Vous êtes sur la page 1sur 54

DROIT PÉNAL

Hiver 2005
Julien Morissette

I – Introduction...........................................................................................................................4
2. Les sources du droit criminel..............................................................................................4
3. Partage des compétence et territorialité..............................................................................5
4. Procédure pénale et organisation judiciaire........................................................................5
4.1 La procédure pénale fédérale: les types d’infraction....................................................5
4.2 La procédure pénale provinciale: le système de tribunaux...........................................6
4.3 Le rôle du procureur de la Couronne et de la Défense.................................................6
R. c. Stinchcombe (1991)............................................................................................6
5. Le principe de la légalité.....................................................................................................7
II – La présomption d’innocence et ses conséquences...............................................................7
0. Aperçu général....................................................................................................................7
1. La présomption d’innocence et le droit au silence: fondements légaux de la présomption8
R. c. Stinchcombe (1991)............................................................................................9
Woolmington v. D.P.P. [1935] A.C. 461......................................................................9
2. Le fardeau de présentation de la poursuite.......................................................................10
3. Le fardeau de persuasion de la poursuite..........................................................................10
R. c. Nadeau (1984)..................................................................................................10
R. c. Morin (1988).....................................................................................................10
4. Le doute raisonnable.........................................................................................................10
4.0 Les différents fardeaux du droit criminel....................................................................11
4.1 La notion et ses conséquences....................................................................................11
R. c. Lifchus (1997)...................................................................................................12
4.3 Les sources du doute...................................................................................................13
R. c. W.(D.) (1991)....................................................................................................13
4.4 Le champs d’application.............................................................................................13
4.5 Les formulations de la notion du doute raisonnable...................................................13
R. c. Starr (2000)......................................................................................................13
III – LES DIFFÉRENTS FARDEAUX DE PREUVE ET LES PRÉSOMPTIONS................14
1. Le fardeau de présentation de l’accusé.............................................................................14
2. Le fardeau de persuasion de l’accusé................................................................................15
2.1 La règle générale.........................................................................................................15
2.2 Les exceptions.............................................................................................................15
3. Le rôle des présomptions..................................................................................................15
3.1 Les présomptions de faits............................................................................................15
3.2 Les présomptions légales............................................................................................15
IV – ÉLÉMENTS FONDAMENTAUX DE RESPONSABILITÉ PÉNALE..........................16
1. Les conditions essentielles de la responsabilité pénale....................................................16
1.1 La notion de capacité pénale.......................................................................................16
1.2 L’exercice d’un libre choix.........................................................................................16
2. Les régimes de responsabilité...........................................................................................17
2.1 La classification traditionnelle des infractions...........................................................17
R. c. Sault-Ste-Marie (1978).....................................................................................18
2.2 La “règle” générale.....................................................................................................19
3. Les éléments constitutifs des infractions..........................................................................19
3.1 L’élément matériel: la notion d’actus reus..................................................................19
2

R. c. Terrence (1983).................................................................................................20
Saint-Germain c. R. (1976, CAQ)............................................................................20
Smithers c. La Reine (1978)......................................................................................21
R. c. Hartbottle (1993)..............................................................................................21
R. c. Nette (2001)......................................................................................................21
3.1.2 …par un acte volontaire…..................................................................................22
3.2 L’élément moral: la notion de mens rea......................................................................22
3.2.1 La notion de faute................................................................................................23
3.2.2 La distinction entre la faute appréciée objectivement, celle appréciée
subjectivement et la responsabilité absolue..................................................................23
3.2.3 La faute subjective: l’intention, la connaissance, l’aveuglement volontaire et
l’insouciance.................................................................................................................23
R. c. Théroux (1993).................................................................................................24
États-Unis d’Amérique c. Dynar (1997)...................................................................25
R. c. Beaver (1957)...................................................................................................25
3.2.4 La faute appréciée objectivement: simple négligence et écart marqué................26
R. c. Hundal (1993)...................................................................................................26
3.2.5 Concommittance entre actus reus et mens rea.....................................................26
V – LES EXIGENCES CONSTITUTIONNELLES EN MATIÈRE DE FAUTE
(L’INCIDENCE DE LA CHARTE)..........................................................................................27
0. Introduction.......................................................................................................................27
R. c. Lavallée (1993).................................................................................................28
1. Les infractions criminelles stigmatisantes........................................................................28
R. c. Vaillancourt (1987)...........................................................................................28
R. c. Martineau (1990)..............................................................................................29
2. Les infractions criminelles exigeant la commission d’une infraction sous-jacente..........29
R. c. De Sousa (1992)...............................................................................................30
3. Les infractions criminelles basées sur une conduite négligente.......................................30
R. c. Gosset (1993)....................................................................................................30
R. c. Hundal (1993)...................................................................................................31
4. Les infractions réglementaires..........................................................................................31
Renvoi sur la Motor Vehicle Act de la C.-B. (1985).................................................31
5. Les infractions de responsabilité absolue.........................................................................32
R. c. Pontes (1995)....................................................................................................32
VI – L’IMPUTATION DE LA RESPONSABILITÉ PÉNALE: LA PARTICIPATION
CRIMINELLE..........................................................................................................................32
1. L’auteur de l’infraction et l’agent innocent.......................................................................32
2. L’aide et l’encouragement: art. 21(1)b) et c)....................................................................33
2.1 L’élément matériel (actus reus)...................................................................................33
2.2 L’élément moral (mens rea)........................................................................................33
2.3 Les exigences de la Charte en matière de participation.............................................34
2.4 La participation criminelle d’une organisation...........................................................34
3. L’intention commune: art. 21(2) et 22(2)..........................................................................34
R. c. Jackson (1993)..................................................................................................35
VII – TENTATIVE, COMPLOT ET AUTRES INFRACTIONS INCHOACTIVES..............35
1. Complicité après le fait.....................................................................................................35
2. La tentative: art. 24...........................................................................................................36
Etats-Unis d’Amérique c. Dynar (1997)...................................................................37
R. c. Williams (2003).................................................................................................37
3. Le complot: art. 465..........................................................................................................37
3

4. L’incitation: art. 464..........................................................................................................38


VIII – LES MOYENS DE DÉFENSE ET D’EXONÉRATION..............................................38
0. Survol des moyens de défense..........................................................................................38
0.1 L’alibi..........................................................................................................................38
0.2 La défense d’automatisme..........................................................................................38
0.3 Défense de consentement............................................................................................39
0.4 Défense d’erreur de fait..............................................................................................39
0.5 Plaisanterie / prank......................................................................................................39
0.6 L’intoxication volontaire.............................................................................................39
0.7 Contrainte, nécessité, impossibilité.............................................................................39
0.8 Autre excuses et justifications.....................................................................................39
1. La défense de consentement.............................................................................................39
1.1 Les crimes non-sexuels: exemples des voies de faits.................................................39
R. c. Jobidon (1991)..................................................................................................40
R. c. Cuerrier (1998).................................................................................................42
R. c. Bolduc (1967)...................................................................................................42
1.2 Les crimes à caractère sexuel......................................................................................42
1.2.1 Le fondement: l’erreur de fait et la croyance au consentement...........................43
1.2.2 Le consentement exprès ou tacite........................................................................43
R. c. Livermore (1995)..............................................................................................43
R. c. Ewanchuk (1999)..............................................................................................43
2. Le cas particulier de la légitime défense: le syndrome de la femme battue.....................44
R. c. Lavallée (1990).................................................................................................44
3. Le cas particulier de l’intoxication...................................................................................44
3.0 Introduction.................................................................................................................44
3.1 La règle traditionnelle.................................................................................................45
D.P.P. v. Beard [1920] A.C. 479................................................................................45
3.2 La classification des infractions: les infractions d’intention générale et les infractions
d’intention spécifique........................................................................................................45
3.3 Intoxication involontaire.............................................................................................46
3.4 L’intoxication volontaire.............................................................................................46
3.4.1 L’impact de la Charte..........................................................................................46
R. c. Bernard (1988).................................................................................................46
3.4.2 L’intoxication et les crimes d’intention générale.................................................47
R. c. Daviault (1994).................................................................................................47
3.4.3 L’intoxication et les infractions d’intention spécifique........................................47
R. c. Robinson (1988)................................................................................................47
3.4.5 L’intervention du législateur et l’interprétation judiciaire...................................47
3.4.6 La constitutionnalité de l’art. 33.1 Ccrim............................................................48
3.4.7 L’état du droit aujourd’hui en matière.................................................................48
IX – LA DÉTERMINATION DE LA PEINE...........................................................................49
1. Les principes de sentencing..............................................................................................49
R. c. Gardiner (1982)................................................................................................50
R. c. M. (C.A.) (1996)................................................................................................50
R. c. Wust (2000).......................................................................................................51
R. c. Knoblauch (2000).............................................................................................51
2. L’arsenal des peines..........................................................................................................51
R. c. Proulx (2000)....................................................................................................52
3. La réhabilitation administrative, le pardon.......................................................................52
Re Therrien (2001)....................................................................................................53
4
5

4 janvier

I – Introduction
1. Définition du droit criminel

Distinction entre droit pénal et droit criminel: le pénal comprend toutes les infractions
réglementaires, aux niveaux fédéral, provincial et municipal, tandis que le criminel ne
comprend que ce qui est inclus dans le Code criminel, qui traite autant du meurtre que de la
conduite avec facultés affaiblies.

Définition: le droit criminel englobe les lois qui définissent des actions et omissions qui sont
des actes criminels.

Cela ne se limite pas seulement au Code criminel mais s'étend aussi à la loi sur l’impôt, à
quelques lois sur les drogues, les jeunes contrevenants et à d'autres lois fédérales importantes.

1.1 Qu'est-ce qu’une infraction criminelle?

Plus facile à reconnaître qu’à définir, l’infraction criminelle n’est pas simplement une
interdiction entraînant des conditions pénales, comme une interdiction de stationner. Une telle
définition permettrait au fédéral d’empiéter sur la juridiction provinciale, par sa compétence
exclusive en droit criminel.

Le crime est un acte défini auquel se rattache une peine. Il est lié à une situation contre
laquelle l'État veut réagir, pour assurer certains intérêts économiques, sociaux ou politiques.

Actes préjudiciables à l’État, la personne ou aux biens de certains. Oppose l’État à l’individu:
c’est l’État qui poursuit, bien qu’il existe certains très rares cas où l’État peut permettre qu'une
plainte privée soit portée en vertu de l’article 507.

Distinct des affaires civiles, même pour une série de faits identiques. Autrefois, une victime
d’acte criminel avait le devoir de poursuivre au criminel avant de poursuivre au civil. L’État
moderne a fait le choix d’assumer le rôle exclusif de la poursuite. Dans les cas où une autre
procédure pourrait causer un préjudice, ou que la procédure criminelle pourrait causer un
préjudice dans une autre affaire, l’indépendance des deux affaires sera tout de même respectée
mais il y aura une ordonnance de non-publication. Le criminel ne peut pas se servir de chose
jugée en civil (norme de preuve différente), bien que l’inverse puisse exister.

2. Les sources du droit criminel

Article 6(1): toute infraction criminelle doit être écrite, et mentionne la présomption
d'innocence (la référence faite à la partie 27 est valable pour toutes les provinces sauf le
Québec, qui a son propre code de procédure pénale et n'utilise pas la procédure du code
criminel).

Article 11(g): une personne ne peut être inculpée d'un acte criminel qui n’existait pas au
moment ou les actions en question ont été commises.
6

Article 8: les dispositions du Ccrim s’appliquent partout au Canada sauf dans les territoires. Il
existe dans les territoires des lois spécifiques pour répondre à des besoins différents et des
politiques sociales particulières. La common law criminelle qui existait avant 1955
demeure en vigueur sauf dans la mesure où elle est changée. Toutes les excuses et
justifications en vigueur avant 1955 (adoption du Ccrim) demeurent en vigueur. De plus, l’on
peut se défendre d’une règle écrite avec une exculpation non-écrite.

Article 9: nul ne peut être accusé en vertu de la common law, d’une loi du parlement
Britannique ou d'une loi précédant l'entrée dans la Confédération. Une exception: le
pouvoir du tribunal d'accuser quelqu’un pour outrage au tribunal, essentiel pour maintenir le
contrôle du processus judiciaire.

Distinction entre l'infraction criminelle et l'infraction statutaire:


- L’infraction criminelle dont quelqu’un est coupable mène à un casier judiciaire. Une
personne peut toutefois, après un certain temps, présenter une demande de réhabilitation. Le
législateur a aussi prévu le cas de l’absolution.
- L’infraction pénale ou statutaire peut être une infraction au Code de la route, à la loi de
l'impôt ou à une loi environnementale, même à une règlement municipal. Les trois niveaux de
gouvernement créent des infractions pénales statutaires.

3. Partage des compétence et territorialité

Le droit criminel est de compétence fédérale en vertu de la LC 1867, paragraphe 27(9).

4. Procédure pénale et organisation judiciaire

4.1 La procédure pénale fédérale: les types d’infraction

La distinction tient aux différences de procédure et aussi aux différences de peines encourues.
Aujourd’hui, les juges de paix ont des pouvoirs restreints (mandats, sub-poenas, remises en
liberté) mais ils prennent quand même des décisions importantes.

Les types d'infraction:

1. Infractions strictement sommaires: 6 mois ou moins. Procédure sommaire (700 et s.).


Exemples: troubler la paix, faire partie d'un attroupement illégal, fréquenter une maison de
débauche, solliciter les services d'une prostituée sur la rue (pour ces infractions, il n'y a pas de
prise d'empreinte digitale ni de photo).

2. Juridiction absolue, 2 ans maximum, (553 et s.). Certaines infractions sont uniquement là,
pour des raisons historiques, à l’époque où la qualité des juges était moindre.

3. Infractions hybrides: majorité des infractions. Choix des poursuivants de poursuivre par
procédure sommaire ou mise en accusation. Peuvent être sommaires ou un acte criminel
(revient à 553, voir 536). Cela donne une plus grande latitude au ministère public (ex. coup de
poing pour une dette de drogue vs. bagarre dans un bar). L’agression sexuelle et les voies de
fait causant des lésions peuvent être punies de 18 mois même si elles sont jugées selon la
procédure sommaire. Si la poursuite se fait par voie d’acte d’accusation, la peine peut être
plus lourde (2, 5, 10 ou 14 ans), et la procédure le sera, parce qu’il y aura enquête
préliminaire.
7

4. Juridiction exclusive de la Cour supérieure (468-9, 471), ex. meurtre. En général procès
avec jury (sauf consentement des deux parties) et 14 ans ou plus, ou prison à vie.

Il existe des actes criminels poursuivis par voie d’accusation mais sans grande gravité,
punissables de 2 ans (552, 554, 558).

4.2 La procédure pénale provinciale: le système de tribunaux

Le schéma du système des tribunaux varie selon chaque province, en fonction de


l’organisation de leur cours. L'administration de la justice relève du gouvernement provincial
selon le l’article 92 de la LC 1867.

Au Québec, il y a trois types de tribunaux de première instance:


- Les cours municipales exercent leur juridiction en matière sommaire. À Montréal, Laval et
Québec, elles ont aussi juridiction sur les actes criminels punissables par moins de 2 ans ou
5000$.
- Cour du Québec: composée de 2 chambres, entend un gros volume de causes.
- Cour supérieure: pour les actes criminels, souvent devant juge et jury.

4.3 Le rôle du procureur de la Couronne et de la Défense

Le rôle du procureur de la couronne est défini par la loi sur les substituts du procureur
général. Les fonctions sont d’examiner la procédure et les documents, d’autoriser les
poursuites, de compléter la preuve, de voir à l’assignation du dossier, d’agir et de plaider
devant les tribunaux de première instance, de surveiller les causes intentées par les
poursuivants privés… Le procureur doit prêter serment. Son poste en est un d'officier de la
justice et quasi-ministre de la justice: il a la discrétion de porter ou de ne pas porter des
accusations selon ce qu’il juge en fonction de l'intérêt public. L’exercice compétent de sa
discrétion est importante, parce qu’il n'est pas toujours avantageux pour le système, pour la
justice et pour la société, qu’une personne qui commet un vole à l'étalage mineur et peut
remettre le produit ait des démêlées avec le processus de justice quand il pourrait tout
simplement avoir une bonne leçon durable.

L’avocat de la défense a un devoir de représentation compétente. L’avocat ne peut pas se faire


le juge de son client et doit laisser tout jugement entre les mains du juge, afin que son client
ne soit pas lésé.

R. c. Stinchcombe (1991)

Grand pas en avant en matière d’équité procédurale, même si certains des acquis ne sont
venus que formaliser ce qui existait en pratique à plusieurs endroits. Elle consacre le principe
selon lequel les poursuites n’ont pas comme but ultime d’obtenir une condamnation mais
plutôt de présenter la preuve au juge ou au jury afin que ces derniers puissent se faire une
idée claire sur l’affaire. Le poursuivant doit servir le public. Le but même de l’institution
qu’est la justice criminelle est de civiliser la manière par laquelle une société corrige ses
éléments agissant de manière inacceptable.

Faits: L’accusé avait été accusé de fraude en gardant des sommes en fidéicommis. La
poursuite avait obtenu un témoignage de sa secrétaire qui était en faveur de l’accusé mais
8

avait refusé de témoigner pour la défense et la poursuite n’avait pas voulu faire témoigner au
procès la secrétaire ni divulguer le contenu de son témoignage.

Jugement: La CSC a ordonné un nouveau procès, mais c’était la première fois où la CSC se
prononçait de manière si explicite sur le devoir du ministère public de divulguer la preuve. Il
fut une époque ou la preuve était cachée Aujourd’hui, il est considéré dans l’avantage
supérieur de la justice de sacrifier les considérations techniques au profit d’une preuve
ouverte, qui permet à l'accusé de mieux se défendre, mais qui permet surtout d’éviter des cas
d'erreurs judiciaires qui sont arrivées parce que des personnes n’ont pas pu se défendre
adéquatement, faute d'information sur ce que l’on allait soulever contre eux. Aujourd’hui, à la
comparution, l’avocat de l’accusé reçoit tous les documents de l’enquête. Cette décision a été
motivée par des travaux de la commission de réforme du droit ainsi que par les erreurs
judiciaires passées. La question, selon Sopinka, en était une d’équité.

Exceptions à cette règle:


1. Le devoir de protéger l’identité des informateurs pour fins de sécurité.
2. La non-pertinence de l’information.
Ces deux éléments sont déterminées par la discrétion de la Couronne, mais sont sujets à
révision judiciaire. Malgré ces deux exceptions, le ministère public doit toujours pencher en
faveur de divulgation.

5. Le principe de la légalité

Nécessité d’un texte de loi, non-rétroactivité des lois pénales, certitude et précision de la loi.
Voir I-2.

10 janvier

II – La présomption d’innocence et ses conséquences


0. Aperçu général

Principe au coeur du droit criminel, universellement reconnu. Voir l’affaire Coffin v. US 156
U.S. 432 (4 mars 1895). Existait déjà dans la loi de Sparte, d’Athènes et de Rome.

Imaginons une personne accusée du pire crime, mais complètent innocente. Évidemment, une
personne coupable doit être condamnée. Doit-on permettre la condamnation d’un innocent?
La présomption oblige la présence de preuve. Le fardeau pour la réfuter est celui du
“hors de tout doute raisonnable”.

Une personne accusée doit être acquittée, sauf preuve de culpabilité. Instrument de
preuve créé par la loi pour les accusés, qui doit être renversée par l’État. Norme très
importante, car il y a quand même des erreurs judiciaires importantes (aux ÉU, 125 personnes
qui attendaient leur exécution ont été acquittées par des tests d’ADN!). Au Canada: Marshall,
Morin (acquitté, condamné, puis acquitté), Milgaard (établi les normes de contre-
interrogatoires) qui avait purgé 22 ans de prison sans jamais admettre (donc aucune libération
conditionnelle), Sofano.
Ces erreurs sont le fondement de la présomption, qui s’est imposée afin d’éviter les erreurs
judiciaires. “Norme systémique que toutes les sociétés de droit doivent s’imposer. Protection
9

contre notre tendance à juger sommairement dans la vie de tous les jours.” Les erreurs
policières sont souvent causées par la mauvaise foi, mais aussi parfois parce que les
enquêteurs se sont braqués.

Une présomption ne peut découler que de la preuve ou d’une règle de droit. Il en existe
beaucoup de types qui permettent de faire des inférences sur les faits. 3 exemples de
présomptions légales, qui découlent du droit:
1. Troubles mentaux (16), une personne incapable de juger ne peut pas être condamnée. Mais
chacun est présumé sain d’esprit, sauf preuve du contraire (prépondérance des probabilités)
par la défense.
2. Défense de propriété (41), un bien immeuble peut être protégé contre l’intrusion avec la
force nécessaire. La personne qui refuse de partir est réputée avoir commis des voies de faits.
3. Une personne dans le siège du conducteur (258(1)a) d’un véhicule à moteur est réputée en
avoir la garde ou le contrôle à moins qu’il établisse qu’il ne comptait pas le mettre en marche.
Présomption à l’encontre de l’accusé, déclarée constitutionnellement valide dans R. c. White
(CSC, 1988). Portait atteinte à la présomption d’innocence, mais inférence raisonnable sauvée
par l’article 1 de la Charte.

1. La présomption d’innocence et le droit au silence: fondements légaux de


la présomption

6(1)a: ...une personne est réputée ne pas être coupable de l'infraction tant qu’elle n’a pas été
déclarée coupable de l'infraction ou tant qu’elle n’en a pas été absoute...

Lorsqu’une personne est déclarée coupable d’une infraction criminelle, une personne peut être
absoute et donc réputée ne pas avoir été condamnée (730). Mais elle a été déclarée coupable.

Art. 11d) de la Charte:


Tout inculpé a le droit :
(...)
d) d’être présumé innocent tant qu'il n'est pas déclaré coupable, conformément à la
loi, par un tribunal indépendant et impartial à l'issue d'un procès public et équitable;

Dans Oakes (1986), Dickson a expliqué la portée de l’alinéa 11d) (§29). Selon lui, la
présomption d’innocence est constitutionnalisée, voir Big M Drug Mart (1985). La bonne
foi se présume, tout comme en droit civil. Lié à la protection de la dignité humaine.

Dans Oakes, on contestait la validité de l’art. 8 de l’ancienne Loi sur les stupéfiants (trafic
présumé si possession de stupéfiants, donc présomption de culpabilité que l’accusé devrait
tenter de renverser). La CSC a déclaré cet article anticonstitutionnel, puis a analysé le moyen
utilisé par le législateur pour atteindre son objectif. Question de proportionnalité et de lien
rationnel (entre fait de possession et fait de présomption de trafic). Une présomption est
inacceptable si elle ne découle pas logiquement des faits. La CSC a décidé que c’était le cas
ici, contrairement à White.
10

R. c. Stinchcombe (1991)

Dans Stinchcombe, la CSC a appuyé sur une procédure équitable. Bon exemple de ceci dans
Oakes. L’affaire Woolmington a établi les conséquences de la présomption: “... duty of the
prosecution to prove (...) guilt...”.

Autre application concrète de la présomption d’innocence: droit à la remise en liberté en


attente d’un procès. Dans Pearson (1992, CSC) on a établi ce principe, résumé dans Hall
(2002, CSC).

Article 11e) de la Charte:


e) de ne pas être privé sans juste cause d'une mise en liberté assortie d'un
cautionnement raisonnable;

Mais il peut exister une juste cause pour ne pas donner de remise en liberté, avec un
renversement de la présomption pour les infractions particulièrement graves. Voir 915 et s. Un
juge doit considérer la preuve, peine potentielle, risque de fuite, etc.

Un accusé n’encourt aucun fardeau ni même à faire valoir un moyen de défense.


L’accusé peut dormir pendant son procès, la preuve doit être faite par la poursuite.

Le corollaire de la présomption d’innocence est que la poursuite a le devoir de déposer des


preuves pour que la personne soit condamnée. Voir l’affaire Griffin (1911) 45 SCR 167.
“The Crown must produce evidence... to establish a prima facie case.”

Woolmington v. D.P.P. [1935] A.C. 461

Faits: Il plaide avoir voulu menacer de se suicider mais le coup serait parti et a tué sa femme
qu’il voulait convaincre de revenir. Mais on a retrouvé une note disant qu’il allait la tuer puis
se suicider, écrite avant ou après. Seulement une témoin auditive des événements.

L’arme ne lui appartenait pas. Ils étaient tous deux jeunes. Il avait bonne réputation...
Woolmington a été reconnu coupable, mais a fait appel en plaidant que les instructions au jury
du 2e procès n’étaient pas claires (le jury du premier procès avait été incapable de prendre une
décision, p. 464), comme quoi en cas de doute, il devrait être acquitté.

La poursuite prétendait que la mort causée par autrui prouvait par inférence la malice et donc
la culpabilité. L’appel a été rejeté par la Cour criminelle d’appel. Le Procureur général a
permis un appel au CP. Le CP a raisonné comme dans Oakes, où il y avait une sorte de
présomption de culpabilité.

Jugement: Affaire intéressante pour plusieurs raisons: bon exercice de lecture de jugements
et de doctrine. Les références sont parfois trompeuses, comme le montre Lord Sankey en
analysant les moyens soumis pour appuyer la thèse du renversement. “Il faut vérifier dans les
textes originaux, la doctrine peut être inexacte.” Voir pp. 480-2.

Le jury peut conclure à la culpabilité. Mais il ne doit pas arriver à cette conclusion. Cette
affaire est souvent citée comme étant la base de la présomption d’innocence en droit
criminel (p. 481).
11

2. Le fardeau de présentation de la poursuite

Veut tout simplement dire que c’est à la poursuite de présenter tous les faits incriminants.

3. Le fardeau de persuasion de la poursuite

R. c. Nadeau (1984)

Bon exemple du fardeau de persuasion de la poursuite.

Faits: Deux versions contradictoires, présence ou absence de l’accusé lors du meurtre. Les
directives de première instance: choisir entre les deux versions (!).

Jugement: Selon Lamer, ceci fausse le débat. L’accusé n’a pas à convaincre qui que ce soit.
En cas de doute ou d’incertitude: acquittement. Il ne faut pas choisir mais être convaincu
par la preuve de la poursuite hors de tout doute raisonnable. Même si on ne croit pas l’accusé,
si on ne croit pas le ministère public, il faut acquitter. C’est la poursuite qui doit convaincre
(norme) hors de tout doute raisonnable (fardeau).

“Ne pas croire un accusé n’est pas suffisant pour le condamner.” Il faut juger la preuve de
la poursuite.

R. c. Morin (1988)

Faits: Guy Paul Morin était accusé du meurtre d’une petite fille, sa voisine. Poils,
apparemment tâches de sang dans le camion. Double système de défense (pas lui,
subsidiairement incapacité mentale). On sait aujourd’hui que Morin était complètement
innocent (le travail médico-légal a été mal fait).

Jugement: Sopinka a ordonné un nouveau procès, pour cause d’instructions données au jury.
Il faut permettre au jury de regarder l’ensemble de la preuve, pas appliquer la règle du
doute raisonnable à chaque élément de preuve. Mais il existe un certain risque (voir les
motifs de Wilson et Lamer): faire indirectement ce qu’on ne peut pas faire directement.

Le jury doit être convaincu de: a causé la mort, avait l’intention de causer la mort. Le
standard s’applique au fardeau de persuasion. Chaque élément ne doit pas être prouvé hors de
tout doute raisonnable, mais chaque élément essentiel.
La CSC se réfère à l’affaire Thatcher (1987), où la Couronne avait 2 théories: tué sa femme
ou a engagé quelqu’un pour le faire. La preuve pouvait mener aux deux, mais il n’y avait
aucune preuve directe. La présence de deux théories ne dérange pas: s’il a causé la mort hors
de tout doute raisonnable, les faits individuels ne sont pas pertinents. Il a tout simplement été
déclaré coupable, car il n’y avait pas une thse inculpatoire et une thse exculpatoire.

17 janvier

4. Le doute raisonnable

Presumptio juris, présomption légale: la présomption légale est une preuve en faveur de
l’accusé. “Reasonable doubt is an effect, not a cause, which is the evidence.” Il faut dépasser
le fardeau du doute raisonnable pour renverser cette preuve.
12

4.0 Les différents fardeaux du droit criminel

Il existe différents fardeaux appliqués à différentes étapes, que ce soit pendant une enquête
ou lors d’un procès. Le seul qui n’existe pas est celui de la certitude absolue, car ce serait
souvent impossible d’atteindre un tel fardeau.

Au procès criminel, la culpabilité doit être prouvée “hors de tout doute raisonnable”.
Pour une requête (ex. fondée sur la Charte), c’est celui qui invoque qui doit prouver par
prépondérance de preuve. Cette norme est aussi utilisée en matière de défense de diligence
raisonnable.

Il existe aussi le standard des motifs raisonnables. Pour procéder à une arrestation (495), le
policier doit avoir des motifs raisonnables de croire qu’une personne a commis une infraction.
Voir Story (1990): les motifs objectifs et subjectifs des policiers doivent être raisonnables.

Pour obtenir un mandat de perquisition (permet de saisir, 487), il suffit d’invoquer des motifs
raisonnables de croire qu’un crime a été commis. Même fardeau (186) pour l’écoute
électronique.

Standard plus bas: “motifs raisonnables de soupçonner”. Voir Mann (2004) : les policiers
peuvent détenir une personne à des fins d’enquête pour une “articulable cause” ou des “motifs
raisonnables de soupçonner”.

Aussi une disposition sur laquelle il y a des jugements contradictoires suite à des attaques
constitutionnelles (492.2): permet d’obtenir l’information sur les appels entrants et sortants à
une ligne téléphonique, avec de simples “motifs de soupçonner”.

 254.2, pour la conduite avec faculté affaiblie, il faut juste aux policiers une raison de
soupçonner (très proche du motif raisonnable, mais terme différent dans la législation) pour
faire souffler. Le résultat peut lui-même fournir des motifs raisonnables pour une arrestation.

Il y a au moins 5 fardeaux différents s’appliquant en droit criminel. Le plus élevé est “hors
de tout doute raisonnable”, qui permet de condamner. Les autres fardeaux s’appliquent
aux décisions incidentes.

Hors de tout doute raisonnable > Prépondérance de preuve > Motifs raisonnables > Motifs
raisonnables de soupçonner > Raisons de soupçonner

 l’enquête préliminaire, le juge doit se poser la question d’une preuve prima facie, crue ou
non, pour justifier la tenue d’un procès. Ici, il ne s’agit pas de force relative mais plutôt
d’existence de preuve.

4.1 La notion et ses conséquences

Simple et compliquée: comment expliquer le doute raisonnable à un jury. Il existait avant


Lifchus des courants divergents:
- Dans Campbell 1977 38 CCC 2D 6, on qualifie doute raisonnable de “self-defining”
avec un sens ordinaire.
13

- Il existe un autre courant qui veut l’expliquer en l’éloignant de la probabilité et de la


possibilité: “high degree of probability, even if possibility of innocence”. Possibilité:
quelque chose qui est possible. Probabilité: quelque chose qui est probable, plus que
possible, qui a une forte possibilité de survenir.

La CA de l’Ontario avait aussi dit auparavant dans Lachance 1963 2 CCC 14, ou le juge de
1ère instance avait dit qu’une possibilité ne pouvait pas mener à un doute raisonnable. Or, sur
une question de fait, une possibilité pourrait mener à un doute raisonnable (un expert avait dit
qu’il était possible que l’alcool ait pu éliminer la mens rea). Dans R. Benoît 1998 AQ 143, le
juge de pi avait encouragé les jurés à prendre des exemples de la vie quotidienne.

La Couronne doit prouver tous les éléments majeurs d’un crime hors de tout doute
raisonnable. Le doute raisonnable est un fardeau plus lourd que celui de la “cause
probable”.

R. c. Lifchus (1997)

Cory (p. 13-4): présomption fardeau lourd pour éviter de condamner des innocents.

Ce qui n’est pas acceptable pour la CSC dans Lifchus: dire qu’in peut priver une personne
de sa liberté en utilisant une règle juridiquement imparfaite. Cory: il est donc essentiel
d’expliquer le fardeau au jury.

La CSC s’est servi de Lifchus pour faire le point et identifier des éléments pour
expliquer le doute raisonnable:

CE QU’IL FAUT DIRE AU JURY:


1. le fardeau “hors de tout doute raisonnable” est lié à la présomption d’innocence.
2. Le fardeau de la preuve incombe toujours à la poursuite, pendant tout le procès.
3. Un doute raisonnable ne peut être fondé sur la sympathie ou le préjugé. Dans Morgentaler,
le jury a procédé à une “jury nullification” parce que la loi était jugée injuste - il ne faut pas
permettre aux jurys de changer le droit (pires raisons pour les acquittements). Dans ce cas là,
il faut attaquer une loi.
4. Il doit y avoir un lien logique avec la preuve.
5. La décision doit reposer sur la raison et le bon sens.
6. N’exige pas la certitude absolue (pas au delà de tout doute, imaginaire ou frivole, en
revanche possible peut faire l’affaire, voir Woolmington).
7. Il faut que l’accusé soit probablement coupable pour être condamné, mais ce n’est pas
suffisant. Si le jury est convaincu que l’accusé est probablement coupable (51%), celui-ci doit
être acquitté.

CE QU’IL NE FAUT PAS DIRE AU JURY:


1. “Doute raisonnable” est une expression ordinaire sans sens spécial en droit pénal.
2. Même norme pour cette décision que pour les décisions importantes de la vie.
3. Référer à des notions comme “certitude morale” (se disait autrefois).
4. Qualifier le mot “doute” par d’autres adjectifs que “raisonnable” (ex. “substantiel”,
“obsédant”, “sérieux”), qui peuvent mener à toutes sortes de résultats.
5. Peuvent déclarer l’accusé coupable s’ils sont sûrs de la culpabilité avant d’avoir expliqué
“hors de tout doute raisonnable”. Se fait en Angleterre, pas tout à fait une hérésie, mais il faut
14

bien établir que c’est entre la prépondérance de preuve et la certitude absolue. Autrement,
“sûr” peut être mal compris.

4.3 Les sources du doute

Ils peuvent venir des faits, du droit (ex. présomption d’innocence), la preuve, les
contradictions dans la preuve (témoins, “faits”, circonstances), l’absence de preuve qui
permettent de douter raisonnablement de la culpabilité.

Parfois, les témoins se contredisent ou il y a des preuves factuelles contradictoires. D’autres


fois, le meilleur contre-interrogatoire est l’absence de question, car un témoin n’a pas établi
un élément de preuve. Il faut éviter de l’établir contre son client en posant des questions.

R. c. W.(D.) (1991)

Question en litige: de bonnes instructions ont été complétées par des instructions non-
appropriées. C’est un arrêt de principe important sur la méthode d’évaluation de versions
contradictoires: erreur dans une affaire criminelle de dire “c’est ou bien A, ou bien B”. Si
on est incapable de décider, il faut acquitter, à cause de la présomption d’innocence. Il faut
dire au jury que la règle du doute raisonnable s’applique en matière de crédibilité.

Tenu d’acquitter l’accusé si (variante de Nadeau):


- On le croit ET/OU
- S’il y a un doute raisonnable sur la culpabilité.
NE PAS CROIRE L’ACCUSÉ N’EST PAS SUFFISANT POUR LE CONDAMNER.

Si on croit la version de la poursuite, l’accusé est coupable. Il faut éliminer le doute pour
condamner. Si tous mentent, il faut procéder à acquittement.

4.4 Le champs d’application

Voir Nadeau et Morin: le doute raisonnable s’applique à l’ensemble de la preuve, pas à


chaque fait. Il faut prouver l’ensemble des éléments essentiels de l’infraction.

4.5 Les formulations de la notion du doute raisonnable

R. c. Starr (2000)

Faits: Starr est accusé d’avoir tué un homme et une femme. On pense qu’il visait l’homme et
que la femme était au mauvais endroit au mauvais moment. Tout le débat porte à savoir s’il
est permis à une femme témoin qui a parlé à l’assassiné (sa blonde) peut témoigner sur ce que
l’homme lui a dit avant de mourir (va commettre un crime avec la femme 1 et Starr).

Jugement: Les juges sont divisés tant sur le doute raisonnable que sur l’admissibilité de
certaines preuves. C’est du pur ouï-dire, admissible en droit criminel lorsqu’on établi qu’il est
“nécessaire et fiable” (la majorité remet en question la fiabilité). On veut aussi faire témoigner
une personne qui aurait vu les faits relatés par la femme 2. Cette personne n’a pas identifié
l’accusé au procès, mais l’avait fait devant un policier. En gros, on veut établir que la victime
était avec l’accusé sur la base de ouï-dire.
15

Retour sur Lifchus, mais on va plus loin: “sûr” est plus près de certitude absolue (100%) que
de prépondérance de preuve (50%+1). C’est ce qui avait été dit par la cour d’appel. Selon la
CSC, les directives avaient affaibli la norme du doute raisonnable (qualifiés d’“ordinaires”, et
la preuve ne devait pas être “absolue” ou “frivole” => les 2 extrêmes reviennent à la balance
des probabilités). Si on dit “certain”, “to be sure”, il faut qualifier l’expression: doit se
rapprocher de la certitude.

Starr a été rendu en même temps que Russell, Beauchamp et Avetysan, qui portaient toutes
sur les directives au jury en matière de doute raisonnable. Cet arrêt aide à définir le “doute
raisonnable” pour les jurés comme pour les juristes.

Russell (2000): condamnation maintenue (appel rejeté) malgré erreur dans les directives: pas
dit qu’il fallait plus que prépondérance et moins que certitude absolue. Celles-ci ne sont pas
nécessairement déterminantes, il faut regarder l’ensemble du dossier; ici, les directives
étaient dans l’ensemble correctes. En se trompant dans les directives, on porte atteinte à
l’équité du procès, mais dans ce cas-ci elle ne fut pas fatale: pas besoin d’un nouveau procès

Beauchamp (2000): la CSC dit qu’il faut éviter “certitude morale”. La CSC n’ordonne pas
un nouveau procès nonobstant l’absence de la formule “magique” de Lifchus. De plus, la
preuve était accablante contre l’accusé.

Avetysan (2000): les directives étaient erronées, pas dit qu’il fallait plus que prépondérance et
moins que certitude absolue; pas dit non plus au jury qu’il devait acquitter s’il concluait
seulement que les accusés étaient probablement coupables (donc pas convaincus hors de tout
doute raisonnable). Ceci permet de faire le lien entre Lifchus et W. (D.): peut acquitter sans
avoir choisi une des versions contradictoires des événements.

Voir aussi Bisson (1998): référence inacceptable à la vie quotidienne. Dans Fleming (1999):
il faut expliquer ce que veut dire un “doute raisonnable”.

III – LES DIFFÉRENTS FARDEAUX DE PREUVE ET LES


PRÉSOMPTIONS
1. Le fardeau de présentation de l’accusé

Normalement, l’accusé n’a pas de fardeau de persuasion. Mais il a une charge ou un


fardeau de présentation, voir Osolin (1993) et Fontaine (2004). Il peut arriver qu’un
accusé doive réagir pour prouver son absence de culpabilité, lorsque les circonstances
établissent qu’il y a probabilité de condamnation: fardeau de présentation. L’accusé n’a
pas d’obligation mais risque d’être condamné au vu des faits ou des circonstances. C’est la
possibilité de soulever une question, le devoir de faire valoir quelque chose, différent d’un
fardeau de persuasion (convaincre selon un certain standard). La ‘présentation’ permet
d’évoquer un doute raisonnable.

L’accusé qui veut soulever un doute raisonnable doit le faire sur la base des faits: “air of
reality”. Dans Osolin (1993, 265(4)), on parle d’une apparence de vraisemblance: une simple
affirmation de l’accusé (“elle était consentante”) est insuffisante pour soumettre au jury la
16

possibilité de l’erreur de fait. Mais la preuve nécessaire peut venir de l’accusé. L’accusé a
donc une charge de soulever les faits de l’affaire.

Il y a aussi des règles de CL en matière de preuve qui imposent à l’accusé de présenter


des preuves, faute de quoi la juge peut tirer une conclusion défavorable à son endroit:
présomptions de fait. Meilleurs exemples: possession récente d’un objet récemment volé,
présomption de trafic de l’affaire Oakes. Ceci lie au lieu, il y a donc une charge: il faut réagir
sinon les conclusions ou inférences qui s’imposent seront tirées. Il ne faut pas convaincre,
mais il faut susciter un doute.

2. Le fardeau de persuasion de l’accusé

2.1 La règle générale

En principe, l’accusé n’en a jamais.

2.2 Les exceptions

- Aliénation mentale (Woolmington, 16) au moment de l’infraction.


- Infractions de responsabilité stricte (infractions de type réglementaire en général, ex.
pollution industrielle, voir Sault-Ste-Marie) où l’on fait valoir la diligence (prépondérance
des probabilités) une fois que l’infraction est prouvée hors de tout doute raisonnable.
- Intoxication extrême ne permettant pas de former une intention (Daviault, prépondérance
des probabilités) une fois que l’infraction est prouvée hors de tout doute raisonnable.

3. Le rôle des présomptions

3.1 Les présomptions de faits

Les présomptions de fait peuvent conduire à un verdict, mais ne doivent pas y conduire
nécessairement (ex. personne en chaise roulante accusée d’être passée par une fenêtre: non
crédible), sauf lorsque le droit l’exige.

3.2 Les présomptions légales

Le Ccrim et la jurisprudence prévoient que l’accusé a un fardeau de présentation:


- Possession de minéraux précieux non-raffinés par un employé minier. Réputé volé en
l’absence de preuve contraire soulevant un doute raisonnable.
- Conduite avec capacités affaiblies. Lorsque les éléments prévus par la loi sont
remplis par le ministère public, il y a culpabilité présumée (lien rationnel entre
preuve et inférence) sauf preuve contraire et doute raisonnable, 258.1c).
Exemple de fardeau de persuasion:
- Garde et contrôle d’un véhicule motorisé avec des facultés affaiblies. Il faut que
l’accusé démontre par prépondérance que ce n’était pas le cas.
17

24 janvier

IV – ÉLÉMENTS FONDAMENTAUX DE RESPONSABILITÉ


PÉNALE
Sauf pour les délits de responsabilité absolue/stricte, les principes fondamentaux de la
responsabilité exigent que le poursuivant établisse hors de tout doute raisonnable
1. L’actus reus (matériel) et la
2. Mens rea (moral).
Pour simplifier: acte (ou omission) prohibé accompagné d’intention moralement blâmable.
Selon Boisvert, ces notions définissent l’infraction.

Traditionnellement, on distinguait crimes d’“intention” et crimes de “négligence”. Ces


dernières années la notion de mens rea est devenu une sorte de notion de faute: tant
négligence qu’intention criminelle.

1. Les conditions essentielles de la responsabilité pénale

1.1 La notion de capacité pénale

Pour qu’il y ait responsabilité pénale, il faut qu’il y ait capacité pénale. Exemples:

- Aucune responsabilité criminelle à moins de 12 ans, 13. Codification d’une règle de CL


jamais remise en cause jusqu’à maintenant. Entre 12 et 18 ans: Loi sur le système de justice
pénale pour les jeunes contrevenants. Les infractions sont les mêmes, mais le traitement du
jeune est différent. À un certain âge, pour des infractions graves, peut utiliser un tribunal pour
adulte.

- Selon 16(1) les personnes qui ont des troubles mentaux incapacitants ne sont pas
criminellement responsables. C’est la motivation ou l’absence de discernement provenant de
la maladie qui rend non responsable (acquittement pour cause de troubles mentaux, pas
forcément libération), mais ce n’est pas parce qu’on souffre de maladie mentale que l’on n’est
pas responsable. Il faut qu’il y ait un lien entre incapacité de juger et maladie. Alors que
l’exclusion - de 12 ans est ‘juridictionnelle’, ici il y a un renversement de fardeau.

Présomption légale que les gens sont sains d’esprit, mais elle peut être réfutée selon la
prépondérance des probabilités (rare, normalement l’accusé bénéficie du doute raisonnable).
Il peut aussi arrivé d’être troublé mentalement lors du procès, même si pas à l’époque du
crime (comprend pas la procédure). Voir 672.11: on peut évaluer l’état mental de l’accusé =>
apte ou inapte à subir son procès (auquel cas: traitement). Encore là, présomption légale
réfutable d’aptitude (672.22). 672.36: un acquittement pour cause d’aliénation mentale ne
confère pas de dossier criminel.

1.2 L’exercice d’un libre choix

1. Défense de nécessité (contraint de faire quelque chose). Dans la jurisprudence (Perka


(1984)): marins transportant des stupéfiants se retrouvant en eaux canadiennes suite à une
tempête. Paraît absurde, mais c’est souvent plaidé: je voulais commettre telle infraction plutôt
que telle autre. La CSC a établi des critères dans Perka qu’une défense de nécessité:
18

1. Danger imminent;
2. Aucune autre solution raisonnable et légale;
3. Proportionnalité (mal évité proportionné au mal infligé, on ne peut commettre un crime
grave pour éviter un mal moindre).

La nécessité a été plaidée dans Latimer (2001), la CSC a répondu en utilisant les trois
critères: (1) la souffrance peut être un facteur, mais dans ce cas-ci pas à un point et imminence
tel que la mort était une solution de rechange; (2) il y avait au moins une solution raisonnable
et légale, s’occuper de Tracy; (3) difficile d’imaginer que l’ont puisse évoquer la nécessité
pour un homicide, faudrait que l’autre mal soit comparable à la mort, pas le cas ici.

2. Les actes doivent être volontaires. Ils doivent avoir été commis sous le contrôle conscient
de leur auteur. Autrement, il n’y a pas d’“acte volontaire” au sens du droit criminel, même s’il
y a un geste.

Il faut qu’un geste illégal soit volontaire pour emporter responsabilité. La mens rea n’apporte
pas toujours les réponses (ex. homicide involontaire). Si ce n’est pas un acte volontaire qui
est à la base du fait matériel, ce “fait” n’existe pas pour le droit criminel. Par ex.,
l’intention est présente dans l’acte de nécéssité ou encore dans le somnambulisme. Une
personne agissant par nécessité n’exerce pas, sur le plan légal, sa volonté.

3. Défense de contrainte, 17. Il faut qu’il y ait menace de mort ou de lésion corporelle
immédiate de la part d’une personne présente lorsque l’infraction est commise et qu’il n’y ait
pas de complot ou d’association.

Ruzic (2001) avait des craintes pour sa mère en Serbie: devait importer de l’héroïne ou sa
mère en subirait les conséquences. Un acte peut être (moralement ou physiquement)
involontaire, même avec la mens rea, ce qui mène à un acquittement, même si le caractère
involontaire ne modifie ni l’actus reus, ni la mens rea. Elle a plaidé que les policiers serbes
auraient aggravé la situation. Donc les critères de 17 n’étaient pas remplis. Ruzic a contesté la
constitutionnalité de 17, mais la cour a conclu que ce principe ne contrevenait pas à la Charte,
en utilisant l’ancienne notion de CL de contrainte.

2. Les régimes de responsabilité

[31 janvier]

2.1 La classification traditionnelle des infractions

Jusqu’à 1978, on cataloguait les infractions criminelles comme étant des crimes
d’“intention” (ex. meurtre) et ceux sans intention, de responsabilité absolue (ex. brûler un
feu rouge, suffit de prouver que ç’a été fait, peu importe l’intention, pour le bien public:
crimes ‘réglementaires’ ou ‘administratifs’ en général sans conséquences graves). Le droit a
évolué: certains crimes réglementaires peuvent être importants. La pollution criminelle est-
elle un crime d’intention ou de responsabilité absolue?
19

R. c. Sault-Ste-Marie (1978)

Arrêt clé en la matière. La CSC a créé une troisime catégorie d’infraction pour mettre fin à la
confusion, située entre les deux premières: infractions de “responsabilité stricte”. C’est une
notion fondamentale du droit pénal.

Faits: La ville de SSM avait donné un contrat d’enfouissement d’ordures. L’eau a été polluée,
la ville a été accusée après la compagnie, qui avait été déclarée coupable. Le tribunal de pi:
intention; appel: responsabilité absolue; ensuite infraction multiple; appel: intention... Le
bordel! Dickson est intervenu car les tribunaux pataugeaient.

La distinction entre l’infraction criminelle (intention) et l’infraction contre le bien public


(responsabilité absolue) est importante. Mais il y a des infractions mixtes, d’où la création
en CL d’une 3e catégorie (voir toutes les raisons dans le jugement). Il faut protéger le
bien public, mais aussi ne pas condamner des gens sans intention.

Le principal impact est sur le fardeau qui incombe à l’accusé, voir p. 1325-6/69: une fois
l’actus reus prouvé hors de tout doute raisonnable par la Couronne, l’accusé doit réfuter la
présomption de mens rea en montrant qu’il a pris toutes les précautions raisonnables selon la
prépondérance des responsabilité. La CSC a par la suite décidé qu’un tel fardeau ne
contrevenait pas à la Charte.

Dans deux autres affaires, la CSC a dû se demander dans quelle catégorie tombait une
infraction. Comment les reconnaître dans le Ccrim? Traité en partie dans SSM (p.
1326/69): des mots comme “volontairement”, “avec l’intention de”, “sciemment”,
“intentionnellement” sont des signaux d’un crime d’intention. Le ‘catalogage’ est très
important et est en général assez aisé, mais il y a des exceptions.

Normalement, une infraction de bien public est de responsabilité stricte. Il y a très peu
d’infractions de responsabilité absolue (il faut que le législateur le dise explicitement, p.
1326/69), c’est normalement dit dans l’article spécifique du Ccrim. Ceci ne veut pas dire que
la responsabilité absolue est toujours constitutionnelle ou conforme à la Charte.

Chappin (1979): Chappin a chassé des oiseaux migrateurs interdit en présence d’appât. une
telle infraction a quel statut? Clairement pas un crime d’intention, mais responsabilité stricte
ou absolue? Il y avait eu un cafouillage juridique considérable, comme dans SSM. La CSC a
énoncé des critères pour déterminer qu’il s’agit d’une infraction de responsabilité stricte.
Important car tous reconnaissait qu’elle ne connaissait pas la présence d’appât.

La CSC dit tout de suite que ce n’est pas une infraction de mens rea: pas de mot comme
“intentionnel” et c’est une infraction réglementaire (déclaration sommaire de culpabilité). Le
débat se reporte sur le caractère stricte ou absolu de la responsabilité. Important: pas de
défense si absolu, alors qu’il y en a une si stricte (bonne foi...).

On tente en suite de déterminer si c’est une question de responsabilité absolue. Dans SSM,
une infraction contre le bien public est présumée stricte. Les critères de responsabilité
absolue ne sont pas remplis: conséquences graves (saisie du fusil, interdiction de chasser,
etc.), pénalité (amende), formulation de la loi... Donc, logiquement, c’est une infraction de
responsabilité stricte, faute d’autre catégorie.
20

L’accusée a donc pu présenter une défense de bonne foi. Les appâts étaient presque
invisibles et non indiqués. La défense a donc été acceptée, aucun nouveau procès.

Prue (1979): Illustration d’une infraction de responsabilité absolue. Condamnation pour une
infraction de conduite, on ne dit pas aux condamnés que leur permis a été révoqué par l’effet
de la loi. Prue est arrêté par hasard plus tard et plaide la bonne foi. Même question:
responsabilité stricte ou absolue? En laissant de côté la procédure, on arrive à la conclusion
que l’interdiction de conduire en soit est une infraction de responsabilité absolue, car il
s’agissait d’une infraction réglementaire de bien public (dissidence: responsabilité stricte;
d’autres juges ont parlé du devoir de connaître la loi). Même processus: pas une infraction
d’intention, pas une infraction de responsabilité stricte, donc... dès que l’acte est prouvé, il
y a responsabilité.

Aujourd’hui, vu la jurisprudence, c’est très souvent dit explicitement s’il s’agit d’une
infraction de responsabilité absolue. Mais il arrive encore que le législateur laisse la
question en suspens. On peut plaider que pour une loi récente, le silence est indicateur de
responsabilité stricte.

2.2 La “règle” générale

1. Les infractions au Ccrim sont pour la plupart d’intention.


2. Les infractions réglementaires provinciales sont présumées de responsabilité stricte (il
y a des exceptions), en général le cas pour les infractions réglementaires fédérales, mais
c’est souvent moins clair dans ce cas s’il s’agit d’un crime d’intention. Mais, en cas de
sanction importante, il peut s’agir d’un crime d’intention. Beaucoup de débats actuellement
concernant les crimes de pollution.

Les arts. 22.1-2 (entrés en vigueur en novembre 2004) établissent une certaine
responsabilité des entreprises (“organisations”) qui est imputée par le geste de ses employés.
Si les dirigeants n’ont pas été diligents, il y aura responsabilité pénale de l’organisation (a
d’abord visé les Hells). “On verra ce que ça va donner.”

3. Les éléments constitutifs des infractions

3.1 L’élément matériel: la notion d’actus reus

Définition de l’actus reus:


Une action ou omission prohibée commise par un être capable, volontaire et conscient;
compte tenu de certaines circonstances (ex. être saoul n’est pas criminel, mais conduire en
étant saoul l’est; très important pour les crimes de ‘négligence’).

Définie dans le Ccrim. Désigne qui peut être reconnu coupable en disant qui ne peut pas être
reconnu coupable.

3.1.1 Une infraction ou une omission…

1. Les infractions de commission:


21

Il faut prouver que l’acte prohibé est imputable à l’accusée: ex. capacités affaiblies, 253
(quiconque conduit avec plus de 0,08 est coupable); vol, 322 (geste de prendre quelque chose
et de l’avoir en sa possession); méfait.

2. Les infractions de possession:

Définie par 4(3): le droit attribue la notion de possession. L’élément matériel s’établi par:
possession personnelle, conjointe, via un tiers.

R. c. Terrence (1983)

La possession n’est pas nécessairement toujours facile à déterminer.

Faits: Un homme est arrêté alors qu’il est passager dans une voiture volée, il plaide qu’il
n’était pas au courant. Le juge de pi ne croit pas l’accusé. Mais pouvait-on lui imputer, établir
le fait de la possession par sa présence dans l’auto?

Jugement: Il faut établir que la personne avait une mesure de contrôle de l’objet, or ce
n’était pas le cas, donc il n’y a pas de possession (acte de contrôle ou aide d’un tel acte),
même si Terrance avait été au courant. Il faut prouver la possession, question de fait. En
général, prouver la possession conjointe n’est pas très difficile (notamment en matière de
stupéfiants: complot, trafic...). C’est le geste qui est illégal, même si la possession n’est pas
directement physique, du moment qu’il y a contrôle conscient.

3. Les infractions d’omission et le devoir légal d’agir:

216: obligation des personnes qui pratiquent des opérations dangereuses. Omettre d’être
compétent est un crime d’omission.
217: obligation des personnes qui s’engagent à accomplir un acte, crime de ne pas le faire si
met ou peut mettre la vie humaine en danger.
219: négligence criminelle, omettre de faire quelque chose qu’un devoir nous impose.

Saint-Germain c. R. (1976, CAQ)

Faits: un patient souffrant d’une cirrhose crachant du sang est envoyé à l’hôpital par son
médecin traitant mais le médecin (Saint-Germain) décide qu’ils ne vont pas l’examiner. Meurt
en route vers un autre hôpital.

Jugement: Le médecin a été négligent, mais on n’a pas pu prouver la causalité hors de tout
doute raisonnable. Pour les infractions de commission où un résultat est requis ou
survient, on doit faire le lien entre l’action/l’omission et le résultat.

Il fallait faire la preuve de 4 choses pour que Saint-Germain soit déclaré coupable:
1. Avait un devoir de prodiguer les soins? Oui.
2. Omission de prodiguer les soins? Oui.
3. Insouciance déréglée ou téméraire compte tenu des circonstances? Oui.
4. Lien de causalité entre ce comportement négligent (ici, omission) et le résultat, la mort de
Demers? Non, pas hors de tout doute raisonnable. Il y a un problème de preuve, voir p. 82.

4. Les infractions de résultat:


22

On recherche le lien de causalité entre la conduite et le résultat prohibé.

Smithers c. La Reine (1978)

Faits: Deux joueurs de hockey se battent pendant un match. Après le match, l’un attaque
l’autre avant d’être retenu, qui meurt en s’asphyxiant sur son propre vomi. Pas clair que les
coups aient causé le mauvais fonctionnement de l’épiglotte. Mais on peut dire que la peur et
les coups ont été des facteurs.

Quel lien établir entre le résultat et le geste? Ici, plusieurs facteurs auraient pu causer la mort,
dont le coup de pied au ventre et les coups à la tête.

Jugement: La CSC établi le seuil de la responsabilité criminelle. “Retenez surtout le grand


principe: on prend la victime telle qu’elle est: coupable d’homicide involontaire si le geste
illégal a contribué à la mort d’une personne avec le crâne mince.” - Battista. (Voir §19 et 21).

À certains égards, Smithers a été nuancé. Pas sûr qu’un tribunal déclarerait coupable
quelqu’un suite à un refus de soin de la victime, voir De Sousa. L’acte illégal doit être
intrinsèquement / objectivement dangereux (prohibé par le Ccrim ou une autre loi +
dangereux: ex. du coup de sabre) pour entraîner la responsabilité. On a donc nuancé la portée
du lien de causalité.

Le standard de causalité est moins exigeant en droit pénal qu’en droit civil. Au criminel,
il faut un lien suffisant pour condamner la personne: qui est coupable? Au civil, il y a
responsabilité en fonction de la contribution au dommage, sans équivalent en droit pénal.

Il faut prouver que l’acte est une cause hors de tout doute raisonnable. Si oui, coupable.
Non pertinent qu’il y ait d’autres causes. Exception: en matière de meurtre, le pire crime. Voir
Vaillancourt, où on a annulé des dispositions qui imputaient des intentions. Pourrait à la limite
être coupable d’homicide.

R. c. Hartbottle (1993)

Faits: Hartbottle dit qu’il n’est pas l’auteur de la mort, juste coupable d’homicide (tenait les
jambes, n’étranglait pas).

Question: Qui a causé la mort?

Jugement: La CSC confirme sa condamnation pour meurtre au premier degré (prison à vie,
minimum 25 ans, plutôt que 10 ans au 2e degré): cause substantielle et essentielle du décès
(rôle très actif, de nature physique). Exigence plus grande que celle de Smithers. L’accusé
voulait la mort et a participé d’une telle manière qu’il a été une cause substantielle du décès.
Pire crime, pire châtiment: on exige plus pour reconnaître quelqu’un coupable.

R. c. Nette (2001)

Met à jour la formulation du critère de Smithers, développé dans Hartbottle: on définit ce


qu’est le lien de causalité, de manière positive (Smithers: ce n’est pas...).
23

Faits: Une vieille femme habitant seule est trouvée morte. Trouvée attachée à la suite d’un
vol, elle est décédée lentement. L’accusé prétend qu’il l’a trouvé déjà morte. Dans cette
situation: si on croit l’accusé, ce n’est pas lui. On ne l’a pas cru. Il a été trouvé coupable de
meurtre (la CSC est unanime sur le résultat) en vertu de 229(a).ii Ccrim.

Jugements: §71 et 73: décision 5-4, 4 juges croient qu’il ne faut pas reformuler le critère.
Mais Arbour, pour la majorité: une cause ayant contribué d’une manière appréciable,
plutôt que “non minimale”. Selon ce jugement, les critères pour l’homicide et le meurtre
peuvent être les mêmes. Cause appréciable et participation substantielle (pour un meurtre au
premier degré).

Autres exemples d’infraction de résultat:

Deux catégories de meutre, 231, meurtre au premier degré: il faut commettre un meurtre, en
+ prémédité, même si on engage un tueur, ou si on tue certains officiers de justice, ou si
pendant certains autres crimes (détournement d’avion, agression sexuelle,
enlèvement/séquestration, prise d’otage). De plus, il faut que l’accusé ait participé de façon
substantielle.

Voies de fait / conduite dangereuse / agression armée (crimes en soi) causant des lésions
corporelles (crime distinct). Toujours le même principe: crime et résultat que l’on doit
retrouver.

3.1.2 …par un acte volontaire…

King (1962): King est intoxiqué par l’analgésique d’un dentiste. Défense: ne savait pas être
intoxiqué. Il y a les deux éléments: garde et contrôle et intoxiqué. Mais il faut que
l’intoxication soit volontaire, ce n’était pas le cas ici: “... only when the offender voluntarily
takes alcohol or a drug.” Si c’est involontaire, il ne peut pas y avoir de responsabilité
pénale.

Parks (1992): Parks a tué ses beaux-parents alors que somnambule (la maladie mentale n’était
pas un facteur). Il a été acquitté par le jury: défense recevable selon la CSC, l’acte était
inconscient, donc pas volontaire. Mais il faut nuancer: dans Stone (1999), 5-4 juges
renversent le fardeau. L’accusé a le fardeau de faire, selon la prépondérance de preuve, la
démonstration qu’il était en état d’automatisme (suffit pas de soulever un doute
raisonnable).

Il y a donc aujourd’hui aliénation mentale, intoxication extrême (depuis Daviault, mais


maintenant restreint), automatisme: la conscience de l’accusé d’un geste volontaire, dans sa
tête, doit être prouvé par lui ou elle.

7 février

3.2 L’élément moral: la notion de mens rea

L’intention criminelle est au coeur de la responsabilité criminelle des individus. Même


quand l’actus reus est admis, il se pose toujours la question de l’intention, qu’il faut
prouver hors de tout doute raisonnable.
24

Dans Sault-Ste-Marie, Dickson a expliqué pourquoi l’intention est centrale au droit pénal. La
Charte a fait évoluer la notion de mens rea ou intention criminelle. Le droit pénal a
complètement changé depuis.

3.2.1 La notion de faute

À une certaine époque, en Angleterre, l’actus reus suffisait. Les tribunaux ont
progressivement développé le principe de faute: pas de crime sans mens rea. Serait injuste de
condamner quelqu’un sur la simple preuve de l’acte physique s’il n’a pas eu l’intention
de le commettre. Ce concept a aussi un impact important sur la sentence qui sera imposée
dans beaucoup de cas. Plus l’intention sera importante, plus la pénalité sera importante.

Le premier Ccrim canadien ne date que de 1855. L’intention criminelle y apparaissait peu, son
importance s’est accrue avec le temps.

3.2.2 La distinction entre la faute appréciée objectivement, celle appréciée


subjectivement et la responsabilité absolue

Le concept de faute inclus une notion d’intention. La mens rea est généralement définie par
le législateur. Ce n’est pas une question de ‘culpabilité morale’ ou de ‘sentiment de
culpabilité’ de l’accusé.

Au sens normatif, la mens rea est positionnée par rapport à une norme de comportement
définie: ex. intention subjective de tuer ou de causer des lésions potentiellement mortelles
pour l’infraction de meurtre. On peut se sentir coupable et ne pas avoir eu l’intention requise
pour être reconnu coupable. Aujourd’hui, on parle de faute subjective (dans la tête de
l’accusé) et objective (comparée au comportement d’une personne raisonnable).

3.2.3 La faute subjective: l’intention, la connaissance, l’aveuglement volontaire


et l’insouciance

Elle peut porter sur l’acte prohibé (ex. intention de voies de faits, plutôt que d’extension du
bras), les circonstances de l’infraction (ex. absence de consentement, peut être connue ou
non), les conséquences de l’acte (ex. meurtre, il faut qu’il y ait intention de causer la mort,
pas d’empêcher de traverser la rue - assez peu de ce type). Ces trois catégories font partie de
la faute subjective.

La faute subjective peut se définir par une de 4 actions:


- L’intention (ex. “Toute personne qui cause la mort avec le but (l’intention, le dessein...) de
tuer...”).
- La connaissance (ex. recel, il faut savoir que l’objet dont on est en possession était volé).
- Aveuglement / insouciance volontaire (wilful blindness, savoir qu’il existe un risque et
l’ignorer, ex. en matière fiscale, Enron).
- Insouciance (plus que la négligence en matière civile, indifférent aux conséquences de
conduire à 200 km/h sur Ste-Catherine). [apprécié objectivement]

1. Le crime d’intention:

Dans certains cas, il faut une intention spécifique. Ex. parfait: meurtre. On voit souvent
dans les textes que l’intention se divise en intention spécifique (quand c’est écrit dans le
25

Ccrim, ex. meurtre, intention de tuer, 229a, vol, intention de priver, 322, parjure, intention de
tromper => intention quant aux conséquences) et générale (intention de commettre
l’infraction, sans égard à ce qui arrive, ex. homicide involontaire coupable ou fraude (380)
avec ou sans perte d’argent).

Il faut distinguer l’intention spécifique du mobile, ex. assurance vie (mobile) et intention
de tuer belle-mère (intention spécifique du meurtre). La Couronne tente souvent de démontrer
le mobile pour prouver indirectement l’intention spécifique. Le mobile est un élément de
preuve de l’intention criminelle, mais uniquement un élément parmi d’autres.

Tout ce qui n’est pas un crime d’intention spécifique est un crime d’intention générale,
ex. “Toute personne qui dégrade un bien...”, ne dit pas “dans l’intention de”.

Souvent, une personne est accusée d’un crime d’intention spécifique, mais, faute de
preuve, on peut déclarer la personne coupable d’une infraction “moindre et incluse”.
Ex.: meurtre par rapport à l’homicide involontaire coupable; vol qualifié (avec violence) par
rapport à voies de faits.

Tous les crimes n’ont pas d’infractions “moindres et incluses”, s’il y en n’a pas, il y a
acquittement faute de preuve.

R. c. Théroux (1993)

Quelle intention est requise pour être reconnu coupable de fraude? Dans cette affaire la CSC
a décidé que c’était un crime d’intention générale.

Faits: Théroux, un promoteur immobilier sollicite des dépôts sur des maisons à construire en
disant qu’il est garanti. Or, il sait que c’est faux. C’est clairement un mensonge, mais quelles
doivent être les conséquences? Personne ne conteste qu’il était de bonne foi, mais le projet a
fait faillite.

Il a été accusé de fraude, la CSC a dit ce que 380 comporte (338 à l’époque). L’art. dit juste
“frustre le public”, pas clair quelle doit être l’intention. L’actus reus était établi, mais est-ce
que le fait qu’il croyait à la réalisation effaçait la mens rea. Critère objectif ou subjectif?

Jugement: La CSC dégage d’abord des principes généraux, fait l’historique général de la
mens rea et tranche en disant qu’une fois l’actus reus déterminé (mensonge, (risque de ou
juste) causer un préjudice), il faut déterminer (1) la connaissance subjective de l’acte prohibé,
(2) la connaissance du fait que cet acte pourrait causer une privation, ce qui entraîne
culpabilité. Il faut donc non pas une intention de priver, mais une intention générale (de
priver ou risquer de priver), quelque soit le résultat. L’exigence de l’intention exclut
négligence, pratique commerciale déloyale (précision de McLachlin)...

En l’espèce, l’actus reus (privation) et la mens rea (intention de privation de la garantie) sont
prouvés. Pour un autre exemple, voir l’affaire Zlatic (convaincu de gagner aux courses mais a
perdu, ne pouvait plus payer ses fournisseurs). Dans Olan, la CSC a statué qu’un “moyen
dolosif” devait être évalué par rapport au comportement d’une personne raisonnable.
26

2. Crime de connaissance:

“Toute personne qui sciemment, sachant que...”. On parle ici en général de crimes de
possession. Une personne commet un crime si elle a la connaissance d’tre en possession
d’objets volés (recel, 354: il faut appliquer le critère du doute raisonnable en matière de
crédibilité, il y a certaines présomption mais à part ça il faut regarder la connaissance
subjective de l’accusé) ou acquis illégitimement.

États-Unis d’Amérique c. Dynar (1997)

Faits: Canadien accusé de recyclage d’argent sale aux ÉU. Au Canada, il y a une règle de
réciprocité en matière d’extradition (crime ailleurs et au Canada).

Jugement: La CSC a décidé au §41-2 qu’une infraction de possession n’est pas commise si la
croyance du fait que volé ou illégitime est erronée (compte tenu de la rédaction du Ccrim à
l’époque). Mais la CSC accepte qu’il soit extradé: complot, tentative.

R. c. Beaver (1957)

Faits: Les frres Beaver croient avoir vendu du sucre et non pas de la morphine.

Jugement: Voir p. 107-8/541-2 décision: “... knowledge of what the thing is...”. La législation
en matière de stupéfiants a changé depuis: drogue ou substance semblant être une drogue.
Mais le principe en matière de possession reste le même.

3. Crime d’aveuglement volontaire:

“L’ignorance volontaire se produit lorsqu’une personne qui a ressenti le besoin de se


renseigner refuse de le faire parce qu’elle ne veut pas connaître la vérité, elle préfère
demeurer dans l’ignorance. La culpabilité se justifie par ce choix délibéré.” Les dossiers
d’Enron sont un bon exemple. Être au courant qu’il y a peut-être un problème et ne rien faire
suffit.

Sansregret (1985): (ATTENTION: ces infractions ont changé, le consentement était plaidé, ce
qui était possible à l’époque), la CSC fait la distinction entre insouciance et aveuglement
volontaire: “l’insouciance comporte la connaissance d’un danger ou d’un risque (culpabilité
se justifie par la prise de conscience du risque), l’ignorance/aveuglement volontaire comporte
lorsqu’une personne qui a ressenti le besoin de se renseigner refuse de le faire parce qu’elle ne
veut pas connaître la vérité, elle préfère demeurer dans l’ignorance (culpabilité se justifie par
le choix délibéré de demeurer dans l’ignorance).”

C’est beaucoup plus difficile à prouver hors de tout doute raisonnable pour la Couronne que
l’intention ou la connaissance (quoique ne pas poser de question peut amener à prouver la
connaissance).
27

3.2.4 La faute appréciée objectivement: simple négligence et écart marqué

Crime d’insouciance:

Dans Sanregret, “l’insouciance doit comporter un élément subjectif (...). Celui qui, conscient
[qu’il y a un risque prohibé] persiste néanmoins dans ce comportement.” Très différent du
concept de négligence en matière civile. Bref, il ne peut pas s’agir uniquement d’un
accident, il faut persister dans le geste dont on sait qu’il comporte un risque.

R. c. Hundal (1993)

Faits: Hundal a tué quelqu’un en conduisant comme un fou.

Jugements: Dans ce cas-ci, la norme de comportement est celle de la personne raisonnable


dans la situation en question, la conduite persistante était déraisonnable objectivement compte
tenu du contexte. La CSC s’est posé dans cette affaire la question de savoir quelle sorte
d’intention, de mens rea était requise pour être reconnu coupable au pénal de conduite
dangereuse (249).

C’est une décision importante. Pas nécessaire d’avoir l’intention de tuer une personne
spécifiquement en conduisant dangereusement. La norme dans ce cas-ci est objective, l’état
d’esprit subjectif est sans pertinence: il faut regarder ce qu’une personne raisonnable aurait
fait dans les circonstances. Si on conclut que c’est déraisonnable pour Hundal vu les
circonstances, il est coupable peu importe le résultat. S’il y a blessure ou mort,
l’accusation sera tout simplement plus lourde (peine nettement plus lourde) mais l’intention
recherchée reste la même. Il faut qu’il y ait un “écart marqué” avec l’obligation de diligence
habituel (ressemble à l’idée de négligence déréglée et téméraire en matière civile).

Idée du “critère objectif modifié” dans le cas de la conduite dangereuse: l’accusé peut
faire naître un doute raisonnable en invoquant les circonstances (ex. crise cardiaque, attaque
d’épilepsie, la question de l’actus reus se pose aussi...).

Que la négligence puisse fonder une déclaration de culpabilité est conforme à la Charte,
selon Cory dans ce jugement.

3.2.5 Concommittance entre actus reus et mens rea

Est-ce que les deux doivent exister en même temps pour qu’il y ait condamnation? Cette
question s’est posée dans Cooper (1993): chicane de couple, Cooper dit qu’il ne se rappelle de
rien après l’avoir saisie au cou, notamment de l’avoir étranglé. La défense a plaidé qu’il n’y
avait pas de meurtre faute de concommittance.

La CSC a décidé que dans le cas d’un meurtre, la Couronne doit prouver l’intention de
tuer ou de lésions corporelles de nature, etc. Mais il n’est pas nécessaire que cette
intention existe pendant toute la durée de l’acte (étranglement). Ensuite, cela devient une
question de preuve pour le juge des faits. Il est suffisant qu’il y ait coïncidence à un
moment donné, pas besoin d’exister tout au long des faits. La conscience n’a pas besoin
d’être “persistante ou continue”, il suffit de l’avoir à un moment donné dans le cadre d’un
meurtre. La jurisprudence pourrait changer pour une autre infraction.
28

14 février

V – LES EXIGENCES CONSTITUTIONNELLES EN MATIÈRE


DE FAUTE (L’INCIDENCE DE LA CHARTE)
0. Introduction

Depuis 1982, le droit pénal a été complètement transformé par la Charte canadienne. En CL,
on reconnaissait traditionnellement la souveraineté parlementaire: les lois étaient en général
inattaquables, même si injustes. “The King can do no wrong.” Il y avait quelques accrocs
depuis les années 1960 - Déclaration canadienne des droits - mais sans grand effet. Depuis le
17 avril 1982, tous les législateurs et tout ce qui en découle est assujetti à la Charte.

52. (1) La Constitution du Canada est la loi suprême du Canada; elle rend inopérantes
les dispositions incompatibles de toute autre règle de droit.

Si une loi ou une disposition législative est incompatible avec la Charte, les tribunaux peuvent
la déclarer inopérante depuis 1982.

7. Chacun a droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de sa personne; il ne peut être


porté atteinte à ce droit qu'en conformité avec les principes de justice fondamentale.

Les arts. 8 à 14 concernent essentiellement le droit pénal en énonçant une kyrielle de droits.
Les tribunaux ont cependant reconnu que l’exercice de ces droits n’est pas absolu:

32. (1) La présente charte s'applique :


a) au Parlement et au gouvernement du Canada, pour tous les domaines relevant du
Parlement, y compris ceux qui concernent le territoire du Yukon et les territoires du
Nord-Ouest;
b) à la législature et au gouvernement de chaque province, pour tous les domaines
relevant de cette législature.

1. La Charte canadienne des droits et libertés garantit les droits et libertés qui y sont
énoncés. Ils ne peuvent être restreints que par une règle de droit, dans des limites qui
soient raisonnables et dont la justification puisse se démontrer dans le cadre d'une
société libre et démocratique.

Principe de l’art. 1 de la Charte: lorsqu’on invoque un droit constitutionnel pour attaquer


une disposition législative, on a le fardeau de la preuve. Mais on peut sauvegarder la
disposition dans une société libre et démocratique en vertu de l’art. 1 (Oakes test).

Le législateur peut donc soutenir qu’une disposition est valide car on peut justifier l’écart aux
principes. De plus, il y a aussi la ‘clause nonobstant’ de l’art. 33, par laquelle le législateur
peut déroger explicitement à la Charte pour 5 ans (renouvelable).

En droit pénal, on a beaucoup discuté de:

24. (2) Lorsque, dans une instance visée au paragraphe (1), le tribunal a conclu que
des éléments de preuve ont été obtenus dans des conditions qui portent atteinte aux
29

droits ou libertés garantis par la présente charte, ces éléments de preuve sont écartés
s'il est établi, eu égard aux circonstances, que leur utilisation est susceptible de
déconsidérer l'administration de la justice.

Cet article est le moyen de prédilection pour faire tomber des accusations ou des
éléments de preuve importants. Souvent le cas en matière d’écoute électronique illégale.
Chaque cas est un cas d’espèce: dépend de la contravention, de la nature de l’accusation, etc.
(même chose en ce qui concerne les délais ‘déraisonnables’). En général, on écarte plus la
preuve provenant de l’accusé que la preuve matérielle.

R. c. Lavallée (1993)

Cet arrêt concerne l’art. 488.1 qui autorisait des perquisitions dans les bureaux d’avocat. La
police recherchait des preuves, en fi du privilège. La CSC a statué que cet article était
contraire à la Charte, non sauvé par l’art. 1 et donc inconstitutionnel. Depuis, cet article est
inopérant. La CSC a elle-même énoncé des critères: les perquisitions dans les bureaux
d’avocat doivent respecter l’atteinte minimale, l’avocat ou un représentant doit être présent,
tout ce qui est saisi doit être mis sous scellé pour que l’avocat ou le client décide si le secret
professionnel va être invoqué, seul le juge (non la Couronne) a accès au document. Dans les
faits, on ne perquisitionne presque plus les bureaux d’avocat. Cet article est encore dans les
livres mais est très peu utilisé.

Toujours le même processus:


1. Contravention à la Charte?
2. Disposition ou loi sauvée par l’art. 1?

1. Les infractions criminelles stigmatisantes

La CSC n’a jamais dit que le concept de faute n’a pas établi une règle générale pour
l’ensemble des crimes. Des crimes de responsabilité absolue peuvent être légitimes dans
certaines conditions, voir Sault-Ste-Marie. La CSC procède donc au cas-par-cas, pour
décider si la mens rea requise pour une infraction est compatible avec la Charte. Si oui,
pas de problème, si non, l’article du Ccrim va être déclaré inconstitutionnel.

R. c. Vaillancourt (1987)

C’est ce qui est arrivé dans Vaillancourt, première décision en matière de faute mettant en
cause la Charte.

Faits: Vaillancourt était le complice d’un voleur qui a tué quelqu’un pendant le vol. Il voulait
juste utiliser un couteau, mais le complice avait une arme à feu. On a prouvé que Vaillancourt
croyait que l’arme était déchargée.

Vaillancourt était accusé de l’art. 213d), aujourd’hui l’art. 230 (d) abrogé, mais pas le reste).
L’art. 222 défini l’homicide coupable: meurtre, homicide involontaire coupable, infanticide.
L’art. 222(5) défini l’homicide involontaire coupable: tuer quelqu’un par négligence ou en
commettant un acte criminel. Voir aussi l’art. 230 (p. 120 du recueil). Le meurtre est un
homicide volontaire.
30

Jugement: Il faut poser la question de la mens rea nécessaire et de l’imputation, conforme ou


non à la Charte. La preuve de l’acte se substituait à la prévisibilité subjective ou même
objective. Pour deux raisons, la CSC a décidé que l’art. 213d) allait à l’encontre de la
Charte:
- Il faut regarder les stigmates encourus. Le meurtre est l’infraction la plus sérieuse,
avec la plus lourde peine. Voir p. 653-4/123-4. Pour une accusation de meurtre,
l’intention requise est la prévisibilité subjective. Toute exigence moindre de mens
rea pour une accusation de meurtre est inconstitutionnelle.
- Va à l’encontre de la présomption d’innocence prévue à l’art. 11d) de la Charte. Il
faut qu’il existe l’absence de doute raisonnable pour condamner et c’est à la Couronne
de le prouver.

Contrairement à son habitude, à la p. 657/125 de la décision, la CSC parle de l’art. 213 dans
son ensemble. Implicitement, elle le déclare inconstitutionnel, dans son ensemble: se
prononce officiellement sur 213d) mais laisse entendre que le reste va tomber au premier
litige.

R. c. Martineau (1990)

C’est exactement ce qui va arriver dans Martineau. Martineau était accusé au nom de 230a)
(nouvelle numérotation). La CSC ressort Vaillancourt et dit qu’il faut une prévisibilité
subjective. En se fondant sur les stigmates, elle décide de déclarer l’art. 230
inconstitutionnel dans son ensemble. Il faut qu’il y ait un élément moral spécial pour qu’un
homicide coupable soit un meurtre.

La CSC reconnaît que l’art. 212c) (maintenant 229c) est probablement inconstitutionnel en
vertu de cette décision (en particulier les mots “devrait savoir”), bien qu’elle ne tranche pas la
question. Ces obiters sont aujourd’hui plus rares, la CSC ouvre moins souvent la porte de
cette façon.

Depuis ce temps-là, il n’y a eu aucune accusation de meurtre au Canada en vertu de 230


et 229c) (spécifiquement “devrait savoir”), bien que ces articles n’aient jamais été abrogés. La
Couronne porte maintenant des accusations en vertu de l’art. 229a). L’art. 229b) (tuer une
autre personne par erreur) est très peu utilisé, son statut est moins clair. “La disparition des
meurtres par imputation n’a pas fait plaisir aux policiers. Ce n’est pas parce que c’est un
meurtre que ce n’est pas un homicide involontaire coupable, puisque la mens rea est
différente dans ce cas.”

2. Les infractions criminelles exigeant la commission d’une infraction sous-


jacente

L’art. 222.5 (a et b surtout) porte sur l’homicide involontaire coupable. Après Vaillancourt et
Martineau les tribunaux ont dû se prononcer sur la nature de la mens rea en ce qui concerne
222.5a, dans

R. c. Creighton (1993)

Faits: Creighton injecte de la cocaïne a une femme consentante. Elle en meurt et Creighton
tente de maquiller la scène, sans appeler la police. Creighton est accusé d’avoir causé sa mort
31

en commettant un acte illégal (ou qui est dangereux, termes interchangeables dans ce
contexte). Or l’injection d’une drogue était un acte criminel.

Question: est-ce que l’homicide involontaire coupable contrevient à l’art. 7 de la Charte en


ce qui concerne la mens rea?

Jugement: On a décidé que les stigmates rattachés moraux à cette infraction sont moindres
que ceux rattachés au meurtre (le juge a la discrétion de la sentence: 0 à vie en prison). Dans
sa décision 5-4, McLachlin dit que, par conséquent, la prévisibilité objective de causer des
lésions corporelles graves (pas de la mort) suffit et si la mort s’en suit: homicide
involontaire coupable. La dissidence dit que la prévisibilité devrait porter sur la mort.

Ici, on a rejeté la prévisibilité subjective de la mort pour la prévisibilité objective de causer


des lésions corporelles graves. Très différent de la mens rea du meurtre. Ici, contrairement
à ce qui se passe pour le meurtre, on prend la victime comme on la trouve. On dit de plus que
ce critère ne va pas à l’encontre de la Charte.

Le critère objectif est celui d’un écart marqué par rapport au comportement d’une personne
raisonnable dans la même situation. Il y a aussi un critère modifié (comme dans Hundal), on
en reparlera.

R. c. De Sousa (1992)

Faits: Bagarre dans un party de Noël, DeSousa lance une bouteille de bire qui éclate et il y a
une personne atteinte.

Jugement: On examine l’art. 269, ce que veut dire “illégalement” dans le contexte de cette
infraction (lésions corporelles) et de la Charte. Cet article ressemble beaucoup à celui de
l’homicide involontaire coupable. La CSC a décidé que le mot “illégalement” dans ce
contexte réfère seulement à des actes qui contreviennent à des lois fédérales (entreposage
des armes à feu) ou provinciales (code de la route). Une infraction à un règlement municipal
(tenir son chien en laisse) ne suffit pas. Il faut ensuite satisfaire à l’élément moral de
l’infraction sous-jacente. L’infraction sous-jacente ne peut donc pas être une infraction de
responsabilité absolue. Il s’agit par ailleurs d’un crime de prévisibilité objective, que l’acte
sous-jacent soit criminel ou non-criminel (pénal). Cependant, une faute civile sous-jacente est
insuffisante. Par ailleurs, cet article était constitutionnel. On répétera grosso modo les mêmes
critères dans Creighton.

3. Les infractions criminelles basées sur une conduite négligente

R. c. Gosset (1993)

Faits: Gosset est un policier qui arrête Griffin. Le coup est parti, Griffin meurt. Gosset a été
accusé d’homicide involontaire coupable pour négligence (art. 86 à l’époque: utilisation
négligente d’une arme à feu). On s’est posé la question de la mens rea exigible en vertu de
l’art. 205-222b).

Jugement: La décision a été rendue le 9 sept. 1993, le même jour que Creighton. La CSC a
donc appliqué également la prévisibilité objective. Cet arrêt contient les critères pour
32

déclarer quelqu’un coupable d’un homicide involontaire coupable. La question de l’“écart


marqué” est une question laissé au juge des faits.

7 mars

R. c. Hundal (1993)

On s’est posé la même question que dans DeSousa, Vaillancourt, etc. Ici, on se demandait:
1. Quelle type d’intention était requise pour une condamnation en vertu de l’art. 249?
2. Celle-ci est-elle compatible avec la Charte, en tenant compte de l’art. 1?

La CSC a décidé qu’en matière de conduite dangereuse, le critère de mens rea était objectif.
Pour déterminer s’il y a négligence criminelle: écart marqué objectif avec le critère de
diligence. La Couronne n’a pas besoin d’établir que l’accusé avait l’intention de causer
l’accident, mais plutôt qu’il était négligent par rapport à ce que penserait une personne
raisonnable (l’intention n’est pas ce qui se passait dans la tête de l’accusé mais l’écart de
comportement). Le juge Cory justifie cette interprétation avec 4 moyens:

1. Il faut un permis pour conduire, donc un conducteur qui l’a reçu est minimalement apte,
physiquement et mentalement, s’il reçoit ce privilège.
2. La conduite est automatique et réactive, donc il est presque impossible de déterminer quel
est l’état d’esprit du conducteur, on ne peut donc pas demander ça à la Couronne.
3. Le texte de l’article laisse croire à une norme objective de conduite: “... [conduite]
dangereuse pour le public compte tenu de toutes les circonstances.”
4. Le coût statistique des accidents de la route est énorme, il y a donc un besoin impérieux de
législation efficace pour réduire les dégâts.

Cory qualifie ce critère d’objectif ‘modifié’ car il reste loisible à l’accusé d’invoquer
qu’une personne raisonnable n’aurait pas vu de motif déraisonnable dans son comportement,
ex. une personne faisant une crise cardiaque en conduisant. C’est comme ça qu’il compose
avec la possibilité d’un comportement innocent. Le critère objectif ne peut pas être appliqué
dans “le vide”. La juge McLachlin, dissidente, n’était pas d’accord avec le critre ‘modifié’,
même si elle était d’accord sur le résultat.

4. Les infractions réglementaires

Renvoi sur la Motor Vehicle Act de la C.-B. (1985)

On se posait la question de la constitutionnalité de l’art. 94 de la loi provinciale, en fonction


de l’art. 7 de la Charte:

7. Chacun a droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de sa personne; il ne peut être


porté atteinte à ce droit qu'en conformité avec les principes de justice fondamentale.

L’infraction en vertu de l’art. 94 (conduire sans permis) menait à une peine d’amende et
d’emprisonnement automatique. Le §2 spécifiait explicitement que c’était une infraction de
responsabilité absolue.

L’accusé plaidait qu’il ne connaissait pas la suspension de son permis. Le gouvernement de la


CB a demandé si l’art. 94 allait à l’encontre de la Charte et si oui pourquoi?
33

Certains ont tenté d’assimiler justice fondamentale à justice naturelle en matière procédurale.
La CSC a décidé que cette expression allait beaucoup plus loin: la notion est procédurale,
mais porte aussi et de manière plus importante sur la substance du droit. “Justice
fondamentale” est un concept évolutif, qui comprend une idée de “valeurs canadiennes”:
cette affaire était donc beaucoup plus importante que la question spécifique.

La CSC a décidé que le cumul de la responsabilité absolue et de l’emprisonnement ou de


la possibilité d’emprisonnement (même en cas de non-paiement de l’amende) était
contraire à la Charte. Ce principe n’a pas été démenti depuis, sous réserve d’une justification
possible sur la base de l’art. 1. Au §75 de la décision, le juge Lamer note que la responsabilité
est incompatible avec la Charte dès qu’elle porte atteinte au “droit à la vie, à la liberté et à la
sécurité de sa personne”. Il n’est pas nécessaire que l’emprisonnement soit obligatoire.

L’art. 94 allait aussi à l’encontre de l’art. 11d) de la Charte. La CB a dû le modifier et a enlevé


l’emprisonnement et aussi le libellé de responsabilité absolue.

5. Les infractions de responsabilité absolue

R. c. Pontes (1995)

C’est du nouvel article de la loi de CB dont on parle dans Pontes. S’agissait-il maintenant
d’une infraction de responsabilité stricte? Dans ce cas, l’accusé pourrait tenter de faire une
preuve de diligence raisonnable. Or une infraction de responsabilité absolue était toujours
possible en vertu du Renvoi, s’il n’y avait aucune possibilité d’emprisonnement.

La CSC a décidé que c’était toujours une infraction de responsabilité absolue et que ceci
n’allait pas ;a l’encontre de la Charte, faute de peine d’emprisonnement. Voir le §47 de la
décision. À la suite de ce jugement, la CB a spécifié dans la loi que l’emprisonnement n’était
plus possible.

Aucun législateur n’a tenté la manoeuvre depuis. On est en droit de se demander si les
infractions provinciales au Québec (qui prévoient notamment la prison en cas de non-
paiement d’amende) sont constitutionnelles: certains prévenus ont fait cette menace et la
Couronne a reculé. D’où l’idée des travaux communautaires... Selon Daviault, la CSC
n’accepterait probablement pas la validité d’une peine de prison en l’espèce. Il faudrait voir si
l’art. 1 pourrait ‘sauver’ la mesure (proportionnalité?).

VI – L’IMPUTATION DE LA RESPONSABILITÉ PÉNALE: LA


PARTICIPATION CRIMINELLE
1. L’auteur de l’infraction et l’agent innocent

On peut commettre un crime par l’intermédiaire d’un agent innocent: ex. empoisonné le café
que quelqu’un d’autre va servir. Et être coupable au même titre que si on avait commis le
crime directement, par le biais de l’art. 21: voir Berryman (1990, faire une fausse déclaration
pour obtenir un passeport est équivalent à fabriquer un faux passeport).
34

Note: les arts. 21 et 22 doivent être lus conjointement avec l’art. 464.

2. L’aide et l’encouragement: art. 21(1)b) et c)

Les arts. 21 et 22 traitent de la notion de participation à un acte criminel: c’est le concept de


complicity. On participe au crime en faisant ou omettant de faire quelque chose pour
aider la perpétration d’une infraction. L’encouragement est aussi considéré comme une
forme d’aide. Former un projet d’infraction illégale rend aussi responsable si l’une des
personnes qui a formé le projet commet l’infraction.

Dans certains cas, le simple encouragement pourra constituer l’infraction au même titre
que l’infraction elle-même: celle qui encourage est aussi coupable que celle qui a commis
l’infraction. La seule différence peut être en matière de sentence, mais pas au niveau du
verdict. Dans R. c. Thatcher (1987), la CSC a décidé que la Couronne pouvait accuser au titre
du crime, pas seulement de ‘participation’. Ensuite c’est une question de preuve, si les arts. 21
et 22 doivent être invoqués.

La jurisprudence a fait une distinction entre “aider” (21b, aiding: assister la personne qui
agit) et “encourager” (21c, abetting: inciter, instiguer, provoquer la perpétration, voir
Gregeyes (1997)) mais en pratique les deux mots sont toujours utilisés conjointement. En
général, la Couronne accuse directement du crime de toute façon.

Comme pour n’importe quel autre crime, il faut l’actus reus et la mens rea.

2.1 L’élément matériel (actus reus)

De l’infraction de participation est un geste (aide, pas nécessairement illégal en soi) ou un


geste ou une omission (encouragement). En revanche, s’il n’y a pas d’obligation légale, ne
pas agir ne consiste pas en soi une participation criminelle. Ainsi, la présence sur le lieu
d’un acte criminel n’est pas une infraction au départ, sauf si la présence par ailleurs est une
participation (ex. présence qui empêche la police d’agir ou que l’infraction soit remarquée =
actus reus).

Dans R. c. Dunlop et Sylvester (1979, accusés d’un viol collectif identifiés par la victime), les
accusés ont prétendu être arrivés sur les lieux pendant que la victime se faisait violer mais
qu’il n’y ont pas participé ou encouragé le viol. Sont-ils coupables d’avoir participer au viol?
La CSC a décidé que dans les circonstances on ne pouvait pas conclure à leur participation en
vertu de l’art. 21: la simple présence n’est pas en soi suffisante, il faut faire quelque chose de
plus, ex. encourager, faciliter l’infraction, monter la garde, attirer la victime, etc. Il n’y a pas
en l’espèce de devoir d’agir pour un spectateur, car même l’omission doit être en vue d’aider.
Dans le cas où il y a un devoir d’agir, il pourrait y avoir une accusation de négligence
criminelle, mais pas de participation.

L’aide n’a pas a être efficace pour qu’il y ait responsabilité: “... en vue d’aider.” Bref, l’actus
reus est une question de preuve et d’intention subjective de l’accusé.

2.2 L’élément moral (mens rea)

R. c. Hibbert (1995) était accusé de tentative de meurtre. Il prétendait qu’il était présent à
cause de sa peur de celui qui a commis le meurtre directement. Portait sur la défense de
35

contrainte (art. 17) mais la CSC a aussi décidé que “en vue de” de l’art. 21 comporte sa
propre exigence de mens rea, distincte de celle qui commet l’infraction. Il suffit d’avoir
l’intention d’aider, pas nécessairement celle de commettre le crime lui-même (ex. avoir
l’intention d’aider à tuer, pas avoir l’avoir l’intention de tuer). S’applique aussi à
l’encouragement / l’incitation. C’était le cas de Mom Boucher.

En matière de meurtre, l’intention de participation doit être spécifique au meurtre. Sauf que la
‘fin illégale’ peut suffire, voir l’art. 21 (oublier “devrait savoir”, pas constitutionnel).

Dans R. c. Gregeyes (1997), un agent double l’a aidé à faire le trafic de stupéfiants. Or
Gregeyes n’avait que présenté des vendeurs, sans rien faire lui-même. La CSC a décidé
qu’être un agent ou mandataire était de la participation au sens de l’art. 21.1b):
Gregeyes a aidé au et encouragé le trafic de stupéfiants. La Couronne doit seulement prouver
qu’il a voulu les conséquences découlant de son aide à l’auteur principal de l’infraction, non
pas qu’il les a désirées ou approuvées. En anglais, “en vue de” est “for the purpose of”. En
plus, pour obtenir une condamnation en vertu de 21.1c), il faut prouver que l’accusé avait
aussi l’intention d’arriver aux dites conséquences. À peu près la même chose. “Si on sait ce
qu’on fait, on est coupable.” Bref, il faut une intention spécifique d’aider ou d’encourager.

2.3 Les exigences de la Charte en matière de participation

Dans R. c. Kirkness (1990), la CSC a décidé qu’il fallait appliquer les mêmes critères en
matière de participation que pour le crime proprement dit. C’était un vol par effraction où
Kirkness aurait dit à son complice (Snowbird), qui a tué la victime, devrait ne pas l’étrangler
car il allait la tuer (preuve acceptée). Il était accusé de meurtre au premier degré au même titre
que Snowbird.

L’intention requise pour être déclaré coupable de meurtre doit être la même que celle qui est
exigée de la personne qui commet réellement le meurtre. Il doit avoir l’intention que la mort
s’en suive (art. 229) pas son geste d’encouragement. Si l’intention est insuffisante, l’accusé
peut être déclaré coupable d’homicide involontaire coupable s’il savait que l’acte illégal était
de nature à causer des blessures. Or il n’a pas été démontré que Kirkness avait commis une
telle infraction (cf. Creighton): critère objectif.

2.4 La participation criminelle d’une organisation

Pas à l’examen. Aujourd’hui, les arts. 21.1 et 21.2 entraînent la responsabilité des
organisations et de leur cadre ou agent à titre de participants.

Depuis mars 2004, la notion de participation a été étendue aux organisations (notamment mais
pas seulement les personnes morales, 22.1). Il n’y a pas pour l’instant de jurisprudence à ce
sujet. On l’a appelé l’amendement Westray (NÉ, mort de 26 mineurs), il remplace la théorie
complexe dite “de l’alter ego”. Aussi clairement applicable en matière de fraude ou de vente
de tabac. Des gens dans cette situation entraînent la responsabilité criminelle de la compagnie,
la leur et la participation de l’organisation, la leur (sorte de présomption).

3. L’intention commune: art. 21(2) et 22(2)

À l’art. 21.2, la “fin illégale” doit être autre que l’infraction (voir R. c. Simpson (1988)), et
s’il y a prévisibilité probable que cette fin va mener à l’infraction, il y a participation à cette
36

infraction. Dans ce cas, aucun encouragement et aucune aide n’est requise. Ex., dans Kirkness
il aurait fallu que celui-ci anticipe qu’il soit possible que quelqu’un soit tué pendant
l’introduction par effraction. Autrement l’art. 21.2 ne s’applique pas. La condition est assez
exigeante.

R. c. Jackson (1993)

Pour qu’une personne ait la mens rea en vertu des arts. 21 b) et c), les exigences de mens rea
sont les mêmes que pour l’auteur lui-même. À noter: payer un tueur à gage est une forme
d’encouragement.

14 mars

VII – TENTATIVE, COMPLOT ET AUTRES INFRACTIONS


INCHOACTIVES
Inchoactif: “qui ne se termine pas”

La tentative, le complot et la complicité après le fait font partie de cette catégorie.

1. Complicité après le fait

Art. 23: quelqu’un qui assiste quelqu’un d’autre, sachant que cette personne a commis une
infraction, à s’échapper. Peut s’appliquer à n’importe quelle infraction, mais 240 a aussi prévu
que la complicité après le fait de meurtre rend passible de la prison à perpétuité.

Ces accusations sont très rares. Il y a eu un cas récemment: mère qui a caché son fils qui
avait tué quelqu’un. Cependant, garder quelqu’un chez soi ne constitue pas nécessairement
une infraction. Il y a aussi eu le cas du juge Thérrien, condamné par Lamer à la CS (avait
caché des membres du FLQ), qui a omit volontairement de mentionner qu’il avait été
condamné avant d’être nommé juge. Il a démissionné plutôt que d’être destitué par le
Parlement (il est toujours avocat).

Les arts. 23.1, 240, 463 (sanction sauf pour meurtre), 657.2.2 s’appliquent. Le texte de l’art.
23 précise que c’est la complicité après le fait d’une infraction. Ceci implique donc la
preuve qu’une infraction a été commise au départ, faite avant de celle de la complicité
après le fait.

Il est possible que le procès de l’auteur du crime ait lieu après. Dans ce cas, il faudra prouver
l’infraction sous-jacente hors de tout doute raisonnable dans le procès pour complicité après le
fait (peut être aussi nécessaire si l’auteur du crime est mort, si c’est un enfant de moins de 12
ans (etc.) et qu’il n’y aura pas de procès). Si l’auteur réel a déjà été déclaré coupable, on verse
cette condamnation au dossier (657.2.2: présomption presque irréfragable de l’existence de
l’infraction sous-jacente).

Il faut aussi que la personne accusée sache que la personne cachée (etc.) a participé à
l’infraction et non pas à une infraction. Il faut qu’il y ait une intention subjective spécifique de
l’accusé, prouvée hors de tout doute raisonnable. L’acte lui-même n’a pas besoin d’être illégal
37

(ex. faire rentrer une personne dans une maison pour le cacher), mais peut l’être (ex. donner
une arme à feu pour se défendre contre la police).

Le fait que l’auteur n’ait pas été accusé n’empêche pas le procès pour complicité après le fait:
pas une fin de non-recevoir. Mais, dans ce cas, il faudra refaire toute la preuve. En revanche,
une déclaration de culpabilité pour le crime sous-jacent n’entraîne pas une condamnation
automatique pour complicité après le fait.

La simple assistance à quelqu’un après la commission d’un crime n’est pas


nécessairement de la complicité après le fait: si pas de but de permettre la personne de
s’échapper. Par ex., la mère qui reçoit son fils à la maison après qu’il ait commis un vol et qui
achète des médicaments pour soigner sa blessure par balle: ce n’est pas une participation
après le fait. Le refus de collaborer avec les policiers n’est pas non plus automatiquement une
complicité après le fait. On ne peut pas non plus être poursuivi si on croyait que la personne
avait commis une infraction mais ce n’était pas le cas. Croire sincèrement que la personne
n’a pas commis l’infraction suffit: pas la mens rea.

La mens rea de l’intention spécifique:


- L’aide, l’assistance ou l’hébergement soit fourni de façon consciente.
- La participation de la personne cachée (etc.) doit être connue (inclut l’aveuglement
volontaire).
- Il doit y avoir l’intention spécifique d’aider l’auteur à s’échapper.

La peine pour complicité après le fait dépend du crime sous-jacent: 14 ans / perpétuité (sous-
jacent), moitié sentence maximale / si moins de 14 ans, déclaration sommaire de culpabilité /
idem.

2. La tentative: art. 24

S’entendre avec une autre personne pour commettre un crime, sans rien d’autre est quand
même un crime: complot. On ne peut cependant pas comploter avec soi-même.

S’il y a des actes pour accomplir le crime: tentative. Celle-ci est définie à l’art. 24: il n’a pas
besoin d’être possible de commettre l’infraction. La qualification d’un tel acte est une
question de droit, à savoir de décider si l’acte est suffisamment lié à l’infraction.

“La tentative doit être un ou des actes qui ne sont pas simplement préparatifs.” Par ex.,
acheter une cagoule dans le but d’aller voler une banque: tentative ou simple acte de
préparation? Est-ce que si on achète une arme blanche en même temps, on change de
catégorie? Et si on fait un repérage devant la banque? Et si on ouvre la porte de la banque
pour quelqu’un d’autre (complicité?)? Comme c’est une question de droit (24.2), ce n’est pas
le jury qui décide si c’est un acte préparatoire ou une tentative, c’est le juge qui décide de
l’actus reus. Le jury doit juste prendre une décision sur la mens rea. La cagoule est peut-être
insuffisante, mais si on rajoute l’arme blanche et le repérage, c’est une tentative.

Qu’est-ce qui, en droit, distingue la simple préparation de la tentative, au niveau de l’actus


reus? Selon Daviault, plus un acte est rapproché de l’infraction, plus il est proche d’une
tentative. Dans R. c. Cline (1956), il avait été accusé d’action indécente (n’existe plus), mais
on a décidé qu’il pouvait être condamné pour tentative, car il y avait cet actus reus (avait
commis des actes menant directement à l’infraction: s’était caché, avait poursuivi un garçon).
38

Etats-Unis d’Amérique c. Dynar (1997)

Dans cette affaire on s’est posé la question de l’actus reus et de la mens rea nécessaire, mais
on n’a pas beaucoup avancé. Est-ce que voler un portefeuille doit on croit qu’il a de l’argent,
mais qui n’en a pas, est une tentative? Idem si on croit avoir volé quelque chose qui nous
appartient.

Dans Dynar, les ÉU demandent son extradition pour blanchiment d’argent. Ceci requiert que
l’accusation aux ÉU soit un crime au Canada. L’argent utilisé par la police américaine ne
provenait pas d’activités criminelles. La CSC a décidé qu’à l’époque il fallait que l’argent
provienne d’activités criminelles (plus le cas), donc on ne pouvait pas l’extrader pour ce
motif. Mais la CSC a aussi dit qu’il aurait pu être accusé de tentative ou de complot de
recyclage d’argent, donc Dynar pouvait être extradé pour ces motifs. Même si la transaction
est impossible, les crimes de tentative et les complots sont des crimes d’intention. Le fait
que l’on ne réussisse pas peut dépendre du pur hasard. Voir les §51 et 62 de Dynar: aucune
différence juridique entre être le pick pocket malchanceux et l’auto-voleur de parapluie, 24.1
(mens rea du voleur). La seule chose qui pourrait fonctionner serait si ‘l’infraction’ tentée
était imaginaire (différent du crime qui devient impossible par hasard), voir §82.

R. c. Williams (2003)

Faits: Williams apprend être séropositif. Sa partenaire ne l’est pas, il ne lui dit pas quand il
l’apprend. Elle devient séropositive, pas clair si avant ou après.

Jugement: Williams est accusé de voies de faits graves: est-ce que la vie de la partenaire
avait été mise en danger par le fait que Williams n’avait rien dit? La CSC a décidé que,
compte tenu de l’incertitude quant au ‘timing’, il devait être acquitté de voies de faits graves
(il manquait un élément de l’actus reus, §64), mais être déclaré coupable de tentative de voies
de faits graves (infraction moindre et incluse): exposé volontairement la partenaire aux
risques du VIH, pas de consentement valide. Il y avait clairement plus que des actes
préparatoires. QUESTION D’EXAMEN L’AN DERNIER.

L’art. 239 prévoit un crime spécifique de tentative de meurtre. Dans ce cas, il faudra
prouver l’intention subjective de causer la mort: même intention spécifique que le crime de
meurtre. Sauf que ce ne c’est pas produit... Autrement, ça pourrait être une tentative pour une
infraction moindre et incluse. L’art. 463 détermine les peines prévues en cas de tentative, en
fonction de la gravité de l’infraction sous-jacente.

En général, la tentative est une infraction moindre et incluse, donc on peut y arriver même si
au départ on était accusé de l’infraction complète.

3. Le complot: art. 465

Semblable à la tentative: l’impossibilité dans les faits n’est pas un facteur. Voir Dynar. Il
exige:
- Une preuve hors de tout doute raisonnable qu’il ait la conclusion d’une entente entre deux
ou plusieurs personnes et l’existence d’un projet commun.
- L’entente doit avoir pour but de commettre une fin illégale (infraction criminelle, fin
exigeant une la commission d’une infraction criminelle).
39

- Intention réelle des co-conspirateurs de conclure une entente (exclut les agents doubles, §88
Dynar).
Le complot est impossible uniquement avec un agent double, mais possible s’il fait partie
d’un groupe de trois ou plus. Prétendre acquiescer à un complot n’est pas suffisant, il faut
réellement avoir cette intention.

A parte de Daviault (ne fait pas partie du cours): En réalité, une telle infraction est
relativement difficile à prouver, surtout en matière de mens rea. Les règles de preuve sur
l’utilisation des déclarations des co-conspirateurs sont complexes. On peut imputer les actes
d’un autre si ceux-ci sont commis dans le cadre d’un complot, même si on n’en est pas
conscient directement, dans la preuve d’un complot. L’écoute électronique aide souvent.

Si on pose des gestes, il peut s’agir d’une tentative ou d’actes préparatoires servant à
prouver, directement ou indirectement, le complot (voir l’arrêt Carter). Plus préliminaire
que la tentative, mais il faut tout prouver hors de tout doute raisonnable, comme d’habitude.

L’art. 465 prévoit les peines en matière de complot. Souvent, la Couronne va accuser de
l’infraction sous-jacente et de complot.

4. L’incitation: art. 464

Existe à l’art. 464 Ccrim, mais Daviault n’a jamais vu quelqu’un se faire poursuivre à ce
titre...

28 février

VIII – LES MOYENS DE DÉFENSE ET D’EXONÉRATION


Ils permettent à un accusé de ne pas être reconnu coupable ou coupable d’une autre infraction.
Le meilleur exemple est l’affaire George, où l’individu était accusé de vol qualifié, la cour l’a
condamné pour l’infraction incluse de vol. Un moyen de défense peut viser un élément
particulier d’une infraction: ex. l’intention de causer la mort.

Légitime défense, alibi, erreur de fait... Il y a plusieurs catégories de moyens de défense,


relatifs à l’actus reus et la mens rea.

0. Survol des moyens de défense

0.1 L’alibi

Très simple: l’accusé soutient que pas l’auteur du délit, était à un autre endroit au moment de
l’infraction. Les tribunaux ont jugé que l’on doit vérifier la valeur de l’alibi avant le procès
normalement: ne pas le faire et attendre au procès ne le rend pas irrecevable, mais réduit sa
valeur probante.

0.2 La défense d’automatisme

Voir les affaires Parks (somnambulisme) et Stone (woush).


40

0.3 Défense de consentement

S’applique à beaucoup de crimes: vol, voies de faits, viol...

0.4 Défense d’erreur de fait

L’accusé soutient que si les faits étaient tels que l’accusé le croyait, était-il coupable de
l’infraction? Ex. croire au consentement.

0.5 Plaisanterie / prank

Suite à une plaisanterie, un résultat est inattendu. Pas toujours recevable, mais peut être
soulevé.

0.6 L’intoxication volontaire

Voir plus bas.

0.7 Contrainte, nécessité, impossibilité

Voir notamment l’affaire Ruzik. La défense d’impossibilité s’applique surtout en matière


réglementaire.

0.8 Autre excuses et justifications

Notamment la légitime défense de la ‘victime’, mais aussi celle de ‘l’agresseur’ (35, assez
encadré, s’il pense que des lésions corporelles graves ou la mort vont s’en suivre). Il y a aussi
la défense contre une attaque et la protection d’autrui (enfants...). On peut également défendre
ses biens (38-42): les personnes en possession paisible d’un lieu ont une défense contre une
accusation de voies de faits pour avoir utilisé la force nécessaire à l’expulsion. Crée une
présomption d’intrus à l’endroit d’autrui. Protège aussi la propriété privée. Il y a aussi la
défense qui vise à protéger les personnes en position d’autorité (enseignants, parents), en
partie sauvegardée par la CSC: protège la personne qui agit légitimement.

Il y a un nombre très important de défenses qui peuvent se chevaucher et ne sont pas


nécessairement mutuellement exclusives. Cela varie suivant les circonstances. Il faut faire
preuve de créativité: il y a certaines défenses rares. Par ex., il y a la défense d’obéissance en
situation de guerre, voir Finta.

Comme quoi, le consentement n’est pas le seul moyen de défense...

1. La défense de consentement

Le consentement de la ‘victime’ est presque toujours opposable à la culpabilité en matière


criminelle, par ex. le consentement du propriétaire d’une fenêtre à ce qu’elle soit brisée.

1.1 Les crimes non-sexuels: exemples des voies de faits

À plusieurs reprises, CL-D a tenté dans ces jugements d’analyser la modification


fondamentale de 1983 où l’on a éliminé du Ccrim la notion de viol et que l’on a précisé
41

l’infraction de voies de faits, qui est l’infraction de base de l’agression à l’endroit de la


personne: 265.1. Les menaces suffisent si elles portent raisonnablement à croire que
l’agresseur est en mesure de le faire: le contact physique n’est pas nécessaire.

Dans la plupart des crimes, la tentative est une infraction moindre, mais ce n’est pas le cas ici:
tenter de commettre des voies de faits constitue des voies de faits en droit. Porter
ostensiblement une arme peut aussi mener à cette conclusion de voies de faits.

S’applique à tous les types de voies de faits, dont les agressions sexuelles. Autrefois, la
violence sexuelle exigeait toutes sortes de preuves précises. Ce n’est plus le cas. Les
caractères de l’agression n’ont plus d’influence sur le verdict et la responsabilité pénale,
mais sur la peine.

Se soumettre ou ne pas résister n’est pas en droit un consentement en cas d’emploi de la force
(y compris envers une tierce personne), de menaces à cet effet, de fraude ou d’exercice
d’autorité (enfants). Paraît évident, mais c’est la codification de siècles de jurisprudence.
L’idée principale est que le consentement doit être volontaire.

Il faut prendre en considération la croyance honnête à un consentement: question de faits,


mais cette croyance doit être raisonnablement fondée pour être un moyen de défense.

L’art. 8 énonce que les principes de CL sont maintenus sauf modification ou incompatibilité
par une loi fédérale. Dans les faits, les législateurs ont laissé aux tribunaux l’essentiel du
travail de faire évoluer les principes.

L’art. 14 énonce que le consentement à la mort n’existe pas. Le consentement d’autrui ne


justifie pas l’acte. Ceci touche le débat sur l’euthanasie, mais pour l’instant le Ccrim est non
équivoque: on ne peut pas consentir à mourir. Probablement que le législateur garderait le
principe général pour créer des exceptions en matière d’euthanasie, si un tel régime voit le
jour.

L’art. 45 exonère le chirurgien qui pratique une opération du moment que l’opération est faite
correctement et est appropriée vu les circonstances. Dans ces cas, on peut présumer le
consentement.

L’art. 216 énonce que de mettre la vie de quelqu’un en danger par une intervention doit être
fait en toute connaissance de cause (ex. si on ouvre quelqu’un, il faut savoir quoi faire pour ne
pas la tuer), sauf en situation d’urgence. Une telle disposition illustre le consensus social sur
le consentement, connu des médecins et des patients. L’art. 217 énonce le devoir de ne pas
omettre de faire quelque chose avec des conséquences graves.

R. c. Jobidon (1991)

Faits: Bagarre dans un bar. On a expulsé celui qui a été agressé et l’agresseur l’a suivi. L’un
d’eux est mort suite à d’autres coups. La CSC s’est demandé s’il était possible qu’il y ait un
consentement: les deux ont décidé de régler ça ‘entre hommes’. Le problème se pose parce
que la victime est morte. Jobidon a été acquitté en première instance et déclaré coupable en
appel.
42

La position de Jobidon: l’art. 265.1a) parle de l’absence de consentement, or celui-ci


existait, donc il n’y avait pas de voies de faits. De plus, le législateur n’a pas précisé que l’on
ne pouvait pas consentir à des voies de faits causant des lésions (14 a contrario). Aussi, la CL
anglaise ne doit pas être suivie, car il existe un Ccrim au Canada définissant l’infraction et ne
comportant pas certaines de ses restrictions.

Le ministère public: s’appuie sur beaucoup d’arrêts selon lesquels on ne peut pas consentir à
des voies de faits causant des lésions corporelles. Soulève aussi un argument d’intérêt public
comme quoi de telles activités ne devraient pas exister: les bagarres n’ont aucune valeur
sociale. On argumente que la CL n’a pas été écartée explicitement, donc elle est toujours en
vigueur. Enfin, on dit que c’est un acte illégal de troubler la paix publique par une bagarre (la
CSC ne traitera pas de cet argument, heureusement selon Battista, car cela pourrait mener à
des sanctions disproportionnées, il faut que l’acte illégal soit dangereux: cf. Creighton).

Jugement (Gonthier pour 6 juges): Il faut déterminer si l’absence de consentement doit être
prouvée et si la CL empêche le consentement d’exister dans certains cas. De plus, est-ce qu’il
pourrait y avoir homicideinvolontaire coupable pour un autre motif que les voies de faits?

Appliquer la force sans consentement reste essentiel à l’infraction. Mais le consentement n’a
pas toujours d’effet juridique: erreur de fait (fraude), contrainte, etc. La CL énonce des limites
à cet égard depuis très longtemps. L’infraction de voies de faits est l’infraction de base menant
à toutes les autres. Ceci mène à l’homicide involontaire coupable. Si le consentement est
opposable à une accusation de voies de faits, il est opposable à une accusation d’homicide
involontaire coupable, puisqu’il s’agit d’un élément essentiel (ce que Jobidon soulevait).

Gonthier relève une contradiction entre l’art. 265 (pas de voies de faits avec consentement) et
la décision de la cour d’appel, à savoir culpabilité en la présence de consentement. En
revanche, le Ccrim ne définit pas le consentement, il définit uniquement ce qui n’est pas un
consentement. La CSC va cependant décider que les limites énoncées dans le Ccrim ne
sont pas exhaustives et qu’il faut regarder la CL. La CL anglaise ne s’applique pas en
revanche, car on a codifié la défense de consentement et le fait que les voies de faits doivent
être intentionnels (pas le cas en droit anglais).

Gonthier énonce que la loi ne peut pas tolérer ou sanctionner un tel consentement. C’est
une décision de politique judiciaire liée aux valeurs sociales. La nuance est faite avec les
matchs sportifs (voir l’affaire Cey) car ceux-ci ont une certaine utilité sociale: un tel contact
physique qui risque de causer des lésions corporelles peut être accepté, s’il est fait dans le
cadre du jeu. Voir les affaires R. c. McSorley (2000) et R. c. Bertuzzi: presque du cas par cas.
Les bagarres dans les cours d’école forment une autre catégorie: sorte de critère de
raisonnabilité ou de danger. On veut éviter de criminaliser tout le monde, sans dire que des
voies de faits sont une activité désirable.

Sopinka est d’accord avec le résultat des 6 autres juges, parce qu’au vu des faits la
victime ne réagissait plus après un coup. Il ne pouvait plus y avoir de consentement aux
coups suivants. “Façon simple de régler le dossier, Sopinka ne voulait pas aborder la
question.” Il y avait clairement un acte illégal sans consentement après la perte de
connaissance, la mort a résulté: homicide involontaire coupable. Évite le débat de société sur
l’acceptabilité de ce moyen de régler les problèmes.
43

R. c. Cuerrier (1998)

Faits: Accusation de voies de faits graves, définis à 268. Individu qui se sait séropositif mais
a des rapports sexuels non-protégés. Deux femmes ne deviennent pas porteuses mais portent
plainte et Cuerrier est accusé.

Jugement: 7-0 sur le résultat mais la CSC est divisée en trois sur les motifs.

Quatre juges considèrent qu’il n’y a pas de consentement lorsque la malhonnêteté porte sur un
risque qui a pour effet d’exposer la personne à un risque important de lésion corporelle grave
(comme le risque de privation en matière de fraude, repose sur le mensonge ou la fraude).

Les juges McLachlin et Gonthier limiteraient la notion de fraude à ne pas divulguer la


connaissance d’être porteur d’une maladie vénérienne. Il y a des précédents de CL: comme
Sopinka dans Jobidon, tentent de ne pas établir de règle générale.

CL-D interprète la fraude comme tout mensonge qui incite consentement à un acte physique,
peut importe que cet acte ait comporté des risques ou des dangers particuliers. Va très loin:
est-ce que mentir sur son âge est pertinent?

La décision Clarence de 1898: le consentement devait porter sur la nature de l’acte et la


personne. Le mari n’avait donc pas d’obligation de dire à sa femme qu’il était porteur. Cette
décision corrige cette règle.

R. c. Bolduc (1967)

Faits: Un médecin fait assister un ami à un examen gynécologique en disant qu’il est en
formation.

Cette affaire ne s’appliquerait plus aujourd’hui: seulement consentement sur la nature


de l’acte et l’identité de la personne. La CSC a appliqué cette règle strictement. Donc le
consentement n’était pas vicié. C’est le juge Spence, dissident qui donne ce qui serait l’état du
droit aujourd’hui.

1.2 Les crimes à caractère sexuel

L’art. 150.1: le consentement d’une personne de moins de 14 n’est pas un moyen de


défense. Légalement, le consentement à une activité sexuelle avec un adulte n’existe pas. En
revanche, de 12 à 14 ans le consentement peut être un moyen de défense si (1) l’accusé a
moins de 16 ans et (2) est de moins de deux ans l’aîné du plaignant, (3) sans qu’il y ait de
relation d’autorité ou de dépendance.

L’art. 153.1 prévoit la situation d’autorité (notamment pour les handicapés mentaux et
physiques), qui empêche d’invoquer le consentement. Voir l’article pour plus de détails.

Les arts. 271 et 272 définissent agression sexuelle et agression sexuelle grave. L’art. 273
définit le consentement en matière sexuelle: accord volontaire. Comme à 153.1 par ailleurs.
On énonce que ce n’est pas limitatif.
44

1.2.1 Le fondement: l’erreur de fait et la croyance au consentement

Le législateur a éliminé l’ambiguïté comme quoi l’erreur de la croyance en le consentement


ne peut pas être attribuable à l’accusé (l’erreur de fait est recevable comme défense, mais
c’est encadré, voir R. c. Papajohn (1980) qui est encore en partie valable) car il est saoul ou
volontairement aveuglé. [Ce n’est pas une règle générale, notamment pas pour la légitime
défense.] L’accusé doit aussi avoir fait ce qui était raisonnablement possible pour
s’assurer du consentement. Soulever le consentement doit aujourd’hui avoir une base
factuelle (R. c. Livermore): on ne peut pas choisir gris (erreur sur le consentement) si une
partie dit blanc (consentement) et l’autre noir (pas de consentement).

L’affaire R. c. Sansregret (1985) porte sur le consentement par crainte. R. c. Davis (1999) a
énoncé que l’extortion ne mène pas au consentement. R. c. M.O. (2000) est très semblable à
Ewanchuk. La défense basée sur une erreur sur l’âge est recevable, mais il faut prendre
des moyens raisonnables, etc. (affaire Nguyen, aussi en matière de prostitution plus de 18
ans). Autrement, ce serait une infraction de responsabilité absolue.

L’art. 159 serait probablement déclaré inconstitutionnel par la CSC (déjà fait par des cours
d’appel) en cas d’accusation (interdiction d’un mineur de consentir à des relations anales).
Mais il est peu probable que l’on accuse aujourd’hui qui que ce soit à ce titre.

1.2.2 Le consentement exprès ou tacite

R. c. Livermore (1995)

Faits: Livermore a 28 ans, a des rapports sexuels avec une fille de 14 ou 15 ans. Plainte
d’agression sexuelle.

Jugement: Pour que la défense de croyance au consentement soit recevable: croyance (1)
sincère et (2) erronée. Il ne peut y avoir d’insouciance dans la croyance au consentement:
l’erreur ne peut dépendre de sa faute. La croyance ne doit pas être raisonnable, mais elle
doit être vraisemblable pour être soumise au jury. Ici, c’était une affaire de noir (croyait au
consentement) contre blanc (pas de consentement: peur).

Ce sont les fondements de la défense de croyance sincère et honnête. Dans ce cas ci, on a
décidé que la défense n’était pas recevable.

R. c. Ewanchuk (1999)

Faits: Invitation dans une roulotte pour parler d’un emploi. Ewanchuk se livre à des
attouchements 3 ou 4 fois mais elle dit non à chaque fois et il recule.

Jugement: La CSC décide que l’absence d’objection n’équivaut pas à consentement. De


plus, Ewanchuk était en position d’autorité. Point de départ: le consentement doit être
volontaire, libre (lié à la dignité de la personne) et non pas avoir la crainte comme source. Il
ne doit pas être verbal nécessairement, mais doit être explicite. Selon Battista, Ewanchuk
aurait pu soulever la croyance honnête. Il y aurait peut-être eu un autre raisonnement ou un
autre résultat dans ce cas. Mais le témoignage de la victime n’était pas contredit.
45

2. Le cas particulier de la légitime défense: le syndrome de la femme battue

R. c. Lavallée (1990)

Faits: Lavallée a tué un homme à bout portant alors qu’il lui faisait dos et qui n’était pas
armé. La légitime défense ne peut pas fonctionner en principe. On a fait une preuve d’expert
sur le syndrome de la femme battue. Même si elle tenait l’arme, cela ne changeait rien en
raison de son état particulier. On plaidait que sa croyance était raisonnable dans les
circonstances. Elle n’a cependant pas témoigné: difficile lorsqu’un expert dit ce qui est arrivé
dans sa tête.

Jugement: Longue décision qui soulève un débat d’admissibilité et de pertinence de preuve.


L’art. 34 permet de tuer en l’absence de choix: tuer à la place de mourir. Wilson montre qu’il
y avait un fondement factuel au témoignage d’expert: battue, menaces, etc. Dans un tel cas,
se sauver n’était pas une option, un expert pouvait expliquer au jury pourquoi une personne ne
le ferait pas. Une telle information dépasse l’entendement habituel de la légitime défense.
L’évaluation de la pertinence de cette défense est en partie subjective, ou ‘objective
modifiée’ avec le standard de la ‘femme battue raisonnable’.

4 avril

3. Le cas particulier de l’intoxication

3.0 Introduction

En principe, l’intoxication n’est pas un moyen de défense comme la légitime défense,


l’erreur de fait, etc. L’inculpé qui soulève ce moyen soutient plutôt que le ministère
public ne s’est pas déchargé de son fardeau de prouver l’un des éléments essentiels d’une
infraction: la mens rea. Pour l’intoxication extrême (Daviault), c’est l’actus reus (qui doit
être volontaire) qui est attaqué. Cette nuance a été élaborée dans la jurisprudence. Si on
aborde uniquement l’intoxication pour les infractions de responsabilité générale, on omet les
infractions n’ayant pas d’intention (responsabilité absolue), d’où l’idée d’attaquer l’actus reus
(la personne ne possède pas l’intention primaire, on qualifie l’acte d’involontaire ou avec une
absence d’intention minimale => devient presque la même chose, mais pas la même chose).
En cas d’intoxication ordinaire, on attaque uniquement la mens rea. La distinction est pratique
pour les crimes d’intention spécifique où on attaque la mens rea.

Il y a des infractions d’intention spécifique, d’intention générale et de négligence /


insouciance:
- En matière d’intention spécifique, l’intention se rattache à la fin illégale du geste posé
(vol, meurtre). Dans R. c. Bernard: perprétation de l’actus reus avec un dessein qui ne
se limite pas à l’accomplissement de l’acte. Ex., meurtre, geste dans le but de causer la
mort.
- En matière d’intention générale, l’intention requise est celle de commettre l’acte lui
même (voies de faits, méfaits). Ex., méfait, lancer une pierre sur une vitrine suffit,
même sans intention de la casser (ex. R. c. De Sousa avait l’intention de lancer la
bouteille, même sans intention du résultat). Pour les crimes d’intention générale, c’est
la question de ‘volontaire’ qui se pose aujourd’hui.
- En matière de négligence, l’intention peut carrément être un élément qui établi la
faute. Peut aussi être un élément constitutif de l’infraction (conduite avec capacité
46

affaiblie). Ici, c’est un élément de ce qui est prohibé, donc ce ne peut pas être un
moyen de défense (décidé par la CSC dans R. c. Peno).

Dissidences de McIntyre dans Bernard, Sopinka dans Daviault, Dickson dans Leary:
lorsque quelqu’un s’intoxique, il devrait être responsable. Le contre-argument:
malhonnête d’imputer une intention qui n’existait pas. Le législateur pourrait criminaliser le
comportement intoxiqué, et l’a fait pour la conduite en état d’ébriété. Rappel: on parle
toujours d’intoxication volontaire.

3.1 La règle traditionnelle

D.P.P. v. Beard [1920] A.C. 479

Dans cette affaire, on a décidé que “incapable of forming the intent” (pas “did not have
the intent”) menait à un acquittement puisqu’il était impossible de faire la preuve de
l’intention. Il faut donc être très sérieusement intoxiqué. Dans une accusation pour meurtre,
s’il y a un doute sur la capacité, on peut reconnaître coupable pour l’infraction incluse
d’homicide involontaire ne requérant pas d’intention spécifique. Cet arrêt a beaucoup été
critiqué: on parlait de capacité de former l’intention, de crime d’intention, d’intention
spécifique... D’où le débat: si pas de capacité d’intention, comment reconnaître coupable?

3.2 La classification des infractions: les infractions d’intention générale et les


infractions d’intention spécifique

L’affaire R. c. George (1960) expliqua au Canada la différence entre crime d’intention


spécifique et générale. Il était accusé de vol qualifié (crime d’intention spécifique: violence
dans le but de perpétrer le vol). Le juge du procès avait retenu l’ivresse et a acquitté déclarant
l’absence d’intention.

La CSC a renversé cette décision et établi la règle qui dura jusqu’à Daviault, celle de la
distinction entre intention spécifique et générale. Deux juges: Spécifique pour le vol qualifié
(robbery) et générale pour les voies de faits (assault). On décide qu’il faut que l’acte ait été
involontaire, rien ne prouve que George n’avait pas l’intention. Deux autres juges (Martland
et Ritchie): certains actes sont possibles avec une intention générale mais sans intention
spécifique, pour cause d’intoxication (ex. savoir que l’on frappe mais sans motif). Cette
affaire applique le principe de Beard au Canada: avec un doute sur la capacité de former
l’intention, on trouve coupable de l’infraction d’intention générale incluse. Mais les juges
posent la question de l’intoxication extrême où tout est involontaire.

L’affaire R. c. Leary (1978), décidée avant l’entrée en vigueur de la Charte, a été tranchée en
vertu de l’évolution philosophique du droit criminel. Affaire de viol (agression sexuelle
maintenant): intention générale ou spécifique? À l’époque, l’intoxication était uniquement
pertinente pour les crimes d’intention spécifique, d’où le besoin de trancher en
appliquant George. La majorité de la CSC a décidé que c’était un crime d’intention générale
et que la défense d’intoxication était irrecevable. Note: dans R. c. Chase, la CSC a décidé que
l’agression sexuelle est aussi d’intention générale.

Dans Leary, la plaignante prétendait qu’il n’y avait pas eu consentement, l’accusé disait qu’il
y avait consentement mais qu’il était trop ivre pour savoir ce qu’il faisait. La majorité a noté
que l’irrecevabilité de l’intoxication venait en partie de la défense contradictoire de
47

consentement, autrement des questions se seraient posées. Selon Pigeon, il aurait fallu
“insanity”. L’importance de cette affaire est la dissidence (Dickson, Laskin et Spence): ils
n’étaient pas d’accord avec la distinction spécifique / générale, vue comme artificielle.
Selon eux, dans tout crime il faut prouver l’intention hors de tout doute raisonnable. S’il y a
un facteur qui peut influencer le jury sur la preuve, le jury doit l’entendre. Quel mal il y a-t-il
de le soumettre au jury? On peut aussi dire que ce système isolait surtout le meurtre du
reste (à l’époque de la peine de mort, vu les sanctions). Ailleurs, notamment dans certains
États australiens, on s’est inspiré de la dissidence et permis la défense d’intoxication pour tous
les crimes.

3.3 Intoxication involontaire

Lorsque l’intoxication (alcool, stupéfiants, etc., souvent géré par des experts) est
involontaire, elle est toujours recevable, car elle ne résulte pas de la volonté de l’accusé.
Donc, même pour la conduite avec des capacités affaiblies, elle peut être recevable. Dans R.
c. King (1962), la CSC a décidé que la mens rea de cette infraction est la volonté de
s’intoxiquer. Il avait eu les capacités affaiblies par l’anesthésie d’un dentiste. C’était
involontaire donc on ne pouvait pas attribuer de culpabilité. L’état n’était pas le fruit de la
volonté de l’accusé. Les affaires R. c. Dunn (CATN 1982) et R. c. Geoffroy (CAQ, 2004 JQ
7340) ont établi que la défense d’intoxication involontaire doit être établie par caractère
involontaire au départ et absence d’intoxication perçue (pas le cas dans ces deux affaires:
coupable). Il suffit de soulever à ce sujet un doute raisonnable (pas la prépondérance des
probabilités, nonobstant une décision ontarienne), car il s’agit d’un élément essentiel,
l’intention (ex. Conduite avec les capacités affaiblies).

3.4 L’intoxication volontaire

3.4.1 L’impact de la Charte

R. c. Bernard (1988)

Faits: Il est accusé d’agression sexuelle. Il dit “j’étais chaud”, comme si ça pouvait changer
quelque chose.

Jugement: La décision est 5-2 sur le résultat: il est coupable (2: nouveau procès). Sur le
raisonnement, plus particulièrement sur la recevabilité du moyen de défense d’intoxication,
c’est 4-3 contre la défense d’intoxication volontaire, mais 5-2 pour la défense
d’intoxication extrême.

McIntyre et Beetz appliquent la règle de R. c. Leary et Majewski. Wilson et CLD disent que
Bernard savait ce qu’il faisait donc l’ivresse n’affectait pas l’intention minimale requise (donc
pas recevable). La Forest dit qu’ici ce n’est pas recevable mais en principe elle devrait
toujours être recevable. Lamer et Dickson disent qu’elle est toujours recevable. D’où le 4-3
(intoxication) et 5-2 (intoxication extrême).

Ce qu’il y avait de nouveau depuis Leary: la Charte. McIntyre et Beetz laissent entendre
que cela ne change rien, il n’y a rien de mal à attribuer une intention dans une personne qui
s’est mis volontairement dans un état tel. À l’autre extrême, Dickson et Lamer disent
qu’attribuer une intention sans qu’il y ait un lien rationnel entre le geste posé et l’intention
imputée, il y a une fiction juridique non rattachée au fait (porte atteinte à la justice
48

fondamentale). Présumer une intention qu’on sait inexistante est irrationnel. La Charte permet
de renverser Leary. [Différent du conducteur présumé avoir le contrôle et la garde dans Whyte
(1988): rationnel suivant les circonstances.] La Forest est d’accord mais dit que dans les faits
la défense n’avait pas de fondement dans ce cas-ci. Wilson et CLD notent qu’être ivre n’est
pas une défense, l’absence d’intention ou d’un élément constitutif de l’infraction est une
défense. Ici, il y a eu conscience de l’accusé, il avait donc l’intention minimale requise. Mais
elles disent que s’il y avait une intoxication tellement extrême qu’il s’agirait de folie ou
automatisme, il n’y aurait pas l’intention minimo-minimale requise et l’imputation serait
contraire à la Charte. Elles sont en total désaccord avec McIntyre et Beetz sur ce point: seule
l’intoxication extrême devrait être soumise au jury.

3.4.2 L’intoxication et les crimes d’intention générale

R. c. Daviault (1994)

Simple de comprendre Daviault quand on comprend Bernard. La question se posait de la


recevabilité de l’intoxication extrême. La CSC a retenu que cette défense est recevable
pour les crimes d’intention générale (contradiction entre nécessité d’une intention et
irrecevabilité). Position de compromis dans le jugement 6-3: l’accusé a le fardeau de prouver
l’intoxication extrême (en général avec des experts, comme l’aliénation mentale, Stone,
Parks), puisque qu’il plaide l’incapacité de former l’intention minimale, or tout le monde est
présumé sain d’esprit (16). Dû à l’absence d’imputation mais aussi au fait que l’intention
requise est vraiment minimale.

3.4.3 L’intoxication et les infractions d’intention spécifique

R. c. Robinson (1988)

Il est possible d’avoir la capacité de former l’intention (Beard) sans avoir effectivement
l’intention (l’inverse est impossible). Ce qui est requis pour la culpabilité est d’avoir
l’intention (de causer la mort ou autre). Robinson clarifie cette question. En cas de crime
d’intention spécifique, il faut être convaincu que l’accusé avait en fait l’intention de
causer la mort => c’est cette question que l’on doit se poser. Voir R. c. McMaster et R. c.
Lemky: bagarre de saoulons dans la rue, peut-être une capacité sans intention de tuer...
(homicide involontaire dans ce cas).

3.4.5 L’intervention du législateur et l’interprétation judiciaire

Après Daviault, le législateur est intervenu après quelques mois et a adopté l’art. 33.1 Ccrim:

33.1 (1) Ne constitue pas un moyen de défense à une infraction visée au paragraphe (3) le fait
que l'accusé, en raison de son intoxication volontaire, n'avait pas l'intention générale ou la
volonté requise pour la perpétration de l'infraction, dans les cas où il s'écarte de façon marquée
de la norme de diligence énoncée au paragraphe (2).

(2) Pour l'application du présent article, une personne s'écarte de façon marquée de la norme
de diligence raisonnable généralement acceptée dans la société canadienne et, de ce fait, est
criminellement responsable si, alors qu'elle est dans un état d'intoxication volontaire qui la
rend incapable de se maîtriser consciemment ou d'avoir conscience de sa conduite, elle porte
atteinte ou menace de porter atteinte volontairement ou involontairement à l'intégrité physique
d'autrui.
49

(3) Le présent article s'applique aux infractions créées par la présente loi ou toute autre loi
fédérale dont l'un des éléments constitutifs est l'atteinte ou la menace d'atteinte à l'intégrité
physique d'une personne, ou toute forme de voies de fait.

Le législateur a donc décidé que pour les crimes contre la personne, cette défense
d’intoxication volontaire extrême est irrecevable. On a donc annulé la règle de CL. Bref, le
principe de Daviault est applicable pour les crimes d’intention générale qui ne
concernent pas l’atteinte à l’intégrité physique. D’après Battista, on a appliqué la défense
de Daviault avant l’intervention du législateur dans un cas où ça a fonctionné (meurtre alors
qu’ivre-mort).

Le fait de s’intoxiquer volontairement ne donne pas non plus ouverture à une défense
d’erreur de fait:

273.2 Ne constitue pas un moyen de défense contre une accusation fondée sur les articles 271,
272 ou 273 le fait que l'accusé croyait que le plaignant avait consenti à l'activité à l'origine de
l'accusation lorsque, selon le cas :
a) cette croyance provient :

(i) soit de l'affaiblissement volontaire de ses facultés,

(ii) soit de son insouciance ou d'un aveuglement volontaire;

b) il n'a pas pris les mesures raisonnables, dans les circonstances dont il avait alors
connaissance, pour s'assurer du consentement.

Dans l’affaire R. c. Toutsaint (Sask.), plaignante et accusé étaient tous les deux ivres morts et
ne savent pas du tout ce qui s’est passé, le consentement donné et compris était donc
impossible, car il doit être donné à l’avance (Ewanchuk). Ici, le juge a conclu que
l’intervention législative était déterminante, car il n’y avait pas l’intention minimale requise.

3.4.6 La constitutionnalité de l’art. 33.1 Ccrim

Pas de décision de la CSC, mais pour l’instant on a décidé que la règle était sauvée par
l’art. 1 même si elle violait les arts. 7 et 11d) de la Charte.

3.4.7 L’état du droit aujourd’hui en matière

Intention spécifique: preuve d’intoxication recevable et il suffit pour l’accusé de soulever un


doute raisonnable.

Intention générale:
- Preuve d’intoxication, même extrême, irrecevable pour les infractions dont l’élément
constitutif est l’atteinte ou la menace d’atteinte à l’intégrité physique d’une personne (33.1).
- En revanche, l’intoxication extrême (voisine à l’automatisme ou l’aliénation) est recevable
pour un autre type d’infraction d’intention générale (restes de Daviault) et la preuve incombe
à l’accusé par prépondérance de probabilité (charge de persuasion). S’appliquerait au méfait,
incendie criminel (certains crimes contre les biens) mais pas grand chose d’autre.

Dans les deux cas, l’accusé a la charge de présentation.


50

IX – LA DÉTERMINATION DE LA PEINE
En général, rendu en cour, la preuve est très forte et l’accusé probablement coupable (plainte,
enquête policière, décision de la Couronne, etc. au préalable).

1. Les principes de sentencing

Les arts. 718 et s. expliquent le fondement des peines. Le but de la peine n’est pas
uniquement la punition et la vengeance. Une grande partie des principes du Ccrim existaient
déjà en CL, mais les tribunaux doivent aujourd’hui se référer au Ccrim (tri fait par le
législateur, voir R. c. Proulx).

718. Le prononcé des peines a pour objectif essentiel de contribuer, parallèlement à d'autres
initiatives de prévention du crime, au respect de la loi et au maintien d'une société juste,
paisible et sûre par l'infliction de sanctions justes visant un ou plusieurs des objectifs suivants:

a) dénoncer le comportement illégal;

b) dissuader les délinquants, et quiconque, de commettre des infractions;

c) isoler, au besoin, les délinquants du reste de la société;

d) favoriser la réinsertion sociale des délinquants;

e) assurer la réparation des torts causés aux victimes ou à la collectivité;

f) susciter la conscience de leurs responsabilités chez les délinquants, notamment par la


reconnaissance du tort qu'ils ont causé aux victimes et à la collectivité.

Au Canada, contrairement aux pays où on reçoit 300 ans de prison, la réinsertion sociale est
un objectif. L’isolation est faite si nécessaire.

718.1 La peine est proportionnelle à la gravité de l'infraction et au degré de responsabilité du


délinquant.

On peut être également coupable (vs. innocent) sans avoir le même degré de responsabilité /
de participation (ex. guetteur lors du vol qualifié). Les juges doivent en tenir compte: ex.
l’infraction prévoyant un maximum de 6 mois (ou prison à vie) d’emprisonnement ne mérite
pas à la première infraction une peine de 6 mois (ou prison à vie).

718.2 Le tribunal détermine la peine à infliger compte tenu également des principes suivants:

a) la peine devrait être adaptée aux circonstances aggravantes ou atténuantes liées à la


perpétration de l'infraction ou à la situation du délinquant; sont notamment considérées
comme des circonstances aggravantes des éléments de preuve établissant :

(i) que l'infraction est motivée par des préjugés ou de la haine fondés sur des facteurs tels que
la race, l'origine nationale ou ethnique, la langue, la couleur, la religion, le sexe, l'âge, la
déficience mentale ou physique ou l'orientation sexuelle,
51

(ii) que l'infraction perpétrée par le délinquant constitue un mauvais traitement de son époux
ou conjoint de fait ou de ses enfants,

(iii) que l'infraction perpétrée par le délinquant constitue un abus de la confiance de la victime
ou un abus d'autorité à son égard,

(iv) que l'infraction a été commise au profit ou sous la direction d'une organisation criminelle,
ou en association avec elle;

(v) que l'infraction perpétrée par le délinquant est une infraction de terrorisme;

b) l'harmonisation des peines, c'est-à-dire l'infliction de peines semblables à celles infligées à


des délinquants pour des infractions semblables commises dans des circonstances semblables;

c) l'obligation d'éviter l'excès de nature ou de durée dans l'infliction de peines consécutives;

d) l'obligation, avant d'envisager la privation de liberté, d'examiner la possibilité de sanctions


moins contraignantes lorsque les circonstances le justifient;

e) l'examen de toutes les sanctions substitutives applicables qui sont justifiées dans les
circonstances, plus particulièrement en ce qui concerne les délinquants autochtones.

Un skinhead haineux commettant un méfait ne reçoit pas la même peine qu’un


professeur de karaté trop enthousiaste. Facteurs aggravants: haine, situation familiale,
situation d’autorité, organisation criminelle, terrorisme. On vise aussi l’harmonisation des
peines en fonction des précédents, l’absence de peine trop lourde, la possibilité de sanctions
alternatives (prison = dernier recours, pourtant le Canada est un des champions de
l’incarcération, mais moins que les ÉU et moins qu’autrefois: taux de récidive plus bas pour
les jeunes contrevenants non incarcérés au Québec!), avec une attention particulière pour les
autochtones (ex. certaines exemption constitutionnelles à l’interdiction de possession d’arme
imposée pour des chasseurs).

La peine doit être appliquée rapidement (718.21, avec nuance, empêche les gens de montrer
une certaine réhabilitation). Lorsqu’on veut quelque chose de particulier, les rapports pré-
sentenciels de travailleurs sociaux, agents de probation, criminologues, des victimes (etc.)
sont utiles (voir aussi 721). Les règles de preuve sont beaucoup plus souples (ouï-dire
admissible, etc.) pour ce processus. En pratique, c’est rare que ce genre de fait soit contesté.
Différent du processus d’Europe continentale où il n’y a pas de division entre ces deux
processus.

R. c. Gardiner (1982)

L’enjeu: quand il y a un facteur aggravant que l’on veut prouver, le fardeau est-il la
prépondérance de probabilité ou le doute raisonnable (ce qu’avaient dit certaines cours
d’appel)? La CSC dit que la prépondérance est insuffisante, car ces facteurs peuvent être aussi
importants. Les facteurs aggravants doivent être prouvés hors de tout doute raisonnable.
De plus, beaucoup de gens plaident coupable. Ce principe n’a pas changé depuis.

R. c. M. (C.A.) (1996)

La cour d’appel de CB avait statué qu’en l’absence de peine maximale d’emprisonnement, un


juge ne devrait pas dépasser 20 ans. Logique: une personne condamnée à perpétuité est
52

éligible pour une libération conditionnelle après 7 ans. Il faut un équilibre de la peine avec la
ré-insertion. La CSC a dit que c’était une erreur de raisonner de la sorte et que les peines
lourdes pouvaient être imposées: le châtiment reste un critère important et légitime (ne
devrait pas être assimilé à la vengeance, plus près de la réprobation de la société), mais qui
doit être utilisé dans le cadre des autres valeurs.

R. c. Wust (2000)

Autrefois, il y avait des peines minimales pour l’importation de stupéfiant (7 ans), déclarée
inconstitutionnelle par la CSC car trop large, ex. un joint dans les poches en revenant des ÉU
(Smith). Aujourd’hui, les peines minimales sont surtout pour les crimes violents.

On se posait la question de la comptabilisation de la détention préventive dans la peine


minimale (celle-ci est complètement fermée, plus stricte, plus oppressante, contrairement à la
prison à sécurité minimale et la libération conditionnelle après 1/3 de la sentence). La règle
traditionnelle disait non, la CSC a dit oui dans cette affaire. La détention préventive
compte double. Autrement, la peine minimale n’a plus le même sens.

R. c. Knoblauch (2000)

Affaire sur la peine avec sursis devant être purgée à l’hôpital psychiatrique (l’accusé était
d’accord). Le ministère public a fait appel. La CSC a décidé que le juge avait le droit d’être
créatif, même si ce n’était pas dans la ‘collectivité’ au sens large.

2. L’arsenal des peines

Disposition très importante: absolution conditionnelle ou inconditionnelle. L’art. 730 prévoit


qu’un tribunal peut absoudre plutôt que de condamner. Conceptuellement, il y a dans notre
droit une différence entre (1) déclaration de culpabilité (personne plaidé coupable ou le
juge l’a décidé) et (2) condamnation (c’est à ce moment que le juge peut ne pas inscrire de
condamnation).

730. (1) Le tribunal devant lequel comparaît l'accusé, autre qu'une organisation, qui plaide
coupable ou est reconnu coupable d'une infraction pour laquelle la loi ne prescrit pas de peine
minimale ou qui n'est pas punissable d'un emprisonnement de quatorze ans ou de
l'emprisonnement à perpétuité peut, s'il considère qu'il y va de l'intérêt véritable de l'accusé
sans nuire à l'intérêt public, au lieu de le condamner, prescrire par ordonnance qu'il soit absous
inconditionnellement ou aux conditions prévues dans l'ordonnance rendue aux termes du
paragraphe 731(2).

Conditions pour l’absolution:


- Aucune peine minimale (même pas une amende).
- Pas 14 ans de prison possible ou plus.

En général, les gens absous sont sans antécédent où occupent un emploi qui requiert l’absence
de dossier criminel. L’effet d’une absolution:

730. (3) Le délinquant qui est absous en conformité avec le paragraphe (1) est réputé
ne pas avoir été condamné à l'égard de l'infraction...
53

Ceci permet de répondre “non” à une question sur la condamnation, mais il faut
répondre non à une question sur “déclarer coupable”. Battista appelle ça le “twilight
zone”, la différence n’est pas claire. En réalité, l’information est retirée des dossier après 1
(inconditionnel) ou 3 ans (conditionnel). Maintenant, dans les formulaires du gouvernement
fédéral parlent de condamnation. Permet d’éviter les conséquences désastreuses d’une
condamnation sur certaines personnes (ex. déportation pour un vol à l’étalage). Il faut une
démonstration que dans l’intérêt véritable de l’accusé et pas contre l’intérêt public (peut
inclure l’opinion publique).

La plupart des infractions donnent le choix d’une certaine peine ou de l’infraction sommaire
(amende de 2000$, 6 mois [18 mois pour quelques infractions] en prison ou les deux). On
peut aussi imposer une peine de probation, à certaines conditions:

731. (1) Lorsqu'une personne est déclarée coupable d'une infraction, le tribunal peut, vu l'âge
et la réputation du délinquant, la nature de l'infraction et les circonstances dans lesquelles elle
a été commise :

a) dans le cas d'une infraction autre qu'une infraction pour laquelle une peine minimale est
prévue par la loi, surseoir au prononcé de la peine et ordonner que le délinquant soit libéré
selon les conditions prévues dans une ordonnance de probation;

b) en plus d'infliger une amende au délinquant ou de le condamner à un emprisonnement


maximal de deux ans, ordonner que le délinquant se conforme aux conditions prévues dans
une ordonnance de probation.

Si on impose de la probation, c’est prison ou amende mais pas les deux en plus. La personne
sous probation, contrairement à une personne absoute, est condamnée. Les tribunaux
peuvent aussi imposer des sur-amendes compensatoires.

Il y a aussi le sursis (742.1, “purger dans la collectivité”), une innovation en droit canadien
(existe ailleurs depuis longtemps). On ne peut pas l’imposer pour un crime avec peine
minimale ou si la peine que le juge impose ne dépasse pas deux ans.

R. c. Proulx (2000)

Cet arrêt (18 mois pour conduite négligente causant des lésions alors que le juge avait conclu
qu’il n’y avait pas de risque de récidive) est l’arrêt phare sur la peine avec sursis, premier
depuis l’adoption de ces dispositions en 1996. Après une analyse étendue, la CSC a décidé
que c’était un nouvel outil, que l’on doit distinguer de la probation: peine
d’emprisonnement purgée dans la collectivité (punitif en plus de la réinsertion sociale de la
probation). On réitère que le sursis s’applique mur-à-mur sauf pour les peines minimales ou
de plus de 2 ans. Il faut que les juges prévoient des conditions d’exécution de la peine avec
sursis. Mais la CSC a décidé qu’un juge pouvait quand même décider que la prison fermée
était permise pour son effet de dénonciation.

3. La réhabilitation administrative, le pardon

La clémence royale est un concept qui existe, mais c’est extrêmement rare:
54

748. (1) Sa Majesté peut accorder la clémence royale à une personne condamnée à
l'emprisonnement sous le régime d'une loi fédérale, même si cette personne est emprisonnée
pour omission de payer une somme d'argent à une autre personne.

(2) Le gouverneur en conseil peut accorder un pardon absolu ou un pardon conditionnel à


toute personne déclarée coupable d'une infraction.

(3) Lorsque le gouverneur en conseil accorde un pardon absolu à une personne, celle-ci est par
la suite réputée n'avoir jamais commis l'infraction à l'égard de laquelle le pardon est accordé.

Encore plus puissant que l’absolution: l’infraction n’est jamais arrivée. S’utilise dans les
cas d’erreur judiciaire (particulier de l’appeler un pardon).

Re Therrien (2001)

Therrien avait postulé pour être juge dans le cadre d’un concours. Les comités de sélection
posent des questions aux candidats. Therrien, un avocat respecté, a dit 2 fois qu’il avait été
condamné pour avoir donné une certaine assistance au FLQ. Il a pratiqué 20 ans comme
avocat, et a obtenu un pardon en vertu de la loi sur la réhabilitation. À la troisième entrevue,
il a dit qu’il n’avait pas eu de démêlées avec la justice. La CSC a dit qu’il ne pouvait pas
répondre non, la question étant trop large (même une personne injustement accusée devrait
dire oui).

La CSC parle de l’importance de la droiture de la magistrature et de l’indépendance et


l’autorégulation judiciaire. On traite aussi de justice naturelle. Mais ce qu’on dit
fondamentalement, c’est qu’un pardon en vertu de la Loi sur le casier judiciaire n’efface
pas la condamnation. Il ne fait qu’effacer ses conséquences pour l’avenir.