Vous êtes sur la page 1sur 50

Plan de cours (suite)

Chap.3: Modèles de référence OSI, TCP/IP

A- Modèle OSI
I- Introduction
I-1 Définition
II-2
2 Considérations générales
I-3 Pourquoi un modèle en couche
II- Principe du modèle OSI
III- Description
esc pt o des couccouches
es
III-1 Couche physique
III-2 Couche Liaison
III-3…
IV- Encapsulation décapsulation des données
V- Communication entre deux machines à travers un réseau
B- Modèle TCP IP
I- Historique
II- Architecture
C- Comparaison OSI, TCP/IP
C

Réseaux Informatiques H. SATORI 1


Chap.3: Modèles de référence OSI, TCP/IP

Plan
A- Modèle OSI
I- Introduction
I 1 Défi
I-1 Définition
iti
I-2 Pourquoi un modèle en couche
II- Principe du modèle OSI
III Description des couches
III-
III-1 Couche physique
III-2 Couche Liaison
III 3
III-3…
IV- Encapsulation décapsulation des données
V- Communication entre deux machines à travers un réseau

Réseaux Informatiques H. SATORI 2


Chap.3: Modèles de référence OSI, TCP/IP

Plan (suite)
B- Modèle TCP IP
I- Historique
II- Architecture
c tectu e

C- Comparaison OSI, TCP/IP

Réseaux Informatiques H. SATORI 3


Chap.3:
p Modèles de référence
OSI, TCP/IP
A- Modèle OSI
I- Introduction
I- 1 Définition
Le modèle OSI (Open System Interconnection
nterconnection)) ou modèle de référence pour
l'interconnexion des systèmes ouverts, a été élaboré par l’organisme de
normalisation international I.S.O. (International Standard Organisation).

- C’est un modèle de communication entre ordinateurs . Il décrit les


fonctionnalités nécessaires à la communication entre réseaux hétérogènes.
hétérogènes
L’ensemble du processus de communication est structuré selon sept
niveaux appelés couches
couches.

Réseaux Informatiques H. SATORI 4


Chap.3: Modèles de référence OSI, TCP/IP
A- Modèle OSI
I- Introduction

I- 2 Considérations générales
Le modèle OSI est une architecture théorique (abstraite) de communication.
Même s’il est théorique, il est le plus méthodique
- Chaque couche est conçue de manière à dialoguer avec son homologue,
comme si une liaison virtuelle était établie directement entre elles.
- Chaque couche fournit des services à la couche immédiatement supérieure,
en s'appuyant sur ceux de la couche inférieure,( lorsque celle-ci existe).

Réseaux Informatiques H. SATORI 5


Les 7 couches du modèle OSI
Le moyen mnémotechnique pour retenir l’ordre des couches est:
Pour Le Réseau Tu Sais Pas Administrer

Réseaux Informatiques H. SATORI 6


The 7 Layers OSI Model
In order to remember the order use:
Please Do Not Throw Sausage
g Pizza Away
y

Réseaux Informatiques H. SATORI 7


A- Modèle OSI
I 3 Pourquoi un modèle en couche
I-3

¾ Le changement : Le changement d’une couche n’affectera pas les


autres couches et permettra de faire évoluer le système.

¾ La conception: la conception se trouve facilité dans un modèle en


couches. En effet chaque couche peut être conçue séparément des
autres couches.
¾ La spécialisation: Le modèle en couche permet une spécialisation aux
dé l
développeurs ett ingénieurs,
i é i quii apportent
t t qualité
lité efficacité
ffi ité dans
d l
le
développement des couches.
¾ L’apprentissage: L’approche en couche permet de réduire la
complexité et de simplifier ll’apprentissage
apprentissage.
¾ La résolution de problèmes: Diagnostique et Isolation de problèmes
liés à une couche donnée permet de les résoudre plus rapidement.
¾ Un Standard: le modèle en couche et un guide et référence.
référence

Réseaux Informatiques H. SATORI 8


II- Description des couches
II 1 Couche physique
II-1
La couche physique regroupe toutes les caractéristiques, ou
normes, de la transmission de données binaires au niveau matériel.
Ces caractéristiques sont de deux types: Caractéristiques concernant:
„ le média lui-
lui-même
même, Caractéristiques mécaniques, électriques
o mécaniques (nombre et longueur de fils utilisés, types de
connecteurs, taille, ..
o électriques (niveau de tension, Bande passante, etc)
o Hertzien (Fréquence, bande, etc)
o etc
„ Les techniques de transmissions propre a chacun des
supports, qui vont être utilisées pour qu’une machine puisse
émettre un bit sur ce média.
média Elle définira par exemple:
o Le temps élémentaire nécessaire pour qu’un bit soit
diffusé sur le câble.
o Type de codage utilisé pour transmettre des bits sur le
câble (NRZ, Manchester,…)
„ L’unité de données est le bit.

9
II- Description des couches
II 2 Couche Liaison
II-2
La couche liaison de données
données:: a pour rôle d’utiliser les bits
fournit par la couche physique pour émettre des données entre
les nœuds adjacents sur le même segment d’un réseau.

ƒconstituée des deux sous-couches: LLC (Logical Link


Control) et MAC (Media Access Control - MAC),

ƒElle regroupe les bits (fournit par la couche physique) en des


séquences de bits appelées trames.

ƒ Elle permet de détecter et corriger, dans le cas ou une trame


arrivée a subi une modification sur le support de transmission,
transmission
grâce à l’ajout d’un code de redondance cyclique CRC)
o Elle assure un transfert fiable de données.

ƒ Transforme
T f l données
les d é de
d niveau
i 3 (les
(l paquets)
t ) fournies
f i
par la couche réseau, sous le format de données de niveau 2
trames.

Réseaux Informatiques H. SATORI 10


II- Description des couches
II 2 Couche Liaison (suite)
II-2

ƒGère l’accès au support de transmission commun à toutes les


machines par la sous-couche MAC :Medium Access Control).
Exemple: méthodes d’accès aléatoire portent le nom
générique de CSMA (Carrier Sense Multiple Access).
Access).

ƒContrôle de flux pour éviter l'engorgement du récepteur par


LLC.

ƒL’unité de données est la trame.

Réseaux Informatiques H. SATORI 11


II- Description des couches
II 3 Couche Réseau
II-3
A pour rôle principal de faire acheminer les données
entre émetteur et récepteur
p à travers un ou p
plusieurs
sous-réseaux et de choisir le meilleur chemin lorsqu’il
existe plusieurs.

¾Adressage
Adressage: dans le cas d’un nombre important de
machines, un adressage est mis en place de façon à les
identifier d’une manière unique.
o Une adresse physique (MAC) sert à identifier une machine
local (même segment), une adresse logique (adresse IP) permet
l’identification globale (adresse de réseau + adresse de la
machine dans ce réseau).

¾Les données de niveau réseau appelés paquets sont


construites à partir des données fournies par la couche
transport en descendant ou la couche liaison en ascendant.

Réseaux Informatiques H. SATORI 12


II- Description des couches
II 3 Couche Réseau (suite)
II-3

¾Routage
g : l’envoie de p paquets
q de l’émetteur au
récepteur nécessite une réflexion sur le chemin à
emprunter (Il existe pour cela des algorithmes de
routage).
g )

¾Elle assure également le contrôle des flux au niveau


des nœuds (engorgement, perte de paquets..).

¾L’unité de données est le paquet (packet).

Réseaux Informatiques H. SATORI 13


II- Description des couches
II 4 Couche Transport
II-4
La couche transport prend en charge le transfert du
message
g de l'utilisateur d'une extrémité à une autre du
réseau (de bout en bout).

ƒLes données traitées par cette couche sont des messages


provenant de la couche session.
session Elle les découpe en unités plus
petites (paquets) et de les passe à la couche réseau.

ƒA la réception ces paquets sont réassemblés puis passées à la


couche session.
session

ƒLa couche transport c’est la dernière couche de contrôle des


données, elle doit assurer aux couches supérieures un transfert
fi bl de
fiable d données.
d é

Réseaux Informatiques H. SATORI 14


II- Description des couches
II 4 Couche Transport (suit)
II-4

ƒLa couche transport


p est entièrement logicielle.
g

o les couches 1-3 sont liés au matériel:


•La couche physique met en ouvre le support de
transmission
•Les fonctions de la couche liaison de données sont
réalisées par des composants électroniques de la NIC ou le
modem..
modem
•Les
Les fonctions de la couche réseau par des éléments actifs
(routeur, passerelle, etc.)
ƒLa couche transport contrairement aux couches 1, 2 et 3 n’est
présente qu
qu’aux
aux extrémités de la ligne communication (elle est
présente de bout en bout).
ƒL’unité de données est le message.

Réseaux Informatiques H. SATORI


15
II- Description des couches
II 5 Couche session
II-5
La couche session, est la première couche orientée
traitement,, elle p
permet d’établir une liaison entre deux
utilisateurs par l’ouverture et la fermeture d’une
session de travail entre les deux systèmes distants.

ƒElle gère les échanges, de manière à synchroniser le


dialogue et éviter les confusions.
o connexion,
o interventions en cas d'incident.,
o Sortie
o Reprise en cas d’interruption
o etc.
etc

Réseaux Informatiques H. SATORI 16


II- Description des couches
II 6 Couche présentation
II-6

La couche présentation a pour rôle d


d’adapter
adapter toutes les données
à émettre à un format standard pour pouvoir être traité par le
récepteur indépendamment du système d’exploitation et de
l’application
pp utilisée sur p
place.

Elle assure trois fonctions principales :


•Le formatage des données (ASCII,)
•Le cryptage des données
•La compression des données (algorithmes de compression.)

Réseaux Informatiques H. SATORI 17


II- Description des couches
II 7 Couche Application
II-7

La couche application crée une interface directe


avec le reste du modèle OSI par le biais
d'applications réseau (navigateur Web,
messagerie
g électronique,
q protocole FTP, Telnet,
p
etc.)

Réseaux Informatiques H. SATORI 18


III- Encapsulation décapsulation des données

E
Encapsulation
l ti d données
des d
données:
é : Lorsqu’une
L ’ couche
h veutt dialoguer
di l
avec sa couche homologue, elle fait descendre l’information en
ajoutant des consignes.

‰Ainsi, l’en-tête et les données d’une couche N vont devenir les


données de la couche N-1 et ainsi de suite.

Réseaux Informatiques H. SATORI 19


III- Encapsulation décapsulation des données

Décapsulation des données : Le mécanisme inverse a lieu au


niveau du destinataire ou une couche réceptionne les données
de la couche inférieur, enlève les informations la concernant (en-
tête), puis transmet les informations restantes à la couche
supérieure.
p

Réseaux Informatiques H. SATORI 20


III- Encapsulation décapsulation des données (suite)

Réseaux Informatiques H. SATORI 21


IV- Communication entre deux machines à travers un réseau
Chaque couche de l’ordinateur émetteur dialogue avec la couche homologue
de l’ordinateur récepteur

Réseaux Informatiques H. SATORI 22


IV-1- Communication entre couches homologues (suite)

N+1 N,N-1
N+1, NN 1 Couches,
C h d
dans ce modèle,
dèl ded communication
i ti entre
t
ordinateurs
Source N, Destination N Couches, homologues

Communications entre couches homologues

Protocole de couche N Les règles selon lesquelles la source N communique


avec la destination N.
N

Réseaux Informatiques H. SATORI 23


IV-1- Communication entre couches homologues
( it )
(suite)

Réseaux Informatiques H. SATORI 24


Réseaux Informatiques H. SATORI 25
Réseaux Informatiques H. SATORI 26
Réseaux Informatiques H. SATORI 27
Chap.3: Modèles de référence OSI, TCP/IP

B- Modèle TCP/IP
II- Historique
‰ Fin des années 50
50:: en pleine guerre froide,
froide le ministère américain de défonce (DoD =
Department of Defense).
Defense Cherchait à avoir un réseau résistant à un conflit nucléaire.
nucléaire

‰ 1957, création d’ARPA


1957, d’ARPA:: Pour résoudre le problème mentionné, DoD se tourna vers l’ARPA
(Advenced Research Projects Agency) ou DARPA = Defence ARPA.L’ARPA,

Réseaux Informatiques H. SATORI 28


Chap.3: Modèles de référence OSI, TCP/IP
B- Modèle TCP/IP
B
I- Historique (suite)
‰ 1964: Paul Baran mit au point un réseau hybride d'architectures étoilées et maillées dans lequel
1964:
l
les d
données
é se déplaceraient
dé l i t en cherchant
h h t lel chemin.
h i Cette
C tt technologie
t h l i fut f t appelée
lé « packet
k t
switching »

Paul Baran: né en Pologne


g
en 1926

Réseaux Informatiques H. SATORI 29


Chap.3: Modèles de référence OSI, TCP/IP
B- Modèle TCP/IP

I- Historique (suite)
‰ Au milieux des années 1960,
1960 ARPA proposa à quelque universitaire d’explorer la voie de
commutation
t ti par paquets
t (l’idée
(l’idé de
d Paul
P l BARAN) .
‰ En août 1969
1969, le réseau expérimental ARPANET fut créé par l'ARPA afin de relier quatre instituts
universitaires :
ƒ Le Stanford Institute;
ƒ L'université de Californie à Los Angeles;
ƒ L'université de Californie à Santa Barbara;
ƒ L'université d'Utah.

Réseaux Informatiques H. SATORI 30


Chap.3: Modèles de référence OSI, TCP/IP
B- Modèle TCP/IP
I- Historique (suite)
ARPA en Décembre 1969 et les quatre premiers nœuds

Réseaux Informatiques H. SATORI 31


Chap.3: Modèles de référence OSI, TCP/IP
B- Modèle TCP/IP
I- Historique (suite)

ARPA en 1980

Réseaux Informatiques H. SATORI 32


Chap.3: Modèles de référence OSI, TCP/IP
B- Modèle TCP/IP
B
I- Historique (suite)
‰ 1971: premier courrier électronique
1971: électronique:: Ray Tomlinson mit au point un nouveau mode de
communication
i ti : le
l courrier
i électronique.
él t i L contenu
Le t d ce premier
de i e-mailil était
ét it le
l suivant
i t :
QWERTYUIOP.
‰ Octobre 1972:
1972: ARPANET fut présenté pour la première fois au grand public, lors de la conférence
ICCC (International Computer Communication Conference).
‰ 1972--1974
1972 1974:: développement de TCP/IP par B. Kahn et Vinton Cerf.
‰ 1973:: première connexion international avec la grande Bretagne et la norvège.
1973
‰ 1976: le
1976: l DoD
D D décida
dé id ded déployer
dé l l protocole
le t l TCP sur le
l réseau
é ARPANET composé
ARPANET, é de
d 111
machines reliées entre elles.
‰ 1977:: Internet devient réalité.
1977
‰ 1978: le
1978: l protocole
t l TCP fut
f t scindé
i dé en deux
d protocoles
t l : TCP ett IP
IP, pour constituer
tit ce quii allait
ll it
devenir la suite TCP/IP
TCP/IP..

Réseaux Informatiques H. SATORI 33


Chap.3: Modèles de référence OSI, TCP/IP
B- Modèle TCP/IP

I- Historique (suite)
‰ 1980:: premier virus informatique bloque tout le trafic sur le réseau.
1980
‰ 1981:: 213 ordinateurs sont connectés sur le réseau.
1981
‰ 1982:: Première définition d'Internet : réseau sur lequel le protocole de base est le TCP/IP.
1982
‰ 1983:: 983 ordinateurs sont connectés sur le réseau.
1983
‰ 1984:: 1000 ordinateurs sont connectés sur le réseau.
1984
‰ 1984:: 2000 ordinateurs sont connectés sur le réseau.
1984

‰ 1987:: 28 000 ordinateurs sont connectés sur le réseau.


1987
‰ 1987: 50 000 ordinateurs sont connectés sur le réseau.
‰ 1991 : Tim Berners-Lee du CERN crée le world wide web.

Réseaux Informatiques H. SATORI 34


Chap.3: Modèles de référence OSI, TCP/IP
B- Modèle TCP/IP

I- Historique (suite)
‰ 1992 :1 000 000 d'ordinateurs sont connectés sur le réseau ; Jean Armour Polly forge les termes «
surfer
f sur Internet».
I t t
‰ 1993:: Mosaic apparaît sur le marché.
1993
‰ 1994 : 4 000 000 d’ordinateurs sont connectés sur le réseau ; Il existe 10000 newsgroups ; Le
commerce sur Internet
I t t démarre.

‰ 1995 :Le www devient le service le plus important sur Internet.
‰ 1996: Début de la bataille des Browsers entre Netscape Navigator (de Netscape) et Internet
1996:
E l
Explorer (d Microsoft).
(de Mi ft)
‰ 1998: Première Fête de l’Internet en France les 20 et 21 mars ; 40 000000 d'ordinateurs sont
1998:
connectés au réseau ; Il existe plus de 70 000 newsgroups.
‰ 1999: Internet
1999: I t t deviendra
d i d peut-être t êt «Interplanète
I t l èt » : la l NASA projette
j tt de
d créer
é une liaison
li i avec
Mars et la Lune via Internet ; Fête de l’Internet en Europe les 19, 20 et 21 mars.

Réseaux Informatiques H. SATORI 35


Chap.3: Modèles de référence OSI, TCP/IP
B- Modèle TCP/IP
I- Historique (suite)

Réseaux Informatiques H. SATORI 36


Chap.3 Modèles de référence OSI, TCP/IP
B- Modèle TCP/IP
II Introduction
II-

Le modèle O.S.I. est un modèle théorique


q q qui est difficile à implémenter
p
(mettre en pratique). Il est donc souvent simplifié pour répondre aux
problèmes pratiques.
‰ Les simplifications consistent à regrouper les fonctions de plusieurs couches
O.S.I. en une seule.

Le modèle D.O.D.
DOD d d’ ARPANET ou modèle TCP/IP,
TCP/IP
‰ Créé initialement par le département de la défense américain (US D.O.D) pour
fonctionner dans n'importe quelles conditions.
‰ c'est une architecture réseau en 4 couches dans laquelle les protocoles TCP et
IP jouent un rôle prédominant.
‰ Elle est utilisée actuellement dans toutes applications réseaux.
‰ Le modèle OSI est plus facile à comprendre, le modèle TCP/IP est le plus
uutilisé
sé een ppratique.
que.

Réseaux Informatiques II, SMI S6 H. SATORI 37


Chap. 3: Modèles de référence OSI, TCP/IP
B- Modèle TCP/IP

III- Définition

Le modèle TCP/IP définit l’ensemble de protocoles


p permettant
p la
communication dans un environnement hétérogène (UNIX, Windows, etc.),
structuré en q
quatre couches: couche application,
pp couche transport,
p couche
internet et couche accès réseau .

Réseaux Informatiques II, SMI S6 H. SATORI 38


Chap.3: Modèles de référence OSI, TCP/IP
B- Modèle TCP/IP

III- Définition (suite)

Les quatre couches sont:

‰ couche application
‰ couche transport
‰ couche internet
‰ couche accès réseau

Réseaux Informatiques II, SMI S6 H. SATORI 39


Chap.3: Modèles de référence OSI, TCP/IP
B- Modèle TCP/IP

III- Définition (suite)

Les quatre couches sont:

Réseaux Informatiques II, SMI S6 H. SATORI 40


Chap.3: Modèles de référence OSI, TCP/IP
B- Modèle TCP/IP

III Description
III- D i ti des
d couches
h
III-1 La couche accès réseau
Cette couche regroupe toutes les fonctions des couches de niveaux 1 et 2 du
modèle OSI.
-Les
Les taches réalisées par cette couche sont:
ƒConstitutions de trames,
ƒGestion d’erreurs sur les trames fournies par la couche supérieure
-Détection
Détection
-correction

ƒ Accès au média selon les techniques d’accès


d accès définies par différentes
normes de réseaux (CSMA/CD, Jeton).
ƒTransmission sur les divers supports physiques utilisables.

Réseaux Informatiques II, SMI S6 H. SATORI 41


Chap.3: Modèles de référence OSI, TCP/IP
B- Modèle TCP/IP

III- Description des couches


III
III-1 La couche accès réseau (suite)

Anneau
Ethernet CSMA/CD
a jeton

100baseT Codage NRZ ADSL

Réseaux Informatiques II, SMI S6 H. SATORI 42


Chap.3: Modèles de référence OSI, TCP/IP
B- Modèle TCP/IP
III- Description des couches

III-2 La couche Internet

Le rôle de cette couche est le même que celui de la couche réseaux du modèle
OSI.
-Les
Les taches réalisées par cette couche sont principalement par le protocol
universel , internet protocol (IP):
ƒPermet l’interconnexion de structures différentes de manière transparente
ƒLes
Les données crées par cette couche sont appelées datagrammes
-Elles suivent un format défini par le protocol IP

Réseaux Informatiques II, SMI S6 H. SATORI 43


Chap.3: Modèles de référence OSI, TCP/IP
B- Modèle TCP/IP
III- Description des couches

III-2 La couche Internet (suite)

CSMA/CD Anneau
Ethernet a jeton

100baseT Codage NRZ ADSL

Réseaux Informatiques II, SMI S6 H. SATORI 44


Chap.3: Modèles de référence OSI, TCP/IP
B- Modèle TCP/IP
III- Description des couches

III-3 La couche Transport


Son rôle est le même que celui de la couche transport du modèle OSI :

Selon les applications employées, les types de connexion diffèrent.


-Le protocole TCP (Transmission Control Protocol) : permet de mettre en
place un transfert de données en mode connecté.
-Le protocole UDP (User Datagram Protocol) : permet un transfert de données
en mode sans connexion.

Réseaux Informatiques II, SMI S6 H. SATORI 45


Chap.3: Modèles de référence OSI, TCP/IP
B- Modèle TCP/IP
III- Description des couches

III-3 La couche Transport (suite)

CSMA/CD Anneau
Ethernet a jeton

100baseT Codage NRZ ADSL

Réseaux Informatiques II, SMI S6 H. SATORI 46


Chap.3: Modèles de référence OSI, TCP/IP
B- Modèle TCP/IP
III- Description des couches

III-4 La couche Application

La couche application dans le modèle TCP/IP englobe les couches suivantes


Application Présentation et Session du modèle OSI :

‰ Cette couche contient les différents protocoles de niveau applicatif (dit de


haut niveau), comme:
ƒ Le courrier électronique SMTP (Simple Mail Transfer Protocol),
ƒ Le World Wide Web HTTP (HyperText Transfer Protocol),
ƒ Le transfert de fichier FTP (File Transfer Protocol),
ƒ TFTP (Trivial
(T i i l File
Fil Transfer
T f Protocol),
P t l)
ƒ L’administration réseau (PING
PING, SNMP)
SNMP

Réseaux Informatiques II, SMI S6 H. SATORI 47


Chap.3: Modèles de référence OSI, TCP/IP
B- Modèle TCP/IP
III- Description des couches

III-4 La couche Application (suite)

CSMA/CD Anneau
Ethernet a jeton

100baseT Codage NRZ ADSL

Réseaux Informatiques II, SMI S6 H. SATORI 48


Chap.3: Modèles de référence OSI, TCP/IP

C- Comparaison
p OSI et TCP IP
comparaison entre le modèle OSI et le modèle TCP /IP :

Réseaux Informatiques II, SMI S6 H. SATORI 49


Chap.3: Modèles de référence OSI, TCP/IP

C- Comparaison
p OSI et TCP IP
comparaison entre le modèle OSI et le modèle TCP /IP :

Réseaux Informatiques II, SMI S6 H. SATORI 50