Vous êtes sur la page 1sur 63

PATHOLOGIES OCULAIRES

COURANTES

Dr Boubacar SARR
Coordonnateur du PNLC
CATARACTE
GENERALITES
•  DEFINITION
–  Opacification du cristallin
•  TYPE
–  Sénile + + + (85%)
•  Accroissement naturel
avec l’âge
•  20% au-delà de 60 ans
(phénomène d’anticipation
en PeD)
•  Survenue quasi certaine
au delà de 90 ans
–  Congénitale
–  Secondaire
–  pathologique
Principaux facteurs de risques
et /ou étiologies des cataractes
•  Age : facteur majeur
–  Environ 85 % des cas de cataracte sont dus à l'âge,
–  Entre 2000 et 2020, population mondiale : 6,08 ⇒ 7,52
milliards.(PeD +++) avec dédoublement des +65 ans
–  Débit opératoire n’augmente pas dans les mêmes
proportions ⇒ passif+++.
–  Nombre d’interventions requises :
•  12 millions en 2000,
•  20 millions en 2010,
•  32 millions en 2020, ⇒ TCC minimal à:
–  3000 en Inde et d'autres pays d'Asie du Sud-Est,
–  d'au moins 2000 en Afrique
Autres facteurs de risques
Cigarette, Ultra violets, Alcool

Diabète, HTA, Index de masse corporelle élevé

Médicaments favorisants : corticoïdes

La prévention : un leurre ?
• Facteur de risque majeur: vieillissement :
• Existe -t- il des stratégies pour lutter contre le
vieillissement ??? .
Évaluation des programmes de
cataracte: Quelques notions
•  CSR(cataract surgical rate) : Taux de Chirurgie de Cataractes
•  CSC (cataract surgical coverage) : taux de couverture chirurgicale
en cataracte
•  Prévalence : Nombre de cas à un moment donné /population
•  Incidence : Les nouveaux cas de cataractes (1 pour 1000, ou encore
20 % de la prévalence pour les pays en développement)
•  Output : Nombre de patients opérés
•  Outcome : Résultats de la chirurgie de cataracte
•  Taux de restauration de la vue (Sight restauration rate )
•  Évaluation rapide : faible échantillonnage ciblant le population la
plus exposée
•  Backlog :Arriérés de cataractes non opérées …
Combien de cataractes

devrions nous opérer ?


Si seuil AV =…. Taux de chirurgie par
million habitants
1/10 1300

2/10 2300

3/10 3200

5/10 6000
11500
6/10

10/10 25300

Relation entre niveau d’acuité visuelle et nombre de cataractes à


opérer:Taylor H_BJO 2000;84:1-2.
SITUATION AU SENEGAL
•  AMPLEUR:
–  Prévalence de la cécité liée à la cataracte: =
0,31%  31 000 aveugles de cataracte
–  Incidence = 2/1000 18 000 nouveaux cas
de cataracte par an
–  TCC 2002 = 632/million, 2005 = 708/million
•  Au TOTAL :
–  Tendance à l’accroissement du passif
Chirurgie de la cataracte par région
Taux de chirurgie de la cataracte au cours des 9
dernières années
Chirurgie de la cataracte par région
Taux d ’implantation au cours des 9 dernières années

LECONS APPRISES:
•  Faibles
taux de chirurgie
•  Tendance à l’amélioration des taux d’implantation
•  Aucune idée sur les résultats (outcom)
Points forts de la Chirurgie de la
cataracte au Sénégal

•  Au moins une offre par région

•  Existence d’un circuit de consommables

•  Maîtrise techniques opératoires courantes

•  Maîtrise des complications à moyen et long


terme (laser yag)
Points faibles de la Chirurgie de la
cataracte au Sénégal
•  Indisponibilité des statistiques du secteur privé
(faible complétude)
•  Faible qualité de l’accueil (liste d’attente)
•  Grande variabilité des coûts de cession selon les
points de prestation
•  Faible communication avec les patients
•  Absence d’évaluation des services de chirurgie
de la cataracte (monitorage)
•  Absence de politique de vulgarisation de la
prestation
Opportunités de la Chirurgie de la
cataracte au Sénégal
•  Nouvelles orientations de la Politique de santé
–  Approche communautaire (relais et agents de santé
communautaire, soldat de la prévention…)
–  Phase 2 du PNDS axée sur la lutte contre la maladie
•  Organisation du système de santé
–  Décentralisation de l’offre (création de points de
prestation au niveau des centres de santé
–  Intégration du dépistage dans le PMA des ICP
•  Nouvelle politique de médicaments
•  Existence d’un pôle de formation
Barrières à la chirurgie de la cataracte
causes profondes
•  Pauvreté (accès)
•  Etat de sous développement (offre faible)
•  Inadéquation des ressources humaines
•  Faible priorisation par l’autorité politique
•  Accessibilité géographique
•  Vécu socioculturel
–  Peur
–  Ignorance et fausses croyances
–  Agressivité médiatique des tradipraticiens
Barrières à la chirurgie de la cataracte
•  Faible couverture géographique des services/
Faible accès
•  Système de référence inefficace.
•  Coût élevé de la prestation.
•  Mauvaise gestion des services (organisation,
accueil).
•  Personnel insuffisant, mal distribué et peu motivé
•  Médicaments et consommables peu accessibles
•  Équipement inadéquats et faible maintenance.
Barrières à la chirurgie de la cataracte
liées aux patients

Ne sait pas (Ignorance de la disponibilité des services)


N’a pas d’argent (Manque de moyens financiers)
Ne peut pas aller à l’hôpital (Pas d’accompagnateur)
N’est pas nécessaire (Ne ressent pas besoin de se faire opérer
Ne veut pas avoir mal (Peur)
N’a pas confiance (chirurgie chez un voisin sans bon résultat)
N’a pas le temps .
Comment faire pour accroître le CSR?
Quelle stratégie???
AXES STRATEGIQUES D’INTERVENTION
•  INFORMER (sensibilisation)
•  ALLER VERS LES POPULATIONS (outreach /
camps de cataractes )
•  ASSURER LA QUALITE
•  REDUIRE LES COUTS (accessibilité).
Et la cataracte congénitale au
Sénégal !!!!!

•  Ampleur réelle mal connue :


Incidence (1/6000 naissance, taux de
natalité 36‰) 60 cas attendus par an
•  Nombre de cas opérés
LE TRACHOME
LE TRACHOME
QU’EST – CE QUE LE TRACHOME ? 
•  Le trachome est une maladie infectieuse de l’œil provoquée
par un micro- organisme, appelé chlamydia trachomatis. Il
s’agit d’une kératoconjonctivite (conjonctive et cornée)
•  L’infection = inflammation (rougeur, secrétions, follicules et
œdème conjonctive tarsale).
•  Infection répétée (sur des années) peut entraîner la
formation de cicatrices sur le tarse qui s’épaissit et se
retourne en dedans entraînant les cils qui vont alors frotter
sur la cornée.
•  Le frottement permanent des cils sur la cornée va créer des
cicatrices blanches et la perte de la transparence, les
quelles vont entraîner une perte de vision et la cécité.
•  Cependant à chaque stade de la maladie, il est possible
d’éviter une aggravation du cas et de remonter la pente qui
mène à la cécité. Une fois installée, celle ci est définitive
LE TRACHOME
CLINIQUE
Le trachome est une maladie oculaire qui provoque
une inflammation de la conjonctive (membrane qui
recouvre la face interne des paupières et la face
externe du globe).
La maladie débute dès le jeune âge, souvent avant
l’âge d’un an. Au bout de plusieurs années elle peut
provoquer des cicatrices surtout à la suite
d’infections répétées.
Après plusieurs années d’évolution il apparaît des
cicatrices sur les paupières qui entraînent une
déformation de la paupière. Les cils se trouvent
déviés vers l’intérieur de sorte qu’ils frottent sur la
cornée. Il se forme des cicatrices sur la cornée qui
perd sa transparence et le malade devient aveugle.
LE TRACHOME
LE TRACHOME SE TRANSMET PAR 2 MANIERES
TRANSMISSION DIRECTE
La transmission est plus facile et fréquente entre les enfants à
partir des sécrétions oculaires et nasales par les doigts, les
jouets, le linge souillé, etc. la transmission est plus intense
quand les enfants dorment ensemble.
Les femmes sont plus atteintes de trachome du fait de leur
proximité avec les enfants qui sont le réservoir du germe.
Elles ont ainsi la «   malchance   » de se ré infester plus
fréquemment. C’est pourquoi elles développent plus de
complication de la maladie que les hommes. On estime qu’il y
a trois femmes aveugles de trachome pour un homme.
TRANSMISSION INDIRECTE
Les mouches transmettent la maladie par l’intermédiaire des
sécrétions oculaires
LE TRACHOME
LES FACTEURS FAVORISANTS
•  Le développement du trachome cécitant reste lié à des aspects socio-
économiques et environnementaux.
–  Le trachome est une maladie liée à la pauvreté, à l’ignorance à la
promiscuité, à la mauvaise hygiène individuelle et collective.
–  Il est plus fréquent en milieu rural, où la pénurie d’eau rend
l’hygiène plus difficile, surtout quand le climat est sec et
l’environnement poussiéreux.
•  Les facteurs qui contribuent à aggraver le trachome varient selon les
endroits et sont principalement :
o  le manque d’eau qui rend l’hygiène individuelle défectueuse
o  la pullulation des mouches due à la mauvaise hygiène du milieu
(mauvaise gestion des ordures, absence d’assainissement,
manque de latrines)
o  le surpeuplement des parties de l’habitation où dorment les enfants
(promiscuité).
o  Autres facteurs liés aux causes d’irritations oculaires (poussière,
fumée)
Au total, le trachome est une maladie fortement liée à la pauvreté.
LE TRACHOME
DONNEES EPIDEMIOLOGIQUES :
1,7 millions d’aveugles de trachome dans le monde.
Le trachome est la première cause de cécité évitable,
Sévit surtout dans les pays en développement
d’Afrique, d’Asie et d’Amérique du Sud
Au Sénégal, le trachome est la deuxième cause de
cécité avec 25 000 aveugles à son actif.
320 000 enfants infectés et plus de 91 000 porteurs de
trichiasis. (enquête en 2000)
Régions de Thiès, Diourbel et Louga sont les plus
touchées (enquête en 2000)
COMMENT LUTTER
CONTRE LE TRACHOME
Le contrôle durale du trachome exige la mise en
œuvre des quatre éléments suivants :
•  CH : Chirurgie du trichiasis
•  A : Traitement antibiotique des cas de trachome
évolutif
•  N : Nettoyage du visage (empêche la transmission
du germe d’un enfant à un autre).
•  CE   : Changer l’environnement (amélioration de
l’hygiène du milieu).
COMMENT LUTTER
CONTRE LE TRACHOME
La Chirurgie du trichiasis
Elle consiste en une intervention visant à redresser les cils qui frottent sur
l’œil, elle peut s’effectuer dans un centre de santé, ou même au
village.
Le Traitement antibiotique
Les malades ne viennent généralement pas consulter pour le trachome.
Le trachome est une maladie qu’il faut dépister et traiter.
Jusqu’en 1997, le traitement du trachome était uniquement local avec
l’application d’une pommade antibiotique
Actuellement on utilise un traitement antibiotique par voie générale.
A- Le traitement local :
-     Laver le visage et nettoyer les yeux
-         Appliquer une pommade ophtalmique (tétracycline à 1%) dans les 2
yeux, 2 fois par jour pendant six semaines.
COMMENT LUTTER
CONTRE LE TRACHOME
B - Le traitement par voie général
Il se fait avec l’azithromycine, et n’a d’intérêt qu’en traitement de masse
Présentation :
o Comprimé dosé à 250 mg ;
o Suspension dosée à 200mg/5ml
Posologie et Mode d’administration :
o   Le zithromax est donné en prise unique suivant la taille. On utilise une
toise en bois graduée.
o Le traitement commence à partir de 60 cm de taille. En deçà, on utilise
la pommade tétracycline.
o Pour l’administration de la suspension on dispose de flacons doseurs ou
de cupules.
Les comprimés d’Azithromycine sont à avaler avec un verre d’eau sans
être croqués
COMMENT LUTTER
CONTRE LE TRACHOME
B - Le traitement par voie général (suite)
Effets indésirables : L’azithromycine est en général bien tolérée, mais il peut
engendrer quelques effets secondaires de courte durée :
o Les manifestations gastro-intestinales : nausée, vomissements, diarrhées,
douleurs abdominales réversibles à l’arrêt.
o     Les manifestations allergiques   : rash, photosensibilité, arthralgies,
urticaires.
Reconstitution de la suspension   : Il faut bien agiter le flacon de poudre
avant d’ajouter de l’eau pour la reconstitution de la suspension
Remarques importantes
o   Il est conseillé de prendre le traitement en dehors des repas ( aussi bien
les comprimés que la suspension).
o   Veiller à ce que chaque personne ne prenne qu’une seule dose.
o   Un flacon entamé ne pet être utilisé au delà de 10 jours.
o  Le médicament doit être conservée à une température inférieure à 30°C.
SITUATION EPIDEMIOLOGIQUE AU
SENEGAL
Enquête nationale de février 2000
•  Protocole standard de l’OMS
•  Prévalence moyenne pondérée des formes actives
chez les enfants de 0 à 10 ans (hors Dakar)
– 10,8% (TF/TI)
– 1,2% (TI).
•  Prévalence moyenne pondérée des formes
cicatricielles chez la femme de plus de 14 ans
–  2,6% pour le trichiasis (TT)
–  1,4% pour l’opacité de cornée (CO)
CARTOGRAPHIE DU TRACHOME ACTIF AU
SENEGAL (- 10 ans)

Louga
St-Louis
17,3%
8,3%

Diourbel
Thiès 17,9%
12,1%
Dakar Kaolack
3,3% 7,6%
Fatick
5,9%
Tambacounda
4,8%

Kolda
Ziguinchor KM

0
CARTOGRAPHIE DE L’ENTROPION TRICHIASIS AU
SENEGAL (φ + 14 ans)

Diourbel
3,9% St-Louis
Louga
0,3%
2,4%

Thiès Diourbel
Dakar 4,1%
1,3% Kaolack
Fatick
2,9% 2,6%
Tambacounda
0,6%

Kolda
Ziguinchor KM
0
Enquête de prévalence dans la région de
Thiès (2004): Formes actives (TF/TI)

Khombole
11,6%

Mbour: 7,1%

Popenguine: 6,2%

Joal: 7,8%

Thiadiaye: 6,7%
Enquête de prévalence dans la région de
Thiès (2004): Formes cicatricielles (TT)

Mbour: 1,5%

Popenguine: 1,9%

Joal: 2%

Thiadiaye: 5,2%
ORIENTATIONS STRATEGIQUES NATIONALES
⇒CH.A.N.CE
Ø Définition de régions prioritaires :
•  Diourbel, Thiès, Louga
Ø Mise en œuvre :
•  Plan quinquennal élaboré en 2005
•  Mise en œuvre totale ou partielle de la stratégie CHANCE
dans les régions de Thiès, Diourbel et Louga
•  Pas d’intervention structurée pour les autres régions
Ø Composante CH :
–  Décentralisation de la chirurgie au poste de santé
–  Mise en œuvre de Campagnes
–  Choix de la Méthode de Trabut
ORIENTATIONS STRATEGIQUES NATIONALES
⇒CH.A.N.CE
Ø  Composante A:
•  Traitement de masse à l’azithromycine dans les
régions prioritaires
•  Enquête de district préalable (choix selon la
prévalence)
•  Renforcement de capacité dans la prise en charge
du trachome par les agents de santé du premier
niveau (dépistage, traitement par les ICP et
ASC)
Ø  Composante N et CE:
•  Promouvoir la multisectorialité
•  Impliquer les services d’Éducation pour la Santé
et d’Hygiène Publique (dimension intra sectorielle)
•  Plaidoyer (dimension intersectorielle)
VICES DE REFRACTION
VICE ou ERREURS DE REFRACTION
•  Vices de réfraction = Formation inadéquate de
l’image d’un objet sur la rétine.
•  C’est le système optique de l’œil qui est en cause.
•  Comme tous les instruments optiques, l’œil
fonctionne sur le principe de la réfraction.
–  Tous les rayons lumineux qui traversent l’œil changent de
direction, ils sont déviés par la cornée le cristallin avant de
converger vers la rétine en situation normale.
–  Dans le cas contraire, l’œil présente un défaut de vision
appelée vice ou erreur de réfraction
•  Les principaux vices de réfraction sont: la Myopie,
L’hypermétropie, l’astigmatisme
LA MYOPIE
•  LA MYOPIE : Ce vice de réfraction est caractérisé par
une mauvaise vision de loin
•  La cornée ou le cristallin exerce une trop forte déviation
sur les rayons lumineux qui vont converger avant la
rétine. On peut aussi dire que l’œil est trop long pour sa
puissance.
•  Les signes sont des maux de tête, une vision de loin
floue, des clignement des yeux, une réduction de la
fente palpébrale pour mieux voir ou carrément la
fermeture d’un œil.
L’HYPERMETROPIE
•  Ici, la vision est floue à toutes les distances
•  L’œil est trop court, l’image se forme derrière la
rétine.
•  Les signes cliniques sont marqués par un fatigue
oculaire rapide lors de tout travail de prés, des
maux de tête surtout le soir, des picotements et
larmoiements, une loucherie chez les enfants,
une vision floue intermittente
L’ASTIGMATISME
•  L’astigmatisme est le trouble de la vision qui altère la
netteté des objets que nous regardons
•  Il fait suite à une irrégularité de la cornée ou du cristallin
qui n’a plus sa sphéricité ce qui fait que les rayons ne
convergent pas en un point mais en un trait. La vision de
prés comme celle de loin est floue.
•  Les signes cliniques sont assez identiques à ceux
précédemment décrits(fatigues visuelles et de maux de
tête essentiellement frontaux).

LA PRESBYTIE
•  La presbytie n’est pas à proprement parlé un vice de
rédaction. Il s’agit d’une diminution de la capacité du
cristallin à accommoder.
•  Elle se manifeste par une vision floue de prés, des
difficultés ou même l’impossibilité de lire à la distance
habituelle, des larmoiements lors de tout travail de prés
IMPACT DES VICES DE REFRACTION
•  Développement individuel
•  Education
•  Santé
•  Carrière professionnelle
•  Productivité
•  Rapport avec la société
•  Qualité de la vie
•  Déperdition scolaire et chute vers la délinquance
SOLUTIONS
•  Pour tous ces vices de réfraction, le port d’une
lunette ou autre correction optique après un examen
minutieux, permet de retrouver la vue, voir la vie !!!!.
BASSE VISION
DEFINITION
•  La basse vision se définit comme une acuité
visuelle inférieure ou égale à 3/10 dans le meilleur
œil qui ne peut être améliorée par une correction
optique
•  Le mal voyant a une vision résiduelle utile
CONSEQUENCES DE LA BASSE VISION
•  Difficultés de déplacement
•  Détérioration de la vision des couleurs
•  Perte de la vision de la pénombre
•  Difficultés dans les activités quotidiennes (lire,
écrire, ..)
AMPLEUR DES VICES DE REFRACTION
ET DE LA BASSE VISION
Nouvelles données
–  37 millions d’aveugles
–  124 millions de mal voyants
–  153 Millions de vices de réfractions non corrigés
–  150 Millions de presbytes
Au total: 464 Millions d’individus directement
touchés par des troubles visuels
CAUSES GENERALES DE CECITE ET DE
MAL VOYANCE DANS LE MONDE
•  CATARACTE 39%
•  VICES DE REFRACTION 18%
•  GLAUCOME 10%
•  ARMD 7%
•  OPACITE CORNEENE 4%
•  RETINOPATHIE DIABETIQUE 4%
•  DIABETES MELLITUS 3%
•  CECITE DE L’ENFANT 3%
•  TRACHOME 3%
•  ONCHOCERCOSE 0,7%
•  AUTRES 11%
LES VICES DE REFRACTION
DANS LE MONDE
•  153 MILLIONS
–  AFRIQUE 6.3 MILLIONS
–  AMERIQUES 13.1 MILLIONS
–  MOYEN ORIENT 3.1 MILLIONS
–  EUROPE 15 MILLIONS
–  ASIE DU SUD EST 56.3 MILLIONS
–  PACIFIQUE 59.3 MILLIONS
ETUDE EN AFRIQUE DU SUD
•  5599 Enfants de 5 A 15 ans examinés
•  Sur 191yeux avec baisse de vision
–  63.6% suite aux vices de refraction
–  7.3% Amblyopie
–  9.9% Problèmes rétiniens
–  3.7% Opacités cornéennes
–  3.1% Autres causes
–  12% Causes inexpliquées
CECITES DE L’ENFANT
Cécités de l’enfant
Situation actuelle:
Ø  1.5 million d’enfants
aveugles dans le monde
Ø  0.3 million en Afrique
Ø  1 million de handicapés
visuels
Ø Mortalité élevée si aveugl.
Ø  En Afrique jusqu’à 70%
des maladies cécitantes
n’arrivent jamais jusqu’au
spécialiste
Causes de Cécité évitable chez l'enfant
Par région & niveau de développement

Riches Transitions Pauvre Très pauvres

Evitable Non evitable


nombre d'enfants aveugles/10 mil. d'hab,
Par cause & niveau de développement
6000

5000

4000 Taies Cornéennes


Rétinopathie
3000 du Prématuré
Cataracte, glaucome

2000 RDP
Causes non évitables
1000
Riches Transition Pauvres Très pauvres
Modalités de prise en charge
Deux grands groupes :
Affections cécitantes évitables, mieux
prises en charge dans le cadre de soins
de santé primaire: avitaminose A
(xérophtalmie), ophtalmie néonatale,
conjonctivites bactériennes
TAIES CORNEENNES
Modalités de prise en charge
Deux grands groupes :
2 Affections évitables/curables: Plus du
ressort du spécialiste et de son équipe (cataracte
congénitale, glaucome congénital, vices de
réfraction et basse vision)
GLAUCOME CONGENITAL CATARACTE CONGENITALE
Cécités évitables de l’enfant
Cécités de l’enfant
1. Cataractes congénitales:
Ø  Vaccination contre la rubéole?
Ø  Prise en charge précoce: urgence chirurgicale
Ø  Correction de l ’aphakie le plus tôt possible
Ø  Place des implants avant 2 ans: controversée?
Ø  Suivi, réhabilitation et accompagnement nécessaires
pendant plusieurs années!!!
2. Glaucome congénital (GC):
Ø  Intérêt et importance des signes d ’appel (larmoiement)
dans la prise en charge du GC & l ’éducation des futures
mamans (SME)
Ø  Prise en charge précoce
Cécités de l’enfant
Impératifs en Chirurgie Pédiatrique:
Ø  Des mains fermes et très expérimentées
Ø  Importance du suivi à long terme
Ø   Evolution actuelle : Equipe type:
Ø  Chirurgien pédiatrique
Ø  Réfractioniste Expérimenté (Très grande maîtrise de la Skiascopie++)
ü  Technicien Basse Vision
ü  Orthoptiste
ü  Anesthésiste pédiatrique
ü  Un minimum d'équipements

Cataracte & Glaucome congénitaux : quels rôles aux


niveaux Communautaires, primaires ?
Ø  Quels services pour le dépistage? (place de la PCIME, du
contenu de l’enseignement ?)
Ø  Comment superviser leur activité?
Le Glaucome
GLAUCOME
Qu’est-ce que le glaucome?
•  C’est une des causes les plus fréquentes de cécité, (3ème cause
de cécité dans notre pays avec prés de 16 000 aveugles),
•  Affection caractérisée par une hausse de la pression
intraoculaire..
•  On perd lentement la vision (d’abord sur les côtés), et le tout
sans douleur et sans qu’on ne s’en aperçoive.
Quels sont les facteurs de risque
•  La hausse de la pression intraoculaire (PIO) due à un blocage
de l’écoulement de l’humeur aqueuse.
•  L’âge est aussi un facteur de risque,
•  Les antécédents familiaux,
•  La myopie,
•  L'origine africaine, les maladies générales (cardiopathie, AVC,
etc.).
•  Certains médicaments, tels les stéroïdes, peuvent aussi causer
le glaucome. Il faut penser au glaucome devant ces facteurs de
risque.
GLAUCOME
Types de glaucome
•  Le glaucome à angle ouvert est le plus courant.
–  Les signes sont discrets tant que la maladie n’est très avancée. Les
malades peuvent alors conduire leur véhicule, lire et faire la
plupart des tâches courantes, parce que la perte de vision
n’est pas évidente jusqu’à ce qu’il soit trop tard.
–  La perte de l’acuité visuelle est alors permanente et
irrémédiable.
–  Il faut systématiser la mesure de la pression oculaire pour
déceler et soigner rapidement la maladie afin de conserver ce
qui reste de vision.
•  Le glaucome à angle fermé est moins courant,
–  Sa survenue peut être prévenue.
–  Les symptômes comprennent : l’apparition soudaine d’une
douleur sourde et persistante à un œil accompagnée d’une
modification de la vision. Le sujet a la vue brouillée et voit des
halos autour des lumières.
–  Il faut alors voir un spécialiste de la vue sur-le-champ ou se
rendre immédiatement à l’urgence.
GLAUCOME
Traitement
•  Le glaucome à angle ouvert, le traitement
commence ordinairement par des collyres pour
abaisser la pression. Comme il s’agit d’une maladie
chronique, il faut une surveillance régulière pour
adapter le traitement et assurer une bonne
observance. En cas d’échec, on peut recourir à la
chirurgie ou au laser.
•  Pour le glaucome à angle fermé, le médecin doit
faire baisser la pression intraoculaire avec des
médicaments avant que le dommage ne devienne
permanent. Il pratiquera alors une petite ouverture
dans l’iris (iridectomie) pour prévenir une autre
attaque.