Vous êtes sur la page 1sur 65

ROYAUME DU MAROC

MINISTÈRE DE L’ECONOMIE
ET DES FINANCES

TABLEAU DE BORD
SOCIAL

JUILLET 2019

EL BADI Safae

DEPF
depf@depf.finances.gov.ma
Boulevard Mohamed V. Quartier Administratif,
Rabat-Chellah Maroc
depf.finances.gov.ma
(+212) 5 37.67.74.15/16
TABLEAU DE BORD SOCIAL 2019

Sommaire
Note de présentation ................................................................................................................................2
1. Population et ménages .......................................................................................................................4
2. Activité, emploi et chômage ..............................................................................................................5
3. La Formation Professionnelle...........................................................................................................7
4. Education et alphabétisation .............................................................................................................8
5. Santé et couverture médicale de base ........................................................................................... 12
6. Niveau de vie et pauvreté ............................................................................................................... 18
7. Equipements de base ...................................................................................................................... 18
Tableaux statistiques............................................................................................................................. 22
Population et ménages .................................................................................................................... 22
Indicateurs relatifs à la population
Indicateurs relatifs aux ménages

Activité, emploi et chômage........................................................................................................... 28


Indicateurs relatifs à l'activité
Indicateurs relatifs au chômage
Indicateurs relatifs à l'emploi

Education et formation ................................................................................................................... 35


Indicateurs relatifs à l’enseignement fondamental public et privé
Taux d'analphabétisme de la population âgée de 10 ans et plus
Indicateurs relatifs à l’enseignement supérieur public et privé
Indicateurs relatifs à la formation professionnelle

Santé et prévoyance sociale ............................................................................................................ 41


Indicateurs de couverture de la santé publique
Indicateurs de mortalité et de santé reproductive
Indicateurs de la couverture médicale de base
Indicateurs de prévoyance sociale

Niveau de vie et pauvreté................................................................................................................ 46


Indicateurs relatifs aux revenus et aux dépenses
Coefficients budgétaires et indicateurs de pauvreté

Habitat et conditions d'habitation ............................................................................................... 49


Indicateurs sur l'habitat
Indicateurs relatifs aux conditions d'habitation et infrastructure de base.

Comparaison internationale .......................................................................................... 51

DEPF Tableau de bord 1


TABLEAU DE BORD SOCIAL 2019

Note de présentation
Partout dans le monde, la quête d’un niveau de développement humain soutenu est une priorité centrale des
pouvoirs publics. Les politiques déployées dans ce sens s’attèlent autant à desserrer les contraintes qui pèsent
sur l’accessibilité des citoyens aux services socio-économiques de base qu’à la promotion d’un ordre social
ouvert, propice à l’équité et à l’égalité des chances. L’objectif ultime consiste à assurer une amélioration
constante des conditions de vie des populations, notamment celles défavorisées, et de lutter vigoureusement
contre les inégalités sociales et spatiales, qui sont considérées à juste titre comme de véritables freins à la
croissance et au développement.
Au Maroc, les politiques publiques déployées en faveur des secteurs sociaux ont connu une dynamique
particulière, confortée par le renforcement des dotations budgétaires allouées aux secteurs sociaux (près de
48,6% en 2018). Ces politiques ont constitué un rempart contre la prolifération la pauvreté et la précarité.
Elles se sont avérées opportunes pour conforter les bases d’une société cohésive, qui est la condition sine
qua non d’un vivre ensemble harmonieux et apaisé.
Les résultats encourageants de ces politiques sont perceptibles, aujourd’hui, à travers les progrès accomplis
par notre pays dans une multitude de domaines prioritaires (accès à la scolarisation, couverture médicale,
accès au logement, ...). Le recours à des instruments appropriés ont permis d’assurer un meilleur ciblage des
populations bénéficiaires et un déploiement plus conséquent de l’action sociale de l’Etat au profit des zones
désenclavées.
Plus concrètement, le niveau de vie par habitant1 a connu une franche amélioration, progressant en moyenne
de 4,2% par an entre 2004 et 2017, avec des taux plus élevés pour les catégories sociales modestes et
intermédiaires. Outre la quasi-éradication de l’extrême pauvreté, le taux de pauvreté relative s’est fortement
replié, passant de 15,3% en 2001 à 4,8% en 2014.
Cette dynamique de convergence a été rendue possible grâce aux progrès accomplis ces dernières années en
matière de valorisation du capital humain, de diversification du système productif et de promotion de
l’emploi. Ces efforts ont été couronnés par une amélioration des indicateurs du marché du travail qui font
ressortir une baisse tendancielle du taux de chômage qui est passé de 13,4% en 2000 à 9,8% en 2018.
Les actions déployées en matière d’amélioration de l’accessibilité des populations aux services de soins et de
mise en place de dispositifs sanitaires efficients ont contribué à améliorer de façon continue l’espérance de
vie des marocains, qui est passée de 70 ans en 2001 à 76,1 ans en 2017.
Les progrès accomplis par le Maroc au titre de son développement humain ne devraient pas pour autant
perdre de vue la persistance de quelques défis sociaux importants. Le relèvement de ces défis requiert une
plus grande optimisation de l’action de l’Etat, par le biais de la mise en cohérence des dispositifs sociaux en
place et le recours à une territorialisation accrue des politiques publiques pour en maximiser les retombées
sur les conditions de vie des populations. Dans la même perspective, un effort plus important devrait être
consenti en faveur de certaines franges de la population dont, notamment, les femmes et les jeunes par le
biais de programmes ciblés permettant de renforcer leurs capacités et de favoriser leur insertion économique.
Pour examiner en profondeur les différentes questions susmentionnées, la Direction des Etudes et des
Prévisions Financières (DEPF) a jugé opportun d’élaborer l’édition 2019 de son tableau de bord social.

1 C’est le rapport entre le revenu national brut disponible et la population.

2 DEPF Tableau de bord


TABLEAU DE BORD SOCIAL 2019

S’appuyant sur une batterie d’indicateurs pertinents, ce tableau de bord a pour objet de cerner les avancées
enregistrées par notre pays au titre de son développement humain. L’analyse est enrichie par des
comparaisons avec un échantillon de pays émergents et en développement pour apprécier le chemin
parcouru et les efforts additionnels à consentir par le Maroc dans un certain nombre de domaines
socioéconomiques clés.

DEPF Tableau de bord 3


TABLEAU DE BORD SOCIAL 2019

1. Population et ménages
Dynamique démographique : un accroissement démographique en baisse
Selon les projections de la population réalisées par le Haut-Commissariat au Plan (HCP), le Maroc compte
35,2 millions d'habitants en 2018 contre 29,8 millions d'habitants en 2004, soit un taux d'accroissement
démographique annuel moyen de 1,2%. Par milieu de résidence, les populations urbaine et rurale ont
enregistré des taux de croissance annuels moyens respectifs de l’ordre de 2,1% et -0,07%. La dynamique
constatée en milieu urbain, qui résulte de plusieurs facteurs1, a contribué à l'augmentation du taux
d’urbanisation de 55,1% en 2004 à 62,4% en 2018.
Par ailleurs, le Maroc est en phase avancée de transition démographique qui se traduit par une baisse de la
part des moins de 15 ans pour atteindre 26,6% en 2018 contre 31 % en 2004 et une hausse de la tranche
d’âge des plus de 60 ans de 10,5% en 2018 contre 8% en 2004. Entre temps, la tranche d’âge de la population
âgée de 15-59 ans est passée de 62,4% en 2014 pour atteindre son maximum en 2018 (62,9% selon les
projections du Centre des Recherches et Etudes Démographiques du HCP), exerçant, ainsi, une forte
pression démographique sur le marché du travail dans les années à venir.
Les projections du CERED font ressortir, également, un le vieillissement accéléré de la population lié
essentiellement à la baisse de la mortalité, à l’allongement de l’espérance de vie, à l’amélioration des
conditions de vie des citoyens et à la diminution de la fécondité. La proportion des personnes âgées de 60
ans et plus, qui ne représente en 2018 que 10,5% de la population, augmenterait alors pour atteindre 15,3%
en 2030. La proportion des vieux dépasserait, même celle des jeunes en 2050, le ratio de vieillesse2 passerait,
ainsi, de 16,7% en 2018 à 24,5% en 2030 et à 39,3% en 2050.
En comparaison avec un échantillon de pays émergents, le taux moyen d’accroissement démographique au
Maroc entre 2015-2025 serait de l'ordre de 1%. Il est de l’ordre de 1,15% pour le Mexique et de -0,78% pour
la Bulgarie. Néanmoins, la population marocaine est relativement jeune (27,4% de la population est âgée de
moins de 15 ans en 2018 contre 14,4% pour la Bulgarie, 24,0% pour la Tunisie et 33,3% pour l’Egypte). Les
personnes âgées de 65 ans et plus représentent une proportion relativement faible de 7,0% pour le Maroc
en 2018 contre 20,5% pour la Bulgarie, et 8,3% pour la Tunisie.
Ménages
La baisse du taux de fécondité, constatée durant la période intercensitaire et selon l’enquête ENPSF 2018,
a favorisé la réduction de la taille moyenne des ménages qui a diminué au niveau national de 5,0 en 2004
pour atteindre 4,5 personnes par ménage en 2018. Par milieu, cet indicateur est de l'ordre de 5,2 personnes
par ménage en 2018 contre 6,0 en 2004 dans les zones rurales et de 4,3 en 2018 contre 4,8 en 2004 dans les
zones urbaines.
La croissance annuelle moyenne de l’effectif des ménages est plus rapide en milieu urbain (3,3% l'an entre
1994 et 2018) qu’en milieu rural (1,01% l'an) en lien, notamment, avec la dynamique démographique plus
accélérée pour les citadins.
Par ailleurs, selon les résultats du RGPH 2014, la structure des ménages révèle que 7,2% des ménages sont
constitués d’une seule personne, notamment en milieu urbain (8,2% des ménages urbains contre 5,2% pour
les ruraux), contre 46,5% des ménages constitués de 5 personnes ou plus (40,4% en milieu urbain et 58,8%
en milieu rural).
Par sexe du chef du ménage, 16,2% des ménages marocains sont dirigés par des femmes, soit 18,6% en
milieu urbain et 11,6% en milieu rural ce qui représente 1.181.585 ménages. Parmi cette catégorie de

1Notamment liée à l’exode rural, le reclassement urbain de certaines localités rurales et extension du périmètre urbain.
2Effectif des personnes de 60 ans et plus rapporté à celui des personnes en âge d’activité (15-59 ans). Cet indicateur mesure le degré
de dépendance économique des personnes âgées aux personnes en âge d’activité.

4 DEPF Tableau de bord


TABLEAU DE BORD SOCIAL 2019

ménages 20,6% sont constitués d’une seule personne, 56% des femmes chefs de ménages sont veuves (dont
21,3% ont au moins un enfant), 14,2% sont divorcées (dont 5,9% ont au moins un enfant) alors que 64,5%
sont des analphabètes et 70,1% sont inactives.
Nuptialité et fécondité
L’accès croissant à la scolarisation et à la formation ainsi que les mutations économiques qu’a connues le
Maroc ces dernières années, ont eu pour conséquence l’augmentation du taux de célibat et la hausse de l’âge
au premier mariage. Ainsi, le taux de célibat définitif à 55 ans a doublé en dix ans, passant de 3% en 2004 à
5,9% en 2014. Ce taux est plus élevé chez les femmes (6,7%) que les hommes (5,1%) et parmi les citadins
(6,9%) que parmi les ruraux (3,8%).
L’âge au premier mariage a nettement reculé au cours des deux dernières décennies. Il est passé de 27,9 ans
en 1987 à 31,9 ans en 2018 pour les hommes et de 23,4 ans à 25,5 ans pour les femmes selon l’ENPSF 2018.
Cependant, il faut noter la légère baisse de cet indicateur durant la dernière période intercensitaire chez les
femmes de 26,3 ans à 25,8 ans et sa stabilisation chez les hommes autour de 31,2 ans.
En outre, les changements de comportement de la nuptialité au Maroc se sont traduits par une baisse du
taux brut de natalité de 37,2‰ en 1982 à 24,2‰ en 1994 et à 16,9‰ en 2018 au niveau national. En milieu
rural, cet indicateur a baissé de 21,5 points depuis 1982 pour atteindre 18,1‰ en 2018, contre une baisse de
15 points en milieu urbain où il se situe à 16,2‰.
Le recul de l’âge moyen au premier mariage a également fait chuter le taux de fécondité général1 des femmes
âgées de 15 à 19 ans de 60,5‰ en 1986 à 19,3‰ en 2018 selon l’ENPSF 2018. Cette baisse, traduit le recul
des mariages précoces à la faveur de l’éducation des femmes et de leur implication dans la vie active.
Ces évolutions ont abouti à la baisse de l’indice synthétique de fécondité2 de 4,5 enfants par femme en 1987
à 2,38 en 2018. Cet indice reste plus élevé en milieu rural (2,8 enfants par femme en 2018) qu’en milieu
urbain (2,12 enfants par femme en 2018).
Par région, la fécondité est relativement faible dans les régions de l’Oriental et Rabat-Salé-Kénitra (2,1),
Souss-Massa (2,2), Guelmim-Oued Noun (2,3). Elle est plus élevée dans les régions Ed Dakhla-Oued-Ed
Dahab (2,9), Drâa-tafilelt (2,7) et Laayoune-Sakia El Hamra et Marrakech-Safi (2,5) en 2014.
En comparaison avec certains pays émergents, cet indice est de l'ordre de 1,5 enfant par femme pour la
Bulgarie, 1,8 pour le Chili et 3,4 pour la Jordanie en 2015.
2. Activité, emploi et chômage
Le Maroc a lancé ces dernières années une série d’initiatives qui visent la promotion de l’emploi et la réforme
du marché du travail et ce, dans l’objectif de valoriser le capital humain, d’assurer une diversification
productive de l’économie marocaine capable de générer de nouvelles opportunités de travail notamment
pour les jeunes et les diplômés. Dans ce cadre, le Royaume a initié la Stratégie Nationale pour l’Emploi
(SNE) 2015-2025 qui cible la promotion d’un emploi décent à travers une croissance riche en emplois
productifs et de qualité, l’accroissement de la participation des jeunes et des femmes dans le marché du
travail, le renforcement de l'égalité dans l'accès aux emplois et la réduction des disparités territoriales. Cette
stratégie a pour principal objectif de réduire le taux de chômage à 8,5% à l’horizon 2021.
Promotion de l’emploi
Dans le cadre de la promotion de l’emploi, des programmes actifs de l’emploi sont mis en place. Outre les
programmes phares en vigueur (IDMAJ, TAEHIL et auto-emploi), de nouvelles mesures ont été mises en

1 Nombre de naissances des femmes d’un certain âge rapporté au nombre total des femmes du même âge.
2L’indice synthétique de fécondité est le nombre d’enfants qu’aurait une femme tout au long de sa vie féconde, si les conditions
observées dans l’année considérée demeuraient inchangées.

DEPF Tableau de bord 5


TABLEAU DE BORD SOCIAL 2019

place, il s’agit du programme « TAHFIZ » qui vise à encourager le recrutement via un dispositif incitatif au
profit des entreprises et associations nouvellement créées qui embauchent les chercheurs d'emploi dans le
cadre de contrats de travail à durée indéterminée. Le programme « IDMAJ » a été également amélioré, en
particulier, via la réduction de la durée du stage et la prise en charge par l’État de la couverture médicale
durant le stage et la part patronale de la couverture sociale suite au recrutement.
En termes de réalisations, le programme « IDMAJ » a permis d’insérer 102.773 bénéficiaires au titre de
l’année 2018 dont 15.922 dans le cadre du placement à l’international. Ce programme a concerné 20.015
embauches dans le cadre du CDD (contrat à durée déterminée), 2.482 en CDI (contrat à durée indéterminée)
et 64.354 pour les contrats d’insertion.
De même le programme « TAEHIL » a permis durant l’année 2018 à 27.125 chercheurs d’emploi de suivre
un cycle de formation pour faciliter leur insertion dans le marché du travail. Ainsi, 3.010 personnes ont
bénéficié de la formation contractualisée pour l’emploi (FCE). Le nombre de bénéficiaires de la formation
pour les secteurs émergents (FSE) s’est élevé à 12.856 et la formation qualifiante ou de reconversion (FQR)
a concerné 2.502.
Le programme « Auto-Emploi » a permis, de sa part, d’accompagner plus de 2.785 porteurs de projets, soit
1.351 projets financées et autofinancés, générant ainsi 4.526 emplois.
Le programme « TAHFIZ » a permis à 2224 entreprises, totalisant 6.180 salariés, de bénéficier des avantages
de ce programme au titre de l’année 2018.
Baisse du taux d’activité
L’analyse des indicateurs du marché du travail au Maroc fait ressortir une évolution marquée par une baisse
tendancielle du taux d’activité et du taux d’emploi et par une disparité de la répartition spatiale et sectorielle.
La population active a connu un accroissement continu à raison de 90 mille actifs nets additionnels
annuellement, passant de 10,278 en 1999 à 11,979 millions d’actifs en 2018. Toutefois, cet accroissement
demeure inférieur à celui de la population en âge d’activité qui a augmenté de 371 mille personnes
annuellement durant la même période, ce qui s’est traduit par une baisse du taux d’activité de 54,4% en 1999
à 46,2% en 2018. Par genre, le taux d’activité révèle un écart important entre les deux sexes (70,9% chez les
hommes et 22,2% chez les femmes en 2018), reflétant la faible participation des femmes au marché du
travail.
Cette baisse du taux d’activité, essentiellement en milieu urbain, s’explique par le recul important de l’offre
de travail des jeunes âgés de 15 à 24 ans qui participent de moins en moins au marché du travail (certains
prolongent la durée de leur scolarité et d’autres se retirent du marché du travail face aux difficultés
croissantes d’insertion). Elle est due également à la faible participation des femmes dans l’activité
économique, expliquée par la répartition traditionnelle des rôles dans le ménage, la scolarisation croissante
des filles et l’allongement de leur scolarité, le statut matrimonial en particulier les femmes mariées, etc. ce
qui engendre la prédominance du sous-emploi et de l’emploi non rémunéré des femmes.
La baisse du taux d’activité a concerné l’ensemble des tranches d'âge mais avec des niveaux différentiés.
Pour les jeunes âgés de 15 à 24 ans, ce taux a reculé de 21 points entre 1999 et 2018, alors que chez les
personnes âgées de 25 à 34 ans, il a baissé de 4,7 points et parmi celles âgées de 35-44 ans de 3,5 points.
Le taux de féminisation de la population active se situe à 26,5% durant la même période 1999-2018. Il a
enregistré 22,3% en milieu urbain contre 31,2% en milieu rural.

6 DEPF Tableau de bord


TABLEAU DE BORD SOCIAL 2019

Emploi
Avec une création nette annuelle moyenne de 98 mille postes d’emploi pour les plus de 15 ans, le volume
de l’emploi au Maroc est passé de 8,845 à 10,811 millions personnes entre 2000 et 2018. Par milieu ces
créations ont concerné 92,7 milles emplois citadins et 5,5 milles emplois ruraux. Ces emplois ont profité en
moyenne annuelle à 99 milles hommes contre une perte moyenne annuelle 786 postes d’emplois pour les
femmes pour la période susmentionnée.
Selon le statut d’emploi, 154.000 postes d’emploi rémunérés ont été créés entre 2000 et 2018, 101 milles en
milieu urbain et 53 milles en milieu rural. L’emploi non rémunéré, composé d’environ 98% d’aides familiales,
a en revanche enregistré une baisse de 56.000 postes, résultant d’une baisse de 8.000 en zones urbaines et
de 48.000 postes d’emplois en zones rurales.
Malgré l’accroissement du volume de la population active occupée, le taux d’emploi a baissé de 46,0% en
2000 à 41,7% en 2018 (-4,3 point). Ce taux a également baissé de 1,0 point en milieu urbain et -6,3 en milieu
rural. Entre hommes et femmes, l’écart des taux d’emploi est de 47,8 points (respectivement 46,6% et 50,4%
en milieux urbain et rural).
Baisse de taux de chômage qui demeure un phénomène à caractère urbain
Parallèlement, le nombre de chômeurs a baissé, entre 2000 et 2018, de 1.367.769 à 1.168.000 personnes
permettant ainsi au taux de chômage de gagner 3,6 points de pourcentage en passant de 13,4% à 9,8%.
Toutefois, cette évolution cache des disparités selon le milieu de résidence, le sexe, l’âge et le niveau de
diplôme
Par milieu de résidence, le taux de chômage est passé, durant la même période, de 21,4% à 14,2% en milieu
urbain et de 5% à 3,5% en milieu rural. Par sexe, ce sont les actifs masculins qui ont bénéficié le plus de la
baisse du chômage avec, en moyenne 13.419 chômeurs en moins contre une hausse moyenne de 4.492 pour
les femmes entre 2000 et 2018. Le chômage persiste ainsi chez les femmes citadines (25% contre 11,4%
pour les hommes). Par contre, en milieu rural, le taux de chômage des femmes (2,5%) reste inférieur à celui
des hommes (4%).
De même, le chômage reste encore élevé parmi les jeunes âgés de 15 à 24 ans. Il a atteint 26% au niveau
national (43,2% en milieu urbain) en 2018 enregistrant ainsi une baisse de 0,5 point au niveau national, 1
point pour cette catégorie en milieu rural et une augmentation de 0,7 point en milieu urbain.
Entre 2017 et 2018, le taux de chômage des diplômés a, quant à lui, augmenté de 0,3 point pour atteindre
17,1% parmi ceux ayant un diplôme contre seulement 3,5% pour ceux n’ayant pas de diplôme. La
discrimination à l’égard des femmes peut également être appréhendée par leur taux de chômage élevé, en
particulier celui des citadines diplômées. Le marché de l’emploi reflète son aspect sélectif en faveur des
hommes diplômés de niveau supérieur et moyen.
3. La Formation Professionnelle
L’amélioration des performances et de la compétitivité des entreprises et le développement des ressources
humaines ont dicté la nécessité d'une réforme du système de la formation professionnelle. Cette dernière
est basée sur une nouvelle approche intégrée permettant d’ancrer le dispositif de formation dans le secteur
productif. La stratégie de la formation professionnelle 2021, initiée par le Département de la Formation
Professionnelle avec la participation de tous les partenaires, tant au niveau national qu'au niveau
international s’inscrit dans ce cadre. Elle vise la formation d’environ 10 millions de citoyens à l’horizon 2021
pour un budget global de 66 milliards de dirhams.

DEPF Tableau de bord 7


TABLEAU DE BORD SOCIAL 2019

La formation professionnelle un levier stratégique pour l'emploi des jeunes


Dans le cadre de la mise en œuvre des hautes orientations royales pour la mise à niveau de l’offre de la
formation professionnelle, une restructuration des filières y afférentes s’avère indispensable. Il s’agit en fait,
de la création d’une nouvelle génération de centres de formation et de qualification des jeunes, la
systématisation du conseil en orientation précoce vers les filières professionnelles, le développement de la
formation par alternance, l’apprentissage des langues, ainsi que la promotion de l’entreprenariat des jeunes
dans leurs domaines de compétences.
Il s’agit de développer de nouvelles formations dans les secteurs et métiers porteurs tout en mettant à niveau
les formations dans les métiers dits classiques, qui demeurent les principaux pourvoyeurs d’emplois pour les
jeunes, tels que ceux liés aux métiers de l’offshoring, aux secteurs de l’industrie notamment celle de
l’automobile, des services, du BTP, de l’agriculture, de la pêche, de l’eau, de l’énergie et de l’artisanat.
L’attention royale a également porté sur la formation professionnelle dans le secteur de la santé, incluant les
métiers paramédicaux et de techniciens de santé, notamment en maintenance et réparation des équipements
médicaux où il existe un réel potentiel d’emplois. De même, SM le roi a donné ses hautes orientations en
vue d’élaborer des formations qualifiantes courtes de près de quatre mois, intégrant des modules
linguistiques et techniques destinés aux personnes ayant acquis une expérience dans le secteur informel, et
ce en vue de leur offrir l’opportunité d’intégrer le secteur formel et de valoriser ainsi leurs savoir-faire et
aptitudes.
S’inscrivant en ligne avec les orientations de la vision stratégique de la réforme éducative, la stratégie
nationale de la formation professionnelle 2021 (SNFP) a défini six axes stratégiques et 103 mesures d’actions
concrètes pour mettre en place un système de formation de qualité. Elle prévoit d’accroître le nombre de
stagiaires de la formation initiale de 60% et ceux de la formation continue de 200% d’ici 2021 (de 258.000 à
800.000 bénéficiaires).
Amélioration des indicateurs de l’offre de la formation professionnelle
Depuis 2010, les indicateurs de l’offre de la formation professionnelle révèlent une tendance générale à la
hausse, notamment l’offre relative au secteur public, à destination des jeunes.
Ainsi, et selon la Formation professionnelle en chiffres 2017-2018, l’effectif global (public et privé) des
stagiaires de la formation professionnelle, tous modes de formation confondus, au titre de l’année 2017-
2018, s’est accru de 6,5% par rapport à l’année précédente, passant de 422.315 à 433.546 stagiaires avec
91,5% de stagiaires inscrits en mode de formation résidentielle et alternée, contre 8 ,7% seulement en mode
d’apprentissage .En termes de capacité d’accueil, le nombre global des établissements de la formation
professionnelle (publics et privés) a atteint 2.042 établissements en 2017-2018.
4. Education et alphabétisation
La très forte mobilisation qu’a connue le secteur de l’éducation nationale, durant ces dernières années, a
donné des résultats encourageants. En témoigne les progrès réalisés dans le domaine de l’accès à la
scolarisation, notamment au niveau de l’enseignement primaire, dans l’actualisation du cadre juridique et
institutionnel, dans la mise en place des structures institutionnelles et d’une gouvernance décentralisée …
Cependant, le système peine encore sous le poids de dysfonctionnements liés à l’absence de la cohésion et
d’articulation de ses différentes composantes, à la faiblesse de du rendement interne et externe et à la non
adéquation des programmes et des formations avec la demande du marché du travail. Le taux de
scolarisation des enfants de 6 à 15 ans peine à atteindre les 100%. Ceci est particulièrement vrai pour les
filles, qui accèdent moins que les garçons à l’école, mais aussi pour les élèves du rural, qui restent encore
très en retard. De même l’enseignement collégial est quasi-généralisé en milieu urbain mais c’est loin d’être
le cas pour le milieu rural. Ajoutons à cela, le nombre important d’enfants et de jeunes, parmi les classes

8 DEPF Tableau de bord


TABLEAU DE BORD SOCIAL 2019

vulnérables, qui demeurent en dehors du système éducatif, exclus de toute offre éducative, qu’elle soit
formelle ou non formelle.
Conscient de cette situation, le Conseil Supérieur de l’Education, de la Formation et de la Recherche
Scientifique a élaboré la nouvelle vision stratégique de la réforme du système éducatif pour la période allant
de 2015 à 2030 et qui a pour finalité la mise en place d’une école nouvelle dont les principaux fondements
sont : l’équité et l’égalité des chances, la qualité pour tous et la promotion de l’individu et de la société.
Cette vision a pour objectif l’amélioration continue du rendement interne et externe de l’école et la création
des conditions favorables pour que l’école puisse remplir les missions de socialisation, d’éducation aux
valeurs nationales et universelles, d’enseignement et d’apprentissage, de formation et d’encadrement. Ecole
de promotion de la recherche et de l’innovation, de qualification à l’intégration socioculturelle et à l’insertion
économique et enfin d’adéquation continue des programmes et des formations avec les exigences du
développement durable du pays.
Enseignement fondamental : amélioration des indicateurs de scolarisation
Des avancées significatives ont été enregistrées ces dernières années dans le domaine de l’enseignement
fondamental, notamment en ce qui concerne l’augmentation du taux de scolarisation et des effectifs
scolarisés.
Ainsi, le nombre d’enfants scolarisés dans le préscolaire a atteint 699.265 enfants en 2017-2018 dont 44,8%
sont des filles et 62,7% dans le préscolaire traditionnel (43% sont des filles), soit un taux spécifique de
scolarisation de 49,8% sur le plan national et de 45% pour les filles. En milieu rural, ce taux a atteint
globalement 35,7% et 26,4% pour les filles durant la même période. Concernant le taux d’encadrement, il a
atteint 17,9 enfants par éducateur en 2017-2018 (18,7 au préscolaire moderne public et 17,5 au préscolaire
traditionnel).
Le Ministère de l’Éducation Nationale a, par ailleurs, lancé un programme de généralisation et de
développement du préscolaire, sous l’impulsion des directives royales. Ce programme, initié sous le signe
“Notre avenir n’attend pas”, est doté d'une enveloppe globale de 30,22 milliards de dirhams et vise à
généraliser l’accès au préscolaire à l'horizon 2027-2028. Il table sur la création et l'aménagement de plus de
56.208 salles de classe, la formation de 55.914 éducateurs et 950 animateurs éducatifs et prévoit la mise à
niveau des espaces de l'enseignement préscolaire traditionnel qui accueillent plus de 440.537 enfants.
Les effectifs scolarisés dans l’enseignement primaire public et privé ont atteint au niveau national 4.322.623
élèves en 2017-2018 contre 3.842.000 en 2000-2001, soit un accroissement annuel moyen de 1,7%. Au cours
de cette période, l’accroissement des effectifs scolarisés était plutôt fort en milieu rural qu’en milieu urbain
puisqu’il a atteint respectivement 0,4% et -1,1% en moyenne par an traduisant l’effort de rattrapage qui
s’opère dans les campagnes marocaines en matière d’enseignement. L’indice de parité entre les sexes (IPS)
dans l’enseignement primaire public a enregistré une augmentation notable au niveau national, passant de
0,84 en 2000-2001 à 0,91 en 2017-2018 (91 filles scolarisées contre 100 garçons scolarisés). Le taux
spécifique de scolarisation des élèves âgés de 6-11 ans s’est situé, au titre de l’année scolaire 2017-2018, pour
sa part, à 99,5% au niveau national et à 99,1% pour les filles.
Concernant l’enseignement secondaire collégial public, il a enregistré une extension importante des effectifs
scolarisés avec un rythme plus rapide en milieu rural. Ainsi, l’effectif des élèves est passé, au niveau national,
de 1.027.719 en 2000-2001 à 1.529.119 en 2017-2018 (dont 46% sont des filles et un IPS de 1,02), soit un
accroissement annuel moyen de 2,4%. Le taux spécifique de scolarisation, des enfants âgés de 12-14 ans
dans l’enseignement collégial a atteint, au titre de l’année scolaire 2017-2018, globalement 89,7% et 86,7%
pour les filles contre 60,3% et 52,7% respectivement en 2000-2001.
Parallèlement, les effectifs des élèves dans l’enseignement secondaire qualifiant public ont également
augmenté à un rythme important. En effet, l’effectif des élèves est passé de près de 452.365 à 917.492 durant

DEPF Tableau de bord 9


TABLEAU DE BORD SOCIAL 2019

la même période. Toutefois, des disparités subsistent entre les milieux urbain et rural et entre les filles et les
garçons en raison du développement limité de ce cycle en milieu rural. En effet, la proportion des filles
scolarisées en milieu rural est estimée à près de 46% contre environ 51% en milieu urbain. Pour ce qui est
de la scolarisation des élèves âgés de 15-17 ans, le taux de scolarisation spécifique enregistré à ce niveau a
progressé, passant de 37,2% en 2000-2001 à 65,8% en 2017-2018 et de 32,2% à 63,6% pour les filles.
On note aussi que, durant l’année scolaire 2017-2018, le taux d’abandon au primaire a connu une régression
progressive à l’échelle nationale, passant à 1,1% contre 4,6% en 2008-2009, et à 1,5% pour les filles contre
5,2% entre les mêmes années. Le taux d’abandon au secondaire collégial est aussi en diminution, puisqu’il
est passé de 11,9% pour les filles et de 13,1% pour tout le cycle en 2008-2009 à 9,4% et 12% respectivement
en 2017-2018. Concernant le taux d’abandon au secondaire qualifiant, il a enregistré une nette régression
durant la même période, passant de 13% à 10,2% globalement, de 13% à 8,7% pour les filles et de 13,1% à
11,6% pour les garçons.
Appui social à la scolarisation
Dans le cadre de l’appui à la scolarisation, le Maroc a inscrit un ensemble de programmes qui visent
notamment à encourager la scolarisation des filles dans le monde rural et la réduction de la déperdition
scolaire. Ainsi, les projets et actions consacrés à l’éducation dans le cadre de l’INDH ont largement contribué
à la diminution du taux de déperdition scolaire et à l’amélioration des conditions de scolarisation des enfants
issus de milieux défavorisés. L’apport de l’INDH s’est traduit notamment par l’acquisition de 1.265 moyens
de transport scolaire (minibus et véhicules) au profit de 282.779 élèves ainsi que la construction,
l’aménagement et l’équipement de 1.618 écoles, collèges et lycées, 1.356 Dar Talib/Dar Taliba, 1.405 crèches
et garderies et 563 salles de classe.
S’agissant du programme d’appui social à la scolarisation « Tayssir », qui offre un soutien financier à la
scolarisation et à la lutte contre la déperdition scolaire en milieu rural, le nombre de bénéficiaires pour l’année
scolaire 2016-2017 s’est établi à 859.975 élèves, contre 87.795 élèves en 2008-2009. Ce programme a
bénéficié d’un appui du Fonds d’Appui à la Cohésion Sociale (FACS) de l’ordre 1,18 milliards de dirhams
au titre des années scolaires 2016-2017 et 2017-2018 et a permis, depuis son opérationnalisation en 2008,
une réduction de 57% de l’abandon scolaire au niveau des écoles cibles. On note aussi, l’initiative Royale «
un million de cartables », le transport scolaire et la création d’internats et de cantines, qui visent à encourager
la fréquentation scolaire, à promouvoir l'égalité des chances en matière d’accès à l'éducation, à réduire
l'impact des disparités sociales et spatiales sur les performances des élèves et à lutter contre les causes de
l’abandon scolaire et la déscolarisation
Bilan et stratégie d'alphabétisation
L'alphabétisation est synonyme de développement durable, de lutte contre la pauvreté, la marginalisation et
la précarité, d'autonomisation des femmes et d'intégration des exclus.
Ainsi et afin de relever le pari de l’alphabétisation à l’horizon 2024, cible fixée dans le cadre de la décennie
arabe de l'alphabétisation (2015-2024), le Maroc a engagé une politique d’alphabétisation de masse qui
s’adresse à l’ensemble des adultes de plus de 15 ans n’ayant pas été scolarisés, particulièrement les jeunes et
les femmes rurales et ce, sans distinction d’âge, de race, de sexe, de religion, de culture et d’origine sociale.
Ce programme vise, ainsi, à ramener le taux d’analphabétisme de 30% à 20% à l’horizon 2021 pour atteindre
10% en 2026, à éradiquer l'analphabétisme des jeunes âgés de 15 à 24 ans et à améliorer les compétences de
la population active analphabète ou semi-analphabète.
Le programme d’alphabétisation décliné selon six sous-programmes, à savoir : les programme
communautaire, sectoriel, des jeunes, d’inclusion sociale, des salariés et d’insertion socio-économique. Ces
programmes couvrent deux grands programmes phares (alphabétisation et post alphabétisation) qui
constituent l’ossature de la stratégie nationale d’alphabétisation.

10 DEPF Tableau de bord


TABLEAU DE BORD SOCIAL 2019

Programmes d’alphabétisation et post alphabétisation


Ainsi, le nombre des bénéficiaires des programmes d’alphabétisation est passé de 390.000 en 2001-2002 à
près de 847.520 personnes en 2017-2018. Ils sont répartis entre les ONG avec 596.174 bénéficiaires, soit
70,3% du total des bénéficiaires du programme et les départements et institutions publics avec 251.346
(29,7%). Les femmes représentent près de 90,21% de l’ensemble des bénéficiaires pour une part de 53,55%
dans le milieu rural. Ainsi, le cumul des bénéficiaires du programme d’alphabétisation depuis 2002-2003 a
atteint 9,4 millions de personnes.
Le nombre de bénéficiaires du programme post-alphabétisation a atteint 191.304 personnes en 2017-2018.
Les femmes représentent plus de 96,1% de l’ensemble des bénéficiaires et 45,4% des bénéficiaires sont issus
du milieu rural.
Ces deux programmes ont, ainsi, bénéficié à 948.390 femmes, soit un taux de participation de femmes de
91,3% durant l’année scolaire 2017-2018.
Baisse significative du taux d’analphabétisme
Les efforts déployés se sont traduits par une baisse remarquable du taux d’analphabétisme de la population
âgée de 10 et plus qui s'est établi en 2014 à 32% contre 43% en 2004, soit une baisse de 10,7 points entre
les deux recensements, qui se traduit par un gain de 7,3 points en milieu urbain (pour se situer à 22,2% en
2014) et une baisse plus importante de 13,1 en milieu rural (47,7%). Les femmes sont plus touchées par ce
fléau puisque 41,9% d’entre elles sont analphabètes contre 22,1% pour les hommes.
Par ailleurs, selon les résultats du RGPH 2014, la répartition de la population âgée de 25 ans et plus par
niveau d’éducation montre que 45% ne dispose d’aucun niveau d’instruction à l’échelle nationale, 21,2%
dispose d’un niveau d’enseignement primaire, 12,3% du niveau du collège, 10,2% du niveau du lycée et 8%
du supérieur. En milieu urbain, la proportion de la population n’ayant aucun niveau d’instruction est de
32,6% (66,4% en milieu rural) et celle disposant d’au moins du niveau secondaire est de 26,2% (4,3% en
milieu rural).
Par région, le taux d’analphabétisme est plus élevé au niveau des régions de Béni Mellal-Khenifra (38,7%)
et de Marrakech-Safi (38%), suivies de la région de Fès-Meknès (35,2%) et les deux régions Draa-Tafilalt et
Souss-Massa (34%). Avec un taux d’analphabétisme de 20,3%, la région de Laayoune-Sakia El Hamra
enregistre le niveau régional le plus bas, suivie par la région d’Eddakhla-Oued Eddahab (23,9%).
En comparaison avec un échantillon de pays émergents et selon les estimations de l’UNESCO, le taux
d’alphabétisation des adultes au Maroc (âgés de 15 ans et plus) reste faible : 72,4% en 2015 contre, 95%
pour la Turquie et 97,3% pour le Chili.
Ressources financières
Le département de l’Education Nationale (y compris l’alphabétisation) a bénéficié, en 2018, d’une enveloppe
budgétaire de 48 milliards de dirhams, soit 18,7% du budget de l’Etat hors dettes. Les dépenses de personnel
du département ont atteint 35,9 milliards de dirhams en 2018, soit 47,8% du budget du Ministère. Le budget
alloué aux dépenses de matériels et dépenses diverses s’est élevé à 7,6 milliards. Quant au budget
d’investissement, il a atteint 4,4 milliards de dirhams.

DEPF Tableau de bord 11


TABLEAU DE BORD SOCIAL 2019

Enseignement supérieur
Le département de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique a mis en place un plan stratégique
pour la réforme du secteur pour la période 2015-2030 qui s’articule autour de quatre axes. Il s’agit
d’amélioration l’accès à l’enseignement supérieur, de perfectionner la qualité des produits de l’enseignement
et soutenir la recherche scientifique et d’accroitre sa rentabilité. Le plan s’est fixé aussi pour but
l’amélioration de la gouvernance du secteur, notamment les volets relatifs à l’enseignement supérieur privé,
les cités universitaires et les systèmes d’information, la révision des textes régissant le secteur et le
développement d'une stratégie de coopération internationale.
Le nombre global d’étudiants à l’enseignement supérieur s’est élevé à 867.045 en 2017-2018 et à 864.289 en
2018-2019 dont 49% de sexe féminin. La part, même, des étudiantes dépasse celle des étudiants de sexe
masculin dans certains établissements de l’enseignement supérieur.
Pour ce qui est des services sociaux en faveur des étudiants, le nombre de bourses pour l'enseignement
supérieur est passé de 332.073 à 381.783 entre 2017-2018 et 2018-2019, dont 162.000 accordées aux
nouveaux inscrits (Licence-Master-Doctorat). 147.845 nouveaux bacheliers sont titulaires de bourses, soit
un taux de couverture de 73% à l'échelle nationale. Ce taux s'élève à 80% dans 19 provinces ne disposant
pas d’établissements et de cités universitaires, et il est même quasi généralisé dans 14 provinces, à savoir les
provinces du sud, Jerada et Figuig.
Dans le sillage des services sociaux offerts aux étudiants, l’année 2016 a connu l’entrée en vigueur du régime
d’assurance maladie obligatoire au profit des étudiants qui concerne une population cible de 288.000
étudiants pour les étudiants de l'enseignement supérieur et ceux de la formation professionnelle dans les
secteurs public et privé. Ainsi, le nombre d’établissements de l’enseignement supérieur et de la formation
professionnelle affiliés au régime de l’AMO-étudiants s’est élevé à 628 établissements au 15 septembre 2017,
et le nombre de bénéficiaires a atteint 65.025 étudiants.
5. Santé et couverture médicale de base
Le système de santé marocain a réalisé des avancées notables dans le domaine de l’amélioration de l’offre
de soins de santé de base, de la protection de l’état des mères et enfants et le renforcement de la couverture
médicale. Cependant, des dysfonctionnements persistent encore concernant les disparités entre régions et
milieux, la faible qualité des services fournis, l’anarchie du secteur privé et la faible couverture médicale et
paramédicale.
Pour faire face à ces défis, le Ministère de la Santé a mis en place un nouveau plan sectoriel de la santé 2017-
2021, qui s’inscrit dans la continuité du plan sectoriel 2012-2016, et qui s’articule autour des axes suivants :
l’amélioration de l’accès aux soins et de l’organisation des services, le renforcement de la santé de la mère,
de l’enfant des populations ayant des besoins spécifiques, le renforcement de la surveillance
épidémiologique, le développement de lutte contre les maladies non transmissibles et l’amélioration de la
gouvernance du secteur. Ce programme ambitionne en effet de porter la couverture médicale de base de
60% actuellement à 90% de la population en 2021, de renforcer l’accès aux prestations de santé de base à
100% de la population contre 60% actuellement, ainsi que la réduction du taux de mortalité néonatale de 27
décès pour 1.000 naissances vivantes actuellement à 20 décès pour 1.000 naissances vivantes à l’horizon
2021.
Extension de l’accès aux soins : infrastructure et encadrement sanitaires
Des efforts importants ont été déployés ces dernières années pour améliorer les prestations sanitaires. Ainsi,
les infrastructures sanitaires se sont multipliées, et les ressources humaines ont été développées tant au
niveau du personnel médical que paramédical.

12 DEPF Tableau de bord


TABLEAU DE BORD SOCIAL 2019

L’amélioration des infrastructures sanitaires contribue au développement du secteur avec 155 hôpitaux
publics d’une capacité de 22.075 lits en 2015, soit un ratio d’habitants par lit avoisinant les 1.551. De même,
le nombre des établissements de soins de santé́ primaires (ESSP) a atteint 2.792 en 2015, en augmentation
de plus de la moitié durant les vingt dernières années. Cette augmentation a engendré automatiquement une
baisse régulière du nombre d’habitants par ESSB qui s’est établi à 12.123 habitants par ESSB en 2015 contre
14.458 en 1996
L’encadrement médical s’est nettement amélioré, avec un nombre d’habitants par médecin qui se situe à
1.470 en 2017 contre 2.253 en 2001. Cette amélioration est le résultat de l’accroissement de l’effectif des
médecins de près de 5% par an en moyenne annuelle. En 2017, l’effectif total de médecins s’est élevé à
23.361, dont 11.167 exerçant dans le secteur public et 12.194 opérant dans le secteur privé.
En revanche, l’effectif paramédical, qui s’établit à 32.040 en 2016, a évolué à un rythme moins important
(1,3% en moyenne annuelle entre 2001 et 2016) qui se traduit par une quasi-stagnation du taux
d’encadrement paramédical à 1.091 habitants par infirmier en 2016 contre 1.105 en 2001.
En matière de ressources humaines, malgré les efforts fournis en termes de formation des médecins et du
personnel paramédical, le déficit en personnels de santé reste un défi majeur. En effet, la répartition est
inéquitable selon les régions et par milieux : deux régions (Rabat-salé Kenitra et Grand Casablanca-Settat)
concentrent, à elles seules, près de 25% des médecins public hors CHU et près de la moitié des médecins
exerçant dans le privé.
En comparaison avec un échantillon de pays émergents, selon les données de la Banque Mondiale,
l’encadrement médical, appréhendé par le nombre de médecins pour 100 000 habitants (dernière valeur
estimée en 2014), reste insuffisant (61,8 médecins pour 100 000 habitants) et situe le Maroc à la traine en
comparaison avec un échantillon de pays à niveau de développement comparable. Cet indicateur est de
l’ordre de 164,8 médecins pour 100 000 habitants pour la Tunisie, 238 médecins pour le Liban et 399,9
médecins pour la Bulgarie.
Indicateurs de mortalité, d’espérance de vie et de santé maternelle et infantile
La situation de la mortalité au Maroc a nettement reculé, ces deux dernières décennies, grâce à l’amélioration
des conditions de vie des citoyens et aux approches adoptées tant sur le plan de la prévention, des soins
curatifs que sur le plan de la promotion de santé. Cependant, ces avancées cachent de profondes inégalités
géographiques et socio-économiques. Ainsi, si le taux brut de mortalité́ au niveau national est passé de 19‰
en 1960 à 5,1‰ en 2017-2018, il demeure, toutefois, plus élevé en milieu rural avec 6,9‰ qu’en milieu
urbain avec seulement 4,4‰.
Ce constat reste valable pour la mortalité maternelle qui enregistre un niveau deux fois plus élevé en milieu
rural (111 pour 100.000 naissances) qu’en milieu urbain (45 pour 100.000 naissances) et ce, malgré les
avancées enregistrées sur le palan de la réduction de cet indicateur qui est passé de 227 pour 100.000
naissances en 2004 à 112 pour 100.000 naissances en 2010 puis à 72,6 pour 100.000 naissances en 2018.
Cette baisse s’explique essentiellement par l’amélioration des indicateurs de visites prénatales,
d’accouchement assistés et de soins postnatals, par les actions entreprises pour le renforcement de
l’exonération du paiement pour les soins relatifs aux accouchements imprévus et des nouveaux nés,
l’adoption de filières régionales pour la prise en charge des cas de grossesse à haut risque et l’élargissement
du programme de dépistage de l'hypothyroïdie congénitale pour couvrir les régions de Casablanca-Settat,
Fès-Meknès et Marrakech-Safi.
Concernant le quotient de mortalité infanto juvénile (moins de cinq ans), il s’est établi en 2018 à 22,16 pour
1.000 naissances vivantes (18,81‰ en milieu urbain et 25,99‰ en milieu rural) contre 47‰ en 2003-2004.
Cette performance est due essentiellement au large programme de vaccination lancé pour lutter contre les
maladies de l’enfance (le taux de vaccination des enfants âgés de 12-23 mois s’est établi à 91% en 2018) et

DEPF Tableau de bord 13


TABLEAU DE BORD SOCIAL 2019

au programme de la nutrition (baisse importante du pourcentage des enfants de moins de 5 ans souffrant
d’une insuffisance pondérale sévère ou modérée de 9,3% en 2004 à 3,1% en 2011 et de celui des enfants
souffrant d’un retard de croissance de 18,9% à 14,9% durant la même période). Les résultats réalisés ont
permis au Maroc d’atteindre plus de 90% de l’objectif des OMD de réduction de la mortalité des moins de
5 ans.
Notons, dans ce sens, que la catégorie sociale, le niveau de vie et le niveau d’éducation de la mère sont autant
des facteurs qui influencent les taux de mortalité infantile. Ainsi, le taux de mortalité infantile s’établit à 18
pour 1.000 naissances vivantes en 2018 pour les enfants issus des ménages pauvres (18,7 pour les riches) et
à 31,8 pour les enfants dont la mère n’a pas de niveau d’éducation (20,5 pour les mères ayant un certificat
d’études primaires) en 2011.
S’agissant de la mortalité maternelle, en dépit des avancées enregistrées, des inégalités persistent entre les
milieux urbain et rural et dépassent les niveaux enregistrés dans des pays comparables. En effet, le taux de
mortalité maternelle est de l’ordre de 111,1 pour 100.000 naissances vivantes en milieu rural contre
seulement 44,6 en milieu urbain. Le même constat apparait au niveau des indicateurs de mortalité des enfants
avec des taux de mortalité infantile et infanto-juvénile respectivement de l’ordre de 21,59 et 25,99 pour 1.000
naissances vivantes en milieu rural en 2018 contre 14,9 et 18,81 respectivement en milieu urbain. Ainsi, les
taux de mortalité des moins de 5 ans s’établissent à 7,6 pour 1.000 naissances vivantes en Bulgarie, 8,3 en
Turquie, 13,6 en Tunisie et 22,8 en Egypte contre 27,1 pour 1.000 naissances vivantes au Maroc en 2016.
Somme toute, le Maroc a enregistré une amélioration continue de l’espérance de vie à la naissance des
citoyens qui a gagné près de 6,1 points en passant de 70 ans en 2001 à 76,1 ans en 2017. L’espérance de vie
des femmes demeure structurellement plus élevée que celle des hommes avec un écart moyen de 2,8 ans
durant la même période. Cet écart en faveur des femmes pourrait s’expliquer par une surmortalité masculine
durant les premières années de vie et par les différences de mode de vie entre les femmes et les hommes.
En comparaison avec un échantillon de pays économiquement comparables, le Maroc affiche des
performances très respectables pour l’indicateur d’espérance de vie à la naissance avec 76,1 ans : philippines
(69,2 ans), Egypte (71,1 ans), Jordanie (74,5 ans), Bulgarie (74,8 ans) en 2017 … Pour la plupart des pays
développés, l’espérance de vie à la naissance dépasse les 80 ans.
Renforcement des actions dans le cadre du Fonds d’Appui à la Cohésion Sociale (FACS)
Amélioration de la couverture médicale de base
Pour garantir un accès équitable aux soins à l’ensemble de la population et concrétiser le droit de la santé, le
Maroc a mis en place la couverture médicale de base décliné en deux régimes : l’assurance maladie obligatoire
(AMO) pour les salariés des secteurs public et privé en 2005 et le régime d’assistance médicale (RAMED)
au profit de la population démunie en 2012.
Selon l’Agence Nationale d’Assurance Maladie, l’AMO couvre, depuis son entrée en vigueur en 2005, une
population totale de plus de 9,1 millions de bénéficiaires en 2016 (y compris les ayants droit), en hausse
annuelle moyenne de l’ordre de 6% durant la période 2006-2016. Le nombre de bénéficiaires relevant du
secteur public s’élève à 3,02 millions de personnes, tandis que celui du secteur privé se situe à 6,08 millions
de personnes. La part de la population des actifs et leurs ayants droit par rapport à la population couverte
se situe à 80,7% en 2016 contre 81% en 2015.
Pour les dépenses au titre de l’AMO, elles se sont établies à 7,8 milliards de dirhams en 2016, soit une hausse
de 13% par rapport à 2015 (6,9 milliards de dirhams). Ces dépenses ont été destinées à hauteur de 30% aux
médicaments et à hauteur de 47,7% aux Affections Longue Durée.

14 DEPF Tableau de bord


TABLEAU DE BORD SOCIAL 2019

Pour les bénéficiaires ayant une Affection de Longue Durée (ALD), leur nombre a augmenté de manière
significative sur la période 2009-2016 pour atteindre 277.000 en 2016, soit un taux de croissance annuel
moyen de l’ordre de 14%.
Concernant les montants remboursés par le régime de l’AMO, ils sont passés de 4,4 milliards de dirhams en
2010 à 7,8 milliards de dirhams en 2016. Cette évolution a concerné, notamment les remboursements dans
le secteur privé qui se sont élevés à 3,3 milliards de DH en 2016 avec un taux de croissance annuel moyen
de 23,1% contre 5,2% dans le secteur public durant la période 2009-2016.
En vue d’une généralisation totale de l’AMO, les pouvoirs publics essayent d’étendre la couverture médicale
à toutes les couches de la population, notamment les travailleurs indépendants, les étudiants et le personnel
de maison. Ces extensions progressives permettront une harmonisation de la couverture médicale ainsi
qu’une complémentarité avec le régime de l’assistance médicale pour les économiquement démunis. Ainsi
en 2015, l’Etat a pris en charge les étudiants du secteur public pour un montant total de 107 millions de
dirhams. Les étudiants des établissements privés seront amenés à payer une cotisation forfaitaire fixée à 400
dirhams par an.
Concernant le RAMED, depuis sa généralisation effective en mars 2012, le nombre de personnes
immatriculées a atteint, 12,44 millions bénéficiaires à fin Août 2018, ce qui correspond à 5,02 millions
ménages. En outre, 91% des immatriculées sont en situation de pauvreté absolue, 49% sont issus du milieu
rural et 52% sont des femmes.
De même, près 4,9 millions de cartes de RAMED ont été délivrées (renouvellement compris), et ceci, malgré
le faible taux de renouvellement des cartes qui ne dépasse guère 31% en 2016 et le faible taux de retrait des
cartes RAMED pour les personnes vulnérables qui avoisine 30,5%. Cette situation a eu un impact sur les
contributions financières au RAMED avec un recul des contributions financières des personnes vulnérables
qui sont passées de près de 25,9 millions de dirhams en 2015 à 16,5 millions de dirhams en 2016, soit une
baisse de 36,3%.
Ressources financières de la santé publique
Concernant les enveloppes budgétaires consacrées au développement de ce secteur de la santé, les crédits
alloués au Ministère de la Santé sur la période 2001-2017 révèle une importante tendance à la hausse ces
dernières années qui s’est traduite par une multiplication du budget alloué au Département de 2,8 fois sur la
période, soit un taux d’accroissement annuel moyen de 6,8%. Au titre de l’année budgétaire 2019, les crédits
alloués au département de la Santé se sont élevés à 16,3 milliards de dirhams, en augmentation de 10,5% par
rapport à celui de 2018. Le programme RAMED a bénéficié ainsi d’une enveloppe additionnelle de 300
millions de dirhams, portant son budget à 1,6 milliard de dirhams.
Renforcement des actions dans le cadre du Fonds d’Appui à la Cohésion Sociale (FACS)
Créé en 2012, le FACS a pour objectif de renforcer les actions sociales au profit des populations démunies.
Il contribue au financement des dépenses afférentes au Régime d’Assistance Médicale pour les Démunis
(RAMED), au programme TAYSSIR, à l’Initiative Royale «1 million de cartables », à l’assistance aux
personnes à besoins spécifiques et aux femmes veuves en situation de précarité.
Les dépenses totales du FACS se sont élevées à 12,7 milliards de dirhams depuis sa création. Le RAMED
représentent la moitié des dépenses du Fonds, soit 6,3 milliards de dirhams. Suivi par programme TAYSSIR
et l’opération « 1 million de cartables » (36%), le programme d’aide directe aux femmes veuves (11,8%) et
le soutien aux personnes en situation d’handicap (3%).
Les CHU et l’ANAM ont bénéficié d’un montant de 3,8 milliards de dirhams et le « Fonds Spécial de la
Pharmacie Centrale » d’un montant de 2,5 milliards de dirhams. L’objectif est de garantir l’accès aux soins à
toutes les couches de la population.

DEPF Tableau de bord 15


TABLEAU DE BORD SOCIAL 2019

Prévoyance sociale
Le gouvernement s’est engagé dans une réforme globale des régimes de retraite visant, à moyen terme, la
mise en place d’un système de retraite bipolaire composé d’un pôle public qui regroupe la CMR et le RCAR
et qui touchent les salariés des secteurs public et semi public et d’un pôle privé qui regroupe la CNSS et la
CIMR et couvre les salariés et les non-salariés du secteur privé.
La réforme paramétrique du régime des pensions civiles relevant de la CMR constitue la première étape de
la réforme susmentionnée. Elle vise à rétablir un équilibre financier et prolonger la viabilité de la CMR et
ce, dans le but de garantir les droits actuels et futurs des affiliés. Les grandes lignes de cette réforme
paramétrique concernent le relèvement de l’âge de départ à la retraite à 63 ans sur six années (en moyenne
de six mois par année) et la hausse de la participation de l’Etat et des adhérents de quatre points sur 4 ans à
partir de la date d’entrée en vigueur de la réforme. Ainsi, cette réforme paramétrique devrait repousser la
date d’épuisement des réserves à 2027 au lieu de 2022, réduisant ainsi les déficits cumulés de 53% à l’horizon
2066.
Les résultats des caisses de prévoyance sociale diffèrent selon la population bénéficiaire. Ainsi :
Caisse Nationale de Sécurité Sociale
La Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) a pour mission principale d’assurer une protection sociale
basée sur un système contributif et solidaire entre les assujettis (salariés du secteur privé) et d’assurer la
gestion de l’Assurance Maladie Obligatoire.
Grace aux efforts déployés dans le cadre de la mise en œuvre du plan triennal de la CNSS 2015-2017, les
indicateurs de la couverture sociale et médicale des salariés du secteur privé ont réalisé des améliorations
considérables. Ces efforts ont touché, notamment, la mise en œuvre effective du service de l’indemnité pour
perte d’emploi et le remboursement des cotisations salariales en faveur des assurés ayant atteint l’âge légal
de départ à la retraite sans avoir cumulé le seuil requis pour bénéficier d’une pension de retraite. Les actions
ont touché également l’élargissement du panier de soins couverts par l’AMO aux soins bucco-dentaires, le
lancement de la grande opération de remise gracieuse pour les entreprises affiliées sur les pénalités de retard
et les frais de recouvrement des cotisations sociales et la mise en place de la couverture sociale aux
travailleurs non-Salariés.
Ainsi, au titre de l’année 2017, le nombre de salariés déclarés à la CNSS dans le cadre du régime général s’est
établit à 3,88 millions de personnes contre 2,1 millions en 2010, soit une progression annuelle moyenne de
l’ordre de 6,9%. Le montant des cotisations dues s’est accru, quant à lui, de 8% en moyenne par an durant
la même période passant de 1,3 milliards à 2 milliards de dirhams entre 2010 et 2016. Le nombre des
pensionnés a, pour sa part, atteint 560.819 pensionnés en 2017 contre 380.286 pensionnés en 2010.
Régime Collectif d'Allocation de Retraite
Le Régime Collectif d'Allocation de Retraite (RCAR) est une institution de prévoyance sociale faisant partie
du pôle de la promotion de l'épargne gérée par la Caisse de Dépôt et de Gestion (CDG). Constitué d’un
régime général et d’un régime complémentaire, le RCAR a pour objet de garantir des droits personnels au
profit des l’affiliés1 ou des ayants-cause, au titre des risques de vieillesse, d’invalidité et de décès. Les
principaux droits garantis par le RCAR sont : la pension de retraite, d’invalidité ou de décès, le pécule et les
allocations familiales.

1 Ils’applique au personnel contractuel de droit commun, temporaire, journalier et occasionnel de l’état et des collectivités locales,
au personnel des organismes soumis au contrôle financier prévu par le dahir n° 1-59-271 du 17 chaoual 1379 (14 avril 1960)
organisant le contrôle financier de l’état sur les offices, ainsi que les sociétés et organismes bénéficiant du concours financier de
l’état ou de collectivités publiques.

16 DEPF Tableau de bord


TABLEAU DE BORD SOCIAL 2019

L’effectif des affiliés actifs au RCAR (régime général et complémentaire) a atteint 126.700 personnes au titre
de l’année 2017. Les cotisations et contributions recouvrées se sont élevées, quant à elles, à 2.785 millions
de dirhams pour les deux régimes en hausse de 4,5% par rapport à l’exercice précèdent.
Le régime général du RCAR compte en 2017, 586.213 clients, répartis entre les affiliés actifs (78,5% du total
des clients), les retraités et invalides (13,4%) et les ayants cause (8%). L’effectif des affiliés actifs cotisants
s’est légèrement accru en 2017 pour atteindre 126.700 personnes. Le nombre d’employeurs adhérents audit
régime a atteint 3.400 en 2017 répartis comme suit : 1.714 issus des collectivités locales, 1.039 des organismes
publics et 647 des administrations publiques. Par ailleurs, le nombre de bénéficiaires de pensions est passé
de 101.263 en 2010 à 125.785 en 2017, soit une hausse de 24,2%. Les cotisations et contributions recouvrées
ont atteint 2.785 millions de dirhams en 2017 contre 1.792 millions de dirhams en 2010, soit une hausse
annuelle moyenne de 6,5%. De même le montant des prestations servies a atteint 5.506 millions de dirhams,
soit une progression annuelle moyenne de 7,9% par rapport à 2010 (3.236,55 millions de dirhams).
Caisse Interprofessionnelle Marocaine de Retraite
La Caisse Interprofessionnelle Marocaine de Retraite (CIMR) a pour mission d’administrer un régime de
retraite complémentaire et solidaire garantissant aux bénéficiaires une pension équitable reposant sur une
gestion efficace de qualité et une performance financière optimale.
Le nombre de salariés affiliés à la CIMR a enregistré une progression annuelle moyenne de 13,2% entre
2010 et 2017, atteignant un effectif global de 641.358, réparti entre actifs cotisants (348.431) et ayants droit
(292.927). Le nombre de bénéficiaires de pensions est passé de 129.832 en 2010 à 170.870 en 2017, soit une
hausse annuelle moyenne de 4%. Le montant des contributions globales (part patronale, part salariale et
cotisations des adhérents) est passé de 4.359 millions de dirhams en 2010 à 6.860 millions de dirhams en
2017, enregistrant ainsi une augmentation annuelle moyenne de 6,7%. Les allocations versées ou dues au
titre de l’exercice 2017 se sont élevées à 3.994,89 millions de dirhams contre 3.148 millions de dirhams en
2010, soit une hausse annuelle moyenne de 3,5%.
Caisse Marocaine de Retraite
La Caisse Marocaine de Retraite (CMR) couvre tous les salariés de la fonction publique civils et militaires.
Le nombre du personnel de l’Etat (personnel civil de l’Etat, des collectivités locales et des établissements
publics) affiliés à la CMR est passé de 594.081 personnes en 2010 à 649.023 personnes en 2016, soit une
hausse annuelle moyenne de l’ordre de 1,5%. Le montant global des cotisations et des contributions a
augmenté en moyenne annuelle de 4,7% entre 2010 et 2016, passant de 1,81 milliards de dirhams à 2,38
milliards de dirhams. Pour ce qui est des charges, elles ont augmenté en moyenne annuelle de 10,1% entre
2010 et 2016 pour se fixer à près de 3 milliards de dirhams en 2016.
Caisse Nationale des Organismes de Prévoyance Sociale
La Caisse Nationale des Organismes de Prévoyance Sociale (CNOPS) est composée des agents de l’Etat,
des collectivités locales et des établissements publics ainsi que leurs ayants droits. L'entrée en vigueur de
l'Assurance maladie obligatoire a insufflé une dynamique qui transparaît dans l'évolution remarquée au
niveau de la population assurée, des cotisations recouvrées et de la valeur de liquidation des prestations en
soins ambulatoires et tiers payant. La population de la CNOPS, y compris les ayants droit, a évolué de 2,5%
en moyenne par an entre 2010 et 2016, passant ainsi de 2.662.000 à 3.092.000 bénéficiaires en 2016.

DEPF Tableau de bord 17


TABLEAU DE BORD SOCIAL 2019

6. Niveau de vie et pauvreté


Baisse de la pauvreté et amélioration du niveau de vie des citoyens
Les performances économiques réalisées ces dernières années ont eu des retombées positives sur
l’amélioration des conditions de vie des populations défavorisées, ce qui s’est traduit par une réduction
substantielle de la pauvreté, la précarité et l’exclusion sociale. En effet, le revenu national brut disponible
par habitant s’est établi à 32.272 dirhams en 2017 contre 16.568 en 2001, soit un taux de croissance annuel
moyen de l’ordre de 4,3%. Sous l’effet de cette croissance, la dépense annuelle moyenne par habitant a
augmenté de 8.894 dirhams en 2001 à 17.778 en 2017, soit un taux de croissance annuel moyen de l’ordre
de 4,4%.
Cette amélioration globale du niveau de vie a permis de réduire la pauvreté qui est passée de 15,3% en 2001
à 4,8% en 2014 au niveau national ce qui représente 1,4 millions de personnes en situation de pauvreté. La
vulnérabilité a suivi la même tendance baissière, elle est passée de 22,8% à 11,5% au niveau national, soit
3,9 millions de personnes en situation de vulnérabilité.
En milieu rural, la pauvreté et la vulnérabilité ont baissé de manière significative puisqu’elles sont passées
de 25,1% à 9,5% et de 30,5% à 18,4% respectivement entre 2001 et 2014. À noter que l’extrême pauvreté
et la pauvreté alimentaire (la faim) ont pratiquement été éradiquées de notre pays. En effet, la pauvreté
alimentaire est passée de 4,6% en 1990 à seulement 0,1% en 2014.
Par ailleurs concernant la pauvreté multidimensionnelle, basée sur 10 indicateurs de pauvreté (mortalité
infantile, malnutrition, scolarisation des enfants, ou encore l’accès à l’électricité et à l’eau potable …). Le
Maroc serait passée de 58,3% en 1990 à 6% en 2014 selon l’approche-Alkire-Foster (OPHI).
7. Equipements de base
Habitat
Pour le secteur de l’habitat, les efforts de l’Etat se sont consolidés, notamment en matière de promotion du
logement social, d’exécution des programmes de résorption de l’habitat insalubre via le programme « villes
sans bidonvilles », les constructions menaçant ruine, les villes nouvelles ainsi que l’habitat dédié à la classe
moyenne.
Ainsi le déficit en logements a atteint près de 400.000 unités en 2017 contre 800.000 en 2012 et 1,2 million
en 2002. Ces résultats sont l’aboutissement de la politique de diversification et d’intensification de l’offre en
logements avec une production annuelle de 160.000 unités de la facilitation de l’accès au logement en faveur
des plus démunis à des prix abordables et la mise en place des systèmes de garantie.
Cette politique volontariste de l’Etat a nécessité la mobilisation de 11.500 ha du foncier publique sur la
période 2000-1er semestre 2017, la consolidation de 71 milliards de dirhams d’avantages fiscaux sur la
période 2005-2017 et le renforcement des aides budgétaires, notamment, les dotations du Fonds de
Solidarité Habitat et Intégration Urbaine (FSHIU) qui ont atteint près de 20 milliards de dirhams sur la
période 2002-2016.
Parallèlement, le logement social a donné un nouveau souffle au secteur durant la dernière décennie
avec plus de 366.000 unités à 250.000 dirhams achevées durant la période 2010-2017, 1.114
conventions signées portant sur 1,66 million de logements à 250.000 DH.
Le programme de logements à faible valeur immobilière totale (140.000 DH), quant à lui, avance à un rythme
moins soutenu avec seulement 28.000 unités construites et certifiées entre 2008 à 2017. Ce qui reste loin des
engagements pris par Al Omrane portant sur 130.000 unités, signés en 2008.

18 DEPF Tableau de bord


TABLEAU DE BORD SOCIAL 2019

S’agissant du financement au logement, les encours des crédits à l’immobilier sont passés de 31 milliards de
DH en 2001 à 257,2 milliards en 2017 et les financements des acquisitions garantis par l’Etat (Fogarim,
Fogaloge et Fogalef) ont bénéficié à 193.600 ménages à fin 2017.
Par ailleurs, malgré l’importance des résultats réalisés, notamment en matière de réduction des inégalités
d’accès au logement, cette politique devrait se faire dans le cadre d’une politique mieux orientée et plus
équitable, tout en veillant à une utilisation plus rationnelle et plus efficiente des différentes formes d’appui
de l’Etat notamment en matière de ciblage des ménages et des régions bénéficiaires. En effet, près de 60%
des bénéficiaires sont des ménages ayant un revenu supérieur à 4.000 dirhams alors que des déséquilibres
patents sont constatés en matière de ciblage régional (une surproduction au niveau de certaines régions à
l’instar des régions de Tanger –Tétouan-Al Hoceima et Souss-Massa et une production insuffisante dans
d’autres comme celle de Rabat-Salé-Kénitra).
La réussite d’une nouvelle politique de l’habitat est tributaire, d’une part, de la prise en compte des
spécificités des différentes régions, dans la perspective d’une politique d’habitat territorialisée, et, d’autre
part, d’une meilleure rationalisation des coûts de son implémentation. De plus, la nouvelle approche
envisagée devrait s’asseoir sur un dosage approprié des différentes alternatives, à savoir la construction de
nouvelles unités, le renouvellement urbain, la mise à niveau du parc ancien et le développement d’une offre
locative. Cette politique gagnerait, également, à tisser de nouveaux modes de partenariats entre les secteurs
public et privé, notamment, dans le cadre des opérations du renouvellement urbain et/ou de traitement
d’habitat menaçant ruine.
Conditions d'habitation et infrastructure de base
Statut et densité d'occupation des logements
Concernant le statut d’occupation, plus de six ménages urbains sur dix (65,6%) selon l’ENPSF 2018 sont
propriétaires de leur logement ou accédant à la propriété au titre de l’année 2015 contre 56,8% en 2004.
S'agissant du taux d’occupation, on note le recul du nombre moyen de personnes par pièce en milieu urbain.
Ce taux est passé de 2,3 personnes par pièce en 1982 à 1,7 en 2004 pour atteindre 1,4 personne en moyenne
par pièce en 2015. Selon le type d'habitat, on souligne l'abandon des maisons traditionnelles au profit des
types d’habitat moderne. Ainsi, la maison marocaine moderne domine le paysage urbain avec plus des 2/3
des ménages (73,1% en 2015).
Electrification
Le Programme d'Electrification Rurale Global (PERG) a permis, à fin Octobre 2018, l'électrification, par
raccordement aux réseaux électrique national, de 44.001 villages permettant l’accès à l’électricité à 2,2
millions ménages et l’équipement de 51.559 foyers par kits photovoltaïques individuels dans 19.439 villages,
portant ainsi le taux d’électrification rurale à 99,49%. A noter que le plan d’action du PERG, durant la
période 2015-2019, ambitionne l’électrification de 2.100 villages regroupant 52.470 foyers ce qui permettra
au taux d’électrification rurale d’atteindre 99,93% en 2019.
Le PERG, qui répond aux ambitions de l'Initiative Nationale pour le Développement Humain (INDH), a
contribué au changement du quotidien de la population rurale. Il a permis, essentiellement d’améliorer
l’accès aux soins de base et à la scolarisation, de développer l’équipement des ménages, de moderniser le
système de pompage et d’émerger in fine des activités nouvelles et génératrices de richesse. Sur le plan
économique, il a permis le développement des activités artisanales nécessitant l’utilisation d’appareils
électriques productifs.
Eau potable et assainissement
La stratégie nationale de l’eau qui couvre la période allant de 2009 à 2030 a réalisé des avancées considérables.
Ainsi, la proportion des ménages citadins occupant des logements raccordés au réseau d’eau potable est

DEPF Tableau de bord 19


TABLEAU DE BORD SOCIAL 2019

passée de 81,7% en 2001 à 94,1% en 2014. En milieu rural, cette proportion est passée de 16,9% en 2001 à
39,7% en 2014 ce qui a porté le niveau national à 75,5% en 2014.
En matière de généralisation de l'accès à l'eau potable en milieu rural, et grâce au Programme
d’Approvisionnement Groupé en eau Potable des Populations Rurales (PAGER), la part de la population
rurale bénéficiant de l'eau potable est passée de 47,8% en 2001 à 96,6% en 2017, soit un total de 12,54
millions de personnes servies en eau potable dont 40% ont un raccordement par branchement individuel.
Pour ce qui est du développement de l’assainissement, les réalisations se poursuivent dans le cadre du
Programme National d’Assainissement Liquide qui vise à porter le taux de raccordement global au réseau
d’assainissement à 80% en 2020 et à 90% en 2030. En milieu urbain, ce taux a atteint 74% à fin 2015 tandis
qu’en milieu rural, il ne dépasse pas 10%. Concernant l’épuration des eaux usées, elle a connu une
progression importante en passant de 7% en 2005 à 41,5% à fin 2015 pour atteindre 100% à l’horizon 2030.
A noter que le nombre de stations d’épuration existantes en état de fonctionnement a atteint, en 2015, près
de 98 stations d’épuration (STEP) contre 90 en 2014.
Routes rurales
Le programme national des routes rurales II (PNRR) est le fruit d’une approche participative associant
l’État, les collectivités locales et les bailleurs de fonds. Il vise la construction d’environ 15.028 km de routes
entre 2005 et 2016 pour désenclaver une population de près de 2,974 millions d’habitants. Ainsi, en 2017,
le PNRR II a globalement pu atteindre ses principaux objectifs. Son taux de réalisation avoisine les 96%,
soit un linéaire de 15.021 km de routes réalisées. Ce qui a permis d’atteindre un taux d’accessibilité aux
routes rurales de 79% en 2017 contre 54% en 2015.
Il est à signaler que dans le cadre du programme 2016-2022 de lutte contre les disparités territoriales et
sociales dans le monde rural, une enveloppe budgétaire globale de 36 milliards de dirhams sera mobilisée
pour désenclaver une population de 3,4 millions de bénéficiaires dans 73 provinces au profit de 859
communes rurales et 7.761 douars. Il s’agit de la construction et l’aménagement de nouvelles routes (22.780
km pour un budget de 28 milliards de dirhams) et le réaménagement des routes locales classées (9.600 km
pour un budget de 8 milliards de dirhams), ainsi que la création de 276 ouvrages d’art.
L'INDH : vecteur de transformation sociale
L’initiative nationale pour le développement humain (INDH), lancée le 18 mai 2005 suite aux directives
royales, avait pour objectif de s’attaquer au déficit social via l’élargissement de l’accès aux services sociaux
de base, la promotion des activités génératrices d’emplois et de revenus, l’adoption d’une action créative
envers le secteur informel, et l’aide aux personnes en situation de précarité ou ayant des besoins spécifiques.
Le bilan, de 13 ans après son lancement, fait état de 43 milliards de dirhams mobilisés pour la mise en œuvre
de 5 piliers de l’INDH.
Le financement de l’INDH, est assuré par un compte spécial alimenté par le budget général de l’Etat, les
collectivités locales et la coopération internationale. Sur le terrain, quelque 43000 projets et activités ont été
lancés jusqu’à fin 2017 dans le cadre des différents programmes de lutte contre la pauvreté et l’exclusion.
Des programmes ayant ciblé les jeunes et les personnes en situation de vulnérabilité à travers notamment
l’amélioration de l’accès aux services de base et aux soins, le soutien à la scolarité, la création de centres
destinés au renforcement des capacités des femmes et des jeunes et d’espaces socioculturels et sportifs…
L’un des importants axes de travail vise les activités génératrices de revenus. Ainsi, 9.359 activités du genre
ont été lancées au profit de 153.000 personnes, mobilisant un montant de 3,1 milliards de dirhams. Aussi,
l’éducation est un des secteurs prioritaires ciblés par l’INDH. Les projets menés ont largement contribué à
la diminution du taux de déperdition scolaire et à l’amélioration des conditions de scolarisation des enfants
issus de milieux défavorisés. L’apport de l’INDH s’est traduit notamment par l’acquisition de 1.265 moyens

20 DEPF Tableau de bord


TABLEAU DE BORD SOCIAL 2019

de transport scolaire au profit de 282.779 élèves ainsi que la construction, l’aménagement et l’équipement
de 1.618 écoles, collèges et lycées, 1.356 Dar Talib et 563 salles de classe.
Concernant le secteur de la santé, plus de 3.937 projets et actions ont été réalisés pour un montant global
de 3,2 milliards de dirhams, dont la contribution de l’INDH est de l’ordre de 1,6 milliards de dirhams. Ces
projets et actions, visent le renforcement de l’offre de soins à travers notamment des projets de construction,
d’extension, d’aménagement ou d’équipement des structures sanitaires déjà existantes (540 centres de santé,
160 dispensaires, 206 centres d’hémodialyse, 136 Dar Al Oumouma et 110 structures d’accouchement au
profit de près de 50 mille femmes). Ils ont porté également sur des opérations de création de nouvelles
structures et de construction de logements pour personnel médical ou encore l’achat d'ambulances
(l’acquisition de 991 ambulances et de 118 unités médicales mobiles).
Le programme de lutte contre la précarité, qui cible les personnes en situation de handicap, les personnes
âgées ou vulnérables, les enfants, les jeunes et l’intégration socioéconomique, a vu la base des bénéficiaires
élargie de 8 à 10 catégories. Le programme transversal, pour sa part, a été consacré aux communes non
directement cibles. Enfin, dans le cadre du 5è programme lancé en 2011 consacré à la mise à niveau
territoriale, 3300 douars dans 22 provinces enclavées ont bénéficié de la création de projets d’infrastructure,
3ème phase de l'INDH 2019-2023
Conçue selon une méthodologie participative, pour une enveloppe estimée à 18 milliards de dirhams, la
3ème phase de l’Initiative Nationale pour le Développement Humain (INDH) (2019-2023), a été lancée par
Sa Majesté le Roi Mohammed VI. La mise en œuvre de cette troisième phase s’articulera autour de quatre
principaux programmes : Il s’agit du :
▪ Programme de réduction du déficit enregistré au niveau des infrastructures et des prestations sociales
de base ;
▪ Programme d’accompagnement des personnes en situation de précarité ;
▪ Programme d’amélioration des revenus et d’intégration économique des jeunes ;
▪ Programme d’appui pour le développement humain des générations montantes.
L’objectif, étant de consolider les acquis enregistrés au cours des précédentes phases, en recentrant les
programmes de l’INDH sur le développement du capital humain, la promotion des conditions des
générations montantes et l’appui aux catégories en situation de vulnérabilité et ce, selon une méthodologie
basée sur une gouvernance novatrice visant à réaliser davantage de cohérence et d’efficacité.

DEPF Tableau de bord 21


Population et ménages
Tableau de bord Social : Population et ménages Direction des Etudes et des Prévisions Financières /DI/SBDCI
86,648
Indicateurs sur la structure de la population (1) 1,27 86,648 1,2683

Moyennes Moyennes
90-99 00-09 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 10-14 15-18
Population totale (en milliers) 26180 30011 28833 29185 29520 29840 30172 30509 30850 31195 31543 31894 32245 32597 32950 33848 34125 34487 34852 35220 32707 34671
Urbaine 13496 16692 15727 15991 16226 16433 16755 17082 17415 17753 18097 18446 18802 19158 19513 20432 20752 21155 21561 21968 19270 21359
Rurale 12565 12894 13106 13194 13294 13407 13417 13427 13435 13442 13446 13448 13443 13439 13437 13416 13373 13332 13292 13251 13437 13312
Taux d'urbanisation (%) 50,3 53,4 54,5 54,8 55,0 55,1 55,5 56,0 56,5 56,9 57,4 57,8 58,3 58,8 59,2 60,4 60,8 61,3 61,9 62,4 58,9 61,6
Densité de la population (habitants/km²)(2) 35,6 38,9 40,6 41,1 41,5 42,0 42,4 42,9 43,4 43,9 44,4 44,9 45,4 45,9 46,4 47,5 48,0 48,5 49,0 49,5 46,0 48,8
Taux d'accroissement de la population 1,7 1,2 1,3 1,2 1,1 1,1 1,1 1,1 1,1 1,1 1,1 1,1 1,1 1,1 1,1 0,8 1,1 1,1 1,1 1,1 1,0
Urbain 2,9 1,8 1,9 1,7 1,5 1,3 2,0 2,0 1,9 1,9 1,9 1,9 1,9 1,9 1,9 1,6 1,9 1,9 1,9 1,9 1,8
Rural 0,5 0,4 0,6 0,7 0,8 0,9 0,1 0,1 0,1 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 -0,3 -0,3 -0,3 -0,3 0,0 -0,3
Structure par grand groupe d'âges (en %)
National
Moins de 15 ans 36,6 30,2 31,6 30,9 30,2 31,0 30,4 29,8 29,1 28,6 28,0 27,5 27,0 26,7 26,3 28,2 27,8 27,4 27,0 26,6 27,1 27,2
15-24 ans 20,9 20,7 21,3 21,2 21,1 20,3 20,6 20,5 20,4 20,3 20,1 19,9 19,7 19,4 19,1 18,0 17,8 17,5 17,3 17,0 19,2 17,4
25-59 ans 35,5 41,2 39,8 40,4 41,0 39,8 41,0 41,8 42,5 43,1 43,7 44,2 44,6 45,1 45,5 44,3 44,8 45,2 45,5 45,8 44,8 45,3
60 ans et plus 7,1 7,8 7,4 7,5 7,6 8,0 8,0 8,0 8,0 8,0 8,1 8,3 8,5 8,8 9,1 9,4 9,6 9,9 10,2 10,5 8,8 10,0
Urbain
Moins de 15 ans 33,1 27,0 27,6 27,1 26,6 28,0 27,5 27,0 26,4 26,0 25,5 25,2 24,9 24,6 24,3 26,0 25,7 25,3 24,9 24,5 25,0 25,1
15-24 ans 20,9 19,7 20,2 20,0 19,7 19,8 19,9 19,7 19,4 19,2 18,9 18,5 18,2 17,9 17,6 17,5 17,3 17,0 16,6 16,3 18,0 16,8
25-59 ans 39,5 45,6 45,0 45,6 46,2 43,6 44,9 45,7 46,1 47,1 47,6 48,0 48,4 48,6 48,8 46,9 47,5 47,9 48,3 48,6 48,1 48,1
60 ans et plus 6,5 7,6 7,3 7,4 7,6 7,6 7,6 7,7 8,0 7,8 8,0 8,3 8,6 8,9 9,3 9,2 9,6 9,9 10,2 10,6 8,8 10,1
Rural
Moins de 15 ans 40,1 34,2 36,4 35,5 34,7 34,6 34,0 33,3 32,7 32,0 31,4 30,7 30,2 29,6 29,0 31,4 31,2 30,9 30,5 30,2 30,2 30,7
15-24 ans 21,0 22,0 22,6 22,7 22,8 21,3 21,4 21,5 21,7 21,8 21,8 21,8 21,7 21,5 21,4 18,7 18,5 18,4 18,4 18,3 21,0 18,4
25-59 ans 31,2 34,0 35,3 28,8 28,4 35,6 36,2 36,8 37,4 38,0 38,6 39,1 39,7 40,2 40,8 40,3 40,5 40,8 41,0 41,2 40,0 40,9
60 ans et plus 7,6 8,0 7,5 7,6 7,7 8,5 8,4 8,4 8,3 8,2 8,3 8,3 8,5 8,6 8,8 9,6 9,8 9,9 10,0 10,2 8,8 10,0
Taux de féminité de la population (En %)
National 50,5 50,4 50,3 50,2 50,2 50,0 50,4 50,5 50,6 50,6 50,6 50,7 50,7 50,9 50,9 50,2 50,2 50,2 50,2 50,2 50,7 50,2
Moins de 15 ans 49,1 49,0 49,0 49,0 49,0 48,8 49,1 49,1 49,1 49,0 49,0 49,0 49,0 48,9 48,9 48,9 48,9 48,9 48,9 48,9 48,9 48,9
15-24 ans 50,7 50,0 49,7 49,6 49,5 50,8 50,4 50,3 50,1 49,9 49,7 49,6 49,5 49,4 49,3 50,1 50,0 49,8 49,7 49,5 49,6 49,8
25-59 ans 51,9 51,2 51,2 51,1 51,0 51,1 51,0 51,2 51,4 51,6 51,8 51,9 50,7 51,1 51,4 50,9 50,9 51,0 51,0 51,0 51,2 51,0
60 ans et plus 50,6 52,5 52,0 52,5 52,9 51,8 52,5 52,7 52,9 53,0 53,1 53,1 50,2 48,2 46,7 50,8 50,8 50,8 50,8 50,8 49,8 50,8
Urbain 50,4 50,8 50,9 51,0 51,1 50,7 50,6 50,7 50,7 50,8 50,9 50,9 51,0 51,0 51,1 50,5 50,6 50,6 50,7 50,7 50,9 50,6
Moins de 15 ans 49,7 49,4 49,6 49,6 49,6 49,3 49,3 49,3 49,3 49,3 49,3 49,2 49,2 49,2 49,2 48,9 48,9 48,9 48,9 49,0 49,2 48,9
15-24 ans 50,7 50,8 51,3 51,4 51,5 51,0 50,3 50,3 50,3 50,2 50,2 50,2 50,1 50,1 50,1 50,6 50,5 50,4 50,3 50,2 50,2 50,4
25-59 ans 50,7 51,3 51,2 51,2 51,2 51,5 51,1 51,2 51,6 51,4 51,5 51,6 51,8 51,9 52,0 51,3 51,4 51,6 51,7 51,8 51,7 51,6
60 ans et plus 50,7 53,5 53,4 54,0 54,4 53,3 53,8 53,9 51,6 54,0 53,9 53,7 53,3 53,1 52,8 51,1 50,9 50,7 50,6 50,5 52,8 50,7
Rural 50,7 50,0 49,4 49,3 49,2 50,9 50,2 50,2 50,3 50,4 50,5 50,6 49,5 49,5 49,5 49,6 49,6 49,5 49,4 49,3 49,7 49,4
Moins de 15 ans 48,7 48,7 48,5 48,5 48,5 49,0 48,9 48,9 48,8 48,8 48,8 48,7 51,3 51,4 51,5 48,9 48,9 48,9 48,9 48,9 50,4 48,9
15-24 ans 50,6 49,2 48,0 47,7 47,3 50,9 50,5 50,4 49,9 49,6 49,3 48,9 51,3 51,5 51,7 49,4 49,2 49,0 48,8 48,6 50,6 48,9
25-59 ans 53,3 53,5 51,3 51,3 51,5 53,2 53,4 54,2 55,8 56,2 56,9 57,5 51,9 51,8 51,6 50,1 50,0 49,8 49,7 49,5 52,6 49,7
60 ans et plus 50,7 50,8 50,4 50,8 51,0 50,9 51,2 51,4 48,8 51,9 52,1 52,4 47,5 47,3 47,1 50,4 50,7 50,9 51,1 51,2 48,9 51,0
Source: CERED et Haut Commissariat au Plan
(1)
Calcul DEPF sur la base des rétroprojections du CERED et du RGPH 2014
(2)
Effectif de la population rapporté à la superficie totale du territoire national (710 850 km2)

- 22 -
Tableau de bord Social : Population et ménages Direction des Etudes et des Prévisions Financières /DI/SBDCI

Indicateurs sur la jeunesse, vieillesse et dépendance

Moyennes Moyennes
90-99 00-09 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 10-14 15-18
Rapport de jeunesse (En %) (1) 65,1 48,8 51,8 50,2 48,6 51,5 49,4 47,8 46,4 45,0 43,9 42,9 42,0 41,3 40,6 45,3 44,5 43,8 43,0 42,4 42,4 43,4
Urbain 55,4 41,3 42,4 41,3 40,3 44,2 42,5 41,3 40,3 39,2 38,4 37,8 37,3 37,0 36,6 40,4 39,6 38,9 38,3 37,8 37,8 38,7
Rural 77,8 59,4 64,9 62,5 60,2 61,5 59,1 57,2 55,4 53,6 51,9 50,5 49,2 47,9 46,7 53,3 52,8 52,1 51,4 50,7 49,5 51,7
Rapport de vieillesse (En %) (2) 9,0 8,5 8,1 8,0 8,0 8,3 8,4 8,6 8,8 9,1 9,5 9,9 10,4 10,9 11,4 15,1 15,4 15,8 16,2 16,7 11,5 16,0
Urbain 10,8 11,6 11,1 11,3 11,5 12,0 11,8 11,7 12,2 11,8 12,0 12,4 12,8 13,4 14,0 14,3 14,8 15,3 15,8 16,4 13,4 15,6
Rural 14,8 14,0 13,4 13,4 13,4 15,2 14,6 14,4 14,4 13,8 13,6 13,6 13,8 14,0 14,2 16,4 16,5 16,7 16,9 17,2 14,4 16,8
Rapport de dépendance (En %) (3) 74,0 57,3 59,9 58,2 56,6 59,8 57,7 56,4 55,2 54,2 53,4 52,8 52,4 52,2 52,0 60,3 59,9 59,5 59,2 59,1 53,9 59,4
Urbain 66,3 53,0 53,5 52,6 51,8 56,2 54,2 53,0 52,5 51,0 50,5 50,2 50,2 50,4 50,6 54,7 54,4 54,2 54,1 54,2 51,2 54,2
Rural 92,6 73,3 78,3 75,9 73,5 76,7 73,7 71,6 69,8 67,3 65,6 64,1 62,9 61,9 61,0 69,7 69,3 68,8 68,3 67,9 63,9 68,5
Source : Indicateurs calculés par la DEPF sur la base des projections du CERED
(1) Effectif des personnes de moins de 15 ans rapporté à celui des personnes en âge d’activité
(2) Effectif des personnes de 60 ans et plus rapporté à celui des personnes en âge d’activité. Cet indicateur mesure le degré de dépendance économique des personnes âgées aux personnes en âge d’activité.
(3) Effectif des individus d'âge inactif (défini par les classes 0-15 ans et 60 ans et plus) rapporté à l'effectif des individus d'âge actif ( 15 à 59 ans). C'est également la somme des rapports de jeunesse et de vieillesse.

Projection des pyramides des âges à l'horizon 2050 Structure de la population par groupe d'âges au niveau national
(En milliers d'habitants) 100%
60 ans et plus
80 &+
80 &+
2050 2014
75-79
80%
70-74
65-69 Masculin 25-59 ans
Féminin
60-64
55-59 60%
50-54
45-49
40-44
35-39 40% 15-24 ans

30-34
25-29
20-24
20%
15-19
Moins de 15 ans
10-14
05-09
00-04
00-04 0%
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
2017
2018
1800 1500 1200 900 600 300 0 0 300 600 900 1200 1500 1800

- 23 -
Tableau de bord Social : Population et ménages Direction des Etudes et des Prévisions Financières /DI/SBDCI

Indicateurs relatifs à la répartition spatiale de la population

2004 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018

Taux d'urbanisation (En %) Structure de la population par région 2018


Tanger-Tetouan-Al Hoceima 53,3 55,4 56,9 57,3 57,9 59,9 60,3 60,6 61,0 61,4
Oriental 59,7 63,0 64,2 64,8 65,5 65,4 66,3 67,3 68,3 69,3 Laayoune-Sakia El Hamra
Eddakhla-Oued Eddahab
Fès-Meknès 54,6 57,2 57,5 58,1 58,4 60,5 61,0 61,5 62,1 62,6
Rabat-Salé-Kénitra 66,0 68,8 69,0 69,5 70,0 69,8 70,2 70,6 71,0 71,4 Guelmim-Oued Noun
Béni Mellal-Khénifra
Tanger-Tetouan-Al Hoceima
45,9 47,6 47,7 48,0 48,3 49,1 49,5 50,0 50,4 50,9
Grand Casablanca-Settat Souss-Massa
68,3 69,4 70,6 70,8 71,1 73,6 74,0 74,6 75,1 75,5
Marrakech-Safi 41,0 43,9 44,1 44,6 45,1 42,9 43,1 43,3 43,5 43,7
Oriental
Drâa-Tafilalet Drâa-Tafilalet
32,5 32,9 32,1 32,3 32,3 34,3 34,6 34,9 35,2 35,6
Souss-Massa 47,1 51,3 52,0 52,7 53,8 56,3 57,0 57,9 58,9 59,7
Guelmim-Oued Noun 56,5 59,2 61,1 62,0 62,8 64,6 65,2 66,0 66,7 67,5
Fès-Meknès
Laayoune-Sakia El Hamra 87,4 89,8 88,1 88,6 88,7 93,4 93,7 94,1 94,5 94,9
Eddakhla-Oued Eddahab 62,2 64,7 60,5 59,4 58,1 74,3 75,2 76,3 77,3 78,3
Marrakech-Safi
Structure de la population par région (En %)
Tanger-Tetouan-Al Hoceima 10,3 10,4 10,6 10,6 10,6 10,5 10,5 10,5 10,6 10,6
Oriental 7,0 6,9 6,8 6,8 6,8 6,8 6,8 6,8 6,8 6,8
Fès-Meknès 13,0 12,8 12,9 12,9 12,9 12,5 12,5 12,4 12,4 12,3
Rabat-Salé-Kénitra 13,5 13,9 13,7 13,7 13,7 13,5 13,5 13,5 13,5 13,5
Béni Mellal-Khénifra 7,7 7,5 7,4 7,4 7,3 7,4 7,4 7,4 7,4 7,3
Grand Casablanca-Settat 19,7 19,5 19,5 19,5 19,5 20,3 20,3 20,4 20,4 20,5
Marrakech-Safi 13,3 13,1 13,1 13,0 13,0 13,4 13,3 13,3 13,3 13,3
Grand Casablanca-Settat Rabat-Salé-Kénitra
Drâa-Tafilalet 5,0 4,8 4,8 4,8 4,8 4,8 4,8 4,8 4,8 4,8
Souss-Massa 7,8 8,0 8,1 8,1 8,1 7,9 7,9 7,9 8,0 8,0
Guelmim-Oued Noun 1,4 1,4 1,4 1,4 1,4 1,3 1,3 1,3 1,3 1,3 Béni Mellal-
Khénifra
Laayoune-Sakia El Hamra 1,1 1,2 1,2 1,2 1,2 1,1 1,1 1,1 1,1 1,1
Eddakhla-Oued Eddahab 0,3 0,5 0,5 0,6 0,6 0,4 0,4 0,4 0,5 0,5
Source: Calculs sur la base des données du Centre d'Etudes etd e Recherches Démographiques (CERED) et du RGPH 2014

- 24 -
Tableau de bord Social : Population et ménages Direction des Etudes et des Prévisions Financières /DI/SBDCI

Indicateurs relatifs aux ménages

Moyennes
2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 01-09 10-18
Effectif des ménages (en milliers) 5354 5497 5634 5725 5854 5982 6111 6239 6368 6517 6665 6813 6962 7330 7503 7690 7877 8064 5863 7269

Urbain 3425 3567 3707 3470 3585 3700 3815 3930 4045 4173 4300 4428 4555 4813 4972 5140 5307 5475 3694 4796

Rural 1929 1930 1927 2255 2269 2282 2296 2309 2323 2344 2365 2385 2406 2517 2531 2551 2570 2589 2169 2473

Taille moyenne des ménages (nombre de personnes/ménage) 5,4 5,3 5,2 5,2 5,2 5,1 5,0 5,0 5,0 4,9 4,8 4,8 4,7 4,6 4,6 4,5 4,4 4,4 5,2 4,6

Urbain 4,6 4,5 4,4 4,7 4,7 4,6 4,6 4,5 4,5 4,4 4,4 4,3 4,3 4,2 4,2 4,1 4,1 4,0 4,6 4,2

Rural 6,8 6,8 6,9 6,0 5,9 5,9 5,9 5,8 5,8 5,7 5,7 5,6 5,6 5,3 5,3 5,2 5,2 5,1 6,2 5,4

Ménages dirigés par une femme 15,4 15,5 15,5 16,1 16,3 16,5 18,7 16,9 17,0 17,2 17,5 17,7 17,9 16,2 16,3 16,7 17,3 18,0 16,4 17,2

Urbain 18,8 19,0 19,0 18,6 18,7 18,8 20,4 19,0 19,1 19,3 19,4 19,6 19,7 18,6 18,7 19,2 19,7 20,5 19,0 19,4

Rural 9,5 9,0 8,7 12,3 12,6 12,8 16,0 13,2 13,4 13,7 13,9 14,1 14,4 11,6 11,6 11,5 11,4 11,5 11,9 12,6

Source : Haut Commissariat au Plan

Taille moyenne des ménages par milieu de résidence Evolution de l'effectif des ménages par milieu de résidence
9000
7
National Rural Urbain 8000
National Urbain Rural

6
7000

5 6000
(En nombre de personnes/ménage)

( En milliers)
5000
4

4000
3

3000

2
2000

1
1000

0 0
2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018

- 25 -
Tableau de bord Social : Population et ménages Direction des Etudes et des Prévisions Financières /DI/SBDCI

Indicateurs sur la Fécondité

Moyennes Moyennes
95-00 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 (4) 03-08 09-18
ISF par milieu de résidence (1) 3,1 2,50 2,47 2,40 2,37 2,33 2,30 2,23 2,19 2,59 2,20 2,10 2,20 2,19 2,17 2,15 2,38 2,4 2,2
Urbain 2,3 2,10 2,10 2,10 2,03 2,01 2,00 2,00 1,80 2,15 1,80 1,80 2,00 1,99 1,98 1,96 2,12 2,1 2,0
Rural 4,2 3,00 3,10 3,00 3,00 2,77 2,70 2,70 2,70 3,20 2,70 2,63 2,50 2,49 2,48 2,46 2,80 2,9 2,7
(2)
TFG par âge (‰)
15-19 ans 22,7 32,0 19,1 19,0 18,0 18,0 18,0 17,0 28,8 29,0 27,9 27,7 22,5 19,6 20,7 24,6
20-24 ans 98,0 104,0 99,0 97,0 95,0 93,0 91,0 90,0 93,3 92,0 91,3 90,2 92,8 88,1 96,5 91,1
25-29 ans 133,2 123,0 126,6 124,0 122,0 119,0 117,0 115,0 110,5 110,0 108,1 107,2 112,3 110,4 121,9 110,5
30-34 ans 142,6 125,0 123,2 121,0 119,0 116,0 114,0 112,0 99,8 99,0 98,9 97,6 102,2 97,3 119,7 101,0
35-39 ans 123,6 77,0 81,7 80,0 79,0 77,0 76,0 74,0 70,2 70,0 69,3 68,8 72,2 71,5 78,5 70,9
40-44 ans 79,4 28,0 33,7 33,0 32,0 32,0 31,0 31,0 30,4 30,0 30,2 29,8 33,0 34,0 31,6 31,2
45-49 ans 28,3 5,0 10,3 10,0 10,0 10,0 10,0 9,0 5,6 6,0 5,5 5,5 9,8 9,7 9,2 7,3
Femmes d'âge fécond (En milliers) (3) 7383 8475 8239 8385 8529 8668 8794 8904 8994 9065 9126 9181 9238 9297 9358 9418 9471 8515 9205
Taux brut de natalité (‰) 23,0 20,4 20,2 20,0 19,8 19,5 19,2 18,8 18,7 18,5 18,3 18,1 17,8 17,6 17,4 17,2 16,9 19,9 17,9
Urbain 20,4 18,8 17,9 17,8 17,8 17,7 17,6 16,2 16,4 16,3 16,2 16,1 16,7 16,6 16,5 16,4 16,2 17,9 16,4
Rural 26,1 22,6 23,1 22,8 22,3 21,9 21,4 22,8 21,9 21,6 21,4 21,1 19,5 19,1 18,8 18,5 18,1 22,4 20,3
Source: Haut Commissariat au Plan
(1): L'indice synthétique de fécondité (ISF) est le nombre moyen d'enfants qui seraient nés vivants d'une femme pendant sa vie si elle vivait ses années de procréation en se conformant
aux taux de fécondité par âge d'une année donnée
(2): TFG est le taux de fécondité générale (3) la population féminine âgée entre 15 et 49 ans
TFG par âge x =Effectif des naissances données par les femmes d'âge x (4) ENPSF 2018
Effectif des femmes d'âge x

4 Evolution de l'ISF par milieu de résidence 22 Evolution du taux brut de natalité

National Urbain Rural 21


3
20
(en ‰)

19
2

18

1 17

16
0
2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018

- 26 -
Tableau de bord Social : Population et ménages Direction des Etudes et des Prévisions Financières /DI/SBDCI

Etat matrimonial de la population âgée de 15 ans et plus

Moyennes

1960 1994 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 00-07 08-14
Etat matrimonial par sexe
Hommes
Célibataires 24,0 45,4 49,4 49,8 50,2 50,6 45,7 50,2 45,6 46,5 45,9 45,7 45,4 41,0 44,1 43,5 40,9 48,5 43,8
Mariés 72,3 52,8 49,1 48,6 48,3 47,9 52,7 48,0 53,0 52,1 52,7 52,9 53,2 56,9 54,5 55,0 57,3 50,0 54,6
Veufs 1,9 1,0 0,8 0,9 0,8 0,8 0,7 1,1 0,9 0,9 0,8 0,8 0,8 1,1 0,9 0,8 0,8 0,8 0,9
Divorcés 1,8 0,8 0,7 0,7 0,7 0,7 0,9 0,7 0,6 0,6 0,6 0,6 0,6 0,7 0,6 0,7 0,9 0,7 0,7
Femmes
Célibataires 6,7 31,9 37,3 37,5 38,2 38,6 34,0 39,9 35,1 35,0 34,5 33,9 33,2 31,6 31,1 30,7 28,9 37,0 32,0
Mariés 72,7 54,8 51,0 50,7 50,0 49,6 52,8 48,2 55,3 53,3 53,8 54,3 55,0 55,2 56,5 56,9 57,8 51,4 55,6
Veufs 16,3 10,0 8,8 8,9 8,9 8,9 10,1 9,1 9,1 9,1 9,2 9,3 9,2 9,6 9,5 9,4 10,0 9,1 9,5
Divorcés 4,3 3,3 3,0 2,9 2,9 2,9 3,1 2,8 2,7 2,6 2,5 2,5 2,6 2,8 2,8 2,9 3,4 2,9 2,8
Source: Haut Commissariat au Plan,

RGPH: 1960, 1971, 1982, 1994, 2004 et 2014 et ENE 1998-2013

Age moyen au premier mariage

Evolution de l'âge moyen au premier mariage par sexe


(niveau national)
1960 1971 1982 1994 2004 2007 2010 2011 (1)
2014 2018 (1)

Age moyen au premier mariage par milieu Hommes


30
Urbain Femmes

Hommes 27
24,4 26,0 28,5 31,2 32,2 32,9 32,5 32,5 32,1 33,1

(ans)
Femmes 17,5 20,9 23,8 26,9 27,1 27,9 27,4 27,2 26,4 26,6
24
Rural
Hommes 23,8 24,2 25,6 28,3 29,5 30,2 30,0 29,5 30,3 30,0 21

Femmes 17,2 18,5 20,8 24,2 25,5 26,3 25,6 25,3 24,9 23,9
18
Ensemble
Hommes 24,0 25,0 27,2 30,0 31,2 31,8 31,4 31,2 31,4 31,9 15
Femmes 17,5 19,3 22,3 25,8 26,3 27,2 26,6 26,3 25,8 25,5 1960 1971 1982 1994 2004 2007 2010 2011 (1) 2014 2018 (1)

Source: Haut Commissariat au Plan,

RGPH, 1960, 1971, 1982, 1994, 2004 et 2014

(1): Ministère de la Santé (Enquête Nationale sur la Population et la Santé Familiale ENPSF 2011 et 2018)

- 27 -
Activité, emploi et chômage
Tableau de bord social : Activité, emploi et chômage Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI

Indicateurs relatifs à l'activité de la population

Taux d'activité par milieu de résidence


2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 65%

Population active âgée de 15 ans et plus 60%


Urbain (En milliers d'actifs) 5375 5449 5578 5746 5874 5916 5993 6089 6145 6217 6307 6326 6307 6887 6953 Rural

Taux de féminité (En %) 23,0 22,9 22,1 22,4 22,2 21,8 21,7 21,5 21,3 21,3 21,8 21,7 21,2 22,3 22,2 55%
National
Rural (En milliers d'actifs) 5370 5376 5412 5402 5393 5398 5449 5448 5404 5488 5506 5501 5440 5028 5026
50%
Taux de féminité (En %) 32,1 32,3 32,4 32,2 32,1 31,7 32,4 32,5 32,1 33,1 33,3 33,3 32,3 27,3 27,4
National (En milliers d'actifs) 10745 10825 10990 11148 11267 11314 11442 11538 11549 11705 11813 11827 11747 11915 11979 45%
Taux de féminité (En %) 27,6 27,6 27,1 27,2 26,9 26,5 26,8 26,7 26,3 26,8 27,2 27,1 26,3 24,4 24,4 Urbain
Taux d'activité par groupes d'âge (%) 40%
Urbain
15 à 24 ans 32,4 31,5 30,0 30,5 30,0 27,6 27,1 25,6 24,5 23,1 22,5 21,6 22,1 22,9 21,7
Taux d'activité par groupes d'âge
25 à 34 ans 61,5 60,9 59,6 60,2 60,1 59,5 59,1 59,4 58,4 59,1 58,7 58,1 59,3 58,9 58,4
100%
35 à 44 ans 58,1 56,7 58,5 58,1 57,9 57,1 57,0 57,5 56,9 56,7 56,1 55,9 58,8 58,0 57,1
45 ans et plus
45 et plus 36,3 29,7 37,2 37,1 37,3 37,8 37,1 36,7 36,8 36,1 36,3 35,3 37,4 35,9 35,5 80%
Rural
15 à 24 ans 54,5 52,4 51,9 50,1 49,3 47,9 46,8 46,0 44,1 43,0 43,7 41,4 35,5 36,2 35,6 60% 35 à 44 ans
25 à 34 ans 67,9 67,6 66,7 66,6 65,8 65,2 66,0 65,5 64,1 65,3 65,0 65,6 61,2 63,0 63,2
35 à 44 ans 71,3 71,7 71,6 70,7 70,1 69,4 69,7 70,0 69,6 69,8 68,5 68,3 66,9 67,6 67,5 40%
45 et plus 58,0 54,7 59,0 58,9 58,3 58,7 58,9 58,2 57,8 59,0 57,9 57,7 56,4 55,2 55,0 25 à 34 ans

National 20%

15 à 24 ans 42,7 41,1 40,1 39,6 38,9 37,0 36,2 35,0 33,5 32,3 32,6 30,5 27,5 28,2 27,3 15 à 24ans
0%
25 à 34 ans 64,1 63,7 62,5 62,8 62,4 61,8 61,8 61,8 60,7 61,6 61,3 61,1 60,0 60,4 60,1
35 à 44 ans 63,1 62,4 63,4 62,8 62,4 61,5 61,6 61,9 61,4 61,4 60,4 60,3 61,6 61,3 60,7
45 et plus 45,5 40,4 46,1 45,9 45,6 45,9 45,4 44,8 44,6 44,4 43,7 43,2 44,2 42,7 42,3 Taux d'activité urbain par sexe
Taux d'activité par milieu et sexe (en %) 75% Masculin
Urbain 45,5 44,9 44,7 44,9 44,7 44,0 43,6 43,3 42,8 42,4 42,1 41,4 40,5 42,4 41,8
65%
Masculin 71,5 70,8 71,4 71,5 71,6 70,8 70,3 70,1 69,6 69,0 68,2 67,3 66,3 67,6 66,9
55%
Feminin 20,8 20,1 19,3 19,6 19,3 18,6 18,4 18,1 17,6 17,5 17,8 17,4 16,6 18,4 18,1
45% Ensemble
Rural 61,2 60,7 60,5 59,7 59,0 58,4 58,4 58,0 57,0 57,5 57,2 56,7 55,7 54,1 53,9
Masculin 84,2 83,6 83,4 82,6 82,0 81,9 81,1 80,5 79,7 79,3 78,7 78,2 77,9 78,4 77,9 35%
Féminin 38,8 38,6 38,4 37,7 37,0 36,1 36,9 36,6 35,6 36,8 36,9 36,6 34,6 29,6 29,7 25%
Féminin
National 52,2 51,5 51,3 51,0 50,6 49,9 49,6 49,2 48,4 48,3 48,0 47,4 46,5 46,7 46,2
15%
Masculin 77,0 76,2 76,4 76,1 75,9 75,3 74,7 74,3 73,6 73,0 72,4 71,5 70,8 71,6 70,9
Féminin 28,3 27,9 27,2 27,1 26,6 25,8 25,9 25,5 24,7 25,1 25,3 24,8 23,6 22,4 22,2
Source : Haut Commissariat au Plan

- 28 -
Tableau de bord social : Activité, emploi et chômage Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI

Indicateurs relatifs au chômage

2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018

Taux de chômage urbain par sexe


Urbain 30%
Population active en chômage (en milliers) 991 1005 864 886 861 816 823 817 824 871 935 924 879 1015 990

Taux de féminité (% ) 30,5 31,0 29,8 30,3 30,8 31,3 31,3 34,0 32,6 31,1 32,3 32,2 33,7 37,9 37,9
25%
Population en chômage selon les groupes d'âges Féminin

15 à 24 ans 36,0 34,4 37,0 36,8 37,6 36,6 35,0 34,4 34,0 32,5 31,4 31,0 32,2 36,8
20%
25 à 34 ans 45,0 45,4 43,0 44,4 43,8 44,3 44,4 45,9 46,9 45,9 45,3 46,2 45,9 43,2

35 à 44 ans 14,4 15,7 14,4 13,7 13,0 13,3 14,2 14,0 13,2 14,3 14,4 13,4 12,9 12,1
Ensemble
45 à 59 ans 4,5 4,3 5,4 4,9 5,3 5,5 6,1 5,4 5,6 6,7 7,9 8,6 7,2 7,2 15%

60 ans et plus 0,2 0,3 0,2 0,2 0,4 0,3 0,4 0,3 0,3 0,5 1,0 0,8 1,7 0,8 Masculin

Taux de chômage (En %) 18,4 18,4 15,5 15,4 14,7 13,8 13,7 13,4 13,4 14,0 14,8 14,6 13,9 14,7 14,2 10%

* par sexe

Masculin 16,6 16,5 13,9 13,9 13,0 12,1 12,1 11,3 11,5 12,3 12,8 12,6 11,7 11,8 11,4 Taux de chômage urbain par groupes d'âge
100%
45 et plus
Féminin 24,5 24,9 20,9 20,8 20,3 19,8 19,8 21,2 20,6 20,4 21,9 21,7 22,2 25,0 24,3
35 à 44 ans
* par groupe d'âges
80%
15 à 24 ans 33,3 32,9 31,7 31,6 31,8 31,8 31,3 32,2 33,5 36,0 38,1 39,0 41,0 42,8 43,2
25 à 34 ans
25 à 34 ans 26,0 26,2 21,2 21,6 20,2 19,1 19,1 19,1 19,6 19,8 20,9 21,1 20,1 21,6 21,2
60%

35 à 44 ans 10,4 9,7 8,7 8,4 7,7 7,4 7,8 7,4 7,0 7,9 8,4 7,6 6,7 7,0 6,6

45 et plus 3,8 2,8 3,5 3,1 3,1 2,9 3,2 2,7 2,7 3,5 4,4 4,5 4,1 3,7 3,7 40%

* par diplôme
15 à 24 ans
Sans diplôme 10,6 10,2 9,2 9,0 8,3 7,7 8,1 7,0 6,9 8,1 8,1 7,3 6,5 6,7 6,2 20%

Ayant un diplôme 25,6 25,7 20,8 20,8 20,0 18,6 18,1 18,3 18,2 18,2 19,5 19,5 19,4 19,6 19,1

Niveau moyen 25,0 25,2 21,9 21,2 20,6 19,1 18,5 17,8 17,9 18,0 18,8 18,6 17,2 15,0 0%

Niveau supérieur 26,9 26,7 19,2 20,3 19,0 17,8 17,5 19,0 18,6 18,6 20,7 20,9 21,1 23,3

Source : Haut Commissariat au Plan

- 29 -
Tableau de bord social : Activité, emploi et chômage Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI

Indicateurs relatifs au chômage (suite)

20% Taux de chômage par milieu de résidence


2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 18%
16% Urbain
Rural
14%
Population active en chômage (en milliers) 168 192 199 206 217 214 214 211 214 210 233 224 227 201 178 12%
Taux de féminité ( en % ) 14,8 13,3 15,6 14,3 14,7 13,4 16,7 17,7 15,7 14,2 14,0 16,8 18,5 20,9 19,0 10% National

Taux de chômage 3,1 3,6 3,7 3,8 4,0 4,0 3,9 3,9 4,0 3,8 4,2 4,1 4,2 4,0 3,5 8%
6%
*par sexe
4%
Masculin 3,9 4,6 4,6 4,8 5,1 5,0 4,8 4,7 4,9 4,9 5,4 5,1 5,0 4,3 3,9 2% Rural

Féminin 1,4 1,5 1,8 1,7 1,8 1,7 2,0 2,1 1,9 1,6 1,8 2,1 2,4 3,1 2,5 0%
* par groupe d'âge
15 à 24 ans 5,2 5,9 6,4 7,0 8,7 8,7 8,4 8,6 8,9 8,4 8,9 9,3 10,3 11,4 10,4 Taux de chômage rural par groupe d'âge
25 à 34 ans 4,2 4,7 4,6 4,8 4,3 3,8 4,4 4,4 4,3 4,2 4,5 4,6 5,0 5,0 4,5 12%

35 à 44 ans 1,9 2,3 2,2 2,3 1,7 2,4 2,0 1,8 2,1 2,3 2,7 2,3 2,0 1,9 1,6
10%
45 et plus 0,8 0,6 1,2 1,0 0,9 0,9 1,0 0,8 1,0 1,1 1,5 1,3 1,1 0,9 0,9 15 à 24 ans
8%
* par diplôme
Sans diplôme 2,0 2,5 2,5 2,6 2,6 2,5 2,4 2,3 2,3 2,4 2,7 2,3 2,2 1,9 1,6 25 à 34 ans
6%
Ayant un diplôme 10,7 10,6 11,2 11,4 12,2 11,8 11,4 11,1 10,6 9,8 10,0 10,5 10,9 10,7 9,8
4%
National 35 à 44 ans
Population en chômage (milliers) 1160 1197 1062 1092 1078 1029 1037 1028 1038 1081 1167 1148 1106 1216 1168 2%

Taux de féminité ( en % ) 28,3 28,1 27,1 27,3 27,5 27,6 28,3 30,6 29,1 27,8 28,6 29,2 34,5 35,1 35,5 0% 45 et plus ans
Taux de chômage 10,8 11,1 9,7 9,8 9,6 9,1 9,1 8,9 9,0 9,2 9,9 9,7 9,4 10,2 9,8
*par sexe
Taux de chômage des diplômés
Masculin 10,7 11,0 9,7 9,8 9,5 9,0 8,9 8,4 8,7 9,1 9,7 9,4 8,9 8,8 8,4
30%
Féminin 11,1 11,3 9,7 9,8 9,8 9,5 9,6 10,2 9,9 9,6 10,4 10,5 10,9 14,7 14,0
* par groupe d'âge 25%

15 à 24 ans 16,7 17,0 16,6 17,2 18,3 17,9 17,6 17,9 18,6 19,3 20,1 20,8 22,5 26,5 26,0 Urbain
20%
25 à 34 ans 16,5 16,8 14,0 14,4 13,5 12,7 12,8 12,9 13,2 13,2 13,9 13,9 13,5 15,4 15,1 National
15%
35 à 44 ans 6,7 6,5 6,0 5,9 5,2 5,4 5,4 5,2 5,0 5,6 6,1 5,5 4,8 5,1 4,7
45 et plus 2,2 1,5 2,3 2,0 2,0 1,9 2,1 1,8 1,9 2,3 3,0 3,0 2,7 2,5 2,4 10%
Rural
*par diplôme
5%
Sans diplôme 5,0 5,2 4,8 4,9 4,7 4,4 4,5 4,0 4,0 4,5 4,7 4,1 3,8 3,8 3,5
Ayant un diplôme 22,6 22,7 19,0 19,0 18,5 17,2 16,7 16,7 16,4 16,3 17,2 17,3 17,6 17,9 17,1
Source : Haut Commissariat au Plan

- 30 -
Tableau de bord social : Activité, emploi et chômage Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI

Indicateurs relatifs à l'emploi

Evolution de l'emploi urbain et du taux de féminité


7000 40%
2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 Emploi urbain Taux de féminité
6000 35%

Urbain 5000

( En milliers )
30%
4000
Actifs occupés de 15 ans et plus (en milliers) 4384 4444 4714 4860 5013 5101 5169 5272 5320 5346 5373 5402 5428 5872 5963 25%
3000
Taux de féminité (%) 21,3 21,1 20,7 21,0 20,7 20,3 20,2 19,6 19,5 19,7 20,0 19,9 19,2 19,6 19,6 20%
2000
Taux d'emploi selon le sexe (en %) 15%
1000
* Par sexe 0 10%

Les deux sexes 37,1 36,6 37,8 38,0 38,2 37,9 37,6 37,5 37,0 36,4 35,9 35,4 34,9 36,1 35,9

Masculin 59,6 59,1 61,5 61,6 62,3 62,3 61,8 62,2 61,6 60,5 59,5 58,8 58,5 60,3 Structure de la population urbaine active occupée par
branches d'activité
100%
Féminin 15,5 15,1 15,2 15,6 15,4 15,0 14,8 14,3 14,0 13,9 13,9 13,6 12,9 13,7
80%
* Par branche d'activité économique
Services
Agriculture, forêt et pêche 5,4 5,2 5,3 5,6 5,5 5,0 4,8 4,9 5,1 4,8 4,9 4,7 4,5 4,8 60%

Industrie (y compris batiment) 31,5 31,5 31,5 31,6 32,0 32,1 32,4 32,0 30,6 29,5 28,8 29,2 29,3 30,7 40%

Services 62,8 63,2 63,1 62,6 62,3 62,8 62,5 62,9 64,1 65,5 66,1 66,0 66,0 64,5 Industries (y compris batiment)
20%

* Par statut socio-professionnel Agriculture, forêt et pêche


0%
Salariés 60,6 60,4 66,3 67,7 65,3 65,4 65,5 64,2 63,7 65,3 65,3 66,3 65,8

Indépendants 25,2 25,3 20,8 20,1 22,9 22,8 25,3 24,9 25,0 23,4 24,1 23,9 23,9 Structure des actifs occupés par statuts socio-
professionnel : milieu urbain
Employeurs 4,0 4,3 4,4 3,9 4,3 4,7 4,1 4,0 4,5 4,3 4,2 3,7 4,0 100% Employeurs
Aides familiales, apprentis et autres(1) 10,3 10,1 8,6 8,2 7,5 7,1 7,1 6,9 6,8 7,0 6,4 6,4 6,4
80%
* Par secteur d'emploi
60%
Salariés
Administration publique et collectivités locales15,3 14,4 16,6 15,4 14,8 15,3 14,1 13,8 14,3 14,4 13,9 13,4 12,5 12,7

Entreprises publiques ou semi-publiques 2,1 1,9 2,1 1,8 1,9 1,8 1,5 1,7 1,7 1,4 1,3 1,4 1,7 1,8
40%
Secteur privé 75,8 76,9 75,1 76,1 77,1 77,4 78,8 78,9 78,0 78,4 78,9 79,5 79,7 79,6
Source : Haut Commissariat au Plan 20% Indépendants
(1) Travailleurs à domicile, autres statuts et les non déclarés
Aides familiales,apprentis et autres(1)
0%

- 31 -
Tableau de bord social : Activité, emploi et chômage Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI

Indicateurs relatifs à l'emploi (suite 1)

Evolution de la population active occupée rurale


2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 5500 Actifs occupés 15 ans et plus Taux de féminité 40

(Taux de féminité en %)
(Actifs occupés en milliers)
Rural
35
Actifs occupés 15 ans et plus (en milliers) 5202 5184 5214 5196 5176 5184 5235 5237 5190 5278 5273 5329 5213 4827 4848
4500

Taux de féminité (%) 32,7 33,0 33,0 32,9 32,8 32,4 33,1 33,1 32,8 33,8 34,2 33,6 32,9 27,5 27,7 30

Taux d'emploi selon le sexe (en %)


3500 25
* Par sexe

Les deux sexes 59,3 58,5 58,3 57,4 56,6 56,1 56,2 55,7 54,7 55,2 54,7 54,4 53,4 52,0 52,0
Structure de la population rurale active occupée par
branches d'activité
Masculin 80,9 79,7 79,6 78,6 77,9 77,8 77,2 76,7 75,8 75,4 74,4 74,2 74,0 78,0 100%
Industries (y compris batiment
Féminin 38,3 38,0 37,7 37,1 36,3 35,5 36,2 35,8 34,9 36,2 36,2 35,8 34,0 27,6 80% Services

* Par branche d'activité économique


60%

Agriculture, forêt et pêche 79,7 79,5 77,8 76,3 75,2 75,5 75,2 74,9 74,2 74,5 74,5 74,1 72,9 72,0
40%

Industrie (y compris batiment) 9,2 9,3 10,2 11,2 11,7 11,5 11,8 11,6 11,9 12,0 11,8 11,8 12,5 12,6 Agriculture, forêt et pêche
20%

Services 11,0 11,1 12,0 12,5 12,9 12,9 12,9 13,5 13,9 13,5 13,7 14,1 14,7 15,3
0%
* Par statut socio-professionnel

Salariés 16,4 16,9 21,3 22,6 22,4 23,1 24,0 22,4 23,1 24,0 24,3 25,8 26,9 Structure de la population active occupée rurale par
statuts socio-professionnel
Indépendants 27,0 26,9 26,4 28,2 31,6 31,4 32,2 32,9 33,4 32,8 31,4 30,9 32,6 100%

Salariés
Employeurs 0,9 0,9 0,8 0,8 0,8 0,8 0,8 0,7 0,8 0,8 0,8 0,8 0,7 80%

Aides familiales, apprentis et autres (1) 55,8 55,2 51,5 48,5 45,2 44,7 43,1 44,1 42,7 42,5 43,5 42,5 39,8 60% Indépendants
Source : Haut Commissariat au Plan
(1) Travailleurs à domicile, autres statuts et les non déclarés 40%
Aides
familiales,
20%
apprentis et
autres
0%

- 32 -
Tableau de bord social : Activité, emploi et chômage Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI

Indicateurs relatifs à l'emploi (suite 2)

Population active occupée : niveau national


12000 30
2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018
29
10000

(Taux de féminité en %)
28
National

(Actifs occupés en milliers)


8000
27
Actifs occupés de 15 ans et plus (En milliers) 9586 9628 9928 10056 10189 10284 10405 10509 10511 10625 10646 10679 10642 10699 10811 6000 26

25
Taux de féminité (%) 28,0 28,0 27,6 27,6 27,1 26,6 26,9 26,5 26,2 26,9 27,1 26,9 26,0 23,2 24,2 4000
24
Taux d'emploi selon le sexe (en %) 2000
23

0 22
* Par sexe

Les deux sexes 46,6 45,9 46,3 46,0 45,8 45,3 45,1 44,8 44,1 43,8 43,3 42,8 42,0 41,9 41,7 Actifs occupés moins de 15 ans taux de féminité

Structure de la population active occupée par


Masculin 68,7 67,8 69,1 68,7 68,7 68,6 68,0 68,0 67,2 66,4 65,3 64,8 64,5 66,6 branches d'activité
100%

Féminin 25,2 24,7 24,6 24,4 24,0 23,3 23,4 22,9 22,3 22,7 22,6 22,2 21,0 18,8
80% Services
* Par branche d'activité économique
60%
Agriculture, forêt et pêche 45,7 45,2 43,3 42,1 40,9 40,5 40,3 39,8 39,2 39,4 39,4 39,0 38,0 35,1
Industries (y compris batiment)

Industrie (y compris batiment) 19,5 19,6 20,3 21,1 21,7 21,7 22,1 21,8 21,4 20,8 20,3 20,5 21,1 22,5 40%

Services 34,7 35,1 36,3 36,7 37,2 37,6 37,5 38,3 39,3 39,7 40,2 40,3 40,8 42,3 20%
Agriculture, forêt et pêche

* Par statut socio-professionnel


0%

Salariés 36,0 36,5 42,2 44,0 43,2 43,8 44,2 43,4 43,7 44,8 45,0 46,3 46,7
Structure des actifs occupés selon le statut socio-professionnel
Indépendants 26,2 26,2 23,8 24,4 27,4 27,2 27,7 28,8 29,2 28,1 27,7 27,4 28,2 niveau national
Employeurs
100%
Employeurs 2,2 2,4 2,5 2,3 2,5 2,7 2,7 2,4 2,6 2,6 2,5 2,2 2,4
80% Indépendants
Aides familiales, apprentis et autres (1) 35,5 34,9 31,6 29,4 26,9 26,3 25,4 25,4 24,5 24,6 24,8 24,1 22,7
60% Aides familiales, apprentis et autres
Source : Haut Commissariat au Plan

(1) Travailleurs à domicile, autres statuts et les non déclarés 40%

20% Salariés

0%

- 33 -
Tableau de bord social : Activité, emploi et chômage Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI

Taux d'activité, taux d'emploi et taux de chômage selon les régions économiques

2017 2018
Urbain Rural National Urbain Rural National

Taux d'activité (15 ans et plus)


Tanger-Tetouan-Al Hoceima 42,6 53,1 46,7 42,7 53,4 46,7 Taux d'activité de la population (15 ans et plus) selon les régions (Année 2018)
80%
L'oriental 42,1 51,4 45 41,5 50 44,1 70%
Fès-Meknès 37,7 53,7 43,6 37,1 52,8 42,8 60%
Rabat-Salé-Kénitra 43,6 57,4 47,3 42,1 57,4 46,1 Moyenne nationale = 46,2%
50%
Béni Mellal-Khénifra 37,4 54,7 45,7 35,8 54 44,5 40%
Casablanca-Settat 45,8 66,2 50,5 45 65,9 49,7 30%
Marrakech-Safi 42,7 53,2 48,4 43,5 52,9 48,6 20%
Drâa-Tafilalet 35,5 42,7 40,2 35,1 44,8 41,3 10%
Souss-Massa 0%
41,8 45,7 43,4 41,3 46 43,2

Marrakech-Safi

Souss-Massa

Guelmim-Oued

Dakhla-Oued
Tetouan-Al

L'oriental

Fès-Meknès

Drâa-Tafilalet
Béni Mellal-

Casablanca-

Laâyoune-
Rabat-Salé-

Sakia El
Hoceima

Ed-Dahab
Tanger-

Khénifra

Hamra
Kénitra
Guelmim-Oued Noun 41 45,9 42,7 41,5 44,2 42,5

Settat

Noun
Laâyoune-Sakia El Hamra 38,7 * 39,7 40,2 * 41,5
Dakhla-Oued Ed-Dahab 57,4 * 71,9 56,8 * 69,4
Ensemble 42,4 54,1 46,7 41,8 53,9 46,2
Taux d'emploi (15 ans et plus)
Tanger-Tetouan-Al Hoceima 37,8 51,0 42,8 38 51,5 43,1 Taux de chômage de la population (15 ans et plus) selon les régions (Année 2018)
20%
L'oriental 33,5 45,8 37,3 33,3 45,2 36,9 18%
Fès-Meknès 32 52,1 39,4 31,6 51,4 38,8 16%
14%
Rabat-Salé-Kénitra 36,5 54,2 41,2 35,6 54,9 40,6 12% Moyenne nationale = 9,8%
Béni Mellal-Khénifra 33 53,6 42,9 31,8 53 41,8 10%
Casablanca-Settat 8%
38,9 64,3 44,8 38,6 64,6 44,5 6%
Marrakech-Safi 37 51,7 44,9 37,8 51,4 45,2 4%
Drâa-Tafilalet 31,8 41,1 37,8 31,2 43,5 39,1 2%
0%
Souss-Massa 36,5 43,2 39,2 36 43,2 38,9

L'oriental

Marrakech-Safi

Souss-Massa

Dakhla-Oued
Tetouan-Al

Fès-Meknès

Béni Mellal-

Casablanca-
Rabat-Salé-

Drâa-Tafilalet

Guelmim-Oued

Sakia El Hamra
Hoceima

Ed-Dahab
Tanger-

Khénifra
Kénitra
Guelmim-Oued Noun

Laâyoune-
31,7 41,9 35,1 31,8 39,5 34,4

Settat

Noun
Laâyoune-Sakia El Hamra 33,7 * 34,8 34,5 * 35,9
Dakhla-Oued Ed-Dahab 49,4 * 66,6 49,7 * 64,3
Ensemble 36,1 52,0 41,9 35,9 52,0 41,7
Taux de chômage (15 ans et plus)
Tanger-Tetouan-Al Hoceima 11,5 3,9 8,2 11,1 3,6 7,8 Taux d'emploi de la population (15 ans et plus) selon les régions (Année 2018)
L'oriental 70%
20,5 11 17,1 19,8 9,7 16,3
Fès-Meknès 60%
15 3 9,5 14,7 2,6 9,3
Rabat-Salé-Kénitra 50% Moyenne nationale = 41,7%
16,4 5,6 12,9 15,4 4,4 11,8
Béni Mellal-Khénifra 40%
11,6 2 6,1 11,3 2 5,9
Casablanca-Settat 14,9 2,9 11,3 14,3 2,1 10,6 30%
Marrakech-Safi 13,4 3 7,2 13,1 2,9 7,1 20%
Drâa-Tafilalet 10,5 3,9 6 11,1 2,9 5,4 10%
Souss-Massa 12,8 5,6 9,8 12,9 6 10 0%
L'oriental

Marrakech-Safi

Souss-Massa

Dakhla-Oued
Tetouan-Al

Fès-Meknès

Drâa-Tafilalet
Béni Mellal-

Casablanca-

Laâyoune-
Rabat-Salé-

Guelmim-Oued

Sakia El
Hoceima

Ed-Dahab
Tanger-

Khénifra

Hamra
Guelmim-Oued Noun
Kénitra
22,9 8,8 17,7 23,4 10,6 18,9

Settat
* *

Noun
Laâyoune-Sakia El Hamra 13,1 12,3 14,1 13,5
Dakhla-Oued Ed-Dahab 13,9 * 7,4 12,6 * 7,3
Ensemble 14,7 4,0 10,2 14,2 3,5 9,8
Source : Données du HCP

- 34 -
Education et formation
Tableau de bord social : Education et Formation Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI

Dépenses de fonctionnement du MEN/Budget de fonctionnement de l'Etat

Moyennes Moyennes
90-94 95-99 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 01-09 10-18
(1)
Dépenses publiques de l'éducation (millions de Dh) 13065 17065 24892 25172 28714 29398 38499 35303 37096 38635 44488 45580 42107 48273 50796 45985 46319 45364 43998 48158 33577 46287

Fonctionnement(%) 91,0 92,1 91,9 91,7 92,7 93,8 95,2 93,4 92,9 93,1 87,8 89,0 98,1 96,6 94,1 95,0 94,7 94,2 91,3 90,7 92,5 93,7

Investissement(%) 9,0 7,9 8,1 8,3 7,3 6,2 4,8 6,6 7,1 6,9 12,2 11,0 1,9 3,4 5,9 5,0 5,3 5,8 8,7 9,3 7,5 6,3

Dépenses du MEN/PIB(%) 4,5 4,5 5,6 5,4 5,8 5,6 7,0 5,8 5,7 5,4 5,9 5,8 5,1 5,7 5,7 5,0 4,7 4,5 4,1 4,3 5,8 5,0

Dépenses du MEN/Dépenses totales de l'Etat (%) 25,4 24,2 24,5 27,4 29,6 28,5 29,0 27,6 26,6 21,8 23,7 23,9 15,5 19,8 21,2 19,2 19,2 19,3 18,5 19,2 26,5 19,5

Dépenses de fonctionnement du MEN/Budget de


31,2 29,8 30,5 31,7 33,6 33,3 32,1 31,2 30,5 25,5 27,2 29,6 18,2 23,7 24,3 22,5 24,1 24,8 23,3 26,6 30,6 24,1
fonctionnement de l'Etat (%)

Dépenses d'investissement du MEN/Budget


8,8 8,0 7,6 11,1 11,9 9,0 9,7 10,7 10,0 7,3 12,3 9,4 1,8 8,8 7,0 4,8 4,6 4,3 6,0 7,6 9,9 6,0
d'investissement de L'Etat (%)
Source: Ministère de l'Economie et des Finances
(1): Dépenses du département de l'éducation nationale et de la lutte contre l'analphabétisme

Structure des dépenses du Ministère de l'Education Nationale Evolution des indicateurs financiers du Ministère de l'Education Nationale
100% 35

98%
30
Dépenses d'investissement
96%
Part du MEN dans les dépenses
de fonctionnement de l'Etat
94% 25

Part du MEN dans les


92%
dépenses totales de l'Etat
20
90%

88% 15

Part des du MEN dans les des


86% Dépenses de dépenses d'investissement de l'Etat
10
fonctionnement
84%

5
82% Dépenses totales
par rapport au PIB

80% 0
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2001
2002
2003

2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014

2016
2017
2018
2004
2005

2015(p)

2015(p)
2004

2005

2006
1990

1991

1992

1993

1994

1995

1996

1997

1998

1999

2001

2002

2003

2007

2008

2009

2010

2011

2012

2013

2014

2016

2017

2018
- 35 -
Tableau de bord social: Education et Formation Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI

Indicateurs relatifs à l'enseignement public et privé

Moyennes Moyennes
1990-96 1997-01 2003-04 2004-05 2005-06 2006-07 2007-08 2008-09 2009-10 2010-11 2011-12 2012-13 2013-14 2014-15 2015-16 2016-17 2017-18 2003-09 2010-18
Effectif des élèves scolarisés (1) (en milliers) 4027 5023 5835 5888 5918 6025 6030 6096 6240 6380 6466 6576 6636 6642 6727 6904 7031 6004 6670
Taux de féminité (%) 41,0 44,0 46,1 46,1 46,1 46,3 46,5 46,7 46,8 46,8 46,8 46,9 46,9 46,9 47,2 47,3 47,7 46,4 47,0
Privé (% ) 3,4 4,0 4,8 5,6 6,2 7,1 7,4 8,2 9,2 10,1 10,9 11,3 11,8 12,6 13,2 13,8 14,2 6,9 12,2
Urbain du secteur public (%) 69,7 63,0 59,5 59,4 59,6 59,3 60,8 60,0 58,3 58,5 58,1 57,8 57,2 56,8 56,2 55,8 55,4 59,6 57,0
Structure de la population scolarisée dans le secteur public selon le cycle
(%)
Enseignement primaire 69,2 70,7 69,3 67,6 65,9 64,5 63,3 62,4 62,1 61,5 60,8 59,6 59,0 59,0 59,1 58,9 59,5 65,0 59,7
Enseignement secondaire collégial 21,8 20,4 20,4 21,6 23,0 24,1 24,7 24,5 23,8 23,7 24,0 24,9 25,5 25,7 25,7 25,6 25,3 23,2 25,0
Enseignement secondaire qualifiant 9,0 8,9 10,3 10,8 11,1 11,4 12,0 13,1 14,1 14,8 15,3 15,5 15,5 15,3 15,3 15,4 15,2 11,8 15,3
Structure de la population scolarisée dans le secteur privé selon le
cycle(%)
Enseignement primaire 79,1 78,8 79,7 79,7 78,1 77,0 77,4 74,3 73,9 73,4 73,2 73,6 73,3 73,3 73,5 73,8 73,7 77,2 73,5
Enseignement secondaire collégial 6,9 6,0 9,7 10,1 11,6 13,0 13,2 15,0 14,8 15,0 15,3 15,8 16,1 16,4 16,4 16,5 16,6 12,5 16,0
Enseignement secondaire qualifiant 14,0 15,2 10,6 10,2 10,3 10,1 9,3 10,7 11,3 11,5 11,5 10,6 10,5 10,3 10,0 9,7 9,7 10,4 10,5
Enseignement préscolaire (en milliers) 812 811 685 700 703 703 669 722 674 740 683 685 746 736 659 727 699 694 709,3
Traditionnel (%) 95,8 76,0 88,4 86,4 87,1 81,1 78,1 61,6 66,5 66,7 66,1 64,9 65,4 65,6 60,5 63,3 62,7 78,4 64,4
Moderne (%) 4,2 23,9 11,6 12,1 12,9 18,9 21,9 38,3 33,5 33,3 33,9 35,1 34,6 34,4 39,5 36,7 37,3 21,3 35,6

Population scolarisée à l'enseignement primaire public (en milliers) 2693 3411 3847 3758 3657 3609 3532 3492 3519 3530 3501 3475 3454 3427 3448 3509 3587 3631 3492

Taux de féminité (%)


National 40,6 44,2 46,4 46,3 46,2 46,4 46,6 47,0 47,2 47,4 47,6 47,6 47,6 47,4 47,5 47,5 47,6 46,6 47,5
Rural 32,0 40,3 44,7 44,5 44,5 44,8 45,2 46,1 46,5 46,7 47,0 47,2 47,2 47,0 47,1 47,1 47,3 45,2 47,1
Part du Rural (%) 41,0 47,5 51,7 51,9 52,3 52,9 51,4 52,4 53,5 54,3 54,9 55,3 55,6 55,5 55,5 55,5 55,4 52,3 55,3
Première année du premier cycle fondamental (milliers) 593 766,5 697 690 674 720 671 657 654 605 575 591 602 603 625 654 673 680,4 615,9
Taux de féminisation (%) 42,5 46,6 47,4 47,4 47,5 47,8 47,7 48,1 48,0 48,3 48,3 48,2 48,1 47,8 47,8 47,5 48,1 47,7 48,0
Nouvelles inscriptions au niveau de la première année (en milliers) 505,9 641,3 573 571 554 606 548 544 547 539 519 517 523 524 542 562 576 563,2 537,8
Taux de redoublement (%) (2) 14,6 16,2 17,8 17,2 17,8 15,9 18,4 17,2 16,4 11,0 9,7 12,5 13,0 13,1 13,3 14,1 14,3 17,2 12,6
Population scolarisée à l'enseignement secondaire collégial public (en
847 982 1134 1198 1275 1349 1379 1373 1348 1360 1381 1454 1491 1490 1499 1525 1529 1294 1466
milliers)
Taux de féminité (%)
National 41,4 42,6 44,4 44,7 45,0 44,8 44,8 44,2 44,0 43,8 43,6 44,0 44,4 44,9 45,2 45,5 46,0 44,6 44,7
Rural 22,6 28,1 32,9 34,4 35,2 35,4 34,9 35,1 35,2 35,7 36,0 37,3 38,2 39,2 40,3 41,2 42,3 34,7 38,8
Part du Rural (%) 8,2 14,7 19,8 21,2 21,9 22,9 22,6 23,9 25,6 27,1 28,0 29,1 30,4 31,7 33,3 34,5 35,2 22,5 31,2
Population scolarisée à l'enseignement secondaire qualifiant public
349 429 574 600 619 638 672 731 797 848 879 905 905 890 891 919 917 661 894
(milliers)
Taux de féminité (%)
National 41,9 45,2 47,2 47,5 47,9 48,5 49,0 49,6 49,6 49,0 48,2 48,0 47,6 47,9 48,9 49,5 50,5 48,5 48,7
Rural (%) 23,4 30,3 35,2 36,0 36,8 37,7 38,5 39,5 39,8 39,3 39,1 39,2 39,8 40,6 42,6 44,3 46,2 37,6 41,4
Part du Rural (%) 1,7 5,0 6,7 7,9 8,7 9,5 9,4 9,9 10,6 11,3 11,9 12,8 14,1 15,4 16,5 17,1 17,8 9,0 14,6
Structure par section
Littéraire 48,8 50,1 49,3 49,6 49,6 46,6 43,5 43,6 41,9 41,2 41,6 41,5 41,8 41,8 41,4 39,9 37,3 46,3 40,8
Scientifique 46,5 44,7 45,8 45,5 45,6 48,3 51,3 51,0 52,7 53,7 53,5 53,7 53,4 53,3 53,4 53,5 55,1 48,6 53,7
Technique 4,7 5,2 4,8 4,9 4,9 5,0 5,2 5,4 5,3 5,1 4,9 4,9 4,8 4,9 4,8 5,1 5,3 5,1 5,0
Enseignement supérieur (en milliers) 236 254 278 290 301 273 291 294 307 361 448 541 607 677 750 782 822 290 623
Taux de féminité (%) 39,1 44,2 45,9 45,9 46,2 46,5 47,7 46,8 47,3 47,6 47,5 48,0 48,5 48,2 47,8 48,2 49,0 46,6 48,1
Source: Ministère de l'Education Nationale, de la Formation Professionnelle, de l'Enseignement Supérieur etde la Recherche Scientifique
(1): Effectif des élèves scolarisés : non compris les préscolarisés et l'éducation non formelle (2): Doublants / effectif des scolarisés à la première année du premier cycle fondamental

- 36 -
Tableau de bord social: Education et Formation Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI
Evolution des effectifs scolarisés par secteur (en milliers) Structure de la population scolarisée dans le secteur public selon le cycle
7000 1200 100%
Enseignement secondaire
90% qualifiant
6000
1000
80% Enseignement secondaire
Public (échelle gauche) collégial
5000
70%
800
60%
4000

600 50%
3000
Privé 40%
400 Enseignement primaire
2000 30%

200 20%
1000
10%

0 0
0%
1994-95

1997-98

1999-00

2002-03

2005-06

2007-08

2010-11

2013-14

1015-16
1990-91
1991-92
1992-93
1993-94

1995-96
1996-97

1998-99

2000-01
2001-02

2003-04
2004-05

2006-07

2008-09
2009-10

2011-12
2012-13

2014-15

2016-17
2017-18

1990-91

1994-95

1999-00

2004-05

2009-10

2014-15
1991-92

1992-93

1993-94

1995-96

1996-97

1997-98

1998-99

2000-01

2001-02

2002-03

2003-04

2005-06

2006-07

2007-08

2008-09

2010-11

2011-12

2012-13

2013-14

1015-16

2016-17

2017-18
Structure de la population scolarisée dans le secteur privé selon le cycle Structure de la population scolarisée dans l'enseignement préscolaire
100% 100%

Enseignement
90% 90%
secondaire qualifiant
Enseignement Moderne
80% 80%
secondaire collégial

70% 70%

60% 60%

50% 50%

40%
Enseignement 40%
primaire
30% 30%
Traditionnel

20% 20%

10% 10%

0% 0%
1990-91
1991-92
1992-93
1993-94
1994-95
1995-96
1996-97
1997-98
1998-99
1999-00
2000-01
2001-02
2002-03
2003-04
2004-05
2005-06
2006-07
2007-08
2008-09
2009-10
2010-11
2011-12
2012-13
2013-14
2014-15
1015-16
2016-17
2017-18

2000-01

2005-06

2010-11

2011-12

1015-16

2016-17
2001-02

2002-03

2003-04

2004-05

2006-07

2007-08

2008-09

2009-10

2012-13

2013-14

2014-15

2017-18
- 37 -
Tableau de bord social: Education et Formation Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI

Taux spécifique de scolarisation

Moyennes Moyennes
1990-96 1997-01 2003-04 2004-05 2005-06 2006-07 2007-08 2008-09 2009-10 2010-11 2011-12 2012-13 2013-14 2014-15 2015-16 2016-17 2017-18 2003-09 2010-17
Taux spécifique de scolarisation (1)
er
1 cycle fondamental (6-11 ans) 58,8 77,1 92,2 87,9 89,0 90,7 91,4 91,6 94,8 97,5 97,9 99,6 99,5 99,1 97,4 99,1 99,5 91,1 98,7
Urbain
Masculin 82,6 91,5 97,5 93,4 93,7 94,3 93,9 92,1 96,2 100,0 100,5 101,9 99,5 101,1 96,0 97,7 94,4 99,5
Féminin 77,1 86,8 95,7 92,7 92,6 93,6 93,0 91,4 95,1 98,7 98,9 100,3 97,5 98,5 95,6 97,1 93,4 98,1
Rural
Masculin 54,8 74,4 92,3 87,7 89,6 92,4 93,6 94,6 96,1 97,1 96,9 98,1 100,6 98,2 100,6 102,0 103,4 92,3 99,6
Féminin 29,3 58,2 83,1 77,8 80,0 82,4 85,0 88,3 91,7 93,6 94,8 97,7 101,0 98,4 98,2 100,3 101,9 84,0 98,2
2ème cycle fondamental (12-14 ans) 45,8 57,1 68,8 68,2 68,1 69,6 71,3 70,2 75,4 79,1 83,7 85,1 87,6 90,4 85,2 87,6 89,7 70,2 86,1
Urbain
Masculin 82,4 89,2 92,8 89,9 90,9 92,9 94,2 89,4 95,9 99,7 103,1 103,6 104,4 105,1 95,2 97,0 92,3 101,2
Féminin 67,8 75,3 81,9 83,9 86,1 88,4 89,7 85,5 91,5 95,0 98,5 99,2 100,2 101,1 94,7 96,7 86,7 97,9
Rural
Masculin 30,3 43,7 57,5 58,8 56,7 57,4 59,3 61,0 65,0 68,2 73,3 74,8 77,5 81,3 79,1 81,9 85,1 59,4 77,7
Féminin 10,3 23,3 41,9 39,3 37,3 37,9 39,9 42,7 46,1 49,6 55,3 57,8 61,5 68,9 66,3 69,4 72,3 40,7 62,6
Source: Ministère de l'Education Nationale, de la Formation Professionnelle, de l'Enseignement Supérieur etde la Recherche Scientifique

(1) Pourcentage de la population d'un âge spécifique scolarisée, quelque soit le niveau d'éducation.

Evolution du taux spécifique de scolarisation par cycle Evolution du taux spécifique de scolarisation des filles
100% par milieu de résidence
110%

100%
90%

90%

Urbain
80% 80%

70%
70% 1er cycle fondamental

60%

60% 2ème cycle fondamental 50%

40%
50%
30% Rural

40% 20%
1990-91

1991-92

1992-93
1993-94
1994-95
1995-96

1996-97

1997-98

1998-99
1999-00
2000-01
2001-02

2002-03

2003-04

2004-05
2005-06
2006-07
2007-08

2008-09

2009-10

2010-11
2011-12
2012-13
2013-14

2014-15

2015-16

2016-17
2017-18

1990-91

1995-96

2000-01

2001-02

2005-06

2006-07

2011-12

2016-17

2017-18
1991-92

1992-93

1993-94

1994-95

1996-97

1997-98

1998-99

1999-00

2002-03

2003-04

2004-05

2007-08

2008-09

2009-10

2010-11

2012-13

2013-14

2014-15

2015-16
- 38 -
Tableau de bord social: Education et Formation Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI

Taux d'analphabétisme de la population âgée de 10 ans et plus (*)

1960 1971 1982 1994 2004 2006 2007 2008 2009 2010 2012 2013 2014 2017
Par milieu de résidence
National 87,0 75,0 65,0 54,9 42,7 41,7 41,3 40,5 39,7 38,1 36,7 35,4 32,0
Masculin 78,0 63,0 51,0 41,7 30,8 29,8 29,4 28,6 28,1 26,9 25,3 24,4 22,1 24,8
Féminin 96,0 87,0 78,0 67,5 55,0 53,3 52,7 51,9 50,8 48,8 47,6 45,7 41,9 44,1
Urbain 73,0 54,0 44,0 36,9 29,5 29,0 29,0 28,8 28,4 27,2 26,9 25,7 22,2
Masculin 58,0 39,0 30,4 24,7 18,8 53,3 19,0 18,6 18,4 17,7 17,2 16,4 14,0 17,2
Féminin 88,0 68,0 57,6 48,6 39,5 38,7 38,5 38,4 37,9 36,2 36,1 34,4 31,0 34,4
Rural 92,0 87,0 81,7 75,4 60,8 58,8 58,1 56,7 55,6 53,7 51,2 49,9 47,7
Masculin 85,0 76,0 68,3 61,2 46,0 44,2 43,5 42,3 41,6 40,0 37,1 36,4 34,9 37,5
Féminin 99,0 98,0 94,6 89,1 74,5 63,0 72,2 70,7 69,0 66,9 64,7 62,8 60,1 61,0
Par âge
10-14 ans 60,0 43,0 36,0 13,3 2,0 3,7
15-24 ans 62,0 56,0 42,0 29,5 20,5 18,3 15,4 13,4 10,8
25-34 ans 81,0 63,0 54,0 40,0 38,2 36,8 35,3 33,3 28,3
Par région
Tanger-Tetouan-Al Hoceima 43,1 30,8
L'oriental 43,1 32,1
Fès-Meknès 45,0 35,2
Rabat-Salé-Kénitra 38,9 28,4
Béni Mellal-Khénifra 50,0 38,7
Casablanca-Settat 35,0 26,4
Marrakech-Safi 51,4 38,0
Drâa-Tafilalet 44,9 34,0
Souss-Massa 46,6 34,0
Guelmim-Oued Noun 37,5 31,7
Laâyoune-Sakia El Hamra 29,7 20,3
Dakhla-Oued Ed-Dahab 39,0
Source: Ministère de l'Education Nationale, de la Formation Professionnelle, de l'Enseignement Supérieur etde la Recherche Scientifique
-Haut Commissariat au Plan
(*) Source : RGPH 1982; 1994;2004;2014, ENCDM 1998/1999 , Indicateurs Sociaux 2006-2011, Rapports nationaux sur les OMD de 2009 et 2012, END 2009-2010, Femmes en chiffres 2008-2014-2016-2018
Note d'information du HCP à la l'occasion de la journée internationale de l'alphabétisation du 08 septembre 2017, Femmes marocaines en ciffres 2018

NOTE D’INFORMATION
DU HAUT-COMMISSARIAT AU PLAN
Evolution du taux d'analphabétisme (10 ans et plus) au niveau national par sexe 60,0 Evolution du taux d'analphabétisme (10 ans et plus ) par région
100%
A L’OCCASION DE LA JOURNEE INTERNATIONALE
2004
DE L’ALPHABETISATION DU 8 SEPTEMBRE 2017 50,0 2014
90%
40,0
80%
30,0
70%
20,0
60%
10,0
50% Féminin
Ensemble 0,0
40%

30%
Masculin
20% Masculin
1960 1971 1982 1994 2004 2006 2007 2008 2009 2010 2012 2013 2014

- 39 -
Tableau de bord social: Education et Formation Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI

Indicateurs relatifs à l'infrastructure d'accueil dans l'enseignement public

Moyennes Moyennes
1990-96 1997-01 2003-04 2004-05 2005-06 2006-07 2007-08 2008-09 2009-10 2010-11 2011-12 2012-13 2013-14 2014-15 2015-16 2016-17 2017-18 2004-09 2010-18
Taux d'encadrement (1) 22,6 23,7 24,6 24,5 25,1 25,6 25,5 25,6 25,6 25,5 25,0 25,8 25,9 25,7 26,2 27,9 25,1 25,2 25,9
1er cycle fondamental 27,8 28,3 28,4 27,9 27,8 28,0 27,6 27,4 27,5 27,8 27,3 27,5 27,5 27,6 28,8 31,0 27,7 27,8 28,1
Urbain 33,2 33,2 33,0 32,3 32,5 32,2 31,5 30,6 29,5 30,8 30,8 30,9 31,5 32,3 34,7 38,7 33,3 32,0 32,5
Rural 22,5 24,4 25,1 24,8 24,5 25,0 24,7 25,0 25,5 25,7 24,9 25,2 25,0 24,7 25,3 26,8 24,5 24,8 25,3
2ème cycle fondamental 17,6 19,1 20,5 21,3 23,5 24,8 25,2 25,0 24,4 24,1 24,3 26,0 26,8 26,8 28,0 29,9 26,4 23,4 26,3
Secondaire 13,0 13,4 16,5 16,8 17,6 18,3 18,8 20,2 20,6 20,6 19,6 20,9 20,2 19,1 18,1 18,7 17,3 18,0 19,4
Effectif moyen des élèves par classe
1er cycle fondamental 28,5 28,7 28,9 28,5 28,1 28,4 28,3 27,8 28,3 28,5 28,3 28,4 28,5 27,8 29,1 30,9 28,0 28,3 28,7
2ème cycle fondamental 29,5 31,5 34,2 35,1 35,8 36,9 36,5 35,8 35,4 36,0 36,4 38,0 38,4 37,9 38,4 39,9 35,9 35,7 37,4
Secondaire 31,1 31,0 35,8 35,7 35,6 35,8 35,8 36,0 36,2 36,8 36,6 37,2 36,3 35,2 34,9 35,4 35,0 35,8 35,9
Source: Ministère de l'Education Nationale, de la Formation Professionnelle, de l'Enseignement Supérieur etde la Recherche Scientifique
(1) = nombre moyen d'élèves par enseignant

Indicateurs relatifs à la formation professionnelle

Moyennes
2002-03 2003-04 2004-05 2005-06 2006-07 2007-08 2008-09 2009-10 2010-11 2011-12 2012-13 2013-14 2014-15 2015-16 2016-17 2017-2018 02-09 10-18

Effectif en formation professionnelle (public et privé) (en milliers) 143,6 163,0 171,8 186,6 202,9 224,2 251,6 270,0 272,2 293,4 301,5 319,6 359,7 388,8 391,9 396,1 192,0 332,6

Taux de technicité (%) (1) 45,0 47,2 51,8 53,3 57,5 60,0 60,9 61,2 63,0 64,1 65,5 66,9 67,2 67,6 66,7 65,4 53,7 65,3
Source: Ministère de l'Emploi et de la formation professionnelle
(1) Part des techniciens et techniciens spécialisés dans l'effectif en formation professionnelle

Evolution du taux d'encadrement par cycle Effectif moyen des élèves par classe Evolution de l'effectif des stagiaires en formation professionnelle
41
35% Secondaire 470 secteur public et privé
collégial
39 420

30% Primaire 370 Effectif total


37 Secondaire
qualifiant
320
35
25%
270

(en milliers)
33
Secondaire 220
20% collégial
31
170 techniciens et
29 techniciens spécialisés
120
15%
Secondaire 27 Primaire 70
qualifiant

1998-…
10% 25 20

2000-01

2004-05

2007-08
2008-09

2011-12

2015-16
1999-00

2001-02
2002-03
2003-04

2005-06
2006-07

2009-10
2010-11

2012-13
2013-14
2014-15

2016-17
2017-18
1990-91
1991-92

1999-00
2000-01
2001-02

2009-10
2010-11
2011-12
1992-93
1993-94
1994-95
1995-96
1996-97
1997-98
1998-99

2002-03
2003-04
2004-05
2005-06
2006-07
2007-08
2008-09

2012-13
2013-14
2014-15
2015-16
2016-17
2017-18
1991-92

1994-95

1997-98

2002-03

2005-06

2008-09

2011-12

2014-15

2017-18
1990-91

1992-93
1993-94

1995-96
1996-97

1998-99
1999-00
2000-01
2001-02

2003-04
2004-05

2006-07
2007-08

2009-10
2010-11

2012-13
2013-14

2015-16
2016-17

- 40 -
Santé et prévoyance sociale
Tableau de bord Social : Santé Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI

Indicateurs sur les ressources financières de la santé publique

Moyennes Moyennes
90-95 96-00 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 01-09 10-18

Dépenses du Ministère de la Santé (MS) (En millions de Dh) 2468 3883 4954 5183 5189 5495 6218 6724 7602 8535 9174 10046 9524 11880 12372 12918 13603 14281 14295 14790 6564 12634

Investissement(%) 15,0 19,3 19,0 16,6 18,6 18,5 18,7 17,3 16,3 16,8 14,5 17,9 14,5 15,2 16,2 11,6 11,1 17,5 16,8 17,2 17,4 15,3

Fonctionnement(%) 85,0 80,7 81,0 83,4 81,4 81,5 81,3 82,7 83,7 83,2 85,5 82,1 85,5 84,8 83,8 88,4 88,9 82,5 83,2 82,8 82,6 84,7

Dépenses du MS/PIB (%) 0,8 1,0 1,1 1,1 1,0 1,0 1,1 1,1 1,2 1,2 1,2 1,3 1,2 1,4 1,4 1,4 1,4 1,4 1,3 1,3 1,1 1,3

Dépenses du MS/Budget général de l'Etat (En %) 4,6 5,2 4,9 5,6 5,4 5,3 4,7 5,3 5,5 4,8 4,9 3,6 3,5 4,9 5,1 5,2 5,5 5,8 5,8 6,0 5,1 5,0

Part du Ministère de la Santé dans le Budget général de


5,3 5,6 5,4 5,7 5,7 6,2 5,4 5,3 5,6 5,0 5,5 6,0 3,6 5,1 5,2 5,7 6,2 6,4 6,4 6,4 5,5 5,7
fonctionnement de l'Etat (%)

Part du Ministère de la Santé dans le Budget général


2,8 3,2 2,8 3,8 4,3 5,5 5,3 5,3 4,7 3,9 3,0 3,3 3,1 3,8 3,1 3,0 2,8 4,1 3,8 3,8 4,3 3,4
d'investissement de l'Etat (%)

Dépenses de la Santé par Habitant (DH) 97,1 141,0 174,0 179,8 177,8 186,1 208,4 222,9 249,2 276,7 294,1 318,5 298,6 368,4 379,5 392,0 401,9 424,3 420,4 430,6 218,8 381,6

Source : Ministère de la Santé, HCP, Ministère de l'Economie et des Finances + calcul DEPF

Indicateurs sur les ressources financières du Ministère de la santé Structure du budget général du Ministère de la Santé
8
100%

Investissement
7

Part du MS dans les dépenses 80%


6 de fonctionnement de l'Etat

5
Part du MS dans les dépenses
60%
du budget général de l'Etat

40%
3 Part du MS dans les dépenses Fonctionement
d'investissement de l'Etat

2
20%

1 Dépenses totales du MS
par rapport au PIB

0 0%
1996-97
1997-98
1998-99
1999-00
1990
1991
1992
1993
1994
1995

2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
2017
2018

1996-97
1997-98
1998-99
1999-00
1990

2001
2002
2003
2004

2012
2013
2014
2015
2016
2017
2018
1991
1992
1993
1994
1995

2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
- 41 -
Tableau de bord Social : Santé Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI

Indicateurs de couverture médicale et d'occupation

Moyennes Moyennes
90-95 96-00 2003 2004 2005 2006 2007(*) 2008 2009(*) 2010 2011 2013(1) 2014 2015 2016 2017 01-08 09-17
Effectif des médecins (Public et privé) (En nombre) 7495 10887 16307 16775 17188 18269 18269 19250 19250 19746 19746 19603 19938 21387 22312 23361 17676 20668
Structure par secteur :
Privé 49,4 56,0 43,2 42,8 44,5 45,2 45,2 43,2 43,2 40,2 40,2 45,7 45,0 52,8 52,9 52,2 44,0 46,5
Public 50,6 44,0 56,8 57,2 55,5 54,8 54,8 56,8 56,8 59,8 59,8 54,3 55,0 47,2 47,1 47,8 56 53
Densité médicale (Public et privé) (Habitants/médecin) 2997 2602 1830 1799 1775 1689 1708 1639 1657 1633 1651 1681 1698 1596 1522 1470 1740 1613
Nombre d'habitants par infirmier (Public) 1057 1075 1145 1115 1174 1173 1173 1122 1134 1109 1109 1339 1340 1341 1150 1229
Nombre d'habitants par établissement de soins de santé de base (Public) 14836 13679 12241 11904 11868 11826 12006 11872 12002 11970 11970 11943 11814 12222 11953 11987
Encadrement paramédical (Public) (Infirmiers/médecin) 6,5 5,5 3,4 3,3 3,2 3,1 3,1 2,9 2,9 2,5 2,5 2,8 0,6 0,6 3,2 2,0
Source: Ministère de la Santé, HCP + calcul DEPF

(*): Les chiffres inscrits pour 2007 et 2009 sont relatifs à la situation respectivement de jui 2007 et juin 2009;

(1) Pour 2013 : Le personnel des CHU n'est pas pris en considération ( données non disponibles)

Evolution des indicateurs de couverture de la santé publique Structure de l'effectif des médecins
14 16000
100%
Nombre d'infirmiers par médecin

12 14000
90%
12000

(En nombre d'habitants)


10
80%
Nombre d'habitants par ESSB 10000
8
Public
(Echelle de droite) 70%
8000
6
6000 60%
Nombre d'infirmiers par
médecin
4 (Echelle de gauche)
4000 50%

2 2000 40%

0 0
30%
Privé
20%

Evolution du nombre d'habitants par médecin


10%
3500
(public et privé)
0%

1991

1994

1997

1998

2001

2004

2007

2008

2011
1990

1992

1993

1995

1996

1999

2000

2002

2003

2005

2006

2009

2010

2013

2014
3000
Nombre d'habitants par lit

2500

2000

1500

1000

500

0
1995

1998

2001

2004

2005

2008

2011

2015
1994

1996

1997

1999

2000

2002

2003

2006

2007

2009

2010

2013

2014

2016

2017

- 42 -
Tableau de bord Social : Santé Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI

Activités des hopitaux

Moyennes Moyennes
90-94 95-99 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 00-07 08-15

Total des journées d'hospitalisation 5075166 4685394 4546962 45762185 4464560 4214186 4410759 4346883 4282505 4292106 4380320 4607126 4746532 4757600 4811743 4809656 4878012 4816781 9540018 4725971

Nombres d'admissions (1) 636190 732449 825050 844763 842841 841816 895071 876909 908437 966747 1058475 1098575 1142419 1151077 1197778 1204132 1246425 1134947 875204 1154229

Durée moyenne de séjour (En jour/malade) 8,0 6,6 6,0 5,0 5,0 5,0 5,0 5,0 5,0 4,0 4,0 4,0 4,0 4,0 4,0 4,0 4,0 4,0 5,0 4,0

Capacité litière 26381,2 25406,4 25.106 25.571 25.901 26.257 26.136 26.256 26.620 27.347 27.347 27.326 27.326 27.746 27.747 21.332 22.975 25978 26143

Taux d'occupation des lits (2) 58,2 56,8 54,3 58,0 56,9 55,7 54,2 55,1 54,8 54,0 56,1 58,4 60,0 61,6 62,6 63,6 65,1 63,8 55,4 61,4
Consultations curatives réalisées dans les formations de soins
17109 27002 29345 30253 20589 33328 29956 31794 34435 34694 34505 44611 45867 48433 49372 51705 51525 29588 45089
de santé de base (en milliers)
Consultations paramédicales 11395 16859 17968 18356 11516 19769 17973 18576 19899 19830 19456 26504 27358 28605 28673 29630 29450 17614 26188

Consultations médicales 5714 10143 11376 11897 9073 13559 11983 13218 14537 14864 15049 18107 18509 19828 20699 22075 22075 11973 18901

(1) admission en hospitalisation complète


(2) lits des hôpitaux publics

Evolutions des consultations réalisées des les formations de soins de santé de base (en milliers) Evolution du taux d'occupation des lits

70
30000

25000

Taux d'occupation des lits


60
Consultations paramédicales

20000

15000
50
consultations médicales

10000

40
2000

2006

2007

2008

2009

2015
2001

2002

2003

2004

2005

2010

2011

2012

2013

2014
5000
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015

- 43 -
Tableau de bord Social : Santé Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI

Indicateurs de mortalité et de santé reproductive

Moyennes Moyennes
90-94 95-99 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 (6) 2017 2018 (6) 00-07 09-18
Longévité et mortalité
Espérance de vie à la naissance (en nombre d'années) (1) 67,9 69,2 70,5 71,7 72,0 72,2 72,5 72,6 72,8 74,8 74,9 75,1 75,3 75,3 75,5 75,8 75,9 72,0 75,3
Hommes 66,3 67,3 68,5 70,6 70,8 71,0 71,2 71,4 71,6 73,9 74,0 74,2 74,3 74,3 74,5 74,2 74,3 70,7 74,2
Femmes 69,5 71,1 72,7 73,0 73,2 73,5 73,7 73,9 74,2 75,6 75,8 76,0 76,2 76,2 76,4 77,4 77,6 73,5 76,4
Taux brut de mortalité(en mille) 7,3 6,5 5,6 5,5 5,5 5,5 5,5 5,5 5,7 5,6 5,1 5,1 5,1 5,1 5,1 5,6 5,4 5,5 5,3
Urbain 5,0 5,0 4,7 4,7 4,7 4,7 4,7 4,8 4,7 4,7 4,1 4,3 4,4 4,4 4,4 4,4 4,7 4,4
Rural 9,5 8,1 6,8 6,7 6,6 6,7 6,6 6,6 7,1 7,0 6,4 6,3 6,2 6,2 6,1 6,9 6,7 6,4
Quotient de mortalité infantile (pour mille naissances) (2) 55,4 32,0 40,0 32,2 30,2 28,8 18,0 36,1 29,5
Urbain 51,9 19,8 33,0 25,3 23,6 14,9 33,0 24,4
Rural 69,3 41,6 55,0 35,3 33,6 21,6 55,0 34,4
Quotient de mortalité juvénile (pour mille naissances) (3) 18,1 8,1 7,0 5,7 6,3 1,7 4,2 6,4 4,0
Urbain 7,2 5,9 5,0 5,9 1,9 4,0 5,0 3,9
Rural 30,7 12,7 15,0 7,0 1,6 4,4 15,0 4,3
Quotient de mortalité infanto juvénile (pour mille naissances) (4) 69,4 39,5 47,0 37,9 36,2 30,5 22,2 42,5 33,3
Urbain 58,7 25,4 38,0 31,0 25,4 18,8 38,0 28,2
Rural 97,8 54,4 69,0 42,0 35,1 26,0 69,0 38,5
Santé reproductive
Taux de prévalence contraceptive (5) 38,7 55,8 63,0 67,4 70,8 63,0 67,4
Urbain 53,2 65,3 65,5 68,9 71,1 65,5 68,9
Rural 28,1 47,2 59,7 65,5 70,3 59,7 65,5
Source : Ministère de la Santé, HCP
(1) C’est l’âge moyen que peut vivre un individu à sa naissance, dans les conditions de mortalité de la période étudiée. (5) C'est le nombre de femmes mariés âgées de 15 à 49 ans pratiquant une méthode contraceptive par rapport au nombre de femmes mariées
(2) C’est la probabilité de décéder entre la naissance et le premier anniversaire. (6) EPSF 2018
(3) C’est la probabilité de décéder entre le premier et le cinquième anniversaire.
(4) C’est la probabilité de décéder entre la naissance et le cinquième anniversaire.

Evolution de l'espérance de vie à la naissance par sexe Quotients de mortalité infantile, juvénile et infanto juvénile
80 140%

120%

100%
75 Femmes
( En ans )

80%
Quotient de
Hommes Quotient de mortalité infanto
60% mortalité juvénile
infantile
70
40%

20%
Quotient de
mortalité juvénile

65
0%
2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 (6) 2017
1980 1987 1991 1994 1997 2004 2009 2010 2011 2018

- 44 -
Tableau de bord Social : Prévoyance Sociale Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI

Indicateurs de prévoyance sociale

Moyennes Moyennes
90-95 96-00 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 01-09 10-17
CNSS
Régime général
Effectif des assurés (milliers) 839 1076 1217 1253 1343 1420 1510 1549 1750 1897 1985 2117 2263 2361 2462 2539 3100 3280 1547 2589
Effectif des pensionnés y compris les retraités (milliers) 98 142 167 179 186 193 194 201 393 430 528 380 409 436 452 479 491 519 275 452
Montant des cotisations (milliards de dh) 2,7 2,2 2,6 3,1 3,4 4,3 0,0 0,5 0,7 0,8 0,9 1,3 1,4 1,5 1,6 1,8 1,9 2,0 1,8 1,6
Régime AMO
Effectif des assurés actifs (milliers) ( assurés et ayant droit) 5014 5156 4581 5123 5328 5478 6210 6553 6853 7080 7350 6407
'Effectif des pensionnés ( assurés et ayant droit) 872 1013 959 1248 1316 1275 1423 1491 1575 1656 1757 1499
Montant des cotisations et contributions (milliards de dh) (recettes) (1) 482 686 817 918 1266 1367 1513 1589 1770 1888 2010 1629
CMR
Effectif des affiliés (personnel de l'Etat) (milliers) (3) 697 673 679 710 718 725 594 630 668 661 672 662 649 648
Effectif des retraités (milliers) (4) 218 339 381 406 415 477 485 515 528 551 578 561 579 588 615 481,9 586
Montant des cotisations et contributions (millions de Dh) 1,6 4,9 7,3 7,7 8,9 10,3 12,7 14,5 15,5 16,1 17,1 18,1 20,3 21,7 22,4 23,1 23,2 23,8 12,3 21,8
RCAR
Effectif des affiliés(milliers) (5) 178 210 224 239 217 202 200 201 188 200 191 196 192 192 195 206 206 108 127 207 178
Effectif des retraités(milliers) 22 27 30 42 45 54 55 57 61 97 98 101 104 106 108 112 116 122 126 59,8 112
Montant des cotisations(milliards de dh) 0,5 0,7 0,8 0,9 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 1,5 1,7 1,8 2,0 2,1 2,2 2,3 2,3 2,7 2,8 1,2 2,3
CIMR
Effectif des affiliés (actifs cotisants) (milliers) 209 217 222 224 229 228 232 236 241 247 259 270 284 298 304 316 320 616 641 235 381
Effectif des retraités(milliers) 46 67 80 84 90 96 100 108 115 118 124 130 136 143 151 153 159 164 171 101,7 151
Montant des cotisations(milliards de dh) 0,6 0,9 1,1 1,2 2,4 2,5 2,8 3,1 3,3 3,7 4,0 4,4 4,8 5,3 5,3 5,8 6,1 6,3 6,9 2,7 5,6
Charges des pensions de retraite(milliers de dh) 0,7 1,2 1,5 1,7 1,8 1,9 2,2 2,1 2,3 2,5 2,9 3,1 3,0 2,8 3,2 3,3 3,6 3,8 4,0 2,1 3,4
CNOPS (régime AMO)
Effectif des assurés actifs (milliers) ( assurés et ayant droit) 2546 2581 2172 2078 2077 2094 2220 2229 2230 2203 2176
'Effectif des pensionnés ( assurés et ayant droit) 654 619 529 550 585 625 720 752 800 846 721
Montant des cotisations et contributions (milliards de dh) (recettes) 3,0 3,2 3,3 3,5 3,7 4,0 4,3 4,5 4,6 4,2
Source : Données de la CNSS, CMR, CIMR, RCAR, CNOPS (Haut Commissariat au Plan)
(1)Evolution des cotisations et contributions dues aux assurés actifs et aux pensionnés (2)(pensions civiles+pensions miliaires)
(3) Personnel civil de l' Etat+ Personnel des Collectivités locales + Personnel des Etablissements Publics (4)(pensions civiles+pensions miliaires)+pensions de régimes non cotisants
(5) Administrations publiques + Collectivités locales + Organismes publics + Assurés volontaires

Effectifs des affiliés par principale caisse de prévoyance sociale


3500
CNSS CIMR RCAR CNOPS (régime AMO) CMR
3000
(En milliers de personnes)

2500

2000

1500

1000

500

0
2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016

- 45 -
Niveau de vie et pauvreté
Tableau de bord social: Niveau de vie Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI

Indicateurs sur le niveau de vie de la population

Moyennes Moyennes

90-95 96-00 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 01-09 10-18

Taux d'inflation (IPC) (%) 6,2 1,9 0,6 2,8 1,2 1,5 1,0 3,3 2,5 3,7 1,0 0,9 0,9 1,3 1,9 0,4 1,6 1,6 0,7 1,9 2,0 1,3

dont alimentaire 7,5 0,7 -1,0 4,3 1,3 1,6 0,3 3,9 4,5 7,1 1,0 1,2 1,3 2,2 2,4 -1,1 2,7 2,7 0,1 1,3 2,5 1,4

Indice des Prix à la Consommation : Hors alimentation ( base 100=2006) 70,3 86,4 92,1 93,5 94,5 95,9 97,2 100,0 101,1 102,4 103,3 104,2 104,8 105,4 107,0 108,7 109,5 110,3 111,8 113,8 97,8 108

Variation (%) 5,1 2,9 2,0 1,6 1,1 1,5 1,4 2,9 1,1 1,3 0,9 0,9 0,6 0,6 1,5 1,6 0,7 0,7 1,4 1,8 1,5 1,1

PIB constant par tête (Dh constant/tête/an) 14504 15805 17048 17368 18195 18863 19270 20500 20990 21987 22667 23273 24227 24687 25530 25516 26458 26458 27289 19654 25430

RNBD/habitant (Dh courant/personne/an) 12096 14754 16568 16950 17988 18994 19812 21489 22938 25092 25291 26177 26997 27508 29093 29102 30573 31126 32342 20569 29115

Dépenses annuelles moyennes par personne (Dh/personne/an) (2) 7180 8748 8894 9226 9602 10019 10487 11327 12086 13327 13827 14360 15029 15588 16203 16272 16723 17214 17778 10977 16146

Dépenses de consommation par ménage (Dh/ménage/an) (3) 43549 48100 49333 48985 50310 52222 54049 57772 57925 66633 68489 70275 72710 74582 76688 76317 77292 78540 80091 56191 75812

Source : Haut Commissariat au Plan + calcul DEPF


(1) Raccordement fait par la DEPF sur la base des données du Haut Commissariat au Plan, (2) Consommation des ménages résidents/ population totale (3) = consommation finale des ménages/ effectif des ménages

De 1990 à 2007 l'indice est calculé sur la base de l'ICV base 1989

Evolution en indice des revenus et du coût de la vie Evolution des dépenses annuelles moyennes par personne
(Base 100=2006)
20000
145

135

125
15000
115

(Dh/personne/an)
105
IPC
95 10000
PIB par
85 habitant

75

65 5000
RNBD
par tête
55

45
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
2017

0
1991 1998 2001 2007 2014 2015 2016 2017

- 46 -
Tableau de bord social: Niveau de vie Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI

Coefficients budgétaires et inégalité en matière de dépense

2001 2007 2008 2011 2014 Evolution du rapport inter-déciles


Coefficients budgétaires (En %) (1) 41,3 40,6 39,6 14%
Habillement 4,8 3,3 3,4
Habitation et énergie 25,9 23,9 24,3 12%
Hygiène et soins médicaux 7,6 7,2 5,1 National
Transport et communication, loisirs, enseignement et culture, autres dépenses
de biens et services 7,5 11,6 10,1 10% Urbain
Part des dépenses des ménages (En %)
National Rural
8%
10% des ménages les plus défavorisés 2,6 2,6 2,6 2,6 2,8
10% des ménages les plus aisés 32,1 33,1 33,0 30,0 31,3
Rapport inter-déciles (10% supérieurs/10% inférieurs) 12,3 12,7 12,7 11,5 11,2 6%

Urbain
10% des ménages les plus défavorisés 2,8 2,7 2,7 2,6 2,9 4%
10% des ménages les plus aisés 31,0 33,7 33,6 35,7 30,6
Rapport inter-déciles (10% supérieurs/10% inférieurs) 11,1 12,5 12,4 13,7 10,6
2%
Rural
10% des ménages les plus défavorisés 3,4 3,2 3,1 3,1 3,5
10% des ménages les plus aisés 25,9 25,9 26,0 25,9 25,4 0%
2001 2007 2008 2011 2014
Rapport inter-déciles (10% supérieurs/10% inférieurs) 7,6 8,1 8,4 8,4 7,3
Source: Haut Commissariat au Plan

(1) Coefficients budgétaires calculés sur la base du total général des dépenses selon les grands groupes de biens et services.

Structure de la consommation des ménages à travers les coefficients budgétaires Evolution de la part des 10% des ménages les mois aisés et celle des 10% les
100%
Hygiène et soins 34 plus aisés dans la consommation totale 3,0

(Part des ménages les plus aisés en %)


90% médicaux
Habillement 2,8

(Part des ménages les moins aisés en %)


80% 33
Transport, communication et autres (*) 2,6
70% 10% des ménages
Habitation et énergie 2,4
32 les moins aisés
60%
2,2
50%
31 2,0
40%
1,8
Coefficients budgétaires
30% (En %) (1) 30
1,6
20% 10% des ménages
les plus aisés 1,4
29
10%
1,2
0%
(2)
(2) 28 1,0
2001 2007 2014
(*) Concernent notamment les loisirs, l'enseignement et la culture
2001 2007 2008 2011 2014

- 47 -
Tableau de bord social: Pauvreté Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI

Population pauvre et seuil de pauvreté (1)


Evolution du seuil de pauvreté par milieu de résidence
4500
1985 1991 1998 2001 2004 2007 2014
4000
Seuil de pauvreté (Dh/an) Rural Urbain
Urbain 1966 2725 3922 3235 3615 3834 4395 3500

(En Dh/personne/an)
Rural 1760 2439 3037 2989 3272 3569 4266 3000
Population pauvre (milliers) (2) 2500
Ensemble 4574 3360 4524 4460 4248 2774 1422 2000
Urbain 1250 912 1439 1235 1298 829 225
1500
Rural 3324 2448 3085 3225 2950 1945 1194
Source: Haut Commissariat au Plan, Enquêtes sur les niveaux de vie des ménages et RGPH 2004 et 2014 1000

(1) Il s'agit du seuil de pauvreté relative 500


(2) Pour 2004 et 2014, les chiffres sont calculés sur la base de la population et les taux de pauvereté pour ces deux années
0
1985 1991 1998 2001 2004 2007 2014
Taux de la pauvreté, vulnérabilité et inégalité selon le milieu de résidence (%)
Evolution du taux de pauvreté par milieu de résidence
1985 1991 1998 2001 2007 2011 2014 30%

Taux de pauvreté en (%)


National 21,0 13,1 16,3 15,3 8,9 6,2 4,8 25%
Urbain
Urbain 13,3 7,6 9,5 7,6 4,9 3,5 1,6
Rural 26,8 18,0 24,2 25,1 14,4 10,0 9,5 Rural
20%
Taux de pauvreté monétaire en (%) National
National 30,4 20,2 8,2 5,7
Urbain 13,3 8,7 3,6 2,5 15%
Rural 54,5 34,2 14,3 8,4
Taux de vulnérabilité en (%) (3)
10%
National 24,1 21,9 23,9 22,8 17,5 13,3 12,5
Urbain 17,6 11,7 20,2 16,6 12,7 9,4 7,9
Rural 29,2 30,8 28,1 30,5 23,6 18,7 19,4 5%
Indice de l'inégalité (GINI)
National 0,400 0,397 0,395 0,406 0,407 0,408 0,395
Urbain 0,400 0,380 0,380 0,390 0,410 0,395 0%
Rural 0,320 0,310 0,320 0,320 0,330 0,395 1985 1991 1998 2001 2007 2011 2014
Source: Haut Commissariat au Plan, Enquêtes sur les niveaux de vie des ménages et enqêtes consommation des ménages
ENCDM 1984/85, ENNVM 1990/91, ENNVM
1998/99 , ENCDM 2000/01 , ENNVM 2006/07
Cette mise à jour se fonde sur l’hypothèse d’un prolongement, à 2008, de la tendance des dépenses de consommation, observée entre 2001 et 2007
(3) Est dit vulnérable, tout ménage dont la dépense par tête est entre le seuil national de la pauvreté relative et 1,5 fois ce seuil.

(4) Rapport national sur les OMD 2015

- 48 -
Habitat et conditions d'habitation
Tableau de bord social: habitat et conditions d'habitation Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI

Indicateurs sur l'habitat et les conditions d'habitation

1982 1994 1995 1996 1997 1998 2001 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
Structure des ménages urbains selon le type de logement (En %)
Villa 4,8 3,6 4,8 4,8 2,8 2,8 3,0 3,4 3,1 2,7 4,6 4,4 4,5
Appartement 17,6 10,5 11,4 11,9 12,4 9,0 12,4 12,4 15,4 16,8 11,6 13,2 13,6
Maison marocaine 63,7 72,2 72,6 72,7 74,4 77,0 75,2 70,6 72,2 72,6 75,5 74,5 73,1
Structure des ménages selon le statut d'occupation (En %)
National
Propriétaires 65,5 64,4 69,5 71,5 68,2 74,0 73,8 75,2 74,6 74,1 74,7 73,2 73,6 73,2 71,4
Locataires 23,3 22,9 16,3 20,4 20,1 15,5 15,9 15,0 15,4 16 15,1 15,7 15,1 15,0 16,0
Logés gratuitement et autres 11,2 12,7 14,2 8,1 11,5 10,5 10,3 9,8 10 9,9 10,2 11,1 11,3 11,8 12,6
Urbain
Propriétaires 40,9 48,5 60,9 62,4 56,8 66,0 64,6 64,1 66,1 66,4 65,6 65,5 62,9 63,6 63,9 61,4
Locataires 47,1 35,0 29,9 25,1 29,2 25,2 24,4 24,8 23,0 23,5 24,3 22,7 23,4 22,5 21,8 23,4
Logés gratuitement et autres 12,0 16,5 11,8 8,5 8,7 8,8 11,0 11,1 10,9 10,1 10,1 11,8 13,7 13,9 14,3 15,3
Rural
Propriétaires 87,0 85,7 86,9 89,6 85,8 88,7 89,4 90,9 88,4 88,8 91,4 92,2 92,1 91,1 91,0
Locataires 2,6 2,5 0,5 1,2 2,7 1,6 1,5 1,1 1,7 1,6 1,4 1,5 1,5 1,7 1,7
Logés gratuitement et autres 10,4 11,8 12,6 7,1 11,0 9,7 9,1 8,0 9,9 9,6 7,2 6,3 6,6 7,2 7,4
Source: Haut Commissariat au Plan

Structure des ménages urbains selon le statut d'occupation des logements Structure des ménages urbains selon le type de logement
100%

100% 90%
Logés gratuitement Villa Appartement Maison marocaine
90% et autres 80%
80%
Locataires 70%
70%
60%
60%
50%
50%

40% 40%

30%
Propriétaires 30%

20% 20%

10% 10%
0%
1982 1994 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 0%
1982 1994 2004 2009 2012 2014 2015

- 49 -
Tableau de bord social: habitat et conditions d'habitation Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI

Indicateurs sur l'habitat et les conditions d'habitation (Suite)

2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 (2) 2015 2016 2017 2018
Taux d'approvisionnement de la population en eau courante (%) (1)
Urbain 81,7 81,7 81,0 0,0 87,5 88,4 89,8 90,9 92,1 91,6 91,8 94,0 94,1 94,8
Rural 7,8 16,9 18,1 0,0 22,9 25,0 26,2 29,2 31,6 34,2 36,8 37,3 39,7 42,0
National 53,0 62,7 57,5 0,0 62,4 64,0 66,5 67,9 70,1 71,1 72,2 74,0 75,5 76,9
Taux d'accès de la population à l'électricité (%)
Urbain 91,3 91,4 94,1 94,6 95,4 95,7 96,3 97,4 97,4 97,9 98,5 98,8 98,8 98,9 99,3
Rural 25,8 25,8 40,7 48,7 56,8 64,8 72,6 80 83,9 86,4 88,2 89,1 89,7 91,8 93,4
National 65,9 65,2 73,4 76,2 80,3 83,7 87,2 90,4 92,4 93,7 94,8 95,4 95,6 96,5 97,3
Taux d'électrification rurale (TER) 45,0 50,0 55,0 62,0 72,0 81,0 88,0 93,0 95,4 96,5 96,8 97,4 98,1 98,5 99,0 99,2 99,4 99,5 99,6
Part de la population rurale bénéficiant de l'eau potable (PAGER) (%) 43,0 47,8 50,0 62,0 60,0 70,0 80,0 86,0 87,0 89,0 91,0 92,0 93,0 94,0 94,5 95,0 96,0 96,6
Source: Haut Commissariat au Plan (ENNVM,RGPH), ONEE, ONEP
(1) Proportion des ménages ayant accès à l'eau potable du réseau ou à des bornes fontaines
(2) RGPH 2014

Part de la population rurale bénéficiant de l'eau potable en milieu rural Taux d'électrification en milieu rural
100% 100%
95% 95%
90% 90%
85% 85%
80% 80%
75% 75%
70% 70%
65% 65%
60% 60%
55% 55%
50%
50%
45%
45%
40%
40%
35%
35%
30%
30%
25%
25%
20%
15% 20%
10% 15%
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 10%
(2) 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 20132014 (2)2015 2016 2017 2018

- 50 -
Comparaison internationale
Tableau de bord social: Comparaison internationale Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI

Evolution du taux moyen d'accroissement démographique (en %)


1990-2003 2004-2014 2015-2025 Taux d'accroissement démographique annuel moyen
4,6%
Bulgarie -0,88 -0,66 -0,78 4,1% 1990-2003 2004-2014
Chili 1,37 0,98 0,73 3,6%
3,1%
Tunisie 1,46 1,07 0,98 2,6%
Maroc 1,55 1,25 1,00 2,1%
1,6%
Turquie 1,58 1,40 0,96 1,1%
Mexique 1,65 1,50 1,15 0,6%
0,1%
Philipines 2,28 1,69 1,47 -0,4%
Algérie 1,73 1,77 1,51 -0,9%

Chili

Maroc

Algérie
Bulgarie

Malaisie

Jordanie
Egypte
Tunisie

Turquie

Mexique

Philipines
Malaisie 2,44 1,85 1,30
Egypte 1,97 1,99 1,74
Jordanie 3,25 4,76 1,48
Source: World Population Prospects ( Nations Unies), HCP pour le Maroc, calcul DEPF

Evolution de la densité de la population (Habitants/km2)


1980 1990 2000 2005 2010 2012 2013 2014 2015 2016 2017 Densité de la population (2017)
Algérie 8,1 10,9 13,1 14,0 15,2 15,8 16,1 16,4 16,7 17,0 17,3 100

(En nombre de personnes/Km²)


Chili 15,2 17,8 20,5 21,7 22,9 23,3 23,5 23,7 23,9 24,1 24,3
80
Maroc 27,3 34,0 40,0 42,4 44,9 45,9 46,4 47,5 48,0 48,5 49,0
Mexique 35,7 43,9 52,3 55,8 60,4 62,2 63,0 63,9 64,8 65,6 66,4 60
Bulgarie 80,1 78,8 73,9 70,5 68,1 67,3 66,9 66,5 66,1 65,7 65,2 40
Tunisie 41,0 53,0 62,4 65,0 68,5 70,1 70,9 71,7 72,6 73,4 74,2 20
Malaisie 42,0 54,9 70,6 78,1 85,6 88,8 90,4 92,0 93,5 94,9 96,3
0
Egypte 44,3 57,7 70,2 77,1 84,5 88,2 90,2 92,2 94,2 96,1 98,0

Chili
Algérie

Maroc

Jordanie
Bulgarie

Malaisie
Tunisie

Egypte
Mexique

Turquie
Turquie 57,1 70,1 82,2 88,2 94,0 96,9 98,5 100,1 101,7 103,3 104,9
Jordanie 26,9 40,4 57,8 64,8 80,9 90,0 94,8 99,2 103,2 106,5 109,3
Philipines 159,0 207,8 261,6 289,3 314,3 324,9 330,3 335,7 341,1 346,5 351,9
Source: World developement indicators ( Banque Mondiale), HCP pour la Maroc, calcul DEPF

Part de la population de 0-14 ans dans la population totale (en %)


1980 1990 2000 2005 2010 2013 2014 2015 2016 2017 2018 Part de la population de 0-14 ans dans la population
Bulgarie 22,2 20,3 15,7 13,6 13,3 13,7 13,8 14,0 14,1 14,2 14,4 40% totale (2018)
Chili 33,7 30,0 27,1 24,6 22,5 21,4 21,1 20,8 20,6 20,3 20,1
30%
Tunisie 41,7 37,2 29,5 25,5 23,3 23,4 23,6 23,7 23,9 24,0 24,0
Malaisie 39,5 37,0 33,4 30,5 27,9 26,0 25,5 25,0 24,6 24,3 24,0 20%
Turquie 39,6 35,8 30,6 28,6 26,9 26,1 25,9 25,6 25,3 25,0 24,6
Mexique 45,3 39,1 34,3 32,3 29,8 28,4 27,9 27,5 27,1 26,7 26,3 10%
Maroc 40,0 39,8 32,3 30,4 27,5 26,3 28,2 27,8 27,4 27,0 26,6 0%
Algérie 46,3 43,3 34,3 29,1 27,2 28,0 28,3 28,7 29,0 29,3 29,5

Chili

Malaisie

Maroc

Algérie
Bulgarie

Jordanie
Tunisie

Egypte
Turquie

Mexique

Philipines
Philipines 43,1 40,9 38,5 37,1 33,9 32,8 32,5 32,2 32,0 31,7 31,5
Egypte 40,9 41,0 36,6 33,3 32,1 32,7 33,0 33,1 33,5 33,5 33,3
Jordanie 49,0 45,8 39,5 37,8 37,0 36,6 36,3 36,0 35,8 35,5 35,2
Source: Population estimates and projections database ( Banque Mondiale), HCP pour la Maroc, calcul DEPF

- 51 -
Tableau de bord social: Comparaison internationale Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI

Part de la population de 65 ans et plus dans la population totale (en %)


1980 1990 2000 2005 2010 2013 2014 2015 2016 2017 2018 Part de la population de 65 ans et plus dans la population
Jordanie 3,2 3,2 3,1 3,4 3,7 3,7 3,7 3,8 3,8 3,8 3,8 20% totale (2018)
Philipines 3,2 3,1 3,3 3,5 4,1 4,4 4,5 4,6 4,7 4,8 4,9 16%
Egypte 4,5 4,5 4,9 4,9 4,8 5,0 5,0 5,1 5,1 5,2 5,2
12%
Algérie 3,4 3,4 4,3 4,9 5,5 5,6 5,7 5,9 6,0 6,2 6,4
Malaisie 3,6 3,7 3,9 4,4 4,9 5,5 5,7 5,9 6,1 6,3 6,5 8%
Maroc 3,3 3,9 5,0 5,5 5,9 6,0 6,1 6,2 6,4 6,6 6,9 4%
Mexique 3,8 4,3 5,0 5,4 5,9 6,2 6,3 6,5 6,7 6,9 7,1 0%
Tunisie 3,9 4,9 6,7 7,4 7,5 7,5 7,5 7,6 7,8 8,0 8,3

Jordanie

Algérie

Maroc

Bulgarie
Tunisie

Chili
Egypte

Turquie
Mexique
Philipines

Malaisie
Turquie 4,7 4,6 6,1 6,7 7,2 7,5 7,6 7,8 8,0 8,2 8,4
Chili 5,6 6,2 7,5 8,2 9,2 9,9 10,1 10,4 10,7 11,1 11,5
Bulgarie 11,8 13,1 16,6 17,4 18,1 19,3 19,7 20,1 20,5 20,8 21,1
Source: Population estimates and projections database ( Banque Mondiale), HCP pour la Maroc, calcul DEPF

Taux d'urbanisation (en %)


1980 1990 2000 2005 2010 2013 2014 2015 2016 2017 2018 Taux d'urbanisation (2017)
Egypte 43,9 43,5 42,8 43,0 43,0 42,9 42,8 42,8 42,7 42,7 42,7 80%
Philipines 37,5 47,0 46,1 45,7 45,3 45,9 46,1 46,3 46,5 46,7 46,9
Maroc 41,1 48,6 54,2 55,5 57,8 59,2 60,3 60,1 60,5 60,9 61,3 60%
Tunisie 50,6 57,9 63,4 65,2 66,7 67,5 67,8 68,1 68,3 68,6 68,9 40%
Algérie 43,5 52,1 59,9 63,8 67,5 69,6 70,2 70,8 71,5 72,1 72,6
Turquie 43,8 59,2 64,7 67,8 70,8 72,5 73,1 73,6 74,1 74,6 75,1 20%
Bulgarie 62,1 66,4 68,9 70,6 72,3 73,3 73,7 74,0 74,3 74,7 75,0 0%

Algérie

Jordanie
Maroc
Egypte

Tunisie

Turquie

Chili
Philipines

Mexique
Malaisie
Bulgarie
Malaisie 42,0 49,8 62,0 66,6 70,9 72,9 73,6 74,2 74,8 75,4 76,0
Mexique 66,3 71,4 74,7 76,3 77,8 78,7 79,0 79,3 79,6 79,9 80,2
Chili 81,2 83,3 86,1 86,8 87,1 87,2 87,3 87,4 87,4 87,5 87,6
Jordanie 60,0 73,3 78,3 79,5 86,1 89,1 90,0 90,3 90,5 90,7 91,0
Source: Population estimates and projections database ( Banque Mondiale), HCP pour la Maroc, calcul DEPF

Indice synthétique de fécondité


1980 1990 2000 2005 2010 2012 2013 2014 2015 2016 2017 3,5 Indice synthétique de fécondité (2017)

(En nombre d'enfants par femme)


Bulgarie 2,1 1,8 1,3 1,4 1,6 1,5 1,5 1,5 1,5 1,5 1,5 3,0
Chili 2,8 2,5 2,1 2,0 1,9 1,8 1,8 1,8 1,8 1,8 1,8
Malaisie 4,1 3,6 2,8 2,3 2,1 2,1 2,1 2,1 2,1 2,0 2,0 2,5
Turquie 4,4 3,1 2,5 2,3 2,2 2,1 2,1 2,1 2,1 2,1 2,0 2,0
Maroc 5,5 4,0 3,0 2,4 2,2 2,2 2,1 2,2 2,2 2,2 2,2
Mexique 4,8 3,5 2,7 2,5 2,3 2,3 2,3 2,2 2,2 2,2 2,2 1,5
Tunisie 5,2 3,5 2,1 2,0 2,1 2,2 2,2 2,2 2,2 2,2 2,2 1,0
Algérie 6,8 4,7 2,5 2,5 2,9 2,9 2,9 2,9 2,8 2,8 2,7

Chili

Malaisie

Philipines
Bulgarie

Turquie

Maroc

Egypte
Mexique

Algérie

Jordanie
Tunisie
Philipines 5,2 4,3 3,8 3,5 3,2 3,1 3,0 3,0 3,0 2,9 2,9
Egypte 5,6 4,7 3,2 3,0 3,2 3,3 3,3 3,3 3,3 3,3 3,2
Jordanie 7,3 5,5 4,0 3,8 3,7 3,6 3,6 3,5 3,4 3,4 3,3
Source: World developement indicators ( Banque Mondiale), HCP pour le Maroc

- 52 -
Tableau de bord social: Comparaison internationale Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI

Taux d'activité dans la population agée de 15 ans et plus

1990 1995 2000 2005 2010 2013 2014 2015 2016 2017 2018 Part de la population active dans la population agée de 15
70% ans et plus (2018)
Jordanie 40,2 42,4 42,0 40,9 41,9 39,3 39,3 39,3 39,4 39,4 39,3
Algérie 44,2 45,0 43,6 42,5 42,4 43,7 41,5 41,5 41,4 41,4 41,3 60%
Maroc 55,7 52,9 51,5 49,6 48,3 48,0 47,4 46,5 46,7 46,2
50%
Tunisie 48,9 48,6 47,1 45,1 46,7 47,2 47,1 47,0 46,8 46,6 46,5
Egypte 46,6 46,4 46,1 46,6 49,2 50,0 50,0 48,3 48,1 48,0 48,1 40%
Turquie 56,8 53,5 48,8 46,0 47,7 49,6 50,1 51,0 51,8 52,6 52,5 30%
Bulgarie 58,0 54,9 49,9 50,4 53,4 53,9 54,2 54,2 53,5 55,5 55,4
Mexique 58,5 59,8 60,3 61,0 61,4 61,8 61,2 61,3 61,3 61,1 61,1 20%

Jordanie

Algérie

Maroc

Tunisie

Turquie
Egypte

Mexique

Chili

Philipines

Malaisie
Bulgarie
Chili 55,0 56,7 56,6 57,5 60,8 62,0 62,2 62,3 62,1 62,4 62,4
Philipines 62,2 62,7 62,5 61,9 62,2 62,2 62,8 62,5 62,2 59,7 59,8
Malaisie 62,3 61,8 61,7 61,1 60,3 63,8 64,1 64,3 64,3 64,4 64,6
Source: World developement indicators ( Banque Mondiale), HCP pour le Maroc

Taux de chômage (en %)

1990 1995 2000 2010 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 Taux de chômage (2018)
20%
Malaisie 5,1 3,1 3,1 3,0 2,9 3,3 2,9 3,2 3,5 3,4 3,3
Mexique 2,7 6,2 2,2 5,3 4,9 4,9 4,8 4,4 3,9 3,4 3,3
15%
Bulgarie 2,9 11,4 18,1 10,3 12,4 13,0 11,5 9,2 7,7 6,2 5,2
Philipines 8,4 9,5 11,2 7,3 7,0 7,1 6,8 6,3 5,5 5,7 5,3
10%
Chili 7,8 7,4 9,7 8,2 6,4 5,9 6,4 6,2 6,5 6,7 6,9
Maroc 16,0 13,4 9,1 9,0 9,2 9,9 9,7 9,4 10,2 9,8 5%
Egypte 8,0 11,2 9,0 9,2 12,4 13,0 13,4 12,9 12,7 12,2 10,9
Turquie 8,0 7,1 6,0 11,1 8,4 9,0 9,9 10,3 10,9 10,9 11,0 0%

Algérie

Jordanie
Maroc

Egypte

Turquie
Mexique

Chili

Tunisie
Philipines
Malaisie

Bulgarie
Algérie 19,8 28,1 29,5 10,0 11,0 9,8 10,6 11,2 10,5 11,7 11,7
Tunisie 16,2 16,2 15,7 13,0 16,7 15,3 15,0 15,4 15,5 15,5 15,6
Jordanie 16,8 15,4 13,7 12,5 12,2 12,6 11,9 13,1 15,3 18,1 18,3
Source: World Economic Outlook (FMI), HCP pour la Maroc, calcul DEPF

- 53 -
Tableau de bord social: Comparaison internationale Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI

Evolution de l'espérance de vie à la naissance


1980 1990 2000 2005 2010 2012 2013 2014 2015 2016 2017 80 Espérance de vie à la naissance (2017)

(En nombre moyen d'années de vie)


Philipines 62,2 65,3 67,2 67,8 68,3 68,6 68,7 68,8 69,0 69,1 69,2
Egypte 58,3 64,6 68,6 69,4 70,4 70,7 70,9 71,1 71,3 71,5 71,7 75
Jordanie 66,2 69,9 71,7 72,6 73,4 73,7 73,9 74,0 74,2 74,3 74,5
70
Bulgarie 71,2 71,6 71,7 72,6 73,5 74,3 74,9 74,5 74,6 74,8 74,8
Malaisie 68,0 70,7 72,8 73,5 74,2 74,6 74,8 75,0 75,1 75,3 75,5 65
Tunisie 62,0 68,8 73,2 74,2 74,8 75,0 75,2 75,3 75,5 75,7 75,9
Turquie 58,7 64,3 70,0 72,5 74,2 74,7 75,0 75,2 75,5 75,8 76,0 60

Tunisie
Egypte

Mexique
Malaisie
Bulgarie

Maroc

Chili
Jordanie

Turquie
Philipines

Algérie
Maroc 59,1 65* 69,7 72,0 74,8 75,1 75,3 75,5 75,8 75,9 76,1
Algérie 58,2 66,7 70,3 72,8 74,7 75,2 75,4 75,6 75,9 76,1 76,3
Mexique 66,6 70,8 74,4 75,3 76,1 76,4 76,6 76,8 76,9 77,1 77,3
Chili 69,1 73,7 76,8 77,8 78,5 78,8 78,9 79,1 79,3 79,5 79,7
Source: World development indicators ( Banque Mondiale), HCP pour le Maroc
(*) valeut de l'année 1987

Quotient de mortalité infanto juvénile (Pour 1000 naissances vivantes) (1)


1980 1990 2000 2005 2010 2012 2013 2014 2015 2016 2017 Quotient de mortalité infanto juvénile (2017)
Chili 33,1 19,1 10,9 9,2 8,8 8,4 8,3 8,1 7,9 7,7 7,4 40

(pour 1000 naissances vivantes)


Bulgarie 23,9 18,4 17,6 13,3 10,7 9,8 9,3 8,8 8,3 7,9 7,5
30
Malaisie 30,3 16,6 10,2 8,2 7,7 7,5 7,4 7,5 7,6 7,7 7,9
Turquie 127,4 74,0 39,2 27,5 19,2 16,6 15,5 14,4 13,4 12,5 11,6 20
Tunisie 95,3 56,3 31,7 23,1 17,4 15,8 15,1 14,5 14,0 13,5 13,0
10
Mexique 73,3 45,4 26,8 20,6 17,3 16,4 15,9 15,4 14,8 14,1 13,4
Jordanie 55,3 36,4 27,8 24,3 21,1 19,9 19,2 18,7 18,1 17,6 17,0 0

Maroc
Tunisie

Mexique

Egypte

Philipines
Chili

Turquie
Bulgarie

Algérie
Jordanie
Malaisie
Egypte 167,2 85,7 46,8 36,1 29,0 26,7 25,6 24,7 23,7 22,9 22,1
Maroc 132,6 79,5 49,8 39,9 32,0 29,2 27,9 26,6 25,4 24,3 23,3
Algérie 149,1 49,6 39,7 33,5 27,4 26,1 25,7 25,3 24,9 24,5 24,0
Philipines 79,9 57,6 38,7 34,4 31,3 30,4 30,0 29,6 29,1 28,6 28,1
Source: World development indicators ( Banque Mondiale) (1) Enfants de moins de 5 ans

Densité médicale (pour 100 000 habitants) Nombre d'infirmières (pour 100 000 habitants)
2000 2010 2014 Nombre de médecins pour 100 000 habitants 2014 Nombre d'infirmières pour 100 000
450 (2014) 800
Maroc (*) 43,7 62,0 61,8 400 Pakistan 60,4 habitants (2014)
700
Inde 52,7 66,3 72,5 350 Maroc 87,2 600
Pakistan 66,4 85,2 80,6 300 Egypte 143,4 500
250 400
Bahain 101,7 93,4 93,9 200 Turquie 251,9
150 300
Tunisie 76,7 122,2 164,8 Liban 256,2 200
Turquie 134,8 170,7 174,9 100 Jordanie 285,7
50 100
Korée du Sud 130,0 200,2 223,1 0 Tunisie 318,9 0

Pakistan

Maroc

Egypte

Turquie

Liban

Jordanie

Tunisie

Bulgarie

Portugal

Cuba
Korée du

Bulgarie
Pakistan

Liban
Maroc

Inde

Turquie
Bahain

Jordanie
Tunisie

Portugal

Liban 342,4 267,1 238,0 Bulgarie 486,5


Sud

Jordanie 200,8 248,7 265,0 Portugal 637,7


Bulgarie 339,9 377,5 399,9 Cuba 797,6
Portugal 320,0 384,2 442,6
Source: World development indicators ( Banque Mondiale), Ministère de la Santé pour le Maroc Source: World development indicators ( Banque Mondiale)
(*) source: World development indicators (Banque Mondiale) pour l'année 2014

- 54 -
Tableau de bord social: Comparaison internationale Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI

Evolution des dépenses publiques de santé en % du PIB


2000 2005 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 Dépenses publiques de la santé en % du PIB (2016)
6%
Egypt, Arab Rep. 1,7 1,6 1,5 1,5 1,4 1,5 1,4 1,4 1,5 1,6 1,4
5%
Philippines 1,4 1,3 1,2 1,3 1,4 1,1 1,1 1,2 1,1 1,4 1,4
4%
Maroc 1,2 1,1 1,2 1,2 1,3 1,2 1,4 1,4 1,4 1,4 1,4
3%
Malaysia 1,2 1,4 1,6 1,8 1,7 1,8 1,9 1,9 2,1 2,1 1,9
2%
Mexico 2,0 2,5 2,6 2,8 2,9 2,9 3,0 3,1 2,9 3,0 2,9
1%
Turkey 2,9 3,3 3,8 4,5 3,9 3,7 3,5 3,5 3,4 3,2 3,4
0%
Jordan 4,3 4,6 5,3 6,4 5,6 5,6 5,1 4,5 4,8 3,6 3,5

Egypt, Arab

Philippines

Tunisia

Algeria
Maroc

Turkey
Mexico

Jordan

Chile
Malaysia

Bulgaria
Tunisia 2,7 2,7 2,9 3,1 3,3 3,6 3,8 4,1 4,0 4,0 3,9

Rep.
Bulgaria 3,5 4,1 3,5 3,6 3,9 3,9 3,9 4,0 4,5 4,2 4,2
Algeria 2,5 2,2 3,0 3,8 3,6 3,7 4,4 4,3 4,7 4,9 4,5
Chile 3,8 3,5 3,8 4,2 4,0 4,0 4,2 4,4 4,6 4,9 5,0
Source: National health accounts (OMS), Ministère de la santé et HCP pour le Maroc

Taux d'alphabétisation des adultes de 15 ans et plus


2011 2015 (*) 100% Taux d'alphabétisation des adultes de plus de 15 ans (2015)
Ensemble Femmes Hommes Ensemble Femmes Hommes
90%
Sénégal 52,1 40,4 66,3 55,7 43,8 68,5 2011 2015
80%
Pakistan 54,7 42,0 67,0 58,7 45,3 71,5
70%
Maroc 67,1 57,6 76,1 72,4 62,5 82,7
Inde 69,3 59,3 78,9 72,1 62,8 80,9 60%
Congo 79,3 72,9 86,4 79,3 72,9 86,4 50%
El Salvador 85,5 83,0 88,4 88,4 86,4 90,7 40%
Mexique 93,5 92,3 94,8 94,4 93,3 95,6 30%

El Salvador

Turquie

Jordanie
Maroc

Mexique
Sénégal

Congo
Inde
Pakistan

Chili

Bulgarie
Turquie 94,1 90,3 97,9 95,0 91,8 98,4
Jordanie 95,9 93,9 97,7 96,7 95,2 98,1
Chili 96,7 96,5 96,9 97,3 97,2 97,4
Bulgarie 98,4 98,0 98,7 98,4 98,1 98,7
Source: Institut de Statistique de l'UNESCO (UIS) (*) Estimation de l'UIS

Taux net de scolarisation par cycle


2015 Taux net de scolarisation par cycle (2015)
Primaire Secondaire 100%
Pakistan 73,8 44,0 80%
Égypte 98,0 81,9 60%
Indonésie 89,7 75,5
Malaisie 98,0 68,5 40%
Turquie 94,1 86,4 20%
Pérou 94,1 78,0 0%
Pakistan

Pakistan

Maroc

République de
Égypte

Turquie

Pérou

Peru
Bulgaria
Indonésie

Malaisie

Pakistan 73,8 44,0


Bulgaria 93,3 88,3

Corée
Peru 94,1 78,0
Maroc 96,6 70,1
République de Corée 98,2 96,6 Primaire Secondaire
Source: Institut de Statistique de l'UNESCO (UIS)

- 55 -
Tableau de bord social: Comparaison internationale Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI

Dépenses publiques d'enseignement en % du PIB

2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 Dépenses publiques d'enseignement en % du PIB
7% (2016)
Pakistan 2,6 2,6 2,7 2,6 2,3 2,2 2,1 2,5 2,5 2,7 2,5
6%
Pérou 2,7 2,6 2,9 3,1 2,9 2,7 2,9 3,3 3,7 4,0 3,8
5%
Colombie 3,9 4,1 3,9 4,7 4,8 4,5 4,4 4,9 4,7 4,5 4,5
4%
Maroc 5,8 5,7 5,4 5,9 5,8 5,1 5,7 5,7 5,0 4,7 4,5
3%
Chili 3,0 3,2 3,8 4,2 4,2 4,0 4,5 4,7 4,9 5,4
2%
Malaisie 4,5 4,4 4,0 6,0 5,0 5,8 5,7 5,5 5,2 5,0 4,8
1%
Togo 3,7 3,7 3,4 4,1 4,4 4,4 4,7 4,7 4,9 5,2 5,1
0%

Pakistan

Togo

Afrique du Sud
Pérou

Malaisie
Colombie

Maroc

Sénégal
Chili

Cap-Vert

Argentine
Cap-Vert 6,5 5,4 5,5 5,3 5,6 5,0 5,0 5,0 5,3 5,4
Argentine 4,1 4,5 4,8 5,5 5,0 5,3 5,3 5,4 5,4 5,8 5,6
Afrique du Sud 5,1 5,0 4,9 5,2 5,7 6,0 6,4 6,0 6,0 6,0 5,9
Sénégal 4,8 5,0 6,2 6,5 6,1 5,9 7,2 7,4 7,1 6,6
Source: Institut de Statistique de l'UNESCO (UIS)

Evolution de l'indice de développement humain (IDH)

1990 1995 2000 2005 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 Taux d'accroissement annel moyen de l'indice de
1,50 développement humain (IDH) (1990-2017)
Maroc 0,458 0,489 0,530 0,580 0,616 0,626 0,635 0,645 0,650 0,655 0,662 0,667
1,25
Égypte 0,546 0,576 0,611 0,634 0,665 0,668 0,675 0,680 0,683 0,691 0,694 0,696
Philippines 0,586 0,598 0,624 0,650 0,665 0,670 0,677 0,685 0,689 0,693 0,696 0,699 1,00
Tunisie 0,569 0,607 0,653 0,689 0,716 0,718 0,719 0,723 0,725 0,728 0,732 0,735 0,75
Jordanie 0,617 0,684 0,702 0,729 0,728 0,726 0,726 0,727 0,730 0,733 0,735 0,735
0,50
Algérie 0,577 0,600 0,644 0,692 0,729 0,736 0,740 0,745 0,747 0,749 0,753 0,754
Mexique 0,650 0,669 0,702 0,728 0,743 0,751 0,757 0,756 0,761 0,767 0,772 0,774 0,25

Turquie 0,579 0,607 0,655 0,690 0,734 0,753 0,760 0,771 0,778 0,783 0,787 0,791 0,00

Maroc
Chili

Turquie
Bulgarie

Algérie
Mexique

Jordanie

Philippines

Malaisie

Égypte

Tunisie
Malaisie 0,643 0,683 0,725 0,731 0,772 0,778 0,781 0,785 0,790 0,795 0,799 0,802
Bulgarie 0,694 0,696 0,712 0,750 0,779 0,782 0,786 0,792 0,797 0,807 0,810 0,813
Chili 0,701 0,727 0,759 0,788 0,808 0,814 0,819 0,828 0,833 0,840 0,842 0,843
Source: HDI data ( PNUD)

- 56 -
DEPF TABLEAU DE BORD

CONTACT
Adresse Téléphone Online

DEPF
Boulevard Mohamed V. Quartier (+212) 5 37.67.74.15/16 Email : depf@depf.finances.gov.ma
Administratif, Site web: depf.finances.gov.ma
Rabat-Chellah Maroc