +. 6 H 2 ab 2 + H H 2 H + H 2 (3) (4) Techniques de l Ingénieur J

10 FRMULATI DES DÉTERGETS H 2 a a P P P a a a a tripolyphosphate de sodium H 2 a H 2 a nitrilotriacétate de sodium a a H 2 H 2 a H citrate de sodium xa 2.Al 2 3.ySi
2.zH 2 alumino silicate de sodium (zéolite A) Piégeage des ions a 2+ par complexation : P P P 5 5 a + a 2+ P P P 3 3 a + + 2a + Piégeage des ions a 2+ par échange d'ions : a 2
+ Si Al a a 2+ Si Al a a + Al Si Al Si Figure 7 Principaux «builders» utilisés en détergence dans la lessive Skip. La réaction de perhydrolyse du TAED conduit à la formation d
acide peracétique [équation (5)] : H 3 H 3 H 3 H H 3 H 2 H H 2 2 H 3 H 3 H 2 H 2 + 2H 3 H DAED TAED ertains activateurs réagissent avec les ions perhydroxyles pour donner
des peracides plus hydrophobes que l acide peracétique qui H acide peracétique (5) s adsorbent plus facilement aux interfaces améliorant ainsi les performances de
lavage sur les taches plus lipophiles. Le nonanoyloxybenzène sulfonate de sodium (SBS) est un activateur de perborate de sodium conduisant à la formation d acide
pernonanoïque par réaction de perhydrolyse avec les ions H. Son inconvénient majeur est la réaction secondaire entre l anion peracide formé et l activateur qui produit un
peroxyde de diacyle pouvant provoquer des dommages sur le textile via des réactions radicalaires incontrôlées. Le SBS est néanmoins utilisé par Procter&Gamble aux
États-Unis et au Japon où les concentrations de détergents et les températures de lavage sont plus basses qu en Europe. 8 H 17 S 3 a p-nonanoyl-oxybenzène sulfonate de
sodium SBS Tendances Les pressions écologiques visant à réduire les quantités de borate rejetées dans les eaux usées se font de plus en plus fortes et tendent à réduire l
utilisation du système perborate de sodium/taed. En con- J Techniques de l Ingénieur

11 FRMULATI DES DÉTERGETS séquence, le système de substitution, percarbonate de sodium/taed, devrait encore être utilisé pendant plusieurs années. La tendance à
opérer à basse température va s accentuer dans les décennies à venir, nécessitant l utilisation d actifs (peracides, activateurs...) encore plus e caces. Les recherches
actuelles s orientent notamment vers le développement de nouveaux catalyseurs capables d exalter les performances des agents de blanchiment à basse température (10
à 30 au lieu de 40 à 60 ). À titre d exemple, les complexes du manganèse dérivés du 1,4,7-triméthyl-1,4,7-triazacyclonanone sont d excellents catalyseurs de blanchiment
fonctionnant dès la température ambiante. Malheureusement, dans certaines conditions, ces composés endommagent les colorants et les bres textiles et ont donc été
retirés du marché européen en Enzymes Mn Le lecteur se reportera aux références bibliographiques [36] [37] [38] et [39]. ertaines taches d origine biologique ne peuvent
être éliminées ni par l action des tensioactifs ni par l action des agents de blanchiment. Pour les enlever, il faut recourir à un processus biochimique obtenu en introduisant
dans les détergents des enzymes. e sont des biocatalyseurs puissants, d origines animale ou végétale, produits par des cellules d organismes vivants et capables de
dégrader rapidement et à basse température les salissures de nature biologique. Aujourd hui, l utilisation des enzymes dans les produits lessiviels ménagers s est
généralisée. Elles contribuent à diminuer le temps de lavage, l énergie et la consommation d eau en abaissant les températures de lavage et fournissent des e uents
«verts» Protéases, lipases, amylases et cellulases Les protéases sont les enzymes les plus largement utilisées et sont considérées comme «l ancêtre» des enzymes dans les
formulations de lessive. Les premières lessives «biologiques» en poudre à base de protéases ont été commercialisées en Suisse en 1959 par la société Gebr. Schnyder.
Aujourd hui, quasiment tous les détergents produits en Europe, en Amérique du ord, au Japon contiennent des enzymes. Les protéases (enzymes protéolytiques), qui sont
très résistantes aux milieux alcalins et qui présentent une bonne stabilité en température, attaquent les taches protéiniques telles que le sang, l œuf, le lait, l herbe... Elles
peuvent être obtenues à partir de di érentes sources (animale, végétale...) mais le plus souvent, elles sont d origine microbienne. Les protéases catalysent le clivage
hydrolytique des chaînes peptidiques [équation (6)] : Mn 2+ (PF 6 ) 2,H 2 hexa uorophosphate de 1,4,7-triméthyl-1,4,7-triazacyclononane (MeTA) R 1 R 2 H H H H protéase +
H 2 R 1 H H Aujourd hui, les lessives pour le linge peuvent contenir plusieurs types d enzymes. n rencontre également les lipases (enzymes lipolytiques), introduites en
1988, qui agissent sur les graisses ou les lipides en catalysant l hydrolyse des triglycérides insolubles (sébum, produits cosmétiques...), les amylases (enzymes
amylolytiques), utilisées depuis 1973, qui scindent les liaisons α-1,4 des molécules d amidon rencontrées dans les pâtes ou les pommes de terre et en n, les cellulases
(enzymes celullolytiques) (1986) qui dégradent, par hydrolyse des liaisons glycosidiques, la cellulose des micro brilles du coton apparaissant au fur et à mesure des
lavages et provoquant la formation de «bouloches» qui emprisonnent les salissures particulaires et provoquent la rêcheur du linge. Pour être utilisables dans un
détergent, les enzymes doivent : avoir une e cacité optimale en milieu alcalin ; être e caces à basses températures ; être stables à des températures de lavage pouvant
atteindre 60 ; être stables en présence des autres ingrédients de la formule (tensioactifs, «builders», agents de blanchiment...) pendant le stockage et l utilisation ; avoir un
spectre d activité su samment large pour permettre la dégradation d un grand nombre de salissures (protéines, triglycérides...) Tendances Les enzymes représentent
certainement les véritables ingrédients de l avenir. Elles sont manipulables sans risque lorsque toutes les précautions sont prises. Elles sont e caces à des taux
extrêmement faibles, ce qui est particulièrement intéressant pour les produits concentrés. Elles sont attractives d un point de vue environnemental puisqu elles dérivent
de sources renouvelables. Les recherches sur les biotechnologies (génie génétique) ont contribué à améliorer leur stabilité et leur spéci cité et devraient permettre de
«fabriquer» des enzymes «sur mesure» présentant les caractéristiques désirées, par exemple : des enzymes e caces dans des conditions di ciles : températures plus
basses, niveau de ph plus ou moins élevé selon le cas, durée d action réduite, taux de tensioactifs réduits ; des enzymes e caces sur des taches bien précises (comme des
taches oxydables qui sont éliminées aujourd hui par des agents de blanchiment) : les hydrolases, les oxydases, les peroxydases, les pectases... La mise au point d enzymes
capables de remplacer les agents de blanchiment constitue un dé scienti que redoutable qui, s il était relevé, conduirait à une véritable révolution dans le domaine de la
formulation des détergents Polymères Le lecteur se reportera aux références [40] et [41]. Les tensioactifs décollent les salissures des articles textiles et les maintiennent en
suspension dans le bain lessiviel. éanmoins, ils ne permettent pas d éviter complètement le phénomène de redéposition de la salissure sur le linge. Les surfaces des bres
synthétiques, par exemple, sont neutres. Il faut donc que la surface de cette bre possède une charge, empêchant, par un phénomène de répulsion électrostatique, la

docplayer.fr/8546325-Formulation-des-detergents.html 5/23
31/08/2019 Formulation des détergents - PDF
redéposition des salissures, qui ont en général, dans le bain de lavage, une charge négative. est pourquoi les formulations de détergents contiennent des additifs appelés
«inhibiteurs de redéposition» qui sont des polymères hydrophiles chargés présentant des propriétés «antiredéposition». + H 3 + R 2 H (6) arboxyméthyl cellulose de
sodium (M) L agent antiredéposition le plus ancien et classiquement utilisé est la carboxyméthyl cellulose de sodium (M). Techniques de l Ingénieur J

12 FRMULATI DES DÉTERGETS H H a + H a + H H H a + carboxylméthyl cellulose (M) ou gomme de cellulose e polymère, dérivé de la cellulose et de masse moléculaire de
à , s adsorbe à la surface des bres de coton et leur confère une charge négative. Il est e cace vis-à-vis des bres à base de cellulose tels que le coton ou les mélanges
coton/ bres synthétiques. Il améliore les propriétés «antiredéposition» par deux processus : en modi ant la charge électrique des particules en suspension par adsorption
à l interface solide/liquide ; en modi ant les propriétés électriques et stériques de la surface de la bre par adsorption sur le tissu. En e et, en raison de la présence des
charges négatives de la M (groupement carboxylate), la valeur absolue du potentiel Zêta est augmentée, la barrière de potentiel empêchant le rapprochement de la
salissure et de la bre chargées devient plus élevée et évite ainsi la redéposition. De plus, les groupements ioniques augmentent le degré d hydratation de la bre qui
renforce encore l énergie de répulsion par l apparition d une barrière stérique Homo- et copolymères d acides acrylique/maléique D autres polymères, tels que les homo-
et copolymères d acide acrylique/maléique, peuvent également jouer le rôle d agents antiredéposition ou d agents complexants. Les «builders» macromoléculaires dérivés
de l acide acrylique représentent plus de 90 % de l ensemble des polymères utilisés dans les détergents. Dans les formules à base de zéolites, on utilise en général des
homopolymères d acide acrylique. En revanche, il semblerait que l utilisation de copolymères acide acrylique/acide maléique donne de meilleurs résultats avec les
formules à base de phosphate. H 2 H H 2 H 2 H H n acide polyacrylique Dans une formule sans phosphate, l incorporation d environ 3 % de tels polymères permet d éviter
l incrustation, la redéposition des salissures et d augmenter en même temps le pouvoir détergent de la formule. Leur mécanisme d action n est pas encore parfaitement
élucidé mais il semblerait que, par leur adsorption : ils contrôlent la cristallisation et inhibent la croissance des précipités de carbonate de calcium ; ils augmentent les
charges négatives sur les salissures particulaires, ce qui se traduit par une répulsion entre les particules, évitant ainsi leur oculation puis leur redéposition sur le linge. es
polymères hydrophiles sont utilisés comme co-builders pour réduire les quantités d agents anticalcaires dans les formulations Polymères «soil release» et polymères
«antitransfert de couleurs» Le développement de plus en plus important des bres synthétiques, notamment le polyester, s est accompagné d un nouveau problème de
redéposition. En e et, la bre de polyester, par son caractère hydrophobe, possède une tension interfaciale avec l eau plus grande que celle du coton entraînant ainsi une
redéposition des acide polyéthylène/maléique n salissures plus importante. La solution apportée pour éviter ce problème a été l introduction dans les formules de
composés capables de réduire cette énergie interfaciale en s adsorbant sur la bre de polyester. À titre d exemple, citons les éthers cellulosiques tels que la
méthylhydroxypropylcellulose ou l éthylhydroxyéthylcellulose. Grâce à l adsorption de ces dérivés éthers cellulosiques sur les bres polyester, d autres propriétés
intéressantes sont obtenues : une élimination plus facile des salissures au lavage suivant (e et «soil release») ; une mouillabilité plus grande des bres ; un e et
antistatique. L incorporation de ces polymères polyacryliques ou des copolymères acrylique/maléique dans les formules de détergents permet donc d obtenir de
meilleures performances. D autres polymères introduits dans les formules jouent le rôle d agent antitransfert de couleurs. La poly(-vinylpyrrolidone) (PVP) et la
poly(vinylpyridine -oxyde) (PVP), par exemple, sont fréquemment utilisées dans les produits de lavage des articles en couleur. es inhibiteurs du transfert de couleur
forment des complexes avec les molécules de colorants qui se détachent des articles textiles colorés ; ces complexes sont maintenus en suspension dans l eau de lavage.
Ainsi, ils empêchent leur réadsorption ou leur redéposition sur d autres articles, notamment les articles blancs Tendances Les recherches actuelles s orientent
essentiellement vers le développement de nouveaux polymères, dérivés de polyesters, de polyamides ou de l oxydation de l amidon, biodégradables et renouvelables. Par
ailleurs, on constate également une intense activité dans la recherche de polymères hydrophiles possédant d autres fonctions d usage (antitransfert de couleurs,
antiredéposition des salissures, aide de déposition d agents adoucissants, xateurs de parfum...) ainsi que des polymères pouvant remplacer les tensioactifs. En attendant
ces nouvelles molécules, les actuels homopolymères d acides polycarboxyliques et copolymères d acides acrylique/ maléique continueront à être utilisés pendant
quelques temps Agents alcalins H H 2 polyvinylpyrrolidone PVP n = 300 à 360 ertaines salissures grasses d origine animale ou végétale peuvent être éliminées par une
réaction de saponi cation. En e et, les n J Techniques de l Ingénieur

13 FRMULATI DES DÉTERGETS triglycérides se convertissent, en milieu basique (ph > 10), en savons de sodium solubles dans le bain lessiviel [équation (7)] : R 1 R 2 R H ph
> 10 θ > 40 Ainsi, des agents alcalins tels que le carbonate de sodium, a 2 3, sont généralement introduits dans les formulations de détergents. n rencontre également des
silicates de sodium qui ont en plus un rôle d inhibiteur de corrosion. En n, les polyphosphates, le perborate ou le percarbonate de sodium décrits précédemment jouent
également le rôle d agents alcalins Agents antimousses Le lecteur se reportera aux références [J 2 205] réf. [42] et [43]. Alors que la mousse, due en particulier à la
présence de tensioactifs anioniques dans la formule, est synonyme d e cacité pour les détergents à base de savons, encore largement utilisés dans les pays en voie de
développement, elle est gênante dans les détergents pour machines à laver à tambour utilisées notamment en Europe. Il a été montré que l addition de composés non
ioniques à des composés anioniques diminue considérablement la mousse. ependant, ce système binaire a un pouvoir moussant encore trop élevé pour être utilisé dans
les machines à laver. Pour obtenir un produit non moussant, on ajoute alors à la formule quelques pourcents de savons. es derniers, en présence du calcaire de l eau de
lavage, forment des particules de savons de calcium insolubles, plus ou moins hydrophobes. es particules vont se loger dans le lm de la mousse qui devient hétérogène.
La partie du lm en contact avec la particule hydrophobe s amincit, il se crée un trou à cet endroit et la bulle est détruite par éclatement. Les systèmes ternaires
anionique/non ionique/savon ont été utilisés par la plupart des fabricants de détergents pendant plusieurs années pour des produits non moussants destinés aux
machines à laver à tambour (en Europe). Les savons les plus e caces sont ceux ayant une longue chaîne carbonée saturée 18 à 22. Leur e cacité est classée dans l ordre
décroissant suivant : savon de baleine ( 22 ) > savon de colza ( 18 ) > stéarate ( 18 ) > savon de suif ( 18 ) > savon de coprah ( 12 ). À l heure actuelle, certaines formules
contiennent encore du savon. es formules présentent quelques inconvénients : manque d e cacité en eau douce (il n y a pas de formation de savon de calcaire) ;
nécessité d utiliser des agents complexants de faible constante de stabilité de manière à maintenir une concentration en ions calcium su samment élevée ; problème de
prise en masse (géli cation) dans les distributeurs de poudre des machines, surtout lorsque l eau est froide ou quand sa pression est faible. Par ailleurs, il a été montré
que des mélanges spéci ques silice/ silicone ou des systèmes à base d huile de para ne peuvent remplacer avantageusement les savons, indépendamment de la dureté
de l eau ou de la nature du système tensioactif/builder utilisé. Ainsi, de nombreux détergents en Europe contiennent aujourd hui des huiles de silicone (notamment des
polydiméthylsiloxanes) et/ou des para nes comme agents antimousses. es composés organiques agissent selon un mécanisme de «di usion» ( gure 8). La gouttelette
hydrophobe d antimousse migre vers la surface du lm de la mousse. Après avoir pénétré dans H H H + R 1 R 2 R 3 (7) l interface air/eau, la goutte d huile s étale,
entraînant ainsi avec elle le liquide sous-jacent, ce qui a pour conséquence une diminution de la viscosité interfaciale, un écoulement du liquide plus important, un
amincissement du lm et en n la rupture du lm liquide. Le phénomène d étalement résulte des ux créés par des gradients de tensions super cielles ( ux induits par
e et Marongoni). Ainsi, une valeur positive du coe cient d étalement S [équation (8)] est la condition nécessaire pour provoquer ce ux et avoir un agent antimousse
e cace qui puisse di user sur la solution moussante. est aussi la raison pour laquelle les huiles à faible tension super cielle sont en général plus e caces. S = γ E/A (γ H/A
+ γ H/E ) (8) avec γ E/A tension super cielle de la solution moussante, γ H/A tension super cielle de l antimousse, γ H/E tension interfaciale antimousse/solution
moussante. Les silicones ont en général une faible tension super cielle (de l ordre de 18 à 26 m/m). À titre d exemple, considérons une silicone dans une solution d
alkylbenzène sulfonate de sodium. Les tensions super cielles et interfaciales de la solution moussante, de l antimousse et de la solution moussante/antimousse sont
respectivement égales à γ E/A = 35 m/m, γ H/A = 21 m/m et γ H/E = 6 m/m. n calcule alors un coe cient d étalement S pour ce système qui est égal à γ E/A (γ H/A + γ H/E ) =
= 8. ette valeur est positive, c est pourquoi la silicone est un agent antimousse e cace pour une solution d alkylbenzène sulfonate de sodium. Mécanisme (a) Particule
solide sphérique hydrophobe Rupture du lm Démouillage Mécanisme (b) Globule huileux Étirement Rupture du lm Figure 8 Mécanismes de rupture de lm de mousse
par un antimousse Techniques de l Ingénieur J

14 FRMULATI DES DÉTERGETS Les résultats obtenus avec les silicones combinées avec des silices hydrophobées sont très satisfaisants. Ils présentent plusieurs avantages
: e cacité quelles que soient la dureté de l eau et la température de lavage ; amélioration du comportement de la poudre dans les distributeurs des machines à laver
(bonne dispersion de la poudre) ; coût compétitif (avec un moindre risque de rupture de stock ou de uctuation de prix), en comparaison avec les savons Azurants
optiques Après de nombreux lavages, un tissu blanc se charge en salissures qui absorbent préférentiellement la partie bleue du spectre. ela se traduit par un excès de
lumière jaune dans le spectre de ré ectance, conférant au tissu un aspect jaunâtre. ette nuance jaunâtre peut être corrigée en traitant le tissu à l aide d azurants optiques.
es composés sont des substances uorescentes, incolores, possédant la propriété d absorber la lumière située dans le proche UV émise par le soleil ou par certaines
sources lumineuses arti cielles. L état excité ainsi obtenu perd une partie de son énergie sous forme de chaleur et le reste par émission d un rayonnement lumineux bleu.
Par ce processus physique, on remplace donc la lumière bleue absorbée par le tissu jaunâtre par une uorescence bleue prélevée dans l UV. Les azurants optiques
confèrent donc au tissu un «blanc plus blanc que blanc». Bien qu il y ait dans la nature de nombreux composés uorescents, les caractéristiques requises pour un azurant
optique (coût, quantité, stabilité, nuance de teinte...) n ont pas permis de trouver de composés naturels satisfaisants. Les azurants optiques rencontrés dans les formules
de détergents sont donc des molécules de synthèse, en général, dérivés du stilbène. Les composés les plus utilisés dans les poudres détergentes sont des dérivés de l
acide 4, 4 -diaminostilbène-2, 2 -disulfonique. La nature des substituants R est très variée et permet d obtenir des propriétés particulières telles que la solubilité ou la
substantivité (adsorption de l azurant sur le tissu). H H Parfums H Les parfums ont été ajoutés aux détergents pour la première fois dans les années Dans un détergent, la
fonction première des parfums est de masquer l odeur de certains ingrédients pouvant générer des mauvaises odeurs (les LAS, les alcools gras éthoxylés, les tensioactifs
cationiques, les acides gras, certaines enzymes comme les lipases, le TAED, la PVP...). es mauvaises odeurs peuvent se manifester dans le produit lui-même ou sur les
substrats sur lesquels le produit détergent est appliqué. Depuis les années 1990, un autre rôle des parfums est d apporter une odeur agréable au linge, une odeur de frais.
La performance des parfums est étroitement liée à leur aptitude à se déposer sur le linge et à lui conférer une odeur agréable, c est ce qui dé nit la substantivité. Elle est

docplayer.fr/8546325-Formulation-des-detergents.html 6/23
31/08/2019 Formulation des détergents - PDF
également liée à la persistance de cette odeur, c est ce qui dé nit la ténacité. Pour être substantive, une molécule odorante doit se déposer sur le linge et avoir un seuil de
détection faible. Pour être tenace, elle doit être substantive et avoir une tension de vapeur faible de manière à être relâchée lentement. Il existe un compromis optimum
tension de vapeur/seuil de H S 3 a as 3 4,4'-bis-(4-anilino-6-morpholino-5-triazin-2-ylamino)-stilbène-2,2'-disulfonate de disodium (Tinopal DMS de iba-geigy, Blankophor
MBBH de Bayer ou ptiblanc 2M de Sigma) H H perception, qui fait que la molécule considérée peut continuer à générer su samment de molécules pour être perçue par
olfaction. Si la tension de vapeur est trop faible en regard du seuil de perception, la molécule se déposera bien sur le linge mais ne sera pas relâchée en quantité su sante
pour être odorante. Depuis les années 1980, de nombreux travaux ont été entrepris pour améliorer la performance des parfums dans les produits détergents. Des
techniques variées ont été brevetées soit pour éviter la perte de parfum lors du stockage des produits, soit pour favoriser sa déposition. Plus récemment, sont apparus
dans certains assouplisseurs des précurseurs de molécules odorantes qui favorisent la déposition de matières premières du parfum. es technologies nouvelles essaient de
corriger les imperfections du comportement des parfums (stabilité, perte des matières lors de l application). La grande di culté de la mise au point de telles techniques
vient du fait qu un parfum n est pas une simple matière première mais un mélange complexe «optimisé» qui ne doit pas être modi é. Adsorption sur des particules
poreuses ertains brevets revendiquent une amélioration de la performance des parfums par adsorption sur des minéraux tels les zéolites, la silice ou l argile. D autres
préconisent l utilisation de polymères organiques (généralement des polyméthacrylates pontés) qui sont insolubles dans l eau. De tels adsorbants existent dans le
commerce et l incorporation se fait par mélange du parfum avec l adsorbant. Les cyclodextrines Les cyclodextrines sont des polyglucoses cycliques formées de 6(α), 7(β),
8(γ) unités de glucose. Elles ont une structure en forme de cage susceptible de former des complexes avec les molécules de parfum. La partie interne de la cage est
hydrophobe alors que la partie externe est hydrophile en raison des nombreux groupements hydroxyles de la structure. es complexes sont déplacés en solution aqueuse
en présence de tensioactifs et en particulier de tensioactifs anioniques. La β-cyclodextrine est de loin celle qui est la plus utilisée. Elle a notamment été brevetée pour
limiter la perte des parfums dans les détergents. La microencapsulation La microencapsulation est une technique qui consiste à emprisonner le parfum dans une
microcapsule constituée d une membrane polymérique dans le but d augmenter sa stabilité en milieu agressif. Le parfum est alors libéré soit par di usion contrôlée à
travers la matrice dans laquelle il est incorporé soit par destruction de la capsule. Le type de protection obtenu par cette technique est extrêmement e cace. De plus, ces
microsphères peuvent contenir jusqu à 85 % de parfum. La technique de l encapsulation est couramment utilisée dans les poudres détergentes. Toutefois, son application
dans les liquides aqueux et, en particulier dans les détergents, reste limitée, du fait de problèmes de rétention des parfums dans les microcapsules au cours du stockage
de ces produits. Les précurseurs de parfum Les précurseurs de molécules parfumées ou «pro-parfums» sont des composés capables de libérer, lors de l application, une
molécule active par clivage d une liaison covalente. Les conditions d utilisation telles que la présence d oxygène, de lumière, d enzymes, de microorganismes, le
changement de ph, l hydrolyse ou la température peuvent déclencher la libération d une ou plusieurs molécules de parfum. est en 1995 que la société Firmenich
développa et en breveta un nouveau composé capable de se cliver sous l action des lipases en libérant une molécule parfumée, le géraniol [équation (9)]. e composé, le
succinate de digéranyle (DGS), fut le premier précurseur de parfum commercialisé et introduit dans une formule d adoucissant pour textiles, Lénor, par la société Procter
& Gamble. Le DGS possède une meilleure substantivité pour les textiles que le géraniol lui-même et se clive lentement par action des J Techniques de l Ingénieur

15 FRMULATI DES DÉTERGETS lipases lors des processus de rinçage et de séchage du linge libérant ainsi 2 molécules de géraniol. Idéalement, un précurseur de parfum
est un composé inodore, en raison de sa masse moléculaire élevée, de sa faible volatilité, qui augmente la substantivité du parfum et protège les fonctions fragiles de la
molécule de parfum. Les précurseurs peuvent dériver de di érentes familles chimiques dès lors qu ils possèdent une fonction capable de se cliver sous l action d un
«déclencheur» permettant de libérer un ou plusieurs parfums. Ainsi, on trouvera des précurseurs dérivés d éthers, de cétones et d esters. 1.4 Formes de produits Poudres
Poudres traditionnelles Les poudres «classiques» ou «traditionnelles» ou encore «conventionnelles» représentent aujourd hui plus de 60 % de la production mondiale des
lessives avec de très gros écarts entre les pays. Les principales caractéristiques de ces poudres conventionnelles résident dans le taux en agents d appoint (additifs de
procédés, charges) qui n ont que peu d in uence sur la performance du produit. Les densités des lessives en poudre peuvent varier du simple au triple : de 200 g/l (dans
certains pays en voie de développement) à 700 g/l (en France par exemple). n distingue deux grands types de produits destinés à des utilisations di érentes. Les formules
moussantes correspondent à : succinate de digéranyle lipase des produits utilisés pour le lavage à la main. La mousse est en e et importante car elle représente le signal
d e cacité pour l utilisateur. Lorsque le bain de lavage ne mousse plus, le produit n est plus actif (trop de salissures ou de calcaire), il faut donc le renouveler ; des produits
destinés à laver en machines adaptées supportant la mousse (Amérique du nord, sud-est asiatique). Les tensioactifs utilisés dans ce type de formulation sont donc surtout
des anioniques : le LAS est le plus utilisé, avec certaines exceptions, par exemple le PAS aux Philippines, parce que les matières premières sont disponibles sur place. Le
tableau 1 présente deux exemples de formulations de produits en poudre destinés au lavage à la main (formule A) et en machine à laver (formule B). Pour les poudres de
lavage à la main, il n y a pas d agents de blanchiment type percarbonate/taed. Dans le cas des poudres pour machines à laver, on peut distinguer les formules avec ou
sans phosphate (dans ce cas, les TPP sont remplacés par les zéolites). 2 géraniol H + H H (9) Tableau 1 Exemples de formules de détergent en poudre : Formule A = lavage à
la main Formule B (formule moussante) = lavage en machines à laver omposants % (Formule A) % (Formule B) Tensioactifs anioniques (LAS) 15 à à 20 Tensioactifs non
ioniques (AGE) 0 à 3 0 à 5 Savon - 0 à 1,5 Tripolyphosphate de a 3 à à 30 Silicate de a 5 à 10 5 à 15 arbonate de a 5 à 10 5 à 15 Sulfate de a 20 à 50 5 à 15 arbonate de
calcium 0 à 15 - Percarbonate de a - 0 à 15 TAED ou SBS - 0 à 4 Polymères - 0 à 2 Bentonite (argile) 0 à 15 - Enzymes, azurants optiques, 0 à 1 0 à 1 M, parfums Eau Qsp 100
Qsp 100 Les formules traditionnelles non moussantes Les lessives non moussantes sont destinées à être utilisées en machine à tambour (Europe). n retrouve tous les
ingrédients cités ci-avant, la di érenciation se faisant au niveau des quantités d ingrédients entre le produit haut de gamme et les formules bon marché et la présence des
agents antimousse. Par exemple, dans une formule «haut de gamme», on peut trouver des «cocktails» d enzymes (protéase + amylase + lipase + cellulase...), des agents
blanchissants avec activateur (perborate ou percarbonate + TAED), un taux d actifs plus élevé alors que dans une formule «bon marché», il n y a pas d activateur et en
général, un seul type d enzyme (protéase) sera utilisé. Pour une formule sans phosphate, les pourcentages en zéolites varient de 20 à 30 %, la présence en polymère est
renforcée, jusque 5 % dans une formule «haut de gamme» (pour améliorer la dispersion) et les teneurs en silicate et en eau sont plus faibles Poudres concentrées Pendant
de nombreuses années, les poudres dites traditionnelles ont dominé le marché. La tendance cependant était à une augmentation régulière de leur densité, mais à un
rythme très lent (par exemple, en France, passage de g/l à g/l en une quinzaine d années) pour atteindre g/l dans les années 1990, sans toutefois que l on puisse parler de
poudres concentrées. Pourtant, de tels produits existaient déjà au Japon, mais également en Europe au travers de ventes en porte à porte. Toutefois, leur qualité ne
répondaient par réellement aux attentes des consommateurs (mauvaises propriétés physiques, prise en masse, performances réduites) car le procédé de fabrication
(mélange à sec) ne permettait pas à l époque d égaler la qualité des produits conventionnels. Une étape décisive fut franchie par la société Kao, au Japon, avec la
commercialisation de la première lessive en poudre concentrée, Attack, en À partir de cette date, tous les grands fabricants ont mis sur le marché des lessives concentrées
qui connaissent depuis un succès grandissant. Leurs parts de marché sont passées de 13 % en 1991 à 22 % en 1996 au niveau mondial. Au Japon, elles représentent près
(0) Techniques de l Ingénieur J

16 FRMULATI DES DÉTERGETS de 85 % du marché. En Europe, leur progression est plus lente : il existe une certaine disparité entre les pays. Par exemple, les pays
nordiques et les pays plus écologiquement sensibles (Hollande et surtout Allemagne) utilisent beaucoup plus les poudres concentrées que les pays du sud de l Europe
(Espagne, Portugal). Pour formuler des produits concentrés, le formulateur doit : éliminer tout ingrédient réellement inutile pour la performance (charges ou agents d aide
au procédé tel que le sulfate de sodium) ; minimiser la quantité d eau dans le produit ; utiliser des matières premières les plus denses possibles et dont les granulométries
respectives permettent de remplir tous les «vides» et l intérieur des particules creuses. ertaines matières premières se prêtent davantage que d autres à la densi cation.
Ainsi, il est plus facile d utiliser les zéolites que les TPP car elles absorbent de grandes quantités de tensioactifs liquides ; utiliser des matières premières «bi-
fonctionnelles». Par exemple, le percarbonate de sodium qui, utilisé à la place du perborate, permet d éviter l adjonction supplémentaire de carbonate de sodium. À poids
égal, le percarbonate présente un meilleur rendement en oxygène actif que le perborate ; utiliser les enzymes car elles permettent, à des doses très faibles, d obtenir des
performances élevées. Dans le tableau 2 sont donnés deux exemples de formules de détergent en poudre concentrée. Tableau 2 Exemples de formules de détergent en
poudre concentrée : Formule A = avec phosphates, densité = 650 à 750 g/l Formule B = sans phosphate (remplacés par zéolites/ citrate), densité = 720 g/l omposants %
(Formule A) % (Formule B) Tensioactifs anioniques (PAS) - 2 à 5 Tensioactifs anioniques (LAS) 12 à à 20 Tensioactifs non ioniques (alcool 4 à 8 5 à 8 gras éthoxylés avec 7
oxydes d éthylène) Savon 0 à 2 0 à 1 Tripolyphosphate de a 20 à 25 - Zéolites 0 à 5 15 à 25 Silicate de a 3 à 7 3 à 6 itrate de a - 8 à 12 arbonate de a 12 à à 16 Sulfate de a
(impuretés) 0 à 2 0 à 2 Polymère 0 à 2 4 à 6 Percarbonate de a 10 à à 18 TAED 4 à 8 5 à 8 Azurant optique 0,15 à 0,3 0,15 à 0,3 arboxyméthylcellulose 0,5 à 1,5 0,5 à 1 de
sodium Enzymes (lipases, protéases) Antimousse +/ +/ Parfum Eau Qsp 100 Qsp avec, sans, ++ beaucoup (0) Pastilles ou tablettes L une des étapes importantes lors du
lavage du linge consiste à doser la bonne quantité de produit. Les fabricants recommandent certains dosages (en fonction de la salissure et de la dureté de l eau) mais,
dans la plupart des cas, c est la consommatrice qui décide d introduire la quantité adéquate, en fonction de sa propre expérience. est d ailleurs l une des raisons pour
laquelle les poudres concentrées ont certaines di cultés à s imposer. Sur le marché français par exemple, il semble que les consommatrices n aient pas encore trouvé le
bon équilibre entre dosage correct, bonnes performances au lavage et coût du lavage. Pour remédier à cet inconvénient, certains fabricants ont eu l idée, il y a quelques
années, de lancer des doses toutes prêtes, sous forme de sachets à introduire directement dans la machine. Les trois grands lessiviers ont eu une approche très di érente
dans le développement des tablettes, très largement brevetées. Les tablettes d Unilever, qui fut le premier sur le marché en 1998, sont basées sur la compaction d une
poudre détergente riche en ingrédients très solubles sélectionnés : un grade de phosphate préhydraté pour les formules avec phosphates, de l acétate de soude pour les
formules sans phosphates. Les tablettes de Henkel sont obtenues pas compaction modérée de leurs formules concentrées Mégaperls auxquelles a été ajoutée une
cellulose microcristalline capable de gon er considérablement au contact de l eau ; il en résulte une désagrégation rapide de la tablette. En n, pour les tablettes de Procter
& Gamble, la poudre concentrée est légèrement compactée puis recouverte d un n lm soluble à base d acide hexanedioïque. Ainsi «encapsulée», la tablette paraît rigide
mais se désagrège rapidement après dissolution du lm (et aussi sous la pression des doigts). es deux dernières technologies font intervenir un système adoucissant de l

docplayer.fr/8546325-Formulation-des-detergents.html 7/23
31/08/2019 Formulation des détergents - PDF
eau à base de zéolite. La di culté dans la préparation des tablettes est d obtenir une dose su samment résistante pour subir toute la chaîne de conditionnement, puis du
transport, tout en étant apte à se désintégrer au contact de l eau. Les premiers brevets, déposés par la société olgate, remontent au milieu des années Un peu plus tard, la
société Lion au Japon déposait d autres brevets concernant l utilisation de compositions à haute densité, permettant d obtenir des tablettes utilisables en eau froide (10 ).
Quelques années plus tard, les habitudes ménagères ayant évolué vers davantage de praticité et la pression de l écologie dans la vie quotidienne se faisant de plus en plus
forte, on assiste alors à la mise sur le marché, d abord en Espagne puis en France, et ensuite un peu partout en Europe et aux USA, de tablettes prédosées pour le lavage
du linge. À titre d exemple, nous donnons dans le tableau 3, les compositions des tablettes que l on peut trouver dans le commerce. Des polymères spéci ques ont été
développés, notamment par la Société orsohaas pour améliorer les performances des tablettes, en particulier leur dureté mais aussi leur dissolution dans le bain lessiviel.
Tableau 3 Formules types de tablettes détergentes, la formule B contient des polymères qui améliorent la dissolution omposants % (Formule A) % (Formule B) Tensioactifs
anioniques 10 à 14 5 à 15 Tensioactifs non ioniques 4 à 8 5 à 15 Savon - < 5 Tripolyphosphate de a 40 à 60 - Zéolites - 15 à 30 arbonate de a 2 à 10 Polymère 0 à 2 < 5 (0) J
Techniques de l Ingénieur

17 FRMULATI DES DÉTERGETS Tableau 3 Formules types de tablettes détergentes, la formule B contient des polymères qui améliorent la dissolution (suite) omposants %
(Formule A) % (Formule B) Percarbonate 10 à à 18 TAED 2 à 5 2 à 5 Azurant optique 0,2 à 0,35 0,2 à 0,35 arboxyméthyl cellulose 0,5 à 1,5 0,5 à 1,5 de sodium Protéases 8 à
12 GU/mg(1) 8 à 12 GU/mg(1) Dequest +/ +/ (1) GU (Glycine Unit) : quantité d enzyme qui, dans les conditions standards, dégrade une quantité su sante de caséine pour
que les produits de dégradation donnent avec le réactif une coloration identique à celle développée par 1 µg de glycine. GU/mg : GU par mg d enzyme. L utilisation des
tablettes a déjà permis une économie au niveau de l emballage d environ t/an Liquides Liquides traditionnels Dans le domaine des détergents ménagers, les
consommateurs n attendent pas uniquement des produits qu ils soient e caces, ils désirent en plus qu ils s adaptent au monde moderne. Ainsi, les produits pour la
vaisselle à la main en poudre ont été remplacés par des «liquides vaisselle» plus pratiques à doser et rapides à mettre en solution. De même, en ce qui concerne les
produits récurants, les poudres ont laissé la place à des formules sous forme de crème, faciles à utiliser (sur une éponge par exemple) et permettant d atteindre les
moindres recoins. ette tendance est également vraie pour les lessives. est dans les années 1970 que les lessives liquides devinrent populaires outre-atlantique avec la
lessive Wisk. Quelques années plus tard, ce nouveau concept gagnait l Europe où tous les fabricants introduisaient sur le marché des détergents liquides pour le lavage du
linge. Le principal facteur de réussite des lessives liquides, mis à part cet aspect nouveau et original, fut d abord une grande facilité d utilisation. La ménagère est maître de
son dosage : elle peut e ectivement doser «à la goutte près». De plus, un produit liquide permet un traitement local du tissu taché, ce qui est di cile avec un détergent en
poudre (il faut le transformer en pâte avec l eau, ce qui nécessite une opération supplémentaire). La mise en solution est quasi immédiate, ce qui permet aux divers
ingrédients d entrer en action dès le début du cycle. En n, il est plus pratique de ranger un acon de 1,5 litres ou même 3 litres qu un baril de poudre de 3 kg ou de 5 kg.
Principe de formulation L idéal serait de savoir formuler un produit liquide contenant tous les ingrédients d une formule en poudre classique pour obtenir des
performances équivalentes. La réalité est malheureusement un peu di érente. Le formulateur doit faire face à deux problèmes essentiels : la nécessité d adoucir l eau
pour obtenir une bonne e cacité du lavage ; l impossibilité d introduire un agent de blanchiment dans une formule contenant de l eau. Les e ets néfastes du calcaire sur
les performances nécessitent l utilisation de «builders». Trois possibilités s o rent au formulateur : l utilisation de «builders» solubles de type citrate. Malheureusement,
cette solution n est pas envisageable car on observe des phénomènes de «salting out» et de séparation de phase organique due aux électrolytes ; l utilisation de savon
dont la présence nécessite de grandes quantités de tensioactifs pour disperser/solubiliser les savons calcaires qui se forment en présence d eau dure. est la base des
liquides isotropes ; l utilisation de «builders» classiques (TPP, zéolites). Mais ces builders étant solides, il faut réussir à les mettre en suspension dans le liquide. est le
principe de base des liquides structurés. L apparence et les performances de ces deux types de liquides sont clairement di érentes, ce qui permet au consommateur de
faire son choix parmi une grande variété de concept marketing. Les liquides isotropes sont généralement colorés, peu visqueux et riches en tensioactifs, donc e caces sur
l enlèvement des salissures grasses, tandis que les liquides structurés sont plus visqueux et donnent en général une détergence comparable à celle des poudres. À l heure
actuelle, les liquides structurés n existent pratiquement plus sur le marché. Le cœur de la formulation des liquides isotropes repose sur le choix des tensioactifs utilisés : le
savon mais aussi sur les autres tensioactifs (non ioniques et anioniques), ainsi que sur les ingrédients qui vont permettre à la formule d être stable, notamment les agents
hydrotropes. En général, on utilise : un mélange comprenant 18 à 20 % de tensioactif non ionique (alcool éthoxylé possédant 7 oxydes d éthylène) et 6 à 8 % de tensioactif
anionique LAS, ce qui permet d obtenir à la fois d excellentes performances sur les salissures grasses et une bonne stabilité au froid ; un savon constitué d un mélange
eutectique 40/60 d oléate de potassium et de savon de coprah : l oléate interagit avec le calcium, tandis que le laurate (principal composant du savon de coprah) permet la
solubilité de l oléate de calcium. Lorsque les types et les taux d actifs sont connus, il faut trouver le ou les agents hydrotropes qui vont permettre à la formule d être stable
dans toutes les conditions de stockage (les hydrotropes sont des molécules qui augmentent la solubilité de certains ingrédients, comme les tensioactifs, dans l eau par
exemple). Les hydrotropes utilisés seuls ou en mélange sont des petites molécules organiques amphiphiles telles que le propylène glycol, l éthanol ou la triéthanolamine.
Un exemple de formule d une lessive traditionnelle est donné dans le tableau 4. Tableau 4 Exemple de formule d une lessive liquide traditionnelle omposants % Savons de
potassium 22 à 35 Alcools gras éthoxylés ( 14 à 18, 5 à 10 oxydes d éthylène) 5 à 9 LAS ( 10 à 14 ) 4 à 10 Enzymes (protéases, cellulases...) 0,05 à 0,2 Triéthanolamine 2 à 5
Monoalcool en 1 à 3 8 à 10 Émulsion de silicone 0,1 à 0,2 Eau, parfum, azurants optiques Qsp 100 (0) Techniques de l Ingénieur J

18 FRMULATI DES DÉTERGETS a coton neuf Des observations au microscope à balayage électronique ont permis de mettre en évidence sur les bres de coton usagées la
présence de minuscules ls (les brilles) ( gure 9). es brilles sont provoquées par la détérioration progressive des bres textiles au cours des cycles de lavage. es brilles
ont pour conséquence : de conférer au textile une certaine rêcheur ; d être les sites privilégiés de dépôt pour les sels formés en eau dure (précipités, salissures
particulaires) ; de gêner la pénétration de la solution détergente et l action de certaines enzymes et, par conséquent, de réduire les performances de lavage ; de modi er,
quand il s agit de tissus colorés, la dispersion de la lumière en surface ; les articles ont alors un aspect terne. Les sels formés proviennent en premier lieu de l eau (sels de
calcium et de magnésium), mais aussi de la décomposition de certains ingrédients de la lessive (sels de bore par exemple). Parmi les facteurs responsables de la formation
des brilles, le plus important est le lavage en machine à tambour, à cause de l action mécanique assez violente exercée sur le linge. La souplesse du linge dépend
également du ratio quantité du linge/volume du tambour. Le fait de remplir complètement la machine ne permet pas d obtenir une souplesse idéale. b coton après x
lavages : formation de brilles Figure 9 Photos de bres de coton prises au microscope à balayage Liquides concentrés et capsules Les concentrés sont comparables aux
liquides classiques mais, à e cacité égale, le tiers de la dose habituelle su t. Ils contiennent en général de 35 à 40 % de tensioactifs. Aujourd hui, tous les grands
fabricants commercialisent des liquides concentrés dans la majorité des pays d Europe de l uest. omme les tablettes, les capsules sont des formules «prédosées». Le
liquide est super concentré, la quantité d eau n étant que d environ 5 %. Le produit, sous forme de gel, est incorporé dans une capsule «prête à l emploi» constituée d un
lm d alcool polyvinylique soluble dans l eau du bain lessiviel. 2. onditionneurs 2.1 Théorie de la rêcheur Bien que l objectif essentiel des produits d entretien des articles
textiles soit de laver, c est-à-dire enlever les souillures, ces articles, au l du temps, doivent rester agréables à porter. L une des di cultés rencontrées lavages après
lavages concerne la rêcheur. Devant ce constat, les développeurs ont mis au point des produits destinés à limiter le phénomène de «réchissement», appelés à l origine des
«adoucisseurs textiles». Avant l apparition des détergents synthétiques, les adoucissants n étaient pas nécessaires puisque les produits lessiviels étaient formulés à base
de savon, et les sels présents dans l eau dure réagissaient avec le savon pour former des savons calcaires, dont l e et lubri ant annihile l e et de rêcheur du tissu. Les
adoucissants textiles ont été mis au point dans un but similaire : apporter une certaine lubri cation des bres. Les premiers produits de ce type apparurent en 1953 aux
USA. Le principe de base des formulations consistait à utiliser des tensioactifs cationiques qui s adsorbent sur les tissus pour lubri er les bres. 2.2 Matières premières
Tensioactifs cationiques Les ammonium quaternaires sont les tensioactifs cationiques les plus couramment rencontrés dans les formulations d adoucissants textiles.
Jusque vers le milieu des années 1980, le principal tensioactif utilisé était le chlorure de distéaryldiméthylammonium (DSD- MA) dont les chaînes grasses étaient issues du
suif hydrogéné. elui-ci avait été introduit pour la première fois en 1949 dans un adoucissant textile pour coton. De nos jours, les contraintes environnementales interdisent
l utilisation de ce type de composés dont le taux de biodégradabilité est faible. En Europe, de nouveaux tensioactifs cationiques biodégradables, les diesters d ammonium
quaternaires ou diesters quats, d origine animale ou végétale, ont été développés. La biodégradation se fait par hydrolyse de la fonction ester. De nombreuses molécules,
basées sur ce principe, ont ainsi été mises au point. es composés possèdent d excellentes propriétés antistatiques et leur marché est en progression. De plus, leurs
propriétés physico-chimiques et chimiques sont équivalentes à celles du DSDMA. Les dérivés d imidazoline sont également largement employés. J Techniques de l
Ingénieur

19 FRMULATI DES DÉTERGETS l H 3 + R' (H 2 ) 2 H dialkylimidazoline quaternaire Les tensioactifs cationiques possédant de longues chaînes hydrophobes tels que le
DSDMA sont très fortement adsorbés à la surface des bres naturelles tels que le coton, la laine ou le lin. L adsorption sur les bres synthétiques est beaucoup moins
importante. Pour éviter toute interaction avec les tensioactifs anioniques présents dans le détergent, l adoucissant textile ne doit intervenir qu au moment du cycle de
rinçage Tendances l + chlorure de distéaryldiméthylammonium Les diesters quats ont d excellentes propriétés d application et présentent une très bonne
biodégradabilité. éanmoins, les recherches concernant le développement de nouvelles molécules doivent être poursuivies car la présence de l azote dans ces molécules
peut donner naissance à la formation de produits de dégradation toxiques. 2.3 Formes de produits Liquides traditionnels R chlorure de dialkylester de
dihydroxypropylammonium quaternaire R = 16 et 18 R = 16 et 18 Les assouplisseurs liquides traditionnels ou dilués peuvent contenir jusqu à 8 % de tensioactif cationique
(matière active), le reste étant essentiellement de l eau additionnée de parfum, de colorant et de conservateurs. La viscosité de ces formulations peut être ajustée en
ajoutant quelques pourcents de polyéthylène glycol si l on veut l augmenter ou du chlorure de sodium si l on souhaite la réduire. R R H 2 H 3 H H 2 + H 3 l H Liquides
concentrés La di culté dans la formulation d un assouplisseur concentré réside essentiellement dans la préparation de dispersions stables contenant de 12 à 30 % de
tensioactif cationique, ce qui implique une modi cation des formulations liquides diluées ainsi qu un changement dans le procédé a n de conserver une viscosité

docplayer.fr/8546325-Formulation-des-detergents.html 8/23
31/08/2019 Formulation des détergents - PDF
acceptable. Des additifs, tels que l isopropanol, le chlorure de calcium ou de magnésium, l acide stéarique, la lanoline, des tensioactifs non ioniques ont été introduits dans
ces formules concentrées. Les formules concentrées ont partiellement remplacées les adoucissants conventionnels dans de nombreux pays, en réponse au problème
environnemental soulevé par le packaging Voiles assouplisseurs Les voiles assouplisseurs, utilisés dans les sèche-linge, permettent d obtenir une souplesse et un caractère
antistatique supplémentaires accompagnés d un parfumage du linge. Le voile assouplisseur consiste généralement en une feuille de non-tissé dont la texture particulière
permet non seulement de «contenir» les actifs mais aussi de laisser passer l air. n utilise le plus souvent un métasulfate d alkyle ammonium couplé à un agent dispersant.
Le voile assouplisseur est distribué sur la surface des articles et ne les imprègne pas. Il procure donc davantage un e et antistatique qu un e et «antirêcheur». En règle
générale, un voile disperse 2,5 à 3 g d actif pur. 2.4 Tendances Les fabricants de détergents et leurs fournisseurs orientent leurs recherches vers des molécules à la fois
encore plus e caces et plus écologiques. omme on lave de plus en plus à basse température, il n est pas inintéressant d incorporer des germicides dans les
assouplisseurs pour éviter le développement de microorganismes pathogènes. Il est à noter que certaines huiles essentielles possèdent des propriétés bactéricides. Le
résultat d un lavage est observé par la vue, par le toucher, mais aussi par l odeur, c est-à-dire par le parfum laissé sur le linge. «ous vivons dans un monde d odeur, comme
dans un monde de sons et de lumières» (Hendrik Zwaademaker). Les assouplisseurs sont des produits tout à fait indiqués pour parfumer le linge : c est un béné ce d
autant plus apprécié par les consommateurs parce qu ils passent plus de temps à la maison. Le parfum dans les assouplisseurs joue donc un rôle très important. Sa
sophistication devrait s ampli er vers des notes de «parfum de luxe». Références bibliographiques uvrages généraux [1] SMULDERS (E.), V RYBISKI (W.), SUG (E.), RAHSE
(W.), STEBER (J.) et WIEBEL (F.). Ullmann s Encyclopedia of Industrial hemistry [2] BRZE (G.). Handbook of detergents. Part A : Properties. Surfactant Series. Vol. 82. Ed.
Dekker M [3] V RYBISKI (W.). Surface chemistry in detergency. Handbook of Applied Surface and olloid hemistry, Vol. 1. Ed. HLM- BERG K [4] H TA TAI (L.). Détergents et
produits de soins corporels. Ed. Dunod, [5] DE GEES (P.-G.), BRHART-WYART (F.) et QUERE (D.). Gouttes, bulles, perles et ondes. Ed. Belin, [6] H TA TAI (L.). Formulating
Detergents and Personal are Products. A omplete Guide to Product Development. AS Press, hampaign, Références appelées dans le texte [7] ARDELL-RATAJ (V.), H TA TAI
(L.) et AUBRY (J-M.). Actualité chimique. 2003, [8] LARPET (.). Tensioactifs. [K 342], onstantes physicochimiques 1995 Techniques de l Ingénieur. [9] SHRAMM (L.L.), STASIUK
(E..) et MARA- GI (D.G.). Annu. Rep. Prog. hem., Sect., 99, 2003, [10] QUÉRÉ (D.). Lois du mouillage et de l imprégnation. [J 2 140] Génie des procédés 2006 Techniques de l
Ingénieur. [11] STRAUS (W.). Kolloïd. 1958, 158, 30. [12] VERWEY (E.J.W.) et VERBEEK (J.T.G.). Theory of the Stability of Hydrophobic olloids. Elsevier, Amsterdam Techniques
de l Ingénieur J

20 FRMULATI DES DÉTERGETS [13] SPITZ (L.). Soaps and Detergents. AS Press, San Diego [14] STEVES (D.G.). J. Text. Inst. 1953, 44, T12. [15] M BAI (J.W.). Advances in olloid
Science. Vol. 1 (E.. Kraemers, Ed.), Wiley Interscience,.Y., 1942, [16] GI (M.E.). J. Am. il. hem. Soc. 1961, 38, 361. [17] SHWARTZ (A.) et PERRY (J.W.). Surface Active Agents. vol.
1, Intersciences Publishers, Inc. Y [18] McHALE (G.) et EWT (M.I.). oll. and Surf. A : Physicochemical and Engineering Aspects [19] DILLA (K.W.), GDDARD (E.D.) et MKE- ZIE
(D.A.). J. Am. il. hem. Soc. 56, 1979, 59. [20] IKEL (D.), SPEKMA (H.D.) et V RYBISKI (W.). Tenside Surf. Det [21] VERMA (S.) et KUMAR (V.V.). J. oll. Int. Sci [22] MRT III (S.A.),
KEFFER (D.J.), UE (R.M.), DePALI (D.W.) et HU (M.Z.-.). J. oll. Interf. Sci [23] KLEV (V.L.), KHIJASHKY (I.I.), DAV (K.D.), KRALHEVSKY (P.A.), BRZE (G.) et MEHRETEAB (A.). J. oll. Interf.
Sci [24] MILLER (.A.) et RAEY (K.H.). oll. And Surf. A : Physicochemical and Engineering aspects. 74(2-3), 1993, [25] ARRLL (B.J.). oll. And Surf. A : Physicochemical and
engineering aspects. 74(2-3), 1993, [26] STEVES (D.G.). J. Soc. osmetic hemists. 1961, 12, [27] MILE (.J.). Surf. Detergents. 1998, vol. 1(2), 253. [28] SHWEIKER (G..). J. Am. il.
hem. Soc [29] SHEREK (B.), GLUSE (B.) et PEGELW (U.). Sepawa, [30] SMLKA (H.G.) et SHWUGER (M.J.). Tenside Deterg [31] SMLKA (H.G.) et SHWUGER (M.J.). olloid Polym Sci
[32] SMLKA (H.G.) et SHWUGER (M.J.). Tenside Deterg [33] HEKEL. patent DE-S , [34] SHWUGER (M.J.) et SMULDERS (E.). Inorganic Builders in UTLER (G.), KISSA (E.) (eds.) :
Detergency : Theory and Technology. Surfactant Sci. Ser [35] HEKEL. patent DE-S , [36] GALATE (Y.M.) et FRMATII (.). urrent rganic hemistry, 2003, 7(13), [37] HAKI (G.D.) et
RAKSHIT (S.K.). Bioresource Technology, 89, 2003, [38] LSE (H.S.) et FALHT (P.). J. of Surf. Detergents, 1998, vol 1(4), 555. [39] AVA-PAUL (A.). arbohydrate Polymers, [40]
BERTLEFF (W.), EUMA (P.), BAUR (R.) et KIESSLIG (D.). J. of Surf. Det (3) [41] HEIZMA (S.). J. of Surf. Det (1) [42] BERGER (V.). Antimousses et agents démoussants : Mécanismes
d action. [J 2 205] Génie des procédés 2003 Techniques de l Ingénieur. [43] DEKV (.D.). Langmuir (20) J Techniques de l Ingénieur

 Montrer encore

Documents pareils

Chapitre 10 Entretien des matériaux (/16366735-Chapitre-10-entretien-des-materiaux.html)
Chapitre 10 Entretien des matériaux I. Les tensioactifs I.1. Tension super cielle (rappels) Un liquide, au contraire d un gaz, ne tend pas à occuper tout l espace
qui lui est o ert : ses molécules sont

Plus en détail (/16366735-Chapitre-10-entretien-des-materiaux.html)

docplayer.fr/8546325-Formulation-des-detergents.html 9/23
31/08/2019 Formulation des détergents - PDF

A B C Eau Eau savonneuse Eau + détergent (/2348690-A-b-c-eau-eau-savonneuse-eau-detergent.html)


1L : Physique et chimie dans la cuisine Chapitre.3 : Chimie et lavage I. Les savons et les détergents synthétiques 1. Propriétés détergentes des savons Le savon
est un détergent naturel, les détergents

Plus en détail (/2348690-A-b-c-eau-eau-savonneuse-eau-detergent.html)

PHYSIQUE-CHIMIE DANS LA CUISINE Chapitre 3 : Chimie et lavage (/2348620-Physique-chimie-dans-la-cuisine-


chapitre-3-chimie-et-lavage.html)
PHYSIQUE-CHIMIE DANS LA CUISINE Chapitre 3 : Chimie et lavage I) Qu'est-ce qu'un savon et comment le fabrique-t-on? D'après épreuve BAC Liban 2005
Physique-Chimie dans la cuisine Chapitre 3 1/6 1- En vous

Plus en détail (/2348620-Physique-chimie-dans-la-cuisine-chapitre-3-chimie-et-lavage.html)

Chimie organique. Débuts de la chimie organique (/12986412-Chimie-organique-debuts-de-la-chimie-


organique.html)
himie organique Info 8.1 Débuts de la chimie organique i Au début du 19 e siècle, Berzelius distinguait deux domaines de la chimie : la chimie minérale
(inorganique) et la chimie organique. La chimie organique

Plus en détail (/12986412-Chimie-organique-debuts-de-la-chimie-organique.html)

Comment. choisir. sa lessive. tout en. respectant. l environnement? (/8275871-Comment-choisir-sa-lessive-tout-en-


respectant-l-environnement.html)
Comment choisir sa lessive tout en respectant l environnement? Liste des composants que nous avons trouvés dans les lessives Phosphates, citrate de sodium,
phosphonates, zéolites Enzymes Activateur Azurants

Plus en détail (/8275871-Comment-choisir-sa-lessive-tout-en-respectant-l-environnement.html)

Les produits d hygiène capillaire. Nathalie Saint Georges (/11312321-Les-produits-d-hygiene-capillaire-nathalie-saint-


georges.html)
Les produits d hygiène capillaire LE SHAMPOOING 1 LE SHAMPOOING Dé nition: C est avant tout un produit de lavage, généralement liquide, qui saponi e les
graisses excédentaires (sébum qui contient surtout

Plus en détail (/11312321-Les-produits-d-hygiene-capillaire-nathalie-saint-georges.html)

Les lessives en poudre (/7381079-Les-lessives-en-poudre.html)


Les lessives en poudre Comment ça marche? Un siècle d innovations pour éliminer les taches Véronique Nardello-Rataj, Louis Ho Tan Taï et Jean-Marie Aubry
Summary Mots-clés Key-words Powder detergents.

Plus en détail (/7381079-Les-lessives-en-poudre.html)

Annexe 1: Comment fonctionne un adoucisseur d eau domestique? (/5727653-Annexe-1-comment-fonctionne-un-


adoucisseur-d-eau-domestique.html)

docplayer.fr/8546325-Formulation-des-detergents.html 10/23
31/08/2019 Formulation des détergents - PDF
Annexe 1: Comment fonctionne un adoucisseur d eau domestique? Pourquoi adoucir l eau? Une eau dure est une eau riche en ions calcium (Ca 2+ ) et / ou magnésium (Mg
2+ ). Elle ne présente aucun danger pour

Plus en détail (/5727653-Annexe-1-comment-fonctionne-un-adoucisseur-d-eau-domestique.html)

Le but est d obtenir un ester par une voie plus rapide et totale que la réaction simple d estéri cation. (/16366610-
Le-but-est-d-obtenir-un-ester-par-une-voie-plus-rapide-et-totale-que-la-reaction-simple-d-esteri cation.html)
CHIMIE RGANIQUE II CNTRÔLE DE L EVLUTIN DE LA TRANSFRMATIN CHIMIQUE I. CNTRÔLE DE LA REACTIN D ESTERIFICATIN 1-But Le but est d obtenir un ester
par une voie plus rapide et totale que la réaction simple

Plus en détail (/16366610-Le-but-est-d-obtenir-un-ester-par-une-voie-plus-rapide-et-totale-que-la-reaction-simple-d-esteri cation.html)

Rôle de la préparation de surface (/14172414-Role-de-la-preparation-de-surface.html)


Rôle de la préparation de surface Le but de la préparation de surface de l acier est de la rendre compatible avec l opération d émaillage Elimination des résidus
contaminants présents à la surface de la

Plus en détail (/14172414-Role-de-la-preparation-de-surface.html)

Synthèse et propriétés des savons. (/2348806-Synthese-et-proprietes-des-savons.html)


Synthèse et propriétés des savons. Objectifs: Réaliser la synthèse d'un savon mise en évidence de quelques propriétés des savons. I Introduction: 1.
Présentation des savons: a) Composition des savons.

Plus en détail (/2348806-Synthese-et-proprietes-des-savons.html)

C5 Synthè sès èn chimiè organiquè (/16366469-C5-synthe-ses-en-chimie-organique.html)


Synthè sès èn chimiè organiquè Une synthèse chimique est un enchaînement de réactions chimiques mis en œuvre pour l obtention d un ou plusieurs produits
naux. Ce processus en chimie va permettre de créer

Plus en détail (/16366469-C5-synthe-ses-en-chimie-organique.html)

LA SOLUTION DE MOUILLAGE & L ANTAGONISME EAU/ENCRE (/17752757-La-solution-de-mouillage-l-antagonisme-


eau-encre.html)

docplayer.fr/8546325-Formulation-des-detergents.html 11/23
31/08/2019 Formulation des détergents - PDF
LA SOLUTION DE MOUILLAGE & L ANTAGONISME EAU/ENCRE Avec les augmentations des cadences de production (jusqu à 15 000 tr/h sur les machines à feuilles et 15 m/s
pour les rotatives), le nombre de couleurs

Plus en détail (/17752757-La-solution-de-mouillage-l-antagonisme-eau-encre.html)

Changement de réactif pour la formation d un ester (/16366761-Changement-de-reactif-pour-la-formation-d-un-


ester.html)
HAPITRE 11 NTRÔLE DE L ÉVLUTIN DES SYSTÈMES HIMIQUES hangement de réactif pour la formation d un ester 1. Pourquoi changer de réactif? Les réactions d
estéri cation et hydrolyse sont lentes, inverses

Plus en détail (/16366761-Changement-de-reactif-pour-la-formation-d-un-ester.html)

IV. Propriétés Physico-Chimiques des Protéines. Dénaturation Solubilité Masse moléculaire Propriétés électriques
(/11312308-Iv-proprietes-physico-chimiques-des-proteines-denaturation-solubilite-masse-moleculaire-proprietes-
electriques.html)
IV. Propriétés Physico-Chimiques des Protéines Dénaturation Solubilité Masse moléculaire Propriétés électriques IV. Propriétés physico-chimiques IV.1.
Dénaturation Dé nition : Perte d activité biologique

Plus en détail (/11312308-Iv-proprietes-physico-chimiques-des-proteines-denaturation-solubilite-masse-moleculaire-proprietes-electriques.html)

Saponi cation. Les savons : mode d action et préparation à partir des triglycérides. (/17804557-Saponi cation-les-
savons-mode-d-action-et-preparation-a-partir-des-triglycerides.html)
Sébastien Bourdreux Agrégation de Physique Université Blaise Pascal - Clermont-Ferrand Saponi cation. Les savons : mode d action et préparation à partir des
triglycérides. Novembre 2002 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail (/17804557-Saponi cation-les-savons-mode-d-action-et-preparation-a-partir-des-triglycerides.html)

DOSAGE MANUEL DOSAGE MANUEL. Lessive tous textiles. Lessive désinfectante. Lessive compacte (/8546600-
Dosage-manuel-dosage-manuel-lessive-tous-textiles-lessive-desinfectante-lessive-compacte.html)
Lessive tous textiles DOSAGE MANUEL DOSAGE MANUEL G022100 ATOMATIC Poudre concentrée pour les lavages professionnels et semi professionnels. Pour
tous textiles et tous types de salissures. Active dès 30.

Plus en détail (/8546600-Dosage-manuel-dosage-manuel-lessive-tous-textiles-lessive-desinfectante-lessive-compacte.html)

Savon (du latin saponem): substance solide utilisée pour le blanchissage, le lavage ou le nettoyage. (/16366431-
Savon-du-latin-saponem-substance-solide-utilisee-pour-le-blanchissage-le-lavage-ou-le-nettoyage.html)
Le savon Savon (du latin saponem): substance solide utilisée pour le blanchissage, le lavage ou le nettoyage. Historique Molécules intervenant dans la réaction
de saponi cation Synthèse Mode d action

Plus en détail (/16366431-Savon-du-latin-saponem-substance-solide-utilisee-pour-le-blanchissage-le-lavage-ou-le-nettoyage.html)

Démonstration Fabrication d'un savon (/16366509-Demonstration-fabrication-d-un-savon.html)


Démonstration Fabrication d'un savon Texte de S. DELSARTE, R. GUILLAUME et P. FOCKEDEY (UCL) adapté par Marie-Hélène Fournier pour PISTES Principe : Un
savon est en général un sel de sodium comportant

Plus en détail (/16366509-Demonstration-fabrication-d-un-savon.html)

Module 1.1 Les di érentes formes galéniques I Les mélanges homogènes (/12156897-Module-1-1-les-di erentes-
formes-galeniques-i-les-melanges-homogenes.html)
Module 1.1 Les di érentes formes galéniques I Les di érents états de la matière LES PRINCIPAUX ETATS DE LA MATIERE ETAT SOLIDE ETAT LIQUIDE ETAT PÂTEUX ETAT
GAZEUX Les di érents états de la matière

docplayer.fr/8546325-Formulation-des-detergents.html 12/23
31/08/2019 Formulation des détergents - PDF

Plus en détail (/12156897-Module-1-1-les-di erentes-formes-galeniques-i-les-melanges-homogenes.html)

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2 (/12821680-S-o-


2h-o-s-so-3h-o-une-solution-de-thiosulfate-de-sodium-de-concentration-en-ion-thiosulfate-s-2.html)
PARTIE 3 : Réactions chimiques et milieux biologiques TP 15 La chimie des facteurs cinétiques OBJECTIFS : Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour
mettre en évidence quelques paramètres in uençant

Plus en détail (/12821680-S-o-2h-o-s-so-3h-o-une-solution-de-thiosulfate-de-sodium-de-concentration-en-ion-thiosulfate-s-2.html)

TRAITEMENT BIOLOGIQUE (/5865060-Traitement-biologique.html)


Référent : Service SEET Direction DPED ADEME (Angers) TRAITEMENT BIOLOGIQUE Juillet 2014 Les polluants concernés par la technique de traitement
biologique sont les composés odorants et les Composés Organiques

Plus en détail (/5865060-Traitement-biologique.html)

SKW. Agents de blanchiment Que sont-ils et que font-ils? Schweizerischer Kosmetikund Waschmittelverband
(/4145909-Skw-agents-de-blanchiment-que-sont-ils-et-que-font-ils-schweizerischer-kosmetikund-
waschmittelverband.html)
SKW Schweizerischer Kosmetikund Waschmittelverband Association suisse des cosmétiques et des détergents The Swiss Cosmetic and Detergent Association
Agents de blanchiment Que sont-ils et que font-ils?

Plus en détail (/4145909-Skw-agents-de-blanchiment-que-sont-ils-et-que-font-ils-schweizerischer-kosmetikund-waschmittelverband.html)

LES PRODUITS NETTOYANTS ET DEMAQUILLANTS POUR LE VISAGE (/11039796-Les-produits-nettoyants-et-


demaquillants-pour-le-visage.html)
LES PRODUITS NETTOYANTS ET DEMAQUILLANTS POUR LE VISAGE I. DÉFINITION GENERALE Un produit nettoyant est un produit cosmétique qui a pour rôle de
débarrasser la surface cutanée de toutes impuretés internes

Plus en détail (/11039796-Les-produits-nettoyants-et-demaquillants-pour-le-visage.html)

CHIMIE-RESUME DE LA DEUXIEME PARTIE DEUXIEME PARTIE ACIDES ET BASES DANS LES MILIEUX BIOLOGIQUES
(/16366745-Chimie-resume-de-la-deuxieme-partie-deuxieme-partie-acides-et-bases-dans-les-milieux-
biologiques.html)
DEUXIEME PARTIE ACIDES ET BASES DANS LES MILIEUX BIOLOGIQUES CHAPITRE 4 - ACIDES ET BASES DANS LES MILIEUX BIOLOGIQUES Rappels [H 3 O + ] = 10 -
ph ou ph = - log [H 3 O + ] (Le ph d une solution dépend

Plus en détail (/16366745-Chimie-resume-de-la-deuxieme-partie-deuxieme-partie-acides-et-bases-dans-les-milieux-biologiques.html)

Comment fabriquer une colle à partir du lait? (/10228387-Comment-fabriquer-une-colle-a-partir-du-lait.html)


BTS Mil agroressources septembre 2010 TP N 1 CHIMIE Comment fabriquer une colle à partir du lait? Pour faire coaguler le lait, il y a 3 principales méthodes : -
par action enzymatique (ex : de la pressure

Plus en détail (/10228387-Comment-fabriquer-une-colle-a-partir-du-lait.html)

Dossier pour améliorer. la qualité de l eau, les produits ménagers (/5620313-Dossier-pour-ameliorer-la-qualite-de-l-


eau-les-produits-menagers.html)
Sophie PERROTTO pour l'agek, le 20/08/11 Dossier pour améliorer la qualité de l eau, les produits ménagers 1 L'eau est une ressource indispensable à la vie.
Toutefois, il y a malheureusement une pollution

docplayer.fr/8546325-Formulation-des-detergents.html 13/23
31/08/2019 Formulation des détergents - PDF

Plus en détail (/5620313-Dossier-pour-ameliorer-la-qualite-de-l-eau-les-produits-menagers.html)

- pellicule de fruits qui a un rôle de prévention contre l'évaporation, le développement de moisissures et l'infection
par des parasites (/2349838-Pellicule-de-fruits-qui-a-un-role-de-prevention-contre-l-evaporation-le-developpement-
de-moisissures-et-l-infection-par-des-parasites.html)
LES LIPIDES Quelles Sont les Idées Clés? Les lipides sont les huiles et les graisses de la vie courante. Ils sont insolubles dans l eau. Pour les synthétiser, une
réaction : l Estéri cation. Pour les

Plus en détail (/2349838-Pellicule-de-fruits-qui-a-un-role-de-prevention-contre-l-evaporation-le-developpement-de-moisissures-et-l-infection-par-des-


parasites.html)

SOMMAIRE. CHIMIE GENERALE ET MINERALE... p.47 (/17445074-Sommaire-chimie-generale-et-minerale-p-47.html)


SOMMAIRE REMISE A NIVEAU-NOTIONS NOTIONS DE BASE... p.7 REMISE A NIVEAU PHYSIQUE-CHIMIE-N 1 : STRUCTURE DE LA MATIERE. p.8 I. Structure
atomique... p.8 II. La répartition électronique et représentation

Plus en détail (/17445074-Sommaire-chimie-generale-et-minerale-p-47.html)

MAITRISE DE L ACIDITE DES SOLS (/13534004-Maitrise-de-l-acidite-des-sols.html)


FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICE 4 MAITRISE DE L ACIDITE DES SOLS Au même titre que la matière organique, la prise en
compte du statut acido-basique du sol est un préalable

Plus en détail (/13534004-Maitrise-de-l-acidite-des-sols.html)

L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques (/7914696-L-


utilisation-des-micro-organismes-pour-la-production-de-carburants-et-de-produits-bio-chimiques.html)
L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques I R. A L I S O N B R O G N A U X U N I T É D E B I O - I N D U S
TRIESGEMBLOUXAGROBI

Plus en détail (/7914696-L-utilisation-des-micro-organismes-pour-la-production-de-carburants-et-de-produits-bio-chimiques.html)

FORMATION À LA GESTION DES ARCHIVES (/5280655-Formation-a-la-gestion-des-archives.html)


FORMATION À LA GESTION DES ARCHIVES Conserver et gérer des documents photographiques INTÉRÊT DES PHOTOGRAPHIES Miroir du passé et du présent
Environnement familier dans notre société de l image 1 CONSERVER

Plus en détail (/5280655-Formation-a-la-gestion-des-archives.html)

I) CLASSIFICATION DES GLUCIDES. (/8945856-I-classi cation-des-glucides.html)


LES G LUCIDES. Introduction : Source de glucides? Plusieurs aliments d origine di érente contiennent des glucides : Sucre, fruits, lait, pain, pâte, riz, légumes
secs Rôle? Leur rôle est d apporter de

Plus en détail (/8945856-I-classi cation-des-glucides.html)

PROTECTIVE FABRICS. Une gamme de tissus avec nition retardatrice de ammes. Recommandations de lavage de
soin et d entretien (/12316078-Protective-fabrics-une-gamme-de-tissus-avec- nition-retardatrice-de- ammes-
recommandations-de-lavage-de-soin-et-d-entretien.html)
PROTECTIVE FABRICS Une gamme de tissus avec nition retardatrice de ammes Recommandations de lavage de soin et d entretien Sommaire : 1.0
INTRODUCTION 2.0 LAVAGE INDUSTRIEL 2.1 Détergents et autres

Plus en détail (/12316078-Protective-fabrics-une-gamme-de-tissus-avec- nition-retardatrice-de- ammes-recommandations-de-lavage-de-soin-et-d-


entretien.html)

Chapitre 3 : Liaisons chimiques. GCI 190 - Chimie Hiver 2009 (/10323146-Chapitre-3-liaisons-chimiques-gci-190-


chimie-hiver-2009.html)
docplayer.fr/8546325-Formulation-des-detergents.html 14/23
31/08/2019 Formulation des détergents - PDF
Chapitre 3 : Liaisons chimiques GCI 190 - Chimie Hiver 2009 Contenu 1. Liaisons ioniques 2. Liaisons covalentes 3. Liaisons métalliques 4. Liaisons moléculaires
5. Structure de Lewis 6. Électronégativité

Plus en détail (/10323146-Chapitre-3-liaisons-chimiques-gci-190-chimie-hiver-2009.html)

COMP.2 Cohésion des solides et Solvatation exercices. Savoir son cours QCM : (/16366323-Comp-2-cohesion-des-
solides-et-solvatation-exercices-savoir-son-cours-qcm.html)
COMP.2 Cohésion des solides et Solvatation exercices Savoir son cours QCM : Paires d ions : Trouver la proportion d anions et de cations dans les solides
constitués des paires d ions suivantes : [K + ]

Plus en détail (/16366323-Comp-2-cohesion-des-solides-et-solvatation-exercices-savoir-son-cours-qcm.html)

PRODUIT DESCRIPTION RÉFÉRENCE. Améliorant d indice de viscosité, idéal pour les terrains de recouvrement, les
sables et les graviers. (/7664481-Produit-description-reference-ameliorant-d-indice-de-viscosite-ideal-pour-les-
terrains-de-recouvrement-les-sables-et-les-graviers.html)
MATEX PRODUIT RÉFÉRENCE Contrôle de viscosité DD-1200 DD-2000 DD-955 Ultravis Améliorant d indice de viscosité, idéal pour les terrains de recouvrement,
les sables et les graviers. Améliorant d indice

Plus en détail (/7664481-Produit-description-reference-ameliorant-d-indice-de-viscosite-ideal-pour-les-terrains-de-recouvrement-les-sables-et-les-


graviers.html)

Structure d'un tensioactif : (/11312390-Structure-d-un-tensioactif.html)


Structure d'un tensioactif : Les sont des constituants d un grand intérêt en coi ure. Ils participent au nettoyage des cheveux. On les trouve dans les
shampooings. Les entrent dans la composition des

Plus en détail (/11312390-Structure-d-un-tensioactif.html)

GRAVIMETRIE + NO. 1 - Principe de la gravimétrie. a - Quelques exemples. b - Facteurs in uençant la solubilité


(/12316254-Gravimetrie-no-1-principe-de-la-gravimetrie-a-quelques-exemples-b-facteurs-in uencant-la-
solubilite.html)
GRAVIMETRIE 1 - Principe de la gravimétrie Cette méthode d analyse quantitative a pour but d obtenir une séparation quantitative (c'est-àdire totale) d'un
cation ou d'un anion (en solution aqueuse) par

Plus en détail (/12316254-Gravimetrie-no-1-principe-de-la-gravimetrie-a-quelques-exemples-b-facteurs-in uencant-la-solubilite.html)

Bulles de savon. Le savon possède une tête hydrophile et une queue hydrophobe. Les molécules de savon sont
représentés de la façon suivante: (/16366648-Bulles-de-savon-le-savon-possede-une-tete-hydrophile-et-une-queue-
hydrophobe-les-molecules-de-savon-sont-representes-de-la-facon-suivante.html)
Bulles de savon La transformation chimique responsable des propriétés du savon est la saponi cation. Au cours de cette réaction, les corps gras (graisses ou
huiles) sont hydrolysés en milieu alcalin par

Plus en détail (/16366648-Bulles-de-savon-le-savon-possede-une-tete-hydrophile-et-une-queue-hydrophobe-les-molecules-de-savon-sont-representes-de-


la-facon-suivante.html)

Novochem Additifs d Engrais (/8343797-Novochem-additifs-d-engrais.html)


Novochem Additifs d Engrais L art Du Process Chimique Les engrais sont sensibles au mottage, à l absorption d humidité ou/et à la formation de poussière et
peuvent causer la corrosion. Depuis plusieurs

Plus en détail (/8343797-Novochem-additifs-d-engrais.html)

Chap.1 : Phénotypes en relation avec l activité de protéines spéci ques. (/15603548-Chap-1-phenotypes-en-relation-


avec-l-activite-de-proteines-speci ques.html)

docplayer.fr/8546325-Formulation-des-detergents.html 15/23
31/08/2019 Formulation des détergents - PDF
Chap.1 : Phénotypes en relation avec l activité de protéines spéci ques. Le phénotype est l ensemble des caractères observables d une cellule, d un organisme. Le génotype
est l ensemble des gènes d une

Plus en détail (/15603548-Chap-1-phenotypes-en-relation-avec-l-activite-de-proteines-speci ques.html)

Notre ligne de produits lessive et nettoyants de Suisse (/2223627-Notre-ligne-de-produits-lessive-et-nettoyants-de-


suisse.html)
Notre ligne de produits lessive et nettoyants de Suisse Page Lessives poudres 4 Lessives liquides 5 Lessives spéciales 6 7 Aides au lavage 8 Adoucissants 9
Nettoyants ménagers 10 11 Nettoyants vaisselle

Plus en détail (/2223627-Notre-ligne-de-produits-lessive-et-nettoyants-de-suisse.html)

Au menu aujourd hui. Les éléments chimiques et l eau.


http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2. (/6189112-Au-
menu-aujourd-hui-les-elements-chimiques-et-l-eau-http-eau-tourdumonde-free-fr-image-20partie-20pedagogique-
La chimie de la vie Au menu aujourd hui Les éléments chimiques et l eau
http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2.jpg Au menu aujourd hui Les éléments chimiques

Plus en détail (/6189112-Au-menu-aujourd-hui-les-elements-chimiques-et-l-eau-http-eau-tourdumonde-free-fr-image-20partie-20pedagogique-molecule-


20etat-20de-20l-eau2.html)

2 nd 1 Enseignement d exploration 2 nd 2. Thème 2. Utilisation des ressources naturelles. L eau (/12369758-2-nd-1-


enseignement-d-exploration-2-nd-2-theme-2-utilisation-des-ressources-naturelles-l-eau.html)
2 nd 1 Enseignement d exploration 2 nd 2 Thème 2 Utilisation des ressources naturelles L eau Problématique générale: Des millions d hommes, dans les pays
défavorisés, meurent encore chaque année pour avoir

Plus en détail (/12369758-2-nd-1-enseignement-d-exploration-2-nd-2-theme-2-utilisation-des-ressources-naturelles-l-eau.html)

LESSIVES BUZ LAUNDRY APERÇU DES PRODUITS ENCORE PLUS D'EFFICACITÉ ET DE SERVICE POUR VOTRE LINGE
PERFECTLY CLEAN - FOR SURE (/8546916-Lessives-buz-laundry-apercu-des-produits-encore-plus-d-e cacite-et-de-
service-pour-votre-linge-perfectly-clean-for-sure.html)
Buzil, MME20XV PERFECTLY CLEAN - FOR SURE ENCORE PLUS D'EFFICACITÉ ET DE SERVICE POUR VOTRE LINGE La gamme de produit Buz Laundry est idéale
pour un nettoyage professionnel des franges, serviettes, du

Plus en détail (/8546916-Lessives-buz-laundry-apercu-des-produits-encore-plus-d-e cacite-et-de-service-pour-votre-linge-perfectly-clean-for-sure.html)

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? (/52520-Calcaire-ou-eau-agressive-en-aep-comment-y-


remedier.html)
Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Les solutions techniques Principes et critères de choix Par Sébastien LIBOZ - Hydrogéologue Calcaire
ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Plus en détail (/52520-Calcaire-ou-eau-agressive-en-aep-comment-y-remedier.html)

Partie 1. Addition nucléophile suivie d élimination (A N + E) 1.1. Réactivité électrophile des acides carboxyliques et
groupes dérivés (/2349281-Partie-1-addition-nucleophile-suivie-d-elimination-a-n-e-1-1-reactivite-electrophile-des-
acides-carboxyliques-et-groupes-derives.html)
Molécules et matériaux organiques Partie 1. Addition nucléophile suivie d élimination (A N + E) 1.1. Réactivité électrophile des acides carboxyliques et groupes
dérivés bjectifs du chapitre Notions à connaître

Plus en détail (/2349281-Partie-1-addition-nucleophile-suivie-d-elimination-a-n-e-1-1-reactivite-electrophile-des-acides-carboxyliques-et-groupes-


derives.html)

docplayer.fr/8546325-Formulation-des-detergents.html 16/23
31/08/2019 Formulation des détergents - PDF

7. NETTOYAGE ET DÉSINFECTION: (/9253222-7-nettoyage-et-desinfection.html)


7. NETTOYAGE ET DÉSINFECTION: Le RD 3484/2000 établit les normes d hygiène relatives à l élaboration, la distribution et la commercialisation des produits
alimentaires nis, «pour le nettoyage des installations,

Plus en détail (/9253222-7-nettoyage-et-desinfection.html)

Traitement des eaux de source de plus en plus riches en gaz carbonique et de plus en plus douces : (/11963051-
Traitement-des-eaux-de-source-de-plus-en-plus-riches-en-gaz-carbonique-et-de-plus-en-plus-douces.html)
Traitement des eaux de source de plus en plus riches en gaz carbonique et de plus en plus douces : Les exigences des nouvelles normes en Allemagne
permettent de neutraliser les eaux naturelles d une manière

Plus en détail (/11963051-Traitement-des-eaux-de-source-de-plus-en-plus-riches-en-gaz-carbonique-et-de-plus-en-plus-douces.html)

10 l bidon Carton à 1 pcs. 9.90 99.00 / pcs. 4.40 (/8547082-10-l-bidon-carton-a-1-pcs-9-90-99-00-pcs-4-40.html)


HYGIENE TEXTILE HYGIENE TEXTILE LISTE DE PRIX NO. D ART. MESURE EMBALLAGE PRIX/Kg/L PRIX COV/MESURE 59 01 59 Wetex 40 Lessive pour prélavage 25
kg sac Carton à 1 pcs. 8.90 222.50 / pcs. 59 00 62 Wetex

Plus en détail (/8547082-10-l-bidon-carton-a-1-pcs-9-90-99-00-pcs-4-40.html)

Les méthodes de séparation basées sur l extraction (/6936395-Les-methodes-de-separation-basees-sur-l-


extraction.html)
Les méthodes de séparation basées sur l extraction L extraction liquide - liquide C est l extraction d un soluté S d un solvant A par un solvant B non miscible au
premier. Deux paramètres sont importants

Plus en détail (/6936395-Les-methodes-de-separation-basees-sur-l-extraction.html)

Problèmes calcaires Protégez vos installations avant qu il ne soit trop tard! (/17752891-Problemes-calcaires-
protegez-vos-installations-avant-qu-il-ne-soit-trop-tard.html)
Problèmes calcaires Protégez vos installations avant qu il ne soit trop tard! Le Problème Suivant la position de l'équilibre entre la formation d'acide carbonique
(H 2 CO 3 ) et celle de carbonate de calcium

Plus en détail (/17752891-Problemes-calcaires-protegez-vos-installations-avant-qu-il-ne-soit-trop-tard.html)

AUSILAB TM Une gamme complète de détergents pour le lavage de la verrerie (/12316213-Ausilab-tm-une-gamme-


complete-de-detergents-pour-le-lavage-de-la-verrerie.html)
AUSILAB TM Une gamme complète de détergents pour le lavage de la verrerie CARLO ERBA Reagents Un partenaire de choix pour le laboratoire et l industrie
CARLO ERBA Reagents, fournisseur reconnu de produits

Plus en détail (/12316213-Ausilab-tm-une-gamme-complete-de-detergents-pour-le-lavage-de-la-verrerie.html)

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS (/420646-Acides-bases-chap-5-spiess.html)


ACIDES BASES «Je ne crois pas que l on me conteste que l acide n ait des pointes Il ne faut que le goûter pour tomber dans ce sentiment car il fait des
picotements sur la langue.» Notion d activité et

Plus en détail (/420646-Acides-bases-chap-5-spiess.html)

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface.


Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 (/7914631-La-corrosion-formes-et-exemples-christophe-holterbach-cetim-
cermat-fr-corrosion-et-traitement-de-surface-tel-03-89-32-72-20-fax-03-89-59-97-87.html)
LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87
PRINCIPAL MODE DE DEGRADATION DANS LE MONDE devant les

docplayer.fr/8546325-Formulation-des-detergents.html 17/23
31/08/2019 Formulation des détergents - PDF

Plus en détail (/7914631-La-corrosion-formes-et-exemples-christophe-holterbach-cetim-cermat-fr-corrosion-et-traitement-de-surface-tel-03-89-32-72-20-


fax-03-89-59-97-87.html)

CatoCool. Traitement de l eau pour systèmes de refroidissement (/13947563-Catocool-traitement-de-l-eau-pour-


systemes-de-refroidissement.html)
CatoCool Traitement de l eau pour systèmes de refroidissement Eau de refroidissement Avantages et défauts En plus d être un produit de base facilement
disponible, l eau a également la propriété d être

Plus en détail (/13947563-Catocool-traitement-de-l-eau-pour-systemes-de-refroidissement.html)

Les Sacs Biodégradables (/8557269-Les-sacs-biodegradables.html)


Les Sacs Biodégradables Introduction: De nos jours, l utilisation des sacs plastiques est très fréquente, notamment dans le commerce ou encore pour l usage
personnel (sacs poubelles ) mais cela n est pas

Plus en détail (/8557269-Les-sacs-biodegradables.html)

NORME POUR LA CASÉINE ALIMENTAIRE ET PRODUITS DÉRIVÉS CODEX STAN 290-1995. Précédemment CODEX
STAN A-18-1995. Adoptée en 1995. Révision 2001. (/9332133-Norme-pour-la-caseine-alimentaire-et-produits-
derives-codex-stan-290-1995-precedemment-codex-stan-a-18-1995-adoptee-en-1995-revision-2001.html)
NORME POUR LA CASÉINE ALIMENTAIRE ET PRODUITS DÉRIVÉS CODEX STAN 290-1995 Précédemment CODEX STAN A-18-1995. Adoptée en 1995. Révision
2001. Amendée en 2010, 2013, 2014 CODEX STAN 290-1995 2 1. CHAMP D

Plus en détail (/9332133-Norme-pour-la-caseine-alimentaire-et-produits-derives-codex-stan-290-1995-precedemment-codex-stan-a-18-1995-adoptee-en-


1995-revision-2001.html)

Réactions d oxydoréduction (/6757343-Reactions-d-oxydoreduction.html)


Réactions d oxydoréduction Ce document a pour objectif de présenter de manière synthétique quelques bases concernant les réactions d oxydoréduction et
leurs principales applications que sont les piles

Plus en détail (/6757343-Reactions-d-oxydoreduction.html)

nitrate d argent Frédéric ELIE, avril 2006 (/13004000-Nitrate-d-argent-frederic-elie-avril-2006.html)


ACCUEIL nitrate d argent Frédéric ELIE, avril 2006 La reproduction des articles, images ou graphiques de ce site, pour usage collectif, y compris dans le cadre
des études scolaires et supérieures, est

Plus en détail (/13004000-Nitrate-d-argent-frederic-elie-avril-2006.html)

Chapitre C1 : Les eaux de consommation (/16719834-Chapitre-c1-les-eaux-de-consommation.html)


Chapitre C1 : Les eaux de consommation I) Une eau minérale est-elle de l eau pure? Activité expérimentale : 1- Peser un bécher de 150 ml à l aide de la balance.
2- Introduire 100 ml d eau minérale Hépar

Plus en détail (/16719834-Chapitre-c1-les-eaux-de-consommation.html)

la matièr cuivre (II) Donner la 2) Déterminer et Cu 2+ + Correction : ions chlorure. 1) Chlorure de cuivre neutralité
CuCl 2. = = (/10452746-La-matier-cuivre-ii-donner-la-2-determiner-et-cu-2-correction-ions-chlorure-1-chlorure-de-
cuivre-neutralite-cucl-2.html)
1) Chlorure de cuivre Le chlorure de cuivre (II) est un composé ionique constitué d'ions chlorure Cl - et d'ions cuivre (II) Cu 2+. Donner la formule statistique de
ce composé. Écrire l'équation de sa

Plus en détail (/10452746-La-matier-cuivre-ii-donner-la-2-determiner-et-cu-2-correction-ions-chlorure-1-chlorure-de-cuivre-neutralite-cucl-2.html)

docplayer.fr/8546325-Formulation-des-detergents.html 18/23
31/08/2019 Formulation des détergents - PDF

Les Con tures. Photo : M.Seelow / Cedus. Dossier CEDUS Avec la collaboration de l Université de Reims : Prof
Mathlouthi, MC Barbara Rogè. (/1793762-Les-con tures-photo-m-seelow-cedus-dossier-cedus-avec-la-collaboration-
de-l-universite-de-reims-prof-mathlouthi-mc-barbara-roge.html)
Photo : M.Seelow / Cedus Dossier CEDUS Avec la collaboration de l Université de Reims : Prof Mathlouthi, MC Barbara Rogè. LES CONFITURES TABLE DES
MATIERES DYNAMIQUE INTRODUCTION I. DEFINITION DES CONFITURES

Plus en détail (/1793762-Les-con tures-photo-m-seelow-cedus-dossier-cedus-avec-la-collaboration-de-l-universite-de-reims-prof-mathlouthi-mc-barbara-


roge.html)

LES LIANTS HYDRAULIQUES. Hamdi Boualem ENSSMAL (/7666168-Les-liants-hydrauliques-hamdi-boualem-


enssmal.html)
LES LIANTS HYDRAULIQUES Hamdi Boualem ENSSMAL Le ciment Le ciment est une matière pulvérulente, formant avec l eau ou avec une solution saline une
pâte plastique liante, capable d agglomérer, en durcissant,

Plus en détail (/7666168-Les-liants-hydrauliques-hamdi-boualem-enssmal.html)

LA MIGRATION DES SELS DANS UN SUPPORT (/7446749-La-migration-des-sels-dans-un-support.html)


M. GHARBI SOCOL SA GR GROUPE LA MIGRATION DES SELS DANS UN SUPPORT MINERAL OU EFFLORESCENCES 1/Dé nition L humidité présente dans les
éléments de construction, qu elle provienne d une condensation, d

Plus en détail (/7446749-La-migration-des-sels-dans-un-support.html)

WWW.CLEVERCARE.INFO LAVAGE (/2223752-Www-clevercare-info-lavage.html)


WWW.CLEVERCARE.INFO LAVAGE Le symbole du cuvier indique si le lavage domestique est possible à la main et en machine. Le nombre à l intérieur de ce
symbole indique la température de lavage maximale en

Plus en détail (/2223752-Www-clevercare-info-lavage.html)

L eau. Dé nition : La décomposition de l eau, formé par la combinaison chimique de (/10453015-L-eau-de nition-la-
decomposition-de-l-eau-forme-par-la-combinaison-chimique-de.html)
L eau Origine de l eau : La terre à environ quatre milliard et demi d années. Lors de sa formation, la terre était entourée de divers gaz brûlants. En se
refroidissant au cours du temps, deux de ces gaz,

Plus en détail (/10453015-L-eau-de nition-la-decomposition-de-l-eau-forme-par-la-combinaison-chimique-de.html)

Exercices sur le thème II : Les savons (/543994-Exercices-sur-le-theme-ii-les-savons.html)


Fiche d'exercices Elève pour la classe de Terminale SMS page 1 Exercices sur le thème : Les savons EXERCICE 1. 1. L oléine, composé le plus important de l huile
d olive, est le triglycéride de l acide

Plus en détail (/543994-Exercices-sur-le-theme-ii-les-savons.html)

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur nal. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive,
PerformantielLE et probabiliste (/2309396-Presentations-gtf-point-de-vue-d-un-utilisateur- nal-duree-de-vie-des-
ouvrages-approche-predictive-performantielle-et-probabiliste.html)
Présentations GTF Présenté par : Georges NAHAS Organismes : Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) Paris 26 mai 2009 Introduction Le
vieillissement des ouvrages de génie civil et plus

Plus en détail (/2309396-Presentations-gtf-point-de-vue-d-un-utilisateur- nal-duree-de-vie-des-ouvrages-approche-predictive-performantielle-et-


probabiliste.html)

Les molécules présentes dans les médicaments (/11146174-Les-molecules-presentes-dans-les-medicaments.html)


Les molécules présentes dans les médicaments Les médicaments reposent sur environ 2 000 molécules qui sont souvent complexes. Di érentes représentations ont été
imaginées pour modéliser ces molécules.

docplayer.fr/8546325-Formulation-des-detergents.html 19/23
31/08/2019 Formulation des détergents - PDF

Plus en détail (/11146174-Les-molecules-presentes-dans-les-medicaments.html)

LE LAVAGE DES SOLS ET SEDIMENTS POLLUES (/12994184-Le-lavage-des-sols-et-sediments-pollues.html)


LE LAVAGE DES SOLS ET SEDIMENTS POLLUES Une alternative de gestion pour optimiser les chantiers Solutions environnementales clé en main pour une
valorisation active de sites VALGO - Copyright 2009 SOMMAIRE

Plus en détail (/12994184-Le-lavage-des-sols-et-sediments-pollues.html)

ELIMINATION DES DEPOTS EN OSMOSE INVERSE : UNE NOUVELLE APPROCHE. M. Stéphane Jarrige Genesys
International (/12316501-Elimination-des-depots-en-osmose-inverse-une-nouvelle-approche-m-stephane-jarrige-
genesys-international.html)
ELIMINATION DES DEPOTS EN OSMOSE INVERSE : UNE NOUVELLE APPROCHE M. Stéphane Jarrige Genesys International MOR12-010 Principes de Base du
Nettoyage E cacité du Nettoyage - Etude de Cas Théorie du Colmatage

Plus en détail (/12316501-Elimination-des-depots-en-osmose-inverse-une-nouvelle-approche-m-stephane-jarrige-genesys-international.html)

Travaux Pratiques de Chimie Organique (/15773119-Travaux-pratiques-de-chimie-organique.html)


Préparation du savon I. INTRODUCTION a) Composition d un corps gras : Les corps gras sont des composés naturels d origine végétale ou animale, appelés
lipides. Ils sont essentiellement constitués de triglycérides,

Plus en détail (/15773119-Travaux-pratiques-de-chimie-organique.html)

Enseigner la formulation chimique. Vangelis Antzoulatos, Lycée de l Escaut (/11312672-Enseigner-la-formulation-


chimique-vangelis-antzoulatos-lycee-de-l-escaut.html)
Enseigner la formulation chimique Vangelis Antzoulatos, Lycée de l Escaut La formulation Dé nition, importance économique La formulation RSC : Tout ce qui a
trait à la conception des produits de tous

Plus en détail (/11312672-Enseigner-la-formulation-chimique-vangelis-antzoulatos-lycee-de-l-escaut.html)

CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU (/13543563-Ch3-une-gestion-obligatoire-des-nappes-d-


eau.html)
CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU INTRODUCTION L'eau est une ressource nie, recyclable et inégalement répartie. Elle est une ressource
indispensable aux êtres vivants et aux activités humaines.

Plus en détail (/13543563-Ch3-une-gestion-obligatoire-des-nappes-d-eau.html)

Programme de lavage du linge Aquanomic. Une approche simple et sûre pour les meilleurs résultats (/12316571-
Programme-de-lavage-du-linge-aquanomic-une-approche-simple-et-sure-pour-les-meilleurs-resultats.html)
Programme de lavage du linge Aquanomic Une approche simple et sûre pour les meilleurs résultats Le saviez-vous... pour 70% des clients d hôtel le linge
propre est un des trois premiers facteurs de satisfaction*1

Plus en détail (/12316571-Programme-de-lavage-du-linge-aquanomic-une-approche-simple-et-sure-pour-les-meilleurs-resultats.html)

Manipulation des acides nucléiques (/12583044-Manipulation-des-acides-nucleiques.html)


Manipulation des acides nucléiques (voir chapitre 6 du Voet et Voet) - les acides nucléiques forment des polymères : ADN et ARN - ils sont composés de 4
nucléotides: A, C, G et T pour l ADN A, C, G et

Plus en détail (/12583044-Manipulation-des-acides-nucleiques.html)

docplayer.fr/8546325-Formulation-des-detergents.html 20/23
31/08/2019 Formulation des détergents - PDF

La digestion chimique (/6014458-La-digestion-chimique.html)


SBI3U La digestion chimique Les aliments sont réduits mécaniquement en particules plus petites ils sont soumise à l action de substances chimiques et des
enzymes les molécules complexes deviennent des

Plus en détail (/6014458-La-digestion-chimique.html)

Liquides oraux : et suspensions. Préparations liquides pour usage oral. Solutions (/1794793-Liquides-oraux-et-
suspensions-preparations-liquides-pour-usage-oral-solutions.html)
Préparations pharmaceutique Cours de en 2ème petites Année quantités de Master en Pharmacie Liquides oraux : solutions, Préparation sirops
pharmaceutique et suspensions en petites quantités Section des

Plus en détail (/1794793-Liquides-oraux-et-suspensions-preparations-liquides-pour-usage-oral-solutions.html)

Une alimentation adaptée pour un entraînement optimal 1 (/9430575-Une-alimentation-adaptee-pour-un-


entrainement-optimal-1.html)
Une alimentation adaptée pour un entraînement optimal 1 Les (sucres lents) sont essentiels à la résistance de l organisme pour un e ort d endurance. Si vous
manquez de réserves, vous vivrez le «mur du

Plus en détail (/9430575-Une-alimentation-adaptee-pour-un-entrainement-optimal-1.html)

Chap. V : Propriétés physiques et chimiques et tableau périodique. r anion (/5927595-Chap-v-proprietes-physiques-


et-chimiques-et-tableau-periodique-r-anion.html)
V.1. Propriétés physiques V.1.a. Le rayon atomique Dans une même colonne quand on change de période n d'une unité, le volume e ectif de l atome croît
brusquement dans une même colonne r quand n. Au sein

Plus en détail (/5927595-Chap-v-proprietes-physiques-et-chimiques-et-tableau-periodique-r-anion.html)

Les préparations ophtalmiques (/14400409-Les-preparations-ophtalmiques.html)


Les préparations ophtalmiques Pharmacie galénique Objectifs Dé nir les. Connaître les critères de qualité de ces préparations. Distinguer entre les di érentes
formes de ces préparations, leurs spéci cités

Plus en détail (/14400409-Les-preparations-ophtalmiques.html)

Dessiccatif NORKOOL DESITHERM (/15032005-Dessiccatif-norkool-desitherm.html)


Dessiccatif NORKOOL DESITHERM Présentation d un nouveau dessiccatif haut de gamme conçu pour combattre la corrosion 2 Vous recherchez un triéthylène
glycol (TEG) haute performance pour un système de séchage

Plus en détail (/15032005-Dessiccatif-norkool-desitherm.html)

Les milieux biologiques tamponnés et leur intérêt (/10228564-Les-milieux-biologiques-tamponnes-et-leur-


interet.html)
Les milieux biologiques tamponnés et leur intérêt 1 Position de la séquence Thème n 1: les systèmes vivants présentent une organisation particulière de la
matière. 1.5 Les molécules des organismes vivants

Plus en détail (/10228564-Les-milieux-biologiques-tamponnes-et-leur-interet.html)

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure,
étude de quelques exemples. (/2274496-1-ere-partie-tous-cap-sauf-hotellerie-et-alimentation-chimie-etre-capable-
de-programme-atomes-structure-etude-de-quelques-exemples.html)
Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les
di érentes parties du programme de formation la liste

docplayer.fr/8546325-Formulation-des-detergents.html 21/23
31/08/2019 Formulation des détergents - PDF

Plus en détail (/2274496-1-ere-partie-tous-cap-sauf-hotellerie-et-alimentation-chimie-etre-capable-de-programme-atomes-structure-etude-de-quelques-


exemples.html)

Chapitre 3 Propriétés et Analyses des protéines (/13893068-Chapitre-3-proprietes-et-analyses-des-proteines.html)


Chapitre 3 Propriétés et Analyses des protéines 1.Isolement des protéines A. Choix d une source de protéines B. Techniques de solubilisation C. Stabilisation
des protéines D. Détection des protéines E.

Plus en détail (/13893068-Chapitre-3-proprietes-et-analyses-des-proteines.html)

1. Qu'est-ce que nettoyer? 2. Pourquoi nettoyer et désinfecter? 3. Où se trouvent les germes? 4. Principe de
nettoyage (/11312549-1-qu-est-ce-que-nettoyer-2-pourquoi-nettoyer-et-desinfecter-3-ou-se-trouvent-les-germes-4-
principe-de-nettoyage.html)
1. Qu'est-ce que nettoyer? Supports de cours L'entretien et la désinfection des locaux C'est rendre propre en éliminant les salissures sans détériorer le
matériau que l'on nettoie. Il s'agit d'un assainissement

Plus en détail (/11312549-1-qu-est-ce-que-nettoyer-2-pourquoi-nettoyer-et-desinfecter-3-ou-se-trouvent-les-germes-4-principe-de-nettoyage.html)

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ]


Solution acide (/420627-K-w-h-3-o-oh-10-14-k-a-k-b-a-25-c-h-3-o-oh-10-7-m-solution-neutre-h-3-o-oh-solution-
acide.html)
La constante d autoprotolyse de l eau, K W, est égale au produit de K a par K b pour un couple acide/base donné : En passant en échelle logarithmique, on voit
donc que la somme du pk a et du pk b d un

Plus en détail (/420627-K-w-h-3-o-oh-10-14-k-a-k-b-a-25-c-h-3-o-oh-10-7-m-solution-neutre-h-3-o-oh-solution-acide.html)

CHAPITRE 2 : Structure électronique des molécules (/1627082-Chapitre-2-structure-electronique-des-


molecules.html)
CHAPITRE 2 : Structure électronique des molécules I. La liaison covalente 1) Formation d une liaison covalente Les molécules sont des assemblages d atomes
liés par des liaisons chimiques résultant d interactions

Plus en détail (/1627082-Chapitre-2-structure-electronique-des-molecules.html)

Fiche de données de sécurité (/9493351-Fiche-de-donnees-de-securite.html)


4 pages dont cet en tête FICHE DE DONNEES DE SECURITE DE L'ANTI-MOISISSURES 1 L D ate d impression : 11:52 revue le 26/09/03 1. Identi cation de la
substance/préparation et de la société/entreprise Identi cation

Plus en détail (/9493351-Fiche-de-donnees-de-securite.html)

Atelier de biochimie : réalisation de modèles moléculaires (/16965638-Atelier-de-biochimie-realisation-de-modeles-


moleculaires.html)
Atelier de biochimie : réalisation de modèles moléculaires Titre du document Réalisation de modèles moléculaires à partir de kits de construction Matériel Kit
de construction de molécules (1 par groupe

Plus en détail (/16965638-Atelier-de-biochimie-realisation-de-modeles-moleculaires.html)

Formation, formulation et propriétés (/18030462-Formation-formulation-et-proprietes.html)


Mousses Formation, formulation et propriétés par Jean-Louis SALAGER Ingénieur de l École nationale supérieure des industries chimiques (ENSIC) de Nancy
Professeur à l université des Andes, Mérida, Venezuela

Plus en détail (/18030462-Formation-formulation-et-proprietes.html)

Eaux usées Centre de traitement (/10028101-Eaux-usees-centre-de-traitement.html)

docplayer.fr/8546325-Formulation-des-detergents.html 22/23
31/08/2019 Formulation des détergents - PDF
EN BREF Dans une goutte d eau Eaux usées Centre de traitement Les eaux usées sont fréquemment appelées eaux d égout. Il s agit d eaux qui ont été utilisées pour le
lavage et le nettoyage par chasse d eau

Plus en détail (/10028101-Eaux-usees-centre-de-traitement.html)

SKW. Entretien du linge Préserver de l environnement. Schweizerischer Kosmetikund Waschmittelverband


(/5726971-Skw-entretien-du-linge-preserver-de-l-environnement-schweizerischer-kosmetikund-
waschmittelverband.html)
SKW Schweizerischer Kosmetikund Waschmittelverband Association suisse des cosmétiques et des détergents The Swiss Cosmetic and Detergent Association
Entretien du linge Préserver de l environnement Considérations

Plus en détail (/5726971-Skw-entretien-du-linge-preserver-de-l-environnement-schweizerischer-kosmetikund-waschmittelverband.html)

Faceal Oleo HD Devis technique (/17026040-Faceal-oleo-hd-devis-technique.html)


Faceal Oleo HD Devis technique A n de protéger et de préserver les matériaux de construction des agressions extérieurs (eau, taches, salissures, gra tis ), des
traitements spéci ques sont apparus pour

Plus en détail (/17026040-Faceal-oleo-hd-devis-technique.html)

III CAPILLARITE TENSION SUPERFICIELLE (/7446677-Iii-capillarite-tension-super cielle.html)


III CAPILLAITE TENSION SUPEFICIELLE La «tension de surface» est un phénomène qui fait apparaître une grandeur intensive propre aux liquides qui peut revêtir
une grande importance dans des problèmes spéci ques

Plus en détail (/7446677-Iii-capillarite-tension-super cielle.html)

Biologie 12 Examen de référence D Guide de notation (/11336273-Biologie-12-examen-de-reference-d-guide-de-


notation.html)
Biologie 12 Examen de référence D Guide de notation Utilise le schéma ci-dessous pour répondre à la question 1. Organite 1 Organite 2 1. Identi e les
organites 1 et 2 et compare leurs fonctions d au moins

Plus en détail (/11336273-Biologie-12-examen-de-reference-d-guide-de-notation.html)

Chimie du solide et de l énergie (/11448622-Chimie-du-solide-et-de-l-energie.html)


COMMUNIQUÉ Janvier 2014 RenforcerlarechercheenChimiedanslesdomainesdel énergieetdel environnement Jean
MarieTARASCONestnommétitulairedelanouvellechaire Chimiedusolideetdel énergie Leçoninaugurale,lejeudi23janvierà18h00

Plus en détail (/11448622-Chimie-du-solide-et-de-l-energie.html)

Additifs. Additifs rhéologiques Agents mouillants et dispersants Agents d Interfaces Agents antipeau / Antioxydants
Spécialités (/13228143-Additifs-additifs-rheologiques-agents-mouillants-et-dispersants-agents-d-interfaces-agents-
antipeau-antioxydants-specialites.html)
Additifs pour revêtements, peintures et pour revêtemen encres d imprimerie Additifs rhéologiques Agents mouillants et dispersants Agents d Interfaces Agents
antipeau / Antioxydants Spécialités ADDITIFS

Plus en détail (/13228143-Additifs-additifs-rheologiques-agents-mouillants-et-dispersants-agents-d-interfaces-agents-antipeau-antioxydants-


specialites.html)

2019 © DocPlayer.fr Politique de con dentialité (/support/privacy-policy/) | Conditions de service (/support/terms-of-service/) | Feed-back (/support/feedback/)

docplayer.fr/8546325-Formulation-des-detergents.html 23/23