Vous êtes sur la page 1sur 60

FACULTE DE THEOLOGIE DES ASSEMBLEES DE DIEU

QUELLES STRATEGIES POUR L‟IMPLANTATION D‟EGLISES, EN MILIEU DES

PEUPLES NON-ATTTEINTS : CAS DU CANTON OCEAN DANS

LA PROVINCE DE L‟OGOOUE-MARITIME AU GABON

UN MEMOIRE PRESENTE A

LA FACULTE DE THEOLOGIE DES ASSEMBLEES DE DIEU,

POUR L‟ACCOMPLISSEMENT PARTIEL DES EXIGENCES REQUISES

DE LICENCE EN THEOLOGIE

PAR

LOUIS MARCEL M‟BOUMBA

LOME, TOGO

NOVEMBRE 2019
FACULTE DE THEOLOGIE DES ASSEMBLEES DE DIEU

LOME, TOGO

Sur la recommandation du Doyen Académique

Et du Directeur de Mémoire,

Ce projet de mémoire est accepté comme

Accomplissement partiel des exigences requises

Pour l‟obtention du Diplôme de

LICENCE EN THEOLOGIE

____________________________________

Directeur de Mémoire

____________________________________

Doyen Académique

__________________________________

Président

____________________________________
Date

ii
DEDICACE

A Dieu soit la gloire !

Je dédie ce mémoire à :

Mon Dieu tout puissant, mon Sauveur et Seigneur Jésus-Christ qui par son amour insondable,

m‟a arraché de la boue du péché et m‟a amené dans son admirable lumière. A lui la victoire

parce qu‟il a fait de moi ce que je suis !

A ma femme, Justine M‟BOUMBA, épouse fidèle, compagne et collaboratrice efficace dans

les combats et le ministère.

A mes fidèles collaborateurs dans l‟œuvre..

A tous mes sponsors de près ou de loin qui ont cru en moi.

A tonton Michel ESSONGUE et à son épouse Jeanne Thérèse ESSONGUE,

A papa Olivier BALONZI et à sa tendre épouse,

A mon défunt père, Louis Marie MBAYE

A tous mes frères et sœurs.

iii
REMERCIEMENTS

Au terme de notre formation en théologie à la FATAD et de la rédaction de ce

mémoire de Licence, j‟exprime ici toute ma profonde gratitude à mon Sauveur et Seigneur

Jésus-Christ qui soutient toute chose et qui nous donne la vie, le mouvement et être. Je lui

dois tout. Pour m‟avoir enlevé du précipice et encouragé pendant les jours d‟orage. Merci

Seigneur !

Mes remerciements vont aussi à l‟endroit de toute l‟administration du corps enseignant

de la FATAD pour le dévouement et leur disponibilité à rendre service. Merci spécialement

au Dr Mark TURNEY, Président de la FATAD, au révérend Douti FLINDJA, doyen

académique de la FATAD, au révérend Mitré DJAKOUTI, Président des AD TOGO.

A mon Directeur de mémoire, John WALADA, pour son soutien, sa sensibilité, son

investissement, ses directives et sa disponibilité.

Mes remerciements vont également à l‟endroit du Président Jude Benjamin

N‟GOUWA, Président des AD GABON, au Dr Jean de Dieu NTIWINI IGANA, au Premier

vice-Président des AD GABON Arthur Séraphin MBA, au deuxième vice-Président, Yves

MMFOUMBI IKAPI, au Missionnaire Gary Alan DICKINSON.

Au frère Steve Davy NZE TOUME MINKO, pour sa sollicitude, à tout le personnel

de l‟extension FATAD GABON et à toute l‟église des AD Morija qui a cru en moi et m‟a

soutenu durant ce programme. Que Dieu vous bénisse !

iv
TABLE DES MATIERES

DEDICACE ................................................................................................................................ iii

REMERCIEMENTS ..................................................................................................................iv

TABLE DES MATIERES.......................................................................................................... v

CHAPITRE 1 :INTRODUCTION ............................................................................................. 1

Arrière-plan de la recherche ....................................................................................................... 1

Problématique de la Recherche .................................................................................................. 2

Hypothèse de la Recherche ........................................................................................................ 2

Raisons du choix du sujet de la recherche .................................................................................. 3

Objectif de la recherche .............................................................................................................. 3

Méthodologie de la Recherche ................................................................................................... 3

Délimitation de la recherche....................................................................................................... 4

Limitation de la recherche .......................................................................................................... 4

Définition des termes.................................................................................................................. 4

Un peuple non–atteint ..................................................................................................... 4

Une Implantation d‟église............................................................................................... 5

La Stratégie ..................................................................................................................... 6

Une Eglise....................................................................................................................... 6

CHAPITRE 2:DEVELOPPEMENT .......................................................................................... 9

Les fondements bibliques de l‟implantation d‟église ................................................................. 9

Le Concept d‟implantation d‟église dans l‟Ancien Testament....................................... 9


v
Le plan de Dieu pour le salut de l‟humanité ....................................................... 9

La Mission de Dieu........................................................................................... 14

Les principes d‟implantation d‟églises dans le Nouveau Testament ............................ 17

Jésus bâtit son église ......................................................................................... 19

Deux structures dans l‟œuvre d‟implantation dans le Nouveau Testament ..... 19

Fondation de l‟église jusqu‟aux extrémités de la terre ..................................... 20

La présentation sommaire des Assemblées de Dieu du Gabon ................................................ 21

Les pionniers de l‟œuvre .................................................................................. 21

Autonomie et Le développement de l‟œuvre jusqu‟en 2010 ............................ 22

Présentation du Canton Océan.................................................................................................. 25

Le Cadre géographique ..................................................................................... 25

Le Cadre historique........................................................................................... 25

Les défis de l‟implantation dans le Canton l‟Océan................................................................. 26

Contexte politique......................................................................................................... 26

Le contexte religieux .................................................................................................... 29

Difficultés de la communication................................................................................... 29

Proposition de stratégies d‟implantation d‟églises. .................................................................. 30

La phase préparatoire d‟implantation d‟église ............................................................. 31

Mise au point de l‟action d‟implantation d‟église ............................................ 32

Stratégie implanteurs d‟églises Judea Harevest. ........................................................... 35

vi
Outillages d‟implantation d‟églises .................................................................. 35

Les moyens financiers ...................................................................................... 36

Prise en charge des âmes sauvées............................................................................................. 36

Proposition d‟un module de formation pour les implanteurs ...................................... 36

L‟étude des langues .......................................................................................... 37

Formation du Discipolat ................................................................................... 38

Formation de leaders avec la connaissance des langues du milieu .................. 39

CHAPITRE 3:CONCLUSION................................................................................................. 41

Résumé ..................................................................................................................................... 41

Suggestions ............................................................................................................................... 46

SOURCES CONSULTEES...................................................................................................... 51

Ouvrages ................................................................................................................................... 51

Sources électroniques ............................................................................................................... 52

vii
1

CHAPITRE 1 :

INTRODUCTION

Arrière-plan de la recherche

Au vingt et unième siècle, l‟évangile a fait des progrès pour le salut des âmes.

Un bon nombre de groupes linguistiques se réclame du Christ ces temps qui courent.

Malgré cette montée de l‟évangile, des peuples non-atteints existent encore aujourd‟hui

dans plusieurs pays.

L‟Eglise Assemblées de Dieu s‟est implantée depuis le réveil de 1935-1936. Il a

eu pour père fondateur le revivaliste Georges Oyembo père du pentecôtisme gabonais

(1885-1976).1

Les Assemblées de Dieu sont rependues dans le monde entier et sont formées

d‟hommes et de femmes de toutes de toutes les races, de toutes les couleurs et de toutes

les conditions sociales. Gaston Vernaud et Samuel Galley furent deux instruments de

Dieu lors du réveil spirituel des années 1935-1936.2

Ce réveil qui démarra en Octobre 1935 connaîtra son point culminant en 1936 et

gagnera quelques provinces du pays dont : l‟Estuaire (Libreville), le Moyen Ogooué (la

région des lacs tel que Samkita, Ngomo…), l‟Ogooué Ivindo (Ovan et Makokou), et

1
Eglise des Assemblées de Dieu du Gabon. “Le Soixante-Seizième anniversaire des Assemblées
de Dieu du Gabon” Pentecôte Gabonaise 3è éd.( 2015), 6.
2
Ibid.
2

l‟Ogooué-Maritime : Abélogo et Port-Gentil. Extrait de : Annuaire des Assemblées de

Dieu de France.3

Depuis ce temps, toutes les neuf provinces du pays sont couvertes par l‟évangile.

Mais un constat est fait quant au canton Océan, qui se trouve en face de la grande

capitale économique du pays principalement Port-Gentil, ville métropolitaine. C‟est une

situation qui nous fait remarquer que : malgré le passage des grands courants

évangéliques modernes, le milieu reste non-atteint et les populations s‟enlisent dans les

religions traditionnelles et le paganisme.

Problématique de la Recherche

Depuis l‟époque coloniale, le Gabon a connu de grands mouvements religieux,

partant de l‟arrivée de colonisateurs en l‟an 1800 jusqu‟au réveil de 1935 et celui de

1988, bon nombre d‟églises ont pu voir le jour. Plusieurs essais de pénétrations dans le

Canton Océan seront entrepris par plusieurs dénominations, dont notamment vers 1800

par l‟Eglise Catholique, qui se verra refoulée. L‟Eglise de l‟Alliance Chrétienne

Missionnaire emboitera le pas et échouera après deux tentatives. Cependant aucun des

soixante-dix villages et campements du canton Océan n‟a la présence d‟une église

chrétienne.

Face à ces échecs d‟évangélisation voire d‟implantation d‟églises, quelles

stratégies adopter pour pénétrer avec l‟évangile dans le Canton Océan ?

Hypothèse de la Recherche

A la question précédente à savoir, quelles stratégies adopter pour pénétrer avec

l‟évangile dans le Canton Océan, nous utiliserons les stratégies suivantes : le jeûne et la

3
Ibid., 6-9.
3

prière, l‟évangélisation de masse avec des méthodes que les autochtones peuvent

rapidement comprendre, l‟évangélisation de proximité, maison par maison.

Raisons du choix du sujet de la recherche

Nous avons choisi de traiter le sujet de la stratégie d‟implantation d‟églises en

milieu non atteint, afin d‟aider les missionnaires d‟églises anciennes comme nouvelles

qui désirent travailler dans ces milieux pour la gloire de Dieu, d‟avoir entre leurs mains,

un outillage viable avec lequel ils pourront impacter positivement la localité du canton

océan et de pouvoir relever le défi de couvrir le Gabon tout entier avec l‟évangile pour

le salut du plus grand nombre.

Objectif de la recherche

Cette recherche va se structurer autour des axes principaux suivants :

Premièrement, les fondements bibliques d‟implantation d‟églises.

Deuxièmement, les défis d‟implantation d‟églises dans le canton océan. Troisièmement,

les propositions de stratégies d‟implantation d‟églises.

Méthodologie de la Recherche

Pour que nous puissions mener à bien cette recherche, nous nous appuierons sur

des documents disponibles qui ont trait à ce sujet et se trouvant à la bibliothèque de la

FATAD. Nous consulterons aussi d‟autres sources telles que : librairies, sources

internet, revues, journaux, interview de certaines personnes indiquées selon leurs

fiabilité et compétences en la matière, d‟autres organismes chargés d‟implantation

d‟églises.
4

Délimitation de la recherche

Notre étude est planifiée dans une zone bien délimitée, le Canton Océan dans la

province de l‟Ogooué-Maritime. Elle n‟inclut pas une généralité ; elle a pour finalité,

l‟implantation d‟églises par le moyen d‟évangélisation dans chaque village du Canton

ci-dessus précité.

Limitation de la recherche

Notons bien que : le manque de moyens financiers nécessaire pour faire plus

d‟investigations, et des difficultés inhérentes à certaines informations, ont dans une

certaine mesure restreint notre recherche: les difficultés des voies d‟accès nécessitant de

gros moyens parfois inaccessibles en certains endroits rendent difficiles notre démarche

sur le terrain. Enfin, l‟éloignement de notre pays de la FATAD limite quelque part notre

recherche.

Définition des termes

Un peuple non–atteint

Un peuple non-atteint est un peuple vivant dans un milieu où il n‟y a pas

d‟église, et à qui on n‟a pas encore prêché l‟évangile, et qui n‟a pas été touché par un

message évangélique où l‟évangile n‟a même pas été prêché ne fut-ce qu‟une fois dans

cette zone. La plupart des peuples non-atteints se trouvent dans les pays où l‟islam, le

bouddhisme, l‟hindouisme, et où l‟animisme règnent. Ils représentent d‟autres dieux qui

ont pris la place du vrai Dieu, aveuglant des milliers de cœurs et de pensées, et
5

modelant des coutumes pour s‟opposer à l‟évangile. 4 Les missiologues utilisent souvent

pour décrire l'expression « non-atteints » celle de ces groupes ethnolinguistiques dont la

population est moins de 2 pour cent évangéliques, ou pour les groupes ayant une

présence d'églises bibliques insuffisante, ou là où les chrétiens en faible nombre ne

peuvent poursuivre l‟œuvre sans aide extérieure. Un peuple non atteint c‟est aussi un

peuple qui n‟est pas encore touché par l‟évangile. C‟est un peuple qui peut être dans une

contrée lointaine, ou bien renfermé dans une cité, fermé à l‟évangile.

Une Implantation d‟église

L‟implantation d‟une église c‟est une stratégie de la mise en exécution du

mandat divin par la prédication de l‟évangile. L‟implantation d‟église est dans son

essence, la mise à exécution du mandat divin, et ceux qui font ainsi, ont la promesse de

Christ qu‟il sera avec eux même jusqu‟à la fin du monde. (Mt. 28 .18-20)5 . Dans ces

zones d‟ombres, beaucoup de gens refusent d‟être abordé et cela rend souvent la tâche

difficile. Et c‟est pour cela que ce n‟est que ceux qui ont suivis une formation qui

peuvent les aborder facilement. L‟art de créer une église, c‟est de témoigner, d‟assurer

le suivi et de réunir les brebis.6

D‟après cela, l‟Église est un rassemblement des personnes qui ont donnés leur

vie à Jésus, ces personnes sont nées de nouveau et ont revêtu Christ, car à Antioche le

terme chrétien n‟est pas venu pour une appréciation, mais pour identifier ceux-là qui

étaient devenus semblable à Christ.

4
Robert Reeve, Passion pour les Nations (Dijon, France : Edition Missionnaires Francophones,
2002), 19.
5
Melvin L. Hodge, un guide pour implanteur d’églises (Bruxelles, Belgique : Edition
Assemblées de Dieu, 1977), 13.
6
Dag Heward-Mills, Implantation d’églises (Wellington, South Africa: Lux Verbi, 2009), 165.
6

La Stratégie

La stratégie, Selon le dictionnaire, Petit Larousse, la stratégie est l‟art de diriger

un ensemble de disposition pour atteindre un but. L‟art de coordonner l‟action des

forces militaires, politiques, économiques, et morales impliquées dans la conduite d‟un

conflit, ou dans la préparation de la défense d‟une nation ou d‟une communauté de

nations.

Le dictionnaire Hachette quant à lui dit que la stratégie est la partie de l‟art

militaire, consistant, à organiser l‟ensemble des opérations d‟une guerre, la défense

globale d‟un pays, c‟est également l‟art de combiner des opérations pour atteindre un

objectif.7 La stratégie est donc un ensemble des choix objectifs et de moyens qui

orientent, à moyen et long terme, les activités d'une organisation, d'un groupe.

Une Eglise

Le terme « Eglise », vient du grec, ekklesia “ (étymologiquement) « appelé hors

de », qui désignait dans l‟Etat Grec le rassemblement des citoyens en général hors de la

Cité. Il fut choisi dans le Nouveau Testament pour désigner « l‟assemblée des

croyants » comme mot grec équivalent à Sunagogè qui était déjà utilisé par la

communauté juive.8 (1) Le sens étymologique, le mot ekkesia est composé du préfixe

« ek » signifiant hors de, et du radical klesia, qui est la forme passive du verbe kaléo,

j‟appelle. (2) sens historique, le mot ekklesia avait en grec un sens politique, jamais un

sens religieux. A Athènes par exemple l‟ekklesia l‟assemblée régulièrement convoquée

de tous les citoyens de la ville, de tous ceux qui avaient le droit de cité. (3) sens

7
Ankou Saram, Défi d’une Nouvelle Stratégie Administrative pour l’Eglise en Afrique (Lomé,
Togo : EditTogo, 2012), 17.
8
Christophe Paya et Bernard Huck, dictionnaire de Théologie pratique : (Edition Excelsis Sarl,
2011), 597.
7

judaïque, s‟ajoutera un terme religieux employé plus d‟une centaine de fois ce mot

ekklesia pour rendre le mot hébreux qâhâl qui désigne les assemblées de toutes espèces

et principalement l‟assemblée du peuple élu de Dieu. (4) sens chrétien Il y a un sens

nouveau qui englobe et dépasse toutes les acceptions que le mot avait précédemment,

comme le dit E. Brunner : « le Nouveau Testament a rempli bien la notion d‟ekklesia

de l‟Ancien Testament que celle de l‟ekklesia profane grec d‟un contenu christologique,

entièrement nouveau. » Dans sens chrétien on retrouve :

a) Le sens étymologique « appelé hors de.

(1) Vocation (kaleo : j‟appelle) c‟est donc Dieu qui appelle

(2) Séparation (ek : hors de) à sortir du milieu du monde.

(3) Rassemblement (ekklesia : assemblée) Le dessein de Dieu c‟est de

réunir toutes choses en Christ.

Dieu appelle les hommes à sortir du monde des ténèbres, du royaume de Satan

pour passer à son admirable royaume de lumière.9

Ethique et moralité

Les termes éthique et moralité sont si proches l‟un de l‟autre que le dictionnaire

Encarta définit l‟éthique comme étant un « ensemble de principes moraux gouvernant la

conduite d‟un individu ou d‟un groupe ». Certains utilisent le terme éthique en le reliant

à l‟étude du bien et du mal, du bon et du mauvais, tandis que la moralité touche au

comportement réel, « l‟action pratique de ce que l‟on croit être bon et bien ». James

William McClendon écrit ceci : Morale et moralité dérivent du latin, mos, signifiant

coutumes ou usage, tandis que le mot éthique, dérive du grec ethos, signifiant à peu

près la même chose ; Donc n‟est pas assurément étonnant qu‟aujourd‟hui comme
9
Alfred Keuen, Je bâtirai mon église (Saint-Leger Vevey, Suisse : Edition Emmaüs, 1967), 41.
8

auparavant ces deux mots soient synonymes. Quand une distinction est faite de nos

jours, la moralité renvoie à la conduite humaine réelle vu en rapport avec le bien et le

mal, le bon et le mauvais ; et « éthique » désigne une vue d‟ensemble théorique de la

moralité, une théorie, un système ou un code. Dans ce sens, notre moralité est la réalité

humaine concrète vécue au quotidien, tandis que l‟éthique implique une démarche

intellectuelle qui consiste en la rétrospective et analyse ou la conceptualisation d‟une

quelconque moralité.10

10
Samuel Waje Kunhiyop, Ethiqque chrétienne africaine (Yaoundé, Cameroun : Editions Clé,
2016), 20-21
9

CHAPITRE 2

DEVELOPPEMENT

Les fondements bibliques de l’implantation d’église

L‟œuvre d‟implantation d‟églises ne demeure pas sans trace dans les Saintes

écritures, d‟ailleurs elle s‟affirme par la présence des métaphores ou des ombrages,

telles que le Tabernacle ou les synagogues. Le terme Sunagôgê désigne chez les juifs

de l‟antiquité, à la fois maison destinée à l‟étude de la Bible et à la prière, ou lieux

saints (Ps74.8). De même, édâh ou assemblée en hébreux et quâkhàl, église en

hébreux11

Le Concept d‟implantation d‟église dans l‟Ancien Testament

Le plan de Dieu pour le salut de l’humanité

Le parcours de l‟Ancien Testament ne laisse nulle part paraître le terme église,

mais son étude approfondie fait découvrir aux lecteurs studieux des préfigurations

d‟implantations de l‟église, question si importante qui taraude nos cœurs et qui s‟inscrit

dans la vision du plan rédempteur de Dieu pour le salut de l‟humanité. Il ne s‟agira pas

ici de faire une liste exhaustive des métaphores concernant la notion d‟implantation

d‟église dans l‟Ancien Testament, mais d‟en ressortir quelques parallélismes poignants

qui auront leurs accomplissement dans le Nouveau Testament. L‟implantation de

l‟église telle qu‟elle est conçue aujourd‟hui, est liée à l‟existence du plan de Dieu. Nous

ne pouvons pas dissocier, l‟implantation d‟églises de la mission ni de l‟évangélisation,


11
Bernard Gilliéron, Dictionnaire biblique (Moulin, Suisse : Editions du Moulin, 1985), 217.
10

car l‟un est corollaire des deux autres. Pour qu‟il ait salut il faut l‟existence d‟un danger.

Le récit de la création retrace la création de l‟être humain qui tomba dans le péché après

la tentation du diable. En effet, cette tragédie entraina le monde entier à la mort.

Cependant, Dieu dans son amour, établira un plan rédempteur pour sortir l‟homme créé

à son image de cet état de précarité.

Dès la création de l‟homme, le Créateur, rendait visite à ses créatures, étant

encore dans l‟état d‟innocence. La première cellule familiale préfigurait l‟église. En

formant les êtres humains, Dieu les dota d‟une triple nature, à savoir d‟un corps, d‟une

âme et d‟un esprit. Il leur donna une intelligence, des émotions et une volonté propre

pour leur garantir une liberté de communication avec lui, afin que ceux-ci lui rendent

leur adoration et leur service par la foi, avec loyauté et reconnaissance.»12 Cette dotation

créait un cadre saint, tenant lieu de rencontre avec le Créateur.

Le premier mariage entre Adam et Eve est une institution divine symbolisant,

le mariage mystique entre Christ et l‟église, selon ce que dit le livre de Genèse : « Dieu

les bénit, et Dieu leur dit : Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre et

l‟assujettissez, et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout

animal qui se meut sur la terre » (Gn 1.28). Ici, le Seigneur lui-même va implanter la

première cellule familiale qui sera l‟image de l‟église de maison.

Cependant, la semence du serpent a fait que le mal allait en s‟empirant et la

méchanceté avait atteint son paroxysme ; l‟homme créé à l‟image de Dieu était devenu

corrompu, et ses pensées allant vers le mal ont provoqués la colère de Dieu. Depuis la

chute un dualisme du bien et du mal s‟exerce sur l‟humanité.

12
Donald C. Stamps, M.A., Div., La Bible Esprit et Vie, Version Louis Segond, éd. révisée de
1910 (Springfield, MO, USA: Life Publishers International, 2006), 28.
11

Après la mort d‟Abel que Caïn avait tué, il y eut une culture de la lignée

sainte. « Adam connu encore sa femme ; elle enfanta un fils et l‟appela du nom de Seth,

car, dit-elle, Dieu m‟a donné un autre fils à la place d‟Abel, que Caïn a tué. » Seth prend

ainsi la place d‟Abel dans la postérité sainte. Seth eu aussi un fils et l‟appela du nom

d‟Enosch. C‟est alors que l‟on commença à invoquer le nom de l‟Eternel » ou selon une

variante probable : « les hommes commencèrent à porter le nom de l‟Eternel » (Gn

4.26). En d‟autres termes, la postérité sainte se réclamera désormais du nom de l‟Eternel

comme les chrétiens se réclameront plus tard du nom de Christ.

Toute la postérité sainte sera désormais identifiée à son Seigneur et maître (Gn

4.25, 26. »13 Cette appartenance, est une implantation d‟une foi en Dieu, qui avait

désormais un peuple qui lui obéit. Depuis qu‟Adam et Eve se sont révoltés contre la

volonté de Dieu, ce n‟est qu‟en vertu de l‟alliance de la grâce qu‟ils trouvent accès

auprès de Dieu. Cette grâce s‟applique à toute l‟humanité après eux et elle sanctionne

l‟œuvre de de Christ à l‟exception de toute autre.

Après le déluge, Dieu s‟est choisi un homme Abraham, par lequel son plan

rédempteur sera mis à exécution. Son plan rédempteur pour le salut de l‟humanité est

indissociable avec la mission, l‟évangélisation et l‟implantation d‟églises qui sont les

artères de sa réalisation. «L‟Eternel dit à Abraham : Va-t‟en de ton pays, de ta patrie, et

la maison de ton père, dans le pays que je te montrerai, je ferai de toi une grande Nation,

et je te bénirai ; je rendrai ton nom grand, et tu seras une source de bénédiction. Je

bénirai ceux qui te béniront et je maudirai ceux qui te maudiront ; et toutes les familles

de la terre seront bénis en toi.» (Gn 12.-3)

13
Francis A. Schaeffer, La Genèse Berceau de l’histoire (Genève, Suisse : Edition La Maison de
la Bible, 1983), 23.
12

L‟appel d‟Abraham et la sortie de son pays et de son peuple vont constituer

l’ékklésia de l‟Ancien Testament sortir hors de, c‟est l‟implantation de l‟adoration du

monothéisme, qui sera une ombre de l‟église, l‟ekklésia du Nouveau Testament appelé

hors de, pour être un peuple saint mis à part pour le Dieu unique. C‟est donc par

Abraham, l‟homme choisi par Dieu, que le processus du plan du salut pour l‟humanité

va démarrer.

Par la descendance d‟Abraham, Dieu se constituera un peuple saint qui se

distinguera de toutes les autres nations de la terre. « Car tu es un peuple saint pour

l‟Eternel, ton Dieu ; l‟Eternel, ton Dieu, t‟a choisi, pour que tu fusses un peuple qui lui

appartînt entre tous les peuples qui sont sur la face de la terre » (Dt 7.6). La raison de ce

choix ce n‟est pas que ce peuple soit meilleur aux autres nations de la terre, mais c‟est

parce que l‟Eternel voulait se doter d‟un instrument par lequel il se servira pour se

révéler au monde, afin de rétablir le règne du royaume de Dieu sur la terre. Jean le

retrace plus tard dans sa vision de l‟apocalypse : « Après cela, je regardai, et voici, il y

avait une grande foule, que personne ne pouvait compter, de toute nation, de toute tribu,

de tout peuple, et de toute langue. Ils se tenaient devant le trône et devant l'agneau,

revêtus de robes blanches, et des palmes dans leurs mains » (Ap 7.9). Au fil du temps,

le constat sera le fait de voir la main puissante de Dieu en action, réalisant dans

l‟histoire, l‟accomplissement de son plan arrêté depuis l‟éternité. Ce plan consisterait à

établir son royaume sur tous les peuples et toutes les nations qui sont sur la terre comme

au ciel. Dieu lance un appel à Israël depuis l‟Ancien Testament ; il est écrit dans le livre

du prophète Esaïe : « Moi, l‟Eternel, je t‟ai appelé pour le salut, et je te prendrai par la

main, je te garderai, et je t‟établirai pour traiter alliance avec le peuple, pour être la

lumière des nations » (Es 42.6).


13

Cette mission centripète d‟Israël avait pour but de refléter la gloire de Dieu pour

faire venir de loin les nations étrangères en Israël pour qu‟elles découvrent le vrai Dieu,

comme la reine de Séba qui vint d‟Ethiopie pour entendre la sagesse de Salomon. La

Bible affirme que « La reine de Séba apprit la renommée que possédait Salomon, à la

gloire de l‟Eternel, et elle vint pour l‟éprouver par des énigmes …elle vit toute la

sagesse de Salomon, et la maison qu‟il avait bâtie » (1R 10.1, 4). La renommée de la

gloire de Dieu dépassait déjà les frontières et plusieurs personnes hautement placées

venaient s‟enquérir de cette gloire. C‟est par Israël que Dieu devait entrer en contact

avec les nations païennes, mais Israël n‟était qu‟un instrument pour préparer l‟arrivée du

Messie. Par sa rébellion, Israël a échoué lamentablement et n‟a pas pu jouer son rôle de

médiateur. Dieu étend sa miséricorde sans limite à toutes les nations de la terre. Dans le

des Rois, Bible mentionne l‟œuvre de la petite fille du pays d‟Israël en Syrie, en

disant : « La petite fille dit à sa maitresse, si mon seigneur connaissait le prophète qui

est en Israël, il le guérirait de sa lèpre. A l‟écoute de cela, Naaman se rendit en Israël et

fut guéri. La renommée de l‟Eternel s‟étendit jusqu‟en Syrie (2 R 5.3-14). De même

aussi à l‟étranger, les trois compagnons de Daniel furent jetés dans la fournaise ardente,

mais Dieu les protégea. Le Roi étonné de ce miracle cru au Dieu tout puissant et incita

de même à tout son peuple de le craindre (Da 3.16-30). Daniel également jeté dans la

fosse aux lions fut préservé par Dieu et cet acte poussa le roi à craindre le très Haut. (Dn

6.13-28).

L‟arrivée du Messie devait accomplir toutes les prophéties le concernant entre

autres, en mourant sur la croix et en ressuscitant d‟entre les morts pour payer la rançon

du péché accomplissant ainsi, la mission de Dieu.


14

La Mission de Dieu

La mission de Dieu, c‟est la grande commission ou la Missio Déi elle est

chronologique et part de la Genèse à l‟Apocalypse. C‟est pour cela que Dieu est un

Dieu missionnaire, car après la chute, il se met à rechercher Adam et Eve. La Mission

de Dieu se retrouve dans l‟histoire de la Bible et de l‟église. D‟une manière

chronologique, dans le Pentateuque et les livres historiques, la mission de Dieu est

révélée dans l‟appel d‟Abraham qui englobe également sa descendance dans la chair,

par Isaac son fils pour ce qui est d‟Israël, et d‟une manière prophétique, par Jésus-Christ

du point de vue spirituel ou en d‟autre terme, l‟église. Le livre de Josué présente

symboliquement la conquête de Canaan et son partage selon les tribus d‟Israël. On

retrouve l‟intention missionnaire de Dieu dans les livres poétiques et les écrits

prophétiques par leur exaltation symbolique. Les Psaumes témoignent du règne

souverain de Dieu sur la terre, les îles, et les nations. D‟après John York les Psaumes 93

à 100 ont un thème commun : le juste règne de Dieu sur les nations. Le langage du

Psaume100, décrit l‟adoration, mais un appel à l‟adoration adressé à tous les habitants

de la terre qui doivent pousser des cris de joie et l‟adoration vers l‟Eternel, en

reconnaissant qu‟il est Dieu et le Créateur. York voit ce cri unique comme une exigence

de rentrer dans l‟adoration de Yawé, une anticipation de la doctrine de la justification

par la foi.14

Dieu voulait détruire le mal depuis la racine, en apportant une solution pour tous

les temps, restaurer la création et réconcilier le ciel et la terre avec son créateur. 15

14
John Y. York, La Mission à l’ère de l’Esprit, éd. Stanley M. Horton (Springfield, MO, USA :
Africa‟s Hope Publication, 2008), 52.
15
Christopher J. H. Writh, La Mission de Dieu fil conducteur du récit biblique (Chemin du clos :
France, Edition Excelsis, 2012), 363.
15

Dieu dans sa mission Dieu a toujours travaillé avec les hommes. Il choisit tantôt

une personne parfois un peuple. Dieu pour sa mission va choisir, un homme, Abraham,

avec qui, il fera une alliance, l‟Alliance Abrahamique. De cet homme sortira un peuple

et de ce peuple une nation qui sera considérée comme la communauté de l‟alliance

depuis l‟alliance abrahamique en (Genèse 15). De ce fait Israël peuple choisi par Dieu,

prendra conscience en réalisant profondément qu‟il constitue un peuple exceptionnel,

particulier, avec un héritage, une mission, une espérance unique. Même étant choisi par

Dieu, tant que nous n‟aurons pas pris conscience de nos responsabilités et de notre

mission, rien ne pourra bouger, car nous pourront être un frein pour nous-mêmes.16

Israël, ayant pris conscience de sa position de peuple élu de Dieu devait savoir

que Dieu est souverain et ne peut être contrôlé, c‟est à eux de savoir que Dieu recherche

le salut de toutes les nations à travers Israël. Le fait d‟être le peuple de YHWH,

impliquait un engagement à être un instrument pour le bien de toutes les nations, dans

toute l‟étendue universelle de la Seigneurie de YHWH sur l‟ensemble du monde. Daniel

T. Niles a résumé cette relation au monde dans ces quatre principes : (1) L‟intérêt de

Dieu pour le salut des nations sert de base pour l‟appel d‟Abraham. (2)Israël est issu des

nations et n‟est donc pas une nation comme les autres. Israël est une nation à l‟intérieur

et hors des nations, et elle s‟adresse à elles. (3) Le Dieu qui a choisi Israël hors des

nations est toujours demeuré le Dieu de toutes les nations. (4) En raison de ce triple

accent, la vie et la mission d‟Israël affectent non seulement son histoire nationale mais

également l‟histoire du monde.

16
Charles Van Engen, Le peuple missionnaire de Dieu, repenser le dessein de l’église locale
(Grands Rapids, Michigan, USA : Baker publishing Group, 1991) ,113.
16

« Une telle conception de la vie et de la mission d‟Israël » a dit Niles, « a exigé

d‟une part qu‟elle garde son identité dans le monde, et d‟autre part qu‟elle serve le

monde en direction duquel sa mission a été établie. »17 En considérant la mission que

Dieu a assignée à Israël, sorti des nations, mais représentant des nations devant Dieu

pour assurer sa mission centripète, devait jouer un rôle considérable.

La Mission de Dieu, partant de Genèse et ayant été confiée au peuple saint de

l‟Ancien Testament qui est Israël. Ce dernier était appelé à mener une mission

centripète, attirer les nations des extrémités de la terre vers Jérusalem pour leur faire

connaître le vrai Dieu. Israël n‟ayant pas achevé sa mission, se verra priver de ce

privilège à l‟arrivée de Jésus-Christ qui choisira un autre instrument qui sera l‟espoir du

monde, c‟est-à-dire l‟église qui jouera le même rôle, mais cette fois exercera une

mission centrifuge, de Jérusalem vers les extrémités de la terre. En effet, le Dieu

d‟Israël demeure le grand Dieu de l‟univers et veut se faire connaître par Jésus. Nous

pouvons reformuler la mission de Dieu comme suit : « que ce soit par l‟expérience de la

grâce salvatrice de Dieu ou en étant exposé à son juste jugement, le peuple d‟Israël a

appris à connaître le véritable Dieu vivant. Et de la même manière en fin de compte, les

autres nations vont apprendre à connaître son identité, soit dans la repentance, le salut et

l‟adoration, soit dans la méchanceté, l‟arrogance et la destruction. « Car la terre sera

remplie de la glorieuse connaissance de l‟Eternel comme les eaux recouvrent le fond

des mers » (Ha 2.14) ».18 Tels sont la volonté et le dessein de Dieu, telle est la mission

de Dieu.

17
Ibid., 114.
18
Christopher J. H. Wright, La Mission de Dieu fil conducteur du récit biblique, Alexandre
Sarran (chemin du Clos : France, Edition Excelsis, 2012), 133.
17

Dans le Nouveau testament, le Dieu d‟Israël qui devait se faire connaître par

Israël dorénavant va se faire connaitre par Jésus-Christ à travers l‟église. C‟est cette

lourde mission qui est confiée maintenant à l‟église.

Les principes d‟implantation d‟églises dans le Nouveau Testament

Le Nouveau Testament regorge de plusieurs exemples d‟implantation d‟églises.

Parler des principes d‟implantation de l‟église dans le Nouveau Testament reviendra à

parler de la formation ou création de ces églises, de l‟implantation initiale ou de leur

extension.

Quand nous jetons un coup d‟œil dans le Nouveau Testament, la grande

structure qui est rencontrée, c‟est l‟église primitive. Or, l‟Eglise primitive c‟est

l‟ensemble de toutes les structures composant les églises locales. La question qui mérite

d‟être posée est la suivante : Comment ces églises ont-elles été fondées ? Et quelle est la

taille d‟une église ? Pour répondre à ces questions, commençons par la deuxième : Pour

les humains la taille d‟une église est déterminée par le nombre de ses fidèles. Mais pour

le divin maître, c‟est sa présence, Jésus-Christ au milieu.

Le premier principe d‟implantation d‟églises dans le Nouveau Testament est sa

présence, Jésus-Christ au milieu d‟eux. Après son ascension, le Seigneur fit une

promesse à ses disciples : « Car là où deux ou trois sont assemblés à mon nom, je suis

au milieu d‟eux » ( Mt 18.20). La traduction espagnole dit ceci : « Là où deux ou trois

sont rassemblés (littéralement sont « congrégationnés ») en mon nom, je suis au milieu

d‟eux. » Deux ou trois personnes c‟est tout ce qu‟il faut pour former une congrégation,

une congrégation de croyants avec Jésus au centre, c‟est l‟église. Pas seulement deux où
18

rois personnes, mais deux ou trois qui sont appelés par son nom, parce qu‟ils lui

appartiennent.

Ainsi, cette structure faite d‟églises de maison est rencontrée dans le Nouveau

Testament comme l‟atteste Paul dans l‟épitre aux Romains : « Saluez Prisca et Aquilas,

mes compagnons d‟œuvre en Jésus-Christ….saluez aussi l‟église qui est dans leur

maison » (Rm 16.3-5). Dans un autre passage, il renchérit : « Les églises d‟Asie vous

saluent. Aquilas et Priscille, avec l‟église qui est dans leur maison, vous saluent

beaucoup dans le Seigneur » (1co 16.19). Il est tout à fait clair, à partir de ces versets,

que l‟église primitive se réunissait dans des maisons. Ils n‟avaient pas de bâtiments

d‟églises. De tels bâtiments n‟apparurent pas avant l‟an 232 de notre ère. A cette

époque, on ne les appelait pas « église de maison », mais « l‟église » qui se rassemblait

dans la maison de quelqu‟un. Il est remarquable que la période où la croissance de

l‟église a été la plus explosive dans l‟histoire jusqu‟à très récemment, la notion d‟église

ait pris place durant ces premières années.19

Comment ces églises ont-elles été fondées ? Quand le Nouveau Testament utilise

le mot « église », il en parle à quatre niveaux différents. « L‟église dans le monde (col

1.24), « l‟église » dans un pays (Ac 9.31), « l‟église dans une ville (2 Co1.1),

« l‟église » dans la maison (col 4.15). L‟église dans la maison est un microcosme de

l‟église dans la ville, dans le pays et dans le monde. Elle constitue tout autant « l‟église

que « l‟église dans la ville, ou dans le pays, ou dans le monde. Elle contient tous les

éléments et les ingrédients essentiels de l‟église. Le mot « microcosme » signifie

simplement petit monde ou un univers en miniature . L‟église dans la maison est

19
Robert Fitts, „„l‟Eglise de maison le retour à la simplicité‟‟, RobertJoni@aol.com
http://www.aiem. RobertJoni@aol.com (consulté le 2 Avril 2019).
19

l‟église au sens le plus profond du terme.20 Le fonctionnement de toutes ces structures va

nous amener à voir comment Jésus bâtit son église.

Jésus bâtit son église

Le Seigneur commence par cette déclaration solennelle en disant : « Et moi, je te

dis que tu es Pierre et que sur cette pierre je bâtirai mon église et les portes du séjour des

morts ne prévaudront point sur elle » (Mt 16.18). Jésus a promis bâtir son église sur une

fondation solide pour éviter l‟écroulement de son édifice, il est le rocher sur lequel cette

fondation repose. Il est aussi le garant pour accorder la sécurité de son édifice contre

ses ennemis.

Deux structures dans l’œuvre d’implantation dans le Nouveau Testament

Ces deux structures déterminent de quelle manière l‟église est bâtie par le divin

Maître Jésus-Christ. L‟étude du passage Actes 13.1-4 qui relate la naissance de

« l‟œuvre de Dieu à Antioche fait découvrir que pour le développement de l‟église dans

son ensemble, le Seigneur a prévu deux structures. Premièrement, la structure

locale constituée des croyants dans une localité, dirigée par une équipe d‟anciens (Ac

14.22-23). Elle a pour vocation principale d‟être nourricière et sa vision est

principalement locale, mais elle répond également à l‟ordre du Seigneur d‟aller par

toutes les nations. Deuxièmement, la structure extra-locale ou missionnaire appelée

œuvre dans le Nouveau Testament. L‟œuvre, c‟est le bras d‟expansion de l‟église au

20
Ibid., 26.
20

sein du corps de Christ pour évangéliser de nouveaux terrains, pour implanter des

églises et les édifier. Aujourd‟hui, on désigne souvent l‟œuvre par « la mission ».21

Fondation de l’église jusqu’aux extrémités de la terre

Avant de remonter au ciel, Le Seigneur Jésus va laisser un ordre solennel qui va

constituer la Grande Commission : « Tout pouvoir m‟a été donné dans le ciel et sur la

terre. Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père du

Fils et du Saint-Esprit, et enseignez- les à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et

voici je suis avec vous jusqu‟à la fin du monde » (Mt 28. 18-20). Jésus dans cet ordre

est le garant de la promesse qu‟il certifie le bon déroulement en faisant une transmission

du pouvoir qu‟il a reçu et par sa présence invisible, tient à mener à de bonne fin la

réussite de cette mission de tous les temps qui engage Dieu lui-même de la Genèse à

l‟Apocalypse, en laissant cette recommandation puissante à son église. Mission si difficile

à accomplir, mais possible avec l‟aide du Saint-Esprit, car il souligne dans ce sens : « Mais

vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, vous serez mes témoins à

Jérusalem, à la Judée, à la Samarie et jusqu‟aux extrémités de la terre » (Ac 1.8). Tout ce

pouvoir qui lui a été donné ici, il trouve un moyen de transmission adéquat pour équiper tous

ses disciples pour assurer avec succès cette mission qui devient alors possible. Les Apôtres à

leur tour prirent le relai d‟étendre le royaume de Dieu jusqu‟aux extrémités de la terre par la

prédication de l‟évangile et les implantations d‟églises.

Comme nous l‟avons souligné précédemment, le dessein ultime de Dieu est que

le monde entier soit rempli de sa connaissance clairement exprimé dans le livre

d‟Habacuc : « Car la terre sera remplie de la connaissance de la gloire de l'Éternel,

Comme le fond de la mer par les eaux qui le couvrent » (Ha 2.14). Jésus bien que Fils

21
Pascal et Fabienne Bonnaz. “Principes missionnaires d‟implantation d‟églises simplifié” ,
Matthieu 2414.free.fr. http://www.Matthieu 2414.free.fr (cons ulté le 16 Août 2019).
21

de Dieu était limité dans le temps et dans l‟espace. Par conséquent, il n‟a pas pu

atteindre tous les endroits où l‟évangile devait être annoncé et où il n‟existe pas encore

d‟assemblées, afin que tout être humain puisse avoir l‟occasion d‟accepter Jésus en

écoutant la prédication de l‟évangile annoncée à chaque créature par le canal d‟une

église locale ou des missionnaires.

La présentation sommaire des Assemblées de Dieu du Gabon

Les pionniers de l’œuvre

Pour mieux comprendre l‟implantation du pentecôtisme au Gabon, il est

important de jeter un regard rétrospectif et analytique sur la situation spirituelle

chrétienne au sein de l‟Eglise Protestante Française du Gabon de l‟époque. Dès 1891,

La Mission Protestante de Paris prend le relais de la Mission Presbytériennes

Américaine installée à Baraka depuis 1870 qui met l‟accent sur les œuvres sociales en

plus de l‟évangélisation. Ce qui attire plusieurs familles gabonaises dans les stations

missionnaires. Cependant, plusieurs fidèles restent encore liés aux pratiques et aux

réalités ancestrales comme la polygamie, la conservation des reliques, de l‟initiation aux

religions traditionnelles. C‟est dans cet état spirituel qu‟apparaît en 1935 le mouvement

de pentecôte qui sera le véritable point de départ du réveil spirituel au sein de l‟Eglise

protestante Française du Gabon. Le mouvement de pentecôte se repend d‟abord à

Baraka et dans quatre autres provinces. Mais cette effusion du Saint-Esprit devient

l‟objet de controverse au sein du clergé. A l‟issue de celle-ci tous les acquis du réveil

sont remis en question malgré les bons résultats constatés dans l‟église. L‟ordre est

donné aux dirigeants français et à leurs collaborateurs gabonais d‟abandonner le réveil

pentecôtistes de renoncer à toutes ses pratiques entre autres : l‟imposition des mains, les

réunions d‟attente pour le baptême dans le Saint-Esprit, le parler en langues et les


22

prophéties. Une réunion à main levée est tenue à Ngomo, l‟un des foyers du réveil. Tous

accepteront de travailler sans le Saint-Esprit à l‟exception d‟un ancien qui était

enseignant à l‟école protestante qui se lèvera et dira ceci : chez moi au bas Ogooué les

gens sont dans l‟obscurité profonde, moi je continuerai à travailler avec le Saint-Esprit ;

Il fut d‟abord félicité et ensuite remercié de quitter immédiatement l‟école. Quand il

arriva chez lui, il créa une école bénévole où est sorti le premier agrégé gabonais et est

devenu le père du pentecôtisme gabonais. Suite aux incompréhensions survenues lors

du déroulement du réveil de 1936, monsieur Vernaud missionnaire de l‟Eglise

Protestante quitte le Gabon et retourne en France, précisément à Paris en Février 1937.

Les chrétiens issus du réveil, restés seuls et fidèles à la doctrine pentecôtiste

s‟organisent et se rassemblent de plus en plus en dehors de l‟église protestante. Bon

nombre parmi eux vont entretenir une correspondance avec le couple Vernaud à

l‟exemple d‟Elie Ogandaga, et Georges Oyembo du village d‟Abelogo dans l‟Ogooué-

Maritime, eux qui deviendront plus tard les pionniers des serviteurs de Dieu de l‟Eglise

des AD du Gabon.22 Ayant transmis le flambeau aux nationaux, le missionnaire Vernaud

rentre chez lui en Suisse où il décèdera en 1970. C‟est entre les mains des nationaux que

l‟œuvre de Dieu se développera en prenant un autre tournant avec beaucoup d‟appelés

au ministère.

Autonomie et Le développement de l’œuvre jusqu’en 2010

Les Assemblées de Dieu du Gabon, viennent de fêter leurs 80 années d‟existence

en 2019. Depuis le départ, l‟Administration était dirigée par monsieur Gaston Vernaud,

de nationalité Suisse française, missionnaire protestant qui devint le premier

22
Eglise des Assemblées de Dieu du Gabon. “Le Soixante-Seizième anniversaire des
Assemblées de Dieu du Gabon” Pentecôte Gabonaise 3è éd. (215), 6.
23

responsable de cette jeune congrégation. Dans une période de vingt-huit ans, et sous la

direction de ce dernier, la première église évangélique de pentecôte sous l‟impulsion du

réveil, verra le jour à Owendo sur un terrain qui est l‟objet d‟une offre gracieuse à la

nouvelle mission par l‟Administration coloniale.23 Une école biblique dirigée par

Gaston Vernaud vit aussi le jour cette même année afin de former pour le ministère

quelques jeunes issus du terroir et ayant reçu un appel pastoral. En dépit des critiques

acerbes des adversaires du baptême dans le Saint-Esprit, l'Eglise de Pentecôte prend de

l'essor dans le pays. C'est ainsi qu'en 1943 fut construite une deuxième station

missionnaire d'Elim à Medouneu dans la province du Woleu-Ntem.24

Dans cet élan d‟extension, les AD-Gabon vont s‟implanter dans cinq provinces

(l‟Estuaire, le Moyen Ogooué, l‟Ogooué Ivindo, l‟Ogooué Maritime et le Woleu N‟tem)

sur neuf que compte le pays.

Malgré le passage de témoin de la coordination de l‟œuvre par le missionnaire

Gaston Vernaud aux leaders locaux, Pasteurs Georges Ndjongue, Joseph Rogombe et

d‟autres, le système fonctionnel n‟avait pas véritablement changé. Une accalmie totale

s‟était imposée sur le nouveau clergé. Il y eu un silence d‟appelés au ministère pendant

trente ans. Selon le témoignage rendu par le révérend Jude Benjamin N‟gouwa, actuel

Président des AD Gabon « Likouala était notre unique assemblée à Libreville et dans

toute la région de l‟Estuaire de 1970 à 1980.»25 Comment une église pourra-elle

subsister si elle n‟arrive qu‟à baptiser un seul chrétien en trois années ? L‟implantation

d‟église était quasiment inexistante, car implanter une église revenait à vouloir la

23
Ibid.
24
Ibid., 9-11.
25
Jude Benjamin N‟gouwa, Président des AD Gabon, interview par l‟auteur, Libreville, Gabon,
Juillet 2019.
24

division de l‟œuvre. Dieu dans sa grâce accordera un nouveau réveil dans les années

1988 qui va encore propulser le Gabon en visitant et donnant un renouveau aux églises

de réveil.

Ce mouvement va donner naissance à l‟Eglise de Béthanie et la dynamisation

des congrégations anciennes telles que l‟Alliance Chrétienne Missionnaire et les AD-

Gabon. Pour ce qui est des AD-Gabon, le résultat de ce réveil conduira à l„ouverture

d‟une nouvelle œuvre à Libreville au quartier Louis. Par cette implantation d‟une

deuxième assemblée dans la capitale, s‟ouvrira une nouvelle ère d‟expansion de

l‟œuvre partant de la capitale provinciale de l‟Estuaire jusqu‟à l‟ensemble du territoire.

Par une vision du Seigneur, le Révérend Evangéliste Jude Benjamin N‟gouwa ouvrira

l‟Eglise de Péniel au quartier Louis en mars 1988. Cette jeune église sera un instrument

du développement au sein des AD-Gabon à l‟intérieur jusqu‟au-delà des frontières du

Pays. Mais cette poussée nouvelle ne couvrira pas toute l‟étendue du territoire.. Fort

est de constater que certaines provinces sont partiellement ou pas encore évangélisées à

l‟instar du Woleu-Ntem, de l‟Ogooué Lolo et du Moyen-Ogooué où des efforts restent

encore à fournir ; ce qui n‟est pas le cas de l‟Estuaire, de l‟Ogooué Maritime et du

Haut-Ogooué. Les points de rassemblement de culte dépassent largement plus de deux

cent, mais ce n‟est qu‟une goutte d‟eau dans la mer par rapport au grand défi qui reste

à relever. La décennie du pentecôtisme qui a poussé l‟église à s‟engager pour ouvrir

trois cent églises d‟ici l‟horizon 2020 a conduit les responsables des AD-Gabon, à

proposer à l‟ensemble de notre mouvement une initiative intitulée le Nouveau

Paradigme qui repose sur quatre piliers qui sont : la Mission, le Pentecôtisme, la,
25

Formation et le Social.26 Ce projet a été adopté lors de la convention nationale de

2010.

Présentation du Canton Océan

Le Cadre géographique

La province de l‟Ogooué-Maritime, est située au Sud-ouest du pays, elle est

baignée par le Golfe de Guinée. L‟hydrographie rend l‟accès et les déplacements

quasiment pénibles, car, les moyens empruntés pour l‟intérieur sont les navigations

fluviales, aériennes ou maritimes. Il est d‟un côté baigné par la mer et l‟Océan

Atlantique, et de l‟autre par le grand fleuve Ogooué. C‟est dans cette province, dans la

baie du Golfe de Guinée que se trouve le site de notre recherche, le Canton Océan en

bordure de la côte. Le Gabon est traversé en deux par l‟équateur, et la température

ambiante est de type équatorial constitué d‟humidité et de chaleur. La pluviométrie est

très abondante pour un climat parsemé de quatre saisons qui s‟entre chevauchent, dont :

une petite saison sèche et une grande saison de pluie, une grande saison sèche et une

petite saison de pluie. C‟est une zone équatoriale, possédant une forêt dense avec des

zones de parcs de réserves des espèces d‟animaux protégés.

Le Cadre historique

Du point de vue historique le Canton Océan est intimement lié à l‟histoire de

l‟Ogooué-Maritime qui à son tour est lié à celle des populations du sud-ouest du Gabon

dont les côtes ont été découvertes par des navigateurs occidentaux et notamment des

Portugais depuis la fin du quinzième siècle. L‟île Mandji ou encore l‟île du Cap Lopez,

26
Ibid.,9
26

demeure la plus grande des îles, de la province, abritant ainsi la capitale provinciale

Port-Gentil.

Les défis de l’implantation dans le Canton l’Océan

Contexte politique

La colonisation au Gabon a apporté des conséquences néfastes qui minent le

pays jusqu‟aujourd‟hui. Il y eu une succession de plusieurs rois. Mais une opposition

farouche se manifesta dans le Canton Océan, par l‟intermédiaire de trois Rois. «Au

début du vingt et unième siècle, l‟essentiel des populations de la plaine littorale du

Gabon appartenait au groupe bantou, Myènè. Il subsistait bien ici ou là des groupes de

négrilles ou pygmées, parfois nomades, parfois sédentaires et vivant plus ou moins dans

la dépendance des Bantous voisins. Mais ces «Akoa» ne comptaient guère en face des

trois ethnies contrôlant l‟accès à la mer, les Pongwet, autour de l‟Estuaire du Gabon, les

Oroungou du Cap Lopez et les Nom de Fernan-Vaz. Si les Mpogwet avaient atteint le

Gabon avant même l‟arrivée des premiers portugais (1472), la venue des Oroungou est

nettement- postérieure, de même que celle des komis installés vraisemblablement à la

fin du dix-huitième siècle. En arrière, coupés de l‟accès à la mer, par les précédents,

d‟autres groupes Myènè (Adyoumba, Galoua, Enenga) vivaient autour des lacs du

Moyen-Ogooué. Ors l‟accès à la mer c‟était l‟accès à la richesse, par la participation au

commerce atlantique inauguré par les portugais puis les hollandais suivi au dix-septième

siècle par les espagnols, les danois, et surtout les britanniques et les français. En 1859,

s‟ouvrit pour le Gabon, une période d‟activité intense avec la création des

établissements français de la Côte d‟Or et du Gabon, libéré de la tutelle du Sénégal, et

centré sur la Gabon Grand Bassam, Assinie et Dabou devenaient des postes secondaires
27

tandis que la division navale se battait au Gabon amenant de l‟argent, des hommes, la

prospérité enfin. La voie était ouverte vers une expansion territoriale, vers le Sud : la

région du Cap Lopez fut acquise par traité avec les Oroungou en 1862, et celle du

Fernan-Vaz par accord avec les Nkomi en 1868.27

Le chef des Oroungou Nyanguényona négocia la cession de l‟île Mandji (site de

Port-Gentil) aux Français en 187328 . En 1862, la France, représentée par le Baron

Didelot prît le contrôle du territoire allant de l‟Oremboganggué à la pointe Liaye, après

avoir signé le traité du Cap Lopez avec le roi nègre Ndebulia, par l‟entremise du roi

Rapontchombo. En 1873, le roi Nyanguényona céda à son tour l‟île Mandji aux

Français.

Voyant qu‟une partie de leur territoire, le Cap Lopez et la Lagune du Fernan-

Vaz a été vendu et cédé aux blancs étrangers; les trois rois de la dite contrée de la Baie

du Golfe de Guinée vont se concerter, et trouver un moyen de remédier à ce problème.

C‟étaient : le roi de l‟océan du nom de Rogombé, celui du Fernan-Vaz Régondo et celui

de l‟Ogooué Ranoké, qui prirent la décision de faire une Barrière mystique sur le

canton Océan pour garantir un héritage à leur fils et petits-fils de peur que les blancs ne

leur arrachent tout leur territoire.29 Ce ne fut pas sans problèmes, car la baie du golfe de

guinée était réputée de farouche à cause des guerriers du coin et leur férocité. « Pour

l‟esquiver les bateaux piquaient tout droit vers le Congo. » Le grand roi Régondo

(notons bien que le mot Rondo était un titre attribué au roi, et non son nom de famille,

27
Christian Huetz de Temps, “Les Cahiers d‟Outre-Mer Bordeaux, Les débuts de la Colonisation
Française au Gabon”.Persée.fr (consulté, le 18 Août 2019).
28
Garnier et Yates, “Royaume oroungou, 294 Kingdom of Orungu”Orungu-
Wikipédia.https://fr.m.wikipédia.org (consulté le 20Août 2019).
29
Gwillim Law, “Ogooué-Maritime2012-dgepf ”.www.dgepf.ga>object.getob (Consulté le
7Septembre 2019).
28

Par la suite, le nom de famille disparaissait pour ne laisser que Régondo). Il avait lutté

jusqu‟à sa mort pour empêcher les blancs de rentrer au Fernan-Vaz, avec ses pouvoirs

magiques il faisait disparaître l‟embouchure de l‟entrée de la Lagune Fernan-Vaz,

parfois il faisait apparaître un banc de sable. Selon sa convenance, il ennoyait

l‟équipage dans un profond sommeil et faisait souffler un vent qui repoussait le bateau

en pleine mer. Toutes les tentatives de pénétration ont échoué jusqu‟à sa mort. C‟est son

successeur qui ouvrit la porte aux européens en signant des accords. Lorsqu‟ils se sont

aperçus qu‟ils ont été trompés dans leurs accords, ils usèrent de cette astuce de barrage

cité plus haut.30 Jusqu‟à présent, les effets de ce barrage existent aucune société n‟a pu

faire quelque chose dans cette zone. Pire encore les sociétés qui s‟aventurent n‟arrivent

pas à s‟investir et la contrée est restée sans développement. Les sociétés qui viennent

logent leur personnel dans des containers et quand ils repartent la place redevient vide.

Trois problèmes majeurs rendent difficiles les voies d‟accès dans les villages :

Premièrement, pour se déplacer, il faut la voie maritime ou fluviale. La voie maritime,

exige de gros investissements, qui consistent à s‟équiper de grosses embarcations, et de

moteurs hors-bords de grande puissance pour les déplacements. Car, que ce soit en

marée basse ou haute, il y a des périodes de vents et de Tempêtes imprévisibles. Et le

service de la Marine Marchande chargé du contrôle maritime est devenu exigent à cause

des naufrages répétés et des noyades issus des pirogues inappropriées, surprise par la

tempête en pleine traversée ou en pleine mer.

Deuxièmement, pour les villages rattachés aux rivières, à la marée basse l‟accès

est impossible à cause de la boue qui ferme le passage à de grandes distances. A certains

endroits les pirogues de fortunes n‟y vont pas.

30
Ibid.
29

Troisièmement, Dans certains villages où il y a possibilité d‟accès, le manque

d‟embarcation fait rendre le coût de titre de transport très élevé. Parfois ce sont les

bancs de sable en marée basse qui freinent la marche. Tout ceci devient pénible pour s‟y

aventurer dans de pareils milieux.

Le contexte religieux

Du point de vue religieux, le Canton Océan est encombré de plusieurs religions

animistes et traditionnelles qui marquent l‟authenticité de ce Canton. On y trouve : le

djembet qui est un rite de femmes et parfois des hommes pour raison de sécurité se

laissent introduire, l‟agombé ou invocation des ancêtres, l‟okouyi rite des hommes, le

bwuiti, qui se subdivise en quatre branches : le missoko, le disoumba, le sènguèdja, le

ndéya . Toutes ces branches ont des spécialités de voyance, de traitement

thérapeutiques, de dance, ou d‟opération de grandes envergures telles que disparaître et

apparaître ou se déplacer sous terre ou dans les airs ou sous les eaux. Mais leur

traitement exigent parfois des rituels allant jusqu‟aux crimes rituels l‟elombo, qui est

souvent cérémonial mais parfois thérapeutique.

Difficultés de la communication

Comment communiquer ? Dans la communication il s‟agit, de se faire

comprendre par l‟interlocuteur pour que la pensée, ou la parole émise soit celle qui est

reçue sans déformation. Mais beaucoup de choses font interférence à la communication

et entachée. Elle n‟arrive plus à atteindre son but ou objectif, qui est celui de se faire

comprendre. « La prise en compte de toute différence est la base de toute

communication. Et pour mieux communiquer, il faut saisir les occasions qui s‟offrent à
30

nous bonnes ou mauvaises, et parfois des rencontres imposées. »31 Le terrain de la

communication pousse à être à la place de l‟autre pour se comprendre et d‟appréhender

son comportement ou ses actes. Le manque de compréhension pousse parfois les gens à

poser des actes ignobles.

Dans la contrée du Canton Océan, un prêtre s‟est fait raser la tête et se frotter du

piment. Selon leur culture, lorsque l‟étranger était accueilli, on l‟offre une couchette, de

la nourriture et une femme pour passer la nuit. Le Prêtre accepta la couchette et la

nourriture mais déclina l‟offre de la femme. Mais à leur grande surprise, il se retrouva le

matin avec la plus jeune femme du roi. Indigné, le roi le fit arrêter, le rasa la tête et

l‟exposa au soleil après l‟avoir frotté du piment. Après sa libération il secoua la

poussière des pieds et maudit Le Canton.32

Proposition de stratégies d’implantation d’églises.

La stratégie est un ensemble des choix d'objectifs et de moyens qui orientent à

moyen et long terme les activités d'une organisation, d'un groupe ou les églises locales.

Pour ce sujet d‟actualité, l‟implantation d‟église pour plus d‟efficacité doit se faire

d‟une manière méthodique tout en restant ouvert aux directives du Saint-Esprit.

Plusieurs méthodes d‟implantation d‟églises existent au monde ; mais la

recommandation de l‟approche suivante est faite en sept étapes qui ont été testé depuis

1993 dans les pays d‟Afrique francophone s‟avère efficace.

31
Paul Thomas, Robert Pléty, L’église ordinaire et Communauté nouvelle (Paris, France :Desclée
de Brouwer,1994), 159-160.
32
Onanga Sonyo, interview par l‟auteur, Port-Gentil, Gabon, le 4 Mars 2018.
31

La phase préparatoire d‟implantation d‟église

La première étape est une étape préparatoire. C‟est essentiellement une étape de

la prière. Pour rechercher la volonté de Dieu. C‟est aussi un moment idéal pour le

partage de la vision du travail avec d‟autres frères et sœurs ainsi que des leaders clés. La

mise en place d‟une structure souple mais dynamique, pour la prière, la réflexion et les

premiers jalons du projet est fort utile.

La seconde est une phase de recherche. Des recherches sérieuses devaient être

menées sur le terrain afin d‟avoir une idée claire du contexte sur ses divers aspects

(socioculturel, économique, politique, religieux, idéologique, etc.) des ressources

disponibles et des besoins humains, matériels et financiers. Ces recherches nous ont

permis de découvrir que le canton océan souffre de deux malédictions simultanées. La

première résulte des conséquences d‟avoir rasé la tête d‟un prêtre. La deuxième est due

au barrage mystique érigé par les trois rois de la contrée. Ils ont érigé des autels à Satan

et aux esprits des eaux pour demander leur protection et la couverture de cette zone du

canton océan. Pour entrer avec l‟évangile, il faut des stratégies de combats dirigés par le

Saint-Esprit. Pour effectuer ces combats de confrontation de puissance il faut des

hommes cibles. Il faut un homme de paix nous l‟avons trouvé en la personne du chef de

canton qui s‟est avéré disponible à coopérer avec l‟église. Une autre personne cible

c‟est chercher un ressortissant de la famille royale qui avait rasé la tête du prêtre mais il

faut de préférence un chrétien parce que toute cette zone du canton océan, les gens sont

animiste et aucun païen ne peut consentir à briser ce qu‟il considère comme protection.

Après des investigations, un frère a été retrouvé dans l‟une de nos Assemblées déjà

converti au Seigneur. Ce qui reste à faire sur ce volet d‟activité c‟est de rencontrer ce
32

frère pour entretien. Pourquoi avons-nous besoin de ce frère ? C‟est parce qu‟il faut

faire le renoncement avec un membre de la famille royale ayant posé cet acte.

La troisième est une phase d‟élaboration des objectifs spécifiques. Ici, il

convient d‟élaborer un projet qui comporte un but clairement défini, des objectifs

spécifiques clairs et de trouver ders arguments convaincant pour amener les autres à

s‟associer au projet.33

Mise au point de l’action d’implantation d’église

Cela rejoint le quatrième point qui est une phase de sensibilisation et de

formation. Tous ceux qui sont concernés par le projet d‟implantation dans le contexte

cible seront informé du projet, donneront leur accord et seront formés. Afin que tous

passent à l‟action en ayant tous une vision commune. La formation tiendra compte des

structures ecclésiales, de la distance entre les villes et les villages et leurs particularités

linguistiques. Parlant de sensibilisation, une première rencontre a été faite par l‟orateur

avec le chef de canton de l‟océan avec une lettre de recommandation dument signée de

la hiérarchie des Assemblées de Dieu pour annoncer la rentrée prochaine d‟une équipe

d‟évangélisation. Un consensus a été trouvé avec une personne de paix le chef de canton

qui a promis nous aider à regrouper les chefs de villages de sa direction. Il nous faut

arrêter des dates qui seront envoyées chez le chef de canton et mobiliser des moyens

financiers pour l‟accomplissement de cette mission.

La cinquième est une phase d‟action et d‟évaluation progressive. La stratégie

retenue y sera appliquée. Une évaluation est requise au fur à mesure que l‟action se

33
Hannes Wiher et Kalemba Mwambazambi, L’Afrique d’aujourd’hui et les églises quels défis ?
(Abidjan, Côte d‟Ivoire : Lanham Gloa Library, 2017), 125-126.
33

déroule, afin de rectifier les tirs là où il le faut. Il est aussi important de prévoir des

imprévus et de rester constamment à l‟écoute du Saint-Esprit.

La sixième est une phase de travail de suite. Quelle que soit la stratégie ou la

méthode d‟évangélisation retenue, le travail de suite sera effectué, afin que le fruit de

travail demeure et se multiplie. L‟implantation d‟une nouvelle église ne s‟arrête pas une

fois qu‟une communauté de fidèle est constituée. Le travail de suite doit être pris très au

sérieux (Mt 28.19-20 et 2Tm 2.2). Le but est en effet d‟implanter une église capable de

se prendre en charge et de se reproduire. A partir de ce moment, l‟œuvre d‟implantation

d‟église est terminée et les dirigeants locaux ont la responsabilité de continuer le cycle.

La septième et dernière étape, est une phase d‟évaluation finale.

A la fin du travail, une évaluation générale est nécessaire afin de partir des

expériences du passé pour envisager l‟avenir. Des informations précises et transparentes

devaient être données à toutes les personnes impliquées dans le travail, afin de les

encourager et de mieux les stimuler pour des actions futures.34

Selon Donald McGavran, « le but de l‟ordre missionnaire est d‟établir une

cellule de chrétiens engagés (église) dans chaque communauté humaine, chaque

quartier, quelle que soit la classe, ou la condition sociale, de la population, où chacun

puisse entendre l‟évangile dans sa propre langue, et le voir démontré par ses proches ou

il y a une occasion réelle, de devenir disciple de Jésus-Christ »35 En effet, l‟ordre du

Maître est formel, il s‟agit d‟aller dans tout le monde, mais parfois nous faisons des

choix dans nos envoies, et le raisonnement et l‟hésitation empiètent nos pas et

34
Ibid.
35
Jim Montgomery, Explosion 2000 projet Dawn (Lillebonne, France : Editions Foi et Victoire,
2000) ,14.
34

amoindrissent nos résultats dans le domaine de réponse à l‟appel missionnaire. Notre

stratégie est de saturer tous les villages avec des cellules ou églises, grandes ou petites

soient-elles.

L‟étude cartographique du canton océan a permis de découvrir la carence en

éducation scolaire. Comme la mission et l‟évangélisation vont ensemble avec le

ministère holistique, l‟église a décidé de faire une extension de l‟école des enfants

démunis avec internat. Les gens du coin ont la difficulté de s‟approvisionner en eau

potable surtout en saison sèche. Une étude sera menée avec le concours des ONG et

l‟Assemblée départementale pour faire des forages de puits d‟eau potable pour desservir

la population rurale. Des études d‟alphabétisation et de langues maternelles parlées dans

la dite contrée seront entreprises dans cette école.

La stratégie de Paul : Un autre aspect se présente dans la stratégie que Paul

emploie. La stratégie est le plan des opérations mises en œuvre pour atteindre les buts.

Paul est un stratège discipliné il ne court pas sans but (1Co 9.26) ; il peut alors affirmer :

«Depuis Jérusalem et pays voisins jusqu‟à Illyrie j‟ai abondement rependu l‟évangile de

Christ.» (Rm 15.19) Il cherche à atteindre deux objectifs : le salut du plus grand

nombre et l‟implantation d‟église. Ses moyens d‟action sont l‟opération souveraine du

Saint-Esprit et la dépendance de Dieu par la prière. Troisièmement, Une stratégie

fondée sur l‟église et orientée vers l‟église. Son point de départ sera une église locale, et

le but de l‟évangélisation sera d‟implanter d‟autres églises. Il emploiera plusieurs

compagnons d‟œuvres et choisira des points ciblés pour ses activités. 36 Cette même

stratégie de Paul servira parmi tant d‟autres à couvrir le canton avec l‟évangile.

36
Kenneth Fleming, Stratégie Missionnaire (Lausanne, Suisse : Editions Centres Bibliques
chemin des trois rois, 005), 55-61.
35

Stratégie implanteurs d‟églises Judea Harevest.

C‟est un groupe biblique qui a conçu une Bible composé seulement du Nouveau

Testament avec un programme, de stratégie d‟implantation d‟églises, de discipolat et de

suivi des âmes. Ce programme est intitulé, le voyage de Jean. C‟est un manuel

d‟instruction conçu pour aider l‟église local à mobiliser tous les croyants pour devenir

des véritables témoins de leur foi en utilisant le contact personnel comme stratégie

d‟encadrement. Le résultat de cet encadrement, est l‟implantation des églises. Il est

composé de trois chapitres :

Le chapitre un parle du café avec Jean, qui défie le paradigme que


l‟évangélisation est la responsabilité de l‟église seulement incombant au clergé
rémunéré, mais engage la parole de Jésus dans Luc 10 où il envoie 72 de ses
disciples leur demandant de chercher un homme de paix ou une maison ouverte,
et communiquer avec ces Gens. Le deuxième chapitre parle de grandir avec
Jean, partage une stratégie réaliste à travers laquelle, tous les croyants peuvent
s‟impliquer efficacement dans une méthode de discipolat. Le troisième chapitre,
planter avec Jean, présente aux croyants, une stratégie d‟implantation locale, des
églises. Il s‟agit d‟une stratégie alternative ou supplémentaire destinée à
découvrir ceux qui ne sont pas encore atteints par l‟évangile. L‟accès à la
communauté, qui implique les différentes stratégies et les méthodes pour accéder
aux communautés fermée, est examiné dans ce chapitre.37

Cette stratégie nous servira, à adaptera les implantations selon le milieu,

là où il y a plus de gens nous procèderons par une campagne d'évangélisation.

Nous aurons ensuite l‟évangélisation par l‟amitié qui consiste à lier une amitié

avec une personne afin de lui apporter l‟évangile et le porte à porte.

Outillages d’implantation d’églises

L‟implanteur d‟église doit avoir un message entré sur Jésus-Christ, car la qualité

du message détermine la qualité de l‟église. Avoir l‟humilité et l‟équilibre dans son

37
Judea Harvest, La Bible du planteur d’églises, version Bible du Semeur (Colorado Springs,
USA : Biblica Inc, 2012), 13-15.
36

langage. Il doit être de bonne moralité.38 Il doit aussi avoir un mandat et le fardeau de

l‟œuvre de Dieu dans son cœur.

Les moyens financiers

Une stratégie de financement des implantations s‟avère indispensable car

l‟évangélisation ne peut se faire sans argent. Après la sensibilisation, il est demandé à

chaque membre de l‟église locale d‟une manière volontaire, de prendre un engagement

mensuel ou périodique pour le financement du plan d‟implantation d‟églises.

Prise en charge des âmes sauvées

Proposition d‟un module de formation pour les implanteurs

Il est tout à fait normal, qu‟après avoir sauvés des âmes qu‟elles soient

entourées. Après leurs naissances spirituelles nous devons les amener à fixer les regards

sur Jésus et leurs faire une confession de foi au Seigneur Jésus-Christ après leurs

premiers pas dans le Seigneur, un plan d‟affermissement doit leur être donné.39 Un

manuel d‟implantation d‟église leur sera offert pour qu‟ils s‟habituent dès le départ à

rendre témoignage et d‟être des gagneurs d‟âmes à leur tour.

Une autre stratégie consiste à l‟incorporation rapide des nouveaux convertis dans

la vie et le ministère de l‟église. Dans la plupart des mouvements d‟implantation

d‟église, le baptême n‟est pas retardé par des exigences d‟un catéchuménat ou cours

prolongés, au contraire, en général cette instruction précède la conversion, et elle

continue indéfiniment. Même dans le cas où le baptême est retardé on s‟attend que les

38
Melvin L. Hodge, un guide pour implanteur d’églises (Bruxelles, Belgique : Editions
Assemblées de Dieu, 1977), 21.
39
Melvin L. Hodge, un guide pour implanteur d’églises, 48.
37

nouveaux croyants deviennent des témoins immédiatement. Ces nouveaux disciples

commencent immédiatement à faire d‟autres disciples et même à planter des églises. Un

homme âgé qui vint au Christ dans un mouvement d‟implantation d‟églises en Inde

plantait quarante et deux églises dans la première année après sa conversion.40 Nous

encourageons les nouveaux croyants à se joindre à un mouvement d‟implanteur

d‟églises plutôt que de rester statique dans l‟ancienne assemblée.

L’étude des langues

Elle permet de traverser les barrières culturelles. Et de mieux se communiquer. 41

Dieu le créateur de la culture et de la langue, parle toutes les langues et se révèle dans

chaque culture à travers leur langue. Le Magazine Flamme présente un sous-titre

“Comment évangéliser et témoigner en milieu Peul ?” L‟auteur déclare que c‟est en

parlant leur langue qu‟ils arrivent à connaître Jésus-Christ et l‟accepter comme leur

Seigneur et Sauveur personnels.42

Quel que soit le milieu, rien ne peut faire autant d‟impression que d‟entendre

une parole dite à propos dans votre propre langue. Aussi le culte fait à la langue de

cœur, commune à un groupe linguistique apportera plus d‟intérêt à ces personnes

d‟avoir un moment d‟attention qui impactera profondément leur vie. En effet

conjointement avec l‟Association Wycliffe, qui est une mission linguistique de

développement, traduction de la Bible, alphabétisation, promotion des écritures et des

langues maternelles, les AD du Gabon se sont engagées en collaboration avec d‟autres

40
David Garrison,. “Mouvement d‟implantation d‟églises,” verlindeb.org,
http://www.verlindeb.org > Links PDF (consulté le 8 Septembre 2019).
41
.Robert Reeve ? Passion pour les nations (Dijon, France : Editions Missionnaires
Francophones. 2002), 19.
42
Zacharie Delma, “Authenticité de la Bible,” Flamme n°32, (Juillet-Août-Septembre, 2002), 19.
38

églises de réveil à rentrer dans ce programme de langues maternelles, projet qui a été

salué par le gouvernement. Ces études ont déjà commencé et le défi est lancée pour

revaloriser nos langues maternelles. Et toute nouvelle implantation intègre ce

programme.

Formation du Discipolat

Le discipolat permettra aux nouvelles âmes de connaître les fondements

bibliques de la foi afin de leurs permettre de grandir en Christ. Comme Melvin L.

Hodges écrit ceci : » Un évangéliste ou un missionnaire qui tient une campagne dans un

nouvel endroit où il n‟y a pas d‟église établie, pour s‟occuper des nouveaux convertis,

doit inclure, dans son plan, le soin à apporter aux nouvelles âmes qui résulteront de son

effort d‟évangélisation.»43 C‟est tout à fait normal et utile qu‟un travail de suite soit fait

pour conserver cette moisson, par des études bibliques appropriées, pour leur

affermissement et croissance spirituelles.

« Les Assemblées de Dieu, dans leur programme intitulé « nous édifions des

gens, formons des disciples pour le vingt-unième siècle » donnent cet approche avec

quatre points qui énonce que : (1) Connaître le salut en Christ et être intégré à

l‟assemblée (le membership). Au moment où une personne reçoit le salut, elle entame le

processus de la croissance en Christ. Une personne qui a expérimenté le salut et qui est

baptisée d‟eau, qui participe à la communion, et qui est devenu un membre de l‟église

locale a atteint le premier but. Ceci est un engagement au membership.

(2) Grandir en Christ à travers l‟enseignement et les relations (La maturité). Le

deuxième est l‟engagement à la maturité, ici un converti dépasse le cadre de l‟enfance et

43
Melvin L. Hodge, un guide pour implanteur d’églises (Bruxelles, Belgique : Editions
Assemblées de Dieu, 1977), 37.
39

s‟établit en tant que chrétien Col 2.6-7 dit : « Tout comme vous avez reçu Jésus-Christ

comme Seigneur, continuez à vivre en lui, enracinés et édifiés en lui, fortifiés dans la

foi comme vous été enseignés et débordants de reconnaissance. »

(3) Etre formé pour devenir un membre productif du corps (Le ministère), on

passe du deuxième au troisième but, en étant équipé par le Saint-Esprit pour le

ministère, à travers le Saint-Esprit et les ministères de l‟église destinés à « équiper ».

ceci est un engagement au ministère. Ils apprennent à utiliser les dons reçus.

(4) Trouver sa place dans l‟église de Christ en tant que serviteur/leader (mission)

Comment passe-t-on du troisième groupe au marbre ? C‟est en partageant Christ et en

s‟investissant dans les autres. Le fait d‟utiliser les dons et les capacités que Dieu lui a

donné, pousse le chrétien vers la quatrième base. Ceci est un engagement à la mission.

Le chrétien expérimente la joie de devenir un reproducteur et de conduire les autres à

Christ ».44 Stratégie implanteurs d‟églises Judea Harevest possède une Bible comme

ouvrage d‟étude complète d‟entretien de la nouvelle âme au leader d‟église pour

l‟encadrement immédiat sur les églises implantées que nous mettons à la disposition de

chaque implanteur. .

Formation de leaders avec la connaissance des langues du milieu

Pour la survie de l‟église, une formation de leaders en langue du milieu est

souvent avantageuse. Le premier avantage est que la population va entendre l‟évangile à

leur langue maternelle. Cela fait toujours du bien lorsque l‟on entend prêcher dans sa

propre langue l‟auditoire écoute le message avec plus „attention et cela lui va droit au

cœur. Deuxièmement il a été remarqué que : les églises qui ont eu l‟évangélisation à

44
Thomas E. Trask, Wade I. Goodall Zenas J.Bicket, ed., Le Pasteur sa vie et ses Défis : un
Mandat pour le XXIème siècle (Québec ,Canada : Editions Ministère Multilingue International. 2004),
494-495.
40

leur propre langue, subsistent dans les temps de persécution. Troisièmement, la

transmission et aisée et la compréhension ne souffre d‟aucun dommage. Les plus petits

foyers d‟églises de maisons peuvent démarrer sans problème d‟interprétation. La

pénétration de l‟évangile est favorisée par l‟instrument de la langue. Les AD du Gabon

disposent de quatre organes de formation qui sont : l‟Institut Biblique Mont-Carmel

pour la formation des serveurs de Dieu, L‟extension de la FATAD, l‟‟Ecole biblique des

cours du soir pour les collaborateurs de l‟œuvre, et l‟Ecole des implanteurs d‟églises.

C‟est d‟après leur formation que les ouvriers seront respectivement envoyés dans les

localités. « En dehors de cela, il y aura la mise en place le développement d‟une

stratégie complète, c‟est-à-dire au de-là des prévisions, de tous bord les imprévus

existent la stratégie complète consistera, à quatre piliers (1) la prière, (2) la parole de

Dieu, (3) la prédication, (4) l‟évangélisation. Ces quatre piliers sont complétés par une

matrice de ministère, comprenant les ministères des besoins humains, les stratégies de

communication, la mobilisation et d‟autres efforts et lors qu‟elles sont établies libère le

ministère de la limite d‟un seul missionnaire. »45 Comme cela se dit dans nos coutumes

qu‟un chasseur ne va jamais à la chasse avec une seule cartouche, la combinaison de

ministère répond largement aux sollicitations du Seigneur à bâtir tout le corps de Christ

avec tous les talents.

45
David Garrison, “Mouvement d‟implantation d‟églises,” verlindeb.org,
http://www.verlindeb.org > Links PDF (consulté le 8 Septembre 2019).
41

CHAPITRE 3

CONCLUSION

Résumé

Répondre à la Grande Commission est le mandat laissé à l‟église par notre

Seigneur Jésus-Christ. Cette grande tâche résultera du fait d‟annoncer la bonne

nouvelle, l‟évangile à toute la création. Depuis l‟Ancien Testament, la Bible regorge de

fondements bibliques pour gagner des âmes perdues. En effet, cela n‟est pas élucidé

dans sa forme la plus tangible, mais revêt un caractère emblématique qui se laisser

découvrir somptueusement au fil des temps. Le concept d‟implantation d‟églises dans

l‟Ancien Testament passe par le truchement de la mission qui est le moyen principal.

On y retrouve le premier mariage entre Adam et Eve (Gn 1.28) qui est l‟image

symbolique du mariage de Christ avec l‟église. Par la naissance d‟Enosch, une postérité

sainte apparaîtra et se réclamera du nom de l‟Eternel ce qui est une implantation de foi

en ce Dieu unique.

L‟appel d‟Abraham et la sortie de son pays, de son peuple, constitueront

l‟ekklesia qui est l‟implantation de l‟adoration du seul vrai Dieu ; une ombre de l‟église

l‟ekklesia du Nouveau Testament. A travers la descendance d‟Abraham, Dieu va se

constituer un peuple qui lui appartient en propre (Dt 7.6). Ce peuple sera un instrument

par lequel Dieu va se révéler au monde pour accomplir son plan de salut pour

l‟humanité.. Toutes les nations de la terre vont alors se tourner vers Israël pour aller

adorer le véritable Dieu à Jérusalem. Israël n‟ayant pas rempli convenablement le rôle
42

qui lui avait été assigné, Dieu va se choisir un autre instrument qui lui travaillera d‟une

manière centrifuge, de Jérusalem vers les nations. Pour réussir il utilisera l‟église à

travers son Fils, Jésus-Christ qu‟il enverra en mission dans le monde lorsque les temps

ont été accomplis. La mission de Dieu va se concrétiser par l‟arrivée de Jésus-Christ qui

vint mourir sur une croix pour le salut de l‟humanité, accomplissant ainsi le plan

rédempteur. Avant de repartir vers le Père, le Seigneur va confier à ses disciples la

mission de faire de toutes les nations des disciples. Le Dieu d‟Israël qui devait se faire

connaître par Israël se fera connaître désormais par l‟église.

Le Père en envoyant le Saint-Esprit aux disciples le jour de la pentecôte, va

catalyser l‟œuvre missionnaire qui part de Jérusalem en Israël jusqu‟aux extrémités de

la terre permettant ainsi aux peuples de mieux le connaître. C‟est dans le Nouveau

Testament que les fondements bibliques d‟implantation d‟églises prennent en réalité

leur essor. Ce qui était une ombre dans l‟Ancien Testament, va se matérialiser dans

Nouveau par la naissance de l‟église le jour où Jésus souffla sur ses disciples en leur

disant « Recevez l‟Esprit », puis le jour de pentecôte à Jérusalem celle-ci va être

présentée comme prémices de son ministère pendant trois ans et demi. Jérusalem

abritera l‟église mère et plusieurs autres formes d‟églises de maisons vont naître à suite

à la persécution qui s‟abattra sur l‟église. Puisque toute édifice a une fondation, Jésus a

pris le soin de poser les fondements, afin d‟éviter l‟effondrement de son édifice par

plusieurs artifices du Diable (Mt 16.18). En suivant son modèle centrifuge l‟église va

s‟étendre du centre Jérusalem jusqu‟aux extrémités de la terre afin que toute créature

connaisse par l‟église qui est le vrai Dieu, et comment s‟approcher de lui.

Les Assemblées de Dieu du Gabon sont nées du réveil des années 1935-1936,

mais leur implication n‟a pas pu étendre l‟œuvre de Dieu dans tout le territoire. Le
43

Canton Océan, situé dans la baie du golfe de guinée, de l‟Océan Atlantique qui, notre

futur champ de mission. Mais la pénétration de l‟évangile dans cette contrée du Canton

Océan présente des difficultés qui datent depuis la colonisation. Pour chercher à

protéger leur territoire, les rois de l‟Océan, du Fernan-Vaz et celui de l‟Ogooué, voyant

qu‟une partie de leurs terres avait été vendue et cédée aux européens, s‟entendirent

pour faire un barrage mystique pour que les blancs ne s‟accaparent pas de tous leurs

territoires. Ce barrage a été un facteur de protection, mais aussi de retard sur le

développement. L‟idée de faire ce barrage était une manière de garantir l‟avenir de leurs

descendants. Les voies d‟accès dans ces villages sont rendues difficiles par trois

facteurs importants qui sont l‟accès que par voies maritimes ou fluviales qui nécessitent

de gros moyens. Ensuite, certains villages ne sont abordables qu‟à la marée haute à

cause de la boue qui reste à la marée basse. Enfin, le manque d‟embarcations de qualité

pouvant naviguer en haute mer, et les coûts excessifs de titre de transport. Dans le

domaine religieux, plusieurs religions animistes y sont enracinées et avec l‟inauguration

de leur nouveau site touristique de religions traditionnelles des agombés, principale

religion des ancêtres, les hommes y affluent pour pérenniser leurs traditions.. La voie de

l‟évangile a été également fermée suite au scandale orchestré par un prêtre catholique

qui a connu la plus jeune femme du roi.

Compte tenu des difficultés rencontrées, les stratégies suivantes ont été

proposées pour relever ces défis. La première a sept étapes dont : la première est une

étape préparatoire, c‟est essentiellement une étape de prière pour chercher la volonté de

Dieu, et pour le partage de la vision ; la seconde est une phase de recherches, recherches

qui seront menées sur le terrain pour des aspects différents ; la troisième est une phase

d‟élaboration des objectifs spécifiques ; la quatrième est une phase de sensibilisation et


44

de formation ; la cinquième est une phase d‟action d‟évaluation progressive ; la sixième

est une phase de travail, quelle que soit la méthode ou la stratégies retenue. La septième

et dernière étape est une évaluation finale, car à la fin du travail une évaluation générale

est nécessaire pour s‟enquérir de la qualité du travail abattu.

Une autre stratégie c‟est celle de Paul. Paul dans le Nouveau Testament avait

une méthode où il saturait les villes d‟implantation d‟églises. Sa méthode avait deux

objectifs : le salut du plus grand nombre et les implantations d‟églises. Sa stratégie

fondée sur l‟église avait pour point de départ l‟église locale et repartait pour en fonder

d‟autres. Il travaillera en collaboration avec d‟autres ouvriers et ciblait des points

d‟implantation d‟églises pour gagner le plus grand nombre.

La stratégie phare des implanteurs d‟églises Judea Harevest est aussi de grande

valeur. Ce programme est intitulé, le voyage de Jean. C‟est un manuel d‟instruction

conçu pour aider l‟église local à mobiliser tous les croyants pour devenir des véritables

témoins de leur foi en utilisant le contact personnel comme stratégie d‟encadrement. Le

résultat de cet encadrement, est d‟habitude, l‟implantation des églises. Composé de trois

chapitres : Le chapitre un parle du café avec Jean, qui défie le paradigme que

l‟évangélisation est la responsabilité de l‟église seulement incombant au clergé

rémunéré, mais engage la parole de Jésus dans Luc 10 où il envoie soixante-douze de

ses disciples leur demandant de chercher un homme de paix ou une maison ouverte, et

communiquer avec ces Gens. Le deuxième chapitre parle de grandir avec Jean, partage

une stratégie réaliste à travers laquelle, tous les croyants peuvent s‟impliquer

efficacement dans une méthode de discipolat. Le troisième chapitre, planter avec Jean,

présente aux croyants, une stratégie d‟implantation locale des églises.


45

En ce qui concerne les nouvelles âmes, il est tout à fait normal, qu‟après les

avoir gagné pour Christ, il faut prendre soin d‟elles pour les amener à maturité. Après

leurs naissances spirituelles nous devons les amener à fixer les regards sur Jésus et leurs

faire une confession de foi au Seigneur Jésus-Christ après leurs premiers pas dans le

Seigneur, un plan d‟études d‟affermissement doit leur être offert.

Une autre stratégie consiste à l‟incorporation rapide des nouveaux convertis

dans la vie et le ministère de l‟église, afin qu‟ils puissent grandir tout en devenant des

gagneurs d‟âmes à leurs tour. Ces nouveaux disciples commencent immédiatement à

faire d‟autres disciples et même à planter des églises avec cette chaleur qu‟elles ont en

rencontrant Christ.

Toujours pour la prise en charge des nouvelles âmes, il serait judicieux que la

parole soit prêchée et enseignée dans leur propre langue, car cela produit un impact très

considérable aux auditeurs. Et que dire donc d‟un culte célébré en langue maternelle ?

Comme le dit Hodges : « Un évangéliste ou un missionnaire qui tient une campagne

dans un nouvel endroit où il n‟y a pas d‟église établie, pour s‟occuper des nouveaux

convertis, doit inclure dans son plan, le soin à apporter aux nouvelles âmes qui

résulteront de son effort d‟évangélisation.»46 C‟est tout à fait normal et utile qu‟un

travail de suivi soit fait pour conserver cette moisson, par des études bibliques

appropriées, pour leur affermissement et croissance spirituelles. Une formation de

leaders aidera les implantations d‟églises à croitre et à s‟affermir dans la foi. C‟est pour

cela qu‟il y aura la mise en place du développement d‟une stratégie complète, à quatre

piliers (1) la prière, (2) la parole de Dieu, (3) la prédication, (4) l‟évangélisation. Ces

46
Melvin L. Hodge, Un guide pour implanteur d’églises (Bruxelles, Belgique : Editions
Assemblées de Dieu, 1977) , 37.
46

quatre piliers sont complétés par une matrice de ministère, complétant cette stratégie, à

ne pas limiter le ministère à un seul missionnaire. »47

Suggestions

Les assemblées de Dieu du Gabon, ayant répondu au mandat du Seigneur celui

d‟annoncer la parole de Dieu à toute créature, et se réaffirmant de leur engagement à, la

décennie pentecôtiste à ouvrir trois cent (300) églises jusqu‟à l‟horizon 2020, devra

réviser ses approches stratégiques d‟implantation d‟églises pour réaliser le plan de la

volonté du maître désirant que cette parole soit annoncée aux hommes de toutes nations,

de toutes langues et de toutes tributs. Au vu de ce qui est dit plus haut, du constat fait

ressort la remarque qu‟ il y a encore des zones d‟ombres pour couvrir le territoire avec

les implantations d‟églises. Ces recherches menées dans le site du Canton Océan

peuvent servir dans une zone fermée pour ouverture des portes d‟entrées. Les

recherches menées ont permis de découvrir qu‟il y avait des forces agissantes derrière

ces échecs. La nature des échecs c‟est qu‟il y avait une double malédiction qui pesait

sur le Canton et ses habitants. Les premières investigations nous ont conduits à trouver

des personnes cibles et après prières le Seigneur a révélé qu‟il y a un gisement de

pétrole de trois nappes de pétrole superposé au même endroit. Une lettre a été faite au

Directeur de Total de se souvenir des villageois quand ils vont exploiter cela. Le

Directeur s‟est mis en colère disant que le puits n‟est pas encore exploité comment

savez-vous qu‟il y a trois nappes de pétrole. Mais à sa grande surprises quand l‟équipe

de sondage est venue elle a trouvé trois nappes de pétrole suspendues les unes aux

autres. Ce Directeur s‟est mis à rechercher ce frère pour connaître comment il a fait pour

47
David Garrison, “Mouvement d‟implantation d‟églises,” verlindeb.org,
http://www.verlindeb.org > Links PDF (consulté le 8 Septemb re 2019).
47

découvrir qu‟il y avait trois puits de pétrole superposés. Toutefois, le travail n‟est pas

encore terminé ça ne fait que commencer, il y a de plus grandes surprises encore car ce

n‟est pas pour rien que ces rois ont fait un barrage et pourquoi en cette zone ? Cette

zone devait être d‟après l‟ONU, la seconde ville de la capitale économique mais la

barrière qui était là a fait échouer les investigations, car dans Port-Gentil, il y a

glissement de terrain et le Canton Océan est dans une terre ferme où il fallait déporter la

ville de Port-Gentil. Mais cette situation a fait avorter cette opération.48

Aux AD du Gabon j‟exhorte ceci Les recommandations et suggestions suivantes

sont premièrement formulées aux plus hautes instances des AD, le Bureau National et

la Convention des AD aux pasteurs responsables d‟assemblées aux équipes

missionnaires aussi bien qu‟à tout le corps de Christ, qui d‟une manière ou autre sont

impliqués aux implantations d‟églises, allant au-delà de 2020, avec les trois cent églises

qui doivent être rendu aux décomptes de la date butoir, de la décennie pentecôtiste de se

rappeler que la bonne nouvelle doit retentir en tout lieu même là où c‟est difficile

d‟accès et non-atteint. Une première tentative soldée d‟échec ne doit pas nous faire

reculer sur notre engagement. Nous avons assisté à plusieurs campagnes

d‟évangélisation et réussi à gagner beaucoup de nouvelles âmes, de nouvelles méthodes

s‟avèrent nécessaires là où il y a problème. Les méthodes diffèrent selon les milieux. Un

accent particulier doit être mis sur la prise en charge des âmes nouvellement sauvées

avec des études de discipolat bien planifiées comme cette approche avec quatre points

qui énonce que : (1) Connaître le salut en Christ et être intégré à l‟assemblée (le

membership) Au moment où une personne reçoit le salut, elle entame le processus de la

croissance en Christ. Une personne qui a expérimenté le salut et qui est baptisée d‟eau,

48
Onanga Sonyo, Interview par l‟auteur Port-Gentil Gabon Avril 2018
48

qui participe à la communion, et qui est devenue un membre de l‟église locale a atteint

le premier but. Ceci est un engagement au membership.

(2) Grandir en Christ à travers l‟enseignement et les relations (La maturité). Le

deuxième est l‟engagement à la maturité, ici un converti dépasse le cadre de l‟enfance

et s‟établit en tant que chrétien Col 2.6-7 dit : « Tout comme vous avez reçu Jésus-

Christ comme Seigneur, continuez à vivre en lui, enracinés et édifiés en lui, fortifiés

dans la foi comme vous avez été enseignés et débordants de reconnaissance. »

(3) Etre formé pour devenir un membre productif du corps (Le ministère) On

passe du deuxième au troisième but, en étant équipé par le Saint-Esprit pour le

ministère, à travers le Saint-Esprit et les ministères de l‟église destinés à « équiper ».

Ceci est un engagement au ministère. Ils apprennent à utiliser les dons reçus. Pour

mener à bien cette mission, après la formation des disciples, une formation des leaders

s‟impose. Et celle avec la langue du milieu s‟imposera bien d‟avantage. Une chose est

certaine, les églises qui ont eu les évangélisations et cultes à leurs langues maternelles

subsistent en temps de persécution. Car parfois il n‟y a pas de prédicateur, mais habitué

à écouter la parole en leurs langues ils peuvent s‟édifier les uns les autres et leur foi est

solidement enracinée en Christ. En effet conjointement avec l‟association Wycliffe qui

est une mission linguistique, de développement et de traduction de la Bible,

alphabétisation promotion des écritures et des langues maternelles, que les AD du

Gabon reconsidère cet outil que Dieu nous donne pour pérenniser la parole de Dieu

pour des décennies avenir et pour gagner les coins les plus reculés. Parler le français

c‟est bien, mais parler sa propre langue c‟est mieux. Aux jeunes, le potentiel humain

c‟est tout le corps de Christ quand on est né de nouveau automatiquement on doit

s‟engager à faire quelque chose dans la maison de Dieu. Et la grande commission est
49

pour toute l‟église pas seulement ceux qui Sont à plein temps. Le Saint-Esprit a été

donné pour faire des conquêtes avec le Seigneur du plus petit aux plus grands nous

sommes tous des ouvriers avec le Seigneur là où nous sommes le Seigneur nous

disposera à faire sa volonté. Les endroits difficilement inaccessibles, les commerçants y

vont. Notre Seigneur a payé le prix de quitter son trône du ciel pour venir ici-bas pour

nous sauver. Pour le potentiel humain Dieu a besoin des volontaires, lui-même nous a

donné son exemple, il envoya son fils. Les déplacements certes sont chers mais les

autres font des sacrifices. Les AD devront revoir même la philosophie des implantations

jusque dans les villages car les gens qui sont dans ces endroits ce sont aussi des âmes du

Seigneur qui ont aussi besoin du salut. A un moment donné la priorité avait été donné à

la formation mais le temps est venu pour que tout le monde se lèvent à cause de

l‟urgence de l‟heure. Dans le potentiel divin nous voyons Dieu agir en tenant compte de

ses promesses qu‟il ne cesse d‟accomplir. Pour les besoins financiers, tout le monde

crie la crise mais les gens mangent toujours. Nous pouvons aussi nous priver et donner à

Dieu. En donnant à Dieu c‟est une épargne car il nous rendra au centuple parfois c‟est à

l‟heure que l‟on ne s‟attend pas que Dieu réagit favorablement. La mission venant du

cœur de Dieu c‟est lui-même qui la motive qui la rend réelle en nous. Cette zone et

beaucoup d‟autre souffrent de manque d‟eau potable, et la dysenterie et d‟autres maux

minent ces villageois. Les enfants ne sont pas scolarisés par manque d‟écoles, il faut les

envoyer à de grandes distances, et les parents n‟ont pas de moyens de faire ce trajet

pénible. Les gens peuvent se constituer en association pour poser des actes de

bienfaisance. Si du moins la vision partagée troue l‟assentiment de plusieurs membres

actifs et engagés pour le développement, le Seigneur peut aussi multiplier nos pains et

nos petits poissons pour en faire sa gloire. Le grand problème c‟est d‟oser prendre le
50

risque. Une association a construit une école dans un village à Attohoué au Bénin à

travers l‟association Afrique Pleine d‟Avenir(APA) cherche à scolariser l‟avenir des

enfants.49 Nous pouvons aussi faire comme eux. Puisque les AD prônent le social, dans

l‟évangile holistique l‟enseignement est donné que tout l‟évangile est pour tout

l‟homme : âme esprit et corps. Qui méritent d‟être entretenu par des soins appropriés.

Cette prise en charge contribuera même à améliorer les conditions de vies des personnes

vivant en campagne. Pièges à éviter: Implantation des églises „„grenouilles‟‟ plutôt que

des églises „„lézards‟‟ Oui c‟est une métaphore, Les églises e grenouilles se considèrent

comme une fin en soi, s‟essayant tranquille et se contentent sur une colline ou sur un lit

de piste ou une rue principale, s‟amendant que le perdu vienne à eux, à la recherche du

salut. Elles tiennent leurs réunion là où elles se sentent à l‟aise et demandent aux perdus

de s‟adapter à leur mode grenouille. Les églises Lézard, poursuivent toujours le perdu,

adaptable et prête à l‟action, elles se déplacent rapidement dans le monde à la recherche

du perdu et cela à travers les crevasses et les fissures. »50

49
“Construction d‟école à Attohoué au Bénin, Ulule.com, https://www.ulule.com:ecole Benin
(consulté le30 Août 2019.)
50
David Garrison, “Mouvement d‟implantation d‟églises,” verlindeb.org,
http://www.verlindeb.org > Links PDF (consulté le 8 Septembre 2019), 36.
51

SOURCES CONSULTEES

Ouvrages

Delma, Zacharie. “Authenticité de la Bible,” Flamme n°32 (Juillet-Août-Septembre,


2002), 19.

Eglise des Assemblées de Dieu du Gabon. “Le soixante-onzième anniversaire des


Assemblées de Dieu du Gabon.” Pentecôte Gabonaise 2e Ed. (2010): 8-147.

Fleming, Kenneth. Stratégie Missionnaire. Lausanne, Suisse : Editions Centres


Bibliques chemin des trois rois, 2005.

Harvest, Judea. La Bible du planteur d’églises. Colorado Springs, USA: Biblica Inc,
2012.

Heward-Mills, Dag. Implantation d’églises. Wellington, South Africa: Lux Verbi, 2009.

Hodges, Melvin L. Un guide pour l’implantation d’églises. Bruxelles, Belgique :


Assemblées de Dieu, 1977.

Keller, Timothy. Une église centrée sur l’évangile. Charols, France : Editions Excelsis,
2015.

Kuen, Alfred. Je bâtirai mon église. Saint-Leger, Vevey, Suisse : Edition Emmaüs,
1967.

Lewis, Jonathan. La mission mondiale. Fondement biblique et historique. Sri Lanka :


Editions New Life Literature.1994.

Lingenfelter, Sherwood, etMrvin Mayers. Missionnaires en culture étrangère, le déficit


de l’intégration. Charols, France : Editions Excelsis, 2003.

Miller, Denny. Le ministère de puissance, un manuel pour les prédicateurs


pentecôtistes. Lomé, Togo SAFT, 1999.

Montgomery, Jim. Explosion 2000 projet Dawn. Lillebonne, France : Editions Foi et Victoire,
2000
52

Paya, Christophe, et Bernard Huck. Dictionnaire de Théologie pratique. Charols,


France : Editions Excelsis, 2011.

Reeve, Robert. Passion pour les Nations. Dijon, France : Editions Missionnaires
Francophones, 2002.

Saram, Ankou. Défi d’une Nouvelle Stratégie Administrative pour l’Eglise en Afrique.
Lomé, Togo : EditTogo, 2012.

Schaeffer, Francis A. La Genèse Berceau de l’histoire. Genève, Suisse : Editions La


Maison de la Bible, 1983

Thomas, Paul, et Robert Pléty. L’église ordinaire et Communauté nouvelle. Paris,


France : Editions Desclée de Brouwer, 1994.

Trask, Thomas E., et Wade I. Goodall Zenas J.Bicket, ed, Le Pasteur sa vie et ses
Défis : un Mandat pour le XXIème siècle. Québec, Canada : Editions Ministère
Multilingue International. 2004.

Van Engen, Charles. Le peuple missionnaire de Dieu, repenser le dessein de l’église


locale. Grands Rapids, Michigan, USA : Baker publishing Group, 1991.

Waje Kunhyop, Samuel. Ethique chrétienne africaine. Yaoundé, Cameroun : Editions


Clé, 2016.

Warren, Rick. L’église, une passion, une vision : la croissance sans comprendre le
message et la mission. Longueuil, Québec, Canada : Editions Ministère
Multilingue International, 1999

Wiher, Hannes, et Kalemba Mwambazambi, L’Afrique d’aujourd’hui et les églises-


Quels défis ? Abidjan, Côte d‟Ivoire : Langham Global Library, 2017.

Wright, Christopher J. H. La Mission de Dieu fil conducteur du récit biblique. Charlos,


France : Edition Excelsis, 2006.

York, V. John. La mission à l’ère de l’esprit. Springfield, MO, USA: Africa‟s Hope
Publications, 2008.

Sources électroniques

Bonnaz, Pascal et Fabienne “Principes missionnaires d‟implantation d‟églises


simplifié,” Matthieu 2414.free.fr, http://www.Matthieu 2414.free.fr, (consulté
le 16 Août 2019).

„„Construction d‟école à Attohoué au Bénin,‟‟ Ulule.com. https://www.ulule.com/ecole


Benin (consulté le30 Août 2019.)
53

Fitts, Robert. “L‟église de maison le retour à la simplicité”, RobertJoni@aol.com.


http://www.aiem. RobertJoni@aol.com (consulté le 2 Avril 2019).

Garrison, David. “Mouvement d‟implantation d‟églises,” verlindeb.org,


http://www.verlindeb.org > Links PDF (consulté le 8 Septembre 2019).

Huetz de Temps, Christian. “Les Cahiers d‟Outre-Mer Bordeaux, Les débuts de la


Colonisation Française au Gabon”.Persée.fr (consulté, le 18 Août 2019).

Law, Gwillim. “Ogooué-Maritime 2012-dgepf ”.www.dgepf.ga>object.getob. (Consulté


le 7Septembre 2019).